LES INHIBITEURS DE KINASES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES INHIBITEURS DE KINASES"

Transcription

1 LES INHIBITEURS DE KINASES Alain SARAUX Objectifs pédagogiques Comprendre les mécanismes essentiels de l'activation cellulaire Savoir ce qu est une kinase et connaître la notion de kinome Savoir les indications potentielles des inhibiteurs de kinases (cancer, maladies autoimmunes, maladies inflammatoires) Savoir quels inhibiteurs de kinases sont en développement dans les maladies auto-immunes. Connaître les effets indésirables induits par l inhibition des kinases Connaître les mécanismes de perte d efficacité des kinases Connaître le bénéfice/risque du tofacitinib dans la polyarthrite rhumatoïde 1

2 Points forts Les voies de signalisation sont les «autoroutes» de l activation et de la régulation de nombreuses fonctions cellulaires dont la survie et la prolifération, mais aussi de nombreuses fonctions effectrices. L activation des voies de signalisation est en grande partie le fait de l activation régulée par une phosphorylation sous la dépendance de protéines kinases qui, selon l acide aminé phosphorylé, sont des tyrosine-kinases, des thréonine-kinases, etc Un inhibiteur de kinase est un traitement qui inhibe une kinase qui intervient dans d importantes voies d activation cellulaire, utilisée préférentiellement par des cellules cancéreuses et par des cellules de l immunité dans les maladies inflammatoires. Les premiers travaux les maladies auto-immunes ont porté sur l'inhibition de MAP-Kinases mais actuellement, ce sont les inhibiteurs des voies Jak (tofacitinib) et Syk (fostamatinib) qui font l objet d'évaluations cliniques, essentiellement dans la polyarthrite rhumatoïde, le psoriasis, les maladies inflammatoires du colon (MICI) et l asthme. Le tofacitinib est le premier inhibiteur de kinase administré par voie orale à avoir obtenu une autorisation de mise sur le marché (2012) dans la polyarthrite rhumatoïde aux USA et d autres pays, mais pas en Europe pour l instant. 2

3 1. Qu est-ce qu une kinase Les principales voies de signalisation La transduction d un signal transmis à une cellule par un ligand extracellulaire se fait par des voies de signalisation intracellulaire (Figures 1 et 2). Parmi ces voies, il y a principalement celles des MAP- Kinases (mitogen-associated protein kinases, dont les trois principales sont ERK1 et 2, JUN et p38 MAP kinases), de NF-kB (nuclear factor B qui comprend 5 membres RelA, RelB, RelC, p50 et p52 qui s agencent en dimères), de Syk (spleen tyrosine kinase), de JAK-STAT (que nous détaillerons ici) et des phosphatidyl inositol kinases (Figures 3 A et B). Le principe de phosphorylation-déphosphorylation L activation des protéines de signalisation impliquées dans ces voies est en grand partie le fait de l activation/désactivation régulée par une phosphorylation/déphosphorylation sous la dépendance de protéines kinases (phosphorylation) et de protéines phosphatases (déphosphorylation) (Figure 4). Les premières démonstrations de phosphorylation remontent au début du XIXème siècle. Depuis, il a été montré que la phosphorylation est un phénomène commun avec plus de sites de phosphorylation potentiel dans le protéome humain dont phosphorylations ont été décrites sur 7000 protéines. Ces résidus phosphorylés sont essentiellement des résidus de sérine, thréonine et tyrosine. Il y a 518 gènes de protéines kinases (l ensemble étant appelé «kinome») et 130 de phosphatases dans le génome humain. Ces kinases et phosphatases régulent la phosphorylation et déphosphorylation, éléments clé des processus intracellulaires (la transcription, le réarrangement du cytosquelette, le mouvement cellulaire, ou l apoptose) mais aussi de la communication intercellulaire qui n est donc pas un mécanisme sous la dépendance d un simple phénomène on-off. Le kinome (Figures 5-6) Chaque kinase est classée hiérarchiquement en famille et sous famille. Pour exemple, la figure 6 montre les kinases (à droite le kinome complet, à gauche les tyrosines kinases) ciblées par le nilotinib (inhibiteur de kinase utilisé dans la leucémie myéloïde chronique). Les protéines kinases induisent donc la signalisation à partir de l activation d un récepteur par un mécanisme de phosphorylation. Les récepteurs à activité tyrosine kinase sont les plus nombreux, dont ceux des facteurs de croissance des fibroblastes (FGF), des cellules endothéliales (VEGF), des facteurs de croissances dérivés des plaquettes (PDGF), des cellules épithéliales (EGF) par exemple. Mais il existe d autres activités dont les sérines/thréonines kinases qui phosphorylent les protéines sur 3

4 les sérines et thréonines. L implication de ces facteurs de croissance sous-tend une possibilité thérapeutique dans les pathologies néoplasiques et les maladies inflammatoires. Les protéines kinases sont donc des composants de diverses voies de signalisation et leurs fonctions essentielles en font des cibles thérapeutiques. Les champs thérapeutiques dans lesquelles des inhibiteurs de kinases sont utilisés ont été élargis pour inclure, en plus des tumeurs malignes, du fait de leur implication dans la signalisation des cellules immunitaires, les maladies auto-immunes. 2. Qu est-ce qu un inhibiteur de kinase Les inhibiteurs de kinases sont des traitements qui inhibent une kinase. Plusieurs mises au points leurs ont consacrés au cours de l année passée [1-3]. Le principe est de construire, puis produire par synthèse chimique une «petite molécule» inhibitrice qui doit bloquer un site important de cette kinase. Ainsi, les inhibiteurs de kinase qui sont des «tinib» (suffixe) dans la nomenclature vont bloquer la kinase par différents mécanismes dont le plus fréquent est de bloquer le site de fixation de l ATP qui est le substrat «carburant» apportant les résidus phosphatés nécessaires pour phosphoryler. Il est donc possible d imaginer, puis de produire des inhibiteurs de kinases dirigés contre des sites différents d une même kinase, ce qui permet de mettre à disposition plusieurs inhibiteurs de kinase qui pourraient utiliser l un ou l autre en cas d échec. Ces traitements peuvent être anticancéreux par leur mécanisme d action ciblant les cellules tumorales ou les cellules endothéliales vasculaires. On parle alors de «thérapie ciblées», c'est-à-dire des thérapies qui ont une action spécifique d action, par opposition à la chimiothérapie conventionnelle qui agit sans discrimination sur les cellules à division rapide des tissus normaux comme tumoraux. C est le cas des inhibiteurs de tyrosine kinase utilisés notamment dans la leucémie myéloïde chronique. Les inhibiteurs de kinases peuvent aussi être utilisés pour d autres pathologies, dont les maladies autoimmunes, puisque l activation des récepteurs des cellules T (TCR), des récepteurs des cellules B (BCR) et des cellules NK (natural killer) dépendent de la phosphorylation. On peut donc imaginer qu une même molécule puisse être efficace dans plusieurs pathologies différentes telles que le psoriasis, les maladies inflammatoires du colon, les spondylarthropathies ou la polyarthrite rhumatoïde. 3. Les inhibiteurs de kinases en oncologie 3.1 De l histoire du chromosome Philadelphie à l imatinib mésylale, une révolution de la médecine moderne 4

5 L imatinib mésylate La perspective de développer un inhibiteur de kinase semblait irréaliste, puisque nombreuses enzymes utilisent l'atp comme substrat. Néanmoins, bcr-abl, une protéine de fusion qui résulte d'une translocation chromosomique (chromosome Philadelphie), met bout à bout le plus souvent les chromosomes 9 et 22, créant ainsi un gène «artificiel» qui va coder pour une néo-kinase. Cette kinase est donc une cible idéale chez les patients atteints de leucémie myéloïde chronique (LMC en français, CML en anglais). En effet, les tyrosines kinases sont des enzymes clés du contrôle positif de la multiplication cellulaire. Fréquemment des mutations de proto-oncogènes en oncogènes sont dues justement à des mutations du domaine kinase rendant l'activité tyrosine kinase constitutive et non régulable du fait de son caractère artificiel «néoformé». Il a été clairement démontré que cette activité tyrosine kinase constitutive est le primum movens de la LMC. Compte tenu de ces faits, des essais d'inhibition de l'activité tyrosine kinase ont été réalisés dans le but de supprimer la prolifération des cellules "transformées". La découverte de petites molécules inhibitrices de l'activité tyrosine kinase, par interférence avec la liaison à l'atp, a amélioré les résultats obtenus in vitro comparativement à ceux obtenus avec les anticorps monoclonaux qui ont d ailleurs été abandonnés dans cette indication. L imatinib (Glivec en France, Gleevec aux USA) a été mis au point et a révolutionné le traitement de la LMC avec des effets secondaires assez fréquents, mais acceptables dans une leucémie : neutropénie, thrombopénie, anémie ; rétention hydrique et œdème; nausées, vomissements, diarrhée; myalgies, crampes musculaires ; rash. Il a été montré qu il pouvait être efficace dans d'autres tumeurs malignes, comme les tumeurs stromales ou le syndrome hyperéosinophilique. Ces molécules ont l avantage d être utilisable per os, moins couteuse à fabriquer que des anticorps monoclonaux, mais posent le problème de mécanismes de résistance (primaire ou secondaire) différents de ceux des anticorps monoclonaux. Ces mécanismes de résistance, assez fréquents et différents, sont pour l imatinib l amplification de Bcr-Abl, des mutations de séquence Bcr-Abl, une exportation de l imatinib par la P-glycoprotein export protein, une importation de l imatinib par la protéine hoct1, une fixation de imatinib dans le plasma par l α1-acid glycoprotein ou une altération de la régulation épigénétique de l expression de Bcr-Abl). Il n y a pour l instant pas de données sur ces phénomènes de résistance chez les patients atteints de maladies autoimmunes traités par inhibiteurs de kinases. Les autres inhibiteurs de kinases dans les cancers De nombreux cancers sont au moins partiellement expliqués par une altération génétique (amplification, translocation, mutation non-sens, ) qui entraine des modifications fonctionnelles (gain ou perte de fonction d un gène) favorisant leur apparition. Par exemple, une amplification (altération génétique) du 5

6 gène l epidermal growth factor (EGFR) (translocation chromosomique 7p12) entraine un gain de fonction responsable d un sur risque de gliome. Pour un cancer donné, selon les mutations identifiées, il est possible de rechercher les kinases cibles thérapeutiques. Certains cancers peuvent être dépendants d un gène de survie et de prolifération surexprimé. Dans le cas du cancer pulmonaire non à petite cellule par exemple, on observe des mutations de l epidemal growth factor (EGFR), des translocations EML-ALK, des mutations MET, etc Les traitements qui ciblent EGFR ont prouvé leur efficacité supérieure au traitement conventionnel. Le géfitinib et l erlotinib sont des inhibiteurs des mutations oncogènes de EGFR, le sunitinib de l amplification du platelet-derived growth factor receptor (PDGFR), et lapatinib de l insertion ERBB2. De très nombreuses molécules «tinib» sont en cours de développement en cancérologie. 3.2 Les nouveaux inhibiteurs de kinases mis sur le marché Des nouveaux inhibiteurs de kinases dirigés contre des cibles spécifiques sont développés selon les indications. Les inhibiteurs de kinases qui sont désormais labélisés aux USA ont pour indications essentiellement des pathologies néoplasiques [la leucémie myéloïde chronique (imatinib ou Glivec ; dasatinib ou Sprycel ), le cancer du rein (Sorafenib ou Nexavar ), le cancer du sein (lapatinib ou Tyverb ), les GIST (gastrointestinal stromal tumors) (imatinib ou Glivec et Sunitinib ou Sutent ), les cancers pulmonaires non à petite cellule (Erlotinib ou Tarceva ), mais aussi la leucémie lymphoblastique aiguë, les tumeurs neuroendocrines, les maladies myelodysplastiques/myeloproliferatives, la leucémie chronique à éosinophile, l astrocytome à cellules géantes, et le cancer du pancréas], le syndrome hyperéosinophilique, et le rejet de greffe. Le tableau I résume les différentes caractéristiques des molécules ayant reçu une autorisation de mise sur le marché aux USA en L exemple des cancers pulmonaires non à petites cellules L effet de ces produits est clairement démontré mais leur coût au regard de la survie fait souvent débat en cancérologie. Par exemple, dans l essai randomisé double aveugle erlotinib versus placebo dans le cancer non à petite cellule en seconde ou troisième ligne, sur 731 patients [4], le taux de réponse était de 8,9 pourcent sous erlotinib contre moins de 1 pourcent sous placebo (P<0,001); la survie sans progression était de 2,2 mois contre 1,8 (hazard ratio, 0,61 ; P<0,001) et la survie globale de 6,7 mois contre 4,7 (hazard ratio, 0.70; P<0,001), en faveur de l erlotinib. Seulement 5% des patients ont stoppé l erlotinib pour effet secondaire. Néanmoins, chaque progrès observé est un pas supplémentaire dans la compréhension et dans le gain de survie, avec des possibilités d associations thérapeutiques 6

7 ultérieures. De plus, ces molécules apportent un espoir «individuel» avec l espoir que la cancérologie ira vers une médecine personnalisée permettant de déterminer dans un pannel de «tinibs» quel est le traitement idéal pour chaque type de tumeur. 3.4 L exemple des lymphomes B réfractaires Récemment, des avancées importantes ont permis de mieux comprendre les proliférations lymphoïdes B malignes en étudiant les voies de signalisation, en particulier les B-cell receptor-associated kinase dont surtout la Btk (Bruton's tyrosine kinase). La Btk est donc une cible thérapeutique particulièrement bien identifiée dans les lymphomes du manteau que l'on présume, le plus souvent, induit par la "pression" d'une stimulation antigénique chronique. L'ibrutinib (PCI-32765) est un inhibiteur covalent de la Btk administré par voie orale. Dans une étude de phase 2, 111 patients avec des lymphomes du marteau en rechute ou réfractaire ont été par ibrutinib (560 mg/j) en monothérapie. Le taux de rémission complète (21%) et de rémission partielle (47%), que les patients aient été traités préalablement par bortézomib ou pas, est aussi élevé qu'avec des polychimiothérapies de rattrapage et cela, avec une tolérance (notamment hématologique) que l'on peut considérer comme bien meilleure. Dans cette étude, le taux de survie est de 58% à 18 mois. Les effets indésirables ont été ceux des inhibiteurs des kinases (cytopénie, diarrhée, fatigue, œdème, infection ) mais il faut signaler 4 patients qui ont développé un hématome sous-dural souvent favorisé par des facteurs étiologiques multiples. Ce point doit être revu pour comprendre ce risque hémorragique [5]. Dans une autre étude avec la même molécule, cet inhibiteur de kinase a été évalué (phase 1B-2) dans des leucémies lymphoïdes chroniques B et des lymphomes lymphocytiques en rechute ou réfractaire comprenant des patients avec des facteurs génétiques de mauvais pronostic. Le taux de réponse aux 2 doses testées (420 mg/j et 840 mg/j) est de l'ordre de 70% malgré la sévérité de ces hémopathies. Cette étude confirme un risque hémorragique accru mais sans surrisque d'hématome sous-dural [6]. Cet inhibiteur de Btk est donc un espoir majeur dans le traitement des hémopathies B malignes réfractaires. 4. Principe des inhibiteurs de kinases dans les maladies auto-immunes 4.1 Les kinases «cibles» Les cytokines de la réponse immunitaire sont des cibles intéressantes pour le développement de médicaments immunomodulateurs. Un groupe de cytokines (environ 60), qui se lient aux récepteurs de type I ou II dispose d'un mécanisme commun de la transduction du signal via des kinases spécifiques. La première étape dans la signalisation par les récepteurs multi-chaîne de reconnaissance du système 7

8 immunitaire, qui (comme les récepteurs des cellules T (TCR), des cellules B (BCR), des cellules NK (natural killer) et du récepteur Fc) est la phosphorylation du récepteur lui-même. Cette phosphorylation va alors entraîner «en cascade» l activation par phosphorylation de molécules adaptatives qui vont se fixer sur le récepteur pour mettre en marche la voie de signalisation qui va mener jusqu à l activation d un facteur de transcription dans le noyau de la cellule. Cette phosphorylation réversible des protéines est un mécanisme fondamental de la signalisation cellulaire. La plupart des grandes classes de récepteurs qui déclenchent l'activation des cellules immunitaires sont mises en jeu par une phosphorylation induite par une kinase. Ces kinases sont des tyrosines kinases, Syk (spleen tyrosine kinase), PTK de la famille Tec, et des sérine-thréonine kinases, telles que des MAP Kinases et protéine kinase C (PKC). 4.2 Les principes thérapeutiques Les voies de signalisation intracellulaire permettent la transduction du signal induit par la fixation d un peptide (cytokine) ou d un autre stimulus sur le récepteur membranaire (Figures 1, 2, 3). L activation du récepteur transmet un signal qui chemine dans la cellule par une succession d étapes d activation ou d inhibition. L activation se fait par des phosphorylations dépendantes de différentes kinases (K) qui peuvent interagir entre elles et l inactivation se fait par des déphosphorylations dépendantes de phosphatases (P). L ensemble de cette cascade aboutit à l activation d un facteur de transcription qui va activer ou réprimer les gènes de la cellule dans le noyau. Par exemple, le système JAK est impliqué dans la synthèse de cytokines pro-inflammatoires (IL-6, IL-1, IL-12). JAK activé active à son tour STAT qui forme un complexe JAK-STAT qui va agir comme facteur de transcription permettant la mise en action de certains gènes dans la cellule. Il existe ainsi de nombreuses molécules, variant en fonction du type de cellule et du type de récepteur activé qui expliquent que les cibles potentielles soient nombreuses. Si les premiers travaux intéressant les maladies auto-immunes ont porté sur les MAP-Kinases, ce sont actuellement vers les voies JAK-STAT et Syk qui font l objet de travaux cliniques, essentiellement dans la polyarthrite rhumatoïde (PR). 5. Les inhibiteurs de MAP-kinases (P38, ERK, JUN) 5.1 Les inhibiteurs de P38 De nombreux inhibiteurs de P38 ont été évalués avec globalement des résultats peu encourageants liés à une efficacité plus faible que celle des bio médicaments anti cytokines (notamment les anti-tnf) et 8

9 une tolérance moins bonne que le méthotrexate (MTX). p38 kinase (MAPK) a été la première cible moléculaire pour le développement d'une thérapie orale anti cytokine pro inflammatoire, sous le nom de pamapimod. Une étude a comparé le traitement par pamapimod au méthotrexate (MTX) dans la PR [7]. Des patients ont été randomisés et traités 12 semaines par MTX (7.5 mg/semaine puis augmenté jusqu à 20) ou pamapimod (trois dosages différents : 50, 150, or 300 mg) une fois par jour. A 12 semaines la réponse au pamapimod en ACR20 (c'est-à-dire une amélioration de 20% de l activité de la PR selon les critères de l American College of Rheumatology) était de 23%, 18%, et 31% dans les groupes 50, 150-, et 300-mg contre 45% sous MTX. La toxicité (infections) était supérieure dans le groupe 300 mg. Le traitement a donc été considéré moins efficace et plutôt moins bien toléré que le MTX. Une autre étude a évalué l intérêt du traitement dans la PR en échec du MTX. Les patients sous doses stables de MTX ont reçu douze semaines différentes posologies (jusqu à 300 mg par jour) ou un placebo [8]. La réponse ACR20 à 12 semaines sous pamapimod (31% à 43%) n a pas été supérieure à celle du placebo (34%). Les principaux effets secondaires ont été aussi infectieux. Une étude évaluant le SCIO-469, un autre anti p38 MAPK à des posologies de 30 à 60 mg trios fois par jour ou 100 mg une fois par jour par comparaison au placebo dans la PR (76 patients sous placebo, 75 à 30 mg, 73 à 60 mg, et 78 à 100) n a pas montré non plus de différence à 12 semaines en ACR 20 [9]. Sous 60 mg, une élévation de l alanine aminotransférase a été observée. Différents autres anti-p38 ont été développés, en essayant d envisager de bloquer différentes isoformes de P38 pour gagner en spécificité, mais pour l instant ces stratégies n ont pas permis d identifier une molécule avec un véritable avenir thérapeutique. 6. Les inhibiteurs de JAK-kinases L'importance in vivo de Jak a été démontrée par l'identification des patients avec une immunodéficience sévère combinée (SCID), caractérisé par une absence presque complète des cellules T et les cellules NK et des cellules B défectueuses. Ce déficit immunitaire sévère est lié à des mutations de Jak3 qui entraînent un déficit fonctionnel de la voie JAK(3)/STAT des cellules de l immunité. Cela suggère que bloquer (partiellement) cette kinase pourrait être un moyen efficace de bloquer l'activation des cellules immunitaires dans le traitement des maladies auto-immunes. De multiples inhibiteurs de kinases sont actuellement en essais cliniques notamment pour la polyarthrite rhumatoïde, les maladies intestinales inflammatoires, et le psoriasis. 9

10 Le système JAK-STAT est assez sophistiqué. Il y a 4 isoformes JAK (JAK 1, JAK 2, JAK 3 et TYK 2) et 7 de STAT (signal transducer and activator of transcription) dont la combinaison permet la transduction du signal de différentes cytokines (Figures 7 et 8). Il faut donc choisir le «tinib» qui va inhiber de la façon la plus pertinente possible les isoformes de la voie JAK/STAT utilisées préférentiellement par les cellules de l immunité dans les maladies autoimmunes. La PR a été la première pathologie auto-immune dans laquelle ces «tinibs» anti JAK ont été évalués, mais d autres affections (tableau II) font l objet d un développement Tofacitinib (Xeljanz ) Tofacitinib, anciennement désigné CP ou tasocitinib, a été l'un des premiers inhibiteurs de JAK utilisés. Il inhibe JAK3 et JAK1 et dans une moindre mesure, JAK2. Ainsi, en bloquant préférentiellement ces isoformes de JAK, il va empêcher directement la production de cytokines JAK dépendantes, comme l'ifn-γ, l IL-6, l'il-12 et IL-23, mais il va aussi avoir une action indirecte sur des cytokines JAK indépendantes comme le TNF car cette cytokine est produite sous l effet de l IL-6 par exemple. Après des essais précliniques, il a été testé au cours de la PR [10-19]. Cette molécule, appelée Xeljanz, a obtenu en 2012 son AMM dans la polyarthrite rhumatoïde aux USA et d autres pays (après accord de la FDA), mais n a pas obtenu en 2013 l accord de l Agence Européenne (EMA). Ainsi, cette molécule n est pour l instant pas commercialisée en France Dans la polyarthrite rhumatoïde Les études de phase 2 ont suggéré la possibilité de l utilisation du tofacitinib dans la PR active en réponse inadéquate au MTX. Il a alors a été évalué en phase III versus placebo en association au méthotrexate chez des patients en réponse inadéquate ou intolérant à au moins 1 anti-tnf (ORAL- Step), puis en échec seulement du MTX mais séropositives et/ou érosives (ORAL-Scan). Il a aussi été évalué versus adalumimab chez des patients ayant une PR en réponse inadéquate au méthotrexate (ORAL-Standard) et enfin, sans méthotrexate associé, versus placebo, dans l étude ORAL-Solo. Etudes de phase 2 Une étude a comparé trois dosages (5 à 30 mg deux fois par jour) à un placebo et montré une efficacité rapide et significative pour toutes les posologies [13]. Un essai avec des posologies plus faible a alors été mené. Après 12 semaines de tofacitinib par voie orale en double insu contre placebo 6 mois à 1, 3, 5, 10, 15 mg 2 x/j, 20 mg/j ou placebo, 507 PR actives en réponse inadéquate au MTX seul à dose 10

11 stable ont eu un taux de réponse ACR 20 favorable (52,9% pour 3 mg deux fois par jour, 50,7% pour 5 mg deux fois par jour, 58,1% pour 10 mg deux fois par jour, 56% pour 15mg deux fois par jour et 53,8% pour 20 mg par jour contre 33,3% sous placebo). La tolérance a été acceptable jusqu à à S24 hormis quelques infections sévères et plus de 10% de cas diarrhée, infection respiratoire haute, et céphalées [11, 14]. Les études de phase 3 * Une première étude de phase III (ORAL-Step) a été menée en double insu, randomisée versus placebo sur 24 semaines chez 399 patients en réponse inadéquate ou intolérant à au moins 1 anti- TNF avec une dose stable de MTX (7,5-25 mg/semaine) [10] (Figure 9). Il a été montré une amélioration significative des critères ACR et du HAQ significative par rapport au placebo. Le taux de rémission DAS à 3 mois était meilleur sous traitement (5 mg : 6,7 % (p < 0,05) et 10 mg : 8,8 % (p < 0,05)) que sous placebo (1,7 %). L évaluation de la tolérance n a pas mis en évidence de survenue d infection opportuniste, mais des modifications biologiques (neutropénie, LDL et HDL augmentés) et un décès par embolie pulmonaire chez une patiente en surpoids, sous tofacitinib et traitement hormonal. * Une deuxième étude de phase III (ORAL-Scan) en double insu, randomisée versus placebo sur 2 ans a évalué 797 PR actives (malgré le MTX), avec des facteurs rhumatoïdes ou des anticorps anti peptides citrullinés (84%) ou au moins 3 érosions [17]. L âge moyen des patients était 53 ans et l ancienneté moyenne de 9 ans. Les patients ont été traités par tofacitinib 5 mg x 2/j ou 10 mg x 2/j versus placebo (puis 5 mg x 2/j ou 10 mg x 2/j à M3 ou M6 si non-réponse, c est-à-dire moins de 20 % de réduction du compte articulaire. Ils ont été évalués radiologiquement à l inclusion puis à 6 et 12 mois, par le score de Sharp modifié. Les résultats cliniques confirment les études antérieures et un effet structural a été observé, les 2 groupes de traitement étant supérieurs au placebo en terme de non-progresseurs au douzième mois (score total et score d érosion) (Figure 10). La pertinence clinique en a cependant été discutée. * L étude ORAL-Standard a aussi comparé le tofacitinib à l adalumimab chez des patients ayant une PR en réponse inadéquate au méthotrexate, maintenu à doses stables durant l essai [18] (Figure 11). 717 PR actives malgré le MTX ont été inclues. Il y a eu plus de réponses ACR 20 à S24 sous tofacitinib (51,5% et 52,6 % sous 5 et 10 mg deux fois par jour) et sous adalimumab (47,2%%) que sous placebo (28,3%%). Il y a eu un plus grand nombre d effets indésirables dans 11

12 les groupes tofacitinib et deux tuberculoses ont été observées dans le groupe 10mg deux fois par jour. * L étude Oral-Solo évaluant le Tofacitinib seul (non associé au méthotrextae) versus placebo a évalué 611 patients ayant une PR active selon un ratio 4:4:1:1, de 5 mg de tofacitinib 2 fois par jour, 10 mg de tofacitinib 2 fois par jour, ou placebo 3 mois puis 5 mg 2 fois par jour ou placebo 3 mois suivi de 10 mg de tofacitinib 2 fois par jour [12]. A 3 mois, un plus grand pourcentage de patients sous tofacitinib que sous placebo atteignent un ACR 20 (59.8% sous 5-mg de tofacitinib et 65.7% sous 10-mg de tofacitinib vs. 26.7% sous placebo, P<0.001). Il y a eu plus d infections sévères dans les groupes tofacitinib que sous placebo. * L étude Oral-Start [19] a comparé le tofacitinib au méthotrexate dans la PR. 956 patients ont reçu 5 mg ou 10 mg de tofacitinib deux fois par jour ou du méthotrexate (jusqu à 20 mg), l objectif principal étant double : l évolution radiographique (sur le score de Sharp) et l amélioration clinique (ACR 70). L évolution radiographique a été moindre sous tofacitinib (0.2 points sous 5-mg de tofacitinib, <0.1 point sous 10-mg de tofacitinib versus 0.8 points sous méthotrexate P<0.001) et l amélioration en ACR 70 a été plus forte sous tofacitinib (25 et 37 % sous et 5 et 10mg) que sous méthotrexate (12%, p<0.001). Il y a eu plus de zona sous tofacitinib (4%) que sous méthotrexate (1,1%), 5 cancer sous tofacitinib contre 1 sous méthotrexate, plus d élévation de la créatinine et plus d hypercholesterolémie sous tofacitinib que sous méthotrexate). Au total, dans les essais de phase II, le tofacitinib en monothérapie a entrainé une amélioration de l ACR 20 chez 50 à 70% des patients à des posologies de 5 à 30 mg deux fois par jour. Ces résultats ont été confirmés dans des essais de phase III à des doses de 5 et 10 mg deux fois par jour, y compris dans un groupe de maladies très actives. En outre, il a été démontré qu il a un effet structural par rapport au placebo chez les patients atteints de polyarthrite rhumatoïde active malgré le méthotrexate. Les principaux effets indésirables de tofacitinib sont l'incidence accrue des infections (très peu d infections opportunistes cependant) et l'augmentation du HDL. Les effets secondaires de toutes les études regroupées restent cependant apparemment tolérables [15] et proches de ceux des autres biothérapies (tableau III). Compte tenu du rapport bénéfice/risque discutable, il a été recommandé par la FDA (USA) de limiter pour l instant les prescriptions et de prendre en compte le potentiel risque de cancer, dont celui de 12

13 lymphomes, et d infection. L EMA (Europe), malgré un réexamen du dossier d enregistrement en 2013, n a pas donné l accord pour la mise sur le marché Dans les autres indications Dans la rectocolite hémorragique, une étude de phase 2 a montré chez 194 adultes traités par en double aveugle 8 semaines une rémission plus fréquente sous tofacitinib 3 mg (P=0.01), 10 mg (P<0.001), ou 15 mg (P<0.001) deux fois par jour que sous placebo [16]. Dans le psoriasis, des résultats encourageant ont aussi été publiés en phase 2 et d autres indications comme le rejet de greffe sont en cours d évaluation [20] Les autres inhibiteurs de JAK-Kinase Le VX-509 (anti-jak3) VX-509 est un autre inhibiteur conçus pour inhiber sélectivement Jak3. Une étude de phase IIa vient d'être achevée et, comme tofacitinib, l'utilisation du VX-509 a été associée à une augmentation dosedépendante de la réponse clinique dans la PR. GLPG0634 (anti Jak1) Les résultats d'un essai de phase II d'un inhibiteur de GLPG0634 sélectif de Jak1 ont également été publiés : il semble efficace et ne provoque pas d évènements inattendus. Le ruxolitinib (anti-jak1 et 2) Comme le ciblage de gènes soit Jak1 et Jak2 chez la souris embryonnaire était mortelle, il était craint que leur inhibition conjuguée soit létale. Cependant, la découverte de la responsabilité de mutations de JAK2 dans la polyglobulie de Vaquez et la myélofibrose a fait envisager la mise au point du ruxolitinib, qui bloque JAK1 et JAK2. Dans une étude de phase II, les patients recevant ruxolitinib pour une myélofibrose ont eu une amélioration clinique significative avec une bonne tolérance, y compris en l absence de mutations de JAK2, suggérant que le médicament pourrait avoir une incidence sur d'autres kinases que JAK2. Ce médicament vient d obtenir l autorisation de mise sur le marché aux USA pour le traitement de la myélofibrose. L INCB (anti-jak 1-2) 13

14 Un autre inhibiteur sélectif de JAK1 et JAK2, INCB028050, a montré une efficacité dose-dépendante dans la PR active réfractaire aux traitements de fond et produits biologiques, les effets secondaires les plus fréquents étant les céphalées, les infections respiratoires supérieures et de la diarrhée. D autres inhibiteurs de JAK sont également en développement pour des indications oncologiques et auto-immunes. L'efficacité et de la toxicité de ces différents inhibiteurs de JAK sera importante à suivre à long terme dans ces études. 7. Les autres inhibiteurs de kinases 7.1. Les anti-syk Quelques autres inhibiteurs de kinases sont en voie de développement dans les maladies autoimmunes (tableau IV). Le plus avancé est le fostamatinib dans la PR. Il a pour cible principale syk mais aussi FLT3, KIT et LK. Il a pu montrer son efficacité dans un essai de phase II [21]. L objectif était d évaluer l efficacité et tolérance de 2 posologies (100 mg deux fois par jour et 150 mg une fois par jour chez 152 patients chacun) versus placebo (153 patients) à 6 mois chez des PR actives (DAS28 = 6,1) malgré un traitement par MTX. Les patients étaient âgés de 52 ans en moyenne et leur PR évoluait en moyenne depuis 9 ans. Il a été observé des hypertensions artérielles, des neutropénies, une élévation des transaminases et des troubles digestifs sous traitement. Le pourcentage de répondeurs ACR a été plus élevé dans les groupes fostamatinib que dans le groupe placebo. La réponse a été encore meilleure chez les patients naïfs de biothérapie antérieure (ce qui est habituel pour toute nouvelle biothérapie évaluée) (Figure 12). Ceci peut expliquer qu une l étude ultérieure n ait pas pu atteindre son objectif principal sur des PR en échec de traitement par biologique [22]. En effet, un essai randomisé sur 219 patients ayant une PR en échec de traitement biologique, comparant le fostamatinib (100 mg deux fois par jour) au placebo, a montré un taux de réponse ACR 20 de 38% dans le groupe verum contre 37% dans le groupe placebo à 3 mois, et pas de différence non plus en terme de réponse ACR 50 et 70. Les seules différences, en critères secondaires, portaient sur la réponse inflammatoire (CRP) et le score IRM. 7.2 Les autres pistes Les pistes d avenir sont aussi nombreuses qu il existe de kinases à inhiber avec quelques cibles particulièrement intéressantes comme Btk. Un des problèmes néanmoins est le manque de sélectivité 14

15 de certaines molécules qui sont abandonnées en cours de développement de ce fait, le risque d interaction sur certaines fonctions non ciblées étant le problème majeur de ces traitements. Ainsi, en 2013, 3115 études portant sur les inhibiteurs de kinases sont répertoriées sur clinicaltrial.gov, site qui permet de connaitre tous les travaux en cours. En dehors du traitement du cancer et des maladies auto-immunes, les inhibiteurs de kinases pourraient avoir un avenir dans de nombreux domaines, dont la polykystose rénale ou la douleur neuropathique. Conclusions Au total, un inhibiteur de kinase est un traitement qui inhibe une kinase intervenant dans une voie d activation cellulaire utilisée préférentiellement par les cellules responsables de la maladie à traiter (cancer, maladies auto-immunes ou inflammatoires). De nombreuses molécules sont déjà sur le marché en cancérologie et d autres sont en développement. Hors de la cancérologie, ce sont actuellement vers les voies Jak (tofacitinib ou tasocitinib qui est un anti JAK kinase) et Syk (fostamatinib) qui font l objet de travaux cliniques, essentiellement dans la polyarthrite rhumatoïde, le psoriasis, les MICI et l asthme. Parmi leurs avantages indiscutables on retient la prise orale, le coût de production a priori plus faible que celui des biothérapies injectables et leur caractère moins immunogène. La toxicité dans la polyarthrite rhumatoïde (risque infectieux, risque de néoplasie) parait similaire à celle des traitements biologiques, mais une meilleure connaissance de ces risques après une exposition prolongée est nécessaire. 15

16 Tableau I : Principales kinases aujourd hui utilisées en thérapeutique Nom chimique Nom commercial Numéro Année de labellisation Cible Maladie Fasudil HA ROCK Vasospasme cérébral Sirolimus Rapamune Rapamycin 2000 mtor Prévention de rejet de greffe Imatinib Gleevec STI Nilotinib Tasigna AMN Dasatinib Sprycel BMS Abl, Arg, PDGFR, ckit Abl, Arg, ckit, PDGFR, others Abl, Arg, ckit, PDGFR, Src and others CML, GIST, ALL, MDS/MPD, ASM, HES, CEL CML résistant ou intolérant à imatinib Gefitinib Iressa ZD EGFR NSCLC Erlotinib Tarceva OSI EGFR NSCLC, PC Lapatinib Tykerb GW Sorafenib Nexavar BAY Sunitinib Sutent SU EGFR (ErbB-1, ErbB-2) B-Raf, VEGFR, PDGFR, FLT3, ckit VEGFR, PDGFR, FLT3, ckit CML Cancer du sein (Her2- positive) RCC RCC, GIST, NET Temsirolimus Torisel CCI mtor RCC Everolimus Afinitor RAD mtor Pazopanib Votrient GW Vandetanib Zactima ZD VEGFR, PDGFR, ckit Ret, VEGFR, EGFR RCC, NET pancréatique, SEGA, prophylaxie du rejet de greffe RCC Cancer thyroïdien Crizotinib PF ALK, cmet, Ros NSCLC (ALK positive) Ibrutinib Ibrutinib PCI En cours Btk Lymphome B Abréviations: EGFR, Epithelial growth factor; VEGFR, vascular endothelial growth factor; ALK, anaplastic lymphoma kinase; cmet, Mesenchymal epithelial transition protooncogene ; CML, Leucémie myeloïde chronique; RCC, Cancer du rein; GIST, gastrointestinal stromal tumors; NSCLC, cancer pulmonaire non à petite cellule; ALL, leucémie lymphoblastique aigue; NET, tumeur neuroendocrine ; MDS/MPD, maladie myelodysplastique/myeloproliferative; ASM, ; HES, syndrome hypereosinophilique; CEL, leucémie chronique à éosinophile; SEGA, astrocytome à cellules géantes; PC, cancer du pancréas; Btk : Bruton tyrosine kinase 16

17 Tableau II- Les anti JAK dans l auto-immunité Molécule Cible Indication Phase Tofacitinib JAK1-2-3 PR-Psoriasis-MICI III-II-II VX-509 JAK3 PT II R-348 JAK1-2 PR I Ruxolitinib JAK1-2-3 Psoriasis II INCB JAK1-2 PR II GLPC-0634 JAK1-2 PR II AC-430 JAK2 PR I Tableau III- Tolérance du tofacitinib (2013) Phase III Tofacitinib, toutes doses (n=3 030) Phase III versus placebo (n=681) Phase III versus Adalimumab (n=204) Extensions Tofacitinib (n=3 227) Décès Décès pour 100 patientsannées ( ) ( ) ( ) ( ) Infections sévères (n) Incidence des infections sévères/100 patientsannées ( ) ( ) ( ) ( ) Tableau IV- Autres inhibiteurs de kinases dans l auto-immunité Molécule Cible Indication Phase Lestaurtinib FLT3/TrKa/JAK2 Psoriasis II Fostamatinib Syk/FLT3/KIT/LCK PR III Sotrastaurin PKC Psoriasis, MICI I FLT3, ms-related tyrosine kinase receptor type 1; PKC, Protéine kinase C 18

18 Références 1. Kontzias A, Laurence A, Gadina M, O'Shea JJ. Kinase inhibitors in the treatment of immune-mediated disease. F1000 Med Rep 2012; 4: Schwartz PA, Murray BW. Protein kinase biochemistry and drug discovery. Bioorg Chem 2011; 39: Yazici Y, Regens AL. Promising new treatments for rheumatoid arthritis - the kinase inhibitors. Bull NYU Hosp Jt Dis 2011; 69: Shepherd FA, Rodrigues Pereira J, Ciuleanu T, Tan EH, Hirsh V, Thongprasert S et al. Erlotinib in previously treated non-small-cell lung cancer. N Engl J Med 2005; 353: Wang ML, Rule S, Martin P, Goy A, Auer R, Kahl BS et al. Targeting BTK with ibrutinib in relapsed or refractory mantle-cell lymphoma. N Engl J Med 2013; 369: Byrd JC, Furman RR, Coutre SE, Flinn IW, Burger JA, Blum KA et al. Targeting BTK with ibrutinib in relapsed chronic lymphocytic leukemia. N Engl J Med 2013; 369: Cohen SB, Cheng TT, Chindalore V, Damjanov N, Burgos-Vargas R, Delora P et al. Evaluation of the efficacy and safety of pamapimod, a p38 MAP kinase inhibitor, in a double-blind, methotrexate-controlled study of patients with active rheumatoid arthritis. Arthritis Rheum 2009; 60: Alten RE, Zerbini C, Jeka S, Irazoque F, Khatib F, Emery P et al. Efficacy and safety of pamapimod in patients with active rheumatoid arthritis receiving stable methotrexate therapy. Ann Rheum Dis 2010; 69: Genovese MC, Cohen SB, Wofsy D, Weinblatt ME, Firestein GS, Brahn E et al. A 24-week, randomized, double-blind, placebo-controlled, parallel group study of the efficacy of oral SCIO-469, a p38 mitogenactivated protein kinase inhibitor, in patients with active rheumatoid arthritis. J Rheumatol 2011; 38: Burmester GR, Blanco R, Charles-Schoeman C, Wollenhaupt J, Zerbini C, Benda B et al. Tofacitinib (CP- 690,550) in combination with methotrexate in patients with active rheumatoid arthritis with an inadequate response to tumour necrosis factor inhibitors: a randomised phase 3 trial. Lancet 2013; 381: Fleischmann R, Cutolo M, Genovese MC, Lee EB, Kanik KS, Sadis S et al. Phase IIb dose-ranging study of the oral JAK inhibitor tofacitinib (CP-690,550) or adalimumab monotherapy versus placebo in patients with active rheumatoid arthritis with an inadequate response to disease-modifying antirheumatic drugs. Arthritis Rheum 2012; 64: Fleischmann R, Kremer J, Cush J, Schulze-Koops H, Connell CA, Bradley JD et al. Placebo-controlled trial of tofacitinib monotherapy in rheumatoid arthritis. N Engl J Med 2012; 367: Kremer JM, Bloom BJ, Breedveld FC, Coombs JH, Fletcher MP, Gruben D et al. The safety and efficacy of a JAK inhibitor in patients with active rheumatoid arthritis: Results of a double-blind, placebo-controlled phase IIa trial of three dosage levels of CP-690,550 versus placebo. Arthritis Rheum 2009; 60: Kremer JM, Cohen S, Wilkinson BE, Connell CA, French JL, Gomez-Reino J et al. A phase IIb doseranging study of the oral JAK inhibitor tofacitinib (CP-690,550) versus placebo in combination with background methotrexate in patients with active rheumatoid arthritis and an inadequate response to methotrexate alone. Arthritis Rheum 2012; 64:

19 15. Salgado E, Maneiro JR, Carmona L, Gomez-Reino JJ. Safety profile of protein kinase inhibitors in rheumatoid arthritis: systematic review and meta-analysis. Ann Rheum Dis Sandborn WJ, Ghosh S, Panes J, Vranic I, Su C, Rousell S et al. Tofacitinib, an oral Janus kinase inhibitor, in active ulcerative colitis. N Engl J Med 2012; 367: van der Heijde D, Tanaka Y, Fleischmann R, Keystone E, Kremer J, Zerbini C et al. Tofacitinib (CP- 690,550) in patients with rheumatoid arthritis receiving methotrexate: twelve-month data from a twentyfour-month phase III randomized radiographic study. Arthritis Rheum 2013; 65: van Vollenhoven RF, Fleischmann R, Cohen S, Lee EB, Garcia Meijide JA, Wagner S et al. Tofacitinib or adalimumab versus placebo in rheumatoid arthritis. N Engl J Med 2012; 367: Lee EB, Fleischmann R, Hall S, Wilkinson B, Bradley JD, Gruben D et al. Tofacitinib versus methotrexate in rheumatoid arthritis. N Engl J Med 2014; 370: Mamolo C, Harness J, Tan H, Menter A. Tofacitinib (CP-690,550), an oral Janus kinase inhibitor, improves patient-reported outcomes in a phase 2b, randomized, double-blind, placebo-controlled study in patients with moderate-to-severe psoriasis. J Eur Acad Dermatol Venereol Weinblatt ME, Kavanaugh A, Genovese MC, Musser TK, Grossbard EB, Magilavy DB. An oral spleen tyrosine kinase (Syk) inhibitor for rheumatoid arthritis. N Engl J Med 2010; 363: Genovese MC, Kavanaugh A, Weinblatt ME, Peterfy C, DiCarlo J, White ML et al. An oral Syk kinase inhibitor in the treatment of rheumatoid arthritis: a three-month randomized, placebo-controlled, phase II study in patients with active rheumatoid arthritis that did not respond to biologic agents. Arthritis Rheum 2011; 63:

20 Figure 1 : Transduction d un signal transmis à une cellule par un ligand extracellulaire Facteurs d'environnement Cytokines Hormones Facteurs de croissance 1) Réception Récepteurs P P Kinases Seconds messagers Kinases P ATP 2) Transduction Activation cellulaire Kinases P ATP Facteur de transcription P ATP 3) Réponse Modification de l'expression des gènes Différents ligands, endogènes comme les cytokines ou exogènes comme des agents microbiens, peuvent activer le récepteur qui transmet un signal à la cellule via des "seconds messagers". Ces voies de signalisation (transduction) activent des facteurs de transcription capables de d'agir sur les gènes dans le noyau. L'activation/désactivation de la cascade de transduction intracellulaire se fait par des phénomènes de phosphorylation (par des kinases) et de déphosphorylation (par des phosphatases). Les protéines kinases sont une large famille d'enzymes qui catalysent la fixation covalente d'un groupe phosphate à une protéine (récepteurs ou seconds messagers) de façon réversible. Le groupe phosphate est capté à partir d'une molécule d'atp qui sert donc de carburant "énergétique" à la cellule.

Pr Bernard Combe. Immuno-Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie CHU de Montpellier

Pr Bernard Combe. Immuno-Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie CHU de Montpellier Journal de L ANDAR (Association Nationale de Défense contre l Arthrite Rhumatoîde) octobre2008 Le Mabthéra dans la polyarthrite rhumatoïde Pr Bernard Combe Immuno-Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie CHU de

Plus en détail

Les Thérapies ciblées Dix ans après... Evaluation médicale

Les Thérapies ciblées Dix ans après... Evaluation médicale Les Thérapies ciblées Dix ans après... Evaluation médicale Dominique JAUBERT Oncologie-Hématologie Clinique Tivoli BORDEAUX Réseau de cancérologie d Aquitaine La recherche de nouvelles molécules anticancéreuses

Plus en détail

TYROSINES KINASES ET CANCER

TYROSINES KINASES ET CANCER I/ GÉNÉRALITÉ SUR SIGNALISATION CELLULAIRE TYROSINES KINASES ET CANCER Les cellules fonctionnent en harmonie via des transferts d information, c est la signalisation. Le signal passe directement dans la

Plus en détail

Thérapies ciblées et sujets âgés

Thérapies ciblées et sujets âgés Thérapies ciblées et sujets âgés Dr Marie-Paule Sablin Service inter-hospitalier Beaujon-Bichat de cancérologie Le plan Que sont les thérapies ciblées? Leurs indications En pratique chez les sujets agés

Plus en détail

Traitements Rheumatoid arthritis: treatments

Traitements Rheumatoid arthritis: treatments Traitements Rheumatoid arthritis: treatments Daniel Wendling* * Service de rhumatologie, hôpital Jean-Minjoz, CHU de Besançon. Rituximab Rituximab en première ligne de biothérapie après échec au MTX :

Plus en détail

Stéphane Vignot. 11 septembre 2008. Service d'oncologie Médicale Groupe Hospitalier Pitié Salpêtrière

Stéphane Vignot. 11 septembre 2008. Service d'oncologie Médicale Groupe Hospitalier Pitié Salpêtrière Thérapies Moléculaires Ciblées Stéphane Vignot 11 septembre 2008 Service d'oncologie Médicale Traitements en Oncologie Chirurgie Radiothérapie Chimiothérapie cytotoxique Hormonothérapie Thérapies Moléculaires

Plus en détail

49 ème congrès annuel de la Société Américaine d Oncologie Clinique, Chicago, 2013. Rédigé par Marion Alcantara, Centre Henri Becquerel, Rouen

49 ème congrès annuel de la Société Américaine d Oncologie Clinique, Chicago, 2013. Rédigé par Marion Alcantara, Centre Henri Becquerel, Rouen ETUDES DE PHASE III EVALUANT L EFFICACITÉ ET LA TOLÉRANCE D IDELALISIB (GS-1101) EN ASSOCIATION À OFATUMUMAB OU À BENDAMUSTINE + RITUXIMAB CHEZ DES PATIENTS PRÉSENTANT UNE LLC EN RECHUTE/RÉFRACTAIRE D

Plus en détail

Avis de la Commission. 15 septembre 2004

Avis de la Commission. 15 septembre 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE Avis de la Commission 15 septembre 2004 HUMIRA 40 mg, solution injectable en seringue pré-remplie (Boîte de 2 seringues) Laboratoires ABBOTT FRANCE Liste

Plus en détail

réponse cellulaire: Prolifération, Différenciation, survie,apoptose

réponse cellulaire: Prolifération, Différenciation, survie,apoptose Signalisation : Concept Stimuli extérieurs: Facteurs de croissance, Hormones Cytokines Interaction cellule/cellule Récepteur cellule ropagation du signal Somme des évènements moléculaires Intracellulaires

Plus en détail

LA POLYARTHRITE APRES ECHEC DES ANTI TNF JG TEBIB, CHLS

LA POLYARTHRITE APRES ECHEC DES ANTI TNF JG TEBIB, CHLS LA POLYARTHRITE APRES ECHEC DES ANTI TNF JG TEBIB, CHLS survie 100 90 80 70 «L ECHEC» DES ANTI TNF Adalimumab Infliximab Etanercept A priori NS 1 mais sur une autre étude 2 à un an infliximimab 0.81 +

Plus en détail

Les bases de la transduction du signal des lymphocytes T

Les bases de la transduction du signal des lymphocytes T Frédéric VELY frederic.vely@ap-hm.fr MCU-PH Laboratoire d Immunologie - Hôpital de la Conception Lab of NK cells and Innate Immunity - Centre d Immunologie de Marseille-Luminy Les bases de la transduction

Plus en détail

Paris, le 22 septembre 2010 19h15

Paris, le 22 septembre 2010 19h15 Paris, le 22 septembre 2010 19h15 AB Science annonce avoir obtenu les autorisations réglementaires d initier quatre phases 3 annoncées lors de son introduction en bourse, dans le myélome multiple, la polyarthrite

Plus en détail

TRAITEMENTS IMMUNOMODULATEURS (RHUMATISMES INFLAMMATOIRES) Christian ROUX Université René Descartes Hôpital Cochin PARIS

TRAITEMENTS IMMUNOMODULATEURS (RHUMATISMES INFLAMMATOIRES) Christian ROUX Université René Descartes Hôpital Cochin PARIS TRAITEMENTS IMMUNOMODULATEURS (RHUMATISMES INFLAMMATOIRES) Christian ROUX Université René Descartes Hôpital Cochin PARIS POLYARTHRITE RHUMATOIDE Traitements classiques Antimalariques Sels d or D-Penicillamine

Plus en détail

Les incontournables 2014 en cancérologie Pneumologie Les thérapies ciblées dans le cadre de l AMM en octobre 2014

Les incontournables 2014 en cancérologie Pneumologie Les thérapies ciblées dans le cadre de l AMM en octobre 2014 Les incontournables 2014 en cancérologie Pneumologie Les thérapies ciblées dans le cadre de l AMM en octobre 2014 Anne-Claire TOFFART EGFR mutés Gefitinib 250 mg x 1/J Cp 250 mg Erlotinib 150 mg x 1/J

Plus en détail

DU Oncogériatrie Session 2008/2009 UPCOG - Université de Nantes

DU Oncogériatrie Session 2008/2009 UPCOG - Université de Nantes DU Oncogériatrie Session 2008/2009 UPCOG - Université de Nantes Dr Hélène SENELLART Centre R. Gauducheau, Nantes 4 février 2009 DU Oncogériatrie Session 2008/2009 UPCOG - Université de Nantes partie professionnelle

Plus en détail

LES MÉCANISMES MOLÉCULAIRES DE LA CARCINOGENÈSE

LES MÉCANISMES MOLÉCULAIRES DE LA CARCINOGENÈSE LES MÉCANISMES MOLÉCULAIRES DE LA CARCINOGENÈSE TOUT D ABORD UN PETIT HISTORIQUE 1910: Peyton ROUS découvre le virus qui porte son nom 1976: les oncogènes de certains virus ont une contrepartie cellulaire

Plus en détail

LA PROLIFÉRATION CELLULAIRE. Pr J-L. MERLIN

LA PROLIFÉRATION CELLULAIRE. Pr J-L. MERLIN ASECTS MOLÉCULAIRES DE LA ROLIFÉRATION CELLULAIRE r J-L. MERLIN ASECTS MOLECULAIRES DE LA ROLIFERATION «Vers de nouvelles cibles thérapeutiques» r. Jean-Louis Merlin Faculté de harmacie, Université Henri

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 14 mars 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 14 mars 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 14 mars 2007 METOJECT 10 mg/ml, solution injectable en seringue pré-remplie 1 seringue pré-remplie en verre de 0,75 ml avec aiguille : 371 754-3 1 seringue pré- remplie

Plus en détail

Les stratégies thérapeutiques dans la PR : quelles biothérapies après l'échec des anti TNF? Jean Sibilia Aix les Bains, 3 avril 2008

Les stratégies thérapeutiques dans la PR : quelles biothérapies après l'échec des anti TNF? Jean Sibilia Aix les Bains, 3 avril 2008 Les stratégies thérapeutiques dans la PR : quelles biothérapies après l'échec des anti TNF? Jean Sibilia Aix les Bains, 3 avril 2008 En cas d'échec à un anti TNF Rituximab ou Abatacept? Abatacept ou Rituximab?

Plus en détail

Médecine personnalisée, de quoi parle-t on? Dominique Stoppa-Lyonnet

Médecine personnalisée, de quoi parle-t on? Dominique Stoppa-Lyonnet Médecine personnalisée, de quoi parle-t on? Dominique Stoppa-Lyonnet Octobre 2014 Médecine «génomique» personnalisée La médecine «génomique» personnalisée repose sur l identification de sous-groupes de

Plus en détail

Leucémie myéloïde chronique BCR-ABL1 positive (LMC)

Leucémie myéloïde chronique BCR-ABL1 positive (LMC) 3.2 Prédominance de cellules polynucléaires (à noyau segmenté) Leucémie myéloïde chronique BCR-ABL1 positive (LMC) La LMC est caractérisée par la présence du chromosome Philadelphie t(9;22) (q34;q11.2)

Plus en détail

Place des anticorps monoclonaux dans la prise

Place des anticorps monoclonaux dans la prise Place des anticorps monoclonaux dans la prise en charge des hémopathies malignes Bases fondamentales et mécanismes d action des anticorps monoclonaux Aliénor Xhaard Association des Internes en Hématologie

Plus en détail

Thérapeutiques ciblées en cancérologie: du criblage à la prescription. Christine Rebischung, oncologie médicale

Thérapeutiques ciblées en cancérologie: du criblage à la prescription. Christine Rebischung, oncologie médicale Thérapeutiques ciblées en cancérologie: du criblage à la prescription Christine Rebischung, oncologie médicale Mécanisme d action de la chimiothérapie -Action sur les mécanismes de division de la cellule

Plus en détail

Pr Ag Smiti Khanfir Monia Service de Médecine Interne Hôpital la Rabta - Tunis

Pr Ag Smiti Khanfir Monia Service de Médecine Interne Hôpital la Rabta - Tunis Pr Ag Smiti Khanfir Monia Service de Médecine Interne Hôpital la Rabta - Tunis Rationnel Lymphocyte B Rationnel Costimulation Lymphocyte B Lymphocyte T Cytokines Th2 Anticorps anti CD 20 Le Rituximab

Plus en détail

Angiogénèse. Myriam DECAUSSIN 13 Mai 2008

Angiogénèse. Myriam DECAUSSIN 13 Mai 2008 Angiogénèse Myriam DECAUSSIN 13 Mai 2008 Définition Vasculogénèse : différenciation du mésoderme en cellules endothéliales (embryogénèse) Angiogénèse : formation de nouveaux vaisseaux à partir du lit vasculaire

Plus en détail

Prise en charge du myélome multiple (hors traitement symptomatique) B. Demoré Avril 2011 (MAJ)

Prise en charge du myélome multiple (hors traitement symptomatique) B. Demoré Avril 2011 (MAJ) Prise en charge du myélome multiple (hors traitement symptomatique) B. Demoré Avril 2011 (MAJ) 1 Définition Hémopathie maligne grave d étiologie inconnue caractérisée par la prolifération de plasmocytes

Plus en détail

Assurance Maladie Obligatoire. Commission de la Transparence des médicaments. Avis 4 20 Novembre 2012

Assurance Maladie Obligatoire. Commission de la Transparence des médicaments. Avis 4 20 Novembre 2012 Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments Avis 4 20 Novembre 2012 Titre I : Nom du médicament, DCI, forme pharmaceutique, dosage, présentation - ACTEMRA, TOCILIZUMAB,

Plus en détail

Les récepteurs à activité enzymatique intrinsèque

Les récepteurs à activité enzymatique intrinsèque Les récepteurs à activité enzymatique intrinsèque Différentes activités enzymatiques intrinsèques ont été mise en évidence : Activité tyrosine kinase (TK) Ex : le récepteur au DGF, à l EGF ou les récepteurs

Plus en détail

Immunité anti-tumorale

Immunité anti-tumorale Immunité anti-tumorale Professeur M GUENOUNOU Laboratoire d Immunologie & Microbiologie UFR de Pharmacie 51100 REIMS 1- Cellules tumorales - Une tumeur est une prolifération clonale issue d une cellule

Plus en détail

Étude des mutations PIK3CA

Étude des mutations PIK3CA Étude des mutations PIK3CA Application dans les cancers du sein et les cancers colorectaux métastatiques Alexandre Harlé a.harle@nancy.unicancer.fr Centre Alexis Vautrin Unité de Biologie des tumeurs Département

Plus en détail

INTRODUCTION INTRODUCTION INTRODUCTION DEFINITION D UNE TUMEUR CLASSIFICATION DES TUMEURS CLASSIFICATION DES TUMEURS LA CELLULE CANCEREUSE

INTRODUCTION INTRODUCTION INTRODUCTION DEFINITION D UNE TUMEUR CLASSIFICATION DES TUMEURS CLASSIFICATION DES TUMEURS LA CELLULE CANCEREUSE INTRODUCTION LA CELLULE CANCEREUSE Mécanismes impliqués dans la transformation oncogénique et dans l interaction des cellules cancéreuses avec leur micro-environnement Dr Eric GUERIN Laboratoire de Biochimie

Plus en détail

Angiogénèse et cancers gynécologique

Angiogénèse et cancers gynécologique Angiogénèse et cancers gynécologique Dr Thibault de La Motte Rouge Compréhension de la biologie tumorale : les années 2000 Perte de l apoptose Auto-suffisance en signal de croissance Insensibilité aux

Plus en détail

Les cytokines et leurs récepteurs. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.frli

Les cytokines et leurs récepteurs. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.frli Les cytokines et leurs récepteurs Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.frli l i@ i 1 Les cytokines et leurs récepteurs 2 mécanismes principaux d interactions cellulaires : - contact membranaire

Plus en détail

LES MEDICAMENTS DE LA POLYARTHRITE RHUMATOÏDES

LES MEDICAMENTS DE LA POLYARTHRITE RHUMATOÏDES 1 Introduction LES MEDICAMENTS DE LA POLYARTHRITE RHUMATOÏDES 2 La polyarthrite rhumatoïde est une maladie caractérisée par une inflammation chronique du tissus synovial. Dr Myriam RAZGALLAH KHROUF A-H-U-pharmacologie,

Plus en détail

Médicaments prescrits en Oncologie Cas cliniques et QCM

Médicaments prescrits en Oncologie Cas cliniques et QCM Médicaments prescrits en Oncologie Cas cliniques et QCM Dr Florence BANNIE, Pharmacien Dr Laure Kaluzinski, Oncologue Centre Hospitalier Public du Cotentin ARKM 17éme Rencontre Médicale 29 novembre 2014,

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 13 décembre 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 13 décembre 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 13 décembre 2006 MABTHERA 100 mg, solution à diluer pour perfusion (CIP 560 600-3) B/2 MABTHERA 500 mg, solution à diluer pour perfusion (CIP 560 602-6) B/1 ROCHE rituximab

Plus en détail

ALK et cancers broncho-pulmonaires. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse

ALK et cancers broncho-pulmonaires. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse ALK et cancers broncho-pulmonaires Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse Toulouse, le 19 Février 2013 Adénocarcinomes : Lung Cancer Mutation Consortium Identification

Plus en détail

Communiqué de presse. Bâle, le 6 juin 2012

Communiqué de presse. Bâle, le 6 juin 2012 Communiqué de presse Bâle, le 6 juin 2012 RoACTEMRA de Roche, administré à titre d agent thérapeutique unique, a entraîné une régression plus significative des signes et symptômes de polyarthrite rhumatoïde

Plus en détail

Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus

Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus : implication des voies de signalisation intracellulaire du processus de RVD. Audrey Fouchs Confrontées

Plus en détail

Les thérapies ciblées antiangiogéniques. Dr Mathieu Laramas Pôle de cancérologie CHU Grenoble mlaramas@chu-grenoble.fr

Les thérapies ciblées antiangiogéniques. Dr Mathieu Laramas Pôle de cancérologie CHU Grenoble mlaramas@chu-grenoble.fr Les thérapies ciblées antiangiogéniques en cancérologie Dr Mathieu Laramas Pôle de cancérologie CHU Grenoble mlaramas@chu-grenoble.fr Objectifs pédagogiques Donner une définition des thérapies ciblées

Plus en détail

Thérapies ciblées en oncologie

Thérapies ciblées en oncologie Thérapies ciblées en oncologie Quelle place dans l arsenal thérapeutique en 2015? Angers, 5 mars 2015, Journées FMC Médecine Générale De la biologie à la thérapie Comprendre pour traiter Hanahan, Cell,

Plus en détail

CELEBREX 100 MG ET 200 MG, COMPRIME RAPPORT PUBLIC D EVALUATION

CELEBREX 100 MG ET 200 MG, COMPRIME RAPPORT PUBLIC D EVALUATION CELEBREX 100 MG ET 200 MG, COMPRIME RAPPORT PUBLIC D EVALUATION INTRODUCTION Une extension d indication a été octroyée au laboratoire PFIZER le 02 février 2007 pour sa spécialité Celebrex 100 mg et 200

Plus en détail

Comment une cellule en G0 peut rentrer en G1

Comment une cellule en G0 peut rentrer en G1 Comment une cellule en G0 peut rentrer en G1 Les cellules-filles, dès la sortie de mitose, peuvent entrer en phase G0, stade de non division ou de «quiescence». La plupart des cellules dans un organisme

Plus en détail

THERAPIES CIBLEES. Mécanismes en jeu et classes thérapeutiques. Sophie Perrin Christine Fagnoni-Legat UPCO Pôle pharmaceutique

THERAPIES CIBLEES. Mécanismes en jeu et classes thérapeutiques. Sophie Perrin Christine Fagnoni-Legat UPCO Pôle pharmaceutique THERAPIES CIBLEES Mécanismes en jeu et classes thérapeutiques Sophie Perrin Christine Fagnoni-Legat UPCO Pôle pharmaceutique 50 ans de traitement des cancers Traitements «conventionnels» Chirurgie, RT,

Plus en détail

LES THERAPIES CIBLEES DANS LES CANCERS

LES THERAPIES CIBLEES DANS LES CANCERS Pharmacologie n 10 Jeudi 16/12/10 10h30-12h30 Pr Fabien CALVO Ronéotypeuse: GOUVEIA Morgane Ronéolectrice : DESGURSE Margot LES THERAPIES CIBLEES DANS LES CANCERS Introduction I. Thérapies ciblées et cancer

Plus en détail

Corticoïdes Immunomodulateurs Immunosuppresseurs. L Sailler Service de Médecine Interne

Corticoïdes Immunomodulateurs Immunosuppresseurs. L Sailler Service de Médecine Interne Corticoïdes Immunomodulateurs Immunosuppresseurs L Sailler Service de Médecine Interne définitions Immunomodulateurs: Modifie la réponse immune de l organisme sans majorer le risque infectieux ou tumoral

Plus en détail

Rôle d IL6 dans le développement d un CAC (colitis associated cancer)

Rôle d IL6 dans le développement d un CAC (colitis associated cancer) Rôle d IL6 dans le développement d un CAC (colitis associated cancer) Article; IL-6 and Stat3 Are Required for Survival of Intestinal Epithelial Cells and Development of Colitis-Associated Cancer Le cancer

Plus en détail

Communication intercellulaire : Les Cytokines

Communication intercellulaire : Les Cytokines PCEM 2- Cours de Biologie cellulaire n 8 Professeur : M. COHEN-SOLAL Jeudi 13 Décembre 2007, 10h30 Ronéotypeur : DENIAU Benjamin Communication intercellulaire : Les Cytokines 1 SOMMAIRE I/ INTRODUCTION

Plus en détail

Mécanismes d'action de l'immunothérapie spécifique de l allergène

Mécanismes d'action de l'immunothérapie spécifique de l allergène Mécanismes d'action de l'immunothérapie spécifique de l allergène Cyrille Hoarau, Frédéric Bérard I-Introduction... 2 II-Principe et modalités de l'immunothérapie spécifique de l'allergène... 2 II-1.Principe

Plus en détail

Communiqué de presse. Bâle, 22 octobre 2013

Communiqué de presse. Bâle, 22 octobre 2013 Communiqué de presse Bâle, 22 octobre 2013 Roche obtient de la FDA l homologation de la nouvelle formulation sous-cutanée d ACTEMRA pour une utilisation chez des patients adultes atteints de polyarthrite

Plus en détail

Traitement médical du cancer de l endomètre

Traitement médical du cancer de l endomètre Traitement médical du cancer de l endomètre La biologie moléculaire met le pied dans la porte! r Jean-Emmanuel Kurtz & Dr Isabelle Ray-Coquard Hôpitaux Universitaires de Strasbourg & Centre Léon Bérard

Plus en détail

Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments. Avis 2 23 Octobre 2012

Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments. Avis 2 23 Octobre 2012 Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments Avis 2 23 Octobre 2012 Titre I : Nom du médicament, DCI, forme pharmaceutique, dosage, présentation HUMIRA (DCI : Adalimumab

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS Arrêté du 6 août 2010 modifiant la liste des spécialités pharmaceutiques remboursables aux assurés sociaux NOR : SASS1021239A

Plus en détail

Les anti-lymphocytes B. Benjamin Terrier Service de Médecine Interne Hôpital Cochin 4 juillet 2014

Les anti-lymphocytes B. Benjamin Terrier Service de Médecine Interne Hôpital Cochin 4 juillet 2014 Les anti-lymphocytes B Benjamin Terrier Service de Médecine Interne Hôpital Cochin 4 juillet 2014 Rôle pathogène des lymphocytes B au cours des maladies auto-immunes Production d'auto-anticorps et/ou formation

Plus en détail

Avis 8 18 Décembre 2012

Avis 8 18 Décembre 2012 Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments Avis 8 18 Décembre 2012 Titre I : Nom du médicament, DCI, forme pharmaceutique, dosage, présentation ENBREL (DCI : Etanercept

Plus en détail

APOPTOSE I- CONCEPTS DE L APOPTOSE II- MECANISMES MOLECULAIRES III- APOPTOSE ET PATHOLOGIES IV- PERSPECTIVES THERAPEUTIQUES. A.

APOPTOSE I- CONCEPTS DE L APOPTOSE II- MECANISMES MOLECULAIRES III- APOPTOSE ET PATHOLOGIES IV- PERSPECTIVES THERAPEUTIQUES. A. APOPTOSE I- CONCEPTS DE L APOPTOSE A. Définition B. Circonstances de survenue de l apoptose 1 ) Apoptose physiologique 2 ) Apoptose pathologique C. Modifications morphologiques et biochimiques D. Déroulement

Plus en détail

METASTASES CEREBRALES «CHMIOTHERAPIE» Prise en charge multimodale, -Traitements locaux -Traitements par «chimiothérapie» : vers une part croissante

METASTASES CEREBRALES «CHMIOTHERAPIE» Prise en charge multimodale, -Traitements locaux -Traitements par «chimiothérapie» : vers une part croissante METASTASES CEREBRALES «CHMIOTHERAPIE» Prise en charge multimodale, -Traitements locaux -Traitements par «chimiothérapie» : vers une part croissante «Chimiotherapie» = chimiothérapies (cytotoxiques) et

Plus en détail

TRANSDUCTION DU SIGNAL DES RECEPTEURS T ET B

TRANSDUCTION DU SIGNAL DES RECEPTEURS T ET B M1 immuno 11/12/07 RT : Sauvet gabriella TRANSDUCTION DU SIGNAL DES RECEPTEURS T ET B 1- Stimulation des lymphocytes par l antigène 2- Plusieurs protéines membranaires «aident» le récepteur de l antigène

Plus en détail

Polyarthrite rhumatoïde (PR) : prise en charge en phase d état (Septembre 2007)

Polyarthrite rhumatoïde (PR) : prise en charge en phase d état (Septembre 2007) SYNTHESE DE RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Polyarthrite rhumatoïde (PR) : prise en charge en phase d état (Septembre 2007) OBJECTIFS DES RECOMMANDATIONS : Avoir un impact sur la prise en charge quotidienne

Plus en détail

Anti TNF α et Tuberculose. DES pneumologie 10/02/2007 L. Belmont

Anti TNF α et Tuberculose. DES pneumologie 10/02/2007 L. Belmont Anti TNF α et Tuberculose DES pneumologie 10/02/2007 L. Belmont Rôle TNF alpha Cytokine pro inflammatoire produite par les macrophages, monocytes, exprimé par LT, LB Recrutement et activation des macrophages

Plus en détail

Les Thérapies Ciblées les plus utilisées dans les Traitements Anti-Cancéreux. Dr William Jacot, Oncologue Médical

Les Thérapies Ciblées les plus utilisées dans les Traitements Anti-Cancéreux. Dr William Jacot, Oncologue Médical Les Thérapies Ciblées les plus utilisées dans les Traitements Anti-Cancéreux Dr William Jacot, Oncologue Médical Thérapies Ciblées Définition Anomalies moléculaires spécifiques des cellules tumorales Molécules

Plus en détail

Séance commune Académie des sciences et Académie nationale de médecine. La médecine personnalisée en cancérologie

Séance commune Académie des sciences et Académie nationale de médecine. La médecine personnalisée en cancérologie Séance commune Académie des sciences et Académie nationale de médecine Organisée par Hugues de Thé, Membre de l Académie des sciences & Guy Leverger, Membre de l Académie nationale de médecine La médecine

Plus en détail

AUTORISATION CONDITIONNELLE DE COMMERCIALISER XALKORI

AUTORISATION CONDITIONNELLE DE COMMERCIALISER XALKORI Santé Canada affiche des alertes d innocuité, des avis de santé publique, des communiqués et d autres avis provenant de l industrie pour informer les professionnels de la santé, les consommateurs et les

Plus en détail

VOIE DES PHOSPHOINOSITIDES

VOIE DES PHOSPHOINOSITIDES VOIE DES HOSHOINOSITIDES LE DIACYLGLYCEROL ACTIVE LA KC L INOSITOL TRI HOSHATE (I3) ROVOQUE LA LIBERATION DE Ca ++ INTRACELLULAIRE (10-6 M Ca ++ ) Ca ++ pompe [Ca ++ ] extra-cellulaire (sang) 2.5 mm (2,5.10-3

Plus en détail

Cibles et mécanismes d action des traitements par cytokines et anti-cytokines

Cibles et mécanismes d action des traitements par cytokines et anti-cytokines Cibles et mécanismes d action des traitements par cytokines et anti-cytokines Jean Daniel Lelièvre, Yves Lévy, Pierre Miossec I-Introduction... 2 II-Les interférons... 2 II-1.L interféron... 3 II-1-a.

Plus en détail

Thérapies ciblées : toxicités digestives. Christophe TOURNIGAND Service d oncologie médicale, Hôpital Henri Mondor, Créteil

Thérapies ciblées : toxicités digestives. Christophe TOURNIGAND Service d oncologie médicale, Hôpital Henri Mondor, Créteil Thérapies ciblées : toxicités digestives Christophe TOURNIGAND Service d oncologie médicale, Hôpital Henri Mondor, Créteil Introduction Toxicités fréquentes Dose-limitantes Altération de la QOL Toxicité

Plus en détail

Dr Thierry Berghmans Service des Soins Intensifs et Urgences & Clinique d Oncologie Thoracique Institut Jules Bordet

Dr Thierry Berghmans Service des Soins Intensifs et Urgences & Clinique d Oncologie Thoracique Institut Jules Bordet Thérapies ciblées dans les cancers bronchiques non à petites cellules. Les cibles utilisées actuellement : Description et valeurs prédictives et pronostiques Dr Thierry Berghmans Service des Soins Intensifs

Plus en détail

Partie III: Récepteurs membranaires. RTK RTP Canaux Couplés R (RYK) (RYP) ioniques Prot G cytokines

Partie III: Récepteurs membranaires. RTK RTP Canaux Couplés R (RYK) (RYP) ioniques Prot G cytokines Partie III: Voies de signalisation des récepteurs Tyrosine kinases (RTK) Récepteurs membranaires À activité enzymatique Sans activité enzymatique RTK RTP Canaux Couplés R (RYK) (RYP) ioniques Prot G cytokines

Plus en détail

Donner de la vie aux années ou rajouter des années à la vie?

Donner de la vie aux années ou rajouter des années à la vie? Donner de la vie aux années ou rajouter des années à la vie? «Rôle des inhibiteurs de l angiogenèse dans le traitement et la prise en charge des cancers avancés de la prostate.» Résumé du Symposium ABBOTT

Plus en détail

Transgene accorde une option de licence exclusive pour le développement et la commercialisation de son produit d immunothérapie TG4010

Transgene accorde une option de licence exclusive pour le développement et la commercialisation de son produit d immunothérapie TG4010 Parc d Innovation d Illkirch, France, le 10 mars 2010 Transgene accorde une option de licence exclusive pour le développement et la commercialisation de son produit d immunothérapie TG4010 Transgene (Euronext

Plus en détail

Résumé. Delphine Théard

Résumé. Delphine Théard Delphine Théard Département de Biologie Cellulaire, section Biologie Cellulaire des Membranes, Centre Medical Universitaire de Groningue, Université de Groningue, 9713 AV Groningue, Pays-Bas - 135 - Résumé

Plus en détail

Guide posologique destiné au médecin pour le traitement de la Polyarthrite Rhumatoïde (PR) par RoACTEMRA

Guide posologique destiné au médecin pour le traitement de la Polyarthrite Rhumatoïde (PR) par RoACTEMRA Les autorités de santé de l Union Européenne ont assorti la mise sur le marché du médicament RoACTEMRA de certaines conditions. Le plan obligatoire de minimisation des risques en Belgique et au Grand-Duché

Plus en détail

Programme SHIVA. Dr Christophe Le Tourneau Institut Curie Département d Oncologie Médicale Unité d Investigation Clinique INSERM U900

Programme SHIVA. Dr Christophe Le Tourneau Institut Curie Département d Oncologie Médicale Unité d Investigation Clinique INSERM U900 Programme SHIVA Dr Christophe Le Tourneau Institut Curie Département d Oncologie Médicale Unité d Investigation Clinique INSERM U900 Institut Curie Jeudi 29 novembre 2012 Introduction Chirurgie 20 ème

Plus en détail

Traitements immunomodulateurs et biothérapies. Par le Dr Bernard WILLEMIN Hépato-Gastro CHR Haguenau

Traitements immunomodulateurs et biothérapies. Par le Dr Bernard WILLEMIN Hépato-Gastro CHR Haguenau Traitements immunomodulateurs et biothérapies Par le Dr Bernard WILLEMIN Hépato-Gastro CHR Haguenau Soirée FMC du 19 février 2014 Invitation telephonique Dr Bernard WILLEMIN Hépato - Gastro CHR Haguenau

Plus en détail

CANCÉROLOGIE. Cours n 3 :

CANCÉROLOGIE. Cours n 3 : UE2 : Cancérologie Pr Lehmann-Che et Pouessel Mercredi 26 septembre 10h30-12h30 Ronéotypeuse : Aurore Valentin Ronéolectrice : Marion Whiston CANCÉROLOGIE Cours n 3 : De la biologie moléculaire des cancers

Plus en détail

Stratégies anti-angiogéniques dans le cancer du rein

Stratégies anti-angiogéniques dans le cancer du rein Stratégies anti-angiogéniques dans le cancer du rein BENEFICES ET RISQUES Gilles PAGES CNRS UMR 6543 - Nice Néovascularisation des tumeurs / Stade 1 Ang 2 Déstabilisation des interactions cellules endothéliales

Plus en détail

Table des matières. Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi

Table des matières. Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi Table des matières v Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi 1 L immunité innée, 1 Les obstacles externes à l infection, 1 Les cellules phagocytaires tuent les micro-organismes,

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juillet 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juillet 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 20 juillet 2005 1 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 767-8 3 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 768-4 12 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 769-0 6 flacon(s) en verre

Plus en détail

Le léflunomide, nouveau traitement de fond de la polyarthrite rhumatoïde

Le léflunomide, nouveau traitement de fond de la polyarthrite rhumatoïde Le léflunomide, nouveau traitement de fond de la polyarthrite rhumatoïde! B. Combe* P o i n t s f o r t s " Le léflunomide est un médicament d une nouvelle classe chimique (isoxazole). Il inhibe la synthèse

Plus en détail

Immunité et grossesse

Immunité et grossesse MODULE de MAIEUTIQUE Unité foetoplacentaire (Coordonateur Pr Janky) Immunité et grossesse Dr. Nadia Prisant 1 Points essentiels : Le système immunitaire, à travers ses deux principales composantes, l immunité

Plus en détail

Dr Jean Frédéric BLANC

Dr Jean Frédéric BLANC Dr Jean Frédéric BLANC Traitement palliatif du carcinome hépato-cellulaire Connaître les indications, les moyens thérapeutiques, leurs résultats et leurs complications Conflits d intérêts Le Dr Jean Frédéric

Plus en détail

Cancer du sein et Thérapies Moléculaires Ciblées

Cancer du sein et Thérapies Moléculaires Ciblées Cancer du sein et Thérapies Moléculaires Ciblées Stéphane Vignot Service d Oncologie - Radiothérapie Groupe Hospitalier Pitié Salpêtrière Charles Foix- Paris Importance de la prise en charge pluridisciplinaire

Plus en détail

20/05/2015 Indications et protocoles thérapeutiques nécessitant une cible moléculaire

20/05/2015 Indications et protocoles thérapeutiques nécessitant une cible moléculaire Indications et protocoles thérapeutiques nécessitant une cible moléculaire Dr Elodie Coquan, oncologue médicale Centre François Baclesse, Caen Introduction Amélioration des connaissances sur la carcinogénèse

Plus en détail

Le point sur ROC Stratégies thérapeutiques Paris, 14 octobre 2011

Le point sur ROC Stratégies thérapeutiques Paris, 14 octobre 2011 «ROTATION OU CHANGEMENT DE BIOTHERAPIE DANS LA POLYARTHRITE RHUMATOÏDE EN CAS D ECHEC A UN ANTI-TNF» PHRC National 2009 - HUS n 4507 Le point sur ROC Stratégies thérapeutiques Paris, 14 octobre 2011 CAT

Plus en détail

Actualités en Onco-Hématologie : nouveaux anticorps IV

Actualités en Onco-Hématologie : nouveaux anticorps IV Actualités en Onco-Hématologie : nouveaux anticorps IV - Nivolumab OPDIVO - Pembrolizumab KEYTRUDA - Trastuzumab-emtansine TDM-1 KADCYLA - Obinutuzumab GA101 GAZYVARO - Marie-Noëlle Paludetto - Interne

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 mars 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 mars 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 15 mars 2006 GLUCOPHAGE 500 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 comprimés - code CIP : 352 816-7 GLUCOPHAGE 850 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 comprimés - code CIP

Plus en détail

Le rejet aigu cellulaire

Le rejet aigu cellulaire Le rejet aigu cellulaire CUEN: 3/12/2013 Philippe Grimbert Plan Les antigènes de transplantation Le mécanisme du rejet L incidence et les outils du diagnostique Le traitement 1 Rejet aigu cellulaire Représente

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 29 avril 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 29 avril 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 29 avril 2009 NAVELBINE 20 mg, capsule molle plaquette(s) thermoformée(s) PVC-aluminium PVDC de 1 capsule(s) : 365 948-4 NAVELBINE 30 mg, capsule molle plaquette(s) thermoformée(s)

Plus en détail

EFFICACITÉ ET TOLÉRANCE DE LA BIOTHÉRAPIE CHEZ 53 MALADES ATTEINTS DE POLYARTHRITE RHUMATOÏDE

EFFICACITÉ ET TOLÉRANCE DE LA BIOTHÉRAPIE CHEZ 53 MALADES ATTEINTS DE POLYARTHRITE RHUMATOÏDE 2Oéme Congrès de la Société Algérienne de Médecine Interne Alger 16-18 2014 EFFICACITÉ ET TOLÉRANCE DE LA BIOTHÉRAPIE CHEZ 53 MALADES ATTEINTS DE POLYARTHRITE RHUMATOÏDE Auteurs : S.BOUGHANDJIOUA, S. ALI

Plus en détail

Essai PENELOPE- Pertuzumab in Platinum-resitant low HER3mRNA epithelial ovarian cancer

Essai PENELOPE- Pertuzumab in Platinum-resitant low HER3mRNA epithelial ovarian cancer Essai PENELOPE- Pertuzumab in Platinum-resitant low HER3mRNA epithelial ovarian cancer AGO-OVAR 2.20/ ENGOT ov 14 Essai international en partenariat réseau européen ENGOT et Roche PENELOPE. AGO-OVAR 2.20

Plus en détail

THERANOSTIC. Pr. C. BOHUON Conférence CORATA Namur 08 juin 2011

THERANOSTIC. Pr. C. BOHUON Conférence CORATA Namur 08 juin 2011 THERANOSTIC Pr. C. BOHUON Conférence CORATA Namur 08 juin 2011 THERANOSTIC Therapy + Diagnostic Nouveau mot reliant le choix d un médicament à la détection d une anomalie génétique (mutation ). Ex.: Cancers

Plus en détail

Therapies ciblées. 19 avril 2013

Therapies ciblées. 19 avril 2013 Therapies ciblées 19 avril 2013 Therapie ciblée Therapeutique dirigée contre des cibles moléculaires présentes et supposées jouer un rôle dans la transformation néoplasique de la cellule cancereuse. Imatinib

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mars 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mars 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 mars 2010 CIMZIA 200 mg, solution injectable Boîte de 2 seringues pré-remplies de 1 ml et 2 tampons alcoolisés (CIP : 397 320.0) Laboratoires UCB PHARMA SA certolizumab

Plus en détail

Brèves de l AERIO. Introduction. Patients et méthodes. Résultats

Brèves de l AERIO. Introduction. Patients et méthodes. Résultats Oncologie (2016) 18:76-80 DOI 10.1007/s10269-016-2584-2 REVUE DE PRESSE DE L AERIO / AERIO PRESS REVIEW Brèves de l AERIO AERIO News in Brief Androgen receptor splice variant 7 et efficacité des taxanes

Plus en détail

Leucémie. Causes, Facteurs de risques

Leucémie. Causes, Facteurs de risques Leucémie La leucémie ou cancer du sang ou leucose aiguë des organes hématopoïétiques(sang, rate, ganglions, moelle osseuse) est un type de cancer qui entraîne la fabrication par l organisme d un trop grand

Plus en détail

DU STAGING AU TRAITEMENT

DU STAGING AU TRAITEMENT DU STAGING AU TRAITEMENT Atteindre la cible Dr Christian VANHAELEN Oncologue Médical, CHIREC TRAITEMENTS SYSTEMIQUES DES CANCERS CYTOSTATIQUES THERAPIES CIBLEES: Inhibiteurs de cascades métaboliques Hormonothérapies

Plus en détail

SIGNALISATION DES RECEPTEURS A ITAM ET ITIM

SIGNALISATION DES RECEPTEURS A ITAM ET ITIM Cours d Immunologie Ronéo-Typeur : Anne-Laure Hermann Mardi 4 décembre 17h-19h Sylvain Latour SIGNALISATION DES RECEPTEURS A ITAM ET ITIM SIGNALISATION DES RECEPTEURS A ITAM I)Généralités A.Localisation

Plus en détail

La Biologie Moléculaire au service de la Dermatologie

La Biologie Moléculaire au service de la Dermatologie Les Incontournables 2013 en Cancérologie 8 octobre 2013 - Chambéry La Biologie Moléculaire au service de la Dermatologie Présent & Futur Benoît BUSSER bbusser@chu-grenoble.fr Présent L INCa et les PF de

Plus en détail

TABLE DES MATIERES PARTIE A BIOLOGIE MOLECULAIRE 3. LESIONS ET REPARATIONS DE L ADN 41 AVANT-PROPOS 1. LES ACIDES NUCLEIQUES 3

TABLE DES MATIERES PARTIE A BIOLOGIE MOLECULAIRE 3. LESIONS ET REPARATIONS DE L ADN 41 AVANT-PROPOS 1. LES ACIDES NUCLEIQUES 3 TABLE DES MATIERES AVANT-PROPOS XI PARTIE A BIOLOGIE MOLECULAIRE 1. LES ACIDES NUCLEIQUES 3 1.1 STRUCTURE DE LA CHAINE POLYNUCLEOTIDIQUE 4 Les bases 4 Les pentoses 5 Nucléosides et nucléotides 5 La chaîne

Plus en détail

Vue générale de la régulation du cycle cellulaire par les complexes cyclines/cdk

Vue générale de la régulation du cycle cellulaire par les complexes cyclines/cdk Vue générale de la régulation du cycle cellulaire par les complexes cyclines/cdk actif Différentes Cdk peuvent s associer avec différentes Cyclines Cdk active: tyrosine et thréonine Kinase (phosphoryle

Plus en détail