5 RECUEIL DES PHENOMENES NATURELS. 5.1 Les vents

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "5 RECUEIL DES PHENOMENES NATURELS. 5.1 Les vents"

Transcription

1 5 RECUEIL DES PHENOMENES NATURELS 5.1 Les vents Les vents génèrent les houles au large, les vagues en zone côtière et les surcotes-décotes de marée (appelée surcotes météorologiques) ainsi que le transport des sables sur l estran, influençant de ce fait l évolution du littoral. Un modèle de simulation de la houle sur 24 ans a été réalisé par DHI, à partir de données observées historiques. Ce modèle d emprise régionale couvre le golfe Normand- Breton de la côte jusqu à l île de Jersey sur la période allant d octobre 1988 à mars Les données de vent imposées dans ce modèle sont extraites de la base de données NEXTRA. Cette base de données est le résultat d un modèle développé par la société anglaise Oceanweather Inc.. Ces paramètres de vents sont extraits des résultats d un modèle météorologique au pas de temps tri-horaire. La rose des vents au point NEXTRA ainsi que la position de ce point où les données ont été acquises sont présentées dans les figures suivantes. Figure 5-1 : Localisation du point NEXTRA (Lat 49,1018 N ; Long 2,9528 W ; Profondeur 57,73m CM) Dans le secteur de la Manche, les vents les plus fréquents soufflent en toute saison entre Sud et Ouest. En hiver, sous l influence dépressionnaire d Islande, ils s orientent généralement vers WSW. Au printemps, les vents dominants sont toujours de secteur Ouest et tendent à une remontée au NE pour les mois d avril et mai. En été, l anticyclone des Açores se renforçant et s étendant vers le NE, les vents dominants virent à l Ouest. On note toutefois l apparition d une autre direction établie au NE, au mois d août. Celle-ci tend à se renforcer et à se généraliser à tout le secteur NE à SE en septembre. En automne, c est le secteur SW qui prédomine dans la direction des vents. Les vents les plus forts soufflent généralement en automne et en hiver et sont du secteur Ouest compris entre 200 (SSW) et 320 (NW) DHI / Géos-AEL

2 Figure 5-2 : Rose des vents au point NEXTRA sur la période Printemps Eté Automne Hiver Figure 5-3 : Roses des vents saisonnières au point NEXTRA sur la période Tableau 5.1 : Pourcentage d occurrence des vitesses de vent par saison < 3m/s 3-6 m/s 6-9 m/s 9-12 m/s m/s m/s m/s >21 m/s Printemps Eté Automne Hiver Tableau 5.2 : Pourcentage d occurrence des directions de provenance des vents par saison N NNE NE ENE E ESE SE SSE S SSW SW WSW W WNW NW NNW Printemps Eté DHI / Géos-AEL

3 Automne Hiver Les statistiques des vents par direction sont également disponibles à Dinard. Ces données tri-horaires de vent provenant de MétéoFrance sont disponibles sur la période Figure 5-4 : Rose des vents à Dinard sur la période (Source : MeteoFrance - CREC) Les vents les plus forts sont aussi issus du Sud-Ouest et apparaissent pour la plupart en hiver. On observe néanmoins une apparition de ces vents très forts dès octobre jusqu en avril. Au vu des données ci-dessus il est important de préciser que les vents, dans l Anse d Yffiniac, ont la même direction générale qu à Dinard pour un jour donné. On peut conclure que les vents sont donc homogènes en direction dans toute la zone d étude DHI / Géos-AEL

4 5.2 Variations du niveau des eaux : marées et surcotes Les fluctuations du niveau de la mer sont liées aux facteurs astronomiques et climatiques. Elles constituent un élément essentiel de la dynamique littorale car : - elles créent des courants qui peuvent participer au transport des matériaux dans la zone de marnage, notamment lorsque ces variations de hauteur d eau sont combinées avec d autres facteurs tels que la houle et le vent ; - elles tendent à amplifier les effets de tempêtes lors des forts coefficients de marée. Les marées dans la baie de Saint-Brieuc La marée est un mouvement oscillatoire du niveau de la mer dû aux effets de l'attraction de la lune et du soleil sur les particules liquides. Sur la côte de Saint-Brieuc, la marée est de type semi-diurne. D après les observations du SHOM, la différence entre le Zéro Hydrographique et le Zéro NGF au port du Légué est de -5,946 m. Le niveau moyen au port du Légué est à 6,46 m CM 1 soit 0,514 m NGF. D après le SHOM, l onde de marée entraîne les hauteurs d eau (en cm CM) suivantes pour des coefficients de 45 en morte eau moyenne et de 95 en vive eau moyenne. Tableau 5.3 : Marées (en cm CM) au port du Légué (PM = pleine mer ; BM = basse mer) Port Vive eau moyenne Morte eau moyenne PM BM PM BM Niveau Moyen Port du Légué Les surcotes et niveaux extrêmes Le phénomène de surcote est une surélévation du niveau marin par rapport aux prédictions astronomiques. Ces niveaux marins extrêmes de pleine mer rassemblent les phénomènes statiques (comme la marée) et les phénomènes dynamiques de grande ampleur de type météorologique. Les facteurs les plus influents sur la variation du niveau d eau à l échelle régionale sont le vent et la pression atmosphérique. Les forts vents d ouest poussent les masses d eau vers les côtes et vers l intérieur des estuaires (vents d afflux) et engendrent des surcotes. A l inverse, des forts vents d est poussent l eau vers le large et engendrent des décotes. A ce phénomène s ajoute l effet des basses pressions atmosphériques (phénomène du baromètre inversé). En effet, une chute barométrique se répercute sur un plan d eau à raison d un centimètre pour une baisse d un hectopascal. Concrètement, une dépression atmosphérique en voie de creusement sur la mer s accompagne d un noyau de baisse de pression et d une zone de vents forts à l origine d une onde de tempête dont la célérité est fonction de la racine carrée de la profondeur de l eau. A l approche des côtes, la vitesse de l onde diminue en raison du relèvement des fonds, ce qui réduit sa longueur et 1 CM : Cote Marine : profondeur rapportée au zéro hydrographique des cartes marines françaises du SHOM 5-67 DHI / Géos-AEL

5 augmente son amplitude. D abord modérée au large, la surcote apparaît plus importante à la côte, notamment dans les estuaires et les baies par effet de concentration. La somme du niveau théorique de la marée et d une surcote atmosphérique est appelée marée de tempête. Il existe deux approches distinctes pour la caractérisation des surcotes : - la surcote de pleine mer (au sens du SHOM) qui est définie comme la différence de cote entre le maximum du niveau d eau observé et le maximum de la marée prédite même s il existe un déphasage entre les deux. - La surcote instantanée qui est définie comme le résidu ou l'écart entre le niveau d eau observé et la marée prédite à une heure donnée. En ce qui concerne les niveaux extrêmes, l étude du SHOM (2012) indique dans le secteur de Saint-Brieuc et pour les périodes de retour de 10, 20, 50 et 100 ans : Tableau 5.4 : Niveaux marins extrêmes au fond de baie de Saint-Brieuc SHOM 2012 Période de retour Niveau marin (IGN 69) 10 ans 6,80 m 20 ans 6,90 m 50 ans 7,00 m 100 ans 7,10 m Ces valeurs ont été obtenues par analyse statistique aux marégrammes des ports de référence et sont disponibles dans «Statistiques des niveaux marins extrêmes de pleine mer Manche et Atlantique» ( CETMEF/SHOM 2012). A plus grande échelle, l extrapolation spatiale des niveaux extrêmes de pleine mer est présentée par la figure suivante pour la période de retour centennale DHI / Géos-AEL

6 Figure 5-5 : Cartographie des niveaux extrêmes de période de retour 100 ans sur la Bretagne Nord par rapport à l'ign 69 ( CETMEF/SHOM 2012) Surcote de déferlement De plus en milieu côtier, on observe également une surélévation du niveau marin provoquée par la houle déferlante (wave set up). Cette surélévation dépendra alors des caractéristiques de la houle (en termes d energie), hauteur des vagues, période, direction (cf 5.4), de la bathymétrie à l approche de la côte et de la configuration de l estran. Figure 5-6 : phénomène de surcote de déferlement au pied d un ouvrage 5-69 DHI / Géos-AEL

7 5.3 Les courants Les courants de marée sont indissociables de la marée, et en constituent la composante horizontale. Au large, le courant est maximum au moment de la pleine mer et porte dans la direction de propagation de l onde de marée. Il est toujours maximum lors des basses mers mais porte dans la direction opposée. La force des courants de marée n est pas toujours en relation avec le marnage de la marée. Les courants dépendent fortement de la bathymétrie. Ainsi, dans les rades et les embouchures de rivières, ils sont liés au remplissage et vidage des baies. Leur vitesse est d autant plus grande que l entrée de la baie ou du détroit se resserre par un étranglement ou par un relèvement du fond, voire les deux en même temps. L onde de marée est relativement serrée dans tout le golfe Normand-Breton en raison du relèvement des fonds (plateforme continentale étendue), et de la géométrie des rivages (forme en V ). Cet effet d entonnoir se traduit par un fort marnage. Dans la baie de Saint-Brieuc, les courants de marée longent, entre la 5 ème et la 4 ème heure avant la pleine mer, la baie du Nord-Ouest au Sud-Est. Le jusant présente des courants dans la même direction, mais de sens inversés : du Sud-Est au Nord-Ouest. Ce jusant se maintient de façon sensible pendant les deux heures qui suivent la pleine mer avant de s affaiblir et d être absorbé par des courants plus lointains. Deux périodes nuancées caractérisent ces courants. Une heure après la basse mer, le courant est nettement Nord-Ouest à Sud-Est avec un sommet d intensité aux alentours de 0,6 m/s à la pointe du Roselier 3 heures après la basse mer par coefficient de 95. S écoulent ensuite trois heures ou les courants ont une vitesse plus faible, jusqu à la fin de la troisième heure où les derniers instants de la marée sont notables. A noter que la vitesse de ces courants dépend fortement de la bathymétrie. Les courants de marée, aux abords du continent sont marqués par des pointes de vitesse au flot et au jusant plus importantes que dans le centre de la baie, où flot et jusant sont plus modestes et plus réguliers, freinés par la plateforme continentale encore peu profonde mais étendue. D après l Atlas des courants du SHOM, le flot arrive généralement au fond de l Anse d Yffiniac environ 4h à 4h30 après la basse mer au port du Légué. Il est à noter que seules les marées de 105 et plus recouvrent le schorre bordant les filières. Toutefois de nombreuses cuvettes sur le schorre voient leur niveau monter lors du flot, cela se traduit par une remise à niveau identique par infiltration DHI / Géos-AEL

8 Figure 5-7 : Champ de courant de marée dans la baie de Saint-Brieuc, 3h avant la pleine-mer (en haut) et 3h après la pleine-mer à Saint-Malo (port de référence) (source : SHOM, Atlas des courants de marée dans le Golfe normand-breton, n 562) Les flèches figurant sur les cartes de champs de courant matérialisent par leur épaisseur et leur longueur la vitesse du courant, dont la valeur, portée au dessus des flèches, est donnée en dixièmes de nœuds : - Pour la vive-eau moyenne de coefficient 95 (les 2 premiers chiffres) ; 5-71 DHI / Géos-AEL

9 - Pour la morte-eau moyenne de coefficient 45 (les 2 derniers chiffres). En somme, les courants de marée ne sont pas violents en baie de Saint-Brieuc, inférieurs à 2 nœuds, et n empêchent pas le dépôt de sédiments dans le fond de la baie. Ils ne sont pas agents d érosion, bien que leur action plus au Nord de la zone se manifeste par une absence de vase, sous l effet de vitesses de 2 à plus de 3 nœuds. 5.4 Les houles Parmi les agents de la morphogénèse littorale, les houles tiennent une place primordiale, tant dans le transport des sédiments que dans leur action d amaigrissement ou d engraissement des plages. Les houles, par l'énergie qu'elles dissipent à l'approche des côtes, sont responsables des processus de transit sédimentaire. Elles provoquent dans la zone de déferlement des courants parallèles à la côte dont l intensité dépend de leur obliquité vis à vis de l orientation du rivage. Elles sont à l origine des évolutions des profils de plage et des fonds pouvant entraîner l érosion du littoral. En milieu côtier, la houle déferlante peut provoquer une élévation du niveau marin (wave set-up) et des franchissements des ouvrages côtiers augmentant ainsi le risque de submersion des zones arrière-littorales. Cette surélévation et les débits de franchissements dépendront alors des caractéristiques de la houle incidente, du type d ouvrage et du bilan sédimentaire des plages Les houles du large Les houles constituent un agent primordial de la dynamique littorale. On distingue généralement deux types de houles que sont les houles du large (ou swell en anglais) créées par des dépressions à plusieurs milliers de kilomètres de la côte avec des périodes longues et qui se propagent ensuite sous forme d onde, et le clapot ou mer de vent aux périodes plus courtes généré par le vent localement. Leurs caractéristiques (longueur d onde, hauteur, période, célérité) dépendent de la vitesse du vent, de la durée pendant laquelle il souffle et de l étendue d eau qu il affecte (appelée fetch). La connaissance de la climatologie de houle de la zone côtière est essentielle pour mettre en évidence les possibilités d action des vagues (mise en suspension, transport du matériau sédimentaire) et analyser leur impact sur le trait de côte (érosion, accumulation). La base de données ANEMOC (Atlas Numérique d Etats de Mer Océanique et Côtier) existe pour la houle. Cette base de données a été construite à partir de simulations rétrospectives sur une période de 23 ans et 8 mois pour la façade Atlantique, Manche, Mer du Nord. Les simulations ont été effectuées avec le logiciel de modélisation des états de mer TOMAWAC, développé par EDF-LNHE avec le soutien du CETMEF. Ce logiciel modélise l évolution en espace et en temps du spectre directionnel de variance de la surface de la mer. Les informations ci-dessous sont extraites, à la date de mars 2011, de la base de données ANEMOC. Elles sont relatives aux fiches de synthèse annuelles DHI / Géos-AEL

10 Figure 5-8 : Localisation des points ANEMOC proches du secteur d étude (Source : Figure 5-9 : Direction moyenne de provenance et hauteur significative spectrale des vagues au point ANEMOC 2635 (coordonnées : 2 37,92 W / 48 47,82 N) Ces simulations indiquent donc préférentiellement au large du secteur d étude la propagation de houles orientées WNW-NNW et de hauteur comprise entre 0,5 et 1 mètre DHI / Géos-AEL

11 De plus, la rose des houles extraites du point NEXTRA sont présentées dans la figure suivante. Figure 5-10 : Rose des houles au point NEXTRA sur la période Amortissement des houles à la côte Tant que la profondeur est supérieure à la moitié de la distance qui sépare deux crêtes de houles successives (longueur d onde), celles-ci se diffusent sans déformation. Mais en parvenant sur le plateau continental, le train de houle subit des modifications se traduisant par une diminution de la longueur d onde et de la vitesse de propagation, et un accroissement de la cambrure des vagues. La fréquence des directions de houle à la côte dont données d après LCHF dans la figure suivante. Figure 5-11 : Fréquence des houles à la côte au Cap Fréhel 5-74 DHI / Géos-AEL

12 Ce houlographe ne fournit pas de statistiques sur les directions des houles mais ces données soulignent plusieurs caractéristiques. La dominance des grands vents atlantiques est acquise, avec la prédominance de fréquences des secteurs d Ouest. Les vents de Sud-Ouest de Bréhat et de Ploufragan ont disparu au profit du développement des vents de Nord-Ouest, dominants au Cap Fréhel, marqué par 40% des houles sur une année. 5.5 Fonctionnement hydro-sédimentaire La sensibilité du littoral est tributaire de l exposition de la côte aux agents de la dynamique marine. Les caractéristiques géomorphologiques du rivage, son orientation par rapport aux agents dynamiques permettent de subdiviser la baie de Saint-Brieuc en trois zones : la côte occidentale, le fond de la baie et la côte orientale. La côte orientale commençant au-delà du Gouessant, en dehors du secteur d étude, elle ne sera pas traitée ici La côte Ouest La plage de Tournemine présente une falaise encore instable. Elle se prolonge par la longue Grève des Rosaires, dont le haut de plage, protégé partout par des murs et des enrochements, est appauvri en sables qui transitent localement d Ouest en Est. Entre la pointe des Tablettes et la pointe du Roselier, la côte est rocheuse, interrompue seulement par la petite anse de Martin-plage (embouchure du ruisseau du Bachelet). La pointe du Roselier abrite le fond de la baie qui découvre totalement aux grandes marées. Les plages de Saint-Laurent sont encore bordées de falaises plus ou moins protégées jusqu à l estuaire du Légué qui marque la limite de la façade Ouest de la baie de Saint-Brieuc. Les sables s accumulent dans cette zone sous la double influence des courants de marée et des houles diffractées, quelle qu en soit la direction initiale. Les fortes agitations de NW n atteignent pas cette côte, protégée en outre des houles des secteurs NE et Nord par les roches de Saint Quay et le plateau des Hors. Elle est dépourvue de grands transits sédimentaires. Le secteur situé au Sud de Pordic voit se développer de larges grèves en haute plage, mais ces accumulations sédimentaires sont peu alimentées et soumises à des transits qui entraînent le matériel en bas de l estran vers le fond de la baie qui représente donc une zone d atterissement sédimentaire préférentiel. L érosion par les vagues à marée haute provoque l amaigrissement progressif des hauts de plage, qui impose la réalisation de protections de plus en plus importantes, comme sur la plage des Rosaires et de Saint-Laurent Le fond de la baie D apparence relativement stable, cette côte est bien protégée des houles dominantes de NW par la pointe du Roselier. Elle demeure sensible à l action des courants de marée pourtant atténués qui contribuent à l apport de sables venant colmater les anses d Yffiniac et de Morieux. Leurs estrans sont en pente très faible, et exondés durant la moitié du cycle de marée. Les chenaux qui les entaillent divaguent et se déplacent, en particulier celui du Gouessant qui a notablement migré vers l Ouest. A la côte, le facteur 5-75 DHI / Géos-AEL

13 essentiel d érosion n est pas l action de la mer, mais la saturation en eau pluviale des dépôts quaternaires qui entraînent des phénomènes de solifluxion. En effet, l eau pluviale se concentre en drains dans les anciens vallons et déstabilise les falaises meubles. Ces phénomènes sont particulièrement visibles sur le littoral de la presqu île d Hillion, où les fortes pluies hivernales ont provoqué en des dégâts importants. La fragilité de ces zones se double parfois d une dégradation anthropique qui touche plus particulièrement les milieux dunaires. Le recul des falaises est plutôt modeste, excepté sur le site de l Hôtellerie (Hillion), où le recul a été évalué à 5m depuis 1956, du fait de la conjonction de trois facteurs : la concentration des eaux pluviales dans la falaise meuble ; l exposition frontale de la côte aux actions des houles de NW ; le tracé du débouché de l Urne sur l estran qui s incurve vers la presqu île d Hillion et renforce localement l action des courants de marée 5.6 Pluviométrie Le contexte pluviométrique du secteur étudié ainsi que les postes pluviométriques disponibles sur le secteur d étude sont présentés sur les deux cartographies suivantes. On peut observer sur la Figure 5-12 qu il y a 4 stations pluviométriques présentes dans la délimitation du secteur d étude (Saint-Brieuc, Hillion, Plaintel et La Harmoye) ainsi que 3 stations situées à proximité de la zone (Lanrodec, Cohiniac et Saint Gilles- Pligeaux-Ede), ces dernières pourront éventuellement être exploitées lors de l analyse des précipitations si nécessaire. Sur la Figure 5-13 sont présentés les cumuls des précipitations mensuelles sur une année dans le secteur d étude. On y observe une augmentation progressive des précipitations à mesure que l on s éloigne du littoral DHI / Géos-AEL

14 s Figure 5-12 : Stations pluviométriques sur la zone d étude 5-77 DHI / Géos-AEL

15 Figure 5-13 : Contexte pluviométrique 5-78 DHI / Géos-AEL

16 5.7 Hydrométrie et hydrologie des cours d eau Chronique de débits de la Banque Hydro Des chroniques de débits à pas de temps variables ont pu être collectées auprès de la Banque Hydro sur les bassins versants du Gouët et de l Urne. En revanche, aucune donnée n a pu être recueillie sur les bassins du Gouëdic, du Ruisseau de la Touche et du Ruisseau du Cré puisque ces derniers sont dépourvus de stations hydrométriques. A titre informatif, les stations de mesures auprès desquelles des données ont été récupérées sont présentées sur la cartographie suivante DHI / Géos-AEL

17 Figure 5-14 : Stations hydrométriques sur la zone d étude 5-80 DHI / Géos-AEL

18 Ces données seront exploitées dans le cadre de l analyse hydrologique en phase 2 (extrapolation aux crues de fréquences rares et détermination des crues de projet). A ce stade, l analyse des crues historiques permet une première appréhension du fonctionnement hydrologique des cours d eau de la zone d étude. Les hydrogrammes des principales crues (1974, 1988, 1990, 1995, 1999, 2000, 2010) sont présentées ci-après. Crue de 1974 Seule l ancienne station du Gouët à Ploufragan (Pont Noir) dispose de chroniques pour la crue de février L hydrogramme collecté est présenté ci-après et met en évidence un débit de pointe à 30 m 3 /s. Figure 5-15 : Hydrogramme du Gouët à Ploufragan (Pont Noir) pour la crue de 1974 Crue de 1988 Les débits de l événement de 1988 ne sont disponibles qu auprès d une seule station hydrométrique, à savoir celle du Gouët à Saint-Julien. La chronique collectée est présentée sur le graphique suivant et indique un pic de crue le 12 février avec un débit de pointe de 32 m 3 /s. Cet épisode est précédé de deux événements de plus faible intensité (avec des pics de 24 et de 22 m 3 /s) lors de la première semaine de février DHI / Géos-AEL

19 Figure 5-16 : Hydrogramme du Gouët à Saint-Julien pour la crue de 1988 Crue de 1990 Comme pour les deux événements précédents des données relatives à la crue de 1990 n ont pu être recueilles qu auprès d une seule station de mesures : celle du Gouët à Saint-Julien. La figure suivante présente l hydrogramme de crue correspondant dont la pointe a lieu le 02 février pour un débit de 22 m 3 /s. Figure 5-17 : Hydrogramme du Gouët à Saint-Julien pour la crue de DHI / Géos-AEL

20 Crue de 1995 Pour cet événement des chroniques de débits sont disponibles pour le Gouët à Saint- Julien ainsi que pour l Urne à Plédran. Notons qu au droit des deux sites, le pic a lieu le 26 janvier en fin d après-midi et est précédé de trois autres événements se produisant quelques jours auparavant. Le débit maximal sur le Gouët est de 27 m 3 /s, tandis qu il atteint 6 m 3 /s sur l Urne. Figure 5-18 : Précipitations et hydrogramme du Gouët à Saint-Julien pour la crue de 1995 Figure 5-19 : Précipitations et hydrogramme de l Urne à Plédran pour la crue de DHI / Géos-AEL

21 Crue de 1999 La crue de 1999 est une crue bien renseignée puisque deux stations sur le Gouët (à Saint-Julien et à Ploufragan - Saint-Barthélémy) et la station sur l Urne disposent de données hydrométriques. Les chroniques de débits correspondantes sont présentées ciaprès. Sur le Gouët, le débit maximal atteint plus de 28 m 3 /s à l amont du barrage de Saint-Barthélémy. A l aval de l ouvrage, un pic de crue à 23 m 3 /s est enregistré. Sur l Urne, le débit de pointe avoisine 7 m 3 /s. Figure 5-20 : Précipitations et hydrogramme du Gouët à Saint-Julien pour la crue de DHI / Géos-AEL

22 Figure 5-21 : Précipitations et hydrogramme du Gouët à Ploufragan (Saint-Barthélémy) pour la crue de 1999 Figure 5-22 : Précipitations et hydrogramme de l Urne à Plédran pour la crue de DHI / Géos-AEL

23 Crue de 2000 Comme pour la crue précédente, des données hydrométriques ont pu être collectées sur les stations de Saint-Julien et Ploufragan - Saint-Barthélémy) sur le Gouët ainsi que sur l Urne. Notons toutefois que des lacunes sont à signaler lors du pic de crue pour la série du Gouët à Ploufragan. Les hydrogrammes récupérés auprès de la Banque Hydro pour la crue de décembre 2000 figurent ci-dessous et indiquent les débits de pointe de 24 m 3 /s pour le Gouët à Saint-Julien et de 6 m 3 /s pour l Urne à Plédran. Figure 5-23 : Précipitations et hydrogramme du Gouët à Saint-Julien pour la crue de DHI / Géos-AEL

24 Figure 5-24 : Précipitations et hydrogramme du Gouët à Ploufragan pour la crue de 2000 Figure 5-25 : Précipitations et hydrogramme de l Urne à Plédran pour la crue de DHI / Géos-AEL

25 Crue de 2010 Les débits de l événement de fin février 2010 sont également renseignés pour les stations de Saint-Julien et de Ploufragan pour le Gouët ainsi que pour la station de l Urne. Les débits de pointe atteignent 33 m 3 /s pour le Gouët à Saint-Julien, 23 m 3 /s pour le Gouët à Ploufragan et 6 m 3 /s pour l Urne. Les chroniques correspondantes figurent ciaprès. Figure 5-26 : Précipitations et hydrogramme du Gouët à Saint-Julien pour la crue de 2010 Figure 5-27 : Précipitations et hydrogramme du Gouët à Ploufragan pour la crue de DHI / Géos-AEL

26 Figure 5-28 : Précipitations et hydrogramme de l Urne à Plédran pour la crue de 2010 Sur la base des chroniques récupérées auprès de la Banque Hydro, le débit spécifique ainsi que la durée Ơ, correspondant à la période durant laquelle le débit est supérieur à Q max /2, ont pu être estimés pour chaque station hydrométrique. Ces données sont présentées dans le tableau suivant : Gouët à Ploufragan (Saint- Barthélémy) Gouët à Saint- Julien Urne à Plédran Ơ Durée avec Q > Q max /2 (jours) Débit spécifique (m 3 /s/km²) DHI / Géos-AEL

27 Périodes de retour Une note de calcul hydrologique a été réalisée par BCEOM, dans le cadre de l atlas des zones inondables des Côtes d Armor, de Le document présente notamment les débits de pointe estimés pour plusieurs événements historiques ainsi que la période de retour correspondante pour l Urne à Plédran ainsi que le Gouët à Saint-Julien : Figure 5-29 : Débits de pointe et périodes de retour (source : BCEOM, 2004) Notons que les périodes de retour indiquées dans le tableau précédent demeurent à titre purement indicatif et qu une analyse détaillée sera menée au cours de la phase 2 par DHI afin de valider les périodes de retour correspondant à l épisode de Sur la base de l analyse effectuée par BCEOM, il semblerait que l événement de 2010 dont les débits de pointe étaient de 33 m 3 /s sur le Gouët à Saint-Julien et de 6 m 3 /s pour l Urne s apparente à : Une crue d ordre trentennale pour la crue du Gouët ; Une crue d ordre décennale pour la crue de l Urne. Informations complémentaires sur la crue de 2010 En raison de son intensité sur l Ouest de la France et de son caractère récent, la crue de 2010 est un événement relativement bien renseigné. Cet événement a notamment fait l objet de la rédaction d un rapport météorologique ainsi que d un rapport hydrologique dans le cadre de la demande de reconnaissance de l état de catastrophe naturelle suite aux inondations dans le département des Côtes d Armor. Les principales informations issues de ces documents et valorisables pour la présente étude sont les suivantes : Entre le 27 et le 28 février, des pluies importantes s abattent sur le département (40 à 45 mm en 1 jour sur le secteur d étude). S il n est pas rare que de telles précipitations se produisent sur le secteur à cette période, l extension de l événement pluvieux, qui recouvre l intégralité du département, revêt toutefois quant à elle un caractère tout à fait exceptionnel. Les cartes suivantes représentent les précipitations relevées sur le département des Côtes d Armor entre le 26 et le 28 février DHI / Géos-AEL

28 Figure 5-30 : Précipitations en 24 heures du 27 au 28 février 2010 (source : Météo France) 5-91 DHI / Géos-AEL

29 Figure 5-31 : Précipitations en 48 heures du 26 au 28 février 2010 (source : Météo France) Le département ayant déjà subi des précipitations régulières au cours des journées précédentes, les pluies de fin février se produisent sur des sols gorgés d eau, entraînant ainsi des phénomènes de ruissellement importants. Les précipitations survenues au cours du mois de février ont gonflé le débit des cours d eau. Les pluies du 27 et du 28 interviennent donc dans un contexte hydraulique particulièrement défavorable DHI / Géos-AEL

Chapitre 7 : l évolution des paysages

Chapitre 7 : l évolution des paysages Chapitre 7 : l évolution des paysages Où que l on soit sur Terre, sous le sol, se trouvent des roches du sous-sol. DEFINITION : Erosion = dégradation, usure des roches. Qu est-ce qui peut éroder les roches

Plus en détail

PLAN DE PRÉVENTION DES RISQUES NATURELS PRÉVISIBLES LITTORAUX

PLAN DE PRÉVENTION DES RISQUES NATURELS PRÉVISIBLES LITTORAUX PLAN DE PRÉVENTION DES RISQUES NATURELS PRÉVISIBLES LITTORAUX de la Baie de Bourgneuf, NOTICE DE PRESENTATION Annexe n 6 Synthèse des hypothèses des scénarios de référence Enquête Publique Enquête publique

Plus en détail

Étude impact éolien pour le projet CUSM Ville de Montréal

Étude impact éolien pour le projet CUSM Ville de Montréal Rapport final pour Daniel Arbour et Associés sur le projet CUSM, page 1 Étude impact éolien pour le projet CUSM Ville de Montréal Rapport final pour Daniel Arbour & Associés Études et services conseils

Plus en détail

Site d étude. Résultats

Site d étude. Résultats Avec la collaboration de l Université de Bretagne Occidentale, (Institut Universitaire Européen de la Mer, Laboratoire d'ecophysiologie et de Biotechnologie des Halophytes et Algues Marines) Site d étude

Plus en détail

Changement du trait de côte et images satellites. Tempêtes 2014, plage de la Salie, côte atlantique française

Changement du trait de côte et images satellites. Tempêtes 2014, plage de la Salie, côte atlantique française Les tempêtes L expert Avec la crise climatique, les rivages subissent plus durement les assauts de la mer et les crues de fleuves. Pour anticiper et prévenir des risques d érosion et d inondation, il est

Plus en détail

11- LE MILIEU PHYSIQUE

11- LE MILIEU PHYSIQUE 11- LE MILIEU PHYSIQUE Rapport de présentation / Diagnostic Dossier de PLU approuvé 181 11.1 LE RELIEF DE PLAINE ALLUVIALE Clichy est située dans la plaine alluviale de la Seine. C est une commune de configuration

Plus en détail

Sommaire 3.4. CRUE SUR UN PETIT BASSIN VERSANT... 19 3.6. INTUMESCENCE - DYSFONCTIONNEMENT D OUVRAGES HYDRAULIQUES...22

Sommaire 3.4. CRUE SUR UN PETIT BASSIN VERSANT... 19 3.6. INTUMESCENCE - DYSFONCTIONNEMENT D OUVRAGES HYDRAULIQUES...22 Préambule La collection des guides de l ASN regroupe les documents à destination des professionnels intéressés par la réglementation en matière de sûreté nucléaire et de radioprotection (exploitants, utilisateurs

Plus en détail

AlivrableV.3. Phase1. Méthode particulière de définition des aléas et des enjeux. Direction Départementale des Territoires et de la Mer Nord

AlivrableV.3. Phase1. Méthode particulière de définition des aléas et des enjeux. Direction Départementale des Territoires et de la Mer Nord Direction Départementale des Territoires et de la Mer Nord Méthode particulière de définition des aléas et des enjeux p.5 Introduction Pourquoi un PPR? p.7 Partie 1 Méthode de détermination de l aléa p.22

Plus en détail

Journées Valor-IG 07 «La donnée dans tous ses états»

Journées Valor-IG 07 «La donnée dans tous ses états» Journées Valor-IG 07 «La donnée dans tous ses états» 28 Mars 2007 Incertitudes de mesures bathymétriques, évaluation, validation et application sur les levés bathymétriques de la Seudre, de la Charente

Plus en détail

Le climat et les problèmes d eau

Le climat et les problèmes d eau CHAPITRE 3 Le climat et les problèmes d eau 3.1 INTRODUCTION Au cours des millénaires, l homme a surtout observé de l eau les phénomènes de précipitation etd écoulementdanslescoursd eau,parcequelapluieluitombaitsurlatêteetquel

Plus en détail

Eric Chaumillon UMR CNRS 7266 Littoral Environnement et Sociétés LIENSs Université de la Rochelle

Eric Chaumillon UMR CNRS 7266 Littoral Environnement et Sociétés LIENSs Université de la Rochelle Eric Chaumillon UMR CNRS 7266 Littoral Environnement et Sociétés LIENSs Université de la Rochelle 7ème Journée de restitution des résultats de l Observatoire du Patrimoine Naturel Marais poitevin jeudi

Plus en détail

La gestion des écoulements dans les Wateringues du Nord - Pas de Calais Incidence prévisible des changements climatiques

La gestion des écoulements dans les Wateringues du Nord - Pas de Calais Incidence prévisible des changements climatiques La gestion des écoulements dans les Wateringues du Nord - Pas de Calais Incidence prévisible des changements climatiques Par Philippe PARENT Institution des Wateringues Par Philippe PARENT Institution

Plus en détail

PROJET ACCLIMATE ETUDE SIM-CLIM THEME 3 Etude bilan des possibilités d une simulation climatique régionale

PROJET ACCLIMATE ETUDE SIM-CLIM THEME 3 Etude bilan des possibilités d une simulation climatique régionale Commission de l Océan Indien Projet ACCLIMATE 1 PROJET ACCLIMATE ETUDE SIM-CLIM THEME 3 Etude bilan des possibilités d une simulation climatique régionale Résumé Commission de l Océan Indien Projet ACCLIMATE

Plus en détail

Colloque des arbitres et des commissaires aux résultats Moulin mer

Colloque des arbitres et des commissaires aux résultats Moulin mer Colloque des arbitres et des commissaires aux résultats Moulin mer Bernard Simon- janvier 2015 Météorologie Web : Attention aux modèles utilisés dans les prévisions: (maillage / relief pris en compte/

Plus en détail

Source : www.almohandiss.com INTRODUCTION ET GENERALITES

Source : www.almohandiss.com INTRODUCTION ET GENERALITES INTRODUCTION ET GENERALITES I. INTRODUCTION La décomposition du titre de cette matière laisse deviner qu il doit s agir de l étude du mouvement de l eau dans le sol : - Hydraulique : Etude des écoulements

Plus en détail

BREST METROPOLE OCEANE

BREST METROPOLE OCEANE BREST METROPOLE OCEANE SUIVI MORPHO-SEDIMENTAIRE DE LA PLAGE DE SAINTE-ANNE-DU-PORTZIC (COMMUNES DE BREST ET PLOUZANE) DANS LE CADRE DES OPERATIONS DE REHABILITATION Bernard FICHAUT Serge SUANEZ Marianne

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE RAPPORT PUBLIC DE LA COUR DES COMPTES

COMMUNIQUE DE PRESSE RAPPORT PUBLIC DE LA COUR DES COMPTES COMMUNIQUE DE PRESSE RAPPORT PUBLIC DE LA COUR DES COMPTES SUR LES ENSEIGNEMENTS DES INONDATIONS DE 2010 SUR LE LITTORAL ATLANTIQUE (XYNTHIA) ET DANS LE VAR La Cour des comptes et les trois chambres régionales

Plus en détail

Rapport final. Dossier n o 710.78. Rapport commandité par la SODIM

Rapport final. Dossier n o 710.78. Rapport commandité par la SODIM Caractérisation des courants et des vagues dans les principaux sites maricoles du Québec Rapport final Dossier n o 710.78 Rapport commandité par la SODIM Juin 2008 Référence à citer Gagnon, M. 2008.

Plus en détail

Impacts de l'élévation du niveau de la mer et évolution du trait de côte en Guadeloupe

Impacts de l'élévation du niveau de la mer et évolution du trait de côte en Guadeloupe Impacts de l'élévation du niveau de la mer et évolution du trait de côte en Guadeloupe Baie-Mahault, 20 mai 2014 Legendre Yoann BRGM Guadeloupe La Darse de Pointe-à-Pitre Contenu & objectifs Région pointoise

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LES ASSURANCES

SEMINAIRE SUR LES ASSURANCES SEMINAIRE SUR LES ASSURANCES L ASSURANCE OBLIGATOIRE DES EFFETS DES CATASTROPHES NATURELLES SEMINAIRE SUR LES ASSURANCES Page 1 I L assurance obligatoire «Catastrophes Naturelles» Introduction L ordonnance

Plus en détail

LES ECOSYSTEMES LITTORAUX ATTENUENT LES RISQUES LIES AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES

LES ECOSYSTEMES LITTORAUX ATTENUENT LES RISQUES LIES AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES LES ECOSYSTEMES LITTORAUX ATTENUENT LES RISQUES LIES AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES Francis MAUGARD, Loïc GOUGUET, David ROSEBERY - ONF La gestion des forêts littorales et des milieux dunaires associés constitue

Plus en détail

Le littoral des Bas-Champs (Picardie, France) soumis aux risques perpétuels d inondation

Le littoral des Bas-Champs (Picardie, France) soumis aux risques perpétuels d inondation Le littoral des Bas-Champs (Picardie, France) soumis aux risques perpétuels d inondation JULIA BASTIDE 1, EDWARD ANTHONY 1, FRANCK DOLIQUE 2 1 GéoDal, EA 35 99-Université du Littoral Côte d Opale, 59 140

Plus en détail

Bulletin mensuel des lacs-réservoirs durant le mois de mars 2015

Bulletin mensuel des lacs-réservoirs durant le mois de mars 2015 Direction de la Bassée et de l Hydrologie Email : hydrologie@seinegrandslacs.fr Bulletin mensuel des lacs-réservoirs durant le mois de mars 2015 Au 1er mars, les quatre lacs totalisaient un volume de 586.2

Plus en détail

Fiche HYDRAULIQUE. Pourquoi un caniveau. Pour évacuer rapidement l eau de pluie

Fiche HYDRAULIQUE. Pourquoi un caniveau. Pour évacuer rapidement l eau de pluie Fiche HYDRAULIQUE Pourquoi un caniveau Pour évacuer rapidement l eau de pluie Lors de la réalisation de grands espaces imperméabilisés, les maîtres d œuvre sont confrontés aux problèmes de l évacuation

Plus en détail

Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau

Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau 2009 La rivière Sainte Croix au barrage de Forest City Figure 1 : Rivière Sainte Croix, à la hauteur de la station de monitoring durant l

Plus en détail

Aléa sismique et microzonage de l agglomération de Port-au-Prince

Aléa sismique et microzonage de l agglomération de Port-au-Prince Ministère des Travaux Publics, Transports et Communications (MTPTC) Ministère de la Planification et de la Coopération Externe (MPCE) Aléa sismique et microzonage de l agglomération de Port-au-Prince Le

Plus en détail

Les fiches présentées, fonctionnent exclusivement sur le principe de l infiltration des eaux pluviales.

Les fiches présentées, fonctionnent exclusivement sur le principe de l infiltration des eaux pluviales. DES SOLUTIONS A L ECHELLE DE LA PARCELLE Par alternatives, on entend l ensemble des techniques qui viennent se substituer au concept de collecte et à celui du tout au réseau. L objectif n est alors plus

Plus en détail

ENQUÊTE PUBLİQUE RÉALİSATİON D'AMÉNAGEMENTS DE STABİLİSATİON DU TRAİT DE CÔTE A LA GUÉRİNİÈRE ET L'ÉPİNE (SECTEUR DES ÉLOUX) Exposé

ENQUÊTE PUBLİQUE RÉALİSATİON D'AMÉNAGEMENTS DE STABİLİSATİON DU TRAİT DE CÔTE A LA GUÉRİNİÈRE ET L'ÉPİNE (SECTEUR DES ÉLOUX) Exposé ENQUÊTE PUBLİQUE RÉALİSATİON D'AMÉNAGEMENTS DE STABİLİSATİON DU TRAİT DE CÔTE A LA GUÉRİNİÈRE ET L'ÉPİNE (SECTEUR DES ÉLOUX) 1. Etat des lieux 2. Causes 3. Le projet 4. Conclusion, proposition Exposé «La

Plus en détail

Météo Marine. Benjamin Aymard. Cours CNIF 18 Février 2014 Université Pierre et Marie Curie. ./IMAGES/logo-n

Météo Marine. Benjamin Aymard. Cours CNIF 18 Février 2014 Université Pierre et Marie Curie. ./IMAGES/logo-n Météo Marine Benjamin Aymard Cours CNIF 18 Février 2014 Université Pierre et Marie Curie 1/41 18 Février 2014, UPMC aymard@ann.jussieu.fr Météo Marine Cours Météo pratique Pourquoi les prévisions météo

Plus en détail

Évolution du climat et désertification

Évolution du climat et désertification Évolution du climat et désertification FACTEURS HUMAINS ET NATURELS DE L ÉVOLUTION DU CLIMAT Les activités humaines essentiellement l exploitation de combustibles fossiles et la modification de la couverture

Plus en détail

Caractérisation et dynamique de la charge de fond à l embouchure du Grand Rhône

Caractérisation et dynamique de la charge de fond à l embouchure du Grand Rhône Caractérisation et dynamique de la charge de fond à l embouchure du Grand Rhône Personnes impliquées François Sabatier, Benjamin Kulling Équipe Equipe de recherche Cerege Aix UMR7330 SEMANTIC- TS 1 - Introduction

Plus en détail

SOMMAIRE INTRODUCTION 2. Textes 4. Présentation du PPR 4 objet contenu procédure conséquences. Généralités 9

SOMMAIRE INTRODUCTION 2. Textes 4. Présentation du PPR 4 objet contenu procédure conséquences. Généralités 9 ppr.rapgav is.doc SOMMAIRE INTRODUCTION 2 LE PLAN DE PREVENTION DES RISQUES Textes 4 Présentation du PPR 4 objet contenu procédure conséquences LE RISQUE «INONDATION» A SIERCK LES BAINS Généralités 9 Caractéristiques

Plus en détail

Forum radar hydrométéorologique 2011

Forum radar hydrométéorologique 2011 Forum radar hydrométéorologique 2011 Système d aide à la décision pour la gestion des réseaux d assainissement 24 novembre 2011 Contexte : le ruissellement urbain Les fonctions du système d assainissement

Plus en détail

APPROCHES SIMPLIFIÉES POUR L ÉVALUATION DES PARAMÈTRES DE CONCEPTION POUR LES BASSINS DE FAIBLES DIMENSIONS. Gilles Rivard, ing. M. Sc.

APPROCHES SIMPLIFIÉES POUR L ÉVALUATION DES PARAMÈTRES DE CONCEPTION POUR LES BASSINS DE FAIBLES DIMENSIONS. Gilles Rivard, ing. M. Sc. APPROCHES SIMPLIFIÉES POUR L ÉVALUATION DES PARAMÈTRES DE CONCEPTION POUR LES BASSINS DE FAIBLES DIMENSIONS Gilles Rivard, ing. M. Sc. Québec 15 mars 2012 PRÉSENTATION Particularités des petits bassins

Plus en détail

Indicateur : population présente tout au long de l année dans les départements littoraux métropolitains

Indicateur : population présente tout au long de l année dans les départements littoraux métropolitains Indicateur : population présente tout au long de l année dans les départements littoraux métropolitains Contexte Les communes littorales métropolitaines hébergent plus de 6 millions d habitants et ont

Plus en détail

LA SURVEILLANCE DES PHÉNOMÈNES MÉTÉOROLOGIQUES POUR PRODUIRE DE L ÉLECTRICITÉ EN TOUTE SÉCURITÉ

LA SURVEILLANCE DES PHÉNOMÈNES MÉTÉOROLOGIQUES POUR PRODUIRE DE L ÉLECTRICITÉ EN TOUTE SÉCURITÉ avril 2013 NOTE D INFORMATION LA SURVEILLANCE DES PHÉNOMÈNES MÉTÉOROLOGIQUES POUR PRODUIRE DE L ÉLECTRICITÉ EN TOUTE SÉCURITÉ En tant qu exploitant des centrales de production d électricité, EDF met en

Plus en détail

Étude hydraulique du bassin-versant du vieux-port à Marseille

Étude hydraulique du bassin-versant du vieux-port à Marseille Étude hydraulique du bassin-versant du vieux-port à Marseille Rédaction: F. Pons Présentation: P. Ledoux Programme LCPC 11M081 Programme ANR RIVES Programme CETMEF Données: Ville de Marseille Centre d'études

Plus en détail

LA GESTION DURABLE EAUX PLUVIALES. Trottoirs immergés, jardins détrempés, rues inondées, égouts saturés COMMENT GÉRER L EAU DE PLUIE?

LA GESTION DURABLE EAUX PLUVIALES. Trottoirs immergés, jardins détrempés, rues inondées, égouts saturés COMMENT GÉRER L EAU DE PLUIE? LA GESTION DURABLE des EAUX PLUVIALES Trottoirs immergés, jardins détrempés, rues inondées, égouts saturés COMMENT GÉRER L EAU DE PLUIE? www.reseau-environnement.com Qu est-ce qu une GESTION DURABLE des

Plus en détail

1 / Un phénomène naturel et un risque sérieux pour les habitations

1 / Un phénomène naturel et un risque sérieux pour les habitations LE RETR AIT-GON FLEMENT DES ARGI LES / 1 1 / Un phénomène naturel et un risque sérieux pour les habitations On qualifie de risque géologique tout incident catastrophique engendré suite à des phénomènes

Plus en détail

Trait de côte Histolitt v1.0 Descriptif technique Version du document 1.0 *** Sommaire

Trait de côte Histolitt v1.0 Descriptif technique Version du document 1.0 *** Sommaire Trait de côte Histolitt v1.0 Descriptif technique Version du document 1.0 *** Sommaire 1 Producteurs 2 Dénomination du produit 3 Protection militaire 4 Abréviations 5 Description générale 1. Définition

Plus en détail

Erosion, corrosion, transport et sédimentation

Erosion, corrosion, transport et sédimentation Erosion, corrosion, transport et sédimentation par Johan et Lionel BARRIQUAND ARPA, UFR des Sciences de la terre, Université Claude Bernard, Lyon I, Villeurbanne, France Sommaire 1. Dossier de documentation

Plus en détail

3.2.2. Prévision et gestion des crues en Valais : le projet MINERVE

3.2.2. Prévision et gestion des crues en Valais : le projet MINERVE 3.2.2. Prévision et gestion des crues en Valais : le projet MINERVE Dominique BÉROD (Etat du Valais- service des routes et des cours d eau) Dominique Bérod présente MINERVE, un programme récent en Valais

Plus en détail

FLASH INFO 40. Inondations de janvier/février 2014 dans les L andes :

FLASH INFO 40. Inondations de janvier/février 2014 dans les L andes : Préfet des Landes FLASH INFO 40 n 8 : Un événement remarquable L'événement qui a touché l'ensemble du bassin de l'adour a été remarquable par l'importance des niveaux atteints sur tous les cours d'eau,

Plus en détail

ETUDE DE COMPATIBILITE DE LA ZONE DE RECOUVREMENT DES MODELES NUMERIQUES APPLICATION AUX ETUDES D IMPACT DES PROJETS D ENERGIES MARINES

ETUDE DE COMPATIBILITE DE LA ZONE DE RECOUVREMENT DES MODELES NUMERIQUES APPLICATION AUX ETUDES D IMPACT DES PROJETS D ENERGIES MARINES ETUDE DE COMPATIBILITE DE LA ZONE DE RECOUVREMENT DES MODELES NUMERIQUES APPLICATION AUX ETUDES D IMPACT DES PROJETS D ENERGIES MARINES Julien Schaguene, Olivier Bertrand, Eric David Sogreah Consultants

Plus en détail

ALERTE ET GESTION DES CRUES ÉCLAIRS SUR LES PETITS BASSINS VERSANTS URBAINS

ALERTE ET GESTION DES CRUES ÉCLAIRS SUR LES PETITS BASSINS VERSANTS URBAINS ALERTE ET GESTION DES CRUES ÉCLAIRS SUR LES PETITS BASSINS VERSANTS URBAINS Utilisation du radar HYDRIX et de la plateforme RAINPOL sur la commune d ANTIBES JUAN-LES-PINS European Local Authorities Rencontres

Plus en détail

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN ATELIER REGIONAL AFRIQUE SUR LE FONDS POUR L ADAPTATION AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES: POUR UNE MEILLEURE INTEGRATION DES COMMUNAUTES VULNERABLES BÉNIN ATLANTIQUE BEACH HÔTEL, COTONOU, 29 ET 30 AVRIL 2012

Plus en détail

LA GESTION DES EVENEMENTS PLUVIEUX

LA GESTION DES EVENEMENTS PLUVIEUX SMART WATER NETWORKS LA GESTION DES EVENEMENTS PLUVIEUX Les défis posés au gestionnaire du système d assainissement La sécurité des biens et des personnes Anticiper et limiter les risques de débordements

Plus en détail

Enseigner la France. Territoire aménagé, territoire à ménager Les risques. Lyon 1/12/2011. Yvette VEYRET Professeur Université Paris X - Nanterre

Enseigner la France. Territoire aménagé, territoire à ménager Les risques. Lyon 1/12/2011. Yvette VEYRET Professeur Université Paris X - Nanterre Enseigner la France Territoire aménagé, territoire à ménager Les risques Lyon 1/12/2011 Yvette VEYRET Professeur Université Paris X - Nanterre Relations société/nature, les risques dans l analyse des territoires

Plus en détail

Synthèse SYNTHESE - 1 - DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT. Service du climat et de l efficacité énergétique

Synthèse SYNTHESE - 1 - DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT. Service du climat et de l efficacité énergétique DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT Service du climat et de l efficacité énergétique Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique Synthèse SYNTHESE Prise en compte de l'élévation

Plus en détail

L érosion côtière et le Ministère de la sécurité publique

L érosion côtière et le Ministère de la sécurité publique L érosion côtière et le Ministère de la sécurité publique Hugo Martin Direction régionale de la sécurité civile et sécurité incendie du Bas-Saint-Laurent et Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine 15 mai 2014 Contexte

Plus en détail

Le développement durable comme problème géographique. L éducation à l environnement en milieu littoral aquitain

Le développement durable comme problème géographique. L éducation à l environnement en milieu littoral aquitain Collège Jean Boucheron Année scolaire 2010-2011 Castillonnès (Lot-et-Garonne) Académie de Bordeaux Projet d action éducative EEDD-Géographie régionale Contact : Bruno PHILIPPE / Professeur d histoire-géographie

Plus en détail

Barrage de Serre-Ponçon. Conception, surveillance et comportement

Barrage de Serre-Ponçon. Conception, surveillance et comportement Barrage de Serre-Ponçon Conception, surveillance et comportement Sommaire 1- Rappels sur la conception du barrage et son auscultation 2- Comportement récent : 2001-2013 3.1. Comportement mécanique (réversible

Plus en détail

Mathématiques et Océanographie

Mathématiques et Océanographie Mathématiques et Océanographie Anne-Laure Dalibard Département de mathématiques et applications École normale supérieure 20 avril 2011 Journées Académiques de l IREM de Nantes Plan Présentation rapide

Plus en détail

Caractéristiques des ondes

Caractéristiques des ondes Caractéristiques des ondes Chapitre Activités 1 Ondes progressives à une dimension (p 38) A Analyse qualitative d une onde b Fin de la Début de la 1 L onde est progressive puisque la perturbation se déplace

Plus en détail

Appréhender le changement climatique et ses incidences pour l eau

Appréhender le changement climatique et ses incidences pour l eau Appréhender le changement climatique et ses incidences pour l eau Méthodes d étude et projections Serge Planton Météo-France, CNRM/GAME Projections climatiques à l échelle planétaire Projections climatiques

Plus en détail

DEPARTEMENT D ILLE ET VILAINE COMMUNE DE MONTFORT SUR MEU. Inventaire des zones humides sur les futures parcelles urbanisables.

DEPARTEMENT D ILLE ET VILAINE COMMUNE DE MONTFORT SUR MEU. Inventaire des zones humides sur les futures parcelles urbanisables. DEPARTEMENT D ILLE ET VILAINE COMMUNE DE MONTFORT SUR MEU 1 Inventaire des zones humides sur les futures parcelles urbanisables Annexe jointe : atlas cartographique Septembre 2009 2 Etude réalisée par

Plus en détail

Eîude réalisée dans le cadre des actions de Service Public du BRGM 02PIR115. E. Equilbey, J.F. Vernoux. mars 2002 BRCMIRPB 1576-FR

Eîude réalisée dans le cadre des actions de Service Public du BRGM 02PIR115. E. Equilbey, J.F. Vernoux. mars 2002 BRCMIRPB 1576-FR Avis hydrogéologique sur des dossiers de demande de reconnaissance de l état de catastrophe naturelle liée à une remontée de nappe phréatique - Communes de Marcoussis et du Val-Sain t-germain (Essonne)

Plus en détail

Évolution du contexte du fait du changement climatique..148 L impact du changement climatique sur les océans et le littoral...148

Évolution du contexte du fait du changement climatique..148 L impact du changement climatique sur les océans et le littoral...148 Chapitre VI : les risques naturels Des enjeux importants et spécifiques sur le littoral...131 Aléas, enjeux, risques et vulnérabilité des territoires...131 Des niveaux d exposition élevés et des enjeux

Plus en détail

Mardi 14 février 2012 Paris

Mardi 14 février 2012 Paris Mardi 14 février 2012 Paris 1- Le contexte géographique z du littoral Une côte basse sédimentaire 2 1 2 Mont Saint-Loup (112 m), Agde 1 3 3 4 5 5 Une côte rocheuse sur Agde 4 Deux dynamiques antagonistes

Plus en détail

I-1 Contexte seino-marin... 3 I-2 Outils à disposition... 4 I-3 Élaboration du guide de recommandations local... 6. II - Plan local d urbanisme...

I-1 Contexte seino-marin... 3 I-2 Outils à disposition... 4 I-3 Élaboration du guide de recommandations local... 6. II - Plan local d urbanisme... SOMMAIRE I - Prise en compte de la gestion des eaux pluviales dans les documents locaux d urbanisme - politique départementale relative aux surfaces aménagées...3 I-1 Contexte seino-marin... 3 I-2 Outils

Plus en détail

Saint-Paul. RappoRt de présentation de la cartographie du Risque inondation sur le territoire à Risque important

Saint-Paul. RappoRt de présentation de la cartographie du Risque inondation sur le territoire à Risque important Saint-Paul RappoRt de présentation de la cartographie du Risque inondation sur le territoire à Risque important Direction de l Environnement, de l Aménagement et du Logement www.reunion.developpement-durable.gouv.fr

Plus en détail

5.2. EVOLUTION DU TRAIT DE COTE SUR LES PHOTOGRAPHIES AERIENNES DE L'IGN ET LES CARTES ANCIENNES DU SHOM

5.2. EVOLUTION DU TRAIT DE COTE SUR LES PHOTOGRAPHIES AERIENNES DE L'IGN ET LES CARTES ANCIENNES DU SHOM 5.2. EVOLUTION DU TRAIT DE COTE SUR LES PHOTOGRAPHIES AERIENNES DE L'IGN ET LES CARTES ANCIENNES DU SHOM La digitalisation des traits de côte (pied de falaise) a été réalisée pour les cartes anciennes

Plus en détail

Le Rhône, fleuve aménagé

Le Rhône, fleuve aménagé 21 Le Rhône, fleuve aménagé Appelé Rotten dans la première partie de son cours, le Rhône naît des eaux de fonte du glacier de la Furka dans le canton du Valais en Suisse. Il parcourt 300 km avant d atteindre

Plus en détail

Nous nous intéresserons ici à une version simplifiée du modèle corpusculaire pour décrire l optique géométrique.

Nous nous intéresserons ici à une version simplifiée du modèle corpusculaire pour décrire l optique géométrique. OPTIQUE GEOMETRIQUE Définitions : L optique est la science qui décrit les propriétés de la propagation de la lumière. La lumière est un concept extrêmement compliqué et dont la réalité physique n est pas

Plus en détail

Projet Miriphyque: utilisation des logiciels Macro/Cemafor pour le bassin de la Morcille. Côme Durand, mars 2014. Irstea.

Projet Miriphyque: utilisation des logiciels Macro/Cemafor pour le bassin de la Morcille. Côme Durand, mars 2014. Irstea. Projet Miriphyque: utilisation des logiciels Macro/Cemafor pour le bassin de la Morcille Côme Durand, mars 2014. Irstea. 1 Sommaire 1) Présentation 2) Travaux déjà réalisés sur le projet 3) Influence des

Plus en détail

SOMMAIRE CHOIX DE LA METHODE D INTERPOLATION SPATIALE 3

SOMMAIRE CHOIX DE LA METHODE D INTERPOLATION SPATIALE 3 SOMMAIRE CHOIX DE LA METHODE D INTERPOLATION SPATIALE 3 CARTOGRAPHIE DES CHAMPS DE CONCENTRATION EN DIOXYDE D AZOTE (NO 2 ) ET EN BENZENE (C 6 H 6 ) - INTERPOLATION PAR KRIGEAGE ORDINAIRE MONOVARIABLE

Plus en détail

Régime thermique des nappes phréatiques à l aplomb de bassins d infiltration

Régime thermique des nappes phréatiques à l aplomb de bassins d infiltration Régime thermique des nappes phréatiques à l aplomb de bassins d infiltration Arnaud Foulquier, Florian Malard, Janine Gibert UMR CNRS 5023, Écologie des Hydrosystèmes Fluviaux Université Lyon 1, Bât. Forel

Plus en détail

CENTRALES HYDRAULIQUES

CENTRALES HYDRAULIQUES CENTRALES HYDRAULIQUES FONCTIONNEMENT Les différentes centrales hydrauliques Les centrales hydrauliques utilisent la force de l eau en mouvement, autrement dit l énergie hydraulique des courants ou des

Plus en détail

Avis sur la remontée d eau à Vaudreching (57) Lorraine

Avis sur la remontée d eau à Vaudreching (57) Lorraine Avis sur la remontée d eau à Vaudreching (57) Lorraine Mars 2010 Fourniguet G. Étude réalisée dans le cadre des opérations de Service public du BRGM 10EAUG16 «Appui à l exercice de la police des eaux».

Plus en détail

3. Artefacts permettant la mesure indirecte du débit

3. Artefacts permettant la mesure indirecte du débit P-14V1 MÉTHODE DE MESURE DU DÉBIT D UN EFFLUENT INDUSTRIEL EN CANALISATIONS OUVERTES OU NON EN CHARGE 1. Domaine d application Cette méthode réglemente la mesure du débit d un effluent industriel en canalisations

Plus en détail

1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années.

1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années. 1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années. La figure ci-dessous présente la moyenne sur la France des températures minimales et maximales de l'été (période du 1 er juin

Plus en détail

TPE SUR LA VAGUE. Comment expliquer l évolution de la structure d une vague pendant sa vie?

TPE SUR LA VAGUE. Comment expliquer l évolution de la structure d une vague pendant sa vie? TPE SUR LA VAGUE Bruno Duchet Yannick Nabil-Moreau Damien Verdaguer Introduction Fascinant spectacle que le mouvement incessant des vagues, obéissant aux mêmes règles depuis des millénaires, interpellant

Plus en détail

Contexte de l étude Promotion des techniques alternatives de gestion des eaux pluviales Zone urbaine : peu d espace disponible au sol

Contexte de l étude Promotion des techniques alternatives de gestion des eaux pluviales Zone urbaine : peu d espace disponible au sol Christelle SENECHAL Sepia Conseils Contexte de l étude Promotion des techniques alternatives de gestion des eaux pluviales Zone urbaine : peu d espace disponible au sol < Toit stockant Toiture > végétalisée

Plus en détail

PROFIL DE VULNERABILITE DES EAUX DE BAIGNADE Plage Boulevard de la Plage à VER-sur-MER RAPPORT DE SYNTHESE

PROFIL DE VULNERABILITE DES EAUX DE BAIGNADE Plage Boulevard de la Plage à VER-sur-MER RAPPORT DE SYNTHESE Département Calvados Institution Interdépartementale du Bassin de l Orne PROFIL DE VULNERABILITE DES EAUX DE BAIGNADE Plage Boulevard de la Plage à VER-sur-MER RAPPORT DE SYNTHESE RT DSD 10015EZ phase1-017

Plus en détail

J. Localisation des zones d activité de la pêcherie artisanale marocaine sud Atlantique à partir d une base de connaissances

J. Localisation des zones d activité de la pêcherie artisanale marocaine sud Atlantique à partir d une base de connaissances J. Localisation des zones d activité de la pêcherie artisanale marocaine sud Atlantique à partir d une base de connaissances Abdellah Belkhaouad, INRH - Casablanca (Maroc) Marc Taconet, FAO Rome (Italie)

Plus en détail

«Une heure pour savoir»

«Une heure pour savoir» PLAN CYCLONE. ORGANISATION DÉPARTEMENTALE ET ZONALE DE LA GESTION DE CRISE «Une heure pour savoir» LE 8 JUILLET 2011 E.FONTANILLE/ J. VINCENT Les CYCLONES aux ANTILLES Depuis 1986 le Cyclone (en Grec Dieu

Plus en détail

Plan de Prévention des Risques (P.P.R.) naturels prévisibles commune de Saint-Joseph REGLEMENT

Plan de Prévention des Risques (P.P.R.) naturels prévisibles commune de Saint-Joseph REGLEMENT REGLEMENT Les mesures réglementaires et les recommandations présentées ci-après, sont issues notamment : - des recommandations nationales sur la cartographie réglementaire, - des propositions des géologues

Plus en détail

P5 Ondes acoustiques ; acoustique musicale

P5 Ondes acoustiques ; acoustique musicale Ondes acoustiques ; acoustique musicale On appelle onde mécanique le phénomène de propagation d une perturbation dans un milieu élastique, sans transport de matière mais avec transport d énergie. L exemple

Plus en détail

On retrouve généralement les réseaux séparatifs dans les petites et moyennes agglomérations ou dans les extension des villes.

On retrouve généralement les réseaux séparatifs dans les petites et moyennes agglomérations ou dans les extension des villes. Préambule et domaine d'application Le présent document a été créé dans le but pour permettre le dimensionnement des installations de plomberie sanitaire. C'est un document de synthèse, Il reprend partiellement

Plus en détail

L1 C3. Les mouvements. Les eaux fluviales. Profondeur d eau disponible en amont de Nantes. CAHIER INDICATEURS N 1 avril 2003

L1 C3. Les mouvements. Les eaux fluviales. Profondeur d eau disponible en amont de Nantes. CAHIER INDICATEURS N 1 avril 2003 L1 C3 CAHIER INDICATEURS N 1 avril 2003 Les eaux fluviales Les mouvements Profondeur d eau disponible en amont de Nantes L1 C3 Les eaux fluviales Profondeur d eau disponible en amont de Nantes Résumé La

Plus en détail

Etude de l évolution du trait de côte du littoral des Bouches-du-Rhône au regard de l érosion marine

Etude de l évolution du trait de côte du littoral des Bouches-du-Rhône au regard de l érosion marine Etude de l évolution du trait de côte du littoral des Bouches-du-Rhône au regard de l érosion marine Contexte de la mission Connaissance, compréhension et anticipation des phénomènes d érosion et de submersion

Plus en détail

PHASE V DE LA RESTAURATION DE L HABITAT DU POISSON DU RUISSEAU SPRUCE PRÉPARÉ POUR : FONDS DE FIDUCIE DE LA FAUNE DU NOUVEAU-BRUNSWICK

PHASE V DE LA RESTAURATION DE L HABITAT DU POISSON DU RUISSEAU SPRUCE PRÉPARÉ POUR : FONDS DE FIDUCIE DE LA FAUNE DU NOUVEAU-BRUNSWICK PHASE V DE LA RESTAURATION DE L HABITAT DU POISSON DU RUISSEAU SPRUCE PRÉPARÉ POUR : FONDS DE FIDUCIE DE LA FAUNE DU NOUVEAU-BRUNSWICK PRÉPARÉ PAR : COMITÉ DE GESTION ENVIRONNEMENTALE DE LA RIVIÈRE POKEMOUCHE

Plus en détail

ANNEXE N 1 PRESENTATION DU PROJET EN VUE DE. 1. Contexte (figures 1 et 2) L OBTENTION D UNE SUBVENTION FEDER

ANNEXE N 1 PRESENTATION DU PROJET EN VUE DE. 1. Contexte (figures 1 et 2) L OBTENTION D UNE SUBVENTION FEDER ANNEXE N 1 PRESENTATION DU PROJET EN VUE DE L OBTENTION D UNE SUBVENTION FEDER PORTEUR DU PROJET : Christophe Drénou INTITULE DU PROJET : Les conséquences du changement climatique sur les chênaies en Midi-Pyrénées.

Plus en détail

SCHEMA DE RESTAURATION ET DE GESTION DE LA BLEONE ET DE SES AFFLUENTS

SCHEMA DE RESTAURATION ET DE GESTION DE LA BLEONE ET DE SES AFFLUENTS SYNDICAT MIXTE D AMENAGEMENT DE LA BLEONE SCHEMA DE RESTAURATION ET DE GESTION DE LA BLEONE ET DE SES AFFLUENTS ETAT DES LIEUX DIAGNOSTIC : N 860070 R3 Burea u d 'étud e Gestion et Restauration des cours

Plus en détail

IGN Usages et besoins d informations géographiques sur le littoral

IGN Usages et besoins d informations géographiques sur le littoral IGN Usages et besoins d informations géographiques sur le Septembre 2007 Nadine GARRABET Guillaume FHAL Véronique VERRIER 2, rue Antoine Etex- 94020 Créteil cedex Tel : 01 45 15 11 11 - Fax : 01 45 15

Plus en détail

Bilan décennal des catastrophes naturelles en France

Bilan décennal des catastrophes naturelles en France Bilan décennal des catastrophes naturelles en France SOMMAIRE BILAN DÉCENNAL EN TERMES DE NOMBRE ET DE TYPE DE CATASTROPHES NATURELLES BILAN EN TERME DE VICTIMES.. 2 5 BILAN DÉCENNAL EN TERMES ÉCONOMIQUES

Plus en détail

Assurances de biens et de responsabilité

Assurances de biens et de responsabilité Enquête Juin 2011 Assurances de biens et de responsabilité Inondations du Var des 15 et 16 juin 2010 Bilan chiffré au 31 mai 2011 1 LES INONDATIONS DU VAR DES 15 ET 16 JUIN 2010 SYNTHESE Les conséquences

Plus en détail

De la gendarmerie, à l astrophysique.., mesurer une vitesse à partir de l effet Doppler

De la gendarmerie, à l astrophysique.., mesurer une vitesse à partir de l effet Doppler Terminale S Propriétés des ondes TP De la gendarmerie, à l astrophysique.., mesurer une vitesse à partir de l effet Doppler Objectifs : Mettre en oeuvre une démarche expérimentale pour mesurer une vitesse

Plus en détail

Routier : l accès au port est assuré par la RP 41 reliant la ville d Agadir à Laayoune via Tarfaya.

Routier : l accès au port est assuré par la RP 41 reliant la ville d Agadir à Laayoune via Tarfaya. LE PORT DE TAN TAN HISTORIQUE Le port a été construit en 1977. Son exploitation, démarrée en 1982, intervient pour favoriser le développement du Sud du Royaume, en raison des richesses halieutiques de

Plus en détail

Les Crastes. et Fossés. Les crastes, à quoi ça sert? L entretien : qui? comment? Usagers : les bonnes pratiques

Les Crastes. et Fossés. Les crastes, à quoi ça sert? L entretien : qui? comment? Usagers : les bonnes pratiques Les Crastes et Fossés Guide d entretien 2013/2014 Les crastes, à quoi ça sert? L entretien : qui? comment? Usagers : les bonnes pratiques L entretien par les services municipaux LA TESTE CENTRE CAZAUX

Plus en détail

Résumé - CHAPITRE 6 LE STOCKAGE ET SES VARIATIONS

Résumé - CHAPITRE 6 LE STOCKAGE ET SES VARIATIONS Résumé - CHAPITRE 6 LE STOCKAGE ET SES VARIATIONS Table des matières Introduction 1 Les stocks d'eau de surface 1 Les stocks d'eau souterraine 2 L'eau du sol 2 L'eau du sous-sol ou souterraine 3 Les stocks

Plus en détail

INTEGRER LA GESTION DES EAUX PLUVIALES DANS UN PROJET D URBANISATION

INTEGRER LA GESTION DES EAUX PLUVIALES DANS UN PROJET D URBANISATION INTEGRER LA GESTION DES EAUX PLUVIALES DANS UN PROJET D URBANISATION Opérations de superficie supérieure ou égale à 1 ha et opérations de superficie inférieure à 1 ha mais comprenant au moins 3 lots Dossiers

Plus en détail

Modèle bidimensionnel couplé de Rangiroa (modèle hydrodynamique et modèle spectral de vague) Cyclone tropical Orama-Nisha (1983)

Modèle bidimensionnel couplé de Rangiroa (modèle hydrodynamique et modèle spectral de vague) Cyclone tropical Orama-Nisha (1983) Modèle bidimensionnel couplé de Rangiroa (modèle hydrodynamique et modèle spectral de vague) Cyclone tropical Orama-Nisha (1983) CPS, Division géosciences et technologies appliquées Septembre 2013 Hervé

Plus en détail

Compte-rendu de l Atelier EUCC-FRANCE/ONF/BRGM des 14 et 15 octobre 2014 sur le littoral Varois

Compte-rendu de l Atelier EUCC-FRANCE/ONF/BRGM des 14 et 15 octobre 2014 sur le littoral Varois Compte-rendu de l Atelier EUCC-FRANCE/ONF/BRGM des 14 et 15 octobre 2014 sur le littoral Varois «L érosion du trait de côte rocheux et sableux sur le littoral Varois : présentation des dernières études

Plus en détail

ANNEXE 5 STATION HYDROMÉTRIQUE SUR LE DOURDUFF

ANNEXE 5 STATION HYDROMÉTRIQUE SUR LE DOURDUFF ANNEXE 5 STATION HYDROMÉTRIQUE SUR LE DOURDUFF Banque Nationale de Données pour l'hydrométrie et l'hydrologie Données extraites le 15/05/2009 CARACTERISTIQUES GENERALES D'UNE STATION Généralités Cours

Plus en détail

DISPERSION ATMOSPHERIQUE DES REJETS DU SITE SVPR à SAINTE-MARGUERITE (88)

DISPERSION ATMOSPHERIQUE DES REJETS DU SITE SVPR à SAINTE-MARGUERITE (88) DISPERSION ATMOSPHERIQUE DES REJETS DU SITE SVPR à SAINTE-MARGUERITE (88) Ce document a été réalisé en collaboration avec APAVE Alsacienne SAS 3 rue de l Euron BP 21055 Maxeville 54522 LAXOU Cedex Références

Plus en détail

Guide pratique Données scientifiques relatives au «Vol libre & Faune sauvage»

Guide pratique Données scientifiques relatives au «Vol libre & Faune sauvage» Guide pratique Données scientifiques relatives au «Vol libre & Faune sauvage» Public cible Toute personne impliquée dans un projet de mise en œuvre, que ce soit en tant que conseiller professionnel et

Plus en détail

La boucle de l Oise à Cergy. Source : Musée départemental de l éducation : «Géographie du Val d Oise».

La boucle de l Oise à Cergy. Source : Musée départemental de l éducation : «Géographie du Val d Oise». La boucle de l Oise à Cergy. Source : Musée départemental de l éducation : «Géographie du Val d Oise». 4 Intégration du Val d Oise dans la région Situé au nord-ouest de la région Ile de France, le Val

Plus en détail

La protection des infrastructures et les drainages

La protection des infrastructures et les drainages La protection des infrastructures et les drainages SOMMAIRE 1- Migration de l eau dans le sol.... 2 2- Protection contre les remontées capillaires.... 2 a) Phénomène de capillarité.... 2 b) Protection

Plus en détail

ÉNERGIES RENOUVELABLES

ÉNERGIES RENOUVELABLES ÉNERGIE HYDRAULIQUE ÉNERGIE ÉOLIENNE ÉNERGIE SOLAIRE LA BIOMASSE LA GÉOTHERMIE ÉNERGIES MARINES ÉNERGIE HYDRAULIQUE L énergie hydraulique provient de la force de l eau en mouvement, c est-à-dire l énergie

Plus en détail