PROTECTION D'UN PORTEFEUILLE CONTRE LE RISQUE D'INFLATION INTRODUCTION : ASSURANCE ET INFLATION 2 PRÉSENTATION DES COMMODITÉS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PROTECTION D'UN PORTEFEUILLE CONTRE LE RISQUE D'INFLATION INTRODUCTION : ASSURANCE ET INFLATION 2 PRÉSENTATION DES COMMODITÉS"

Transcription

1 PROTECTION D'UN PORTEFEUILLE CONTRE LE RISQUE D'INFLATION Fabrice BROSSART Actuaire IAF, Watson Wyatt Laurent FOESSEL Actuaire IAF, Cardif INTRODUCTION : ASSURANCE ET INFLATION 1.1 Lorsqu'un assureur détermine sa politique d'investissement, il se place le plus souvent dans un cadre d'analyse moyenne variance, soumis à la contrainte spécifique de respecter ses engagements envers les assurés. Les modèles de gestion actif-passif, dont l'emploi généralisé en assurance-vie s'étend de plus en plus en IARD, permettent de déterminer une telle politique. Toutefois, occupés à parfaire leurs modèles sur les actions, les obligations et les actifs immobiliers, les praticiens oublient à notre sens qu'ils pourraient avoir intérêt à considérer d'autres outils d'investissement. 1.2 Dans cet article, nous présentons des actifs méconnus, les commodités, qui possèdent la propriété originale de s'apprécier en période d'inflation et d'avoir un cycle déphasé par rapport aux actions et aux obligations, ce qui leur confère de bonnes propriétés de diversification. 1.3 Tout d'abord, nous nous attachons à décrire les commodités d un point de vue économique et à montrer leur utilité pour diversifier un portefeuille. Ensuite, nous proposons une méthode de prédiction des prix des commodités afin de prendre des positions d'arbitrage et de gérer activement notre portefeuille. Nous concluons sur l'apport des commodités dans une stratégie globale d'investissement. 1.4 Mots clés : Commodités, futures, Goldman Sachs Commodities Index, relation de cointégration, série non-stationnaire, tests de Dickey-Fuller. 2 PRÉSENTATION DES COMMODITÉS 2.1 Les commodités sont des contrats à terme sur matières premières, échangés sur des marchés comportant une chambre de compensation : il s agit donc de futures. A l origine, ces contrats étaient principalement utilisés pour se couvrir contre les BULLETIN FRANÇAIS D ACTUARIAT, Vol. 3, N 6, 1999, pp

2 16 F. BROSSART & L. FOESSEL risques de variation de prix, tant à la hausse qu à la baisse, mais ce sont des outils de plus en plus demandés dans le cadre de la diversification de portefeuille, voire dans un but spéculatif. 2.2 Sur les marchés dérivés de matières premières, on trouve, outre les commodités, des outils plus élaborés tels que des options d achat ou de vente, des collars et même des swaps. Remarquons que les commodités proposées par les banques à leurs clients sont souvent garanties au sens où elles sont adossées à des actifs sans risque, actifs du marché monétaire ou bons du Trésor américain. Dans la suite, nous nous intéressons uniquement à l'aspect commodité, et ignorons donc l'actif sans risque collatéral. 2.3 Théoriquement, le prix d une commodité peut se déduire du prix spot de la matière première sous-jacente par un raisonnement d absence d opportunité d arbitrage entre les marchés physiques et les marchés dérivés. Prenons l'exemple d'un négociant qui souhaite disposer d une tonne d'or dans six mois. Deux possibilités s'offrent à lui : Soit il achète un contrat futur et paiera le prix Prix future à la livraison dans 6 mois. Soit il achète aujourd'hui une tonne d'or et décide de la stocker. Il doit payer immédiatement le prix Prix spot et il supporte d'autres frais : d'une part il immobilise des fonds pendant six mois, ce qui se traduit par un coût d'opportunité r lié au taux d'intérêt et d'autre part il supporte le coût c de stockage du bien. En contrepartie, il retire de la possession anticipée du bien un bénéfice b. D'où la condition d'absence d'opportunité d'arbitrage : Prix future = Prixspot ( 1 + r b + c) (1.1) On dit qu il y a "normal backwardation" si le prix du future est inférieur au prix spot, "expectation hypothesis" s il est égal et "normal contango" s il est supérieur. 2.4 Le portefeuille que nous allons construire ici sera investi sur les 22 commodités qui composent l indice de référence GSCI, Goldmann Sachs Commodities Index. Ces

3 PROTECTION D UN PORTEFEUILLE CONTRE LE RISQUE D INFLATION commodités sont elles-mêmes regroupées en 5 sous-indices sur lesquels nous effectuerons notre allocation tactique d'actifs : Energie, Métaux industriels, Métaux précieux, Agriculture, Bétail. Au sein de l indice GSCI, le poids de chaque commodité est proportionnel à la production mondiale de la matière première sous-jacente. Sous-indices Matière premières Poids dans l indice total en % Energie Pétrole brut 20,52 Essence 11,08 Fioul domestique 10,93 Gaz naturel 17,11 Total : 59,64 Métaux industriels Aluminium 2,90 Cuivre 1,93 Plomb 0,37 Nickel 0,50 Etain 0,12 Zinc 0,66 Total : 6,47 Métaux précieux Or 2,08 Platine 0,32 Argent 0,21 Total : 2,61 Agriculture Blé 6,85 Maïs 4,34 Graines de soja 2,39 Coton 2,66 Sucre 2,29 Café 1,57 Cacao 0,29 Total : 20,39 Bétail Boeuf sur pied 6,77 Cochon sur pied 4,11 Total : 10,89 Tableau 1 : Composition de l'indice GSCI au 11 juillet L idée d investir sur le marché des commodités traduit la préoccupation des investisseurs d incorporer des actifs réels dans leurs portefeuilles. Sur une très

4 18 F. BROSSART & L. FOESSEL longue période, on constate que les commodités sont aussi performantes que les actions et les obligations pour une volatilité comparable. Période du 31/12/69 au 31/12/94 Rendements annualisés Déviation standard Ratio de Sharpe du rendement marginal 1 GSCI S&P Obligations d Etat Or Liquidités Tableau 2 : Comparaison des rendements des commodités, des actions et des obligations 2.6 Mais surtout, le cycle des commodités est décalé par rapport à celui des actions et des obligations, cela se vérifie empiriquement par des corrélations négatives entre les rendements. En effet, les prix des actifs financiers traditionnels correspondent à des cash-flow futurs alors que les prix des commodités reflètent l activité économique à très court terme. Ainsi, en période d expansion économique et de hausse des taux d intérêt, les commodités sont les actifs financiers les plus performants. De plus, l adossement à des actifs sans risque rend les commodités plus performantes que les marchés spots de matières premières. PNB H a u s s e d e s obligations Hausse des a c tio n s Baisse des actions Baisse des obligations B a is s e d e s com m odities Taux d'intérêt Hausse des com m odities C roissance économ ique Rendem ent des bons du Trésor Récession Redressem ent Croissance Graphe 1 : Cycle économique et cycle financier En période de faible croissance économique ou de récession, les taux d'intérêt ont souvent tendance à baisser. Les actifs à revenus fixes, comme les obligations, s'apprécient alors que le cours des matières premières baisse. Lorsque la reprise économique approche, les marchés l'anticipent et les actions montent. Ensuite, en période d'expansion économique, les taux d'intérêt augmentent car l investissement

5 PROTECTION D UN PORTEFEUILLE CONTRE LE RISQUE D INFLATION 19 reprend. Comme la machine économique s'échauffe, la demande de crédit se fait plus forte, ce qui encourage encore la hausse des taux. Avec cette hausse, la valeur actuelle des cash-flows futurs baisse et les actifs à revenu fixe baissent. Le cours des matières premières monte car la demande augmente. Les commodités s apprécient donc. 2.8 Historiquement, dans les périodes d'expansion économique et de hausse des taux d'intérêt, les commodités se sont révélées plus performantes que les actions des sociétés opérant dans le secteur des matières premières : c est ce qu on constate sur le tableau 3 ci-dessous. En outre, les commodités, du fait qu'elles sont adossées à des actifs au rendement certain, sont plus performantes que les marchés spots de matières premières. A long terme, les rendements moyens des commodités et de ces actions sont équivalents même s'ils évoluent de façon inverse. Les volatilités respectives sont pratiquement égales Taux d intérêt américain (%) S&P Actions du secteur de l aluminium Indice JPMCI Aluminium S&P Actions Métaux divers Indice JPMCI Cuivre S&P Actions Pétrolières Indice JPMCI Pétrole brut Période de hausse des taux 0,4 15,6 4,1 19,9 8,2 34,4 Période de baisse des taux 18,2 6,1 15,1 1,7 12,6 3,3 Rendements moyens 10,1 10,5 10,1 9,9 10,6 17,4 Volatilité 26,5 22,5 30,7 20,0 21,6 30,8 Tableau 3 : Rendements annualisé des sous-indices actions S&P vs Indices de commodités JP Morgan 2.9 Bien sûr, le prix des commodités est volatil et très sensible à la spéculation. En période de faible croissance économique et de baisse des taux, les commodités sont moins performantes que les autres actifs financiers. D'autre part, les coûts de transaction sont plus élevés pour les commodités que pour les actions car il faut en permanence réactualiser sa position sur les marchés à terme alors que l'achat d'une action représente une transaction unique. Si l'on investit uniquement sur des indices, qui sont en eux-mêmes relativement diversifiés, on peut espérer avoir une volatilité modérée. 1 Rendement total moins rendement de l actif sans risque divisé par la déviation standard

6 20 F. BROSSART & L. FOESSEL 3 PRÉDICTION DU PRIX DES COMMODITÉS 3.1 Pour notre modélisation, nous disposons des séries des prix des 22 matières premières sous-jacentes aux commodités, de 1985 à Nous avons également des séries macro-économiques : le PNB de l OCDE, un indice d inflation de l OCDE, un indice de production industrielle, un indice de la production d acier. Par ailleurs, pour chaque matière première, nous disposons de séries de grandeurs réelles s y rapportant ; en général ce sont des productions mondiales, des importations et des exportations mondiales, les stocks mondiaux. La période pour laquelle nous disposons de toutes les données nécessaires s'étend de février 1986 à janvier 1992, soit 72 observations mensuelles. Série Moyenne Ecart-type Minimum Maximum Skewness Kurtosis Pétrole brut 5,97 0,097 5,8 6,19 0,42-0,82 Essence -0,57 0,24-1,15-0,013 0,27-0,43 Fioul -0,64 0,21-1,09 0,06 0,8 1,48 Gaz naturel 6,17 0,16 5,82 6,43-0,45-0,64 Aluminium 4,3 0,28 3,9 5,08 0,5-0,45 Cuivre 4,59 0,28 4,07 5,06-0,61-0,84 Plomb 3,3 0,23 2,8 3,87-0,45 0,13 Nickel 5,88 0,49 5,07 6,73-0,13-1,01 Etain 5,69 0,16 5,49 6,13 0,96 0,71 Zinc 3,93 0,31 3,31 4,48-0,11-1,2 Or 5,97 0,09 5,8 6,19 0,42-0,82 Platine 6,17 0,15 5,82 6,43-0,45-0,64 Argent 6,29 0,19 5,92 6,72 0,003-0,62 Blé 5,77 0,17 5,5 6,08 0,22-1,35 Maïs 5,41 0,19 4,99 5,79-0,59-0,58 Soja 6,39 0,15 6,17 6,89 1,02 0,57 Coton 4,18 0,18 3,47 4,5-1,39 3,85 Sucre 2,28 0,43 0,39 2,96-1,15 3,71 Café 4,52 0,42 3,77 5,45 0,42-0,36 Cacao 4,16 0,27 3,7 4,57-0,16-1,38 Boeufs 4,24 0,1 3,99 4,39-0,7-0,43 Cochons 3,88 0,13 3,63 4,18 0,14-0,69 Tableau 4 : Statistiques des logarithmes des prix Pour modéliser l'évolution des prix des commodités, nous avons recours à la théorie de la cointégration. L'idée centrale de cette théorie est d'effectuer des

7 PROTECTION D UN PORTEFEUILLE CONTRE LE RISQUE D INFLATION 21 combinaisons linéaires de séries non-stationnaires pour arriver à une série résiduelle stationnaire. C'est-à-dire que nous supposons qu'il existe un prix d équilibre ou "juste prix" autour duquel le prix de la commodité considérée varie sans toutefois trop s en écarter, une force de rappel intrinsèque assurant la stationnarité du système. Nous ne supposons donc pas que les marchés sont efficients à tout instant, même si nous croyons qu ils le sont en moyenne, mais au contraire qu il existe des périodes de sur ou sous-évaluation du prix de la commodité par rapport à son "juste prix". 3.3 Nous cherchons en effet à mettre en évidence des relations de causalité de long terme entre le prix de chacune des commodités et un certain nombre de déterminants macroéconomiques ou spécifiques à la commodité considérée. Seules les relations économiquement justifiables seront prises en compte. 3.4 Tout d abord, des tests de stationnarité ont été réalisés sur chacune des séries considérées. Il s agit essentiellement des tests simples et augmentés proposés par Dickey et Fuller. Des composantes déterministes ont été adjointes et la présence d une racine unitaire a été testée selon l approche séquentielle proposée par Jobert. Nous avons conclu à un ordre d'intégration égal à un pour chacune des commodités et à la stationnarité pour ce qui est des séries considérées en différences premières. 3.5 La présence d'une relation de cointégration a ensuite été testée. Des tests très similaires à ceux de Dickey et Fuller ont été réalisés sur les résidus issus de l'estimation de la relation de long terme. Grâce à cette relation de long terme et à des hypothèses sur les variations de court terme des variables macro-économiques, nous pouvons chaque mois prévoir un prix pour chaque commodité le mois suivant et en déduire une espérance de rendement. 3.6 L estimation directe de la série résiduelle à partir de l'équation de long terme est biaisée car, malgré la propriété de surperconvergence des estimateurs, il existe des biais en petits échantillons. Nous avons donc cherché à estimer la dynamique du système et nous avons adopté pour cela la modélisation proposée par Phillips et Loretan. L'estimation non-linéaire des paramètres nous a alors permis de reconstituer une série résiduelle de long terme. Pour la clarté de notre exposé, nous détaillons la démarche suivie pour la commodité argent.

8 22 F. BROSSART & L. FOESSEL EXEMPLE DE LA COMMODITÉ ARGENT 3.7 Nous nous proposons ici de décrire de manière empirique, à partir de l une de nos modélisations, la méthodologie que nous avons appliquée à chacune de nos séries. Nous prendrons pour exemple la modélisation de la série du prix de l argent (Silver en anglais) réalisée sur la période 84/12 à 94/01. La première étape consiste à déterminer les variables explicatives candidates, puis à réaliser des tests de stationnarité sur les séries retenues. Toutes nos variables sont exprimées en logarithme à l exception du taux d intérêt. Nous avons retenu essentiellement quatre variables explicatives : le logarithme du PNB, le logarithme de l indice du prix de l or, celui de la production d or ainsi que le taux d intérêt en niveau. 3.8 L étude graphique de la série tout comme celle de son corrélogramme simple et partiel peut permettre d appréhender de manière intuitive le caractère stationnaire ou non de la série étudiée. Des tests de stationnarité basés sur l approche proposée par Dickey-Fuller ont été réalisés pour chacune de nos cinq séries. Nous ne détaillerons l approche que pour la série représentative de l indice du prix de l argent. G rap h e 2.1 : S ilver, série en lo g arith m e 6,9 6,7 6,5 6,3 6,1 5,9 5,7 84:12:00 85:06:00 85:12:00 86:06:00 86:12:00 87:06:00 87:12:00 88:06:00 88:12:00 89:06:00 89:12:00 90:06:00 90:12:00 91:06:00 91:12:00 92:06:00 92:12:00 93:06:00 93:12:00

9 PROTECTION D UN PORTEFEUILLE CONTRE LE RISQUE D INFLATION 23 Graphe 2.2 : Autocorrélations de la série Silver 1 0,9 0,8 0,7 0,6 0,5 0,4 0,3 0,2 0, G raphe 2.3 : Autocorrélations partielles de la série Silver 1 0,8 0,6 0,4 0,2 0-0, Les deux corrélogrammes figurant ci-dessus paraissent traduire une nonstationnarité (voire une non-linéarité) de la série considérée en logarithme (la décroissance du corrélogramme simple se fait en effet de manière hyperbolique et non pas exponentielle). L étude de la série différentiée à l ordre un peut permettre de déterminer la nature de la persistance (mémoire longue ou courte). Il convient néanmoins de remarquer que différentier la série conduit à perdre de l information. Graphe 2.4 : Silver, série différentiée à l'ordre un 0,3 0,25 0,2 0,15 0,1 0,05 0-0,05-0,1-0,15-0,2 84:12:00 85:07:00 86:02:00 86:09:00 87:04:00 87:11:00 88:06:00 89:01:00 89:08:00 90:03:00 90:10:00 91:05:00 91:12:00 92:07:00 93:02:00 93:09:00

10 24 F. BROSSART & L. FOESSEL Graphe 2.5 : Autocorrélations de la série Silver différentiée à l'ordre un 1 0,8 0,6 0,4 0,2 0-0,

11 PROTECTION D UN PORTEFEUILLE CONTRE LE RISQUE D INFLATION 25 1,0 Graphe 2.6 : Autocorrélations partielles de la série Silver différentiée à l'ordre 1 0,8 0,6 0,4 0,2 0,0-0, L étude graphique de la série ainsi que celle de son corrélogramme semble traduire une non-stationnarité qui ne se retrouve pas lorsque l on considère la série différentiée à l ordre un. Les tests de stationnarité réalisés sont séquentiels. Nous testons tout d abord le nombre de retards à introduire dans le cadre du modèle le plus général. Nous sommes conduits à en conserver un seul La procédure décrite ci-dessus résulte de la mise en oeuvre des modèles suivants, estimés de manière séquentielle, pour tester la stationnarité des séries : Modèle 1 Modèle 2 Modèle 3 Modèle 4 Modèle 5 y t = α1 + β1 t + ψ1 yt 1 + yt yt p + ut (2.1) y t = α2 + β2 t + yt yt p + ut (2.2) y t = α3 + ψ3yt 1 + yt yt p + ut (2.3) y t = α4 + yt yt p + ut (2.4) y t = ψ5 yt 1 + yt yt p + ut (2.5) 3.12 Nous estimons tout d abord l équation générale avec constante et trend. La statistique de Student du coefficient associé à la variable dépendante retardée y t-1, (l indice du prix de l argent retardé) est égale à La valeur critique fournie par les tables de Dickey-Fuller est Nous sommes donc ici conduits à accepter l hypothèse nulle de présence d une racine unitaire. La statistique de Fisher testant de manière conjointe la présence d une racine unitaire et l absence de trend est égale à 1.9. Nous sommes donc conduits à accepter cette hypothèse Nous estimons alors une régression intermédiaire dans laquelle nous ôtons la variable dépendante retardée. Il s agit ici de déterminer la significativité du trend. La statistique de Student obtenue pour 2 (0.524) nous conduit à en accepter la

12 26 F. BROSSART & L. FOESSEL nullité. Nous estimons alors le modèle général dans lequel le trend n'apparaît plus. Nous sommes conduits ici à accepter l hypothèse nulle de présence d une racine unitaire et de nullité de la constante que ce soit à partir du Fisher (1.34) ou à partir des statistiques de Student (respectivement ; 1.57) Nous testons donc finalement le modèle général sans constante et sans trend. La statistique de Student du coefficient associé à y t-1 nous amène à conclure à la nonstationnarité de la série. La procédure est alors réitérée pour la série considérée en différences premières qui se révèle stationnaire. Nous concluons finalement à une série intégrée d ordre 1 : la série du prix de l'argent est "difference stationary" L étape suivante repose sur l'estimation de la relation de long terme liant les séries. Ces estimations sont effectuées grâce au logiciel RATS. L'estimation statique nous fournit une première approximation du vecteur cointégrant (dans cette formule, toute les variables sont en logarithme sauf le taux d intérêt) : Période d estimation : décembre 1984 à décembre 1994 Silver = Pnb Taux.Int Or 4. 63Prod.Or (2.6) 3.16 La statistique de Durbin-Watson issue de cette première régression est égale à Le test CRDW conclurait donc ici à l'existence d'une relation de cointégration entre les séries. Le test de Dickey-Fuller augmenté réalisé sur les résidus de cette régression conduit à l'obtention d'une statistique de Student associée à la variable dépendante retardée égale à (il convient d'ajouter 3 retards pour blanchir les résidus issus du test). Compte-tenu du nombre de variables présentes dans la relation de cointégration, la valeur critique est ici égale à au seuil 95%. Nous concluons donc ici à l'absence de racine unitaire dans le processus générant les résidus et à l'existence d'une relation de cointégration entre les séries L'estimation de la relation dynamique est réalisée à partir de la modélisation préconisée par Phillips et Loretan. Une initialisation des paramètres est préalablement réalisée. Le modèle estimé de manière non linéaire semble converger rapidement : seules 5 itérations sont nécessaires. Nous obtenons la relation de court terme ou dynamique liant les variables introduites. Période d estimation : décembre 1984 à décembre 1994

13 PROTECTION D UN PORTEFEUILLE CONTRE LE RISQUE D INFLATION 27 Silver = Pnb Taux.Int Or 5.13 Prod.Or + t 0.76 Silvert Pnbt Taux.Intt (11.25) 0.58 Or Prod.Or 3.69 Pnb (3.09) ( 2.2) t (3.99) (2.56) t (3.06) t ( 4.15) t t (2.79) t ( 4.7) Or t t 1 (2.7) Prod.Or t 1 + SSE = 4.1% ² R = 96% DW = 1.74 Les t de Student figurent entre parenthèses. La force de rappel est relativement importante, 24 % de l'ajustement est réalisé dans le mois suivant la survenue d'un choc, et est par ailleurs très significative. L'erreur relative commise sur l'indice du prix de l'argent est faible : 4.1 %. 96 % de la variance de ce même indice sont explicités par la modélisation Les graphiques représentant les résidus de cette modélisation dynamique tout comme l'ajustement obtenu figurent ci-dessous : Graphe 2.7 : Série brute et ajustée, relation dynam ique 6,8 6,7 6,6 6,5 6,4 6,3 6,2 6,1 6 5,9 5,8 Série brute Série ajustée 84:12:00 85:08:00 86:04:00 86:12:00 87:08:00 88:04:00 88:12:00 89:08:00 90:04:00 90:12:00 91:08:00 92:04:00 92:12:00 93:08:00

14 28 F. BROSSART & L. FOESSEL Graphe 2.8 : Résidus de la relation dynam ique 0,2 0,15 0,1 0,05 0-0,05-0,1-0,15 85:01:00 85:07:00 86:01:00 86:07:00 87:01:00 87:07:00 88:01:00 88:07:00 89:01:00 89:07:00 90:01:00 90:07:00 91:01:00 91:07:00 92:01:00 92:07:00 93:01:00 93:07:00 94:01: Nous déduisons de l'équation précédente la valeur du vecteur cointégrant : Silvert = Pnbt Taux.Intt Ort Prod.Ort (2.8) Les signes des coefficients issus de cette modélisation sont conformes à l'intuition : le prix de l'argent est influencé de manière positive par celui de l'or, a contrario une relation décroissante le relie à la production d'or. Une hausse du taux d'intérêt à court terme conduit à une augmentation du prix de l'argent ce qui semble logique puisque l'argent peut être conçu comme une valeur refuge. De plus, une hausse du taux d'intérêt à court terme traduit généralement une accélération de l'activité économique, et comme nous l'avons signalé précédemment, les rendements des actions et des obligations tendent alors à diminuer alors que les cours des matières premières s'envolent Les graphiques représentant les résidus de la relation de long terme ainsi que l'ajustement obtenu figurent ci-dessous : Graphe 2.9 : Série brute et ajustée, relation de long term e 6,8 6,7 6,6 6,5 6,4 6,3 6,2 6,1 6 5,9 5,8 Série brute Série ajustée 84:12:00 85:08:00 86:04:00 86:12:00 87:08:00 88:04:00 88:12:00 89:08:00 90:04:00 90:12:00 91:08:00 92:04:00 92:12:00 93:08:00

15 PROTECTION D UN PORTEFEUILLE CONTRE LE RISQUE D INFLATION 29 Graphe 2.10 : Résidus de la relation de long term e 0,25 0,2 0,15 0,1 0,05 0-0,05-0,1-0,15-0,2-1 écart type + 1 écart type 85:01:00 85:07:00 86:01:00 86:07:00 87:01:00 87:07:00 88:01:00 88:07:00 89:01:00 89:07:00 90:01:00 90:07:00 91:01:00 91:07:00 92:01:00 92:07:00 93:01:00 93:07:00 94:01: Les relations de cointégration obtenues pour l'ensemble de nos indices (seuls deux ne se sont pas prêtés à ce type de modélisation) paraissent satisfaisantes au sens où les signes des coefficients apparaissant dans les relations de long terme sont conformes à l intuition économique. Soulignons que cette facilité d'interprétation économique est un des principaux atouts de la théorie de la cointégration, notamment face aux modèles APT qui introduisent des facteurs moins intuitifs et nécessitent des hypothèses plus fortes. 4 GÉRER DYNAMIQUEMENT UN PORTEFEUILLE DE COMMODITÉS 4.1 Dans cette partie, nous cherchons à gérer dynamiquement un portefeuille de commodités en mettant à profit la modélisation exposée dans la partie précédente pour prendre des positions d'arbitrage. Nous évaluons notre performance par rapport à un portefeuille fixe de référence, dont la composition est celle du tableau 1 (indice GSCI). 4.2 Notre problème d'optimisation d'un portefeuille de commodités revient à choisir un vecteur de pondération des 5 catégories de commodités, permettant de maximiser le rendement du portefeuille. Nous considérons que le rendement espéré de chacune des commodités est obtenu en comparant le prix actuel à l'espérance du prix pour le mois suivant issue de la partie précédente. Après avoir étudié la normalité des rendements, nous retenons comme critère d'optimisation la moyenne-variance. La première maximisation se fait sous une contrainte de volatilité en utilisant la matrice de variance-covariance historique des rendements des sous-catégories du GSCI. La résolution s'effectue sous SAS-IML en utilisant la méthode d'optimisation sous contrainte de Kuhn et Tucker.

16 30 F. BROSSART & L. FOESSEL 4.3 Nous pouvons alors comparer les performances de notre portefeuille avec celles du portefeuille fixe. Le rendement du portefeuille fixe est obtenu en multipliant les rendements historiques par un vecteur fixe. Notre portefeuille est construit en pondérant ces mêmes rendements historiques par le vecteur des pondérations des commodités retardé d une période, car les gains escomptés en t-1 sont constatés en t. Notre stratégie d'allocation active est gagnante car elle permet d'augmenter le rendement annuel de près de 50 % et de diminuer la volatilité de 6 %. Ce résultat est obtenu en considérant que notre investisseur a un comportement attentiste durant les premiers mois de la Guerre du Golfe et suit alors le benchmark. La performance de notre portefeuille reste tout aussi bonne lorsque nous supprimons l incidence de la hausse des prix des produits pétroliers sur l indice GSCI. La frontière efficiente, obtenue en faisant varier l'aversion au risque de notre investisseur, présente une forme satisfaisante. Graphe 3.1 : Evolution com parée des portefeuilles optim isés vs Benchm ark GSCI P o rte fe u ille m o d é lis é M odélisation sans effet G uerre du Golfe GSCI Graphe 3.2 : Frontière efficiente X GSCI Volatilité annuelle (% ) 4.4 Il est possible d'introduire une contrainte sur le terme de tracking error, qui mesure la distance au sens du risque relatif entre notre portefeuille et le benchmark. En

17 PROTECTION D UN PORTEFEUILLE CONTRE LE RISQUE D INFLATION 31 maintenant la tracking error en deçà de 8 %, l'augmentation de rendement annuel reste égale à 27 %. Il est possible pour notre investisseur de choisir un portefeuille de volatilité minimale et non plus de rendement maximal. Ceci revient à choisir une forte aversion au risque. Par rapport au benchmark, la volatilité chute alors de 27 % tandis que le rendement augmente de 12 %. 5 INTÉGRER LES COMMODITÉS DANS UNE STRATÉGIE GLOBALE D'ALLOCATIONS D'ACTIFS 5.1 Les excellentes propriétés de diversification des commodités apparaissent sans doute le plus nettement lorsque l'on considère le rendement d'un portefeuille classique, constitué à 60 % d'actions et à 40 % d'obligations dans une période hostile pour les marchés financiers, c'est à dire quand dans une économie forte, les opérateurs s'inquiètent de taux d'intérêt élevés et des pressions inflationnistes sur les prix et les salaires. Selon la banque Goldman Sachs, un tel portefeuille 60/40 investi entre décembre 1970 et mai 1995 aurait un rendement moyen de 9.6 % en période hostile, alors que l'introduction de 10 % de commodités dans ce portefeuille ramène le rendement moyen à 5.8 %. Les commodités peuvent donc avoir une fonction efficace pour limiter les pertes d'un portefeuille dans un contexte adverse. 5.2 Toujours sur une longue période, le tableau suivant montre le bénéfice que l'on peut retirer de l'introduction, même limitée, de l'introduction de commodités dans un portefeuille classique. % du portefeuille investi en GSCI Rendements annualisés Volatilité Ratio de Sharpe du rendement marginal

18 32 F. BROSSART & L. FOESSEL Tableau 5 : Impact de l'introduction des commodités dans un portefeuille investi à 60 % S&P 500/ 40% Bons du Trésor américain, de janvier 1970 à juin CONCLUSION 6.1 Cette étude a permis de décrire les propriétés caractéristiques des commodités et leur utilité pour diversifier un portefeuille. La théorie de la cointégration permet de modéliser l'évolution des prix d'équilibre de ces matières premières sur le long terme. Les résultats sont à ce titre très satisfaisants, puisque 20 relations de cointégration significatives et économiquement cohérentes ont été établies sur 22 commodités. 6.2 Ces relations mettent en évidence les écarts entre les prix observés et les prix d'équilibre qui permettent de déterminer des espérances de rendement exploitées dans le processus d'allocation tactique des commodités. Cela nous permet de constituer un nouveau panier de matières premières nettement plus performant que l'indice de référence. 6.3 Certaines améliorations peuvent être apportées à notre modélisation. Notamment, il serait possible d'affiner les relations de cointégration en prenant en compte non pas les variables macroéconomiques (production, consommation...) mondiales, mais celles des principaux pays producteurs ou consommateurs afin de mieux capter leur incidence sur les prix. Notons de plus que toutes nos optimisations ont été effectuées in-sample ; une suite envisageable à cette étude serait de poursuivre les prévisions out-of-sample afin de tester la pertinence des relations de cointégration obtenues sur de nouvelles données et de confirmer l'efficacité du programme d'optimisation. Enfin, on pourrait s'intéresser aux performances relatives des commodités par rapport aux actions et aux obligations pour allouer tactiquement nos actifs simultanément sur trois types de marchés. RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES BARNHART, Scott W., "The effects of Macroeconomic Announcements on Commodity Prices". The American Journal of Agricultural Economy.

19 PROTECTION D UN PORTEFEUILLE CONTRE LE RISQUE D INFLATION 33 BARRETT, Brian W. and KOLB, Robert W., "Analysis of Spreads in Agricultural Futures". The Journal of Futures Markets. BECK, Stacie E., "Cointegration and Market Efficiency in Commodities Futures Markets". Applied Economics. BRESSON G. et PIROTTE A., "Econométrie des séries temporelles : théories et applications". P.U.F. BUTEL B. et CONORT X., "Sophistication des modèles d allocation d actifs financiers". Thèse d actuariat I.A.F. CHALMAIN Philippe, Cyclope 1996, les marchés mondiaux. Rapport sur les cycles et les orientations des produits et des échanges. DICKEY David A., HASZZA D.P. and FULLER Wayne A., "Testing for unit roots in seasonal time series". Journal of the american statistical association, vol. 79, DICKEY David A., PANTULA Sastry G., "Determining the order of differencing in autoregressive processes". Journal of economic statistics, 1987, vol. 5, n 4 (octobre). ENGLE R.F. and GRANGER C.W.J., "Cointegration and error correction : Representation, estimation and testing". Econometrica 55, FANCHON, Phillip and WENDEL Jeanne "Estimating VAR Models under Non- Stationarity and Cointegration : Alternative Approaches for Forecasting Cattle Prices". Applied Economics. FINK, Robert E., "Long Term Factors in the Cattle Price Outlook". GANGLOFF, JANTET et KOMARNI Marchés à terme des taux d intérêt. Thèse d actuariat I.A.F. GHOSH, Asim "Cointegration and Error Correction Models : Intertemporal Causality between Index and futures Prices". The Journal of Futures Markets. GOURIEROUX C., Chapitre 6 : les modèles à facteurs. Introduction à l'économétrie de la finance. Notes de cours, ENSAE HARTPENCE M.L., SIKORAV J., Mars "Allocation tactique d'actifs : à la recherche de la valeur". Quants, publication de la Direction de la Recherche et de l'innovation du C.C.F. IRWIN, Scott H., GERLOW Mary E. and LIU, Te-Ru "The Forecasting Performance of Livestock Futures Prices : a Comparison to USDA Expert Predictions". The Journal of Futures Markets.

20 34 F. BROSSART & L. FOESSEL JORDAN, KENRICK H. and VANSICKLE John J., "Integration and Behaviour in the US Winter Market for Fresh Tomatoes". The Journal of Agricultural and Applied Economy. JOBERT Thomas Tests de stationnarité, cointégration et modélisation multivariée in La persistance du chômage de Pierre Yves HENIN, Economica 1993, p KREHLIEL T, ADKINS Lee C., "Cointegration tests of the unbiased expectations hypothesis in Metal markets". The Journal of Futures Markets LIU, Shi-Miin, BRORSEN, B. WADE, OELLERMANN Charles M. and FARRIS, Paul, L., "Forecasting in the Near Basis of Live Cattle". The Journal of Futures Markets. PHILLIPS P.C.B. et LORETAN M., "Estimating long-run economic equilibria". Review of Economic Studies 58, REBOUL P., "Modèle de prévision d actions et applications à la gestion quantitative". Thèse d actuariat I.A.F. SEAMAN, DAVID A.,1996. Special Report : Commodity-Linked Investments. J.P. Morgan Securities Inc., Commodity Securities Research. SERLETIS A., "A cointegration analysis of petroleum futures prices". Energy Economics, Volume 16 number 2. SHARPE, WILLIAM F., ALEXANDER, GORDON J. and BAILEY, JEFFREY V., Investments. Fifth edition. STRONGIN, Steve "Commodity Investing : Long-Run Returns and the Function of Passive Capital". Goldman Sachs Commodities Research. TOMEK, WILLIAM G "Dependence in Commodity Prices : a Comment". The Journal of Futures Markets. Fabrice BROSSART Watson Wyatt 26, rue de la Pépinière Paris Tél. : Laurent FOESSEL Actuariat Prévoyance CARDIF 4, rue des Frères Caudron Rueil Malmaison Cedex

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE 1 Qui cherche à prévoir? Les entreprises Les banques Les fonds d investissement Les investisseurs institutionnels Pourquoi chercher à prévoir? Créances et dettes en devises

Plus en détail

LES MODÈLES DE PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES. René GARCIA John GALBRAITH 17 juin 1999

LES MODÈLES DE PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES. René GARCIA John GALBRAITH 17 juin 1999 LES MODÈLES DE PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES René GARCIA John GALBRAITH 17 juin 1999 1 GESTION INTÉGRÉE DES RISQUES HYDRO-QUÉBEC 17 juin 1999 Prévisions économiques utilisées pour le modèle financier de Hydro-Québec

Plus en détail

Le risque Idiosyncrasique

Le risque Idiosyncrasique Le risque Idiosyncrasique -Pierre CADESTIN -Magali DRIGHES -Raphael MINATO -Mathieu SELLES 1 Introduction Risque idiosyncrasique : risque non pris en compte dans le risque de marché (indépendant des phénomènes

Plus en détail

Les méthodes de contrôle des risques de portefeuilles

Les méthodes de contrôle des risques de portefeuilles Les méthodes de contrôle des risques de portefeuilles LE CERCLE INVESCO 006 Eric Tazé-Bernard Directeur de la Gestion INVESCO Asset Management Section 01 Section 0 Section 03 Les principaux indicateurs

Plus en détail

Cours de l'action. Total des actifs actifs et passifs incorporels

Cours de l'action. Total des actifs actifs et passifs incorporels Qu est-ce que le ratio cours/valeur comptable P/B ratio? Ce ratio sert à comparer la valeur de marché d une action à sa valeur comptable. Il se calcule en divisant le cours de clôture d une action par

Plus en détail

Consommation et investissement : une étude économétrique

Consommation et investissement : une étude économétrique Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Consommation et investissement : une étude économétrique Décembre 1996 Document de travail n 14 Consommation et Investissement : Une

Plus en détail

Comprendre les produits structurés

Comprendre les produits structurés Comprendre les produits structurés Sommaire Page 3 Introduction Page 4 Qu est-ce qu un produit structuré? Quels sont les avantages des produits structurés? Comment est construit un produit structuré? Page

Plus en détail

Chapitre 4 : construction de portefeuille (I)

Chapitre 4 : construction de portefeuille (I) Chapitre 4 : construction de portefeuille (I) 25.10.2013 Plan du cours Risque et rentabilité : un premier aperçu Mesures traditionnelles du risque et rentabilité Rentabilité historique des actifs financiers

Plus en détail

L'efficience de la Bourse de Paris au XIX e siècle

L'efficience de la Bourse de Paris au XIX e siècle Alex Viaene L'efficience de la Bourse de Paris au XIX e siècle Une confrontation théorique face aux données empiriques des marchés à terme et à prime Connaissances et Savoirs INTRODUCTION GÉNÉRALE 13 CHAPITRE

Plus en détail

Chapitre 1 L intérêt. 2. Concept d intérêt. 1. Mise en situation. Au terme de ce chapitre, vous serez en mesure de :

Chapitre 1 L intérêt. 2. Concept d intérêt. 1. Mise en situation. Au terme de ce chapitre, vous serez en mesure de : Chapitre 1 L intérêt Au terme de ce chapitre, vous serez en mesure de : 1. Comprendre la notion générale d intérêt. 2. Distinguer la capitalisation à intérêt simple et à intérêt composé. 3. Calculer la

Plus en détail

THEORIE FINANCIERE Préparation à l'examen

THEORIE FINANCIERE Préparation à l'examen THEORIE FINANCIERE Préparation à l'examen N.B. : Il faut toujours justifier sa réponse. 1. Qu'est-ce que l'axiomatique de Von Neumann et Morgenstern? La représentation des préférences des investisseurs

Plus en détail

A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes

A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes On peut calculer les rentabilités de différentes façons, sous différentes hypothèses. Cette note n a d autre prétention que

Plus en détail

Projetde SériesTemporelles

Projetde SériesTemporelles COMMUNAUTE ECONOMIQU E ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE (CEMAC) INSTITUT SOUS REGIONAL DE STATISTIQUES ET D ECONOMIE APPLIQUEE (ISSEA) Projetde SériesTemporelles MODELISATION DE LA RENTABILITE DE L INDICE

Plus en détail

Cornèr Banque (Luxembourg) S.A. Risques associés aux profils de gestion

Cornèr Banque (Luxembourg) S.A. Risques associés aux profils de gestion Cornèr Banque (Luxembourg) S.A. Risques associés aux profils de gestion 1 Introduction Gestion patrimoniale mobilière Gestion patrimoniale fonds d investissement Gestion en placements alternatifs Gestion

Plus en détail

PROJET DE GESTION PORTEFEUILLE. Evaluation d une Stratégie de Trading

PROJET DE GESTION PORTEFEUILLE. Evaluation d une Stratégie de Trading PROJET DE GESTION PORTEFEUILLE Evaluation d une Stratégie de Trading Encadré par M. Philippe Bernard Master 1 Economie Appliquée-Ingénierie Economique et Financière Taylan Kunal 2011-2012 Sommaire 1) Introduction

Plus en détail

Formations EViews FORMATIONS GENERALES INTRODUCTIVES INTRO : INTRODUCTION A LA PRATIQUE DE L ECONOMETRIE AVEC EVIEWS

Formations EViews FORMATIONS GENERALES INTRODUCTIVES INTRO : INTRODUCTION A LA PRATIQUE DE L ECONOMETRIE AVEC EVIEWS Formations EViews FORMATIONS GENERALES INTRODUCTIVES DEB : DECOUVERTE DU LOGICIEL EVIEWS INTRO : INTRODUCTION A LA PRATIQUE DE L ECONOMETRIE AVEC EVIEWS FORMATIONS METHODES ECONOMETRIQUES VAR : MODELES

Plus en détail

Dérivés Financiers Contrats à terme

Dérivés Financiers Contrats à terme Dérivés Financiers Contrats à terme Mécanique des marchés à terme 1) Supposons que vous prenez une position courte sur un contrat à terme, pour vendre de l argent en juillet à 10,20 par once, sur le New

Plus en détail

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar?

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? 7 mars 8- N 98 Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? Beaucoup d observateurs avancent l idée suivante : la hausse du prix du pétrole est une conséquence du

Plus en détail

La productivité du travail et le salaire moyen par tête à l horizon 2050

La productivité du travail et le salaire moyen par tête à l horizon 2050 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du mercredi 26 septembre 2007 à 9 h 30 «Actualisation des projections à long terme : les hypothèses» Document N 04 Document de travail, n engage pas

Plus en détail

TD 3 : Monnaie, inflation, taux d intérêt et prix des actifs financiers

TD 3 : Monnaie, inflation, taux d intérêt et prix des actifs financiers Cours de Olivier Cardi Université de Tours L1 ECO Cours d Introduction à la Macroéconomie Année universitaire 2015-2016 TD 3 : Monnaie, inflation, taux d intérêt et prix des actifs financiers 1 Questions

Plus en détail

ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE

ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE ANNEXE VII, PJ n 2, page 1 ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE ANNEXE VII, PJ n 2, page 2 Les simulations

Plus en détail

Rentabilité des actifs et allocation stratégique

Rentabilité des actifs et allocation stratégique Rentabilité des actifs et allocation stratégique LE CERCLE INVESCO : SESSION 2007 Eric Tazé-Bernard Directeur de la Gestion INVESCO Asset Management 2 Section 01 Section 02 Section 03 Un modèle de description

Plus en détail

2- La relation risque rentabilité attendue

2- La relation risque rentabilité attendue 2- La relation risque rentabilité attendue L'incertitude est au cœur de la logique financière. Par la composition de leur portefeuille, les investisseurs choisissent un profil de risque. Si on suppose

Plus en détail

GESTION DES RISQUES FINANCIERS 4 ème année ESCE Exercices / Chapitre 3

GESTION DES RISQUES FINANCIERS 4 ème année ESCE Exercices / Chapitre 3 GESTION DES RISQUES FINANCIERS 4 ème année ESCE Exercices / Chapitre 3 1) Couvertures parfaites A) Le 14 octobre de l année N une entreprise sait qu elle devra acheter 1000 onces d or en avril de l année

Plus en détail

Déclassement d'actifs et stock brut de capital

Déclassement d'actifs et stock brut de capital Extrait de : La mesure du capital - Manuel de l'ocde 2009 Deuxième édition Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264067752-fr Déclassement d'actifs et stock brut de capital Merci

Plus en détail

IDRI 2220: Relations Economiques internationales

IDRI 2220: Relations Economiques internationales Livre de référence IDRI 2220: Relations Economiques internationales Le cours est basé sur le livre de P. R. Krugman et M. Obstfeld "Economie internationale", ed. Pearson Education, édition française (2006).

Plus en détail

Exercice 1.1: Calculer la prime initiale que la PME devra payer à partir des données de marché:

Exercice 1.1: Calculer la prime initiale que la PME devra payer à partir des données de marché: Exercice 1.1: Calculer la prime initiale que la PME devra payer à partir des données de marché: En général, le calcul de la prime d'un produit tel qu'une action se calcule par la formule du modèle Black-Sholes.

Plus en détail

Chapitre 4 : construction de portefeuille (II)

Chapitre 4 : construction de portefeuille (II) Chapitre 4 : construction de portefeuille (II) 08.11.2013 Plan du cours Espérance de rentabilité d un portefeuille Volatilité d un portefeuille Choix du portefeuille efficient Prise en compte de l actif

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT EFFET DE LEVIER

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT EFFET DE LEVIER COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT EFFET DE LEVIER SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT EFFET DE LEVIER La séance 6 traite des décisions d investissement. Il s agit d optimiser

Plus en détail

Les matières premières : une classe d actifs à part entière?

Les matières premières : une classe d actifs à part entière? Les matières premières : une classe d actifs à part entière? PHILIPPE MONGARS, CHRISTOPHE MARCHAL-DOMBRAT Direction des Opérations de marché Service de Suivi et d Animation des marchés L intérêt des investisseurs

Plus en détail

Chapitre 5 : produits dérivés

Chapitre 5 : produits dérivés Chapitre 5 : produits dérivés 11.11.2015 Plan du cours Options définition profil de gain à l échéance d une option déterminants du prix d une option Contrats à terme définition utilisation Bibliographie:

Plus en détail

MODELES DE LA COURBE DES TAUX Université d Evry Val d Essonne Séance 5. Philippe PRIAULET

MODELES DE LA COURBE DES TAUX Université d Evry Val d Essonne Séance 5. Philippe PRIAULET MODELES DE LA COURBE DES TAUX Université d Evry Val d Essonne Séance 5 Philippe PRIAULET Mise en place et mesure de performance de stratégies obligataires Introduction 1- La notion de paris sur la courbe

Plus en détail

La question de la retraite

La question de la retraite Partie 1 La question de la retraite Introduction............................................................ 3 Les enjeux liés aux caisses de retraite......................... 7 L actualité des questions

Plus en détail

Exchange Traded Funds (ETF) Mécanismes et principales utilisations. 12 Mai 2011

Exchange Traded Funds (ETF) Mécanismes et principales utilisations. 12 Mai 2011 Exchange Traded Funds (ETF) Mécanismes et principales utilisations 12 Mai 2011 Sommaire I Présentation du marché des ETF II Construction des ETF III Principales utilisations IV Les ETF dans le contexte

Plus en détail

Le modèle standard des échanges: termes de l échange, croissance et commerce

Le modèle standard des échanges: termes de l échange, croissance et commerce Le modèle standard des échanges: termes de l échange, croissance et commerce Modèles ricardien et HOS ont des points communs mais sont assez spécifiques: avantages comparatifs fondés sur: - différences

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

Monnaie et Inflation YVES GUILLOTIN

Monnaie et Inflation YVES GUILLOTIN Monnaie et Inflation YVES GUILLOTIN Table des matières Introduction 5 I - La monnaie 7 A. Qu'est ce que la monnaie?...7 B. La quantité de monnaie en France en 2013...7 C. La création de monnaie...8 II

Plus en détail

Examen Gestion de portefeuille

Examen Gestion de portefeuille ESC Toulouse 2005 D. Herlemont Mastère BIF Examen Gestion de portefeuille Durée : 2 heures Les documents ne sont pas autorisés. Pour les questions à choix multiples, une ou plusieurs réponses peuvent être

Plus en détail

Value at Risk - étude de cas

Value at Risk - étude de cas Value at Risk - étude de cas Daniel Herlemont 17 juin 2011 Table des matières 1 Introduction 1 2 La Value at Risk 1 2.1 La VaR historique................................. 2 2.2 La VaR normale..................................

Plus en détail

ESSEC. Cours FIN 260 Gestion de portefeuille. Séance 8 Mesures de performance

ESSEC. Cours FIN 260 Gestion de portefeuille. Séance 8 Mesures de performance ESSEC Cours FIN 260 Gestion de portefeuille Séance 8 Mesures de performance François Longin Plan Introduction Mesures de performance des fonds: développements académiques Premier niveau: la rentabilité

Plus en détail

Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 1. Gestion optimale de portefeuille, l approche de Markowitz

Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 1. Gestion optimale de portefeuille, l approche de Markowitz Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 1 Gestion optimale de portefeuille, l approche de Markowitz Clément Dombry, Laboratoire de Mathématiques de Besançon, Université de Franche-Comté.

Plus en détail

Dérivés Financiers Evaluation des options sur action

Dérivés Financiers Evaluation des options sur action Dérivés Financiers Evaluation des options sur action Owen Williams Grenoble Ecole de Management > 2 Définitions : options sur actions Option : un contrat négociable donnant le droit d acheter ou vendre

Plus en détail

Question 1: Analyse et évaluation d obligations

Question 1: Analyse et évaluation d obligations Question 1: Analyse et évaluation d obligations (43 points) Vous êtes responsable des émissions obligataires pour une banque européenne. Il y a 10 ans cette banque a émis l obligation perpétuelle subordonnée

Plus en détail

Table des cas d entreprise et enquêtes. Avant-propos Nos choix d adaptation Visite guidée La 4 e édition Remerciements

Table des cas d entreprise et enquêtes. Avant-propos Nos choix d adaptation Visite guidée La 4 e édition Remerciements Table des matières Table des cas d entreprise et enquêtes Avant-propos Nos choix d adaptation Visite guidée La 4 e édition Remerciements xiii xiii xiv xv xv Première partie Les fondements de la comptabilité

Plus en détail

Objet : Énonce de la politique de placement, Série Portefeuilles

Objet : Énonce de la politique de placement, Série Portefeuilles Objet : Énonce de la politique de placement, Série Portefeuilles J'ai le plaisir de vous faire parvenir votre énoncé de la politique de placement pour la Série Portefeuilles de revenu. Celui-ci vous servira

Plus en détail

Perspectives du marché pétrolier et évolution du fonds LFP ENFA Vision Pétrole

Perspectives du marché pétrolier et évolution du fonds LFP ENFA Vision Pétrole Perspectives du marché pétrolier et évolution du fonds LFP ENFA Vision Pétrole Cette Lettre Vision Pétrole aborde les perspectives du marché pétrolier et informe des modifications du fonds LFP ENFA Vision

Plus en détail

Prix de l énergie dans l habitat

Prix de l énergie dans l habitat Prix de l énergie dans l habitat Mise à jour février 2013 Fiche réalisée par l ALE de l agglomération lyonnaise - TD Introduction Le prix des énergies n a cessé d augmenter depuis la fin du 20ème siècle.

Plus en détail

Janvier 2008 vos stratégies de placement et d élaboration de portefeuille. L'Illustrateur Hypothétique Morningstar

Janvier 2008 vos stratégies de placement et d élaboration de portefeuille. L'Illustrateur Hypothétique Morningstar Janvier 2008 Livret des rapports Communiquez efficacement vos stratégies de placement et d élaboration de portefeuille L'Illustrateur Hypothétique Morningstar Rapport Illustration hypothétique 4 Sommaire

Plus en détail

Prime de risque et répartition optimale de l'actif

Prime de risque et répartition optimale de l'actif Prime de risque et répartition optimale de l'actif Richard Guay Premier vice-président Gestion du risque et Gestion des comptes des déposants Plan de la présentation! Estimation de la prime de risque :!

Plus en détail

THÉORIES MODERNES DE PORTEFEUILLE Exercices d'application (Série 1)

THÉORIES MODERNES DE PORTEFEUILLE Exercices d'application (Série 1) 3-203-99 Gestion de portefeuille THÉORIES MODERNES DE PORTEFEUILLE Exercices d'application (Série 1) Note: Cette série d'exercices constitue un supplément aux exercices du manuel de cours. Les réponses

Plus en détail

Morningstar Investment Conference France

Morningstar Investment Conference France Morningstar Investment Conference France Comment transformer votre risque en allié? TANGUY DE LAUZON MORNINGSTAR INVESTMENT CONSULTING 5 JUIN 2013 2013 Morningstar. All rights reserved. Sommaire 1.

Plus en détail

Principes de Finance

Principes de Finance Principes de Finance 13. Théorie des options II Daniel Andrei Semestre de printemps 2011 Principes de Finance 13. Théorie des options II Printemps 2011 1 / 34 Plan I Stratégie de réplication dynamique

Plus en détail

Options et Volatilité (introduction)

Options et Volatilité (introduction) SECONDE PARTIE Options et Volatilité (introduction) Avril 2013 Licence Paris Dauphine 2013 SECONDE PARTIE Philippe GIORDAN Head of Investment Consulting +377 92 16 55 65 philippe.giordan@kblmonaco.com

Plus en détail

Chapitre 14 Cours à terme et futures. Plan

Chapitre 14 Cours à terme et futures. Plan hapitre 14 ours à terme et futures Plan Différences entre contrat à terme et contrat de future Fonction économique des marchés de futures Rôle des spéculateurs Futures de matières premières Relation entre

Plus en détail

PERFORMANCE HISTORIQUE DÉFLATÉE DES MARCHÉS FINANCIERS

PERFORMANCE HISTORIQUE DÉFLATÉE DES MARCHÉS FINANCIERS PERFORMANCE HISTORIQUE DÉFLATÉE DES MARCHÉS FINANCIERS ACTIFS FRANCAIS CORRIGÉS DE L INFLATION DE JANVIER 1950 À JUIN 2011 PERFORMANCE ANNUALISÉE ACTIONS 5,9 % MONÉTAIRE 1,2 % IMMOBILIER 5,2 % OR 1,1 %

Plus en détail

DISCOUNTED CASH-FLOW

DISCOUNTED CASH-FLOW DISCOUNTED CASH-FLOW Principes généraux La méthode des flux futurs de trésorerie, également désignée sous le terme de Discounted Cash Flow (DCF), est très largement admise en matière d évaluation d actif

Plus en détail

Gestion de portefeu ille

Gestion de portefeu ille CYCLE SUPERIEUR AUDIT ET CONTRÔLE DE GESTIO Semestre : 8 Module : Gestion de portefeu ille Évaluation des actifs à revenu fixe I- Mesure du rendement des obligations II- Les risques de placement des titres

Plus en détail

R Euro Credit Cet OPCVM est géré par Rothschild & Cie Gestion Code Isin : FR0007008750 (Part C EUR)

R Euro Credit Cet OPCVM est géré par Rothschild & Cie Gestion Code Isin : FR0007008750 (Part C EUR) abc Informations Clés pour l'investisseur Ce document fournit des informations essentielles aux investisseurs de cet OPCVM. Il ne s'agit pas d'un document promotionnel. Les informations qu'il contient

Plus en détail

Chapitre 1 : Évolution COURS

Chapitre 1 : Évolution COURS Chapitre 1 : Évolution COURS OBJECTIFS DU CHAPITRE Savoir déterminer le taux d évolution, le coefficient multiplicateur et l indice en base d une évolution. Connaître les liens entre ces notions et savoir

Plus en détail

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée Épreuve composée Pour la partie 3 (Raisonnement s appuyant sur un dossier documentaire), il est demandé au candidat de traiter le sujet : en développant un raisonnement ; en exploitant les documents du

Plus en détail

Vous ne voulez faire confiance à personne, la doctrine d investissement de Marie Quantier vous assure performance et tranquillité

Vous ne voulez faire confiance à personne, la doctrine d investissement de Marie Quantier vous assure performance et tranquillité MARIE QUANTIER Inspiration depuis 1907 Vous ne voulez faire confiance à personne, la doctrine d investissement de Marie Quantier vous assure performance et tranquillité Une approche hybride entre «smart

Plus en détail

Activation des classes d actifs traditionnels avec des investissements alternatifs

Activation des classes d actifs traditionnels avec des investissements alternatifs Activation des classes d actifs traditionnels avec des investissements alternatifs Coninco Master Class 2-3 novembre 2009 A member of the Man Group Le présent document est publié par Man Investments. La

Plus en détail

Le MEDAF Modèle d'évaluation des actifs financiers

Le MEDAF Modèle d'évaluation des actifs financiers Le MEDAF Modèle d'évaluation des actifs financiers Comment le risque affecte-t-il la rentabilité espérée d'un investissement? Le MEDAF (CAPM = Capital Asset Pricing Model) donne une réponse cohérente.

Plus en détail

Modèle de calcul des paramètres économiques

Modèle de calcul des paramètres économiques Modèle de calcul des paramètres économiques selon norme SIA 480 Calcul de rentabilité pour les investissements dans le bâtiment Version 3.2 1. Introduction 1.1 Version Excel Le modèle de calcul a été développé

Plus en détail

NaviPlan. DOCUMENT FONCTIONNEL Aperçu de la répartition de l'actif dans NaviPlan. Logiciel de planification financière

NaviPlan. DOCUMENT FONCTIONNEL Aperçu de la répartition de l'actif dans NaviPlan. Logiciel de planification financière DANS CE DOCUMENT, IL S'AGIT DE : Quels profils de placement sont disponibles? Quelles catégories d actif sont disponibles? Quel est l effet de l'horizon temporel sur le portefeuille de mes clients? Quelles

Plus en détail

et idées sur le marché du pétrole Diversification de styles dans les placements en revenu fixe : défis et solutions Septembre 2015

et idées sur le marché du pétrole Diversification de styles dans les placements en revenu fixe : défis et solutions Septembre 2015 Point de Analyse vue sur le marché du pétrole Septembre 2015 Diversification de styles dans les placements en revenu fixe : défis et solutions Les investisseurs en obligations ne seront pas étonnés de

Plus en détail

Obligation : transfert dans le temps

Obligation : transfert dans le temps Obligation : transfert dans le temps Dans ce premier chapitre nous introduirons les principales notions concernant les obligations. Les principes élémentaires de la notion d arbitrage y sont décrits. Une

Plus en détail

II. LE PRINCIPE DE LA BASE

II. LE PRINCIPE DE LA BASE II. LE PRINCIPE DE LA BASE Le comportement des opérateurs (position longue ou courte) prend généralement en compte l évolution du cours au comptant et celle du cours à terme. Bien qu ils n évoluent pas

Plus en détail

Les stratégies de gestion de portefeuille d actions: Style de gestion et indexation de portefeuille

Les stratégies de gestion de portefeuille d actions: Style de gestion et indexation de portefeuille Les stratégies de gestion de portefeuille d actions: Style de gestion et indexation de portefeuille I. Concept d'efficience des marchés et stratégies de gestion - Efficience opérationnelle des marchés

Plus en détail

ALLOCATION D ACTIFS PROCESS DE GESTION

ALLOCATION D ACTIFS PROCESS DE GESTION ALLOCATION D ACTIFS ALLOCATION D ACTIFS PROCESS DE GESTION L'allocation d'actifs représente la stratégie de répartition des actifs financiers au sein d'un portefeuille. Le montant investi est divisé entre

Plus en détail

Simulation Examen de Statistique Approfondie II **Corrigé **

Simulation Examen de Statistique Approfondie II **Corrigé ** Simulation Examen de Statistique Approfondie II **Corrigé ** Ces quatre exercices sont issus du livre d exercices de François Husson et de Jérôme Pagès intitulé Statistiques générales pour utilisateurs,

Plus en détail

PREMIÈRE PARTIE LES ACTIONS... 13. CHAPITRE 1 Logique d investissement et mesure de la rentabilité... 15

PREMIÈRE PARTIE LES ACTIONS... 13. CHAPITRE 1 Logique d investissement et mesure de la rentabilité... 15 DBU11075.book Page 543 Mercredi, 8. avril 2015 4:44 16 TABLE DES MATIÈRES Présentation des auteurs... 5 Préface par Éric CHARPENTIER... 7 Préface par Vincent VAN DESSEL... 9 Introduction... 11 PREMIÈRE

Plus en détail

Comptabilité des titres et reporting d investissement

Comptabilité des titres et reporting d investissement Comptabilité des titres et reporting d investissement Cantaluppi & Hug AG Comptabilité des titres Reporting d'investissement Introduction La comptabilité des titres représente le centre névralgique du

Plus en détail

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS L objet de ce document est de vous présenter un panorama des principaux instruments financiers utilisés par CPR AM dans le cadre de la fourniture d un service

Plus en détail

L équilibre Macro-Economique

L équilibre Macro-Economique L équilibre Macro-Economique Jean-Pierre Damon, octobre 1985. La position de départ des théoriciens est la situation d équilibre qui permet à la totalité de la production d être soit consommée, soit utilisée

Plus en détail

ALLOCATION D ACTIFS 1

ALLOCATION D ACTIFS 1 ALLOCATION D ACTIFS 1 ALLOCATION STRATEGIQUE ET TACTIQUE Allocation d actifs stratégique Établir les tendances long terme de rendement, volatilité et corrélation des actifs Base de la construction de portefeuille

Plus en détail

Chapitre 13 - Le MEDAF

Chapitre 13 - Le MEDAF Chapitre 13 - Le MEDAF Plan Présentation et utilité du Medaf Deux propositions Tous les individus investissent dans le portefeuille de marché Les individus n'investissent pas dans les mêmes proportions

Plus en détail

LES DETERMINANTS DU TAUX DE CHANGE

LES DETERMINANTS DU TAUX DE CHANGE CHAPITRE 4 LES DETERMINANTS DU TAUX DE CHANGE 4.1 Introduction : Le taux de change est le prix de la monnaie nationale contre une devise étrangère, ce prix peut être fixé par les autorités monétaire dans

Plus en détail

Exercice : la frontière des portefeuilles optimaux sans actif certain

Exercice : la frontière des portefeuilles optimaux sans actif certain Exercice : la frontière des portefeuilles optimaux sans actif certain Philippe Bernard Ingénierie Economique & Financière Université Paris-Dauphine Février 0 On considère un univers de titres constitué

Plus en détail

Transactions de l agriculteur 1.5 /kilo 2.0 /kilo 2.5 /kilo Vente de la récolte 187 500 250 000 312 500. l agriculteur

Transactions de l agriculteur 1.5 /kilo 2.0 /kilo 2.5 /kilo Vente de la récolte 187 500 250 000 312 500. l agriculteur Chapitre 11, assurance et diversification Réponses aux Questions et problèmes 1. Transactions de 1.5 /kilo 2.0 /kilo 2.5 /kilo Vente de la récolte 187 500 250 000 312 500 62 500 payés à 0 62 500 payés

Plus en détail

Modélisation et étude d un système de trading directionnel diversifié sur 28 marchés à terme

Modélisation et étude d un système de trading directionnel diversifié sur 28 marchés à terme Modélisation et étude d un système de trading directionnel diversifié sur 28 marchés à terme Trading system : Trend following Breakout Janvier 1996 - Janvier 2009 Etude de la performance du système Le

Plus en détail

Fondements de Finance

Fondements de Finance Programme Grande Ecole Fondements de Finance Chapitre 7. : Risque, rentabilité et diversification Cours proposé par Fahmi Ben Abdelkader Version Etudiants Mars 2012 Préambule Fig. 10.1 (p.294) : Evolution

Plus en détail

UE 6 Finance d entreprise Le programme

UE 6 Finance d entreprise Le programme UE 6 Finance d entreprise Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. La valeur (15 heures)

Plus en détail

Fonds Assurance Retraite du contrat BNP Paribas Avenir Retraite Données au 31 décembre 2014. Communication à caractère publicitaire

Fonds Assurance Retraite du contrat BNP Paribas Avenir Retraite Données au 31 décembre 2014. Communication à caractère publicitaire Fonds Assurance Retraite BNP Paribas Avenir Retraite Données au 31 décembre 2014 Communication à caractère publicitaire Le contrat BNP Paribas Avenir Retraite est géré par Cardif Assurance Vie avec un

Plus en détail

Études & documents Modélisation économétrique des consommations de chauffage des logements en France

Études & documents Modélisation économétrique des consommations de chauffage des logements en France COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 21 Mai 2010 Études & documents Modélisation économétrique des consommations de chauffage des logements en France DEVELOPPEMENT DURABLE ÉCONOMIE ET ÉVALUATION

Plus en détail

1 L équilibre sur le marché des biens et services

1 L équilibre sur le marché des biens et services Modèle IS LM BP IMPORTANT : en aucun cas ce cours ne remplace le cours magistral de M. Gilles Dufrénot, notamment le cours sur les chapitres 4 et 5. Il est destiné à faciliter la comprehension du cours

Plus en détail

CHAPITRE 2 : L'INVESTISSEMENT ET SES DETERMINANTS

CHAPITRE 2 : L'INVESTISSEMENT ET SES DETERMINANTS CHAPITRE 2 : L'INVESTISSEMENT ET SES DETERMINANTS Notions à connaître: Taux de rentabilité, taux d'intérêt, demande anticipée, investissement matériel, investissement immatériel, investissement public,

Plus en détail

DE Planification SA Conseiller institutionnel. Solutions et alternatives pour les investissements obligataires en CHF 23 avril 2013

DE Planification SA Conseiller institutionnel. Solutions et alternatives pour les investissements obligataires en CHF 23 avril 2013 DE Planification SA Conseiller institutionnel Solutions et alternatives pour les investissements obligataires en CHF 23 avril 2013 Structure de la présentation 2 1. Point de situation sur les obligations

Plus en détail

La planification financière

La planification financière La planification financière La planification financière est une phase fondamentale dans le processus de gestion de l entreprise qui lui permet de limiter l incertitude et d anticiper l évolution de l environnement.

Plus en détail

La comptabilité nationale

La comptabilité nationale La comptabilité nationale Pol 1900 Christian Deblock Méthodologie et définitionsd Trois sources utiles : Statistique Canada : Matériel pédagogique : http://www.statcan.ca/francais/edu/index_f.htm Gouvernement

Plus en détail

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles Le modèle Mundell-Flemming avec parfaite mobilité des capitaux Le modèle Mundell-Flemming (Robert Mundell, Marcus Flemming, début années 1960) est l extension du modèle IS-LM en économie ouverte. Il partage

Plus en détail

Directives CHS PP D 05/2013. Chiffres-clés déterminants et autres renseignements devant être fournis par les fondations de placement

Directives CHS PP D 05/2013. Chiffres-clés déterminants et autres renseignements devant être fournis par les fondations de placement français Commission de haute surveillance de la prévoyance professionnelle CHS PP Directives CHS PP D 05/2013 Chiffres-clés déterminants et autres renseignements devant être fournis par les fondations

Plus en détail

Mardi 23 octobre 2007. Séminaire. Schumann-bourse

Mardi 23 octobre 2007. Séminaire. Schumann-bourse Mardi 23 octobre 2007 Séminaire Schumann-bourse La Bourse : environnement économique et monétaire Définition de la bourse et de son rôle dans l'économie Influence des taux d'intérêts Déterminer les cycles

Plus en détail

Prévisions salariales pour les négociations collectives en 2015

Prévisions salariales pour les négociations collectives en 2015 Des milieux de travail équitables, sécuritaires et productifs Travail Prévisions salariales pour les négociations collectives en 2015 Division de l information et de la recherche sur les milieux de travail

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT EFFET DE LEVIER La séance 6 (première partie) traite des décisions d investissement. Il s agit d optimiser

Plus en détail

Table des matières. l a r c i e r

Table des matières. l a r c i e r Chapitre 1 Introduction... 1 1.1. Objectifs et structure du livre.... 1 1.2. Qu est-ce que la gestion de portefeuille?.... 2 1.3. Qu est-ce que «investir»?.... 3 1.4. Canalisation des flux d épargne et

Plus en détail

0592 Les contrats à terme de taux d intérêt

0592 Les contrats à terme de taux d intérêt Le 12 avr. 2012 Les crises.fr - Des images pour comprendre 0592 Les contrats à terme de taux d intérêt Ce billet fait suite à celui présentant les produits dérivés. Les futures, sur taux d intérêt Les

Plus en détail

Cours de gestion financière (M1)

Cours de gestion financière (M1) Cours de gestion financière (M1) Séance du 2 octobre 2015 Beta et risque de marché, MEDAF S&P500 vs high beta stocks 1 Séance du 2 octobre 2015 Beta et risque de marché, MEDAF 2 Partie 2 : Médaf, relation

Plus en détail

Collection les mémentos finance dirigée par Jack FORGET. Gestion budgétaire. Prévoir et contrôler les activités de l entreprise.

Collection les mémentos finance dirigée par Jack FORGET. Gestion budgétaire. Prévoir et contrôler les activités de l entreprise. Collection les mémentos finance dirigée par Jack FORGET Gestion budgétaire Prévoir et contrôler les activités de l entreprise Jack FORGET Éditions d Organisation, 2005 ISBN : 2-7081-3251-2 Chapitre 3 Optimiser

Plus en détail

Cote du document: EB 2008/93/R.21 Point de l ordre du jour: 11 b) ii) Date: 24 avril 2008 Distribution: Publique

Cote du document: EB 2008/93/R.21 Point de l ordre du jour: 11 b) ii) Date: 24 avril 2008 Distribution: Publique Cote du document: EB 2008/93/R.21 Point de l ordre du jour: 11 b) ii) Date: 24 avril 2008 Distribution: Publique Original: Anglais F Rapport sur le portefeuille de placements du FIDA pour les deux premiers

Plus en détail