Risques à la santé associés à la présence de coliformes fécaux dans l eau du ruisseau St James

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Risques à la santé associés à la présence de coliformes fécaux dans l eau du ruisseau St James"

Transcription

1 Direction de santé publique Risques à la santé associés à la présence de coliformes fécaux dans l eau du ruisseau St James Monique Beausoleil, M.Sc., toxicologue 12 novembre 2014 MISE EN CONTEXTE Le 10 novembre dernier, la Ville de Pointe-Claire a demandé à la Direction de santé publique de l Agence de la santé et des services sociaux de Montréal quels étaient les risques pour la santé en cas de contact avec l eau du ruisseau St-James d une part, et en demeurant à proximité de ce cours d eau d autre part. Cette préoccupation fait suite à des plaintes de la part de citoyens qui demeurent en bordure du ruisseau St-James (près de l intersection de la rue de la Pointe-Claire et de l autoroute 20). Au début du mois de septembre, ces résidents avaient noté des odeurs d égout qui provenaient de ce ruisseau. Ils ont alors interpelé les différentes autorités municipales relativement à ces odeurs. Il existe différentes sources qui peuvent amener des eaux d égout dans le ruisseau St-James. En effet, plusieurs ruisseaux de l île de Montréal, et en particulier dans l ouest de l île (p.e., les ruisseaux Meadowbrook, St-James, Terra-Cotta, Denis), sont utilisés afin d évacuer les eaux pluviales des rues, des fossés et des autoroutes vers les plans d eau qui entourent l île, dont le Lac St-Louis. Ces eaux pluviales peuvent alors amener, dans les ruisseaux, des déjections animales présentes sur tout le territoire drainé par le réseau pluvial. Ces ruisseaux peuvent également recevoir les eaux de raccordements inversés entre les tuyaux d égout et les drains français de certaines maisons, de sorte que les eaux d égout de ces résidences s écoulent dans le réseau pluvial des ruisseaux. Finalement, dans le cas plus particulier du ruisseau St-James, deux bris sont survenus à une station de pompage des eaux d égout de la Ville de Kirkland les 22 août et 23 septembre derniers. A chaque fois, des eaux usées se sont déversées dans le réseau pluvial du ruisseau St-James durant une à deux heures. NORMES DE COLIFORMES FÉCAUX DANS L EAU La présence d une contamination d origine fécale est souvent identifiée et quantifiée en mesurant les concentrations d un groupe de bactéries, les coliformes fécaux. 1301, rue Sherbrooke Est Montréal (Québec) H2L 1M3 Téléphone :

2 -2- Dans l eau potable, la détection de coliformes fécaux peut être une indication de la présence d autres microorganismes (bactéries, virus et protozoaires) pouvant entraîner des maladies, dont la plus courante est la gastroentérite. Le dépassement de la norme de < 1 UFC/100 ml 1 coliforme fécal dans l eau potable entraîne automatiquement l émission d un avis d ébullition (Règlement sur la qualité de l eau potable). Les coliformes fécaux sont également mesurés dans l eau de baignade. La norme de coliformes fécaux dans l eau désinfectée des piscines publiques est aussi de < 1 UFC/100 ml (Règlement sur la qualité de l eau des piscines et autres bassins artificiels). L eau d une plage ne doit pas contenir plus de 200 UFC/100 ml de Escherichia coli (espèce associée aux coliformes fécaux), sinon la baignade y est alors interdite (Programme Environnement Plage du ministère du Développement durable, de l Environnement et de la Lutte aux changements climatiques) 2. Ces normes sont établies de façon à éviter des problèmes gastro-intestinaux, mais également des dermatites et des otites puisque tout le corps est alors en contact avec l eau de baignade. Dans les ruisseaux de l île de Montréal, le Réseau de surveillance du milieu aquatique de la Ville de Montréal (RSMA) juge la qualité de l eau en fonction de la quantité de coliformes fécaux tel qu indiqué au Tableau 1. Une eau qui contient plus de UFC/100 ml est considérée «polluée». Tableau 1. Cote de qualité de l eau selon le RMSA Qualité de l eau Concentration de coliformes fécaux (UFC/100 ml) Excellente 0 à 20 Bonne 21 à 100 Satisfaisante 101 à 200 Mauvaise 201 à Polluée et plus MESURE DES COLIFORMES FÉCAUX DANS L EAU DU RUISSEAU ST-JAMES Depuis 1988, le RSMA mesure la qualité bactériologique et physicochimique des ruisseaux et des cours d eau intérieurs de l île de Montréal. À sept reprises entre les mois de mai et d octobre, le RSMA échantillonne une vingtaine de ruisseaux et de plans d eau intérieurs à une cinquantaine de points de prélèvement. Le Tableau 2 présente les concentrations de coliformes fécaux mesurées dans l eau de quatre ruisseaux de l ouest de l île de Montréal en On constate qu il existe une certaine variation des concentrations mesurées dans un même ruisseau au cours de cette 1 < 1 UFC/100 ml signifie moins de 1 unité formatrice de colonies de bactéries par 100 millilitres d eau. 2 Un certain nombre de coliformes fécaux est toléré dans l eau des plages puisqu on retrouve des déjections animales dans ces milieux naturels.

3 -3- période. Cette variation peut être attribuée à un ensemble de facteurs, comme la météo (les fortes pluies peuvent entrainer plus de matières fécales animales vers le réseau pluvial) et d autres facteurs, dont ceux cités précédemment. Tableau 2. Concentrations de coliformes fécaux mesurées dans l eau de 4 ruisseaux de l ouest de l île de Montréal en 2014 Numéro MEA-0.4 JAM-0.0 JAM-1.3 TER-0.6 Ruisseau Meadowbrook St-James St-James Terra-Cotta Pluie 60 Beaconsfield Beaconsfield Beaconsfield Pointe-Claire Localisation Météo dernières parc Brookside embouchure du inters rue av Glanlynn heures près de l inters ruisseau inters Pointe-Claire au nord de l av (mm) av Brookside St-Charles et et autoroute Belmont et allée Celtic Lakeshore 20 Date UFC/100 ml pluie J sec pluie J sec Bris * Bris pluie pluie J Numéro DEN-0.0 DEN-0.8P1 DEN-2.6 DEN-3.2 Ruisseau Denis Denis Denis Denis Pluie 60 Dorval Dorval Dorval Pointe-Claire Localisation Météo dernières embouchure près inters près inters à l est de l inters heures du ruisseau Reverchon et Deslauriers et Des Sources et (mm) face à des montée St- Belmont Aviation Sources Rémi Date UFC/100 ml pluie sec pluie n/d sec pluie J Source : RSMA, 2014 (http://ville.montreal.qc.ca/portal/page?_pageid=7237, &_dad=portal&_schema=portal) 1 Bris survenu à la station de pompage des eaux d égout de la Ville de Kirkland entraînant le déversement d eaux usées dans le réseau pluvial du ruisseau St-James durant 1 à 2 heures. 2 Mesure effectuée par le laboratoire Agat

4 -4- Au cours de l été 2014, les concentrations de coliformes fécaux dans l eau du ruisseau St-James ont varié de 45 UFC/100 ml à UFC/100 ml, cette dernière valeur ayant été mesurée le 25 juin. Des niveaux élevés (de l ordre de quelques milliers d UFC par 100 ml d eau) ont également été mesurés dans les autres ruisseaux présentés au Tableau 2. Les niveaux de coliformes fécaux de ces ruisseaux sont donc plus élevés que la norme pour l eau potable et souvent plus élevés que la limite maximale pour la baignade en milieu naturel (200 UFC/100 ml). De plus, ces quatre ruisseaux peuvent être considérés «pollués» à quelques reprises durant la saison de mesures (> UFC/100 ml). EFFETS DES COLIFORMES FÉCAUX DU RUISSEAU ST-JAMES SUR LA SANTÉ La présence de coliformes fécaux dans l eau peut présenter un risque pour la santé si on la boit ou si on est en contact physique avec cette eau. S il n y a aucun contact avec l eau, les coliformes fécaux ne présentent pas de risques pour la santé. Pour répondre à la demande de la Ville de Pointe-Claire, la Direction de santé publique de l Agence de la santé et des services sociaux de Montréal (DSP) recommande aux citoyens de ne pas avoir de contact avec l eau du ruisseau St-James ni de laisser les enfants y jouer car les niveaux de coliformes fécaux dépassent la limite maximale pour la baignade (200 UFC/100 ml) et sont souvent très élevés (quelques milliers d UFC/100 ml). Il n y a cependant pas de risque pour les personnes qui habitent à proximité du ruisseau St-James puisque ces résidents n ont pas de contact physique avec l eau. Toutefois, les événements survenus à la fin de l été/début de l automne au ruisseau St-James semblent avoir été une source de nuisances importantes pour certains riverains en raison des odeurs nauséabondes qui étaient perceptibles depuis leur terrain pendant un certain temps. Les informations recueillies auprès de la Ville de Montréal indiquent que la Ville de Kirkland aurait pris tous les moyens pour régler le problème à sa station de pompage et élaborerait un plan d action pour corriger de façon permanente le problème. S il advenait d autres incidents au ruisseau St-James, ou aux autres ruisseaux, qui présenteraient des nuisances importantes (odeurs nauséabondes), la DSP considère qu il est nécessaire d informer rapidement les riverains de la source du problème et des moyens mis en place pour y remédier. Nous savons que plusieurs raccordements inversés pouvant déverser des eaux d égout domestique dans les différents ruisseaux de l île de Montréal ont déjà été identifiés et corrigés. Il est important que ce travail se poursuive afin d éliminer cette source de contamination des ruisseaux. Cependant, nous comprenons que la présence de coliformes fécaux ne pourra jamais être éliminée complètement puisque ces ruisseaux recueillent les eaux pluviales de grandes

5 -5- superficies de terrain (rues, fossés, autoroutes). C est pourquoi les mesures du réseau RSMA sont importantes pour suivre la situation, relever d éventuels problèmes de contamination et améliorer la qualité de l eau des ruisseaux. De plus, les citoyens peuvent consulter en tout temps les résultats de ces mesures sur le site Internet : ORTAL. EN RÉSUMÉ La qualité de l eau du ruisseau St-James situé dans l ouest de l île de Montréal a varié de «bonne» à «polluée» en A certains moments, les concentrations de coliformes fécaux y étaient très élevées et dépassaient la norme d eau potable et la valeur limite recommandée pour la baignade sur des plages. La Direction de santé publique de l Agence de la santé et des services sociaux de Montréal (DSP) considère que le risque à la santé est limité au contact avec l eau du ruisseau St-James. Par conséquent, elle recommande aux citoyens de ne pas avoir de contact avec l eau du ruisseau St-James ni de laisser les enfants y jouer afin d éviter des problèmes de santé associés aux microorganismes contenus dans les matières fécales. Puisqu il recueille les eaux pluviales de la région (rues, fossés, autoroutes), le ruisseau St-James ne peut pas être exempt de coliformes fécaux. La surveillance de ce ruisseau, ainsi que des autres ruisseaux de l île, par le RSMA constitue un excellent outil pour identifier des sources potentielles de contamination et améliorer la qualité de l eau. S il advenait d autres incidents au ruisseau St-James qui présenteraient des nuisances importantes (odeurs nauséabondes), la DSP considère qu il est nécessaire d informer rapidement les riverains de la source du problème et des moyens mis en place pour y remédier.

Risques à la santé associés à la présence de coliformes fécaux dans l eau du ruisseau St James

Risques à la santé associés à la présence de coliformes fécaux dans l eau du ruisseau St James Direction de santé publique Risques à la santé associés à la présence de coliformes fécaux dans l eau du ruisseau St James Monique Beausoleil, M.Sc., toxicologue 12 novembre 2014 MISE EN CONTEXTE Le 10

Plus en détail

Alimentation en eau potable et disposition des eaux usées

Alimentation en eau potable et disposition des eaux usées Alimentation en eau potable et disposition des eaux usées Secteur sud du quartier Sainte-Hélène-de-Breakeyville Soirée de consultation du 4 février 2009 Direction Environnement & infrastructures Ville

Plus en détail

Un environnement urbain favorable à la santé

Un environnement urbain favorable à la santé Orient5-SOLS ET EAU_FINAL_Mise en page 1 05/06/12 10:48 AM Page 1 Agence de la santé et des services sociaux de Montréal Plan régional de santé publique 2010-2015 Un environnement urbain favorable à la

Plus en détail

Les rejets des eaux de débordement dans la région montréalaise

Les rejets des eaux de débordement dans la région montréalaise Lac Saint-Louis, rapides de Lachine, bassins de La Prairie Les rejets des eaux de débordement dans la région montréalaise Document de présentation des réflexions et recommandations faites à la Commission

Plus en détail

Rapport d analyse de qualité de l eau pour le territoire de la MRC Le Val Saint-François 2006-2012

Rapport d analyse de qualité de l eau pour le territoire de la MRC Le Val Saint-François 2006-2012 Convergence des données de qualité de l eau : pour une gestion intégrée des ressources et du territoire Rapport d analyse de qualité de l eau pour le territoire de la MRC Le Val Saint-François 2006-2012

Plus en détail

L EAU EN OUTAOUAIS. L eau potable. Les types d alimentation en eau potable en Outaouais

L EAU EN OUTAOUAIS. L eau potable. Les types d alimentation en eau potable en Outaouais L EAU EN OUTAOUAIS L eau potable Les types d alimentation en eau potable en Outaouais Dans notre région, 73 % de la population est alimentée en eau potable par des réseaux municipaux. Le reste de la population

Plus en détail

Alimentation en eau potable et disposition des eaux usées

Alimentation en eau potable et disposition des eaux usées Alimentation en eau potable et disposition des eaux usées Secteur sud du quartier Sainte-Hélène-de-Breakeyville Direction des communications Ville de Lévis Ordre du jour Accueil et mot de bienvenue 1.

Plus en détail

Rapport d inspection Test de fluorescéine 2012

Rapport d inspection Test de fluorescéine 2012 Rapport d inspection Test de fluorescéine 2012 Remis aux membres du Conseil Municipalité d Entrelacs Rédigé par Geneviève Gagnon Octobre 2012. Mise en contexte La municipalité a entrepris, en 2008, des

Plus en détail

Les transactions immobilières

Les transactions immobilières Environnement et Travail Gestion de l environnement et des aires naturelles L eau de votre puits Les transactions immobilières 6 Cette série de brochures décrit ce que les propriétaires de puits privés

Plus en détail

VILLE DE NICOLET REFOULEMENTS DES 5 ET 11 AOÛT 2011: SECTEUR DE LA RUE PIERRE-LAVIOLETTE NOTE TECHNIQUE. N/Réf. : 16229. 8 mai 2013 Révision 1

VILLE DE NICOLET REFOULEMENTS DES 5 ET 11 AOÛT 2011: SECTEUR DE LA RUE PIERRE-LAVIOLETTE NOTE TECHNIQUE. N/Réf. : 16229. 8 mai 2013 Révision 1 VILLE DE NICOLET REFOULEMENTS DES 5 ET 11 AOÛT 2011: SECTEUR DE LA RUE PIERRE-LAVIOLETTE NOTE TECHNIQUE N/Réf. : 16229 8 mai 2013 Révision 1 Page : 1 TABLE DES MATIÈRES 1. MISE EN SITUATION... 1 2. ANALYSE

Plus en détail

Chapitre 12 Secteur L Avenir Lac Saint-Pierre

Chapitre 12 Secteur L Avenir Lac Saint-Pierre Chapitre 12 Secteur L Avenir Lac Saint-Pierre Figure 12.1 Secteur L Avenir Lac Saint-Pierre Chapitre 12 : Secteur L Avenir Lac Saint-Pierre 213 12.1 Indices de qualité de l eau Ce secteur du bassin compte

Plus en détail

Rapport d analyse de qualité de l eau pour le territoire de la Ville de Drummondville 2006-2012

Rapport d analyse de qualité de l eau pour le territoire de la Ville de Drummondville 2006-2012 Rapport d analyse de qualité de l eau pour le territoire de la Ville de Drummondville 2006-2012 Ce rapport inclue les cartes des territoires de comités locaux de bassin versant suivants : Rivière Saint-Germain

Plus en détail

Installation septique

Installation septique Installation septique Guide de référence Le gouvernement du Québec a adopté en 1981 une réglementation s appliquant à l ensemble du territoire québécois concernant la construction des installations septiques

Plus en détail

Présence d amiante à l école J.F. Kennedy : évaluation des risques à la santé et recommandations Avis de santé publique

Présence d amiante à l école J.F. Kennedy : évaluation des risques à la santé et recommandations Avis de santé publique Présence d amiante à l école J.F. Kennedy : évaluation des risques à la santé et recommandations Avis de santé publique Monique Beausoleil, M.Sc., toxicologue 14 mai 2012 École J.F. Kennedy École située

Plus en détail

Politique d interventions municipales pour la gestion des installations septiques des résidences isolées

Politique d interventions municipales pour la gestion des installations septiques des résidences isolées Politique d interventions municipales pour la gestion des installations septiques des résidences isolées Mise en œuvre 2016-2017 VOLET 1 VOLET 2 1 Mise aux normes : Assurer le bon fonctionnement Prise

Plus en détail

Fiche technique. Le Service de l aménagement du territoire et de l urbanisme Édité le 29 octobre 2015 Page 1 sur 5

Fiche technique. Le Service de l aménagement du territoire et de l urbanisme Édité le 29 octobre 2015 Page 1 sur 5 Le présent document donne des informations sur les normes applicables à la construction ou la modification d une installation septique pour un usage résidentiel de six chambres à coucher ou moins et qui

Plus en détail

Analyse de qualité de l eau 2012. Calcul de l Indice de qualité bactériologique et physico-chimique. 7 stations dans les MRC des Basques et de Matane

Analyse de qualité de l eau 2012. Calcul de l Indice de qualité bactériologique et physico-chimique. 7 stations dans les MRC des Basques et de Matane Analyse de qualité de l eau 212 Calcul de l Indice de qualité bactériologique et physico-chimique 7 stations dans les MRC des Basques et de Matane Entre août et octobre 212, l OBVNEBSL a procédé a des

Plus en détail

La gestion des bassins versants : c est l affaire de qui?

La gestion des bassins versants : c est l affaire de qui? La gestion des bassins versants : c est l affaire de qui? Journée montérégienne de santé publique 7 juin 2006 Chantal d Auteuil, directrice générale La Corporation Bassin Versant Baie Missisquoi Organisme

Plus en détail

Plan d action gouvernemental de protection des lacs et des cours d eau du Québec Juin 2007

Plan d action gouvernemental de protection des lacs et des cours d eau du Québec Juin 2007 Plan d action gouvernemental de protection des lacs et des cours d eau du Québec Juin 2007 Moyens de sensibilisation, de prévention et d information à l intention de la population du Québec Moyens de

Plus en détail

RÉSUMÉ DES PRINCIPALES RÈGLES CONCERNANT LE RACCORDEMENT D UNE RÉSIDENCE AU NOUVEAU RÉSEAU D AQUEDUC ET D ÉGOUT DU VILLAGE

RÉSUMÉ DES PRINCIPALES RÈGLES CONCERNANT LE RACCORDEMENT D UNE RÉSIDENCE AU NOUVEAU RÉSEAU D AQUEDUC ET D ÉGOUT DU VILLAGE RÉSUMÉ DES PRINCIPALES RÈGLES CONCERNANT LE RACCORDEMENT D UNE RÉSIDENCE AU NOUVEAU RÉSEAU D AQUEDUC ET D ÉGOUT DU VILLAGE Des règles différentes peuvent s appliquer dans le cas d un commerce. Informez-vous

Plus en détail

Nouvelles exigences en matière de gestion des eaux pluviales au Québec

Nouvelles exigences en matière de gestion des eaux pluviales au Québec Nouvelles exigences en matière de gestion des eaux pluviales au Québec Denis Martel, ing. M.Sc. Pôle d expertise municipale Direction régionale de l'analyse et de l'expertise Bureau de Montréal Ministère

Plus en détail

PRÉAMBULE. Il est référé au titre et au préambule du présent règlement pour valoir comme s ils étaient ici récités au long.

PRÉAMBULE. Il est référé au titre et au préambule du présent règlement pour valoir comme s ils étaient ici récités au long. CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE CHICOUTIMI VILLE DE SAGUENAY RÈGLEMENT NUMÉRO VS-R-2010-57 AYANT POUR OBJET LE CONTRÔLE DES INSTALLATIONS SEPTIQUES SUR LE TERRITOIRE DE LA VILLE DE SAGUENAY (12306-07-001)

Plus en détail

Mémoire déposé dans le cadre de la révision du schéma d aménagement et de développement de la Ville de Gatineau

Mémoire déposé dans le cadre de la révision du schéma d aménagement et de développement de la Ville de Gatineau 1971 ST-LOUIS, GATINEAU (QUÉBEC) J8T 4H6 R.B.Q 2592 3533-93 Mémoire déposé dans le cadre de la révision du schéma d aménagement et de développement de la Ville de Gatineau Lots 3 966 254 et 2 957 115 MISE

Plus en détail

Acériculture Techniques de lavage de tubulure et d évaporateur

Acériculture Techniques de lavage de tubulure et d évaporateur Acériculture Techniques de lavage de tubulure et d évaporateur Alain Boily, agronome Conseiller en acériculture Pour que le sirop d érable ait le goût d autrefois, il doit être exempt de goûts étrangers.

Plus en détail

Le Réseau-rivières ou le suivi de la qualité de l eau des rivières du Québec

Le Réseau-rivières ou le suivi de la qualité de l eau des rivières du Québec Le Réseau-rivières ou le suivi de la qualité de l eau des rivières du Québec L eau faisant partie de notre patrimoine collectif, il importe d en assurer la pérennité et de favoriser l amélioration ou la

Plus en détail

Fleuve Saint-Laurent Fleuve Saint-Laurent

Fleuve Saint-Laurent Fleuve Saint-Laurent Fleuve Saint-Laurent Fleuve Saint-Laurent Été 2009 Qualité bactériologique de sites potentiels de baignade INTRODUCTION L a majorité de la population québécoise vit à proximité du Saint-Laurent et la baignade

Plus en détail

La vidange de votre installation septique

La vidange de votre installation septique La vidange de votre installation septique Guide du Propriétaire SAISON 2012-2013 «La vidange de votre installation septique un geste important pour l environnement» NOUVEAU SERVICE La municipalité de Saint-Aubert

Plus en détail

Le programme de débranchement des gouttières de la Ville de Sherbrooke

Le programme de débranchement des gouttières de la Ville de Sherbrooke Le programme de débranchement des gouttières de la Ville de Sherbrooke Journée Portes ouvertes sur les actions environnementales en milieu municipal Conférence de Michel Cyr 4 mai 2012 1 Plan de la présentation

Plus en détail

Qualité de l eau de la rivière Lorette

Qualité de l eau de la rivière Lorette 2009 Qualité de l eau de la rivière Lorette Table des matières Liste des tableaux... 3 Liste des figures... 3 Liste des photos... 3 Liste des annexes... 3 Description du bassin versant... 4 Données historiques

Plus en détail

Problématique de l évacuation et du traitement des eaux usées des résidences isolées en Abitibi-Témiscamingue

Problématique de l évacuation et du traitement des eaux usées des résidences isolées en Abitibi-Témiscamingue Colloque sur la gestion de l eau en Abitibi-Témiscamingue Samedi le 17 janvier 2004 Problématique de l évacuation et du traitement des eaux usées des résidences isolées en Abitibi-Témiscamingue Annie Bérubé

Plus en détail

Règlement du Service d Assainissement Collectif

Règlement du Service d Assainissement Collectif Règlement du Service d Assainissement Collectif Article 1. Objet du règlement Le présent règlement a pour objet de présenter les modalités et les conditions d utilisation et de gestion du réseau d assainissement

Plus en détail

Consultation générale sur le Plan métropolitain d aménagement et de développement du Grand Montréal (PMAD)

Consultation générale sur le Plan métropolitain d aménagement et de développement du Grand Montréal (PMAD) Consultation générale sur le Plan métropolitain d aménagement et de développement du Grand Montréal (PMAD) Mémoire présenté à la Communauté métropolitaine de Montréal Septembre 2011 TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

LA GESTION DURABLE EAUX PLUVIALES. Trottoirs immergés, jardins détrempés, rues inondées, égouts saturés COMMENT GÉRER L EAU DE PLUIE?

LA GESTION DURABLE EAUX PLUVIALES. Trottoirs immergés, jardins détrempés, rues inondées, égouts saturés COMMENT GÉRER L EAU DE PLUIE? LA GESTION DURABLE des EAUX PLUVIALES Trottoirs immergés, jardins détrempés, rues inondées, égouts saturés COMMENT GÉRER L EAU DE PLUIE? www.reseau-environnement.com Qu est-ce qu une GESTION DURABLE des

Plus en détail

INTERVENTIONS POSSIBLES PAR LE PROPRIÉTAIRE POUR ÉVITER L INONDATION DU SOUS-SOL DE SA RÉSIDENCE

INTERVENTIONS POSSIBLES PAR LE PROPRIÉTAIRE POUR ÉVITER L INONDATION DU SOUS-SOL DE SA RÉSIDENCE BEACONSFIELD INTERVENTIONS POSSIBLES PAR LE PROPRIÉTAIRE POUR ÉVITER L INONDATION DU SOUS-SOL DE SA RÉSIDENCE Les inondations du sous-sol de nombreuses résidences survenues en 1998 et en 2005 ont amené

Plus en détail

Est-elle bonne à boire?

Est-elle bonne à boire? Environnement et Travail Gestion de l environnement et des aires naturelles L eau de votre puits Est-elle bonne à boire? 1 Cette série de brochures décrit ce que les propriétaires de puits privés peuvent

Plus en détail

Eaux usées Centre de traitement

Eaux usées Centre de traitement EN BREF Dans une goutte d eau Eaux usées Centre de traitement Les eaux usées sont fréquemment appelées eaux d égout. Il s agit d eaux qui ont été utilisées pour le lavage et le nettoyage par chasse d eau

Plus en détail

ATTENDU QUE le conseil municipal désire prévoir des normes concernant la gestion des eaux pluviales des propriétés privées;

ATTENDU QUE le conseil municipal désire prévoir des normes concernant la gestion des eaux pluviales des propriétés privées; PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE SALABERRY-DE-VALLEYFIELD RÈGLEMENT 300 Règlement concernant la gestion des eaux pluviales ATTENDU QUE la Ville de Salaberry-de-Valleyfield est régie par la Loi sur les cités

Plus en détail

Avis sur le projet d usine de compostage de boues septiques à Saint-Damien

Avis sur le projet d usine de compostage de boues septiques à Saint-Damien Avis sur le projet d usine de compostage de boues septiques à Saint-Damien Présenté à la demande du Mouvement écologique mathalois par Le Conseil régional de l environnement de Lanaudière 365 rue Saint-Louis

Plus en détail

Rapport de stage. «Travail préparatoire à l estimation du coût d une bonne qualité des eaux de baignade sur le littoral Aquitain»

Rapport de stage. «Travail préparatoire à l estimation du coût d une bonne qualité des eaux de baignade sur le littoral Aquitain» GRAPE-CEEP Rapport de stage «Travail préparatoire à l estimation du coût d une bonne qualité des eaux de baignade sur le littoral Aquitain» Vallette Jean-Vincent Master II Gestion des Ressources Naturelles

Plus en détail

SUIVI DE LA QUALITE DE L EAU DES FORAGES DE LA ZONE AEROPORTUAIRE DE BAMAKO (Juillet décembre 2009)

SUIVI DE LA QUALITE DE L EAU DES FORAGES DE LA ZONE AEROPORTUAIRE DE BAMAKO (Juillet décembre 2009) 1 MINISTERE DE L ENERGIE ET DE L EAU --------------------- LABORATOIRE NATIONAL DES EAUX REPUBLIQUE DU MALI Un Peuple Un But Une Une Foi SUIVI DE LA QUALITE DE L EAU DES FORAGES DE LA ZONE AEROPORTUAIRE

Plus en détail

MEMOIRE CONCERNANT : PROJET DE REGLEMENT SUR LE CONTROLE DES DEVERSEMENTS D EAUX USEES DANS LES OUVRAGES D ASSAINISSEMENT ET COURS D EAU

MEMOIRE CONCERNANT : PROJET DE REGLEMENT SUR LE CONTROLE DES DEVERSEMENTS D EAUX USEES DANS LES OUVRAGES D ASSAINISSEMENT ET COURS D EAU MEMOIRE CONCERNANT : PROJET DE REGLEMENT SUR LE CONTROLE DES DEVERSEMENTS D EAUX USEES DANS LES OUVRAGES D ASSAINISSEMENT ET COURS D EAU Présenté à la Commission de l environnement de la Communauté Métropolitaine

Plus en détail

RAPPORT. Consultation publique sur la révision du schéma de couverture de risques en sécurité incendie

RAPPORT. Consultation publique sur la révision du schéma de couverture de risques en sécurité incendie RAPPORT Consultation publique sur la révision du schéma de couverture de risques en sécurité incendie ARRONDISSEMENTS DE BOMPTON ET DE JACQUES-CARTIER Déposé au conseil municipal le 3 juillet 2012. Préambule

Plus en détail

2.1.2 HyDROLOGIE DE LA RIVIèRE DU DIABLE

2.1.2 HyDROLOGIE DE LA RIVIèRE DU DIABLE 2.1.2 HyDROLOGIE DE LA RIVIèRE DU DIABLE Faits saillants Le régime hydrique de la rivière du Diable et de ses tributaires est de type «pluvio-nival», lequel se caractérise par l évènement de deux cycles

Plus en détail

Réduction des eaux parasites dans les réseaux d égouts municipaux

Réduction des eaux parasites dans les réseaux d égouts municipaux Réduction des eaux parasites dans les réseaux d égouts municipaux Colloque «Tous en action pour la St-François» Conférence de Michel Cyr 11 juin 2013 1 Plan de la présentation 1 : Contexte et définitions

Plus en détail

Projet de règlement modifiant le Règlement Q 2, r.22

Projet de règlement modifiant le Règlement Q 2, r.22 Projet de règlement modifiant le Règlement Q 2, r.22 Forum national sur les lacs 2014 12 juin 2014 Linda Picard, ing., Direction des eaux municipales Projet de règlement modifiant le Règlement Q 2, r.22

Plus en détail

À l heure des comptes

À l heure des comptes en ligne À l heure des comptes pour s informer sur la pollution industrielle www.cec.org/takingstock/fr À l heure des comptes en ligne est le seul endroit où vous pouvez avoir accès instantanément à des

Plus en détail

Ce document contient de l'information et des champs de formulaire. Pour lire l'information, appuyez sur la flèche vers le bas à partir d'un champ de formulaire. Lignes directrices d'étude de viabilisation

Plus en détail

La gestion des vidanges des fosses septiques dans la MRC du Haut-Saint- François

La gestion des vidanges des fosses septiques dans la MRC du Haut-Saint- François La gestion des vidanges des fosses septiques dans la MRC du Haut-Saint- François Plan de la présentation Fonctionnement de la gestion des vidanges des fosses septiques Le financement Historique mesure

Plus en détail

Relevé sanitaire des installations septiques autonomes au lac Sept-Îles

Relevé sanitaire des installations septiques autonomes au lac Sept-Îles 23 mai 2015 Relevé sanitaire des installations septiques autonomes au lac Sept-Îles L installation septique et vous 1. Pourquoi? 2. Pour qui? 3. Comment? 4. Quel est le problème? 5. Des solutions? 6. Le

Plus en détail

APPROVISIONNEMENT EN EAU

APPROVISIONNEMENT EN EAU APPROVISIONNEMENT EN EAU Pourquoi est-ce un problème prioritaire? Deux raisons principales font de l approvisionnement en eau un enjeu important pour le territoire du COBAMIL. D abord, l eau brute destinée

Plus en détail

Projet de Port Granby Sondage sur l attitude du public Rapport de recherche

Projet de Port Granby Sondage sur l attitude du public Rapport de recherche Projet de Port Granby Sondage sur l attitude du public Rapport de recherche février 2015 Preparé par : 1. Sommaire CONTEXTE ET MÉTHODOLOGIE Dans le cadre du Projet de Port Granby, l Initiative dans la

Plus en détail

Règlement sur la qualité de l'eau des piscines et autres bassins artificiels

Règlement sur la qualité de l'eau des piscines et autres bassins artificiels Page 1 of 8 Éditeur officiel du Québec À jour au 1er avril 2012 Ce document a valeur officielle. c. Q-2, r. 39 Règlement sur la qualité de l'eau des piscines et autres bassins artificiels Loi sur la qualité

Plus en détail

Sources des données et méthodes pour l'indicateur de la qualité des zones de croissance des mollusques

Sources des données et méthodes pour l'indicateur de la qualité des zones de croissance des mollusques Sources des données et méthodes pour l'indicateur de la qualité des zones de croissance des mollusques décembre 2011 Cat.# : En4-144/31-2011F-PDF ISBN : 978-1-100-98402-5 1 Introduction L indicateur de

Plus en détail

Pour améliorer la qualité Objectif esthétique pour l eau potable 1 mg/l

Pour améliorer la qualité Objectif esthétique pour l eau potable 1 mg/l Dans une goutte d eau Cuivre Le cuivre (Cu) est présent à l état naturel dans la roche, le sol, les plantes, les animaux, l eau, les sédiments et l air. Le cuivre est souvent présent sous forme de minéraux,

Plus en détail

Suivi de l état du. La qualité de l eau du secteur fluvial. Paramètres physico-chimiques et. bactériologiques 3e édition.

Suivi de l état du. La qualité de l eau du secteur fluvial. Paramètres physico-chimiques et. bactériologiques 3e édition. Suivi de l état du EAU SÉDIMENTS La qualité de l eau du secteur fluvial RIVES Au cours des 25 dernières années, d importantes interventions d assainissement des eaux usées municipales ont été réalisées

Plus en détail

Vos gouttières sont-elles conformes à la réglementation en vigueur?

Vos gouttières sont-elles conformes à la réglementation en vigueur? À CONSERVER Vos gouttières sont-elles conformes à la réglementation en vigueur? nicolet.ca Ville de Nicolet Règlement sur les branchements à l'égout (n o 576-89) Extrait- article 28 Évacuation des eaux

Plus en détail

Piscines : point réglementaire

Piscines : point réglementaire Piscines : point réglementaire 02octobre 2012 Principales références juridiques: Articles L1332-1 à L1332-9, articles D1332-1 à D1332-13, et annexe 13-6 (installations sanitaires) du code de la santé publique.

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL 2014 PERMIS ET INSPECTION

RAPPORT ANNUEL 2014 PERMIS ET INSPECTION 1. PERMIS DE CONSTRUCTION ET CERTIFICATS D AUTORISATION - 2014 La Section des permis et de l inspection a émis un total de 4594 permis de construction et certificats d autorisation en 2014. Ces permis

Plus en détail

L'ocre ferreuse cela la»»»»»

L'ocre ferreuse cela la»»»»» Vous avez des problèmes d ocre ferreuse? Consultez les rubriques de cette page pour tout savoir sur la question : Qu est-ce que l ocre ferreuse? L ocre ferreuse est le résultat d une réaction chimique

Plus en détail

Règlements de la Corporation Municipale de Saint-Dominique. Province de Québec MRC des Maskoutains Municipalité de Saint-Dominique

Règlements de la Corporation Municipale de Saint-Dominique. Province de Québec MRC des Maskoutains Municipalité de Saint-Dominique Province de Québec MRC des Maskoutains Municipalité RÈGLEMENT NUMÉRO 15-286 DÉCRÉTANT LES TAUX DE TAXES ET LES TARIFS POUR L'EXERCICE FINANCIER 2015 ARTICLE 1. TAXES FONCIÈRES Pour subvenir aux dépenses

Plus en détail

Rappels et nouveautés, partie 2

Rappels et nouveautés, partie 2 Le don écologique comme outil de conservation: Rappels et nouveautés, partie 2 Steeve Morasse, biologiste Direction générale de l écologie et de la conservation Ateliers sur la conservation des milieux

Plus en détail

COURS D EAU D UN FOSSÉ

COURS D EAU D UN FOSSÉ COMMENT DIFFÉRENCIER UN COURS D EAU D UN FOSSÉ Les COURS D EAU et les MILIEUX RIVERAINS abritent une multitude d espèces animales et végé tales. Ces écosystèmes fragiles sont protégés par des lois et des

Plus en détail

Fleuve Saint-Laurent Fleuve Saint-Laurent

Fleuve Saint-Laurent Fleuve Saint-Laurent Fleuve Saint-Laurent Fleuve Saint-Laurent Été 2007 Qualité bactériologique de sites potentiels de baignade INTRODUCTION L a baignade dans le fleuve demeure l un des usages les plus souhaités par les riverains

Plus en détail

Portrait des indicateurs du tableau de bord stratégique

Portrait des indicateurs du tableau de bord stratégique Perte d autonomie liée au vieillissement (PALV) Portrait des indicateurs du tableau de bord stratégique FAITS SAILLANTS DE LA MISE À JOUR DES INDICATEURS PALV DEPUIS 2005 2006 Secteur de la gestion de

Plus en détail

FORMULAIRE D INFORMATION ET DE CONSENTEMENT BANQUE DE MATERIEL BIOLOGIQUE LIÉ AU STRESS

FORMULAIRE D INFORMATION ET DE CONSENTEMENT BANQUE DE MATERIEL BIOLOGIQUE LIÉ AU STRESS FORMULAIRE D INFORMATION ET DE CONSENTEMENT BANQUE DE MATERIEL BIOLOGIQUE LIÉ AU STRESS Préambule Une banque de matériel biologique a été mise sur pied dans le cadre du projet de recherche intitulé (Mettre

Plus en détail

T H I E S SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Thiès

T H I E S SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Thiès T H I REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE Service Régional la Statistique et la Démographie

Plus en détail

Bilan environnemental Portrait de la qualité des plans d eau à Montréal

Bilan environnemental Portrait de la qualité des plans d eau à Montréal RSMA. Réseau de suivi du milieu aquatique www.rsma.qc.ca Direction de l environnement et du développement durable 2011 Bilan environnemental Portrait de la qualité des plans d eau à Montréal Le Réseau

Plus en détail

Direction de la production de l eau potable MISE AUX NORMES DES USINES DE PRODUCTION D EAU POTABLE (PROJET MNU)

Direction de la production de l eau potable MISE AUX NORMES DES USINES DE PRODUCTION D EAU POTABLE (PROJET MNU) Direction de la production de l eau potable MISE AUX NORMES DES USINES DE PRODUCTION D EAU POTABLE (PROJET MNU) Mise MISE aux AUX normes NORMES des usines DES (MNU) USINES (MNU) 1.0 Présentation d ensemble

Plus en détail

GUIDE DE BONNES PRATIQUES D ÉVACUATION DES EAUX RÉSIDENTIELLES LORS D UN REMPLACEMENT

GUIDE DE BONNES PRATIQUES D ÉVACUATION DES EAUX RÉSIDENTIELLES LORS D UN REMPLACEMENT Service des infrastructures et gestion des eaux Division ingénierie GUIDE DE BONNES PRATIQUES D ÉVACUATION DES EAUX RÉSIDENTIELLES LORS D UN REMPLACEMENT D UN RÉSEAU MUNICIPAL DE TYPE UNITAIRE (sanitaire

Plus en détail

BRANCHEMENT AUX RÉSEAUX COLLECTIFS

BRANCHEMENT AUX RÉSEAUX COLLECTIFS BRANCHEMENT AUX RÉSEAUX COLLECTIFS Ou comment raccorder son habitation pour traiter les eaux usées et évacuer les eaux pluviales. www.grandtoulouse.fr Grand Toulouse - Direction Assainissement 1, place

Plus en détail

CANADA PROVINCE DE QUEBEC MUNICIPALITÉ DE ST-ALBERT. Règlement numéro 39-05-92

CANADA PROVINCE DE QUEBEC MUNICIPALITÉ DE ST-ALBERT. Règlement numéro 39-05-92 CANADA PROVINCE DE QUEBEC MUNICIPALITÉ DE ST-ALBERT Règlement numéro 39-05-92 Règlement concernant les branchements à l égout dans la Municipalité de Saint-Albert. ATTENDU QU UN AVIS DE MOTION a été donné

Plus en détail

Appui à la planification et suivi d un projet pilote de collecte des matières putrescibles. Phase 1 : Ville de Québec Sommaire exécutif

Appui à la planification et suivi d un projet pilote de collecte des matières putrescibles. Phase 1 : Ville de Québec Sommaire exécutif Rapport final RT05-22607 Appui à la planification et suivi d un projet pilote de collecte des matières putrescibles Phase 1 : Ville de Québec Sommaire exécutif Mars 2009 Sommaire exécutif Contexte du

Plus en détail

Canada Province de Québec Municipalité de Saint-Jacques-de-Leeds RÈGLEMENT NUMÉRO 296

Canada Province de Québec Municipalité de Saint-Jacques-de-Leeds RÈGLEMENT NUMÉRO 296 Canada Province de Québec Municipalité de Saint-Jacques-de-Leeds RÈGLEMENT NUMÉRO 296 REMPLAÇANT LE CHAPITRE 10 DU RÈGLEMENT DE ZONAGE NUMERO 175 ATTENDU le Règlement sur la sécurité des piscines résidentielles

Plus en détail

Acquisition d une propriété

Acquisition d une propriété Direction de l habitation Acquisition d une propriété AIDE FINANCIÈRE Mars 2015 Vous rêvez d une propriété à Montréal? Grâce à ses nombreux avantages, le programme municipal d aide à l acquisition d une

Plus en détail

La Récupération de l'eau de pluie et des eaux grises

La Récupération de l'eau de pluie et des eaux grises La Récupération de l'eau de pluie et des eaux grises Dans le cadre de démarches environnementales et de développement durable, de nombreux maîtres d ouvrages, notamment les collectivités territoriales,

Plus en détail

Méthodologie d échantillonnage pour les toxines d algues bleu-vert à l intention des exploitants de plages. Saison 2010

Méthodologie d échantillonnage pour les toxines d algues bleu-vert à l intention des exploitants de plages. Saison 2010 Méthodologie d échantillonnage pour les toxines d algues bleu-vert à l intention des exploitants de plages Saison 2010 Table des matières 1 Contexte et objectif...2 2 Processus à suivre pour effectuer

Plus en détail

Comptage Hétérotrophe sur Plaque (CHP)

Comptage Hétérotrophe sur Plaque (CHP) Comptage Hétérotrophe sur Plaque (CHP) École Secondaire But: Déterminer si un échantillon d'eau est dans la norme des recommandations canadiennes pour l'eau potable en ce qui concerne la croissance bactérienne.

Plus en détail

GOUTTIÈRES (GUIDE D INSTALLATION)

GOUTTIÈRES (GUIDE D INSTALLATION) Dans le cadre de l amélioration de la gestion des eaux pluviales sur son territoire, la Ville de Magog a adopté en septembre 2014 une réglementation concernant les gouttières des bâtiments de son territoire

Plus en détail

Québec, le 6 novembre 2012

Québec, le 6 novembre 2012 Québec, le 6 novembre 2012 1 L'aquaresponsabilité municipale Une approche intégrée Englobe toutes les actions réalisées par une ville Pour garantir : la gestion responsable de la ressource eau sur son

Plus en détail

VADE MECUM DU RESEAU EAU USEE ET EAU PLUVIALE

VADE MECUM DU RESEAU EAU USEE ET EAU PLUVIALE VADE MECUM DU RESEAU EAU USEE ET EAU PLUVIALE LE RACCORDEMENT AU RESEAU PUBLIC D ASSAINISSEMENT : UNE OBLIGATION LEGALE L étanchéité parfaite est la qualité principale d un réseau d assainissement. Elle

Plus en détail

Devoirs spécifiques en matière de fosses septiques. Le Règlement sur l'évacuation et le traitement des eaux usées des résidences isolées

Devoirs spécifiques en matière de fosses septiques. Le Règlement sur l'évacuation et le traitement des eaux usées des résidences isolées 1 sur 5 N o 4 5 septembre 2007 Rôle et pouvoirs des municipalités concernant l installation de fosses septiques À la suite d'investigations ayant porté sur certains systèmes d'assainissement des eaux usées

Plus en détail

COMMUNE D UCCLE RÈGLEMENT COMMUNAL EN MATIÈRE DE RACCORDEMENT A L EGOUT

COMMUNE D UCCLE RÈGLEMENT COMMUNAL EN MATIÈRE DE RACCORDEMENT A L EGOUT COMMUNE D UCCLE RÈGLEMENT COMMUNAL EN MATIÈRE DE RACCORDEMENT A L EGOUT Date de la délibération du Conseil communal : 24/06/2010 Visé par le Ministère de la Région de Bruxelles-Capitale : 25/08/2010 Entrée

Plus en détail

Communauté de Communes Rives de Moselle 1, Place de la Gare 57280 MAIZIERES-LES-METZ

Communauté de Communes Rives de Moselle 1, Place de la Gare 57280 MAIZIERES-LES-METZ Communauté de Communes Rives de Moselle 1, Place de la Gare 57280 MAIZIERES-LES-METZ DEMANDE D AUTORISATION D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Demande à compléter par le propriétaire

Plus en détail

BROCHURE D INFORMATION CONSTRUCTION, RÉNOVATIONS, RÉPARATION ET AMÉNAGEMENTS PAYSAGERS À SENNEVILLE

BROCHURE D INFORMATION CONSTRUCTION, RÉNOVATIONS, RÉPARATION ET AMÉNAGEMENTS PAYSAGERS À SENNEVILLE VILLAGE DE SENNEVILLE BROCHURE D INFORMATION CONSTRUCTION, RÉNOVATIONS, RÉPARATION ET AMÉNAGEMENTS PAYSAGERS À SENNEVILLE Jacques Perreault, inspecteur JANVIER 2013 BROCHURE D INFORMATION BROCHURE D INFORMATION

Plus en détail

Programme de vidange des fosses septiques. Séances d information 20 et 22 octobre 2015

Programme de vidange des fosses septiques. Séances d information 20 et 22 octobre 2015 Programme de vidange des fosses septiques Séances d information 20 et 22 octobre 2015 Plan de la présentation Pourquoi un programme de vidange? État de la situation àlévis Description du service Coûts

Plus en détail

Station d'épuration de Béziers (Hérault) Observatoire des Odeurs Année 2010 I HISTORIQUE

Station d'épuration de Béziers (Hérault) Observatoire des Odeurs Année 2010 I HISTORIQUE Station d'épuration de Béziers (Hérault) Observatoire des Odeurs Année 2010 I HISTORIQUE Depuis 2002, des groupes de riverains envoient régulièrement des courriers ou des pétitions à la Ville de Béziers

Plus en détail

RÉACTION CHIMIQUE : lorsque le sol contient du fer, celui-ci migre avec l eau vers le drain et forme au contact de l air une boue d hydroxyde de fer;

RÉACTION CHIMIQUE : lorsque le sol contient du fer, celui-ci migre avec l eau vers le drain et forme au contact de l air une boue d hydroxyde de fer; L ocre ferreuse est le résultat d une réaction chimique ou d un processus biologique, les deux pouvant se produire individuellement ou simultanément : RÉACTION CHIMIQUE : lorsque le sol contient du fer,

Plus en détail

Règlement numéro LA GESTION DES EAUX DE SURFACE ET LES RACCORDEMENTS AUX SERVICES D AQUEDUC ET D ÉGOUT. Avril 2011

Règlement numéro LA GESTION DES EAUX DE SURFACE ET LES RACCORDEMENTS AUX SERVICES D AQUEDUC ET D ÉGOUT. Avril 2011 Règlement numéro 346 LA GESTION DES EAUX DE SURFACE ET LES RACCORDEMENTS AUX SERVICES D AQUEDUC ET D ÉGOUT Avril 2011 VOS RESPONSABILITÉS LIÉES AUX SERVICES D AQUEDUC ET D ÉGOUT DE VOTRE IMMEUBLE Protection

Plus en détail

MANUEL DE L UTILISATEUR

MANUEL DE L UTILISATEUR MANUEL DE L UTILISATEUR V1.2 octobre 2011 Table des matières MANUEL DE L UTILISATEUR... 1 1 UTILISATION PRÉVUE... 3 2 SPÉCIFICATIONS TECHNIQUES... 3 3 INSTALLATION... 3 3.1 Remplacement de la batterie...

Plus en détail

Préambule. ATTENDU qu en matière de nuisances et de causes d insalubrité, le droit acquis n existe pas;

Préambule. ATTENDU qu en matière de nuisances et de causes d insalubrité, le droit acquis n existe pas; PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ SAINT-PIERRE-DE-VÉRONNE-À-PIKE-RIVER RÈGLEMENT RELATIF À L ENTRETIEN DES INSTALLATIONS SEPTIQUES (SYSTÈMES DE TRAITEMENT TERTIAIRE DE DÉSINFECTION PAR RAYONNEMENT ULTRAVIOLET)

Plus en détail

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE. 1.1 Mission

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE. 1.1 Mission POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE 1.1 Mission Le Centre local de développement (CLD) de Mirabel gère trois (3) fonds destinés à la création et au maintien d emploi par le biais d

Plus en détail

AVIS DE PRÉSENTATION DONNÉ LE 13 NOVEMBRE 2006 RÈGLEMENT ADOPTÉ LE..15 JANVIER 2007 AVIS DE PROMULGATION DONNÉ LE.2 FÉVRIER 2007

AVIS DE PRÉSENTATION DONNÉ LE 13 NOVEMBRE 2006 RÈGLEMENT ADOPTÉ LE..15 JANVIER 2007 AVIS DE PROMULGATION DONNÉ LE.2 FÉVRIER 2007 PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINT-UBALDE MRC DE PORTNEUF RÈGLEMENT NUMÉRO 177 AYANT POUR OBJET DE RÉGLEMENTER LA VIDANGE DES FOSSES SEPTIQUES ET DES FOSSES DE RÉTENTION ET LA GESTION DES BOUES DE

Plus en détail

La gestion des petits réseaux: un cas type?

La gestion des petits réseaux: un cas type? La gestion des petits réseaux: un cas type? Nathalie Houle, ingénieure nieure et analyste en eau potable, MDDEP Josée e Chartrand, Inf. M.Sc., conseillère en santé et environnement, DSP Mauricie-Centre

Plus en détail

Gestion des engrais de ferme et qualité microbienne de l eau souterraine. Prévenir et réduire les risques pour la santé humaine

Gestion des engrais de ferme et qualité microbienne de l eau souterraine. Prévenir et réduire les risques pour la santé humaine Gestion des engrais de ferme et qualité microbienne de l eau souterraine Prévenir et réduire les risques pour la santé humaine Les microbes et l eau souterraine Au Québec, les réserves d eau souterraine

Plus en détail

Soirée d information PROGRAMME DE VIDANGE DES FOSSES SEPTIQUES

Soirée d information PROGRAMME DE VIDANGE DES FOSSES SEPTIQUES Soirée d information PROGRAMME DE VIDANGE DES FOSSES SEPTIQUES Service de l aménagement du territoire Ville de Mont-Saint-Hilaire 22 février 2012 PLAN DE PRÉSENTATION 1. Mot de bienvenue : Par M. Michel

Plus en détail

Gestion de l eau dans les ateliers de transformation de l enseignement agricole. Quels enjeux?

Gestion de l eau dans les ateliers de transformation de l enseignement agricole. Quels enjeux? Gestion de l eau dans les ateliers de transformation de l enseignement agricole Quels enjeux? L eau est un patrimoine commun dont la valeur est reconnue par tous. Charte européenne de l eau, 1967 Atteindre

Plus en détail

Cette expérience a été mise en place en collaboration avec le Chimiscope sur une idée de Luc Schnieper, enseignant de Biologie.

Cette expérience a été mise en place en collaboration avec le Chimiscope sur une idée de Luc Schnieper, enseignant de Biologie. 13. Analyse de l eau Cette expérience a été mise en place en collaboration avec le Chimiscope sur une idée de Luc Schnieper, enseignant de Biologie. Les eaux des rivières, des fleuves, des mares ou des

Plus en détail

ATTENDU QU un avis de motion de la présentation de ce règlement a été régulièrement donné à l occasion de la séance ordinaire du 1 ier octobre 2001;

ATTENDU QU un avis de motion de la présentation de ce règlement a été régulièrement donné à l occasion de la séance ordinaire du 1 ier octobre 2001; PROVINCE DE QUÉBEC MRC DE MEMPHRÉMAGOG MUNICIPALITÉ D EASTMAN RÈGLEMENT NUMÉRO 2001-05 CONCERNANT LA VIDANGE PÉRIODIQUE DES FOSSES SEPTIQUES ET CELLE DES FOSSES DE RÉTENTION DU TERRITOIRE DE LA MUNICIPALITÉ

Plus en détail

Chaire de recherche du Canada sur la dynamique des contaminants microbiens dans les sources d'approvisionnement en eau

Chaire de recherche du Canada sur la dynamique des contaminants microbiens dans les sources d'approvisionnement en eau Chaire de recherche du Canada sur la dynamique des contaminants microbiens dans les sources d'approvisionnement en eau Impacts et adaptations aux changements climatiques des infrastructures municipales

Plus en détail

L assainissement en région parisienne et la préservation des milieux aquatiques

L assainissement en région parisienne et la préservation des milieux aquatiques Visite de la Cité de l Eau et de l Assainissement Avenue Kléber 92700 Colombes SIAAP Syndicat interdépartemental pour l assainissement de l agglomération parisienne L assainissement en région parisienne

Plus en détail