Plan de développement de la filière caprine et ovin-lait wallonne (2004) Résumé

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Plan de développement de la filière caprine et ovin-lait wallonne (2004) Résumé"

Transcription

1 FEDERATION INTERPROFESSIONNELLE CAPRINE ET OVINE WALLONNE. chaussée de Namur, Gembloux Tél. : 081/ Fax :081/ TABLE DES MATIERES 1. Contexte général Contexte spécifique Atouts et faiblesses de la filière Opportunités et menaces de la filière Stratégie de développement Valeur ajoutée apportée aux productions Stratégie commerciale Plan d action Plan de développement de la filière caprine et ovin-lait wallonne (2004) Résumé

2 1. Contexte général. Dans les pays d Europe du nord, l élevage caprin et ovin laitier n a jamais été une tradition. Il n y a principalement été exercé qu à titre accessoire et bien souvent uniquement pour une consommation familiale ou régionale jusqu au début des années 80. A cette époque l instauration des quotas laitiers par la CEE l a sorti de son anonymat et l a présenté comme une voie de diversification dans les régions herbagères. Si l activité caprine est présente dans tous les pays européens à un niveau suffisant que pour pouvoir être répertorié, il n en est pas de même pour la production de lait de brebis qui n est valablement représentée que dans cinq états membres de la Communauté européenne. Comme souligné dans le point précédent, l élevage caprin et ovin laitier en Belgique et en Wallonie est peu développé. S il existe quelques exploitations où l activité est exercée à titre principal ou dans l objectif d en retirer un revenu complémentaire valable, la majeure partie des élevages sont cependant de taille réduite et n ont pour objectif qu une consommation familiale ou l obtention d un petit revenu complémentaire. Le belge consomme en moyenne 100 gr de fromage de brebis par an, soit une consommation intérieure de 1000 tonnes de fromage ou un équivalent de 4 millions de litres de lait. 2. Contexte spécifique. En 2004, environ chèvres ont été répertoriées en région wallonne dans le système Sanitel. Elles ont été déclarées par éleveurs. Une majorité des chèvres se retrouvent dans des élevages de faible effectif (97,6% dans des élevages de moins de 20 chèvres tableau 1). n chèvres % éleveurs % effectif < % 35,5 % ,6 % 8,3 % ,2 % 5,6 % > 50 1,2 % 50,6 % Tableau 1. Classement des élevages caprins selon leur taille (données Sanitel 2004) Il importe ici de distinguer les exploitations laitières des exploitations fromagères. Les exploitations fromagères transforment le lait à la ferme, tandis que les exploitations laitières vendent le lait directement. A l exception de quelques artisans fromagers ou groupements locaux (Fermière de Méan par exemple), il n existe pas de structure collectant le lait de brebis et de chèvres, exception faite de Chèvrardennes, au même titre qu il en existe pour le lait de vache. L absence de pareille structure constitue le principal frein au développement de l élevage caprin et ovin laitier en Wallonie. Pour évaluer le secteur ovin laitier, les statistiques Sanitel ne sont d aucune aide car elles ne distinguent pas les ovins à viande des ovins soumis à la traite. Les statistiques fournies par la Direction des Aides à l Agriculture de la Région Wallonne sur l attribution de primes PAC aux éleveurs commercialisant du lait de brebis permettent cependant une bonne approche du cheptel femelles élevé dans un esprit de rente, c est-à-dire au-delà que pour une consommation uniquement familiale. Ces données dénoncent le faible développement de l activité en Belgique, 12 éleveurs et 1221 brebis en Belgique en 2003, dont 7 éleveurs et 947 brebis en région wallonne. Bien que pouvant paraître dérisoire, ces chiffres expriment cependant le développement de l activité. En 1997, la Belgique ne 2

3 comptait que 6 éleveurs, dont 5 en région wallonne, pour un effectif de 757 brebis, dont 717 élevées en Wallonie. La CEE octroie dans ce cadre une prime d un montant de 16,8 /brebis, majoré de 7 en région défavorisée, aux éleveurs qui commercialisent du lait de brebis. Cette prime est aujourd hui entièrement découplée. L élevage de chèvre e Wallonie ne bénéficie d aucun soutien public. 3. Atouts et faiblesses de la filière. ATOUTS FAIBLESSES - une image positive auprès de la population, respectueux de l environnement et du bien être animal - une activité de diversification à haut potentiel de développement - des produits typiques et variés, commercialisés le plus souvent sous un nom reprenant une notion de terroir et qui drainent une image de tradition et d authenticité, aspects auxquels le consommateur est très sensible - une activité accessible et aisée à mener à titre complémentaire - une activité où la transformation des produits apporte une forte valeur ajoutée, et donc un revenu intéressant au départ d un cheptel réduit - la saisonnalité de la production laitière - l absence d un système de valorisation des chevreaux pour la boucherie EXPLOITATIONS LAITIERES - la rareté des laiteries intéressées par le lait de chèvre et de brebis: en Wallonie, le lait de chèvre n est pris en charge que par une seule laiterie (Chèvrardennes) et le lait de brebis ne fait l objet d aucune collecte EXPLOITATIONS FROMAGERES - la difficulté de pénétrer certains marchés de par la difficulté de les fournir de façon constante et permanente (productions à petite échelle) - absence de filières de commercialisation pour les fromages : la vente directe seule limite le développement en volumes de la production 4. Opportunités et menaces de la filière. Opportunités - peu d actions de sensibilisation du consommateur pour des produits d origine ou de qualité différenciée développées à ce jour potentiel d action important - un marché porteur pour des produits de niche - un marché en développement pour les produits avec notion de terroir et porteur d une image de tradition et d authenticité. Menaces - la perte de certains marchés potentiels dans la grande distribution de par l incapacité de la filière de leurs assurer un approvisionnement constant ou tout au moins permanent ; - la baisse du prix du lait dans les pays voisins (France et Hollande) qui incite à une diminution du prix d achat du lait des producteurs wallons et porte atteinte à la rentabilité de leurs exploitations ; - la prochaine adhésion de pays de l Est à la CEE et donc l ouverture de nos marchés à leurs produits qui seront proposés aux consommateurs à des prix très concurrentiels. 3

4 5. Stratégie de développement. La stratégie de développement de la filière caprine doit donc être orientée selon 4 axes : 1. Contribuer au développement de l élevage 2. Contribuer à la mise en place de filières de commercialisation pour les chevreaux 3. Contribuer à la mise en place de filières de commercialisation pour les produits fermiers transformés 4. Mettre en évidence un mode de production de qualité différenciée Les produits laitiers caprins et ovins wallons sont déjà d une qualité différenciée par rapport aux produits importés, en ce sens qu ils sont issus d animaux, d exploitations et de conditions de transformation qui répondent aux normes de la législation wallonne et fédérale. A l image des produits de la viande ovine, le respect des normes législatives en vigueur et l adoption de conduites allant à la rencontre de la confiance du consommateur, telle la maîtrise des constituants de l aliment distribué aux animaux ou le suivi sanitaire des locaux de fabrication et des produits laitiers (système HACCP par exemple), doivent permettre de pouvoir prétendre à la reconnaissance d une qualité différenciée. L authenticité d un produit intégralement du terroir est un point qui devra retenir toute l attention du système d agrégation. Si le système Sanitel permet d assurer l authenticité des produits carnés, le contrôle de l origine des produits laitiers est plus délicat. L importation de lait devra être bannie ou limitée à une proportion des volumes totaux transformés. La stratégie de développement devrait se fonder sur une double certification : - un lait certifié, produit dans des exploitations répondant à des règles en matière de conduite d élevage (voir précédemment) - des fromageries certifiées, qui, outre le suivi sanitaire de leurs fabrications et le strict respect des législations en vigueur en matière sanitaire, d infrastructure et de matériel, répondraient à un profil décliné dans le cahier des charges. Un volume maximum de transformation et une proximité des exploitations fournissant le lait affirmeraient le caractère artisanal et de terroir des productions. Ces principes seraient également favorables au développement de petites et moyennes structures de production et de transformation, réparties géographiquement (décentralisation), plutôt qu à celui de grosses structures régionales. Deux intervenants sont considérés dans cette stratégie : le producteur et le transformateur. Tous deux sont contraints au respect d un cahier des charges justifiant une plus value commerciale pour leurs produits. 6. Valeur ajoutée apportée aux productions. 1. Développement de l élevage Le développement de l élevage caprin et ovin lait permettra le développement de nouvelles filières commerciales grâce à une production de volumes suffisants. Le maintien de certaines filières commerciales actuelles et de certains partenaires du secteur, situés en aval et en amont des producteurs, en dépend également. 4

5 2. Mise en place de filières de commercialisation pour les chevreaux La valorisation des chevreaux et des réformes étant aujourd hui inexistante, le développement de filières d écoulement est un plus évident pour l éleveur 3. Mise en place de filières de commercialisation pour les produits fermiers transformés- Mettre en évidence un mode de production de qualité différenciée L objectif ici n est pas d obtenir un meilleur prix pour les produits fromagers transformés à la ferme mais bien de faciliter leur écoulement par la mise en place de filières d une part, et par leur identification nécessaire à toute activité de promotion. 7. Stratégie commerciale. Pour le fromage de chèvre, la longueur de la lactation des animaux (10 mois) ainsi que la diversité des fabrications fromagères et de leur durée d affinage devraient permettre un approvisionnement permanent et assez constant des points de vente. Pour les brebis, plus saisonnières que les chèvres et dont la période de lactation est plus courte d environ 3 mois, un problème d approvisionnement interviendra pour la majorité des fromages. Inciter des éleveurs à désaisonner leur troupeau en tout ou en partie pour fournir du lait aux fromagers durant toute l année sera nécessaire sous peine de devoir définir des périodes commerciales. Deux modes de commercialisation sont possibles pour les productions fromagères différenciées : une vente directe effectuée par le fromager ou son personnel, à la fromagerie ou sur les marchés, et une vente en circuit long, avec dépôt des produits dans des points de vente (crèmeries, magasins, restaurants). Parallèlement à la création d un cahier de charges de qualité différenciée, la collaboration de l APAQ- W sera sollicitée pour développer le matériel promotionnel des produits répondant au cahier de charge de qualité différenciée. Les points de vente de ces produits seront mis en évidence par le biais du matériel promotionnel d une part, et par la création d un site internet de l autre. Les filières de commercialisation des produits fermiers ovins et caprins doivent dans un premier temps se tourner vers l horeca. La mise en place d une filière intersectorielle d approvisionnement du secteur de l horeca en produits fermiers de qualité différenciée doit permettre à l offre de se développer en tenant compte des volume potentiel limités à l heure actuelle. Le développement d une organisation de type AOC (plusieurs producteurs fabricant un produit définit par un cahier de charge) doit permettre d atteindre des volumes suffisants à une commercialisation dans les circuits de grande distribution. 5

6 8. Plan d action Contribuer au développement de l élevage a. formations d initiation à l élevage caprin (mars 2006) b. encadrement des projets d installation c. mise en place d un site internet (diffusion information, médiatisation du secteur) mars Promotion d un mode de production de qualité différenciée a : acquisition d un logiciel de gestion de troupeau version multi-éleveurs par la Ficow diffusion dans les élevages pour améliorer la traçabilité et la communication des éleveurs avec la banque de données b : élaboration d un tronc commun de cahiers de charge de qualité différenciée c. information et sensibilisation à la qualité différenciée par le biais d articles dans «Filière Ovine et Caprine» 3. Stratégie commerciale a. soutien au développement des filières (chevreaux, produits transformés, développement d un produit wallon (cahier de charge type «AOC»)) i. études de faisabilité ii. études de marché iii. marketing 6

DESAISONNER SON TROUPEAU INTERET ECONOMIQUE

DESAISONNER SON TROUPEAU INTERET ECONOMIQUE REFERENCES TECHNICO ECONOMIQUES : SAISONNALITE DE LA PRODUCTION DESAISONNER SON TROUPEAU INTERET ECONOMIQUE RESEAUX Rhône Alpes D ELEVAGE FACTEURS DE REUSSITE ET RISQUES DE DERIVES POURQUOI CETTE FICHE?

Plus en détail

Exploitation 9 : Système allaitant en agriculture biologique

Exploitation 9 : Système allaitant en agriculture biologique Exploitation 9 : Système allaitant en agriculture biologique Carte de visite : 1 personne + 1 salarié 1/3 temps 85 ha 47 PMTVA (60 vaches nourrices) Signe particulier : Système naisseur en plein air. Des

Plus en détail

MARQUE PARC NATUREL REGIONAL

MARQUE PARC NATUREL REGIONAL MARQUE PARC NATUREL REGIONAL La présente fiche traite du cas concret du PNR du Morvan. C est un exemple méthodologique transférable à d autres territoires pour l éligibilité du processus de marquage «Parc

Plus en détail

Position d origin sur le futur de la PAC

Position d origin sur le futur de la PAC Position d origin sur le futur de la PAC Ce document constitue la position d origin, Organisation pour un Réseau International d'indications Géographiques, aux questions posées par Dacian Cioloș, Commissaire

Plus en détail

Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique

Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique APPEL D OFFRES N 01/2015/IE Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique ACCORD CADRE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) ARTICLE 1 OBJET DE L ACCORD CADRE Le présent accord-cadre

Plus en détail

Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique

Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique APPEL D OFFRES N 01/2015/IE Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique ACCORD CADRE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) ARTICLE 1 OBJET DE L ACCORD CADRE Le présent accord-cadre

Plus en détail

Organisme Certificateur Associatif. la qualité a une origine

Organisme Certificateur Associatif. la qualité a une origine Organisme Certificateur Associatif la qualité a une origine Présentation de CERTIPAQ - Association Loi 1901, à but non lucratif, créée en 1997 - Spécialisée dans les filières agricoles et agroalimentaires

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE MAI 2010 OMMUNIQUÉ MUNIQUÉ DE PRESSE 2010 AUCHAN PROPOSE UNE OFFRE PERMANENTE DE

DOSSIER DE PRESSE MAI 2010 OMMUNIQUÉ MUNIQUÉ DE PRESSE 2010 AUCHAN PROPOSE UNE OFFRE PERMANENTE DE DOSSIER DE PRESSE MAI 2010 OMMUNIQUÉ MUNIQUÉ DE PRESSE AI 2010 0 AUCHAN PROPOSE UNE OFFRE PERMANENTE DE DANS LA LIGNÉE DE SA POLITIQUE DE DISCOUNT RESPONSABLE QUI VISE À RENDRE ACCESSIBLES À TOUS LES CONSOMMATEURS

Plus en détail

Du Code Mutuel de Bonnes Pratiques à la démarche RSE de la filière caprine. Capr Inov 27 Novembre 2014 - Niort

Du Code Mutuel de Bonnes Pratiques à la démarche RSE de la filière caprine. Capr Inov 27 Novembre 2014 - Niort Du Code Mutuel de Bonnes Pratiques à la démarche RSE de la filière caprine Capr Inov 27 Novembre 2014 - Niort Du Code Mutuel de Bonnes Pratiques à la démarche RSE de la filière caprine Le Code Mutuel de

Plus en détail

Cahier de charges Biodia

Cahier de charges Biodia Cahier de charges Biodia Produits biologiques locaux et équitables Auteur : Lieve Vercauteren - VREDESEILANDEN Adaptations version 2 : Gert Engelen - Vredeseilanden Cahier de charges Biodia version 2 novembre

Plus en détail

ANALYSE DES FORCES ET FAIBLESSES DES

ANALYSE DES FORCES ET FAIBLESSES DES FILIÈRE LAIT LOCAL DES CEINTURES PÉRIURBAINES DANS LA RÉGION DE KOLDA HAUTE CASAMANCE ANALYSE DES FORCES ET FAIBLESSES DES MINI-LAITERIES ET DE LEUR IMPACT ÉCONOMIQUE, SOCIAL ET TECHNIQUE PLAN Filière

Plus en détail

TRAVAIL EN FILIÈRE EXEMPLES FRANÇAIS

TRAVAIL EN FILIÈRE EXEMPLES FRANÇAIS TRAVAIL EN FILIÈRE EXEMPLES FRANÇAIS JOURNÉE D'ÉTUDE SUR LE PORC BIO, 27 OCTOBRE 2015 BÉNÉDICTE HENROTTE QUELQUES CHIFFRES La France : deuxième producteur de porc en Europe après le Danemark 212.854 porcs

Plus en détail

LES BRUYERES: Une Association jeune crée en 1994, en constante mutation

LES BRUYERES: Une Association jeune crée en 1994, en constante mutation LES BRUYERES: Une Association jeune crée en 1994, en constante mutation Agissant en harmonie avec les principaux acteurs du secteur de l accompagnement des personnes âgées En phase avec les évolutions

Plus en détail

Uniterres. Rapprocher l aide alimentaire et les producteurs locaux

Uniterres. Rapprocher l aide alimentaire et les producteurs locaux Le réseau des épiceries solidaires A.N.D.E.S. Uniterres Assurer la sécurité alimentaire des plus démunis et soutenir une agriculture durable et locale Rapprocher l aide alimentaire et les producteurs locaux

Plus en détail

Cet arrêté apporte des modifications à l arrêté du 2 juillet 2009 sur les mesures de police sanitaire en matière de tremblante caprine.

Cet arrêté apporte des modifications à l arrêté du 2 juillet 2009 sur les mesures de police sanitaire en matière de tremblante caprine. FEDERATION NATIONALE DES ELEVEURS DE CHEVRES 42, rue de Châteaudun - 75314 PARIS CEDEX 09 Tél: 01 49 70 71 07 Fax : 01 42 80 63 80 e-mail : sespinosa@fnec.fr Site internet : www.fnec.fr Régie par la loi

Plus en détail

Charte du site Internet régional sur l agriculture et l alimentation locale en Languedoc Roussillon

Charte du site Internet régional sur l agriculture et l alimentation locale en Languedoc Roussillon Charte du site Internet régional sur l agriculture et l alimentation locale en Languedoc Roussillon Pourquoi? POURQUOI UNE CHARTE? La présente charte a pour objectifs de fixer les contours et l éthique

Plus en détail

Fidéliser ses clients, Pourquoi? Comment? 17 AVRIL 2014

Fidéliser ses clients, Pourquoi? Comment? 17 AVRIL 2014 Fidéliser ses clients, Pourquoi? Comment? 17 AVRIL 2014 1 FIDELISER, POURQUOI? Les actions de promotion/communication peuvent être classées en deux grandes catégories. LA CONQUETE S adresse à un large

Plus en détail

Appliquer la réglementation dans la filière

Appliquer la réglementation dans la filière Appliquer la réglementation dans la filière laitière fermière re Appliquer la réglementation dans la filière laitière fermière Analyse des risques, enregistrements et GBPH Application à la filière laitière

Plus en détail

Agriculture biologique. Christophe MANSON, Mission Economique de Bucarest

Agriculture biologique. Christophe MANSON, Mission Economique de Bucarest Agriculture biologique en Bulgarie et Roumanie Christophe MANSON, 1 2 3 4 5 6 SOMMAIRE Réglementation Production Consommation Commerce extérieur Politique du Gouvernement Conclusions Bulgarie Réglementation

Plus en détail

Préparer par l'équipe DDFP: - Dr Abderrahman BENLEKHAL - TAZI SAID - NAIMI NADIA - RIFI OUAFAE

Préparer par l'équipe DDFP: - Dr Abderrahman BENLEKHAL - TAZI SAID - NAIMI NADIA - RIFI OUAFAE Préparer par l'équipe DDFP: - Dr Abderrahman BENLEKHAL - TAZI SAID - NAIMI NADIA - RIFI OUAFAE Rabat le 7 juin 2012 0 0 PLAN 1 1 2 2 1- CHEPTEL BOVIN: Effectifs (en millions de têtes) 2- RACES ANNEES EFFECTIFS

Plus en détail

Gestion collective des déchets industriels de PLAINE ET SAONE cahier des charges pour une proposition d assistance.

Gestion collective des déchets industriels de PLAINE ET SAONE cahier des charges pour une proposition d assistance. Gestion collective des déchets industriels de PLAINE ET SAONE cahier des charges pour une proposition d assistance. I-] Contexte général. Le contexte réglementaire français en matière d élimination des

Plus en détail

AVIS SR-20041223-32 SERVICE REGULATION

AVIS SR-20041223-32 SERVICE REGULATION SERVICE REGULATION AVIS SR-20041223-32 concernant la reconnaissance des certificats verts wallons en vue de permettre leur comptabilisation pour l obligation de quota de certificats verts mise à charge

Plus en détail

Etablissez des liens efficaces avec la filière œuf internationale Rejoignez le Comité International pour les Œufs

Etablissez des liens efficaces avec la filière œuf internationale Rejoignez le Comité International pour les Œufs ArtworkFrench:Layout 1 11/01/2010 11:10 Page 2 Connexion Etablissez des liens efficaces avec la filière œuf internationale Rejoignez le Comité International pour les Œufs ArtworkFrench:Layout 1 11/01/2010

Plus en détail

Le secteur laitier en Irlande vers une expansion durable et profitable C. LASCURETTES. Executive Secretary National Dairy and Liquid Milk Committees

Le secteur laitier en Irlande vers une expansion durable et profitable C. LASCURETTES. Executive Secretary National Dairy and Liquid Milk Committees Le secteur laitier en Irlande vers une expansion durable et profitable C. LASCURETTES Executive Secretary National Dairy and Liquid Milk Committees Irish Farmers Association catherinelascurettes@ifa ifa.ieie

Plus en détail

Rhône-Alpes : une région caprine qui compte

Rhône-Alpes : une région caprine qui compte 16 Novembre 2010 Rhône-Alpes : une région caprine qui compte 1400 élevages de plus de 20 chèvres 2 Un quart des volumes nationaux en transformation fermière de lait de chèvre 116 000 chèvres Une centaine

Plus en détail

Le Groupe Crédit Agricole du Maroc Accompagnement du Plan Maroc Vert 2009-2013

Le Groupe Crédit Agricole du Maroc Accompagnement du Plan Maroc Vert 2009-2013 Le Groupe Crédit Agricole du Maroc Accompagnement du Plan Maroc Vert 2009-2013 Novembre 2008 Introduction : CONTEXTE ET CONJONCTURE national et international l augmentation des cours des matières premières

Plus en détail

«Une agriculture durable qui contribue à la vitalité socio économique du territoire»

«Une agriculture durable qui contribue à la vitalité socio économique du territoire» «Une agriculture durable qui contribue à la vitalité socio économique du territoire» Forum agricole et agroalimentaire, 12 février 2015, Albanel PDAA 2013-2018 - MRC DE MARIA-CHAPDELAINE L ABATTOIR COMME

Plus en détail

Des indicateurs pour analyser les résultats de l'exploitation caprine

Des indicateurs pour analyser les résultats de l'exploitation caprine Des indicateurs pour analyser les résultats de l'exploitation caprine (Article paru dans L égide n 23, juin 2001) L exploitation caprine est un tout. Sa réussite dépend essentiellement de la cohérence

Plus en détail

Communiqué de presse INTERBEV AU SIRHA 2015

Communiqué de presse INTERBEV AU SIRHA 2015 DU 24 AU 28 JANVIER 2015 Communiqué de presse INTERBEV AU SIRHA 2015 STAND «LA FILIERE VIANDE ET VOUS» HALL 2.2, ALLEE J, STAND 116 STAND «LES VIANDES BIO» HALL 2.2, ALLEE L, STAND 100 INTERBEV AU PLUS

Plus en détail

PROTECTION DE PRODUITS EN IG

PROTECTION DE PRODUITS EN IG PROTECTION DE PRODUITS EN IG Ousman ABDOU Ingénieur Agrométéorologue Expert de l Agriculture en IG Point focal IG/OAPI Direction Générale de l Agriculture Tel: (00227) 90 34 09 28 Email: ous_ab@yahoo.fr

Plus en détail

Marché de restauration collective. Vandoeuvre les Nancy

Marché de restauration collective. Vandoeuvre les Nancy Marché de restauration collective Vandoeuvre les Nancy Mise en place du nouveau marché Public concerné par le marché Cantines Scolaires Foyer des Personnes Agées Portage à domicile Choix politique des

Plus en détail

Avantages économiques

Avantages économiques I. QU EST CE QUE LE SYSTEME DE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL? Le SME est un outil de gestion interne qui favorise l intégration précoce d objectifs écologiques précis dans les autres systèmes de gestion et

Plus en détail

La notion de Développement Durable est illustrée par la figure suivante : Développement durable. Social

La notion de Développement Durable est illustrée par la figure suivante : Développement durable. Social LE DEVELOPPEMENT DURABLE POUR LES PETITES ENTREPRISES ET LES ARTISANS. La notion de Développement Durable est une thématique à la mode. Elle est largement reprise dans les médias et devient une donnée

Plus en détail

PROGRAMME REGIONAL «RESTAURATION HORS DOMICILE» (RHD)

PROGRAMME REGIONAL «RESTAURATION HORS DOMICILE» (RHD) PROGRAMME REGIONAL «RESTAURATION HORS DOMICILE» (RHD) Après 2 années, un premier bilan LE LANCEMENT : RENCONTRE PARTICIPATIVE DU 27 MAI 2004 avec les représentants de l industrie de la viande en Poitou-Charentes.

Plus en détail

Charte d engagement. Filières alimentaires de proximité du Pays de Brest

Charte d engagement. Filières alimentaires de proximité du Pays de Brest Charte d engagement Filières alimentaires de proximité du Pays de Brest 2 un marché à fort potentiel DICIMEME.BZH, C EST QUOI QUELS PROFESSIONNELS SUR DICIMEME.BZH POURQUOI S ENGAGER SUR DICIMEME.BZH POURQUOI

Plus en détail

Le secteur des fromages au Québec. Activité ASDEQ-ASQ 12 février 2015 Gilles Proulx

Le secteur des fromages au Québec. Activité ASDEQ-ASQ 12 février 2015 Gilles Proulx + Le secteur des fromages au Québec Activité ASDEQ-ASQ 12 février 2015 Gilles Proulx + Programme n L actualité : les contingents d importation n Taille du marché canadien n Segments du marché n Structure

Plus en détail

ETUDES. Intérêt de la traçabilité en industrie agro-alimentaire. Pascal GARRY

ETUDES. Intérêt de la traçabilité en industrie agro-alimentaire. Pascal GARRY ETUDES Intérêt de la traçabilité en industrie agro-alimentaire Pascal GARRY CTSCCV - 7 avenue du Général de Gaulle - 94704 Maisons-Alfort Cedex «Alimentation sous haute surveillance», «Faut-il avoir peur

Plus en détail

SOMMAIRE 1 LA CONSOMMATION... 5 1.1 L EVOLUTION DE LA CONSOMMATION... 5 1.2 LES TENDANCES DE CONSOMMATION... 8 2 LA PRODUCTION...

SOMMAIRE 1 LA CONSOMMATION... 5 1.1 L EVOLUTION DE LA CONSOMMATION... 5 1.2 LES TENDANCES DE CONSOMMATION... 8 2 LA PRODUCTION... SOMMAIRE 1 LA CONSOMMATION... 5 1.1 L EVOLUTION DE LA CONSOMMATION... 5 1.2 LES TENDANCES DE CONSOMMATION... 8 2 LA PRODUCTION... 13 2.1 L EVOLUTION DE LA PRODUCTION... 13 2.2 LES PRODUCTEURS BIOLOGIQUES...

Plus en détail

Élevage caprin et agriculture biologique

Élevage caprin et agriculture biologique Élevage caprin et agriculture biologique Impact sur les résultats techniques et économiques Christine GUINAMARD Institut de l élevage www.idele.fr 4 èmes Journées Techniques Caprines 3 et 4 avril 2013

Plus en détail

La Maison du Fromage - Vallée de Munster, Un espace vivant, authentique, ludique, ouvert à tous

La Maison du Fromage - Vallée de Munster, Un espace vivant, authentique, ludique, ouvert à tous 1 2 La Maison du Fromage - Vallée de Munster, Un espace vivant, authentique, ludique, ouvert à tous Connue au-delà des frontières pour son illustre fromage, la vallée de Munster entend bien le mettre à

Plus en détail

Sommaire. Carte de visite. Evolution de l activité. Les clés du succès. Les principales contraintes. Axes stratégiques: Horizon 2020.

Sommaire. Carte de visite. Evolution de l activité. Les clés du succès. Les principales contraintes. Axes stratégiques: Horizon 2020. FEVRIER 2014 Sommaire Carte de visite Evolution de l activité Les clés du succès Les principales contraintes Axes stratégiques: Horizon 2020. Carte de visite: chiffres clés Nombre d adhérents : 13 500

Plus en détail

Guide d information de la bourse du tournoi de golf bénéfice du CLD de la MRC d Antoine-Labelle - APPEL DE PROJETS 2009 -

Guide d information de la bourse du tournoi de golf bénéfice du CLD de la MRC d Antoine-Labelle - APPEL DE PROJETS 2009 - Guide d information de la bourse du tournoi de golf bénéfice du CLD de la MRC d Antoine-Labelle - APPEL DE PROJETS 2009-1) Objectif de la bourse du golf du CLD Ce fonds constitue, en soi, un incitatif

Plus en détail

Atelier 5 : Structuration de la filière et stratégie collective

Atelier 5 : Structuration de la filière et stratégie collective Atelier 5 : Structuration de la filière et stratégie collective Soutenir l émergence de stratégies collectives nationales et internationales de filières, et de projets collaboratifs, notamment par le dialogue

Plus en détail

STAGE D INTEGRATION PROFESSIONNELLE : BACHELIER EN MARKETING

STAGE D INTEGRATION PROFESSIONNELLE : BACHELIER EN MARKETING MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE D ENSEIGNEMENT STAGE D INTEGRATION PROFESSIONNELLE

Plus en détail

Qu'est-ce que l'innovation?

Qu'est-ce que l'innovation? Qu'est-ce que l'innovation? Résumé : L innovation est avant tout un état d esprit. C est un processus vivant qui amène la direction à chercher à tous les niveaux la manière d être la plus performante pour

Plus en détail

Fiches de synthèse AGRICULTURE

Fiches de synthèse AGRICULTURE CERCAM Fiches de synthèse AGRICULTURE Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali Mars 2014 1- Secteur agricole au Sénégal Foncier Le foncier sénégalais appartient à 95 % au domaine national

Plus en détail

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Ce document vous est offert par la Banque Carrefour de la sécurité sociale. Il peut être diffusé librement, à condition de mentionner la source et l URL Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Chaussée

Plus en détail

Le marché. Définitions Le marché. Définitions Le marché du produit

Le marché. Définitions Le marché. Définitions Le marché du produit Le marché Le marché Le marché du produit Classification de C. MATRICON Les marchés amont et aval Parts de marché Les composantes du marché La demande L offre L environnement Définition Critères Techniques

Plus en détail

le groupe soufflet s engage...

le groupe soufflet s engage... maîtrise des risques matières premières le groupe soufflet s engage... www.soufflet.com Face à la grande fragilité de l équilibre entre l offre et la demande mondiale de céréales? Valorisation des productions

Plus en détail

TOUTES LES INFORMATIONS PRATIQUES SUR LA CERTIFICATION

TOUTES LES INFORMATIONS PRATIQUES SUR LA CERTIFICATION TOUTES LES INFORMATIONS PRATIQUES SUR LA CERTIFICATION Le label «Terroir Fribourg» Par la marque régionale fribourgeoise : L Association pour la Promotion des Produits du Terroir du Pays de Fribourg Table

Plus en détail

Version 2015. Producteurs et entreprises laitières s engagent dans une démarche RSE pour l avenir de la filière caprine

Version 2015. Producteurs et entreprises laitières s engagent dans une démarche RSE pour l avenir de la filière caprine Version 2015 Producteurs et entreprises laitières s engagent dans une démarche RSE pour l avenir de la filière caprine Responsabilité Sociétale et Env Responsabilité Sociétale et Environnementale de la

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2012-2015

Plan d action de développement durable 2012-2015 Plan d action de développement durable 2012-2015 1 contexte Avec l adoption de sa Politique de développement durable par le Conseil d administration le 15 mai 2008, l École de technologie supérieure (ÉTS)

Plus en détail

Tendances et perspectives du marché de la viande ovine dans le monde et au Québec

Tendances et perspectives du marché de la viande ovine dans le monde et au Québec Tendances et perspectives du marché de la viande ovine dans le monde et au Québec Présentée par : Amina Baba-Khelil, M.Sc., agr, chargée de projet, FPAMQ 21 Février 2013 Production ovine En ouvelle-zélande

Plus en détail

Présentationde la Loi n 28-07 relative à la sécurité sanitaire des produits alimentaires «LOI SSA» Rabat, le 17 juin 2010

Présentationde la Loi n 28-07 relative à la sécurité sanitaire des produits alimentaires «LOI SSA» Rabat, le 17 juin 2010 Présentationde la Loi n 28-07 relative à la sécurité sanitaire des produits alimentaires «LOI SSA» Rabat, le 17 juin 2010 Parmi les objectifs tracés par le Plan Maroc Vert : Améliorer la compétitivité

Plus en détail

Règlement du Parc pour le label Produit, catégorie A (produits alimentaires)

Règlement du Parc pour le label Produit, catégorie A (produits alimentaires) Règlement du Parc pour le label Produit, catégorie A (produits alimentaires) Titre I Dispositions générales Article premier : Objet du présent règlement Le présent règlement est un document d application

Plus en détail

CONSTRUCTION ET CHIMIE IE VERTE + INNOVATION N ET R&D

CONSTRUCTION ET CHIMIE IE VERTE + INNOVATION N ET R&D COMPTE-RENDU CHAMPAGNE ARDENNE ATELIER VALORISATION COMPLETE DU BOIS : NOUVEAUX PRODUITS BOIS IS- CONSTRUCTION ET CHIMIE IE VERTE + INNOVATION N ET R&D Cadrage du thème de travail Périmètre et définition

Plus en détail

Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire

Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire Processus Activité Attitudes / comportements Capacités Connaissances Définition de l idée Utilise des méthodes et des techniques d évaluation

Plus en détail

Chambres d agriculture du Centre PRDAR 2014-2020

Chambres d agriculture du Centre PRDAR 2014-2020 N de l action 122 Améliorer la professionnalisation des élevages pour une meilleure rentabilité, une meilleure gestion des risques et un maintien des activités d élevages et de polycultureélevages en région

Plus en détail

Présentation de la problématique globale et Marketing des produits de créneaux

Présentation de la problématique globale et Marketing des produits de créneaux Présentation de la problématique globale et Marketing des produits de créneaux par Stéphane Maisonnas, Ph.D., professeur Chercheur principal de la Chaire Philippe-Pariseault en commercialisation des marchés

Plus en détail

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312)

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL DE FORMATION CHEF(FE) DE PROJETS MARKETING ET COMMERCIAL TITRE CERTIFIE

Plus en détail

La consommation des produits biologiques

La consommation des produits biologiques La Bio en France La consommation des produits biologiques Un marché de l ordre de 4 milliards d euros avec : 3,75 milliards d euros d achats de produits bio pour la consommation à domicile en 2011 158

Plus en détail

Science et technique. Recommandations pratiques d hygiène pour la fabrication du saucisson sec artisanal. Guide pratique

Science et technique. Recommandations pratiques d hygiène pour la fabrication du saucisson sec artisanal. Guide pratique CHRISTIEANS.qxd 19/01/2007 15:24 Page 181 La nouvelle législation communautaire fixant les règles d hygiène, avec l entrée en vigueur d un vaste plan révisé de la législation sur les aliments et l alimentation

Plus en détail

Enjeux et perspectives des industries agroalimentaires face à la volatilité du prix des matières premières. Janvier 2013

Enjeux et perspectives des industries agroalimentaires face à la volatilité du prix des matières premières. Janvier 2013 Enjeux et perspectives des industries agroalimentaires face à la volatilité du prix des matières premières Janvier 2013 Contexte et objectif Contexte Les industries agroalimentaires sont un secteur essentiel

Plus en détail

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD)

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) RAPPORT DE SYNTHESE DE L ATELIER REGIONAL DE VALIDATION DES RESULTATS DE LA PREMIERE PHASE DE L ETUDE DE FAISABILITE POUR LA MISE EN PLACE D UN MECANISME

Plus en détail

SOMMAIRE. 1- Comment ça marche p.3 2- Les utilisateurs p.4 3- Espace Fournisseur p.5-23

SOMMAIRE. 1- Comment ça marche p.3 2- Les utilisateurs p.4 3- Espace Fournisseur p.5-23 GUIDE PRODUCTEUR SOMMAIRE 1- Comment ça marche p.3 2- Les utilisateurs p.4 3- Espace Fournisseur p.5-23 3-1 Page d accueil p.6 3-2 Mon espace personnel p.7 3-3 Infos générales p.8-12 3-4 Produits réalisés

Plus en détail

Faits saillants du sondage sur la consommation des produits biologiques au Québec

Faits saillants du sondage sur la consommation des produits biologiques au Québec Faits saillants du sondage sur la consommation des produits biologiques au Québec Préparé par Filière biologique du Québec Lévis (Québec) Juin 2011 1. Profil des répondants Un échantillon de 718 personnes

Plus en détail

Cartographie de compétences d un entrepreneur

Cartographie de compétences d un entrepreneur Cartographie de compétences d un entrepreneur Mission générale L entrepreneur définit la stratégie générale de l entreprise et supervise sa mise en œuvre Principales activités L entrepreneur fixe les objectifs

Plus en détail

La recherche au Maroc

La recherche au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières La recherche au Maroc Octobre 1997 Document de travail n 23 La recherche au Maroc Octobre 1997 2 1- Etat des lieux Les dépenses en matière

Plus en détail

2 Rencontres Rhône-Alpine de FMC en Allergologie

2 Rencontres Rhône-Alpine de FMC en Allergologie 2 Rencontres Rhône-Alpine de FMC en Allergologie ALLERGIES ALIMENTAIRES LES ACTIONS DU GROUPE CASINO Philippe IMBERT : Directeur Qualité Groupe pimbert@groupe-casino.fr 01 61 44 70 86 Sommaire Le Groupe

Plus en détail

Phase 3 : Les solutions adéquates à votre démarche entrepreneuriale

Phase 3 : Les solutions adéquates à votre démarche entrepreneuriale Phase 3 : Les solutions adéquates à votre démarche entrepreneuriale Une fois que vous avez défini les besoins de votre clientèle, il faut que vous sachiez répondre aux solutions convaincantes en adéquation

Plus en détail

GROUPE SYNERGIE PME INC. 800, boul. René-Lévesque O., #161, Stn B, Montréal, QC, H3B 3J5 Tél. : 514.805.8448

GROUPE SYNERGIE PME INC. 800, boul. René-Lévesque O., #161, Stn B, Montréal, QC, H3B 3J5 Tél. : 514.805.8448 GROUPE SYNERGIE PME INC. Société spécialisée en développement des affaires AUGMENTATION DES VENTES 800, boul. René-Lévesque O., #161, Stn B, Montréal, QC, H3B 3J5 Tél. : 514.805.8448 AUGMENTATION DES VENTES

Plus en détail

l arrêté du 29 septembre 1997

l arrêté du 29 septembre 1997 FRANCAISE Texte de base : l arrêté du 29 septembre 1997 fixant les conditions d hygiène applicables dans les établissements de restauration collective à caractère social. Son contenu s articule autour

Plus en détail

Approvisionnement de la Restauration hors domicile en circuits courts en Ariège

Approvisionnement de la Restauration hors domicile en circuits courts en Ariège Approvisionnement de la Restauration hors domicile en circuits courts en Ariège Lancement d une plate-forme de distribution des produits locaux en 2011 Demande en produits locaux pour la RHD L Ariège s

Plus en détail

2. Fermes en vie Fiche-projet relocalisation de l agriculture

2. Fermes en vie Fiche-projet relocalisation de l agriculture 2. Fermes en vie Fiche-projet relocalisation de l agriculture Note de contexte Le secteur agricole est encore fort présent sur le territoire, mais il est soumis à nombre de facteurs d évolutions dont il

Plus en détail

AD printemps 2014. Assemblée des délégués FROMARTE jeudi 10 avril 2014 3001 Berne

AD printemps 2014. Assemblée des délégués FROMARTE jeudi 10 avril 2014 3001 Berne AD printemps 2014 Assemblée des délégués FROMARTE jeudi 10 avril 2014 3001 Berne AD printemps 2014 3. Évolution des conditions cadres du marché du lait / Présentation des Priorités 2014 2017 de FROMARTE

Plus en détail

Le Code Mutuel de Bonnes Pratiques en Elevage Caprin. Informations Janvier 2010

Le Code Mutuel de Bonnes Pratiques en Elevage Caprin. Informations Janvier 2010 Le Code Mutuel de Bonnes Pratiques en Elevage Caprin Informations Janvier 2010 Actus : La prime à la chèvre et le Code Mutuel Dans le cadre du bilan de santé de la PAC, il a été instauré une prime à la

Plus en détail

Consommation alimentaire de produits biologiques : Où en est-on?

Consommation alimentaire de produits biologiques : Où en est-on? Consommation alimentaire de produits biologiques : Juillet 2015 Où en est-on? En 2015, 88 % des Français ont consommé un produit bio (contre 75 % en 2013). 62 % déclarent en consommer au moins une fois

Plus en détail

Création d une structure/chaîne/filière pour l approvisionnement alimentaire local/régional

Création d une structure/chaîne/filière pour l approvisionnement alimentaire local/régional Création d une structure/chaîne/filière pour l approvisionnement alimentaire local/régional et ainsi créer de l emploi Développer l agriculture à taille humaine et durable Développer la production alimentaire

Plus en détail

Les signes de qualité des produits alimentaires

Les signes de qualité des produits alimentaires Technologie Professionnelle Cuisine Les signes de qualité des produits alimentaires BAC PROFESSIONNEL Restauration 1BAC HO Présentation généraleg 1] Les aspects réglementaires 2] Qu est-ce que la qualité?

Plus en détail

AVIS A.1231 SUR LES AVANT- PROJETS DE DÉCRETS CONJOINTS RELATIFS À LA RÉUTILISATION DES INFORMATIONS DU SECTEUR PUBLIC

AVIS A.1231 SUR LES AVANT- PROJETS DE DÉCRETS CONJOINTS RELATIFS À LA RÉUTILISATION DES INFORMATIONS DU SECTEUR PUBLIC AVIS A.1231 SUR LES AVANT- PROJETS DE DÉCRETS CONJOINTS RELATIFS À LA RÉUTILISATION DES INFORMATIONS DU SECTEUR PUBLIC ADOPTÉ PAR LE BUREAU DU CESW LE 7 SEPTEMBRE 2015 2015/A.1231 I. Introduction Le 4

Plus en détail

production d eaux embouteillées boissons rafraîchissantes sans alcool bières filière Attaché commercial commercial marketing www.cpnef.

production d eaux embouteillées boissons rafraîchissantes sans alcool bières filière Attaché commercial commercial marketing www.cpnef. production d eaux embouteillées boissons rafraîchissantes sans alcool bières filière Attaché commercial commercial marketing www.cpnef.info CQP validé par la CPNE de la branche «Production d eaux embouteillées,

Plus en détail

Le plan d action marketing et commercial : De la réflexion marketing à l action commerciale

Le plan d action marketing et commercial : De la réflexion marketing à l action commerciale Le plan d action marketing et : De la réflexion marketing à l action e Un document qui oblige à réfléchir et à prendre du recul sur l activité, en mêlant l analyse marketing à l action e 1 L analyse marketing

Plus en détail

Jean Pascal Chirat. Vice Président de la Fédération Française des Négociants en Appareils Sanitaires

Jean Pascal Chirat. Vice Président de la Fédération Française des Négociants en Appareils Sanitaires Jean Pascal Chirat Vice Président de la Fédération Française des Négociants en Appareils Sanitaires Intervention Fnas Plan de l intervention Etat énergétique du parc des logements français selon les: Etiquettes

Plus en détail

Producteur individuel ou sociétaire (GAEC, EARL,...) R A. Fabrication à la FERME. Pot à lait

Producteur individuel ou sociétaire (GAEC, EARL,...) R A. Fabrication à la FERME. Pot à lait Filière lait biologique en oire-tlantique e lait de vache bio en 2010 2,2 millions de litres de lait io ont été produits en oire-tlantique. ait frais cru ype de filière Filière courte Filière longue 2,5%

Plus en détail

Quel marché de capacité pour maîtriser la pointe électrique?

Quel marché de capacité pour maîtriser la pointe électrique? Zoom On Electricité Quel marché de capacité pour maîtriser la pointe électrique? Zoom On Electricité Le 8 février 2012, la consommation électrique de pointe de la France a atteint un niveau record de 102

Plus en détail

Spécificités (bio) suisses. Jacques-Pascal Cusin Séminaire Agence Bio SIA 2008 PARIS

Spécificités (bio) suisses. Jacques-Pascal Cusin Séminaire Agence Bio SIA 2008 PARIS Spécificités (bio) suisses Jacques-Pascal Cusin Séminaire Agence Bio SIA 2008 PARIS Sommaire 1. Panorama agricole 2. Dates bio clé 3. Evolution 4. Segmentation marché 5. IRAB/FIBL 6. Bio Suisse a. Prérogatives

Plus en détail

PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR. Date. Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcom-conseil.com

PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR. Date. Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcom-conseil.com PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR Date Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcomconseil.com SOMMAIRE SOMMAIRE...2 LE PORTEUR...4 L IDEE DE DEPART...5 L ETUDE DE MARCHE...6 Le marché et son environnement...6

Plus en détail

{Licence STAPS 98-99.C2.C. Cours de gestion de Fabrice} 1. LE CHOIX DE LA CIBLE...2 2. LA RUMEUR...2 3. FIXATION DU PRIX...2

{Licence STAPS 98-99.C2.C. Cours de gestion de Fabrice} 1. LE CHOIX DE LA CIBLE...2 2. LA RUMEUR...2 3. FIXATION DU PRIX...2 LA DEMARCHE EN MARKETING Le 10 Mars 1999 4 ème Cours {Licence STAPS 98-99.C2.C. Cours de gestion de Fabrice} 1. LE CHOIX DE LA CIBLE...2 2. LA RUMEUR...2 3. FIXATION DU PRIX...2 4. LES DIFFERENTS SERVICES

Plus en détail

L Agroindicateur. Revenu d un milliard : un nouveau seuil? Septembre 2015

L Agroindicateur. Revenu d un milliard : un nouveau seuil? Septembre 2015 L Agroindicateur Septembre 2015 Revenu d un milliard : un nouveau seuil? La conjoncture 2015 permet d envisager que le revenu net total des entreprises agricoles québécoises devrait se situer autour d

Plus en détail

Chèvrerie de l@ Joanna / N 1

Chèvrerie de l@ Joanna / N 1 Chèvrerie de l@ Joanna / N 1 Communication Avril 2015 Sur la commune de Brindas (69) dans la plaine de «La Pras», Que se passe-t-il en Avril à la ferme Race : Alpine chamoisée De la part de Sandrine Il

Plus en détail

Communiqué 21 octobre 2009

Communiqué 21 octobre 2009 Communiqué 21 octobre 2009 Les surcoûts du programme d électricité éolienne et photovoltaïque doivent être compensés par une politique industrielle ambitieuse. La France a consommé en 2008 environ 485

Plus en détail

ACTION 3.1. : CREATION D UN CAHIER DES CHARGES

ACTION 3.1. : CREATION D UN CAHIER DES CHARGES ACTION 3.1. : CREATION D UN CAHIER DES CHARGES Contexte et Objectifs : La commercialisation et la promotion des produits agricoles locaux dans le contexte actuel s effectuent avec plus de succès si des

Plus en détail

Modèle/Exemple - Business plan

Modèle/Exemple - Business plan Modèle/Exemple - Business plan Insérez ici le logo de votre enseigne/société NOM/Prénom Addresse 1 Addresse 2 Ville Code Postal Téléphone Fax Mobile E-mail Site Internet Sommaire Page 1. Introduction -

Plus en détail

Belgique et Protocole de Kyoto : état des lieux et perspectives

Belgique et Protocole de Kyoto : état des lieux et perspectives Belgique et Protocole de Kyoto : état des lieux et perspectives Février 2008 0. Préambule...2 1. Kyoto : où en est-on aujourd hui en Belgique?...3 2. La Belgique en bonne voie pour remplir ses engagements?...5

Plus en détail

Profiter des avantages d ISO 9001

Profiter des avantages d ISO 9001 ISO 9001 Profiter des avantages d ISO 9001 ISO 9001 est une norme qui établit les exigences relatives à un système de management de la qualité. Elle aide les entreprises et organismes à gagner en efficacité

Plus en détail

Comité Lait de chèvre

Comité Lait de chèvre Comité Lait de chèvre Point de conjoncture 2 avril 2015 FranceAgriMer - Montreuil France 2014 : Baisse légère du cheptel caprin 1 000 têtes 1600 1400 1200 1000 800 600 400 200 115 120 122 117 121 862 872

Plus en détail

La Bio en France : repères

La Bio en France : repères La Bio en France : repères Plus d un million d hectares engagés en bio fin 25 467 producteurs engagés en bio en et plus de 26 211 au 30 juin 2014 12 577 transformateurs, distributeurs et importateurs Evolution

Plus en détail

AVIS DU CONSEIL DE LA JEUNESSE Vers un Conseil fédéral de la publicité

AVIS DU CONSEIL DE LA JEUNESSE Vers un Conseil fédéral de la publicité AVIS DU CONSEIL DE LA JEUNESSE Vers un Conseil fédéral de la publicité INTRODUCTION Dans le débat sur la publicité qui oppose adversaires et partisans, il est une question essentielle, celle de son contrôle.

Plus en détail

Comment améliorer l image et la visibilité de nos produits de volailles?

Comment améliorer l image et la visibilité de nos produits de volailles? Comment améliorer l image et la visibilité de nos produits de volailles? Colot Catherine et Couvreur Pierre-Antoine, chefs de projet du Conseil de filière des secteurs avicole et cunicole L objectif principal

Plus en détail

La démarche d intelligence économique

La démarche d intelligence économique PROGRAMME D APPUI AU COMMERCE ET À L INTÉGRATION RÉGIONALE Un programme financé par l Union européenne RENFORCEMENT DE LA COMPETITIVITE DES ENTREPRISES ET INTELLIGENCE ECONOMIQUE MARINA SAUZET CONSULTANTE

Plus en détail