Réseaux de Santé Respiratoire Pédiatrique : les apports de la prise en charge libérale pour l Hôpital

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Réseaux de Santé Respiratoire Pédiatrique : les apports de la prise en charge libérale pour l Hôpital"

Transcription

1 Réseaux de Santé Respiratoire Pédiatrique : les apports de la prise en charge libérale pour l Hôpital Dr Valentine HOEUSLER GHICL Hôpital Saint-Vincent de Paul - Lille

2 La prise en charge globale Diagnostic Accès aux soins Thérapeutique Médicosociale et sociale P A T I E N T Education Suite de soins Prévention

3 Vocation du réseau : redéfinir un parcours cohérent par rapport à la prise en charge Offre de service Accès aux soins Qualité Continuité Coordination

4 Problématique hospitalière Saturation des urgences et des services de pédiatrie en période épidémique. Difficultés croissantes à trouver des lits d hospitalisation. Sorties anticipées le vendredi ou repoussées au lundi. Stress des prescripteurs de kinésithérapie ne pouvant indiquer aux familles les coordonnées d un kinésithérapeute de garde.

5 Intérêt pour l hôpital Désaturation du service d urgences et d hospitalisation. Baisse de la durée d hospitalisation pour les patients pris en charge le weekend. Facilités d accès au kinésithérapeute de garde par l appel au SAMU 59 ou numéro indigo d urgences en Aquitaine Rapidité de la prise en charge du patient en libéral. Uniformisation des pratiques, pour une meilleure cohésion et compréhension par l entourage du patient. Bonne coordination des soins grâce à la mise en place du système de gardes sectorisées. Extension des réseaux afin d améliorer la couverture géographique Aqui Respi (5 départements, 28 secteurs, RB 59, 1 département,18 secteurs) Qualité du suivi offert par une organisation ambulatoire. Evaluation et surveillance quotidienne du patient. Réorientation spécialisée en cas d aggravation ou prise en charge d un asthme du nourrisson. Satisfaction des parents pour la continuité des soins. Les libéraux reçoivent les patients ayant la CMU (Charte).

6 Inconvénients Disparité des zones géographiques couvertes par le réseau. Techniques différentes chez certains kinésithérapeutes réfractaires à la technique d augmentation du flux expiratoire. Par le biais du système de garde, certains empiètent sur le territoire de l autre (patientèle) mécontentement de certains kinésithérapeutes. Incompréhension des parents sur les pratiques divergentes, sur les résultats obtenus par différents kinésithérapeutes. Inaccessibilité aux cabinets libéraux de garde pour certains patients.

7 Les limites Manque d évaluation médico-économiques confirmant l impact positif en terme financier, de qualité de prise en charge et de pratiques professionnelles.

8 Satisfaction des réseaux en interne Evaluation du réseau IDF : 96% des professionnels de santé (kinésithérapeutes ou médecins) sont satisfaits du réseau. 90% des membres d une année n sont présents l année n+1.

9 Bonne corrélation activité Réseaux/Urgences Le Réseau ARB Ile-de-France (InVS) Dynamique de l épidémie cohérente avec les données des services des urgences Nombre de demandes de kinésithérapeutes ARB IdF Nombre de passages aux urgences (réseau Oscour ) Répartition différente des âges des enfants

10 Intérêt à développer une mutualisation des réseaux Mutualisation territoriale permet d avoir un fonctionnement identique dans un département ou région ne laissant aucun patient sans solution, permettant une plus grande fluidité du parcours de soins. Le développement au Québec de «coordonnateur de soins» ou «case manager» pour améliorer la prise en charge à domicile des personnes âgées atteintes de pathologies chroniques a permis de réduire de 50% le taux d hospitalisations et d améliorer la qualité de vie des patients.

11 Les réseaux répondent à l éducation thérapeutique du patient L éducation thérapeutique s inscrit dans le parcours de soins des patients, débutée par le médecin, le pharmacien puis le kinésithérapeute. Permet de rendre le patient plus autonome en facilitant l adhésion aux traitements prescrits et en améliorant sa qualité de vie.

12 Projet / perspectives Formation commune kinésithérapeutes/médecins pour avoir des critères communs d orientation des enfants. Meilleure prise en charge de l asthme du nourrisson comme le RABAN en Aquitaine (Réseau Aquitaine Bronchiolite Asthme du Nourrisson). Repérage précoce des autres pathologies respiratoires (mucoviscidose, bronchomalacie, DCP ). Dossier informatisé unique du patient ayant une pathologie chronique pour tous les intervenants.

13 Application et mise en œuvre des EPP Techniques et formations identiques évitant le questionnement des parents et la remise en question pour les professionnels du même corps de métier. Evaluation des professionnels de santé.

14 Diversification aux maladies chroniques respiratoires BPCO, mucoviscidose, dyskinésie ciliaire, bronchomalacie Les pneumologues se mobilisent pour prendre en charge les personnes repérées grâce au dépistage afin de les intégrer dans un programme d intervention efficace comprenant des propositions thérapeutiques adaptées (traitement et suivi médicaux pluridisciplinaires, kinésithérapeute, psychologue, diététicienne, aide au sevrage tabagique, éducation thérapeutique, réhabilitation respiratoire, insertion socio-professionnelle ).

15 Avenir Réseau commun pour la prise en charge de toutes les pathologies chroniques respiratoires pédiatriques et adultes en mutualisant les micros réseaux déjà en place. Développer des alternatives à l hospitalisation conventionnelle, en lien avec des structures/réseaux existants (structure de soins continus respiratoires, structure de prise en charge ambulatoire et à domicile, HAD, HDJ Développer la réhabilitation respiratoire qui a fait la preuve de son efficacité dans la BPCO avec une organisation en réseau plutôt que par le biais d hospitalisation. Faire reconnaitre l activité de la réhabilitation respiratoire et d éducation pour la santé en ville (ALD, T2A ).

16 Conclusion Gain certain du système hospitalier par les réseaux de santé respiratoire existants Intérêt de diversifier ce réseau à d autres pathologies respiratoires permettant une mutualisation par optimisation des moyens et partage des compétences internes et externes afin de pourvoir à la continuité des soins à la sortie d hôpital et à une prise en charge globale du patient. La mutualisation doit relever le défi de la structuration de parcours de soins harmonieux et respectueux des deniers de la sécurité sociale.

17 Je vous remercie de votre attention.

de Santé du Bessin ville / hôpital

de Santé du Bessin ville / hôpital Réseau de Santé du Bessin Réseau de Santé du Bessin et coopération ville / hôpital Dr Thierry Gandon Cafés Réseaux URML I.d.F 20.05.2008 France Normandie Caen Bayeux - 14 Bayeux Caen Le Bessin 100.000

Plus en détail

Parcours de soins en cancérologie: les défis de la coordination

Parcours de soins en cancérologie: les défis de la coordination Parcours de soins en cancérologie: les défis de la coordination Dr Mario Di Palma Département Ambulatoire JESS 2014, Saint- Etienne Les progrès en cancérologie Progrès techniques: > Nouveaux médicaments

Plus en détail

Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux. Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006

Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux. Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006 Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006 Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux Prévention et dépistage

Plus en détail

Journée Portes Ouvertes du 14 Juin SSR Pneumologie

Journée Portes Ouvertes du 14 Juin SSR Pneumologie Journée Portes Ouvertes du 14 Juin 2012 SSR Pneumologie SSR pneumologie 30 lits d hospitalisation situés dans le bâtiment «les cèdres» depuis 2000, plus une place en HDJ, Labellisé par l ARS en 2009 :

Plus en détail

Education Thérapeutique du Patient en Lorraine. Dr A. Dieterling Directrice de la Santé Publique 3 décembre 2015

Education Thérapeutique du Patient en Lorraine. Dr A. Dieterling Directrice de la Santé Publique 3 décembre 2015 Education Thérapeutique du Patient en Lorraine Dr A. Dieterling Directrice de la Santé Publique 3 décembre 2015 L ETP : une nécessité 15 M de malades chroniques Maladie chronique Evolution sur le long

Plus en détail

CONTEXTE (1) Gestion des pathologies chroniques La gestion des pathologies chroniques La BPCO constitue un problème de santé exemplaire

CONTEXTE (1) Gestion des pathologies chroniques La gestion des pathologies chroniques La BPCO constitue un problème de santé exemplaire ETAT DES LIEUX DES PROBLEMES POSES PAR LES PATIENTS BPCO SUR LES TERRITOIRES DU VAL DE MARNE ET SEINE ET MARNE UN PROGRAMME PLURIDISCIPLINAIRE ET PLURIPROFESSIONNEL DE RECHERCHE ET D'ACTION Bronchopneumopathie

Plus en détail

La psychiatrie de secteur et le parcours de soins. UE.2.6 Compétence R.E NOTO-

La psychiatrie de secteur et le parcours de soins. UE.2.6 Compétence R.E NOTO- le parcours de soins UE.2.6 Compétence Introduction C est quoi? Le territoire national est découpé en zones géographiques appelées «secteurs». Le secteur est l organisation à l intérieur d un bassin de

Plus en détail

Surveillance épidémiologique de la bronchiolite du nourrisson en France

Surveillance épidémiologique de la bronchiolite du nourrisson en France Surveillance épidémiologique de la bronchiolite du nourrisson en France Pascal Chaud, Institut de Veille Sanitaire en région Nord 9 ème journée des Réseaux Bronchiolite 1 er juin 2012 - Lille Epidémiologie

Plus en détail

10 ème journée des réseaux de périnatalité

10 ème journée des réseaux de périnatalité Présentation du dispositif francilien de suivi des nouveau-nés vulnérables 10 ème journée des réseaux de périnatalité Anne-Gaëlle DANIEL Responsable du département périnatalité et orthogénie Direction

Plus en détail

Surveillance de la bronchiolite en Ile-de-France Apport des données OSCOUR

Surveillance de la bronchiolite en Ile-de-France Apport des données OSCOUR Surveillance de la bronchiolite en Ile-de-France Apport des données OSCOUR Journée OSCOUR 12 décembre 2012 A-C. Paty, E. Baffert, H. Isnard Oscour en Ile-de-France, c est en 2011 : - 49 établissements

Plus en détail

Maladies chroniques, parcours de soins coordonnés et spécialistes de proximité. Janvier Mars 2015

Maladies chroniques, parcours de soins coordonnés et spécialistes de proximité. Janvier Mars 2015 Maladies chroniques, parcours de soins coordonnés et spécialistes de proximité Janvier Mars 2015 Sommaire Définition de la Maladie Chronique p.03 Méthodologie et taux de retour p.04 Représentativité p.06

Plus en détail

Sur l ensemble des traumatisés crâniens, 70 à 80 % seront classés légers chaque année.

Sur l ensemble des traumatisés crâniens, 70 à 80 % seront classés légers chaque année. La prise en charge du traumatisé crânien léger Sur l ensemble des traumatisés crâniens, 70 à 80 % seront classés légers chaque année. Les problèmes posés par ces blessés concernent : le dépistage et le

Plus en détail

HAD 43. Service d hospitalisation à domicile Service du Centre Hospitalier Emile ROUX

HAD 43. Service d hospitalisation à domicile Service du Centre Hospitalier Emile ROUX Service d hospitalisation à domicile Service du Centre Hospitalier Emile ROUX Autorisation ARH Auvergne (Agence Régionale de l Hospitalisation) 23/10/07 attribuée au Centre Hospitalier Partenariat: Centre

Plus en détail

L Education Thérapeutique du Patient en région Centre

L Education Thérapeutique du Patient en région Centre L Education Thérapeutique du Patient en région Centre Législation, bilan et perspectives Tours, 17 juin 2015 XX/XX/2015 2 La loi Hôpital, patients, santé et territoires Article L.1161-1 du CSP : L éducation

Plus en détail

Maladies chroniques : Cancers Amélioration de la qualité de vie, Quelles organisations et quels acteurs? Lille 23 septembre 2014

Maladies chroniques : Cancers Amélioration de la qualité de vie, Quelles organisations et quels acteurs? Lille 23 septembre 2014 Maladies chroniques : Cancers Amélioration de la qualité de vie, Quelles organisations et quels acteurs? Lille 23 septembre 2014 Les différents types de prise en charge des patients à domicile L hospitalisation

Plus en détail

Atelier E 10 présenté par le Dr Marie PECHARD

Atelier E 10 présenté par le Dr Marie PECHARD Atelier E 10 présenté par le Dr Marie PECHARD 1 Déclaration de conflits d intérêt réels ou potentiels Nom du conférencier: Dr Marie PECHARD Je n ai aucun conflit d intérêt réel ou potentiel en lien avec

Plus en détail

La surveillance syndromique à l InVS : la veille sanitaire fondée sur l enregistrement automatisé de données métier

La surveillance syndromique à l InVS : la veille sanitaire fondée sur l enregistrement automatisé de données métier La surveillance syndromique à l InVS : la veille sanitaire fondée sur l enregistrement automatisé de données métier Dr Loïc Josseran InVS Département de Coordination des Alertes et des Régions InVS septembre

Plus en détail

HOSPITALISATION A DOMICILE

HOSPITALISATION A DOMICILE Formation proposée par Bien-être et santé en Baie le 4 février 2010 à Granville HOSPITALISATION A DOMICILE intervention du Dr Chantal DESPIERRES Médecin coordonnateur de l HAD du Pays de la Baie L'HAD

Plus en détail

> L HAD, en tant qu établissement de santé, est soumise à la certification, ce qui garantit au malade une offre de soins de qualité

> L HAD, en tant qu établissement de santé, est soumise à la certification, ce qui garantit au malade une offre de soins de qualité Cancer et domicile Définition de l HAD > L HAD est un établissement de santé et une alternative à l hospitalisation conventionnelle, qui permet d assurer au domicile du malade, des soins médicaux et paramédicaux

Plus en détail

16 ème journée régionale du CCECQA Vendredi 24 juin 2016 Parcours de santé : promenade ou saut d obstacles?

16 ème journée régionale du CCECQA Vendredi 24 juin 2016 Parcours de santé : promenade ou saut d obstacles? 16 ème journée régionale du CCECQA Vendredi 24 juin 2016 Parcours de santé : promenade ou saut d obstacles? Stratégie et organisation du parcours de santé en ALPC François FRAYSSE (ARS ALPC) 16 ème journée

Plus en détail

CONVENTION CONSTITUTIVE

CONVENTION CONSTITUTIVE CONVENTION CONSTITUTIVE Entre les établissements signataires Vu les textes législatifs suivants : La loi du 9 juin 1999 visait à garantir l accès aux soins palliatifs pour tous et introduisait l existence

Plus en détail

Programme d éducation thérapeutique dans le cancer de la prostate localisé

Programme d éducation thérapeutique dans le cancer de la prostate localisé Programme d éducation thérapeutique dans le cancer de la prostate localisé Fabienne Courdesses-Chargée de mission ETP- Réseau Onco94 Ouest- CNRC -1 er octobre 2015 Onco 94 Ouest en quelques mots Trois

Plus en détail

L Education Thérapeutique du Patient en région Centre au 1 er octobre 2013

L Education Thérapeutique du Patient en région Centre au 1 er octobre 2013 L Education Thérapeutique du Patient en région Centre au 1 er octobre 2013 «Législation, bilan et perspectives» Dr Yves MORRIET 1 L ETP et la loi - Code de la santé publique Article L.1161-1 : L éducation

Plus en détail

HOSPITALISATION A DOMICILE

HOSPITALISATION A DOMICILE HOSPITALISATION A DOMICILE Journée du RFClin et CCLIN-Est : prévention du risque infectieux en HAD, Besançon, 8 octobre 2013 MATHIEU Carine Directrice HAD39 Déléguée Régionale FNEHAD 1 Modalités d organisation

Plus en détail

L infirmière au cœur du parcours de soin du patient douloureux chronique.

L infirmière au cœur du parcours de soin du patient douloureux chronique. L infirmière au cœur du parcours de soin du patient douloureux chronique. Christine BERLEMONT Infirmière Ressource Douleur Unité d Evaluation et Traitement de la Douleur Centre Hospitalier de Meaux France

Plus en détail

L hospitalisation à domicile

L hospitalisation à domicile DOSSIER DE PRESSE L hospitalisation à domicile Avril 2016 Qu est-ce que l hospitalisation à domicile (HAD)? DÉFINITION Selon le décret du 2 octobre 1992, «Les structures d'hospitalisation à domicile permettent

Plus en détail

MALADIES CHRONIQUES PARCOURS PATIENT

MALADIES CHRONIQUES PARCOURS PATIENT MALADIES CHRONIQUES ET PARCOURS PATIENT Louise ULRIC, Suzanne GERMANY 1 Réflexion née de l expérience des filières existantes en Martinique, en lien avec les réseaux ville - hôpital : - AVC : réseau Ermancia

Plus en détail

Le parcours de soins de la personne âgée du grand Clermont. Dr Jérôme Bohatier Responsable Pôle Gériatrie-Gérontologie CHU Clermont-Ferrand

Le parcours de soins de la personne âgée du grand Clermont. Dr Jérôme Bohatier Responsable Pôle Gériatrie-Gérontologie CHU Clermont-Ferrand Le parcours de soins de la personne âgée du grand Clermont Dr Jérôme Bohatier Responsable Pôle Gériatrie-Gérontologie CHU Clermont-Ferrand La Filière Gérontologique du grand Clermont Etat des lieux Le

Plus en détail

Anthony BENDER Masseur Kinésithérapeute D.E. Master IRHPM année Suiveur universitaire : Professeur Frédéric TELLIEZ Université de Picardie

Anthony BENDER Masseur Kinésithérapeute D.E. Master IRHPM année Suiveur universitaire : Professeur Frédéric TELLIEZ Université de Picardie Anthony BENDER Masseur Kinésithérapeute D.E. Master IRHPM année 2012 2013 Suiveur universitaire : Professeur Frédéric TELLIEZ Université de Picardie Tuteur de stage : Monsieur Bruno PIERRE Respicard !

Plus en détail

pharmaceutique informatisé

pharmaceutique informatisé Actualités s des EHPAD forfait médicaments, m dossier pharmaceutique informatisé Pr Philippe ARNAUD Hôpital Bichat Groupe hospitalier Universitaire Paris Nord val de Seine ABCPH_28 septembre 2012 Personnes

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE L ANTIBIOTHERAPIE A DOMICILE

PRISE EN CHARGE DE L ANTIBIOTHERAPIE A DOMICILE PRISE EN CHARGE DE L ANTIBIOTHERAPIE A DOMICILE stratégies thérapeutiques et modalités pratiques 24/11/2015 Le Guen, cadre de santé, Service de maladies infectieuses, CHRU de Brest 1 Plan Quelles options

Plus en détail

CHU de Nantes 8 octobre Direction générale de l offre de soins - DGOS

CHU de Nantes 8 octobre Direction générale de l offre de soins - DGOS CHU de Nantes 8 octobre 2014 Une nouvelle dynamique de coopération : les GHT Article 48 du projet de loi : La constitution obligatoire de GHT à l horizon du 31 décembre 2015 autour d une stratégie médico-soignante

Plus en détail

Education thérapeutique sur une cohorte de patients atteints de cancer du sein et colorectal avec chimiothérapie adjuvante

Education thérapeutique sur une cohorte de patients atteints de cancer du sein et colorectal avec chimiothérapie adjuvante Education thérapeutique sur une cohorte de patients atteints de cancer du sein et colorectal avec chimiothérapie adjuvante Dr Caroline BUREAU LENOIR Polyclinique Bordeaux Nord Aquitaine HISTORIQUE (1)

Plus en détail

QUELS SERONT LES GAGNANTS DANS LE NOUVEAU MODELE DE SANTE? Centrale Santé/ Essec Santé P. ASSYAG

QUELS SERONT LES GAGNANTS DANS LE NOUVEAU MODELE DE SANTE? Centrale Santé/ Essec Santé P. ASSYAG QUELS SERONT LES GAGNANTS DANS LE NOUVEAU MODELE DE SANTE? Centrale Santé/ Essec Santé 11.04.2016 P. ASSYAG PLAN Etat des lieux Les jeunes médecins et l installation Les innovations / les nouvelles technologies

Plus en détail

ARDÈCHE AUBENAS. Un réseau local associant les acteurs du secteur sanitaire, social et médicosocial

ARDÈCHE AUBENAS. Un réseau local associant les acteurs du secteur sanitaire, social et médicosocial AUBENAS Un réseau local associant les acteurs du secteur sanitaire, social et médicosocial ARDÈCHE MAISONS POUR L AUTONOMIE ET L INTÉGRATION DES MALADES ALZHEIMER L objectif des maisons pour l autonomie

Plus en détail

Dossier de presse Filieris, un groupe de santé ouvert à tous Janvier 2017

Dossier de presse Filieris, un groupe de santé ouvert à tous Janvier 2017 Dossier de presse Filieris, un groupe de santé ouvert à tous Janvier 2017 CONTENU Une couverture santé globale... 3 Filieris, un opérateur de santé issu d un régime de protection sociale... 4 L offre de

Plus en détail

Forum HAD. organisé par l ARS Poitou Charentes. le 5 novembre 2015

Forum HAD. organisé par l ARS Poitou Charentes. le 5 novembre 2015 Forum HAD organisé par l ARS Poitou Charentes Poitiers le 5 novembre 2015 Intervention Mode d organisation de l HAD Intervenants Dr Nelly GRIMAUD, Médecin de l HAD Mutualiste 16 Ludovic GERBOU, IDE Libéral

Plus en détail

DES OUTILS DE COORDINATION VILLE HÔPITAL

DES OUTILS DE COORDINATION VILLE HÔPITAL DES OUTILS DE COORDINATION VILLE HÔPITAL Lieux de vie de la personne Hospitalisation Macro cible de sortie D.L.U. Fiche de liaison Sésame relationnel Lieux de vie de la personne pratiques du 13 octobre

Plus en détail

Nathalie DANJOU, Directrice. 16, rue Du Guesclin PERIGUEUX

Nathalie DANJOU, Directrice. 16, rue Du Guesclin PERIGUEUX Nathalie DANJOU, Directrice 16, rue Du Guesclin 24000 PERIGUEUX 05.53.13.19.90 05.53.53.40.72 @ accueil@mdrs24.fr Groupement de Coopération Sanitaire (GCS) AUTORISE DEPUIS LE 05 OCTOBRE 2015 «LA MAISON

Plus en détail

Lien Ville Hôpital pour un maintien au domicile: la nécessaire coordination et le travail en réseau

Lien Ville Hôpital pour un maintien au domicile: la nécessaire coordination et le travail en réseau 1 Lien Ville Hôpital pour un maintien au domicile: la nécessaire coordination et le travail en réseau Isabelle Crassard France Woimant Référents neurologie ARS IDF XXème Journée nationale d Etudes et de

Plus en détail

RESEAUX et FILIERES DE SOINS. Promotion UE 1.2.S2 DP /AVD

RESEAUX et FILIERES DE SOINS. Promotion UE 1.2.S2 DP /AVD RESEAUX et FILIERES DE SOINS Promotion 2015.2018. UE 1.2.S2 DP /AVD 1 Organisation du système de soins Niveau national L Etat finance l offre de soins Réponse aux besoins de santé de la population Couverture

Plus en détail

Place des réseaux de santé dans la prise en charge de la douleur

Place des réseaux de santé dans la prise en charge de la douleur Place des réseaux de santé dans la prise en charge de la douleur 7 ème Congrès National de lutte contre la douleur Oran le 17-18 Mars 2011 Dr Malika AMELLOU Gynécologue obstétricienne Mairie de PARIS Eléments

Plus en détail

Difficultés de la prise en charge des enfants en situation de précarité. Dr Laurent Seban Mission Roms Bordeaux Bénévole Médecin du Monde

Difficultés de la prise en charge des enfants en situation de précarité. Dr Laurent Seban Mission Roms Bordeaux Bénévole Médecin du Monde Difficultés de la prise en charge des enfants en situation de précarité Dr Laurent Seban Mission Roms Bordeaux Bénévole Médecin du Monde Précarité et santé Influence des déterminants sociaux sur la santé

Plus en détail

L IDE pivot : le fil rouge dans le parcours personnalisé du. patient en Cancérologie

L IDE pivot : le fil rouge dans le parcours personnalisé du. patient en Cancérologie L IDE pivot : le fil rouge dans le parcours personnalisé du patient en Cancérologie Nicole Gérentes, Cécile Migala, Patrice Moreau, Véronique Tarit IDE pivots de l Institut de Cancérologie Lucien Neuwirth

Plus en détail

Ateliers «Retours d expériences» GCS Réseau Gérontologique Ville-Hôpital de Poitiers

Ateliers «Retours d expériences» GCS Réseau Gérontologique Ville-Hôpital de Poitiers Ateliers «Retours d expériences» GCS Réseau Gérontologique Ville-Hôpital de Poitiers GCS Réseau Gérontologique Ville-Hôpital du Grand Poitiers Le Réseau Gérontologique Ville-Hôpital du Grand Poitiers :

Plus en détail

La mise en œuvre du parcours des personnes âgées point de situation octobre 2013

La mise en œuvre du parcours des personnes âgées point de situation octobre 2013 Réunions départementales ARS / EHPAD octobre 2013 La mise en œuvre du parcours des personnes âgées point de situation octobre 2013 Mme Nathalie PASQUIER en Saône et Loire Le PRS et les parcours : enjeux

Plus en détail

5EME UNIVERSITE D ÉTÉ DE MEDECINE EN MILIEU PENITENTIAIRE

5EME UNIVERSITE D ÉTÉ DE MEDECINE EN MILIEU PENITENTIAIRE 5EME UNIVERSITE D ÉTÉ DE MEDECINE EN MILIEU PENITENTIAIRE Et après la prison quelles conditions pour réussir un traitement? Hugues WENGER IDE Coordinateur Equipe mobile hépatites 26/27 juin 2014 LES FACTEURS

Plus en détail

Référentiel Régional de Prise en Charge. Soins de Support CHAPITRE III SUPPORT SOCIAL. Juin Version 1

Référentiel Régional de Prise en Charge. Soins de Support CHAPITRE III SUPPORT SOCIAL. Juin Version 1 Référentiel Régional de Prise en Charge Soins de Support CHAPITRE III SUPPORT SOCIAL Juin 2009 Version 1 Animateurs Groupe de Travail «Soins de Support» Sous groupe Support Social Sous groupe Support Psychologique

Plus en détail

L Hospitalisation à Domicile Présentation Générale

L Hospitalisation à Domicile Présentation Générale L Hospitalisation à Domicile Présentation Générale 1 Les malades L Hospitalisation à Domicile concerne des malades, atteints de pathologies graves, aiguës ou chroniques, évolutives et / ou instables qui,

Plus en détail

COORDINATION PLURIDISCIPLINAIRE DE LA PRISE EN CHARGE ONCO-PEDIATRIQUE EN AQUITAINE

COORDINATION PLURIDISCIPLINAIRE DE LA PRISE EN CHARGE ONCO-PEDIATRIQUE EN AQUITAINE COORDINATION PLURIDISCIPLINAIRE DE LA PRISE EN CHARGE ONCO-PEDIATRIQUE EN AQUITAINE Dr Anne Notz-Carrère, Réseau RESILIAENCE 16 ème journée annuelle du CCECQA 24.06.2016 Le réseau RESILIAENCE Branche pédiatrique

Plus en détail

1 re structure HAD de province. Association à but non lucratif (loi 1901) créée en 1968

1 re structure HAD de province. Association à but non lucratif (loi 1901) créée en 1968 Présentation 1 re structure HAD de province Association à but non lucratif (loi 1901) créée en 1968 par le Dr Thielley, Santé Service Bayonne et Région est la 1 re structure d'hospitalisation À Domicile

Plus en détail

Parcours de soins BPCO

Parcours de soins BPCO Parcours de soins BPCO 65 iémes Journées Pharmaceutiques Internationales de Paris Dr Caroline Latapy 28/11/2014 1 Chef de projet au Service Maladies Chroniques et Dispositifs d Accompagnement des Malades

Plus en détail

LA PEDIATRIE EN FRANCE

LA PEDIATRIE EN FRANCE LA PEDIATRIE EN FRANCE Démographie (source CNOM) Année Total inscrit femmes hommes Différence de donnée 7,8 % Janvier 2009 6464 3898 2566 Part des pédiatres libéraux conventionnés en secteur 1DP et

Plus en détail

INFIRMIERE COORDINATRICE dans un 3C d Hématologie. une liaison entre la ville et l hôpital. Katia Aubert

INFIRMIERE COORDINATRICE dans un 3C d Hématologie. une liaison entre la ville et l hôpital. Katia Aubert Centre de Coordination en Cancérologie d Hématologie Région Limousin INFIRMIERE COORDINATRICE dans un 3C d Hématologie une liaison entre la ville et l hôpital Katia Aubert ORGANISATION DE LA CANCEROLOGIE

Plus en détail

Inauguration DOSSIER. De la plateforme de coordination en cancérologie DE PRESSE. Locaux de la plateforme. du bâtiment médico-chirurgical.

Inauguration DOSSIER. De la plateforme de coordination en cancérologie DE PRESSE. Locaux de la plateforme. du bâtiment médico-chirurgical. DOSSIER DE PRESSE Vendredi 05 décembre 2014 Petit amphithéâtre IFSI 11h45 Inauguration De la plateforme de coordination en cancérologie Locaux de la plateforme Entrée A 1 er étage du bâtiment médico-chirurgical

Plus en détail

INFIRMIERE REFERENTE EN NEURO-ONCOLOGIE. Chrystelle LECAILLE Joëlle PERENNES. Chrystelle LECAILLE Joëlle PERENNES

INFIRMIERE REFERENTE EN NEURO-ONCOLOGIE. Chrystelle LECAILLE Joëlle PERENNES. Chrystelle LECAILLE Joëlle PERENNES INFIRMIERE REFERENTE EN NEURO-ONCOLOGIE ONCOLOGIE Fédération de Neurologie Mazarin Service du Pr. Delattre GH Pitié-Salpêtrière ORIGINES DU PROJET 2000 : Visite du Brain Tumor Center à London, Ontario

Plus en détail

VALIDATION DES COMPETENCES. MODULES ORGANISATION DU SYSTEME DE SOINS PARTIE 1 et

VALIDATION DES COMPETENCES. MODULES ORGANISATION DU SYSTEME DE SOINS PARTIE 1 et VALIDATION DES COMPETENCES MODULES ORGANISATION DU SYSTEME DE SOINS PARTIE 1 et 2 Informations préliminaires : Le médecin qui a présenté l étude ACTA au congrès de Milan, vous a demandé de présenter au

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION 1525, chemin du Lavarin 84083 Avignon cedex 2 Mai 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT

Plus en détail

HOPITAL DE JOUR POUR PERSONNES HANDICAPEES CENTRE HOSPITALIER DE CHATELLERAULT

HOPITAL DE JOUR POUR PERSONNES HANDICAPEES CENTRE HOSPITALIER DE CHATELLERAULT HOPITAL DE JOUR POUR PERSONNES HANDICAPEES CENTRE HOSPITALIER DE CHATELLERAULT ORIGINALITES D UNE PRISE EN CHARGE MULTIDISCIPLINAIRE Docteur Agnès MICHON 12 décembre 2016 Vivre ensemble l autisme CRA Limousin

Plus en détail

encore à la mode? Atelier : loi HPST et réseaux

encore à la mode? Atelier : loi HPST et réseaux Loi HPST : Les réseaux de santé sont-ils encore à la mode? Atelier : loi HPST et réseaux La loi HPST ne supprime pas les réseaux de santé - mais elle introduit de nouvelles formes d organisation (maisons

Plus en détail

TéléPallia : la télémédecine au service des soins de support

TéléPallia : la télémédecine au service des soins de support TéléPallia : la télémédecine au service des soins de support Dr Antoine Lemaire Responsable de Structure Equipe Mobile de Soins de Support & Palliatifs Chef de Pôle Cancérologie & Spécialités Médicales

Plus en détail

EHPAD/USLD. Quelles sont les ressources mobilisables dans les soins de support en oncogériatrie?

EHPAD/USLD. Quelles sont les ressources mobilisables dans les soins de support en oncogériatrie? Quelles sont les ressources mobilisables dans les soins de support en oncogériatrie? EHPAD/USLD Table ronde 2ème journée d oncogériatrie du Centre Orléans La Source le 1 er décembre 2016 Dr Karine Barilleau

Plus en détail

Centre d Action Médico Sociale Précoce

Centre d Action Médico Sociale Précoce Centre d Action Médico Sociale Précoce (CAMSP) pôle femme-enfant Qu est ce que le Centre d Action Médico-Sociale Précoce? Nos missions Vous avez pris contact avec le CAMSP polyvalent : c est un centre

Plus en détail

CONTEXTE. Démarche d amélioration continue de la qualité des soins

CONTEXTE. Démarche d amélioration continue de la qualité des soins CONTEXTE Déche d amélioration continue de la qualité des soins Impulsée par la Direction des Soins Accompagnement GRIEPS S inscrit dans le projet d établissement 2009-2013 et s intègre dans sa déche de

Plus en détail

La mise en œuvre du parcours des personnes âgées point de situation octobre 2013

La mise en œuvre du parcours des personnes âgées point de situation octobre 2013 Réunions départementales ARS / EHPAD octobre 2013 La mise en œuvre du parcours des personnes âgées point de situation octobre 2013 Mme Carole PIERRE dans l Yonne Le PRS et les parcours : enjeux et mise

Plus en détail

Présentation de la structure

Présentation de la structure Présentation de la structure L Association Asthme 76 est une émanation du Comité Départemental contre les Maladies Respiratoires, elle a été mise en place en avril 2006 à la suite d une convention signée

Plus en détail

9/DU «Education Physique Thérapeutique» PARIS VI 27/01/11. Franck. LAUREYNS Président de l Association Nationale des Educateurs Médico-Sportifs

9/DU «Education Physique Thérapeutique» PARIS VI 27/01/11. Franck. LAUREYNS Président de l Association Nationale des Educateurs Médico-Sportifs 9/DU «Education Physique Thérapeutique» PARIS VI 27/01/11 Franck. LAUREYNS Président de l Association Nationale des Educateurs Médico-Sportifs NAISSANCE D UNE PROFESSION Création de 4 postes d EMS en 1999:

Plus en détail

Etude médico-économique sur la perfusion à domicile. Présentation des résultats 21 mars 2012

Etude médico-économique sur la perfusion à domicile. Présentation des résultats 21 mars 2012 Etude médico-économique sur la perfusion à domicile Présentation des résultats 21 mars 2012 Sommaire 1. Contexte de l étude 2. Démarche adoptée 3. Résultats obtenus 2 Sommaire 1. Contexte de l étude 2.

Plus en détail

Programme d Education thérapeutique du Patient atteint de cancer et recevant un traitement oral (Chimiothérapie ou thérapeutique Ciblée) PEPCCi

Programme d Education thérapeutique du Patient atteint de cancer et recevant un traitement oral (Chimiothérapie ou thérapeutique Ciblée) PEPCCi Programme d Education thérapeutique du Patient atteint de cancer et recevant un traitement oral (Chimiothérapie ou thérapeutique Ciblée) PEPCCi Accompagnement : Ed Innov Santé Dr. GENET Dominique, Médecin

Plus en détail

LES OBJECTIFS. MSPD Eric Fretillere Conseil Régional de l Ordre des Médecins d Aquitaine CDOM 47 Page 1

LES OBJECTIFS. MSPD Eric Fretillere Conseil Régional de l Ordre des Médecins d Aquitaine CDOM 47 Page 1 LES OBJECTIFS Il n existe pas de définition d une Maison de Santé Pluridisciplinaire. On peut toutefois concevoir sous ce terme Maison de Santé, un regroupement de professionnels exerçant dans un secteur

Plus en détail

Quel déploiement de la démarche palliative en Pays de la Loire?

Quel déploiement de la démarche palliative en Pays de la Loire? Quel déploiement de la démarche palliative en Pays de la Loire? Le point de vue de l ARS Journée des Pays de la Loire de soins palliatifs et d accompagnement 27 mai 2016 - Les Sables d Olonne Situation

Plus en détail

Auto-évaluation annuelle d un programme d éducation thérapeutique du patient : Démarche et outils

Auto-évaluation annuelle d un programme d éducation thérapeutique du patient : Démarche et outils Auto-évaluation annuelle d un programme d éducation thérapeutique du patient : Démarche et outils Anne-Françoise Pauchet-Traversat Quatrièmes journées du Réseau PIC - Lille - 21 septembre 2012 Auto-évaluation

Plus en détail

PROJET DE LOI de modernisation de notre système de santé. (Texte définitif) adopté par l Assemblée Nationale le 17 décembre 2015

PROJET DE LOI de modernisation de notre système de santé. (Texte définitif) adopté par l Assemblée Nationale le 17 décembre 2015 PROJET DE LOI de modernisation de notre système de santé. (Texte définitif) adopté par l Assemblée Nationale le 17 décembre 2015 Article 69 I. Le code de la santé publique est ainsi modifié : 1 La première

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE Groupe Hospitalo-Universitaire Carémeau Place du Professeur Robert Debré - 30029 NIMES Cedex 9 Direction Générale

CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE Groupe Hospitalo-Universitaire Carémeau Place du Professeur Robert Debré - 30029 NIMES Cedex 9 Direction Générale CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE Groupe Hospitalo-Universitaire Carémeau Place du Professeur Robert Debré - 30029 NIMES Cedex 9 Direction Générale Tél 04 66 68 30 01 Fax 04 66 68 34 00 www.chu-nimes.fr

Plus en détail

PROGRAMME D EDUCATION THERAPEUTIQUE DU PATIENT DESTINE AUX PERSONNES ATTEINTES DE BRONCHO-PNEUMOPATHIE CHRONIQUE OBSTRUCTIVE (BPCO)

PROGRAMME D EDUCATION THERAPEUTIQUE DU PATIENT DESTINE AUX PERSONNES ATTEINTES DE BRONCHO-PNEUMOPATHIE CHRONIQUE OBSTRUCTIVE (BPCO) PROGRAMME D EDUCATION THERAPEUTIQUE DU PATIENT DESTINE AUX PERSONNES ATTEINTES DE BRONCHO-PNEUMOPATHIE CHRONIQUE OBSTRUCTIVE (BPCO) ETABLISSEMENT THERMAL DE CAMBO-LES-BAINS LES PATIENTS CONCERNES PAR LE

Plus en détail

La place du diététicien libéral dans le parcours de soin du patient obèse

La place du diététicien libéral dans le parcours de soin du patient obèse La place du diététicien libéral dans le parcours de soin du patient obèse Nelly LEVERT Diététicienne Nutritionniste libérale, Déléguée régionale AFDN Association Française des Diététiciens Nutritionnistes

Plus en détail

UN OUTIL DE COORDINATION ET DE SUIVI DU PARCOURS EDUCATIFS DES PATIENTS

UN OUTIL DE COORDINATION ET DE SUIVI DU PARCOURS EDUCATIFS DES PATIENTS UN OUTIL DE COORDINATION ET DE SUIVI DU PARCOURS EDUCATIFS DES PATIENTS CONTEXTE Le Centre d Education Thérapeutique de Bordeaux Aquitaine (CETBA) Le CETBA, association loi 1901, a pour mission de: Devenir

Plus en détail

Journée Inter-Régionale sur l hospitalisation à domicile 15 octobre 2014.

Journée Inter-Régionale sur l hospitalisation à domicile 15 octobre 2014. Basse-Normandie Journée Inter-Régionale sur l hospitalisation à domicile 15 octobre 2014. Situation en Basse Normandie dans le cadre de la circulaire n DGOS/R4/2013/398 du 4 décembre 2013 relative au positionnement

Plus en détail

EMPG. Equipe Mobile de Psychogériatrie Colloque sur la dépression 26 mai 2016 Dr Dambre - Mme Fenez

EMPG. Equipe Mobile de Psychogériatrie Colloque sur la dépression 26 mai 2016 Dr Dambre - Mme Fenez EMPG Equipe Mobile de Psychogériatrie Colloque sur la dépression 26 mai 2016 Dr Dambre - Mme Fenez Qu est-ce que le PAERPA? Le parcours de santé des personnes âgées en risque de perte d autonomie (Paerpa).

Plus en détail

LE PLAN CANCER. Formation destinée aux Aides Soignantes. Jeudi 20 mars 2014 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE

LE PLAN CANCER. Formation destinée aux Aides Soignantes. Jeudi 20 mars 2014 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE LE PLAN CANCER Formation destinée aux Aides Soignantes Jeudi 20 mars 2014 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE DÉFINITION PLAN CANCER : Organisation de la cancérologie en France - Sous l égide de l état avec rapport

Plus en détail

L'interprofessionnalité et l'approche territoriale des besoins de santé :

L'interprofessionnalité et l'approche territoriale des besoins de santé : L'interprofessionnalité et l'approche territoriale des besoins de santé : Quelles perspectives? Marc PULICK ; Eric Salât ; Marie Hélène GRANIER FAUQUERT 0 Table des matières 1. Les évolutions du système

Plus en détail

PRESTATIONS RESEAU DIABETE 35

PRESTATIONS RESEAU DIABETE 35 PRESTATIONS RESEAU DIABETE 35 2 rue du Bignon bât.3 35000 RENNES Tél. : 02.23.35.49.81 Email : reseaudiabete35@orange.fr www.reseaudiabete35.com ADHESIONS POUR LES PATIENTS QUI? Toute personne diabétique,

Plus en détail

Perspectives des Soins Palliatifs à domicile et orientations en région Aquitaine

Perspectives des Soins Palliatifs à domicile et orientations en région Aquitaine Perspectives des Soins Palliatifs à domicile et orientations en région Aquitaine 20 novembre 2015 Journée Nationale de la SFAP sur les Réseaux L avenir des soins palliatifs à domicile, quelle offre de

Plus en détail

Maintien à domicile : Difficultés, limites et aides possibles

Maintien à domicile : Difficultés, limites et aides possibles Maintien à domicile : Difficultés, limites et aides possibles Equipe Mobile de Soins Palliatifs des HUS Yvonne Maurice-Peiffer, assistante sociale Adeline Jung, IDE Elisabeth Mangin, médecin Les Hôpitaux

Plus en détail

PROMOUVOIR LE NUMÉRIQUE AU SERVICE DE LA SANTÉ

PROMOUVOIR LE NUMÉRIQUE AU SERVICE DE LA SANTÉ PROMOUVOIR LE NUMÉRIQUE AU SERVICE DE LA SANTÉ Télémédecine et plaies chroniques à domicile Dr. Jean-Luc DEGUELLE, Médecin généraliste Mme Thierza SEGUIN CADICHE, Infirmière Expérimentation selon article

Plus en détail

Les systèmes d information au service des parcours de santé

Les systèmes d information au service des parcours de santé PROJETS ET SERVICES Les systèmes d information au service des parcours de santé Rencontres Inter-Régionales de l ASIP Santé 10 avril 2014 Introduction «Le parcours de santé des aînés Des acteurs coordonnés

Plus en détail

PSYCHOLOGUE Centre de Soins Spécialisés en Toxicomanie

PSYCHOLOGUE Centre de Soins Spécialisés en Toxicomanie FICHE DE POSTE PSYCHOLOGUE Centre de Soins Spécialisés en Toxicomanie Localisation Centre de Soins Spécialisés en Toxicomanie d Arpajon (91) CSAPA rattaché à l Etablissement Public de Santé d Etampes.

Plus en détail

RÉSEAU TERRITORIAL DES URGENCES DE LA GIRONDE

RÉSEAU TERRITORIAL DES URGENCES DE LA GIRONDE RÉSEAU TERRITORIAL DES URGENCES DE LA GIRONDE Comment améliorer les tensions dans les structures d urgence Dr Bénédicte Le Bihan- Dr Michel Thicoipe Le réseau territorial des urgences de Gironde : un axe

Plus en détail

UE 5.7 optionnelle semestre 5 et semestre 6

UE 5.7 optionnelle semestre 5 et semestre 6 UE 5.7 optionnelle semestre 5 et semestre 6 Hors compétence 1 ECTS en S5 1 ECTS en S6 TD: 10h en S5 TD: 10h en S6. Intervenants : Formateurs Evaluation en S5 : Compte rendu écrit collectif sur une discipline

Plus en détail

L INFIRMIÈRE DE COORDINATION EN HÉMATOLOGIE CLINIQUE ADULTE

L INFIRMIÈRE DE COORDINATION EN HÉMATOLOGIE CLINIQUE ADULTE L INFIRMIÈRE DE COORDINATION EN HÉMATOLOGIE CLINIQUE ADULTE Valérie MORVAN Tiphaine RICARD Laurianne JAMES PLAN Présentation du service d hématologie et des Idecs Ide de programmation en hospitalisation:

Plus en détail

Atelier Santé Ville Mulhouse

Atelier Santé Ville Mulhouse Atelier Santé Ville Mulhouse Avancement des projets Coordination Santé Service Communal d Hygiène et de Santé Ordre du jour I. Accès aux droits et aux soins Journée d information «11 décembre 2008»: présentation

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Participation active de l ASDR à la Journée mondiale du don d organe et de la greffe.

DOSSIER DE PRESSE Participation active de l ASDR à la Journée mondiale du don d organe et de la greffe. DOSSIER DE PRESSE Participation active de l ASDR à la Journée mondiale du don d organe et de la greffe. Dimanche 14 octobre 2012 Contact presse : Tél. 02 62 20 28 20 Gsm : 06 92 87 25 84 Email : communication@asdr.asso.fr

Plus en détail

COORDINATION VILLE-HOPITAL AUTOUR DU VIH Comment faire? JP AUBERT, 20/1/2015, COREVIH IDF NORD

COORDINATION VILLE-HOPITAL AUTOUR DU VIH Comment faire? JP AUBERT, 20/1/2015, COREVIH IDF NORD COORDINATION VILLE-HOPITAL AUTOUR DU VIH Comment faire? JP AUBERT, 20/1/2015, COREVIH IDF NORD La problématique 90% de patients stabilisés sous traitement Des indications formalisées de suivi des personnes

Plus en détail

L HAD. Dr Catherine Duchastelle Médecin coordonnateur HAD CH Jacques Lacarin, Vichy Antenne CH Thiers 03/03/2012

L HAD. Dr Catherine Duchastelle Médecin coordonnateur HAD CH Jacques Lacarin, Vichy Antenne CH Thiers 03/03/2012 L HAD Dr Catherine Duchastelle Médecin coordonnateur HAD CH Jacques Lacarin, Vichy Antenne CH Thiers 03/03/2012 Définition Les structures d HAD permettent d assurer au domicile du malade, pour une période

Plus en détail

INTRODUCTION : Naissance du projet.

INTRODUCTION : Naissance du projet. INTRODUCTION : Naissance du projet. Volonté d un ensemble d acteurs mosellans : familles, associations de parents, ARS, MDPH, C.R.A. de Lorraine, Médecins, professionnels d Etablissements et de Services

Plus en détail

Les Infirmières Coordinatrices: Quel est leur rôle? Cécile BEDU Jenifer SALVAT Charlène SARRAZIN Elisabeth BOUISSET

Les Infirmières Coordinatrices: Quel est leur rôle? Cécile BEDU Jenifer SALVAT Charlène SARRAZIN Elisabeth BOUISSET Les Infirmières Coordinatrices: Quel est leur rôle? Cécile BEDU Jenifer SALVAT Charlène SARRAZIN Elisabeth BOUISSET 15h45 Les Infirmières Coordinatrices: en hématologie en et oncologie au CHP Cécile BEDU

Plus en détail

PRISE EN CHARGE A DOMICILE DES PATIENTS SOUS CHIMIOTHERAPIES

PRISE EN CHARGE A DOMICILE DES PATIENTS SOUS CHIMIOTHERAPIES PRISE EN CHARGE A DOMICILE DES PATIENTS SOUS CHIMIOTHERAPIES Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque C.JUBE Infirmière coordinatrice du Réseau Territorial de Nantes Réseau Territorial

Plus en détail

Congrès du domicile 09 et 10 avril «Les services à domicile, acteurs de la prévention»

Congrès du domicile 09 et 10 avril «Les services à domicile, acteurs de la prévention» Congrès du domicile 09 et 10 avril 2015 «Les services à domicile, acteurs de la prévention» Mérignac Mme BOUFFARD-BERTRAND Directrice Générale de Vie Santé Mérignac Mme Sandra BAYLE Infirmière coordinatrice

Plus en détail

Lien ville hôpital pour l éducation thérapeutique chez les patients porteurs de facteurs de risque cardiovaculaires ou sous anticoagulants

Lien ville hôpital pour l éducation thérapeutique chez les patients porteurs de facteurs de risque cardiovaculaires ou sous anticoagulants Lien ville hôpital pour l éducation thérapeutique chez les patients porteurs de facteurs de risque cardiovaculaires ou sous anticoagulants Dr Audinet cardiologue, Dr Quélennec pharmacien Centre Hospitalier

Plus en détail

PRÉSENTATION DE LA DÉMARCHE INITIÉE EN PAYS DE LA LOIRE. Janvier 2014

PRÉSENTATION DE LA DÉMARCHE INITIÉE EN PAYS DE LA LOIRE. Janvier 2014 PRÉSENTATION DE LA DÉMARCHE INITIÉE EN PAYS DE LA LOIRE Janvier 2014 Sommaire 1. Le territoire de La Mayenne retenu pour le prototype 2. Le schéma global du prototype «Parcours des aînés» 3. La coordination

Plus en détail