Claude FIORE. Professeur Aix-Marseille Université Centre de Recherche sur le Transport et la LOGistique (CRET-LOG)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Claude FIORE. Professeur Aix-Marseille Université Centre de Recherche sur le Transport et la LOGistique (CRET-LOG) claude.fiore@univ-amu."

Transcription

1 Pilotage des performances logistiques au moyen du Lean management : vers une répartition équitable de la valeur entre les différentes parties prenantes d une Supply Chain. Claude FIORE Professeur Aix-Marseille Université Centre de Recherche sur le Transport et la LOGistique (CRET-LOG) Imane EL KARTIT Doctorante contractuelle Aix-Marseille Université Centre de Recherche sur le Transport et la LOGistique (CRET-LOG)

2 Claude FIORE & Imane EL KARTIT 380 Résumé : Dans un environnement fluctuant et sans cesse élargi, l adoption d une démarche supply chain management, permet aux organisations de mieux piloter le triptyque coût-délai-qualité en gérant les flux, tant en amont qu en aval, et avec les différents acteurs impliqués dans la chaîne. Lean management, tableau de bord inter-organisationnel, gestion comptable partagée, systèmes d information inter-organisationnels sont tous des outils et des modes de pilotage développés pour répondre aux exigences inter-organisationnelles des chaînes logistiques multi-acteurs et grâce au développement des stratégies logistiques collectives. A cet effet, l objet de notre communication est à la fois de mettre en exergue les nouvelles pratiques d améliorations continues au sein des Supply Chains, en vue de mieux piloter leurs activités, et d identifier les conditions de succès de ces pratiques, notamment au moyen de l émergence des systèmes de contrôle de gestion inter-organisationnels. Cela ouvrira la voie au développement de stratégies collaboratives au sein de ces Supply Chains fondées sur un meilleur partage de la valeur ajoutée entre les différents partenaires, ce que l on peut dénommer sous le terme de «valeur partenariale». Mots clés : Supply chain management, Lean management, système de contrôle de gestion inter-organisationnel. Abstract : In a fluctuating environment and continually expanded, adopting supply chain management approach, allows organizations to pilot better the triptych cost-time-quality by managing flows, both upstream than downstream, and with different actors involved to the chain. Lean management, inter-organizational dashboar, shared accounting, inter-organizational information systems... are all developed tools and piloting methods for meeting the inter-organizational needs of a supply chain and through the development of collective logistics strategies. Therefore, the purpose of our communication is simultaneously to emphasize the new practices of continuous improvement within Supply Chains in order to pilot better their activities, and identify the circumstances of success to these practices especially on using the arrival development of inter-organizational management control systems. That will open the way for the development of collaborative strategies in these Supply Chains based on a better division of added value between the partners, and what we can named as «stakeholder value». Key words: Supply chain management, Lean management, interorganizational management control systems Dossiers de Recherches en Economie et Gestion : Numéro spécial : Décembre 2014

3 Pilotage des performances logistiques au moyen du Lean management 381 Introduction Au fil du temps, les systèmes d évaluation de la performance n ont cessé d évoluer en passant de modèles monocritères basés sur le coût à des modèles de gestion multicritères tentant de cerner toutes les facettes de la performance logistique. Quelle que soit la méthode utilisée, la notion de risque apparaît notamment dans le cas d un décalage entre la stratégie et l opérationnel logistique, susceptible de se traduire par une rupture de flux d une Supply Chain n est pas prise en compte par ces modèles. Pour affronter ce type de risque, le passage d une logique d évaluation à une logique de pilotage des performances logistiques, revêt une grande importance et requiert un certain nombre de conditions : Premièrement, axer les efforts sur l efficacité clients tout en assurant une certaine équité dans la répartition de la valeur ajoutée (efficience). Et deuxièmement, mettre en place une véritable stratégie collaborative au sein de la Supply Chain tournant le dos à des pratiques de prédation en termes de création de valeur. De ce fait, notre communication vise dans un premier temps, à mettre en évidence le rôle du Lean Management dans l optimisation du triptyque coûtqualité-délai (thème central de ce colloque international), en s intéressant plus particulièrement aux processus logistiques. Cela consistera à présenter les modalités d application du Lean Management (Kaizen, VSM ou Value Stream Mapping, Takt Time) aux chaînes logistiques, notamment en termes de réduction des gaspillages, synonymes à la fois de baisse du niveau de qualité offerte aux clients et de pertes de valeur pour les entreprises. Cela signifie identifier les enjeux des pratiques d amélioration continue visant à pérenniser une durabilité de la qualité offerte et simultanément ceux en termes d ajout de valeur, qui constituent les deux composantes du pilotage des performances. Mais, cette double approche du pilotage des performances est nécessaire et non suffisante en vue d une stratégie collaborative au sein des Supply Chains. C est la raison pour laquelle nous ferons appel au concept de la Valeur Partenariale (G. Charreaux, 2007) propice à une répartition équitable de la valeur créée entre les différentes parties prenantes de ces Supply Chains. A ce stade de réflexion, la deuxième partie de notre communication sera focalisée sur l apport des systèmes de contrôle de gestion inter-organisationnels au pilotage des processus logistiques inter-entreprises qui s étendent aujourd hui du fournisseur du fournisseur jusqu au client final. Dans ce sens, le but pour les différentes parties prenantes

4 Claude FIORE & Imane EL KARTIT 382 sera orienté vers la maîtrise des coûts et des délais logistiques interorganisationnels tout au long de leur Supply Chain. Le défi est alors d envisager un système de contrôle de gestion inter-organisationnel multi-acteurs (une approche collaborative du contrôle). Cette communication constitue un travail exploratoire fondé sur une confrontation d une revue de littérature sur les évolutions du contrôle de gestion dans le cadre des Supply Chains avec les observations faites sur les pratiques d entreprises en matière de réduction des gaspillages. Notre question de recherche consiste à identifier et analyser les impacts du Lean Management sur les évolutions du Contrôle de Gestion dans le cadre des Supply Chains. Nous nous situons donc dans une posture épistémologique interprétativiste. 1. Le rôle du Lean Management dans l optimisation du triptyque coûtdélais-qualité. Les évolutions depuis plusieurs années des supply chains (Christopher, 2005) mettent en évidence le double enjeu de leur compétitivité : - Accroître le niveau de la qualité de service rendu aux clients, - Augmenter la création de valeur tout au long de ces supply chains. D autres auteurs avaient auparavant mis l accent sur le triptyque qualitécoût-délai (Neely et al. 1995) comme système d évaluation des performances des supply chains. Comment rendre compatible ce tryptique dans le cadre des Supply Chain? 1.1. Les difficultés rencontrées par les Supply Chains au travers de l effet Forrester. Les supply chains, du fait d un nombre accru de parties prenantes (distributeurs, prestataires, industriels, fournisseurs), rencontrent des difficultés à fournir des réponses communes à ces deux enjeux. En effet, que ce soit sur le plan de la fiabilité, la satisfaction du client final n est possible que si chaque maillon respecte ses engagements de service. Dans le cas d une réponse efficiente au client, la recherche d optimisations globales doit être l affaire de tous les acteurs de la supply chain. Si la réponse au client doit être réactive, tous les maillons de la supply chain doivent être agiles et s efforcer de réduire les délais. Si la réponse au client doit être écologique, tous les acteurs de la supply chain doivent prendre des décisions visant à réduire les nuisances de la logistique, en particulier du transport, sur l environnement. Dossiers de Recherches en Economie et Gestion : Numéro spécial : Décembre 2014

5 Pilotage des performances logistiques au moyen du Lean management 383 Une seule défaillance dans l un des maillons et la supply chain ne pourra délivrer la promesse de valeur faite au client final aux meilleures conditions économiques et écologiques. C est pourquoi ces supply chains se heurtent à un vieux paradoxe du management des entreprises, l effet coup de fouet ou «bullwhip effect» de Forrester (1958). De quoi s agit-il? Figure n 1 : adaptée de l effet coup de fouet (Forrester, 1958). + - AVD Clients AVD Distributeur AVD Producteur Face à une complexité croissante des supply chains (multiplicité des acteurs, forte variabilité de la demande), chacun des acteurs applique le principe de précaution, ce qui génère une politique de surstock avec des lots économiques de livraison à chaque étape de la supply chain. Très rapidement, la moindre variabilité de la demande clients induit un effet multiplicateur de l aval vers l amont de ces amplifications de la variabilité de la demande (AVD). Cet effet d accélération ou coup de frein selon les situations est comparable aux variations de trafics sur autoroute. De la sorte, par analogie directe à ce qui se passe quand on donne une petite impulsion sur un fouet de postillon, la lanière claque par amplification de l effet ondulatoire. On parle aussi d «effet de vague» pour l image de l ondulation ou d «effet Forrester», du nom de son théoricien, Jay Wright Forrester, professeur au MIT américain. Cela présente le double risque de rupture dans un cas (AVD à la hausse) et de surstock dans l autre (AVD à la baisse).

6 Claude FIORE & Imane EL KARTIT 384 L une des causes de cet effet Forrester provient de ce que la plupart des organisations sont pilotées par prévisions, plutôt que conduites par les demandes réelles des clients finaux. Afin de pouvoir faire face aux fortes fluctuations des demandes clients, les acteurs des supply chains tentent de stabiliser le flux de produits au moyen de mécanismes de prévisions, qui s avèrent inefficaces s ils sont répétés à chaque échelon de ces Supply Chain, sans tenir réellement compte des demandes finales des clients. La combinaison des flux tirés et des prévisions induit des écarts importants se traduisant par des stocks et des ruptures. D où l émergence de flux saccadés en stop and go. Afin de répondre à une évolution toujours plus rapide de la demande des clients, les entreprises cherchent à mettre en place des structures plus souples aux formes «modulaires», intégrées (Schilling et Steensma, 2001). Aussi, les chaînes logistiques doivent être à la fois souples et agiles (Fabbe-Costes, 2007), réactives et intégrées. Sachant que les risques (de ruptures, de surstocks) constituent des altérations au fonctionnement des organisations logistiques, des ruptures dans les flux d informations et de marchandises, il devient alors vital de déployer des dispositifs d amélioration continue tout au long d une supply chain ou d une chaîne logistique afin de maîtriser, de réduire ces dysfonctionnements Les apports du Lean Management aux Supply Chain : quels impacts sur le triptyque coût-délais-qualité. Comment identifier ces leviers d actions en matière d amélioration continue, si ce n est par un dialogue permanent entre les dirigeants de la supply chain et les managers logistiques? Car, l amélioration continue ne peut être effective sans une mobilisation de l ensemble des parties prenantes à tous les échelons hiérarchiques. Afin de rendre ces supply chains à la fois agiles et intégrées, les pratiques d améliorations continues, de la part des middle managers logistiques, se sont focalisées sur la mise en œuvre du Lean management à la fois en transport, en entrepôts et en production (Womack, Jones, 2009). Le Lean Management est un mode de pensée ayant pour objectif la satisfaction du client, se basant en cela sur le triptyque qualité-délai-coût comme le montre la figure n 2. Dossiers de Recherches en Economie et Gestion : Numéro spécial : Décembre 2014

7 Pilotage des performances logistiques au moyen du Lean management 385 Figure n 2 : Elaboration Personnelle. Réclamations clients Lead Time Prix Processus : de la conception au SAV Améliorer la satisfaction des clients nécessite de s intéresser à leurs attitudes et réactions. Proposer des produits ou services correspondant mieux à leurs préférences. Quelles sont les conséquences sur le processus d une supply chain? Il s agit pour les Middle Managers Logistique de mettre en place un dispositif permettant à la fois d améliorer : L adaptabilité de leurs activités, à savoir pouvoir proposer des produits nouveaux correspondant aux attentes des clients. Ce qui signifie une Valeur Ajoutée identifiée du point de vue du client et un flux de valeur tout au long des processus. La Flexibilité, pouvoir facilement passer d une offre d une référence à une autre. D où une logistique en flux tirés en fonction des demandes réelles des clients et non en flux poussés selon les prévisions des ventes. La Souplesse, pouvoir travailler de manière profitable à des niveaux de volume variables. Ce qui nécessite une standardisation des tâches et la suppression de celles sans valeur ajoutée, ainsi qu un partenariat avec les fournisseurs ou prestataires pour les associer aux mesures mises en œuvre. Comment y parvenir? Par la mise en place du Kaizen, processus d amélioration continue partagée entre les donneurs d ordres, les fournisseurs et les prestataires. Nous insistons sur le terme de partage, car si ce processus n est pas synchronisé entre l ensemble des parties prenantes d une supply chain, le risque est alors très important de perdre de vue les attentes finales des clients et

8 Claude FIORE & Imane EL KARTIT 386 donc de faire resurgir l effet coup de fouet de Forrester. Dans ce cas, la démarche se résumera à un programme de réduction de coûts, ce qui constitue un effet pervers de l application du Lean Management. Il est donc nécessaire d articuler ces pratiques d améliorations continues entre les Top Managers et les Middle Managers de chacun des acteurs d une supply chain, mais aussi et surtout entre les équipes managériales de l ensemble des parties prenantes, sous peine de ne pas atteindre l objectif essentiel du Lean Management, la satisfaction clients. Le Kaizen est un mode de management consistant à associer l ensemble des collaborateurs d une entreprise en vue de mettre en place des petites améliorations faites au quotidien, n induisant pas ou peu d investissements, et impliquant tous les opérateurs dans la recherche continue de l atteinte des objectifs. Cela consiste à prendre en compte les idées de 10 personnes au lieu d attendre l idée géniale d une seule. Ce qui ne peut se faire sans une forte implication des personnels par groupe de progrès (Ballé, Beauvallet, 2013). En ce sens, le Kaizen a pour but la chasse aux gaspillages. Mais, comment identifier ces poches d améliorations, si ce n est par un diagnostic préalable des flux d informations et des flux physiques traversant chacune des entreprises d une Supply Chain? Ce diagnostic est généralement basé sur une cartographie des flux, la Value Stream Mapping (VSM), qui se déroule en trois phases : Phase 1 : Cartographier la situation actuelle afin de visualiser et comprendre l'état présent des activités (nature des activités inclues dans chaque flux, ordre et temps d exécution, ressources affectées ) ; Phase 2 : Faire une analyse critique de chaque flux, repérer toute forme de gaspillage, retracer le processus optimisé en prenant le soin d éliminer dans chaque flux, les activités à non valeur ajoutée. Cartographier la situation future. Phase 3 : proposer des actions correctives. Détailler dans un planning leur ordre, délai et coût d exécution. Concevoir les outils de contrôle en désignant les responsables et la périodicité de mise à jour de chaque rapport. Suivre l avancée des améliorations jusqu à l atteinte des objectifs. Dossiers de Recherches en Economie et Gestion : Numéro spécial : Décembre 2014

9 Pilotage des performances logistiques au moyen du Lean management Le pilotage des flux par le Takt Time. Encore une fois, il ne s agit surtout pas de réduire les temps opérationnels de chacune des phases d un processus logistique, mais de réorganiser ces espaces de travail avec pour seul objectif, la continuité des flux logistiques (éviter les ruptures, les pertes de temps), unique façon d accroître la valeur ajoutée clients. C est ce que les entreprises, ayant adopté le Lean Management, appellent le Takt Time ou temps de marche du flux logistique en fonction des demandes clients (délais-volumes-coûts). Nous pouvons illustrer cette mise en place du Takt Time par le cas du petit train en entrepôt. Afin réduire les pertes de temps dans le flux entrepôt (réceptions-expéditions), un certain nombre d entreprises ont décidé, comme le synthétise la figure n 3, de réorganiser les espaces de travail à la fois pour les caristes et les préparateurs de commandes. Cette réorganisation s est traduite par le remplacement des caristes, qui déchargeaient les camions en réceptions et les rechargeaient en expéditions, au profit d un petit train constitué d un chariot élévateur tirant un certain nombre de wagons sur lesquels sont placés, soit des palettes, soit des bacs. Ce petit train fonctionne selon des rotations régulières entre les zones ou gares de réceptions, de stockage et de préparation des commandes, et celles d expéditions. Cela permet de repositionner les caristes sur la zone de stockage, en amont du travail des préparateurs de commandes. En effet, la zone de stockage est réorganisée en deux types d allées : Allées larges (3,6 M) au sein desquelles travaillent les caristes réceptionnant les palettes en stock, puis pratiquant le réassortiment des réserves à destination des préparateurs de commandes.

10 Claude FIORE & Imane EL KARTIT 388 Figure n 3 : Elaboration personnelle. Zone de stockage Gare Petit train Réception Gare Gare Expéditions Allées étroites (moins de 2 M en largeur) au sein desquelles les préparateurs se voient affecter une zone de travail afin d approvisionner le petit train. Cette nouvelle organisation de l entrepôt en petit train, rappelle celle des lignes en U de la production en juste à temps, et a pour objectif d obtenir un flux continu entre la réception et les expéditions, réduisant très fortement les pertes de temps non créatrices de valeur ajoutée clients. Cette réduction des pertes de temps est notamment générée par la réduction importante des parcours des caristes, la synchronisation de leur rythme de travail avec ceux des préparateurs. Il est cependant absolument nécessaire de synchroniser les temps de rotations du petit train avec les temps de préparation des lots commandés par les clients (à chaque passage le petit train embarque une partie des lots préparés), ce qui permet de générer des marges de manœuvre potentielles en fonction des variations des commandes clients. En conclusion, ce type d organisation permet à la fois de répondre aux objectifs d une meilleure qualité de service clients, notamment par la réduction des délais, d une plus grande adaptabilité aux variations du marché et d un coût Dossiers de Recherches en Economie et Gestion : Numéro spécial : Décembre 2014

11 Pilotage des performances logistiques au moyen du Lean management 389 optimisé au moyen de la forte réduction des temps non créateurs de valeur ajoutée. Il n en reste pas moins que cette mise en place d un flux continu, au moyen du Lean Management, ne peut s arrêter aux frontières intra-organisationnelles de chaque acteur d une supply chain. Des arbitrages sur les ressources mises à disposition doivent être établis entre les différentes entreprises d une Supply Chain. D où l intérêt de développer un système de pilotage inter-organisationnel. 2. Les systèmes de contrôle de gestion inter-organisationnels : vers une meilleure maîtrise des coûts logistiques le long d une Supply Chain Compte tenu du contexte mondialisé et dynamique dans lequel se déploient les entreprises, il leur devient important de privilégier les impératifs liés aux coûts, à la qualité et aux délais au delà de leurs frontières intraorganisationnelles. A cet effet, le Supply Chain Management défini par le Council of Supply Chain Management Professionals (2007) comme étant «la planification et le management de toutes les activités relevant de la recherche de fournisseurs, de l approvisionnement, de la transformation et toutes les activités du management logistique. Il inclut aussi la coordination et la coopération avec les partenaires de la chaîne qui peuvent être les fournisseurs, les intermédiaires, les prestataires de services logistiques et les clients.» apparait comme une très bonne illustration d une démarche de pilotage inter-organisationnel qui facilite le partage et la circulation de l information entre les différents acteurs impliqués dans la chaîne logistique. Le corollaire de ce mode de pilotage interorganisationnel est la mise en place des systèmes de contrôle de gestion plus appropriés, et permettant de mettre sous contrôle l ensemble des coûts logistiques associés à la supply chain de la fourche à la fourchette, pas seulement les coûts de transport, de stockage, de manutention ou de traitement de commandes. L objectif est de réduire les coûts qui se situent à l interface des entreprises et d éliminer systématiquement tous les gaspillages grâce à une approche de fonctionnement basée sur la synchronisation des activités interentreprises et la coordination des différents acteurs de la chaîne. Christopher (2005), a souligné que le potentiel de la réduction des coûts grâce à la démarche Supply Chain Management est considérable car une grande portion de ces coûts est liée aux décisions logistiques et à la qualité des relations au sein de la Supply

12 Claude FIORE & Imane EL KARTIT 390 Chain. Dans le même ordre d idées, Nagati et al. (2009) précisent que «La collaboration dans la chaîne logistique est considérée comme un facteur essentiel pour créer un avantage concurrentiel. Les enjeux de cette collaboration sont multiples : la réduction des coûts, l amélioration de la qualité, la focalisation de l entreprise sur ses compétences de base, l augmentation des revenus et la réduction des délais». L objectif de cette deuxième partie de la communication est de répondre à deux principaux questionnements : Dans un premier temps, il s agit de démontrer pourquoi les systèmes de contrôle de gestion intra-organisationnels sont-ils insuffisants dans un contexte inter-organisationnel notamment en contexte du Supply Chain Management. Et dans un second temps, il s agit de comprendre comment les différentes entreprises engagées dans une supply chain pourraientelles développer conjointement un système de contrôle de gestion interorganisationnel multi-acteurs qui permet d avoir une vision d ensemble sur les coûts logistiques de leur chaîne Les systèmes de contrôle de gestion intra-organisationnels sont-ils suffisants en contexte du supply chain management? Le contrôle de gestion 1 a été très souvent présenté comme un système de gestion générique et standard, adaptable à toutes sortes d entreprises et toutes formes d organisation. La question des conditions et des modalités de son adaptation aux spécificités du contexte n a pas été largement abordée. D ailleurs, à partir des années 90, d autres représentations et conceptions liées aux dimensions organisationnelles et sociales se sont intégrées dans les définitions du contrôle de gestion en précisant qu il s agit d un moyen de coordination consistant à faire converger les comportements vers l atteinte des objectifs, Fiol (1991). C est la raison pour laquelle, nous avons fait le choix de travailler sur les systèmes de contrôle de gestion en contexte des supply chains, en étudiant l impact de la dimension inter-organisationnelle sur ces systèmes et expliquer pourquoi sont-ils insuffisants en vue d un pilotage inter-organisationnel. Afin de répondre à ce questionnement, nous avons tout d abord essayé de schématiser les différents niveaux d un système de contrôle de gestion au sein 1 Traditionnellement défini comme le processus par lequel les dirigeants s assurent que les ressources sont obtenues et utilisées avec efficacité et efficience pour réaliser les objectifs de l organisation (Anthony, 1965). Dossiers de Recherches en Economie et Gestion : Numéro spécial : Décembre 2014

13 Pilotage des performances logistiques au moyen du Lean management 391 d une supply chain (figurent n 4). Trois niveaux sont distingués : Le premier niveau intra-organisationnel: correspond aux systèmes de contrôle de gestion développés au sein de chaque entreprise afin de piloter les flux et les processus internes et analyser les coûts qui leur sont associés sans pour autant se mêler de ce qui se passe au-delà des frontières intra-organisationnelles. Le second niveau inter-organisationnel : correspond aux activités qui se situent à l interface des entreprises, les coûts qui leur sont associés sont le plus souvent des coûts logistiques interorganisationnels. Le troisième niveau: étendu/réticulaire: repose sur selon une logique plus étendue visant à proposer un système de contrôle de gestion pluriel et collectif défini en concertation avec l ensemble des acteurs de la supply chain. Figure n 4 : les différents niveaux du contrôle au sein d une supply chain La supply chain étendue Source : élaboration personnelle En effet, dans un contexte inter-organisationnel comme celui des supply chain qui ne repose pas sur une approche verticale et hiérarchique et qui n est pas limité par des frontières juridiques, les systèmes de contrôle de gestion intraorganisationnels se trouvent confrontés à un ensemble de défis et de contraintes. Cela a amené les praticiens comme les chercheurs à s interroger sur les nouvelles formes de contrôle de gestion qui permettent de surmonter ces difficultés et

14 Claude FIORE & Imane EL KARTIT 392 mieux piloter les processus ou les activités inter-entreprises. L un des principaux travaux qui se sont penchés sur cet axe de recherche est celui de Caglio et Ditillo (2008). Ces auteurs exposent dans leur revue de littérature, les différents problèmes posés au contrôle de gestion dans le cadre des relations interorganisationnelles. Ils ont développé une typologie distinguant les problèmes de coopération, de coordination et de partage de la valeur créée conjointement Les problèmes de coopération : Caglio et Ditillo 2008 soulignent que la plupart des travaux sur le contrôle des relations inter-organisationnelles, traitent les problèmes de coopération en se basant sur les théories économiques principalement la théorie des coûts de transaction (initié par Williamson 1975). Cette théorie prouve l intérêt de développer des modes de contrôle différenciés en fonction du contexte dans lequel s insère l organisation. Cette approche par les coûts favorise les comportements opportunistes des acteurs impliqués dans la relation pour atteindre leurs objectifs individuels au détriment des objectifs globaux de la chaîne. Il s agit alors d introduire des systèmes de contrôle incitatifs pour réduire la fréquence de ce type de comportements et favoriser la coopération entre les différents acteurs (d une supply chain dans notre recherche). Trois modes de contrôle sont distingués par les chercheurs: le contrôle par le marché : il s agit d un contrôle lié à la concurrence, basé le plus souvent sur les prix (Håkansson et Lind, 2004), et sur la réputation (Speklé, 2001). Le contrôle par la hiérarchie : appelé également contrôle bureaucratique, implique une contractualisation détaillée incluant des mécanismes de contrôle formels et des dispositifs de sanction entre des organisations qui souhaitent contrôler les activités et les résultats des partenaires. Et le contrôle hybride : il correspond aux relations interorganisationnelles régies par des contrats assez ouverts pour permettre de nouvelles négociations. Ce type de contrôle suppose des interactions fréquentes. La confiance joue un rôle important dans ce type de contrôle (van der Meer- Kooistra et Vosselman, 2000; Dekker, 2004). Dans le cadre de notre recherche, nous estimons que le mode de contrôle le plus adapté au contexte des supply chains est le mode hybride Les problèmes de coordination : Comme l a souligné Dekker (2004), l un des principaux problèmes qui se posent au contrôle inter-organisationnel est celui de la coordination des activités Dossiers de Recherches en Economie et Gestion : Numéro spécial : Décembre 2014

15 Pilotage des performances logistiques au moyen du Lean management 393 ou des processus partagés avec les autres partenaires. Une forme de coordination est alors nécessaire pour aligner entre les frontières inter-organisationnelles et pour assurer une adéquation entre les différentes interfaces des acteurs impliquées dans la création collective de la valeur. Pour surmonter ces difficultés de coordination, plusieurs approches et techniques de contrôle de gestion ont été développés notamment les tableaux de bord inter-organisationnels, l analyse stratégique des coûts, le développement des modules en systèmes d informations inter-organisationnels afin de favoriser l échange et le partage d informations qui constituent le socle des systèmes de contrôle de gestion Les problèmes de mesure et de partage de la valeur conjointement créée : En effet, la recherche de la création de valeur au travers la mise en commun et l hybridation des ressources est considérée comme l un des principaux objectifs d une relation inter-organisationnelle (Caglio et Ditillo, 2008). Néanmoins, cela pose un problème pour les systèmes de contrôle de gestion en raison de l absence des liens hiérarchiques entre les acteurs en relation. Ainsi, il leur devient très difficile de spécifier, de mesurer la valeur ou la performance de leurs contributions. 2.2 Le contrôle de gestion inter-organisationnel : un thème de recherche émergent Depuis les deux appels successifs d Otley en et d Hopwood en , qui ont insisté sur le besoin de tenir compte des nouvelles logiques interorganisationnelles dans les travaux en contrôle de gestion, un courant de recherche s est progressivement développé autour du contrôle interorganisationnel (Cäker et Siverbo, 2011). D ailleurs, Berry et al. (2009) ont mis en exergue dans leur revue de littérature, les différents thèmes de recherche émergeants dans le champ du contrôle de gestion. Le contrôle de gestion inter- 2 «The scope of the activity of management control is enlarged and it no longer confines within the legal boundaries of the organization» p : More explicit consideration is given to the integration of actions within networks of organizations. Concern with quality, cost and delivery are acted upon across supplier chains. Planning, budgeting and control processes flow from one organisation into others, creating, as they do, a more explicit awareness of the interdependency of action and the role which joint action can play in organizational success. To date accounting research has largely ignored such changes and their implications for financial decision making and control.» p : 589

16 Claude FIORE & Imane EL KARTIT 394 organisationnel est évoqué comme l un des thèmes émergeants qui a suscité et qui suscite encore beaucoup d intérêt de la part des chercheurs. Ce résultat a été également confirmé par une étude bibliométrique réalisée par Berland et Gervais en 2008 dont l objectif était d analyser les articles publiés dans deux revues spécialisées en contrôle de gestion : «Finance Contrôle Stratégie» (FCS) et «Comptabilité-Contrôle-Audit» (CCA) durant la période , et faire ressortir les principaux thèmes traités. Figure n 4 : classement des thèmes émergents en contrôle de gestion Les premiers résultats théoriques obtenus nous ont conduit à investiguer plus en profondeur ce que mettent les chercheurs derrière les systèmes de contrôle de gestion inter-organisationnels et en quoi ces derniers sont-ils différents des SCG intra-organisationnels. Cäker et Siverbo (2011) soulignent que le «contrôle de gestion est utilisé dans les organisations pour encourager, permettre et forcer les managers et les employés à agir dans l'intérêt de l'organisation. Dans le contrôle de gestion interorganisationnel, les contrôlés sont de l'autre côté de la frontière organisationnelle que le contrôleur mais l'objectif du contrôle est le même.» Nous pouvons donc avancer l idée qu un système de contrôle de gestion inter-organisationnel recouvre les mêmes réalités qu un système de contrôle de gestion intra-organisationnel. Il a les mêmes objectifs, la seule chose qui le Dossiers de Recherches en Economie et Gestion : Numéro spécial : Décembre 2014

17 Pilotage des performances logistiques au moyen du Lean management 395 distingue réside dans l existence d une frontière qui sépare les contrôlés du contrôleur et induisant ainsi des spécificités dont il faut tenir compte. En revanche, Damien Mourey, (2010) souligne 4 que: «la plupart des approches du contrôle inter-firmes ont essayé de transporter, en les ajustant, les résultats des recherches portant sur le contrôle intra-firme à un contexte interfirme. Or, il semblerait que cette approche là présente des limites et sous-estime singulièrement la complexité socio-organisationnelle de ces relations inter-firmes. Les processus inter-firmes sont aujourd hui les nouveaux «lieux» de la création de la valeur économique des organisations. Et c est notre conviction qu une bonne partie de la valeur économique de demain dépendra de la capacité des acteurs de ces processus inter-firmes à co-concevoir et exercer conjointement des modes de contrôle innovants et favorisant l hybridation des connaissances.» Cette constatation a été également faite par Caglio et Ditillo (2008). Ces derniers ont réalisé dans leur revue de littérature que les variables conçues pour l analyse des systèmes de contrôle de gestion intra-organisationnels sont transférées à l analyse des relations inter-organisationnelles sans remise en question de leur adéquation à ces nouveaux contextes. Cela confirme alors que la dimension inter-organisationnelle apporte des particularités aux systèmes de contrôle de gestion. D autres préoccupations s ajoutent : Mettre en cohérence des objectifs divers, et s assurer de l implication des différents acteurs pour coopérer et s engager dans la performance globale de leur chaine de valeur. Veen-Dirks et Verdaasdonk (2006) ont mené une recherche sur le design et l'utilisation des systèmes de contrôle de gestion développés par des entreprises membres d'une Supply Chain. Le résultat obtenu est que les systèmes de contrôle de gestion internes ou locaux n'aident pas à la définition des objectifs de la supply chain et ainsi ils ne suffisent pas pour maîtriser sa complexité et son caractère multi-acteurs. Ils estiment que pour assurer le bon pilotage d'une supply chain, les systèmes de contrôle de gestion intra-organisationnels doivent être ajustés avec les objectifs globaux de la supply chain. De ce fait, les deux niveaux intra et inter organisationnel doivent être fortement liés et concordés. 4 Dans un chapitre de l ouvrage : le contrôle de gestion en mouvement, p : 174

18 Claude FIORE & Imane EL KARTIT 396 Conclusion Nous avons pu montrer à travers cette communication, que le pilotage des performances logistiques au sein de Supply Chain, s il est fondé sur des pratiques d améliorations continues de la part des Middle Managers, ne peut accroître la création de valeur ajoutée qu à la condition d une coordination permanente entre le Top Management et le Middle Management au sein de chacune des entreprises partenaires de cette Supply Chain, mais aussi et surtout entre ces partenaires. Or cela ne peut être effectif sans un emboitement des différents tableaux de bord opérationnels et de direction tout au long des processus logistiques. Cela ouvre la voie d une recherche vers les conditions d émergence d un contrôle de gestion inter-organisationnel, véritable dispositif de la valeur partenariale (G. Charreaux, 2007), autrement dit vers un meilleur partage de cette valeur ajoutée entre partenaires dans le cadre de stratégies collaboratives de Supply Chain. Dossiers de Recherches en Economie et Gestion : Numéro spécial : Décembre 2014

19 Pilotage des performances logistiques au moyen du Lean management 397 Bibliographie - Ouvrages Ballé. M, Beauvallet.G (2013), «Le Management Lean», Pearson. Berland. N, Simon. F (2010), «Le contrôle de gestion en mouvement : État de l'art et meilleures pratiques. Regards croisés de professeurs et praticiens», Editions d organisation. Christopher. M (2005), «Supply Chain Mangement : créer des réseaux à forte valeur ajoutée», 3éme édition, Village Mondial. Womack. J, Jones.D (2009), «Système Lean», Pearson. - Chapitres dans des ouvrages collectifs Fabbe-Costes, N. (2007), «La gestion des chaînes logistiques multi-acteurs : les dimensions organisationnelles d'une gestion Lean et agile», In : La gestion des chaînes logistiques multi-acteurs : perspectives stratégiques, Presses Universitaires de Grenoble, Grenoble, Chapitre 1, p Livolsi, L. (2007), «Contrôle de gestion et pilotage stratégique des chaînes logistiques multi-acteurs» in G. Paché et A. Spalanzani, La gestion des chaînes logistiques multi-acteurs: perspectives stratégiques, PUG, Grenoble, Articles scientifiques Anthony R.N. (1965), «Planning and Control Systems: A Framework for Analysis»Division of Research, Graduate School of Business Administration, Harvard University, Boston, Mass. Berland, N., Gervais, M. (2008). «A quoi ont rêvé (et n ont pas rêvé) les chercheurs en contrôle durant les dix dernières années? Dix ans de recherche en contrôle»finance Contrôle Stratégie 11 (numéro spécial, août) : Berry, A. J., Coad, A. F., Harris, E. P., Otley, D. T. and Stringer, C. (2009). «Emerging Themes in Management Control: A Review of Recent Literature» The British Accounting Review, 41, 2 20.

20 Claude FIORE & Imane EL KARTIT 398 Caglio A., Ditillo A. (2008), «A Review and Discussion of Management Control in Inter- Firm Relationships: Achievements and Future Directions.» Accounting Organizations and Society Cäker, M., Siverbo, S. (2011), «Management Control in Public Sector Joint Ventures» Management Accounting Research, 22, Charreaux. G (2007), «La valeur partenriale : vers une mesure opérationnelle» Comptabilité, Contrôle, Audit, Tome 13, pp Dekker, H. (2004). «Control of Inter-Organizational Relationships: Evidence on Appropriation Concerns and Coordination Requirements.» Accounting Organizations and Society 29 : Forrester, J.W. (1958), «A major breakthrough for decision makers» Harvard Business Review, n 36, pp Håkansson, H. Lind, J. (2004). «Accounting and Network Coordination.» Accounting, Organizations and Society, 29, Hopwood, A. G. (1996). «Looking Across rather than Up and Down: on the Need to Explore the Lateral Processing of Information.» Accounting, Organizations & Society, 21(6), Nagati, H., Rebolledo, C., Jobin, MH., (2009), «Collaboration entre les acteurs de la chaîne logistique : conditions de succès» Gestion, 2009/1 Vol. 34, p Neely. A, Gregory, M. and Platts, K. (1995), «Performance measurement system design», International Journal of Operations & Production Management, Vol. 15, n 4, pp Otley, D. (1994). «Management control in contemporary organizations: towards a wider framework.» Management Accounting Research, 5(3-4), Schilling, M. A. and Steensma, H. K. (2001), «the use of modular organizational forms: An industry-level analysis», Academy of Management Journal, vol. 44, n 6, pp Speklé, R. F. (2001). «Explaining Management Control Structure Variety: a Transaction Cost Economics Perspective.» Accounting, Organizations and Society, 26, Dossiers de Recherches en Economie et Gestion : Numéro spécial : Décembre 2014

Les nécessaires mutations du Contrôle de Gestion au travers du Management coût-qualité-délai : Vers le Pilotage des Performances?

Les nécessaires mutations du Contrôle de Gestion au travers du Management coût-qualité-délai : Vers le Pilotage des Performances? Les nécessaires mutations du Contrôle de Gestion au travers du Management coût-qualité-délai : Vers le Pilotage des Performances? Claude FIORE Professeur Aix-Marseille Université Centre de Recherche sur

Plus en détail

UE 13 Contrôle de gestion. Responsables : Henri Bouquin, Professeur Stéphanie Thiéry-Dubuisson, Maître de Conférences

UE 13 Contrôle de gestion. Responsables : Henri Bouquin, Professeur Stéphanie Thiéry-Dubuisson, Maître de Conférences UE 13 Contrôle de gestion Responsables : Henri Bouquin, Professeur Stéphanie Thiéry-Dubuisson, Maître de Conférences www.crefige.dauphine.fr polycopié de TD Ouvrage de référence : Henri BOUQUIN, Comptabilité

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Application Services France the way we do it Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Chaque direction informatique

Plus en détail

Management des processus opérationnels

Management des processus opérationnels Ecole Nationale Supérieure de Management Master Management des organisations Management des processus opérationnels Dr TOUMI Djamila Cours n 1: La vision processus dans le management des organisations

Plus en détail

Management de la chaîne logistique. Professeur Mohamed Reghioui

Management de la chaîne logistique. Professeur Mohamed Reghioui Management de la chaîne logistique Professeur Mohamed Reghioui M.Reghioui - 2012 1 Informations générales sur le module Intervenants: Mohamed Reghioui(m.reghioui@gmail.com) Informations générales Répartition

Plus en détail

PARCOURS TREMPLIN MANAGER Tout employé d un site logistique ayant dans le cadre de son activité professionnelle la responsabilité quotidienne du management d une équipe 10 jours 7,5 heures 8 à 14 Professionnaliser

Plus en détail

Les stratégies de rupture

Les stratégies de rupture DOSSIER Les stratégies de rupture sous la direction de Laurence Lehmann-Ortega Pierre Roy DOSSIER LAURENCE LEHMANN-ORTEGA HEC Paris PIERRE ROY Université Montpellier 1, ISEM Introduction Une nouvelle

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

MODULES ECBL DESCRIPTIF SENIOR

MODULES ECBL DESCRIPTIF SENIOR MODULES ECBL DESCRIPTIF SENIOR Modules ECBL Basic Supply Chain Concepts (BSCC) Core Management Skills (CMS) DESCRIPTIF/CONTENU Maîtriser l environnement de la Supply Chain (SC): - Loi de l offre et la

Plus en détail

LEAN SIX SIGMA Au service de l excellence opérationnelle

LEAN SIX SIGMA Au service de l excellence opérationnelle LEAN SIX SIGMA Au service de l excellence opérationnelle enjeux Comment accroître la qualité de vos services tout en maîtrisant vos coûts? Equinox Consulting vous accompagne aussi bien dans la définition

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

Les quatre chantiers :

Les quatre chantiers : Tweet Voir aussi : Les programmes de performance, La méthode Kaizen, Le Lean en 10 points. Le Lean est une démarche systématique dont l'objectif est d'éliminer toutes les sources de gaspillages dans les

Plus en détail

GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS

GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS GLOBALISATION ET TRANSFORMATION RH UNE RÉPONSE FACE À L EXIGENCE DE PERFORMANCE ET DE COMPÉTITIVITÉ La globalisation des entreprises, accélérée par

Plus en détail

Introduction. AVANT-PROPOS

Introduction. AVANT-PROPOS Introduction. AVANT-PROPOS Évoquer la difficulté, pour les entreprises, de survivre dans un contexte de concurrence à l échelle de la planète est aujourd hui d une banalité absolue. Parler de l exigence

Plus en détail

Enjeux et perspectives des Centres de Services Partagés. Nos convictions et notre approche

Enjeux et perspectives des Centres de Services Partagés. Nos convictions et notre approche Enjeux et perspectives des Centres de Services Partagés Nos convictions et notre approche Cédric Damiens Directeur - ALDEA ALDEA - www.aldea.fr Enjeux et perspectives des Centres de Services Partagés :

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

JLD Consulting STRATÉGIE, ORGANISATION ET MANAGEMENT D ENTREPRISE

JLD Consulting STRATÉGIE, ORGANISATION ET MANAGEMENT D ENTREPRISE FORMATION EN LOGISTIQUE STRATÉGIE, ORGANISATION ET MANAGEMENT D ENTREPRISE , cabinet conseil spécialisé en stratégie, organisation d entreprise vous assiste dans vos choix stratégiques et vous accompagne

Plus en détail

DEVENIR ANIMATEUR CERTIFIE DE LA DEMARCHE LEAN

DEVENIR ANIMATEUR CERTIFIE DE LA DEMARCHE LEAN DEVENIR ANIMATEUR CERTIFIE DE LA DEMARCHE LEAN Certification CQPM réf : 2008 07 69 0272 Animateur de la démarche LEAN pour l amélioration de la performance et des processus. BUTS DE LA FORMATION : Etre

Plus en détail

Advisory, le conseil durable Conseil en Management. Améliorer votre performance, maîtriser vos risques, réussir vos projets de transformation*

Advisory, le conseil durable Conseil en Management. Améliorer votre performance, maîtriser vos risques, réussir vos projets de transformation* Advisory, le conseil durable Conseil en Management Améliorer votre performance, maîtriser vos risques, réussir vos projets de transformation* Une capacité unique à combiner compétences sectorielles et

Plus en détail

Technicien Logistique CQPM 0121 -

Technicien Logistique CQPM 0121 - Technicien Logistique CQPM 0121 - Public concerné Agent logistique confirmé Méthode et moyens Théorie en salle, Travaux pratiques Exposé, exercices, conduite de projet Validation du CQPM Technicien Logistique

Plus en détail

«L état de la recherche en management de projet». CR du séminaire sur le management de projet organisé à Paris Dauphine

«L état de la recherche en management de projet». CR du séminaire sur le management de projet organisé à Paris Dauphine «L état de la recherche en management de projet». CR du séminaire sur le management de projet organisé à Paris Dauphine Par Eric Boespflug Préambule : cette journée de séminaire faisait état des résultats

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion. Marie Gies - Contrôle de gestion et gestion prévisionnelle - Chapitre 1

Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion. Marie Gies - Contrôle de gestion et gestion prévisionnelle - Chapitre 1 Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion Introduction 2 Contrôle de gestion : fonction aujourd hui bien institutionnalisée dans les entreprises Objectif : permettre une gestion rigoureuse et une

Plus en détail

Supply chain & Lean management. «Les facteurs clés d une entreprise performante» Jeudi 14 février 2013 Centre de services Ecoparc - Blanquefort

Supply chain & Lean management. «Les facteurs clés d une entreprise performante» Jeudi 14 février 2013 Centre de services Ecoparc - Blanquefort Supply chain & Lean management «Les facteurs clés d une entreprise performante» Jeudi 14 février 2013 Centre de services Ecoparc - Blanquefort Les facteurs clés d une entreprise performante Qu est ce qu

Plus en détail

Présentation de l épreuve

Présentation de l épreuve MÉTHODO Présentation de l épreuve 1. Programme de l arrêté du 22 décembre 2006 DURÉE DE L ENSEIGNEMENT ÉPREUVE N 11 CONTRÔLE DE GESTION (à titre indicatif) : 210 heures 18 crédits européens 1. Positionnement

Plus en détail

Management. Planification. Flux. Valorisation Coûts. plaquettecba.indd 1 26/05/09 16:59:28

Management. Planification. Flux. Valorisation Coûts. plaquettecba.indd 1 26/05/09 16:59:28 Management Valorisation Coûts Flux Planification w w w. c b a c o n s e i l. f r plaquettecba.indd 1 26/05/09 16:59:28 La performance des flux dans la petite série et la production à la commande CBA Conseil

Plus en détail

La genèse d une ambition régionale

La genèse d une ambition régionale 1 La genèse d une ambition régionale Un besoin régional En France, de nombreuses initiatives ont vu le jour ces dernières années grâce à l appui des pouvoirs publics. L un des objectifs communs est de

Plus en détail

Tous droits réservés SELENIS

Tous droits réservés SELENIS 1. Objectifs 2. Etapes clefs 3. Notre proposition d accompagnement 4. Présentation de SELENIS 2 Un projet est une réalisation spécifique, dans un système de contraintes donné (organisation, ressources,

Plus en détail

COMPRENDRE L ACHAT. Groupe 5 : Sarra Aissa Naomi Barragan Idriss Benlakhouy Cristina Cierco De Paula Pinheiro Sarah Dénervaud Rébecca Le Roux

COMPRENDRE L ACHAT. Groupe 5 : Sarra Aissa Naomi Barragan Idriss Benlakhouy Cristina Cierco De Paula Pinheiro Sarah Dénervaud Rébecca Le Roux COMPRENDRE L ACHAT INDUSTRIEL Groupe 5 : Sarra Aissa Naomi Barragan Idriss Benlakhouy Cristina Cierco De Paula Pinheiro Sarah Dénervaud Rébecca Le Roux Plan de la présentation Introduction La situation

Plus en détail

3 - Sélection des fournisseurs... 4. 4 Marche courante... 5. 4.1 Conditionnement Transport... 5. 4.2 Livraison... 5

3 - Sélection des fournisseurs... 4. 4 Marche courante... 5. 4.1 Conditionnement Transport... 5. 4.2 Livraison... 5 1 SOMMAIRE 1 Introduction... 3 2 Principes... 3 3 - Sélection des fournisseurs... 4 4 Marche courante... 5 4.1 Conditionnement Transport... 5 4.2 Livraison... 5 4.3 - Garantie qualité / Conformité... 5

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. II. Les ressources humaines... 14 A. Les dirigeants d entreprise... 14 B. Les salariés... 15

TABLE DES MATIÈRES. II. Les ressources humaines... 14 A. Les dirigeants d entreprise... 14 B. Les salariés... 15 TABLE DES MATIÈRES Avant-propos... Partie 1 : Parties prenantes et structures de gouvernances XV 1 Cartographie et attentes des parties prenantes... 9 I. Les apporteurs de capitaux... 10 A. Les actionnaires...

Plus en détail

Modèles et pratiques pour le canal de distribution

Modèles et pratiques pour le canal de distribution DOSSIER Modèles et pratiques pour le canal de distribution sous la direction de Marc Filser Gilles Paché INTRODUCTION MARC FILSER IAE Dijon, université de Bourgogne GILLES PACHÉ Université Aix-Marseille

Plus en détail

FORMATION LEAN EXECUTIVE SESSION 1 JOUR

FORMATION LEAN EXECUTIVE SESSION 1 JOUR LEAN EXECUTIVE SESSION 1 JOUR 9 DÉC 2015 / 2 MARS / 1 JUIN / 27 SEPT / 6 DÉC 2016 Partager les préalables et fondamentaux pour conduire une démarche de transformation Lean Appréhender le chemin à parcourir

Plus en détail

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales Introduction! Dans un contexte de mondialisation croissante des affaires et de forte demande de création de valeur de la part des dirigeants, l acheteur doit non seulement parfaitement maîtriser ses techniques

Plus en détail

Livre Blanc. Optimiser la gestion et le pilotage des opérations. Août 2010

Livre Blanc. Optimiser la gestion et le pilotage des opérations. Août 2010 Livre Blanc Optimiser la gestion et le pilotage des opérations Août 2010 Un livre blanc édité par : NQI - Network Quality Intelligence Tél. : +33 4 92 96 24 90 E-mail : info@nqicorp.com Web : http://www.nqicorp.com

Plus en détail

Performance industrielle Manufacturing Execution System

Performance industrielle Manufacturing Execution System Performance industrielle Manufacturing Execution System Mai 2013 Capgemini, leader de l intégration MES DEPUIS PLUS DE 25 ANS, CAPGEMINI ACCOMPAGNE SES CLIENTS DANS LA MISE EN ŒUVRE DE PROJETS MES. Une

Plus en détail

Management des processus opérationnels

Management des processus opérationnels Ecole Nationale Supérieure de Management Master Management des organisations Management des processus opérationnels Dr TOUMI Djamila Cours n 4: l approche processus et le management du système d informations

Plus en détail

Contrôle de gestion. Section 1 : Positionnement du contrôle de gestion et identification du métier

Contrôle de gestion. Section 1 : Positionnement du contrôle de gestion et identification du métier Section 1 : Positionnement du contrôle de gestion et identification du métier 1. Rôle et place du Contrôle de Gestion dans l organisation Au début du XXème siècle, l émergence de la structure divisionnelle

Plus en détail

Performance et valorisation RH

Performance et valorisation RH Performance et valorisation RH Document téléchargeable à des fins de consultation. Toute utilisation à des fins commerciales proscrite sans autorisation expresse de l auteur. 1 La fonction «Ressources

Plus en détail

Laurent CIROU. François QUERE. Consultant SC Durable CL² Animateur Commission Amélioration Continue ASLOG SCHNEIDER ELECTRIC

Laurent CIROU. François QUERE. Consultant SC Durable CL² Animateur Commission Amélioration Continue ASLOG SCHNEIDER ELECTRIC Laurent CIROU François QUERE Consultant SC Durable CL² Animateur Commission Amélioration Continue ASLOG SCHNEIDER ELECTRIC Laurent CIROU Consultant SC Durable CL² Animateur Commission Amélioration Continue

Plus en détail

EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES

EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES Bertrand Quélin Professeur HEC François Duhamel Etudiant du Doctorat HEC Bertrand Quélin et François Duhamel du Groupe HEC ont mené,

Plus en détail

Programmes inter-entreprises

Programmes inter-entreprises Brochure interactive Programmes inter-entreprises France, 2014-2015 Pour plus d informations sur les lieux, dates et prix de nos training, veuillez consulter www.krauthammer.fr (rubrique Programmes inter-entreprises

Plus en détail

La Supply Chain. vers un seul objectif... la productivité. Guy ELIEN

La Supply Chain. vers un seul objectif... la productivité. Guy ELIEN La Supply Chain vers un seul objectif... la productivité Guy ELIEN juin 2007 Sommaire Le contexte... 3 le concept de «chaîne de valeur»... 3 Le concept de la Supply Chain... 5 Conclusion... 7 2 La Supply

Plus en détail

Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et de la comptabilité

Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et de la comptabilité distributeur des solutions FICHE TECHNIQUE Module : Gestion des achats Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et

Plus en détail

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés h fiche pratique des repères pour agir #10 Préparer un accord GPEC dans les entreprises de plus de 50 salariés Octobre 2008 Le souci de se mettre en conformité avec la loi pousse un certain nombre d entreprises

Plus en détail

Le pilotage de la supply chain aéronautique

Le pilotage de la supply chain aéronautique Le pilotage de la supply chain aéronautique Comment contrôler l efficacité de ses fournisseurs en phase développement et en phase série? Hervé Leroy, Président ECDYS - email : herve.leroy@ecdys.com Une

Plus en détail

gestion industrielle Lean management Méthodes et exercices Barbara Lyonnet

gestion industrielle Lean management Méthodes et exercices Barbara Lyonnet management sup gestion industrielle Lean management Méthodes et exercices Barbara Lyonnet Le pictogramme qui figure ci-contre mérite une explication. Son objet est d alerter le lecteur sur la menace que

Plus en détail

Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Alain MULARD Consultant-Formateur Elu local

Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Alain MULARD Consultant-Formateur Elu local Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Consultant-Formateur Elu local Une question bien embarrassante! Parce qu elle renvoie à la capacité d une organisation

Plus en détail

STRATEGIE LEAN. Partie 6 : Initiation à une stratégie complétaire au supply chain management

STRATEGIE LEAN. Partie 6 : Initiation à une stratégie complétaire au supply chain management STRATEGIE LEAN Partie 6 : Initiation à une stratégie complétaire au supply chain management Concept 2 Idée simple : retranscrire partout les contraintes liées à la satisfaction du client! Et ce à la plus

Plus en détail

PGE 2 Fall Semester 2015. Purchasing Track. Course Catalogue. Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2

PGE 2 Fall Semester 2015. Purchasing Track. Course Catalogue. Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2 PGE 2 Fall Semester 2015 Purchasing Track Course Catalogue Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2 Méthodes Outils associés au Processus Opérationnel des Achats p. 3 Gestion d un Projet Achat

Plus en détail

Module: Organisation. 3.3. L informatique dans la structure d une organisation. Abdessamed Réda GHOMARI Maître de Conférences a_ghomari@esi.

Module: Organisation. 3.3. L informatique dans la structure d une organisation. Abdessamed Réda GHOMARI Maître de Conférences a_ghomari@esi. Module: Organisation 3.3. L informatique dans la structure d une organisation Abdessamed Réda GHOMARI Maître de Conférences a_ghomari@esi.dz Plan Introduction Informatique dans les organisations Rattachement

Plus en détail

TRANSPORT DE VOYAGEURS

TRANSPORT DE VOYAGEURS ATTENTION VISUEL BASSE DEF!!! FORMATION Transport LICENCE PROFESSIONNELLE TRANSPORT DE VOYAGEURS Le transport de voyageurs revêt différentes formes : transport urbain, inter-urbain, ou voyages touristiques

Plus en détail

Démarche diagnostic. Visite. Suivi des initiatives de la performance. Diagnostic. Projet(s) Recommandations. Planification et organisation

Démarche diagnostic. Visite. Suivi des initiatives de la performance. Diagnostic. Projet(s) Recommandations. Planification et organisation Démarche diagnostic Planification et organisation Processus de planification et de gestion de la demande Approvisionnement Niveau d inventaire Visite Organisation du travail Analyse de la chaîne de valeur

Plus en détail

Catalogue des Formations

Catalogue des Formations 67, Rue Aziz Bellal, Etage 3, N 2, Maarif. 32, Avenue Abdelali Benchekroune, Etage 5, N 20. Nos atouts formation Thèmes de formation En partenariat avec un réseau national et International, nous dispensons

Plus en détail

L offre de formation en supply chain. Le positionnement de Centrale Paris

L offre de formation en supply chain. Le positionnement de Centrale Paris L offre de formation en supply chain Le positionnement de Centrale Paris Pourquoi Centrale Paris Executive Education a choisi un positionnement fort en supply chain L excellence reconnue du Laboratoire

Plus en détail

Identification des incontournables à la démarche Lean

Identification des incontournables à la démarche Lean Identification des incontournables à la démarche Lean Analyse des résultats 7/09/2010 Barbara Lyonnet, Laboratoire SYMME, Université de Savoie barbara.lyonnet@univ-savoie.fr 1. Introduction Toute entreprise

Plus en détail

AL SolutionS Formation «déclaration d activité enregistrée sous le numéro 11 78 80429 78. Cet enregistrement ne vaut pas d agrément de l état.

AL SolutionS Formation «déclaration d activité enregistrée sous le numéro 11 78 80429 78. Cet enregistrement ne vaut pas d agrément de l état. Organisme de Formation enregistré sous le numéro d agrément de déclaration d activité Formation «déclaration d activité enregistrée sous le numéro 11 78 80429 78. Cet enregistrement ne vaut pas d agrément

Plus en détail

Supply Chain: un regard vers le passé et un pas vers le futur

Supply Chain: un regard vers le passé et un pas vers le futur Supply Chain: un regard vers le passé et un pas vers le futur Valentina Carbone Professeur en Management de la Supply Chain et des Opérations ESCP Europe mailto: vcarbone@escpeurope.eu Agenda 1. Rôles

Plus en détail

MAXIMISER LA DISPONIBILITÉ DES PRODUITS DANS LES MAGASINS

MAXIMISER LA DISPONIBILITÉ DES PRODUITS DANS LES MAGASINS Distribution MAXIMISER LA DISPONIBILITÉ DES PRODUITS DANS LES MAGASINS METTRE LES RUPTURES SOUS CONTRÔLE Introduction Tout distributeur veut que tous les produits soient bien présents dans ses rayons.

Plus en détail

Comment Utiliser son ERP pour Soutenir le Déploiement du Lean?

Comment Utiliser son ERP pour Soutenir le Déploiement du Lean? Comment Utiliser son ERP pour Soutenir le Déploiement du Lean? Philippe COURTY, CFPIM Dirigeant de CJP-Conseils www.cjp-conseils.com 1 Comment Utiliser son ERP pour Soutenir le Déploiement du Lean? Les

Plus en détail

Dossier 6 : Manager la performance dans l organisation. Management des organisations et stratégies

Dossier 6 : Manager la performance dans l organisation. Management des organisations et stratégies Ce dossier pourrait se situer en conclusion des différents thèmes de ce cours. En effet, on peut considérer que la performance est le résultat d une bonne pratique du management sous toutes ses déclinaisons.

Plus en détail

Prix «ACA O. BRUEL» C.H. VOLLET E. SALVIAC F. BERNARD. 18/20 du 2 avril 2012

Prix «ACA O. BRUEL» C.H. VOLLET E. SALVIAC F. BERNARD. 18/20 du 2 avril 2012 Prix «ACA O. BRUEL» C.H. VOLLET E. SALVIAC F. BERNARD 18/20 du 2 avril 2012 Performance et création de valeur de la fonction achats 2 idées force 1. Raccrocher l agenda des achats à l agenda de la DG Faire

Plus en détail

L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE

L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE 1 L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE Métiers opérationnels et fonctionnels Définition d une structure 2 «la structure de l organisation est la somme totale des moyens employés pour diviser le travail

Plus en détail

Stéphane SIRJEAN Licence. Gestion des flux

Stéphane SIRJEAN Licence. Gestion des flux Stéphane SIRJEAN Licence Gestion des flux 1 Pilotage des flux Plan du Cours Chapitre 1: Introduction Définition des flux Les différents types de flux Notion de processus Notion d opération et d opérations

Plus en détail

Livre Blanc Oracle Mars 2009. Rationaliser, Automatiser et Accélérer vos Projets Industriels

Livre Blanc Oracle Mars 2009. Rationaliser, Automatiser et Accélérer vos Projets Industriels Livre Blanc Oracle Mars 2009 Rationaliser, Automatiser et Accélérer vos Projets Industriels Introduction Pour relancer l économie, le gouvernement des États-Unis, l Union Européenne et la Chine ont développé

Plus en détail

La planification financière

La planification financière La planification financière La planification financière est une phase fondamentale dans le processus de gestion de l entreprise qui lui permet de limiter l incertitude et d anticiper l évolution de l environnement.

Plus en détail

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins Qu une entreprise cherche à s adapter à son environnement et/ou à exploiter au mieux ses capacités distinctives pour développer un avantage concurrentiel, son pilotage stratégique concerne ses orientations

Plus en détail

2.1. Les stades d évolution de la fonction de Supply Chain Management 7 2.2. L intégration horizontale des fonctions de l entreprise 12

2.1. Les stades d évolution de la fonction de Supply Chain Management 7 2.2. L intégration horizontale des fonctions de l entreprise 12 Table des matières Avant-propos 3 Introduction 1. L entreprise et l environnement financier...5 2. Le concept traditionnel...6 2.1. Les stades d évolution de la fonction de Supply Chain Management 7 2.2.

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Supply Chain : Diagnostic et niveaux de maturité

Supply Chain : Diagnostic et niveaux de maturité MIL GB/OB/LK -1- Supply Chain : Diagnostic et niveaux de maturité Professeur Gérard BAGLIN Département MIL baglin@hec.fr - 33 1 39 67 72 13 MIL www.hec.fr/mil -2- Les déterminants financiers EVA : Economic

Plus en détail

INTRODUCTION A LA LOGISTIQUE CONCEPTS FONDAMENTAUX

INTRODUCTION A LA LOGISTIQUE CONCEPTS FONDAMENTAUX INTRODUCTION A LA LOGISTIQUE CONCEPTS FONDAMENTAUX MINES ParisTech SEMAINE ATHENS Simon TAMAYO 1 17/11/14 Plan de la présentation : 30 minutes de cadre théorique Logistique Flux Stocks et en-cours Réseaux

Plus en détail

Catalogue des Formations A Vision. Par Olivier Ardouin, CPIM, CSCP, CPF, CGBL,CSCD Consultant A Vision

Catalogue des Formations A Vision. Par Olivier Ardouin, CPIM, CSCP, CPF, CGBL,CSCD Consultant A Vision Catalogue des Formations A Vision Par Olivier Ardouin, CPIM, CSCP, CPF, CGBL,CSCD Consultant A Vision Formations Supply Chain Initiation à la Supply Chain par le jeu (1 jour) Les fondamentaux de la Supply

Plus en détail

Les entreprises qui considèrent la supply chain comme un atout stratégique génèrent une rentabilité accrue de 30%

Les entreprises qui considèrent la supply chain comme un atout stratégique génèrent une rentabilité accrue de 30% ! Direction Communication 63 rue de Villiers, 92200 Neuilly-sur-Seine Tél. 01 56 57 58 59, Fax 01 56 57 81 80 Communiqué de presse "#$%&'%(!)! *+",!-./0$1!"#2/3&2/%,!45!67!68!99!:7,!;1/1$1

Plus en détail

Le management du travail

Le management du travail Le management du travail Un modèle de compréhension et d action!! Eléments de cadrage! Actions engagées par le réseau! Et du côtés de la formation des managers (FI et FC)? qui concerne l ensemble de la

Plus en détail

Jacques Vallerand Directeur administratif Maîtrise en gestion de la chaîne d approvisionnement mondiale Faculté des sciences de l administration

Jacques Vallerand Directeur administratif Maîtrise en gestion de la chaîne d approvisionnement mondiale Faculté des sciences de l administration Jacques Vallerand Directeur administratif Maîtrise en gestion de la chaîne d approvisionnement mondiale Faculté des sciences de l administration Université Laval 1 Gestion des fournisseurs par rapport

Plus en détail

5 ème Forum d été SC 6/07/2011

5 ème Forum d été SC 6/07/2011 5 ème Forum d été SC 6/07/2011 Prévisions et Supply Chain: quelques principes fondamentaux Valentina Carbone vcarbone@escpeurope.eu "You don't need a weatherman to tell which way the wind blows Bob Dylan

Plus en détail

La dimension humaine du changement

La dimension humaine du changement La dimension humaine du changement Un triptyque indissociable : Responsabilité Engagement Performance Créateur de performance La dimension humaine du changement et les défis de l entreprise Gérer une forte

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

Maitriser la fonction approvisionnement

Maitriser la fonction approvisionnement Maitriser la fonction approvisionnement Comprendre les techniques de base : éviter les ruptures tout en minimisant le niveau de stocks. Maîtriser la relation quotidienne avec le fournisseur et être efficace

Plus en détail

A partner of. Programme de Formation: «LeSystème de Compétence Lean»

A partner of. Programme de Formation: «LeSystème de Compétence Lean» Programme de Formation: «LeSystème de Compétence Lean» Qui sommes nous? Vincia en quelques faits et chiffres Une présence et une expérience internationales Créé en 2001 60 consultants - 20 en France -

Plus en détail

Partie I Stratégies relationnelles et principes d organisation... 23

Partie I Stratégies relationnelles et principes d organisation... 23 Introduction......................................................................... 1 1. Définition........................................................................ 2 1.1 Le CRM comme processus

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

JLD Consulting STRATÉGIE, ORGANISATION ET MANAGEMENT D ENTREPRISE

JLD Consulting STRATÉGIE, ORGANISATION ET MANAGEMENT D ENTREPRISE FORMATION EN ACHATS STRATÉGIE, ORGANISATION ET MANAGEMENT D ENTREPRISE , cabinet conseil spécialisé en stratégie, organisation d entreprise vous assiste dans vos choix stratégiques et vous accompagne dans

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

S INITIER AUX FONDAMENTAUX DE LA "SUPPLY CHAIN"

S INITIER AUX FONDAMENTAUX DE LA SUPPLY CHAIN S INITIER AUX FONDAMENTAUX DE LA "SUPPLY CHAIN" Comprendre le rôle de la chaîne logistique. Acquérir des outils et méthodes indispensables à la maîtrise de la SCM Maîtriser la mise en place de solutions

Plus en détail

Les pratiques du sourcing IT en France

Les pratiques du sourcing IT en France 3 juin 2010 Les pratiques du sourcing IT en France Une enquête Solucom / Ae-SCM Conférence IBM CIO : «Optimisez vos stratégies de Sourcing» Laurent Bellefin Solucom en bref Cabinet indépendant de conseil

Plus en détail

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC La gestion de projet ne présente pas de difficultés particulières mais une méthodologie qui va demander énormément de précisions tout au long de

Plus en détail

Club Supply Chain et distribution

Club Supply Chain et distribution Club Supply Chain et distribution Fabrice Lajugie de la Renaudie Association des diplômés de Reims Management School 91 rue de Miromesnil 75008 Paris http://www.rms-network.com Sommaire Constats 3 composantes

Plus en détail

L accompagnement p e r s o n n a l i s é de votre performance

L accompagnement p e r s o n n a l i s é de votre performance L accompagnement p e r s o n n a l i s é de votre performance Performance CHANGER VOTRE NIVEAU Management des hommes Au service de la performance Conseil Formation Enseignement 03.85.81.63.99 06.59.51.48.00

Plus en détail

Centralisation et décentralisation des Achats : Analyses et tendances Une enquête de Resources Global Professionals

Centralisation et décentralisation des Achats : Analyses et tendances Une enquête de Resources Global Professionals Centralisation et décentralisation des Achats : Analyses et tendances Une enquête de Resources Global Professionals Conduite fin 2009, cette étude porte sur les différents types d organisations des Achats

Plus en détail

ROYAL SCHOOL. Mini-Catalogue GESTION MANAGEMENT

ROYAL SCHOOL. Mini-Catalogue GESTION MANAGEMENT REF Formation Durée (jour) Mini-Catalogue GESTION MANAGEMENT Objectifs M01 Le des processus Comprendre l'approche processus, principes et intérêts. Assimiler les facteurs clés qui en favorisent la réussite.

Plus en détail

Enjeux d une vision supply chain globale et défis associés. Yves Dallery Professeur à l Ecole Centrale Paris Associé au sein du cabinet Diagma

Enjeux d une vision supply chain globale et défis associés. Yves Dallery Professeur à l Ecole Centrale Paris Associé au sein du cabinet Diagma Enjeux d une vision supply chain globale et défis associés Yves Dallery Professeur à l Ecole Centrale Paris Associé au sein du cabinet Diagma LA VISION SUPPLY CHAIN GLOBALE COMME ENJEU DE LA COMPÉTITIVITÉ

Plus en détail

XI Liste des tableaux et des figures. XIII Introduction 1 Les auteurs 5

XI Liste des tableaux et des figures. XIII Introduction 1 Les auteurs 5 Liste des études de cas XI Liste des tableaux et des figures XIII Introduction 1 Les auteurs 5 Partie I Concevoir le commerce électronique 7 Chapitre 1 Émergence et tendances du commerce électronique 9

Plus en détail

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION APRÈS LA FORMATION 2.3. APRÈS LA FORMATION Lorsque la formation est terminée, l organisation doit finalement s assurer que l apprenant puisse utiliser de manière concrète les nouveaux apprentissages. Cette

Plus en détail

RESUME DES NORMES ISO

RESUME DES NORMES ISO RESUME DES NORMES ISO Travail réalisé par : Selma FERKOUS O8301 ISO 19011 : La norme internationale ISO 9011, se focalise sur le management de programmes d audit, la réalisation d audits internes ou externes

Plus en détail

Point de vue. Les enjeux de l intégration transversale de la chaîne de valeur de l entreprise. www.axys-consultants.fr

Point de vue. Les enjeux de l intégration transversale de la chaîne de valeur de l entreprise. www.axys-consultants.fr Juillet 2015 Point de vue Les enjeux de l intégration transversale de la chaîne de valeur de l entreprise Ambroise Boisivon, consultant sénior chez Axys Consultants, spécialiste de la fonction Achats présente

Plus en détail

CONSEIL INGENIERIE FORMATION MANAGEMENT

CONSEIL INGENIERIE FORMATION MANAGEMENT CONSEIL MANAGEMENT Assurer la responsabilité opérationnelle d une équipe Développer son leadership au sein d une équipe Pratiquer la délégation Conduire une réunion Conduire un entretien individuel-professionnel

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02 PROGRAMME PRINCIPAL 02 WO/PBC/4/2 page 33 Direction générale 02.1 Cabinet du directeur général 02.2 Conseiller spécial et commissions consultatives 02.3 Supervision interne Résumé 61. La propriété intellectuelle

Plus en détail