Les pollutions bactériennes en Méditerranée

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les pollutions bactériennes en Méditerranée"

Transcription

1 Les pollutions bactérines Méditerranée Gauthier M.J. La mer Méditerranée Paris : CIHEAM Options Méditerranénes; n pages Artic avaib on line / Artic disponib ligne l adresse : To cite this artic / Pour citer c artic Gauthier M.J. Les pollutions bactérines Méditerranée. La mer Méditerranée. Paris : CIHEAM, p (Options Méditerranénes; n. 19)

2 I GAUTHIER C.E.R.B.O.M. '(I.N.S.E.R.M.) Ni ce (France) I I s pollutions bactérines mer Méditerrane'e I Le climat exceptionnel, beauté expliqut aisémt sa démoavec s maxima estivaux bi connus. Cte vocation alliée au développemt s poputions s'est mt accompagnée d'une augmtation du volume s déchs domestiques, pollués, qui sont systématiquemt jés dans cte s géologiques, giques 1.3 font c un du com mun: chau c peu sans, pteau contintal el est peu : pollution y donc, plus que aildans l'océan mondial, un phéno- Avant dans détail du constat long s côtes nous cepdant quelques lignes s agts cte pollution, au suj squels on est mal LES CAUSES DE LA POLLUTION BAGTÉRIENNE Les agts polluants Chacun sait que quasi-totalité s pathogènes, que ce soit s champignons s ou s sont humaine que ces ganismes sont véhiculés jusqu'a s eaux d'égout. Si l'on y on que, s eaux s eaux d'égout s vils contint plus ou moins quantitk s pathogènes suivants : - s œufs tes : c..., - s bacils typhoï, s tu- du tétanos, du du botulisme, c..., - s champignons pathogènes : Candida, c..., - s pathogènes, - : poliovihépatite L,a ces eaux uséesest puisqu'els contint moyne O00 millions On que duction moyne d'eau usée habitant est Toutes s s eaux d'égout qui sont shôtesdu tube digestif l'homme ne sont évimmt pas pathogènes dans s conditions s. C'est cas plus connu, coli ( colibacil), d.ms s sels (chaque individu élimine 300 que l'on dans s eaux usées ( millions C'est Cgamt cas s fécaux du (10 20 millions d'eau usée coli Streptococczls fueculis sont cssiquemt utilisés tance s pollutions gine féca s, eaux Nous ici fait que ne sont utilisés dans s constats pollution que tests contamination féca, dont ils sont s s plussibs s plus fidès, mais qu'ils sont dénu& pathogénécité (sauf cas exceptionnel). Un ces dans une eau s'il signifie qu'el est souillée s féca, n'inun soi. Celui-ci peut néanmoins gine peuvt évtuelmt été émises monels (agt typhoï) ou En ces c 100 ' Options méditerranénes - 19

3 ~~ - ml ml coli 100 ml 440 fécaux 10 ml - système désinfection) : e Zone faib pollution - o Zone faib pollution.. e Zone moyne pollution. eaux mantes) : e Zone pollution Facultatif Facultatif Facultatif Facultatif plus o E iau bonne qualité E iau bonne qualité E iau qualité moyne E {auinutilisabsans temt désinfection - (non désinfection), dispublique ou uneeau... (*) vus d'un système désinfect- tion), d'alimtation di-... (9 l -.. (") 1 ($) (*) o 20 (*) o 20 (*) o 20 (9 0 ("1 (*) Dans bassin sortie. vivant au contact ayant besoin d'oxygène), s eaux d'égout égamt une im- capab se absce tota d'yoxgène dont millions cels-ci, on peut s du tétanos, s Closfridium botulinum, agt du botulisme. s eaux d'égout ne contint pas l'semb ces nous n'avonsjamais pu salmonels ou du dans s eaux s égouts Côte En fait, on ne peut s y que dans cas démismes, ou au d'épidémies, ou bi s sont dans b popution svils En tous ces sont, s s eaux notion développée dans du donc ce qui explique l'absce d'accumution Longuemt discutée, il y a quelques années au symposiums, question du dan- que semb actuelmt peu au moins ce qui l'homme milieu dix ans d'expédans ce domaine ont conduit s du ainsi que dont Lil, aucun aux contaminations s eaux baigna. Seus affections peuvt indiscutabmt tées suite d'une baigna eau polluée : c'est cas s vaginites Candida exemp, ou Le cas cssique s mycoses B peut maintant discuté ; s données indiqut que pathologique ce site est fait issue d'une peau l'homme. L'vahissemt pathogène n'est possib que types peau ; sudation, évée même tion (condition s pges!). Quant aux bines contagieuses comme s impétigos, on td contamination du sab ou s gals souillés, plutôt que celui l'eau baigna. Le dancepdant b ce qui l'ingestion coquilges ou animaux madans s Options - No 19. zones polluées. tainemt l du seul milieu est bon fin que diont établi s sanieaux baigna. on adm comme polluées s eaux contant plus 20 O00 coli fécaux comme suspectes cels qui contint 2 O00 20 O00 comme faibmt polluées cels qui contint O00 comme hautemt satisfaitsantes cels qui contint moins 500 (évalues technique spécia appelée Q >>, En il n'existe aucune s eaux mais il est coqsicte qualité fonction s mes admises baigna eau piscine ou bassins tels qu'els ont été définies dans un du 13 juin 1969 (J.O. du 8 juill 1969). Nous s cipaux élémts dans tabau cissus. 1 o1

4 Les causes pollution bacté- En l'augmtation du volume s eaux usées l'semb du cause s pollutions au niveau s pges, s ou s consoit dans fonctionnemt ou défectueux s instaltions soit plus gédans position s points ces eaux usées Ce point est bi souvt voisin côte ou mal situé,cel-ci fonction s coudominants. longtemps, s d'eaux d'égout ont été installés long s côtes sans que soit dffectuée l'indispsab étu bac Le s instaltions a égamt & tion situation. 'En points cte côte, s s eaux usées s habitations mt,pge sans que ne soit s plus, il n'exisaucune te s déchs domestiques dans's ceintes & s bateaux. c &at fait, il a sulté une pollution que s zones habitées, qui a atteint un tique au s années c état s choses, s municipalités ont dû vemt s considé pce s équipemts tifs qui ont, semb-t-il, 102 ÉTAT début c exposé, nous avonsmis l'acct vis-vis s nuisances gène. s'agit eff, d'une où s phénomènes diffusion, dûs aux vagues, aux aux sont beaucoup plus On divise cl,assjquemt ux bassins, l'un occintal où s eaux sont plus salées animées plus im- (dont qui baie côte italine du Golfe Gênes moitié ouest s côtes ceci d'est Ouest) où climat plus chaud dynamique plus lte impost une plus tante s eaux avec une augmtation s eaux l'semb s ux bassins, l'absce diffusion se duit dans ss mation, une bonne l'année, d'une zone discontinuité physique appelée mocline, située qui ste une sion En exception faite du Golfe du Lion du seuil Sici-Tunisie, on doit égamt faib ou même l'absce du pteau contintal, zone où faib est géné l'intsification s phénomènes eaux dans masse C'est cas s côtes espagnos, italines. C semb giques fiait que pollution un phénomène codfiné aux qui s'étd I plus quelques mils *au s côtes. pages, vain donc ici qu'un c état, quelques l'étu détaillée l'état l'semb s côtes Nous ne quelques données d'exemp. d'une Options méditerranénes - No 19 pollués taux zones s plus peuplées ou s plus sées, avec s maxima consiau niveau svils sont donc moins dans bassin On ne que peu données son suj, s quelques étus gui y ont été esstielmt s zones où humaine estvue suffisammt quelque nuisance au niveau Selon youmjian, côte libanaisest assez polluée, s vils étant situées au voisinage vil c aua pu 30 O00 1,6 million d'eau Le vant Tel Aviv est égamt pollué : 30 O00 m3 d'eau d'égout y ét,ait dé- 1965, contaminant s pges d'une bac- Shuval signa que c état s'est ntemt puis l'instaltion d'un qui l'semb s eaux usées vil 800 du : 80 % s long s phges pose ne contait plus qu'une quantité éga ou 24 O00 loca admise s eaux baigna. On ne connaît l'état pollution s égyptines tunisines. bassin occintal, s données sont, l'image s pollutions els- {faibs ou localisées mt peu long s c6tes d'espagne ou Yougosvie, els sont Long s côtes italines. AU s campagnes du Govese ses ont étudié l'activité s eaux au niveau plus 70 stations. ont pu l hétéd'eau dans bassin Sud-Est cte dans bassin 10 plus 6 O00 dans cte avec s maxima ns au voisinage

5 s côtes. s'agit cepdant l ma- Ama effectué 1970 une quête l'semb du itali a constaté que 90 % s ag- eaux usées B sans qaucun temt. La pollution plus se au niveau s côtes du litavec un maximum au niveau vil Gênes. Les conditions semblt meil long s côtes Toscane, cels du Latium Campanie, sauf au niveau agglomé- Fiumocino, Ostie, Naps Le cas Naps est ; l'état pollution s eaux y est explique facimt l'épidémie qui s'y est a longuemt étudié cas du Cumes, pollué s eaux d'égout du colcqui l'semb s eaux banlieue occinta Naps. C qui amène l s eaux contant 20 dont 980 millions moyne 40 O00 salmonels au débit 5 m3 secon, pollue massivemt d'une constanfe Cumes une plus 6 Lescôtes que ce soit du côté ou face ionine, sont beaucoup moins pollukes, conséquce. faib nsité que du manque côte on une pollution intse. yougosve côte La situation y est -.au niveau où s fonds sont faibs où est d'aménagemt sont cepdant vus, ici comme situation. Le Golfe est pollué : y signa sce zones contamination, avec plus 30 O00 coli d'eau, nsité gine féca au niveau s situés du Golfe, dans squels il été trouvé nombreuses salmonels. Les conditions sont ntemt meils côtes s s zones si l'on excepte plus indus- situation l'activité du On Ancône, Gallipoli). A compliquéc issus donc constammt c une nance zones polluées côte exemptes tsité s diffusion s est ici fondamta, l'exemp du tout fait c Ce est eff siège ux phénom,ènes conjoints : s eaux y sont animées cou accompagné d'eaux long pte continta au Sud du dé- Ce phénomène a été nommé << up welling s pollution s eaux usées a l'absce tota au du qu'il a pu plus 250 O00 coli 8 O00 13 O00 coli points côte sine. Le Sici est d'ailpollué, au Catane, La situation est bonne, sinon excellte, long du daigne,. seus zones polluées quelques où s eaux contint moyne million cte nsité diminuant dans s Le quelques points du espagnol ont été longuemt $Etus d'océa- Nice, dépdant tut National Santé puis 1962, c a effectué non seumt l'semb du mais compte ou Communauté. L'semb s obtus s côtes a été consigné dans un synthèse, ou National s Côtes publié sont vus ce jusqu' En fait, s étus du C.E.- ont eu but: - soit l'établissemt l'état s pollutions s zones baigna, ou s fins tiques fonction ou ; - soit l'établissemt position plus s points ; - soit fi s nouveaux d'eaux usées établis selon ses pns. point s étus effectuées avant 1969 ont conduit aux suivantes : - pollution est di démo long côte ; - t,aux augmte conpdant saison chau ; - diffusion se situe dans ss s dominants. cas couamène une constante s polluants l'est ; - taux augmte égamt d'une dans, s zones plus stabs, ou closes. Lescôtes dù Languedoc du sillon points un faib taux contamination féca (soit quelques ctaines vils comme Sète ne modifie pas ssibmt c état. Seuls quelques points sont plus pollués, géné d'eau s eaux usées s vils, comme c'est cas c... Ainsi, on 950 O00 avec 3 O00 coli l'au, 250 O00 4 O00 coli cel La plus pollution a été vée (8 millions co 20 O00 coli d'eau). Quant auxétangs,ils sont génépeu pollués : mes 20 coli ont été d'eau dans l'étang Thau, 500 aucun coli) dans celui Leucate. Options méditerranénes - 19

6 pollution est évimmt plus d'autant plus que l'on se La zone du l'î côte, Sud tout zone sont szones pollution intse. cte pollution est plus faib colisouvt 100 bi que soit d'une inquiétante : 1 O00 12 O00 avec 200 coli fait s vts dominants s du l'estaque est exempte Le 1'Etang est exceptionnelmt pollué : s bacy dépasst toutes s lâ côte médi- : 40 millions 3 millions coli 700 O00 staeptocoques fécaux d'eau. Le l'étang est conntemt moinsouillé. Les eaux c étang du canal taux pollution évé zone Toulon, s analyont que, dans une situation d'semb peu bonne, dét,acht se quelques points pollution mt d'eaux usées dans s conditions non acceptabs. Ces points pollution sont plus plusnoml'on se Côte ce qui,s'explique facimt l'est nsité s h,abitations jusqu' italine. Jusqu' 1969, l'état pollution cte zone est allé * ; s taux augmtait l',afflux plus nts. A ce niveau, plus qu'ailil totamt s dispositifs d'évacuation s eaux vannes. Ainsi, cels vil Nice était dé 149 pge, l'est selon un débit 3 4 m3 secon. Et il ne s'agit l que d'un exemp qui multiplié tout au long du faut tôt, nomont été conscites du,: man, a 104 l'étu du une métho scitil'semb du lity où l'&t mt bon commçait dans quemt plus nses. Actuelmt, plus 30 nouveaux ont été ou selon s données c C'est cas ceux svils Toulon, Cannes, Nice, ne que s mt kis déchs loin s côtes ont &té calculés *&n que, quels que soit s conditions polluants ne pas côte vivants. Cte injection est fois même - c'est cas l'é - ce qui peut s possibilités s polluantes dans masse Cte s dè s eaux d'égout a une l'état du contintal Nous n' que s sultats obtus au l'étu effectuée au pdant estiva 1972, l'état 36 zones balsituées long du s où ont été tau seau d'évacuation s eaux usées. Ce a 'd'une un bin cte lit s donnhes Cels que nous avions obtues dans cte zone avant mise pce s nouveaux dispositifs d'assainissemt ou d'impntations ou a Ces sont n" 1 2, suivant un développemt côte. Le point l'état contamination étant situé 50 nos ont plus s nsité. ce niveau. Nous avons constaté que : - Les taux sont toutes zones ml, sauf au niveau s pges Golfe-Juan. Ceci peut expliqué au d'une l'égout cte localité Options méditerranénes - 19 qui s eaux usées cte agglomé- ; - Les s plus évées aux phges,saint- Golfe-Juan lieu ; - La taux campagne effectuée 1972 avec ceux 1966 m évince s faits suivants : o s pgesituées Cap Nice Cap d'antibes, s taux cte année sont ssibmt ceux obau l'année 1966, que, s pges situées italine Cap Nice, s taux cte année sont ssibmt plus évés ; o Une augmtation contamination points : il s'agit èn zones ayant fait l'obj pisance ou litqui une augmtation Ce sont s zones Golfe- Juan, taines els, il dagit tout simpmt d'une absce tot,a d'instaltion d'assainissemt. l'eff mise pce nouveaux dispositifs d'assainissemt est significatif au niveau Nice point vue nous ux points, soit une eau bonne qualité, soit quelquefois qualité moyne, d'a s qualité s eaux baigna tels qu'ils ont été définis tels d'assainissemt sont, $actuel, effectués dkns l'semb s pays ceci dans ux tions selon s pays ou s vils : soit s eaux avant soit colcte s dffluts domestiques au où sont beaucoup plus points pollués : nous un ces points nés.

7 Taux colkorme LEGENDE Analyses faltes 1966 Analyses Faites 1972 i I I O km. & l l l I, I I I I I! A 'l L c.- Options méditerranénes

8 Analyses Faltes Analyses faltes --- -_ Options méditerranénes - 19

9 LA POLLUTION DES ENCEINTES PORTUAIRES 11 ne s'agit 1.8 ni d'un typiquemt ni même d'un phénomène impliquant l'activité s bacmais nous il est avec d'eaux d'égout une toute du fait intse que l'homme a aux vages afin s ses quelques années, on a vu nailong du pisance il faut bi d'une maquelque peu ces ceintes closes, impntées long zones i nsité popution pcées dans s conditions d'insotion s eaux ne sont : constant quantités ou s eaux d'égouts cnstins mts, un du milieu qui se un développemt algues midécomposition s qui consommt l'oxy- gène l'eau. On assiste hissemt du milieu l'vaune contant nom- gène Ce gaz, toxique l'semb s animas végétas, hit du un milieu quasi abiotique b, même que l'on peut y C'est qui ont été closes sans qu'ait été s dispositifs un s eaux. a un exemp d,ans Sun s bassins du C'estégamt qui a conduit toute vie non dans Lac Tunis. L une étu scitifique peut s solutions, au simps, qui une tel phisation du milieu. CONCLUSION Si consti s colctivités se s pollutions dans l'semb une nte au s années déj mt ne pas sans fait que ce n'est aucune!façon un s nuisances s eau domestiques. Ces effluts, doat volume va sans cesse eaugmtant, polluants chimiques : métaux dont l'activité délépeut sécosystèmes peut y s quces ces pollutions associéese inévitpabmt dans domaine s puisque scapacités lutte du milieu ces dépnt du mainti son té. Et ceci est plus que tout domaine l'océan mondial. Options méditerranénes

Les causes de l'inégalité de développement du territoire en Yougoslavie avec ses conséquences sur l'environnement

Les causes de l'inégalité de développement du territoire en Yougoslavie avec ses conséquences sur l'environnement Les causes l'inégalité développemt territoire Yougosvie avec ses conséquces sur l'vironnemt Vujanac Borovnica S. Espace développemt Paris : CIHEAM Options Méditerranénes; n. 23 1973 pages 67-71 Artic avaib

Plus en détail

L'éducation pour certains groupes ou la formation de tout un milieu

L'éducation pour certains groupes ou la formation de tout un milieu L'écation pour certains groupes ou formation tout un milieu Foreuil F. Formation Développemt Paris : CIHEAM Options Méditerranénes; n. 21 1973 pages 77-81 Artic avaib on line / Artic disponib ligne l adresse

Plus en détail

Le rôle de l'agriculture dans le développement

Le rôle de l'agriculture dans le développement Le rô l'agriculture développemt Bairoch P. Le développemt Paris : CIHEAM Options Méditerranénes; n. 11 1972 pages 25-29 Artic avaib on line / Artic disponib ligne l adresse : http://om.ciheam.org/artic.php?idpdf=ci010720

Plus en détail

La production d'amandes en Espagne

La production d'amandes en Espagne La production d'amans Espagne Felipe A.J. L' amandier Paris : CIHEAM Options Méditerranénes; n. 32 1976 pages 83-91 Artic avaib on line / Artic disponib ligne l adresse : --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Le tourisme international : un état de fait colonial

Le tourisme international : un état de fait colonial Le tourisme international : un état fait colonial Zarka C. Tourisme et mon rural Paris : CIHEAM Options Méditerranéennes; n. 3 1970 pages 26-29 Artic availab on line / Artic disponib en ligne l adresse

Plus en détail

Qui former et pour quoi faire?

Qui former et pour quoi faire? Qui former pour quoi faire? Brugnot J., Pebon C. Eco forma Paris : CIHEAM Ops Méditerranénes; n. 20 1973 pages 68-72 Artic avaib on line / Artic disponib ligne l adresse : http://om.ciheam.org/artic.php?idpdf=ci010527

Plus en détail

Le marché et la formation des prix

Le marché et la formation des prix Le marché formation s prix Lucchti F. in Alya M. (ed.). L' économie l' olivier Paris : CIHEAM Options Méditerranéennes : Série Etus; n. 1988-V 1988 pages 99-105 Article avaible on line / Article disponible

Plus en détail

Le système national de formation agricole en Tunisie

Le système national de formation agricole en Tunisie système national formation agrico en Tunisie Tahar El Mili M in Hervieu B (ed) La formation agronomique dans s pays du bassin méditerranéen Montpellier CIHEAM Options Méditerranéennes Série Etus n 1987II

Plus en détail

Les principes d'aménagement touristique sur le littoral Languedoc- Roussillon

Les principes d'aménagement touristique sur le littoral Languedoc- Roussillon Les principes d'aménagement touristique sur littoral Languedoc- Roussillon Raynaud P. La maîtrise s ressources naturel Paris : CIHEAM Options Méditerranéennes; n. 17 1973 pages 84-90 Artic avaib on line

Plus en détail

La conception d'une architecture et d'un urbanisme adaptés au milieu méditerranéen

La conception d'une architecture et d'un urbanisme adaptés au milieu méditerranéen La conception d'une architecture d'un urbanisme adaptés au milieu méditerranéen Milieu vie, mo vie Paris : CIHEAM Options Méditerranéennes; n. 13 1972 pages 94-102 Artic avaib on line / Artic disponib

Plus en détail

L'amandier en Israël. Spiegel Roy P. L' amandier. Paris : CIHEAM Options Méditerranéennes; n pages 92-95

L'amandier en Israël. Spiegel Roy P. L' amandier. Paris : CIHEAM Options Méditerranéennes; n pages 92-95 L'amandier Israël Spiegel Roy P. L' amandier Paris : CIHEAM Options Méditerranénes; n. 32 1976 pages 92-95 Article available on line / Article disponible ligne à l adresse : http://om.ciheam.org/article.php?idpdf=ci010652

Plus en détail

La formation agricole en Algérie

La formation agricole en Algérie La formation agricole en Algérie Ait Belkacem M. in Hervieu B. (ed.). La formation agronomique dans les pays du bassin méditerranéen Montpellier CIHEAM Options Méditerranéennes Série Etudes; n. 1987II

Plus en détail

La culture de la rose sous serre : problèmes actuels et solutions techniques à venir

La culture de la rose sous serre : problèmes actuels et solutions techniques à venir La culture rose sous serre : problèmes actuels et solutions techniques venir Scialom S.R. Les cultures floras Paris : CIHEAM Options Méditerranéennes; n. 10 1971 pages 64-72 Artic avaib on line / Artic

Plus en détail

Qualité des eaux d une baie fortement anthropisée : la baie de Hann (Dakar, Sénégal)

Qualité des eaux d une baie fortement anthropisée : la baie de Hann (Dakar, Sénégal) Qualité des eaux d une baie fortement anthropisée : la baie de Hann (Dakar, Sénégal) Robert ARFI Directeur de Recherche à l IRD Baie de Hann : le constat Le plan d eau qui borde à l Est Dakar et la péninsule

Plus en détail

La culture de l'amandier en Tunisie

La culture de l'amandier en Tunisie culture l'amandier Tunisie Jaouani A. L' amandier Paris : CIHEAM Options Méditerranénes; n. 32 1976 pages 67-71 Article avaible on line / Article disponible ligne l adresse : http://om.ciheam.org/article.php?idpdf=ci010646

Plus en détail

Chapitre. Respiration et caractéristiques du milieu. Les options pédagogiques du chapitre

Chapitre. Respiration et caractéristiques du milieu. Les options pédagogiques du chapitre Chapitre 2 Respiration et caractéristiques du milieu Les options pédagogiques du chapitre Après avoir montré que la respiration permettait aux animaux de peupler le milieu aérien ou aquatique, on peut

Plus en détail

La formation agronomique au Liban

La formation agronomique au Liban La formation agronomique au Liban Hamze M. in Hervieu B. (ed.). La formation agronomique dans s pays du bassin méditerranéen Montpellier CIHEAM Options Méditerranéennes Série Etus; n. 1987-II 1987 pages

Plus en détail

Les chances du milieu méditerranéen pour la floriculture

Les chances du milieu méditerranéen pour la floriculture Les chances milieu méditerrané pour floriculture Puccini G. Les cultures flora Paris : CIHEAM Options Méditerranénes; n. 10 1971 pages 13-17 Artic avaib on line / Artic disponib ligne l adresse : http://om.ciheam.org/artic.php?idpdf=ci010404

Plus en détail

Les diverses formes de groupements agricoles en France

Les diverses formes de groupements agricoles en France Les diverses formes groupemts agrico France Terrier N. Agriculture groupe Paris : CIHEAM Options Méditerranénes n. 6 1971 pages 48-53 Article avaible on line / Article disponible ligne l adresse : http://om.ciheam.org/article.php?idpdf=ci010359

Plus en détail

23 et 30 mars Élections municipales à Saint Jean de Luz Avec Pascal Lafitte Pour un nouveau souffle!

23 et 30 mars Élections municipales à Saint Jean de Luz Avec Pascal Lafitte Pour un nouveau souffle! Projet1.qxp_Mise en page 1 06/03/2014 21:15 Page52 23 et 30 mars 2014 - Élections municipales à Saint Jean de Luz L eau potable Cette eau est captée, pour les communes de St Jean de Luz et Ciboure, dans

Plus en détail

Pour une problématique de l'environnement

Pour une problématique de l'environnement Pr une problématique l'environnement Labattut J.L. La maîtrise s ressrces naturel Paris : CIHEAM Options Méditerranéennes; n. 17 1973 pages 27-32 Artic avaib on line / Artic disponib en ligne à l adresse

Plus en détail

Une ressource alimentaire : la conchyliculture. L'exemple de l'etang de Thau

Une ressource alimentaire : la conchyliculture. L'exemple de l'etang de Thau Une ressource alimentaire : conchyliculture. L'exemple l'etang Thau Delbos C., Dalmasso A., Gilbert J. Nutrition alimentation Paris : CIHEAM Options Méditerranéennes; n. 29 1975 pages 6573 Article avaible

Plus en détail

LE CHOLERA. Vibrio cholerae

LE CHOLERA. Vibrio cholerae LE CHOLERA Vibrio cholerae Sommaire 1. Présentation 2. Historique de la maladie 3. Contamination et transmission 4. Description de la maladie 5. Description du microbe 6. Traitements de la maladie 7.

Plus en détail

Les services de pointes offerts par Géothermix incluent : 1. La distribution d'équipements; 2. Le service de forages; 3. Le support technique;

Les services de pointes offerts par Géothermix incluent : 1. La distribution d'équipements; 2. Le service de forages; 3. Le support technique; Géothermix est e société canadine faisant exclusivemt distribution s systèmes chffage climatisation thermopompes géothermi s applications résintiels, commercias instriels. La mission fondamta Géothermix

Plus en détail

Le courant liguro provençal catalan (1 er mars 2009)

Le courant liguro provençal catalan (1 er mars 2009) Le courant liguro provençal catalan (1 er mars 2009) L'origine du courant, et sa localisation géographique : En Méditerranée Occidentale, la circulation générale des eaux est liée à l'entrée d'eau de l'atlantique,

Plus en détail

Les champignons parasites des racines de l'amandier

Les champignons parasites des racines de l'amandier champignons parasites s racines l'amandier Guillmin J.J. in Felipe A.J. (ed.), Socias R. (ed.). Séminaire GREMPA sur s portes-greffes l' amandier Paris : CIHEAM Options Méditerranéennes : Série A. Séminaires

Plus en détail

Comment économiser l eau?

Comment économiser l eau? A la maison les gestes à adopter : Comment économiser l eau? Par Mr CHELOUCHE Noreddine Je ferme le robinet lorsque je me brosse les dents, je prends une douche plutôt qu un bain Je control régulièrement

Plus en détail

STEP de Sainte Maxime Traitement tertiaire pour ré-utilisation en arrosage du Golf et d espaces verts municipaux

STEP de Sainte Maxime Traitement tertiaire pour ré-utilisation en arrosage du Golf et d espaces verts municipaux STEP de Sainte Maxime Traitement tertiaire pour ré-utilisation en arrosage du Golf et d espaces verts municipaux Geneviève PETIT-JOLY Gérard PELLERIN Resp Sce Usines Golfe de St Tropez DST Mercredi 11

Plus en détail

Notre lycée est situé sur une colline. En bas de notre lycée coule un fleuve canalisé par l'homme depuis l'époque napoléonienne. Ce fleuve traverse

Notre lycée est situé sur une colline. En bas de notre lycée coule un fleuve canalisé par l'homme depuis l'époque napoléonienne. Ce fleuve traverse Notre lycée est situé sur une colline. En bas de notre lycée coule un fleuve canalisé par l'homme depuis l'époque napoléonienne. Ce fleuve traverse la ville de Pontivy. Notre lycée et ce fleuve portent

Plus en détail

La réutilisation des eaux usées traitées dans l'agriculture

La réutilisation des eaux usées traitées dans l'agriculture La réutilisation des eaux usées traitées dans l'agriculture Mechebbek M.A. Etat de l' agriculture en Méditerranée : Ressources en eau : développement et gestion dans les pays méditerranéens Bari : CIHEAM

Plus en détail

G14 L'eau dans notre environnement. Réponse séance 2

G14 L'eau dans notre environnement. Réponse séance 2 G14 L'eau dans notre environnement Séance 1 : L'eau autour de nous L'eau en Europe Les principaux fleuves en France Notre fleuve L'oison Trace écrite séance 1 Réponse séance 1 Séance 3 : L'eau est une

Plus en détail

Auteurs: Fatima Fethi2, Isabel Martín García1, Mohamed Bekali2 & Abdelilah Fahde2

Auteurs: Fatima Fethi2, Isabel Martín García1, Mohamed Bekali2 & Abdelilah Fahde2 Etude des performances épuratoires de la station de traitement des eaux usées par lagunage combiné de la ville de Benslimane- Maroc. Aspect parasitologique Auteurs: Fatima Fethi2, Isabel Martín García1,

Plus en détail

Chapitre 1 : L'Homme face aux micro-organismes

Chapitre 1 : L'Homme face aux micro-organismes Chapitre 1 : L'Homme face aux micro-organismes I La diversité des micro-organismes : III1 Activité 1 Les micro-organismes dans notre environnement Problème Comment appréhender la diversité des micro-organismes?

Plus en détail

Fleuve Saint-Laurent Fleuve Saint-Laurent

Fleuve Saint-Laurent Fleuve Saint-Laurent Fleuve Saint-Laurent Fleuve Saint-Laurent Été 2009 Qualité bactériologique de sites potentiels de baignade INTRODUCTION L a majorité de la population québécoise vit à proximité du Saint-Laurent et la baignade

Plus en détail

Impact du pâturage hivernal par des brebis sur une végétation de garrigue à chêne kermès

Impact du pâturage hivernal par des brebis sur une végétation de garrigue à chêne kermès Impact du pâturage hivernal par des brebis sur une végétation de garrigue chêne kermès Arnaud M., Molénat G., Vincent M. Systèmes sylvopastoraux. Pour un environnement, une agriculture une économie durabs

Plus en détail

Plongée, Santé et Pollution marine.

Plongée, Santé et Pollution marine. Docteur Frédéric DI MEGLIO Médecin O.R.L, C.E.S Médecine du Sport, spécialisé en Médecine de Plongée, Maîtrise de Biologie Humaine. «Plongée, Environnement & Santé» 1 Le Plongeur est observateur, acteur

Plus en détail

Ce bac professionnel se prépare selon un parcours structuré en 3 années de formation

Ce bac professionnel se prépare selon un parcours structuré en 3 années de formation Bac Pro Technici Conseil Vte Animalerie B.A.C Pro Technici Conseil Vte Animalerie Ce bac professionnel se prépare selon un parcours structuré 3 années formation -2 n Professionnelle conseil-vte -1 ère

Plus en détail

Le tourisme moderne : un ethnocide par ignorance

Le tourisme moderne : un ethnocide par ignorance Le tourisme morne : un hnoci par ignorance Kin P. Tourisme mon rural Paris : CIHEAM Options Méditerranéennes; n. 3 1970 pages 31-39 Artic avaib on line / Artic disponib en ligne l adresse : --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Projet Master 2006 Sciences et Technologies

Projet Master 2006 Sciences et Technologies Projet Master 2006 Sciences et Technologies Agroalimentaire Gestion de qualité Evaluation de la qualité microbiologique i des eaux des puits dans la ville de Tripoli Par EL HAKAM Mirna Directeur de stage

Plus en détail

Plan annuel des Sciences Classe : EB Date / Durée Unité Chapitre Objectifs

Plan annuel des Sciences Classe : EB Date / Durée Unité Chapitre Objectifs Date / Durée Unité Chapitre Objectifs Septembre / Octobre Octobre Chapitre 1: Les plantes répandues au Liban Chapitre 3: Les plantes à fleurs Définir «plantes sauvages» et «plantes cultivées». Citer les

Plus en détail

RESULTATS. VAGUE N 5 septembre 2009

RESULTATS. VAGUE N 5 septembre 2009 RESULTATS VAGUE N 5 septembre 2009 Les Objectifs Développer un baromètre afin de prendre le pouls de l opinion des français sur les problématiques liées à la maison en particulier et à l habitat de façon

Plus en détail

Suivi FILMED (salinité, température, oxygène dissous, ph et conductivité du au ) réalisé par le Syndicat Mixte RIVAGE.

Suivi FILMED (salinité, température, oxygène dissous, ph et conductivité du au ) réalisé par le Syndicat Mixte RIVAGE. Suivi FILMED (salinité, température, oxygène dissous, ph et conductivité du 01-09-2010 au 01-09-2011) réalisé par le Syndicat Mixte RIVAGE. ETANG de Salses-Leucate La salinité de l eau de l étang pour

Plus en détail

COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 22/07/2009

COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 22/07/2009 COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 22/07/2009 L an deux mil neuf, vingt deux juilt à vingt heures trte minutes, conseil municipal de Paimpont, légamt convoqué, s est réuni dans la sal de réception de

Plus en détail

Mise en place de la Directive Cadre sur l Eau en Poitou-Charentes : Projet de SDAGE Adour-Garonne

Mise en place de la Directive Cadre sur l Eau en Poitou-Charentes : Projet de SDAGE Adour-Garonne Acteurs de l'eau en Poitou-Charentes : Ensemble pour partager et améliorer nos connaissances Mise en place de la Directive Cadre sur l Eau en Poitou-Charentes : Projet de SDAGE Adour-Garonne 2010-2015

Plus en détail

Nutrition et pathologie du dromadaire

Nutrition et pathologie du dromadaire Nutrition et pathologie dromadaire Bjan L., Lasnami K. in Tisserand J.L. (ed.). Séminaire sur digion, nutrition et l' alimtation dromadaire Zaragoza : CIHEAM Options Méditerranénes : Série A. Séminaires

Plus en détail

Chap. 3 : Comment gérer les ressources en eau?

Chap. 3 : Comment gérer les ressources en eau? Chap. 3 : Comment gérer les ressources en eau? L'eau devrait pouvoir couvrir les besoins des 6 milliards d'êtres humains sur terre. Mais bien que l'eau soit une ressource abondante, sa disponibilité varie

Plus en détail

Le rôle de l'olivier en Grèce

Le rôle de l'olivier en Grèce Le rôle l'olivier en Grèce Papageorgiou C.L. in Allaya M. (ed.). L' économie l' olivier Paris : CIHEAM Options Méditerranéennes : Série Etus; n. 1988V 1988 pages 4146 Article available on line / Article

Plus en détail

Station d'épuration de Saint-Étienne

Station d'épuration de Saint-Étienne Station d'épuration de Saint-Étienne Elle a été crée en 2001. Cette station a eu de nombreux travaux notamment de 2004 à 2008. Cette station est alimentée par la rivière le Furan ses travaux on permis

Plus en détail

FORMATION APOGÉE. Introduction au domaine. organisation des épreuves

FORMATION APOGÉE. Introduction au domaine. organisation des épreuves FORMATION APOGÉ MODUL 23 Introduction au domaine organisation SITUATION DU MODUL DANS L PARCOURS MODUL Objectifs gran fonctionnalités d Apogée MODUL 2 Prise contact avec l outil Apogée MODUL 3 Réaliser

Plus en détail

CORRECTION Ch9. PRODUCTION INDUSTRIELLE DE L ENERGIE ELECTRIQUE I. Comment fonctionnent les centrales hydrauliques? p : 133

CORRECTION Ch9. PRODUCTION INDUSTRIELLE DE L ENERGIE ELECTRIQUE I. Comment fonctionnent les centrales hydrauliques? p : 133 CORRECTION Ch9. PRODUCTION INDUSTRIELLE DE L ENERGIE ELECTRIQUE I. Comment fonctionnent les centrales hydrauliques? p : 133 1.Centrale hydraulique. Compléter le schéma. Voir livre p : 133 2. Quelle forme

Plus en détail

Ecole Normale de l Enseignement Privé Concours d entrée interne Session 2012 SCIENCES. L eau

Ecole Normale de l Enseignement Privé Concours d entrée interne Session 2012 SCIENCES. L eau Ecole Normale de l Enseignement Privé Concours d entrée interne Session 2012 SCIENCES Durée : 2 heures 30 Coefficient : 2 L'usage de la calculatrice est autorisé. 1 ère partie : Sciences physiques (15

Plus en détail

Mesures temporaires d'ozone dans l Aude Haute vallée de l Aude et Montagne Noire Eté 2012

Mesures temporaires d'ozone dans l Aude Haute vallée de l Aude et Montagne Noire Eté 2012 Mesures temporaires d'ozone dans l Aude Haute vallée de l Aude et Eté 212 Le bilan de cette étude est mis en ligne sur le site Internet www.air-lr.org et transmis au Comité Local de Concertation sur la

Plus en détail

TOURISME. Rives Gabare. Maison de la Rivière

TOURISME. Rives Gabare. Maison de la Rivière Tourisme Culture TOURISME Ente Sarthe Mayne, notre Communauté Communes contribue à mise tourisme son territoire développant, ticulier, activités liées à rivière : Sarthe. Rives Gabare Lieu d hébergemt

Plus en détail

TRAITEMNET DES EFFLUENTS INDUSTRIELS A FES

TRAITEMNET DES EFFLUENTS INDUSTRIELS A FES ROYAUME DU MAROC AGENCE DU BASSIN HYDRAULIQUE DU SEBOU TRAITEMNET DES EFFLUENTS INDUSTRIELS A FES Paris 23 juin 28 PRESENTATION DU BASSIN DU SEBOU Superficie : 4. km2 Population : 6.2 Millions hab. (RGPH

Plus en détail

PROGRAMMATION SVT-PSE SEGPA de la 6 ème à la 3 ème

PROGRAMMATION SVT-PSE SEGPA de la 6 ème à la 3 ème PROGRAMMATION SVT- SEGPA de la 6 ème à la 3 ème (Elaborée dans le cadre de stages organisés par la Mission de Coordination Pédagogique de Polynésie française en novembre 2010) Professeurs ressources :

Plus en détail

Risques à la santé associés à la présence de coliformes fécaux dans l eau du ruisseau St James

Risques à la santé associés à la présence de coliformes fécaux dans l eau du ruisseau St James Direction de santé publique Risques à la santé associés à la présence de coliformes fécaux dans l eau du ruisseau St James Monique Beausoleil, M.Sc., toxicologue 12 novembre 2014 MISE EN CONTEXTE Le 10

Plus en détail

13,9 millions de nuitées françaises. Cœur de saison Du 11 juillet au 16 août 2015 FLUX VISION TOURISME. Conjoncture

13,9 millions de nuitées françaises. Cœur de saison Du 11 juillet au 16 août 2015 FLUX VISION TOURISME. Conjoncture FLUX VISION TOURISME Conjoncture Cœur de saison Du 11 juillet au 16 août 2015 1 Dans le cadre de Flux Vision Tourisme, dispositif de mesure des flux de tourisme de l opérateur Orange mené en partenariat

Plus en détail

France. Nombre d habitants. Taux de natalité. Taux d accroissement naturel. Femmes : France. Nombre d habitants. Taux de natalité

France. Nombre d habitants. Taux de natalité. Taux d accroissement naturel. Femmes : France. Nombre d habitants. Taux de natalité France Europe Nombre d habitants Taux de natalité Indice de fécondité (nbre d enfant / femme) Taux d accroissement naturel Taux de mortalité Espérance de vie Hommes : Femmes : France Europe Nombre d habitants

Plus en détail

Classe de seconde HYERES (Var ~ France) 27 mars 2013~ Université de Toulon et du Var

Classe de seconde HYERES (Var ~ France) 27 mars 2013~ Université de Toulon et du Var Classe de seconde HYERES (Var ~ France) 27 mars 2013~ Université de Toulon et du Var 1 Le dioxyde de carbone, gaz incolore, inerte et non toxique, est le principal gaz à effet de serre naturel avec la

Plus en détail

80 ème anniversaire de la RNM : «Faradoboka» dans la Région Haute Matsiatra

80 ème anniversaire de la RNM : «Faradoboka» dans la Région Haute Matsiatra Madagascar radio nationa : 80 ans apothéose Ldi, 30 Juill 2012 05:59 - Mis jour Ldi, 30 Juill 2012 06:42 80 ème : «Faradoboka» Région Hte Matsiatra 1/7 Madagascar radio nationa : 80 ans apothéose Ldi,

Plus en détail

LA STATION D'ÉPURATION de l Agglo du Pays de Dreux

LA STATION D'ÉPURATION de l Agglo du Pays de Dreux LA STATION D'ÉPURATION de l Agglo du Pays de Dreux Agence Prologue 02 35 15 09 85 PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT de l'épuration des eaux usées feder plaquette_enfant.indd 1 11/08/2014 16:24:53 LES DIFFÉRENTES

Plus en détail

SECTION 2 ÉVACUATION DES EAUX USÉES

SECTION 2 ÉVACUATION DES EAUX USÉES SECTION 2 ÉVACUATION DES EAUX USÉES Même si la canalisation municipale d'égout est unitaire, les eaux usées domestiques, d'une part, et les eaux pluviales en provenance du toit et du terrain et les eaux

Plus en détail

Le " time-sharing " au service du calcul d'un réseau d'irrigation

Le  time-sharing  au service du calcul d'un réseau d'irrigation Le " time-sharing " au service du calcul d'un réseau d'irrigation Lafond J. Informatique et développement rural Paris : CIHEAM Options Méditerranéennes; n. 2 1970 pages 102-105 Article avaible on line

Plus en détail

De la source au robinet

De la source au robinet De la source au robinet La source Le lac Memphrémagog assure un approvisionnement en eau de qualité, simplifiant ainsi les procédés de traitement. La prise d'eau est située à une profondeur de 12 mètres.

Plus en détail

La Filière Antico - Technique info - extraits - mai 2004 Page 5

La Filière Antico - Technique info - extraits - mai 2004 Page 5 La Filière Antico - Technique info - extraits - mai 2004 Page 5 Chapitre-2 Environnement et descripton des agressions Ouvrages aériens Ambiance atmosphérique Exposition aux intempréries Facteurs aggravants

Plus en détail

ANNEXE 7: Fig. 1 Symboles utilisées dans les cartes de menace inondation.

ANNEXE 7: Fig. 1 Symboles utilisées dans les cartes de menace inondation. ANNEXE 7: MENACE INONDATION ET DÉGÂTS RUISSÈLEMENT Résultats et analyse des criticités sur les trois communes de Petit Goâve, Grand Goâve et Jacmel. Dans les explications seront utilisés les suivants symboles

Plus en détail

Expérience de l ONAS. Khalil ATTIA Président Directeur Général

Expérience de l ONAS. Khalil ATTIA Président Directeur Général Expérience de l ONAS Khalil ATTIA Président Directeur Général Tunis, 9 juillet 2009 Sommaire 1. Présentation de l ONAS 2. Financement des activités 3. Partenaires financiers 4. Participation du secteur

Plus en détail

Situation environnementale de l industrie oléicole en Algérie. Présentée par Mme Rizou Linda. Athènes Mars 2012

Situation environnementale de l industrie oléicole en Algérie. Présentée par Mme Rizou Linda. Athènes Mars 2012 Situation environnementale de l industrie oléicole en Algérie Présentée par Mme Rizou Linda Athènes Mars 2012 Production Oléicole L oléiculture représente en Algérie, l espèce arboricole la plus importante,

Plus en détail

OZONE ETE 2012 REGION DE MONTPELLIER-SETE BILAN DES MESURES PERMANENTES I - PRESENTATION. Sommaire Dispositif de surveillance de l ozone

OZONE ETE 2012 REGION DE MONTPELLIER-SETE BILAN DES MESURES PERMANENTES I - PRESENTATION. Sommaire Dispositif de surveillance de l ozone OZONE ETE 212 REGION DE MONTPELLIER-SETE BILAN DES MESURES PERMANENTES Sommaire I - PRESENTATION... 1 II - RESULTATS DE L ETE 212 (1 er avril au 3 septembre)... 2 III - HISTORIQUE DES MESURES... 2 IV -

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE DU QUÉBEC FORUM ÉTUDIANT. Troisième session

ASSEMBLÉE NATIONALE DU QUÉBEC FORUM ÉTUDIANT. Troisième session ASSEMBLÉE NATIONALE DU QUÉBEC FORUM ÉTUDIANT Troisième session 25 e législature PROJET DE LOI LOI SUR LA GESTION ET CONSOMMATION RESPONSABLE DE L EAU QUÉBEC NOTES EXPLICATIVES La présente loi vise la gestion

Plus en détail

La pénétration romaine en Afrique du Nord dans l'antiquité. Un exemple : Timgad jusqu'à la mort de Empereur Trajan

La pénétration romaine en Afrique du Nord dans l'antiquité. Un exemple : Timgad jusqu'à la mort de Empereur Trajan La pénétration romaine en Afrique du Nord dans l'antiquité. Un exemple : Timgad jusqu'à la mort de Empereur Trajan Sorel D. Les échanges méditerranéens Paris : CIHEAM Options Méditerranéennes; n. 18 1973

Plus en détail

Annexes sanitaires C O M M U N E D E P E N E S T I N. PLAN LOCAL D URBANISME DE PENESTIN Annexes pièce n 6

Annexes sanitaires C O M M U N E D E P E N E S T I N. PLAN LOCAL D URBANISME DE PENESTIN Annexes pièce n 6 Département du Morbihan C O M M U N E D E P E N E S T I N PLAN LOCAL D URBANISME DE PENESTIN Annexes pièce n 6 Phase approbation Vu pour être annexé à la délibération du Conseil Municipal du Annexes sanitaires

Plus en détail

Avis et communications

Avis et communications Avis et communications AVIS DIVERS MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Avis relatif à l agrément dispositifs traitement s eaux usées domestiques et fiches techniques correspondantes NOR : AFSP1613837V

Plus en détail

Redevance pour pollution de l'eau - AESN

Redevance pour pollution de l'eau - AESN regionauvergne.biz / Redevance pour pollution de l'eau - AESN Source : Chambre de commerce et d'industrie de Paris - inforeg Date de mise à jour : 27/04/2010 Objectifs de la redevance pour pollution de

Plus en détail

Les particules en. Une pollution complexe Un dispositif d information. suspension. en évolution

Les particules en. Une pollution complexe Un dispositif d information. suspension. en évolution Les particules en suspension Une pollution complexe Un dispositif d information en évolution Ce document est réalisé en vue de fournir des éléments de base pour mieux comprendre cette pollution complexe

Plus en détail

BASSIN DE THAU - Mèze

BASSIN DE THAU - Mèze Bienvenue en pays de Thau, terre de soleil et d histoire Entre Méditerranée et garrigue, le bassin de Thau est comme une petite mer intérieure. C est le plus grand étang du Languedoc, d une superficie

Plus en détail

CITÉ DE DORVAL USINE DE PRODUCTION D EAU POTABLE 55, AVENUE LILAS DORVAL, QUÉBEC, H9S 3L 8 TÉLÉPHONE : (514) TÉLÉCOPI EUR : (514)

CITÉ DE DORVAL USINE DE PRODUCTION D EAU POTABLE 55, AVENUE LILAS DORVAL, QUÉBEC, H9S 3L 8 TÉLÉPHONE : (514) TÉLÉCOPI EUR : (514) CITÉ DE DORVAL USINE DE PRODUCTION D EAU POTABLE 55, AVENUE LILAS DORVAL, QUÉBEC, H9S 3L 8 TÉLÉPHONE : (514) 633-409 0 TÉLÉCOPI EUR : (514) 633-422 1 RAPPORT ANNUEL 2011 Préparé par : Simon Martel, coordonnateur

Plus en détail

Evolution de la politique «bassins versants» Exemple du Gouët et de l Anse d Yffiniac

Evolution de la politique «bassins versants» Exemple du Gouët et de l Anse d Yffiniac Evolution de la politique «bassins versants» Exemple du Gouët et de l Anse d Yffiniac Structuration des maîtrises d ouvrage Délégation de compétence Délégation de maîtrise d ouvrage 3 3 1996 Compétence

Plus en détail

Grand Poitiers. Exercice 2015

Grand Poitiers. Exercice 2015 Grand Poitiers Rapport annuel sur Prix et la Qualité du Service public de l assainissement non colctif Exercice 2015 Rapport annuel relatif au prix et à la qualité du service public de l'assainissement

Plus en détail

REDEVANCES CODE DE L'ENVIRONNEMENT. Partie législative. Redevances des agences de l'eau. Redevance pour pollution de l'eau. Article L.

REDEVANCES CODE DE L'ENVIRONNEMENT. Partie législative. Redevances des agences de l'eau. Redevance pour pollution de l'eau. Article L. REDEVANCES CODE DE L'ENVIRONNEMENT Partie législative Redevances des agences de l'eau Redevance pour pollution de l'eau Article L.213-10-3 I.- Sont assujettis à la redevance pour pollution de l'eau d'origine

Plus en détail

UN VOYAGE DE CLASSE RESPONSABLE

UN VOYAGE DE CLASSE RESPONSABLE NOM : PRÉNOM : CLASSE : UN VOYAGE DE CLASSE RESPONSABLE SÉANCE 2 VOYAGER = POLLUER? J OBSERVE fiche élève ce2 cm1 cm2 Observe la vidéo puis réponds aux questions. a) Que rejettent dans l atmosphère les

Plus en détail

L Espagne. IDD 2009/2010 Voyage en Espagne IDD dos mil nueve/dos mil diez en espagna. Yoan et maxime Juan et Maximo

L Espagne. IDD 2009/2010 Voyage en Espagne IDD dos mil nueve/dos mil diez en espagna. Yoan et maxime Juan et Maximo L Espagne IDD 2009/2010 Voyage en Espagne IDD dos mil nueve/dos mil diez en espagna Yoan et maxime Juan et Maximo Ou se situe l'espagne? L Espagne est un pays d'europe du Sud et de l'ouest qui occupe la

Plus en détail

Fiche de Données de Sécurité

Fiche de Données de Sécurité Page 1 de 7 1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PRÉPARATION, DE LA SOCIÉTÉ / ENTREPRISE Nom du produit : LAC BALSAM Fournisseur : COMPO France SAS Zone Industrielle 25220 ROCHE-LEZ-BEAUPRE Tel: 03 81 40

Plus en détail

Maladies autosomiques récessives

Maladies autosomiques récessives Maladies autosomiques récessives Cas général Définition Une maladie est transmise selon le mode autosomique récessif si le gène en cause est porté par un autosome et si la présence de deux allèles mutés

Plus en détail

DOSSIER SUR LES CLIMATS EN FRANCE

DOSSIER SUR LES CLIMATS EN FRANCE DOSSIER SUR LES CLIMATS EN FRANCE DEFINITION DU CLIMAT. LA CLIMATOLOGIE. LES OUTILS POUR ETUDIER LE CLIMAT. LES DIFFERENTS CLIMATS DE LA FRANCE. ELABORATION D UN DIAGRAMME OMBROTHERMIQUE. LE CLIMAT ET

Plus en détail

d auxine Influence reciproque de quelques 1970) j avais constate que

d auxine Influence reciproque de quelques 1970) j avais constate que cta Hot. Neerl. (4), ugust 973, p. 40745. Influce reciproque quelques substances croissance la culture tissu topinambour (Helianthus tuberosus L. var. Viol ). III. Comportemt du tissu apres transfert sur

Plus en détail

Qualité de l'air. Enjeux du développement durable. Limiter les émissions de polluants et de gaz à effet de serre dans l atmosphère

Qualité de l'air. Enjeux du développement durable. Limiter les émissions de polluants et de gaz à effet de serre dans l atmosphère 1 Fiche Qualité de l'air Axe 1 Lutter contre le changement climatique, Protéger l atmosphère et faciliter les déplacements Enjeux du développement durable Limiter les émissions de polluants et de gaz à

Plus en détail

Deuxièmes Plans de gestion

Deuxièmes Plans de gestion Deuxièmes Plans de gestion Programme de mesures Fiche explicative de la mesure 0040_12 - Amélioration du raccordement à l'égout Objet Motivation Mise en œuvre Etapes Opérateur Partenaires associés Impact

Plus en détail

L assainissement Urbain BOUCHELKIA HAMID

L assainissement Urbain BOUCHELKIA HAMID L assainissement Urbain BOUCHELKIA HAMID Chapitre I Généralités sur l assainissement Définition de l assainissement Définition 1: L assainissement des agglomérations a pour but d assurer la collecte, le

Plus en détail

Hôtel de Ville de Valenciennes Acteurs

Hôtel de Ville de Valenciennes Acteurs Le projet part sur la base d une étude lancée par le SIAV sur son territoire qui abouti en juin/juillet 2010 sur la récupération d énergie dans les tuyaux d assainissement Avec pour OBJECTIF de CRÉER des

Plus en détail

LES GAZ A EFFET DE SERRE, ROLE ET TEMPS DE RESIDENCE DANS L ATMOSPHERE

LES GAZ A EFFET DE SERRE, ROLE ET TEMPS DE RESIDENCE DANS L ATMOSPHERE LES GAZ A EFFET DE SERRE, ROLE ET TEMPS DE RESIDENCE DANS L ATMOSPHERE SOMMAIRE 1 Qu est-ce que l effet de serre? 2 Qu est-ce que les gaz à effet de serre? Quels sont-ils? Quels sont leurs effets? 3 Quel

Plus en détail

Intro : LA FRANCE 1 ère partie : UNITE ET DIVERSITE

Intro : LA FRANCE 1 ère partie : UNITE ET DIVERSITE Intro : LA FRANCE 1 ère partie : UNITE ET DIVERSITE I- Quelles sont les particularités du territoire français? A- Une situation charnière en Europe Résumé : La France métropolitaine est un petit pays à

Plus en détail

Mise en œuvre de la Directive-cadre sur l'eau (2000/60/CE) Plan de gestion District hydrographique international de la Meuse :

Mise en œuvre de la Directive-cadre sur l'eau (2000/60/CE) Plan de gestion District hydrographique international de la Meuse : Mise en œuvre de la Directive-cadre sur l'eau (2000/60/CE) Plan de gestion 2016-2021 District hydrographique international de la Meuse : Fiche de caractérisation de la masse d'eau MM39R Ry de Rome 2016

Plus en détail

CORRECTION DES EXERCICES DE LA TRANSFORMATION CHIMIQUE À. 4 ème COURS Chimie Chapitre 4 L'ÉQUATION DE RÉACTION

CORRECTION DES EXERCICES DE LA TRANSFORMATION CHIMIQUE À. 4 ème COURS Chimie Chapitre 4 L'ÉQUATION DE RÉACTION 4 ème COURS Chimie Chapitre 4 DE LA TRANSFORMATION CHIMIQUE À L'ÉQUATION DE RÉACTION CORRECTION DES EXERCICES Téléchargé sur http://gwenaelm.free.fr/2008-9 Correction : Exercice 1 p 72 a. Au cours de la

Plus en détail

Compte rendu : Visite de la station d épuration «Grand Prado» de Sainte-Marie

Compte rendu : Visite de la station d épuration «Grand Prado» de Sainte-Marie Compte rendu : Visite de la station d épuration «Grand Prado» de Sainte-Marie Introduction Le vendredi 21 mars de 8h30 à 11h30, nous nous sommes rendus en bus avec la classe de CM2 c de Mr GRENOUILLER,

Plus en détail

COHÉRENCE VERTICALE SVT-SOCLE COMMUN/PSE EN BAC PRO

COHÉRENCE VERTICALE SVT-SOCLE COMMUN/PSE EN BAC PRO COHÉRENCE VERTICALE SVT-SOCLE COMMUN/PSE EN BAC PRO PROGRAMME PSE EN BAC PRO : MODULE D ÉTUDE : 6 GESTION DES RESSOURCES NATURELLES ET DEVELOPPEMENT DURABLE connaissances 6.1 Maîtriser sa consommation

Plus en détail

PORT DE LA GRANDE MOTTE Usagers du port, sachez où déposer vos déchets

PORT DE LA GRANDE MOTTE Usagers du port, sachez où déposer vos déchets PORT DE LA GRANDE MOTTE Usagers du port, sachez où déposer vos déchets Déchets ménagers Piles, batteries Huiles de vidange 1,3, 1, 1, 1/ Les 6 points propres Bidons d'huile de vidange Filtres à huile et

Plus en détail

Epuration des eaux usées au Maroc Situation actuelle et capitalisation

Epuration des eaux usées au Maroc Situation actuelle et capitalisation Epuration des eaux usées au Maroc Situation actuelle et capitalisation Epuration des eaux usées Definition et Objectif de l épuration : L épuration des eaux usées est l ensemble des techniques permettant

Plus en détail

Economic Research. Grandes tendances Chances et risques pour les PME Thème principal 2011: l innovation

Economic Research. Grandes tendances Chances et risques pour les PME Thème principal 2011: l innovation Economic Research Grans tdances Chances riss Thème principal 2011: l innovation Impressum Editeur Martin Neff, responsab Economic Research, Credit Suisse Ulibergstrasse 231, CH-8070 Zurich Contact branch.economicresearch@credit-suisse.com

Plus en détail

TABLEAU ATOUTS KÄERJENG SYNTHÈSE

TABLEAU ATOUTS KÄERJENG SYNTHÈSE TABLEAU ATOUTS AMÉNAGEMENT GÉNÉRAL DE LA COMMUNE DE 01. REGIONAL CONTEXTES 06. NATUREL HUMAIN PAYSAGE NON Appartance connexions à région d aménagemt synergies sud région Kordall Située hors s activités

Plus en détail