Evaluation gériatrique minimale pour l oncologue : quand faire appel au gériatre?

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Evaluation gériatrique minimale pour l oncologue : quand faire appel au gériatre?"

Transcription

1

2 V e n d r e d i 1 8 o c to b r e 2013 Evaluation gériatrique minimale pour l oncologue : quand faire appel au gériatre? Dr Gilles Albrand Co-coordonnateur UCOG-IR Rhône-Auvergne-Guyane Groupement de la Gériatrie des Hospices Civils de Lyon Hôpital Antoine Charial 40 Avenue de la table de Pierre FRANCHEVILLE Echanges pratiques et poly-pathologies

3 Pourquoi PENSER évaluation gériatrique en Oncologie?

4 Les différentes formes du vieillissement Le vieillissement réussi : probabilité réduite de pathologie ou d'incapacité, capacités physiques ou cognitives importantes, implication importante dans la vie sociale et personnelle. Le vieillissement habituel ou usuel : atteintes dites "physiologiques liées à l'âge" probabilité importante de pathologies ou d'incapacités. Le vieillissement pathologique : maladies et/ou d'incapacités.

5 Particularités de la maladie chez le sujet âgé Vieillissement : affaiblissement des capacités d'adaptation et de l'efficacité des mécanismes régulateurs. Vulnérabilité Fragilité. Aggravation des conséquences d un stress. Aggravation des conséquences d une maladie dégénérative par le vieillissement. Les conséquences d un stress peuvent être aggravées par l'inadaptation transitoire de l'environnement. Risque d apparition de dépendance et/ou de perte d'autonomie.

6 Particularités de la maladie chez le sujet âgé Présence des notions suivantes: Vieillissement Perte d autonomie Diagnostic Maladies aiguës Association Intrication Maladies chroniques Dépendance Environnement - Maintien à domicile

7 La fragilité «Incapacité à répondre de façon adaptée à un stress». K Rockwood 1994 «Le risque qu à une personne âgée, à un moment de sa vie, de développer ou d aggraver des limitations fonctionnelles ou des incapacités étant donné les effets combinés de déficiences et de facteurs modulateurs». P. Lebel 1999 «État d équilibre dynamique précaire entre la bonne santé et la maladie, l autonomie (mentale) et sa disparition, l indépendance (physique) et sa perte, l existence de ressources et leur épuisement, la présence d un entourage affectif ou aidant et le total isolement» C. Trivalle «État de réduction des réserves fonctionnelles liée au vieillissement et aux maladies chroniques exposant l individu âgé à la décompensation fonctionnelle et notamment aux pathologies en «cascade» sous l influence d un stress même minime.» Corpus de gériatrie 2004

8 Evaluation Gériatrique : QUID?

9 L Evaluation Gériatrique Une méthode de travail et de description de l état de santé du sujet âgé. Essence même du travail du gériatre Basée sur des concepts et une méthodologie validés Des résultats et des bénéfices indéniables Approche multidimensionnelle et interdisciplinaire visant à dresser un bilan des modifications médicales et psychosociales des personnes âgées, ainsi que de leurs incapacités fonctionnelles. Enrichit, complète et parfois oriente la démarche médicale classique.

10 Objectif principal MAINTENIR AU DOMICILE DES PERSONNES AGEES DEPENDANTES OU A RISQUE D'ENTREE EN DEPENDANCE AVEC LA MEILLEURE QUALITE DE VIE POSSIBLE EN ABORDANT ET GERANT LA COMPLEXITE DE LEURS PROBLEMES. National Institutes of Health Consensus Conference on Geriatric Assessment Methods for Clinical Decision, 1987

11 Déclinaison de cet objectif Aborder des problèmes de santé complexes et multifactoriels Avoir une approche médicale cohérente : appréhender l ensemble des problèmes et leur retentissement Ne pas méconnaître ou négliger certains aspects des problèmes posés par les patients polypathologiques Aboutir à une démarche diagnostique, thérapeutique ou rééducative Hiérarchiser les actions proposées selon les effets attendus du traitement, le désir et la qualité de vie du patient

12 Population-cible LES PERSONNES AGEES DE PLUS DE 65 ANS AYANT UN PROBLEME SOMATIQUE ET/OU PSYCHOLOGIQUE, ET/OU FONCTIONNEL ET/OU SOCIO-ECONOMIQUE ALTERANT LEUR INDEPENDANCE POUR LES ADL ET IADL. National Institutes of Health Consensus Conference on Geriatric Assessment Methods for Clinical Decision, 1987

13 Les différents niveaux d évaluation Toute personne âgée ne relève pas nécessairement d une évaluation gériatrique Toute équipe gériatrique n est pas nécessairement à même de mener l intégralité de l évaluation Anglo-saxons : «Multidimensional geriatric screening» : définir la population cible Pour la population-cible : «Comprehensive geriatric assessment» (CGA) s effectuant au mieux dans les «Geriatric Evaluation and Management Units»(GEMU) Francophones : Évaluation Gériatrique Standardisée : EGS, qui inclut à la fois le dépistage et l évaluation proprement dite

14 En Oncologie un Objectif : Identification des patients évaluation gériatrique dépendants Acteurs Médecins généralistes et spécialistes, IDE, équipes mobiles de gériatrie Pas de formation spécifique en gériatrie indispensable Différents outils : Screen for impairment in the ambulatory Elderly The ISAR screening tool The SIGNET model The Performance Physical Test The MDS-HC The Michigan Choise EASY Care instrument The VES 13 G8 et le simple sens clinique

15 G8 Seuil : Anormal si < 14. Sensibilité : 76.6%, 95%CI [74.0%; 79.0%] Spécificité : 64.4%, 95%CI [58.6%; 70.0%] Reproductibilité : kappa : 0.65, 95%CI [0.61; 0.69] Passation : 4.4 minutes Données Pierre Soubeyran

16 Prise en charge Oncologique Classique Test négatif Faux positif PATIENTS AGES ATTEINT D UN CANCER IDENTIFICATION : Patients nécessitant une Evaluation Gériatrique (G8 Examen clinique simple) Test positif DETECTION : Syndromes gériatriques - Co-morbidités Consultation gérontologique d'évaluation - UMEG Multidimensional geriatric screening Vrai positif Population intermédiaire = Population cible (Dépendance modérée ou risque d'entrée en dépendance : vieillissement usuel ou habituel) Population en vieillissement pathologique Syndromes gériatriques et/ou co-morbidités très avancées Syndromes gériatriques et/ou co-morbidités connus et stabilisés Prise en charge Onco Gériatrique Adaptée Syndromes gériatriques et/ou comorbidités non connus et/ou non stabilisées Prise en charge Soins Palliatifs et/ou Gériatrique adaptée EVALUATION GERIATRIQUE APPROFONDIE : Comprehensive Geriatric Assessment and Management Hôpital Gériatrique 16

17 Conclusion Les services de cancérologie doivent utiliser massivement le G8 chez les 75 ans et plus Les services de cancérologie ne sont pas adaptés à faire de l évaluation gériatrique Sauf Si Consultation de Détection (présence d un Gériatre) dans la structure. Donc Organisation de lien entre cancérologie et Gériatrie

L APPROCHE EN ONCO-GERIATRIE GERIATRIE.

L APPROCHE EN ONCO-GERIATRIE GERIATRIE. L APPROCHE EN ONCO-GERIATRIE GERIATRIE. Dr Gilles ALBRAND - Chef de Service Unité d Evaluation Gériatrique Approfondie Hôpital Antoine Charial CHR-U U de Lyon 40 Avenue de la Table de Pierre 69340 Francheville.

Plus en détail

FORMATION AIDE SOIGNANTE SPÉCIFICITÉS DE PRISE EN SOIN EN ONCOGÉRIATRIE

FORMATION AIDE SOIGNANTE SPÉCIFICITÉS DE PRISE EN SOIN EN ONCOGÉRIATRIE FORMATION AIDE SOIGNANTE SPÉCIFICITÉS DE PRISE EN SOIN EN ONCOGÉRIATRIE Tranier Alexandrine Réunion d information infirmières et aides soignants 12 septembre 2016 Sommaire Rationnel de l étude Méthodologie

Plus en détail

De la fragilité de la personne âgée à l évaluation gérontologique

De la fragilité de la personne âgée à l évaluation gérontologique De la fragilité de la personne âgée à l évaluation gérontologique Mardi 12 octobre 2010 Mme Marie-Christine GOUSSEAU Mme Isabelle THAREAU CEAS - Approche psycho-sociale 1 La fragilité est devenu, ces dernières

Plus en détail

La personne âgée fragile : entre hôpital de jour et accueil de jour. Dr Denise Strubel Dr Martine Lapierre Gérontologie CHU Nîmes

La personne âgée fragile : entre hôpital de jour et accueil de jour. Dr Denise Strubel Dr Martine Lapierre Gérontologie CHU Nîmes La personne âgée fragile : entre hôpital de jour et accueil de jour Dr Denise Strubel Dr Martine Lapierre Gérontologie CHU Nîmes Introduction Bénéfice pour les HdJ du développement important des AcJ (Plans

Plus en détail

Quelles sont les questions à se poser avant de demander un examen d imagerie?

Quelles sont les questions à se poser avant de demander un examen d imagerie? Quelles sont les questions à se poser avant de demander un examen d imagerie? Dr Sylvie HAULON Chef De Service Gérontologie 4 Hôpital Emile ROUX Groupe Hospitalier Henri Mondor Présidente de la collégiale

Plus en détail

Soins de support en Oncogériatrie Le point de vue du gériatre

Soins de support en Oncogériatrie Le point de vue du gériatre Unité Pilote de Coordination Oncogériatrique en Midi-Pyrénées Soins de support en Oncogériatrie Le point de vue du gériatre Dr S Gérard, Dr L. Balardy 4ème Journée GRASSPHO AFSOS / Oncomip 27/11/2009 Soins

Plus en détail

Activité et perspectives. AOG* * du Centre. C Sauger, chargée de missions V Dardaine, oncogériatre E Dorval, oncogastroentérologue

Activité et perspectives. AOG* * du Centre. C Sauger, chargée de missions V Dardaine, oncogériatre E Dorval, oncogastroentérologue Oncogériatrie en région r Centre. Activité et perspectives. AOG* * du Centre C Sauger, chargée de missions V Dardaine, oncogériatre E Dorval, oncogastroentérologue * Antenne d Oncogériatrie cancer, âge

Plus en détail

L évaluation en oncogériatrie: une aide à la décision thérapeutique?

L évaluation en oncogériatrie: une aide à la décision thérapeutique? L évaluation en oncogériatrie: une aide à la décision thérapeutique? O. GUERIN Gériatrie gérontologie clinique (Dr P.Brocker) CHU Nice I Pourquoi? 1 Association vieillissement cancer : un paradoxe Cancéreux

Plus en détail

Définitions de la vulnérabilité. La notion de capacités de réserve. Fragilité et vulnérabilité de la personne âgée

Définitions de la vulnérabilité. La notion de capacités de réserve. Fragilité et vulnérabilité de la personne âgée Capacité de Gérontologie - 2014 Définitions de la vulnérabilité Fragilité et vulnérabilité de la personne âgée Joël Belmin Service de gériatrie Hôpital Charles Foix et Université Paris 6 Ivry-sur-Seine,

Plus en détail

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge Démarche et objectifs Une démarche de santé publique à l initiative de la Direction générale de la Santé

Plus en détail

Le cancer au-delà de 65 ans : Connaitre l indispensable

Le cancer au-delà de 65 ans : Connaitre l indispensable Le cancer au-delà de 65 ans : Connaitre l indispensable Médecins, pharmaciens Dates de session PUBLIC CIBLE 21 et 22 septembre 2015 11 et 12 janvier 2016 Chirurgiens oncologues, Spécialistes d organes,

Plus en détail

Place des aidants dans la prise en charge des cancers du sujet âgé. Réunion régionale Oncogériatrie 04 avril 2012

Place des aidants dans la prise en charge des cancers du sujet âgé. Réunion régionale Oncogériatrie 04 avril 2012 Place des aidants dans la prise en charge des cancers du sujet âgé Réunion régionale Oncogériatrie 04 avril 2012 Introduction Cancer du sujet âgé Problématique de santé publique Augmentation incidence

Plus en détail

LMD infirmier La personne âgée Gériatrie/Gérontologie. Sylvie Pariel Hôpital Charles Foix Ivry sur Seine

LMD infirmier La personne âgée Gériatrie/Gérontologie. Sylvie Pariel Hôpital Charles Foix Ivry sur Seine LMD infirmier La personne âgée Gériatrie/Gérontologie Sylvie Pariel Hôpital Charles Foix Ivry sur Seine Gériatrie/ gérontologie/ gérontopsychiatrie: définitions Gériatrie Gériatrie: dont le champ est vaste

Plus en détail

LMD infirmier La personne âgée Gériatrie/Gérontologie. Sylvie Pariel Hôpital Charles Foix Ivry sur Seine

LMD infirmier La personne âgée Gériatrie/Gérontologie. Sylvie Pariel Hôpital Charles Foix Ivry sur Seine LMD infirmier La personne âgée Gériatrie/Gérontologie Sylvie Pariel Hôpital Charles Foix Ivry sur Seine Gériatrie/ gérontologie/ gérontopsychiatrie: définitions Gériatrie Gériatrie: dont le champ est vaste

Plus en détail

Onco-gériatrie L UCOG favorise une prise en charge de proximité

Onco-gériatrie L UCOG favorise une prise en charge de proximité Onco-gériatrie L UCOG favorise une prise en charge de proximité Le vieillissement de la population et la forte augmentation de l incidence de la plupart des cancers au-delà de 65 ans font de la prise en

Plus en détail

Rôle des EMG dans le dépistage des PAERPA. Dr. Frédéric BLOCH (Paris)

Rôle des EMG dans le dépistage des PAERPA. Dr. Frédéric BLOCH (Paris) Rôle des EMG dans le dépistage des PAERPA Dr. Frédéric BLOCH (Paris) Introduction Premier constat: dispositif de soins = inadapté aux besoins des patients âgées (PA) 1/3 des séjours hospitaliers concerne

Plus en détail

Troubles de la marche & chutes chez la personne âgée

Troubles de la marche & chutes chez la personne âgée Formation extra-muros Troubles de la marche & chutes chez la personne âgée Programme DPC N 47341500034 Hôtel Ibis Montpellier Centre 95 place Vauban, bd d Antigone - 34000 Montpellier constat Avec l avancée

Plus en détail

Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux. Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006

Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux. Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006 Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006 Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux Prévention et dépistage

Plus en détail

Le sujet âgé atteint de cancer : Quels enjeux?

Le sujet âgé atteint de cancer : Quels enjeux? Le sujet âgé atteint de cancer : Quels enjeux? Dr Olivier Guillem Centre hospitalier intercommunal des alpes du sud - Gap Ancelle ORPHEM 22 Mars 2012 Quelques données La population française vieillit :

Plus en détail

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge A l initiative de la Direction Générale de la Santé Mise en œuvre: Société Française de Gériatrie et Gérontologie

Plus en détail

L Association Gérontologique Vallée de Montmorency-Rives de Seine : Plateforme d appui à la coordination médico-sociale des personnes âgées

L Association Gérontologique Vallée de Montmorency-Rives de Seine : Plateforme d appui à la coordination médico-sociale des personnes âgées L Association Gérontologique Vallée de Montmorency-Rives de Seine : Plateforme d appui à la coordination médico-sociale des personnes âgées Mai 2015 Dr SERAMY Nicolas, médecin coordinateur Mme TRISTANT

Plus en détail

Qu est-ce que l oncogériatrie

Qu est-ce que l oncogériatrie Question 1 Qu est-ce que l oncogériatrie Une prise en charge adaptée des personnes âgées atteintes de cancer Une expertise gériatrique en complément de l expertise carcinologique Une approche pluridisciplinaire

Plus en détail

Quelles actualités en Oncogériatrie? Cécile Mertens 27/11/2015

Quelles actualités en Oncogériatrie? Cécile Mertens 27/11/2015 1 Quelles actualités en Oncogériatrie? Cécile Mertens 27/11/2015 Pourquoi l Oncogériatrie? Quelques chiffres 2 Oncogériatrie Une discipline en plein essor, née en 1983. Alliance entre l oncologie et la

Plus en détail

Offre de la filière gériatrique

Offre de la filière gériatrique Offre de la filière gériatrique Palette complète de prises en charge spécifiques en gériatrie dans le cadre d hospitalisations programmées et non programmées En Cs, en HDJ, en hospitalisation complète

Plus en détail

A propos de 2 situations complexes en psychogériatrie

A propos de 2 situations complexes en psychogériatrie A propos de 2 situations complexes en psychogériatrie Florence Lebert CMRR Lille/Bailleul UCC Bailleul Pas de conflits d'intérêt Réflexions autour de 3 thèmes 1. Recherche d un déclin neurocognitif (syndrome

Plus en détail

FILIERE ONCO-GERIATRIQUE Rôle majeur du SSR???

FILIERE ONCO-GERIATRIQUE Rôle majeur du SSR??? FILIERE ONCO-GERIATRIQUE Rôle majeur du SSR??? Dr Amblard-Manhès «Centre médical LES SAPINS» CEYRAT Soins de suite et de réadaptation, orientation cancérologie, POURQUOI FAIRE? Améliorer la qualité de

Plus en détail

Document. Pour demande d admission

Document. Pour demande d admission Document Pour demande d admission Centre d Hébergement et de soins de longue durée de Rivière-Rouge 1525, rue L Annonciation Nord Rivière-Rouge, QC, J0T 1T0 Téléphone: 819 275-2118 Télécopieur: 819 275-4102

Plus en détail

«Les patients âgés atteints de la maladie d Alzheimer ou de syndromes apparentés nécessitent une prise en charge globale ( )»

«Les patients âgés atteints de la maladie d Alzheimer ou de syndromes apparentés nécessitent une prise en charge globale ( )» «Les patients âgés atteints de la maladie d Alzheimer ou de syndromes apparentés nécessitent une prise en charge globale ( )» Interview du Docteur Gilles Albrand, gériatre à l Hôpital Antoine Charial,

Plus en détail

Traumatismes gériatriques

Traumatismes gériatriques Traumatismes gériatriques Dr Brigitte Comte Journées en traumatologie Hôpital Edouard Herriot 11 Octobre 2007 Quelques chiffres en 2007 5 000 décès/an par accident de la route 300 000 nouveaux cancers

Plus en détail

Problématiques De la recherche clinique Oncogériatrique. Cécile Mertens Unité de Coordination en OncoGériatrie Institut Bergonié et CHU de Bordeaux

Problématiques De la recherche clinique Oncogériatrique. Cécile Mertens Unité de Coordination en OncoGériatrie Institut Bergonié et CHU de Bordeaux 1 Problématiques De la recherche clinique Oncogériatrique Cécile Mertens Unité de Coordination en OncoGériatrie Institut Bergonié et CHU de Bordeaux 2 Vieillissement de la population et Cancer Espérance

Plus en détail

Fragilité en gériatrie. Pr Nathalie SALLES CHU Bordeaux

Fragilité en gériatrie. Pr Nathalie SALLES CHU Bordeaux Fragilité en gériatrie Pr Nathalie SALLES CHU Bordeaux Nombre de centenaires en Europe En Europe Espérance de vie à la naissance Espérance de vie à 90 ans Patiente de 90 ans : à cet âge l espérance de

Plus en détail

Fragilité en gériatrie

Fragilité en gériatrie Fragilité en gériatrie Pr Nathalie SALLES CHU Bordeaux Nombre de centenaires en Europe En Europe Espérance de vie à la naissance 1 Espérance de vie à 90 ans Patiente de 90 ans : à cet âge l espérance de

Plus en détail

Définition de l OMS Le programme de soins gériatrique Indications d appel à l HDJG Historique Rôle infirmier Avantages de l HDJG

Définition de l OMS Le programme de soins gériatrique Indications d appel à l HDJG Historique Rôle infirmier Avantages de l HDJG Définition de l OMS Le programme de soins gériatrique Indications d appel à l HDJG Historique Rôle infirmier Avantages de l HDJG Spécialité médicale concernée par les affections physiques, mentales, fonctionnelles

Plus en détail

Les critères des Unité Spécifiques Alzheimer :

Les critères des Unité Spécifiques Alzheimer : Les critères des Unité Spécifiques Alzheimer : Dr Aquino Jean Pierre TABLE RONDE product 2014 Congrès National des Unités de soins d évaluation et de prise en charge Alz Tu 11 Décembre 2014 Dr Binot Ingrid

Plus en détail

Télémédecine en EHPAD Retours d expériences en Gironde. Pr Nathalie SALLES Pôle de Gérontologie Clinique CHU Bordeaux

Télémédecine en EHPAD Retours d expériences en Gironde. Pr Nathalie SALLES Pôle de Gérontologie Clinique CHU Bordeaux + Télémédecine en EHPAD Retours d expériences en Gironde Pr Nathalie SALLES Pôle de Gérontologie Clinique CHU Bordeaux + Contexte réglementaire Loi HPST du 21/7/2009 «Dans son article 78, la loi «Hôpital,

Plus en détail

Les «Psys»en cancérologie

Les «Psys»en cancérologie Les «Psys»en cancérologie Quel travail de liaison? FlorenceNore Psychologue -Centre Jean Perrin / CHU «J ai envie de tuer quelqu un. J aurai dûen parler àmon psy, finalement j ai préféréme confier àmon

Plus en détail

LADOULEUR CHEZ LA PERSONNE ÂGEE. Outils d évaluation & aide à la décision

LADOULEUR CHEZ LA PERSONNE ÂGEE. Outils d évaluation & aide à la décision LADOULEUR CHEZ LA PERSONNE Outils d évaluation & aide à la décision ÂGEE Pourquoi un tel outil? Parce que, selon la loi «( ) Toute personne a le droit de recevoir des soins visant à soulager sa douleur.

Plus en détail

Apports et limites de la consultation d oncogériatrie. Eric FRANCOIS Centre Antoine-Lacassagne

Apports et limites de la consultation d oncogériatrie. Eric FRANCOIS Centre Antoine-Lacassagne Apports et limites de la consultation d oncogériatrie Eric FRANCOIS Centre Antoine-Lacassagne Conflits d intérêts Aucun pour cette présentation Objectifs pédagogiques Qu est ce qu un oncogériatre? Pourquoi,

Plus en détail

L éducation thérapeutique du patient (ETP): pourquoi? Comment l organiser? L exemple du diabète. Dr Bénédicte Frémy Jeudi 7 novembre 2013 Agen

L éducation thérapeutique du patient (ETP): pourquoi? Comment l organiser? L exemple du diabète. Dr Bénédicte Frémy Jeudi 7 novembre 2013 Agen L éducation thérapeutique du patient (ETP): pourquoi? Comment l organiser? L exemple du diabète. Dr Bénédicte Frémy Jeudi 7 novembre 2013 Agen Définition de l OMS (1998) L ETP est un processus continu,

Plus en détail

CTR maladie chronique 10/10/2011. Dr Martine Sciortino Dr Alain Ferrero

CTR maladie chronique 10/10/2011. Dr Martine Sciortino Dr Alain Ferrero CTR maladie chronique 10/10/2011 Dr Martine Sciortino Dr Alain Ferrero ARS PACA-10/10/2011 Ordre du Jour Point sur l éducation thérapeutique Point sur le Plan d action «personnes atteintes de maladie chronique»

Plus en détail

Comment dépister d le patient fragile? Dr Corina Duja RDV des Urgences 26 mai 2011

Comment dépister d le patient fragile? Dr Corina Duja RDV des Urgences 26 mai 2011 Comment dépister d le patient fragile? Dr Corina Duja RDV des Urgences 26 mai 2011 Dépistage de la personne âgée aux Urgences Très s simple Age de plus de 75 ans (toutes les personnes nées n avant 1936)

Plus en détail

Présentation Rôle - Missions Mardi 04 Novembre 2014 Caen

Présentation Rôle - Missions Mardi 04 Novembre 2014 Caen Unité de Coordination en Oncogériatrie Présentation Rôle - Missions Mardi 04 Novembre 2014 Caen Historique 1995: 1 ères équipes françaises: Lyon puis Bordeaux Paris 2000-2005: Etat des lieux par les instances

Plus en détail

SYLLABUS. Défaillances organiques et processus dégénératifs S 4 LLANAS UE : 2.7. Co référent : Josette LECLERCQ

SYLLABUS. Défaillances organiques et processus dégénératifs S 4 LLANAS UE : 2.7. Co référent : Josette LECLERCQ SYLLABUS S 4 UE : 2.7 Défaillances organiques et processus dégénératifs Promotion 2014-2017 LLANAS Février 2016 Référente UE: Annie Co référent : Josette LECLERCQ 1 Introduction Cette unité d enseignement

Plus en détail

Score de qualité de vie : indicateurs

Score de qualité de vie : indicateurs Score de qualité de vie : indicateurs Carine SEGRESTAN - Bordeaux INTRODUCTION Notion "fourre-tout" Importance de l auto-évaluation par le patient de sa qualité de vie (QDV) "Dans la mesure où les perceptions

Plus en détail

TéléPallia : la télémédecine au service des soins de support

TéléPallia : la télémédecine au service des soins de support TéléPallia : la télémédecine au service des soins de support Dr Antoine Lemaire Responsable de Structure Equipe Mobile de Soins de Support & Palliatifs Chef de Pôle Cancérologie & Spécialités Médicales

Plus en détail

Le concept de Fin de Vie en Gériatrie. Docteur Joëlle PEREZ

Le concept de Fin de Vie en Gériatrie. Docteur Joëlle PEREZ Le concept de Fin de Vie en Gériatrie Docteur Joëlle PEREZ Soins Palliatifs GériatriquesG Développement à partir de la pathologie cancéreuse et le SIDA : notion d incurabilité d une pathologie unique ou

Plus en détail

Soirée de formation en Oncogériatrie PRISE EN CHARGE DU CANCER DE L OVAIRE CHEZ LA FEMME AGEE NIORT LE 28 JUIN 2016

Soirée de formation en Oncogériatrie PRISE EN CHARGE DU CANCER DE L OVAIRE CHEZ LA FEMME AGEE NIORT LE 28 JUIN 2016 Soirée de formation en Oncogériatrie PRISE EN CHARGE DU CANCER DE L OVAIRE CHEZ LA FEMME AGEE NIORT LE 28 JUIN 2016 Soirée de formation en Oncogériatrie TRAITEMENT ONCOLOGIQUE Claire Jamet Oncologue médicale

Plus en détail

Bonnes pratiques pour le diagnostic. Marie-Hélène Prud homme, psychologue Coordonnatrice clinique, CRA/CEA Limousin

Bonnes pratiques pour le diagnostic. Marie-Hélène Prud homme, psychologue Coordonnatrice clinique, CRA/CEA Limousin Bonnes pratiques pour le diagnostic Marie-Hélène Prud homme, psychologue Coordonnatrice clinique, CRA/CEA Limousin Les bonnes pratiques pour le diagnostic En 2012, la HAS publie une revue des bonnes pratiques

Plus en détail

Matériel protégé par le droit d'auteur

Matériel protégé par le droit d'auteur Alzheimer et vulnérabilité Avant propos de Pierre Krolak-Salmon 11 Première partie: Clinique, diagnostic, prise en soin de la maladie d'alzheimer... Vulnérabilité, facteurs de risque et facteurs protecteurs

Plus en détail

Adresse postale : 556 avenue Willy Brandt 59777 EURALILLE - 03.62.72.77.00 Site Internet : http://ars.nordpasdecalais.sante.fr

Adresse postale : 556 avenue Willy Brandt 59777 EURALILLE - 03.62.72.77.00 Site Internet : http://ars.nordpasdecalais.sante.fr Recommandations pour l identification de consultations interdisciplinaires d évaluation oncogériatrique en hôpital de jour dans le cadre des missions régionales de l UCOG et des filières gériatriques.

Plus en détail

La décision thérapeutique face au cancer du patient âgé : quelle place est accordée à l incertitude? Une étude internationale

La décision thérapeutique face au cancer du patient âgé : quelle place est accordée à l incertitude? Une étude internationale La décision thérapeutique face au cancer du patient âgé : quelle place est accordée à l incertitude? Une étude internationale Yves Libert Paris 2 octobre 2015 L incertitude en oncologie P(X) P(X) Décision

Plus en détail

Médecine d Urgence de la Personne Âgée (MUPA): Bilan des 9 Mois d Activité

Médecine d Urgence de la Personne Âgée (MUPA): Bilan des 9 Mois d Activité Innovation pour le Bien vieillir Médecine d Urgence de la Personne Âgée (MUPA): Bilan des 9 Mois d Activité Dr. Achille TCHALLA, MCU-PH, Gériatrie et Biologie du Vieillissement, Service de Médecine Gériatrique

Plus en détail

PRESS BOOK. Une charte pour mieux traiter les sujets âgés atteints de cancer. juin Service Communication EB

PRESS BOOK. Une charte pour mieux traiter les sujets âgés atteints de cancer. juin Service Communication EB PRESS BOOK juin 2013 SOMMAIRE COMMUNIQUÉ LA CHARTE Onco-gériatrique de l UCOG PACA-OUEST COUPURES APM International SÉNÉGAL.ACTU CADURESO.COM CHU RÉSEAU LA MARSEILLAISE HOPITAL.FR DIRECT MATIN PROVENCE.COM

Plus en détail

ALGOPLUS : Les pièges àéviter...

ALGOPLUS : Les pièges àéviter... : Les pièges àéviter... Dr Florence PERREIN, médecin chef de service, Service de gérontologie et prévention du vieillissement Journée du CLUD du 7 avril 2016 => pour l évaluation de la douleur chez le

Plus en détail

INAUGURATION Nouveau pôle gériatrique 22/05/2015 site de Baudour. Dossier de presse

INAUGURATION Nouveau pôle gériatrique 22/05/2015 site de Baudour. Dossier de presse EpiCURA a le plaisir de vous annoncer la naissance du pôle gériatrique de Baudour. Rassembler les unités de gériatrie des sites de Baudour et Hornu sur un seul site n est pas anodin. Cette décision s inscrit

Plus en détail

Session 7 : Communications orales Modérateurs : Muriel Rainfray Loïc Mourey

Session 7 : Communications orales Modérateurs : Muriel Rainfray Loïc Mourey Session 7 : Communications orales Modérateurs : Muriel Rainfray Loïc Mourey PREVALENCE DU CANCER CHEZ LES PATIENTS AGES DE 75 ANS ET PLUS RESIDANT EN EHPAD : ETUDE REALISEE AUPRES DES 50 EHPAD CONVENTIONNES

Plus en détail

Centre Hospitalier du Mans

Centre Hospitalier du Mans Centre Hospitalier du Mans Maladie d Alzheimer et maladies apparentées : l offre de soins gériatriques du Centre Hospitalier du Mans PROFESSIONNELS DE SANTE Centre Hospitalier du Mans O ff r e de soins

Plus en détail

Schizophrénie, addiction et réinsertion sociale. Dr A.Bouslimane, Psychiatre

Schizophrénie, addiction et réinsertion sociale. Dr A.Bouslimane, Psychiatre Schizophrénie, addiction et réinsertion sociale Dr A.Bouslimane, Psychiatre Epidémiologie Internationale la prévalence à vie de la toxicomanie est estimée à 47% chez ceux qui présentent un diagnostic de

Plus en détail

SERVICE RENDU AU PATIENT PAR UN RÉSEAU TERRITORIAL DE CANCÉROLOGIE

SERVICE RENDU AU PATIENT PAR UN RÉSEAU TERRITORIAL DE CANCÉROLOGIE SERVICE RENDU AU PATIENT PAR UN RÉSEAU TERRITORIAL DE CANCÉROLOGIE TRAVAUX des réseaux d Ile-de-France 3 e Congrès National des Réseaux de Cancérologie CONSTELLATION, ENSEMBLE, GYNECOMED, ONCORIF, ONCOVAL,

Plus en détail

L unité de coordination en oncogériatrie de Midi Pyrénées. Organisation et activité

L unité de coordination en oncogériatrie de Midi Pyrénées. Organisation et activité L unité de coordination en oncogériatrie de Midi Pyrénées Organisation et activité Historique Cliquez pour modifier Coordination le style de du projets titre Unité de Coordination en OncoGériatrie «Améliorer

Plus en détail

DENUTRITION ET CANCER

DENUTRITION ET CANCER DENUTRITION ET CANCER Pr Julien Mazières Unité d Oncologie Cervico-Thoracique Service de pneumologie Hôpital Larrey, CHU Toulouse Introduction La malnutrition atteint la majorité des patients porteurs

Plus en détail

La gériatrie de liaison au CHU DINANT-GODINNE. CHU DINANT GODINNE SITE GODINNE

La gériatrie de liaison au CHU DINANT-GODINNE. CHU DINANT GODINNE SITE GODINNE La gériatrie de liaison au CHU DINANT-GODINNE. CHU DINANT GODINNE SITE GODINNE 2 Données Démographiques : CHU Dinant Godinne UCL Namur Titre de votre présentation - Oct 2013 Par rapport à 2000, il y aura

Plus en détail

Modèle COPA (COordination Personnes Agées) Impact sur le devenir, état de santé et recours aux services

Modèle COPA (COordination Personnes Agées) Impact sur le devenir, état de santé et recours aux services Modèle COPA (COordination Personnes Agées) Impact sur le devenir, état de santé et recours aux services Matthieu de Stampa, Jean-François Buyks, Isabelle Vedel, Howard Bergman, Bernard Cassou, Jean-Claude

Plus en détail

12 octobre De la Fragilité de la Personne Agée à l Evaluation Gérontologique

12 octobre De la Fragilité de la Personne Agée à l Evaluation Gérontologique 12 octobre 2010 De la Fragilité de la Personne Agée à l Evaluation Gérontologique Concept de fragilité Approche psychique Intervention du Docteur FREDET Psychiatre Fédération de Géronto-Psychiatrie Centre

Plus en détail

THEME : SANTE MENTALE (incluant la souffrance psychique, la question des addictions et la santé des jeunes).

THEME : SANTE MENTALE (incluant la souffrance psychique, la question des addictions et la santé des jeunes). THEME : SANTE MENTALE (incluant la souffrance psychique, la question des addictions et la santé des jeunes). PRIORITE PRS : réduire les inégalités de santé XX/XX/XX SANTE MENTALE La santé mentale est un

Plus en détail

Quelle prise en charge pour les patients psychotiques atteints de cancer?

Quelle prise en charge pour les patients psychotiques atteints de cancer? Quelle prise en charge pour les patients psychotiques atteints de cancer? 8 ème Congrès de l Association Nationale Pour les Soins Somatiques en Santé Mentale Paris, 11 juin 2010 Dr Sarah Dauchy, Psychiatre

Plus en détail

SOINS PALLIATIFS ET FIN DE VIE. EN E.H.P.A.D. ET À DOMICILE Partie 1 version courte

SOINS PALLIATIFS ET FIN DE VIE. EN E.H.P.A.D. ET À DOMICILE Partie 1 version courte SOINS PALLIATIFS ET FIN DE VIE EN E.H.P.A.D. ET À DOMICILE Partie 1 version courte Mazoyer A. Formation continue des équipes ouverte aux professionnels ambulatoires Janvier 2013 EHPAD Boucard - 79 340

Plus en détail

Réseau de lutte contre le cancer de la Montérégie. Jean Latreille md et Christine Bertrand Pour le Réseau Cancer Montérégie

Réseau de lutte contre le cancer de la Montérégie. Jean Latreille md et Christine Bertrand Pour le Réseau Cancer Montérégie Réseau de lutte contre le cancer de la Montérégie Jean Latreille md et Christine Bertrand Pour le Réseau Cancer Montérégie Objectifs de la présentation Décrire les grands principes qui nous ont guidés

Plus en détail

Méthodologie pour la construction et la validation d un outil prédictif de la fragilité : la grille FRAGIRE

Méthodologie pour la construction et la validation d un outil prédictif de la fragilité : la grille FRAGIRE Méthodologie pour la construction et la validation d un outil prédictif de la fragilité : la grille FRAGIRE WORKSHOP 3 : «Identification et suivi attentionné des seniors fragiles» Marie BONIN, Chargée

Plus en détail

FORMATION DE BASE EN PSYCHOGERIATRIE Cycle 2016, Hôpital Vincent Van Gogh, Marchienne-au-Pont 6 modules de 2 jours

FORMATION DE BASE EN PSYCHOGERIATRIE Cycle 2016, Hôpital Vincent Van Gogh, Marchienne-au-Pont 6 modules de 2 jours FORMATION DE BASE EN PSYCHOGERIATRIE Cycle 2016, Hôpital Vincent Van Gogh, Marchienne-au-Pont 6 modules de 2 jours Responsable de formation : Dr Philippe Fontaine (chef du service de psychiatrie, CHU de

Plus en détail

Les facteurs de risque des céphalées. A. Belaid EHS CHERAGA

Les facteurs de risque des céphalées. A. Belaid EHS CHERAGA Les facteurs de risque des céphalées A. Belaid EHS CHERAGA Introduction Les céphalées font partie des dix causes les plus fréquentes de consultation dans une pratique de médecine générale. Les céphalées

Plus en détail

Le défi de l éducation thérapeutique

Le défi de l éducation thérapeutique Le défi de l éducation thérapeutique "Pour que la chute ne soit plus une fatalité liée à l âge" Docteur J. BULTEL / Docteur E. KHEIRDDINE Service SSR CHES site de Vernon. Septembre 2015 OBJECTIF DE L ETP

Plus en détail

Vieillissement subi vieillissement réussi

Vieillissement subi vieillissement réussi Vieillissement subi vieillissement réussi Louis Ploton Professeur émérite de Gérontologie Université Lyon-2 Pr.Louis PLOTON 1 Le vieillissement = crises d'identité On sait définir le vieillissement mais

Plus en détail

AUTONOMIE, DÉPENDANCE, HANDICAP

AUTONOMIE, DÉPENDANCE, HANDICAP 06.10.08 Mme Gross Gérontologie AUTONOMIE, DÉPENDANCE, HANDICAP I)Les liens entre autonomie et dépendance II)L'évaluation de la perte d'autonomie A)L'évaluation physique B)L'évaluation psychique C)L'évaluation

Plus en détail

Table des matières. Première partie Tableaux cliniques relatifs à la psychopathologie relationnelle

Table des matières. Première partie Tableaux cliniques relatifs à la psychopathologie relationnelle Introduction Un manuel sur la psychothérapie et la clinique... 5 Première partie Tableaux cliniques relatifs à la psychopathologie relationnelle Chapitre 1 Les personnalités que l on peut classer dans

Plus en détail

Déterminants socio environnementaux de la santé des aînés

Déterminants socio environnementaux de la santé des aînés Déterminants socio environnementaux de la santé des aînés Septembre 2011 Lucette Barthélémy DATER, Département formation et ressources Sommaire Le champ de la promotion de la santé Les déterminants individuels

Plus en détail

La filière gériatrique et les réseaux de soins

La filière gériatrique et les réseaux de soins DU de Médecine des Personnes Agées 2011 La filière gériatrique et les réseaux de soins Pr. François PUISIEUX Pôle de Gérontologie, CHRU de LILLE La filière gériatrique Objet de la filière gériatrique :

Plus en détail

Une maison pour nos personnes âgées atteintes de maladie mentale chronique

Une maison pour nos personnes âgées atteintes de maladie mentale chronique Mai 2016 Une maison pour nos personnes âgées atteintes de maladie mentale chronique Un exemple réussi de partenariat à Montréal entre Hôpital général juif et CHSLD juif de Montréal Centre Louise De Bellefeuille

Plus en détail

FORMATIONS EN ONCOGERIATRIE. Pr Yazid Belkacemi

FORMATIONS EN ONCOGERIATRIE. Pr Yazid Belkacemi FORMATIONS EN ONCOGERIATRIE Pr Yazid Belkacemi Introduction Le vieillissement de la population modifie profondément la nature de la demande de soins faite aux services de spécialités médicales. Les services

Plus en détail

QUELLE INTERFACE ENTRE HOPITAL DE JOUR ET ACCUEIL DE JOUR?

QUELLE INTERFACE ENTRE HOPITAL DE JOUR ET ACCUEIL DE JOUR? QUELLE INTERFACE ENTRE HOPITAL DE JOUR ET ACCUEIL DE JOUR? Dr Pascale CODIS La Fondation Roguet - établissement gériatrique public situé dans les Hauts-de-Seine sur la commune de Clichy - est une structure

Plus en détail

PLACE DE L INFIRMIERE DANS l E.G.S. Le rôle de l infirmière clinicienne

PLACE DE L INFIRMIERE DANS l E.G.S. Le rôle de l infirmière clinicienne PLACE DE L INFIRMIERE DANS l E.G.S. Le rôle de l infirmière clinicienne PRESENTATION DE LA STRUCTURE -Cadre réglementaire - Missions de l Equipe Mobile Gériatrique Le cadre réglementaire Circulaire DHOS

Plus en détail

Les syndromes gériatriques : au cœur du métier de gériatre

Les syndromes gériatriques : au cœur du métier de gériatre Les syndromes gériatriques : au cœur du métier de gériatre Joël Belmin Hôpital Charles Foix et Université Paris 6 Ivry-sur-Seine La gériatrie : une nouvelle spécialité Emergence lente et difficile Reconnue

Plus en détail

Plan. I Définition II Cognition et douleur III Facteurs associés. Douleur et Cognition. Christine Moroni

Plan. I Définition II Cognition et douleur III Facteurs associés. Douleur et Cognition. Christine Moroni Plan Douleur et Cognition Christine Moroni http://nca.recherche.univ-lille3.fr/ Douleur : expérience émotionnelle et sensorielle désagréable associée à une lésion tissulaire réelle ou potentielle ou décrite

Plus en détail

Géronto psychiatrie et EHPAD Besoins, Constats et Orientations

Géronto psychiatrie et EHPAD Besoins, Constats et Orientations Besoins, Constats et Orientations Réunion EHPAD 15 Février 2011 - CH de Perpignan Dr Farhad ENTEZAM ARS LR, DT PO Plan Besoins et Contexte Travaux menés depuis fin 2008 Constats Quelques Orientations et

Plus en détail

de Santé du Bessin ville / hôpital

de Santé du Bessin ville / hôpital Réseau de Santé du Bessin Réseau de Santé du Bessin et coopération ville / hôpital Dr Thierry Gandon Cafés Réseaux URML I.d.F 20.05.2008 France Normandie Caen Bayeux - 14 Bayeux Caen Le Bessin 100.000

Plus en détail

Impact de l Évaluation Gériatrique standardisée sur la survie des patients Agés atteints de Cancer avancé

Impact de l Évaluation Gériatrique standardisée sur la survie des patients Agés atteints de Cancer avancé Impact de l Évaluation Gériatrique standardisée sur la survie des patients Agés atteints de Cancer avancé Elisabeth Carola 1, Florence Woerth 1, Emmanuelle Sarlon 1, Bruno Chauffert 2, Sanaa Hannat 2,

Plus en détail

LES TRAITEMENTS MEDICAMENTEUX INAPPROPRIES exemple de l outil STOPP-START

LES TRAITEMENTS MEDICAMENTEUX INAPPROPRIES exemple de l outil STOPP-START LES TRAITEMENTS MEDICAMENTEUX INAPPROPRIES exemple de l outil STOPP-START Vichy 31 mai 2013 Dr BAUDENON Thomas Courts séjour gériatrique GérontoPôle CHU Clermont Ferrand IATROGENIE ET GERIATRIE 16 % de

Plus en détail

LES CONFERENCES OUVERTES AU PUBLIC Samedi 29 octobre 2016 de 8H à 10H30 (durée 2H30)

LES CONFERENCES OUVERTES AU PUBLIC Samedi 29 octobre 2016 de 8H à 10H30 (durée 2H30) 1 Forum du «Bien vieillir à Faaa» Programme du samedi 29 octobre 2016, lundi 31 octobre 2016 et du mercredi 2 au vendredi 4 novembre 2016 COMMUNE DE FAAA Pour prolonger la réflexion mise en œuvre dans

Plus en détail

Education thérapeutique du patient

Education thérapeutique du patient Présentation du dispositif de réhabilitation Rhône Alpes Centre 2 juin 2016 Education thérapeutique du patient S.MANGIN (IDE) Dr M.BONAÏTI Département de réhabilitation psychosociale Définitions - Objectifs

Plus en détail

Trajectoire et profil patient pour le. SSR à orientation oncogériatrique

Trajectoire et profil patient pour le. SSR à orientation oncogériatrique Trajectoire et profil patient pour le SSR à orientation oncogériatrique Francine AUBEN UCOG PACA-Est Pole de gérontologie-chu Nice Monaco Age Oncologie 19-20 mars 2015 L'ÉVALUATION ONCOGÉRIATRIQUE Indiquée

Plus en détail

PRISE EN CHARGE A DOMICILE DES PATIENTS SOUS CHIMIOTHERAPIES

PRISE EN CHARGE A DOMICILE DES PATIENTS SOUS CHIMIOTHERAPIES PRISE EN CHARGE A DOMICILE DES PATIENTS SOUS CHIMIOTHERAPIES Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque C.JUBE Infirmière coordinatrice du Réseau Territorial de Nantes Réseau Territorial

Plus en détail

travail S.FEHRI Institut de santé et de sécurité au

travail S.FEHRI Institut de santé et de sécurité au PROMOTION DE LA SANTE EN MILIEU DE TRAVAIL «La prévention du diabète» Promouvoir la santé globale des travailleurs au cours de l exercice de la médecine du travail S.FEHRI Institut de santé et de sécurité

Plus en détail

L évaluation nutritionnelle chez le patient insuffisant cardiaque. Joanne Larocque diététiste Septembre 2011

L évaluation nutritionnelle chez le patient insuffisant cardiaque. Joanne Larocque diététiste Septembre 2011 L évaluation nutritionnelle chez le patient insuffisant cardiaque Joanne Larocque diététiste Septembre 2011 Plan de présentation Dénutrition et cachexie cardiaque L évaluation nutritionnelle : pour qui,

Plus en détail

Organisation du parcours de soins des PAERPA au CHU de Bordeaux

Organisation du parcours de soins des PAERPA au CHU de Bordeaux Organisation du parcours de soins des PAERPA au CHU de Bordeaux CCECQA du 24 juin 2016 Pr Nathalie SALLES, Dr Marie-Neige VIDEAU Domicile EHPAD Dispositifs PAERPA Bordeaux Permanence téléphonique Télémédecine

Plus en détail

ATELIER Réunion de Concertation Multidisciplinaire (RCP) (ETUDE IDEM ):

ATELIER Réunion de Concertation Multidisciplinaire (RCP) (ETUDE IDEM ): Recherche en Etablissement d Hébergement pour Personnes Âgées (REHPA) ATELIER Réunion de Concertation Multidisciplinaire (RCP) Intérêt t d un repérage rage de la DEMence en EHPAD (ETUDE IDEM ): Apport

Plus en détail

Sujets Agés : Spécificités?

Sujets Agés : Spécificités? Qu est-ce que la fragilité du sujet Agé? ESPERANCE de VIE - HISTORIQUE Pr Novella J-L CHU Reims Qu y a-t-il de spécial chez les personnes âgées? (Rubenstein 2001) Sujets Agés : Spécificités? Diminution

Plus en détail

Dr Julie HOURNAU-BLANC Service de Gérontologie Clinique CH VIENNE 27 mai 2015

Dr Julie HOURNAU-BLANC Service de Gérontologie Clinique CH VIENNE 27 mai 2015 Dr Julie HOURNAU-BLANC Service de Gérontologie Clinique CH VIENNE 27 mai 2015 La France termine sa transition démographique et s achemine vers une stabilité natalité-mortalité Passage d une population

Plus en détail

L infirmier(e) en oncogériatrie

L infirmier(e) en oncogériatrie L infirmier(e) en oncogériatrie Organisation du travail et inter professionnalité IFSI Rockfeller 25/09/2012 PLAN I-Age et cancer II-Prise en charge spécifique de la personne âgée atteinte de cancer III-

Plus en détail

Le Diagnostic. Marqueurs, Stratégies, Evaluation

Le Diagnostic. Marqueurs, Stratégies, Evaluation Le Diagnostic Marqueurs, Stratégies, Evaluation Pr Roch Giorgi roch.giorgi@univ-amu.fr SESSTIM, Faculté de Médecine, Aix-Marseille Université, Marseille, France http://sesstim-orspaca.org http://optim-sesstim.univ-amu.fr/

Plus en détail

L approche systémique dans l étude de la maladie et de la prise en charge interdisciplinaire

L approche systémique dans l étude de la maladie et de la prise en charge interdisciplinaire L approche systémique dans l étude de la maladie et de la prise en charge interdisciplinaire Définition de l approche systémique générale Champ interdisciplinaire relatif à l étude d objets, de phénomènes

Plus en détail