BRGM J.Y. CAOUS VILLE D'ARRAS (62) avec la collaboration de BRGM - NORD - PAS-DE-CALAIS BRGM - PICARDIE S. JEANNIN. Le 26 février 1992 C.

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "BRGM J.Y. CAOUS VILLE D'ARRAS (62) avec la collaboration de BRGM - NORD - PAS-DE-CALAIS BRGM - PICARDIE S. JEANNIN. Le 26 février 1992 C."

Transcription

1 BRGM I'INTlirilSI AU SHVICI DI I* TIMI R NPC 4S 9 Le 26 évrier 992 VILLE D'ARRAS (62) RECHERCHE DE NOUVELLES RESSOURCES EN EAU POTABLE DANS L'AQUIFERE CRAYEUX SENO-TURONIEN PHASE IV : INVENTAIRE ET QUANTIFICATION DES SOURCES DE POLLUTION DANS LA VALLEE DU GY EN AMONT DE LA COMMUNE D'AGNEZ-LES-DUISANS (62) J.Y. CAOUS C. DUBOST avec la collaboration de S. JEANNIN G. CAFFIAUX BRGM - NORD - PAS-DE-CALAIS BRGM - PICARDIE Fort de Lezennes * 926 lezennes. Francs 2, rue Lescouvé 8 Amiens, France Tél. : (33) Télécopieur : (33) Tél. : 33) Télécopieur : (33) Ó

2 VILLE D'ARRAS (62) RECHERCHE DE NOUVELLES RESSOURCES EN EAU POTABLE DANS L'AQUIFERE CRAYEUX SENO-TURONIEN PHASE IV : INVENTAIRE ET QUANTIFICATION DES SOURCES DE POLLUTION DANS LA VALLEE DU GY EN AMONT DE LA COMMUNE D'AGNEZ-LES-DUISANS (62) RESUME Exécutée dans le cadre de la recherche de nouveaux sites de captages dans l'aquière crayeux séno-turonien pour l'alimentation en eau potable du District d'arras, la présente étude concerne l'examen des risques de pollution potentielle existant dans le bassin versant du Gy, en amont des secteurs déinis, au terme des phases de recherche antérieures, comme avorables pour l'implantation de orages. Couvrant le territoire d'une dizaine de communes, elle porte à la ois sur un inventaire des sources de pollution ponctuelles ou diuses et sur leur quantiication, notamment en ce qui concerne les apports d'azote liés à la production agricole et aux rejets urbains. Illustrés par des cartes d'occupation du sol et de situation des points de pollution inventoriés ainsi que par une série de tableaux synthétiques, les résultats obtenus ont apparaître un excédent annuel d'azote de 44 tonnes dont 8% d'origine agricole et 2% d'origine urbaine, soit un lux moyen de 24 kg/ha/an. Le lux moyen d'origine urbaine étant sensiblement plus élevé que celui d'origine agricole (74 kg/ha/an contre 32 kg/ha/an), l'abattement progressi mais nécessaire de cet excédent passera prioritairement par des actions à court terme au niveau des agglomérations (raccordement à un réseau d'assainissement, comblement des anciens puits et puisards...), lesquelles devront être relayées par des actions à long terme portant sur l'amélioration des pratiques agricoles et une sensibilisation accrue des agriculteurs à ces problèmes. 3 pages, 3 tableaux, 2 igures, 3 planches, 8 annexes R NPC 4S 9

3 2 - SOMMAIRE - PRESENTATION p. 6 Z - METHODOLOGIE p INVENTAIRE DES SOURCES DE POLLUTION p Carte d'occupation du sol p Inventaire et localisation des sources de pollution p. 4 - QUAHTIFICATION DES FLUX AZOTES p Apports d'azote d'origine agricole p Démarche adoptée p Apports dûs à l'élevage p Apports dûs aux engrais p Apports dûs aux nutations oncières p Evaluation des exportations p Bilan des lux azotés d'origine agricole p Evolution de la vente des engrais p. 8

4 SOMMAIRE (Suite) Apports d'azote d'origine urbaine p Rejets domestiques p Rejets industriels p Impact des décharges p Bilan des lux azotés d'origine urbaine p Bilan général p CMMENTAIRES p PROPOSITIONS D'ACTIONS p Actions à court terme p Actions à long terme p, Décharge d'avesnes-le-comte p CONCLUSIONS p. 29

5 4 - LISTE DES FIGURES Figure n* : Plan de situation de la zone d'étude p. 8 Figure n* 2 : Bilan général des lux azotés d'origine agricole. p. 9 LISTE DES TABLEAUX Tableau n* : Bilan des lux azotés d'origine agricole p. 9 Tableau n' 2 : Bilan des lux azotés d'origine urbaine p. 23 Tableau n" 3 : Bilan général des lux azotés p. 24 LISTE DES PLANCHES Planche n* : Carte d'occupation des sols au /25 ème Planche n* 2 : Carte hydrogéologique Planche n* 3 : Carte de localisation des points de pollution au /2 5 ème

6 - 5 LISTE DES ANNEXES Annexe I : Fiches communales Annexe II : Quantiication des apports d'azote dûs à l'élevage Annexe III : Quantiication des apports d'azote dûs à l 'épandage d'engrais Annexe IV : Quantiication des apports d'azote dûs aux mutations oncières Annexe V : Quantiication des exportations d'azote par les récoltes Annexe VI : Evolution des ventes d'engrais dans le Pas-de-Calais de 973 à 99 Annexe VII : Quantiication des apports d'azote dûs aux rejets domestiques Annexe VIII : Plan de situation et coupe géologique des sondages à la tarière réalisés entre Gouves et Agnez-les-Duisans

7 - 6 VILLE D'ARRAS (62) RECHERCHE DE NOUVELLES RESSOURCES EN EAU POTABLE DANS L'AQUIFERE CRAYEUX SENO-TURONIEN PHASE IV : INVENTAIRE ET QUANTIFICATION DES SOURCES DE POLLUTION DANS LA VALLEE DU GY EN AMONT DE LA COMMUNE D'AGNEZ-LES-DUISANS (62) - PRESENTATION La Ville d'arras recherche de nouveaux sites de captage d'eau potable destinés à remplacer le champ captant actuel, situé en pleine agglomération d'arras, et devenu trop vulnérable et diicile à protéger. Une première étude générale documentaire a été eectuée (rapport BRGM R 367 NPC 4S 9) et a été poursuivie par la réalisation de piêzomètres sur cinq sites potentiellement avorables (rapport BRGM R 3269 NPC 4S 9) et de deux orages de reconnaissance à Gouves (rapport BRGM R NPC 4S 9) et à Habarcq (rapport BRGM R 3342 NPC 4S 9). Au vu de leurs résultats, les sites de Gouves et d'habarcq semblent présenter les conditions nécessaires pour l'implantation d'un champ captant exploitant la nappe de la craie séno-turonienne à un débit maximal de 25 m /h par ouvrage. 3 Avant la réalisation éventuelle de ces captages, la Ville d'arras, avec le concours inancier de l'agence de l'eau Artois-Picardie, a demandé au BRGM Nord-Pas-de-Calais la réalisation d'une enquête sur la pollution potentielle existante dans la vallée du Gy, à l'amont de la zone prévue pour leur implantation.

8 La région étudiée regroupe une dizaine de communes, celles de Agnez-les-Duisans, Gouves, Habarcq, Montenescourt, Wanquetin, Noyellette, Lattre-St-Quentin, Hauteville, Noyelle-Vion et Avesnes-le-Comte (c. plan de situation de la igure ). Cette enquête regroupe deux phases distinctes: - la première correspond à l'inventaire et à la cartographie de l'occupation du sol et des sources de pollution localisées sur le terrain; - la deuxième représente l'évaluation des sources de pollution diuses, plus précisément les apports d'azote liés à la production agricole ou aux rejets domestiques. L'interprétation de ces résultats doit permettre d'évaluer la vulnérabilité de la zone d'étude ace aux pollutions existantes, et constitue un document de relexion pour la mise en place des uturs périmètres de protection des captages d'eau.

9 HH o m oo m a U3 C -i Echelle /

10 METHODOLOGIE La présente étude comporte deux objectis: - premièrement, inventorier et cartographier les sources de pollution potentielle ponctuelles, quelle que soit leur origine, par une enquête sur le terrain et une interview des Maires ou de leurs Adjoints dans chacune des communes concernées; - deuxièmement, quantiier les lux de pollution sur l'emprise de la zone étudiée; les nitrates étant la principale cause de pollution des eaux souterraines, c'est la quantité d'azote exposée au lessivage sous les terres agricoles du bassin versant souterrain qui a été évaluée. Pour aciliter la mise en oeuvre de l'enquête plusieurs organismes ont été consultés : - la D.D.E. : assainissement, traic routier; - la D. D.A.F. : périmètres de protection des captages d'eau potable données du Recensement Général Agricole onctionnement de la décharge d'avesnes-le-comte; - la D.D.A.S.S. : assainissement autonome des communes non reliées à une station d'épuration; - la Chambre d'agriculture, le G. R.D. A. d'avesnes-le-comte, et l'i.t.c.f. : méthode d'évaluation des lux azotés d'origine agricole; - l'agence de l'eau Artois-Picardie : évaluation des lux azotés d'origine agricole et domestique;

11 le S. A. T. E. S.E. Nord-Pas-de-Calais et la Compagnie Générale des Eaux : onctionnement de la station d'épuration d'avesnes-le-comte; le SIVOM d'avesnes-le-comte : d'avesnes-le-comte. onctionnement de la décharge 3 - INVENTAIRE DES SOURCES DE POLLUTION 3. - Carte d'occupation du sol Une carte d'occupation du sol (c. Planche n* ) a été élaborée à partir de photographies aériennes récentes (989) et de l'enquête sur le terrain; elle comprend les inormations suivantes: - la délimitation des zones boisées, des prairies et des cultures; - la délimitation des zones urbanisées avec l'extension de leur réseau d'assainissement, qu'il concerne les eaux pluviales ou les eaux usées. Elle est complétée par une carte hydrogéologique du secteur, à la même échelle (Planche n* 2) Inventaire et localisation des sources de pollution Cet inventaire a pour but d'identiier sur le terrain les sources de pollution localisées (c. Planche n* 3) : - celles d'origine agricole telles que : * les bâtiments d'élevage : étables de bovins, porcheries, poulaillers industriels; pulpes; * les dépôts de umiers ou les ensilages de pailles ou de

12 - - * les osses à lisier; * les rejets d'eaux souillées dans le cours du Gy; * les serres; - celles d'origine urbaine telles que : * les exutoires dans le cours du Gy, des canalisations receuillant les eaux pluviales et ménagères; * les décharges; * les stockages de produits polluants : citernes de stations-service, cuve d'ammoniac anhydre, engrais; * les garages. Une iche communale regroupant les inormations sur l'occupation du sol, l'assainissement, la présence éventuelle de décharges ou de dépôts complète cet inventaire (c. annexe I). 4 - QUANTIFICATION DES FLUX AZOTES La principale pollution des eaux souterraines dans ce secteur provenant des nitrates, c'est l'azote qui a été quantiié sur l'emprise du bassin versant. 4, - Apports d'azote d'origine agricole Démarche adoptée Pour évaluer le bilan azoté relati aux activités agricoles, les apports d'azote, principalement ceux dûs à l'élevage et à l'utilisation des engrais sont comparés aux exportations d'azote représentées par les récoltes. La quantité d'azote restante correspond à celle exposée au lessivage sous les terres agricoles.

13 2 Les processus naturels inluant sur le bilan de l'azote tels que la décomposition des animaux ou des végétaux, la minéralisation de la matière organique ou les pertes d'azote par dénitriication ne sont pas pris en compte car ils sont diicilement quantiiables, parois négligeables et peuvent se compenser mutuellement. Les lux d'azote ont été quantiiés par commune, c'est-à-dire à partir des résultats issus du Recensement Général Agricole et non pas à partir d'une enquête au niveau de chacune des exploitations, leur nombre étant trop élevé (9 exploitations en 988). Il aut noter, enin, que les supericies renseignées au niveau du Recensement concernent celles des exploitations ayant leur siège sur la commune quelle que soit la localisation de leurs terres (dans la commune ou ailleurs). Elles ne peuvent être comparées à la supericie totale de la commune Apports dûs à l'élevage Pour quantiier l'azote disponible provenant de l'élevage, la démarche à été la suivante: - le type d'élevage et son eecti ont été répertoriés pour chacune des dix communes concernées à partir des données du dernier Recensement Général Agricole de 988. Si après cette date des élevages importants ont été créés (porcheries ou poulaillers industriels), leur eecti a tout de même été pris en compte pour le calcul des lux azotés; - les lux d'azote bruts en kg/an dûs aux déjections animales ont d'abord été calculés à partir des ratios suivants (ournis par l'agence de l'eau Artois-Picardie) : bovins : kg/an d'azote total kjeldhal par tête

14 - 3 porcins : 26 kg/an d'azote total kjeldhal par tête volailles :. kg/an d'azote total kjeldhal par tête ovins :.9 kg/an d'azote total kjeldhal par tête * kjeldhal : méthode d'analyse qui permet de déterminer l'azote dit "total" correspondant à la somme des composés organiques aminés et de l'ammoniaque - de ces lux bruts, seuls ont été pris en compte ceux provenant des zones de stabulation car ils sont dans ce cas utilisés pour 'épandage : * pour l'élevage bovin ou ovin, ils correspondent à 5 % des déjections totales, l'élevage étant principalement de type traditionnel avec alternance du pâturage et de la stabulation; * pour les porcheries et les poulaillers industriels, la totalité des lux azotés émis sont pris en compte; - La volatilisation de l'azote du lieu de stabulation à l 'épandage au niveau des champs occasionne une diminution des lux azotés. Cette dernière est diicile à évaluer car elle dépend de plusieurs acteurs très variables : nature des excréments (umiers, purins, lisiers), temps de stockage, et mode d'épandage qui ne peuvent être étudiés qu'à l'échelle d'une exploitation. Le taux de volatilisation de l'azote variant de 3 à 7 % (pourcentages issus d'expérimentations eectuées par la Chambre d'agriculture du Pas-de-Calais), un taux moyen de 5 % a été pris en compte, si bien que 5 % des lux azotés provenant des zones de stabulation interviennent dans le bilan des lux azotés. Le lux total disponible d'azote dû à l'élevage s'élève à 29 tonnes par an; les résultats par connune et par type d'élevage igurent dans le tableau de l'annexe II.

15 Apports dûs aux engrais La démarche adoptée a été la suivante: - les supericies au sol, en hectares, de chaque type de culture (céréales, betteraves, maïs, légumes rais et pommes de terre) ont été répertoriées à partir des résultats issus du Recensement Général Agricole de 988; - le lux d'azote en t/ha a été évalué à partir des quantités moyennes d'engrais utilisées en kg d'azote par ha pour chaque type de culture, ces moyennes nous ayant été ournies par le G. R.D. A. d'avesnes-le-comte, Deux cas particuliers n'ont pas été intégrés dans la quantiication du bilan : - celui des prairies : elles représentent une supericie de 9 ha soit 2 % de la S.A.U. (Surace Agricole Utile). Les prairies sont le siège d'un apport d'azote, dû à l'utilisation d'engrais et aux déjections du bétail mais aussi d'une exportation d'azote par la coupe de l'herbe. Or l'impact réel de ces trois phénomènes est mal connu, d'où la diiculté de quantiier les lux azotés au droit des prairies. - celui des serres : les cultures horticoles sous serre reçoivent annuellement des doses d'azote qui s'échelonnent de 7 à 8 kg/ha/an, et on estime que kg/ha d'azote par an sont lessivés (étude BURGEAP/BRGM sur les champs captants d'emmerin et Houplin-Ancoisne - 983). Sur l'emprise de la zone étudiée, les serres représentent une supericie de.4 ha d'où un lux d'azote disponible de 4 kg soit.4 t/ha/an ce qui est négligeable par rapport aux quantités d'azote évaluées par ailleurs.

16 5 - Les cultures horticoles sous serre ne sont donc pas prises en compte dans l'évaluation du bilan azoté mais leur emplacement est signalé sur la carte de localisation des sources de pollution potentielle, car dans la mesure où les eaux de lessivage ne sont pas collectées par un réseau de drainage ni évacuées par le réseau d'égout, elles peuvent avoir un impact local sur la nappe. Le lux total d'azote provenant de 'épandage d'engrais se situe entre une valeur minimale de 534 t/an et une valeur maximale de 646 t/an soit une moyenne de 59 t/an. Le bilan détaillé par commune et par type de culture igure dans l'annexe III Apports dûs aux mutations oncières La mise en culture des prairies ainsi que l'urbanisation des terrains agricoles avorisent le lessivage des nitrates provenant de 'humus des sols. * retournement des prairies La comparaison des données issues du recensement de 988 avec celles de 979 révèle une baisse de la surace toujours en herbe de 35 ha ce qui correspond à 38,9 ha/an. La quantité d'azote libérée suite au retournement des prairies pour leur mise en culture a été évaluée à 8 kg/ha la première année avec un amortissement de 2 % l'an sur ans (étude BURGEAP/BRGM sur les champs captants d'emmerin et Houplin-Ancoisne - 983). * urbanisation des terres agricoles La supericie de la surace agricole utile a diminué de 337 ha entre 979 et 988. Le lux initial d'azote a été évalué à 5 kg/ha, avec un amortissement de 2 % l'an sur ans (étude BURGEAP/BRGM sur les champs captants d'emmerin et Houplin-Ancoisne - 983).

17 6 Les apports d'azote dûs aux mutations oncières ont été évalués à 23 tonnes d'azote par an (c. annexe IV) Evaluation des exportations Les exportations en azote sont représentées par les récoltes; la quantité d'azote exportée a été évaluée pour chaque type de culture à partir de son rendement (en qtx/ha ou t/ha) et de la teneur en azote des produits récoltés (en kg/qtal, kg/t ou en % de t de matières sèches). La quantité d'azote exportée par les cultures 627 tonnes par an (c. annexe V). a été évaluée à Bilan des lux azotés d'origine agricole Le bilan des lux azotés d'origine agricole est synthétisé dans le tableau n" et illustré par la igure n* 2. Il est excédentaire puisqu'il correspond en moyenne à 5 tonnes d'azote par an soit 32 kg/ha pour une supericie totale des terres cultivées de 3633 ha. COMMUNE ELEVAGE en t/an APPORTS D 'AZOTE ENGRAIS MUTATIONS FONCIERES en t/an en t/an EXPORTATION D'AZOTE PAR LES RECOLTES en t/an BILAN CULTURAL ENGRAIS RECOLTES en t/an BILAN DES FLUX AZOTES TOTAUX en t/an SURFACE CULTIVEE en ha FLUX HOYEN SPECIFIQUE EN AZOTE I en kg/ha I AGNEZ-LES-DUISANS I AVESNES LE COHTE I GOUVES I HABARCQ HAUTEVILLE i LATTRE-ST-QUENTIN I HONTENESCOURT NOYELLE-VION MOYELETTE UANQUETIN I I I TOTAL Tableau n : Bilan des lux azotés d'origine agricole Remarque : Le bilan négati (- 2 t/an) de la conmune de Noyellette est dû à un bilan cultural (engrais/récoltes) aible, enregistré égalenient pour toutes tes autres conmunes, mais surtout à un aible apport d'azote provenant des résidus d'élevage, ce qui peut signiier que des engrais organiques sont importés sur la coomune de Noyellette à partir des conmunes avoisinantes. Cet état de ait ne modiiant aucunement le bilan global.

18 7 La commune de Wanquetin représente 45 % des lux azotés existant sur l'emprise de la zone étudiée, principalement en raison de l'important élevage de porcs (production de 4 t/an d'azote). Il aut touteois préciser que les lisiers stockés dans une osse ne sont pas obligatoirement épandus sur le territoire de la commune ou dans la région étudiée et qu'il est donc diicile d'apprécier l'impact réel de cet élevage. A l'opposé, la commune de Noyellette présente un bilan déicitaire en azote. A titre d'inormation, le plan d'épandage de l'une des deux porcherie, montre que la majeure partie des lisiers sont épandus sur la commune de Wanquetin, l'autre partie étant épandue sur la commune de Fosseux (c. planches n' et 3). Il aut signaler que ce bilan a été élaboré avec des doses d'engrais à l'hectare utilisées dans le cadre d'une ertilisation azotée raisonnée (lorsque les apports en azote sont ajustés aux besoins de la plante), il est donc représenti des agriculteurs qui suivent les conseils en umure dispensés par la Chambre d'agriculture, et se situe par conséquent dans une ourchette basse par rapport à la réalité. Enin, des incertitudes demeurent dans la méthodologie de calcul des lux azotés, comme dans les cas ci-après : - la déinition du bilan azoté au droit des prairies (c. 4..3); - la quantiication du lux azoté disponible lors de 'épandage des déjections, issues des zones de stabulation au niveau des terres cultivées, le taux de volatilisation de l'azote de 5 % utilisé pour les calculs est un taux moyen, puisqu'il peut varier de 3 à 7 % (c. 4..2); ce qui ait que les résultats obtenus peuvent varier ortement suivant l'hypothèse choisie : * taux de 7 % : lux d'azote de 77 t/an; * taux de 5 % : lux d'azote de 29 t/an; * taux de 3 % : lux d'azote de 2 t/an.

19 Evolution de la vente des engrais Grâce aux statistiques du Syndicat National de l'industrie des Engrais sur les quantités d'engrais vendues dans le Pas-de-Calais de à 99-9, quelques grandes tendances apparaissent (c. annexe VI) : - les ventes d'engrais simples azotés ont augmenté régulièrement de 974 (75 tonnes) à 99 (53 5 tonnes), et ont baissé de tonnes environ (.7 %) de 99 à 99 (c. annexe Via); - les ventes d'engrais binaires (NP, NK) ou ternaires (NPK) ont diminué de 42 %, de 26 tonnes en 985 à 5 tonnes en 99 (c. annexe Via) ; - de ce ait, les quantités d'éléments ertilisants en azote, qu'ils proviennent des engrais simples ou composés, sont aussi en baisse (3 %) puisqu'ils passent de 7 tonnes en 985 à 62 tonnes en 99 (c. annexe IVb). Cependant la surace értil isable (comprenant la surace des terres labourables, prairies, jardins, pépinières et vignes) diminue régulièrement (baisse de 3 %), passant de 543 hectares en 973 à 529 hectares en 99 (c. annexe VIc). Mais, du ait de la orte baisse des engrais binaires ou ternaires depuis 985, le taux de ertilisation diminue aussi depuis cette date (baisse de 2 %) passant de 33 kg/ha en 985 à 7 kg/ha en 99 (c. annexe VId). En conclusion, la vente d'éléments ertilisants azotés est en baisse depuis 985, et ce plus vite que les suraces ertilisantes d'où une diminution de la quantité moyenne d'engrais par hectare depuis cette date.

20 ....! 8 Figure 2 : BILAN GENERAL DES FLUX AZOTES D'ORIGINE AGRICOLE en t/an APPORTS D'ENGRAIS 4 '^"^ - ELEVAGE ' ^^^H IHH ^^^^ MUT. FONCIERES BILAN ^^^H o RECOLTES.nnn

21 Apports d'azote d'origine urbaine Rejets domestiques Sur l'emprise du bassin versant, seule la commune d'avesnes-le-comte est raccordée à une station d'épuration, les autres communes ne disposant que d'un assainissement pluvial non raccordé Habitat non raccordé Pour les habitations non raccordées, il est diicile, sans une enquête très approondie auprès des particuliers, de connaître la proportion de maisons disposant d'un système d'assainissement individuel pour les eaux vannes et de connaître son état de onctionnement. Les eaux ménagères, elles, sont le plus souvent rejetées au niveau des réseaux d'eaux pluviales. Lors de l'enquête sur le terrain, les exutoires des réseaux d'assainissement en eaux pluviales ont été inventoriés. Ils sont le plus souvent situés le long de la vallée du Gy. La quantité d'azote rejetée par habitant s'élève en moyenne à 5 g/jour ( g pour les eaux vannes et 5 pour les eaux ménagères), soit une quantité d'azote de 8 tonnes par an sur l'emprise du bassin versant Habitat raccordé à une station d'épuration D'après le S. A. T. E. S.E. du Nord-Pas-de-Calais, le taux de raccordement de la population d'avesnes-le-comte à la station d'épuration s'élève en moyenne à 74 %, d'où un lux azoté non traité de 3 tonnes par an. Les habitations raccordées à la station d'épuration d'avesnes-le-comte produisent: - des eluents apportant 5 tonnes d'azote par an et rejetés dans la vallée;

22 2 - - et des boues apportant tonne d'azote par an et utilisées pour des besoins agricoles dans un rayon de 2 à 3 km. Le total des apports en azote d'origine domestique s'élève en moyenne à 27 tonnes d'azote par an (c. bilan détaillé de l'annexe VII) Rejets industriels eluents Il n'existe pas d'entreprises industrielles rejetant des polluants sur l'emprise du secteur étudié Impact des décharges La seule décharge importante actuellement en activité est celle d'avesnes-le-comte. Exploitée par le SIVOM d'avesnes-le-comte qui regroupe 96 communes, elle est contrôlée par la D. D.A.F. du Pas-de-Calais. Sa capacité s'élève en moyenne à 5 tonnes de déchets par semaine et sa supericie à 4 ha. A déaut d'extension elle devra s'arrêter dans à 2 ans, et dans 4 ans dans le cas contraire. En prenant comme hypothèses: - un débit de percolation moyen de 2 /s/km ; - et une teneur en azote de l'eau de percolation à g/ ; le lux vers la nappe est évalué à,73 kg/j/ha d'où un lux d'azote moyen de 3 tonnes par an. 2 Seuls, un piézomètre pour prélèvement d'eau placé à l'aval immédiat du site et une analyse physico-chimique complète (type CEE), devraient permettre de contrôler cet impact sur la nappe et de vériier les risques présentés vis-à-vis d'autres types de polluants (métaux, micro-polluants organiques, etc...),

23 Bilan des lux azotes d'origine urbaine Le bilan des apports d'azote d'origine urbaine igurant au tableau n* 2 s'élève à 3 tonnes d'azote par an. 4,4 - Bilan général Le bilan général en azote sur l'emprise de la zone étudiée igure sur le tableau n* 3, Il est excédentaire et s'élève en moyenne à 44 tonnes d'azote, l'azote d'origine agricole représentant 8 % du lux total. Pour une supericie totale des communes de 697 ha, le lux moyen azoté s'élève à 24 kg/ha/an. Cependant, il aut noter que les deux sources de pollution n'ont pas le même impact. En eet, si l'azote d'origine agricole est dius sur l'emprise de toutes les suraces cultivées, la pollution d'origine urbaine, elle, est localisée puisqu'elle est principalement rejetée le long du Gy. Ainsi, le lux moyen spéciique en azote (en kg/ha) sur la surace cultivée (c. tableau n'i), est généralement inérieur au lux moyen urbain (c. tableau n*2).

24 23 COMMUNE REJETS DOMESTIQUES population non raccordée en t/an population raccordée en t/an DECHARGE quantité d'azote en t/an BILAN quantité d'azote en t/an SUPERFICIE DE LA ZONE URBAINE en ha FLUX MOYEN URBAIN en kg/ha/an AGNEZ-LES-DUISANS AVESNES LE COMTE GOUVES HABARCQ HAUTEVILLE LATTRE-ST-QUENTIN MONTENESCOURT NOYELLE-VION NOYELETTE WANQUETIN i TOTAL Tableau n 2 ; Bilan des lux azotés d'origine urbaine

25 24 - COMMUNE AZOTE D'ORIGINE AGRICOLE en t/an AZOTE D'ORIGINE URBAINE en t/an BILAN TOTAL DES APPORTS EN AZOTE en t/an SUPERFICIE TOTALE en ha FLUX MOYEN SPECIFIQUE EN AZOTE en kg/ha AGNEZ-LES-DUISANS AVESNES LE COMTE GOUVES HABARCQ HAUTEVILLE LATTRE-ST-QUENTIN MONTENESCOURT NOYELLE-VION NOVELETTE WANQUETIN TOTAL Tableau n" 3 : Bilan général des lux azotés [Ja remarque du tableau n" s'applique également au résultat global négati enregistré sur la commune de Noyellette.

26 COMMENTAIRES Les valeurs des lux moyens azotés spéciiques en (kg/ha) du tableau n* 3 permettent de distinguer trois catégories de communes : - celles à aibles lux azotés (inérieurs à kg/ha/an) : comme Noyellette et Agnez-les-Duisans; - celles à lux azotés moyens (inérieurs à 2 kg/ha/an) : comme celles de Gouves, Montenescourt, Lattre-St-Quentin, Habarcq et Noyelle-Vion; - et celles à lux azotés plus élevés comme Avesnes-le-Comte, Hauteville et Wanquetin. A proximité de la uture zone d'implantation des captages, les lux sont peu élevés de à 8 kg/ha. La quantité d'azote excédentaire, toutes origines conondues sur l'emprise de la zone étudiée, s'élève à 44 tonnes d'azote par an ce qui correspond à un lux moyen de 24 kg/ha/an. Ce lux disponible explique, au moins en grande partie, la teneur actuelle de la nappe de 35 mg/l en moyenne. Mais cette teneur peut encore évoluer; en eet, théoriquement pour une pluie eicace de 35 mm par an, l'eau percolant à travers les terrains (où 24 kg/ha/an d'azote sont disponibles) possède une concentration en azote de 8 mg/l soit 79 mg/l de nitrates. Ce qui signiie en théorie que la teneur en nitrate de l'eau de la nappe de la craie tend à long terme vers cette valeur. Pour qu'elle ne soit pas supérieure à 5 mg/l (concentration maximale admissible), le lux moyen ne devrait pas dépasser 5.2 kg/ha/an soit une quantité d'azote excédentaire de 93 tonnes par an, ce qui correspond à une baisse de 5 tonnes par rapport au chire actuel de 44 tonnes.

27 Un. abattement des lux azotés est d'autant plus nécessaire qu'il n'a été mis en évidence aucune condition réductrice naturelle du milieu souterrain dans la zone des uturs captages sous le lit permanent du Gy. Huit sondages courts à la tarière à main, réalisés en ond de vallée entre Montenescourt et Agnez-les-Duisans, n'ont, en eet, traversé aucun niveau tourbeux ou organique susceptible d'induire localement des phénomènes signiicatis de dénitriication de l'eau de la nappe dans ce secteur. Le plan de situation ainsi que les coupes de ces sondages constituent l'annexe VIII. 6 - PROPOSITIONS D'ACTIONS Une réduction aussi sensible des lux azotés ne pourra se aire que grâce à plusieurs actions dont certaines relèveront du court terme et auront un eet rapide, tandis que d'autres seront de plus longue haleine avec des eets plus lointains. 6, - Actions à court terme Les actions à court terme porteront essentiellement sur l'assainissement des diérentes communes concernées et prioritairement celles qui jouxtent les zones de uturs captages, à savoir : - Noyellette - Habarcq - Montenescourt - et Gouves, ceci, en raison de l'importance relative du lux azoté spéciique moyen d'origine urbaine (74 kg/ha/an), en regard de celui d'origine purement agricole (32 kg/ha/an).

28 27 Pour être le plus eicace possible, ces actions devront porter, outre, bien entendu sur le raccordement du maximum d'habitations aux réseaux à créer, mais également sur le comblement systématique de tous les anciens puits privés ou publics et autres puisards recevant directement des eluents bruts, et dont une bonne partie a pu être recensée au cours de l'enquête de terrain (c. Planche n* 3). Par ailleurs, en raison des relations hydrauliques directes entre la rivière et la nappe dans tout le secteur, il est non moins évident que les eluents, que ce soit avant ou après leur épuration, soient évacués dans le milieu naturel, en aval des uturs champs captants de manière à exporter le maximum possible d'azote résiduel en dehors de la zone vulnérable. Certes, le raccordement des quatre communes précitées ne provoquera-t'il qu'un abattement de 7 tonnes d'azote par an, soit 24 % du lux total (3 tonnes par an) émis par les dix communes étudiées, mais il presentera l'avantage de protéger également la ou les zones de captages contre d'autres types de pollution, dont l'azote n'est en ait qu'un traceur, à savoir les micropolluants organiques (hydrocarbures, solvants...) et minéraux (plomb, zinc, cuivre, bore...). Le raccordement progressi des autres communes situées à l'amont de la zone vulnérable devra être envisagé dans des phases ultérieures en commençant naturellement par les plus proches, notamment celle de Wanquetin qui émet un des plus orts apports d'azote d'origine urbaine du secteur (4 tonnes par an). Pour paraire les connaissances actuelles sur la répartition probable des deux origines de nitrates (agricole et urbaine) dans les zones de uturs captages, il serait tout-à-ait indiqué de procéder à des analyses isotopiques de l'azote dans l'eau des deux orages de reconnaissance réalisés au cours des campagnes de recherche antérieures (FRI et FR2).

29 Actions à long terme Les actions étalées dans le temps et eicaces à long terme uniquement, porteront évidemment, pour l'essentiel, sur les apports d'origine agricole (notamment les engrais) dont il aut rappeler que, dans le cas présent, ils représentent nettement la plus grosse part du bilan général des lux azotés disponibles avec 5 tonnes par an contre 3 tonnes seulement pour l'azote d'origine urbaine. Ces actions consisteront notamment à : - mieux gérer les pratiques culturales; en eet, le bilan des lux azotés montre un excédent de 92 tonnes (29-37) dû à 'épandage des déjections issues des zones de stabulation sur les terres cultivées. Or, cet excédent pourrait permettre une diminution de l'utilisation des engrais minéraux de 2 tonnes d'azote par an; en clair, une meilleure prise en compte de l'azote provenant de l'élevage au niveau de la ertilisation azotée des cultures permettrait une baisse de l'utilisation des engrais et donc une réduction des lux azotés sur l'emprise du bassin versant. Cette meilleure gestion peut se aire grâce à l'utilisation de la néthode du bilan où les ournitures en azote sont adaptées aux besoins de la plante. - éviter 'épandage des ertilisants azotés à des époques déavorables comme l'automne, en particulier, lorsque les précipitations sont abondantes; - pratiquer une rotation des cultures, l'alternance des cultures à enracinement supericiel et proond avorise la récupération de l'azote; - encourager les pratiques visant à empêcher le lessivage de l'azote comme la culture d'engrais verts ou le broyage et le roulage des pailles (au lieu du brûlage); d'une açon générale, sensibiliser et conseiller les agriculteurs sur ces diérentes actions.

30 29 Quelques proils hydrochimiques de la zone non saturée de l'aquière au droit de plusieurs parcelles cultivées, permettraient de renseigner utilement sur l'état du stock d'azote réellement en transit vers la nappe, et par conséquent sur la probabilité d'évolution à long terme des teneurs en nitrate de cette dernière Décharge d'avesnes-le-comte Un troisième type d'action concernera la décharge d'ordures ménagères du SIVOM d'avesnes-le-comte dont la mise en conormité avec la réglementation actuelle devra s'accompagner de mesures rigoureuses en matière de limitation des iniltrations de lixiviats (étanchéiication du ond et des parois du site, recouvrement très réquent des déchets, etc.), et d'un contrôle systématique et périodique de la qualité de la nappe à l'aval immédiat du site. La réalisation d'un piézomètre permanent et d'une analyse physico-chimique très poussée de l'eau de la nappe (type CEE) s'avère nécessaire pour atteindre cet objecti. 6 - CONCLUSIONS La présente étude a permis de recenser le maximum de sources, ponctuelles ou diuses, de pollution potentielle des eaux souterraines sur l'emprise du bassin versant du Gy en amont des sites de recherche avorables. En dehors de l'azote, il n'existe dans ce secteur aucun autre type de pollution.

31 - 3 - Les quantités d'azote disponibles chaque année ont été évaluées globalement à 44 tonnes dont 5 (8 %) d'origine agricole et 3 (2 %) d'origine urbaine. Un tel apport annuel correspond à un lux moyen théorique de 24 kg/ha qui devrait logiquement conduire à un accroissement progressi des teneurs en nitrates de la nappe de la craie (actuellement à 35 mg/l) au-delà des normes de potabilitê requises (5 mg/l), si la situation et les conditions d'environnement actuelles devaient demeurer en l'état. La bonne protection du ou des uturs champs captants éventuels qui se situeront entre Noyellette et Agnez-les-Duisans, ainsi que la pérennité de la bonne qualité de la nappe devront donc passer, pour être eicaces et durables, par un abattement signiicati de ces apports en azote. Cependant, alors que la pollution azotée d'origine urbaine demeure localisée au niveau des habitations et des points de rejet dans le Gy, et peut de ce ait être traitée ponctuellement, et donc rapidement, celle d'origine agricole, par contre, se trouve dispersée sur l'emprise des terres cultivées, ce qui rend son traitement plus dius dans l'espace et plus long dans le temps. En conséquence, autant la première requière des actions ponctuelles courtes, aux eets rapides, autant la seconde nécessite des actions de longue haleine aux eets plus lents et plus lointains. Pour l'azote d'origine urbaine, les actions proposées porteront essentiellement sur l'assainissement des agglomérations du bassin versant situées en amont des zones de uturs captages et prioritairement celles qui jouxtent ces zones (Noyellette, Habarcq, Montenescourt et Gouves), avec évacuation des eluents en aval -écoulement de ces dernières. Parallèlement tous les anciens puits inutilisés ou recevant des eluents bruts devront être comblés. Une extension aux communes plus éloignées sera progressivement engagée. A terme, ces actions devraient permettre un abattement des apports azotés de l'ordre de 2 à 25 tonnes par an et limiter notablement les risques de pollution par d'autres polluants tels que hydrocarbures, solvants, bore, métaux, etc...

32 3 - En ce qui concerne l'azote d'origine agricole, les actions proposées porteront surtout sur une meilleure gestion des pratiques agricoles (utilisation optimale des résidus de l'élevage, optimisation des périodes d'épandage, analyse de sols et bilans de cultures...) et une sensibilisation accrue des agriculteurs à ces problèmes. Ainsi, par exemple, une baisse des apports azotés de l'odre de 2 tonnes par an pourrait déjà être escomptée en utilisant mieux l'azote provenant de l'élevage. Par ailleurs, la décharge d'ordures ménagères du SIVOM d'avesnes-le-comte devra aire l'objet d'une mise en conormité rigoureuse, ainsi que d'une surveillance très réquente tant en ce qui concerne son exploitation proprement-dite que la qualité de la nappe à l'aval immédiat du site. Enin, pour mieux apprécier les risques et l'importance d'une évolution déavorable des teneurs en nitrates à long terme, un complément d'étude par proils hydrochimiques de la partie non-saturée du réservoir sous des parcelles cultivées aisi que quelques analyses isotopiques de l'eau de certains orages serait tout-à-ait opportun et souhaitable. Vu par P. MORFAUX, Directeur du BRGM Nord-Pas-de-Calais / Picardie Rédigé par : J.Y. CAOUS C. DUBOST Ingénieurs hydrogéologues au Nord-Pas-de-Calais / Picardie BRGM Avec la collaboration de : G. CAFFIAUX, Dessinateur au BRGM Nord-Pas-de-Calais / Picardie et S. JEANNAIN, Stagiaire en DEUG A de l'u.s.t.l.

33 ANNEXES

34 R NPC 4S 9 Annexe I VILLE D'ARRAS (62) RECHERCHE DE NOUVELLES RESSOURCES EN EAU POTABLE DANS L'AQUIFERE CRAYEUX SENO-TURONIEN INVENTAIRE ET QUANTIFICATION DES SOURCES DE POLLUTION DANS LA VALLEE DU GY EN AMONT DE LA COMMUNE D'AGNEZ-LES-DUISANS (62) FICHES COMMUNALES

35 Questionnaire recensant les diérentes sources de pollutions COMMUNE : AGNEZ-LES-DUISANS MAIRE ; M. PETIT Robert NOMBRE D'HABITANTS (au recensement de 99) 56 Occupation du sol; Cadastre Existence d'un P. O.S. (/N) : N Supericie totale de la commune (en ha) : 73 Supericie des diérentes zones (en ha) : Zone urbanisée : 48 Zone industrielle S.A.U : 64 Zone de plans d'eau : Zone de cultures : 529 Zone d'élevage intensi Zone de pâturages : 85 Zone boisée : 4 Jardins amiliaux et jachères Autres : 3 Nombre de puits connus : 4 Nombre de garages : Adresse : Adresse 2 : Adresse 3 : Garage FORD 5, rue Neuve Assainissement Assainissement collecti: Non * Taux de raccordement (en pet) : * Nombre d'habitants collectés : Station d'épuration (/N) : Taux d'épuration de l'azote (en pet) * Service gestionnaire : Assainissement pluvial : Existant en partie sur la commune et comprenant les eaux ménagères Déversoirs d'orages : Nombre de logements : total : 89 récents (après 974) 66 Nombre de demandes d'agréments pour osses septiques (eectuées auprès de la D.D.A.S.S. du Pas-de-Calais) 27 Remarques :

36 Commune : AGNEZ-LES-DUISANS Activité agricole Date du recensement général agricole : 988 Nombre d'exploitations à temps complet : 7 Supericie en hectares des diérentes cultures * Grandes cultures : 5 Céréales : 36 Cultures industrielles ; 85 Cultures ourragères : 43 Légumes secs : 3 * Légumes rais et pommes de terre : 26 * Endives : * Serres : Type d'élevage et eecti * Bovins : 325 * Porcins : S * Volailles : * Ovins : S * Caprins : G * Equidés : S Fosse à lisier : Non Environnement Carrières : Anciennes carrières près de Larresset Décharges anciennes : 4 dans les anciennes carrières comblées Décharges en activité : Non Remblais : Nombreux remblais au niveau des marécages le long du Gy Dépôts : Important dépôt au sud de la commune (végétaux, remblais...) Service de ramassage d'ordures ménagères : Syndicat de la vallée du Gy Supericie du cimetière (en ha) :.8 Traic routier : Important sur la D339 et la D56/D54 Divers :

37 Questionnaire recensant les diérentes sources de pollutions COMMUNE : AVESNES-LE-COMTE MAIRE : M. PIQUET Jean NOMBRE D'HABITANTS (au recensement de 99) 2 Occupation du sol; Cadastre Existence d'un P.O. S. (O/N) : O Supericie totale de la commune (en ha) 938 Supericie des diérentes zones (en ha) Zone urbanisée : 3 Zone industrielle : S.A.U : 452 Zone de plans d'eau : Zone de cultures : 294 Zone d'élevage intensi Zone de pâturages : 58 Zone boisée : Jardins amiliaux et jachères Autres : Nombre de puits connus : 5 Nombre de garages Adresse Adresse 2 Adresse 3 Jougleux A. Rischebe J. 4, rue Maclou 87, grande rue Assainissement Assainissement collecti: Oui * Taux de raccordement (en pet) : * Nombre d'habitants collectés : * Station d'épuration (/N) : O * Taux d'épuration de l'azote (en pet) * Service gestionnaire : C.G.E. 6 â 8 Assainissement pluvial : Oui, raccordé à la station d'épuration Déversoirs d'orages : 2;3 Nombre de logements : total : 653 récents (après 974) 284 Nombre de demandes d'agréments pour osses septiques (eectuées auprès de la D.D.A..S.S. du Pas-de-Calais) Remarques :

38 Commune : AVESNES-LE-COMTE Activité agricole Date du recensement général agricole : 988 Nombre d'exploitations à temps complet : 7 Supericie en hectares des diérentes cultures * Grandes cultures : 289 Céréales : 26 Cultures industrielles : 5 Cultures ourragères : 33 Légumes secs : 73 * Légumes rais et pommes de terre : S * Endives : * Serres : 2 Type d'élevage et eecti : * Bovins : 326 * Porcins : S * Volailles : * Ovins : S * Caprins : S * Equidés : S Fosse à lisier : Non Environnement Carrières : Une marnière appartenent à l'association de remembrement Décharges anciennes : Non Décharges en activité : Celle du SIVOM d'avesnes-le-comte Remblais : Dépôts : Service de ramassage d'ordures ménagères : SIVOM d'avesnes-le-comte Supericie du cimetière (en ha) :.2 Traic routier : Important en été sur la D339 Divers :

39 stockage de produits ENTREPRISE Nom : BONA Andre Station-service Adresse : 49, grande rue Commune : AVESNES-LE-COMTE Stockage : * Nature : Gasoil, super, sans plomb * Volume total (en m3) : 42.5 * Date de création : 963 et 972 Remarques : Les deux cuves les plus anciennes sont à une seule paroi, la plus récente possède une double protection. Stockage de produits ENTREPRISE : Nom : CEDICO station-service Adresse : Commune : AVESNES-LE-COMTE Stockage : * Nature : * Volume total (en m3) * Date de création : Remarques :

40 Questionnaire recensant les diérentes sources de pollutions COMMUNE : GOUVES MAIRE : M. VAN WYNSBERGHE NOMBRE D'HABITANTS (au recensement de 99) : 74 Occupation du sol; Cadastre Existence d'un P. O.S. (/N) : N Supericie totale de la commune (en ha) 264 Supericie des diérentes zones (en ha) Zone urbanisée : 6 Zone industrielle : S.A.U : 63 Zone de plans d'eau : Zone de cultures : 3 Zone d'élevage intensi Zone de pâturages : 33 Zone boisée :3 Jardins amiliaux et jachères Autres : Nombre de puits connus : 4 Nombre de garages : Adresse : Adresse 2 : Adresse 3 : Assainissement Assainissement collecti: Non * Taux de raccordement (en pet) : * Nombre d'habitants collectés : * Station d'épuration (O/N) : * Taux d'épuration de l'azote (en pet) * Service gestionnaire : Assainissement pluvial : les eaux ménagères Existant sur une partie de la commune et comprenant Déversoirs d'orages Nombre de logements : total : 59 récents (après 974) : 35 Nombre de demandes d'agréments pour osses septiques (eectuées auprès de la D.D.A.S.S. du Pas-de-Calais) Remarques :

41 Commune : GOUVES Activité agricole Date du recensement général agricole : 988 Nombre d'exploitations à tamps complet : 5 Supericie en hectares des diérentes cultures * Grandes cultures : 5 Céréales : 9 Cultures industrielles : 24 Cultures ourragères : 5 Légumes secs : 3 * Légumes rais et pommes de terre : * Endives : * Serres : Type d'élevage et eecti * Bovins : 36 * Porcins : * Volailles : * Ovins : S * Caprins : S * Equidés : S Fosse â lisier : Non Environnement Carrières : Non Décharges anciennes : Non Décharges en activité : Non Remblais : Dépôts : Service de ramassage d'ordures ménagères Supericie du cimetière (en ha) :.45 Traic routier : modeste : Syndicat de la vallée du Gy Divers :

42 Questionnaire recensant les diérentes sources de pollutions COMMUNE : HABARCQ MAIRE : M. ACCART NOMBRE D'HABITANTS (au recensement de 99) 58 Occupation du sol; Cadastre Existence d'un P. O.S. (/N) : N Supericie totale de la commune (en ha) 73 Supericie des diérentes zones (en ha) Zone urbanisée : 5 Zone industrielle : S.A.U : 464 Zone de plans d'eau : 2 Zone de cultures : 377 Zone d'élevage intensi Zone de pâturages : 87 Zone boisée : Jardins amiliaux et jachères : 4 Autres : Nombre de puits connus : 6 Nombre de garages Adresse Adresse 2 Adresse 3 2 Lego 3, Chemin Fresnaux Leroy C. 6 6, rue d'arras Leroy (garage Renault) Assainissement Assainissement collecti: Non * Taux de raccordement (en pet) : * Nombre d'habitants collectés : * Station d'épuration (/N) : * Taux d'épuration de l'azote (en pet) * Service gestionnaire : Assainissement pluvial ; les eaux ménagères Existant sur l'ensemble de la commune et comprenant Déversoirs d'orages Nombre de logements : total : 85 récents (après 974) : 88 Nombre de demandes d'agréments pour osses septiques (eectuées auprès de la D.D.A.S.S. du Pas-de-Calais) 42 Remarques :

43 Commune : HABARCQ Activité agricole Date du recensement général agricole : 988 Nombre d'exploitations à temps complet : Supericie en hectares des diérentes cultures * Grandes cultures : 452 Céréales : 27 Cultures industrielles : 66 Cultures ourragères : 25 Légumes secs : * Légumes rais et pommes de terre : * Endives : * Serres : Type d'élevage et eecti * Bovins : 269 * Porcins : S * Volailles : 56 * Ovins : S * Caprins : * Equidés : S Fosse à lisier : Non Environnement Carrières : Décharges anciennes : Une au sud du bois d'habarcq Décharges en activité : Non Remblais : Dépôts : Service de ramassage d'ordures ménagères : Syndicat de la vallée du Gy Supericie du cimetière (en ha) :.7 Traic routier : intense (D339) Divers :

44 stockage de produits ENTREPRISE Nom : CHABE Philippe Adresse : 74, rue d'arras Commune : HABARCQ Stockage : * Nature : Ammoniac anhydre * Volume total (en m3) : * Date de création : Remarques :

45 stockage de produits ENTREPRISE : Nom : LEROY Marlene station-service Adresse : 66, rue d'arras Commune : HABARCQ Stockage * Nature : Gasoil, ordinaire, super * Volume total (en m3) : 25 * Date de création : 977 Remarques : Les cuves, double protection, sont ancrées dans la craie et entourées de sable.

46 Questionnaire recensant les diérentes sources de pollutions COMMUNE : HAUTEVILLE MAIRE : M. VAHE Daniel NOMBRE D'HABITANTS (au recensement de 99) 255 Occupation du sol; Cadastre Existence d'un P.O. S. (/N) : N Supericie totale de la commune (en ha) : 46 Supericie des diérentes zones (en ha) : Zone urbanisée : 23 Zone industrielle S.A.U : 447 Zone de plans d'eau : Zone de cultures : 34 Zone d'élevage intensi Zone de pâturages : 7 Zone boisée :3 Jardins amiliaux et jachères Autres : Nombre de puits connus : 3 Nombre de garages Adresse Adresse 2 Adresse 3 Delannoy M. rue de Lattre-Saint-Quentin Assainissement Assainissement collecti: Non * Taux de raccordement (en pet) : * Nombre d'habitants collectés : * Station d'épuration (/N) : * Taux d'épuration de l'azote (en pet) * Service gestionnaire : Assainissement pluvial ; les eaux ménagères Existant sur une partie de la commune et comprenant Déversoirs d'orages Nombre de logements : total : 82 récents (après 974) 29 Nombre de demandes d'agréments pour osses septiques (eectuées auprès de la D.D.A.S.S. du Pas-de-Calais) 9 Remarques : Existence d'un poulailler industriel récent de à 5 bêtes non recensé lors du recensement général agricole de 988, mais pris en compte pour la quantiication des lux azotés.

47 Commune : HAUTEVILLE Activité agricole Date du recensement général agricole : 988 Nombre d'exploitations à temps complet : 5 Supericie en hectares des diérentes cultures * Grandes cultures : 33 Céréales : 249 Cultures industrielles : 9 Cultures ourragères : 72 Légumes secs : S * Légumes rais et pommes de terre : S * Endives : S * Serres : Type d'élevage et eecti * Bovins : 465 * Porcins : 349 * Volailles : 29 * Ovins : S * Caprins : * Equidés : S Fosse à lisier : Non Environnement Carrières : Petites marnières rebouchées Décharges anciennes : Non Décharges en activité : Non Remblais : Remblais de terre dans les anciennes marnières Dépôts : Service de ramassage d'ordures ménagères : SIVOM d'avesnes-le-comte Supericie du cimetière (en ha) :.22 Traic routier : passage de Wanquetin vers Avesnes-le-Comte Divers

48 Questionnaire recensant les diérentes sources de pollutions COMMUNE : LATTRE-SAINT-QUENTIN MAIRE : M. TETU NOMBRE D'HABITANTS (au recensement de 99) 9 Occupation du sol; Cadastre Existence d'un P. O.S. (O/N) : N Supericie totale de la commune (en ha) : 763 Supericie des diérentes zones (en ha) : Zone urbanisée : 23 Zone industrielle : S.A.U : 6 Zone de plans d'eau : Zone de cultures : 456 Zone d'élevage intensi Zone de pâturages : 52 Zone boisée : Jardins amiliaux et jachères : Autres : Nombre de puits connus : 6 Nombre de garages : Adresse : Adresse 2 : Adresse 3 : Assainissement Assainissement collecti: Non * Taux de raccordement (en pet) : Nombre d'habitants collectés : * Station d'épuration (/N) : * Taux d'épuration de l'azote (en pet) Service gestionnaire : Assainissement pluvial : Existant sur la partie basse de la commune et comprenant les eaux ménagères Déversoirs d'orages : Nombre de logements : total : 63 récents (après 974) 22 Nombre de demandes d'agréments pour osses septiques (eectuées auprès de la D.D.A.S.S. du Pas-de-Calais) 5 Remarques :

49 Commune : LATTRE-SAINT-QUENTIN Activité agricole Date du recensement général agricole : 988 Nombre d'exploitations à temps complet : 2 Supericie en hectares des diérentes cultures * Grandes cultures : 453 Céréales : 37 Cultures industrielles : 53 Cultures ourragères : 67 Légumes secs : 26 * Légumes rais et pommes de terre : S * Endives : * Serres : Type d'élevage et eecti : * Bovins : 573 * Porcins ; 36 * Volailles : 434 * Ovins : 8 * Caprins : S * Equidés : 23 Fosse à lisier : Non Environnement Carrières : Non, mais ouverture prochaine d'une marnière Décharges anciennes : Non Décharges en activité : Non Remblais : Dépôts : Service de ramassage d'ordures ménagères : SIVOM d'avesnes le Comte Supericie du cimetière (en ha) :.8 Traic routier : trajet Lattre Saint Quentin- Hauteville Divers

50 Questionnaire recensant les diérentes sources de pollutions COMMUNE : MONTENESCOURT MAIRE : M. FAÇON Jacques NOMBRE D'HABITANTS (au recensement de 99) 48 Occupation du sol; Cadastre Existence d'un P. O.S. (O/N) : N Supericie totale de la commune (en ha) : 58 Supericie des diérentes zones (en ha) Zone urbanisée : 32 Zone industrielle : S.A.U : 547 Zone de plans d'eau : 3 Zone de cultures : 44 Zone d'élevage intensi Zone de pâturages : 6 Zone boisée :6 Jardins amiliaux et jachères Autres : Nombre de puits connus : 8 Nombre de garages : Adresse : Adresse 2 : Adresse 3 : Assainissement Assainissement collecti: Non * Taux de raccordement (en pet) : * Nombre d'habitants collectés : * Station d'épuration (/N) : * Taux d'épuration de l'azote (en pet) * Service gestionnaire : Assainissement pluvial : Exitant sur toute la commune et comprenant les eaux ménagères Déversoirs d'orages : Nombre de logements : total : 3 récents (après 974) 69 Nombre de demandes d'agréments pour osses septiques (eectuées auprès de la D.D.A.S.S. du Pas-de-Calais) 28 Remarques :

51 Commune : MONTENESCOURT Activité agricole Date du recensement général agricole : 988 Nombre d'exploitations à temps complet : 4 Supericie en hectares des diérentes cultures * Grandes cultures : 49 Céréales : 286 Cultures industrielles : 47 Cultures ourragères : 64 Légumes secs : 2 * Légumes rais et pommes de terre : 29 * Endives : 8 * Serres : Type d'élevage et eecti * Bovins : 523 * Porcins : 66 * Volailles : 449 * Ovins : 5 * Caprins : 5 * Equidés : S Fosse à lisier : Non Environnement Carrières : Anciennes carrières d'extraction de pierres Décharges anciennes : Une, actuellement comblée, au pied du château d'eau Décharges en activité : Non Remblais : Dépôts : Service de ramassage d'ordures ménagères : Syndicat de la vallée du Gy Supericie du cimetière (en ha) :.6 Traic routier : Faible Divers :

52 Questionnaire recensant les diérentes sources de pollutions COMMUNE : NOYELLE-VION MAIRE : M. WAILLY Gilbert NOMBRE D'HABITANTS (au recensement de 99) 26 Occupation du sol; Cadastre Existence d'un P. O.S. (O/N) : N Supericie totale de la commune (en ha) : 565 Supericie des diérentes zones (en ha) : Zone urbanisée : 27 Zone industrielle : S.A.U : 46 Zone de plans d'eau : Zone de cultures : 366 Zone d'élevage intensi Zone de pâturages : 4 Zone boisée : Jardins amiliaux et jachères : Autres :. Nombre de puits connus : 3 Nombre de garages : Adresse : Adresse 2 : Adresse 3 : Assainissement Assainissement collecti: Non * Taux de raccordement (en pet) : Nombre d'habitants collectés : * Station d'épuration (/N) : * Taux d'épuration de l'azote (en pet) * Service gestionnaire : Assainissement pluvial les eaux ménagères Existant sur une partie de la commune et comprenant Déversoirs d'orages : Nombre de logements : total : 85 récents (après 974) 22 Nombre de demandes d'agréments pour osses septiques (eectuées auprès de la D.D.A.S.S. du Pas-de-Calais) Remarques : Existence d'une porcherie récente de 3 bêtes non recensée au recensement général agricole de 988, mais pris en compte pour la quantiicationdes lux azotés.

53 Commune : NOYELLE-VION Activité agricole Date du recensement général agricole : 988 Nombre d'exploitations à temps complet : 7 Supericie en hectares des diérentes cultures * Grandes cultures : 365 Céréales : 245 Cultures industrielles : 26 Cultures ourragères : 7 Légumes secs : 23 * Légumes rais et pommes de terre : * Endives : * Serres : Type d'élevage et eecti * Bovins : 257 * Porcins : S * Volailles : 53 * Ovins : S * Caprins : * Equidés : S Fosse à lisier : Environnement Carrières : marnière prévue pour les agriculteurs Décharges anciennes : Non Décharges en activité : Celle d'avesnes présente en partie sur la commune Remblais : Une zone de remblais importante Dépôts : Service de ramassage d'ordures ménagères : SIVOM d'avesnes-le-comte Supericie du cimetière (en ha) :.34 Traic routier : Faible Divers :

54 Questionnaire recensant les diérentes sources de pollutions COMMUNE : NOYELLETTE MAIRE : M. BOULANGER Pierre NOMBRE D'HABITANTS (au recensement de 99) 94 Occupation du sol; Cadastre Existence d'un P. O.S. (/N) : N Supericie totale de la commune (en ha) 22 Supericie des diérentes zones (en ha) Zone urbanisée : 6 Zone industrielle : S.A.U : 85 Zone de plans d'eau : Zone de cultures : 55 Zone d'élevage intensi Zone de pâturages : 29 Zone boisée : Jardins amiliaux et jachères Autres : Nombre de puits connus : Nombre de garages : Adresse : Adresse 2 : Adresse 3 : Assainissement Assainissement collecti: Non * Taux de raccordement (en pet) : Nombre d'habitants collectés : Station d'épuration (/N) : Taux d'épuration de l'azote (en pet) * Service gestionnaire : Assainissement pluvial : Existant sur une partie de la commune et comprenant les eaux ménagères Déversoirs d'orages : Nombre de logements : total : 56 récents (après 974) : 3 Nombre de demandes d'agréments pour osses septiques : (eectuées auprès de la D.D.A.S.S. du Pas-de-Calais) Remarques :

55 Commune : NOYELETTE Activité agricole Date du recensement général agricole : 988 Nombre d'exploitations à temps complet : 6 Supericie en hectares des diérentes cultures * Grandes cultures : 5 Céréales : 3 Cultures industrielles : 2 Cultures ourragères : 2 Légumes secs : * Légumes rais et pommes de terre : * Endives : * Serres : Type d'élevage et eecti * Bovins : 2 * Porcins : * Volailles : * Ovins : 8 * Caprins : * Equidés : Fosse à lisier : Non Environnement Carrières : Anciennes carrières de craie Décharges anciennes : Non Décharges en activité : Non Remblais : Non Dépôts : Non Service de ramassage d'ordures ménagères Supericie du cimetière (en ha) :.5 Traic routier : important sur la D339 SIVOM d'avesnes-le-comte Divers :

56 Questionnaire recensant les diérentes sources de pollutions COMMUNE : WANQUETIN MAIRE : M. WILLE NOMBRE D'HABITANTS (au recensement de 99) Occupation du sol; Cadastre Existence d'un P. O.S. (O/N) : N Supericie totale de la commune (en ha) : 8 Supericie des diérentes zones (en ha) : Zone urbanisée : 6 Zone industrielle S.A.U : 656 Zone de plans d'eau : Zone de cultures : 54 Zone d'élevage intensi Zone de pâturages : 4 Zone boisée : Jardins amiliaux et jachères Autres :.2 Nombre de puits connus : 5 Nombre de garages : Adresse : Bequin G. Adresse 2 : Adresse 3 : 2, rue d'arras Assainissement Assainissement collecti: Non * Taux de raccordement (en pet) : Nombre d'habitants collectés : Station d'épuration (/N) : Taux d'épuration de l'azote (en pet) Service gestionnaire : Assainissement pluvial ; les eaux ménagères Existant sur une partie de la commune et comprenant Déversoirs d'orages Nombre de logements : total : 229 récents (après 974) : 8 Nombre de demandes d'agréments pour osses septiques (eectuées auprès de la D.D.A.S.S. du Pas-de-Calais) Remarques : Création d'un poulailler industriel de 45 bêtes non recensé en 988 lors du recensement général agricole, mais pris en compte pour la quantiication des lux azotés.

57 Commune : WANQUETIN Activité agricole Date du recensement général agricole : 988 Nombre d'exploitations à temps complet : 6 Supericie en hectares des diérentes cultures * Grandes cultures : 539 Céréales : 369 Cultures industrielles : 53 Cultures ourragères : 87 Légumes secs : 3 * Légumes rais et pommes de terre : < * Endives : * Serres : Type d'élevage et eecti : * Bovins : 534 * Porcins : 3 * Volailles : 447 * Ovins : 7 * Caprins : S * Equidés : 5 Fosse à lisier : Une osse de 5x3x5 m Environnement Carrières : Non Décharges anciennes : Une d'ordure ménagère utilisée jusqu'en 955 Décharges en activité : Non Remblais : A l'ancienne décharge Dépôts : Service de ramassage d'ordures ménagères : SIVOM d'avesnes-le-comte Supericie du cimetière (en ha) :.43 Traic routier : Normal Divers

58 R NPC 4S 9 Annexe II VILLE D'ARRAS (62) RECHERCHE DE NOUVELLES RESSOURCES EN EAU POTABLE DANS L'AQUIFERE CRAYEUX SENO-TURONIEN INVENTAIRE ET QUANTIFICATION DES SOURCES DE POLLUTION DANS LA VALLEE DU GY EN AMONT DE LA COMMUNE D'AGNEZ-LES-DUISANS (62) QUANTIFICATION DES APPORTS D'AZOTE DUS A L'ELEVAGE

59 APPORTS DUS A L'ELEVAGE COlHUNE AGNEZ-LES-DUISAKS AVESNES LE COHTE 6UVES HABARCa HAUTEVILLE LATTRE-ST-QUENTIN KONTEKESCOURT KOYELLE-VIDH NOYELETTE MANQUETIN TOTAL nbre de betes & 3i 2i S2B iovins aux d'n total kg/an 24Í74 247S«325 2« M 397Í «54 2&784& <lux stabulation ( ; nut disponible ies B7S 2278 ll nbre de betes 456 ll 56 ll poulailler industriel Non Non Non Non oui Non Non Non Non oui VOLAILLES nux d'n total kg/an SÍ nus stabulation t nm t t t 45M 55M lux disponible t t S5it t t Í nbre de betes S S S 349 3(6 66 3» i Zlll 43Í PORCINS lux d'n total kg/an «t 9Í » 8«e lux disponible t t t B 39» t 4M7 5369( nbre de betes S S S S 8 5 S t 7Í 2«OVINS lur d'n total kg/an l «t t lux stabulation S t lux disponible «24 49 «7M 598 FLUX TOTAL DISPONIBLE t/an APPORTS DUS A L'ELEVAGE COlHUNE AGNEZ-LES-DUISAKS AVESNES LE COHTE 6UVES HABARCa HAUTEVILLE LATTRE-ST-QUENTIN KONTEKESCOURT KOYELLE-VIDH NOYELETTE MANQUETIN TOTAL nbre de betes & 3i 2i S2B iovins aux d'n total kg/an 24Í74 247S«325 2« M 397Í «54 2&784& <lux stabulation ( ; nut disponible ies B7S 2278 ll nbre de betes 456 ll 56 ll poulailler industriel Non Non Non Non oui Non Non Non Non oui VOLAILLES nux d'n total kg/an SÍ nus stabulation t nm t t t 45M 55M lux disponible t t S5it t t Í nbre de betes S S S 349 3(6 66 3» i Zlll 43Í PORCINS lux d'n total kg/an «t 9Í » 8«e lux disponible t t t B 39» t 4M7 5369( nbre de betes S S S S 8 5 S t 7Í 2«OVINS lur d'n total kg/an l «t t lux stabulation S t lux disponible «24 49 «7M 598 FLUX TOTAL DISPONIBLE t/an

60 R NPC 4S 9 Annexe III VILLE D'ARRAS (62) RECHERCHE DE NOUVELLES RESSOURCES EN EAU POTABLE DANS L'AQUIFERE CRAYEUX SENO-TURONIEN INVENTAIRE ET QUANTIFICATION DES SOURCES DE POLLUTION DANS LA VALLEE DU GY EN AMONT DE LA COMMUNE D'AGNEZ-LES-DUISANS (62) QUAHTIFICATIOM DES APPORTS D'AZOTE DUS A L' EPANDAGE D'ENGRAIS

61 APPORTS D'EN6RlIS CEREALES BETTERAVES HAIS LE6UIES FRAIS POMMES DE TERRE CONMUNE engrais en supericie d'n par ha en ha tin _ lax kg lux en en t/an tin N lux en N en t/an ax engrais en supericie lux kg N / ha en en ha lin _ lax en N lux en N /an en t/an n tax supericie en ha engrais en kg N / ha lin _ tax lux en en t/an tin N lux en N en t/an lax engrais en supericie kg N / ha en ha lin _ tax lux en N lux en N en t/an en t/an lin lax AGNEZ-LES-DUISANS AVESNES LE CONTE eouves HABARCQ HAUTEVILLE LATTRE-ST-QUENTIN HONTENESCOURT NOYELLE-VION NOYELETTE NANQUETIN li ? _ SI r 9 8. Í 3 8 l 3 8 ; i n 9 2 8! 3 8 _ B _ S _ _ _ 2 S 2 5 _ TOTAL 256 4SI S 39 Il FLUX TOTAL CONMUNE en tonnes d'azote par an liniiui laxiiui loyen AGNEZ-LES-DUISANS 9 es AVESNES LE COHTE GOUVES HABARCQ HAUTEVILLE LATTRE-ST-iUENTIN MONTENESCOURT NOYELLE-VIOM NOYELETTE NANEUETIN TOTAL

62 R NPC 4S 9 Annexe IV VILLE D'ARRAS (62) RECHERCHE DE NOUVELLES RESSOURCES EN EAU POTABLE DANS L'AQUIFERE CRAYEUX SENO-TURONIEN INVENTAIRE ET QUANTIFICATION DES SOURCES DE POLLUTION DANS LA VALLEE DU GY EN AMONT DE LA COMMUNE D'AGNEZ-LES-DUISANS (62) QUANTIFICATION DES APPORTS D'AZOTE DUS AUX MUTATIONS FONCIERES

63 APPORTS DUS AUX MUTATIONS FONCIERES SURFACE AGRICOLE UTILE SURFACE TOUJOURS EN HERBE FLUX COlHUNE vu* il twi\ V année supericie en ha évolution en ha / an lux azote cunulé en t par an année supericie en ha évolution en ha / an lux d'azote cusulé en t par an TOTAL en t d'azote par an AGNEZ-LES-DUISANS AVESNES-LE-COIITE 8UVES HABARCQ HAUTEVILLE LATTRE-ST-QUENTIN MONTENESCOURT NOYELLE-VION NOYELETTE WANQUETIN ( m ,89, -3,89-4,67 2,56 6, -,56, -6, ,44-8,67 -,33-5,56-4, , -, -7, TOTAL , ,

64 R NPC 4S 9 Annexe V VILLE D'ARRAS (62) RECHERCHE DE NOUVELLES RESSOURCES EN EAU POTABLE DANS L'AQUIFERE CRAYEUX SENO-TURONIEN INVENTAIRE ET QUANTIFICATION DES SOURCES DE POLLUTION DANS LA VALLEE DU GY EN AMONT DE LA COMMUNE D'AGNEZ-LES-DUISANS (62) QUANTIFICATION DES EXPORTATIONS D'AZOTE PAR LES RECOLTES

65 EXPORTATIONS PAR LES RECOLTES CEREALES toute la ricolte est exportée BETTERAVES exportation des racines MAIS toute la récolte est exportée LEE. FRAIS.PDHHES DE TERRE eip. des tubercules FLUX COMMUNE supericie en ha teneur en azote en kg/quintal rendeient en qtx/ha lux d'n exporté en t/an supericie en ha teneur en azote en kg/tonne rendeient en t/ha lux d'n exportt en t/an supericie en ha teneur en azote en I de lat. se rendeient en t/ha de lat. sec. lux d'n exporté en t/an supericie en ha teneur en azote en kg/tonne rendeient en t/ha lux d'n exporté en t/an TOTAL EXPORTE en t/an AGNEZ-LES-DUISANS AVESNES LE COMTE 8UVES HABARCQ HAUTEVILLE LATTRE-ST-ÍUENTIN HONTENESCOURT NOYELLE-VION NOYELETTE NANSUETIN ,4 2,4 2,4 2,4 2,4 2,4 2,4 2,4 2,4 2,4» ,5,5,5,5,5,5,5,5,5, ,25 4,25 4,25 4,25 4,25 4,25 4,25 4,25 4,25 4, ,45 5,45 5,45 5,45 5,43 5,45 5,45 5,45 5,45 5, TOTAL 256 2, , , ,

66 R NPC 4S 9 Annexe VI VILLE D'ARRAS (62) RECHERCHE DE NOUVELLES RESSOURCES EN EAU POTABLE DANS L'AQUIFERE CRAYEUX SENO-TURONIEN INVENTAIRE ET QUANTIFICATION DES SOURCES DE POLLUTION DANS LA VALLEE DU GY EN AMONT DE LA COMMUNE D'AGNEZ-LES-DUISANS (62) EVOLUTION DES VENTES D'ENGRAIS DANS LE PAS-DE-CALAIS DE 973 A 99

67 26 EVOLUTION DE Lñ VENTE DES ENGRRIS DñNS LE Pñ3-DE-CñLñI3 DE 973 ñ 99 Tonnea G Données ournies par le Syndicat Natîonol de l'industrie des Engrais ñnnees

68 75 EVOLUTION DE Lñ VENTE DES ENGRñlS EN QUANTITES D'ELEMENTS FERTILISANTS DñNS LE PñS-DE-CñLñlS DE 973 ñ 99 TonnQS A \] Données ournies par le Syndicat National de l'hdustrle des Engrais 982 ñnnees

69 EVOLUTION DE LR SURFRCE FERTILISRBLE DñNS LE PñS-DE-CñLñI3 DE 973 ñ Hectaros D^ ñnnees Surace tertilisable = terres Icboirablea -t- SJR t- jardins + pépinières + vignes

70 EVOLUTION DE LR FERTILISATION DñNS LE PñS-DE-CñLñlS DE 973 ñ 99 4 Kg/Ha ñnnees

71 R NPC 4S 9 Annexe VII VILLE D'ARRAS (62) RECHERCHE DE NOUVELLES RESSOURCES EN EAU POTABLE DANS L'AQUIFERE CRAYEUX SENO-TURONIEN INVENTAIRE ET QUANTIFICATION DES SOURCES DE POLLUTION DANS LA VALLEE DU GY EN AMONT DE LA COMMUNE D'AGNEZ-LES-DUISANS (62) QUANTIFICATION DES APPORTS D'AZOTE DUS AUX REJETS DOMESTIQUES

72 REJETS DOMESTIQUES Habitat non raccordé i une station d'épuration COMMUNE population iunicipale en ha quantité d'azote rejetée en g/jour /ha quantité d'azote rejetée en t/an ABNEZ-LES-DUISANS S&l 5 3 GOUVES 74 5 HABARCQ HAUTEVILLE LATTRE-ST-GUENTIN HONTENESCOURT B I 2 NOYELLE-VION 2& 5 NOVELETTE WANQUETIN TOTAL Habitat raccordé une station d'épuration Seule Avesnes-le-Ccate est raccordée á une station d'épuration HABITAT HABITAT RACCORDE NOn'^RE D'HABITANTS NON RACCORDE Nature des eluents Nature des boues TOTAL DES APPORTS SUR LA COMMUNE D'AVESNE-LE-COMTE TAUX DE RACCORDEMENT en I quantité d'azote non traitée en t/an quantité d'azote entrant en station en Itg/j quantité d'azote sortant en kg/j quantité d'azote sortant en t/an quantité de boues produite en t/an teneur en azote des boues en kg/t apport d'azote par les boues en t/an URBAINS EN AZOTE DE LA COMMUNE D'AVESNES LE COMTE en t/an

73 R NPC 4S 9 Annexe VIII VILLE D'ARRAS (62) RECHERCHE DE NOUVELLES RESSOURCES EN EAU POTABLE DANS L'AQUIFERE CRAYEUX SENO-TURONIEN INVENTAIRE ET QUANTIFICATION DES SOURCES DE POLLUTION DANS LA VALLEE DU GY EN AMONT DE LA COMMUNE D'AGNEZ-LES-DUISANS (62) PLAN DE SITUATION ET COUPE GEOLOGIQUE DES SONDAGES A LA TARIERE REALISES ENTRE GOUVES ET AGNEZ-LES-DUISANS

74 =='^}===^J Gil /L a n g o s ^ ==:r-^ Eol. -il ^- 'C ossc I du Che c m i n d '' c r m a V i c // I! // I / - _^,, í le Cliiíniri -Mim.Yc y/ // lo Oiam}) dos An;:_j. 87 '-lo- Mara i * i c r c ler; \ i;; '\ Dix \ '' le Ridcíii: du Diabi \ ^^ i G M o u i n\ C o i ] o t\ y^,,..,- vv a u.- ci e Û d c ^ \- ' '^/''le. Chemiü d 'Ha bs rcai.\. n i íqf \\ ^ -' n n^-v\?7^-'"'^ír''^ /^ \ d e G o u v^i. Fond^Campj6-h ^i-k.-^" '.r-."-.vit. ^íí-^v-^ -< * "a^v*.,-\ J"r Jl \ '^ \ W ^\ Plaine des Dix-Huit ^\ *. ^. *\ tv^ Sí. pomp. -.",.y //^.\. \ i\'íontgiiescount)% / :J X=-:Ery-^%5SS :.-j: ^^^^]os Cha;:ii.i.s i T c u d e i :. /'- i-'^ //. m 5 m O =^3^ Echelle. -s:^^ '^^'^o'.? ^ / ^"""*" - /'i>- c y, o:: t'-. É IC3, r^c

75 Dépaptement : PAS DE CALAIS Commune : AGNEZ LES DUISANS COUPE LJTHOLOGIQUE COUPE TECHNIQUE N classement Désignation 99oo-5x-ggoo PHI SI DATE (S) D'EXECUTION Tsrre nun oncé puis run clair, silteuae Début Fin 9/7/9 9/7/9.2 PIEZOMETHIE :».;>-,' i\t,:,::. : -.: >.; ;:.vi.-.y;.:. <.«...' k:'«>v.' VI Id. é paaséu rouillea, devenant plus gris Id. léoáremnt argileux à passées rouilles Id. av«c quelques petites concrétions organiques sut gris 2.2 2JS 3<N. Tarière 9 mm Niveau d'eau I 2.7 mj 3.2! NS/sol! j Rsp/sol! z plp. i I Cote piézo 2.7 m ^ m. m -2.7 m 4. 4J' 7 g. lol L

76 Département : PAS DE CALAIS Commune : AGNEZ LES DUISANS classement. : X-9gi2 Désignation : PRI S2 N2 MGeR B 3 4 S e 7 8 COUPE LITHOLOGIQUE."5 h' ''' ' '. '. 't.ti *.''.* V c '.;.;, -, i ; - c, o 'o c a. :: ;.;... '.'.* '. '- Ai «Ai Ai Ai > Ai Ai Ai Ai Ai Ai Ai Ai Ai > Ai Ai Ai Ai «Ai Ai Ai Ai Ai i«ai Ai Ai W W AT Ai «Ai Ai Ai A» Ai Ai Ai M Ai Ai. Ai Ai Ai ' Ai Ai Ai Ai Ito Ai Ai Ai Ai Ai Ai Ai Ai Ai M Ai Ai Ai iv A» Ai Ai > Ai Ai Ai A» Ai Ai Ai IV Ai Ai > Ai Ai M Ai Ai * AT Ai Ai A* Ai - Ai Ai Ai A» Ai > Ai Ai Silt brun rougeatre Silt vasard grisâtre de * en + argileux vers la base COUPE TECHNIQUE ^ Tarière 9 mm ( 3. m) 4. DATE (S) D'EXECUTION Début : 2//9 Fin : 2//9 PIEZOMETRIE NS/sol : 3, m Rep/sol:, m Z rep. :. m Cote : -3. m piézo 9 T3

77 .^ Département : PAS DE Commune : GOUVES CALAIS m Classement : g92b-5x-9g2 Désignation : PR2 Si COUPE LITHOLOGIQUE c. o ^ "o ca Ai Ai Ai Ai Ai Ai Ai Ai > Ai Ai Ai Ai Ai Ai Ai (»(«.4 Ai Ai,_e Ai A* 4li iw A» Ai Ai, L Ai Ai. D Ai Ai Ai Ai Ai Ai Ai Ai Ai Ai ;,*. ' \ ;!*-.,*''/ Silt vasard gris noir. Silt argileux vasard gris beige avec qcq débris végétaux. COUPE.4. TECHNIQUE DATE (S) D'EXECUTION Début : //9 Fin : //9 *. '..' ',*.' *" a 2 ';'' v:.'..-:... a. - - IZl Silt beige compacte sut sablonneux compact beige oncé avec granules de craie et rares silex. Silt brun à granules de craie et silex arrondis. Silt argilex ocre {aune eo 3.S " Tarière 9 mm 4 5 t) O) c 'HI «H c ^ Z 4-> ) ) D tr.ri Ol o, o MU 3 t) ) n uc u c u QC ) 3 3 m ) c 3 m S

78 Département : PAS DE CALAIS Commune : AGNEZ LES DUISANS N2 classement Désignation X-9g22 PR2 S2 COUPE LITHOLOGIQUE COUPE TECHNIQUE DATE (S) D'EXECUTION O O o o o o o o Silt gris tourbeux en tete. Silt brun clair avec des passées errugineuses, des ragments de silex, -passée de.2m de tourbe. i.eo Tarière 9.6 mm Début : 2//9 Fin : 2//9 4. U) c tu * c z ) 3 C7 ri Ol o, o >ai U t) n uc IZ uai ce ta 3 m c 3 OQ 9. lol

79 MGeR B o T3 Département : PAS DE Commune : GOUVES COUPE LITHOLOGIQUE z - L- L~ ÍT. 7 - M T ^ T ^ 3 ItItI 4 rzit 'C ' L. ' 4J,4> c a. s' *'- ' '..' '. '.'. /',..' "..'.: ~-'ti tit^t CALAIS Silt ocre rouille devenant de +ent rouille Idem ci dessus, plus clair sut argileux grisâtre Silt argileux grisâtre parois rouille, -présence de qcq végétaux COUPE TECHNIQUE N2 Classement : X-993 Désignation : PR3 SI Tarière 9 mm DATE (S) D'EXECUTION Début : //9 Fin : //9

80 P Département : PAS DE CALAIS Commune -. n, V.-«J : GOUVES COUPE LITHOLOGIQUE COUPE TECHNIQUE *'.' '" '. '- *.. ' '_ ' ' ;'. '.» '' :;.. c. 3 / * ' '". ' "" *- N2 Classement : X-9932 Désignation : PR3 S2 DATE (S) D'EXECUTION Début : 2//9 Fin : 2//9 2.;..;'.'. sut brun rougeatre clair parois légèrement sablonneux. Tarière 9 mm 3 4 '.^v..: ' A en 5 t) ) c /O) "*< c.rt X 4J V) ) 3 CT r^ Ol o o MU (D t) E 7 8 ) x: u c c u ce 9 - T3 3 c 3

81 Po Département : PAS DE CALAIS Commune «.t), E L.3 Mi : MONTENESCOURT COUPE LITHOLOGIQUE COUPE TECHNIQUE. o.*/ '- ' '. '. " "', * * *.'' -^.' ', ' ' ; ;' y. '.'..". /* *- '*. ' ' V *.'..'.' '.' -" Nû Classement : X-9g4 Désignation : PR4 SI DATE (S) D'EXECUTION Début : 2//9 Fin : 2//9 2 ',.;'.. Silt brun clair à ocre bariolé de taches de rouille. Tarière 9 mm 3 "'.' '." ' 4 ".-.'. V," Idem ci dessus avec des granules de craie t) c E ri c ^H :c M t) 3 CT r^ Ol o o MU C9 t) x: u c n u 7 8, S T3 3 c 3 m

82 MGeR B P l- CT Département : PAS DE Commune 2 3."m c 4J.4, E A 5 E 7 8 g : GOUVES COUPE LITHOLOGIQUE..''' \ ', '. '.'. ',' ', r. '':' ' ', ' '. " O -. > w. A,. Ai. m. m. M,. iw. A.. «,.. «,. «,. CALAIS Silt brun grisâtre plus clair à partir de.5m. Silt bariolé rouille et beige avec de gros granules de craie. Silt vasard gris verdatre à débris charbonneux. Silt vasard gris verdatre oncé (^organique) avec qcq grains de craie á la base \.2 i.eo COUPE N2 Classement : g926-5x-9942 Désignation : PR4 S2 TECHNIQUE Tarière 9 mm DATE (S) D'EXECUTION Début : //9 Fin : //9

83 R NPC 4S 9

84

85

Moyens de production. Engrais

Moyens de production. Engrais Engrais Moyens de production Lors de la campagne 2012-2013, les tonnages d engrais livrés diminuent de près de 17% en et représentent à peine plus de 1% des livraisons françaises. Cette évolution est principalement

Plus en détail

Contexte : Objectif : Expérimentation :

Contexte : Objectif : Expérimentation : Estimation de la valeur fertilisante de digestats issus de la biométhanisation. Résultat de 3 années d expérimentation en culture de maïs (2009 à 2011). (JFr. Oost 1, Marc De Toffoli 2 ) 1 Centre pilote

Plus en détail

REGLEMENT SANITAIRE DEPARTEMENTAL DE MAINE ET LOIRE TITRE VIII PRESCRIPTIONS APPLICABLES AUX ACTIVITES D'ELEVAGE ET AUTRES ACTIVITES AGRICOLES

REGLEMENT SANITAIRE DEPARTEMENTAL DE MAINE ET LOIRE TITRE VIII PRESCRIPTIONS APPLICABLES AUX ACTIVITES D'ELEVAGE ET AUTRES ACTIVITES AGRICOLES REGLEMENT SANITAIRE DEPARTEMENTAL DE MAINE ET LOIRE TITRE VIII PRESCRIPTIONS APPLICABLES AUX ACTIVITES D'ELEVAGE ET AUTRES ACTIVITES AGRICOLES Arrêté préfectoral du 20 novembre 1985 153.1. Champ d application

Plus en détail

PRÉFECTURE DE LA VENDÉE DIRECTION DÉPARTEMENTALE DES AFFAIRES SANITAIRES ET SOCIALES RÈGLEMENT SANITAIRE DÉPARTEMENTAL EXTRAIT TITRE VIII

PRÉFECTURE DE LA VENDÉE DIRECTION DÉPARTEMENTALE DES AFFAIRES SANITAIRES ET SOCIALES RÈGLEMENT SANITAIRE DÉPARTEMENTAL EXTRAIT TITRE VIII PRÉFECTURE DE LA VENDÉE DIRECTION DÉPARTEMENTALE DES AFFAIRES SANITAIRES ET SOCIALES RÈGLEMENT SANITAIRE DÉPARTEMENTAL EXTRAIT TITRE VIII "PRESCRIPTIONS APPLICABLES AUX ACTIVITES D ELEVAGE ET AUTRES ACTIVITES

Plus en détail

Détermination des enjeux exposés

Détermination des enjeux exposés RAPPORTS CETE de LYON Centre d'études Techniques de LYON Département Laboratoire de Clermont-Ferrand Affaire 19526 Détermination des enjeux exposés au risque inondation de l'oeil à Cosne d'allier novembre

Plus en détail

DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE N

DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE N DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE N CARACTERE DE LA ZONE Zone faisant l objet d une protection en raison soit de la qualité des sites, des milieux naturels, des paysages et de leur intérêt notamment du

Plus en détail

CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE SOUTERRAIN

CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE SOUTERRAIN REPUBLIQUE FRANCAISE - PREFECTURE DE LA DROME A retourner à : DDT/Service Eau Forêt Espaces Naturels 4 place Laënnec BP 1013 26015 VALENCE CEDEX 04.81.66.81.90 CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE

Plus en détail

REGLEMENT SANITAIRE DEPARTEMENTAL TITRE VIII. Prescriptions applicables aux activités d élevage et autres activités agricoles

REGLEMENT SANITAIRE DEPARTEMENTAL TITRE VIII. Prescriptions applicables aux activités d élevage et autres activités agricoles REGLEMENT SANITAIRE DEPARTEMENTAL TITRE VIII Prescriptions applicables aux activités d élevage et autres activités agricoles (Les dispositions ci-dessous ne s appliquent qu aux installations non soumises

Plus en détail

Sommaire INTRODUCTION... 2. 1/ Le contexte général de la commune...3. 2/ L état des réseaux...3. 3/ Le diagnostic des ouvrages d épuration...

Sommaire INTRODUCTION... 2. 1/ Le contexte général de la commune...3. 2/ L état des réseaux...3. 3/ Le diagnostic des ouvrages d épuration... 1 Sommaire INTRODUCTION... 2 1/ Le contexte général de la commune...3 2/ L état des réseaux...3 3/ Le diagnostic des ouvrages d épuration...3 4/ Les solutions retenues par la commune...5 CONCLUSION Carte

Plus en détail

EVOLUTION SPATIO-TEMPORELLE DE L OCCUPATION DES ESPACES SUR LE TRIANGLE MARNAIS

EVOLUTION SPATIO-TEMPORELLE DE L OCCUPATION DES ESPACES SUR LE TRIANGLE MARNAIS EVOLUTION SPATIO-TEMPORELLE DE L OCCUPATION DES ESPACES SUR LE TRIANGLE MARNAIS MARTIN S. *, DELAHAYE F. ** Bureau d études E3C 2 rue Léon Patoux CS 50001 51664 REIMS CEDEX * Mr Stéphane MARTIN, Directeur

Plus en détail

M. GUILLAUME ^ Alimentation en eau potable /} ( de la Ville de Metz Implantation de nouvelles stations de pompage dans la région de La Maxe-Thur;y

M. GUILLAUME ^ Alimentation en eau potable /} ( de la Ville de Metz Implantation de nouvelles stations de pompage dans la région de La Maxe-Thur;y M. GUILLAUME ^ Alimentation en eau potable /} ( de la Ville de Metz Implantation de nouvelles stations de pompage dans la région de La Maxe-Thur;y 15 Octobre 1954 BUREAU DE RECHERCHES GEOLOGIQUES GEOPHYSIQUES

Plus en détail

1. IDENTIFICATION ET LOCALISATION GEOGRAPHIQUE 2. DESCRIPTION DE LA MASSE D'EAU SOUTERRAINE CARACTERISTIQUES INTRINSEQUES

1. IDENTIFICATION ET LOCALISATION GEOGRAPHIQUE 2. DESCRIPTION DE LA MASSE D'EAU SOUTERRAINE CARACTERISTIQUES INTRINSEQUES 1. IDENTIFICATION ET LOCALISATION GEOGRAPHIQUE Codes entités aquifères Code entité V1 Code entité V2 concernées (V1) ou (V2) ou secteurs hydro à croiser : 532a 532b Type de masse d'eau souterraine : Imperméable

Plus en détail

DAIRYMAN aux Pays-Bas

DAIRYMAN aux Pays-Bas DAIRYMAN aux Pays-Bas Frans Aarts, Wageningen-UR 15 October 2013 Le secteur laitiers Néerlandais: Une place importante Une production intensive 65% des surfaces agricoles dédiées à la production laitière

Plus en détail

AVIS. Complément d étude. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.1565. Liège, le 23 octobre 2006

AVIS. Complément d étude. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.1565. Liège, le 23 octobre 2006 AVIS Réf. : CWEDD/06/AV.1565 Liège, le 23 octobre 2006 Objet : Demande de permis unique relative à la régularisation d une porcherie d engraissement de 3.500 porcs et d une étable de 30 bovins à Kettenis

Plus en détail

Merci de retourner ce document complété par courrier, fax ou mail (Joindre un plan de situation des bâtiments)

Merci de retourner ce document complété par courrier, fax ou mail (Joindre un plan de situation des bâtiments) 15, rue Gustave Eiffel, ZI Jarny-Giraumont 54800 JARNY Votre référence / Intervenant: N : Diagnostic MENAO N : Notre référence / Intervenant: M. / Mme : M. / Mme : Téléphone : Téléphone : 03 82 20 39 70

Plus en détail

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS a RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS Synthèse de l'inventaire des accidents pour le secteur d'activité de la société MARIE DIDIER AUTOMOBILES Il ressort de l inventaire des accidents technologiques

Plus en détail

Pour une meilleure santé

Pour une meilleure santé Pour une meilleure santé LA CONSOMMATION QUOTIDIENNE DE VIANDE APPORTE DES GRAISSES SATURÉES. => AUGMENTATION TAUX DE CHOLESTÉROL ET MALADIES CARDIO-VASCULAIRES. => RISQUE DE SURPOIDS ET D'OBÉSITÉ. LES

Plus en détail

Fiche méthodologique pour l élaboration des PLU. Protection des captages d'alimentation en eau destinée à la consommation humaine

Fiche méthodologique pour l élaboration des PLU. Protection des captages d'alimentation en eau destinée à la consommation humaine Fiche méthodologique pour l élaboration des PLU Dans le cadre de l évolution de l action de l État en Isère, une démarche a été entreprise en vue d élaborer des positions partagées en matière d urbanisme.

Plus en détail

Comptes rendus d Activités Techniques et Financières du Service de l Eau Potable Année 2004

Comptes rendus d Activités Techniques et Financières du Service de l Eau Potable Année 2004 Service de l Eau Potable Année 2004 1 Ville de VENELLES Comptes rendus d activités Techniques et financières du Service de l Eau Potable Destinataire : Monsieur le Maire de la commune de VENELLES (13770)

Plus en détail

LES CONSTRUCTIONS EN ZONE AGRICOLE

LES CONSTRUCTIONS EN ZONE AGRICOLE Direction départementale des territoires PRÉFET DES HAUTES-ALPES Service d'appui territorial Application du droit des sols LES CONSTRUCTIONS EN ZONE AGRICOLE D'une manière générale, les zones naturelles

Plus en détail

La lettre électronique du service économie agricole de l'essonne n 3 juillet 2012

La lettre électronique du service économie agricole de l'essonne n 3 juillet 2012 La lettre électronique du service économie agricole de l'essonne n 3 juillet 2012 Cette lettre du service d'économie agricole (SEA) de la DDT de l'essonne est gratuite. Elle peut librement être recopiée

Plus en détail

MINISTERE DE LA REGION WALLONNE

MINISTERE DE LA REGION WALLONNE MINISTERE DE LA REGION WALLONNE Direction générale des Ressources naturelles et de l Environnement Direction générale de l Aménagement du Territoire, du Logement et du Patrimoine Décret du 11 mars 1999

Plus en détail

Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact

Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact Article R. 122-3 du code de l environnement N 14734*02 Ministère chargé de l'environnement Ce formulaire n est pas applicable

Plus en détail

DEMANDE D'AUTORISATION D'EXPLOITATION D'UNE INSTALLATION DE STOCKAGE DE DÉCHETS INERTES. Au titre de l'article L.541-30-1 du Code de l'environnement

DEMANDE D'AUTORISATION D'EXPLOITATION D'UNE INSTALLATION DE STOCKAGE DE DÉCHETS INERTES. Au titre de l'article L.541-30-1 du Code de l'environnement DEMANDE D'AUTORISATION D'EXPLOITATION D'UNE INSTALLATION DE STOCKAGE DE DÉCHETS INERTES Au titre de l'article L.541-30-1 du Code de l'environnement Liieu--diitt «lle Cognett» Commune de VAUX--SUR--SEULLES

Plus en détail

OUVERT02 - Maintien de l ouverture par élimination mécanique ou manuelle des rejets ligneux et autres végétaux indésirables Sous-mesure :

OUVERT02 - Maintien de l ouverture par élimination mécanique ou manuelle des rejets ligneux et autres végétaux indésirables Sous-mesure : OUVERT02 - Maintien de l ouverture par élimination mécanique ou manuelle des rejets ligneu et autres végétau indésirables Sous-mesure : 10.1 Paiements au titre d'engagements agroenvironnementau et climatiques

Plus en détail

Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013

Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013 Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013 Zones d étude et problématiques Quartiers concernés par l étude 1. Centre ville 2. Schneider Quartier

Plus en détail

Demande préalable pour un projet de création ou de modification d'un plan d'eau

Demande préalable pour un projet de création ou de modification d'un plan d'eau Demande préalable pour un projet de création ou de modification d'un plan d'eau Les plans d'eau peuvent avoir des usages différents à savoir agrément, défense contre l'incendie, élevage de poissons, irrigation,

Plus en détail

SELLE Masse d'eau AR51

SELLE Masse d'eau AR51 SELLE Masse d'eau AR51 Présentation Générale : Superficie : 720 m² exutoire : Somme canalisée à Amiens longueur des cours d'eaux principaux : 63,27 km Population du bassin Versant 2006 : 28 211 hab Évolution

Plus en détail

Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact

Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact Article R. 122-3 du code de l environnement N 14734*02 Ministère chargé de l'environnement Ce formulaire n est pas applicable

Plus en détail

PJ 28/12. 7 février 2012 Original : anglais. Comité des projets/ Conseil international du Café 5 8 mars 2012 Londres, Royaume Uni

PJ 28/12. 7 février 2012 Original : anglais. Comité des projets/ Conseil international du Café 5 8 mars 2012 Londres, Royaume Uni PJ 28/12 7 février 2012 Original : anglais F Comité des projets/ Conseil international du Café 5 8 mars 2012 Londres, Royaume Uni Encourager l intensification de la production caféière et vivrière au moyen

Plus en détail

4. Verdissement, une PAC plus verte

4. Verdissement, une PAC plus verte 4. Verdissement, une PAC plus verte Aides Couplées JA Verdissement Paiement redistributif DPB Trois obligations à respecter : 1. Diversification des assolements 2. Maintien des prairies permanentes 3.

Plus en détail

Lutte contre l étalement urbain

Lutte contre l étalement urbain Lutte contre l étalement urbain L étalement urbain et la consommation d espace résultent de plusieurs causes cumulatives. Ces phénomènes s expliquent notamment par l insuffisance et l inadaptation de l

Plus en détail

UNE MEILLEURE CONNAISSANCE

UNE MEILLEURE CONNAISSANCE CONCEVOIR ET GÉRER DES AMAS DE FUMIER SOLIDE AU CHAMP UNE MEILLEURE CONNAISSANCE pour un meilleur environnement En 2002, le Règlement sur les exploitations agricoles (REA) prévoyait l échéance des dispositions

Plus en détail

NOTICE D INFORMATION À L ATTENTION DES BÉNÉFICIAIRES POTENTIELS DE LA PROCEDURE DES CALAMITES AGRICOLES

NOTICE D INFORMATION À L ATTENTION DES BÉNÉFICIAIRES POTENTIELS DE LA PROCEDURE DES CALAMITES AGRICOLES NOTICE D INFORMATION À L ATTENTION DES BÉNÉFICIAIRES POTENTIELS DE LA PROCEDURE DES CALAMITES AGRICOLES Cette notice présente les principaux points de la réglementation. Lisez-la avant de remplir la demande.

Plus en détail

Comment concevoir son lit biologique

Comment concevoir son lit biologique santé - sécurité au travail > RISQUE PHYTOSANITAIRE Gestion des effluents phytosanitaires Comment concevoir son lit biologique > Choix du procédé > Méthode de conception > Construction du lit biologique

Plus en détail

PLAN DE SITUATION C'est le plan qui localise votre terrain PCMI 1. SAINT DENIS - Bellepierre Parcelle AY 592. Ech : 1/ 2000 ème

PLAN DE SITUATION C'est le plan qui localise votre terrain PCMI 1. SAINT DENIS - Bellepierre Parcelle AY 592. Ech : 1/ 2000 ème PERMIS DE M. X. Plan de situation. Plan de masse 3. Coupe 4. Notice descriptive. Façades et plan de toiture. Insertion graphique 7. Photo dans le paysage proche 8. Photo dans le paysage lointain Mise à

Plus en détail

ASPECTS JURIDIQUES DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

ASPECTS JURIDIQUES DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF ASPECTS JURIDIQUES DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Bases juridiques et dernières évolutions règlementaires Séminaire des animateurs territoriaux, le 26 juin 2012 Ludiana KORTH, chargée d étude juridique

Plus en détail

Exemple du SATESE MAGE 42

Exemple du SATESE MAGE 42 LE LAGUNAGE Exemple du SATESE MAGE 42 Rapide état des lieux Perspectives d association avec le procédé Filtre Planté de roseaux LAGUNAGES DU DEPARTEMENT DE LA LOIRE Conception et dimensionnement Principaux

Plus en détail

L eau c est la vie! À l origine était l eau... La planète bleue. Les propriétés de l eau. L homme et l eau. ... et l eau invita la vie.

L eau c est la vie! À l origine était l eau... La planète bleue. Les propriétés de l eau. L homme et l eau. ... et l eau invita la vie. 1 L eau c est la vie! À l origine était l eau... Lors du refroidissement de la terre, qui était une boule de feu à sa création, les nuages qui l entouraient ont déversé leur eau, formant les mers et les

Plus en détail

Le compost. Un petit écosystème au jardin

Le compost. Un petit écosystème au jardin Le compost Un petit écosystème au jardin En utilisant du compost au jardin, nous rendons les matières organiques produites par le jardin ou par notre alimentation, à l écosystème naturel. Ainsi l écosystème

Plus en détail

Définition des variables présentées dans le RICA

Définition des variables présentées dans le RICA Les termes en gras italique sont définis par ailleurs dans le lexique. Les termes en italique désignent des variables explicitement recueillies dans le Rica. A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V

Plus en détail

Fiche de renseignements accompagnant la demande de permis de construire en zone agricole dans le Haut-Rhin

Fiche de renseignements accompagnant la demande de permis de construire en zone agricole dans le Haut-Rhin Nom - Prénom (ou Nom de la société) : Adresse permanente : Téléphone : Email : Date de naissance: Statut juridique : s exploitation individuelle s GAEC s EARL s Autre (à préciser) Nom et Prénom du Chef

Plus en détail

Demande d Autorisation pour l ouverture d une Installation de Stockage de Déchets Inertes (ISDI)

Demande d Autorisation pour l ouverture d une Installation de Stockage de Déchets Inertes (ISDI) Demande d Autorisation pour l ouverture d une Installation de Stockage de Déchets Inertes (ISDI) Commune d Alixan - 26 Lieu-dit «Les Garennes» Rapport n R1307502 bis Décembre 2013 Demande d Autorisation

Plus en détail

En zones herbagères, un système spécialisé lait, tout herbe

En zones herbagères, un système spécialisé lait, tout herbe Cas type HL 1 En zones herbagères, un système spécialisé lait, tout herbe Rouen Évreux Amiens Beauvais Arras Lille Laon Culture à faible densité d'élevage Herbagère à forte densité d'élevage Mixte à moyenne

Plus en détail

TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES. Le présent Règlement s'applique sur la totalité du territoire communal de SAINT-JEAN-DE-BEAUREGARD.

TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES. Le présent Règlement s'applique sur la totalité du territoire communal de SAINT-JEAN-DE-BEAUREGARD. 1 TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES Ce Règlement est établi conformément aux dispositions du Code de l'urbanisme (C.U) et notamment de ses articles R. 123-4 et R. 123-9. ARTICLE 1 - Champ d'application territorial

Plus en détail

Commune de la Tène Viabilisation de la zone du casino

Commune de la Tène Viabilisation de la zone du casino Commune de la Tène Viabilisation de la zone du casino RAPPORT TECHNIQUE Evacuation des eaux et alimentation en eau potable Dossier 10N026 Version 001 26 novembre 2010 RWB Holding SA Aménagement du territoire

Plus en détail

CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE

CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE Exploiter le Potentiel de la Science, de la Technologie et de l Innovation dans les chaînes Agro-alimentaires en Afrique : Créer emplois et richesse

Plus en détail

Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique

Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique Conjoncture retenue pour la construction des cas-types Prix de la viande bovine Conjoncture 1 er trimestre 2012 Prix des

Plus en détail

La couverture des risques agricoles

La couverture des risques agricoles PACIFICA - ASSURANCES DOMMAGES La couverture des risques agricoles Patrick Degiovanni Directeur Général Adjoint Page 1 Marrakech, Jeudi 28 octobre 2010 Sommaire Le contexte Les risques du métier en Agriculture

Plus en détail

Les techniques alternatives dans la gestion des eaux pluviales. Jean Yves VIAU Directeur Opérationnel

Les techniques alternatives dans la gestion des eaux pluviales. Jean Yves VIAU Directeur Opérationnel Les techniques alternatives dans la gestion des eaux pluviales Jean Yves VIAU Directeur Opérationnel Plan de présentation Présentation Saint Dizier environnement Les techniques alternatives La maîtrise

Plus en détail

TERMES DE REFERENCES I. PREAMBULE

TERMES DE REFERENCES I. PREAMBULE «DEVELOPPEMENT D'UN PROGRAMME D'INVESTISSEMENT PRIORITAIRE VISANT L'AMELIORATION DE LA GESTION DES DECHARGES D'ORDURES MENAGERES SAUVAGES A FORT RISQUE SUR L'ENVIRONNEMENT ET LES RESSOURCES NATURELLES

Plus en détail

SAGE nécessaires ( Disposition 13A-1 SDAGE Loire Bretagne)

SAGE nécessaires ( Disposition 13A-1 SDAGE Loire Bretagne) SAGE nécessaires ( Disposition 13A-1 SDAGE Loire Bretagne) L élaboration Mise en œuvre du Plan : le lancement Installation de la CLE Travaux de la commission «Marée vertes et littoral» - Flux d azote,

Plus en détail

PROJET DE CONSTRUCTION DOSSIER DE FAISABILITE B3

PROJET DE CONSTRUCTION DOSSIER DE FAISABILITE B3 ECOLE SPECIALE DES TRAVAUX PUBLICS PROJET DE CONSTRUCTION DOSSIER DE FAISABILITE B3 AUTEUR : GABILLAT Arnaud PACAUD Fabien BUSSUTIL Clothilde TAN Vincent B3 1 IMPLANTATION DU PROJET Programme : Réalisation

Plus en détail

CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS

CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS CLBV AQMP02 CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS 2 UMO sur 39 ha avec 200 chèvres produisant 160 000 litres de lait et engraissement de 40 génisses Ce système se rencontre principalement dans

Plus en détail

MISE EN DÉCHARGE. Une entreprise de Bayer et LANXESS

MISE EN DÉCHARGE. Une entreprise de Bayer et LANXESS MISE EN DÉCHARGE Une entreprise de Bayer et LANXESS MISE EN DÉCHARGE Introduction INTRODUCTION La mise en décharge, dans le respect de l environnement, de certains types de déchets est un complément important

Plus en détail

ÉTUDE PRÉPARATOIRE - SECTION IV SCHÉMAS DIRECTEURS. EP4-SD-LI-02a «AN DER UECHT» PROJET D AMÉNAGEMENT GÉNÉRAL DE LA COMMUNE DE KÄERJENG

ÉTUDE PRÉPARATOIRE - SECTION IV SCHÉMAS DIRECTEURS. EP4-SD-LI-02a «AN DER UECHT» PROJET D AMÉNAGEMENT GÉNÉRAL DE LA COMMUNE DE KÄERJENG AMÉNAGEMENT GÉNÉRAL DE LA COMMUNE DE KÄERJENG SECTION IV - ÉTUDE PRÉPARATOIRE PROJET D AMÉNAGEMENT GÉNÉRAL DE LA COMMUNE DE KÄERJENG ÉTUDE PRÉPARATOIRE - SECTION IV SCHÉMAS DIRECTEURS EP4-SD-LI-02a «AN

Plus en détail

1. BESOINS DE LA SOCIETE SO.BA.MA.T

1. BESOINS DE LA SOCIETE SO.BA.MA.T 1. BESOINS DE LA SOCIETE SO.BA.MA.T 2. RECHERCHE DE SITES 2.1 Les objectifs 2.2 Les contraintes environnementales liés à l aménagement du territoire liées au transport liés aux documents d urbanisme 3.

Plus en détail

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier Itinéraire cultural Type de sol et préparation avant semis Le sorgho grain sucrier est relativement peu exigeant par rapport au

Plus en détail

Glossaire : définitions des termes utilisés dans les fiches sur les indicateurs de performance

Glossaire : définitions des termes utilisés dans les fiches sur les indicateurs de performance Glossaire : définitions des termes utilisés dans les fiches sur les indicateurs de performance Au sens des fiches de définition des indicateurs de performance : 1. Parties prenantes Autorité organisatrice

Plus en détail

RENTABILITÉ ÉCONOMIQUE MODÈLES DE CALCUL

RENTABILITÉ ÉCONOMIQUE MODÈLES DE CALCUL Faits et chiffres de l aviculture CH 2.6 RENTABILITÉ ÉCONOMIQUE MODÈLES DE CALCUL 1. Généralités sur les coûts de production et la rentabilité économique Les modèles de calcul en annexe sont à interpréter

Plus en détail

OpenFLUID Software Environment for Modelling Fluxes in Landscapes

OpenFLUID Software Environment for Modelling Fluxes in Landscapes OpenFLUID Software Environment for Modelling Fluxes in Landscapes TP MHYDAS : Mise en uvre, analyses de sensibilité et de scénarii du modèle hydrologique distribué MHYDAS - Application au bassin versant

Plus en détail

Revenu agricole 2013 : une année délicate pour les productions céréalières

Revenu agricole 2013 : une année délicate pour les productions céréalières Agreste Champagne-Ardenne n 4 - Juillet 2015 Réseau d information comptable agricole En 2013, le Résultat Courant Avant Impôt (RCAI) moyen des exploitations agricoles champardennaises couvertes par le

Plus en détail

janvier 2010 Construire en zone agricole Ce qu il faut savoir PRÉFECTURE DU RHÔNE

janvier 2010 Construire en zone agricole Ce qu il faut savoir PRÉFECTURE DU RHÔNE janvier 2010 Construire en zone agricole Ce qu il faut savoir PRÉFECTURE DU RHÔNE Préambule Pourquoi ce guide? Avant propos Dans le département du Rhône, l étalement urbain grandissant et les grands projets

Plus en détail

L intérêt technico-économique. avec simulations à l'appui

L intérêt technico-économique. avec simulations à l'appui L intérêt technico-économique Titre de du l'engraissement diaporama des mâles avec simulations à l'appui Christèle PINEAU Institut de l'elevage Christele.Pineau@idele.fr Matthieu COUFFIGNAL ARVALIS, Institut

Plus en détail

L agriculture luxembourgeoise en chiffres 2013

L agriculture luxembourgeoise en chiffres 2013 L agriculture luxembourgeoise en chiffres 2013 (données disponibles au 1 ier avril 2013) MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE LA VITICULTURE ET DU DEVELOPPEMENT RURAL SERVICE D ECONOMIE RURALE L agriculture

Plus en détail

EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE LYON

EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE LYON REPUBLIQUE FRANCAISE DEPARTEMENT DU RHONE EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE LYON ARRETE N 2013-07-15-R-0287 commune(s) : Villeurbanne objet : Autorisation de déversement

Plus en détail

DISTRIBUTION D EAU POTABLE

DISTRIBUTION D EAU POTABLE Département du LOT SYNDICAT D ADDUCTION D EAU POTABLE ET ASSAINISSEMENT DE SARRAZAC CRESSENSAC S/Préfecture de GOURDON Mairie de SARRAZAC 466OO DISTRIBUTION D EAU POTABLE RAPPORT ANNUEL PRIX QUALITE TRANSPARENCE

Plus en détail

4. Résultats et discussion

4. Résultats et discussion 17 4. Résultats et discussion La signification statistique des gains et des pertes bruts annualisés pondérés de superficie forestière et du changement net de superficie forestière a été testée pour les

Plus en détail

Commune d Aillevillers et Lyaumont CC du Val de Semouse

Commune d Aillevillers et Lyaumont CC du Val de Semouse Commune d Aillevillers et Lyaumont CC du Val de Semouse Département de la Haute Saône Zonage d assainissement Renaud LADAME Chargé d Affaires Géoprotech Agence Franche Comté Hôtel dentreprises ZA les Charrières

Plus en détail

Fertiliser le maïs autrement

Fertiliser le maïs autrement Fertiliser le maïs autrement Dans un contexte de renchérissement des ressources en azote organique et de recherche de plus d autonomie, les agriculteurs biologiques picards et leurs conseillers au sein

Plus en détail

La valorisation des terres excavées

La valorisation des terres excavées La valorisation des terres excavées Matinée "Matières premières et matériaux du BTP " Céline Blanc c.blanc@brgm.fr BRGM / Direction Eau, Environnement et Ecotechnologies Lundi 2 décembre, 2013 Contexte

Plus en détail

AVIS. Objet : Demande de permis de lotir à Franc- Waret (FERNELMONT) Réf. : CWEDD/05/AV.276. Liège, le 14 mars 2005

AVIS. Objet : Demande de permis de lotir à Franc- Waret (FERNELMONT) Réf. : CWEDD/05/AV.276. Liège, le 14 mars 2005 AVIS Réf. : CWEDD/05/AV.276 Liège, le 14 mars 2005 Objet : Demande de permis de lotir à Franc- Waret (FERNELMONT) Avis du CWEDD portant sur une demande de permis de lotir à Franc-Waret (FERNELMONT) L avis

Plus en détail

Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal

Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal GUIDE PRATIQUE DE L'ÉLEVEUR Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal avril 2011 BRETAGNE PAYS DE LA LOIRE SOMMAIRE Paroles d éleveurs 4 Quelle place donner à l herbe Le choix d un système fourrager 8

Plus en détail

SEP 2B juin 20. Guide méthodologique de calcul du coût d une prestation

SEP 2B juin 20. Guide méthodologique de calcul du coût d une prestation SEP 2B juin 20 12 Guide méthodologique de calcul du coût d une Sommaire Préambule 3 Objectif et démarche 3 1 Les objectifs de la connaissance des coûts 4 2 Définir et identifier une 5 Calculer le coût

Plus en détail

22/06/2015 IMP50PO5-2

22/06/2015 IMP50PO5-2 22/06/2015 REGLEMENT DU SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (SPANC-SATESE 37) SATESE 37 Z.A du Papillon 3 Rue de l Aviation 37210 PARÇAY-MESLAY Tél : 02 47 29 47 37 / Fax : 02 47 29 47 38 Internet

Plus en détail

Systèmes de transport public guidés urbains de personnes

Systèmes de transport public guidés urbains de personnes service technique des Remontées mécaniques et des Transports guidés Systèmes de transport public guidés urbains de personnes Principe «GAME» (Globalement Au Moins Équivalent) Méthodologie de démonstration

Plus en détail

STOCKAGE DES BOUES DE STATIONS D EPURATION URBAINES Bassin Artois Picardie

STOCKAGE DES BOUES DE STATIONS D EPURATION URBAINES Bassin Artois Picardie PREFECTURE REGION NORD PAS DE CALAIS Direction Régionale de l Environnement Nord - Pas de Calais Service Eau, Milieux Aquatiques et Risques Naturels Cellule Réglementation et Gestion Territoriale de l'eau

Plus en détail

Demande chimique en oxygène

Demande chimique en oxygène Table des matières Introduction Réactifs DCO Azote et phosphore HI 83214 HI 83099 HI 839800 HI 3898 Page J3 J5 J6 J7 J8 J10 J11 J1 Tableau comparatif Paramètre Photomètre Photomètre Thermo-réacteur Trousse

Plus en détail

Systèmes de stockage simples à installer et économiques

Systèmes de stockage simples à installer et économiques Systèmes de stockage simples à installer et économiques Parallèlement à l accroissement et à l ampleur des événements pluviométriques, l accélération et l augmentation des débits de pointe accentuent de

Plus en détail

EXEMPLES D'ACTIONS EN MATIÈRE DE GESTION DE L'EAU EN ENTREPRISE

EXEMPLES D'ACTIONS EN MATIÈRE DE GESTION DE L'EAU EN ENTREPRISE EXEMPLES D'ACTIONS EN MATIÈRE DE GESTION DE L'EAU EN ENTREPRISE Dernière révision du document : août 2013 INTRODUCTION L'étape préalable nécessaire à la mise en place d'actions d'économies d'eau en entreprise

Plus en détail

Des territoires laitiers contrastés

Des territoires laitiers contrastés Agreste Primeur 308 Numéro 308 - décembre 203 Les exploitations laitières bovines en France métropolitaine Télécharger les données au format tableur Des territoires laitiers contrastés 77 000 exploitations

Plus en détail

Guide d entretien. de votre assainissement non collectif

Guide d entretien. de votre assainissement non collectif juillet 2009 Guide d entretien de votre assainissement non collectif Votre système d assainissement n est pas raccordé au «tout à l égout». Il est dit «non-collectif», «autonome» ou encore «individuel».

Plus en détail

DIRECTIVE NITRATES ZONE VULNERABLE 4ème Programme d Actions

DIRECTIVE NITRATES ZONE VULNERABLE 4ème Programme d Actions DIRECTIVE NITRATES ZONE VULNERABLE 4ème Programme d Actions Novembre 2010 CHAMBRE D AGRICULTURE 47 4ème Programme d Actions ZONE VULNERABLE Quelle zone? 93 communes 2466 exploitations 94425 ha 4ème Programme

Plus en détail

ALERTE ET GESTION DES CRUES ÉCLAIRS SUR LES PETITS BASSINS VERSANTS URBAINS

ALERTE ET GESTION DES CRUES ÉCLAIRS SUR LES PETITS BASSINS VERSANTS URBAINS ALERTE ET GESTION DES CRUES ÉCLAIRS SUR LES PETITS BASSINS VERSANTS URBAINS Utilisation du radar HYDRIX et de la plateforme RAINPOL sur la commune d ANTIBES JUAN-LES-PINS European Local Authorities Rencontres

Plus en détail

ÉTUDES SUR L EAU N 86 MODALITÉS TECHNIQUES DU CONTRÔLE DES INSTALLATIONS D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF DES HABITATIONS INDIVIDUELLES

ÉTUDES SUR L EAU N 86 MODALITÉS TECHNIQUES DU CONTRÔLE DES INSTALLATIONS D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF DES HABITATIONS INDIVIDUELLES É D I T O R I A L assainissement non collectif concerne les immeubles, et notamment les L maisons d habitation individuelles, non raccordés à un réseau public de collecte des eaux usées. La directive européenne

Plus en détail

7. La fiscalité locale indirecte

7. La fiscalité locale indirecte 7. La fiscalité locale indirecte Généralités Les collectivités locales perçoivent des produits fiscaux de deux natures : directs et indirects. La fiscalité directe se compose, pour sa majeure partie, des

Plus en détail

GESTION ET ASSAINISSEMENT DES EAUX PLUVIALES Q-BIC PLUS CONNECT TO BETTER Q-BIC PLUS 1. #LesRèglesOntChangé CONNECT TO BETTER CONNECT TO BETTER

GESTION ET ASSAINISSEMENT DES EAUX PLUVIALES Q-BIC PLUS CONNECT TO BETTER Q-BIC PLUS 1. #LesRèglesOntChangé CONNECT TO BETTER CONNECT TO BETTER GESTION ET ASSAINISSEMENT DES EAUX PLUVIALES Q-BIC PLUS #LesRèglesOntChangé Q-BIC PLUS 1 LES NOUVELLES RÈGLES DE LA GESTION DES EAUX PLUVIALES COMMENCENT ICI Wavin Q-Bic Plus, nouveau système de rétention/infiltration

Plus en détail

Présenté par : Dr Asmae Nouira. Novembre Hanoi -2007. Journées Scientifiques Inter-Réseaux AUF

Présenté par : Dr Asmae Nouira. Novembre Hanoi -2007. Journées Scientifiques Inter-Réseaux AUF Efficacité du semis direct à contrer l érosion hydrique en milieu agricole : mise en évidence à l'aide des techniques de radioéléments, de modélisation et de mesures aux champs (MAROC-CANADA) Présenté

Plus en détail

APPROCHES SIMPLIFIÉES POUR L ÉVALUATION DES PARAMÈTRES DE CONCEPTION POUR LES BASSINS DE FAIBLES DIMENSIONS. Gilles Rivard, ing. M. Sc.

APPROCHES SIMPLIFIÉES POUR L ÉVALUATION DES PARAMÈTRES DE CONCEPTION POUR LES BASSINS DE FAIBLES DIMENSIONS. Gilles Rivard, ing. M. Sc. APPROCHES SIMPLIFIÉES POUR L ÉVALUATION DES PARAMÈTRES DE CONCEPTION POUR LES BASSINS DE FAIBLES DIMENSIONS Gilles Rivard, ing. M. Sc. Québec 15 mars 2012 PRÉSENTATION Particularités des petits bassins

Plus en détail

Le développement durable peut-il se passer d engrais minéraux?

Le développement durable peut-il se passer d engrais minéraux? Avec la participation i de l Le développement durable peut-il se passer d engrais minéraux? Philippe EVEILLARD UNIFA Union des Industries de la Fertilisation Le développement durable et l agriculture :

Plus en détail

LES PNEUS SONT-ILS DANGEREUX POUR LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT? Les pneus sont dangereux dans des piles, pas dans des Earthships.

LES PNEUS SONT-ILS DANGEREUX POUR LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT? Les pneus sont dangereux dans des piles, pas dans des Earthships. les pneus sont sécuritaires LES PNEUS SONT-ILS DANGEREUX POUR LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT? Réutiliser un vieux pneu dans un Earthship, où il devient une ressource utile et passe le reste de son temps dans

Plus en détail

LA CHARTE REGIONALE D ACCES AUX AIDES AGRICOLES

LA CHARTE REGIONALE D ACCES AUX AIDES AGRICOLES LA CHARTE REGIONALE D ACCES AUX AIDES AGRICOLES Version A Aide sollicitée auprès du Conseil Régional de Picardie au titre de (cocher l aide sollicitée) : o L investissement en agriculture biologique o

Plus en détail

Objet : Critères microbiologiques applicables aux auto-contrôles sur les carcasses d'animaux de boucherie. Destinataires d'exécution

Objet : Critères microbiologiques applicables aux auto-contrôles sur les carcasses d'animaux de boucherie. Destinataires d'exécution Ordre de méthode Direction générale de l'alimentation Sous-direction de la sécurité sanitaire des aliments Bureau des établissements d'abattage et de découpe 251 rue de Vaugirard 75 732 PARIS CEDEX 15

Plus en détail

TAXES & PARTICIPATIONS : quelques outils à la disposition des communes

TAXES & PARTICIPATIONS : quelques outils à la disposition des communes TAXES & PARTICIPATIONS : quelques outils à la disposition des communes La loi n 2000-1028 du 13 décembre 2000 relative à la solidarité et au renouvellement urbain, dite «loi SRU», avait instauré une participation

Plus en détail

Adaptation Aux changements climatiques. Agriculture et sécurité alimentaire: Cas du Burkina Faso

Adaptation Aux changements climatiques. Agriculture et sécurité alimentaire: Cas du Burkina Faso Adaptation Aux changements climatiques Agriculture et sécurité alimentaire: Cas du Burkina Faso Sommaire Le Le contexte Notion Notion d adaptation Stratégies Stratégies et techniques d adaptation Les Les

Plus en détail

Questionnaire Lycée SALLE DES EAUX DU MONDE

Questionnaire Lycée SALLE DES EAUX DU MONDE Questionnaire Lycée Ce musée vous offre une approche de l Eau dans toute sa grandeur. A vous de faire connaissance avec cet élément naturel. 1) Origine de l eau SALLE DES EAUX DU MONDE Vous vous aiderez

Plus en détail

Outil n 3 Tableau récapitulatif des informations réglementaires et autres informations utiles

Outil n 3 Tableau récapitulatif des informations réglementaires et autres informations utiles Outil n 3 Tableau récapitulatif des informations réglementaires et autres informations utiles Check-list à l'attention des chargés d'étude réalisant le Porter à Connaissance Cocher les lignes si le territoire

Plus en détail

Le Plan Départemental de l Eau

Le Plan Départemental de l Eau de l Eau CG1/PIADDT/DAE/MD-LS-9/05/009 de l Eau Son organisation schématique va s appuyer sur : 1. Les infrastructures existantes d intérêt départemental,. Les schémas directeurs territoriaux, 3. Des maillages

Plus en détail

L'agriculture française depuis cinquante ans : des petites exploitations familiales aux droits à paiement unique

L'agriculture française depuis cinquante ans : des petites exploitations familiales aux droits à paiement unique L'agriculture française depuis cinquante ans : des petites exploitations familiales aux droits à paiement unique Maurice Desriers* Depuis cinquante ans, la part de l'agriculture dans l'économie nationale

Plus en détail

CHAPITRE 8 PRODUCTION ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT

CHAPITRE 8 PRODUCTION ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT CHAPITRE 8 PRODUCTION ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT 1 Relations alimentaires entre les êtres vivants 1 1 Les chaines alimentaires. Une chaine alimentaire est constituée par une succession d êtres vivants

Plus en détail