MMC - Mécaniques des Milieux Continus

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "MMC - Mécaniques des Milieux Continus"

Transcription

1 INA de Rouen - MECA3 - Année MMC - Mécaniques des Milieux Continus ommaire 1 Rappels mathématiques et notations indicielles Vecteurs Tenseurs du deuxième ordre Analyse vectorielle Outils de l analyse Théorème de la divergence Description du mouvement 5.1 Description lagrangienne Position Définitions Description eulérienne Vitesse Trajectoire Définitions Déformations Cas général : grandes déformations Introduction Tenseur des déformations Hypothèse des petites perturbations (HPP) Conséquences Composantes du mouvement au voisinage d un point Etats particuliers de déformation Cinématique d un milieu continu Cinématique lagrangienne Cinématique eulérienne Représentation des efforts et lois de conservation Expression générale des lois de conservation et chématisation des efforts Lois de conservation utiles Contraintes Définitions et conventions Propriétés Etats particuliers des contraintes Représentation géométrique des contraintes Introduction sur le tricercle de Mohr Construction du cercle de Mohr Notions de lois de comportement Exemples simples de comportement en milieu fluide Elasticité linéaire isotrope dans les solides Loi de comportement générale Cas d un matériau isotrope

2 8 Application à un cas de traction uniaxiale Données du problème Résolution du problème Expression des conditions aux limites Détermination des contraintes Calcul des déformations Calcul des déplacements à une constante près

3 1 Rappels mathématiques et notations indicielles 1.1 Vecteurs Vecteur : v = v i ei Application linéaire : w = A v = w i = A i j v j Produit matriciel : C = AB = C i j = A ik B k j Produit avec une transposée : C = A t B = C i j = A ik B jk Produit scalaire : v w = v i w i = v k w k Le produit scalaire est invariant par changement de base. Changement de repère : oit Q i j matrice de passage de e i à e j Changement direct v = Q v Vecteurs de la base e i = Q i j e j Changement retour v = t Q v ei = Q ji e j Vecteurs quelconques v i = Q i jv j v i = Q ji v j Matrices A i j = Q ikq jl A kl A i j = Q kl Q l j A kl { 1 si i = j ymbole de Kronecker : δ i j = 0 sinon On a aussi δ i j = e i e j = Q ik Q jk 1. Tenseurs du deuxième ordre Expression : A = A i j ei e j Propriétés : ymétrie si A i j = A ji (A = t A) Antisymétrie si A i j = A ji (A = t A) Isotropie si A i j = aδ ji (A = a 1) ( ) ( ) 1 1 Parties symétrique et antisymétrique : A i j = A i j + AA i j = (A i j + A ji ) + (A i j A ji ) ( ) ( Parties sphérique (hydrostatique) et déviatorique : A i j = A h i j + A i j = Akk 3 δ i j + A i j A ) kk 3 δ i j Invariants fondamentaux : On pose l équation caractéristique det(a x1) = 0 = x 3 + I 1 x I x + I 3 = 0 I 1 = Tr(A) I = 1 ( Tr (A) Tr ( A )) I 3 = det(a) 1.3 Analyse vectorielle Outils de l analyse Fonction scalaire f Fonction vectorielle v Fonction tensorielle A Divergence Rotationnel Gradient Laplacien grad( f ) = f ei = f,i ei x i f = f xi = f,ii div( v ) = v i = v i,i x i div(a) = A i j, j ei rot( v) = Ei jk v k, j ei grad( v ) = v i, j ei e j v = v i, j j ei 3

4 1.3. Théorème de la divergence Fonction scalaire f Fonction vectorielle v Fonction tensorielle A Expression générale f n d = grad( f )dv D D v n d = div( v )dv D D A n d = div(a)dv D D Expression indicielle f n i d = f,i dv D D v i n i d = v i,i dv D D A i j n j d = A i j, j dv D D 4

5 Description du mouvement.1 Description lagrangienne On identifie chaque particule du système par ses coordonnées a i dans la configuration K 0. On exprime toute grandeur physique à l instant t en fonction des coordonnées de la particule à laquelle elle est attachée..1.1 Position La position à l instant t de la particule située initialement en M 0 (a 1,a,a 3,t) s exprime par la fonction vectorielle x = ϕ ( a,t) = x i = ϕ i (a 1,a,a 3,t). En description lagrangienne, les variables sont les a i, c est donc selon elles que l on dérive. Jacobien de ϕ : J(a 1,a,a 3,t) = det ( grad ( ϕ )) Variation de volume : dω t = J(a 1,a,a 3,t)dΩ 0 Conditions sur le Jacobien : J(a 1,a,a 3,t 0 ) = 1 et 0 < J < +.1. Définitions Ligne d émission d un point P à l instant t d : La particule au point P i est passé par P à l instant t i. L ensemble de ces particules passées par le point P à l instant t i forment la ligne d émission du point P à l instant t d. L exemple associé est grossièrement celui d un panache de fumée : toutes les particules sorties du cratère d un volcan forment la ligne d émission depuis le volcan (en considérant le bouche du volcan comme le point P). Cette ligne d émission est ici le panache de fumée. Vitesse : V = d ϕ ( a,t) dt Accélération : γ = d ϕ ( a,t) dt. Description eulérienne A tout instant t, la configuration actuelle K t est prise comme configuration de référence pour décrire l évolution à l instant t + dt...1 Vitesse On dispose à chaque instant de la vitesse V de la particule située en M t ( x ) dans la configuration actuelle : t, M Ω t, nous avons V ( x,t) La description eulérienne est une description par les vitesses. On obtient V ( x,t) à partir de V ( a,t) en s arrangeant pour faire disparaître les a i grâce aux expressions de position et de vitesse... Trajectoire Connaissant V ( x t), on peut remonter à la trajectoire de M( x ) en intégrant le système d x = V ( x,t)dt avec la condition initiale x t=t0 = a..3 Définitions Ligne de courant à un instant t d : Elle se caractérise par le fait que V ( x,t) est tangent en chacun de ses points. On doit vérifier dx V = dx 1 0 = V 1 ( x,t d ) = dx V ( x,t d ) = dx 3 V 3 ( x,t d ) Mouvement stationnaire (ou permanent) : V ( x,t) = V ( x ) - Indépendance du temps. Mouvement semi-permanent : V ( x,t) = λ(t) V ( x ) 5

6 3 Déformations 3.1 Cas général : grandes déformations Introduction On considère deux vecteurs da = MM dans la configuration K 0 et son transformé dx = M t M t dans la configuration K t. On a da dx On définit le tenseur gradient de transformation F par dx = F da = Fi j = dx i da j En considérant la variation du produit scalaire de deux vecteurs, on se rend réellement compte des déformations de longueur et d angle. On pose le tenseur de dilatation par dx δx = da Cδa = C = T FF 3.1. Tenseur des déformations Tenseur des déformations de Green-Lagrange : E = 1 (C 1) et E i j = 1 (C i j δ i j ) Allongement dans la direction n : ε( n ) = M tm t MM MM = 1 + E i j n i n j 1 Glissement dans les directions m et n : γ( m,n n ) = π ( M t M t, MM ) = arcsin Relations déplacements-déformations : E i j = 1 ( ui + u j + u ) k u k a j a i a i a j 3. Hypothèse des petites perturbations (HPP) On se situe dans un cas où déformations et déplacements sont petits. ( ) E i j m i n j (1 + ε( n ))(1 + ε( m )) 3..1 Conséquences Tenseur des déformations linéarisé : ε i j = 1 ( ui + u ) j a j a i = ε = 1 ( grad( u ) + T grad( u ) ) Allongement : ε( n ) = ε i j n i n j = ε( e i ) = ε i j δ i j Glissement : γ( m, n ) = ε i j m i n j = γ( e i e j ) = ε i j pour i j Variation relative de volume : En repère principal, V V ε 1 + ε + ε 3 Parties sphérique et déviatorique : Dans le repère considéré, la partie sphérique caractérise le changement de volume (mais pas de forme) de l objet tandis que la partie déviatorique constate du changement de forme à volume constant. 3.. Composantes du mouvement au voisinage d un point ( ) Expression du mouvement : M M t = u i + u i da j = u i + du i u i + u i dx j i a j x j On a u i = 1 ( ui + u ) j + 1 ( ui u ) j = ε i j + ω i j x j x j x i x j x i Tenseur antisymétrique des rotations : ω = 1 ( grad( u ) T grad( ) u ) = 0 ω 3 ω ω 3 0 ω 1 ω ω 1 0 6

7 Vecteur ω adjoint de ω : ω = Expression finale : ω 1 ω ω 3 ( ) M M t = u i + ε i j dx j + ω i j dx j i Expression vectorielle : M M t = u + ε dx + ω dx 3..3 Etats particuliers de déformation Extension simple : ε = α β β Déformation sphérique : ε = α α α γ 0 0 Glissement simple : ε = γ

8 4 Cinématique d un milieu continu 4.1 Cinématique lagrangienne Expression d une dérivée particulaire : Pour une grandeur A (scalaire, vectorielle ou tensorielle), on a A = da dt Gradient de transformation : dx = F( a,t) da avec F( a,t) = grad ( V ( a,t) ) Taux de dilatation volumique : J( a,t) = d Ω t dω 0 Taux de déformation lagrangien : E = 1 ( T FF + T F F ) = 1 ( ( V ) T grad ( a,t) grad ( ϕ( ) a,t) + T grad ( ϕ( ) ( V )) a,t) grad ( a,t) 4. Cinématique eulérienne Dérivée particulaire : dx = grad ( V ( x,t) ) dx ( dx ) Taux de déformation eulérien : δx = dx D δx avec D = 1 ( ( V ) ( T grad ( V )) x,t) + grad ( x,t) dx Taux d allongement : D 11 = dx Taux de glissement : γ = D i j pour i j Taux de dilatation volumique : d Ω ( t V ) = div ( x,t) = Tr(D) dω t Fluide incompressible : d Ω t dω t = 0 Taux de rotation : Ω = 1 ( ( V ) ( grad ( V )) x,t) T grad ( x,t) Vecteur tourbillon : Vecteur Ω adjoint de Ω par Ω dx = Ω dx Mouvement irrotationnel : Ω = 0 8

9 5 Représentation des efforts et lois de conservation 5.1 Expression générale des lois de conservation et chématisation des efforts Enoncé : Une variation d une quantité caractérisée par une densité volumique A dans un domaine D provient : de la variation interne de cette quantité caractérisée par A V = A (densité volumique) t des échanges avec l extérieur à travers la frontière D caractérisée par une densité surfacique A Première forme : d AdV = A V dv + A d dt D D D Représentation des efforts : Pour représenter les efforts selon A et A V, on doit poser ceci : Les efforts appliqués à distance (telle la pesanteur) seront caractérisés pas une densité volumique f les efforts appliqués par contact seront caractérisés par une densité surfacique T qui dépend du point d application et de la normale n en ce point : vecteur contrainte T = σ n econde forme (pour utilisation pratique) : D après les théorèmes de la divergence, on obtient 5. Lois de conservation utiles da ( V ) dt + Adiv A V div( a ) = 0 = da dt + AV i,i A V a i,i = 0 Conservation de la masse dans un système fermé : On a V i,i = 1 dρ ρ dt Expression de la loi de conservation sous cette condition : ρ d ( ) A dt ρ = A V + a i,i Conservation de la quantité de mouvement : Equation du mouvement ρ γ = f + div(σ) Conservation du moment cinétique : Elle conditionne la symétrie du tenseur σ 9

10 6 Contraintes 6.1 Définitions et conventions Vecteur contrainte : T ( d f n ) = lim d 0 d avec n la normale extérieure sortante. x Décomposition : T = T n n + Tt t σ Tenseur des contraintes σ : T = σ n T i = σ i j n j σ 3 σ 1 σ 3 σ 1 σ 13 σ 31 σ 33 σ 11 x 1 Changement de repère : σ b i j = Q ikq jl σ kl On a (de façon très moche) pour revenir au premier repère T = σ n = ( Q 1 Q ) σ ( Q 1 Q ) n = Q 1 ( Qσ Q 1)( Q n ) = Q 1 ( σ b n b ) x 3 Représentation schématique des σ i j = T b Il faut penser que le changement de repère affecte le tenseur comme sa normale, notamment quand on utilise le cercle de Mohr. 6. Propriétés ymétrie : σ i j = σ ji Classification des contraintes : σ i j avec i = j : contrainte normale σ i j avec i j : contrainte tangentielle Dimensions : σ i j est une pression Invariants : σ I = Tr(σ) σ II = 1 Tr( σ ) σ III = 1 3 Tr( σ 3) Parties sphérique et déviatorique : Dans le repère considéré, la partie sphérique est responsable des variations de volume tandis que la partie déviatorique est responsable des variations de forme à volume constant. 6.3 Etats particuliers des contraintes Traction ou compression simple : σ = σ x 1 Tension ou compression hydrostatique : σ = σ σ σ 10

11 Etat de contrainte de révolution : σ = Cisaillement pur : σ = 0 0 σ σ σ σ σ Etat plan des contraintes : σ = 0 0 σ σ Représentation géométrique des contraintes Introduction sur le tricercle de Mohr On considère l état de contrainte qui s exerce sur une facette n : T = T n n + Tt t. On représente cet état des contraintes dans l espace (T n, T t ). On choisit σ 1 > σ > σ 3 les contraintes principales. T t σ 3 σ σ 1 T n Lorsque n varie, l état de contrainte reste dans la zone hachurée Construction du cercle de Mohr Le cercle de Mohr est un représentation de l état de contraintes supposé plan dans l espace (T n,t t ) lorsque n varie. x x T x 1 t θ 0 θ n x 1 On va chercher à exprimer T à partir de n puis T n et T t à partir de T 1, T et θ. La direction principale est définie à θ = θ 0 avec T t = 0. On obtient : { Tn = a + Rcos((θ 0 θ)) T t = Rsin((θ 0 θ)) avec a = σ 11 + σ ) et R = ( σ11 σ + σ Ceci nous permet d établir le cercle de Mohr. Il est à noter qu une variation d un angle θ pour n amène une variation de θ sur le cercle. 1 11

12 T t T t max x 1 σ 1 M 1 = ( σ11 σ 1 ) σ R a θ 0 Ω σ 11 σ 1 T n 1

13 7 Notions de lois de comportement De manière générale, une loi de comportement relie σ, ε et certaines autres variables et/ou vitesses ( ε, T, T,... ). Une loi de comportement introduit une spécificité par rapport au matériau et implique une relation universelle valable en tout repère. 7.1 Exemples simples de comportement en milieu fluide La loi de comportement en milieu fluide relie σ et D. Fluide Newtonien : σ i j = Pδ i j +λd kk δ i j +µd i j avec P = f (ρ,t ) la pression absolue λ et µ coefficients de viscosité ρ masse volumique Fluide Newtonien : λ et µ indépendants de D. Fluide incompressible visqueux : D kk = 0 = σ i j = Pδ i j + µd i j avec d déviateur de D Fluide incompressible non visqueux (dit parfait ou pascalien : µ = 0 et D kk = 0 = σ i j = Pδ i j 7. Elasticité linéaire isotrope dans les solides 7..1 Loi de comportement générale A partir de l inégalité de Clausius-Duhem issue des deux principes de la thermodynamique, on a : σ i j εi j = W + Φ avec σ i j εi j la puissance fournie W la puissance stockée (potentiel élastique) Φ la puissance dissipée De cette inégalité dans le cas d une transformation élastique linéaire, on déduit l expression générale de la loi d élasticité : σ i j = A i jkl ε kl σ = Aε avec A le tenseur d élasticité (ou de rigidité) ε i j = i jkl σ kl ε = σ avec le tenseur de souplesse : = A 1 A et sont des tenseurs du 4 e ordre. Propriétés de A : ymétrie de A : A i jkl = A kli j ymétrie de σ : σ i j = A i jkl ε kl = σ ji = A jikl ε kl = A i jkl = A jikl ymétrie de σ : σ i j = A i jkl ε kl = A i jlk ε lk = A i jkl = A i jlk Ces propriétés sont identiques pour. σ 11 A 1111 A 11 A 1133 A 113 A 1113 A 111 ε 11 σ A 11 A A 33 A 3 A 13 A 1 ε Représentation de la loi en notation ingénieur : σ 33 σ 3 = A 3311 A 33 A 3333 A 333 A 3313 A 331 A 311 A 3 A 333 A 33 A 313 A 31 ε 33 ε 3 σ 13 A 1311 A 13 A 1333 A 133 A 1313 A 131 ε 13 σ 1 A 111 A 1 A 133 A 13 A 113 A 11 ε 1 Notion d isotropie : Physiquement, l anisotropie est le fait qu un matériau ne répond pas de la même façon selon la direction d une même sollicitation. Elle peut être naturelle ou artificielle (issue d une industrie humaine). Mécaniquement, cela correspond à la dépendance du repère choisi. i anisotropie, on a alors A i jkl = Q imq jn Q kp Q lq A mnpq Pour un matériau isotrope, A est invariant : A i jkl = Q im Q jn Q kp Q lq A mnpq 7.. Cas d un matériau isotrope Loi de comportement : Pour répondre à la condition d isotropie, le tenseur d élasticité est de la forme : A i jkl = λδ i j δ kl + µ ( ) δ ik δ jl + δilδ jk avec λ et µ les coefficients de Lamé. Expression des contraintes : σ i j = λε kk δ i j + µε i j Expression des déformations : ε i j = 1 µ σ λ i j µ(3λ + µ) σ kkδ i j 13

14 Application en tension/compression hydrostatique : σ = σ σ 0 ε = ε ε 0 = σ =(3λ + µ)ε 0 0 σ 0 0 ε 3λ + µ On introduit alors le module de rigidité à la compression : K = 3 Glissement simple : σ = 0 σ γ σ ε = γ = σ 1 = µγ 1 De fait, µ est appelé module de cisaillement. Traction simple : σ = σ ε = ε λ + µ ε 11 = 0 ε 0 = µ(3λ + µ) σ 11 λ ε 33 ε = µ(3λ + µ) σ 11 3λ + µ On identifie le module de Young ou d élasticité E = 3 le coefficient de Poisson ν = ε λ = ε 11 (λ + µ) Nouvelle expression de la loi d élasticité isotrope : ε i j = 1 + ν E σ i j ν E σ kkδ i j 14

15 8 Application à un cas de traction uniaxiale 8.1 Données du problème On considère une poutre droite de section quelconque. Cette poutre subit une traction uniaxiale F e 3. on matériau est considéré isotrope, élastique, linéaire (coefficients E et ν). on poids propre est négligé. G centre de gravité et centre géométrique de la section : x 1 d = x d = Résolution du problème On considère a priori que σ = σ 11 σ 1 σ 13 σ 1 σ σ 3 σ 13 σ 3 σ Expression des conditions aux limites urface de coupe : Equilibre des forces : T d = F e 3 En projection : σ 13 d = 0 σ 3 d = 0 σ 33 d = F urface latérale : n = n 1 n T i = σ i j n j = 0 = 0 Equilibre des moments : GM T d = 0 avec GM = x 1 x 0 En projection : x σ 33 d = 0 x 1 σ 33 d = 0 (x 1 σ 3 x σ 13 )d = 0 σ 11 n 1 + σ 1 n = 0 σ 1 n 1 + σ n = 0 σ 13 n 1 + σ 3 n = Détermination des contraintes A priori, on a donc σ = σ 33 Equations d équilibre interne : En posant l hypothèse quasi-statique ( γ = 0 ) et en négligeant le poids propre ( f = 0), on pose les équations d équilibre interne : div(σ) = 0. Ici, les équations se réduisent à σ 33 x 3 = 0 donc σ 33 est une constante. On obtient que σ 33 = F d après l équilibre des forces sur la section de coupe. Comme σ 33 = F satisfait toutes les équations, c est la solution attendue Calcul des déformations ε i j = 1 + ν E σ i j ν E σ kkδ i j = σ 33 ν ν 0 avec σ 33 = F E

16 8..4 Calcul des déplacements à une constante près Avec l HPP, on a ε i j = 1 ( ui + u ) j x j x i ε 11 = u 1 = ν σ 33 u 1 = u 1 = ν σ 33 x 1 E Ainsi, ε = u 1 = ν σ x 1 E x 1 + ϕ 1 (x,x 3 ) 33 = u = u 1 = ν σ 33 x 1 E u 1 ε 33 = = σ x 1 E x + ϕ (x 1,x 3 ) 33 u 1 u 3 = = σ 33 x 1 E x 1 E x 3 + ϕ 3 (x 1,x ) u 1 + u ϕ 1 = 0 ε 1 = 0 x x 1 u et ε 13 = 0 = 1 + u 3 ϕ = 0 = 1 ε 3 = 0 x 3 x 1 u + u 3 ϕ = 0 x 3 x x + ϕ x 1 = 0 x 3 + ϕ 3 x 1 = 0 x 3 + ϕ 3 x = 0 16

Mécanique des Matériaux Solides (EMP3122)

Mécanique des Matériaux Solides (EMP3122) Mécanique des Matériaux Solides (EMP3122) Georges Cailletaud Centre des Matériaux Ecole des Mines de Paris/CNRS Cinématique et statique en petites déformations Déplacement déformation Le tenseur de déformation

Plus en détail

Ecole thématique Méthodes Asymptotiques en Mécanique Quiberon septembre Méthodes asymptotiques pour les structures minces

Ecole thématique Méthodes Asymptotiques en Mécanique Quiberon septembre Méthodes asymptotiques pour les structures minces Ecole thématique Méthodes Asymptotiques en Mécanique Quiberon 16-22 septembre 2012 Méthodes asymptotiques pour les structures minces Olivier MILLET Collaborations : A. Cimetière, A. Hamdouni, E. Sanchez-Palencia,

Plus en détail

Équations de Navier-Stokes

Équations de Navier-Stokes Chapitre 8 Équations de Navier-Stokes O. Thual, 26 mai 2013 Sommaire 1 Fluides newtoniens................... 2 1.1 Rhéologie des fluides newtoniens........... 2 1.2 Conditions aux limites................

Plus en détail

Mécanique des milieux continus

Mécanique des milieux continus Mécanique des milieux continus Séance 3 : Déformations Guilhem MOLLON GEO3 2012-2013 Plan de la séance A. Tenseur gradient B. Dilatations, glissements, déformations C. Déplacements D. Description eulérienne

Plus en détail

Mécanique des milieux continus

Mécanique des milieux continus Mécanique des milieux continus Séance 4 : Calcul pratique des déformations Guilhem MOLLON GEO3 2012-2013 Plan de la séance A. Hypothèse des petites perturbations B. Tenseur des déformations linéarisées

Plus en détail

PC - Cinématique des fluides

PC - Cinématique des fluides PC - Cinématique des fluides Les lois de la mécanique des fluides sont complexes. Une analyse aérodynamique d un système mécanique réel (voiture, aile d avion...) donne souvent lieu à des simulations numériques

Plus en détail

Éléments de Calcul Tensoriel

Éléments de Calcul Tensoriel Éléments de Calcul Tensoriel I Les Tenseurs II Les Opérateurs Différentiels J.C. Charmet 00 I Les Tenseurs I1 Définition des Tenseurs I Opérations sur les Tenseurs I3 Symétrie et Antisymétrie I4 Tenseurs

Plus en détail

Mécanique des Fluides

Mécanique des Fluides Mécanique des Fluides Franck Nicoud I3M franck.nicoud@univ-montp2.fr 1 Définition 1. Fluide: c est un milieu infiniment déformable sous l effet de forces constantes en temps. Il peut être compressible

Plus en détail

Chapitre X : Torseurs

Chapitre X : Torseurs Chapitre X : Torseurs de : Après une étude attentive de ce chapitre, vous serez capable définir une application linéaire symétrique ou antisymétrique définir la matrice d une application linéaire et de

Plus en détail

MODELES RHEOLOGIQUES

MODELES RHEOLOGIQUES Département Géotechnique DIAPOSITIVES ILLUSTRANT LE COURS DE MECANIQUE DES ROCHES MODELES RHEOLOGIQUES D. HANTZ 202 .. MODELES RHEOLOGIQUES D ELEMENTAIRES Modèle Symbole Réponse à l'application d'une force

Plus en détail

Exercice 1 : Exercice 2 :

Exercice 1 : Exercice 2 : Exercice 1 : On considère un point M appartenant à une digue en terre (Figure ci-dessous). Ce point est sollicité par un effort surfacique p. n, d autre part, on a mesuré la valeur de la contrainte normale

Plus en détail

Le problème de la turbulence 2D est celui de la dynamique d un fluide gouverné par les équations de Navier-Stokes 2D :

Le problème de la turbulence 2D est celui de la dynamique d un fluide gouverné par les équations de Navier-Stokes 2D : Chapitre 3 ynamique de la vorticité Introduction Un certain nombre d alignements remarquables entre la direction de la vorticité et les directions propres de la matrice d étirement, d une part et de la

Plus en détail

Objectifs : vers un rappel... vers un départ intuitif... presque!

Objectifs : vers un rappel... vers un départ intuitif... presque! Chapitre Un : Objectifs Objectifs : vers un rappel... vers un départ intuitif... presque! Comment définit-on un fluide? Écoulement : définition et classification Cinématique de fluide et descriptions de

Plus en détail

Formation à la Modélisation et à l Identification du Comportement Mécanique des Matériaux

Formation à la Modélisation et à l Identification du Comportement Mécanique des Matériaux Formation à la Modélisation et à l Identification du Comportement Mécanique des Matériaux OBJECTIF Il s agit ici de mécanique appliquée aux matériaux : métaux et alliages, polymères, céramiques et composites.

Plus en détail

Compléments mathématiques et notations

Compléments mathématiques et notations Compléments mathématiques et notations 1 Variations, dérivées et approximations Valeurs approchées : notation On utilise plusieurs notations pour exprimer que deux variables ou valeurs sont proches sans

Plus en détail

Analyse du comportement non linéaire des structures par la méthode des éléments finis. Christian Rey

Analyse du comportement non linéaire des structures par la méthode des éléments finis. Christian Rey Analyse du comportement non linéaire des structures par la méthode des éléments finis Christian Rey christian.rey@safran.fr Mastère Spécialisé Design des Matériaux et des Structures DMS 1 1 Plan du cours

Plus en détail

Mécanique Chapitre 1 : Cinématique du point matériel

Mécanique Chapitre 1 : Cinématique du point matériel Lycée François Arago Perpignan M.P.S.I. 2012-2013 Mécanique Chapitre 1 : Cinématique du point matériel On se place dans le cadre de la mécanique classique (newtonienne) qui convient très bien pour expliquer

Plus en détail

Cadre de travail Amphi 4 Hypothèse des petites perturbations : Evolution quasi-statique : Evolution isotherme :

Cadre de travail Amphi 4 Hypothèse des petites perturbations : Evolution quasi-statique : Evolution isotherme : 1 Rupture et Plasticité Plan du cours Comportements non linéaires des matériaux solides : Amphi 1 Rupture fragile : Singularités de contrainte et ténacité des matériaux : Amphi 2 Analyse énergétique de

Plus en détail

Contraintes dans les corps célestes

Contraintes dans les corps célestes Contraintes dans les corps célestes L objectif du problème est de déterminer en chaque point matériel d un corps les contraintes engendrées par les interactions gravitationnelles avec les autres points

Plus en détail

Géométrie dans l espace

Géométrie dans l espace Géométrie dans l espace I Modes de repérage dans l espace 1 I.A Coordonnées cartésiennes...................... 1 I.B Coordonnées cylindriques...................... 2 I.C Coordonnées sphériques.......................

Plus en détail

Mécanique fondamentale

Mécanique fondamentale Chapitre 1 Mécanique fondamentale CURS Ce cours a pour objet de donner aux étudiants en PAES les outils indispensables àlaréussite de leurs concours. Nous avons donc privilégié systématiquement l aspect

Plus en détail

Avant-propos 3. 1 Principes fondamentaux Conservation de la masse Le fluide newtonien Dissipation d énergie...

Avant-propos 3. 1 Principes fondamentaux Conservation de la masse Le fluide newtonien Dissipation d énergie... Table des matières Avant-propos 3 1 Principes fondamentaux 15 1.1 Conservation de la masse......................... 16 1.2 Équation du mouvement.......................... 16 1.3 Le fluide newtonien.............................

Plus en détail

Rappels de Mathématiques (suite du chapitre 1)

Rappels de Mathématiques (suite du chapitre 1) Université A. Mira de Béjaia, Département de Génie Civil Cours d Elasticité 2008/2009 4 ème Année et Master I Rappels de Mathématiques (suite du chapitre 1) A. Seghir http://www.freewebs.com/seghir Table

Plus en détail

Qu est-ce qu un tenseur?

Qu est-ce qu un tenseur? Qu est-ce qu un tenseur? On connait les : - scalaire (ex : norme X, produit scalaire e 1.X,...) - vecteur V = V 1 e 1 +V 2 e 2 +V 3 e 3 = V i e i ( sommation sur les indices repétés! ) Pratique : matrice

Plus en détail

Lois de comportement mécanique en grandes transformations

Lois de comportement mécanique en grandes transformations Lois de comportement mécanique en grandes transformations avec mfront www.cea.fr T. Helfer Sommaire Introduction Quelques exemples Notions préliminaires Que propose Cast3M? Que propose mfront? Approches

Plus en détail

Chap.1 Cinématique des fluides

Chap.1 Cinématique des fluides Chap.1 Cinématique des fluides 1. Notions mathématiques nécessaires à la mécanique des fluides 1.1. Rappels sur les différentielles 1.2. Opérateurs d analyse vectorielle 2. Description d un fluide en mouvement

Plus en détail

Cinématique du point

Cinématique du point Notes de Cours PS 91 Cinématique du point La cinématique du point est l étude du mouvement d un point matériel indépendamment des causes de ce mouvement. En pratique l approximation du point matériel peut

Plus en détail

Cinématique des solides

Cinématique des solides Cinématique des solides 1- Positions Définir une position n a un sens que si l on précise par rapport à quoi se réfère cette position. Le référent est un repère ou un solide. Pour définir une position

Plus en détail

Chap.1 Cinématique du point matériel

Chap.1 Cinématique du point matériel Chap.1 Cinématique du point matériel 1. Point matériel et relativité du mouvement 1.1. Notion de point matériel 1.2. Relativité du mouvement - Notion de référentiel 1.3. Trajectoire dans un référentiel

Plus en détail

THERMODYNAMIQUE-DIFFUSION

THERMODYNAMIQUE-DIFFUSION Spé y 3-4 Devoir n THERMODYNAMIQUE-DIFFUSION On étudie la compression ou la détente d un ga enfermé dans un récipient. Lorsque le bouchon se déplace, le volume V occupé par le ga varie. L atmosphère est

Plus en détail

MATHÉMATIQUES II. Soit IP le plan vectoriel IR 2 muni du produit scalaire usuel et orienté par la base

MATHÉMATIQUES II. Soit IP le plan vectoriel IR 2 muni du produit scalaire usuel et orienté par la base MATHÉMATIQUES II Soit IP le plan vectoriel IR 2 muni du produit scalaire usuel et orienté par la base canonique (, ij) On notera o = (,) 00 l origine du plan Tout élément ( xy, ) de IP peut s interpréter

Plus en détail

1 Historique. 1.1 Résistance des solides. 1.2 Relation contrainte-déformation

1 Historique. 1.1 Résistance des solides. 1.2 Relation contrainte-déformation ÉLASTICITÉ 1 Historique 1.1 Résistance des solides Il semble que les premières analyses mathématiques de la résistance des solides à la rupture aient été faites par Galilée (1564-1642) dans son ouvrage

Plus en détail

5 Les Équations de Navier-Stokes

5 Les Équations de Navier-Stokes n A S(t) Figure 24: Le volume matériel. 5 Les Équations de Navier-Stokes 5.1 Vecteur contrainte Supposons qu un ensemble de particules de fluide occupe un volume ayant pour frontière fermée S(t) avec comme

Plus en détail

TORSION. I.2 : Hypothèse sur le système des forces extérieures appliquées et sur les déformations qui en résultent:

TORSION. I.2 : Hypothèse sur le système des forces extérieures appliquées et sur les déformations qui en résultent: 1 TORSION Définition: La torsion est un mode de charge telle que dans les sections droites de la barre, seul apparaît un moment de torsion. Les autres facteurs de forces (Moment fléchissant, force normale

Plus en détail

Chap.2 Dynamique des fluides visqueux Equations locales

Chap.2 Dynamique des fluides visqueux Equations locales Chap.2 Dynamique des fluides visqueux Equations locales 1. Préalable mathématique : laplaciens 1.1. Laplacien d un champ scalaire 1.2. Laplacien d un champ vectoriel 2. Forces exercées sur une particule

Plus en détail

Formulaire de Mécanique appliquée

Formulaire de Mécanique appliquée Formulaire de Mécanique appliquée Ce formulaire est un document de travail. Il ne peut en aucun cas remplacer le cours de mécanique. Tout le référentiel de mécanique ne s y trouve pas. (mécanique graphique,

Plus en détail

INTRODUCTION A LA MECANIQUE ANALYTIQUE...9

INTRODUCTION A LA MECANIQUE ANALYTIQUE...9 TABLE DES MATIERES Préface, Avant-Propos...3 Chapitre I INTRODUCTION A LA MECANIQUE ANALYTIQUE...9 1. Historique... 9 1.1. Cadre de la mécanique classique...9 1.2. Le Principe Fondamental de la Dynamique...9

Plus en détail

Une équation fondamentale en mécanique des fluides : l équation de Navier - Stokes

Une équation fondamentale en mécanique des fluides : l équation de Navier - Stokes Une équation fondamentale en mécanique des fluides : l équation de Navier - Stokes Une équation fondamentale en mécanique des fluides : l équation de Navier - Stokes Les diverses couches d'un fluide en

Plus en détail

PLAN DE LECON DYNAMIQUE

PLAN DE LECON DYNAMIQUE PLAN DE LECON DYNAMIQUE Objectifs spécifiques : A la fin de la séance l étudiant doit être capable de : Déterminer le torseur Dynamique d un solide en mouvement par rapport à un repère. Appliquer le principe

Plus en détail

Algèbre tensoriel et élasticité linéaire

Algèbre tensoriel et élasticité linéaire Algèbre tensoriel et élasticité linéaire Marc François ا$#"! Algèbre Univ. de Bonn = u i v i Base canonique Rappels : est la base vectorielle orthonormée Pour un vecteur : ~u =(~u. ~e i )~e i = u i ~e

Plus en détail

Guilhem MOLLON. Polytech Grenoble Département Géotechnique, Troisième année Edition 1, V1.11

Guilhem MOLLON. Polytech Grenoble Département Géotechnique, Troisième année Edition 1, V1.11 INTRODUCTION A LA MECANIQUE DES MILIEUX CONTINUS PARTIE 1 Guilhem MOLLON Polytech Grenoble Département Géotechnique, Troisième année Edition 1, 2012-2013 V1.11 Table des matières Table des matières 2 Avertissement

Plus en détail

INTEGRALES DE SURFACES

INTEGRALES DE SURFACES INTEGRALES DE SURFACES P. Pansu November 1, 4 1 Surfaces paramétrées Définition 1 Une surface paramétrée dans l espace, cela consiste à se donner trois fonctions définies sur un domaine D du plan, x s

Plus en détail

1. Sur un schéma représentez la force gravitationnelle exercée par la Terre (masse M T ) sur un satellite S (masse m S ) situé à la distance r de son

1. Sur un schéma représentez la force gravitationnelle exercée par la Terre (masse M T ) sur un satellite S (masse m S ) situé à la distance r de son Physique TC 1 Correction 1. Sur un schéma représentez la force gravitationnelle exercée par la Terre (masse M T ) sur un satellite S (masse m S ) situé à la distance r de son centre. 2. Proposer une expression

Plus en détail

Mécanique des milieux continus solides et fluides

Mécanique des milieux continus solides et fluides Mécanique des milieux continus solides et fluides Séance 2 Emmanuel Plaut, Sébastien Allain, Lucile Dézerald, Mathieu Jenny, Matthieu Gisselbrecht & Jean-Sébastien Kroll 1 Retour sur l analyse tensorielle

Plus en détail

Mécanique des milieux continus

Mécanique des milieux continus Mécanique des milieux continus François Sidoroff To cite this version: François Sidoroff. Mécanique des milieux continus. 1980, pp.166. École d ingénieur. École Centrale de Lyon, HAL Id:

Plus en détail

Cours : SIMILITUDES PLANES.

Cours : SIMILITUDES PLANES. A la fin de ce chapitre vous devez être capable de : définir une similitude plane à partir de la conservation des rapports des distances. en déduire la définition du rapport de similitude. faire le lien

Plus en détail

MECA 1901 Mécanique des milieux continus -

MECA 1901 Mécanique des milieux continus - MECA 1901 Mécanique des milieux continus - Notes de cours Professeur François Dupret Septembre 2008 Transparents 1 Chapitre 1 Introduction, concepts de base, calcul tensoriel 1 Espace-temps en physique

Plus en détail

ENSTA - COURS MS 204 DYNAMIQUE DES SYSTÈMES MÉCANIQUES : ONDES ET VIBRATIONS

ENSTA - COURS MS 204 DYNAMIQUE DES SYSTÈMES MÉCANIQUES : ONDES ET VIBRATIONS ENSTA - COURS MS 204 DYNAMIQUE DES SYSTÈMES MÉCANIQUES : ONDES ET VIBRATIONS Amphi 6 RAPPEL Mise en ligne des documents : PC 5 : Les fichiers.m matlab dont le corrigé : TD5d.m: http://www.ensta-paristech.fr/

Plus en détail

PC - Effet des forces de viscosité sur l écoulement d un fluide newtonien

PC - Effet des forces de viscosité sur l écoulement d un fluide newtonien PC - Effet des forces de viscosité sur l écoulement d un fluide newtonien Figure 1 Ecoulement d eau à la sortie d un robinet Figure 2 Un surfeur 1 Forces de viscosité 1.1 Contraintes tangentielles dans

Plus en détail

MΔ(F ) = F d CHAPITRE 7 : «FORCES, COUPLES, MOMENTS, TRAVAUX ET ENERGIES DANS LE TRANSPORT»

MΔ(F ) = F d CHAPITRE 7 : «FORCES, COUPLES, MOMENTS, TRAVAUX ET ENERGIES DANS LE TRANSPORT» CHAPITRE 7 : «FORCES, COUPLES, MOMENTS, TRAVAUX ET ENERGIES DANS LE TRANSPORT» Introduction : Ce chapitre a pour but de relier les concepts de forces et couples de forces (causes des mouvements) appliquées

Plus en détail

Vincent Pilaud Kholles de mathématiques 8 novembre 2005 MP* - Lycée Charlemagne - Paris a 0 a 1...,a n V (a 0,...

Vincent Pilaud Kholles de mathématiques 8 novembre 2005 MP* - Lycée Charlemagne - Paris a 0 a 1...,a n V (a 0,... Vincent Pilaud Kholles de mathématiques 8 novembre 2005 MP* - Lycée Charlemagne - Paris Algèbre linéaire 1 Déterminants Exercice [Van Der Monde] 1 Soient a 0,,a n K Calculer 1 1 1 a 0 a 1,a n V (a 0,,a

Plus en détail

1 Comportement élastique et limite d élasticité

1 Comportement élastique et limite d élasticité ECOLE DES MINES DE PARIS MASTERE COMADIS 8 janvier 27, 9h-12h Cours : LOIS DE COMPORTEMENT NON LINEAIRES TORSION ELASTOPLASTIQUE D UNE BARRE A SECTION CIRCULAIRE On étudie le développement de la plasticité

Plus en détail

Documents de Physique-Chimie M. MORIN

Documents de Physique-Chimie M. MORIN 1 Afin de décrire le mouvement d un solide, il faut : Thème : Lois et modèles Partie : Temps, mouvement et évolution. Cours 16 : Cinématique - Mouvement d un point au cours du temps. Comment décrire le

Plus en détail

Mouvement d un solide en rotation autour d un axe fixe

Mouvement d un solide en rotation autour d un axe fixe Mouvement d un solide en rotation autour d un axe fixe II. Moment cinétique scalaire d un solide en rotation autour d un axe fixe 1. Moment cinétique d un point matériel par rapport à un point On appelle

Plus en détail

IV CINEMATIQUE DU SOLIDE

IV CINEMATIQUE DU SOLIDE IV CINEMATIQUE DU OLIDE La cinématique du solide concerne l étude du mouvement des solides supposés indéformables. Elle tient une place importante dans les applications quotidiennes de la mécanique. 1.

Plus en détail

Propagation des ondes électromagnétiques

Propagation des ondes électromagnétiques Ondes Électromagnétiques Propagation des ondes électromagnétiques 1 Equation d onde 1.1 Préliminaires On va ici étudier des signaux variant sinusoïdalement dans le temps, on utilisera donc la notation

Plus en détail

Une approche mécanicienne de la gravitation

Une approche mécanicienne de la gravitation Une approche mécanicienne de la gravitation Mayeul Arminjon Laboratoire 3S (Sols, Solides, Structures), Journées des doctorants, Autrans, 6 mai 2004 Une approche mécanicienne de la gravitation 1 Plan Gravitation

Plus en détail

Chapitre 4 : Méthode des moindres carrés

Chapitre 4 : Méthode des moindres carrés Chapitre 4 : Méthode des moindres carrés Table des matières 1 Introduction 2 11 Généralités 2 12 Notion de modèle et de regression linéaire multiple 2 2 Critère des moindres carrés - formulation 2 21 Critère

Plus en détail

Université Paris-Dauphine Ceremade. Introduction aux méthodes particulaires. François BOLLEY

Université Paris-Dauphine Ceremade. Introduction aux méthodes particulaires. François BOLLEY Université Paris-Dauphine Ceremade o Introduction aux méthodes particulaires o François BOLLEY I - Les équations d Euler incompressibles : modèle macroscopique, particules déterministes II - L équation

Plus en détail

Equations de conservation

Equations de conservation Chapitre 2 Equations de conservation Les équations de conservation associées aux lois constitutives sont les outils du mécanicien des fluides, elles contiennent l ensemble des connaissances nécessaires

Plus en détail

Concours National Commun d admission aux Grandes Écoles d Ingénieurs ou assimilées Session 2007

Concours National Commun d admission aux Grandes Écoles d Ingénieurs ou assimilées Session 2007 ROYAUME DU MAROC Ministère de l Éducation Nationale, de l Enseignement Supérieur, de la Formation des Cadres et de la Recherche Scientifique Présidence du Concours National Commun École Supérieure d Électricité

Plus en détail

Mécanique et Thermodynamique galiléenne des milieux continus. 1 Chapitre 1 : Gravitation et tenseurs affines en Mécanique galiléenne

Mécanique et Thermodynamique galiléenne des milieux continus. 1 Chapitre 1 : Gravitation et tenseurs affines en Mécanique galiléenne 5ème Ecole d Eté de Mécanique Théorique de Quiberon, 11-17 septembre 2016 Mécanique et Thermodynamique galiléenne des milieux continus Géry de Saxcé Laboratoire de Mécanique de Lille, FRE CNRS 3723, Université

Plus en détail

Résistance des matériaux Cours et exercices corrigés

Résistance des matériaux Cours et exercices corrigés Résistance des matériaux Cours et exercices corrigés La Résistance des matériaux RDM est une partie de la mécanique des solides. Elle s intéresse à l étude, de manière théorique, de la réponse mécanique

Plus en détail

CHAPITRE I Oscillations libres non amorties Système à un degré de liberté CHAPITRE I

CHAPITRE I Oscillations libres non amorties Système à un degré de liberté CHAPITRE I Page1 CHAPITRE I Oscillations libres non amorties : Système à un degré de liberté I.1 Généralités sur les vibrations I.1.1 Mouvement périodique : Définition : C est un mouvement qui se répète à intervalles

Plus en détail

1. Produit Scalaire sur E

1. Produit Scalaire sur E Espaces vectoriels préhilbertiens et euclidiens 4 - Sommaire. Produit Scalaire.. Forme bilinéaire symétrique.......... Forme quadratique associée......... Forme quadratique définie positive.....4. Produit

Plus en détail

Relation de comportement élastique non linéaire en grands déplacements

Relation de comportement élastique non linéaire en grands déplacements Titre : Relation de comportement élastique non linéaire en[...] Date : 21/09/2009 Page : 1/8 Relation de comportement élastique non linéaire en grands déplacements Résumé : On se propose de décrire ici

Plus en détail

Une introduction aux poutres planes

Une introduction aux poutres planes Une introduction aux poutres planes Principe des travaux virtuels Poutres homogènes planes Géométrie et chargement Equilibre Lois de comportement Poutres composites Efforts extérieurs et déplacements imposés

Plus en détail

G.P. DNS03 Septembre 2011

G.P. DNS03 Septembre 2011 DNS Sujet Secousses en mécanique...1 I.Première modélisation...2 II.Une modélisation plus réaliste...2 A.Phase de non glissement...2 B.Phase de glissement...3 Tunnel terrestre...4 I.Étude préliminaire...4

Plus en détail

Matrices symétriques réelles. Exercice 2 Le produit de deux matrices symétriques réelles est-il symétrique? R n = ker (u) Im (u)

Matrices symétriques réelles. Exercice 2 Le produit de deux matrices symétriques réelles est-il symétrique? R n = ker (u) Im (u) Matrices symétriques réelles 1 Préliminaires On se place dans (R n, ) euclidien, le produit scalaire canonique étant défini par : (x, y) R n R n, x y = t x y = x k y k On note : M n (R) l algèbres des

Plus en détail

CHAPITRE III : DYNAMIQUE DES FLUIDES PARFAITS INCOMPRESSIBLES

CHAPITRE III : DYNAMIQUE DES FLUIDES PARFAITS INCOMPRESSIBLES CHAPITRE III : DYNAMIQUE DE FLUIDE PARFAIT INCOMPREIBLE Pré-requis : Généralités sur les fluides et l hydrostatique. Théorème de l énergie cinétique Objectifs spécifiques : A la fin de ce chapitre l étudiant

Plus en détail

Module P4 Propriétés mécaniques de la matière

Module P4 Propriétés mécaniques de la matière 4 Juin 2007 Module P4 Propriétés mécaniques de la matière Durée de l'épreuve: 3 heures Documents interdits Calculatrice autorisée Les trois exercices sont indépendants Exercice I 1) La figure 1 présente

Plus en détail

b) Montrer que la condition (iii) (voir cours) a bien un sens et q elle est

b) Montrer que la condition (iii) (voir cours) a bien un sens et q elle est Université Chouaib Doukkali Faculté des Sciences Département de Mathématiques El Jadida A. Lesfari lesfariahmed@yahoo.fr http://lesfari.com Exercices d Algèbre et Géométrie Exercice 1. Soit E un espace

Plus en détail

SOMMAIRE NOTIONS FONDAMENTALES 1

SOMMAIRE NOTIONS FONDAMENTALES 1 SOMMAIRE NOTIONS FONDAMENTALES 1 OBJECTIFS POURSUIVIS 1 NOTION DE TEMPERATURE 2 NOTION DE CHALEUR 3 DÉFINITIONS 3 ECHANGE DE CHALEUR À TRAVERS UNE SURFACE 3 UNITÉS SI ET UNITÉS PRATIQUES 4 EXEMPLES DE

Plus en détail

Physique année Corrigé du DS commun de physique n 5 - Ondes mécaniques. v z (x, z, t) = (z + h) v x x

Physique année Corrigé du DS commun de physique n 5 - Ondes mécaniques. v z (x, z, t) = (z + h) v x x Classes de PC, PC*1 et PC*2 1 Janson de Sailly Corrigé du DS commun de physique n 5 - Ondes mécaniques 1 Ondes dans l océan 1.1 Ondes de gravité en eaux peu profondes 1. Les ondes étudiées sont décrites

Plus en détail

VI CISAILLEMENT SIMPLE

VI CISAILLEMENT SIMPLE VI CISAILLEMENT SIMPLE Il existe de nombreux dispositifs utilisant la sollicitation de cisaillement (outils, cisailles, poinçons ). Le cisaillement simple correspond dans la pratique à une sollicitation

Plus en détail

Objectifs d apprentissage du chapitre 1 Physique et mécaniques, analyse dimensionnelle et ordres de grandeur

Objectifs d apprentissage du chapitre 1 Physique et mécaniques, analyse dimensionnelle et ordres de grandeur Objectifs d apprentissage du chapitre 1 Physique et mécaniques, analyse dimensionnelle et ordres de grandeur Principes de la démarche scientifique Cadre d étude de la physique Définition des mécaniques

Plus en détail

Simulation numérique à l échelle macroscopique par la méthode des éléments finis

Simulation numérique à l échelle macroscopique par la méthode des éléments finis Simulation numérique à l échelle macroscopique par la méthode des éléments finis F. Pigeonneau Surface du Verre et Interfaces, UMR 125 CNRS/Saint-Gobain, France Plan 1. Introduction 2. Quelques équations

Plus en détail

Chap.3 Circulation du champ électrostatique Potentiel, et énergie potentielle électrostatique

Chap.3 Circulation du champ électrostatique Potentiel, et énergie potentielle électrostatique Chap.3 Circulation du champ électrostatique Potentiel, et énergie potentielle électrostatique 1. Notions de gradient, et de circulation d un champ vectoriel 1.1. Gradient d un champ scalaire 1.2. Circulation

Plus en détail

Opérateurs différentiels

Opérateurs différentiels Master Dynamique terrestre et risques naturels Mathématiques pour géologues Opérateurs différentiels On étudie en géosciences des fonctions scalaires des coordonnées d espace, comme la température, ou

Plus en détail

G.P. DNS07 Novembre 2012

G.P. DNS07 Novembre 2012 DNS Sujet Isolation thermique d'un tube vaporisateur...1 I.Transfert thermique dans un milieu homogène...1 II.Transferts thermiques pour un tube...2 A.Conduction ou diffusion...2 B.Conducto-convection...3

Plus en détail

Chapitre 2 : Introduction à la mécanique du point

Chapitre 2 : Introduction à la mécanique du point UNIVERSITE DES SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LILLE U.F.R. de Mathématiques Pures et Appliquées Département de Mécanique Chapitre 2 : Introduction à la mécanique du point Introduction : la mécanique classique

Plus en détail

Polytechnique Montréal Département des génies civil, géologique et des mines

Polytechnique Montréal Département des génies civil, géologique et des mines Polytechnique Montréal Département des génies civil, géologique et des mines CIV2310 MÉCANIQUE DES FLUIDES EXAMEN FINAL Hiver 2014 Date : 2 mai 2014 Heure : 13h30 à 16h00 (durée: 2h30) Pondération : 55%

Plus en détail

Jour n 1. Mouvement d un satellite dans un champ gravitationnel. Lois de Kepler. Démonstration de la deuxième et de la troisième.

Jour n 1. Mouvement d un satellite dans un champ gravitationnel. Lois de Kepler. Démonstration de la deuxième et de la troisième. Jour n Question de cours Mouvement d un satellite dans un champ gravitationnel Lois de Kepler Démonstration de la deuxième et de la troisième Exercice On considère une onde électromagnétique plane progressive

Plus en détail

Exercice I.1 Montrer que la somme de vecteurs et le produit d un vecteur par un nombre réel donnent à IR 3 une structure d espace vectoriel sur IR.

Exercice I.1 Montrer que la somme de vecteurs et le produit d un vecteur par un nombre réel donnent à IR 3 une structure d espace vectoriel sur IR. Exercices avec corrigé succinct du chapitre 1 (Remarque : les références ne sont pas gérées dans ce document, par contre les quelques?? qui apparaissent dans ce texte sont bien définis dans la version

Plus en détail

Rappel de calcul différentiel

Rappel de calcul différentiel Calcul différentiel et géométrie Année 008-009 ENS Cachan Vincent Beck Différentiabilité. Rappel de calcul différentiel Exercice 1 Exemples et contre-exemples. a) Étudier suivant les valeurs de α > 0,

Plus en détail

TD 4 - CI-3 : PRÉVOIR ET VÉRIFIER LES PERFOR-

TD 4 - CI-3 : PRÉVOIR ET VÉRIFIER LES PERFOR- TD 4 - CI-3 : PRÉVOIR ET VÉRIFIER LES PERFOR- MANCES DYNAMIQUES ET ÉNERGÉTIQUES DES SYSTÈMES. Exercice 1 : Dispositif de mesure d un moment d inertie Un solide (S 2 ) de révolution d axe (G, z 0 ) roule

Plus en détail

Quadripôles électriques

Quadripôles électriques Retour au menu! Définition des quadripôles Quadripôles électriques De nombreux circuits peuvent être représentés par une «boîte» munie de deux bornes d entrée et de deux bornes de sortie, que l on nomme

Plus en détail

Notes de cours : Physique de l état condensé. Jean-Baptiste Théou

Notes de cours : Physique de l état condensé. Jean-Baptiste Théou Notes de cours : Physique de l état condensé Jean-Baptiste Théou 30 novembre 2009 Table des matières 1 Rappel des notions de base en électromagnétisme 3 1.1 Les équations de Maxwell dans le vide en régime

Plus en détail

Chapitre 4 : Traction / Compression

Chapitre 4 : Traction / Compression Chapitre 4 : Traction / Compression Câbles 106 107 Câbles Câbles 108 109 Vérins Treillis 110 111 Treillis Treillis + Câbles 112 113 Vis Vis levage 114 Objet du chapitre Connaître les principes et être

Plus en détail

ETUDE COMPARATIVE : THEORIES DES POUTRES ET ELASTICITE ELEMENTS FINIS

ETUDE COMPARATIVE : THEORIES DES POUTRES ET ELASTICITE ELEMENTS FINIS DIMENSIONNEMENT DES STRUTURES EXERIE DE PERFETIONNEMENT SUR LES BASES DU OMPORTEMENT ELASTIQUE ET APPLIATION A LA MODELISATION DES STRUTURES PAR ELEMENTS FINIS tp-ef-poutre-fle-cis-mohr.doc/version du

Plus en détail

Principe des travaux virtuels :

Principe des travaux virtuels : Principe des travaux virtuels : ntroduction : C'est un outil puissant qui joue le même rôle que le principe fondamental de la statique (ou de la dynamique), mais qui permet une mise en œuvre des équations

Plus en détail

Montrer qu il s agit d un produit scalaire, et trouver une base orthogonale pour ce produit scalaire. (x e k ).e k

Montrer qu il s agit d un produit scalaire, et trouver une base orthogonale pour ce produit scalaire. (x e k ).e k Ex 1 Facile Soit un espace préhilbertien réel E et deux vecteurs x,y E. a) Développer l expression y 2.x (x y).y b) Retrouver l inégalité de Cauchy-Schwarz ainsi que le cas d égalité. Ex 2 Cours, à faire

Plus en détail

Ch. V DYNAMIQUE DU SOLIDE

Ch. V DYNAMIQUE DU SOLIDE Ch. V DYNAMQUE DU SOLDE Dynamique : Etude d un mouvement en tenant compte des causes qui le produisent.. Actions mécaniques Action mécanique : toute cause (force, moment) capable de provoquer le mouvement

Plus en détail

Comportements non linéaires des matériaux solides

Comportements non linéaires des matériaux solides 1 Comportements non linéaires des matériaux solides I. Variété des comportements macroscopiques II. Diversité des mécanismes microscopiques. III. Critères IV. Exemples 2 I. Variété des comportements macroscopiques

Plus en détail

Licence 3 Mathématiques - ULCO, La Mi-Voix, 2011/2012. Analyse Numérique. Fiche 7 - Calculs matriciels.

Licence 3 Mathématiques - ULCO, La Mi-Voix, 2011/2012. Analyse Numérique. Fiche 7 - Calculs matriciels. Licence 3 Mathématiques - ULCO, La Mi-Voix, 2/22 Analyse Numérique Fiche 7 - Calculs matriciels. Exercice Matrices triangulaires élémentaires Soit n N et on définit les matrices suivantes dans R n n :

Plus en détail

Déterminants. Chapitre 23. Objectifs. Plan

Déterminants. Chapitre 23. Objectifs. Plan Chapitre 23 Déterminants Objectifs Étudier le groupe des permutations de [[1n]] Définir les notions : de cycles, de transpositions, de décomposition en produit de cylces, de signature Définir les notions

Plus en détail

Espaces de dimension finie

Espaces de dimension finie [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 28 décembre 2016 Enoncés 1 Espaces de dimension finie Bases en dimension finie Dimension d un espace Exercice 1 [ 01634 ] [Correction] Soit E l ensemble des fonctions

Plus en détail

CHAPITRE II ÉVALUATION DE LA RÉSISTANCE AU CISAILLEMENT DES SOLS GCI 737 -RÉSISTANCE AU CISAILLEMENT

CHAPITRE II ÉVALUATION DE LA RÉSISTANCE AU CISAILLEMENT DES SOLS GCI 737 -RÉSISTANCE AU CISAILLEMENT CHAPITRE II ÉVALUATION DE LA RÉSISTANCE AU Introduction Sols déposés en nature On ne connaît pas la résistance. Le problème dans les sols consiste à établir cette résistance. L échantillon, les conditions

Plus en détail

h/2 Exercice 1 : élément à 3 nœuds pour la dynamique d une barre rectiligne

h/2 Exercice 1 : élément à 3 nœuds pour la dynamique d une barre rectiligne Promotion X 2006 COURS D ANALYSE DES STRUCTURES MÉCANIQUES PAR LA MÉTHODE DES ELEMENTS FINIS MEC 568) contrôle non classant 24 mars 2009, 2 heures) Documents autorisés : livre du cours ; documents et notes

Plus en détail

Lois de conservation, lois de comportement, conditions aux limites.

Lois de conservation, lois de comportement, conditions aux limites. Lois de conservation, lois de comportement, conditions aux limites. Lois de conservation Lois de comportement Conditions aux limites Consevation de la masse, de la quantité de mouvement, du moment de la

Plus en détail