LES PACE MAKERS Dr Patrick DASSIER HEGP 2011

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES PACE MAKERS Dr Patrick DASSIER HEGP 2011"

Transcription

1 LES PACE MAKERS Dr Patrick DASSIER HEGP 2011 INTRODUCTION Les stimulateurs cardiaques ou PM, ont pour fonction essentielle de prévenir les effets néfastes d une bradycardie, notamment lors de la survenue de Bloc Auriculo ventriculaire du 3 degré (BAV III). Il sont utiliser actuellement sur le plan hémodynamique pour améliorer la FE du VG chez les insuffisants cardiaque et de prévenir les conséquences néfastes (mort subite) de toute tachycardie ventriculaire (TV) ou fibrillation ventriculaire (FV) par l implantation d un défibrillateur implantable (DAI ). Les stimulateurs sont composés : LES CARACTERISTIQUES GENERALES - d un boitier ou générateur : Il s agit d un boitier contenant un source d énergie, (durée 10 à 15 ans) et d un circuit électronique dont la fonction va être de détecter l activité cardiaque du patient et en fonction des réglages, il va engendrer une stimulation au niveau de une ou plusieurs cavités cardiaques. Il peut également avoir des logiciels complexes qui permettent d asservir la fréquence de stimulation. - d une ou plusieurs sondes d entrainement : les sondes sont uni ou bipolaires. Les sondes unipolaires sont plus fines. La partie distale de la sonde est le pôle négatif et le boitier le pôle positif. - d un système de mémoire qui permet d interroger par télémétrie, l historique des paramètres de fonctionnement et les différents incidents qui sont survenus.

2 Isolant silicone Barb électrode annulaire 4 mm² en carbone réservoir silicone imprégné Vis = 1.5 mm Electrode Bague radio- Conducteur Mécanisme d extension de la Les voies d implantation : Le plus souvent les PM sont implantés dans la loges sous clavière droite (gauche chez les chasseurs). Les PM posés en intra abdominal, sont souvent reliés à des électrodes épicardiques. LES DIFFERENTS PM Au tout début Le mode de stimulation mono chambre : VVO et A A 0. Asynchrone Ces PM asynchrones délivrent une fréquence fixe à 60 ou 80 Bat. Par une stimulation inopinée au sommet d une onde T, il peut y avoir le déclenchement d une TV les stimulateurs mono chambre, de mode VVI, et AAI en sentinelle. La fonction sentinelle expose à certaines limitations: - la perte de la synchronisation auriculo-ventriculaire entraînant une baisse de 30% de la fonction pompe. - une absence d'adaptation aux besoins métaboliques de l'organisme. - le syndrome du PM: la contraction auriculaire peut se produire lorsque la valve AV est fermée : chute de 50% du débit cardiaque. Les stimulateurs doubles chambre (DDD) Ces PM permettent la stimulation de l oreillette droite (OD) ou et dans le ventricule droit (VD). Ils exposent à des risques minimes à type de : - tachycardie par réentrées - inhibition de la stimulation ventriculaire par un phénomène de Wenckebach.

3 Les stimulateurs triples chambres Ces PM se caractérisent par la synchronisation des contractions VD et VG. Ils sont parfois indiqués en cas I. Cardiaque évoluée. Une sonde est placée dans l OD et le VD, l autre est glissée dans le sinus coronaire et rejoint la face postérieure du VG. Les stimulateurs à fréquence asservie. - à la détection de mouvement. : Risque de stimulation intempestives en cas de secousses. - La mesure de l'espace QT. Les B Bloquants, une dyskalièmie et les agents anesthésiques peuvent interférer sur la longueur du QT. - les variations respiratoires. - les modifications de la température centrale. Les défibrillateurs implantables. Ces PM ont outre la fonction de stimulation, celle de permettre une défibrillation en cas d épisode de TV ou de FV. La 1 lettre : la cavité stimulée : V, A, D LE CODE INTERNATIONAL :

4 La 2 lettre : la cavité détectée : V, A, D, O La 3 lettre : le mode de fonctionnement : I inhibition ; T déclenchée, D La 4 lettre : de fonction particulière dans la stimulation : H holter, R adaptatif. La 5 lettre : fonction particulière comme : Fonction de DEF Les complications précoces : Les complications des Stimulateurs cardiaques Complications per opératoires sont dominées par : - les complications de l abord vasculaire : hématome, pneumothorax, embolie gazeuse, dissection vasculaire, - les complications cardiaque, a type de perforation myocardique, de troubles du rythme ou d asystolie. Complications post opératoires. Elles imposent une surveillance clinique, radiologique et électrique. Citons : - les hématomes, - la stimulation pectorale - l infection précoce, le plus souvent à staphylo auréus. ATB, et parfois explantation du matériel. Les complications liées au dispositif de stimulation : - la rupture de l isolant et élévation de seuil - Les stimulations diaphragmatiques - Les déplacements de sondes, Les complications tardives : La plus grave est l infection du boitier ou des sondes, avec le risque d endocardite. Il convient de procéder à des prélèvements bactériologiques : Staphylo Aureus, germes Gram négatif. Les thromboses veineuses, Les extériorisations de boitier, Les fractures de sonde Les déprogrammations du logiciel de stimulation, voire en cas de DAI, inappropriés. La surveillance du patient : des chocs Les patients porteurs de PM sont surveillés précocement après la pose du matériel (un mois et 6 mois) puis une fois par an. On confirme l intégrité des sondes, le niveau d usure de la pile, la qualité de la programmation et son adaptation à l évolution clinique du patient.

5 ANESTHESIE CHEZ UN PATIENT PORTEUR D'UN PM La phase préanesthésique. Il faut vérifier les caractéristiques du PM, l usures de la piles et d éventuel défaut de détection.cliniquement la mobilisation du bras peut entraîner des myopotententiels qui inhibent le PM. Il ne faut pas hésiter à adresser le patient pour un contrôle dans le service de cardiologie. Tout patient ayant un PM est porteur d un carnet international de porteur PM. - La radio du poumon: permet de vérifier l'intégrité des sondes et leur localisation. - Le positionnement d'un aimant sur le boîtier du PM transforme de façon transitoire: o le mode de stimulation en asynchrone (PM VVI) o révèle la fréquence et le mode de stimulation sécurité du PM., o toujours sous forme asynchrone, o supprime les fonctions de défibrillation en cas de DEF implantable La phase per anesthésique. Le monitorage classique repose sur le scope ECG, TA et la Sp02. Dans certaines indications ou pour certaines chirurgies : - une pression artérielle sanglante (PAS) peut être proposée. - La pose d'une Swan Gaz est à éviter si le PM vient juste D être implanté (4 semaines de délai). L anesthésie n intervient pas dans les le mode de fonctionnement du PM. Les interférences électriques en per-opératoires sont source d'un bruit de fond parasite. Le bistouri électrique peut être source de nuisances: - d interférence avec la pile du PM source d'épuisement de la pile - d une déprogrammation du PM - de la transformation de l'électrode de stimulation en électrode active (brûlure interne, troubles du rythme, défaut de détection). Les précautions à prendre : Il faut : - utiliser un bistouri bipolaire - la plaque de bistouri doit être placée à distance du boîtier du PM - utilisation espacée et brève du bistouri en mode monopolaire - le courant du bistouri électrique réglé le plus bas possible. Son utilisation doit se faire par des séquences brèves, - Utilisation du mode coagulation et non section. - un aimant doit être toujours disponible dans la salle d'opération, afin de pouvoir mettre en place la fréquence de stimulation de sécurité, - l'aimant n'est pas positionné de façon permanente sur le boîtier - en cas de DEF IMP l aimant est installée sur le boîtier pour déprogrammée la fonction DEF, afin d éviter un diagnostic abusif de TF ou FV lors de l utilisation du bistouri électrique.

6 En cas de chirurgie dans la région du boîtier du PM, on peut proposer soit une déprogrammationinhibition du PM avec la pose d'une sonde endocavitaire (par voie VCI) ou de prendre le relais voire le contrôle d'une stimulation transcutanée (gène opératoire évidente). La phase postanesthésique. Toute reprogrammation du PM doit pouvoir s'effectuer dans les plus brefs délais, notamment en salle de réveil, lorsque le PM s est déréglé ou déprogrammé pendant l intervention. Au moindre doute un contrôle du PM peut être préconisé en post opératoire. Les cas particuliers. Les PM à réponses asservies : déprogrammation (température). Les défibrillateurs implantables: - bistouris parasites suspicion de TV= choc=tv entraînant un nouveau choc Un monitorage invasif (PAS), Chez les patients curarisés, des secousses importantes pouvant surprendre l'opérateur. La fonction défibrillation

GESTION INFIRMIERE PERI-OPERATOIRE DES IMPLANTATIONS DE PROTHESES : PM ET DAI

GESTION INFIRMIERE PERI-OPERATOIRE DES IMPLANTATIONS DE PROTHESES : PM ET DAI GESTION INFIRMIERE PERI-OPERATOIRE DES IMPLANTATIONS DE PROTHESES : PM ET DAI BELMONT Claire NICOLLET Julie PISON Laure Service de cardiologie Hôpital St Joseph, MARSEILLE PLAN Historique Le pacemaker

Plus en détail

Anesthésie et Stimulateur Cardiaque

Anesthésie et Stimulateur Cardiaque Anesthésie et Stimulateur Cardiaque Diapo 1 : Après de nombreuses recherches menées sur des stimulateurs externes au début du XXème siècle, c est en 1951 que fut inventé le premier stimulateur cardiaque

Plus en détail

ATELIER STIMULATION Congrès EURO-PHARMAT - Octobre 2014

ATELIER STIMULATION Congrès EURO-PHARMAT - Octobre 2014 ATELIER STIMULATION Congrès EURO-PHARMAT - Octobre 2014 Généralités sur la stimulation cardiaque SOMMAIRE 2 Historique Rappel anatomique Stimulateur cardiaque Composants et structure Nomenclature Fonctionnement

Plus en détail

Il existe 2 types de dispositifs électroniques cardiaques implantés (DECI) :

Il existe 2 types de dispositifs électroniques cardiaques implantés (DECI) : 1 Les dispositifs électroniques cardiaques implantés : une «injection de rappel». Christian Bauer Hôpital de la Croix-Rousse HCL Lyon Il existe 2 types de dispositifs électroniques cardiaques implantés

Plus en détail

Anesthésie du patient porteur d un pace maker ou d un défibrillateur implantable

Anesthésie du patient porteur d un pace maker ou d un défibrillateur implantable Anesthésie du patient porteur d un pace maker ou d un défibrillateur implantable Pr Julien Amour Université Pierre & Marie Curie Anesthésie-Réanimation CHU Pitié-Salpêtrière - Paris Pr Hervé Dupont Amiens

Plus en détail

Déclaration d intérêt obligatoire. je n ai aucune relation financière avec l industrie

Déclaration d intérêt obligatoire. je n ai aucune relation financière avec l industrie Déclaration d intérêt obligatoire je n ai aucune relation financière avec l industrie Comment utiliser un aimant aux urgences? Application à la stimulation cardiaque KérébelS. (1), KérébelD. (2), PauleP.

Plus en détail

LE DEFIBRILLATEUR AUTOMATIQUE IMPLANTABLE ( DAI) AREPAC 19 Octobre 2002

LE DEFIBRILLATEUR AUTOMATIQUE IMPLANTABLE ( DAI) AREPAC 19 Octobre 2002 LE DEFIBRILLATEUR AUTOMATIQUE IMPLANTABLE ( DAI) AREPAC 19 Octobre 2002 Marie-Christine Delattre, Elodie Flahaut, Florence L Hostis Consultation de Rythmologie et Cardio A PrKacet Hôpital Cardiologique,

Plus en détail

Rythmologie interventionnelle (ARH 2009)

Rythmologie interventionnelle (ARH 2009) Chalon sur Saône: Cardiologie interventionnelle Coronarographie Angioplastie coronarienne Cardiologie interventionnelle pédiatrique Rythmologie interventionnelle (ARH 2009) Dr Christophe Girardot 15/01/2015

Plus en détail

PRISE EN CHARGE ANESTHESIQUE D'UN PATIENT PORTEUR D'UN DEFIBRILLATEUR. Guillaume Quarck 10/10/ 2015

PRISE EN CHARGE ANESTHESIQUE D'UN PATIENT PORTEUR D'UN DEFIBRILLATEUR. Guillaume Quarck 10/10/ 2015 PRISE EN CHARGE ANESTHESIQUE D'UN PATIENT PORTEUR D'UN DEFIBRILLATEUR Guillaume Quarck 10/10/ 2015 PLAN 1/LE DEFIBRILLATEUR IMPLANTABLE Historique Principe Classification Indications Dysfonctions 2/ LES

Plus en détail

Prise en charge du patient porteur d un dispositif implantable. Dr Philippe Gilbert Cardiologue CHU pavillon Enfant-Jésus

Prise en charge du patient porteur d un dispositif implantable. Dr Philippe Gilbert Cardiologue CHU pavillon Enfant-Jésus Prise en charge du patient porteur d un dispositif implantable Dr Philippe Gilbert Cardiologue CHU pavillon Enfant-Jésus Objectifs Expliquer le fonctionnement des stimulateurs et défibrillateurs Identifier

Plus en détail

Notions de base Gestion du patient au bloc opératoire

Notions de base Gestion du patient au bloc opératoire Notions de base Gestion du patient au bloc opératoire Vieillissement de la population Augmentation du nombre de patients porteurs de stimulateurs cardiaques et défibrillateurs implantables Augmentation

Plus en détail

Le bon usage des stimulateurs et défibrillateurs cardiaques: ce que le médecin généraliste doit savoir. Rubén Casado Arroyo

Le bon usage des stimulateurs et défibrillateurs cardiaques: ce que le médecin généraliste doit savoir. Rubén Casado Arroyo Le bon usage des stimulateurs et défibrillateurs cardiaques: ce que le médecin généraliste doit savoir Rubén Casado Arroyo LA STIMULATION CARDIAQUE Qu est-ce qu un stimulateur cardiaque? Quelles sont les

Plus en détail

Les modes de stimulation bases de temps

Les modes de stimulation bases de temps Les modes de stimulation bases de temps Xavier Copie Centre Cardiologique du Nord Saint-Denis Les modes de stimulation bases de temps «Toute la compréhension de l électrocardiographie des stimulateurs

Plus en détail

Stimulateurs et autres gadgets Ce que l anesthésiste doit savoir

Stimulateurs et autres gadgets Ce que l anesthésiste doit savoir Stimulateurs et autres gadgets Ce que l anesthésiste doit savoir C Decoene Pôle d anesthésie-réanimation CardioThoracique CHRU Lille Pôle de Cardiologie Pr Lablanche, Pr Kacet, Pr Rey Stimulateurs et autres

Plus en détail

- Patiente 80 ans, Atcd BAV3, appareillée depuis 10 ans en mode DDD. - Prise en charge aux urgences suite à une chute par maladresse.

- Patiente 80 ans, Atcd BAV3, appareillée depuis 10 ans en mode DDD. - Prise en charge aux urgences suite à une chute par maladresse. Dr Le Loup CAS 1 - Patiente 80 ans, Atcd BAV3, appareillée depuis 10 ans en mode DDD. - Prise en charge aux urgences suite à une chute par maladresse. Elle présente une plaie du coude gauche hémorragique.

Plus en détail

LIVRET DU PORTEUR DE STIMULATEUR CARDIAQUE

LIVRET DU PORTEUR DE STIMULATEUR CARDIAQUE LIVRET DU PORTEUR DE STIMULATEUR CARDIAQUE DEPARTEMENT DE RYTHMOLOGIE ET STIMULATION CARDIAQUE CLINIQUE DU PONT DE CHAUME ANATOMIE DU COEUR Oreillette droite Oreillette gauche «frontière électrique» Ventricule

Plus en détail

Journée d éducation thérapeutique des enfants implantés d un pacemaker (PM) et de leurs parents

Journée d éducation thérapeutique des enfants implantés d un pacemaker (PM) et de leurs parents Journée d éducation thérapeutique des enfants implantés d un pacemaker (PM) et de leurs parents OMS 1998 Programme de la journée Table ronde «cérébrale» Qualité de vie Consentement ETP «PM-DAI» Médecin

Plus en détail

03/02/2007 N 1 QUIZ ECG. Bernard DODINOT. Nancy DIU 2007. Bernard DODINOT DIU 2007 2007.0

03/02/2007 N 1 QUIZ ECG. Bernard DODINOT. Nancy DIU 2007. Bernard DODINOT DIU 2007 2007.0 N 1 QUIZ ECG Nancy N 2 Cadeau de Noël 2006 15 jours post-op Dysfonction sinusale «pure» Sorin Group Symphony DR sondes A bi et V uni «passives» N 3 Contrôle 15 jours post-op - AAIsafe R pour dysfonction

Plus en détail

STIMULATEURS ET DEFIBRILLATEURS CARDIAQUES. Dr Valérie MINETTI

STIMULATEURS ET DEFIBRILLATEURS CARDIAQUES. Dr Valérie MINETTI STIMULATEURS ET DEFIBRILLATEURS 25/02/2016 OMEDIT PACA CORSE Dr Valérie MINETTI PHYSIOLOGIE - PATHOLOGIE CŒUR Cœur Droit Veineux Cœur Gauche Artériel PHYSIOLOGIE - PATHOLOGIE CŒUR Conduction cardiaque

Plus en détail

Dispositifs Rythmiques Implantables et Urgences

Dispositifs Rythmiques Implantables et Urgences Session Dispositifs Rythmiques Implantables et Nordine BENAMEUR Alain FACON SAMU du Nord, Pôle de l urgence du CHRU de Lille Diapositive 1 Dispositifs Rythmiques Implantables et N BENAMEUR A FACON SAMU

Plus en détail

PM & DAI Prise en charge péri opératoire STÉPHANIE DRUGE DESAR

PM & DAI Prise en charge péri opératoire STÉPHANIE DRUGE DESAR PM & DAI Prise en charge péri opératoire STÉPHANIE DRUGE DESAR Généralités 63 000 à 69 000 nouveaux porteurs de pacemaker par an En 2010, 350 000 porteurs de pacemaker Plus de 10 000 nouveaux porteurs

Plus en détail

Interprétation et conduite à tenir devant un trouble du rythme détecté par la télémétrie

Interprétation et conduite à tenir devant un trouble du rythme détecté par la télémétrie Interprétation et conduite à tenir devant un trouble du rythme détecté par la télémétrie Le 19 novembre 2011 David HUCHETTE, Service de cardiologie et Soins Intensifs du CH de LENS INTRODUCTION La télémétrie

Plus en détail

Prise en charge des troubles du rythme. Michaël Peyrol, Service de cardiologie, C.H.U. Nord, Pr Paganelli

Prise en charge des troubles du rythme. Michaël Peyrol, Service de cardiologie, C.H.U. Nord, Pr Paganelli Prise en charge des troubles du rythme Michaël Peyrol, Service de cardiologie, C.H.U. Nord, Pr Paganelli Cas clinique Patient âgé de 65 ans Infarctus du myocarde ancien, FeVG = 30 % Traitement médical

Plus en détail

PRINCIPE ET FONCTIONNEMENT DES DÉFIBRILLATEURS AUTOMATIQUES IMPLANTABLES (DAI)

PRINCIPE ET FONCTIONNEMENT DES DÉFIBRILLATEURS AUTOMATIQUES IMPLANTABLES (DAI) PRINCIPE ET FONCTIONNEMENT DES DÉFIBRILLATEURS AUTOMATIQUES IMPLANTABLES (DAI) 2 Défibrillateur Automatique Implantable SOMMAIRE Introduction Indications Principe du DAI Historique Composants et structure

Plus en détail

Juliano KATRIB 1, Pierre SCHMITT 1, Patrice ROTH 1, Francine AUDRAN 2, Isabelle MAGNE 2, Mustapha NADI 1

Juliano KATRIB 1, Pierre SCHMITT 1, Patrice ROTH 1, Francine AUDRAN 2, Isabelle MAGNE 2, Mustapha NADI 1 Approches théorique et expérimentale en CEM des implants médicaux actifs dans la bande de fréquences 10 50 khz: cas des défibrillateurs cardiaques implantables Juliano KATRIB 1, Pierre SCHMITT 1, Patrice

Plus en détail

Tableau 1. Principales caractéristiques des sondes de stimulation

Tableau 1. Principales caractéristiques des sondes de stimulation Tableau 1. Principales caractéristiques des sondes de stimulation Caractéristiques Utilisation Commentaires Fixation extrémité distale Passive : à barbes ou barbillons 20% (+) myocarde non lésé (-) stabilité

Plus en détail

Liste des produits de santé financés au titre des prestations d'hospitalisation prévue à l article L. 165-11 du code de la sécurité sociale

Liste des produits de santé financés au titre des prestations d'hospitalisation prévue à l article L. 165-11 du code de la sécurité sociale Liste des produits de santé financés au titre des prestations d'hospitalisation prévue à l article L. 165-11 du code de la sécurité sociale Liste intra-ghs Version à jour au 30 mars 2016 N.B : Le présent

Plus en détail

Organisation de la Consultation et du Suivi

Organisation de la Consultation et du Suivi Organisation de la Consultation et du Suivi DIU de Stimulation Cardiaque 2006-2007 Dr Franck HALIMI C.M.C. de Parly II, Le Chesnay Franck HALIMI Fréquence des visites de suivi 1 à 3 mois après l implantation

Plus en détail

PACE MAKER Plus de porteurs Pile implantée But : délivrer impulsions électriques au cœur Rôle: garantir FC minimum écouter, stimuler si nécessa

PACE MAKER Plus de porteurs Pile implantée But : délivrer impulsions électriques au cœur Rôle: garantir FC minimum écouter, stimuler si nécessa 1 PACE MAKER Plus de 500000 porteurs Pile implantée But : délivrer impulsions électriques au cœur Rôle: garantir FC minimum écouter, stimuler si nécessaire documenter les TDR 2 2 TYPES DE STIMULATEUR CARDIAQUE

Plus en détail

TECHNIQUES D'IMPLANTATION Dr OTMANI. Le 29.01.2013

TECHNIQUES D'IMPLANTATION Dr OTMANI. Le 29.01.2013 TECHNIQUES D'IMPLANTATION Dr OTMANI Le 29.01.2013 1 Préparation de l implantation Choix du site GAUCHE chez les droitiers : +++ Moins de fracture et moins de risque érosion seul inconvénient : VCS gauche

Plus en détail

STIMULATION CARDIAQUE DU SUJET AGE

STIMULATION CARDIAQUE DU SUJET AGE STIMULATION CARDIAQUE DU SUJET AGE Dr DARONDEL / Dr SEBBAH Hôpital BICHAT STIMULATION CARDIAQUE DU SUJET AGE INTRODUCTION EVOLUTION DES GROUPES D AGE 1989-2004 % 50 40 30 20 10 0 < 50 50-64 65-74 75-84

Plus en détail

Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde. Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues

Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde. Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues Points essentiels phase aiguë d IDM : deux priorités (1) éviter la mort subite

Plus en détail

ECG et Mémoires du DAI

ECG et Mémoires du DAI ECG et Mémoires du DAI DIU de Stimulation Janvier 2007 T. Lavergne HEGP DAI Fonction anti-tachycardique Cardioversion Stimulation anti-tachycardique Fonction anti-bradycardique Fonction de prévention des

Plus en détail

Troubles de conduction auriculo-ventriculaire BAV

Troubles de conduction auriculo-ventriculaire BAV Troubles de conduction auriculo-ventriculaire BAV Propriétés s générales g du NAV Partie nodale du NAV Conduction lente (témoin de l intervalle PR). Conduction décrémentielle. Faisceau de His et ses branches

Plus en détail

Cardioversion, défibrillation détection automatique des tachycardies, N Sadoul, CHU de Nancy

Cardioversion, défibrillation détection automatique des tachycardies, N Sadoul, CHU de Nancy Cardioversion, défibrillation détection automatique des tachycardies, N Sadoul, CHU de Nancy La défibrillation, la cardioversion Qu est ce qu il y a dans un DAI? Une source d'énergie : la (les) pile(s)

Plus en détail

DEFIBRILLATEUR IMPLANTABLE PREVENTIF ET TRAVAIL MARITIME

DEFIBRILLATEUR IMPLANTABLE PREVENTIF ET TRAVAIL MARITIME DEFIBRILLATEUR IMPLANTABLE PREVENTIF ET TRAVAIL MARITIME C Géraut*, O Billon**, JF Godin**, H Le Marec** CHU Nantes *Maladies professionnelles, **Cardiologie RESTRICTIONS D APTITUDE concernant les appareils

Plus en détail

C BERTRAND CMC PARLY 2 PARIS

C BERTRAND CMC PARLY 2 PARIS C BERTRAND CMC PARLY 2 PARIS Voies d abord veineuses CE QUE L ON NE POURRA PAS CHANGER: L ANATOMIE DU SINUS CORONAIRE l anatomie du sinus coronaire stimulation conventionnelle droite: types de sondes

Plus en détail

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV)

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Les points importants de la littérature sur les risques liés à l

Plus en détail

LIRE UN E.C.G. Formation sur le langage et la lecture d un ECG destinée aux techniciens ambulanciers de la région Chaudière-Appalaches

LIRE UN E.C.G. Formation sur le langage et la lecture d un ECG destinée aux techniciens ambulanciers de la région Chaudière-Appalaches LIRE UN E.C.G. Formation sur le langage et la lecture d un ECG destinée aux techniciens ambulanciers de la région Chaudière-Appalaches Denise Hébert, chargée de projet UCCSPU Février 2006 Le langage et

Plus en détail

Comment interpréter un holter chez un patient porteur d un stimulateur cardiaque?

Comment interpréter un holter chez un patient porteur d un stimulateur cardiaque? Comment interpréter un holter chez un patient porteur d un stimulateur cardiaque? How to read a Holter in patients implanted with pacemaker? V. Algalarrondo* * Unité Inserm U 769, signalisation et physiopathologie

Plus en détail

LE REMPLACEMENT DU PACEMAKER ET DU DÉFIBRILLATEURD

LE REMPLACEMENT DU PACEMAKER ET DU DÉFIBRILLATEURD LE REMPLACEMENT DU PACEMAKER ET DU DÉFIBRILLATEURD DIU Electrophysiologie Paris, le 25/01/07 s.boveda@clinique-pasteur.com INTRODUCTION Survie patients stimulés > 10 ans dans 60% des cas Augmentation des

Plus en détail

Surveillance à distance des patients porteurs de stimulateur ou de défibrillateur cardiaque implantable. Corinne HEBRARD Guy REBUFFAT

Surveillance à distance des patients porteurs de stimulateur ou de défibrillateur cardiaque implantable. Corinne HEBRARD Guy REBUFFAT Surveillance à distance des patients porteurs de stimulateur ou de défibrillateur cardiaque implantable Corinne HEBRARD Guy REBUFFAT Principes de fonctionnement Patient équipé au moyen: - d un stimulateur

Plus en détail

LE DEFIBRILLATEUR IMPLANTABLE EN 2006. JLPR 2006 Dr Alexis Durand-Dubief Clinique du Tonkin-Infirmerie Protestante

LE DEFIBRILLATEUR IMPLANTABLE EN 2006. JLPR 2006 Dr Alexis Durand-Dubief Clinique du Tonkin-Infirmerie Protestante LE DEFIBRILLATEUR IMPLANTABLE EN 2006 JLPR 2006 Dr Alexis Durand-Dubief Clinique du Tonkin-Infirmerie Protestante Qu est ce qu un un défibrillateurd Fonctionnement d und défibriilateur Indication en 2006

Plus en détail

Les troubles du rythmes et de la conduc2on au cours du cathétérisme cardiaque. Marie-stella Vanderplancke, hight tech 2013

Les troubles du rythmes et de la conduc2on au cours du cathétérisme cardiaque. Marie-stella Vanderplancke, hight tech 2013 Les troubles du rythmes et de la conduc2on au cours du cathétérisme cardiaque Marie-stella Vanderplancke, hight tech 2013 La conduc)on cardiaque L eléctrocardiogramme en rythme sinusal CHAPITRE 1 Le malaise

Plus en détail

La stimulation cardiaque temporaire endocavitaire

La stimulation cardiaque temporaire endocavitaire Fiche technique n 2 La stimulation cardiaque temporaire endocavitaire I. Lahlou, N. El khorb, F. Zeriouhi, H. Akoudad Service de Cardiologie, CHU Hassan II- Fès L entraînement électrosystolique temporaire

Plus en détail

RGD du 06 avril 2009 (Mém. n 74 du 14 avril 2009, p.898)

RGD du 06 avril 2009 (Mém. n 74 du 14 avril 2009, p.898) Règlement grand-ducal du 6 avril 2009 modifiant le règlement grand-ducal modifié du 21 décembre 1998 arrêtant la nomenclature des actes et services des médecins pris en charge par l'assurance maladie.

Plus en détail

Prise en Charge des BRADYCARDIES aux Urgences.

Prise en Charge des BRADYCARDIES aux Urgences. Prise en Charge des BRADYCARDIES aux Urgences. Définition La Bradycardie est définie par une fréquence cardiaque inférieure à 60 battements / minute. La bradycardie est dite absolue si la fréquence cardiaque

Plus en détail

CENTRE DE RÉFÉRENCE DES MALADIES RYTHMIQUES HÉRÉDITAIRES

CENTRE DE RÉFÉRENCE DES MALADIES RYTHMIQUES HÉRÉDITAIRES CENTRE DE RÉFÉRENCE DES MALADIES RYTHMIQUES HÉRÉDITAIRES Description clinique de la pathologie La dysplasie arythmogène du ventricule droit (DAVD) est une cardiomyopathie évolutive (maladie du muscle

Plus en détail

Pacemakers ou défibrillateurs que surveiller après son placement? Antoine de Meester Saint-Vaast, le 10-12-2013

Pacemakers ou défibrillateurs que surveiller après son placement? Antoine de Meester Saint-Vaast, le 10-12-2013 Pacemakers ou défibrillateurs que surveiller après son placement? Antoine de Meester Saint-Vaast, le 10-12-2013 Pacemaker (stimulateur cardiaque) Défibrillateur automatique interne Pacemaker (stimulateur

Plus en détail

Les bradycardies. Dr C BERTRAND Mr JP SAUTON CMC PARLY 2 PARIS

Les bradycardies. Dr C BERTRAND Mr JP SAUTON CMC PARLY 2 PARIS Les bradycardies Dr C BERTRAND Mr JP SAUTON CMC PARLY 2 PARIS Déclaration de Conflits d intérêt je n ai aucune relation financière à déclarer. Bradycardies DYSFONCTION SINUSALE BLOCS SINO-AURICULAIRES

Plus en détail

Suivi par télécardiologie d une série monocentrique de 670 patients consécutifs porteurs de pacemakers et défibrillateurs

Suivi par télécardiologie d une série monocentrique de 670 patients consécutifs porteurs de pacemakers et défibrillateurs Suivi par télécardiologie d une série monocentrique de 670 patients consécutifs porteurs de pacemakers et défibrillateurs X. Harlé Bayonne Dr X.Harlé; Ile de la Réunion; Oct 2014 Télécardiologie Déjà une

Plus en détail

Sommaire. Préface... avant-propos... VII. Sommaire des dossiers et cas cliniques... Sommaire des conférences de consensus...

Sommaire. Préface... avant-propos... VII. Sommaire des dossiers et cas cliniques... Sommaire des conférences de consensus... Sommaire Préface... V avant-propos... VII Sommaire des dossiers et cas cliniques... Sommaire des conférences de consensus... X XI Programme de cardiologie... XII Liste des abréviations autorisées... XIV

Plus en détail

Les différentes maladies du coeur

Les différentes maladies du coeur Auteur : Dr Pascal AMEDRO Les différentes maladies du coeur 1. Le cœur normal L oxygène capté dans l air va dans les poumons, où le sang «bleu» est alors oxygéné et devient «rouge». Il est conduit par

Plus en détail

TABLE DES MATIERES 1. Description générale... 8 2. Indications... 8 3. Contre-indications... 8 3.1. Généralités... 8 3.2. Complications éventuelles... 9 4. Mise en garde du patient...10 4.1. Risques liés

Plus en détail

Vivre avec un DAI : surveillance, interférences, conduite auto

Vivre avec un DAI : surveillance, interférences, conduite auto : surveillance, interférences, conduite auto Journées Nationales du GERS - 5 octobre 2012 E. QUIRING - Clinique de l Orangerie Conflits d intérêts Pas de conflits d intérêt concernant cette présentation

Plus en détail

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs B06-1 B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs L ischémie aiguë est une interruption brutale du flux artériel au niveau d un membre entraînant une ischémie tissulaire. Elle constitue

Plus en détail

Séquence maladie: insuffisance cardiaque. Mieux connaître l insuffisance cardiaque Vivre avec un DAI

Séquence maladie: insuffisance cardiaque. Mieux connaître l insuffisance cardiaque Vivre avec un DAI Séquence maladie: insuffisance cardiaque Mieux connaître l insuffisance cardiaque Vivre avec un DAI Janvier 2012 Finalité de l atelier: Présentation de la séance Cette séance a pour buts de vous permettre

Plus en détail

Les arythmies Attitude thérapeutique en urgence

Les arythmies Attitude thérapeutique en urgence Les arythmies Attitude thérapeutique en urgence 16/05/2008 Dr Bernard Jadoul 1 Comment est le patient? Recherche de signes cliniques de gravité: Bas débit cardiaque (pâleur, sudations, extrémités froides,

Plus en détail

SIGNES ECG DES TACHYCARDIES SUPRA VENTRICULAIRES. CAS PARTICULIER DU SYNDROME DE WOLFF- PARKINSON-WHITE.

SIGNES ECG DES TACHYCARDIES SUPRA VENTRICULAIRES. CAS PARTICULIER DU SYNDROME DE WOLFF- PARKINSON-WHITE. SIGNES ECG DES TACHYCARDIES SUPRA VENTRICULAIRES. CAS PARTICULIER DU SYNDROME DE WOLFF- PARKINSON-WHITE. Marie-Claude LEMPEREUR de GUERNY Urgences/SMUR Poissy novembre 2011-avril 2012 APPEL EN SMUR POUR

Plus en détail

Monitorage de l ECG. Martin COUR Actualité en Réanimation Lyon 2012

Monitorage de l ECG. Martin COUR Actualité en Réanimation Lyon 2012 Monitorage de l ECG Martin COUR Actualité en Réanimation Lyon 2012 Le passé Monitorage dans le passé : Pouls à la main Etat général du patient Pression artérielle (parfois) Le présent La place du soignant

Plus en détail

STIMULATEURS CARDIAQUES / DAI ET INTERFERENCES ELECTROMAGNETIQUES. Michel CHAUVIN STRASBOURG FRANCE. Michel CHAUVIN DIU 2007

STIMULATEURS CARDIAQUES / DAI ET INTERFERENCES ELECTROMAGNETIQUES. Michel CHAUVIN STRASBOURG FRANCE. Michel CHAUVIN DIU 2007 STIMULATEURS CARDIAQUES / DAI ET INTERFERENCES ELECTROMAGNETIQUES STRASBOURG FRANCE INTERFERENCES ENDOGENES EXOGENES MYOPOTENTIELS FONCTIONN. SC COURANTS CONTINUS COURANTS ALTERNATIFS CHAMPSMAGNETIQUES

Plus en détail

Quels troubles du rythme. en réanimation? Marion Delanoë DESC de réanimation médicale Bordeaux 25/03/10

Quels troubles du rythme. en réanimation? Marion Delanoë DESC de réanimation médicale Bordeaux 25/03/10 Quels troubles du rythme en réanimation? Marion Delanoë DESC de réanimation médicale Bordeaux 25/03/10 Introduction Incidence annuelle de 12 à 30% Réanimation polyvalente : 12% - 8% TDR supra-ventriculaires

Plus en détail

Complications tardives (> 6 semaines)

Complications tardives (> 6 semaines) Complications tardives (> 6 semaines) Marseille Complications tardives (> 6 semaines) En rapport avec la (les) sonde(s) Thrombose veineuse Déplacement de sonde Infection Détérioration de sonde (isolant/conducteur)

Plus en détail

Douleurs Thoraciques Stratégie d orientation

Douleurs Thoraciques Stratégie d orientation GIT octobre 2011 Douleurs Thoraciques Stratégie d orientation Dr Thomas Loeb SAMU des Hauts de Seine 92 380 Garches Douleurs thoraciques Rappel Région richement innervée Douleurs thoraciques Rappel Région

Plus en détail

Rythmologie cardiaque : comment explorer puis traiter? Pierre Mélon Service de Cardiologie CHU de Liège

Rythmologie cardiaque : comment explorer puis traiter? Pierre Mélon Service de Cardiologie CHU de Liège Rythmologie cardiaque : comment explorer puis traiter? Pierre Mélon Service de Cardiologie CHU de Liège Définition Une arythmie est définie comme une anomalie de fréquence, une irrégularité de rythme ou

Plus en détail

ECG en fonction de l Âge

ECG en fonction de l Âge Session ECG en fonction de l âge Guy Vaksmann Vendôme Cardio Clinique de la Louvière Lille Diapositive 1 ECG en fonction de l Âge Journées Lilloises d Anesthésie Réanimation et de Médecine d Urgence avril

Plus en détail

QUI PEUT CONTRACTER LA FA?

QUI PEUT CONTRACTER LA FA? MODULE 1 : COMPRENDRE LA FIBRILLATION AURICULAIRE 16 QUI PEUT CONTRACTER LA FA? La FA est plus fréquente chez les personnes âgées. Par contre, la FA dite «isolée» (c.-à-d. sans qu il y ait de maladie du

Plus en détail

REEDUCATION CARDIAQUE APRES POSE DE DAI ASSEMBLEE GENERALE APODEC 2011

REEDUCATION CARDIAQUE APRES POSE DE DAI ASSEMBLEE GENERALE APODEC 2011 REEDUCATION CARDIAQUE APRES POSE DE DAI ASSEMBLEE GENERALE APODEC 2011 cardiaque Ensemble des mesures permettant une approche GLOBALE du patient Processus personnalisé et coordonné Personne intégrée dans

Plus en détail

IRM CARDIAQUE SYNCHRONISATION A L ECG. C.Varin - C.Virlouvet - JN. Dacher CHU Rouen Paris JFR octobre 2004

IRM CARDIAQUE SYNCHRONISATION A L ECG. C.Varin - C.Virlouvet - JN. Dacher CHU Rouen Paris JFR octobre 2004 IRM CARDIAQUE SYNCHRONISATION A L ECG C.Varin - C.Virlouvet - JN. Dacher CHU Rouen Paris JFR octobre 2004 MATERIEL UTILISE Siemens Symphony 1.5T Antenne corps en réseau phasé couplée à l antenne rachis

Plus en détail

Pacemaker. André St-Pierre, MD IUCPQ, Département universitaire d anesthésiologie, Université Laval. 10 octobre 2013

Pacemaker. André St-Pierre, MD IUCPQ, Département universitaire d anesthésiologie, Université Laval. 10 octobre 2013 Pacemaker André St-Pierre, MD IUCPQ, Département universitaire d anesthésiologie, Université Laval 10 octobre 2013 Objectifs Connaître les composantes du pace les modes de fonction les différents types

Plus en détail

IMPLANTS CARDIAQUES ET CHAMPS ELECTROMAGNETIQUES : DES EXPERIENCES EUROPÉENNES COMPARAISON DE RESULTATS EXPERIMENTAUX EN FRANCE ET EN FINLANDE

IMPLANTS CARDIAQUES ET CHAMPS ELECTROMAGNETIQUES : DES EXPERIENCES EUROPÉENNES COMPARAISON DE RESULTATS EXPERIMENTAUX EN FRANCE ET EN FINLANDE IMPLANTS CARDIAQUES ET CHAMPS ELECTROMAGNETIQUES : DES EXPERIENCES EUROPÉENNES COMPARAISON DE RESULTATS EXPERIMENTAUX EN FRANCE ET EN FINLANDE Isabelle Magne 1, Martine Souques 2, Leena Korpinen 3 1 EDF

Plus en détail

INFARCTUS DU MYOCARDE Dr Patrick Dassier, HEGP

INFARCTUS DU MYOCARDE Dr Patrick Dassier, HEGP INFARCTUS DU MYOCARDE Dr Patrick Dassier, HEGP L'infarctus du Myocarde (IDM) est une nécrose plus ou moins étendue du myocarde par oblitération d'une artère coronaire. C est une urgence médicale. C est

Plus en détail

La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène

La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène 1 La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène Document rédigé par l équipe pluridisciplinaire du centre de référence pour les maladies cardiaques héréditaires (Paris), en collaboration avec des patients

Plus en détail

DIU de rythmologie et stimulation cardiaque. Titre : Défibrillateur automatique implantable : comment ça marche?

DIU de rythmologie et stimulation cardiaque. Titre : Défibrillateur automatique implantable : comment ça marche? DIU de rythmologie et stimulation cardiaque Titre : Défibrillateur automatique implantable : comment ça marche? Orateur : Nicolas SADOUL Le 26 janvier 2012 Un défibrillateur: d Comment ça marche? N Sadoul,,

Plus en détail

Tarif Lignes Code acte Libellé Tarif 2005 28 décembre n Spécial Pages 2007 CCAM

Tarif Lignes Code acte Libellé Tarif 2005 28 décembre n Spécial Pages 2007 CCAM 21 23 24 Afin de vous permettre de mettre à jour le livret Spécial CCAM, vous trouverez ci-après, avec les nouveaux tarifs, les correspondances de lignes et de pages. Tarif Lignes Code acte Libellé Tarif

Plus en détail

Anesthésie pour une électroconvulsivo-thérapie

Anesthésie pour une électroconvulsivo-thérapie Anesthésie pour une électroconvulsivo-thérapie Dr Rémi Gagnoud Service d Anesthésie-Réanimation CHU Limoges 4ème Rencontre Inter-régionale Neurostimulation externe et implantée, CH Esquirol, Limoges, juin

Plus en détail

Caractéristiques techniques

Caractéristiques techniques Défibrillateur Philips HeartStart OnSite Caractéristiques techniques Défibrillateur Modèle Gamme de défibrillateur Éléments livrés Type d onde Énergie Intervalle entre chocs Délivrance rapide du choc Instructions

Plus en détail

RAPPEL PHYSIOLOGIQUE et MONITORAGE ECG Dassier P, HEGP 2006

RAPPEL PHYSIOLOGIQUE et MONITORAGE ECG Dassier P, HEGP 2006 RAPPEL PHYSIOLOGIQUE et MONITORAGE ECG Dassier P, HEGP 2006 LA GENESE DU SIGNAL ECG Le myocarde à comme particularité de présente une dépolarisation spontanée. Cette activité électrique va générer une

Plus en détail

Le traitement par Radiofréquence des troubles du rythme cardiaque au Maroc: Expérience en secteur libéral. ESSADKI Siham, ABDELALI Salima

Le traitement par Radiofréquence des troubles du rythme cardiaque au Maroc: Expérience en secteur libéral. ESSADKI Siham, ABDELALI Salima Le traitement par Radiofréquence des troubles du rythme cardiaque au Maroc: Expérience en secteur libéral ESSADKI Siham, ABDELALI Salima Paris; 2-3 Mars 2017 Aucun conflit d'intérêt Introduction Début

Plus en détail

Le syndrome coronarien aigu

Le syndrome coronarien aigu C est le nouveau terme qui englobe la notion d angor et d infarctus. Synonymes : Angor, Angine de poitrine, Rhume de poitrine, Infarctus, Attaque, Les artères coronaires : Ce sont les artères nourricières

Plus en détail

Suivi d un porteur de stimulateur cardiaque au centre de contrôle spécialisé

Suivi d un porteur de stimulateur cardiaque au centre de contrôle spécialisé Suivi d un porteur de stimulateur cardiaque au centre de contrôle spécialisé I. Promoteurs L UFCV (Union nationale de Formation et d évaluation en médecine Cardio-Vasculaire) & Groupe de rythmologie et

Plus en détail

Anatomie voies de conduction. Jonction atrio-ventriculaire dans les doubles discordances. Anatomie voies de conduction

Anatomie voies de conduction. Jonction atrio-ventriculaire dans les doubles discordances. Anatomie voies de conduction Anatomie voies de conduction Troubles du rythme et de conduction en réanimation pédiatrique Pierre Bordachar, Jean-Benoit Thambo Pessac, France Anatomie voies de conduction Jonction atrio-ventriculaire

Plus en détail

LES STIMULATEURS ET DEFIBRILLATEURS CARDIAQUES IMPLANTABLES

LES STIMULATEURS ET DEFIBRILLATEURS CARDIAQUES IMPLANTABLES LES STIMULATEURS ET DEFIBRILLATEURS CARDIAQUES IMPLANTABLES Charlotte Charroin (1), Emmanuelle Carré (2), Pr Chevalier (3) (1) interne en pharmacie, Hospices Civils de Lyon (2) pharmacienne, Hospices Civils

Plus en détail

La Cardiomyopathie Dilatée

La Cardiomyopathie Dilatée 1 La Cardiomyopathie Dilatée Document rédigé par l équipe pluridisciplinaire du centre de référence pour les maladies cardiaques héréditaires (Paris), en collaboration avec des patients atteints de la

Plus en détail

La Défibrillation Automatisée Externe HOPITAL SOULTZ-ENSISHEIM

La Défibrillation Automatisée Externe HOPITAL SOULTZ-ENSISHEIM La Défibrillation Automatisée Externe HOPITAL SOULTZ-ENSISHEIM 2009 1. La Défibrillation Automatisée Externe 1. 1. Définition : Défibrillation automatisée consiste à faire traverser le cœur en arrêt circulatoire

Plus en détail

AVIS DE LA CNEDiMTS 1er Juillet 2014 Complétant l avis du 9 avril 2013

AVIS DE LA CNEDiMTS 1er Juillet 2014 Complétant l avis du 9 avril 2013 COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA CNEDiMTS 1er Juillet 2014 Complétant l avis du 9 avril 2013 CONCLUSIONS CARELINK, système de télésurveillance

Plus en détail

Conduite automobile et maladie cardiaque. Présenté par Jean-François Dorval, M.D.

Conduite automobile et maladie cardiaque. Présenté par Jean-François Dorval, M.D. Conduite automobile et maladie cardiaque Présenté par Jean-François Dorval, M.D. Maladie coronarienne Recommandation générales Patients avec maladie coronarienne athérosclérotique Recommandation spécifiques

Plus en détail

Pathologies cardiaques et aptitude à la conduite

Pathologies cardiaques et aptitude à la conduite Pathologies cardiaques et aptitude à la conduite Accidents liés à une pathologie cardiaque aigue (mortels et corporels) Pathologie cardiaque ischémique: 15% des accidents liés à une cause médicale Qui

Plus en détail

IVème journée normande d'anesthésie-réanimation

IVème journée normande d'anesthésie-réanimation Département d'anesthésie, Réanimation Chirurgicale, SAMU IVème journée normande d'anesthésie-réanimation PRISE EN CHARGE D'UN PATIENT PORTEUR D'UN STIMULATEUR CARDIAQUE OU D'UN D'UN DEFIBRILLATEUR IMPLANTABLE

Plus en détail

du 28 mai 2013 : 7 avril 2015 cardiaque. Demandeur Les modèles Indications retenues : (chirurgie ou angioplastie) ; échoué ; cardiaque, - 1 -

du 28 mai 2013 : 7 avril 2015 cardiaque. Demandeur Les modèles Indications retenues : (chirurgie ou angioplastie) ; échoué ; cardiaque, - 1 - COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DEE SANTE AVIS DE LA CNEDiMTS 7 avril 2015 complétant l avis du 28 mai 20133 CONCLUSIONS HOME MONITORING, système de télésurveillance

Plus en détail

FICHE ECG. Cellule cardiaque : contraction = dépolarisation, relâchement = repolarisation.

FICHE ECG. Cellule cardiaque : contraction = dépolarisation, relâchement = repolarisation. L électrocardiogramme : résumé : FICHE ECG Tissu myocardique = mécanique : contraction v = 0,4m/s (lent). Tissu nodal = électrique (naissance et conduction de l influx nerveux), dépolarisation rapide :

Plus en détail

Défibrillateur automatique Implantable

Défibrillateur automatique Implantable Défibrillateur automatique Implantable endocavitaire (DAI) La Fédération Française de Cardiologie finance : prévention, recherche, réadaptation et gestes qui sauvent grâce à la générosité de ses donateurs

Plus en détail

ECG des pacemakers Cas cliniques

ECG des pacemakers Cas cliniques ECG des pacemakers Cas cliniques Service de soins intensifs et rythmologie fir Assises de l AMCAR. Casablanca le Stimulation? Détection? Coordination? Code international 1 Cinq lettres permettent de définir

Plus en détail

Electrophysiologie cardiaque

Electrophysiologie cardiaque Electrophysiologie cardiaque L électrophysiologie concerne autant les indications d implantation d un pacemaker que les thérapies de resynchronisation cardiaque et les implantations de défibrillateur.

Plus en détail

Dr C Braunstein PH rythmologue Chef de Service

Dr C Braunstein PH rythmologue Chef de Service Dr ElBelghiti PH attaché coronarographiste Dr C Braunstein PH rythmologue Chef de Service 2007 2008 2009 2010 2011 Coronarographies totales 315 982 1042 888 927 Angioplasties 87 (27,6%) 268 (27,3%) 252

Plus en détail

Pacema acema er k e t USI t USI

Pacema acema er k e t USI t USI Pacemaker et USI Pour une bonne compréhension de la stimulation cardiaque SIZ nursing 10/08 Historique 1958 : Implantation du 1 er système de stimulation cardiaque. L Indication : Prévenir la mort subite

Plus en détail

Traitement non médicamenteux de l insuffisance cardiaque

Traitement non médicamenteux de l insuffisance cardiaque Traitement non médicamenteux de l insuffisance cardiaque C Decoene Praticien hospitalier CHRU LILLE Christophe.decoene@chru-lille.fr Introduction L insuffisance cardiaque est un syndrome clinique constitué

Plus en détail

Troubles du rythme. Changer leur évolution. Arythmies Tachycardies Fibrillations Extrasystoles Bradycardies

Troubles du rythme. Changer leur évolution. Arythmies Tachycardies Fibrillations Extrasystoles Bradycardies Arythmies Tachycardies Fibrillations Extrasystoles Bradycardies Quelques repères comprendre éditorial Jean-Claude Daubert Quelques repères Le cœur au repos bat normalement entre 60 et 80 fois par minute,

Plus en détail

Sommaire. Prologue. Préfaces

Sommaire. Prologue. Préfaces Sommaire Prologue Préfaces I. Prendre en charge les urgences cardiovasculaires 1. Principes de gestion de l'urgence cardiologique par le professionnel de santé au travail Rôle du professionnel de santé

Plus en détail

PROCEDURE DE CARDIOLOGIE INTERVENTIONNELLE ET ANESTHESIE

PROCEDURE DE CARDIOLOGIE INTERVENTIONNELLE ET ANESTHESIE Le Congrès Infirmiers. Infirmier(e)s anesthésistes diplômé(e)s d état 2012 Sfar. Tous droits réservés. PROCEDURE DE CARDIOLOGIE INTERVENTIONNELLE ET ANESTHESIE J. AMOUR julien.amour@psl.aphp.fr Département

Plus en détail