Risque Absolu, Risque Relatif, Nombre de sujets à traiter (NNT) dans les dyslipidémies

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Risque Absolu, Risque Relatif, Nombre de sujets à traiter (NNT) dans les dyslipidémies"

Transcription

1 Risque Absolu, Risque Relatif, Nombre de sujets à traiter (NNT) dans les dyslipidémies Dr Vanina Bongard Unité de Prévention de l Athérosclérose, Hôpital Rangueil Service d Epidémiologie, CHU de Toulouse Département d Epidémiologie, Economie de la Santé et Santé Publique Université Toulouse 3 Paul Sabatier UMR 1027 INSERM Université Toulouse 3 Conflits d intérêt : Aucun en rapport avec cette présentation

2 Définitions (1) Risque Absolu, Risque Relatif Le risque (absolu) est une probabilité d événement à un instant donné Sur une période de temps donnée

3 Définitions (2) Risque Absolu, Risque Relatif Risque absolu à 10 ans

4 Définitions (3) Risque Absolu, Risque Relatif Le risque relatif compare le risque absolu d une catégorie de personnes au risque absolu d une autre catégorie de personnes. RR = R exp R non exp

5 Définitions (4) Risque Absolu, Risque Relatif Homme, 55 ans, fumeur, PAS 150 mmhg, CT 260 mg/dl : R Abs entre 20 et 40%

6 Définitions (4) Risque Absolu, Risque Relatif Homme, 55 ans, fumeur, PAS 150 mmhg, CT 260 mg/dl : R Abs entre 20 et 40% Le même sujet non fumeur : R Abs entre 10 et 20%

7 Définitions (4) Risque Absolu, Risque Relatif Homme, 55 ans, fumeur, PAS 150 mmhg, CT 260 mg/dl : R Abs entre 20 et 40% Le même sujet non fumeur : R Abs entre 10 et 20% RR Fum / non Fum = 20-40% / 10-20% 2

8 Réduction de risque, Nombre de sujets à traiter (NNT) Dans ASCOT-LLA : Groupe traité : 1.65% d événements Groupe contrôle : 2,67% d événemenents Relative Risk : 1.65 / 2.67 = 0.62 ( ) Relative Risk Reduction : x 100 = 38% 2.67 Absolute Risk Reduction : ( ) = 1.02%

9 Réduction de risque, Nombre de sujets à traiter (NNT) Dans ASCOT-LLA : Groupe traité : 1.65% d événements Groupe contrôle : 2,67% d événemenents Absolute Risk Reduction : ( ) = 1.02% Number needed to treat : (1 / ARR) x 100 = sujets à traiter pendant 3 ans pour éviter 1 événement

10 Efficacité des statines sur la réduction du risque cardiovasculaire 30 4S - Placebo AFCAPS - LOV ASCOT - ATV 4S - Sim LIPID - PRA CARE - Placebo CARE - PRA HPS - SIM TNT ATV10 HPS - Placebo TNT ATV80 PROVE-IT - PRA WOSCOPS Placebo PROVE-IT ATV AFCAPS - Placebo 0 40 (1.0) PRA - pravastatine SIM - simvastatine LOV - lovastatine ATV - atorvastatine ROSU - rosuvastatine 60 (1.6) Prévention secondaire (2.1) (2.6) (3.1) (3.6) LDL-C achieved mg/dl (mmol/l) LIPID - Placebo Prévention Primaire WOSCOPS - PRA ASCOT - Placebo (4.1) 180 (4.7) 200 (5.2) Adapté de : Rosensen RS. Exp Opin Emerg Drugs 2004;9: LaRose JC. N Engl J Med 2005;352:

11 Stratégies de prévention : individuelle vs populationnelle Distribution de la variable dans la population APRES AVANT APRES limite des «valeurs normales» Facteur de risque Stratégie populationnelle (Après Avant ) Stratégie des sujets à «haut risque» (Après : quasi-élimination de la zone hachurée)

12 Approche individuelle chez les sujets à haut risque (1) Les recommandations se basent préférentiellement sur l approche à haut risque : 1- Stratifier le risque (haut intermédiaire faible) 2- Réserver le traitement médicamenteux aux sujets à haut risque 3- Favoriser la prise en charge hygiéno-diététique chez les sujets à plus faible risque

13 Approche individuelle chez les sujets à haut risque (2) L objectif est la plus grande réduction possible du risque absolu (le plus petit nombre de sujets à traiter pour éviter un événement) Fréquence des événements coronaires majeurs * Traitement Contrôle RR [IC95%] RRR ARR NNT ** Prévention secondaire Prévention primaire 11.7% 15.4% 0.78 [ ] 4.5% 6.1% 0.72 [ ] 22% 3.7% 27 28% 1.6% 62 * Pour une baisse de 1 mmol/l de c-ldl ** Traitement pendant 5 ans en moyenne Baigent C for CTT collaborators. Lancet 2005;366:

14 Approche populationnelle élargir aux risques plus faibles (1) Se justifie sur les arguments suivants : 1- La majeure partie des événements CV surviennent chez les sujets à risque intermédiaire 2- Difficultés à obtenir une équation de risque adaptée à la population cible 3- Difficulté à fixer un seuil d intervention 4- L hypothèse d une RRR constante n est pas certaine

15 Approche populationnelle élargir aux risques plus faibles (2) CTT collaborators. Lancet 2012;380:

16 Approche populationnelle élargir aux risques plus faibles (2) RRR 38% 31% 29% 21% 29% CTT collaborators. Lancet 2012;380:

17 Impact de la réduction du cholestérol Stratégie à haut risque Réduction de la mortalité coronaire à 10 ans dans la population (North Karelia, Kuopio, eastern Finland) Mean Serum Distribution, % Mortality Change Cholesterol <5,0 5,0 6,4 6,5 7,9 >8,0 per % mmol/l mmol/l mmol/l mmol/l mmol/l 25% decrease among subjects 5, ,9 0, ,5 with cholesterol 6,5 mmol/l 25% decrease among subjects 5,83 20,3 54,3 25,4 0, ,9 with cholesterol 8,0 mmol/l Jousilahti et al. Circulation 1998;97:

18 Impact de la réduction du cholestérol Stratégie populationnelle Réduction de la mortalité coronaire à 10 ans dans la population (North Karelia, Kuopio, eastern Finland) Mean Serum Distribution, % Mortality Change Cholesterol <5,0 5,0 6,4 6,5 7,9 >8,0 per % mmol/l mmol/l mmol/l mmol/l mmol/l 1992 cholesterol distribution 5,9 20,3 51,9 24,5 3, % overall decrease 5,61 30, ,5 2, ,2 10% overall decrease 5,31 39,7 49,4 10,4 0, ,7 15% overall decrease 5, ,7 6,1 0, ,8 Jousilahti et al. Circulation 1998;97:

19 Impact de la réduction du cholestérol Stratégie combinée Réduction de la mortalité coronaire à 10 ans dans la population (North Karelia, Kuopio, eastern Finland) Mean Serum Distribution, % Mortality Change Cholesterol <5,0 5,0 6,4 6,5 7,9 >8,0 per % mmol/l mmol/l mmol/l mmol/l mmol/l 10% overall decrease, plus 25% 5,11 42,1 57,8 0, ,2 decrease among subjects with cholesterol 6,5 mmol/l 10% overall decrease, plus 25% 5,3 39,7 49,4 10,9 0, ,4 decrease among subjects with cholesterol 8,0 mmol/l Jousilahti et al. Circulation 1998;97:

20 Conclusion RR : impact individuel d une action de prévention ARR NNT : impact populationnel d une action de prévention Une troisième approche est basée sur les résultats des essais Prescription justifiée en prévention secondaire (4S, CARE, LIPID, HPS, PROPER) et chez l insuffisant rénal (SHARP) Prescription non justifiée chez l insuffisant cardiaque (CORONA, GISSI-HF) et l hémodialysé (4D, AURORA) Prescription justifiée en prévention primaire, chez le sujet hypercholestérolémique (WOSCOPS), hypo-hdlémique (AFCAPS- TexCAPS), combinant les facteurs de risque (CARDS, ASCOT-LLA), sujets de plus de ans à CRP élevée (JUPITER) Ridker PM & Wilson PWF. JAMA 2013;310:

Traiter le cholestérol ou les patients à risque cardiovasculaire? Sur quelles preuves?

Traiter le cholestérol ou les patients à risque cardiovasculaire? Sur quelles preuves? Traiter le cholestérol ou les patients à risque cardiovasculaire? Sur quelles preuves? Rémy Boussageon Département de Médecine Générale de Poitiers Conseil scientifique du CNGE Un Exemple Un homme de 50

Plus en détail

Les hypercholestérolémies. Prise en charge et prescription raisonnée

Les hypercholestérolémies. Prise en charge et prescription raisonnée Les hypercholestérolémies Prise en charge et prescription raisonnée Etat des lieux Pratique courante en médecine générale Polémique : Publication du Pr Even et Debré (La vérité sur le Cholestérol Broché)

Plus en détail

Traitement des dyslipidémies : état des lieux des recommandations. Vincent Durlach CFPV 2015

Traitement des dyslipidémies : état des lieux des recommandations. Vincent Durlach CFPV 2015 Traitement des dyslipidémies : état des lieux des recommandations. Vincent Durlach CFPV 2015 Liens d intérêt Astra-Zeneca,Pfizer, Amgen, Shire, Lilly, Servier, MSD : consultance scientifique, groups d

Plus en détail

Statines en prévention primaire Quelles données et quels enjeux chez les personnes de plus de 75 ans? Jean-Philippe Joseph et Fabrice Bonnet

Statines en prévention primaire Quelles données et quels enjeux chez les personnes de plus de 75 ans? Jean-Philippe Joseph et Fabrice Bonnet Statines en prévention primaire Quelles données et quels enjeux chez les personnes de plus de 75 ans? Jean-Philippe Joseph et Fabrice Bonnet Justification L hypercholestérolémie est un facteur de risque

Plus en détail

Les deux décennies écoulées ont

Les deux décennies écoulées ont Prise en charge des dyslipidémies : le sacre des statines Au terme de 20 ans d essais cliniques importants, les statines sont devenues une classe thérapeutique majeure de la prévention du risque cardiovasculaire.

Plus en détail

Les indices d efficacité. Quantification de l effet traitement

Les indices d efficacité. Quantification de l effet traitement Les indices d efficacité Quantification de l effet traitement 1 Objectifs Résultats d apprentissages indices d efficacité : L étudiant doit : Comprendre la mesure quantifiée de l effet d un traitement

Plus en détail

Nouvelles recommandations concernant l hypercholestérolémie et le rôle des stérols végétaux. PH LE METAYER Hôpital Saint André CHU Bordeaux

Nouvelles recommandations concernant l hypercholestérolémie et le rôle des stérols végétaux. PH LE METAYER Hôpital Saint André CHU Bordeaux Nouvelles recommandations concernant l hypercholestérolémie et le rôle des stérols végétaux PH LE METAYER Hôpital Saint André CHU Bordeaux Il existe une relation évidente et démontrée entre le niveau

Plus en détail

Hyperlipémies Les recommandations européennes et américaines

Hyperlipémies Les recommandations européennes et américaines Hyperlipémies Les recommandations européennes et américaines Athérosclérose et dyslipidémies expression des molécules d'adhésion capture des LDLs pénétration des LDLs Structure générale des lipoprotéines

Plus en détail

Statin or not statin? Que dire à son patient?

Statin or not statin? Que dire à son patient? REseau de MEDecins - réunion scientifique Genève, le 6 juin 2013 Statin or not statin? Que dire à son patient? Prof. François Mach Service de Cardiologie Hôpitaux Universitaires de Genève Francois.Mach@hcuge.ch

Plus en détail

PRATIQUE BASÉE SUR LES PREUVES

PRATIQUE BASÉE SUR LES PREUVES PRATIQUE BASÉE SUR LES PREUVES Dr Bertrand Guignard Pharmacie des HUG Pharmacie des HUG: Cycle de formation en communication scientifique EVIDENCE BASED PRACTICE Evidence-based medicine Evidence-based

Plus en détail

Docteur, dois-je me soucier de mon cholestérol?

Docteur, dois-je me soucier de mon cholestérol? Docteur, dois-je me soucier de mon cholestérol? Auteurs : Caroline Huas, Rémy Boussageon, Denis Pouchain Résumé de la table ronde (durée 2h) par Aurélien Vandenameel et Maxence Stettner Objectifs : Présenter

Plus en détail

Réélévation des seuils? Exemples du diabète et de l hypertension. Multimorbidité et recommendations Conclusions

Réélévation des seuils? Exemples du diabète et de l hypertension. Multimorbidité et recommendations Conclusions Docteur, à mon âge, faut-il encore contrôler le cholestérol? Et dois-je vraiment continuer l aspirine? Prof. Dr. med. N. Rodondi, Médecin Chef de la Policlinique Médicale Clinique Universitaire et Policlinique

Plus en détail

Prise en charge par Cholesfytol & Cholesfytol Plus du patient hypercholestérolémique

Prise en charge par Cholesfytol & Cholesfytol Plus du patient hypercholestérolémique Prise en charge par Cholesfytol & Cholesfytol Plus du patient hypercholestérolémique 21 mai 2016 LCB Michel P. HERMANS MD (UCL) PhD (UCL & Oxford, UK) Dip. Natural Sciences (Open University, Milton Keynes,

Plus en détail

Traitement hypolipémiant en Algérie : quelles recommandations suivre? D. Nibouche, MD, PHD,FESC

Traitement hypolipémiant en Algérie : quelles recommandations suivre? D. Nibouche, MD, PHD,FESC Traitement hypolipémiant en Algérie : quelles recommandations suivre? D. Nibouche, MD, PHD,FESC Recommandations Problématique - Pratique courante: référence, couverture nécessité de pratique. - Recommandations

Plus en détail

STATINE OR NOT STATINE? JUMGA 3 DÉCEMBRE 2016 DR SYLVAINE BŒUF-GIBOT

STATINE OR NOT STATINE? JUMGA 3 DÉCEMBRE 2016 DR SYLVAINE BŒUF-GIBOT STATINE OR NOT STATINE? JUMGA 3 DÉCEMBRE 2016 DR SYLVAINE BŒUF-GIBOT CALCUL DU RISQUE CV FRCV ASSOCIEŚ A UNE DYSLIPIDEḾIE : Âge : homme 50 ans ou plus, femme 60 ans Ante ce dents familiaux de maladie coronaire

Plus en détail

51 e CONGRES DE L A.M.U.B.

51 e CONGRES DE L A.M.U.B. 51 e CONGRES DE L A.M.U.B. Traitement hypolipémiant en Gériatrie. Dr. E. SCHILS Gériatre Service de Gériatrie C.H.U. TIVOLI Session Actualités diagnostiques et thérapeutiques. Modérateurs : Drs A. FIRKET,

Plus en détail

Risque cardiovasculaire: comment l évaluer?

Risque cardiovasculaire: comment l évaluer? Médecins de Famille Genève 3 avril 2014 Risque cardiovasculaire: comment l évaluer? Dr Cédric Vuille Nyon et Service de Cardiologie, HUG Cas clinique Patient asymptomatique de 65 ans. HTA à 140/90 sous

Plus en détail

Hypertension et Hyperlipidémie: Prise en charge intégrée. Prof. J-M Krzesinski ULg CHU Liège CBH 18/2/2017

Hypertension et Hyperlipidémie: Prise en charge intégrée. Prof. J-M Krzesinski ULg CHU Liège CBH 18/2/2017 Hypertension et Hyperlipidémie: Prise en charge intégrée Prof. J-M Krzesinski ULg CHU Liège CBH 18/2/2017 2008 2014 Mortalité CV:30% 29% Cas cliniques: prise en charge identique? PF, un cadre d entreprise,

Plus en détail

Repérage d une anomalie lipidique dans le cadre de l évaluation du risque cardio-vasculaire global

Repérage d une anomalie lipidique dans le cadre de l évaluation du risque cardio-vasculaire global Synthèse fiche mémo Principales dyslipidémies : stratégies de prise en charge Février 2017 Cte synthèse présente les points essentiels de la fiche mémo : «Principales dyslipidémies : stratégies de prise

Plus en détail

Évaluation des objectifs lipidiques chez les patients atteints de diabète de type 2. Dr R Bouzid, Dr A Khiat, Dr M Kherroubi HMRU Oran

Évaluation des objectifs lipidiques chez les patients atteints de diabète de type 2. Dr R Bouzid, Dr A Khiat, Dr M Kherroubi HMRU Oran Évaluation des objectifs lipidiques chez les patients atteints de diabète de type 2 Dr R Bouzid, Dr A Khiat, Dr M Kherroubi HMRU Oran Introduction - La dyslipidémie est un prédicteur important du risque

Plus en détail

Dyslipidémies, prévention cardiovasculaire : quoi de neuf?

Dyslipidémies, prévention cardiovasculaire : quoi de neuf? 1 Dyslipidémies, prévention cardiovasculaire : quoi de neuf? Publié le 3 Jan 2017 Un entretien avec Éric BRUCKERT, Service d endocrinologie métabolisme et prévention cardiovasculaire, hôpital Pitié-Salpêtrière,

Plus en détail

Traitements hypolipémiants et rein. Dr Anne-Elisabeth Heng ANCA 10/06/09

Traitements hypolipémiants et rein. Dr Anne-Elisabeth Heng ANCA 10/06/09 Traitements hypolipémiants et rein Dr Anne-Elisabeth Heng ANCA 10/06/09 Traitements hypolipémiants et rein Traiter pourquoi? Dyslipidémie et pathologies rénales? Pathologie rénale Cholestérol total LDL-c

Plus en détail

Le diabétique de type 2 est considéré comme ayant un

Le diabétique de type 2 est considéré comme ayant un AMERICAN HEART ASSOCIATION AHA 2005 F. DIEVART Clinique Villette, DUNKERQUE. L étude FIELD : un fibrate ou une statine pour la prise en charge de la dyslipidémie des diabétiques de type 2? Le diabétique

Plus en détail

PERTINENCE DU SUJET MES CONFLITS D INTÉRÊTS. Rosuvastatin to Prevent Vascular Events in Men and Women with Elevated C-Reactive Protein* Benoît Maheu

PERTINENCE DU SUJET MES CONFLITS D INTÉRÊTS. Rosuvastatin to Prevent Vascular Events in Men and Women with Elevated C-Reactive Protein* Benoît Maheu Rosuvastatin to Prevent Vascular Events in Men and Women with Elevated C-Reactive Protein* Benoît Maheu RII UMF-CSSSNL Forum de médecine familiale * Parution dans le NEJM du 20 novembre 2008 PERTINENCE

Plus en détail

Les maladies cardiovasculaires et la mortalité

Les maladies cardiovasculaires et la mortalité Risque résiduel ou inertie clinique? Residual risk or clinical inertia? R. Roussel* * Service de diabétologie-endocrinologie et nutrition, hôpital Bichat, Paris ; université Denis-Diderot Paris- VII, Paris

Plus en détail

Statines. Durée >= 2 ans et nbre de participants >= 400 dans chaque groupe Nbre participants Décès d origine cardiovasculaires Décès toutes causes

Statines. Durée >= 2 ans et nbre de participants >= 400 dans chaque groupe Nbre participants Décès d origine cardiovasculaires Décès toutes causes Mise à jour : 02/02/2015 >= 2 ans et nbre de participants >= 400 dans chaque groupe % Numero Date Control Control % Control % % relatif % absolu % Control % % relatif (année) (Traitement) absolu TNT NCT00327691

Plus en détail

EBM : critères de jugement

EBM : critères de jugement EBM : critères de jugement -«End point» pertinent? (biologique CT, paraclinique HTA, clinique IDM) -«End point» intermédiaire ou de substitution (TVP et EP) Essai CAST (N.Engl.J.Med.1989; 321-406) N=1727

Plus en détail

L étude IDEAL : quelle valeur de LDL atteindre en prévention secondaire de la maladie coronaire?

L étude IDEAL : quelle valeur de LDL atteindre en prévention secondaire de la maladie coronaire? AMERICAN HEART ASSOCIATION AHA 25 F. DIEVART Clinique Villette, DUNKERQUE. L étude IDEAL : quelle valeur de LDL atteindre en prévention secondaire de la maladie coronaire? CONTEXTE Les données des études

Plus en détail

Observation de Mr B. Homme de 55 ans. Bilan lipidique: Prise en charge en hémodialyse en Décembre 2012

Observation de Mr B. Homme de 55 ans. Bilan lipidique: Prise en charge en hémodialyse en Décembre 2012 Faut-il traiter les dyslipidémies des dialysés? Bruno MOULIN Service de Néphrologie - Transplantation Hôpitaux Universitaires de Strasbourg CUEN DIALYSE GRESSY 7-9 Juin 2015 Observation de Mr B Homme de

Plus en détail

Enjeux de la prise en charge du tabagisme chez les patients infectés par le VIH Aspects cardiovasculaires

Enjeux de la prise en charge du tabagisme chez les patients infectés par le VIH Aspects cardiovasculaires Enjeux de la prise en charge du tabagisme chez les patients infectés par le VIH Aspects cardiovasculaires Dr Caroline Dourmap Prévention CV CHU Rennes Journée Régionale de Tabacologie 28 janvier 2016 Epidémiologie

Plus en détail

Les différents traitements et interventions sur le RCV. Service de Réadaptation Cardiaque Hôpital Corentin Celton

Les différents traitements et interventions sur le RCV. Service de Réadaptation Cardiaque Hôpital Corentin Celton Les différents traitements et interventions sur le RCV Dr Marie Christine Iliou Service de Réadaptation Cardiaque Hôpital Corentin Celton Traitements médicamenteux De l HTA Pour qui? C t? Du Diabète Comment?

Plus en détail

Traitement médicamenteux Artériopathie du diabétique. Lyse BORDIER HIA Bégin, Saint Mandé

Traitement médicamenteux Artériopathie du diabétique. Lyse BORDIER HIA Bégin, Saint Mandé Traitement médicamenteux Artériopathie du diabétique Lyse BORDIER HIA Bégin, Saint Mandé Déclaration de conflits d intérêt L orateur déclare avoir effectué des interventions ponctuelles à la demande de

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 juin 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 juin 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 21 juin 2006 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du 24 janvier 2001 (JO du 14 janvier 2001). ELISOR 20 mg, comprimé sécable

Plus en détail

Normolipémiants : quelles limites chez le sujet âgé?

Normolipémiants : quelles limites chez le sujet âgé? Normolipémiants : quelles limites chez le sujet âgé? René Valéro Service Nutrition-Maladies Métaboliques-Endocrinologie Hôpital de la Timone Marseille Incidence maladies cardiovasculaires du sujet âgé

Plus en détail

Modifications du Résumé des Caractéristiques du Produit et de la notice adoptées par l Agence Européenne des Médicaments

Modifications du Résumé des Caractéristiques du Produit et de la notice adoptées par l Agence Européenne des Médicaments Annexe II Modifications du Résumé des Caractéristiques du Produit et de la notice adoptées par l Agence Européenne des Médicaments Le Résumé des Caractéristiques du Produit et la notice sont le résultat

Plus en détail

Comment ne pas passer d un risque à une maladie : identifier et prévenir. Jean Ferrières

Comment ne pas passer d un risque à une maladie : identifier et prévenir. Jean Ferrières Comment ne pas passer d un risque à une maladie : identifier et prévenir Jean Ferrières Service de cardiologie B et INSERM UMR1027 CHU de Toulouse Conflits d intérêt Bourses de Recherche et FMC: Astra

Plus en détail

RÉFÉRENTIELS. Prise en charge thérapeutique du patient dyslipidémique : les trois points-clés de la recommandation de l'afssaps (2005) 1

RÉFÉRENTIELS. Prise en charge thérapeutique du patient dyslipidémique : les trois points-clés de la recommandation de l'afssaps (2005) 1 Cette recommandation, diffusée par l'afssaps en mars 2005, est une actualisation des recommandations Prise en charge des dyslipidémies (Afssaps, septembre 2000) et Modalités de dépistage et de diagnostic

Plus en détail

Dyslipidémies chez le patient à haut risque vasculaire: quel traitement? François Diévart Clinique Ville4e, Dunkerque

Dyslipidémies chez le patient à haut risque vasculaire: quel traitement? François Diévart Clinique Ville4e, Dunkerque Dyslipidémies chez le patient à haut risque vasculaire: quel traitement? François Diévart Clinique Ville4e, Dunkerque Conflits d intérêts Honoraires pour conférences : Alliance BMS- Pfizer, Astra- Zeneca,

Plus en détail

Pr. Philippe ZERR Médecin généraliste Levallois-Perret Professeur associé au Département de medecine générale Paris-Diderot

Pr. Philippe ZERR Médecin généraliste Levallois-Perret Professeur associé au Département de medecine générale Paris-Diderot Pr. Philippe ZERR docteurzerr@gmail.com Médecin généraliste Levallois-Perret Professeur associé au Département de medecine générale Paris-Diderot Tous droits réservés D.Rozenbaum, P.Zerr Dr David ROSENBAUM

Plus en détail

Faut-il prendre en charge l hypertension du sujet très âgé?

Faut-il prendre en charge l hypertension du sujet très âgé? Faut-il prendre en charge l hypertension du sujet très âgé? DONNEES EPIDEMIOLOGIQUES Evolution de la PA avec l âge La systolique augmente avec l âge La diastolique augmente jusqu à 60 ans puis se stabilise

Plus en détail

Nouvelles recommandations HAS 2017 dyslipidémies : la place des statines réaffirmée

Nouvelles recommandations HAS 2017 dyslipidémies : la place des statines réaffirmée Nouvelles recommandations HAS 2017 dyslipidémies : la place des statines réaffirmée La Haute Autorité de Santé (HAS) propose, à la demande de la CNAMTS, une nouvelle mouture de ses recommandations sur

Plus en détail

Lipides. Jacques Blacher Unité HTA, prévention et thérapeutique cardiovasculaires Centre de diagnostic et de thérapeutique, Hôtel-Dieu, Paris

Lipides. Jacques Blacher Unité HTA, prévention et thérapeutique cardiovasculaires Centre de diagnostic et de thérapeutique, Hôtel-Dieu, Paris Lipides Jacques Blacher Unité HTA, prévention et thérapeutique cardiovasculaires Centre de diagnostic et de thérapeutique, Hôtel-Dieu, Paris Prise en charge thérapeutique du patient dyslipidémique La

Plus en détail

Z.Arbouche, CHU M.L.Debaghine, BEO, Alger N.Marniche-Sollah, EPSP BEO S.Belkacem, CHU M.L.Debaghine, BEO, Alger

Z.Arbouche, CHU M.L.Debaghine, BEO, Alger N.Marniche-Sollah, EPSP BEO S.Belkacem, CHU M.L.Debaghine, BEO, Alger Le risque résiduel chez le diabétique de type 2 Z.Arbouche, CHU M.L.Debaghine, BEO, Alger N.Marniche-Sollah, EPSP BEO S.Belkacem, CHU M.L.Debaghine, BEO, Alger Introduction Bien que les statines aient

Plus en détail

QUELS OBJECTIFS GLYCÉMIQUES POUR QUELS PATIENTS DIABÉTIQUES? Dr Lobinet Emilie Service de diabétologie et Maladie Métabolique CHU Toulouse Rangueil

QUELS OBJECTIFS GLYCÉMIQUES POUR QUELS PATIENTS DIABÉTIQUES? Dr Lobinet Emilie Service de diabétologie et Maladie Métabolique CHU Toulouse Rangueil QUELS OBJECTIFS GLYCÉMIQUES POUR QUELS PATIENTS DIABÉTIQUES? Dr Lobinet Emilie Service de diabétologie et Maladie Métabolique CHU Toulouse Rangueil GLYCÉMIE / HBA1C - Défini chez 507 patients DT1, DT2

Plus en détail

Approche clinique d intolérance aux Statines

Approche clinique d intolérance aux Statines Approche clinique d intolérance aux Statines Christophe Beauloye, MD, PhD Service de Cardiologie Cliniques Universitaires Saint-Luc Bruxelles, Belgique Risques persistants après un syndrome coronarien

Plus en détail

Conflits d intérêts 2014

Conflits d intérêts 2014 Conflits d intérêts 2014 Pr Marc RUIVARD Pas de conflit d intérêt direct pour cette conférence Depuis plus d un an, plus aucun conflit d'intérêt direct avec l'industrie. Avant septembre 2013 (< 3000 /an)

Plus en détail

Annexe III Amendements à apporter aux résumés des caractéristiques du produit et aux notices

Annexe III Amendements à apporter aux résumés des caractéristiques du produit et aux notices Annexe III Amendements à apporter aux résumés des caractéristiques du produit et aux notices Note: Les présentes modifications du résumé des caractéristiques du produit et de l étiquetage sont valides

Plus en détail

Prise en charge thérapeutique du patient dylipidémique

Prise en charge thérapeutique du patient dylipidémique Prise en charge thérapeutique du patient dylipidémique Une recommandation de l'afssaps de mars 2005 qui actualise celles de l'anaes (janvier 2000) : dépistage et diagnostic l' AFSSAPS (sept 2000) : traitement

Plus en détail

Comment diminuer la mortalité des diabétiques? Enseignements pour la pratique Pr. Jean Jacques Mourad, Médecine interne & HTA, Bobigny

Comment diminuer la mortalité des diabétiques? Enseignements pour la pratique Pr. Jean Jacques Mourad, Médecine interne & HTA, Bobigny Comment diminuer la mortalité des diabétiques? Enseignements pour la pratique Pr. Jean Jacques Mourad, Médecine interne & HTA, Bobigny «Diabetic men and women 50y and older lived on average 7.5 & 8.2 years

Plus en détail

La présence d une dyslipidémie

La présence d une dyslipidémie Dyslipidémie et diabète RÉSUMÉ : Les anomalies lipidiques sont fréquentes et particulières chez les patients diabétiques de type 2. Elles sont définies par des taux élevés de triglycérides, des taux bas

Plus en détail

Bande annonce ARTE Donc, 5 visiteurs sur 6 n ont visionné que la version négationniste Discours habituel du Dr De Lorgeril Le lundi 29 mars 2010 à 01:29, par Mario Desaulniers Bonjour M. de Lorgeril,

Plus en détail

Risque Cardiométabolique et Insuffisance Rénale : actualités dans la prise en charge

Risque Cardiométabolique et Insuffisance Rénale : actualités dans la prise en charge Risque Cardiométabolique et Insuffisance Rénale : actualités dans la prise en charge Dr Imad ABBOUD Néphrologie Hôpital Saint Louis (AP- HP) Paris Déclaration d intérêts du Dr. Imad ABBOUD Ø Financement

Plus en détail

Les Statines sont-elles efficaces chez la personne âgée

Les Statines sont-elles efficaces chez la personne âgée Le Cœur C des SéniorsS Les Statines sont-elles efficaces chez la personne âgée Dr. François Mach, MD, Service de Cardiologie Département de MédecineM Hôpital Universitaire de Genève Francois.Mach@medecine.unige.ch

Plus en détail

Les indices d efficacité

Les indices d efficacité Les indices d efficacité Michel Cucherat Service de biostatistiques, Hôpitaux de Lyon et E 3637, Université Lyon 1, Faculté R.T.H. Laennec, BP 8071, 69376 Lyon Cedex 08 Mots clés : efficacité, traitement,

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 1 er avril 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 1 er avril 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 1 er avril 2009 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du 24 février 2004 (JO du 4 mars 2004). CRESTOR 5 mg, comprimé pelliculé

Plus en détail

Cholestérol: Quelle normalité?

Cholestérol: Quelle normalité? AMBM/AMCAR 19 février 2015 Cholestérol: Quelle normalité? C. Abdelkhirane, MD, PhD Cardiologue Cardiologie Maarif Clinique Maarif Risk of CHD Events and Level of Cholesterol 25 20 Post-CABG-M 4S-C 5-yr

Plus en détail

HYPERTENSION ARTERIELLE ET MENOPAUSE

HYPERTENSION ARTERIELLE ET MENOPAUSE HYPERTENSION ARTERIELLE ET MENOPAUSE Bernard CHAMONTIN Service de Médecine Interne et Hypertension Artérielle Pole Cardiovasculaire et Metabolique CHU Rangueil TOULOUSE Toulouse le 27 mai 2011 Women s

Plus en détail

Quel traitement hypolipémiant chez le diabétique?

Quel traitement hypolipémiant chez le diabétique? Congrès American College of Cardiology Quel traitement hypolipémiant chez le diabétique? F. DIEVART Clinique Villette, DUNKERQUE. Lipides et diabète 1. Une dyslipidémie athérogène Les diabétiques de type

Plus en détail

Les statines en prévention primaire

Les statines en prévention primaire Mini-revue Sang Thrombose Vaisseaux 2004 ; 16, n 1 : 24 35 Les statines en prévention primaire François Philippe Département de pathologie cardiaque, Institut mutualiste Montsouris, 42, boulevard Jourdan,

Plus en détail

Les révélations d Hyvet A 80ans: Cela A 80ans: Cela vaut encore le vaut encore le coup!!!! coup!!!

Les révélations d Hyvet A 80ans: Cela A 80ans: Cela vaut encore le vaut encore le coup!!!! coup!!! Les révélations r d Hyvet A A 80ans: 80ans: Cela Cela vaut vaut encore encore le le coup!!!! coup!!!! HYVET Méthodologie 3 845 hypertendus 80 ans Etude internationale, multicentrique, randomisée en double

Plus en détail

Syndrome métabolique : Le point de vue du cardiologue. François DELAHAYE

Syndrome métabolique : Le point de vue du cardiologue. François DELAHAYE Syndrome métabolique : Le point de vue du cardiologue François DELAHAYE Syndrome métabolique Ensemble d anomalies métaboliques et de facteurs de risque vasculaire Anomalies interconnectées: la présence

Plus en détail

AOMI : Prévention primaire - Cas de l aspirine -

AOMI : Prévention primaire - Cas de l aspirine - U1116 AOMI : Prévention primaire - Cas de l aspirine - Dr Stéphane ZUILY, MCU-PH Unité de Médecine Vasculaire CHU de Nancy Centre de compétence régional maladies vasculaires rares Université de Lorraine

Plus en détail

Indication des statines chez le sujet diabétique: Recommandations actuelles. D. Nibouche

Indication des statines chez le sujet diabétique: Recommandations actuelles. D. Nibouche Indication des statines chez le sujet diabétique: Recommandations actuelles D. Nibouche Risque de 1 er IDM avant l âge de 40 ans ETUDE INTERHEART Le risque le plus élevé de faire un 1er IDM avant 40 ans

Plus en détail

Coeur et glitazones: Ou en est on?

Coeur et glitazones: Ou en est on? Coeur et glitazones: Ou en est on? Les glitazones: des molécules polémiques... La polémique hépatique liée à la Troglitazone (effet molécule) Maintenant la polémique cardiaque Effet classe ou effet molécule?

Plus en détail

Objectifs. Lignes directrices 2009 pour le diagnostic et le traitement de la dyslipidémie et de la prévention de la maladie cardiovasculaire

Objectifs. Lignes directrices 2009 pour le diagnostic et le traitement de la dyslipidémie et de la prévention de la maladie cardiovasculaire Claude Lévesque MD CSSS Gatineau Objectifs Revoir les dernières recommandations canadiennes sur le traitement des dyslipémies. Risque absolu VS relatif. NNT en primaire et secondaire Lignes directrices

Plus en détail

Pas d étude de morbimortalité à ce jour pour l ézétimibe

Pas d étude de morbimortalité à ce jour pour l ézétimibe BON USAGE DU MÉDICAMENT Quelle place pour l ézétimibe dans l hypercholestérolémie? (Ezetrol [ézétimibe seul] ou Inegy [en association fixe à la simvastatine]) L ézétimibe est un inhibiteur de l absorption

Plus en détail

Mr D. 58 ans. Caroline CHARPE

Mr D. 58 ans. Caroline CHARPE Mr D. 58 ans Caroline CHARPE ATCD Epicondylite du coude gauche Coronaropathie Diabète de type 2 Hydrocèle opérée Traitements Plavix clopidogrel Detensiel bisoprolol Tahor atorvastatine Rasilez aliskirène

Plus en détail

LDL cholestérol, CRP et athérosclérose

LDL cholestérol, CRP et athérosclérose LDL cholestérol, CRP et athérosclérose Pierre-louis MICHEL Congrès de l AFLC. Beyrouth 23 26 Novembre 2005. B Qu est-ce que la «C-Reactive Protein» (CRP)? Facteurs de risques in f l am m ato ires LDL

Plus en détail

THÉRAPEUTIQUES. Les statines : données factuelles 2005 (n o 2) Sécurité d'emploi. Quelques années après leur mise sur le marché.

THÉRAPEUTIQUES. Les statines : données factuelles 2005 (n o 2) Sécurité d'emploi. Quelques années après leur mise sur le marché. Michel Lièvre Michel Cucherat EA 3736, Service de pharmacologie clinique, Faculté de médecine Laënnec, Lyon Mots clés : statine, dyslipidémie, données factuelles, médicament, effet secondaire, bénéfice/risque

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 17 février 2016

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 17 février 2016 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 17 février 2016 atorvastatine calcique trihydratée TAHOR 10 mg, comprimé pelliculé B/28 (CIP : 34009 343 067 5 4) B/90 (CIP : 34009 371 992 1 6) TAHOR 20 mg, comprimé

Plus en détail

Les lipides. Thérapeutique?

Les lipides. Thérapeutique? Thérapeutique? Exercice physique +++ Metformine: pas de risque d hypoglycémie, attention si insuffisance rénale, Sulfonylurées: risque d hypoglycémie, débuter à faible dose Les lipides réserves 97 % =

Plus en détail

Insuffisance Rénale Chronique

Insuffisance Rénale Chronique Spécificités du Risque Cardiovasculaires chez les Patients en Insuffisance Rénale Chronique Définition et classification des maladies rénales chroniques Anomalies persistantes depuis plus de 3 mois : Insuffisance

Plus en détail

HTA >= 140 >= >= 130/80). HTA

HTA >= 140 >= >= 130/80). HTA HTA (1) PAS >= 140 mmhg et/ou PAD >= 90 mmhg, au cabinet et confirmée, 2 mesures par consultation, au cours de 3 consultations en 3 à 6 mois (hors diabète ou insuffisance rénale, HTA si >= 130/80). HTA

Plus en détail

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE 3. FORME PHARMACEUTIQUE 4. DONNEES CLINIQUES 4.1. Indications thérapeutiques FENOFIBRATE

Plus en détail

Observation de Mr B. Homme de 55 ans. Bilan lipidique: Prise en charge en hémodialyse en Décembre 2012

Observation de Mr B. Homme de 55 ans. Bilan lipidique: Prise en charge en hémodialyse en Décembre 2012 Faut-il traiter les dyslipidémies des dialysés? Bruno MOULIN Service de Néphrologie et Transplantation Hôpitaux Universitaires de Strasbourg CUEN DIALYSE GRESSY 11-1313 Juin 2017 Observation de Mr B Homme

Plus en détail

L aspirine 07/06/2011. Prévention primaire et secondaire des maladies cardio- et cérebrovasculaires: que peut-on proposer en 2011?

L aspirine 07/06/2011. Prévention primaire et secondaire des maladies cardio- et cérebrovasculaires: que peut-on proposer en 2011? Un homme de 55 ans vous consulte pour un bilan de santé. Aucune plainte. Connu pour une hypertension artérielle traitée par lisinopril et thiazide. Prévention primaire et secondaire des maladies cardio-

Plus en détail

Le choix de l association indapamide + perindopril dans HYVET Arguments pharmacologiques et cliniques

Le choix de l association indapamide + perindopril dans HYVET Arguments pharmacologiques et cliniques Le choix de l association indapamide + perindopril dans HYVET Arguments pharmacologiques et cliniques Pr Jean-Philippe Baguet Clinique de Cardiologie - CHU Grenoble 14es Assises du CNCHG, Paris, 2008 PAS

Plus en détail

LES STATINES DANS LA PREVENTION DES MALADIES CARDIOVASCULAIRES

LES STATINES DANS LA PREVENTION DES MALADIES CARDIOVASCULAIRES LES STATINES DANS LA PREVENTION DES MALADIES CARDIOVASCULAIRES ZOUBIDI MOHAMED Service de Cardiologie Unité d Hémodynamique Adulte et Soins Intensifs CHU Ibn Rochd- Casablanca STATINES Main Effects of

Plus en détail

Dépistage et prise en charge des personnes à haut risque cardiovasculaire : quoi de neuf en 2010?

Dépistage et prise en charge des personnes à haut risque cardiovasculaire : quoi de neuf en 2010? Dépistage et prise en charge des personnes à haut risque cardiovasculaire : quoi de neuf en 2010? Thierry Couffinhal Centre d Exploration de Prévention et de Traitement de l Athérosclérose (CEPTA) Hôpital

Plus en détail

TRAITEMENT DE L HTA Ce qu il ne faut pas oublier. EL MENIA 2 Mai 2009

TRAITEMENT DE L HTA Ce qu il ne faut pas oublier. EL MENIA 2 Mai 2009 TRAITEMENT DE L HTA Ce qu il ne faut pas oublier Professeur M.TEMMAR Centre de Cardiologie le Télomère Ghardaia EL MENIA 2 Mai 2009 Significant regional differences in prevalence emerged SOUTH- EAST; 39,5

Plus en détail

Hyperglycémie et diabète d origine médicamenteuse

Hyperglycémie et diabète d origine médicamenteuse Hyperglycémie et diabète d origine médicamenteuse Focus sur les statines Dr Hélène Géniaux 21 mars 2015 2 ème Journée Régionale de Pharmacovigilance Rappels Définitions «hyperglycémie» si glycémie à jeun

Plus en détail

DIABÈTE DE TYPE 2 : Dr Y.HADJALI (Mougins) Y.HADJALI

DIABÈTE DE TYPE 2 : Dr Y.HADJALI (Mougins) Y.HADJALI DIABÈTE DE TYPE 2 : ETUDES D INTENSIFICATION conséquences pratiques Dr (Mougins) J ai entendu dire que trop baisser la glycémie était dangereux chez le diabétique de type 2!!!!???? Contrôle g glycémique:

Plus en détail

Réadaptation cardiaque et éducation thérapeutique. Dr Sylvain GRALL

Réadaptation cardiaque et éducation thérapeutique. Dr Sylvain GRALL Réadaptation cardiaque et éducation thérapeutique Dr Sylvain GRALL Conflits d intérêt Pas de conflits d intérêt en rapport avec cette présentation La réadaptation, un traitement sous-utilisé en France

Plus en détail

Pourquoi une prévention? Quelques notions d épidémiologie

Pourquoi une prévention? Quelques notions d épidémiologie Pourquoi une prévention? Quelques notions d épidémiologie Risque relatif de mortalité induit par une MC (maladie coronarienn Risque relatif de mortalité induit par une MC 5 4.5 4 3.5 3 2.5 2 1.5 1 0.5

Plus en détail

Epidemiologie du Syndrome Métabolique et du risque cardiovasculaire...

Epidemiologie du Syndrome Métabolique et du risque cardiovasculaire... Epidemiologie du Syndrome Métabolique et du risque cardiovasculaire... Jean Dallongeville Epidémiologie et Santé Publique Institut Pasteur de Lille INSERM U744 - LILLE Syndrome Métabolique une pathologie

Plus en détail

Parmi les dosages biologiques qui avaient été réalisés, on a retenu :

Parmi les dosages biologiques qui avaient été réalisés, on a retenu : Cas clinique relatif au module 9. Une femme de 56 ans est suivie pour Une hypertension artérielle évoluant depuis 10 ans, Un diabète de type II depuis sept ans. Son traitement médicamenteux habituel associe

Plus en détail

JM POCHET SERVICE DE NÉPHROLOGIE CLINIQUE ET MATERNITÉ STE ELISABETH NAMUR

JM POCHET SERVICE DE NÉPHROLOGIE CLINIQUE ET MATERNITÉ STE ELISABETH NAMUR Prévention cardiovasculaire chez l insuffisant rénal chronique JM POCHET SERVICE DE NÉPHROLOGIE CLINIQUE ET MATERNITÉ STE ELISABETH NAMUR Le risque rénal est un risque cardiaque! Stratification du risque

Plus en détail

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux Epidémiologie Cholestérol et accidents ischémiques cérébraux: plan I Lipides et atteintes des grosses artères cérébrales: 4 Epidémiologie lipides et risque

Plus en détail

Démences et dyslipidémies. Epidémiologie

Démences et dyslipidémies. Epidémiologie Démences et dyslipidémies Epidémiologie Démences et dyslipidémies: plan Epidémiologie -Cholestérol et risque de MA: 3 -Apport de graisses et MA: 4 -HDL bas et LDL élevé et risque de MA: 4 -ApoA1 et MA:

Plus en détail

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE 3. FORME PHARMACEUTIQUE 4. DONNEES CLINIQUES 4.1. Indications thérapeutiques FENOFIBRATE

Plus en détail

Prévention de la maladie coronarienne et substitution hormonale postménopausique

Prévention de la maladie coronarienne et substitution hormonale postménopausique Département de gynécologie et d'obstétrique Prévention de la maladie coronarienne et substitution hormonale postménopausique Quelles évidences épidémiologiques? G. Girardet Nendaz Mars 2000 Plan Introduction

Plus en détail

Cœur et Diabète Une prise en charge ciblée. Dr Michel Varroud-Vial CHSF

Cœur et Diabète Une prise en charge ciblée. Dr Michel Varroud-Vial CHSF Cœur et Diabète Une prise en charge ciblée Dr Michel Varroud-Vial CHSF Complications du diabète Etudes ECODIA 1999-2005 Complication Rétinopathie Protéinurie Polynévrite Cardiopathie ischémique Artérite

Plus en détail

Un nouveau regard sur les stratégies antihypertensives (le risque résiduel)

Un nouveau regard sur les stratégies antihypertensives (le risque résiduel) Un nouveau regard sur les stratégies antihypertensives (le risque résiduel) Pr P. Lantelme Lyon L HTA : Un facteur de risque cardio-vasculaire majeur Lewington et al. 22 1 L HTA : Les succès de la prise

Plus en détail

Après l infarctus: quelle prévention? Dr Daniel Karila-Cohen Centre Cardiologique du Nord Saint-Denis (93)

Après l infarctus: quelle prévention? Dr Daniel Karila-Cohen Centre Cardiologique du Nord Saint-Denis (93) Après l infarctus: quelle prévention? Dr Daniel Karila-Cohen Centre Cardiologique du Nord Saint-Denis (93) Position du problème Pathologie courante Risque absolu élevé Survie de plus en plus longue Intervention

Plus en détail

Quoi de neuf dans l HTA pour la. néphroprotection. Vincent Esnault Néphrologie, CHU Nice

Quoi de neuf dans l HTA pour la. néphroprotection. Vincent Esnault Néphrologie, CHU Nice Quoi de neuf dans l HTA pour la néphroprotection Vincent Esnault Néphrologie, CHU Nice Blocage du SRAA Qui peut le plus, peut le moins! Vincent Esnault Néphrologie, CHU Nice Diabète de type 2 normoalbuminurie

Plus en détail

Essais thérapeutiques. Compléments d épidémiologie. Essais de différence ou de supériorité (rappel)

Essais thérapeutiques. Compléments d épidémiologie. Essais de différence ou de supériorité (rappel) Essais thérapeutiques Compléments d épidémiologie Plan : Essais d équivalence clinique ou essais de non infériorité Essais en cross over ou essais croisés D. Neveu Compléments épidémiologie DCEM2 DCEM3

Plus en détail

Notions de méta-analyses

Notions de méta-analyses Notions de méta-analyses Dr Roch Giorgi roch.giorgi@ap-hm.fr LERTIM, Faculté de Médecine, Université de la Méditerranée, Marseille, France http://cybertim.timone.univ-mrs.fr Introduction Technique développer

Plus en détail

DPC Prise en charge du risque cardiovasculaire du patient hypertendu en médecine générale. Dr Walid Amara Dr Chantal Amoudry 2014

DPC Prise en charge du risque cardiovasculaire du patient hypertendu en médecine générale. Dr Walid Amara Dr Chantal Amoudry 2014 DPC Prise en charge du risque cardiovasculaire du patient hypertendu en médecine générale Dr Walid Amara Dr Chantal Amoudry 2014 2011 Programme de la soirée : Présentation des participants: tour de table

Plus en détail

Conséquences métaboliques de l hormonothérapie. Dr Beuzeboc Institut Curie

Conséquences métaboliques de l hormonothérapie. Dr Beuzeboc Institut Curie Conséquences métaboliques de l hormonothérapie Dr Beuzeboc Institut Curie Cancer de prostate. Effets secondaires de la déprivation androgénique (ADT) Ostéoporose Modification corporelle Conséquences de

Plus en détail