APPORT DE L IMAGERIE L LE SARCOME RENAL A CELLULES CLAIRES CHEZ L ENFANT

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "APPORT DE L IMAGERIE L LE SARCOME RENAL A CELLULES CLAIRES CHEZ L ENFANT"

Transcription

1 APPORT DE L IMAGERIE L DANS LE SARCOME RENAL A CELLULES CLAIRES CHEZ L ENFANT S.EL MOUHADI, N.ALLALI, R.DAFIRI Service de radio pédiatrie, hôpital d enfants, CHU IBN SINA, Rabat, Maroc

2 Introduction Le sarcome rénal à cellules claires est rare représentant 5% environ des tumeurs malignes du rein chez l enfant. Il s agit d une tumeur agressive caractérisée par un haut potentiel métastatique à l os en particulier et par un pronostic réservé. Les auteurs rapportent 14 cas de SRCC et mettent en valeur les particularités radiologiques de cette tumeur.

3 Matériel et méthodes Il s agit d une étude rétrospective menée sur une période de sept ans. Tous nos patients ont bénéficié d une échographie. La TDM a été réalisée dans 6 cas et l UIV dans 4 cas. Ont été étudiées les caractéristiques radiologiques et l extension locorégionale et à distance.

4 Résultats a- signes radiologiques: caractéristiques ristiques Taille de la tumeur Masse bien limitée calcifications Zones kystiques Zones de nécrosen Extension à la VCI Hétérogénéité Dépassement de la ligne médianem ECHOGRAPHIE 8-26 cm 100% 7,6% 60% 60% 0 100% 38,5% TDM 8-26 cm 100% 1 cas 40% 40% 0 100% 4 cas

5 b- âge : L âge moyen de nos patients était de 3 ans (6mois à 9ans). c- extension à distance : +Métastases osseuses : 5 cas. +Métastases hépatiques : 1 cas.

6 Fig1-2: TDM coupes axiales: masses rénales bien limitées: sarcomes rénaux

7 Fig3,4 et 5: échographie et TDM: sarcomes rénaux avec composante kystique

8 Fig6,7,8 et 9: TDM coupes axiales et reconstruction coronale: sarcomes rénaux avec larges zones nécrotiques.

9 Fig10: métastases fémorales d un sarcome rénal Fig11: UIV: syndrome de masse au niveau du rein droit

10 Discussion Les sarcomes rénaux constituent un groupe hétérogène. Le SRCC est la variante histologique des sarcomes la plus fréquente chez l enfant. Cette tumeur est exceptionnelle chez le nourrisson avant 6 mois et le jeune adulte. Elle est le plus souvent rencontrée entre 1 et 4 ans ( 50% des cas entre 2 et 3 ans). Une prédominance masculine est notée avec un sexe ratio=2,04/1.environ 20 nouveau cas est diagnostiqué chaque année aux USA.

11 Cliniquement, cette tumeur se manifeste le plus souvent par une masse abdominale ou hématurie, parfois par une fièvre ou HTA. L échographie confirme l origine rénale de la tumeur qui se présente habituellement sous la forme d une volumineuse masse comportant des zones nécrotiques ou surtout kystiques. Le doppler évalue la perméabilité de la VCI et l extension à la veine rénale, celle-ci peut être le siège d un thrombus dans 5% des SRCC. Aucune extension à la VCI n a été rencontrée dans notre étude.

12 Le scanner confirme les données de l échographie et permet de mieux étudier les rapports vasculaires et loco-régionaux. Il montre la présence d une hétérogène masse pouvant comporter des zones hémorragiques. Par ailleurs, les calcifications sont inhabituelles et n ont été rencontrées que chez un seul enfant. L IRM, si elle est pratiquée, analyse avec beaucoup de précision les rapports vasculaires de la masse. Un bilan d extension fait particulièrement d une scintigraphie osseuse est recommandé du moment que les métastases osseuses sont présentes dans 40 à 70 % des cas.

13 Sur le plan histologique, la variante myxoïde est la plus fréquente (50% des sarcomes). Le SRCC est une tumeur agressive ne répondant pas très bien à la chimiothérapie. Actuellement, le traitement radical est fait d une néphrectomie suivie d une radio chimiothérapie. Le pronostic est mauvais avec risque élevé de métastases osseuses. Le diagnostic différentiel se pose principalement avec le néphroblastome et les autres tumeurs rénales sarcomateuses (tumeur rhabdoïde et rhabdomyosarcome).

14 Conclusion Le SRCC est une tumeur rare qui doit être évoquée en présence de métastases osseuses ou d hématurie. En l absence de ces éléments, son diagnostic est souvent histologique vu l absence de signes radiologiques spécifiques.

15 Références 1-Ronald B.J, Glass.MD, Alain J. Clear cell sarcoma of the kidney. Radiology1991; 180: Nita Seibel and coll. Clear cell sarcoma of the kidney. Emedecine Argani P, Perlman EJ. Clear cell sarcoma of the kidney. Am J Surg Pathol2000 jan 24(1): Shirkhoda A, Errol L. Renal sarcoma and sarcomatoid renal cell carcinoma: CT and angiographic features.radiology1987; 162:

S. EL MOUHADI, R. DAFIRI Service de radiologie pédiatrique Hôpital d enfants-maternité CHU IBN SINA, Rabat, Maroc

S. EL MOUHADI, R. DAFIRI Service de radiologie pédiatrique Hôpital d enfants-maternité CHU IBN SINA, Rabat, Maroc S. EL MOUHADI, R. DAFIRI Service de radiologie pédiatrique Hôpital d enfants-maternité CHU IBN SINA, Rabat, Maroc L hémangiome ou hémangioendothéliome est la tumeur vasculaire bénigne néonatale la plus

Plus en détail

Apport de l imagerie dans le diagnostic du néphroblastome chez l enfant

Apport de l imagerie dans le diagnostic du néphroblastome chez l enfant Apport de l imagerie dans le diagnostic du néphroblastome chez l enfant M.Zerhouni, N. Moubachir, M.Bouziane, L.Ouzidane. Service de radiologie de l hôpital d enfants CHU Ibn Rochd Casablanca INTRODUCTION

Plus en détail

144. Cancer de l enfant

144. Cancer de l enfant Sommaire 144. Cancer de l enfant particularités épidémiologiques, diagnostiques et thérapeutiques : cancers les plus fréquents Tumeurs abdominales de l enfant distribution Leucémies = 30 % Tumeurs du système

Plus en détail

Item 308 (Item 158) Cancer du rein EVALUATIONS

Item 308 (Item 158) Cancer du rein EVALUATIONS Item 308 (Item 158) Cancer du rein EVALUATIONS 2014 1 QUESTION 1/6 : Quel(s) est (sont) le(s) facteur(s) de risque du cancer du rein? A - HTA B - Anémie C - Tabagisme D - Obésité E - HTAP (Réponse : ACD

Plus en détail

Comparaison radiographie standard et tomodensitométrie thoracique dans les métastases pulmonaires de l ostéosarcome

Comparaison radiographie standard et tomodensitométrie thoracique dans les métastases pulmonaires de l ostéosarcome Comparaison radiographie standard et tomodensitométrie thoracique dans les métastases pulmonaires de l ostéosarcome (A propos de 30 cas) I.En-nafaa, N.Allali, F.El Ounani, R.Dafiri Service de Radiologie

Plus en détail

Cancer du Rein Pr. R.Sayoud

Cancer du Rein Pr. R.Sayoud Cancer du Rein Pr. R.Sayoud I/Intoduction: Le cancer du rein de l adulte représente 2% de l ensemble des cancers. C est le 3ème cancer urologique après la prostate et la vessie. l homme est deux fois plus

Plus en détail

APPORT DE L IMAGERIE DANS LA TROCHANTÉRITE TUBERCULEUSE. D. LAOUDIYI, A. SKALLI, N. CHIKHAOUI CHU Ibn Rochd - Casablanca - Maroc

APPORT DE L IMAGERIE DANS LA TROCHANTÉRITE TUBERCULEUSE. D. LAOUDIYI, A. SKALLI, N. CHIKHAOUI CHU Ibn Rochd - Casablanca - Maroc APPORT DE L IMAGERIE DANS LA TROCHANTÉRITE TUBERCULEUSE D. LAOUDIYI, A. SKALLI, N. CHIKHAOUI CHU Ibn Rochd - Casablanca - Maroc INTRODUCTION La trochantérite tuberculeuse est une localisation rare de la

Plus en détail

AMELOBLASTOME MALIN : A PROPOS D UN CAS. M.Zerhouni, N.Elbenna, S.Bennis, A.Abdelouafi Service de Radiologie du 20 Août 1953 CHU Ibn Rochd Casablanca

AMELOBLASTOME MALIN : A PROPOS D UN CAS. M.Zerhouni, N.Elbenna, S.Bennis, A.Abdelouafi Service de Radiologie du 20 Août 1953 CHU Ibn Rochd Casablanca AMELOBLASTOME MALIN : A PROPOS D UN CAS M.Zerhouni, N.Elbenna, S.Bennis, A.Abdelouafi Service de Radiologie du 20 Août 1953 CHU Ibn Rochd Casablanca Introduction L améloblastome malin est une tumeur odontogène

Plus en détail

Cas de la semaine # 21

Cas de la semaine # 21 Cas de la semaine # 21 6 février 2017 Préparé par Dr Jaramie Thomas-Gittens R3 Dre Marie-Claude Chevrier MD FRCPC Hôpital Sacré-Coeur Département de radiologie Faculté de médecine Histoire Clinique Se

Plus en détail

Traumatismes du rein révélateurs de pathologie sous jacente chez l enfantl

Traumatismes du rein révélateurs de pathologie sous jacente chez l enfantl Traumatismes du rein révélateurs de pathologie sous jacente chez l enfantl S.EL MOUHADI, R.DAFIRI Service de radiologie pédiatrique, hôpital des enfants, CHU IBN SINA, Rabat, Maroc Introduction La découverte

Plus en détail

Tumeurs mésenchymateuses malignes (TMM) H. MARTELLI

Tumeurs mésenchymateuses malignes (TMM) H. MARTELLI DESC de Chirurgie Pédiatrique Session de Mars 2008 - PARIS Tumeurs mésenchymateuses malignes (TMM) H. MARTELLI Tumeurs des parties molles = Tumeurs mésenchymateuses malignes (TMM) Tumeurs malignes de l

Plus en détail

Introduction. primitive (THP) est rare. Manifestations cliniques et biologiques : non spécifiques

Introduction. primitive (THP) est rare. Manifestations cliniques et biologiques : non spécifiques Tuberculose hépatique h primitive: A propos de 10 cas. Nassar I*, Errabih I**, Hammani L*, Krami **H.Ouazzani** Imani F. *Service de radiologie. CHU Ibn Sina.. Rabat. Maroc ** Service de Médecine M B.

Plus en détail

Le cancer du rein Dr MOULIN Morgan

Le cancer du rein Dr MOULIN Morgan Rappels Le cancer du rein Dr MOULIN Morgan Rappels Epidémiologie Incidence : France en 2012: 11573 cas 3% des tumeurs malignes de l adultel 7 ème rang des cancers Age moyen de découverte d : 65 ans Sex

Plus en détail

Sites métastatiques inhabituels chez l'enfant

Sites métastatiques inhabituels chez l'enfant Sites métastatiques m inhabituels chez l'enfant S. EL MOUHADI, R. DAFIRI Service de redio-pédiatrie, diatrie, hôpital d enfants, CHU IBN SINA, RABAT, MAROC Introduction Les cancers de l enfant l sont des

Plus en détail

TUMEURS DU PANCREAS. Pancréas exocrine. Pancréas endocrine

TUMEURS DU PANCREAS. Pancréas exocrine. Pancréas endocrine TUMEURS DU PANCREAS Pancréas exocrine Pancréas endocrine TUMEURS DU PANCREAS EXOCRINE Pancréatoblastome Tumeur pseudopapillaire solide (Frantz) Cystadénomes Kystes malformatifs.. TUMEURS DU PANCREAS ENDOCRINE

Plus en détail

Imagerie de causes rares de l hypertension artérielle réno vasculaire chez l enfant

Imagerie de causes rares de l hypertension artérielle réno vasculaire chez l enfant Imagerie de causes rares de l hypertension artérielle réno vasculaire chez l enfant N.ALLALI, R.DAFIRI Service de Radio-pédiatrie Hôpital d Enfant-Maternité, CHU-Rabat INTRODUCTION L hypertension artérielle

Plus en détail

L adénocarcinome de l ouraque : aspects en imagerie et corrélations radio-anatomopathologiques

L adénocarcinome de l ouraque : aspects en imagerie et corrélations radio-anatomopathologiques L adénocarcinome de l ouraque : aspects en imagerie et corrélations radio-anatomopathologiques JP Akakpo (1), MF Bellin (2), Y. Badachi (1), A. Guibal (1), S. Merran (3), N. Grenier (4), L. Lemaitre (5),

Plus en détail

Les tumeurs pulmonaires malignes primitives : à propos de 1 3 cas pédiatriques

Les tumeurs pulmonaires malignes primitives : à propos de 1 3 cas pédiatriques Les tumeurs pulmonaires malignes primitives : à propos de 1 3 cas pédiatriques S.RAJI, N. Allali, F. Ounani, R. Dafiri Service de Radiologie Pédiatrique, Hôpital d Enfants - Maternité CHU Rabat La pathologie

Plus en détail

Pathologie du sinus rénal

Pathologie du sinus rénal Pathologie du sinus rénal M. Edderai, S. Semlali, S. Chaouir, T. Amil, A. Hanine, S. Akjouj Service d Imagerie Médicale Hôpital Militaire d Instruction Mohamed V CHU- Rabat - Maroc Sinus rénal Carrefour

Plus en détail

Quelques masses abdomino-pelviennes chez l enfant. Simon RAVAUD (IHN)

Quelques masses abdomino-pelviennes chez l enfant. Simon RAVAUD (IHN) Quelques masses abdomino-pelviennes chez l enfant Simon RAVAUD (IHN) Cas 1 Petit garçon âgé de 16 mois. Syndrome de Wiedmann- Beckwith. Syndrome de croissance excessive associant ; macroglossie macrosomie

Plus en détail

I. AINEB, S.SALAM. MARDHI, K. CHBANI, L. OUZIDANE SERVICE DE RADIOLOGIE PEDIATRIQUE. CHU IBN ROCHD. CASABLANCA - MAROC

I. AINEB, S.SALAM. MARDHI, K. CHBANI, L. OUZIDANE SERVICE DE RADIOLOGIE PEDIATRIQUE. CHU IBN ROCHD. CASABLANCA - MAROC Imagerie de l exophtalmie tumorale de l enfant I. AINEB, S.SALAM. MARDHI, K. CHBANI, L. OUZIDANE SERVICE DE RADIOLOGIE PEDIATRIQUE. CHU IBN ROCHD. CASABLANCA - MAROC INTRODUCTION Exophtalmie : protrusion

Plus en détail

ANGIOMYOLIPOME CALCIFIE ANGIOMYOLIPOME QUAND MEME! A.KULSKI, P.DURETZ, A. LIESSE Service de Radiologie, Hôpital V. Provo, Roubaix.

ANGIOMYOLIPOME CALCIFIE ANGIOMYOLIPOME QUAND MEME! A.KULSKI, P.DURETZ, A. LIESSE Service de Radiologie, Hôpital V. Provo, Roubaix. ANGIOMYOLIPOME CALCIFIE ANGIOMYOLIPOME QUAND MEME! A.KULSKI, P.DURETZ, A. LIESSE Service de Radiologie, Hôpital V. Provo, Roubaix. HISTOIRE DE LA MALADIE Mr G. 53 ans Sclérose Tubéreuse de Bourneville.

Plus en détail

1. Les circonstances diagnostiques La découverte fortuite Les symptômes urologiques

1. Les circonstances diagnostiques La découverte fortuite Les symptômes urologiques Diagnostiquer une tumeur du rein (158) Christophe AVANCES (Service d Urologie, CHU G. Doumergue, Nîmes), Pierre COSTA (Service d Urologie, CHU G. Doumergue, Nîmes), Stéphane CULINE (Centre Régional de

Plus en détail

Tumeurs endocrines digestives:

Tumeurs endocrines digestives: Tumeurs endocrines digestives: Aspects anatomo-pathologiques, classification OMS Apramen, 9 Janvier 2007, Paris Anne Couvelard, Anatomie Pathologique Hôpital Beaujon, Clichy Les tumeurs endocrines. problèmes

Plus en détail

Introduction Améloblastome : la plus fréquente des tumeurs épithéliales odontogéniques(50%). Agressivité locale et récidive conditionnent son pronosti

Introduction Améloblastome : la plus fréquente des tumeurs épithéliales odontogéniques(50%). Agressivité locale et récidive conditionnent son pronosti IMAGERIE DES AMELOBLASTOMES (A propos de 20 cas) S. Saoud, I. Mimouni, A. Gharbi, N. Moussali, N. El Benna, A. Abdelouafi Casablanca - Maroc Journées Françaises de Radiologie. Octobre 2010 Introduction

Plus en détail

Imagerie des sarcomes osseux

Imagerie des sarcomes osseux Imagerie des sarcomes osseux DU carcinologie, 21 Mars 2014 GUSTAVE ROUSSY Institut de cancérologie VILLEJUIF. www.igr.fr Bérénice BOULET, institut Claudius Regaud, TOULOUSE RARE : Entre 0,2 et 0,5 % des

Plus en détail

APPORT DE L IMAGERIE EN COUPE DANS L EXPLORATION DU NEPHROBLASTOME

APPORT DE L IMAGERIE EN COUPE DANS L EXPLORATION DU NEPHROBLASTOME APPORT DE L IMAGERIE EN COUPE DANS L EXPLORATION DU NEPHROBLASTOME Z.JAMALEDDINE, S.ELHADDAD, N. HAMMOUN, L.CHAT, N.ALLALI, R.DAFIRI, M.CHELLAOUI SERVICE DE RADIO PÉDIATRIE RABAT MAROC INTRODUCTION Néphroblastome

Plus en détail

Imageries non isotopique des surrénales

Imageries non isotopique des surrénales Imagrie des Surrénales 1 Imageries non isotopique des surrénales Pr Jérôme Bertherat, Service d Endocrinologie, Hôpital Cochin, 75014 Paris. L imagerie des glandes surrénales est principalement prescrite

Plus en détail

important athérome calcifié aorto-iliaque

important athérome calcifié aorto-iliaque Patient de 70 ans présentant une fièvre inexpliquée depuis 2 ans. Suivi pour une LMC. Apparition d une toux productive et d un syndrome inflammatoire biologique. Premier scanner réalisé sans IV. -foyers

Plus en détail

Item 308 (ex item 158) Tumeurs du rein Collège Français des Pathologistes (CoPath)

Item 308 (ex item 158) Tumeurs du rein Collège Français des Pathologistes (CoPath) Item 308 (ex item 158) Tumeurs du rein Collège Français des Pathologistes (CoPath) 2013 1 Table des matières 1. Épidémiologie... 3 2. Types histologiques principaux... 3 3. Oncogénèse du carcinome rénal

Plus en détail

CANCER DU REIN ÉPIDÉMIOLOGIE

CANCER DU REIN ÉPIDÉMIOLOGIE CANCER DU REIN ÉPIDÉMIOLOGIE Par ordre de fréquence, le cancer du rein arrive en 3ème place, parmi les tumeurs urologiques après le cancer de la prostate et celui de la vessie et au 8ème rang des cancers

Plus en détail

PSEUDOKYSTE PANCREATRIQUE MEDIASTINAL FISTULISE DANS LES BRONCHES

PSEUDOKYSTE PANCREATRIQUE MEDIASTINAL FISTULISE DANS LES BRONCHES PSEUDOKYSTE PANCREATRIQUE MEDIASTINAL FISTULISE DANS LES BRONCHES A PROPOS D UNE OBSERVATION PEDIATRIQUE Service d Imagerie Médicale Hôpital Ibn El Jazzar Kairouan Tunisie INTRODUCTION 1 Les pseudokystes

Plus en détail

Tumeurs du rein. Tumeurs du Rein. DR K.Benabaddou. I- Tumeurs du rein de l adulte :

Tumeurs du rein. Tumeurs du Rein. DR K.Benabaddou. I- Tumeurs du rein de l adulte : Tumeurs du rein I- Tumeurs du rein de l adulte : Les cancers du parenchyme rénal représentent 5 % des cancers de l'adulte. Leur pic de fréquence s'observe entre 50 et 70 ans avec une prédominance masculine(2/1).

Plus en détail

important athérome calcifié aorto-iliaque

important athérome calcifié aorto-iliaque Patient de 70 ans présentant une fièvre inexpliquée depuis 2 ans. Suivi pour une LMC. Apparition d une toux productive et d un syndrome inflammatoire biologique. Premier scanner réalisé sans IV. Chloé

Plus en détail

HYDATIDOSE CEREBRALE ET RENALE BILATERALE MULTIPLE

HYDATIDOSE CEREBRALE ET RENALE BILATERALE MULTIPLE HYDATIDOSE CEREBRALE ET RENALE BILATERALE MULTIPLE H Jalal 1, K Dami 1, M Boubrik 2, S Ait Ben Ali 2, O Essadki 1, A Ousehal 1. 1- Service de Radiologie 2- Service de Neurochirurgie Hôpital Ibn Tofaïl

Plus en détail

Quelle stratégie thérapeutique? à propos d un cas

Quelle stratégie thérapeutique? à propos d un cas Syndrome de masse rénale bilatérale: Quelle stratégie thérapeutique? à propos d un cas Alger, 12 décembre 2014 Kadi A., Brihi M.L., Atoui K., Chouakria A., Chettibi K. Service de Chirurgie Urologique -

Plus en détail

Centre Hospitalo Universitaire Tlemcen Service d Oncologie Médicale. VIème Journées Internationales de Cancérologie de Constantine

Centre Hospitalo Universitaire Tlemcen Service d Oncologie Médicale. VIème Journées Internationales de Cancérologie de Constantine Centre Hospitalo Universitaire Tlemcen Service d Oncologie Médicale VIème Journées Internationales de Cancérologie de Constantine Expérience du service Pr.S.Ghomari-Bezzar Dr.H.Aris Introduction : Le cancer

Plus en détail

DR SAOUAB, PR DAFIRI Service d Imagerie, Hôpital d Enfants CHU-Rabat-Maroc

DR SAOUAB, PR DAFIRI Service d Imagerie, Hôpital d Enfants CHU-Rabat-Maroc DR SAOUAB, PR DAFIRI Service d Imagerie, Hôpital d Enfants CHU-Rabat-Maroc Les tumeurs malignes intra scrotales sont rares chez l enfant. Elles sont souvent extra testiculaires et dominées par les rhabdomyosarcomes

Plus en détail

Diagnostic différentiel d'une tumeur bénigne et d'une tumeur maligne : Le point de vue du radiologue. Olivier Ernst

Diagnostic différentiel d'une tumeur bénigne et d'une tumeur maligne : Le point de vue du radiologue. Olivier Ernst Diagnostic différentiel d'une tumeur bénigne et d'une tumeur maligne : Le point de vue du radiologue Olivier Ernst Où trouver le cours sur Moodle? Différentiation TB TM : Le point de vue du radiologue

Plus en détail

APPORT DE L IMAGERIE DANS LES PYELONEPHRITES EMPHYSEMATEUSES (A PROPOS DE HUIT CAS)

APPORT DE L IMAGERIE DANS LES PYELONEPHRITES EMPHYSEMATEUSES (A PROPOS DE HUIT CAS) APPORT DE L IMAGERIE DANS LES PYELONEPHRITES EMPHYSEMATEUSES (A PROPOS DE HUIT CAS) S.SAOUD,R.BENMOUSSA,A.SKALLI,N.CHIKHAOUI SERVICE DE RADIOLOGIE DES URGENCES CHU : IBN ROCHD-CASABLANCA INTRODUCTION Infection

Plus en détail

120 Imagerie des sinus

120 Imagerie des sinus Fig. 5-9 Adénocarcinome de l éthmoïde Coupes TDM axiale (A) et coronale (B), IRM séquences axiale T1 (C), T2 axiale (D) et coronale (F), T1 FatSat injectées axiale (E) et coronale (G) : masse de signal

Plus en détail

ANEVRYSME DE L AORTE ABDOMINALE DU NOUVEAU-NE ET NPURISSON: Présentation de 2 cas

ANEVRYSME DE L AORTE ABDOMINALE DU NOUVEAU-NE ET NPURISSON: Présentation de 2 cas ANEVRYSME DE L AORTE ABDOMINALE DU NOUVEAU-NE ET NPURISSON: Présentation de 2 cas M. K. DHAHBI, M. SOUEI MHIRI, K. MRAD DALI, K. MONASTIRI, S. ABROUG, F. LIMAYEM, K. ENNABLI, K. TLILI GRAIESS Service d

Plus en détail

Imagerie des carcinomes adénoïdes kystiques (à propos de 8 cas)

Imagerie des carcinomes adénoïdes kystiques (à propos de 8 cas) Imagerie des carcinomes adénoïdes kystiques (à propos de 8 cas) NEJHY. W, GHARBI. A, MOUSSALI. N, EL BENNA. N, ABDELOUAFI. A Service de Radiologie 20 Août, CHU Ibn Rochd, Casablanca, Maroc Introduction

Plus en détail

Néphroblastome et Neuroblastome. Jean Luc Michel, Service de Chirurgie Infantile, CHU Réunion

Néphroblastome et Neuroblastome. Jean Luc Michel, Service de Chirurgie Infantile, CHU Réunion Néphroblastome et Neuroblastome Jean Luc Michel, Service de Chirurgie Infantile, CHU Réunion Classification internationale des tumeurs de l enfant I Leucémies II Lymphomes III Tumeurs du système nerveux

Plus en détail

La pyélonéphrite emphysémateuse: une série de 18 patients E.Elleuch 1, N.Rebai 2, A.Mustapha 1, M.Fourati 2, Z.Mnif 3, M.N.Mhiri 2, M.

La pyélonéphrite emphysémateuse: une série de 18 patients E.Elleuch 1, N.Rebai 2, A.Mustapha 1, M.Fourati 2, Z.Mnif 3, M.N.Mhiri 2, M. La pyélonéphrite emphysémateuse: une série de 18 patients E.Elleuch 1, N.Rebai 2, A.Mustapha 1, M.Fourati 2, Z.Mnif, M.N.Mhiri 2, M.Ben jemaa 1 1- Service des maladies infectieuses. CHU Hedi chaker, Sfax,

Plus en détail

S.Semlali Service d imagerie médicale, Hôpital Militaire d instruction Mohamed V. Rabat. Maroc

S.Semlali Service d imagerie médicale, Hôpital Militaire d instruction Mohamed V. Rabat. Maroc I.En-nafaa, T. Africha, A. Cisse, N. Hammoune, S. Chaouir, T.Amil, A.Hanine, aaa, c a, C sse, a ou e,s C aou,, a e, S.Semlali Service d imagerie médicale, Hôpital Militaire d instruction Mohamed V. Rabat.

Plus en détail

Cas de la semaine # 6

Cas de la semaine # 6 Cas de la semaine # 6 10 octobre 2016 Préparé par Dre Florence Morin-Roy, R5 Dr Ramy El Jalbout, MD ABR CHU Sainte-Justine Département de radiologie Faculté de médecine Histoire Clinique Se présente avec

Plus en détail

S Sedrati, N Allali, M Chellaoui, L Chat, R Dafiri

S Sedrati, N Allali, M Chellaoui, L Chat, R Dafiri Le Rétinoblastome Quel est l apport de l imagerie dans la prise en charge? S Sedrati, N Allali, M Chellaoui, L Chat, R Dafiri Service De Radio Pédiatrie, Hôpital D enfants Maternité CHU de Rabat Introduction

Plus en détail

TUMEURS OSSEUSES à CELLULES GÉANTES

TUMEURS OSSEUSES à CELLULES GÉANTES TUMEURS OSSEUSES à CELLULES GÉANTES TUMEURS à CELLULES GÉANTES Rareté (4 à 10% des tumeurs primitives osseuses) Tumeurs à cellules géantes Rareté (4 à 10% des tumeurs primitives osseuses) Age moyen : 30

Plus en détail

Kyste Hydatique Orbitaire (8 cas) A Siwane, W Zamiati, A Gharbi, R Kadiri Service Central de Radiologie Chu Ibn Rochd, Casablanca, Maroc

Kyste Hydatique Orbitaire (8 cas) A Siwane, W Zamiati, A Gharbi, R Kadiri Service Central de Radiologie Chu Ibn Rochd, Casablanca, Maroc Kyste Hydatique Orbitaire (8 cas) A Siwane, W Zamiati, A Gharbi, R Kadiri Service Central de Radiologie Chu Ibn Rochd, Casablanca, Maroc Introduction - Localisation orbitaire du kyste hydatique : rare

Plus en détail

A PROPOS DE 100 CAS S.LAMSAK, S.SALAM, K. EL KHOU, M.CHADAD, L.OUZIDANE

A PROPOS DE 100 CAS S.LAMSAK, S.SALAM, K. EL KHOU, M.CHADAD, L.OUZIDANE A PROPOS DE 100 CAS S.LAMSAK, S.SALAM, K. EL KHOU, M.CHADAD, L.OUZIDANE Service de Radiologie Pédiatrique CHU Ibn Rochd Casablanca Tumeurs cérébrales chez l enfant : 2nde place après les tumeurs hématologiques.

Plus en détail

Cancer du rein. R Sayoud

Cancer du rein. R Sayoud Cancer du rein R Sayoud 2016-2017 introduction Le cancer du rein de l adulte représente 2% de l ensemble des cancers. C est le 3ème cancer urologique après la prostate et la vessie. l homme est deux fois

Plus en détail

Imagerie des tumeurs et pseudotumeurs odontogénes du maxillaire (A propos de 20 cas)

Imagerie des tumeurs et pseudotumeurs odontogénes du maxillaire (A propos de 20 cas) Imagerie des tumeurs et pseudotumeurs odontogénes du maxillaire (A propos de 20 cas) S. Hassen, A. Gharbi, A. Abdelouafi Service de Radiologie 20 Août 1953, CHU Ibn Rochd. Casablanca. Maroc Les tumeurs

Plus en détail

N.NACIREDDINE; F.SABBAH*; S.BOUKLATA Service de radiologie centrale *Service de chirurgie générale C CHU Ibn Sina RABAT MAROC

N.NACIREDDINE; F.SABBAH*; S.BOUKLATA Service de radiologie centrale *Service de chirurgie générale C CHU Ibn Sina RABAT MAROC N.NACIREDDINE; F.SABBAH*; S.BOUKLATA Service de radiologie centrale *Service de chirurgie générale C CHU Ibn Sina RABAT MAROC Les GIST sont: les tumeurs conjonctives les plus fréquentes du tube digestif

Plus en détail

IRM DU SARCOME A CELLULES CLAIRES A PROPOS DE 3 OBSERVATIONS

IRM DU SARCOME A CELLULES CLAIRES A PROPOS DE 3 OBSERVATIONS IRM DU SARCOME A CELLULES CLAIRES A PROPOS DE 3 OBSERVATIONS M Chelli Bouaziz,M Charfi, M Bouchriha, M T Zidi, M Ben Hammouda, M F Ladeb Service de radiologie. Institut MT kassab d orthopedie. Ksar Said.

Plus en détail

Une masse périnéale atypique

Une masse périnéale atypique IMAD -CHU de Nantes Une masse périnéale atypique Emilie Duchalais Cas cliniques - Chirurgie colorectale 4 ème JNCDE Mme P., 66 ans 2008 Consulte pour une tuméfaction périnéale Antécédents: Hysterectomie

Plus en détail

CANCER DU REIN ET CHIRURGIE LAPAROSCOPIQUE. Dr Stéphane BORGNAT

CANCER DU REIN ET CHIRURGIE LAPAROSCOPIQUE. Dr Stéphane BORGNAT CANCER DU REIN ET CHIRURGIE LAPAROSCOPIQUE Clinique de Rillieux Jeudi 5 octobre 2006 Généralités 2% de tous les cancers prédominance masculine découverte fortuite dans 50% des cas symptômes: hématurie,

Plus en détail

Imagerie du cancer thyroïdien chez l enfant : A propos de 4 cas

Imagerie du cancer thyroïdien chez l enfant : A propos de 4 cas Imagerie du cancer thyroïdien chez l enfant : A propos de 4 cas Introduction Le cancer thyroïdien de l enfant est rare. Il représente 1,5% de toutes les tumeurs avant 15 ans et 7% des tumeurs de le tête

Plus en détail

Criteres d une tumeur aggressive rapidement evolutive

Criteres d une tumeur aggressive rapidement evolutive Criteres d une tumeur aggressive rapidement evolutive Une ostéolyse type Ic, II, III dans la classification de Lodwick Une réaction périostée plurilamellaire, spiculée ou discontinue avec triangle de Codman

Plus en détail

Mme Bouhlia H..61ANS Douleur hemithoracique droite. Depuis 4 MOIS douleur atroce l'empéchant de dormir..antérieur ET rachidienne..dyspnée..

Mme Bouhlia H..61ANS Douleur hemithoracique droite. Depuis 4 MOIS douleur atroce l'empéchant de dormir..antérieur ET rachidienne..dyspnée.. Mme Bouhlia H..61ANS Douleur hemithoracique droite Depuis 4 MOIS douleur atroce l'empéchant de dormir..antérieur ET rachidienne..dyspnée.. toux Scanner thoracique : Métastases tissulaires ostéolytiques

Plus en détail

CAS PARTICULIER : LA TUMEUR STROMALE. P. SIMON, CHRU Besançon 10/04/2015

CAS PARTICULIER : LA TUMEUR STROMALE. P. SIMON, CHRU Besançon 10/04/2015 CAS PARTICULIER : LA TUMEUR STROMALE P. SIMON, CHRU Besançon 10/04/2015 Épidémiologie Tumeur rare 10% des sarcomes utérins 0,2% des néoplasies utérines Ashraf-Ganjoei T et al. World J Surg Oncol. 2006

Plus en détail

Comment je caractérise une masse rénale solide?

Comment je caractérise une masse rénale solide? Comment je caractérise une masse rénale solide? O.HELENON et al., Journal de Radiologie 2012 F.JAUSSET, radiologie Brabois Introduction Tumeurs épithéliales : bénignes vs malignes Tumeurs non épithéliales

Plus en détail

Définition Tumeur des cellules germinales de type séminome Primitive de localisation non testiculaire (extra-gonadique) Localisation Par ordre de fréq

Définition Tumeur des cellules germinales de type séminome Primitive de localisation non testiculaire (extra-gonadique) Localisation Par ordre de fréq Séminome extra-gonadique (à propos d un cas) Henriot C., Palascak P., Sachova J., Chabod P., Khamlu A., Petitjean A., Bouchareb M., Nader N., Sauvain J.L., CHI Vesoul Définition Incidence et Etiologie

Plus en détail

Service de Radiologie. CHU Ibn Sina. Rabat. Maroc

Service de Radiologie. CHU Ibn Sina. Rabat. Maroc Zian H, Belkacem S, Hammani L, Bouklata, Nassar I, Imani F. Service de Radiologie. CHU Ibn Sina. Rabat. Maroc Le traumatisme rénal se voit dans 10% des traumatismes abdominaux. Il s intègre souvent dans

Plus en détail

CARACTÉRISTIQUES PHÉNOTYPIQUES DES TUMEURS NEUROENDOCRINES EN MILIEU ENDOCRINOLOGIQUE

CARACTÉRISTIQUES PHÉNOTYPIQUES DES TUMEURS NEUROENDOCRINES EN MILIEU ENDOCRINOLOGIQUE CARACTÉRISTIQUES PHÉNOTYPIQUES DES TUMEURS NEUROENDOCRINES EN MILIEU ENDOCRINOLOGIQUE Safer-tabi F A, Nasseri A, Fedala NS, Ahmed ali L, Chentli F Service d endocrinologie et maladies métaboliques CHU

Plus en détail

Méthodologie: - Deux approches ont été croisées:

Méthodologie: - Deux approches ont été croisées: J-P.DAVID Méthodologie: - Deux approches ont été croisées: 1- Analyse des données PMSI de l hôpital Emile Roux en ne tenant compte que des situations cliniques principales Ainsi 150 à 200 situations cliniques

Plus en détail

Garçon de 5 ans, douleurs abdominales et suspicion de tumeur

Garçon de 5 ans, douleurs abdominales et suspicion de tumeur Garçon de 5 ans, douleurs abdominales et suspicion de tumeur FLORES A, PROST S, LENOIR M, CHRU Besançon Société de Médecine de Franche-Comté Enfant de 5 ans adressé par son médecin traitant pour douleurs

Plus en détail

LIPOME PARA-OSTEAL OSSIFIANT

LIPOME PARA-OSTEAL OSSIFIANT LIPOME PARA-OSTEAL OSSIFIANT A JAAFAR, D ZEITOUN, B MENDES, P LEVY, L BESSIS, P GRENIER, E DION Service de Radiologie polyvalente, diagnostique et interventionnelle HOPITAL PITIE SALPETRIERE - PARIS INTRODUCTION

Plus en détail

Aspects radiologiques des Prolactinomes géants

Aspects radiologiques des Prolactinomes géants Aspects radiologiques des Prolactinomes géants Belazzouz A.Y, Kesri.N,Bouaouina.S,Boudissa.M, Foudil.D, Mimouni.S Service d Endocrinologie et maladies métaboliques. EHS CPMC Alger. Introduction L imagerie

Plus en détail

Descriptif d une séquence de formation. Plan du cours : «Radiologie»

Descriptif d une séquence de formation. Plan du cours : «Radiologie» Descriptif d une séquence de formation Plan du cours : 2013 2014 «Radiologie» 1. Informations de base - Matière d enseignement: RADIOLOGIE - Public cible : Etudiants de 3éme année de médecine - Nombre

Plus en détail

Etude comparative des formes sporadiques et héréditaires des Carcinomes médullaires de la thyroïde

Etude comparative des formes sporadiques et héréditaires des Carcinomes médullaires de la thyroïde Etude comparative des formes sporadiques et héréditaires des Carcinomes médullaires de la thyroïde R Lounis, F Chabour, F Yaker, NS Fedala, L Ahmed ali, F Chentli Service endocrinologie CHU BAB EL OUED

Plus en détail

TUMEUR A CELLULES GEANTES DE LA ROTULE AVEC METASTASES PULMONAIRES ET OSSEUSES. M Benrami, R Dafiri

TUMEUR A CELLULES GEANTES DE LA ROTULE AVEC METASTASES PULMONAIRES ET OSSEUSES. M Benrami, R Dafiri TUMEUR A CELLULES GEANTES DE LA ROTULE AVEC METASTASES PULMONAIRES ET OSSEUSES A PROPOS D UN D CAS PEDIATRIQUE M Benrami, R Dafiri Service de Radiologie, Hôpital d enfants-maternité CH Ibn Sina, Rabat,

Plus en détail

Cancer du rein métastatique réévaluation de la présentation clinique. T Decathéaugrue, L Rocher, AS Rangheard, A Lesavre, Y Menu CHU Bicêtre

Cancer du rein métastatique réévaluation de la présentation clinique. T Decathéaugrue, L Rocher, AS Rangheard, A Lesavre, Y Menu CHU Bicêtre Cancer du rein métastatique réévaluation de la présentation clinique T Decathéaugrue, L Rocher, AS Rangheard, A Lesavre, Y Menu CHU Bicêtre Cancer du rein Il représente 3% des cancers de l adulte 5 000

Plus en détail

PLACE DE L ECHOGRAPHIE dans les TUMEURS RETROPERITONEALES DE L'ENFANT. D Sirinelli CHU Tours

PLACE DE L ECHOGRAPHIE dans les TUMEURS RETROPERITONEALES DE L'ENFANT. D Sirinelli CHU Tours PLACE DE L ECHOGRAPHIE dans les TUMEURS RETROPERITONEALES DE L'ENFANT D Sirinelli CHU Tours MASSES ABDOMINALES DE L ENFANT Découverte à la palpation Pathologies très diverses en nature en thérapeutique

Plus en détail

Cas de la semaine # 47

Cas de la semaine # 47 Cas de la semaine # 47 25 Septembre 2017 Préparé par Dre Fatima Ameur fellow Dre Manon Bélair MD Hôpital Notre Dame, CHUM Département de radiologie Faculté de médecine Histoire Clinique Pas d antécédents

Plus en détail

Présentation Clinique

Présentation Clinique Présentation Clinique Patient âgé de 32 ans, admis pour prise en charge d une tumeur rénale droite. Depuis quelques mois, constipation rebelle, suivie d une douleur lombaire droite à type de lourdeur.

Plus en détail

Cancers osseux primitifs : ostéosarcomes (154a) Jean-Yves Blay, Isabelle Ray-Coquard Juin 2006 (mise à jour juin 2006)

Cancers osseux primitifs : ostéosarcomes (154a) Jean-Yves Blay, Isabelle Ray-Coquard Juin 2006 (mise à jour juin 2006) Cancers osseux primitifs : ostéosarcomes (154a) Jean-Yves Blay, Isabelle Ray-Coquard Juin 2006 (mise à jour juin 2006) 1. Epidémiologie Les ostéosarcomes ou sarcomes ostéogèniques sont des tumeurs rares,

Plus en détail

La Lithiase Urinaire

La Lithiase Urinaire La Lithiase Urinaire Notions générales Pathologie ancestrale: 7000 à 3000 ACN 15 % des hommes et 6 % des femmes Facteurs favorisants Déshydratation Régimes hyperprotéinés, exercice physique, médicaments

Plus en détail

Maladie de Von Hippel Lindau : L abdomen en scanographie multibarette

Maladie de Von Hippel Lindau : L abdomen en scanographie multibarette Maladie de Von Hippel Lindau : L abdomen en scanographie multibarette T Kone, AS Rangheard, Z Benadjila, A Lacout, S Richard, B Bessoud, Y Menu Le Kremlin Bicêtre France Objectifs Illustrer les atteintes

Plus en détail

LOCALISATIONS INHABITUELLES DE L OSTÉOSARCOME : A PROPOS DE 10 CAS.

LOCALISATIONS INHABITUELLES DE L OSTÉOSARCOME : A PROPOS DE 10 CAS. LOCALISATIONS INHABITUELLES DE L OSTÉOSARCOME : A PROPOS DE 10 CAS. S.LAFHEL, N.ALLALI, F.EL OUNANI, S.ADLOUNI, R.DAFIRI. Service de Radiologie, Hôpital d Enfants-Maternité, CHU Rabat INTRODUCTION L ostéosarcome

Plus en détail

PNET DES FOSSES NASALES : UNE LOCALISATION EXCEPTIONNELLE A PROPOS DE DEUX CAS

PNET DES FOSSES NASALES : UNE LOCALISATION EXCEPTIONNELLE A PROPOS DE DEUX CAS PNET DES FOSSES NASALES : UNE LOCALISATION EXCEPTIONNELLE A PROPOS DE DEUX CAS M. FIKRI, A. EL QUESSAR, MR EL HASSANI, N. CHAKIR, N. BOUKHRISSI, M. JIDDANE Service de NeuroRadiologie Hôpital des spécialités.

Plus en détail

FACULTE DE MEDECINE DE TUNIS SESSION DE JANVIER ème ANNEE DE MEDECINE URO-NEPHROLOGIE EPREUVE D UROLOGIE 33 QUESTIONS 7 PAGES DUREE : 35 mn

FACULTE DE MEDECINE DE TUNIS SESSION DE JANVIER ème ANNEE DE MEDECINE URO-NEPHROLOGIE EPREUVE D UROLOGIE 33 QUESTIONS 7 PAGES DUREE : 35 mn FACULTE DE MEDECINE DE TUNIS SESSION DE JANVIER 2011 4 ème ANNEE DE MEDECINE URO-NEPHROLOGIE EPREUVE D UROLOGIE 33 QUESTIONS 7 PAGES DUREE : 35 mn Question n 1 Quelles sont la (les) bonne(s) réponse(s)

Plus en détail

Cancer du larynx. Intérêt de la TDM. A propos de 70 cas. S. Hassen, N. El Benna, Kh. Ouachtou, A. Abdelouafi. Service de Radiologie 20 Août 1953.

Cancer du larynx. Intérêt de la TDM. A propos de 70 cas. S. Hassen, N. El Benna, Kh. Ouachtou, A. Abdelouafi. Service de Radiologie 20 Août 1953. Cancer du larynx Intérêt de la TDM A propos de 70 cas S. Hassen, N. El Benna, Kh. Ouachtou, A. Abdelouafi Service de Radiologie 20 Août 1953. CHU Ibn Rochd Casablanca. Maroc INTRODUCTION - Cancer du larynx:

Plus en détail

TUMEURS MALIGNES MESENCHYMATEUSES

TUMEURS MALIGNES MESENCHYMATEUSES Donnou Céline Faoucher Marie 18/03/11 Anapath, Sarcomes, N. Rioux-Leclerc Diaporama bientôt disponible sur le réseau pédagogique! Bon courage à tous. TUMEURS MALIGNES MESENCHYMATEUSES I - Tumeurs des tissus

Plus en détail

SEMIOLOGIE EN COUPES

SEMIOLOGIE EN COUPES SEMIOLOGIE EN COUPES DU KYSTE HYDATIQUE DES PARTIES MOLLES M.CHENNOUFI, M.BEN-MESSAOUD, A.ABASSI, O.AZAIZ, H.MIZOUNI, I.TURKI, K. NOUIRA, E.MENIF Service d imagerie médicale Hôpital la Rabta Tunis, TUNISIE

Plus en détail

Cours Intensif de Cancérologie Digestive APPORT DE L IRM DANS LE BILAN PRE-THERAPEUTIQUE DES CANCERS DU RECTUM. FFCD Orléans-Tours 2-3 Octobre 2008

Cours Intensif de Cancérologie Digestive APPORT DE L IRM DANS LE BILAN PRE-THERAPEUTIQUE DES CANCERS DU RECTUM. FFCD Orléans-Tours 2-3 Octobre 2008 Cours Intensif de Cancérologie Digestive APPORT DE L IRM DANS LE BILAN PRE-THERAPEUTIQUE DES CANCERS DU RECTUM IRM DES TUMEURS RECTALES 15 000 nouveaux cas/an en France Amélioration du pronostic Evolutions

Plus en détail

Foie : méthodes d imagerie : échographie-doppler

Foie : méthodes d imagerie : échographie-doppler Foie : méthodes d imagerie : échographie-doppler Examen de 1ère ligne, non-vulnérant et facilement disponible Détection des tumeurs Morphologie du foie : cirrhose Signes d hypertension portale Perméabilité

Plus en détail

Tumeurs d Askind (A propos de 5 cas)

Tumeurs d Askind (A propos de 5 cas) Tumeurs d Askind (A propos de 5 cas) Salam S, Lamsak S, Eddekaoui H, Ouzidane L. Service de Radiologie Pédiatrique P Hôpital d Enfants d CHU Averroes. Casablanca Maroc. Introduction: La Tumeur d Askind

Plus en détail

homme de 48 ans, antécédents de lithiase urinaire traitée en 2007 ;anomalies rénales bilatérales connues. Examen de surveillance réalisé en avril 2013

homme de 48 ans, antécédents de lithiase urinaire traitée en 2007 ;anomalies rénales bilatérales connues. Examen de surveillance réalisé en avril 2013 homme de 48 ans, antécédents de lithiase urinaire traitée en 2007 ;anomalies rénales bilatérales connues. Examen de surveillance réalisé en avril 2013 Quels sont les éléments sémiologiques significatifs

Plus en détail

IMAGERIE des TUMEURS SUPERFICIELLES et des PARTIES MOLLES

IMAGERIE des TUMEURS SUPERFICIELLES et des PARTIES MOLLES IMAGERIE des TUMEURS SUPERFICIELLES et des PARTIES MOLLES Pr Frank Boudghène Hopital Tenon - Université Paris 6 IMAGERIE des TUMEURS epidermiques des parties molles DERMATOLOGIE Utilise peu les techniques

Plus en détail

Homme 56 ans, douleurs abdominales à J11 d une DPC sur ADK du pancreas mai d'équilibre

Homme 56 ans, douleurs abdominales à J11 d une DPC sur ADK du pancreas mai d'équilibre Homme 56 ans, douleurs abdominales à J11 d une DPC sur ADK du pancreas mai 2009 Lésion rénale G solide, unique hypervascularisée, à la phase artérielle; "cicatrice" centrale, homogénéisation à la phase

Plus en détail

Pathologies Néphro-Urologiques et Radiologie chez l adulte: «TP» E Danse, L Annet UCL

Pathologies Néphro-Urologiques et Radiologie chez l adulte: «TP» E Danse, L Annet UCL Pathologies Néphro-Urologiques et Radiologie chez l adulte: «TP» E Danse, L Annet UCL Méthodes d imagerie US, CT, MR Agents de contraste Iode : UIV, CT Toujours faire la balance entre le risque et le bénéfice

Plus en détail

UE appareil locomoteur Ronéo n : 31

UE appareil locomoteur Ronéo n : 31 Date : 22/03/2012 Professeur : Trojani Nombre de pages : 6 UE appareil locomoteur Ronéo n : 31 Intitulé du cours : Tumeurs osseuses Chef Ronéo : Sarah Binôme : Emilien et Camille Corporation des Carabins

Plus en détail

LES PARAGANGLIOMES LATERO-CERVICAUX à propos de 18 cas

LES PARAGANGLIOMES LATERO-CERVICAUX à propos de 18 cas LES PARAGANGLIOMES LATERO-CERVICAUX à propos de 18 cas I.Mimouni, N. El benna, S. Saoud, N. Moussali, A. Gharbi, A. Abdelouafi Service de Radiologie 20 Aout, CHU Ibn Rochd, Casablanca,Maroc Journées Françaises

Plus en détail

IMAGERIE DES SARCOMES PRIMITIFS DU SEIN À PROPOS DE 4 CAS

IMAGERIE DES SARCOMES PRIMITIFS DU SEIN À PROPOS DE 4 CAS IMAGERIE DES SARCOMES PRIMITIFS DU SEIN À PROPOS DE 4 CAS B. Benayada*, H. Hadj Kacem*, H. Moumou*,M. Iraqi**, R. Latibe*, I. Chami*, N. Benjaafar**, L. Jround*i, N. Boujida* *Service de radiologie Institut

Plus en détail

Les tumeurs non urothéliales de la vessie. A propos de 15 cas

Les tumeurs non urothéliales de la vessie. A propos de 15 cas Les tumeurs non urothéliales de la vessie. A propos de 15 cas H EN-NOUALI (1),S AKJOUJ (1), T AMIL (1), S CHOUIR (1), A HANINE (1), M BENAMEUR (1), M GHADOUANE (2) (1) service d imagerie médicale. (2)

Plus en détail

Quels sont les éléments sémiologiques significatifs à retenir sur les images scanographiques suivantes

Quels sont les éléments sémiologiques significatifs à retenir sur les images scanographiques suivantes Patient âgé de 30 ans hospitalisé pour la prise en charge d une augmentation de volume d une masse surrénalienne droite découverte de façon fortuite 2 ans auparavant lors d un scanner abdomino-pelvien

Plus en détail

LE FIBROME NASOPHARYNGIEN: EXPÉRIENCE DU SERVICE. Pr F.Handis,Pr Z.Mallek,Dr N.Ouared,Pr D.Selmane,Service ORL CHU BEO

LE FIBROME NASOPHARYNGIEN: EXPÉRIENCE DU SERVICE. Pr F.Handis,Pr Z.Mallek,Dr N.Ouared,Pr D.Selmane,Service ORL CHU BEO LE FIBROME NASOPHARYNGIEN: EXPÉRIENCE DU SERVICE Pr F.Handis,Pr Z.Mallek,Dr N.Ouared,Pr D.Selmane,Service ORL CHU BEO Le fibrome nasopharyngien (F.N.P) est une tumeur rare du nasopharynx qui touche essentiellement

Plus en détail

Prise en charge des incidentalomes thyroïdiens

Prise en charge des incidentalomes thyroïdiens Prise en charge des incidentalomes thyroïdiens Dr Camille Buffet Pr Laurence Leenhardt Groupe de Recherche Clinique sur la Thyroïde Hôpital Pitié Salpêtrière Découverte fortuite Inattendu Asymptomatique

Plus en détail