La Baule, France Septembre 2011

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La Baule, France Septembre 2011"

Transcription

1 Présentation du protocole d évaluation de l implantation d une approche infirmière MOTIVationnelle basée sur les stades de changement (MOTIV-AN) chez des patients insuffisants cardiaques (IC). Sonia Heppell inf. M.Sc. Sylvie Cossette inf. PhD Dre Anique Ducharme, MD, M.Sc. Véronique Paradis, inf. M.Sc. Marie-Hélène Carbonneau, inf. M.Sc. Nancy Frasure-Smith PhD Marie-Claude Guertin PhD Hélène Boutin Inf. B.Sc. La Baule, France Septembre 2011

2 Qui suis-je? Infirmière praticienne spécialisée en cardiologie (IPSC) Université de Montréal (UDM) Formation universitaire de 2e cycle (maîtrise = 45 crédits) Diplôme complémentaire: pratique infirmière avancée (24 crédits) Institut de Cardiologie de Montréal (ICM) Stage clinique: 8 mois Au Québec: 28 IPSC 89 IPS toutes spécialités (cardiologie, néphrologie, néonatalogie, première ligne)

3 Qui suis-je? Actes médicaux délégués (article 36.1 L. I. I.): Prescrire, ajuster, cesser des médicaments BB, IECA, diurétiques, potassium, Prescrire des examens diagnostiques Analyses sanguines, radiographie pulmonaire, ECG, Holter, Prescrire des traitements médicaux non invasifs Sonde urinaire, sonde gastrique, administration de sang, solutés, Prescrire des techniques et traitements médicaux invasifs Amorcer RCR, ponction artérielle radiale, retrait drain thoracique, Selon les règles internes adoptées au conseil des médecins et dentistes

4 Qui suis-je? Pratique infirmière avancée: Modification de comportement Situations familiales complexes Situations à caractère éthique Contexte de fin de vie/soins palliatifs Secteurs de travail: Clinique d I.C. Unité de cardiologie générale Soins palliatifs Responsable des stagiaires IPSC

5 Problème me: Insuffisance cardiaque Insuffisance cardiaque: : Canada personnes > nouveaux cas par année Insuffisance cardiaque: : ICM de 6.8% des hospitalisations ( ) 2007) de 200% des visites en clinique d I.C.. ( ) 2007) Maladie mortelle: 50% décès à 5 ans Pronostic plus sombre que certains cancers: colon, prostate, sein Traitement: Complexe Exigeant À vie, Survie year 2 years 3 years Breast Cancer Prostate Cancer Colon Cancer Heart Failure

6 Problème me: : Observance aux recommandations Phénom nomènene de la porte tournante Taux de réhospitalisations à 6 mois = 50% 20-50% des réhospitalisations difficulté d observance aux recommandations (limite hydro- sodée, pesée quotidienne,, prise de médication, ) Impact de la non-observance observance Complications médicales m et psycho-sociales sociales Diminution de la qualité de vie Diminution de l espl espérance de vie Augmentation des dépenses d du système de santé.

7 Problème me: : Observance aux recommandations Définition de l observance/adhérence: Souscrire à une idée, s engager s à respecter c est plus que faire ou éxécuter Barrières res à l observance/adhérence: traitement qui donne des résultats r à moyen terme (bêta bloqueur) comportement qui doit perdurer à long terme, voire à vie quantité de médicaments m effets secondaires des médicaments soif fadeur des aliments limites fonctionnelles ressources financières res,.

8 Saviez-vous vous que. Les professionnels de la santé surestiment l observance l des patients Les patients exagèrent leur observance au traitement Les professionnels de la santé n abordent pas l observance de façon systématique, à moins qu il n y n y ait évidence de non observance Des traitements sont fréquemment offerts à des patients qui ne sont pas prêts à les suivre. Les professionnels de la santé passent beaucoup de temps à prodiguer de l enseignement, l or, la connaissance n est pas corrélée à l observance

9 Saviez-vous vous que. Pourquoi certains patients changent et d autres non?? Au-del delà de la connaissance et de la compréhension Une question de croyances, vécu, expérience Une question de perception de capacités

10 Messages clés La non-observance observance aux recommandations n est pas un diagnostic final, mais plutôt un symptôme Mullahy CM. (2005). The Case Manager,16 (2), p.10.(traduction libre) Améliorer l efficacitl efficacité des interventions en regard de l observance peut avoir un plus grand impact sur la santé des populations que n importe n quelle amélioration de traitement médical m spécifique Haynes RB., McDonald H., Garg AX. & Montague P. Interventions for helping patients to follow prescriptions for medications.. In Cochrane Database Systematic Review ,(4) (traduction libre) Les modifications du mode de vie constituent la pierre angulaire du traitement antihypertenseur.. Il faut mettre l accent sur l observance des patients aux traitements. Recommandations du Programme éducatifducatif canadien sur l hypertension (PECH), 2009

11 Comparaison Approche motivationnelle Approche traditionnelle directive Collaboration Partenariat Exploration Étayage Information Évocation Faire sortir de l intérieur les motivations intrinsèques Autonomie Choix éclairé Confrontation Relation inégale gale, autoritaire Exhortation Persuasion, confrontation Éducation Inculquer, combler les déficits Autorité Choix imposé

12 Remerciements Financement Groupe de Recherche interuniversitaire en interventions en sciences ces infirmières res du Québec (GRIISIQ) Fondation des infirmières res et infirmiers du Canada (FIIC) Fonds de la recherche en santé du Québec (FRSQ). Soutien administratif, logistique et clinique Anique Ducharme,, MD, M.Sc. Cardiologue, Directrice de la clinique d I.C Marie-Hélène Carbonneau,, M. Sc., DSI ICM Adriana Miclaus, Lyne Saindon, infirmières res-chefs Infirmières res et secrétaires de la clinique d I.C. John Kayser,, Tanya Mailhot,, Catherine Cournoyer (infirmièresres + agents de recherche)

13 Orientation théorique Stades de changement (Prochaska et DiClemente, 1984) Évaluation de la disposition (readiness) au changement 6 stades de changements: progression variable Pré contemplation/négation: torts > bénéfices (pas l intention 6 mois) Contemplation/Ambivalence: torts = bénéfices (intention 6 mois) Préparation/Détermination: torts < bénéfices (décision 30 jrs) Action (arrêt < 6 mois) Maintien (arrêt 6 mois) Rechute Entretien motivationnel (Miller, 1996; Miller et Rollnick, 2006) Évaluation de la motivation au changement selon: Niveau de conviction (CV) : reconnaissance des avantages personnels Niveau de confiance (CF): sentiment d avoir la capacité

14 Stades de changement de comportements Prochaska SUCCÈS ACTION Cheminement d un stade à l autre Frustration

15 Entretien motivationnel Miller et Rollnick Changer Savoir = Savoir + Croire + Pouvoir CV CF

16 Intégration des deux modèles Confiance - CF Conviction - CV PRÉPARATION CONTEMPLATION ACTION MAINTIEN PRÉ-CONTEMPLATION Keller VF. & White, MK. (1997). JCOM, 4(6), p Miller WR et al.(1991 ). Motivational Interviewing: Preparing People to Change Addictive Behavior. New York, NY: Guilford Press.

17 Stades de changement + Entretien motivationnel Les deux approches séparément ont déjà fait leurs preuves Approche Motivationnelle: Amélioration de l observance aux recommandations pesée, limite liquidienne et sodée, prise de médication, reconnaissance des signes de détérioration Évaluée par l échelle SCHFI: Self Care of Heart Failure Index dépense énergétique quotidienne (2-4 4 kcal/kg/jour) Stades de changement: Progression dans les stades de changement (diète, exercice et gestion du stress) vers l action et le maintien avec interventions appropriées Brodie & Inoue,, 2005; McKee et al., 2007; Riegel et al., 2006

18 Population/Milieu Patients I.C. nouvellement référés à la clinique d I.C. Deux sites de recrutement Institut de cardiologie de Montréal - ICM (n=70) Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec IUCPQ (n= 70)

19 Objectif principal: Évaluer l effet l de l implantation l d une d intervention infirmière re de type motivationnel chez des insuffisants cardiaques nouvellement référés r à la clinique d I.C. d Sur la capacité fonctionnelle / qualité de vie (Minnesota living with Heart Failure MLHF, Rector 2001) Objectifs secondaires: observance aux recommandations (Self Lee, Dickson, Carlson 2009) niveaux de conviction et de confiance (Miller et (Minnesota living with Heart Failure (Self-Care of Heart Failure Index SCHFI, Riegel, (Miller et Rollnick,, 2006) test de marche de 6 minutes (Kervio,, Ville, Leclercq, Daubert,, & Carre, 2005) BNP visites non planifiées aux cliniques d IC, d à l urgence et les hospitalisations Objectif

20 Devis/Déroulement Début de recrutement Fin recrutement Fin suivi Mesures Avant Phase 1 GC n=70 2 sites Décembre 2010 Juin 2011 Décembre 2011 T1:Avant 1er RV T2: 6 mois Formation des infirmières à l approche motivationnelle Après Phase 2 GI n=70 Juin 2012 Décembre 2012 Juin 2013 T1:Avant 1er RV T2: 6 mois 2 sites

21 Formation des infirmières Formation théorique / 5 heures Stades de changement de comportement Entretien motivationnel Outil d évaluation: stades et CV / CF Outils d intervention Méthodes/Moyens Manipulation des outils Vidéo Jeux de rôle Discussions de cas Coaching (accompagnement) de chaque infirmière pour le suivi de quatre (4) patients (hors projet)

22 Algorithme

23 Évaluation Conviction/Confiance Confiance Évaluer et augmenter l Importance et la Confiance Échelle: À quel point est-il important pour vous de? Quelle confiance vous accordez-vous pour? Sur une échelle de 0 à 10, où vous situeriez-vous vous? Non important Extrêmement important Non confiant Extrêmement confiant Pourquoi êtes-vous à X plutôt qu à 0? Qu est est-ce que ça prendrait pour que vous passiez de X à Y (un chiffre plus important)?

24 Outils - Interventions Pré-contemplation (CV) Faire apparaître un doute Semer l ambivalence Donner infos à petites doses, répondre aux questions, demeurer disponible Contemplation (CV) Explorer et réduire l ambivalence Favoriser l expression des avantages au changement et risques au statu-quo Inviter à parler des avantages PERSONNELS et non des généralités Préparation (CV et CF) Renforcir les avantages personnels Identifier des stratégies concrètes Fixer des buts réalistes Discuter infos, ressources, stratégies Inviter à se souvenir d autres changements Évaluer l efficacité des stratégies antérieures Liste d Interventions Nursing propres aux niveaux de conviction et confiance et aux stades de changement (INOVA) (Paradis, 2009)

25 Outils - Interventions Action (CF et CV) Permettre l expression des difficultés Tenter de prévenir les rechutes / stratégies Féliciter, encourager, «feedback» positif. Maintien (CF et CV) Tenter de prévenir les rechutes / stratégies Encourager à s offrir récompenses Féliciter, encourager, «feedback» positif. Ne pas négliger l ambivalence Rechute (CV-CF) Dédramatiser la situation Éviter le culpabilisation Évaluer ce qui a fonctionné Évaluer les facteurs en lien avec la rechute Remettre en évidence les avantages Encourager à s engager de nouveau Liste d Interventions Nursing propres aux niveaux de conviction et confiance et aux stades de changement (INOVA) (Paradis, 2009)

26 Arrimage recherche + clinique + formation

27 Conclusion À ce jour, 21 patients recrutés,......résultats à venir,. Nouvelles approches Pratique clinique Patient/famille Recherche Nouvelles approches

28 Plan sommaire de la présentation Qui suis-je? Formation Rôle/Emploi Problème: observance aux traitements Approche traditionnelle / motivationnelle Projet de recherche Conclusion

29 Orientation théorique Stades de changement + Entretien motivationnel

30 Approche motivationnelle Riegel et al, patients I.C. hospitalisés Devis avant-apr après Interventions visant l de la conviction et de la confiance (3 visites à la maison + 1 relance téléphonique) Suivi 3 mois Échelle SCHFI (baseline et 3 mois) Amélioration de l adhérence aux recommandations (pesée, limite liquidienne et sodée,, prise de médication,, reconnaissance des signes de détérioration) Riegel, B. et al (2006). A motivational counseling approach to improving heart failure self-care. Journal of cardiovascular nursing, 21 (3), p

31 Approche motivationnelle Brodie et al, patients I.C. hospitalisés Randomisés 3 groupes: : 1) approche traditionnelle +motivationnelle, 2) approche traditionnelle ou 3) approche motivationnelle Groupes 1 et 3 : 8 visites à la maison - 1 heure Suivi 5 mois Activité physique - Dépense énergétique (kcal/kg/jour), Test de marche de 6 minutes (baseline et 5 mois) Groupe 1 et 3 = dépense énergétique quotidienne ( 2-42 kcal/kg/jour) p<0,01 Groupe 2 = dépense énergétique quotidienne ( kcal/kg/jour) p = NS Groupes 1, 2, 3: augmentation distance de marche <0,001 Brodie, D. A. et Inoue, A. (2005). Motivational interviewing to promote physical activity for people with chronic heart failure. Journal of advanced nursing, 50 (5), p

32 Stades de changement McKee et al, patients centre de réadaptation cardiaque Étude longitudinale 2 rencontres die (individuelle( et de groupe), 3 jours /semaine (équipe interdisciplinaire): information, interventions selon le stade Suivi 6 mois Outil Stades de changement : exercice,, stress et alimentation (baseline, 8 semaines,, 6 mois) Alimentation: baseline: 68%, 8 semaines: : 91%, 6 mois: : 88% Exercise: Baseline: 56%, 8 semaines: : 94%, 6 mois: : 74% Stress: Baseline:14%, 8 semaines: : 93%, 6 mois: : 73% Recommandations: : Importance des interventions adaptées selon le stade et du suivi (follow-up) post intervention McKee, G. et al. (2007). Changes in diet, exercise and stress behaviors using the stages of change model in cardiac rehabilitation patients. European Journal of Cardiovacular Nursing, 6, p

33 Inclusion Critères res d inclusion et d exclusion Âgé de 18 ans et plus Diagnostiqué insuffisant cardiaque Nouveau patient de la clinique d I.C. d lors de l'évaluation Français ais Capacités s physiques et cognitives Exclusion Autre projet avec suivi régulier r spécialis cialisé,, pour éviter double suivi Soins palliatifs ou similaire

34 Recrutement Référence et acceptation de nouveaux patients à la clinique d I.C. Étude de dossiers déterminer critères res inclusion/exclusion Lettre: : informer de l éligibilité pour un projet en I.C. Contact téléphonique: Information date/heure du premier RV à la clinique d I.C. Invitation à arriver minutes avant premier RV si intérêt à recevoir informations sur le projet Premier RV: Consentement Mesures T1

35 Méthode Étude évaluative d implantation Favoriser une évaluation systématique de l implantation avec des mesures cliniques vs dissémination informelle Opportunité de formation, supervision et coaching Devis avant-apr après sur deux sites de recrutement

36 Outils Évaluation du stade de changement,de la conviction et de la confiance Algorithme d évaluation des stades de changement ainsi que des niveaux de conviction et de confiance (ALEGrO) (Paradis, Cossette, Heppell 2009)

37 Évaluation Confiance Évaluer et Augmenter la confiance Échelle: Quelle confiance vous accordez-vous pour? Sur une échelle de 0 à 10, où vous situeriez-vous vous? Non confiant Extrêmement confiant Pourquoi êtes-vous à X plutôt qu à 0? Qu est est-ce que ça prendrait pour que vous passiez de X à Y (un chiffre plus confiant)?

38 Critère re principal Mesures Capacité fonctionnelle/qualité de vie (Minnesota living with Heart Failure MLHF, Rector 2001) Critères res secondaires Adhérence rence aux recommandations spécifiques à l I.C. (Self-Care of Heart Failure Index SCHFI, Riegel,, Lee, Dickson, Carlson 2009) Niveaux de conviction et de confiance (Miller et Test de marche de 6 minutes (Kervio 2005) BNP (Miller et Rollnick,, 2006) Kervio,, Ville, Leclercq, Daubert,, & Carre, Visites non planifiées à la clinique d I.C.,., à l urgence et les hospitalisations

39 Un fossé entre la clinique et la recherche?

La Transition de l hôpital à la maison Prise en charge à Montréal (Le Rôle des Programmes Ambulatoires d IC)

La Transition de l hôpital à la maison Prise en charge à Montréal (Le Rôle des Programmes Ambulatoires d IC) La Transition de l hôpital à la maison Prise en charge à Montréal (Le Rôle des Programmes Ambulatoires d IC) Anique Ducharme MD, MSc, Directrice de la Clinique d Insuffisance Cardiaque Institute de Cardiologie

Plus en détail

Sondage Ipsos-Reid Résolutions pour 2007. Le respect des consignes de traitement l ampleur du problème

Sondage Ipsos-Reid Résolutions pour 2007. Le respect des consignes de traitement l ampleur du problème Une Introduction à L Entrevue motivationnelle Jean Marc Assaad, psychologue, Ph.D. John Kayser, infirmier, M.Sc.(A) Le respect des consignes de traitement l ampleur du problème Le non-respect des consignes

Plus en détail

M me Florence Chanut. «Injection : Comment articuler prévention, éducation et réduction des risques?»

M me Florence Chanut. «Injection : Comment articuler prévention, éducation et réduction des risques?» M me Florence Chanut Psychiatre Responsable du programme de psychiatrie des toxicomanies du Centre Hospitalier Universitaire de Montréal (CHUM) Professeur adjoint de clinique au département de psychiatrie

Plus en détail

7 octobre 2014 Entretiens Jacques Cartier

7 octobre 2014 Entretiens Jacques Cartier Le projet de formation «Partenaires, jusqu à la fin» Déterminer avec le patient et ses proches les objectifs de ses soins en contexte de maladie grave et de fin de vie 7 octobre 2014 Entretiens Jacques

Plus en détail

Processus de changement

Processus de changement 14 novembre 2013 Processus de changement L. Bruggimann & A. Nallet Psychologues FSP Module 1/ Fordd 2013 Plan de l après-midi Partie théorique, réflexion et échange en groupe, illustration vidéo, mise

Plus en détail

Insuffisance cardiaque

Insuffisance cardiaque Insuffisance cardiaque Connaître son évolution pour mieux la vivre Guide d accompagnement destiné au patient et ses proches Table des matières L évolution habituelle de l insuffisance cardiaque 5 Quelles

Plus en détail

Vecteurs d innovation en éducation thérapeutique au Québec. Robert PERREAULT, M.D. Marie-Josée PAQUET, inf. Direction de santé publique de Montréal

Vecteurs d innovation en éducation thérapeutique au Québec. Robert PERREAULT, M.D. Marie-Josée PAQUET, inf. Direction de santé publique de Montréal Vecteurs d innovation en éducation thérapeutique au Québec Robert PERREAULT, M.D. Marie-Josée PAQUET, inf. Direction de santé publique de Montréal CANADA province de Québec 7 687 068 hab. (2006) 4,96 habitants

Plus en détail

Techniques d entrevue motivationnelle : Étapes menant à la réussite!

Techniques d entrevue motivationnelle : Étapes menant à la réussite! Techniques d entrevue motivationnelle : Étapes menant à la réussite! Étape 1 : Établissement des rapports Étape 2 : Évaluation du degré de réceptivité Étape 3 : Évaluation du degré de motivation et de

Plus en détail

OBJECTIFS DE L ATELIER

OBJECTIFS DE L ATELIER RECHERCHE-ACTION PARTICIPATIVE INTERPROFESSIONNELLE EN SOINS DE 1 RE LIGNE : ACCOMPAGNER LES CLINICIENS DANS LEUR FORMATION À L ENTRETIEN MOTIVATIONNEL 5 E RDV GESTION MALADIES CHRONIQUES MONTRÉAL Sophie

Plus en détail

C A R D I O L O G I E

C A R D I O L O G I E ÉTENDUE DES ACTIVITÉS MÉDICALES EXERCÉES PAR L INFIRMIÈRE PRATICIENNE SPÉCIALISÉE EN C A R D I O L O G I E C A R D I O L O G I E DOCUMENT CONJOINT Production Service de l édition Direction des services

Plus en détail

Les ateliers de pratique réflexive lieu d intégration des données probantes, moteur de changement de la pratique

Les ateliers de pratique réflexive lieu d intégration des données probantes, moteur de changement de la pratique Les ateliers de pratique réflexive lieu d intégration des données probantes, moteur de changement de la pratique Préparé par: Rose-Anne Buteau, Inf. Ph D. (c) Sylvie Garand-Rochette, M.Sc.. Monique Thibault,

Plus en détail

L infirmière praticienne spécialisée en soins de première ligne (IPSPL) : Portrait des pratiques en UMF sur le territoire Abitibi-Témiscamingue

L infirmière praticienne spécialisée en soins de première ligne (IPSPL) : Portrait des pratiques en UMF sur le territoire Abitibi-Témiscamingue L infirmière praticienne spécialisée en soins de première ligne (IPSPL) : Portrait des pratiques en UMF sur le territoire Abitibi-Témiscamingue Marie-Christine Lemieux, M.Sc. Inf., IPSPL 2 e Symposium

Plus en détail

Suicide et Dépendance à travers l'approche de

Suicide et Dépendance à travers l'approche de Suicide et Dépendance à travers l'approche de PIERRE RACINE,ps.éd. M.Sc. Psychoéducateur Formateur\Superviseur du MINT Colloque prévention du suicide Lanaudière 4 février 2015 Atelier -conférence Exercice

Plus en détail

24/01/ 2014 EQUIPE «REFERENTE» POUR L UTILISATION DES CATHETERS VEINEUX PERIPHERIQUES ET CENTRAUX : QUELLE PLACE POUR L INFIRMIERE?

24/01/ 2014 EQUIPE «REFERENTE» POUR L UTILISATION DES CATHETERS VEINEUX PERIPHERIQUES ET CENTRAUX : QUELLE PLACE POUR L INFIRMIERE? 24/01/ 2014 EQUIPE «REFERENTE» POUR L UTILISATION DES CATHETERS VEINEUX PERIPHERIQUES ET CENTRAUX : QUELLE PLACE POUR L INFIRMIERE? I. Kriegel, C. Thinlot, M. Arsicault, A. Mauduit, M. Varenne, A.-B. Knoche,

Plus en détail

Aide à l autonomie et parcours de vie

Aide à l autonomie et parcours de vie Aide à l autonomie et parcours de vie Accompagnement des proches aidants: des modalités et des approches ajustées à leur longue trajectoire de soutien Francine Ducharme, Ph.D. Centre de recherche, Institut

Plus en détail

POLITIQUE. TITRE : Politique relative à l application des niveaux de soins

POLITIQUE. TITRE : Politique relative à l application des niveaux de soins POLITIQUE Code : DSP-029 Instance responsable : Direction des services professionnels Approuvée par : Dr Michel Piraux Approuvée (ou adoptée) au comité de direction le : 5 juin 2013 Adoptée par le conseil

Plus en détail

Les infirmières praticiennes spécialisées en soins de première ligne

Les infirmières praticiennes spécialisées en soins de première ligne Les infirmières praticiennes spécialisées en soins de première ligne Sophie Charland, inf., M.Sc, IPS-PL Lyne Périgny, inf., B.Sc., MSc (c) Lise Racette, inf., B.Sc., M.Ed. Colloque CII 6 mai 2009 1 Plan

Plus en détail

PERCEPTIONS DES INFIRMIÈRES PRATICIENNES SPÉCIALISÉES (IPS) : MEILLEUR SUIVI ET QUALITÉ DE SOINS OPTIMALE POUR LES PATIENTS ET LEUR FAMILLE

PERCEPTIONS DES INFIRMIÈRES PRATICIENNES SPÉCIALISÉES (IPS) : MEILLEUR SUIVI ET QUALITÉ DE SOINS OPTIMALE POUR LES PATIENTS ET LEUR FAMILLE PERCEPTIONS DES INFIRMIÈRES PRATICIENNES SPÉCIALISÉES (IPS) : MEILLEUR SUIVI ET QUALITÉ DE SOINS OPTIMALE POUR LES PATIENTS ET LEUR FAMILLE Claire Chapados, inf., Ph.D. Université de Montréal, Québec,

Plus en détail

Répondre à ses questions cliniques et se tenir à jour en ligne: utilité des moteurs de recherche en accès libre sur le WEB.

Répondre à ses questions cliniques et se tenir à jour en ligne: utilité des moteurs de recherche en accès libre sur le WEB. Répondre à ses questions cliniques et se tenir à jour en ligne: utilité des moteurs de recherche en accès libre sur le WEB. Pierre Frémont MD, PhD Département de réadaptation Faculté de Médecine, Université

Plus en détail

Le rôle du kinésiologue et l approche motivationnelle. Émilie Turbide-L Étoile, kinésiologue B.Sc., PEC-SCPE, ESACSM CSSS Bécancour-Nicolet-Yamaska

Le rôle du kinésiologue et l approche motivationnelle. Émilie Turbide-L Étoile, kinésiologue B.Sc., PEC-SCPE, ESACSM CSSS Bécancour-Nicolet-Yamaska Le rôle du kinésiologue et l approche motivationnelle Émilie Turbide-L Étoile, kinésiologue B.Sc., PEC-SCPE, ESACSM CSSS Bécancour-Nicolet-Yamaska 1 Qu est-ce qu un kinésiologue? Le kinésiologue est le

Plus en détail

DESCRIPTION DE FONCTIONS INFIRMIÈRE CLINICIENNE

DESCRIPTION DE FONCTIONS INFIRMIÈRE CLINICIENNE DESCRIPTION DE FONCTIONS INFIRMIÈRE CLINICIENNE Description sommaire Article 36 de la Loi sur les infirmières et les infirmiers «L exercice infirmier consiste à évaluer l état de santé d une personne,

Plus en détail

Entretien Motivationnel utilisation en pratique

Entretien Motivationnel utilisation en pratique Entretien Motivationnel utilisation en pratique Docteur Guy Azoulaï, Médecin Psychothérapeute Aulnay sous Bois CIMC 2008 Les obligations du médecin Code de déontologie médicale Article 28 : Le médecin

Plus en détail

Rôle des infirmières. res dans l accompagnementl du patient insuffisant cardiaque

Rôle des infirmières. res dans l accompagnementl du patient insuffisant cardiaque Rôle des infirmières res dans l accompagnementl du patient insuffisant cardiaque Claire Savary: Sandrine Dias: CI IDE JFIC La Baule 15 et 16 sept 2011 Rôle des infirmières res dans l accompagnementl du

Plus en détail

Prévenir l admission des patients atteints d insuffisance cardiaque L importance des cliniques d insuffisance cardiaque

Prévenir l admission des patients atteints d insuffisance cardiaque L importance des cliniques d insuffisance cardiaque Prévenir l admission des patients atteints d insuffisance cardiaque L importance des cliniques d insuffisance cardiaque Ronald Bourgeois, M.D. M.Sc., FRCPC Directeur médical, Clinique d insuffisance cardiaque

Plus en détail

T. Guiraud, R. Granger, V. Gremeaux, M. Bousquet, L. Richard, L. Soukarié, T. Babin, M. Labrunée, L. Bosquet et A. Pathak

T. Guiraud, R. Granger, V. Gremeaux, M. Bousquet, L. Richard, L. Soukarié, T. Babin, M. Labrunée, L. Bosquet et A. Pathak L accéléromètre comme outil d évaluation de la sédentarité et d observance aux recommandations d activité physique après un programme de rééducation cardiaque T. Guiraud, R. Granger, V. Gremeaux, M. Bousquet,

Plus en détail

Le Suivi Clinique Intelligent à Domicile au CSSS Jardins-Roussillon: des résultats tangibles

Le Suivi Clinique Intelligent à Domicile au CSSS Jardins-Roussillon: des résultats tangibles Le Suivi Clinique Intelligent à Domicile au CSSS Jardins-Roussillon: des résultats tangibles Sylvie Girard Adjointe à la direction des soins infirmiers et de la qualité Martin Langlois Conseiller en soins

Plus en détail

RADAR : REPÉRER LES SIGNES DU DELIRIUM ET D UNE PERTURBATION DE L ÉTAT MENTAL EN 7 SECONDES

RADAR : REPÉRER LES SIGNES DU DELIRIUM ET D UNE PERTURBATION DE L ÉTAT MENTAL EN 7 SECONDES RADAR : REPÉRER LES SIGNES DU DELIRIUM ET D UNE PERTURBATION DE L ÉTAT MENTAL EN 7 SECONDES Philippe Voyer, inf., PhD I Université Laval I Centre d excellence sur le vieillissement de Québec-Unité de recherche

Plus en détail

Le rôle des infirmières en PIA

Le rôle des infirmières en PIA Cours de transplantation Le rôle des infirmières en PIA Mme Chantal Fortin IPSN, MSc., CNephro(C) Infirmière praticienne spécialisée en néphrologie RUIS McGill -UdeM 16 avril 2010 Objectifs Comprendre

Plus en détail

La cybersanté: une offre de services empreinte de promesses pour la prévention et la gestion des maladies chroniques?

La cybersanté: une offre de services empreinte de promesses pour la prévention et la gestion des maladies chroniques? La cybersanté: une offre de services empreinte de promesses pour la prévention et la gestion des maladies chroniques? José Côté, inf., Ph. D. Titulaire de la Chaire de recherche sur les nouvelles pratiques

Plus en détail

L évaluation des besoins des personnes atteintes de cancer et de leurs proches par les infirmières pivots en oncologie (IPOs)

L évaluation des besoins des personnes atteintes de cancer et de leurs proches par les infirmières pivots en oncologie (IPOs) L évaluation des besoins des personnes atteintes de cancer et de leurs proches par les infirmières pivots en oncologie (IPOs) Brigitte Fournier, IPO Clinique d oncologie ambulatoire M.Sc. Infirmières (candidate)

Plus en détail

Qualité et sécurité des soins Rôle de la direction des soins infirmiers- au Québec

Qualité et sécurité des soins Rôle de la direction des soins infirmiers- au Québec Qualité et sécurité des soins Rôle de la direction des soins infirmiers- au Québec Josée F. Breton, B.Sc.inf., MBA, Conseillère senior en organisation des soins et du travail, Direction des soins infirmiers

Plus en détail

Stage Étudiants infirmiers

Stage Étudiants infirmiers Stage Étudiants infirmiers Documents de référence : ü La définition du métier «Infirmier» ü Les référentiels de formation, d activités et de compétences infirmiers 2009 ü Le portfolio de l étudiant Version

Plus en détail

Association canadienne des infirmières et infirmiers en hémophilie. Description d emploi

Association canadienne des infirmières et infirmiers en hémophilie. Description d emploi Association canadienne des infirmières et infirmiers en hémophilie Description d emploi Juillet 2009-1 - ÉNONCÉ DE MISSION L Association canadienne des infirmières et infirmiers en hémophilie (ACIIH) est

Plus en détail

Le rôle de l infirmière dans l évaluation du donneur vivant de rein

Le rôle de l infirmière dans l évaluation du donneur vivant de rein Le rôle de l infirmière dans l évaluation du donneur vivant de rein Julie Guertin, Inf., BACC Scs. Inf., Infirmière clinicienne en don vivant rénale, Hôpital Notre-Dame, CHUM Collaboration de Isabelle

Plus en détail

SOINS PALLIATIFS EN SOINS TERTIAIRES DE CARDIOLOGIE, EST-CE POSSIBLE?

SOINS PALLIATIFS EN SOINS TERTIAIRES DE CARDIOLOGIE, EST-CE POSSIBLE? SOINS PALLIATIFS EN SOINS TERTIAIRES DE CARDIOLOGIE, EST-CE POSSIBLE? À la rencontre de nos diversités: vers des soins palliatifs pour tous 2e congrès international francophone de soins palliatifs 23e

Plus en détail

La simulation clinique haute fidélité en soins infirmiers

La simulation clinique haute fidélité en soins infirmiers Atelier pédagogique Colloque annuel 2011 de l AEESICQ, 2 juin 2011, Trois-Rivières La simulation clinique haute fidélité en soins infirmiers Ivan L. Simoneau, inf., Ph.D. Isabelle Ledoux, M.Sc. inf. Claude

Plus en détail

Univers des soins infirmiers en images

Univers des soins infirmiers en images Univers des soins infirmiers en images Caroline Roy, inf., M. Sc. inf. Directrice-conseil, Direction, Affaires externes Congrès OIIQ Atelier A8 9 novembre 2015 Conflits d intérêts AUCUN 2 Objectifs d apprentissage

Plus en détail

AGRÉMENT DES PROGRAMMES DE FORMATION D INFIRMIÈRE PRATICIENNE SPÉCIALISÉE (IPS)

AGRÉMENT DES PROGRAMMES DE FORMATION D INFIRMIÈRE PRATICIENNE SPÉCIALISÉE (IPS) AGRÉMENT DES PROGRAMMES DE FORMATION D INFIRMIÈRE PRATICIENNE SPÉCIALISÉE (IPS) NÉONATALOGIE QUESTIONNAIRE PRÉPARATOIRE À LA VISITE D AGRÉMENT DU PROGRAMME NOVEMBRE 2010 Ordre des infirmières et infirmiers

Plus en détail

Au nom de toute l équipe des soins intensifs, nous vous souhaitons la bienvenue au sein de notre unité. 1. Présentation de l unité

Au nom de toute l équipe des soins intensifs, nous vous souhaitons la bienvenue au sein de notre unité. 1. Présentation de l unité Au nom de toute l équipe des soins intensifs, nous vous souhaitons la bienvenue au sein de notre unité. 1. Présentation de l unité L unité des soins intensifs de la Clinique Générale Saint-Jean est une

Plus en détail

Cécile Bergeron, B. Sc. inf. cécile.bergeron@rrsss16.gouv.qc.ca. Anne Plante, M.Sc. Inf., CSIO, CSIP anne.plante@rrsss16.gouv.qc.

Cécile Bergeron, B. Sc. inf. cécile.bergeron@rrsss16.gouv.qc.ca. Anne Plante, M.Sc. Inf., CSIO, CSIP anne.plante@rrsss16.gouv.qc. Direction québécoise de cancérologie Les pratiques exemplaires en cancérologie Session d information aux nouveaux patients recevant de la chimiothérapie (version abrégée) 30 novembre 2012 Cécile Bergeron,

Plus en détail

Un poste à votre mesure!

Un poste à votre mesure! Titre du poste : INFIRMIÈRE PRATICIENNE EN SOINS DE PREMIÈRE LIGNE (IPSPL) Direction : Direction des soins infirmiers Statut : Temps complet - 35 heures/semaine Quart : Jour LIBELLÉ DU TITRE D EMPLOI Personne

Plus en détail

CŒUR ET TRAVAIL URGENCES CARDIOVASCULAIRES EN ENTREPRISE. Méthodologie du programme de DPC

CŒUR ET TRAVAIL URGENCES CARDIOVASCULAIRES EN ENTREPRISE. Méthodologie du programme de DPC Méthodologie du programme de DPC L objectif est - La mise à jour des connaissances quant aux principales urgences cardiovasculaires, - La prise en charge sur le lieu de travail, - La rédaction des protocoles,

Plus en détail

PROGRAMME CANTONAL VAUDOIS DE DEVELOPPEMENT DES SOINS PALLIATIFS. Catherine Hoenger, Cheffe de projet

PROGRAMME CANTONAL VAUDOIS DE DEVELOPPEMENT DES SOINS PALLIATIFS. Catherine Hoenger, Cheffe de projet PROGRAMME CANTONAL VAUDOIS DE DEVELOPPEMENT DES SOINS PALLIATIFS Catherine Hoenger, Cheffe de projet COLLABORATION SOINS A DOMICILE ET EQUIPE MOBILE DE SOINS PALLIATIFS CONGRÈS SPITEX BIENNE 9 SEPTEMBRE

Plus en détail

les télésoins à domicile

les télésoins à domicile Hiver 2013 Innovation en matière de prestation des soins de santé : les télésoins à domicile Innovation en matière de prestation des soins de santé : les télésoins à domicile Au Canada comme ailleurs dans

Plus en détail

Qui sont les infirmières et infirmiers cliniciens spécialisés?

Qui sont les infirmières et infirmiers cliniciens spécialisés? Série de Webinaires de l AIIC : Progrès de la pratique Qui sont les infirmières et infirmiers cliniciens spécialisés? Donna Cousineau Infirmière en pratique avancée Hôpital Carleton Queensway Le 12 décembre

Plus en détail

LES RÔLES CONTEMPORAINS DE LEADERSHIP ET DE GESTION DE L INFIRMIÈRE : arrimage d un continuum de cours avec les besoins du réseau de la santé

LES RÔLES CONTEMPORAINS DE LEADERSHIP ET DE GESTION DE L INFIRMIÈRE : arrimage d un continuum de cours avec les besoins du réseau de la santé SP 7.4 LES RÔLES CONTEMPORAINS DE LEADERSHIP ET DE GESTION DE L INFIRMIÈRE : arrimage d un continuum de cours avec les besoins du réseau de la santé Martine Mayrand Leclerc, inf., MGSS/MHA, Ph.D. Robert

Plus en détail

Département de médecine Service de cardiologie. Consultations générales - Cardiologie

Département de médecine Service de cardiologie. Consultations générales - Cardiologie Consultations générales - Cardiologie Toutes les demandes de consultation autres que celles pour les cliniques surspécialisées. Responsable médical Dr Michel Nguyen Pour renseignement Agente administrative

Plus en détail

Preparing healthcare workforce?

Preparing healthcare workforce? Swiss Public Health Conference (Re-)Organizing Health Systems Lausanne 30 août 2012 Preparing healthcare workforce? Prof. Diane Morin, Inf, PhD Plan de présentation Merci au Comité organisateur pour l

Plus en détail

Comment engager une personne durablement dans une activité physique

Comment engager une personne durablement dans une activité physique Comment engager une personne durablement dans une activité physique Christine LE SCANFF «PSYCHOLOGIE DES PRATIQUES PHYSIQUES» Université Paris-Sud 11, UFR STAPS OBJECTIFS Quels sont les modèles théoriques

Plus en détail

SOINS DE PREMIÈRE LIGNE

SOINS DE PREMIÈRE LIGNE AGRÉMENT DES PROGRAMMES DE FORMATION D INFIRMIÈRE PRATICIENNE SPÉCIALISÉE (IPS) SOINS DE PREMIÈRE LIGNE QUESTIONNAIRE PRÉPARATOIRE À LA VISITE D AGRÉMENT DU PROGRAMME SEPTEMBRE 2011 Ordre des infirmières

Plus en détail

Maryse Grégoire, inf., M.A. Cécile Michaud, inf., Ph.D. Avec la collaboration de: Patrice Laplante, MD et Martine Proulx, inf., M.Sc.

Maryse Grégoire, inf., M.A. Cécile Michaud, inf., Ph.D. Avec la collaboration de: Patrice Laplante, MD et Martine Proulx, inf., M.Sc. Regards d infirmières sur le délirium : contribution de la recherche dans la mise en place du dépistage systématique du délirium en soins de courte durée Maryse Grégoire, inf., M.A. Cécile Michaud, inf.,

Plus en détail

Le centre d excellence d infirmiers : dix x ans de leadership et d innovation

Le centre d excellence d infirmiers : dix x ans de leadership et d innovation Le centre d excellence d en soins infirmiers : dix x ans de leadership et d innovation Odette Roy, inf., MSc., MAP, PhD. Adjointe à la directrice des soins infirmiers et de la prestation sécuritaire des

Plus en détail

Étude pilote sur l insécurité alimentaire chez la clientèle atteinte de troubles mentaux graves*

Étude pilote sur l insécurité alimentaire chez la clientèle atteinte de troubles mentaux graves* Étude pilote sur l insécurité alimentaire chez la clientèle atteinte de troubles mentaux graves* Jeudi, 16 mai 2013 Gabrielle Massé, étudiante au baccalauréat en sciences biomédicales, 3 e année Sous la

Plus en détail

Mais où est donc passée l équipe mobile?

Mais où est donc passée l équipe mobile? 12e journée genevoise d addictologie 26 septembre 2013 Mais où est donc passée l équipe mobile? Dr Stéphane Morandi Unité de psychiatrie mobile Service de psychiatrie communautaire D OU VIENT-ELLE? Contexte

Plus en détail

e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé

e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé Professeur Michèle Kessler CHU de Nancy et réseau Néphrolor L une des applications de la télémédecine est la télésurveillance à domicile,

Plus en détail

RÈGLE, MÉTHODE, PROTOCOLE DE SOINS INFIRMIERS ET ORDONNANCE COLLECTIVE : DES OUTILS PRÉCIEUX ET COMPLÉMENTAIRES

RÈGLE, MÉTHODE, PROTOCOLE DE SOINS INFIRMIERS ET ORDONNANCE COLLECTIVE : DES OUTILS PRÉCIEUX ET COMPLÉMENTAIRES RÈGLE, MÉTHODE, PROTOCOLE DE SOINS INFIRMIERS ET ORDONNANCE COLLECTIVE : DES OUTILS PRÉCIEUX ET COMPLÉMENTAIRES Geneviève Ménard, M. Sc. inf., M. Sc. (Adm. de la santé) Directrice-conseil Direction, Affaires

Plus en détail

INFIRMIÈRE PRATICIENNE EN LE 6 MAI 2015 PRÉSENTÉ AU COLLOQUE EN SCIENCES SOINS DE PREMIÈRE LIGNE QU EN EST-IL? INFIRMIÈRES DE L UQAC

INFIRMIÈRE PRATICIENNE EN LE 6 MAI 2015 PRÉSENTÉ AU COLLOQUE EN SCIENCES SOINS DE PREMIÈRE LIGNE QU EN EST-IL? INFIRMIÈRES DE L UQAC INFIRMIÈRE PRATICIENNE EN SOINS DE PREMIÈRE LIGNE QU EN EST-IL? PRÉSENTÉ AU COLLOQUE EN SCIENCES INFIRMIÈRES DE L UQAC LE 6 MAI 2015 PLAN DE LA PRÉSENTATION Quel type de formation une IPSPL doit-elle suivre?

Plus en détail

Xavier HUMBERT Journée inter-régionale de recherche G4 Rouen 24 janvier 2015

Xavier HUMBERT Journée inter-régionale de recherche G4 Rouen 24 janvier 2015 Xavier HUMBERT Journée inter-régionale de recherche G4 Rouen 24 janvier 2015 Néphropaties Hypertension artérielle IEC Insuffisance cardiaque Prescriptions 2010 128 millions Mahmoudpour et al., 2013 Poole

Plus en détail

Cher/chère participant(e) à la conférence,

Cher/chère participant(e) à la conférence, Cher/chère participant(e) à la conférence, Lorsqu il s agit de naviguer à travers le système de soins de santé et collaborer avec divers professionnels de la médecine, organiser ses renseignements médicaux

Plus en détail

DIRECTION QUÉBÉCOISE DE CANCÉROLOGIE. Programme de formation en ligne pour les infirmières pivots en oncologie. Devis pédagogique 2013-2014

DIRECTION QUÉBÉCOISE DE CANCÉROLOGIE. Programme de formation en ligne pour les infirmières pivots en oncologie. Devis pédagogique 2013-2014 DIRECTION QUÉBÉCOISE DE CANCÉROLOGIE Programme de formation pour les infirmières pivots en oncologie Devis pédagogique 2013-2014 Édition : La Direction des communications du ministère de la Santé et des

Plus en détail

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES CONTEXTE 1. Pourquoi avoir élaboré un guide sur l éducation thérapeutique du En réponse à la demande croissante des professionnels de santé

Plus en détail

HÉLÈNE QUEVILLON inf. FORMATION. Syllabus APLS SOINS AVANCÉS EN PÉDIATRIE ANLS RÉANIMATION NÉONATALE

HÉLÈNE QUEVILLON inf. FORMATION. Syllabus APLS SOINS AVANCÉS EN PÉDIATRIE ANLS RÉANIMATION NÉONATALE HÉLÈNE QUEVILLON inf. FORMATION Syllabus APLS SOINS AVANCÉS EN PÉDIATRIE ANLS RÉANIMATION NÉONATALE Hélène Quevillon, inf. Maître instructeur soins avancés en cardiologie (ACLS) Maître instructeur soins

Plus en détail

Rôle et place de l infirmière référente dans le suivi de la maladie de Parkinson à ses différents stades d évolution

Rôle et place de l infirmière référente dans le suivi de la maladie de Parkinson à ses différents stades d évolution Rôle et place de l infirmière référente dans le suivi de la maladie de Parkinson à ses différents stades d évolution Cheffe de projet Brigitte itt Victor, infirmière iè responsable d unité, service de

Plus en détail

PARCOURS DE SOIN CLASSIQUE D UN PATIENT OPERE DU CŒUR :

PARCOURS DE SOIN CLASSIQUE D UN PATIENT OPERE DU CŒUR : PARCOURS DE SOIN CLASSIQUE D UN PATIENT OPERE DU CŒUR : a. Consultation avec le Chirurgien Cardiaque Elle s effectue au centre de consultation de cardiologie médico-chirurgicale (bat H ou G). Cette consultation

Plus en détail

MESURER SA PRESSION ARTÉRIELLE À DOMICILE. La société québécoise D HYPERTENSION ARTÉRIELLE

MESURER SA PRESSION ARTÉRIELLE À DOMICILE. La société québécoise D HYPERTENSION ARTÉRIELLE MESURER SA PRESSION ARTÉRIELLE À DOMICILE QU EST-CE QUE LA PRESSION ARTÉRIELLE? La pression artérielle est la force du sang circulant dans les artères lors de chaque contraction du cœur. La mesure de

Plus en détail

Education Thérapeutique pour les patients coronariens et insuffisants cardiaques

Education Thérapeutique pour les patients coronariens et insuffisants cardiaques Education Thérapeutique pour les patients coronariens et insuffisants cardiaques L expérience de l équipe de Rééducation cardiaque du C.H.U. de Nîmes Intervention du 22/03/2012 à la Réunion de l Association

Plus en détail

QUEL PROTOCOLE DE REENTRAINEMENT PROPOSER AUX PATIENTS INSUFFISANTS CARDIAQUES?

QUEL PROTOCOLE DE REENTRAINEMENT PROPOSER AUX PATIENTS INSUFFISANTS CARDIAQUES? QUEL PROTOCOLE DE REENTRAINEMENT PROPOSER AUX PATIENTS INSUFFISANTS CARDIAQUES? Cliquez pour modifier le style des sous titres du masque MARIE CHRISTINE MERSCH MASSEUR KINESITHERAPEUTE Service de Réadaptation

Plus en détail

SEVRAGE TABAGIQUE EN CENTRE DE READAPTATION VASCULAIRE

SEVRAGE TABAGIQUE EN CENTRE DE READAPTATION VASCULAIRE SEVRAGE TABAGIQUE EN CENTRE DE READAPTATION VASCULAIRE SFT-Paris 6-11-2014 Dr Voyer Cardiologue et tabacologue Centre de réadaptation cardiovasculaire Bois Gibert Tabacologue CHU Tours La réadaptation

Plus en détail

SOINS PALLIATIFS ET INSUFFISANCE CARDIAQUE COMMENT AIDER À SOULAGER?

SOINS PALLIATIFS ET INSUFFISANCE CARDIAQUE COMMENT AIDER À SOULAGER? SOINS PALLIATIFS ET INSUFFISANCE CARDIAQUE COMMENT AIDER À SOULAGER? L insuffisance cardiaque rebelle Défi diagnostique et thérapeutique 10e Symposium de la SQIC Québec, 20 et 21 septembre 2013 Dre Caroline

Plus en détail

ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE MALADIE CORONARIENNE STABLE

ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE MALADIE CORONARIENNE STABLE ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE MALADIE CORONARIENNE STABLE Juillet 2015 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de Santé 2 avenue du Stade de France - F 93218

Plus en détail

Projet LIFE : Partenariat pour augmenter l activité physique chez les personnes âgées souffrant de maladies chroniques

Projet LIFE : Partenariat pour augmenter l activité physique chez les personnes âgées souffrant de maladies chroniques Projet LIFE : Partenariat pour augmenter l activité physique chez les personnes âgées souffrant de maladies chroniques Fiche No 17 Myriam C. Morey, Carola Ekelund, Megan Pearson, Gail Crowley, Mathiew

Plus en détail

Par : Suzanne Durand, directrice Développement et soutien professionnel

Par : Suzanne Durand, directrice Développement et soutien professionnel Par : Suzanne Durand, directrice Développement et soutien professionnel AU 19 E SIÈCLE - SOINS IMPRÉGNÉS DE DÉVOTION, DE DON DE SOI ET D INSPIRATION CHRÉTIENNE L obéissance est une qualité essentielle

Plus en détail

Les soins infirmiers en oncologie : une carrière faite pour vous! Nom de la Présentatrice et section de l'acio

Les soins infirmiers en oncologie : une carrière faite pour vous! Nom de la Présentatrice et section de l'acio Les soins infirmiers en oncologie : une carrière faite pour vous! Nom de la Présentatrice et section de l'acio Grandes lignes Pourquoi les soins en cancérologie sont-ils un enjeu de santé important? Les

Plus en détail

Ces exigences de formation s appliquent aux candidats qui commencent leur formation à partir du 1 er juillet 2012.

Ces exigences de formation s appliquent aux candidats qui commencent leur formation à partir du 1 er juillet 2012. Exigences en matière de formation de compétences du domaine de compétence ciblée (DCC) en électrophysiologie cardiaque de l adulte 2012 VERSION 1.0 Ces exigences de formation s appliquent aux candidats

Plus en détail

Les enjeux de l utilisation des dispositifs d assistance ventriculaire à longue durée pour le traitement de l insuffisance cardiaque avancée au Québec

Les enjeux de l utilisation des dispositifs d assistance ventriculaire à longue durée pour le traitement de l insuffisance cardiaque avancée au Québec Les enjeux de l utilisation des dispositifs d assistance ventriculaire à longue durée pour le traitement de l insuffisance cardiaque avancée au Québec Présentation par webinaire 26 février 2013 L insuffisance

Plus en détail

Modèle de Suivi en première ligne des maladies chroniques. Fellow du programme TUTOR-PHC, IRSC Familiale U. de Mtl.

Modèle de Suivi en première ligne des maladies chroniques. Fellow du programme TUTOR-PHC, IRSC Familiale U. de Mtl. Modèle de Suivi en première ligne des maladies chroniques Dr Alain Turcotte, Md,, CMFC Fellow du programme TUTOR-PHC, IRSC Chargé de formation clinique, Département D de Médecine M Familiale U. de Mtl.

Plus en détail

HÉLÈNE QUEVILLON inf. FORMATION ACLS SOINS AVANCÉS EN RÉANIMATION CARDIOVASCULAIRE (FORMATION 14 HEURES)

HÉLÈNE QUEVILLON inf. FORMATION ACLS SOINS AVANCÉS EN RÉANIMATION CARDIOVASCULAIRE (FORMATION 14 HEURES) HÉLÈNE QUEVILLON inf. FORMATION ACLS SOINS AVANCÉS EN RÉANIMATION CARDIOVASCULAIRE (FORMATION 14 HEURES) Unités de formation continue sont émises par la Faculté de l éducation permanente de l Université

Plus en détail

* 1 L entretien motivationnel: objectifs. * 2 Rappel de la psychologie de la personne alcoolique * 3 Les méthodes approfondies

* 1 L entretien motivationnel: objectifs. * 2 Rappel de la psychologie de la personne alcoolique * 3 Les méthodes approfondies * 1 L entretien motivationnel: objectifs * a - Définition * b - Les deux phases techniques * 2 Rappel de la psychologie de la personne alcoolique * 3 Les méthodes approfondies * a - Les 4R, la grille SECA

Plus en détail

Le programme de changement de comportement

Le programme de changement de comportement L adoption du Guide Canadien d Activité Physique et du Cahier d accompagnement pour Fiche No 33 les aînés : Impacts sur le conditionnement physique et la dépense énergétique Jiang X, Cooper J, Porter MM,

Plus en détail

Contrat mutuel patient-professionnel : Les mots qui nous lient

Contrat mutuel patient-professionnel : Les mots qui nous lient Contrat mutuel patient-professionnel : Les mots qui nous lient Marie-Thérèse Lussier MD, MSc Claude Richard PhD 5 e rendez-vous de la gestion des maladies chroniques Montréal, 2 octobre 2014 Plan Introduction

Plus en détail

DÉFINITION ET INSCRIPTION DE LA PRATIQUE AVANCÉE DANS LE PAYSAGE SUISSE DES SOINS INFIRMIERS

DÉFINITION ET INSCRIPTION DE LA PRATIQUE AVANCÉE DANS LE PAYSAGE SUISSE DES SOINS INFIRMIERS DÉFINITION ET INSCRIPTION DE LA PRATIQUE AVANCÉE DANS LE PAYSAGE SUISSE DES SOINS INFIRMIERS Marie-José Roulin Directrice adjointe des soins Hôpitaux Universitaire de Genève Cette présentation expose les

Plus en détail

Aspects psychologiques et motivationnels de l observance à la Pression Positive Continue

Aspects psychologiques et motivationnels de l observance à la Pression Positive Continue Intitulé de la formation Aspects psychologiques et motivationnels de l observance à la Pression Positive Continue FICHE SIGNALETIQUE Présentiel /à distance Sur site 6 modules de 3h Théorie & Pratique Finalité

Plus en détail

SST2011-10 Émis le 16 décembre 2011 À LA DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES AU RESPONSABLE DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL

SST2011-10 Émis le 16 décembre 2011 À LA DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES AU RESPONSABLE DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL SST2011-10 Émis le 16 décembre 2011 À LA DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES AU RESPONSABLE DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL Objet : Un certificat d arrêt de travail émis par une infirmière praticienne

Plus en détail

CPG Clarens. Hôpital de Jour Centre de Psychiatrie de la Personne Âgée

CPG Clarens. Hôpital de Jour Centre de Psychiatrie de la Personne Âgée CPG Clarens Hôpital de Jour Centre de Psychiatrie de la Personne Âgée Filière : Santé Carte d'identité Nom de l'institution : Fondation de Nant Nom du service : Hôpital de jour du Centre de Psychiatrie

Plus en détail

DEA, 3 lettres encore trop méconnues

DEA, 3 lettres encore trop méconnues DEA, 3 lettres encore trop méconnues Trois lettres de l alphabet peu connues des professionnels de la santé. Trois lettres qui peuvent sauver la vie. D.E.A: Défibrillateur externe automatisé. Malheureusement

Plus en détail

Avis 2 avril 2014. Laboratoire SERVIER. Périndopril arginine / indapamide. C09BA04 (inhibiteur de l enzyme de conversion et diurétique)

Avis 2 avril 2014. Laboratoire SERVIER. Périndopril arginine / indapamide. C09BA04 (inhibiteur de l enzyme de conversion et diurétique) COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 2 avril 2014 PRETERAX 2,5 mg / 0,625 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 (CIP : 34009 378 232 2 7) Boîte de 90 (CIP : 34009 378 234 5 6) BIPRETERAX 5 mg / 1,25 mg, comprimé

Plus en détail

REEDUCATION CARDIAQUE APRES POSE DE DAI ASSEMBLEE GENERALE APODEC 2011

REEDUCATION CARDIAQUE APRES POSE DE DAI ASSEMBLEE GENERALE APODEC 2011 REEDUCATION CARDIAQUE APRES POSE DE DAI ASSEMBLEE GENERALE APODEC 2011 cardiaque Ensemble des mesures permettant une approche GLOBALE du patient Processus personnalisé et coordonné Personne intégrée dans

Plus en détail

en EHPAD : aujourd hui et demain :

en EHPAD : aujourd hui et demain : Place des Gérontechnologies en EHPAD : aujourd hui et demain : Dr A. Piau 1, S. Bismuth 2, P. Rumeau 1, Pr F. Nourhashémi 1 1- Gérontopôle, CHUT 2- Département de médecine générale, CHUT Définitions Gerontechnology

Plus en détail

INFIRMIÈRE / INFIRMIER

INFIRMIÈRE / INFIRMIER Direction des services d hébergement Description de fonction INFIRMIÈRE / INFIRMIER SUPÉRIEUR IMMÉDIAT : STATUT : CHEF D UNITÉ, CHEFS D ACTIVITÉS EN SERVICE POSTE SYNDIQUÉ QUART DE TRAVAIL : JOUR SOIR

Plus en détail

Stenting and Medical Therapy for Atherosclerotic Renal-Artery Stenosis

Stenting and Medical Therapy for Atherosclerotic Renal-Artery Stenosis Stenting and Medical Therapy for Atherosclerotic Renal-Artery Stenosis Ce que l on sait déjà Néphropathie vasculaire évoluant sur le mode chronique 2 types de sténoses de l artère rénale: SAAR (90%) et

Plus en détail

règlement invalidité Régime collectif d assurance de personnes de l Association des chirurgiens dentistes du Québec POUR NOUS JOINDRE www.ssq.

règlement invalidité Régime collectif d assurance de personnes de l Association des chirurgiens dentistes du Québec POUR NOUS JOINDRE www.ssq. Demande de règlement invalidité Demande initiale Régime collectif d assurance de personnes de l Association des chirurgiens dentistes du Québec POUR NOUS JOINDRE www.ssq.ca Police N o 14A00 ASSURANCE COLLECTIVE

Plus en détail

Marion GILBERT Simon CHAUVEAU. DES pneumologie 11 avril 2014

Marion GILBERT Simon CHAUVEAU. DES pneumologie 11 avril 2014 Marion GILBERT Simon CHAUVEAU DES pneumologie 11 avril 2014 Contexte Dépistage du cancer poumon : Santé publique Par scanner injecté (low dose) : Baisse de la mortalité (-20%) : NLSTrial (USA) 2011: «The

Plus en détail

ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE

ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE PRISE EN CHARGE SYSTÉMATISÉE DES PERSONNES ATTEINTES D HYPERTENSION ARTÉRIELLE SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE 23 ÉVALUATION DE

Plus en détail

Plan de présentation

Plan de présentation DÉVELOPPER L ALLIANCE THÉRAPEUTIQUE AVEC DES ADOLESCENTS EN DIFFICULTÉS DE COMPORTEMENTS ET CONSOMMATEURS DE PSYCHOTROPES: CE QUI COMPTE VRAIMENT Luc Touchette, Ph.D. Myriam Laventure, Ph.D Département

Plus en détail

DESCRIPTION DE POSTE

DESCRIPTION DE POSTE DESCRIPTION DE POSTE 1. IDENTIFICATION DE L'EMPLOI 1.1 Titre d'emploi : Agente ou agent de planification, de programmation et de recherche 1.2 Direction : Direction de la santé publique 1.3 Supérieur immédiat

Plus en détail

Sommaire des objectifs par conférence - Demande d accréditation

Sommaire des objectifs par conférence - Demande d accréditation Sommaire des objectifs par conférence - Demande d accréditation Atelier : Perles cliniques en dermatologie chez l adulte 1. reconnaître les différents types de lésions cutanées; 2. utiliser le diagnostic

Plus en détail

L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest

L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest Cancers, Individu id & Société L état des lieux d un pari Le Rapport Cordier 1 Biomarqueurs prédictifs 2 L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest Cancers, Individu & Société

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE

ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE : Traitement de l asystolie et de l'activité électrique sans pouls (toute activité électrique excluant la FV ou la TV) NUMÉRO: 12.02 DATE : Janvier 2005 RÉVISÉE : Février

Plus en détail

Question clinique CAS CLINIQUE. DEFIBRILLATEURS IMPLANTABLES EN INSUFFISANCE CARDIAQUE?!... Quel pronostic?

Question clinique CAS CLINIQUE. DEFIBRILLATEURS IMPLANTABLES EN INSUFFISANCE CARDIAQUE?!... Quel pronostic? DEFIBRILLATEURS IMPLANTABLES EN INSUFFISANCE CARDIAQUE?!... Quel pronostic? Ileana Iliescu 17.09.2008 CAS CLINIQUE M CR 83 ans: : 10 hospitalisations en 12 mois!!!... pour malaise et chocs appropri ropriés

Plus en détail

SOINS IMMÉDIATS EN RÉANIMATION ET EN DÉFIBRILLATION EXTERNE AUTOMATIQUE

SOINS IMMÉDIATS EN RÉANIMATION ET EN DÉFIBRILLATION EXTERNE AUTOMATIQUE HÉLÈNE QUEVILLON inf. FORMATION Syllabus SOINS IMMÉDIATS EN RÉANIMATION ET EN DÉFIBRILLATION EXTERNE AUTOMATIQUE Hélène Quevillon, inf. Maître-instructeure de soins avancés en réanimation cardiovasculaire

Plus en détail