Page 1 Construction et maîtrise de la qualité

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Page 1 Construction et maîtrise de la qualité"

Transcription

1 Page 1 Construction et maîtrise de la qualité

2 Page 2 Évolution historique de la gestion de la qualité Évolution MSP Management par la qualité totale Maîtrise de la qualité totale Inspection Savoir faire artisanal Contremaître Année

3 Page 3 Qualité et management Toute démarche Qualité nécessite l engagement préalable et formel de la Direction de chaque entreprise concernée Évolution des techniques de management : Approcheclassique (mécaniste) : respect de l'autorité hiérarchique ; productivité par compensations financières ; pas de prise en compte des problèmes de pouvoir, de groupes informels, de motivation - Théorie de la gestion scientifique ou Taylorisme "L'homme est l'adjoint de la machine. Son comportement, sa fatigue, son temps de récupération sont analysés scientifiquement" - Théorie administrative : "l'entreprise est une grande machine gouvernée par des lois universelles" Approchehumaine : l'homme n'est plus une machine, mais une force vive; accent sur rapports organisationnels homme/entreprise et entres groupes de travail; pas de prise en compte des relations formelles homme/organisation Approche par la théorie de la contingence : adaptation du management à un environnement et à une stratégie donnés : - système «mécanique»: environnement stable (innovation technologique faible, marché régulier) règles formelles fortes + forte centralisation de la prise de décision - système «organique»: environnement instable (innovation forte, marché irrégulier) décentralisation de la prise de décision, règles plus souples - production à la chaîne : nombre important de procédures de contrôle et d'administration, système formel d'information - production par lots : définition moins précise des tâches, importante délégation d'autorité

4 Page 4 L organisation pyramidale de l entreprise (1/5) : pyramides organisationnelles Stratégique Définition et représentation des tâches Organisationnel Fixation des modalités de réalisation des tâches Opérationnel Exécution des tâches Organisation générale (MAQ : Manuel d Assurance Qualité) MAQ Procédures Long terme Moyen terme Instructions (modes opératoires + enregistrements) Système documentaire Qualité Court terme Stratégies d investissement/développement

5 Page 5 L organisation pyramidale de l entreprise (2/5) : pyramide CIM (Computer-Integrated Manufacture) (d après document Schneider) Usine Société gestion financière, personnels, mobilière, vente gestion des charges et ressources, des achats/approvisionnements planification des moyens conception des produits ordinateurs périphériques micro-ordinateurs périphériques Atelier ordonnancement gestion des stockes et en-cours micro-ordinateurs périphériques Station Cellule contrôle des stations contrôle et commande des machines et process actions de fabrication (moulage, assemblage, manutention ) automates micro ordinateurs terminaux automates régulateurs commande de robots commandes numériques variateurs mécanique capteur actionneurs, préactionneurs TÂCHES EQUIPEMENTS

6 Page 6 L organisation pyramidale de l entreprise (3/5) : pyramide CIM orientée ERP et données (d après J.M. Chartres, 2002) Données décisionnelles Finance ERP : Entreprise Ressource Planification «Produire ce que l on a à vendre et non vendre ce qui a été produit et stocké» ERP Gestion Supervision Production Données institutionnelles Les systèmes de production ne sont plus que l un des clients d un système d information plus large

7 Page 7 L organisation pyramidale de l entreprise (4/5) : pyramide ECR (Efficient Consummer Response) (d après document Gencod-EAN France) Consummer enthusisam ECR demande (CM) Category Management (gestion nouveaux produits Promotions) (EA) Assortiment efficace (EPI) Introduction produit efficace (EP) Promotion efficace (GPA) Gestion partagée des approvisionnements (réapprovisionnement basé sur les ventes unitaires) ECR logistique (ER) Réapprovisionnement efficace Optimiser l approvisionnement (EDI) Echange de données informatisées (EUL) Unités logistiques identifiées Data alignement Échanger l information

8 Page 8 L organisation pyramidale de l entreprise (5/5) : pyramide de l amélioration permanente de la qualité (d après Le Coz, Techniques de l Ingénieur)

9 Page 9 Qualité : définitions (1/2) Qualité (quality) : «degré d excellence»? luxueux, haut-de-gamme, exclusif, coûteux, prestigieux,...? «manière d'être, attribut propre d'un être ou d'une chose»? qualitatif : aspects sensibles et subjectifs quantitatif : paramètres mesurables et quantifiables «conformité à des spécifications» (Crosby, 1979) «degré prévisible de fiabilité et d'uniformité» (Deming, 1988) «aptitude à l'usage qui est déterminée par les caractéristiques du produit que l'utilisateur, et non le fournisseur ou le vendeur, comme étant bénéfique pour lui» (Juran, 1982) «ensemble des caractéristiques qui confèrent au produit l'aptitude à satisfaire des besoins implicites ou exprimés» (ISO/DIS 8402) (the totality of features and characteristics of a product or a service that bear on its ability to satisfy stated or implied needs) la qualité n'est pas absolue mais relative (p/r relation client/fournisseur) la qualité est conditionnée par une relation de type «échange marchand» la qualité se définit p/r au client et à ses exigences la qualité n'a pas de référentiel financier (coûts, prix) «la qualité est la perte qu'un produit, une fois expédié, cause à la société en dehors de ses pertes dues à ses fonctions intrinsèques» (Taguchi) Qualité totale (total quality) : «ensemble des principes, des méthodes et des outils organisés en stratégie visant à mobiliser toute l'entreprise pour satisfaire les besoins, implicites et potentiels du client, et ceci au moindre coût» (Périgord et Fournier, 1993)

10 Page 10 Qualité : définitions (2/2) Danger (hazard) : «tout agent biologique, chimique ou physique dont la présence, en quantité inacceptable, est susceptible d'avoir un effet nocif sur la santé» (Codex Alimentarius OMS/FAO 1995) dangers microbiologiques dangers nutritionnels dangers environnementaux composés toxiques naturels, allergènes résidus de pesticides additifs alimentaires... Risque (risk) : estimation de la probabilité d'apparition d'un danger Sécurité (safety) : absence de danger, préjudice ou dommage (Graham, 1980) (freedom from danger, injury or damage) sécurité opérationnelle : le plus bas niveau de risque raisonnablement réalisable qu il est possible d atteindre et de maintenir par une intervention appropriée défaut mineur : ne présente pas un danger important pour le produit, sauf s'il se répète fréquemment défaut majeur : met en péril la qualité et l'image du produit et peut freiner son achat défaut critique : peut mettre en péril la santé ou la vie du consommateur ; ne respecte pas les dispositions réglementaires ou donne des informations mensongères

11 Page 11 Les trois dimensions de la qualité (Neuville, 1996) Conformité : satisfaction des normes et des spécifications (objectives) du client (Caractéristiques objectives) Idonéité : satisfaction des attentes/ besoins du client (implicites, subjectifs, inconscients) (Propriétés subjectives) Fiabilité : conservation dans le temps des caractéristiques de conformité et d'idonéité Le temps est un facteur corrosif de la conformité (par effet d'usure) et de l'idonéité ( (par effets de mode et de concurrence) La fiabilité est inversement corrélée à la conformité et à l'idonéité (effets d'obsolescence pré-cités)

12 Page 12 Les 8 critères de la qualité du produit (Garvine, 1988) la performance (vis-à-vis de la mission assignée) la fiabilité la durée de vie la maintenabilité ou faculté à être réparé /entretenu (serviceability) la conformité aux standards définis par le concepteur ou imposés par la réglementation l aspect les fonctionnalités supplémentaires de démarcation vis à vis d un autre produit de qualité technique et coût équivalents la qualité perçue qualité du produit = qualité d usage ou qualité du service rendu = aptitude à être utilisé = f(robustesse = 1/variabilité) (Montgomerry, 1996) améliorer la qualité = diminuer la variabilité («être au plus près de la cible visée») en maîtrisant les processus de production = «conception robuste» (robust engineering ou méthodologie Taguchi)

13 Page 13 La «cuvalité» ou dimension client de la qualité (Kélada, 2002) Qualité QVALITE (ou «cuvalité») Le client recherche : des produits de qualité (Q) en quantités ou volumes voulus (V) à travers un système administratif (A) léger et exempt d erreurs disponibles ou livrés au lieu (L) demandé avec des interrelations (I) agréables, rapides et efficaces avec le personnel de l entreprise ou ses représentants livrés en temps économiques (T) (E)

14 Page 14 Qualité : mode d'emploi (1/6) : les attributs de la qualité : les «4S» Les attributs de la qualité Les "4S" : Sécurité = qualité hygiénique (absence de corps étrangers, insectes, micro-organismes, toxines) Santé = qualité nutritionnelle (en quantité et en qualité) Satisfaction = qualité organoleptique (aspect, goût, texture) Service = qualité techno-fonctionnelle + d'usage (dont information) qualité réglementaire (produit, process, environnement) A ne pas confondre avec la méthode japonaise dite des «5S» : SEIRI : Débarrasser SEITON : Ranger SEISSO : Nettoyer, inspecter SEIKETSU : Tenir en ordre SHITSUKE : Respecter les règles

15 Page 15 Qualité : mode d'emploi (2/6) des «4S» (Maingy, 1989) aux «6S» (Sylvander, 1994) Composantes de la QUALITE SECURITE Qualité hygiénique SANTE Qualité nutritionnelle SATISFACTION / SYMBOLIQUE Qualité organoleptique SERVICE Qualité d usage pour le consommateur SERVICE Qualité de conception et de mise en oeuvre pour le fabricant / distributeur = qualité technologique SOCIETE Qualité pour la société Contenu toxicité bactériologique toxicité chimique aspect quantitatif : apport énergétique aspect qualitatif : composition nutritionnelle p/r aux besoins journaliers niveau sensoriel : sensations gustatives, olfactives, tactiles, visuelles, auditives niveau psychologique : habitudes alimentaires, représentation, attrait, satisfaction, commodité de (ré)emploi : stockage, manutention, préparation avant utilisation aptitude à la conservation (durée de vie du produit) aspects économiques (prix de vente) aspects commerciaux (disponibilité, présentation) aspects réglementaires (étiquetage, DLV, DLC, poids ou volume) aptitudes technologiques, machinabilité aptitude à la conservation, rendements (pertes) rentabilité environnement, développement durable emploi

16 Page 16 Les différents attributs de la Qualité Safety value Sensory value Food Health Food Quality Food Acceptability Nutritional value Convenience of use

17 Page 17 Indicateurs et attributs de la qualité (d après d Hauteville et Sireix, 1999) Indicateurs de qualité intrinsèques Apparence Couleur Forme Taille Structure Indicateurs de qualité Indicateurs de qualité extrinsèques Prix Marque Signes de qualité (labels, AOC...) Pays d'origine Magasin Information nutritionnelle Information sur la fabrication Attributs de qualité tangibles pour lesquels la vérification est possible au moment de la consommation Goût Fraîcheur Commodité Attributs de qualité Attributs de qualité intangibles, liés aux croyances pour lesquels la vérification est difficile au moment de la consommation Santé, caractère naturel Respect des animaux et de l'environnement Salubrité Caractère exclusif Conditions de production

18 Qualité intrinsèque et qualité perçue par le consommateur Page 18 Qualité intrinsèque du produit : qualité sanitaire et hygiénique (sécurité) qualité organoleptique et gustative (sensorielle) qualité nutritionnelle (santé) Qualité générique ou physique du produit Qualité sociétale : besoins d appartenance besoins éthiques besoins d information Qualité subjective ou de service (qualité perçue par le consommateur) Qualité symbolique : affect, attachement : au produit, au terroir aux traditions

19 Page 19 Qualité : mode d'emploi (3/6) : identification de l'origine des dangers : les «5M» Identification de l'origine des dangers Les "5M" : Méthode Milieu Matière Main d'œuvre Matériel

20 Page 20 Qualité : mode d'emploi (4/6) : diagramme causes/effet Diagramme causes / effet ou diagramme d'ishikawa Cause principale Cause principale Cause secondaire Cause secondaire Cause secondaire Cause secondaire Cause secondaire Effet Cause secondaire Cause principale

21 Page 21 Qualité : mode d'emploi (5/6) : quantification des dangers : criticité Échelle de quantification des dangers : criticité Fréquence = f Gravité = g Probabilité de non détection du danger = p Criticité = c 1 Rare Mineure Très faible 2 Modérée Majeure Faible 3 Probable Critique Forte c = f.g.p 4 Très probable Très sérieuse Très fort

22 Qualité : mode d'emploi (6/6) exemple de hiérarchisation des risques par leur criticité Probabilité de la cause Peut se produire à tout moment Possible. Peut très bien se produire Inhabituel mais possible Échec de la mesure préventive Très rare. Moins d'une fois l'an Rare. Qqs fois par an Peu souvent. Une fois par mois Dommage possible Catastrophe Dommage > $ 100 millions Désastre Dommage > $ 10 millions Très sévère Dommage > $ 1 million Index de risque Risque très élevé. Arrêt à envisager Page 22 Risque élevé. Améliorer immédiatement Risque important. Amélioration demandée Possible mais peu probable Possible mais très peu probable Presque impossible Parfois. Une fois par semaine Régulièrement. Une fois par jour Continuellement. Plus d'une fois par jour Sévère Dommage > $ Important Dommage > $ Significatif Dommage > $ Risque possible. Attention nécessaire Risque acceptable

23 Page 23 Les coûts de la qualité (1/2) Coûts de réalisation Coûts de non-qualité coûts de détection coûts de prévention coûts des anomalies internes (dans l entreprise) coûts des anomalies externes (hors entreprise) matériels, personnels, produits perdus, services (analyses, audit) investissements humains et matériels : audits, formation, établissement et gestion des documents, nouveaux investissements et développement rebuts (destruction), pertes, déclassement, réparations, reconditionnement, accidents du travail, absentéisme prime d assurance, discount, réclamations clients, analyses, pénalités de retard, pertes de clientèle Quelques dysfonctionnements générateurs de non-qualité et donc de surcoût : non-traitement des opérations au quotidien absence de contrôle des processus de production de l'information perte de temps,

24 Page 24 Les coûts de la qualité (2/2) % des défauts (nombre, coût) Diagramme de Pareto % cumulé des défauts (nombre, coût) Coût 100 % 80 % Identification de la non-conformité Agent d exécution Agent d inspection Équipe d inspection Identification interne Équipe Utilisateur d inspection final Identification externe Causes des défauts (par ordre décroissant) En règle générale, moins de 20 % des causes occasionnent plus de 80 % des défauts

25 Page 25 Fiches de non-conformité Identification d'un problème et de sa cause 1. description de l'incident (nature de l'incident et sa fréquence : chronique ou ponctuel) 2. description du produit ou du service victime de l'incident (date, quantité de non-conforme...) 3. description de la décision immédiate prise : isolement, gel, destruction 4. expertise du problème : désignation de la cause première 5. définition d'un plan d'action : actions correctives immédiates, actions préventives à long terme

26 Page 26 Traçabilité Aptitude à retrouver l historique, l utilisation ou la localisation d une entité, au moyen d identifications enregistrées (ISO 8402) traçabilité ascendante : causes d un danger, dysfonctionnement ou insatisfaction origines des matières premières origine des emballages historique des processus appliqués au processus traçabilité descendante : recherche des produits susceptibles d avoir été soumis au danger identification localisation Identification : moyen de reconnaissance de la nature, de la date, de la fabrication et du numéro de lot d un produit (lot : entité de produits fabriqués dans des conditions pratiquement identiques)

27 Page 27 Le point de vue fonctionnel de la démarche qualité (d après R. Tassinari, 1997) Les composantes fonctionnelles de la qualité et leurs caractéristiques Fonctions Caractéristiques critères Assurer la sécurité Assurer la disponibilité Assurer la fiabilité Assurer la maintenabilité Assurer la durabilité Stabilité, redondance, système de protection Aptitude à l usage, même après un long stockage Probabilité de fonctionner pendant une période donnée dans des conditions définies Aptitude à la maintenance Cycle de vie du produit à l usage Taux d accidents Temps MTBF (moyenne de temps de bon fonctionnement) MTTR (moyenne de temps de réparation) Temps Procurer du confort et de l agrément Assurer le service Silence, esthétique, facilité d emploi, ambiance Critères subjectifs, comparatifs

28 Analyse fonctionnelle et Qualité de la qualité «inscrite» à la qualité «construite» Produit Page 28 Approche «tirée par l aval» Produit défini p/r à son utilisation fonctions de service (usage, estime, contraintes) Consommateur Matières premières Savoir-faire Environnement Approche «tirée par l amont» Produit défini p/r à sa conception fonctions intrinsèques (fonctions internes) Activation du marché Satisfaction du consommateur et de ses besoins Défense du produit Qualification du produit et du procédé en référence à une Qualité acquise (construite et actualisée ; collective et relative) tradition intangible Qualité «intrinsèque» (innée et absolue)

29 Page 29 Qualité : «l inné» ou «l acquis»? L inné Qualité centrée sur la référence à une authenticité intangible du «produit» et/ou du «procédé» ou L acquis Qualité centrée sur la satisfaction des besoins de l «utilisateur» Actualisation d une tradition Démarche «défensive» Conquête d un marché Démarche «offensive» Liens terroir-produit Approche «codificatrice» : Liens produit-consommateur Approche «normative» : Recherche, authentification et défense d un savoir-faire traditionnel «Ensemble des caractéristiques qui confèrent au produit l aptitude à satisfaire des besoins implicites ou exprimés» (ISO/DIS 8402) Typicité (Spécificité) Tradition Authenticité Spécificité Sécurité Santé Satisfaction Service Société

30 Page 30 Typicité : Démarche de «Qualification» : typicité et spécificité (1/4) (Salette, 1997) Définitions : «Caractère de ce qui est typique, c'est-à-dire qui appartient à un "type" prédéfini» (par opposition à ce qui est «unique», «original») "type" : modèle, référence, forme idéale qui réunit au plus haut degré les propriétés, les traits, les caractères essentiels d'une classe d'êtres ou de choses de même nature, de même catégorie ; forme synthétique (= idéo-type) autour de la quelle peuvent osciller des variations individuelles à l'intérieur du groupe considéré (en dehors de ce domaine : "atypique") Attention : le couple «typique/atypique» de Salette correspond au couple «typicité/typicalité» de Trognon (1995) Nature des caractères constitutifs de la typicité : - subjectifs : relèvent de connaissance sensorielle (+++) - objectifs : relèvent de connaissance instrumentale (+-) Dimensions de la typicité : - dimension horizontale : le produit est à la fois spécifique (différent) et unique, et spécifie donc une région donnée - dimension verticale : prise en compte des déterminants de cette typicité: facteurs naturels et humains (liés au savoir faire)

31 Page 31 Démarche de «Qualification» : typicité et spécificité (2/4) (Salette, 1997) Typicité (suite) : Objectif des démarches de recherche de typicité : «Réduire l'hétérogénéité autour du type reconnu», càd réunir des caractères distinctifs en vue de : - description - classification : typologie - différenciation - reconnaissance : reconnaissance de typicité = conformité au type = "processus de qualification", par typicité minimum "recevabilité" (réussite aux examens d'agrément) ; ex : dégustation d'agrément Conséquences Typicité = uniformisation ou individualisation?

32 Page 32 Démarche de «Qualification» : typicité et spécificité (3/4) (Salette, 1997) Spécificité : Définitions - «Caractère de ce qui est spécifique : ce qui définit l'espèce et permet de la différencier d'autres espèces» - «Élément ou ensemble d'éléments pour lesquels un produit agricole ou une denrée alimentaire se distingue nettement d'autres produits agricoles ou d'autres denrées alimentaires appartenant à la même catégorie ou similaire» (Réglementation communautaire) notion de «différenciation», basée sur des caractéristiques particulières et perçue comme telle par les usagers Conditions de la spécificité d un produit (Sylvander & Lassaut, 1994) : -des caractéristiques mesurables véritablement différentes de celles des produits de substitution. caractéristiques discernables et mesurables par le consommateur à l achat et lors de la consommation ;. caractéristiques non discernables : caractéristiques intrinsèques et caractéristiques liées aux modes de production ; - un produit considéré comme différent par le consommateur ; - une technologie de fabrication différente de celle des produits de substitution ; - une dénomination propre à distancer de manière significative le produit du produit standard.

33 Page 33 Démarche de «Qualification» : typicité et spécificité (4/4) (Salette, 1997) Typicité Spécificité Critères constitutifs Formalisation Aspects réglementaires Surtout subjectifs et du domaine sensoriel (goût) ; expression sensorielle de caractères fondant la spécificité du produit "Dire d'expert" : appréciation (intégration) analytique et synthétique d'informations mémorisées et comparaison à un référentiel précis Paramètres non (ou peu) normalisables Objectifs, mesurables ou vérifiables - ou objectivables Énoncé de caractéristiques décrites et contrôlables Paramètres normalisables

34 Page 34 «Approche tirée par l amont» Liens terroir-tradition-produit (Salette, 1998) Ex : le produit «régional» «doit être commercialisé, lié à l histoire locale, dans sa fabrication, dans son usage, être stabilisé sur le plan technique et dans sa dénomination» Conseil National des Arts Culinaires Inventaire du Patrimoine Culinaire Français Un milieu physique caractérisé Un produit élaboré, original et authentique : doté de caractéristiques propres, et identifiable par une typicité accomplie, représentative du terroir Ex : l IGP «Le nom d'une région, d'un lieu déterminé ou, dans des cas exceptionnels, d'un pays, qui sert à désigner un produit agricole ou une denrée alimentaire originaire de cette région, de ce lieu déterminé ou de ce pays, et dont une qualité déterminée, la réputation ou une autre caractéristique peut être attribuée à cette origine géographique, et dont la production et/ou la transformation, et/ou l'élaboration ont lieu dans l'aire géographique délimitée.» Commission Européenne, règlement n 2081/92 Un système de production maîtrisé sol-climat-végétation (ou troupeau)-surfaces Des techniques de transformation orientées C est la référence à la tradition et au terroir qui dicte sa loi Cette référence est-elle objective, immuable, explicite et accessible à tous? : «le dire d expert» Qualité = Conformité + Fiabilité?

35 Interaction «terroir» - «territoire» : le «pays» (L. Solilly, C.. Brodhag, 1999 ; Davallon, 1999) Page 35 Terroir «entité géographique dont les caractéristiques se sont construites au cours du temps, grâce aux interactions entre les sociétés et le milieu» espace patrimonial Caractérisé par : l ensemble des éléments qui composent son écosystème : -sol, - sous-sol, - climat, - relief, altitude, - faune, flore leur évolution : - histoire, - organisation sociale particulière, modes de vie, coutumes, - patrimoine culturel et naturel, paysages.. l'interaction entre les hommes et le milieu - élaboration de savoir faire, d'usages locaux Territoire «espace administratif où le découpage se fait en fonction des réseaux» espace construit Caractérisé par : un milieu physique des hommes des sociétés Pays «territoire cohérent, fondé avant tout sur un projet commun de développement» superposition du patrimoine et des réseaux, découpage selon une double logique administrative et patrimoniale

36 Page 36 Liens terroir-produit Lien totalement garanti : «l Appellation d Origine Protégée (AOP)» (A. Mercier) Descriptions L'AOP c'est le nom d'une région, d'un lieu déterminé ou dans des cas exceptionnels, d'un pays qui sert à désigner un produit agricole ou une denrée alimentaire : - originaire de cette région de ce lieu déterminé ou de ce pays - dont la qualité ou les caractères sont dus essentiellement ou exclusivement au milieu géographique comprenant les facteurs naturels et humains et dont la production, la transformation et l'élaboration ont lieu dans l'aire géographique délimitée. L'AOP s'applique : - aux produits agricoles destinés à l'alimentation humaine visés à l'annexe 2 du traité de Rome (fruits, légumes, viandes, plats préparés...) - aux denrées alimentaires suivantes : bières, eaux minérales, boissons à base d'extraits de plantes, produits de boulangerie, pâtisserie, confiseries, gommes de résines naturelles (liste modifiable par la Communauté Européenne) - à d'autres produits agricoles : les foins et les huiles essentielles. Les produits du secteur viti-vinicole et les boissons spiritueuses ne sont pas concernés. Un produit ne peut prétendre à une AOP que s'il bénéficie déjà d'une AOC. La définition de l'aop est très proche de celle de l'aoc. L'AOC peut dont être demain une AOP et ces deux appellations peuvent être portées par un même produit : il y a juxtaposition. L'AOP protège : - la dénomination de vente quand elle correspond au nom géographique (Beaufort, Cantal, Laguiole,...) - le nom géographique rapporté à la dénomination de vente (Volailles de Bresse...) - les dénominations traditionnelles, géographiques ou non.

37 Liens terroir-produit Lien à l un des stades de la production, de la transformation ou de l élaboration : «l Indication Géographique Protégée» (IGP) (A. Mercier) Page 37 Caractéristiques L'IGP c'est l'association du nom d'une région ou d'un lieu déterminé voire d'un pays et d'un produit agricole ou d'une denrée alimentaire qui en est originaire. L'IGP désigne un produit alimentaire dont une qualité déterminée, la réputation ou une autre caractéristique peut être attribuée à une origine géographique et dont la production et/ou la transformation, et/ou l'élaboration ont lieu dans l'aire géographique délimitée. Le champ d'application est le même que celui prévu pour les AOP mais à la différence de l'aop, qui peut protéger des dénominations traditionnelles géographiques ou non, l'igp ne peut concerner qu'une dénomination géographique. Créée pour garantir l'authenticité de l'origine et donc l'influence caractéristique de la région sur la qualité du produit, l'igp ne peut être obtenu qu'à condition de l'acquisition préalable d'un Label ou d'un Certificat de Conformité. Procédures et Contrôles La demande repose sur la rédaction d'un cahier des charges décrivant les caractéristiques du produit et les méthodes de production et de contrôles. Ce cahier des charges doit être contrôlé par un organisme certificateur agréé par l'autorité administrative (respect de la norme NF EN 45011) et homologué par les autorités compétentes de l'état (CNLC). Après acceptation au niveau national, le dossier est transmis à la Commission de l'union Européenne qui instruit la demande. L'examen du lien entre le produit et le milieu géographique est réalisé par une commission mixte associant en nombre égal des représentants professionnels de la CNLC, de l'inao et les administrations. C'est l'inao qui aura en charge la protection juridique des IGP et AOC.

38 Liens terroir-produit Lien à la tradition mais pas au terroir : «l Attestation de Spécificité» (AS) (A. Mercier) Page 38 Caractéristiques L'Attestation de Spécificité est la reconnaissance par la Communauté Européenne d'éléments par lesquels un produit alimentaire se distingue nettement d'autres produits similaires parce qu'il : - est obtenu à partir de matières premières traditionnelles, - présente une composition traditionnelle, - présente un mode de production et/ou de transformation de type traditionnel. Il concerne donc des produits traditionnels ou des spécialités alimentaires définis par un cahier des charges sans aucune notion d'appartenance à une aire géographique précise. Procédures et contrôles Une attestation de Spécificité ne peut être obtenue qu'à condition de l'acquisition préalable d'un Label ou d'une Certification de Conformité. La demande repose sur la rédaction d'un cahier des charges décrivant les caractéristiques du produit et les méthodes de production et de contrôle. Ce cahier des charges doit être contrôlé par un organisme certificateur agréé par l'autorité administrative (respect de la norme NF EN 45011) et homologué par les autorités compétentes de l'etat (CNLC). Après acceptation au niveau national, le dossier est transmis à la Commission de l'union Européenne qui instruit la demande. Si elle est acceptée, et qu'aucune opposition n'a été présentée au bout de trois mois, l'inscription dans le registre communautaire peut se faire. Cet enregistrement signifie que le nom spécifique ou exprimant la spécificité est protégé et que le cahier des charges est ouvert à tous les opérateurs de la Communauté. Le règlement attestation de spécificité instaure deux niveau de protection : - le nom spécifique ou exprimant la spécificité assorti d'une mention et d'un symbole communautaire est protégé - le nom seul est réservé et protégé.

39 Page 39 «Approche tirée par l aval» Liens produit-consommateurs Environnement Service Société Symbole Besoins / insastisfactions du consommateur Produit Santé Satisfaction Sécurité Service Procédé C est le consommateur qui dicte sa loi Le comportement du consommateur est complexe, influençable et versatile : «la tyrannie du marché» Qualité = Idonéité + Fiabilité?

40 Page 40 Le différentes étapes de la démarche Qualité : application de la méthode de résolution de problèmes 1 Comprendre le problème 2 Définir l objectif de l amélioration 3 Analyser les facteurs Résultats non satisfaisants 4 Discuter les mesures d amélioration 5 Mettre en œuvre le plan d amélioration 8 Passer à un niveau supérieur d amélioration 6 Établir les résultats 7 Prévenir la réapparition du problème Situation améliorée

Tremplins de la Qualité. Tome 1

Tremplins de la Qualité. Tome 1 Tome 1 CET OUVRAGE EST UN GUIDE D INTERPRETATION DE LA NORME NF EN ISO 9001 VERSION 2000 AVANT-PROPOS Ce guide d aide à la rédaction du Manuel de Management de la Qualité a été rédigé par la Fédération

Plus en détail

Système de management H.A.C.C.P.

Système de management H.A.C.C.P. NM 08.0.002 Norme Marocaine 2003 Système de management H.A.C.C.P. Exigences Norme Marocaine homologuée par arrêté du Ministre de l'industrie, du Commerce et des Télécommunications N 386-03 du 21 Février

Plus en détail

RÈGLES DE CERTIFICATION D ENTREPRISE

RÈGLES DE CERTIFICATION D ENTREPRISE RÈGLES DE CERTIFICATION D ENTREPRISE Fabrication et transformation de matériaux et d emballages destinés au contact des aliments : respect des règles d hygiène (méthode HACCP) Réf. Rédacteur LNE PP/GLB

Plus en détail

La qualité totale CONTENU DU MODULE

La qualité totale CONTENU DU MODULE La qualité totale CONTENU DU MODULE 1. Introduction 2. Les différentes notions et composantes de la qualité 2.1. La qualité peut avoir plusieurs sens 2.2. Les constituants de la qualité totale 3. Les intérêts

Plus en détail

Qualité Sécurité Environnement

Qualité Sécurité Environnement Qualité Sécurité Environnement FORMATION AUDIT CONSEIL EXPERTISE >> Catalogue 2014 Nos innovations: e-learning, évaluation des compétences personnalisation Formation Hygiène Alimentaire ISO 9001 : 2008...

Plus en détail

TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS?

TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS? TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS? INTRODUCTION Aujourd hui, dans un contexte de crises sanitaires et de concurrence internationale croissante au niveau du secteur

Plus en détail

Sécurité Sanitaire des Aliments. Saint-Pierre, le 19 novembre 2013. Olivier BOUTOU. Les outils de la qualité sanitaire dans les pays du sud

Sécurité Sanitaire des Aliments. Saint-Pierre, le 19 novembre 2013. Olivier BOUTOU. Les outils de la qualité sanitaire dans les pays du sud Sécurité Sanitaire des Aliments Saint-Pierre, le 19 novembre 2013 Olivier BOUTOU Les outils de la qualité sanitaire dans les pays du sud Faisons connaissance Missions au sein d AFNOR Animation de formation

Plus en détail

HACCP Évolutions réglementaires et normatives

HACCP Évolutions réglementaires et normatives MADRPM / CEPR Rabat 30 octobre 2007 HACCP Évolutions réglementaires et normatives Une logique de maîtrise But : maîtrise de la sécurité sanitaire des aliments Système HACCP : «Analyse des dangers, points

Plus en détail

Système Qualité Pharmaceutique (ICH Q10)

Système Qualité Pharmaceutique (ICH Q10) 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 Système Qualité Pharmaceutique (ICH Q10) Le document ICH Q10 sur le

Plus en détail

Manuel Qualité. Réf. : MAQ Page : 1 / 15 Version : 2 Date de révision : 04/04/2012

Manuel Qualité. Réf. : MAQ Page : 1 / 15 Version : 2 Date de révision : 04/04/2012 Page : 1 / 15 Rue Mabîme 77 4432 ALLEUR Belgique Tél. : +32 (0) 4 247 32 24 Fax : +32 (0) 4 427 18 82 e-mail : info@ansolive.com Site internet : www.ansolive.com Ce document est la propriété exclusive

Plus en détail

L Assurance Qualité DOSSIER L ASSURANCE QUALITE

L Assurance Qualité DOSSIER L ASSURANCE QUALITE DOSSIER L ASSURANCE QUALITE L Assurance Qualité DOSSIER N D4-2-GW0301 Satisfaction.fr 164 ter rue d Aguesseau 92100 Boulogne Billancourt 01.48.25.76.76 http://www.satisfaction.fr/ Page 1 Définition Normalisée.

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATIONS 2014 2015

CATALOGUE DE FORMATIONS 2014 2015 CATALOGUE DE FORMATIONS 2014 2015 Professionnels de l alimentation 06.47.75.88.57 HQSA Consulting contact@hqsafrance.fr Numéro de déclaration de prestataire de formation : SIRET SIRET : 804 : 284 284 420

Plus en détail

AGROALIMENTAIRE. Système de management de la sécurité des denrées alimentaires ISO 22 000. Présentation de la norme

AGROALIMENTAIRE. Système de management de la sécurité des denrées alimentaires ISO 22 000. Présentation de la norme AGROALIMENTAIRE Système de management de la sécurité des denrées alimentaires ISO 22 000 Présentation de la norme 25 mars 2006-1 - Table des matières CHAPITRE 1 La normalisation : une démarche au service

Plus en détail

Démarche de traçabilité globale

Démarche de traçabilité globale Démarche de traçabilité globale Dr Chi-Dung TA* Responsable Qualité, Danone Vitapole chi-dung.ta@danone.com La traçabilité existe depuis un certain nombre d'années dans les entreprises à des niveaux plus

Plus en détail

Réussir la Démarche de Management

Réussir la Démarche de Management Formation à la norme ISO 9001, V 2008 Formateur Dr Mohammed Yousfi Formateur Auditeur Consultant QSE Réussir la Démarche de Management Réussir le Projet ISO 9001, Version 2008 1 Programme Introduction

Plus en détail

National Director, Engineering and Maintenance East (Montreal, QC)

National Director, Engineering and Maintenance East (Montreal, QC) National Director, Engineering and Maintenance East (Montreal, QC) Reporting to the General Manager, Engineering and Maintenance, you will provide strategic direction on the support and maintenance of

Plus en détail

SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS

SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS PREFET DES PYRENEES-ATLANTIQUES Direction Départementale de la Protection des Populations des Pyrénées-Altantiques SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS Quelques règles à respecter, secteur de la remise directe

Plus en détail

Respect des règles d hygiène

Respect des règles d hygiène Respect des règles d hygiène Le respect des bonnes pratiques d hygiène de fabrication, par chaque opérateur, constitue le préalable à toute démarche de maîtrise de la sécurité des aliments. Vérifier les

Plus en détail

PRINCIPES ET ENJEUX DU MANAGEMENT INTEGRE QSE

PRINCIPES ET ENJEUX DU MANAGEMENT INTEGRE QSE PRINCIPES ET ENJEUX DU MANAGEMENT INTEGRE QSE Convergences et spécificités des référentiels ISO 9001 / 14001 / OHSAS 18001 Vianney BOCK 14, rue Cassini 06300 NICE Phone : +33 4 93 56 46 92 Mobile : +33

Plus en détail

Table des matières. Intro SQF BRC. Conclusion. - Introduction et historique du référentiel - Différence version 6 et 7

Table des matières. Intro SQF BRC. Conclusion. - Introduction et historique du référentiel - Différence version 6 et 7 Table des matières Intro SQF - Introduction et historique du référentiel - Différence version 6 et 7 BRC - Introduction et historique du référentiel - Différence version 5 et 6 Conclusion 2 Innovaltech

Plus en détail

Ce document est la propriété de la MAP. Il ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation. MECANIQUE AERONAUTIQUE PYRENEENNE

Ce document est la propriété de la MAP. Il ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation. MECANIQUE AERONAUTIQUE PYRENEENNE MANUEL MANAGEMENT QUALITE Révision janvier 2010 Ce document est la propriété de la MAP. Il ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation. MECANIQUE AERONAUTIQUE PYRENEENNE Place d

Plus en détail

Séance 3. et Lean Manufacturing. JAT et LM. Séance 3 - Juste à Temps et Total Quality Management. Corine Bardel

Séance 3. et Lean Manufacturing. JAT et LM. Séance 3 - Juste à Temps et Total Quality Management. Corine Bardel Séance 3 Juste-à-Temps et Lean Manufacturing Magement industriel et Gestion de projet C. BARDEL@2007 1 Juste-à-temps & Lean Manufacturing Juste-à-temps et le Lean Manufacturing sont le cœur du système

Plus en détail

Décrire l'ensemble des mesures de maîtrise et des mesures de surveillance dans des procédures ou modes opératoires portés à la connaissance de tous.

Décrire l'ensemble des mesures de maîtrise et des mesures de surveillance dans des procédures ou modes opératoires portés à la connaissance de tous. DEMARCHE HACCP EN CUISINE CENTRALE Alimentation GROSJEAN L, Vénissieux Juin 2010 Objectif La démarche HACCP (de l'américain Hazard Analysis Critical Control Point) est une méthode préventive visant à maîtriser

Plus en détail

l arrêté du 29 septembre 1997

l arrêté du 29 septembre 1997 FRANCAISE Texte de base : l arrêté du 29 septembre 1997 fixant les conditions d hygiène applicables dans les établissements de restauration collective à caractère social. Son contenu s articule autour

Plus en détail

Contenu attendu des guides nationaux de bonnes pratiques d hygiène GBPH

Contenu attendu des guides nationaux de bonnes pratiques d hygiène GBPH Contenu attendu des guides nationaux de bonnes pratiques d hygiène GBPH Note d information à l usage des professionnels En complément de cette note, des informations relatives au contenu des GBPH sont

Plus en détail

S.BAYNAUD www.haccp.fr

S.BAYNAUD www.haccp.fr Les référentiels qualité et sécurité des aliments pour les IAA Qualité Sécurité Traçabilité des Aliments 2 bis rue Lamoricière CS 10402 44104 Nantes Cedex 4 Tél : 02 51 72 11 22 Fax 02 51 72 11 33 E.mail

Plus en détail

AVIS 1 / 6. Afssa Saisine n 2008-SA-0319 Saisine liée n 2005-SA-0081. Maisons-Alfort, le 18 août 2009. Rappel de la saisine

AVIS 1 / 6. Afssa Saisine n 2008-SA-0319 Saisine liée n 2005-SA-0081. Maisons-Alfort, le 18 août 2009. Rappel de la saisine Maisons-Alfort, le 18 août 2009 AVIS LA DIRECTRICE GÉNÉRALE ADJOINTE de l Agence française de sécurité sanitaire des aliments relatif à une demande d'avis relatif au guide de bonnes pratiques d'hygiène

Plus en détail

Améliorer la Performance des Fournisseurs

Améliorer la Performance des Fournisseurs Les Solutions SQA de Solumina L Assurance Qualité Fournisseur Figure 1 Influence sur les affaires de nos clients actuels. Réduire des Stocks lors des Inspections Le Système de Contrôle Qualité Fournisseurs

Plus en détail

Expo 60+ 09/10/2009. sodexo.com

Expo 60+ 09/10/2009. sodexo.com Expo 60+ 09/10/2009 Smiley AFSCA en restauration collective - De la législation à la mise en application sodexo.com Sommaire 1. Définition & législation 2. Mise en application page 2 Développement d un

Plus en détail

L approche processus c est quoi?

L approche processus c est quoi? L approche processus c est quoi? D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002) Introduction Termes et définitions

Plus en détail

LE SUPPLY CHAIN MANAGEMENT

LE SUPPLY CHAIN MANAGEMENT LE SUPPLY CHAIN MANAGEMENT DEFINITION DE LA LOGISTIQUE La logistique est une fonction «dont la finalité est la satisfaction des besoins exprimés ou latents, aux meilleures conditions économiques pour l'entreprise

Plus en détail

Panorama des référentiels en sécurité sanitaire des aliments

Panorama des référentiels en sécurité sanitaire des aliments Panorama des référentiels en sécurité sanitaire des aliments Olivier Boutou Ingénieur Développement Missions au sein d AFNOR Réalisation d évaluation AFAQ 26000 et 3D selon l 26000 (RSE). Formateur en

Plus en détail

UN POINT DU VUE SUR LES DIFFICULTÉS RENCONTRÉES DANS L USAGE DE L HACCP

UN POINT DU VUE SUR LES DIFFICULTÉS RENCONTRÉES DANS L USAGE DE L HACCP UN POINT DU VUE SUR LES DIFFICULTÉS RENCONTRÉES DANS L USAGE DE L HACCP «!Groupe de Réflexion sur l Analyse des Dangers en Alimentaire!» www.reseau-case.com/haccp présenté par Gilles TIXIER 2004 - dernière

Plus en détail

Utilisation de produits sains et sûrs Mise en oeuvre de procédures strictes et rigoureuses

Utilisation de produits sains et sûrs Mise en oeuvre de procédures strictes et rigoureuses INTRODUCTION H.A.C.C.P. ou A.R.M.P.C. L Analyse des risques et maîtrise des points critique La nouvelle réglementation en matière d hygiène (ar. 09 mai 1995 et ar. 29 septembre 1997) oblige les responsables

Plus en détail

La certification ISO 22000

La certification ISO 22000 La certification ISO 22000 Maurice LE DOUARIN Responsable de la Restauration SILGOM Pôle de restauration collective Phases de travaux Travaux : 6,8 M Les travaux en quelques Equipements : 1,7 M chiffres

Plus en détail

GUIDE QUALITE ARSEG METIER RETAURATION COLLECTIVE SOMMAIRE OBJET ET DOMAINE D'APPLICATION GLOSSAIRE SPECIFIQUE AU METIER

GUIDE QUALITE ARSEG METIER RETAURATION COLLECTIVE SOMMAIRE OBJET ET DOMAINE D'APPLICATION GLOSSAIRE SPECIFIQUE AU METIER GUIDE QUALITE ARSEG METIER RETAURATION COLLECTIVE SOMMAIRE CHAPITRE 1 OBJET ET DOMAINE D'APPLICATION CHAPITRE 2 GLOSSAIRE SPECIFIQUE AU METIER CHAPITRE 3 CONTEXTE 3-1-Caractéristiques de l'activité restauration

Plus en détail

Page 1 Quelques méthodes et outils de la qualité

Page 1 Quelques méthodes et outils de la qualité Page 1 Quelques méthodes et outils de la qualité Page 2 Classement des méthodes de la qualité (d après E. Le Coz, 2001) Quelques outils d amélioration de la qualité (d après Y. Mougin, 2004) http://www.eyrolles.com/chapitres/9782708130227/outils_methodes_mougin.pdf

Plus en détail

D ITIL à D ISO 20000, une démarche complémentaire

D ITIL à D ISO 20000, une démarche complémentaire D ITIL à D ISO 20000, une démarche complémentaire www.teamup-consulting.com Teamup Consulting - 1 Certificat nºinf/2007/29319 1 ère société de conseil française certifiée ISO 20000-1:2011 Sommaire Introduction

Plus en détail

Further excellence. transparence

Further excellence. transparence sécurité qualité intégrité SÉCURITÉ Further excellence loyauté efficacité durabilité transparence LIVREZ DES PRODUITS PARMI LES MEILLEURS DE LEUR CATÉGORIE SOLUTIONS D AUDIT, DE CERTIFICATION ET DE FORMATION

Plus en détail

Qualité. Sécurité Alimentaire

Qualité. Sécurité Alimentaire Le service Qualité Présentation du Service Démarche Qualité Qualité Réalisation des dossiers d agrément sanitaire pour les cuisines centrales >60 affermés API Réalisation des dossiers d accréditation en

Plus en détail

GESTIONS DE CRISE Gestion de crise et coopération au niveau d'un groupe européen

GESTIONS DE CRISE Gestion de crise et coopération au niveau d'un groupe européen GESTIONS DE CRISE Gestion de crise et coopération au niveau d'un groupe européen Crisis management Crisis management and cooperation in a European group Oléagineux, Corps Gras, Lipides. Volume 7, Numéro

Plus en détail

Catalogue Formation 2015

Catalogue Formation 2015 Catalogue Formation 2015 Because you care about CONSUMERS HEALTH HACCP Expertise, votre partenaire en sécurité des aliments Présentation du catalogue Pourquoi faire de la formation? Formation préventive

Plus en détail

Technicien Qualité QUALIFICATION UIMM N MQ 92 11 89 01 01

Technicien Qualité QUALIFICATION UIMM N MQ 92 11 89 01 01 Technicien Qualité QUALIFICATION UIMM N MQ 92 11 89 01 01 Finalité professionnelle Sous le contrôle du responsable qualité (et/ou sécurité-environnement), de l animateur qualité (et/ou sécurité-environnement)

Plus en détail

LA QUALITE, L ASSURANCE DE LA QUALITE ET LA CERTIFICATION ISO 9001

LA QUALITE, L ASSURANCE DE LA QUALITE ET LA CERTIFICATION ISO 9001 LA QUALITE, L ASSURANCE DE LA QUALITE ET LA CERTIFICATION ISO 9001 I/ HISTORIQUE DE LA QUALITE La qualité est un souci permanent de l homme depuis longtemps. Jusqu au XIX ème siècle, c est l ère artisanale

Plus en détail

L analyse de risque des ESP dans les études d ingénierie d unités industrielles «Pétrole & Gaz».

L analyse de risque des ESP dans les études d ingénierie d unités industrielles «Pétrole & Gaz». L analyse de risque des ESP dans les études d ingénierie d unités industrielles «Pétrole & Gaz». Bruno LEQUIME, Département HSE Etudes. Sommaire I. Introduction la DESP et le contexte international. II.

Plus en détail

Amendement de la norme ISO 9001

Amendement de la norme ISO 9001 Amendement de la norme ISO 9001 François BOUCHER AFNOR Normalisation Repris par Claude GIRARD AFNOR Délégation Bretagne Un toilettage? SOMMAIRE Pourquoi une révision de la norme? Ce qui ne change pas Ce

Plus en détail

Surveillance et Contrôle

Surveillance et Contrôle Surveillance et Contrôle Rappel Surveillance et Contrôle Gestionnaires des risques Approche scientifique par les risques fondement Mesures sanitaires Options de gestion Activités de surveillance et de

Plus en détail

Archived Content. Contenu archivé

Archived Content. Contenu archivé ARCHIVED - Archiving Content ARCHIVÉE - Contenu archivé Archived Content Contenu archivé Information identified as archived is provided for reference, research or recordkeeping purposes. It is not subject

Plus en détail

La nouvelle réglementation européenne relative à l hygiène des aliments: «Paquet Hygiène»

La nouvelle réglementation européenne relative à l hygiène des aliments: «Paquet Hygiène» La nouvelle réglementation européenne relative à l hygiène des aliments: «Paquet Hygiène» Direction Départementale des Services Vétérinaires de Meurthe-et-Moselle Plan 1. Objectifs de la réforme 2. Quels

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion Préambule Présentation Les technologies de l information

Plus en détail

parle-t-on de l HACCP? Directive CEE 93/43 hygiène des aliments janvier 1996 principes fondamentaux de la méthode HACCP

parle-t-on de l HACCP? Directive CEE 93/43 hygiène des aliments janvier 1996 principes fondamentaux de la méthode HACCP HACCP parle-t-on de l HACCP? La réglementation en matière d hygiène alimentaire a considérablement évolué ces dernières années. La compétence des professionnels dans le choix des moyens à mettre en œuvre

Plus en détail

Business Project Management : Cycle de vie des documents et workflow

Business Project Management : Cycle de vie des documents et workflow Business Project Management : Cycle de vie des documents et workflow Iut de Tours Département Information-Communication Option Gestion de l Information et du Document dans les Organisations Page 1 sur

Plus en détail

Name of document. Audit Report on the CORTE Quality System: confirmation of the certification (October 2011) Prepared by.

Name of document. Audit Report on the CORTE Quality System: confirmation of the certification (October 2011) Prepared by. AUDIT REPORT ON THE CORTE QUALITY SYSTEM: CONFIRMATION OF THE CERTIFICATION (OCTOBER 2011) Name of document Prepared by Audit Report on the CORTE Quality System: confirmation of the certification (October

Plus en détail

DOMAINE D'ACTIVITE 1 : ORGANISATION DES ARRIVAGES, DES RECEPTIONS ET DES EXPEDITIONS DES MATERIELS ET DES INGREDIENTS

DOMAINE D'ACTIVITE 1 : ORGANISATION DES ARRIVAGES, DES RECEPTIONS ET DES EXPEDITIONS DES MATERIELS ET DES INGREDIENTS REFERENTIEL D ACTIVITES FICHE 6 INGENIERIE : REFERENTIEL D ACTIVITES ET REFERENTIEL DE CERTIFICATION REFERENTIEL DE CERTIFICATION ACTIVITE et TACHES COMPETENCES ASSOCIEES AUX ACTIVITES ET TACHES COMPETENCES

Plus en détail

PEINTAMELEC Ingénierie

PEINTAMELEC Ingénierie PEINTAMELEC Ingénierie Moteurs de productivité Drivers of productivity Automatisation de systèmes de production Informatique industrielle Manutention Contrôle Assemblage Automating production systems Industrial

Plus en détail

Modalités de candidature et de certification. Niveau 1. Certification de personnes Expert méthode HACCP/SMSDA

Modalités de candidature et de certification. Niveau 1. Certification de personnes Expert méthode HACCP/SMSDA Modalités de candidature et de certification Niveau 1 Certification de personnes Expert méthode HACCP/SMSDA La certification d'expert méthode HACCP/SMSDA s adresse à des professionnels confirmés qui veulent

Plus en détail

DÉMARCHE HACCP RESTAURATION. Guide pour l analyse des dangers. Restauration commerciale Restauration collective à caractère social

DÉMARCHE HACCP RESTAURATION. Guide pour l analyse des dangers. Restauration commerciale Restauration collective à caractère social DÉMARCHE HACCP EN RESTAURATION Guide pour l analyse des dangers Restauration commerciale Restauration collective à caractère social Ce livre a obtenu un prix dans la catégorie ouvrages professionnels -

Plus en détail

LES SYSTÈMES DE CONTRÔLE DE QUALITÉ (TELS QUE LE SYSTEME ISO 9000) POUR L'ÉVALUATION DES SERVICES VÉTÉRINAIRES DANS LE CADRE DU COMMERCE INTERNATIONAL

LES SYSTÈMES DE CONTRÔLE DE QUALITÉ (TELS QUE LE SYSTEME ISO 9000) POUR L'ÉVALUATION DES SERVICES VÉTÉRINAIRES DANS LE CADRE DU COMMERCE INTERNATIONAL LES SYSTÈMES DE CONTRÔLE DE QUALITÉ (TELS QUE LE SYSTEME ISO 9000) POUR L'ÉVALUATION DES SERVICES VÉTÉRINAIRES DANS LE CADRE DU COMMERCE INTERNATIONAL F. Gerster Directeur des Services vétérinaires, 4

Plus en détail

JUSTICE BY ANY OTHER NAME? LES MÉCANISMES DE PLAINTE DES BANQUES DE DÉVELOPPEMENT

JUSTICE BY ANY OTHER NAME? LES MÉCANISMES DE PLAINTE DES BANQUES DE DÉVELOPPEMENT Centre d Etudes et de Recherches Internationales et Communautaires (CERIC), UMR 7318 CNRS / Aix-Marseille University JUSTICE BY ANY OTHER NAME? LES MÉCANISMES DE PLAINTE DES BANQUES DE DÉVELOPPEMENT Vanessa

Plus en détail

L analyse de processus au service de la gestion des risques

L analyse de processus au service de la gestion des risques L analyse de processus au service de la gestion des risques 1. Pourquoi faire? 2. L analyse des processus : une notion clé Définition Typologie et cartographie Niveaux d approche 3. Une approche pour identifier

Plus en détail

Système de Management Intégré Qualité, Sécurité et Environnement. Un atout pour l entreprise

Système de Management Intégré Qualité, Sécurité et Environnement. Un atout pour l entreprise CCI Moselle, le16 avril 2013 Système de Management Intégré Qualité, Sécurité et Environnement Un atout pour l entreprise Intervention de Olivier Rousseaux, Auditeur QSE, Expert en organisation et management

Plus en détail

Le guide des bonnes pratiques d hygiène et la qualité alimentaire en restauration

Le guide des bonnes pratiques d hygiène et la qualité alimentaire en restauration FORMATION : THEORIQUE C.H.R. / INTRA-ENTREPRISE MODULE Le guide des bonnes pratiques d hygiène et la qualité alimentaire en restauration TYPE DE FORMATION : Hygiène et sécurité, qualité normalisation,

Plus en détail

Référentiel du Baccalauréat professionnel MAINTENANCE DES EQUIPEMENTS INDUSTRIELS

Référentiel du Baccalauréat professionnel MAINTENANCE DES EQUIPEMENTS INDUSTRIELS Référentiel du Baccalauréat professionnel MAINTENANCE DES EQUIPEMENTS INDUSTRIELS Juin 2005 SOMMAIRE DES ANNEXES DE L ARRÊTÉ DE CRÉATION DU DIPLÔME ANNEXE I : RÉFÉRENTIELS DU DIPLÔME I a. Référentiel

Plus en détail

Définir une politique de maintenance et sa stratégie de mise en œuvre de responsabilités

Définir une politique de maintenance et sa stratégie de mise en œuvre de responsabilités Chapitre 1 Définir une politique de maintenance et sa stratégie de mise en œuvre de responsabilités La politique de maintenance, entre prévention et correction 25 f Qu est-ce que le «préventif» et le «correctif»?

Plus en détail

COMMUNE DE GRESY-SUR-AIX

COMMUNE DE GRESY-SUR-AIX COMMUNE DE GRESY-SUR-AIX Marché public pour la restauration scolaire (du 01/09/2015 au dernier jour précédent la rentrée scolaire 2016, renouvelable une fois) Date et heure limite de réception des offres

Plus en détail

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs Appendice 2 (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs NOTE Dans les propositions de Texte identique, XXX désigne un qualificatif de norme

Plus en détail

LA QUALITE DU LOGICIEL

LA QUALITE DU LOGICIEL LA QUALITE DU LOGICIEL I INTRODUCTION L'information est aujourd'hui une ressource stratégique pour la plupart des entreprises, dans lesquelles de très nombreuses activités reposent sur l'exploitation d'applications

Plus en détail

AUDIT COMMITTEE: TERMS OF REFERENCE

AUDIT COMMITTEE: TERMS OF REFERENCE AUDIT COMMITTEE: TERMS OF REFERENCE PURPOSE The Audit Committee (the Committee), assists the Board of Trustees to fulfill its oversight responsibilities to the Crown, as shareholder, for the following

Plus en détail

Plan de Maîtrise Sanitaire ALPA CONSULT NORD REPRODUCTION INTERDITE

Plan de Maîtrise Sanitaire ALPA CONSULT NORD REPRODUCTION INTERDITE Plan de Maîtrise Sanitaire SOMMAIRE A) Généralités 1- Historique du Plan de Maîtrise Sanitaire (PMS) 2- Réglementation alimentaire B) Les Bonnes Pratiques d Hygiène 1- Le personnel 2- La maintenance 3-

Plus en détail

isrs 7 Améliorer la performance Sécurité, Environnement et Opérationnelle

isrs 7 Améliorer la performance Sécurité, Environnement et Opérationnelle isrs 7 Améliorer la performance Sécurité, Environnement et Opérationnelle 2 isrs 7 : pour la santé de votre entreprise Pour répondre à l accroissement des multiples exigences de vos Parties Intéressées,

Plus en détail

Audit interne. Audit interne

Audit interne. Audit interne Définition de l'audit interne L'Audit Interne est une activité indépendante et objective qui donne à une organisation une assurance sur le degré de maîtrise de ses opérations, lui apporte ses conseils

Plus en détail

HACCP et sécurité sanitaire des aliments

HACCP et sécurité sanitaire des aliments HACCP et sécurité sanitaire des aliments 1. A votre avis, comment cet accident aurait-il pu être évité? En identifiant les risques alimentaires potentiels liés à l activité de conserverie artisanale et

Plus en détail

FORMATION. DELLAOU Othman-BELKERCHA Nabil-MARIAYE Johann V1.0 NON CONFORMITE. Polyformation & Consulting

FORMATION. DELLAOU Othman-BELKERCHA Nabil-MARIAYE Johann V1.0 NON CONFORMITE. Polyformation & Consulting FORMATION DELLAOU Othman-BELKERCHA Nabil-MARIAYE Johann V1.0 POLYFORMATION & CONSULTING NON CONFORMITE Animé par les consultants du Cabinet : OJN_CONSULTING Polyformation & Consulting 64, place des papillons

Plus en détail

Baccalauréat professionnel. Maintenance des Équipements Industriels

Baccalauréat professionnel. Maintenance des Équipements Industriels Baccalauréat professionnel Maintenance des Équipements Industriels 2005 SOMMAIRE DES ANNEXES DE L ARRÊTÉ DE CRÉATION DU DIPLÔME ANNEXE I : RÉFÉRENTIELS DU DIPLÔME I a. Référentiel des activités professionnelles...7

Plus en détail

BRC Food nouvelle version 7 Quels changements? comment se préparer?

BRC Food nouvelle version 7 Quels changements? comment se préparer? BRC Food nouvelle version 7 Quels changements? comment se préparer? FSSC 22000 Etat des lieux en France et à l'international. Principales différences par rapports aux référentiels grande distribution (BRC/IFS)

Plus en détail

Curriculum Vitae. X Mise à jour. CV mis à jour le (DATE) : 10/08/09 PRENOM NADIA NOM ATROUN. Date de Tél. 0771 13 63 29 17 Avenue de pékin EL MOURADIA

Curriculum Vitae. X Mise à jour. CV mis à jour le (DATE) : 10/08/09 PRENOM NADIA NOM ATROUN. Date de Tél. 0771 13 63 29 17 Avenue de pékin EL MOURADIA Adresse Date de Tél. 0771 13 63 29 17 Avenue de pékin EL MOURADIA naissance ALGER Civilité (M., Mme, Fax Mlle) Code postal et ville 16000 ALGER E-mail nadiaatroun@hotmail.com Pays ALGERIE Expériences professionnelles

Plus en détail

CONNAISSANCE DE SOI APPRENDRE A AVOIR CONFIANCE EN SOI

CONNAISSANCE DE SOI APPRENDRE A AVOIR CONFIANCE EN SOI CONNAISSANCE DE SOI APPRENDRE A AVOIR CONFIANCE EN SOI Comprendre ses propres stratégies d échec et de réussite Mettre à jour ses freins, ses propres croyances Développer son potentiel et repousser ses

Plus en détail

PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE

PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE Référentiel de certification du Baccalauréat professionnel GESTION ADMINISTRATION PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE 1 Le référentiel de certification du Baccalauréat GESTION ADMINISTRATION Architecture

Plus en détail

M - Restauration. M1 - Organisation et production M2 - Hygiène et sécurité alimentaire M3 - Distribution et service M4 - Équilibre nutritionnel

M - Restauration. M1 - Organisation et production M2 - Hygiène et sécurité alimentaire M3 - Distribution et service M4 - Équilibre nutritionnel M - M1 - Organisation et production M2 - Hygiène et sécurité alimentaire M3 - Distribution et service M4 - Équilibre nutritionnel Sous-domaine : M1 - Organisation et production R - 002 : du 28/04/ au 30/04/

Plus en détail

Animation de la démarche Santé et Sécurité au Travail pour Les Crudettes SAS

Animation de la démarche Santé et Sécurité au Travail pour Les Crudettes SAS MINISTERE DE L AGRICULTURE LES CRUDETTES SAS www.lescrudettes.com MÉMOIRE DE FIN D ÉTUDES présenté pour l obtention du diplôme d ingénieur agronome spécialisation : Agro-alimentaire option : QUALI-RISQUES

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion. Marie Gies - Contrôle de gestion et gestion prévisionnelle - Chapitre 1

Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion. Marie Gies - Contrôle de gestion et gestion prévisionnelle - Chapitre 1 Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion Introduction 2 Contrôle de gestion : fonction aujourd hui bien institutionnalisée dans les entreprises Objectif : permettre une gestion rigoureuse et une

Plus en détail

La gestion documentaire les bases d'un système de management de la qualité

La gestion documentaire les bases d'un système de management de la qualité La gestion documentaire les bases d'un système de management de la qualité 8 ème journée professionnelle de l ANTAB - 21 Octobre 2011 Fatima TOUBAIS Ingénieur qualité Accréditation des Laboratoires Direction

Plus en détail

CAP Employé de vente spécialisé REFERENTIEL DES ACTIVITES PROFESSIONNELLES CHAMP D ACTIVITÉ

CAP Employé de vente spécialisé REFERENTIEL DES ACTIVITES PROFESSIONNELLES CHAMP D ACTIVITÉ REFERENTIEL DES ACTIVITES PROFESSIONNELLES CHAMP D ACTIVITÉ 1.1. DÉFINITION En point de vente spécialisé, le titulaire de ce CAP accueille et informe le client. Il présente les caractéristiques techniques

Plus en détail

NOM ENTREPRISE. Document : Plan Qualité Spécifique du Projet / Project Specific Quality Plan

NOM ENTREPRISE. Document : Plan Qualité Spécifique du Projet / Project Specific Quality Plan Document : Plan Qualité Spécifique du Projet Project Specific Quality Plan Référence Reference : QP-3130-Rev 01 Date Date : 12022008 Nombre de Pages Number of Pages : 6 Projet Project : JR 100 Rédacteur

Plus en détail

Le Plan de Maîtrise Sanitaire (PMS) : une exigence réglementaire

Le Plan de Maîtrise Sanitaire (PMS) : une exigence réglementaire Le Plan de Maîtrise Sanitaire (PMS) : une exigence réglementaire Séminaire ANSES (21 novembre 2011) Direction générale de l alimentation SA/SDSSA/BETD 1 Architecture des règlements du Paquet Hygiène FOOD

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

Certificat de Spécialisation «RESPONSABLE TECHNICO-COMMERCIAL : AGRO-FOURNITURES»

Certificat de Spécialisation «RESPONSABLE TECHNICO-COMMERCIAL : AGRO-FOURNITURES» Certificat de Spécialisation «RESPONSABLE TECHNICO-COMMERCIAL : AGRO-FOURNITURES» S appuyant sur le Brevet de Technicien Supérieur Agricole : Analyse et conduite des systèmes d exploitation Arrêté du 27

Plus en détail

Le champ d application de notre système de management

Le champ d application de notre système de management NOS ACTIVITES NOTRE ENGAGEMENT NOTRE FONCTIONNEMENT Le périmètre de notre système de management Le périmètre du Système de Management correspond au site de Bordeaux (usine, Unité de Développement des Systèmes

Plus en détail

Mise en place d'une démarche qualité et maintien de la certification ISO 9001:2008 dans un système d'information

Mise en place d'une démarche qualité et maintien de la certification ISO 9001:2008 dans un système d'information Mise en place d'une démarche qualité et maintien de la certification ISO 9001:2008 dans un système d'information IMGT The international ImMunoGeneTics information system Joumana Jabado-Michaloud IE Bioinformatique,

Plus en détail

Archived Content. Contenu archivé

Archived Content. Contenu archivé ARCHIVED - Archiving Content ARCHIVÉE - Contenu archivé Archived Content Contenu archivé Information identified as archived is provided for reference, research or recordkeeping purposes. It is not subject

Plus en détail

147788-LLP IT-ECVET N.E.T.WORK

147788-LLP IT-ECVET N.E.T.WORK ECVET system for No borders in tourism hospitality European Training and Work N.E.T.WORK 147788--1-IT-ECVET Units of learning outcomes What methods have you used? Le projet a pris en compte, à l avance

Plus en détail

DEVENIR ANIMATEUR QUALITÉ

DEVENIR ANIMATEUR QUALITÉ Objectif général : A l issue de la formation, le participant sera capable de : Comprendre le rôle et les missions de l animateur qualité Acquérir les méthodes nécessaires pour mener les missions de l animateur

Plus en détail

Stratégies de requalification

Stratégies de requalification Stratégies de requalification Pourquoi requalifier?! Attentes réglementaires HPFBI :! «Revalidation du procédé (process revalidation) : Nécessaire lorsque l'on change l'un ou l'autre des paramètres critiques

Plus en détail

LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES

LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES Il décline les activités/compétences qui peuvent être partagées par d autres métiers et d autres familles

Plus en détail

ACCUEIL ET CONVIVIALITE DANS LA RESTAURATION Réf : R 01

ACCUEIL ET CONVIVIALITE DANS LA RESTAURATION Réf : R 01 ACCUEIL ET CONVIVIALITE DANS LA RESTAURATION Réf : R 01 Durée : 14 heures 990 HT / jour Dates : à définir en 2012 Savoir gérer les conflits dans un service de restauration Savoir organiser et animer une

Plus en détail

Formation «Système de gestion des documents d activité (SGDA)»

Formation «Système de gestion des documents d activité (SGDA)» Formation «Système de gestion des documents d activité (SGDA)» **** Norme principale : - ISO 3030X : Système de gestion des documents d activité (SGDA) ; Normes Connexes : - ISO 15489 : Records Management

Plus en détail

O RMATION. Ingénierie Système Management de Projet Évaluation de la Maturité

O RMATION. Ingénierie Système Management de Projet Évaluation de la Maturité PLANS F de O RMATION Ingénierie Système Management de Projet Évaluation de la Maturité O R G A N I S A T I O N ACTEURS CONCERNÉS Les concepteurs de systèmes doivent détecter, analyser les besoins des utilisateurs,

Plus en détail

Application Form/ Formulaire de demande

Application Form/ Formulaire de demande Application Form/ Formulaire de demande Ecosystem Approaches to Health: Summer Workshop and Field school Approches écosystémiques de la santé: Atelier intensif et stage d été Please submit your application

Plus en détail

ISO/CEI 19770-1. Technologies de l information Gestion des actifs logiciels. Partie 1: Procédés et évaluation progressive de la conformité

ISO/CEI 19770-1. Technologies de l information Gestion des actifs logiciels. Partie 1: Procédés et évaluation progressive de la conformité NORME INTERNATIONALE ISO/CEI 19770-1 Deuxième édition 2012-06-15 Technologies de l information Gestion des actifs logiciels Partie 1: Procédés et évaluation progressive de la conformité Information technology

Plus en détail

MARKETING MIX. Politique Produit. Les composantes d un produit POLITIQUE PRODUIT

MARKETING MIX. Politique Produit. Les composantes d un produit POLITIQUE PRODUIT MARKETING MIX POLITIQUE PRODUIT Sandrine Monfort Politique Produit! Les composantes d un produit! Les classifications produit! Lancement produit! Politique de gamme! Politique de marque Les composantes

Plus en détail