RÉPLICATION VIRALE À BAS BRUIT: QUELLES. Spot-Info 04/12/15 CONSÉQUENCES?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RÉPLICATION VIRALE À BAS BRUIT: QUELLES. Spot-Info 04/12/15 CONSÉQUENCES?"

Transcription

1 RÉPLICATION VIRALE À BAS BRUIT: QUELLES Spot-Info 04/12/15 CONSÉQUENCES?

2 QUELQUE DÉFINITION Seuil de détectabilité: selon technique Seuil d échec: selon recommandations entre 50 copies (EU) et 1000 copies (OMS) Blip selon définition: virémie transitoire (un seul prélèvement) de faible amplitude (max 500 voir 1000 copies) Réplication à bas bruit: CV entre 50 et 500 copies/ml sur plusieurs prélèvements Rebond virale: remontée de la CV à valeurs > 50 (au autre seuil) copies/ml après succès virologique confirmé par au moins 2 mesures

3 OBJECTIF TTT ART Réduire mortalité et morbidité des personnes vivantes avec VIH Rétablir l immuno-compétence (nombre normal de CD4) Contrôler la CV CV indétectable = inferieure à 20 ou 50 copies/ml selon technique Valeur seuil de CV pour déterminer échec en discussion 50 copies seuil souhaitée après 6 pois de TTT 200 copies seuil tolérée (et considérée comme échec avéré si >) 1000 copies seuil OMS (blips ou bas bruit intermittent n est pas associé avec échec, progression maladie ou transmission 5000 copies si DSMB ou POC techniques (sang)

4 IMPACT DE LA RÉPLICATION À BAS BRUIT AIDS 2015, 29: The Antiretroviral Therapy Cohort Collaboration (ART-CC): 18 cohortes en Europe et Amérique du Nord Objectif: évaluer l association de différentes seuils de réplication à bas bruit avec l échec virologique, les événements SIDA, et la mortalité chez des patients VIH+ sous ART

5 LLV RÉPLICATION À BAS BRUIT 20% des patientes traités avec ART montrent un rebond transitoire de la virémie = BLIPS SANS CONSEQUENCES vérifier prélèvement en 1 (3) mois 4-10% ont des épisodes persistantes de virémie détectable à bas bruit (LLV): entre 50 et 500 copies/ml Possible cause d échec virologique, apparition de résistances, détérioration immunologique (surtout entre 200 et 500 copies) Pas de recommandations standards pour la gestion de LLV parce que conséquences pas claires

6 MÉTHODES 18 cohortes Pt > 16 ans, HIV+ et sous ART depuis après 1996 comme naïfs Suivi au moins chaque 6 mois Pour cette analyse: 1 ère ligne avec NRTI + NNRTI ou PI Indétectables < 50 copies à 3 9 mois 2 groupes LLV copies/ml: au moins 2 fois consécutives sur 1 mois copies/ml: au moins 2 CV consécutives sur 1 mois entre 50 et 499 et une fois entre 200 et 499 copies

7 METHODES Critère de jugement principal: événement clinique classant (CDC C) et décès Échec virologique 2 CV > 500 ou 1 CV > 500 copies avec modification de la thérapie. Comparaison entre groupes avec et sans LLV, calcule du risque et de facteurs associés Model pour évaluer l impact sous LLV d un changement de traitement

8 RÉSULTATS patients inclus Age médiane 39,6 76% hommes Médiane CD4 229 cell/mm3 4 CV par ans en moyenne 6.2% avec réplication à bas bruit 3.5% LLV (durée 5.8 mois) 9.5% changement ART 2.7% LLV (durée 6.4 mois) 13.3% changement ART, double en NNRTI

9 CARACTÉRISTIQUES

10 RÉSULTATS année personne de suivi pour CV médiane 2.3 ans 1903 = 10.6% échec 1745 de % no LLV 49 de % LLV 50_ de % LLV % changement thérapeutique dans les 6 mois suivants 77.2% et 82% <50 copies à 6 et 12 mois Contre 14% et 26.4% sans changement ART années personne de suivi pour critères cliniques 3.1 an Décès: 2.7% (2.6%, 3.8%, 5% si no LLV, LLV , LLV ) Post-ART événement SIDA: 3%

11 RISQUE ÉCHEC

12 RISQUE SIDA ET DÉCÈS Pas de différences entre groupes

13 FACTEURS ASSOCIÉS Echec virologique Avant et après ajustement pour les caractéristiques à la baseline la LLV reste fortement associé avec l échec virologique. Stade SIDA, CD4, Age, période de début des ARV association forte Type de ART, modification d ART si LLV, durée de LLV non associés Evènement SIDA/décès Baseline CD4, stade SIDA, âge, type de transmission, et période d initiation, associé avec sida et décès.

14 Prévalence consistante avec autres études (entre 4 et 10%) Pourquoi? Libération du virus dés réservoirs (CD4 mémoire en repos activé) Thérapie sub-optimal (voir compartiments anatomiques) Variation des concentrations plasmatiques Emergence de résistances DISCUSSION Risque d échec presque 4X si CV entre 200 et 500 Probabilité de développer de résistances Cause de inflammation et activation immunitaire persistantes vieillissement précoce Pas de différences entre patients sous NNRTI ou IP??

15 2LADY Prédictivité de la CV à S patients inclus dans l essai 443 ayant une CV mesurée à S ayant une CV < 1000 cp/ml à S24

16 ÉCHECS Echec CV > 1000* Charge virale à S24 < Total (6%) 16 (15%) 10 (27%) 7 (58%) 49 (12%) Total *Survenue d un échec au cours du suivi biologique disponible dans la base (gel en juin 2014)

17 ECHEC SELON CV À S Kaplan-Meier failure estimates analysis time 1 : <50 2 : : : Le temps est représenté en semaines le 0 correspond à S24.

18 CONCLUSIONS CV entre 200 et 500 copies/ml fortement associée à échec virologique Mais pas à progression clinique Une CV entre 50 et 200 copies n y est pas associée, donc les auteurs supportent les recommandations américaines qui définissent l échec pour une CV confirmée >200 copies/ml Prise en charge pas claire, apparemment pas d avantage du changement de traitement

ANRS. ANRS DYNAMO Diversité moléculaire des souches VIH-1 du groupe O et prise en charge thérapeutique au Cameroun

ANRS. ANRS DYNAMO Diversité moléculaire des souches VIH-1 du groupe O et prise en charge thérapeutique au Cameroun 12168- DYNAMO Diversité moléculaire des souches VIH-1 du groupe O et prise en charge thérapeutique au Cameroun Contexte I P O N M Les VIH (Virus de l Immunodéficience Humaine) Virus d origine simienne

Plus en détail

Traitement antirétroviral des infections chroniques par le VIH chez l adulte. Recommandations 2010

Traitement antirétroviral des infections chroniques par le VIH chez l adulte. Recommandations 2010 Traitement antirétroviral des infections chroniques par le VIH chez l adulte Recommandations 2010 Pourquoi de nouvelles recommandations? Etudes de cohorte (When to Start Consortium, NA Accord, HIV Causal

Plus en détail

ANRS THILAO (THird Line Antiretroviral Optimization)

ANRS THILAO (THird Line Antiretroviral Optimization) ANRS 12269-THILAO (THird Line Antiretroviral Optimization) Renforcement de l observance et traitement à base de darunavir et raltegravir chez des adultes infectés par le VIH-1 en échec virologique de deuxième

Plus en détail

INTERRUPTION THERAPEUTIQUE APRES IMMUNISATION PAR LIPOPEPTIDE VIH-1 1 CHEZ LES PATIENTS INFECTES PAR LE VIH:SUIVI A 2 ANS

INTERRUPTION THERAPEUTIQUE APRES IMMUNISATION PAR LIPOPEPTIDE VIH-1 1 CHEZ LES PATIENTS INFECTES PAR LE VIH:SUIVI A 2 ANS INTERRUPTION THERAPEUTIQUE APRES IMMUNISATION PAR LIPOPEPTIDE VIH-1 1 CHEZ LES PATIENTS INFECTES PAR LE VIH:SUIVI A 2 ANS Pialoux G 1, Quercia R 1, Chakvetadze E 1, Gahery-Segard H 2, Salmon D 2, Rozenbaum

Plus en détail

Le TasP. Treatment as Prevention. Anne Boucher. Journée d actualisation

Le TasP. Treatment as Prevention. Anne Boucher. Journée d actualisation Le TasP Treatment as Prevention Anne Boucher Journée d actualisation Les Suisses: déjà depuis 2008 Commission fédérale pour les problèmes liés au sida (CSF) Vernazza et al; Bulletin des médecins suisses,

Plus en détail

Cohorte de patients sous traitement antirétroviral de troisième ligne sur les sites ANRS : Cohorte SAVELINC (Salvage Therapy in Low Income Countries)

Cohorte de patients sous traitement antirétroviral de troisième ligne sur les sites ANRS : Cohorte SAVELINC (Salvage Therapy in Low Income Countries) Cohorte de patients sous traitement antirétroviral de troisième ligne sur les sites ANRS : Cohorte SAVELINC (Salvage Therapy in Low Income Countries) Serge Paul Eholié Service des Maladies Infectieuses

Plus en détail

CAS CLINIQUE. Tunis, le

CAS CLINIQUE. Tunis, le CAS CLINIQUE Tunis, le 9. 1. 2013 Mr M. T âgé de 26 ans Pas d antécédents pathologiques notables Rapports sexuels non protégés avec des partenaires multiples Usager de drogue par voie intraveineuse Consulte

Plus en détail

Expérience dans un centre de traitement dans l Extrême-Nord Cameroun

Expérience dans un centre de traitement dans l Extrême-Nord Cameroun Accès au suivi virologique pour les patients vivant avec le VIH sous traitement en zone décentralisée d Afrique sub-saharienne: Apport de la méthode DBS Expérience dans un centre de traitement dans l Extrême-Nord

Plus en détail

La prise en charge précoce de. l adulte infecté par le VIH :

La prise en charge précoce de. l adulte infecté par le VIH : 23 BP 2485 ABIDJAN 23 Tel : 23-52-52-53 / 23-46-25-51 Fax : 23-52-52-53 Email : acondavs@aviso.ci Ministère de l Enseignement Supérieur Et de la Recherche Scientifique La prise en charge précoce de Charge

Plus en détail

Femme et VIH. Prise en charge de la femme pendant la grossesse. P r Sophie Matheron Hôpital Bichat Claude Bernard

Femme et VIH. Prise en charge de la femme pendant la grossesse. P r Sophie Matheron Hôpital Bichat Claude Bernard Université Lille II, Faculté de Médecine, 23 octobre 2007 Femme et VIH Prise en charge de la femme pendant la grossesse P r Sophie Matheron Hôpital Bichat Claude Bernard Grossesse et infection par VIH

Plus en détail

Évaluation des patients VIH/SIDA ayant bénéficié d un traitement ARV au sein de l INAARV (Niger) : résultats à 2 ans

Évaluation des patients VIH/SIDA ayant bénéficié d un traitement ARV au sein de l INAARV (Niger) : résultats à 2 ans Évaluation des patients VIH/SIDA ayant bénéficié d un traitement ARV au sein de l INAARV (Niger) : résultats à 2 ans Dr. Moussa IDÉ Centre de Traitement Ambulatoire de Niamey - Niger Objectif Initiative

Plus en détail

Dr. Boubakar MADOUGOU Hôpital National de Niamey - Niger

Dr. Boubakar MADOUGOU Hôpital National de Niamey - Niger Infections opportunistes (IO) chez les patients infectés par le VIH traités par ARV au sein de l Initiative Nigérienne d Accès aux Antirétroviraux (INAARV) Dr. Boubakar MADOUGOU Hôpital National de Niamey

Plus en détail

EVOLUTION DES RECOMMANDATIONS AUTOUR DE LA GROSSESSE Jennifer Rohan / Cédric Arvieux Rennes

EVOLUTION DES RECOMMANDATIONS AUTOUR DE LA GROSSESSE Jennifer Rohan / Cédric Arvieux Rennes EVOLUTION DES RECOMMANDATIONS AUTOUR DE LA GROSSESSE 1997 2013 Jennifer Rohan / Cédric Arvieux Rennes La préhistoire Essai ACTG 076/ANRS 024 (Avril 1991) Monothérapie AZT, randomisé, en insu, PCB AZT ou

Plus en détail

Prise en charge des AES avec patient source à charge virale indétectable. Élisabeth BOUVET GERES Hôpital Bichat ( Paris)

Prise en charge des AES avec patient source à charge virale indétectable. Élisabeth BOUVET GERES Hôpital Bichat ( Paris) Prise en charge des AES avec patient source à charge virale indétectable Élisabeth BOUVET GERES Hôpital Bichat ( Paris) Faut il prescrire un traitement post exposition en cas d AES avec un patient source

Plus en détail

Le VIH en 2011 Pourquoi faut-il se dépister?

Le VIH en 2011 Pourquoi faut-il se dépister? Le VIH en 2011 Pourquoi faut-il se dépister? Luc PARIS Consultation des maladies infectieuses, parasitaires et tropicales Groupe Hospitalier Pitié-Salpêtrière, Paris, France Epidémiologie du VIH Sang Toxicomanie

Plus en détail

Le risque vu par l épidémiologiste

Le risque vu par l épidémiologiste Le risque vu par l épidémiologiste Virginie Supervie UMR S 1136, Inserm, UPMC, Paris Quelques mesures de risque Taux d incidence Risque de transmission du VIH par acte sexuel Risque cumulé de la transmission

Plus en détail

Les essais cliniques sur le VIH et/ou la tuberculose

Les essais cliniques sur le VIH et/ou la tuberculose Les essais cliniques sur le VIH et/ou la tuberculose Raoul Moh, MD, PhD Essais ANRS 12290-Statis, ANRS 12300-Reflate, ANRS 12269-Thilao, ANRS 12294-FIT2 Abidjan, le 18 janvier 2017 Thématique «Tuberculose

Plus en détail

Primo Infection par le VIH

Primo Infection par le VIH Réunion COREVIH 27 septembre 2010 Christine ROUZIOUX EA 3620 Université Paris Descartes CHU Necker Primo Infection par le VIH Surlabase des recommandations du groupe d experts 2010. Sous la direction du

Plus en détail

CES ADOLESCENTS Nés avec VIH

CES ADOLESCENTS Nés avec VIH CES ADOLESCENTS Nés avec VIH 30 ans après le début de la pandémie Que deviennent t ils? Dr Corinne FLOCH Pediatre Hopital LOUIS MOURRIER MAI 1983 30 ans de VIH Taux de transmission passé de 20% à moins

Plus en détail

Infection à VIH-2 au Sénégal :échecs virologiques à M12 et M24 et limites des options thérapeutiques de seconde ligne

Infection à VIH-2 au Sénégal :échecs virologiques à M12 et M24 et limites des options thérapeutiques de seconde ligne Infection à VIH-2 au Sénégal :échecs virologiques à M12 et M24 et limites des options thérapeutiques de seconde ligne Ba S 1, Dia Badiane NM 1, Hawes SE 2, Fortes Deguenonvo L 1, Touré M 1,2, Ndour CT

Plus en détail

La prise en charge précoce de 15 ans de recherches sur la l adulte infecté par le VIH : co-infection VIH / VHB, VHC

La prise en charge précoce de 15 ans de recherches sur la l adulte infecté par le VIH : co-infection VIH / VHB, VHC Ministère de l Enseignement Supérieur Et de la Recherche Scientifique La prise en charge précoce de 15 ans de recherches sur la l adulte infecté par le VIH : co-infection VIH / VHB, VHC de «Cotrimo-CI

Plus en détail

ANRS LADY SUIVI PROLONGÉE

ANRS LADY SUIVI PROLONGÉE ANRS 12169-2LADY SUIVI PROLONGÉE INTITULE DES PROJETS Suivi des patients sous trois stratégies de traitement antirétroviral de 2 ème ligne en Afrique (Dakar, Bobo-Dioulasso, Yaoundé). Investigateur(s)/Coordinateur(s)

Plus en détail

EVAluation du RISque résiduel de Transmission du VIH chez des HSH traités ayant une charge virale plasmatique indétectable Jade GHOSN

EVAluation du RISque résiduel de Transmission du VIH chez des HSH traités ayant une charge virale plasmatique indétectable Jade GHOSN EVAluation du RISque résiduel de Transmission du VIH chez des HSH traités ayant une charge virale plasmatique indétectable Jade GHOSN UF de Thérapeutique en Immuno- Infectiologie CHU Hôtel-Dieu EA 3620,

Plus en détail

Transmission sexuelle du VIH Dépistage de l infection par le VIH

Transmission sexuelle du VIH Dépistage de l infection par le VIH Transmission sexuelle du VIH Dépistage de l infection par le VIH Dr. David Rey Le Trait d Union NHC Hôpitaux Universitaires Strasbourg 8 septembre 2009 Transmission sexuelle, charge virale et ARV Transmission

Plus en détail

Le risque vu par le virologue. Dr Anne-Geneviève Marcelin CHU Pitié-Salpêtrière UPMC Inserm UMR_S 1136

Le risque vu par le virologue. Dr Anne-Geneviève Marcelin CHU Pitié-Salpêtrière UPMC Inserm UMR_S 1136 Le risque vu par le virologue Dr Anne-Geneviève Marcelin CHU Pitié-Salpêtrière UPMC Inserm UMR_S 1136 Transmission sexuelle La transmission sexuelle est le premier mode de contamination par le VIH dans

Plus en détail

CAS CLINIQUE. Dr Wissem HACHFI. Service de Médecine Interne et Maladies Infectieuses.

CAS CLINIQUE. Dr Wissem HACHFI. Service de Médecine Interne et Maladies Infectieuses. CAS CLINIQUE Dr Wissem HACHFI Service de Médecine Interne et Maladies Infectieuses Leila née le 17.11.96, infectée par le VIH suite à une transmission materno-foetale ATCDS Fx: - Père était infecté par

Plus en détail

Quand débuter un traitement? Symposium GILEAD Journées Nationales d Infectiologie Marseille, le 6 Juin 2008 Pr Ch RABAUD

Quand débuter un traitement? Symposium GILEAD Journées Nationales d Infectiologie Marseille, le 6 Juin 2008 Pr Ch RABAUD Quand débuter un traitement? Symposium GILEAD Journées Nationales d Infectiologie Marseille, le 6 Juin 2008 Pr Ch RABAUD Quand débuter un traitement anti-rétroviral? Recommandations 2006-2007 CD4 200 350

Plus en détail

Bithérapie par Dolutégravir et Lamivudine en maintenance : étude pilote DOLULAM

Bithérapie par Dolutégravir et Lamivudine en maintenance : étude pilote DOLULAM Communication orale S6.02 Bithérapie par Dolutégravir et Lamivudine en maintenance : étude pilote DOLULAM Nadia MEFTAH 1, Brigitte Montes 2, Jacques REYNES 1,3,4 * 1. COREVIH-LR, Montpellier, France, 2.

Plus en détail

Nathalie Lerolle 1, Nicolas Noel 1,2, Camille Lécuroux 2, Cécile Goujard 1,3, Alain Venet 2, Faroudy Boufassa 3, et Olivier Lambotte 1,2

Nathalie Lerolle 1, Nicolas Noel 1,2, Camille Lécuroux 2, Cécile Goujard 1,3, Alain Venet 2, Faroudy Boufassa 3, et Olivier Lambotte 1,2 Nathalie Lerolle 1, Nicolas Noel 1,2, Camille Lécuroux 2, Cécile Goujard 1,3, Alain Venet 2, Faroudy Boufassa 3, et Olivier Lambotte 1,2 1 Service de Médecine Interne et Immunologie Clinique, CHU Bicêtre,

Plus en détail

Dépistage du VIH chez la femme enceinte. Diagnostic d infection de l enfant né de mère VIH+

Dépistage du VIH chez la femme enceinte. Diagnostic d infection de l enfant né de mère VIH+ Dépistage du VIH chez la femme enceinte Diagnostic d infection de l enfant né de mère VIH+ CNR Infections Rubéoleuses Materno-fœtales Christelle VAULOUP-FELLOUS Faculté de Médecine Paris Sud Service de

Plus en détail

L infection par le VIH en obstétrique en 2008

L infection par le VIH en obstétrique en 2008 L infection par le VIH en obstétrique en 2008 Pr. Ludovic CRAVELLO Maternité de La Conception CHU - MARSEILLE Epidémiologie L ampleur du problème dans le monde Le rôle de la contamination materno-fœtale

Plus en détail

Exemple des essais ANRS 127-2IP et ANRS 139-TRIO : différents marqueurs pour différentes stratégies thérapeutiques

Exemple des essais ANRS 127-2IP et ANRS 139-TRIO : différents marqueurs pour différentes stratégies thérapeutiques Exemple des essais ANRS 127-2IP et ANRS 139-TRIO : différents marqueurs pour différentes stratégies thérapeutiques Dr Charlotte CHARPENTIER Laboratoire de Virologie CHU Bichat-Claude Bernard Université

Plus en détail

Echec virologique et résistances aux ARVs chez des patients VIH-1 positifs pris en charge dans les. (Projet ANRS12186)

Echec virologique et résistances aux ARVs chez des patients VIH-1 positifs pris en charge dans les. (Projet ANRS12186) Echec virologique et résistances aux ARVs chez des patients VIH-1 positifs pris en charge dans les programmes et structures nationaux au Sénégal (Projet ANRS12186) Nafissatou Leye Diouf LBV-HALD-Sénégal/UMI233-IRD-Montpellier1

Plus en détail

Risque de transmission du VIH sous traitement antirétroviral

Risque de transmission du VIH sous traitement antirétroviral Risque de transmission du VIH sous traitement antirétroviral V Supervie 1, JP Viard 2, D Costagliola 1, R Breban 3 1 UMR S 1136, Inserm, UPMC, Paris 2 Hôpital Hôtel-Dieu, Paris 3 Institut Pasteur, Paris

Plus en détail

Primo-infection par le VIH

Primo-infection par le VIH Primo-infection par le VIH Recommandations du groupe d experts Rapport 2010 sous la direction du Pr. Patrick Yeni Cécile GOUJARD, CHU Bicêtre Épidémiologie des infections récentes en France Estimation

Plus en détail

Impact du paludisme sur l histoire naturelle et la transmission de l infection par le Virus de l Immunodéficience Humaine. Revue de la littérature

Impact du paludisme sur l histoire naturelle et la transmission de l infection par le Virus de l Immunodéficience Humaine. Revue de la littérature Mémoire d attestation de formation spécialisée en Médecine interne Impact du paludisme sur l histoire naturelle et la transmission de l infection par le Virus de l Immunodéficience Humaine. Revue de la

Plus en détail

Génotypage de résistance du VIH Marie-Laure CHAIX Laboratoire de Virologie, CHU Saint Louis, Université Paris Diderot, INSERM U941, CNR VIH, Paris

Génotypage de résistance du VIH Marie-Laure CHAIX Laboratoire de Virologie, CHU Saint Louis, Université Paris Diderot, INSERM U941, CNR VIH, Paris Génotypage de résistance du VIH Marie-Laure CHAIX Laboratoire de Virologie, CHU Saint Louis, Université Paris Diderot, INSERM U941, CNR VIH, Paris Lahcen WAKRIM Laboratoire de Virologie, Institut Pasteur

Plus en détail

VIH: Réservoirs et Compartiments

VIH: Réservoirs et Compartiments VIH: Réservoirs et Compartiments Jade GHOSN EA 3620 Paris Descartes Laboratoire de Virologie CHU Necker Paris UF Thérapeutique en Immuno-Infectiologie CHU Hôtel Dieu Paris Virémie plasmatique reservoir

Plus en détail

Cohorte VIH-VHB Traitement antirétroviral et coinfection VIH et VHB : mise en place d'une cohorte en Afrique de l'ouest

Cohorte VIH-VHB Traitement antirétroviral et coinfection VIH et VHB : mise en place d'une cohorte en Afrique de l'ouest Cohorte VIH-VHB Traitement antirétroviral et coinfection VIH et VHB : mise en place d'une cohorte en Afrique de l'ouest M Seydi, P Coffie J M Tine, G Wandeler, C Touré Kane A, Jaquet, A Patassi, A Minga,

Plus en détail

L Infection à VIH (1)

L Infection à VIH (1) L Infection à VIH (1) Epidémiologie-Virologie-Histoire Naturelle. Docteur Patrick Miailhes Service d Infectiologie du Pr. Peyramond, Hôpital Croix-Rousse, Lyon VIH/Sida 2011 1 Epidemiologie mondiale :

Plus en détail

COORDINATION REGIONALE DE LUTTE CONTRE L INFECTION DUE AU VIRUS DE L IMMUNODEFICIENCE HUMAINE

COORDINATION REGIONALE DE LUTTE CONTRE L INFECTION DUE AU VIRUS DE L IMMUNODEFICIENCE HUMAINE COORDINATION REGIONALE DE LUTTE CONTRE L INFECTION DUE AU VIRUS DE L IMMUNODEFICIENCE HUMAINE DONNEES MEDICO-EPIDEMIOLOGIQUES des patients infectés par le VIH FINISTERE 2010 Jean-Charles DUTHE Technicien

Plus en détail

LES TRAITEMENTS ANTIRÉTROVIRAUX

LES TRAITEMENTS ANTIRÉTROVIRAUX Service d Immuno- Hématologie Clinique Centre d Information et de Soins de l Immunodéficience Humaine et des Hépatites Virales LES TRAITEMENTS ANTIRÉTROVIRAUX Sylvie BREGIGEON Praticien Hospitalier Hôpital

Plus en détail

HÉPATITE CHRONIQUE VIRALE B

HÉPATITE CHRONIQUE VIRALE B HÉPATITE CHRONIQUE VIRALE B Stratégie thérapeutique Dr Krifa A Farhat Hached Sousse Sousse le 14 mars 2009 INTRODUCTION Évolution considérable dans la prise en charge thérapeutique des infections chroniques

Plus en détail

Cécile GOUJARD, CHU Bicêtre

Cécile GOUJARD, CHU Bicêtre Traitement antirétroviral Recommandations du groupe d experts Rapport 2010 sous la direction du Pr. Patrick Yeni Cécile GOUJARD, CHU Bicêtre D après le diaporama réalisé par le laboratoire Gilead Sciences

Plus en détail

Population d étude et critères de jugement en recherche clinique

Population d étude et critères de jugement en recherche clinique Population d étude et critères de jugement en recherche clinique Dr Karine Lacombe, INSERM UMR-S1136, IPLESP SMIT St Antoine, AP-HP Université Pierre et Marie Curie, Paris VI Objectifs du cours 1. Définir

Plus en détail

Plan national mis en place en 2005

Plan national mis en place en 2005 Rougeole et VIH La rougeole maladie Maladie infectieuse très contagieuse Principale cause de décès par maladie à prévention vaccinale Déclaration obligatoire (2005) Gravité / mortalité chez immunodéprimés

Plus en détail

Concentration plasmatique résiduelle efficace en ribavirine chez le patient co-infecté VIH/VHC prétraité

Concentration plasmatique résiduelle efficace en ribavirine chez le patient co-infecté VIH/VHC prétraité Concentration plasmatique résiduelle efficace en ribavirine chez le patient co-infecté VIH/VHC prétraité D. Breilh* 1, S. Djabarouti 1, P. Trimoulet 3, C. Duprat 2, J.M. Ragnaud 2, M. Dupon 2, M.C. Saux

Plus en détail

Traitement 2.0 AIDE-MEMOIRE

Traitement 2.0 AIDE-MEMOIRE AIDE-MEMOIRE Traitement 2.0 L ONUSIDA considère que le Traitement 2.0 constitue une plateforme thérapeutique extrêmement simplifiée contre le VIH. Ce traitement réduit sensiblement le nombre des décès

Plus en détail

Mortalité chez la patients infectés par le VIH : Impact d une hépatite virale chronique

Mortalité chez la patients infectés par le VIH : Impact d une hépatite virale chronique Mortalité chez la patients infectés par le VIH : Impact d une hépatite virale chronique Patients VIH+ décédés en 2000 (n = 822) Maladie hépatique SIDA Autre VHC et VHB (n = 35) VHC (n = 235) VHB (n = 64)

Plus en détail

Charges virales basses sous traitement: définition impact virologique. Laurence Bocket Virologie CHRU de Lille

Charges virales basses sous traitement: définition impact virologique. Laurence Bocket Virologie CHRU de Lille XVIIe Journée Régionale de Pathologie Infectieuse 12 octobre 2010 Charges virales basses sous traitement: définition impact virologique Laurence Bocket Virologie CHRU de Lille conflits d intérêts subventions,

Plus en détail

Paramètres virologiques et primo-infection

Paramètres virologiques et primo-infection Revue critique de l'actualité scientifique internationale sur le VIH et les virus des hépatites n 66 - juin/juillet 98 HISTOIRE NATURELLE Paramètres virologiques et primo-infection Christine Jacomet service

Plus en détail

La primo-infection VIH : toujours une situation d urgence? Thomas MOUREZ Virologie CHU de Rouen. 16 es JNI, Nancy, du 10 au 12 juin

La primo-infection VIH : toujours une situation d urgence? Thomas MOUREZ Virologie CHU de Rouen. 16 es JNI, Nancy, du 10 au 12 juin La primo-infection VIH : toujours une situation d urgence? Thomas MOUREZ Virologie CHU de Rouen 1 Parce que c en était une depuis toujours? Question jamais clairement tranchée Dépend : De l accès à des

Plus en détail

Épidémiologie de l infection par le VIH

Épidémiologie de l infection par le VIH Épidémiologie de l infection par le VIH 1 Incidence 2 Deux nouvelles méthodes Basée sur le test d infection récente (InVS) ou sur une modification du rétrocalcul (U943) Adaptation à la situation française

Plus en détail

Intervention en counseling sur l observance thérapeutique : Le modèle MOTHIV* concept, stratégie, résultats

Intervention en counseling sur l observance thérapeutique : Le modèle MOTHIV* concept, stratégie, résultats Intervention en counseling sur l observance thérapeutique : Le modèle MOTHIV* concept, stratégie, résultats Catherine Tourette-Turgis Turgis Maître de conférences des universités en psychologie de la santé

Plus en détail

VIH et suivi de grossesse. Pr. Ludovic CRAVELLO Service de Gynécologie-Obstétrique, Hôpital de La Conception, 147 Bd Baille, Marseille

VIH et suivi de grossesse. Pr. Ludovic CRAVELLO Service de Gynécologie-Obstétrique, Hôpital de La Conception, 147 Bd Baille, Marseille VIH et suivi de grossesse Pr. Ludovic CRAVELLO Service de Gynécologie-Obstétrique, Hôpital de La Conception, 147 Bd Baille, 13005 Marseille Epidémiologie 1- L ampleur du problème dans le monde 2- Le rôle

Plus en détail

Stratégies combinées pour la prévention et le traitement du VIH chez les usagers de drogues bas-seuil

Stratégies combinées pour la prévention et le traitement du VIH chez les usagers de drogues bas-seuil Stratégies combinées pour la prévention et le traitement du VIH chez les usagers de drogues bas-seuil E Castro 1-2, M Cavassini 2, A Pelet 1, A-L Marchal 1, M Monnat 1 et l Equipe Soignante du Centre Saint

Plus en détail

L infection par le VIH en obstétrique

L infection par le VIH en obstétrique L infection par le VIH en obstétrique Pr. Ludovic CRAVELLO Maternité de La Conception CHU - MARSEILLE Epidémiologie 1- L ampleur du problème dans le monde 2- Le rôle de la TMF dans l épidémie L ensemble

Plus en détail

Séminaire EDT, HUG, Genève 1211/10

Séminaire EDT, HUG, Genève 1211/10 Séminaire: Rôle de l éducation thérapeutique pour les soins des malades chroniques - Genève La consultation d'adhésion thérapeutique à Lausanne autour du patient VIH-positif: une prise en charge interdisciplinaire

Plus en détail

Mise en place d études cliniques au Sud

Mise en place d études cliniques au Sud Mise en place d études cliniques au Sud EricOuattara, MD, PhD ISPED, Inserm U1219 Eric.Ouattara@isped.u-bordeaux2.fr Plan 1. Etudes en recherche clinique : Epidémiologie descriptive Etudes observationnelles

Plus en détail

Pourquoi traiter tôt, toujours plus tôt? Quels bénéfices virologiques et immunologiques?

Pourquoi traiter tôt, toujours plus tôt? Quels bénéfices virologiques et immunologiques? Pourquoi traiter tôt, toujours plus tôt? Quels bénéfices virologiques et immunologiques? Dr Véronique Avettand-Fenoel Université Paris Descartes EA7327 Hôpital Necker - Enfants Malades Primo-infection

Plus en détail

En direct de la CROI. COREVIH IDF centre

En direct de la CROI. COREVIH IDF centre En direct de la CROI Atlanta t 2013 Pr Christine hi i Katlama COREVIH IDF centre Replication virale HIV reservoir = Infection VIH résiduelle Qu est ce que le réservoir? C est l ensemble des cellules qui

Plus en détail

Accès à la charge virale : Expérience du CeDReS

Accès à la charge virale : Expérience du CeDReS Accès à la charge virale : Expérience du CeDReS Partenariat CHU de Treichville/ Hôpital Necker Enfants de Paris Présenté par Hervé MENAN CONTEXTE JUSTIFICATIONS Accès charge virale quasi inexistant pour

Plus en détail

Caroline Elie URC Paris Centre Hôpital Necker

Caroline Elie URC Paris Centre Hôpital Necker Qu est-ce qu un pronostic? Principes des études pronostiques Caroline Elie URC Paris Centre Hôpital Necker Chez un homme de 50 ans, fumeur, traité pour une hypercholestérolémie, et à 15 jours d un infarctus

Plus en détail

VIH. et résistance aux traitements antirétroviraux (ARV)

VIH. et résistance aux traitements antirétroviraux (ARV) VIH et résistance aux traitements antirétroviraux (ARV) Aujourd hui, la majorité des patients sous traitement ARV sont en succès virologique (charge virale indétectable, inférieure à 50 copies/ml) et le

Plus en détail

ASPECT CLINIQUE ET ÉVALUATION DU

ASPECT CLINIQUE ET ÉVALUATION DU ASPECT CLINIQUE ET ÉVALUATION DU TRAITEMENT DE L HÉPATITE C AU SEIN D UNE COHORTE DE PATIENTS CO-INFECTÉS VIH-VHC. N. Bertiaux-Vandaële, H. Montialoux, F. Borsa-Lebas, O. Goria, E. Lerebours, G. Riachi.

Plus en détail

LE PORTAGE ASYMPTOMATIQUE DES MICROSPORIDIES CHEZ LES SUJETS VIH-POSITIFS :

LE PORTAGE ASYMPTOMATIQUE DES MICROSPORIDIES CHEZ LES SUJETS VIH-POSITIFS : LE PORTAGE ASYMPTOMATIQUE DES MICROSPORIDIES CHEZ LES SUJETS VIH-POSITIFS : PRÉVALENCE ET ESPÈCES INCRIMINÉES Aissa S 1,2, Chabchoub N 2, Abdelmalek R 1,2, Kanoun F 1,2, Bouratbine A 2, Aoun K 2 & Tiouiri

Plus en détail

GESTION VIROLOGIQUE DE L ECHEC. Dr Catherine TAMALET Fédération de Microbiologie Hospitalière Hôpital de la Timone URMITE CNRS-IRD UMR 6236 Marseille

GESTION VIROLOGIQUE DE L ECHEC. Dr Catherine TAMALET Fédération de Microbiologie Hospitalière Hôpital de la Timone URMITE CNRS-IRD UMR 6236 Marseille GESTION VIROLOGIQUE DE L ECHEC Dr Catherine TAMALET Fédération de Microbiologie Hospitalière Hôpital de la Timone URMITE CNRS-IRD UMR 6236 Marseille Echec : Définitions Recommandations Françaises(1 ) Non

Plus en détail

INFECTION A VIH EN 2012

INFECTION A VIH EN 2012 INFECTION A VIH EN 2012 Journée mondiale de lutte contre le sida Vendredi 30 Novembre 2012 Dr Christophe Compagnon L ère du vih et ses visages 1983: espérance de vie: 2 ans après la première infection

Plus en détail

Analyse de Survie. Dr Julien Mancini Laboratoire d Enseignement et de Recherche sur le Traitement de l Information Médicale

Analyse de Survie. Dr Julien Mancini Laboratoire d Enseignement et de Recherche sur le Traitement de l Information Médicale Analyse de Survie Dr Julien Mancini julien.mancini@univmed.fr Laboratoire d Enseignement et de Recherche sur le Traitement de l Information Médicale Faculté de Médecine de Marseille, Université de la Méditerranée

Plus en détail

Repères épidémiologiques de l infection à VIH

Repères épidémiologiques de l infection à VIH Repères épidémiologiques de l infection à VIH Dr Patricia ENEL Cellule Santé Publique Dmi2, Hôpital de la Conception, AP-HM Novembre 2013 Vue générale du monde avec le VIH Chiffres clés en 2012 35,3 Millions

Plus en détail

Relation entre concentrations plasmatiques d éfavirenz (EFZ) et troubles neurosensoriels. Suivi prolongé à 4 ans Etude Montana ANRS 091

Relation entre concentrations plasmatiques d éfavirenz (EFZ) et troubles neurosensoriels. Suivi prolongé à 4 ans Etude Montana ANRS 091 Relation entre concentrations plasmatiques d éfavirenz (EFZ) et troubles neurosensoriels. Suivi prolongé à 4 ans Etude Montana ANRS 091 F. Collin 1, A. Rachline 2, H. Sauvageon 2, F. Raffi 3, T. May 4,

Plus en détail

Opportunités manquées de dépistage du VIH chez des patients nouvellement

Opportunités manquées de dépistage du VIH chez des patients nouvellement Opportunités manquées de dépistage du VIH chez des patients nouvellement diagnostiqués en France Etude ANRS - Opportunités Karen Champenois*, Anthony Cousien, Lise Cuzin, Stéphane Le Vu, Sylvie Deuffic-Burban,

Plus en détail

Réservoirs à VIH et stratégies visant à les cibler. Symposium Viro-Clinique VIH Nord-Ouest

Réservoirs à VIH et stratégies visant à les cibler. Symposium Viro-Clinique VIH Nord-Ouest Pôle de Biologie Laboratoire de Virologie Hôpital C. Nicolle CHU Rouen Groupe de Recherche Antimicrobiens et Microorganismes (GRAM) / EA2656 Faculté de Médecine-Pharmacie Université de Rouen Réservoirs

Plus en détail

ATELIER DE VIROLOGIE AFRAMED 2017

ATELIER DE VIROLOGIE AFRAMED 2017 ATELIER DE VIROLOGIE AFRAMED 2017 CHARGES VIRALES HIV/HBV/HCV (Tunisie) Pr Imène FODHA Laboratoire de Microbiologie Pr HU en Microbiologie / PhD CHU Sahloul, Sousse (Tunisie) Introduction : la biologie

Plus en détail

2009 Professeur Th. MAY

2009 Professeur Th. MAY 2009 Professeur Th. MAY Historique 1981 : premiers cas groupés de pneumocystose chez des patients homosexuels aux Etats-Unis avec mise en évidence d un syndrome de déficit immunitaire 1982 : description

Plus en détail

Population d étude et critères de jugement en recherche clinique

Population d étude et critères de jugement en recherche clinique Population d étude et critères de jugement en recherche clinique Dr Karine Lacombe, INSERM UMR-S1136, IPLESP SMIT St Antoine, AP-HP Université Pierre et Marie Curie, Paris VI Objectifs du cours 1. Définir

Plus en détail

Echec immunologique des anti-rétroviraux: que proposer après l interleukine 2?

Echec immunologique des anti-rétroviraux: que proposer après l interleukine 2? Echec immunologique des anti-rétroviraux: que proposer après l interleukine 2? Pierre-Marie Roger Service d Infectiologie, Nice Journées Nationales d Infectiologie 2005 Le pronostic dépend du statut immunitaire

Plus en détail

Données de la DO de tuberculose, InVs

Données de la DO de tuberculose, InVs Epidémiologie i i de la tuberculose en France dans la population VIH Symposium Tuberculose et VIH Pasteur 28 mars 2011 Sophie Abgrall SMIT hôpital Avicenne, INSERM U943 Hôpital Salpétrière Tuberculose,

Plus en détail

Différents types d études en recherche clinique. D Costagliola U 943 INSERM et UPMC 16 mars 2009 Abidjan Atelier de formation à la recherche clinique

Différents types d études en recherche clinique. D Costagliola U 943 INSERM et UPMC 16 mars 2009 Abidjan Atelier de formation à la recherche clinique Différents types d études en recherche clinique D Costagliola U 943 INSERM et UPMC 16 mars 2009 Abidjan Atelier de formation à la recherche clinique Avec la contribution de l ANRS et Esther Population

Plus en détail

Données actuelles sur la Transmission du VIH

Données actuelles sur la Transmission du VIH Marseille 28 mai 2009 Données actuelles sur la Transmission du VIH Pr Christine ROUZIOUX, Virologie - CHU Necker EA 3620 Université Paris Descartes A l'occasion du 1er décembre 2007, le professeur Bernard

Plus en détail

Dépistage et suivi biologique de l infection par le VIH en Nouvelle-Calédonie

Dépistage et suivi biologique de l infection par le VIH en Nouvelle-Calédonie Dépistage et suivi biologique de l infection par le VIH en Nouvelle-Calédonie 2013 Dr Ann-Claire GOURINAT agourinat@pasteur.nc Laboratoire de Référence pour le VIH pour la Nouvelle-Calédonie Institut Pasteur

Plus en détail

Le virus. Le virus de l immunodéficience humaine (VIH) a été découvert en Il appartient à la famille des rétrovirus.

Le virus. Le virus de l immunodéficience humaine (VIH) a été découvert en Il appartient à la famille des rétrovirus. Le virus Le virus de l immunodéficience humaine (VIH) a été découvert en 1983. Il appartient à la famille des rétrovirus. On distingue le VIH de type 1 dont la répartition est mondiale et le VIH2 plus

Plus en détail

Actualités épidémiologiques

Actualités épidémiologiques Actualités épidémiologiques D.Lacoste SFLS 12 décembre 2011 1 Nombre estimé d adultes et d enfants vivant avec le VIH 2010 Amérique du Nord 1,3 million [1,0 million 1,9 million] Caraïbes 200 000 [170 000

Plus en détail

ÉPIDÉMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE

ÉPIDÉMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE SERVICE ÉPIDEMIOLOGIE DES MALADIES INFECTIEUSES ÉPIDÉMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE SITUATION AU 31 DÉCEMBRE 2016 ÉPIDÉMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Ce projet

Plus en détail

Découverte d un nouveau VIH-1

Découverte d un nouveau VIH-1 Pôle de Biologie Laboratoire de Virologie Hôpital C. Nicolle CHU Rouen Groupe de Recherche Antimicrobiens et Microorganismes (GRAM) / EA2656 Faculté de Médecine-Pharmacie Université de Rouen Découverte

Plus en détail

MALADIE A VIH épidémiologie, dépistage et diagnostic en 2012

MALADIE A VIH épidémiologie, dépistage et diagnostic en 2012 MALADIE A VIH épidémiologie, dépistage et diagnostic en 2012 Dr Geneviève BECK-WIRTH Centre Hospitalier de Mulhouse Novembre 2012 1 ÉPIDÉMIOLOGIE 2012 2 3 4 5 6 7 8 9 DES RECOMMANDATIONS 10 11 DES ENJEUX

Plus en détail

SUIVI ET ÉVALUATION. Objectif de ce chapitre Introduction 220

SUIVI ET ÉVALUATION. Objectif de ce chapitre Introduction 220 SUIVI ET ÉVALUATION 11 11.1 Introduction 220 11.2 Application des nouvelles recommandations : implications en termes de suivi 221 11.3 Suivi des extrants et des résultats de l élargissement de l accès

Plus en détail

18 es JNI, Saint-Malo, du 21 au 23 juin

18 es JNI, Saint-Malo, du 21 au 23 juin La durée d infection VIH est indépendamment associée aux cancers non liés au VIH et au VHC chez les patients co-infectés VIH/VHC O Billa 1, F Bani-Sadr 2, I Poizot-Martin 3, P Sogni 4, D Rey 5, J Chas

Plus en détail

ANRS 12169-2LADY: mieux connaitre l échec et les 2èmes lignes

ANRS 12169-2LADY: mieux connaitre l échec et les 2èmes lignes 4èmes journées scientifiques ANRS-CAMEROUN, 15 novembre 2011 ANRS 12169-2LADY: mieux connaitre l échec et les 2èmes lignes Evaluation de trois stratégies de traitement antirétroviral de 2 ème Ligne en

Plus en détail

TRAITEMENT PREEMPTIF DU VHB. Clémence Hollande DES

TRAITEMENT PREEMPTIF DU VHB. Clémence Hollande DES TRAITEMENT PREEMPTIF DU VHB Clémence Hollande DES 3 Messages à retenir 1) Chez tous patients allant recevoir un traitement immunosuppresseur: Ag HBs, Ac anti-hbs, Ac anti-hbc 2) Savoir reconnaître une

Plus en détail

Les charges virales basses: constat et gestion

Les charges virales basses: constat et gestion Les charges virales basses: constat et gestion Symposium inter-régional viro-clinique Hardelot 25-26 Mai 2011 Laurence Bocket --- Laboratoire de Virologie --- CHRU Lille conflits d intérêts subventions,

Plus en détail

Le succès du traitement : l observance

Le succès du traitement : l observance Le succès du traitement : l observance Si un traitement n est pas entrepris en temps voulu, l infection par le VIH risque d évoluer vers la maladie sida. La multiplication du virus (suivie par la mesure

Plus en détail

La fréquence et les facteurs de risques de perte de vue dans les pays du nord et dans les pays du sud. E Lanoy, INSERM U720, UPMC

La fréquence et les facteurs de risques de perte de vue dans les pays du nord et dans les pays du sud. E Lanoy, INSERM U720, UPMC La fréquence et les facteurs de risques de perte de vue dans les pays du nord et dans les pays du sud E Lanoy, INSERM U720, UPMC (1) La perte de vue dans les cohortes VIH Peu rapportée dans les publications

Plus en détail

Cas résiduels de contaminations maternofœtales pour le VIH: facteurs associés

Cas résiduels de contaminations maternofœtales pour le VIH: facteurs associés Cas résiduels de contaminations maternofœtales pour le VIH: facteurs associés Traitement antiviral chez la femme enceinte Rapport DORMONT 1996-1997 Etude ACTG 076/ANRS 024:1994 AZT à partir de 14 SA Diminution

Plus en détail

LE DEPISTAGE du VIH en Enjeux et recommandations

LE DEPISTAGE du VIH en Enjeux et recommandations LE DEPISTAGE du VIH en 2010 Enjeux et recommandations Les enjeux: une activité de dépistage élevée: 5 millions de tests /an.et pourtant Une incidence de l infection VIH élevée et désespérément stable :

Plus en détail

La a d onne e c hange g Novembre 2014

La a d onne e c hange g Novembre 2014 Novembre 2014 La donne change IST -Chaque année 500 millions de personnes dans le monde contractent une IST parmi chlamydia, gonocoque, syphilis, trichomonase - 530 millions de personnes atteintes de HSV2-290

Plus en détail

RAPPORT MEDICO- EPIDEMIOLOGIQUE ANNEE 2013 Ile de la Réunion

RAPPORT MEDICO- EPIDEMIOLOGIQUE ANNEE 2013 Ile de la Réunion COORDINATION REGIONALE DE LUTTE CONTRE L INFECTION DUE AU VIRUS DE L IMMUNO DEFICIENCE HUMAINE RAPPORT MEDICO- EPIDEMIOLOGIQUE ANNEE 2013 Ile de la Réunion 1 Sommaire DEFINITIONS... 5 ANALYSE DES DONNEES...

Plus en détail

ANRS CO6 PRIMO - Cohorte primo-infection

ANRS CO6 PRIMO - Cohorte primo-infection ANRS CO6 PRIMO - Cohorte primo-infection Responsable(s) : Meyer Laurence, U822 Essat Asma Goujard Cécile, SERVICE MÉDECINE INTERNE - HÔPITAL BICÊTRE Date de modification : 07/06/2013 Version : 1 ID : 60076

Plus en détail

Implications thérapeutiques des virus non B. J. Leporrier, Service de Maladies Infectieuses & Tropicales CHU de Rouen

Implications thérapeutiques des virus non B. J. Leporrier, Service de Maladies Infectieuses & Tropicales CHU de Rouen Implications thérapeutiques des virus non B J. Leporrier, Service de Maladies Infectieuses & Tropicales CHU de Rouen jeremie.leporrier@chu-rouen.fr Plan Problématique La diversité génétique influence-t-elle

Plus en détail

Rapport du comité d'experts

Rapport du comité d'experts Section des Unités de recherche Rapport du comité d'experts Unité de recherche : Epidémiologie, Stratégies Thérapeutiques et Virologie Clinique dans l'infection à VIH UMR_S 720 de l'université Pierre et

Plus en détail