Endocardite infectieuse Antibiothérapie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Endocardite infectieuse Antibiothérapie"

Transcription

1 AEPEI Infection, Antimicrobien Modelisation Evolution Endocardite infectieuse Antibiothérapie Pr. Xavier Duval Hôpital Bichat Claude Bernard, Université Denis Diderot, Paris 7

2 Epidémiologie endocardite

3 Epidémiologie Stabilité incidence: 30/10 6 /an soit 1400 cas /an mortalité: % Rencontre lésion valvulaire / bactériémie Mais modifications des caractéristiques de l EI : Modification de l hôte (valvulopathies/comorbidités) Modification des bactériémies Maladie de l adulte jeune avec cardiopathie préexistante (RAA) Maladie du sujet âgé à cœur «sain» Hoen et al JAMA 2002

4 Epidémiologie Chirurgie valvulaire 50 % Maladie grave 20 % de décès Morbidité élevée Durée moyenne d hospitalisation: 2 mois Conséquences à moyen et long termes: Etude hollandaise : 30% des pts n ont pas repris leur activité professionnelle à 12 mois

5 Endocardite France (homme) Incidence : age 220 Incidence per Million Population >=95 Age,years Age moyen 62 ± 16 years (18-96) Community Health-care related Intravenous drug users Not available Selton Suty C, CID 2012; 54:

6 IE incidence per million population in 1991, 1999 and 2008 according to age and gender Incidence per Million Population >=95 Age, y

7 Evolution épidémiologie EI France p= Incidence per Million Population p=0.007 Incidence stable en France sur 20 ans p=0.333 p=0.566 p=0.227 p= p=0.108 p=0.664 p= Total population Patients with previously known native heart valve disease Patients without Total population previously known underlying heart disease Patients with previously known native heart valve disease Patients without Total population previously known underlying heart disease Patients with previously known native heart valve disease Patients without previously known underlying heart disease All microorganims Oral streptococci IE Staphylococcus aureus IE Duval X, JACC 2012 ;59:

8 Comorbidities 35 Dialysis ID FDR EI: Severe kidney disease (adjusted OR [95% CI]=16.9 [1.5 to 193], P=0.02) and diabetes mellitus (adjusted OR [95% CI]=2.7 [1.4 to5.2], P=0.004). Strom Circulation 2000 Cabell C Arch Intern Med 2002

9 Murdoch Arch Intern Med 2009 Comorbidities

10 Underlying heart disease

11 Underlying heart disease N (%) Native valve disease 82 (18%) PM 51 (12%) Prosthetic valve 97 (22%) Congenital heart disease 19 (4%) Previous IE 30 (7%) Unspecified "cardiac murmur" 14 (3%) No previously known underlying heart disease 224 (51%) Selton Suty C, CID 2012; 54: ; Duval X, JACC 2012 ;59:

12 IE incidence / predisposing cardiac conditions Prosthetic valves Unrepaired cyanotic congenital diseases Previous IE Obstructive cardiomyopathy Pacemaker Valvular regurgitation Mitral valve prolapse Bicuspid aortic valve General population IE incidence / 10 5 pts /year

13 IE incidence / predisposing cardiac conditions Prosthetic valves Unrepaired cyanotic congenital diseases Previous IE Obstructive cardiomyopathy Pacemaker Valvular regurgitation Mitral valve prolapse Degenerative valvulopathy? Bicuspid aortic valve General population IE incidence / 10 5 pts /year

14 A Systematic Review of Population- Based Studies of Infective Endocarditis Trends Decrease in IE cases with underlying RHD, in developed countries Tleyjeh, Chest 2007; 132:

15 Incidence of infective endocarditis by age and by underlying HD Incidence of infective endocarditis in the study population, by age and by underlying HD 110,00 100% 100,00 90,00 Prosthetic valve 21% Incidence per M illion Population 80,00 70,00 60,00 50,00 40,00 30,00 Previously known HD 26,2% No previously known HD 52,8% 20,00 10,00 0, >=95 % Age, years No previously known HD Previously known HD Prosthetic valve Selton Suty C, CID 2012; 54: ; Duval X, JACC 2012 ;59:

16 A Systematic Review of Population- Based Studies of Infective Endocarditis Increase in IE cases with prosthetic valve Increase in IE cases with mitral valve prolapse Tleyjeh, Chest 2007; 132:

17 Location of IE Location Native valves Prosthetic V. Total n (%) Aortic valve 55 (16%) 31(32%) 86 (20%) Mitral valve 102 (30%) 18 (19%) 120 (28%) Aortic + mitral valves 97 (29%) 25 (26%) 122(28%) Tricuspid valve 31(9%) 2(2%) 33 (8%) Pulmonic valve 0 (0.0%) 1(1.0%) 1 (0.2%) Bilateral IE 36 (11%) 14 (14%) 50 (12%) Pacemaker 10 (3%) 3 (3%) 13 (3%) Undetermined 8 (2%) 3 (3%) 11 (2.5%) Selton Suty C, CID 2012; 54: ; Duval X, JACC 2012 ;59:

18 IE Micro organisms

19 IE Micro organisms Bayliss ( ) Goulet ( ) Tornos ( ) Van der Meer ( ) Nombres d EI Streptocoques 63% 62% 58% 55% Oraux Groupe D autres Staphylocoques 19% 18% 10% 12% aureus coag neg

20 Microorganisme: Méta-analyse 3784 épisodes d Endocardite 35% 30% Moreillon et al Lancet 2004

21 Microorganism profile according to regions Murdoch Arch Intern Med 2009

22 Evolution épidémiologie EI France p= Incidence per Million Population p=0.007 p=0.333 p=0.566 p=0.030 p= p=0.108 p=0.664 p= Total population Patients with previously known native heart valve disease Patients without Total population previously known underlying heart disease Patients with previously known native heart valve disease Patients without Total population previously known underlying heart disease Patients with previously known native heart valve disease Patients without previously known underlying heart disease All microorganims Oral streptococci IE Staphylococcus aureus IE Duval X, JACC 2012 ;59:

23 Incidence of infective endocarditis by age and by microorganisms Incidence of infective endocarditis in the study population, by age and by microoraganism 110,00 100,00 No microorganisms 5,2% 100% Incidence per M illion Population 90,00 80,00 70,00 60,00 50,00 40,00 30,00 Other or 2 microorganisms 15,3% Enterococci 10,5% Group D strepto 12,5% Strepto (oral+pyogenic) 23,8% Staph epidermidis 6,3% 20,00 10,00 Staph aureus 26,4% 0, >=95 % Age, years Staph aureus Staph epidermidis Strepto (oral+pyogenic) Group D strepto Enterococci Other or 2 microorganisms No microorganisms Selton Suty C, CID 2012; 54: ; Duval X, JACC 2012 ;59:

24 Distribution of microorganisms Native valve IE Prosthetic valve IE NV IE PV IE Community acquired Health-care related Health-care related IV drug addict Early < 2 months 2 12 months Late PVE IE Nosocomial Non Nosocomial

25 110,00 Incidence of infective endocarditis, by age and by mode of acquisition Incidence of infective endocarditis in the study population, by age and by mode of acquisition 100% 100,00 90,00 Iv drug addict 5,8% Incidence per Million Population 80,00 70,00 60,00 50,00 40,00 30,00 Health care 25,1% Community 69,1% 20,00 10,00 0, >=95 % Age, years Community Health care Iv drug addict Selton Suty C, CID 2012; 54: ; Duval X, JACC 2012 ;59:

26 Population-based distribution of definite infective endocarditis microroganisms in the general population and in specific at-risk groups Hoen B, Duval X, N Eng J Med 2013;368:

27 Traitement

28 Endocardite infectieuse Influence of therapy Penicilline Vancomycine Early surgery 24 largest series(8589 cases) In-hospital mortality Thuny F. Lancet 2012;10;379:965-75;

29 Pris en charge Thérapeutique CURATIVE Destruction valvulaire: insuf cardiaque Chirurgie? Sepsis ABie Chir? Végétation / embole; autres complications Chir?.

30 Pris en charge Thérapeutique: Multidisciplinaire Tnt Curatif Traitement antibiotique Traitement insuffisance cardiaque Médicamenteux Chirurgical (+++) Prévention / Traitement complications emboliques, anévrysmes Traitement de la porte d entrée Tnt prophylactique

31 Pris en charge Thérapeutique CURATIVE Destruction valvulaire: insuf cardiaque Chirurgie? Sepsis ABie Chir? Végétation / embole; autres complications Chir?.

32 Pris en charge Thérapeutique Tnt Curatif Traitement antibiotique Traitement insuffisance cardiaque Médicamenteux Chirurgical (+++) Prévention / Traitement complications emboliques, anévrysmes Traitement de la porte d entrée Tnt prophylactique de l endocardite

33 Accidents Emboliques de l Endocardite Rôle du Délai / Antibiothérapie Le risque embolique est maximum lors des 2 premières semaines de traitement Steckelberg et al. Ann Intern Med 1991;114:637) Dickerman, Am Heart J, 2007

34 Pris en charge Thérapeutique Tnt Curatif Traitement antibiotique Traitement insuffisance cardiaque Médicamenteux Chirurgical (+++) Prévention / Traitement complications emboliques, anévrysmes Traitement de la porte d entrée Tnt prophylactique

35 Traitement antibiotique curatif de l'ei Considérations physiopathologiques Le foyer infectieux (végétation) amas fibrinoplaquettaire acellu-laire (absence de phagocytes) taille de la végétation inoculum bactérien élevé bactéries en phase de croissance stationnaire activité métabolique bactérienne ralentie production d'exopolysaccharide par certains micro-organismes Implications thérapeutiques nécessité d'une antibiothérapie BACTERICIDE mauvaise diffusion des Ab augmentation de la CMI, risque accru de mutants résistants diminution de l'activité des Ab agissant sur la paroi bactérienne nécessité d'une antibiothérapie PROLONGEE et CONTINUE moindre diffusion des Ab au sein de la végétation

36 Traitement : informations microbiologiques nécessaires Streptocoques oraux et S. bovis (S. gallolyticus): CMI de la pénicilline et de l amoxicilline Entérocoques: CMI de la pénicilline et de l amoxicilline, recherche haut niveau de résistance à la gentamicine, sensibilité aux glycopeptides Staphylocoques: sensibilité à l oxacilline et autres AB (gentamicine pour SARM) HACCEK: recherche de bêta-lactamase et CMI de l amoxicilline Associations d AB: si " souches à problèmes "

37 Surveillance du traitement de l'ei Efficacité Critères cliniques: Courbe de température +++ disparition des signes emboliques Critères biologiques: négativation des hémocultures ++++ normalisation du bilan inflammatoire dosages sériques des antibiotiques tests de bactéricidie Critères échographiques: +/- (Recherche de complications) Guérison = absence de rechute à l'arrêt du tt.

38 Recommandations thérapeutiques : références Wilson WR, et al. Circulation 2007;116: Westling K, Aufwerber E, Ekdahl C, et al. Swedish guidelines for diagnosis and treatment of infective endocarditis Scand Infect Dis J 2007 Guidelines on the prevention, diagnosis,and treatment of infective endocarditis.the Task Force on the Prevention, Diagnosis, and Treatment of Infective Endocarditis of the European Society of Cardiology (ESC) Endorsed by the European Society of Clinical Microbiology and Infectious Diseases (ESCMID) and by the International Society of Chemotherapy (ISC) for Infection and Cancer. Habib G et al. European Heart Journal (2009) 30, BSAC JAC 2012

39

40 Endocardites à Streptocoque

41 Endocardites à Streptocoque 46% Hoen B, Duval X, N Eng J Med 2013;368:

42 EI à streptocoques SENSIBLES <1H 6H Sepsis Absence de Sepsis

43 EI à streptocoques SENSIBLES à la pénicilline (CMI < 0,125 mg/l) Schémas thérapeutiques possibles : Pénicilline G U/kg/j (perf continue)12-18 M ou amoxicilline mg/kg/j en 4 6 administrations ou ceftriaxone 2 g/j en 1 administration ± Gentamicine 3 mg/kg/j ou Nétilmicine (5-6 mg/kg/j), 1 dose/ j

44 EI à streptocoques SENSIBLES à la pénicilline (CMI < 0,125 mg/l) Schémas thérapeutiques possibles : Pénicilline G U/kg/j (perf continue)12-18 M ou amoxicilline mg/kg/j en 4 6 administrations ou ceftriaxone 2 g/j en une administration ± Gentamicine 3 mg/kg/j ou Nétilmicine (5-6 mg/kg/j), 1 dose/ j Durée de traitement : forme NON compliquée : 2 ou 4 SEM Bêta-lactam + Genta pendant 2 semaines, OU Bêta-lactam seule pendant 4 semaines forme compliquée (dont EI sur prothèse) 4 SEM Bêta-lactam + Genta pendant 2 semaines, PUIS Bêta-lactam seule pendant 2 semaines

45 EI à streptocoque / Pas d allergie BL Streptocoque sensible* ET Non compliqué ET Valve native Strepto sensible compliquée VN Strepto sensible non compliqué PVM** Strepto résistants non compliquée VN Avec AG Sans AG Avec AG Sans AG 2 sem AG βl βl AG βl AG βl 4 sem βl βl AG βl 6 sem AG βl * Streptocoque viridans et bovis ** Prothèse = EI compliquée 4 sem si bithérapie, 6 sem de traitement si monothérapie,

46 Conditions requises pour un traitement de 15 Jours pour les endocardites à streptocoques viridans et Streptococcus bovis. 1) Absence de facteurs de risque cardiovasculaires (IC, IA, Troubles de conduction) 2) Absence de phénomènes thromboemboliques 3) Infection sur valve native 4) Réponse clinique dans les 7 jours Working Party of the British Society for Antimicrobial Chemotherapy (1998)

47 Treatment of streptococcal endocarditis with a single daily dose of ceftriaxone and netilmicin for 14 days: a prospective multicenter study. P. Francioli et al. Clin Infect Dis 1995;21: Ceftriaxone 2 g + Netilmicine 4mg/kg 1 fois/jour. Essai ouvert non comparatif chez 52 malades 31 streptocoques oraux 18 Streptococcus bovis 2 Gemella morbillorum 1 streptocoque du groupe C 48 malades évaluables 42 guérisons 5 décès de cause non infectieuse 1 échec bactériologique (G. morbillorum)

48 Ceftriaxone OD for 4 weeks compared with Ceftriaxone + Genta OD for 2 weeks for treatment of IE due to Penicillin-susceptible streptococci. 67 patients randomisés en 2 bras : I : Ceftriaxone 2 g une fois/j pendant 4 semaines II : Ceftriaxone 2 g + Gentamicine 3 mg/kg une fois/j pdt 2 semaines Gr I (n=26) Gr II (n=25) Guérison TT méd 21 (80,8%) 15 (60%) Guérison TT méd+chir 4 (15,4%) 9 (36%) Échec 1 (3,8%) 1 (4%) Sexton et al. Clin Infect Dis 1998;27:1470

49 EI à streptocoques de sensibilité REDUITE à la pénicilline (0,125 CMI <2 )* Schéma thérapeutique : Pénicilline G U/kg/j ( 30 M U/j en perf. continue) ou amoxicilline 200 mg/kg/j + Gentamicine 3 mg/kg/j ou Nétilmicine (5-6 mg/kg/j), 1 fois/j *CMI >0.125 to 0.5 mg/l pour BSAC 2012

50 EI à streptocoques de sensibilité REDUITE à la pénicilline (0,125 CMI <2 ) Schéma thérapeutique : Pénicilline G U/kg/j ( 30 M U/j en perf.continue) ou amoxicilline 200 mg/kg/j + Gentamicine 3 mg/kg/j ou Nétilmicine (5-6 mg/kg/j), 1 fois/j Durée de traitement : forme non compliquée 4 SEM Péni + Genta pendant 2 semaines, PUIS Péni seule pendant 2 semaines forme compliquée (dont prothèse) 6 SEM Péni + Genta pendant 2 semaines, PUIS Péni seule pendant 4 semaines *CMI >0.125 to 0.5 mg/l pour BSAC 2012

51 EI à entérocoques (CMI > 0,5 mg/l) Bas niveau de résistance à la gentamicine Amoxicilline 200 mg/kg/j (4 à 6 doses) + Gentamicine 3 mg/kg/j, pendant 4-6 semaines Haut niveau de résistance à la gentamicine Amoxicilline 200 mg/kg/j + Streptomycine 15 mg/kg/j, pendant 4-6 semaines 6 SEM 6 SEM

52 EI à entérocoques (CMI > 0,5 mg/l) Bas niveau de résistance à la gentamicine Amoxicilline 200 mg/kg/j (4 à 6 doses) + Gentamicine 3 mg/kg/j, pendant 4-6 semaines Haut niveau de résistance à la gentamicine Amoxicilline 200 mg/kg/j + Streptomycine 15 mg/kg/j, pendant 4-6 semaines Haut niveau de résistance à tous les AG Amoxicilline 200 mg/kg/j, ou Vancomycine 30 mg/kg/j, ou Teicoplanine 6 mg/kg/j, pendant 6 semaines ou plus Résistance à la pénicilline (CMI > 16 mg/l*, E. faecium Vancomycine 30 mg/kg/j, ou Teicoplanine 6 mg/kg/j + Gentamicine 3 mg/kg/j, pendant 6 semaines *CMI 8 mg/l pour BSAC SEM 6 SEM

53 EI à streptocoque / enterocoque Pas d allergie BL Streptotocoque sensible ET Non compliqué ET Valve native Strepto sensible compliquée VN Strepto sensible non compliqué PVM* Strepto résistants non compliquée VN Enterocoque Avec AG Sans AG Avec AG Sans AG Avec AG Sans AG 2 sem AG βl βl AG βl AG βl AG βl AG βl 4 sem βl βl AG βl AG βl AG βl 6 sem βl AG βl AG βl * Prothèse = EI compliquée 4 sem si bithérapie, 6 sem de traitement si monothérapie,

54 Endocardites à entérocoques: souches résistantes à pénicilline, aminosides et vancomycine E. faecalis Ceftriaxone 4 g/j + Amoxicilline 12 g/j Imipenem 2 g/j + Amoxicilline 12 g/j E. faecium Linezolid 600 mg x2, ou Par ailleurs : Place de la daptomycine à évaluer Remplacement valvulaire souvent indispensable

55 Dégradation de la fonction rénale et aminosides K. Bucholz et al. Clin Infect Dis 2009

56 Enterococcal Endocarditis in Sweden, : Can Shorter Therapy with Aminoglycosides Be Used? L. Olaison & K. Schadewitz, Clin Infect Dis 2002;34: Etude observationnelle de 93 cas d'ei à entérocoques issus de la cohorte nationale suédoise Outcomes Taux de guérison : 81% Taux de décès : 16% Taux de rechute : 3% Durées médiane de trt Totale : 42 jours Aminosides : 15 jours 75 episodes that were cured

57 EI à streptocoques en cas d ALLERGIE à la pénicilline Bas niveau de résistance à la gentamicine Vancomycine 30 mg/kg/j, ou Teicoplanine 6 mg/kg/j (4 à 6 sem) (+ Gentamicine 3 mg/kg/j*) Haut niveau de résistance à la gentamicine Vancomycine 30 mg/kg/j, ou Teicoplanine 6 mg/kg/j (4 à 6 sem) (+ Streptomycine 15 mg/kg/j *) Haut niveau de résistance à tous les AG Vancomycine 30 mg/kg/j, pendant 6 semaines *aminoside associé uniquement dans BSAC 2012, si CMI genta < 2mg/l durée 2 sem, en 2-3 injections

58 EI à streptocoque / enterocoque Allergie BL Strepto Non compliquée Valve native Strepto non compliqué PVM* compliquée VN Enterocoque (VN et PVM) Avec AG Sans AG Avec AG Avec AG 2 sem AG Vc Vc AG Vc AG Vc 4 sem Vc Vc AG Vc 6 sem AG Vc * Prothèse = EI compliquée 4 sem si bithérapie, 6 sem de traitement si monothérapie,

59 Concentrations Gentamicin BID or TID Once daily C min Predose <1 mg/l <1 mg/l Pic (1h après injection 3 4 mg/l mg/l

60 Concentrations Vancomycine BID (2 à 4 inj) (perfusion de 60 min) SE C min Prédose Pic (1h après injection) mg/l (strepto) mg (staph) mg/l mg/l mg (staph) NA

61 Synthèse BSAC pour EI à Streptocoques BSAC guidelines, JAC 2012

62 Endocardites à Staphylocoque

63 Attention aux signes extracardiaques de l endocardite Mr 34 ans ATCD: toxicomane Histoire de la maladie: Juin 2005: Fièvre (qq jours après injection IV de subutex), frissons, AEG, toux, expectorations Antibiothérapie par Augmentin + Oflocet 7 j

64

65 Attention aux signes extracardiaques Hospitalisé : nodules excavés pulmonaires bilatéraux, souffle tricuspide Examen des crachats: S. aureus Hémocultures: S. aureus Diagnostic de pneumonie à S. aureus sensible à la méticilline Qu en pensez vous?

66 Quelques jours + tard échographie cardiaque: végétation tricuspide 2,5 cm + fuite importante par perforation Transféré pour surveillance Confirmation des données échographiques Insuffisance tricuspide 2/4

67 Endocardites à Staphylocoque Mais différents types d EI à Staph Terrains / origines différents Hoen B, Duval X, N Eng J Med 2013;368: %

68 90% EI à Staph aureus vs autres 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% 5.1* 1.3 * 1.7 * 2.9 * Aigue Diab. KT Reliée soins Fowler JAMA 2005 * OR multi V significatifs 9.3 * 1.6 * 2.3 * IVDU AVC Bactie pers

69 Pronostic et terrains (S. aureus) Fowler et al. ICE JAMA 2005

70 Résistance méthicilline et type d EI 50% 40% 30% 20% 10% 0% % (S. aureus) 49% Reliée aux soins Fowler et al. ICE JAMA % 13% Toxicomanes Communautaire EI 2008: Resistance to methicillin was observed in 13 6% of Staphylococcus aureus and 41 7% of and coagulase-negative staphylococci.

71 EI S. aureus Embole - Mortalité Thuny et al. Circulation 2005; Iung et al Stroke 2013; Sy R, Eur Heart J 2010;31:

72 Staphylocoques Coag Neg; ICE 1076 EI certaines sur valves natives chez non toxico 87 (8 %) EI à Staphylocoques coag neg SCN S. aureus Strept viridans p Associées soins 38% 48% 3.5% 0.20 / < 0.01 KT chronique 9.2% 14% 0% 0.24 / < 0.01 Procéd. Invasives 24% 27% 3.9% 0.67 / < 0.01 Chirurgie 63% 37% <0.01 Abcès cardiaque 17% 14% 8.2% 0.49 / 0.02 Insuf Cardiaque 39% 33% 25% 0.21 / < 0.01 Décès intra hospit 23% 7.4% < 0.01 Chu et al Clin Infect Dis 200

73 Prise en charge Diagnostic précoce: Bactériémie à Staph. aureus (1 hémoc ): EI dans 25% des cas quand Echo TO systématique (30% des ETT concluent faussement) EI dans 50% des cas chez pts porteurs de prothèse valvulaire (ETO) Traitement agressif? V. Fowler et al. JAAC 1997/ Fadi El-Ahdab Am J Med 2005

74 EI à staphylocoques Valve NATIVE - Staph Meti Sensible Schéma thérapeutique Oxacilline ou Cloxacilline mg/kg/j, SI allergie : Vancomycine 30 mg/kg/j ou Teicoplanine mg/kg/j + Gentamicine 3 mg/kg/j * Durée de traitement Association pendant 3-5 jours Durée totale de traitement : 4-6 semaines genta en 2-3 injections/j genta NON recommandée dans BSAC 2012 ou dans reco USA SAB

75 EI à staphylocoques Valve NATIVE - Staph Meti Sensible Schéma thérapeutique Oxacilline ou Cloxacilline mg/kg/j, SI allergie : Vancomycine 30 mg/kg/j ou Teicoplanine mg/kg/j + Gentamicine 3 mg/kg/j * Durée de traitement Association pendant 3-5 jours Durée totale de traitement : 4-6 semaines 6 SEM genta en 2-3 injections/j genta NON recommandée dans BSAC 2012 ou dans reco USA SAB

76 EI à staphylocoques Valve NATIVE - Staph Meti Résistant Schéma thérapeutique souche Genta-S: Vancomycine 30 mg/kg/j, Teicoplanine mg/kg/j +/- Gentamicine 3 mg/kg/j, pendant 3-5 jours souche Genta-R: Vancomycine 30 mg/kg/j, Teicoplanine mg/kg/j ± autre antistaphylococcique Durée de traitement 4-6 semaines 6 SEM genta en 2-3 injections/j

77 Endocardite à S. aureus Valve NATIVE PAS de RIFAMPICINE Aminosides: Très peu ou pas

78 Rifampin for the treatment of NV SA IE Etude C/T retrospective (EI à SA sur VN - SAMS/R 42 cas d EI ayant reçu au moins une dose de RIF (méd 20j) 42 témoins appariés sur la date du diagnostic ( ) cas témoins p Sélection d isolats RIF-R 9 (21%) 0 <0,001 Temps médian à RIF-R (n=9, jours, moy (range) 16 (11 26) - - ALT > 5 x baseline 9 (21%) 1 (2%) 0,01 Interactions médicamenteuses 22 (52%) 0 <0,001 Résultats complémentaires Les résistances sont survenues lorsque la RIF a été introduite chez des patients encore bactériémiques Mortalité plus élevée chez les cas (mais gravité possiblement plus élevée également : plus de localisations SNC, plus d AG) Riedel DJ, AAC 2008;52:2463-7

79 Initial Low-Dose Gentamicin for S. aureus Bacteremia and Endocarditis is nephrotoxic Renal toxic effects, by original randomized treatment arms Cosgrove SE, Clin Infect Dis 2009; 8:713-21

80 Initial Low-Dose Gentamicin for S. aureus Bacteremia and Endocarditis is nephrotoxic Incidence of decrease in creatinine clearance (Cr CL) by receipt of any initial low-dose gentamicin Cosgrove SE, Clin Infect Dis 2009; 8:713-21

81 Time to clinically significant decrease of CrCl Cosgrove SE, Clin Infect Dis 2009; 8:713-21

82 EI Staph Prothèse Prothèse mécanique, bioprothèse

83 EI à staphylocoques Valve prothétique - Staph Meti Sensible Schéma thérapeutique Oxacilline mg/kg/j, + Gentamicine 3 mg/kg/j, pendant 15j ± Rifampicine 600 mg 2 fois/j, Durée de traitement 6 semaines au moins

84 EI à staphylocoques - Valve prothétique Staph Meti Résistant Schéma thérapeutique souche Genta-S:» Vancomycine 30 mg/kg/j, Teicoplanine mg/kg/j + Gentamicine 3 mg/kg/j, pendant 15 jours + Rifampicine 600 mg 2 fois/j, ou + autre antistaphylococcique, si souche Rifampicine-R souche Genta-R:» Vancomycine 30 mg/kg/j, Teicoplanine mg/kg/j + Rifampicine 600 mg 2 fois/j + autre antistaphylococcique, selon données de bactéricidie Durée de traitement : 6 semaines au moins; genta 2 sem Indication chirurgicale quasi-obligatoire genta en 2-3 injections/j

85 Short Course Therapy for right-sided MSSA endocarditis in drug users Fortun J et al CID

86 EI à staphylocoques chez le TOXICOMANE Traitement de première intention: Vancomycine 30 mg/kg/j, pendant 6 semaines + Gentamicine 3 mg/kg/j, pendant les 5-7 premiers jours Si la souche est méti-s: Oxacilline 150 mg/kg/j, pendant 4 semaines + Gentamicine 3 mg/kg/j, pendant les 5-7 premiers jours Alternatives: Ciprofloxacine 750 mg 2 fois/j Rifampicine 600 mg 2 fois/j

87 EI à staphylocoques - Pacemaker ou DEF Même schéma thérapeutique qu une EI sur prothèse ET Ablation systématique du PM (sonde et boîtier)

88

89 SARM

90 S. Aureus Meti R ET CMI vanco augmentée (CMI > 1µg/ml)

91 Synthèse BSAC pour EI à Staphylocoques BSAC guidelines, JAC 2012

92 Endocardites à hémocultures négatives Hoen B, Duval X, N Eng J Med 2013;368: %

93 Hémocultures Négatives Hémocultures négatives Hc décapitées Réelles Hc NEG Patient stable Fenêtre antibiotiques 7 jours si possible Cultures longues Sérologies

94 Hémocultures Négatives Hémocultures négatives Hc décapitées Réelles Hc NEG Patient stable Fenêtre antibiotiques 7 jours si possible Cultures longues Sérologies

95 Endocardites à hémocultures négatives Hc décapitées Hoen B, Duval X, N Eng J Med 2013;368: %

96 Hémocultures négatives Hc décapitées Réelles Hc NEG Patient stable Fenêtre antibiotiques 7 jours si possible Cultures longues Sérologies

97 ATB initiale (valve native gauche) Country Regimens AP-HP, Paris A. Cremieux et al European Society Of Cardiology Sanford guide 2012 British Society of Antimicrobial Chemotherapy Indolent: amoxicillin+ gentamicin Acute: oxacillin + gentamicine Ampicilline/sulbactam or amoxicillin/clavulanate + gentamicine Ampicillin + oxacillin+ gentamicin Indolent: amoxicillin+/- gentamicin Acute: vancomycin + gentamicine

98 Clinical presentation of IE Indolent - Non groupable streptococci - S. gallolyticus - Enterococci - HACEK - Bartonella sp - C. burnetii - Fungi Acute - S. aureus - Group B, G streptococci - S. pneumoniae - Gram negative - Fungi

99 Mitral endocarditis and shock No shock (n=154) Cardiogenic (n=118) Septic (n=107) Stroke 3 (2) 1 (1) 38 (35) < p Non CNS emboli Vegetation (TOE) 2 (1) 2 (2) 25 (13) < (10) 33 (18) 70 (65) < S. aureus 44 (29) 33 (28) 56 (52) 0,03 Paravalvular abscess 0 5 (4) 27 (25) < Gelsomino S. et al. Ann Thorac Surg 2012;

100 EI à hémocultures négatives Valve native Antibiothérapie de première intention : Amoxicilline 200 mg/kg/j +/- inhibiteur betalactamase + Gentamicine 3 mg/kg/j, pendant 4-6 semaines Adaptation secondaire

101 Traitement initial des EI à Hémoc négatives (Europe) Native valve Ampicillin-sulbactam (amoxiclav) 12 g/24 h IV en 4 inj 4 6 s + Gentamicin 3 mg/kg par 24 h IV/IM en 3 inj 4-6 sem Si allergie OU Vancomycin 30 mg/kg per 24 h IV in 2 injections 4 6 s + Gentamicin 3 mg/kg par 24 h IV/IM in 3 en 3 injections 4 6 s + Ciprofloxacin 1000 mg/24 h PO ou 800 mg/24 h IV en 2 injections 4-6 s

102 Traitement initial des EI à Hémoc négatives (Europe) Prothèse valvulaire < 12 mois Vancomycin 30 mg/kg per 24 h IV in 2 injections 6 s + Gentamicin 3 mg/kg par 24 h IV/IM en 3 injections 2 sem + Rifampicine 1200 mg/24 h PO en 2 doses 6 s ± Cefepime 6 g/24 h IV en 3 injections (USA) Prothèse valvulaire > 12 mois Cf valve native

103 Hémocultures Négatives Hémocultures négatives Hc décapitées Réelles Hc NEG Patient stable Fenêtre antibiotiques 7 jours si possible Cultures longues Sérologies

104 Les micro-organismes responsables des EI à HN La cause la plus fréquente Coxiella burnetti Les causes fréquentes Abiotrophia Actinobacillus actinomycetemcomitans Bartonella Brucella Les causes rares Cardiobacterium hominis Erisipelothrix rhusiopathiae Hæmophilus aphrophilus Haemophilus parainfluenzae Listeria monocytogenes Les causes très rares Campylobacter Eikenella Francisella Gemella Gronulicatella Kingella Legionella Mycobactéries Mycoplasma Neisseria Pasteurella Tropheryma whipplei D après Raoult, Communication personnelle, ICAAC 2011

105 Sérologie Fièvre Q Bartonelle +/- Brucelle si zone à risque 2 nde I N T E N T I O N Legionelle, chlamydia, mycoplasme Whipple

106 Schémas de référence pour EI à germes particuliers Coxiella burnetii Doxycycline (Vibramycine ) cp 100mg, 1 cp 2 fois/j* (concentration > 5 µg/ml) + Hydroxychloroquine (Plaquenil ) cp 200mg, 1 cp 3 fois/j** (concentration 1 +/- 0.2 µg/ml) 2 à 3 ans, jusqu à négativation de la sérologie (IgG de phase I < 200, IgA de phase I indétectable) * La posologie peut être augmentée jusqu à 700 mg/j afin d obtenir ces taux plasmatiques ** Elle est en général adaptée à 1 cp 2 fois/j après 3 à 6 mois, puis 1 cp à 1.5 cp/j après 6 mois.

107 Schémas de référence pour EI à germes particuliers Brucella Doxyxcycline 200 mg/j + Rifampicine 1200 mg/j + Cotrimoxazole 960 mg x 2/j au moins 3 mois ± chirurgie ->jusqu a sérologie < 1/60 Legionella fluoroquinolone (cipro 1.5 g/j) + rifampicine

108 Schémas de référence pour EI à germes particuliers Bartonella aminosides obligatoires (3-4 semaines) en association avec une β-lactamine (ceftriaxone ou amox) ou doxy 6 sem Tropherima whipplei Cotrimoxazole 960 mg x 2/j, Peni G + strepto 2 semaines IV puis Cotrimo 12 mois Ou Doxycycline 200 mg/j+ Hydroxychloroquine 600mg/j > 18 mois

109 Madame S, Femme de 39 ans, ATCD: Homogreffe pulmonaire ❿ EI à Agregatibacter actinomicetes-comitans ❿ Homogreffe pulmonaire: végétation sur pulmonaire ❿ Embole pulmonaire avec foyer ❿ Reste fébrile malgré Abie (Claforan-genta)

110

111 HACEK Haemophilus parainfluenzae, H. aphrophilus, Actinobacillus actinomycetemcomitans, Cardiobacterium hominis, Eikenella corrodens, et Kingella kingae. Ceftriaxone 2 g/24 h IV/IM en 1 dose 4 semaines Ou Ampicillin- sulbactam 12 g/24 h IV en 4 doses 4 semaines Ou Ciprofloxacin 1000 mg/24 h PO ou 800 mg/24 h IV en 2 doses pendant 4 semaines

112 Autres antibiotiques? BSAC Daptomycin: 6 mg/kg/j en remplacement de la vancomycine si résistance ou intolérance Association amox-ceftriaxone pour EI à enterocoque

113 Causes de persistance de la fièvre au cours d'une EI sous traitement Antibiothérapie inadaptée ou insuffisante. Intolérance médicamenteuse. Dilution insuffisante de la péni G dans les perfusions. Phlébite au point d'injection. Accident thrombo-embolique. Foyer infectieux persistant au niveau de la porte d'entrée. Foyer infectieux secondaire (métastase septique). Foyer infectieux persistant au niveau de l'endocarde valvulaire (abcès septal ou paravalvulaire).

114 Prophylaxie de l endocardite

115 Prophylaxie de l endocardite

116

117 Case-record (1) A 53-year-old man: transferred to the ICU on August 15 th 2013 for altered consciousness and hypotension 104 Kg/175 cm, BMI: 34 L4-L5 and L5-S1 laminectomy in november 2012 (no metal rods or screws) Two months ago: acute chest pain coronarography normal (LOS: 5 days) Nothing else

118 Case-record (2): ED - Fever: 39 C - HR: 140/min, RR: 40/min, BP: 100/50/65 mmhg - Confusion (GCS: 10), no deficit, nuchal rigidity - 2 distal (toes) purpuric lesions, no cardiac mumur, CHF: 0 - LP: WBC/ml: 450 (94%PMN), Prot: 0.77g/l, Gly: 5 mmol/l, lactate: 7 mmol/l, Gram stain: negative - Cerebral CT without IV: normal, chest-x-ray : no pulmonary edema - Anuric cefotaxime: 2 g + dexamethasone:10 mg after 2 BC were drawn

119 Case-record (3): laboratory tests Variables Results (ED) WBC (per mm 3 ) 16,200 Neutrophils (%) 90 Hemoglobin (g/dl) 13 Platelets (G/L) 24 Prothrombin (%) 90 Fibrinogen (g/l) 6.6

120 Case-record (4): laboratory tests Variables Results(ED) Glucose (mmol/l) 5 Urea nitrogen (mmol/l) 24 Creatinin (µmol/l) 374 Sodium (mmol/l) 135 Potassium (mmol/l) 4 Lactate (mmol/l) 4.7 Procalcitonin (ng/ml) 155 ALAT/ASAT (U/L) 174/49 Bilirubin (mg/dl) 1.3

121 Case-record (5): ICU admission Within 3 hours, he developped septic shock MV: PEP + 5 cmh20, Vt 5 ml/kg, FiO2: 0.5 ph: 7.25, PaCO 2 : 36 mmhg, PaO 2 : 180 mmhg, C0 2 T: 15 mmol/l Fluid Rx and Norepinephrin: 1 µ/kg/min MAP: 65 mmhg Sedation with midazolam and fentanyl.

122 Transoesophaeal echocardiography 7-mm vegetation on posterior mitral leaflet, a 10-mm left ventricular mural vegetation and a 20-mm mobile mass inserted on the latter Moderate mitral regurgitation with chordae rupture Ejection fraction: 55% No other abnormalities

123 Question Quelle antibiothérapie initiale? Choix de la ou des molécules Quel impact sur ce choix et sur les modalités d administration de : - Choc septique - Atteinte méningée - Insuffisance rénale (EER discontinue à J1)

Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI?

Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI? Qui et quand opérer au cours du traitement de l EI? Gilbert Habib Département de Cardiologie - Timone Marseille 7es JNI Bordeaux, 8 juin 2006 Université de la Méditerranée Faculté de Médecine de Marseille

Plus en détail

Infections sur pace-maker / défibrillateurs implantables: peut-on traiter en gardant le matériel?

Infections sur pace-maker / défibrillateurs implantables: peut-on traiter en gardant le matériel? Infections sur pace-maker / défibrillateurs implantables: peut-on traiter en gardant le matériel? Prof. Pierre Tattevin Maladies Infectieuses et Réanimation Médicale Hôpital Pontchaillou, CHU Rennes, France

Plus en détail

Infections liées aux accès vasculaires Atelier GERICCO avril 2012

Infections liées aux accès vasculaires Atelier GERICCO avril 2012 Infections liées aux accès vasculaires Atelier GERICCO avril 2012 Dr David Boutoille Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Nantes 1 1- Epidémiologie 2 Question-Discussion Le risque infectieux lié

Plus en détail

INDICATIONS ET MODALITES DE L ANTBIOTHERAPIE DES MENINGITES BACTERIENNES COMMUNAUTAIRES

INDICATIONS ET MODALITES DE L ANTBIOTHERAPIE DES MENINGITES BACTERIENNES COMMUNAUTAIRES INDICATIONS ET MODALITES DE L ANTBIOTHERAPIE DES MENINGITES BACTERIENNES COMMUNAUTAIRES H. GEORGES SERVICE DE REANIMATION. CH TOURCOING Introduction Mortalité à la phase aigue : 20 % exigence dans le choix

Plus en détail

Antibiothérapie des Infections urinaires de l enfant

Antibiothérapie des Infections urinaires de l enfant Antibiothérapie des Infections urinaires de l enfant Christine Pietrement 28 mai 2009 Particularités des infections urinaires de l enfant Grande fréquence : < 3mois + fièvre : IU 13% filles, IU 19% garçon

Plus en détail

ANTIBIOTHERAPIE PROBABILISTE

ANTIBIOTHERAPIE PROBABILISTE ANTIBIOTHERAPIE PROBABILISTE Dr N. Bercault 2011 Types d'antibiothérapie Prophylactique Pré-emptive Curative Infection Infection Colonisation + Infection + Facteurs de risque + Ponctuelle Plusieurs J Plusieurs

Plus en détail

Infections endovasculaires

Infections endovasculaires Infections endovasculaires O. Leroy Service de Réanimation et Maladies Infectieuses CH Tourcoing 59 Conflits d intérêt Laboratoires Novartis: Orateur Laboratoires Sanofi-Aventis: Orateur, investigateur

Plus en détail

Antibiothérapie en chirurgie dentaire. Principes généraux. Profil des malades

Antibiothérapie en chirurgie dentaire. Principes généraux. Profil des malades Antibiothérapie en chirurgie dentaire Principes généraux Profil des malades Sujets considérés comme sains Cardiopathies sans risque d endocardite infectieuse Risque A (sujets à risque d infection locale

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT D UNE INFECTION URINAIRE NOSOCOMIALE CHEZ LE PATIENT SONDE

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT D UNE INFECTION URINAIRE NOSOCOMIALE CHEZ LE PATIENT SONDE DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT D UNE INFECTION URINAIRE NOSOCOMIALE CHEZ LE PATIENT SONDE LILLAZ J. GENERALITES 1ère à 3eme cause d infection nosocomiale en réa. Richards MJ.Crit Care Med 1999.Spencer RC.Eur

Plus en détail

Infections sur matériel d assistance circulatoire

Infections sur matériel d assistance circulatoire Symposium Novartis Pharma «De battre mon cœur s est infecté!» 14 JNI - 12 juin 2013 Clermont Ferrand Infections sur matériel d assistance circulatoire Dr Philippe GAUDARD DAR Arnaud de Villeneuve Pôle

Plus en détail

Prise en charge des aplasies fébriles

Prise en charge des aplasies fébriles Prise en charge des aplasies fébriles Moins de 500 PNN (ou susceptible de l être dans les 48 heures) Température sup. ou égale à 38 2 fois à au moins 1 heure d intervalle ou sup. ou égale à 38 5 une fois

Plus en détail

Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE

Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE Service Régional Universitaires des Maladies Infectieuses et du Voyageur, Hôpital Gustave Dron 59208 TOURCOING

Plus en détail

L infection urinaire en bactériologie et l ECBU (Examen Cyto-Bactériologique des Urines) Hélène Guillon-Petitprez 23 Octobre 2013

L infection urinaire en bactériologie et l ECBU (Examen Cyto-Bactériologique des Urines) Hélène Guillon-Petitprez 23 Octobre 2013 L infection urinaire en bactériologie et l ECBU (Examen Cyto-Bactériologique des Urines) Hélène Guillon-Petitprez 23 Octobre 2013 Epidémiologie Prévalence +++ chez la femme : au début de la vie sexuelle

Plus en détail

Entérocoque résistant à la Vancomycine Entérocoque résistant au Glycopeptides

Entérocoque résistant à la Vancomycine Entérocoque résistant au Glycopeptides VRE-GRE Entérocoque résistant à la Vancomycine Entérocoque résistant au Glycopeptides Dr.Véronique Erard, HFR Février 2012 Entérocoques Cocci gram positifs Chez l homme: présence Tractus gastro-intestinal

Plus en détail

L'endocardite bactérienne (80) Professeur Gérald VANZETTO, Professeur Jean-Paul BRION Novembre 2002 (Mise à jour Janvier 2005)

L'endocardite bactérienne (80) Professeur Gérald VANZETTO, Professeur Jean-Paul BRION Novembre 2002 (Mise à jour Janvier 2005) L'endocardite bactérienne (80) Professeur Gérald VANZETTO, Professeur Jean-Paul BRION Novembre 2002 (Mise à jour Janvier 2005) Pré-Requis : Anatomie et physiologie Sémiologie clinique Sémiologie paraclinique

Plus en détail

Aline Fallet IDE. Réanimation médicale et infectieuse Hôpital Bichat Cl.Bernard

Aline Fallet IDE. Réanimation médicale et infectieuse Hôpital Bichat Cl.Bernard Aline Fallet IDE Réanimation médicale et infectieuse Hôpital Bichat Cl.Bernard L évoca'on d une méningite se fait sur les signes cliniques suivants Céphalées 87% Nausées 74% Raideur de nuque 83% Température

Plus en détail

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Généralités 20% de diabétiques parmi les AVC x 2 à lui seul le risque d AVC Encore plus chez les

Plus en détail

A C T I V Méningites à pneumocoque de l Enfant en 2007

A C T I V Méningites à pneumocoque de l Enfant en 2007 Méningites à pneumocoque de l Enfant en 2007 Edouard BINGEN, Robert COHEN, Corinne LEVY, France de La ROCQUE, Emmanuelle VARON, Yannick AUJARD, pour le GPIP-ACTIV Objectifs de l Observatoire des Méningites

Plus en détail

De quoi parlons nous?

De quoi parlons nous? De quoi parlons nous? 1 De quoi parlons nous? Grippe Pandémie Grippe Peste saisonnière grippale humaine H5N1 aviaire H1N1 H2N2 H3N2 H5N1 2 De quoi parlons nous? Grippe Pandémie Grippe Peste saisonnière

Plus en détail

Journée Régionale d Infectiologie Nancy 11 octobre 2014

Journée Régionale d Infectiologie Nancy 11 octobre 2014 Journée Régionale d Infectiologie Nancy 11 octobre 2014 1 J.Birgé S.Hénard Antibiolor Les recommandations Infections Urinaires Communautaires de la SPILF* (adultes, hors femmes enceintes) 31/5/2014 1.

Plus en détail

Les Infections Associées aux Soins

Les Infections Associées aux Soins Les Infections Associées aux Soins Dr Catherine Sartor EOH Conception Assistance Publique Hôpitaux de Marseille Ecole IFSI, Marseille, 12 septembre 2014 Définitions 2007 Infection Nosocomiale (IN) 1999

Plus en détail

BLSE facteurs de risque d acquisition dans la communauté

BLSE facteurs de risque d acquisition dans la communauté BLSE facteurs de risque d acquisition dans la communauté Philippe Berthelot, Unité d hygiène inter hospitalière, Service des Maladies Infectieuses, CHU de Saint-Etienne EBLSE Phénomène émergent Pitout

Plus en détail

Role du portage nasal dans les infections à S. aureus

Role du portage nasal dans les infections à S. aureus Role du portage nasal dans les infections à S. aureus Jean-Christophe LUCET, UHLIN GH Bichat Claude Bernard, APHP Université Denis Diderot, Paris VII JNI, 11 juin 2009 Le champ de la question Ce que je

Plus en détail

Interprétation des résultats d études observationnelles

Interprétation des résultats d études observationnelles Interprétation des résultats d études observationnelles DESC Pathologie Infectieuse et Tropicale Module Épidémiologie, Prévention (hors vaccinologie) Sarah Tubiana 17/04/2014 CIC, hôpital Bichat Claude

Plus en détail

Infections sur prothèses vasculaires Le rôle de l infectiologue

Infections sur prothèses vasculaires Le rôle de l infectiologue Infections sur prothèses vasculaires Le rôle de l infectiologue E. Senneville Service Universitaire des Maladies Infectieuses et du Voyageur Hôpital Gustave Dron 59200 Tourcoing CHRU de Lille Liens potentiels

Plus en détail

Prise en charge de l embolie pulmonaire

Prise en charge de l embolie pulmonaire Prise en charge de l embolie pulmonaire Dr Serge Motte Liège 06.12.14 - Laack TA et Goyal DG, Emerg Med Clin N Am 2004; 961-983 2 PLAN Diagnostic Prise en charge: Phase aiguë: analyse de gravité Choix

Plus en détail

Une urgence thérapeutique: à propos d un d purpura fulminans. José Medrano. Réanimation Médicale, CHU Pellegrin. Bordeaux.

Une urgence thérapeutique: à propos d un d purpura fulminans. José Medrano. Réanimation Médicale, CHU Pellegrin. Bordeaux. Une urgence thérapeutique: à propos d un d cas de purpura fulminans José Medrano. Réanimation Médicale, CHU Pellegrin. Bordeaux. Décembre 2006 Cas clinique: Patient de 17 ans, admis pour AEG, postration

Plus en détail

Traitement des infections ostéo-articulaires (IOA) à bacilles Gram négatif hautement résistants

Traitement des infections ostéo-articulaires (IOA) à bacilles Gram négatif hautement résistants 2 ème Congrès National des Centres de référence des Infections Ostéo-articulaires Complexes Lille, 3-4 SEPTEMBRE 2015 Traitement des infections ostéo-articulaires (IOA) à bacilles Gram négatif hautement

Plus en détail

L ANGINE. A Epidémiologie :

L ANGINE. A Epidémiologie : L ANGINE L angine est une inflammation aiguë des amygdales d origine essentiellement virale, et secondairement bactérienne. C est les streptocoque ß hémolytique du groupe A, qui est l agent responsable

Plus en détail

Prof Yves Humblet 22 mai 2014

Prof Yves Humblet 22 mai 2014 Prof Yves Humblet 22 mai 2014 Mr DemS, 56 ans, atteint de cancer de prostate Admis aux urgences pour fièvre à 38 3 au J8 post chimiothérapie Pas de comorbidité, bon EG, pas de frisson, toux grasse Pas

Plus en détail

PROTOCOLE D ANTIBIOTHERAPIE

PROTOCOLE D ANTIBIOTHERAPIE PROTOCOLE D ANTIBIOTHERAPIE HEBERGEMENT SEPTIQUE CLINIQUE D ORTHOPEDIE- TRAUMATOLOGIE CHRU LILLE Plan 1) règles générales de l antibiothérapie dans le domaine des infections ostéo- articulaires a- prélèvements

Plus en détail

Stratégies de dépistage des bactéries multirésistantes. Qui? Pourquoi? Comment? Après? L exemple des MRSA

Stratégies de dépistage des bactéries multirésistantes. Qui? Pourquoi? Comment? Après? L exemple des MRSA Stratégies de dépistage des bactéries multirésistantes à l hôpital et en MRS: Qui? Pourquoi? Comment? Après? L exemple des MRSA Prof. Dr. Youri Glupczynski Unité d Hygiène hospitalière & Laboratoire de

Plus en détail

Infection de la peau et des tissus mous du pied diabétique: des recommandations à la pratique. Agnès Hartemann-Heurtier Hôpital de la Pitié Paris

Infection de la peau et des tissus mous du pied diabétique: des recommandations à la pratique. Agnès Hartemann-Heurtier Hôpital de la Pitié Paris Infection de la peau et des tissus mous du pied diabétique: des recommandations à la pratique Agnès Hartemann-Heurtier Hôpital de la Pitié Paris La prise en charge du pied diabétique reste problématique

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Pr. Alessandra Bura-Rivière, Service de Médecine Vasculaire Hôpital Rangueil, 1 avenue Jean Poulhès, 31059 Toulouse cedex 9 INTRODUCTION Depuis plus de cinquante ans, les héparines

Plus en détail

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

Existe t il des effets pervers à l identification du portage de BMR?

Existe t il des effets pervers à l identification du portage de BMR? Existe t il des effets pervers à l identification du portage de BMR? J P Bedos, Réanimation, Hôpital Mignot Journée Antibio Résistance et Infections, 5 décembre 2013 Effets pervers des Conflits d intérêt

Plus en détail

Antibiothérapie probabiliste des états septiques graves

Antibiothérapie probabiliste des états septiques graves Société française d anesthésie et de réanimation en collaboration avec la Société de réanimation de langue française Société de pathologie infectieuse de langue française Société de microbiologie Médecine

Plus en détail

Challenges dans la prise en charge. des neutropénies fébriles (NF)

Challenges dans la prise en charge. des neutropénies fébriles (NF) Challenges dans la prise en charge des neutropénies fébriles (NF) JNI Lyon, 10 Juin 2009 Pr Catherine Cordonnier Service d Hématologie CHU Henri Mondor Challenges? ou Evolution des stratégies? Le diagnostic

Plus en détail

FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE. Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille

FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE. Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille DU de gériatrie Jeudi 20 novembre 2014 FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille -Pathologie fréquente 1 à 2% de la population générale

Plus en détail

spores, inactive métaboliquement infection nosocomiale digestive fréquente

spores, inactive métaboliquement infection nosocomiale digestive fréquente Infection digestive à Clostridium difficile Clostridium difficile bacille anaérobie gram+, non invasif spores, inactive métaboliquement (résistance / récidive) pathogénicité liée à la production de deux

Plus en détail

Otite Moyenne Aiguë. Origine bactérienne dans 70 % des cas. Première infection bactérienne tous âges confondus

Otite Moyenne Aiguë. Origine bactérienne dans 70 % des cas. Première infection bactérienne tous âges confondus Otite Moyenne Aiguë OMA / modèle Origine bactérienne dans 70 % des cas Première infection bactérienne tous âges confondus Efficacité prouvée des antibiotiques Une des première cause d utilisation des antibiotiques

Plus en détail

Mise au point sur le bon usage des aminosides administrés par voie injectable : gentamicine, tobramycine, nétilmicine, amikacine

Mise au point sur le bon usage des aminosides administrés par voie injectable : gentamicine, tobramycine, nétilmicine, amikacine Mise au point mars 2011 MAP Mise au point sur le bon usage des aminosides administrés par voie injectable : gentamicine, tobramycine, nétilmicine, amikacine Sommaire ~ ~ ~ ~ ~ ~ d un traitement par aminosides

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Un AVC toutes les 4 minutes 1 130 000 AVC par an en France 1 770 000 personnes ont été victimes

Plus en détail

TOXIC SHOCK SYNDROME DESC REANIMATION MEDICALE

TOXIC SHOCK SYNDROME DESC REANIMATION MEDICALE TOXIC SHOCK SYNDROME DESC REANIMATION MEDICALE TOXIC SHOCK SYNDROME Généralités Syndrome du à une sécrétion d exotoxine Staphylocoques, Streptocoque groupe A Manifestations cliniques non liées au lieu

Plus en détail

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux Epidémiologie Cholestérol et accidents ischémiques cérébraux: plan I Lipides et atteintes des grosses artères cérébrales: 4 Epidémiologie lipides et risque

Plus en détail

Méningites infectieuses

Méningites infectieuses Méningites infectieuses Etiologies et conduites à tenir Stéphane Erouart MISP Cécile Lecocq IDESP Sommaire Agents causaux Précautions standard Infections invasives à méningocoque Définition Validation

Plus en détail

Bactéries Multi-résistantes (BMR)

Bactéries Multi-résistantes (BMR) L information biomédicale des Laboratoires Oriade - Janvier 2014 Bactéries Multi-résistantes (BMR) Isolées en ville Devant l émergence des bactéries multirésistantes (BMR) isolées en ville, les biologistes

Plus en détail

S. aureus : champ de la question

S. aureus : champ de la question S. aureus : champ de la question SASM et SARM SASM : 25% porteurs à l admission 50% des infectés SARM : 5% porteurs à l admission 50% des infectés Le dépistage, pour quoi faire? P. contact Mesures spécifiques

Plus en détail

MRSA. Staphylococcus aureus. A. C. Simon MD. Hygiène Hospitalière

MRSA. Staphylococcus aureus. A. C. Simon MD. Hygiène Hospitalière MRSA A. C. Simon MD Hygiène Hospitalière Staphylococcus aureus 1 Les sites d infection possibles Lancet Infect Dis 2005;5:751-62 Taux de portage de Staph aureus par site chez l adulte Dans la population

Plus en détail

Traitement antibiotique probabiliste des urétrites et cervicites non compliquées

Traitement antibiotique probabiliste des urétrites et cervicites non compliquées Bon usage Mise au point Traitement antibiotique probabiliste des urétrites et cervicites non compliquées Actualisation Octobre 2008 MESSAGES CLÉS L évolution de la résistance du gonocoque aux quinolones

Plus en détail

Avis 2 avril 2014. Laboratoire SERVIER. Périndopril arginine / indapamide. C09BA04 (inhibiteur de l enzyme de conversion et diurétique)

Avis 2 avril 2014. Laboratoire SERVIER. Périndopril arginine / indapamide. C09BA04 (inhibiteur de l enzyme de conversion et diurétique) COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 2 avril 2014 PRETERAX 2,5 mg / 0,625 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 (CIP : 34009 378 232 2 7) Boîte de 90 (CIP : 34009 378 234 5 6) BIPRETERAX 5 mg / 1,25 mg, comprimé

Plus en détail

Troubles du Rythme Cardiaque. Cours DCEM II 7 septembre 2012

Troubles du Rythme Cardiaque. Cours DCEM II 7 septembre 2012 Troubles du Rythme Cardiaque Cours DCEM II 7 septembre 2012 L activité électrique cardiaque ECG normal: rythme sinusal Fibrillation atriale Trouble du rythme le plus fréquent Incidence et prévalence en

Plus en détail

Prophylaxie de l endocardite infectieuse Révision de la conférence de consensus de mars 1992 Recommandations 2002

Prophylaxie de l endocardite infectieuse Révision de la conférence de consensus de mars 1992 Recommandations 2002 Médecine et maladies infectieuses 32 (2002) 533 541 wwwelseviercom/locate/medmal Texte court* Prophylaxie de l endocardite infectieuse Révision de la conférence de consensus de mars 1992 Recommandations

Plus en détail

Prise en charge des infections à entérobactéries secrétant des BLSE. Sandrine HENARD

Prise en charge des infections à entérobactéries secrétant des BLSE. Sandrine HENARD Prise en charge des infections à entérobactéries secrétant des BLSE Sandrine HENARD BLSE : définition Β-lactamase le plus souvent d origine plasmidique Hydrolyse les pénicillines, céphalosporines et aztréonam,

Plus en détail

Le RIVAROXABAN (XARELTO ) dans l embolie pulmonaire

Le RIVAROXABAN (XARELTO ) dans l embolie pulmonaire Le RIVAROXABAN (XARELTO ) dans l embolie pulmonaire Dr Florence Parent Service de Pneumologie et Soins Intensifs de Pneumologie Hôpital Bicêtre, AP-HP Inserm U999. Université Paris-Sud Traitement anticoagulant

Plus en détail

Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC)

Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC) Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC) Mécanisme d action Suivi biologique: comment et quand? A.Demulder IRIS-Lab 15/05/2013 1 Anticoagulants «traditionnels»: HNF Parentéral Suivi biologique avec ajustement

Plus en détail

FIBRILLATIONATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE

FIBRILLATIONATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE DU de gériatrie g Jeudi 13 mars 2014 FIBRILLATIONATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE Dr Stéphane Boulé Hôpital Cardiologique CHRU de Lille Epidémiologie -Pathologie fréquente 1 à 2% de la population

Plus en détail

Infection à CMV et allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : Expérience du Centre National de Greffe de Moelle Osseuse, Tunis.

Infection à CMV et allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : Expérience du Centre National de Greffe de Moelle Osseuse, Tunis. Infection à CMV et allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : Expérience du Centre National de Greffe de Moelle Osseuse, Tunis. Tarek Ben Othman Congrès de la STPI, 24 avril 2009 Plan Introduction

Plus en détail

"Hémocultures positives à l Hôpital Cantonal de Fribourg, 1997-1998 : signification clinique, microbiologie, épidémiologie, traitement et pronostic"

Hémocultures positives à l Hôpital Cantonal de Fribourg, 1997-1998 : signification clinique, microbiologie, épidémiologie, traitement et pronostic UNIVERSITE DE GENEVE FACULTE DE MEDECINE Section de médecine clinique Département de Médecine Interne Thèse préparée sous la direction du Professeur C. Regamey "Hémocultures positives à l Hôpital Cantonal

Plus en détail

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS 2014 1 QUESTION 1/5 : Concernant l orchi-épididymite : A - C est une affection souvent sexuellement transmissible chez

Plus en détail

EN URGENCE CHEZ L ADULTE

EN URGENCE CHEZ L ADULTE GROUPE HOSPITALIER COCHIN SAINT-VINCENT DE PAUL LA ROCHE-GUYON COMITÉ LOCAL DE LUTTE CONTRE LES INFECTIONS NOSOCOMIALES 2002, L ANTIBIOGUIDE EN URGENCE CHEZ L ADULTE PHOTO A VENIR ELABORATION DU CLLIN,

Plus en détail

Peste bubonique : 60 à 80% Tuberculose : 50 % Fièvre typhoïde : 20-30 %

Peste bubonique : 60 à 80% Tuberculose : 50 % Fièvre typhoïde : 20-30 % Résistance aux antibiotiques : vers une catastrophe écologique et sanitaire Vincent Jarlier Bactériologie-Hygiène Groupe hospitalier Pitié Salpêtrière-Charles Foix, Paris Délégué aux infections nosocomiales

Plus en détail

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Dominique GENDREL Necker-Enfants Malades Traiter en urgence en présence de trophozoïtes Plus de 80% des paludismes d importation en

Plus en détail

REMERCIEMENTS. Je dédie ce travail. A la mémoire de mon père, à qui je dois tant. A la mémoire de ma sœur Inaâm, mon héroïne de toujours.

REMERCIEMENTS. Je dédie ce travail. A la mémoire de mon père, à qui je dois tant. A la mémoire de ma sœur Inaâm, mon héroïne de toujours. REMERCIEMENTS Je dédie ce travail A la mémoire de mon père, à qui je dois tant. A la mémoire de ma sœur Inaâm, mon héroïne de toujours. A ma chère mère, mon frère et mes sœurs, que Dieu me les garde. A

Plus en détail

Cas clinique ORL n 2

Cas clinique ORL n 2 Cas clinique ORL n 2 Mme B. âgée de 37 ans consulte pour de violentes douleurs de la région sous orbitaire droite majorées lorsqu elle penche la tête en avant. Ces douleurs durent depuis 12 heures environ

Plus en détail

Les Anticoagulants Oraux Directs en Pratique Courante

Les Anticoagulants Oraux Directs en Pratique Courante Les Anticoagulants Oraux Directs en Pratique Courante Philippe Mabo, CHU de Rennes CARDIORUN 2014 Boucan Canot, 1 er octobre 2014 Mes relations avec l industrie Bourses de recherche: Boston, Biotronik,

Plus en détail

Tour d horizon des mécanismes d action des antibiotiques

Tour d horizon des mécanismes d action des antibiotiques Tour d horizon des mécanismes d action des antibiotiques J. Tourret Service de Néphrologie Groupe Hospitalier Pitié Salpêtrière jerome.tourret@psl.aphp.fr Tour d horizon des mécanismes d action des antibiotiques

Plus en détail

Anticoagulants oraux non AVK :

Anticoagulants oraux non AVK : Journées Médicales de Strasbourg 15 16 novembre 2014 Anticoagulants oraux non AVK : espoirs, réalitr alités s et déceptions d? Dr Boris Aleil Cabinet de Cardiologie Hochfelden Inserm UMR_S949 EFS Alsace

Plus en détail

ACCIDENT AUX NOUVEAUX ANTI-COAGULANTS

ACCIDENT AUX NOUVEAUX ANTI-COAGULANTS ACCIDENT AUX NOUVEAUX ANTI-COAGULANTS Btissame Betari Symposium 8 Avril 2014 1 Cas clinique Mr V. 86 ans ATCD : HTA, ACFA traitée par Xarelto Mode de vie : Vit avec sa femme en pavillon Autonome, marche

Plus en détail

Place du dépistage du staphylocoque dans la prévention des infections du site opératoire

Place du dépistage du staphylocoque dans la prévention des infections du site opératoire Place du dépistage du staphylocoque dans la prévention des infections du site opératoire Enseignement Post-Universitaire La Salines-les-Bains - Jeudi 26 avril 2012 Didier LEPELLETIER Unité de Gestion du

Plus en détail

Antibioprophylaxie en chirurgie oculaire

Antibioprophylaxie en chirurgie oculaire Recommandations mai 2011 RECOMMANDATIONS Antibioprophylaxie en chirurgie oculaire Sommaire L infection nosocomiale en chirurgie oculaire 2 Objectif de l antibioprophylaxie 2 Patients à risque 3 Recommandations

Plus en détail

du chu de Clermont-ferrand et des établissements de santé de la région auvergne édition 2014

du chu de Clermont-ferrand et des établissements de santé de la région auvergne édition 2014 du chu de Clermont-ferrand et des établissements de santé de la région auvergne 1 édition 2014 Introduction Qu ils soient utilisés pour le traitement des infections ou leur prophylaxie, les antibiotiques

Plus en détail

Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques

Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques Christelle MARQUIE CHRU de Lille Clinique de Cardiologie L i l l e 2 Université du Droit et de la Santé Les NOAG: QCM 1. ont les mêmes indications que

Plus en détail

Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée

Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée C. Rondé-Oustau, JY. Jenny,J.Sibilia, J. Gaudias, C. Boéri, M. Antoni Hôpitaux

Plus en détail

Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose

Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose Pr. Tristan Ferry tristan.ferry@univ-lyon1.fr Service de Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital de la Croix-Rousse, Hospices Civils de

Plus en détail

Early goal-directed therapy dans le sepsis aux urgences? Pr Antoine Roch SAU CHU Nord Marseille

Early goal-directed therapy dans le sepsis aux urgences? Pr Antoine Roch SAU CHU Nord Marseille Early goal-directed therapy dans le sepsis aux urgences? Pr Antoine Roch SAU CHU Nord Marseille Réanimation et urgences, quelles différences? La structure des urgences dispose notamment : D au moins une

Plus en détail

Nouveaux AntiCoagulants Oraux (NACO) Gestion du risque. Pr JC Deharo, CHU Marseille. Steffel J, and Braunwald E Eur Heart J 2011;eurheartj.

Nouveaux AntiCoagulants Oraux (NACO) Gestion du risque. Pr JC Deharo, CHU Marseille. Steffel J, and Braunwald E Eur Heart J 2011;eurheartj. Nouveaux AntiCoagulants Oraux (NACO) Gestion du risque Steffel J, and Braunwald E Eur Heart J 2011;eurheartj.ehr052 Pr JC Deharo, CHU Marseille La fibrillation auriculaire Feinberg WM et al. Arch Intern

Plus en détail

pharmaceutique TARGOCID 200 mg Poudre pour injection voie intramusculaire/voie intraveineuse

pharmaceutique TARGOCID 200 mg Poudre pour injection voie intramusculaire/voie intraveineuse État membre UE/EEE Royaume-Uni Titulaire de l'autorisation de mise sur le marché Aventis Pharma Ltd. (or trading as Marion Merrell or Aventis Pharma) One Onslow Street Guildford Surrey GU1 4YS Royaume-Uni

Plus en détail

4eme réunion régionale des référents en antibiothérapie des établissements de Haute-Normandie

4eme réunion régionale des référents en antibiothérapie des établissements de Haute-Normandie 4eme réunion régionale des référents en antibiothérapie des établissements de Haute-Normandie Infection pulmonaire du sujet âgé A. Barrel CH Darnetal Omedit Rouen 20 juin 2013 Cas clinique Mme H. Patiente

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 10 octobre 2001 VIRAFERONPEG 50 µg 80 µg 100 µg 120 µg 150 µg, poudre et solvant pour solution injectable B/1 B/4 Laboratoires SCHERING PLOUGH Peginterféron

Plus en détail

Unité d hygiène et de lutte contre les Infections nosocomiales, Hôpital Bichat-Claude Bernard, Paris. 2

Unité d hygiène et de lutte contre les Infections nosocomiales, Hôpital Bichat-Claude Bernard, Paris. 2 Suspicions de portage de bactéries multi ou hautement résistantes (BMR/BHR) aux antibiotiques chez des patients rapatriés ou ayant été hospitalisés à l étranger M. Lepainteur 1, G. Birgand 1,3, I. Lolom

Plus en détail

INFECTIONS POST- TRAUMATIQUES SUR MATÉRIEL D'OSTÉOSYNTHÈSE. Accidentologie et épidémiologie bactérienne

INFECTIONS POST- TRAUMATIQUES SUR MATÉRIEL D'OSTÉOSYNTHÈSE. Accidentologie et épidémiologie bactérienne INFECTIONS POST- TRAUMATIQUES SUR MATÉRIEL D'OSTÉOSYNTHÈSE Accidentologie et épidémiologie bactérienne SOMMAIRE Accidentologie Qualité de vie Conséquences médico-économiques Particularités épidémiologiques

Plus en détail

Foyers Infectieux Dentaires : Conduite à tenir

Foyers Infectieux Dentaires : Conduite à tenir Service d Odontologie Foyers Infectieux Dentaires : Conduite à tenir Dr Laurent Nawrocki MCU-PH J.A.M.A. 25 janvier 2014 Aucun conflit d intérêt Rappels anatomiques 10 10 9 9 8 8 7 7 6 6 5 4 5 4 Cellulite

Plus en détail

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients Dr Serge Motte Bruxelles 24.11.12 - PLAN Points forts et points faibles des nouveaux anticoagulants Questions dans la pratique

Plus en détail

Rapport d activités du C.N.R. Haemophilus influenzae 2009-2010

Rapport d activités du C.N.R. Haemophilus influenzae 2009-2010 Rapport d activités du C.N.R. Haemophilus influenzae 2009-2010 Olivier Gaillot Institut de Microbiologie Centre de Biologie Pathologie CHU de Lille Boulevard du Professeur Leclercq 59037 Lille CEDEX tél.

Plus en détail

Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants. Docteur Christine BOITEUX

Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants. Docteur Christine BOITEUX Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants Docteur Christine BOITEUX Théorie Endocardites et anticoagulation POUR Thromboses Emboles septiques CONTRE Favorise emboles septiques et diffusion

Plus en détail

Conflits d intérêts. Consultant: Financement d études: Optimer: fidaxomicine Astra Zeneca : Ceftaroline Novartis: daptomycine

Conflits d intérêts. Consultant: Financement d études: Optimer: fidaxomicine Astra Zeneca : Ceftaroline Novartis: daptomycine Conflits d intérêts Consultant: Optimer: fidaxomicine Astra Zeneca : Ceftaroline Novartis: daptomycine Financement d études: Novartis (daptomycine) Eumedica (temocilline) 1. Limites techniques des modèles

Plus en détail

Item 281 : Rétrécissement aortique (Evaluations)

Item 281 : Rétrécissement aortique (Evaluations) Item 281 : Rétrécissement aortique (Evaluations) Date de création du document 2011-2012 CAS CLINIQUE Scénario : Vous voyez en consultation un patient de 71 ans en bon état général qui se plaint de dyspnée

Plus en détail

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose Professeur François SCHIELE Université de FRANCHE COMTE Service de Cardiologie 25000 BESANCON Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose L athérosclérose, les facteurs de risque, la prévention primaire

Plus en détail

Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires

Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires Dr G. Pacouret Unité de Soins Cardiaques Intensifs Hôpital Trousseau, Tours. 45 ème Journées de Formation Médicale Continue

Plus en détail

Infectiologue transversal : un nouveau métier?

Infectiologue transversal : un nouveau métier? Infectiologue transversal : un nouveau métier? Dr P Pavese CHU de Grenoble Avril 2014 Consultations sollicitées en infectiologie Infectiologue Médecin X part importante de l activité des infectiologues

Plus en détail

et mupirocine/chlorhexidine

et mupirocine/chlorhexidine Etude de l évolution des résistances bactériennes sous décontamination digestive sélectiveet et mupirocine/chlorhexidine chlorhexidinesur une période de quatre ans en réanimation médicale Mémoire de DESC

Plus en détail

Les données présentées à l ACC concernant la rosuvastatine

Les données présentées à l ACC concernant la rosuvastatine CONGRES American College of Cardiology Mars 2009 F. DIEVART Clinique Villette, PARIS. Les études avec la rosuvastatine (AURORA et les analyses de JUPITER) et l étude ACTIVE A Les données présentées à l

Plus en détail

Antibiothérapie empirique

Antibiothérapie empirique Antibiothérapie empirique Dr Rémy Demeester Service de Médecine Interne Maladies Infectieuses CHU de Charleroi 3 mars 2011 Les Jeudis de Fleurus Table des matières 1. Le diagnostic d une infection bactérienne

Plus en détail

Staphylocoques dorés résistant à la méticilline «SARM» Eric Firre Médecine interne/ hygiène hospitalière CHR Citadelle Liège

Staphylocoques dorés résistant à la méticilline «SARM» Eric Firre Médecine interne/ hygiène hospitalière CHR Citadelle Liège Staphylocoques dorés résistant à la méticilline «SARM» Eric Firre Médecine interne/ hygiène hospitalière CHR Citadelle Liège Slide Bart Gordts Slide : Anne SIMON Slide : Marc STRUELENS Slide : Marc STRUELENS

Plus en détail

Bactéries Hautement Résistantes aux Antibiotiques BHR. Karine ASTRUC ARLIN Bourgogne

Bactéries Hautement Résistantes aux Antibiotiques BHR. Karine ASTRUC ARLIN Bourgogne Bactéries Hautement Résistantes aux Antibiotiques BHR Karine ASTRUC ARLIN Bourgogne A. BMR / BHR Introduction Depuis l utilisation des ATB=> émergence des résistance BMR : Résistance à plusieurs familles

Plus en détail

Fibrillation atriale chez le sujet âgé

Fibrillation atriale chez le sujet âgé Dr Benoit Blanchard LE HAVRE Le 18 MARS 2014 Fibrillation atriale chez le sujet âgé Le plus fréquent des trouble du rythme cardiaque, 750,000 personnes atteintes de FA en France, 100,000 nouveaux cas chaque

Plus en détail

Cas groupés de médiastinites en chirurgie cardiaque : Enquête cas-témoins

Cas groupés de médiastinites en chirurgie cardiaque : Enquête cas-témoins Cas groupés de médiastinites en chirurgie cardiaque : Enquête castémoi Ludovic Lassel, Marion Olivier, Gilles Antoniotti, Anne Carbonne, Pascal Astagneau. CCLIN Paris Nord Qu est ce qu une médiastinite?

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 8 septembre 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 8 septembre 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 8 septembre 2010 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans à compter du 4 juillet 2005 (JO du 14 juillet 2005) FASLODEX 250 mg/5 ml, solution

Plus en détail

MECANISMES D ACTION DES ATB BACTERIE

MECANISMES D ACTION DES ATB BACTERIE MECANISMES D ACTION DES ATB BACTERIE I CLASSIFICATION En fonction du mode d action des antibiotiques».inhibition de la synthèse de la paroi bactérienne».inhibition de la synthèse ou du fonctionnement des

Plus en détail