COMITE SYNDICAL DU S.I.V.U. BORDEAUX - MERIGNAC POUR LA RESTAURATION COLLECTIVE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "COMITE SYNDICAL DU S.I.V.U. BORDEAUX - MERIGNAC POUR LA RESTAURATION COLLECTIVE"

Transcription

1 COMITE SYNDICAL DU S.I.V.U. BORDEAUX - MERIGNAC POUR LA RESTAURATION COLLECTIVE Séance du 12/12/2014 ORDRE DU JOUR Désignation du secrétaire de séance Approbation du procès-verbal de la réunion du 3 décembre 2014 Délibérations 1. Modification du tableau des effectifs D/ Budget Primitif 2015 D/ Prix des repas 2015 D/ Prix des repas sociaux 2015 D/ Communication Questions diverses Présents à titre de titulaires : Mesdames CUNY, MARCHAND, BOUILHET, DARTEYRE, JAMET, et POITREAU et Messieurs du PARC et LAMAISON Présente à titre de suppléante : Madame RAUX Avait donné pouvoir : Monsieur PRADELS à Madame MARCHAND Etaient excusés : Mesdames BOISSEAU, JARTY-ROY, LABORDE, LIRE, WALRYCK, et Messieurs BRASSEUR et PRADELS Invités : Madame BRILLAC et Monsieur MIAUD La séance est ouverte à 14 heures par Madame Emmanuelle CUNY, Présidente du SIVU. Le quorum est atteint nous pouvons donc commencer. Madame JAMET est désignée comme secrétaire de séance. Le premier point inscrit à l ordre du jour est l approbation du procès-verbal du 3 décembre. Avez-vous des questions ou observations? 1

2 Monsieur LAMAISON : Je tiens à remercier les personnes chargées du secrétariat pour la rapidité d exécution et la qualité du dernier procès-verbal. Avez-vous d autres remarques? Non? Le procès-verbal est adopté à l unanimité. DELIBERATIONS 1. Modification du tableau des effectifs D/ (Lecture est faite du document) Ces agents seraient chargés de l accueil et du contrôle de la totalité des entrées et sorties du site de 5 heures à 18 heures, dans le cadre du plan Vigipirate rouge. Ils auraient également la charge de la gestion du linge. Je vais passer la parole à Monsieur IAPICHINO. Voilà plusieurs années que j alerte le comité syndical sur le problème lié aux reclassements d agents en maladie ordinaire et en fin de droit. Le Responsable Prévention Hygiène et Sécurité m a saisi d une demande de sécurisation du site. Nous ne pouvons pas, actuellement, respecter les dispositions du plan Vigipirate rouge par manque de moyens techniques et humains. De plus, dans le cadre du nouveau marché de location des vêtements de travail, un suivi détaillé du linge fourni et blanchi va être mis en place. Le Responsable Prévention Hygiène et Sécurité va vous expliquer plus précisément les aspects liés à la sécurité du site. Monsieur AL KHADIR : Le SIVU a amorcé une démarche de prévention des risques. Trois points ont notamment été mis en avant : la mise en conformité, l amélioration des conditions de travail et la sécurisation du site. La sécurisation du site est liée notamment aux risques alimentaires provoqués par des intrusions malveillantes et aux installations dangereuses présentes dans l établissement. Le poste d agent d accueil serait dédié à la surveillance des accès au site qui devra impérativement être suivi d une remise de carte d identité échangée contre un badge ce qui permettra un contrôle des entrées et sorties. Par ailleurs, il sera remis à ce moment les équipements de sécurité nécessaires en fonction du motif de la visite. Où sera situé cet accueil? Un espace sera aménagé au niveau du rez-de-chaussée du hall d entrée. Une fois sur le site, il est loisible à n importe quel individu de pénétrer dans le bâtiment par une des nombreuses portes d accès. Je ne vois donc pas comment des agents physiquement situés dans la hall d accueil pourront empêcher une intrusion malveillante. Leur rôle me parait donc inefficace. Il pourrait paraitre dans ce cadre judicieux d installer une guérite à l entrée du bâtiment. 2

3 J entends bien, mais quid des personnes entrant par le portillon et je signale qu il me parait aisé d enjamber la clôture. Ces agents auraient un poste informatique dédié aux images des caméras. Les personnes accédant au site seraient donc individuellement identifiées. Ce n est pas le cas actuellement, puisque lorsque le portail est ouvert, le premier véhicule d une file s identifie, les suivants profitent de l ouverture du portail pour pénétrer sans s identifier. Ces agents se verraient en plus confiés d autres tâches : gestion du portail, contrôle des entrées et sorties et des entreprises extérieures, enregistrement des identités, remise de badges et équipements aux visiteurs, accueil et fourniture des tenues aux intérimaires, surveillance vidéo du site, accueil des secours, participation aux évacuations d urgences, réception des colis et du linge, vérification des ouvertures et fermetures. Madame DARTEYRE : Vous nous indiquez qu il s agit d agents faisant l objet d une procédure de reclassement médical, sont ils mobiles? Oui, les inaptitudes portent essentiellement sur le port de charge et l interdiction des gestes répétitifs. Pouvez-vous nous expliquer exactement ce qu est un reclassement? Des agents qui, par exemple, ont une restriction médicale concernant le travail en zone refroidie ne sont plus aptes à travailler en exploitation puisque 82% du personnel travaille dans une ambiance inférieure à 10. Ils sont donc en arrêt maladie et la collectivité doit proposer des solutions correspondant à leurs aptitudes. Qui rémunère ces agents durant ces périodes? Madame VEZIN : Ces agents sont rémunérés par le SIVU, cependant le remboursement de leur salaire est pris en charge par l assurance statutaire de la collectivité. La totalité des inaptitudes médicales exigeant un reclassement professionnel est liée, comme indiqué précédemment, à l excès de gestes répétitifs, au port de charges et au travail au froid. Les seuls postes qui pourraient être proposés à ces agents du SIVU, sont des postes administratifs. Hors il n y a que sept postes de ce type dans notre collectivité et aucun départ n est prévu dans un avenir proche. Madame RAUX : Combien sont-ils dans ce cas? Ils sont douze, soit identifiés, soit potentiels. 3

4 Il faut étudier toutes les possibilités qui sont offertes et s enquérir de l accord des agents. Ces agents viennent-ils de Bordeaux ou de Mérignac et ne serait-il pas possible de demander aux Villes leurs possibilités d accueil pour ces agents? Les Villes ont déjà des difficultés à assurer leurs propres reclassements, il n apparait donc pas possible de donner une réponse globale favorable. Le Comité Syndical a démontré, à de nombreuses reprises, l attention qu il portait aux demandes du SIVU en matière d effectif puisque, je rappelle qu à l ouverture de l établissement, l effectif était de 75 agents. En l occurrence, s il était répondu favorablement à la demande de création de postes liée à un reclassement médical, les informations communiquées laissent à penser qu il s agirait de 10 créations dans un avenir proche. Il me semble de plus que dans le contexte de contrainte financière actuelle la maitrise de la masse salariale doit être une préoccupation de tous les instants. Il s agit en effet d une contrainte très présente dans nos deux Villes. Par ailleurs, il ne parait pas judicieux de prendre une telle décision à la veille du recrutement du futur directeur de la structure. Monsieur AL KHADIR : La réflexion initiale portait sur un besoin réel de sécurisation du site. Le fait de proposer ces postes à des agents faisant l objet d un reclassement n est venu que lorsque le besoin a été clairement exprimé. Nous sommes tout à fait conscients du besoin, une étude exhaustive aurait permis de comparer les coûts d une externalisation et d une régie. Il faut bien prendre en compte que ce type de prestation assurée en régie nécessiterait un besoin financier en matière de remplacement afin d assurer une continuité de service. Madame DARTEYRE : Avez-vous envisagé un volet formation pour ces agents? Monsieur AL KHADIR : Il est envisagé de leur faire suivre une formation sécurité incendie et d autres formations du même type. Madame DARTEYRE : Vous n envisagez pas de formation spécifique à l accueil? Il s agit pourtant d un métier à part entière qui requiert des qualités et des compétences avérées. Si, tout est possible et bien entendu ce type de formation accueil serait mis en place. Quelle serait l incidence sur le budget d une modification de la délibération proposée? 4

5 Il suffit de diminuer l inscription au chapitre 12 (compte rémunération principale) et d augmenter le montant du chapitre 11 (compte alimentation) Monsieur LAMAISON : La demande de sécurisation du bâtiment me parait pourtant légitime. On ne sécurise pas un bâtiment avec un agent d accueil. Monsieur LAMAISON : On pourrait l envisager en adaptant les équipements. Tous les équipements nécessaires supplémentaires ont été chiffrés mais il était nécessaire de connaitre la position du Comité Syndicale sur ce projet avant de les financer. Il parait donc évident qu une étude plus poussée sur l externalisation ou non de cette mission et sur le coût des équipements à mettre en place doit être menée avant que cette assemblée puisse prendre une décision éclairée. En outre, je suis tout-à fait d accord avec Madame MARCHAND et pense également qu il convient de différer la décision jusqu à l arrivée du Directeur. Cela fait 10 ans que le SIVU est ouvert, cette décision peut souffrir quelques mois de réflexion. Le Responsable HSCT a été recruté il y a environ un an maintenant et il me parait normal qu il lui ait fallu un temps d étude avant de mettre ce dossier à l ordre du jour. J entends tout à fait que l on attende l arrivée du Directeur pour prendre une telle décision, mais je tiens à souligner que la demande du Responsable HSCT me parait légitime. Cela nous parait tout à fait cohérent mais nous ne sommes pas à quelques semaines près et il vous est simplement proposé de différer cette décision en attente d informations complémentaires. Madame RAUX : Effectivement, une étude plus approfondie parait nécessaire aux vues de ce qui vient d être dit. Je vous propose de statuer sur l ouverture des quatre postes de chauffeurs qui paraissent indispensables et de différer la décision quant aux agents d accueil. Est-ce réglementaire? 5

6 Il ne nous est pas proposé une telle alternative dans cette délibération? Cette proposition est-elle légale? Cette proposition est tout à fait légale. Le document qui vous est présenté n est qu un projet soumis à votre approbation. Il vous est possible d en modifier le contenu à partir du moment où les propositions portées à votre vote correspondent à une demande qui parait unanime dans le cas présent. Madame VEZIN : Afin que les choses soient claires, je propose à Madame la Présidente de procéder à deux votes distincts : Un premier vote pour les quatre postes de chauffeurs et un deuxième vote pour les deux postes d agents d accueil. La délibération ne reprendra que les choix de cette assemblée et l intégralité des débats sera retranscrite dans le procès-verbal. Je propose que nous passions aux votes : Qui est pour la création de 4 postes de chauffeurs? (Les huit titulaires lèvent la main) Cette partie de la délibération est adoptée à l unanimité. Qui est pour la création de 2 postes d agents d accueil? (Aucune main ne se lève) Qui s abstient? Madame JAMET et Monsieur LAMAISON. Qui est contre? (les six membres titulaires n ayant pas encore voté lèvent la main) Cette décision est donc reportée à une date ultérieure. Pouvez-vous nous expliquer les tableaux joints à la délibération? On peut constater une diminution du nombre de repas fabriqués par agents présents entre 2012 et Madame VEZIN : Ce graphique est à mettre en rapport avec le graphique de l absentéisme maladie. Il s agit de l absentéisme total par an : maladie ordinaire, congé longue maladie et longue durée, accidents du travail et maladies professionnelles. Vous pouvez-constater que l année 2012 correspond à l année où les agents ont fabriqué le plus de repas et correspond également à l année où l absentéisme maladie a été le plus élevé. Nous pouvons déduire de façon fiable, de ces statistiques établies a posteriori, que le seuil de confort de travail, confort très relatif, est situé entre et repas par an et par agent présent. L année 2012 correspond à une très forte augmentation du nombre des accidents du travail et a généré, notamment les deux reclassements professionnels qui viennent d être évoqués. En effet, le travail répond au SIVU à une obligation de quotidienneté. Toutes les denrées produites doivent être conditionnées et placées en chambre froide avant le départ des agents. Une hausse importante de l activité génère un surcroit de stress, des risques importants d erreurs engendrant un surcroit de travail et un risque de coût financier lié à la perte potentielle de denrée. L amélioration des conditions de travail passe donc par une prise en compte du rythme imposé aux agents afin de les préserver pour qu ils puissent exercer leur activité dans la durée. Un autre axe de travail important, mis en place depuis plus d un an maintenant, consiste à faire tourner les agents sur l ensemble des postes du service où ils travaillent. Certains postes induisent des gestes très répétitifs (conditionnement), d autres, des ports de charges plus importants (déconditionnement, préparations culinaires)..la rotation des agents permet de mieux les préserver. Le deuxième tableau tant à montrer que l augmentation régulière des effectifs du SIVU correspond à l augmentation de l activité et n a pas généré de dérapage de la masse salariale, constante depuis

7 Serait-il possible d avoir des comparaisons avec d autres structures de même type? Le SIVU est plutôt bien placé, je vous fournirai des chiffres dès que possible. Il serait effectivement intéressant d avoir un tableau comparatif. Si vous n avez pas d autres remarques je vous propose de passer à la délibération suivante. 2 Budget Primitif 2015 D/ (Lecture est faite du document) Je pense que dans le rapport présenté, il serait opportun d utiliser le conditionnel en matière de seuil et d impact sur les frais fixes. En effet, cette partie du rapport avait simplement pour but d expliquer que les charges fixes peuvent être impactées lorsque certains seuils sont dépassés, notamment les énergies. Quand nous fabriquons plus de repas, nous consommons plus d énergie par exemple. Ne s agit il pas dans ce cas de charges variables et non de charges fixes? La distinction entre charges variables et charges dites fixes est liée aux effets de seuil. Dans le cas des charges variables, l augmentation est strictement proportionnelle au nombre de repas produits : un repas supplémentaire génère l achat de denrées supplémentaires. Dans le cas de charges dites fixes, l augmentation est proportionnelle à un seuil de repas produits : un cuiseur refroidisseur cuit 50 kg de riz cru, lorsque l on passe à 55 kg, il faut une deuxième opération de cuisson, donc plus d eau, plus d énergie Est-ce que la structure existante est capable d absorber une augmentation continue de l activité? Oui, mais avec le corolaire de l augmentation des charges fixes comme les 4 postes de chauffeurs, les fluides, le nombre de camions, la consommation énergétique, l amortissement du nouveau matériel nécessaire. En effet, bien que la consommation baisse, tous les ans les factures augmentent. On nous annonce une période de déflation avec notamment une baisse du prix des denrées. Par exemple, il a été constaté une baisse importante sur le prix des pommes. 7

8 Oui, les prix vont baisser pour certaines catégories de denrées. Les médias ont annoncé une baisse du prix des denrées du circuit dit de grandes et moyennes surfaces (GMS). Hors, le SIVU ne fait pas parti de ce réseau de distribution et les systèmes de cotation sont tout à fait différents. D autre part, les mauvaises conditions climatiques impactent le prix des produits de certaines filières. Tout à fait, les événements climatiques ont un impact certain, de même que la spéculation boursière. En effet, certains produits comme les céréales font l objet de spéculation qui peut avoir un retentissement jusque sur le prix de la viande puisque les animaux en consomment. Vous nous expliquez que lorsque le prix des denrées augmente, le coût du repas augmente, la logique devrait être la même lorsque les prix diminuent, notamment sur des produits non transformés comme les fruits. Le prix des fruits est essentiellement lié aux aléas climatiques. Le prix du bio ne baisse pas. Je sais que nous sommes soumis à des contraintes financières, mais un fruit bio est meilleur pour la santé de nos enfants, et cela doit être une priorité. En outre, il serait souhaitable que lorsque le prix de revient du fruit baisse, l agriculteur puisse en bénéficier en premier lieu. Le SIVU a placé la barre très haut en matière de produits bio alors qu il s agit de produits très chers. S il n est pas question de diminuer la part de bio, il n est pas envisageable non plus, compte-tenu du contexte financier actuel, d augmenter cette part de façon inconsidérée. S il y a bien une déflation du prix du pétrole qui peut avoir une incidence sur le prix des barquettes, cela ne semble pas être le cas pour toutes les denrées. Il faut l expliquer aux administrés. Je ne pense pas qu il faille l expliquer à nos administrés, c est un débat que nous devons avoir au sein du Conseil Municipal. Dans la mesure où il n y a pas d augmentation du prix du repas, pour 2015, cela ne pose pas de problème majeur. En effet, le prix de vente du repas n augmente pas. Pourquoi y-a-t-il des différences au niveau des prix de repas? 8

9 Le nombre de composantes et le grammage varie en fonction du type de convive : un enfant de maternel se voit servir une quantité beaucoup moins importante qu un adulte. Pour certains convives, ce sont les Villes qui n ont pas la même demande : les adultes municipaux de Bordeaux ont deux entrées, pas ceux de Mérignac. Les agents servis à Bordeaux sont essentiellement du personnel technique travaillant en extérieur. Pour Mérignac, il s agit essentiellement du personnel administratif mangeant au self municipal. Pour le portage à domicile, Bordeaux est servi sept jours par semaine et le SIVU allotit en cagettes individuelles, Mérignac est servi six jours par semaine et est alloti en cagettes de quatre convives. Les camions étant en location, il pourrait être envisagé de demander à ce qu ils soient remplacés lorsqu ils sont obsolètes. Cela permettrait, notamment, des économies de carburant. Il s agit de véhicules fabriqués spécifiquement pour le SIVU et la durée de leur amortissement impacte énormément le coût global de location. C est pour cette raison que la durée de ce type de contrat est relativement longue, en l occurrence cinq ans. Si le cahier des charges incluait une clause de changement de camion, cela impacterait la durée d amortissement et augmenterait substantiellement le coût de la location. Madame DARTEYRE : Avez-vous envisagé la location de véhicules moins polluants? Il n existe actuellement pas de véhicule réfrigéré fonctionnant au gaz naturel de ville. Il existe des véhicules réfrigérés fonctionnant à l électricité, cependant, leur capacité et leur autonomie de réfrigération ne sont pas suffisantes pour répondre à nos besoins. On constate une forte hausse du nombre de repas fourni à certains types de convives, quelle en est la raison? Cela correspond à la réforme des rythmes scolaires, les repas du mercredi midi sont considérés maintenant comme repas scolaires alors qu ils étaient avant considérés comme CLSH. On constate également une baisse substantielle des repas municipaux de la Ville de Bordeaux. Est-ce lié à l ouverture de la cité municipale et de son restaurant? Non, les agents qui déjeunent au self de la cité municipale n étaient pas servis par le SIVU auparavant. Il s agit d une baisse de commande des associations extérieures qui choisissent d autres prestataires. Quelle en est la raison? 9

10 La réforme des rythmes scolaire a entrainé une baisse des subventions attribuées aux associations. Cellesci tentent de diminuer leurs coûts de fonctionnement, notamment, soit en demandant aux parents de fournir le repas, soit en achetant eux-mêmes une partie des denrées, soit en faisant appel à des prestataires moins chers avec une qualité de repas inférieure. Madame RAUX : A quoi est due la forte augmentation du nombre de repas scolaires adultes? Au fait que les encadrants déjeunent avec les enfants durant la période scolaire, donc maintenant le mercredi. Les associations trouvent effectivement des prestataires moins chers et notamment les Etablissements et services d aide par le travail (ESAT anciennement CAT). Il y a effectivement beaucoup de «bricolages» au niveau des associations. Sur quoi porte la baisse du coût alimentaire? Nous avons travaillé sur la diminution d apparition de produits très chers dans la grille des menus et sur la maitrise des coûts. Madame DARTEYRE : A quoi est due l augmentation du prix des goûters? Cette augmentation est due au type de produits demandés : des goûters en petits conditionnements, plus facile à utiliser. Plus le conditionnement est petit, plus le prix du produit est élevé et plus la perte est importante : un site de 26 enfants nécessite la fourniture de deux paquets de 24 gâteaux. Il s agit d une demande des associations à laquelle je ne suis pas favorable. Un gouter à base de pain et de chocolat me semble moins coûteux et plus équilibré. Nous avons proposé deux grilles de goûters différentes, afin d en diminuer le coût, mais les associations les ont refusées. La commande de pain pour le goûter du mercredi n est plus possible du fait de la complexité de gestion entre les commandes faites par l école pour le repas du midi et celles faites par les associations pour les goûters de l après-midi. Les Villes demandent depuis longtemps une refonte des grilles des gouters. 10

11 Il faut cependant pondérer ce constat puisque cela ne représente que 1800 gouters par jour, 3000 le mercredi, contre repas par jour. Il faut sensibiliser les associations afin qu elles proposent aux parents des goûters plus équilibrés. Je suis tout à fait d accord pour rédiger un courrier de sensibilisation mais il n est pas question de proposer un goûter à la carte. Madame BRILLAC : Certaines associations demandent aux parents de fournir le goûter. Il avait été évoqué lors d un précédent conseil la possibilité d une étude sur des barquettes plus écologiques, a-t-elle été menée? Deux tests ont déjà été effectués, mais ils ont chaque fois révélé des problèmes de fuites ou de micro fuites. De plus, le conditionnement à chaud, process couramment utilisé au SIVU, entraîne des problèmes d operculage : défaut de scellement et gonflement du film provocant un risque d éclatement. Cependant, nous représentons un marché attractif et porteur et les fournisseurs se montrent attentifs à notre demande et continuent de travailler afin de la satisfaire. Le recyclage des barquettes avait été étudié mais n est pas envisageable. A quoi correspond la somme inscrite au compte 6225 indemnités comptables? Il s agit de l indemnité de conseil versée au trésorier de la collectivité. Cette indemnité est proportionnelle à la masse budgétaire gérée. Les trésoriers sont libres de son utilisation, certains la redistribuent sous forme de prime à leurs agents, d autres l utilisent pour renouveler leur matériel. Avez-vous d autres questions ou observations? Non? Je vous propose de procéder au vote : Qui est pour? 6 personnes lèvent la main Qui s abstient? Madame BOUILHET lève la main. Qui est contre? Madame JAMET lève la main. Cette délibération est donc adoptée par une majorité de six voix. 11

12 3 Prix des repas 2015 D/ (Lecture est faite du document) A quoi correspond ce prix? Il s agit du prix de vente du repas aux Villes. Ce prix comprend l intégralité des dépenses, fonctionnement et investissement, liée à la fabrication des repas fournis. Avez-vous d autres questions ou observations? Non? Je vous propose de procéder au vote : Qui est pour? 7 personnes lèvent la main Qui est contre? Madame JAMET lève la main et indique qu elle préfèrerait une augmentation du prix de vente permettant une amélioration de la qualité des produits utilisés. Cette délibération est donc adoptée par une majorité de sept voix. 4 Prix des repas sociaux 2015 D/ (Lecture est faite du document) Il s agit de livrer environ 30 repas à caractère social par jour dans le cadre du plan grand froid. Cela concerne des personnes en grande difficulté qui sont prises en charge par l association ADOMA. A l origine, c était le DIACONAT de Bordeaux qui assurait cette prestation, cependant, les deux Villes travaillent conjointement sur ce dispositif dans un cadre social. Lorsque les Villes sont saisies de ce type de demande, une réponse favorable y est, dans la mesure de nos possibilités, toujours apportée. De quelle manière diminuez-vous le coût du repas? Il s agit d une délibération prise depuis de nombreuses années. Avez-vous d autres questions ou observations? Non? Cette délibération est adoptée à l unanimité. Quelqu un a-t-il d autres questions ou observations? J ai deux questions à vous soumettre. La première question concerne l appellation du repas végétarien servi toutes les huit semaines. Les techniciens des Villes demandent à ce qu ils soient appelés «menu sans viande». 12

13 Il s agit d une décision du Comité Syndical et je ne vois pour ma part aucune raison de modifier cette appellation. Je n étais pas au courant, je suis cependant tout à fait d accord avec Madame MARCHAND. D autant plus que les menus comportant des ovo-produits sont également considérés comme menus végétariens. Les ovo produits nous sont pourtant refusés lors de l élaboration des menus végétariens. La deuxième question concerne la présence de graisse animale utilisée pour la cuisson de certains légumes (lentilles, mogettes ). Il nous a été demandé que l ensemble des légumes servis soient exempts de présence de produits d origine animale. Je tiens à signaler que c est bien entendu le cas lors des menus végétariens. Il nous a été reproché le fait que les enfants ne mangeant pas de viande se voyaient dans l impossibilité de manger ce type de légumes. Cette demande n est pas légitime, ce type de produits doit être maintenu. Je rappelle que les écoles sont garantes de la laïcité et que nous sommes attachés au respect des lois de la République. Nous pouvons cependant, nous engager à indiquer la présence de graisse animale dans un plat de légumes par le biais d une mention spéciale rédigée dans la plaquette de menus (ex : cassoulet, haricots, mogettes, lentilles ). J aurai quant à moi une troisième question : nous sommes saisis d une demande d adaptation des menus le mercredi midi. Ces demandes sont liées à des difficultés d encadrement et de temps de réchauffe des plats. Il est également demandé qu il n y ait pas de pâtisserie servie. La réorganisation du temps scolaire a généré des problèmes et nous aurions besoin d un cadre plus précis afin de répondre à ces demandes. Je veillerai à ce que le nécessaire soit fait afin que ces précisions vous soient communiquées dans les meilleurs délais. Quelqu un a-t-il d autres questions ou observations? Non? L ordre du jour étant épuisé, la séance est levée à 16 heures. 13

COMITE SYNDICAL DU S.I.V.U. BORDEAUX - MERIGNAC POUR LA RESTAURATION COLLECTIVE

COMITE SYNDICAL DU S.I.V.U. BORDEAUX - MERIGNAC POUR LA RESTAURATION COLLECTIVE COMITE SYNDICAL DU S.I.V.U. BORDEAUX - MERIGNAC POUR LA RESTAURATION COLLECTIVE Séance du 2 juillet 2013 DESIGNATION DU SECRETAIRE DE SEANCE APPROBATION DU PROCES VERBAL DE LA REUNION DU 17 JUIN 2013 ORDRE

Plus en détail

2) Présidence et administration du comité : chef d entreprise, bureau, secrétaire et trésorier

2) Présidence et administration du comité : chef d entreprise, bureau, secrétaire et trésorier 2) Présidence et administration du comité : chef d entreprise, bureau, secrétaire et trésorier Selon la loi, le comité d entreprise est présidé de droit par le chef d entreprise ou son représentant. Lors

Plus en détail

Ouverture des deuxièmes Assises de la Prévention des Risques Professionnels dans les Collectivités Territoriales. Parc des Expositions de la Nordev

Ouverture des deuxièmes Assises de la Prévention des Risques Professionnels dans les Collectivités Territoriales. Parc des Expositions de la Nordev Ouverture des deuxièmes Assises de la Prévention des Risques Professionnels dans les Collectivités Territoriales Parc des Expositions de la Nordev Saint Denis Mercredi 13 novembre 2013 Monsieur le Président

Plus en détail

REGLEMENT DU PORTAGE DE REPAS A DOMICILE EN LIAISON FROIDE. Les publics concernés par ce service mis en place sont les suivants :

REGLEMENT DU PORTAGE DE REPAS A DOMICILE EN LIAISON FROIDE. Les publics concernés par ce service mis en place sont les suivants : REGLEMENT DU PORTAGE DE REPAS A DOMICILE EN LIAISON FROIDE Le portage de repas à domicile en liaison froide a pour objet de permettre au public désigné ciaprès, de bénéficier d une prestation sociale lui

Plus en détail

COMMUNE DE CHEFFES PROCES VERBAL DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL Du 4 Juillet 2012

COMMUNE DE CHEFFES PROCES VERBAL DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL Du 4 Juillet 2012 COMMUNE DE PROCES VERBAL DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL Du 4 Juillet 2012 Sont présents : Est absent et excusé : Pouvoir : ANCELLE Christian, BLONDET Jacques, LE BERRE Jean, LE SOLLIEC Stéphane, CHOISY

Plus en détail

CHARTE DES VOYAGES SCOLAIRES ET SORTIES PEDAGOGIQUES DU COLLEGE LOUIS PASTEUR FAULQUEMONT

CHARTE DES VOYAGES SCOLAIRES ET SORTIES PEDAGOGIQUES DU COLLEGE LOUIS PASTEUR FAULQUEMONT Ordre du jour n 9 CHARTE DES VOYAGES SCOLAIRES ET SORTIES PEDAGOGIQUES DU COLLEGE LOUIS PASTEUR FAULQUEMONT Cette charte est applicable à toutes les sorties et à tous les voyages scolaires facultatifs

Plus en détail

2. L utilisation du budget de fonctionnement par le comité d entreprise

2. L utilisation du budget de fonctionnement par le comité d entreprise 2. L utilisation du budget de fonctionnement par le comité d entreprise La loi a expressément prévu l utilisation de la subvention pour couvrir certaines dépenses. Le budget de fonctionnement doit permettre

Plus en détail

Circulaire du 5 janvier 2012 Relative au Règlement intérieur type des comités techniques NOR : MFPF1200536C

Circulaire du 5 janvier 2012 Relative au Règlement intérieur type des comités techniques NOR : MFPF1200536C RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la fonction publique Circulaire du 5 janvier 2012 Relative au Règlement intérieur type des comités techniques NOR : MFPF1200536C Le ministre de la fonction publique à

Plus en détail

Titre III : Médecine de prévention.

Titre III : Médecine de prévention. Titre III : Médecine de prévention. Article 10 Modifié par Décret n 2011-774 du 28 juin 2011 - art. 19 Un service de médecine de prévention, dont les modalités d organisation sont fixées à l article 11,

Plus en détail

Comprendre... Les Effacements

Comprendre... Les Effacements Comprendre... Les Effacements Un effacement est une diminution temporaire de Qu est-ce la consommation d électricité par rapport à une consommation initialement prévue. Cette diminution que c est? est

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR De l Orchestre Universitaire de Lille

REGLEMENT INTERIEUR De l Orchestre Universitaire de Lille REGLEMENT INTERIEUR De l Orchestre Universitaire de Lille Conformément à l article 14 de ses statuts, le «Orchestre Universitaire de Lille» arrête son Règlement Intérieur d association. ARTICLE 14 - Règlement

Plus en détail

Comptabilité par internet isobec

Comptabilité par internet isobec Comptabilité par internet isobec Sobec a investi dans la réalisation d un logiciel de saisie et de mise à disposition de données comptables. Grâce aux codes qui vous sont fournis, vous avez accès à votre

Plus en détail

Les avantages de travailler avec des collaborateurs freelance

Les avantages de travailler avec des collaborateurs freelance Liberté, flexibilité, rapport qualité-prix Les avantages de travailler avec des collaborateurs freelance CONTENU 2 Introduction 2 La plus-value d un collaborateur free-lance 5 Conclusion Introduction En

Plus en détail

CQP-ih Chef de cuisine en collectivité I - IDENTIFICATION DU DEMANDEUR. Nom :... Prénom :. Adresse :... Code Postal :.. Ville :...

CQP-ih Chef de cuisine en collectivité I - IDENTIFICATION DU DEMANDEUR. Nom :... Prénom :. Adresse :... Code Postal :.. Ville :... CQP-ih Chef de cuisine en collectivité I - IDENTIFICATION DU DEMANDEUR DOSSIER D EVALUATION pour la professionnalisation des salariés (hors contrat de professionnalisation) Nom :... Prénom : Adresse :......

Plus en détail

TELE TRAVAIL. . L employeur propose aux organisations syndicales les dispositions suivantes : -Le champ d application

TELE TRAVAIL. . L employeur propose aux organisations syndicales les dispositions suivantes : -Le champ d application COMMISSIONS PARITAIRES DES 14 et 28 janvier 2014 TELE TRAVAIL Constatant un développement anarchique de l application du télé travail dans le réseau Sécurité Sociale, la CFTC a été à l initiative de la

Plus en détail

I - Convocation et transmission de l ordre du jour et des documents

I - Convocation et transmission de l ordre du jour et des documents Règlement intérieur du comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail d établissement public du Centre d études et d expertise sur les risques, l environnement, la mobilité et l aménagement

Plus en détail

Sa mission est de défendre les intérêts de la copropriété en respectant la loi et les règlements dans les domaines de gestion principaux suivants :

Sa mission est de défendre les intérêts de la copropriété en respectant la loi et les règlements dans les domaines de gestion principaux suivants : Projet de cahier de charges pour la mission de Syndic Le Syndic est le mandataire du syndicat des copropriétaires c'est-à-dire qu il est la personne qui représente le syndicat et agit en son nom. Il assure

Plus en détail

La carte d achat, c est quoi ça?

La carte d achat, c est quoi ça? La, c est quoi ça? C est un outil mis à disposition des structures publiques et privées qui modifie et simplifie l acte d approvisionnement : C est une carte bancaire nominative et sécurisée qui permet

Plus en détail

MARCHÉ PUBLIC DE SERVICES DE RESTAURATION SCOLAIRE

MARCHÉ PUBLIC DE SERVICES DE RESTAURATION SCOLAIRE DEPARTEMENT D INDRE ET LOIRE Mairie De Saint-Roch MARCHÉ PUBLIC DE SERVICES DE RESTAURATION SCOLAIRE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES CCTP Article 1 Objet du marché La prestation, objet du marché,

Plus en détail

Veuillez trouver ci-dessous les principales étapes à suivre ainsi que quelques conseils pratiques pour vous aider à soumettre la demande en ligne.

Veuillez trouver ci-dessous les principales étapes à suivre ainsi que quelques conseils pratiques pour vous aider à soumettre la demande en ligne. Bienvenus dans le Système de demande de subvention en ligne du Fonds de contributions volontaires des Nations Unies, disponible chaque année entre le 1 er janvier et le 1 er avril pour recevoir les demandes

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Arrêté du 24 avril 2015 relatif au règlement intérieur de la commission administrative paritaire compétente à l égard du corps d encadrement et d application du personnel de surveillance de l administration

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION IMMOBILIER

LETTRE D INFORMATION IMMOBILIER LETTRE D INFORMATION IMMOBILIER ANNEE 2014 SEPTEMBRE N 752 LOI ALUR TROISIEME PARTIE : COPROPRIETE Jean-Jacques Salmon Philippe Salmon Christine Baugé David Alexandre Droit immobilier Droit de la construction

Plus en détail

CONGES MALADIE ET ACCIDENTS DE SERVICE ET FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE

CONGES MALADIE ET ACCIDENTS DE SERVICE ET FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE CONGES MALADIE ET ACCIDENTS DE SERVICE ET FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE PROTECTION SOCIALE DES AGENTS TERRITORIAUX En cas de congé pour maladie l agent voit son maintien de rémunération assuré par sa

Plus en détail

SYNDICAT INTERCOMMUNAL D ASSAINISSEMENT ET DES EAUX à VILLERS SOUS SAINT LEU. RÉUNION COMITE SYNDICAL Du 7 Novembre 2014

SYNDICAT INTERCOMMUNAL D ASSAINISSEMENT ET DES EAUX à VILLERS SOUS SAINT LEU. RÉUNION COMITE SYNDICAL Du 7 Novembre 2014 RÉUNION COMITE SYNDICAL Du 7 Novembre 2014 Etaient présents : MM. BREMOND FERARY GADRAS KOPACZ QUINAUD WACHEUX HARDIVILLEZ TRAVERSE Un secrétaire de séance est élu : Monsieur KOPACZ Le Président constate

Plus en détail

PROJET DE BUDGET 2013

PROJET DE BUDGET 2013 PROJET DE BUDGET 2013 Réforme du cadre budgétaire et comptable Livret à l attention des membres du conseil d administration Ce livret a pour objectif de vous présenter la réforme du cadre budgétaire et

Plus en détail

LE CONGE POUR FORMATION ÉCONOMIQUE, SOCIALE ET SYNDICALE

LE CONGE POUR FORMATION ÉCONOMIQUE, SOCIALE ET SYNDICALE LE CONGE POUR FORMATION ÉCONOMIQUE, SOCIALE ET SYNDICALE SECTEUR PRIVE Le congé de formation économique, sociale et syndicale (Article L.451-1 du code du travail) jours : chaque salarié peut bénéficier

Plus en détail

ÉVÉNEMENTS DE GRANDE ENVERGURE

ÉVÉNEMENTS DE GRANDE ENVERGURE ÉVÉNEMENTS DE GRANDE ENVERGURE ÉVÉNEMENTS DE GRANDE ENVERGURE Conseils et liste de contrôle Conseils et liste de contrôle 1. Pour commencer: Avez-vous réfléchi à un budget précis pour votre mariage? Avez-vous

Plus en détail

MME LE MAIRE : Madame OUFKIR. MME OUFKIR :

MME LE MAIRE : Madame OUFKIR. MME OUFKIR : Préambule du rapport n 12 Madame OUFKIR. MME OUFKIR : Ce rapport vous propose d autoriser la signature d une convention de groupement de commandes entre CHAMBERY METROPOLE et la Ville de CHAMBERY afin

Plus en détail

Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public

Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public Le Conseil de la concurrence (commission

Plus en détail

CONVENTION DE MISE À DISPOSITION DE PERSONNEL PAR LE CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DU NORD SUR LA BASE DE L ARTICLE 25 ALINÉA

CONVENTION DE MISE À DISPOSITION DE PERSONNEL PAR LE CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DU NORD SUR LA BASE DE L ARTICLE 25 ALINÉA CONVENTION DE MISE À DISPOSITION DE PERSONNEL PAR LE CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DU NORD SUR LA BASE DE L ARTICLE 25 ALINÉA 2 ENTRE, - Le Centre de gestion de la Fonction Publique

Plus en détail

LOI n 2014-288 du 5 mars 2014 «relative à la formation professionnelle, à l emploi et à la démocratie sociale» : les impacts (2)

LOI n 2014-288 du 5 mars 2014 «relative à la formation professionnelle, à l emploi et à la démocratie sociale» : les impacts (2) LOI n 2014-288 du 5 mars 2014 «relative à la formation professionnelle, à l emploi et à la démocratie sociale» : les impacts (2) Le Parlement a adopté, le jeudi 27 février, une loi dont l article 30 procède

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION & DE LA FORMATION DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES & DE LA FORMATION CONTINUE Direction des Programmes & des Manuels Scolaires PROGRAMMES DE GESTION 3 ème

Plus en détail

LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES

LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES conférence de presse lundi 23 avril 2007 I. La revalorisation de l enseignement

Plus en détail

Guide d adhésion. Choisissez les protections qui vous conviennent le mieux! assurance collective

Guide d adhésion. Choisissez les protections qui vous conviennent le mieux! assurance collective Guide d adhésion Choisissez les protections qui vous conviennent le mieux! assurance collective 2 sommaire Vue d ensemble du régime 3 Les 5 décisions importantes 3 Modifier ses choix 4 Choix de protection

Plus en détail

CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE

CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE REGLEMENT DES AIDES FACULTATIVES DU CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE DE VILLETANEUSE juin 2008 SOMMAIRE CHAPITRE I OBJET ET TYPE D AIDES...3 ARTICLE 1. OBJET...3 ARTICLE

Plus en détail

CCBMAD - FICHE PRATIQUE N 1

CCBMAD - FICHE PRATIQUE N 1 CCBMAD - FICHE PRATIQUE N 1 COMPLEMENTAIRE SANTE (MUTUELLE) Le Texte : Avenant n 2/2011 du 12 juillet 2011 agréé le 18 novembre 2011 par arrêté paru au JO le 29 novembre 2011 - étendu le par arrêté paru

Plus en détail

Règlement intérieur de l association humanitaire Pelle M L Adopté par l assemblée générale du 04/04/2013

Règlement intérieur de l association humanitaire Pelle M L Adopté par l assemblée générale du 04/04/2013 Règlement intérieur de l association humanitaire Pelle M L Adopté par l assemblée générale du 04/04/2013 Article 1 : Présence de nouveaux membres Toute personne peut prétendre à rentrer dans l association,

Plus en détail

Restaurant Scolaire d Ampuis REGLEMENT

Restaurant Scolaire d Ampuis REGLEMENT Restaurant Scolaire d Ampuis REGLEMENT Préambule : La commune d Ampuis organise un service de restauration destiné à accueillir les enfants de maternelle (service à table) et de primaire (sous forme de

Plus en détail

Point 1 : Conditions de déplacement :

Point 1 : Conditions de déplacement : Réunion Délégués du Personnel du 3 octobre 2013 Remarque : Un cahier de réclamations a été déposé : points 1 à 10. Les points 11 à 14 ont été posés en séance. La séance est ouverte à 10h05 sous la Présidence

Plus en détail

(articles L. 1612-2 et L. 2412-1 du code général des collectivités territoriales) VU le code général des collectivités territoriales ;

(articles L. 1612-2 et L. 2412-1 du code général des collectivités territoriales) VU le code général des collectivités territoriales ; CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE BOURGOGNE SEANCE du 8 juillet 2008 AVIS n 08.CB.08 COMMUNE d ARGILLY Budget principal, budget annexe de la section d ANTILLY (Département de la Côte-d'Or) BUDGET PRIMITIF

Plus en détail

Lettre d information aux parents

Lettre d information aux parents Lettre d information aux parents EDITO Chers parents, La Ville a renouvelé sa confiance à la société Elior. Afin de vous tenir informés des actualités de la restauration de vos enfants, nous vous proposons

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE SERVICE

MARCHE PUBLIC DE SERVICE MARCHE PUBLIC DE SERVICE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) POUVOIR ADJUDICATEUR DEPARTEMENT DE LA CHARENTE OBJET DE LA CONSULTATION RÉALISATION D UNE MISSION DE DIAGNOSTIC SUR L ACCESSIBILITÉ

Plus en détail

89 CONSEIL DE LA COMMUNAUTE

89 CONSEIL DE LA COMMUNAUTE 89 CONSEIL DE LA COMMUNAUTE Séance du 27 juin 2013 Personnel - Délégation de service public pour l'exploitation du restaurant administratif de la Chauvinière - Désignation de l'exploitant Direction Ressources

Plus en détail

DÉCODEZ LA JOURNÉE DE SOLIDARITÉ. Edition 2016

DÉCODEZ LA JOURNÉE DE SOLIDARITÉ. Edition 2016 COMPRENDRE VOTRE OBLIGATION DE MISE EN PLACE DE LA GARANTIE FRAIS DE SANTE DANS 3 4 VOTRE ENTREPRISE 2 5 1. vous informe sur DÉCODEZ LA JOURNÉE DE SOLIDARITÉ Edition 2016 Votre salarié a l obligation de

Plus en détail

Comment passer un contrat avec les agents de commercialisation du gaz naturel et les détaillants d électricité

Comment passer un contrat avec les agents de commercialisation du gaz naturel et les détaillants d électricité Ontario Energy Commission de l énergie Board de l Ontario P.O. Box 2319 C.P. 2319 2300 Yonge Street 2300, rue Yonge 26th. Floor 26 e étage Toronto ON M4P 1E4 Toronto ON M4P 1E4 Telephone: (416) 481-1967

Plus en détail

Règles relatives à l organisation interne et au fonctionnement du Conseil Syndical

Règles relatives à l organisation interne et au fonctionnement du Conseil Syndical Page 1 Règles relatives à l organisation interne et au fonctionnement du Conseil Syndical Le Conseil Syndical existe de plein droit dans toutes les copropriétés en vertu de la loi. --> Il est chargé d

Plus en détail

Commune de Bussigny-près-Lausanne

Commune de Bussigny-près-Lausanne Commune de Bussigny-près-Lausanne Municipalité AU CONSEIL COMMUNAL 1030 BUSSIGNY-PRES-LAUSANNE Bussigny-près-Lausanne, le 02 avril 2012 Préavis municipal N 07/2012 relatif à la demande de crédits d étude

Plus en détail

Règlement intérieur du comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail Centre de Gestion de la Fonction Publique de la Nièvre

Règlement intérieur du comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail Centre de Gestion de la Fonction Publique de la Nièvre Règlement intérieur du comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail Centre de Gestion de la Fonction Publique de la Nièvre Règlement adopté lors de la réunion du CHSCT du 16 février 2015,

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR SIVURS

REGLEMENT INTERIEUR SIVURS REGLEMENT INTERIEUR SIVURS ARTICLE 1 : BENEFICIAIRES 1 - Les repas fabriqués par les Cuisines Centrales du syndicat sont en priorité réservés à la restauration scolaire ; mais peuvent bénéficier aux centres

Plus en détail

«Mutuelle des Mornantais»

«Mutuelle des Mornantais» Dossier «Mutuelle des Mornantais» La première mutuelle communale vraiment solidaire - Extraits de la Vie à Mornant - - décembre 2014 - Dossier «Mutuelle des Mornantais» La première mutuelle communale vraiment

Plus en détail

RÉGIME INDEMNITAIRE DE LA VILLE DE DIGNE-LES-BAINS

RÉGIME INDEMNITAIRE DE LA VILLE DE DIGNE-LES-BAINS DOC. N 2 RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU RÉGIME INDEMNITAIRE DE LA VILLE DE DIGNE-LES-BAINS En vertu de la délibération n 11 du conseil municipal du 6 février 2014 1 SOMMAIRE Article 1 : objet 3_ Article 2 : bénéficiaires

Plus en détail

MAIRIE de B E I G N O N

MAIRIE de B E I G N O N Beignon, le 25 mai 2012 MAIRIE de B E I G N O N Chers Parents, L année scolaire 2011 / 2012 se termine et il nous faut préparer la rentrée scolaire 2012/ 2013. A ce titre, nous vous rappelons quelques

Plus en détail

MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES ET LIVRAISONS DE REPAS POUR LA RESTAURATION SCOLAIRE EN LIAISON FROIDE CAHIER DES CLAUSES TECNIQUES PARTICULIERES CCTP

MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES ET LIVRAISONS DE REPAS POUR LA RESTAURATION SCOLAIRE EN LIAISON FROIDE CAHIER DES CLAUSES TECNIQUES PARTICULIERES CCTP MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES ET LIVRAISONS DE REPAS POUR LA RESTAURATION SCOLAIRE EN LIAISON FROIDE MAIRIE GARIDECH PLACE CHARLES LATIEULE BP 32 31380 GARIDECH MARCHES DE FOURNITURES ET LIVRAISONS DE

Plus en détail

COMMUNE DE FEUCHEROLLES

COMMUNE DE FEUCHEROLLES COMMUNE DE FEUCHEROLLES PORTANT REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT - RESTAURATION SCOLAIRE ETUDE DIRIGEE - TEMPS D ACTIVITES PERISCOLAIRES - RENSEIGNEMENTS : Mairie de Feucherollles 39 Grande rue 78810 FEUCHEROLLES

Plus en détail

Le chapitre 12 : Le Sport Professionnel

Le chapitre 12 : Le Sport Professionnel Le chapitre 12 : Le Sport Professionnel Préambule La Convention Collective Nationale du Sport applicable depuis le 25 novembre 2006 comprend un chapitre 12 relatif au sport professionnel. Bien que sur

Plus en détail

SOLUTION INTÉGRÉE TARIFS DM, D3 ET D1

SOLUTION INTÉGRÉE TARIFS DM, D3 ET D1 RÉPONSE DE GAZ MÉTRO À UNE DEMANDE DE RENSEIGNEMENTS Origine : Demande de renseignements n o 1 en date du 14 juin 2010 Demandeur : Fédération canadienne de l entreprise indépendante SOLUTION INTÉGRÉE TARIFS

Plus en détail

DELIBERATION N 2012-07 DU 16 JANVIER 2012 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION SUR LA DEMANDE PRESENTEE PAR

DELIBERATION N 2012-07 DU 16 JANVIER 2012 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION SUR LA DEMANDE PRESENTEE PAR DELIBERATION N 2012-07 DU 16 JANVIER 2012 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION SUR LA DEMANDE PRESENTEE PAR LA HALLE DU MIDI RELATIVE A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT

Plus en détail

Note relative au reclassement pour inaptitude physique à l attention des membres de la CAP

Note relative au reclassement pour inaptitude physique à l attention des membres de la CAP Note relative au reclassement pour inaptitude physique à l attention des membres de la CAP REFERENCES : - Loi n 84-53 du 26 janvier 1984 modifiée portant dispositions statutaires relatives à la fonction

Plus en détail

LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES

LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES VOTRE SANTÉ NOUS TIENT À COEUR La Commission scolaire de la Capitale tient à assurer, à l ensemble de son personnel, un environnement de travail qui respecte la santé,

Plus en détail

Parole d électricien. La vidéosurveillance Ura, c est la sécurité pour tous. Et un nouveau marché. Cédric Donneaud Installateur Électricien à Bordeaux

Parole d électricien. La vidéosurveillance Ura, c est la sécurité pour tous. Et un nouveau marché. Cédric Donneaud Installateur Électricien à Bordeaux Parole d électricien La vidéosurveillance Ura, c est la sécurité pour tous. Et un nouveau marché pour moi. Cédric Donneaud Installateur Électricien à Bordeaux La sécurité? J ai commencé par l éclairage

Plus en détail

CEPL CHALON 16 Décembre 2010 COMPTE RENDU DU COMITE D ENTREPRISE

CEPL CHALON 16 Décembre 2010 COMPTE RENDU DU COMITE D ENTREPRISE CEPL CHALON 16 Décembre 2010 COMPTE RENDU DU COMITE D ENTREPRISE Du 16 décembre 2010 à 15 H 30 PRESENTS : MEMBRES ELUS PRESENTS : Messieurs : MELE Olivier, BOURGEON Philippe, THOMAS Gilles, VINCENT Jérôme,

Plus en détail

T a r. i f s. N o u v e a u x. i c i p a u x

T a r. i f s. N o u v e a u x. i c i p a u x N o u v e a u x T a r i f s M u n i c i p a u x E D I T O municipaux liés à l enfance et à la jeunesse. Le Conseil municipal a décidé d harmoniser les tarifs des services Le nouveau dispositif, applicable

Plus en détail

L individualisation des charges locatives en logement social Une expérimentation un développement.

L individualisation des charges locatives en logement social Une expérimentation un développement. L individualisation des charges locatives en logement social Une expérimentation un développement. 1 Présentation de la société. La SEM Habitat du Pays Châtelleraudais. Bailleur social -1747 logements

Plus en détail

PROCES VERBAL DE LA SEANCE DU BUREAU DE LA COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DU 07 DECEMBRE 2006

PROCES VERBAL DE LA SEANCE DU BUREAU DE LA COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DU 07 DECEMBRE 2006 PROCES VERBAL DE LA SEANCE DU BUREAU DE LA COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DU 07 DECEMBRE 2006 Le Bureau de la Communauté d Agglomération du Haut Val-de-Marne, légalement convoqué le 1 er décembre 2006 s est

Plus en détail

II.3. Apprentissage Action : Aides individuelles aux apprentis

II.3. Apprentissage Action : Aides individuelles aux apprentis II.3. Apprentissage Action : Aides individuelles aux apprentis OBJECTIFS Aider les apprentis et les jeunes assimilés aux apprentis suivant une formation dans les Centres de Formation d Apprentis (CFA)

Plus en détail

Express Import system

Express Import system Express Import system Guide pour les destinataires TNT Express Import System Avec le système d importation express de TNT, vous pouvez faire une demande d enlèvement de documents, colis ou palettes dans

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION

NOTE DE PRESENTATION MINISTERE DE LA FONCTION PUBLIQUE DU TRAVAIL ET DES LOIS SOCIALES -------------- REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana-Fahafahana-Fandrosoana ------------- NOTE DE PRESENTATION Objet : PROJET DE DECRET

Plus en détail

LE REGLEMENT DE LA SITUATION ADMINISTRATIVE EN FIN DE CONGE POUR LES FONCTIONNAIRES RELEVANT DE LA CNRACL

LE REGLEMENT DE LA SITUATION ADMINISTRATIVE EN FIN DE CONGE POUR LES FONCTIONNAIRES RELEVANT DE LA CNRACL CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DES PYRENEES-ATLANTIQUES Maison des Communes - B.P. 609 64006 PAU CEDEX Tél : 05 59 84 40 40 Télécopie : 05 59 84 11 98 Internet : www.cdg-64.fr GA/2/11

Plus en détail

SÉANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 18 OCTOBRE 2012 EXPOSE DES MOTIFS

SÉANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 18 OCTOBRE 2012 EXPOSE DES MOTIFS SÉANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 18 OCTOBRE 2012 POINT PERSONNEL Participation de l employeur à la mutuelle des agents Rappel du contexte : EXPOSE DES MOTIFS En juin 2009, le Maire a annoncé la volonté de

Plus en détail

FICHE N 6. La variation du prix dans les marchés publics de travaux : ce qu il faut savoir

FICHE N 6. La variation du prix dans les marchés publics de travaux : ce qu il faut savoir FICHE N 6 La variation du prix dans les marchés publics de travaux : ce qu il faut savoir I - OBJECTIF L objectif de cette fiche est de faire prendre conscience de l importance des conditions de variation

Plus en détail

Le crédit à la consommation

Le crédit à la consommation 013 Le crédit à la consommation L e s M i n i - G u i d e s B a n c a i r e s Nouvelle édition Septembre 2011 Sommaire Qu est-ce qu un crédit à la consommation? 2 Quels sont les différents types de crédit

Plus en détail

COMMUNE DE LE COUDRAY 32, rue du GORD 28630 LE COUDRAY. Tél: 02.37.28.17.14 Télécopie : 02.37.30.17.60 MAINTENANCE MATERIELS INFORMATIQUES ET RESEAU

COMMUNE DE LE COUDRAY 32, rue du GORD 28630 LE COUDRAY. Tél: 02.37.28.17.14 Télécopie : 02.37.30.17.60 MAINTENANCE MATERIELS INFORMATIQUES ET RESEAU COMMUNE DE LE COUDRAY 32, rue du GORD 28630 LE COUDRAY Tél: 02.37.28.17.14 Télécopie : 02.37.30.17.60 MAINTENANCE MATERIELS INFORMATIQUES ET RESEAU Cahier des Charges CAHIER DES CHARGES SOMMAIRE ARTICLE

Plus en détail

Monsieur le Directeur du Centre d Etudes Commissariat à l Energie Atomique et aux énergies alternatives BP 6 92263 FONTENAY-AUX-ROSES

Monsieur le Directeur du Centre d Etudes Commissariat à l Energie Atomique et aux énergies alternatives BP 6 92263 FONTENAY-AUX-ROSES RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION D'ORLÉANS CODEP-OLS-2014-033015 Orléans, le 16 juillet 2014 Monsieur le Directeur du Centre d Etudes Commissariat à l Energie Atomique et aux énergies alternatives BP 6 92263

Plus en détail

SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE MON COUPLE. MA Protection Sociale ESSENTIELLE ET DURABLE! APICILPARTICULIERS EXCLUSIVITÉ APICIL

SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE MON COUPLE. MA Protection Sociale ESSENTIELLE ET DURABLE! APICILPARTICULIERS EXCLUSIVITÉ APICIL SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE MON COUPLE MA Protection Sociale ESSENTIELLE ET DURABLE! EXCLUSIVITÉ APICIL APICILPARTICULIERS MA PROTECTION SOCIALE Pour MON couple, une BONNE couverture sociale, c est Me garantir

Plus en détail

2004 2009 2013 ETP exploitation 2.2 3.2 3 ETP resp. système info. 1 1 1 Nombre de PCs 160 260 395

2004 2009 2013 ETP exploitation 2.2 3.2 3 ETP resp. système info. 1 1 1 Nombre de PCs 160 260 395 Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Conseillers, Le Service informatique et population est chargé de la gestion informatique de l administration communale. Il est actuellement organisé comme

Plus en détail

SEANCE du 15 novembre 2003

SEANCE du 15 novembre 2003 SEANCE du 15 novembre 2003 L an deux mille trois et le quinze novembre à onze heures, le Conseil Municipal de la Commune, régulièrement convoqué, s est réuni au lieu habituel des séances, sous la présidence

Plus en détail

C O N V E N T I O N ENTRE LES SOUSSIGNES :

C O N V E N T I O N ENTRE LES SOUSSIGNES : C O N V E N T I O N ENTRE LES SOUSSIGNES : La Ville de Nantes, représentée par Madame Fabienne PADOVANI, Adjointe au Maire, agissant en cette qualité en vertu d une délibération du Conseil Municipal en

Plus en détail

VOYAGES ET SORTIES SCOLAIRES

VOYAGES ET SORTIES SCOLAIRES VOYAGES ET SORTIES SCOLAIRES Cité Scientifique, Technologique et Professionnelle Guide administraf et financier Lycée Paul Vincensini et Lycée Fred Scamaroni Quelques rappels utiles... Un voyage scolaire

Plus en détail

CONVENTION D ADHESION AU SERVICE DE MEDECINE PREVENTIVE DU CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DU CHER ANNEE.

CONVENTION D ADHESION AU SERVICE DE MEDECINE PREVENTIVE DU CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DU CHER ANNEE. CONVENTION D ADHESION AU SERVICE DE MEDECINE PREVENTIVE DU CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DU CHER ANNEE. Entre : - Monsieur Claude LELOUP, Président du Centre de Gestion du CHER

Plus en détail

ACTE CONSTITUTIF POUR LA CREATION D UN GROUPEMENT DE COMMANDE FOURNITURE DE GAZ NATUREL

ACTE CONSTITUTIF POUR LA CREATION D UN GROUPEMENT DE COMMANDE FOURNITURE DE GAZ NATUREL ACTE CONSTITUTIF POUR LA CREATION D UN GROUPEMENT DE COMMANDE FOURNITURE DE GAZ NATUREL PREAMBULE Depuis le 1er juillet 2004, le marché du gaz naturel est ouvert à la concurrence. Cette ouverture, d abord

Plus en détail

Vos obligations d employeur FICHE CONSEIL. Nom du Document : L EXERCICE DES FONCTIONS DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL : VOS

Vos obligations d employeur FICHE CONSEIL. Nom du Document : L EXERCICE DES FONCTIONS DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL : VOS L EXERCICE DES FONCTIONS DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL : Vos obligations d employeur FICHE CONSEIL Les salariés de votre entreprise ont élu leur(s) délégué(s) du personnel. Vous avez pu constater que la loi

Plus en détail

PRÉPARATION ET LIVRAISON DE REPAS EN LIAISON FROIDE POUR LE RESTAURANT SCOLAIRE

PRÉPARATION ET LIVRAISON DE REPAS EN LIAISON FROIDE POUR LE RESTAURANT SCOLAIRE COMMUNE DE BRETTEVILLE SUR ODON PROCÉDURE ADAPTÉE PRÉPARATION ET LIVRAISON DE REPAS EN LIAISON FROIDE POUR LE RESTAURANT SCOLAIRE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES C.C.T.P X:\CANTINE\CONSULTATION

Plus en détail

DETAIL DES PRINCIPES RELATIFS AU TRAITEMENT DES DONNEES PERSONNELLES

DETAIL DES PRINCIPES RELATIFS AU TRAITEMENT DES DONNEES PERSONNELLES DETAIL DES PRINCIPES RELATIFS AU TRAITEMENT DES DONNEES PERSONNELLES 1. TRAITEMENT IMPARTIAL ET LEGAL IPSOS s engage à traiter les données personnelles de façon impartiale et légale. Pour se conformer

Plus en détail

8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace

8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace Aller plus loin 8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace 8) Certification ISO 14 001 8 La norme ISO 14001 et la certification Cette norme internationale vise à établir dans l organisme

Plus en détail

VILLE DE LESTREM PRIME A LA CREATION OU A LA REPRISE D ACTIVITES COMMERCIALES, ARTISANALES OU DE SERVICES DOSSIER DE CANDIDATURE

VILLE DE LESTREM PRIME A LA CREATION OU A LA REPRISE D ACTIVITES COMMERCIALES, ARTISANALES OU DE SERVICES DOSSIER DE CANDIDATURE PRIME A LA CREATION OU A LA REPRISE D ACTIVITES COMMERCIALES, ARTISANALES OU DE SERVICES VILLE DE LESTREM DOSSIER DE CANDIDATURE - Date de remise du dossier par la Ville :. - Date d accusé réception du

Plus en détail

Bonus n 2 : Les emails types à envoyer aux annonceurs

Bonus n 2 : Les emails types à envoyer aux annonceurs Bonus n 2 : Les emails types à envoyer aux annonceurs Ces emails ont été rédigé par mes soins, et sont utilisés depuis plus de 2 ans. Bien entendu, vous devez les adapter à votre cas personnels, notamment

Plus en détail

Loi du 5 mars 2014 sur la formation professionnelle

Loi du 5 mars 2014 sur la formation professionnelle Loi du 5 mars 2014 sur la formation professionnelle Analyse des Incidences liées à la mise en œuvre de la réforme de la formation professionnelle pour les ACI et propositions d actions Avril 2015 La loi

Plus en détail

Adico, 2 rue Jean Monnet, BP 20683, 60006 Beauvais cedex Tél : 03 44 08 40 40 / Fax : 03 44 08 40 49 / contact@adico.fr

Adico, 2 rue Jean Monnet, BP 20683, 60006 Beauvais cedex Tél : 03 44 08 40 40 / Fax : 03 44 08 40 49 / contact@adico.fr adicloud Votre bureau dans le Nuage >> L Adico vous présente AdiCloud, la solution qui vous permet d avoir la tête dans le Nuage, mais les pieds sur terre. >> AdiCloud est une plateforme de sauvegarde,

Plus en détail

Guide du télétravail au Conseil régional : Proposition

Guide du télétravail au Conseil régional : Proposition Guide du télétravail au Conseil régional : Proposition La Région Centre est engagée dans une démarche agenda 21 qui compte parmi ses grands objectifs stratégiques la mise en œuvre de politiques régionales

Plus en détail

pratiques Activités sociales et culturelles : comment sont-elles financées?

pratiques Activités sociales et culturelles : comment sont-elles financées? pratiques [comité d entreprise] Activités sociales et culturelles : comment sont-elles financées? Les activités sociales et culturelles du comité d entreprise sont principalement financées par une contribution

Plus en détail

Les attributions des délégués du personnel

Les attributions des délégués du personnel Les attributions des délégués du personnel Le délégué du personnel a pour rôle de faciliter les relations entre l employeur et l ensemble du personnel. Sa mission principale est de présenter à l employeur

Plus en détail

2013 DF 86 DU 305 Parc des Expositions de la Porte de Versailles (15è) Résiliation anticipée de la convention. Autorisation Signature.

2013 DF 86 DU 305 Parc des Expositions de la Porte de Versailles (15è) Résiliation anticipée de la convention. Autorisation Signature. Direction des Finances Direction de l Urbanisme 2013 DF 86 DU 305 Parc des Expositions de la Porte de Versailles (15è) Résiliation anticipée de la convention. Autorisation Signature. PROJET DE DÉLIBÉRATION

Plus en détail

DEVREZ VOUS RÉAPPRENDRE À TRAVAILLER AVEC VOTRE SUITE PRIMMO?

DEVREZ VOUS RÉAPPRENDRE À TRAVAILLER AVEC VOTRE SUITE PRIMMO? POURQUOI UNE VERSION SQL? Pour certains d entre vous, cette version est attendue depuis longtemps. Pour d autres, la version actuelle répond très bien à vos besoins. Alors pourquoi une version SQL? La

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Direction interrégionale des services pénitentiaires Organigramme type Circulaire de la DAP 2007-SD2 du 19 décembre 2007 relative à l optimisation de l organigramme du siège des directions interrégionales

Plus en détail

CREDIT AGRICOLE DE PROVENCE COTE D AZUR RESUME DE LA POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS

CREDIT AGRICOLE DE PROVENCE COTE D AZUR RESUME DE LA POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS CREDIT AGRICOLE DE PROVENCE COTE D AZUR RESUME DE LA POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS de la CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE PROVENCE COTE D'AZUR et du GROUPE «CREDIT AGRICOLE»

Plus en détail

14 Adopter une attitude professionnelle

14 Adopter une attitude professionnelle 14 Adopter une attitude professionnelle Pour mener à bien votre projet et instaurer des relations constructives le groupe doit adopter une attitude professionnelle et se montrer : 1. Mobilisé tous les

Plus en détail

Compétences à la carte, en fonction de l activité et de l organisation de l entreprise :

Compétences à la carte, en fonction de l activité et de l organisation de l entreprise : FICHE MÉTIER CHEF D ENTERPRISE Il définit et pilote l activité de l entreprise sur le plan technique, économique, commercial et financier. Il manage le personnel de l entreprise. En fonction de la taille

Plus en détail

SYNERGIE Société Anonyme au capital de 121.810.000 euros 11 Avenue du Colonel Bonnet 75016 PARIS 329 925 010 RCS PARIS

SYNERGIE Société Anonyme au capital de 121.810.000 euros 11 Avenue du Colonel Bonnet 75016 PARIS 329 925 010 RCS PARIS SYNERGIE Société Anonyme au capital de 121.810.000 euros 11 Avenue du Colonel Bonnet 75016 PARIS 329 925 010 RCS PARIS REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA SOCIETE SYNERGIE Approuvé par

Plus en détail

LES AMIS DE CIRCUL LIVRE Association régie par la loi du 1 er juillet 1901 Siège social : 16 rue Dagorno 75012 Paris STATUTS

LES AMIS DE CIRCUL LIVRE Association régie par la loi du 1 er juillet 1901 Siège social : 16 rue Dagorno 75012 Paris STATUTS LES AMIS DE CIRCUL LIVRE Association régie par la loi du 1 er juillet 1901 Siège social : 16 rue Dagorno 75012 Paris STATUTS Article 1 Constitution Il est constitué entre les adhérents aux présents statuts

Plus en détail