LES ENJEUX DE LA DÉMATÉRIALISATION

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES ENJEUX DE LA DÉMATÉRIALISATION"

Transcription

1 N 75 CARREFOUR DES ORGANISATIONS L actualité de la banque et du tertiaire financier LES ENJEUX DE LA DÉMATÉRIALISATION Les projets «zéro papier» initiés dans les années 90, n ont pas produit les résultats escomptés. Le passage à l entreprise numérique leur redonne de l actualité. Selon une récente enquête de «The Economist Intelligence Unit», 80% des dirigeants interrogés se disent convaincus que l environnement de travail sera virtuel en Il nous reste 6 ans! Les bénéfices attendus d un projet de dématérialisation touchent des domaines divers. En voici quelques exemples illustrés pour une Banque Régionale d environ collaborateurs. SOMMAIRE Edito Les contours du projet Les étapes clés du projet Les leviers du succès Dématérialisation et télétravail L offre TREND P1 P2 P3 P4 P5 P6 ACCÈS ET PARTAGE DES INFORMATIONS La numérisation rend l information disponible à tout moment, partout et pour tous. Il devient inutile d éditer ou de photocopier pour transmettre ou «garder une trace». Pour une Banque Régionale type, l enjeu est de plus de 630 K annuel pour le papier, les consommables, la location de copieurs L organisation gagne en efficacité : terminés le classement et les recherches dans des dossiers plus ou moins biens tenus. La numérisation permet de paralléliser les tâches : deux ou trois acteurs peuvent intervenir simultanément sur le même dossier. Les délais de traitement et de décision sont raccourcis. La numérisation est cohérente avec le développement du multicanal, le client peut librement choisir les modalités d échange et de contact. locaux. Chiffré sur la base de nos différents benchmark, il représente près de K l an incluant location, amortissement, maintenance et entretiens. Si l on rajoute l archivage, l enjeu se porte à K. Nos dernières missions ont permis de définir des cibles de réduction dépassant 80% des volumes. À terme c est une réduction annuelle d environ K des charges de fonctionnement qui est à envisager, liée à ce poste de stockage et d archivage. Le billet de Loïc Carpentier La dématérialisation des processus est le passage obligé pour la transition digitale. Dans le monde de la banque, il y a dix ans, le passage à l image chèque a démontré la puissance de la dématérialisation des processus pour réduire les coûts et améliorer la performance. À l époque, il s agissait de moderniser le traitement d un document nativement papier : le chèque. Aujourd hui la question se pose en tout autres termes : il s agit d intégrer les «exceptions papiers» dans des traitements nativement numériques. CIRCULATION DU COURRIER Plus de 80% des documents traités au siège d une banque sont issus du courrier interne, et très majoritairement en provenance des agences. Le coût des navettes courrier et du tri externalisé du courrier dépasse 770 K. Avec la numérisation à la source, l organisation gagne en réactivité. Les documents sont traités «au fil de l eau». Elle gagne également en souplesse : la traçabilité et la mesure en continue des flux permet de piloter les ressources et les résultats. STOCKAGE ET ARCHIVAGE DES DOCUMENTS Dans une Banque, le stockage papier occupe jusqu à 15% de la superficie des RÉDUCTION DE L EMPREINTE CARBONE Selon l ADEME, un employé de bureau consomme 94 kilogrammes de papier chaque année dont 55 kilogrammes sous forme de ramettes. Nos missions nous font rencontrer des consommations encore plus élevées. Une ramette de papier non recyclé exige 7 kilogrammes de bois, 130 litres d eau et produit l émission de 3,5 kilogrammes de CO². La dématérialisation a un impact direct sur la réduction de l emprunte carbone. La dématérialisation est aussi la condition nécessaire au développement du télétravail. Ce dernier est, pour le tertiaire bancaire, un très fort levier pour la réduction des émissions de gaz à effet de serre. La trajectoire «zéro papier» est le projet phare en matière de RSE. - Août

2 LES CONTOURS DU PROJET Cyrille Le Gallais Manager Trend Consultants Au stade de la décision d opportunité, quatre questions sont régulièrement posées. Elles ne trouveront pas nécessairement réponse avant que la faisabilité soit vérifiée. Elles méritent cependant d être discutées et surtout d être éclaircies avant que de s engager dans des choix. LES CONTOURS DU PROJET 1 Comment 2 Doit-on 3 4 et où dématérialiser les flux? reprendre les stocks? Doit-on faire totalement disparaître le papier? Quand doit-on modifier les processus? LES ÉTAPES CLÉS DU PROJET 5 Diagnostiquer 6 Cadrer 7 Définir 8 Définir les flux et les stocks LES LEVIERS DU SUCCÈS 9 Travailler la solution technique les besoins une cible sur l opti - misation des processus Profiter des offres techniques Mobiliser les collaborateurs COMMENT ET OÙ DÉMATÉRIALISER LES FLUX? La dématérialisation à la source (par le client ou le partenaire) est une cible idéale et parfaite. La transmission numérique à la banque des liasses fiscales des entreprises par le comptable agréé en est une illustration. Lorsqu elle n est pas possible, l acquisition des informations (les données) et des éléments de preuve (l image des documents) est à réaliser au plus tôt dans le processus. En ce sens, leur acquisition par le réseau commercial est la solution la plus souvent retenue. La charge de numérisation se substituant à celles de photocopie, constitution de dossier, transfert, classement est acceptable. Un accompagnement est nécessaire pour éviter d éventuels rejets. Pour les documents ne transitant pas par l agence, la dématérialisation des données est à réaliser par le premier acteur amené à les traiter. Cette entité peut être «un service courrier» interne ou un prestataire externe. DOIT-ON REPRENDRE LES STOCKS? Des volumes conservés élevés et des besoins faibles d accès à l information rendent la reprise et la numérisation préalable des stocks contre-productives. La solution pragmatique consiste en «une reprise au fil de l eau». Des règles concernant cette étape sont à définir pour éviter de numériser des documents inutiles. Pour les dossiers en vie, la décision passe par une analyse de la situation. Le critère déterminant est la durée de vie de l opération. Plus elle est courte, moins la reprise devient pertinente. L entreprise peut se fixer des normes, en dessous d une durée de vie moyenne de 6 mois, les dossiers en cours ne seront pas numérisés. Ils rejoindront à leur terme les archives anciennes. DOIT-ON FAIRE TOTALEMENT DISPARAÎTRE LE PAPIER? Le projet intègre un volet concernant le sort des documents papier après leur numérisation. Selon les cas, la conservation d un exemplaire papier pourra s avérer nécessaire. Interviendront dans la décision, la Fonction Juridique, l Audit et la Conformité. D expérience, plus de 70 % des documents peuvent être détruits, sans jamais rejoindre des archives. Un «espace tampon» de conservation de courte durée répond à l essentiel des besoins. Il peut être tentant de limiter drastiquement la fonctionnalité d édition à quelques acteurs au motif que l information est disponible dans le système. À terme, une fois les nouvelles habitudes de travail prises, cela va dans le sens d une réduction du papier. Mis en place immédiatement, cela risque d entraîner une pratique de photocopies systématique en même temps que la numérisation. QUAND DOIT-ON MODIFIER LES PROCESSUS? L expérience démontre que les processus doivent être modifiés avant le déploiement de la dématérialisation. Limiter le nombre d acteurs, uniformiser les processus en diminuant les alternatives fluidifient les fonctionnements «papier». Cela réduit également les besoins et la complexité du paramétrage des work flows Les modalités de contrôle ont une incidence sur le besoin d accès à l information et la nature des documents à numériser. La mise en place d un contrôle systématique par les services du siège va conduire à la dématérialisation des dossiers. Un autocontrôle pourrait permettre un envoi direct aux archives et une numérisation en cas de besoin (passage au contentieux). - Août

3 LES ÉTAPES CLÉS DU PROJET Projet à forte composante technique, la dématérialisation est surtout un projet destiné à modifier en profondeur les fonctionnements de l entreprise, pour une meilleure performance, une plus grande réactivité et une qualité opérationnelle accrue. Les étapes de définition revêtent une importance déterminante. DIAGNOSTIQUER LES FLUX ET LES STOCKS Le recensement, la mesure et l analyse des stocks permettent d éclairer les enjeux. Ce travail porte sur les documents stockés dans les bureaux et dans les archives. Coté méthode, un questionnaire utilisant les chartes d archivage existantes est soumis à l ensemble des managers. Le questionnaire porte sur les informations quantitatives, mais également qualitatives : nature, utilisation, consultation des documents. Pour les flux, le plus simple est de mettre en place un suivi au niveau du service Courrier. On mesurera le nombre de plis reçus par chaque entité organisationnelle et l origine des documents (Agences, Siège ou externe). Le même travail sera réalisé pour les flux sortants. Au terme de cette étape préliminaire, on disposera d une vue qualitative et quantitative. Cette vue permettra de fixer les critères de priorités (fort volume de stocks et / ou flux importants) et de définir l ordre d intervention sur les différents processus. CADRER LA SOLUTION TECHNIQUE LE DIMENSIONNEMENT Le dimensionnement des serveurs va dépendre du nombre de pages à conserver et de la durée de conservation. Une analyse détaillée des documents produits et échangés lors des traitements est incontournable pour dimensionner l espace de stockage numérique. Analyser l organisation est ensuite nécessaire pour définir le nombre d accès (individuels et simultanés). La connaissance du nombre d accès «autorisés» est cruciale lorsque la solution retenue comporte une part de facturation liée au nombre d utilisateurs. L AMBITION L ampleur du projet informatique va dépendre de trois facteurs : le niveau d intégration souhaité avec les applicatifs métiers, le besoin de développement de workflow et l articulation avec les bases et outils de pilotage. L analyse du système d information permet de réaliser un premier diagnostic. Une bonne pratique consiste à recenser les éléments disponibles dans les applicatifs existants. La priorité sera d identifier les fonctionnalités à créer en lien avec la disparition des «supports papier». DÉFINIR LES BESOINS ANALYSER ET MESURER L ORGANISATION ACTUELLE L analyse des processus de traitement est une base pour comprendre les besoins liés à la dématérialisation. Le nombre d intervenants, la gestion des échanges entre les acteurs ont une incidence sur le niveau de sophistication du workflow. Dans un processus papier, le Responsable de service affecte le dossier, choisit le circuit de traitement en parcourant rapidement quelques éléments clés. La GED doit proposer une solution pour redéfinir les conditions d affectation des activités. La dématérialisation se doit de dégager des gains de performance dans les structures opérationnelles. Sans mesure initiale de la charge de travail, le risque est de produire une «solution» sans gain, voire de générer une augmentation des coûts de traitement. LES BESOINS DE PILOTAGE ASSOCIÉS Dans certaines organisations, le pilotage de l activité repose encore sur la mesure visuelle des stocks. La dématérialisation remet en cause ces pratiques. À la logique «volume» se substitue la logique «délai de traitement». Les principales alertes porteront sur la présence de dossiers «anciens». Au-delà du pilotage opérationnel, les modalités de contrôle sont à redéfinir. Pour la hiérarchie ainsi que pour la Conformité et l Audit, le changement de support ne doit pas conduire à la création de «points aveugles». Néanmoins la traçabilité ne peut plus s appuyer sur une fiche ou étiquette de contrôle portée au dossier. DÉFINIR UNE CIBLE DÉFINIR UNE ORGANISATION CIBLE La description de la cible repose sur les éléments «classiques» d une organisation : processus de traitement, organigrammes, postes et effectifs. Deux autres aspects doivent impérativement être pris en compte. Les conditions de travail sont transformées par la mise en place d un traitement sans papier. Une attention particulière est à apporter aux moyens matériels à mettre en œuvre, double écran, scanner de bureau Le besoin en surface de travail s agrandit. Par-delà l évolution du mobilier ce pourra être l ensemble de l espace de travail qui nécessitera d être revu. L objectif recherché est un changement des modes de fonctionnement. La maîtrise d ouvrage en charge de l expression de besoins ne doit pas se limiter aux «fonctionnalités attendues». Elle doit étendre sa demande à la description des «nouveaux modes de fonctionnement attendus». CHOISIR UN SCÉNARIO TECHNIQUE, UN CALENDRIER DE DÉPLOIEMENT ET UNE TRAJECTOIRE DE GÉNÉRALISATION Les offres logicielles sont nombreuses et diversifiées. L expression des besoins permettra de comparer les fonctionnalités attendues avec celles portées par les solutions. Plus les besoins en termes de workflow et de pilotage seront importants, plus il peut être nécessaire de rajouter au socle GED des briques complémentaires. A l ambition initiale d une entreprise «zéro papier», la réalité impose ses limites. Le choix d un périmètre (structure ou processus) permet de définir un univers opérationnel. Pour les fonctionnalités, un déploiement par lot est une option envisageable. - Août

4 LES LEVIERS DU SUCCÈS Le succès d un projet de dématérialisation se mesure à postériori par les gains de compétitivité obtenus. Cela suppose de bons choix et une bonne utilisation des offres techniques mais aussi deux autres points : des processus revus et optimisés et l adhésion des collaborateurs aux nouveaux modes de fonctionnement. TRAVAILLER SUR L OPTIMISATION DES PROCESSUS REPENSER LES PROCESSUS ET LES FLUX D INFORMATION Après une analyse des traitements, on constate qu une partie non négligeable des documents émis et archivés le sont pour supporter un processus de traitement complexe. La remise en cause des modes de fonctionnement est un levier déterminant pour parvenir à en limiter cette prolifération. Augmenter l autonomie des services de l entreprise, c est diminuer le besoin de transfert d informations. Analyser les modes opératoires, c est constater des habitudes papivores. Les dossiers sont gros des copies d écran d applicatifs, des doubles de courriers envoyés Les éditions décentralisées sont une tentation «à imprimer et copier». Privilégier la mise en place d éditions centralisées c est en finir avec les mises sous plis manuelles, les relectures superflues et les doubles, triples exemplaires dans les dossiers. BESOIN DE DÉMATÉRIALISER De plus en plus de partenaires, de fournisseurs proposent des transmissions numériques plutôt que l envoi de documents. Une voie qui limite le besoin de dématérialisation et dans un certain nombre de cas facilite le traitement des opérations. Coté client, c est aussi une solution envisageable. La numérisation d un document s analyse au regard du besoin d accès à l information. Mettre en œuvre des solutions systématiques de scannérisation pour des documents faiblement utilisés n a pas forcément de sens. En accélérer l archivage et procéder à une reprise en cas de besoin peut être un dispositif plus efficace. PROFITER DES OFFRES TECHNIQUES CONSERVER EN NUMÉRIQUE CE QUI EST NATIVEMENT NUMÉRIQUE Le besoin de papier peut avoir pour origine l absence de partage de données numériques. Les factures fournisseurs constituent un cas d école. Si elles ne sont pas nativement dématérialisées, elles sont scannées dans les services comptables lors de leur enregistrement. Pour des besoins de traitement, de recherches ultérieures, les autres entités les éditent, en font des copies, conservent des doubles.un travail collaboratif sans accès et le partage d une base commune vont générer de multiples éditions et stockages de papier. L absence d historique informatique est également une source de conservation. Pour garantir la piste d audit, permettre des recherches rares, les historiques sont conservés sous forme les listings d opérations encombrant les services. L augmentation de l historique en ligne et la dématérialisation des historiques plus lointains sont un enjeu significatif. METTRE EN PLACE LA SIGNATURE ÉLECTRONIQUE Une première étape concerne la reconnaissance de l identité électronique pour les collaborateurs de l entreprise. Trop souvent des documents issus et historiés par les applicatifs sont édités, signés et photocopiés pour conserver la version portant paraphe du collaborateur ayant réalisé l opération... Une autre pratique en cours de déploiement dans les réseaux bancaires vise à doter le réseau d agences de tablettes de signatures destinées à recueillir les accords client. Cette pratique doit permettre de limiter sensiblement la production et la conservation du papier. Plus timide mais en constante accélération, la «véritable» signature électronique. Par un système d authentification des contractants, elle permet la conclusion d un contrat sans avoir à contrôler physiquement l identité des signataires ni à éditer d acte. MOBILISER LES COLLABORATEURS UN MESSAGE POSITIF Dans un secteur où l empreinte carbone est lié à un effet de bord (financement des activités polluantes), jouer sur la réduction du papier, des mètres carrés et pourquoi pas des déplacements des collaborateurs est une approche concrète en matière de Responsabilité Sociale et Environnementale. Jalon essentiel de la mise en œuvre de la Banque numérique, la dématérialisation des processus est portée par l opinion publique. Cet impact d image peut aller jusqu à augmenter l attractivité de l entreprise par sa contribution sociétale. Tous ces bénéfices sont à rendre visibles dans l entreprise. La mise en place d un tableau de bord de la dématérialisation fait partie du dispositif. Quelques indicateurs simples, réduction des versements aux archives, baisse du stockage dans les étages et un palmarès par service est un élément de mobilisation. PRÉPARER LE DÉPLOIEMENT Quatre points méritent une attention particulière. La mise en place d une «cellule de numérisation», pour accompagner la transition doit-elle être retenue? Dans nombre de projets elle a constitué un facteur de réussite. Les délais de numérisation sont-ils compatibles avec les contraintes de traitement? Et surtout sont-ils garantis quelques soient les volumes à traiter. La qualité de l indexation est-elle suffisante pour débuter le déploiement? Un système de Reconnaissance Automatique des Documents (RAD) voir de Lecture Automatique des Documents (LAD) sont-ils envisagés? Ces systèmes étant auto-apprenant, les périodes d apprentissage sont-elles prises en compte? Les nouveaux processus dématérialisés sont et seront transversaux aux organisations. La mise en place doit-être challengée étape par étape, contributeur par contributeur. Par-delà l excellence technique de la solution c est l intégration par les collaborateurs de nouveaux modes de fonctionnement dont il convient de s assurer. - Août

5 DÉMATÉRIALISATION ET TÉLÉTRAVAIL La dématérialisation et la virtualisation des espaces de travail ouvrent de nouveaux horizons pour l activité nomade et le télétravail. Ce qui pouvait paraître une utopie ou le retour aux pratiques oubliées du «travail à domicile» sont aujourd hui des réponses aux défis de la période. ÉTAT DES LIEUX 70% des cadres français se disent concernés par le travail mobile informel. Pour eux, le modèle constitué d un ordinateur fixe et un bureau attribué, fait partie du passé. Leurs références sont désormais un ordinateur portable, un smartphone, un bureau de passage, une salle de réunion Mais, moins de 9 % des salariés en France sont concernés par une pratique de télétravail organisée. Notre pays est loin derrière les Pays Bas, la Finlande ou la toute proche Belgique avec ses plus de 30%. VERS DE NOUVEAUX HORIZONS Dans le tertiaire, les vingt dernières années ont été marquées par de nombreux déplacements dans la localisation des emplois. Les opérations d externalisation, l offshorisation, ont permis d être certains que la «proximité» constituait une condition favorable mais non nécessaire. Pourquoi aller plus loin? Stabiliser les coûts de main d œuvre passe par la limitation des dépenses des salariés. Deux postes de dépenses des ménages se sont particulièrement alourdis dans la dernière décennie : les frais de logement et de transport. Le télétravail, en dépassant les contraintes de proximité domicile-travail apporte une réponse. Pour l Entreprise s ajoute la réduction des coûts indirects d accueil et d infrastructure. OUVRIR LES CHANTIERS Une vision étroite du télétravail, le confine aux cadres. L enjeu est tout autre. Le télétravail concerne massivement les fonctions administratives et transverses. La question est «par où commencer?» Un premier critère, basé sur les besoins fonctionnels de l entreprise est l amplitude nécessaire au service. Entre 7 heures du matin et 19 heures, douze heures d amplitudes, pour lesquels les besoins ne sont pas continus. Face à cette situation il devient nécessaire de multiplier les équipes, d intégrer des temps partiels... Le travail à domicile offre une alternative performante pour gérer les plages d activités discontinues et les horaires incomplets. Un second critère basé sur les caractéristiques des collaborateurs est le nombre actuel de temps partiels. Pour une partie de ces collaborateurs le travail à domicile ne serait-il pas une alternative? POINTS D ATTENTION ET DE MÉTHODE La principale limite au «télétravail» est : le collaborateur pourra t il travailler? Deux conditions sont à réunir. D abord qu il dispose des moyens : de l outil de travail et de l accès aux informations qu il devra utiliser. Ensuite qu il soit alimenté régulièrement en activité : le collaborateur ne doit pas se retrouver en rupture de charge. Un second sujet est l équilibre et l articulation entre équipe «télétravail» et équipes «résidente». Quelles activités, souvent support de la fonction, doivent rester en «résidence»? Quels types de collaborateurs doit-on conserver dans les locaux? A ce stade, l approche est de type organisationnel classique. Elle porte sur les processus et le dimensionnement par type et nature de poste. Dès la mise en place, doivent être abordées les questions de recrutement et de retour du statut «à domicile» au statut «résident». PILOTAGE ET ANIMATION D ÉQUIPE La présence sur le lieu de travail est traditionnellement l indicateur «d activité» du collaborateur. Depuis une dizaine d années le dépassement des horaires est présenté comme le critère d implication. Le travail hors les murs oblige à rompre avec ce mode d évaluation. Les standards de production permettent de mesurer le travail produit que l on soit résident ou non. Qu en est-il de l implication, de l enrichissement de l équipe, de la transmission d expérience? Il ne suffira pas de mettre en place quelques réunions «au siège». De nouveaux modes collaboratifs, utilisant les facilités du digital devront être mis en place. Le manager opérationnel, animateur d équipe, est l acteur qui connaît le plus de changements avec la mise en place du télétravail. Les conditions de réussite se situent à ce niveau. Christophe ROCHEGUDE Manager Solucom La synergie entre TREND Consultants et les équipes de Solucom permet de sécuriser l articulation entre l évolution des nouveaux processus et celle du système d information. La dématérialisation de processus banque requiert la mise en place de fonctions de gestion électronique de documents (GED) supportant les nouvelles pratiques métiers. L étude de processus dématérialisés cibles pour la banque doit donc être réalisée en cohérence avec une étude du système d information sous l angle GED : analyse de l existant SI, construction d une cible et d une trajectoire de mise en place du SI GED adaptés aux besoins. Cibles et trajectoires de processus et de GED sont conçues de façon combinée, permettant la transformation attendue. Les points d attention sont nombreux : intégration «sans couture» des fonctions GED aux fonctions des logiciels bancaires, pilotage de workflows en complément des logiques déjà pilotées par les logiciels bancaires, mise en place de l archivage numérique en conformité avec la charte d archivage, valeur probante et signature électronique, estimation des volumes documentaires, etc. Les solutions logicielles et techniques GED sont nombreuses, le choix d une architecture cible passe par l analyse des solutions internes banque le cas échéant et l intégration de solutions du marché adaptées au contexte. Un enjeu fort pour la solution GED est aussi d intégrer l espace client numérique, afin d inciter ceux-ci à démarrer les échanges avec la Banque sous une forme non matérialisée. - Août - Mai

6 L OFFRE TREND TREND Consultants accompagne ses clients partenaires bancaires et financiers dans leurs projets de dématérialisation des processus. Nous intervenons en trois temps : définition et ajustement de la trajectoire d entreprise, refonte de processus pour intégrer le fonctionnement dématérialisé et accompagnement de la mise en œuvre. Pour plus d information ou bénéficier d un retour d expérience, contactez Olivier SCHMITT Loïc CARPENTIER ou Cyrille LE GALLAIS DÉFINIR UNE TRAJECTOIRE DE DÉMATÉRIALISATION DES FLUX ACCOMPAGNER LA DÉMATÉRIALISATION D UN PROCESSSUS ACCOMPAGNER LA MISE EN PLACE D UN PROCESSSUS DÉMATÉRIALISÉ Un diagnostic des besoins, de l organisation Un diagnostic technique initial et un Une assistance dans la mise en œuvre visant à : et du système d information permettant de : accompagement jusqu à la mise en place du Accompagner les utilisateurs Définir un périmètre prioritaire nouveau processus : face au changement Proposer et mesurer les impacts du Définir les résultats attendus Aider à la mise en place fonctionnement cible Proposer un fonctionnement cible de la nouvelle organisation Choisir et chiffrer la solution technique (organisation, relation clients et informatique) Suivre les travaux d intégration dans le SI Planifier la mise en œuvre Cadrer le déploiement Piloter la mise en place 4 MOIS EN FONCTION DE L AMPLEUR DU PROJET 6 À 9 MOIS FORMATION Partout les projets innovants se multiplient et les équipes Organisation se renouvellent. Les Organisateurs, pilotes des transformations majeures de l Entreprise, ont à connaître les différentes méthodes possibles afin de proposer une démarche adaptée à la problématique. Trend Consultants propose un cursus complet de formations. Deux stages permettent d acquérir ou de réviser les fondamentaux. ORG1 : Réaliser le diagnostic organisationnel d une structure (service, département, direction) Prochaines dates : 10, 11 et 12 septembre 2014 Objectifs : Développer ses capacités à définir et à conduire une démarche de diagnostic organisationnel Structurer une approche selon les axes fondamentaux de l analyse d une organisation : structure, activités, performance, compétences Connaître et savoir utiliser les outils nécessaires pour diagnostiquer une organisation existante Expérimenter ses connaissances dans le cadre d études de cas réalisées en sous-groupes. ORG2 : Concevoir une organisation cible Prochaines dates : 29, 30 septembre et 1 er octobre Objectifs : Développer ses capacités à proposer des scénarios de changement dans le cadre d un projet d organisation Savoir utiliser des outils de créativité pour proposer des solutions innovantes Connaître et savoir utiliser les outils pour reconfigurer une organisation en cohérence avec les objectifs de l Entreprise Faciliter la prise de décision à partir d une argumentation pertinente Tester ses acquis dans le cadre d études de cas réalisées en sous-groupes Tous nos stages sont disponibles sur notre site (rubrique formation) et dans notre catalogue téléchargeable. Pour plus d information, contactez Anita Maurel au ou Tour FRANKLIN , terrasse Boieldieu Paris La Défense 8 Cedex Carrefour des Organisations, une publication de ISSN : Nos publications sont disponibles sur : Rubrique «Insights» - publications Rubrique publications - Août jolly l'impression créative bressuire conception graphique : Jany Bassey - Mélinée Gérin

CARREFOUR DES ORGANISATIONS

CARREFOUR DES ORGANISATIONS CARREFOUR DES ORGANISATIONS N 70 La banque numérique La lettre d informations de Trend Consultants - juin 2013 LA BANQUE NUMÉRIQUE : ZOOM SUR LA SIGNATURE ÉLECTRONIQUE L actualité est à l Entreprise Numérique.

Plus en détail

LIVRE BLANC. Dématérialisation des factures fournisseurs

LIVRE BLANC. Dématérialisation des factures fournisseurs LIVRE BLANC 25/03/2014 Dématérialisation des factures fournisseurs Ce livre blanc a été réalisé par la société KALPA Conseils, société créée en février 2003 par des managers issus de grandes entreprises

Plus en détail

SIMULER ET CONCEVOIR LE TRAVAIL FUTUR

SIMULER ET CONCEVOIR LE TRAVAIL FUTUR SIMULER ET CONCEVOIR LE TRAVAIL FUTUR Utilisation du logigramme d activité dans un projet informatique, pour simuler les compétences futures, et évaluer la charge de travail. WWW.ANACT.FR OUTIL DE SIMULATION

Plus en détail

Organisation d une simulation sur un prototype logiciel workflow et GED. ImmoBiens. 1 - Description du projet de l entreprise

Organisation d une simulation sur un prototype logiciel workflow et GED. ImmoBiens. 1 - Description du projet de l entreprise Organisation d une simulation sur un prototype logiciel workflow et GED ImmoBiens 1 - Description du projet de l entreprise ImmoBiens est une société gestionnaire de biens immobiliers (location et entretien)

Plus en détail

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats C ) Détail volets A, B, C, D et E Actions Objectifs Méthode, résultats VOLET A : JUMELAGE DE 18 MOIS Rapports d avancement du projet. Réorganisation de l administration fiscale Rapports des voyages d étude.

Plus en détail

Livre blanc Compta La dématérialisation en comptabilité

Livre blanc Compta La dématérialisation en comptabilité Livre blanc Compta La dématérialisation en comptabilité Notre expertise en logiciels de gestion et rédaction de livres blancs Compta Audit. Conseils. Cahier des charges. Sélection des solutions. ERP reflex-erp.com

Plus en détail

SMART printers. NOuVEAuX usages D IMPRESSION LIÉS À L ÉVOLuTION DE LA RELATION CLIENT DANS LA BANQUE ET L ASSURANCE L IMPRESSION INTELLIGENTE

SMART printers. NOuVEAuX usages D IMPRESSION LIÉS À L ÉVOLuTION DE LA RELATION CLIENT DANS LA BANQUE ET L ASSURANCE L IMPRESSION INTELLIGENTE SMART printers L IMPRESSION INTELLIGENTE NOuVEAuX usages D IMPRESSION LIÉS À L ÉVOLuTION DE LA RELATION CLIENT DANS LA BANQUE ET L ASSURANCE www.smart-printers.com * Votre Nouvelle Expérience Business.

Plus en détail

«Les documents référencés ci-dessus étant protégés par les droits d auteur et soumis à la déclaration au Centre Français d exploitation du droit de

«Les documents référencés ci-dessus étant protégés par les droits d auteur et soumis à la déclaration au Centre Français d exploitation du droit de 1 2 «Les documents référencés ci-dessus étant protégés par les droits d auteur et soumis à la déclaration au Centre Français d exploitation du droit de Copie, seules les références bibliographiques peuvent

Plus en détail

Les Ateliers Info Tonic

Les Ateliers Info Tonic Les Ateliers Info Tonic La dématérialisation des processus documentaires Mardi 9 octobre 2012 8h30-10h30 Grand Salon La Gestion Electronique de l Information et des Documents d Entreprise Environnement

Plus en détail

SIMULER ET CONCEVOIR LE TRAVAIL FUTUR

SIMULER ET CONCEVOIR LE TRAVAIL FUTUR SIMULER ET CONCEVOIR LE TRAVAIL FUTUR Utilisation du logigramme d activité dans un projet informatique WWW.ANACT.FR OUTILS DE SIMULATION : Logigramme d activité Utilisation du logigramme d activité dans

Plus en détail

www.digitech-sa.ch PRESENTATION 2009 L'ingénierie Documentaire

www.digitech-sa.ch PRESENTATION 2009 L'ingénierie Documentaire PRESENTATION 2009 L'ingénierie Documentaire 1 Historique 1992 Création de Digitech France 1993 Création de Digitech Suisse 1999 Rachat de la société DOC PLUS 2000 Rachat du département AIRS (gestion documentaire)

Plus en détail

LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME)

LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME) LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME) Latifa ECHIHABI (Directeur Général, ANPME, 10, rue Ghandi, BP : 211, Rabat,

Plus en détail

PLATEFORME MÉTIER DÉDIÉE À LA PERFORMANCE DES INSTALLATIONS DE PRODUCTION

PLATEFORME MÉTIER DÉDIÉE À LA PERFORMANCE DES INSTALLATIONS DE PRODUCTION PLATEFORME MÉTIER DÉDIÉE À LA PERFORMANCE DES INSTALLATIONS DE PRODUCTION KEOPS Automation Espace Performance 2B, rue du Professeur Jean Rouxel BP 30747 44481 CARQUEFOU Cedex Tel. +33 (0)2 28 232 555 -

Plus en détail

DOCSaaS Cloud Computing Solutions

DOCSaaS Cloud Computing Solutions DOCSaaS Cloud Computing Solutions LA Plateforme Multiservices Documentaires spécialisée dans le document d entreprise www.docsaas.fr Gagnez en sérénité Mettez du «SMART» dans votre gestion documentaire.

Plus en détail

Votre expert en flux documentaires et logistiques. Prestations audit/conseils

Votre expert en flux documentaires et logistiques. Prestations audit/conseils Votre expert en flux documentaires et logistiques Prestations audit/conseils 1. ConseiL optimisation d exploitation courrier 2. Conseil Aménagements 3. Conseil en procédures de gestion courrier 4. Accompagnement

Plus en détail

Les projets d investissement en PME

Les projets d investissement en PME Le point sur Les projets d investissement en PME Concilier performance économique et conditions de travail L investissement reste un moment clé du développement d une entreprise. C est l occasion de repenser

Plus en détail

DEMANDE D INFORMATION RFI (Request for information)

DEMANDE D INFORMATION RFI (Request for information) RFI-2013-09 Demande d information Page 1/9 DEMANDE D INFORMATION RFI (Request for information) Socle de Ged-Archivage SOMMAIRE 1. OBJET DE LA DEMANDE D INFORMATION... 3 2. PÉRIMÈTRE DE L INFORMATION...

Plus en détail

MAIRIE DE LA WANTZENAU MARCHE DE FOURNITURES PROCEDURE ADAPTEE CAHIER DES CHARGES

MAIRIE DE LA WANTZENAU MARCHE DE FOURNITURES PROCEDURE ADAPTEE CAHIER DES CHARGES MAIRIE DE LA WANTZENAU MARCHE DE FOURNITURES PROCEDURE ADAPTEE CAHIER DES CHARGES LOT 2 Fourniture et installation d un système de GED pour la Mairie de La Wantzenau. Fiche technique Cahier des Charges

Plus en détail

MARCHE RELATIF A L ACQUISITION D UNE SOLUTION D ARCHIVAGE DEMATERIALISE DE DOCUMENTS

MARCHE RELATIF A L ACQUISITION D UNE SOLUTION D ARCHIVAGE DEMATERIALISE DE DOCUMENTS MARCHE RELATIF A L ACQUISITION D UNE SOLUTION D ARCHIVAGE DEMATERIALISE DE DOCUMENTS QUESTIONNAIRE DE LA CONSULTATION MEMOIRE TECHNIQUE Par la signature finale de ce document par une personne habilitée

Plus en détail

DÉMATÉRIALISATION DES DOCUMENTS ET AUTOMATISATION DES PROCESSUS UN PREMIER PAS VERS LA BANQUE SANS PAPIER

DÉMATÉRIALISATION DES DOCUMENTS ET AUTOMATISATION DES PROCESSUS UN PREMIER PAS VERS LA BANQUE SANS PAPIER DÉMATÉRIALISATION DES DOCUMENTS ET AUTOMATISATION DES PROCESSUS UN PREMIER PAS VERS LA BANQUE SANS PAPIER Pour les banques, le papier devrait servir à imprimer des billets ; pas à en garder la trace dans

Plus en détail

CONSULTING, BANQUE & ASSURANCE. axiwell LE SENS DE L ESSENTIEL

CONSULTING, BANQUE & ASSURANCE. axiwell LE SENS DE L ESSENTIEL CONSULTING, BANQUE & ASSURANCE axiwell LE SENS DE L ESSENTIEL SOMMAIRE Édito... page 3 Axiwell Financial Services... Exemples de missions réalisées... Nos offres spécifiques... Risques / Conformité / Réglementaire...

Plus en détail

BRZ GED : Il n'y a pas que sur vos chantiers que nous vous ferons gagner en productivité!

BRZ GED : Il n'y a pas que sur vos chantiers que nous vous ferons gagner en productivité! BRZ GED : Il n'y a pas que sur vos chantiers que nous vous ferons gagner en productivité! Introduction Les avantages d une GED : 1. Sécurise les données de votre entreprise : La GED devient la mémoire

Plus en détail

Factures dématérialisées: comprendre et appliquer la réglementation. Cyrille Sautereau, Président, Admarel Conseil

Factures dématérialisées: comprendre et appliquer la réglementation. Cyrille Sautereau, Président, Admarel Conseil Factures dématérialisées: comprendre et appliquer la réglementation Cyrille Sautereau, Président, Admarel Conseil 1 La Facture au centre des processus P2P et / ou O2C SI Fournisseur SI Client Compta CRM

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion Préambule Présentation Les technologies de l information

Plus en détail

PaPyRuS. Le nouveau reporting bancaire électronique

PaPyRuS. Le nouveau reporting bancaire électronique PaPyRuS Banque Le nouveau reporting bancaire électronique Avec le service «PaPyRuS», Dexia Banque vous propose désormais une alternative électronique vous permettant de remplacer avantageusement le reporting

Plus en détail

I) - DEFINITIONS I-A) TERMINOLOGIE

I) - DEFINITIONS I-A) TERMINOLOGIE Venise CANABADY Lycée Amiral Bouvet St Benoît PARTIE I - DEFINITIONS PARTIE II - LES GRANDES FONCTIONNALITES DE LA GED PARTIE III - GED : INDEXATION ET OUTILS PARTIE IV- LA GESTION ÉLECTRONIQUE DES DOCUMENTS

Plus en détail

Ministère de l intérieur --------

Ministère de l intérieur -------- Ministère de l intérieur -------- Examen professionnel d ingénieur principal des systèmes d information et de communication du ministère de l intérieur Session 2013 Meilleure copie Sujet n 1 - Réseaux

Plus en détail

Le projet Chorus a été conçu pour doter. Chorus : résultats et perspectives

Le projet Chorus a été conçu pour doter. Chorus : résultats et perspectives Danièle LAJOUMARD Inspecteur Général des Finances Chorus : résultats et perspectives Le projet Chorus destiné à permettre la mise en œuvre intégrale de la loi organique relative aux lois de finances (LOLF)

Plus en détail

La dématérialisation et après

La dématérialisation et après La dématérialisation et après Formes de dématérialisation des factures, enjeux et facteurs clés de succès 2014 Emmanuelle Muller-Schrapp Associée Conseil opérationnel & Outsourcing 2013 Grant Thornton

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE 07.07.11

COMMUNIQUE DE PRESSE 07.07.11 COMMUNIQUE DE PRESSE 07.07.11 Analyses de Cycles de Vies des Technologies de l Information et de la Communication Courriers électroniques, requête Web, clé USB : quels impacts environnementaux? L ADEME

Plus en détail

La gestion globale des contenus d entreprise

La gestion globale des contenus d entreprise Gonzague Chastenet de Géry La gestion globale des contenus d entreprise Le projet ECM, une nouvelle approche de la gestion de l information é d i t i o n s Les Editions de l ADBS publient des ouvrages

Plus en détail

Ensemble mobilisons nos énergies

Ensemble mobilisons nos énergies Ensemble mobilisons nos énergies «Lancé en Juin 2005, SIRIUS est désormais un projet au cœur de notre entreprise, au service des ambitions et des objectifs qui s inscrivent dans le cadre de notre stratégie

Plus en détail

Gérer son Cabinet pour ses clients

Gérer son Cabinet pour ses clients Gérer son Cabinet pour ses clients L efficacité opérationnelle des collaborateurs rime de plus en plus souvent avec mobilité. Pour autant, les cabinets doivent trouver l offre adaptée à leurs besoins,

Plus en détail

CATALOGUE DE LA GAMME EASYFOLDER OFFRE GESTION DE CONTENUS NUMERIQUES

CATALOGUE DE LA GAMME EASYFOLDER OFFRE GESTION DE CONTENUS NUMERIQUES CATALOGUE DE LA GAMME EASYFOLDER OFFRE GESTION DE CONTENUS NUMERIQUES Gestion Electronique de Documents (GED) Système d Archivage Electronique (SAE) Coffre Fort Numérique (CFN) et modules complémentaires

Plus en détail

DIRECTIVE AIFM ET LES IMPACTS REPORTING POUR LES SOCIÉTÉS DE GESTION

DIRECTIVE AIFM ET LES IMPACTS REPORTING POUR LES SOCIÉTÉS DE GESTION DIRECTIVE AIFM ET LES IMPACTS REPORTING POUR LES SOCIÉTÉS DE GESTION Par Jacques Labat, Directeur BU Gestion d Actifs 13 Le compte à rebours a commencé. Les sociétés de gestion ont jusqu au 22 juillet

Plus en détail

MISSION DES AUDITS. Fiche d organisation fonctionnelle n 7 : Utilisation des outils et technologies

MISSION DES AUDITS. Fiche d organisation fonctionnelle n 7 : Utilisation des outils et technologies - - - 1 - MISSION DES AUDITS Fiche d organisation fonctionnelle n 7 : Utilisation des outils et technologies Novembre 2011 1 - - - 2 - Sommaire Objectifs de la fiche d organisation fonctionnelle 4 Domaine

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

www.pwc.fr Risk Assurance & Advisory Services Pour un management des risques performant et «résilient»

www.pwc.fr Risk Assurance & Advisory Services Pour un management des risques performant et «résilient» www.pwc.fr Risk Assurance & Advisory Services Pour un management des risques performant et «résilient» C est sans surprise que dans la dernière enquête «CEO» de PwC, les dirigeants font état de leurs préoccupations

Plus en détail

Zéro papier dès le premier jour

Zéro papier dès le premier jour Zéro papier dès le premier jour Économies de coûts et augmentation de productivité grâce à la numérisation www.i-fourc.fr A digital archive Véritable référence dans le domaine de la numérisation, I-FourC

Plus en détail

GIMI Green-IT. PCI reçoit le Trophée de l Innovation SISEG 2010 pour son logiciel GIMI Green-IT Gestion de la consommation d énergie

GIMI Green-IT. PCI reçoit le Trophée de l Innovation SISEG 2010 pour son logiciel GIMI Green-IT Gestion de la consommation d énergie GIMI Green-IT PCI reçoit le Trophée de l Innovation SISEG 2010 pour son logiciel GIMI Green-IT Gestion de la consommation d énergie Entrez dans une démarche de gestion des coûts et de maîtrise de l environnement

Plus en détail

La présentation qui suit respecte la charte graphique de l entreprise GMF

La présentation qui suit respecte la charte graphique de l entreprise GMF La présentation qui suit respecte la charte graphique de l entreprise GMF Approche du Groupe GMF Besoins d archivage de la messagerie d entreprise Introduction Présentation du Groupe GMF Secteur : assurance

Plus en détail

Avec Sage HR Management, transformez votre gestion du capital humain en atout stratégique

Avec Sage HR Management, transformez votre gestion du capital humain en atout stratégique Sage HR Management Avec Sage HR Management, transformez votre gestion du capital humain en atout stratégique Face à un marché instable et une concurrence accrue, la Direction Générale a pris conscience

Plus en détail

Accélérateur de votre Performance

Accélérateur de votre Performance Accélérateur de votre Performance En Bref Création en 2010 Spin off d un grand groupe de services informatique Front-Office basé à Levallois-Perret (92) Des centres de production (France/Maroc) Management

Plus en détail

Conférence de presse

Conférence de presse Conférence de presse 1 er août 2011 Système intégré de gestion électronique des documents : vers une dématérialisation des flux d informations au sein de l Etat Page 1 Définition et concepts La gestion

Plus en détail

Maximiser la performance de vos projets immobilier de bureaux

Maximiser la performance de vos projets immobilier de bureaux Make the most of your energy* Maximiser la performance de vos projets immobilier de bureaux * Tirez le meilleur de votre énergie www.schneider-electric.fr Schneider Electric France Direction Communication

Plus en détail

LES IMPACTS SUR VOTRE SYSTEME DE FACTURATION DE LA SIGNATURE ELECTRONIQUE COMME OUTIL DE SECURISATION DE VOS ECHANGES DEMATERIALISES

LES IMPACTS SUR VOTRE SYSTEME DE FACTURATION DE LA SIGNATURE ELECTRONIQUE COMME OUTIL DE SECURISATION DE VOS ECHANGES DEMATERIALISES Dématérialisation des factures au service du cash management LES IMPACTS SUR VOTRE SYSTEME DE FACTURATION DE LA SIGNATURE ELECTRONIQUE COMME OUTIL DE SECURISATION DE VOS ECHANGES DEMATERIALISES Conférence

Plus en détail

GEDEXPERT. La Gestion Electronique de Documents des PME PMI. VOTRE NOUVEL ASSISTANT pour. Pour partager l information au sein de l entreprise

GEDEXPERT. La Gestion Electronique de Documents des PME PMI. VOTRE NOUVEL ASSISTANT pour. Pour partager l information au sein de l entreprise La Gestion Electronique de Documents des PME PMI è GEDEXPERT Pour partager l information au sein de l entreprise Compatible avec vos outils de gestion et de bureautique. Base de données SQL sécurisée.

Plus en détail

SERVICES PARTAGÉS RÉUSSIR LA MISE EN PLACE DE VOTRE CENTRE DE

SERVICES PARTAGÉS RÉUSSIR LA MISE EN PLACE DE VOTRE CENTRE DE 15 SE LIT EN MINUTES RÉUSSIR LA MISE EN PLACE DE VOTRE CENTRE DE SERVICES PARTAGÉS Ou comment la dématérialisation dans le cloud vous assiste dans vos initiatives de gestion globale. RÉUSSIR LA MISE EN

Plus en détail

Carrefour des organisations

Carrefour des organisations n 73 Carrefour des organisations L actualité de la banque et du tertiaire financier sommaire Performance des réseaux bancaires de proximité : de nouveaux points de repère s imposent La réalité de la banque

Plus en détail

Portail collaboratif Intranet documentaire Dématérialisation de processus

Portail collaboratif Intranet documentaire Dématérialisation de processus Portail collaboratif Intranet documentaire Dématérialisation de processus 2 Le groupe Divalto, Solutions de gestion Catalyseur de performance Créé en 1982, le groupe Divalto propose des solutions de gestion

Plus en détail

LA DEMATERIALISATION DES FACTURES : LA NOUVELLE EQUATION FE = EDI + (I+P)2

LA DEMATERIALISATION DES FACTURES : LA NOUVELLE EQUATION FE = EDI + (I+P)2 Cahiers de l académie N 3 Juin 2005 JUIN 2005 William Nahum - Président Tél. : 06 07 86 41 64 - wnahum@lacademie.info Marie-Claude Picard - Groupes de travail Tél. : 01 44 15 62 52 - mcpicard@lacademie.info

Plus en détail

La gestion du cycle de vie des documents dans la banque de détail Société Générale : GED et Archivage électronique

La gestion du cycle de vie des documents dans la banque de détail Société Générale : GED et Archivage électronique Décembre 2007 JJ Mois Année La gestion du cycle vie s documents dans la banque détail Société Générale : GED et Archivage électronique 2 Sommaire Contexte : les projets GED et archivage électronique Constat

Plus en détail

Présentation du projet AB Dématérialisation des Actes Budgétaires. Collectivités

Présentation du projet AB Dématérialisation des Actes Budgétaires. Collectivités Présentation du projet AB Dématérialisation des Actes Budgétaires Collectivités 1. Présentation générale du projet Actes Budgétaires 2. Bilan de l expérimentation de 2011 3. Les changements au sein des

Plus en détail

Optimisez votre organisation et vos pratiques Marketing pour réussir la transformation digitale

Optimisez votre organisation et vos pratiques Marketing pour réussir la transformation digitale Optimisez votre organisation et vos pratiques Marketing pour réussir la transformation digitale Notre vision des enjeux et notre offre de service Septembre 2015 La révolution digitale est un challenge

Plus en détail

LES OUTILS DU TRAVAIL COLLABORATIF

LES OUTILS DU TRAVAIL COLLABORATIF LES OUTILS DU TRAVAIL COLLABORATIF Lorraine L expression «travail collaboratif» peut se définir comme «l utilisation de ressources informatiques dans le contexte d un projet réalisé par les membres d un

Plus en détail

Guide méthodologique

Guide méthodologique Communauté d Agglomération de NIORT du GRAND NANCY PLAN DE DEPLACEMENTS URBAINS Plan de Déplacement Entreprise Guide méthodologique Septembre 2007 m u n i c i p a l i t é s e r v i c e 7 1, a v e n u e

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières

Cahier des Clauses Techniques Particulières Cahier des Clauses Techniques Particulières MARCHE RELATIF A L ACQUISITION D UNE SOLUTION D ARCHIVAGE DEMATERIALISE DE DOCUMENTS 1. Présentation générale 1.1 Identification de la structure 1.2 Objet du

Plus en détail

Facturation électronique et dématérialisation fiscale

Facturation électronique et dématérialisation fiscale Facturation électronique et dématérialisation fiscale 16 mars 2006 Leader européen de la facturation électronique Plus de 400 000 factures traitées par mois 250 sociétés connectés ou en cours de connexion

Plus en détail

ÉTAT DES LIEUX. Les questions que vous vous posez. Gardez juste l essentiel!

ÉTAT DES LIEUX. Les questions que vous vous posez. Gardez juste l essentiel! ÉTAT DES LIEUX Les nouvelles technologies annoncent depuis 15 ans le règne du zéro papier et du gain de temps. Dans la réalité, l entreprise et l administration ont vu leur consommation de papier exploser

Plus en détail

Entreprise. Gestion énergétique de votre parc informatique

Entreprise. Gestion énergétique de votre parc informatique Entreprise Gestion énergétique de votre parc informatique AVOB Energy Saver 5, c est l opportunité pour votre entreprise de réduire drastiquement le coût énergétique et l empreinte carbone de son parc

Plus en détail

DIRECTION DES ACHATS RESPONSABILITÉ SOCIALE ET ENVIRONNEMENTALE. Ensemble, agissons pour des achats responsables

DIRECTION DES ACHATS RESPONSABILITÉ SOCIALE ET ENVIRONNEMENTALE. Ensemble, agissons pour des achats responsables DIRECTION DES ACHATS RESPONSABILITÉ SOCIALE ET ENVIRONNEMENTALE Ensemble, agissons pour des achats responsables CONVICTIONS De l intention à l action systématique André SÉPANIAK Directeur des achats Le

Plus en détail

CONCOURS INTERNE ET TROISIÈME CONCOURS D ATTACHÉ TERRITORIAL Session 2012. Spécialité : Analyste

CONCOURS INTERNE ET TROISIÈME CONCOURS D ATTACHÉ TERRITORIAL Session 2012. Spécialité : Analyste CONCOURS INTERNE ET TROISIÈME CONCOURS D ATTACHÉ TERRITORIAL Session 2012 Spécialité : Analyste Epreuve de rédaction, à l aide des éléments d un dossier, d un RAPPORT faisant appel à l esprit d analyse

Plus en détail

Cabinet indépendant d Audit, d expertise et de conseil dédié aux...

Cabinet indépendant d Audit, d expertise et de conseil dédié aux... Cabinet indépendant d Audit, d expertise et de conseil dédié aux... Directions Financières dirigeants d entreprise fonds d investissement Avocats, mandataires & liquidateurs judiciaires Notre mission Répondre

Plus en détail

Facturation électronique et dématérialisation fiscale

Facturation électronique et dématérialisation fiscale Facturation électronique et dématérialisation fiscale 6 mars 2006 Leader européen de la facturation électronique Plus de 400 000 factures traitées par mois 250 sociétés connectés ou en cours de connexion

Plus en détail

La dématérialisation : un incontournable pour le succès de votre entreprise.

La dématérialisation : un incontournable pour le succès de votre entreprise. STRATEGIES MANAGEMENT La dématérialisation : un incontournable pour le succès de votre entreprise. Quelle approche pragmatique adopter? KPMG ENTREPRISES 2008 KPMG S.A., société anonyme d'expertise comptable

Plus en détail

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales.

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales. Chapitre 11 LA FONCTION CONTRÔLE DE GESTION REPORTING AUDIT INTERNE Un système de reporting homogène dans toutes les filiales permet un contrôle de gestion efficace et la production d un tableau de bord

Plus en détail

Les Technologies de l Information et de la Communication et leurs impacts sur l environnement

Les Technologies de l Information et de la Communication et leurs impacts sur l environnement Les Technologies de l Information et de la Communication et leurs impacts sur l environnement Selon le rapport "Impacts of Information and Communication Technologies on EnergyEfficiency", réalisé par BIOIS

Plus en détail

I partie : diagnostic et proposition de solutions

I partie : diagnostic et proposition de solutions Session 2011 BTS assistant de manager Cas Arméria: barème et corrigé Remarque: la 1 ère partie doit être cohérente avec les éléments déterminants du contexte décrit dans cet encadré, qui n est pas attendu

Plus en détail

Canon Business Services 2013

Canon Business Services 2013 Canon Business Services 2013 Powering Business Transformation* * Au cœur de vos transformations Notre métier? Assurer le succès de votre entreprise. Canon Business Services redéfinit l externalisation

Plus en détail

ORIENTATIONS POUR LA CLASSE DE TROISIÈME

ORIENTATIONS POUR LA CLASSE DE TROISIÈME 51 Le B.O. N 1 du 13 Février 1997 - Hors Série - page 173 PROGRAMMES DU CYCLE CENTRAL 5 e ET 4 e TECHNOLOGIE En continuité avec le programme de la classe de sixième, celui du cycle central du collège est

Plus en détail

FRH RESSOURCES HUMAINES

FRH RESSOURCES HUMAINES FRH RESSOURCES HUMAINES 1 Yourcegid Ressources Humaines FRH : Paie et administration du personnel Congés et absences Gestion des talents/gpec : formation, compétences et entretiens Planification, optimisation

Plus en détail

Communiqué de lancement

Communiqué de lancement Communiqué de lancement Communiqué de lancement Sage 100 Scanfact Contact : Cédric CZERNICH INFOPROGEST 6 rue de la Fosse Chénevière ZA Derrière Moutier 51390 Gueux Tél : 03 26 77 19 20 - Fax : 03 26 77

Plus en détail

DAF A3 Direction des affaires financières. Bureau de la réglementation comptable et du conseil au EPLE

DAF A3 Direction des affaires financières. Bureau de la réglementation comptable et du conseil au EPLE DAF A3 Direction des affaires financières Bureau de la réglementation comptable et du conseil au EPLE Ordre du jour Point de situation sur GFC Evolution Ce qui a été fait pour 2013-2014 Ce qui pourrait

Plus en détail

... Catalogue des solutions. Rechercher. Indexer. Partager. Sommaire

... Catalogue des solutions. Rechercher. Indexer. Partager. Sommaire Catalogue des solutions Rechercher Indexer PDF Panorama de presse... Partager Sommaire P.1 ZeDOC Spot Solution de dématérialisation de documents P.2 ZeDOC Dépôt de Factures Solution de dématérialisation

Plus en détail

de vue MANAGEMENT ET GESTION DES HOMMES Le rôle de la DRH dans la conduite du changement

de vue MANAGEMENT ET GESTION DES HOMMES Le rôle de la DRH dans la conduite du changement point de vue MANAGEMENT ET GESTION DES HOMMES Le rôle de la DRH dans la conduite du changement La conduite du changement est une dimension essentielle de tout grand projet de transformation des entreprises.

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE NOVEMBRE 2014

DOSSIER DE PRESSE NOVEMBRE 2014 DOSSIER DE PRESSE NOVEMBRE 2014 Le point sur la filière énergies renouvelables : Mention RGE, aides, formation, qualification, audits Pleine application de l éco-conditionnalité des aides au 1 er janvier

Plus en détail

Novembre 2013. Regard sur service desk

Novembre 2013. Regard sur service desk Novembre 2013 Regard sur service desk édito «reprenez le contrôle grâce à votre service desk!» Les attentes autour du service desk ont bien évolué. Fort de la riche expérience acquise dans l accompagnement

Plus en détail

Catalogue de conférences v1

Catalogue de conférences v1 Programme de s Catalogue de s v1 1 sur 9 Planning type des deux jours Programme de s Mercredi 23 mars 2011 (salon ouvert de 9h00 à 18h30) 9h30-10h15 : 10h30-11h15 : 11h30-13h00 : 13H30-14h15 : 14H30-15h15

Plus en détail

Beyond business performance. Together. Accélération des délais de clôture

Beyond business performance. Together. Accélération des délais de clôture Beyond business performance. Together. Accélération des délais de clôture Enjeux L accélération des délais de clôture ou Fast Close s est tout d abord très largement répandu dans les grandes entreprises

Plus en détail

L outillage du Plan de Continuité d Activité, de sa conception à sa mise en œuvre en situation de crise

L outillage du Plan de Continuité d Activité, de sa conception à sa mise en œuvre en situation de crise Auteur : Robert BERGERON Consultant en Sécurité des Systèmes d Information et Management de la Continuité d Activité Quel outil pour le PCA? de sa conception à sa mise en œuvre en situation de crise Introduction

Plus en détail

Référentiel «Total Ecosolutions»

Référentiel «Total Ecosolutions» Référentiel «Total Ecosolutions» Version Date Rédigé par Approuvé par Modifications La Présidente du La secrétaire du CODIR et les 1 12/10/2009 CODIR Total coordinateurs Version 1 Ecosolutions des Comités

Plus en détail

Optimisation du travail collaboratif Comptable/Clients 24h sur 24

Optimisation du travail collaboratif Comptable/Clients 24h sur 24 Suivre Echanger Relancer Archiver PARTAGER Optimisation du travail collaboratif Comptable/Clients 24h sur 24 La plateforme d échange et de travail des documents entre le comptable et ses clients Valoriser

Plus en détail

TITRE DE LA PRÉSENTATION > TITRE DE LA PARTIE PROJET D ORGANISATION ADMINISTRATIVE ET TECHNIQUE CIBLE

TITRE DE LA PRÉSENTATION > TITRE DE LA PARTIE PROJET D ORGANISATION ADMINISTRATIVE ET TECHNIQUE CIBLE TITRE DE LA PRÉSENTATION > TITRE DE LA PARTIE PROJET D ORGANISATION ADMINISTRATIVE ET TECHNIQUE CIBLE 2 Projet organisation administrative et technique > Sommaire Sommaire PREAMBULE POURQUOI? Les objectifs

Plus en détail

Création d'un Portail partagé sur l'offre de formation en région Languedoc-Roussillon

Création d'un Portail partagé sur l'offre de formation en région Languedoc-Roussillon Création d'un Portail partagé sur l'offre de formation en région Languedoc-Roussillon Retours des entretiens téléphoniques 1. Présentation du contexte : Atout Métiers LR Offre de formation L association

Plus en détail

Pérennisation des Informations Numériques

Pérennisation des Informations Numériques Pérennisation des Informations Numériques Besoins, Enjeux, Solutions. Ronald Moulanier Hubert Lalanne 28 juin 2005 Besoins et enjeux d une solution pérenne Contraintes légales Intégration des contraintes

Plus en détail

OpenScribe L ECM Sagem. Pour maîtriser simplement tous les flux d informations

OpenScribe L ECM Sagem. Pour maîtriser simplement tous les flux d informations OpenScribe L ECM Sagem. Pour maîtriser simplement tous les flux d informations Solution complète clé en main pour la gestion des flux d informations Gestion du cycle de vie du document actif Partage et

Plus en détail

SPÉCIAL TPE ET PME SUJET #1 STANDARD TÉLÉPHONIQUE TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR AVANT DE CHANGER OU DE METTRE EN PLACE SON STANDARD TÉLÉPHONIQUE

SPÉCIAL TPE ET PME SUJET #1 STANDARD TÉLÉPHONIQUE TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR AVANT DE CHANGER OU DE METTRE EN PLACE SON STANDARD TÉLÉPHONIQUE SPÉCIAL TPE ET PME SUJET #1 STANDARD TÉLÉPHONIQUE TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR AVANT DE CHANGER OU DE METTRE EN PLACE SON STANDARD TÉLÉPHONIQUE TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR AVANT DE CHANGER OU DE METTRE EN PLACE

Plus en détail

Modernisation SI & Télécom des Samu-Centres 15. Assemblée Générale SUdF

Modernisation SI & Télécom des Samu-Centres 15. Assemblée Générale SUdF Modernisation SI & Télécom des Samu-Centres 15 Assemblée Générale SUdF 04 juin 2014 Agenda 1. Genèse du projet 2. Solution envisagée 3. Feuille de route 4. Point d étape Projet de modernisation des SI

Plus en détail

Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres Energivie dans la mise à niveau et le déploiement de son infrastructure informatique.

Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres Energivie dans la mise à niveau et le déploiement de son infrastructure informatique. Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres Energivie dans la mise à niveau et le déploiement de son infrastructure informatique. Cette consultation a pour objectif de recruter un prestataire informatique

Plus en détail

Intervenant : Peut-on innover en communication interne?

Intervenant : Peut-on innover en communication interne? Intervenant : Peut-on innover en communication interne? L innovation par l intranet 2.0 Conseil général des Hauts-de-Seine 1. Le contexte du projet 1. Le contexte du projet 1.1 Le contexte Un intranet

Plus en détail

Le projet collaboratif 2.0

Le projet collaboratif 2.0 Florence Gicquel et Aref Jdey En collaboration avec Alpha Diallo Le projet collaboratif 2.0 Pour mobiliser la Documentation au service de l entreprise é d i t i o n s Les Editions de l ADBS publient des

Plus en détail

La filière de l informatique : synthèse de l étude des besoins de professionnalisation

La filière de l informatique : synthèse de l étude des besoins de professionnalisation Crédit photo : Hlp - DISSAUX La filière de l informatique : synthèse de l étude des besoins de professionnalisation Mars 2014 (à partir de l étude validée en juin 2013) CONTEXTE Dans un marché mondial

Plus en détail

Nouveautés produits i7

Nouveautés produits i7 Nouveautés produits i7 1 - Nouveautés transverses A-Ergonomie B - La dimension Etendue C- Les éditions pilotées XL 2 - Gestion des Clients A - Sage 30 et Sage 100 Gestion Commerciale i7 1-1 La Gestion

Plus en détail

4 500 entreprises. 3 ème. 280 000 salariés gérés. collaborateurs. clientes. de bulletins produits par mois. partenaires. en france.

4 500 entreprises. 3 ème. 280 000 salariés gérés. collaborateurs. clientes. de bulletins produits par mois. partenaires. en france. Yourcegid RH Y2 1 Yourcegid Ressources Humaines Spécialiste des logiciels de gestion de la Paie et des Ressources Humaines, Cegid répond aux exigences de l entreprise d aujourd hui, quel que soit le secteur

Plus en détail

Dynamiser la performance commerciale des réseaux : une affaire de bonnes pratiques!

Dynamiser la performance commerciale des réseaux : une affaire de bonnes pratiques! Dynamiser la performance commerciale des réseaux : une affaire de bonnes pratiques! les facteurs exogènes n ont pas un pouvoir explicatif déterminant de l efficacité commerciale d un point de vente «j

Plus en détail

Présentation des nouveautés Sage i7

Présentation des nouveautés Sage i7 Présentation des nouveautés Sage i7 1 - Nouveautés transverses A. Ergonomie B. La dimension Etendue C. Les éditions pilotées XL 2 - Gestion des Clients A - Sage 30 et Sage 100 Gestion Commerciale i7 1-1

Plus en détail

G.E.D. Gestion Électronique des Documents

G.E.D. Gestion Électronique des Documents G.E.D Gestion Électronique des Documents L externalisation de vos logiciels entreprises : une solution aux problèmes de coûts, de sécurités et de réactivités Que ce soit par la communication, par les échanges

Plus en détail

Améliorer l efficacité de votre fonction RH

Améliorer l efficacité de votre fonction RH Améliorer l efficacité de votre fonction RH Des tendances accentuées par un environnement économique et social en constante évolution La fonction RH doit répondre à des exigences croissantes en termes

Plus en détail

Réussir l externalisation de sa consolidation

Réussir l externalisation de sa consolidation Réussir l externalisation de sa consolidation PAR ERWAN LIRIN Associé Bellot Mullenbach et Associés (BMA), activité Consolidation et Reporting ET ALAIN NAULEAU Directeur associé Bellot Mullenbach et Associés

Plus en détail

DEMANDE D INFORMATION RFI (Request for information)

DEMANDE D INFORMATION RFI (Request for information) DIRECTION DE LA COMPTABILITE RFI Demande d information Dématérialisation des factures fournisseurs Réf. : RFI2011_DEMAFAC_V1.3_2011-05-04.docx Page 1/6 DEMANDE D INFORMATION RFI (Request for information)

Plus en détail