PCR (POLYMERASE CHAIN REACTION)

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PCR (POLYMERASE CHAIN REACTION)"

Transcription

1 PCR (POLYMERASE CHAIN REACTION) Amplification des acides nucléiques PCR RT-PCR Et leurs applications PCR en temps réel

2 La PCR : une révolution technologique en biologie moléculaire APPLICATIONS : - Médecine légale * Identification d un suspect * Recherche de paternité - Détection de microorganismes pathogènes (à ADN ou à ARN) - Diagnostic préimplantatoire, prénatal - Diagnostic de maladies génétiques - Etude de l expression des gènes - Agroalimentaire (OGM)

3

4 Etude d un cycle de PCR 1. Dénaturation de l ADN cible 2. Hybridation des amorces 3. Extension des amorces - Ces 3 étapes se font à des températures différentes. - La PCR consiste à répéter ce cycle de 3 étapes thermiques dans un même tube.

5

6 Les 2 brins de l ADN sont maintenus appariés par des liaisons non covalentes : G C et A=T. La dénaturation correspond à la rupture de ces liaisons par la température (94 C) ADN simple brin En se plaçant dans les conditions de renaturation de l ADN ( 55 C), les séquences complémentaires se réapparient. Les oligonucléotides spécifiques (20 bases) à une molarité 10 6 fois celle de la cible s hybrident sur l ADN.

7 Les oligonucléotides servent d amorce à une ADN polymérase qui recopie chacun des brins initiaux en incorporant les dntps. Le brin néosynthétisé s étend de 5 3 et est complémentaire de la cible.

8 La succession des cycles A chaque cycle : doublement du nombre de copies de la séquence cible. En PCR classique : 25 à 40 cycles sont effectués 2 25 à 2 40 copies (théoriques) 2 30 =

9 Réalité de l amplification

10 Visualisation de l amplification Après coloration des acides nucléiques par un agent intercalant (BET ou bromure d éthidium)

11 Le milieu réactionnel : - La matrice (cible) - L enzyme - Les oligonucléotides (5 et 3 ) - dntp - MgCl 2 - Autres

12 L ADN cible - Pas forcément purifié (lysat de cellules) - Pas en trop fort quantité : 10 ng dans 50 µl (inhibition de l amplification ou smear) - Pas trop de séquences GC (difficile à dénaturer) - Dans des parties spécifiques du gène

13 Les enzymes - Taq ADN polymérases : les plus utilisées (thermus aquaticus : Eubactérie) - Polymérases d archaebactéries (pfu, pfx) - Chaque enzyme a ses propriétés intrinsèques (processivité, fidélité, [MgCl 2 ] Mise au point si on change d enzyme - Fonctionnent jusqu à 100 C mais cette température endommage l ADN. - 0,2 à 1 U pour 50 µl de réaction. Si trop d enzyme : inhibition de la réaction / bandes parasites.

14 Les amorces oligonucléotidiques Amorces = Primers = Oligonucléotides 1 sens et 1 antisens Taille = 20 à 30 pb Complémentarité parfaite avec la cible Pourcentage en GC proche de 50% Pas de complémentarité intra et inter amorces (dimères d amorces) Pas de structure secondaire (boucles ou structures en épingles à cheveux)

15 Le choix des amorces Il existe des logiciels pour «designer» les amorces. Il faut définir le Tm (melting temp = température à laquelle 50% de l ADN est sous forme simple-brin) Tm = 81,5 C + 16,6logM + 0,41 (%G + %C) 500/l 0,6f 1,5m M : concentration molaire en ions monovalents l : longueur de l amorce (en base) f : pourcentage de formamide m : pourcentage de mauvais appariement Tm = 2 C x [A + T] + 4 C x [G + C] (amorces de 14 à 24 bases) Tm relativement élevés et proches (diff<5c ) Température d hybridation = Tm 5 C (si trop basse : Hybridations non spécifiques)

16 Les dntps - Leur concentration doit être supérieure au Km des polymérases. - En général, [dntp] = 200 µm (même concentration pour chaque. - Le MgCl2 nécessaire à l enzyme est chélaté par les dntps Pas trop de dntps

17 Les sels - Le MgCl 2 : sa concentration est prépondérante. - Pour optimiser la PCR, on fait varier la [MgCl 2 ] entre 1 et 4 mm. - Les autres sels sont présents dans le tampon de l enzyme (KCl).

18 Agents chimiques - DMSO (diméthylsulfoxyde) et formamide : diminuent les hybridations non spécifiques (augmentent la stringence). - PEG (polyoxyéthylène glycol) : augmente l efficacité d amplification. - Bases modifiées dé-aza (fragilisation des liaisons G C) Structures secondaires plus facilement déstabilisées.

19 N 6 2 OH N 2 H N C7-déaza N N H C7-DéazaGuanine (2amino-6hydroxy-purine) N N N H N

20 PCR et bandes parasites - Re- «designer» des amorces (pas de séquences Alu/Line ) - Variation de [MgCl 2 ] - Diminution de [amorces] - Augmentation de la température d appariement - PCR Hot Start / PCR Touch Down / PCR nichée

21 PCR Hot Start Au lieu d ajouter les réactifs à température ambiante (stringence faible hybridations non spécifiques), 1 des réactifs est ajouté une fois la température d hybri- -dation spécifique atteinte. PCR Touch Down La température d hybridation, élevée lors des premiers Cycles (bonne spécificité / faible rendement), est diminuée de façon progressive à chaque cycle (-0,2 C/ cycle)jusqu à une température plus faible (bon rendement). Exemple : 64 C 58 C.

22 PCR nichée 2 réactions de PCR successives : 1ère PCR : amorces A + B 2ème PCR : amorces C + D

23 Problèmes de contamination - Donne des faux positifs. - Dû à la sensibilité +++ de la technique (x 10 6 ) - Contamination par aérosols de produits PCR Après amplification : 200 copies/pl or 1 aérosol = 1 pl - Nécessité de contrôle négatif (sans ADN cible) - Organisation du laboratoire (pièces pré-pcr, PCR, post-pcr) avec matériel dédié et circulation mono-directionnelle - Utilisation de pointes-filtres - Aliquotage des réactifs

24 Problème de la présence d inhibiteurs - Donne des faux négatifs. - Certains sont connus (hème, DMSO, héparine, SDS, colorants, phénols ). - D autres inconnus (dans LCR, urines) -Nécessité de contrôle positif ajouté dans l échantillon (autre cible ou même cible modifiée) - Pour lever l inhibition : * Diluer l échantillon * Purifier l ADN

25 Amplification pangénomique WGA = Whole Genome Amplification (Kit SIGMA) Méthode d amplification de la totalité du génome ampli x500 de l ADN génomique Pour pallier au problème des échantillons d ADN en faible quantité Basée sur une fragmentation aléatoire de l ADN. Utilise des amorces universelles, un nombre de cycles limité et une polymérase "robuste" (WGA).

26 ETAPES DE L AMPLIFICATION PANGENOMIQUE : 1) Fragmentation aléatoire pour générer des fragments d environ 400 pb 2) Hybridation d amorces universelles 3) Elongation (ADN polymérase WGA2) 4) Seconde étape d hybridation 5) Elongation Banque de fragments D ADN 6) Amplification PCR

27 AVANTAGES DE LA PCR : Exemples d applications - Pouvoir travailler sur une toute petite quantité de matériel biologique (sensibilité) * Criminologie * DPI * DPN - Pouvoir travailler sur de l ADN dégradé * Analyses post-mortem * Recherches historiques * Préhistoire (migrations) - Pouvoir discriminer entre différentes cibles (spécificité) * Tests de paternité * Détection de micro-organismes pathogènes * Recherche de contaminants

28 PCR et criminologie (1) - Problématique = matériel en très faible quantité (éventuellement dégradé) : 1 ng -Cibles doivent être communes à tous les individus et non codantes.

29 PCR et criminologie (2) Utilisation de séquences microsatellites (séquences répétées en tandem : STR).

30 DPN (Diagnostic PréNatal) On peut déterminer si un individu porte 1 allèle ou 2 allèles mutés. 2 techniques : - prélèvement de villosités chorioniques - amniocentèse.

31 DPI (Diagnostic PréImplantatoire) Il se fait suite à une PMA (Procréation Médicalement Assistée). Prélèvement d 1 cellule sur embryon 8 cellules.

32 Identification de corps ADN dégradé Post-Mortem

33 Recherche de paternité

34 Détection de microorganismes pathogènes (1) Détection qualitative et quantitative. - Virus - Bactéries - Champignons - Parasites

35 Détection de microorganismes pathogènes (2) INTERETS : - Détection de bactéries à culture lente (Mycobacterium tuberculosis) - Détection de germes non cultivables - Réponse rapide (méningites) - Détection de mutations responsables de résistances aux antiviraux, antibiotiques

36 Application en agro-alimentaire - Détection d OGM - Détection de pathogènes (Salmonella, Listeria)

37 Application à l hématologie Détection de transcrits de fusion maladie résiduelle (bcr-abl : leucémie myéloïde chronique)

38 Diagnostic de Maladies Génétiques : Recherche de mutations (1) PCR spécifique d allèles (ASO = Allele Specific Oligonucleotide) ARMS = Amplification Refractory Mutation System PCR-mutagénèse dirigée (SDM = Site Directed Mutagenesis) PCR suivie de techniques de criblage : SSCP (Single Strand Conformation Polymorphism), DHPLC (Chromato Liquide Haute Performance en conditions dénaturantes), HRM (High Resolution Melting)

39 Diagnostic de Maladies Génétiques : Recherche de mutations (2) PCR suivie de Séquençage

40 Diagnostic de Maladies Génétiques : Recherche de délétions PCR multiplex QMPSF (Quantitative Multiplex PCR of Short Fluorescent Fragments) MLPA (Multiplex Ligation dependent Probe Amplification) MLPA : délétion 17p11.2 (Smith-Magenis)

41 Etude d expression de gènes : la RT-PCR (1) - Cette technique permet l étude des ARNs. - Elle nécessite une étape de «reverse transcription» (RT) ou transcription inverse : transformation de l ARN en ADN complémentaire (ADNc). - Puis on applique une PCR classique. - Le résultat de la RT-PCR dépend : de l organisme + du tissu + de la physiopathologie.

42 Etude d expression de gènes : la RT-PCR (2) Transcription de l ARN en ADNc par une reverse transcriptase puis PCR à partir du brin d ADNc. Amorces de RT : - oligo dt (12 à 18 T): amplifie spécifiquement les ARNm (polya+) - random primers : mélange d hexamères synthétisés au hasard - amorces spécifiques de la cible Transcriptase inverse (RT) : ADN polymérase ARN dépendante : AMV et MMLV (extraites de virus à ARN). ARN : qualité, ARNm, sans contamination ADN La richesse en GC peut gêner

43 PCR en temps réel Les amplicons sont visualisés et quantifiés au fur et à mesure de leur synthèse par une émission de fluorescence. AVANTAGES : - Permet une quantification de la cible - Peut apporter une meilleure spécificité - Permet le multiplexage - Pas ou peu de post-pcr - Analyses à haut débit

44 Rappel : Cinétique de la PCR phases: 1- ampli. non détectable 2- phase exponentielle 3- phase linéaire 4- plateau PCR «classique»: - Point final (phase 4) - Qualitatif PCR en temps réel: mesure d une émission de fluorescence cycle par cycle - Phase exponentielle - Xn = Xi x 2 n - Quantitatif

45 Phase plateau Phase linéaire Phase exponentielle

46 Traitement du signal de fluorescence QUAND? Ligne de base Phase exponentielle Nombre de cycles Seuil Définir le Seuil: niveau de fluorescence atteint au milieu de la phase exponentielle, représenté par une droite. Attribuer un Cycle seuil, Ct (threshold cycle) : cycle de la PCR où le signal de la fluorescence atteint la valeur du seuil. Le Ct est directement lié à la quantité d ADN cible présent au début de la PCR ( Xn = Xi x 2 n avec n = Ct). Tous les calculs de quantification sont effectués à partir des Ct.

47 Fluorescence émise (UA) Ct Nombre de copies (log) Log N = -0,26 Ct + 10,85 R 2 = 0, Nombre de cycles Cycle seuil - Ct Le nombre de cycles nécessaires pour atteindre une fluorescence donnée (phase log-linéaire) est fonction du nombre d ADN cibles initialement présents

48 Gamme de Dilution Une différence d un cycle pour la valeur du Ct correspond à un écart d un facteur 2 entre les quantités initiales d ADN.

49 Comment ça marche? - Appareil: thermocycleur + détecteur - Détection: fluorescence émise par un rapporteur (fluorophore). - Plaque 96 ou 384 puits. Chimie Sybr Green Intercalant fluorescent lorsque fixé à ADN double brin mesure en fin d élongation. Chimie Taqman Sonde spécifique portant en 5 un fluorochrome reporter et en 3 un quencher fluorescent FRET (Fluorescent Resonance Energy Transfer) Chimie Taqman MGB Même principe mais NFQ en 5 (Non Fluorescent Quencher) couplé au MGB (Minor Groove Binder)

50 Sybr Green Le Sybr Green libre n est pas fluorescent Durant l élongation: se lie à l ADN double-brin. Le Sybr Green lié est fluorescent Corrélation Intensité de fluorescence émise / Quantité d ADN double-brin. Liaison réversible : dénaturation double-brin fluorescence Avantage : pas cher. Inconvénient : problème de spécificité.

51 Chimie Taqman - sonde spécifique de la région d intérêt - sonde intacte excitation lumineuse, absorption de l émission du reporter (VIC/FAM) par le quencher (TAMRA)= FRET - activité 5 exonucléasique dégradation de la sonde, émission lumineuse par le reporter - Corrélation Intensité de fluorescence /Quantité d ADN Avantage : très spécifique Inconvénient : cher! hν FRET

52 Applications de la PCR-Q Quantification Relative: - A partir d ARN transformé en cdna via RT-PCR. Niveau d expression d un gène par rapport à un gène de référence. Comparaison de cellules cancéreuses/normales par ex. - Recherche de délétion Quantification absolue: Détection d agents pathogènes (charge virale), recherche d OGM Génotypage: Analyse des polymorphismes (SNP) par discrimination allélique.

53 Quantification Relative Comparer l expression de gènes entre différentes situations. Gène Cible Gène de Référence Gène d'intérêt à quantifier. Gène exprimé de façon stable (ex: ARN 18S). Normalisation de la quantité d ARN mise en RT-PCR Echantillon CalibrateurEchantillon de référence (situation normale). Quantification relative = Calculer la différence de Ct du gène cible entre un échantillon X et un échantillon Calibrateur.

54 Quantification Relative Gène de Référence Nom Ct 18S Std Dev Calibrateur 17,53 0,12 ech. 1 18,84 0,17 ech. 2 18,01 0,21 ech. 3 18,27 0,07 ech. 4 17,88 0,14 ech. 5 17,53 0,12 ech. 6 17,58 0,09 ech. 7 19,67 0,06 Gène Cible Nom Ct 5'Mc Std Dev Calibrateur 32,96 0,11 ech. 1 33,88 0,06 ech. 2 34,54 0,17 ech. 3 30,08 0,06 ech. 4 27,82 0,11 ech. 5 32,96 0,11 ech. 6 36,21 0,09 ech. 7 27,82 0,06

55 Quantification Relative Gène de Référence Nom Ct 18S Std Dev Calibrateur 17,53 0,12 ech. 1 18,84 0,17 ech. 2 18,01 0,21 ech. 3 18,27 0,07 ech. 4 17,88 0,14 ech. 5 17,53 0,12 ech. 6 17,58 0,09 ech. 7 19,67 0,06 Gène Cible Nom Ct 5'Mc Std Dev Calibrateur 32,96 0,11 ech. 1 33,88 0,06 ech. 2 34,54 0,17 ech. 3 30,08 0,06 ech. 4 27,82 0,11 ech. 5 32,96 0,11 ech. 6 36,21 0,09 ech. 7 27,82 0,06 Ct = Ct Cible - Ct Référence Calibrateur 15,43 ech. 1 15,03 ech. 2 16,53 ech. 3 11,81 ech. 4 9,94 ech. 5 15,43 ech. 6 18,63 ech. 7 8,15

56 Quantification Relative Gène de Référence Nom Ct 18S Std Dev Calibrateur 17,53 0,12 ech. 1 18,84 0,17 ech. 2 18,01 0,21 ech. 3 18,27 0,07 ech. 4 17,88 0,14 ech. 5 17,53 0,12 ech. 6 17,58 0,09 ech. 7 19,67 0,06 Gène Cible Nom Ct 5'Mc Std Dev Calibrateur 32,96 0,11 ech. 1 33,88 0,06 ech. 2 34,54 0,17 ech. 3 30,08 0,06 ech. 4 27,82 0,11 ech. 5 32,96 0,11 ech. 6 36,21 0,09 ech. 7 27,82 0,06 Ct = Ct Cible - Ct Référence Ct = Ct Echantillon - Ct Calibrateur Nom Ct Ct Calibrateur 15,43 ech. 1 15,03-0,40 ech. 2 16,53 1,09 ech. 3 11,81-3,62 ech. 4 9,94-5,49 ech. 5 15,43 0,00 ech. 6 18,63 3,20 ech. 7 8,15-7,28

57 Quantification Relative Gène de Référence Nom Ct 18S Std Dev Calibrateur 17,53 0,12 ech. 1 18,84 0,17 ech. 2 18,01 0,21 ech. 3 18,27 0,07 ech. 4 17,88 0,14 ech. 5 17,53 0,12 ech. 6 17,58 0,09 ech. 7 19,67 0,06 Gène Cible Nom Ct 5'Mc Std Dev Calibrateur 32,96 0,11 ech. 1 33,88 0,06 ech. 2 34,54 0,17 ech. 3 30,08 0,06 ech. 4 27,82 0,11 ech. 5 32,96 0,11 ech. 6 36,21 0,09 ech. 7 27,82 0,06 Ct = Ct Cible - Ct Référence Ct = Ct Echantillon - Ct Calibrateur 2 - Ct = Expression Normalisée de la Cible 2 - Ct Nom Ct Ct Calibrateur 15,43 ech. 1 15,03-0,40 1,32 ech. 2 16,53 1,09 0,47 ech. 3 11,81-3,62 12,31 ech. 4 9,94-5,49 44,99 ech. 5 15,43 0,00 1,00 ech. 6 18,63 3,20 0,11 ech. 7 8,15-7,28 155,60

58 Exercice (1/2) Cellules humaines normales de la plèvre ARN 18S Ct 14 Ferritine-L Ct 32 Cellules humaines transformées de mésothéliome ARN 18S Ct 16 Ferritine-L Ct29 La chaîne légère de la ferritine est-elle sous-exprimée ou sur-exprimée dans le mésothéliome pleural malin?

59 Exercice (2/2) Cellules normales ARN 18S Ct 14 Ferritine-L Ct 32 Cellules mésothéliomales ARN 18S Ct 16 Ferritine-L Ct 29 Ct Cellules Normales = = 18 Ct Cellules Mésothéliomales = = 13 Ct = = Ct = 2 +5 = 32 La chaîne légère de la ferritine est 32 fois plus exprimée dans les cellules cancéreuses que dans les cellules normales.

60 Quantification absolue Une courbe standard est ensuite établie : Ct observé en fonction de la quantité d ADN cible quantification absolue possible en fonction du Ct obtenu pour chaque échantillon Courbe standard du gène d intérêt Ct Ct Ct observé Log ng ADN cible Quantité ADN cible Log ng ADN cible Détection d OGM, de particules virales

61

Mise en évidence des agents infectieux par Biologie Moléculaire

Mise en évidence des agents infectieux par Biologie Moléculaire UE de l agent infectieux à l hôte Janvier 2012 Mise en évidence des agents infectieux par Biologie Moléculaire Dr Isabelle GARRIGUE Laboratoire de Virologie Professeur FLEURY isabelle.garrigue@chu-bordeaux.fr

Plus en détail

La PCR en temps réel frederic.gevaudant@bordeaux.inra.fr

La PCR en temps réel frederic.gevaudant@bordeaux.inra.fr La PCR en temps réel frederic.gevaudant@bordeaux.inra.fr INRA Centre de recherche de Bordeaux UMR Biologie du Fruit et Pathologie Historique 1985 : Invention par Kary Mullis de la technique de (PCR). 1991

Plus en détail

ATELIER EPIGENETIQUE

ATELIER EPIGENETIQUE Juin 2012 ATELIER EPIGENETIQUE Utilisation de la Q-PCR pour analyser des données de ChIP ou de MeDIP Emmanuèle Mouchel-Vielh I. La PCR quantitative: principe et généralités II. Interprétation des résultats

Plus en détail

Mise en évidence des agents infectieux par Biologie Moléculaire

Mise en évidence des agents infectieux par Biologie Moléculaire UE de l agent infectieux à l hôte Février 2015 Mise en évidence des agents infectieux par Biologie Moléculaire Dr Isabelle GARRIGUE UMR CNRS MFP Microbiologie Fondamentale et Pathogénicité isabelle.garrigue@chu-bordeaux.fr

Plus en détail

La PCR en temps réel

La PCR en temps réel La PCR en temps réel Hôpital La Rabta Tunis 6 juin 2013 Dr Sabine Favre-Bonté Maître de Conférences, Université Claude Bernard Lyon 1 UMR CNRS 5557 Ecologie Microbienne Equipe Multi-résistance environnementale

Plus en détail

ED Biologie moléculaire. E. Turpin J. Lehmann-Che 5-6 novembre 2007

ED Biologie moléculaire. E. Turpin J. Lehmann-Che 5-6 novembre 2007 ED Biologie moléculaire E. Turpin J. Lehmann-Che 5-6 novembre 2007 PCR 1983: Kary Mullis Amplification in vitro par une méthode enzymatique d'un fragmentd'adn en présence de deux oligonucléotides spécifiques

Plus en détail

Le marquage moléculaire

Le marquage moléculaire Le marquage moléculaire Le marquage moléculaire regroupe un ensemble de techniques révélant des différences de séquences d (acide désoxyribonucléique) entre individus. Les marqueurs moléculaires permettent

Plus en détail

Apport de la PCR en temps réel en maladies infectieuses

Apport de la PCR en temps réel en maladies infectieuses Apport de la PCR en temps réel en maladies infectieuses Biologie moléculaire Amplification PCR I. Dénaturation ADN 95 C II. Hybridation t = Tm III. Extension t dépend de la polymérase employée PCR «classique»

Plus en détail

Taq'Ozyme Purple Mix MANUEL D UTILISATION

Taq'Ozyme Purple Mix MANUEL D UTILISATION Taq'Ozyme Purple Mix OZYA003-40 - 40 réactions OZYA003-200 - 200 réactions (avec supplément de MgCl 2 ) OZYA003-200XL - 200 réactions (avec supplément de MgCl 2 ) OZYA003-1000 - 1000 réactions (avec supplément

Plus en détail

LA PCR QUANTITATIVE EN TEMPS REEL OU LA "TAQMAN"

LA PCR QUANTITATIVE EN TEMPS REEL OU LA TAQMAN LA PCR QUANTITATIVE EN TEMPS REEL OU LA "TAQMAN" I- Terminologie Le terme TaqMan est souvent utilisé par abus de langage pour désigner : - la technique de PCR quantitative par détection en temps réel de

Plus en détail

Taq Ozyme (Nouvelle Formulation) ADN polymérase thermostable

Taq Ozyme (Nouvelle Formulation) ADN polymérase thermostable Taq Ozyme (Nouvelle Formulation) OZYA001-1000 - 1000 unités OZYA001-5000 - 5000 unités OZYA001-1000D - 1000 unités + dntp Premix - 4x10 mm Stockage et stabilité : Taq Ozyme : 2 ans à -20 C dntp Premix

Plus en détail

Le monde des bio-puces

Le monde des bio-puces Le monde des bio-puces D1 Le «dogme central» de la biologie moléculaire Transcription Epissage Traduction ADN ARNpm ARNm Protéines Génome Transcriptome Protéome D2 Puces à ADN Techniques de génomique fonctionnelle

Plus en détail

SEMIOLOGIE- Applications de la biologie moléculaire à la médecine. Applications de la biologie moléculaire à la médecine.

SEMIOLOGIE- Applications de la biologie moléculaire à la médecine. Applications de la biologie moléculaire à la médecine. 30/04/12 Camille Garbarino Sémiologie Pr Barlier 6 pages SEMIOLOGIE- Applications de la biologie moléculaire à la médecine. Applications de la biologie moléculaire à la médecine. Plan : A) Principales

Plus en détail

L AMPLIFICATION GÉNIQUE PAR PCR. (Polymérase Chain Reaction)

L AMPLIFICATION GÉNIQUE PAR PCR. (Polymérase Chain Reaction) L AMPLIFICATION GÉNIQUE PAR PCR (Polymérase Chain Reaction) ATELIER DE FORMATION SUR LE DIAGNOSTIC DE LA FIEVRE APHTEUSE 21 mai 2012 Corinne SAILLEAU Corinne.sailleau@anses.fr Agence Nationale de Sécurité

Plus en détail

Structure de l Opéron Tryptophane

Structure de l Opéron Tryptophane Régulation de la transcription (procaryote) Structure de l Opéron Tryptophane Opéron anabolique 5 gènes de structure nécessaires à la synthèse du tryptophane Trp Trp Trp Trp Trp 1 Régulation de la transcription

Plus en détail

PRINCIPES THEORIQUES DE LA PCRq

PRINCIPES THEORIQUES DE LA PCRq PRINCIPES THEORIQUES DE LA PCRq Ce chapitre aborde les notions présentées rapidement dans l introduction (Ct, droite standard, principes de la quantification). Il détaille les différents formats de fluorescence

Plus en détail

Les biobanques pour les débutants

Les biobanques pour les débutants Les biobanques pour les débutants C Dubourg B Turlin 14 octobre 2010 CHU de Rennes Définition Collection d échantillons biologiques humains Réunion, à des fins scientifiques, de prélèvements biologiques

Plus en détail

Fanny Coulpier. http://www.transcriptome.ens.fr/sgdb/

Fanny Coulpier. http://www.transcriptome.ens.fr/sgdb/ Fanny Coulpier http://www.transcriptome.ens.fr/sgdb/ Un peu d histoire 1953 : Découverte de la structure en double hélice de l ADN par James Dewey Watson, (prix Nobel de physiologie ou médecine en 1962).

Plus en détail

Principe des études moléculaires en génétique médicale Méthodes d analyse des microlésions du génome

Principe des études moléculaires en génétique médicale Méthodes d analyse des microlésions du génome Mercredi 23 Octobre LECLERCQ Barbara L2 GM Pr Krahn 10 pages Principe des études moléculaires en génétique médicale Méthodes d analyse des microlésions du génome Plan A. Introduction B. Techniques courantes

Plus en détail

Méthodes et techniques de la biologie du développement

Méthodes et techniques de la biologie du développement Méthodes et techniques de la biologie du développement 1. Etude de l expression des gènes : Détecter les transcrits et les protéines au cours de l ontogenèse l outil anticorps 1.1. La RT-PCR La réaction

Plus en détail

Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013

Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013 Sélectionner les propositions exactes Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013 QCM 1 La plupart des techniques de biologie moléculaire repose sur le principe de complémentarité

Plus en détail

3. Biotechnologie de l ADN

3. Biotechnologie de l ADN 3. Biotechnologie de l ADN 3.1. Technologie de l ADN recombinant 3.1.1. Isolation d ADN et d ARN 3.1.2. Fragmentation de l ADN (les Endonucléases) 3.1.3. Analyse d ADN sur d agarose et d acrylamide 3.1.4.

Plus en détail

LE GÉNIE GÉNÉTIQUE ET LA BIOLOGIE MOLÉCULAIRE

LE GÉNIE GÉNÉTIQUE ET LA BIOLOGIE MOLÉCULAIRE LE GÉNIE GÉNÉTIQUE ET LA BIOLOGIE MOLÉCULAIRE Plan Introduction I - Qu est ce Que le génie génétique? II - Quels sont les outils du génie génétique? II.1- Les Enzymes II.1.1- Enzymes de restriction II.1.2-

Plus en détail

TP BC : ADN recombinant BCPST1, ENCPB

TP BC : ADN recombinant BCPST1, ENCPB TP BC : principe et analyse de résultats des technologies de l ADN recombinant = clonage moléculaire = génie génétique Sources des illustrations : Analyse génétique moderne, Griffith et al., De Boeck,

Plus en détail

LES MARQUEURS MOLECULAIRES

LES MARQUEURS MOLECULAIRES LES MARQUEURS MOLECULAIRES Il y a différents types de marqueurs : o Les caractères phénotypiques : limités, observations sur l arbre entier et sur différentes années o Les marqueurs biochimiques o Les

Plus en détail

Manuel du kit ipsogen JAK2 MutaQuant

Manuel du kit ipsogen JAK2 MutaQuant Mars 2015 Manuel du kit ipsogen JAK2 MutaQuant 12 (référence 673522) 24 (référence 673523) Version 1 Diagnostics in vitro quantitatifs À utiliser sur des appareils Rotor-Gene Q, ABI PRISM 7900HT SDS, Applied

Plus en détail

Mlle ImaneSmaili SVI4. Encadré par: Responsable du cours de Biologie Moléculaire Pr. B. BELKADI

Mlle ImaneSmaili SVI4. Encadré par: Responsable du cours de Biologie Moléculaire Pr. B. BELKADI Mlle ImaneSmaili SVI4 Encadré par: Responsable du cours de Biologie Moléculaire Pr. B. BELKADI PLAN 1. Introduction 2.Définition 3. Principe 4.Les applications de la PCR Introduction La PCR «Polymerase

Plus en détail

Techniques de biologie moléculaire utilisées dans un cadre diagnostique. A. CALENDER 7.11 couvrant l ensemble des techniques

Techniques de biologie moléculaire utilisées dans un cadre diagnostique. A. CALENDER 7.11 couvrant l ensemble des techniques Techniques de biologie moléculaire utilisées dans un cadre diagnostique A. CALENDER 7.11 couvrant l ensemble des techniques Introduction Diagnostic clinique Confirmation par l analyse génétique Traitement

Plus en détail

P.C.R. POLYMERASE CHAIN REACTION ou AMPLIFICATION PAR POLYMERISATION EN CHAÎNE

P.C.R. POLYMERASE CHAIN REACTION ou AMPLIFICATION PAR POLYMERISATION EN CHAÎNE P.C.R. POLYMERASE CHAIN REACTION ou AMPLIFICATION PAR POLYMERISATION EN CHAÎNE P.C.R.: Méthode rapide d'amplification d'une séquence déterminée d'a.d.n. à partir d'une matrice. Elle permet d'obtenir plusieurs

Plus en détail

Séance génome : Explication PCR et électrophorèse

Séance génome : Explication PCR et électrophorèse Séance génome : Explication PCR et électrophorèse La PCR (Polymérase Chain Reaction) est une technique qui permet de démultiplier en de très nombreuses quantités une séquence de nucléotides parmi l ensemble

Plus en détail

Applied Biosystems StepOne Système de PCR en temps réel. Guide des réactifs

Applied Biosystems StepOne Système de PCR en temps réel. Guide des réactifs Applied Biosystems StepOne Système de PCR en temps réel Guide des réactifs Applied Biosystems StepOne Système de PCR en temps réel Guide des réactifs Copyright 2006, 2010 Applied Biosystems. All rights

Plus en détail

Guide sur le PCR en temps réel (qpcr)

Guide sur le PCR en temps réel (qpcr) Guide sur le PCR en temps réel (qpcr) Un service complet est offert par la plateforme de génomique de l IRIC pour le qpcr incluant l analyse de votre ARN, la préparation de vos cdna, le design des essais,

Plus en détail

Méthodes diagnostiques en génétique moléculaire

Méthodes diagnostiques en génétique moléculaire Méthodes diagnostiques en génétique moléculaire P. Latour Praticien Hospitalier Responsable UF 3427 Neurogénétique Moléculaire Laboratoire de Neurochimie Pr Renaud HCL Centre de Biologie Est DES Neurologie

Plus en détail

8.3.3 Réactifs. La polymérase catalyse la synthèse de brins complémentaires d ADN.

8.3.3 Réactifs. La polymérase catalyse la synthèse de brins complémentaires d ADN. 8.3.3 Réactifs 1. AD polymérase: La polymérase catalyse la synthèse de brins complémentaires d AD. Des polymérases qui sont résistantes à la chaleur sont utilisées, telles que la Taq polymérase (Thermus

Plus en détail

8. Amplification et séquençage des acides nucléiques

8. Amplification et séquençage des acides nucléiques 8. Amplification et séquençage des acides nucléiques ADN chromosomique, plasmides (ADN bactérienne), ARN messager Rupture cellulaire Isolation et purification des acides nucléiques Concentration et amplification

Plus en détail

10a: La PCR (locus D1S80)

10a: La PCR (locus D1S80) 10a: La PCR (locus D1S80) Pour des raisons techniques, ce protocole n'est plus utilisé. Il a été remplacé par le protocole "PCR locus PV92" ainsi que le nouveau protocole "PCR sensibilité au PTC". Il reste

Plus en détail

PCR (Polymerase Chain Reaction)

PCR (Polymerase Chain Reaction) PCR (Polymerase Chain Reaction) DEFINITION En 1983, Karry Mullis met au point une technique d amplification de l ADN: la PCR (Polymerase Chain Reaction ou Réaction de Polymérisation en Chaîne). Aujourd

Plus en détail

Biologie Moléculaire & Génie Génétique. 6GT SG&SB FWB A.R. d Esneux Maître de Stage: Sylvie Bossrez Stagiaire: Pierre LECOCQ

Biologie Moléculaire & Génie Génétique. 6GT SG&SB FWB A.R. d Esneux Maître de Stage: Sylvie Bossrez Stagiaire: Pierre LECOCQ Biologie Moléculaire & Génie Génétique 6GT SG&SB FWB A.R. d sneux Maître de Stage: Sylvie Bossrez Stagiaire: Pierre LCOCQ 1 Introduction & Plan du cours N Les leçons proposées dans ce document s adressent

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Série : Sciences et Technologies de Laboratoire Spécialité : Biotechnologies SESSION 2015 Sous-épreuve écrite de Biotechnologies Lundi 22 juin 2015 Coefficient de la sous-épreuve

Plus en détail

HyDRIMZ. Développement de Techniques et Analyse Moléculaire de la Biodiversité

HyDRIMZ. Développement de Techniques et Analyse Moléculaire de la Biodiversité Développement de Techniques et Analyse Moléculaire de la Biodiversité HyDRIMZ DENITEXPRESS a Influence de faibles concentrations en nanoparticules de CuO sur l expression des gènes de la dénitrification

Plus en détail

Techniques moléculaires non morphologiques. Dr S Poglio Année 2015-2016

Techniques moléculaires non morphologiques. Dr S Poglio Année 2015-2016 Techniques moléculaires non morphologiques Dr S Poglio Année 2015-2016 Généralités Techniques d Analyse : -Au niveau Tissulaire : IHC, macroscopie -Au niveau Cellulaire : FISH, culture, microscopie, cytométrie

Plus en détail

TECHNIQUES QUALITATIVES D'AMPLIFICATION ENZYMATIQUE DES ACIDES NUCLEIQUES :

TECHNIQUES QUALITATIVES D'AMPLIFICATION ENZYMATIQUE DES ACIDES NUCLEIQUES : TECHNIQUES QUALITATIVES D'AMPLIFICATION ENZYMATIQUE DES ACIDES NUCLEIQUES : PCR ( POLYMERASE CHAIN REACTION), RT-PCR (REVERSE TRANSCRIPTION-PCR) ET PCR TEMPS REEL DETECTION ET IDENTIFICATION DES ORGANISMES

Plus en détail

Université Bordeaux Segalen - PACES 2011-2012 ED UE9s Mars 2012

Université Bordeaux Segalen - PACES 2011-2012 ED UE9s Mars 2012 Sélectionner les propositions exactes Université Bordeaux Segalen - PACES 2011-2012 ED UE9s Mars 2012 QCM 1. La température de fusion (Tm) d une molécule d ADN : A. est mise en évidence par l augmentation

Plus en détail

Les différentes stratégies de quantification :

Les différentes stratégies de quantification : Les différentes stratégies de quantification : Ce chapitre présente les 2 principales stratégies de quantification relative utilisée classiquement : la méthode des droites standards et celle des Ct. Les

Plus en détail

Technologie de l ADN recombinant. Complément de cours sur: «Les Méthodes d Etude de la Cellule»

Technologie de l ADN recombinant. Complément de cours sur: «Les Méthodes d Etude de la Cellule» Technologie de l ADN recombinant Complément de cours sur: «Les Méthodes d Etude de la Cellule» 1 Les techniques de l ADN Recombinant But: isoler des fragments d ADN de génomes complexes et les recombiner

Plus en détail

Q PCR sur LC480 Roche

Q PCR sur LC480 Roche Q PCR sur LC480 Roche!! NE JAMAIS LAISSER DE PLAQUE DANS L APPAREIL!! Généralités : lampe xénon à arc : s éteint 30 min après chaque run durée d un run : plq 96p = 1h10 environ plq 384p = 40 50 min environ

Plus en détail

Projet I. Objectifs. Vérifier la carte de restriction d une insertion d ADN. Cartographie des plasmides inconnus

Projet I. Objectifs. Vérifier la carte de restriction d une insertion d ADN. Cartographie des plasmides inconnus Projet I Vérifier la carte de restriction d une insertion d ADN Objectifs Déterminer quel gène vous avez (Bioinfo) Générer une carte théorique (Bioinfo) Vérifier expérimentalement la carte Déterminer l

Plus en détail

Introduction au PCR en. Par Philipe Lampron, M.Sc.

Introduction au PCR en. Par Philipe Lampron, M.Sc. Introduction au PCR en temps réel Par Philipe Lampron, M.Sc. Résumé Fondements du PCR en temps réel (qpcr) Théorie du PCR en temps réel Types de chimies Méthode de quantification Acquisition de résultats

Plus en détail

MLVA Streptococcus pneumoniae

MLVA Streptococcus pneumoniae H.I.A. Robert Picqué Bordeaux Laboratoire de Biologie moléculaire Version Internet 2 MLVA Streptococcus pneumoniae 1. DESCRIPTION DES OPERATIONS 1.1 Culture et extraction des ADN NB : prévoir dans la série

Plus en détail

Bio-T kit PDCoV (Porcine DeltaCoronaVirus)

Bio-T kit PDCoV (Porcine DeltaCoronaVirus) MANUEL D UTILISATION Protocole simplifié Bio-T kit PDCoV (Porcine DeltaCoronaVirus) Cat. N BioTK005 25 réactions Détection de toutes les souches du PDCoV par RT-PCR en temps réel avec contrôle positif

Plus en détail

Méthodes d études. Chapitre 8 : Professeur Joël LUNARDI. UE1 : Biochimie Biologie moléculaire

Méthodes d études. Chapitre 8 : Professeur Joël LUNARDI. UE1 : Biochimie Biologie moléculaire Chapitre 8 : UE1 : Biochimie Biologie moléculaire Méthodes d études Professeur Joël LUNARDI Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Chapitre 8. 8. Méthodes

Plus en détail

De l histoire naturelle de la QPCR à ses développements actuels

De l histoire naturelle de la QPCR à ses développements actuels De l histoire naturelle de la QPCR à ses développements actuels Jean-José Maoret Frédéric Martins Contact : GeT-TQ@genotoul.fr Plan de la présentation. 1- Introduction 2- Projet de QPCR : quelles étapes?

Plus en détail

ACTIVITE Extrait du rapport de Stage de Séverine ESCAICH

ACTIVITE Extrait du rapport de Stage de Séverine ESCAICH ACTIVITE Extrait du rapport de Stage de Séverine ESCAICH SOMMAIRE I. RÉACTION DE SÉQUENCE...2 I1. Principe de la méthode de SANGER...2 I2. Adaptation de la technique à la fluorescence...3 I3. Conditions

Plus en détail

Quelques notions de génomique fonctionnelle: l exemple des puces à ADN

Quelques notions de génomique fonctionnelle: l exemple des puces à ADN Quelques notions de génomique fonctionnelle: l exemple des puces à ADN Frédéric Devaux Laboratoire de génétique moléculaire Ecole Normale Supérieure Le «dogme central» de la biologie moléculaire Transcription

Plus en détail

Biologie Moléculaire 6 GT SG FWB Leçon n 5

Biologie Moléculaire 6 GT SG FWB Leçon n 5 Biologie Moléculaire 6 GT SG FWB Leçon n 5 Tests de paternité (fin labo électrophorèse) Un test de paternité consiste à analyser l'adn de deux personnes dans le but d'établir un lien de parenté génétique.

Plus en détail

Introduction à la Génomique. 1. Les outils de base. 1. Les outils de base 2. Les techniques d hybridation

Introduction à la Génomique. 1. Les outils de base. 1. Les outils de base 2. Les techniques d hybridation Introduction à la Génomique 1. Les outils de base 2. Les techniques d hybridation Southern blot et dérivés, micro arrays 3. La PCR 4. Les marqueurs polymorphes 5. Le clonage positionnel 1. Les outils de

Plus en détail

De la biologie molécualire à la génomique

De la biologie molécualire à la génomique De la biologie molécualire à la génomique Pierre Neuvial École Nationale de la Statistique et de l Administration Économique Méthodes statistiques pour la biologie Plan du cours 1 Introduction à la biologie

Plus en détail

10b : La PCR (locus PV92)

10b : La PCR (locus PV92) 10b : La PCR (locus PV92) Cette expérience a été mise en place afin de remplacer le protocole intitulé "PCR (locus D1S80)". L amplification est en effet meilleure et les résultats plus simples à interpréter.

Plus en détail

Voir en annexe, un tableau résumant toutes les techniques de la génétique moléculaire.

Voir en annexe, un tableau résumant toutes les techniques de la génétique moléculaire. Séance 5. Chapitre 4 : LA BIOLOGIE MOLECULAIRE ET SES APPLICATIONS I/ Les outils de la génétique moléculaire. Voir en annexe, un tableau résumant toutes les techniques de la génétique moléculaire. 1. Découverte

Plus en détail

Guide d utilisation des kits Perfect Master Mix SYBR Green

Guide d utilisation des kits Perfect Master Mix SYBR Green Guide d utilisation des kits Perfect Master Mix SYBR Green Pour les produits AnyGenes : Cat # PMSX-F2S Cat # PMSX-F4S Cat # PMSX-F8S Cat # PMSX-F12S Cat # PMSX-F24S (* Cat # pour toutes les références

Plus en détail

Testing moléculaire RER/MSI

Testing moléculaire RER/MSI Atelier Instabilité Microsatellitaire 26 avril 2014, Bordeaux Testing moléculaire RER/MSI Isabelle Soubeyran Unité de Pathologie Moléculaire Institut Bergonié Bordeaux PGMC d Aquitaine Système RER = système

Plus en détail

Oxoid sites around the world

Oxoid sites around the world Oxoid!!"# Oxoid sites around the world ' $ %& Oxoid s area of expertise )&' )' & ' ' & '' ' ( Oxoid Products Dehydrated Media Prepared Media Latex Agglutination Kits BAX System from DuPont Qualicon DuPont

Plus en détail

TD Révision BIO57. Connaissance et Technique du gène

TD Révision BIO57. Connaissance et Technique du gène TD Révision BIO57 Connaissance et Technique du gène Novembre 2007 Cécile BAUDOT cecile.baudot@medecine.univ-mrs.fr INSERM 910 «Génétique Médicale et Génomique Fonctionnelle» Maladies Neuromusculaires Le

Plus en détail

Lettres: A, T, G, C. Mots: à 3 lettres (codons) Phrase: gène (information pour synthétiser une protéine). Ponctuation

Lettres: A, T, G, C. Mots: à 3 lettres (codons) Phrase: gène (information pour synthétiser une protéine). Ponctuation 2- Les molécules d ADN constituent le génome 2-1 La séquence d ADN représente l information génétique Lettres: A, T, G, C Mots: à 3 lettres (codons) Phrase: gène (information pour synthétiser une protéine).

Plus en détail

VI. L APPORT DES MARQUEURS MOLECULAIRES. A. Définitions

VI. L APPORT DES MARQUEURS MOLECULAIRES. A. Définitions VI. L APPORT DES MARQUEURS MOLECULAIRES Comme nous l avons vu précédemment, l étude des caractères quantitatifs est fondée sur l analyse statistique des performances mesurées des individus. Il en est de

Plus en détail

UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES

UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES ORIGINAL : anglais DATE : 21 octobre 2010 UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES GENÈVE F DIRECTIVES CONCERNANT LES PROFILS D ADN : CHOIX DES MARQUEURS MOLECULAIRES ET CONSTRUCTION

Plus en détail

... Avis n 13-161251 publié le 12/09/2013 - BOAMP n 176B, Annonce n 180 13-161251. Fournitures

... Avis n 13-161251 publié le 12/09/2013 - BOAMP n 176B, Annonce n 180 13-161251. Fournitures ... Avis n 13-161251 publié le 12/09/2013 - BOAMP n 176B, Annonce n 180 13-161251 Référence de TED : 2013/S 178-306847 - annonce diffusée le 13 septembre 2013 Attention : les informations contenues dans

Plus en détail

Interprétation des résultats et troubleshooting

Interprétation des résultats et troubleshooting Interprétation des résultats et troubleshooting Le Service de séquençage du Centre d innovation Génome Québec et Université McGill utilise des appareils 3730xl DNA Analyzer d Applied Biosystems. Cette

Plus en détail

UE oncologie-cytogénétique. Cours n 4 06/12/12

UE oncologie-cytogénétique. Cours n 4 06/12/12 1 e PARTIE : MÉTHODES DE BIOLOGIE MOLÉCULAIRE ADAPTÉES À LA GÉNOMIQUE DES TUMEURS SOLIDES Par Pr Laurence Bianchini (La précision de diapos entre parenthèse concerne des diapos plutôt inutiles, les diapos

Plus en détail

Activité Intitulé de l'activité Volume horaire

Activité Intitulé de l'activité Volume horaire Informations de l'unité d'enseignement Implantation Cursus de Institut Paul Lambin Bachelier en chimie Intitulé Biotechnologie 2 C2120 Cycle 1 Bloc 2 Quadrimestre 2 Pondération 1 Nombre de crédits 5 Nombre

Plus en détail

POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA

POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA Amplification spécifique Détection spécifique Clonage dans des vecteurs Amplification in vitro PCR Hybridation moléculaire - hôte cellulaire

Plus en détail

Préparation et réalisation de réactions de séquence (Quick Start Kit, Beckman Coulter)

Préparation et réalisation de réactions de séquence (Quick Start Kit, Beckman Coulter) MODE OPERATOIRE Code : SSG / 001 UMR 1229 MGS Microbiologie et Géochimie des Sols 17 rue Sully BP86510 21065 Dijon Cedex Rédigé par : D. Bru Préparation et réalisation de réactions de séquence (Quick Start

Plus en détail

La technologie «HRM» (High Resolution Melting)

La technologie «HRM» (High Resolution Melting) Projets Exploratoires PluridisciplinaireS 2010 La technologie «HRM» (High Resolution Melting) Une nouvelle approche pour l étude de la diversité des communautés symbiotiques Hélène Henri & Laurence Mouton

Plus en détail

TD de Biochimie 4 : Coloration.

TD de Biochimie 4 : Coloration. TD de Biochimie 4 : Coloration. Synthèse de l expérience 2 Les questions posées durant l expérience 2 Exposé sur les méthodes de coloration des molécules : Générique Spécifique Autres Questions Pourquoi

Plus en détail

D 005 Annex 30, page 1. Projet: D005 IPC Revision WG Definition Project Classe/sous-classe: C40B EP Proposition du Rapporteur Date : 22.11.

D 005 Annex 30, page 1. Projet: D005 IPC Revision WG Definition Project Classe/sous-classe: C40B EP Proposition du Rapporteur Date : 22.11. Annex 30, page 1 Projet: D005 IPC Revision WG Definition Project Classe/sous-classe: C40B EP Proposition du Rapporteur Date : 22.11.04 Titre - C40B Chimie combinatoire, bibliothèques, p.ex. chimiothèques

Plus en détail

Professeur Joël LUNARDI

Professeur Joël LUNARDI Biochimie - Biologie moléculaire Chapitre 9 : Applications médicales Professeur Joël LUNARDI MED@TICE PCEM1 - Année 2006/2007 Faculté de Médecine de Grenoble - Tous droits réservés. Chapitre 9. APPLICATIONS

Plus en détail

Les virus dans les aliments : un nouveau défi pour les laboratoires de microbiologie

Les virus dans les aliments : un nouveau défi pour les laboratoires de microbiologie : un nouveau défi pour les laboratoires de microbiologie Véronique ZULIANI, Institut de la Filière Porcine Jean Christophe Augustin, ENVA, ASA Qu est ce qu un virus? Microorganisme de 15 à 40 nm Environ

Plus en détail

Une qpcr (PCR quantitative) qui vous ressemble. Systèmes de PCR en temps réel et de PCR digital QuantStudio

Une qpcr (PCR quantitative) qui vous ressemble. Systèmes de PCR en temps réel et de PCR digital QuantStudio Une qpcr (PCR quantitative) qui vous ressemble Systèmes de PCR en temps réel et de PCR digital QuantStudio Chaque laboratoire est unique. C est pourquoi, vous méritez une plateforme de PCR qui correspond

Plus en détail

CONCOURS EXTERNES IT 2011

CONCOURS EXTERNES IT 2011 CONCOURS EXTERNES IT 2011 ÉPREUVE TECHNIQUE D ADMISSION Durée : 1 h 30 Coefficient : 2 CONCOURS N 296 Corps : Techniciens de la recherche BAP : A Emploi type : Technicien biologiste A4A21 Délégation organisatrice

Plus en détail

DNA-seqciblé : principales méthodes d'enrichissement

DNA-seqciblé : principales méthodes d'enrichissement DNA-seqciblé : principales méthodes d'enrichissement DU de séquençage haut-débit Module 1 : Séquençage nouvelle génération - Technologies & applications 17 octobre 2013 Amélie PITON piton@igbmc.fr 1 Introduction

Plus en détail

Identification et détection des virus. A) Détection symptomatologique

Identification et détection des virus. A) Détection symptomatologique Identification et détection des virus La détection et l'identification des virus font appel à différentes méthodes. Ces méthodes se caractérisent par leur spécificité et leur sensibilité. On peut citer

Plus en détail

Instrument LightCycler 480 Manuel Opérateur Abrégé. Logiciel Version 1.5

Instrument LightCycler 480 Manuel Opérateur Abrégé. Logiciel Version 1.5 Instrument LightCycler 480 Manuel Opérateur Abrégé Logiciel Version 1.5 Présentation du Logiciel LightCycler 480 1 Les fonctionnalités de base du logiciel 1 Le logiciel LightCycler 480 Le Logiciel LightCycler

Plus en détail

Jean-Louis Bergé-Lefranc

Jean-Louis Bergé-Lefranc Apport du séquençage du génome humain à la toxicologie: Toxicogénomique Jean-Louis Bergé-Lefranc QuickTime et un décompresseur TIFF (LZW) sont requis pour visionner cette image. QuickTime et un décompresseur

Plus en détail

Comment gérer au mieux ma charge de travail en biologie moléculaire?

Comment gérer au mieux ma charge de travail en biologie moléculaire? Comment gérer au mieux ma charge de travail en biologie moléculaire? Une souplesse d emploi inégalée dans les tests de biologie moléculaire, répondant aux exigences de votre laboratoire Le système VERSANT

Plus en détail

Utilisation des marqueurs ISSR pour l'étude du polymorphisme génétique d'artemisia herba-alba

Utilisation des marqueurs ISSR pour l'étude du polymorphisme génétique d'artemisia herba-alba Utilisation des marqueurs ISSR pour l'étude du polymorphisme génétique d'artemisia herba-alba Haouari M., Ferchichi A. in Ferchichi A. (comp.), Ferchichi A. (collab.). Réhabilitation des pâturages et des

Plus en détail

Pathologies et génétique moléculaire

Pathologies et génétique moléculaire Biochimie - Biologie moléculaire Pathologies et génétique moléculaire Julien Fauré Institut de Formation en Soins Infirmiers 1 ère Année Année universitaire 2014-2015 Plan Les outils de la génétique moléculaire

Plus en détail

KIT PRINCIPE DE LA PCR A RECEPTION DU COLIS : COMPOSITION (pour 5 gels de 8 puits soit 40 dépôts d ADN) MATERIEL NECESSAIRE

KIT PRINCIPE DE LA PCR A RECEPTION DU COLIS : COMPOSITION (pour 5 gels de 8 puits soit 40 dépôts d ADN) MATERIEL NECESSAIRE : 0033 (0)169922672 : 0033 (0)169922674 : @ :sordalab@wanadoo.fr KIT PRINCIPE DE LA PCR Ref: PCR A RECEPTION DU COLIS : Vérifier la composition du colis indiquée ci-dessous en page 1 Stocker les articles

Plus en détail

Séquençage Haut-Débit : HiSeq 2000 et HiSeq 2500 (Illumina)

Séquençage Haut-Débit : HiSeq 2000 et HiSeq 2500 (Illumina) Séquençage Haut-Débit : HiSeq 2000 et HiSeq 2500 (Illumina) avec automatisation sur robot Tecan EVO200 Préparation des librairies High Output - HiSeq 2000 ou 2500 Run : 11 jours -2 Flowcells, 8 lanes /

Plus en détail

Techniques de base de la biologie moléculaire

Techniques de base de la biologie moléculaire Techniques de base de la biologie moléculaire Présenté par : Addoun Hadjer Ait Saadi Taous Plan: Introduction Purification des acides nucléiques 1-extraction à partir de matériels biologiques 2-estimation

Plus en détail

Les techniques de criblage à grande échelle en génomique fonctionnelle. L exemple des puces à ADN

Les techniques de criblage à grande échelle en génomique fonctionnelle. L exemple des puces à ADN Les techniques de criblage à grande échelle en génomique fonctionnelle L exemple des puces à ADN Les Puces à ADN : Pourquoi? Comment? INSTN - Saclay - 8 juin 2005 Laboratoire de Biologie Moléculaire du

Plus en détail

S 4B0602: Biologie Moléculaire pour les Biotechnologies

S 4B0602: Biologie Moléculaire pour les Biotechnologies S 4B0602: Biologie Moléculaire pour les Biotechnologies 16h TP: Sexage de viande bovine Production d une protéine recombinante, la TAQ ADN Polymérase. 12h CM: Empreintes génétiques Détection d OGM Construction

Plus en détail

La médecine personnalisée Daniel Locker Professeur honoraire Université Orléans

La médecine personnalisée Daniel Locker Professeur honoraire Université Orléans La médecine personnalisée Daniel Locker Professeur honoraire Université Orléans Introduction En 1992, l introduction d'un anticorps monoclonal, l herceptine, pour le traitement du cancer du sein a donné

Plus en détail

INVESTIGATIONS TECHNIQUES EN PHYSIOPATHOLOGIE CELLULAIRE ET MOLECULAIRE Partie I. La transfection. Responsable : Valérie Chopin.

INVESTIGATIONS TECHNIQUES EN PHYSIOPATHOLOGIE CELLULAIRE ET MOLECULAIRE Partie I. La transfection. Responsable : Valérie Chopin. INVESTIGATIONS TECHNIQUES EN PHYSIOPATHOLOGIE CELLULAIRE ET MOLECULAIRE Partie I La transfection Responsable : Valérie Chopin LBH semestre 6 Faculté des Sciences Laboratoire de Physiologie Cellulaire et

Plus en détail

UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES

UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES ORIGINAL: anglais DATE: 18 janvier 2007 UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES GENÈVE F PROJET DIRECTIVES CONCERNANT LES PROFILS D ADN : CHOIX DES MARQUEURS MOLÉCULAIRES ET CONSTRUCTION

Plus en détail

Taq Ozyme HS ADN polymérase thermostable rapide à démarrage à chaud («Hot Start»)

Taq Ozyme HS ADN polymérase thermostable rapide à démarrage à chaud («Hot Start») Taq Ozyme HS à démarrage à chaud («Hot Start») OZYA002-25 25 unités OZYA002-250 250 unités OZYA002-1250 5 x 250 unités Stockage et stabilité : un an à -20 C MANUEL D UTILISATION P.1 SOMMAIRE Descriptif...

Plus en détail

Ministère des Solidarités, de la Santé et de la Famille

Ministère des Solidarités, de la Santé et de la Famille Ministère des Solidarités, de la Santé et de la Famille Direction générale de la Santé Sous-Direction de la gestion des risques des milieux Bureau des eaux DGS/SD7A N Personnes chargées du dossier : Philippe

Plus en détail

Les documents présentés dans ce cours sont issus : soit de travaux personnels soit de travaux présentés sur le web Leur utilisation ne doit donner

Les documents présentés dans ce cours sont issus : soit de travaux personnels soit de travaux présentés sur le web Leur utilisation ne doit donner Les documents présentés dans ce cours sont issus : soit de travaux personnels soit de travaux présentés sur le web Leur utilisation ne doit donner lieu à aucune exploitation commerciale D. LOCKER Professeur

Plus en détail

L hyperméthylation des gènes suppresseurs de tumeur comme marqueur en cancérologie

L hyperméthylation des gènes suppresseurs de tumeur comme marqueur en cancérologie L hyperméthylation des gènes suppresseurs de tumeur comme marqueur en cancérologie Florence de Fraipont UF Cancérologie Biologique et Biothérapie, pôle de Biologie, CHU Grenoble Définitions Méthodes d

Plus en détail

REGULATION DE L EXPRESSION DES GENES.

REGULATION DE L EXPRESSION DES GENES. REGULATION DE L EXPRESSION DES GENES. Modification épigénétiques : viennent s ajouter à la séquence nucléotidique. La séquence nucléotidique est transmise intacte de la cellule mère à la cellule fille.

Plus en détail

Licence-Master Bioinformatique Contrôle continu 06/03/06. Correction

Licence-Master Bioinformatique Contrôle continu 06/03/06. Correction Licence-Master Bioinformatique Contrôle continu 06/03/06 Correction -«Vraies» questions de cours -«fausses» questions de cours: questions pour voir si pouviez imaginer une réponse crédible qui n était

Plus en détail