L habitat collectif. et ses relais

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L habitat collectif. et ses relais"

Transcription

1 COMMUNICATION CIBLÉE J.-P.Woodland / Eco-Emballages L habitat collectif >Favoriser le tri en habitat collectif impose de prendre en compte toutes les spécificités de ce type d habitat. Aussi cela nécessite-t-il une communication de terrain au cas par cas, adaptée au dispositif technique choisi et prenant en compte la réalité sociale, économique et culturelle des habitants de la résidence concernée. > Souvent, les aménagements que requiert la pratique du tri n ont pas été intégrés dans la conception des bâtiments. Les solutions techniques, fruits d une concertation entre la collectivité et le bailleur ou le syndic, varient en fonction de la politique du gestionnaire, de l espace disponible, des contraintes de vie, de la sécurité. > Essentiellement urbain, l habitat collectif induit l existence de «mini-sociétés» dans la société. Chaque résidence possède ses spécificités (culturelles, architecturales, environnementales ), ses habitudes de vie, ses codes, qu il convient de respecter lors de la mise en place et du suivi d un projet collecte sélective.

2 > Qui? Eco-Emballages L habitat social représente deux millions de logements. (NOUVEAU) Le saviez-vous? Petit ou grand, en copropriété ou de type social, l habitat collectif concerne en France 40 % de la population et représente un total de 9 millions de logements. La part de l habitat social est de 22 %. Communiquer en habitat collectif implique la prise en compte d un grand nombre d intervenants potentiels dans le projet collecte sélective. Commencez par les identifier en amont, sans négliger leur influence auprès des résidants ou des opérateurs de la collecte sélective. En fonction des configurations (petit ou grand collectif, avec ou sans gardien, de type social ou en copropriété), leur nombre, leur rôle et leur statut varient. Les relais opérationnels Les bailleurs, les syndics, les conseils syndicaux Les organismes HLM et les syndics ont de fait la capacité de mettre en œuvre ou non la collecte sélective. Ils peuvent également jouer un rôle clé de relais d information auprès des habitants et des gardiens. Pour cela, ils doivent être convaincus de la pertinence de la collecte sélective. Les gardiens Interlocuteurs privilégiés et quotidiens des résidants, les gardiens d immeuble sont de véritables pivots du projet. Dans le cas d immeubles sans gardiens, il est recommandé d identifier avec le bailleur : les personnels d entretien, les agents de gestion de proximité, les médiateurs «propreté» ou les correspondants d immeuble. Les collecteurs Parfois, au même titre que les gardiens, les rippeurs sont les traits d union entre la collectivité et les résidants. Établir un partenariat avec l organisme collecteur est nécessaire pour sensibiliser les rippeurs en amont du projet, les informer et les former aux changements induits par la collecte sélective. Les gardiens sont les principaux relais en habitat collectif. Les autres cibles Les sociétés de nettoyage Manque de qualification du personnel, turn-over élevé Il est parfois difficile d impliquer les sociétés de nettoyage dans le projet collecte sélective. Là également, le gardien, le syndic ou le bailleur peut jouer un rôle de médiateur pour obtenir l adhésion de cet intervenant. Les relais d information L objectif est d établir un partenariat avec toutes les structures dynamiques existant dans la collectivité. Les régies et associations de quartier, les centres sociaux, les centres de loisirs, les associations d insertion des étrangers, de consommateurs, de protection de l environnement, les commerçants de proximité, les enseignants sont autant de partenaires potentiels pour faire adhérer la population au tri et jouer un précieux rôle de levier en cas de «blocages». Eco-Emballages Qui? Comment? Plan d actions

3 L habitat collectif J.-P.Woodland / Eco-Emballages Les résidants Au-delà de la diversité des solutions techniques adoptées, les variantes sociales, culturelles, économiques sont propres à chaque type d habitat (social ou non) et à chaque résidence. Pour obtenir l adhésion des résidants de l immeuble, il est primordial de prendre en compte toutes les spécificités et habitudes de vie de la population. Le choix de l emplacement des points de regroupement est essentiel. > Comment? ( OUTILS > Guide «Habitat collectif : mettre en œuvre ou développer la collecte sélective» (ADEME, AMF, Eco-Emballages, Union des HLM). > Vidéo «Habitat collectif : mettre en œuvre ou développer la collecte sélective». Les conditions de la réussite Une bonne communication en habitat collectif doit impérativement s appuyer sur les fondements suivants : une démarche de concertation menée avec l ensemble des intervenants (bailleur, syndic, gardien, association de locataires, urbaniste, paysagiste ) ; une solution technique adaptée et acceptable par tous ; un local propreté éclairé, entretenu (murs et sols lessivables) et accessible ; une signalétique claire et de qualité. La réunion de ces quatre conditions, doublée d une communication régulière vers l habitant, constitue le gage d une réussite pérenne de la collecte sélective. Même très qualitative, une communication bâtie sur un dispositif technique non adapté ne conduira pas aux résultats souhaités! L EXEMPLE À SUIVRE La Roche-sur-Yon : l ensemble du nouveau dispositif technique équipant le parc HLM a été réalisé en étroite collaboration avec les habitants. Du choix des emplacements aux couleurs de la signalétique, tout a été validé par les résidants. ( OUTIL > Le logiciel «e-collectif» permet, à partir d enquêtes réalisées dans les locaux propreté, de proposer des solutions techniques d aménagements, d en simuler le coût et l impact visuel extérieur. Les temps forts de la communication Communiquer en phase de mise en place de la collecte sélective En amont du projet et lors de la mise en place de la collecte sélective (lors de la remise des contenants, par exemple). Dans le cadre d une réhabilitation, d aménagements : avant et pendant les travaux. Communiquer en phase de suivi à l occasion : de l arrivée de nouveaux résidants (lors de la remise des clés) ; du passage des ambassadeurs du tri (annonce de leur passage en porte-à-porte ou de leur animation en pied d immeuble) ; d événements locaux (vie de l immeuble, de la commune) ou nationaux (nettoyage de printemps, Noël,Téléthon, Recyclades ) ; d un diagnostic (résultats d une enquête de suivi), de bilans chiffrés (en direction du bailleur, du syndic, des gardiens, des agents de terrain, des habitants). Qui? Comment? Plan d actions

4 > Plan d actions La qualité de la signalétique est le fondement de la communication en habitat collectif. Informer dans les immeubles Le local propreté et le hall de l immeuble constituent deux endroits stratégiques où le résidant doit trouver les principales informations sur la collecte sélective.avant toute autre action, vérifiez certains points clés. Le local propreté (proscrivez l expression «local poubelles», peu valorisante pour le geste de tri) Il doit être toujours propre et bien éclairé. Il doit être fléché du hall de l immeuble : une signalétique en façade du local extérieur permet de repérer celui-ci de loin. Les consignes de tri doivent être visibles au-dessus des bacs et sur les bacs. Lorsque le local se situe à l extérieur, mieux vaut opter pour une signalétique adaptée sur support en aluminium, résistant aux intempéries, tags, rayures, torsions L EXEMPLE À SUIVRE Créteil : une signalétique au sol sous forme d empreintes de pas a été mise en place pour conduire les habitants jusqu au local propreté. Le hall d entrée Il doit flécher le local propreté, bien sûr, mais surtout fonctionner comme un espace d information et de sensibilisation à la collecte sélective: posez des affiches de sensibilisation ; dans l espace d information aux résidants, informez sur les résultats de collecte ; collez un Mémo-tri, accrochez un calendrier de collecte, rappelez le numéro Vert collecte sélective. OUTILS > Un ensemble d éléments de signalétique est à votre disposition pour le local propreté, le hall d entrée, les conteneurs, ainsi que des affiches de proximité, des campagnes de communication, (le Mémo-tri. La cuisine de chaque appartement Il faut que l habitant soit en mesure de trier chez lui, dans sa cuisine.votre mission consistera à lui fournir des supports d information pratiques sur les consignes de tri. En clair, un Mémo-tri, à compléter éventuellement par un autocollant «vide-ordures». Des variantes sont possibles, sous forme de calendrier, par exemple. POUR EN SAVOIR PLUS, CONSULTEZ LA FICHE (3 E PARTIE DE VOTRE GUIDE) La Communauté de communes de Compiègne : elle a fait repeindre et illustrer les locaux propreté d un quartier «difficile» par des enfants issus de ce dernier. Les jeunes et les habitants du quartier se sont ainsi approprié ces locaux, qui n ont plus subi de dégradations. Qui? Comment? Plan d actions

5 L habitat collectif (À NOTER) D autres intervenants pourront être identifiés et associés à la démarche de concertation : association de locataires, paysagiste, architecte, urbaniste (OUTIL > Pour sensibiliser vos publics relais, la vidéo «La Tri-attitude» présente l ensemble de la filière de tri et de recyclage. Développer le partenariat avec le bailleur ou le syndic Il est nécessaire d associer en amont les gestionnaires au projet, de construire et d entretenir une relation privilégiée avec eux, tant en phase de lancement qu en phase de suivi. Les sensibiliser à la collecte sélective Dans vos discussions avec les bailleurs et les syndics, mettez en avant les avantages de la collecte sélective: amélioration du cadre de vie ; résolution des problèmes de propreté ; respect des équipements collectifs ; inscription dans la politique sociale du gestionnaire (le tri est un excellent vecteur de lien social). Pour maintenir leur intérêt, vous pouvez aussi : organiser une visite d un centre de tri. Elle favorise la compréhension des enjeux ; les informer des résultats par un courrier, signé du ou des élus concernés, faisant le bilan annuel de la collecte sélective. Les associer aux actions menées Établir une collaboration étroite avec le service communication du bailleur ou du syndic permet de toucher efficacement les trieurs: diffusion d articles sur la collecte sélective dans la lettre d information du bailleur aux résidants (ou d informations jointes aux quittances de loyer) ; organisation de réunions «bilan» semestrielles ; association au comité de pilotage en cas d actions de communication d envergure ; information par courrier de tout projet d action au sein des immeubles. POUR EN SAVOIR PLUS, CONSULTEZ LA FICHE (3 E PARTIE DE VOTRE GUIDE) Nogent-sur-Seine : la société de logements sociaux Mon logis a fait de la collecte sélective le pivot de sa charte de bon voisinage entre les habitants. Après avoir élaboré un calendrier d actions citoyennes, des enfants ont réalisé des affiches sur le tri et une exposition puis décoré les conteneurs de la cité. Depuis, ceux-ci ne subissent plus de dégradations. Pour sensibiliser les publics relais, emmenez-les visiter des sites qui traitent des emballages ménagers. Eco-Emballages Qui? Comment? Plan d actions

6 ( OUTIL > Guide des gardiens. Attention Prenez en compte les modifications qu induit la collecte sélective dans les habitudes de travail des gardiens. La collecte sélective ne doit pas être synonyme de surcharge de travail. Donner un sens positif aux changements inhérents à la pratique du tri est essentiel et passe par un argumentaire construit, rassurant et valorisant. Associer les gardiens au projet Pour leur permettre de jouer pleinement leur rôle de relais d information auprès des résidants, et notamment auprès des nouveaux arrivants, les gardiens doivent être associés en amont du projet, formés et informés régulièrement. À cette fin, il est nécessaire que les ambassadeurs fassent des visites régulières aux gardiens pour : faire le point sur les problèmes existants ; vérifier la disponibilité de l information dans les halls et locaux propreté. Fournissez aux gardiens des outils d informations pratiques pour qu ils puissent accomplir leur mission : guide des gardiens, cahier de suivi du gardien, lettre trimestrielle d information. Important : les gardiens doivent toujours disposer de guides du tri et de Mémo-tri qu ils pourront diffuser au sein de l immeuble (notamment auprès des nouveaux arrivants lors de la remise des clés). Favorisez l interactivité en vue de la remontée d information. Mettez à la disposition des gardiens des formulaires d information type grâce auxquels ils pourront indiquer les problèmes rencontrés : manque d outils de communication, dégradation ou absence de la signalétique, erreurs de tri répétées La collecte sélective valorise le rôle du gardien d immeuble. Eco-Emballages LES EXEMPLES À SUIVRE Sevran : création pour les gardiens d un livret de bord sur la collecte sélective. Objectif : leur proposer un document de référence contenant toutes les informations nécessaires au suivi des opérations de collecte sélective dans leur immeuble. Cet outil de liaison entre le gardien et les services techniques permet ainsi par le biais de fiches à renvoyer de gérer les bacs, le local propreté, la signalétique et d informer les habitants. Paris : en 2002, près de gardiens ont été sensibilisés à la collecte sélective grâce à des réunions organisées dans chaque mairie d arrondissement. POUR EN SAVOIR PLUS, CONSULTEZ LA FICHE (3 E PARTIE DE VOTRE GUIDE) Metz Métropole : les gardiens sont devenus des «parrains du tri». Grâce à des outils de suivi et d évaluation et via des visites régulières d ambassadeurs, ils informent la collectivité de tout dysfonctionnement. Un travail de veille favorisé par un challenge annuel créant une émulation entre ces gardiens et par une prime d intéressement accordée par l OPAC. Qui? Comment? Plan d actions

7 L habitat collectif Associer les relais d information à la communication Établir un partenariat durable avec les associations de quartier, les centres sociaux ou de loisirs, les agents de liaison sociale, les médiateurs, les agents de sécurité, les commerçants de proximité favorise un partenariat durable. Pour ce faire, il est nécessaire de les sensibiliser et de les informer (par exemple en éditant une lettre trimestrielle ou semestrielle, spécialement dédiée aux relais d information). Établir des partenariats En cas de difficultés (illettrisme, taux important de population étrangère ne maîtrisant pas le français, culture ou religion imposant une approche spécifique ), les associations locales sont des atouts maîtres pour la collectivité. Elles peuvent agir en collaboration étroite avec les ambassadeurs du tri. Des relations de qualité avec ces relais peuvent permettre à la collectivité de: monter des mini-événements locaux avec les associations de quartier, les commerçants de proximité ; diffuser des messages informatifs ou stimulants : affiches chez les commerçants, distribution d objets promotionnels dans les immeubles mettre sur pied des programmes d information ciblés : collaboration avec des associations communautaires, animation sur le tri dans le cadre de cours d alphabétisation L EXEMPLE À SUIVRE Mâcon : pour réorganiser la gestion des déchets dans un quartier difficile où elle était devenue anarchique, la ville a travaillé main dans la main avec la régie de quartier. Habitant le quartier, bien acceptés, ses employés peuvent montrer l exemple à leurs voisins et corriger leurs erreurs de tri. Multipliant les opérations de proximité, ils accompagnent au quotidien les habitants et leurs enfants. Aujourd hui, les meilleurs résultats de la collecte sélective sur Mâcon sont atteints dans ce quartier. Responsabiliser et stimuler les résidants OUTILS > Plaquette «Le Recyclage, ou la deuxième vie des emballages». > Autocollant. > Sacoches ambassadeurs du tri. (> Vitrine du recyclage. Organiser régulièrement des animations Mettez en place, avec les ambassadeurs du tri, un programme d animations en pied d immeuble : stand d information avec jeux et quiz sur le tri des emballages, exposition itinérante, théâtre de marionnettes. Si le passage en porte-à-porte est recommandé pour le petit collectif, les animations en pied d immeuble sont plus efficaces et mieux perçues par les résidants des grands ensembles. Communiquez également auprès des enfants, excellents prescripteurs, notamment en cas de blocages dus à la langue ou à l illettrisme des parents. Qui? Comment? Plan d actions

8 L habitat collectif Média Entretenir des relations avec la presse locale permet de promouvoir et de valoriser efficacement les événements organisés en pied d immeuble par les ambassadeurs, les initiatives des bailleurs, des gardiens et des relais d information, les résultats obtenus Avec l aide des ambassadeurs du tri, vous pouvez : inviter les habitants à visiter un centre de tri ; organiser une distribution de sacs de précollecte (distribution assurée par les ambassadeurs du tri ou les gardiens) ; diffuser des autocollants rappelant les consignes de tri et des objets promotionnels; ancrer le geste du tri dans la vie quotidienne en l associant aux événements de la vie de la commune, de la vie de l immeuble Vous pouvez aussi réaliser des enquêtes de suivi auprès des résidants, sur leurs habitudes de tri, effectuées par les ambassadeurs du tri ou les agents de proximité du bailleur ; un courrier aux résidants (communication conjointe collectivité locale/bailleur), un article dans le journal municipal, une affiche dans les parties communes de l immeuble, un courrier aux relais du projet. Autant d actions qui permettent de motiver tous les intervenants. LES EXEMPLES À SUIVRE Lyon : tous les résidants de la cité Mermoz ont été invités à visiter un centre de tri. POUR EN SAVOIR PLUS, CONSULTEZ LA FICHE (3 E PARTIE DE VOTRE GUIDE) Ecquevilly (SIVATRU Yvelines) : l office des HLM souhaitait remotiver les habitants. Pour atteindre cet objectif, il a décidé de communiquer vers les enfants. Une semaine d éveil au tri a été organisée avec les enseignants de l école primaire. Au programme, quatre jours d animations, de jeux et d opérations de sensibilisation ont ainsi accompagné la remise à neuf des locaux propreté. ( OUTIL > Journal du tri spécial bilan annuel. (ANTICIPER) En habitat collectif, un laisseraller, une grogne de la part des résidants ou du gardien peuvent «contaminer» très rapidement l ensemble des habitants de l immeuble. D où l importance de «prendre la température» du projet régulièrement et de juguler les problèmes dès leur apparition. Contacts > Communiquer sur les résultats Afficher les résultats dans le local propreté, dans le hall de l immeuble, et remercier les résidants. Publier les résultats dans le journal communal, féliciter les trieurs. Remettre au bailleur un article ou un courrier clés en main à insérer dans sa communication. Adresser un courrier sur ce sujet aux habitants et aux relais. Mener des actions correctives Lorsqu un problème apparaît (diminution des quantités captées, erreurs de tri, actes d incivilité), il est essentiel d identifier la cause des difficultés et de mener une action corrective immédiatement. Pour identifier les problèmes,organisez la remontée d informations des rippeurs, des ambassadeurs, des gardiens, du numéro Vert, des courriers reçus. Mener des actions correctives immédiates. Le passage d un ambassadeur du tri ou un courrier aux habitants est nécessaire, a minima. ECO-EMBALLAGES > SIÈGE : DR OUEST : DR ÎLE-DE-FRANCE : > SITE DE L UNION DES ORGANISMES HLM : > SITES D ECO-EMBALLAGES : ET > SITE DE L ADEME : > PORTAIL DU RECYCLAGE DES DÉCHETS : > PORTAIL EUROPÉEN DE L ENVIRONNEMENT : > SITE DU RÉSEAU ÉDUCATIF DE SENSIBILISATION À L ENVIRONNEMENT ET À LA CITOYENNETÉ :

L habitat économe, pour quoi faire?

L habitat économe, pour quoi faire? Exposition L habitat économe, pour quoi faire? Afin de sensibiliser et informer les habitants et consommateurs aux enjeux relatifs aux économies d énergie, la Confédération Nationale du Logement a créé

Plus en détail

REPÈRES SYNDIC ET GESTION LOCATIVE

REPÈRES SYNDIC ET GESTION LOCATIVE REPÈRES SYNDIC ET GESTION LOCATIVE DATA ET CHIFFRES NEXITY H2 H1 H3 N 01 JUIN 2015 SOMMAIRE NOTRE AMBITION : ÉCLAIRER LES ENJEUX DES MÉTIERS DE SERVICES IMMOBILIERS par Frédéric Verdavaine, Directeur général

Plus en détail

Abattement TFPB en ZUS

Abattement TFPB en ZUS Abattement Septembre 2015 TFPB en QPV USH - Service Politiques urbaines et sociales Abattement TFPB en ZUS cadre réglementaire : article 62 de la loi de finances 2015 Application d un abattement de 0 %

Plus en détail

Et si vous passiez au verre?

Et si vous passiez au verre? Attention, les sacs noirs contenant du verre ne sont plus collectés! Contact : Alexa BADIN - Responsable communication 05.45.05.22.52 / abadin@calitom.com ZE La Braconne - 16600 MORNAC / Tel 05 45 65 82

Plus en détail

vers une économie circulaire Pour les emballages métalliques

vers une économie circulaire Pour les emballages métalliques vers une économie circulaire Pour les emballages métalliques dossier de Presse / FÉVRIER 2014 Améliorer le recyclage de l aluminium, une nécessité environnementale et économique L aluminium fait partie

Plus en détail

Enquête annuelle de suivi du programme Adultes-relais SYNTHÈSE NATIONALE

Enquête annuelle de suivi du programme Adultes-relais SYNTHÈSE NATIONALE Enquête annuelle de suivi du programme Adultes-relais SYNTHÈSE NATIONALE Octobre 2015 Sommaire 1. Le programme Adultes-Relais...3 Présentation du programme adultes-relais pour l année 2014... 4 Les domaines

Plus en détail

VILLE DE GENNEVILLIERS PROGRAMME LOCAL DE PREVENTION DES DECHETS 2011/2015 PLAN D ACTION

VILLE DE GENNEVILLIERS PROGRAMME LOCAL DE PREVENTION DES DECHETS 2011/2015 PLAN D ACTION VILLE DE GENNEVILLIERS PROGRAMME LOCAL DE PREVENTION DES DECHETS 2011/2015 PLAN D ACTION DIRECTION DE L ENVIRONNEMENT GENNEVILLIERS PROPRETE 1 THEME 1 : SENSIBILISATION DES PUBLICS A LA PREVENTION Opération

Plus en détail

Politique d habitation : Plan d action 2015

Politique d habitation : Plan d action 2015 Habiter ma ville Politique d habitation : Plan d action 2015 (recommandé par la Commission permanente sur l habitation, le 4 février 2015 et à adopterpar le conseil municipal, le 17 mars 2015) Politique

Plus en détail

GUIDE MON PROJET SPORTIF UNE MÉTHODE ÉCO RESPONSABLE COMMENT ÉLABORER MON PROJET ASSOCIATIF ET VALORISER LE FONCTIONNEMENT DE MA STRUCTURE LIVRET

GUIDE MON PROJET SPORTIF UNE MÉTHODE ÉCO RESPONSABLE COMMENT ÉLABORER MON PROJET ASSOCIATIF ET VALORISER LE FONCTIONNEMENT DE MA STRUCTURE LIVRET GUIDE MON PROJET SPORTIF UNE MÉTHODE ÉCO RESPONSABLE LIVRET COMMENT ÉLABORER MON PROJET ASSOCIATIF ET VALORISER LE FONCTIONNEMENT DE MA STRUCTURE L objectif de ce chapitre est de vous inciter à intégrer

Plus en détail

Programme ludique et pédagogique de sensibilisation au tri et au recyclage pour les 6-11 ans, à destination des écoles et centres de loisirs.

Programme ludique et pédagogique de sensibilisation au tri et au recyclage pour les 6-11 ans, à destination des écoles et centres de loisirs. Programme ludique et pédagogique de sensibilisation au tri et au recyclage pour les 6-11 ans, à destination des écoles et centres de loisirs. Adressé gratuitement aux municipalités LE PROGRAMME TRI MASTER

Plus en détail

Appel à Projet pour l animation et la gestion d un «atelier solidaire» dans le quartier d Empalot à Toulouse

Appel à Projet pour l animation et la gestion d un «atelier solidaire» dans le quartier d Empalot à Toulouse Appel à Projet pour l animation et la gestion d un «atelier solidaire» dans le quartier d Empalot à Toulouse 1. Présentation du projet d atelier solidaire 1.1. Contexte : La Communauté Urbaine et la Ville

Plus en détail

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs de l offre de soins Bureau qualité

Plus en détail

CANDIDATURE DE LA VILLE DE PARIS «NOUVELLES DYNAMIQUES DE RENOVATION DES LOGEMENTS» Sommaire :

CANDIDATURE DE LA VILLE DE PARIS «NOUVELLES DYNAMIQUES DE RENOVATION DES LOGEMENTS» Sommaire : CANDIDATURE DE LA VILLE DE PARIS «NOUVELLES DYNAMIQUES DE RENOVATION DES LOGEMENTS» Sommaire : 1- Spécificités du parc parisien et priorités politiques 2- Les dispositifs parisiens d incitation à la rénovation

Plus en détail

Contribution de GrDF au Groupe de Travail «Rénovation des logements : du diagnostic à l usage»

Contribution de GrDF au Groupe de Travail «Rénovation des logements : du diagnostic à l usage» 27 juin 2014 Contribution de GrDF au Groupe de Travail «Rénovation des logements : du diagnostic à l usage» Présentation Structure : GrDF (Gaz réseau Distribution France) Contacts : Olivier ROULETTE olivier.roulette@grdf.fr

Plus en détail

Des environnements facilitants pour une société universelle. Présentation de la politique d accessibilité universelle de la Ville de Granby

Des environnements facilitants pour une société universelle. Présentation de la politique d accessibilité universelle de la Ville de Granby Des environnements facilitants pour une société universelle Présentation de la politique d accessibilité universelle de la Ville de Granby par Patrice Faucher Mise en contexte de l adoption de la politique

Plus en détail

APPEL A PRESTATAIRES CAHIER DES CHARGES

APPEL A PRESTATAIRES CAHIER DES CHARGES APPEL A PRESTATAIRES CAHIER DES CHARGES RENCONTRES SOLIDAIRES ET FORUM DE L EMPLOI SOLIDAIRE Ce marché bénéficie du soutien du Conseil Régional Rhône-Alpes. Le présent cahier des charges comporte 8 pages,

Plus en détail

COMPTE RENDU 05/02/2014

COMPTE RENDU 05/02/2014 COMPTE RENDU 05/02/2014 COMMISSION ENVIRONNEMENT 28 janvier 2014 ORDRE DU JOUR 1/Redevance incitative : Impact tonnage 2012/2013 Facture à blanc Tarifs définitifs Loire Habitat = convention 2014 2/Compostage

Plus en détail

Information Communication à destination des élus et du public Claude Horenkryg

Information Communication à destination des élus et du public Claude Horenkryg Information Communication à destination des élus et du public Claude Horenkryg Consultant expert en viabilité hivernale 1 La communication, paramètre de réussite ou d échec de la VH Les principes de la

Plus en détail

Responsable de site. La filière certifications de l afpols

Responsable de site. La filière certifications de l afpols Responsable de site La filière certifications de l afpols l école L afpols conçoit et met en œuvre depuis plus de 20 ans des cycles de formations qualifiantes pour répondre aux besoins de professionnaliser

Plus en détail

COPROPRIÉTAIRES SOYEZ COPRO-ACTIFS! Un accompagnement sur-mesure pour une gestion durable des copropriétés

COPROPRIÉTAIRES SOYEZ COPRO-ACTIFS! Un accompagnement sur-mesure pour une gestion durable des copropriétés COPROPRIÉTAIRES SOYEZ COPRO-ACTIFS! Un accompagnement sur-mesure pour une gestion durable des copropriétés Chef de file en matière d habitat depuis plus de 30 ans, la Communauté urbaine du Grand Nancy

Plus en détail

27/10/2015. Déroulement de la formation. Mises en situation (30 minutes) 1. Enjeux de la communication déchets. Constats de la communication déchets

27/10/2015. Déroulement de la formation. Mises en situation (30 minutes) 1. Enjeux de la communication déchets. Constats de la communication déchets Constats de la communication déchets FORMATION COMMUNICATION DE PROXIMITÉ ET DE TERRAIN EN MATIÈRE DE PRÉVENTION ET DE TRI DES DÉCHETS 12 octobre 2015 Cela touche peu la grande majorité des usagers Une

Plus en détail

Plan Climat-Energie Territorial

Plan Climat-Energie Territorial Plan Climat-Energie Territorial Groupe de travail thématique : EPINAL, 16 Mai 2011 «Maîtrise de l énergie et valorisation des énergies renouvelables dans l habitat privé et social.» Plan Climat-Energie

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE D ADHÉSION

FORMULAIRE DE DEMANDE D ADHÉSION FORMULAIRE DE DEMANDE D ADHÉSION DÉMARCHE ET DOCUMENTS À FOURNIR Afin de devenir membre du ROCGÎM, un organisme communautaire autonome doit remplir une demande d'adhésion dûment complétée et adresser cette

Plus en détail

Objet: Appel à candidatures «Ecoles» : Printemps de la Mobilité 2012-2013 en Wallonie

Objet: Appel à candidatures «Ecoles» : Printemps de la Mobilité 2012-2013 en Wallonie CIRCULAIRE N 3982 DU 03/05/2012 Objet: Appel à candidatures «Ecoles» : Printemps de la Mobilité 2012-2013 en Wallonie Réseaux: tous Niveaux et services: Primaire : Primaire / Secondaire Période: Année

Plus en détail

CONTRIBUTION L éco-construction

CONTRIBUTION L éco-construction CONTRIBUTION L éco-construction Conseil de développement Groupe développement 22-Fév-11 Sommaire 1. Introduction... 3 Qu est-ce qu un habitat?... 3 2. Enjeux... 3 3. Objectifs généraux de l éco-construction

Plus en détail

Présentation du Village d Artisans - TPE de Pornic. Dossier de presse

Présentation du Village d Artisans - TPE de Pornic. Dossier de presse Présentation du Village d Artisans - TPE de Pornic Dossier de presse Pornic, le 8 juillet 2011 Sommaire I- Un village d artisans TPE à Pornic : un tremplin pour les petites entreprises des secteurs de

Plus en détail

Loi NOTRe, LTE Les évolutions à venir pour les collectivités

Loi NOTRe, LTE Les évolutions à venir pour les collectivités Loi NOTRe, LTE Les évolutions à venir pour les collectivités Cet été 2015 a vu la publication de deux lois importantes pour l'exercice de la politique de gestion des déchets au niveau territorial : la

Plus en détail

CIBLE 1 - FAVORISER LE DÉVELOPPEMENT OPTIMAL DES ENFANTS VIVANT DANS DES FAMILLES VULNÉRABLES

CIBLE 1 - FAVORISER LE DÉVELOPPEMENT OPTIMAL DES ENFANTS VIVANT DANS DES FAMILLES VULNÉRABLES PETITE ENFANCE (MOINS DE 5 ANS) CIBLES DU PLAN D ACTION RÉGIONAL CIBLE 1 - FAVORISER LE DÉVELOPPEMENT OPTIMAL DES ENFANTS VIVANT DANS DES FAMILLES VULNÉRABLES CIBLE 2 - PROMOUVOIR L ALLAITEMENT MATERNEL

Plus en détail

Assainissement Non Collectif

Assainissement Non Collectif Charte départementale pour un Assainissement Non Collectif de qualité en Côte-d Or Charte départementale pour un Assainissement Non Collectif de qualité en Côte-d Or La charte, une action répondant aux

Plus en détail

dispositifs écologiques d amarrage En cas de mouillage forain, Comportements responsables Article 4 : Article 5 Article l aire maritime adjacente

dispositifs écologiques d amarrage En cas de mouillage forain, Comportements responsables Article 4 : Article 5 Article l aire maritime adjacente ANNEXE 1 CHARTE DE LA PLONGEE SOUS-MARINE EN SCAPHANDRE DANS LES EAUX DU PARC NATIONAL DES CALANQUES Dans l objectif commun : - d assurer la préservation des patrimoines naturels, paysagers et culturels

Plus en détail

PROGRAMME DE SENSIBILISATION À L ENVIRONNEMENT À DESTINATION DES SCOLAIRES

PROGRAMME DE SENSIBILISATION À L ENVIRONNEMENT À DESTINATION DES SCOLAIRES PROGRAMME DE SENSIBILISATION À L ENVIRONNEMENT À DESTINATION DES SCOLAIRES 2014-2015 déchets & assainissement 5 SOMMAIRE GÉNÉRALITÉS Ateliers en classe n. 1 - Rien ne se perd, tout se transforme n. 2 -

Plus en détail

FICHE DE BONNE PRATIQUE

FICHE DE BONNE PRATIQUE FICHE DE BONNE PRATIQUE Programme d actions à l intention des jeunes exposés à la délinquance Action de remobilisation pour prévenir le basculement dans la délinquance PARCOURS CITOYEN Nature du porteur

Plus en détail

MISSION HANDICAP/ACCESSIBILITE VILLE DE NEVERS

MISSION HANDICAP/ACCESSIBILITE VILLE DE NEVERS MISSION HANDICAP/ACCESSIBILITE VILLE DE NEVERS BILAN D ACTIVITE Année 2008 Elus : Jean-Pierre MANSE, adjoint au Maire. Paulette FONTANILLES, conseillère municipale, déléguée au handicap. Chargé de mission

Plus en détail

! " #$%%& Présentation du territoire

!  #$%%& Présentation du territoire ! " #$%%& Présentation du territoire Créé le 18 septembre 2000 le Pays Cœur Entre-deux-Mers est composé de 71 communes regroupées en 7 intercommunalités aux portes de Bordeaux sur la rive droite de la

Plus en détail

AGENCE DE L ENERGIE DES LYCEENS

AGENCE DE L ENERGIE DES LYCEENS AGENCE DE L ENERGIE DES LYCEENS Créer un bureau d études au sein du lycée pour la maîtrise des énergies, de l eau et la qualité environnementale du bâtiment Appel à candidature 2015 Ouvert aux classes

Plus en détail

Contact presse : Magali Memponte Direction de la communication du Syctom Tél : / Courriel :

Contact presse : Magali Memponte Direction de la communication du Syctom Tél : / Courriel : Contact presse : Magali Memponte Direction de la communication du Syctom Tél : 01 40 13 40 72 / 06 07 18 82 34 Courriel : memponte@syctom-paris.fr Communiqué de presse 02 mars 2012 «Trier tous les plastiques

Plus en détail

Familles actives pour le climat Synthèse du bilan des visites à domicile auprès des 93 familles

Familles actives pour le climat Synthèse du bilan des visites à domicile auprès des 93 familles Familles actives pour le climat Synthèse du bilan des visites à domicile auprès des 93 familles Mars 2012 Dans le cadre de la mise en place de leur Plan Climat Energie Territorial (PCET), la Ville de Besançon

Plus en détail

Réf.> SST Paris, le 27 avril 2016

Réf.> SST Paris, le 27 avril 2016 Réf.> SST Paris, le 27 avril 2016 Contribution CAPEB Pôle Économique De/ À > Objet > Plan bâtiment durable GT Nouvelles dynamiques de rénovation des logements Cette contribution se constitue de deux parties.

Plus en détail

Communauté Urbaine Grand Toulouse

Communauté Urbaine Grand Toulouse Communauté Urbaine Grand Toulouse REHABITAT Mise en place d un projet concerté autour de la gestion des économies d énergie et du lien social dans une copropriété privée La Menuisière I et Ibis «Livret

Plus en détail

Comment savoir si ma commune fait partie du territoire VPah? Consultez le site internet du Pays Loire Val d Aubois à la page partenaires

Comment savoir si ma commune fait partie du territoire VPah? Consultez le site internet du Pays Loire Val d Aubois à la page partenaires QUESTIONS REPONSES J habite dans une Ville ou un Pays d art et d histoire : Comment savoir si ma commune fait partie du territoire VPah? Consultez le site internet du Pays Loire Val d Aubois à la page

Plus en détail

Cahier des Charges de Prestations dans le cadre du Plan Défi Biotech Santé Axe 2 : Ressources humaines et management des PME

Cahier des Charges de Prestations dans le cadre du Plan Défi Biotech Santé Axe 2 : Ressources humaines et management des PME Cahier des Charges de Prestations dans le cadre du Plan Défi Biotech Santé Axe 2 : Ressources humaines et management des PME Fiche Action 5 : Management des ressources humaines (RH) 1 SOMMAIRE I. PLAN

Plus en détail

Charte Développement Durable. Les distributeurs-grossistes en boissons s engagent

Charte Développement Durable. Les distributeurs-grossistes en boissons s engagent Charte Développement Durable Les distributeurs-grossistes en boissons s engagent Sommaire Une démarche engagée depuis plusieurs années 3 LES ENGAGEMENTS DES PROFESSIONNELS Servir les clients autrement

Plus en détail

Mémoire sur le projet de loi 130. Présenté à la Commission parlementaire sur les finances publiques

Mémoire sur le projet de loi 130. Présenté à la Commission parlementaire sur les finances publiques Présenté à la Commission parlementaire sur les finances publiques Le 23 février 2011 Remerciements Nous aimerions remercier les personnes suivantes pour leur collaboration et leurs généreux conseils :

Plus en détail

POLITIQUE D ACHAT LOCAL

POLITIQUE D ACHAT LOCAL POLITIQUE D ACHAT LOCAL 1. VISION... 2. PORTÉE... 3. PÉRIODE D'APPLICATION 4. RESPONSABILITÉS 5. PRINCIPES DIRECTEURS 5.1 VITRINE DE CHOIX POUR LES PRODUITS RÉGIONAUX 5.2 PARTENAIRE PRIVILÉGIÉ DE ALIMENTS

Plus en détail

Présentation de la Communauté d Agglomération de Colmar. La Communauté d Agglomération de Colmar :

Présentation de la Communauté d Agglomération de Colmar. La Communauté d Agglomération de Colmar : REUNION DU CLUB «DEVELOPPEMENT DURABLE» LA COLLECTE SELECTIVE Mardi 15 avril 2014 1 Présentation de la Communauté d Agglomération de Colmar La Communauté d Agglomération de Colmar : Population 101 884

Plus en détail

La mise en place de conteneurs enterrés et semi-enterrés au Sictom du Mâconnais 14 décembre 2010

La mise en place de conteneurs enterrés et semi-enterrés au Sictom du Mâconnais 14 décembre 2010 La mise en place de conteneurs enterrés et semi-enterrés au Sictom du Mâconnais 14 décembre 2010 Le territoire du Sictom 64 554 habitants 28 communes 5 déchèteries Habitat vertical de 35% Le sictom du

Plus en détail

Formation linguistique des migrants

Formation linguistique des migrants Centre de Ressources POLITIQUE DE LA VILLE 2014 Formation linguistique des migrants Coordinateurs et formateurs : cinq stages pour acquérir des méthodes et améliorer sa pratique www.crpve91.fr 1 Sommaire

Plus en détail

LE PLAN LOCAL D URBANISME. «Ensemble, construisons notre Ville pour un véritable projet de territoire» 1 ÈRE RÉUNION PUBLIQUE 26 JANVIER 2016

LE PLAN LOCAL D URBANISME. «Ensemble, construisons notre Ville pour un véritable projet de territoire» 1 ÈRE RÉUNION PUBLIQUE 26 JANVIER 2016 PLAN LOCAL D'URBANISME VILLE DE COLMAR LE PLAN LOCAL D URBANISME 1 ÈRE RÉUNION PUBLIQUE «Ensemble, construisons notre Ville pour un véritable projet de territoire» 26 JANVIER 2016 ORDRE DU JOUR QU EST-CE

Plus en détail

EXTENSION DES CONSIGNES DE TRI (ECT) Présentation. Engager les habitants à nos côtés pour développer le recyclage dans notre collectivité!

EXTENSION DES CONSIGNES DE TRI (ECT) Présentation. Engager les habitants à nos côtés pour développer le recyclage dans notre collectivité! EXTENSION DES CONSIGNES DE TRI (ECT) Présentation Engager les habitants à nos côtés pour développer le recyclage dans notre collectivité! 1 Objectif : recycler plus! Pourquoi? 1 2 C est un enjeu de société

Plus en détail

Objectif thématique 9 : «Promouvoir l inclusion sociale et lutter contre la pauvreté et toute forme de discrimination»

Objectif thématique 9 : «Promouvoir l inclusion sociale et lutter contre la pauvreté et toute forme de discrimination» 79 Axe prioritaire 3 Lutter contre la pauvreté et promouvoir l inclusion Objectif thématique 9 : «Promouvoir l inclusion sociale et lutter contre la pauvreté et toute forme de discrimination» Priorité

Plus en détail

QUI SOMMES-NOUS? Quelques dates importantes. 29 mai 1920 : De 1920 à 1960 : De 1961 à 1970 :

QUI SOMMES-NOUS? Quelques dates importantes. 29 mai 1920 : De 1920 à 1960 : De 1961 à 1970 : QUI SOMMES-NOUS? Notre histoire GrandLyon Habitat, organisme public à caractère industriel et commercial, s inscrit dans la longue histoire du logement social, depuis sa création en 1920 par Edouard Herriot,

Plus en détail

Dispositif C : Actions d'intermédiation avec les employeurs du secteur marchand ou non marchand

Dispositif C : Actions d'intermédiation avec les employeurs du secteur marchand ou non marchand Dispositif C : Actions d'intermédiation avec les employeurs du secteur marchand ou non marchand Objectif spécifique 3.9.1.2 Mobiliser des employeurs et des entreprises dans les parcours d insertion La

Plus en détail

historiques Les centres-villes

historiques Les centres-villes COMMUNIQUER VERS DES ZONES GÉOGRAPHIQUES Les centres-villes > Installer la collecte sélective en centre-ville historique constitue non seulement une action liée à l environnement et à la propreté, mais

Plus en détail

1. Le Plan Climat d Alsace du Nord Nouvelles données et plan d actions

1. Le Plan Climat d Alsace du Nord Nouvelles données et plan d actions 1. Le Plan Climat d Alsace du Nord Nouvelles données et plan d actions 2. Comment impliquer les usagers de vos bâtiments publics dans les économies d énergie? Usagers des bâtiments publics, communes, partagez

Plus en détail

www.installation-campagne.fr

www.installation-campagne.fr www.installation-campagne.fr Le premier site portail national de l'installation en milieu rural Un portail national entièrement consacré à l installation à la campagne... p 2 Installation-campagne.fr,

Plus en détail

Cahier des clauses techniques et particulières

Cahier des clauses techniques et particulières Marché à procédure adaptée Marché n 001-2016 Article 28 du Code des marchés publics Cahier des clauses techniques et particulières Objet du marché ACCOMPAGNEMENT DE LA COMMISSION NATIONALE DU DEBAT PUBLIC

Plus en détail

Appel à projets. Pour la réalisation d un accompagnement à l Approche Environnementale de l Urbanisme (AEU2)

Appel à projets. Pour la réalisation d un accompagnement à l Approche Environnementale de l Urbanisme (AEU2) La Direction Régionale de l ADEME Guadeloupe, En collaboration avec le CAUE de Guadeloupe, dans le cadre du Réseau d Urbanisme Durable de Guadeloupe Appel à projets Pour la réalisation d un accompagnement

Plus en détail

CHARTE «COMMUNE HANDICAP»

CHARTE «COMMUNE HANDICAP» CHARTE «COMMUNE HANDICAP» Entre La Ville de NEVERS, représentée par son Maire, Monsieur Didier BOULAUD Et Les associations suivantes Association Regards Positifs, représentée par Monsieur Marc HENNEBOIS,

Plus en détail

Le développement de la fonction emploi-rh de proximité au sein des CAPEB départementales

Le développement de la fonction emploi-rh de proximité au sein des CAPEB départementales Le développement de la fonction emploi-rh de proximité au sein des CAPEB départementales Les missions de la CAPEB (régionale et départementale) Le positionnement de la fonction emploi-rh Le référentiel

Plus en détail

Programme local de prévention des déchets. CCSPL 22 avril 2010

Programme local de prévention des déchets. CCSPL 22 avril 2010 Programme local de prévention des CCSPL 22 avril 2010 SOMMAIRE 1- Historique de la prévention des sur l agglo 2- Le Grenelle : des moyens pour la prevention 3- Les enjeux 4- Le plan d action 2010 5- Les

Plus en détail

dans le neuf et l'existant

dans le neuf et l'existant Guide et recommandations pour des dans le neuf et l'existant LE CONTEXTE Économies d énergie : contexte et cadre règlementaire en vigueur... 3 Les dispositifs d aide au financement... 4 Concilier sobriété

Plus en détail

LUNDI 11 AVRIL. La jeunesse est au cœur des préoccupations du Président de la République et du Gouvernement.

LUNDI 11 AVRIL. La jeunesse est au cœur des préoccupations du Président de la République et du Gouvernement. SYNTHESE DES MESURES JEUNESSE LUNDI 11 AVRIL La jeunesse est au cœur des préoccupations du Président de la République et du Gouvernement. Rappel de quelques mesures significatives prises sur ce sujet depuis

Plus en détail

CHARTE «COMMUNE HANDICAP» C.N.P.S.A.A. Comité National pour la Promotion Sociale des Aveugles et des Amblyopes

CHARTE «COMMUNE HANDICAP» C.N.P.S.A.A. Comité National pour la Promotion Sociale des Aveugles et des Amblyopes CHARTE «COMMUNE HANDICAP» C.N.P.S.A.A. Comité National pour la Promotion Sociale des Aveugles et des Amblyopes 2 CHARTE «COMMUNE HANDICAP» Entre L Association des Maires de France (AMF), représentée par

Plus en détail

Les éco-technologies pour le TRI et la VALORISATION des déchets. Réduction des déchets ultimes par le tri à la source

Les éco-technologies pour le TRI et la VALORISATION des déchets. Réduction des déchets ultimes par le tri à la source Les éco-technologies pour le TRI et la VALORISATION des déchets Réduction des déchets ultimes par le tri à la source Sommaire La prévention permet de réduire sensiblement la production d ordures ménagères

Plus en détail

Service des loisirs et de la culture

Service des loisirs et de la culture Service des loisirs et de la culture P L A N D A C T I O N M A D A A D O P T É 2 0 0 9-2 0 1 0-2 0 1 1-2 0 1 2 Les priorités Les projets Les activités et les moyens Les partenaires Coûts 2009 Coûts 2010

Plus en détail

PLAN DEPARTEMENTAL D ACTIONS DE SECURITE ROUTIERE 2016 CAHIER DES CHARGES

PLAN DEPARTEMENTAL D ACTIONS DE SECURITE ROUTIERE 2016 CAHIER DES CHARGES Le message qui sera décliné prioritairement dans les actions inscrites au plan départemental d actions de sécurité routière 2016 dans le département du Haut-Rhin est celui de la campagne «Emma et Noémie»

Plus en détail

Oise Habitat partenaire de "la semaine des HLM"

Oise Habitat partenaire de la semaine des HLM DOSSIER DE PRESSE Représentation d un spectacle en pleine air dans le cadre de l inauguration d un logement pédagogique sur le quartier de la Martinique à Creil LES HLM A L'HONNEUR Le secteur HLM piloté

Plus en détail

Terre des Hommes: Termes de référence

Terre des Hommes: Termes de référence Terre des Hommes: Termes de référence 1. Présentation de l association et du contexte Terre des Hommes France est une association de solidarité internationale qui fait partie de Terre des Hommes - International

Plus en détail

Le bénévolat aujourd hui

Le bénévolat aujourd hui Le bénévolat aujourd hui Enjeux individuels et collectifs Juin 2015 Cécile BAZIN Marie DUROS - Jacques MALET Recherches & Solidarités Un réseau associatif d experts et d universitaires : Sans but lucratif,

Plus en détail

Plan POLITIQUE RÉGIONALE DES AÎNÉS. d action 2015-2017

Plan POLITIQUE RÉGIONALE DES AÎNÉS. d action 2015-2017 POLITIQUE RÉGIONALE DES AÎNÉS Plan d action 2015-2017 Constats Plusieurs aînés rencontrés connaissent peu ou pas les différents services offerts par le réseau public ou communautaire sur le territoire

Plus en détail

CTI 2016-2021. Accompagnement des Communes. et des Territoires pour l Investissement dans la Vienne

CTI 2016-2021. Accompagnement des Communes. et des Territoires pour l Investissement dans la Vienne CTI Accompagnement des Communes et des Territoires pour l Investissement dans la Vienne 2016-2021 Dans un contexte de réduction des dotations de l État, cette nouvelle politique territoriale affiche la

Plus en détail

5 ENGAGEMENTS. pour une amelioration continue de nos services

5 ENGAGEMENTS. pour une amelioration continue de nos services 5 ENGAGEMENTS pour une amelioration continue de nos services écoute Être en permanence à vos côtés pour comprendre et agir 1 Logial-OPH est à vos côtés quotidiennement. Vous disposez d interlocuteurs privilégiés

Plus en détail

Project MEELS IEA 2003

Project MEELS IEA 2003 Maîtrise de la demande d électricité Montpellier (FR) Aspect Généraux Montpellier compte 229.000 habitants dont 63 000 étudiants. La ville a acquis une image très dynamique. Elle s est imposée comme pôle

Plus en détail

S. EL MENDILI. Université Mohammed V - Rabat Faculté des Lettres et des Sciences Humaines elmendilisoumaya@hotmail.com

S. EL MENDILI. Université Mohammed V - Rabat Faculté des Lettres et des Sciences Humaines elmendilisoumaya@hotmail.com ADAPTATION DE LA FORMATION EN COMMUNICATION AUX NOUVEAUX METIERS S. EL MENDILI Université Mohammed V - Rabat Faculté des Lettres et des Sciences Humaines elmendilisoumaya@hotmail.com INTRODUCTION Un des

Plus en détail

Lancer l audit énergétique, synthétiser les résultats (et faire la demande de subvention, le cas échéant)

Lancer l audit énergétique, synthétiser les résultats (et faire la demande de subvention, le cas échéant) Lancer l audit énergétique, synthétiser les résultats (et faire la demande de subvention, le cas échéant) Les étapes de l audit énergétique (durée totale d environ 2-3 mois) varient selon la méthodologie

Plus en détail

Le présent cahier des charges précise les modalités et les conditions de dépôt de candidature. Coordonnateur :

Le présent cahier des charges précise les modalités et les conditions de dépôt de candidature. Coordonnateur : APPEL A CANDIDATURE CAHIER DES CHARGES APPEL A PROJET POUR INNOVER EN MATIERE DE GESTION DES DECHETS SUR LES ESPACES EXTERIEURS EN PIED D IMMEUBLE PROJET INTER BAILLEURS SUR LE QUARTIER REYNERIE - QPV

Plus en détail

TRANSPORTS SCOLAIRES EXTENSION DE LA CERTIFICATION ISO 9001 : UN GAGE DE QUALITE SUPPLEMENTAIRE POUR LES USAGERS

TRANSPORTS SCOLAIRES EXTENSION DE LA CERTIFICATION ISO 9001 : UN GAGE DE QUALITE SUPPLEMENTAIRE POUR LES USAGERS DOSSIER DE PRESSE TRANSPORTS SCOLAIRES EXTENSION DE LA CERTIFICATION ISO 9001 : UN GAGE DE QUALITE SUPPLEMENTAIRE POUR LES USAGERS 2 avril 2012 Ce lundi 2 avril, à l Hôtel du Département à Privas, Pascal

Plus en détail

Les Institutions de la Coiffure présentent le label Développement durable, mon coiffeur s engage

Les Institutions de la Coiffure présentent le label Développement durable, mon coiffeur s engage Une initiative des professionnels de la coiffure Les Institutions de la Coiffure présentent le label Développement durable, mon coiffeur s engage CONTACT PRESSE Marie-Claude GESLIN Tél. : 01 76 60 95 07

Plus en détail

charte marocaine DU TOURISME RESPONSABLE avec bande.indd 2 22/01/2016 14:31:10

charte marocaine DU TOURISME RESPONSABLE avec bande.indd 2 22/01/2016 14:31:10 charte marocaine DU TOURISME RESPONSABLE avec bande.indd 2 22/01/2016 14:31:10 www.tourisme.gov.ma 2D DAMA avec bande.indd 1 22/01/2016 14:31:09 Le tourisme est un important vecteur de développement économique,

Plus en détail

NOUVEAUX HABITANTS DESSERVIS PAR LE BAC JAUNE DEPUIS LE 4 OCTOBRE 2010

NOUVEAUX HABITANTS DESSERVIS PAR LE BAC JAUNE DEPUIS LE 4 OCTOBRE 2010 45 000 NOUVEAUX HABITANTS DESSERVIS PAR LE BAC JAUNE DEPUIS LE 4 OCTOBRE 2010 Brest métropole océane assure la compétence en matière de collecte et d élimination des déchets ménagers sur l ensemble de

Plus en détail

Charte RSE. Axys Consultants. Les axes clés

Charte RSE. Axys Consultants. Les axes clés Charte RSE Axys Consultants Axys consultants a pris des engagements en matière de responsabilité sociale et environnementale. Le respect de ces engagements s inscrit dans une démarche, basée sur le volontariat,

Plus en détail

LAN D ACTION DE ÉVELOPPEMENT DURABLE

LAN D ACTION DE ÉVELOPPEMENT DURABLE LAN D ACTION DE ÉVELOPPEMENT DURABLE 013-2015 Table des matières M p E 03 Message du président et chef de la direction 04 Contexte 06 Actions 15 Annexe 1 : Tableau synoptique du plan d action de développement

Plus en détail

Etape 0 - Lancement de la démarche et identification de l'origine principale de gaspillage alimentaire dans le RU

Etape 0 - Lancement de la démarche et identification de l'origine principale de gaspillage alimentaire dans le RU Fiche-intervention «prévention du gaspillage alimentaire» Mobiliser les étudiants dans un projet de réduction du gaspillage alimentaire d un restaurant universitaire Organisme rédacteur de la fiche intervention

Plus en détail

Le pouvoir d agir. La participation des habitants ; de quoi parle-t-on? Comment s y prendre?

Le pouvoir d agir. La participation des habitants ; de quoi parle-t-on? Comment s y prendre? Offre de formation 2013 Le pouvoir d agir Appui à la vie associative Projets sociaux des collectivités locales Projet associatif Actions citoyennes Bénévolat Développement social local La participation

Plus en détail

Proposition de plan d actions visant à promouvoir la prévention des déchets dangereux des ménages sur le territoire du SYMEVAD

Proposition de plan d actions visant à promouvoir la prévention des déchets dangereux des ménages sur le territoire du SYMEVAD Proposition de plan d actions visant à promouvoir la prévention des déchets dangereux des ménages sur le du SYMEVAD A. PUBLIC-CIBLE : PARTICULIERS 1) Champ d actions : information et communication Exploiter

Plus en détail

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DU CRA MIDI-PYRENEES

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DU CRA MIDI-PYRENEES REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DU CRA MIDI-PYRENEES Centre Ressources Autisme Midi-Pyrénées p. 1/11 Centre Ressources Autisme Midi-Pyrénées p. 2/11 REFERENCES Loi n 2002-2 du 2 janvier 2002, rénovant l action

Plus en détail

Ecole de la Deuxième Chance Marseille

Ecole de la Deuxième Chance Marseille Ecole de la Deuxième Chance Marseille FONCTIONNEMENT TYPE DES ANTENNES DE l E2C MARSEILLE Juillet 2014 1 1. Un fonctionnement déjà éprouvé Dans le cadre de sa mission assurer, par l éducation et la formation,

Plus en détail

Un nouveau service de la Ville pour un nouveau geste

Un nouveau service de la Ville pour un nouveau geste 3 Un nouveau service de la Ville pour un nouveau geste Grâce à la mise sur pied d une nouvelle collecte "porte-à-porte" pour les déchets organiques des ménages, il vous sera désormais possible de les trier

Plus en détail

Charte de confiance et d engagement dans la Rénovation Globale Performante pour les artisans et entreprises prêts à travailler en groupement

Charte de confiance et d engagement dans la Rénovation Globale Performante pour les artisans et entreprises prêts à travailler en groupement Charte de confiance et d engagement dans la Rénovation Globale Performante pour les artisans et entreprises prêts à travailler en groupement Enjeux énergétiques de l habitat - Le secteur du bâtiment est

Plus en détail

Plan d action pour de saines habitudes de vie

Plan d action pour de saines habitudes de vie Plan d action pour de saines habitudes de vie 2016-2019 Adopté en septembre 2016 2 Axe 1: Réalisation du Passeport santé ORIENTATION 1: PRIORISER LA SANTÉ ACTION 1 Définir les valeurs de la Ville en matière

Plus en détail

RÈGLEMENTS - POLITIQUES - PROCÉDURES

RÈGLEMENTS - POLITIQUES - PROCÉDURES RÈGLEMENTS - POLITIQUES - PROCÉDURES OBJET : Politique de gestion des ressources humaines COTE : DP 2005-01 APPROUVÉE PAR : Le Conseil d administration EN VIGUEUR LE : 22 juin 2005 RESPONSABLE DE L APPLICATION

Plus en détail

Grenelle de l Environnement

Grenelle de l Environnement 1 Grenelle de l Environnement Convention sur la mise en œuvre du programme d amélioration de la performance énergétique de 800 000 logements sociaux Entre L Etat, représenté par Jean-Louis Borloo, ministre

Plus en détail

Lettre d information de l Union Sociale pour l Habitat de Haute-Normandie destinée aux décideurs des collectivités territoriales

Lettre d information de l Union Sociale pour l Habitat de Haute-Normandie destinée aux décideurs des collectivités territoriales Lettre d information de l Union Sociale pour l Habitat de Haute-Normandie destinée aux décideurs des collectivités territoriales Édito n 12 Octobre 2015 L Union Sociale pour l Habitat de Haute-Normandie

Plus en détail

Mieux connaître les pratiquants de sports de nature en Nord-Pas-de-Calais. pour promouvoir une offre sportive de qualité (expérience de 3 enquêtes)

Mieux connaître les pratiquants de sports de nature en Nord-Pas-de-Calais. pour promouvoir une offre sportive de qualité (expérience de 3 enquêtes) Mieux connaître les pratiquants de sports de nature en Nord-Pas-de-Calais pour promouvoir une offre sportive de qualité (expérience de 3 enquêtes) Valérie OLIVIER DRJSCS Contexte du Nord-Pas-de-Calais

Plus en détail

Programme de formation : «Coordonner et dynamiser un conseil local de santé mentale»

Programme de formation : «Coordonner et dynamiser un conseil local de santé mentale» 1 Programme de formation : «Coordonner et dynamiser un conseil local de santé mentale» Actuellement, plus de 100 Conseils locaux de santé mentale (Clsm) sont opérationnels dont plus de la moitié ont une

Plus en détail

Villes et Territoires Durables

Villes et Territoires Durables Villes et Territoires Durables Rénovation énergétique des villes de la reconstruction Construisons l énergie des villes et territoires Leviers pour des villes et territoires durables REDUIRE LA CONSOMMATION

Plus en détail

Un dispositif éducatif sur le compostage

Un dispositif éducatif sur le compostage Un dispositif éducatif sur le compostage et la transformation de la matière KIT PEDAGOGIQUE SUR LE COMPOSTAGE Pour mettre en situation de comprendre que «la matière se présente sous une multitude de formes

Plus en détail

Habitat & Développement

Habitat & Développement Le réseau Habitat & Développement Habitat et développement territorial Architecture et maîtrise d œuvre Gestion locative Ingénierie thématique Retrouvez sur www.habitatdeveloppement.fr Toutes les aides

Plus en détail

PRECONISATIONS AUX MUNICIPALITES POUR ACCOMPAGNER LES PERSONNES HANDICAPEES DANS LES VILLES DU BAS-RHIN

PRECONISATIONS AUX MUNICIPALITES POUR ACCOMPAGNER LES PERSONNES HANDICAPEES DANS LES VILLES DU BAS-RHIN PRECONISATIONS AUX MUNICIPALITES POUR ACCOMPAGNER LES PERSONNES HANDICAPEES DANS LES VILLES DU BAS-RHIN Proposées par UDAPEI du BAS-RHIN Union départementale des associations de parents, de personnes handicapées

Plus en détail

POUR UNE COMMUNICATION REUSSIE

POUR UNE COMMUNICATION REUSSIE POUR UNE COMMUNICATION REUSSIE TROIS REGLES POUR VALORISER AU MIEUX VOTRE EVENEMENT Besoin d une information ou d un conseil précis : Coordination régionale : Sabrina CASTEL au 03 28 82 79 52 ou Sallah

Plus en détail