"Histoires de croissance"

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download ""Histoires de croissance""

Transcription

1 La Fabrique de l Industrie "Histoires de croissance" COMMENT ATTIRER LES COMPÉTENCES CLÉS DANS LES ETI? avec Philippe BLANDIN Secrétaire Général de Mecachrome Emmanuel HERVÉ PDG du groupe Hervé Débat animé par Thibault de JAEGHER Directeur de la rédaction de L Usine Nouvelle 26 mars 2013 Compte rendu rédigé par Élisabeth Bourguinat En bref : Les dirigeants d ETI se plaignent souvent que les recrutements de jeunes deviennent de plus en plus compliqués dans certaines branches techniques, que la formation professionnelle s essouffle, que la concurrence est forte notamment par rapport aux grands groupes pour attirer et fidéliser des compétences clés répondant aux besoins spécifiques de ces entreprises. Quelles démarches proactives peuvent être entreprises pour attirer et fidéliser les jeunes? Les ETI ont également besoin de recruter des cadres expérimentés sachant concilier les impératifs liés à la croissance de l activité et le mode de gouvernance souvent patrimonial, voir familial de ces entreprises. Comment détectent-elles et recrutentelles ou forment-elles en interne les profils souhaités? * Les besoins de recrutement non satisfaits chez Mecachrome Thibault de Jaegher : L entreprise Mecachrome fabrique et assemble des pièces mécaniques pour l aéronautique et l automobile, notamment. Elle emploie personnes et réalise un chiffre d affaires de 300 M. Implantée en France et au Canada, elle vient récemment de se rapprocher d un autre sous-traitant, Mecahers et a la particularité, suite à quelques vicissitudes financières, de compter parmi ses actionnaires le FSI (Fonds stratégique d investissement). Philippe Blandin, pouvez-vous nous expliquer quelles sont les compétences clés recherchées par votre entreprise : s agit-il d ingénieurs, de techniciens, d opérateurs? Philippe Blandin : Presque tous les profils sont concernés. Les machines à commandes numériques que nous utilisons pour notre cœur de métier, l usinage, doivent être pilotées par

2 des personnes ayant au moins un bac professionnel. Mais nous avons beaucoup du mal à trouver des fraiseurs et surtout des tourneurs, en particulier sur des tours verticaux. Les chaudronniers sont également très rares. Nous avons également des difficultés à recruter des techniciens méthodes pour assurer l industrialisation des pièces et la programmation des machines, dont dépend une grande partie de notre compétitivité. Il en va de même pour les ingénieurs et techniciens confirmés, dont nous avons besoin pour concevoir et accompagner les nouveaux programmes. Au total, tous profils confondus, nous avons 150 postes à pourvoir. Nous devons aussi anticiper le renouvellement de nos cadres, qui devrait se traduire par l embauche d une centaine de personnes au cours des dix ans à venir. Les raisons des difficultés à recruter Thibault de Jaegher : Comment expliquez-vous cette difficulté à recruter? Philippe Blandin : En France, nos sites d usinage se trouvent à Vibraye et Sablé-sur-Sarthe (dans les Pays de la Loire), et à Aubigny-sur-Nère et Amboise (en région Centre). À l époque où ces localisations ont été choisies, ce sont des choix moins industriels qui ont été pris en compte. Il est certain que leur éloignement par rapport aux grands centres urbains constitue un frein au recrutement. Amboise se situe à 35 km de Tours : il faut posséder un véhicule et payer l essence pour venir y travailler. Pour certains, même une distance de ce type est rédhibitoire. Une autre solution consiste à venir habiter sur place. Nous pouvons faciliter les choses en fournissant le logement, mais comment faire si la personne vient à quitter son emploi? Cette question du logement se pose pour toutes les catégories de salariés. Quand j ai décidé de quitter la région parisienne pour rejoindre Mecachrome, j ai cherché une location et je n en ai pas trouvé. J ai dû me résoudre à vendre ma maison pour en racheter une sur place. Avec la hausse des prix de l immobilier, je ne serais plus en mesure de racheter mon ancienne maison aujourd hui. Les droits de mutation, qui interviennent à chaque déménagement, constituent un frein supplémentaire à la mobilité, et d autant plus pour des personnes ayant des revenus modestes, qui ont investi toutes leurs économies dans leur maison. Faute de trouver des personnes à embaucher sur place, nous avons essayé d en chercher dans des régions ayant un passé industriel ancien, comme la Loraine ou le Nord. Nous avons organisé des campagnes massives lors desquelles nous proposions de prendre en charge le déménagement, les premiers mois de relocalisation, etc. Nous n avons réussi à faire venir qu une seule personne. En y réfléchissant, on peut en deviner les raisons. Dans certaines familles, le grand-père a perdu son emploi, le père n a jamais travaillé, le fils est à la recherche de son premier emploi. Si le fils accepte de quitter sa région, il perd le réseau qui lui assure une solidarité économique. Nous pouvons difficilement envisager de recruter l ensemble de la famille À Toulouse, où sont implantées nos activités de tôlerie et chaudronnerie, le problème est différent. On y trouve des personnels formés mais les ETI ont du mal à les recruter car elles sont en concurrence avec de grandes entreprises comme Airbus, qui peuvent offrir des salaires ou des avantages plus intéressants. Pourtant, même sur les métiers de base et pour des débutants, nous proposons plus que le SMIC. En y ajoutant les primes et les heures supplémentaires, on aboutit à des rémunérations assez attractives.

3 De façon plus générale, nous souffrons de la mauvaise image de l industrie. Les médias ne cessent d évoquer les licenciements, les fermetures d usines, les drames sociaux. Ils ne parlent presque jamais des innovations et des objets techniques superbes produits par l industrie française, ni de ses succès commerciaux. Les organisations représentatives de l industrie devraient travailler à améliorer cette image, comme cela a été fait, par exemple, pour le BTP. Il serait souhaitable, en particulier, que les enseignants se fassent une idée plus juste du monde de l entreprise. Quand j étais à l école, un de mes camarades, qui avait de mauvaises notes, s était vu infliger l appréciation «Bon pour l usine». Mais dans nos entreprises, nous ne voulons pas de mauvais élèves! Nous voulons des têtes bien faites et bien pleines. C est en recrutant des gens doués, ayant envie de progresser, que nous serons compétitifs et pourrons fabriquer des produits qui donneront envie à nos clients de continuer à travailler avec nous. Actuellement, on a tellement dégradé l image de l industrie que les centres d apprentissage ferment, faute de candidats. Nous sommes obligés de créer nos propres centres de formation dans chacune de nos usines. Nous proposons des formations initiales, de la formation continue et de la reconversion, qui sont accessibles après un test d aptitude et rémunérées, et lorsque les personnes donnent satisfaction, nous les embauchons dans la foulée. Malheureusement, un certain nombre d entre elles font le choix de ne pas rester. Nous nous heurtons parfois aussi à des problèmes comportementaux : certains arrivent systématiquement un quart d heure en retard, ou ne respectent pas les consignes. Or, nos métiers sont très exigeants sur le respect des normes. Par ailleurs, les machines peuvent être dangereuses et nécessitent la stricte observation des règles de sécurité. Le Groupe Hervé à la recherche de managers Thibault de Jaegher : Le Groupe Hervé, qui compte salariés, a trois pôles d activités, l industrie, les services et le numérique. Emmanuel Hervé, quelles sont les compétences clés que vous recherchez? Emmanuel Hervé : Notre entreprise est organisée d une façon assez particulière. Les métiers et les compétences sont regroupés autour d un manager qui est l équivalent d un patron de petite entreprise : il gère une équipe de dix à vingt personnes. Ces patrons de petites entreprises sont à leur tour managés par des responsables de moyennes entreprises, qui regroupent chacune entre 10 et 20 petites entreprises. Enfin, les responsables des moyennes entreprises sont managés par l équivalent d un patron d ETI. Les compétences que nous recherchons sont moins de type technique que managérial, notamment pour les patrons de petites entreprises, qui ont un rôle de chef d orchestre : ce sont des animateurs qui doivent encourager les salariés dans leurs initiatives et assurer la coordination avec les autres petites entreprises pour pouvoir mieux répondre aux attentes des clients. Ils sont chargés de recruter et de licencier les salariés, de choisir leur marché, de fixer leur budget, etc. La seule différence entre eux et des patrons de PME est qu ils disposent d un back office pour les aider dans différentes tâches, mais celui-ci ne peut en aucun cas leur donner des ordres. Ce genre de profil est assez difficile à trouver, c est pourquoi nous privilégions l évolution interne entre les trois niveaux hiérarchiques, en nous basant exclusivement sur la capacité managériale et non sur la formation de base ou le bagage technique. En cas de besoin, nous

4 faisons également appel au recrutement externe, soit par le bouche à oreille, soit via des cabinets de recrutement. Thibault de Jaegher : Y a-t-il des bassins d emplois dans lesquels il vous est particulièrement difficile de trouver ces profils? Emmanuel Hervé : Notre activité de service nous oblige à être proches de nos clients, c est pourquoi nous avons cinquante implantations sur l ensemble de la France et de la Suisse. Dans les régions où nous sommes présents depuis vingt ou trente ans, le recrutement est relativement facile, grâce au bouche à oreille. C est beaucoup plus délicat de trouver les bonnes personnes dans les régions où nous venons d arriver. Thibault de Jaegher : Etes-vous également confronté à la question de la mobilité? Emmanuel Hervé : À l intérieur du Groupe, la mobilité ne pose pas vraiment de problème, à ceci près que certaines régions sont plus attractives que d autres : un poste qui se libère à Bordeaux, Toulouse ou Montpelier sera beaucoup plus convoité que le même poste à Metz. Nous avons créé un module d expression des souhaits d évolution ouvert à tous les salariés du groupe. Ils peuvent à tout moment indiquer leurs vœux aussi bien en termes de mobilité géographique que d évolution de fonction. Lorsque la personne a le profil adéquat pour un poste qui se libère, nous faisons le maximum pour favoriser sa mobilité, par exemple, en prenant en charge une partie du déménagement. Les mouvements de la province vers la province se font facilement, ainsi que ceux de Paris vers la province. Nous avons beaucoup plus de mal à convaincre des salariés de quitter la province pour Paris, car la capitale a une mauvaise image en termes de coût de la vie, de conditions de circulation, etc. Heureusement, le bassin parisien compte vingt millions d habitants et nous n avons pas trop de mal à y recruter. Nos sites parisiens nous servent de centres de formation et au bout de cinq ou dix ans, un grand nombre de salariés demandent à être mutés en province. Comment améliorer l image de l industrie? Je voudrais revenir sur la comparaison entre l image du BTP et celle de l industrie, qu évoquait Philippe Blandin. Notre Groupe comprend environ salariés dans le pôle Énergie Service, qui correspond au second œuvre du bâtiment, et environ 400 salariés dans le pôle Industrie, ce qui nous permet faire quelques comparaisons. Il y a vingt ou trente ans, l image du bâtiment n était vraiment pas très positive ni attractive pour les jeunes. Quand nous mettions nos responsables de chantier en relation directe avec les architectes ou avec les clients, ce mélange entre «cols bleus» et «cols blancs» était vécu comme bizarre, voire dérangeant. Mais c est en valorisant la capacité du personnel de terrain à gérer un projet et en lui permettant d obtenir la reconnaissance de sa compétence par les clients et fournisseurs que nous avons réussi à donner de l attractivité à ces métiers. En développant nos activités dans l industrie, nous avons trouvé une situation très différente. Lorsque nous avons repris, en 2008, une activité navale dans la région de Lorient et de Saint- Nazaire, nous avons vraiment vécu un choc culturel. Nous étions habitués à la participation des salariés et même à la coconstruction des projets et nous avons été confrontés à des relations de pouvoir contre pouvoir entre la direction de l entreprise et les représentants syndicaux. Tout ce que les dirigeants disaient était caricaturé et leurs interlocuteurs refusaient

5 de les croire quand ils annonçaient les résultats de l entreprise : «De toute façon, le patron s en met de côté, c est sûr : les pertes ne sont pas de vraies pertes». Les salariés, loin d être prêts à s impliquer dans l entreprise, étaient dans une attitude franchement cynique vis-à-vis de l organisation. Je ne les critique pas : ce comportement était lié à la relation historique qui s était instaurée entre les dirigeants et les salariés. Nous avons mis en place une réunion mensuelle où chaque manager traite avec les salariés de niveau n-1 l ensemble des questions, de façon totalement transparente, qu il s agisse de ce qui va ou de ce qui ne va pas. Chacune des petites entreprises est chargée de construire l information financière à son niveau et à faire remonter les résultats, ce qui permet à chacun de s assurer de la véracité des chiffres. C est avec ce genre de dispositif que l on peut recréer la confiance et, en donnant à chacun la possibilité de comprendre ce qui se passe dans l entreprise, inciter les salariés à s y impliquer et à se responsabiliser. L entreprise devient alors leur entreprise et non celle du patron. Lorsque nous avons inauguré le nouveau site de Saint-Nazaire, nous avons invité tous nos clients (Aerolia, Airbus, etc.). Des salariés qui avaient été volontaires pour participer à un programme très éloigné de ce que fait d habitude l entreprise, appelé Sea Orbiter, ont présenté à cette occasion un modèle très innovant de cloison en aluminium, qui a ensuite été exposé chez Channel, à Paris. Aujourd hui, on ne peut plus motiver les gens simplement avec des ordres venus d en haut, et avec la génération qui vient, ce sera encore plus difficile. Nos enfants n agiront pas sur ordres : ils se motiveront et s impliqueront parce qu ils trouveront du sens à l action collective. Aller dans ce sens dès aujourd hui me paraît une excellente façon de rendre les métiers de l industrie plus attractifs pour les jeunes. Motiver par la rémunération ou par la reconnaissance? Thibault de Jaegher : Quelle est le rôle joué par la rémunération dans la fidélisation de vos compétences clés? Philippe Blandin : Mecachrome est une entreprise à la base familiale qui a toujours bien payé ses salariés. C est d ailleurs nécessaire pour attirer les compétences, sauf pour la Formule 1 : même si cette activité était localisée dans l Antarctique, nous trouverions des candidats. Pour les autres, le salaire est un facteur de motivation important. Or, nos donneurs d ordres de l aéronautique nous demandent tous les ans des réductions de coûts. À terme, on peut craindre que nous nous acheminions vers le modèle de l automobile, avec d énormes pressions sur les budgets. Comment, dans ces conditions, continuer à assurer des rémunérations attractives à nos salariés? Emmanuel Hervé : Dans notre Groupe, la rémunération a de l importance, mais ce n est pas le seul facteur. Les salariés du pôle Énergie Services sont régulièrement sollicités par nos concurrents, de grandes multinationales du BTP, qui peuvent leur proposer des salaires de 15 à 30 % supérieurs à ceux que nous leur offrons. Nous avons donc l obligation de nous différencier sur d autres valeurs que la rémunération. Comme je l ai indiqué, une de nos valeurs majeures est la reconnaissance de la capacité de l individu à prendre des initiatives et des décisions, à la fois de la part de l entreprise, des clients et des fournisseurs. Chez nous, personne n est rémunéré au SMIC, car ce ne serait pas cohérent avec le fait que nous cherchons, à tous les niveaux, des personnes capables de prendre des responsabilités. En revanche, il n existe qu un facteur 4 entre le salaire le plus faible et le salaire le plus élevé.

6 Thibault de Jaegher : Quels sont les profils que vos concurrents essaient de débaucher? Emmanuel Hervé : Tous les profils! Pour qu une personne soit compétente, elle doit être formée, ce qui coûte d autant plus cher que les compétences nécessaires évoluent à un rythme accéléré. Nous consacrons 5 % de la masse salariale à la formation, et il faut plusieurs années avant qu une personne soit vraiment formée. Dès que c est le cas, elle devient une cible pour nos concurrents. Philippe Blandin : De notre côté, nous rencontrons un problème particulier avec le management intermédiaire, qui joue un rôle clé dans l organisation : si les chefs d équipe ne réussissent à motiver ceux qui font tourner les machines, nous ne tiendrons pas nos délais, nous ne donnerons pas satisfaction à nos clients et nous ne vendrons plus. Or, les chefs d équipe sont souvent promus pour leurs compétences techniques plutôt que pour leurs qualités managériales. Une fois à leur nouveau poste, ce que nous attendons d eux surtout, c est qu ils sachent s adresser aux nouvelles recrues et les diriger, et pour les y aider, nous leur proposons des formations spécifiques au management et du coaching. Certaines entreprises mettent aussi en place des modèles d accompagnement reposant sur l intéressement. Ce n est pas le cas chez Mecachrome car nous avons un statut de LBO très particulier, avec trois fonds de long terme. Mais d autres sociétés s appuient sur le véhicule du LBO pour fidéliser et motiver les équipes dirigeantes avec une perspective de sortie à moyen ou long terme. Thibault de Jaegher : Le groupe Hervé a-t-il également mis en place des dispositifs d intéressement ou de participation? Emmanuel Hervé : Non, car les motivations financières n ont qu un effet de court terme. Lorsque vous accordez une prime ou une augmentation, cela produit un effet très important mais sur une très courte durée. Pour créer une motivation de longue durée, il faut s appuyer sur autre chose. Comme tous les salariés, les cadres recherchent leur bien-être et, pour cela, ils ont besoin d être reconnus non pas par leur n+1 mais par leurs n-1 : la véritable pression ne vient pas d en haut, mais d en bas. Lorsqu ils ont acquis cette reconnaissance de la part de leur équipe, ils se sentent déjà bien dans leur travail. Pour se sentir encore mieux, ils ne peuvent pas compter sur un plan de carrière, puisque l entreprise ne comprend que quatre niveaux hiérarchiques. La seule possibilité est d élargir leur périmètre de responsabilité, que ce soit sur le plan géographique ou par la mise en place de nouveaux métiers, de façon à s attirer de nouvelles sources de reconnaissance. Dès qu un cadre veut prendre des responsabilités nouvelles, quel que soit le sujet, nous l accompagnons. Une grande partie de la motivation de nos cadres et de leur fidélisation repose sur cette possibilité permanente de développer leurs activités et de gagner une reconnaissance supplémentaire de la part des n-1 mais aussi des tiers, qu il s agisse des clients ou des fournisseurs. DÉBAT Un bus pour présenter les métiers de l industrie Un intervenant : Ma société fabrique des enduits pour le bâtiment et se heurte à la mauvaise image de notre métier auprès des scolaires. Quand un jeune ne peut pas faire une formation de plombier ou d électricien, on l oriente vers la peinture. Notre fédération professionnelle a

7 mis en place depuis quatre ans un bus qui se rend dans les écoles ou sur les places des villages pour présenter les différents métiers de l industrie (ingénieurs, commerciaux, informations, applicateurs, etc.) revaloriser la formation professionnelle à partir de films et d applications concrètes. L apprentissage Emmanuel Hervé : En France, on a toujours tendance à hiérarchiser les fonctions, et à pratiquer l écrémage à tous les niveaux : «Si tu ne peux pas faire plombier, tu finiras peintre». Nous avons une filiale en Suisse, une entreprise de 250 salariés, et nous observons là-bas une culture très différente de la nôtre. L apprentissage n y est pas vécu comme un échec : pour toutes les fonctions de l entreprise, que ce soit dans l administration ou dans la production, il est considéré comme normal de commencer par être apprenti. De plus, il n y a pas de hiérarchisation des fonctions comme on peut l observer en France : toutes les compétences sont reconnues comme nécessaires à l entreprise. L habitude de hiérarchiser les métiers est une des causes de notre difficulté à motiver les enfants : comment leur donner envie de se lancer dans des métiers considérés comme dévalorisants? C est d autant plus dommage que certains métiers, pour lesquels il y a du recrutement, sont mieux rémunérés que des métiers plus cotés qui connaissent un fort taux de chômage... Philippe Blandin : Le président de Mecachrome, Julio de Sousa, a commencé sa carrière dans l entreprise comme ajusteur. Dans certaines entreprises allemandes, on n a aucun espoir de finir cadre dirigeant si on n a pas commencé comme apprenti. Mais en France, on ne trouve pratiquement plus d apprentis. Int. : Je suis patron d une ETI et je suis souvent exaspéré par les lettres des enseignants qui m envoient des candidats à l apprentissage : «Prenez-le, ça ne vous coûte rien». On nous prend pour des chasseurs de primes alors que nous cherchons à recruter des jeunes motivés et prêts à devenir nos compagnons de route. La désaffection pour l industrie Int. : Je suis président d une entreprise de personnes, située près de Strasbourg, qui fabrique des équipements pour l industrie pharmaceutique et la chimie. Je constate que, depuis une dizaine d années, lorsque nous ouvrons des postes, nous recevons de moins en moins de candidatures, quelle que soit la nature du poste : ingénierie, production, finance Pourtant, cette entreprise a été fondée il y a 330 ans et jouit d une bonne notoriété dans la région. À votre avis, s agit-il d un phénomène général de désaffection vis-à-vis de l industrie ou plus particulièrement à l égard des ETI? Philippe Blandin : Je vais me permettre de citer mon cas personnel, qui me semble assez représentatif du problème que vous soulevez. Le fait que je travaille aujourd hui dans l industrie est un pur hasard. Quand j étais enfant, il était clair que je ferais des études et que j entrerais dans une classe préparatoire pour rejoindre ensuite soit un grand groupe, soit une banque. La question de savoir quel métier exactement j exercerais, et dans quel secteur d activité, était parfaitement secondaire. Cela me semble illustrer vraiment l esprit français : l important est d être admis dans une grande école, peu importe ce qu on fera ensuite. On ne peut guère s étonner que les jeunes ne soient pas très motivés par ce genre de perspective. Personnellement, d après les études que j ai faites, j aurais dû devenir banquier d affaires et j aurais probablement beaucoup mieux gagné ma vie qu aujourd hui. Sauf qu un jour, tout à

8 fait par hasard, je suis entré dans une usine et j ai eu la même réaction que mon fils de sept ans quand je l y ai emmené pour la première fois : «Waouhhh!». Il me semble que si on faisait en sorte de provoquer ce «Waouhhh!» chez les jeunes, on règlerait une grande partie du problème. Il faudrait vraiment parvenir à détruire le mythe selon lequel intégrer une école prestigieuse constitue une fin en soi. Des usines plus belles Int. : J ai beaucoup travaillé en Allemagne et j ai vu là-bas de très belles usines. L une des raisons pour lesquelles les jeunes ne veulent pas entrer dans l industrie ne serait-elle pas, tout simplement, que nos usines sont moches? Emmanuel Hervé : Je suis entièrement d accord avec vous. Les gens passent parfois plus de temps dans l entreprise qu à leur domicile. Soigner le cadre de travail participe fortement à l image et à l attractivité des entreprises, et faire participer les salariés à l élaboration de ce cadre peut être une importante source de motivation. Les déménagements permettent d investir dans l amélioration de l organisation et de la productivité, mais ils peuvent aussi provoquer un déclic dans la motivation de l ensemble du personnel. La gestion des compétences Int. : Renforcer les compétences des salariés me paraît être une façon non seulement d accroître la compétitivité de l entreprise mais également de fidéliser les personnels. Philippe Blandin : Les opérateurs qui pilotent nos machines développent leurs compétences en permanence : plus ils travaillent et plus ils apprennent. Ils doivent dérouler le programme, s assurer que tout va dans le bon sens, veiller à la sécurité, savoir prendre la décision d arrêter la machine pour éviter un problème plus grave, etc. À ces compétences, issues de l expérience, nous ajoutons des formations aux techniques d amélioration continue, aux démarches Lean, Cinq S, etc. Le savoir-faire de nos salariés est vraiment notre trésor de guerre. Mecachrome est connue pour disposer de véritables artistes, capables de surmonter n importe quelle difficulté rencontrée par nos clients : «Vous, vous saurez faire». Cela dit, nous sommes aussi une entreprise industrielle et nous devons donc industrialiser nos processus si nous ne voulons pas perdre en compétitivité. Pour cela, nous devons mettre en œuvre une alchimie complexe entre la rationalisation des processus et le respect de la créativité des opérateurs et de leur capacité à réaliser des tâches extrêmement complexes, dans lesquelles ils s épanouissent. Le partage des savoir-faire Int. : Comment encouragez-vous les plus anciens à transmettre leur savoir-faire aux plus jeunes? Philippe Blandin : Notre souhait est que chaque équipe de production ait un référent qui lui apprenne les ruses du métier. Malheureusement, les seniors ont tendance à laisser les jeunes se casser les dents sur les machines au lieu de leur expliquer comment faire. Les formations que nous organisons pour le management intermédiaire ont aussi pour but de les sensibiliser à l importance cruciale de transmettre les savoir-faire.

9 Emmanuel Hervé : Au-delà des formations et des systèmes de tutorat, on peut aussi encourager la notion de don gratuit à l intérieur de l entreprise. On est parfois tenté d aller très loin dans la décomposition analytique des coûts, mais il ne faut pas oublier que les échanges gratuits d information peuvent être une source d activité économique, en donnant naissance à des innovations qui seront, ensuite, vendues aux clients. Le management doit s efforcer de favoriser ce genre de démarche. Les virages technologiques Int. : Dans l histoire industrielle, on a souvent vu des entreprises ou même des secteurs d activité confrontés à une révolution technologique qui les dépasse. Actuellement, on entend dire que la fabrication additive va bouleverser l usinage. Vous préparez-vous à un éventuel changement de paradigme? Philippe Blandin : Nous devons être l un des rares usineurs, en Europe, à disposer de notre propre centre de R&D. Nous employons une quinzaine de personnes à travailler sur les procédés mais aussi sur les nouvelles technologies et nous avons déjà investi beaucoup d argent dans la fabrication additive. Mais, pour l instant, nous n avons pas trouvé de débouché, à part pour du prototypage rapide. Certaines modes font long feu : Boeing avait annoncé la fabrication d avions en plastique, mais cela n a pas donné les résultats escomptés. Emmanuel Hervé : Notre pôle numérique conçoit des logiciels de gestion et des infrastructures de réseau sur mesure. Tous les six mois, nous voyons émerger une innovation qui rend pratiquement caduc tout ce que nous savions auparavant. Depuis 2008, ce rythme d innovation très rapide est en train de s étendre au secteur du bâtiment : le prix du baril étant monté très haut, de nombreux pays ont investi dans l après-pétrole, ce qui donne lieu actuellement à de très nombreuses innovations dans la gestion de l énergie. Nous voyons également le rythme s accélérer dans l industrie. Nos moyens étant plus limités que ceux des grands groupes, notre salut dépend de notre capacité à nous adapter en permanence à l évolution des marchés et des technologies, ce qui ne correspond pas vraiment à la culture française. Nous devons en permanence convaincre nos salariés que c est en faisant évoluer nos activités et en arrêtant certaines d entre elles pour en créer de nouvelles que nous aurons une chance de pérenniser l entreprise. Qu attendre de l environnement public? Int. : Vos deux entreprises ont pris des initiatives remarquables pour former les salariés et pour faire évoluer les techniques, sans faire appel, semble-t-il, à des structures externes de formation ou de recherche. Est-ce la très grande technicité de vos métiers qui vous empêche de trouver de l aide auprès de l environnement public ou s agit-il d une défaillance de ce dernier? Emmanuel Hervé : Nous avons noué quelques partenariats avec des écoles mais, comme je l indiquais, la formation technique n est pas l aspect le plus important pour nous. Nous sommes surtout à la recherche de personnes capables de prendre des responsabilités, et nous nous chargeons ensuite de former. Malheureusement, dans notre système scolaire, les élèves apprennent à répondre à des questions et à suivre des consignes plutôt qu à se montrer curieux et à prendre des initiatives. On peut également regretter que les deux tiers de notre budget de formation soient consacrés aux habilitations techniques et non au développement des compétences. En cas d accident du travail, il faut pouvoir prouver que la personne avait son

10 habilitation à jour. C est aussi la raison pour laquelle nous incitons les salariés à donner gratuitement de leur temps et de leur savoir pour former les autres. En ce qui concerne la R&D, nous n avons pratiquement droit à aucune aide publique. Que ce soit en matière sociale ou fiscale, une ETI est mise sur le même plan qu un grand groupe. Nous partons du principe que nous devons nous débrouiller tout seuls, et comme l innovation coûte cher, nous passons systématiquement par des partenariats. Philippe Blandin : Pour notre part, grâce à la présence du FSI dans notre capital, nous sommes extrêmement bien entourés, mais ce n est pas une garantie que l on nous propose des solutions qui nous conviennent. Par exemple, il existe des aides à la réindustrialisation (ARI), mais elles ne concernent que les zones d aide à finalité régionale (AFR). Or, Aubigny-sur- Nère, où nous voudrions investir dans de nouvelles machines et déployer de la formation, ne se trouve pas dans une zone AFR. Mecahers, en revanche, qui est installé à Launaguet, près de Toulouse, se trouve dans une zone AFR. On a le sentiment d être devant un empilement de dispositifs, tous plus imaginatifs les uns que les autres, mais pas forcément très utiles pour les entreprises. Je fais cependant une exception pour Oséo, qui nous a énormément aidés pour innover. Ce dont nous aurions surtout besoin, c est un écosystème qui nous permette de faire des affaires, d exporter, de recruter des personnels, de récompenser ceux qui travaillent bien, etc. Tant que nous ne disposerons pas de cet écosystème favorable, nous aurons du mal à développer nos industries. Des prophéties autoréalisatrices? Int. : Mon entreprise exporte 60 % de son chiffre d affaires et je suis très heureux d être un industriel français. Mais mes deux enfants, âgés de 17 et 19 ans, ont décidé d aller faire leurs études ailleurs parce qu ils sont convaincus qu il n est plus possible de réussir dans notre pays. Leurs camarades pensent comme eux et je trouve que cela a de quoi nous inquiéter. Emmanuel Hervé : En tant que responsables d entreprises, nous devons faire attention à ne pas contribuer à des anticipations négatives et à ne pas aggraver la sinistrose au-delà du raisonnable. Tout n est pas facile en France, certes, mais lorsqu on voyage un peu à travers le monde, on apprend aussi à relativiser les choses. En participant au discours ambiant, selon lequel l industrie française serait condamnée à plus ou moins brève échéance, on risque de provoquer des difficultés qui n avaient pas lieu d être. C est le principe des prophéties autoréalisatrices. Un assureur vous attribue une cotation défavorable : vos fournisseurs, inquiets, vous demandent de les payer immédiatement, et vous entrez dans une spirale négative. En période de crise, il me semble préférable de mettre en avant les exemples de réussite qui donnent confiance dans notre pays. Il en existe des centaines, mais les médias privilégient les trains qui arrivent en retard et préfèrent jouer sur l émotionnel et sur le court terme. Philippe Blandin : Un des problèmes est qu en France, le fait de gagner de l argent n est pas considéré comme une réussite, mais plutôt comme quelque chose de suspect. Emmanuel Hervé : C est surtout vrai lorsque les dividendes des actionnaires et la rémunération des dirigeants augmentent au moment où l entreprise licencie. On aura beau multiplier les théories économiques pour expliquer ce genre de phénomène, nos concitoyens ne peuvent pas admettre cette incohérence et cela crée des tensions. En revanche, lorsqu une entreprise est florissante, il n y a pas un salarié qui remette en cause la rémunération des

11 dirigeants. Je connais beaucoup d entrepreneurs et aucun ne m a jamais fait état de critiques de ce genre. Je suis donc convaincu que la réussite est reconnue en France. Il existe simplement une vingtaine de cas surmédiatisés qui donnent une image déplorable du patronat. On dénonce souvent le corporatisme de certains acteurs économiques, mais on peut aussi regretter le corporatisme du patronat, qui l empêche de mettre en cause ce genre de comportement.

Recruter et intégrer des seniors

Recruter et intégrer des seniors Recruter et intégrer des seniors Fiche 5 Enjeux Le recrutement de seniors correspond à des enjeux spécifiques pour les entreprises, que cette action relève d une politique affichée de lutte contre les

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15

Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15 Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15 Mesdames, Messieurs, Chers collègues, Je suis particulièrement heureux de vous compter aussi nombreux

Plus en détail

Sommaire. Recruter et intégrer des seniors

Sommaire. Recruter et intégrer des seniors Fiche 5 Bonnes pratiques des entreprises en matière de maintien et de retour en activité professionnelle des seniors. Guide pour l action Recruter et intégrer des seniors Recruter des seniors, c est d

Plus en détail

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS Synthèse des débats rédigée par : 26 janvier 2012 Dans le cadre de son Tour de France du Dialogue, la CFE-CGC a organisé à Poitiers, le 26 janvier 2012,

Plus en détail

Les principales difficultés rencontrées par les P.M.E. sont : «La prospection et le recouvrement des créances» Petit déjeuner du 26 juin 2012

Les principales difficultés rencontrées par les P.M.E. sont : «La prospection et le recouvrement des créances» Petit déjeuner du 26 juin 2012 Les principales difficultés rencontrées par les P.M.E. sont : «La prospection et le recouvrement des créances» Petit déjeuner du 26 juin 2012 Tour de table d une dizaine d indépendants et gérants de P.M.E.

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

Mon boss ne délègue pas

Mon boss ne délègue pas Situation 3 Mon boss ne délègue pas L importance d une rhétorique soignée Les situations de pur rapport de force Autonomie et contrôle La délégation Explication/justification La situation Pierre, notre

Plus en détail

bretagne Les rencontres emploi du maritime - Mardi 10 mai 2011- Palais des congrès de Lorient (56) Dossier de presse

bretagne Les rencontres emploi du maritime - Mardi 10 mai 2011- Palais des congrès de Lorient (56) Dossier de presse en partenariat avec Dossier de presse Les rencontres emploi du maritime bretagne 1 er salon du recrutement maritime en région - Mardi 10 mai 2011- Palais des congrès de Lorient (56) Contact presse : Alexandra

Plus en détail

La réforme : une opportunité pour la fonction formation

La réforme : une opportunité pour la fonction formation Nombreux sont les articles concernant la réforme de la formation professionnelle. Grâce à ses experts qui récoltent l information législative et réglementaire à sa source, Demos fait un tour d horizon

Plus en détail

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES Claude MULSANT, Directrice adjointe du réseau MAGELLAN INTERNATIONAL J ai donc la lourde responsabilité

Plus en détail

Les investissements internationaux

Les investissements internationaux Conclusion : Doit-on réguler les IDE? Les investissements internationaux Introduction : Qu est ce qu un investissement direct à l étranger (IDE)? I) L évolution des IDE 1 Les IDE : une affaire entre riches

Plus en détail

ACTIV EXPERTISE. La licence de marque selon le réseau Activ expertise. Nous tenons d abord à vous remercier et à vous féliciter d avoir

ACTIV EXPERTISE. La licence de marque selon le réseau Activ expertise. Nous tenons d abord à vous remercier et à vous féliciter d avoir contacté Activ Expertise Nous tenons d abord à vous remercier et à vous féliciter d avoir Vous allez comprendre à la lecture des pages suivantes pourquoi le métier formidable de diagnostiqueur immobilier

Plus en détail

Dossier de presse. Umalis Group : l innovation au service de l emploi

Dossier de presse. Umalis Group : l innovation au service de l emploi Dossier de presse Umalis Group : l innovation au service de l emploi Sommaire Table des matières Historique 3 Fondateur 3 Notre métier : le portage salarial, pour tous, partout 3 Christian Person, président

Plus en détail

L ENTREPRISE GÉNÉRALE DANS LE BÂTIMENT : UN CHEF D ORCHESTRE AUX MULTIPLES FACETTES

L ENTREPRISE GÉNÉRALE DANS LE BÂTIMENT : UN CHEF D ORCHESTRE AUX MULTIPLES FACETTES L Entreprise générale dans le bâtiment : un chef d orchestre aux multiples facettes L Entreprise générale n a pas de définition légale ou réglementaire ; elle est seulement identifiée dans un certain nombre

Plus en détail

COMMUNICATION SUR LE PROGRES GLOBAL COMPACT

COMMUNICATION SUR LE PROGRES GLOBAL COMPACT COMMUNICATION SUR LE PROGRES GLOBAL COMPACT NOVEMBRE 2013 2 Le mot de la direction Lorsque nous avons fondé NEXEO, nous avions déjà une expérience significative du métier de la prestation intellectuelle

Plus en détail

Consultant indépendant en portage salarial

Consultant indépendant en portage salarial Consultant indépendant en portage salarial AD Missions met à votre disposition un éventail de services efficaces destinés à simplifier la gestion de votre activité et stimuler son développement. Un accompagnement

Plus en détail

COMMISSION PARITAIRE REGIONALE EMPLOI FORMATION D ILE DE FRANCE SEANCE DU 4 FEVRIER 2014. Ordre du jour

COMMISSION PARITAIRE REGIONALE EMPLOI FORMATION D ILE DE FRANCE SEANCE DU 4 FEVRIER 2014. Ordre du jour COMMISSION PARITAIRE REGIONALE EMPLOI FORMATION Présents : CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, FO, GIM, UIMM 77 D ILE DE FRANCE SEANCE DU 4 FEVRIER 2014 Ordre du jour 1. Adoption du compte-rendu de la séance du

Plus en détail

Mémoire prébudgétaire présenté par Imagine Canada. au Comité permanent des finances. de la Chambre des communes

Mémoire prébudgétaire présenté par Imagine Canada. au Comité permanent des finances. de la Chambre des communes Mémoire prébudgétaire présenté par Imagine Canada au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Novembre 2013 Recommandations Au nom des organismes de bienfaisance canadiens, Imagine Canada

Plus en détail

L EXTERNALISATION. Quels sont les enjeux stratégiques de l externalisation pour l entreprise actuellement?

L EXTERNALISATION. Quels sont les enjeux stratégiques de l externalisation pour l entreprise actuellement? L EXTERNALISATION Au sein des entreprises, l'heure est à la rationalisation des coûts. Pour parvenir à cet objectif, les stratégies sont nombreuses. Parmi elles, l externalisation est aujourd'hui considérée

Plus en détail

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION Depuis quelques années, on constate une grande évolution de la fonction vente ; avec le passage de la notion de l acte de vente à

Plus en détail

R : Oui, j ai un peu d expérience. Y : Et pourquoi vous faites des MOOCs, c est pour quel intérêt?

R : Oui, j ai un peu d expérience. Y : Et pourquoi vous faites des MOOCs, c est pour quel intérêt? Y : Cette année, je suis le cours ETIC de sujet MOOC, donc mon prof m a recommandé de vous contacter pour une interview, parce que vous avez fait beaucoup de MOOCs. R : Oui, j ai un peu d expérience. Y

Plus en détail

C est quoi C est quoi une entreprise

C est quoi C est quoi une entreprise C EST C est QUOI quoi une entreprise? 2 3 sommaire Bienvenue dans l entreprise 3 Qu est-ce qu une entreprise? 4 Entreprises selon le nombre de salariés 6 Une entreprise, des métiers 8 Comment fonctionne

Plus en détail

S INFORMER ENTREPRISES

S INFORMER ENTREPRISES GUIDE POUR AGIR Comment S INFORMER sur les métiers et les ENTREPRISES J ORGANISE MA RECHERCHE Avec le soutien du Fonds social européen Pourquoi vous informer? Pour être efficace, une recherche d emploi

Plus en détail

Groupe Alain Guiboud

Groupe Alain Guiboud Groupe Alain Guiboud A chacun ses objectifs, A chacun son opportunité. Frédéric M, Leader depuis 25 ans en vente directe dans le secteur des Produits de Beauté Naturels, du bien-être, des Parfums et des

Plus en détail

PREPARER SA VISITE AUX «COULISSES DU BATIMENT» Livret destiné aux collégiens et lycéens visitant les chantiers et ateliers

PREPARER SA VISITE AUX «COULISSES DU BATIMENT» Livret destiné aux collégiens et lycéens visitant les chantiers et ateliers PREPARER SA VISITE AUX «COULISSES DU BATIMENT» Livret destiné aux collégiens et lycéens visitant les chantiers et ateliers Rendez-vous le 11 octobre 2012 pour visiter le chantier GROUPE SCOLAIRE ILOT DE

Plus en détail

- Dossier de presse -

- Dossier de presse - - Dossier de presse - Janvier 2014 Sommaire I. Valérie Moissonnier & l Institut du Selfcoaching 1. Valérie Moissonnier : son parcours et son blog RadioCoaching 2. L équipe de l Institut du Selfcoaching

Plus en détail

P résentation. L ensemble des concepts et des outils de la Gestion des Ressources Humaines. La Gestion des Ressources Humaines (collection Les Zoom s)

P résentation. L ensemble des concepts et des outils de la Gestion des Ressources Humaines. La Gestion des Ressources Humaines (collection Les Zoom s) P résentation L ensemble des concepts et des outils de la Gestion des Ressources Humaines est développé dans le livre rédigé par Chloé Guillot-Soulez et publié dans la même collection : La Gestion des

Plus en détail

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics DOSSIER DE PRESSE PARTENARIAT CCCA-BTP et PRO BTP Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics Bernard Charpenel / CCCA-BTP Signature de la convention et point presse 10 mars 2010 0 SOMMAIRE

Plus en détail

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 Construire un avenir brillant ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 www.avenirbrillant.ca Financé par le gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils

Plus en détail

Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi

Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi Construisons ensemble le nouveau modèle français La crise économique mondiale, d une ampleur sans précédent depuis 80 ans, ralentit la consommation,

Plus en détail

XXVI E ASSISES DE LA TRADUCTION LITTÉRAIRE

XXVI E ASSISES DE LA TRADUCTION LITTÉRAIRE XXVI E ASSISES DE LA TRADUCTION LITTÉRAIRE COLLOQUES TRADUIRE ÉROS 73 TRADUCTION / ÉDITION : ÉTAT DES LIEUX DELPHINE RIVET 86 COLLOQUES QUI sont les traducteurs aujourd hui? Comment leur rémunération a-t-elle

Plus en détail

Hommes et femmes au travail Ni tout à fait les mêmes, ni tout à fait des autres. Etude Ipsos pour ELLE

Hommes et femmes au travail Ni tout à fait les mêmes, ni tout à fait des autres. Etude Ipsos pour ELLE Hommes et femmes au travail Ni tout à fait les mêmes, ni tout à fait des autres Etude Ipsos pour ELLE Pourquoi cette étude? Croiser le regard des hommes et des femmes sur le travail aujourd hui Le travail

Plus en détail

«Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience

«Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience «Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience UNIVERSITE PARIS 8 ENTREPRISE FNAIM Monter les salariés

Plus en détail

CFA création et innovation industrielle

CFA création et innovation industrielle CFA création et innovation industrielle Inauguration à l Ecole de design Nantes Atlantique Atlanpole La Chantrerie Mardi 28 novembre 2006 à 10h45 Communiqué de synthèse p 2 Région des Pays de la Loire

Plus en détail

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2014-11 MARS 2014 Situation professionnelle des femmes et des hommes cadres selon la génération Opinion des femmes

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Conseiller-Gestionnaire de clientèle de l Université Paris-Est Créteil Val de Marne - UPEC Vague E 2015-2019 Campagne

Plus en détail

Fébronie Tsassis Se présenter et convaincre en 2 33

Fébronie Tsassis Se présenter et convaincre en 2 33 Fébronie Tsassis Se présenter et convaincre en 2 33 Entrée en scène: Acteur et trac Transpiration, rougeurs, gorge nouée Peur: trou de mémoire, bafouiller Le trac nécessaire? A gérer! CORPS Respect Révision

Plus en détail

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT Introduction Frédéric PETITBON Directeur général délégué, IDRH Les collectivités doivent à la fois respecter des engagements vis-à-vis des citoyens, poursuivre des démarches managériales et tenir compte

Plus en détail

les raisons du succès

les raisons du succès Cuisines Raison : les raisons du succès Il avait donc raison d y croire! Quand Claude Raison a lancé l idée de fédérer, autour d une franchise, des dizaines de cuisinistes sans magasin dans toute la France,

Plus en détail

ENQUETE METIER Confronter ses rêves à la réalité du quotidien

ENQUETE METIER Confronter ses rêves à la réalité du quotidien ENQUETE METIER Confronter ses rêves à la réalité du quotidien La présente enquête-métier a pour objet de recueillir des informations pouvant donner en substance, une vision globale d un métier, de son

Plus en détail

Dossier de presse 2014

Dossier de presse 2014 Dossier de presse 2014 Sogilis La société de développement logiciel qui prône le management sans Manager Contacts Presse Agence Valeur D image Virginie Debuisson v.debuisson@valeurdimage.com +33.6.10.80.06.52

Plus en détail

Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales. kpmg.fr

Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales. kpmg.fr Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales kpmg.fr 1 Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales 2 La gestion de la trésorerie,

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

L association française des docteurs

L association française des docteurs L association française des docteurs Promouvoir le doctorat Les docteurs constituent des ressources rares et précieuses pour les économies et les sociétés du XXIème siècle, de sorte que les pays pleinement

Plus en détail

Le plan de lutte contre la crise en Région Pays de la Loire

Le plan de lutte contre la crise en Région Pays de la Loire Le plan de lutte contre la crise en Région Pays de la Loire Directeur général adjoint en charge des finances et services généraux du conseil régional des Pays de la Loire Contexte La région des Pays de

Plus en détail

CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Le partage de solutions

CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Le partage de solutions CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Le partage de solutions RH Partageons nos solutions RH... Dans chaque collectivité, la collaboration active entre élus et personnels est la clé de

Plus en détail

Evolution ou révolution dans les métiers des Achats et de la Supply Chain?

Evolution ou révolution dans les métiers des Achats et de la Supply Chain? Evolution ou révolution dans les métiers des Achats et de la Supply Chain? La 11ème conférence annuelle de l'aca a été un succès grâce à l'implication de tous les intervenants: merci à tous! Cette année,

Plus en détail

Devenir un gestionnaire de personnes

Devenir un gestionnaire de personnes Devenir un gestionnaire de personnes SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Déterminer vos besoins Trouver les bonnes personnes Conserver les bons employés SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Le passage de personne d

Plus en détail

L INVESTISSEMENT SEREIN

L INVESTISSEMENT SEREIN Assurersonavenir.fr 1 L INVESTISSEMENT SEREIN Assurersonavenir.fr Ce livre est la propriété exclusive de son auteur : La loi du 11 mars 1957 interdit des copies ou reproductions destinées à une utilisation

Plus en détail

L article qui suit tente de mettre en lumière les erreurs les plus courantes en ce qui concerne la fidélité client et sa gestion.

L article qui suit tente de mettre en lumière les erreurs les plus courantes en ce qui concerne la fidélité client et sa gestion. www.julienrio.com Introduction: L article qui suit tente de mettre en lumière les erreurs les plus courantes en ce qui concerne la fidélité client et sa gestion. Cet article s est inspiré de l ouvrage

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

Focus sur. métiers administratifs et comptables. métiers. les. De quoi parle-t-on? La piste DÉCEMBRE 2014. des

Focus sur. métiers administratifs et comptables. métiers. les. De quoi parle-t-on? La piste DÉCEMBRE 2014. des La piste des métiers Focus sur les métiers administratifs et comptables L es métiers administratifs et comptables représentent environ 20% des emplois de Poitou-Charentes. Ils ne forment pas pour autant

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

Proposer un parcours professionnel aux opérationnels des sociétés d Aménagement

Proposer un parcours professionnel aux opérationnels des sociétés d Aménagement Proposer un parcours professionnel aux opérationnels des sociétés d Aménagement Depuis quelques années la crise du logement entraîne un fort dynamisme de l emploi dans les secteurs de l aménagement et

Plus en détail

Le Québec, terre de traduction

Le Québec, terre de traduction Le Québec, terre de traduction S il est un endroit au monde où les traducteurs ont un marché établi, c est bien le Canada. Et le Québec, au sein du Canada, jouit d une situation encore plus privilégiée.

Plus en détail

Conseil & Audit Les leviers de la croissance

Conseil & Audit Les leviers de la croissance Conseil & Audit Les leviers de la croissance Les cabinets de conseil et d audit vivent une évolution de fond qui remet en cause certains fondamentaux de leur culture : Concurrence accrue, moindre différenciation,

Plus en détail

Cycle I.T.I. Formation par l Apprentissage et la Formation Continue

Cycle I.T.I. Formation par l Apprentissage et la Formation Continue Grande Ecole d Ingénieurs généraliste en électronique, informatique et télécommunications Cycle I.T.I. Formation par l Apprentissage et la Formation Continue L ENSEA Etablissement public d excellence Les

Plus en détail

Assemblée Générale 30 avril 2014 Rapport Moral du Président Ruben GARCIA

Assemblée Générale 30 avril 2014 Rapport Moral du Président Ruben GARCIA Assemblée Générale 30 avril 2014 Rapport Moral du Président Ruben GARCIA Bonjour à toutes et à tous, Merci d être présents nombreux pour cette 20 ème assemblée générale. Créée en 1994, par des militants

Plus en détail

La mobilité interne. COLLECTION «Les diagnostics de l emploi territorial»

La mobilité interne. COLLECTION «Les diagnostics de l emploi territorial» La mobilité interne Julie Araneder Catherine Leput Céline Prevost Benoit Saidi Sandrine Taupin Emmanuelle Thuong-Hime COLLECTION «Les diagnostics de l emploi territorial» hors série n 4 Sommaire 1 - Avant-propos...p

Plus en détail

COURRIERS -TYPE DE REPONSE A UNE CANDIDATURE

COURRIERS -TYPE DE REPONSE A UNE CANDIDATURE COURRIERS -TYPE DE REPONSE A UNE CANDIDATURE 1) 4 raisons de répondre aux candidats Le candidat a pris le temps de vous écrire. Il a tenté de vous contacter et de vous convaincre, manifestant de l intérêt

Plus en détail

Ne tombez pas dans les pièges tendus par

Ne tombez pas dans les pièges tendus par Ne tombez pas dans les pièges tendus par Ce que vous devez savoir avant de dépenser votre 1 er sur Adwords Guide gratuit offert par le site www.ledroitdereussir.com Introduction Dans un instant vous allez

Plus en détail

BACHELOR DE TECHNOLOGIE

BACHELOR DE TECHNOLOGIE 1 Pour les Bacheliers STI2D BACHELOR DE TECHNOLOGIE Concrétiser ses ambitions Votre choix Bachelor de Technologie Diplôme d ingénieur Diplôme d ingénieur par apprentissage Master Recherche Mastère Spécialisé

Plus en détail

Que pensez-vous des formes atypiques d emploi, notamment du portage salarial et de l auto-entreprenariat

Que pensez-vous des formes atypiques d emploi, notamment du portage salarial et de l auto-entreprenariat Entretien avec Ivan Béraud et Christian Janin Des formes d emploi à encadrer Pour une sécurisation des parcours professionnels La CFDT et la fédération Culture, Conseil, Communication (F3C) ne sont pas

Plus en détail

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines?

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Chapitre 1 La gestion des ressources humaines (GRH) peut être définie comme la gestion des hommes au travail dans des organisations (Martory et Crozet,

Plus en détail

Manager dans la distribution. par alternance. Apprentissage Contrat PRO

Manager dans la distribution. par alternance. Apprentissage Contrat PRO Manager dans la distribution par alternance Apprentissage Contrat PRO La clé du succès de l IMMD? Une formation dynamique et innovante, au plus près des réalités du terrain, grâce à la collaboration étroite

Plus en détail

Les étapes de recherche d emploi Mai 2013

Les étapes de recherche d emploi Mai 2013 Service Alternance Travail-Études et Placement Les étapes de la recherche d emploi La démarche 1. Établir un projet de carrière réaliste. Avant de vous fixer des objectifs de carrière, il faut d abord

Plus en détail

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU».

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU». Le besoin de contrôler Le comportement compulsif de tout vouloir contrôler n est pas mauvais ou honteux, c est souvent un besoin d avoir plus de pouvoir. Il s agit aussi d un signe de détresse; les choses

Plus en détail

Comment va la vie en France?

Comment va la vie en France? Comment va la vie en France? L Initiative du vivre mieux, lancée en 2011, se concentre sur les aspects de la vie qui importent aux gens et qui ont un impact sur leur qualité de vie. L Initiative comprend

Plus en détail

Guide d entretien concernant les secrétaires de l IUT Guide d entretien concernant l assistante de direction

Guide d entretien concernant les secrétaires de l IUT Guide d entretien concernant l assistante de direction Années universitaires : 2006-2007 Introduction I- Présentation générale du métier Polyvalence du métier Qualités requises Avantages et inconvénients Féminisation du métier II- Comparaison secteur privé

Plus en détail

TIM S.A., une aventure d Homme

TIM S.A., une aventure d Homme Comité d entreprise 1 Sommaire Edito de M. Hans-Jürgen Hellich, Directeur Général de Tim SA p. 9 Edito de Cyril Terrière, Secrétaire du Comité d Entreprise Tim SA p. 11 Itinéraires croisés d une entreprise

Plus en détail

Vous cherchez une bonne boîte?

Vous cherchez une bonne boîte? JEUNES DIPLÔMÉS Lidl recrute Vous cherchez une bonne boîte? + d infos sur www.lidl.fr Réinventons les métiers de la distribution! RÉINVENTONS LES MÉTIERS DE LA DISTRIBUTION! www.lidl.fr LIDL FRANCE 1988

Plus en détail

JP PRUNIER, Gérant du Cabinet DRH & Associés interviendra le Mardi 20 Mars 2012 de 8h à 10h à la FFB sur le thème :

JP PRUNIER, Gérant du Cabinet DRH & Associés interviendra le Mardi 20 Mars 2012 de 8h à 10h à la FFB sur le thème : JP PRUNIER, Gérant du Cabinet DRH & Associés interviendra le Mardi 20 Mars 2012 de 8h à 10h à la FFB sur le thème : COMMUNIQUEZ : parlez la bonne langue! Le chef d entreprise du bâtiment parle à ses clients,

Plus en détail

LE SCHÉMA DIRECTEUR DES RESSOURCES HUMAINES Adapter la GRH aux projets de développement de votre entreprise et à l évolution de son environnement

LE SCHÉMA DIRECTEUR DES RESSOURCES HUMAINES Adapter la GRH aux projets de développement de votre entreprise et à l évolution de son environnement BOÎTE À OUTILS GRH EN PME DOSSIER N 2 LE SCHÉMA DIRECTEUR DES RESSOURCES HUMAINES Adapter la GRH aux projets de développement de votre entreprise et à l évolution de son environnement Financée par le Conseil

Plus en détail

10 questions / réponses TLG GROUPE FINANCIER. www.tunisiefactoring.com

10 questions / réponses TLG GROUPE FINANCIER. www.tunisiefactoring.com 10 questions / réponses Le livret du Factoring TLG GROUPE FINANCIER www.tunisiefactoring.com a le plaisir de vous faire parvenir ce livret sur le factoring (ou affacturage) qui reprend, en synthèse, une

Plus en détail

Sondage pour la Semaine pour la Qualité de Vie au Travail 10 e édition. «La Qualité de Vie au Travail, c est quoi?» ANACT QVT

Sondage pour la Semaine pour la Qualité de Vie au Travail 10 e édition. «La Qualité de Vie au Travail, c est quoi?» ANACT QVT Sondage pour la Semaine pour la Qualité de Vie au Travail 10 e édition «La Qualité de Vie au Travail, c est quoi?» Julie.coquille@tns-sofres.com / 01 40 92 66 03 Mathilde.tommy-martin@tns-sofres.com 01

Plus en détail

COUR DES COMPTES. Synthèse. du rapport sur les organismes faisant appel à la générosité publique

COUR DES COMPTES. Synthèse. du rapport sur les organismes faisant appel à la générosité publique COUR DES COMPTES Synthèse du rapport sur les organismes faisant appel à la générosité publique Janvier 2011 L emploi des fonds collectés par les associations en faveur des victimes du Tsunami du 26 décembre

Plus en détail

DELOCALISATION - RELOCALISATION de la production d une entreprise industrielle française. (par Jean-Michel GANDREUIL)

DELOCALISATION - RELOCALISATION de la production d une entreprise industrielle française. (par Jean-Michel GANDREUIL) DELOCALISATION - RELOCALISATION de la production dune entreprise industrielle française. (par Jean-Michel GANDREUIL) Les différents niveaux de la Délocalisation. Achats de matières premières ou de composants

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. LA PREMIERE ECOLE DE COMMERCE DEDIeE AUX METIERS DU WEB. ESCEN - The Web Business School /// Paris - Bordeaux - San Francisco

DOSSIER DE PRESSE. LA PREMIERE ECOLE DE COMMERCE DEDIeE AUX METIERS DU WEB. ESCEN - The Web Business School /// Paris - Bordeaux - San Francisco DOSSIER DE PRESSE ESCEN - The Web Business School /// Paris - Bordeaux - San Francisco LA PREMIERE ECOLE DE COMMERCE DEDIeE AUX METIERS DU WEB ESCEN.fr Préambule 140 étudiants en 2013 1 secteur d activité

Plus en détail

1. Les augmentations du salaire de qualification

1. Les augmentations du salaire de qualification LES FICHES OUTILS RESSOURCES HUMAINES Les augmentations du salairre de INTRODUCTION Les augmentations du salaire de base facilitent la maîtrise de la masse salariale et stimulent la motivation et la rétention

Plus en détail

Vers l excellence opérationnelle de la DSI avec Lean Six Sigma

Vers l excellence opérationnelle de la DSI avec Lean Six Sigma Vers l excellence opérationnelle de la DSI avec Lean Six Sigma Dans le monde des services, Lean Six Sigma est en train de s imposer comme démarche d excellence opérationnelle et de progrès permanent. Au

Plus en détail

Est. 1978. un Entrepreneur. Rencontre avec. Numéro 1 : De l utile à l indispensable, découverte de Souscritoo

Est. 1978. un Entrepreneur. Rencontre avec. Numéro 1 : De l utile à l indispensable, découverte de Souscritoo Est. 1978 Rencontre avec un Entrepreneur Numéro 1 : De l utile à l indispensable, découverte de Souscritoo Rencontre avec P. De La Chevasnerie, fondateur de Souscritoo Philippe De La Chevasnerie, 25ans,

Plus en détail

Prospecteur de richesses humaines

Prospecteur de richesses humaines Prospecteur de richesses humaines Coaching Recrutement Formation Édito Avec des centaines de missions de coaching et de recrutement à son actif, notre cabinet Lectia a acquis une maturité et un savoir-faire

Plus en détail

fonctionne quoi l entreprise ... comment? développement éveloppem qu u C est «%» 8l entreprise au cœur du? entreprise entrepris fonctionne qu une?

fonctionne quoi l entreprise ... comment? développement éveloppem qu u C est «%» 8l entreprise au cœur du? entreprise entrepris fonctionne qu une? Comment témoignages C est quoi uneentreprise... Comment 8 8l entreprise au cœur du développement durable le Medef témoignages comment avoir voyez-vous «%»... l entreprise % entreprise au cœur du 8 88 éveloppem

Plus en détail

ANALY ANAL S Y E S PR

ANALY ANAL S Y E S PR ANALYSE PROSPECTI IVE DES MÉTIERS DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS AUDA BATIMENT MÉTIERS DE LA PLOMBERIE NOVEMBRE 2014 1 1. L emploi 1 086 plombiers en 20122 soit 4% des salariéss de la production du

Plus en détail

Comment les entreprises anticipent-elles le vieillissement de l emploi?

Comment les entreprises anticipent-elles le vieillissement de l emploi? Emploi 3 Comment les entreprises anticipent-elles le vieillissement de l emploi? François Brunet* Inévitablement les générations nombreuses du baby-boom nées entre 1946 et 1973 s approchent de l âge légal

Plus en détail

Junior ESSEC 28/11/2014

Junior ESSEC 28/11/2014 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 1ère journée Synthèse de l atelier 1 : les nouveaux modèles économiques et organisationnels Thème : Croissance, innovation,

Plus en détail

Commentaires de. l Association québécoise pour le patrimoine industriel (Aqpi) sur le document. Un regard neuf sur le patrimoine culturel

Commentaires de. l Association québécoise pour le patrimoine industriel (Aqpi) sur le document. Un regard neuf sur le patrimoine culturel Commentaires de l Association québécoise pour le patrimoine industriel (Aqpi) sur le document Un regard neuf sur le patrimoine culturel Dans le cadre de la consultation publique pour une révision de la

Plus en détail

UN MBA POUR QUI, POURQUOI?

UN MBA POUR QUI, POURQUOI? PARTIE 1 UN MBA POUR QUI, POURQUOI? L e MBA est une formation connue et reconnue dans le monde entier. Cependant, l appellation MBA n est pas un label déposé. Conséquence : l univers des MBA est un monde

Plus en détail

B A R O M È T R E 2 0 0 9 Voyage d affaires :

B A R O M È T R E 2 0 0 9 Voyage d affaires : B A R O M È T R E 2 0 0 9 Voyage d affaires : l état des lieux après un an de crise Observation Le baromètre 2009 poursuit la mission engagée l an dernier, à savoir : «comprendre et mesurer les attentes

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE -2014

DOSSIER DE PRESSE -2014 RESEAU DE CONSEILLERS EN IMMOBILIER INDEPENDANTS Compétences des conseillers - Sécurité absolue des transactions DOSSIER DE PRESSE -2014 Pour en savoir plus : www.optimhome.com Contact presse Agence Shan

Plus en détail

NOUVEAU TEST DE PLACEMENT. Niveau A1

NOUVEAU TEST DE PLACEMENT. Niveau A1 NOUVEAU TEST DE PLACEMENT Compréhension écrite et structure de la langue Pour chaque question, choisissez la bonne réponse parmi les lettres A, B, C et D. Ne répondez pas au hasard ; passez à la question

Plus en détail

Livret destiné aux collégiens

Livret destiné aux collégiens PREPARER SA VISITE AUX «COULISSES DU BTP» Livret destiné aux collégiens Rendez-vous les Visite du chantier de Sommaire 1. Qu est-ce que le batiment?... 3 Qu entend-on concrètement par «bâtiment»?... 3

Plus en détail

Compte rendu. Jeudi 21 mai 2015 Séance de 11 heures 15. Mission d information commune sur la banque publique d investissement, Bpifrance

Compte rendu. Jeudi 21 mai 2015 Séance de 11 heures 15. Mission d information commune sur la banque publique d investissement, Bpifrance Compte rendu Mission d information commune sur la banque publique d investissement, Bpifrance Jeudi 21 mai 2015 Séance de 11 heures 15 Compte rendu n 25 Audition, ouverte à la presse, de M. Patrice BÉGAY,

Plus en détail

MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS

MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS Frédéric Crépin MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS, 2004. ISBN : 2-7081-3140-0 5 Chapitre 1 idées reçues sur les managers et le management au quotidien Idée reçue n 1 : managers et salariés doivent avoir les

Plus en détail

LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième

LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième composante du «prime cost» (coût principal), les charges de personnel.

Plus en détail

Plan de communication

Plan de communication Groupe Xérès immobilier Plan de communication Projet national de réorganisation des relations intersalariales Plan de communication sollicité par le comité de direction mis en place par le département

Plus en détail

UN MARCHE DU RECRUTEMENT DU MARCHE COMPTABLE

UN MARCHE DU RECRUTEMENT DU MARCHE COMPTABLE UN MARCHE DU RECRUTEMENT EN PHASE AVEC l EVOLUTION DU MARCHE COMPTABLE RECRUTEMENT 74% DES EMPLOYEURS ONT RECRUTE SUR L ANNEE 2013/2014 Raisons des recrutements quelles évolutions depuis 3 ans? Le recrutement

Plus en détail

Nos clients une réussite!

Nos clients une réussite! BULLETIN SARCA Commission scolaire des Premières-Seigneuries Volume 4, n o 3 Juin 2014 CONTENU Au babillard... 1 Nos clients une réussite!... 1 Retourner en classe Moi?.. 2 Démystifier la formation professionnelle...

Plus en détail