Carrefour des organisations

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Carrefour des organisations"

Transcription

1 n 73 Carrefour des organisations L actualité de la banque et du tertiaire financier sommaire Performance des réseaux bancaires de proximité : de nouveaux points de repère s imposent La réalité de la banque multicanale bouscule les critères d évaluation de la performance commerciale des agences de proximité. Une part grandissante de la relation se vit désormais à distance, sur les médias numériques. Un volume croissant des ventes échappe au réseau physique. Edito P1 Accroître le temps commercial P2 Multiplier les rendez-vous gagnants P3 Augmenter la valeur ajoutée P4 Banque multicanale et performance réseau P5 L offre trend P6 Une performance apparente en réduction En moins de cinq ans, la fréquentation des agences bancaires s est effondrée. Les responsables d agence constatent cette baisse de fréquentation. Ils avancent des ventes plus complexes et plus chronophages, des activités nouvelles, pour justifier la baisse de la performance. Cette évolution entraîne l augmentation du temps moyen pour réaliser une vente : la L édito d Olivier Schmitt TREND Consultants, en rejoignant le Cabinet SOLUCOM, accroît ses capacités de réponse à vos attentes. SOLUCOM, troisième acteur de conseil indépendant en France, fort de collaborateurs, nous permet de vous offrir une force de frappe renforcée et une palette de savoir-faire élargie. Notre ambition est de devenir un acteur de premier plan dans le domaine de la Banque et l acteur de référence dans celui de la Banque de détail. Plus fort, nous restons nousmême. Nous serons, plus que jamais, à vos côtés pour faire réussir vos projets et vos changements. performance diminue. Dans ce contexte, il s agit de se doter de nouveaux points de repère, acceptés et partagés. La question n est pas l abandon de la distribution «physique», mais un redimensionnement semble nécessaire. une productivité commerciale soutenue par la diversification des produits Ramenée au collaborateur, la baisse de performance se traduit en baisse du nombre de ventes. À effectif constant, la réponse passe par la diversification des offres. Téléphonie, sécurité ont été les premières réponses. D autres viendront : box et contenus numériques, domotique, énergie Ces offres, nativement multicanales, s intègrent dans le nouveau paysage. Elles permettent de valoriser le fonds de commerce et de maintenir le «nombre de ventes» par collaborateur. des résultats globaux satisfaisants malgré le contexte économique Les résultats de la banque de détail, pour 2013, sont au vert. C est l effet des plans d adaptation de La contribution du réseau physique est positive, stable ou en croissance. Les autres canaux apportent de significatifs compléments. La nouvelle réalité, c est la complémentarité entre les différents canaux et médias pour répondre aux attentes clients, pour valoriser et développer le fonds de commerce. des objectifs à réviser Plus que dans la période précédente, le Conseiller a vocation à équiper et fidéliser. Il doit faire progresser le client : de passif, il doit le rendre actif. La progression des clients d un segment à l autre est l objectif premier. Ce passage se faisant sur la base de l équipement, de la collecte et du crédit. Cet objectif est directement lié au nombre de ventes. La difficile question est la suivante : ces ventes ne seront pas toutes réalisées directement par le Conseiller lui-même. Si les objectifs individuels comportent «des ventes à faire», ils doivent également indexer la «dynamique de la clientèle», la valorisation du portefeuille confié. et un pilotage à reconstruire. Les indicateurs traditionnels (temps commercial, ventes gagnées, profitabilité des ventes ) restent pertinents. Ils doivent, cependant, être ré-étalonnés de nouveau. Pour ce, les benchmarks externes et internes permettent de partir sur de bonnes bases. D autres indicateurs doivent être utilisés. Il s agit de ceux concernant le cross-canal, le taux de visite des portefeuilles, la régularité de la sollicitation des clients et la progression dans la segmentation. - Avril

2 Matthieu Archinard Consultant senior Accroître le temps commercial Premiers indicateurs de la performance commerciale : le temps consacré à la vente et le nombre de contacts client réalisé. Pour maximiser ces indicateurs, il faut réduire les activités chronophages ou à faible valeur ajoutée. accroître le temps commercial 1 Rendre les clients autonomes 2 Maîtriser les médias et le numérique 3 Accorder l agenda des collaborateurs aux besoins commerciaux multiplier les rendez-vous gagnants 4 Renforcer et partager la connaissance client 5 Mesurer la performance des ciblages 6 Suivre au plus près les clients 7 Mettre le bon commercial devant le bon client augmenter la valeur ajoutée 8 Mesurer 9 Augmenter 11 la valeur ajoutée les multi-ventes Renforcer la «relation» Faire du client un prescripteur Rendre les clients autonomes La plupart des clients sont désormais autonomes sur les opérations simples. Ils les réalisent sur automate, internet et terminaux mobiles. L actualité porte sur le déploiement de parcours clients, simples, compréhensibles, quelque soient les canaux de relation empruntés. Multicanaux, ces parcours doivent permettre au client de passer, à son rythme et à sa guise, du portable à l internet, de l écran au face à face avec son Conseiller. Le client débute son information, réalise des simulations de prêts, d épargne ou d assurance à distance. S il le souhaite ou s il ne peut en être actuellement autrement, il entrera physiquement en contact avec un Conseiller. Celui-ci aura, face à lui un client motivé et informé. L effort à consentir pour clore la vente sera limité. Un client «autonome» n est pas chronophage. Un client «autonome» a besoin de précisions et de conseil, il n attend pas de longues explications. Maîtriser les médias et le numérique Le Conseiller Commercial n est pas qu un acteur de la Banque Assise, il pratique aussi le contact à distance. Par téléphone, il propose des produits, via le mail, il collecte les pièces et transmet des offres. Aisées à acquérir, ces méthodes s avèrent vite efficaces. Sur la base d évènements générés par le CRM ou en sollicitation de clients distanciés, ces démarches sont performantes. Maîtriser le numérique, c est comprendre l importance de l acquisition en continu des informations et de l image des documents dans le SI. Ce fonctionnement est source directe d économie de temps. Pratiqué lors du rendez-vous (physique ou téléphonique) le dossier est constitué au fur et à mesure. Au terme de l entretien commercial, le dossier est terminé : il n y a plus «d administratif». Le conseiller porte son avis. En fonction de ses délégations soit la vente est faite, soit le dossier part vers le décideur. Plus de chemises papiers, de photocopies, de doubles Plus de gestion d instance : le dossier électronique progresse au long du work flow, les informations sont disponibles pour tous, partout et à tout moment. Accorder l agenda des collaborateurs aux besoins commerciaux RDV face à face hebdomadaires Premier quartile Les jours de la semaine et les heures de la journée n ont pas la même valeur commerciale. C est en fonction de cette réalité que l organisation des plages d activité doit être revue. L administratif, les réunions sont positionnées aux moins bonnes heures commerciales. Organiser la journée agence passe par la réduction des plages d ouverture des activités de «guichet». Les automates bancaires sont là pour répondre aux besoins. Les expériences de désynchronisation «horaire d ouverture», «horaire de guichet», biens menées, se sont toujours avérées positives. Elles permettent d augmenter les plages commerciales, pour recevoir ou pour pratiquer les appels sortants. Médiane Médiane panel de référence 19 Troisième quartiel - 00/00/ Avril

3 Multiplier les rendez-vous gagnants Deuxième batterie d indicateurs : ceux relatifs aux contacts gagnants. Gagnants pour le client par l acquisition d un service ou d un produit. Gagnants pour la Banque par une «vente» et le resserrement de la relation client. Renforcer et partager la connaissance client L essentiel des ventes est concrétisé avec des clients existants. Les premiers indicateurs de la connaissance client portent sur la complétude, l exactitude et la fraîcheur des informations client. Il ne s agit pas seulement des informations réglementaires, mais également de données sur le patrimoine, l épargne extérieure, la compagnie d assurance actuelle Ces informations sont déterminantes pour permettre l efficacité des différents intervenants. Elles sont aussi la matière première pour les ciblages. Deuxième série d indicateurs : l historique de la relation, l objet des divers rendez-vous, visites Ces informations ainsi que celles issues du fonctionnement des comptes et des consultations internet permettront au CRM de profiler la clientèle. Ces informations permettront aux opérateurs plate-forme de «savoir à qui ils ont à faire» et aux conseillers de préparer leurs entretiens. La connaissance client est le véritable fonds de commerce de la banque, tous doivent y contribuer. Le partage de la connaissance client est l accélérateur de la performance commerciale. Chacun doit l utiliser, tous doivent y contribuer. Mesurer les contributions et les utilisations est un fort indicateur de transformation. Mesurer la performance des ciblages Le ciblage des campagnes commerciales est une technique rodée. Reste que les résultats sont insuffisamment mesurés. Les faibles coûts de diffusion invitent à «élargir les cibles». Les risques sont dans la «sur-sollicitation», dans la lassitude des clients. La sanction est dans la résiliation des opt in, les réclamations Connaître la performance des ciblages est essentiel. La gestion évènementielle, la production de listes d opportunités de contact sont des classiques. Qu elles concernent la vie des produits (fin d un crédit), du client (passage à majorité) ou qu elles résultent de l identification d une opportunité (encours élevé sur DAV), ces listes permettent aux Commerciaux d ouvrir un dialogue avec le client. Le recueil et l analyse des résultats permettent de diagnostiquer la qualité et la pertinence des motifs. Multiplier les rendez-vous gagnants passe par des motifs de contacts performants. Inutile et désespérant de se disperser sur des «opportunités» inefficaces. Suivre au plus près les clients Remise en cause par certaines enseignes, l organisation par portefeuilles, présente de nombreux avantages. Si l on connaît les limites de l argument commercial «un interlocuteur dédié» (turn-over et indisponibilités), on ne doit pas oublier que ce mode de fonctionnement permet un suivi rapproché de la clientèle. Il permet une utilisation rationnelle des ressources commerciales. Pour un Conseiller, le portefeuille est son terrain de jeu, son espace de liberté et d initiative. Au fil du temps, il enrichit sa relation. Il crée des opportunités de rappel à six, douze mois, à partir d échanges informels sur les projets de ses clients. La connaissance informelle, empathique, du client, confère au Conseiller un avantage concurrentiel. Cette connaissance se traduit par les opportunités identifiées. Cet avantage se mesure par le nombre de relances mises en place et réalisées. Le portefeuille c est une «unité de gestion de la clientèle». Il doit être suffisamment important pour «donner du travail» au Conseiller. Il doit être correctement dimensionné et constitué pour que chacun des clients soit visité. Le taux annuel de visites est un indicateur déterminant. Mettre le bon commercial devant le bon client L organisation par portefeuille a, parfois, généré des situations désastreuses. Au départ d un Conseiller expérimenté, son portefeuille est attribué à un junior à forte potentialité. La décision «ressources humaines» est probablement bonne, mais l impact commercial est immédiat : décollecte, échec à la vente, baisse de la recommandation. Dans le cadre de l organisation par portefeuilles, l attention doit être portée à la constitution de ceux-ci. Le commercial doit être adapté à la clientèle. Le diagnostic de cette adaptation se fait à partir de la segmentation client et des résultats du conseiller. Le fonctionnement par portefeuille connaît deux autres limites : la compétence et la disponibilité La qualification des rendez-vous permet de proposer au client une alternative : son conseiller habituel ou un spécialiste. Il en est de-même pour la disponibilité. Le Conseiller n est pas disponible à l heure souhaitée : un autre contact lui est proposé. La performance de ces fonctionnements alternatifs se mesure par les choix retenus par les clients et par le taux de réussite des rendez-vous ainsi organisés. taux de visite des portefeuilles taux de rdv gagnants 60 32% 48% 54% 53% 50 34% 43% 45% 47% Premier quartile Médiane Banque X Médiane panel de référence Troisième quartiel 0 Premier quartile Médiane Banque X Médiane panel de référence Troisième quartiel /00/ Avril

4 Augmenter la valeur ajoutée Troisième volet de l évaluation de la performance : mesurer les résultats pour la Banque et pour ses Clients. Mesurer la valeur ajoutée Le conseiller commercial a une double responsabilité : vendre et conseiller. Pour chacun de ces volets il doit produire de la valeur ajoutée. Cette valeur ajoutée se mesure à l aune du Client final et à celle de la Banque. Aux yeux du client, la valeur ajoutée se concrétise par l acte d achat (ou l utilisation du service) et par la «satisfaction». Pour la Banque elle est à la fois financière et de notoriété. Mesurer la performance commerciale implique de dépasser la simple mesure des rendez-vous gagnants ou du nombre de ventes pour se doter d indicateurs qualitatifs. Augmenter les multi-ventes Un «rendez-vous, une vente», est un bon objectif pour dynamiser des commerciaux junior. Il est insuffisant pour assurer la rentabilité d un réseau. Le niveau de multi-ventes doit être suivi. Réaliser une «vente additionnelle» c est compléter la vente initiale, celle pour laquelle le Client est entré en contact, par une option, un complément. La vente additionnelle améliore la profitabilité du contact client. L augmentation des ventes additionnelles traduit l assertivité commerciale. Un second type de multi-ventes est «la vente croisée». La vente d assurance habitation à l occasion d un crédit habitat est une vente croisée. Il s agit de s appuyer sur un besoin satisfait lors d une vente, pour rebondir vers un autre univers de besoins. Mesurer les ventes croisées réalisées est un indicateur du renforcement de la relation client, de la capacité de Conseil. Renforcer la «relation» L intensité de la relation avec un client est mesurable. Le niveau d équipement (ou de détention) est un premier indicateur. La relation sera d autant plus forte que les produits détenus seront «récurrents». Crédits, plan d épargne bancaire, assurance vie sont des produits qui instaurent et renforcent la relation en continu. La mesure de la «contrepartie» client, en particulier de l épargne confiée, est un autre indicateur. Mesurer l intensification de la relation client, par exemple sur un portefeuille, c est mesurer les variations de la détention, l augmentation des contreparties Mesurer l intensification de la relation c est suivre le passage d un palier de la segmentation client à l autre. Faire du client un prescripteur L indicateur phare de la relation est l I.R.C. : l Indice de Recommandation Client. Il traduit la confiance et la satisfaction qu inspire la banque. Il se mesure «à froid» et «à chaud». L IRC à chaud, parfois appelé tactique, est réalisé après une vente. Il est performant pour identifier les produits, processus, canaux présentant une faiblesse préjudiciable à l ensemble de la Banque. L IRC à froid, appelé stratégique est constitué dans le cadre d enquêtes, de sondages. Il fournit une appréciation générale qu il convient de comparer à celle des autres réseaux bancaires. Un IRC élevé ne mobilise pas mécaniquement le réseau pour augmenter la productivité commerciale. Un bon IRC permet aux collaborateurs du réseau «de se sentir à l aise» pour solliciter les clients. Qu il soit tactique ou stratégique, de bons IRC confortent les Commerciaux dans leurs initiatives. Les IRC sont des thermomètres, d une notable inertie, surtout après une baisse. Concrètement, ce qui est important, c est la collecte auprès des clients de recommandations nominatives. Un bon vendeur, un réseau performant collectent un nombre élevé de recommandations et transforment ces prospects identifiés en Clients. La création de fichiers prospects, la mesure de l alimentation de ces fichiers et le niveau de transformation sont les véritables indicateurs de la conquête. formation PRJ1 : Cadrer et piloter un projet transversal (11, 12 et 13 mai 2014) Ce stage vise à doter les participants des éléments fondamentaux pour prendre en charge ou participer à un projet. De la définition du «mode projet» au pilotage, en passant par le rôle des acteurs et à la structuration de la démarche, toutes les composantes techniques du projet seront abordées. Au-delà des apports théoriques, les échanges entre les participants et avec l animateur assureront une mise en perspective des projets de chaque participant. Contenu Définir le projet Cadrer et lancer le projet Calibrer et piloter le projet Conclure le projet Étude de cas en sous-groupes Profil des participants Organisateurs Chef de projet occasionnel Chef de projet permanent Tous nos stages sont disponibles sur notre site (rubrique formation) et dans notre catalogue téléchargeable. Pour plus d information, contactez Anita Maurel au ou Tour FRANKLIN 0-1, terrasse Boieldieu Paris La Défense 8 Cedex /00/ Avril

5 Banque Multicanale et performance réseau Mesurer et accroître la performance du réseau physique de proximité suppose de maîtriser le positionnement de celui-ci dans le dispositif multicanal. L approche la plus performante est de s intéresser «aux parcours clients» mis en place pour chaque produit. Concurrence et complémentarité entre canaux Sortir des idées fausses Une vision partielle et paradoxale consiste à aborder la question en termes de concurrence. Partielle car rien ne prouve que le client utilisant un canal à distance pour procéder à un achat l aurait fait dans le canal traditionnel. Paradoxale car, compte tenu de l évolution des pratiques, la mise à disposition des nouveaux canaux est le moyen de prévenir l attrition. Les réflexions sur la cannibalisation de la clientèle du réseau par la banque à distance sont à courte vue. Les concepts de type «banque directe» ou «banque internet» correspondent à une approche «banque de niche». Incontestablement, il existe des créneaux profitables de distribution, appuyés sur des infrastructures informatiques, des back offices et une relation client préexistante. Pour une banque à réseau implantée, les nouveaux canaux sont un prolongement, une étape vers un nouvel écosystème. La mesure de la performance du réseau nécessite de connaître l activité globale (visites, consultations, ventes ) sur les différents canaux. Le diagnostic de la performance du réseau se doit d être resitué dans son environnement. construire des complémentarités. Les opérations simples et à faible valeur ajoutée sont unitairement moins coûteuses sur les canaux alternatifs. Leurs reports sur les canaux numériques libèrent du temps commercial. Ce qui est évident pour les opérations à faible valeur ajoutée, l est aussi pour certaines étapes des parcours client. Concernant l Attraction et l Information : l affichage, la presse, les mailings sont désormais complétés par les bannières et totems réactifs sur site, les e-messages, les ings, la présence sur les réseaux sociaux. Les canaux numériques sont des vecteurs précieux et efficaces. L analyse des budgets, leur mise en rapport avec les cibles constituent un indicateur à intégrer dans tout diagnostic de la performance commerciale. Dans les étapes avancées des parcours «Conseil et Concrétisation», une offre à distance plus ou moins complète, selon les produits, peut être proposée. Elle peut s accompagner sur un changement de canal via, par exemple, le web-call back ou l accès à l agenda du conseiller et la prise de rendez-vous. Pour diagnostiquer la performance du réseau, il est essentiel de disposer d une vue sur les complémentarités existantes et leurs niveaux d utilisation par la clientèle. Parallélisations et imbrication des parcours clients Des parcours linéaires et fluides Pour qu un parcours client soit confortable et efficace, il doit être linéaire, balisé et le plus complet possible. Dans l idéal, le client doit pouvoir s il le souhaite progresser jusqu au terme sans changer de canal. Actuellement, des ruptures sont encore nécessaires, pour certains produits, pour collecter des pièces justificatives ou recueillir une signature olographe. Cette contrainte doit être la plus faible possible : si la relation s est nouée à distance, la collecte se fait dans les mêmes conditions, par voie électronique ou par courrier. La vente à distance de crédit connaît ce type de rupture. Le suivi et la relance des «non retournés / non parvenus» sont un enjeu de performance. Les parcours clients, quel que soit le canal, reproduisent les mêmes étapes, en parallèle. Une telle disposition permet au client de choisir, à tout moment, son mode de relation. Elle lui permet de bifurquer, si l envie lui vient, dans de bonnes conditions. pour permettre au client de choisir dans la confiance. Des parcours aux étapes synchronisées, des bifurcations aisées entre canaux, sont les garants de la satisfaction client. Le passage d un canal à l autre ne doit entraîner aucune régression, aucune perte d information. Cette imbrication ne doit pas être conçue comme un moyen de rabattage ou de concentration sur le réseau. Le vendeur assis fera tout pour mener la vente à terme, mais l absence de closing immédiat n est pas un échec à la vente. La mise à disposition à distance d une offre, conçue en face à face, permet au client de réfléchir, comparer, se décider dans les conditions qu il a souhaitées. Un parcours commencé en face à face, peut se conclure à distance. L imbrication, c est aussi la relance et la sécurisation. Une simulation engagée sur internet peut donner lieu à une relance téléphonique. Une proposition envoyée par écrit et sans réponse depuis dix jours, mérite que l on s inquiète de sa réception et de son adaptation. Les étapes d un parcours client Information Concrétisation Fidélisation Attraction Conseil Accompagnement - Avril

6 Améliorer la performance commerciale TREND Consultants déploie un dispositif complet de diagnostic, d identification des voies d amélioration de la performance commerciale, au service de la banque de détail. Ce dispositif repose sur cinq axes d analyse et l utilisation d éléments de benchmark externes (panel de banques comparables) et internes (comparaison par secteur géographique, typologie d agence selon la taille, la zone de chalandise et le type de marché). Ce dispositif privilégiant les indicateurs chiffrés, facilite : Le partage du constat et du diagnostic La définition d objectifs d amélioration mesurables L élaboration de plan de progrès et de transformation au profit de la performance commerciale Les résultats du diagnostic viennent alimenter la réflexion de groupes de travail. Selon les thèmes de réflexion ces groupes peuvent être orientés experts (élaborations d analyse et recherche de solution ) ou utilisateurs (retour d expérience, mise en avant de freins, leviers et bonnes pratiques). Pour bénéficier d un retour d expérience, ou plus amples informations, contactez : Matthieu ARCHINARD ou Loïc CARPENTIER ). Intensité commerciale métiers Représentativité des métiers Référentiels d activités Temps commercial vs. temps administratif Nombre de rendez-vous Taux de visite du portefeuille Clients / ETP Efficacité commerciale Taux de concrétisation Coefficient de multi-vente Écart vente brute / vente nette performance commerciale fonds de commerce outils et pilotage Dispositif de mise en portefeuille Cohérence portefeuille vs. Fonds de commerce Équipement client Suivi de l activité et de gestion Gouvernance et pilotage commercial Outils d aide à la vente Dépasser la complexité pour proposer à ses clients, issus du top 200 des grandes entreprises et administrations, des trajectoires et des cibles, simples, lisibles, pérennes, sources de transformation et de performance durables. Telle est la vision de Solucom sur son métier de conseil. Fondé en 1990 et coté sur NYSE Euronext Paris, Solucom est aujourd hui, fort de ses 1200 collaborateurs, le troisième cabinet indépendant de conseil en France. Solucom s attache à réunir les meilleures compétences du marché que ce soit sur le cœur de métier de ses clients, ou en matière de technologie de l information, afin d apporter une réponse unique, globale, dédiée aux enjeux de transformation d entreprise. Présent depuis plusieurs années auprès des Banques et des entreprises du secteur tertiaire financier, le cabinet Solucom ambitionne de devenir un acteur de référence du secteur. C est tout le sens du rapprochement avec TREND Consultants. Solucom Tour Franklin 0-1 terrasse Boieldieu Paris La Défense Cedex tel : +33 (0) suivre Solucom sur Twitter jolly l'impression créative bressuire conception graphique : Jany Bassey - Mélinée Gérin - Avril

CARREFOUR DES ORGANISATIONS

CARREFOUR DES ORGANISATIONS CARREFOUR DES ORGANISATIONS N 70 La banque numérique La lettre d informations de Trend Consultants - juin 2013 LA BANQUE NUMÉRIQUE : ZOOM SUR LA SIGNATURE ÉLECTRONIQUE L actualité est à l Entreprise Numérique.

Plus en détail

VENDRE : LES 7 REFLEXES GAGNANTS

VENDRE : LES 7 REFLEXES GAGNANTS LA PROSPECTION TELEPHONIQUE S approprier les nouvelles s et outils pour rendre sa prospection téléphonique plus efficace Renforcer sa compétence de prise de rendez-vous par téléphone Etre capable de maintenir

Plus en détail

Livre blanc. CRM: Quels sont les bénéfices pour votre entreprise?

Livre blanc. CRM: Quels sont les bénéfices pour votre entreprise? Livre blanc CRM: Quels sont les bénéfices pour votre entreprise? Longtemps considéré comme un outil de luxe exclusivement réservé aux grands groupes, le CRM a su démontrer au fil du temps, que son efficacité

Plus en détail

Dynamiser la performance commerciale des réseaux : une affaire de bonnes pratiques!

Dynamiser la performance commerciale des réseaux : une affaire de bonnes pratiques! Dynamiser la performance commerciale des réseaux : une affaire de bonnes pratiques! les facteurs exogènes n ont pas un pouvoir explicatif déterminant de l efficacité commerciale d un point de vente «j

Plus en détail

Banque de détail. Dynamiser votre réseau de distribution et accroître son efficacité commerciale

Banque de détail. Dynamiser votre réseau de distribution et accroître son efficacité commerciale Banque de détail Dynamiser votre réseau de distribution et accroître son efficacité commerciale L évolution de l environnement et les enjeux dans la Banque de détail CENTRES D'APPELS Intensification du

Plus en détail

Chap 3 : La connaissance du client. I. Les fondements de la connaissance du client. Les principales évolutions sont résumées dans le tableau suivant :

Chap 3 : La connaissance du client. I. Les fondements de la connaissance du client. Les principales évolutions sont résumées dans le tableau suivant : Chap 3 : La connaissance du client I. Les fondements de la connaissance du client A. D une société de consommation à une société de consommateurs Depuis les années 1980, les mutations sociales ont eu d

Plus en détail

GÉREZ VOTRE RELATION CLIENT SANS QUITTER MICRO SOFT OUTLOOK

GÉREZ VOTRE RELATION CLIENT SANS QUITTER MICRO SOFT OUTLOOK Face à l évolution rapide des marchés, les entreprises doivent continuellement reconsidérer leurs axes de développement et leurs stratégies commerciales. Les sollicitations permanentes des concurrents

Plus en détail

CRM Service. Exemples de secteurs concernés. Fonctionnalités clés. Gestion de l activité quotidienne. Gestion complète de la force de vente

CRM Service. Exemples de secteurs concernés. Fonctionnalités clés. Gestion de l activité quotidienne. Gestion complète de la force de vente CRM Service Exemples de secteurs concernés Société de commerce et de négoce Société de services informatiques Cabinet de formation Cabinet de recrutement Société de sécurité et de nettoyage Société de

Plus en détail

La P N L appliquée à la vente

La P N L appliquée à la vente La P N L appliquée à la vente Public concerné : Cadres et cadres supérieurs. Objectifs : Maîtriser les outils de programmation de la démarche commerciale. Programmer les objectifs de la réussite commerciale.

Plus en détail

LA RELATION CLIENT BOOSTEZ VOTRE DEVELOPPEMENT AVEC RING OUTSOURCING EN FRANCE ET A L INTERNATIONAL

LA RELATION CLIENT BOOSTEZ VOTRE DEVELOPPEMENT AVEC RING OUTSOURCING EN FRANCE ET A L INTERNATIONAL LA RELATION CLIENT BOOSTEZ VOTRE DEVELOPPEMENT AVEC RING OUTSOURCING AGENCE LA SEYNE SUR MER 159 chemin de Bremond 83500 La Seyne Sur Mer 06 25 601 602 09 54 39 03 07 www.ringoutsourcing.fr contact@ringoutsourcing.com

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique 0. Préambule 1. Approche et Démarche 2. Diagnostic stratégique 3. Scenarii d évolution 4. Positionnement cible 2 0. Préambule 3 L analyse stratégique repose sur une analyse

Plus en détail

WHY CONSULTING. Performance Commerciale en B2B

WHY CONSULTING. Performance Commerciale en B2B É t u d e WHY CONSULTING Performance Commerciale en B2B La performance commerciale d une entreprise est un sujet complexe qui emprunte des chemins différents selon les organisations et les marchés, car

Plus en détail

LES ENJEUX DE LA DÉMATÉRIALISATION

LES ENJEUX DE LA DÉMATÉRIALISATION N 75 CARREFOUR DES ORGANISATIONS L actualité de la banque et du tertiaire financier LES ENJEUX DE LA DÉMATÉRIALISATION Les projets «zéro papier» initiés dans les années 90, n ont pas produit les résultats

Plus en détail

Le catalyseur de vos performances

Le catalyseur de vos performances MCRM Consulting, 43 Rue Tensift Agdal Rabat Maroc Tel: 212 (0) 5 37 77 77 41 Fax: 212 (0) 5 37 77 77 42 Email: Contact@mcrmconsulting.com Site: www.mcrmconsulting.com P e r f o r m a n c e c o m m e r

Plus en détail

Baccalauréat professionnel vente (prospection - négociation - suivi de clientèle) RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION

Baccalauréat professionnel vente (prospection - négociation - suivi de clientèle) RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 16 I. COMPÉTENCES C1. PROSPECTER C11. Élaborer un projet de prospection C12. Organiser une opération de prospection C13. Réaliser une opération de prospection C14. Analyser

Plus en détail

MICROSOFT DYNAMICS CRM 3.0

MICROSOFT DYNAMICS CRM 3.0 MICROSOFT DYNAMICS CRM 3.0 Face à l évolution rapide des marchés, les entreprises doivent continuellement reconsidérer leurs axes de développement et leurs stratégies commerciales. Les sollicitations permanentes

Plus en détail

Optimisez votre organisation et vos pratiques Marketing pour réussir la transformation digitale

Optimisez votre organisation et vos pratiques Marketing pour réussir la transformation digitale Optimisez votre organisation et vos pratiques Marketing pour réussir la transformation digitale Notre vision des enjeux et notre offre de service Septembre 2015 La révolution digitale est un challenge

Plus en détail

En partenariat avec. et sa solution e-mailing

En partenariat avec. et sa solution e-mailing En partenariat avec et sa solution e-mailing A quoi sert une campagne e-mailing? A quoi sert un e-mailing? Faites la distinction entre la communication de masse et la communication ciblée Notoriété Communication

Plus en détail

Guide Pratique Gérez efficacement vos contacts

Guide Pratique Gérez efficacement vos contacts Guide Pratique Gérez efficacement vos contacts SOMMAIRE Avant Propos 3 Faites un bilan de votre situation actuelle 4 Quelle est la différence entre un logiciel de gestion de contacts et mon organisation

Plus en détail

RÉSULTATS 2008 - PERSPECTIVES 2009 DE LA BANQUE POSTALE

RÉSULTATS 2008 - PERSPECTIVES 2009 DE LA BANQUE POSTALE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 24 mars 2008 RÉSULTATS 2008 - PERSPECTIVES 2009 DE LA BANQUE POSTALE En 2008, La Banque Postale a confirmé sa place unique et singulière sur le marché de la banque de détail

Plus en détail

Plus de prospects, plus de clients, plus de chiffre d affaires DEVELOPPEMENT COMMERCIAL DES ENTREPRISES

Plus de prospects, plus de clients, plus de chiffre d affaires DEVELOPPEMENT COMMERCIAL DES ENTREPRISES Plus de prospects, plus de clients, plus de chiffre d affaires DEVELOPPEMENT COMMERCIAL DES ENTREPRISES PLUS DE PROSPECTS? De l étude préalable au plan d action, musclez votre organisation commerciale

Plus en détail

REJOIGNEZ NOTRE RÉSEAU

REJOIGNEZ NOTRE RÉSEAU REJOIGNEZ NOTRE RÉSEAU PRÉSENTATION DU GROUPE Présent depuis plus de 17 ans en région Rhône Alpes où il a acquis une position de leader sur son marché, le Groupe CFI a élaboré, développé et modélisé avec

Plus en détail

LA GESTION DE LA RELATION CLIENT

LA GESTION DE LA RELATION CLIENT Conquérir un prospect coûte beaucoup plus cher que de fidéliser un client. C est la raison pour laquelle un grand nombre d entreprises orientent leur stratégie autour des services proposés à leurs clients.

Plus en détail

De La Génération De Leads Online Au Lead Management

De La Génération De Leads Online Au Lead Management De La Génération De Leads Online Au Lead Management Piloter ses campagnes d acquisition en revenant aux fondamentaux du marketing relationnel Better connections. Better results. Livre Blanc Acxiom Le Lead

Plus en détail

Route d Illins 38200 Luzinay Vienne 04.74.57.05.01 06.89.23.26.82. La communication : un outil de vente ouvert à tous

Route d Illins 38200 Luzinay Vienne 04.74.57.05.01 06.89.23.26.82. La communication : un outil de vente ouvert à tous Route d Illins 38200 Luzinay Vienne 04.74.57.05.01 06.89.23.26.82 La communication : un outil de vente ouvert à tous jeudi 6 mars 2008 Go Between - Christian Fabre Plan de la présentation Pourquoi communiquer?

Plus en détail

Être visible sur internet - Améliorez votre référencement

Être visible sur internet - Améliorez votre référencement EN MAÎTRISANT INTERNET, APPORTEZ UN NOUVEL ÉLAN À VOTRE ACTIVITÉ Publigo PUBLIGO Agence de communication Agence spécialisée dans le conseil en communication pour les professionnels et grands comptes (web,

Plus en détail

Responsable d agence

Responsable d agence Responsable d agence La filière certifications de l afpols l école L afpols conçoit et met en œuvre depuis plus de 20 ans des cycles de formations qualifiantes pour répondre aux besoins de professionnaliser

Plus en détail

Le portail clients QWE

Le portail clients QWE ROFESSION OMPTABLE Le portail collaboratif clients QWE 1 LE PORTAIL COLLABORATIF CLIENT le moteur de votre développement La réponse à vos missions de conseil en informatique Partager la même solution entre

Plus en détail

CRM et GRC, la gestion de la relation client R A LLER PL US L OI

CRM et GRC, la gestion de la relation client R A LLER PL US L OI 3 R A LLER PL US L OI CRM et GRC, la gestion de la relation client Comment exploiter et déployer une solution de relation client dans votre entreprise? Les usages d une CRM Les fonctionnalités d une CRM

Plus en détail

Guide d accompagnement. Document réalisé par Softcomputing et Microsoft France.

Guide d accompagnement. Document réalisé par Softcomputing et Microsoft France. RESSOURCE PME Cahier des charges d un outil de gestion de la relation client (GRC) ou Customer Relationship Management (CRM) Guide d accompagnement. Ce document donne aux PME des clés pour mener à bien

Plus en détail

PROSPECTION BtoB. Comment organiser sa prospection email BtoB ciblée?

PROSPECTION BtoB. Comment organiser sa prospection email BtoB ciblée? PROSPECTION BtoB Comment organiser sa prospection email BtoB ciblée? L email au service de votre prospection BtoB Pourquoi? Quels objectifs je vise Quoi? Qu est ce que je propose Créer du trafic (site

Plus en détail

Données des SIM. Données signalétiques (nom, adresse), Historique d achat, Réactions passées aux actions de promotion

Données des SIM. Données signalétiques (nom, adresse), Historique d achat, Réactions passées aux actions de promotion Données des SIM Bases de données produits Identification, caractéristiques techniques, caractéristiques commerciales (prix, unités de vente, fournisseurs), état des stocks, ventes réalisées Bases de données

Plus en détail

Guide des formations Inter-Entreprise. Qualité et Optimisation des services clients et des centres d appels

Guide des formations Inter-Entreprise. Qualité et Optimisation des services clients et des centres d appels Guide des formations Inter-Entreprise Qualité et Optimisation des services clients et des centres d appels Guide des formations TelEduc Sommaire Présentation TelEduc 3 Guide des formations «gestion de

Plus en détail

Chefs d entreprise. L offre BGE dédiée à votre développement 2015

Chefs d entreprise. L offre BGE dédiée à votre développement 2015 Chefs d L offre BGE dédiée à votre développement 2015 Programme Ambition Développement, développé par les BGE des Pays de la Loire Envie de développer votre? BGE, spécialiste de la création & développement

Plus en détail

Vendeur du 3 e millénaire

Vendeur du 3 e millénaire Éditorial La fonction commerciale est au centre d un séisme sans précédent. En effet, rares sont les métiers à avoir connu une telle transformation des pratiques performantes en si peu d années. Ce séisme

Plus en détail

Toutefois, elles éprouvent de réelles difficultés à mettre en place. les résultats ne sont pas mesurés systématiquement.

Toutefois, elles éprouvent de réelles difficultés à mettre en place. les résultats ne sont pas mesurés systématiquement. Les entreprises sont conscientes de l intérêt du canal web pour leurs campagnes marketing. Elles l utilisent pour différents types d opérations et prévoient de poursuivre leurs investissements sur le marketing

Plus en détail

Baromètre 2010 Publi-News - Solucom de la relation banque / client LES ENQUÊTES SOLUCOM. The power of simplicity. Juillet 2010

Baromètre 2010 Publi-News - Solucom de la relation banque / client LES ENQUÊTES SOLUCOM. The power of simplicity. Juillet 2010 Juillet 2010 LES ENQUÊTES SOLUCOM Baromètre 2010 Publi-News - Solucom de la relation banque / client The power of simplicity «Ce qui est simple est fort» Baromètre banque / client 2010 Sommaire Avant-propos

Plus en détail

Il y a l'art et la maniere de se faire remarquer

Il y a l'art et la maniere de se faire remarquer se noyer dans la masse sortir du lot Votre partenaire marketing et communication Il y a l'art et la maniere de se faire remarquer Le monde de la communication a subi d importantes mutations ces dernières

Plus en détail

S422-1-3 LA CLIENTELE DE L UNITE COMMERCIALE : APPROCHE STRUCTURELLE

S422-1-3 LA CLIENTELE DE L UNITE COMMERCIALE : APPROCHE STRUCTURELLE S422-1-3 LA CLIENTELE DE L UNITE COMMERCIALE : APPROCHE STRUCTURELLE S422 La relation commerciale et son marché S42 La relation commerciale la clientèle de l unité commerciale Définir la notion de zone

Plus en détail

ecrm: Attrition clients

ecrm: Attrition clients ecrm: Attrition clients Comment identifier et retenir un client sur le départ? Cabestan Livre Blanc Introduction Les clients, même les plus fidèles, sont parfois incités à mettre fin à leur relation avec

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC METTRE EN PLACE UNE GPEC Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences Cette fiche technique aborde la mise en place d une démarche GPEC sous l angle de la description d un processus. Elle présente

Plus en détail

Conquérir et fidéliser ses clients pour booster son chiffre d affaire. Animé par : Oliver THONNEL

Conquérir et fidéliser ses clients pour booster son chiffre d affaire. Animé par : Oliver THONNEL Conquérir et fidéliser ses clients pour booster son chiffre d affaire Animé par : Oliver THONNEL SE POSITIONNER SUR SON MARCHÉ Le CLIENT - la CIBLE Comprendre Des BESOINS Des ATTENTES Répondent-ils au

Plus en détail

CRM MANAGER LES SOLUTIONS POUR BOOSTER VOTRE RELATION CLIENT

CRM MANAGER LES SOLUTIONS POUR BOOSTER VOTRE RELATION CLIENT CRM MANAGER S SOLUTIONS POUR BOOSTER VOTRE RELATION CLIENT CRM MANAGER plus que jamais, un outil d actualité et de conquête Votre connaissance du et de vos clients est fondamentale pour assurer vos succès.

Plus en détail

24 novembre 2010. Présentation des résultats semestriels au 30/09/10

24 novembre 2010. Présentation des résultats semestriels au 30/09/10 Présentation des résultats semestriels au 30/09/10 Agenda 1. Fiche d'identité de Solucom 2. Marché et activité du 1 er semestre 2010/11 3. Résultats semestriels 2010/11 4. Les ressources humaines, un enjeu

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES POUR APPLICATION MOBILE GRC

CAHIER DES CHARGES POUR APPLICATION MOBILE GRC CAHIER DES CHARGES POUR APPLICATION MOBILE GRC Alexandre CADIC Mathis BAKARY 27/02/2013 Sommaire I. Présentation... 3 1. Contexte... 3 a. Implémentation :... 3 b. Direction Générale :... 3 2. Périmètre

Plus en détail

Présentation des résultats annuels 2007. 4 avril 2008 Page 1

Présentation des résultats annuels 2007. 4 avril 2008 Page 1 Présentation des résultats annuels 2007 4 avril 2008 Page 1 Sommaire I. Un intervenant sur le marché du marketing de fidélisation II. III. IV. Un exercice 2007 de qualité Une nette amélioration de la profitabilité

Plus en détail

Customer feedback management Management de la satisfaction client

Customer feedback management Management de la satisfaction client Customer feedback management Management de la satisfaction client La meilleure des publicités est un client satisfait. Vos clients les plus mécontents sont votre plus grande source d'enseignement. Bill

Plus en détail

8 formations. carrément commerciales. Catalogue 2015

8 formations. carrément commerciales. Catalogue 2015 8 formations carrément commerciales Catalogue 2015 8 formations pour : vendre plus et mieux Vendre ses prestations intellectuelles page 4 La relation client dans la gestion de projet page 5 Apprendre à

Plus en détail

DOSSIER 1 : Mesurer l'efficacité d'une campagne d'e-mailing. 1.1 Justifier le recours à un prestataire extérieur pour réaliser la campagne d emailing.

DOSSIER 1 : Mesurer l'efficacité d'une campagne d'e-mailing. 1.1 Justifier le recours à un prestataire extérieur pour réaliser la campagne d emailing. SESSION 2 BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR NÉGOCIATION ET RELATION CLIENT Corrigé E5 : MANAGEMENT ET GESTION D ACTIVITÉS COMMERCIALES VOCALISIS INFORMATIQUE Version 7 mai 2 DOSSIER : Mesurer l'efficacité

Plus en détail

Sommaire Module téléphone

Sommaire Module téléphone Sommaire Module téléphone I. Programme 1 page 3 II. Programme 2 page5 III. Programme 3 page 7 IV. Programme 4 page 9 1 Exemple de programme de formation Toutes nos informations sont réalisées sur-mesure.

Plus en détail

La constitution des portefeuilles «Clients»

La constitution des portefeuilles «Clients» L orientation client 11 La constitution des portefeuilles «Clients» La mise en place d une démarche pro-active suppose et nécessite la constitution de portefeuilles clients affectés nominativement à un

Plus en détail

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Thème : Commercialiser la campagne : les questions de base posées aux territoires

Plus en détail

BTS NRC Session 2009 MGAC Corrigé ALTICLIC

BTS NRC Session 2009 MGAC Corrigé ALTICLIC BTS NRC Session 2009 MGAC Corrigé ALTICLIC Partie 1 : Évaluer le marché (21 points) 1. Établir un diagnostic de ces deux segments de marché. Conclure. (11 points) Diagnostic : 8 points. Marché du bâtiment

Plus en détail

n 7 OPTIMISATION DU TUNNEL DE COMMANDE Etes-vous sûrs d avoir déjà tout testé?

n 7 OPTIMISATION DU TUNNEL DE COMMANDE Etes-vous sûrs d avoir déjà tout testé? n 7 OPTIMISATION DU TUNNEL DE COMMANDE Etes-vous sûrs d avoir déjà tout testé? Le tunnel de commande, correspond aux différentes étapes que suit l acheteur, de son arrivée sur le site e-commerçant à la

Plus en détail

Titre professionnel - Conseiller relation client à distance

Titre professionnel - Conseiller relation client à distance Impression à partir du site https://offredeformation.picardie.fr le 15/10/2015. Fiche formation Titre professionnel - Conseiller relation client à distance - N : 15945 - Mise à jour : 24/07/2015 Titre

Plus en détail

Novembre 2013. Regard sur service desk

Novembre 2013. Regard sur service desk Novembre 2013 Regard sur service desk édito «reprenez le contrôle grâce à votre service desk!» Les attentes autour du service desk ont bien évolué. Fort de la riche expérience acquise dans l accompagnement

Plus en détail

Rentabilité économique. Pourquoi. 3 expertises à la carte

Rentabilité économique. Pourquoi. 3 expertises à la carte Rentabilité économique Améliorer le résultat d exploitation Vous avez besoin de prendre du recul pour choisir les bons leviers d amélioration de votre rentabilité? Dans cette réflexion complexe, FTC vous

Plus en détail

L ACCUEIL PHYSIQUE ET TELEPHONIQUE

L ACCUEIL PHYSIQUE ET TELEPHONIQUE L ACCUEIL PHYSIQUE ET TELEPHONIQUE 800 HT/jour Prendre conscience de l'importance et des enjeux d'un accueil physique et téléphonique de qualité Maîtriser les techniques de communication pour optimiser

Plus en détail

RELATION CLIENT - CRM - MARKETING

RELATION CLIENT - CRM - MARKETING INNOVATION TECHNOLOGIES AU SERVICE DES PME PMI ETI SOeMAN RELATION CLIENT - CRM - MARKETING La solution d'aide au pilotage et au management de la performance commerciale Produit et service de la société

Plus en détail

Guide du Tuteur Banque et Assurance

Guide du Tuteur Banque et Assurance Guide du Tuteur Banque et Assurance QU EST-CE QUE LE BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES? Il s agit d une formation en 2 ans proposée aux titulaires d un baccalauréat technologique ou général. Elle

Plus en détail

Générer du chiffre d affaires

Générer du chiffre d affaires Générer du chiffre d affaires L entreprise est un système d interactions entre trois secteurs : gestion Production Commercialisation Générer du chiffre d affaires Un système qui doit interagir avec son

Plus en détail

S84-1 LA GRC ET LE SI (Système d Information) 841 - Qualification des données clientèle. 842 - La segmentation de la clientèle

S84-1 LA GRC ET LE SI (Système d Information) 841 - Qualification des données clientèle. 842 - La segmentation de la clientèle S84-1 LA GRC ET LE SI (Système d Information) 841 - Qualification des données clientèle 842 - La segmentation de la clientèle 843 - Les actions personnalisées utilisation des procédures de consultation

Plus en détail

06 juin 2012. Réunion SFAF. Présentation des résultats annuels 2011/12. clos le 31 mars 2012

06 juin 2012. Réunion SFAF. Présentation des résultats annuels 2011/12. clos le 31 mars 2012 Réunion SFAF Présentation des résultats annuels 2011/12 clos le 31 mars 2012 Agenda 1. Fiche d'identité de Solucom 2. Marché et activité de l'exercice 2011/12 3. Résultats financiers 2011/12 4. Alturia

Plus en détail

I- LE RESEAU CREDIT AGRICOLE ET L AGENCE DE VILLEBOURBON:

I- LE RESEAU CREDIT AGRICOLE ET L AGENCE DE VILLEBOURBON: I- LE RESEAU CREDIT AGRICOLE ET L AGENCE DE VILLEBOURBON: Une banque est une entreprise qui gère les dépôts et collecte l épargne des clients, accorde des prêts et offre des services financiers. Elle effectue

Plus en détail

37, rue d Amsterdam 75008 - Paris Tél. : 01 42 26 07 54 Fax : 01 42 26 09 88 http://www.lca-performances.com

37, rue d Amsterdam 75008 - Paris Tél. : 01 42 26 07 54 Fax : 01 42 26 09 88 http://www.lca-performances.com 37, rue d Amsterdam 75008 - Paris Tél. : 01 42 26 07 54 Fax : 01 42 26 09 88 http://www.lca-performances.com Programme de formation Prospection commerciale Contexte de formation 2 Objectifs de formation

Plus en détail

Le CRM au cœur des cabinets d avocats

Le CRM au cœur des cabinets d avocats Livre Blanc Le CRM au cœur des cabinets d avocats Entrez dans le futur de la relation clients Edito Le monde du conseil juridique est en pleine (r)évolution. Alors que le décret n 2014-1251 du 28 octobre

Plus en détail

Tellia. Centre de Relation Client. à votre Relation Client. Donnez de nouvelles dimensions DÉCOUVRIR COMPRENDRE FIDÉLISER

Tellia. Centre de Relation Client. à votre Relation Client. Donnez de nouvelles dimensions DÉCOUVRIR COMPRENDRE FIDÉLISER Tellia Centre de Relation Client DÉCOUVRIR COMPRENDRE FIDÉLISER Donnez de nouvelles dimensions à votre Relation Client Tellia Née de l expertise d Apria, Tellia est une offre de service qui défend une

Plus en détail

LD EXPERTISE Laurent DAVID - 06 26 80 22 56 laurent.david@ldexpertise.com

LD EXPERTISE Laurent DAVID - 06 26 80 22 56 laurent.david@ldexpertise.com Valorisation de l entreprise par son activité commerciale «Si le navigateur ne sait pas dans quel port il se situe ni vers quel port il doit se diriger, aucun vent ne lui sera favorable» Sénèque Marge

Plus en détail

Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français

Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français Copyright Copyright 2010 2010 Accenture All Rights All Rights Reserved. Accenture, its logo, and High Performance Delivered are trademarks

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION

PROGRAMME DE FORMATION PROGRAMME DE FORMATION BGE Provence Alpes Méditerranée ACCES CONSEIL Siège social 7 rue Gaston FLOTTE 13012 MARSEILLE Tél. : 04 91 90 88 66 Siret : 33447279200103 www.acces-conseil.com REPARTITION DU STAGE

Plus en détail

Le Marketing Relationnel Universitaire : 2010.2011 0

Le Marketing Relationnel Universitaire : 2010.2011 0 Universitaire : 2010.2011 0 Introduction : Chaque jour à travers le monde, des managers déplorent la baisse de fidélité de leurs clients qui sont courtisés plus fébrilement par des concurrents offrant

Plus en détail

Des questions en live? @gregguzzo

Des questions en live? @gregguzzo Comment Val Thorens, à travers la mise en place d un écosystème numérique & humain, favorise le service et l expérience client? Des questions en live? @gregguzzo 1 _ CRM, késako? Construire avec ses clients

Plus en détail

Marketing comportemental. Guide méthodologique de mise en œuvre

Marketing comportemental. Guide méthodologique de mise en œuvre Marketing comportemental Guide méthodologique de mise en œuvre Sommaire Présentation...3 Les limites du marketing de masse ou du marketing «produit»...5 L idéal marketing : délivrer le bon message au bon

Plus en détail

L ESSENTIEL CARREFOUR BANQUE

L ESSENTIEL CARREFOUR BANQUE CARREFOUR BANQUE PLUS DE 30 ANS D EXPÉRIENCE AU SERVICE DES CLIENTS Carrefour Banque commercialise des solutions de paiement, de financement, d épargne et d assurance. Depuis le lancement de la première

Plus en détail

BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES GUIDE DU TUTEUR

BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES GUIDE DU TUTEUR BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES GUIDE DU TUTEUR Vous êtes tuteur d un étudiant en BTS management des unités commerciales. Ce guide vous est destiné : il facilite votre préparation de l arrivée du

Plus en détail

L évaluation des résultats

L évaluation des résultats L évaluation des résultats Process 14 «Aide-toi, le tableau de bord t aidera!» Chapitre 23 Analyse et réactivité P. 227 Certains dirigeants suivent la marche de leurs affaires avec un simple tableur. Les

Plus en détail

La gestion de la relation client. Le terme de la Gestion de la Relation Client ou de marketing "One to one"

La gestion de la relation client. Le terme de la Gestion de la Relation Client ou de marketing One to one La gestion de la relation client Introduction Le terme de la Gestion de la Relation Client ou de marketing "One to one" apparaît en France en 1997. Mais le concept est né au début des années 1990, pour

Plus en détail

conseiller banque en ligne h/f

conseiller banque en ligne h/f FICHES DE POSTES conseiller banque en ligne h/f Conseiller Banque en Ligne H/F Vos missions Accueillir et orienter les clients et les prospects Assurer un appui commercial à la clientèle du réseau d agences

Plus en détail

LA COLLECTE DE DÉPÔTS, UNE ACTIVITÉ STRATÉGIQUE POUR RCI BANQUE. 2012 : 893 MILLIONS D ENCOURS A FIN DÉCEMBRE POUR LE LIVRET ZESTO

LA COLLECTE DE DÉPÔTS, UNE ACTIVITÉ STRATÉGIQUE POUR RCI BANQUE. 2012 : 893 MILLIONS D ENCOURS A FIN DÉCEMBRE POUR LE LIVRET ZESTO 1 LA COLLECTE DE DÉPÔTS, UNE ACTIVITÉ STRATÉGIQUE POUR RCI BANQUE. 2012 : 893 MILLIONS D ENCOURS A FIN DÉCEMBRE POUR LE LIVRET ZESTO Le 16 février 2012, RCI Banque a lancé en France le livret d épargne

Plus en détail

Tour Franklin, 100-101 Terrasse Boieldieu, La Défense 8 92042 Paris La Défense Cedex Tél. : 01 49 03 25 00 Fax. : 01 49 03 25 01 www.solucom.

Tour Franklin, 100-101 Terrasse Boieldieu, La Défense 8 92042 Paris La Défense Cedex Tél. : 01 49 03 25 00 Fax. : 01 49 03 25 01 www.solucom. Tour Franklin, 00-0 Terrasse Boieldieu, La Défense 8 92042 Paris La Défense Cedex Tél. : 0 49 03 25 00 Fax. : 0 49 03 25 0 www.solucom.fr Tous droits réservés - crédits photos : Fotolia - ISBN 978-2-98872-00-9

Plus en détail

«Outils de gestion pour TPE CRM / ERP» Club

«Outils de gestion pour TPE CRM / ERP» Club Réunion des membres du 7 juin 2011 «Outils de gestion pour TPE CRM / ERP» Comment faciliter la gestion journalière d un commerce ou d une TPE par l utilisation d outils TIC? L adoption d outils TIC mais

Plus en détail

RESTE 2 PLACES POUR CE STAGE

RESTE 2 PLACES POUR CE STAGE 1 URGENT RESTE 2 PLACES POUR CE STAGE Action de formation 4-2 «Dynamique de vente et performances commerciales pour les Technicocommerciaux des Industries Graphiques» (Lyon 2010) Organisée par l AFCAD

Plus en détail

Le Marketing Direct et la relation client

Le Marketing Direct et la relation client Introduction au MD Le Marketing Direct et la relation client Définition du Marketing direct. Il consiste à gérer une offre et une transaction personnalisée à partir de l utilisation d informations individuelles

Plus en détail

L ESSENTIEL CARREFOUR BANQUE

L ESSENTIEL CARREFOUR BANQUE L ESSENTIEL CARREFOUR BANQUE INANCER CONSEILLER FACILITER SIMPLIFIER ASSURER ARANTIR INFORMER PRÊTER PROTÉGER ADAPTER PARGNER FIDÉLISER DÉVELOPPER ACCOMPAGNER INANCER CONSEILLER FACILITER SIMPLIFIER ASSURER

Plus en détail

achat shopping fidèlisation animation magnétic communication magnétic communication magnéti CENTRES COMMERCIAUX VILLAGES trafic DE MARQUES

achat shopping fidèlisation animation magnétic communication magnétic communication magnéti CENTRES COMMERCIAUX VILLAGES trafic DE MARQUES achat animation fidèlisation shopping CENTRES COMMERCIAUX & DE MARQUES VILLAGES trafic Partenaire des Centres Commerciaux La promesse d un centre de vie Aujourd hui, les centres commerciaux évoluent dans

Plus en détail

La relance de l activité commerciale

La relance de l activité commerciale chapitre 14 La relance de l activité commerciale Face à des difficultés importantes, on constate souvent que le marketing bancaire se concentre d abord sur des objectifs de risques avant d aborder véritablement

Plus en détail

Aucun prérequis Toute personne devant prendre en charge les missions d Assistant(e) Commercial(e) Assistant(e) Commercial(e) déjà en poste

Aucun prérequis Toute personne devant prendre en charge les missions d Assistant(e) Commercial(e) Assistant(e) Commercial(e) déjà en poste REUSSIR SA FONCTION ASSISTANT(E) 2015 COMMERCIAL(E) DUREE 5 jours (35 Heures) COUT 1290 HT par personne OBJECTIFS Connaître les missions de l Assistant(e) Commercial(e) Savoir communiquer Optimiser son

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

1 er CENTRE DE FORMATION SPÉCIALISTE DE LA COMMUNICATION EN ENTREPRISE

1 er CENTRE DE FORMATION SPÉCIALISTE DE LA COMMUNICATION EN ENTREPRISE 1 er CENTRE DE FORMATION SPÉCIALISTE DE LA COMMUNICATION EN ENTREPRISE CARTE D IDENTITÉ UN CENTRE DE FORMATION CRÉÉ PAR DES FORMATEURS PROFESSIONNELS Kreactiv Formation est né de l essaimage d une agence

Plus en détail

Gemalto publie son chiffre d affaires du 1 er trimestre 2010

Gemalto publie son chiffre d affaires du 1 er trimestre 2010 Gemalto publie son chiffre d affaires du 1 er trimestre Chiffre d affaires en hausse à 390 millions d euros Croissance de la Téléphonie Mobile, portée par les logiciels et services Amélioration du mix

Plus en détail

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre Bac+4 certifié Niveau II J.O du 09 Août 2014 - code NSF 312

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre Bac+4 certifié Niveau II J.O du 09 Août 2014 - code NSF 312 REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre Bac+4 certifié Niveau II J.O du 09 Août 2014 - code NSF 312 1 REFERENTIEL DE FORMATION CHEF(FE) DE PROJETS MARKETING ET COMMERCIALE TITRE CERTIFIE

Plus en détail

Connaissez-vous GROUPAMA BANQUE?

Connaissez-vous GROUPAMA BANQUE? Groupama Banque - Direction de la communication externe - Groupama participe à la protection de l'environnement en utilisant un site imprim vert et des papiers issus des forêts gérées durablement et en

Plus en détail

OPTIMISER L AMENAGEMENT DE SON POINT DE VENTE (7 H)

OPTIMISER L AMENAGEMENT DE SON POINT DE VENTE (7 H) OPTIMISER L AMENAGEMENT DE SON POINT DE VENTE (7 H) Sur REIMS Public : Artisans et conjoints collaborateurs, salarié(e)s. Objectifs : 1. Vendre Quoi?, A qui?, Où? Incidence sur l aménagement du point de

Plus en détail

Le NOUVEAU PROGRAMME de BDD juxtaposée multicanal

Le NOUVEAU PROGRAMME de BDD juxtaposée multicanal Le NOUVEAU PROGRAMME de BDD juxtaposée multicanal Agenda 1. Le Big Data et les enjeux du marché 2. La réponse de Mediapost Communication 3. Comment ça marche? 4. Planning de lancement des offres 5. Conclusion

Plus en détail

Réussir la transformation. Ensemble. Les défis de l expérience client différenciante. Delivering Transformation. Together.

Réussir la transformation. Ensemble. Les défis de l expérience client différenciante. Delivering Transformation. Together. Réussir la transformation. Ensemble. Les défis de l expérience client différenciante Delivering Transformation. Together. Sopra Steria Consulting est l activité Conseil du Groupe Sopra Steria. Présent

Plus en détail

BASES DE DONNEES EMAILING NOMINATIVES ENTREPRISES UTILISATRICES DE SAP (END USERS SAP)

BASES DE DONNEES EMAILING NOMINATIVES ENTREPRISES UTILISATRICES DE SAP (END USERS SAP) FICHIERS BTOB SAP BASES DE DONNEES EMAILING NOMINATIVES ENTREPRISES UTILISATRICES DE SAP (END USERS SAP) BASE INSTALLEE SAP Périmètre : France Entière Offre de sourcing qualifié de contacts BtoB : location

Plus en détail

Grâce à son dynamisme et à sa solidité, La Banque Postale conforte son développement et sa profitabilité

Grâce à son dynamisme et à sa solidité, La Banque Postale conforte son développement et sa profitabilité COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 9 septembre 2010 Grâce à son dynamisme et à sa solidité, La Banque Postale conforte son développement et sa profitabilité Au 30 juin 2010 : PNB consolidé : 2 640 millions

Plus en détail

Réunion Ambassadeurs Résultats semestriels 2014/15

Réunion Ambassadeurs Résultats semestriels 2014/15 Réunion Ambassadeurs Résultats semestriels 2014/15 A la découverte de Solucom Réunion SFAF - 26 novembre 2014 Intervenants Pascal IMBERT Président du Directoire Patrick HIRIGOYEN DGA - Membre du Directoire

Plus en détail

La Renaissance de L emailing à la Performance

La Renaissance de L emailing à la Performance La Renaissance de L emailing à la Performance Eviter l essouflement en revenant aux bonnes pratiques marketing Par Mario Roche, Sales Manager Acxiom France Better connections. Better results. Livre Blanc

Plus en détail

37, rue d Amsterdam 75008 - Paris Tél. : 01 42 26 07 54 Fax : 01 42 26 09 88 http://www.lca-performances.com

37, rue d Amsterdam 75008 - Paris Tél. : 01 42 26 07 54 Fax : 01 42 26 09 88 http://www.lca-performances.com 37, rue d Amsterdam 75008 - Paris Tél. : 01 42 26 07 54 Fax : 01 42 26 09 88 http://www.lca-performances.com Programme de formation Marketing direct Contexte de formation.. 2 Objectifs de formation 2 Programme

Plus en détail