Détection des mycobactéries non tuberculeuses dans l eau*

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Détection des mycobactéries non tuberculeuses dans l eau*"

Transcription

1 Détection des mycobactéries non tuberculeuses dans l eau* Françoise LUCAS, Nicolas RADOMSKI, CEREVE, Université Paris 12, Ecole Nationale des Ponts et Chaussés Laurent MOULIN, Sophie HAENN, CRECEP Laetitia BETELLI, Emmanuelle CAMBAU, Centre National de référence des mycobactéries et de la résistance aux antituberculeux * Les résultats présentés sont en cours de publication

2 Epidémiologie des infections à mycobactéries non tuberculeuses Habitat des mycobactéries atypiques : saprophytes de l environnement commensales transitoires (peau, muqueuses, tube digestif) Pathogènes opportunistes : Mycobactérioses Infections respiratoires, adénopathies, cutanées, ostéoarticulaires ou généralisée Incidence estimée à 0,5 à 2/ ha selon les pays environ 500 cas /an / France avec l épidémie de SIDA, Immunodépressions thérapeutiques (anti-tnf, corticoïdes), gestes invasifs (chirurgie, mésothérapie,...) Problèmes de diagnostic, de traitement et de prévention

3 Transmission des mycobactéries atypiques Pas de transmission interhumaine Voie de contamination? EAU Aérosols Consommation Contact / plaie Inoculation directe douches, eaux chaudes, arrosage boisson, lavage des aliments aquarium, baignade, poissons et coquillages (M. marinum*) iatrogènes et nosocomiales *Enquête CNR , Aubry et al. 2002

4 Présence des mycobactéries dans les eaux naturelles => Diversité et variation saisonnière Rio Grande, USA (Bland et al. (2005) M. fortuitum M. intracellulare M. scrofulaeum M. simiae M. kansasii M. gordonae M. avium M. malmoense ou marinum Non identifié autres espèces rares

5 Présence des mycobactéries dans l eau traitée (réseaux) Se multiplient dans les réseaux d eau de distribution d autant plus qu il est riche en matières organiques (Falkinham et al. 2001) Présentes dans le système de traitement et de distribution de l eau (Paris, Le Dantec et al. 2002) Résistent aux traitements de l eau comme le chlore ou l ozone (Falkinham et al. 2001; Le Dantec et al. 2002), d autant plus que l eau est riche en substances organiques non solubles (Steed and Falkinham 2006) De 1 UFC/L à UFC /L selon les études

6 Projet du groupe AQUAMYC Objectif : avoir des outils de Recherche des mycobactéries dans l eau Avec mesure de la quantité Permettant l identification des espèces présentes Fiables et reproductibles Stratégie : développer en parallèle deux méthodes Méthode de culture quantitative (sensible, référence) Détection par biologie moléculaire (rapide, spécifique)

7 1 Litre d eau Optimiser et standardiser les méthodes de dénombrement de mycobactéries par culture Concentration => 5 à 10 ml Filtration Centrifugation Culture lente (3 jours à 3 mois) Décontamination Isolement sur milieu riche milieux avec antibiotiques Éliminer les microbes autres que les mycobactéries (bactéries et moisissures) présents dans l eau

8 Matériel et Méthodes Echantillons d eau artificiellement contaminés = 1 L eau stérile inoculée de 10 2 à10 8 Mycobacterium chelonae (croissance rapide) pour apprécier la sensibilité de la méthode Pseudomonas aeruginosa jouant le rôle de flore interférente pour apprécier les techniques de décontamination Eau prélevée à partir du réseau de distribution ou de la Seine

9 Effet de la Filtration La filtration fait perdre une très grande quantité de mycobactéries : => entre 0 et 5 % seulement de récupération Pourcentages moyens de récupération des mycobactéries 54% = 18,7 Les traitements de la membrane avec SDS ou le Tween permettent de récupérer une partie des mycobactéries 1,4% = 1,35 Filtre Micropore 0,45 µm

10 Effet du traitement du filtre (décrochage des mycobactéries) Nombre d'ufc.10 4.l Sonication (min) Effet du temps de sonication UFC.10 4.l Plastique Verre SDS 0.2% SDS 0.4% Tween 80 1% Traitement Comparaison entre les différents traitements Avant ou après filtration

11 Concentration par centrifugation Centrifugation (3000xg/15 min) 150 T2 : filtration et décrochage au SDS T3 : filtration et décrochage désoxycholate T4 : filtration et dépôt directe sur milieu de culture Récupération (%) Concentration par centrifugation moins sensible mais plus reproductible que par filtration 0 P<0,0001 T1 T2 T3 T4 Traitement 57% 86%

12 Effet de la décontamination Bon effet décontaminant vis-à-vis des bactéries autres que les mycobactéries => Perte supplémentaire de 50% à 99% des mycobactéries Méthode de Löwenstein : H2SO4 Méthode de Petroff : NaOH Méthode de Tacquet-Tison : SLS- NaOH Méthode de Kubica : NaOH-NALC Méthode au (COOH)2 Méthode au CPC Pourcentage de perte d'ufc occasionnée par les traitements à l'acide sulfurique et au Cétylpyridinium (CPC) Mêmes résultats avec NaOH-NAC

13 Culture sur milieu contenant des antibiotiques 48 h SA avec ATB Prélèvements P1, P2, P3 7 j Eau de la Seine : présence de flore de contamination àprès culture sur 7H11 + PANTA + V Réduction de 2 à 3 Log bactéries SA Avec ATB Prélèvements P1, P2, P3 reproductible 14 j SA Avec ATB Prélèvements P1, P2, P3

14 Conclusion mise au point d une méthode standardisée de détection et de dénombrement des mycobactéries dans l eau Culture peu sensible quand protocole non approprié et décontamination (perte de 90 à 99%) Culture sur antibiotiques => perte moindre tout en gardant de la spécificité Sensibilité : environ 100 ufc/l Premières mesures dans l eau de réseau et de Seine : < 100 ufc/l à 1 million ufc /L Long et fastidieux => Développement nécessaire de la méthode moléculaire

15 Épidémies d infections à mycobactéries à croissance rapide cutanées chez immunocompétent Sur 20 rapports de 800 cas environ 114 M. abscessus / post-op 100 M. fortuitum / manucurie-pedicurie 205 M. abscessus / post-injection 14 M. chelonae / mesotherapie 32 M. abscessus / acupuncture 49 divers / mésothérapie 34 M. chelonae / liposuccion 16 cas en 2007 / Paris-mésothérapie En cours / France carboxythérapie (Huang 2000, Winthrop 2002)

Il est bien établi que le réseau d eau hospitalier peut

Il est bien établi que le réseau d eau hospitalier peut Les micro-organismes de l eau impliqués dans les infections nosocomiales Depuis 2001 chez Pall, en charge de l information scientifique et réglementaire dans les domaines d applications couverts par la

Plus en détail

La qualité microbiologique de l eau dans les établissements de santé : pourquoi et comment la maîtriser?

La qualité microbiologique de l eau dans les établissements de santé : pourquoi et comment la maîtriser? La qualité microbiologique de l eau dans les établissements de santé : pourquoi et comment la maîtriser? Docteur Fabien SQUINAZI Directeur du Laboratoire d hygiène de la ville de Paris Le biofilm des réseaux

Plus en détail

Micro-organismes et voies de transmission. A. Lasheras et D. Monnin Forcomed 2008

Micro-organismes et voies de transmission. A. Lasheras et D. Monnin Forcomed 2008 Micro-organismes et voies de transmission A. Lasheras et D. Monnin Forcomed 2008 1 Microorganismes / microbes / agents infectieux? Ce sont : Des bactéries Des virus Des parasites Des champignons: filamenteux

Plus en détail

Comptage Hétérotrophe sur Plaque (CHP)

Comptage Hétérotrophe sur Plaque (CHP) Comptage Hétérotrophe sur Plaque (CHP) École Secondaire But: Déterminer si un échantillon d'eau est dans la norme des recommandations canadiennes pour l'eau potable en ce qui concerne la croissance bactérienne.

Plus en détail

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Direction générale de la santé Sous-direction «Prévention des risques liés à l environnement et à l alimentation» Bureau «Qualité des

Plus en détail

In andout Air Strategies. From Climate Change to Microclimate. Library, Archives and Museum Preservation Issues

In andout Air Strategies. From Climate Change to Microclimate. Library, Archives and Museum Preservation Issues In andout Air Strategies. From Climate Change to Microclimate. Library, Archives and Museum Preservation Issues 5-6 March 2009 Bibliothèque nationale de France Nicolas Laudinet Claim Support Manager, Ing.

Plus en détail

Nouveautés dans le diagnostic biologique de la tuberculose

Nouveautés dans le diagnostic biologique de la tuberculose Nouveautés dans le diagnostic biologique de la tuberculose Philippe Lanotte Service de Bactériologie-Virologie Pôle de Microbiologie-Infectiologie Hôpital Bretonneau CHRU de Tours Journées de Formation

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉPISTAGE DES BMR

POLITIQUE DE DÉPISTAGE DES BMR POLITIQUE DE DÉPISTAGE DES BMR CLIN avril 2012 CONTEXTE : ICALIN 2 Nouveaux items pour le calcul du score du bilan des activités de lutte contre les infections nosocomiales dans les établissements de santé

Plus en détail

Chap. 5 : LA MENACE MICROBIENNE

Chap. 5 : LA MENACE MICROBIENNE Chap. 5 : LA MENACE MICROBIENNE e Au XVII siècle, l invention du microscope a permis d observer des êtres vivants de toute petite taille: les micro-organismes (ou microbes). Comment les microbes déclenchent-ils

Plus en détail

INFECTIONS NOSOCOMIALES

INFECTIONS NOSOCOMIALES INFECTIONS NOSOCOMIALES I - Définitions La définition générale d une infection nososcomiale est la suivante : infection contractée au cours d un séjour dans un établissement de soins. Un délai de 48h au

Plus en détail

Les usages de l eau. Les modes de contamination. Les risques infectieux. Les eaux destinée à la consommation humaine. Critères de qualité des eaux

Les usages de l eau. Les modes de contamination. Les risques infectieux. Les eaux destinée à la consommation humaine. Critères de qualité des eaux Etablissements de santé : recommandations actuelles sur la qualité de l eau Docteur Fabien SQUINAZI Laboratoire d hygiène de la ville de Paris Les usages de l eau alimentation : boisson, préparation des

Plus en détail

Comment gérer le risque infectieux lié à l eau en établissement de santé?

Comment gérer le risque infectieux lié à l eau en établissement de santé? Comment gérer le risque infectieux lié à l eau en établissement de santé? AM Rogues Hygiène Hospitalière CHU de Bordeaux En moyenne 750 litres d eau par jour et par lit Soit la consommation de 5 habitants

Plus en détail

Eau du réseau. Différents d usages de l eau : Consommation Bains, douches Rinçage d équipement médical Lavage des mains du personnel

Eau du réseau. Différents d usages de l eau : Consommation Bains, douches Rinçage d équipement médical Lavage des mains du personnel Le 16 novembre 2007 (Société PALL SYSTEM ) Le réseau d eau, source d infections nosocomiales Eau du réseau Facteurs de dégradation de la qualité microbiologique Germes pathogènes détachés et entraînés

Plus en détail

Expositions microbiennes liées aux piscines Rapports d expertise collective de l Anses juin 2010 / janvier 2013

Expositions microbiennes liées aux piscines Rapports d expertise collective de l Anses juin 2010 / janvier 2013 Expositions microbiennes liées aux piscines Rapports d expertise collective de l Anses juin 2010 / janvier 2013 Françoise Enkiri Laboratoire d Hygiène de la Ville de Paris Académie Nationale de Pharmacie

Plus en détail

INFORMATION DE SECURITE Risques de mycobactérie en chirurgie Cardiaque Désinfection et nettoyage des Générateurs thermiques Sorin

INFORMATION DE SECURITE Risques de mycobactérie en chirurgie Cardiaque Désinfection et nettoyage des Générateurs thermiques Sorin SORIN GROUP INTERNATIONAL SA Avenue de Gratta-Paille2 CH- INFORMATION DE SECURITE Risques de mycobactérie en chirurgie Cardiaque Désinfection et nettoyage des Générateurs thermiques Sorin Dispositifs concernés:

Plus en détail

Risques liés à l eau : exemples nationaux

Risques liés à l eau : exemples nationaux Risques liés à l eau : exemples nationaux Dr Bruno Coignard Unité Infections associées aux soins et résistance aux antibiotiques Département Maladies Infectieuses, Institut de veille sanitaire, Saint-Maurice

Plus en détail

MALADIES AERODIFFUSEES

MALADIES AERODIFFUSEES MALADIES AERODIFFUSEES Les maladies aérodiffusées sont responsables d environ 25 à 50% de toute la pathologie qui demande une intervention chirurgicale. Une grande partie de celles-ci se caractérisent

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE ELEVES MANIPULATEURS RADIO/ANNEE 2012 (N 2) Épidémiologie(2) Épidémiologie (N 2)

EPIDEMIOLOGIE ELEVES MANIPULATEURS RADIO/ANNEE 2012 (N 2) Épidémiologie(2) Épidémiologie (N 2) ELEVES MANIPULATEURS RADIO/ANNEE 2012 (N 2) EPIDEMIOLOGIE Épidémiologie(2) DEFINITION Petit Robert : C est l étude des épidémies. C est l étude des rapports existant entre les maladies et divers facteurs

Plus en détail

LES CANDIDOSES et levuroses diverses. Marie Machouart Service de Parasitologie-mycologie CHU Brabois

LES CANDIDOSES et levuroses diverses. Marie Machouart Service de Parasitologie-mycologie CHU Brabois LES CANDIDOSES et levuroses diverses Marie Machouart Service de Parasitologie-mycologie CHU Brabois depuis 25 ans : modifications des pratiques médicales (immunodépressions induites, greffes d organes,

Plus en détail

DASES Réseau tuberculose 10 janvier 2006

DASES Réseau tuberculose 10 janvier 2006 DASES Réseau tuberculose 10 janvier 2006 Place des Nouveaux Tests de Dosage de L INTERFERON GAMMA dans le diagnostic de la Tuberculose Fadi ANTOUN, Cellule Tuberculose DASES Le Quotidien du Médecin 2005

Plus en détail

Les mesures de prévention du risque infectieux. Mesures de prévention du risque infectieux lié à l eau. Philippe BERTHELOT

Les mesures de prévention du risque infectieux. Mesures de prévention du risque infectieux lié à l eau. Philippe BERTHELOT Mesures de prévention du risque infectieux lié à l eau Philippe BERTHELOT Unité d Hygiène inter-hospitalière Service des Maladies Infectieuses et laboratoire de microbiologie, CHU de Saint-Etienne Professeur

Plus en détail

CHU Mongi Slim La Marsa ACTUALITES DIAGNOSTIQUES DE LA TUBERCULOSE

CHU Mongi Slim La Marsa ACTUALITES DIAGNOSTIQUES DE LA TUBERCULOSE CHU Mongi Slim La Marsa ACTUALITES DIAGNOSTIQUES DE LA TUBERCULOSE La tuberculose est un problème de santé publique o Dans le monde en 2006: 9,2 millions nouveaux cas 1,7 millions de décès o En Tunisie:

Plus en détail

HYGIÈNE DE L EAU Journée de formation de l ARATH

HYGIÈNE DE L EAU Journée de formation de l ARATH HYGIÈNE DE L EAU Journée de formation de l ARATH Monica Attinger - Infirmière HPCI - SSP 26 avril 2012 - Clarens Eau potable : définition L eau qui, à l état naturel ou après traitement, convient à la

Plus en détail

RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : Le risque infectieux

RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : Le risque infectieux RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME Chapitre 1 : Le risque infectieux Qu est ce qu un microbe? Comment les microbes peuvent-ils nous rendre malade? Microbe : virus et microorganismes unicellulaires

Plus en détail

Mise en ligne 19 08 2010

Mise en ligne 19 08 2010 Mise en ligne 19 08 2010 Contexte Problématique du rapatriement en France de patients, porteurs de BMR Difficultés : patients asymptomatiques Patients atteints d infections urinaires ou cutanées à BMR

Plus en détail

Journée ARLIN Bretagne. Pseudomonas aeruginosa, Mycobactérium xenopi,

Journée ARLIN Bretagne. Pseudomonas aeruginosa, Mycobactérium xenopi, Journée ARLIN Bretagne Vendredi 12 décembre 2008 Faculté de médecine BREST Dr. Raoul BARON Dr. Jean Charles CETRE Introduction Pseudomonas aeruginosa, Mycobactérium xenopi, Apsergillus fumigatus, Clostridium

Plus en détail

Les bactéries. de recycler la matière Participent dans la fabrication d aliments et de médicaments

Les bactéries. de recycler la matière Participent dans la fabrication d aliments et de médicaments Les bactéries Apparues il y a 3,5 milliards d années, les bactéries sont les organismes vivants les plus diversifiés et les plus répandus sur Terre. Appartenant au monde des microbes, elles mesurent en

Plus en détail

Entretien des endoscopes. Dr Houyem SAID LATIRI - STHSS Service d hygiène hospitalière CHU Sahloul Sousse

Entretien des endoscopes. Dr Houyem SAID LATIRI - STHSS Service d hygiène hospitalière CHU Sahloul Sousse Entretien des endoscopes Dr Houyem SAID LATIRI - STHSS Service d hygiène hospitalière CHU Sahloul Sousse 1 Introduction L'endoscopie risque de transmission infectieuse. L examen contamination de la surface

Plus en détail

La légionellose : approche du risque et prévention

La légionellose : approche du risque et prévention La légionellose : approche du risque et prévention Mélanie BARRAULT - Bio hygiéniste - CHM Eric TRICOT - Cadre hygiéniste coordonnateur - CHM - Réseau LUTIN 72 Journée des correspondants paramédicaux en

Plus en détail

Béatrice Allain-Cadre de santé formatrice-ifsi CHGR

Béatrice Allain-Cadre de santé formatrice-ifsi CHGR Béatrice Allain-Cadre de santé formatrice-ifsi CHGR 1 «Au lieu de s ingénier àtuer les microbes dans les plaies, ne serait-il pas plus raisonnable de ne pas en introduire»? PASTEUR Béatrice Allain-Cadre

Plus en détail

Centre National de Référence des Mycobactéries et de la Résistance des Mycobactéries aux Antituberculeux (CNR-MyRMA)

Centre National de Référence des Mycobactéries et de la Résistance des Mycobactéries aux Antituberculeux (CNR-MyRMA) Centre National de Référence des Mycobactéries et de la Résistance des Mycobactéries aux Antituberculeux (CNR-MyRMA) Laboratoire coordinateur Laboratoire de Bactériologie - Hygiène Groupe Hospitalier Pitié-Salpêtrière

Plus en détail

Bactéries Multi-résistantes (BMR)

Bactéries Multi-résistantes (BMR) L information biomédicale des Laboratoires Oriade - Janvier 2014 Bactéries Multi-résistantes (BMR) Isolées en ville Devant l émergence des bactéries multirésistantes (BMR) isolées en ville, les biologistes

Plus en détail

Epidémiologie des bactéries hautement résistantes et émergeantes en France

Epidémiologie des bactéries hautement résistantes et émergeantes en France Bactéries hautement résistantes et émergentes (BHRe) Epidemiology of emergent and highly resistant bacteria in France Epidémiologie des bactéries hautement résistantes et émergeantes en France Bactéries

Plus en détail

LES INFECTIONS NOSOCOMIALES ET LEUR PREVENTION PAR L HYGIENE HOSPITALIERE

LES INFECTIONS NOSOCOMIALES ET LEUR PREVENTION PAR L HYGIENE HOSPITALIERE LES INFECTIONS NOSOCOMIALES ET LEUR PREVENTION PAR L HYGIENE HOSPITALIERE DCEM 1 Professeur Michel Drancourt Michel.drancourt@univmed.fr Années 2012-2013 http://www.mediterranee-infection.com/ DEFINITION

Plus en détail

Atelier 1 gestion du matériel en réanimation

Atelier 1 gestion du matériel en réanimation Atelier 1 gestion du matériel en réanimation Atelier 1: Risque infectieux lié aux dispositifs médicaux Correction des TD et synthèse Principes d entretien des DM Le type d entretien appliqué va dépendre

Plus en détail

Prévention de l infection et sondage urinaire. Chantal Léger

Prévention de l infection et sondage urinaire. Chantal Léger Prévention de l infection et sondage urinaire Chantal Léger Enquête PRIAM : Résultats Conjonctivites infectieuses 5% Gastro-entérites 7% Zona 1% Autres 7% Infections urinaires 24% Infections d escarres

Plus en détail

et mupirocine/chlorhexidine

et mupirocine/chlorhexidine Etude de l évolution des résistances bactériennes sous décontamination digestive sélectiveet et mupirocine/chlorhexidine chlorhexidinesur une période de quatre ans en réanimation médicale Mémoire de DESC

Plus en détail

Travailler en toute sécurité dans un laboratoire de biologie moléculaire

Travailler en toute sécurité dans un laboratoire de biologie moléculaire VWR Tour 2012! Travailler en toute sécurité dans un laboratoire de biologie moléculaire Christian Siatka Directeur général Consultant qualité règlementations européennes Master BIOTIN Management de la

Plus en détail

CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD?

CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD? CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD? Hélène MANGEARD François MALADRY Tuberculose : infection mycobactérienne Infection mycobactérienne chronique (M. Tuberculosis ++ ou bacille

Plus en détail

GESTION DU RISQUE LEGIONELLES Réseaux d eau. Christophe LESTREZ CHRU de Lille Délégation Management des Risques. Légionelles

GESTION DU RISQUE LEGIONELLES Réseaux d eau. Christophe LESTREZ CHRU de Lille Délégation Management des Risques. Légionelles GESTION DU RISQUE LEGIONELLES Réseaux d eau Christophe LESTREZ CHRU de Lille Délégation Management des Risques Légionelles Présence dans les milieux aquatiques naturels ou artificiels Conditions favorables

Plus en détail

Microorganismes de l eau impliqués dans les infections nosocomiales

Microorganismes de l eau impliqués dans les infections nosocomiales Microorganismes de l eau impliqués dans les infections nosocomiales Cécile PHILIPPE Symposium EAU RISQUE HÔPITAL Jeudi 5 juin 2008 Congrès SFHH/SIHHF EAU du réseau Dégradation de la qualité microbiologique

Plus en détail

SURVEILLANCE DES INFECTIONS

SURVEILLANCE DES INFECTIONS CLIN Avril 2012 SURVEILLANCE DES INFECTIONS NOSOCOMIALES À LA CND Protocole de surveillance Transmission des bactério + vers l EOH Enquête systématique réalisée par l EOH Identification des IN Validation

Plus en détail

Les Précautions. «Standard» Denis Thillard. Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD 24 novembre 2009

Les Précautions. «Standard» Denis Thillard. Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD 24 novembre 2009 Les Précautions «Standard» Denis Thillard 24 novembre 2009 Les précautions standard Ce sont des règles r de base à appliquer: Par tous les professionnels Pour tous les résidentsr Tous les jours l hygiène

Plus en détail

Diagnostic biologique de la tuberculose latente : quelques données chez les immunodéprimés

Diagnostic biologique de la tuberculose latente : quelques données chez les immunodéprimés Diagnostic biologique de la tuberculose latente : quelques données chez les immunodéprimés Dr D. Monnier Service d Immunologie Thérapie Cellulaire et Hématopoïèse (ITeCH) CHU de RENNES Données épidémiologiques

Plus en détail

PREVENTION ET SURVEILLANCE DES INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS ENVIRONNEMENTALES

PREVENTION ET SURVEILLANCE DES INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS ENVIRONNEMENTALES PREVENTION ET SURVEILLANCE DES INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS ENVIRONNEMENTALES A. GOUOT Technicienne bio-hygiéniste Équipe Opérationnelle en Hygiène Hospitalière Formation initiale IDE 1ère année 8 mars

Plus en détail

HYGIENE & SPA LES RISQUES DE CONTAMINATION. Référentiel Qualité & Spa

HYGIENE & SPA LES RISQUES DE CONTAMINATION. Référentiel Qualité & Spa HYGIENE & SPA LES RISQUES DE CONTAMINATION 1 Un peu d histoire Thalassothérapie, SPA, Balnéothérapie, Thermalisme : quelles différences? Il y a 2000 ans les Romains avaient compris l importance de l eau

Plus en détail

Analyse clinico-biologique des causes d infections sur prothèses de hanche ou genou: une aide à l évaluation des pratiques

Analyse clinico-biologique des causes d infections sur prothèses de hanche ou genou: une aide à l évaluation des pratiques Analyse clinico-biologique des causes d infections sur prothèses de hanche ou genou: une aide à l évaluation des pratiques Dr Frédéric Luzerne chirurgien orthopédiste Dr Patrick Morin anesthésiste Emmanuelle

Plus en détail

PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement

PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement I- Les microbes dans notre environnement Qu est-ce qu un microbe? Où se trouvent-ils?

Plus en détail

Le bon usage des gants

Le bon usage des gants Le bon usage des gants Historique Au XVI ème siècle, l obstétricien Plenck recommandait déjà l usage des gants au moment de la naissance d enfants de mère syphilitique. Cette recommandation apparaissait

Plus en détail

La valorisation du digestat

La valorisation du digestat La valorisation du digestat EREP SA Chemin du Coteau 28 CH - 1123 Aclens Tél. : +41 21 869 98 87 Fax : +41 21 869 01 70 Courriel : info@erep.ch www.erep.ch Le traitement et la gestion du digestat 1. Propriétés

Plus en détail

RISQUES SANITAIRES LIÉS AUX MOISISSURES DE L HABITAT PICARD

RISQUES SANITAIRES LIÉS AUX MOISISSURES DE L HABITAT PICARD RISQUES SANITAIRES LIÉS AUX MOISISSURES DE L HABITAT PICARD Anne TOTET Professeur des universités praticien hospitalier Chef de service de Parasitologie et Mycologie médicales, CHU d Amiens Laboratoire

Plus en détail

Les virus dans les aliments : un nouveau défi pour les laboratoires de microbiologie

Les virus dans les aliments : un nouveau défi pour les laboratoires de microbiologie : un nouveau défi pour les laboratoires de microbiologie Véronique ZULIANI, Institut de la Filière Porcine Jean Christophe Augustin, ENVA, ASA Qu est ce qu un virus? Microorganisme de 15 à 40 nm Environ

Plus en détail

Les Infections Associées aux Soins

Les Infections Associées aux Soins Les Infections Associées aux Soins Dr Catherine Sartor EOH Conception Assistance Publique Hôpitaux de Marseille Ecole IFSI, Marseille, 12 septembre 2014 Définitions 2007 Infection Nosocomiale (IN) 1999

Plus en détail

Tuberculose : rappels sur le bacille et les outils disponibles

Tuberculose : rappels sur le bacille et les outils disponibles Tuberculose : rappels sur le bacille et les outils disponibles Dr Nicolas Veziris, Laboratoire de Bactériologie-Hygiène, Pitié-Salpêtrière Centre National de Référence des Mycobactéries 23 mars 2011 Généralités

Plus en détail

QuantiFERON TB Gold in tube

QuantiFERON TB Gold in tube Qu est-ce que le QuantiFERON? Test sanguin de dépistage de l infection tuberculeuse. QuantiFERON TB Gold in tube Test ELISA qui mesure la réponse immunitaire à médiation cellulaire à l infection tuberculeuse.

Plus en détail

EPU Association Médicale du Val de Loire Le 29 janvier 2009

EPU Association Médicale du Val de Loire Le 29 janvier 2009 EPU Association Médicale du Val de Loire Le 29 janvier 2009 Alain Gravier, Gilles Ollagnon, Anne Iordanoff Coqueluche Bordetella pertussis (OMS : 300.000 décès dans monde), strictement humaine, transmission

Plus en détail

III) LA CHAINE INFECTANTE

III) LA CHAINE INFECTANTE III) LA CHAINE INFECTANTE 3.1. LA FLORE NORMALE DE L HOMMEL Cutanée Oropharyngée Intestinale : gastrique, colique, fécale Génitale 3.2. UNE INFECTION, C EST C QUOI? Définition du dictionnaire Petit Larousse

Plus en détail

POURQUOI L HYGIENE 05/10/2011. Bactéries Virus Champignons (levures et moisissures) Parasites A.T.N.C (prion) HYGIENE - PROPRETE ET PREVENTION

POURQUOI L HYGIENE 05/10/2011. Bactéries Virus Champignons (levures et moisissures) Parasites A.T.N.C (prion) HYGIENE - PROPRETE ET PREVENTION GENERALITES EN HYGIENE NOTIONS DE MICROBIOLOGIE PRECAUTIONS STANDARD ANTISEPTIQUES ET DESINFECTANTS HYGIENE - PROPRETE ET PREVENTION POURQUOI L HYGIENE HYGIENE = PROPRETE HYGIENE = PREVENTION DES INFECTIONS

Plus en détail

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES Dr Virginie NAEL Service de Santé au travail du personnel hospitalier CHU Nantes 44èmes journées FMC ANMTEPH / SOHF - Lausanne - Septembre

Plus en détail

Note de l Agence française de sécurité sanitaire de l environnement et du travail

Note de l Agence française de sécurité sanitaire de l environnement et du travail Le Directeur général Maisons-Alfort, le Note de l Agence française de sécurité sanitaire de l environnement et du travail Relative au «Virus Influenza pandémique A (H1N1) 2009 : évaluation du risque sanitaire

Plus en détail

DANS LES EAUX DE DISTRIBUTION D ABIDJAN,

DANS LES EAUX DE DISTRIBUTION D ABIDJAN, RECHERCHE DE LEGIONELLA SPP. DANS LES EAUX DE DISTRIBUTION D ABIDJAN, CÔTE D IVOIRE KOUADIO K 1,OULAI A 1,4, KAKOU-NGAZOA S 2,, KALPY C 3, MANIZAN P 1,COULIBALY E 1,3, NIAMKE S 4 et DOSSO M 1,2,3. 1. Unité

Plus en détail

Diagnostic des mycoses superficielles. Pr Ag Anane Sonia Faculté de Médecine de Tunis

Diagnostic des mycoses superficielles. Pr Ag Anane Sonia Faculté de Médecine de Tunis Diagnostic des mycoses superficielles Pr Ag Anane Sonia Faculté de Médecine de Tunis Diagnostic Examen mycologique -Confirmer l origine mycosique -Eliminer les diagnostics différentiels -Connaître l origine

Plus en détail

Surveillance de l air dans les milieux àhaut risque

Surveillance de l air dans les milieux àhaut risque Surveillance de l air dans les milieux àhaut risque Présentation effectuée par Laurent MICHON lmichon@groupecarso.com Responsable du Pôle Hygiène Hospitalière Groupe CARSO 4 avenue Jean Moulin 69200 Vénissieux

Plus en détail

Hygiène Stérilisation. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2013 111

Hygiène Stérilisation. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2013 111 Hygiène Stérilisation 2013 111 Formation des correspondants en hygiène hospitalière CCLIN Sud-Ouest (formation réservée aux correspondants hygiène de Midi-Pyrénées) Répondre aux exigences de la circulaire

Plus en détail

Surveillance des infections du site opératoire assistée par ordinateur

Surveillance des infections du site opératoire assistée par ordinateur Surveillance des infections du site opératoire assistée par ordinateur Utilisation des bases de données disponibles dans le système d information médicale Annie CHALFINE 1, Laurence PERNICENI 1, Loïc FLACHET

Plus en détail

Notions de microbiologie générale

Notions de microbiologie générale Notions de microbiologie générale Journée des correspondants en hygiène débutants du 20-11-2015 Dr J GAGNAIRE-Unité d hygiène inter-hospitalière- Service des Maladies infectieuses Différents agents infectieux

Plus en détail

Risque Legionella dans les établissements de santé

Risque Legionella dans les établissements de santé Risque Legionella dans les établissements de santé * Surveillance de l environnement hospitalier : - une priorité nationale en matière de lutte contre les infections nosocomiales (100 recommandations )

Plus en détail

Coordonnateur CNR-Strep : Laboratoires Associés : Pr Claire POYART claire.poyart@cch.aphp.fr. Paris, le 2 mai 2006. Chers(e) Collègues,

Coordonnateur CNR-Strep : Laboratoires Associés : Pr Claire POYART claire.poyart@cch.aphp.fr. Paris, le 2 mai 2006. Chers(e) Collègues, Coordonnateur CNR-Strep : 27, rue du faubourg Saint Jacques ou (33) 1 58 41 15 44 Laboratoires Associés : Infections à streptocoque du groupe A de l adulte (LA-SGA-A) Pr Anne BOUVET anne.bouvet@htd.aphp.fr

Plus en détail

Tests de détection de la production d Interféron-g et le diagnostic de la tuberculose. (1 ) Le concept

Tests de détection de la production d Interféron-g et le diagnostic de la tuberculose. (1 ) Le concept Tests de détection de la production d Interféron-g et le diagnostic de la tuberculose (1 ) Le concept M. Labalette, oct. 2007 Infection tuberculeuse contrôlée (ITL avec bacilles quiescents ou éliminés)

Plus en détail

LE RISQUE DE CONTAMINATION A PSEUDOMONAS AERUGINOSA A L OUVERTURE D UN ETABLISSEMENT DE SANTE

LE RISQUE DE CONTAMINATION A PSEUDOMONAS AERUGINOSA A L OUVERTURE D UN ETABLISSEMENT DE SANTE H LE RISQUE DE CONTAMINATION A PSEUDOMONAS AERUGINOSA A L OUVERTURE D UN ETABLISSEMENT DE SANTE Architecture BERNET C, LAPRUGNE-GARCIA E, SAINT GENIS LAVAL Juillet 2009 Pseudomonas aeruginosa ou bacille

Plus en détail

LA CHAINE EPIDEMIOLOGIQUE

LA CHAINE EPIDEMIOLOGIQUE LA CHAINE EPIDEMIOLOGIQUE Epidémiologie Discipline scientifique qui étudie les facteurs intervenant dans l apparition des maladies au sein d une population ou de groupes de personnes. Fréquence Mode de

Plus en détail

La CRENO Bretagne La CRENO Bretagne : qui?

La CRENO Bretagne La CRENO Bretagne : qui? La CRENO Bretagne La CRENO Bretagne : qui? Responsable d UF Geneviève HERY-ARNAUD (MCU-PH) 1 Qui? 2 Où? 3 Pourquoi? 4 Comment? 5 Combien? 6 Quoi? Coordination médicale Nicolas ROUZIC (PH) Coordination

Plus en détail

PROTECTION DES GASOIL ET FUELS DES PROLIFÉRATIONS BACTÉRIENNES ET FONGIQUES. Raffinerie Allemande (confidentiel)

PROTECTION DES GASOIL ET FUELS DES PROLIFÉRATIONS BACTÉRIENNES ET FONGIQUES. Raffinerie Allemande (confidentiel) DOSSIER TECHNIQUE SELD 1, Rue Marius Berliet 69720 ST BONNET DE MURE PROTECTION DES GASOIL ET FUELS DES PROLIFÉRATIONS BACTÉRIENNES ET FONGIQUES Compte Rendu de l utilisation de l EXP55 O en Raffinerie

Plus en détail

E-IV-1V1 RECHERCHE ET DENOMBREMENT DE LEGIONELLA PNEUMOPHILA DANS LES EAUX

E-IV-1V1 RECHERCHE ET DENOMBREMENT DE LEGIONELLA PNEUMOPHILA DANS LES EAUX 1. Objet E-IV-1V1 RECHERCHE ET DENOMBREMENT DE LEGIONELLA PNEUMOPHILA DANS LES EAUX Cette procédure décrit la méthode de recherche et de dénombrement de Legionella pneumophila dans les eaux. 2. Domaine

Plus en détail

Les méthodes potentiométriques

Les méthodes potentiométriques Le ph-mètre (réf :Skoog, West, Holler, Section 19-A. p 412) Les méthodes potentiométriques 2 e partie Erreur dans la mesure d une tension à l aide d un ph-mètre (ionomètre) Maintenant que nous avons explorés

Plus en détail

Maintenance et surveillance des installations d eau chaude sanitaire

Maintenance et surveillance des installations d eau chaude sanitaire Maintenance et surveillance des installations d eau chaude sanitaire Risques sanitaires liés aux légionelles Infections de type grippal Infections respiratoires graves Légionelloses - Symptômes : 2 à 10

Plus en détail

LES PRECAUTIONS STANDARD EN HOSPITALISATION A DOMICILE

LES PRECAUTIONS STANDARD EN HOSPITALISATION A DOMICILE LES PRECAUTIONS STANDARD EN HOSPITALISATION A DOMICILE CONTEXTE (I) Les précautions standard ont pour but d éviter la transmission des infections nosocomiales à la fois aux patients et aux soignants. Elles

Plus en détail

Inactivation des PSL: présent et futur. Journées de Médecine Transfusionnelle Cochin - 14 novembre 2013 - R. Djoudi

Inactivation des PSL: présent et futur. Journées de Médecine Transfusionnelle Cochin - 14 novembre 2013 - R. Djoudi Inactivation des PSL: présent et futur Journées de Médecine Transfusionnelle Cochin - 14 novembre 2013 - R. Djoudi La transfusion sanguine: un système «ultra-sur».aujourd hui Carson J L et al. Ann Intern

Plus en détail

LA LEGIONELLOSE : UN RISQUE POTENTIEL EN MILIEU INDUSTRIEL FICHE DE SYNTHESE

LA LEGIONELLOSE : UN RISQUE POTENTIEL EN MILIEU INDUSTRIEL FICHE DE SYNTHESE LA LEGIONELLOSE : UN RISQUE POTENTIEL EN MILIEU INDUSTRIEL FICHE DE SYNTHESE LA SITUATION En France, la légionellose est une maladie à déclaration obligatoire depuis 1987. En 2008, 1243 cas de légionellose

Plus en détail

PARTIE II : Risque infectieux et protection de l organisme. CHAPITRE 1 : L homme dans son environnement microbien.

PARTIE II : Risque infectieux et protection de l organisme. CHAPITRE 1 : L homme dans son environnement microbien. PARTIE II : Risque infectieux et protection de l organisme CHAPITRE 1 : L homme dans son environnement microbien. Grippe, gastro-entérite, angine, otite,...nous sommes régulièrement malades. Quelles sont

Plus en détail

mentaires en EHPAD : Quand les lever?

mentaires en EHPAD : Quand les lever? Basse-Normandie Bretagne Centre Pays de la Loire Réseau CEN T RE HO S PIT AL IE R LE MANS Les Précautions Complémentaires mentaires en EHPAD : Quand les lever? 2 ème Journée inter-régionale Prévention

Plus en détail

L hygiène des mains. N.ROUAH/I.POGGIOLI - Sept 2013 1

L hygiène des mains. N.ROUAH/I.POGGIOLI - Sept 2013 1 L hygiène des mains N.ROUAH/I.POGGIOLI - Sept 2013 1 Un peu d histoire I. Introduction La première pratique remonte au milieu du XIXème siècle, lorsque le Dr Semmelweiss le demande aux étudiants en médecine

Plus en détail

INFECTION A STREPTOCOQUE A EN MATERNITE. C GIRARDIN sage-femme cadre MATERNITE REGIONALE DE NANCY XVIIè Congrès national de la SFHH -NANTES- 01/06/06

INFECTION A STREPTOCOQUE A EN MATERNITE. C GIRARDIN sage-femme cadre MATERNITE REGIONALE DE NANCY XVIIè Congrès national de la SFHH -NANTES- 01/06/06 INFECTION A STREPTOCOQUE A EN MATERNITE PARTICULARITE PRISE EN CHARGE C GIRARDIN sage-femme cadre MATERNITE REGIONALE DE NANCY XVIIè Congrès national de la SFHH -NANTES- 01/06/06 1 I) PARTICULARITE EN

Plus en détail

BORDETELLA. Le genre Bordetella est un ensemble de bactéries de forme coccobacillaire à Gram (-), aérobie strict.

BORDETELLA. Le genre Bordetella est un ensemble de bactéries de forme coccobacillaire à Gram (-), aérobie strict. BORDETELLA Introduction Le genre Bordetella est un ensemble de bactéries de forme coccobacillaire à Gram (-), aérobie strict. 03 espèces existent : -Bordetella pertussis : ou bacille de Bordet et Gengou

Plus en détail

Cette expérience a été mise en place en collaboration avec le Chimiscope sur une idée de Luc Schnieper, enseignant de Biologie.

Cette expérience a été mise en place en collaboration avec le Chimiscope sur une idée de Luc Schnieper, enseignant de Biologie. 13. Analyse de l eau Cette expérience a été mise en place en collaboration avec le Chimiscope sur une idée de Luc Schnieper, enseignant de Biologie. Les eaux des rivières, des fleuves, des mares ou des

Plus en détail

Pneumopathie d hypersensibilité

Pneumopathie d hypersensibilité Dix cas groupés de pneumopathies d hypersensibilité liées à l exposition à des huiles de coupe contaminées par Mycobacterium immunogenum G. Reboux 1, F. Grenouillet 1, B. Chouraki 2, I, C. Lorthois 2,

Plus en détail

Le mycoplasme: un problème dans mon troupeau? David Francoz, DMV, MSc, ACVIM Faculté de médecine vétérinaire Saint-Hyacinthe CSTL - 9 décembre 2008

Le mycoplasme: un problème dans mon troupeau? David Francoz, DMV, MSc, ACVIM Faculté de médecine vétérinaire Saint-Hyacinthe CSTL - 9 décembre 2008 Le mycoplasme: un problème dans mon troupeau? David Francoz, DMV, MSc, ACVIM Faculté de médecine vétérinaire Saint-Hyacinthe CSTL - 9 décembre 2008 Le mycoplasme, qu est ce que c est? Une des plus petites

Plus en détail

TEST DE DÉTECTION DE LA PRODUCTION D INTERFÉRON γ POUR LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS TUBERCULEUSES

TEST DE DÉTECTION DE LA PRODUCTION D INTERFÉRON γ POUR LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS TUBERCULEUSES TEST DE DÉTECTION DE LA PRODUCTION D INTERFÉRON γ POUR LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS TUBERCULEUSES Classement NABM : non inscrit code : non codé DÉCEMBRE 2006 Service évaluation des actes professionnels

Plus en détail

Les microbes, pour le meilleur et pour le pire

Les microbes, pour le meilleur et pour le pire Les microbes, pour le meilleur et pour le pire Questionnaire élaboré par André Bossus (Collège André-Chavanne) sur l exposition de Patrick Linder, Karl Perron et Candice Yvon. 1. L univers des microbes

Plus en détail

TOXI-INFECTIONS INFECTIONS ALIMENTAIRES COLLECTIVES HELENE DALMAS

TOXI-INFECTIONS INFECTIONS ALIMENTAIRES COLLECTIVES HELENE DALMAS TOXI-INFECTIONS INFECTIONS ALIMENTAIRES COLLECTIVES HELENE DALMAS I-DEFINITION Les TIAC sont définies par l apparition d au moins 2 cas d une symptomatologie gastro-intestinale dont on peut rapporter la

Plus en détail

Juin 2006: Réseau National Biofilm. Quelles techniques de traitement des légionelles en réseau d eau chaude sanitaire? 1

Juin 2006: Réseau National Biofilm. Quelles techniques de traitement des légionelles en réseau d eau chaude sanitaire? 1 Juin 2006: Réseau National Biofilm Quelles techniques de traitement des légionelles en réseau d eau chaude sanitaire? 1 Les légionelles: quelques rappels Bactéries Gram -, origine naturelle hydrotellurique,

Plus en détail

AES. Stop au massacre! Accident d Exposition au Sang. Avec la participation de l ARLIN PACA http://fr.ap-hm.fr/site/arlin-paca

AES. Stop au massacre! Accident d Exposition au Sang. Avec la participation de l ARLIN PACA http://fr.ap-hm.fr/site/arlin-paca Petit g de u s bon nes p AES ide ratiqu e s Accident d Exposition au Sang Stop au massacre! Avec la participation de l ARLIN PACA http://fr.ap-hm.fr/site/arlin-paca www.urps-infirmiere-paca.fr https://www.facebook.com/urps.infirmiere.paca

Plus en détail

Épidémiologie et air intérieur : état des connaissances Mise en œuvre de nouvelles études Cas des moisissures : le projet ESMHA

Épidémiologie et air intérieur : état des connaissances Mise en œuvre de nouvelles études Cas des moisissures : le projet ESMHA Épidémiologie et air intérieur : état des connaissances Mise en œuvre de nouvelles études Cas des moisissures : le projet ESMHA Sabine HOST Observatoire régional de santé d Ile-de-France Journées Rsein-OQAI,

Plus en détail

Démarche du diagnostic bactériologique

Démarche du diagnostic bactériologique 1 TD-ED DCEM 1 Bactériologie B. Berçot, C. Branger Propriété de la Faculté de Médecine Université Paris 7-Denis Diderot Démarche du diagnostic bactériologique II. COMMENT FAIT-ON LE DIAGNOSTIC D'UNE INFECTION

Plus en détail

MRSA. Staphylococcus aureus. A. C. Simon MD. Hygiène Hospitalière

MRSA. Staphylococcus aureus. A. C. Simon MD. Hygiène Hospitalière MRSA A. C. Simon MD Hygiène Hospitalière Staphylococcus aureus 1 Les sites d infection possibles Lancet Infect Dis 2005;5:751-62 Taux de portage de Staph aureus par site chez l adulte Dans la population

Plus en détail

RESEAU DECHETS AQUITAIN

RESEAU DECHETS AQUITAIN Colloque Prévention des Risques Amiante La question des déchets amiantés en déchèterie Mars 2015 Le réseau déchets aquitain : présentation Mars 2015 RESEAU DECHETS AQUITAIN Réseau mis en place par le CDG

Plus en détail

Role du portage nasal dans les infections à S. aureus

Role du portage nasal dans les infections à S. aureus Role du portage nasal dans les infections à S. aureus Jean-Christophe LUCET, UHLIN GH Bichat Claude Bernard, APHP Université Denis Diderot, Paris VII JNI, 11 juin 2009 Le champ de la question Ce que je

Plus en détail

Tahar SAGHI CHU de Bordeaux DESC réanimation médicale 16-17 décembre 2008-Libourne NRBC

Tahar SAGHI CHU de Bordeaux DESC réanimation médicale 16-17 décembre 2008-Libourne NRBC Tahar SAGHI CHU de Bordeaux DESC réanimation médicale 16-17 décembre 2008-Libourne NRBC organisation plans Plan ORSEC Plans «pirates» VIGIPIRATE PIRATOME PIRATOX BIOTOX PIRANET PIRATAIR. Plans sanitaires

Plus en détail

BALNEOTHERAPIE. Catherine Chapuis Equipe Sectorielle de Prévention du Risque Infectieux Hospices Civils de Lyon

BALNEOTHERAPIE. Catherine Chapuis Equipe Sectorielle de Prévention du Risque Infectieux Hospices Civils de Lyon BALNEOTHERAPIE Catherine Chapuis Equipe Sectorielle de Prévention du Risque Infectieux Hospices Civils de Lyon Piscines et établissements de santé et médico-sociaux La piscine et la balnéothérapie sont

Plus en détail

ANNEXE RUBRIQUE QUALITE DE L EAU

ANNEXE RUBRIQUE QUALITE DE L EAU Sommaire ANNEXE RUBRIQUE QUALITE DE L EAU 1. Réseau d eau... 2 2. Rapport d analyse Qualité sanitaire de l eau... 3 3. Eaux pluviales... 6 4. Revêtements spéciaux... 7 5. Analyse de l eau... 7 5.1 Arrêté

Plus en détail