LES INHIBITEURS DE KINASES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES INHIBITEURS DE KINASES"

Transcription

1 LES INHIBITEURS DE KINASES Alain SARAUX Objectifs pédagogiques Comprendre les mécanismes essentiels de l'activation cellulaire Savoir ce qu est une kinase et connaître la notion de kinome Savoir les indications potentielles des inhibiteurs de kinases (cancer, maladies autoimmunes, maladies inflammatoires) Savoir quels inhibiteurs de kinases sont en développement dans les maladies auto-immunes. Connaître les effets indésirables induits par l inhibition des kinases Connaître les mécanismes de perte d efficacité des kinases Connaître le bénéfice/risque du tofacitinib dans la polyarthrite rhumatoïde 1

2 Points forts Les voies de signalisation sont les «autoroutes» de l activation et de la régulation de nombreuses fonctions cellulaires dont la survie et la prolifération, mais aussi de nombreuses fonctions effectrices. L activation des voies de signalisation est en grande partie le fait de l activation régulée par une phosphorylation sous la dépendance de protéines kinases qui, selon l acide aminé phosphorylé, sont des tyrosine-kinases, des thréonine-kinases, etc Un inhibiteur de kinase est un traitement qui inhibe une kinase qui intervient dans d importantes voies d activation cellulaire, utilisée préférentiellement par des cellules cancéreuses et par des cellules de l immunité dans les maladies inflammatoires. Les premiers travaux les maladies auto-immunes ont porté sur l'inhibition de MAP-Kinases mais actuellement, ce sont les inhibiteurs des voies Jak (tofacitinib) et Syk (fostamatinib) qui font l objet d'évaluations cliniques, essentiellement dans la polyarthrite rhumatoïde, le psoriasis, les maladies inflammatoires du colon (MICI) et l asthme. Le tofacitinib est le premier inhibiteur de kinase administré par voie orale à avoir obtenu une autorisation de mise sur le marché (2012) dans la polyarthrite rhumatoïde aux USA et d autres pays, mais pas en Europe pour l instant. 2

3 1. Qu est-ce qu une kinase Les principales voies de signalisation La transduction d un signal transmis à une cellule par un ligand extracellulaire se fait par des voies de signalisation intracellulaire (Figures 1 et 2). Parmi ces voies, il y a principalement celles des MAP- Kinases (mitogen-associated protein kinases, dont les trois principales sont ERK1 et 2, JUN et p38 MAP kinases), de NF-kB (nuclear factor B qui comprend 5 membres RelA, RelB, RelC, p50 et p52 qui s agencent en dimères), de Syk (spleen tyrosine kinase), de JAK-STAT (que nous détaillerons ici) et des phosphatidyl inositol kinases (Figures 3 A et B). Le principe de phosphorylation-déphosphorylation L activation des protéines de signalisation impliquées dans ces voies est en grand partie le fait de l activation/désactivation régulée par une phosphorylation/déphosphorylation sous la dépendance de protéines kinases (phosphorylation) et de protéines phosphatases (déphosphorylation) (Figure 4). Les premières démonstrations de phosphorylation remontent au début du XIXème siècle. Depuis, il a été montré que la phosphorylation est un phénomène commun avec plus de sites de phosphorylation potentiel dans le protéome humain dont phosphorylations ont été décrites sur 7000 protéines. Ces résidus phosphorylés sont essentiellement des résidus de sérine, thréonine et tyrosine. Il y a 518 gènes de protéines kinases (l ensemble étant appelé «kinome») et 130 de phosphatases dans le génome humain. Ces kinases et phosphatases régulent la phosphorylation et déphosphorylation, éléments clé des processus intracellulaires (la transcription, le réarrangement du cytosquelette, le mouvement cellulaire, ou l apoptose) mais aussi de la communication intercellulaire qui n est donc pas un mécanisme sous la dépendance d un simple phénomène on-off. Le kinome (Figures 5-6) Chaque kinase est classée hiérarchiquement en famille et sous famille. Pour exemple, la figure 6 montre les kinases (à droite le kinome complet, à gauche les tyrosines kinases) ciblées par le nilotinib (inhibiteur de kinase utilisé dans la leucémie myéloïde chronique). Les protéines kinases induisent donc la signalisation à partir de l activation d un récepteur par un mécanisme de phosphorylation. Les récepteurs à activité tyrosine kinase sont les plus nombreux, dont ceux des facteurs de croissance des fibroblastes (FGF), des cellules endothéliales (VEGF), des facteurs de croissances dérivés des plaquettes (PDGF), des cellules épithéliales (EGF) par exemple. Mais il existe d autres activités dont les sérines/thréonines kinases qui phosphorylent les protéines sur 3

4 les sérines et thréonines. L implication de ces facteurs de croissance sous-tend une possibilité thérapeutique dans les pathologies néoplasiques et les maladies inflammatoires. Les protéines kinases sont donc des composants de diverses voies de signalisation et leurs fonctions essentielles en font des cibles thérapeutiques. Les champs thérapeutiques dans lesquelles des inhibiteurs de kinases sont utilisés ont été élargis pour inclure, en plus des tumeurs malignes, du fait de leur implication dans la signalisation des cellules immunitaires, les maladies auto-immunes. 2. Qu est-ce qu un inhibiteur de kinase Les inhibiteurs de kinases sont des traitements qui inhibent une kinase. Plusieurs mises au points leurs ont consacrés au cours de l année passée [1-3]. Le principe est de construire, puis produire par synthèse chimique une «petite molécule» inhibitrice qui doit bloquer un site important de cette kinase. Ainsi, les inhibiteurs de kinase qui sont des «tinib» (suffixe) dans la nomenclature vont bloquer la kinase par différents mécanismes dont le plus fréquent est de bloquer le site de fixation de l ATP qui est le substrat «carburant» apportant les résidus phosphatés nécessaires pour phosphoryler. Il est donc possible d imaginer, puis de produire des inhibiteurs de kinases dirigés contre des sites différents d une même kinase, ce qui permet de mettre à disposition plusieurs inhibiteurs de kinase qui pourraient utiliser l un ou l autre en cas d échec. Ces traitements peuvent être anticancéreux par leur mécanisme d action ciblant les cellules tumorales ou les cellules endothéliales vasculaires. On parle alors de «thérapie ciblées», c'est-à-dire des thérapies qui ont une action spécifique d action, par opposition à la chimiothérapie conventionnelle qui agit sans discrimination sur les cellules à division rapide des tissus normaux comme tumoraux. C est le cas des inhibiteurs de tyrosine kinase utilisés notamment dans la leucémie myéloïde chronique. Les inhibiteurs de kinases peuvent aussi être utilisés pour d autres pathologies, dont les maladies autoimmunes, puisque l activation des récepteurs des cellules T (TCR), des récepteurs des cellules B (BCR) et des cellules NK (natural killer) dépendent de la phosphorylation. On peut donc imaginer qu une même molécule puisse être efficace dans plusieurs pathologies différentes telles que le psoriasis, les maladies inflammatoires du colon, les spondylarthropathies ou la polyarthrite rhumatoïde. 3. Les inhibiteurs de kinases en oncologie 3.1 De l histoire du chromosome Philadelphie à l imatinib mésylale, une révolution de la médecine moderne 4

5 L imatinib mésylate La perspective de développer un inhibiteur de kinase semblait irréaliste, puisque nombreuses enzymes utilisent l'atp comme substrat. Néanmoins, bcr-abl, une protéine de fusion qui résulte d'une translocation chromosomique (chromosome Philadelphie), met bout à bout le plus souvent les chromosomes 9 et 22, créant ainsi un gène «artificiel» qui va coder pour une néo-kinase. Cette kinase est donc une cible idéale chez les patients atteints de leucémie myéloïde chronique (LMC en français, CML en anglais). En effet, les tyrosines kinases sont des enzymes clés du contrôle positif de la multiplication cellulaire. Fréquemment des mutations de proto-oncogènes en oncogènes sont dues justement à des mutations du domaine kinase rendant l'activité tyrosine kinase constitutive et non régulable du fait de son caractère artificiel «néoformé». Il a été clairement démontré que cette activité tyrosine kinase constitutive est le primum movens de la LMC. Compte tenu de ces faits, des essais d'inhibition de l'activité tyrosine kinase ont été réalisés dans le but de supprimer la prolifération des cellules "transformées". La découverte de petites molécules inhibitrices de l'activité tyrosine kinase, par interférence avec la liaison à l'atp, a amélioré les résultats obtenus in vitro comparativement à ceux obtenus avec les anticorps monoclonaux qui ont d ailleurs été abandonnés dans cette indication. L imatinib (Glivec en France, Gleevec aux USA) a été mis au point et a révolutionné le traitement de la LMC avec des effets secondaires assez fréquents, mais acceptables dans une leucémie : neutropénie, thrombopénie, anémie ; rétention hydrique et œdème; nausées, vomissements, diarrhée; myalgies, crampes musculaires ; rash. Il a été montré qu il pouvait être efficace dans d'autres tumeurs malignes, comme les tumeurs stromales ou le syndrome hyperéosinophilique. Ces molécules ont l avantage d être utilisable per os, moins couteuse à fabriquer que des anticorps monoclonaux, mais posent le problème de mécanismes de résistance (primaire ou secondaire) différents de ceux des anticorps monoclonaux. Ces mécanismes de résistance, assez fréquents et différents, sont pour l imatinib l amplification de Bcr-Abl, des mutations de séquence Bcr-Abl, une exportation de l imatinib par la P-glycoprotein export protein, une importation de l imatinib par la protéine hoct1, une fixation de imatinib dans le plasma par l α1-acid glycoprotein ou une altération de la régulation épigénétique de l expression de Bcr-Abl). Il n y a pour l instant pas de données sur ces phénomènes de résistance chez les patients atteints de maladies autoimmunes traités par inhibiteurs de kinases. Les autres inhibiteurs de kinases dans les cancers De nombreux cancers sont au moins partiellement expliqués par une altération génétique (amplification, translocation, mutation non-sens, ) qui entraine des modifications fonctionnelles (gain ou perte de fonction d un gène) favorisant leur apparition. Par exemple, une amplification (altération génétique) du 5

6 gène l epidermal growth factor (EGFR) (translocation chromosomique 7p12) entraine un gain de fonction responsable d un sur risque de gliome. Pour un cancer donné, selon les mutations identifiées, il est possible de rechercher les kinases cibles thérapeutiques. Certains cancers peuvent être dépendants d un gène de survie et de prolifération surexprimé. Dans le cas du cancer pulmonaire non à petite cellule par exemple, on observe des mutations de l epidemal growth factor (EGFR), des translocations EML-ALK, des mutations MET, etc Les traitements qui ciblent EGFR ont prouvé leur efficacité supérieure au traitement conventionnel. Le géfitinib et l erlotinib sont des inhibiteurs des mutations oncogènes de EGFR, le sunitinib de l amplification du platelet-derived growth factor receptor (PDGFR), et lapatinib de l insertion ERBB2. De très nombreuses molécules «tinib» sont en cours de développement en cancérologie. 3.2 Les nouveaux inhibiteurs de kinases mis sur le marché Des nouveaux inhibiteurs de kinases dirigés contre des cibles spécifiques sont développés selon les indications. Les inhibiteurs de kinases qui sont désormais labélisés aux USA ont pour indications essentiellement des pathologies néoplasiques [la leucémie myéloïde chronique (imatinib ou Glivec ; dasatinib ou Sprycel ), le cancer du rein (Sorafenib ou Nexavar ), le cancer du sein (lapatinib ou Tyverb ), les GIST (gastrointestinal stromal tumors) (imatinib ou Glivec et Sunitinib ou Sutent ), les cancers pulmonaires non à petite cellule (Erlotinib ou Tarceva ), mais aussi la leucémie lymphoblastique aiguë, les tumeurs neuroendocrines, les maladies myelodysplastiques/myeloproliferatives, la leucémie chronique à éosinophile, l astrocytome à cellules géantes, et le cancer du pancréas], le syndrome hyperéosinophilique, et le rejet de greffe. Le tableau I résume les différentes caractéristiques des molécules ayant reçu une autorisation de mise sur le marché aux USA en L exemple des cancers pulmonaires non à petites cellules L effet de ces produits est clairement démontré mais leur coût au regard de la survie fait souvent débat en cancérologie. Par exemple, dans l essai randomisé double aveugle erlotinib versus placebo dans le cancer non à petite cellule en seconde ou troisième ligne, sur 731 patients [4], le taux de réponse était de 8,9 pourcent sous erlotinib contre moins de 1 pourcent sous placebo (P<0,001); la survie sans progression était de 2,2 mois contre 1,8 (hazard ratio, 0,61 ; P<0,001) et la survie globale de 6,7 mois contre 4,7 (hazard ratio, 0.70; P<0,001), en faveur de l erlotinib. Seulement 5% des patients ont stoppé l erlotinib pour effet secondaire. Néanmoins, chaque progrès observé est un pas supplémentaire dans la compréhension et dans le gain de survie, avec des possibilités d associations thérapeutiques 6

7 ultérieures. De plus, ces molécules apportent un espoir «individuel» avec l espoir que la cancérologie ira vers une médecine personnalisée permettant de déterminer dans un pannel de «tinibs» quel est le traitement idéal pour chaque type de tumeur. 3.4 L exemple des lymphomes B réfractaires Récemment, des avancées importantes ont permis de mieux comprendre les proliférations lymphoïdes B malignes en étudiant les voies de signalisation, en particulier les B-cell receptor-associated kinase dont surtout la Btk (Bruton's tyrosine kinase). La Btk est donc une cible thérapeutique particulièrement bien identifiée dans les lymphomes du manteau que l'on présume, le plus souvent, induit par la "pression" d'une stimulation antigénique chronique. L'ibrutinib (PCI-32765) est un inhibiteur covalent de la Btk administré par voie orale. Dans une étude de phase 2, 111 patients avec des lymphomes du marteau en rechute ou réfractaire ont été par ibrutinib (560 mg/j) en monothérapie. Le taux de rémission complète (21%) et de rémission partielle (47%), que les patients aient été traités préalablement par bortézomib ou pas, est aussi élevé qu'avec des polychimiothérapies de rattrapage et cela, avec une tolérance (notamment hématologique) que l'on peut considérer comme bien meilleure. Dans cette étude, le taux de survie est de 58% à 18 mois. Les effets indésirables ont été ceux des inhibiteurs des kinases (cytopénie, diarrhée, fatigue, œdème, infection ) mais il faut signaler 4 patients qui ont développé un hématome sous-dural souvent favorisé par des facteurs étiologiques multiples. Ce point doit être revu pour comprendre ce risque hémorragique [5]. Dans une autre étude avec la même molécule, cet inhibiteur de kinase a été évalué (phase 1B-2) dans des leucémies lymphoïdes chroniques B et des lymphomes lymphocytiques en rechute ou réfractaire comprenant des patients avec des facteurs génétiques de mauvais pronostic. Le taux de réponse aux 2 doses testées (420 mg/j et 840 mg/j) est de l'ordre de 70% malgré la sévérité de ces hémopathies. Cette étude confirme un risque hémorragique accru mais sans surrisque d'hématome sous-dural [6]. Cet inhibiteur de Btk est donc un espoir majeur dans le traitement des hémopathies B malignes réfractaires. 4. Principe des inhibiteurs de kinases dans les maladies auto-immunes 4.1 Les kinases «cibles» Les cytokines de la réponse immunitaire sont des cibles intéressantes pour le développement de médicaments immunomodulateurs. Un groupe de cytokines (environ 60), qui se lient aux récepteurs de type I ou II dispose d'un mécanisme commun de la transduction du signal via des kinases spécifiques. La première étape dans la signalisation par les récepteurs multi-chaîne de reconnaissance du système 7

8 immunitaire, qui (comme les récepteurs des cellules T (TCR), des cellules B (BCR), des cellules NK (natural killer) et du récepteur Fc) est la phosphorylation du récepteur lui-même. Cette phosphorylation va alors entraîner «en cascade» l activation par phosphorylation de molécules adaptatives qui vont se fixer sur le récepteur pour mettre en marche la voie de signalisation qui va mener jusqu à l activation d un facteur de transcription dans le noyau de la cellule. Cette phosphorylation réversible des protéines est un mécanisme fondamental de la signalisation cellulaire. La plupart des grandes classes de récepteurs qui déclenchent l'activation des cellules immunitaires sont mises en jeu par une phosphorylation induite par une kinase. Ces kinases sont des tyrosines kinases, Syk (spleen tyrosine kinase), PTK de la famille Tec, et des sérine-thréonine kinases, telles que des MAP Kinases et protéine kinase C (PKC). 4.2 Les principes thérapeutiques Les voies de signalisation intracellulaire permettent la transduction du signal induit par la fixation d un peptide (cytokine) ou d un autre stimulus sur le récepteur membranaire (Figures 1, 2, 3). L activation du récepteur transmet un signal qui chemine dans la cellule par une succession d étapes d activation ou d inhibition. L activation se fait par des phosphorylations dépendantes de différentes kinases (K) qui peuvent interagir entre elles et l inactivation se fait par des déphosphorylations dépendantes de phosphatases (P). L ensemble de cette cascade aboutit à l activation d un facteur de transcription qui va activer ou réprimer les gènes de la cellule dans le noyau. Par exemple, le système JAK est impliqué dans la synthèse de cytokines pro-inflammatoires (IL-6, IL-1, IL-12). JAK activé active à son tour STAT qui forme un complexe JAK-STAT qui va agir comme facteur de transcription permettant la mise en action de certains gènes dans la cellule. Il existe ainsi de nombreuses molécules, variant en fonction du type de cellule et du type de récepteur activé qui expliquent que les cibles potentielles soient nombreuses. Si les premiers travaux intéressant les maladies auto-immunes ont porté sur les MAP-Kinases, ce sont actuellement vers les voies JAK-STAT et Syk qui font l objet de travaux cliniques, essentiellement dans la polyarthrite rhumatoïde (PR). 5. Les inhibiteurs de MAP-kinases (P38, ERK, JUN) 5.1 Les inhibiteurs de P38 De nombreux inhibiteurs de P38 ont été évalués avec globalement des résultats peu encourageants liés à une efficacité plus faible que celle des bio médicaments anti cytokines (notamment les anti-tnf) et 8

9 une tolérance moins bonne que le méthotrexate (MTX). p38 kinase (MAPK) a été la première cible moléculaire pour le développement d'une thérapie orale anti cytokine pro inflammatoire, sous le nom de pamapimod. Une étude a comparé le traitement par pamapimod au méthotrexate (MTX) dans la PR [7]. Des patients ont été randomisés et traités 12 semaines par MTX (7.5 mg/semaine puis augmenté jusqu à 20) ou pamapimod (trois dosages différents : 50, 150, or 300 mg) une fois par jour. A 12 semaines la réponse au pamapimod en ACR20 (c'est-à-dire une amélioration de 20% de l activité de la PR selon les critères de l American College of Rheumatology) était de 23%, 18%, et 31% dans les groupes 50, 150-, et 300-mg contre 45% sous MTX. La toxicité (infections) était supérieure dans le groupe 300 mg. Le traitement a donc été considéré moins efficace et plutôt moins bien toléré que le MTX. Une autre étude a évalué l intérêt du traitement dans la PR en échec du MTX. Les patients sous doses stables de MTX ont reçu douze semaines différentes posologies (jusqu à 300 mg par jour) ou un placebo [8]. La réponse ACR20 à 12 semaines sous pamapimod (31% à 43%) n a pas été supérieure à celle du placebo (34%). Les principaux effets secondaires ont été aussi infectieux. Une étude évaluant le SCIO-469, un autre anti p38 MAPK à des posologies de 30 à 60 mg trios fois par jour ou 100 mg une fois par jour par comparaison au placebo dans la PR (76 patients sous placebo, 75 à 30 mg, 73 à 60 mg, et 78 à 100) n a pas montré non plus de différence à 12 semaines en ACR 20 [9]. Sous 60 mg, une élévation de l alanine aminotransférase a été observée. Différents autres anti-p38 ont été développés, en essayant d envisager de bloquer différentes isoformes de P38 pour gagner en spécificité, mais pour l instant ces stratégies n ont pas permis d identifier une molécule avec un véritable avenir thérapeutique. 6. Les inhibiteurs de JAK-kinases L'importance in vivo de Jak a été démontrée par l'identification des patients avec une immunodéficience sévère combinée (SCID), caractérisé par une absence presque complète des cellules T et les cellules NK et des cellules B défectueuses. Ce déficit immunitaire sévère est lié à des mutations de Jak3 qui entraînent un déficit fonctionnel de la voie JAK(3)/STAT des cellules de l immunité. Cela suggère que bloquer (partiellement) cette kinase pourrait être un moyen efficace de bloquer l'activation des cellules immunitaires dans le traitement des maladies auto-immunes. De multiples inhibiteurs de kinases sont actuellement en essais cliniques notamment pour la polyarthrite rhumatoïde, les maladies intestinales inflammatoires, et le psoriasis. 9

10 Le système JAK-STAT est assez sophistiqué. Il y a 4 isoformes JAK (JAK 1, JAK 2, JAK 3 et TYK 2) et 7 de STAT (signal transducer and activator of transcription) dont la combinaison permet la transduction du signal de différentes cytokines (Figures 7 et 8). Il faut donc choisir le «tinib» qui va inhiber de la façon la plus pertinente possible les isoformes de la voie JAK/STAT utilisées préférentiellement par les cellules de l immunité dans les maladies autoimmunes. La PR a été la première pathologie auto-immune dans laquelle ces «tinibs» anti JAK ont été évalués, mais d autres affections (tableau II) font l objet d un développement Tofacitinib (Xeljanz ) Tofacitinib, anciennement désigné CP ou tasocitinib, a été l'un des premiers inhibiteurs de JAK utilisés. Il inhibe JAK3 et JAK1 et dans une moindre mesure, JAK2. Ainsi, en bloquant préférentiellement ces isoformes de JAK, il va empêcher directement la production de cytokines JAK dépendantes, comme l'ifn-γ, l IL-6, l'il-12 et IL-23, mais il va aussi avoir une action indirecte sur des cytokines JAK indépendantes comme le TNF car cette cytokine est produite sous l effet de l IL-6 par exemple. Après des essais précliniques, il a été testé au cours de la PR [10-19]. Cette molécule, appelée Xeljanz, a obtenu en 2012 son AMM dans la polyarthrite rhumatoïde aux USA et d autres pays (après accord de la FDA), mais n a pas obtenu en 2013 l accord de l Agence Européenne (EMA). Ainsi, cette molécule n est pour l instant pas commercialisée en France Dans la polyarthrite rhumatoïde Les études de phase 2 ont suggéré la possibilité de l utilisation du tofacitinib dans la PR active en réponse inadéquate au MTX. Il a alors a été évalué en phase III versus placebo en association au méthotrexate chez des patients en réponse inadéquate ou intolérant à au moins 1 anti-tnf (ORAL- Step), puis en échec seulement du MTX mais séropositives et/ou érosives (ORAL-Scan). Il a aussi été évalué versus adalumimab chez des patients ayant une PR en réponse inadéquate au méthotrexate (ORAL-Standard) et enfin, sans méthotrexate associé, versus placebo, dans l étude ORAL-Solo. Etudes de phase 2 Une étude a comparé trois dosages (5 à 30 mg deux fois par jour) à un placebo et montré une efficacité rapide et significative pour toutes les posologies [13]. Un essai avec des posologies plus faible a alors été mené. Après 12 semaines de tofacitinib par voie orale en double insu contre placebo 6 mois à 1, 3, 5, 10, 15 mg 2 x/j, 20 mg/j ou placebo, 507 PR actives en réponse inadéquate au MTX seul à dose 10

11 stable ont eu un taux de réponse ACR 20 favorable (52,9% pour 3 mg deux fois par jour, 50,7% pour 5 mg deux fois par jour, 58,1% pour 10 mg deux fois par jour, 56% pour 15mg deux fois par jour et 53,8% pour 20 mg par jour contre 33,3% sous placebo). La tolérance a été acceptable jusqu à à S24 hormis quelques infections sévères et plus de 10% de cas diarrhée, infection respiratoire haute, et céphalées [11, 14]. Les études de phase 3 * Une première étude de phase III (ORAL-Step) a été menée en double insu, randomisée versus placebo sur 24 semaines chez 399 patients en réponse inadéquate ou intolérant à au moins 1 anti- TNF avec une dose stable de MTX (7,5-25 mg/semaine) [10] (Figure 9). Il a été montré une amélioration significative des critères ACR et du HAQ significative par rapport au placebo. Le taux de rémission DAS à 3 mois était meilleur sous traitement (5 mg : 6,7 % (p < 0,05) et 10 mg : 8,8 % (p < 0,05)) que sous placebo (1,7 %). L évaluation de la tolérance n a pas mis en évidence de survenue d infection opportuniste, mais des modifications biologiques (neutropénie, LDL et HDL augmentés) et un décès par embolie pulmonaire chez une patiente en surpoids, sous tofacitinib et traitement hormonal. * Une deuxième étude de phase III (ORAL-Scan) en double insu, randomisée versus placebo sur 2 ans a évalué 797 PR actives (malgré le MTX), avec des facteurs rhumatoïdes ou des anticorps anti peptides citrullinés (84%) ou au moins 3 érosions [17]. L âge moyen des patients était 53 ans et l ancienneté moyenne de 9 ans. Les patients ont été traités par tofacitinib 5 mg x 2/j ou 10 mg x 2/j versus placebo (puis 5 mg x 2/j ou 10 mg x 2/j à M3 ou M6 si non-réponse, c est-à-dire moins de 20 % de réduction du compte articulaire. Ils ont été évalués radiologiquement à l inclusion puis à 6 et 12 mois, par le score de Sharp modifié. Les résultats cliniques confirment les études antérieures et un effet structural a été observé, les 2 groupes de traitement étant supérieurs au placebo en terme de non-progresseurs au douzième mois (score total et score d érosion) (Figure 10). La pertinence clinique en a cependant été discutée. * L étude ORAL-Standard a aussi comparé le tofacitinib à l adalumimab chez des patients ayant une PR en réponse inadéquate au méthotrexate, maintenu à doses stables durant l essai [18] (Figure 11). 717 PR actives malgré le MTX ont été inclues. Il y a eu plus de réponses ACR 20 à S24 sous tofacitinib (51,5% et 52,6 % sous 5 et 10 mg deux fois par jour) et sous adalimumab (47,2%%) que sous placebo (28,3%%). Il y a eu un plus grand nombre d effets indésirables dans 11

12 les groupes tofacitinib et deux tuberculoses ont été observées dans le groupe 10mg deux fois par jour. * L étude Oral-Solo évaluant le Tofacitinib seul (non associé au méthotrextae) versus placebo a évalué 611 patients ayant une PR active selon un ratio 4:4:1:1, de 5 mg de tofacitinib 2 fois par jour, 10 mg de tofacitinib 2 fois par jour, ou placebo 3 mois puis 5 mg 2 fois par jour ou placebo 3 mois suivi de 10 mg de tofacitinib 2 fois par jour [12]. A 3 mois, un plus grand pourcentage de patients sous tofacitinib que sous placebo atteignent un ACR 20 (59.8% sous 5-mg de tofacitinib et 65.7% sous 10-mg de tofacitinib vs. 26.7% sous placebo, P<0.001). Il y a eu plus d infections sévères dans les groupes tofacitinib que sous placebo. * L étude Oral-Start [19] a comparé le tofacitinib au méthotrexate dans la PR. 956 patients ont reçu 5 mg ou 10 mg de tofacitinib deux fois par jour ou du méthotrexate (jusqu à 20 mg), l objectif principal étant double : l évolution radiographique (sur le score de Sharp) et l amélioration clinique (ACR 70). L évolution radiographique a été moindre sous tofacitinib (0.2 points sous 5-mg de tofacitinib, <0.1 point sous 10-mg de tofacitinib versus 0.8 points sous méthotrexate P<0.001) et l amélioration en ACR 70 a été plus forte sous tofacitinib (25 et 37 % sous et 5 et 10mg) que sous méthotrexate (12%, p<0.001). Il y a eu plus de zona sous tofacitinib (4%) que sous méthotrexate (1,1%), 5 cancer sous tofacitinib contre 1 sous méthotrexate, plus d élévation de la créatinine et plus d hypercholesterolémie sous tofacitinib que sous méthotrexate). Au total, dans les essais de phase II, le tofacitinib en monothérapie a entrainé une amélioration de l ACR 20 chez 50 à 70% des patients à des posologies de 5 à 30 mg deux fois par jour. Ces résultats ont été confirmés dans des essais de phase III à des doses de 5 et 10 mg deux fois par jour, y compris dans un groupe de maladies très actives. En outre, il a été démontré qu il a un effet structural par rapport au placebo chez les patients atteints de polyarthrite rhumatoïde active malgré le méthotrexate. Les principaux effets indésirables de tofacitinib sont l'incidence accrue des infections (très peu d infections opportunistes cependant) et l'augmentation du HDL. Les effets secondaires de toutes les études regroupées restent cependant apparemment tolérables [15] et proches de ceux des autres biothérapies (tableau III). Compte tenu du rapport bénéfice/risque discutable, il a été recommandé par la FDA (USA) de limiter pour l instant les prescriptions et de prendre en compte le potentiel risque de cancer, dont celui de 12

13 lymphomes, et d infection. L EMA (Europe), malgré un réexamen du dossier d enregistrement en 2013, n a pas donné l accord pour la mise sur le marché Dans les autres indications Dans la rectocolite hémorragique, une étude de phase 2 a montré chez 194 adultes traités par en double aveugle 8 semaines une rémission plus fréquente sous tofacitinib 3 mg (P=0.01), 10 mg (P<0.001), ou 15 mg (P<0.001) deux fois par jour que sous placebo [16]. Dans le psoriasis, des résultats encourageant ont aussi été publiés en phase 2 et d autres indications comme le rejet de greffe sont en cours d évaluation [20] Les autres inhibiteurs de JAK-Kinase Le VX-509 (anti-jak3) VX-509 est un autre inhibiteur conçus pour inhiber sélectivement Jak3. Une étude de phase IIa vient d'être achevée et, comme tofacitinib, l'utilisation du VX-509 a été associée à une augmentation dosedépendante de la réponse clinique dans la PR. GLPG0634 (anti Jak1) Les résultats d'un essai de phase II d'un inhibiteur de GLPG0634 sélectif de Jak1 ont également été publiés : il semble efficace et ne provoque pas d évènements inattendus. Le ruxolitinib (anti-jak1 et 2) Comme le ciblage de gènes soit Jak1 et Jak2 chez la souris embryonnaire était mortelle, il était craint que leur inhibition conjuguée soit létale. Cependant, la découverte de la responsabilité de mutations de JAK2 dans la polyglobulie de Vaquez et la myélofibrose a fait envisager la mise au point du ruxolitinib, qui bloque JAK1 et JAK2. Dans une étude de phase II, les patients recevant ruxolitinib pour une myélofibrose ont eu une amélioration clinique significative avec une bonne tolérance, y compris en l absence de mutations de JAK2, suggérant que le médicament pourrait avoir une incidence sur d'autres kinases que JAK2. Ce médicament vient d obtenir l autorisation de mise sur le marché aux USA pour le traitement de la myélofibrose. L INCB (anti-jak 1-2) 13

14 Un autre inhibiteur sélectif de JAK1 et JAK2, INCB028050, a montré une efficacité dose-dépendante dans la PR active réfractaire aux traitements de fond et produits biologiques, les effets secondaires les plus fréquents étant les céphalées, les infections respiratoires supérieures et de la diarrhée. D autres inhibiteurs de JAK sont également en développement pour des indications oncologiques et auto-immunes. L'efficacité et de la toxicité de ces différents inhibiteurs de JAK sera importante à suivre à long terme dans ces études. 7. Les autres inhibiteurs de kinases 7.1. Les anti-syk Quelques autres inhibiteurs de kinases sont en voie de développement dans les maladies autoimmunes (tableau IV). Le plus avancé est le fostamatinib dans la PR. Il a pour cible principale syk mais aussi FLT3, KIT et LK. Il a pu montrer son efficacité dans un essai de phase II [21]. L objectif était d évaluer l efficacité et tolérance de 2 posologies (100 mg deux fois par jour et 150 mg une fois par jour chez 152 patients chacun) versus placebo (153 patients) à 6 mois chez des PR actives (DAS28 = 6,1) malgré un traitement par MTX. Les patients étaient âgés de 52 ans en moyenne et leur PR évoluait en moyenne depuis 9 ans. Il a été observé des hypertensions artérielles, des neutropénies, une élévation des transaminases et des troubles digestifs sous traitement. Le pourcentage de répondeurs ACR a été plus élevé dans les groupes fostamatinib que dans le groupe placebo. La réponse a été encore meilleure chez les patients naïfs de biothérapie antérieure (ce qui est habituel pour toute nouvelle biothérapie évaluée) (Figure 12). Ceci peut expliquer qu une l étude ultérieure n ait pas pu atteindre son objectif principal sur des PR en échec de traitement par biologique [22]. En effet, un essai randomisé sur 219 patients ayant une PR en échec de traitement biologique, comparant le fostamatinib (100 mg deux fois par jour) au placebo, a montré un taux de réponse ACR 20 de 38% dans le groupe verum contre 37% dans le groupe placebo à 3 mois, et pas de différence non plus en terme de réponse ACR 50 et 70. Les seules différences, en critères secondaires, portaient sur la réponse inflammatoire (CRP) et le score IRM. 7.2 Les autres pistes Les pistes d avenir sont aussi nombreuses qu il existe de kinases à inhiber avec quelques cibles particulièrement intéressantes comme Btk. Un des problèmes néanmoins est le manque de sélectivité 14

15 de certaines molécules qui sont abandonnées en cours de développement de ce fait, le risque d interaction sur certaines fonctions non ciblées étant le problème majeur de ces traitements. Ainsi, en 2013, 3115 études portant sur les inhibiteurs de kinases sont répertoriées sur clinicaltrial.gov, site qui permet de connaitre tous les travaux en cours. En dehors du traitement du cancer et des maladies auto-immunes, les inhibiteurs de kinases pourraient avoir un avenir dans de nombreux domaines, dont la polykystose rénale ou la douleur neuropathique. Conclusions Au total, un inhibiteur de kinase est un traitement qui inhibe une kinase intervenant dans une voie d activation cellulaire utilisée préférentiellement par les cellules responsables de la maladie à traiter (cancer, maladies auto-immunes ou inflammatoires). De nombreuses molécules sont déjà sur le marché en cancérologie et d autres sont en développement. Hors de la cancérologie, ce sont actuellement vers les voies Jak (tofacitinib ou tasocitinib qui est un anti JAK kinase) et Syk (fostamatinib) qui font l objet de travaux cliniques, essentiellement dans la polyarthrite rhumatoïde, le psoriasis, les MICI et l asthme. Parmi leurs avantages indiscutables on retient la prise orale, le coût de production a priori plus faible que celui des biothérapies injectables et leur caractère moins immunogène. La toxicité dans la polyarthrite rhumatoïde (risque infectieux, risque de néoplasie) parait similaire à celle des traitements biologiques, mais une meilleure connaissance de ces risques après une exposition prolongée est nécessaire. 15

16 Tableau I : Principales kinases aujourd hui utilisées en thérapeutique Nom chimique Nom commercial Numéro Année de labellisation Cible Maladie Fasudil HA ROCK Vasospasme cérébral Sirolimus Rapamune Rapamycin 2000 mtor Prévention de rejet de greffe Imatinib Gleevec STI Nilotinib Tasigna AMN Dasatinib Sprycel BMS Abl, Arg, PDGFR, ckit Abl, Arg, ckit, PDGFR, others Abl, Arg, ckit, PDGFR, Src and others CML, GIST, ALL, MDS/MPD, ASM, HES, CEL CML résistant ou intolérant à imatinib Gefitinib Iressa ZD EGFR NSCLC Erlotinib Tarceva OSI EGFR NSCLC, PC Lapatinib Tykerb GW Sorafenib Nexavar BAY Sunitinib Sutent SU EGFR (ErbB-1, ErbB-2) B-Raf, VEGFR, PDGFR, FLT3, ckit VEGFR, PDGFR, FLT3, ckit CML Cancer du sein (Her2- positive) RCC RCC, GIST, NET Temsirolimus Torisel CCI mtor RCC Everolimus Afinitor RAD mtor Pazopanib Votrient GW Vandetanib Zactima ZD VEGFR, PDGFR, ckit Ret, VEGFR, EGFR RCC, NET pancréatique, SEGA, prophylaxie du rejet de greffe RCC Cancer thyroïdien Crizotinib PF ALK, cmet, Ros NSCLC (ALK positive) Ibrutinib Ibrutinib PCI En cours Btk Lymphome B Abréviations: EGFR, Epithelial growth factor; VEGFR, vascular endothelial growth factor; ALK, anaplastic lymphoma kinase; cmet, Mesenchymal epithelial transition protooncogene ; CML, Leucémie myeloïde chronique; RCC, Cancer du rein; GIST, gastrointestinal stromal tumors; NSCLC, cancer pulmonaire non à petite cellule; ALL, leucémie lymphoblastique aigue; NET, tumeur neuroendocrine ; MDS/MPD, maladie myelodysplastique/myeloproliferative; ASM, ; HES, syndrome hypereosinophilique; CEL, leucémie chronique à éosinophile; SEGA, astrocytome à cellules géantes; PC, cancer du pancréas; Btk : Bruton tyrosine kinase 16

17 Tableau II- Les anti JAK dans l auto-immunité Molécule Cible Indication Phase Tofacitinib JAK1-2-3 PR-Psoriasis-MICI III-II-II VX-509 JAK3 PT II R-348 JAK1-2 PR I Ruxolitinib JAK1-2-3 Psoriasis II INCB JAK1-2 PR II GLPC-0634 JAK1-2 PR II AC-430 JAK2 PR I Tableau III- Tolérance du tofacitinib (2013) Phase III Tofacitinib, toutes doses (n=3 030) Phase III versus placebo (n=681) Phase III versus Adalimumab (n=204) Extensions Tofacitinib (n=3 227) Décès Décès pour 100 patientsannées ( ) ( ) ( ) ( ) Infections sévères (n) Incidence des infections sévères/100 patientsannées ( ) ( ) ( ) ( ) Tableau IV- Autres inhibiteurs de kinases dans l auto-immunité Molécule Cible Indication Phase Lestaurtinib FLT3/TrKa/JAK2 Psoriasis II Fostamatinib Syk/FLT3/KIT/LCK PR III Sotrastaurin PKC Psoriasis, MICI I FLT3, ms-related tyrosine kinase receptor type 1; PKC, Protéine kinase C 18

18 Références 1. Kontzias A, Laurence A, Gadina M, O'Shea JJ. Kinase inhibitors in the treatment of immune-mediated disease. F1000 Med Rep 2012; 4: Schwartz PA, Murray BW. Protein kinase biochemistry and drug discovery. Bioorg Chem 2011; 39: Yazici Y, Regens AL. Promising new treatments for rheumatoid arthritis - the kinase inhibitors. Bull NYU Hosp Jt Dis 2011; 69: Shepherd FA, Rodrigues Pereira J, Ciuleanu T, Tan EH, Hirsh V, Thongprasert S et al. Erlotinib in previously treated non-small-cell lung cancer. N Engl J Med 2005; 353: Wang ML, Rule S, Martin P, Goy A, Auer R, Kahl BS et al. Targeting BTK with ibrutinib in relapsed or refractory mantle-cell lymphoma. N Engl J Med 2013; 369: Byrd JC, Furman RR, Coutre SE, Flinn IW, Burger JA, Blum KA et al. Targeting BTK with ibrutinib in relapsed chronic lymphocytic leukemia. N Engl J Med 2013; 369: Cohen SB, Cheng TT, Chindalore V, Damjanov N, Burgos-Vargas R, Delora P et al. Evaluation of the efficacy and safety of pamapimod, a p38 MAP kinase inhibitor, in a double-blind, methotrexate-controlled study of patients with active rheumatoid arthritis. Arthritis Rheum 2009; 60: Alten RE, Zerbini C, Jeka S, Irazoque F, Khatib F, Emery P et al. Efficacy and safety of pamapimod in patients with active rheumatoid arthritis receiving stable methotrexate therapy. Ann Rheum Dis 2010; 69: Genovese MC, Cohen SB, Wofsy D, Weinblatt ME, Firestein GS, Brahn E et al. A 24-week, randomized, double-blind, placebo-controlled, parallel group study of the efficacy of oral SCIO-469, a p38 mitogenactivated protein kinase inhibitor, in patients with active rheumatoid arthritis. J Rheumatol 2011; 38: Burmester GR, Blanco R, Charles-Schoeman C, Wollenhaupt J, Zerbini C, Benda B et al. Tofacitinib (CP- 690,550) in combination with methotrexate in patients with active rheumatoid arthritis with an inadequate response to tumour necrosis factor inhibitors: a randomised phase 3 trial. Lancet 2013; 381: Fleischmann R, Cutolo M, Genovese MC, Lee EB, Kanik KS, Sadis S et al. Phase IIb dose-ranging study of the oral JAK inhibitor tofacitinib (CP-690,550) or adalimumab monotherapy versus placebo in patients with active rheumatoid arthritis with an inadequate response to disease-modifying antirheumatic drugs. Arthritis Rheum 2012; 64: Fleischmann R, Kremer J, Cush J, Schulze-Koops H, Connell CA, Bradley JD et al. Placebo-controlled trial of tofacitinib monotherapy in rheumatoid arthritis. N Engl J Med 2012; 367: Kremer JM, Bloom BJ, Breedveld FC, Coombs JH, Fletcher MP, Gruben D et al. The safety and efficacy of a JAK inhibitor in patients with active rheumatoid arthritis: Results of a double-blind, placebo-controlled phase IIa trial of three dosage levels of CP-690,550 versus placebo. Arthritis Rheum 2009; 60: Kremer JM, Cohen S, Wilkinson BE, Connell CA, French JL, Gomez-Reino J et al. A phase IIb doseranging study of the oral JAK inhibitor tofacitinib (CP-690,550) versus placebo in combination with background methotrexate in patients with active rheumatoid arthritis and an inadequate response to methotrexate alone. Arthritis Rheum 2012; 64:

19 15. Salgado E, Maneiro JR, Carmona L, Gomez-Reino JJ. Safety profile of protein kinase inhibitors in rheumatoid arthritis: systematic review and meta-analysis. Ann Rheum Dis Sandborn WJ, Ghosh S, Panes J, Vranic I, Su C, Rousell S et al. Tofacitinib, an oral Janus kinase inhibitor, in active ulcerative colitis. N Engl J Med 2012; 367: van der Heijde D, Tanaka Y, Fleischmann R, Keystone E, Kremer J, Zerbini C et al. Tofacitinib (CP- 690,550) in patients with rheumatoid arthritis receiving methotrexate: twelve-month data from a twentyfour-month phase III randomized radiographic study. Arthritis Rheum 2013; 65: van Vollenhoven RF, Fleischmann R, Cohen S, Lee EB, Garcia Meijide JA, Wagner S et al. Tofacitinib or adalimumab versus placebo in rheumatoid arthritis. N Engl J Med 2012; 367: Lee EB, Fleischmann R, Hall S, Wilkinson B, Bradley JD, Gruben D et al. Tofacitinib versus methotrexate in rheumatoid arthritis. N Engl J Med 2014; 370: Mamolo C, Harness J, Tan H, Menter A. Tofacitinib (CP-690,550), an oral Janus kinase inhibitor, improves patient-reported outcomes in a phase 2b, randomized, double-blind, placebo-controlled study in patients with moderate-to-severe psoriasis. J Eur Acad Dermatol Venereol Weinblatt ME, Kavanaugh A, Genovese MC, Musser TK, Grossbard EB, Magilavy DB. An oral spleen tyrosine kinase (Syk) inhibitor for rheumatoid arthritis. N Engl J Med 2010; 363: Genovese MC, Kavanaugh A, Weinblatt ME, Peterfy C, DiCarlo J, White ML et al. An oral Syk kinase inhibitor in the treatment of rheumatoid arthritis: a three-month randomized, placebo-controlled, phase II study in patients with active rheumatoid arthritis that did not respond to biologic agents. Arthritis Rheum 2011; 63:

20 Figure 1 : Transduction d un signal transmis à une cellule par un ligand extracellulaire Facteurs d'environnement Cytokines Hormones Facteurs de croissance 1) Réception Récepteurs P P Kinases Seconds messagers Kinases P ATP 2) Transduction Activation cellulaire Kinases P ATP Facteur de transcription P ATP 3) Réponse Modification de l'expression des gènes Différents ligands, endogènes comme les cytokines ou exogènes comme des agents microbiens, peuvent activer le récepteur qui transmet un signal à la cellule via des "seconds messagers". Ces voies de signalisation (transduction) activent des facteurs de transcription capables de d'agir sur les gènes dans le noyau. L'activation/désactivation de la cascade de transduction intracellulaire se fait par des phénomènes de phosphorylation (par des kinases) et de déphosphorylation (par des phosphatases). Les protéines kinases sont une large famille d'enzymes qui catalysent la fixation covalente d'un groupe phosphate à une protéine (récepteurs ou seconds messagers) de façon réversible. Le groupe phosphate est capté à partir d'une molécule d'atp qui sert donc de carburant "énergétique" à la cellule.

Les cytokines et leurs récepteurs. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.frli

Les cytokines et leurs récepteurs. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.frli Les cytokines et leurs récepteurs Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.frli l i@ i 1 Les cytokines et leurs récepteurs 2 mécanismes principaux d interactions cellulaires : - contact membranaire

Plus en détail

Angiogénèse et cancers gynécologique

Angiogénèse et cancers gynécologique Angiogénèse et cancers gynécologique Dr Thibault de La Motte Rouge Compréhension de la biologie tumorale : les années 2000 Perte de l apoptose Auto-suffisance en signal de croissance Insensibilité aux

Plus en détail

CANCÉROLOGIE. Cours n 3 :

CANCÉROLOGIE. Cours n 3 : UE2 : Cancérologie Pr Lehmann-Che et Pouessel Mercredi 26 septembre 10h30-12h30 Ronéotypeuse : Aurore Valentin Ronéolectrice : Marion Whiston CANCÉROLOGIE Cours n 3 : De la biologie moléculaire des cancers

Plus en détail

ALK et cancers broncho-pulmonaires. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse

ALK et cancers broncho-pulmonaires. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse ALK et cancers broncho-pulmonaires Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse Toulouse, le 19 Février 2013 Adénocarcinomes : Lung Cancer Mutation Consortium Identification

Plus en détail

Cibles et mécanismes d action des traitements par cytokines et anti-cytokines

Cibles et mécanismes d action des traitements par cytokines et anti-cytokines Cibles et mécanismes d action des traitements par cytokines et anti-cytokines Jean Daniel Lelièvre, Yves Lévy, Pierre Miossec I-Introduction... 2 II-Les interférons... 2 II-1.L interféron... 3 II-1-a.

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 mai 2007 SUTENT 12,5 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 265-0) SUTENT 25 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 266-7) SUTENT 50 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 267-3)

Plus en détail

Les tests de génétique moléculaire pour l accès aux thérapies ciblées en France en 2011

Les tests de génétique moléculaire pour l accès aux thérapies ciblées en France en 2011 Mesure 21 SOINS ET VIE DES MALADES Les tests de génétique moléculaire pour l accès aux thérapies ciblées en France en 2011 COLLECTION Rapports & synthèses POUR UN ACCÈS AUX THÉRAPIES CIBLÉES : - LES PLATEFORMES

Plus en détail

Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments. Avis 2 23 Octobre 2012

Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments. Avis 2 23 Octobre 2012 Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments Avis 2 23 Octobre 2012 Titre I : Nom du médicament, DCI, forme pharmaceutique, dosage, présentation HUMIRA (DCI : Adalimumab

Plus en détail

Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus

Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus : implication des voies de signalisation intracellulaire du processus de RVD. Audrey Fouchs Confrontées

Plus en détail

THERANOSTIC. Pr. C. BOHUON Conférence CORATA Namur 08 juin 2011

THERANOSTIC. Pr. C. BOHUON Conférence CORATA Namur 08 juin 2011 THERANOSTIC Pr. C. BOHUON Conférence CORATA Namur 08 juin 2011 THERANOSTIC Therapy + Diagnostic Nouveau mot reliant le choix d un médicament à la détection d une anomalie génétique (mutation ). Ex.: Cancers

Plus en détail

Cancer du rein métastatique Nouvelles approches thérapeutiques. Sophie Abadie-Lacourtoisie 20 mai 2006

Cancer du rein métastatique Nouvelles approches thérapeutiques. Sophie Abadie-Lacourtoisie 20 mai 2006 Cancer du rein métastatique Nouvelles approches thérapeutiques Sophie Abadie-Lacourtoisie 20 mai 2006 Cancer du rein à cellules claires métastatique (CRM) Plus de 30 % des CR deviendront métastatiques

Plus en détail

Atelier : Détection de la mort cellulaire par apoptose en réponse à un agent anti-tumoral.

Atelier : Détection de la mort cellulaire par apoptose en réponse à un agent anti-tumoral. - La cytométrie en flux est une méthode d analyse de cellules en suspension, véhiculées à grande vitesse jusqu à une chambre d analyse traversée par des faisceaux lasers. L interaction des cellules avec

Plus en détail

Immunité adaptative : activation et polarisation des lymphocytes T.

Immunité adaptative : activation et polarisation des lymphocytes T. Immunité adaptative : activation et polarisation des lymphocytes T. Marcelo de Carvalho, Olivier Adotévi, Valérie Frenkel, Gilles Thibault, Richard Le Naour I-Introduction... 2 II-Activation des lymphocytes

Plus en détail

II.5. l inflammation protumorale

II.5. l inflammation protumorale II.5. l inflammation protumorale L une de ses missions est de favoriser la reconstruction des tissus lésés. Les macrophages sécrètent des : enzymes MMP Facteurs de croissance EGF Cet aspect de l inflammation

Plus en détail

Les thérapies ciblées du cancer. Dictionnaire anglais-français autorisé. Calculatrice autorisée.

Les thérapies ciblées du cancer. Dictionnaire anglais-français autorisé. Calculatrice autorisée. Les thérapies ciblées du cancer Dictionnaire anglais-français autorisé. Calculatrice autorisée. Une thérapie ciblée est un traitement qui agit par un mécanisme spécifique sur des altérations biologiques

Plus en détail

ACTUALITES THERAPEUTIQUES. Dr Sophie PITTION (CHU Nancy) Metz, le 2 Juin 2012

ACTUALITES THERAPEUTIQUES. Dr Sophie PITTION (CHU Nancy) Metz, le 2 Juin 2012 ACTUALITES THERAPEUTIQUES Dr Sophie PITTION (CHU Nancy) Metz, le 2 Juin 2012 Traitement de fond Objectifs: Réduire le nombre de poussées Arrêter ou freiner la progression du handicap Les traitements disponibles

Plus en détail

Nouvelle option thérapeutique pour les enfants présentant cette forme rare et sévère d arthrite

Nouvelle option thérapeutique pour les enfants présentant cette forme rare et sévère d arthrite Communiqué de presse Bâle, 18 avril 2011 La FDA homologue Actemra dans le traitement de l arthrite juvénile idiopathique systémique (AJIS) Nouvelle option thérapeutique pour les enfants présentant cette

Plus en détail

Transgene : revue du portefeuille de produits, de l activité et des perspectives stratégiques

Transgene : revue du portefeuille de produits, de l activité et des perspectives stratégiques Transgene : revue du portefeuille de produits, de l activité et des perspectives stratégiques Parc d Innovation d Illkirch, France, le 22 mars 2010 Transgene S.A. (Euronext Paris: FR0005175080) présente

Plus en détail

Les tests de génétique moléculaire pour l accès aux thérapies ciblées en France en 2010

Les tests de génétique moléculaire pour l accès aux thérapies ciblées en France en 2010 Mesure 21 SOINS ET VIE DES MALADES Les tests de génétique moléculaire pour l accès aux thérapies ciblées en France en 2010 COLLECTION Rapports & synthèses POUR UN ACCÈS AUX THÉRAPIES CIBLÉES : - LES PLATEFORMES

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Pr. Alessandra Bura-Rivière, Service de Médecine Vasculaire Hôpital Rangueil, 1 avenue Jean Poulhès, 31059 Toulouse cedex 9 INTRODUCTION Depuis plus de cinquante ans, les héparines

Plus en détail

Cas clinique 2. Florence JOLY, Caen François IBORRA, Montpellier

Cas clinique 2. Florence JOLY, Caen François IBORRA, Montpellier Cas clinique 2 Florence JOLY, Caen François IBORRA, Montpellier Cas clinique Patient de 60 ans, ATCD: HTA, IDM en 2007, hypercholestérolémie Juin 2008: Toux, dyspnée (sous 02) et anorexie progressive Bilan

Plus en détail

Rapport sur les nouveaux médicaments brevetés Iressa

Rapport sur les nouveaux médicaments brevetés Iressa Rapport sur les nouveaux médicaments brevetés Iressa Au titre de son initiative de transparence, le CEPMB publie les résultats des examens des prix des nouveaux médicaments brevetés effectués par les membres

Plus en détail

Des doses de pazopanib allant jusqu à 2000 mg ont été évaluées dans les études cliniques sans toxicité dose limitante.

Des doses de pazopanib allant jusqu à 2000 mg ont été évaluées dans les études cliniques sans toxicité dose limitante. 4.9 Surdosage Des doses de pazopanib allant jusqu à 2000 mg ont été évaluées dans les études cliniques sans toxicité dose limitante. Il n existe pas d antidote spécifique à un surdosage par pazopanib,

Plus en détail

ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER

ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER Dr Michael Hummelsberger, Pr Jean-Gabriel Fuzibet, Service de Médecine Interne, Hôpital l Archet, CHU Nice 1. ANEMIE L étiologie de l anémie

Plus en détail

LEUCEMIE MYELOÏDE CHRONIQUE (LMC)

LEUCEMIE MYELOÏDE CHRONIQUE (LMC) LEUCEMIE MYELOÏDE CHRONIQUE (LMC) La leucémie myéloïde chronique (LMC) est une hémopathie maligne appartenant au groupe des syndromes myéloprolifératifs. Elle est caractérisée par la présence d un marqueur

Plus en détail

Dr Pascale Vergne-Salle Service de Rhumatologie, CHU de Limoges. Membre enseignant chercheur EA 4021

Dr Pascale Vergne-Salle Service de Rhumatologie, CHU de Limoges. Membre enseignant chercheur EA 4021 Dr Pascale Vergne-Salle Service de Rhumatologie, CHU de Limoges Membre enseignant chercheur EA 4021 Rhumatisme inflammatoire chronique Prévalence des SA ies en Europe = 1 à 2% Age moy : 26 ans, ratio homme/femme:

Plus en détail

Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste. Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil

Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste. Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil Le Diagnostic Objectif de la démarche diagnostique Diagnostic de SPONDYLARTHROPATHIE

Plus en détail

Transgene accorde une option de licence exclusive pour le développement et la commercialisation de son produit d immunothérapie TG4010

Transgene accorde une option de licence exclusive pour le développement et la commercialisation de son produit d immunothérapie TG4010 Parc d Innovation d Illkirch, France, le 10 mars 2010 Transgene accorde une option de licence exclusive pour le développement et la commercialisation de son produit d immunothérapie TG4010 Transgene (Euronext

Plus en détail

Le rôle de l endocytose dans les processus pathologiques

Le rôle de l endocytose dans les processus pathologiques UE7 Cours n 9 C. LAMAZE 24.11.11 Elise GODEAU (partie1) Guillaume MERGENTHALER (partie2) Le rôle de l endocytose dans les processus pathologiques SOMMAIRE : I. L endocytose à récepteurs : la voie des clathrines

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 18 novembre 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 18 novembre 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 18 novembre 2009 LEDERTREXATE 5 mg, solution injectable B/1 ampoule de 2 ml (Code CIP : 315 012-5) LEDERTREXATE 25 mg, solution injectable B/1 ampoule de 1 ml (Code CIP

Plus en détail

Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste. Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon

Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste. Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon Marqueur prédictif - Définition Un marqueur prédictif est un marqueur qui prédit le bénéfice

Plus en détail

Hiver 2013. Paysages changeants, produits en voie de commercialisation et conséquences pour les promoteurs de régimes

Hiver 2013. Paysages changeants, produits en voie de commercialisation et conséquences pour les promoteurs de régimes Hiver 2013 Paysages changeants, produits en voie de commercialisation et conséquences pour les promoteurs de régimes Paysages changeants, produits en voie de commercialisation et conséquences pour les

Plus en détail

Thérapies ciblées: Prise en charge en soins de support

Thérapies ciblées: Prise en charge en soins de support Thérapies ciblées: Prise en charge en soins de support Dr Stéphanie Träger - CH SENLIS Coordination Soins de Support en Oncologie Principaux effets secondaires Digestifs: Nausées / Vomissements, diarrhées,

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 10 octobre 2001 VIRAFERONPEG 50 µg 80 µg 100 µg 120 µg 150 µg, poudre et solvant pour solution injectable B/1 B/4 Laboratoires SCHERING PLOUGH Peginterféron

Plus en détail

Traitement de l hépatite C: données récentes

Traitement de l hépatite C: données récentes Traitement de l hépatite C: données récentes J.-P. BRONOWICKI (Vandœuvre-lès-Nancy) Tirés à part : Jean-Pierre Bronowicki Service d Hépatogastroentérologie, CHU de Nancy, 54500 Vandœuvre-lès-Nancy. Le

Plus en détail

Les plateformes de génétique

Les plateformes de génétique Thérapies ciblées : de l anatomopathologie th l à la biothérapie i Les plateformes de génétique moléculaire PO Schischmanoff UF Génétique moléculaire et oncogénétique CHU Avicenne ACP FHF 29 mars 2012

Plus en détail

SANTÉ CANADA POUR LE TRAITEMENT DES PATIENTS ATTEINTS DE MYÉLOFIBROSE

SANTÉ CANADA POUR LE TRAITEMENT DES PATIENTS ATTEINTS DE MYÉLOFIBROSE POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Pr JAKAVI MD, LE PREMIER MÉDICAMENT À RECEVOIR UNE AUTORISATION DE COMMERCIALISATION DE SANTÉ CANADA POUR LE TRAITEMENT DES PATIENTS ATTEINTS DE MYÉLOFIBROSE La myélofibrose est

Plus en détail

ARTHROSE, ARTHRITE. Dans l arthrose la primum movens est le cartilage et dans l arthrite c est la synoviale.

ARTHROSE, ARTHRITE. Dans l arthrose la primum movens est le cartilage et dans l arthrite c est la synoviale. Fixe : TOR ARTHROSE, ARTHRITE I/- Généralités : Rhumatisme : maladie articulaire d étiologie multiple = - Dégénérative - Inflammatoire - Infectieuse - Métabolique Parfois limitée aux structures tendineuses

Plus en détail

TYNDALL. 13 rue Dubrunfaut 75012 PARIS Tél. : 01 74 05 74 23 >SIREN N 451 386 544 APE N 00014. Bulletin d Informations. et d échanges N 24 MARS 2009

TYNDALL. 13 rue Dubrunfaut 75012 PARIS Tél. : 01 74 05 74 23 >SIREN N 451 386 544 APE N 00014. Bulletin d Informations. et d échanges N 24 MARS 2009 TYNDALL Bulletin d Informations 13 rue Dubrunfaut 75012 PARIS Tél. : 01 74 05 74 23 >SIREN N 451 386 544 APE N 00014 Site internet : www.inflamoeil.org SOMMAIRE 1. L éditorial de la Présidente 2. Des immunosuppresseurs

Plus en détail

Introduction générale

Introduction générale Introduction générale Touchant près de 600 nouvelles personnes chaque année en France, la leucémie myéloïde chronique est une maladie affectant les cellules du sang et de la moelle osseuse (située au cœur

Plus en détail

Les grandes voies de transmission du signal en cancérologie : où en sommes-nous?

Les grandes voies de transmission du signal en cancérologie : où en sommes-nous? Les grandes voies de transmission du signal en cancérologie : où en sommes-nous? Dynamique des réseaux de signalisation et réponse aux thérapies ciblées Pascal GAUDUCHON Unité "Biologie et Thérapies Innovantes

Plus en détail

Leucémie. Causes, Facteurs de risques

Leucémie. Causes, Facteurs de risques Leucémie La leucémie ou cancer du sang ou leucose aiguë des organes hématopoïétiques(sang, rate, ganglions, moelle osseuse) est un type de cancer qui entraîne la fabrication par l organisme d un trop grand

Plus en détail

Société Algérienne de Dermatologie Pédiatrique 12èmes Journées Nationales Alger, 3-4 mars 2011. Symposium PFIZER

Société Algérienne de Dermatologie Pédiatrique 12èmes Journées Nationales Alger, 3-4 mars 2011. Symposium PFIZER Société Algérienne de Dermatologie Pédiatrique 12èmes Journées Nationales Alger, 3-4 mars 2011 Symposium PFIZER Psoriasis de l enfant et traitement biologique B. Bouadjar, Alger Traitement du psoriasis

Plus en détail

L adhérence cellulaire

L adhérence cellulaire UE2 : Biologie cellulaire Migration cellulaire, domiciliation et cancer Chapitre 2 : L adhérence cellulaire Pierre CAVAILLES Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

Les facteurs de croissance lignée blanche Polynucléaires neutrophiles Grastims

Les facteurs de croissance lignée blanche Polynucléaires neutrophiles Grastims Les facteurs de croissance lignée blanche Polynucléaires neutrophiles Grastims 12 2014 HEMATOPOIESE Progéniteurs puis précurseurs Stimulation par facteur : activation spécifique de leur récepteur Moelle

Plus en détail

L EMEA accepte d évaluer la demande d autorisation de mise sur le marché de la LENALIDOMIDE

L EMEA accepte d évaluer la demande d autorisation de mise sur le marché de la LENALIDOMIDE L EMEA accepte d évaluer la demande d autorisation de mise sur le marché de la LENALIDOMIDE NEUCHATEL, Suisse, 7 avril/prnewswire/ -- - LA LENALIDOMIDE est évaluée par l EMEA comme thérapie orale pour

Plus en détail

PRINCIPALES ETAPES DE L'HEMATOPOIESE MEDULLAIRE (lignées, maturation, voies de domiciliation tissulaire) Partie II

PRINCIPALES ETAPES DE L'HEMATOPOIESE MEDULLAIRE (lignées, maturation, voies de domiciliation tissulaire) Partie II Le 23/09/13 SOGHOMONIAN Astrid, L2 Tissu sanguin et système immunitaire Pr Baccini 22 pages PRINCIPALES ETAPES DE L'HEMATOPOIESE MEDULLAIRE (lignées, maturation, voies de domiciliation tissulaire) Partie

Plus en détail

Anormalies moléculaires et ciblage thérapeutique des cancers broncho-pulmonaires non à petites cellules

Anormalies moléculaires et ciblage thérapeutique des cancers broncho-pulmonaires non à petites cellules J Fran Viet Pneu 2015; 17(6): 1-53 2015 JFVP. All rights reserved. www.afvp.info CrossRef: http://doi.dox:10.12699 JOURNAL FRANCO-VIETNAMIEN DE PNEUMOLOGIE Journal of French-Vietnamese Association of Pulmonology

Plus en détail

QUELLES SONT LES OPTIONS DU TRAITEMENT DE LA LMC?

QUELLES SONT LES OPTIONS DU TRAITEMENT DE LA LMC? QUELLES SONT LES OPTIONS DU TRAITEMENT DE LA LMC? On vous a diagnostiqué une leucémie myéloïde chronique (LMC) et il se peut que vous ayez déjà débuté un traitement. Le traitement de la LMC dépend largement

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mai 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mai 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 mai 2006 METOJECT 10 mg/ml, solution injectable en seringue pré-remplie 1 seringue pré-remplie en verre de 0,75 ml avec aiguille : 371 754-3 1 seringue pré- remplie

Plus en détail

Innovations thérapeutiques en transplantation

Innovations thérapeutiques en transplantation Innovations thérapeutiques en transplantation 3èmes Assises de transplantation pulmonaire de la région Est Le 16 octobre 2010 Dr Armelle Schuller CHU Strasbourg Etat des lieux en transplantation : 2010

Plus en détail

PARCOURS : BIOLOGIE, GENETIQUE, IMMUNOLOGIE, MICROBIOLOGIE ENSEIGNEMENT (SEMESTRE 1)

PARCOURS : BIOLOGIE, GENETIQUE, IMMUNOLOGIE, MICROBIOLOGIE ENSEIGNEMENT (SEMESTRE 1) PARCOURS : BIOLOGIE, GENETIQUE, IMMUNOLOGIE, MICROBIOLOGIE ENSEIGNEMENT (SEMESTRE 1) Apport de la Biologie Cellulaire et Moléculaire aux innovations médicales (bases et prérequis de biologie cellulaire

Plus en détail

la lettre sur la cancérologie a e L es N 7 Juillet 2013 Un regard différent

la lettre sur la cancérologie a e L es N 7 Juillet 2013 Un regard différent ONCO n e w s CA H P P sur la cancérologie c s iblé e i p a e r é Tu m eu qu id es L es s th la lettre i l rs solides et Un regard différent N 7 Juillet 2013 Editorial Bonjour, La CAHPP s est volontairement

Plus en détail

LA REPONSE ALLOGENIQUE. C. René -2011

LA REPONSE ALLOGENIQUE. C. René -2011 LA REPONSE ALLOGENIQUE C. René -2011 Les Lois de la transplantation Rôle des lymphocytes T Transfert de l immunité par les cellules T Infiltrat de cellules mononuclées disposé en manchons péri-vasculaire:

Plus en détail

DES médicaments issus des biotechnologies aux médicaments biosimilaires :

DES médicaments issus des biotechnologies aux médicaments biosimilaires : R a p p o r t d e x p e r t i s e DES médicaments issus des biotechnologies aux médicaments biosimilaires : état des lieux j u i l l e t 2 0 11 Un médicament biologique est une substance produite à partir

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 4 novembre 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 4 novembre 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 4 novembre 2009 IRESSA 250 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 (CIP 395 950-7) ASTRAZENECA géfitinib Liste I Médicament soumis à prescription hospitalière. Prescription

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

COUSIN Fabien KERGOURLAY Gilles. 19 octobre 2007. de l hôte par les. Master 2 MFA Responsable : UE Incidence des paramètres environnementaux

COUSIN Fabien KERGOURLAY Gilles. 19 octobre 2007. de l hôte par les. Master 2 MFA Responsable : UE Incidence des paramètres environnementaux COUSIN Fabien KERGOURLAY Gilles 19 octobre 2007 Inhibition des défenses de l hôte par les bactéries pathogènes Master 2 MFA Responsable : UE Incidence des paramètres environnementaux Gwennola ERMEL I Détection

Plus en détail

Nouveaux antiangiogéniques : état de la recherche

Nouveaux antiangiogéniques : état de la recherche Cancéro dig. Vol. 2 N 3-2010 - 199-204 199 10.4267/2042/34592 DOSSIER THÉMATIQUE : ANTIANGIOGÉNIQUES ET CANCER COLORECTAL MÉTASTATIQUE Nouveaux antiangiogéniques : état de la recherche Update on novel

Plus en détail

Programme AcSé. Accès Sécurisé aux Innovations Thérapeutiques Deux études pilotes : AcSé - crizotinib et AcSé - vémurafenib

Programme AcSé. Accès Sécurisé aux Innovations Thérapeutiques Deux études pilotes : AcSé - crizotinib et AcSé - vémurafenib Programme AcSé Accès Sécurisé aux Innovations Thérapeutiques Deux études pilotes : AcSé - crizotinib et AcSé - vémurafenib G. Vassal, J.Y. Blay, C. Cailliot, N. Hoog-Labouret, F. Denjean, M. Jimenez, A.L.

Plus en détail

La sclérose en plaques

La sclérose en plaques Hôpital de la Salpêtrière, La sclérose en plaques Catherine Lubetzki Sclérose en plaques 80 000 cas en France Seconde cause de handicap de l adulte jeune 50% des patients ont un handicap permanent à 15

Plus en détail

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer Information importante pour les personnes atteintes d un cancer du poumon non à petites cellules de stade avancé Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic

Plus en détail

Fiche Produit Profils Médicalisés PHMEV

Fiche Produit Profils Médicalisés PHMEV Guide méthodologique développé par l équipe de projets ci-dessous : Fiche Produit Profils Médicalisés PHMEV EQUIPE PROJET Chef de projet : Maryline CHARRA, Pharmacien Conseil Responsable de la mission

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

Utilisation des Facteurs de Croissance Hématopoïètiquestiques en Oncologie

Utilisation des Facteurs de Croissance Hématopoïètiquestiques en Oncologie Utilisation des Facteurs de Croissance Hématopoïètiquestiques en Oncologie Médicale R.Sai, K.Bouzid Service d Oncologie d Médicale, M E.H.S Centre P & M Curie, Alger introduction Chimiothérapie anti-canc

Plus en détail

Communiqué. Abbott présente à Santé Canada une demande d homologation d HUMIRA pour le traitement du psoriasis POUR PUBLICATION IMMÉDIATE

Communiqué. Abbott présente à Santé Canada une demande d homologation d HUMIRA pour le traitement du psoriasis POUR PUBLICATION IMMÉDIATE POUR PUBLICATION IMMÉDIATE Communiqué Abbott présente à Santé Canada une demande d homologation d HUMIRA pour le traitement du psoriasis Media: Sylvie Légaré (514) 832-7268 Abbott Gabrielle Collu 514)

Plus en détail

INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive. Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper

INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive. Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper Pourquoi proposer un TTT adjuvant? Probabilité de survie à 10 ans en fonction

Plus en détail

TOXIC SHOCK SYNDROME DESC REANIMATION MEDICALE

TOXIC SHOCK SYNDROME DESC REANIMATION MEDICALE TOXIC SHOCK SYNDROME DESC REANIMATION MEDICALE TOXIC SHOCK SYNDROME Généralités Syndrome du à une sécrétion d exotoxine Staphylocoques, Streptocoque groupe A Manifestations cliniques non liées au lieu

Plus en détail

Fiche : CARACTERISATION CYTOGENETIQUE ET MOLECULAIRE DES LEUCEMIES PROLYMPHOCYTAIRES B. Coordonnateurs : F Nguyen Khac, E Chapiro

Fiche : CARACTERISATION CYTOGENETIQUE ET MOLECULAIRE DES LEUCEMIES PROLYMPHOCYTAIRES B. Coordonnateurs : F Nguyen Khac, E Chapiro 1 Fiche : CARACTERISATION CYTOGENETIQUE ET MOLECULAIRE DES LEUCEMIES PROLYMPHOCYTAIRES B Coordonnateurs : F Nguyen Khac, E Chapiro CONTEXTE La leucémie prolymphocytaire B (LPL B) est une pathologie rare,

Plus en détail

Les lipides. Thérapeutique?

Les lipides. Thérapeutique? Thérapeutique? Exercice physique +++ Metformine: pas de risque d hypoglycémie, attention si insuffisance rénale, Sulfonylurées: risque d hypoglycémie, débuter à faible dose Les lipides réserves 97 % =

Plus en détail

ACTUALITES SUR LES URTICAIRES Fréderic Augey, Audrey Nosbaum, Frédéric Bérard, Jean-François Nicolas. Université Lyon1, Inserm U 851, CH Lyon-Sud

ACTUALITES SUR LES URTICAIRES Fréderic Augey, Audrey Nosbaum, Frédéric Bérard, Jean-François Nicolas. Université Lyon1, Inserm U 851, CH Lyon-Sud ACTUALITES SUR LES URTICAIRES Fréderic Augey, Audrey Nosbaum, Frédéric Bérard, Jean-François Nicolas Université Lyon1, Inserm U 851, CH Lyon-Sud URTICAIRE CHRONIQUE Actualités et controverses www.allergolyon.org

Plus en détail

Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie

Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie Pathologies inflammatoires et connectivites Pathologies dégénératives Exclusion du métabolisme phosphocalcique et des marqueurs du remodelage osseux

Plus en détail

Enjeux de la biologie haut débit en oncologie

Enjeux de la biologie haut débit en oncologie Enjeux de la biologie haut débit en oncologie Pascal BARBRY, CNRS, Sophia Antipolis o Les technologies haut-débit ont enrichi considérablement nos approches quantitatives en biologie. o Des applications

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 2 avril 2014 DERMOVAL, gel flacon de 20 ml (CIP : 34009 326 130 4 5) DERMOVAL 0,05 POUR CENT, crème tube de 10 g (CIP : 34009 320 432 9 3) Laboratoire GLAXOSMITHKLINE

Plus en détail

SOCIETE MEDICALE DES HOPITAUX DE PARIS Association reconnue d utilité publique - FMC n 11752573775

SOCIETE MEDICALE DES HOPITAUX DE PARIS Association reconnue d utilité publique - FMC n 11752573775 SOCIETE MEDICALE DES HOPITAUX DE PARIS Association reconnue d utilité publique - FMC n 11752573775 Hôpital Hôtel Dieu - Service de Médecine Interne 1, place du Parvis Notre-Dame - 75181 PARIS Cedex 4 59

Plus en détail

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2014 SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE Série S Durée de l'épreuve : 3h30 Coefficient : 6 ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE L'usage de la calculatrice n'est pas autorisé Dès que le sujet

Plus en détail

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Dominique GENDREL Necker-Enfants Malades Traiter en urgence en présence de trophozoïtes Plus de 80% des paludismes d importation en

Plus en détail

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques IMMUNOLOGIE La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T Informations scientifiques L infection par le VIH entraîne des réactions immunitaires de l organisme qui se traduisent par la production

Plus en détail

Avis 29 mai 2013. XYZALL 5 mg, comprimé B/14 (CIP : 34009 358 502 4-9) B/28 (CIP : 34009 358 505 3-9) Laboratoire UCB PHARMA SA.

Avis 29 mai 2013. XYZALL 5 mg, comprimé B/14 (CIP : 34009 358 502 4-9) B/28 (CIP : 34009 358 505 3-9) Laboratoire UCB PHARMA SA. COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 29 mai 2013 XYZALL 5 mg, comprimé B/14 (CIP : 34009 358 502 4-9) B/28 (CIP : 34009 358 505 3-9) Laboratoire UCB PHARMA SA DCI Code ATC (2012) Motif de l examen Liste

Plus en détail

Dr Ottaviani Service de Rhumatologie Hôpital Bichat Staff du 23 Mai 2014

Dr Ottaviani Service de Rhumatologie Hôpital Bichat Staff du 23 Mai 2014 Obésité et rhumatismes inflammatoires Dr Ottaviani Service de Rhumatologie Hôpital Bichat Staff du 23 Mai 2014 Obésité 1 Obesity Trends* Among U.S. Adults BRFSS, 1985 (*BMI 30, or ~ 30 lbs overweight for

Plus en détail

Biomarqueurs en Cancérologie

Biomarqueurs en Cancérologie Biomarqueurs en Cancérologie Définition, détermination, usage Biomarqueurs et Cancer: définition Anomalie(s) quantitative(s) ou qualitative(s) Indicative(s) ou caractéristique(s) d un cancer ou de certaines

Plus en détail

La nutrigénomique: l avenir en nutrition animale

La nutrigénomique: l avenir en nutrition animale La nutrigénomique: l avenir en nutrition animale Yves Tarte, dmv Vétérinaire chargé du développement vétérinaire Hill s Pet Nutrition Canada Inc A.T.S.A.Q. Février 2009 La nutrigénomique Science toute

Plus en détail

OUI. Principes du traitement. Faut-il traiter l acné? Acné rétentionnelle. Hyperséborrhée isolée

OUI. Principes du traitement. Faut-il traiter l acné? Acné rétentionnelle. Hyperséborrhée isolée Stratégie thérapeutique dans l acné de l adolescent Liens d intérêt 30 janvier 2014 Pr Ludovic Martin Service de Dermatologie Invitation à des congrès: Galderma Participation à des essais cliniques: 0

Plus en détail

Que représentent les Spondyloarthrites Axiales Non Radiographiques? Pascal Claudepierre CHU Mondor - Créteil

Que représentent les Spondyloarthrites Axiales Non Radiographiques? Pascal Claudepierre CHU Mondor - Créteil Que représentent les Spondyloarthrites Axiales Non Radiographiques? Pascal Claudepierre CHU Mondor - Créteil Liens d intérêt Intérêts financiers : aucun Liens durables ou permanents : aucun Interventions

Plus en détail

Médicaments du futur : Tendances et enjeux. Nicolas PY, Debiopharm International forumofac.14 26/09/2014

Médicaments du futur : Tendances et enjeux. Nicolas PY, Debiopharm International forumofac.14 26/09/2014 Médicaments du futur : Tendances et enjeux Nicolas PY, Debiopharm International forumofac.14 26/09/2014 Quelques mots sur Debiopharm Groupe fondé en 1979 Siège à Lausanne 350 collaborateurs Financièrement

Plus en détail

Cordarone et Thyroïde par François Boustani

Cordarone et Thyroïde par François Boustani Physiologie de la thyroïde : l hormonosynthèse thyroïdienne se fait à partir de l iode essentiellement d origine digestive et de la thyroglobuline qui est une protéine synthétisée par la thyroïde à partir

Plus en détail

82 collaborateurs 52 millions

82 collaborateurs 52 millions Édito Chiffre d affaires à fin Septembre 2007 Assemblée générale du 26 juin 2007 Réponses aux questions des actionnaires * Actualité R&D et produits I 2 : la science d Innate * Innate Pharma et ses actionnaires

Plus en détail

Item 116 : Maladies autoimmunes

Item 116 : Maladies autoimmunes Item 116 : Maladies autoimmunes COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Définition du concept d'auto-immunité...3

Plus en détail

Prise de position sur les biosimilaires. Résumé

Prise de position sur les biosimilaires. Résumé Prise de position sur les biosimilaires Résumé Les médicaments biotechnologiques, appelés également biomédicaments, occupent une place importante dans le traitement de maladies comme le cancer, la polyarthrite

Plus en détail

Montréal, 24 mars 2015. David Levine Président et chef de la direction DL Strategic Consulting. DL Consulting Strategies in Healthcare

Montréal, 24 mars 2015. David Levine Président et chef de la direction DL Strategic Consulting. DL Consulting Strategies in Healthcare Montréal, 24 mars 2015 David Levine Président et chef de la direction DL Strategic Consulting 1 RSSPQ, 2013 2 MÉDECINE INDIVIDUALISÉE Médecine personnalisée Médecine de précision Biomarqueurs Génomique

Plus en détail

Prescription des IPP en Gériatrie. Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent

Prescription des IPP en Gériatrie. Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent Prescription des IPP en Gériatrie Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent Inhibiteurs de la pompe à protons Mécanisme d action : Inhibition de H+/K+ ATPase diminution

Plus en détail

Table Ronde N 7 : Evaluation au remboursement des anticancéreux : méthodologie, relation entre quantité d effet et besoin thérapeutique

Table Ronde N 7 : Evaluation au remboursement des anticancéreux : méthodologie, relation entre quantité d effet et besoin thérapeutique Table Ronde N 7 : Evaluation au remboursement des anticancéreux : méthodologie, relation entre quantité d effet et besoin thérapeutique 1 Qu entend on par évaluation au remboursement? L évaluation est

Plus en détail

Thérapies ciblées des cancers :

Thérapies ciblées des cancers : Thérapies ciblées des cancers : Pr. Gilles VASSAL Directeur de la Recherche Clinique et Translationnelle Institut Gustave Roussy, Villejuif Thérapies ciblées du cancer: Conséquences pour le biologiste

Plus en détail

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique Jean-Marie BOHER, PhD, Institut Paoli-Calmettes, Marseille Novembre 2011 Typologie

Plus en détail

Anticorps, vaccins, immunothérapies allergéniques tout savoir sur les progrès de l immunothérapie en 20 questions

Anticorps, vaccins, immunothérapies allergéniques tout savoir sur les progrès de l immunothérapie en 20 questions Anticorps, vaccins, immunothérapies allergéniques tout savoir sur les progrès de l immunothérapie en 20 questions De quoi se compose le système immunitaire? Chaque jour, des substances étrangères, appelées

Plus en détail

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICE 1 PAGE 406 : EXPERIENCES A INTERPRETER Question : rôles respectifs du thymus et de la moelle osseuse dans la production des lymphocytes.

Plus en détail

HVC CHRONIQUE MOYENS THERAPEUTIQUES ET BILAN PRE-THERAPEUTIQUE CHAKIB MARRAKCHI. http://www.infectiologie.org.tn

HVC CHRONIQUE MOYENS THERAPEUTIQUES ET BILAN PRE-THERAPEUTIQUE CHAKIB MARRAKCHI. http://www.infectiologie.org.tn HVC CHRONIQUE MOYENS THERAPEUTIQUES ET BILAN PRE-THERAPEUTIQUE CHAKIB MARRAKCHI LES MOYENS THERAPEUTIQUES Les interférons La ribavirine Les nouveaux produits INTERFERONS 1957: activité antivirale Interférence

Plus en détail

Indication (selon la monographie du médicament) : Traitement de l'adénocarcinome rénal métastatique

Indication (selon la monographie du médicament) : Traitement de l'adénocarcinome rénal métastatique Rapport sur les nouveaux médicaments brevetés Torisel Par souci de transparence, le CEPMB publie les résultats des examens des prix des nouveaux produits médicamenteux brevetés effectués par les membres

Plus en détail

La maladie de Still de l adulte

La maladie de Still de l adulte La maladie de Still de l adulte Syndrome de Wissler-Fanconi La maladie Le diagnostic Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus Madame, Monsieur Cette fiche est destinée

Plus en détail

Essais précoces non comparatifs : principes et calcul du nombre de sujets nécessaire

Essais précoces non comparatifs : principes et calcul du nombre de sujets nécessaire Essais précoces non comparatifs : principes et calcul du nombre de sujets nécessaire Sylvie CHABAUD Direction de la Recherche Clinique et de l Innovation : Centre Léon Bérard - Lyon Unité de Biostatistique

Plus en détail