Moyennes professionnelles 2013

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Moyennes professionnelles 2013"

Transcription

1 PHARMACIES Moyennes professionnelles e édition

2 Édito Patrick Bordas Associé KPMG Responsable National du réseau Professions de Santé Joël Vellozzi Associé KPMG Responsable National du réseau Professions de Santé La 21 e édition de notre étude annuelle Pharmacies Moyennes Professionnelles nous interpelle. Les résultats de cette étude 2013, sans être foncièrement mauvais, sont toutefois préoccupants. Jusqu à l année dernière, nous constations avec satisfaction, dans un environnement officinal devenu difficile, des progressions encore significatives de marge et de rentabilité des pharmacies de notre échantillon. Cette année, dans un contexte de stagnation du chiffre d affaires, ces deux derniers indicateurs n évoluent quasiment plus et sont même en recul pour une officine sur deux. L officine sur son activité principale de vente de médicaments remboursables ne dégage quasiment plus de marges de manœuvre financières malgré l effet générique. Cette nette inflexion de l évolution des performances des officines pose à notre sens un problème majeur. Sans perspective d évolution, ces dernières sont contraintes à des efforts de gestion et d adaptation très importants. En tant que conseils très proches de nos clients pharmaciens, nous mesurons l importance de leurs actions quotidiennes pour optimiser leurs achats, leur approche marketing, leur contrôle de gestion. Les pharmaciens, avant tout professionnels de santé, ont désormais compris la nécessité d agir aussi en entrepreneurs. Cependant, la nécessité de pérenniser leur activité risque de les entraîner vers une maîtrise trop importante de leurs moyens et notamment vers une compression des charges de personnel. Depuis plusieurs années maintenant, ces dernières évoluent très peu et les effectifs salariés sont stables voire en régression. Cela nous semble fortement préjudiciable : les nouvelles missions souhaitées par le législateur et attendues très positivement par les pharmaciens se profilent avec la valorisation de l acte de dispensation et les nouvelles missions. Les officines doivent et devront toujours plus veiller à la formation des équipes et à la qualité du service et du conseil au comptoir. Les pouvoirs publics devront donc fixer des honoraires de dispensation en cohérence avec ces nouvelles missions et assurer aux officines des marges de manœuvre financières raisonnables.

3 Toutefois, nous restons résolument optimistes sur l évolution et le devenir du secteur. La pharmacie a démontré sa capacité à prendre part de façon très significative à la réduction des dépenses d assurance maladie dans l intérêt des comptes sociaux du pays, même si le potentiel générique n a pas été encore exploité dans les mêmes proportions que chez nos principaux voisins européens. La perturbation créée par la déconnexion entre les valeurs de marché très élevées des officines et leurs valeurs économiques plus faibles est toujours forte mais elle a tendance à s affaiblir car les dernières statistiques de transactions montrent des prix de cession en baisse. Et cela nous semble important notamment pour les jeunes entrant dans la profession et désirant s installer ; il est vital pour eux que les marges dégagées ne soient pas entièrement consacrées à des échéances d emprunt trop lourdes, liées à des endettements de rachats disproportionnés. Ces jeunes pharmaciens que nous rencontrons et conseillons dans leur démarche de reprise d officines perçoivent d ailleurs leur métier et ses perspectives de façon très positive. Ils sont en outre réconfortés par les dernières mesures législatives sur le renforcement du rôle du pharmacien comme professionnel de santé. La pharmacie d officine doit garder à leur image un optimisme raisonnable et une vigilance permanente. Bonne lecture Mars 2013

4 Sommaire 06 Méthodologie 07 Population étudiée 7 I Répartition des officines selon le chiffre d affaires 7 I Répartition des officines selon la typologie 8 I Répartition des officines selon le régime d imposition 8 I Répartition des officines selon le nombre de titulaires 8 I Répartition des officines selon la forme juridique 09 Analyse de l activité 9 I Évolution du C.A. hors taxes 10 I Analyse statistique de l évolution du C.A. / 10 I Évolution du C.A. / selon les strates de C.A. et la typologie d officines 11 I Analyse et évolution du C.A. / par taux de T.V.A. 11 I Analyse et évolution du C.A. / par nombre de titulaires 12 Analyse des marges 12 I Analyse statistique de l évolution de la marge / 13 I Analyse statistique du taux de marge / 13 I Taux de marge brute commerciale selon les strates de C.A. et la typologie d officines 14 I Analyse et évolution de la marge //2010 par taux de T.V.A. 15 Analyse des rentabilités 15 I Charges externes 15 I Charges externes selon les strates de C.A. et la typologie d officines 16 I Frais de personnel 16 I Frais de personnel selon le nombre de titulaires et les strates de C.A. 17 I Performance commerciale et de gestion (PCG) 17 I Analyse statistique de l évolution de la PCG / 17 I Performance commerciale et de gestion selon le nombre de titulaires 18 Analyse des résultats 18 I Officines à l impôt sur le revenu 18 I Officines à l impôt sur les sociétés 19 Analyse de la structure financière 19 I Fonds de roulement 19 I Besoin en fonds de roulement 19 I Trésorerie 20 I Analyse statistique de la trésorerie 20 I Autonomie financière 20 I Coût de l endettement 21 I Ratios moyens des éléments du besoin en fonds de roulement 22 Social 22 I Méthodologie 22 I Nombre d officines et de salariés de l étude sociale 23 I Photographie des ressources humaines 24 I Analyse de la composition de l équipe officinale 26 I Analyse de l âge et de l ancienneté par emploi 26 I Analyse de l ancienneté par emploi 28 Zoom sur les heures supplémentaires et complémentaires 30 Lexique 34 KPMG en un regard

5 Méthodologie Population étudiée La méthodologie utilisée pour cette 21 e édition est identique à celle des années précédentes. Cette étude est réalisée à partir d un échantillon d officines clientes de notre cabinet. Il se compose de pharmacies ayant clos un exercice comptable de 12 mois sur l année. Afin d obtenir des évolutions pertinentes d une année sur l autre, il prend aussi en compte les pharmacies ayant clos un exercice comptable de 12 mois sur l année. Les pharmacies ayant eu des événements impactant l analyse comparative de leurs comptes annuels d un exercice sur l autre sont exclues de l étude (changement de régime fiscal ; transformation juridique : par exemple passage en structure SEL ; changement de date de clôture des comptes ; changement du nombre de titulaires ). Afin d accélérer la sortie de cette étude, les pharmacies retenues dans l analyse ont clôturé majoritairement leurs comptes annuels courant (30 septembre par exemple). Total échantillon : 493 officines Répartition des officines selon le chiffre d affaires Tranche de C.A. HT Nombre % < K ,6 de à K ,4 > K 89 18,1 Total < K de à K > K 18,1 56,4 25,6 Toutes les catégories d officines sont représentées même si la majorité est dans la tranche de chiffre d affaires intermédiaire (de à K ). Répartition des officines selon la typologie 2,6 Zone Nombre % Rurale ,4 Urbaine ,0 Centre commercial 13 2,6 Total Rurale Urbaine Centre commercial 56,0 41,4 Cette répartition d officines étudiées selon la typologie urbaine, rurale et centre commercial est très stable sur les dernières années. 6 Pharmacies

6 Répartition des officines selon le régime d imposition Régime Nombre % 61,9 38,1 Analyse de l activité Impôt sur le revenu ,9 Impôt sur les sociétés ,1 Total Impôt sur le revenu Impôt sur les sociétés Si une large majorité des officines restent à l impôt sur le revenu, la part d officines à l impôt sur les sociétés est en augmentation. Répartition des officines selon le nombre de titulaires 4,5 1624,5 C.A. HT moyen en valeur en K 1621,7 Évolution moyenne du C.A. en % / + 0,17 Titulaires Nombre % ,4 25,2 Évolution du C.A. hors taxes en % ,2 70,4 3 et ,5 Total titulaire 2 titulaires 3 titulaires et + 6 % 5 % 5,7 Plus des 2/3 des pharmacies analysées ont un seul titulaire. Le nombre de titulaires moyen par officine étudiée est de 1,3 en phase avec les données de l ordre national des pharmaciens (éléments démographiques ), avec un rapport de pharmaciens titulaires (section A) sur officines. 4 % 3 % 2 % 3,9 3,4 2,5 1 % 0 % 1,4 1,0 1,4 0,8 0,2 Répartition des officines selon la forme juridique Forme Nombre % Individuelle ,1 SNC 82 16,6 29,2 35,1 L évolution du chiffre d affaires par rapport à est quasi nulle. Toutefois, cet indicateur doit être interprété avec précaution compte tenu de l évolution de la structure de prix et de produits dans la pharmacie. SARL 17 3,4 EURL 77 15,6 SEL ,2 Total Forme individuelle Forme SNC Forme SARL Forme EURL Forme SEL 15,6 3,4 16,6 Cette répartition selon la forme juridique est là aussi très proche des dernières données de l ordre national des pharmaciens, avec bien sûr, une très forte croissance des officines exploitées en société d exercice libéral, celles-ci atteignant désormais près d un tiers du total. 8 Pharmacies

7 Analyse statistique de l évolution du C.A. / en % Analyse et évolution du C.A. / par taux de T.V.A. D10 - décile inférieur - 6,5 Q25 - quartile inférieur - 3,7 M50 - médiane - 0,3 Q75 - quartile supérieur 2,9 D90 - décile supérieur 6,7 La majorité des officines a une évolution de chiffre négative. Pour un quart d entre elles, le recul est d au moins 3,7 %. 10 % enregistrent même une régression de plus de 6,5 %. C.A. moyen en K en % C.A. moyen en K en % Évolution du C.A. / en % C.A. à 2,1 % 1 265,3 77, ,0 78,6 % - 0,8 C.A. à 5,5 % et 7 % 210,9 13,0 205,2 12,7 % 2,8 C.A. à 19,6 % 148,0 9,1 141,3 8,7 % 4,8 Part d officines avec évolution négative 52,9 Évolution du C.A. / selon les strates de C.A. et la typologie d officines en % CA < K - 1,3 CA de à K 0,1 CA > K 1,4 Zone rurale - 0,1 Zone urbaine - 0,1 Centre commercial 2,9 L effet taille est toujours de mise : plus le chiffre d affaires de l officine est important, plus l évolution de celui-ci est favorable. Il en va de même pour les pharmacies de centre commercial. 78 % du chiffre d affaires des pharmacies étudiées correspond à des ventes de médicaments et produits remboursables (taux de TVA à 2,1 %). Les ventes en valeur de ces médicaments ont reculé de 0,8 % de à. Ce recul est cohérent avec les chiffres de l assurance maladie faisant apparaître des dépenses de médicaments remboursées en diminution d environ 1 %. L augmentation de la délivrance de médicaments génériques à prix plus faible par rapport aux princeps a un impact important, particulièrement depuis mi-, suite à la nouvelle convention ainsi qu à la relance de la mesure tiers-payant contre génériques. Le chiffre d affaires à taux de TVA à 5,5 % et à 7 % (nouveau taux depuis le 1 er janvier ) correspond principalement aux ventes de médicaments non remboursables, aux dispositifs médicaux et aux compléments alimentaires. La progression de ces ventes de presque 3 % entre et traduit l effet des déremboursements et la tendance générale à la hausse de l automédication, très marquée en. Ce sont les ventes à taux de TVA à 19,6 % (principalement la parapharmacie) qui progressent le plus dans notre analyse : + 4,8 %. Elles contribuent à consolider de manière non négligeable l activité des officines. Ce retour au développement de la parapharmacie est observé depuis quelques années. Analyse et évolution du C.A. / par nombre de titulaires C.A. moyen en K C.A. moyen en K Évolution du C.A. / en % , ,3 0, , ,0 0,2 3 et , ,1 1,2 Comme les années précédentes, le nombre de titulaires impacte à la hausse l évolution du chiffre d affaires. 10 Pharmacies

8 Analyse statistique du taux de marge / Analyse des marges Marge moyenne HT en valeur en K Évolution moyenne de la marge en valeur en % Taux moyen de marge brute commerciale en % La marge en valeur progresse de 1,3 % cette année, soit légèrement plus que le chiffre d affaires à + 0,2 %. Le taux de marge est en hausse et s élève désormais à 29,7 %. La hausse du taux de marge des officines intégrant les remises et coopérations commerciales se poursuit. / / / ,5 474,2 + 1,3 + 2,6 + 2,9 29,7 29,3 28,8 Analyse statistique de l évolution de la marge / en % Il faut relever néanmoins la faible progression de la marge en valeur, inférieure notamment au taux d inflation (+ 2 %). En outre, le pourcentage d évolution de cette marge en valeur est en nette inflexion d années en années. Taux de marge en % Taux de marge en % D10 - décile inférieur 26,8 26,8 Q25 - quartile inférieur 28,1 28,0 M50 - médiane 29,6 29,2 Q75 - quartile supérieur 31,0 30,6 D90 - décile supérieur 32,5 31,8 En matière de taux de marge, les dispersions sont significatives puisque 10 % de notre échantillon a un taux de marge inférieur à 26,8 % alors que 10 % en a un supérieur à 32,5 %. Taux de marge brute commerciale selon les strates de C.A. et la typologie d officines Taux de marge en % Taux de marge en % CA < 1100 K 29,7 29,3 CA de à 2200 K 29,7 29,3 CA > 2200 K 29,5 29,2 Zone rurale 30,1 29,7 Zone urbaine 29,4 29,0 Centre commercial 28,8 28,9 D10 - décile inférieur - 5,5 Q25 - quartile inférieur - 2,5 M50 - médiane 0,9 Q75 - quartile supérieur 4,6 D90 - décile supérieur 8,6 Les niveaux de chiffre d affaires n impactent pas vraiment le taux de marge. Les officines de zone rurale ont tendance à légèrement surperformer sur ce ratio. Part d officines avec évolution négative 43,6 Près de la moitié des officines a désormais une évolution négative de la marge en valeur contre environ 1/3 l année précédente. 12 Pharmacies

9 Analyse et évolution de la marge //2010 par taux de T.V.A. Marge en % Taux de marge N 2010 Coefficient ventes TTC/Achats HT Taux de marge N-1 Coefficient ventes TTC/Achats HT Taux de marge N-2 Total activité 29,7 29,3 28,8 Coefficient ventes TTC/Achats HT Activité à 2,1 % 28,7 1,43 28,3 1,42 27,7 1,41 Activité à 5,5 % et 7 % 33,8 NA 33,5 1,59 33,0 1,57 Activité à 19,6 % 31,8 1,75 32,3 1,77 33,2 1,79 Analyse des rentabilités Charges externes Marge en valeur Marge Marge Variation en valeur Variation en % Total activité 480,5 474,2 6,4 1,3 Activité à 2,1 % 363,0 360,8 2,2 0,6 Activité à 5,5 % et 7 % 71,2 68,7 2,5 3,6 Activité à 19,6 % 47,1 45,6 1,5 3,3 La hausse du taux de marge moyen s explique uniquement par l appréciation du taux de marge sur les médicaments remboursables, effet générique oblige. Les taux de marge sur les autres activités, médicaments non remboursables et parapharmacie principalement, n évoluent pas de façon significative. La progression de la marge en valeur pour l activité à 2,1 % des officines est très faible cette année, laissant peu de marge de manœuvre pour faire face à l évolution des frais généraux. Charges externes/c.a. en % Locations immobilières/c.a. en % Les charges externes ont été très bien maîtrisées. Le ratio charges externes/c.a. reste en effet stable, l évolution des charges et du chiffre d affaires ayant été semblable, c est-à-dire quasi-nulle. Charges externes selon les strates de C.A. et la typologie d officines 4,8 4,8 1,2 1,2 Charges ext./c.a. en % Charges ext./c.a. en % C.A. < 1100 K 6,0 6,0 C.A. de à 2200 K 4,5 4,4 C.A. > 2200 K 4,1 4,0 Zone rurale 4,5 4,4 Zone urbaine 5,1 5,1 Centre commercial 4,9 5,0 Ces charges sont comme toujours plus lourdes pour les petites structures compte tenu de leur caractère souvent fixe. 14 Pharmacies

10 Frais de personnel Performance commerciale et de gestion (PCG) Frais de personnel en valeur en K Évolution moyenne des frais de personnel en valeur en % / / ,9 166,2 + 1,7 + 1,6 Effectif équivalent temps plein (titulaire(s) compris) 5,3 Performance commerciale et de gestion en valeur en K Évolution moyenne de la PCG en valeur en % ,3 230,8 + 1,1 + 3,8 + 5,1 C.A. TTC/Effectif équivalent temps plein en K 318,7 La progression des frais de personnel salarié est plus importante que celle du chiffre d affaires et surtout de la marge (+ 1,3 %), d où une perte de rentabilité. Le ratio chiffre d affaires TTC sur effectif équivalent temps plein titulaire compris permet de positionner l activité au comptoir des équipes officinales ; cette année, le chiffre d affaires par personne s élève à 319 K, très stable par rapport à l année dernière (320 K ). La performance commerciale et de gestion est l indicateur financier le plus pertinent de mesure de la rentabilité et de son évolution. Cette évolution est non seulement faible mais en plus, en net retrait par rapport aux années précédentes. Ceci s explique par la très faible augmentation du chiffre d affaires et de la marge, conjuguée à des frais généraux et notamment de personnel, en progression plus forte. Analyse statistique de l évolution de la PCG / en % Frais de personnel selon le nombre de titulaires et les strates de C.A. Frais de personnel/ C.A. C.A. < K en % C.A. de K à K en % C.A. > K en % 1 titulaire 9,6 11,1 12,3 2 titulaires 6,7 8,3 10,1 3 titulaires et + N/A 9,5 9,6 Le ratio frais de personnel/chiffre d affaires doit être analysé en tenant compte à la fois du nombre de titulaires et de la strate de chiffre d affaires de l officine. Ce ratio s est dégradé par rapport à l an dernier et particulièrement pour les officines avec un seul titulaire. D10 - décile inférieur - 16,3 Q25 - quartile inférieur - 8,4 M50 - médiane 0,0 Q75 - quartile supérieur 8,8 D90 - décile supérieur 19,9 Part d officines avec évolution négative 49,1 Une officine sur deux enregistre un recul en valeur de sa performance commerciale et de gestion. La part d officines à évolution négative n était que de 35 % l an dernier. Performance commerciale et de gestion selon le nombre de titulaires PCG/C.A. en % PCG/C.A. en % 1 titulaire 13,4 13,4 2 titulaires 16,4 16,0 3 titulaires et + 15,2 14,9 Le ratio performance commerciale et de gestion/chiffre d affaires permet une comparaison pertinente entre officines. Mais, comme pour les frais de personnel, il doit être calculé en fonction du nombre de titulaires. 16 Pharmacies

11 Analyse des résultats Analyse de la structure financière Les résultats des bilans en valeur, leur évolution, leur taux par rapport aux chiffres d affaires, doivent être calculés en fonction du régime fiscal de l officine. Fonds de roulement Officines à l impôt sur le revenu Résultat moyen en valeur en K Taux moyen de résultat/c.a. en % 113,1 112,8 7,4 7,4 + 0,2 % Fonds de roulement en valeur en K Couverture financements stables/ Valeurs immobilisées en % 58,8 60,8 106,5 106,7 Un résultat qui stagne pour les officines à l impôt sur le revenu. Besoin en fonds de roulement Officines à l impôt sur les sociétés Besoin en fonds de roulement en valeur en K - 12,8-1,4 Résultat moyen en valeur en K 75,0 80,5-6,8 % Couverture passif circulant/actif circulant en % 106,3 100,7 Taux moyen de résultat/c.a. en % 4,2 4,6 Salaire et charges pour 1 titulaire en K 66,0 Pour les officines à l impôt sur les sociétés, le résultat est même en recul. Les titulaires de ces officines ont prélevé un montant moyen de 66 K pour couvrir leur rémunération annuelle ainsi que leurs charges sociales personnelles. Trésorerie Trésorerie en valeur en K Les structures financières restent saines. La légère dégradation de leur fonds de roulement par rapport à l année précédente a été largement compensée par un meilleur excédent de financement de leur cycle d exploitation. Ainsi, les trésoreries restent globalement positives et même, en moyenne, en légère amélioration. 71,5 62,2 18 Pharmacies

12 Analyse statistique de la trésorerie Ratios moyens des éléments du besoin en fonds de roulement Trésorerie D10 - décile inférieur - 3,8 Q25 - quartile inférieur 20,0 M50 - médiane 57,0 Q75 - quartile supérieur 113,0 D90 - décile supérieur 173,0 Part d officines avec trésorerie négative 11,6 Crédit clients/jours Crédit fournisseurs/jours Rotation du stock/jours Stock par rapport au C.A. HT en % 7,8 7,5 43,2 39,3 42,8 41,8 8,6 8,6 À la date d établissement de leurs comptes, 12 % des officines étudiées font apparaître néanmoins une trésorerie négative, proportion légèrement en recul par rapport à l année précédente. On constate cette année un allongement du crédit fournisseurs de 4 jours qui a permis, comme vu précédemment, l amélioration de l excédent de financement d exploitation. Les autres ratios, crédit clients et rotation des stocks, sont restés globalement stables. Autonomie financière Fonds propres/endettement total (Dettes à LT + dettes différées + découvert) en % 129,6 109,5 Coût de l endettement Frais financiers * / Performance commerciale et de gestion en % * Intérêt des emprunts + autres charges financières 7,3 7,9 20 Pharmacies

13 Photographie des ressources humaines Social Méthodologie L analyse ratios sociaux porte sur un échantillon de 321 officines clientes de notre cabinet, dont la gestion sociale du personnel a été confiée à KPMG Facilio. Il se compose de pharmacies clientes de KPMG sur les exercices et et dont le système de gestion de la paie est identique. Les données qui vous sont présentées portent sur l année civile. KPMG a développé depuis plusieurs années une offre de gestion sociale externalisée, Facilio, pour accompagner les entreprises et les associations de toutes tailles et de tous secteurs d activité dans les domaines de la gestion sociale de leur personnel : paie, déclarations sociales obligatoires, conseil en droit social, administration du personnel, audits sociaux, tableaux de bords sociaux, formations, gestion des emplois et des compétences, etc. Plus de 400 experts en matière sociale, du gestionnaire paie au juriste en droit social, présents dans une trentaine de sites régionaux, gèrent près de bulletins de salaires et assurent l optimisation et la sécurisation des missions de gestion sociale qui leur sont déléguées. Nombre d officines et de salariés de l étude sociale Année Officines 321 Salariés Nombre de salariés par tranche d âge et par sexe Âge Hommes Femmes Total < Total Pyramide des âges en >= <20 femmes >=65 hommes Hommes Femmes À l instar des années précédentes, la pyramide des âges témoigne 45-49d une forte représentation des salariés de moins de 35 ans avec un peu plus de 42 % de l effectif total Au-delà de 35 ans, l effectif est réparti de façon homogène sur les tranches d âge allant de 35 à 60 ans. Seulement % de l effectif atteint ou dépasse les 60 ans L effectif est fortement féminisé pour toutes les tranches d âge avec % de l effectif total. Les femmes sont présentes en grande majorité sur tous les emplois, y compris dans <20les positions cadres. Nombreux sont les salariés sous contrat à temps partiel Femmes Hommes >=65 <20 Ces phénomènes ne sont pas sans incidence sur l organisation du travail au sein des officines Pharmacies

14 Analyse de la composition de l équipe officinale Comparatif : coefficients moyens par emploi de l étude et classification conventionnelle* Composition moyenne d une équipe officinale en équivalent temps plein (ETP en %) Coef. moyen de l étude Fourchette avenant du 30 janvier 2008 Aide préparateur ,7 35,4 16,9 Préparateurs* Pharmaciens adjoints Préparateurs* Employés Préparateurs* Pharmaciens adjoints Pharmaciens adjoints Employés Préparateurs* Employés Pharmaciens adjoints Apprenti NS NS Pharmacien adjoint à 800 Préparateur à 330 Rayonniste/conditionneur à 150 Autres emplois NS - Employés Les pharmacies d officine se composent de trois principaux profils d emplois : les pharmaciens (les titulaires et les adjoints), les préparateurs (y compris les apprentis préparateurs) et les employés de pharmacie regroupant le personnel attaché aux tâches administratives, à la gestion des commandes ou à l entretien. L effectif est représenté pour moitié de préparateurs et apprentis-préparateurs. Les pharmaciens ne représentent que 16 % de l effectif ETP salarié, avec en moyenne un effectif ETP de 0,7 par officine. Cette situation est induite par le fait que les pharmaciens titulaires sont pour la plupart non-salariés. * Y compris les apprentis préparateurs. Composition moyenne d une équipe officinale en coefficient Les coefficients moyens relevés dans notre étude sont dans la fourchette de la convention et restent très proches des coefficients constatés en. * Classification de l avenant du 30 janvier 2008 portant révision de la convention collective nationale étendue de la pharmacie d officine du 3 décembre Répartition des pharmaciens adjoints par coefficient en % Moins de 430 Aide préparateur à 470 (non inclus) 470 à 500 (non inclus) 500 à 600 (non inclus) Pharmacien adjoint à 800 (non inclus) Plus de 800 Préparateur Rayonniste conditionneur Cette répartition reste stable par rapport à. 66 % des pharmaciens adjoints ont un coefficient compris entre 500 et 600 (non inclus) contre 65 % en. 18 % d entre eux ont un coefficient de 600 et plus, contre 20 % en. 24 Pharmacies

15 Analyse de l âge et de l ancienneté par emploi Âge moyen par emploi 43 Aide préparateur 47 Apprenti Préparateur 35 Rayonniste conditionneur Pharmacien adjoint Moyenne Moyenne L analyse des âges de l ensemble des salariés fait apparaître une stabilité. Les jeunes sont majoritairement représentés. L âge moyen des emplois aide préparateur et rayonniste-conditionneur diminue. Analyse de l ancienneté par emploi Ancienneté par emploi Aide préparateur Apprenti Rayonniste conditionneur Préparateur Pharmacien adjoint Seule la catégorie d emploi aide préparateur connaît une ancienneté de plus de 10 ans. Les préparateurs conservent une ancienneté moyenne proche de 7 ans. L ancienneté des pharmaciens adjoints demeure à 2 ans, chiffre faible dû aux nombreux remplacements sur ce type de poste. 26 Pharmacies

16 Zoom sur les heures supplémentaires et complémentaires Compte-tenu de l amplitude d ouverture des officines, les pharmaciens titulaires sont obligés d organiser le temps de travail de leurs équipes. La période n étant pas aux recrutements de masse, ils font de plus en plus appel aux heures supplémentaires et complémentaires. Salariés à temps partiel dans l officine Selon notre étude, nombreuses sont les officines qui emploient des salariés à temps partiel. Ces salariés bénéficient d un horaire individualisé. La durée du travail qu ils ont à effectuer peut être répartie sur la semaine, le mois ou l année. Ils peuvent, par ailleurs, être amenés à effectuer des heures complémentaires. N étant pas soumis à l horaire collectif de l entreprise ou de l établissement, ils doivent donc être informés par écrit (remise de plannings par exemple) de leurs horaires de travail pour chaque journée travaillée. Le contrat de travail doit préciser les modalités de cette information. Le régime des coupures/interruptions dans le cadre du temps partiel Une coupure (ou interruption) sépare deux séquences autonomes de travail. Elle diffère donc de la pause qui constitue quant à elle un arrêt momentané au sein d une même séquence. Les coupures en cours de journée sont soumises à limitation. En effet, les horaires de travail à temps partiel ne peuvent comporter, au cours d une même journée plus d une interruption d activité, ou une interruption supérieure à deux heures. Les heures complémentaires dans le cadre du temps partiel Selon le Code du travail, l employeur a la possibilité de faire exécuter au salarié à temps partiel, au moyen d heures complémentaires, un horaire supérieur à l horaire contractuel. Cependant, cette possibilité est strictement encadrée par la loi dans la mesure où les heures complémentaires sont soumises à une double limite à savoir : Le nombre d heures complémentaires effectuées au cours de la même semaine ou d un même mois ne peut être supérieur à 1/10 e de la durée hebdomadaire ou mensuelle de travail prévue au contrat. Les heures complémentaires ne peuvent avoir pour effet de porter la durée du travail du salarié au niveau de la durée légale du travail, ou de la durée fixée conventionnellement. Le contrat de travail à temps partiel doit préciser la possibilité et les limites dans lesquelles peuvent être effectuées des heures complémentaires. En conclusion, le recours aux contrats à temps partiel nécessite un certain nombre de diligences tant dans sa rédaction que dans son usage au quotidien. Nos experts KPMG sont à votre disposition pour vous accompagner : Dans la rédaction des contrats et l organisation du travail des salariés à temps partiel. Et plus largement, dans la réalisation d un diagnostic social destiné à vérifier la conformité de votre organisation et de votre gestion du personnel avec les textes en vigueur. Véronique Budin Directrice du bureau KPMG de Creil, en charge des données sociales de cette étude 28 Pharmacies

17 Lexique Performance commerciale et de gestion (% du C.A.) Marge commerciale - charges externes - impôts et taxes - frais de personnel Calcul = C.A. H.T. x 100 Taux de marge brute commerciale (% du C.A.) Calcul = Ventes de la pharmacie H.T. - (stock début + achats - stock fin) Ventes de la pharmacie H.T. x 100 Ce ratio calcule la différence entre le prix de vente et le coût d achat d un produit. C est donc le solde qui reste à l officine pour couvrir ses frais et rémunérer le service rendu. Ce taux de marge retraite également les coopérations commerciales. Charges externes (% du C.A.) Ce ratio mesure la performance économique globale. Il est la résultante de l activité commerciale (CA généré et marges dégagées), du poids des charges externes et frais de personnel (salaires, charges sociales et patronales). Il est souhaitable bien évidemment que ce ratio soit le plus élevé possible. Le résultat obtenu à ce niveau n est pas influencé par les cotisations sociales du ou des titulaires, par la situation ou la politique financière (générant des produits et charges financières), par la politique d investissement (générant des amortissements, notamment ceux liés aux frais d établissement), par les éléments exceptionnels (traduits dans les produits et les charges exceptionnels) et, enfin, dans certains cas, par l impôt sur les sociétés. Tous ces postes viennent effectivement en déduction pour donner le résultat comptable. Fonds de roulement C est la différence entre les financements stables (capitaux propres et dettes à long terme), qui apparaissent au passif du bilan, et les biens stables (fonds de commerce, investissements et immobilisations financières), qui figurent à l actif. Calcul = Autres achats et charges externes C.A. H.T. x 100 Le fonds de roulement doit être suffisant pour couvrir le besoin en fonds de roulement. Ce ratio calcule le rapport entre les charges externes, qui par nature sont essentiellement des charges fixes (loyers, assurances, honoraires, frais postaux et télécommunications, services bancaires ) et le chiffre d affaires réalisé par l officine. Frais de personnel (% du C.A.) Calcul = Salaires + charges sociales patronales C.A. H.T. x 100 Ce ratio calcule le rapport entre les frais de personnel et le chiffre d affaires. On entend par frais de personnel, les salaires bruts et les charges sociales et patronales des équipes salariées de l officine. Ils ne comprennent pas les salaires et charges sociales des gérants et titulaires. 30 Pharmacies

Moyennes professionnelles 2014

Moyennes professionnelles 2014 PHARMACIES Moyennes professionnelles 2014 22e édition édito Patrick Bordas Associé KPMG Responsable National du réseau Professions de Santé Joël Vellozzi Associé KPMG Responsable National du réseau Professions

Plus en détail

Moyennes professionnelles 2015

Moyennes professionnelles 2015 PHARMACIES Moyennes professionnelles 2015 23e édition Édito Patrick Bordas Associé KPMG Responsable National du réseau Professions de Santé Joël Vellozzi Associé KPMG Responsable National du réseau Professions

Plus en détail

La Banque de France à horizon 2020 : projet de modernisation du réseau

La Banque de France à horizon 2020 : projet de modernisation du réseau 17 juin 2013 La Banque de France à horizon 2020 : projet de modernisation du réseau La Banque de France s est fortement mobilisée au service de l économie et de la Nation dans le contexte de la crise financière.

Plus en détail

Le Médiateur des ministères économiques et financiers est au service des usagers (particuliers et entreprises)

Le Médiateur des ministères économiques et financiers est au service des usagers (particuliers et entreprises) 17octobre 2012 Le Médiateur des ministères économiques et financiers est au service des usagers (particuliers et entreprises) Il est compétent pour vous aider à résoudre vos litiges persistants avec les

Plus en détail

Vous accompagner dans la gestion et les projets de votre exploitation agricole EXPERTISE COMPTABLE & CONSEIL

Vous accompagner dans la gestion et les projets de votre exploitation agricole EXPERTISE COMPTABLE & CONSEIL Vous accompagner dans la gestion et les projets de votre exploitation agricole EXPERTISE COMPTABLE & CONSEIL Vous accompagner dans la gestion et les projets de votre exploitation agricole KPMG accompagne

Plus en détail

Vous accompagner tout au long de vos projets, pour votre café, hôtel, restaurant. Expertise comptable & conseil

Vous accompagner tout au long de vos projets, pour votre café, hôtel, restaurant. Expertise comptable & conseil Vous accompagner tout au long de vos projets, pour votre café, hôtel, restaurant Expertise comptable & conseil Vous accompagner tout au long de vos projets, pour votre café, hôtel, restaurant Depuis 1922,

Plus en détail

Artisans et entreprises du bâtiment

Artisans et entreprises du bâtiment Artisans et entreprises du bâtiment Vous accompagner tout au long de vos projets Expertise comptable & conseil Artisans et entreprises du bâtiment - Vous accompagner tout au long de vos projets Gérer votre

Plus en détail

Table des conventions du PS : Version: 1.40 exploitation 1.14.

Table des conventions du PS : Version: 1.40 exploitation 1.14. Table des conventions du PS : Version: 1.40 exploitation 1.14. Organisme signataire Type TP Organisme AMC Libellé 01011 CPAM BOURG EN BRESSE RO T Néant 01021 CPAM LAON RO T Néant 01022 CPAM ST QT RO T

Plus en détail

Votre Conseil patrimonial

Votre Conseil patrimonial Votre Conseil patrimonial KPMG à votre écoute pour...... vous conseiller dans la gestion financière et fiscale de votre patrimoine Vos questions > Comment développer mon patrimoine privé et professionnel

Plus en détail

Capital Investissement

Capital Investissement Capital Une marque d engagement Des ressources essentielles au service de votre entreprise Capital Premier cabinet d avocats en France Avec près de 1200 avocats en France et des partenaires dans 150 pays,

Plus en détail

DEVENIR PARTENAIRE. Courtage

DEVENIR PARTENAIRE. Courtage DEVENIR PARTENAIRE Courtage L EXPERTISE Depuis 2006, AG2R LA MONDIALE a signé la charte de déontologie du courtage avec la Chambre Syndicale des Courtiers d Assurances (C.S.C.A.) Selon l évolution de la

Plus en détail

OptimHome. Proposition de mission Conseillers Optimhome. Octobre 2014

OptimHome. Proposition de mission Conseillers Optimhome. Octobre 2014 OptimHome Proposition de mission Conseillers Optimhome Octobre 2014 KPMG : Qui sommes nous? KPMG en bref Un réseau international Une présence nationale Une proximité régionale Premier groupe français d

Plus en détail

L entreprise familiale :

L entreprise familiale : ÉTUDE 2007 L entreprise familiale : une entreprise décidément pas comme les autres KPMG ENTREPRISES Édito KPMG Entreprises, le département dédié aux PME de KPMG a le plaisir de présenter sa nouvelle étude

Plus en détail

Le réseau des CEL : 1er formateur national en langues Présentation générale Bretagne Basse Normandie Haute Normandie Picardie Nord Pas Calais

Le réseau des CEL : 1er formateur national en langues Présentation générale Bretagne Basse Normandie Haute Normandie Picardie Nord Pas Calais Le réseau des CEL :: 1 eerr fformatteur nattiionall en llangues Présenttattiion généralle Les CEL des CCI sont des départements linguistiques des centres de formation continue des Chambres de Commerce

Plus en détail

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Circulaire CNAMTS MMES et MM les Directeurs Date : des Caisses Primaires d Assurance Maladie 12/07/96 des Caisses Régionales

Plus en détail

Les réseaux locaux PASSADE Service Commun Formation Continue Université Stendhal

Les réseaux locaux PASSADE Service Commun Formation Continue Université Stendhal Les réseaux locaux PASSADE Service Commun Formation Continue Université Stendhal Dunkerque Calais Boulogne Tourcoing Lille Roubaix Béthune Lens Douai Valenciennes Amiens St-Quentin Charleville- Cherbourg

Plus en détail

LA VALORISATION DES RESSOURCES

LA VALORISATION DES RESSOURCES LA VALORISATION DES RESSOURCES ÉDITO Valoriser les ressources humaines de l entreprise Samsic RH propose une offre de services complète visant à faciliter l accompagnement et la gestion des ressources

Plus en détail

MINISTERE DE LA JUSTICE

MINISTERE DE LA JUSTICE MINISTERE DE LA JUSTICE DIRECTION DES AFFAIRES CIVILES ET DU SCEAU PÔLE D EVALUATION DE LA JUSTICE CIVILE STATIISTIIQUE SUR LA PROFESSIION D''AVOCAT Sittuatti ion au 1 eer r janvij ierr 2012 NOVEMBRE 22001122

Plus en détail

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Circulaire CNAMTS MMES et MM les Directeurs Date : 29/07/97 des Caisses Primaires d'assurance Maladie des Caisses Régionales

Plus en détail

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Circulaire CNAMTS MMES et MM les Directeurs Date : 15/03/99 des Caisses Primaires d'assurance Maladie des Caisses Régionales

Plus en détail

Organismes mutualistes Activités d assurance Relevons ensemble vos défis. kpmg.fr

Organismes mutualistes Activités d assurance Relevons ensemble vos défis. kpmg.fr Organismes mutualistes Activités d assurance Relevons ensemble vos défis kpmg.fr Les défis du futur Une réponse adaptée Les mutuelles du livre II du Code de la mutualité font face à de réelles mutations,

Plus en détail

General Directorate for Competition Policy, Consumer affairs and Fraud control

General Directorate for Competition Policy, Consumer affairs and Fraud control General Directorate for Competition Policy, Consumer affairs and Fraud control Direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes 1 General Directorate for Competition

Plus en détail

Manuel d animation Eclipse partielle de Soleil 20 Mars 2015

Manuel d animation Eclipse partielle de Soleil 20 Mars 2015 Manuel d animation Eclipse partielle de Soleil 20 Mars 2015 Table des matières Qu est-ce qu une éclipse partielle de soleil?... 2 Dans la zone de pénombre, l éclipse est partielle pour l observateur 2,

Plus en détail

17E90 8E20 23E40 11E90 22E90 3E20

17E90 8E20 23E40 11E90 22E90 3E20 Key Rates 2011 sections class 1 class 2 class 3 class 4 class 5 AiX-en-PRoVence cannes 13.60 e 20.50 e 30.10 e 42.00 e 7.90 e AIX-EN-PROVENCE LA SAULCE 11.90 e 18.00 e 26.20 e 37.30 e 7.20 e AIX-EN-PROVENCE

Plus en détail

observatoire du Transport Sanitaire 2014 kpmg.fr

observatoire du Transport Sanitaire 2014 kpmg.fr observatoire du Transport Sanitaire 2014 kpmg.fr Edito Marc Basset, Associé, Responsable du secteur Transport sanitaire C est avec un grand plaisir que nous vous présentons l Observatoire du Transport

Plus en détail

Objectifs. Sommaire. Bulletin de surveillance du réseau SOS Médecins / InVS 1

Objectifs. Sommaire. Bulletin de surveillance du réseau SOS Médecins / InVS 1 Surveillance syndromique SurSaUD Bulletin du réseau SOS Médecins / InVS Numéro 323, du 4 mars 2014 Evolution de l activité globale L activité SOS Médecins est stable tous âges confondus depuis 3 semaines,

Plus en détail

Après en avoir délibéré le 5 février 2013 ; 1. Analyse

Après en avoir délibéré le 5 février 2013 ; 1. Analyse Décision n 2013-0174 de l Autorité de régulation des communications électroniques et des postes en date du 5 février 2013 modifiant l annexe 5 de la décision n 2012-1137 en date du 11 septembre 2012 portant

Plus en détail

la proximité géographique

la proximité géographique Profondément humain Un peu d histoire pour éclairer le présent Créée depuis 1999 en région Rhône-Alpes par des mutuelles interprofessionnelles partageant les mêmes valeurs mutualistes de solidarité, de

Plus en détail

Dans le cadre de la mise en

Dans le cadre de la mise en Décembre 11 RESULTATS «Bien être - mal être? Mieux vous connaître» Enquête conduite auprès des jeunes dans les Missions locales et dans les Centres d examens de santé de l Assurance Maladie Dans le cadre

Plus en détail

Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales. kpmg.fr

Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales. kpmg.fr Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales kpmg.fr 1 Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales 2 La gestion de la trésorerie,

Plus en détail

La Franchise participative. Filière Franchise & Réseaux

La Franchise participative. Filière Franchise & Réseaux La Franchise participative Filière Franchise & Réseaux 2015 La Franchise Participative Le franchiseur détient des parts dans la société franchisée (jusqu à 50%) Cependant, il doit se limiter à une participation

Plus en détail

COMPTES INDIVIDUELS SAISON 2013/2014. Commission de Contrôle des Clubs Professionnels

COMPTES INDIVIDUELS SAISON 2013/2014. Commission de Contrôle des Clubs Professionnels COMPTES INDIVIDUELS DES CLUBS SAISON 213/214 Commission de Contrôle des Clubs Professionnels 2 AC AJACCIO (EUSRL + ASSOCIATION) Compte de résultat Droits audiovisuels Sponsors - Publicité Recettes matches

Plus en détail

Champagne-Ardenne - agence Reims Vesle 18, rue de Vesle 51100 REIMS

Champagne-Ardenne - agence Reims Vesle 18, rue de Vesle 51100 REIMS agences labellisées solutions handicap Alsace Aquitaine Auvergne Bourgogne Bretagne - agence Strasbourg Schiltigheim 54, rue de Bischwiller 67300 SCHILTIGHEIM - agence Mulhouse Europe 22, bd de l Europe

Plus en détail

RETRAITE PRÉVOYANCE SANTÉ ÉPARGNE. vous accompagner durablement, Vous protéger chaque jour

RETRAITE PRÉVOYANCE SANTÉ ÉPARGNE. vous accompagner durablement, Vous protéger chaque jour RETRAITE PRÉVOYANCE SANTÉ ÉPARGNE vous accompagner durablement, Vous protéger chaque jour un groupe de référence de protection sociale Mobilisés pour protéger et accompagner nos clients A cteur de référence

Plus en détail

LOCAUX COMMERCIAUX - LOCATION - CESSION - VENTE - FONDS DE COMMERCE

LOCAUX COMMERCIAUX - LOCATION - CESSION - VENTE - FONDS DE COMMERCE P a r t e n a i r e d e v o t r e d é v e l o p p e m e n t «immo-locaux est une société de conseil spécialisée dans l'immobilier commercial : locaux commerciaux, location, cession, vente, fonds de commerce

Plus en détail

Nomination de 25 nouveaux Associés chez KPMG

Nomination de 25 nouveaux Associés chez KPMG , le 1 er octobre 2012 Nomination de 25 nouveaux Associés chez KPMG KPMG, premier groupe français de services pluridisciplinaires, annonce la nomination de vingt-cinq nouveaux Associés, à compter du 1

Plus en détail

Contact Presse : Agence MCM Marie-Claude Zitrone mc.zitrone@agence-mcm.com Tél. : 06 84 97 20 68 Février 2014

Contact Presse : Agence MCM Marie-Claude Zitrone mc.zitrone@agence-mcm.com Tél. : 06 84 97 20 68 Février 2014 Dossier de Presse Partout en France à travers 90 CCI, NEGOVENTIS propose des formations dans les métiers commerciaux tout au long de la vie, pour tous les publics. Contact Presse : Agence MCM Marie-Claude

Plus en détail

Nomination de 22 nouveaux Associés chez KPMG

Nomination de 22 nouveaux Associés chez KPMG , le 28 septembre 2011 Nomination de 22 nouveaux Associés chez KPMG KPMG, premier groupe français de services pluridisciplinaires, annonce la nomination de vingt-deux nouveaux Associés, à compter du 1

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LE COÛT DE LA VIE ETUDIANTE

ENQUÊTE SUR LE COÛT DE LA VIE ETUDIANTE DOSSIER DE PRESSE 18 AOÛT 2014 ENQUÊTE SUR LE COÛT DE LA VIE ETUDIANTE CONTACT PRESSE LISA RIBEAUD 06 15 86 43 41 lribeaud@unef.fr presse@unef.fr 2 Rentrée 2014 SOMMAIRE Les principaux chiffres 5 Edito

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires 14 juin 2013 JOURNAL OICIEL DE LA RÉPUBLIQUE RANÇAISE Texte 27 sur 118 Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE Arrêté du 11 juin 2013 autorisant

Plus en détail

Bilan des formations présentées lors de la semaine étudiant SEGEUN 2013

Bilan des formations présentées lors de la semaine étudiant SEGEUN 2013 Bilan des formations présentées lors de la semaine étudiant SEGEUN 2013 Lundi 11 février (9h-13h30) ENS Cognitique (diplôme d ingénieur CTI, Management des connaissances, Bordeaux) ISTHIA (Université Toulouse

Plus en détail

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Eléments de cadrage de la situation financière de la Commune de Bourcefranc-le- Chapus Les soldes intermédiaires

Plus en détail

L épargne de tous au service de l intérêt général

L épargne de tous au service de l intérêt général L épargne de tous au service de l intérêt général 1 Pour la réussite de tous les projets Sommaire Un modèle unique et vertueux 4 Prêts au logement social et à la politique de la ville 7 Prêts au secteur

Plus en détail

Relations territoriales CRA CREDIT COOPERATIF

Relations territoriales CRA CREDIT COOPERATIF Relations territoriales CRA CREDIT COOPERATIF CREDIT COOPERATIF Délégation Générale du Nord-Est-Centre, à Paris Pascal LUX T/ 01.47.24.96.43 Pascal.lux@credit-cooperatif.coop DUNKERQUE Directeur : Laurent

Plus en détail

Détective privé. contentieux commercial, Pau risques industriels, droit pénal des affaires Rueil-Malmaison

Détective privé. contentieux commercial, Pau risques industriels, droit pénal des affaires Rueil-Malmaison Paris Comment trouver un détective privé? Nous vous mettrons en relations avec des professionnels et des agences de détectives privés. judicialis.com contact@alain-stevens.com - Tél +33(0)6 12 55 19 80

Plus en détail

CATALOGUE. Coques et boutons de remplacement automobile

CATALOGUE. Coques et boutons de remplacement automobile CATALOGUE 2013 Coques et boutons de remplacement automobile S O M M A I R E CITROËN FIAT FORD PRODUIT SERIE 3,5, et 7 B1 (BOUTON SEUL) CHRYSLER JEEP 2 BOUTONS C2B CHRYSLER JEEP 3 BOUTONS C3B CHRYSLER -

Plus en détail

Association des Producteurs de Leads sur Internet

Association des Producteurs de Leads sur Internet TECHNOLOGIES, MEDIAS & TELECOMMUNICATIONS Association des Producteurs de Leads sur Internet Baromètre 2014 de la génération de Leads sur Internet 10 septembre 2014 I. Présentation du baromètre Il s agit

Plus en détail

RECRUTEMENT DIRECT EN QUALITE D AUDITEUR DE JUSTICE

RECRUTEMENT DIRECT EN QUALITE D AUDITEUR DE JUSTICE MINISTERE DE LA JUSTICE DIRECTION DES SERVICES JUDICIAIRES RECRUTEMENT DIRECT EN QUALITE D AUDITEUR DE JUSTICE 2002 - 2 - REPUBLIQUE FRANCAISE MINISTERE DE LA JUSTICE DIRECTION DES SERVICES JUDICIAIRES

Plus en détail

Cegid Expert. Cegid Expert

Cegid Expert. Cegid Expert Cegid Expert Cegid Expert Un seul outil pour répondre à toutes vos attentes Un périmètre fonctionnel inégalé pour vous accompagner au quotidien dans le développement et le suivi de vos missions. Comptabilité

Plus en détail

Découvrez l offre Nexity Studéa

Découvrez l offre Nexity Studéa Découvrez l offre Nexity Studéa Des implantations idéales Plus de 17 000 logements dans toute la France, une présence dans 58 villes universitaires. Des appartements bien conçus Des studios ou T2 meublés,

Plus en détail

Performance des grands groupes bancaires français au 31 mars 2012

Performance des grands groupes bancaires français au 31 mars 2012 Performance des grands groupes bancaires français au 31 mars 2012 Mercredi 16 mai 2012 Sommaire : Introduction > Un premier trimestre 2012 impacté par des éléments exceptionnels > Une dynamique commerciale

Plus en détail

Crise économique, prélèvements fiscaux et sociaux, quels arbitrages pour la pérennité des PME et ETI? Janvier 2014

Crise économique, prélèvements fiscaux et sociaux, quels arbitrages pour la pérennité des PME et ETI? Janvier 2014 Crise économique, prélèvements fiscaux et sociaux, quels arbitrages pour la pérennité des PME et ETI? Janvier 2014 Introduction Comprendre le tissu des entreprises pour mieux les accompagner est un objectif

Plus en détail

Quelle valeur attribuer à la qualité de l électricité? L AVIS DES CONSOMMATEURS

Quelle valeur attribuer à la qualité de l électricité? L AVIS DES CONSOMMATEURS Quelle valeur attribuer à la qualité de l électricité? L AVIS DES CONSOMMATEURS édito LE RÉSEAU DE TRANSPORT : UN VECTEUR DE QUALITÉ ET DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE zoom LE DÉVELOPPEMENT DU RÉSEAU D ÉLECTRICITÉ,

Plus en détail

TABLEAU RECAPITULATIF ECOLES NATIONALES/EPCC 1

TABLEAU RECAPITULATIF ECOLES NATIONALES/EPCC 1 TABLEAU REPITULATIF ECOLES NATIONALES/EPCC 1 Préconisation du Ministère (Guillaume BOUDY secrétaire général du MCC) dans ses modèles de statuts types : article 8.6 dans sa note aux préfets et aux DRAC

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRUX MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE L RECHERCHE rrêté du 29 mars 2012 fixant au titre de l année 2012 le nombre de postes offerts aux recrutements sans

Plus en détail

Fiche. Le diagnostic financier. 1 Introduction. 2 Le contexte du diagnostic. A Les objectifs du diagnostic financier. B Les préalables du diagnostic

Fiche. Le diagnostic financier. 1 Introduction. 2 Le contexte du diagnostic. A Les objectifs du diagnostic financier. B Les préalables du diagnostic Le diagnostic financier Fiche 1 1 Introduction Le diagnostic financier permet d évaluer le potentiel de l entité. Il peut se faire en différentes occasions (achat d entreprise, placements, demande d emprunt,

Plus en détail

Nous avons bâti le concept d AIRRIA autour de valeurs humaines comme la solidarité, l accompagnement et le partage de la connaissance.

Nous avons bâti le concept d AIRRIA autour de valeurs humaines comme la solidarité, l accompagnement et le partage de la connaissance. 20/01/2015 VALEURS DU GROUPE Nous avons bâti le concept d AIRRIA autour de valeurs humaines comme la solidarité, l accompagnement et le partage de la connaissance.» Antoine JOUVE et Olivier COIN co-fondateurs

Plus en détail

Le Conseil Municipal,

Le Conseil Municipal, MF/EG SEANCE DU 16 SEPTEMBRE 2002 2002/1561 - PRÉSENTATION DU RAPPORT ANNUEL 2001 DE LA CAISSE DE CRÉDIT MUNICIPAL DE LYON (DIRECTION DES FINANCES) Le Conseil Municipal, Vu le rapport en date du 20 août

Plus en détail

Nouvelle organisation de la filière Gestion administrative du personnel et paie (GAPP)

Nouvelle organisation de la filière Gestion administrative du personnel et paie (GAPP) Direction Juridique et de la Conformité du Groupe Droit social et Droit de la fonction publique `çåí~åí d~ääçáëm~ëå~ä q äwmnrrqqnsqs c~ñw bjã~áäw aéëíáå~í~áêéë qçìëëéêîáåéë a~íéçéî~äáçáí ^é~êíáêçìotlmnlomnn

Plus en détail

2011/12/27. Click to edit Master subtitle style

2011/12/27. Click to edit Master subtitle style 2011/12/27 Click to edit Master subtitle style 1993 Rémy Sax, crée la SARL PATRIMOINE CONSULTANT à Nancy, avec l'ambition de devenir un acteur majeur régional de la gestion de Patrimoine. Il s'adjoint

Plus en détail

Déménagement d entreprise

Déménagement d entreprise Déménagement d entreprise Brest Brest 29 22 Quimper Guingamp Lorient 29 22 Quimper Guingamp Lorient 56 Vannes 56 Vannes St Gilles Bayonne 35 Rennes Cherbourg St-Nazaire Saint-Malo St-Nazaire 44 Nantes

Plus en détail

observatoire des emplois d avenir

observatoire des emplois d avenir observatoire des emplois d avenir 4 ème vague Emplois d avenir et zones urbaines sensibles (ZUS) L Association des Maires de Grandes Villes de France a activement participé à la montée en puissance des

Plus en détail

Chapitre 6 L analyse comptable des flux : Les tableaux de flux de trésorerie

Chapitre 6 L analyse comptable des flux : Les tableaux de flux de trésorerie Chapitre 6 L analyse comptable des flux : Les tableaux de flux de trésorerie 1 Plan (Chapitre 13 de l ouvrage de référence) Introduction Le tableau des flux de trésorerie : principes généraux Méthodologie

Plus en détail

Courtier en crédit immobilier DOSSIER DE PRESSE. Contact presse : Audrey Bizet, Hopscotch Tél. : 01 58 65 00 47 abizet@hopscotch.

Courtier en crédit immobilier DOSSIER DE PRESSE. Contact presse : Audrey Bizet, Hopscotch Tél. : 01 58 65 00 47 abizet@hopscotch. Courtier en crédit immobilier DOSSIER DE PRESSE Contact presse : Audrey Bizet, Hopscotch Tél. : 01 58 65 00 47 abizet@hopscotch.fr SOMMAIRE Qui sommes-nous? L équipe dirigeante ACE en bref ACE, spécialiste

Plus en détail

LE CHOIX DE L ENTREPRISE INDIVIDUELLE COMME STRUCTURE JURIDIQUE

LE CHOIX DE L ENTREPRISE INDIVIDUELLE COMME STRUCTURE JURIDIQUE 1 LE CHOIX DE L ENTREPRISE INDIVIDUELLE COMME STRUCTURE JURIDIQUE 1. Pourquoi choisir l entreprise individuelle La création d une entreprise individuelle est simple : pas de capital social, pas de statuts,

Plus en détail

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE BUSINESS PLAN Partie 2 : Le dossier financier 1 Vous êtes prêt à créer votre entreprise? Ce dossier va vous permettre de préciser et de mettre en forme votre projet de

Plus en détail

Valorisation des patrimoines. Conseil et accompagnement stratégique

Valorisation des patrimoines. Conseil et accompagnement stratégique Valorisation des patrimoines Conseil et accompagnement stratégique Dans un contexte d évolutions continues des règlementations et de recherche d optimisation, loin des grands programmes de constructions

Plus en détail

LES SALAIRES DANS LES FONCTIONS CADRES

LES SALAIRES DANS LES FONCTIONS CADRES LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2015-68 septembre 2015 Les composantes de la rémunération des cadres Les salaires des cadres en poste Les salaires proposés dans les offres d emploi Les fiches salaires par

Plus en détail

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010 Gestion des cabinets d'expertise comptable Octobre 2010 Sommaire Avant-propos... 2 Synthèse en quelques chiffres... 2 Les cabinets sans salariés... 2 Les cabinets de 1 à 49 salariés... 2 Le chiffre d affaires

Plus en détail

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude localnova OBS Observatoire des finances locales des Petites Villes de France novembre # Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude financière prospective

Plus en détail

Gestion présenté par Catherine Quelven Assurance présenté par Pierre Giffo International présenté par Emmanuelle Carriot

Gestion présenté par Catherine Quelven Assurance présenté par Pierre Giffo International présenté par Emmanuelle Carriot Gestion présenté par Catherine Quelven Assurance présenté par Pierre Giffo International présenté par Emmanuelle Carriot Catherine Quelven Société COGIRHA Conseil en optimisation de Gestion Co-pilote d

Plus en détail

L apport : combien, comment et avec qui le constituer?

L apport : combien, comment et avec qui le constituer? L apport : combien, comment et avec qui le constituer? CGP La force et la proximité d un réseau national Intervenants Joël LECOEUR - Expert-Comptable CAEN Olivier DESPLATS - Expert-Comptable LILLE Définition

Plus en détail

Bordereau de renseignements OG B.I.C. Millésime 2015

Bordereau de renseignements OG B.I.C. Millésime 2015 LE MANS LAVAL ALENCON Siège social 1 rue de la Paix Parc d activités du Londreau 126-128 rue de la Mariette CS 60506 BP 230 - Cerisé 72000 LE MANS 53005 LAVAL CEDEX 61007 ALENCON CEDEX Tel : 02 43 86 36

Plus en détail

Formation Chef comptable spécialiste PAIE

Formation Chef comptable spécialiste PAIE Formation Chef comptable spécialiste PAIE Comptabilité générale - 100h Mise à niveau / FACULTATIF Les principes fondamentaux de la comptabilité générale Objectif de la comptabilité et exercice de la profession

Plus en détail

VOTRE. PARTENAIRE SANTé. privilégié

VOTRE. PARTENAIRE SANTé. privilégié VOTRE PARTENAIRE SANTé privilégié QUI SOMMES-NOUS? JUST EN FAMILLE, née en 2010, réunit sous la même entité les valeurs communes de deux mutuelles, Just ensemble et En Famille, et apporte à tous ses adhérents

Plus en détail

LA NOUVELLE GÉNÉRATION

LA NOUVELLE GÉNÉRATION LA NOUVELLE GÉNÉRATION DE TABLEAUX DE COMMUNICATION VDI HABITAT ET RÉSEAU ÉLECTRIQUE Michaud : l innovation comme moteur de développement. C est dans les années 50 que l histoire de MICHAUD débute. D une

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRUX MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE L RECHERCHE rrêté du 14 mars 2012 autorisant au titre de l année 2012 des recrutements sans concours d adjoints

Plus en détail

7 ème Salon de la Transmission de Cabinet

7 ème Salon de la Transmission de Cabinet 7 ème Salon de la Transmission de Cabinet 21 septembre 2012 Evaluation et financement : le point de vue du banquier Salon de la Transmission ROUEN, le 21.9.2012 2 Evaluation et financement 1. Valeur financière

Plus en détail

LES MEMBRES DE L ASFA

LES MEMBRES DE L ASFA Pour l année, il faut retenir les 8 847 km d autoroutes et d ouvrages à péage en service, dont 198,6 km mis en service cette année, sur lesquels les clients ont parcouru 84,1 milliards de kilomètres. Lors

Plus en détail

POUR TOUS Consolidation du projet de 90 formation

POUR TOUS Consolidation du projet de 90 formation POUR TOUS Consolidation du projet de 90 formation PRÉPARATION À L ENTRÉE EN FORMATION DE NIVEAU V (CAP/BEP) Préprofessionnalisation bâtiment 91 Préprofessionnalisation industrie 93 Préprofessionnalisation

Plus en détail

Avec HMI-THIRODE, goûtez la tranquillité!

Avec HMI-THIRODE, goûtez la tranquillité! Avec HMI-THIRODE, goûtez la tranquillité! HMI-THIRODE, des services au plus proche de chez vous La puissance d un réseau d installateurs leader en France Plus de 10 000 installations par an Plus de 60

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT.

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT. ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT. -=-=-=- L étude porte sur la situation à la clôture de l exercice 2 (se reporter au compte administratif de 2). Il n est pas tenu compte du budget annexe du

Plus en détail

2 3 4 AUtre 26 Colombie- Britannique 160 Provinces DE L ATLANTIQUE 68 PROVINCES DES PRAIRIES 223 ONTARIO 656 QUÉBEC 1 217 0 5 10 15 20 25 30 0 5 10 15 20 25 30 35 0 10 20 30 40 50 60 ATTEINTE D UN RÈGLEMENT

Plus en détail

ASSEMBLEE GENERALE DU 9 AVRIL 2015 -------------------------- RAPPORT FINANCIER CONCERNANT LES COMPTES DE 2014

ASSEMBLEE GENERALE DU 9 AVRIL 2015 -------------------------- RAPPORT FINANCIER CONCERNANT LES COMPTES DE 2014 ASSEMBLEE GENERALE DU 9 AVRIL 2015 -------------------------- RAPPORT FINANCIER CONCERNANT LES COMPTES DE 2014 Les comptes de l année 2014 sont présentés sous la même forme que ceux des années précédentes

Plus en détail

DOSSIER DE GESTION. Sommaire

DOSSIER DE GESTION. Sommaire 102 Allée de Barcelone 31000 TOULOUSE Forme juridique : ENTREPRISE INDIVIDUELLE Régime fiscal : R. Simplifié Date exercice : 01/07/2012 au 30/06/2013-12 DOSSIER DE GESTION Sommaire Présentation de l'exploitation

Plus en détail

Ce que les élus vont trouver dans la BDES

Ce que les élus vont trouver dans la BDES Ce que les élus vont trouver dans la BDES La BDES doit être le support de la consultation sur la stratégie de l entreprise. Elle doit réunir d ici fin 2016 toutes les informations soumises jusque-là de

Plus en détail

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORMES IAS 32/39 : INSTRUMENTS FINANCIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit

Plus en détail

La protection sociale obligatoire du chef d entreprise indépendant

La protection sociale obligatoire du chef d entreprise indépendant La protection sociale obligatoire du chef d entreprise indépendant www.rsi.fr Le RSI a pour mission d assurer la protection sociale obligatoire de 6,1 millions de chefs d entreprise indépendants actifs

Plus en détail

ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL

ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL Il donne une vision plus économique, il présente la manière dont les emplois sont financés par les ressources. Il permet de mieux comprendre le fonctionnement de

Plus en détail

Filiale du Groupe Bertrand

Filiale du Groupe Bertrand PUB & B RASSERIE s ince 1989 Filiale du Groupe Bertrand Bars&Co, filiale du Groupe Bertrand 3 enseignes à fort potentiel Avec des concepts forts et plus de 100 établissements sous contrat de franchise,

Plus en détail

Fleuriste en boutique GUIDE PRATIQUE DE L ENTREPRISE

Fleuriste en boutique GUIDE PRATIQUE DE L ENTREPRISE Fleuriste en boutique GUIDE PRATIQUE DE L ENTREPRISE ...pour toutes vos assurances la MAPA est à vos côtés! La MAPA connaît bien les fleuristes. Pour vous, nous avons mis au point des garanties sur mesure

Plus en détail

Votre quotidien à Blanche

Votre quotidien à Blanche Votre quotidien à Blanche Les locaux de la CPGE (Bat B et CDI) vous sont accessibles tous les soirs jusqu à 20h, et le vendredi jusqu à 18h Vincent Frotier est présent au CDI de 15h à 20h pour vous encadrer

Plus en détail

Projet de création / reprise d entreprises

Projet de création / reprise d entreprises Projet de création / reprise d entreprises Repère méthodologique pour élaborer votre plan d affaires Cet outil est destiné à vous aider dans l élaboration de votre plan d affaires. Il est scindé en 2 parties

Plus en détail

ENQUETE SUR LA SITUATION DES GRANDES VILLES ET AGGLOMERATIONS EN MATIERE D ASSURANCES DOMMAGES

ENQUETE SUR LA SITUATION DES GRANDES VILLES ET AGGLOMERATIONS EN MATIERE D ASSURANCES DOMMAGES ENQUETE SUR LA SITUATION DES GRANDES VILLES ET AGGLOMERATIONS EN MATIERE D ASSURANCES DOMMAGES N 202 AOUT 2003 SOMMAIRE 1. PRESENTATION p.3 2. SYNTHESE DE L ENQUETE p.4 3. LES REPONSES DES VILLES ET AGGLOMERATIONS

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

PRIX DE CESSION DES 100 DERNIERES TRANSACTIONS DE CABINETS DENTAIRES

PRIX DE CESSION DES 100 DERNIERES TRANSACTIONS DE CABINETS DENTAIRES PRIX DE CESSION DES 100 DERNIERES TRANSACTIONS DE CABINETS DENTAIRES étudiées par Interfimo Edition de janvier 2015 disponible sur www.interfimo.fr Toute représentation ou reproduction, intégrale ou partielle,

Plus en détail

PATRIMMO COMMERCE. Société Civile de Placement Immobilier

PATRIMMO COMMERCE. Société Civile de Placement Immobilier PATRIMMO COMMERCE Société Civile de Placement Immobilier INVESTISSEZ INDIRECTEMENT EN PARTS DE SCPI DANS L IMMOBILIER COMMERCIAL Patrimmo Commerce a pour objectif de constituer un patrimoine immobilier

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SARL

GUIDE PRATIQUE DE LA SARL PASCAL DÉNOS Diplômé d expertise-comptable et Commissaire aux Comptes DESS en Banques et Finances GUIDE PRATIQUE DE LA SARL et de l EURL Création et gestion de la SARL, de l EURL, de la SELARL, de la SELU

Plus en détail

Annexe aux comptes annuels de l exercice clos le. 31.08.2013 Montants exprimés en Euros. Ce rapport contient 12 pages

Annexe aux comptes annuels de l exercice clos le. 31.08.2013 Montants exprimés en Euros. Ce rapport contient 12 pages ABCD Avenir Agricole et Rural Annexe aux comptes annuels de l exercice clos le 31.08.2013 Montants exprimés en Euros Avenir Agricole et Rural Ce rapport contient 12 pages 2014 KPMG S.A., société anonyme

Plus en détail

INFORMATIONS DES ORGANISMES DU REGIME OBLIGATOIRE. Caisse Gestion CPAM 01 BOURG EN BRESSE Régime Général 36 46 01 011 0000. Nom Régime Téléphone

INFORMATIONS DES ORGANISMES DU REGIME OBLIGATOIRE. Caisse Gestion CPAM 01 BOURG EN BRESSE Régime Général 36 46 01 011 0000. Nom Régime Téléphone INFORMATIONS DES ORGANISMES DU REGIME OBLIGATOIRE Nom Téléphone CPAM 01 BOURG EN BRESSE Général 36 46 01 011 0000 CPAM 02 AISNE Général 36 46 01 021 0000 CPAM 02 ST QUENTIN Général 36 46 01 022 0000 CPAM

Plus en détail