Baromètre intimité client tout se transforme CSC

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Baromètre intimité client 2012. tout se transforme CSC"

Transcription

1 Baromètre intimité client 2012 tout se transforme CSC

2 Copyright CSC All rights reserved. 2

3 CSC À L ÉCOUTE DES TENDANCES Dans le cadre de son programme I.D.E.A.S (Inspiration, Debate, Executive, Annual Surveys), CSC réalise tous les ans plusieurs baromètres pour analyser à l échelle européenne les tendances et les perspectives des fonctions stratégiques de l entreprise (ressources humaines, marketing, finance, informatique, achats). Ces études, réalisées avec le soutien d instituts de sondage (IFOP et TNS Sofres), interrogent pour chacune de ces éditions une centaine de dirigeants des plus grandes entreprises et administrations publiques en Europe. Révélés lors d événements de prestige, organisés dans plusieurs villes européennes (Paris, Madrid, Barcelone, Milan ), les résultats de ces études sont également relayés par des partenaires médias (Les Échos, La Tribune, Challenges, L Expansion, Liaisons sociales, Il Sole 24 ORE ) et académiques (universités et grandes écoles). 3

4 4 Baromètre intimité client 2012 tout se transforme

5 SOMMAIRE 1 Analyse Page 9 12 résultats Page témoignages Page TIRER PARTI DE LA CRISE 42. Eric Audoin. Directeur Général - American Express Voyages d Affaires 44. François-Daniel Migeon. Directeur Général de la Modernisation de l'etat - DGME 46. Laurent Delmas. Directeur Général, France - Edenred 48. Chantal Pierre. Directrice Commerciale France - Fraikin 50. Le CLIENT reste au cœur 52. Michael Haenlein. Professeur Associé - ESCP Europe 54. Eric Lestanguet. Directeur de la Relation Client - Groupe GDF SUEZ 56. Sylvie Joseph. Directrice Marketing, Innovation et Relation Clients - Groupe La Poste (Courrier) 58. Frédéric Monssu. Directeur Général - Guy Hoquet L immobilier 60. Philippe Pétré. Directeur de la Distribution Multicanal - La Banque Postale 62. Nathalie Wright. Directrice de la Division Grandes Entreprises & Alliances - Microsoft France 64. Mouloud Dey. Directeur Business Solutions - SAS 66. Le monde est (aussi) DIGITAL 68. Virginie Fauvel. Responsable Banque en Ligne - BNP Paribas 70. Sadik Filipovic. Directeur Associé - CSC 72. Philippe Bernard. Executive Vice President, Sales & Care Europe - Orange 74. Patrick Hoffstetter. Directeur Digital Factory - Renault 76. DES MEDIAS SOCIAUX à comprendre et exploiter 78. Grégory Pouy. Directeur des Médias Sociaux - Agence Nurun 80. Pierre Gomy. Chief Marketing Officer - Millward Brown 82. Danny Rippon. EMEA CRM Sales Development Director - Oracle 84. Michel Mimran. Directeur Marketing - Paris Saint-Germain 86. Jean-Louis Baffier. Vice-Président Sales Engineering Europe - Salesforce.com 88. Gilles Achache. Président - Scan-research 90. De la PERSONNALISATION, encore 92. Nicolas Cron. Directeur Général France et VP Europe du Sud - CDC Software 94. Christophe Amouroux. Partner - CSC 96. François Laxalt. Responsable Marchés et Innovations - Neolane 98. Guillaume Bataille. Directeur Général - Poclain Hydraulics 100. Reynald Chapuis. Directeur Multicanal - Pôle Emploi 4 1 L'INTIMITÉ CLIENT COMME AXE STRATÉGIQUE DIFFÉRENCIANT Page 103 5

6 Le Baromètre Intimité Client est une étude réalisée pour la 2 ème année par CSC, en partenariat avec Challenges et TNS Sofres. Il est basé sur une analyse quantitative des tendances et perspectives des directions marketing, commercial, distribution et relation client, auprès d un échantillon de grandes entreprises européennes. 6

7 BAROMÈTRE intimité client UNE étude européenne tout se transforme Démarche et méthodologie La deuxième édition du Baromètre Intimité Client repose sur une collaboration avec l institut de sondage TNS Sofres auprès d un échantillon de directeurs marketing, commercial, distribution et relation client appartenant à des entreprises européennes, dont la taille est supérieure à salariés. Ces dirigeants ont été interrogés sur la position, les préoccupations, les performances et les perspectives des fonctions marketing, commercial, distribution et relation client. Méthode d interview Le questionnaire a été réalisé par l institut TNS Sofres, selon la méthode CATI (Computer Assisted Telephone Interview), en novembre Cible et échantillon Entreprises privées et semi-publiques : -- comprenant un effectif salarié minimum de personnes, -- localisées en France, Allemagne, Royaume-Uni, Italie, Espagne, Belgique et Portugal. 80 responsables ont été interrogés (sans objectifs détaillés en termes de secteur d activité). Ils représentent les fonctions cibles suivantes : -- directeur ou responsable marketing, commercial, distribution, relation client. In fine, un redressement de l échantillon a été effectué afin d assurer sa représentativité par rapport à la population des entreprises des secteurs d activité cibles comprenant au moins salariés. 7

8 8

9 1 tout se transforme Baromètre intimité client 2012 analyse 9

10 analyse BAROMÈTRE intimité client 2012 CRISE ET INTIMITÉ CLIENT : QU'EST-CE-QUI A CHANGÉ DANS L'APPROCHE DE LA RELATION CLIENT PAR LES ORGANISATIONS? 10

11 LE BAROMÈTRE INTIMITÉ CLIENT 2012 MET EN LUMIÈRE LES STRATÉGIES DE RELATION CLIENT QUE METTENT EN ŒUVRE LES LEADERS DANS UN CONTEXTE DE CRISE NON SEULEMENT DURABLE MAIS ÉGALEMENT DE PLUS EN PLUS IMPRÉVISIBLE. UNE CRISE DURABLE ET DE PLUS EN PLUS IMPRÉVISIBLE Clients souvent inquiets, parfois désorientés et de plus en plus méfiants, à la recherche de repères - notamment auprès des marques -, foisonnement d'offres de produits et services manquant souvent de lisibilité, baisse du pouvoir d'achat des ménages et manque de liquidités des entreprises, perte de confiance dans le politique et l'économique : 2012 marque un tournant dans l'évolution de la relation entre les clients (tant B-to-C que B-to-B), et les entreprises offrant leurs services à des marchés de plus en plus globaux. La crise démarrée en 2008, d'abord financière, puis économique et désormais sociale, est certes durable mais avant tout imprévisible : que ce soit du côté des entreprises ou de leurs clients, chaque journée apporte son lot d'impondérables. Cette absence de visibilité nécessite une compréhension beaucoup plus fine des attentes clients, une réactivité accrue et une meilleure capacité à anticiper les évolutions comportementales. Renforcement de la distribution crosscanal, amélioration de la lisibilité et simplification des offres proposées, opportunités offertes par le Cloud pour adapter investissements et ressources et être plus flexibles, pilotage du niveau de profitabilité de chaque client, plus grande sélectivité dans les offres, les canaux et les clients adressés, amélioration de la fluidité dans la connaissance et le traitement des clients sur l'ensemble de leur parcours, développement de politiques de services différenciantes : les leaders en matière d'intimité Client ont intégré ces mutations et ont su tirer parti de la crise en adaptant l'ensemble des composantes de leur modèle opérationnel, et ce en quasi temps réel. 11

12 CONDUITE D'UNE STRATéGIE D'INTIMITÉ CLIENT UN FORT IMPACT SUR LE MODèLE OPéRATIONNEL Les études menées dans le cadre du programme de recherche international de CSC montrent que les entreprises ont le choix entre trois approches du marché orientées client, aboutissant à des modèles opérationnels très différents. Les entreprises privilégiant l'excellence Opérationnelle cherchent à prendre la 1 ère place en termes de prix et de commodité. Elles fournissent des produits qui se situent dans la moyenne du marché, au meilleur prix, avec un minimum de contraintes. Les entreprises misant sur la Supériorité Produit innovent sans cesse, s'attachant à produire un flux continu de produits et de services toujours plus performants, en avance sur leur marché, s'appuyant sur une sensibilité moindre de leurs clients au prix et une diffusion très large de leur offre. Les entreprises se focalisant sur l'intimité Client cherchent à offrir ce que veut chaque client plutôt que ce que veut le marché dans son ensemble. Adaptant en permanence leurs produits et services en fonction d'une définition de plus en plus précise du client, elles cultivent des relations et se spécialisent dans la satisfaction de besoins qu elles sont parfois les seules à discerner en raison de leur proximité avec leurs clients. Ce cadre d'analyse montre ainsi que les entreprises leaders sur leur marché en matière d'intimité Client savent satisfaire les attentes de leurs clients dans les trois disciplines de valeur, tout en excellant sur l'axe Intimité Client, au travers d'un modèle opérationnel mettant l'accent sur : une connaissance fine de leur environnement de marché (attentes et besoins clients, positionnement concurrentiel, ) ; une parfaite satisfaction des exigences clients, sur l'ensemble de leur parcours d'interaction avec l'entreprise, et pas seulement au moment de l'acte de vente (information, avant-vente, vente et après-vente) ; une recherche de la profitabilité maximale, basée sur le "potentiel client" dans la durée et non réduite à la seule transaction (en appréhendant finement la valeur perçue, par leurs clients, de leur offre de produits et services) ; une adaptation permanente et une personnalisation des cycles de conception, développement et commercialisation de produits et services de plus en plus courts, favorisant une réactivité accrue aux sollicitations, une amélioration continue de la lisibilité de l'offre, une évolution continue des modèles de tarification et une approche résolument interactive de la relation client, tant directe qu'indirecte. Cette proximité passe également par la création d'une intimité relationnelle dans un environnement où l'organisation maîtrise de moins en moins directement cette intimité, agissant dès lors comme le véritable chef d'orchestre d'une relation qui lui échappe et dont elle n'est plus la seule partie prenante. Pour plus de détails sur la déclinaison du modèle CSC des disciplines de valeur, reportez-vous à la section 4. 12

13 Le Baromètre Intimité Client fait ressortir trois enjeux majeurs pour les organisations : la personnalisation de masse, une plus grande sélectivité dans le mix [Offre / Client / Canal] et l'utilisation des nouvelles technologies supportant les nécessaires évolutions de leur modèle opérationnel. Des enjeux qui permettront le développement d'une Intimité Client Augmentée dans la durée. Stratégie offre / client / canal Principales caractéristiques d'un modèle opérationnel supportant une stratégie d'intimité Client 1 2 management et systèmes de pilotage structure rolês Compétences 5 processus valeurs et culture d'entreprise 3 4 systèmes d'information 1 -- P&L client vs. produit -- Valorisation dans la durée vs. à la transaction -- Sélectivité des clients les plus profitables -- Indicateurs alignés pour toutes les fonctions de l'entreprise (relation client, production et exploitation, RH, SI, DAF, etc.) 2 -- Transparence -- "Empowerment" du terrain -- Fonctionnement en réseau // Equité -- Client = partenaire -- Renforcement du rôle de l'humain dans la relation avec les clients 3 -- Organisation décentralisée -- Implication du terrain -- Mise en avant des structures client -- Interaction marketing, commercial et relation client -- Organisation nativement crosscanal 4 -- Convergence des frontaux client / vendeur -- Découplage du back et front-office -- Interopérabilité multicanal // Développement de la mobilité -- Multiplicité des DWH et analyse BI en temps réel -- Migration vers le Cloud (SI CRM et analytique) 5 -- Fort décloisonnement interne / externe -- Intégration accrue entre production, marketing et commercialisation // Fin des approches en silo -- Prise en compte du client dans les cycles amont -- Développement du crosscanal interopérable et interruptible 13

14 DES MUTATIONS MAJEURES ENGENDREES PAR LA CRISE La première des mutations est bien évidemment économique : dans la plupart des économies occidentales, le produit national brut 2011 n a pas encore retrouvé son niveau de Dans ce contexte de décroissance "durable", les entreprises et les consommateurs sont soumis à une pression sans précédent : les premières doivent maintenir leur profitabilité sur des marchés de plus en plus difficiles ; les seconds tentent de maintenir leur niveau de consommation, sans trop puiser dans leurs liquidités ; ils réagissent à cette contrainte de deux manières : en focalisant une partie des dépenses sur les "bonnes affaires" via les soldes, ventes privées ou offres "premiers prix", et en recherchant une "expérience" d usage ou d achat unique, qui leur apporte une valeur ajoutée en termes de services ou de valorisation personnelle. Ensuite, ce durcissement des conditions économiques, qui met sous pression le pouvoir d achat, s accompagne d une augmentation de l intensité concurrentielle, souvent encouragée par l Etat : arrivée d un quatrième opérateur mobile, émergence de nouveaux canaux TNT, ouverture du secteur du transport ferroviaire à la concurrence, etc. Ce qui aggrave encore la situation des entreprises des secteurs concernés. Enfin, au-delà de ces impacts directs sur la profitabilité des entreprises, la crise a également révélé des évolutions de comportements latents qui émergent maintenant au grand jour et dont les médias sociaux sont un vecteur idéal : dépassés par des enjeux sur lesquels ils ont le sentiment de ne pas avoir de prise (crise économique, éclatement des marchés financiers, mondialisation, etc.), les consommateurs se recentrent sur leur environnement immédiat dont les marques et les produits qu ils achètent font partie - un environnement de proximité, sur lequel ils jugent être plus à même d'influer ; ainsi, 36% 1 des internautes connectés sur un média social ont effectué un "post" sur une expérience de consommation, un nombre significatif d'entre eux souhaitant même interagir avec les marques de façon plus étroite afin d influer sur la conception des futurs produits ou les campagnes de publicité afférentes ; les clients sont de plus en plus informés et "professionnels" dans leur acte d achat ; non contents de comparer l ensemble des offres, ils n hésitent plus à demander de l information sur l ensemble des plateformes sociales et à acquérir par là-même des avis circonstanciés sur les produits qui les intéressent, et ce d autant plus que ces avis sont émis par des proches (c est "l économie de la recommandation", visible tant en environnement B-to-C que B-to-B) ; l amplification de l expérience "offline", rendue possible par l ensemble des médias sociaux, implique un retour à l essence de l expérience client sur l'ensemble du parcours-client (le service rendu est-il de bonne qualité? les processus de livraison / mise en service se déroulent-ils bien? le SAV est-il disponible?) plus qu à la communication "pure" et à l image véhiculée par la publicité, qu'elle soit institutionnelle ou commerciale ; Face à une crise durable et imprévisible, les entreprises doivent s'adapter aux mutations économiques, à l'augmentation de l'intensité concurrentielle et aux évolutions des comportements latents, tant en B-to-C qu'en B-to-B. enfin, contrairement à une idée souvent véhiculée, il est inexact de dire que les clients ne communiquent que sur des expériences négatives ; dans les faits, le % d'internautes "postant" des commentaires positifs est même supérieur 1. En synthèse, conséquence des 30 "piteuses" ( ), tout se passe comme si les clients ne se comportaient plus en enfants choyés de la croissance mais en consommateurs avertis et précautionneux, qui savent reconnaître les mérites des entreprises qui se montrent dignes de leurs attentes mais sont dès lors plus impitoyables lorsque la valeur attendue - et souvent affirmée par les entreprises - n est pas au rendez-vous. Cette "zone de tolérance" consumériste est de plus en plus mince. 1. Source : enquête "Social Media around the world 2011" - InSites Consulting, 2ème trimestre 2011 // Quand un internaute (en Europe) partage une information sur un produit, une marque, une entreprise, c'est pour témoigner, dans 61% des cas, d'une expérience positive contre, dans 46% des cas, d'une expérience négative. 14

15 41% Axe stratégique prioritaire pour 41% des entreprises interrogées, l'intimité Client peut néanmoins susciter des interrogations : dois-je continuer à investir si les consommateurs se ruent sur la dernière promotion proposée sur Internet? Et pourquoi maintenir des niveaux de qualité de service élevés lorsque le prix devient le critère principal? Autant d'interrogations auxquelles les leaders ont répondu par l'industrialisation et la focalisation sur certains segments de clients. UNE CRISE QUI POURRAIT SEMBLER REMETTRE EN CAUSE LA DISCIPLINE DE VALEUR "INTIMITÉ CLIENT" La deuxième édition du Baromètre Intimité Client montre que l Intimité Client reste l'axe stratégique prioritaire pour 41% des entreprises interrogées, même si cette proportion baisse par rapport à 2011 (-12 points). Bien que 33% des entreprises fondent leur stratégie sur le concept d Excellence Opérationnelle et 26% sur la Supériorité Produit (+12 points vs. 2011), la grande majorité met en avant la nécessité de mieux valoriser la relation développée avec leurs clients (tant B-to-C que B-to-B) au travers d'une plus grande lisibilité de leur offre, d'un élargissement des modes d'interaction mieux coordonnés entre eux (où les canaux dématérialisés redeviennent prioritaires en matière d'investissement à 71%) et d'une sélectivité accrue des investissements au service des clients les plus profitables dans la durée. Pris dans la tourmente d une concurrence exacerbée, certaines entreprises ont parfois eu tendance à se replier sur ce qu elles pensent savoir faire le mieux : maîtriser les coûts, rationaliser leur fonctionnement, décaler des projets au ROI non directement démontrable - au détriment du RONI 2 -, aligner leur niveau de prestation vers un "moins-disant serviciel". Et ce plutôt que de repenser leur modèle de relation avec leurs clients, proposer une expérience de consommation ou d achat unique, investir afin de simplifier leurs offres et les rendre plus lisibles, repenser leur modèle de tarification pour intégrer les contraintes de liquidités, etc. En effet, pourquoi investir dans l Intimité Client si les consommateurs se ruent sur la dernière promotion proposée sur Internet? Et pourquoi maintenir des niveaux de qualité de service élevés lorsque le prix devient le critère principal? principal l'intimité Client se sont interrogées : est-ce que tous les investissements effectués dans mes réseaux de distribution, mes canaux d interaction, la richesse de mon offre, ma capacité à segmenter et à différencier ma clientèle en place vont payer un jour? Ou bien l Intimité Client n était-elle qu adaptée à un monde en croissance, que nous avons laissé derrière nous depuis mi-2008? En analysant les résultats du Baromètre Intimité Client 2012, on constate au contraire que, loin de disparaître, la discipline de valeur Intimité Client ne prend que plus de relief car elle permet de se différencier dans un environnement concurrentiel où le service et/ ou le produit tend à se banaliser et donc à se "commoditiser", tant dans sa conception que sa distribution. Simplement, sa traduction opérationnelle change de nature : plutôt que d être une simple devise inscrite au fronton des entreprises, elle se doit de : 1. s industrialiser ; 2. se focaliser sur certains segments de clients pour renforcer sa pertinence et permettre aux entreprises de sortir par le haut du cycle actuel. Ainsi, en 2012, la frontière entre stratégies de développement fondées sur l'intimité Client d'une part, et la Supériorité Produit d'autre part, semble s'estomper : les entreprises mettent tout en œuvre pour proposer des offres réellement différenciantes (tant dans leur conception que dans la manière de les porter sur le marché), plus finement tarifées, sur un ensemble de canaux largement intégrés entre eux, et ce afin de renforcer une "expérience client" qui utilise au mieux les nouveaux canaux d interaction (interactivité, disponibilité) tout en réservant une place de choix à l humain (conseil, complicité). A titre d illustration, 38% des entreprises interrogées affichent comme objectif de simplifier l'expérience client et d'améliorer la qualité des interactions avec leurs clients, et 31% d'adapter l'offre pour mieux répondre aux besoins de leurs clients. Contrairement au modèle privilégiant la seule Excellence Opérationnelle, certaines entreprises ayant choisi comme axe de différenciation 2. Risk Of Non-Investment. 15

16 Aujourd hui, la plupart des entreprises sont en capacité d'adopter les bonnes pratiques de l artisan sans renoncer à leur logique de grands volumes, en B-to-B comme en B-to-C. Les technologies facilitent l'accès à cette "personnalisation de masse" qui permet d industrialiser la relation client sans toutefois l homogénéiser. LA DIFFéRENCIATION PAR LA MISE EN ŒUVRE DE STRATéGIE DE PERSONNALISATION DE MASSE L'évocation de la personnalisation d un produit et des services qui l accompagnent fait écho à l artisan capable, tant par son accueil, les attentions qu il déploie, la "touche" qu il met à ses produits, d engendrer satisfaction, fidélité et acceptation d'un "premium" par sa clientèle. Aujourd hui, la plupart des entreprises sont en capacité d'adopter les bonnes pratiques de l artisan sans renoncer à leur logique de grands volumes, en B-to-B comme en B-to-C ; les technologies facilitent l'accès à cette "personnalisation de masse" qui permet d industrialiser la relation client sans toutefois l homogénéiser. Quelques exemples peuvent aider à mieux cerner ce concept : Elargissement presque infini de la gamme d offres, via un catalogue dynamique d éléments unitaires composables à sa guise par le client ; demain, les contrats d assurance, les offres bancaires, les forfaits mobiles, etc. apparaîtront chacun comme uniques, adaptés à l usage et aux envies de chaque client et non du marché dans son ensemble ; Personnalisation des canaux d interaction : cette voie peut prendre une forme douce (ex. adaptation de la page Internet, en fonction du profil, des dernières interactions client, etc.), ou plus "forcée" (ex. tarification différenciée si un client est adepte des canaux "self-service", généralement moins coûteux pour l'entreprise sur des demandes simples, nécessitant peu de conseil) ; Ouverture aux clients les plus intéressés des plateformes d interaction sur les processus de l entreprise, depuis la création produit ("idéation" et développement) jusqu au service après-vente : près d'1 entreprise interrogée sur 5 considère effectivement ses clients comme de véritables partenaires devant être intégrés dans les phases de conception d'offre, et 46% utilisent les médias sociaux pour converser en ligne avec leurs clients ; Proposition d une tarification plus dynamique et des modalités de paiements associées (ex. pay-per-use, locationacquisition), dépendant des caractéristiques du client (fidélité, attachement à la marque) et intégrant ses contraintes en matière de pouvoir d'achat et de liquidités, plus que de la nature du produit lui-même ; Enfin, capacité à collecter, stocker et traiter l ensemble des informations clients qu elles soient structurées (lors d une transaction) ou non structurées (médias sociaux, de réclamation, etc.) ; l exploitation peut être prédictive (pousser, sur un canal, l offre qui a le plus de chances d être acceptée) ou analytique (identifier les goûts complémentaires de certains clients). Ainsi, 45% des entreprises interrogées utilisent l'information collectée pour améliorer la qualité de leurs interactions, 38% pour améliorer leur offre et 37% pour corriger des problèmes de processus ou d'organisation. Tout l enjeu pour les entreprises qui adoptent ce modèle est de savoir combiner lisibilité de l offre et richesse des options d interaction et de configuration. Afin de résoudre cette apparente contradiction, celles-ci doivent travailler à la fois sur : 16

17 Une promesse de marque claire et facilement identifiable ; Des processus et des outils permettant de simplifier la richesse des choix possibles et de guider le client avec beaucoup de pédagogie ; La transparence sur les caractéristiques et les limites de l offre souscrite (ex. pas de conseiller dédié), les modalités tarifaires et les options possibles. La combinaison de ces trois réponses, loin de "commoditiser" l'offre, permet au contraire de délivrer une valeur ajoutée réellement différenciante : la capacité qu'a une entreprise à accompagner ses clients dans leur choix, à leur simplifier l'achat en les confortant dans le fait que l'offre leur correspond parfaitement dans toutes ses dimensions (produits et services, usage, niveaux et principes tarifaires, accompagnement amont et aval sur le parcours, etc.) tout en "réenchantant" cet acte d'achat, est désormais considérée comme un axe de valeur ajoutée majeur par le marché. Promesse de marque claire et facilement identifiable, processus et outils simplifiant la richesse des choix possibles et guidant le client avec beaucoup de pédagogie, transparence sur les caractéristiques et les limites de l offre souscrite, les modalités tarifaires et les options possibles : autant de réponses apportées en période de crise par les leaders en matière d'intimité Client. Pour les leaders, la mise en œuvre d'une stratégie d'intimité Client basée sur ces fondamentaux impacte l ensemble des composantes de leur modèle opérationnel. Sans remettre en cause les fondementsmêmes du modèle (cf. supra), la personnalisation de masse impose une industrialisation plus poussée et donc un recours plus intensif aux technologies de d information, afin de nourrir intelligemment les interactions avec les clients. Personnalisation de masse : "à chacun selon ses besoins" Principaux impacts sur le modèle opérationnel d'une approche de personnalisation de masse 1 2 management et systèmes de pilotage valeurs et culture d'entreprise 1 -- P&L par client et extrapolé dans la durée -- Apparition de nouvelles métriques : niveau d'engagement, qualité des informations recueillies, etc. 5 processus structure rolês Compétences systèmes d'information -- Forte valorisation des esprits analytiques -- Culture affirmée de la simplicité de l'offre, même si celle-ci nécessite une complexité masquée -- Transparence sur les caractéristiques de l'offre 3 -- Structures très différentes en fonction des attentes client : acteurs "terrain" humains et physiques / web personnalisés 4 -- Capacité à capturer, stocker, traiter et partager les "big data" -- Catalogue produits de composantes unitaires dynamiques -- Algorithme de personnalisation des canaux d'interaction -- Moteur de préconisation en temps réel 5 -- Souplesse et modularité des processus de production et de service -- Processus collaboratifs via des plateformes sociales ou privatives 17

18 Pour les leaders, développer une stratégie d'intimité Client revient à être plus sélectif sur les clients adressés, les offres proposées et les canaux offerts à chaque client ou segment de clients. Cette capacité à rester sélectif n'est que le reflet d'une stratégie bien définie, qui permet de passer d'une logique du "tout partout pour tout le monde" à une stratégie "d'offre ciblée en temps réel sur les meilleurs segments via le bon canal". La focalisation sur des clients choisis avec qui nouer des relations dans la durée, mutuellement profitables Fondement même de toute stratégie d'intimité Client, la sélectivité et la focalisation sur des clients profitables dans la durée avec qui nourrir des relations profondes apparaissent comme les approches privilégiées par les leaders. Les entreprises qui choisissent cette voix doivent à la fois banaliser une offre de base pour ne pas s aliéner leur parc clients actuel tout en développant des approches réellement dédiées à la satisfaction de certains segments privilégiés sur lesquels elles focalisent leurs ressources. Ainsi, alors même qu'aucune n'annonçait cet item comme réellement stratégique en 2011, près de 10% des entreprises interrogées en font leur fer de lance. Dans le même temps, les stratégies basées sur la seule recherche de volumes sont remises en cause (privilégiées par 22% des entreprises interrogées contre 26% en 2011), au profit de stratégies plus sélectives sur l'ensemble des composantes du mix : Les clients d'abord : pour les entreprises, il s'agit de hiérarchiser la profondeur et la nature de leurs relations avec leurs clients afin de les adapter au niveau de contribution future attendue ; 32% des interviewés estiment avoir investi dans la personnalisation de la relation client sur l'ensemble des canaux, et 22% jugent ce thème prioritaire pour les deux prochaines années. Plutôt que d'adresser très largement leur marché, les leaders préfèrent prioriser des investissements limités sur les populations les plus rentables, à même de valoriser les offres proposées, sans pour autant diminuer la fréquence des interactions. En ciblant mieux l'usage des différents médias par grand segment de clients, ils sont à même de proposer à chaque segment les meilleures offres via les canaux les plus adaptés, dédiant à certains segments peu contributifs ou moins exigeants des offres "banalisées" et peu coûteuses en terme de distribution, et concentrant leurs efforts sur les marchés les plus profitables, avec une palette de canaux dématérialisés ou non, et des catalogues d'offres étendues mais ciblant plus finement chaque client en fonction de son historique, de sa valeur et de son potentiel (exploitant ainsi les informations collectées à des fins prédictives pour lesquelles 23% des interviewés estiment que c'est un sujet à adresser de manière prioritaire au cours des deux prochaines années) ; Les produits et services ensuite : les entreprises qui choisissent ce modèle préfèrent à une offre foisonnante, une déclinaison de leurs services selon 2 modèles : -- Une offre banalisée pour le "tout venant", permettant de satisfaire des besoins de base à coût (et donc prix) compétitif ; -- Une offre personnalisable et orientée vers la satisfaction de besoins spécifiques d une clientèle plus exigeante et prête à y mettre le prix ; plutôt que d industrialiser un catalogue comme dans le modèle précédent, ces entreprises laissent à leurs canaux une grande souplesse dans la personnalisation de l offre, des services complémentaires et des attentions, qui ne sont même pas prévus au catalogue. Ainsi, les clients se trouvent satisfaits par une grande sélectivité des offres proposées et les entreprises les rejoignent puisqu elles sont 60% à estimer que la personnalisation de l offre constituera, dans les deux prochaines années, le cœur des investissements en matière d Intimité Client ; 18

19 -- Au-delà, il s'agit d'intégrer les meilleurs clients au sein des processus et de la définition de l offre de l entreprise ; ce qui nous semblait très innovant en 2011 est en passe de se réaliser puisque 18% des interviewés associent effectivement les clients à leur fonctionnement. Les canaux enfin : la mixité des canaux de distribution proposés au marché, même si elle reste un élément majeur de toute stratégie réussie d'intimité Client, doit se faire dans une logique de plus grande efficience de la contribution de chaque canal à la profitabilité client ; même si 71% des interviewés considèrent Internet comme un canal prioritaire, 52% mettent en avant les courriers papier et le mail, 44% les commerciaux "terrain" et 42% les réseaux de distribution physique. Encore plus qu'en 2011, l'interopérabilité des canaux entre eux, et la capacité des entreprises à proposer plusieurs canaux d'interaction apparaissent comme deux enjeuxclés pour les leaders ; et ce même s'ils sont désormais plus attentifs à la contribution effective de chaque canal en fonction 1. de l'étape du parcours-client et 2. du niveau de rentabilité de chaque interaction. Ainsi, la capacité à mieux sélectionner les différents canaux proposés à chaque segment de client revêt une importance accrue afin de parvenir à un juste équilibre entre coût du canal, attentes du marché et niveau de contribution attendue de chaque acte relationnel, et ce en temps réel. Pour les leaders, développer une stratégie d'intimité Client revient à être plus sélectif sur les clients adressés, les offres proposées et les canaux offerts à chaque client ou segment de clients. Cette capacité à rester sélectif n'est que le reflet d'une stratégie bien définie, qui permet de passer d'une logique du "tout partout pour tout le monde" à une stratégie d'"offre ciblée en temps réel sur les meilleurs segments via le bon canal". Avec un impact sur les composantes du modèle opérationnel. Sélectivité client / offre / canal : "des offres ciblant, en temps réel, les meilleurs segments via le bon canal" Principaux impacts sur le modèle opérationnel d'une approche de sélectivité "client / offre / canal" 1 2 management et systèmes de pilotage structure rolês Compétences 5 processus valeurs et culture d'entreprise 3 4 systèmes d'information 1 -- Consolidation d'une vision 360 du client : données client, affinités, produits détenus, interactions (vente, SAV, etc.) en cours et historiques, etc. -- Valorisation non pas de la transaction, mais de la profitabilité dans la durée de vie du client 2 -- Valorisation des approches favorisant la recherche de solutions spécifiques plutôt que génériques 3 -- Mixité des canaux humains et dématérialisés -- Renforcement du rôle de conseiller (valeur ajoutée vs. administratif) -- Plus forte intégration des fonctions Marketing, Commercial et Relation Client 4 -- Catalogue souple de composantes avec des délégations importantes pour chaque canal - Pilotage de la valeur client en temps réel -- Exploitation des informations client (prédictif + analytique) -- Transformation de la distribution afin de développer le numérique à moindre coût -- Adaptation plus fine des solutions aux spécificités des stratégies d'intimité Client 5 -- Décorrélation front et mid/backoffice -- Modélisation fine des parcours et interactions clients afin d'adapter les approches offre / canal -- Simplification / automatisation des interactions basiques pour orienter les choix des clients 19

20 DES IMPACTS MAJEURS SUR LE MODèLE OPéRATIONNEL DES ENTREPRISES ET LES SYSTèMES D'INFORMATION SUPPORTANT L'INTIMITé CLIENT La mise en œuvre de stratégies de personnalisation de masse, couplée avec la recherche d'une plus grande sélectivité dans le mix client / offre / canal, nécessite de revisiter en profondeur le modèle opérationnel des entreprises. Au plan des processus, de l'organisation et des valeurs, les leaders privilégient : une plus grande complémentarité des canaux entre eux, favorisant leur interopérabilité ainsi que la possibilité, pour les clients, d'interrompre puis de pouvoir reprendre à tout moment une opération d'un canal sur un autre, de manière fluide et transparente ; une organisation souvent plus décentralisée, où les acteurs "terrain" acquièrent progressivement une autonomie étendue en matière de traitement des interactions avec les clients, sur l'ensemble de leur parcours et en temps réel ; des valeurs et une culture favorisant tout à la fois la transparence et la simplicité au service de clients qui doivent être rassurés et confiants dans la qualité et la justesse de l'offre proposée, ainsi que les qualités analytiques permettant de mieux exploiter des informations de plus en plus nombreuses et éparses, notamment à des fins prédictives. clients ; ces évolutions voient également leur traduction dans le déploiement de réseaux sociaux publics et privés, adressant tant les publics externes à l'entreprises (présence sur les médias sociaux) qu'internes (réseaux sociaux d'entreprise) pour faciliter le partage d'information et favoriser la transparence ; enfin, la nécessité de décorréler les opérations de frontoffice (information, vente, support) sur l'ensemble des canaux d'interaction, de la conception et du déploiement de gammes d'offres étendues, rend nécessaire une transformation des architectures d'entreprises ; intégrant encore aujourd'hui front, mid et back-office, celles-ci évoluent vers des architectures nativement crosscanal, plus ouvertes et moins imbriquées, favorisant la flexibilité des processus de composition dynamique et en temps réel d'offres d'une part, et de "push" de ces offres sur l'ensemble des canaux en fonction des comportements instantanés des clients d'autre part. Ces évolutions du modèle opérationnel s'accompagnent également d'une évolution des modes de management et de pilotage : consolidation d'une vision réellement 360 des clients, évaluation de la profitabilité des segments clients dans la durée (LifeTime Value) et non plus à la seule transaction, apparition de nouvelles métriques sur le niveau d'engagement des clients, etc. Ces évolutions du modèle opérationnel impactent les systèmes d'information supportant le développement de l'intimité Client : l'ouverture vers le Cloud facilite la "scabilité", la flexibilité économique et la montée en charge des systèmes de relation client, et permet de recentrer les ressources marketing et commerciales sur la mise en œuvre de solutions plus personnalisées ; libérées des contraintes technologiques, les responsables des fonctions Intimité Client peuvent dès lors conduire des projets plus orientés "métier", développant des gammes de produits et services, adaptant leurs stratégies tarifaires, opérant un suivi commercial plus fin, etc. plus à même de répondre aux réelles attentes de leurs différents segments de clients ; la multiplicité des informations disponibles sur les clients, issues de sources très éparses (systèmes CRM internes, médias sociaux, partenaires, etc.) et peu structurées, rend nécessaire la mise en œuvre de projet de type "Big Data" permettant de créer, donner du sens et partager ces informations en temps réel à des fins d'analyses de plus en plus prédictives pour anticiper les évolutions comportementales et s'assurer de proposer la bonne offre ou la bonne information, au bon moment via le bon canal ; l'évolution des comportements ATAWAD 3 des clients - tant B-to-C que B-to-B - et la transformation numérique opérée par les entreprises vers les canaux dématérialisés, favorisent la conception et le déploiement de solutions de mobilité, tant à destination des clients finaux (smartphones, tablettes, etc.) que des acteurs commerciaux de plus en plus proches de leurs 3. ATAWAD : "Any Time, Any Where, Any Device" La mise en œuvre de stratégies de personnalisation de masse, couplée avec la recherche d'une plus grande sélectivité dans le mix [Client / Offre / Canal], nécessite de revisiter en profondeur les modèles opérationnels des entreprises et de faire évoluer les systèmes d'information qui les supportent ainsi que les systèmes de management et de pilotage associés. 20

Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français

Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français Copyright Copyright 2010 2010 Accenture All Rights All Rights Reserved. Accenture, its logo, and High Performance Delivered are trademarks

Plus en détail

Baromètre Intimité Client 2011 REBOND OU RUPTURE? CSC

Baromètre Intimité Client 2011 REBOND OU RUPTURE? CSC Baromètre Intimité Client 2011 REBOND OU RUPTURE? CSC 2 Copyright CSC 2011. All rights reserved. CSC À L ÉCOUTE DES TENDANCES Dans le cadre de son programme I.D.E.A.S (Inspiration, Debate, Executive, Annual

Plus en détail

Un nouveau souffle sur les approches multicanal, les outils d analyse et la segmentation clients

Un nouveau souffle sur les approches multicanal, les outils d analyse et la segmentation clients Un nouveau souffle sur les approches multicanal, les outils d analyse et la segmentation clients Les tendances technologiques dans le secteur de l assurance vie : partie 1. * *La haute performance. Réalisée.

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION DE TUNIS Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 6 : Customer Relationship Management (CRM) Sommaire Introduction... 1 Les enjeux

Plus en détail

Les Retraites en France

Les Retraites en France Les Retraites en France Pour une Réforme Durable Strategie I Conseil I Digital I Technologie I Operations Une réforme en profondeur Alors que la réforme des retraites fait à nouveau l actualité, il apparaît

Plus en détail

Faites de vos équipes Relation Client vos meilleurs ambassadeurs!

Faites de vos équipes Relation Client vos meilleurs ambassadeurs! Faites de vos équipes Relation Client vos meilleurs ambassadeurs! Interventions : Nathalie Ponsart, Cemex Stephane Mercier pour Monoprix Yves Duranton, cegos Animation : Yvelise Lebon, Groupe Cegos Ludovic

Plus en détail

+ 1 ère solution Salesforce dédiée aux retailers

+ 1 ère solution Salesforce dédiée aux retailers Kerensen for Retail & Luxe + 1 ère solution Salesforce dédiée aux retailers CCAN Founding Member L'évolution des profils consommateurs et des modes de consommation est progressivement en train de transformer

Plus en détail

Réussir la transformation. Ensemble. Les défis de l expérience client différenciante. Delivering Transformation. Together.

Réussir la transformation. Ensemble. Les défis de l expérience client différenciante. Delivering Transformation. Together. Réussir la transformation. Ensemble. Les défis de l expérience client différenciante Delivering Transformation. Together. Sopra Steria Consulting est l activité Conseil du Groupe Sopra Steria. Présent

Plus en détail

Les moments de vérité dans la relation client : quelles opportunités de croissance pour les assureurs?

Les moments de vérité dans la relation client : quelles opportunités de croissance pour les assureurs? Les moments de vérité dans la relation client : quelles opportunités de croissance pour les assureurs? *La haute performance. Réalisée. Méthodologie de l étude Basée sur un questionnaire construit avec

Plus en détail

Partie I Stratégies relationnelles et principes d organisation... 23

Partie I Stratégies relationnelles et principes d organisation... 23 Introduction......................................................................... 1 1. Définition........................................................................ 2 1.1 Le CRM comme processus

Plus en détail

GRC chap 1 CHAP 1 : LA GESTION DE LA RELATION CLIENT

GRC chap 1 CHAP 1 : LA GESTION DE LA RELATION CLIENT CHAP 1 : LA GESTION DE LA RELATION CLIENT I. Définition Ensemble des dispositifs ou opérations de marketing et de supports ayant pour but d optimiser la qualité de la relation clients de fidéliser et de

Plus en détail

- Communiqué de Presse -

- Communiqué de Presse - Paris, le 7 janvier 2010 - Communiqué de Presse - L Union Financière de France lance GPS - Gestion Pilotée et Suivi : un concept de gestion innovant en adéquation avec les attentes de la clientèle patrimoniale,

Plus en détail

LA RECONNAISSANCE DES CLIENTS

LA RECONNAISSANCE DES CLIENTS LA RECONNAISSANCE DES CLIENTS DANS LE MILIEU BANCAIRE ETAT DES LIEUX ET RECOMMANDATIONS Page 1/7 Stanwell Consulting SAS 2015, ne pas diffuser sans autorisation écrite Contexte de l étude Les comportements

Plus en détail

SYNERGIE Associés Confidentiel Reproduction interdite sans autorisation préalable Page 1 de 44

SYNERGIE Associés Confidentiel Reproduction interdite sans autorisation préalable Page 1 de 44 SYNERGIE Associés Confidentiel Reproduction interdite sans autorisation préalable Page 1 de 44 Le CRM (GRC) est la clef de votre succès Les Principes généraux de la Gestion de la Relation Clients Confidentiel

Plus en détail

Communication sans collaboration

Communication sans collaboration Siège social : Avanade France 125 avenue de Paris 92320 Châtillon www.avanade.com/fr Avanade est le principal intégrateur de solutions pour l entreprise basées sur la plate-forme Microsoft. Sa mission

Plus en détail

LIVRE BLANC DANS LA PEAU D UN AGENT DE CENTRE DE CONTACT

LIVRE BLANC DANS LA PEAU D UN AGENT DE CENTRE DE CONTACT LIVRE BLANC DANS LA PEAU D UN AGENT DE CENTRE DE CONTACT LIVRE BLANC DANS LA PEAU D UN AGENT DE CENTRE DE CONTACT 2 A PROPOS Il existe de nombreux critères afin de devenir une entreprise prospère et compétitive

Plus en détail

GLOBAL SUPPLY CHAIN MANAGEMENT & STRATEGIE LOGISTIQUE

GLOBAL SUPPLY CHAIN MANAGEMENT & STRATEGIE LOGISTIQUE GLOBAL SUPPLY CHAIN MANAGEMENT & STRATEGIE LOGISTIQUE La logistique représentait traditionnellement l activité allant de la mise à disposition des produits finis par l usine ou le négociant jusqu à la

Plus en détail

LE MARKETING RELATIONNEL ET LA GESTION DE LA RELATION CLIENT

LE MARKETING RELATIONNEL ET LA GESTION DE LA RELATION CLIENT Cycle: Licence professionnelle Filière: Technique banques et assurances LE MARKETING RELATIONNEL ET LA GESTION DE LA RELATION CLIENT Réalisé par: Mlle Asmae AIT RAI Mlle Ghizlane JALIAD Mlle Hafida EL

Plus en détail

La Gouvernance IT en France : de nombreuses avancées, encore beaucoup à faire

La Gouvernance IT en France : de nombreuses avancées, encore beaucoup à faire La Gouvernance IT en France : de nombreuses avancées, encore beaucoup à faire IDC France, Conférence Gouvernance IT 6 Avril 2011 www.idc.fr Cyril Meunier IDC France Research & Consulting Manager Copyright

Plus en détail

satisfaction client Relation client : satisfaction? fidélisation?

satisfaction client Relation client : satisfaction? fidélisation? Relation client : satisfaction? fidélisation? Un pilier fondamental de la GRC : la satisfaction client La gestion de la relation client Les missions de l entreprise Créer de la valeur pour les clients

Plus en détail

ecrm : Multiplicité des données clients D où proviennent les informations et quelles sont-elles?

ecrm : Multiplicité des données clients D où proviennent les informations et quelles sont-elles? ecrm : Multiplicité des données clients D où proviennent les informations et quelles sont-elles? Livre Blanc Cabestan Des sources de données disparates Il existe autant d'approches pour reconnaître un

Plus en détail

CONFÉRENCE DE PRESSE

CONFÉRENCE DE PRESSE CONFÉRENCE DE PRESSE Marie-Claire Capobianco, Membre du Comité Exécutif de BNP Paribas et Directeur des Réseaux France Bernard Roy, Directeur de la Stratégie de La Banque Postale Laurent Goutard, Directeur

Plus en détail

Les ressources numériques

Les ressources numériques Les ressources numériques Les ressources numériques sont diverses et regroupent entre autres, les applications, les bases de données et les infrastructures informatiques. C est un ensemble de ressources

Plus en détail

Le temps est venu d implanter un CRM et un système de gestion de la connaissance

Le temps est venu d implanter un CRM et un système de gestion de la connaissance LIVRE BLANC Le temps est venu d implanter un CRM et un système de gestion de la connaissance Une vision détaillée des fonctions de CRM etde Gestion de Connaissances dansl environnement commercial actuel.

Plus en détail

Assurance et Protection sociale Les enjeux du Digital Commerce

Assurance et Protection sociale Les enjeux du Digital Commerce Assurance et Protection sociale Les enjeux du Digital Commerce Sortir des murs, démultiplier les contacts 2013 T A L E N T E D T O G E T H E R Unissons nos Talents 1 Introduction Entre discours incantatoires

Plus en détail

Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants

Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : Dossier à l attention des dirigeants Centres d évaluation de la technologie inc. Stratégies gagnantes pour l industrie : Synthèse Jusqu ici, les

Plus en détail

La Synthèse et le Pilotage en réponse aux besoins métiers

La Synthèse et le Pilotage en réponse aux besoins métiers La Synthèse et le Pilotage en réponse aux besoins métiers Présentation de BI consulting Faits & chiffres NOS EXPERTISES MÉTIER 100% Secteur Financier : Retail Banking, CIB, Assurance, Asset Management,

Plus en détail

CRM : Le Client au cœur

CRM : Le Client au cœur 3 septembre 2008 1 CRM : Le Client au cœur 3 septembre 2008 Frédéric Leclercq - Cylande 3 septembre 2008 2 Cylande \ Editeur de progiciels dédiés à la distribution GD Grande Distribution Distribution Spécialisée

Plus en détail

d e l a s s urance g r â ce a u «C u s t omer

d e l a s s urance g r â ce a u «C u s t omer Siège mondial : 5 Speen Street Framingham, MA 01701 États-Unis P.508.620.5533 F.508.988.6761 www.idc-fi.com Créer de la valeur dans le secteur d e l a s s urance g r â ce a u «C u s t omer Analytics» L

Plus en détail

Move to Service Move to Digital. Secteur Assurance

Move to Service Move to Digital. Secteur Assurance Offre Mobilité Move to Service Move to Digital Secteur Assurance L offre Mobilité de ZELIE s articule autour : Des Solutions Think IT Transformation IT Run IT Sommaire Introduction : le digital et le service,

Plus en détail

Développer une culture d efficience

Développer une culture d efficience point de vue services financiers Développer une culture d efficience dans les Back Offices Hughes ROY Partner au sein de l'équipe Services Financiers de Sopra Consulting, Hughes Roy est porteur de l offre

Plus en détail

Les 5 étapes clés d une stratégie d optimisation online réussie

Les 5 étapes clés d une stratégie d optimisation online réussie Les 5 étapes clés d une stratégie d optimisation online réussie Un Livre Blanc Maxymiser d Oracle Livre Blanc Nov 2015 www.maxymiser.fr À l heure où le mobile est devenu monnaie courante et les services

Plus en détail

SOCIAL CRM: DE LA PAROLE À L ACTION

SOCIAL CRM: DE LA PAROLE À L ACTION LIVRE BLANC SOCIAL CRM: DE LA PAROLE À L ACTION Découvrez comment le Social CRM peut travailler pour vous LIVRE BLANC SOCIAL CRM: DE LA PAROLE À L ACTION 2 À PROPOS Au cours des dernières années, vous

Plus en détail

Donnez vie à vos projets avec Microsoft Dynamics NAV

Donnez vie à vos projets avec Microsoft Dynamics NAV Donnez vie à vos projets avec Microsoft Dynamics NAV Concevoir un avenir pour votre entreprise est pour vous un investissement de tous les jours. Grâce à Microsoft Dynamics NAV, donnez vie à vos projets.

Plus en détail

manufacturing Yourcegid Manufacturing Y2 MANUFACTURING anufacturing

manufacturing Yourcegid Manufacturing Y2 MANUFACTURING anufacturing anufacturing Yourcegid Manufacturing Y2 MANUFACTURING manufacturing i-club Un club utilisateur de plus de 100 adhérents qui participent activement à la vie de nos produits plus de 2000 Clients industriels

Plus en détail

Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire

Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire Résultats de l enquête Ifop/Wincor sur les relations des Français à leur agence bancaire Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire -

Plus en détail

Les évolutions stratégiques de la Data Quality en 2012 : Comment s adapter aux nouvelles habitudes digitales du consommateur?

Les évolutions stratégiques de la Data Quality en 2012 : Comment s adapter aux nouvelles habitudes digitales du consommateur? Les évolutions stratégiques de la Data Quality en 2012 : Comment s adapter aux nouvelles habitudes digitales du consommateur? Un Livre Blanc Experian Marketing Services d après une enquête menée par le

Plus en détail

Optimisez votre organisation et vos pratiques Marketing pour réussir la transformation digitale

Optimisez votre organisation et vos pratiques Marketing pour réussir la transformation digitale Optimisez votre organisation et vos pratiques Marketing pour réussir la transformation digitale Notre vision des enjeux et notre offre de service Septembre 2015 La révolution digitale est un challenge

Plus en détail

Les activités numériques

Les activités numériques Les activités numériques Activités de l entreprise et activités numériques de l entreprise convergent de plus en plus au sein de la chaîne de valeur, c est-à-dire la manière avec laquelle une entreprise

Plus en détail

Les «commerciaux» dans les Entreprises de Propreté : état des lieux

Les «commerciaux» dans les Entreprises de Propreté : état des lieux Les enquêtes de l Observatoire de la Propreté n 9 Synthèse Avril 2015 Les «commerciaux» dans les Entreprises de Propreté : état des lieux Les enquêtes de l Observatoire de la Propreté n 9 Synthèse Avril

Plus en détail

Repenser l'informatique pour générer de la valeur commerciale

Repenser l'informatique pour générer de la valeur commerciale Etude commandée par : Repenser l'informatique pour générer de la valeur commerciale Un sondage mené auprès de 300 décideurs d'entreprises prenant des décisions en matière d'investissement pour l'achat

Plus en détail

60 salariés. 3 MINISTÈRE est une agence Web, experte en CRM, e-commerce, data et analytics. Elle compte à ce. jour 25 salariés.

60 salariés. 3 MINISTÈRE est une agence Web, experte en CRM, e-commerce, data et analytics. Elle compte à ce. jour 25 salariés. Laurent HABIB réunit les agences LIGARIS 1, PLAN CRÉATIF 2 et MINISTÈRE 3 pour créer la 1 ère agence globale indépendante du marché. Une agence de 180 personnes, à 60% digitale, intégrant tous les métiers

Plus en détail

Vendre son champagne sur internet

Vendre son champagne sur internet dossier P.13-17 Vendre son champagne sur internet De nombreuses études le montrent : le commerce en ligne se porte bien et devrait continuer à croître sur les deux prochaines années. Ainsi, la Fédération

Plus en détail

Développez. votre entreprise. avec Sage SalesLogix

Développez. votre entreprise. avec Sage SalesLogix Développez votre entreprise avec Sage SalesLogix Prospectez, fidélisez, développez Sage SalesLogix est la solution de gestion de la relation client puissante et sécurisée qui vous offre une vision complète

Plus en détail

CPG. Kerensen for CPG. + 1 ère solution Salesforce dédiée aux industriels de la grande consommation. CCAN Founding. Consumer Packaged Goods.

CPG. Kerensen for CPG. + 1 ère solution Salesforce dédiée aux industriels de la grande consommation. CCAN Founding. Consumer Packaged Goods. CPG Consumer Packaged Goods Kerensen for CPG + 1 ère solution Salesforce dédiée aux industriels de la grande consommation CCAN Founding Member Kerensen for CPG permet d accélérer la mise en œuvre de la

Plus en détail

Contexte : «l e-business» TECHNIQUES DE MARKETING EN LIGNE. Contexte : «l e-business» Création de valeur 02/02/12

Contexte : «l e-business» TECHNIQUES DE MARKETING EN LIGNE. Contexte : «l e-business» Création de valeur 02/02/12 Contexte : «l e-business» TECHNIQUES DE MARKETING EN LIGNE La notion «d E-Business» recouvre les différentes applications possibles de l'informatique faisant appel aux technologies de l'information et

Plus en détail

De l IP Contact Center à l IP CRM. Cisco Expo 2006

De l IP Contact Center à l IP CRM. Cisco Expo 2006 De l IP Contact Center à l IP CRM Cisco Expo 2006 Quoi de neuf? Améliorer la qualité de service et la satisfaction client Développer la performance commerciale et le chiffre d affaires Réduire les coûts

Plus en détail

Optimiser son expérience client dans la vente au détail

Optimiser son expérience client dans la vente au détail VENTE ACHETER Optimiser son expérience client dans la vente au détail Un Livre Blanc Maxymiser d Oracle Oct 2015 Livre Blanc www.maxymiser.fr Depuis quelques années, les professionnels de la vente au détail

Plus en détail

LES BASES DU MARKETING Lecteur universitaire Adriana BUZDUGAN

LES BASES DU MARKETING Lecteur universitaire Adriana BUZDUGAN LES BASES DU MARKETING Lecteur universitaire Adriana BUZDUGAN DÉFINITION l'ensemble des moyens dont dispose une entreprise pour vendre ses produits à ses clients d'une manière rentable LA CONCEPTION TRADITIONNELLE

Plus en détail

Étude : les PME à l heure du Cloud

Étude : les PME à l heure du Cloud Étude : les PME à l heure du Cloud Synthèse des principaux enseignements 27 avril 2012 1 FICHE TECHNIQUE DE L ETUDE Echantillon : 301 entreprises de 20 à 499 salariés. Représentativité assurée par des

Plus en détail

BENCHMARK DES MEILLEURES PRATIQUES : DE LA COMMUNAUTE DES UTILISATEURS DE SOLUTIONS CRM, XRM 1 EDITION 2010

BENCHMARK DES MEILLEURES PRATIQUES : DE LA COMMUNAUTE DES UTILISATEURS DE SOLUTIONS CRM, XRM 1 EDITION 2010 BENCHMARK DES MEILLEURES PRATIQUES : DE LA COMMUNAUTE DES UTILISATEURS DE SOLUTIONS CRM, XRM 1 EDITION 2010 EDITION 2010 Réalisé par 1 extended Relation Management : une extension du CRM (Customer Relation

Plus en détail

La stratégie du Groupe BPCE

La stratégie du Groupe BPCE La stratégie du Groupe BPCE 2 edito Groupe BPCE est né en juillet 2009 de la volonté des groupes Banque Populaire et Caisse d Epargne de construire ensemble le deuxième groupe bancaire en France, un groupe

Plus en détail

Partie 2 : Les impératifs de croissance obligent à concentrer l'activité sur le personnel des points de vente/service

Partie 2 : Les impératifs de croissance obligent à concentrer l'activité sur le personnel des points de vente/service Un rapport Thought Leadership Paper élaboré par Forrester Consulting à la demande de Lexmark. Partie 2 : Les impératifs de croissance obligent à concentrer l'activité sur le personnel des points de vente/service

Plus en détail

Les Histoires de demain par TNP REVUE DE PRESSE

Les Histoires de demain par TNP REVUE DE PRESSE Les Histoires de demain par TNP REVUE DE PRESSE 4 novembre 2015 Les Echos Business - 04/11/2015 http://business.lesechos.fr/directions-numeriques/digital/transformation-digitale/021450570757-s-adapter-ou-se-transformer-les-hesitations-des-entreprises-pre-numeriques-204380.php

Plus en détail

FRONTeO Plateforme digitale pour les banques. Dossier de presse

FRONTeO Plateforme digitale pour les banques. Dossier de presse FRONTeO Plateforme digitale pour les banques Dossier de presse 2015 Sommaire Page 3 Editorial «La banque se digitalise, l informatique évolue, MAINSYS anticipe...» Page 4 Une gamme complète de solutions

Plus en détail

THE NEW STYLE OF SERVICE DESK, ANYTIME, ANYWHERE MARDI 11 FÉVRIER, DOMINIQUE DUPUIS, DIRECTRICE DE LA RECHERCHE

THE NEW STYLE OF SERVICE DESK, ANYTIME, ANYWHERE MARDI 11 FÉVRIER, DOMINIQUE DUPUIS, DIRECTRICE DE LA RECHERCHE THE NEW STYLE OF SERVICE DESK, ANYTIME, ANYWHERE MARDI 11 FÉVRIER, DOMINIQUE DUPUIS, DIRECTRICE DE LA RECHERCHE SOMMAIRE Les enquêtes du CXP SaaS / Cloud Mobilité Big Data Conclusion 2 SOMMAIRE Les enquêtes

Plus en détail

Enquête globale sur la perception des clients dans l assurance

Enquête globale sur la perception des clients dans l assurance Enquête globale sur la perception des clients dans l assurance Le moment pour les assureurs de repenser leur relation client Forum International de l'assurance Casablanca 18 avril 2013 Enquête globale

Plus en détail

BOOK REFERENCES ERGONOMIQUES Gfi Informatique

BOOK REFERENCES ERGONOMIQUES Gfi Informatique 2014 BOOK REFERENCES ERGONOMIQUES Gfi Informatique SECTEUR INDUSTRIE-SERVICE CHORUS 2 : Refonte du référentiel des process Groupe Refondre le réferentiel des process Groupe grâce à la réalisation d un

Plus en détail

Introduction. Nous définirons les termes clefs de notre recherche.

Introduction. Nous définirons les termes clefs de notre recherche. Introduction En cette période de crise et de concurrence exacerbée, les entreprises tentent de conquérir de nouveaux clients mais également de se concentrer et de développer leurs clients les plus rentables.

Plus en détail

Campagne de Communication Prévisionnelle. Web Intelligence & Réputation Internet

Campagne de Communication Prévisionnelle. Web Intelligence & Réputation Internet Campagne de Communication Prévisionnelle Web Intelligence & Réputation Internet 1 Sommaire 1. Introduction... 3 2. Détail de la prestation de gestion de réputation online... 5 2.1 Sélection des mots, thématiques

Plus en détail

Convergence, Communication Unifiée, Nouvelle ère logicielle Microsoft 2007: quelles perspectives d adoption pour l entreprise?

Convergence, Communication Unifiée, Nouvelle ère logicielle Microsoft 2007: quelles perspectives d adoption pour l entreprise? Dossier Spécial Technologies Microsoft 2007 GROUPE PERMIS INFORMATIQUE Livre Blanc par Thierry Choserot, Responsable des Partenariats D I S C E R N E R L I N T E R E T D E S T E C H N O L O G I E S 2 0

Plus en détail

Le choix stratégique des canaux de communication

Le choix stratégique des canaux de communication Le choix stratégique des canaux de communication Une analyse des attitudes des entreprises du domaine Business to Business (B2B) face à différentes combinaisons de médias Introduction La fragmentation

Plus en détail

Baromètre 2011 de l'e-marketing

Baromètre 2011 de l'e-marketing Baromètre 2011 de l'e-marketing Présentation du 30 mars 2011 MD Expo / UDA Baromètre de l e-marketing 2011 page 1 Sommaire 1. Méthodologie et structure de l échantillon 2. Résultats L acculturation des

Plus en détail

87% e-commerce+ INTERNET DES ACHETEURS PASSENT COMMANDE E-COMMERCE BTOB : LES ENJEUX SPÉCIFIQUES CHIFFRES CLÉS BTOB ET REGARD D'EXPERT

87% e-commerce+ INTERNET DES ACHETEURS PASSENT COMMANDE E-COMMERCE BTOB : LES ENJEUX SPÉCIFIQUES CHIFFRES CLÉS BTOB ET REGARD D'EXPERT e-commerce+ Magazine d information d Octave n 13 - Février 2015 87% SURB2B DES ACHETEURS PASSENT COMMANDE INTERNET CHIFFRES CLÉS BTOB ET REGARD D'EXPERT E-COMMERCE BTOB : LES ENJEUX SPÉCIFIQUES édito Le

Plus en détail

Comment accroître votre CA?

Comment accroître votre CA? Comment accroître votre CA? L objectif de PREMIUM : L'optimisation de la démarche commerciale PREMIUM 23 avenue de Genève 74 000 ANNECY Tél : 04.50.46.54.56 - Fax: 04.50.67.51.49 E-mail: marc.neyrand@premium-synaction.com

Plus en détail

PASS_Compagnia. Dommages et Vie LE CHOIX DE L INNOVATION. Étude de cas HDI Assicurazioni

PASS_Compagnia. Dommages et Vie LE CHOIX DE L INNOVATION. Étude de cas HDI Assicurazioni PASS_Compagnia Dommages et Vie LE CHOIX DE L INNOVATION Étude de cas HDI Assicurazioni Index 1. PASS_COMPAGNIA DOMMAGES ET VIE... 3 1.1 Sommaire... 3 1.2 Le scénario... 4 1.3 La solution de RGI... 5 1.3.1

Plus en détail

BANQUE & DIGITAL : Comportement des consommateurs, enjeux et opportunités

BANQUE & DIGITAL : Comportement des consommateurs, enjeux et opportunités ACTIVIS - 1 BANQUE & DIGITAL : Comportement des consommateurs, enjeux et opportunités SOMMAIRE PARTIE 1 : UNE NOUVELLE RELATION À L ARGENT ET À SA BANQUE PARTIE 2 : ENJEUX ET LEVIERS DIGITAUX ET CROSS

Plus en détail

6ème édition du Baromètre des investissements informatiques en France

6ème édition du Baromètre des investissements informatiques en France 6ème édition du Baromètre des investissements informatiques en France Objectifs Baromètre des investissements informatiques en France avec pour objectifs : de suivre l évolution de l opinion des responsables

Plus en détail

TRADE. Yourcegid Trade Y2

TRADE. Yourcegid Trade Y2 TRADE Yourcegid Trade Y2 1800 Clients négociants plus de + de 10 langues + de 40 pays plus de 200 DE collaborateurs et experts Un réseau performant : 200 PRès de Distributeurs certifiés Parce que votre

Plus en détail

La gouvernance documentaire dans les organisations françaises

La gouvernance documentaire dans les organisations françaises LIVRE BLANC La gouvernance documentaire dans les organisations françaises Enquête serdalab Mars 2011 serdalab Page 1 Sommaire Les problématiques auxquelles la gouvernance documentaire répond...4 La définition

Plus en détail

De La Génération De Leads Online Au Lead Management

De La Génération De Leads Online Au Lead Management De La Génération De Leads Online Au Lead Management Piloter ses campagnes d acquisition en revenant aux fondamentaux du marketing relationnel Better connections. Better results. Livre Blanc Acxiom Le Lead

Plus en détail

Dynamiser la performance commerciale des réseaux : une affaire de bonnes pratiques!

Dynamiser la performance commerciale des réseaux : une affaire de bonnes pratiques! Dynamiser la performance commerciale des réseaux : une affaire de bonnes pratiques! les facteurs exogènes n ont pas un pouvoir explicatif déterminant de l efficacité commerciale d un point de vente «j

Plus en détail

Le rôle d un CRM dans la gestion intégrée des services à la clientèle

Le rôle d un CRM dans la gestion intégrée des services à la clientèle LIVRE BLANC Le rôle d un CRM dans la gestion intégrée des services à la clientèle Quels sont les avantages d adopter uneapproche intégrée à la gestion de service. INTRODUCTION Lorsque vous pensez CRM,

Plus en détail

avec Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque»

avec Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque» avec Communiqué de presse Paris, le 22 octobre 2014 Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque» «A l heure où la marque devient

Plus en détail

La simplification de l IT pour répondre aux objectifs de l entreprise

La simplification de l IT pour répondre aux objectifs de l entreprise IBM Janvier 2007 La simplification de l IT pour répondre aux objectifs de l entreprise Une étude de la série «Les implications pour le DSI» d après l enquête Dirigeants d entreprise 2006 Page 2 Sommaire

Plus en détail

p a t r i m o in e : Comment c r é e r d e l a valeur g r â ce au «Customer Analytics»

p a t r i m o in e : Comment c r é e r d e l a valeur g r â ce au «Customer Analytics» Siège mondial : 5 Speen Street Framingham, MA 01701 États-Unis P.508.620.5533 F.508.988.6761 www.idc-fi.com Banques et Institutio ns de Gestion de p a t r i m o in e : Comment c r é e r d e l a valeur

Plus en détail

Nos Solutions PME VIPDev sont les Atouts Business de votre entreprise.

Nos Solutions PME VIPDev sont les Atouts Business de votre entreprise. Solutions PME VIPDev Nos Solutions PME VIPDev sont les Atouts Business de votre entreprise. Cette offre est basée sur la mise à disposition de l ensemble de nos compétences techniques et créatives au service

Plus en détail

Visez l excellence digitale

Visez l excellence digitale Visez l excellence digitale Repensez vos possibilités applicatives grâce à la redéfinition des modes de travail d Avanade. Applications : le nouvel eldorado de la compétitivité La consumérisation de l

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique 0. Préambule 1. Approche et Démarche 2. Diagnostic stratégique 3. Scenarii d évolution 4. Positionnement cible 2 0. Préambule 3 L analyse stratégique repose sur une analyse

Plus en détail

COMMERCE & CROSS CANAL ÉTAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES

COMMERCE & CROSS CANAL ÉTAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES COMMERCE & CROSS CANAL ÉTAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES Octobre 2015 Cette étude est le résultat de l enquête réalisée en partenariat avec l Observatoire Prospectif du Commerce auprès de 100 professionnels

Plus en détail

La CRM au sein des BANQUES. Introduction à la CRM dans le secteur bancaire

La CRM au sein des BANQUES. Introduction à la CRM dans le secteur bancaire La CRM au sein s BANQUES Introduction à la CRM dans le secteur bancaire Historique CRM Étape 4 : développement s architectures multicanaux, développement s services Étape 3 : rationalisation s produits

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION DE TUNIS Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 7 : Customer Relationship Management (CRM) Supply Chain Management (SCM) Sommaire

Plus en détail

Digital Trends Morocco 2015. Moroccan Digital Summit 2014 #MDSGAM - Décembre 2014

Digital Trends Morocco 2015. Moroccan Digital Summit 2014 #MDSGAM - Décembre 2014 Moroccan Digital Summit 2014 #MDSGAM - Décembre 2014 Sommaire 04 Objectifs de la démarche 07 Méthodologie 05 Parties prenantes 09 Résultats de l étude 06 Objectifs de l étude 37 Conclusion 02 Contexte

Plus en détail

Les entreprises qui adoptent les communications unifiées et la collaboration constatent de réels bénéfices

Les entreprises qui adoptent les communications unifiées et la collaboration constatent de réels bénéfices Une étude personnalisée commandée par Cisco Systems Les entreprises qui adoptent les communications unifiées et la collaboration constatent de réels bénéfices Juillet 2013 Déploiement d'une large gamme

Plus en détail

Rid the World of Project Failure

Rid the World of Project Failure La Gestion de Portefeuilles de Projets d Entreprise : Une Visibilité Parfaite, Un Net Avantage Concurrentiel Rid the World of Project Failure Collaboration. Compliance. Control. Qu est-ce que la gestion

Plus en détail

La démarche marketing

La démarche marketing La démarche marketing «Ça, c est encore du marketing!» Marc-Alexandre Legrain Source : La boîte à culture Sommaire I. Découvrir le Marketing Etape 1 : A quoi sert le Marketing? Etape 2 : La démarche Marketing

Plus en détail

Quels Usages et Pratiques des Directions Marketing B2B sur les Médias Sociaux?

Quels Usages et Pratiques des Directions Marketing B2B sur les Médias Sociaux? Quels Usages et Pratiques des Directions Marketing B2B sur les Médias Etude appliquée aux entreprises B2B, dans l Industrie IT. May 15 2013 ETUDE Leila Boutaleb-Brousse leilabfr@gmail.com btobconnected.com

Plus en détail

Les enjeux du marketing mobile pour les entreprises

Les enjeux du marketing mobile pour les entreprises Les enjeux du marketing mobile pour les entreprises Présentation de l'étude Azetone - Harris Interactive 26 septembre 2014 Agenda Les enjeux du marketing mobile pour les entreprises les priorités & répartitions

Plus en détail

DEVELOPPEMENT DE LA PERFORMANCE COMMERCIALE

DEVELOPPEMENT DE LA PERFORMANCE COMMERCIALE Sept-13 DEVELOPPEMENT DE LA PERFORMANCE COMMERCIALE Audit commercial Développement de réseau SERVICES Développement commercial Formation vente/négociation Formation management opérationnel Formation communication

Plus en détail

Les exigences de la norme ISO 9001:2000 1.1 La gestion des ressources humaines

Les exigences de la norme ISO 9001:2000 1.1 La gestion des ressources humaines Introduction Les ressources humaines (RH) sont souvent considérées comme des fonctions de support, voire comme à l origine de certains surcoûts. Pour cela dans de nombreuses entreprises de taille moyenne

Plus en détail

Repenser le SI à l'ère du numérique : apports des solutions de big data, cloud computing et confiance numérique

Repenser le SI à l'ère du numérique : apports des solutions de big data, cloud computing et confiance numérique Repenser le SI à l'ère du numérique : apports des solutions de big data, cloud computing et confiance numérique Extraits d analyses publiées par MARKESS International Emmanuelle Olivié-Paul epaul@markess.com

Plus en détail

La DRH face aux défis du numérique. Enquête Solucom 2014

La DRH face aux défis du numérique. Enquête Solucom 2014 La DRH face aux défis du numérique Enquête Solucom 2014 L enquête Solucom 2014 À propos de l enquête Notre ambition : évaluer les impacts du numérique sur la fonction RH Mesurer, au sein des organisations,

Plus en détail

Baromètre UDA/OpinionWay 2010 de l'e-marketing

Baromètre UDA/OpinionWay 2010 de l'e-marketing Baromètre UDA/OpinionWay 2010 de l'e-marketing Présentation du 31 mars 2010 Baromètre UDA / OpinionWay 2010 de l e-marketing page 1 Sommaire 1. Méthodologie et structure de l échantillon 2. Résultats Expertise

Plus en détail

Baromètre des investissements numériques en France

Baromètre des investissements numériques en France Baromètre des investissements numériques en France Novembre 2015 Objectifs Baromètre des investissements numériques en France avec pour objectifs : de suivre l évolution de l opinion des responsables informatique

Plus en détail

Collecter les 54 milliards d'euros de bénéfices issus des nouveaux usages de la donnée

Collecter les 54 milliards d'euros de bénéfices issus des nouveaux usages de la donnée Livre Blanc Collecter les 54 milliards d'euros de bénéfices issus des nouveaux usages de la donnée Sponsorisé par : Microsoft Sebastien Lamour mai 2014 QUELS SONT LES NOUVEAUX BENEFICES POTENTIELS ISSUS

Plus en détail

Conseil opérationnel en organisation, processus & système d Information. «Valorisation, Protection et Innovation de votre Patrimoine Numérique»

Conseil opérationnel en organisation, processus & système d Information. «Valorisation, Protection et Innovation de votre Patrimoine Numérique» "Innovation, Valorisation et Protection du Patrimoine Numérique!" Conseil opérationnel en organisation, processus & système d Information «Valorisation, Protection et Innovation de votre Patrimoine Numérique»

Plus en détail

UNE RELATION CLIENT DE QUALITÉ AU SERVICE DE LA CROISSANCE. Olivier Ducass, Vice-Président et responsable du secteur Banque, Capgemini Consulting

UNE RELATION CLIENT DE QUALITÉ AU SERVICE DE LA CROISSANCE. Olivier Ducass, Vice-Président et responsable du secteur Banque, Capgemini Consulting UNE RELATION CLIENT DE QUALITÉ AU SERVICE DE LA CROISSANCE Olivier Ducass, Vice-Président et responsable du secteur Banque, Capgemini Consulting LA BANQUE DE DÉTAIL : UN MARCHÉ A MATURITÉ ET TRÈS CONCURRENTIEL

Plus en détail