Moyennes professionnelles 2013

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Moyennes professionnelles 2013"

Transcription

1 PHARMACIES Moyennes professionnelles e édition

2 Édito Patrick Bordas Associé KPMG Responsable National du réseau Professions de Santé Joël Vellozzi Associé KPMG Responsable National du réseau Professions de Santé La 21 e édition de notre étude annuelle Pharmacies Moyennes Professionnelles nous interpelle. Les résultats de cette étude 2013, sans être foncièrement mauvais, sont toutefois préoccupants. Jusqu à l année dernière, nous constations avec satisfaction, dans un environnement officinal devenu difficile, des progressions encore significatives de marge et de rentabilité des pharmacies de notre échantillon. Cette année, dans un contexte de stagnation du chiffre d affaires, ces deux derniers indicateurs n évoluent quasiment plus et sont même en recul pour une officine sur deux. L officine sur son activité principale de vente de médicaments remboursables ne dégage quasiment plus de marges de manœuvre financières malgré l effet générique. Cette nette inflexion de l évolution des performances des officines pose à notre sens un problème majeur. Sans perspective d évolution, ces dernières sont contraintes à des efforts de gestion et d adaptation très importants. En tant que conseils très proches de nos clients pharmaciens, nous mesurons l importance de leurs actions quotidiennes pour optimiser leurs achats, leur approche marketing, leur contrôle de gestion. Les pharmaciens, avant tout professionnels de santé, ont désormais compris la nécessité d agir aussi en entrepreneurs. Cependant, la nécessité de pérenniser leur activité risque de les entraîner vers une maîtrise trop importante de leurs moyens et notamment vers une compression des charges de personnel. Depuis plusieurs années maintenant, ces dernières évoluent très peu et les effectifs salariés sont stables voire en régression. Cela nous semble fortement préjudiciable : les nouvelles missions souhaitées par le législateur et attendues très positivement par les pharmaciens se profilent avec la valorisation de l acte de dispensation et les nouvelles missions. Les officines doivent et devront toujours plus veiller à la formation des équipes et à la qualité du service et du conseil au comptoir. Les pouvoirs publics devront donc fixer des honoraires de dispensation en cohérence avec ces nouvelles missions et assurer aux officines des marges de manœuvre financières raisonnables.

3 Toutefois, nous restons résolument optimistes sur l évolution et le devenir du secteur. La pharmacie a démontré sa capacité à prendre part de façon très significative à la réduction des dépenses d assurance maladie dans l intérêt des comptes sociaux du pays, même si le potentiel générique n a pas été encore exploité dans les mêmes proportions que chez nos principaux voisins européens. La perturbation créée par la déconnexion entre les valeurs de marché très élevées des officines et leurs valeurs économiques plus faibles est toujours forte mais elle a tendance à s affaiblir car les dernières statistiques de transactions montrent des prix de cession en baisse. Et cela nous semble important notamment pour les jeunes entrant dans la profession et désirant s installer ; il est vital pour eux que les marges dégagées ne soient pas entièrement consacrées à des échéances d emprunt trop lourdes, liées à des endettements de rachats disproportionnés. Ces jeunes pharmaciens que nous rencontrons et conseillons dans leur démarche de reprise d officines perçoivent d ailleurs leur métier et ses perspectives de façon très positive. Ils sont en outre réconfortés par les dernières mesures législatives sur le renforcement du rôle du pharmacien comme professionnel de santé. La pharmacie d officine doit garder à leur image un optimisme raisonnable et une vigilance permanente. Bonne lecture Mars 2013

4 Sommaire 06 Méthodologie 07 Population étudiée 7 I Répartition des officines selon le chiffre d affaires 7 I Répartition des officines selon la typologie 8 I Répartition des officines selon le régime d imposition 8 I Répartition des officines selon le nombre de titulaires 8 I Répartition des officines selon la forme juridique 09 Analyse de l activité 9 I Évolution du C.A. hors taxes 10 I Analyse statistique de l évolution du C.A. / 10 I Évolution du C.A. / selon les strates de C.A. et la typologie d officines 11 I Analyse et évolution du C.A. / par taux de T.V.A. 11 I Analyse et évolution du C.A. / par nombre de titulaires 12 Analyse des marges 12 I Analyse statistique de l évolution de la marge / 13 I Analyse statistique du taux de marge / 13 I Taux de marge brute commerciale selon les strates de C.A. et la typologie d officines 14 I Analyse et évolution de la marge //2010 par taux de T.V.A. 15 Analyse des rentabilités 15 I Charges externes 15 I Charges externes selon les strates de C.A. et la typologie d officines 16 I Frais de personnel 16 I Frais de personnel selon le nombre de titulaires et les strates de C.A. 17 I Performance commerciale et de gestion (PCG) 17 I Analyse statistique de l évolution de la PCG / 17 I Performance commerciale et de gestion selon le nombre de titulaires 18 Analyse des résultats 18 I Officines à l impôt sur le revenu 18 I Officines à l impôt sur les sociétés 19 Analyse de la structure financière 19 I Fonds de roulement 19 I Besoin en fonds de roulement 19 I Trésorerie 20 I Analyse statistique de la trésorerie 20 I Autonomie financière 20 I Coût de l endettement 21 I Ratios moyens des éléments du besoin en fonds de roulement 22 Social 22 I Méthodologie 22 I Nombre d officines et de salariés de l étude sociale 23 I Photographie des ressources humaines 24 I Analyse de la composition de l équipe officinale 26 I Analyse de l âge et de l ancienneté par emploi 26 I Analyse de l ancienneté par emploi 28 Zoom sur les heures supplémentaires et complémentaires 30 Lexique 34 KPMG en un regard

5 Méthodologie Population étudiée La méthodologie utilisée pour cette 21 e édition est identique à celle des années précédentes. Cette étude est réalisée à partir d un échantillon d officines clientes de notre cabinet. Il se compose de pharmacies ayant clos un exercice comptable de 12 mois sur l année. Afin d obtenir des évolutions pertinentes d une année sur l autre, il prend aussi en compte les pharmacies ayant clos un exercice comptable de 12 mois sur l année. Les pharmacies ayant eu des événements impactant l analyse comparative de leurs comptes annuels d un exercice sur l autre sont exclues de l étude (changement de régime fiscal ; transformation juridique : par exemple passage en structure SEL ; changement de date de clôture des comptes ; changement du nombre de titulaires ). Afin d accélérer la sortie de cette étude, les pharmacies retenues dans l analyse ont clôturé majoritairement leurs comptes annuels courant (30 septembre par exemple). Total échantillon : 493 officines Répartition des officines selon le chiffre d affaires Tranche de C.A. HT Nombre % < K ,6 de à K ,4 > K 89 18,1 Total < K de à K > K 18,1 56,4 25,6 Toutes les catégories d officines sont représentées même si la majorité est dans la tranche de chiffre d affaires intermédiaire (de à K ). Répartition des officines selon la typologie 2,6 Zone Nombre % Rurale ,4 Urbaine ,0 Centre commercial 13 2,6 Total Rurale Urbaine Centre commercial 56,0 41,4 Cette répartition d officines étudiées selon la typologie urbaine, rurale et centre commercial est très stable sur les dernières années. 6 Pharmacies

6 Répartition des officines selon le régime d imposition Régime Nombre % 61,9 38,1 Analyse de l activité Impôt sur le revenu ,9 Impôt sur les sociétés ,1 Total Impôt sur le revenu Impôt sur les sociétés Si une large majorité des officines restent à l impôt sur le revenu, la part d officines à l impôt sur les sociétés est en augmentation. Répartition des officines selon le nombre de titulaires 4,5 1624,5 C.A. HT moyen en valeur en K 1621,7 Évolution moyenne du C.A. en % / + 0,17 Titulaires Nombre % ,4 25,2 Évolution du C.A. hors taxes en % ,2 70,4 3 et ,5 Total titulaire 2 titulaires 3 titulaires et + 6 % 5 % 5,7 Plus des 2/3 des pharmacies analysées ont un seul titulaire. Le nombre de titulaires moyen par officine étudiée est de 1,3 en phase avec les données de l ordre national des pharmaciens (éléments démographiques ), avec un rapport de pharmaciens titulaires (section A) sur officines. 4 % 3 % 2 % 3,9 3,4 2,5 1 % 0 % 1,4 1,0 1,4 0,8 0,2 Répartition des officines selon la forme juridique Forme Nombre % Individuelle ,1 SNC 82 16,6 29,2 35,1 L évolution du chiffre d affaires par rapport à est quasi nulle. Toutefois, cet indicateur doit être interprété avec précaution compte tenu de l évolution de la structure de prix et de produits dans la pharmacie. SARL 17 3,4 EURL 77 15,6 SEL ,2 Total Forme individuelle Forme SNC Forme SARL Forme EURL Forme SEL 15,6 3,4 16,6 Cette répartition selon la forme juridique est là aussi très proche des dernières données de l ordre national des pharmaciens, avec bien sûr, une très forte croissance des officines exploitées en société d exercice libéral, celles-ci atteignant désormais près d un tiers du total. 8 Pharmacies

7 Analyse statistique de l évolution du C.A. / en % Analyse et évolution du C.A. / par taux de T.V.A. D10 - décile inférieur - 6,5 Q25 - quartile inférieur - 3,7 M50 - médiane - 0,3 Q75 - quartile supérieur 2,9 D90 - décile supérieur 6,7 La majorité des officines a une évolution de chiffre négative. Pour un quart d entre elles, le recul est d au moins 3,7 %. 10 % enregistrent même une régression de plus de 6,5 %. C.A. moyen en K en % C.A. moyen en K en % Évolution du C.A. / en % C.A. à 2,1 % 1 265,3 77, ,0 78,6 % - 0,8 C.A. à 5,5 % et 7 % 210,9 13,0 205,2 12,7 % 2,8 C.A. à 19,6 % 148,0 9,1 141,3 8,7 % 4,8 Part d officines avec évolution négative 52,9 Évolution du C.A. / selon les strates de C.A. et la typologie d officines en % CA < K - 1,3 CA de à K 0,1 CA > K 1,4 Zone rurale - 0,1 Zone urbaine - 0,1 Centre commercial 2,9 L effet taille est toujours de mise : plus le chiffre d affaires de l officine est important, plus l évolution de celui-ci est favorable. Il en va de même pour les pharmacies de centre commercial. 78 % du chiffre d affaires des pharmacies étudiées correspond à des ventes de médicaments et produits remboursables (taux de TVA à 2,1 %). Les ventes en valeur de ces médicaments ont reculé de 0,8 % de à. Ce recul est cohérent avec les chiffres de l assurance maladie faisant apparaître des dépenses de médicaments remboursées en diminution d environ 1 %. L augmentation de la délivrance de médicaments génériques à prix plus faible par rapport aux princeps a un impact important, particulièrement depuis mi-, suite à la nouvelle convention ainsi qu à la relance de la mesure tiers-payant contre génériques. Le chiffre d affaires à taux de TVA à 5,5 % et à 7 % (nouveau taux depuis le 1 er janvier ) correspond principalement aux ventes de médicaments non remboursables, aux dispositifs médicaux et aux compléments alimentaires. La progression de ces ventes de presque 3 % entre et traduit l effet des déremboursements et la tendance générale à la hausse de l automédication, très marquée en. Ce sont les ventes à taux de TVA à 19,6 % (principalement la parapharmacie) qui progressent le plus dans notre analyse : + 4,8 %. Elles contribuent à consolider de manière non négligeable l activité des officines. Ce retour au développement de la parapharmacie est observé depuis quelques années. Analyse et évolution du C.A. / par nombre de titulaires C.A. moyen en K C.A. moyen en K Évolution du C.A. / en % , ,3 0, , ,0 0,2 3 et , ,1 1,2 Comme les années précédentes, le nombre de titulaires impacte à la hausse l évolution du chiffre d affaires. 10 Pharmacies

8 Analyse statistique du taux de marge / Analyse des marges Marge moyenne HT en valeur en K Évolution moyenne de la marge en valeur en % Taux moyen de marge brute commerciale en % La marge en valeur progresse de 1,3 % cette année, soit légèrement plus que le chiffre d affaires à + 0,2 %. Le taux de marge est en hausse et s élève désormais à 29,7 %. La hausse du taux de marge des officines intégrant les remises et coopérations commerciales se poursuit. / / / ,5 474,2 + 1,3 + 2,6 + 2,9 29,7 29,3 28,8 Analyse statistique de l évolution de la marge / en % Il faut relever néanmoins la faible progression de la marge en valeur, inférieure notamment au taux d inflation (+ 2 %). En outre, le pourcentage d évolution de cette marge en valeur est en nette inflexion d années en années. Taux de marge en % Taux de marge en % D10 - décile inférieur 26,8 26,8 Q25 - quartile inférieur 28,1 28,0 M50 - médiane 29,6 29,2 Q75 - quartile supérieur 31,0 30,6 D90 - décile supérieur 32,5 31,8 En matière de taux de marge, les dispersions sont significatives puisque 10 % de notre échantillon a un taux de marge inférieur à 26,8 % alors que 10 % en a un supérieur à 32,5 %. Taux de marge brute commerciale selon les strates de C.A. et la typologie d officines Taux de marge en % Taux de marge en % CA < 1100 K 29,7 29,3 CA de à 2200 K 29,7 29,3 CA > 2200 K 29,5 29,2 Zone rurale 30,1 29,7 Zone urbaine 29,4 29,0 Centre commercial 28,8 28,9 D10 - décile inférieur - 5,5 Q25 - quartile inférieur - 2,5 M50 - médiane 0,9 Q75 - quartile supérieur 4,6 D90 - décile supérieur 8,6 Les niveaux de chiffre d affaires n impactent pas vraiment le taux de marge. Les officines de zone rurale ont tendance à légèrement surperformer sur ce ratio. Part d officines avec évolution négative 43,6 Près de la moitié des officines a désormais une évolution négative de la marge en valeur contre environ 1/3 l année précédente. 12 Pharmacies

9 Analyse et évolution de la marge //2010 par taux de T.V.A. Marge en % Taux de marge N 2010 Coefficient ventes TTC/Achats HT Taux de marge N-1 Coefficient ventes TTC/Achats HT Taux de marge N-2 Total activité 29,7 29,3 28,8 Coefficient ventes TTC/Achats HT Activité à 2,1 % 28,7 1,43 28,3 1,42 27,7 1,41 Activité à 5,5 % et 7 % 33,8 NA 33,5 1,59 33,0 1,57 Activité à 19,6 % 31,8 1,75 32,3 1,77 33,2 1,79 Analyse des rentabilités Charges externes Marge en valeur Marge Marge Variation en valeur Variation en % Total activité 480,5 474,2 6,4 1,3 Activité à 2,1 % 363,0 360,8 2,2 0,6 Activité à 5,5 % et 7 % 71,2 68,7 2,5 3,6 Activité à 19,6 % 47,1 45,6 1,5 3,3 La hausse du taux de marge moyen s explique uniquement par l appréciation du taux de marge sur les médicaments remboursables, effet générique oblige. Les taux de marge sur les autres activités, médicaments non remboursables et parapharmacie principalement, n évoluent pas de façon significative. La progression de la marge en valeur pour l activité à 2,1 % des officines est très faible cette année, laissant peu de marge de manœuvre pour faire face à l évolution des frais généraux. Charges externes/c.a. en % Locations immobilières/c.a. en % Les charges externes ont été très bien maîtrisées. Le ratio charges externes/c.a. reste en effet stable, l évolution des charges et du chiffre d affaires ayant été semblable, c est-à-dire quasi-nulle. Charges externes selon les strates de C.A. et la typologie d officines 4,8 4,8 1,2 1,2 Charges ext./c.a. en % Charges ext./c.a. en % C.A. < 1100 K 6,0 6,0 C.A. de à 2200 K 4,5 4,4 C.A. > 2200 K 4,1 4,0 Zone rurale 4,5 4,4 Zone urbaine 5,1 5,1 Centre commercial 4,9 5,0 Ces charges sont comme toujours plus lourdes pour les petites structures compte tenu de leur caractère souvent fixe. 14 Pharmacies

10 Frais de personnel Performance commerciale et de gestion (PCG) Frais de personnel en valeur en K Évolution moyenne des frais de personnel en valeur en % / / ,9 166,2 + 1,7 + 1,6 Effectif équivalent temps plein (titulaire(s) compris) 5,3 Performance commerciale et de gestion en valeur en K Évolution moyenne de la PCG en valeur en % ,3 230,8 + 1,1 + 3,8 + 5,1 C.A. TTC/Effectif équivalent temps plein en K 318,7 La progression des frais de personnel salarié est plus importante que celle du chiffre d affaires et surtout de la marge (+ 1,3 %), d où une perte de rentabilité. Le ratio chiffre d affaires TTC sur effectif équivalent temps plein titulaire compris permet de positionner l activité au comptoir des équipes officinales ; cette année, le chiffre d affaires par personne s élève à 319 K, très stable par rapport à l année dernière (320 K ). La performance commerciale et de gestion est l indicateur financier le plus pertinent de mesure de la rentabilité et de son évolution. Cette évolution est non seulement faible mais en plus, en net retrait par rapport aux années précédentes. Ceci s explique par la très faible augmentation du chiffre d affaires et de la marge, conjuguée à des frais généraux et notamment de personnel, en progression plus forte. Analyse statistique de l évolution de la PCG / en % Frais de personnel selon le nombre de titulaires et les strates de C.A. Frais de personnel/ C.A. C.A. < K en % C.A. de K à K en % C.A. > K en % 1 titulaire 9,6 11,1 12,3 2 titulaires 6,7 8,3 10,1 3 titulaires et + N/A 9,5 9,6 Le ratio frais de personnel/chiffre d affaires doit être analysé en tenant compte à la fois du nombre de titulaires et de la strate de chiffre d affaires de l officine. Ce ratio s est dégradé par rapport à l an dernier et particulièrement pour les officines avec un seul titulaire. D10 - décile inférieur - 16,3 Q25 - quartile inférieur - 8,4 M50 - médiane 0,0 Q75 - quartile supérieur 8,8 D90 - décile supérieur 19,9 Part d officines avec évolution négative 49,1 Une officine sur deux enregistre un recul en valeur de sa performance commerciale et de gestion. La part d officines à évolution négative n était que de 35 % l an dernier. Performance commerciale et de gestion selon le nombre de titulaires PCG/C.A. en % PCG/C.A. en % 1 titulaire 13,4 13,4 2 titulaires 16,4 16,0 3 titulaires et + 15,2 14,9 Le ratio performance commerciale et de gestion/chiffre d affaires permet une comparaison pertinente entre officines. Mais, comme pour les frais de personnel, il doit être calculé en fonction du nombre de titulaires. 16 Pharmacies

11 Analyse des résultats Analyse de la structure financière Les résultats des bilans en valeur, leur évolution, leur taux par rapport aux chiffres d affaires, doivent être calculés en fonction du régime fiscal de l officine. Fonds de roulement Officines à l impôt sur le revenu Résultat moyen en valeur en K Taux moyen de résultat/c.a. en % 113,1 112,8 7,4 7,4 + 0,2 % Fonds de roulement en valeur en K Couverture financements stables/ Valeurs immobilisées en % 58,8 60,8 106,5 106,7 Un résultat qui stagne pour les officines à l impôt sur le revenu. Besoin en fonds de roulement Officines à l impôt sur les sociétés Besoin en fonds de roulement en valeur en K - 12,8-1,4 Résultat moyen en valeur en K 75,0 80,5-6,8 % Couverture passif circulant/actif circulant en % 106,3 100,7 Taux moyen de résultat/c.a. en % 4,2 4,6 Salaire et charges pour 1 titulaire en K 66,0 Pour les officines à l impôt sur les sociétés, le résultat est même en recul. Les titulaires de ces officines ont prélevé un montant moyen de 66 K pour couvrir leur rémunération annuelle ainsi que leurs charges sociales personnelles. Trésorerie Trésorerie en valeur en K Les structures financières restent saines. La légère dégradation de leur fonds de roulement par rapport à l année précédente a été largement compensée par un meilleur excédent de financement de leur cycle d exploitation. Ainsi, les trésoreries restent globalement positives et même, en moyenne, en légère amélioration. 71,5 62,2 18 Pharmacies

12 Analyse statistique de la trésorerie Ratios moyens des éléments du besoin en fonds de roulement Trésorerie D10 - décile inférieur - 3,8 Q25 - quartile inférieur 20,0 M50 - médiane 57,0 Q75 - quartile supérieur 113,0 D90 - décile supérieur 173,0 Part d officines avec trésorerie négative 11,6 Crédit clients/jours Crédit fournisseurs/jours Rotation du stock/jours Stock par rapport au C.A. HT en % 7,8 7,5 43,2 39,3 42,8 41,8 8,6 8,6 À la date d établissement de leurs comptes, 12 % des officines étudiées font apparaître néanmoins une trésorerie négative, proportion légèrement en recul par rapport à l année précédente. On constate cette année un allongement du crédit fournisseurs de 4 jours qui a permis, comme vu précédemment, l amélioration de l excédent de financement d exploitation. Les autres ratios, crédit clients et rotation des stocks, sont restés globalement stables. Autonomie financière Fonds propres/endettement total (Dettes à LT + dettes différées + découvert) en % 129,6 109,5 Coût de l endettement Frais financiers * / Performance commerciale et de gestion en % * Intérêt des emprunts + autres charges financières 7,3 7,9 20 Pharmacies

13 Photographie des ressources humaines Social Méthodologie L analyse ratios sociaux porte sur un échantillon de 321 officines clientes de notre cabinet, dont la gestion sociale du personnel a été confiée à KPMG Facilio. Il se compose de pharmacies clientes de KPMG sur les exercices et et dont le système de gestion de la paie est identique. Les données qui vous sont présentées portent sur l année civile. KPMG a développé depuis plusieurs années une offre de gestion sociale externalisée, Facilio, pour accompagner les entreprises et les associations de toutes tailles et de tous secteurs d activité dans les domaines de la gestion sociale de leur personnel : paie, déclarations sociales obligatoires, conseil en droit social, administration du personnel, audits sociaux, tableaux de bords sociaux, formations, gestion des emplois et des compétences, etc. Plus de 400 experts en matière sociale, du gestionnaire paie au juriste en droit social, présents dans une trentaine de sites régionaux, gèrent près de bulletins de salaires et assurent l optimisation et la sécurisation des missions de gestion sociale qui leur sont déléguées. Nombre d officines et de salariés de l étude sociale Année Officines 321 Salariés Nombre de salariés par tranche d âge et par sexe Âge Hommes Femmes Total < Total Pyramide des âges en >= <20 femmes >=65 hommes Hommes Femmes À l instar des années précédentes, la pyramide des âges témoigne 45-49d une forte représentation des salariés de moins de 35 ans avec un peu plus de 42 % de l effectif total Au-delà de 35 ans, l effectif est réparti de façon homogène sur les tranches d âge allant de 35 à 60 ans. Seulement % de l effectif atteint ou dépasse les 60 ans L effectif est fortement féminisé pour toutes les tranches d âge avec % de l effectif total. Les femmes sont présentes en grande majorité sur tous les emplois, y compris dans <20les positions cadres. Nombreux sont les salariés sous contrat à temps partiel Femmes Hommes >=65 <20 Ces phénomènes ne sont pas sans incidence sur l organisation du travail au sein des officines Pharmacies

14 Analyse de la composition de l équipe officinale Comparatif : coefficients moyens par emploi de l étude et classification conventionnelle* Composition moyenne d une équipe officinale en équivalent temps plein (ETP en %) Coef. moyen de l étude Fourchette avenant du 30 janvier 2008 Aide préparateur ,7 35,4 16,9 Préparateurs* Pharmaciens adjoints Préparateurs* Employés Préparateurs* Pharmaciens adjoints Pharmaciens adjoints Employés Préparateurs* Employés Pharmaciens adjoints Apprenti NS NS Pharmacien adjoint à 800 Préparateur à 330 Rayonniste/conditionneur à 150 Autres emplois NS - Employés Les pharmacies d officine se composent de trois principaux profils d emplois : les pharmaciens (les titulaires et les adjoints), les préparateurs (y compris les apprentis préparateurs) et les employés de pharmacie regroupant le personnel attaché aux tâches administratives, à la gestion des commandes ou à l entretien. L effectif est représenté pour moitié de préparateurs et apprentis-préparateurs. Les pharmaciens ne représentent que 16 % de l effectif ETP salarié, avec en moyenne un effectif ETP de 0,7 par officine. Cette situation est induite par le fait que les pharmaciens titulaires sont pour la plupart non-salariés. * Y compris les apprentis préparateurs. Composition moyenne d une équipe officinale en coefficient Les coefficients moyens relevés dans notre étude sont dans la fourchette de la convention et restent très proches des coefficients constatés en. * Classification de l avenant du 30 janvier 2008 portant révision de la convention collective nationale étendue de la pharmacie d officine du 3 décembre Répartition des pharmaciens adjoints par coefficient en % Moins de 430 Aide préparateur à 470 (non inclus) 470 à 500 (non inclus) 500 à 600 (non inclus) Pharmacien adjoint à 800 (non inclus) Plus de 800 Préparateur Rayonniste conditionneur Cette répartition reste stable par rapport à. 66 % des pharmaciens adjoints ont un coefficient compris entre 500 et 600 (non inclus) contre 65 % en. 18 % d entre eux ont un coefficient de 600 et plus, contre 20 % en. 24 Pharmacies

15 Analyse de l âge et de l ancienneté par emploi Âge moyen par emploi 43 Aide préparateur 47 Apprenti Préparateur 35 Rayonniste conditionneur Pharmacien adjoint Moyenne Moyenne L analyse des âges de l ensemble des salariés fait apparaître une stabilité. Les jeunes sont majoritairement représentés. L âge moyen des emplois aide préparateur et rayonniste-conditionneur diminue. Analyse de l ancienneté par emploi Ancienneté par emploi Aide préparateur Apprenti Rayonniste conditionneur Préparateur Pharmacien adjoint Seule la catégorie d emploi aide préparateur connaît une ancienneté de plus de 10 ans. Les préparateurs conservent une ancienneté moyenne proche de 7 ans. L ancienneté des pharmaciens adjoints demeure à 2 ans, chiffre faible dû aux nombreux remplacements sur ce type de poste. 26 Pharmacies

16 Zoom sur les heures supplémentaires et complémentaires Compte-tenu de l amplitude d ouverture des officines, les pharmaciens titulaires sont obligés d organiser le temps de travail de leurs équipes. La période n étant pas aux recrutements de masse, ils font de plus en plus appel aux heures supplémentaires et complémentaires. Salariés à temps partiel dans l officine Selon notre étude, nombreuses sont les officines qui emploient des salariés à temps partiel. Ces salariés bénéficient d un horaire individualisé. La durée du travail qu ils ont à effectuer peut être répartie sur la semaine, le mois ou l année. Ils peuvent, par ailleurs, être amenés à effectuer des heures complémentaires. N étant pas soumis à l horaire collectif de l entreprise ou de l établissement, ils doivent donc être informés par écrit (remise de plannings par exemple) de leurs horaires de travail pour chaque journée travaillée. Le contrat de travail doit préciser les modalités de cette information. Le régime des coupures/interruptions dans le cadre du temps partiel Une coupure (ou interruption) sépare deux séquences autonomes de travail. Elle diffère donc de la pause qui constitue quant à elle un arrêt momentané au sein d une même séquence. Les coupures en cours de journée sont soumises à limitation. En effet, les horaires de travail à temps partiel ne peuvent comporter, au cours d une même journée plus d une interruption d activité, ou une interruption supérieure à deux heures. Les heures complémentaires dans le cadre du temps partiel Selon le Code du travail, l employeur a la possibilité de faire exécuter au salarié à temps partiel, au moyen d heures complémentaires, un horaire supérieur à l horaire contractuel. Cependant, cette possibilité est strictement encadrée par la loi dans la mesure où les heures complémentaires sont soumises à une double limite à savoir : Le nombre d heures complémentaires effectuées au cours de la même semaine ou d un même mois ne peut être supérieur à 1/10 e de la durée hebdomadaire ou mensuelle de travail prévue au contrat. Les heures complémentaires ne peuvent avoir pour effet de porter la durée du travail du salarié au niveau de la durée légale du travail, ou de la durée fixée conventionnellement. Le contrat de travail à temps partiel doit préciser la possibilité et les limites dans lesquelles peuvent être effectuées des heures complémentaires. En conclusion, le recours aux contrats à temps partiel nécessite un certain nombre de diligences tant dans sa rédaction que dans son usage au quotidien. Nos experts KPMG sont à votre disposition pour vous accompagner : Dans la rédaction des contrats et l organisation du travail des salariés à temps partiel. Et plus largement, dans la réalisation d un diagnostic social destiné à vérifier la conformité de votre organisation et de votre gestion du personnel avec les textes en vigueur. Véronique Budin Directrice du bureau KPMG de Creil, en charge des données sociales de cette étude 28 Pharmacies

17 Lexique Performance commerciale et de gestion (% du C.A.) Marge commerciale - charges externes - impôts et taxes - frais de personnel Calcul = C.A. H.T. x 100 Taux de marge brute commerciale (% du C.A.) Calcul = Ventes de la pharmacie H.T. - (stock début + achats - stock fin) Ventes de la pharmacie H.T. x 100 Ce ratio calcule la différence entre le prix de vente et le coût d achat d un produit. C est donc le solde qui reste à l officine pour couvrir ses frais et rémunérer le service rendu. Ce taux de marge retraite également les coopérations commerciales. Charges externes (% du C.A.) Ce ratio mesure la performance économique globale. Il est la résultante de l activité commerciale (CA généré et marges dégagées), du poids des charges externes et frais de personnel (salaires, charges sociales et patronales). Il est souhaitable bien évidemment que ce ratio soit le plus élevé possible. Le résultat obtenu à ce niveau n est pas influencé par les cotisations sociales du ou des titulaires, par la situation ou la politique financière (générant des produits et charges financières), par la politique d investissement (générant des amortissements, notamment ceux liés aux frais d établissement), par les éléments exceptionnels (traduits dans les produits et les charges exceptionnels) et, enfin, dans certains cas, par l impôt sur les sociétés. Tous ces postes viennent effectivement en déduction pour donner le résultat comptable. Fonds de roulement C est la différence entre les financements stables (capitaux propres et dettes à long terme), qui apparaissent au passif du bilan, et les biens stables (fonds de commerce, investissements et immobilisations financières), qui figurent à l actif. Calcul = Autres achats et charges externes C.A. H.T. x 100 Le fonds de roulement doit être suffisant pour couvrir le besoin en fonds de roulement. Ce ratio calcule le rapport entre les charges externes, qui par nature sont essentiellement des charges fixes (loyers, assurances, honoraires, frais postaux et télécommunications, services bancaires ) et le chiffre d affaires réalisé par l officine. Frais de personnel (% du C.A.) Calcul = Salaires + charges sociales patronales C.A. H.T. x 100 Ce ratio calcule le rapport entre les frais de personnel et le chiffre d affaires. On entend par frais de personnel, les salaires bruts et les charges sociales et patronales des équipes salariées de l officine. Ils ne comprennent pas les salaires et charges sociales des gérants et titulaires. 30 Pharmacies

Moyennes professionnelles 2014

Moyennes professionnelles 2014 PHARMACIES Moyennes professionnelles 2014 22e édition édito Patrick Bordas Associé KPMG Responsable National du réseau Professions de Santé Joël Vellozzi Associé KPMG Responsable National du réseau Professions

Plus en détail

Moyennes professionnelles 2015

Moyennes professionnelles 2015 PHARMACIES Moyennes professionnelles 2015 23e édition Édito Patrick Bordas Associé KPMG Responsable National du réseau Professions de Santé Joël Vellozzi Associé KPMG Responsable National du réseau Professions

Plus en détail

Cyril PARLANT Directeur Associé Avocat en Droit Social

Cyril PARLANT Directeur Associé Avocat en Droit Social Neuilly, le 2 février 2009 Objet : Aménagement régime Retraite - Prévoyance Madame, Monsieur, Votre entreprise va - si ce n'est pas déjà le cas - être confrontée à des aménagements de ses régimes de retraite

Plus en détail

Moyennes Professionnelles Cycles 2013

Moyennes Professionnelles Cycles 2013 Moyennes Professionnelles Cycles 2013 2 e édition kpmg.fr Nicolas Baldo Actionnaire KPMG, Directeur du bureau de Marseille Expert-comptable - Commissaire aux comptes Responsable National du Réseau Cycles

Plus en détail

Facturation de la délivrance du Kit Anti-Grippe A (H1 N1)

Facturation de la délivrance du Kit Anti-Grippe A (H1 N1) Pharmaciens CDC 1.31 / 1.40 Fiche n 05_FR74 septembre 2009 Contexte Dans le cadre de la pandémie de la grippe A, les pharmaciens sont rémunérés spécifiquement pour effectuer la délivrance des kits gratuits

Plus en détail

Vous accompagner dans la gestion et les projets de votre exploitation agricole EXPERTISE COMPTABLE & CONSEIL

Vous accompagner dans la gestion et les projets de votre exploitation agricole EXPERTISE COMPTABLE & CONSEIL Vous accompagner dans la gestion et les projets de votre exploitation agricole EXPERTISE COMPTABLE & CONSEIL Vous accompagner dans la gestion et les projets de votre exploitation agricole KPMG accompagne

Plus en détail

Le Médiateur des ministères économiques et financiers est au service des usagers (particuliers et entreprises)

Le Médiateur des ministères économiques et financiers est au service des usagers (particuliers et entreprises) 17octobre 2012 Le Médiateur des ministères économiques et financiers est au service des usagers (particuliers et entreprises) Il est compétent pour vous aider à résoudre vos litiges persistants avec les

Plus en détail

MMES et MM les Directeurs des Unions Régionales des Caisses d'assurance Maladie

MMES et MM les Directeurs des Unions Régionales des Caisses d'assurance Maladie l'assurance Maladie des salariés sécurité sociale caisse nationale &LUFXODLUH&1$076 Date : 15/12/2000 Origine : DDRE Réf. : DAR n 14/2000 n / n / n / MMES et MM les Directeurs des Caisses Primaires d'assurance

Plus en détail

Vous accompagner dans la transmission-reprise de votre entreprise

Vous accompagner dans la transmission-reprise de votre entreprise PETITES ENTREPRISES - PROFESSIONS LIBÉRALES Vous accompagner dans la transmission-reprise de votre entreprise kpmg ENTREPRISES KPMG en un regard Nos engagements KPMG est le 1 er cabinet français d audit,

Plus en détail

Vous accompagner tout au long de vos projets, pour votre café, hôtel, restaurant. Expertise comptable & conseil

Vous accompagner tout au long de vos projets, pour votre café, hôtel, restaurant. Expertise comptable & conseil Vous accompagner tout au long de vos projets, pour votre café, hôtel, restaurant Expertise comptable & conseil Vous accompagner tout au long de vos projets, pour votre café, hôtel, restaurant Depuis 1922,

Plus en détail

La Banque de France à horizon 2020 : projet de modernisation du réseau

La Banque de France à horizon 2020 : projet de modernisation du réseau 17 juin 2013 La Banque de France à horizon 2020 : projet de modernisation du réseau La Banque de France s est fortement mobilisée au service de l économie et de la Nation dans le contexte de la crise financière.

Plus en détail

Vous conseiller à chaque moment de la vie de votre officine

Vous conseiller à chaque moment de la vie de votre officine PHARMACIES Vous conseiller à chaque moment de la vie de votre officine kpmg ENTREPRISES KPMG en un regard KPMG est le 1 er cabinet français d audit, d expertise comptable et de conseil. * Il met à votre

Plus en détail

Artisans et entreprises du bâtiment

Artisans et entreprises du bâtiment Artisans et entreprises du bâtiment Vous accompagner tout au long de vos projets Expertise comptable & conseil Artisans et entreprises du bâtiment - Vous accompagner tout au long de vos projets Gérer votre

Plus en détail

Votre Conseil patrimonial

Votre Conseil patrimonial Votre Conseil patrimonial KPMG à votre écoute pour...... vous conseiller dans la gestion financière et fiscale de votre patrimoine Vos questions > Comment développer mon patrimoine privé et professionnel

Plus en détail

FRANCHISE. Franchiseurs, franchisés, KPMG vous accompagne

FRANCHISE. Franchiseurs, franchisés, KPMG vous accompagne FRANCHISE Franchiseurs, franchisés, KPMG vous accompagne kpmg ENTREPRISES KPMG en un regard Nos engagements KPMG est le 1 er cabinet français d audit, d expertise comptable et de conseil. * Il met à votre

Plus en détail

Vous accompagner dans la gestion et les projets de votre entreprise de bâtiment

Vous accompagner dans la gestion et les projets de votre entreprise de bâtiment BÂTIMENT Vous accompagner dans la gestion et les projets de votre entreprise de bâtiment kpmg ENTREPRISES KPMG en un regard KPMG est le 1 er cabinet français d audit, d expertise comptable et de conseil.

Plus en détail

PRIME D INTERESSEMENT 2007 CPAM

PRIME D INTERESSEMENT 2007 CPAM Branche maladie PRIME D INTERESSEMENT 2007 CPAM Bourg en Bresse 65,19% 86,38% 75,79% 170,75 226,25 397,00 Laon 85,39% 86,38% 85,89% 223,66 226,25 449,91 St Quentin 91,73% 86,38% 89,06% 240,27 226,25 466,52

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Aide juridictionnelle Plafond de ressources Unité de valeur Circulaire du SADJPV du 29 décembre 2006 relative au montant des plafonds de ressources, des correctifs pour charges familiales et des tranches

Plus en détail

Table des conventions du PS : Version: 1.40 exploitation 1.14.

Table des conventions du PS : Version: 1.40 exploitation 1.14. Table des conventions du PS : Version: 1.40 exploitation 1.14. Organisme signataire Type TP Organisme AMC Libellé 01011 CPAM BOURG EN BRESSE RO T Néant 01021 CPAM LAON RO T Néant 01022 CPAM ST QT RO T

Plus en détail

DEVENIR PARTENAIRE. Courtage

DEVENIR PARTENAIRE. Courtage DEVENIR PARTENAIRE Courtage L EXPERTISE Depuis 2006, AG2R LA MONDIALE a signé la charte de déontologie du courtage avec la Chambre Syndicale des Courtiers d Assurances (C.S.C.A.) Selon l évolution de la

Plus en détail

OptimHome. Proposition de mission Conseillers Optimhome. Octobre 2014

OptimHome. Proposition de mission Conseillers Optimhome. Octobre 2014 OptimHome Proposition de mission Conseillers Optimhome Octobre 2014 KPMG : Qui sommes nous? KPMG en bref Un réseau international Une présence nationale Une proximité régionale Premier groupe français d

Plus en détail

Capital Investissement

Capital Investissement Capital Une marque d engagement Des ressources essentielles au service de votre entreprise Capital Premier cabinet d avocats en France Avec près de 1200 avocats en France et des partenaires dans 150 pays,

Plus en détail

Face à l insécurité urbaine, laissons parler les chiffres

Face à l insécurité urbaine, laissons parler les chiffres Cofely Ineo en bref filiale de GDF SUEZ 15 500 collaborateurs 300 implantations en France 2,3 Md de CA en 2012 génie électrique (45%) intégration de systèmes (30%) BEAUVAIS AMIENS ROUEN LE HAVRE CAEN CHERBOURG

Plus en détail

Annexe A7 CHARGES DE LA PRESTATION DE BASE PAR SEGMENT TARIFAIRE. Gares ou Segments de Gares DRG 2016. Prestation de base (en k )

Annexe A7 CHARGES DE LA PRESTATION DE BASE PAR SEGMENT TARIFAIRE. Gares ou Segments de Gares DRG 2016. Prestation de base (en k ) DRG 2016 Annexe A7 CHARGES DE LA PRESTATION DE BASE PAR SEGMENT TARIFAIRE Prestation de base (en k ) Gares ou Segments de Gares montant total dont rémunération de l'actif (WACC) dont rétrocession du résultat

Plus en détail

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Circulaire CNAMTS Mmes et MM les Directeurs Date : des Caisses Primaires d'assurance Maladie 28/03/90 des Caisses Générales

Plus en détail

UNE PROFESSION JEUNE. Depuis 2005, l entrée des jeunes avocats dans la profession a changé et le statut d avocat stagiaire n existe plus.

UNE PROFESSION JEUNE. Depuis 2005, l entrée des jeunes avocats dans la profession a changé et le statut d avocat stagiaire n existe plus. LES AVOCATS EN 2005 UNE FRANCE DES BARREAUX FORTEMENT HÉTÉROGÈNE Au 1er janvier 2005, on dénombre 43 403 exerçant dans les 174 barreaux de la France métropolitaine. Plutôt jeune et relativement féminisée,

Plus en détail

URL analysées. www.accor.com www.alliance-hospitality.com www.elior.fr www.hiexpress.com www.holidayinn.com www.hyatt.com

URL analysées. www.accor.com www.alliance-hospitality.com www.elior.fr www.hiexpress.com www.holidayinn.com www.hyatt.com 1 sur 5 VRDCI 10, rue Augereau 75007 Paris - FRANCE Tel : 01 45 35 00 80 Email : vrdci@vrdci.com - Référencement naturel avec paiement aux résultats - Ingénierie et design de sites web, intranet et applicatifs

Plus en détail

Observatoire du Transport Sanitaire 2011. kpmg.fr

Observatoire du Transport Sanitaire 2011. kpmg.fr Observatoire du Transport Sanitaire 2011 kpmg.fr Edito Observatoire du Transport Sanitaire 2011 1 Marc Basset Associé, Directeur Haute-Normandie Picardie-Maritime Dans la poursuite de nos travaux, nous

Plus en détail

Votre Business Plan 3. Les frais relatifs à la création d une entreprise 7. Le choix de votre structure juridique 9. Votre entretien bancaire 12

Votre Business Plan 3. Les frais relatifs à la création d une entreprise 7. Le choix de votre structure juridique 9. Votre entretien bancaire 12 Guide Créateur Sommaire Votre Business Plan 3 Les frais relatifs à la création d une entreprise 7 Le choix de votre structure juridique 9 Votre entretien bancaire 12 1 Votre Business Plan Votre Business

Plus en détail

Cofely Ineo, partenaire d une maintenance performante. cofelyineo-gdfsuez.com

Cofely Ineo, partenaire d une maintenance performante. cofelyineo-gdfsuez.com Cofely Ineo, partenaire d une maintenance performante cofelyineo-gdfsuez.com Maîtrise des coûts, continuité de service, performance énergétique, respect de l environnement, suivi des évolutions règlementaires

Plus en détail

Notre mutuelle est différente Un million de personnes nous accordent déjà leur confiance

Notre mutuelle est différente Un million de personnes nous accordent déjà leur confiance Notre mutuelle est différente Un million de personnes nous accordent déjà leur confiance Santé Prévoyance Retraite épargne notre mutuelle pour vous protéger «Je compte assurer ma protection et celle de

Plus en détail

17-19 ROUTE DE BORDEAUX BP 56 - DRAYTON SQUARE 33341 LESPARRE-MÉDOC CEDEX TÉL : 05 56 41 03 68 FAX : 05 56 41 83 09 EXTENCIAMEDOC@EXTENCIA.

17-19 ROUTE DE BORDEAUX BP 56 - DRAYTON SQUARE 33341 LESPARRE-MÉDOC CEDEX TÉL : 05 56 41 03 68 FAX : 05 56 41 83 09 EXTENCIAMEDOC@EXTENCIA. Le cabinet EXTENCIA, est membre du réseau CGP, qui accompagne aujourd hui de nombreuses officines. CGP c est le réseau national d experts-comptables spécialisés dans la gestion d officines pharmaceutiques.

Plus en détail

Organismes mutualistes Activités d assurance Relevons ensemble vos défis. kpmg.fr

Organismes mutualistes Activités d assurance Relevons ensemble vos défis. kpmg.fr Organismes mutualistes Activités d assurance Relevons ensemble vos défis kpmg.fr Les défis du futur Une réponse adaptée Les mutuelles du livre II du Code de la mutualité font face à de réelles mutations,

Plus en détail

L entreprise familiale :

L entreprise familiale : ÉTUDE 2007 L entreprise familiale : une entreprise décidément pas comme les autres KPMG ENTREPRISES Édito KPMG Entreprises, le département dédié aux PME de KPMG a le plaisir de présenter sa nouvelle étude

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Décret n o 2009-1384 du 11 novembre 2009 relatif à la spécialisation des juridictions en matière de contestations de

Plus en détail

Organismes mutualistes Activités d assurance Relevons ensemble vos défis. kpmg.fr

Organismes mutualistes Activités d assurance Relevons ensemble vos défis. kpmg.fr Organismes mutualistes Activités d assurance Relevons ensemble vos défis kpmg.fr Les défis du futur Une réponse adaptée Les mutuelles du livre II du Code de la mutualité font face à de réelles mutations,

Plus en détail

Analyse financière de la commune de Bassens. Présentation des résultats. 1 er juillet 2014

Analyse financière de la commune de Bassens. Présentation des résultats. 1 er juillet 2014 Analyse financière de la commune de Bassens Présentation des résultats 1 er juillet 2014 Sommaire Introduction 1. Analyse de l évolution des soldes de gestion retraités 2. Effort d investissement et choix

Plus en détail

Fonds européens. Relevons ensemble vos défis

Fonds européens. Relevons ensemble vos défis Fonds européens Relevons ensemble vos défis Vos défis Une question de confiance Les fonds européens sont un levier majeur de financement de l activité des acteurs publics et privés qui œuvrent à une croissance

Plus en détail

Le réseau des CEL : 1er formateur national en langues Présentation générale Bretagne Basse Normandie Haute Normandie Picardie Nord Pas Calais

Le réseau des CEL : 1er formateur national en langues Présentation générale Bretagne Basse Normandie Haute Normandie Picardie Nord Pas Calais Le réseau des CEL :: 1 eerr fformatteur nattiionall en llangues Présenttattiion généralle Les CEL des CCI sont des départements linguistiques des centres de formation continue des Chambres de Commerce

Plus en détail

COURSES URGENTES LIVRAISONS

COURSES URGENTES LIVRAISONS COURSES URGENTES LIVRAISONS PARIS FRANCE EUROPE 06.27.48.52.84 fredexpress93@gmail.com dimensions de nos différents véhicules volume palettes poids maxi dimensions véhicule en m3 «Euro» marchandise long.

Plus en détail

Observatoire 2014 des Universités & Écoles. Observatoire 2014 des Universités & Écoles

Observatoire 2014 des Universités & Écoles. Observatoire 2014 des Universités & Écoles I Observatoire 2014 des Universités & Écoles Observatoire 2014 des Universités & Écoles Observatoire 2014 des Universités & Écoles 1 Sommaire Avant-propos 1. Méthodologie 2. Universités 2.1 Recettes 2.2

Plus en détail

La flambée des années 2000 a laissé croire que les

La flambée des années 2000 a laissé croire que les 34 3 La flambée immobilière dans les villes françaises, une question d attractivité? Par Claire Juillard, co-directrice de la Chaire Ville & Immobilier (Université/Fondation Dauphine) et Hervé Alexandre,

Plus en détail

CSF AGENCE D'ARRAS CSF - MAIRIE DE MONTREUIL SUR MER CSF - MAIRIE D'ARQUES CSF AGENCE DE BEAUVAIS CSF - MAIRIE DE COMPIEGNE CSF VERNEUIL EN HALATTE

CSF AGENCE D'ARRAS CSF - MAIRIE DE MONTREUIL SUR MER CSF - MAIRIE D'ARQUES CSF AGENCE DE BEAUVAIS CSF - MAIRIE DE COMPIEGNE CSF VERNEUIL EN HALATTE Agence de rattachement BOBIGNY BOBIGNY BOBIGNY CERGY CERGY CERGY CERGY CRETEIL CRETEIL CRETEIL EVRY EVRY EVRY EVRY Agence et point rencontre CSF AGENCE D' CSF LENS CSF CALAIS CSF - MAIRIE DE MONTREUIL

Plus en détail

LES TRANSPORTS ET LES DÉPLACEMENTS

LES TRANSPORTS ET LES DÉPLACEMENTS 0 LES TRANSPORTS ET LES DÉPLACEMENTS p.4 Les modes de déplacement p.44 Le taux de motorisation p.46 Les migrations inter-aires urbaines p.48 Les migrations intra-aires urbaines p.50 Synthèse La loi sur

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE Arrêté du 23 décembre 2013 modifiant l arrêté du 18 avril 2011 portant liste et classification en deux catégories des emplois de greffier

Plus en détail

ACHETER VENDRE LOUER GERER INVESTIR ASSURER DOSSIER DE PRÉSENTATION FRANCHISE AKERYS IMMOBILIER

ACHETER VENDRE LOUER GERER INVESTIR ASSURER DOSSIER DE PRÉSENTATION FRANCHISE AKERYS IMMOBILIER ACHETER VENDRE LOUER GERER INVESTIR ASSURER DOSSIER DE PRÉSENTATION FRANCHISE AKERYS IMMOBILIER AKERYS AKERYS, un Groupe Immobilier de tout premier plan. Initialement dédiée à l investissement locatif,

Plus en détail

Urbanisme et Habitat Social : relevons ensemble vos défis

Urbanisme et Habitat Social : relevons ensemble vos défis Urbanisme et Habitat Social : relevons ensemble vos défis Les défis du futur Les organismes de logement social sont des acteurs clés de la politique du logement en France. Dans le cadre de la Convention

Plus en détail

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Circulaire CNAMTS Date : MMES et MM les Directeurs 29/12/97 MMES et MM les Agents Comptables Origine : - des Caisses Primaires

Plus en détail

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Circulaire CNAMTS MMES et MM les Directeurs Date : des Caisses Primaires d Assurance Maladie 12/07/96 des Caisses Régionales

Plus en détail

Communication des perspectives financières

Communication des perspectives financières Communication des perspectives financières Analyse portant sur les sociétés du CAC 0 Evolution 2010-2012 Janvier 201 Une étude basée sur les sociétés du CAC 0 * Le choix des groupes dans leur communication

Plus en détail

Les réseaux locaux PASSADE Service Commun Formation Continue Université Stendhal

Les réseaux locaux PASSADE Service Commun Formation Continue Université Stendhal Les réseaux locaux PASSADE Service Commun Formation Continue Université Stendhal Dunkerque Calais Boulogne Tourcoing Lille Roubaix Béthune Lens Douai Valenciennes Amiens St-Quentin Charleville- Cherbourg

Plus en détail

observatoire du Transport Sanitaire 2014 kpmg.fr

observatoire du Transport Sanitaire 2014 kpmg.fr observatoire du Transport Sanitaire 2014 kpmg.fr Edito Marc Basset, Associé, Responsable du secteur Transport sanitaire C est avec un grand plaisir que nous vous présentons l Observatoire du Transport

Plus en détail

PÔLE DU HAVRE Parc de l Estuaire - avenue du Cantipou 76700 HARFLEUR Tél. : 02 35 49 33 80

PÔLE DU HAVRE Parc de l Estuaire - avenue du Cantipou 76700 HARFLEUR Tél. : 02 35 49 33 80 4 SITES PÔLE DE CAEN Parc Athéna - 8 rue Jane Addams 14280 SAINT-CONTEST Tél. : 02 31 94 50 43 CHAQUE MOIS NOTRE BAROMÈTRE! ABONNEZ-VOUS AU BAROMÈTRE DES PHARMACIES SUR NOTRE SITE : PÔLE DE ROUEN 5 espace

Plus en détail

LA VALORISATION DES RESSOURCES

LA VALORISATION DES RESSOURCES LA VALORISATION DES RESSOURCES ÉDITO Valoriser les ressources humaines de l entreprise Samsic RH propose une offre de services complète visant à faciliter l accompagnement et la gestion des ressources

Plus en détail

PLASTIQUES. dossiers. Gestion des eaux pluviales et de ruissellement S.A.U.L. (Structures Alvéolaires Ultra-Légères) numéro 1. Le guide des solutions

PLASTIQUES. dossiers. Gestion des eaux pluviales et de ruissellement S.A.U.L. (Structures Alvéolaires Ultra-Légères) numéro 1. Le guide des solutions Le guide des solutions numéro 1 Gestion des eaux pluviales et de ruissellement S.A.U.L. (Structures Alvéolaires Ultra-Légères) Du lundi au vendredi Du lundi au vendredi Du lundi au vendredi Le bassin enterré

Plus en détail

lille 16/06 17/06 session 8 toulouse 11/06 12/06 session 63 pau 18/06 19/06 session 32

lille 16/06 17/06 session 8 toulouse 11/06 12/06 session 63 pau 18/06 19/06 session 32 Juin 2015 Atelier cas cliniques le patient diabétique, le patient sous anticoagulants ORLEANS 09/06 10/06 session 12 REIMS 09/06 10/06 session 13 PERPIGNAN 16/06 17/06 session 14 Soins infirmiers et différence

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES BUDGET Arrêté du 27 juillet 2012 relatif au classement de postes comptables et d emplois de chef de service comptable

Plus en détail

Conseil Supérieur des Messageries de Presse SCHEMA DIRECTEUR DU RESEAU DE NIVEAU 2

Conseil Supérieur des Messageries de Presse SCHEMA DIRECTEUR DU RESEAU DE NIVEAU 2 Conseil Supérieur des Messageries de Presse SCHEMA DIRECTEUR DU RESEAU DE NIVEAU 2 1. RAPPEL HISTORIQUE DE L EVOLUTION DU RESEAU DE NIVEAU 2 Le réseau des dépositaires de presse connaît une constante évolution

Plus en détail

Rejoignez notre réseau et développons ensemble votre réussite! Tout un monde d ouvertures.

Rejoignez notre réseau et développons ensemble votre réussite! Tout un monde d ouvertures. Rejoignez notre réseau et développons ensemble votre réussite! Tout un monde d ouvertures. Une identité affirmée et valorisante Une image magasin moderne LORENOVE a su développer un concept d Espace-Conseil

Plus en détail

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Circulaire CNAMTS MMES et MM les Directeurs Date : 15/03/99 des Caisses Primaires d'assurance Maladie des Caisses Régionales

Plus en détail

Maisons d édition : les chiffres 2013

Maisons d édition : les chiffres 2013 Maisons d édition : les chiffres 2013 Janvier 2015 9ème édition Joëlle Tubiana Associée Edito Pour cette 9 ème étude consécutive, nous avons apporté quelques modifications dans la classification des secteurs

Plus en détail

Évaluation interne et externe des établissements sociaux et médico-sociaux : Une démarche indépendante, personnalisée et constructive

Évaluation interne et externe des établissements sociaux et médico-sociaux : Une démarche indépendante, personnalisée et constructive Évaluation interne et externe des établissements sociaux et médico-sociaux : Une démarche indépendante, personnalisée et constructive L évaluation des établissements et services sociaux et médico-sociaux

Plus en détail

La Master Franchise. Filière Franchise et Réseaux

La Master Franchise. Filière Franchise et Réseaux La Master Franchise Filière Franchise et Réseaux 2015 Définition d une Master Franchise et d un Master Franchisé La Master Franchise : La Master Franchise est un contrat conférant à un entrepreneur ou

Plus en détail

MINISTERE DE LA JUSTICE

MINISTERE DE LA JUSTICE MINISTERE DE LA JUSTICE DIRECTION DES AFFAIRES CIVILES ET DU SCEAU PÔLE D EVALUATION DE LA JUSTICE CIVILE STATIISTIIQUE SUR LA PROFESSIION D''AVOCAT Sittuatti ion au 1 eer r janvij ierr 2012 NOVEMBRE 22001122

Plus en détail

Comment s installer : Médecins

Comment s installer : Médecins KPMG S.A. Gilles DEFERT Directeur Régional DFA Alain ROGLIN Manager Le 17/06/2010 Avant de s installer : quand faut il s installer? Aspects juridiques. Les généralités: - Entreprise individuelle. (BNC)

Plus en détail

Observatoire 2012 des Universités & Écoles

Observatoire 2012 des Universités & Écoles Observatoire 212 des Universités & Écoles Observatoire 212 des Universités & Écoles 1 Préambule KPMG a le plaisir de vous présenter les résultats de l observatoire 212 sur les établissements d enseignement

Plus en détail

Les résultats régionaux des salles et des films, les pratiques cinématographiques des Français, le public régional du cinéma

Les résultats régionaux des salles et des films, les pratiques cinématographiques des Français, le public régional du cinéma La géographie du cinéma dossier #36 / septembre 00 Les résultats régionaux des salles et des films, les pratiques cinématographiques des Français, le public régional du cinéma La géographie du cinéma

Plus en détail

DOSSIERS. Dispositif de fermeture. Tampon en matériau composite pour espaces verts, trottoirs et zones de caniveaux. n 6 LE GUIDE DES SOLUTIONS

DOSSIERS. Dispositif de fermeture. Tampon en matériau composite pour espaces verts, trottoirs et zones de caniveaux. n 6 LE GUIDE DES SOLUTIONS DOSSIERS LE GUIDE DES SOLUTIONS n 6 Dispositif de fermeture Tampon en matériau composite pour espaces verts, trottoirs et zones de caniveaux LE PRINCIPE LES APPLICATIONS Toute réservation dans le sol (boîte

Plus en détail

S8 Enquestes de mobilitat com a eina per a l anàlisi i la planificació.

S8 Enquestes de mobilitat com a eina per a l anàlisi i la planificació. S8 Enquestes de mobilitat com a eina per a l anàlisi i la planificació. Sabadell, del 5 al 6 de juliol de 2007 Observatori de la mobilitat. El cas de França. Marie-Odile Gascon, Observation de la mobilité,

Plus en détail

Sommaire L évolution de l activité Tour-Operating 2007/2006

Sommaire L évolution de l activité Tour-Operating 2007/2006 INFORMATION, COMMUNICATIONS & ENTERTAINMENT Les ratios d exploitation des Tour-Opérateurs mars 28 AUDIT Le CETO-Association de Tour-Opérateurs regroupe la majorité des Tour-Opérateurs (TO) français et

Plus en détail

Réunion du 28 mars 2015

Réunion du 28 mars 2015 Réunion du 8 mars 015 Situation initiale PARK AND SUITES 100% GROUPE MENGUY INVESTISSEMENT (GMI) 100% 100% 100% DOM VILLE SERVICES Enseigne APPART CITY GROUPE FRANCE EPARGNE (GFE) APPART SERVICE GESTION

Plus en détail

Ferrand www.admission-postbac.org

Ferrand www.admission-postbac.org Académie IUT Site Internet Dates inscription Modalités particilières Nantes Poitiers Lille Caen Rouen Strasbourg Clermont Ferrand www.admission-postbac.org Montpellier Du 20 janvier au 25 mars 2008 Corse

Plus en détail

Les choix proposés s expliquent, suivant la nature des activités majeures exercées, par les principales considérations ci-après.

Les choix proposés s expliquent, suivant la nature des activités majeures exercées, par les principales considérations ci-après. PROJETS D ADAPTATION DE L IMPLANTATION TERRITORIALE DE LA BANQUE DE FRANCE, D ARRÊT DES OPERATIONS AVEC LA CLIENTELE PARTICULIERE ET PLANS DE SAUVEGARDE DE L EMPLOI RESUME ADAPTATION DE L IMPLANTATION

Plus en détail

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Circulaire CNAMTS MMES et MM les Directeurs Date : 29/07/97 des Caisses Primaires d'assurance Maladie des Caisses Régionales

Plus en détail

N 45 BULLETIN OFFICIEL DE LA BANQUE DE FRANCE SEPTEMBRE 2002 112-45

N 45 BULLETIN OFFICIEL DE LA BANQUE DE FRANCE SEPTEMBRE 2002 112-45 N 45 BULLETIN OFFICIEL DE LA BANQUE DE FRANCE SEPTEMBRE 2002 112-45 AVERTISSEMENT Le Bulletin officiel de la Banque de France diffuse mensuellement, à compter de janvier 1999, les textes officiels de la

Plus en détail

L A P E R F O R M A N C E D U R A B L E

L A P E R F O R M A N C E D U R A B L E L A P E R F O R M A N C E D U R A B L E ÉDITO Accompagner durablement votre performance Samsic Facility regroupe l ensemble de nos métiers supports à l exploitation immobilière tels que la propreté, la

Plus en détail

Fédération des Chasseurs 35

Fédération des Chasseurs 35 Fédération des Chasseurs 35 Exercice clos au 30 juin 2014 Assemblée Générale du 18 Avril 2015. Le compte de résultat - Fédération Intitulés Réalisations Réalisations 2013-2014 2012-2013 Variations N/N-1

Plus en détail

La Franchise participative. Filière Franchise & Réseaux

La Franchise participative. Filière Franchise & Réseaux La Franchise participative Filière Franchise & Réseaux 2015 La Franchise Participative Le franchiseur détient des parts dans la société franchisée (jusqu à 50%) Cependant, il doit se limiter à une participation

Plus en détail

résidence creisker Pornichet L établissement d hébergement pour personnes âgées dépendantes selon Soigner et prendre soin.

résidence creisker Pornichet L établissement d hébergement pour personnes âgées dépendantes selon Soigner et prendre soin. résidence creisker Pornichet L établissement d hébergement pour personnes âgées dépendantes selon Soigner et prendre soin. Vous êtes au cœur de nos attentions Soigner et prendre soin, au quotidien Au service

Plus en détail

Les ratios d exploitation et les ratios bilanciels des Tour -Opérateurs. Mars 2013. kpmg.fr

Les ratios d exploitation et les ratios bilanciels des Tour -Opérateurs. Mars 2013. kpmg.fr Les ratios d exploitation et les ratios bilanciels des Tour -Opérateurs Mars 213 kpmg.fr Sommaire 3 Les participants et le périmètre de l étude 6 Les ratios d exploitation Les coûts de distribution 1 Les

Plus en détail

Restaurant traditionnel

Restaurant traditionnel Restaurant traditionnel GUIDE PRATIQUE DE L ENTREPRISE Restaurant traditionnel GUIDE PRATIQUE DE L ENTREPRISE 4ème édition Editions MCBG 2009 ISBN 2-84759-017-X Editions MCBG - BP 4171-34092 MONTPELLIER

Plus en détail

MAGASINS OUVERTS JOURS FERIES

MAGASINS OUVERTS JOURS FERIES MAGASINS OUVERTS JOURS FERIES LISTE DES MAGASINS 21 AVRIL 1er MAI 8 MAI 29 MAI ALSACE Colmar Haguenau Illzach (Mulhouse) AQUITAINE Agen Bergerac Biganos Bouliac Langon Lescar (Pau) Lormont Marmande Saint

Plus en détail

Observatoire National des Charges de Copropriété UNIS /novembre 2011/ Les charges de copropriété dans le parc privé en 2010

Observatoire National des Charges de Copropriété UNIS /novembre 2011/ Les charges de copropriété dans le parc privé en 2010 Les charges de copropriété dans le parc privé en 2010 L Observatoire, un échantillon d immeubles permettant de distinguer deux niveaux d analyse : Le parc des immeubles en copropriété : un échantillon

Plus en détail

17E90 8E20 23E40 11E90 22E90 3E20

17E90 8E20 23E40 11E90 22E90 3E20 Key Rates 2011 sections class 1 class 2 class 3 class 4 class 5 AiX-en-PRoVence cannes 13.60 e 20.50 e 30.10 e 42.00 e 7.90 e AIX-EN-PROVENCE LA SAULCE 11.90 e 18.00 e 26.20 e 37.30 e 7.20 e AIX-EN-PROVENCE

Plus en détail

«SCELLIER» LE PRINCIPE GENERAL DE PRECAUTION S IMPOSE

«SCELLIER» LE PRINCIPE GENERAL DE PRECAUTION S IMPOSE CARTOGRAPHIE NATIONALE DES RISQUES LOCATIFS EN IMMOBILIER RESIDENTIEL NEUF «SCELLIER» LE PRINCIPE GENERAL DE PRECAUTION S IMPOSE Synthèse avril 2010 PAR TEMPS COUVERT SUR L HEXAGONE. LES DYSFONCTIONNEMENTS

Plus en détail

La Concession. Filière Franchise & Réseaux

La Concession. Filière Franchise & Réseaux La Concession Filière Franchise & Réseaux 2015 La Concession Concédant La concession est un contrat conclu entre deux parties, dans lequel un fournisseur (le concédant) donne à un ou plusieurs commerçants

Plus en détail

Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales. kpmg.fr

Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales. kpmg.fr Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales kpmg.fr 1 Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales 2 La gestion de la trésorerie,

Plus en détail

Renouvellement des Conseils de la CNAMTS et des CPAM. Attention : Ne sont pas concernées par cette procédure de renouvellement :

Renouvellement des Conseils de la CNAMTS et des CPAM. Attention : Ne sont pas concernées par cette procédure de renouvellement : Circulaire n 09-58 Paris, le juillet 009 OBJET : CAISSES D ASSURANCE MALADIE Renouvellement des Conseils de la CNAMTS et des CPAM TRES URGENT Les mandats des Conseillers siégeant au sein de la branche

Plus en détail

PHARMACIE SOMMAIRE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 22/05/2015 1

PHARMACIE SOMMAIRE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 22/05/2015 1 PHARMACIE SOMMAIRE LE MARCHÉ DE LA PHARMACIE... 2 LA RÉGLEMENTATION DE LA PHARMACIE... 5 L'ACTIVITÉ DE LA PHARMACIE... 8 LES POINTS DE VIGILANCE DE LA PHARMACIE... 11 EN SAVOIR PLUS SUR CE SECTEUR... 13

Plus en détail

NORD 50/51 DE LA SANTÉ LES EMPLOIS

NORD 50/51 DE LA SANTÉ LES EMPLOIS LES PETITS DOSSIERS DE L OBSERVATOIRE RÉGIONAL DE LA SANTÉ NORD - PAS-DE-LAIS 2006 Numéro 9 50/51 NORD LES EMPLOIS DE LA SANTÉ Faut-il considérer la santé comme une dépense ou comme une richesse? Pendant

Plus en détail

Restaurant. Restaurant

Restaurant. Restaurant Restaurant Restaurant traditionnel traditionnel GUIDE PRATIQUE DE GUIDE L ENTREPRISE PRATIQUE DE L ENTREPRISE 5ème édition Editions MCBG 2010 ISBN 2-84759-020-X Editions MCBG - BP 4171-34092 MONTPELLIER

Plus en détail

Quelles activités de recherche dans les agglomérations moyennes?

Quelles activités de recherche dans les agglomérations moyennes? Quelles activités de recherche dans les agglomérations moyennes? Antennes de l Enseignement Supérieur-Recherche & Territoires: Quelles stratégies pour les «villes moyennes»? Rachel Lévy, LEREPS, IUT Auch

Plus en détail

Manuel d animation Eclipse partielle de Soleil 20 Mars 2015

Manuel d animation Eclipse partielle de Soleil 20 Mars 2015 Manuel d animation Eclipse partielle de Soleil 20 Mars 2015 Table des matières Qu est-ce qu une éclipse partielle de soleil?... 2 Dans la zone de pénombre, l éclipse est partielle pour l observateur 2,

Plus en détail

General Directorate for Competition Policy, Consumer affairs and Fraud control

General Directorate for Competition Policy, Consumer affairs and Fraud control General Directorate for Competition Policy, Consumer affairs and Fraud control Direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes 1 General Directorate for Competition

Plus en détail

CATALOGUE FORMATIONS D2F 2015

CATALOGUE FORMATIONS D2F 2015 CATALOGUE FORMATIONS D2F 2015 ADHÉRENT CHARTE QUALITÉ Centre de formation enregistré sous le n 53 35 04 28 83 35, adhérent à la charte Qualité des centres de formation de la FIEEC. Les formations Delta

Plus en détail

COMPTES INDIVIDUELS SAISON 2008/2009. Commission de Contrôle des Clubs Professionnels

COMPTES INDIVIDUELS SAISON 2008/2009. Commission de Contrôle des Clubs Professionnels COMPTES INDIVIDUELS DES CLUBS SAISON 28/29 Commission de Contrôle des Clubs Professionnels 2 A. J. AUXERRE (SAOS + ASSOCIATION) Compte de résultat Droits audiovisuels Sponsors - Publicité Recettes matches

Plus en détail

DM S. Enseignement supérieur et Développement local. 2 e trimestre 2011. Editorial

DM S. Enseignement supérieur et Développement local. 2 e trimestre 2011. Editorial 2 e trimestre 2011 La lettre de DMS Conseil Enseignement supérieur et Développement local Sommaire Editorial p. 1 Des stratégies régionales d aménagement du territoire contrastées p. 2 Territoires et plateformes

Plus en détail

EVENEMENTIEL ARBITRAGE PARTENARIAT BUT/LA POSTE 2007 / 2008

EVENEMENTIEL ARBITRAGE PARTENARIAT BUT/LA POSTE 2007 / 2008 Commission Centrale d Arbitrage EVENEMENTIEL ARBITRAGE PARTENARIAT BUT/LA POSTE 2007 / 2008 PRESENTATION 8 - 1 - Contexte Evènementiel Arbitrage Partenariat But/La Poste 2007-2008 La Fédération Française

Plus en détail

Admission sur Alternext par cotation directe*

Admission sur Alternext par cotation directe* LE 25.10.2006 Admission sur Alternext par cotation directe* Réunion d information * Sous réserve de l admission par Euronext Paris Vos interlocuteurs Willy BERNARD Président fondateur 28 ans. Dimitri BELLANGER

Plus en détail