Chapitre 11. La pression. I- Notion de pression. II- Pression dans un liquide. 1)- La force pressante. 2)- La pression. 1)- Étude expérimentale :

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Chapitre 11. La pression. I- Notion de pression. II- Pression dans un liquide. 1)- La force pressante. 2)- La pression. 1)- Étude expérimentale :"

Transcription

1 Chapitre 11 La pression. I- Notion de pression. 1)- La force pressante. 2)- La pression. 3)- Unité légale de pression. 4)- La pression atmosphérique. II- Pression dans un liquide. 1)- Étude expérimentale : 2)- Relation entre pression et profondeur. 3)- Conclusion : 5)- Mesure de la pression d un gaz. III- Loi de Boyle-Mariotte : 1)- Énoncé : 2)- Conséquences : 3)- Remarque : IV- Solubilité d un gaz dans un liquide. 1)- Étude d un texte : 2)- Conclusion : V- Applications. Correction des exercices. 1)- QCM : Pour chaque question, indiquer la (ou les) bonne(s) réponse(s) QCM Questy 2)- Exercice 1 page 299 : Gonflage de bouteilles. 3)- Exercice 3 page 299 : Haute Voltige 4)- Exercice 5 page 299 : Plongée en mer. 5)- Exercice 6 page 299 : Pression dans la bouteille. 6)- Exercice 8 page 300 : L hypoxémie. 7)- Exercice 10 page 300 : La plongée sans risque? 8)- Exercice 13 page 301 : Tension artérielle. 9)- Exercice 18 page 302 : Record en apnée. 1

2 I- Notion de pression. 1)- La force pressante. a)- Mise en évidence de la force pressante. - On gonfle légèrement un ballon de baudruche. - On le ferme, puis on le met sous une cloche à vide. - Grâce au compresseur, on fait le vide à l intérieur de la cloche. b)- Observations : - On remarque que le ballon de baudruche se gonfle au fur et à mesure que l on fait le vide. - La valeur indiquée par le manomètre diminue. c)- Interprétation : - Le gaz situé à l intérieur du ballon de baudruche agit sur la paroi du ballon. - Le gaz enfermé dans un ballon de baudruche tend à repousser l enveloppe élastique, à la distendre : l enveloppe est soumise à des forces. - L action exercée par l air sur la surface de la paroi du ballon est modélisée par une force appelée : force pressante. Description microscopique d un gaz : - Les gaz ont une structure moléculaire : ils sont constitués de molécules très petites et très éloignées les unes des autres. - Ces molécules se déplacent à très grande vitesse dans toutes les directions. Leur mouvement est rectiligne en l absence d obstacle. A l état gazeux règne le chaos moléculaire. - Des chocs peuvent se produire soit sur d autres molécules du gaz, soit sur les parois du récipient qui le contient. - Le gaz occupe tout le volume offert : il est expansif. - La force pressante résulte de ces chocs entre les molécules et les parois du récipient. 2

3 d)- Généralisation : - Un fluide est constitué de particules en mouvement. - Un fluide exerce une force pressante sur les parois du récipient qui le contient. - Caractéristique de cette force : Point d application : on choisit le centre de la surface pressée Direction : perpendiculaire à la paroi Sens : orienté du fluide vers la paroi Valeur : F en newton N Force pressante exercée par le fluide sur la membrane élastique - Remarque : La valeur de la force pressante ne dépend pas de l orientation de la paroi (les particules se déplacent dans toutes les directions de façon désordonnée). 3

4 2)- La pression. a)- Mise en évidence de la pression : - On raccorde différentes seringues refermant de l air à un manomètre. - On pousse sur le piston avec le doigt, on remarque que la valeur de l indication donnée par le manomètre augmente. - Comme le manomètre mesure la pression du gaz à l intérieur de la seringue, la pression du gaz à l intérieur de la seringue augmente. - On dispose la seringue verticalement et on place une masse marquée : - Maintenant, on change de seringue. On prend une seringue plus grande mais on utilise la même masse marquée. La surface du piston de la seringue est plus grande. - On remarque que la valeur indiquée par le manomètre est inférieure à celle donnée précédemment. - Pour une même masse m, la pression dépend de la surface pressée. Elle augmente lorsque la surface diminue. 4

5 b)- Pression d un gaz. - La valeur F de la force pressante exercée par un fluide sur une paroi de surface S dépend de la pression P du fluide. - Par définition la pression P d un fluide est donnée par la relation : 3)- Unité légale de pression. - - Par définition, l unité légale de pression est le pascal de symbole Pa. - C est la pression exercée par une force pressante de 1 N sur une surface plane de 1 m 2. - On emploie couramment d autres unités : - Le bar (bar) : 1 bar = 10 5 Pa - L hectopascal : 1 hpa = 10 2 Pa = 1 mbar 4)- La pression atmosphérique. - L atmosphère terrestre est constituée d un mélange gazeux : l air qui est formé essentiellement de dioxygène et de diazote. La pression de l air qui nous entoure s appelle la pression atmosphérique. - Cette pression est voisine de 1 bar au niveau du sol, soit en météorologie 1000 hpa. - La valeur de la pression atmosphérique normale est de : hpa ; 1 atmosphère (atm) ; 760 mm de Hg ; 1,013 x 10 5 Pa ; 1,013 bar - La pression atmosphérique diminue avec l altitude. 5

6 5)- Mesure de la pression d un gaz. a)- Le manomètre. - Les manomètres utilisent comme principe de fonctionnement : - La déformation d une paroi métallique ; - La hauteur d une colonne de liquide ; - La variation de résistance électrique d un cristal piézo-électrique. - Les manomètres absolus : ils donnent la pression d un gaz par rapport au vide. - Les manomètres relatifs : ils donnent la différence entre la pression du gaz et la pression atmosphérique. b)- Les Baromètres : - Ils mesurent la pression atmosphérique : ce sont des manomètres absolus. Suivant les jours, la pression de l air varie. Lorsqu il fait beau temps la pression est haute (régime anticyclonique) et lorsqu il pleut la pression diminue (dépression). Tube de Torricelli. - Le baromètre de TORRICELLI : La valeur de la pression atmosphérique peut se mesurer avec le baromètre de TORRICELLI. Un tube, plein de mercure (Hg), est fermé à une extrémité. On le retourne dans un bac contenant du mercure Hg. La force exercée sur la surface libre dans le bac par la pression atmosphérique empêche le tube de se vider et laisse dans le tube une colonne de mercure de 76 cm de hauteur. Cette colonne de 76 cm de mercure Hg représente la valeur de la pression atmosphérique normale, c'est-àdire au niveau de la mer. 6

7 II- Pression dans un liquide. 1)- Étude expérimentale : - Dispositif expérimental : - Capsule remplie d air, fermée par une membrane souple et élastique, reliée par un tuyau à un manomètre. - On plonge cette capsule dans l eau à différentes profondeurs. - On fait varier la profondeur d immersion de la capsule : - On remarque que la déformation de la membrane dépend de la profondeur d immersion. - Plus la profondeur est grande est plus la déformation est importante. - La pression dépend de la profondeur d immersion de la capsule. - Au départ, le manomètre mesure la valeur de la pression atmosphérique. - Lorsque l on plonge la capsule dans l eau, la pression augmente avec la profondeur d immersion. - Cette pression ne dépend pas de l orientation de la membrane. 7

8 2)- Relation entre pression et profondeur. - On fait varier la profondeur et pour chaque valeur de z, on mesure la valeur de la pression P exercée par le liquide sur la membrane de la capsule. - On trace la courbe : P = f (z). - La courbe obtenue est une fonction affine du type y = a. x + b - Détermination de la valeur des grandeurs a et b et représentation : - La grandeur b est l ordonnée à l origine, physiquement, elle représente la valeur de la pression pour z = 0. C est la pression atmosphérique : P atm 973 hpa. - La grandeur a est le coefficient directeur de la droite obtenue. - Détermination de la valeur de a : - z 50,0 cm - P ( ) hpa - P 49 hpa 8

9 - On peut faire la même expérience avec de l alcool, de l huile et de l eau salée. - On trouve : pour faire les mesures : Masse volumique Alcool Huile Eau Eau salée ρ kg / m 3 z (m) 0,502 0,502 0,502 0,5022 P Pa a x 10 3 (Pa / m) 7,85 8,82 9,82 11,1 (N / kg) 9,81 9,81 9,82 9,82 - En conséquence, la pression dépend de la masse volumique du liquide. - Le rapport = g, le facteur d attraction terrestre, en conséquence : a = ρ. g - La force pressante, qui agit sur la surface de la capsule, est liée au poids de la colonne de liquide qui se trouve au-dessus de celleci. - De même, la pression qu exerce le liquide sur la capsule est liée au poids de la colonne de liquide qui se trouve au-dessus et à la surface de celle-ci. 3)- Conclusion : - À une profondeur z, dans un liquide de masse volumique ρ la pression P est donnée par la relation : P = P atm + ρ. g. z P et P atm s expriment en pascal (Pa) ρ s exprime en kilogramme par mètre cube (kg / m 3 ) g s exprime en newton par kilogramme (N / kg) z s exprime en mètre (m) - En conséquence : - La pression du liquide est identique en deux points à la même profondeur - La différence de pression entre deux points d un liquide dépend de la différence de profondeur entre ces points. 9

10 III- Loi de Boyle-Mariotte 1)- Énoncé : À température constante, pour une quantité de matière donnée de gaz, le produit de la pression P par le volume V de ce gaz ne varie pas. - P. V = constante. 2)- Conséquences : - À pression et température données, une quantité de matière donnée de gaz occupe un volume indépendant de la nature du gaz. - On peut parler pour les gaz du volume d une mole de gaz : le volume molaire. - Tous les gaz ont le même volume molaire, bien sur dans les mêmes conditions de température et de pression. 3)- Remarque : - La loi de Boyle-Mariotte est un modèle. Elle décrit correctement le comportement des gaz sous faibles pressions. Elle décrit le comportement du gaz parfait. 10

11 IV- Solubilité d un gaz dans un liquide. 1)- Étude d un texte : Pourquoi faut-il remonter lentement? L air est constitué d environ 20 % de dioxygène et de 80 % de diazote. Ces gaz sont solubles dans le sang. Au cours de la plongée, la pression qui s exerce sur le plongeur augmente avec la profondeur. Il en est de même pour celle de l air qu il respire. Cette augmentation de pression fait augmenter la solubilité des gaz dans le sang. Cela peut avoir plusieurs conséquences : - Le dioxygène devient toxique pour une pression supérieure à 1,6 bar, et le diazote entraîne la narcose pour une pression supérieure à 5,6 bars. Cela limite la profondeur pouvant être atteinte sans danger. - Au cours d une remontée, la pression diminue et les gaz dissous doivent être évacués. Le dioxygène est consommé par les cellules. Le diazote se vaporise et passe lentement dans les poumons. En cas de remontée rapide, le diazote n a pas le temps de s évacuer par les poumons, de grosses bulles apparaissent dans le sang. Elles peuvent boucher les vaisseaux sanguins et provoquer une embolie pulmonaire. Lors de la remontée, le plongeur doit respecter les paliers de décompression. Quelle est l influence de la pression sur la solubilité d un gaz dans un liquide et quelles en sont les conséquences en plongée? - La solubilité d un gaz dans un liquide augmente avec la pression. - Cela explique l apparition de bulles lors de l ouverture d une bouteille de boisson gazeuse. - Lors de l ouverture la pression du gaz au-dessus du liquide diminue et devient égale à la pression atmosphérique. Comme la pression diminue, la quantité de gaz dissous doit diminuer et des bulles apparaissent. Le gaz quitte la boisson. - Dans les cas du plongeur, lors de la remontée, la pression diminue et il se produit le même phénomène. - Il faut respecter les paliers de décompression pour pouvoir éliminer l excès de diazote dans les poumons et de dioxygène. - Lors de la remontée du plongeur, des bulles de gaz se forment dans le sang. Elles sont éliminées par la respiration si la remontée est lente. En cas de remontée trop rapide, elles peuvent se bloquer au niveau des veines, du cerveau ou du cœur. C est l accident de décompression. 2)- Conclusion : - La solubilité d un gaz dans un liquide dépend de la pression du gaz au-dessus de ce liquide. - Lorsque la pression augmente, la solubilité augmente et lorsque la pression diminue, la solubilité diminue. 11

12 V- Applications. 1)- QCM : Pour chaque question, indiquer la (ou les) bonne(s) réponse(s) Énoncé A B C Réponse 1 Dans un gaz, les particules sont : Au repos Alignées les unes par rapport aux En mouvement C autres 2 La valeur de la force pressante qu exerce l eau sur la combinaison d un plongeur s exprime en : newton pascal kilogramme A 3 La force pressante qu exerce l eau Dirigée du Parallèle à la Dirigée de l eau sur la combinaison d un plongeur plongeur vers surface de la vers le plongeur est : l eau combinaison A 4 5 La force pressante exercée par une eau à la pression P = 2,3 x 10 5 Pa sur la vitre d un masque de surface S = 0,0042 m 2 a pour valeur À une profondeur z, la pression P dans l eau se calcule à l aide de la relation P = P atm + ρ g z 6 La pression de l eau : Un plongeur évolue dans de l eau de masse volumique 1032 kg / m 3. La pression atmosphérique est de 1,021 x 10 5 Pa. Quelle est la pression de l eau à 25 m de profondeur. Donnée g = 9,8 N / kg Une bouteille de 3,0 L contient un gaz à la pression de 20 bars. Quel serait le volume occupé par ce gaz à la même température si la pression était de 1,0 bar La solubilité d un gaz dans un liquide dépend de la pression La solubilité d un gaz dans un liquide F = 5,5 x 10 7 N P s exprime en newton augmente avec la profondeur F = 9,7 x 10 2 N P atm est la pression à la surface de l eau Diminue avec la profondeur F = 1,8 x 10 8 N ρ est la masse volumique de l eau Ne varie pas avec la profondeur de la plongée 2,5 x 10 5 Pa 3,5 x 10 5 Pa 2,6 x 10 5 Pa B 60 L 23 L 0,15 L A Jamais Toujours parfois B Peut augmenter ou diminuer si la pression augmente Augmente si la pression augmente 11 Les liquides et les gaz sont : Des fluides Des solides Diminue si la pression augmente Constitués de particules en mouvement A BC A B AC 12

13 12 La pression peut se mesurer avec Un manomètre Un voltmètre Un pressiomètre AC 13 La pression atmosphérique : Augmente avec l altitude Diminue avec l altitude A une variation aléatoire avec l altitude B Au sommet du Mont Blanc, la pression atmosphérique est de 500 hpa. Cette pression s écrit aussi : La solubilité d un gaz dans un liquide dépend de la pression du gaz au dessus du liquide. Si cette pression augmente, la solubilité du gaz : 5000 Pa Pa 5 Pa B Augmente Diminue Peut augmenter ou diminuer suivant les gaz A 2)- Exercice 1 page 299 : Gonflage de bouteilles. 3)- Exercice 3 page 299 : Haute Voltige 4)- Exercice 5 page 299 : Plongée en mer. 5)- Exercice 6 page 299 : Pression dans la bouteille. 6)- Exercice 8 page 300 : L hypoxémie. 7)- Exercice 10 page 300 : La plongée sans risque? 8)- Exercice 13 page 301 : Tension artérielle. 13

Sommaire. Séquence 2. La pression des gaz. Séance 1. Séance 2. Séance 3 Peut-on comprimer de l eau? Séance 4 Je fais le point sur la séquence 2

Sommaire. Séquence 2. La pression des gaz. Séance 1. Séance 2. Séance 3 Peut-on comprimer de l eau? Séance 4 Je fais le point sur la séquence 2 Sommaire La pression des gaz Séance 1 Comprimer de l air Séance 2 Mesurer la pression d un gaz Séance 3 Peut-on comprimer de l eau? Séance 4 Je fais le point sur la séquence 2 24 Cned, Physique - Chimie

Plus en détail

Notions physiques Niveau 2

Notions physiques Niveau 2 14 novembre 2011 Contenu 1. Les pressions Les différentes pressions 2. La loi de Mariotte (Autonomie en air) 2.1. Principes 2.2. Applications à la plongée 3. Le théorème d Archimède (Flottabilité) 3.1.

Plus en détail

Initiation à la Mécanique des Fluides. Mr. Zoubir HAMIDI

Initiation à la Mécanique des Fluides. Mr. Zoubir HAMIDI Initiation à la Mécanique des Fluides Mr. Zoubir HAMIDI Chapitre I : Introduction à la mécanique des fluides 1 Introduction La mécanique des fluides(mdf) a pour objet l étude du comportement des fluides

Plus en détail

4 ème PHYSIQUE-CHIMIE TRIMESTRE 1. Sylvie LAMY Agrégée de Mathématiques Diplômée de l École Polytechnique. PROGRAMME 2008 (v2.4)

4 ème PHYSIQUE-CHIMIE TRIMESTRE 1. Sylvie LAMY Agrégée de Mathématiques Diplômée de l École Polytechnique. PROGRAMME 2008 (v2.4) PHYSIQUE-CHIMIE 4 ème TRIMESTRE 1 PROGRAMME 2008 (v2.4) Sylvie LAMY Agrégée de Mathématiques Diplômée de l École Polytechnique Les Cours Pi e-mail : lescourspi@cours-pi.com site : http://www.cours-pi.com

Plus en détail

Chapitre 2 : Respiration, santé et environnement.

Chapitre 2 : Respiration, santé et environnement. Chapitre 2 : Respiration, santé et environnement. Rappels : L air qui nous entoure contient 3 gaz principaux: 71% d azote, 21% d oxygène, 0,03 % de CO2 et quelques gaz rares. L eau de chaux se trouble

Plus en détail

LA MESURE DE LA PRESSION

LA MESURE DE LA PRESSION LA MESURE DE LA PRESSION La mesure de la pression s effectue à l aide d un baromètre. Il s agit d un instrument permettant de repérer la pression de l atmosphère dans laquelle il se trouve et ses variations

Plus en détail

Chapitre 7: Dynamique des fluides

Chapitre 7: Dynamique des fluides Chapitre 7: Dynamique des fluides But du chapitre: comprendre les principes qui permettent de décrire la circulation sanguine. Ceci revient à étudier la manière dont les fluides circulent dans les tuyaux.

Plus en détail

Exemples d utilisation de G2D à l oral de Centrale

Exemples d utilisation de G2D à l oral de Centrale Exemples d utilisation de G2D à l oral de Centrale 1 Table des matières Page 1 : Binaire liquide-vapeur isotherme et isobare Page 2 : Page 3 : Page 4 : Page 5 : Page 6 : intéressant facile facile sauf

Plus en détail

Cours de Physique. (programme 2012-2013) Yves Reiser

Cours de Physique. (programme 2012-2013) Yves Reiser Cours de Physique 4ème (programme 20122013) Yves Reiser version du 2 octobre 2012 Table des matières I Rappels 4 1 Unités SI, multiples et sousmultiples d unités................... 5 1.1 Le système international

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE

LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE Page 1 / 6 LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE 1) Qu est-ce qu un sensor de pression? Tout type de sensor est composé de 2 éléments distincts : Un corps d épreuve soumit au Paramètre Physique φ à mesurer

Plus en détail

Chapitre 10 : Mécanique des fluides

Chapitre 10 : Mécanique des fluides Chapitre 10 : Mécanique des fluides 1. Pression hydrostatique Les fluides regroupent gaz et liquides. En général, on considère des fluides incompressibles. Ce n est plus le cas en thermodynamique. Un objet

Plus en détail

BREVET 2 * Principes physiques régissant la plongée. Première partie

BREVET 2 * Principes physiques régissant la plongée. Première partie BREVET 2 * Principes physiques régissant la plongée Première partie Objectifs de ce cours: 1. Introduction à la formation du 2* 2. Comprendre les lois fondamentales régissant : la flottabilité (Archimède)

Plus en détail

Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure?

Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure? Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure? Plan : 1. Qu est ce que l atmosphère terrestre? 2. De quoi est constitué l air qui nous entoure? 3. Qu est ce que le dioxygène? a. Le dioxygène dans la

Plus en détail

Mesures et incertitudes

Mesures et incertitudes En physique et en chimie, toute grandeur, mesurée ou calculée, est entachée d erreur, ce qui ne l empêche pas d être exploitée pour prendre des décisions. Aujourd hui, la notion d erreur a son vocabulaire

Plus en détail

METEOROLOGIE CAEA 1990

METEOROLOGIE CAEA 1990 METEOROLOGIE CAEA 1990 1) Les météorologistes mesurent et prévoient le vent en attitude à des niveaux exprimés en pressions atmosphériques. Entre le niveau de la mer et 6000 m d'altitude, quels sont les

Plus en détail

Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique

Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique Rémy BOUET- DRA/PHDS/EDIS remy.bouet@ineris.fr //--12-05-2009 1 La modélisation : Les principes Modélisation en trois étapes : Caractériser

Plus en détail

L inégale répartition de l énergie solaire est à l origine des courants atmosphériques

L inégale répartition de l énergie solaire est à l origine des courants atmosphériques L inégale répartition de l énergie solaire est à l origine des courants atmosphériques I/ Objectif : Dans la partie 2 du programme de seconde «enjeux planétaires contemporains : énergie et sol», sous partie

Plus en détail

1 Définition. 2 Systèmes matériels et solides. 3 Les actions mécaniques. Le système matériel : Il peut être un ensemble.un sous-ensemble..

1 Définition. 2 Systèmes matériels et solides. 3 Les actions mécaniques. Le système matériel : Il peut être un ensemble.un sous-ensemble.. 1 Définition GÉNÉRALITÉS Statique 1 2 Systèmes matériels et solides Le système matériel : Il peut être un ensemble.un sous-ensemble..une pièce mais aussi un liquide ou un gaz Le solide : Il est supposé

Plus en détail

Premier principe : bilans d énergie

Premier principe : bilans d énergie MPSI - Thermodynamique - Premier principe : bilans d énergie page 1/5 Premier principe : bilans d énergie Table des matières 1 De la mécanique à la thermodynamique : formes d énergie et échanges d énergie

Plus en détail

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples.

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples. Référentiel CAP Sciences Physiques Page 1/9 SCIENCES PHYSIQUES CERTIFICATS D APTITUDES PROFESSIONNELLES Le référentiel de sciences donne pour les différentes parties du programme de formation la liste

Plus en détail

Etudier le diagramme température-pression, en particulier le point triple de l azote.

Etudier le diagramme température-pression, en particulier le point triple de l azote. K4. Point triple de l azote I. BUT DE LA MANIPULATION Etudier le diagramme température-pression, en particulier le point triple de l azote. II. BASES THEORIQUES Etats de la matière La matière est constituée

Plus en détail

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE 1. RAPPEL: L ATOME CONSTITUANT DE LA MATIERE Toute la matière de l univers, toute substance, vivante ou inerte, est constituée à partir de particules

Plus en détail

La pression atmosphérique : un jeu d enfants?

La pression atmosphérique : un jeu d enfants? La pression atmosphérique : un jeu d enfants? par Thierry Castermans Pierre Gillis Soizic Melin Physique expérimentale et biologique Eurêkalia Centre de Didactique des Sciences UMH UNIVERSITE DE MONS-HAINAUT

Plus en détail

THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE

THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE Introduction générale : L Homme, pour vivre, a besoin de se nourrir. La nutrition fait appel à différentes fonctions que sont l alimentation, la respiration

Plus en détail

L utilisation des tables de décompression MN90 et ordinateurs

L utilisation des tables de décompression MN90 et ordinateurs L utilisation des tables de décompression MN90 et ordinateurs cours N2 2006-2007 Jérôme Farinas jerome.farinas@irit.fr Amis de la Mer FFESSM 08 31 0184 6 décembre 2006 Jérôme Farinas (ADLM) MN90 et ordinateur

Plus en détail

SAUVEGARDE DES PERSONNES ET LUTTE CONTRE L INCENDIE DANS LES BATIMENTS D HABITATION DE LA 3ème FAMILLE INC/HAB COL 3/1986-2

SAUVEGARDE DES PERSONNES ET LUTTE CONTRE L INCENDIE DANS LES BATIMENTS D HABITATION DE LA 3ème FAMILLE INC/HAB COL 3/1986-2 1. CLASSEMENT ET GENERALITES : 1.1. Classement Sont classées dans la 3ème famille les habitations collectives dont le plancher bas du logement le plus haut est situé à 28 mètres au plus au-dessus du sol

Plus en détail

Questions avant intervention pour dépannage Enomatic

Questions avant intervention pour dépannage Enomatic Questions avant intervention pour dépannage Enomatic 1 La machine de fonctionne pas - absence de voyant lumineux? Contrôler que la fiche de la machine soit en place dans une prise 220V Fusible de la prise

Plus en détail

Premier principe de la thermodynamique - conservation de l énergie

Premier principe de la thermodynamique - conservation de l énergie Chapitre 5 Premier principe de la thermodynamique - conservation de l énergie 5.1 Bilan d énergie 5.1.1 Énergie totale d un système fermé L énergie totale E T d un système thermodynamique fermé de masse

Plus en détail

(aq) sont colorées et donnent à la solution cette teinte violette, assimilable au magenta.»

(aq) sont colorées et donnent à la solution cette teinte violette, assimilable au magenta.» Chapitre 5 / TP 1 : Contrôle qualité de l'eau de Dakin par dosage par étalonnage à l'aide d'un spectrophotomètre Objectif : Vous devez vérifier la concentration massique d'un désinfectant, l'eau de Dakin.

Plus en détail

NIVEAU 4 www.aquadomia.com 1/111

NIVEAU 4 www.aquadomia.com 1/111 NIVEAU 4 www.aquadomia.com 1/111 LE ROLE DU GUIDE DE PLONGEE : PLAISIR ET SECURITE NIVEAU 4 www.aquadomia.com 2/111 ELEMENTS DE PHYSIQUE DE BASE Nous vivons dans un monde où la matière se présente sous

Plus en détail

Physique Chimie. Utiliser les langages scientifiques à l écrit et à l oral pour interpréter les formules chimiques

Physique Chimie. Utiliser les langages scientifiques à l écrit et à l oral pour interpréter les formules chimiques C est Niveau la représentation 4 ème 2. Document du professeur 1/6 Physique Chimie LES ATOMES POUR COMPRENDRE LA TRANSFORMATION CHIMIQUE Programme Cette séance expérimentale illustre la partie de programme

Plus en détail

CIRCUITS HYDRAULIQUES.

CIRCUITS HYDRAULIQUES. CIRCUITS HYDRAULIQUES. Conception et maintenance. Animé par : Sami REKIK. Formateur : Sami REKIK. 1 INTRODUCTION L hydraulique est la science qui traite des problèmes posés par l emploi des fluides en

Plus en détail

COMPRESSEURS DENTAIRES

COMPRESSEURS DENTAIRES FRANCE COMPRESSEURS DENTAIRES TECHNOLOGIE SILENCIEUSE MGF NOS SERVICES, NOS ENGAGEMENTS - Les pièces détachées sont disponibles sur stock dans notre site localisé en Saône-et-Loire. Envoi express en h

Plus en détail

U-31 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES

U-31 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES Session 200 BREVET de TECHNICIEN SUPÉRIEUR CONTRÔLE INDUSTRIEL et RÉGULATION AUTOMATIQUE E-3 SCIENCES PHYSIQUES U-3 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES Durée : 2 heures Coefficient : 2,5 Durée conseillée Chimie

Plus en détail

Communauté française de Belgique ENSEIGNEMENT À DISTANCE. Cours 219 Série 9 PHYSIQUE C2D. Synthèse

Communauté française de Belgique ENSEIGNEMENT À DISTANCE. Cours 219 Série 9 PHYSIQUE C2D. Synthèse Cours 9 Communauté française de Belgique Série 9 ENSEIGNEMENT À DISTNCE PHYSIQUE CD Synthèse Cours 9 Série 9 Cours 9 - Physique Série 9 - Présentation Page Cours 9 - Physique Série 9 - Présentation Page

Plus en détail

Notice de pose NOTICE DE POSE 1-2. 1. Fond: 2. IMPORTANT:

Notice de pose NOTICE DE POSE 1-2. 1. Fond: 2. IMPORTANT: Panneaux de terrasse TimberStar Notice de pose NOTICE DE POSE 1-2 Veuillez lire l intégralité de la notice de pose avant de commencer le montage! Les panneaux de terrasse TimberStar peuvent être sciés,

Plus en détail

SCHEMATHEQUE 2004 Juin 2005

SCHEMATHEQUE 2004 Juin 2005 SCHEMATHEQUE 2004 Juin 2005 1 / 13 SOMMAIRE CLASSIFICATION DES APPAREILS 3 TUYAUTERIE 4 ACCESSOIRES ET ROBINETTERIE 5 APPAREILS DE SEPARATION 6 COLONNES ET REACTEURS 7 ECHANGEURS DE CHALEUR 8 MANUTENTION

Plus en détail

Mesure du volume d'un gaz, à pression atmosphérique, en fonction de la température. Détermination expérimentale du zéro absolu.

Mesure du volume d'un gaz, à pression atmosphérique, en fonction de la température. Détermination expérimentale du zéro absolu. Mesure du volume d'un gaz, à pression atmosphérique, en fonction de la température. Détermination expérimentale du zéro absolu. Auteur : Dr. Wulfran FORTIN Professeur Agrégé de Sciences Physiques TZR -

Plus en détail

Notice d'utilisation Capteur de niveau TOR. LI214x 704776/00 10/2010

Notice d'utilisation Capteur de niveau TOR. LI214x 704776/00 10/2010 Notice d'utilisation Capteur de niveau TOR LI214x FR 704776/00 10/2010 Contenu 1 Remarque préliminaire 3 1.1 Symboles utilisés 3 2 Consignes de sécurité 3 3 Fonctionnement et caractéristiques 4 3.1 Application

Plus en détail

Les moments de force. Ci-contre, un schéma du submersible MIR où l on voit les bras articulés pour la récolte d échantillons [ 1 ]

Les moments de force. Ci-contre, un schéma du submersible MIR où l on voit les bras articulés pour la récolte d échantillons [ 1 ] Les moments de force Les submersibles Mir peuvent plonger à 6 000 mètres, rester en immersion une vingtaine d heures et abriter 3 personnes (le pilote et deux observateurs), dans une sphère pressurisée

Plus en détail

Les unités de mesure en physique

Les unités de mesure en physique Les unités de mesure en physique Historique Équations aux dimensions Le système international Définitions des unités fondamentales Grandeurs supplémentaires Unités dérivées Espace Masse Temps Quantité

Plus en détail

Consignes de sécurité Manipulation du dioxyde de carbone CO 2

Consignes de sécurité Manipulation du dioxyde de carbone CO 2 Consignes de sécurité Manipulation du dioxyde de carbone CO 2 Le dioxyde de carbone Le dioxyde de carbone est un gaz incolore, quasiment inodore et insipide. Il est donc pratiquement indétectable par les

Plus en détail

Comment expliquer ce qu est la NANOTECHNOLOGIE

Comment expliquer ce qu est la NANOTECHNOLOGIE Comment expliquer ce qu est la NANOTECHNOLOGIE Vous vous souvenez que tout est constitué d atomes, non? Une pierre, un stylo, un jeu vidéo, une télévision, un chien et vous également; tout est fait d atomes.

Plus en détail

ACTIVITÉ. Configuration de la pression en surface. Matériel. Pointage et analyse de la pression aux stations sur cartes météorologiques.

ACTIVITÉ. Configuration de la pression en surface. Matériel. Pointage et analyse de la pression aux stations sur cartes météorologiques. ACTIVITÉ Configuration de la pression en surface Lorsque vous aurez complété cette activité, vous devriez être en mesure de : Dessiner des lignes d'égale pression (isobares) pour présenter la configuration

Plus en détail

VARIO 200 / 200ZR LE FOUR À CÉRAMIQUE DOTÉ D UNE TECHNOLOGIE DE CUISSON RÉVOLUTIONNAIRE. www.zubler.de

VARIO 200 / 200ZR LE FOUR À CÉRAMIQUE DOTÉ D UNE TECHNOLOGIE DE CUISSON RÉVOLUTIONNAIRE. www.zubler.de FR VARIO 200 / 200ZR LE FOUR À CÉRAMIQUE DOTÉ D UNE TECHNOLOGIE DE CUISSON RÉVOLUTIONNAIRE www.zubler.de Made in Germany Précision, innovation, pérennité et haute qualité. De telles valeurs sont pour nous

Plus en détail

Cette intervention aura donc été décidée par votre chirurgien pour une indication bien précise.

Cette intervention aura donc été décidée par votre chirurgien pour une indication bien précise. Qu est-ce qu une arthroscopie? Il s agit d une intervention chirurgicale mini-invasive dont le but est d explorer l articulation du genou et de traiter la lésion observée dans le même temps. Comment se

Plus en détail

POUR LE MONTAGE ET L'EXPLOITATION DE TENTES ET STRUCTURES PNEUMATIQUES PROVISOIRES

POUR LE MONTAGE ET L'EXPLOITATION DE TENTES ET STRUCTURES PNEUMATIQUES PROVISOIRES RESUME DES EXIGENCES EN MATIERE DE PREVENTION DES INCENDIES POUR LE MONTAGE ET L'EXPLOITATION DE TENTES ET STRUCTURES PNEUMATIQUES PROVISOIRES 1. Base Les prescriptions de protection incendie AEAI sont

Plus en détail

3. Artefacts permettant la mesure indirecte du débit

3. Artefacts permettant la mesure indirecte du débit P-14V1 MÉTHODE DE MESURE DU DÉBIT D UN EFFLUENT INDUSTRIEL EN CANALISATIONS OUVERTES OU NON EN CHARGE 1. Domaine d application Cette méthode réglemente la mesure du débit d un effluent industriel en canalisations

Plus en détail

CIRCUITS DE PUISSANCE PNEUMATIQUES

CIRCUITS DE PUISSANCE PNEUMATIQUES V ACTIONNEURS PNEUMATIQUES : 51 Généralités : Ils peuvent soulever, pousser, tirer, serrer, tourner, bloquer, percuter, abloquer, etc. Leur classification tient compte de la nature du fluide (pneumatique

Plus en détail

Consensus Scientifique sur. les. Champs statiques

Consensus Scientifique sur. les. Champs statiques page 1/8 Consensus Scientifique sur Source : OMS (2006) les Champs statiques Résumé & Détails: GreenFacts Contexte - Les équipements d imagerie médicale par résonance magnétique (IRM), les trains et les

Plus en détail

Transmetteur de pression de haute qualité pour applications industrielles Type S-10

Transmetteur de pression de haute qualité pour applications industrielles Type S-10 Mesure électronique de pression Transmetteur de pression de haute qualité pour applications industrielles Type S-10 Fiche technique WIKA PE 81.01 pour plus d'agréments, voir page 4 Applications Construction

Plus en détail

PHYSIQUE Discipline fondamentale

PHYSIQUE Discipline fondamentale Examen suisse de maturité Directives 2003-2006 DS.11 Physique DF PHYSIQUE Discipline fondamentale Par l'étude de la physique en discipline fondamentale, le candidat comprend des phénomènes naturels et

Plus en détail

Contrôle non destructif Magnétoscopie

Contrôle non destructif Magnétoscopie Contrôle non destructif Magnétoscopie Principes physiques : Le contrôle magnétoscopique encore appelé méthode du flux de fuite magnétique repose sur le comportement particulier des matériaux ferromagnétiques

Plus en détail

armoires de fermentation

armoires de fermentation armoires de fermentation contrôlée Le froid qui préserve vos pâtes 5 7 7, r u e C é l e s t i n H e n n i o n - 5 9 1 4 4 G O M M E G N I E S t é l. + 3 3. ( 0 ) 3. 2 7. 2 8. 1 8. 1 8 - f a x. + 3 3. (

Plus en détail

pur et silencieux dentaire

pur et silencieux dentaire pur et silencieux dentaire de l air pur JUN-AIR a produit son premier compresseur il y a 50 ans et développé la technologie et le design qui ont fait du compresseur JUN-AIR le choix numéro UN des cabinets

Plus en détail

Propulsion COLLÈGE. 1. Le moteur vulcain. > Expositions > Niveau 0 > CENTRE DE LANCEMENT

Propulsion COLLÈGE. 1. Le moteur vulcain. > Expositions > Niveau 0 > CENTRE DE LANCEMENT 1. Le moteur vulcain C. Expliquer le principe d action réaction aussi appelé le principe des actions réciproques qui s applique dans le moteur Vulcain. Vous pouvez-vous aider du schéma ci-dessous. A. Quels

Plus en détail

Défauts dan les sachets souples état date stérilisables en autoclave nouveau 31/05/2002 Caractérisation et classification

Défauts dan les sachets souples état date stérilisables en autoclave nouveau 31/05/2002 Caractérisation et classification 4 1 CHAPITRE 4 MÉTHODES D EXAMEN ET D ÉVALUATION Il existe un certain nombre d essais d intégrité du contenant qui peuvent être effectués sur les sachets stérilisables en autoclave. Il convient de demander

Plus en détail

Muret Laurentien MC. Classique et Versatile

Muret Laurentien MC. Classique et Versatile Muret Laurentien MC Classique et Versatile Le muret Laurentien par son look classique s agence à toutes nos gammes de pavé. Qualités et caractéristiques Intégration particulièrement harmonieuse du muret

Plus en détail

TRAVAUX PRATIQUES SCIENTIFIQUES SUR SYSTÈME

TRAVAUX PRATIQUES SCIENTIFIQUES SUR SYSTÈME Baccalauréat Professionnel SYSTÈMES ÉLECTRONIQUES NUMÉRIQUES Champ professionnel : Alarme Sécurité Incendie SOUS - EPREUVE E12 TRAVAUX PRATIQUES SCIENTIFIQUES SUR SYSTÈME Durée 3 heures coefficient 2 Note

Plus en détail

II. REVOD Plongée à l ordinateur. Septembre 2010. Plan de l exposé

II. REVOD Plongée à l ordinateur. Septembre 2010. Plan de l exposé 1 Décompression II. REVOD Plongée à l ordinateur Septembre 2010 Plan de l exposé Introduction Typologie de la décompression: No déco Déco légère Déco Lourde La planification Les profils de plongée Le palier

Plus en détail

6 ème. Rallye mathématique de la Sarthe 2013/2014. 1 ère épreuve de qualification : Problèmes Jeudi 21 novembre 2013

6 ème. Rallye mathématique de la Sarthe 2013/2014. 1 ère épreuve de qualification : Problèmes Jeudi 21 novembre 2013 Retrouver tous les sujets, les corrigés, les annales, les finales sur le site du rallye : http://sarthe.cijm.org I Stéphane, Eric et Christophe sont 3 garçons avec des chevelures différentes. Stéphane

Plus en détail

12.1. ACE 20 A0KN001N A0KN002N (avec kit pour véhicules hybrides et électriques)

12.1. ACE 20 A0KN001N A0KN002N (avec kit pour véhicules hybrides et électriques) 12.1. ACE 20 A0KN001N A0KN002N (avec kit pour véhicules hybrides et électriques) Du fait des nouvelles normes de protection d'environnement et d une réduction globale des coûts de fabrication, les systèmes

Plus en détail

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL EPREUVE DE TRAVAUX PRATIQUES DE SCIENCES PHYSIQUES SUJET A.1

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL EPREUVE DE TRAVAUX PRATIQUES DE SCIENCES PHYSIQUES SUJET A.1 TP A.1 Page 1/5 BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL EPREUVE DE TRAVAUX PRATIQUES DE SCIENCES PHYSIQUES SUJET A.1 Ce document comprend : - une fiche descriptive du sujet destinée à l examinateur : Page 2/5 - une

Plus en détail

Collecteur de distribution de fluide

Collecteur de distribution de fluide Collecteur de distribution de fluide Guide des applications Un sous-système prêt-à-monter Des sous-systèmes prêts-à-monter, disponibles en quelques semaines et non en quelques mois. Une conception testée

Plus en détail

Système de surveillance vidéo

Système de surveillance vidéo Conrad sur INTERNET www.conrad.fr N O T I C E Version 12/01 Entretien Pour un fonctionnement correct de votre système de surveillance vidéo, prenez note des conseils suivants : 1/ Tenez la caméra et le

Plus en détail

Rappels sur les couples oxydantsréducteurs

Rappels sur les couples oxydantsréducteurs CHAPITRE 1 TRANSFORMATIONS LENTES ET RAPIDES 1 Rappels sur les couples oxydantsréducteurs 1. Oxydants et réducteurs Un réducteur est une espèce chimique capable de céder au moins un électron Demi-équation

Plus en détail

eedd LA PLANETE N EST PAS UNE POUBELLE 1/7

eedd LA PLANETE N EST PAS UNE POUBELLE 1/7 eedd LA PLANETE N EST PAS UNE POUBELLE 1/7 I- ETUDE D UNE PHOTOGRAPHIE DE YANN ARTHUS-BERTRAND : Stockage d ordures dans la périphérie de Saint-Domingue en République dominicaine au cœur des Caraïbes Légende

Plus en détail

SIEGE D EVACUATION. Manuel d'utilisation

SIEGE D EVACUATION. Manuel d'utilisation SIEGE D EVACUATION Manuel d'utilisation REHA-TRANS Siège d évacuation Evacuation d'urgence Armoire de rangement Introduction Vous avez choisi d acheter un SIEGE D EVACUATION D'URGENCE. Veuillez lire attentivement

Plus en détail

NOTICE DE MISE EN SERVICE

NOTICE DE MISE EN SERVICE NOTICE DE MISE EN SERVICE Dispositif de Surpression à Variation, pompe de 2,2kW 1. GENERALITES Avant de procéder à l installation, lire attentivement cette notice de mise en service. CONTROLE PRELIMINAIRE

Plus en détail

Mario Geiger octobre 08 ÉVAPORATION SOUS VIDE

Mario Geiger octobre 08 ÉVAPORATION SOUS VIDE ÉVAPORATION SOUS VIDE 1 I SOMMAIRE I Sommaire... 2 II Évaporation sous vide... 3 III Description de l installation... 5 IV Travail pratique... 6 But du travail... 6 Principe... 6 Matériel... 6 Méthodes...

Plus en détail

Manomètre pour pression différentielle avec contacts électriques Exécution soudée Types DPGS43.1x0, version acier inox

Manomètre pour pression différentielle avec contacts électriques Exécution soudée Types DPGS43.1x0, version acier inox Mesure mécatronique de pression Manomètre pour pression différentielle avec contacts électriques Exécution soudée Types DPGS43.1x0, version acier inox Fiche technique WIKA PV 27.05 Applications Contrôle

Plus en détail

CONSIGNES D'UTILISATION ET D'ENTRE TIEN VEUILLEZ LIRE ATTENTIVEMENT LES CONSIGNES DE CE DOCUMENT AVANT D UTILISER VOTRE MACHINE À ESPRESSO.

CONSIGNES D'UTILISATION ET D'ENTRE TIEN VEUILLEZ LIRE ATTENTIVEMENT LES CONSIGNES DE CE DOCUMENT AVANT D UTILISER VOTRE MACHINE À ESPRESSO. The Else CONSIGNES D'UTILISATION ET D'ENTRE TIEN VEUILLEZ LIRE ATTENTIVEMENT LES CONSIGNES DE CE DOCUMENT AVANT D UTILISER VOTRE MACHINE À ESPRESSO. www.adrianos.ch Hey! Ces consignes contiennent toutes

Plus en détail

VOITURE A REACTION. Kart à réaction réalisé par un bricoleur «fou» (Bruce Simpson)

VOITURE A REACTION. Kart à réaction réalisé par un bricoleur «fou» (Bruce Simpson) VOITURE A REACTION Kart à réaction réalisé par un bricoleur «fou» (Bruce Simpson) 1 Introduction BUT DE L ACTIVITE Fabriquer une voiture à réaction originale et sans danger Jouer avec et essayer plein

Plus en détail

LA QUALITE DES CROQUANTES OU NOUGATINES:

LA QUALITE DES CROQUANTES OU NOUGATINES: DOSSIER NOUGATINE LA QUALITE DES CROQUANTES OU NOUGATINES: La qualité des nougatines, est variable en fonction de la quantité d'amandes par rapport aux matières édulcorantes(saccharose, glucose, fondant,

Plus en détail

Bac Blanc Terminale ES - Février 2011 Épreuve de Mathématiques (durée 3 heures)

Bac Blanc Terminale ES - Février 2011 Épreuve de Mathématiques (durée 3 heures) Bac Blanc Terminale ES - Février 2011 Épreuve de Mathématiques (durée 3 heures) Eercice 1 (5 points) pour les candidats n ayant pas choisi la spécialité MATH Le tableau suivant donne l évolution du chiffre

Plus en détail

Caractéristiques des ondes

Caractéristiques des ondes Caractéristiques des ondes Chapitre Activités 1 Ondes progressives à une dimension (p 38) A Analyse qualitative d une onde b Fin de la Début de la 1 L onde est progressive puisque la perturbation se déplace

Plus en détail

MANUEL D INSTALLATION ET DE MISE EN SERVICE SOMMAIRE. Fonction. Avertissements Gamme de produits Caractéristiques techniques

MANUEL D INSTALLATION ET DE MISE EN SERVICE SOMMAIRE. Fonction. Avertissements Gamme de produits Caractéristiques techniques 8/FR www.caleffi.com Groupes de transfert pour installations solaires Copyright Caleffi Séries 8 9 MANUEL D INSTALLATION ET DE MISE EN SERVICE SOMMAIRE Fonction Avertissements Gamme de produits Caractéristiques

Plus en détail

Généralités. Aperçu. Introduction. Précision. Instruction de montage. Lubrification. Conception. Produits. Guides à brides FNS. Guides standards GNS

Généralités. Aperçu. Introduction. Précision. Instruction de montage. Lubrification. Conception. Produits. Guides à brides FNS. Guides standards GNS Généralités Aperçu Introduction Précision Instruction de montage Lubrification Conception page............................. 4............................. 5............................. 6.............................

Plus en détail

Etude expérimentale et numérique de la Sédimentation/Consolidation de sols à très forte teneur en eau

Etude expérimentale et numérique de la Sédimentation/Consolidation de sols à très forte teneur en eau Etude expérimentale et numérique de la Sédimentation/Consolidation de sols à très forte teneur en eau Gilbert LE BRAS (IUT de st nazaire, Dépt. Génie Civil) Alain ALEXIS (GeM) 1/42 Introduction Domaine

Plus en détail

POLITIQUE ADMINISTRATIVE ET PROCÉDURE GESTION DES MATIÈRES DANGEREUSES

POLITIQUE ADMINISTRATIVE ET PROCÉDURE GESTION DES MATIÈRES DANGEREUSES Cégep de Saint-Jérôme Politique M A 1 3 2002 POLITIQUE ADMINISTRATIVE ET PROCÉDURE GESTION DES MATIÈRES DANGEREUSES Responsable : Coordonnateur des ressources matérielles Approbation : Comité exécutif

Plus en détail

SEMEIOLOGIE CARDIO-VASCULAIRE Mesure de la Pression Artérielle

SEMEIOLOGIE CARDIO-VASCULAIRE Mesure de la Pression Artérielle SEMEIOLOGIE CARDIO-VASCULAIRE Mesure de la Pression Artérielle Plan de cours I-Principes généraux... 2 I-1.La mesure exacte : la pression artérielle «intravasculaire»... 2 I.1- La mesure indirecte : notion

Plus en détail

Chapitre 2 : Caractéristiques du mouvement d un solide

Chapitre 2 : Caractéristiques du mouvement d un solide Chapitre 2 : Caractéristiques du mouvement d un solide I Rappels : Référentiel : Le mouvement d un corps est décris par rapport à un corps de référence et dépend du choix de ce corps. Ce corps de référence

Plus en détail

ZA SUD - RUE PASCAL - 14700 FALAISE - Tél. 02 31 40 80 50 - Mobile 06 30 99 78 77 Mail : info@dynapneu.fr - Site : www.dynapneu.fr

ZA SUD - RUE PASCAL - 14700 FALAISE - Tél. 02 31 40 80 50 - Mobile 06 30 99 78 77 Mail : info@dynapneu.fr - Site : www.dynapneu.fr LeTélégonflage ZA SUD - RUE PASCAL - 14700 FALAISE - Tél. 02 31 40 80 50 - Mobile 06 30 99 78 77 Mail : info@dynapneu.fr - Site : www.dynapneu.fr LeTélégonflage Qu est est-ce que le TELEGONFLAGE? C est

Plus en détail

METEOROLOGIE. Aéroclub Besançon La Vèze. Cours MTO - Ivan TORREADRADO 1. F-SO au FL65 over LFQM

METEOROLOGIE. Aéroclub Besançon La Vèze. Cours MTO - Ivan TORREADRADO 1. F-SO au FL65 over LFQM METEOROLOGIE Aéroclub Besançon La Vèze F-SO au FL65 over LFQM Cours MTO - Ivan TORREADRADO 1 L air L atmosphère terrestre L humidité La stabilité, l instabilité La convection/l advection Les masses d air

Plus en détail

COMMENT CONSTRUIRE UN CRIB A MAÏS?

COMMENT CONSTRUIRE UN CRIB A MAÏS? COMMENT CONSTRUIRE UN CRIB A MAÏS? Par Philippe et Marie-Noëlle LENOIR Un couple du Volontaires du Progrès qui travaille à GALIM Département des Bamboutos, Province de l Ouest, nous adresse cette fiche

Plus en détail

1 Mise en application

1 Mise en application Université Paris 7 - Denis Diderot 2013-2014 TD : Corrigé TD1 - partie 2 1 Mise en application Exercice 1 corrigé Exercice 2 corrigé - Vibration d une goutte La fréquence de vibration d une goutte d eau

Plus en détail

CODEX ŒNOLOGIQUE INTERNATIONAL. SUCRE DE RAISIN (MOUTS DE RAISIN CONCENTRES RECTIFIES) (Oeno 47/2000, Oeno 419A-2011, Oeno 419B-2012)

CODEX ŒNOLOGIQUE INTERNATIONAL. SUCRE DE RAISIN (MOUTS DE RAISIN CONCENTRES RECTIFIES) (Oeno 47/2000, Oeno 419A-2011, Oeno 419B-2012) SUCRE DE RAISIN (MOUTS DE RAISIN CONCENTRES RECTIFIES) (Oeno 47/2000, Oeno 419A-2011, Oeno 419B-2012) 1. OBJET, ORIGINE ET DOMAINE D APPLICATION Le sucre de raisin est obtenu exclusivement à partir du

Plus en détail

LES LOIS PHYSIQUES APPLIQUÉES AUX DEUX-ROUES : 1. LA FORCE DE GUIDAGE

LES LOIS PHYSIQUES APPLIQUÉES AUX DEUX-ROUES : 1. LA FORCE DE GUIDAGE LES LOIS PHYSIQUES APPLIQUÉES AUX DEUX-ROUES : 1. LA FORCE DE GUIDAGE 2. L EFFET GYROSCOPIQUE Les lois physiques qui régissent le mouvement des véhicules terrestres sont des lois universelles qui s appliquent

Plus en détail

Vanne " Tout ou Rien" à siège incliné Type 3353

Vanne  Tout ou Rien à siège incliné Type 3353 Vanne " Tout ou Rien" à siège incliné Type 3353 Application Vanne "Tout ou Rien" avec servomoteur pneumatique à piston Diamètre nominal DN 15 ( 1 2 ) à 50 (2 ) Pression nominale PN Plage de température

Plus en détail

Utilisation des 7 cartes d intensité jointes en annexe du règlement. A- Protection d une construction vis-à-vis des effets toxiques :

Utilisation des 7 cartes d intensité jointes en annexe du règlement. A- Protection d une construction vis-à-vis des effets toxiques : ANNEXE 7 Utilisation des 7 cartes d intensité jointes en annexe du règlement A- Protection d une construction vis-à-vis des effets toxiques : 1 carte est fournie pour l effet toxique : Carte N 1 «Taux

Plus en détail

Variantes du cycle à compression de vapeur

Variantes du cycle à compression de vapeur Variantes du cycle à compression de vapeur Froid indirect : circuit à frigoporteur Cycle mono étagé et alimentation par regorgement Cycle bi-étagé en cascade Froid direct et froid indirect Froid direct

Plus en détail

BTS BAT 1 Notions élémentaires de chimie 1

BTS BAT 1 Notions élémentaires de chimie 1 BTS BAT 1 Notions élémentaires de chimie 1 I. L ATOME NOTIONS EÉLEÉMENTAIRES DE CIMIE Les atomes sont des «petits grains de matière» qui constituent la matière. L atome est un système complexe que l on

Plus en détail

ACOUSTIQUE REGLEMENTATION ISOLEMENT AUX BRUITS AÉRIENS ISOLEMENT AUX BRUITS DE CHOCS

ACOUSTIQUE REGLEMENTATION ISOLEMENT AUX BRUITS AÉRIENS ISOLEMENT AUX BRUITS DE CHOCS ACOUSTIQUE REGLEMENTATION Dans les exigences réglementaires, on distingue l isolement aux bruits aériens (voix, télévision, chaîne-hifi...) et l isolement aux bruits d impact (chocs). ISOLEMENT AUX BRUITS

Plus en détail

MÉCANIQUE DES FLUIDES TRAVAUX DIRIGÉS

MÉCANIQUE DES FLUIDES TRAVAUX DIRIGÉS MÉCANIQUE DES FLUIDES TRAVAUX DIRIGÉS PREMIÈRE ANNÉE - SÉRIE 1 STATIQUE DES FLUIDES PHÉNOMÈNES CAPILLAIRES RELATION DE BERNOULLI 2012-2013 groupe A : fatimata.sy@cea.fr, pantxo.diribarne@ujf-grenoble.fr

Plus en détail

Contrôlez vos PNEUS 1

Contrôlez vos PNEUS 1 Contrôlez vos PNEUS 1 1 SECURITE DES PNEUS La majorité d entre nous utilisons des voitures quotidiennement la plupart du temps sans prêter attention à une des choses les plus vitales: les pneus. Malheureusement,

Plus en détail

SALLE DE BAIN, DOUCHE, PLAN DE TRAVAIL CUISINE, PISCINE... Collage et jointoiement. L Epoxy facile

SALLE DE BAIN, DOUCHE, PLAN DE TRAVAIL CUISINE, PISCINE... Collage et jointoiement. L Epoxy facile SALLE DE BAIN, DOUCHE, PLAN DE TRAVAIL CUISINE, PISCINE... Collage et jointoiement L Epoxy facile DOMAINES D EMPLOI Recommandé pour salle de bain, douche, plan de travail cuisine, piscine, bassins thermaux,

Plus en détail

PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement

PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement I- Les microbes dans notre environnement Qu est-ce qu un microbe? Où se trouvent-ils?

Plus en détail

2 ) Appareillage :L'appareil utilisé est un banc d'essai portatif CEV dont la photo et le schéma de principe indiqués ci-dessous ( figures 1 et 2 )

2 ) Appareillage :L'appareil utilisé est un banc d'essai portatif CEV dont la photo et le schéma de principe indiqués ci-dessous ( figures 1 et 2 ) NOTICE TECHNIQUE N : 026 Date :19/02/08 Révisée le : CONTROLE ETALONNAGE BADIN I ) TEST n 1 1 ) Introduction : La manipulation décrite ci-dessous, permet de controler en place, l'étalonnage de l'anémomètre

Plus en détail

Transformations nucléaires

Transformations nucléaires Transformations nucléaires Stabilité et instabilité des noyaux : Le noyau d un atome associé à un élément est représenté par le symbole A : nombre de masse = nombre de nucléons (protons + neutrons) Z :

Plus en détail