Résistance des Matériaux.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Résistance des Matériaux."

Transcription

1 Résistance des Matériau / L2-SI L2-SI Résistance des Matériau. Michel SUDRE Notes de ours. Eercices. a L D E Juin 213 1

2 Résistance des Matériau / L2-SI hap: Statique lane. 1 orces 1.1 représentation d une force dans le plan π(,,) Une force est caractérisée par: - sa ligne d action définie par la droite - son sens et son intensité définis par le vecteur Il suffit donc de connaitre un point du support et le vecteur. 1.2 moment de la force par rapport à un point du plan π Le moment en de la force, noté (), est le produit vectoriel ^ e moment eprime la tendance que possède la force à provoquer une rotation autour de l ae (normal au plan π). d 2

3 Résistance des Matériau / L2-SI Il est aisé de vérifier que ce vecteur (): positif (de La norme de - ne dépend pas du point pris sur le support - est dirigé suivant + si la rotation s effectue dans le sens conventionel vers ) et suivant - dans le cas contraire. () qui mesure cette tendance à provoquer une rotation est égale au produit de l intensité de par la distance d entre le point et le support de. Sur la figure suivante, on considère 2 points et Q. + 2d d Q n remarque: - que le moment () = ^ est > alors que () = Q ^ est <. - que l intensité du moment () est double de celle du moment (). La relation qui lie () et () se démontre simplement: Q Q Q () Q = () + Q ^ 1.3 représentation d un sstème de forces dans le plan π(,,) onsidérons dans le plan π un ensemble de n forces i caractérisées par un point i de la ligne d action et par le vecteur : i 1 n 1 i i n -on définit la somme S = dont les composantes suivant les aes et sont notées X et Y. n i=1 i 3

4 Résistance des Matériau / L2-SI étant un point arbitraire, n -on définit le moment résultant = i ^ i qui est la somme des moments en de chaque force et dont la projection suivant est notée N. Du point de vue de la statique, les 3 composantes X, Y et N caractérisent complètement le sstème de forces i. n peut réduire l ensemble des forces i à X, Y et N. e sont les éléments de réduction en du sstème de forces i. Deu sstèmes aant en les mêmes éléments de réduction seront dits équivalents. i=1 onsidérons 2 points et Q et cherchons à établir la relation entre et : Q n Qi^ i n n = = (Q + i ) ^ i = Q^ i i=1 i=1 i=1 + n i ^ i=1 i = Q^ S + Q Q = + Q^ S 3 situations peuvent se présenter: (1) si S = alors l ensemble des n forces i se réduit à une force unique de vecteur S dont la ligne d action est l ensemble des points tels que =. (2) si S = alors la relation = + indique que le moment Q Q^ prend la même valeur quelque soit le point où on l eprime. n pose =. Q L ensemble des N forces i se réduit à un couple dont le moment est. = (3) si S = et =, alors, la somme est nulle et quelque soit le point où on l eprime, le moment est nul. L ensemble des N forces i se réduit à éro. (1) (2) (3) S 4

5 Résistance des Matériau / L2-SI 2 Statique plane 2.1 classification des forces près avoir choisi le solide (ou l ensemble de solides) à isoler, il convient de faire le bilan de toutes les actions etérieures. es actions sont: -soit des forces ou des couples connus -soit des actions de liaison qui introduisent autant d inconnues scalaires (forces ou couples) qu il a de mouvements interdits par la liaison. Soit par eemple le sstème constitué d une poutrelle [] de poids sur laquelle se déplace un chariot soulevant une charge Q. La poutrelle est supposée articulée en, simplement appuée en. Q près avoir isolé l ensemble (poutrelle + chariot) le bilan de toutes les actions etérieures est le suivant: -forces connues: et Q -actions inconnues en : X et Y qui correspondent au 2 mouvements interdits. -action inconnue en : Y qui correspond au seul mouvement interdit. Y Y X Q 2.2 principe de la statique Quand un solide (ou un ensemble de solides) est en équilibre, le sstème des forces etérieures qui agissent sur lui se réduit à éro. S = et = ela conduit à 3 relations scalaires X=, Y=, N=. La première traduit un bilan nul des forces suivant, la deuième traduit un bilan nul des forces suivant, la troisième traduit un bilan nul des moments suivant de toutes les actions (quelque soit le point choisi pour calculer ce moment). 5

6 Résistance des Matériau / L2-SI hap: Elasticité. 1 ontraintes 1.1 vecteur contrainte onsidérons à l intérieur d un solide, en un point, un petit cube de dimensions infinitésimales dont les faces sont perpendiculaires au aes du repère (,, )., τ τ df ds σ La matière etérieure eerce, sur le petit cube isolé, des efforts élémentaires qui sont différents sur chacune des 6 faces. Ils sont notés df n ( n représentant la normale à la face). ar eemple sur la face de normale de surface ds s eerce df. ar définition, le vecteur contrainte agissant sur la face de normale est: df =,. ds la contrainte s eprime donc en N/m 2. n utilise plus généralement le Mégaascal. our un point donné, il eiste donc un vecteur contrainte différent pour chaque face considérée. Eprimons dans la base (,, ) le vecteur contrainte agissant sur la face de normale. Sa composante suivant est la projection suivant la normale à la face. n l appelle contrainte normale et on la note σ. Une contrainte σ > correspond à une sollicitation de tension. Une contrainte σ < correspond à une sollicitation de compression., Les composantes suivant et sont appelées contraintes tangentielles et sont notées τ et τ. Le signe des composantes τ et τ ne permet aucune interprétation phsique. De façon identique, et,, sont définis sur les faces de normales et. 6

7 Résistance des Matériau / L2-SI n remarque que les 3 contraintes normales sont affectées d un seul indice qui fait référence à la facette. Les contraintes tangentielles sont affectées de 2 indices: le premier qui fait référence à la facette, le second qui fait référence à la composante. 1.2 matrice des contraintes Si on range dans une matrice les 3 vecteurs contraintes,,,,, agissant sur les 3 faces de normales +, +, +, on obtient [σ] : matrice des contraintes en. [σ] = σ τ τ τ σ τ τ τ σ Les équations traduisant l équilibre des moments agissant sur le petit cube élémentaire conduisent à montrer que: τ =τ, τ =τ, τ =τ. La matrice [σ] est donc smétrique. n en conclut qu elle ne contient que 6 termes indépendants. n peut montrer que ces 6 informations suffisent à caractériser l état de contraintes en. insi, si on veut calculer le vecteur contrainte,u agissant en sur une facette de normale u quelconque, il suffit de multiplier la matrice [σ] par le vecteur unitaire u eprimé dans la base (,, ): [σ],u u = La contrainte normale agissant sur cette facette de normale sera ensuite obtenue en projetant sur : σ u,u u ([σ] u) =.u u La contrainte de cisaillement agissant sur cette facette de normale u dans la direction u est calculée en projetant sur : 1.3 condition au limites τ uv τ uv v,u v ([σ] u) =.v onsidérons à la frontière du solide: f -un point où s eerce un effort f par unité de surface -une facette tangente en à la frontière et de normale., en, on peut poser = f. 7

8 Résistance des Matériau / L2-SI 1.4 état plan de contraintes onsidérons à la frontière du solide: -un point où ne s eerce aucune sollicitation -une facette tangente en à la frontière et de normale. Si aucune sollicitation etérieure ne s eerce en, on peut poser =,. La matrice des contraintes [σ] prend alors la forme particulière suivante: [σ] = σ τ τ σ Il s agit d un état plan de contraintes. ette situation se rencontre lors du dépouillement de jauges de déformations, les jauges étant collées à la surface libre d un solide. Dans le plan (, ), calculons, [σ] u et = [σ] u.v : σ u τ uv,u = ( ).u ( ),u = σ τ τ σ cos(α) sin(α) v u σ u = σ.cos 2 (α)+σ.sin 2 (α)+2τ.sin(α)cos(α) α τ uv =(σ -σ ).sin(α)cos(α)+τ.(cos 2 (α)-sin 2 (α)) herchons les valeurs de α telles que τ uv =. e sont les directions normales au facettes qui ne subissent pas de cisaillement. En utilisant l arc double, on obtient: τ uv= σ -σ 2.sin(2α) +τ.cos(2α) τ uv = 2τ tan(2α)= σ -σ n obtient 2 directions perpendiculaires. herchons les valeurs de α telles que σ u est mini ou mai. our cela, dérivons par rapport à α et posons que cette dérivée est nulle. 8

9 Résistance des Matériau / L2-SI 2τ n trouve à nouveau. tan(2α)= σ -σ Les 2 directions correspondantes sont appelées directions principales de contrainte. Les contraintes normales agissant dans ces directions sont appelées contraintes principales. 1.5 contraintes principales Revenons au cas général. Il eiste en tout point une base ( u 1, u 2, u 3 ) dans laquelle la matrice [σ] s écrit sous forme diagonale: σ 1 [σ] = Les 3 directions perpendiculaires définies par u 1, u 2 et u 3 correspondent en au facettes qui subissent une contrainte normale pure (pas de composante tangentielle). Les contraintes normales σ 1,σ 2,σ 3 agissant sur ces facettes sont les 3 contraintes principales. σ 2 σ 3 2 Déformations 2.1 matrice de déformation n s intéresse à la déformation de la matière en (,,). d n montre que si Q est infiniment voisin de ( Q = d ) alors il eiste la relation sui- d vante entre les déplacements de ces 2 points: u (Q) = u () + Ω ^ Q + [ε] Q. Le premier terme (1) correspond à un déplacement d ensemble (changement de place). n reconnait une relation de tpe torseur des petits déplacements. Le second terme (2) correspond à une déformation (changement de forme) de la matière au voisinage de. La matrice [ε] est la matrice des déformations en. (1) (2) [ε] = ε ε ε ε ε ε ε ε ε ette matrice est smétrique. 9

10 Résistance des Matériau / L2-SI Les termes de [ε] s epriment en fonction du déplacement u () = u v w par les relations: ε = ε = ε = u v w ε =ε = 1 2 ( ) ε =ε = v + w 1 w u 2 ( + ) ε =ε = 1 2 ( ) u + v herchons à interpréter phsiquement les termes de [ε]. o π/2 α Sur la diagonale, ε, ε et ε sont les dilatations relatives. our comprendre ce que représente ε, il faut tracer sur la pièce non déformée un petit segment de longueur dans la direction de. l application des efforts, le petit segment subit un changement de place et un changement de longueur ( ). o o - n ne s intéresse qu à ce changement de longueur en posant: ε = o. Si on veut calculer la dilatation linéaire dans une direction quelconque, il suffit de multiplier la matrice [ε] par l unitaire u puis de projeter le résultat sur u: Hors de la diagonale, ε, ε et ε sont des distorsions. ε u ([ε] u) =.u our comprendre ce que représente ε, il faut tracer sur la pièce non déformée une petite croi dont les aes sont dans les directions de et de. l application des efforts, la petite croi subit un changement de place et une distorsion. L angle initialement égal à π/2 vaut α. n ne s intéresse qu à la distorsion angulaire en posant:. u 2ε = π/2 - α o 1

11 Résistance des Matériau / L2-SI 2.2 déformations principales La matrice [ε] étant smétrique, il eiste une base ( u 1, u 2, u 3 ) dans laquelle elle s écrit sous forme diagonale. Les 3 directions perpendiculaires définies par u 1, u 2, u 3 sont en les 3 directions de distorsion nulle. 3 Lois de comportement our un matériau linéaire isotrope, il eiste des relations (appelées Lois de comportement) entre déformations et contraintes faisant intervenir 3 coefficients caractéristiques du matériau: le module de Young E [Ma], le coefficient de oisson ν [sans dimension], le coefficient de dilatation thermique α [ -1 ]. Les 4 causes de la dilatation ε d une fibre de direction sont: (1) la présence d une contrainte σ dans cette direction. est la loi de Hooke. (2) la présence d une contrainte σ par effet oisson. (3) la présence d une contrainte σ par effet oisson. (4) une variation de température T. n écrit par superposition: n obtient de manière analogue: ε σ ν σ = - ν σ + E (1) (2) (3) (4) our les relations entre cisaillement et distorsion angulaire: E - α T E ε σ ν σ = - ν σ + E E - α T E ε σ ν σ = - ν σ + E E - α T E 2ε τ = 2ε = τ 2ε τ = E avec = module de cisaillement 2(1+ν) Le module de Young E [Ma] et le coefficient de oisson ν sont obtenus par un essai de traction uniaial. S L 11

12 Résistance des Matériau / L2-SI Valeurs usuelles: Matériau E [a] ν [sans dimension] α [ -1 ] cier lliage d alu Limite élastique - ontrainte équivalente: La contrainte équivalente de VonMisès est calculée selon la formule suivante: σ eq 2 = σ 1 2 +σ 2 2 +σ 3 2 -σ 1 σ 2 -σ 2 σ 3 -σ 3 σ 1 Tous les résultats présentés dans ce chapitre supposent que la limite élastique du matériau n est pas dépassée. r,cette limite est atteinte (et le matériau commence localement à plastifier) quand σ eq = R e (limite élastique issue de l essai de traction uniaial) Les programmes de calcul permettent d afficher sur le modèle de la structure les cartes de visualisation des champs de contraintes. Les cartes donnant la variation des composantes de contrainte (σ,σ...) ne donnent qu une image partielle et ne permettent aucune interprétation sur les risques de dépassement de R e. De plus elles dépendent du repère dans lequel elles sont eprimées. La contrainte équivalente de Von Misès est une combinaison de ces composantes et ne dépend pas du repère de travail. Seule l image de la carte des contraintes équivalentes de Von Misès permet de visualiser clairement la(les) one(s) soumise(s) au risque de plastification. 12

13 Résistance des Matériau / L2-SI hap: outres. 1 Définitions et Hpothèses 1.1 définitions Une poutre est définie par une courbe () (la ligne moenne) et par une section droite perpendiculaire à () dont le centre géométrique décrit la ligne moenne: amont aval () + Nous supposerons que la forme de la section ne varie pas. Une origine, un sens de parcours et une abcisse curviligne sont mis en place. La section droite de centre et d abcisse sépare la partie amont (tronçon de poutre situé avant ) et la partie aval (tronçon de poutre situé après ), conformément au sens de parcours. Le sstème de coordonnées (,,, ) est le repère global dans lequel seront eprimés les déplacements. Un autre sstème de coordonnées (,,, ) est défini. est le repère local que nous allons préciser: est le centre géométrique de la section. est tangent en à la ligne moenne dirigé dans le sens positif, et sont les directions principales de la section droite. + Les contraintes seront eprimées dans ce repère. 13

14 Résistance des Matériau / L2-SI omment trouver les directions principales? - si la section possède un ae de smétrie, est situé sur cet ae et l ae définit une direction principale. 1.2 géométrie des sections droites Dans des aes centrés en : n désigne par S l aire de la section droite. Les coordonnées du centre sont données par les formules: ds = S. ds = S. ds est un élément surfacique. n appelle moment quadratique de la section par rapport à : I o = n appelle moment quadratique de la section par rapport à : I o = es quantités s epriment en m 4. 2 ds 2 ds Si les aes sont centrés en, alors on calcule I et I. Les formules de Hughens s écrivent: I o =I + S. I o =I + S. 2 2 Dans les aes principau centrés en : - Le moment quadratique de la section par rapport à Y est I = - Le moment quadratique de la section par rapport à Z est I = 2 ds 2 ds - Le moment quadratique de la section par rapport à X est I X = I + I 14

15 Résistance des Matériau / L2-SI 1.3 contraintes Dans les aes principau centrés en, considérons dans la section droite un point (,). En ce point s eerce un vecteur contrainte agissant sur la face de suivant et sont τ et τ. Le vecteur est le vecteur cisaille- normale. Sa composante suivant est la contrainte normale σ. Les composantes τ = τ + τ ment. amont τ τ, τ σ Hpothèse fondamentale: on considère que, dans les ones courantes (loin des liaisons et loin des points d application des efforts), les autres composantes: σ, σ et τ sont négligeables devant σ, τ et τ. La matrice des contraintes [σ] prend donc la forme particulière suivante: [σ] = σ τ τ τ τ 1.4 torseur des efforts intérieurs Nous allons eprimer sur la section droite, le torseur écrit en des efforts dus au champ des contraintes σ, τ et τ. σ ds = N (τ - τ )ds = M, ds = τ ds = T ^ ds =, σ ds = M τ ds = T -σ ds = M est le torseur des efforts intérieurs ou torseur de cohésion en. 15

16 Résistance des Matériau / L2-SI La composante sur de la résultante est notée N : effort Normal. Les composantes sur et de la résultante sont notées T et T : efforts Tranchants. La composante sur du moment en est notée M : moment Longitudinal. Les composantes sur et du moment en sont notées M et M : moments de leion. En pratique, le calcul de ces composantes N, T, T, M, M et M va s effectuer directement à partir des efforts eercés en aval (ou en amont) de la section considérée. En effet, si on isole la partie amont, elle est en équilibre sous l effet: -du torseur des efforts intérieurs sur la section de centre, -du torseur de tous les efforts (connus ou de liaison) eercés en amont. donc: torseur en des efforts intérieurs + torseur en des efforts eercés en amont = torseur nul. n en déduit que: torseur en des efforts intérieurs = - (torseur en des efforts eercés en amont ) = + (torseur en des efforts eercés en aval ) 2 Effort Normal et Moments de leion 2.1 contraintes et déformations Dans ce cas:, ds = σ ds = N ^ ds = σ ds ds, et + -σ = M + M La matrice des contraintes [σ] prend la forme particulière suivante: σ [σ] = 16

17 Résistance des Matériau / L2-SI Si M = et M =, alors la poutre travaille à l effort normal pur. La section droite subit une translation d ensemble u suivant : u σ = N S haque fibre de direction subit le même allongement ε. La contrainte σ est donc N identique en tout point (,). n obtient: σ = et ε N = du. S d = ES our une poutre droite d ae et de longueur L, chaque tranche d épaisseur d subit une variation de longueur ε d. Donc la variation totale de longueur est: L ε d = L N ES d Si N = et M Y =, alors la poutre travaille en fleion pure dans le plan. La section droite subit une rotation d ensemble Θ autour de : u σ Θ haque point, situé à une distance de la fibre moenne, subit (dans l hpothèse des petits déplacements) un déplacement u= -Θ suivant. La déformation en de la fibre de direction et de cote est donc ε = - dθ. d 17

18 Résistance des Matériau / L2-SI σ La contrainte qui règne en dans cette fibre vaut: -E dθ. d σ n remarque que est une fonction linéaire de. Si on calcule le moment M par -σ ds, on obtient: M = E dθ 2 ds = E dθ I d où σ. d d = M I our une poutre droite d ae, on désigne par v( ) la translation d ensemble suivant de la section droite. Dans ce cas, la rotation d ensemble Θ = dv. d ela conduit, en remplaçant de la déformée: dθ d dans l epression de M, à l équation différentielle =EI d 2 d 2 v M 18

19 Résistance des Matériau / L2-SI Eercices. Eercice 1: Dans chacun des cas suivants, dessiner la force S équivalente au sstème de forces données. sstème 1: sstème 2: sstème 3: sstème 4: 1 3 3N/cm 2 échelle: 1cm 1N effort distribué Eercice 2: Dans les 2 cas suivants, tracer la force à ajouter au sstème de forces données pour que l ensemble soit équilibré. sstème 1: sstème 2: 2 2N/cm 1 effort distribué 3 échelle: 1cm 1N 19

20 Résistance des Matériau / L2-SI Eercice 3: Rappel des smboles utilisés pour représenter les liaisons: encastrement appui simple articulation glissière 1 2 X X X X X Y M Y M Y M Y M Y M réciser les mouvements autorisés et entourer les composantes d effort transmises par la liaison. Eercice 4: our maintenir un câble tendu (tension = 4 N) on utilise un chevalet constitué de 2 montants [] et [] articulés entre-eu en. câble Les poids étant négligés, déterminer toutes les actions de liaison. Traiter le problème graphiquement puis analtiquement. Eercice 5: Un pont roulant est constitué par une poutrelle [] de longueur 6m, de poids =15N sur laquelle se déplace un chariot soulevant une charge Q=45N. La poutrelle est supposée articulée en, simplement appuée en. Le chariot se trouve au 1/3 de la longueur. Q Quelles sont les actions en et? quelle distance de doit se trouver le chariot pour que l action en soit le double de l action en? 2

21 Résistance des Matériau / L2-SI Eercice 6: Soit une plaque constituée d un matériau homogène et isotrope. n a dessiné,dans l état naturel, un quadrillage orthogonal de directions et. ette plaque est ensuite soumise à des sollicitations qui la déforment. râce à des moens optiques, on a effectué les mesures suivantes: - Le petit segment devient avec: = Le petit segment devient avec: = Dans la direction qui n a pas changé, on observe un allongement relatif ε = Enfin, l angle de π/2 formé par les directions et a varié et devient: (π/ ) rd. Eprimer le tenseur de déformation [ε]. Tracer en sur la pièce: - les directions de dilatation mai et mini, - la direction de dilatation nulle, - les directions pour lesquelles il n a pas de variation angulaire. Eercice 7: Soit une plaque rectangulaire abh, sollicitée en tension dans la direction. La résultante des actions de tension est. Le matériau a pour module élastique E et pour coefficient de oisson ν. α u h a b le point, la matrice des con- n suppose que l état de contraintes est uniforme. traintes s écrit: σ [Σ] = Eprimer σ en fonction de, b et h. alculer la contrainte normale qui règne dans la fibre de direction u qui fait un angle α avec. 21

22 Résistance des Matériau / L2-SI alculer la contrainte qui cisaille cette fibre de direction u dans la direction v u. Eprimer le tenseur de déformation [ε] en fonction de E,ν,, b et h. alculer la dilatation linéaire de la fibre de direction u qui fait un angle α avec. En déduire la valeur de α pour laquelle cette dilatation est nulle. Eprimer la variation de longueur, de largeur et d épaisseur de la plaque. pplication numérique: a=2 cm b=1 cm h=5 mm =5 N E=7 a ν=.3 Eercice 8: La plaque rectangulaire abh, sollicitée en tension de résultante est maintenant percée en son centre d un trou circulaire de raon R= 1cm. E D L état de contraintes n est plus uniforme. Loin du trou (en ), le tenseur des contraintes s écrit toujours: σ [Σ] = Quelle est sa forme en et E situés en bord du trou? Une étude par éléments finis a montré que la contrainte σ varie de la manière suivante le long de D: σ (Ma) 3 avec le trou sans le trou D Y (cm) 5 Montrer qu on retrouve bien la résultante. La contrainte σ dans la fibre qui borde le trou prend la valeur de 3 Ma. alculer le coefficient de concentration de contraintes. 22

23 Résistance des Matériau / L2-SI Eercice 9: ompléter le tableau suivant: Y I Y I Z Z a b Y R Z e<<r Y R Z Y R Z e<<r Y R Z e<<a et b Y Z a e<<a et b b Y Z b a 23

24 Résistance des Matériau / L2-SI Eercice 1: Une poutre [], de longueur L=4m, est supposée articulée en, simplement appuée en. Elle subit une charge =6N dont le support passe par milieu de []. Le poids est négligé. Quelles sont les actions en et? Déterminer N, T Y et M Z. Tracer les diagrammes. Eercice 11: Une poutre [], de longueur L=4m, est supposée articulée en, simplement appuée en. Elle subit une charge =6N inclinée de 45 dont le support passe par milieu de []. Le poids est négligé. Quelles sont les actions en et? Déterminer N, T Y et M Z. Tracer les diagrammes. Eercice 12: Une poutre [], de longueur L=4m, est supposée articulée en, simplement appuée en. Elle subit une charge uniformément distribuée d intensité p=15n/m. p Quelles sont les actions en et? Déterminer T Y et M Z. Tracer les diagrammes. Eercice 13: Une poutre [], de longueur L=4m, est supposée articulée en, simplement appuée en. Elle subit un couple =1 Nm en milieu de []. Le poids est négligé. Quelles sont les actions en et? Déterminer T Y et M Z. Tracer les diagrammes. 24

25 Résistance des Matériau / L2-SI Eercice 14: Une poutre [], de longueur L=4m, est supposée articulée en, simplement appuée en milieu de []. Elle subit sur [] une charge uniformément distribuée d intensité p=15n/m et un couple =1 Nm en. Le poids est négligé. Quelles sont les actions en et? Déterminer T Y et M Z. Tracer les diagrammes. Eercice 15: Une poutre [], de longueur L=4m, est supposée encastrée en, simplement appuée en. Les tronçons [] et [] sont articulés en milieu de []. Elle subit sur [] une charge uniformément distribuée d intensité p=15n/m. Le poids est négligé. Quelles sont les actions en, et? Déterminer T Y et M Z. Tracer les diagrammes. Eercice 16: Reprendre l eercice 4 du chevalet constitué de 2 montants [] et [] articulés entre-eu en. L action eercée en par le bâti sur 1 est définie par: Xc=-.6 et Yc=+.6. câble o o Epliquer pourquoi la barre compression? Que vaut N? omment travaille la barre 2 1 travaille à l effort normal pur. S agit-il de tension ou de? Tacer les diagrammes

26 Résistance des Matériau / L2-SI Eercice 17: =a E,S,ρ a g Un câble de section droite S, de longueur L, de masse volumique ρ et de module E est suspendu en. Un effort est eercé en Tracer la variation de l effort normal N. Déterminer l allongement du câble. Eercice 18: La structure ci-contre est constituée de 3 barres en parallèle. Les barres 1 et 3 sont identiques (matériau E et section S). La barre centrale 2 a pour module E et section S. Un effort est eercé à l etrémité de l assemblage. L Quelle sera la variation de longueur de l assemblage sous l effet de? Eercice 19: Une poutre [], de longueur L=1m, est encastrée en. Elle subit 3 efforts 1 =4N, 2 =6N et 3 =15N en, et. 6cm 8cm Tracer la variation de l effort normal puis de la norme de σ de à. alculer la section sachant que ne doit pas dépasser 15 Ma. σ Déterminer le déplacement du point sachant que E=7 Ma. 26

27 Résistance des Matériau / L2-SI Eercice 2: S 1 S 2 1m g Un câble d ascenseur d une longueur de 2m supporte une charge de 3 tonnes. La masse volumique du câble est de 78 Kg/ m 3. Il est constitué de 2 tronçons de 1 m, de sections différentes S 1 et S 2. La contraine σ ne doit pas dépasser σ lim =15 Ma. 1m alculer les sections mini des 2 câbles. n prendra g= 1m/s 2. 3 tonnes Déterminer l allongement du câble sachant que E=21 Ma. Eercice 21: σ =c s s+ds σ =c ρgs.d s() L g La poutre verticale est un solide de révolution soumis à son propre poids et à un effort à l etrémité. La section est variable. Elle est représentée par la fonction s(). La masse volumique est ρ. n demande de déterminer la fonction s() pour que la contrainte σ soit identique en tout point (on parle de poutre d égale résistance). n pose σ = c. traiter ce problème en isolant une tranche d épaisseur d et en écrivant l équilibre suivant. Eercice 22: Une poutre [], de longueur L, subit une charge uniformément distribuée d intensité p. Déterminer la flèche mai de fleion dans les 2 cas suivants: p p 27

28 Résistance des Matériau / L2-SI Eercice 23: Une poutre [], de longueur 2L, est encastrée en. Elle subit un effort à L/2 et une charge uniformément distribuée d intensité p de L à 2L. pplication numérique: L=1m, =5N et p=/l. p -1- Quelles sont les actions en? -2- Déterminer M Z. -3- Tracer le diagramme de moment fléchissant. -4- u se trouve σ mai? -5- La section est rectangulaire avec a=2b Y Z a b -calculer I -calculer a et b pour que σ soit inférieure à 2 Ma. -6- La section est en I avec a=2b et e=5mm e << a et b Y Z a -calculer I -calculer a et b pour que σ soit inférieure à 2 Ma. -7- alculer le gain de masse entre -5- et -6-. Eercice 24: Une poutre [], de longueur L=1m, subit une charge uniformément distribuée d intensité p=36nm -1 sur la one centrale [ L / 3, 2L / 3 ]: b p Tracer le diagramme de moment fléchissant M. La section droite est précisée ci-contre: S=1 mm 2 I Z = mm 4 Z 4 Y 6 Dans la section où M est mai, calculer la contrainte σ au points et Q. 8 Q 28

29 Résistance des Matériau / L2-SI Eercice 25: La section droite d une poutre est précisée ci-contre: Z 1 1 Y 1 e=3mm Q Dans la section où le moment M = 8 mn et l effort normal N = 24 N, calculer la contrainte σ au points et Q. 29

PROPRIETE GONNET_2003 COURS DE RDM PAGE 1 SUR 21 RESISTANCE DES MATERIAUX FLEXION. Gravure montrant l essai d une poutre en flexion

PROPRIETE GONNET_2003 COURS DE RDM PAGE 1 SUR 21 RESISTANCE DES MATERIAUX FLEXION. Gravure montrant l essai d une poutre en flexion GONNET_00 COURS DE RD PGE 1 SUR 1 RESISTNCE DES TERIUX RESISTNCE DES TERIUX FLEXION Gravure montrant l essai d une poutre en leion GONNET_00 COURS DE RD PGE SUR 1 RESISTNCE DES TERIUX (Etrait de «Discorsi

Plus en détail

1 Cinématique du solide

1 Cinématique du solide TBLE DES MTIÈRES 1 Cinématique du solide 1 1.1 Coordonnées d un point dans l espace......................... 1 1.1.1 Repère et référentiel................................ 1 1.1.2 Sens trigonométrique...............................

Plus en détail

APPLICATION DU THEOREME DES TRAVAUX VIRTUELS AU CALCUL DES STRUCTURES ISOSTATIQUES

APPLICATION DU THEOREME DES TRAVAUX VIRTUELS AU CALCUL DES STRUCTURES ISOSTATIQUES Cours de Mécanique APPLICATION DU THEOREME DES TRAVAUX VIRTUELS AU CALCUL DES STRUCTURES ISOSTATIQUES Philippe Lawrence Octobre 2012 Table des matières 1 Rappels 2 1.1 Structure isostatique.........................

Plus en détail

RDM Flexion Manuel d utilisation

RDM Flexion Manuel d utilisation RDM Flexion Manuel d utilisation Yves Debard Institut Universitaire de Technologie du Mans Département Génie Mécanique et Productique http://iut.univ-lemans.fr/ydlogi/index.html 10 avril 2006 29 mars 2011

Plus en détail

2 Le champ électrostatique E

2 Le champ électrostatique E Licence 3 Sciences de la Terre, de l Univers et de l Environnement Université Joseph-Fourier : Outil Physique et Géophysique 2 Le champ électrostatique E k Daniel.Brito@ujf-grenoble.fr E MAISON DES GÉOSCIENCES

Plus en détail

Corrigé des exercices «Principe fondamental de la dynamique»

Corrigé des exercices «Principe fondamental de la dynamique» «Principe fondamental de la dynamique» Exercice 1 a. Un véhicule parcourt 72 km en 50 minutes. Calculer sa vitesse moyenne et donner le résultat en km/h puis en m/s. La vitesse v est donnée en fonction

Plus en détail

1 S Le produit scalaire Exercices. Diverses expressions du produit scalaire et calcul de grandeurs.

1 S Le produit scalaire Exercices. Diverses expressions du produit scalaire et calcul de grandeurs. S e produit scalaire Eercices Diverses epressions du produit scalaire et calcul de grandeurs. Eercice. est un triangle et I est le milieu de []. Données : I 6, I I et I. alculer : ) (introduire le point

Plus en détail

Résistance des matériaux : méthode des éléments finis. Rappels de cours et exercices avec solutions

Résistance des matériaux : méthode des éléments finis. Rappels de cours et exercices avec solutions Résistance des matériaux : élasticité, méthodes énergétiques, méthode des éléments finis Rappels de cours et exercices avec solutions Yves Debard Institut Universitaire de Technologie du Mans Département

Plus en détail

EVALUATION DIAGNOSTIQUE : - 1- L énergie cinétique d un solide est proportionnelle à sa masse proportionnelle à sa vitesse toujours constante.

EVALUATION DIAGNOSTIQUE : - 1- L énergie cinétique d un solide est proportionnelle à sa masse proportionnelle à sa vitesse toujours constante. EVALUATION DIAGNOSTIQUE : - 1- L énergie cinétique d un solide est proportionnelle à sa masse proportionnelle à sa vitesse toujours constante - 2- L énergie potentielle de pesanteur du wagon dépend : du

Plus en détail

Yves Debard. Institut Universitaire de Technologie du Mans Département Génie Mécanique et Productique

Yves Debard. Institut Universitaire de Technologie du Mans Département Génie Mécanique et Productique Élasticité Yves Debard Institut Universitaire de Technologie du Mans Département Génie Mécanique et Productique http://iut.univ-lemans.fr/ydlogi/index.html 4 mars 006 31 mai 011 Table des matières 1 Contraintes

Plus en détail

TD de Physique n o 10 : Interférences et cohérences

TD de Physique n o 10 : Interférences et cohérences E.N.S. de Cachan Département E.E.A. M2 FE 3 e année Physique appliquée 2011-2012 TD de Physique n o 10 : Interférences et cohérences Exercice n o 1 : Interférences à deux ondes, conditions de cohérence

Plus en détail

Master1 CCS. Université Paul Sabatier. Toulouse III. TPs RdM.6 + VBA. Michel SUDRE

Master1 CCS. Université Paul Sabatier. Toulouse III. TPs RdM.6 + VBA. Michel SUDRE Université Paul Sabatier Master1 CCS Toulouse III TPs RdM.6 + VBA Michel SUDRE Déc 2008 TP N 1 Poutre Fleion-Tranchant On considère 2 poutres droites identiques de longueur L dont la est un de hauteur

Plus en détail

Sujet Métropole 2013 EXERCICE 1. [4 pts] Probabilités

Sujet Métropole 2013 EXERCICE 1. [4 pts] Probabilités Sujet Métropole 01 EXERIE 1. [4 pts] Probabilités Une jardinerie vend de jeunes plants d arbres qui proviennent de trois horticulteurs : 5% des plants proviennent de l horticulteur H 1, 5% de l horticulteur

Plus en détail

CHAPITRE 1 CINÉTIQUE. 1.1 Masse et inertie. 1.1.1 Notions d inertie

CHAPITRE 1 CINÉTIQUE. 1.1 Masse et inertie. 1.1.1 Notions d inertie TABLE DE MATIÈRE 1 Cinétique 1 1.1 Masse et inertie................................ 1 1.1.1 Notions d inertie........................... 1 1.1.2 Masse.................................. 2 1.1.3 Centre d

Plus en détail

VIII FLEXION PLANE. 1. Flexion plane simple

VIII FLEXION PLANE. 1. Flexion plane simple VIII FLEXION PLANE Parmi les différentes sollicitations simples étudiées en RD, la flexion plane tient un rôle prépondérant car elle est fréquente dans les mécanismes et les problèmes de poutres. 1. Flexion

Plus en détail

CH12 : Solide en mouvement de translation

CH12 : Solide en mouvement de translation BTS électrotechnique 1 ère année - Sciences physiques appliquées CH12 : Solide en mouvement de translation Motorisation des systèmes Enjeu : Problématique : En tant que technicien supérieur, il vous revient

Plus en détail

Création (commentaires) : 5 novembre 2010 16/7/11 : ajouter dia II-6-1-15

Création (commentaires) : 5 novembre 2010 16/7/11 : ajouter dia II-6-1-15 Création (commentaires) : 5 novembre 2010 16/7/11 : ajouter dia II-6-1-15 Hypothèses : voir illustration expérimentale à la dia suivante et quantification de l effet de l effort tranchant sur la déformé

Plus en détail

Boîte à outils mathématiques de base pour l infographie et l animation par ordinateur. Yves Chiricota, professeur DIM, UQAC Cours 8TRD147

Boîte à outils mathématiques de base pour l infographie et l animation par ordinateur. Yves Chiricota, professeur DIM, UQAC Cours 8TRD147 Boîte à outils mathématiques de base pour l infographie et l animation par ordinateur Yves Chiricota, professeur DIM, UQAC Cours 8TRD147 14 Janvier 2015 2 Il est impossible d envisager l étude des méthodes

Plus en détail

Modéliser les actions mécaniques Prévoir et vérifier les performances de systèmes soumis à des actions mécaniques statiques.

Modéliser les actions mécaniques Prévoir et vérifier les performances de systèmes soumis à des actions mécaniques statiques. Modéliser les actions mécaniques Prévoir et vérifier les performances de systèmes soumis à des actions mécaniques statiques. CI-6 LYCÉE CARNOT (DIJON), 2014-2015 Germain Gondor Sciences de l Ingénieur

Plus en détail

DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ

DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ calculatrice: autorisée durée: 4 heures Sujet Mécanique...2 I.Mise en équations...2 II.Résolution...4 III.Vérifications...4 IV.Aspects énergétiques...4 Optique...5 I.Interférences

Plus en détail

Travail d une force Correction

Travail d une force Correction Travail d une force Exercice 1 : Deux jumeaux de même masse m=75,0 kg montent au 5ème étage d'un immeuble en partant du rez-de-chaussée. Le jumeau A emprunte l'ascenseur et le jumeau B l'escalier. La distance

Plus en détail

TRAVAIL PRATIQUE. 2x + 1. x + 1

TRAVAIL PRATIQUE. 2x + 1. x + 1 A - Polynômes et factorisation Résultats d apprentissage générau C COMMUNICATION RP RÉSOLUTION DE PROBLÈMES L LIENS R RAISONNEMENT E ESTIMATION ET CALCUL MENTAL T TECHNOLOGIE V VISUALISATION généraliser

Plus en détail

Epreuve de Physique I-B Durée 4 h

Epreuve de Physique I-B Durée 4 h * Banque filière PT * BANQUE PT - EPREUVE I-B. Epreuve de Physique I-B Durée 4 h Etude d'une micropompe électrostatique Indications générales : On donnera tous les résultats avec leur unité. Les candidats

Plus en détail

ELASTICITE. l'isotropie du corps considéré: les propriétés élastiques sont les mêmes dans toutes les directions de l'espace;

ELASTICITE. l'isotropie du corps considéré: les propriétés élastiques sont les mêmes dans toutes les directions de l'espace; 7 M1 EASTICITE I.- INTRODUCTION orsqu'un corps est soumis à des contraintes externes, celui-ci subit des déformations qui dépendent de l'intensité de ces contraintes. Si ces dernières sont faibles, on

Plus en détail

Corps remorqué dans l eau

Corps remorqué dans l eau ACCUEIL Corps remorqué dans l eau Frédéric Elie, août 2007 La reproduction des articles, images ou graphiques de ce site, pour usage collectif, y compris dans le cadre des études scolaires et supérieures,

Plus en détail

Thème : Lois et modèles Partie : Temps, mouvement et évolution. Cours 24 : Travail d une force-energies

Thème : Lois et modèles Partie : Temps, mouvement et évolution. Cours 24 : Travail d une force-energies 1 Thème : Lois et modèles Partie : Temps, mouvement et évolution. Cours 24 : Travail d une force-energies I. Les forces travaillent. 1. Effets d une force. Les forces appliquées à un système peut : - Déformer

Plus en détail

RELATIONS EFFORTS - DEFORMATIONS

RELATIONS EFFORTS - DEFORMATIONS ET 231 LIAISOS ETRE SOLIDES RELATIOS EFFORTS - DEFORMATIOS Eléments de Résistance Des Matériaux 1- Poutre (Définition) 2- Efforts intérieurs 3- otions de contraintes 4- Relations sollicitations - contraintes

Plus en détail

3 Le champ de gravité g Page 1 de 24

3 Le champ de gravité g Page 1 de 24 Licence 3 Sciences de la Terre, de l Univers et de l Environnement Université Joseph-Fourier : Outil Physique et Géophysique 3 Le champ de gravité g Page 1 de 24 k Daniel.Brito@ujf-grenoble.fr E MAISON

Plus en détail

Feuille d'exercices : Diusion thermique

Feuille d'exercices : Diusion thermique Feuille d'exercices : Diusion thermique P Colin 2014/2015 1 Diusion thermique dans une barre * On considère une barre cylindrique de longueur l et de section S constituée d un matériau de conductivité

Plus en détail

METHODES ENERGETIQUES

METHODES ENERGETIQUES ESTP TP - Cours de Résistance des Matériau METHODES ENERGETIQUES OBJECTIF ENERGIE DE DEFORMTION INTERNE. Eemple du ressort. Généralisation 5. Théorème de Clapeyron ou travail des forces etérieures 5.4

Plus en détail

Cours de mécanique M14-travail-énergies

Cours de mécanique M14-travail-énergies Cours de mécanique M14-travail-énergies 1 Introduction L objectif de ce chapitre est de présenter les outils énergétiques utilisés en mécanique pour résoudre des problèmes. En effet, parfois le principe

Plus en détail

Mécanique P06-1MECA0

Mécanique P06-1MECA0 PRIS Formation d Ingénieurs en Partenariat Section GE Polycopié de cours V Mécanique P06-1MEC0 Cours Magistraux TD ED 1ère nnée Enseignant : Mr DETREZ 2011-2012 i Table des matières II Cinématique 1 I.1

Plus en détail

RDM Ossatures Manuel d utilisation

RDM Ossatures Manuel d utilisation RDM Ossatures Manuel d utilisation Yves Debard Institut Universitaire de Technologie du Mans Département Génie Mécanique et Productique http://iut.univ-lemans.fr/ydlogi/index.html 26 juin 2006 29 mars

Plus en détail

axe par rapport auquel on calcule les moments des efforts appliqués au système

axe par rapport auquel on calcule les moments des efforts appliqués au système 1. Calcul du chargement en fatigue de la vis de fixation du robot Afin de calculer la charge sur chaque fixation, on calcule le moment des différentes forces appliquées au système ( + socle), en négligeant

Plus en détail

Outils de post-traitement des calculs éléments finis dans Catia F. Louf

Outils de post-traitement des calculs éléments finis dans Catia F. Louf Outils de post-traitement des calculs éléments finis dans Catia F. Louf Dans cette fiche, on propose de détailler les différents outils à disposition dans Catia pour post-traiter des calculs éléments finis.

Plus en détail

MASTER de Génie Civil, Lyon Année scolaire 2006-2007 DYNAMIQUE DES SOLS ET DES STRUCTURES. Sujet No 1, durée : 2 heures

MASTER de Génie Civil, Lyon Année scolaire 2006-2007 DYNAMIQUE DES SOLS ET DES STRUCTURES. Sujet No 1, durée : 2 heures MASTER de Génie Civil, Lyon Année scolaire 6-7 Epreuve du 6 mars 7 DYNAMIQUE DES SOLS ET DES STRUCTURES GENIE PARASISMIQUE Sujet No, durée : heures Les copies doivent être rédigées en français et écrites

Plus en détail

MEÉF 1 - Mathématiques DS2-5 octobre 2015 Analyse - Géométrie

MEÉF 1 - Mathématiques DS2-5 octobre 2015 Analyse - Géométrie MEÉF - Mathématiques DS2-5 octobre 25 Analyse - Géométrie Eercice Soit E un K-espace vectoriel (K étant le corps R ou C). Deu normes N et N 2 sur E sont dites équivalentes s il eiste deu constantes réelles

Plus en détail

CHAPITRE IV: ONDES DE CHOCS DROITES

CHAPITRE IV: ONDES DE CHOCS DROITES CHAPITRE IV: ONDES DE CHOCS DROITES Nous avons souligné au chapitre II, ainsi qu au chapitre III, que pour les écoulements à grande vitesse le modèle continu ne permettait pas de décrire la totalité des

Plus en détail

Principe de fonctionnement d un véhicule à roues

Principe de fonctionnement d un véhicule à roues Mécanique «Chapitre» 4 Principe de fonctionnement d un véhicule à roues Parties du programme de PCSI à revoir Notions et contenus Lois de Coulomb du frottement de glissement dans le seul cas d un solide

Plus en détail

1.1. Le moment cinétique en mécanique classique

1.1. Le moment cinétique en mécanique classique c M Dunseath-Terao - Master 1 de Physique UR1 2006 2007 1 Complément 1 Le moment cinétique 1.1. Le moment cinétique en mécanique classique L équation du mouvement d un corps en rotation en mécanique classique

Plus en détail

Dernière modification : 5 février 2003. Nº du cours Titre du cours Structure et analyse de produits

Dernière modification : 5 février 2003. Nº du cours Titre du cours Structure et analyse de produits Devis de cours DEC - 570.C0 Design industriel NOM DU PROGRAMME Dernière modification : 5 février 2003 Nº du cours Titre du cours 203-570-SF Structure et analyse de produits Pondération Heures Préalables

Plus en détail

EPREUVE SPECIFIQUE FILIERE MP PHYSIQUE 1. Durée : 4 heures. Les calculatrices sont autorisées. * * *

EPREUVE SPECIFIQUE FILIERE MP PHYSIQUE 1. Durée : 4 heures. Les calculatrices sont autorisées. * * * SESSION 004 EPREUVE SPECIFIQUE FILIERE MP PYSIQUE Durée : 4 heures Les calculatrices sont autorisées. N : Le candidat attachera la plus grande importance à la clarté, à la précision et à la concision de

Plus en détail

1 Transformations élémentaires 2

1 Transformations élémentaires 2 Contenu 1 Transformations élémentaires 2 2 Les projections 4 21 Les projections parallèles 4 22 Les projections perspectives 6 23 Points de fuite 7 3 Formation d images 1 31 Projection : le modèle à sténopé

Plus en détail

Vecteurs.nb 1. Collège du Sud 1-ère année. Mathématiques. Vecteurs. Edition 2003/2004 - DELM

Vecteurs.nb 1. Collège du Sud 1-ère année. Mathématiques. Vecteurs. Edition 2003/2004 - DELM Vecteurs.nb 1 Collège du Sud 1-ère année Mathématiques Vecteurs Edition 00/004 - DELM Supports de cours de mathématiques de degré secondaire II, lien hypertexte vers la page mère http://www.deleze.name/marcel/sec/index.html

Plus en détail

{T}= R M(o) o. Le Torseur. Le torseur : un outil mathématique. Il représente un champ de vecteur équiprojectif. S2I Lycée Corneille T.

{T}= R M(o) o. Le Torseur. Le torseur : un outil mathématique. Il représente un champ de vecteur équiprojectif. S2I Lycée Corneille T. Le torseur : un outil mathématique {T} R M(o) o Il représente un champ de vecteur équiprojectif. Champ des vitesses d'un solide en rotation Le torseur : adapté à la mécanique des solides. Le torseur est

Plus en détail

Cristaux, tenseurs, élasticité & piézoélectricité

Cristaux, tenseurs, élasticité & piézoélectricité Cristaux, tenseurs, élasticité & piézoélectricité par Vincent Laude Institut FEMTO-ST, département MN2S équipe MINANO «Micro-Instrumentation, NANosciences et Ondes» 32 avenue de l Observatoire F-25044

Plus en détail

MATHÉMATIQUES TERMINALE ES A. YALLOUZ. Ce polycopié conforme au programme 2002, regroupe les documents distribués aux élèves en cours d année.

MATHÉMATIQUES TERMINALE ES A. YALLOUZ. Ce polycopié conforme au programme 2002, regroupe les documents distribués aux élèves en cours d année. MATHÉMATIQUES TERMINALE ES A. YALLOUZ Ce polcopié conforme au programme 00, regroupe les documents distribués au élèves en cours d année. Année 0-0 Année 0-0 T le ES A. YALLOUZ (MATH@ES) TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

Pierre BOURDET sept. 96 - fev. 2005. Tolérancement géométrique

Pierre BOURDET sept. 96 - fev. 2005. Tolérancement géométrique Tolérancement géométrique Modèle nominal - Réel - Écarts Géométrie nominale Représentation du réel Écarts Écarts Nuage de points Éléments de substitution Tolérancement : spécifier les limites de variation

Plus en détail

TRAVAUX DIRIGÉS DE O 3

TRAVAUX DIRIGÉS DE O 3 TRVUX DIRIGÉS DE O 3 Exercice : Constructions graphiques Pour chacune des figures, déterminer la position de l objet ou de son image par la lentille mince. Les points situés sur l axe optique sont les

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2013 2014 MATHS/STATS. Solution des exercices d algèbre linéaire

UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2013 2014 MATHS/STATS. Solution des exercices d algèbre linéaire UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 3 4 Master d économie Cours de M. Desgraupes MATHS/STATS Document : Solution des exercices d algèbre linéaire Table des matières

Plus en détail

concours externe de recrutement de professeurs certifiés et concours d accès à des listes d aptitude (CAFEP)

concours externe de recrutement de professeurs certifiés et concours d accès à des listes d aptitude (CAFEP) SESSION DE 2005 concours externe de recrutement de professeurs certifiés et concours d accès à des listes d aptitude (CAFEP) section : mathématiques deuxième composition de mathématiques (épreuve de remplacement)

Plus en détail

COLLECTION D EXERCICES EN RÉSISTANCE DES MATÉRIAUX

COLLECTION D EXERCICES EN RÉSISTANCE DES MATÉRIAUX ÉCOLE D'INGÉNIEURS DE FRIBOURG (E.I.F.) SECTION DE MÉCANIQUE G.R. Nicolet, texte revu et augmenté en 2007 COLLECTION D EXERCICES EN RÉSISTANCE DES MATÉRIAUX Traction et compression simples Cisaillement

Plus en détail

1 Rappels sur les champs électriques

1 Rappels sur les champs électriques Rappels sur les champs électriques. Cadre de l étude On considère un diélectrique homogène ie ayant les mêmes propriétés dans tout le volume). On note E le champ électrique global et D le champ excitation

Plus en détail

Chapitre 4: Les 3 principes de Newton

Chapitre 4: Les 3 principes de Newton e B et C 4 Les 3 principes de Newton 38 Chapitre 4: Les 3 principes de Newton 1. Rappels sur les forces Rappel 1 : On appelle force toute cause capable de: modifier le mouvement d un corps; de déformer

Plus en détail

Indicateurs de décharge et de perte de proportionnalité du chargement en élastoplasticité

Indicateurs de décharge et de perte de proportionnalité du chargement en élastoplasticité Titre : Indicateurs de décharge et de perte de proportionn[...] Date : 10/10/2012 Page : 1/9 Indicateurs de décharge et de perte de proportionnalité du chargement en élastoplasticité Résumé On présente

Plus en détail

Cours de Structures en béton

Cours de Structures en béton Cours de Structures en béton Chapitre 8 LES SECTION SOUMISES À LA TORSION Section 8.1 Les bases du calcul 8.1.1 Les causes de la torsion 8.1.2 Les types de torsion 8.1.3 Quelques exemples d illustration

Plus en détail

CONCOURS COMMUNS POLYTECHNIQUES

CONCOURS COMMUNS POLYTECHNIQUES CONCOURS COMMUNS POLYTECHNIQUES la liaison étant supposée parfaite. Le rouleau n est entraîné en rotation par un moteur extérieur non figuré, sa vitesse de rotation est ω > constante au cours du temps.

Plus en détail

1 Définition. 2 Systèmes matériels et solides. 3 Les actions mécaniques. Le système matériel : Il peut être un ensemble.un sous-ensemble..

1 Définition. 2 Systèmes matériels et solides. 3 Les actions mécaniques. Le système matériel : Il peut être un ensemble.un sous-ensemble.. 1 Définition GÉNÉRALITÉS Statique 1 2 Systèmes matériels et solides Le système matériel : Il peut être un ensemble.un sous-ensemble..une pièce mais aussi un liquide ou un gaz Le solide : Il est supposé

Plus en détail

FICHE PEDAGOGIQUE. - Comprendre la notion de stabilité d un système soumis à des forces, et l appliquer à un ouvrage.

FICHE PEDAGOGIQUE. - Comprendre la notion de stabilité d un système soumis à des forces, et l appliquer à un ouvrage. FICHE PEDAGOGIQUE Objectif du TD : - Calculer des résultantes de forces réparties - Calculer le moment de forces réparties - Comprendre la notion de stabilité d un système soumis à des forces, et l appliquer

Plus en détail

CINEMATIQUE GRAPHIQUE 2D Polycopié sans trous

CINEMATIQUE GRAPHIQUE 2D Polycopié sans trous Cours ENSIS MEC101 Mécanique des systèmes et des milieux déformables CINEMTIQUE GRPHIQUE 2D Polycopié sans trous 1/20 I) MOUVEMENT D'UN SOLIDE 1.1. Solide du point de vue cinématique Un mécanisme est composé

Plus en détail

Chapitre 5 Les lois de la mécanique et ses outils

Chapitre 5 Les lois de la mécanique et ses outils DERNIÈRE IMPRESSION LE 1 er août 2013 à 12:49 Chapitre 5 Les lois de la écanique et ses outils Table des atières 1 Les référentiels et repères 2 2 Les grandeurs de l évolution 2 2.1 Le vecteur de position..........................

Plus en détail

STI2D : Enseignements Technologiques Transversaux

STI2D : Enseignements Technologiques Transversaux 1) Notion de moment d une force : Les effets d une force sur un solide dépendent de la position de la force par rapport au corps. Pour traduire avec précision les effets d une force, il est nécessaire

Plus en détail

Le second degré. Table des matières

Le second degré. Table des matières Le second degré Table des matières 1 La forme canonique du trinôme 1.1 Le trinôme du second degré......................... 1. Quelques exemples de formes canoniques................. 1.3 Forme canonique

Plus en détail

ANEXE 1 Essais de DMA et modélisation par éléments finis

ANEXE 1 Essais de DMA et modélisation par éléments finis ANEXE 1 Essais de DMA et modélisation par éléments finis ANEXE 1...188 ESSAIS DE DMA ET MODELISATION PAR ELEMENTS FINIS...188 1.1 ANALYSE EXPERIMENTALE...189 1.2 MODELISATION DES ESSAIS DE DMA PAR ELEMENTS

Plus en détail

GCI 107 - Communication graphique en ingénierie

GCI 107 - Communication graphique en ingénierie GCI 107 - Communication graphique en ingénierie Démonstrations et exercices dirigés sur Catia V5 - Semaine #1 Version 1.0 Table des matières DÉMONSTRATION #1 : Solide extrudé... 2 DÉMONSTRATION #2 : Solide

Plus en détail

Applications de la dérivée 4

Applications de la dérivée 4 4.1 croissance, décroissance et etremums d une fonction Applications de la dérivée 4 4.1 Croissance, décroissance et etremums d une fonction La dérivée d une fonction nous renseigne sur certaines particularités

Plus en détail

15 Notions sur les turbomachines

15 Notions sur les turbomachines 16 avril 2004 429 15 Au cours des chapitres précédents, on a maintes fois considéré des machines au sein desquelles s opérait un échange de travail avec le milieu extérieur (compresseurs, turbines). Parmi

Plus en détail

point d application F r intensité: 4 unités

point d application F r intensité: 4 unités A. MÉCANIQUE A1. Forces I) appels 1) Effets d une force: définition Une force est une grandeur physique qui se manifeste par ses effets a) effet dynamique : Une force est une cause capable de produire

Plus en détail

Champs de contraintes pour le béton structural

Champs de contraintes pour le béton structural Aurelio Muttoni et Miguel Fernández Ruiz Champs de contraintes pour le béton structural Les champs de contraintes constituent un outil basé sur le théorème statique (ou borne inferieure) de la théorie

Plus en détail

IAE Poutres planes. Saber EL AREM. Centre des Matériaux MINES ParisTech

IAE Poutres planes. Saber EL AREM. Centre des Matériaux MINES ParisTech IAE Poutres planes aber EL AREM Centre des Matériaux MINE ParisTech Plan Introduction Géométrie et chargement Hypothèse sur le matériaux Principe de aint-venant Actions mécaniques extérieures Les charges

Plus en détail

PHYSIQUE. Lampe à incandescence et bilans thermiques. Partie I - Lampe à incandescence en régime permanent

PHYSIQUE. Lampe à incandescence et bilans thermiques. Partie I - Lampe à incandescence en régime permanent PHYSIQUE Lampe à incandescence et bilans thermiques Partie I - Lampe à incandescence en régime permanent IA - Détermination de la température du filament Le filament d une ampoule à incandescence est constitué

Plus en détail

3D Compléments de cours. Guy GREISEN

3D Compléments de cours. Guy GREISEN 3D Compléments de cours Guy GREISEN 14 septembre 2009 3D 3 Table des matières 1 SECOND DEGRÉ 6 1.1 Introduction................................................ 6 1.2 Formule générale.............................................

Plus en détail

CHAPITRE 5 EXERCICES 5.2 0,1 ( 4; 0,10) 2. y. Chapitre 5 Régression et modélisation 43. f (x) = 1,8 x (3; 5,83) (2; 3,24) (1; 1,8) (0; 1)

CHAPITRE 5 EXERCICES 5.2 0,1 ( 4; 0,10) 2. y. Chapitre 5 Régression et modélisation 43. f (x) = 1,8 x (3; 5,83) (2; 3,24) (1; 1,8) (0; 1) Chapitre 5 Régression et modélisation CHAPITRE 5 EXERCICES 5.. 0 7 f () =,8 (;,8) (;,) (; 5,8) 0,7 0,5 0, 0, 0, ( ; 5 0,) ( ; 0,7) (0; ) 9( ; 0,5) 0, ( ; 0,0) 0 5 7 8 9.,0 0,7 0,5 0, 0, 0, 0, 5 7 0 Chapitre

Plus en détail

TP-cours n 7 : Câble coaxial

TP-cours n 7 : Câble coaxial TP-cours n 7 : Câble coaial Matériel disponible : Câble coaial enroulé de 100m, GBF Centrad, adaptateurs BNC-banane, boite à décade de résistances. I Équation de propagation dans le câble coaial I.1 Introduction

Plus en détail

CHAPITRE 07 MISE EN EVIDENCE DU CHAMP ELECTRIQUE

CHAPITRE 07 MISE EN EVIDENCE DU CHAMP ELECTRIQUE CHAPITRE 07 MISE EN EVIDENCE DU CHAMP EECTRIQUE I) Champ électrique A l'intérieur des armatures d'un condensateur plan, le champ est uniforme. Ses caractéristiques sont : A l'intérieur des armatures d'un

Plus en détail

Intégration de polynômes Points de Gauss

Intégration de polynômes Points de Gauss Intégration de polynômes Points de Gauss Commençons par un exercice classique de premier cycle. Problème 1 Trouver trois réels α, β et γ tels que, pour tout polynôme P de degré au plus 2, on ait : ( )

Plus en détail

Critères de sélection des matériaux

Critères de sélection des matériaux Critères de sélection des matériaux Quels outils pour faire le meilleur coix? Jean Colombani 04 7 44 85 70 jean.colombani@univ-lyon1.fr Laurent Joly 04 7 43 6 11 laurent.joly@univ-lyon1.fr Vittoria Piscedda

Plus en détail

Volume et température d un gaz

Volume et température d un gaz Volume et température d un gaz Par Pascal Rebetez Janvier 7 Introduction Après avoir étudié expérimentalement la relation entre le volume et la température d un gaz (de l air), nous comparons les données

Plus en détail

Concours Blanc N 1 Enoncé

Concours Blanc N 1 Enoncé Concours Blanc N 1 Enoncé Physique 20 QCM Durée de l épreuve : 60 min 20 pts Physique 1 QCM 1 Une bille, de masse m = 140 g, est accrochée à un fil inextensible de longueur l = 30 cm, de masse négligeable.

Plus en détail

(a) Déterminer la probabilité que le chocolat choisi soit blanc et garni de praliné.

(a) Déterminer la probabilité que le chocolat choisi soit blanc et garni de praliné. Eercice / 5 points Une boîte de chocolats contient 50 % de chocolats au lait, 30 % de chocolats noirs et 0 % de chocolats blancs. Tous les chocolats de la boîte sont de même forme et d emballage identique.

Plus en détail

Utilisation du théorème de Gauss

Utilisation du théorème de Gauss Utilisation du théorème de Gauss Table des matières 1 Méthode générale 1 2 Plan infini uniformément chargé 2 2.1 Invariances et symétries................................... 2 2.2 Calcul du champ électrique.................................

Plus en détail

1 Présentation du moulin. 2 Modélisation mathématique. 2.1 Modélisation statique. Don Quichotte de l Atlantique

1 Présentation du moulin. 2 Modélisation mathématique. 2.1 Modélisation statique. Don Quichotte de l Atlantique 1 Présentation du moulin Il s agit d une roue tournant autour d un axe. Sur l extérieur de la roue sont fixées des tiges et sur les tiges sont accrochés des récipients. Ces récipients sont ouverts en haut

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2014 MATHÉMATIQUES. Série S ÉPREUVE DU JEUDI 19 JUIN 2014. Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient : 7

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2014 MATHÉMATIQUES. Série S ÉPREUVE DU JEUDI 19 JUIN 2014. Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient : 7 BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2014 MATHÉMATIQUES Série S ÉPREUVE DU JEUDI 19 JUIN 2014 Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient : 7 ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE Les calculatrices électroniques de poche sont

Plus en détail

Chapitre 4. Travail et puissance. 4.1 Travail d une force. 4.1.1 Définition

Chapitre 4. Travail et puissance. 4.1 Travail d une force. 4.1.1 Définition Chapitre 4 Travail et puissance 4.1 Travail d une force 4.1.1 Définition En physique, le travail est une notion liée aux forces et aux déplacements de leurs points d application. Considérons une force

Plus en détail

CHAPITRE 1 MÉCANISMES. 1.1 Modélisation cinématique. 1.1.1 Problématique. 1.1.2 Modèle cinématique

CHAPITRE 1 MÉCANISMES. 1.1 Modélisation cinématique. 1.1.1 Problématique. 1.1.2 Modèle cinématique TABLE DES MATIÈRES 1 Mécanismes 1 1.1 Modélisation cinématique.......................... 1 1.1.1 Problématique............................ 1 1.1.2 Modèle cinématique......................... 1 1.2 Liaisons

Plus en détail

Campus Saint-Jean (consolidé avec la Faculty of Engineering) PHYSQ 131 Examen Final Samedi, 21 avril, 2012; 14h 16h30 MCM 3-18

Campus Saint-Jean (consolidé avec la Faculty of Engineering) PHYSQ 131 Examen Final Samedi, 21 avril, 2012; 14h 16h30 MCM 3-18 Campus Saint-Jean (consolidé avec la Faculty of Engineering) PHYSQ 131 Examen Final Samedi, 21 avril, 2012; 14h 16h30 MCM 3-18 1. Vous n avez droit ni aux notes, ni au manuel. 2. Des feuilles de formules

Plus en détail

Exercice 1 : BRIDE HYDRAULIQUE. Exercice 2 : TABLE ÉLÉVATRICE. Présentation. Voir vidéos sur site du professeur. Piston (6) Corps (7)

Exercice 1 : BRIDE HYDRAULIQUE. Exercice 2 : TABLE ÉLÉVATRICE. Présentation. Voir vidéos sur site du professeur. Piston (6) Corps (7) TD 26 - PFS Résolution analytique (Loi entrée-sortie statique) Page 1/6 Exercice 1 : BRIDE HYDRAULIQUE. Reprendre l exercice du TD25, et déterminer p f ( F) le plus rapidement possible. Exercice 2 : TABLE

Plus en détail

DESCRIPTION DETAILLEE DES TESTS...

DESCRIPTION DETAILLEE DES TESTS... Guide de validation Effel v010 SOMMAIRE 1. INTRODUCTION...17 1.1. Codification des fiches de description des tests...17 1.. Exemple codification fiche de description de test...19 1.3. Exemple codification

Plus en détail

PHYSIQUE - MATHÉMATIQUES

PHYSIQUE - MATHÉMATIQUES SESSION 2013 SECOND CONCOURS ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE PHYSIQUE - MATHÉMATIQUES Durée : 4 heures L usage des calculatrices de poche à alimentation autonome, sans imprimante et sans document d accompagnement

Plus en détail

Chapitre 2 : Caractéristiques du mouvement d un solide

Chapitre 2 : Caractéristiques du mouvement d un solide Chapitre 2 : Caractéristiques du mouvement d un solide I Rappels : Référentiel : Le mouvement d un corps est décris par rapport à un corps de référence et dépend du choix de ce corps. Ce corps de référence

Plus en détail

La double nature du produit vectoriel

La double nature du produit vectoriel La double nature du produit vectoriel André Boileau Section didactique Département de mathématiques, UQAM RÉSUMÉ Le produit vectoriel est habituellement décrit de deux façons fort différentes : géométriquement

Plus en détail

Cours de Mathématiques II Chapitre 1. Algèbre linéaire

Cours de Mathématiques II Chapitre 1. Algèbre linéaire Université de Paris X Nanterre UFR Segmi Année 7-8 Licence Economie-Gestion première année Cours de Mathématiques II Chapitre Algèbre linéaire Table des matières Espaces vectoriels Espaces et sous-espaces

Plus en détail

Leçon n 4 : Loi d Ohm et de Joule

Leçon n 4 : Loi d Ohm et de Joule ELECTROMAGNETSME Electrocinétique Page sur Leçon n 4 : Loi d Ohm et de Joule. ntroduction Le terme courant électrique plus communément désigné par "courant" permet de décrire le déplacement de toute charge

Plus en détail

Utilisation de la méthode des éléments finis

Utilisation de la méthode des éléments finis Simulation numérique des équations multi-physiques Institut FEMTO-ST, Université de Bourgogne Franche-Comté et CNRS, 15 B avenue des Montboucons, F-25030 Besançon Cedex, France vincent.laude@femto-st.fr

Plus en détail

D U G A Z P A R F A I T M O N O A T O M I Q U E A U X F L U I D E S R E E L S E T A U X P H A S E S C O N D E N S E E S

D U G A Z P A R F A I T M O N O A T O M I Q U E A U X F L U I D E S R E E L S E T A U X P H A S E S C O N D E N S E E S THERMODYNAMIQUE Lycée F.BUISSON PTSI D U G A Z P A R F A I T M O N O A T O M I Q U E A U X F L U I D E S R E E L S E T A U X P H A S E S C O N D E N S E E S Ce chapitre pourrait s appeler du monde moléculaire

Plus en détail

MECA0003-2 - MÉCANIQUE RATIONNELLE

MECA0003-2 - MÉCANIQUE RATIONNELLE L G L G Octobre 015 MEA0003- - MÉANIQUE RATIONNELLE Prof. Éric J.M.DELHEZ Un constructeur de jouets souhaitant mettre au point un nouveau système de propulsion de petites voitures pour son circuit miniature

Plus en détail

ÉLÉMENTS D OPTIMISATION. Complément au cours et au livre de MTH 1101 - CALCUL I

ÉLÉMENTS D OPTIMISATION. Complément au cours et au livre de MTH 1101 - CALCUL I ÉLÉMENTS D OPTIMISATION Complément au cours et au livre de MTH 1101 - CALCUL I CHARLES AUDET DÉPARTEMENT DE MATHÉMATIQUES ET DE GÉNIE INDUSTRIEL ÉCOLE POLYTECHNIQUE DE MONTRÉAL Hiver 2011 1 Introduction

Plus en détail

HPLP310 Biblio_35 Fissure radiale interne dans un cylindre épais sous pression et chargement thermique

HPLP310 Biblio_35 Fissure radiale interne dans un cylindre épais sous pression et chargement thermique Titre : HPLP30 - Biblio_35 Fissure radiale interne dans u[...] Date : 0/09/0 Page : /5 HPLP30 Biblio_35 Fissure radiale interne dans un cylindre épais sous pression et chargement thermique Résumé : Ce

Plus en détail

Cours de Structures en béton Prof. André Oribasi

Cours de Structures en béton Prof. André Oribasi Cours de Structures en béton Chapitre 2 LES MATERIAUX EN PRESENCE Section 2.2 Le béton 2.2.1 Les constituants du béton 2.2.2 Les types de béton 2.2.3 La résistance à la compression 2.2.4 La résistance

Plus en détail

Synthèse d analyse Avril 2011

Synthèse d analyse Avril 2011 Snthèse d analse Avril 20 Cette snthèse d analse a été rédigée suite à une suggestion de M le Professeur E Delhez Elle est destinée à aider les étudiants à préparer l eamen d admission au études d ingénieur

Plus en détail