Des démonstrations en analyse

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Des démonstrations en analyse"

Transcription

1 Préparation au CAPES (IUFM/ULP) Nicole Bopp Strasbourg, novembre 007 Des démonstrations en analyse 1. Caractérisations équivalentes du fait que R est complet L une des trois propriétés ci-dessous est admise dans la plupart des cours d analyse pour les étudiants de première année. Nous allons démontrer que ces trois propriétés sont équivalentes puis qu elles caractérisent le fait que R est complet. Pour démontrer que R est complet, il est nécessaire de le construire ce que nous ne ferons pas ici (voir par exemple [T] p. 65). Théorème 1.1 (des suites adjacentes). Si deux suites (a n ) et (b n ) sont adjacentes alors elles sont toutes deux convergentes et admettent la même limite. Théorème 1. (de la borne supérieure). Toute partie non vide majorée de R admet une borne supérieure. Théorème 1.3 (des suites monotones). Toute suite croissante majorée converge. Démonstration de l équivalence de ces propriétés. 1.3 = 1.1 Soient (a n ) n N et (b n ) n N deux suites adjacentes. c est-à-dire vérifiant les propriétés (i) et (ii) suivantes : (i) la suite (a n ) est croissante et la suite (b n ) est décroissante ; (ii) la suite (b n a n ) converge vers 0. Par (i) la suite (b n a n ) est décroissante. Comme elle converge vers 0 par (ii), tous ses termes sont donc positifs. On en déduit (en utilisant à nouveau (i)) que pour tout n N on a a 0 a n b n b 0. Les suites (a n ) et ( b n ) sont donc croissantes et majorées. Elles convergent par 1.3. Notons l et l leurs limites. On déduit de (ii) que l l = 0 et donc que les suites (a n ) et (b n ) convergent vers la même limite. 1.1 = 1. Soit U une partie non vide de R qui est majorée par A. Il s agit de montrer que U admet une borne supérieure. Pour cela on définit par récurrence deux suites (a n ) et (b n ) en choisissant un élément de U (supposé non vide) que l on note a 0, en posant b 0 = A, puis en définissant a n+1 et b n+1 à partir de[ a n et b n ainsi ] an + b n si,b n U = on pose a n+1 = a n et b n+1 = a n + b n ; sinon on pose a n+1 = a n + b n et b n+1 = b n. Il est facile de vérifier que les suites ainsi définies sont adjacentes 1 : (a n ) est croissante, (b n ) est décroissante et b n a n qui est égal à b a tend vers 0. Par 1.1 elles convergent n toutes deux vers une même limite que l on note l. On vérifie (par récurrence) que, pour tout n N, b n est un majorant de U et que [a n,b n ] contient au moins un élément de U. 1 Ce type de construction de suites est appelé dichotomie. a n+b n a n b n A?? au moins un élément de U

2 Comme (b n ) est un majorant de U pour tout n, sa limite l est aussi un majorant de U. De plus, pour un ε > 0 fixé, il existe n 0 N tel que 0 b n0 a n0 ε. Or il existe (au moins) un élément u U contenu dans l intervalle [a n0,b n0 ]. On en déduit que a n0 u l b n0 = l u ε d où l ε u l. Ceci montre que l est bien la borne supérieur de U. 1. = 1.3 Soit (u n ) une suite croissante majorée par un réel A. Considérons U = {u n n N}. Cet ensemble est évidemment non vide et il est majoré par A (c est l hypothèse). Par 1. il admet une borne supérieure l. Montrons que la suite (u n ) converge vers l. Soit ε > 0. Par définition de la borne supérieure, il existe un élément de l ensemble U c est-à-dire un élément de la forme u N où N est un entier tel que l ε < u N l. u Or la suite est supposée croissante, d où N l ε l A n N = l ε < u N u n l. {u n n N} Comme ceci est vrai pour tout ε > 0, on conclut que la suite (u n ) converge vers l. Il me semble préférable dans des leçons de CAPES d admettre le théorème des suites adjacentes ou celui des suites monotones, car ce sont les propriétés de R qui sont mises en avant dans les programmes de terminale S. Pour démontrer l équivalence de ces propriétés avec la convergence des suites de Cauchy nous allons utiliser le théorème ci-dessous. En voici une démonstration par dichotomie. Théorème(Bolzano-Weierstrass). De toute suite bornée, on peut extraire une sous-suite convergente. Démonstration. (1.1 = Bolzano-Weierstrass) Soit (u n ) une suite bornée. Il est équivalent de supposer qu il existe deux réels a et b tels que pour tout n N on ait a u n b. On définit par récurrence deux suites (a p ) et (b p ) en posant tout d abord a 0 = a et b 0 = b, puis en définissant a p+1 et b p+1 à partir de a p et b p ainsi si [a p, a p + b p ] contient une infinité de termes de la suite (u n ), on pose a p+1 = a p et b p+1 = a p + b p ; sinon on pose a p+1 = a p + b p et b p+1 = b p. a p a p+b p b p infinité de termes? Les suites (a p ) et (b p ) sont adjacentes et convergent donc par 1.1 toutes deux vers la même limite que l on note l. On remarque tout d abord que les suites (a p ) et (b p ) ont été définies de sorte que pour tout p N l intervalle [a p,b p ] contienne une infinité de termes de la suite (u n ). En effet si l intervalle [a p, ap+bp ] ne contient qu un nombre fini de termes de la suite (u n ) alors

3 Des démonstrations en analyse 3 l intervalle [ ap+bp,b p ] en contient une infinité. Précisons pour plus de clarté que cela signifie que {n N u n [a p,b p ] est infini}. L ensemble des u n tels que u n appartient à [a p,b p ] pourrait, lui, être fini (par exemple dans le cas d une suite constante). On définit alors une suite extraite (u np ) p N par récurrence sur p. On pose tout d abord u n0 = u 0. Supposons avoir défini p entiers n 1, n,...,n p tels que n 0 < n 1 < n < < n p et u nq [a q,b q ] pour q = 0,1,...,p. Comme l intervalle [a p+1,b p+1 ] contient une infinité de termes de la suite (u n ), on peut choisir n p+1 > n p tel que u np+1 appartienne cet intervalle. Finalement on définit ainsi une suite (u np ), qui est bien une suite extraite de la suite (u n ), car la suite des (n p ) p N est strictement croissante, et qui vérifie a p u np b p (p N). Par le théorème d encadrement des suites, on conclut que la suite (u np ) converge aussi vers l. Pour conclure ce paragraphe nous allons démontrer que les propriétés énoncées aux théorèmes 1.1, 1. et 1.3 sont équivalentes au fait que R est complet c est-à-dire au résultat ci-dessous. Théorème 1.4 (des suites de Cauchy). Toute suite de Cauchy de réels est convergente. Démonstration. ( , 1., 1.3) 1.1 = 1.4 Soit (u n ) une suite de Cauchy. Pour tout ε > 0, il existe par définition un entier N ε tel que (C) n > N ε et m > N ε = u n u m < ε. Choisissons par exemple ε = 1. On déduit de (C) que u n est majoré par { max ( u 0, u 1,..., u N1 ) si n N 1 ; u N1 + 1 si n > N 1. La suite (u n ) est donc bornée. Nous avons vu ci-dessus que 1.1 implique le théorème de Bolazano-Weierstrass c est-à-dire l existence d une suite convergente extraite de la suite (u n ). Notons (u np ) cette suite extraite, l sa limite et montrons que la suite (u n ) elle-même converge vers l. Soit ε > 0. Comme la suite (u np ) converge vers l, il existe P N tel que On a donc p > P = u np l ε. p > P = u n l u n u np + u np l u n u np + ε Utilisons à nouveau la propriété (C) mais cette fois pour ε. Comme la suite d entiers (n p ) p N est strictement croissante, p > N ε implique n p > N ε. Par conséquent, en choisissant un entier p strictement supérieur à max(p,n ε), on obtient n > N ε = u n l u n u np + ε ε + ε = ε.

4 4 La suite (u n ) converge donc vers l. 1.4 = 1.3 Soient (u n ) une suite croissante, majorée par A. Nous allons définir (par récurrence) une suite de segments [a p,b p ] de longueur tendant vers 0 et une suite croissante d entiers N p tels que tous les termes de la suite à partir du rang N p appartiennent à [a p,b p ]. Ceci impliquera que (u n ) est une suite de Cauchy. On pose tout d abord a 0 = u 0 et b 0 = A. Comme la suite est croissante et majorée par A on a n 0 = u n [a 0,b 0 ] et on pose N 0 = 0. Supposons que le segment [a p,b p ] contient tous les termes de la suite à partir du rang N p. Puisque (u n ) est croissante cela implique que b p est un majorant de la suite. On définit alors a p+1 et b p+1 ainsi si a p + b p est un majorant de la suite (u n ), on pose a p+1 = a p et b p+1 = a p + b p ; Dans ce cas tous les termes de la suite de rang supérieur à N p appartiennent à l intervalle [a p, a p + b p ] = [a p+1,b p+1 ]. On pose alors N p+1 = N p. sinon on pose a p+1 = a p + b p et b p+1 = b p. Dans ce cas, il existe un terme de la suite d indice m > N p qui appartient à l intervalle [ a p + b p,b p ] = [a p+1,b p+1 ]. Comme la suite est croissante et majorée par b p, tous les termes d indice supérieur à m appartiennent au segment [a p+1,b p+1 ]. On pose N p+1 = m. Les deux suites (a p ) et (b p ) sont adjacentes (mais nous n avons pas supposé ici que le théorème 1.1 est démontré) et en particulier lim (b p a p ) = 0. p 0 Pour ε donné, il existe donc p ε tel que b pε a pε ε. On en déduit que la suite (u n ) est de Cauchy car n 1 > N pε et n > N pε = u n1 [a pε,b pε ] et u n [a pε,b pε ] La suite (u n ) est donc convergente par 1.4. = u n1 u n b pε a pε ε.. Image d un intervalle par une fonction continue On trouve souvent le théorème des valeurs intermédiaires démontré en utilisant les bornes sup et inf. En voici une démonstration par dichotomie. Théorème.1 (des valeurs intermédiaires). Soit f une fonction continue sur un intervalle [a,b]. Pour tout réel y compris entre f(a) et f(b) il existe c [a,b] tel que f(c) = y. Démonstration. Supposons (par exemple) que f(a) < f(b). L hypothèse sur y s écrit alors f(a) y f(b). On définit par récurrence deux suites (a n ) et (b n ) en posant tout d abord a 0 = a et b 0 = b,

5 Des démonstrations en analyse 5 puis en définissant a n+1 et b n+1 à partir de a n et b n ainsi f(b) ( ) an + b n si f ( ) an + b n si f y on pose a n+1 = a n + b n et b n+1 = b n ; y on pose a n+1 = a n et b n+1 = a n + b n Les suites ainsi définies sont adjacentes et on vérifie par récurrence que pour tout entier n N on a f(a n ) y f(b n ). On déduit du théorème des suites adjacentes que les deux suites (a n ) et (b n ) convergent vers un même réel c. Comme la fonction f est continue, ceci implique que les suites (f(a n )) et (f(b n )) convergent vers f(c) et le théorème d encadrement des limites permet de conclure que f(c) = y. Cette démonstration est intéressante car elle donne en plus un moyen (efficace) pour déterminer successivement les valeurs a n et b n et donc pour calculer des valeurs approchées de y. ; y f(a) À condition d avoir défini correctement un intervalle I R par la propriété a I; b I,[a,b] I, il est facile de déduire du théorème des valeurs intermédiaires le corollaire Corollaire.. L image par une fonction continue d un intervalle est un intervalle. Pour démontrer que l image d un intervalle compact est compact on utilise généralement le théorème de Bolzano-Weierstrass. Corollaire.3. L image par une fonction continue d un segment est un segment. Démonstration. Soit f une fonction continue sur l intervalle compact [a,b]. Nous avons vu ci-dessus que l image de l intervalle I par f est un intervalle, que l on note J = f(i). Considérons B = supj (B R {+ }). Il s agit de démontrer que B est fini et appartient à J. Par définition du sup d une partie de R, il existe une suite y n J qui converge vers B. L appartenance de y n à J implique l existence de x n [a,b] tel que f(x n ) = y n. La suite (x n ) est bornée par hypothèse (contenue dans [a,b]). Par le théorème de Bolzano-Weierstrass on peut en extraire une sous-suite x np ) qui converge. Si l désigne sa limite, on a a x np b (pour tout p N) = l [a,b], fcontinue sur [a,b] = f(x np ) converge vers f(l). et non pas décrit la liste des différents types d intervalles. a a+b c b

6 6 Or f(x np ) est égal à y np suite extraite de (y n ). Elle converge donc vers B et on conclut que B = f(l) d où B f(i). On démontre de façon analogue que J admet une borne inférieure finie et atteinte, et ceci permet de conclure. 3. Continuité de la réciproque Nous souhaitons nous placer dans une situation où une fonction f admet une fonction réciproque et étudier la continuité de cette réciproque Critère de bijectivité. Soit f une fonction définie sur une partie I de R. Une évidence : La fonction f est surjective de I sur J = f(i). Un critère facile à démontrer : Si la fonction f est strictement monotone sur I alors elle est injective. N est-ce-pas une condition trop restrictive d injectivité? Non, si on s intéresse aux fonctions continues sur des intervalles d après le lemme ci-dessous. Lemme 3.1. Si f est une fonction continue sur un intervalle I alors f injective sur I f strictement monotone sur I. Démonstration. (Strictement monotone = injective). Supposons par exemple f strictement croissante. Alors { x < x = f(x) < f(x ), x > x = f(x) > f(x ). On en déduit que x x implique f(x) f(x ) c est-à-dire que f est injective. (Injective = strictement monotone.) Fixons deux points distincts a et b dans l intervalle I tels que a < b et supposons (par exemple) que f(a) < f(b). Il s agit de démontrer que pour tous les couples (x,y) d éléments de I on a x < y = f(x) < f(y). Fixons x < y et et introduisons pour t [0,1] les points x t et y t définis par x t = ta + (1 t)b et y t = tb + (1 t)y. On remarque que les inégalités a < b et x < y impliquent que t [0,1] = x t < y t. De plus, comme I est un intervalle, le point x t, qui appartient à l intervalle d extrémités a et x, appartient aussi à I et, de même, y t appartient à I. Nous pouvons alors considérer la fonction ϕ définie sur [0,1] par ϕ(t) = f(x t) f(y t ) x t y t (t [0,1]). Nous venons de vérifier que cette fonction est bien définie car I est un intervalle. Elle est continue car on a supposé f continue et elle ne s annule pas car on a supposé f injective. Par conséquent l image de l intervalle [0,1] par ϕ est un intervalle (par le théorème des valeurs intermédiaires) de R qui ne contient pas 0.

7 Des démonstrations en analyse 7 f(a) f(b) Comme ϕ(1) = est strictement positif par les hypothèses faites sur a et b, a b f(x) f(y) ϕ(0) qui est égal à et aussi strictement positif. x y On en déduit que f(x) < f(y) d où l on conclut que f est strictement croissante. On aurait démontré de même que f est strictement décroissante si on était parti de l hypothèse f(a) > f(b). En conclusion si f est une fonction strictement monotone définie sur I alors sa réciproque f 1 est bien définie sur f(i). Il est facile de vérifier qu elle est strictement monotone : elle a en fait le même sens de variation que f. Si de plus I est un intervalle et si f est continue sur I alors f(i) est un intervalle (théorème des valeurs intermédiaires). La réciproque f 1 est alors définie sur un intervalle et a pour image un intervalle (I). Est-elle continue? Nous allons voir que la continuité de f n intervient dans la démonstration de la continuité de f 1 qu à travers le théorème des valeurs intermédiaires pour assurer que f(i) est un intervalle. 3.. Un critère de continuité. Lemme 3.. Soit g une fonction strictement monotone sur un intervalle J. Si g(j) est aussi un intervalle, alors la fonction g est continue sur J. Démonstration. Nous allons supposer que la fonction g est strictement croissante (la démonstration serait analogue pour g strictement décroissante ; on peut dans ce cas considérer la fonction g qui serait strictement croissante.) Soit x 0 un point de l intervalle J et supposons de plus que x 0 est à l intérieur de J. Comme la fonction g est croissante (strictement ne sert à rien ici) la limite de g(x) pour x tendant vers x 0 par valeurs strictement inférieures (resp. supérieures) existe. En effet la restriction de g à J ],x 0 [ est une fonction croissante majorée par g(x 0 ). Rappelons que la limite est donnée par la borne supérieure de {g(x) x < x 0 ;x J}. De même la restriction de g à J ]x 0,+ [ est une fonction croissante minorée par g(x 0 ) et la limite par valeurs supérieures en x 0 est donnée par la borne inférieure de {g(x) x > x 0 ;x J}. On peut donc définir l = lim g(x) = sup{g(x) x < x 0 ;x J} x x 0 ;x<x 0 L = lim g(x) = inf{g(x) x > x 0 ;x J} x x 0 ;x>x 0 Et on a l g(x 0 ) L. Si l était distinct de g(x 0 ) les points de l intervalle ]l,g(x 0 )[ n appartiendrait pas à l image de g, car x < x 0 = g(x) l et x x 0 = g(x) g(x 0 ). L l J x 0 g(x 0 )

8 8 Or il existe x J avec x < x 0 (on a supposé x 0 intérieur à J). L intervalle [g(x),g(x 0 )] contient l intervalle ]l,g(x 0 )[ car x < x 0. D autre part, comme g(j) est un intervalle, [g(x),g(x 0 ] est contenu dans g(j). D où une contradiction qui permet de conclure que l = g(x 0 ). On démontre de même que L = g(x 0 ) ce qui permet de conclure que g est continue en x 0. Dans le cas où x 0 est une extrémité de l intervalle J, on peut faire une démonstration analogue en remplaçant l (resp. L) par g(x 0 ) dans le cas où x 0 = inf J (resp. x 0 = sup J). On remarquera qu aucune hypothèse de continuité n est faite dans ce lemme Le résultat classique. Il se déduit aisément de ce qui précède. Théorème 3.3. Soit f une fonction continue sur un intervalle I. La fonction f est injective si et seulement si elle est strictement monotone. Dans ce cas la fonction réciproque de f vérifie les mêmes propriétés que f : (i) f 1 est définie sur un intervalle; (ii) f 1 est strictement monotone ; (iii) f 1 est continue sur l intervalle f(i). 4. Dérivabilité de la réciproque Nous allons maintenant supposer que les fonctions considérées sont dérivables et pour éviter les subtiles distinctions entre dérivabilité en a et dérivabilité de la restriction de f à D f [a,+ [ nous nous placerons sur des intervalles ouverts Un critère de bijectivité. Lemme 4.1. Soit f une fonction dérivable sur un intervalle ouvert I. Si f est strictement positive (resp. strictement négative) alors f est strictement croissante (resp. décroissante). Bien sûr on peut déduire ce résultat du théorème des accroissements finis. En voici une démonstration plus directe qui vous convaincra (j espère) que ce résultat, admis depuis la classe de première, n est pas si évident que cela. Démonstration. (voir [L] page 34) Supposons (par exemple) que f est strictement positive sur l intervalle I. Nous allons démontrer par l absurde que si a et b sont deux éléments de I tels que a < b alors f(a) < f(b). Supposons qu il existe a < b dans I tels que f(a) f(b). On définit par récurrence deux suites (a n ) et (b n ) en posant tout d abord a 0 = a et b 0 = b, puis en définissant a n+1 et b n+1 à partir de a n et b n ainsi

9 Des démonstrations en analyse 9 ( ) an + b n si f ( ) an + b n si f f(a n ) on pose a n+1 = a n + b n et b n+1 = b n ; < f(a n ) on pose a n+1 = a n et b n+1 = a n + b n ; Les deux suites sont adjacentes. Elles convergent donc vers la même limite c ]a n,b n [, et on vérifie par récurrence que ( ) f(a n ) f(b n ) pour tout n N. Or par hypothèse f (c) est strictement positif. Comme d une part (f(x) f(c)/(x c) converge vers f (c) pour x tendant vers c et que, d autre part, les suites a n et b n convergent vers c il existe un entier N tel que n > N = f(a n) f(c) a n c > 0 et f(b n) f(c) b n c > 0. Comme a n est strictement inférieur à c et b n strictement supérieur à c on en déduit que ce qui contredit la propriété ( ). f(a n ) < f(c) < f(b n ), Remarque 1. La réciproque de ce lemme est fausse. Si une fonction est strictement croissante sa dérivée est positive ou nulle (c est très facile à démontrer) mais pas nécessairement strictement positive comme le montre l exemple de la fonction x x 3. Remarque. On peut adapter cette démonstration pour obtenir le théorème d inversion locale sur R. Si f est de classe C 1 et que sa dérivée est non nulle en un point x 0, il existe un voisinage (notons le I) de x 0 où elle ne s annule pas. Le lemme ci-dessus implique alors f admet une réciproque continue sur f(i) et on montrera au paragraphe suivant que cette réciproque est dérivable. Il est aussi facile de voir (en utilisant la formule) que cette dérivée est continue. La fonction f 1 est donc localement de classe C 1. a a+b b Une fonction f vérifiant les hypothèses du lemme est (évidemment) bijective de I sur f(i), et comme elle est continue f(i) est un intervalle et f 1 est continue sur cet intervalle (d après le paragraphe 3). Il reste à étudier la dérivabilité de f 1 (ce qui est facile). 4.. Dérivabilité de la réciproque. Théorème 4.. Soit f une fonction dérivable sur un intervalle I ouvert. Si f est strictement positive (resp. négative) sur I alors f est une bijection strictement monotone de I sur f(i) qui est un intervalle ouvert. La réciproque f 1 de f est dérivable sur l intervalle f(i). Démonstration 1) Comme f est strictement positive (resp. négative) la fonction f est strictement monotone d après le lemme 4.1 et c est donc une bijection de I sur f(i). ) Comme f est continue, f(i) est un intervalle (par le théorème des valeurs intermédiaires).

10 10 3) La fonction f 1 est continue sur l intervalle f(i) d après le théorème ) Comme f est strictement monotone, l intervalle f(i) est ouvert. En effet supposons par exemple que f est strictement croissante et que la borne supérieure de l intervalle f(i) soit finie et appartienne à f(i). En d autres termes, il existe c I tel que x I = f(x) f(c). Comme f est strictement croissante, ceci implique que tout élément de I est inférieur ou égal à c et donc que c I est la borne supérieure de I. C est impossible car nous avons supposé I ouvert. 5) Reste à démontrer que f 1 est dérivable en tout point b de f(i). Pour cela on étudie la limite pour y tendant vers b de A(y) = f 1 (y) f 1 (b) y b Soit a I tel que f(a) = b. Comme f est continue en a, f(x) tend vers b lorsque x tend vers a, et comme f 1 est continue en b, f 1 (f(x)) tend vers f 1 (b) = a lorsque x tend vers a. Grâce au théorème de composition des limites, la limite lorsque y tend vers b de A(y) est égale à la limite pour x tendant vers a de A(f(x)), si elle existe. Or on a x a A(f(x)) = f(x) f(a). Comme f (a) est non nul, cette quantité converge vers 1/f (a). On en conclut que f 1 est dérivable en b. Remarque 1. On notera l utilisation de la continuité de f 1 dans la démonstration de 5). C est cette continuité qui est le résultat le plus difficile à établir. Remarque. On peut bien entendu conclure la démonstration de 5) en donnant la valeur de la dérivée de f 1. Mais il est plus judicieux de retrouver cette valeur, après avoir démontré que f 1 est dérivable, en utilisant simplement la dérivation des fonctions composées. 5. Bibliographie Évidemment, votre ouvrage favori d analyse de 1ère année (université ou prepa) [A-D] M. Audin & O. Debarre (1997), Module Math. A, analyse, Polycopié ULP. [L-M] F. Liret & D. Martinais (1997), Analyse 1 re année, Dunod. [L] T. Lambre (1998), L épreuve sur dossier à l oral du CAPES, II Analyse, Ellipses. [T] P. Tauvel (199), Mathématiques générales pour l agrégation, Masson..

Continuité des fonctions réelles

Continuité des fonctions réelles Chapitre 2 Continuité des fonctions réelles 2.1 Généralités Définition 2.1.1. Une fonction réelle f est une application d une partie D de R dans R. La partie D est appelée ensemble (ou domaine) de définition

Plus en détail

Chapitre 2 : Suites numériques

Chapitre 2 : Suites numériques Universités Paris 6 et Paris 7 M1 MEEF Analyse (UE 3) 013-014 Chapitre : Suites numériques Dans tout ce qui suit on considère des suites (u n ) n N à valeurs réelles, c est à dire des applications de N

Plus en détail

LEÇON N 60 : Image d un intervalle par une fonction continue, cas d un segment. Cas d une fonction continue strictement monotone.

LEÇON N 60 : Image d un intervalle par une fonction continue, cas d un segment. Cas d une fonction continue strictement monotone. LEÇON N 6 : Image d un intervalle par une fonction continue, cas d un segment. Cas d une fonction continue strictement monotone. Pré-requis : I est un intervalle si a,b I a b, [a,b] I ; Toute partie non

Plus en détail

Un complément à la leçon sur l équation fonctionnelle de la fonction exponentielle

Un complément à la leçon sur l équation fonctionnelle de la fonction exponentielle Préparation au CAPES Strasbourg, octobre 2008 Un complément à la leçon sur l équation fonctionnelle de la fonction eponentielle Il est naturel de construire la leçon Caractérisation des fonctions eponentielles

Plus en détail

CHAPITRE 2 SUITES NUMÉRIQUES

CHAPITRE 2 SUITES NUMÉRIQUES CHAPITRE 2 SUITES NUMÉRIQUES Définition 2.0. Une suite réelle est une application u : N R qui à tout n de N associe un élément u n de R, appelé terme général de la suite. On notera donc la suite (u n ),

Plus en détail

LEÇON N 53 : Suites convergentes. Opérations algébriques, composition par une application continue. Limites et relation d ordre.

LEÇON N 53 : Suites convergentes. Opérations algébriques, composition par une application continue. Limites et relation d ordre. LEÇON N 53 : Suites convergentes. Opérations algébriques, composition par une application continue. Limites et relation d ordre. Pré-requis : Corps R construit : opérations, ordre total, axiome de la borne

Plus en détail

Préparation au CAPES (IUFM/ULP) Strasbourg, octobre 2007

Préparation au CAPES (IUFM/ULP) Strasbourg, octobre 2007 Préparation au CAPES (IUFM/ULP) Strasbourg, octobre 2007 Corrigé en janvier 2009 Rapidité de convergence d une suite réelle L objectif de ce texte est de se donner des outils pour «mesurer» la rapidité

Plus en détail

Chapitre 12 : Étude locale des fonctions : limites

Chapitre 12 : Étude locale des fonctions : limites Chapitre 12 : Étude locale des fonctions : limites Dans tout ce chapitre, I désigne un intervalle de R, x 0 R, f est une fonction définie sur son domaine de définition D f à valeurs réelles. C f désigne

Plus en détail

Suites récurrentes du type u n+1 = f(u n )

Suites récurrentes du type u n+1 = f(u n ) Suites récurrentes du type u n+ = f(u n ) Exemple : Soit la suite définie par la relation de récurrence : n N u n+ = u n u 2 n. En posant f la fonction définie sur R par x x x 2, on obtient que pour tout

Plus en détail

Limites et continuité de fonctions

Limites et continuité de fonctions Chapitre 12 Limites et continuité de fonctions Mathématiques PTSI Lycée Déodat de Séverac Mathématiques PTSI (Lycée Déodat de Séverac) Limites et continuité de fonctions 1 / 53 Notations : On note, sauf

Plus en détail

TD 3: Suites réelles

TD 3: Suites réelles Université Pierre et Marie Curie Année 2011/2012 LM115 TD 3: Suites réelles MIME Convergence des suites : Par définition, une suite (u n ) converge vers un réel l si : Pour tout ɛ réel strictement positif,

Plus en détail

Limite, continuité, théorème des valeurs intermédiaires, dérivabilité, théorèmes de Rolle et des accroissements finis

Limite, continuité, théorème des valeurs intermédiaires, dérivabilité, théorèmes de Rolle et des accroissements finis Limite, continuité, théorème des valeurs intermédiaires, dérivabilité, théorèmes de Rolle et des accroissements finis I Limites Continuités Exercice 1 : Soit ] [ la fonction définie par : Déterminer les

Plus en détail

Analyse I : suites, limites et continuité

Analyse I : suites, limites et continuité Analyse I : suites, limites et continuité Maxime Legrand ENS - 7 décembre 2013 http ://matholympia.blogspot.fr/ 1 Petits rappels sur les quantificateurs Définition 1. On introduit (ou rappelle) les quantificateurs

Plus en détail

Chapitre 8 : Fonctions continues

Chapitre 8 : Fonctions continues Ce document est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons «Attribution - Partage dans les mêmes conditions 4.0 International». https://melusine.eu.org/syracuse/immae/ Chapitre 8

Plus en détail

Cours d analyse - Résumé sur les suites 2015/2016

Cours d analyse - Résumé sur les suites 2015/2016 Cours d analyse - Résumé sur les suites 2015/2016 CPUS I. Les suites numériques I.1. Premières définitions. Définition. Une suite réelle est une fonction dont l ensemble de départ est une partie de N du

Plus en détail

Limites et Continuité

Limites et Continuité Voisinages, Points adhèrents Limites Fonctions continues Les grands théorèmes sur les fonctions continues Département de Mathématiques, Faculté des Sciences de Fès. Octobre 2013 Voisinages, Points adhèrents

Plus en détail

(Q) non vide et majorée, alors il existe dans R un plus petit majorant de A, appelé la borne CHAPITRE 1 R, BORNE SUPÉRIEURE ET CONSÉQUENCES

(Q) non vide et majorée, alors il existe dans R un plus petit majorant de A, appelé la borne CHAPITRE 1 R, BORNE SUPÉRIEURE ET CONSÉQUENCES CHAPITRE 1 R, BORNE SUPÉRIEURE ET CONSÉQUENCES 1.1. Propriétés de R On suppose connus N = {0, 1, 2, 3,...}, l anneau des entiers Z = {..., 2, 1, 0, 1, 2,...} et le corps des rationnels Q = { a a, b Z,

Plus en détail

Limites à l infini d une fonction

Limites à l infini d une fonction 9 Limites à l infini d une fonction On garde les notations du chapitre précédent en supposant ici que a = ou a = + est adhérent à l ensemble I, ce qui signifie que : ou : m R, ], m[ I M R, ]M, + [ I ce

Plus en détail

Continuité, dérivabilité des fonctions d une variable réelle

Continuité, dérivabilité des fonctions d une variable réelle 7 Continuité, dérivabilité des fonctions d une variable réelle Pour ce chapitre I désigne un intervalle réel et f une fonction définie sur I et à valeurs réelles ou complees. 7. Continuité en un point,

Plus en détail

Une définition et des caractérisations des fonctions exponentielles à partir d une équation fonctionnelle

Une définition et des caractérisations des fonctions exponentielles à partir d une équation fonctionnelle DOCUMENT 36 Une définition et des caractérisations des fonctions exponentielles à partir d une équation fonctionnelle Une propriété importante des fonctions exponentielles est qu elles sont solutions de

Plus en détail

EXERCICES. 1 - Montrer que A et B sont non vide, que A est majoré par tout élément de B et que B

EXERCICES. 1 - Montrer que A et B sont non vide, que A est majoré par tout élément de B et que B EXERCICES 1 Soit E l ensemble des rationnels inférieurs à 2. 1 - Montrer que E admet une borne supérieure M dans R. 2 - Montrer que M = 2 (on pourra raisonner par l absurde). 3 - E est-il une partie fermée

Plus en détail

1 q. = 1 q n. (un + v n ) (l + l ) = (un l) + (v n l ) n n 0, u n + v n A.

1 q. = 1 q n. (un + v n ) (l + l ) = (un l) + (v n l ) n n 0, u n + v n A. 16 Proposition : La somme des n premiers termes d une suite géométrique de raison q 1 est : n 1 u 0 q k 1 q n = u 0 1 q k=0 Il suffit de calculer (1 q) n 1 k=0 qk = n 1 k=0 qk n 1 k=0 qk+1 = n 1 k=0 qk

Plus en détail

Convergence des suites monotones et applications.

Convergence des suites monotones et applications. Université Paris Est Marne-la-Vallée L Sciences Physiques 20-202 Compléments en Analyse Convergence des suites monotones et applications.. Quelques définitions Ce chapitre est consacré à la convergence

Plus en détail

Suites de nombres réels, première année de premier cycle universitaire

Suites de nombres réels, première année de premier cycle universitaire Suites de nombres réels, première année de premier cycle universitaire F.Gaudon 10 août 2005 Table des matières 1 Définitions 2 2 Opérations sur les suites convergentes ou divergentes 3 3 Suites extraites

Plus en détail

Chapitre 10 : Continuité

Chapitre 10 : Continuité Chapitre 0 : Continuité PTSI B Lycée Eiffel 23 janvier 204 Un prof de maths explique à une blonde comment montrer que lim x 8 =. La blonde assure avoir parfaitement compris. Pour vérifier, le prof lui

Plus en détail

AS - DECOMPOSITION D UN NOMBRE REEL EN BASE a COURBE DE PEANO

AS - DECOMPOSITION D UN NOMBRE REEL EN BASE a COURBE DE PEANO AS - DECOMPOSITION D UN NOMBRE REEL EN BASE a COURBE DE PEANO Soit a un entier strictement plus grand que 1. Notons N a = {0,1,...,a 1}. Définition On dira qu un nombre réel positif x est de classe a,

Plus en détail

LEÇON N 46 : Suites de nombres réels définies par une relation de récurrence.

LEÇON N 46 : Suites de nombres réels définies par une relation de récurrence. LEÇON N 46 : Suites de nombres réels définies par une relation de récurrence. Pré-requis : Suites numériques : monotonie, convergence, divergence ; Théorème des valeurs intermédiaires ; R est complet :

Plus en détail

Bibliothèque d exercices L1 Feuille n 10. Suites

Bibliothèque d exercices L1 Feuille n 10. Suites Bibliothèque d exercices Énoncés L Feuille n 0 Suites Convergence Exercice Soit (u n ) n N une suite de R. Que pensez-vous des propositions suivantes : Si (u n ) n converge vers un réel l alors (u n )

Plus en détail

Les fonctions réciproques

Les fonctions réciproques DOCUMENT 28 Les fonctions réciproques 1. Introduction et définition Pour tout ensemble E, il existe une loi de composition naturelle sur l ensemble des applications de E dans E qui est la composition des

Plus en détail

Parties majorées, minorées - borne supérieure, borne inférieure

Parties majorées, minorées - borne supérieure, borne inférieure Aix-Marseille Université 2012-2013 Analyse I PLANCHE 1 : LIMITES, CONTINUITÉ Parties majorées, minorées - borne supérieure, borne inférieure Exercice 1 Soit a, b R. Montrer les implications suivantes :

Plus en détail

LEÇON N 56 : 56.1 Monotonie de la suite

LEÇON N 56 : 56.1 Monotonie de la suite LEÇON N 56 : Étude de suites de nombres réels définies par une relation de récurrence u n+1 = f(u n ) et une condition initiale. L exposé pourra être illustré par un ou des exemples faisant appel à l utilisation

Plus en détail

1 Notions de logique mathématique.

1 Notions de logique mathématique. Université de Provence 2012 2013 Introduction à l Analyse Chapitre 3 - Logique et Suites. 1 Notions de logique mathématique. 1.1 Assertions, propositions logiques, tables de vérité. On rappelle la notion

Plus en détail

Chapitre 1 : Correction des Travaux dirigés

Chapitre 1 : Correction des Travaux dirigés U.P.S. I.U.T. A, Département d Informatique Année 009-00 Chapitre : Correction des Travaux dirigés. Soit v n n i0 qi la somme des n premiers termes d une suite géométrique de raison q, et de premier terme.

Plus en détail

4.1 L ensemble des réels est un corps ordonné

4.1 L ensemble des réels est un corps ordonné Table des matières 4 Propriétés de R 4. L ensemble des réels est un corps ordonné....................... 4.. Propriétés d ordre de R............................. 4..2 Valeur absolue..................................

Plus en détail

Université de Metz. Licence de Mathématiques - 2ème année 1er semestre CALCUL DIFFERENTIEL

Université de Metz. Licence de Mathématiques - 2ème année 1er semestre CALCUL DIFFERENTIEL Université de Metz Licence de Mathématiques - 2ème année 1er semestre CALCUL DIFFERENTIEL par Ralph Chill Laboratoire de Mathématiques et Applications de Metz Année 2010/11 1 Table des matières Chapitre

Plus en détail

Suites récurrentes et méthode de Newton approche progressive

Suites récurrentes et méthode de Newton approche progressive Suites récurrentes et méthode de Newton approche progressive Ce document vient en complément du chapitre 6 du livre Informatique, programmation et calcul scientifique en Python et Scilab, publié chez ellipses.

Plus en détail

N K, n 0 < n 1 < n 2 <

N K, n 0 < n 1 < n 2 < Chapitre 1 Suites réelles et complexes Dans ce chapitre, K désigne le corps R des nombres réels, ou le corps C des nombres complexes. Pour x K, nous noterons x le module de x (égal à la valeur absolue

Plus en détail

Limite d une fonction en un point de R. Fonctions continues.

Limite d une fonction en un point de R. Fonctions continues. DOCUMENT 23 Limite d une fonction en un point de R. Fonctions continues. 1. Introduction et notations Considérons la fonction f : x sin x définie sur R. La valeur 0 n appartient pas à x l ensemble de définition

Plus en détail

Fiche de cours 2 - Suites de réels.

Fiche de cours 2 - Suites de réels. Licence de Sciences et Technologies EM1 - Analyse Fiche de cours - Suites de réels. Généralités sur les suites. Définition : Une suite est une fonction u : N R, définie à partir dun certain rang au moins.

Plus en détail

Dérivation des fonctions numériques d une variable réelle

Dérivation des fonctions numériques d une variable réelle Maths PCSI Exercices Dérivation des fonctions numériques d une variable réelle 1 Aspects locaux 1 + x 1 x si x 0 Exercice 1 Etudier la dérivabilité en 0 de x x 1 sinon Exercice 2 Dériver x 1 + 2 + x. Recommencer,

Plus en détail

ETUDE des SUITES RECURRENTES. 1 Intervalle stable par f - Existence et encadrement des termes de (u n ) n N

ETUDE des SUITES RECURRENTES. 1 Intervalle stable par f - Existence et encadrement des termes de (u n ) n N Lycée Dominique Villars ECE COURS ETUDE des SUITES RECURRENTES On appelle suite récurrente toute suite (u n ) n N telle qu il existe une fonction réelle f : I R telle que : n N, u n+ = f(u n ) On va voir

Plus en détail

Chapitre 4. Applications

Chapitre 4. Applications Chapitre 4 Applications 1. Définitions et exemples Définition 4.1 Soient E et F deux ensembles. Une application f de E dans F est un procédé qui permet d associer à chaque élément x de E un unique élément

Plus en détail

Limite et continuité de fonctions réelles

Limite et continuité de fonctions réelles Limite et continuité de fonctions réelles Denis Vekemans Introduction : on désigne par "fonction réelle" tout fonction d une variable réelle à valeurs réelles. 1 Limite finie 1.1 Définitions 1.1.1 Définition

Plus en détail

LEÇON N 75 : 75.1 Extremums. Pré-requis : Notions de continuité et de dérivabilité ; Formule de Taylor-Young ; f continue m,m f([a,b]) [m,m].

LEÇON N 75 : 75.1 Extremums. Pré-requis : Notions de continuité et de dérivabilité ; Formule de Taylor-Young ; f continue m,m f([a,b]) [m,m]. LEÇON N 75 : Applications de la dérivation à l étude d extrémums éventuels d une fonction numérique d une variable réelle. Exemples. L exposé pourra être illustré par un ou des exemples faisant appel à

Plus en détail

Chapitre 5 Espaces métriques connexes

Chapitre 5 Espaces métriques connexes Chapitre 5 Espaces métriques connexes Semaine 1 : Etude du paragraphe 1 et des sous-paragraphes 2.1 et 2.2. Faire les exercices d apprentissage 5.1 5.11 et les exercices d approfondissement 5.18 5.20.

Plus en détail

Formule de Taylor-Lagrange

Formule de Taylor-Lagrange Formule de Taylor-Lagrange Exercice. Soit x un réel strictement positif et f une fonction sur [0, x].. Quelles sont les hypothèses qui permettent d écrire la formule de Taylor-Lagrange pour f sur [0, x]

Plus en détail

Exercices : Suites réelles

Exercices : Suites réelles Exercices : Suites réelles Exercice : Démontrer par récurrence les résultats suivants : n+. n N, k k = n n+ + n. n N, (k +) = n. Soit a R + fixé, n N, (+a) n +na 4. n, n! n Analyse : Chapitre Exercices

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE CERGY Année U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques

UNIVERSITÉ DE CERGY Année U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques 1 UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2012-2013 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques Chapitre V : Suites numériques 1 Un peu de topologie de R On a vu dans le chapitre

Plus en détail

Chapitre I : LES SUITES

Chapitre I : LES SUITES Chapitre I : LES SUITES I- Généralités sur les suites 1) Définition et notations Définition 1 : 1) Définir une suite par une formule explicite, c est donner une relation entre le terme et l entier, pour

Plus en détail

Chapitre II : L ensemble des nombres réels

Chapitre II : L ensemble des nombres réels 1 UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2013-2014 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques Chapitre II : L ensemble des nombres réels 1 Quelques notions générales sur R

Plus en détail

Exercices du chapitre 3 avec corrigé succinct

Exercices du chapitre 3 avec corrigé succinct Exercices du chapitre 3 avec corrigé succinct Exercice III.1 Ch3-Exercice1 Soient α et u 0 deux réels donnés. Soit alors (u n ) une suite géométrique définie par u n = αu n 1. Donner le terme général de

Plus en détail

Espaces compacts. Chapitre 3

Espaces compacts. Chapitre 3 Chapitre 3 Espaces compacts Définition 17. Soit X un espace topologique. 1. Un recouvrement de X est une famille (A i ) i I de parties de X telle que X = i I A i. Si de plus I est un ensemble fini, on

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE CERGY Année U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques. m = y B y A f(b) f(a)

UNIVERSITÉ DE CERGY Année U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques. m = y B y A f(b) f(a) 1 UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2012-2013 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques Chapitre VII : Dérivation Notations : On reprend dans ce chapitre les notations

Plus en détail

DÉRIVABILITÉ. 1 Dérivabilité en un point, fonction dérivée. 1.1 Définitions et premières propriétés. Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot

DÉRIVABILITÉ. 1 Dérivabilité en un point, fonction dérivée. 1.1 Définitions et premières propriétés. Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot DÉRIVABILITÉ 1 Dérivabilité en un point, fonction dérivée 1.1 Définitions et premières propriétés Définition 1.1 Dérivabilité en un point Soient f : I R une application et a I. On dit que f est dérivable

Plus en détail

Suites réelles. I Rappels de vocabulaire. II Suites remarquables. Définition 5

Suites réelles. I Rappels de vocabulaire. II Suites remarquables. Définition 5 I Rappels de vocabulaire Suites réelles Définition 1 Une suite réelle u est une application de I R où I est une partie de N. Au lieu de noter u(n), pour les suites on note u n l image de n par l application

Plus en détail

AH - FONCTIONS AFFINES PAR INTERVALLES

AH - FONCTIONS AFFINES PAR INTERVALLES AH - FONCTIONS AFFINES PAR INTERVALLES Définition On appelle fonction affine par intervalles une fonction f définie et continue sur R pour laquelle il existe une subdivision a 1 < a 2 < < a n telle que

Plus en détail

Propriétés fondamentales de R et suites numériques réelles

Propriétés fondamentales de R et suites numériques réelles Propriétés fondamentales de R et suites numériques réelles Denis Vekemans Ordre total compatible En algèbre générale, un groupe ordonné est la donnée d une ensemble G, muni d une loi de composition interne

Plus en détail

Soit I une partie non vide de IN. On appelle suite réelle définie sur I, toute application U de I dans IR.

Soit I une partie non vide de IN. On appelle suite réelle définie sur I, toute application U de I dans IR. I Notion de suite réelle ) Définition : Soit I une partie non vide de IN. On appelle suite réelle définie sur I, toute application U de I dans IR. Le réel U(n) est noté U n il est appelé terme général

Plus en détail

Convergence de suites. Suites récurrentes

Convergence de suites. Suites récurrentes Convergence de suites Les suites dont on donne ci-dessous le terme général sont-elles convergentes? cos n + 3n a) ln n + 2n g) sin n n b) 4n 2 + 5n + 6 2n c) en n h) 2 n ( 1) n n 2 d) sin n e n e) n 1

Plus en détail

Suite récurrente définie par une fonction

Suite récurrente définie par une fonction Suite récurrente définie par une fonction Rédigé par un enseignant et un élève de l Ecole Polytechnique (Vincent Langlet). Niveau : Approfondir la Terminale S ou Première Année post bac Difficulté : Exercice

Plus en détail

CHAPITRE 1 : Raisonnement par récurrence, suites et fonctions

CHAPITRE 1 : Raisonnement par récurrence, suites et fonctions CHAPITRE 1 : Raisonnement par récurrence, suites et fonctions 1 Les suites numériques (rappel de première)... 4 1.1 Généralités... 4 1.2 Plusieurs méthodes pour générer une suite... 4 2 Exemples d algorithmes

Plus en détail

AGRÉGATION INTERNE DE MATHÉMATIQUES Session 2012, épreuve 2

AGRÉGATION INTERNE DE MATHÉMATIQUES Session 2012, épreuve 2 AGRÉGATION INTERNE DE MATHÉMATIQUES Session 2012, épreuve 2 2 NOTATIONS ET RAPPELS R désigne l ensemble des nombres réels N désigne l ensemble des entiers naturels Pour tous entiers naturels p et q vérifiant

Plus en détail

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 10 juillet 2014 Enoncés 1. Exercice 5 [ ] [correction] Soient u 0 ]0, 1[ et pour tout n N,

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 10 juillet 2014 Enoncés 1. Exercice 5 [ ] [correction] Soient u 0 ]0, 1[ et pour tout n N, [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 0 juillet 04 Enoncés Suites récurrentes Exercice [ 0038 ] [correction] Etudier la suite définie par u 0 > 0 et pour tout n N, Exercice [ 00330 ] [correction] Soient

Plus en détail

Résolution d équations non linéaires. 1. Méthode de dichotomie

Résolution d équations non linéaires. 1. Méthode de dichotomie Agrégation interne UFR MATHÉMATIQUES Résolution d équations non linéaires On considère une fonction réelle f définie sur un intervalle [a, b], avec a < b, et continue sur cet intervalle et on suppose que

Plus en détail

Limites, continuité. ECE3 Lycée Carnot. 10 janvier 2012

Limites, continuité. ECE3 Lycée Carnot. 10 janvier 2012 Limites, continuité ECE3 Lycée Carnot 10 janvier 01 Ce premier gros chapitre sur l étude de fonctions depuis septembre regroupe en fait des résultats de nature diverse, qui recouvrent à peu près tout ce

Plus en détail

Etude théorique d équation d ordre 2

Etude théorique d équation d ordre 2 [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 16 octobre 2015 Enoncés 1 Etude théorique d équation d ordre 2 Eercice 1 [ 01555 ] [Correction] Soit q : R R + une fonction continue non nulle. On se propose de

Plus en détail

Limites de fonctions

Limites de fonctions Aix-Marseille Université 013-014 Analyse I PLANCHE : LIMITES, CONTINUITÉ Les exercices marqués du symbole sont les exercices qui seront traités prioritairement en TD. Le site internet EXO7 (http ://exo7.emath.fr)

Plus en détail

Corrigé des Exercices d approfondissement du chapitre 0.

Corrigé des Exercices d approfondissement du chapitre 0. Corrigé des Exercices d approfondissement du chapitre 0. Exercice 0.17. Supposons que g f soit surjective et montrons que g est surjective. Soit z G. Comme g f est surjective, il existe x E tel que g f(x)

Plus en détail

Cours PCSI( ) Limites et continuité d'une fonction réelle Lycée Baimbridge

Cours PCSI( ) Limites et continuité d'une fonction réelle Lycée Baimbridge Table des matières Introduction...2 I- Limite d'une fonction en un point...3 1- s...3 a- Limite réelle...3 b- Limite infinie...4 c- a est égal à plus ou moins l'infini...4 d- Limites à gauche, limites

Plus en détail

Suites Réelles. Aptitudes à développer :

Suites Réelles. Aptitudes à développer : Suites Réelles Aptitudes à développer : Suites * Reconnaître qu un réel est un majorant ou un minorant d une suite du programme. * Etudier les variations d une suite du programme. * Représenter graphiquement

Plus en détail

Limites et fonctions continues

Limites et fonctions continues Exercices 6 Limites et fonctions continues Extension de la notion de limite aux fonctions. Étude des propriétés locales et globales des fonctions continues sur un intervalle. 6 Limites et fonctions continues.........................................................

Plus en détail

(exercice : calculer u 2 puis u 5 )

(exercice : calculer u 2 puis u 5 ) Suites Prérequis : Division euclidienne Soient a et b deux entiers avec b 0. Il existe un unique couple (q, r) Z N tel que a = q b + r et 0 r < b. q s appelle le quotient de la division enclidienne de

Plus en détail

Chapitre 1 Suites numériques, Fonctions numériques de la variable réelle

Chapitre 1 Suites numériques, Fonctions numériques de la variable réelle Chapitre 1 Suites numériques, Fonctions numériques de la variable réelle Notations. K désigne R ou C. S (K désigne l'ensemble des suites d'éléments de K et u, v des éléments de S (K. I, J désignent des

Plus en détail

Dérivabilité des fonctions réelles

Dérivabilité des fonctions réelles Chapitre 3 Dérivabilité des fonctions réelles La notion de dérivée est une notion fondamentale en analyse. Elle permet d étudier les variations d une fonction, de construire des tangentes à une courbe

Plus en détail

EXERCICES SUR LES SUITES VERIFIANT u n+1 = f(u n )

EXERCICES SUR LES SUITES VERIFIANT u n+1 = f(u n ) EXERCICES SUR LES SUITES VERIFIANT 1. Soit la fonction f définie sur R par f(x) = 1 2 (1+x2 ). Montrer que la suite (u n ) n 0 définie par la relation de récurrence est croissante quel que soit u 0 réel.

Plus en détail

Université Mohammed V - Agdal Faculté des Sciences. Département de Mathématiques. Avenue Ibn Batouta, B.P Rabat, Maroc.

Université Mohammed V - Agdal Faculté des Sciences. Département de Mathématiques. Avenue Ibn Batouta, B.P Rabat, Maroc. 1 Université Mohammed V - Agdal Faculté des Sciences Département de Mathématiques Avenue Ibn Batouta, B.P. 1014 Rabat, Maroc Filière SMIA : Exercices avec Corrigés Analyse 1 : Par BENAZZOUZ HANA Série1

Plus en détail

Etude de limites de suites monotones

Etude de limites de suites monotones Etude de ites de suites monotones I) Définition On dit que la suite ( ) est majorée lorsqu il existe un nombre réel M tel que, pour tout entier naturel n, M. On dit que M est un majorant de la suite (

Plus en détail

LEÇON N 71 : Fonctions exponentielles

LEÇON N 71 : Fonctions exponentielles LEÇON N 71 : Fonctions onentielles Pré-requis : Notions de dérivabilité ; Une fonction dont la dérivée est nulle est constante ; Théorème de Cauchy-Lipschitz pour l existence d une solution d une équation

Plus en détail

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 10 juillet 2014 Enoncés 1

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 10 juillet 2014 Enoncés 1 [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 1 juillet 14 Enoncés 1 Ouverts et fermés Exercice 1 [ 113 ] [correction] Montrer que tout fermé peut s écrire comme intersection d une suite décroissante d ouverts.

Plus en détail

Nombres réels. Définition On définit également le produit de deux suites u et v de S comme le produit terme à terme : u v = (u n v n ) n N

Nombres réels. Définition On définit également le produit de deux suites u et v de S comme le produit terme à terme : u v = (u n v n ) n N Nombres réels 1 Suites de rationnels Définition Une suite de rationnels (ou suite rationnelle) est une application u : N Q. Notation : Pour tout entier n, on note u n l image u(n) de l entier n par l application

Plus en détail

Bornes supérieures et inférieures

Bornes supérieures et inférieures Bornes supérieures et inférieures Exercice :. Montrer que pour tout n N, m N 0 < (m + n) 2 4 2. En déduire que A = { (m + n) 2, n N, m N } Admet une borne inférieure et une borne supérieure que l on déterminera.

Plus en détail

Chapitre 3. Suites récurrentes

Chapitre 3. Suites récurrentes Chapitre 3 Suites récurrentes 3.1 Suites numériques Définition 3.1 On appelle suite de terme général u n et on note (u n ) n 0 ou plus simplement u la liste ordonnée des nombres u 0, u 1, u 2, u 3,....

Plus en détail

Construction des entiers naturels

Construction des entiers naturels Construction des entiers naturels Tout ce qui suit est une définition et l étude des propriétés élémentaires de l ensemble des entiers naturels, définis dans le cadre axiomatique de la théorie des ensembles.

Plus en détail

Pour remettre un peu d ordre dans R

Pour remettre un peu d ordre dans R Arnaud de Saint Julien - MPSI Lycée La Merci 016-017 1 1 Relation d ordre sur R 1.1 Vocabulaire Pour remettre un peu d ordre dans R Sur R, on dispose de la relation de comparaison. On dit que c est une

Plus en détail

Logique, ensembles, raisonnements

Logique, ensembles, raisonnements Bibliothèque d exercices Énoncés L1 Feuille n Logique, ensembles, raisonnements 1 Logique Exercice 1 Soient les quatre assertions suivantes : (a) x R y R x + y > 0 ; (b) x R y R x + y > 0 ; (c) x R y R

Plus en détail

Cours d Analyse I : les réels et les fonctions

Cours d Analyse I : les réels et les fonctions Introduction à R Suites numériques Cours d Analyse I : les réels et les fonctions Université Lyon 1 Institut Camille Jordan CNRS UMR 5208 FRANCE Automne 2014 - Licence L1 Introduction à R Suites numériques

Plus en détail

Corrigés d exercices pour les TD 1 et 2

Corrigés d exercices pour les TD 1 et 2 Corrigés d exercices pour les TD et 2 Soit E = C 0 ([0, ]; R) et A = {f E; f(x) 0 pour tout x [0, ]}.. Montrer que les applications qui à tout élément (f, g) E 2 associent respectivement d (f, g) = définissent

Plus en détail

Continuité sur un intervalle

Continuité sur un intervalle Continuité sur un intervalle Plan du chapitre Fonctions continues sur un intervalle...... page. Définitions...... page. Fonctions continues et opérations.......page Les grands théorèmes... page 3. Le théorème

Plus en détail

Axiome du choix et conséquences. Tout espace vectoriel admet une base.

Axiome du choix et conséquences. Tout espace vectoriel admet une base. Axiome du choix et conséquences. Tout espace vectoriel admet une base. 1 Axiome du choix Definition 1.1. Etant donnée une famille (A i ) i I de parties d un ensemble E (c est à dire une application de

Plus en détail

Résumé du cours sur les suites.

Résumé du cours sur les suites. Résumé du cours sur les suites. 1 Suites numériques réelles et principe de récurrence 1.1 Les deux façons de définir une suite numérique réelle Définition. On note n 0 un entier naturel (en général n 0

Plus en détail

Cours de terminale S Suites numériques

Cours de terminale S Suites numériques 0 - - de terminale S Suites s LPO de Chirongui 20 mai 2016 1 - Introduction- Introduction Principe de récurrence Exemple En Mathématiques, un certain nombre de propriétés dépendent d un entier naturel

Plus en détail

SUITES RÉELLES CHAPITRE 3. 1 Compléments sur les réels. 1.1 Rappels. Définition 3.1. Soient x et y deux réels. On note. x si x 0. x sinon.

SUITES RÉELLES CHAPITRE 3. 1 Compléments sur les réels. 1.1 Rappels. Définition 3.1. Soient x et y deux réels. On note. x si x 0. x sinon. CHAPITRE 3 SUITES RÉELLES 1 Compléments sur les réels 1.1 Rappels 1.1.a Définition 3.1 Valeur absolue Soient x et y deux réels. On note x max(x, y) = y si x y sinon x et min(x, y) = y si x y sinon On étend

Plus en détail

Nombres réels, bornes supérieures et inférieures

Nombres réels, bornes supérieures et inférieures Nombres réels, bornes supérieures et inférieures Exercice 1 : Si et sont des réels positifs ou nuls, montrer que Allez à : Correction exercice 1 : Exercice 2 : Déterminer les ensembles suivants, mettre

Plus en détail

Université du Maine. Licence 1. Analyse. Alexandre POPIER

Université du Maine. Licence 1. Analyse. Alexandre POPIER Université du Maine Licence Analyse Alexandre POPIER Année : 009-00 Table des matières Introduction Nombres réels et fonctions 3. Opérations sur les nombres réels....................... 4. Fonctions numériques.............................

Plus en détail

Les fonctions de plusieurs variables (suite)

Les fonctions de plusieurs variables (suite) Les fonctions de plusieurs variables (suite) Exemple d application de ce résultat Comme x x (x, y) (x, y ) et y y (x, y) (x, y ), les applications définies par (x, y) x, (x, y) y sont continues sur R 2

Plus en détail

SUITES NUMÉRIQUES. 1 Généralités. 1.1 Définition. Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot. Définition 1.1

SUITES NUMÉRIQUES. 1 Généralités. 1.1 Définition. Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot. Définition 1.1 SUITES NUMÉRIQUES 1 Généralités 1.1 Définition Définition 1.1 On appelle suite réelle toute famille d éléments de R indexée sur N ou, de manière équivalente, toute application de N dans R. L ensemble des

Plus en détail

Filière SMA Module de topologie

Filière SMA Module de topologie Université Mohammed V-Rabat Faculté des sciences Département de mathématiques Filière SMA Module de topologie Semestre 5 Hamza BOUJEMAA 1 Introduction Le contenu du module de topologie enseigné en semestre

Plus en détail

Fonction d une variable réelle

Fonction d une variable réelle Fonction d une variable réelle 1 Fonction d une variable réelle : généralités Définitions Fonctions et opérations Fonctions et ordre Propriétés particulières Monotonie Limites Limites et opérations Limites

Plus en détail

Chapitre 3. Continuité, dérivation et limite d une fonction

Chapitre 3. Continuité, dérivation et limite d une fonction Chapitre 3. Continuité, dérivation et limite d une fonction I. Continuité Définition : Continuité d une fonction Dire que f est continue en a signifie que f a une limite finie en a ; cette limite est alors

Plus en détail

TERMINALE S Chapitre 1 : Les suites

TERMINALE S Chapitre 1 : Les suites Généralités 1. Mode de génération ( ) ( ) La La ( ) définie par ( ) définie par 2. Monotonie REMARQUE5 Si une suite ( ) est définie de maniére explicite telle que ( ) suivent celles de f =f(n) pour tout

Plus en détail