M. Ben Jemaa**,S. Haddar, Z. Mnif*, J. Mnif

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "M. Ben Jemaa**,S. Haddar, Z. Mnif*, J. Mnif"

Transcription

1 IMAGERIE DES SACROILIITES INFECTIEUSES A PROPOS DE 18 CAS H. Abid, Ch. Dabbeche, S. Chaâbouni, H. Ketata*, C. Marrakchi**, M. Ben Jemaa**,S. Haddar, Z. Mnif*, J. Mnif Service de radiologie et d imagerie médicale CHU Habib Bourguiba-Sfax-Tunisie *Service de radiologie et d imagerie médicale CHU Hédi Chaker- Sfax **Service des maladies infectieuses CHU Hédi Chaker- Sfax

2 INTRODUCTION Les sacroiliites infectieuses (SII) ne représentent que 1à 4 % des infections ostéoarticulaires. La situation profonde de l articulation est à l origine d une sémiologie parfois trompeuse, responsable d un retard au diagnostic qui peut atteindre plusieurs semaines.

3 MATERIEL ET METHODES Étude rétrospective de 18 patients. Durée de l étude: 12 ans[ ] Age moyen: 32ans [ 7-70ans 70ans ] Sexe ratio:10h / 8F Imagerie réalisée: Radiographie simple: n=18 TDM: n=13 IRM: n=8

4 RESULTATS siège: unilatérale dans tous les cas: droite (n=7) gauche (n=11) Douleur et impotence fonctionnelle dans tous les cas. Mode d installation: brutal(n=11) progressif(n=5) non précisé(n=2)

5 Radiographie simple: suggestive d une sacroiliite(n=13) normale(n=5). TDM: abcès des parties molles (n=8) séquestre osseux (n=2) IRM: infiltration des parties molles(n=8) un abcès (n=3)

6 germe identifié dans 9 cas: tuberculose(n=3) brucellose(n=3) sacroiliite à pyogènes(n=2) candidose(n=1) diagnostic bactériologique réalisé par: biopsie (n=3) hémocultures (n=2) prélèvement à la porte d entrée (n=1) sérodiagnostic (n=3) Le diagnostic de sacroiliite à pyogène a été retenu sur des arguments cliniques et biologiques pour les autres cas.

7 PATIENT N AGE (ans) SEXE COTE ATTEINT MODE D INSTALLATION ABCES DES PARTIES MOLLES SEQUESTRE IDENTIFICATION DU GERME GERME 1 52 F G PROGRESSIF PROGRESSIF PONCTION D UN + - ABCES TUBERCULOSE 2 27 F G AIGU NON IDENTIFIE 3 50 F D AIGU 4 38 F G PROGRESSIF AIGU PONCTION + - BIOPSIE SOUS SCANNER PROGRESSIF PONCTION + + BIOPSIE SOUS SCANNER CANDIDA TUBERCULOSE 5 16 M G AIGU 0 NON IDENTIFIE M G NP SERODIAGNOSTIC - - BRUCELLOSE 7 13 M D AIGU 0 NON IDENTIFIE F D PROGRESSIF 0 STREPTOCOQUE F G NP 0 NON IDENTIFIE - -

8 PATIENT N AGE (ans) SEXE COTE ATTEINT MODE D INSTALLATION ABCES DES PARTIES MOLLES SEQUESTRE IDENTIFICATION DU GERME GERME F G AIGU HEMOCULTURE - - STAPHYLOCOQUE M D AIGU NON IDENTIFIE M G PROGRESSIF PROGRESSIF BIOPSIE - - CHIRURGICALE TUBERCULOSE M D AIGU 0 NON IDENTIFIE F G AIGU NON IDENTIFIE M G AIGU SERODIAGNOSTIC - + BRUCELLOSE M D AIGU 0 NON IDENTIFIE M D PROGRESSIF SERODIAGNOSTIC - - BRUCELLOSE M G AIGU AIGU PONCTION + - BIOPSIE SOUS SCANNER NON IDENTIFIE

9 ILLUSTRATION DE QUELQUES OBSERVATIONS

10 Observation 1: Patient n 6: Homme de 28 ans Douleur fessière gauche, Asthénie et fièvre contracture des muscles paravertébraux leucopénie

11 radio du bassin de face Aspect flou condensé des berges de la sacroiliaque gauche Aspect normal de la sacroiliaque droite radio du rachis lombaire de profil Pincement discal à l étage L4L5 avec ostéocondensation des plateaux vertébraux

12 Coupe IRM axiale T1 coupe IRM coronale T1FS GADO œdème médullaire diffus du versant iliaque de la sacroiliaque gauche en hyposignal T1 avec prise de contraste après Gado prise de contraste de l interligne articulaire coupe sagittale T1FS GADO prise de contraste du disque L4L5 avec épidurite antérieure

13 Sérologie de Wright: positive Diagnostic final: Sacroiliite gauche brucellienne sans collection des parties molles Spondylodiscite L4-L5 L5 associée

14 Observation 2 Patient n 15: Garçon de 14 ans installation aigue de: douleur fessière droite fièvre sueurs Radiographie du bassin de face Aspect flou des berges iliaques du coté droit

15 coupe axiale des sacro-iliaques en fenêtre osseuse coupe coronale en fenêtre osseuse Érosion localisée de la berge iliaque du pied de la sacroiliaque droite avec un petit séquestre en regard ( )

16 coupe IRM axiale T1 coupe IRM axiale T2 œdème médullaire diffus en hyposignal T1, hypersignal T2 du versant iliaque de la sacroiliaque droite avec prise de contraste intense T1 FS GADO coupe IRM axiale T1 FS GADO

17 Sérologie de Wright positive Diagnostic final: Sacroiliite brucellienne droite

18 Observation 3 Patient n 4: Femme de 38 ans Douleur fessière gauche Fièvre et altération de l état général Leucopénie, CRP +

19 Radio de face centrée sur les sacroiliaques: Ostéocondensation floue avec des érosions des berges articulaires donnant un aspect pseudo élargi ( ) de l interligne sacro-iliaque gauche

20 coupe axiale en fenêtre parties molles après injection de produit de contraste coupe coronale en fenêtre osseuse 2collections endo et exopelvienne se rehaussant en périphérie des muscles psoas iliaque et grand fessier Séquestre osseux coupe axiale en fenêtre osseuse

21 Recherche de BK dans les crachats et les urines: négative Sérologie de Wright: négative Biopsie sous scanner: Inflammation granulomateuse compatible avec une tuberculose Diagnostic final : sacroiliite tuberculeuse

22 OBSERVATION 4 Patient n 18: Garçon de 14 ans -Impotence fonctionnelle totale du membre inférieur gauche -Fièvre -Syndrome inflammatoire biologique Radio du bassin de face Interprétation difficile vu l interposition de gaz digestifs

23 coupe TDM axiale fenêtre partie molles avec injection de PDC coupe TDM coronale fenêtre partie molles avec injection de PDC Collection pelvienne du muscle iliaque gauche au contact de l aile iliaque - aspect normal des berges des sacroiliques sans érosion osseuse coupe coronale fenêtre osseuse

24 coupe IRM coronale T1FS GADO coupe IRM axialet2 Coupe IRM axiale T1FS GADO Collection en hypersignal T2 avec prise de contraste périphérique en T1FS GADO Œdème sous chondral et des parties molles périarticulaires avec une prise de contraste des berges sacrées et iliaques

25 OBSERVATION 5 Patient n 9: Fille de 7ans Impotence fonctionnelle de la hanche gauche Fébrile VS accélérée, CRP positive

26 Radio du bassin de face Aspect normal des berges des sacroiliaques sur la radio et le scanner TDM sacroiliaques coupe axiale, fenêtre osseuse

27 Coupe IRM axiales pondérées en T1 Coupe axiale T1FS GADO Infiltration sous périostée des parties molles périarticulaires antérieures et fessières se rehaussant après injection de gadolinium Prise de contraste des berges sacrées et iliaques et de l interligne articulaire.

28 DISCUSSION Touche le plus fréquemment l adulte jeune Les facteurs favorisants sont : la toxicomanie les infections cutanées et urogénitales les traumatismes la grossesse et le post-partum partum les endocardites infectieuses les néoplasies

29 Inoculation bactérienne: -par voie hématogène. -à partir d un foyer de voisinage (osseux, cutané) En règle générale unilatérale (Tous les cas dans notre série) Tableau clinique: douleur, boiterie et fièvre. Les signes radiographiques sont retardés. le diagnostic de SII repose avant tout sur l IRM indiquée à la moindre suspicion du diagnostic.

30 Radiographies simples: Les signes sont en retard par rapport à la clinique: - 2 semaines SII à pyogènes. -2 à 4 semaines SII brucelliennes et tuberculeuses. La sémiologie radiographique est celle d une sacroiliite : érosions, ostéocondensation sous chondrale et l ankylose articulaire.

31 Érosions: Lésions les plus précoces et les plus caractéristiques. disparition plus ou moins étendue de la lame osseuse sous-chondrale, un aspect flou et un élargissement de l interligne.

32 Ostéocodensation sous chondrale: Étendue, d aspect flou et de faible densité Ankylose articulaire: Stade ultime de l évolution de la maladie

33 La radiographie standard peut être: -normale (à un stade précoce) -douteuse -suggestive: aspect flou des berges articulaires ostéocondensation pseudo élargissement de l interligne

34 Signes en faveur de l origine infectieuse: Les lésions élémentaires sus citées surviennent successivement et ne sont pas intriquées. L atteinte unilatérale Déminéralisation osseuse sous chondrale précoce aspect flou des berges. Destruction osseuse localisée sur une berge avec extension rapide à l autre berge et l interligne

35 Tomodensitométrie Facilite la cartographie des lésions montre l atteinte des parties molles: abcès du muscles ilio-psoas, du muscle pyramidal et densification de la graisse en regard de l articulation 8 cas d abcés /18 dans notre série Détecte les séquestres osseux -spécifiques mais rares (2 cas /18 dans notre série) -non spécifique de tuberculose: 1 cas de brucellose dans notre série

36 Imagerie par résonance magnétique: examen de choix dans les formes débutantes montrant: Œdème intra médullaire diffus le plus précoce, débute sur le versant iliaque puis atteint les deux versants. Hypo signal en T1, hyper signal ent2 FatSat et STIR Épanchement intra articulaire Prise de contraste de la synoviale et de l interligne articulaire Infiltration oedémateuse des parties molles en avant et en arrière de l articulation, spécifique de l origine infectieuse avec d éventuelles collections.

37 Diagnostic bactériologique: Hémocultures: systématiques Prélèvement de la porte d entrée Dosage sérologique des anticorps IDR, recherche de BK dans les urines et les crachats Prélèvement articulaire: -Ponction aspiration à l aiguille fine -Biopsie osseuse au trocart Biopsie chirurgicale

38 Formes selon le germe: - à pyogènes - tuberculeuses - brucelliennes

39 Sacroiliite à pyogènes: les plus fréquentes et d installation souvent aigue syndrome inflammatoire biologique Germes en cause: Staphylocoque doré (45 70%), Streptocoque (10%), le strepto B en post-partum partum Pyocyanique chez le toxicomane Le germe n est pas identifié dans environ 1/3 des cas

40 Tuberculose souvent associée à une autre localisation ostéoarticulaire, notamment lombaire évolution subaiguë. abcès particulièrement fréquents de siège fessier, dans le triangle de Scarpa, la fosse iliaque et le muscle psoas. lésions radiologiques d installation très progressive. très destructrice donnant le plus souvent des images d érosions géodiques. les séquestres ne sont pas spécifiques

41 Brucellose touche surtout les adultes jeunes. Les formes subaiguës: les plus fréquentes. très symptomatique dès son début, même si elle peut atteindre son maximum en 2 à 3 jours. Sérologie de Wright Evolution bonne avec guérison symptômes sous traitement

42 Diagnostic différentiel: - Arthrose - SI inflammatoire - Autres

43 Sacroiliite versus Arthrose -les érosions et l ostéocondensation sous chondrale peuvent se voir dans l arthrose mais siègent spécifiquement dans les zones de surcharge: partie antérieure du tiers moyen de l articulation -les pieds des sacroiliaques sont épargnés dans les atteintes dégénératives. -Les modifications osseuses sont symétriques dans les atteintes dégénératives avec des remaniements pubiens associés.

44 SI infectieuses versus SI inflammatoires Les lésions élémentaires sont intriqués panachés; on trouve simultanément des érosions, ostéocondensation et ponts transarticulaires dans l atteinte infectieuse. L atteinte du tiers postérieur et surtout du quart inférieur de l articulation sacroiliaque plaide fortement pour une atteinte d ordre inflammatoire.

45 Les modifications sont bilatérales plus ou moins symétriques dans les atteintes inflammatoires. IRM: L œdème médullaire inflammatoire est focal ou multifocal prédominant sur le sacrum et la région enthésique. L inflammation ligamentaire: (enthésite) hyposignalt1,hypersignalt2fs et rehaussement en nappe des structures ligamentaires

46 Autres Diagnostics différentiels Hyperparathyroïdie: Résorption sous chondrale à l origine d un pseudo- élargissement de l interligne Maladie de Paget Tumeurs Ostéose iliaque condensante Fracture de contrainte

47 CONCLUSION L imagerie joue un rôle primordial dans le diagnostic précoce et le bilan d extension d une sacroiliite infectieuse. Elle permet également le guidage d une ponction biopsie pour l identification du germe.

48 REFERENCES 1- Fabrice Thévenin, Jean-Luc Drapé :Les principaux diagnostics différentiels des sacroiliites en imagerie Revue du Rhumatisme 76 (2009) L Boussel, B Marchand et Al. Imagerie de la tuberculose ostéoarticulairejournal de Radiologie 2002;83: Jacques Malghem, Bruno Vande Berg, Frédéric Lecouvet et Al. Principes d interprétation de l imagerie des articulations sacro-iliaquesrevue du Rhumatisme 76 (2009) Philippe Vinceneux, Stéphanie Rist, Antoine Bosquet Arthrites septiques des sacoiliaques et de la symphyse pubienne Revue du Rhumatisme 73 (2006) Bouajina E., harzallah L., Hachfi W. sacroiliites tuberculeuse: à propos de 22 cas La revue de médecine interne 26(2005) Édouard Pertuiset, Les autres causes de sacro-iliites que les spondylarthropathies Revue du Rhumatisme 76 (2009)

Sommaire Discospondylite. diagnostic, attitude thérapeutique et suivi

Sommaire Discospondylite. diagnostic, attitude thérapeutique et suivi Sommaire 092. Discospondylite diagnostic, attitude thérapeutique et suivi Spondylodiscite à pyogènes Clichés standards - Souvent normaux le premier mois puis : - Pincement discal - Déminéralisation de

Plus en détail

TROISIEME PRIX LEO PHARMA Sotest 2008

TROISIEME PRIX LEO PHARMA Sotest 2008 TROISIEME PRIX LEO PHARMA Sotest 2008 MA Nadil*, Y Bouras*, M Fadili*, M Ouarab*, C Schwartz** *Service de Traumato-Orthopédie, Chu Ibn Rochd de Casablanca, Maroc **Service d orthopédie, Hôpital Louis

Plus en détail

LA SPONDYLARTHROPATHIE AXIALE: SPECTRE LÉSIONNEL DU PLUS COMMUN AU PLUS RARE

LA SPONDYLARTHROPATHIE AXIALE: SPECTRE LÉSIONNEL DU PLUS COMMUN AU PLUS RARE LA SPONDYLARTHROPATHIE AXIALE: SPECTRE LÉSIONNEL DU PLUS COMMUN AU PLUS RARE PLAN INTRODUCTION CLASSIFICATION DES SPONDYLARTHROPATHIES AXIALES PHYSIOPATHOLOGIE DIAGNOSTIC POSITIF DIAGNOSTIC CLINIQUE DIAGNOSTIC

Plus en détail

Dr Jean-Baptiste Pialat. Pavillon B Radiologie Hôpital Edouard Herriot 5, place d Arsonval Lyon cedex 03

Dr Jean-Baptiste Pialat. Pavillon B Radiologie Hôpital Edouard Herriot 5, place d Arsonval Lyon cedex 03 Dr Jean-Baptiste Pialat Pavillon B Radiologie Hôpital Edouard Herriot 5, place d Arsonval 69437 Lyon cedex 03 Jean-baptiste.pialat@chu-lyon.fr Examen radiologique LECTURE Signes radiologiques ANALYSE Signes

Plus en détail

Imagerie des atteintes axiales du rachis dans la spondylarthrite ankylosante (SPA) Pluot, J Rousseau, A Feydy, JL Drapé

Imagerie des atteintes axiales du rachis dans la spondylarthrite ankylosante (SPA) Pluot, J Rousseau, A Feydy, JL Drapé Imagerie des atteintes axiales du rachis dans la spondylarthrite ankylosante (SPA) R Bazeli, F Thévenin, G Lenczner, E Pluot, J Rousseau, A Feydy, JL Drapé Spondylarthrite ankylosante (SPA) Tête de chapitre

Plus en détail

Imagerie des atteintes axiales des articulations sacro-iliaques dans la spondylarthrite ankylosante (SPA) E Pluot, J Rousseau, A Feydy, JL Drapé

Imagerie des atteintes axiales des articulations sacro-iliaques dans la spondylarthrite ankylosante (SPA) E Pluot, J Rousseau, A Feydy, JL Drapé Imagerie des atteintes axiales des articulations sacro-iliaques dans la spondylarthrite ankylosante (SPA) R Bazeli, F Thévenin, G Lenczner, E Pluot, J Rousseau, A Feydy, JL Drapé Spondylarthrite ankylosante

Plus en détail

Articulations sacro-iliaques : apport de la TDM et de l IRM pour l imagerie diagnostique et interventionnelle

Articulations sacro-iliaques : apport de la TDM et de l IRM pour l imagerie diagnostique et interventionnelle Articulations sacro-iliaques : apport de la TDM et de l IRM pour l imagerie diagnostique et interventionnelle F.THÉVENIN, A.FEYDY, D.RICHARME, R.CAMPAGNA, H.GUERINI, A.CHEVROT, J-L.DRAPÉ JFR 2008 Paris

Plus en détail

DANS LA NEUROARTHROPATHIE DE CHARCOT

DANS LA NEUROARTHROPATHIE DE CHARCOT L IMAGERIE DE L ATTEINTE RACHIDIENNE DANS LA NEUROARTHROPATHIE DE CHARCOT S Aubry (1,2), L Brazeau (2), D Bergeron (2) 1 - Service de Radiologie A, CHU Besançon 2- Département de Radiologie, CHU Sherbrooke

Plus en détail

Aspect IRM des principales complications urgentes du rachis opéré.

Aspect IRM des principales complications urgentes du rachis opéré. Aspect IRM des principales complications urgentes du rachis opéré. S Chinellato, G Koch, M Nonent, D Colin, P Mériot, D Ben Salem Service de Radiologie CHU La Cavale Blanche Brest. HIA Brest INTRODUCTION

Plus en détail

Dr Jean-Baptiste Pialat. Pavillon B Radiologie Hôpital Edouard Herriot 5, place d Arsonval Lyon cedex 03

Dr Jean-Baptiste Pialat. Pavillon B Radiologie Hôpital Edouard Herriot 5, place d Arsonval Lyon cedex 03 Dr Jean-Baptiste Pialat Pavillon B Radiologie Hôpital Edouard Herriot 5, place d Arsonval 69437 Lyon cedex 03 Jean-baptiste.pialat@chu-lyon.fr Examen radiologique ANAMNESE Clinique Biologie Imagerie LECTURE

Plus en détail

Item 106 : Tuberculose

Item 106 : Tuberculose Item 106 : Tuberculose Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Définition...1 2 Epidémiologie, physiopathologie... 2 3 Quand faut-il évoquer le diagnostic?...3 3. 1 Arguments cliniques...1

Plus en détail

IMAGERIE DES SPONDYLODISCITES TUBERCULEUSES

IMAGERIE DES SPONDYLODISCITES TUBERCULEUSES IMAGERIE DES SPONDYLODISCITES TUBERCULEUSES S. HADDAR Service d imagerie médicale CHU H. Bourguiba INTRODUCTION Infection du disque intervertébral et des corps vertébraux adjacents: ostéoarthrite rachidienne

Plus en détail

Imagerie RM dans l exploration des infections ostéo articulaire : Intérets, indications, aspects

Imagerie RM dans l exploration des infections ostéo articulaire : Intérets, indications, aspects Imagerie RM dans l exploration des infections ostéo articulaire : Intérets, indications, aspects OBJECTIFS Connaître les différents types d infections ostéo articulaires : cellulite, bursite, teno-synovite,

Plus en détail

Item 106. Tuberculose. Insérer les T1. Objectifs pédagogiques

Item 106. Tuberculose. Insérer les T1. Objectifs pédagogiques 13 Item 106 Tuberculose Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Diagnostiquer une tuberculose thoracique et connaître les localisations extrathoraciques. Argumenter l'attitude thérapeutique et planifier

Plus en détail

Introduction. primitive (THP) est rare. Manifestations cliniques et biologiques : non spécifiques

Introduction. primitive (THP) est rare. Manifestations cliniques et biologiques : non spécifiques Tuberculose hépatique h primitive: A propos de 10 cas. Nassar I*, Errabih I**, Hammani L*, Krami **H.Ouazzani** Imani F. *Service de radiologie. CHU Ibn Sina.. Rabat. Maroc ** Service de Médecine M B.

Plus en détail

L IMAGERIE EN PATHOLOGIE OSTÉO-ARTICULAIRE

L IMAGERIE EN PATHOLOGIE OSTÉO-ARTICULAIRE L IMAGERIE EN PATHOLOGIE OSTÉO-ARTICULAIRE I- Radiographies standard I.1- Généralités I.2- Anomalie de densité I.3- Calcifications I.4- Anomalies de structure Plan de cours II- Arthrographie III- Tomodensitométrie

Plus en détail

Service d Orthopédie infantile Hôpital d enfant de Tunis

Service d Orthopédie infantile Hôpital d enfant de Tunis HANCHE DOULOUREUSE DE L ENFANT Pr Ag : M. N. NESSIB Pr M. BEN GHACHEM Service d Orthopédie infantile Hôpital d enfant de Tunis INTRODUCTION Motif fréquent de consultation. C est un symptôme. Diagnostic

Plus en détail

IMAGERIE DES INFECTIONS SUR MATÉRIEL ORTHOPÉDIQUE M F L A D E B, M M E C H R I, M O U E R T A T A N I

IMAGERIE DES INFECTIONS SUR MATÉRIEL ORTHOPÉDIQUE M F L A D E B, M M E C H R I, M O U E R T A T A N I IMAGERIE DES INFECTIONS SUR MATÉRIEL ORTHOPÉDIQUE M F L A D E B, M M E C H R I, M O U E R T A T A N I RADIOGRAPHIES Sensibilité : 14% Spécificité : 70% Malgré leurs limites, permettent de suivre l évolution

Plus en détail

-os difficilement analysable à ce format d'image S. Aptel IHN

-os difficilement analysable à ce format d'image S. Aptel IHN homme 24 ans, toxicomane IV, VHC + Se présente au SAU pour douleur et œdème de l'avant-bras gauche d'aggravation progressive Un bilan d'imagerie est pratiqué quel(s) élément(s) sémiologique(s) peut-on

Plus en détail

ANALYSE CRITIQUE DE L IMAGERIE DANS LES INFECTIONS OSSEUSE. JP Bru Infectiologie CH Annecy

ANALYSE CRITIQUE DE L IMAGERIE DANS LES INFECTIONS OSSEUSE. JP Bru Infectiologie CH Annecy ANALYSE CRITIQUE DE L IMAGERIE DANS LES INFECTIONS OSSEUSE JP Bru Infectiologie CH Annecy Infection osseuse & imagerie Diagnostic Évaluationvaluation Suivi Suivi Radiographie standard Tomodensitométrie

Plus en détail

LES SPONDYLODISCITES BRUCELLIENNES : LE DEFI DE L IMAGERIE A PROPOS DE 19 CAS

LES SPONDYLODISCITES BRUCELLIENNES : LE DEFI DE L IMAGERIE A PROPOS DE 19 CAS LES SPONDYLODISCITES BRUCELLIENNES : LE DEFI DE L IMAGERIE A PROPOS DE 19 CAS A.Maalej, E.Daoud, C.Dabbech, I.Maaloul, I.Ammar, B.Hammemi, M. Ben Jemâa, Z.Mnif CHU H.CHAKER Sfax Tunisie. INTRODUCTION Brucellose

Plus en détail

Boiterie et douleurs des membres inférieurs de l enfant. P-H Vivier Hôpital Privé de l Estuaire

Boiterie et douleurs des membres inférieurs de l enfant. P-H Vivier Hôpital Privé de l Estuaire Boiterie et douleurs des membres inférieurs de l enfant P-H Vivier Hôpital Privé de l Estuaire Introduction Motif fréquent de consultation 5% des passages aux urgences pédiatriques 3 obsessions Urgences

Plus en détail

PTH INFECTEE : DEMARCHE DIAGNOSTIQUE CLINIQUE ET PARACLINIQUE J. GAUDIAS CCOM CHU STRASBOURG

PTH INFECTEE : DEMARCHE DIAGNOSTIQUE CLINIQUE ET PARACLINIQUE J. GAUDIAS CCOM CHU STRASBOURG PTH INFECTEE : DEMARCHE DIAGNOSTIQUE CLINIQUE ET PARACLINIQUE J. GAUDIAS CCOM CHU STRASBOURG FORMES CLINIQUES Précoce Tardive Aiguë Chronique Par contamination péri-opératoire Secondaire : inoculation

Plus en détail

obs. N Chjkhaoui, N. Touil CHU Ibn Rochd Casablanca

obs. N Chjkhaoui, N. Touil CHU Ibn Rochd Casablanca Patient de 45 ans, sans antécédents. 4 semaines avant son admission, on note un traumatisme léger négligé à point d impact sur la hanche gauche ayant occasionné une impotence fonctionnelle. La radiographie

Plus en détail

SEMIOLOGIE EN COUPES

SEMIOLOGIE EN COUPES SEMIOLOGIE EN COUPES DU KYSTE HYDATIQUE DES PARTIES MOLLES M.CHENNOUFI, M.BEN-MESSAOUD, A.ABASSI, O.AZAIZ, H.MIZOUNI, I.TURKI, K. NOUIRA, E.MENIF Service d imagerie médicale Hôpital la Rabta Tunis, TUNISIE

Plus en détail

INFECTIONS OSTÉO-ARTICULAIRES

INFECTIONS OSTÉO-ARTICULAIRES 1 INFECTIONS OSTÉO-ARTICULAIRES 2 LES OSTÉOMYÉLITES Les ostéomyélites aiguës frappent surtout les enfants et se développent le plus souvent près du genou. Elles sont 2 fois plus fréquentes que les arthrites.

Plus en détail

BOITERIE DE L ENFANT. Dr Philippe Peyrou- Hôpital de la mère et de l enfant - Limoges

BOITERIE DE L ENFANT. Dr Philippe Peyrou- Hôpital de la mère et de l enfant - Limoges BOITERIE DE L ENFANT Dr Philippe Peyrou- Hôpital de la mère et de l enfant - Limoges DEFINITION Asymétrie du schéma de marche Douleur Raideur articulaire Déformation Affection neuromusculaire Étiologies

Plus en détail

Aspects diagnostiques des spondylodiscites infectieuses

Aspects diagnostiques des spondylodiscites infectieuses Recommandations de Pratique Clinique pour les spondylodiscites primitives, et secondaires à un geste intra-discal Aspects diagnostiques des spondylodiscites infectieuses J.M. Besnier Service de Maladies

Plus en détail

Quelle imagerie en cas de douleurs vertébrales aiguës s?

Quelle imagerie en cas de douleurs vertébrales aiguës s? 12 ème rencontre sur les urgences et complications sévères chez le patient cancéreux Quelle imagerie en cas de douleurs vertébrales aiguës s? Dr J. Alexiou Service d Imagerie Médicale Institut Bordet Douleur

Plus en détail

Cellulite orbitaire: affection grave et urgence thérapeutique. Met en jeu le pronostic visuel et vital. Peut compliquer un traumatisme oculaire, une

Cellulite orbitaire: affection grave et urgence thérapeutique. Met en jeu le pronostic visuel et vital. Peut compliquer un traumatisme oculaire, une Cellulite orbitaire: affection grave et urgence thérapeutique. Met en jeu le pronostic visuel et vital. Peut compliquer un traumatisme oculaire, une sinusite ou être secondaire à une affection oculaire

Plus en détail

IRM des pubalgies. Lionel Pesquer Centre d Imagerie Ostéo-articulaire. Clinique du Sport de Bordeaux.

IRM des pubalgies. Lionel Pesquer Centre d Imagerie Ostéo-articulaire. Clinique du Sport de Bordeaux. IRM des pubalgies Lionel Pesquer Centre d Imagerie Ostéo-articulaire. Clinique du Sport de Bordeaux www.image-echographie.net IRM des pubalgies - Introduction Texte - IRM: examen d imagerie de choix si

Plus en détail

Conduite à tenir devant un genou douloureux non traumatique (306c) Professeur Philippe GAUDIN Juillet 2005

Conduite à tenir devant un genou douloureux non traumatique (306c) Professeur Philippe GAUDIN Juillet 2005 Conduite à tenir devant un genou douloureux non traumatique (306c) Professeur Philippe GAUDIN Juillet 2005 Pré-requis : Examen clinique du genou Sémiologie radiologique de base Analyse cytologique et biochimique

Plus en détail

LES INFECTIONS RACHIDIENNES : L IRM EST-ELLE ELLE SUFFISANTE AU DIAGNOSTIC? JFR 2008

LES INFECTIONS RACHIDIENNES : L IRM EST-ELLE ELLE SUFFISANTE AU DIAGNOSTIC? JFR 2008 LES INFECTIONS RACHIDIENNES : L IRM EST-ELLE ELLE SUFFISANTE AU DIAGNOSTIC? S. Semlali,, M. Mahi,, T. Amil,, A Hanine,, M. Benameur,, S. Chaouir,, S. Akjouj JFR 2008 Introduction les infections rachidiennes

Plus en détail

ostéo articulaire Dr E. Senneville

ostéo articulaire Dr E. Senneville Modalités s du diagnostic de l infection ostéo articulaire Dr E. Senneville Clinique d Orthopédie Traumatologie, CHRU de Lille Service Universitaire Régional des Maladies Infectieuses, CH GustaveDronTourcoing

Plus en détail

Item 92 : Infection ostéoarticulaire. Discospondylite

Item 92 : Infection ostéoarticulaire. Discospondylite Item 92 : Infection ostéoarticulaire. Discospondylite COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...4 SPECIFIQUE :...4 I Spondylodiscites

Plus en détail

I Cherradi Lachhab, R Saouab, M Mahi, J ElFenni, T Amil, AHanine, S Chaouir, Service d imagerie médicale, Hôpital Militaire d Instruction Mohammed V-

I Cherradi Lachhab, R Saouab, M Mahi, J ElFenni, T Amil, AHanine, S Chaouir, Service d imagerie médicale, Hôpital Militaire d Instruction Mohammed V- I Cherradi Lachhab, R Saouab, M Mahi, J ElFenni, T Amil, AHanine, S Chaouir, Service d imagerie médicale, Hôpital Militaire d Instruction Mohammed V- Rabat- Maroc INTRODUCTION La métatarsalgie = Affection

Plus en détail

Arthrose destructrice rapide. B. Osemont, ACC Service d imagerie d Guilloz

Arthrose destructrice rapide. B. Osemont, ACC Service d imagerie d Guilloz Arthrose destructrice rapide B. Osemont, ACC Service d imagerie d Guilloz Définition Arthropathies destructrices Évolution radiologique Formes idiopathiques : apanage du sujet âgé Surtout à la hanche et

Plus en détail

Traitement chirurgical du mal de Pott A propos d une série de 55 cas

Traitement chirurgical du mal de Pott A propos d une série de 55 cas Traitement chirurgical du mal de Pott A propos d une série de 55 cas L.Chaal, M.Kihal, R.Benkaidali, N.Meraghni, M.Ait-Ouarab, M.Nouar Service d orthopédie et de traumatologie CHU Mustapha Pacha. 19éme

Plus en détail

Dégénérative Arthrose Ostéoporose Traumatique Fracture Polytraumatisé Pathologie ostéo-articulaire Tendino-musculaire Rhumatismale Rhumatisme inflamma

Dégénérative Arthrose Ostéoporose Traumatique Fracture Polytraumatisé Pathologie ostéo-articulaire Tendino-musculaire Rhumatismale Rhumatisme inflamma Imagerie Ostéo-articulaire DCEM 1 Oct 2011 T.Benzaken TB 2011 Dégénérative Arthrose Ostéoporose Traumatique Fracture Polytraumatisé Pathologie ostéo-articulaire Tendino-musculaire Rhumatismale Rhumatisme

Plus en détail

IMAGERIE DE LA NEUROFIBROMATOSE TYPE II : Présentation de 3 observations illustratives. Service d imagerie CHU Sahloul Sousse TUNISIE

IMAGERIE DE LA NEUROFIBROMATOSE TYPE II : Présentation de 3 observations illustratives. Service d imagerie CHU Sahloul Sousse TUNISIE IMAGERIE DE LA NEUROFIBROMATOSE TYPE II : Présentation de 3 observations illustratives Service d imagerie CHU Sahloul Sousse TUNISIE Objectif illustrer les aspects en imagerie de la neurofibromatose type

Plus en détail

APPORT DE L IRM DANS LE DIAGNOSTIC DES SPONDYLODISCITES INFECTIEUSES (à propos de 27 cas)

APPORT DE L IRM DANS LE DIAGNOSTIC DES SPONDYLODISCITES INFECTIEUSES (à propos de 27 cas) APPORT DE L IRM DANS LE DIAGNOSTIC DES SPONDYLODISCITES INFECTIEUSES (à propos de 27 cas) D DAKOUANE, M EL MOULATTAF, H KAMRANI, I EL IDRISSI, N IDRISSI EL GUANNOUNI, M OUALI IDRISSI, H JALAL, O ESSADKI,

Plus en détail

Apport de l échographie dans la pathologie infectieuse ostéo articulaire. Géraldine Durand Service de Rhumatologie CHU Poitiers

Apport de l échographie dans la pathologie infectieuse ostéo articulaire. Géraldine Durand Service de Rhumatologie CHU Poitiers Apport de l échographie dans la pathologie infectieuse ostéo articulaire Géraldine Durand Service de Rhumatologie CHU Poitiers Technique de plus en plus utilisée en rhumatologie surtout dans les rhumatismes

Plus en détail

Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose

Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose Pr. Tristan Ferry tristan.ferry@univ-lyon1.fr Service de Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital de la Croix-Rousse, Hospices Civils de

Plus en détail

APPORT DIAGNOSTIQUE DE L ECHOGRAPHIE DES MAINS DANS LES POLYARTHRITES RHUMATOÏDES (PR) DEBUTANTES AVEC BILAN IMMUNOLOGIQUE NEGATIF

APPORT DIAGNOSTIQUE DE L ECHOGRAPHIE DES MAINS DANS LES POLYARTHRITES RHUMATOÏDES (PR) DEBUTANTES AVEC BILAN IMMUNOLOGIQUE NEGATIF APPORT DIAGNOSTIQUE DE L ECHOGRAPHIE DES MAINS DANS LES POLYARTHRITES RHUMATOÏDES (PR) DEBUTANTES AVEC BILAN IMMUNOLOGIQUE NEGATIF W HAMDI, M CHELLI BOUAZIZ, S ESSEGHIR, M HAOUEL, MM GHANNOUCHI, MM KCHIR,

Plus en détail

Lombalgie récenter. Quelle imagerie? Erick Legrand, Service de Rhumatologie, CHU Angers

Lombalgie récenter. Quelle imagerie? Erick Legrand, Service de Rhumatologie, CHU Angers Lombalgie récenter Quelle imagerie? Erick Legrand, Service de Rhumatologie, CHU Angers Cas clinique 1 Homme de 39 ans, maçon Lombalgie aigue datant de 3 jours Aucun ATCD Examen normal sauf contracture

Plus en détail

décrivez les principaux éléments sémiologiques observés sur les clichés standards

décrivez les principaux éléments sémiologiques observés sur les clichés standards Femme, 59 ans ATCD : fracture fémorale droite à l âge de 12 ans, ostéosynthésée par broche. Ablation du matériel d ostéosynthèse à 1 an. Douleurs progressives du genou et de l extrémité distale de la cuisse

Plus en détail

OSTÉOMYÉLITE AIGUE HÉMATOGÈNE CHEZ L ENFANT

OSTÉOMYÉLITE AIGUE HÉMATOGÈNE CHEZ L ENFANT OSTÉOMYÉLITE AIGUE HÉMATOGÈNE CHEZ L ENFANT introduction Infection osseuse par voie hématogène par un germe pathogène(staphylocoque doré) Urgence orthopédique médico-chirurgicale: urgence diagnostique

Plus en détail

IMAGERIE DES RHUMATISMES INFLAMMATOIRES

IMAGERIE DES RHUMATISMES INFLAMMATOIRES IMAGERIE DES RHUMATISMES INFLAMMATOIRES Dr Léra G. AKPO Ancien Interne Des Hôpitaux Radiologie 27/06/2015 OBJECTIFS Décrire la sémiologie élémentaire radiologique des atteintes ostéoarticulaires au cours

Plus en détail

APPORT DE LA TDM DANS LES COMPLICATIONS DES OTITES CHOLESTEATOMATEUSES

APPORT DE LA TDM DANS LES COMPLICATIONS DES OTITES CHOLESTEATOMATEUSES APPORT DE LA TDM DANS LES COMPLICATIONS DES OTITES CHOLESTEATOMATEUSES Sellami M., I. Achour, B.Souissi*,L.Ghorbel, MA.Chaabouni, KH. BenMahfoudh*,I.Charfeddine, B. Hammami, A.Ghorbel. Service d ORL, CHU

Plus en détail

2 ème partie Pathologies infectieuses Pathologies rachidiennes Ostéoporose Arthrose

2 ème partie Pathologies infectieuses Pathologies rachidiennes Ostéoporose Arthrose 2 ème partie Pathologies infectieuses Pathologies rachidiennes Ostéoporose Arthrose Novembre 2015 Dr Amélie BOHM-SIGRAND Pathologies infectieuses Pathologies rachidiennes Ostéoporose Arthrose Arthrite

Plus en détail

au temps veineux, on confirme la thrombose de la veine ovarienne droite qui est augmentée de calibre et non rehaussée prise de contraste de la paroi

au temps veineux, on confirme la thrombose de la veine ovarienne droite qui est augmentée de calibre et non rehaussée prise de contraste de la paroi Femme de 25 ans; accouchement il y a 5 jours ; douleurs abdominales depuis deux jours, syndrome inflammatoire biologique, fièvre. Quels sont les éléments sémiologiques à retenir images CH Metz - Scanner

Plus en détail

Quels sont les principaux éléments sémiologiques à retenir pour le diagnostic qui ne pose guère de problèmes, dans ce contexte

Quels sont les principaux éléments sémiologiques à retenir pour le diagnostic qui ne pose guère de problèmes, dans ce contexte homme 27 ans, toxicomanie IV ; apparition d une douleur thoracique brutale et d'un placard inflammatoire du creux inguinal gauche suite à une injection d héroine dans la veine fémorale gauche suspicion

Plus en détail

OSTEOMYELITE SUBAIGUE PSEUDO-TUMORALE. Hôpital d enfants de Tunis

OSTEOMYELITE SUBAIGUE PSEUDO-TUMORALE. Hôpital d enfants de Tunis OSTEOMYELITE SUBAIGUE PSEUDO-TUMORALE Hôpital d enfants de Tunis INTRODUCTION L ostéomyélite subaiguë (OSA) est une infection osseuse hématogène caractéris risée e par : - Début insidieux. - Absence de

Plus en détail

Arthrite d évolution récente

Arthrite d évolution récente CHU de BORDEAUX Douleur et épanchement articulaire. Arthrite d évolution récente Item 307 : Devant une douleur ou un épanchement articulaire, argumenter les principales hypothèses diagnostiques et justifier

Plus en détail

ARTICULATIONS COSTO-VERTÉBRALES (ACV) IMAGERIE DIAGNOSTIQUE et THÉRAPEUTIQUE

ARTICULATIONS COSTO-VERTÉBRALES (ACV) IMAGERIE DIAGNOSTIQUE et THÉRAPEUTIQUE ARTICULATIONS COSTO-VERTÉBRALES (ACV) IMAGERIE DIAGNOSTIQUE et THÉRAPEUTIQUE 6 e Congrés National SOFMMOO Paris 24 09 2011 J.F. VIALA Service imagerie médicale CHR ORLÉANS F. Dumont Médecine manuelle ostéopathie

Plus en détail

Les tumeurs des nerfs périphériques A propos de huit cas

Les tumeurs des nerfs périphériques A propos de huit cas Les tumeurs des nerfs périphériques A propos de huit cas B RADOUANE, M JIDAL, J EL FENNI, B ZAINOUN, S CHAOUIR, T AMIL, A HANINE, M BEN AMEUR Service d Imagerie Médicale Hôpital militaire d instruction

Plus en détail

Infections Ostéo-articulaires. J. Sales de Gauzy CHU Toulouse

Infections Ostéo-articulaires. J. Sales de Gauzy CHU Toulouse Infections Ostéo-articulaires J. Sales de Gauzy CHU Toulouse Avant la pénicilline maladie mortelle 50% Séquelles Classifications Ostéomyélite Arthrite Ostéo-arthrite Ostéomyélite Bactériémie Vascularisation

Plus en détail

Actinomycose pelvienne: comment l évoquer pour une meilleure prise en charge?

Actinomycose pelvienne: comment l évoquer pour une meilleure prise en charge? Actinomycose pelvienne: comment l évoquer pour une meilleure prise en charge? C H A P E L L E E, D E L A P P A R E N T T, J O L L Y M, B A E Z A C, G O V Y A D O W S K I Y A, T E R Z I B A C H I A N J

Plus en détail

Femme de 50 ans, polyarthrite chronique distale Femme de 59 ans, biarthrite genou + coude Femme de 68 ans, monoarthrite aiguë fébrile du poignet

Femme de 50 ans, polyarthrite chronique distale Femme de 59 ans, biarthrite genou + coude Femme de 68 ans, monoarthrite aiguë fébrile du poignet Emmanuel Hoppé Réunion du 13.10.2016 Femme de 50 ans, polyarthrite chronique distale Femme de 59 ans, biarthrite genou + coude Femme de 68 ans, monoarthrite aiguë fébrile du poignet Homme de 77 ans, arthrose

Plus en détail

Impact de l IRM du rachis lombaire et des sacro-iliaques sur le diagnostic initial de spondylarthropathie.

Impact de l IRM du rachis lombaire et des sacro-iliaques sur le diagnostic initial de spondylarthropathie. Impact de l IRM du rachis lombaire et des sacro-iliaques sur le diagnostic initial de spondylarthropathie. R MENARD (1), M VERDET (2), R DAVEAU (2), JP LOUVEL (1), JN DACHER (1) (1) Service de radiologie

Plus en détail

Y Lazguet, R Saouab, S Akjouj, J El fenni, T Amil, A hanine, B Radouane, S Chaouir Service d imagerie médicale de l HMIMV RABAT

Y Lazguet, R Saouab, S Akjouj, J El fenni, T Amil, A hanine, B Radouane, S Chaouir Service d imagerie médicale de l HMIMV RABAT Y Lazguet, R Saouab, S Akjouj, J El fenni, T Amil, A hanine, B Radouane, S Chaouir Service d imagerie médicale de l HMIMV RABAT Introduction Articulation de la paroi thoracique antérieure; l ASCC est une

Plus en détail

SEMIOLOGIE RADIOLOGIQUE OSTEO-ARTICULAIRE. Pr Sokhna BA

SEMIOLOGIE RADIOLOGIQUE OSTEO-ARTICULAIRE. Pr Sokhna BA SEMIOLOGIE RADIOLOGIQUE OSTEO-ARTICULAIRE Pr Sokhna BA OBJECTIFS Donner 3 étiologies d ostéopénie Citer 7 caractères descriptifs d une lacune osseuse Citer 4 types d apposition périostée Savoir distinguer

Plus en détail

Symptômes cliniques frustes. Évolution lente et insidieuse. Abcès ossifluant ou froid évocateur quand il existe. Selon la localisation: Ostéomyélite

Symptômes cliniques frustes. Évolution lente et insidieuse. Abcès ossifluant ou froid évocateur quand il existe. Selon la localisation: Ostéomyélite LA TUBERCULOSE OSTEO- ARTICULAIRE EXTRARACHIDIENNE: ASPECT EN IMAGERIE S. Semlali, L. Benaissa, A. El Kharras, A. Darbi, A.Hanine, S. Chaouir, M. Mahi, S. Akjouj Objectifs Savoir suspecter une atteinte

Plus en détail

«Au-delà du cristal» Pathologies microcristallines du genou

«Au-delà du cristal» Pathologies microcristallines du genou JFR 2010 Paris France «Au-delà du cristal» Pathologies microcristallines du genou Fabrice Thévenin, P.Thévenin, H.Guerini, E.Pessis, A.Feydy, R.Campagna, A.Chevrot, J.Rousseau, E.Pluot, R.Bazeli, J-L.Drapé

Plus en détail

ostéo-articulaires de l enfant

ostéo-articulaires de l enfant Les infections ostéo-articulaires de l enfant De la physiopathologie à la thérapeutique S. Séon, Y. Glard, E. Guedj, P.E. Fournier, B. Bourlière-Najean, A. Aschero, P. Devred, P. Petit, G. Gorincour Service

Plus en détail

IRM et maladie de Crohn revue iconographique

IRM et maladie de Crohn revue iconographique Entéro IRM et maladie de Crohn revue iconographique V. Barrau(1,2), Y.Bounhik(2), P.Mammou(1), P.Novello(1), M.Zappa(2), V.Vigrain(2) Centre cardiologique du Nord, Saint Denis (1) Hôpital Beaujon, Clichy

Plus en détail

CE QU IL FAUT SAVOIR SUR LES INFECTIONS RACHIDIENNES BACTERIENNES ATYPIQUES

CE QU IL FAUT SAVOIR SUR LES INFECTIONS RACHIDIENNES BACTERIENNES ATYPIQUES CE QU IL FAUT SAVOIR SUR LES INFECTIONS RACHIDIENNES BACTERIENNES ATYPIQUES A MAMI, I BEN OTHMAN, C ZARRAD, M CHELLI BOUAZIZ, MF LADEB Service de Radiologie. Institut MT Kassab d orthopédie. Ksar Said

Plus en détail

Prise en charge des métastases osseuses en radiologie interventionnelle. François Casalonga Service d imagerie HP Clairval

Prise en charge des métastases osseuses en radiologie interventionnelle. François Casalonga Service d imagerie HP Clairval Prise en charge des métastases osseuses en radiologie interventionnelle François Casalonga Service d imagerie HP Clairval Introduction La présence de métastases osseuses est la cause la plus fréquente

Plus en détail

Stratégie des examens d'imagerie : pédiatrie, Enseignement dirigé n 2

Stratégie des examens d'imagerie : pédiatrie, Enseignement dirigé n 2 Stratégie des examens d'imagerie : pédiatrie, Enseignement dirigé n 2 Intervenants : Marion Havez, Pierre Bessou, Sophie Missonnier, Alice Benjamin, JF Chateil Nathalie, 15 ans Petite taille, Pas encore

Plus en détail

Diagnostic étiologique d une lombalgie: quand la clinique est reine

Diagnostic étiologique d une lombalgie: quand la clinique est reine Diagnostic étiologique d une lombalgie: quand la clinique est reine Pr RALANDISON Stéphane Jeudi FMC du CHU Morafeno, juin 2016 www.madarhumato-apr.org Introduction Lombalgie: motif très fréquent de consultation

Plus en détail

A paraitre Avril 2013

A paraitre Avril 2013 Imagerie ostéo-articulaire Rhumatologique et Orthopédique en 3 Tomes sous la direction de J.-D. Laredo - M. Wybier - D. Petrover - G. Morvan A paraitre Avril 2013 Prix de souscription avant parution :

Plus en détail

Compressions médullaires par cervicarthrose Signes, diagnostic et traitement

Compressions médullaires par cervicarthrose Signes, diagnostic et traitement Compressions médullaires par cervicarthrose Signes, diagnostic et traitement Problématique Moelle dans un canal inextensible Au passage des voies longues de conduction, sensitives et motrices Peut conduire

Plus en détail

Sport et imagerie : intérêt de l échographie Dossiers radio-cliniques pratiques

Sport et imagerie : intérêt de l échographie Dossiers radio-cliniques pratiques Sport et imagerie : intérêt de l échographie Dossiers radio-cliniques pratiques Dr R.OUZZANI, Dr M.KRIBI, Dr N.BENDIB Service d imagerie médicale EHS Abdelkader BOUKHROUFA BENAKNOUN Introduction : La prise

Plus en détail

Tuberculose ganglionnaire périphérique: résultats de l étude multicentrique. R. Abdelmalek et groupe d étude

Tuberculose ganglionnaire périphérique: résultats de l étude multicentrique. R. Abdelmalek et groupe d étude Tuberculose ganglionnaire périphérique: résultats de l étude multicentrique R. Abdelmalek et groupe d étude Introduction La tuberculose ganglionnaire: première localisation extrapulmonaire En Tunisie Prévalence

Plus en détail

Les infections ostéo-articulaires. L ostéomyélite aiguë L arthrite aiguë L ostéite chronique

Les infections ostéo-articulaires. L ostéomyélite aiguë L arthrite aiguë L ostéite chronique Les infections ostéo-articulaires L ostéomyélite aiguë L arthrite aiguë L ostéite chronique 1/ Ostéomyélite aiguë L ostéomyélite aiguë hématogène frappe surtout les enfants et se développe le plus souvent

Plus en détail

Son incidence varie de 1,2 à 2,6 cas/million/an. Elle survient au cours de la 2 ème décade de vie. L atteinte pédiatrique reste très rare.

Son incidence varie de 1,2 à 2,6 cas/million/an. Elle survient au cours de la 2 ème décade de vie. L atteinte pédiatrique reste très rare. La maladie de Takayasu est une artérite inflammatoire des vaisseaux de gros calibre qui atteint avec prédilection l aorte et ses principales branches. Son incidence varie de 1,2 à 2,6 cas/million/an. Elle

Plus en détail

225. Arthropathie microcristalline

225. Arthropathie microcristalline Sommaire 225. Arthropathie microcristalline diagnostic, attitude thérapeutique et suivi Maladie à pyrophosphates de calcium dihydratés (PPCD) Chondrocalcinose - cartilages hyalins : fin liseré calcique

Plus en détail

APPORT DU SCANNER DANS LES CELLULITES CERVICO-FACIALES. Zrig, K. Harrathi, W. Mnari, E. Gassab, J. Koubaa, M. Golli (Monastir - Tunisie)

APPORT DU SCANNER DANS LES CELLULITES CERVICO-FACIALES. Zrig, K. Harrathi, W. Mnari, E. Gassab, J. Koubaa, M. Golli (Monastir - Tunisie) APPORT DU SCANNER DANS LES CELLULITES CERVICO-FACIALES Zrig, K. Harrathi, W. Mnari, E. Gassab, J. Koubaa, M. Golli (Monastir - Tunisie) Les infections cervico-faciales sont fréquentes, préférentiellement

Plus en détail

Rhumatismes dégénératifs. IFSI Croix Rouge Dr Jacquier 8 avril 2009

Rhumatismes dégénératifs. IFSI Croix Rouge Dr Jacquier 8 avril 2009 Rhumatismes dégénératifs IFSI Croix Rouge Dr Jacquier 8 avril 2009 Sémiologie articulaire Rhumatisme articulaire dégénératif Arthrose = affection chronique des articulations par dégénérescence du cartilage

Plus en détail

«IMAGERIE DE LA LOMBALGIE»

«IMAGERIE DE LA LOMBALGIE» «IMAGERIE DE LA LOMBALGIE» Drs Fabrice THEVENIN G.MORVAN - M.WYBIER - Ph.MATHIEU - F.ZEITOUN - V.VUILLEMIN - Ph.BOSSARD - H.GUERINI - S.MERRAN - F. PREAUX Jeudi 17 Octobre 2012 POURQUOI RÉALISER UNE IMAGERIE?

Plus en détail

CHAPITRE. Rachis cervical

CHAPITRE. Rachis cervical CHAPITRE 2 Rachis cervical Subluxation c1 c2 Distance atlas axis (Djian) Pseudo-luxation c2 c3 chez l'enfant Ligne cervicale postérieure (Swischuk) Canal cervical étroit Parties molles prévertébrales cervicales

Plus en détail

UN CAS DE SPONDYLODISCITE ASPERGILLAIRE CHEZ UN SUJET IMMUNOCOMPÉTENT P.LATASTE, D.JARNIER, N.ROUANES, M.I.RAHANTAMALALA

UN CAS DE SPONDYLODISCITE ASPERGILLAIRE CHEZ UN SUJET IMMUNOCOMPÉTENT P.LATASTE, D.JARNIER, N.ROUANES, M.I.RAHANTAMALALA UN CAS DE SPONDYLODISCITE ASPERGILLAIRE CHEZ UN SUJET IMMUNOCOMPÉTENT P.LATASTE, D.JARNIER, N.ROUANES, M.I.RAHANTAMALALA OBJECTIF Rapporter un cas de spondylodiscite aspergillaire découverte chez un sujet

Plus en détail

Abcès du foie à germes pyogènes : à propos de 19 cas et revue de la littérature

Abcès du foie à germes pyogènes : à propos de 19 cas et revue de la littérature Abcès du foie à germes pyogènes : à propos de 19 cas et revue de la littérature Dr L. BADAOUI,G.DABO,M.SODQI,L.MARIH,A.OULED LAHSEN,R.BENSGHIR,A.CHAKIB,K.MARHOUM EL FILLALI Service des Maladies Infectieuses

Plus en détail

Comparaison IRM (diffusion)/ Morpho-TEP / Biopsie dans l atteinte ostéo-médullaire des lymphomes

Comparaison IRM (diffusion)/ Morpho-TEP / Biopsie dans l atteinte ostéo-médullaire des lymphomes Comparaison IRM (diffusion)/ Morpho-TEP / Biopsie dans l atteinte ostéo-médullaire des lymphomes A. Fairise, O. Bruot, S. Bologna, P. Olivier, J. Mathias, C. Baumann, K. Montagne, V. Laurent, D. Régent

Plus en détail

APPORTS RESPECTIFS DES DIFFERENTS

APPORTS RESPECTIFS DES DIFFERENTS BONE CLUB ET POT POURRI OSTEO-ARTICULAIRE APRAMEN 20 JUIN 2007 APPORTS RESPECTIFS DES DIFFERENTS EXAMENS D IMAGERIE D MORPHOLOGIQUE ET FONCTIONNELLE DANS L EXPLORATION L D UNE D VERTEBRE IVOIRE Khiar A

Plus en détail

Douleurs de la face plantaire du pied : 3 cas cliniques

Douleurs de la face plantaire du pied : 3 cas cliniques Douleurs de la face plantaire du pied : 3 cas cliniques un caillou dans la chaussure empêche le sage de regarder les étoiles (proverbe chinois) A. Raymond IHN obs. service Guilloz (Pr A. Blum) Cas n 1

Plus en détail

Sommaire Arthrose. diagnostic, attitude thérapeutique et suivi

Sommaire Arthrose. diagnostic, attitude thérapeutique et suivi Sommaire 057. Arthrose diagnostic, attitude thérapeutique et suivi Caractères généraux Clichés standards - Pincement articulaire focalisé (zone de contrainte, chondrolyse) - Ostéophytose (zones de moindre

Plus en détail

Examen d Imagerie par par. Magnétique (IRM) du (IRM) poulain. du poulain

Examen d Imagerie par par. Magnétique (IRM) du (IRM) poulain. du poulain Examen d Imagerie par par Résonance Résonance Magnétique Magnétique (IRM) du (IRM) poulain du poulain Examen d Imagerie par Résonance Magnétique (IRM) du poulain Hallmarq Veterinary Imaging Ltd Unit 5

Plus en détail

Embolie pulmonaire. Dg positif. Image/Défect endoluminal/intravasculaire Unilatéral/bilatéral Épanchement pleural.

Embolie pulmonaire. Dg positif. Image/Défect endoluminal/intravasculaire Unilatéral/bilatéral Épanchement pleural. Embolie pulmonaire Dg positif Image/Défect endoluminal/intravasculaire Unilatéral/bilatéral Épanchement pleural Signes cardiaques droits: Signes de gravité - Dilatation de l artère pulmonaire - Dilatation

Plus en détail

Quels sont les éléments sémiologiques à retenir. -pancolite transmurale ; prédominance des lésions sur le sigmoïde et le colon G

Quels sont les éléments sémiologiques à retenir. -pancolite transmurale ; prédominance des lésions sur le sigmoïde et le colon G Homme,31 ans, maladie de Crohn pancolique et rectale ; fièvre et syndrome inflammatoire majeur résistant au traitement antibiotique ; une technique d imagerie non irradiante a été préférée chez ce jeune

Plus en détail

La boiterie de l enfant

La boiterie de l enfant La boiterie de l enfant A. FAURE, T. MERROT Chirurgie Pédiatrique Hôpital Nord IFI T Joseph Croix Rouge Française Rappels d anatomie Rappels d anatomie Boiterie = altération des éléments fondamentaux du

Plus en détail

DENERVATION DES MUSCLES PARASPINAUX LOMBAIRES : ASPECT EN IMAGERIE

DENERVATION DES MUSCLES PARASPINAUX LOMBAIRES : ASPECT EN IMAGERIE DENERVATION DES MUSCLES PARASPINAUX LOMBAIRES : ASPECT EN IMAGERIE R. RICHARD, B. LAW-YE, C. WATTEL, D. SIAHOU, S. MOKHTARI, D. SAFA, C. LE BRETON, R. CARLIER Hôpital Raymond Poincaré Garches Objectifs

Plus en détail

Indications et stratégies d utilisation des principaux examens d imagerie

Indications et stratégies d utilisation des principaux examens d imagerie Indications et stratégies d utilisation des principaux examens d imagerie Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Argumenter et hiérarchiser l apport des principales techniques d imagerie. En évaluer

Plus en détail

Y. HENTATI, I. KOUBAA, H. FOURATI, L. Gargouri*, S. Driss, E. Daoud, Z. Mnif Sfax - Tunisie

Y. HENTATI, I. KOUBAA, H. FOURATI, L. Gargouri*, S. Driss, E. Daoud, Z. Mnif Sfax - Tunisie Y. HENTATI, I. KOUBAA, H. FOURATI, L. Gargouri*, S. Driss, E. Daoud, Z. Mnif Sfax - Tunisie INTRODUCTION Pathologie particulière par les particularités anatomiques du terrain Urgence diagnostique et thérapeutique

Plus en détail

Démarche diagnostique en IRM devant une lésion. composante kystique de l adulte. MP Gobin-Meteil, S Rodrigo, C Oppenheim, JF Meder

Démarche diagnostique en IRM devant une lésion. composante kystique de l adulte. MP Gobin-Meteil, S Rodrigo, C Oppenheim, JF Meder Démarche diagnostique en IRM devant une lésion parenchymateuse cérébrale à composante kystique de l adulte E Meary, C Mellerio,O Naggara, M Petkova, MP Gobin-Meteil, S Rodrigo, C Oppenheim, JF Meder INTRODUCTION

Plus en détail

IMAGERIE MODERNE DES RHUMATISMES INFLAMMATOIRES. Dr Damien VERDIER Pr Olivier HAUGER

IMAGERIE MODERNE DES RHUMATISMES INFLAMMATOIRES. Dr Damien VERDIER Pr Olivier HAUGER IMAGERIE MODERNE DES RHUMATISMES INFLAMMATOIRES Dr Damien VERDIER Pr Olivier HAUGER Diagnostic? (item 123 ECN) Arthopathies érosives du 3ème doigt de la main gauche intéressant l IPP et l IPD = Atteinte

Plus en détail

LE POINT SUR LES TUMEURS OSSEUSES A CELLULES GÉANTES. J. Cazejust, R. Campagna, F. Thévenin, F. Larousserie, A. Chevrot, J-L Drapé

LE POINT SUR LES TUMEURS OSSEUSES A CELLULES GÉANTES. J. Cazejust, R. Campagna, F. Thévenin, F. Larousserie, A. Chevrot, J-L Drapé LE POINT SUR LES TUMEURS OSSEUSES A CELLULES GÉANTES J. Cazejust, R. Campagna, F. Thévenin, F. Larousserie, A. Chevrot, J-L Drapé Service de radiologie B Hôpital Cochin Définition Tumeur osseuse primitive

Plus en détail

154. Tumeurs des os, primitives et secondaires

154. Tumeurs des os, primitives et secondaires Sommaire 154. Tumeurs des os, primitives et secondaires diagnostic Imagerie Clichés standards 2 incidences (indispensables) - En faveur d une tumeurs maligne primitive : localisation «autour du genou»,

Plus en détail

Table des matières. Module 4. Handicap incapacité dépendance I. TECHNIQUES DE RÉÉDUCATION ET DE RÉADAPTATION 13. Module 5.

Table des matières. Module 4. Handicap incapacité dépendance I. TECHNIQUES DE RÉÉDUCATION ET DE RÉADAPTATION 13. Module 5. Table des matières CHAPITRE 1 PRINCIPALES TECHNIQUES DE RÉÉDUCATION ET DE RÉADAPTATION. SAVOIR PRESCRIRE LA MASSO- KINÉSITHÉRAPIE (ET L ORTHOPHONIE, NON TRAITÉ) 13 Module 4. Handicap incapacité dépendance

Plus en détail

Les complications infectieuses des prothèses articulaires

Les complications infectieuses des prothèses articulaires Les complications infectieuses des prothèses articulaires Dr Bertrand ISSARTEL Médecine Interne Maladies Infectieuses et Tropicales Centre de Vaccinations Internationales et de médecines des Voyages 35,

Plus en détail