R E CU E 1 L D. _E .PLUSIEU-RS MA' CHINES, DE NOUVELLE INVENTION..

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "R E CU E 1 L D. _E .PLUSIEU-RS MA' CHINES, DE NOUVELLE INVENTION.."

Transcription

1 R E CU E L D _E PLUSIEU-RS MA CHINES DE NOUVELLE INVENTION 0 U V R AGE P OST H U \ E De t\t ge RRA U L T de lacldéi?lle Ro)dle des SàCiJCtls DoEleur fitaledlc!n~ de Lt Pladté de Plfls A PARIS CJez J E A N B APT STE COI G N A RD I!nprimeur & Libraire ord~llairedu Roy & de l Acad~mieFrall~ol[C tuë S Jacques à la Bible dor t! - r-- M D C C AVEC PRIV/LEGE DE SA j[a] ESTE

2 A MESSIEURS MES S ;-E URS DE LACADEMIE DES SCIENCES - ROYALE ESSIEURS; Il n~ift J pour lordinaire rien tk plus fitu~ ny dep/th inutile ql/une Epiflrç dedictlfoire ~ a )

3 EPI S T R E c~ux qi/ony loué manquent prefijtje toujours des bonnesqualite~ quon leur attrib~i e5 il drl~irue encore plus fluvent quils ne fl!t point dans le pou~oi~ de d~nér la proteciqn quon (eu~ demtfnde Cetfe Epi/re ifi en ce0~ t{}ut~dijfi~ ie(!tedes autres on n) trouf~ertl point de I~iiatl~ ges qui ne rvqus joient dttés : f5 t ~n fçtût que rvojlre Proteçion eft un aï::)!le irirvio/ltble UXOUrvrages que rvous en jtige-~ drglles Comme c~ neft n) Li naijjàncc nyles richef fès mais lefèul merite extr~orditl~irc qui /donnent placedar;s t llfujlre CO~fJpagnÙ: que (vous compofèï:j n~ peut-on pal dire -que rjous ejles les prc-!miershommes dans les~ cicnk-cj dont chcunde / rvouj fait u~e proftjjion palticuliefe? :0:!!lques belles f5exabes que flic7t les Obfèrvations aftr~nomi-qufkde cciix {lentre VOlJ qui l ~ccupent dans la plf5 haute region 4es Sciences ;:humaines i0!jj qu~ilsdécou~vrent Jans cejjè des 4ftres qu~ n~ avoientpoint encore efté connm :J f5\ comme un nouveau Ciel dans leciel ancien de rios Peres i ~j qle ceux qui regardent le Globede- la te4re :> reéfijient toutes les erreurs des Geographes qui les ont prèced~~ e5 prènne/ttles di!lenjiijn~ de ~efte maffè imm~nfè aruec précifiot;

4 E PIS T R E quun /:utbile ArchiteEle prendroit les rnefitres dt4 P a/aif dun Prince; J2!!JJ que ceux qui pel2e~rel;t dans lesfterets les plu! profonds de fa Geo;/(tit trottruent fàl?/ cejfef5 dans les nomb~es f5 dâi~:s les jigvk:les des mjjleres tif des propriete:g doi!tla decouvértf aurait- autrefois 7ner~tç des J{ecatoJJ:!- 6es i ~y que ceux qui regardent attà7tii~eljc7t les Oirr}Î~ages de la!yatu re en rendenti~ifln }âr la lvlech3nique comme / ils avoièn{efte appe!le~ -au Conflil du Createur quand il lesferma la frerljiel~fois i 0U!y que: dautres portent!eu~ ~Jeuë ; dans Ir:splus flcretes ~eltu!desiplntes f5 que par la refà!ution dernicre deleu~parties ils y ~oyent les merveilles qtte Salomon )ladf!iroitf5 qui depuult!jl fl ontprefijue Ea-s efté conn~:ès ; Mâi- gré ~outes cés marques e5 toutes cel-prearves dune capacité ijconcevable Ji lè /tjonde af{)oite4 des homme! d~ un degré de me~itè audeffiu dt~ rvoftre le cho~xferoittombéfur eux foul4 compqflro c:eite cel{bre Academie Comme ile]! Vray JVIESSIEV-~S qt!e les /oüanges qufje rvous donne ne peu~uent pa rvouf ejlre c tteftles : Il~n~eft ptu m~ins rueritdgle que jauroù tort de navoirpas une entiere confiance fn ~oftr~ protelion ~ oflroit attqquer unljvre a ~

5 _que VO~J reconnoijrez - EPI S T R E- po~~ ejfr:e le digne <!uvr dg: de Lttn de Vos Confreres /d un homme qur-a mertte de VOAAf ejlre ajjôcie/ qt~i a profité de ruos lumières- - de Vos avj f5 de vos corremons Cejl t a/van~ t~ge qui Vient de la focte:é_e5fur tou: dune So: - cieté corame la Voflre ou US chofès s exa/flnent f5fe difcutent a~e~ne teue exa{fjtudc~qu~ fjut - Ee qui en Jort porte- en quelque maniere arvfc[oy uncataéfere d~ irrepy}henfibilité Je ne fray Jije le trompe mai! j q;ytoûjours regti:rdéles:ourvrages quifèfont dans voflre Compagnie & qui ljnt pajjejoulv~s yeux; comme des OU7Jfages fiune efp~ece touteifin!~liere!les ~ic({resqupnom avons n ontfrifèjue tous if/éfaits que par- des parti cu liers e5 f inftrnité humaine ne permet foint qu~un homme feulne jè [rompe;fiuquelquefoil Il n~en eft ptu tiinfi des travaux Jeq;oftre Compagnie où tou~ Jesfaits qu on Jtlvance fi rveriftnt pa~tant dyetfx tousji clairvoyans où les raifonnemens~(è difcutcltear tant de[prifs tqus fi éc/aire{ f5 don! la l0f4ableémulation- ne pdjjeri~nqilelle ne Ie trouve - incontt}ahleceftfur:wt tel~-tra~aux~ qflo~ peut ~omin~ fisr d~sft!!4ej~tis[a/ides :travflilkr:fàns cr4intt 4[ (dijice4e~~ftiencej~ i par t~ut ~~j!le~~~ i(y (l titi péril VoUi:en Vqje~ ~ --

6 EPI S T R E AdE S S I$V RS tau! les fours des preuves daris leslir{;re~ des plu! grands Philofophes de t4ntiquité dans ceux-mefme du celebre At~iJfo~e VoU! rvoyéz comkien defoù malgré la penetration defin (prit:~ f5 les lumieres quil- a euès fur toutes chojès Iii / efl trof!jpédans /On hijfoire naturelle par cette unique raifln qu~ il efloitfiul Alexandre eut beau employer fa puijjance à fai- re rechercher dans tom lespaïs 04fisConqueftes / eflendoient aruec lune dépenfi digne de lu) tout ce que la Nature J produifôit de pluj curieuxt5 tenrvoyer au plm ftavant des Philofophes çe ;Philoflphe rla p4 faire des Oft!vragts exempts àerreur nj eftabli~4 par conjèqtent ufjeveritable connfjij[ance des merrueillesde la l! atfreil a Jjfé glorieux à Alexandle JaVoir tenté cette entreprift Imaù il eftoit j rejèrrvé ~ de la f4ire executer-dans fl dernierepefeéfjon f5 IlOVIS LE GR~ND defemporter en cela ~ le mefme t:lvantage fur ~lexatj~reque dans la plûpart de/ès atlions heroiques où -la Pofterité neremdrquera aucun des dé- fauts try tlucun<t/es viels du Î(ainq!elfr de tafie :Si ~e me laiffi alleriry ME SSI EV RS;} piullôlj que les bornesdtuf:c Epijlre n~ lepermettent javouë-qilily entrede ma part un peu de

7 - E p sr R E : :comp~aiflince es un peu djamourpfoprê Vou:( fi~~ezj ~ ~ S S ~ V R S quej~ay euthon- neuf d-ajjjler ala naijjanct! deruojlre Illujlte C~m pagnie qtf<tjefloij pl~(é~t qua~d la ft~am~ ~e ~os Conferences es les rn4tteres qu on J - ttaltterot~ lu lent reglé~s i quand les grands hommes : qui les premiers y ont :fié dmir jtte;nt nomme~ -quand or/jetta lesft;-zdemenjde l ObJer-varoire monu- :ménfqùi~ifa maniereportera aujji l(}jl~cjtjejlm- un au/ri! ia gloire de /On Fondatèur e qui je;; (/refpeéjer â nqs derniers neueux t Augujl:e nom duprincequiav~it defi gr~ndespenfleie5 tant 4)amour pout ta:pa~cement t/es Sciences Oüy MESSIEVRS lorfque cebaftimentoùlej}rit afant depaltf5 où l/rou5 eflespll4fes hakitans du Ciel que de la TerrefutrefOlu fùrles-dejfeins dece~-- 9 dontje mets tlttjqurd)huy t Ou/vfdge jous q;ojlre p4oterfion; / ejlois prefent e5 ~y;cejoù les ordres necejfaires ~our [on e~~cution En 4h mqt j ) eu le /JolJheur de rvqir to_~testesochofesdflns leurjidées -ujoutd hu) :Jq~eqjoftre c:ompagnie deuxki! plm ~bmbreuftquel(e tlejloitalors IniDë dun Ji grand fucroift de /umferes il f5 qt/elle voit à fa tejle un HOri/f(Jè qui p~jjède lt!)fiul eminemment toui les t4(em quelanfi;turcruomfa partage~ il me ftm: :: ble

8 EPISTRE4 hlcavpir quelque droit dj eftre toue!! p!th qu~ Hn aùtre de t éclat de rvoftre gloire) dnt ~n eftingenieu~ à fi flater/ f5 difp~fe 4 croire avo~quel-: que pajt aux ch~fèsqu~ona vû naiftreje n~in- [:fterajpas davajtage ~E S Sl EV R S à v~djr~fommanderl~ouq;rage lr )puffutlejt que je vo~j!prefèf!- le ~pftre en quelque flrte e5 que ~oui dêfendré~ rvijftre gloirè en; defendant lafter;- te /c:fuis t MESSIEVRSo Vofire tres-humble &:tres obeïltant fervi~èur) PEll&iULTdel A~adémie Francpi[e e

9 devoir ~~a-e4=! Hc: s:~rt~~;~ s;~h~3:m ~ ~ ~ ~~~:ro: ~--3-~ [J R E F A -CE pècit IL y a l~rig~remp~ qujilna paru un LivreauŒ & aufl plein en me[me-t~mps de cho7 {es toulcslq~lvelles Q!!and datis un gros; VQ- lume il fèrrouve deux Q~ trdîs penfées qui ont quelque air de~uveauté on:louë r Auteur_de ton rrava!:l ~ 0 prend en gré le reftc qui ~fl ate ~ reba~ ley tout eff:-original & ï on na- [heptëra poinije-plaigr -~ la turprife par le ba!:;rib de vo~~pa~eri J;~li:uë mille cho(es- ~ont on fit dc]a lasr\il eftvrayquun~oud:eux: des Macl-inesG:onr 4t~~_(~4plS ce livre ont eftt expliquées darts -lesn<dtes!que r Auteu~ a -faires dam )a Tralduétiod de Vitœuve j mai~ com~me c~sl\tiachices foqt d [On invention & _qusil--ksa peife{tidjmlil~~s depuis T on a crû ne pas lcs-0jliet:tr~dans ce ReœëiL Jç l~ay qu;)il n~y a p~s beaùcbup 4e per[o~~ :~nesqul a yent: du gout!pour ces [Ç>rtesde çha- [es Le beau nlonde ri~fçaitce que c3eft &flen veît rien lçavojr ~Fl~{pàrl des gens ~e Lettres les~norent ordlna~tement à proportion de leur ~eratu~e~ye~ aytv;eu crupeé{udicion iiprofonde qu~ils Itaufoien~ pâ~amîngl!é un martea;u d~avec un m~jne~-nyune {cie d:~vec ~lne li~e 5confondal!t: rout cela fous le nom: ~foutils oudinftrumeris dont larti[an fe ièvt ~lans CesQuvrages Les lviathematiciens mèg -; o - e ~ -

10 P R E F A C E riles {~lt peu -touchc~ pourlfqrdinaire de ces: fortes cinvel~ions & ~~yane du rccpeét & de ladnlrationquè pour les vcrircz abftraires & denlonftrécs regardent peu ce q~i cft attach~ à llne _n~atjc[e jndividu~lle ou qui n~ leur pa~ rojfi pas <fune érernelle veriré Cépendanr quelque avantage qu)onaittoûjours donné auxconnoiffances pùremenr fpeculatives ~ fur celles qdi deccendent à la pratique & àl\:xec:qtion ; quoy que les premieres {oient rcg -fciéescoml)c des Reines & les àutres comne des Efèlaves il ne laitfe pas de [etrou ver un grand nombre de perfonnes tres-eclairées qui Jr~nncnt pl~ifir à Jvoir des M ac~ines & fur tqtlt des viachucsdune lllvention tou te nouvelle parti~ulicrement lors quleuesnen dcmel~ent pas à qonner quelque {atisfaétion à ~f-rit fllaisquelles paffent à produire un ef[et ui peut efirc de quelquj utilité / IR ECUEIL

11 R E CUEI L PE ; PLU SIE U R $ M~AC H NES DE NODVELLE NVENTION~ MACHINES ~VJ ELEVENT les Fardetl:ux\fans frottement E fr~ttenhent dans les Machines compofé-e\ ) qui ju(quicy na pû en ~flre ollé enrierement a tousjour~ ~né un 0 fiacle à: la p~iffance que ron employe po~r les faire :agir & un obhacle trés - c?n{iderab~~_~puifqu\l va tous jours çn augment~rt à proportion de- la pè f~nteu\ du fardeau qu ~He reluë Il Y ~ des organes {i~~les où le fioc~ement neh: pas contîderable & o~ \me[me Il ne s en rencontre point du rolt:r aé:i~n du levier quand on 5en [crt fimplenent cft prefque [ans fi-olternent ; & la - A

12 :R ECU E L Sçytiie que nous appelions Cylindre ou roule~u n~en ~ pdins qu t~ut~ ~ais la difficultéejt de faire agir~ ces organes dàn~ la compofirion des Ma- chines en leur con[ervant cesn}e[m~s avantages: cal il-eil: conltant que le rouleau: n~i efié employé ju[qu)à pre[ent que C0Jmeotgar:e {inlple ) dont on fe [ert feulement pour faire couler les fardeaux fur u~ plan horizonral ou tres~peu incliné; & que le levier n~ agit ordinairementdansles Machines compo[ée~ que d~unenlaniere quief: fujette à un bien plus grand frottement que quand il agit canime fimple orgftne: parc;e que toute [on action d~ns les Machines Cblpoféesne fe trouve guére que~ dans les poulies gui bien qu)elle~ [oierit ~aites pour diminuer lc frorcenlent quun cable fouffriroit en pafiint[ur quelquè choie qui ne fèroir pas mobile) comme lcft une poulie) ele~ ne Jaiffent pasd~ayoir dq froùement fùr leur pivot ou ~dansles trous oùle pivot {tourne) t parce que C~scho(es [ont des appuis immobiles aucquels la poulie-- eft comme at~~ehéè & c~ljée par (on elfieu à caure de la pe[anteutdu fardeau quelle foû6enç: de forte que pour la faire tourner il fauçque les endroits der eilie:! qui font COffillCatt~chez au~ enqr9its fur le[qùels ils ap puy~nt forent- aj;rachez par une!force propqr: tionée ~Ja pe[anteur qui cauf~ cette rttache Of ~elaçe Ce rencontre point dans le rouleau qui p~ut tourner fans: que l~s parties qü~ porent [ùr [on appuy ayent aucune peine à le quitter

13 -- D E PLUSIEUR~ MÂCHINES &c 3 Cel~ p~ut ehre aisértenr expliqué par la Figure qui fuit dans laquelle A eft leœeu dune poulie B chargée des poids ç & D dont lun cft la puiifance & lautre le fardeau & E F G H èll: lappuy [ur lequel pore r axe de la poulie Car fi lon [uppoceque C efi la puifànce ô~ D le fàr- ue quand cerre puiffancc deau il eh: confiant il Y ~ dèu;k pain s d~ agit) ces d~ux points E & F de l appuy ) ~ leœeu qui t()ü5h~nt & qùe l effleu G y pelic(ouruer quë cés deux points n-c -frottenr & n~ raclen~ficet~a fe~weu~dir~~es deux endroits de appuy) & quilsn}i [oient d autant plus for- tementat~achez que les poids [ori~ plus grands & que la Euiifance agitavec ptus de force De forte que ~ lappuyer: Favé en rond ainj quil orte encore UILp!U~grand le vq!t\cn ;G H ) il app ob!{ace au mouvem~n~ eilant rouche:& preffe en beaucoup; plus d enp~oits : car quoyque ce grand~no~bre déldroit5 fur le{qùels feffieqpqle [oit c~ure que chaque e~droit eft moins pr~ffd il A ij

14 4 eft pourtant cenain par rexp~rience quil fè ren COlitre moins; dobfiacle au Imouvement de cet efiieu lorquil ne rouche quèn deux endr9i~~ de R E C :UE IL fappuy aing quil fajtene F & que C)cfl: lapuifeince & D le far~eau que -lqrs qu et: J d G H eng ao-e ans fi cavite b Mais au co~traire fi D eil: I~ ~puftanc<: & C le fard~au Ô(qtie lon confiderèr effieù A agiifatt éomme un rouleau il ne rèncontre!a riën qui r empefche de tourner en savançant vers H ct 0!fque la puiffance D le fera alter parce que le point qui appuie à: lendroit F le quine [ans repugnance & que t05 les autres poinrsde leliieu pofanr[llcce!iivenenr [ur dautres points de r appuy il ny~ rien qui faffe que lés poinrs de lehieu Ç)Urouleau ayene de la peine à iè dé racher: des points de lappuy de mcfinc quils en ont lofs quefiat;t [errez contre les - endroits EF ou dans la cavité G H p~r la pe(anreui; ~u fardeau & par leffort de la pui{falce il faut que pour les qpitt~r ils les frottent propoitionncnlent à la p~[anteur du fa~~deau& à la force de la puie rance ; parce quil faut que pllfieurs parriesde r~~eu paifenr (ùr une e[me parriê de lappuy qu~ detl~ure inlnl0bi~ Er cel: par cerre raifol - que r JtÎle &la graiffef~cilitent le nquvelenc des e l(:ux& ~es rouës ; car les panicules roulantes de rhuile qui eftenrre r cffie~ & [on ap::: pur tpuc que ce qui [outient eftmobile parce ~u a9rs ce [~nt les larticules de lhuile qui [OU~

15 ml DE PLU SIED R$ MA CHINES) &c 5 tiennent lefqueijes èfhnt apparammenr rondes ont une facilité à efirti remuéès parce quelles font COlleauiant d<t rouleaux lîs entre les parties de reiiieu & ceues de lappuy {lu; lecquelles il pore: - Cette erpefigure Cere encbre à expliquer coùent le levier agi~ autrement dans les Machine~i que ql~nd on fen [ert COllme de firnple org~ne : c?-rquand la ~al~tieb eft remuée pàr la puiffance ~ le long blras du levier eil pepis le p~i/nt:- E ju[qual; pint ie la ëirconfe~erice toucbe par la cordej a l)endrolt K & le peut ~fi: depuîs le Icfierpoint le jufquà la circonference oppofée vers K t: de [qrrc que quand me[me il ny furo~~ po~nt ~e fro~~ement lïn~galité de ces bras deanoerolt plu~ de force dans C pour lllouvoir D que dansr D pour mouvoir C & cefi l~ la naniere doth un levier eil: emplùyé dans les Machines CO po [ée-s Q!e fi lon [uppofe que la poulie B eil remuée par la puiifance D le~ deux bras du l~tier fo~t égaux allant cle- puis la circo}ference d~ la poulie ju[quatt point pa~ leque~lleœeu po[~ [ur [on appuy Et qeft en cene ffianiere qilut~vietagit eoltime {im~ pie organe 0\ p~ur concevoir l~ difference quil y a en tre le~ etf~r~ de ces ~ejux IJanieres ~ il:faut con{i~ derer pour les comparier l~ne à aurre quelapço portion de la puitqncelà la refifiance du fàrdeauo) eftaqtja rpefme dans ru~e & dans lautte maniere) A iij

16 6 REClE~L lfne sagit que de la regfianee qui rienti diel~ part de la Machine: car ceree refif:ance::efi fort grande dans la lllaniere dbnr le levier cft lordina~renient ~rnployé dai}sles Machinescompdrées aibfi quil eft demanrré &\va encore t~usjours en sét~gmenralt à pqrpotij~n que le poids du fàrd~au eft: augmenté Au contraire da;nsr (tutre l~ani~reql~i eft èelleoù le lev-ier:aait Comme fin;ble organe la!facili~éàpaffer du~ poin~de rapp~~ (lir :autre p0int~~ tousj9urs la mecme quelque diffèrente que_~~eil:rela-pef~te~ear4éa-uxt Irf~ut à9nc; pour ~erfe~ibi~~r ~es~achi~e~ tro~ver les moyens d y falre agir ~e levier de la maniere quq agit quand on s~eq [crt comme dun organe JÏpJple ~ dx fair9 a~ir le rouleau Ces mp-yens qu~ n~ontpoint ercore ef:ér prati- <:luez j le follt fofr CQlmodémept \daps les Ma- chines que lon propo[e;: car Je Ie~ier IY agit non [cule:nent de la maniereqtli! fair guend on sen [ertcomne dun ~rnplc org~ne cieœà-dîrc avec ~eu de frottement ~i$:ily agit JllefiC fans aù~un fr~ttement: fèui~ro~n~ faq\s frottement &:l~ro~lea? y a~it:non mats ci unè maniere ~ncqee plusp~~faite que ~uand on ~en f~~t CO~- c d un finlple org~nç~ a caucê qu 9n ne le fait m~ PQInt ~ppuye~; rue un plain ml r~negaiii:é qui fe re~c~ntre~t~~~j~urs& ~aps ::J~ ftirface d: corps C]W:lppuye fu~ le roule~u) &;daris le plan fùrle- quel}~ roul~ar palfe ~pporte de grands :ob4~~; ~lesa l~pqlffa!ncemquyante ; parce que comme

17 -DE~~ptJ-ttsf~ UR ~ MAJ c-hi N E S~&c?~~ ces inrgalitez fo~~ q~e Ile r?uie~u ne [çaur_àit~a~:ir que ~ fardeau ni(: [Olt Leve & ne rede[cende4ors 9l!il f~ rencont~e ~es; nli? ence~ ces~ frequç ll ~s ~Ievatldns employent l utilement la pullfance en lobligeant de faire cle s ~fforts qui nappartin40 ;- nent pdin-t ~Jl mouve f ç}t dont il sagit leq el neftqùup molivemen horizontal: au lil:ujue dans nos Machines le r: ~leau agit ~nifornlej~fr & par [on moyen la p Iffanc~ ne fait aucun te -fort qui pa:it un effec our lelevation aqueue -eti-e~~e~ploy-é-e~ --it-- -e~{era -don c-- pas---dffich e de faire conlprendre lùe les Machines qui àti ront [uivanr c~s princi es[où~ cap~bles de p~o~~ on aura expliqhé r duire ces bons effets quand ~u ell~ e~ ~fl:lj ftru~pf e t?c la maniere da~~ Jen dfcns ey de trol* forces -- La~premiere eft ofée dun rou-ieau ou çy- litidrei AA qui [erc de euà une rolie en forme de poulie; marquéè B çom lej{i u qui tourne avecla poulie ~eit [ouje~ti par de~x cables ç C attachez au haut 4e la Mach~n~ quilefi en forme de g~uë Le nefm~ effien ~_uh aurr cable /D qui [6utie~t le fardeau E & la roüe au e corde: F F Q qui Iuy eft X attachfe &:enror:till~e _quel on tire pour élever lé fardk:au L~l~vationre ~ajt par la ra~[on qfte la corde efiant tlree la roue tourne & eh me[me teipps feœçu q~i rouiarft [urjesd~ùxbras RR;lu gruau> eft tiré vers le h~ut d~la ~rachjne par les cablesc C qui s~ento~ ~l~ent ~utour~dè~remerid~ m~[me que> lecable D Ul[outlentle fardeau :i~ar ~» <J!

18 rouleauje :8 RE -C UE L i~ arrive n~cefair-t~~ent que les cabless erttortil- Iane sacc~urdi{fe?y~ r~rent vers lendroit o~ ~~s [ont a~t~clez; c efi- a dire que les cables ;C <j:ni rént lêm~d â~ec la roüe vers le haut de]~ Ma~hine & q~e l~ bable D tir~ le fardeau vers IrelI}eu ; pàrcequ~ les cables atrachez a~ (haut de ~a tviachinë~ ehiryqudqutienr le fardeal~ [6ntl entortih~ i fur 9 rouleaup e deux fêl}s differens: Et ~co~n~~ ~~r?~h~a~~nej~a~e [ur les bras dlt g~ual l~$jl!oyqn~~nt ~l ~glt fans aucun frotr~~fn[ aid:lquilijeftl expliqu~ dans: la prenfere! Figure où le rouleau A peu~paifer [ur î>appuy F H en a!altversl [ansq~ïl y ait de frotte~elk Or ~ la force d~ ~!MachIne de rnefilequc daf~ la J g~uëb:din~ire d~pend de la gr~ndelr de la roüe & ~u peu Fe!g~olfefr quelon dnne au rouleau MaIs Pour- au~rmente( certe ~orc~ on fait que la -corde F F ~Üi f~~ietourner la rbiie eft tifé-~ au has de la M~chine par un rouleau G G rourné avec des vièrs) q~e ron faîlag~r atifii [ahs fiot- 0 reitjent fi i[~nt \e~tqrtjlie~ la çotde F FQ Cu:r le rouleau G G [ qui eft atraché par les icordes H}~ : ~ r lors quon fair tot~tner l~ touleau Cen ~~ia:ar lr~ bouts ~~L des leyiers) lç$~ordes II q~l S en r-~oll-lej;l~ alcj;tourdu font de[cendr9 &! la ~corde ~FQqui çft ehtprtillée ~ur-le roql~au: G G eft tirée t~nt par laderc~nte du roue~~ c~ufée P(jJ! enrorcitled em d~s cotdes ~ ) qu~~~~f ~~n entoryl~ment (uir le: I?~[me f U-- ~e~p qultoprne ende!èendant ;!& ~qui iremqnte ~ 6r l t : ~ q u~ on ~

19 ])~JPLustfu~Si MACH~NES~~ 9 lorfq~ pn rd:vr les Ilevrers L L!parc~ qu l~ dl: retlr~ çn haut par les c<;jrdes HI-:t:Mals pout fa- cilirer lfaéri:pnr~u r/ouleau G G quirire a~0rde F FG il y a d~ns IJ~ b~rre K a~ traver~ de la- <ïue~le cy~âp~és decri:qe ~ qu~ fappeuelrpain ~tl ~Xa- ;la cotde! pa~e uqe aurrè Machin~ qùi eft l~~nle;) parce ~uelle r~tient ~ ar~ed:è- là corde de nl~r}ie~e quetlle la Iairre alletli~l:elti~nt~ quaïd elle efii t:iré~ enl: bas & quelle la r~tierit ~ l e~- f:~~~~:~:~~~i~i~rg~g~~~~rt~tal~i ~o~tslit i Ipar reprifes:~~ afin qua- des levi~rs <]l~lagi{fenr ~or~le bout ~ela cofid: ne rc0nre~as a~œ ll eft eptorqlle un aut~~;;rouleaum qui cft Itn- ~: bile; au bas d~ Ja Ma ;h:~ ne? & ll/aut[upp o[~r qu~ ce: bout df:tla co d~ ~arq~le Q eh tetlu par un :homme ~ui larrj:~& le rient ferlc)ois C]uon leve les Idviers & qui le tir~lorfllon les abbaiite Il faut cepenq~nt r~~rquer quer~tra(ti~n q~fi fe fa~tpour ellr~fcher la : 4~ orde de re~oltér<juand on leve l~slevl~ts G L ) ~ pour la faire VenIr lors qu6nles abb~iife nea point une aétion qui ap: partienrie tel~~enr àléle~4riondu fardeau)quelle do!v~ e~re prqp#rtionn~9 à Cap~Canteut ny ayant po~n_~ (r~utrea~ionqul le doive ep:re qu~ C~le qui Cet~lt [ur le~ leviers ç L fur le[quels l~ fam: appuyet ~lusou :rl0in~ [e on fa p~rantèur d~ f~r~ deaui: çar cett~! traébo: eft toujouts la mehne 9uan!d on rèleve! les :levii ~ rs parce qu~lors le far~ ~ - B l

20 un 0 R E CU E L deau èft retenu par; la pai-tiede la machin~ ap::- pelée~main) & quand <?u baiffe les leviers le tri~ pie entortillement de Ja corde fur le rouleau GG; lytattàche affez forcement pour tirer les plusj o-rands;: fàr4~a~x~ pour peu que la çorde entor~ cillée cur)ejroule4ui~mobile foitretenllë aihr ~ que exper~ence le fait Vair dans lll~firument apj peug Pôulail~ c!qnt les TOlneliel~~ fe fervent~ & par: lek?yen~û~udunho~me [o~tientavèc lamai~ Yffiuyde~lp afe~ facllefijent : : &Pl~~çhcs _ 3 ou pnncipes qud laprenere en eft differenreen c~ que JeCyIn~tè q(elle ~mploye ne roulé point fur unpla~ Icomcle dans la prerpiere où il roule fur les bta~ dugruau; ce qui efticapable) com- me i~a ~fi9 d~t ~ d~appor~erdes o~ft~cjes a~ D0- v~n:ntq lerqr:ls (e rencontr~nt polr-r- dàn~ la ~~ m~~lere d~n~ il ag~~ dans cerre [econ~e ~achlne ne f~lt que fouffnr d ejh~e entorulle des ca bi~s q~ile;foptiennen[; cet~ntd:tiltenent efialt un~ cho(ea:~~qu~~e)~s)~ables n app()rtè~t aucu~ ne jrefift~n~e ~ alnu qu Il [cra \xp~lque dans la fuide Ë l \ hndr~;;our uleau A qu~ [ert deœeu a une rouë :::figurc III çette Mrchine ade~e[m~ l~uera~trc ~n Cy en fo~ije: e poulie ~atiuée B ~&quiefi [outenu parle:syc~ les cc : la :tai~ K au travers i4e la~ qqèllehij~ rdefff raite ~ lesrouleaux G;& M aghre~~~ ~uni de: la rrie[~e maniere que da~s ~a prem~ere~achme: Ja~S le fardeau eft porte pa):

21 ~::t>-e~l?-lu~leçr~ M AC H! NES &ç II de6x Fables Iip ; rcsç gettemachl?e ne~ourne ro!~t: [u~ un ~ivotpour tranfporrerle-fardeau â & ~ga~~he ; ellei eleve a peu pres COffilne drlt : fal lamachlnf que Ip~ appelleengln~ ~ - P9ur :equ~ eit ~de~i petir~ Machine que)ap Figure IV pe~le M~:n qu ~nale~me & qui e~ reprefenteepar la ~uatf/elle Ffgure d~ ~a mecme planche ; ell~ cft co-mpo[ee de dfuxta«~ux AB qui tournent & [ont arreftez par le~ pivotsi~c; ces deux r~{[eaux [e te- :uentnec~tair~nenter{èmqle/par le moy~n de!a branche R gui e~~d~~5~~h~~ par un bout au raffeau -If;eIT percée \p~r lautre bou~ & reçoit un clou ~utaché a~ rafteau ~ ) qui loblige de renlon: tcr qu;apd le trffcau B efl:repouffé é:n autpar l~ reffort E ~La~ion dej cette {achine dépend de la conl~ preilion ~les ra~~aux q~i fetrent:& arrellent l~ c~ bleg H lors qu Il efi qwever~ G ; de manlere qu Il eft d~\ltant plus [err~ qu>ileft tiré ave&tlus de force:f parce que ]es f~ifeaux sapproc~~ntj& ferrent davancage: pllskcable dl: ciré Au conrrai r~ quari~ le cable e~ Ji~é ~ers H les raffeauxs>é- loignent &ne sopp9{~nit point à latr~a6tion Mais ~ lo~ve~t que le ç~b~~ p~iff~ auer vers G on ure la petite corde Ib [al[anr baiifer Je caffe?~ A fait auai bai~er er affeau B par le moyeil de la br~nche R )f;(:airifi esdeux èx[~emirez des taf: fe~ux~n séloignànt rh de laütrene [errent plus le cable : Cette Main cft dbil :trand u{àg~dans ce~deux > B ij

22 Ii! R E C UÈ L: MachÎnej;~& elle peutfer~}r en ~~~hqoup dantrè~ fur :tout dan~!cele~que l o~ fau ~gi~ a plufieurs reprifes telle queft la poulie duj;l puits dont ta corde eft tirée avec les bras; parceiq~il faut ql!:un bras :arrefte la corde pendant qu~pn:lev~lautre pour la reprendre plu~ haut: au f~ieu que par le moyende r ~rre~ ~~C?~ette Malin fait de la cor4e les deux brasqill ionr tlr~ la cordy enfenble: fe rele-v~nt auffi en[enlble & ont peqdanr ce tclllps- là une:efpece derdpos [: - :LarplliFme-NiaCT-iÎne peur tefir a8~ver de leau Filé: eft ÇElpoféecOfimeJes amfesdun efiieu ~fa quijrtàver[e ui)e poulie~ [ur laquelle là corde cc eh entortillée & qui va pa/ter au travers de la lain DL~ilièU AA çfi:att~ché par ~~s cablesee ail haut de la Mac~irte; & p ~encoréd~ux à}ltres cabl~s FF qtû yonr; paffer fi ùsle tonneau G po:u~ ~etdurner sattacl~ét ~udl a rcitne Le tonne~u a un efueu4e l?-aur de l~ I\a\ me4ne tlue la poulie & ces deux ~fieu~fon~ enfernez çitre ~~~ quatre 0ntans qui les ~mpefchebt d-ëvaciller Q!~nd on tire }a corde C el~~fa~tque le routeau AA s ento~rillant\aux cables EE onte en haut & quen me!lle-tenlpsil éleve le ave<> lapoie tanneau qu~ ~t:encontrant ) lor[qu~il efl:~~6\~haur ;la b~rrehi tuy fait verrer r eau ~fans lei ~e[ervoir parc~ que la barrèfaifa9tbaiffer lull des bout$ duferiicoudék lautre bout fait ohyrir la [oupape fl )aq~elle souvre aufl:lor[que le to~- neali efl:~nt ~e[cendu dans lçau il s~yenfonce par fa l

23 DE PL]SIEURS MACHINES~c 3 pe[~telt ;& leau yen re facilem~nt à caufeqie leœeuqui entretient le tonneau a dès ouverfu~s qui donnent paifage ~ air qu!~ en [ortl à tnefu e que r~au rentre & cel fait que le) tonneaù! è s)euplit que ju[qu)aux e leux; &que le paffageqe t lair trouve ~ar leul s ouwertures aide ài faire fb:ür leau!lor~9ure afoupap~eftant dans }e r~lervolr par le goulet M buvterte elle cdjjie Cette M~cIine! eft pflis Glple que les de~x autres dàrisl ce qui appartifnt ~\{élevation mai~ e~le -ne ~efait pas av-ec-t~t)r-a-e-foi~cé ~- parce quon fupj po[~ que la corde-e fil immeqiacenleqc tirée avfc les bras; & non par le :noyen ~es leviers Il faut r~marque~ que dans la [econde Machine les If Vlers -agl/fenr pas C0me j daijsla premlere en apply~nt defilis)aiser~e5evant )ce qui d:{lit pour l~ c0n~modiré d~s f~ouvemen:~ii [Olltrniepx plac:e~ dernere la Machine ~ que sils efl:olenr diù cofré:que- l~ fardtau eil eievé~ car~pour ce qu i ~fl: àe;:ées deux: n}a~ieres ;<efairq ag~r les leviers~)ü~e retient à l a~:tre:pajç qu~ fi roll ne peur pas f*i- re iautant tourner lel rouleau en:levanr les eviers q; o~ le fait en lesaba{ffani: il e f:vra y auœ qu +n le fait ave~ plus de forçe un hqn~e ne pouvaht -agir dn appuya~t que par fa: pe[tnteur; au nbu q il peut remuer en le~ant le doublede fa \ pe[aln te r: î ; ti~;~fi ipas difficile co~prendre q~e ces Ia; c~ nes agiffent [ans fr tt~m~~t) & qu)elles n~ ~ n~ po nt cct Qbftael-e!ul- ans iout;es les autrcs reg e - : B iij

24 4 R EC U E L uun à la puiance q~ilè~ rernuë à pr~portio~ flue le fardeau il: plus pe[ant : parce ql;e néi ~ agiffant qqe du }~nent d~s câbi~~ bi:~~ loin }~e ~flrt?ideur queletv donne le palas qu ll~fouclrnnelntre- ;~pugrie àjeur plieonenr il efi: vr~y aq CQ r~aire qüe plusjecab!e eh:ùehdu p~r la k[ant~ur u far- deau i &!plus!l ~ de dl[po{iqop al (è plier ar Il ~a~t onftdere~qhèçomme pbur If plien:en\ dun cabi~ il ~ll në~eaa:re que leis patjl~s qui [~ t au cahe au il fe pite 5 acourc~ftçnr d efi cerra-i qu~ ce qu di }2ofeces t?artirs à saccou~fir 4i[~ 7 blé à Ce plfer: & ileft évident que! plus les p~ni~s -ont e é ~lpngées & pi~})èlles ~éi~ndent à ft: racc-9ur ir ~Ga*d la cau[equi les ali:jngeoir vient?! cê{fe; :~ejl: c~ qui arlive ~ux palrriesrqui [olht du cçfiç; vers (lequel le caqle fe plie; p*rce que laitrac- ripn ui! longeoit les parties qu~ fànt depttis A 9[q à ~/dan5 la rfig VI nallonge p!l~celi~; qui [qnt aleq our du raulea~ C depuis B Ju{qula E; p~in uau conrraire le pnenlcit ql i les re{enk -les r~c urcit en tt?üt cet endroit Et il cft: conlfiant or~ qqe polir cet a~courci~emdn[ il nefi poinç e_;~ by-üin ddjeur tl:ire aucnn;e viqlépke piiifqu!eiies y r~nt po~tées:p~r leur inclinationj narurelle ~ qui fa~tque lçscho{esdont es parties! ont efié ~ren- 4qës par violence retournent dçles~efines & fa~ t~~n r;~;ti:i~:i:l~r ~~:7;lf::~~i:~~t ~ppo~te au mouvenent des Machlnds ordlnalfes)& derlmport~nce du moyen q~e les Machines!pro

25 E! PU l SEUR ~ A ÇiHI NEtS &c ;5 P?fi es!foulini~ertpou~ es enj;erdr~ exe;~pte~? il n e ~as-difliclie d~ fau VOir ~e ~Ul eneft VOlCY les X enebces! qui-en qnt efte faites n a attach ~ deux bb~ins d~} balance ~ux endro ts C &D de l~pre lere FIgure page ) gans r cha un4elqüelb on a is une livre de plt?nb & pou 4ire trebufhe~ le affin B~on a trou~é <-uil FaU It feulemellt un gr S) ~qu Il en falloir C:In;q pou ire ~rebcher le affin C; Rarce que daqs cel y- y ainfiiquil a fié dit ij Y a frottem~nt aes 0 ntse:&ifdu ra IleaiiA~i:-orifre-Ta ppùy- ~~ que p?ur le rno*vem~ntdu ba~ü~c ilpy aaucup frot~elient; la p~ran~ r du~fard~au ne f~i[a*c poll t Hue les points d oul~au s attachent ~ux poi t:!(~(! lappuy ~ n mpe[ch~nt pointquii~ + Cc ulttent pour ladfcr lle~ le rouleau vers etp- droi où le bafiin doitt ebucher li~ çe q u Hp de plus re~arq~a blc:ceit gu[à me rt qu on a q}oufte 4es pol~s d~ns les balhns il a alliiltau~~ aj?uft~r 9fHd~ue cho~e à propor~ipl pou ft~e trebu<r:her le afhn? :q~l ag~ ~yec ~of- eq[orre \que co n~ecinq gro30nt efte n~- rem nt c~œir~s;p9ur fair~treb cher u~~ li~~e Ît e? a fal~u dix ohr d<;:uxulnze our trois vlngt-ç:lnq pour cin~ t <:grp~ qq~ a fait trebucher dne liv~~ d~n r u~re qa{{tn de}a balat;ce qu;~agit [h~tfrqf- ten: n a:!ilfiip~ur fal~ tr~bucl~er ~Ies~~UX ~s trot sqllatrc ~les-ci q livres; & appa~enl~e~~ fuffi a fo~j~urs qpelque o~~squ~~?ti ajo~jte: ~~e q~e>danse~/~ffa hl~es ou tly afr~çtepe9t me 9!DI

26 R E CU E L i6 ; il faudraq;leçe que lon ajoüftepqurfairc} trebucher) aille touj~urscroiltant par la l}ermé lifo- portion à le[urequele poids du fardeau fera~ug- enréet cela va affezloin) princip~e~ene qu~nd le 0vement eft interronpq : car alor$arefiqan~ Ge croib: de prés de la oitiçj)ainfi que rexper~encele fait voir dans la ro~ë dtpne gruë ; parce que -lors quun h~mme :j marèhp sil sarrefie il eft oblicré de monter bien laqt pour la ;reettreen rraig: ce q~ùarrive parc~ quëles inegaiitez~des unes dans les a(tres; ce qurne leur arnve pas lors iqu~ellesrorit en 0uvenlent ra~t-~es-ej:ui~~-e~~e-h-en-t-0-ne-lre>ifi-r--d-e-s~~riga-ge~e-s- Machines pdur tldifner lesfrirdeàux : E~t~ Ma~hine!elploy~ le rouleaü ~lr C : plan ~on[ontal Ce qu elle a de parrtcuber è eft premi~~~llletlt qu) ~lle entretientles rouleaux en upe lituadonqui+~jl: r6ujours parallele à fégard un(d~ r~üi:re& perpendiculaire à la ligne de dirèétiort duf~r4eall qu)iis [o~tiènnenr ~e manque d~~cet av~ntag~ dans rù(àge que Fon fair ordinai- rement dçs roueatlx-donne beaucoup de peiné ; c~r {irl~ de~ ~eux rouleapx fe dçrourne ils ne r<?ule~t plus ny lun ny lijlère ; ~ts)ils [e décour- nen~~ ~g~lement le farde~l! prend une autre dirèétion & tourne à éofié efi bien difficile d) em- pe{ch~~>que çr;s accidens b)arrivent fi lon nap- porte Jes precaijtîonsque Pon a prifes dans ce~t~ Machuae ~u En

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T

Plus en détail

D é ce m b re 2 0 0 7 L e ttr e d 'i n fo r m a ti o n n 1 6 E d i to r i al P o u vo i r s p r i vé s, p o u vo i r s p u b li c s P l u s i e u r s é vé n e m e n ts n o u s i n te r p e l l e n t d

Plus en détail

La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010

La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010 La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010 1 Objectifs de travail L objet de ce document est d expertiser la place occupée, en 2010, par les fictions américaines dans les

Plus en détail

D é ce m b re 2 01 0 L e ttr e d 'i n fo r m a t i o n n 2 2 E d i to r i al L a f r o n ti è r e so c i ale L a p r i s e d e c o n s c i e n c e d e s e n tr e p r i s e s e n m a ti è re D e s e xa

Plus en détail

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol.

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol. LES ESCALIERS I. DÉF I NIT I O N Un escalier est un ouvrage constitué d'une suite de marches et de paliers permettant de passer à pied d'un niveau à un autre. Ses caractéristiques dimensionnelles sont

Plus en détail

La Cible Sommaire F o c u s

La Cible Sommaire F o c u s La Cible Sommaire F o c u s F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N

Plus en détail

Définition : Un logiciel de traitement de texte permet en particulier Merci de visitez le site web : www.9alami.com

Définition : Un logiciel de traitement de texte permet en particulier Merci de visitez le site web : www.9alami.com I N T R O D U C T I O N W O R D e s t u n l o g i c i e l d e t r a i t e m e n t d e t e x t e t r è s p e r f o r m a n t q u i n o u s p e r m e t d de o ccurméee nr ta u n C e d o c u m e n t p e u

Plus en détail

INTRODUCTION 1. Les modèles linéaires à équations simultanées 2. L analyse des données de panel

INTRODUCTION 1. Les modèles linéaires à équations simultanées 2. L analyse des données de panel INTRODUCTION Complément a u x c ou r s d éc onométr i e s u r le modè le li néa i r e et s on es ti ma ti on D eu x pa r ti es : 1. Les modèles linéaires à équations simultanées : définition des notions

Plus en détail

Présentation de texte adaptée

Présentation de texte adaptée Présentation de texte adaptée pour éviter les «inventions» dues à une lecture globale mal utilisée Titre : Approche adaptée d un texte pour un enfant qui ne fait appel qu à la méthode globale pour lire

Plus en détail

CHAPITRE 3 : TABLEAUX DE CORRESPONDANCE POSTES / COMPTES

CHAPITRE 3 : TABLEAUX DE CORRESPONDANCE POSTES / COMPTES Journal Officiel de l OHADA N 10 4 ème Année 221 AA CHAPITRE 3 : POSTES / COMPTES SECTION 1 : Système normal BILAN-ACTIF ACTIF N os DE COMPTES À INCORPORER DANS LES POSTES Réf. POSTES Brut Amortissements/

Plus en détail

Exercices sur les vecteurs

Exercices sur les vecteurs Exercice Exercices sur les vecteurs ABCD est un parallélogramme et ses diagonales se coupent en O () Compléter par un vecteur égal : a) AB = b) BC = c) DO = d) OA = e) CD = () Dire si les affirmations

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...1. Les jus ti fi ca tions des employeurs pour cybersurveiller les salariés...7

TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...1. Les jus ti fi ca tions des employeurs pour cybersurveiller les salariés...7 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...1 PARTIE 1. Les jus ti fi ca tions des employeurs pour cybersurveiller les salariés....7 Chapitre 1. L impératif de sécurité informatique....11 Sec tion 1. La néces saire

Plus en détail

Définition : «interconnection» et «networks». nterconneconnexion des années 60 des années 70 ARPANET des années 80 les années 90 Aujourd'hui

Définition : «interconnection» et «networks». nterconneconnexion des années 60 des années 70 ARPANET des années 80 les années 90 Aujourd'hui I N T R O D U C T I O N D I n t e r n e t e s t l e p l u s g r a n d r é s e a u a u m o n d e a v e c d e s c e n t a i n e s d e m i l l i o n s da o r d i n a t e u r é s e a u x c o n n e c t é sa

Plus en détail

Simplicité et efficacité

Simplicité et efficacité Migration vers la nouvelle version du logiciel Simplicité et efficacité www.thunderbee.org Plan Pro c é dure Wind o w s Pro c é dure Mac Mis e à jo ur de s mo dule s 17/07/15 www.thunderbee.org 2 Pro c

Plus en détail

M A R C H E P U B L I C D E T R A V A U X. P r o c é d u r e a d a p t é e

M A R C H E P U B L I C D E T R A V A U X. P r o c é d u r e a d a p t é e M A R C H E P U B L I C D E T R A V A U X P r o c é d u r e a d a p t é e P a r t i e 2 - C a h i e r d e s C l a u s e s A d m i n i s t r a t i v e s P a r t i c u l i è r e s Université de Technologie

Plus en détail

Les Laboratoires Pharmaceutiques

Les Laboratoires Pharmaceutiques Les Laboratoires Pharmaceutiques Les plus grands laboratoires et les cadres de l'industrie pharmaceutique. Les laboratoires recensés sont les laboratoires pharmaceutiques, parapharmaceutiques et leurs

Plus en détail

N 1 2 1 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 2 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3

N 1 2 1 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 2 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3 Expérience > O u t i l d e M a n a g e m e n t d e p r o jet : Planification 3D des projets informatiques p1 La pla nifi cati on 3 D, J ean Yves MOINE nou s en a donné la p rime ur (voi r La Ci ble n 110,

Plus en détail

a l e i y m u r o f n v w s j z ou ch oi eu ph gn eau/au on in un en/an oin ain ein ien ill Une lettre qui donne un son que je peux chanter longtemps

a l e i y m u r o f n v w s j z ou ch oi eu ph gn eau/au on in un en/an oin ain ein ien ill Une lettre qui donne un son que je peux chanter longtemps Une lettre qui donne un son que je peux chanter longtemps a l e i y m u r o f n v w s j z Une lettre qui donne un son bref (en valeur de base) d t b p c k q g 2-3 lettres qui donnent ensemble toujours

Plus en détail

Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION

Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION Rappel d u c h api t r e pr é c é d en t : l i de n t i f i c a t i o n e t l e s t i m a t i o n de s y s t è m e s d é q u a t i o n s s i m u lt a n é e s r e p o

Plus en détail

Le libre-service à la médiathèque de Calais. Médiathèque de Calais

Le libre-service à la médiathèque de Calais. Médiathèque de Calais Le libre-service à la médiathèque de Calais 1 Eléments déclencheurs 1. La r énov at i on de l a médi at hèque c ent r al e 2. La r ec her c he d' une nouv el l e r el at i on av ec l e publ i c 3. L' oppor

Plus en détail

EN SER VIC E DE GA RD. r a p p o r t d u p r o f e s s i o n n e l

EN SER VIC E DE GA RD. r a p p o r t d u p r o f e s s i o n n e l Dossier pour T HANDICAPÉ E L INTÉGRATION D UN ENFAN EN SER VIC E DE GA RD r a p p o r t d u p r o f e s s i o n n e l Document à conserver au service de garde I D E N T I F I C A T I O N D U S E R V I

Plus en détail

N 1 2 2 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 3 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3

N 1 2 2 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 3 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3 La Cible F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T R E U I L C o m

Plus en détail

La vente : votre nouvelle compétence. Viroune Pholsena

La vente : votre nouvelle compétence. Viroune Pholsena La vente : votre nouvelle compétence Viroune Pholsena Conseillère éditoriale : Michelle Fayet La méthode PACTERA est une méthode déposée. Dunod, Paris, 2013 ISBN 978-2-10-070567-2 Introduction Vendre son

Plus en détail

T E L E C H A R G E M E N T D E S D O C U M E N T S 2 P R O C E D U R E 2 C O N S T I T U T I O N DU D O S S I E R 5

T E L E C H A R G E M E N T D E S D O C U M E N T S 2 P R O C E D U R E 2 C O N S T I T U T I O N DU D O S S I E R 5 SAISIR UNE MUTATION FICHE A L USAGE DES CLUBS ------------- D a t e : 0 3 J u i n 2 0 0 9. --------- A u t e u r s : F é d é r a t i o n F r a n ç a i s e d e H a n d b a l l / M. S o u n a l e i x ( L

Plus en détail

20 e Journée de l'afphb

20 e Journée de l'afphb «La Pharmacie Hospitalière : quels projets pour le futur?» L Arrêté Royal du 4 mars 1991, 20 ans après C h â te a u d u L a c, G e n v a l - 7 m a rs 2 0 0 9 COMMENT UTILISER VOTRE BOÎTIER? Utilisez les

Plus en détail

D er m at o ses f r éq u en tes. D er m at o ses p l u s r ar es

D er m at o ses f r éq u en tes. D er m at o ses p l u s r ar es 1 D er m ato ses f r éq u en tes M o ti f s d e c o n su l tati o n : D er m at o ses f r éq u en tes D er m at o ses p l u s r ar es 2 D er m ato ses f r éq u en tes: D er m at i te at o p i q u e E r

Plus en détail

CHANTIER: POPENGUINE 000-... 0.10 0.20 F?1 000 0.05 0.09 0.21 0.33 F?2 }~.lob~ LolI:.:ritc.. l'là~'' ça,,,,... ",~i/4 + noc/ulu J LdlirIL ~~. o.oo~---, 0.05 0.09 0.19 0.24 P3 } ~nrob..: U-~~If....!:>~\C1

Plus en détail

La croisière ludo-éducative du 8 au 19 septembre 2014 Parrainée par Mike Horn

La croisière ludo-éducative du 8 au 19 septembre 2014 Parrainée par Mike Horn La croisière ludo-éducative du 8 au 19 septembre 2014 Parrainée par Mike Horn Résumé D én omin a tion E A U ' t o u r d u L é m an - l a c r o i s i è r e l u d o - é d u c a t i v e ( E T L ) O bjec tifs

Plus en détail

Montage de projet territorial

Montage de projet territorial Montage de projet territorial Collectivités Date(s) en fonction de vos/nos disponibilités A partir du 1er Septembre 2014 L offre La c oo pé r at iv e Cr es na v ous p ropos e de cr é er et c oo r do n

Plus en détail

c) Calculer MP. 3) Déterminer l'arrondi au degré de la mesure de Dˆ.

c) Calculer MP. 3) Déterminer l'arrondi au degré de la mesure de Dˆ. Exercice :(Amiens 1995) Les questions 2, 3 et 4 sont indépendantes. L'unité est le centimètre. 1) Construire un triangle MAI rectangle en A tel que AM = 8 et IM = 12. Indiquer brièvement les étapes de

Plus en détail

Références : des informations techniques pour agir. Violences à l école. Prévenir, agir contre

Références : des informations techniques pour agir. Violences à l école. Prévenir, agir contre Références : des informations techniques pour agir Violences à l école Prévenir, agir contre Juin 2008 $ % $ '( ) ) % *'++, - #. / +0 1 *23 4. )( % ) * -!""5. % ( + + 6 ( % 7 % 7 ) + *8 #-. ) + *8!""5.

Plus en détail

Nomenclature d exécution 2006. Programme 721. «Gestion du patrimoine immobilier de l État»

Nomenclature d exécution 2006. Programme 721. «Gestion du patrimoine immobilier de l État» d exécution 2006 721 «du patrimoine immobilier de l État» Mission ministérielle : YB «du patrimoine immobilier de l État» Ministère : 07 «Économie, finances et industrie» (Version du 23/01/2007 à 05:34:43

Plus en détail

Voiron. 18, 19et 20. à o. octobre 2013 TOURNEE AUTEURS. des

Voiron. 18, 19et 20. à o. octobre 2013 TOURNEE AUTEURS. des à 18, 19 20 2013 UN UU l C Cèl C Cl â-d P Pl P-l-Pl P-- é - -l-- -C ---C ---l --- -Nl-- ll l. 5 é à lé é l'é 3 l : Cl Zl, l',, l' l, Cl q, l' éâ. l, l lé é à, l ' l. l : ll l q l é ll l q l l. U ll q è

Plus en détail

Objectifs : Etre capable de

Objectifs : Etre capable de Objectifs : Etre capable de Etablir un état de rapprochement Effectuer la régularisation dans les comptes Etablir une déclaration TVA CA3 réel normal Etablir une déclaration TVA CA12 réel simplifié Comptabiliser

Plus en détail

Le dossier technique. La zone 30 lyonnaise : enquête

Le dossier technique. La zone 30 lyonnaise : enquête : enquête 51 La zone 30 à Lyon, tant décriée par certains, plébiscité par d autres, est en train de se mettre en place tout doucement dans notre paysage lyonnais. Ce sont en effet près de 60% des habitants

Plus en détail

Addendum Multi-Sociétés

Addendum Multi-Sociétés Addendum Multi-Sociétés Ce manuel a été rédigé par Alain Bellebouche et Jérôme Guyon consultants-formateurs sur le logiciel spaiectacle. spaiectacle est un logiciel développé et édité par Addendum multi-sociétés

Plus en détail

Boîte à idées à explorer, à déjouer

Boîte à idées à explorer, à déjouer Bî à ié à xlrr, à éjr Prii ravax à xr a C92 a l ar rj éaral «U aé av ri ar» 15 avril a 17 ai 2013, a C92 Aé lair 2012-2013 D ré ar : Cahri Frié Dirri, él aliai L Glaièr, Blg-Billar Mari-Fraçi Ja-Ja Cillèr

Plus en détail

CODIFICATION. NOTA : Dans le cas d'un vérin avec fixation sur corps par tourillon intermédiaire MT4 indiquer RQ ou RW= (en mm)

CODIFICATION. NOTA : Dans le cas d'un vérin avec fixation sur corps par tourillon intermédiaire MT4 indiquer RQ ou RW= (en mm) HRB HFB 1 CODIFICATION ALESAGE mm 32 40 50 63 80 100 125 160 TIGE mm 16 22 22 28 28 36 36 45 45 56 56 70 70 90 90 110 SERIE HR CNOMO 160 bar - à tirants HF CNOMO 160 bar - à contre brides INDICE B Indice

Plus en détail

VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 30 MAI 2013 -ooo-

VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 30 MAI 2013 -ooo- VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 30 MAI 2013 -ooo- La s éa n c e e s t o u v e r t e à 1 8 h eur e s 1 5 s o u s l a p r é s i d e n c e d e M o n si e u r Je an - P au l B R E T, M a i r e d e

Plus en détail

arnaud de baynast Jacques lendrevie 8 e édition citor Publicité online & ofƒline TV Presse Internet Mobiles Tablettes Site compagnon publicitor.

arnaud de baynast Jacques lendrevie 8 e édition citor Publicité online & ofƒline TV Presse Internet Mobiles Tablettes Site compagnon publicitor. arnaud de baynast Jacques lendrevie publi citor Publicité online & ofƒline TV Presse Internet Mobiles Tablettes Site compagnon 8 e édition publicitor.fr Les liens hypertextes permettant d accéder aux sites

Plus en détail

Compression Compression par dictionnaires

Compression Compression par dictionnaires Compression Compression par dictionnaires E. Jeandel Emmanuel.Jeandel at lif.univ-mrs.fr E. Jeandel, Lif CompressionCompression par dictionnaires 1/25 Compression par dictionnaire Principe : Avoir une

Plus en détail

La santé de votre entreprise mérite notre protection.

La santé de votre entreprise mérite notre protection. mutuelle mclr La santé de votre entreprise mérite notre protection. www.mclr.fr Qui sommes-nous? En tant que mutuelle régionale, nous partageons avec vous un certain nombre de valeurs liées à la taille

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE EXERCICE 2013 -

RAPPORT DE TRANSPARENCE EXERCICE 2013 - RAPPORT DE TRANSPARENCE EXERCICE 2013 - Table des matières I. Présentation du Cabinet... 3 A. Le cabinet en France... 3 1. Présentation de la structure juridique et du capital J.CAUSSE & ASSOCIES SA....

Plus en détail

Protection Collective Caractéristiques générales

Protection Collective Caractéristiques générales Protection Collective Caractéristiques générales Mise à jour Octobre 009 Protection collective La protection collective contre les chutes de hauteur dans les bâtiments en construction doit être assurée

Plus en détail

Un exemple d étude de cas

Un exemple d étude de cas Un exemple d'étude de cas 1 Un exemple d étude de cas INTRODUCTION Le cas de la Boulangerie Lépine ltée nous permet d exposer ici un type d étude de cas. Le processus utilisé est identique à celui qui

Plus en détail

Aménagement Ville de Montpellier Voirie pour tous. Présentation 07 octobre 2008

Aménagement Ville de Montpellier Voirie pour tous. Présentation 07 octobre 2008 Aménagement Ville Montpellier Voirie pour tous 01/10/08 1 Présentation 07 octobre 2008 Le contexte Ville 01/10/08 2 Le développement Ville 01/10/08 3 Aménagement Ville Montpellier Voirie pour tous LE PATRIMOINE

Plus en détail

O o O o un stylo. O o. eau un dauphin. au eau. une pomme. lo po ro pau rau lau reau - peau. Je lis les syllabes : un stylo.

O o O o un stylo. O o. eau un dauphin. au eau. une pomme. lo po ro pau rau lau reau - peau. Je lis les syllabes : un stylo. Le son [ O ] O o O o un stylo un stylo lo po ro - pau - rau lau - reau peau lo po ro pau rau lau reau - peau au au eau eau un dauphin un dauphin un chapeau un chapeau Margaux Théo Chloé Romane Arnaud Romain

Plus en détail

E x plo ra tio n de l a ptitude a éro bie. A nne-l a ure L a prérie 16/12/2010

E x plo ra tio n de l a ptitude a éro bie. A nne-l a ure L a prérie 16/12/2010 E x plo ra tio n de l a ptitude a éro bie A nne-l a ure L a prérie 16/12/2010 M éta bo lis m es énerg étiques C o ntra c tio n m us c ula ire M u s cle s s t r ié s s q u e le t t iq u e s = 40 % m a s

Plus en détail

office national de sécurité sociale

office national de sécurité sociale office national de sécurité sociale Cotisations sociales déclarées à l O.N.S.S. pour 2009 office national de sécurité sociale Institution publique de sécurité sociale Cotisations sociales déclarées à l

Plus en détail

Résumé de l'avis de l'académie des sciences "L'enfant et les écrans"

Résumé de l'avis de l'académie des sciences L'enfant et les écrans Résé de l'avis de l'académie des sciences "L'enfant et les écrans" http://wwwacademiesciencesfr/activite/rapport/avis0113pdf réalisé par Gilles Moneyrol, conseiller pédagogique TCE en Gironde (circonscriptions

Plus en détail

GUIDE POUR TRANSFERT DE BAIL

GUIDE POUR TRANSFERT DE BAIL GUIDE POUR TRANSFERT DE BAIL Table des matières GUIDE POUR TRANSFERT DE BAIL... 3 Ce que nous vous offrons... 4 Amélioration de votre offre de reprise de bail... 5 Préparation du véhicule... 7 Démarches

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT

CONVENTION DE PARTENARIAT CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE LES SOUSSIGNES L Association sportive ECOLE DE SPORT DU 16 ème dont le numéro est ont e si e socia est sit 6 aven e Mar cha Franchet sperey 7 1 6 Paris epr sent e par M.

Plus en détail

d D d D de dedans des dans lundi mardi dimanche une dent aujourd hui lundi mardi Aujourd hui, c est vendredi. mercredi jeudi vendredi samedi

d D d D de dedans des dans lundi mardi dimanche une dent aujourd hui lundi mardi Aujourd hui, c est vendredi. mercredi jeudi vendredi samedi d D d D dd dd d da la date de dedans des dans lundi mardi mercredi jeudi vendredi samedi dimanche une dent il dit il est devenu di lundi du une dune dou c est doux dre vendre dredi dir grandir dra un drap

Plus en détail

M O D E L I S AT I O N D E L A B A S E D E D O N N E E S D U N E I M P R I M E R I E D E C A R T E S D E V I S I T E

M O D E L I S AT I O N D E L A B A S E D E D O N N E E S D U N E I M P R I M E R I E D E C A R T E S D E V I S I T E C A R T E S M O D E L I S AT I O N D E L A B A S E D E D O N N E E S D U N E I M P R I M E R I E D E C A R T E S D E V I S I T E G U S TAV O B A R R E N O J O S E C A R L O S C O R R E I A R E M I H Ä

Plus en détail

vos TéLéprocédures En pratique

vos TéLéprocédures En pratique OMMERçnt, rtn rfnel lbérx v TéLérédre En rtqe MODE DE TRANMON Délrtn ôt éhéne rédre re Le télérédre fle rfnel Qel nt le trnn? e 3 Qelle délrtn, qel ôt? e 4 En rtqe, t rér? e 5 1- réer n te EF 2- Envyer

Plus en détail

L'important C'est la rose

L'important C'est la rose L'important 'est la rose Gilbert ecaud rr: M. de Leon opista: Felix Vela 200 Xiulit c / m F m m 7 9. /. m...... J 1 F m.... m7 ro - se. rois - ro - se. rois - ro - se. rois - ro - se. rois - oi qui oi

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières

Cahier des Clauses Techniques Particulières MRCHE PLIC DE ECHNIQE DE L INFORMION E DE L COMMNICION ICOM PEZEN-GDE - v F M Pl 27 v Pz P 112 34120 NEZIGNN L EVÊQE : 04 67 98 58 05 MRCHE DE MIE EN ERVICE DE REE N, OIP, CCE INERNE C Cl q Plè M q l è

Plus en détail

utile : commencer petit pour être efficace

utile : commencer petit pour être efficace Mettre en place un SIAD utile : commencer petit pour être efficace Valérie Raveneau - Responsable du contrôle de gestion, CHI d Elbeuf-Louviers Mardi 12 mai 2009 Elbeuf Quelques points de repère Ets public

Plus en détail

!+ &&'()$*$%+,%-.../ 0+ &&'()$*$%+($$%...0 $+,%$$'4&$1$%&1$%+...! #+ +$*$% +2%+7%&$,4$)...! 2+ +$&2%+7%&$,4$)...!/ &,+-%$7...!5

!+ &&'()$*$%+,%-.../ 0+ &&'()$*$%+($$%...0 $+,%$$'4&$1$%&1$%+...! #+ +$*$% +2%+7%&$,4$)...! 2+ +$&2%+7%&$,4$)...!/ &,+-%$7...!5 !"## $%!+ &&'()$*$%+,%-.../ 0+ &&'()$*$%+($$%...0 1+ &&$%,$1'&)$1$%+2%+%+$$3,4 $%$ +...5 "+ 6%$&2%&&%,42%()$*$%+... $+,%$$'4&$1$%&1$%+...! #+ +$*$% +2%+7%&$,4$)...! 2+ +$&2%+7%&$,4$)...!/ &+,2$1+$%%%$+,,+&1$%+

Plus en détail

Tutoriel Infuse Learning. Créer des quizzes multimédias sur ordinateur ou tablette

Tutoriel Infuse Learning. Créer des quizzes multimédias sur ordinateur ou tablette Tutoriel Infuse Learning Créer des quizzes multimédias sur ordinateur ou tablette 1- Présentation Infuselearning.com est un service web (en ligne) gratuit qui permet aux enseignants de créer des exercices

Plus en détail

Le son [v] Découpe et colle les images dans la bonne colonne. Prénom : Date : J entends [vi] J entends [va] J entends [vo]

Le son [v] Découpe et colle les images dans la bonne colonne. Prénom : Date : J entends [vi] J entends [va] J entends [vo] Le son [v] Découpe et colle les images dans la bonne colonne. J entends [va] J entends [vo] J entends [vi] J entends [vu] J entends [von] Je n entends pas [v] Le son [v] Ecris O (oui) si tu entends le

Plus en détail

NOTICE SUR L HISTOIRE ET L ÉVOLUTION DE L ASSOCIATION ALPHABETS

NOTICE SUR L HISTOIRE ET L ÉVOLUTION DE L ASSOCIATION ALPHABETS NOTICE SUR L HISTOIRE ET L ÉVOLUTION DE L ASSOCIATION ALPHABETS S : C éé é, ù u. S j 2 C évé ju 3 S u 4 Ex éu u éu 5 S vé éuè 6. é. u é L x é éé 7 M u ju uxu é 8 M v éu ju u é 9 L é ù vu 10 L vé éuv 11

Plus en détail

C h a m p io n a t ré g io n a le c o m ité Ile -d e -F ra n c e P ic a rd ie. P ro to c o le d e la re n c o n tre

C h a m p io n a t ré g io n a le c o m ité Ile -d e -F ra n c e P ic a rd ie. P ro to c o le d e la re n c o n tre P ro to c o le d e la re n c o n tre C h a m p io n a t r é g io n a le c o m ité Ile -d e -F r a n c e P ic a r d ie 2 9 a v r l 2 0 0 7 P is c in e d e N o g e n t s u r M a r n e 19:35 P ro to c o le

Plus en détail

Professeur. Dans ce chapitre. A) Titre des devoirs B) Date des devoirs C) Coefficients D) Saisie des notes E) Saisie des appréciations

Professeur. Dans ce chapitre. A) Titre des devoirs B) Date des devoirs C) Coefficients D) Saisie des notes E) Saisie des appréciations Professeur Ce document est destiné aux pr ofesseurs de l établissement. Il explique t outes les saisies n écessaires à la gestion des notes d un professeur. ( https://www.viescolaire.net/ ) Dans ce chapitre

Plus en détail

Les Rendez-Vous de la Qualité d Arts et Métiers ParisTech

Les Rendez-Vous de la Qualité d Arts et Métiers ParisTech Les Rendez-Vous de la Qualité d Arts et Métiers ParisTech «La place du Manager Qualité dans les Organisations; Aujourd hui et Demain» [3mars 2009 ] - [Version n 1] Direction de l Organisation - LHD Allianz

Plus en détail

l Agence Qui sommes nous?

l Agence Qui sommes nous? l Agence Qui soes nous? Co Justine est une agence counication globale dont la ission est prendre en charge l enseble vos besoins et probléatiques counication. Créée en 2011, Co Justine a rapient investi

Plus en détail

Niveau quatrième : Confort et domotique

Niveau quatrième : Confort et domotique Niv iè : Cofo dooi L L yè d d ff P 2 L io iv P 3 P d'gi li ff P 4 Co i? P 5 Coiio d' yè P 6 Ex d' yè P 7 15 Pocd d ff P 16 21 Él d ff P 22 L viio bio P 23 Viio logi L io iv Q'-c ' io iv? l'ogiio d io ol

Plus en détail

Thuraya SatSleeve Transformez votre smartphone en mode satellite

Thuraya SatSleeve Transformez votre smartphone en mode satellite Thuraya SatSleeve Transformez votre smartphone en mode satellite www.thuraya.com Suivez-nous sur /thurayatelecom Restez Proche Associant parfaite mobilité et simplicité, Thuraya SatSleeve est le moyen

Plus en détail

LE PRoGRAMME octobre décembre 2015

LE PRoGRAMME octobre décembre 2015 PoGMM ocb déceb 2015 xi li hé Mf um Mf v l Habi Dévee Dab a e diff if o a. ot JONÉ D ÉOONTTION Vddi 9 ocb 9h 18h (ofel lcivi ) aedi 10 ocb 9h 18h ( public) Jo o Qu vioe e lib V h déi oj d éo d ég? V olu

Plus en détail

Pyram. Cône Cylind. Boule

Pyram. Cône Cylind. Boule Académies et années Prisme Pavé ou cube Volumes Pyram. Cône Cylind. Boule k, Thèmes annexes k 2, k. Trigo. Pythag. Thalès Fctions. Bordeaux 00 x x Grenoble 00 x x x x Grenoble 00 pb x x x x Nancy 00 pb

Plus en détail

Académies et années. Type de fonction Type de problème Résolution conjointe

Académies et années. Type de fonction Type de problème Résolution conjointe Académies et années Type de fonction Type de problème Résolution conjointe Affine Linéaire Autre Tarifs Géom. Plane Espace équation Inéquat. Système Grenoble 00 x x Nancy 00 x x Orléans 00 x x Caen 00

Plus en détail

Voici mon portfolio. Partenaire de confiance pour vos projets de graphisme. Marie-Eve Matte Designer graphique. T. 450 708-0925 C. info@mematte.

Voici mon portfolio. Partenaire de confiance pour vos projets de graphisme. Marie-Eve Matte Designer graphique. T. 450 708-0925 C. info@mematte. Voici mon portfolio Mari-Ev Matt Dignr graphiqu T. 450 708-0925 C. info@mmatt.com www.mmatt.com pour vo projt d graphim Idntité - pag 2 Rdign - avant Rdign - aprè Mari-Ev Matt Dignr graphiqu pour vo projt

Plus en détail

CIRCULAIRE. Par rapport à la situation existante, on relève les deux changements importants suivants :

CIRCULAIRE. Par rapport à la situation existante, on relève les deux changements importants suivants : Ma rie -Noë lle Vande rhove n Conseiller Dé part e m e nt affaire s s ociale s T +3 2 2 5 1 5 0 8 6 5 F mnv@vbo-feb.be CIRCULAIRE MNV/ Vv E Assujet t issement à l ONSS de t out es les ind e m nit é s p

Plus en détail

Guide d utilisation MEDIVG

Guide d utilisation MEDIVG Gestion des fiches de liaison Partie Médecin Documentation Logiciel MEDIVG - 7/04/08 - Page 1 de 13 Ta bl e d es m atièr e s Table des matières 2 INTRODUCTION 4 Installer la version PC ou Mac 4 Version

Plus en détail

La classification périodique

La classification périodique Chapitre 3 : UE1 : Chimie Chimie physique La classification périodique Pierre-Alexis GAUCHARD Agrégé de chimie, Docteur ès sciences Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble -

Plus en détail

office national de sécurité sociale

office national de sécurité sociale office national de sécurité sociale Rémunérations et périodes rémunérées déclarées pour 2010 office national de sécurité sociale Institution publique de sécurité sociale Rémunérations et périodes rémunérées

Plus en détail

BILAN - ACTIF PLASTIRISQ - 92400 COURBEVOIE SIRET 50062021600019. Période N du 01/01/2014 au 31/12/2014 Période N-1 du 01/01/2013 au 31/12/2013

BILAN - ACTIF PLASTIRISQ - 92400 COURBEVOIE SIRET 50062021600019. Période N du 01/01/2014 au 31/12/2014 Période N-1 du 01/01/2013 au 31/12/2013 BILAN - ACTIF Exercice N Exercice N - 1 Brut Amortissements, provisions Net Net Capital souscrit non appelé (I) AA Frais d'établissement AB AC ACTIF CIRCULANT ACTIF IMMOBILISÉ DIVERS CRÉANCES STOCKS IMMOBILISATIONS

Plus en détail

Lutterbach 68 (aire d étude : Wittenheim)

Lutterbach 68 (aire d étude : Wittenheim) Commune : Lutterbach 68 (aire d étude : Wittenheim) Référence: IA00050914 Adresse : Aristide Briand (rue) 7 Titre de l œuvre : Brasserie Cartographie : Lambert2 ; 0970380 ; 2318500 Cadastre: 1980 7 120

Plus en détail

Inscription en ligne FQSC. Guide d utilisation

Inscription en ligne FQSC. Guide d utilisation Inscription en ligne FQSC Guide d utilisation Ce Guide est rédigé comme aide-mémoire pour l achat de votre licence sur le site internet de la FQSC. Dans un prem ier temps, vous devrez vous rendre sur le

Plus en détail

IntervIEw avec la bobeuse Tamaris allemann. gagnez des bonnets cool. Avec photoroman. Numéro 20 Décembre 2010

IntervIEw avec la bobeuse Tamaris allemann. gagnez des bonnets cool. Avec photoroman. Numéro 20 Décembre 2010 N 20 Dc 2010 L g Exc -f www.xc-f.ch Avc h Cc: gg c A g cg! IvIEw vc T LLENN h v D Chè ch èv 3000 f c. C v v! V v c 8 h! N v c -f v êv x E g c v c f, g, c v v v, g, XY! C v O c, gè v g C j v v g v v v f

Plus en détail

Retour d expérience sur le management des processus

Retour d expérience sur le management des processus GSI Gestion des systèmes d information Retour d expérience sur le management des processus Université d été 8-31 août 00 Dijon Guy Rivoire Consultant ELNOR Guy RIVOIRE 30/08/00 / 1 Présentation ELNOR Cabinet

Plus en détail

1. Précautions générales

1. Précautions générales 1. Précautions générales 1.1. CONDITIONS GÉNÉRALES ET CONTRATS TYPE 1.1.1. Intéressant pour la plupart des commerçants Quasi tous les commerçants ont intérêt à avoir des con ditions générales (sur le bon

Plus en détail

Les enjeux de la lutte contre le gaspillage alimentaire s inscrivent dans les 3 axes du développement durable : environnemental, économique, social.

Les enjeux de la lutte contre le gaspillage alimentaire s inscrivent dans les 3 axes du développement durable : environnemental, économique, social. a qi tt ct gaiag aimtai LE EJEX L jx d a tt ct gaiag aimtai icivt da 3 ax d dévmt dab : vimta, écmiq, cia. Ltt ct gaiag aimtai, c t : RÉERVER L EVREME évitat d dé itimt d ac ctivab, d a, d égi t évitat

Plus en détail

Accueil Events, l accueil personnalisé des touristes d affaires Informations, bonnes adresses, réservations et découvertes!

Accueil Events, l accueil personnalisé des touristes d affaires Informations, bonnes adresses, réservations et découvertes! Lyon City Card 1 jour 2 jours 3 jours Ta xis et M inibus - Tarifs forfaitaires Jour : 7h - 19h Nuit : 19h - 7h Lyon/ Villeurbanne - Aéroport St Exupéry 59 81 Lyon 5ème et 9ème excentrés - Aéroport St Exupéry

Plus en détail

Grand-papa a mal aux dents

Grand-papa a mal aux dents Fiche 1 Grand-papa a mal aux dents 1 Grand-papa a mal aux dents (sur l air de Cadet Rousselle) C est grand-papa qui a mal aux dents, C est grand-papa qui a mal aux dents. C est grand-maman qui dit tout

Plus en détail

Berstheim 67 (aire d étude ; Haguenau)

Berstheim 67 (aire d étude ; Haguenau) Commune : Berstheim 67 (aire d étude ; Haguenau) Référence: IA00061614 Adresse : Titre de l œuvre : Principale (rue) 44 Ferme Cartographie : Cadastre : Lam berti ; 0991920 ; 1135190 1898 2 99 Dossier :

Plus en détail

cigref METHODOLOGIE DES ETUDES D'OPPORTUNITE FORMALISEES Réf. 2 le 15 janvier 1985

cigref METHODOLOGIE DES ETUDES D'OPPORTUNITE FORMALISEES Réf. 2 le 15 janvier 1985 if cngre 0 21, CLUB INFORMATIQUE DES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES avenue de Messine, 75008 Paris, téléphone 764.24.94 Réf. 2 le 15 janvier 1985 cigref METHODOLOGIE DES ETUDES D'OPPORTUNITE FORMALISEES

Plus en détail

Si la vie vous intéresse

Si la vie vous intéresse Si la ie ous intéresse paroles: J Pauze musique: J Pauze / M A Lépine ã 160 c c öguiõt aõcous fr ÛÛ ÛÛÛÛÛ ÛÛÛ ÛÛ ÛÛÛÛÛ ÛÛÛ öõbõasse G 3fr fr fr Û Û ÛÛÛ Û Û Û ( ) 3 ~~ ÿ % % J'ais dans ouer un la monde

Plus en détail

THERMOGRAPHIE AERIENNE ET DES FAÇADES DE SAINT MANDÉ. ------Réunions publiques 7, 8 et 9 Novembre 2011

THERMOGRAPHIE AERIENNE ET DES FAÇADES DE SAINT MANDÉ. ------Réunions publiques 7, 8 et 9 Novembre 2011 THERMOGRAPHIE AERIENNE ET DES FAÇADES DE SAINT MANDÉ ------Réunions publiques 7, 8 et 9 Novembre 2011 Q U E S T -C E Q U U N E T HE R MO G R A P HIE? C e s t u n e «p h o to g r a p h i e d e l a c h a

Plus en détail

technologique que fonctionnel. d une fenêtre de La première désig

technologique que fonctionnel. d une fenêtre de La première désig L ho fê o cocé vc u ouvu l o ll ouuv u fl u. Aujou hu, l ou obu u ouvll fo ov focoll ou u o ulo ou écué. Af éo ux bo cl, l ch vo élg. L éloo fê o FAKRO b u l cl, f u hbo lu lu cofobl écué. L ho fê o cocé

Plus en détail

Repérage et vecteurs

Repérage et vecteurs Repérage et ecters Chapitre 10 page 241 Introdction : Rappels por démarrer : Page 241 I-Egalité de ecters 1- Détermination d'n ecter. Un ecter non nl est déterminé par : - sa direction ; - son sens ; -

Plus en détail

KARBU KIT. Kit d affichage des prix des carburants. Notice d utilisation et d installation

KARBU KIT. Kit d affichage des prix des carburants. Notice d utilisation et d installation KARBU KIT Kit d affichage des prix des carburants Notice d utilisation et d installation B.P. 1 49340 TRÉMENTINES FRANCE Tél. : 02 41 71 72 00 Fax : 02 41 71 72 01 www.bodet.fr Réf. 605746 L S as su rer

Plus en détail

Cahier. de lecture syllabique. dès ans

Cahier. de lecture syllabique. dès ans C l é m e n t i n e D e l i l e J e a n D e l i l e Cahier de lecture syllabique 6 dès ans Méthode de lecture syllabique Des exercices pour s entraîner à bien lire Ce cahier contient plus de 200 exercices

Plus en détail

T.W.E.E.T by UTT 13 et 14 décembre 2014 À Troyes

T.W.E.E.T by UTT 13 et 14 décembre 2014 À Troyes T.W.E.E.T by UTT 13 et 14 décembre 2014 À Troyes La volonté du «TWEET» : Proposer un rendez-vous supplémentaire aux étudiants poloistes L esprit du «TWEET» : Performance, convivialité et mixité. Les équipes

Plus en détail

Analyse des données relatives à la dose aux patients. Etudes de dose triennales

Analyse des données relatives à la dose aux patients. Etudes de dose triennales Analyse des données relatives à la dose aux patients Etudes de dose triennales Dosimétrie des patients Directives de l AFCN La DE MED 97 impose l optimisation des expositions fins médicales à des fins

Plus en détail

!" #$#% #"& ' ( &)(*"% * $*' )#""*(+#%(' $#),")- '(*+.%#"'#/* "'") $'

! #$#% #& ' ( &)(*% * $*' )#*(+#%(' $#),)- '(*+.%#'#/* ') $' !" #$#% #"& ' ( &)(*"% * $*' )#""*(+#%(' $#),")- '(*+.%#"'#/* "'") $' &!*#$)'#*&)"$#().*0$#1' '#'((#)"*$$# ' /("("2"(' 3'"1#* "# ),," "*(+$#1' /&"()"2$)'#,, '#' $)'#2)"#2%#"!*&# )' )&&2) -)#( / 2) /$$*%$)'#*+)

Plus en détail

Désignations de mesures. Généralités. Codes BEP

Désignations de mesures. Généralités. Codes BEP Les BEP (Bodywork Exchange Parameter - paramètres d'échange de superstructure) sont des codes qui identifient des cibles uniques sur le véhicule pour faciliter le transfert d'informations entre le fabricant

Plus en détail

La fonction publique territoriale, un vivier de 38 000 emplois

La fonction publique territoriale, un vivier de 38 000 emplois Communes, intercommunalité, conseils généraux et régional La fonction publique territoriale, un vivier de 38 000 emplois repères Secrétaire de mairie, jardinier, dame de can tine, pro fes seur de mu sique...

Plus en détail