Gestion du Patrimoine. Actualité. Le dossier page 11. Stratégie page 21 Assurance vie : toujours attractive face au PERP

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Gestion du Patrimoine. Actualité. Le dossier page 11. Stratégie page 21 Assurance vie : toujours attractive face au PERP"

Transcription

1 Le Magazine de l Ordre des Experts-Comptables pour les entreprises Actualité page 4 Loi de Finances : quels impôts en 24? page 6 Taxe professionnelle : coup de pouce aux investissements Pratique page 27 Marchés Publics : l accès facilité pour les PME Le RMA, nouveau contrat d insertion professionnelle Bien référencer votre site Internet Le dossier page 11 Cette année, les effets conjugués de la loi pour l initiative économique et de la loi de finances 24, doublés des remises en questions mouvementées de l avenir des retraites, devraient sensiblement modifier les stratégies patrimoniales. Stratégie page 21 Assurance vie : toujours attractive face au PERP EXPERT & DÉCIDEURS N 31 MARS 24 Gestion du Patrimoine ce qui change en 24

2 D O S S I E R 11 Gestion du patrimoine : ce qui change en 24 Chefs d entreprise : profitez du bilan pour optimiser votre patrimoine page 12 Plus-values immobilières et mobilières au même régime page 13 Adieu à l avoir fiscal : ce qui peut changer pour vous page 15 Donations : agissez au bon moment page 17 Faites le point sur vos produits prévoyance et retraite page 2 L heure est au bilan, dans tous les sens du terme. Certes, la clôture des comptes est traditionnellement la période privilégiée pour faire le point des plus et des moins de sa gestion d entreprise, d avancer de nouvelles options ou d envisager des modifications structurelles. Mais cette année, les effets conjugués de la loi pour l initiative économique et de la loi de finances 24, doublés des remises en questions mouvementées de l avenir des retraites, devraient sensiblement modifier les stratégies patrimoniales. Une analyse de ses choix fiscaux et une mise à plat de son patrimoine, aussi bien privé que professionnel, s imposent d autant plus pour le chef d entreprise. Analyse de ces nouvelles données fiscales qui, notamment, devraient permettre d envisager plus sereinement la transmission de son entreprise en pérennisant son patrimoine.

3 12 D O S S I E R Chefs d entreprise : profitez du bilan pour optimiser votre patrimoine Focus Patrimoine : les bonnes questions à se poser Quelle est ma situation personnelle et mon régime matrimonial? Quels risquent courent mes biens personnels en cas de difficultés dans mon entreprise? Comment sont structurés mon entreprise, le capital de ma société? Quels sont les éléments d actif? Comment est ma trésorerie? Quels sont les résultats et les perspectives de mon entreprise? Quels sont mes projets d ici 5 ou 1 ans? Beaucoup de choses contenues dans la loi de finances pour 24 et dans la loi pour l initiative économique intéressent directement votre patrimoine. La période du bilan et de la clôture des comptes est le moment idéal pour faire le point avec votre expert-comptable des options à prendre et des choix à faire. Si le conseil en gestion de patrimoine est affaire d équipes pluridisciplinaires, l expert-comptable est en première ligne pour suivre pas à pas l évolution du patrimoine du chef d entreprise et l aider dans sa stratégie. Distinguez professionnel et privé Chaque année, lors de l établissement du bilan, l analyse des actifs et des passifs de l entreprise comporte un suivi des placements qui peut éclairer efficacement le dirigeant dans le choix d une stratégie en ce domaine. Cette vision globale est d autant plus importante pour l entreprise individuelle pour laquelle le patrimoine professionnel et le patrimoine privé sont étroitement liés. Outre un contrôle strict sur des frontières un peu trop floues qui pourraient exister et conduire à des risques d abus de biens sociaux, un arbitrage devient désormais nécessaire entre les éléments à conserver dans l entreprise et ceux qu il est intéressant de gérer dans le patrimoine privé. Faites des choix raisonnés La notion d indépendance financière est importante pour le chef d entreprise qui doit veiller à conserver dans son patrimoine professionnel les liquidités nécessaires à son exploitation et à ses objectifs de croissance ou de diversification. En revanche, lorsque qu il y a des excédents de trésorerie, il peut être préférable de les prélever et de les affecter au patrimoine privé afin de pouvoir bénéficier de l ensemble des avantages fiscaux concédés aux par- ticuliers. Une décision à étudier avec soin, cependant, pour ne pas prendre d engagements privés trop élevés pour la capacité de l entreprise. De même, lors d un investissement, il peut être plus intéressant d envisager un apport personnel de trésorerie plutôt que de se tourner vers les emprunts traditionnels. C est, par exemple, le cas dans l optique d une succession dans de bonnes conditions, le chef d entreprise devenant moins dépendant du monde bancaire. Ainsi, pour apprécier la solidité d une entreprise individuelle, l expert-comptable raisonnera de façon globale et saura prendre en compte les potentiels financiers personnels. Cette approche permet de ne pas se limiter aux éléments fournis dans les comptes annuels de l entreprise individuelle qui ne tiennent compte que des seuls éléments professionnels.

4 D O S S I E R 13 Plus-values immobilières et mobilières au même régime Des perspectives intéressantes pour la fiscalité du patrimoine À savoir Comment calculer la plus-value? La plus-value brute est égale à la différence entre les prix de cession et d acquisition. stipulés dans les actes de vente. Le prix d acquisition est majoré des frais d acquisition (soit au réel, soit suivant un forfait de 7,5 %) et du montant des travaux de construction, agrandissement ou rénovation, quand ils n ont pas déjà été pris en compte dans l impôt sur le revenu. Une majoration de 15 % est appliquée si le cédant n est pas en mesure d apporter la justification de ses dépenses et pour un bien détenu plus de cinq ans. La loi de finances pour 24 réforme le régime d imposition des plusvalues réalisées par les particuliers lors de cession d immeubles, de meubles ou de parts de sociétés à prépondérance immobilière. Le système prévoit désormais une taxation sous la forme d un prélèvement forfaitaire de 16 % et décharge les contribuables de toute obligation déclarative. Trois types de biens relèvent du régime des plus-values des particuliers : Les immeubles (bâtis ou non bâtis) ou les droits relatifs à ces immeubles (usufruit, nue-propriété, servitudes ). Les parts de sociétés à prépondérance immobilière. Les biens meubles ou les droits relatifs à ces biens. Jusqu en 23, les plus-values des particuliers étaient déterminées et déclarées par le vendeur lui-même. Ajoutées à ses revenus en tant que contribuable, les plus-values étaient imposées selon le barème progressif de l impôt sur le revenu, l année suivant la cession du bien. Il utilisait pour cela un imprimé spécifique qu il joignait à la déclaration d ensemble. Ce qui change pour les plus-values immobilières Depuis le 1 er janvier 24, les personnes physiques qui cèdent à titre onéreux (vente, apport, échange ) des biens immobiliers, bâtis ou non bâtis, détenus dans leur patrimoine privé, sont soumises au nouveau régime de taxation. Un taux unique de 16 % est appliqué à ces plus-values, auxquelles se rajoutent les prélèvements sociaux, ce qui engendre un taux global de 26 %. Une exonération totale des plusvalues est prévue : - au bout de 15 ans au lieu de 22 ans antérieurement. Ainsi, un abattement de 1 % est opéré après la 5ème année de détention, sur la plus-value ; - pour les cessions dont le prix est inférieur ou égal à 15. C est désormais le notaire qui est chargé de l établissement de la déclaration et du paiement de l impôt pour le compte du vendeur lors de la publicité foncière. Il acquitte, lors d une même formalité, les droits d enregistrement dûs par l acquéreur et l impôt sur le revenu afférent à la plus-value immobilière dû par le vendeur. L impôt étant à payer lors du dépôt de la déclaration, il doit être acquitté avant l enregistrement. Un certain nombre de cessions restent exonérées : Comme avec l ancien dispositif, certains biens n entrent pas dans le champ de l impôt. C est notamment le cas :

5 14 D O S S I E R Focus ISF : quoi de neuf? La réforme de l ISF qui était attendue en 23 n a pas eu lieu. Seules quelques mesures disparates sont à noter. Les principales innovations en matière d ISF pour 24, sont issues de la loi initiative économique. Deux nouvelles exonérations sont instituées pour les titres de société en dehors de toute qualification professionnelle, condition jusqu alors indispensable. Il est prévu une exonération de moitié pour les titres de sociétés ayant fait l objet d un engagement collectif de conservation d au moins six ans. Deux publics sont visés : cette nouvelle exonération partielle va permettre à de simples investisseurs de diminuer leur base d ISF, dès lors qu ils s engagent à maintenir leur épargne, mais aussi aux dirigeants qui envisagent de prendre leur retraite et qui ne seront plus en mesure de bénéficier de l exonération propre aux biens professionnels. Important : cette mesure ne devait être applicable que pour les engagements conclus et enregistrés au 31 décembre 23. Cependant, l administration fiscale a accordé un délai de grâce et admis, à titre exceptionnel, le bénéfice de cette exonération partielle aux engagements souscrits et enregistrésjusqu au 31 mars 24. La seconde mesure résultant de la loi pour l initiative économique prévoit une exonération totale d ISF pour les titres reçus en contrepartie de la souscription au capital d une société répondant à la définition des PME (entreprises de moins de 25 personnes, dont le chiffre d affaires est inférieur à 4 millions d euros et qui respectent un critère d indépendance). des immeubles qui constituent l habitation principale, des immeubles déclarés d utilité publique en vue d une expropriation, des immeubles échangés dans le cadre d opérations de remembrements ou assimilés. Une exonération particulière est prévue en faveur de certains nonrésidents. Le cas des sociétés à prédominance immobilière Sont concernées par le nouveau régime, les sociétés dont l actif est, à la clôture des trois exercices qui précèdent la cession, constitué pour plus de 5 % de sa valeur réelle par des immeubles non affectés à leur propre exploitation. Le champ d application du régime des plus-values immobilières est limité aux seules cessions de parts de sociétés civiles à prépondérance immobilière. Par dérogation, le nouveau dispositif est toutefois applicable pour les cessions de titres de sociétés de capitaux à prépondérance immobilière intervenant entre le 1 er janvier 24 et le 31 décembre 24, lorsque les titres ont été acquis avant le 21 novembre 23. Cessions toujours exonérées : Sous certaines conditions, les titres de sociétés à prépondérance immobilière qui mettent gratuitement un logement à la disposition de l associé cédant (s il l occupe à titre d habitation principale). Les titres détenus depuis plus de 15 ans. À savoir : Opérations imposables : Seules sont imposables les plusvalues réalisées lors de cession à titre onéreux. Aucune imposition n est établie : lors de l échange des titres, lors de plus-values réalisées dans le cadre d opération de fusion, de scission ou d un apport de titres d une société soumise à l impôt sur les sociétés. Ce qui change pour les plus-values mobilières Comme pour les plus-values immobilières, le régime des plus-values mobilières est modifié : les cessions de biens meubles ou des droits relatifs à ces biens sont désormais soumis à la taxation forfaitaire de 16 %. Entrée en vigueur de la réforme Les nouvelles dispositions s appliquent pour l imposition des plusvalues réalisées lors des cessions à titre onéreux intervenues à compter du 1 er janvier 24. Les cessions intervenues en 23 demeurent imposables selon les conditions et les modalités prévues avant la promulgation de la loi de finances pour 24. Les contribuables qui ont cédé un immeuble, un meuble ou des parts de sociétés à prépondérance immobilière en 23 restent donc tenus de souscrire une déclaration n 249 en mars 24.

6 D O S S I E R 15 Adieu à l avoir fiscal : ce qui peut changer pour vous L avoir fiscal, système de crédit d impôt institué par la loi du 12 juillet 1965 et visant à limiter la double imposition des revenus d actions françaises, vient d être abrogé par l article 93 de la loi de finances 24. Le nouveau mécanisme entrera en vigueur pour les dividendes distribués en 25 et de façon différente pour les personnes physiques et les personnes morales. À savoir La fin prévisible de l avoir fiscal Le mécanisme très avantageux de l avoir fiscal visait à compenser la double imposition des dividendes versés aux actionnaires, dans la mesure où les bénéfices distribués avaient déjà été redevables de l impôt sur les sociétés. Par ailleurs, il tendait à favoriser l investissement en actions françaises et était, à ce titre, en nette contradiction avec le droit européen. Le ministère du budget avait commencé à en limiter les effets depuis 2 et avait annoncé la réforme depuis 22. Un nouveau mécanisme pour les personnes physiques Pour compenser la disparition de l avoir fiscal, le législateur a prévu la mise en place d un nouvel abattement de 5 % calculé sur le montant des revenus distribués. Le nouveau dispositif entrera en vigueur pour les dividendes distribués à compter du 1 er janvier 25. Il n affectera donc pas l impôt sur le revenu payé avant 26. Les conséquences pour les personnes physiques Auparavant, l avoir fiscal constituait un crédit d impôt qui devait être inclus dans la base d imposition soumise au barème progressif de l impôt sur le revenu. Il majorait donc la base imposable du contribuable, avec deux conséquences : il pouvait entraîner ainsi le passage à une tranche supérieure de taxation et il augmentait, de fait, la base des prélèvements sociaux (CSG et CRDS). Dorénavant, avec le nouveau méca- nisme mis en place, le nouvel abattement de 5 % diminue la base imposable pour le calcul de l impôt et l absence de crédit d impôt taxable réduit d autant la base des prélèvements sociaux. Par ailleurs, le contribuable taxé à un taux d imposition inférieur à 33,33 %, se voyait, jusqu à présent, restituer une partie de l impôt sur les sociétés payé par la société distributrice. Afin de compenser la disparition de cet avantage, le législateur a institué un nouveau crédit d impôt égal à 5 % des sommes distribuées. Son montant est cependant plafonné à 115 euros pour une personne seule et à 23 euros pour un couple. Ce crédit d impôt est éventuellement restituable et ne constitue pas un revenu imposable. Enfin, l abattement de 1 22 euros pour un célibataire et de 2 44 euros pour un couple subsiste et s applique après l abattement de 5 % institué par la loi de finances pour 24, avec lequel il se cumule. La situation des personnes morales Contrairement aux personnes physiques pour lesquelles il est prévu un régime de substitution, rien ne viendra compenser la suppression de l avoir fiscal pour les personnes morales qui ne seront plus en mesure d utiliser les crédits d impôt attachés aux dividendes à compter du 1 er janvier 25. Ainsi, pour les dividendes perçus en 24, l avoir fiscal ne sera utilisable que si le solde de l impôt sur les sociétés est acquitté avant le 31 décembre 24. Cependant, pour éviter le déséquilibre budgétaire entraîné par la disparition brutale de l avoir fiscal, alors qu il est toujours utilisable par les personnes physiques en 25, le législateur a prévu la mise en place d un prélèvement exceptionnel de 25 % pour les distributions qui interviendront en 25. Ce n est donc qu à compter de 26 que les conséquences attachées à la suppression de l avoir fiscal auront définitivement disparu.

7 16 D O S S I E R Avant/Après Exemple Couple marié ayant reçu un dividende net ouvrant droit à avoir fiscal de 8 Taux de taxation Dispositif 37,38 % 48,9 % Avoir fiscal Abattement Avoir fiscal Abattement Dividende Montant de l avoir fiscal Abattement de 5 % Abattement général Base de l impôt Impôt brut Impôt net (- avoir fiscal ou - nouveau crédit d impôt) AF ou restitution Base contributions sociales Montant contributions sociales Revenu net Le tableau ci-dessus montre que le mécanisme issu de la loi de finances pour 24 peut s avérer plus défavorable que l ancien dispositif avec avoir fiscal, sauf pour certains contribuables imposables dans les tranches les plus hautes. Cependant, le revenu net imposable étant réduit des 2/3 par rapport à l ancienne situation, le contribuable peut éviter de passer dans une tranche de taxation supérieure. Un diagnostic à faire La réforme a été faite de manière à être neutre pour la majorité des actionnaires. Dans la plupart des cas, en effet, si les titres sont détenus sur un compte titres ordinaire, le système est à peu près équivalent, voire même plus favorable pour les contribuables qui se situent dans une tranche d impôt sur le revenu élevé, par le jeu des prélèvements sociaux. En revanche, il pénalise ceux qui encaissent des dividendes importants tout en étant dans une tranche d imposition modérée. Le nouveau système est également défavorable aux détenteurs de PEA qui, jusqu à présent, étaient exonérés d impôt sur leurs titres logés dans le PEA et qui récupéraient l avoir fiscal. À partir de 25, ils n auront droit qu à un crédit d impôt sur les dividendes versés sur leur PEA, dans la limite de 115 euros pour une personne seule et de 23 euros pour un couple. En tout état de cause, un diagnostic de situation s impose et des calculs sont à faire pour 24 qui est la dernière année où il est possible de distribuer des dividendes avec le bénéfice de l avoir fiscal. Quel avenir pour le PEA? L avis d un conseiller bancaire, spécialiste des placements. Que penser du PEA aujourd hui? "Cela reste un très bon support et les conséquences de la suppression de l avoir fiscal sont à étudier de manière individuelle. Pour certains détenteurs de gros portefeuilles, notamment ceux gérés en ligne directe, des manques à gagner importants peuvent apparaître. Ceci étant, 85 % des PEA en France sont d un montant inférieur à 2 euros, le plus souvent composés de SICAV et d OPCVM de capitalisation." Est ce que le PEA bénéficie encore d avantages fiscaux? "À condition de ne pas sortir du PEA, les dividendes perçus des sociétés qui le composent échappent aux prélèvements sociaux. Ceux-ci sont donc perçus le jour du retrait et seulement sur la partie du retrait. Par ailleurs, les plus-values ne sont pas imposées au taux de 16 %." Interview Quels conseils donner aux porteurs de PEA? "Surtout de ne pas le clôturer : c est un support d avenir qui permet d optimiser la fiscalité d un portefeuille titres, malgré d éventuelles moins-values potentielles. À partir de janvier 25, la perte nette réalisée (valeur liquidative du plan inférieure au cumul des versements) sera imputable sur les gains ou pertes de même nature, au cours des 1 années suivantes si certaines conditions sont respectées : - les titres figurant dans le plan ont été cédés en totalité préalablement à la clôture, - le seuil de cession est dépassé (15 euros en 23). Il faut donc, dès aujourd hui, analyser le futur de son PEA, et ne pas hésiter à faire appel à son conseiller".

8 Donations : agissez au bon moment D O S S I E R 17 Le gouvernement vient de modifier en profondeur les règles fiscales touchant aux donations, notamment lorsqu elles sont consenties entre vifs. Différentes incitations fiscales sont instaurées pour alléger la charge fiscale dans le cas de la transmission d entreprise qui représente un enjeu majeur pour l économie dans les dix ans à venir. Usufruit, un nouveau barème fiscal Âge de l usufruitier Jusqu à 2 ans de 21 à 3 ans de 31 à 4 ans de 41 à 5 ans de 51 à 6 ans de 61 à 7 ans de 71 à 8 ans de 81 à 9 ans Plus de 91 ans Valeur de l usufruit 9 % 8 % 7 % 6 % 5 % 4 % 3 % 2 % 1 % Depuis le 1 er janvier 24, le barème fiscal, fixant la part de l usufruit et de la nue-propriété dans la valeur d un bien dont la propriété est démembrée, est réaménagé pour mieux tenir compte de l augmentation de l espérance de vie. Le barème de l usufruit est ainsi augmenté, tandis que les réductions de droits selon l âge du donateur sont diminuées pour les donations en nue-propriété. Ce barème est établi pour le calcul des droits de mutation et il est applicable aussi bien dans le cadre des donations et des successions que pour les ventes ou apports à une société. Valeur de la nue-propriété 1 % 2 % 3 % 4 % 5 % 6 % 7 % 8 % 9 % Les nouveaux droits de donation Pour encourager la transmission anticipée des patrimoines, la loi de finances pour 24 instaure trois régimes de taxation pour les donations selon qu elles concernent la pleine propriété, la nue-propriété ou l usufruit. Donations en pleine propriété Depuis le 25 septembre 23 et jusqu au 3 juin 25, une réduction temporaire de 5 % sur les droits à payer est applicable aux donations en pleine propriété, quel que soit l âge du donateur. À partir du 1 er juillet 25, la réduction des droits sera toujours de 5 % pour les donateurs âgés de moins de 65 ans et de 3 % pour les donateurs entre 65 et 75 ans. Aucune réduction n est prévue au-delà. Donations de la nue-propriété Dans ce cas, le donateur se réserve l usufruit viager du bien donné. Depuis le 1 er janvier 24, la réduction des droits à payer a été fixée à 35 % au lieu de 5 % auparavant pour les donateurs âgés de moins de 65 ans. La réduction est de 1 % pour les donateurs de 65 ans à moins de 75 ans, au lieu de 3 % auparavant. Aucune réduction n est accordée après 75 ans. Donations de l usufruit Ces donations bénéficient d une réduction de 5 % lorsque le donateur est âgé de moins de 65 ans et de 3 % s il a 65 ans révolus et moins de 75 ans.

9 18 D O S S I E R Quels changements pour le chef d entreprise? Exonération partielle et réduction des droits cumulées La loi pour l initiative économique vient d instituer un abattement de 5 % sur la valeur de l entreprise pour les donations en pleine propriété, sous condition de la signature d un pacte d actionnaires et dès lors que les bénéficiaires s engagent à une conservation des titres pendant au moins six ans. Cette mesure est désormais cumulable avec les réductions de droits instaurées par la loi de finances 24 pour favoriser les transmissions en pleine propriété, soit de 5 % lorsque le donateur est âgé de moins de 65 ans, de 3 % s il a plus de 65 ans et moins de 75 ans, et de 5 %, tous âges confondus, ce, depuis le 25 septembre 23 et jusqu au 3 juin 25. Les deux dispositifs cumulés entraînent donc jusqu à 75 % d abattement. Aménagement du régime des plus-values professionnelles Les plus-values professionnelles réalisées en cas de transmission bénéficiaient jusqu alors d un Focus Gestion de patrimoine : jouez l interprofessionnalité! Une bonne gestion de patrimoine privé et professionnel relève de plusieurs professions et ne peut se concevoir que dans l intervention d une équipe pluridisciplinaire. Dans cet esprit, la Compagnie des conseils et experts financiers a été créée en Elle regroupe des professionnels intervenant, notamment, dans la gestion de patrimoine : experts-comptables et commissaires aux comptes, notaires, conseils en gestion de patrimoine, avocats, conseils en fusion acquisition... Un intérêt majeur pour le chef d entreprise La particularité d un tel organisme est de regrouper des compétences et des savoir-faire transversaux, offerts par des spécialistes relevant d une déontologie, d une approche et d une éthique communes, et qui permettent de bien identifier un profil de patrimoine pour apporter une réponse complète et adéquate à la demande du chef d entreprise. Interview Experts-comptables et Notaires : une collaboration au service du patrimoine des PME et de leurs dirigeants L interprofessionnalité, c'est-à-dire le travail en commun de plusieurs experts juridiques et comptables pour un même public est aujourd hui une réalité, plus même, un pari gagnant pour une meilleure information, la plus large et la plus personnalisée qui soit.

10 sursis d imposition. Le dispositif est transformé en report d imposition, puis, au bout de cinq ans, en exonération totale, dans le cas d un exploitant individuel exerçant une activité commerciale, artisanale, agricole ou libérale depuis au moins 5 ans. Pour les plus-values réalisées au cours des exercices clos à compter du 1 er janvier 24, le seuil d exonération en cas de cession est porté de euros à 25 euros pour les activités commerciales ou artisanales, de 54 euros à 9 euros pour les entreprises de prestations de services. La valeur à prendre en compte, en cas de cessation d activité, est le chiffre d affaires de l entreprise de l année de la cession (ramené, le cas échéant, à l année entière) et celui de l année précédant la cession. En cas de dépassement, le législateur a également prévu un mécanisme d exonération partielle dégressive de la plus-value afin de lisser l effet de seuil (montants compris entre 25 euros et 35 euros ou entre 9 et 126 euros, selon la nature de l activité). Focus D O S S I E R 19 Donations entre vifs : des choix à faire Loi initiative économique (Articles 787 B et c, art. 43 et 44) Exonération à hauteur de 5 % applicable à l ensemble des biens transmis Exonération à hauteur de 75 %, applicable à l ensemble des biens transmis. + Loi initiative économique (Articles 787 B et c, art. 43 et 44) Loi initiative économique (Article 79 A, art. 45) Exonération de 1 % applicable uniquement à la valeur du fonds de commerce ou de la clientèle incorporel Exonération de 1 % sur la valeur du fonds ou de la clientèle et de 5 % sur les autres éléments transmis. Bernard Martel, notaire à Choisyle-Roi et vice-président de la chambre interdépartementale des notaires de Paris, répond à nos questions. Comment définiriez-vous l interprofessionnalité? Il s agit d une juxtaposition de plusieurs professions libérales du droit et du chiffre. L idée n est pas d aujourd hui! Depuis quinze ans, mon office est implanté dans le même immeuble qu un cabinet d experts-comptables, un cabinet de géomètres et un cabinet d avocats. Nous travaillons souvent ensemble sur les mêmes dossiers, chacun apportant ses compétences. Tout se passe en toute indépendance et transparence pour nos clientèles respectives En pratique, comment collaborez-vous avec les experts-comptables? Pour les PME, l expert-comptable est à la source de l information. C est lui qui, au quotidien, suit l évolution de l entreprise, en gérant sa comptabilité et son développement. Les notaires interviennent plutôt pour ce qui concerne le patrimoine, que ce soit de l entreprise, de l entrepreneur ou de la famille de l entrepreneur. Il s agit, par exemple, de mettre en place des mesures pour réduire les risques de conflits successoraux ou limiter la charge des droits de succession. Très souvent, c est l expertcomptable qui fait appel à nous, lorsque le cas à traiter, pour l entreprise, n est pas de son ressort. En somme, l entrepreneur va bénéficier de plusieurs conseils pour trouver une solution à son cas particulier? Quand le cas est un peu compliqué, une réunion commune est organisée avec le notaire, l expert-comptable et le chef d entreprise. Il est très confortable pour un notaire d avoir à ses côtés un expertcomptable, car celui-ci connaît bien la vie de l entreprise et donc, est à même de suggérer des solutions. Il appartient ensuite au notaire de valider en droit ces propositions ou d ajouter de nouvelles pistes de réflexion, pour déboucher sur une solution. Quels sont les enjeux, aujourd hui, de la gestion patrimoniale des PME et de leurs dirigeants? Le principal enjeu d aujourd hui, c est, bien entendu, la transmission de l entreprise. Depuis la loi Dutreil, de nouvelles dispositions fiscales plus avantageuses permettent aux entrepreneurs de céder leur entreprise plus facilement. Cependant, j ai le sentiment que ces derniers ne sont pas encore très sensibilisés sur la question. D une manière générale, ils sont d une discrétion absolue lorsqu il s agit de transmettre leur entreprise. Très souvent, leur " seul " confident est leur expert-comptable. Le notaire intervient ensuite pour concrétiser les accords qui ont déjà été élaborés avec leur expert-comptable.

11 2 D O S S I E R Instauration d un report en avant illimité des pertes Jusqu ici, les déficits constatés au titre d un exercice pouvaient être déduits du bénéfice dégagé pendant cinq ans. À compter du 1 er janvier 24, les déficits constatés par les sociétés soumises à l IS seront reportables de façon illimitée. Il n y aura plus lieu, également, de distinguer les déficits ordinaires des déficits correspondant à des amortissements différés. La nouvelle disposition est applicable, non seulement, aux déficits advenus au cours des exercices à venir, mais aussi aux déficits restant à reporter. Cette mesure va permettre d améliorer la structure des bilans des entreprises qui disposent de reports déficitaires, de réduire leur charge d impôt et d améliorer ainsi leur compétitivité. Et aussi... Prochain Dossier La sécurité de l entreprise Parution juin 24 Faites le point sur vos produits prévoyance et retraite La loi Fillon a réformé en profondeur le cadre fiscal applicable à l ensemble des formules d épargne retraite. Les conséquences sur les contrats Madelin des entrepreneurs individuels et des régimes article 83 des salariés ne sont pas négligeables. Ici encore, un diagnostic est à faire pour tirer le meilleur parti de cette nouvelle donne. Rappelons que la loi Fillon a rajouté deux nouveaux dispositifs d épargne retraite : le PERCO (Plan d Épargne Retraite Collectif) et le PERP. Le PERCO prend la suite du Plan Partenarial d Épargne salariale Volontaire créé en 21 qui est appelé à disparaître définitivement fin 25. Il présente des caractéristiques très attrayantes, notamment un abonde- ment défiscalisé, une récupération possible sous forme de capital non imposable et un accès possible pour la plupart des dirigeants d entreprise, mandataires sociaux et exploitants individuels. Le PERP est un dispositif entièrement nouveau, à vocation spécifiquement retraite, à forte incitation fiscale et aux principes proches du contrat assurance vie, quoique beaucoup moins souples (voir page 23). Le magazine de l Ordre des Experts-Comptables pour les entreprises de 6 à 49 salariés 4 numéros par an, 32 pages. Bulletin d abonnement Je m abonne à Expert & Décideurs, pour une période d un an (4 numéros) et joins un chèque de 15,24 à l ordre d ECM - 88, rue de Courcelles 758 Paris. Société : Nom, Prénom : Adresse d expédition :

12 D O S S I E R 21 Les nouvelles règles de déductabilité Pour harmoniser les nouveaux et les anciens dispositifs (Madelin, article 83), le législateur a prévu une seule et même enveloppe de défiscalisation qui regroupe l ensemble des systèmes professionnels et collectifs avec les produits individuels. Déductibilité des revenus professionnels des régimes collectifs La loi fixe désormais la limite de déductibilité pour les cotisations versées par les salariés et les employeurs en matière de prévoyance à 7 % du montant annuel du plafond de la Sécurité sociale (fixé à euros pour 24), augmenté de 3 % de la rémunération annuelle brute, plafonnée à 3 % de huit fois le plafond annuel de la Sécurité sociale. L excédent éventuel sera réintégré dans le salaire imposable. En matière de cotisations versées aux régimes de retraite supplémentaire, il est retenu un plafond de 8 % de la rémunération annuelle brute, à concurrence de huit fois le plafond de la Sécurité sociale. Déductabilité des contributions volontaires La loi fixe le montant global déductible à 1 % du revenu net d activité et au maximum égal à huit plafonds annuels de la Sécurité sociale. Cela inclut le montant des cotisations ou primes versées à des régimes contractuels de retraite (type Madelin ou abondement) et celles versées au titre des nouveaux produits retraite (PERP). Ancien ou nouveau régime : une période de transition de cinq ans Jusqu en 28, le législateur a laissé la possibilité d opter pour le système, ancien ou nouveau, qui est le plus favorable. Un diagnostic s impose donc dès à présent pour savoir si vous souhaitez maintenir les anciens plafonds.

Impôt sur le revenu Gel du barème et création d une tranche à 45% Suppression de la contribution exceptionnelle sur les très hauts revenus

Impôt sur le revenu Gel du barème et création d une tranche à 45% Suppression de la contribution exceptionnelle sur les très hauts revenus Newsletter Fiscalité Janvier 2013 Sommaire Fiscalité des personnes physiques Page 3 Impôt sur le revenu Gel du barème et création d une tranche à 45% Suppression de la contribution exceptionnelle sur les

Plus en détail

4.2.3. Optimisation de la rémunération du dirigeant de société soumise à l IS

4.2.3. Optimisation de la rémunération du dirigeant de société soumise à l IS 4 4.2.3. Optimisation de la rémunération du dirigeant de société soumise à l IS Le dirigeant d une entreprise soumise à l IS dispose d une grande liberté pour construire sa rémunération, puisqu elle peut

Plus en détail

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME Une note de Riviera Family Office Mise à jour : juillet 2004 Les principaux avantages fiscaux des valeurs mobilières Aucune imposition sous

Plus en détail

www.bredbanqueprivee.com

www.bredbanqueprivee.com www.bredbanqueprivee.com BRED Banque Populaire - Société anonyme coopérative de banque populaire régie par les articles L 512-2 et suivants du code monétaire et financier et l ensemble des textes relatifs

Plus en détail

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 :

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : I.S.F. Patrimoine taxable Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : Vous êtes redevable de l ISF si votre patrimoine net taxable excède 1,3 million au 1 er janvier

Plus en détail

Droit comparé : Loi de finances françaises pour 2004

Droit comparé : Loi de finances françaises pour 2004 Loi de finances pour 2004 et loi de finances rectificative de 2003 : principales dispositions fiscales Bernard PLAGNET Professeur à l Université des Sciences Sociales de Toulouse Malgré un contexte budgétaire

Plus en détail

LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012

LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012 FM/AMA 25 janvier 2013 LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012 Les principales mesures de la Loi de Finances pour 2013 et des Lois de Finances rectificatives pour 2012, sont

Plus en détail

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée.

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Contribution exceptionnelle sur la fortune : Une contribution exceptionnelle

Plus en détail

Fiscalité de la transmission d entreprise

Fiscalité de la transmission d entreprise Fiscalité de la transmission d entreprise Salon des entrepreneurs Février 2006 Fiscalité de la transmission d entreprise Introduction 1 Introduction Existe-t-il une fiscalité de la transmission d entreprise?

Plus en détail

Lettre Tecnic Patrimoine n 20 (Avril 2013)

Lettre Tecnic Patrimoine n 20 (Avril 2013) Lettre Tecnic Patrimoine n 20 (Avril 2013) Loi de finance 2013 SOMMAIRE 1. Impôt sur le revenu... 2 2. ISF... 4 3. Réforme sur l immobilier... 4 4. Autres taxes.... 7 1 1. Impôt sur le revenu 1.1 Règles

Plus en détail

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent.

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles 75008 Paris Stéphane JACQUIN Karine LECOCQ Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. Octobre

Plus en détail

Actualité fiscale / Novembre 2011

Actualité fiscale / Novembre 2011 Actualité fiscale / Novembre 2011 L année 2011 comporte un flot législatif important, ceci par quatre lois de finances rectificatives mais également le projet de loi de finance pour 2012 à venir. 1 e Loi

Plus en détail

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer»

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer Avec le soutien de LOI DE FINANCES 2013 Revue des principales mesures

Plus en détail

68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr

68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr 68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr 1 REUNION DU 19 NOVEMBRE 2012 SOMMAIRE Loi de Finances rectificative 2012 Loi de Financement de la Sécurité

Plus en détail

NOTE D INFORMATION. Les principales mesures qui concernent votre patrimoine sont les suivantes : Gel du barème de l impôt sur le revenu

NOTE D INFORMATION. Les principales mesures qui concernent votre patrimoine sont les suivantes : Gel du barème de l impôt sur le revenu 36, rue de Monceau 75008 Paris 61, rue de la République 69002 Lyon www.seine-saone-finance.fr NOTE D INFORMATION Date : 14 janvier 2013 Objet : Loi de finances pour 2013, loi de finances rectificative

Plus en détail

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013 Réunions patrimoniales Janvier Loi de Finances pour 2013 et 3 ème Loi de finances Rectificative pour 2012 Le présent document vous est transmis à titre personnel, il a été réalisé sur la base de l environnement

Plus en détail

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2012

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2012 Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2012 Octobre 2012 Sommaire 1. CONTRIBUTION EXCEPTIONNELLE SUR LA FORTUNE...2 2. DROITS DE SUCCESSION ET DE DONATION...2 2.1 Réduction de l abattement

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Septembre 2011 2011 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire I Petits-enfants venant à une succession par suite de la renonciation de leur auteur, enfant unique : impossibilité d appliquer l abattement

Plus en détail

FISCALITÉ 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2013 LOI DE FINANCES 2014

FISCALITÉ 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2013 LOI DE FINANCES 2014 1 FISCALITÉ 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2013 LOI DE FINANCES 2014 2 Fiscalité 2014 SOMMAIRE I. Imposition des revenus II. Optimisation de l impôt sur le revenu III. Imposition des plus-values IV.

Plus en détail

Pratique des techniques bancaires

Pratique des techniques bancaires Aurélien GIRAUD Pratique des techniques bancaires Banque et fiscalité du particulier Édition 2012, 2012 ISBN : 978-2-212-55293-5 Chapitre 3 Le compte titres ordinaire GÉNÉRALITÉS Le compte titres ordinaire

Plus en détail

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Sources : Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Loi de finances 2014 : http://www.assembleenationale.fr/14/ta/ta0267.asp Loi de finances rectificatives

Plus en détail

Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011

Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011 Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011 - Mesures concernant le patrimoine - Mesures concernant l assurance vie - Zoom sur quelques dispositions du Projet de Loi de Finances

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Assurance et Epargne long terme Sommaire 2009 N 1 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire I. Loi de finances pour 2009 Revalorisation des tranches du barème de l IR 2008 et des tranches du barème de l ISF

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE La fiscalité simplifiée des valeurs mobilières Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document sont à titre

Plus en détail

> Abréviations utilisées

> Abréviations utilisées Aide-mémoire fiscalité des particuliers 2015 > Abréviations utilisées BNC : bénéfices non commerciaux IR : impôt sur le revenu NP : nue-propriété PFL : prélèvement forfaitaire libératoire PVI : plus-value

Plus en détail

LOI DE FINANCE 2013 22/01/2013. Aella Conseil 76 boulevard Exelmans 75016 Paris. Tél : 01 44 14 04 04 contact@aellaconseil.com

LOI DE FINANCE 2013 22/01/2013. Aella Conseil 76 boulevard Exelmans 75016 Paris. Tél : 01 44 14 04 04 contact@aellaconseil.com LOI DE FINANCE 2013 La loi de Finance 2013 apporte son lot de nouveautés. Nombre de régimes tant pour les entreprises que pour les particuliers sont impactés en profondeur. Ci-après la revue des principaux

Plus en détail

MEDEF Loi de finances pour 2013

MEDEF Loi de finances pour 2013 MEDEF Loi de finances pour 2013 Commission fiscalité 1 octobre 2012 Loi de finances pour 2013 Fiscalité des personnes physiques Commission fiscalité 1 octobre 2012 Fiscalité du Patrimoine : ISF (1) Aujourd

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS Les présentes mises à jour concernent le quatrième tirage 2000. PACS ( Pacte civil de solidarité ) - Page 6 Le régime applicable entre

Plus en détail

Points clés de la fiscalité du chef d entreprise

Points clés de la fiscalité du chef d entreprise Points clés de la fiscalité du chef d entreprise Arnaud JAMIN Avocat Directeur Associé 1 Les plus-values de cession de valeurs mobilières ou droits sociaux 2 Les plus-values de cession de valeurs mobilières

Plus en détail

Les nouveaux charmes discrets de l entreprise individuelle

Les nouveaux charmes discrets de l entreprise individuelle Les nouveaux charmes discrets de l entreprise individuelle Intervenants René KERAVEL Expert-comptable Commissaire aux Comptes Olivier SALAMITO Consultant fiscal Infodoc-experts Sommaire Introduction Spécificités

Plus en détail

Les mesures de recettes prévues dans le cadre de la réforme. des retraites de 2010. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Les mesures de recettes prévues dans le cadre de la réforme. des retraites de 2010. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 9 février 2011-9h30 «Rappel des principales mesures de la réforme de 2010 Préparation du rapport sur les transferts de compensation démographique»

Plus en détail

Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011

Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011 Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011 La pluralité des lois de finances rectificatives en 2011 nécessite de s attarder sur certains points «sensibles»

Plus en détail

Lundi 8 octobre 2007. Nancy. Comment optimiser l organisation de votre patrimoine grâce à la loi TEPA et au projet de Loi de Finances 2008?

Lundi 8 octobre 2007. Nancy. Comment optimiser l organisation de votre patrimoine grâce à la loi TEPA et au projet de Loi de Finances 2008? Lundi 8 octobre 2007 Nancy Comment optimiser l organisation de votre patrimoine grâce à la loi TEPA et au projet de Loi de Finances 2008? Frédéric Gros Directeur Nancy Élise Moras Ingénieur patrimonial

Plus en détail

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 Micro -entreprises L option pour l année 2009 pour le versement forfaitaire libératoire des cotisations et contributions sociales des travailleurs indépendants relevant

Plus en détail

Groupement Centrale Business Angels

Groupement Centrale Business Angels Groupement Centrale Business Angels Conférence du 30 septembre 2014 Conférence Centrale BA 30/09/14 1 Agenda La fiscalité des Business Angels Témoignage de Centralien Business Angel o Franck Delorme, fondateur

Plus en détail

VOUS ACCOMPAGNER AVEC L AIDE MÉMOIRE FISCAL

VOUS ACCOMPAGNER AVEC L AIDE MÉMOIRE FISCAL GESTION PRIVÉE VOUS ACCOMPAGNER AVEC L AIDE MÉMOIRE FISCAL 2013 - Particuliers - Mise à jour octobre 2013 I - IMPÔT SUR LE REVENU Barème 2013 de l impôt sur les revenus (IR) 2012 Revenu imposable (R/N)

Plus en détail

7 SOLUTIONS OPTIMISATION FISCALE Comment alléger le poids de ses impôts?

7 SOLUTIONS OPTIMISATION FISCALE Comment alléger le poids de ses impôts? 7 SOLUTIONS OPTIMISATION FISCALE Comment alléger le poids de ses impôts? P.S. Des solutions sortant des sentiers battus! 7 SOLUTIONS OPTIMISATION FISCALE De vraies optimisations fiscales facilement applicables!

Plus en détail

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 :

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : REGIME D IMPOSITION DE DROIT COMMUN Les plus-values réalisée en 2013 seront, en principe, imposables au barème progressif de l impôt sur le revenu dès

Plus en détail

Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014)

Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014) Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014) Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières 2 SOMMAIRE PAGES INTRODUCTION 3 I) Schéma illustratif

Plus en détail

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal»

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Ce qu il faut retenir Article 74 de la loi de finances pour 2006 Dans la situation actuelle, il peut arriver que le montant total

Plus en détail

4. Déduction des intérêts d emprunt pour l acquisition de la résidence principale

4. Déduction des intérêts d emprunt pour l acquisition de la résidence principale Lettre d'information - Septembre - Octobre 2007 MESURES FISCALES ET PATRIMONIALES EN FAVEUR DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU POUVOIR D ACHAT ENTREPRISES 1. Défiscalisation des heures supplémentaires 2. Parachutes

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Octobre 2012 2012 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire Projet de loi de finances 2013 I - Mesures concernant directement l assurance-vie II - Autres mesures relatives à la fiscalité du patrimoine

Plus en détail

Morvilliers Sentenac Avocats

Morvilliers Sentenac Avocats Newsletter n 13... Février 2013 Morvilliers Sentenac Avocats Actualités fiscales Les lois de finance votées en fin d année modifient sensiblement le paysage fiscal en accroissant les charges fiscales pesant

Plus en détail

Arrérages : Sommes d argent versées périodiquement à une personne au titre d une rente ou d une pension.

Arrérages : Sommes d argent versées périodiquement à une personne au titre d une rente ou d une pension. GLOSSAIRE DES PRINCIPAUX TERMES UTILISÉS 1 EN MATIÈRE DE PRODUITS FINANCIERS Action : Titre représentant une part du capital d une société (cotée ou non cotée en Bourse). Il s agit d un titre de propriété

Plus en détail

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014 5 novembre 2013 Experts Comptables Commissaires aux Comptes 43, rue de Liège 75008 Paris Tél. : 33 (0) 1 44 90 25 25 Fax 33 (0) 1 42 94 93 29 E-mail : contact@caderas-martin.com PROJET DE LOI DE FINANCES

Plus en détail

Plus-values immobilières des particuliers

Plus-values immobilières des particuliers > Fiscalité patrimoniale Fiscalité personnelle Plus-values immobilières des particuliers Abattement pour durée de détention Abattement identique pour tous les biens >> Abattement pour durée de détention

Plus en détail

Dans leur pratique quotidienne, les notaires peuvent rencontrer certaines difficultés relatives notamment à :

Dans leur pratique quotidienne, les notaires peuvent rencontrer certaines difficultés relatives notamment à : VERVANDIER Pierre-Luc - pierre-luc.vervandier@notaires.fr Réponse du Conseil supérieur du notariat à la consultation publique de la Commission européenne sur les approches possibles pour lever les obstacles

Plus en détail

LOI DE MODERNISATION DE L ECONOMIE (Du 6 AOUT 2008) Les principales mesures fiscales et sociales issues de cette loi concernent :

LOI DE MODERNISATION DE L ECONOMIE (Du 6 AOUT 2008) Les principales mesures fiscales et sociales issues de cette loi concernent : LOI DE MODERNISATION DE L ECONOMIE (Du 6 AOUT 2008) Les principales mesures fiscales et sociales issues de cette loi concernent : - la simplification du régime des micro-entreprises, - les droits de mutation

Plus en détail

Votre résidence fiscale est en France

Votre résidence fiscale est en France Votre résidence fiscale est en France B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour 30 août 2011) En France, l impôt sur la fortune, appelé Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF), est un impôt qui frappe le patrimoine.

Plus en détail

L impôt de solidarité sur la fortune ISF (cours)

L impôt de solidarité sur la fortune ISF (cours) L impôt de solidarité sur la fortune ISF (cours) Table des matières Table des matières... 2 Introduction... 3 I Le champ d application de l ISF... 4 Les personnes imposables... 4 Les biens concernés par

Plus en détail

L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE

L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE Introduction L impôt de solidarité sur la fortune est un impôt annuel dû par les personnes physiques détenant un patrimoine net supérieur à 790 000 au 1 er janvier

Plus en détail

Contenu. 1. Vous et votre impôt sur le revenu. 2. Vous et l immobilier. Contenu

Contenu. 1. Vous et votre impôt sur le revenu. 2. Vous et l immobilier. Contenu Contenu 1. Vous et votre impôt sur le revenu 1.1. Présentation générale........................................ 1 1.1.1. Le nouveau barème.................................... 1 1.1.2. Quelques remarques....................................

Plus en détail

Atelier 2 Transmission familiale

Atelier 2 Transmission familiale Atelier 2 Transmission familiale A2 Transmission familiale PREAMBULE Lancement d une vidéo témoignage INTERVENANTS Jean Yves BRYON Conseiller en gestion de patrimoine indépendant 2 Sommaire I. PRÉAMBULE

Plus en détail

CHIFFRES CLÉS IMPÔT SUR LE REVENU

CHIFFRES CLÉS IMPÔT SUR LE REVENU CHIFFRES CLÉS IMPÔT SUR LE REVENU Revalorisation des limites de l ensemble des tranches du barème de l impôt applicable aux revenus perçus en 2013 Barème (pour une part fiscale) Revenus de 2013 Impôt à

Plus en détail

Votre résidence fiscale est en France. B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour mai 2013)

Votre résidence fiscale est en France. B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour mai 2013) Votre résidence fiscale est en France B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour mai 2013) En France, l impôt sur la fortune, appelé Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF), est un impôt qui frappe le patrimoine.

Plus en détail

Présentation de la loi de finances pour 2013 et rappels des dispositifs des lois de finances rectificatives pour 2012

Présentation de la loi de finances pour 2013 et rappels des dispositifs des lois de finances rectificatives pour 2012 Présentation de la loi de finances pour 2013 et rappels des dispositifs des lois de finances rectificatives pour 2012 Présentation par l Ordre des avocats de Narbonne 1 Partie 1 : La fiscalité des particuliers

Plus en détail

FISCAL ET DOUANIER. Actualité fiscale post-électorale. Commission ouverte. Jeudi 25 octobre 2012

FISCAL ET DOUANIER. Actualité fiscale post-électorale. Commission ouverte. Jeudi 25 octobre 2012 Commission ouverte FISCAL ET DOUANIER Co-responsables : Louis-marie bourgeois et alain theimer Jeudi 25 octobre 2012 Actualité fiscale post-électorale 1 LA FISCALITÉ DU PATRIMOINE - ISF ISF 2012 CE ISF

Plus en détail

Que faire? Conseils et Précautions. Optimisations patrimoniales et fiscales. Jeudi 1 er Novembre 2012

Que faire? Conseils et Précautions. Optimisations patrimoniales et fiscales. Jeudi 1 er Novembre 2012 Que faire? Conseils et Précautions Optimisations patrimoniales et fiscales Jeudi 1 er Novembre 2012 Plan I. Réduire la base imposable II. Réduire l impôt III. Conclusion : Conseils et précautions L épargne

Plus en détail

GESTION PATRIMONIALE

GESTION PATRIMONIALE GESTION PATRIMONIALE Animateur Dr Pierre-Paul SCHLEGEL, Président de l URML-Alsace M. Alain BURGUN, Expert-comptable, Diplômé en gestion de patrimoine, Président de la SOCIETE D AUDIT ET DE COMPTABILITES

Plus en détail

CONFERENCE DU 14 JUIN 2006 COMMENT OPTIMISER LA FISCALITE D UNE OPERATION DE TRANSMISSION D ENTREPRISE ---------------

CONFERENCE DU 14 JUIN 2006 COMMENT OPTIMISER LA FISCALITE D UNE OPERATION DE TRANSMISSION D ENTREPRISE --------------- ESSEC INSTITUT DE LA TRANSMISSION D ENTREPRISE INTERCESSIO CONFERENCE DU 14 JUIN 2006 ---------------- COMMENT OPTIMISER LA FISCALITE D UNE OPERATION DE TRANSMISSION D ENTREPRISE --------------- Agnès

Plus en détail

Sommaire. La famille. L immobilier. Le couple. La gestion des biens du couple. La séparation. La gestion des biens des mineurs et des incapables

Sommaire. La famille. L immobilier. Le couple. La gestion des biens du couple. La séparation. La gestion des biens des mineurs et des incapables Sommaire La famille Le couple 1. Union 12 2. Mariage, Pacs, concubinage : que choisir? 13 La gestion des biens du couple 3. Biens meubles et immeubles 15 4. Régime primaire 17 5. Choix du régime matrimonial

Plus en détail

Intitulé de la mesure Explication du dispositif Date d entrée en vigueur. à 150 000 par part de quotient familial.

Intitulé de la mesure Explication du dispositif Date d entrée en vigueur. à 150 000 par part de quotient familial. ! PARTICULIERS Article du projet de loi Article 3 Article 4 Intitulé de la mesure Explication du dispositif Date d entrée en vigueur Modifications apportées par l AN Création d une tranche création d une

Plus en détail

LA REFORME FISCALE 2013 APPLICATION PRATIQUE AUX CHEFS D ENTREPRISES. 18 février 2013 CGPME AIN

LA REFORME FISCALE 2013 APPLICATION PRATIQUE AUX CHEFS D ENTREPRISES. 18 février 2013 CGPME AIN LA REFORME FISCALE 2013 APPLICATION PRATIQUE AUX CHEFS D ENTREPRISES 18 février 2013 CGPME AIN 1 La réforme fiscale 2013 Application pratique 8 aux chefs d entreprises Jacques - Vincent PIROUX Expert -

Plus en détail

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements?

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? Le 27 janvier 2014 Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? I. POUR LES ENTREPRISES 1.1 Nouvelle taxe exceptionnelle sur les hautes

Plus en détail

Point de vue d experts

Point de vue d experts Point de vue d experts Largement médiatisée, la séquence fiscale de l automne dernier s est achevée par l adoption courant décembre de la troisième Loi de finances rectificative pour 2012 ainsi que de

Plus en détail

Une liste des fiches stratégiques figure pages 25 et 26 Une liste des fiches pratiques, illustrations et exemples figure pages 27 à 30

Une liste des fiches stratégiques figure pages 25 et 26 Une liste des fiches pratiques, illustrations et exemples figure pages 27 à 30 Sommaire Une liste des fiches stratégiques figure pages 25 et 26 Une liste des fiches pratiques, illustrations et exemples figure pages 27 à 30 INTRODUCTION PARTIE 1 PRINCIPES GÉNÉRAUX DE L IMPÔT ET GESTION

Plus en détail

Programme ESSEC Gestion de patrimoine

Programme ESSEC Gestion de patrimoine Programme ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire «L investissement immobilier» Fiscalité de l immobilier François Longin 1 www.longin.fr Fiscalité de l immobilier Plusieurs niveaux de fiscalité (investissement

Plus en détail

La Lettre COFIGE Patrimoine Octobre 2013 - N 12. Projet de loi de finances 2014 Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2014

La Lettre COFIGE Patrimoine Octobre 2013 - N 12. Projet de loi de finances 2014 Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2014 Madame, Monsieur, Le projet de loi de finances pour 2014 a été présenté en Conseil des ministres le 25 septembre. Le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2014 a été quant à lui rendu

Plus en détail

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013 Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013 Octobre 2012 Sommaire 1. IMPOT SUR LE REVENU... 2 2. TAXATION DES REVENUS DU CAPITAL AU BAREME PROGRESSIF... 3 3. TAXATION DES PLUS-VALUES

Plus en détail

Lois DUTREIL I, SARKOZY, DUTREIL II Des opportunités à saisir pour transmettre ou acquérir une entreprise!

Lois DUTREIL I, SARKOZY, DUTREIL II Des opportunités à saisir pour transmettre ou acquérir une entreprise! Lois DUTREIL I, SARKOZY, DUTREIL II Des opportunités à saisir pour transmettre ou acquérir une entreprise! Août 2005 Comité de la Transmission d entreprise du Conseil Supérieur de l Ordre des Experts-Comptables

Plus en détail

II. - Dispositions du projet de loi

II. - Dispositions du projet de loi Le développement de l économie passe en priorité par la réhabilitation du travail comme moyen de procurer aux salariés un meilleur confort de vie et de relancer la machine économique. Le confort de vie,

Plus en détail

info ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Loi de finances pour 2014

info ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Loi de finances pour 2014 n 3 > 7 février 2014 info Sommaire Loi de finances pour 2014 : > Fiscalité des particuliers : mesures relatives à l impôt sur le revenu > Fiscalité des entreprises ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Loi

Plus en détail

DECRYPTAGE DE L ACTUALITE FISCALE RECENTE

DECRYPTAGE DE L ACTUALITE FISCALE RECENTE Missions comptables Audit légal Audit Contractuel Missions juridiques et fiscales Missions sociales Expertise et conseil de gestion Conseil en organisation Certification ISO Informatique Formation DECRYPTAGE

Plus en détail

Synthèse de la loi de Finances pour 2014, du 29 décembre 2013

Synthèse de la loi de Finances pour 2014, du 29 décembre 2013 Synthèse de la loi de Finances pour 2014, du 29 décembre 2013 La loi de finances pour 2014 a été publiée le 30 décembre 2013 au Journal Officiel de la République Française. Nous verrons dans les développements

Plus en détail

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2014 publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2014 publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013 Les principales dispositions de la loi de finances pour publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013 IMPÔT SUR LE REVENU Barème CGI. art.197 Décote CGI. art. 197 Barème non revalorisé en 2012 et 2013

Plus en détail

Réforme fiscale : Le grand soir fiscal? ANGERS le 3 juillet 2012

Réforme fiscale : Le grand soir fiscal? ANGERS le 3 juillet 2012 Réforme fiscale : Le grand soir fiscal? ANGERS le 3 juillet 2012 REFORME FISCALE CALENDRIER Réforme présentée en Conseil des Ministres le 4 juillet 2012 (audit de la Cour des comptes réalisé) Date à laquelle

Plus en détail

NOTE D INFORMATION. L Assemblée Nationale a adopté en décembre 2013 la loi de finances pour 2014 et la loi de finances rectificative pour 2013.

NOTE D INFORMATION. L Assemblée Nationale a adopté en décembre 2013 la loi de finances pour 2014 et la loi de finances rectificative pour 2013. 36 rue de Monceau 75008 Paris 62 rue de la République 69002 Lyon www.seine-saone.fr NOTE D INFORMATION Date : 20 janvier 2014 Objet : Loi de finances pour 2014 Loi de finances rectificative pour 2013 Madame,

Plus en détail

Formation ESSEC Gestion de patrimoine

Formation ESSEC Gestion de patrimoine Formation ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire «Panorama de la gestion de patrimoine» 4 ème partie : L investissement immobilier Fiscalité de l immobilier François Longin 1 www.longin.fr Plusieurs niveaux

Plus en détail

Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter

Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter Loi de finances rectificative pour 2012 n 201-958 du 16 août 2012 Intervention au Medef Lyon-Rhône 6 septembre 2012 Nathalie

Plus en détail

Les principales dispositions du projet de loi de finances pour 2014 adopté en première lecture à l Assemblée nationale du 19 novembre 2013

Les principales dispositions du projet de loi de finances pour 2014 adopté en première lecture à l Assemblée nationale du 19 novembre 2013 Les principales dispositions du projet de loi de finances pour adopté en première lecture à l Assemblée nationale du 19 novembre 2013 IMPÔT SUR LE REVENU Barème CGI. art.197 Décote CGI. art. 197 Barème

Plus en détail

Les Patrimoniales 2013

Les Patrimoniales 2013 Les Patrimoniales 2013 La nouvelle fiscalité dans votre stratégie patrimoniale Nathalie ROUVIERE Crédit Agricole Banque Privée Bruno DUCASTEL Amundi Gestions Spécialisées page 1 La gestion de patrimoine

Plus en détail

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant Janvier 2015 Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant France métropolitaine et D.O.M. (hors Mayotte) BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE ET ASSURANCE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS

Plus en détail

Mesures patrimoniales du projet de loi de finances pour 2014

Mesures patrimoniales du projet de loi de finances pour 2014 Mesures patrimoniales du projet de loi de finances pour 2014 INTRODUCTION : Le projet de loi de finances est bâti sur une prévision de croissance de +0,1 % en 2013 et de +0,9 % en 2014. Cette dernière

Plus en détail

11. Déduction du montant de l ISF des investissements dans les PME jusqu à 50.000 euros

11. Déduction du montant de l ISF des investissements dans les PME jusqu à 50.000 euros Lettre d'information - Mai - Juin 2007 MESURES FISCALES ANNONCÉES PAR LE NOUVEAU GOURVERNEMENT Sous réserve que ces mesures soient votées par le Parlement, certaines de ces mesures seraient applicables

Plus en détail

AJAR 4 décembre 2012 Panorama fiscal 2012-2013

AJAR 4 décembre 2012 Panorama fiscal 2012-2013 PLAN Loi de Finances rectificative du 14 mars 2012 (1 ère LFR) Loi de Finances rectificative du 16 août 2012 (2 ème LFR) Loi de Finances rectificative de décembre 2012 (3 ème LFR) Doctrine et jurisprudence

Plus en détail

principales mesures du «paquet fiscal»

principales mesures du «paquet fiscal» principales mesures du «paquet fiscal» Loi en faveur du travail, de l emploi et du pouvoir d achat, publiée au Journal officiel le 22 août 2007. Les principales mesures en matière patrimoniale sont les

Plus en détail

FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE

FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE BAREME TRAITEMENTS ET SALAIRES PEA Fin du gel du barème : Revalorisation de 0,8% de l ensemble des tranches applicables aux revenus de 2013. Plafonnement du

Plus en détail

GESTION DU PATRIMOINE

GESTION DU PATRIMOINE Jean-Marc AVELINE Christian PRISCO-CHREIKI GESTION DU PATRIMOINE, 2007 ISBN : 978-2-212-53808-3 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 1 PREMIÈRE PARTIE LES GRANDS PRINCIPES DE LA GESTION DE PATRIMOINE CHAPITRE

Plus en détail

Fiscalité, placements. réductions d impôt

Fiscalité, placements. réductions d impôt Fiscabanque Fiscalité, placements & réductions d impôt À jour des dispositions de la loi de finances 2011 2014 Actualisé sur Internet Gervais Morel avec la participation de David Ecochard Sommaire I Sommaire

Plus en détail

N 6 OCTOBRE 2013 PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014 PRINCIPALES REFORMES IMPOT SUR LES SOCIETES (IS) www.racine.eu

N 6 OCTOBRE 2013 PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014 PRINCIPALES REFORMES IMPOT SUR LES SOCIETES (IS) www.racine.eu N 6 OCTOBRE 2013 Le projet de loi de finances pour 2014 (PLF) a été présenté le 25 septembre 2013 en Conseil des ministres. Sont exposées ci-après les principales mesures de ce texte. PROJET DE LOI DE

Plus en détail

info ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Déclaration des revenus 2014 au titre des revenus 2013 Opérations particulières concernant les coopérateurs

info ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Déclaration des revenus 2014 au titre des revenus 2013 Opérations particulières concernant les coopérateurs n 7 > 4 avril 2014 info Sommaire > Droit fiscal : déclaration des revenus 2014 au titre des revenus 2013 - opérations particulières concernant les coopérateurs ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Déclaration

Plus en détail

Étude Patrimoniale Document de collecte d informations. Votre conjoint. Vous. Vos proches. Date de l entretien... DOSSIER

Étude Patrimoniale Document de collecte d informations. Votre conjoint. Vous. Vos proches. Date de l entretien... DOSSIER Date de l entretien.... DOSSIER Vous Votre conjoint Prénom.... Prénom.... Nom.... Nom.... Date de naissance... Date de naissance.... Situation familiale marié(e) célibataire divorcé(e) veuf(ve) union libre

Plus en détail

Présentation de la loi de finances 2013

Présentation de la loi de finances 2013 Expertise Comptable Audit Social Juridique Notre vocation est de mesurer la valeur Notre ambition, vous aider à la créer Conseils Présentation de la loi de finances 2013 Actualités sociales et fiscales

Plus en détail

Latham & Watkins Département Tax. des investisseurs

Latham & Watkins Département Tax. des investisseurs Numéro 360 14 Janvier 2004 Client Alert Latham & Watkins Département Tax La loi de finances pour 2004 ainsi que la loi pour l Initiative Economique votée l été dernier prévoient de nombreuses mesures en

Plus en détail

L impôt sur le revenu des personnes physiques Calcul Plafonnement des Niches et Actions. Réunion CEGECOBA ASSAPROL 21 mai 2015.

L impôt sur le revenu des personnes physiques Calcul Plafonnement des Niches et Actions. Réunion CEGECOBA ASSAPROL 21 mai 2015. L impôt sur le revenu des personnes physiques Calcul Plafonnement des Niches et Actions Réunion CEGECOBA ASSAPROL 21 mai 2015 intervenante: Karine SALVAT CONSEILLER en INVESTISSEMENT FINANCIER 1 Objectif

Plus en détail

PLUS-VALUES IMMOBILIERES REALISEES PAR LES NON-RESIDENTS FICHE TECHNIQUE

PLUS-VALUES IMMOBILIERES REALISEES PAR LES NON-RESIDENTS FICHE TECHNIQUE 07/07/2004 DIRECTION GENERALE DES IMPOTS DIRECTION DES RÉSIDENTS A L ÉTRANGER ET DES SERVICES GÉNÉRAUX ### 01.44.76.19.92 à 19.95 01.44.76.18.28 CENTRE DES IMPÔTS DES NON-RÉSIDENTS INSPECTION DE FISCALITE

Plus en détail

SARL JB PATRIMOINE FICHE D INFORMATION CLIENT PERSONNE PHYSIQUE

SARL JB PATRIMOINE FICHE D INFORMATION CLIENT PERSONNE PHYSIQUE 1 sur 7 Vous avez émis le souhait d obtenir une réponse d un professionnel contrôlé exerçant une activité réglementée. De la véracité et de l exactitude de vos réponses à ce questionnaire dépendra de la

Plus en détail

DUO A REALISE POUR VOUS UNE SELECTION DES MESURES IMPORTANTES

DUO A REALISE POUR VOUS UNE SELECTION DES MESURES IMPORTANTES SUPPLEMENT JANVIER 2012 DUO A REALISE POUR VOUS UNE SELECTION DES MESURES IMPORTANTES DISPOSITIONS FISCALES CONCERNANT LES ENTREPRISES (B.I.C., I.S. ET AGRICOLE) DATE DE DEPOT DES DECLARATIONS FISCALES

Plus en détail

SCI. Outil de gestion patrimoniale

SCI. Outil de gestion patrimoniale SCI Outil de gestion patrimoniale Sommaire I. Définition II. Pourquoi opter pour la création d une SCI? III. Obligations IV. Fiscalité I- Définition La Société Civile Immobilière de location est une société

Plus en détail

Fiscalité, placements. réductions d impôt

Fiscalité, placements. réductions d impôt Fiscabanque Fiscalité, placements & réductions d impôt À jour des dispositions de la loi de finances 2012 2015 Actualisé sur Internet Gervais Morel avec la participation de David Ecochard I Sommaire Introduction

Plus en détail