Les différentes stratégies de quantification :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les différentes stratégies de quantification :"

Transcription

1 Les différentes stratégies de quantification : Ce chapitre présente les 2 principales stratégies de quantification relative utilisée classiquement : la méthode des droites standards et celle des Ct. Les modèles mathématiques à la base des méthodes sont détaillés. Une comparaison des 2 méthodes sur un exemple simple et leurs avantages et inconvénients respectifs sont présentés. Plus précisément, nous illustrons des exemples de biais introduits par la méthode des Ct si celle-ci est mal utilisée. Consultez la page WEB : voir Relative quantification 1 / Introduction Vous pouvez vous référer au Technical Note LC10/2000 de Roche. La PCR quantitative en temps réel s appuie sur des mesures faites pendant la phase dite exponentielle de la PCR. Les principes de la quantification par PCR en temps réel s appuient sur deux concepts de base différents : - la quantification absolue : en s appuyant sur des dilutions standards de concentration connue, la concentration absolue du gène cible est déterminée : ce type de quantification est utilisé pour déterminer le nombre absolu de particules infectieuses (virus, bactéries) dans des échantillons biologiques. On y distingue une quantification absolue faite avec et sans standards externes. - la quantification relative ou comparative : la concentration du gène cible est exprimée par rapport à un gène référence (obtenu à partir du même échantillon biologique) : pas besoin de standards de concentration connue. Cette méthode est recommandée pour les expressions de gènes et pour le dosage de gène. On y distingue une quantification relative s appuyant sur des courbes standards de calibration (méthode des droites standards) et l autre s appuyant sur les efficacités respectives des gènes référence et cible et les Cp obtenus pour les échantillons et le calibrateur, sans courbe de calibration (méthode des Ct). 2 / La quantification absolue : La concentration de la cible est exprimée en valeur absolue déterminée à partir du standard. Consultez la page WEB : voir Absolute quantification A l aide d un standard externe mais sans contrôle interne : Vous pouvez vous référer au Technical Note n LC11/2000 de Roche. Le standard externe permet de créer une courbe standard à partir duquel est calculée la concentration en molécules cibles des échantillons. L efficacité PCR doit être la même sur le standard ou sur les échantillons. A l aide d un standard externe mais avec contrôle interne : Vous pouvez vous référer au Technical note n LC12/2000 de Roche.

2 Le principe est identique à la méthode ci-dessus avec en plus un ARN synthétique, ajouté après l extraction de l échantillon pour contrôler d éventuels effets inhibiteurs de la PCR et donc éventuelle détection de faux négatifs. Les séquences de la cible sur ce contrôle interne et dans l échantillon biologique leur permet d être co-amplifiés avec le même couple d amorces. Cependant, la détection simultanée et la différenciation du contrôle interne et de l échantillon sont possibles à l aide de sondes d hybridation différentes. 3 / La quantification relative Vous pouvez vous référer au Technical Note LC13/2001 de Roche. Consultez surtout la page WEB : voir Relative quantification La quantification relative fait intervenir un gène de ménage (Housekeeping gene HKG) qui va servir de normalisateur : ce gène est en effet considéré comme stable dans le modèle présenté, il ne subira pas de changement d expression en fonction des conditions analysées. Ce gène de contrôle va permettre de compenser d éventuels biais de PCR provenant de : - variations dans la quantité et la qualité des échantillons - rendement d extraction différent entre échantillons - variations dans les erreurs de pipetage - variations d efficacité de RT La méthode des droites standard (quantification relative avec des standards externes) : Cette méthode nécessite l établissement d une droite standard par gène. Cette droite étalon va servir à quantifier les concentrations inconnues d échantillons biologiques à partir d échantillons standards (produit de PCR cloné ou non), passés en même temps que les échantillons inconnus. On va contrôler l efficacité PCR de chaque couple, déterminer une gamme de mesure pour chaque couple permettant de quantifier tous les échantillons. Concept général : Pour chaque échantillon, on va donc déterminer la concentration en gène cible (Ncible) et la concentration en gène de ménage (ou référence : Nréf) en s appuyant sur les droites standards de chaque gène (Si, bien sur, les efficacités PCR des gènes cible et de ménage sont différentes). On va normaliser la mesure du gène cible par celle du gène référence (Ncible / Nréference) pour chacun des échantillons. Le logiciel Data Analysis effectue automatiquement le calcul des concentrations de la cible et du gène référence. Le calcul du rapport cible/référence doit être fait manuellement ou en utilisant une feuille de calcul de type Excel.

3 Les critères de préparation d une courbe standard sont : - au moins 4 points pour créer la droite couvrant la gamme de concentration attendue de la cible. - pour des concentrations intermédiaires et fortes (Cp inférieur à 25 cycles pour la plupart des couples PCR), une seule détermination est nécessaire pour chaque dilution ; - pour quantifier de faibles concentrations (Cp a partir de cycles pour la plupart des couples), on doit dupliquer voire tripliquer les points de mesure pour améliorer la robustesse du calcul. L efficacité PCR du couple choisi doit être la même pour le standard et pour les échantillons. Si le standard est un plasmide et les échantillons des cdna, il peut être utile d effectuer le calcul de l efficacité sur une dilution de cdna afin de le vérifier. La méthode des Ct (quantification relative normalisée par un calibrateur) : L expression de gènes cibles et référence est fonction de l efficacité de la PCR et du Cp enregistré. Avec cette technique, pas besoin d une droite standard pour chaque run, il n est pas nécessaire de connaître la valeur absolue du nombre de copies des échantillons. Les résultats sont exprimés par un rapport cible/référence de chaque échantillon normalisé par le rapport cible/référence d un échantillon appelé calibrateur. Dans cette méthode, la précision du résultat dépend des efficacités de PCR des gènes cibles et référence. Ces 2 efficacités doivent être les plus proches l une de l autre. Si elles ne le sont pas : - Sans correction de cette différence d efficacité, le résultat obtenu sera approximatif (introduction de biais de calcul)

4 - la différence d efficacité peut être corrigée pour obtenir un résultat précis. La PCR est décrite par l équation suivante : N = N0 x E cp N : nombre de molécules au cycle Cp N0 : nombre initial de molécules E : efficacité de la PCR Cp : cycle seuil Principes : - dans une première étape, le rapport cible/référence pour chaque échantillon et l échantillon calibrateur est calculé. Les biais liés aux différences de qualités et quantités des échantillons sont éliminés (le biais est le même pour la cible et pour la référence et donc s annule). - Dans une seconde étape, le rapport obtenu pour chaque échantillon est divisé par le rapport obtenu pour l échantillon calibrateur. Les biais liés aux différences de sensibilité dans la détection du gène cible et référence vont alors s annuler. La normalisation par l échantillon calibrateur permet de comparer les échantillons entre eux. On pose : T (Target) pour gène Cible et R pour gène Référence. Au Cp respectif des 2 gènes, on a : NT = NT0 X E T C P T NR = NR0 X E R C P R On pose : S (Sample) pour échantillon et C pour Calibrateur (échantillon calibrateur). La méthode des Ct va calculer le rapport normalisé suivant : Rapport = N T(S) /N R(S) / N T(C) /N R(C) = K (S) / K (C) = 1 En effet, au Ct, le nombre de copies détectées des gènes cibles T et référence R ne sont pas tout a fait les mêmes. Par contre, le rapport K = N T / N R est constant et identique pour le calibrateur et l échantillon S. Autrement dit, sur la ligne de seuil placée sur les profils obtenus pour l échantillon calibrateur et pour l échantillon, le nombre de molécules de gènes cibles (ou de gène référence) est identique pour les 2 (même si bien sur les valeurs des Ct sont très différentes). Donc : K (S) / K (C) = 1

5 Equation 1 A/ Si l efficacité des 2 PCR est identique (E = E T = E R ), Le facteur R représente le facteur d expression du gène cible dans l échantillon par rapport à son expression dans le calibrateur. Rapport = E Ct = E CpT(C)-CpT(S)+CpR(S)-CpR(C) = E (CpT(C)- CpR(C)) (CpT(S)-CpR(S)) =E CtC- CtS Avec Ct = CpT-CpR La formule initiale de calcul était : 2 Ct Elle suppose que les 2 PCR cible et référence ont toutes deux une efficacité maximale de 100%. Il est important, pour valider cette méthode de quantification, de prouver que les efficacités de PCR de la cible et de la référence sont très proches. Un moyen de le prouver est de calculer les Ct en fonction des dilutions successives d un même échantillon. La valeur absolue de la pente Ct = f (dilution de l échantillon) doit être inférieure à 0,1. Une fois validée, on peut utiliser la méthode des Ct pour la quantification relative sans avoir à créer de courbes standards en parallèle. B/ Si les 2 efficacités sont différentes, le modèle mathématique peut s écrire :

6 C est une autre forme d expression de l équation 1 ci-dessus. C est la formule utilisée par le logiciel RealQuant de Roche lorsqu on tient compte des différences d efficacités entre les 2 PCR. Un logiciel appelé REST (Relative Expression Software Tool) va permettre de comparer non pas un échantillon contrôle vs un échantillon inconnu mais un groupe d échantillons contrôles vs un groupe d échantillons inconnus. 4 / Comparaison des 2 méthodes de quantification relative Pour illustrer l utilisation des 2 méthodes de quantification relative (droite standard et Ct) et montrer que ces 2 méthodes aboutissent aux mêmes résultats, on va prendre l exemple suivant : On va quantifier l expression du gène c-myc humain dans différents tissus (foie, poumon, cerveau, rein). Le gène référence choisi est la GAPDH. Le tissu calibrateur choisi arbitrairement est le cerveau. 1ère méthode : les droites standards On a établi à l aide de dilutions successives d un AN standard, une courbe standard pour chacun des 2 gènes. A partir de ces 2 courbes, on a pu établir le nombre de copies de chacun des 2 gènes dans chaque échantillon. On l a exprimé en «facteur de dilution du RNA standard» :

7 Tissu c-myc GAPDH c-myc / GAPDH c-myc / au cerveau Cerveau 0,039 0,54 0,07 1 Rein 0,41 1,02 0,40 5,5 Foie 0,7 0,28 2,49 34,2 Poumon 0,93 0,81 1,15 15,7 2 ème méthode : les Ct On a posé l hypothèse que chacune des 2 PCR est efficace à 100%. On note les Cp obtenus pour chaque gène dans chaque échantillon. Ct Ct = CpT-CpR Ct = CtC - CtS Tissu = C c-myc = T GAPDH = R Ct Ct c-myc / au cerveau Cerveau 30,39 23,63 6, Rein 27,03 22,66 4,37 2,5 5,6 Foie 26,25 24,6 1,65 5,21 37 Poumon 25,83 23,01 2,81 4,05 16,5 Toutes les variables comme les variations dans les quantités d échantillon par exemple, sont éliminées par la normalisation sur une référence par rapport à un échantillon calibrateur. On obtient des résultats identiques pour les 2 méthodes. Quelle méthode choisir? L utilisation de telle ou telle méthode est dépendante en fait de la précision exigée par vos mesures. Elle dépend de votre capacité à reproduire vos mesures, également des efficacités de vos PCR, des concentrations en molécules cibles de vos échantillons inconnus.

8 La quantification par le standard externe est la méthode la plus simple à mettre en œuvre. Une fois les primers optimisés, la droite standard doit être reproduite à chaque run de PCR. Elle peut également être sauvegardée et importée pour des runs ultérieurs. Mais dans ce cas, la précision des calculs peut en pâtir. En effet : - Dans le premier cas (droite refaite chaque fois), puisque standard et échantillons inconnus varient de la même façon, il est possible de détecter des variations d un facteur 2. - Dans le second cas (importation d une droite standard externe), des variations d un facteur 5 sont détectables mais plus difficilement d un facteur 2. Par contre, placer des échantillons standards sur chaque carrousel entraîne un surcoût et occupe des places prises sur les échantillons. Des droites standard de différents runs vont nécessairement présenter des variations. Ces variations dans la reproductibilité des expériences vont dépendre de certains facteurs : - Un nombre de point élevé dans la droite permettra d augmenter cette reproductibilité. - Le mode de conservation du standard doit être optimisé afin d éviter tout biais liés a son éventuelle dégradation. La quantification par les Ct va permettre de gagner de la place (de l argent également) en ne plaçant que des échantillons sur le carrousel. Si vous travaillez avec des efficacités de PCR cible et référence éloignées, vous pouvez introduire des biais importants (cf ci-dessous). Dans ce cas, il est possible d utiliser le logiciel RealQuant de Roche qui va tenir compte de ces différences pour quantifier précisément. Son utilisation exige en contre partie un formatage précis des expériences (cf le paragraphe RealQuant dans la seconde partie). Sinon il est possible d utiliser la formule décrite ci-dessus (cf 3 / B) sous Excell par exemple. 5 / Les biais introduits par la PCR attention au Ct Dans de très nombreux cas, une réaction PCR ne permet pas d amplifier avec une efficacité de PCR de 100% (par exemple, le pourcentage de GC contenu dans le produit amplifié intervient largement). La formule classique de la PCR (N = N0 X Eff n ) permet de calculer le nombre de molécules théoriquement obtenues pour des PCR présentant des efficacités différentes. Imaginons que l on parte d une seule molécule cible à l origine, on peut calculer en fonction d efficacité différente le nombre de molécules-filles générées au bout de n cycles en calculant (1+E) n : Cycles Eff 100% , , Eff 90% , Facteur écart 1,7 2 2,8 3,6 4,6 Eff 80% , Facteur écart 2,9 4,8 8,

9 On observe que plus la différence d efficacités entre les 2 PCR est grande, plus le facteur d écart entre l efficacité maximale et chacune des efficacités (et donc l erreur introduite) sera grand. Afin de bien comprendre les biais que peut introduire la méthode des Ct si elle n est pas contrôlée, nous avons choisi l exemple suivant : Un calibrateur et 6 échantillons présentent des rapports variables «gènes cibles sur gène référence». Le tableau 1 ci-dessous résume les nombres de copies de chaque gène. Gène ref Gène cible Qte de cibles dans l échantillon / calibrateur Calibrateur Ech A fois plus Ech B fois moins Ech C fois moins Ech D fois plus Ech E fois plus Ech F fois moins Ech G fois plus Ech H fois moins Ech I fois plus Ech J fois plus Ech K fois plus On pose l hypothèse que l efficacité PCR du gène référence (R) est de 100% et celle du gène cible (T) n est que de 80% (C pour Calibrateur et S pour Sample) En utilisant la formule : E T CpT(C)-CpT(S) X E R CpR(S)-CpR(C) Ct cible = CpT(C)-CpT(S) Ct ref = CpR(S)-CpR(C) On pose E T = 1,8 et E R = 2 avec les résultats de Cp suivants : Ref Target Ct cible Ct ref Ct Fact Calib 19,35 24,68 Ech A 19, , ,72 X50 Ech B 19,35 27,42-2,74 0 0,19 /5,26 Ech C 19,35 31,34-6,66 0 0,019 /52,63 Ech D 19,35 21,95 2,73 0 4,97 X4,97 Ech E 19,35 16,8 7, ,69 X102 Ech F 19,35 32,52-7,84 0 0,009 /111 Ech G 19,35 12,9 11, X1016 Ech H 19,35 36,4-11,72 0 0,001 /981 Ech I 19,35 17,7 6, ,5 X60,5 Ech J 19,35 15,65 9, X200 Ech K 19,35 11,75 12, X2000 Fact : facteur d expression du gène cible dans l échantillon par rapport au calibrateur.

10 Avec ce calcul précis, on obtient les «vrais» facteurs d expression des échantillons. On retrouve les valeurs théoriques énoncées dans le tableau 1. Si on est moins rigoureux et que l on se contente d utiliser la même valeur d efficacité (100% par exemple) pour les gènes cibles (= target) et référence : On pose E T = 2 et E R = 2 avec les mêmes valeurs de Cp, on obtient des résultats de facteurs d expression différents : Ct cible Ct ref Ct Fact Calib Ech A 6, X102 Ech B -2,74 0 0,15 /6,66 Ech C -6,66 0 0,01 /100 Ech D 2,73 0 6,63 X6,63 Ech E 7, X235 Ech F -7,84 0 0,004 /250 Ech G 11, X3517 Ech H -11,72 0 0,0003 /3333 Ech I 6, X126 Ech J 9, X522 Ech K 12, X7800 Si on compare les résultats obtenus avec les 2 méthodes (efficacités de 80% -correcte- et de 100% -moins précise- pour le gène cible ou target). Ainsi vraie valeur E T = 1,8 E T = 2 Facteur d écart Ech A 50 X50,72 X102 2 Ech B 5 /5,26 /6,66 1,2 Ech C 50 /52,63 /100 2 Ech D 5 X4,97 X6,63 1,3 Ech E 100 X102 X235 2,3 Ech F 100 /111 /250 2,5 Ech G 1000 X1016 X3517 3,5 Ech H 1000 /981 /3333 3,3 Ech I 60 X60,5 X126 2 Ech J 200 X202 X522 2,5 Ech K 2000 X1998 X7804 3,5 Si on compare les résultats obtenus entre les 2 méthodes, on observe : - Des écarts significatifs entre les deux avec des facteurs d écart entre 1,2 et 3,5 fois - Des facteurs d écart qui augmentent avec les valeurs relatives du gène cible dans l échantillon par rapport au calibrateur. Ainsi on obtient un facteur d écart de 1,2-1,3 pour une quantité de molécules cibles 5 fois plus et moins abondante dans les échantillons B et D ; on obtinet un facteur d écart de 3,5-3,3 pour une quantité de molécules cibles 1000 fois plus et moins abondante dans les échantillons G et H.

11 En ne tenant pas compte de l efficacité réelle de la cible, on estime mal la quantité relative du nombre de gènes cibles dans chaque échantillon. On perd également toute possibilité d information entre chaque échantillon : les échantillons G et K sont différents d un facteur 2 en tenant compte de l efficacité correcte et d un facteur 2,2 avec une estimation de cette efficacité. Si les efficacités des gènes cibles et référence sont différentes, on peut effectuer une quantification relative exacte (avec correction de la différence d efficacité) a l aide du logiciel RealQuant de Roche. 6 / La reproductibilité des mesures La reproductibilité des résultats est essentielle afin de valider les résultats obtenus. Elle dépend des efficacités de PCR, des concentrations de vos échantillons, de la qualité des échantillons biologiques (présence d inhibiteurs, défauts dans leur conservation) et bien sur de la qualité des pipetages. Elle est par contre indépendante du format de fluorescence utilisé. L efficacité de PCR est un facteur important pour la reproductibilité des résultats. Plus l efficacité PCR est grande, plus la PCR sera robuste, en particulier lorsque l on travaille avec des échantillons présentant un faible nombre de copies. La reproductibilité est directement dépendante de la concentration en cibles initiales. Plus cette dernière est forte, meilleure sera la reproductibilité. On observe ce phénomène en dupliquant les points de mesure et en calculant les cœfficients de variation obtenus sur ces mesures pour des dilutions successives. Exemple: sonde d hybridation, PCR de 131bp TNF alpha humain 6-4 réplicats par points de concentration Concentration initiale CV, Ct CV, conc copies 0,3% 5,1% 10 3 copies 0,4% 8,8% 10 2 copies 0,7% 16,5% 10 1 copies 1,7% 41% Le CV obtenu pour 10 copies est le plus élevé : a ces concentrations, les distributions statistiques jouent un grand rôle: ainsi, quand on pipette 10 copies par capillaires en moyenne, le nombre exact de copies dans le tube va de 7-13 (distribution de Poisson). A cause de ces distributions statistiques, on doit dupliquer ou tripliquer les points de mesure afin de pouvoir différencier 10 copies de 20 (plus que pour différencier 1000 de 2000). De manière générale, pensez a dupliquer vos points de mesure lorsque les Cp obtenus pour ces mesures se situent vers cycles, en particulier si votre efficacité PCR est moyenne. Le mode de conservation des échantillons biologiques (en particulier l échantillon standard utilisé régulièrement) est un élément important de la reproductibilité. Mal conservés (mauvaise température de conservation, trop faible concentration de conservation, cycles de

12 congélation-décongélation successifs), l échantillon va se dégrader au cours du temps et cela va introduire des biais entre expérience. La qualité des pipetages est bien sur une condition nécessaire à la reproductibilité des mesures. En particulier pour les plus faibles volumes (10 ul), un biais de pipetage même faible peut entraîner des erreurs. Assurez vous des «niveaux» de chaque capillaire avant de lancer votre carrousel. En pratique, a quoi peut on s attendre? Nous avons récoltés des données d une utilisatrice du département d endocrinologie (Jocelyne Leclerc) qui refait une gamme standard a chaque carrousel. Elle utilise une aliquote de son ADN standard, qu elle dilue extemporanément de 2 en 2, avec 5 points de gamme (nommés ici de 1 a 5). Les résultats obtenus (sur 27 expériences) sont les suivants : Gamme : Moyenne Cp 26,77 27,92 28,98 30,14 31,39 Ecart type 0,15 0,18 0,23 0,27 0,47 Ces résultats ne sont pas extrapolables a toutes les expériences bien sur, mais ils donnent un ordre d idée de l écart type que l on peut obtenir en travaillant dans des conditions «robustes» (standard concentré, aliquoté) dans des valeurs de Cp comprises entre 26 et 31. Si pour ces valeurs de Cp de cet ordre, l écart type des valeurs de Cp est très élevé, on peut se poser des questions quant a la capacité a reproduire des points expérimentaux avec ce couple. 7 / La précision des mesures : Un écart d un facteur 2 entre 2 échantillons en utilisant une PCR 100% efficace représente un écart d un cycle entre leur Ct respectif. De tels écarts ont été décrits sur le Light Cycler pour des applications de dosages de gènes par exemple. Mesurer un écart réduit (donc être le plus précis possible) suppose : - D utiliser des PCR efficaces, robustes et donc les plus reproductibles possibles (fragments courts par exemple). - De travailler dans des gammes de concentration en cibles élevés (Ct faibles, inférieurs à 25 cycles) afin d être le plus reproductible possible (voir 6 /) - De dupliquer les points de mesure afin d être plus précis. En particulier dans des gammes de concentrations en cibles plus faibles (Ct supérieur à 30 cycles). - D être capable de reproduire sur plusieurs jours les mêmes expériences. C est à ces conditions que vos mesures seront les plus précises.

ATELIER EPIGENETIQUE

ATELIER EPIGENETIQUE Juin 2012 ATELIER EPIGENETIQUE Utilisation de la Q-PCR pour analyser des données de ChIP ou de MeDIP Emmanuèle Mouchel-Vielh I. La PCR quantitative: principe et généralités II. Interprétation des résultats

Plus en détail

ED Biologie moléculaire. E. Turpin J. Lehmann-Che 5-6 novembre 2007

ED Biologie moléculaire. E. Turpin J. Lehmann-Che 5-6 novembre 2007 ED Biologie moléculaire E. Turpin J. Lehmann-Che 5-6 novembre 2007 PCR 1983: Kary Mullis Amplification in vitro par une méthode enzymatique d'un fragmentd'adn en présence de deux oligonucléotides spécifiques

Plus en détail

Q PCR sur LC480 Roche

Q PCR sur LC480 Roche Q PCR sur LC480 Roche!! NE JAMAIS LAISSER DE PLAQUE DANS L APPAREIL!! Généralités : lampe xénon à arc : s éteint 30 min après chaque run durée d un run : plq 96p = 1h10 environ plq 384p = 40 50 min environ

Plus en détail

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Marc DUBERNET* et Françoise GRASSET* Laboratoire DUBERNET - 9, quai d Alsace - 11100 Narbonne France 1. Objet Méthode

Plus en détail

PRINCIPES THEORIQUES DE LA PCRq

PRINCIPES THEORIQUES DE LA PCRq PRINCIPES THEORIQUES DE LA PCRq Ce chapitre aborde les notions présentées rapidement dans l introduction (Ct, droite standard, principes de la quantification). Il détaille les différents formats de fluorescence

Plus en détail

CONTRÔLE DE LA QUALITE ANALYTIQUE AU LABO. Août 2009 Hilde De Boeck

CONTRÔLE DE LA QUALITE ANALYTIQUE AU LABO. Août 2009 Hilde De Boeck CONTRÔLE DE LA QUALITE ANALYTIQUE AU LABO Août 2009 Hilde De Boeck SOMMAIRE 1. Introduction 2. Mise en œuvre d un CQI 3. Préparation d un échantillon CQI 4. Calcule des valeurs cibles 5. Réalisation du

Plus en détail

III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES

III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES Page : 17/ 77 III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES Le choix d un couple donneur-accepteur dépend de la technique utilisée (FRET, TR- FRET, BRET, etc.) et des molécules disponibles pour ces

Plus en détail

LA PCR QUANTITATIVE EN TEMPS REEL OU LA "TAQMAN"

LA PCR QUANTITATIVE EN TEMPS REEL OU LA TAQMAN LA PCR QUANTITATIVE EN TEMPS REEL OU LA "TAQMAN" I- Terminologie Le terme TaqMan est souvent utilisé par abus de langage pour désigner : - la technique de PCR quantitative par détection en temps réel de

Plus en détail

P-15V1 MÉTHODE DE MESURE IN SITU DU ph DE L EAU PAR LA MÉTHODE ELECTROCHIMIQUE

P-15V1 MÉTHODE DE MESURE IN SITU DU ph DE L EAU PAR LA MÉTHODE ELECTROCHIMIQUE P-15V1 MÉTHODE DE MESURE IN SITU DU ph DE L EAU PAR LA MÉTHODE ELECTROCHIMIQUE 1. Domaine d application Cette méthode concerne la mesure du ph dans des solutions aqueuses : - non salines (conductivité

Plus en détail

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE RÉSOLUTION Table des matières 1 Méthodes expérimentales 2 1.1 Position du problème..................................... 2 1.2 Dégénérescence de l ordre...................................

Plus en détail

Étude de validation du Bluestar Forensic

Étude de validation du Bluestar Forensic Étude de validation du Bluestar Forensic I. Matériels et matières utilisés II. des tests 2.1. Détermination du seuil de sensibilité du kit Bluestar 2.2. Détermination de taches en fonction de leur volume

Plus en détail

L essentiel sur les tests statistiques

L essentiel sur les tests statistiques L essentiel sur les tests statistiques 21 septembre 2014 2 Chapitre 1 Tests statistiques Nous considérerons deux exemples au long de ce chapitre. Abondance en C, G : On considère une séquence d ADN et

Plus en détail

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale ARN du virus de l hépatite C : ARN-VHC ARN-VHC 03VHC1 Novembre 2003 Edité : mars 2006 Annales ARN-VHC 03VHC1 1 / 8 ARN-VHC 03VHC1

Plus en détail

La PCR en temps réel frederic.gevaudant@bordeaux.inra.fr

La PCR en temps réel frederic.gevaudant@bordeaux.inra.fr La PCR en temps réel frederic.gevaudant@bordeaux.inra.fr INRA Centre de recherche de Bordeaux UMR Biologie du Fruit et Pathologie Historique 1985 : Invention par Kary Mullis de la technique de (PCR). 1991

Plus en détail

Institut de Génomique. olaso@cng.fr

Institut de Génomique. olaso@cng.fr Institut de Génomique PCR quantitative : état des lieux... (de la théorie à la pratique, MIQE, CQ et stratégie de normalisation) olaso@cng.fr Microarray data qpcr data? Règles générales pour la présentation

Plus en détail

Les méthodes potentiométriques

Les méthodes potentiométriques Le ph-mètre (réf :Skoog, West, Holler, Section 19-A. p 412) Les méthodes potentiométriques 2 e partie Erreur dans la mesure d une tension à l aide d un ph-mètre (ionomètre) Maintenant que nous avons explorés

Plus en détail

How To Analyse Data from micro-array experiments: A Simple Tutorial

How To Analyse Data from micro-array experiments: A Simple Tutorial How To Analyse Data from micro-array experiments: A Simple Tutorial Serge Smidtas Supelec Source de données L analyse commence lorsque les MicroArray ont été scannées. Des images, des logiciels (Genepix,

Plus en détail

UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES

UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES ORIGINAL : anglais DATE : 21 octobre 2010 UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES GENÈVE F DIRECTIVES CONCERNANT LES PROFILS D ADN : CHOIX DES MARQUEURS MOLECULAIRES ET CONSTRUCTION

Plus en détail

5. Validité de la méta-analyse

5. Validité de la méta-analyse 5. Validité de la méta-analyse 5.1. Poids de la preuve d une méta-analyse Le poids de la preuve d un résultat scientifique quantifie le degré avec lequel ce résultat s approche de la réalité. Il ne s agit

Plus en détail

Introduction aux épreuves de logique des concours ACCÈS et SESAME

Introduction aux épreuves de logique des concours ACCÈS et SESAME Introduction aux épreuves de logique des concours ACCÈS et SESAME «La chance aide parfois, le travail toujours» Vous vous apprêtez à vous lancer dans cette course contre la montre qu est l admission en

Plus en détail

Loi normale ou loi de Laplace-Gauss

Loi normale ou loi de Laplace-Gauss LivreSansTitre1.book Page 44 Mardi, 22. juin 2010 10:40 10 Loi normale ou loi de Laplace-Gauss I. Définition de la loi normale II. Tables de la loi normale centrée réduite S il y avait une seule loi de

Plus en détail

Activité 1 : échantillonnage

Activité 1 : échantillonnage Activité échantillonnage, intervalle de fluctuation, prise de décision (à partir d un même thème) Les trois activités qui suivent s inspirent du document «ressources pour la classe de première générale

Plus en détail

Population étudiante en médecine vétérinaire : projections

Population étudiante en médecine vétérinaire : projections Population étudiante en médecine vétérinaire : projections Assemblée Générale des étudiants de Louvain 17 juin 2015 1 Avant-propos Depuis quelques semaines, la question de la surpopulation dans les filières

Plus en détail

Plan du cours. 1. Généralités sur l analyse chimique. 2. Préparation de l échantillon. 3. Analyse des métaux. 4. Analyse des polluants inorganiques

Plan du cours. 1. Généralités sur l analyse chimique. 2. Préparation de l échantillon. 3. Analyse des métaux. 4. Analyse des polluants inorganiques Plan du cours 1. Généralités sur l analyse chimique 2. Préparation de l échantillon 3. Analyse des métaux 4. Analyse des polluants inorganiques 5. Analyse des polluants organiques 6. Assurance qualité

Plus en détail

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise Introduction Le logiciel de simulation d entreprise Shadow Manager représente le nec plus ultra des outils pédagogiques de simulation de gestion

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

Interprétation des résultats et troubleshooting

Interprétation des résultats et troubleshooting Interprétation des résultats et troubleshooting Le Service de séquençage du Centre d innovation Génome Québec et Université McGill utilise des appareils 3730xl DNA Analyzer d Applied Biosystems. Cette

Plus en détail

CALIBRATION COMMENT ÇA FONCTIONNE MONITEURS DÉTECTEURS D ÉNERGIE DE PUISSANCE DÉTECTEURS HAUTE PUISSANCE SOLUTIONS DÉTECTEURS PHOTO DÉTECTEURS.

CALIBRATION COMMENT ÇA FONCTIONNE MONITEURS DÉTECTEURS D ÉNERGIE DE PUISSANCE DÉTECTEURS HAUTE PUISSANCE SOLUTIONS DÉTECTEURS PHOTO DÉTECTEURS. Chez Gentec-EO, depuis plus de 40 ans, nous comprenons que l essence même de notre métier est l exactitude. Il n existe pas de demi-mesure : nos appareils mesurent avec exactitude ou ils ne mesurent pas

Plus en détail

11. Tests d hypothèses (partie 1/2)

11. Tests d hypothèses (partie 1/2) 11. Tests d hypothèses (partie 1/2) MTH2302D S. Le Digabel, École Polytechnique de Montréal H2015 (v1) MTH2302D: tests d hypothèses 1/30 Plan 1. Introduction 2. Hypothèses et erreurs 3. Tests d hypothèses

Plus en détail

Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages

Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages Note Méthodologique Dernière mise à jour : 27-1-214 Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages Présentation de l enquête L Insee réalise depuis janvier 1987 l enquête mensuelle de conjoncture

Plus en détail

Des OGM et d André 1999. Yves Bertheau INRA Versailles

Des OGM et d André 1999. Yves Bertheau INRA Versailles Des OGM et d André 1999 Yves Bertheau INRA Versailles Les OGM en Europe Refus de nombreux consommateurs Étiquetage et coexistence pour assurer le libre choix des consommateurs et producteurs L utilisation

Plus en détail

Phase Locked Loop (boucle à verrouillage de phase) f ref Φ. f out

Phase Locked Loop (boucle à verrouillage de phase) f ref Φ. f out Phase Locked Loop (boucle à verrouillage de phase) f ref Φ f out N - Principe 2 - Principaux comparateurs de phase 3 - Différents types 3-: PLL du 2 nd ordre - type 3-2: PLL avec pompe de charge - 3 ème

Plus en détail

Centre d expertise en analyse environnementale du Québec

Centre d expertise en analyse environnementale du Québec Centre d expertise en analyse environnementale du Québec Programme d accréditation des laboratoires d analyse PROTOCOLE POUR LA VALIDATION D UNE MÉTHODE D ANALYSE EN CHIMIE DR-12-VMC Édition : 6 mars 2015

Plus en détail

Chapitre 1 L intérêt. 2. Concept d intérêt. 1. Mise en situation. Au terme de ce chapitre, vous serez en mesure de :

Chapitre 1 L intérêt. 2. Concept d intérêt. 1. Mise en situation. Au terme de ce chapitre, vous serez en mesure de : Chapitre 1 L intérêt Au terme de ce chapitre, vous serez en mesure de : 1. Comprendre la notion générale d intérêt. 2. Distinguer la capitalisation à intérêt simple et à intérêt composé. 3. Calculer la

Plus en détail

Instrument LightCycler 480 Manuel Opérateur Abrégé. Logiciel Version 1.5

Instrument LightCycler 480 Manuel Opérateur Abrégé. Logiciel Version 1.5 Instrument LightCycler 480 Manuel Opérateur Abrégé Logiciel Version 1.5 Présentation du Logiciel LightCycler 480 1 Les fonctionnalités de base du logiciel 1 Le logiciel LightCycler 480 Le Logiciel LightCycler

Plus en détail

TP de Biochimie Groupe 4 Forestier Michèle 25.05.2010 Fournier Coralie Freyre Christophe Manipulation d ADN

TP de Biochimie Groupe 4 Forestier Michèle 25.05.2010 Fournier Coralie Freyre Christophe Manipulation d ADN MANIPULATION D ADN Clonage du gène «venus» dans des plasmides et expression de celui-ci chez les bactéries E.Coli. Assistants: U. Loizides M. Umebayashi C. Gehin - 1 - 1. Résumé Lors de notre expérience,

Plus en détail

Ministère des Solidarités, de la Santé et de la Famille

Ministère des Solidarités, de la Santé et de la Famille Ministère des Solidarités, de la Santé et de la Famille Direction générale de la Santé Sous-Direction de la gestion des risques des milieux Bureau des eaux DGS/SD7A N Personnes chargées du dossier : Philippe

Plus en détail

PROTOCOLE DE DESSIN DES OLIGONUCLEOTIDES LONGS POUR PUCES A ADN. Sommaire

PROTOCOLE DE DESSIN DES OLIGONUCLEOTIDES LONGS POUR PUCES A ADN. Sommaire Sommaire 1. PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT:... 2 2. PRE-REQUIS AVANT LE DESSIN DES OLIGONUCLEOTIDES:... 3 2.1 Installation du logiciel OligoArray sur PC:... 3 2.2 Installation du logiciel OligoArray sur Mac:...

Plus en détail

Prévision de la demande

Prévision de la demande But : Pour prendre des décisions relatives à la structure et au fonctionnement opérationnel de tout système logistique; il faut s appuyer sur un système de prévision fiable. Concerne le long, moyen et

Plus en détail

Quoi faire avec des résultats de qpcr

Quoi faire avec des résultats de qpcr Quoi faire avec des résultats de qpcr Ct=22 Ct=24 Qu est-ce que le qpcr mesure? Si vous mesurez l expression d un gène, le qpcr vous dira combien il y a d un ARNm spécifique dans vos échantillons. Vous

Plus en détail

Principe des tests statistiques

Principe des tests statistiques Principe des tests statistiques Jean Vaillant Un test de signification est une procédure permettant de choisir parmi deux hypothèses celles la plus probable au vu des observations effectuées à partir d

Plus en détail

Représentation des nombres entiers et réels. en binaire en mémoire

Représentation des nombres entiers et réels. en binaire en mémoire L3 Mag1 Phys. fond., cours C 15-16 Rep. des nbs. en binaire 25-09-05 23 :06 :02 page 1 1 Nombres entiers 1.1 Représentation binaire Représentation des nombres entiers et réels Tout entier positif n peut

Plus en détail

Concours EXTERNE d ingénieur des systèmes d information et de communication. «Session 2009»

Concours EXTERNE d ingénieur des systèmes d information et de communication. «Session 2009» Concours EXTERNE d ingénieur des systèmes d information et de communication «Session 2009» Meilleure copie "Rapport Technique" Thème : conception et développement logiciel Note : 15,75/20 Rapport technique

Plus en détail

Licence de Sciences et Technologies. Fiche de cours 1 - Nombres réels.

Licence de Sciences et Technologies. Fiche de cours 1 - Nombres réels. Licence de Sciences et Technologies EM21 - Analyse Fiche de cours 1 - Nombres réels. On connaît les ensembles suivants, tous munis d une addition, d une multiplication, et d une relation d ordre compatibles

Plus en détail

Cartes de contrôle aux mesures

Cartes de contrôle aux mesures Cartes de contrôle aux mesures 1 Une introduction à la maîtrise statistique des processus Deux objets ne sont jamais rigoureusement identiques. Quelles que soient les techniques utilisées pour fabriquer

Plus en détail

Tension d alimentation : V CC. i C R C R B

Tension d alimentation : V CC. i C R C R B Chapitre 4 Polarisation du transistor bipolaire à jonction 4.1 Le problème de la polarisation 4.1.1 Introduction Dans le chapitre 3, nous avons analysé un premier exemple de circuit d amplification de

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

Fiabiliser les résultats [PROGRAMME] et dans les fours Méthodes de séparation. Préparation de l échantillon. [COORDINATEUR] Pr. R.

Fiabiliser les résultats [PROGRAMME] et dans les fours Méthodes de séparation. Préparation de l échantillon. [COORDINATEUR] Pr. R. 60 ÉCOLE EUROPÉENNE DES SCIENCES ANALYTIQUES Connaissances de base en chimie sur l atome et la lumière 4 jours Être capable de choisir la technique appropriée Fiabiliser les résultats Définitions en absorption

Plus en détail

Interprétation des résultats

Interprétation des résultats Plateforme de séquençage Cochin Interprétation des résultats Grace à la base de données vous avez un accès direct à vos séquences. Pour valider la qualité de ces séquences vous devez visualiser leur chromatogramme.

Plus en détail

Rapport de TP Phytochimie : Spectrométrie d Absorption Atomique (SAA)

Rapport de TP Phytochimie : Spectrométrie d Absorption Atomique (SAA) Rapport de TP Phytochimie : Spectrométrie d Absorption Atomique (SAA) Di Pascoli Thomas Mouton Julia (M1 S2 VRV) I) Introduction L eau minérale Contrex est connue pour être riche en minéraux, notamment

Plus en détail

Comment préparer un appel d offres avec Presto

Comment préparer un appel d offres avec Presto Comment préparer un appel d offres avec Presto Particulièrement dans des environnements internationaux L objectif de ce document/webinar est de décrire le processus qui peut suivre un entreprise de construction

Plus en détail

COMMENT DOSER UN ACIDE OU UNE BASE?

COMMENT DOSER UN ACIDE OU UNE BASE? COMMENT DOSER UN ACIDE OU UNE BASE? Un dosage se définit d une part par la technique mise en jeu (mesure phmétrique, conductimétrique, spectrophotométrique, etc.), d autre part, par la méthode (par étalonnage,

Plus en détail

Rapport de TP Phytochimie : Chromatographie en Phase Gazeuse (CPG)

Rapport de TP Phytochimie : Chromatographie en Phase Gazeuse (CPG) Rapport de TP Phytochimie : Chromatographie en Phase Gazeuse (CPG) Di Pascoli Thomas Mouton Julia (M S2 VRV) I) Introduction L eugénol (ou 4-allyl-2-méthoxyphénol) est une molécule naturelle trouvée en

Plus en détail

Montages non linéaires à amplificateurs opérationnels

Montages non linéaires à amplificateurs opérationnels Montages non linéaires à amplificateurs opérationnels Partie théorique I. omparateur L utilisation la plus simple d un amplificateur opérationnel (AOP) en montage non-linéaire est le comparateur. Deux

Plus en détail

Apport de la PCR en temps réel en maladies infectieuses

Apport de la PCR en temps réel en maladies infectieuses Apport de la PCR en temps réel en maladies infectieuses Biologie moléculaire Amplification PCR I. Dénaturation ADN 95 C II. Hybridation t = Tm III. Extension t dépend de la polymérase employée PCR «classique»

Plus en détail

Ressources pour le lycée technologique

Ressources pour le lycée technologique éduscol Enseignement de mathématiques Classe de première STMG Ressources pour le lycée technologique Dérivation : Approximation affine et applications aux évolutions successives Contexte pédagogique Objectifs

Plus en détail

Influence du nombre de réplicats dans une analyse différentielle de données RNAseq

Influence du nombre de réplicats dans une analyse différentielle de données RNAseq Influence du nombre de réplicats dans une analyse différentielle de données RNAseq Statisticiens: Sophie Lamarre Steve Van Ginkel Sébastien Déjean - Magali San Cristobal Matthieu Vignes Biologistes: Stéphane

Plus en détail

RITUNE. Logiciel pour optimiser la consommation énergétique et les ressources dans les stations d épuration en s appuyant sur tous les processus

RITUNE. Logiciel pour optimiser la consommation énergétique et les ressources dans les stations d épuration en s appuyant sur tous les processus RITUNE Logiciel pour optimiser la consommation énergétique et les ressources dans les stations d épuration en s appuyant sur tous les processus «ENTRE 10 ET 25 % DES RESSOURCES QUI SONT NÉCESSAIRES DANS

Plus en détail

L AMPLIFICATION GÉNIQUE PAR PCR. (Polymérase Chain Reaction)

L AMPLIFICATION GÉNIQUE PAR PCR. (Polymérase Chain Reaction) L AMPLIFICATION GÉNIQUE PAR PCR (Polymérase Chain Reaction) ATELIER DE FORMATION SUR LE DIAGNOSTIC DE LA FIEVRE APHTEUSE 21 mai 2012 Corinne SAILLEAU Corinne.sailleau@anses.fr Agence Nationale de Sécurité

Plus en détail

La PCR en temps réel

La PCR en temps réel La PCR en temps réel Hôpital La Rabta Tunis 6 juin 2013 Dr Sabine Favre-Bonté Maître de Conférences, Université Claude Bernard Lyon 1 UMR CNRS 5557 Ecologie Microbienne Equipe Multi-résistance environnementale

Plus en détail

Modélisation coalescente pour la détection précoce d un cancer

Modélisation coalescente pour la détection précoce d un cancer Modélisation coalescente pour la détection précoce d un cancer Mathieu Emily 27 Novembre 2007 Bioinformatics Research Center - Université d Aarhus Danemark Mathieu Emily Coalescence et cancer 1 Introduction

Plus en détail

Fidélité des méthodes analytiques (Résolution oeno 5/99)

Fidélité des méthodes analytiques (Résolution oeno 5/99) (Résolution oeno 5/99) Les données concernant la fidélité des méthodes analytiques déterminées par des études collaboratives sont applicables dans les cas suivants : ) Vérification de l'acceptabilité des

Plus en détail

L ASSURANCE QUALITE AU LABORATOIRE DE DIAGNOSTIC

L ASSURANCE QUALITE AU LABORATOIRE DE DIAGNOSTIC L ASSURANCE QUALITE AU LABORATOIRE DE DIAGNOSTIC ATELIER DE FORMATION SUR LE DIAGNOSTIC DE LA FIEVRE APHTEUSE 21 mai 2012 Labib BAKKALI KASSIMI Labib.bakkali-kassimi@anses.fr Agence Nationale de Sécurité

Plus en détail

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Février 2013 1 Liste de contrôle des essais de non-infériorité N o Liste de contrôle (les clients peuvent se servir de cette

Plus en détail

Administration unique par voie IV et sous la forme d'un bolus du principe actif. Analyse des données urinaires du principe actif

Administration unique par voie IV et sous la forme d'un bolus du principe actif. Analyse des données urinaires du principe actif Diplôme Universitaire de Pharmacocinétique de Toulouse *** Année 2007 *** Le modèle monocompartimental : Administration unique par voie IV et sous la forme d'un bolus du principe actif Analyse des données

Plus en détail

Comparaison de capteurs à effet Hall à verrouillage bipolaire avec et sans stabilisation par hacheur

Comparaison de capteurs à effet Hall à verrouillage bipolaire avec et sans stabilisation par hacheur Comparaison de capteurs à effet Hall à verrouillage bipolaire avec et sans stabilisation par hacheur Des résultats d essai montrent qu il est possible d obtenir des performances notablement plus élevées

Plus en détail

Réunion des comités roulements et GPS

Réunion des comités roulements et GPS 24 Réunion des comités roulements et GPS Dès publication de la nouvelle version de la norme ISO 492, les tolérances dimensionnelles des roulements et les systèmes ISO de limites et d ajustements pourront

Plus en détail

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Carge virale du VHB : ADN-VHB ADN-VHB 11CHB1 Mars 2011 Edition : Septembre 2011 Afssaps -143/147, Bd Anatole France F-93285 Saint

Plus en détail

Guide d utilisation des kits Perfect Master Mix SYBR Green

Guide d utilisation des kits Perfect Master Mix SYBR Green Guide d utilisation des kits Perfect Master Mix SYBR Green Pour les produits AnyGenes : Cat # PMSX-F2S Cat # PMSX-F4S Cat # PMSX-F8S Cat # PMSX-F12S Cat # PMSX-F24S (* Cat # pour toutes les références

Plus en détail

Formules d inclusion-exclusion

Formules d inclusion-exclusion Université de Rouen L1 M.I.EEA 2011 2012 Mathématiques discrètes Formules d inclusion-exclusion Je présente ici une correction détaillée de l Exercice 5 de la Feuille d exercices 1, en reprenant le problème

Plus en détail

La Rédaction médicale. Dr Laurent ZINI Praticien Hospitalier Universitaire CHRU Lille

La Rédaction médicale. Dr Laurent ZINI Praticien Hospitalier Universitaire CHRU Lille La Rédaction médicale Dr Laurent ZINI Praticien Hospitalier Universitaire CHRU Lille S Différents textes S Article original: compte rendu d un travail de recherche S L éditorial (écrit à la demande du

Plus en détail

LES FICHES OUTILS DE L ANIMATION

LES FICHES OUTILS DE L ANIMATION LES FICHES OUTILS DE L ANIMATION Page 1 sur 16 FICHE 1 LES TECHNIQUES D ANIMATION DE GROUPE FICHE 2 LES DIFFERENTES OPERATIONS MENTALES FICHE 3 LES VERBES D ACTION FICHE 4 LES METHODES DE RESOLUTIONS DE

Plus en détail

Validation d une méthode performante de dosage des steviols glycosides de Stevia Rebaudiana

Validation d une méthode performante de dosage des steviols glycosides de Stevia Rebaudiana Validation d une méthode performante de dosage des steviols glycosides de Stevia Rebaudiana J.M. Roussel, Consultant, Aix-en-Pce Prof. Dr. Gertrud Morlock, Chair of Food Science, JLU Giessen S. Meyer,

Plus en détail

DS de Spécialité n o 4 Extraction & identification de la caféine

DS de Spécialité n o 4 Extraction & identification de la caféine DS de Spécialité n o 4 Extraction & identification de la caféine Selon la légende, le café fut remarqué pour la première fois quelques 850 ans avant notre è r e : u n b e r g e r d u Y é m e n n o t a

Plus en détail

DETERMINATION DE L INCERTITUDE DE MESURE POUR LES ANALYSES CHIMIQUES QUANTITATIVES

DETERMINATION DE L INCERTITUDE DE MESURE POUR LES ANALYSES CHIMIQUES QUANTITATIVES Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire Administration des Laboratoires Procédure DETERMINATION DE L INCERTITUDE DE MESURE POUR LES ANALYSES CHIMIQUES QUANTITATIVES Date de mise en application

Plus en détail

Le tableur en 1 heure

Le tableur en 1 heure Le tableur en 1 heure Table des matières 1Notion de tableur...4 1.1Des cellules pour déposer des nombres...4 1.2Des cellules pour déposer des calculs...4 1.3Des cellules pour déposer des formules...5 2Notion

Plus en détail

TS 35 Numériser. Activité introductive - Exercice et démarche expérimentale en fin d activité Notions et contenus du programme de Terminale S

TS 35 Numériser. Activité introductive - Exercice et démarche expérimentale en fin d activité Notions et contenus du programme de Terminale S FICHE Fiche à destination des enseignants TS 35 Numériser Type d'activité Activité introductive - Exercice et démarche expérimentale en fin d activité Notions et contenus du programme de Terminale S Compétences

Plus en détail

ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012

ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012 ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012 Pour faciliter la correction et la surveillance, merci de répondre aux 3 questions sur des feuilles différentes et d'écrire immédiatement votre nom sur toutes

Plus en détail

Etude des propriétés empiriques du lasso par simulations

Etude des propriétés empiriques du lasso par simulations Etude des propriétés empiriques du lasso par simulations L objectif de ce TP est d étudier les propriétés empiriques du LASSO et de ses variantes à partir de données simulées. Un deuxième objectif est

Plus en détail

T.P. n 11. polytech-instrumentation.fr 0,15 TTC /min à partir d un poste fixe

T.P. n 11. polytech-instrumentation.fr 0,15 TTC /min à partir d un poste fixe T.P. n 11 polytech-instrumentation.fr 0 825 563 563 0,15 TTC /min à partir d un poste fixe Utilisation de l oscilloscope à mémoire numérique I. Introduction Avec un oscilloscope numérique, le signal étudié

Plus en détail

11 OSMOLARITÉ, MULTIPLES SOURCES DE VARIATION

11 OSMOLARITÉ, MULTIPLES SOURCES DE VARIATION 11 OSMOLARITÉ, MULTIPLES SOURCES DE VARIATION Dans cette étude de cas nous nous retrouvons face à des données dont la variabilité court terme est très différente de celle à long terme. Les cartes de contrôle

Plus en détail

- Mobiliser les résultats sur le second degré dans le cadre de la résolution d un problème.

- Mobiliser les résultats sur le second degré dans le cadre de la résolution d un problème. Mathématiques - classe de 1ère des séries STI2D et STL. 1. Analyse On dote les élèves d outils mathématiques permettant de traiter des problèmes relevant de la modélisation de phénomènes continus ou discrets.

Plus en détail

Les méthodes classiques des coûts complets et la méthode ABC

Les méthodes classiques des coûts complets et la méthode ABC PARTIE 1 Les méthodes classiques des coûts complets et la méthode ABC THÈME 2 Le traitement des charges : les charges directes et indirectes EXERCICE 2 Méthode des centres d analyse et méthode simplifiée

Plus en détail

TRANSGENESE ET ARCHIVAGE D ANIMAUX MODELES PHENOMIN CATALOGUE DES PRESTATIONS

TRANSGENESE ET ARCHIVAGE D ANIMAUX MODELES PHENOMIN CATALOGUE DES PRESTATIONS Page 2 / 7 Toute fourniture sera accompagnée d une fiche de renseignement à compléter. Les microinjections ne débuteront qu à réception de l ensemble des documents dûment complétés et signés. A.3. Engagements

Plus en détail

Référence Produit. test

Référence Produit. test Healthcare Siemens Healthcare Diagnostics SA, Freilagerstr. 40, CH-8047 Zürich Nom Département Robert Schlatter RAQS-EHS Téléphone +41 (0) 585 581 066 Téléfax +41 (0) 585 581 151 Mobile E-mail robert.schlatter@siemens.com

Plus en détail

Introduction au PCR en. Par Philipe Lampron, M.Sc.

Introduction au PCR en. Par Philipe Lampron, M.Sc. Introduction au PCR en temps réel Par Philipe Lampron, M.Sc. Résumé Fondements du PCR en temps réel (qpcr) Théorie du PCR en temps réel Types de chimies Méthode de quantification Acquisition de résultats

Plus en détail

Rappel mathématique Germain Belzile

Rappel mathématique Germain Belzile Rappel mathématique Germain Belzile Note : à chaque fois qu il est question de taux dans ce texte, il sera exprimé en décimales et non pas en pourcentage. Par exemple, 2 % sera exprimé comme 0,02. 1) Les

Plus en détail

HyDRIMZ. Développement de Techniques et Analyse Moléculaire de la Biodiversité

HyDRIMZ. Développement de Techniques et Analyse Moléculaire de la Biodiversité Développement de Techniques et Analyse Moléculaire de la Biodiversité HyDRIMZ DENITEXPRESS a Influence de faibles concentrations en nanoparticules de CuO sur l expression des gènes de la dénitrification

Plus en détail

Document ressource de métrologie

Document ressource de métrologie éduscol Ressources pour le cycle terminal STL Spécialité biotechnologies Document ressource de métrologie Définitions de base, acceptabilité de valeurs mesurées et expression dʼun résultat de mesure Document

Plus en détail

Méthode A : dosage du cadmium, chrome, cobalt, cuivre, plomb, manganèse, nickel et zinc par spectrométrie d absorption atomique avec flamme.

Méthode A : dosage du cadmium, chrome, cobalt, cuivre, plomb, manganèse, nickel et zinc par spectrométrie d absorption atomique avec flamme. S-II-2.1V1 DOSAGE DES ELEMENTS METALLIQUES EN TRACE DANS LES EXTRAITS À L EAU RÉGALE : MÉTHODE PAR ABSORPTION ATOMIQUE AVEC FLAMME ET ATOMISATION ÉLECTROTHERMIQUE (AAS/GF) 1. Objet Dosage des éléments

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

Volume et température d un gaz

Volume et température d un gaz Volume et température d un gaz Par Pascal Rebetez Janvier 7 Introduction Après avoir étudié expérimentalement la relation entre le volume et la température d un gaz (de l air), nous comparons les données

Plus en détail

COURS DE THERMODYNAMIQUE

COURS DE THERMODYNAMIQUE 1 I.U.. de Saint-Omer Dunkerque Département Génie hermique et énergie COURS DE HERMODYNAMIQUE 4 e semestre Olivier ERRO 2009-2010 able des matières 1 Mathématiques pour la thermodynamique 4 1.1 Dérivées

Plus en détail

6.1 Instruments. 6.2 Introduction. L amplificateur opérationnel 1 L AMPLIFICATEUR OPÉRATIONNEL

6.1 Instruments. 6.2 Introduction. L amplificateur opérationnel 1 L AMPLIFICATEUR OPÉRATIONNEL L amplificateur opérationnel 1 L AMPLIFICATEUR OPÉRATIONNEL 6.1 Instruments Un amplificateur opérationnel de type 741. Un oscilloscope à double canon à électron. Un générateur de signaux Wavetek. Un générateur

Plus en détail

MC11 Mélanges d acides et de bases ; solutions tampons

MC11 Mélanges d acides et de bases ; solutions tampons MC11 Mélanges d acides et de bases ; solutions tampons Les définitions d acidité et de basicité ont beaucoup évoluées depuis leur apparition. Aujourd hui, on retient deux définitions valables. Celle donnée

Plus en détail

Application RegBL. Mode d emploi pour les communes du canton de Fribourg. Service de la statistique SStat Amt für Statistik StatA

Application RegBL. Mode d emploi pour les communes du canton de Fribourg. Service de la statistique SStat Amt für Statistik StatA Service de la statistique SStat Amt für Statistik StatA Rue Joseph-Piller 3, 70 Fribourg T +4 6 305 8 3, F +4 6 305 8 8 www.fr.ch/sstat Application RegBL Mode d emploi pour les communes du canton de Fribourg

Plus en détail

Guide de conception d une épreuve écrite sous la forme d un questionnaire à choix multiples

Guide de conception d une épreuve écrite sous la forme d un questionnaire à choix multiples Guide de conception d une épreuve écrite sous la forme d un questionnaire à choix multiples Aspects pratiques Aspects pédagogiques Conseils de conception 1 Introduction Terminologie spécifique à l IEP

Plus en détail

A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes

A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes On peut calculer les rentabilités de différentes façons, sous différentes hypothèses. Cette note n a d autre prétention que

Plus en détail

GÉDIA AUDIT & SURVEILLANCE DES COÛTS D ENTRÉE DES ARTICLES FABRIQUÉS

GÉDIA AUDIT & SURVEILLANCE DES COÛTS D ENTRÉE DES ARTICLES FABRIQUÉS GÉDIA AUDIT & SURVEILLANCE DES COÛTS D ENTRÉE DES ARTICLES FABRIQUÉS 1. Pourquoi il est indispensable de surveiller les coûts d entrées des articles fabriqués 1.1. La règle de base de valorisation du stock

Plus en détail