Economic Research. Grandes tendances Chances et risques pour les PME Thème principal 2011: l innovation

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Economic Research. Grandes tendances Chances et risques pour les PME Thème principal 2011: l innovation"

Transcription

1 Economic Research Grans tdances Chances riss Thème principal 2011: l innovation

2 Impressum Editeur Martin Neff, responsab Economic Research, Credit Suisse Ulibergstrasse 231, CH-8070 Zurich Contact Téléphone + 41 (0) Auteurs Nico Bränd Schgel Aline Jörg Dr Manue Merki Johann Sterr Mise page Credit Suisse Economic Research Scholz & Frids, Zurich Images Credit Suisse AG Impression Imprimerie gdz AG, Zurich Clôture rédaction Avril 2011 Commans Directemt auprès votre conseilr clitè ou auprès toutes succursa Credit Suisse AG Exempires à l ité auprès l EBIC, fax + 41 (0) ou par Commans internes via Nshop avec n mat Consultez notre site Intern (Economie suisse/branches) Le prést documt a été éboré par service Economic Research Credit Suisse n pas résultat d e analyse financière propre ou tiers. «Directives visant à garantir l indépdance l analyse financière» l Association suisse s banquiers ne lui donc pas applicab. La préste publication a but puremt informatif. points vue qui y exposés ceux service Economic Research Credit Suisse à date d impression (sous réserve modifications). Ce documt peut être cité à condition source soit mtionnée. Copyright 2011 Credit Suisse Group AG /ou liées. Tous droits réservés.

3 Tab s matières Editorial 4 Aperçu s grans tdances évaluées par 5 Résumé s résultats sondage 6 Thème principal: l innovation 8 L innovation Suisse: tradition avir 9 A source l innovation, il y a 10 colborateurs 11 réserves financt innovations 12 chemins l innovation 13 Grands effs l innovation 14 L innovation meilure défse 15 Un défi: l incertitu 16 Obstac à l innovation 17 grans tdances à lumière l innovation 18 Mondialisation 18 Pénurie s ressources 20 Changemt vaurs 21 Société connaissance 22 Démographie 24 Recommandations 25 Conseils bibliographis 26 3

4 Editorial L importante appréciation franc suisse constitue actuelmt défi non seumt secteur s exportations, mais égamt marché intérieur, étroitemt lié à ce rnier. Cte situation n toutefois pas nouvel helvétis. Notre monnaie a connu, par passé, ieurs phases force. Le bel «Swiss ma» se distingue moins par prix par qualité l innovation. La recte consiste à transformer rapimt efficacemt bonnes idées proits services commercialisab. Pour ce, il faut intifier suffisammt tôt besoins marché. Commt faire? grans tdances regroupt facteurs d influce importants s années décnies à vir. Dans notre vie quotidine mon travail, s modifications fondamta se ssint déjà différts secteurs étroitemt liés s aux autres. Pour prdre e longueur d avance décisive sur concurrce, il faut observer dynamis à l origine ces modifications, intifier suffisammt tôt besoins s clits être capab trouver s solutions. Nous avons pisir vous préster cinquième étu série «Grans tdances Chances riss». Une fois core, nombreuses pites moynes () toutes régions Suisse toutes branches nous ont fourni aperçu urs perspectives d avir à long terme. Cte étu confirme suisses souhaitt profiter ur marge manœuvre rcontrer nombreux succès futur égamt. La première partie l étu se pchera sur thème principal cte année, l innovation, mtra lumière évaluations s. A première vue, l innovation considérée comme écir génie chez e personne. Si l on creuse stion, on remar cepdant l innovation phénomène multip riche, nécessitant climat spécifi au sein l treprise. Souvt, cel-ci n pas fait d indivi isolé, mais bi partariat tre s personnes motivées, interagissant au sein d e treprise vue d apporter s améliorations tout type. Nous avons mandé à s ce terme «innovation» signifiait el. réponses intéressantes reprises tout au long cte étu, sous forme citations. La uxième partie l étu se pche sur points comms interdépdances tre l innovation cinq grans tdances: mondialisation, pénurie s ressources, société connaissance, changemt vaurs démographie. résultats cha quête y intégrés. A fin l étu, nous avons regroupé ls propositions concrètes fondées sur constatations mises évince. Nous vous souhaitons e bonne cture s discussions animées vos succès futurs. Hans Baumgartner Responsab Affaires Suisse 4

5 Grans tdances Grans tdances Aperçu s grans tdances évaluées par grans tdances influct mon l nous vivons travaillons, modifit rabmt notre économie notre société. Le Credit Suisse abor sous l ang l'ang s pites moynes (). : gros grand employeur suisse suisse Représtant Avec 99,6% 99,6 s % établissemts s établissemts l économie l économie privée, privée, (comptant (comptant jusqu à jusqu à employés) constitut grand gros employeur employeur suisse. suisse. El El représtt représtt près près s s ux ux tiers tiers s s emplois emplois ce ce pays, pays, soit soit près près 2,1 millions d équivants pin temps % % s s propost propost s s services, services, 23 % 23% tra- travailnt l instrie l instrie 21 % rants 21% rants commerce. commerce. grans tdances évaluées par Pour grans cinquième tdances fois, évaluées Credit Suisse par a mandé aux ur Pour avis cinquième concernant fois, six grans Credit Suisse tdances: a mandé progrès aux technologi, ur avis concernant société six grans connaissance, tdances: progrès mondialisation, techno- changemt logi, société vaurs, connaissance, démographie mondialisation, pénurie s ressources. changemt L acct vaurs, a été mis démographie sur progrès technologi, pénurie s présté ressources. aux pages L'acct suivantes a été mis sous sur l ang progrès rge technologi, l innovation. présté Cte année, suite près sous 1800 l'ang rge ont l'innovation. répon au sondage Cte année, Credit près Suisse ont répon au sondage Credit Suisse. Des suisses optimistes Notre Des sondage suisses montre optimistes,, l avir recè cte année Notre sondage core montre chances, riss. l'avir 51 recè % (l année cte précénte: année core + 49 %) s chances imt riss. 51% six grans (l'année tdances précénte: +49%) plutôt s porteuses. imt Pour près 26 six % (l année grans précénte: tdances + 27 plutôt %), porteuses. riss l emportt. Pour près Ceci 26% donne (l'année sol précénte: (chances +27%), moins riss) riss + l'emportt. 25 % réponses Ceci optimistes donne (l année sol (chances précénte: moins + 22 %). riss) +25% réponses optimistes (l année précénte: +22%). Le progrès technologi: e gran chance Le progrès technologi: e considéré gran comme chance étant promteur. Le progrès La technologi société connaissance considéré comme el aussi étant évaluée promteur. façon très La positive. société En revanche, connaissance démographie el particulier évaluée pénurie façon s très ressources positive. En revanche, sources démographie tracas aussi. particulier Evalués pénurie manière s ressources positive par e pite sources majorité s tracas,. changemt Evaluées vaurs manière positive mondialisation par e se pite situt majorité tre s ux., changemt vaurs mondialisation se situt tre ux. «Pour moi, innover consiste à intifier savoir suffisammt intifier suffisammt tôt futures tôt tdances futures tdances à positionner à positionner mon treprise mon consénce.» treprise consénce.» Chances riss s grans tdances Sol s appréciations positives négatives % Progrès technologi Société connaissance Mondialisation Changemt vaurs Démographie Pénurie s ressources % 0% 20% 40% 60% 80% 100% Source: Credit Suisse Economic Research Enquêtes Rour confiance après récession appréciations s généramt optimistes lors sondage l an passé. Toutes tdances, à l exception l'exception pénurie pénurie s s ressources, ressources, ont regagné ont regagné terrain après terrain après crise financière crise financière économi économi nous vons nous surmonter: vons surmonter: mondialisation mondialisation registre registre gran progression gran (+ 8 points), progression suivie (+8 progrès points), technologi suivie (+ 7 points), progrès technologi changemt (+7 vaurs points), (+ 6 points) changemt démographie vaurs (+6 4 points). Ce bon moral démographie cepdant (+4 points). terni par Ce l évaluation bon moral cepdant pénurie s terni ressources, par l'évaluation qui perd 13 points par pénurie rapport s à l année ressources passée. qui perd 13 points par rapport à l'année passée. 5 5

6 Prataires services optimistes l'instrie Résumé Informations s résultats sur sondage Source: Office fédéral statisti Le sol calculé comme suit: part s ( % total toutes réponses) qui voit plutôt chances e gran Prataires Résumé tdance, moins s résultats part s qui services sondage voit plutôt riss. optimistes l instrie réponses sans avis ne pas considérées calcul. Pour déterminer sol toutes grans tdances, on additionne toutes réponses. chances l'emportt 51% s contre 26% riss. 23% rants n'ont pas Informations sur sondage d'avis. Le sol donc 51% 26% = +25%. Prataires services optimistes l'instrie Le Informations 1799 sol pites calculé sur moynes comme sondage suit: part s ont ( participé % total au sondage toutes actuel réponses) Credit qui voit Suisse plutôt Economic chances Research. L quête e gran a eu tdance, lieu moins Le janvier sol 2011 part s calculé par comme qui biais voit d suit: plutôt stionnaire. part s riss. La ( répartition % réponses total sans s toutes réponses représte réponses) qui pratimt voit plutôt structure chances s branches e gran avis ne pas considérées calcul. tdance, Suisse. moins part s qui voit plutôt riss. Pour réponses déterminer sans avis sol ne toutes pas considérées grans tdances, calcul. on additionne toutes Pour Branches déterminer réponses. sol chances l emportt toutes grans 51 % s tdances, contre 26 additionne Bis % d'invissemt: toutes riss. réponses. 23 % construction rants chances n ont métalli, pas l'emportt d avis. Le construction sol 51% donc s automobi, 51 contre % machines, 26 26% % = + fabrication 25 %. riss. d'appareils 23% éctris rants n'ont d'artic pas d'avis. matières Le sol pstis, donc mécani 51% 26% précision, = +25%. chimie Artisanat, pites autres moynes instries: proction ont participé alimtaire, au sondage instries actuel 1799 bois Credit pites Suisse papier, Economic moynes impression Research. édition, L quête fabrication ont a participé eu lieu meub au janvier sondage 2011 actuel par bijoux, biais récupération. Credit Suisse Economic Research. L quête a eu lieu d stionnaire. La répartition s réponses représte janvier Construction: 2011 par bâtimt biais d génie stionnaire. civil, travaux La répartition finition s pratimt réponses structure s branches Suisse. d'instaltion. représte pratimt structure s branches Suisse. Branches Commerce, transport: commerce gros détail, automobi, transport personnes marchandises, agces voyages. Bis Branches d invissemt: construction métalli, construction automobi, Bis rauration. machines, d'invissemt: fabrication d appareils construction éctris métalli, d artic construction matières Tourisme, loisirs: organisation d'événemts culturels, hôtelrie, pstis, automobi, Santé, social mécani machines, formation: fabrication précision, d'appareils mécins, chimie. éctris thérapeutes, d'artic hôpitaux, Artisanat, homes, matières crèches, autres pstis, éco. instries: mécani proction précision, alimtaire, chimie. instries bois Artisanat, autres instries: proction alimtaire, instries Services papier, aux impression : édition, informati, fabrication conseil, meub commication, bijoux, bois architectes, papier, ingénieurs, impression immobilier. édition, fabrication meub récupération. bijoux, Services récupération. aux personnes: coiffeurs, instituts beauté, Construction: ntoyage, sal bâtimt sport. génie génie civil, travaux civil, travaux finition d instaltion. finition Commerce, d'instaltion. Bans assurances: transport: commerce non considérées gros ce détail, sondage. automobi, transport Commerce, personnes transport: commerce marchandises, gros agces détail, voyages. automobi, transport personnes marchandises, agces voyages. Tourisme, loisirs: organisation d événemts culturels, hôtelrie, Tourisme, loisirs: organisation d'événemts culturels, hôtelrie, rauration. Répartition s branches sondage 2011 rauration. En % Santé, social formation: formation: mécins, mécins, thérapeutes, thérapeutes, hôpitaux, hôpitaux, homes, crèches, homes, 30% crèches, éco. éco. Bis d invissemt Services aux : informati, conseil, commication, Artisanat, autres instries architectes, 25% ingénieurs, immobilier. architectes, ingénieurs, immobilier. Services aux personnes: coiffeurs, instituts Construction beauté, Services 20% ntoyage, aux sal personnes: sport. coiffeurs, instituts beauté, ntoyage, Bans sal assurances: sport. Commerce, transport non considérées ce sondage. 15% Bans assurances: non considérées ce Tourisme, sondage. loisirs 10% Répartition s branches sondage % En % 0% 30% Source: Office fédéral statisti, Credit Suisse Economic Artisanat, Research autres instries 25% Enquête 2011 Construction 20% 15% Structure économi Répartition quête Définition 10% tail s Micro-: 1 à 9 EPT (équivants pin temps) Pites Définition : 10 tail à 49 s EPT Moynes : 50 à 249 EPT Grans Micro-: 1 à EPT EPT (équivants ou pin temps) Pites : 10 à 49 EPT Source: Office fédéral statisti Moynes : 50 à 249 EPT Grans : 250 EPT ou 6 Services aux personnes Bis d invissemt Commerce, transport Tourisme, loisirs Santé, social formation 5% Micro-: 1 à 9 EPT (équivants pin temps) Services aux Pites 0% : 10 à 49 EPT Services aux personnes Structure économi Répartition quête Moynes : 50 à 249 EPT Source: Office fédéral statisti, Credit Suisse Economic Research Grans : 250 EPT ou Enquête 2011 Définition tail s Santé, social formation Services aux résultats par secteur économi montrt résultats par services secteur (sol: économi +27%) montrt ont regard sur futur services peu (sol: optimiste + 27 %) ont l instrie regard sur (+24%). futur En peu comparaison, optimiste vision l instrie futur (+ 24 %). En comparaison, secteur vision Source: Office futur fédéral statisti construction (+17%) secteur loin construction pessimiste. (+ 17 %) loin pessimiste. La pénurie s ressources: inquiétu toutes La pénurie branches s ressources: inquiétu toutes branches prataires services voit changemt vaurs, prataires services voit changemt vaurs, société résultats par secteur connaissance, économi démographie montrt société connaissance, démographie mondialisation mondialisation d services œil (sol: optimiste +27%) ont l instrie regard sur d œil optimiste l instrie construction. Le futur construction. peu Le progrès optimiste technologi, l instrie au contraire, (+24%). En progrès technologi, au contraire, perçu d e manière comparaison, perçu d'e manière vision positive futur tant par l'instrie secteur par positive tant par l instrie par construction. En ce construction. (+17%) En ce qui concerne loin mondialisation, pessimiste. riss qui prédomint concerne mondialisation, construction, riss prédomint branche cibnt construction, branche cibnt majoritairemt marché intérieur. La majoritairemt pénurie s ressources: marché intérieur. inquiétu La pénurie s toutes ressources La pénurie s ressources seu gran tdance évaluée manière négative par trois secteurs économis, branches seu gran tdance évaluée manière négative par trois prataires secteurs économis, services voit l'instrie changemt se montrant vaurs, l instrie se montrant soucieuse. soucieuse. société connaissance, démographie mondialisation d œil optimiste l instrie construction. Grans tdances Le progrès par secteurs technologi, au contraire, perçu Sol d'e s appréciations manière positives positive négatives tant par % l'instrie par construction. En ce qui concerne mondialisation, riss prédomint Progrès technologi construction, branche cibnt majoritairemt marché intérieur. La pénurie s ressources Société connaissance seu gran tdance évaluée manière négative par trois secteurs Mondialisation économis, l'instrie se montrant soucieuse. Changemt vaurs Grans tdances Démographie par secteurs Sol s appréciations positives négatives % Pénurie s ressources Progrès technologi 20% 0% 20% 40% 60% 80% 100% Société connaissance Mondialisation Changemt vaurs Instrie Construction Services Le Tessin moins optimiste Avec sol Démographie + +18%, tessinoises moins optimistes, juste rrière cel l Espace l'espace Mittd (+20%). Pénurie s ressources La région Zurich (+30%) Suisse ctra (+29%) confiantes face 20% à l avir. l'avir. 0% 20% Entre 40% 60% ux, 80% on rrouve 100% région lémani (+22%), Instrie Construction Suisse orita Services (+25%) Suisse Nord-Ou (+27%). disparités régiona importantes, tout particulièremt ce qui ce concerne qui concerne pénu- pénurie s ressources: s ressources: Tessin Tessin ( 32 ( 32%) accor accor ntemt ntemt d importance Le Tessin d'importance moins aux insécurités optimiste aux insécurités par exemp par exemp région Zurich région ( Avec 7 %). Zurich Au sol contraire, ( 7%). +18%, Au progrès contraire, technologi tessinoises progrès technologi considéré moins toutes optimistes, considéré régions juste toutes rrière comme cel régions gran l'espace comme tdance Mittd gran porteuse, tdance (+20%). La région porteuse, lémani Zurich (+30%) région 87 lémani étant Suisse ici (+87%) ctra optimiste étant (+29%) ici vant Suisse optimiste ctra confiantes vant (+ 85 face Suisse %) à l'avir. ctra Suisse Entre (+85%) Nord-Ou ux, on Suisse (+ rrouve 83 %). Suivt région lémani région Zurich (+22%), 82 %), Suisse Suisse orita orita (+25%) 79 %) 6 Suisse Tessin Nord-Ou (+ 77 %). (+27%). disparités régiona importantes, tout particulièremt ce qui concerne pénurie s ressources: Tessin ( 32%) accor ntemt d'importance aux insécurités par exemp région Zurich ( 7%). Au contraire, progrès technologi considéré toutes régions comme gran tdance porteuse, région lémani (+87%) étant ici optimiste vant Suisse ctra (+85%) Suisse 6

7 L'innovation: L innovation: e chance d influcer d'influcer activemt l avir l'avir suisses maîtrist parfaitemt rythme s suisses maîtrist parfaitemt rythme s innovations, suisses actuelmt maîtrist intse, parfaitemt l'économie. rythme s Le innovations, actuelmt intse, quatrième l économie. fois consécutive Le progrès technolo- gran progrès innovations, actuelmt intse, l'économie. Le progrès technologi technologi quatrième fois consécutive gran tdance gi à l quatrième fois consécutive associt gran tdance grans tdance l associt grans chances. chances. à l associt grans chances. Innover subsister Innover Pres toutes subsister interrogées (94%) voit l'innovation l innovation comme Pres toutes facteur facteur esstiel esstiel interrogées (94%) subsistance voit subsistance l'innovation l treprise. comme facteur esstiel subsistance l'treprise. conscites conscites fait qu el ne peuvt fait qu'el connaître ne l'treprise. conscites fait qu'el ne peuvt connaître e croissance e rab croissance qu faisant rab preuve qu' créativité faisant preuve peuvt connaître e croissance rab qu' faisant preuve créativité adaptant s idées adaptant is s aux idées besoins is perpétuel aux besoins change- perpétuel créativité changemt adaptant mt s clits, s s faisant ainsi clits, idées front à faisant is concurrce ainsi aux besoins front croissante à perpétuel changemt s clits, faisant ainsi front concurrce croissante au niveau mondial. au Cte quête niveau montre mondial. Cte idées s quête concurrce croissante au niveau mondial. Cte quête montre ne pas seumt idées s visions ne abstraites pas mais seumt qu el s montre visions se abstraites idées mais s qu'el ne se concrétist pas seumt égamt s visions concrétist abstraites égamt mais qu'el chiffres. se concrétist Une treprise égamt sur chiffres. Une treprise sur trois réalise d' trois réalise chiffres. d Une tiers treprise son chiffre sur trois d affaires réalise grâce d' tiers à tiers son chiffre d'affaires grâce à nouveaux proits. nouveaux son proits. chiffre d'affaires micro- grâce nouveaux dépnt proits. même micro- dépnt même core core micro- fortemt chiffre dépnt d affaires même généré core par nouveaux proits, chiffre ceci étant d'affaires partie généré lié à e par pite nouveaux fortemt chiffre d'affaires généré par nouveaux fortemt proits, ceci étant partie lié à e pite gamme gamme proits, proits. proits. ceci étant partie lié e pite gamme proits. Quel part votre chiffre d affaires réalisez-vous Quel part votre chiffre d affaires réalisez-vous grâce à nouveaux proits ou services? grâce nouveaux proits ou services? Part s réponses % Part s réponses % 45% 45% Micro- Pites Moynes 40% Micro- Pites Moynes 40% 35% 35% 30% 30% 25% 25% 20% 20% 15% 15% 10% 10% 5% 5% 0% 0% 0 10% 11 30% 31 50% >50% 0 10% 11 30% 31 50% >50% Qui à l'origine l origine l'invtion? l invtion? Qui A l origine l'origine l'origine toute innovation, l'invtion? il y il a e y a idée. e idée. Qui a eu, Qui au a départ, eu, au départ, l'origine e idée e créative? idée toute créative? innovation, Il n guère Il n' il étonnant guère e étonnant idée. Qui eu, moitié au départ, s e idée créative? Il citt direction n' guère comme étonnant source d innovation. moitié s cite direction comme source moitié s Ces innovations cite souvt fruit direction réfxions comme stratégis. source d'innovation. Ces innovations souvt fruit d'innovation. Il remarquab Ces innovations d souvt core citt fruit urs réfxions stratégis. Il remarquab d' réfxions stratégis. colborateurs comme core promoteurs citt Il urs remarquab l innovation. colborateurs L innovation comme d' «par bas» core semb citt donc bi urs colborateurs fonctionner Suisse, comme promoteurs l'innovation. L'innovation «par bas», partant promoteurs ce qui isse supposer l'innovation. l existce L'innovation «par structures «démocratis» bas», partant base, semb donc bi fonctionner Suisse, ce qui isse base, plutôt ptes. supposer semb Avec l'existce donc bi tiers s fonctionner réponses, structures «démocratis» Suisse, ce qui clits représtt isse supposer l'existce structures «démocratis» plutôt égamt ptes. e Avec source d innovation tiers s importante, réponses, plutôt alors clits ptes. Avec tiers s réponses, clits représtt représtt conseils externes égamt ne donnt e source peu d'innovation suggions importante, esstiel. La disparité tre l l ou frappante: conseils externes ne donnt peu alors égamt conseils e externes source ne d'innovation donnt importante, peu alors suggions esstiel. La disparité tre l' l'ou suggions région lémani, esstiel. direction La disparité occupe tre e position l' l'ou dominante frappante: région lémani, direction occupe e frappante: (69%), alors qu région Suisse lémani, orita, direction colborateurs occupe e position dominante (69%), alors qu' Suisse orita, position principa dominante source d innovation (69%), alors (61 %). colborateurs principa source qu' d'innovation Suisse orita, (61%). colborateurs principa source d'innovation (61%). Résumé thème Résumé principal: Résumé thème principal: thème principal: l'innovation l'innovation l innovation De qui émant souvt initiatives De qui émant souvt initiatives d innovation d innovation votre votre treprise? treprise? Part Part Part s s s réponses réponses réponses %; %; %; ieurs ieurs ieurs réponses réponses réponses possib possib possib Colborateurs Colborateurs Colborateurs Direction Direction Direction Clits Clits Clits Fournisseurs Fournisseurs partaires partaires Fournisseurs partaires Recherche Recherche & Développemt Développemt Recherche & Développemt Conseilrs Conseilrs externes externes Conseilrs externes Gion Gion s s récmations récmations Gion s récmations 0% 0% 10% 10% 20% 20% 30% 30% 40% 40% 50% 50% 60% 60% 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% Source: Credit Suisse Economic Research Enquête idées ne mannt pas, mais il il y a s obstac idées ne ne mannt pas, pas, mais il il s s obstac Commercialiser s innovations avec succès n' pas jeu jeu Commercialiser s s innovations avec avec succès succès n n' pas pas jeu jeu d'fant. De nombreuses idées très promteuses au au départ d fant. d'fant. De De nombreuses idées très très promteuses au au départ départ échout dès sta développemt. Au sein s échout dès dès sta sta développemt. développemt. Au sein s Au, sein s, rapport coûts/bénéfices défavorab, rapport coûts/bénéfices rapport défavorab coûts/bénéfices l absce défavorab financemt l'absce frein. financemt Seumt 6 % s frein. Seumt citt man 6% s citt man d'idées comme obstac. Cepdant, l'absce financemt frein. Seumt 6% s d idées citt comme obstac. man d'idées Cepdant, comme ttatives obstac. d innovation Cepdant, ttatives d'innovation peuvt égamt échouer s peuvt ttatives égamt d'innovation échouer peuvt s égamt raisons non échouer maîtrisab par s raisons non maîtrisab par. Parmi obstac raisons. non Parmi maîtrisab obstac par évtuels,. Parmi tiers s obstac évtuels, tiers s cite s conditions marché citt s évtuels, conditions tiers marché s défavorab cite s (saturation, conditions concurrce), marché défavorab (saturation, concurrce), quart l'absce défavorab quart l absce (saturation, main-d œuvre concurrce), qualifiée quart l'absce cinquième main-d'œuvre qualifiée cinquième dispositions léga main-d'œuvre dispositions qualifiée léga cinquième problèmes dispositions financemt. léga problèmes financemt. problèmes problèmes problèmes financemt peuvt financemt. représter frein problèmes particulier, financemt peuvt représter frein particulier, tout tout financemt particulièremt peuvt représter, car cel-ci frein particulier, ont tout particulièremt, car cel-ci ont moins particulièremt, car cel-ci ont moins possibilités diversification raison ur tail peuvt possibilités moins garanties. diversification El dépnt raison donc ur tail fortemt peuvt offrir moins garanties. El dépnt donc fortemt capital-ris, offrir moins moins garanties. abondant El dépnt Suisse qu à donc d autres fortemt capital-ris, moins abondant Suisse qu'à droits d'autres capital-ris, mon. Des moins initiatives abondant tel Suisse SVC qu'à SA d'autres droits mon. Des initiatives tel SVC SA capital-ris droits s mon. (voir Des cadré initiatives page tel 25) ttt SVC combr SA capital-ris s (voir cadré, page 25) ttt cte ce. capital-ris s (voir cadré, page 25) ttt combr cte ce. combr cte ce. Quels obstac externes à l treprise représtt Quels obstac externes l treprise représtt frein à l innovation? frein l innovation? Part s réponses %; ieurs réponses possib Part s réponses %; ieurs réponses possib Conditions marché Conditions marché Disponibilité s colborateurs Disponibilité qualifiés s colborateurs qualifiés Dispositions léga Dispositions léga Problèmes financemt Problèmes financemt Auc Auc Frais administratifs Frais administratifs Autres Autres Protection coéteuse Protection s s innovations coéteuse s innovations 0% 0% 5% 5% 10% 10% 15% 15% 20% 20% 25% 25% 30% 30% 35% 35% 0% 5% 10% 15% 20% 25% 30% 35% Source: Credit Suisse Economic Research Enquête

8 Thème principal: l innovation Thème principal: l'innovation Thème principal: l innovation Thème principal: l'innovation Le progrès technologi fait désormais partie intégrante mon l treprise. Il condition fondamta garantir Le progrès rabmt technologi compétitivité, fait désormais assurer partie réussite intégrante l trepreuriat mon l'treprise. survie Il l treprise. condition Dans fondamta suite notre étu, garantir progrès rabmt technologi compétitivité, sera mis assurer sur même réussite pn qu terme l'trepreuriat peu rge: survie l innovation. l'treprise. Dans s suite pays instrialisés notre étu, doivt progrès se rouver technologi sans sera cesse mis sur raison même non seumt pn qu' s terme importants peu changemts rge: au niveau l'innovation. s besoins s clits, mais s aussi pays instrialisés concurrce s contraintes pays émergts. à se rouver sans cesse raison non seumt s importants changemts au niveau s besoins s clits, mais Définition aussi l innovation concurrce s pays émergts. Le terme «innovation», ou «progrès technologi», couvre quatre Définition l'innovation types d innovation suivants: Innovations termes proits services Le terme «innovation», ou «progrès technologi», couvre quatre Innovations termes procédés types d'innovation suivants: Innovations au niveau marking Innovations termes proits services Innovations organisationnel Innovations termes procédés Source: OCDE Innovations au niveau marking Innovations organisationnel Source: OCDE Le progrès technologi: e gran chance La pression croissante l innovation -el e malédiction Le progrès ou e bénédiction technologi: e gran suisses? chance La réponse cire La pression grâce au croissante sondage réalisé l'innovation cte année -el auprès e malédiction s. Une ou e majorité bénédiction 85 % s suisses? interrogées La considère réponse progrès cire grâce technologi au sondage comme réalisé e cte chance, année auprès voire même s. e «gran» Une majorité chance 85% s moitié interrogées cel-ci. considère Seumt 4 progrès % considèrt technologi cte gran comme tdance e chance, comme voire même ris. e En 2007, «gran» progrès chance technologi était moitié considéré cel-ci. d e Seumt manière 4% considèrt criti: 14 % cte y voyait gran alors tdance ris comme l treprise ris. En 2007, seumt progrès 62 % technologi e chance. était considéré années suivantes, d'e manière cte évaluation criti: était 14% constammt y voyait à alors niveau ris évé. l'treprise seumt 62% e chance. années suivantes, cte évaluation était constammt à niveau évé. «Pour moi, innover consiste à améliorer «Pour moi, innover permance consiste à services, améliorer proits permance processus.» services, proits processus.» L'innovation: facteur survie important 8 Le progrès technologi promteuse s grans tdances. Il n' donc pas étonnant pres toutes L innovation: facteur survie important Le progrès technologi promteuse s grans tdances. Il interrogées, n donc soit pas 94%, étonnant considèrt pres innovations toutes comme e interrogées, condition soit esstiel 94 %, considèrt subsistance innovations comme l'treprise. e condition L'importance esstiel l'innovation subsistance augmte l treprise. tail L importance l'treprise. l innovation Alors augmte 90% s avec tail pites avec l treprise. Alors (jusqu'à 590 EPT) % s confirmt pites l'innovation (jusqu à 5 esstiel, EPT) confirmt ce chiffre l innovation passe à 96% esstiel, moynes ce chiffre passe. à 96 % Ce résultat moynes peut surprdre. au premier Ce résultat regard: peut surprdre pites au premier regard: invisst pites eff e gran invisst part ur eff chiffre e d'affaires gran annuel part ur nouveaux chiffre d affaires projs annuel d'invissemt nouveaux (voir financemt). projs d invissemt L'explication (voir rait, page 12). d'e L explication part, résir rait, s d e coûts part, rivemt résir s évés coûts rivemt s projs s évés s pites projs s pites ou, d'autre part, ou, refléter d autre fait part, refléter pites fait pites considèrt urs considèrt nouveautés, urs esstielmt nouveautés, esstielmt au momt au momt création, comme création, raison comme d'être raison d être non tant non comme tant comme résultat résultat d' d processus processus d'innovation. d innovation. «L innovation esstiel pérnité mon treprise.» Part s réponses % Tout à fait d accord Plutôt d accord Plutôt pas d accord Pas tout d accord 34% 6% 1% L innovation: bi nouveaux proits innovations souvt associées au développemt proits révolutionnaires, ce qui n cepdant pas totamt vrai L'innovation: bi interrogées. Pour nouveaux, proits innovations termes innovations proits souvt (77%) associées au importantes, développemt vant proits innovations révolutionnaires, termes ce procédés qui n' (29%), cepdant innovations pas au totamt niveau vrai marking (25 %) interrogées. innovations Pour organisationnel, innovations (21%). termes proits (77%) importantes, vant innovations termes procédés (29%), innovations au niveau marking (25%) innovations organisationnel (21%). 59%

9 L'innovation L innovation Suisse: tradition avir Le type d'innovation majoritaire diffère fonction s La Le prépondérance type d'innovation type majoritaire d innovation diffère varie d e fonction branche s branches. Ainsi, conformémt aux atttes, nouveautés à branches. l autre. Ainsi, conformémt aux atttes, nouveautés termes marking second type d'innovations termes marking second type d innovations d'innovations important secteurs tourisme s loisirs, important secteurs tourisme s loisirs, commerce s transports, mais aussi services aux commerce s transports, mais aussi services aux personnes, rrière innovations termes proits. personnes, rrière innovations termes proits. innovations termes d'organisation obtint, au contraire, innovations termes d organisation d'organisation obtint, au contraire, au contraire, s s résultats supérieurs à moyne sur l'semb s résultats s résultats supérieurs supérieurs à moyne moyne sur l semb sur l'semb s branches, s branches, esstielmt santé, social esstielmt branches, esstielmt santé, social santé, formation social ainsi formation ainsi construction, alors innovations formation construction, ainsi alors construction, innovations alors termes innovations procédés termes procédés considérées comme très termes considérées procédés comme très importantes considérées par l instrie comme très s importantes par l'instrie s bis d'invissemt bis importantes d invissemt par l'instrie secteur s bis d'invissemt santé, social secteur santé, social formation. La division secteur formation. La santé, division social travail formation. importante La division coûts travail importante coûts évés matière évés travail matière importante coordination coûts font évés innovations matière coordination font innovations termes procédés termes coordination procédés font gagnt innovations importance termes parallèmt procédés à gagnt importance parallèmt à tail l'treprise. tail gagnt l treprise. importance parallèmt tail l'treprise. Quel type d innovations important Quel type d innovations important votre treprise? votre treprise? Part s réponses %; ieurs réponses possib Part s réponses %; ieurs réponses possib Innovations termes Innovations proits ou services termes proits ou services Innovation termes Innovation procédés termes procédés Innovation au niveau Innovation marking au niveau marking Innovation organisationnel Innovation organisationnel Auc type d innovation Auc n type prépondérant d innovation n prépondérant 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% L'innovation: e tradition suisse L innovation: L'innovation: e tradition suisse résultats sondage ne isst auc doute: l'innovation résultats sondage ne isst auc doute: l'innovation l innovation esstiel suisses. Cte situation n' pas esstiel suisses. suisses. Cte Cte situation situation n' n pas e au hasard: Suisse, progrès technologi pas e e au hasard: au hasard: Suisse, Suisse, progrès progrès technologi créativité ont e longue tradition couronnée nombreux créativité créativité ont ont e e longue longue tradition couronnée nombreux succès. Des visionnaires pionniers tels qu'alfred Escher, succès. Des visionnaires pionniers tels qu'alfred qu Alfred Escher, Hri Nlé, Johann Jakob Sulzer ou Johann Rudolf Geigy Hri Nlé, Johann Jakob Sulzer ou Johann Rudolf Rudolf Geigy ont il y a longtemps posé jalons faire Suisse Geigy ont ont il il longtemps longtemps posé posé jalons jalons faire faire Suisse Suisse haut lieu l'innovation. haut lieu l'innovation. haut lieu l innovation. «Pour moi, innover consiste à préserver vaurs traditionnel.» La Suisse: haut lieu l'innovation mondia La Suisse: haut lieu l'innovation mondia La Il n' Suisse: donc haut pas lieu étonnant l innovation rrouver mondia Suisse parmi Il n' donc pas étonnant rrouver Suisse parmi Il principaux n donc lieux pas étonnant d'innovation rrouver au mon. Suisse L'Indice parmi Global principaux Compétitivité lieux d innovation au mon. Forum L Indice Economi Global Mondial Com- principaux lieux d'innovation au mon. L'Indice Global Compétitivité Forum Economi Mondial pétitivité pce 2000 Suisse 2011 à uxième Forum Economi pce Mondial catégorie pce pce Suisse uxième pce catégorie Suisse «Innovation», à uxième rrière pce Etats-Unis, catégorie mais vant «Innovation», Finn rrière Japon. Etats-Unis, Dans mais «Global vant Innovation Finn Scorboard» Japon. (GIS), Dans «Innovation», rrière Etats-Unis, mais vant Finn Japon. Dans «Global Innovation Scorboard» (GIS), Suisse «Global fait Innovation partie trio Scorboard» tête, (GIS), avec Suè Suisse fait partie Finn Suisse fait partie trio tête, avec Suè Finn trio tête, avec Suè Finn mais vant Etats- Thème principal: l innovation Thème Thème principal: principal: l'innovation l'innovation mais vant Etats-Unis Japon. La Suisse se csse à mais vant Etats-Unis Japon. La Suisse se csse sixième pce très réputée étu l'ocde sur Unis sixième Japon. pce La Suisse très se réputée csse à étu sixième l'ocde pce sur l'innovation, qui traite part s dépses recherche très l'innovation, réputée qui étu traite l OCDE part sur s l innovation, dépses qui recherche traite développemt (R&D) l'économie privée par rapport au part développemt s dépses (R&D) recherche l'économie développemt privée par (R&D) rapport au proit intérieur brut (PIB). La part s dépses l économie proit intérieur privée par brut rapport (PIB). au La proit part intérieur s dépses brut (PIB). La recherche développemt a certes augmté Suisse au part recherche s dépses développemt recherche certes développemt augmté Suisse a certes au cours rnières années, mais pays occupant tête augmté cours rnières Suisse années, au cours mais rnières pays occupant années, mais tête cssemt, comme Israël, Suè Finn, pays cssemt, occupant comme tête Israël, cssemt, Suè comme Israël, Finn, Suè registrt e croissance importante alors l'écart registrt Finn, e registrt croissance e croissance importante alors importante l'écart alors avec «suivants» s' amuisé. La façon dont avec l écart «suivants» avec «suivants» s' amuisé. s réit. La façon La façon dont dont Chine a gagné terrain élonte: e politi Chine Chine a gagné terrain élonte: e politi promotion s innovations y a eff été mée au cours promotion s innovations eff été mée au cours s rnières années, part PIB dépses s rnières années, part PIB dépses recherche développemt a pres quadruplé, passant recherche développemt pres quadruplé, passant 0,3% 1998 à 1,1% ,3% % ,1% % L'vironnemt suisse -il source d'innovations? L vironnemt L'vironnemt suisse -il source d innovations? d'innovations? Une forte croissance l'économie, s taux d'intérêt réels Une forte croissance l économie, l'économie, s s taux taux d intérêt d'intérêt réels réels bas e faib inftion ordinairemt considérés bas bas e faib e inftion faib inftion ordinairemt ordinairemt considérés considérés comme catalyseurs conjoncturels d'e innovation comme intse. catalyseurs comme conjoncturels catalyseurs conjoncturels d e innovation d'e intse. innovation A long intse. A long terme cepdant, l'vironnemt régmtaire, terme cepdant, long terme l vironnemt cepdant, régmtaire, l'vironnemt politi régmtaire, politi structurel décisif capacité d'innovation structurel politi décisif structurel capacité décisif d innovation s capacité d'innovation s, manière généra, l'économie, manière s généra,, l économie manière généra, nationa. La comparaison l'économie nationa. La comparaison internationa s traves nationa. La comparaison internationa s traves internationa nationa à l'trepreuriat s traves nationa réalisée à l trepreuriat cadre réalisée l'étu nationa l'trepreuriat réalisée cadre l'étu l'ocde cadre montre l étu l OCDE Suisse montre se situe Suisse se situe l'ocde montre Suisse se situe vironnemt vironnemt comparativemt moins moins rrictif. Sur Sur e vironnemt comparativemt moins rrictif. Sur e échel échel 00 à 6, à 6, 6, indiquant 6 indiquant indiquant vironnemt vironnemt vironnemt rrictif, rrictif, rrictif, Suisse atteignait Suisse atteignait Suisse atteignait 2008 score ,2. score score La Gran-Bragne, 1,2. La Gran 1,2. La Granpays Bragne, Bragne, favorab pays pays à l trepreuriat, favorab à l'trepreuriat, favorab l'trepreuriat, atteignait quant à atteignait atteignait el e notation quant à el quant el 0,8 e e notation notation Turquie, 0,8 0,8 s pays Turquie, Turquie, rrictifs, s pays s pays 2,4. Selon rrictifs, rrictifs, cte étu, 2,4. 2,4. l vironnemt Selon cte étu, Selon cte étu, s ciremt l'vironnemt l'vironnemt amélioré s' s' Suisse ciremt ciremt puis amélioré amélioré Suisse Suisse obstac puis puis administratifs régmtaires, obstac obstac administratifs administratifs mais aussi régmtaires, régmtaires, frais constitution mais mais aussi aussi start-ups, frais frais ont ntemt constitution constitution diminué, Suisse start-ups, start-ups, se révént ont ntemt ont ntemt au niveau international diminué, diminué, Suisse se révént au niveau international être légèremt être Suisse légèremt se révént au propice niveau à international l trepreuriat être légèremt moyne propice à l'trepreuriat moyne s pays s propice pays comparés. l'trepreuriat Il existe cepdant moyne pottiel d amélioration comparés. s conditions-cadres Il existe cepdant existantes. pottiel Selon d'amélioration Ban mondia, s s pays comparés. Il existe cepdant pottiel d'amélioration s conditions-cadres existantes. Selon Ban mondia, il il conditions-cadres faut par exemp existantes. viron 20 jours Selon Suisse Ban mondia, fonr e il faut par exemp viron 20 jours Suisse fonr e société, faut par soit exemp sept jours viron 20 jours moyne Suisse l OCDE. fonr e société, soit sept jours moyne l'ocde. société, soit sept jours moyne l'ocde. Comparaison internationa s dépses Comparaison internationa s dépses recherche développemt recherche développemt Dépses recherche développemt par rapport au PIB, % Dépses recherche développemt par rapport au PIB, Israël Israël Suè Suè Finn Finn Japon Japon Corée 2008 Corée 2008 Suisse 2006 Suisse 2006 Etats-Unis 1998 Etats-Unis Almagne 1998 Almagne Total OCDE Total OCDE UE-27 UE-27 Chine Chine 0.0% 0.5% 1.0% 1.5% 2.0% 2.5% 3.0% 3.5% 4.0% 0.0% 0.5% 1.0% 1.5% 2.0% 2.5% 3.0% 3.5% 4.0% Source: OCDE Source: OCDE

10 Thème principal: l innovation A source l innovation, il y a A source l'innovation, il y a... L innovation n pas seumt e chance garantir L'innovation n' pas seumt e chance garantir pérnité d e treprise, mais el fait égamt partie pérnité d'e treprise, mais el fait égamt partie cahier s charges d e activité couronnée succès. Commt tel innovations parvint-el aujourd hui cahier s charges d'e activité couronnée succès. Commt tel innovations parvint-el aujourd'hui?? Quels Quels facteurs facteurs influct influct processus processus tre tre l idée l'idée sa mise sa mise œuvre? œuvre? colborateurs colborateurs direction: direction: facteurs facteurs d'innovation d innovation l'treprise l treprise A source source toute toute innovation, innovation, il il y a toujours toujours e e idée idée mais mais l l source source d inspiration d'inspiration s s suisses? suisses? Cte année, Cte année, notre sondage notre sondage montre montre innovations innovations provint provint plupart s plupart cas s s colborateurs cas s colborateurs ou direction ou el-même, direction el-même, colborateurs colborateurs arrivant tête arrivant avec 56 tête % s avec, 56% contre s, 53 % contre 53% direction. direction. De qui émant souvt initiatives d innovation votre treprise? Part s réponses %; ieurs réponses possib Colborateurs Direction Clits Fournisseurs partaires Recherche & Développemt Conseilrs externes Gion s récmations 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% Plus d' d tiers toutes interrogées voit égamt ur clitè e source importante nouvel idées 16% % rirt s élémts importants urs rions avec urs fournisseurs partaires. conseilrs conseilrs externes, externes, mais mais aussi aussi gion gion s récmations, s récmations, n ont qu n'ont rô négligeab qu' rô négligeab plupart s plupart. s. «Dans «Dans notre notre treprise, treprise, innover innover principe principe partagé partagé par tous par nos tous nos colborateurs.» colborateurs.» L instrie s bis d invissemt accor L'instrie e gran s bis importance d'invissemt à recherche accor au e gran développemt importance à recherche au développemt Pour Pour branche branche s s bis bis d'invissemt, d invissemt, recherche recherche développemt développemt ont ont e e importance importance supérieure supérieure à moyne, moyne, à côté côté s s clits, clits, reléguant reléguant fournisseurs fournisseurs partaires partaires à cinquième cinquième pce. pce. grans grans cte cte branche branche se caractérist se caractérist souvt par souvt s départemts par s départemts R&D institutionnalisés, R&D institutionnalisés, dont l activité se conctre dont l'activité sur long se conctre terme; l innovation sur long y terme; égamt l'innovation souvt y traitée égamt étroite souvt colboration traitée avec étroite recherche colboration fondamta. avec Il recherche résulte fondamta. déi rivemt Il long résulte tre découverte déi rivemt l exploitation long tre commercia. Dans découverte mise pites à profit., Dans s raisons pites, capacités, il n existe s pas raisons départemt capacités, R&D il institutionnalisés. n'existe pas départemt activités d innovation R&D institutionnalisés. y donc plutôt activités intuitives d'innovation basées y sur court donc terme, plutôt ciremt intuitives oritées basées sur sur besoins. court terme, Cte ciremt fxibilité perm oritées réire sur besoins. déi tre Cte fxibilité découverte perm l exploitation commercia, réire déi tre l treprise découverte peut donc mise réagir à rapimt profit, l'treprise aux modifications peut donc marché. réagir rapimt Notre sondage aux modifications confirme égamt l importance marché. Notre sondage croissante confirme départemt égamt R&D l'importance liée à tail croissante d treprise: seumt départemt 6 % s R&D liée pites à tail d'treprise: (jusqu à seumt 5 EPT) considèrt 6% s ce départemt pites comme e (jusqu'à source 5 d idées EPT) considèrt importantes, chiffre ce départemt porté à 17 % comme chez moynes e source. d'idées importantes, chiffre porté à 17% chez moynes. La région lémani mise sur direction Dans région lémani, direction (69%) occupe e pce La ntemt région lémani importante mise comme sur source direction d inspiration Dans colborateurs région (45 lémani, %); clits direction (20%) y (69%) jout occupe rô plutôt e pce secondaire. ntemt La Suisse importante orita suit comme autre source schéma: d'inspiration 61 % s colborateurs interrogées (45%); cte clits région (20%) désignt y jout rô employés plutôt comme secondaire. étant La loin Suisse groupe orita suit important autre schéma: génération 61% d idées. s interrogées cte région désignt employés comme étant loin groupe important suggion d'idées

11 colborateurs Il évint colborateurs colonne vertébra processus d'innovation toute. Mais -ce jees «loups» créatifs ou vieux «rards» expérimtés qui, au final, mtt machine bran? résultats notre sondage cirs: près 74% s colonne indint Il évint colborateurs colonne vertébra processus d innovation innovations toute. fruit Mais qui, au colborateurs processus d'innovation toute. Mais final, -ce donne l impulsion? expérimtés. Seumt jees «loups» 6% s créatifs jees «loups» créatifs ou vieux «rards» ou confèrt expérimtés vieux «rards» aux qui, expérimtés? jees l'treprise, au final, mtt résultats apprtis machine notre bran? sondage jees diplômés, résultats cirs: notre près grand sondage 74 % pottiel s d'innovation. cirs: près indint Un cinquième 74% s s innovations indint voit fruit colborateurs nouveaux colborateurs innovations expérimtés. e fruit Seumt source d'inspiration. colborateurs 6 % s confèrt expérimtés. aux Seumt jees 6% l treprise, s confèrt apprtis aux jees diplômés, jees De ls l'treprise, colborateurs grand pottiel apprtis vint d innovation. jees diplômés, souvt Un cinquième s grand initiatives pottiel d innovation? d'innovation. voit Un cinquième nouveaux s colborateurs e voit source Part s d inspiration. réponses nouveaux % colborateurs e source d'inspiration. colborateurs De ls colborateurs vint souvt initiatives d innovation? Part s réponses % Apprtis jees diplômés Nouveaux colborateurs 6% Colborateurs expérimtés 20% Apprtis jees diplômés 74% Nouveaux colborateurs Colborateurs expérimtés 74% Une à ux journées perfectionnemt par an Dans Source: l'vironnemt Credit Suisse Economic compxe Research Enquête 2011 spécialisé s suisses, connaissances spécifis expérice vont pair. Notre sondage montre égamt Une à ux journées perfectionnemt par an qu'avec 43%, majorité s interrogées ont Dans Une à l vironnemt ux journées compxe perfectionnemt par spécialisé an s proposé e à ux journées perfectionnemt à urs Dans l'vironnemt suisses, connaissances compxe spécifis expérice spécialisé employés l'année passée. Seumt 7% s vont s pair. Notre suisses, sondage montre connaissances égamt spécifis qu avec 43 %, n'ont offert auce possibilité perfectionnemt 18% expérice majorité s vont pair. Notre interrogées sondage a proposé montre e égamt ux ont offert cinq journées ou perfectionnemt à urs journées qu'avec 43%, perfectionnemt majorité s à urs employés interrogées l année passée. ont employés. Seumt proposé e 7 % à s ux journées n ont perfectionnemt offert auce possibilité à urs employés perfectionnemt l'année passée. 18 % Seumt ont offert cinq 7% journées s ou «Pour n'ont perfectionnemt offert moi, auce l'innovation, à possibilité urs employés. perfectionnemt c' 18% ont offert cinq journées ou perfectionnemt à urs perfectionnemt constant faire employés. «Pour core moi, toujours l innovation, mieux.» c perfectionnemt «Pour moi, l'innovation, constant c' faire services aux mist sur core toujours constant mieux.» perfectionnemt faire core toujours mieux.» Le nombre journées perfectionnemt au cours services aux mist sur l'année passée varie fortemt fonction s branches. perfectionnemt Dans secteur s services aux personnes, seumt 30% nombre services journées aux perfectionnemt mist sur au cours l année s ont proposé ux journées passée perfectionnemt varie fortemt fonction s branches. Dans secteur Le nombre s services aux journées personnes, perfectionnemt seumt 30 % s au cours perfectionnemt à urs employés, contre e moyne 50% sur l'semb s branches. Chez prataires ont l'année proposé passée varie ux fortemt journées perfectionnemt fonction s branches. à urs services aux, l'e s branches à forte intsité employés, Dans secteur contre s e services moyne aux personnes, 50 % sur seumt l semb 30% s connaissances Suisse, l 68% s employés ont branches. s Chez ont prataires proposé services ux aux journées, suivi ux journées perfectionnemt. Pour cte l e perfectionnemt s branches à forte urs intsité employés, connaissances contre e moyne Suisse, branche, processus perfectionnemt représte e l 50% sur 68 l'semb % s employés s branches. ont suivi Chez ux prataires journées perfectionnemt. services aux, Pour cte l'e branche, s branches processus à forte intsité perfectionnemt connaissances représte Suisse, e nécessité l absolue 68% s tit employés concurrce suivi étrangère ux échec journées grâce à perfectionnemt. e spécialisation Pour constante. cte ont branche, processus perfectionnemt représte e 6% 20% Thème principal: l innovation Thème principal: l'innovation nécessité absolue tit concurrce étrangère échec grâce à e spécialisation constante. Des incitations matériel importantes Des nécessité grans incitations absolue matériel tit concurrce importantes étrangère échec grans connaissances l'expérice ne pas seu à grâce à e spécialisation constante. exercer connaissances e gran influce l expérice sur ne force d'innovation pas seu d'e à exercer treprise: e gran motivation influce chac sur force joue égamt d innovation d e rô Des incitations matériel importantes treprise: important. Il n' motivation donc pas étonnant chac joue égamt trois quarts grans rô important. s interrogées Il n donc couragt pas étonnant capacité d'innovation trois quarts connaissances l'expérice ne pas seu à s urs colborateurs interrogées couragt manière ciblée. capacité ux d innovation principaux exercer e gran influce sur force d'innovation d'e urs instrumts colborateurs, d'e part, manière l'amélioration ciblée. ux l'vironnemt treprise: motivation chac joue égamt principaux rô instrumts travail (p., ex. par d e s part, horaires l amélioration travail fxib l vironnemt ou important. Il n' donc pas étonnant trois quarts transmission travail (p. ex. responsabilités) par s horaires, travail d'autre fxib part, ou s interrogées couragt capacité d'innovation transmission possibilités d'évolution urs colborateurs responsabilités) au sein manière, ciblée. d autre l'treprise part, ux possibilités (p. ex. principaux d évolution promotions instrumts au ou, sein d'e l treprise perfectionnemt). part, l'amélioration (p. ex. promotions incitations l'vironnemt ou perfectionnemt). matériel, tel travail (p. ex. par s incitations primes ou horaires matériel, caaux, font travail fxib tel partie s ou primes principaux transmission ou caaux, instrumts responsabilités) font partie près s principaux 30% s, d'autre instrumts. part, En près revanche, possibilités 30 % d'évolution s participations. au sein En revanche, l'treprise l'treprise participations rt (p. ex. minoritaires, promotions l treprise hormis ou rt minoritaires, pites perfectionnemt). hormis (jusqu'à incitations pites 5 EPT). Plus matériel, (jusqu à tail tel 5 EPT). l'treprise primes Plus ou tail croît, caaux, l treprise primes font partie croît, s caaux principaux primes gagnt instrumts caaux importance: gagnt près 30% importance: moynes s. En moynes, revanche,, cte forme participations cte d'incitations forme d incitations matériel l'treprise matériel se csse au rt se csse second minoritaires, au rang, second rrière hormis rang, rrière possibilités pites possibilités d'évolution d évolution au sein (jusqu'à au 5 sein l'treprise. EPT). Plus l treprise. tail l'treprise croît, primes caaux gagnt importance: moynes, cte forme d'incitations matériel se csse au Commt votre treprise courage-t-el second rang, rrière possibilités d'évolution au sein l innovation chez ses colborateurs? l'treprise. Part s réponses %; ieurs réponses possib Organisation Thème principal: l'innovation Commt l vironnemt votre travaintreprise courage-t-el l innovation Possibilités d évolution chez ses colborateurs? au sein l treprise Part s réponses %; ieurs réponses possib Incitations matériel Organisation l vironnemt Auce promotion travail s activités d innovation Possibilités d évolution au sein l treprise Incitations immatériel Incitations matériel Participation l treprise Auce promotion s activités d innovation 5% 10% 15% 20% 25% 30% 35% Incitations immatériel Participation l treprise au Tessin 5% 10% 15% 20% 25% 30% 35% Si l on l'on considère différtes différtes régions, régions, l on constate l'on constate ntes différces: ntes Source: différces: Credit Suisse Economic au Tessin, au Tessin, Research Enquête interrogées interrogées 2011 jugt jugt incitations incitations matériel matériel comme comme étant étant instrumts instrumts impor- importants promouvoir promouvoir innovations. innovations. Une part supérieure Une part au Tessin à moyne, supérieure soit à 30 %, moyne, n courage soit 30%, Si l'on considère différtes pas régions, capacité n'courage l'on constate d innovation pas s capacité ntes employés. d'innovation différces: Dans au s région employés. Tessin, lémani, Dans interrogées seul région cinquième lémani, jugt s seul incitations n ont cinquième matériel auc programme s n'ont comme explicite auc étant programme instrumts promotion s explicite innovations, promotion importants participations s innovations, promouvoir participations innovations. occupt Une part e pce supérieure importante occupt à moyne, e pce soit moyne: importante 30%, n'courage 16 % d tre pas el citt moyne: capacité d'innovation participations 16% d'tre s comme el citt employés. l e Dans s participations principa région lémani, incitations comme l'e seul promouvoir s principa cinquième s innovations incitations n'ont (total auc national: promouvoir programme 9 %). explicite innovations (total national: 9%). promotion s innovations, participations 12 occupt e pce importante moyne: 16% d'tre el citt participations comme l'e s principa incitations promouvoir innovations (total national: 9%)

12 Thème principal: l'innovation Thème principal: l innovation réserves financt innovations réserves financt innovations Une activité d'innovation couronnée succès a non seumt besoin d'esprits créatifs expérimtés, mais Une activité d'innovation couronnée succès a non Une aussi activité possibilités d innovation couronnée financemt succès adéquates a non seumt pnification besoin financière d esprits créatifs cohérte. expérimtés, suisses mais aussi voit d'e seumt besoin d'esprits créatifs expérimtés, mais aussi possibilités financemt adéquates d'e possibilités stion financemt financemt adéquates l' s principaux d e pnification obstac pnification financière cohérte. suisses voit financière à urs activités cohérte. d'innovation (voir suisses «Obstac voit à l'innovation»). stion financemt l' s principaux obstac stion En à urs financemt ces temps activités l rantissemt d'innovation s principaux conjoncturel, (voir «Obstac obstac accompagné à urs l'innovation»). activités d innovation baisses chiffre En ces temps (voir «Obstac d'affaires, rantissemt à l innovation»). budg conjoncturel, En accompagné ces innovations temps rantissemt peut se voir réit baisses chiffre conjoncturel, manière d'affaires, accompagné drasti. budg baisses Des sources innovations chiffre d affaires, financemt, peut se voir budg tant internes réit manière innovations qu'externes, drasti. peut Des être égamt sources réit manière diffici à financemt, drasti. trouver. tant Des internes sources qu'externes, financemt, tant égamt internes qu externes, diffici à trouver. égamt diffici à trouver. Quel votre budg «Innovation» annuel par rapport à votre chiffre d affaires? Quel votre budg «Innovation» annuel par Part s réponses % rapport à votre chiffre d affaires? Part 50% s réponses % 45% 50% 40% 45% 35% 40% 30% 35% 25% 30% 20% 25% 15% 20% 10% 15% 5% 10% 0% 5% 0% 1 5% 6 10% 11 15% 16 20% >20% 0% Source: Credit 0% Suisse Economic 1 5% Research 6 10% Enquête 11 15% % >20% Budg évé bis d'invissemt services aux... Budg évé bis d invissemt d'invissemt Quel budg «Innovation» d'e suisse moyne? services aux... Notre sondage révè 48% s interrogées Quel budg «Innovation» d e d'e suisse moyne? invisst tre 1 5% ur chiffre d'affaires s Notre sondage révè 48% % s interrogées projs d'innovation. Une treprise sur cinq y consacre invisst tre 1 55% % ur chiffre d affaires d'affaires s 10%. Conformémt aux atttes, il existe néanmoins s projs d innovation. d'innovation. Une treprise sur cinq y consacre différces importantes tre branches: alors 10%. Conformémt aux atttes, il existe néanmoins s commerce transports ainsi construction, différces importantes tre branches: alors seumt 12% s interrogées invisst commerce transports ainsi ainsi construction, construction, seu- 10% ur chiffre d'affaires s projs d'innovation, seumt 12 % 12% s s interrogées interrogées invisst invisst 10 % ce chiffre atteint 30% secteurs s bis ur 10% chiffre ur d affaires chiffre d'affaires s projs s d innovation, projs d'innovation, ce chiffre d'invissemt s services aux. atteint ce chiffre atteint 30 % 30% secteurs s bis secteurs d invissemt s bis d'invissemt s services aux. s services aux. pites Selon notre sondage, budg consacré aux innovations par pites pites proportionnelmt Selon notre sondage, budg consacré aux aux innovations par par important celui s grans. Cepdant, pites pites proportionnelmt proportionnelmt important pites participant au sondage ont important celui s celui grans. grans. Cepdant, Cepdant, pites généramt été créées tard moynes pites participant au sondage participant ont généramt au sondage été créées ont. Dans cyc vie s, start-ups généramt tard été moynes créées. tard Dans cyc moynes vie se trouvt donc pine phase d'expansion, voire s., Dans start-ups cyc se vie trouvt s, donc pine start-ups phase création momt où développemt nouveaux proits d expansion, se trouvt voire donc création pine momt phase où d'expansion, développemt voire prd e gran importance se nouveaux création proits momt prd où e développemt gran importance nouveaux proits trouvant phase d'optimisation s résultats se prd e se gran trouvant importance phase d optimisation s résultats se conctrant donc sur l'efficacité s coûts. 27% s trouvant se conctrant phase donc sur d'optimisation l efficacité s s coûts. résultats 27 % s se conctrant donc sur l'efficacité s coûts. 27% s pites (jusqu'à 5 EPT) invisst 10% ur chiffre d'affaires s projs d'innovation; parmi pites (jusqu'à 5 EPT) invisst 10% pites moynes, (jusqu à 5 seu EPT) e invisst treprise sur dix 10 % y ur chiffre d'affaires s projs d'innovation; parmi consacre ur chiffre d affaires même part. Le s fait projs d innovation; l'expérice parmi moynes, seu e treprise sur dix y moynes évtuels effs, d'traînemt seu e treprise s innovations sur dix couronnées consacre même part. Le fait l'expérice y consacre même succès part. réist Le fait coûts l expérice s projs joue évtuels probabmt évtuels effs d'traînemt s innovations couronnées effs d traînemt rô important. succès réist s innovations coûts couronnées s projs joue succès probabmt réist coûts rô important. s projs joue probabmt rô important. réserves: type financemt important Selon réserves: notre sondage, type réserves financemt ou bénéfices non important distribués réserves: type financemt important notre loin source financemt ou importante non Selon notre sondage, réserves ou bénéfices non distribués projs loin d'innovation. Plus 90% s financt urs loin source financemt importante innovations d innovation. par ce canal interne 90 à % l'treprise. s Au uxième projs d'innovation. Plus 90% s financt urs rang ntemt innovations par par ce ce canal rrière, canal 7% interne s à l treprise. l'treprise. Au interrogées Au uxième rang recourt rang à s crédits, ntemt alors rrière, 77% % s s 6% procènt à e interrogées augmtation recourt à à s s s crédits, fonds crédits, alors propres. alors 6 % Plus procènt tail 6% procènt à e l'treprise augmtation augmte, à e augmtation s fonds s propres. recours fonds Plus propres. aux tail Plus réserves l treprise tail augmte, important, l'treprise l'augmtation augmte, recours s aux fonds réserves propres recours aux important, perdant alors réserves l augmtation importance. important, s fonds Précisémt l'augmtation propres perdant start-ups s fonds alors qui propres importance. connaisst perdant alors Précisémt e croissance importance. start-ups importante Précisémt qui dépnt connaisst start-ups e sources qui croissance capital connaisst importante externes e dépnt car el croissance ne dispost importante sources dépnt pas capital suffisammt externes sources car el moys capital ne dispost propres externes car pas n'ont el suffisammt qu' accès ne dispost pas limité moys au marché suffisammt propres s n ont crédits. moys qu Selon propres accès limité notre n'ont au sondage, qu' marché accès s capital-ris limité crédits. au Selon (vture marché notre s sondage, capital) crédits. capital-ris quasimt Selon notre (vture inexistant sondage, capital) tout capital-ris quasimt comme (vture inexistant projs capital) tout comme promotion quasimt projs gouvernemtaux. inexistant promotion tout gouvernemtaux. comme projs promotion gouvernemtaux. Commt financez-vous innovations? Part s réponses %; ieurs réponses possib Commt financez-vous innovations? Part s réponses %; ieurs réponses possib Réserves Réserves Crédits Augmtation Crédits s fonds propres Augmtation s fonds propres Capital-ris Projs Capital-ris incitatifs l Etat Projs incitatifs l Etat 0% 20% 40% 60% 80% 100% Source: Credit Suisse 0% Economic 20% Research 40% Enquête 60% % 100% Un accès au capital-ris r diffici Suisse comparaisons internationa montrt: ces ces ux ux types types Un accès au capital-ris r diffici Suisse financemt externes jout jout rô rô inférieur inférieur à à moyne comparaisons internationa montrt: ces ux types Suisse. Suisse: Selon selon e e étu étu l OCDE, l'ocde, financemt financemt au moy au financemt externes jout rô inférieur à moyne moy capital-ris, capital-ris, ssib ssib à conjoncture, à conjoncture, traîne à Suisse: selon e étu l'ocde, financemt au Suisse traîne avec Suisse e part avec e seumt part seumt 0,1 % PIB 0,1% par rapport PIB moy capital-ris, ssib à conjoncture, à aux par rapport pays aux pays novateurs novateurs (Israël: 1,05 (Israël: %, Suè: 1,05%, 0,30 Suè: %). traîne Suisse avec e part seumt 0,1% PIB Ce 0,30%). vaut Ce égamt vaut égamt programmes programmes directs promotion directs par rapport aux pays novateurs (Israël: 1,05%, Suè: gouvernemta, promotion gouvernemta, ntemt ntemt importants Suè importants (0,11 % 0,30%). Ce vaut égamt programmes directs Suè PIB) (0,11% Finn PIB) (0,07 % Finn PIB) (0,07% qu Suisse PIB) (0,04 qu' % promotion gouvernemta, ntemt importants Suisse PIB). (0,04% En Suisse, PIB). En ont Suisse, cepdant été ont principa cepdant Suè (0,11% PIB) Finn (0,07% PIB) qu' bénéficiaires, été principa avec e bénéficiaires, part 40 % avec s e mesures part promotion 40% s Suisse (0,04% PIB). En Suisse, ont cepdant gouvernemta mesures promotion gouvernemta l année l'année été principa bénéficiaires, avec e part 40% s 13 mesures promotion gouvernemta l'année

13 L'important, c' chemin chemins l innovation Au sein s, processus institutionnalisés ne Au servt sein pas s seumt, à canaliser processus idées institutionnalisés tous colborateurs, pas mais seumt bi aussi à canaliser à créer climat idées favorab tous aux ne servt colborateurs, innovations. Notre mais sondage bi aussi montre à créer ici climat processus favorab aux innovations. promotion s Notre innovations sondage au montre sein s ici ne processus ni rigis promotion ni compxes. s Des innovations instrumts au sein simp s à mtre ne œuvre, ni rigis, tels ni compxes. recherche Des systémati instrumts d idées simp ou à mtre échange formalisé œuvre, tels s connaissances recherche avec systémati fournisseurs, d'idées permtt ou échange création formalisé d e «treprise s connaissances intelligte». avec fournisseurs, permtt création d'e «treprise intelligte». «Dans votre treprise, existe-t-il...» Part s réponses %; ieurs réponses possib Processus d amélioration permante Système suggions Auc s élémts ci-ssus Cerc qualité Base données s connaissances Recherche systémati d idées Boîte à chagrins 10% 15% 20% 25% 30% 35% 40% 45% 50% Mtre l'intelligce l intelligce interne inemployée à profit Seu e treprise courageant manière adéquate son pottiel créativité connaissance interne interne créant créant s s processus processus optimaux optimaux peut fournir peut fournir travail d innovation travail d'innovation perfor- performant. 45 % s 45% s interrogées interrogées trint trint s processus processus d amélioration d'amélioration continue, continue, 27 % exploitt 27% exploitt système s système suggions interne suggions 17 % interne se réfèrt 17% à se cerc réfèrt qualité. à cerc Si l on considère qualité. Si différts l'on considère secteurs, l amélioration différts secteurs, continue l'amélioration occupe e pce continue supérieure occupe à moyne e pce supérieure l instrie à s moyne bis d invissemt. l'instrie s améliorations bis d'invissemt. requises au niveau améliorations l efficacité requises pression au niveau sur l'efficacité coûts vrait pression être sur forces motrices. coûts vrait Dans secteur être s forces services motrices. aux Dans qui secteur mise sur s capital services humain aux comme principal qui mise facteur sur proction, l importance comme principal s bases facteur données proction, connaissances l'importance capital humain s ntemt bases données évée. Cepdant, connaissances recherche ntemt systémati évée. d idées Cepdant, aussi considérée recherche comme systémati outil particulièremt d'idées aussi uti par considérée cte branche. comme La boîte à outil chagrins particulièremt moy uti probant par cte d courager branche. La innovations boîte à chagrins garantir qualité moy esstielmt secteurs innovations santé, social garantir formation. qualité probant d'courager esstielmt Vous trouverez nos recommandations secteurs santé, (pages social 25/26) s astuces formation. pratis Vous trouverez optimiser processus nos recommandations d innovation. (pages 25/26) s astuces pratis optimiser processus Bases d'innovation. données connaissances recherche d idées importantes pites Bases Dans pites données, connaissances s structures compxes recherche onéreuses, tel importantes qu système suggions pites interne ou cerc d'idées qualité, ont souvt peu ss. Cel-ci mist plutôt sur s mécanismes fxib promotion s innovations, Thème principal: l'innovation Dans pites, s structures compxes onéreuses, avec s frais tel d tri qu' système réits. suggions bases interne données ou cerc connaissances qualité, ont recherche souvt systémati peu ss. d idées Cel-ci occupt, mist plutôt selon notre sur sondage, s mécanismes e pce fxib importante promotion s innovations, pites. avec s frais d'tri réits. bases données connaissances recherche systémati d'idées occupt, selon notre sondage, e pce importante «Pour moi, innover pites consiste. à remtre stion procédés travail.» «Pour moi, innover consiste à remtre Intégrer l intelligce externe stion procédés travail.» Dans mon trepreurial ramifié compxe, travail d innovation performant ne dépd seumt savoir-faire l'intelligce interne externe à l treprise: l intelligce externe Intégrer Dans doit égamt mon être trepreurial intifiée, mise vaur puis ramifié réseau. compxe, C ce montre travail d'innovation égamt notre performant sondage. ne En dépd eff, seu- seumt 18 % s savoir-faire n exploitt interne à auce l'treprise: colboration l'intelligce avec externe s partaires doit égamt externes. être L importance intifiée, mise s réseaux vaur externes puis réseau. augmte C' avec ce tail s montre. égamt La forme notre sondage. courante En eff, colboration seumt cel 18% avec s fournisseurs n'exploitt (45% s auce ), colboration suivis près avec par s clits partaires (38%), externes. alors L'importance seumt 12 s % réseaux 10 % s externes augmte interrogées avec recourt tail s à s. associations La forme à s concurrts. courante colboration cel avec fournisseurs (45% s ), suivis près par clits (38%), L instrie alors s bis seumt d invissemt 12% 10% colbore s avec interrogées hautes recourt éco à s associations à s concurrts. Dans l instrie s bis d invissemt, colboration L'instrie avec hautes s bis éco d'invissemt occupe e pce colbore importante. avec 37 % s hautes représtants éco secteur ont indiqué qu ils trait Dans s partariats l'instrie avec s bis s établissemts d'invissemt, formation. colboration Dans avec secteur Thème hautes commerce éco principal: occupe l'innovation s e transports, pce importante. s services 37% s aux représtants personnes tourisme secteur ont s indiqué loisirs, qu'ils cte trait forme colboration ne joue avec qu s rô établissemts secondaire. Il existe formation. égamt Dans s s partariats secteur différces notab commerce ce s qui concerne transports, s partariats services avec aux personnes s associations. 25 tourisme % s actives s loisirs, cte secteurs forme colboration santé, social ne joue qu' formation rô secondaire. trouvt Il existe associations égamt s partaires différces importants, notab alors ce qui concerne cel-ci ne jout partariats qu avec rô mineur s associations. (5%) l instrie 25% s s bis d invissemt. actives Grands effs l'innovation secteurs santé, social formation trouvt associations s partaires importants, alors cel-ci ne Avez-vous jout qu' mis rô pce mineur s (5%) réalisez-vous l'instrie l innovation? s bis d'invissemt. Si oui, avec ls partaires? Part s réponses %; ieurs réponses possib Avez-vous mis pce s partariats visant Fournisseurs l'innovation? Si oui, avec ls partaires? Clits Part s réponses %; ieurs réponses possib Auce colboration Hautes éco Conseilrs externes Associations Concurrts Autres 0% 10% 20% 30% 40% 50% Thème principal: l innovation Soucieuses rer course, voire d' prdre 14 première pce malgré changemts technologis rapis concurrce croissante, suisses 13 institutionnalist trint s processus d'amélioration permante s colborations tout particulièremt avec urs fournisseurs clits. Ces Quel grâce à Part s r 45% 40% 35% 30% 25% 20% 15% 10% 5% 0% Source: C Des inno Ce majeure

14 Thème principal: l innovation Grands effs l innovation ion ation? 50% rdre logis suisses rocessus ns tout ts. Ces ourse à sur trois moins Soucieuses rer course, voire d prdre première pce malgré changemts technologis rapis concurrce croissante, suisses institutionnalist trint s processus d amélioration permante s colborations tout particulièremt avec urs fournisseurs urs clits. Ces mesures permtt-el sortir vainur course à l innovation? Le succès s dépd esstielmt s nouveaux proits Notre sondage montre près d e treprise sur trois réalise son chiffre d affaires avec s proits âgés moins trois ans. 18 % s indint même 50 % ur chiffre d affaires provint ces nouveaux proits. activités d innovation s suisses donc e source esstiel chiffre d affaires. Quel part votre chiffre d affaires réalisez-vous grâce à nouveaux proits ou services? Part s réponses % 45% 40% 35% 30% 25% 20% 15% 10% 5% 0% Micro- Pites Moynes 0 10% 11 30% 31 50% >50% Des innovations très importantes start-ups Ce particulier micro- qui réalist majeure partie ur chiffre d'affaires avec nouveaux proits. Cte dépdance importante face aux nouveaux proits partie e à e gamme proits généramt moins éte s pites. De nombreuses voit cepdant jour imt 14 raison nouvel idées proits. Parmi micro interrogées, on rrouve eff égamt nombre supérieur à moyne start-ups. Des innovations très importantes start-ups Ce particulier micro- qui réalist majeure partie ur chiffre d affaires avec nouveaux proits. Cte forte dépdance par rapport aux nouveaux proits partie e à e gamme proits généramt moins éte s pites. De nombreuses voit cepdant jour imt raison nouvel idées proits. Parmi micro- interrogées, on rrouve eff égamt nombre supérieur à moyne start-ups. «L innovation notre raison d être.» Des cyc vie s proits différts Il existe cepdant grans disparités tre cyc vie s différts bis services. Alors certains proits peuvt être copiés commercialisés ls mois à peine, d autres requièrt très grand savoir-faire e longue pério développemt. cyc souvt courts fortemt marqués notammt proits technis. qui ne suivt pas n adaptt pas urs proits court ris perdre contact. Ainsi, ls années, transfert données appareils mesure passé s interfaces sériel à l USB Ethern. Aujourd hui, el souvt rempcées par Bluooth systèmes sans fil. Pour services ou proits quotidi, cyc ou transitions au contraire souvt bi imperceptib. Par exemp cssi offre voyages tout compris sur catalogue continue subsister face aux systèmes moires ligne. courts L ouverture internationa s marchés cadre mondialisation ou concurrce vive ont traîné plupart s domaines e réction notab s cyc vie s proits au cours s rnières décnies. Dans société l information actuel, nouveautés rapimt diffusées, mais se démont égamt vite. On peut donc conclure qu il n important protéger efficacemt innovations.

15 L'innovation meilure défse L'innovation meilure défse brevs souvt utilisés comme indicateurs brevs souvt utilisés comme indicateurs mesurer succès d'e innovation, non seumt par L innovation mesurer succès d'e innovation, meilure non seumt par défse mon politi par s recherches comparatives internationa mon politi mais aussi par par s man recherches d'alternatives comparatives internationa nombreux invisseurs mais aussi actionnaires. par man d'alternatives par nombreux brevs invisseurs souvt utilisés actionnaires. comme indicateurs mesurer Augmtation succès d e généra innovation, s mans non seumt brev par mon politi Augmtation chiffres par s généra recherches l'organisation s comparatives mans mondia internationa brev propriété mais aussi intelctuel chiffres par man montrt l'organisation d alternatives concurrce mondia par intsive nombreux au propriété invisseurs niveau international intelctuel actionnaires. n'a montrt pas seumt concurrce fait progresser intsive au dépses niveau international recherche n'a pas développemt seumt fait au progresser niveau international; dépses Augmtation mans recherche revdications généra développemt s mans brev au niveau ont el international; brev aussi connu nouveaux mans chiffres records revdications l Organisation mondiaux mondia puis brev ont el milieu propriété aussi s connu intelctuel années nouveaux montrt records mondiaux concurrce puis intsive milieu au niveau s international n a pas seumt fait progresser dépses recherche années La développemt Suisse régulièremt au niveau cssée international; tête mans revdications Avec La Suisse 118 mans régulièremt brev brev ont cssée el par habitant, aussi tête connu Suisse nouveaux prd records tête Avec 118 mondiaux cssemt mans puis l'ocde, brev milieu par vant s habitant, années Japon, Suisse Suè prd tête l'almagne. cssemt En ce qui l'ocde, concerne vant nombre Japon, publications Suè La scitifis l'almagne. Suisse régulièremt En ce s qui publications concerne cssée rommées nombre tête par publications habitant Avec scitifis égamt, 118 mans Suisse s se publications brev csse par habitant, rommées tête. 16,3 Suisse par milliards habitant prd égamt, francs tête suisses cssemt y Suisse cha se l OCDE, csse année vant invis tête. 16,3 Japon, milliards secteur Suè francs recherche l Almagne. suisses y En développemt. ce cha qui concerne année L'économie invis nombre privée publications secteur tail scitifis part recherche lion, par avec habitant développemt. 68%. égamt, financemts L'économie Suisse publics se privée csse se tête. tail 16,3 moyne part milliards lion, internationa avec francs 68%. suisses par rapport financemts y au cha PIB. publics année invis moyne secteur internationa recherche par rapport développemt. au PIB. L économie privée se tail part lion, avec 68 %. financemts publics «Pour moi, moyne innover internationa consiste par rapport au PIB. à «Pour moi, innover consiste à révolutionner proits traditionnels «Pour révolutionner moi, innover proits consiste à traditionnels avec nouvel idées déposer révolu-tionner avec brevs.» nouvel proits idées traditionnels déposer avec s nouvel brevs.» idées déposer s brevs.» brevs: indicateur incompl mesure s brevs: brevs: résultats indicateur indicateur incompl incompl mesure s Résumer résultats activités d innovation d'innovation l économie l'économie suisse suisse urs succès urs Résumer succès au seul au activités nombre seul nombre d'innovation brevs brevs sans l'économie nul doute sans récteur. nul suisse doute D e récteur. urs succès part, D'e au nombreux seul part, nombre proits nombreux brevs ou processus proits sans ou brevés processus nul doute ne brevés récteur. jamais ne D'e commercialisés jamais part, commercialisés nombreux, d autre proits part,, d'autre ou nombreuses processus part, innovations nombreuses brevés ne ne innovations peuvt jamais faire ne commercialisés l obj peuvt brevs. faire, l'obj Outre d'autre part, brevs, brevs. il Outre nombreuses existe d autres brevs, innovations droits il existe protection ne d'autres peuvt droits faire mars, l'obj protection brevs. sign, Outre mars, droits d auteur, brevs, sign, il ainsi existe droits d'autres hors d'auteur, droits Suisse ainsi protection possibilité hors d registrer Suisse mars, possibilité ce sign, l on d'registrer appel droits d'auteur, s ce modè ainsi l'on d utilité appel hors («pits s brevs»). modè Suisse d'utilité L importance possibilité («pits s d'registrer brevs»). droits L'importance protection l'on varie s appel selon droits s branches. modè protection d'utilité varie brevs selon («pits revêtt brevs»). branches. e L'importance importance brevs toute s revêtt droits particulière importance protection e l instrie varie toute selon particulière chimi branches. pharmaceuti. l'instrie brevs revêtt chimi Au vu e s dépses pharmaceuti. importance énormes toute Etant consties particulière donné à recherche, l'instrie dépses l idée chimi initia énormes s brevs, consties pharmaceuti. à savoir à recherche, fournir Etant e donné compsation l'idée initia s dépses à l invteur brevs, énormes à savoir bénéfices fournir consties e sociaux à compsation recherche, ses recherches, l'idée à l'invteur initia se s démontre. brevs, Toutefois, bénéfices à savoir sociaux fournir e vironnemt compsation ses recherches, perpétuel à l'invteur se changemt, démontre. Dans rée bénéfices s procéres vironnemt sociaux ses man recherches, perpétuel brev, changemt, se charges démontre. administratives rée Dans s procéres vironnemt frais décot man perpétuel représtt brev, changemt, charges obstac administratives rée s procéres important. frais man décot invteurs représtt brev, conttt charges obstac donc administratives souvt publier important. frais ur découverte décot invteurs représtt conttt cel-ci obstac ne donc puisse souvt pas être brevée publier important. ur par découverte concurrce. invteurs se conttt cel-ci ne donc puisse souvt pas être brevée publier ur par découverte concurrce. cel-ci ne puisse pas être brevée par recourt concurrce. raremt aux brevs L année rnière, recourt notre sondage raremt avait révélé aux brevs seu ls protégeait recourt urs innovations raremt par aux s brevs brevs. Seumt 10 % s interrogées indiquait qu el protégeait urs proits par s brevs. 9 % prnt s mesures contractuel confintialité protéger urs proits L'année rnière, notre sondage avait révélé seu ls L'année rnière, protégeait notre sondage urs innovations avait révélé par s brevs. seu Seumt ls 10% protégeait s urs innovations interrogées par s indiquait brevs. qu'el Seumt protégeait 10% s urs proits interrogées par s brevs. indiquait 9% prnt qu'el protégeait s mesures urs contractuel proits par confintialité s brevs. 9% s prnt protéger imitateurs; urs s mesures 14 proits % se fit contractuel s à imitateurs; s mesures 14% confintialité marking. se fit Le à s souvt mesures protéger (37 marking. urs %), proits Le s suisses souvt imitateurs; mist (37%), 14% cepdant se fit sur suisses à e s innovation mist mesures cepdant marking. constante. sur Le e innovation souvt constante. (37%), suisses mist cepdant sur e innovation constante. Que faites-vous protéger vos proits contre Que imitations? faites-vous protéger vos proits contre Part imitations? s réponses %; ieurs réponses possib Part s réponses %; ieurs réponses possib Auce mesure possib ou nécessaire Auce mesure possib ou nécessaire Innovations permantes Innovations permantes Mesures marking Mesures marking Brevs Brevs Mesures contractuel confintialité Mesures contractuel confintialité Autres Autres 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% Source: Credit Suisse Economic Research Enquête 2010 Source: Credit Suisse Economic Research Enquête 2010 Le Le mauvais mauvais rapport rapport coûts/bénéfices coûts/bénéfices s s brevs brevs dissua dissua Le mauvais rapport coûts/bénéfices déposer déposer s s mans mans s brevs dissua Quels facteurs dissuant déposer s suisses mans déposer s Quels facteurs dissuant suisses déposer s mans Quels facteurs brev? dissuant trois raisons suisses citées déposer s mans brev? trois raisons citées coûts mans évés liés brev? aux mans trois raisons brev, ur citées protection coûts coûts évés liés aux mans brev, ur protection insuffisante insuffisante évés liés aux compxité mans s procéres. brev, ur Une protection raison insuffisante compxité s procéres. Une raison importante importante égamt compxité s ces mans procéres. implint Une raison importante égamt ces mans implint révér très révér très nombreuses égamt informations, ces mans ce qui fait implint jeu nombreuses informations, ce qui fait jeu concurrce. concurrce. révér très nombreuses mans informations, protection ce qui rt fait égamt jeu mans protection rt égamt très longtemps, ce très concurrce. qui longtemps, va à l contre ce mans qui s va cyc à l'contre protection vie s rt cyc égamt courts vie s très proits. longtemps, courts ce s qui proits. va à l'contre s cyc vie courts s proits. ls s facteurs suivants vous rint ls d effectuer s e facteurs man suivants droit vous rint protection d effectuer (brevs, signs, e man mars)? droit protection Part (brevs, s réponses signs, %; ieurs mars)? réponses possib Part s réponses %; ieurs réponses possib Coûts trop évés Coûts trop évés Protection insuffisante Protection insuffisante Procére trop Procére compliquée trop compliquée Connaissances Connaissances insuffisantes insuffisantes Autres motifs Autres motifs Thème principal: l'innovation Thème principal: l innovation 0% 10% 20% 30% 40% 50% 0% 10% 20% 30% 40% 50% * ayant indiqué qu el n avait pas d innovations à protéger n ont pas été * prises compte ayant indiqué (41%). qu el n avait pas d innovations à protéger n ont pas été prises compte (41%)

16 Thème principal: l'innovation Thème principal: l innovation Un défi: l'incertitu Thème principal: l'innovation Un Un défi: défi: l'incertitu l incertitu Innover toujours réponse qu'apportt à s insécurités à s riss, ce qui constitue défi important notammt. Cel-ci doivt se conctrer Innover toujours sur toujours nombre réponse réponse rreint qu apportt qu'apportt projs, accumt à s à ainsi incertitus insécurités riss. à s à riss, s riss, ce qui constitue ce qui constitue défi important défi notammt important notammt. Cel-ci. doivt Cel-ci se conctrer doivt sur se Innover conctrer nombre signifie rreint sur s'gager nombre projs, sur rreint accumt terrain projs, ainsi inconnu,... accumt riss. En ainsi règ riss. généra, innovations ne pas simpmt nouveaux Innover signifie proits s gager qui complètt sur terrain portefeuil inconnu existant. Souvt, En Innover règ signifie généra, nouveautés s'gager innovations trt sur ne terrain concurrce pas inconnu,... simpmt directe avec e nouveaux En règ offre généra, proits existante. qui Cel-ci complètt innovations requièrt ne portefeuil égamt pas simpmt existant. souvt Souvt, nouveaux modifications nouveautés proits fondamta qui trt complètt concurrce au sein portefeuil s directe avec existant. e s offre Souvt, existante. ce soit nouveautés Cel-ci niveau requièrt trt s procéres égamt concurrce ou souvt même directe s d'e modifications e offre fondamta existante. stratégi. Cel-ci au Innover, sein s requièrt c' égamt être ce souvt soit prêt au à niveau s changemts modifications s procéres radicaux. fondamta ou même d e innovations au réoritation sein s gagt stratégi. toujours avec réoritation Innover, ce c soit égamt au sur niveau terrain être s prêt inconnu procéres à s changemts requièrt ou même radicaux. donc d'e état réoritation innovations d'esprit ouvert stratégi. gagt face à toujours Innover, nouveauté. c' égamt sur être terrain prêt à inconnu s changemts requièrt radicaux. donc esprit innovations ouvert à gagt nouveauté. toujours sur terrain inconnu requièrt donc «Pour moi, innover consiste à explorer état d'esprit ouvert face à nouveauté. «Pour moi, innover consiste à explorer l'impsab, pit à pit.» l impsab, pit pit.» «Pour moi, innover consiste à explorer... mais n' pas toujours e réussite l'impsab, mais n pas toujours pit à e pit.» réussite Le succès s projs d'innovation n' rares cas Le succès garanti. s C' projs ce d innovation montrt n égamt résultats rares cas notre garanti.... mais sondage. C n' ce pas 45% toujours montrt s e égamt réussite résultats interrogées notre ont abandonné sondage. Le succès 45 s % s projs d'innovation interrogées n' au ont cours abandonné s rares trois s rnières projs cas garanti. d innovation années. C' ce au Un cours montrt nombre s trois égamt quasimt rnières années. résultats inti Un d' nombre notre sondage. quasimt indi inti 45% ne pas s d avoir dû abandonner indi interrogées ne pas projs avoir ont d'innovation. dû abandonné abandonner s 8% s projs d innovation. d'innovation n'ont 8 % pas au s osé cours treprdre s n ont trois pas rnières projs osé treprdre d'innovation années. au Un projs cours nombre s d innovation trois quasimt rnières au cours années, inti s trois taux rnières d' qui années, diminue indi fortemt taux ne pas qui diminue lors avoir dû fortemt abandonner tail lors l'treprise projs tail augmte. d'innovation. l treprise 8% augmte. s n'ont pas osé treprdre projs d'innovation au cours s trois rnières années, taux Au cours qui diminue s trois fortemt rnières lors années, tail avez-vous l'treprise augmte. abandonné s projs d'innovation? Part s réponses % Au cours s trois rnières années, avez-vous abandonné s projs d'innovation? 8% Part s réponses % Oui Non Auc proj d innovation Oui 47% Non Auc proj d innovation 47% 45% «Le véritab défi, c' c concrétiser concrétiser s idées.» s idées.» «Le véritab défi, c' concrétiser s idées.» 8% 45% De nombreuses idées échout dès sta développemt La stion savoir à l sta projs d'innovation échout De nombreuses idées souvt échout particulièremt dès sta intéressante. Contrairemt développemt à ce l'on rait croire, ce n' apparemmt La stion pas savoir lors à l phase sta mise projs œuvre, d innovation d'innovation mais bi échout dès sta souvt développemt. particulièremt intéressante. Contrairemt à à ce ce l on rait l'on rait croire, ce croire, n apparemmt apparemmt pas lors phase mise œuvre, mais bi dès ce n' A l étape pas vos lors projs phase d'innovation mise échout-ils œuvre, mais sta bi développemt. dès souvt? sta développemt. Part s réponses %; ieurs réponses possib A l étape vos projs d'innovation échout-ils souvt? A l étape Part s réponses développemt %; ieurs réponses possib A l étape développemt A l étape réalisation Au ncemt sur A marché l étape ou à l introction réalisation l treprise el-même Au ncemt sur marché 15% ou à l introction 20% 25% 30% 35% 40% 45% 50% l treprise el-même 15% 20% 25% 30% 35% 40% 45% 50% Une bonne pnification efficace l'approche empiri Le perfectionnemt mise œuvre d'idées nécessitt s Une ressources. bonne pnification Cel-ci étant limitées efficace riss l'approche d'échec évés, l approche empiri contrô empiri faisabilité indispsab. Quels seront Le perfectionnemt bénéfices mise l'acheur œuvre ou l'utilisateur? d idées d'idées nécessitt A l groupe-cib s ressources. nouveauté Cel-ci étant s'adresse-t-el? limitées A combi riss d échec d'échec s'élève évés, pottiel contrô vte faisabilité faisabilité réalisab? indispsab. Une indispsab. analyse Quels seront Quels e pnification seront bénéfices bénéfices systématis l acheur l'acheur ou l utilisateur? processus ou l'utilisateur? A l mise groupe-cib A œuvre l permtt groupe-cib nouveauté s adresse-t-el? définir nouveauté riss s'adresse-t-el? A combi s hypothèses s élève A combi souvées pottiel s'élève manière vte pottiel réalisab? à pouvoir Une vte prdre analyse réalisab? e précautions pnification Une analyse requises. systématis Des e hypothèses pnification processus systématis irréalistes mise peuvt œuvre permtt processus mtre définir mise riss œuvre danger, s permtt hypothèses particulier définir souvées. riss manière s hypothèses à pouvoir souvées prdre précautions manière à requises. pouvoir prdre Des hypothèses précautions irréalistes peuvt requises. mtre Des hypothèses irréalistes danger, peuvt particulier mtre. «Pour moi, innover consiste à danger, particulier. intifier «Pour moi, innover chances consiste cha nouveau «Pour moi, intifier défi.» innover consiste à chances cha nouveau intifier défi.» chances cha nouveau défi.» Avoir courage roncer aux projs infructueux Il uti se poser s stions critis rant processus Avoir courage d'innovation roncer aux contrôr projs infructueux pnification. Lorsqu'e Il Avoir uti courage innovation se poser s roncer gloutit stions beaucoup aux critis projs d'argt rant infructueux processus soulève d innovation Il uti doutes se contrôr poser certitus, pnification. stions il Lorsqu e peut-être critis mieux innovation rant d'y roncer gloutit processus beaucoup avant d'innovation qu'il d argt ne soit trop soulève tard. contrôr Innover, c' doutes pnification. égamt roncer certitus, Lorsqu'e aux il innovation projs peut-être infructueux gloutit mieux d y beaucoup roncer tirer d'argt avant çons qu il soulève ne ses soit échecs. trop tard. Mais doutes Innover, quoi c égamt certitus, innovations savoir il peuvt-el roncer peut-être aux échouer? mieux projs d'y infructueux roncer avant tirer qu'il ne çons soit trop ses tard. échecs. Innover, Mais c' quoi égamt innovations roncer aux peuvt-el projs infructueux échouer? tirer çons ses échecs. Mais quoi innovations peuvt-el échouer?

17 Thème principal: l'innovation Obstac à l'innovation Obstac l innovation Obstac à l'innovation Nous avons mandé aux citer obstac internes externes à urs activités d'innovation. Nous avons mandé aux citer obstac internes externes innovations à urs ne activités pas d'innovation. d innovation. toujours rtab L'obstac interne frént aux activités d'innovation mauvais ne rapport coûts/bénéfices. 35% s innovations ne pas toujours rtab L obstac interrogées L'obstac interne interne citt faib frént frént rmts aux aux activités activités ou d innovation coûts d'innovation évés comme mauvais mauvais principal rapport rapport obstac coûts / coûts/bénéfices. à urs 35 activités % s 35% d'innovation. s interro- L'absce interrogées citt citt financemt faib faib rmts rmts ou 90% coûts ou s évés coûts financt comme évés principal urs comme innovations obstac principal sur à obstac urs urs activités fonds à urs d innovation. propres activités revit L absce d'innovation. pres financemt aussi L'absce souvt financemt comme 90 % obstac s interne financt 90% s (33%). urs innovations financt Dans sur troisième urs urs innovations fonds rubri propres sur urs revit citée, fonds «Autres pres propres raisons», aussi revit souvt man pres comme obstac aussi temps souvt ou interne ressources (33 comme %). Dans obstac très troisième souvt interne rubri cité. (33%). 13% ne Dans voit citée, «Autres troisième par contre raisons», rubri auc obstac man citée, interne. temps «Autres ou raisons», ressources man très souvt temps ou cité. 13 ressources % ne voit par très contre souvt auc cité. obstac 13% ne interne. voit La par qualification contre auc s obstac colborateurs interne. obstac La qualification pites moynes s colborateurs obstac 15% pites s moynes interrogées citt comme obstac man La qualification s colborateurs obstac 15 % qualifications s interrogées urs citt colborateurs. comme obstac Ils ne mannt pites moynes cepdant 15% qualifications s très interrogées urs raremt colborateurs. citt d'idées comme (6%). Ils ne obstac mannt Il frappant man cepdant constater qualifications très raremt urs tail d idées colborateurs. (6 l'treprise %). Il frappant augmte, Ils ne mannt constater man cepdant qualifications tail très raremt l treprise s d'idées colborateurs augmte, (6%). Il cité frappant man comme obstac constater qualifications à l'innovation. s colborateurs tail Il cepdant l'treprise cité intéressant comme augmte, obstac noter à l innovation. man colborateurs Il qualifications cepdant s s pites intéressant colborateurs moynes noter cité comme colborateurs bénéficit obstac à l'innovation. s pites moyne Il moynes cepdant moins intéressant bénéficit journées noter moyne perfectionnemt colborateurs moins journées s ceux pites s perfectionnemt micro-. moynes Cte ceux s situation bénéficit micro-. peut s'explir moyne Cte par situation fait, moins d'e peut part, s explir journées par fait, grans perfectionnemt d e part, rechercht ceux grans micro-. personnel rechercht formé Cte, situation d'autre personnel part, peut s'explir formé, par pites d autre fait, part, d'e part, dépnt pites grans fortemt dépnt urs colborateurs rechercht fortemt s personnel qualifications urs colborateurs formé ceuxci. qualifications part, ceux-ci. pites dépnt, s d'autre fortemt urs colborateurs s qualifications ceuxci. Quels obstac internes à l treprise représtt frein à l innovation? Part s réponses %; ieurs réponses possib Quels obstac internes à l treprise représtt frein à l innovation? Rmts réits, coûts évés Part s réponses %; ieurs réponses possib Absce financemt Rmts réits, coûts évés Autres Man Absce qualification financemt s colborateurs Autres Auc Man qualification s Riss trop colborateurs importants Auc Man d idées Riss trop importants 0% 5% 10% 15% 20% 25% 30% 35% 40% Man d idées 0% 5% 10% 15% 20% 25% 30% 35% 40% Source: obstac Credit Suisse externes Economic Research toucht Enquête branches 2011 manière différte conditions défavorab marché, tel effs effs obstac externes toucht branches saturation ou ou forte forte concurrce concurrce (31%), (31%), citées manière différte parmi citées conditions parmi obstac défavorab obstac externes. externes. Le marché, secteur Le secteur tel l artisanat l'artisanat effs autres saturation instries autres ou se instries forte pignt concurrce se particulièremt pignt (31%), particulièremt frémmt citées frémmt parmi s obstac mauvaises externes. conditions Le secteur marché. Dans l'artisanat ces autres instries se pignt particulièremt frémmt s mauvaises conditions marché. Dans ces secteurs moins technologis, inconvénits rifs d' pays comme Suisse, où saires évés, face à s concurrce secteurs mauvaises moins internationa conditions technologis, marché. donc inconvénits Dans ces secteurs pression rifs moins d' s technologis, importations pays comme Suisse, notab. inconvénits où La saires disponibilité rifs évés, insuffisante Suisse, face où à saires colborateurs concurrce évés qualifiés internationa par rapport second à concurrce obstac donc internationa, pression cité avec s donc importations 25% pression mtionnée s notab. importations La souvt disponibilité beaucoup insuffisante moyne ssib. La colborateurs l'instrie disponibilité s bis qualifiés insuffisante d'invissemt, second colborateurs obstac qualifiés construction cité second avec obstac 25% services mtionnée cité aux avec. 25 % souvt mtionnée dispositions moyne souvt léga l'instrie (20%) moyne s bis charges d'invissemt, l instrie administratives s bis (15%) d invissemt, construction autant d'obstac, construction services esstielmt aux. services aux dispositions actives. léga dispositions secteurs (20%) léga tourisme charges (20 %) s administratives loisirs charges ainsi administratives (15%) ceux (15 autant %) santé, d'obstac, autant social d obstac, esstielmt formation. esstielmt actives actives secteurs secteurs tourisme tourisme s loisirs s ainsi loisirs ainsi ceux ceux santé, Quels santé, obstac social social externes formation. formation. à l treprise représtt frein à l innovation? Part s réponses %; ieurs réponses possib Quels obstac externes à l treprise représtt frein Conditions à l innovation? marché Part s réponses Disponibilité s %; ieurs réponses possib colborateurs qualifiés Conditions Dispositions marché léga Disponibilité s Problèmes colborateurs financemt qualifiés Dispositions léga Auc Problèmes Frais administratifs financemt Thème principal: l innovation Thème principal: l'innovation Autres Auc Protection Frais administratifs coûteuse s innovations Autres 0% 5% 10% 15% 20% 25% 30% 35% Protection coûteuse Source: Credit s Suisse innovations Economic Research Enquête % 5% 10% 15% 20% 25% 30% 35% Source: problèmes Credit Suisse Economic financemt: Research Enquête obstac 2011 esstielmt micro- problèmes financemt limitt particulier micro urs activités d'innovation. Cel-ci se problèmes financemt: obstac esstielmt micro- heurtt problèmes rapimt financemt aux limites limitt urs capacités particulier micro financières urs possibilités urs urs activités activités d innovation. donc d'innovation. obligées Cel-ci se Cel-ci se spécialiser heurtt se rapimt heurtt fortemt. rapimt aux Comme limites notre aux limites urs sondage capacités urs montre, capacités urs possibilités source urs financières possibilités financemt financières donc frénte obligées donc obligées se spécialiser micro- se fortemt. spécialiser Comme fortemt. égamt notre Comme sondage notre financemt montre, sondage au source moy montre, s financemt réserves source ou d'e financemt frénte augmtation frénte s micro- fonds propres. égamt micro- Il souvt financemt impossib égamt au moy fournir financemt s réserves garanties au ou moy d e suffisantes augmtation s réserves s ou fonds d'e financemts propres. augmtation Il par crédit souvt s fonds traditionnels. impossib propres. Le fournir Il capital-ris souvt garanties impossib disponib suffisantes très fournir limité financemts garanties par suffisantes crédits suisses. traditionnels. La Le gran financemts capital-ris part capital-ris par disponib crédit traditionnels. très actuelmt limité Le invie capital-ris suisses. secteur disponib La s biotechnologies très gran limité part capital-ris secteur pharmaceuti, suisses. actuelmt La invie gran suivis part par capital-ris secteur technologies s biotechnologies actuelmt l'information invie secteur pharmaceuti, secteur télécommications, s suivis biotechnologies par où technologies l'importance secteur l information pharmaceuti, capital-ris a télécommications, suivis cepdant par ntemt technologies où diminué l importance au cours capital-ris l'information s dix rnières a cepdant années. télécommications, ntemt diminué où au l'importance cours s dix rnières capital-ris années. a cepdant ntemt diminué au cours s dix rnières La La années. bureaucratie bureaucratie moins moins lour lour Suisse Suisse tine tine Au Au niveau niveau régional, régional, il il à noter à noter Suisse roman Suisse roman core core Tessin voit Tessin ntemt voit moins ntemt souvt moins La bureaucratie moins lour Suisse tine charges souvt Au niveau administratives régional, charges administratives il à dispositions noter léga dispositions comme léga Suisse barrière comme roman externe barrière à urs externe core activités à urs d innovation. Tessin activités voit d'innovation. ntemt moins souvt charges administratives dispositions léga comme barrière externe à urs activités d'innovation

18 grans tdances à lumière l innovation Mondialisation grans tdances à lumière l'innovation Par mondialisation, on td l'imbrication internationa croissante l'économie, politi, culture, l'vironnemt commication, soit pres tous domaines notre existce. Mondialisation Mondialisation: consénce moteur l'innovation Par La mondialisation, on à td fois e l imbrication consénce internationa moteur croissante l'innovation. l économie, politi, nouvel culture, technologies, l vironne- tout particulièremt commication, secteur soit pres commication tous domaines s transports, notre existce. permtt e division globa travail; même temps, concurrce internationa courage Mondialisation: à développer consénce s innovations moteur l innovation La rapimt. mondialisation à fois e consénce moteur l innovation. nouvel technologies, tout particulièremt L'indépdance secteur géographi commication ramène performance s transports, permtt au ctre s e division préoccupations globa travail; même temps, Le concurrce réseau s internationa canaux courage commication transport à développer internationaux s innovations a fortemt gagné rapimt. fiabilité au cours s rnières décnies, rdant mon peu pit. L indépdance L'interconnexion s géographi procéres commercia ramène performance au ctre nse s préoccupations division internationa travail, Le réseau compxe. s canaux Dans commication nombreuses branches, transport succès internationaux d'e treprise a fortemt dépd gagné donc fiabilité moins au cours s moins rnières décnies, proximité avec rdant clits mon fournisseurs, peu pit. mais L interconnexion bi s atouts s l'offre. procéres Si commercia clit ne voit auce -value concrète nse par division rapport internationa aux proits travail, concurrce, il faci compxe. Dans lui faire nombreuses autre choix branches, «vilge succès pnétaire». d e treprise Un portefeuil dépd donc proits moins proximité services avec répondant clits aux fournisseurs, réctes mais davantage découvertes s atouts indispsab l offre. Si clit ces ne voit conditions; auce value approches concrète novatrices par rapport aux s proits offres fxib, concurrce, adaptées il aux s faci besoins s lui clits faire se révènt autre choix souvt être «vilge s pnétaire». argumts Un décisifs. portefeuil proits services répondant aux réctes découvertes indispsab ces conditions; s approches Des cyc novatrices vie s courts offres fxib, s proits adaptées aux besoins s e clits innovation se révènt rapi souvt être s argumts décisifs. L'ouverture mondia s marchés concurrce Des internationa cyc vie importante courts e innovation résultant traînt égamt rapie réction s cyc vie s proits. En L ouverture fonction s mondia proits, s ce marchés peut ne prdre concurrce ls internationa importante résultant traînt égamt e mois réction s cyc vie s proits. En fonction s proits, ls mois suffist parfois à concurrce commercialiser e copie moins chère. nouveautés rapimt diffusées mais se démont égamt vite. adaptations technologis perfectionnemts font désormais partie d processus perpétuel mutation. Surveilr près ses concurrts donc indispsab. avant concurrce puisse commercialiser e copie moins chère. nouveautés rapimt diffusées mais se démont égamt vite. adaptations technologis perfectionnemts font désormais partie d' processus perpétuel mutation. Garr ses concurrts à l'œil donc indispsab. «Innover consiste à proposer s proits services mes concurrts ne proposeront trois ans.» trois ans.» Des Des modè modè technologis technologis plupart plupart à proximité proximité Au Au vu vu l extsion l'extsion géographi géographi s s marchés, marchés, il il important important garr garr œil œil non non seumt seumt sur sur urs urs concurrts concurrts proches, proches, mais mais aussi aussi d'étdre porter ur ur regard panorama bi bi au-là. au-là. Nous Nous avons avons mandé mandé aux aux suisses suisses où se trouvait où se trouvait qui ur servait vers l repère el technologi. oritait Pour ur panorama majorité technologi. s suisses Pour (57 majorité %), vaur s référce suisses (57%), se situe vaur Suisse, référce voire même se situe ur Suisse, propre voire région. même 14 % s ur propre région. décrt 14% s ne pas travailr décrt fonction ne pas concurrce. travailr Quel fonction 30 % s concurrce. indint Quel qu el 30% se conctrt s esstielmt indint qu'el sur se concurrce conctrt esstielmt internationa. sur concurrce internationa. A l référces technologis vous oritez-vous? Part s réponses % 35% 30% 25% 20% 15% 10% 5% 0% Entreprises régiona branche Autres suisses branche Concurrts internationaux Asie Etats-Unis Europe Autre Auce conctration sur concurrts 21 18

19 La mondialisation: consénce moteur l'innovation La mondialisation: consénce moteur l'innovation La mondialisation: consénce moteur l innovation Forte conctration sur l'étranger l'instrie s Forte bis conctration d'invissemt sur l'étranger l'instrie s bis référces d'invissemt technologis observées par dépnt référces esstielmt technologis secteur. observées Alors par l Forte 60% dépnt s focalisation esstielmt sur l'instrie l étranger s secteur. bis l instrie d'invissemt Alors s l se bis 60% conctrt s d invissemt sur concurrce l'instrie internationa, s bis d'invissemt ce chiffre chute se à conctrt moins référces 20% sur technologis concurrce secteur observées internationa, s services par ce aux chiffre personnes, dépnt chute esstielmt à moins tourisme 20% s secteur. loisirs secteur Alors ainsi s services l aux 60 construction. % personnes, s Lors tourisme l instrie s s s bis loisirs d invissemt étrangères ainsi servt conctrt construction. référce, sur Lors cel-ci concurrce se s situt internationa, plupart étrangères ce chiffre Europe. servt chute à Il moins cepdant référce, 20 % frappant cel-ci secteur situt s services Etats-Unis plupart aux soit personnes, Europe. souvt Il tourisme cepdant s loisirs moyne frappant ainsi cités comme Etats-Unis référce construction. soit Lors secteur souvt s s services étrangères aux moyne, cités servt comme alors référce, cel-ci l'instrie secteur se situt s s services bis plupart d'invissemt aux, Europe. Il alors cepdant l'artisanat frappant l'instrie autres instries, s Etats-Unis bis soit concurrce d'invissemt souvt asiati apparaît l'artisanat moyne cités souvt autres comme instries, référce concurrce moyne secteur aux asiati côtés s services apparaît concurrce aux, souvt européne alors comme l instrie moyne modè technologi. s aux bis côtés d invissemt concurrce européne l artisanat comme autres modè instries, technologi. concurrce asiati apparaît souvt réseaux moyne internationaux aux côtés couragt concurrce e ouverture européne comme s réseaux processus modè internationaux technologi. d'innovation couragt d'apprtissage e ouverture s Au vu processus l'importance d'innovation s réseaux d'apprtissage internationaux, vitesse croissante Au vu réseaux l'importance s internationaux innovations s réseaux couragt internationaux, compxité e ouverture accrue vitesse s l'vironnemt croissante processus s d innovation s innovations, d apprtissage il compxité possib d'ouvrir accrue Au processus l'vironnemt vu l importance d'innovation s, s réseaux d'apprtissage il internationaux, possib au-là d'ouvrir vitesse s croissante frontières processus s d'innovation innovations régions s pays compxité d'apprtissage d'trir accrue au-là s l vironnemt frontières consénce. s, s régions A l'ère il s possib pays commications d ouvrir d'trir processus mobi s rions d in- s rions s novation échanges consénce. permants, d apprtissage A l'ère s au-là innovations commications s frontières mobi souvt s régions e s affaire échanges s pays d'équipe. permants, d trir s idées, rions innovations avis consénce. propositions souvt A l ère e s perfectionnemt affaire commications d'équipe. peuvt mobi idées, être s rgemt avis échanges diffusés propositions permants, à moindre innovations perfectionnemt frais faire l'obj souvt peuvt nombreuses e être affaire rgemt d équipe. discussions. diffusés idées, à frontières moindre avis propositions géographis frais faire l'obj perfectionnemt temporel nombreuses ne peuvt discussions. être rgemt s obstac. frontières diffusés L'ouverture géographis à moindres s frais processus temporel faire d'innovation l obj ne nombreuses d'apprtissage s discussions. obstac. aux clits, L'ouverture frontières fournisseurs, s géographis processus hautes d'innovation éco temporel même d'apprtissage ne à public s aux obstac. clits, rge (ce fournisseurs, L ouverture l'on appel hautes s processus éco crowdsourcing d innovation même ou à externalisation d apprtissage rge ouverte) aux (ce représte clits, l'on fournisseurs, appel vrai pottiel. hautes crowdsourcing éco Des exemp ou même externalisation à succès public public ouverte) rge logiciels représte (ce libres, l on appel vrai comme pottiel. crowdsourcing Linux, Des Op exemp Office, ou externalisation Typo3 succès ou ouverte) core s logiciels représte outils libres, conception vrai comme pottiel. Linux, graphi Des Op exemp Web, Office, comme Typo3 succès Lego ou core Mindstorms. s logiciels outils Le pottiel libres, conception comme d'idées Linux, graphi qui Op décou Web, Office, comme Typo3 énorme. Lego ou core Le Mindstorms. processus s outils Le d'innovation pottiel conception d'idées s'accélère graphi qui donc décou fortemt. Web, comme énorme. Lego Mindstorms. Le processus Le d'innovation pottiel d idées s'accélère qui donc décou fortemt. énorme. Le processus d innovation s accélère donc fortemt. «Pour moi, innover consiste à pser «Pour «Pour à agir au moi, moi, niveau innover innover global.» consiste à pser consiste pser à agir au niveau global.» agir au niveau global.» Mondialisation: s optimistes Mondialisation: suisses s majoritairemt optimistes motivées par défis Mondialisation: croissants suisses s mondialisation. majoritairemt optimistes Pres motivées moitié par (48%, défis croissants l'année précénte: suisses mondialisation. 42%) majoritairemt s Pres motivées voit moitié par e chance (48%, défis croissants l'année mondialisation. précénte: mondialisation. 42%) Seumt s Pres 33% (l'année moitié voit (48 e précénte: %, l année chance précénte: 35%) considèrt mondialisation. 42 %) cte s Seumt gran tdance 33% voit (l'année comme e chance tachée précénte: mondialisation. 35%) riss. considèrt 19% Seumt cte rants gran 33 (l'année % tdance (l année précénte: comme précénte: tachée 23%) 35 %) considèrt neutres. riss. Au cte final, 19% gran rants chances tdance (l'année domint, comme précénte: tachée avec 23%) sol riss. +15% neutres. 19 (l'année % Au rants final, précénte: (l année chances précénte: +7%). domint, 23 %) avec neutres. sol Au final, +15% (l'année chances précénte: domint, +7%). avec sol + 15 % (l année précénte: Le rantissemt + 7 %). imposé par récession n'a pas Le core rantissemt été totamt imposé digéré par récession n'a pas Le La core rantissemt récession été totamt ses imposé consénces digéré par récession globa ont n a légèremt pas core tassé La récession l'évaluation été totamt ses positive consénces digéré globa mondialisation ont légèremt l'année La tassé récession l'évaluation ses consénces positive globa mondialisation ont légèremt l'année tassé l évaluation positive mondialisation l année précénte. En 2011, ont rrouvé ur optimisme 2008 mais rt malgré tout légèremt méfiantes qu grans tdances à lumière l'innovation grans tdances à lumière l innovation précénte. En 2011, ont rrouvé ur optimisme 2008 précénte. mais En rt 2011, malgré tout ont légèremt rrouvé ur optimisme méfiantes 2008 qu' mais rt malgré tout légèremt méfiantes qu' La mondialisation représte-t-el e chance ou ris La mondialisation votre treprise? représte-t-el e chance ou Part ris s réponses votre % treprise? Part s réponses % Grand ris Faib Grand ris Ni Faib l, ris ni l autre Pite Ni l, chance ni l autre Gran Pite chance Gran chance 28% 21% branches tre chances offertes par Entre chances offertes par exportations exportations branches tre pression s chances importations offertes par pression s importations exportations actives pression s importations secteur s services aux actives secteur s services aux optimistes face à mondialisation, suivies actives optimistes secteur face à s mondialisation, services aux suivies par l'instrie s bis optimistes d'invissemt face à mondialisation, secteur par l instrie s bis d invissemt secteur tourisme s loisirs. Toutes ces profitt chances suivies tourisme par l'instrie s loisirs. s bis Toutes d'invissemt ces profitt secteur chances tourisme croissantes s loisirs. d'exportations Toutes ces grâce à l'ouverture profitt s croissantes d exportations grâce à l ouverture s marchés internationaux. En ce qui concerne branches cibnt marché marchés chances croissantes internationaux. d'exportations En ce qui grâce concerne à l'ouverture branches s cibnt marchés internationaux. marché intérieur, En tel ce qui concerne l'artisanat branches autres intérieur, tel l artisanat autres instries, services instries, cibnt marché services intérieur, aux personnes tel l'artisanat tout particulièremt autres aux personnes tout particulièremt construction, riss instries, construction, services riss aux prédomint. personnes tout particulièremt prédomint. construction, riss prédomint. La mondialisation représte-t-el e chance ou La ris mondialisation votre treprise? représte-t-el e chance ou Branches; ris part s votre réponses treprise? % Réserves maxima au Tessin Mittelnd Réserves Au niveau régional, maxima il s'avère au Tessin Tessin (sol: Mittelnd +2%) Au cantons niveau régional, l'espace il s avère s'avère Mittelnd (sol: Tessin +8%) (sol: + +2%) 2 critis cantons face l Espace l'espace à mondialisation. Mittelnd (sol: (sol: Au %) total, chances cri- critis face face à mondialisation. à mondialisation. Au total, Au chances total, offertes chances par mondialisation prédomint cepdant toutes régions % 19% 21% Branches; part s réponses % Grand ris Faib ris Ni l, ni l autre Pite chance Gran chance 100% Grand ris Faib ris Ni l, ni l autre Pite chance Gran chance 90% 100% 80% 70% 90% 60% 80% 50% 70% 40% 60% 30% 50% 20% 40% 10% 30% 20% 10% 0% Bis d invissemt Construction Construction Artisanat, autres instries 28% 21% Bis d invissemt Artisanat, autres instries Commerce, transport Commerce, transport Tourisme, Tourisme, loisirs loisirs Santé, social formation Santé, social formation 11% 19% Service aux Service aux 21% Services aux personnes Services aux personnes 19

20 grans tdances à lumière l innovation Pénurie Pénurie s s ressources ressources grans tdances à lumière l'innovation offertes par mondialisation prédomint cepdant toutes régions. La pénurie s s ressources ressources se proit se lors proit lors ressources naturel ressources naturel utilisées manière utilisées excessive manière ne excessive pas nature ne rouveb. pas nature rouveb. Un moteur innovations La croissance popution mondia, l augmtation l'augmtation niveau prospérité bi-être l'évolution l évolution s activités économis traînt e augmtation constante man man ressources, ressources, principamt principamt nouveaux pays nouveaux instrialisés, pays comme instrialisés, Chine comme l In. A Chine l inverse, l'in. ressources A l'inverse, non rouveb ressources diminut. non rouveb Cte situation s'amuist. traîne e hausse Cte situation tdan- ciel traîne s e prix hausse plupart tdanciel s matières s prix premières plupart fortes s variations matières premières prix à court terme. fortes variations se prix voit à court donc terme. se voit donc forcées réire ur forcées réire ur consommation ressources améliorant urs proits utilisant s proits substitution consommation ressources améliorant urs proits utilisant s proits substitution matières matières premières, ainsi s nouvel technologies processus proction, d augmter l efficacité s premières, ainsi s nouvel technologies processus proction, d'augmter l'efficacité s ressources. Il ressources. résulte Il souvt résulte s souvt innovations, s innovations, indispsab indispsab développemt développemt économi économi rab rab s. s. «L économie ressources moteur d innovation mon treprise.» Part s réponses % 24% 10% 42% 24% Tout à fait d accord Plutôt d accord Plutôt pas d accord Pas tout d accord conscites problème conscites problème Selon notre sondage, économies ressources moteur innovations majorité s suisses (66%). Près d quart s considèrt économies Selon notre sondage, économies ressources moteur innovations majorité s suisses (66%). ressources Près d' comme quart s moteur considère innovations. économies 42 % y voit ressources plutôt comme couragemt. moteur Au contraire, innovations. 34 % s 42% ne y voit plutôt pénurie couragemt. s ressources Au contraire, auce ou 34% seumt s e faib ne voit pression sur innovations. pénurie s Plus ressources tail auce l treprise ou augmte, seumt e faib économies pression sur ressources innovations. Plus considérées tail comme l'treprise moteur augmte, innovations. économies ressources considérées comme moteur innovations. «Pour moi, innovations, ce «Pour moi, innovations, ce nouvel technologies permtant nouvel technologies permtant d utiliser ressources manière d'utiliser ressources manière efficace.» efficace.» Evaluation négative pénurie s ressources Selon Evaluation sondage négative cte face à année, pénurie s jugt ressources pénurie s Selon ressources sondage très négative cte (sol: année, 16 %). Alors considèrt près pénurie s ressources comme étant très négative (sol: moitié s (48%) considèrt cte gran tdance 16%). Alors près moitié s (48%) considère comme ris, seumt 32 % y voit e chance. La cte gran tdance comme ris, seumt 32% y perception s suisses s considérabmt dégradée voit e chance. La position s suisses s' par rapport à l année passée (sol: 4 %), e dégradation considérabmt dégradée par rapport à l'année passée probabmt (sol: 4%), e e dégradation à l augmtation probabmt prix s e matières à l'augmtation premières prix s cadre matières reprise premières conjoncturel cadre aux insécurités reprise politis conjoncturel croissantes. aux insécurités Il apparaît politis croissantes. l treprise grandit, Il apparaît pénurie l'treprise s ressources grandit, perçue pénurie manière s ntemt ressources négative. imée d'e manière ntemt négative. Une inquiétu toutes régions branches riss liés à pénurie s ressources prédomint appréciations s toutes régions linguistis, Tessin Tessin Suisse Suisse roman roman (sol: (sol: 32 % 32% 23 23%) étant étant critis critis Suisse Suisse alémani alémani (sol: (sol: 13%). 13%). Au niveau Au s niveau branches, s branches, seuls services seuls aux services aux préstt sol préstt légèremt sol positif légèremt (+ 3 %). Une positif raison (+3%). à cte Une évaluation raison à positive cte évaluation peut être positive nombre peut croissant être contrats nombre croissant secteur contrats l efficacité énergéti secteur l'efficacité rabilité énergéti chez architectes, ingénieurs rabilité chez architectes, conseil. ingénieurs secteur tourisme conseil. s loisirs (sol: secteur 40 tourisme %), ainsi s loisirs commerce (sol: 40%), ainsi commerce s transports (sol: s transports (sol: 31 %) adoptt position négative 31%) adoptt position négative face à pénurie face à pénurie s ressources. Ces ux branches resstt s ressources. Ces ux branches resstt directemt directemt effs l augmtation s prix s matières premières raison ur dépdance face à mobilité

Première section : informations générales. Moins de 5 ans. Entre 5 et 15 ans. Plus de 15 ans. Votre département. Éducation physique :

Première section : informations générales. Moins de 5 ans. Entre 5 et 15 ans. Plus de 15 ans. Votre département. Éducation physique : COMPILATION QUESTIONNAIRE SUR LES BESOINS DE PERFECTIONNEMENT Mai 9 Durée du sondage et taux de participation Le sondage était accessible ligne sur omnivox du 11 mars au 1 avril 9. Au total, 56 professeurs

Plus en détail

-GEF. Étude sur la situation des femmes cadres dans les grandes entreprises en France. Juin 2003

-GEF. Étude sur la situation des femmes cadres dans les grandes entreprises en France. Juin 2003 Eco s MINES PARIS Société amica s ANCIENS ÉLÈVES DE L'ÉCOLE POLYTECHNIQUE (AX) -GEF Étu sur situation s cadres dans grans treprises France Juin 2003 Agda Le début d un dialogue Pourquoi groupe Grans Éco

Plus en détail

IDEASMINE Un outil de management des idées

IDEASMINE Un outil de management des idées IDEASMINE Un outil managemt s Pour faire émerger et développer d vos projets d avird Version 2 : Les fonctionnalités IasMine est une marque déposée d AL Consulting 1 Panneau Panneau d inscription d inscription

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation s Nations Unies pour le développemt industriel Distr. générale 5 juin 205 Français Original: anglais Conseil du développemt industriel Quarante-troisième session Vine, 23-25 juin 205 Point

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse KOF Konjunkturforschungsstelle KOF Swiss Economic Institute ETH Zurich LEE G 6 Leonhardstrasse 89 Zurich Tél.: + 6 9 kofcc@kof.ethz.ch Communiqué de presse Zurich, juin, 9h Prévisions d été : relance dans

Plus en détail

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, )

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, ) Chap 12 : Les firmes multinationales dans l économie mondiale Les entreprises qui produisaient et se concurrençaient autrefois sur leur marché national agissent désormais au niveau mondial. La plupart

Plus en détail

Indicateurs Science et Technologie (S-T) en Suisse

Indicateurs Science et Technologie (S-T) en Suisse Indicateurs Science et Technologie (S-T) en Suisse Neuchâtel, 2008 Formation de degré tertiaire La population âgée de 25 à 64 ans ayant achevé une formation de degré tertiaire 1 constitue un réservoir

Plus en détail

La métallurgie suisse et la fabrication de machines en pleine forme

La métallurgie suisse et la fabrication de machines en pleine forme La métallurgie suisse et la fabrication de machines en pleine forme Environ 5% de la population active vit de la métallurgie et de la fabrication de machines, ce qui classe ces branches parmi les principaux

Plus en détail

Management de projet et l innovation : l apport de la gestion de projet. J. Renaud AFITEP/INPL

Management de projet et l innovation : l apport de la gestion de projet. J. Renaud AFITEP/INPL Managemt proj l innovation : l apport la gestion proj Enjeux instriels : Innover Proposer s proits sans cesse innovants rouvelés aux délais conception les plus courts. Les treprises sont vus «Chrono-comp

Plus en détail

Etude: pénurie de personnel qualifié et changement démographique, un cassetête pour la gestion du personnel

Etude: pénurie de personnel qualifié et changement démographique, un cassetête pour la gestion du personnel Communiqué de presse «Recruiting Trends Suisse 2012» Sondage effectué auprès des 500 plus grandes entreprises suisses Etude: pénurie de personnel qualifié et changement démographique, un cassetête pour

Plus en détail

MONITEUR DE LA BRANCHE INDUSTRIE MEM. Avril 2014

MONITEUR DE LA BRANCHE INDUSTRIE MEM. Avril 2014 MONITEUR DE LA BRANCHE INDUSTRIE Avril 2014 Éditeur BAKBASEL Rédaction Florian Zainhofer Esteban Lanter Max Künnemann Adresse BAK Basel Economics AG Güterstrasse 82 CH-4053 Basel T +41 61 279 97 00 F +41

Plus en détail

Résumé : Deuxième Enquête panel sur le financement des PME en Suisse

Résumé : Deuxième Enquête panel sur le financement des PME en Suisse Département fédéral de l économie DFE Secrétariat d Etat à l économie SECO Communication Résumé : Deuxième Enquête panel sur le financement des PME en Suisse Date 20 novembre 2009 1. Introduction Dans

Plus en détail

Horizons. L'impact financier du BYOD. 10 points clés de l'étude Cisco IBSG Horizons. Introduction

Horizons. L'impact financier du BYOD. 10 points clés de l'étude Cisco IBSG Horizons. Introduction L'impact financier du BYOD 10 points clés de l'étude Jeff Loucks/Richard Medcalf Lauren Buckalew/Fabio Faria Entre 2013 et 2016, le nombre d'appareils personnels utilisés pour le travail dans les six pays

Plus en détail

Evolution et futurs défis

Evolution et futurs défis Département fédéral de l économie, de la formation et de la recherche DEFR Secrétariat d Etat à la formation, à la recherche et à l innovation SEFRI Formation professionnelle duale Evolution et futurs

Plus en détail

Fiche 04 COMPÉTITIVITÉ DES ENTREPRISES

Fiche 04 COMPÉTITIVITÉ DES ENTREPRISES La région de la Chaudière-Appalaches est reconnue pour la multitude de PME qu on retrouve sur son territoire. Dans le sondage mené par la CRÉ auprès d acteurs du développement de la région en janvier dernier,

Plus en détail

Le Le Financement Mutuel entre les Entreprises des Pays de la la Loire

Le Le Financement Mutuel entre les Entreprises des Pays de la la Loire Dossier presse 27 mai 2013 Mutuel tre Entreprises s Loire Mutuel tre Entreprises s Loire Société anonyme coopérative M, 29 avril 2013 à capital variab Institut Automobi M Technoc s 24H, Chemin bœufs Société

Plus en détail

2. L'économie et la politique de transport de marchandises comme déterminants du marché de la logistique suisse

2. L'économie et la politique de transport de marchandises comme déterminants du marché de la logistique suisse 2. L'économie et la politique de transport de marchandises comme déterminants du marché de la logistique suisse Vue d'ensemble des principaux faits La Suisse compte, avec un produit intérieur brut de 603

Plus en détail

Reconstituer son état civil

Reconstituer son état civil FICHE IV AU TONO MIE EN PARTENARIAT AVEC LE RÉSEAU MINEUR ISOLÉ ÉTRANGER Reconstituer son état 1. A. LE Cadres RôLE légaux DES DOCUMENTS l état D état B. L utilité s documts dans protection s jeus isolé

Plus en détail

Enthousiasme? «Helvetia un lieu pour travailler avec de l espace pour vivre.»

Enthousiasme? «Helvetia un lieu pour travailler avec de l espace pour vivre.» Enthousiasme? «Helvetia un lieu pour travailler avec de l espace pour vivre.» Apprentissage de commerce. Pour bien démarrer dans la vie professionnelle. Quels que soient vos projets, nous sommes à vos

Plus en détail

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Crise économique mondiale et impacts réels sur les entreprises manufacturières québécoises et canadiennes EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Agenda I Crises et conséquences

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Décembre 211 1 1 - -1-1 -2-2 -3-3 21 22 23 24 2 26 27 28 29 21 211 Série dessaisonalisée

Plus en détail

3, 4 et 5 septembre e 1999

3, 4 et 5 septembre e 1999 VIIIe Somm s Chefs d Etat gouvernemt s pays ayant français partage Moncton (Canada-Nouveau-Brunswick) unswick) 3, 4 5 septembre e 1999 Pn d action Moncton Pn d action Moncton Moncton (Canada-Nouveau-Brunswick)

Plus en détail

Le Plan de déplacementsd. au Cœur de la des Entreprises. taillée e de mise en œuvre d un d P.D.E. ou comment donner du sens à vos déplacements

Le Plan de déplacementsd. au Cœur de la des Entreprises. taillée e de mise en œuvre d un d P.D.E. ou comment donner du sens à vos déplacements Le Pn dépcemtsd au Cœur Stratégie s Entreprises détailld taillée e d d P.D.E. 25 janvier 2006 Documt 7ème SS libre d utilisation sous réserve d citer source ou commt donner ss vos dépcemts Mise d P.D.E

Plus en détail

Formation professionnelle supérieure Enquête 2014 auprès des diplômés sortant de formation commerciale et d économie d entreprise

Formation professionnelle supérieure Enquête 2014 auprès des diplômés sortant de formation commerciale et d économie d entreprise Formation professionnelle supérieure Enquête 2014 auprès des diplômés sortant de formation commerciale et d économie d entreprise Connaissances, objectifs et exigences Lieu, Date Zurich, 19 Août 2014 Projet

Plus en détail

Tableau de bord économique et démographique

Tableau de bord économique et démographique Ville de Lausanne 1er trimestre 2 Service des études générales et des relations extérieures Tableau de bord économique et démographique Données lausannoises et suisses Date d'impression : 26 avril 2 Sommaire

Plus en détail

La visioconfé réncé dans lés PME Brétonnés én 2015

La visioconfé réncé dans lés PME Brétonnés én 2015 La visioconfé réncé dans lés PME Brétonnés én 2015 La visioconférence est un nouveau moyen de communication de plus en plus utilisé dans le monde professionnel. Les entreprises peuvent organiser des réunions

Plus en détail

I nternational. N euchâtel. S uisse. Conjoncture économique - 2 e trimestre 2014

I nternational. N euchâtel. S uisse. Conjoncture économique - 2 e trimestre 2014 Conjoncture économique - 2 e trimestre 214 PIB PIB et Baromètre EUR PIB Baromètre conjoncturel Marche des affaires Perspectives - NE Emploi Entrée de commandes Production Exportations Chômage Poursuite

Plus en détail

par la suite, ont reçu d autre(s) aide(s) pour se développer ou se restructurer (27 entreprises depuis 2007 ; 6 entreprises

par la suite, ont reçu d autre(s) aide(s) pour se développer ou se restructurer (27 entreprises depuis 2007 ; 6 entreprises 6 INDUSTRIE, commerce ET SERVICES n 32 juin 213 ENTREPRISES EN RELATION AVEC UN ORGANISME DE PROMOTION économique : RÉSULTATS DE L ENQUÊTE 212 Selon l enquête 212 de l Office cantonal de la statistique

Plus en détail

Sommaire. Communiqué de presse. Les manifestations en Côte d Or. Les manifestations dans la Nièvre. Les manifestations en Saône et Loire

Sommaire. Communiqué de presse. Les manifestations en Côte d Or. Les manifestations dans la Nièvre. Les manifestations en Saône et Loire Dossier presse Semaine nationale la création reprise d treprises artisanales Du 15 23 novembre 213 Sommaire Communiqué presse Les manifestations Côte d Or Les manifestations la Nièvre Les manifestations

Plus en détail

Les agences de publicité et de communication leaders en Suisse font preuve d optimisme dans une perspective ambitieuse.

Les agences de publicité et de communication leaders en Suisse font preuve d optimisme dans une perspective ambitieuse. Communiqué aux médias bsw leading swiss agencies. Les agences de publicité et de communication leaders en Suisse font preuve d optimisme dans une perspective ambitieuse. Les agences membres de bsw leading

Plus en détail

Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi!

Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi! Think... Edition Spéciale Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi! Le 4 avril 2011, Barack Obama annonçait sa candidature à l élection présidentielle américaine de 2012 sur Youtube.

Plus en détail

L emploi en Rhône-Alpes : la prépondérance des commerces et services et une nette orientation industrielle

L emploi en Rhône-Alpes : la prépondérance des commerces et services et une nette orientation industrielle 3) SYSTEME PRODUCTIF Avec un secteur des commerces et services développé, Rhône-Alpes conserve un tissu industriel important. Les efforts déployés dans la recherche et développement lui permettent de se

Plus en détail

Qu est-ce que la compétitivité?

Qu est-ce que la compétitivité? Qu est-ce que la compétitivité? Le but de ce dossier pédagogique est d expliquer la notion de compétitivité d une entreprise, d un secteur ou d un territoire. Ce concept est délicat à appréhender car il

Plus en détail

Emploi dans le domaine de la santé Faits et tendances à la lumière des chiffres des recensements des entreprises 1995, 1998 et 2001

Emploi dans le domaine de la santé Faits et tendances à la lumière des chiffres des recensements des entreprises 1995, 1998 et 2001 Statistique de la Suisse Emploi dans le domaine de la santé Faits et tendances à la lumière des chiffres des recensements des entreprises 1995, 1998 et 2001 Auteurs Editeur Neuchâtel, 2004 IMPRESSUM Editeur:

Plus en détail

Swiss Issues Branches Retail Outlook 2012 Faits et tendances

Swiss Issues Branches Retail Outlook 2012 Faits et tendances Swiss Issues Branches Retail Outlook 2012 Faits et tendances Janvier 2012 3.2 Mutation structurelle du commerce détail dans centres-vil détail sur sept travaille dans l'un s centre-vil s dix plus grans

Plus en détail

Chiffres clés de l'europe

Chiffres clés de l'europe Sommaire 1 L économie et les finances... 1 1.1 Le PIB... 1 1.2 La production économique... 3 1.3 Les dépenses du PIB et les investissements... 5 1.4 La productivité de la main-d œuvre... 6 2 La population

Plus en détail

L effort de recherche par région

L effort de recherche par région Thème : Société de la connaissance et développement économique et social Orientation : Encourager des formes de compétitivité pour une croissance durable L effort de recherche par région La recherche-développement

Plus en détail

Bisnode. au mois de Mai 2013. Étude sur les faillites et créations d entreprises 25.6.2013

Bisnode. au mois de Mai 2013. Étude sur les faillites et créations d entreprises 25.6.2013 Bisnode Faillites et créations arrêtées au mois de Mai 2013 Étude sur les faillites et créations d entreprises 25.6.2013 731b du CO: dissolutions d entreprises aux dépens de la collectivité. Entre janvier

Plus en détail

Analyse de benchmarking pour le canton de Zurich et ses districts

Analyse de benchmarking pour le canton de Zurich et ses districts Analyse de benchmarking pour le canton de Zurich et ses districts Table des matières Caractéristiques 3 Performance économique 4 Performance résidentielle 12 Attractivité 19 Sources 32 Annexe : Glossaire

Plus en détail

Lente amélioration de la conjoncture

Lente amélioration de la conjoncture Conjoncture économique - 1 e trimestre 214 USA JPN EUR PIB PIB et Baromètre PIB Baromètre conjoncturel Marche des affaires Perspectives - NE Emploi Entrée de commandes Production Exportations Chômage Lente

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque

Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque Le salaire est une composante essentielle du contrat de travail. Dans les banques, les salaires sont en général négociés individuellement. Le fait de

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

chimique et pharmaceutique

chimique et pharmaceutique L industrie chimique et pharmaceutique, un puissant moteur de croissance Avec son taux de croissance exceptionnel et sa forte implication dans l économie nationale, l industrie chimique et pharmaceutique

Plus en détail

L industrie suisse des biens de consommation à l heure de la mondialisation

L industrie suisse des biens de consommation à l heure de la mondialisation L industrie suisse des biens de consommation à l heure de la mondialisation L industrie suisse des biens de consommation subit, ces dernières années, une concurrence de plus en plus forte sur les marchés

Plus en détail

L achat de médicaments sur Internet

L achat de médicaments sur Internet L achat médicaments sur Intern Adéï ZULFIKARPASIC Directrice Détement Opinion Institutionnel 01 55 33 21 41 06 17 45 78 98 ai.zulfikaric@lh2.fr Vanessa GALISSI Directrice d étus Détement Opinion Institutionnel

Plus en détail

Économie Chapitre 4 La dynamique de la croissance

Économie Chapitre 4 La dynamique de la croissance I) Les facteurs de la croissance A) Contribution des facteurs de production 1. Les facteurs de production Les sources de croissance La croissance économique ( = accroissement de la production d un pays)

Plus en détail

RAPPORT SUR LA CONFIANCE DES INVESTISSEURS DE PLACEMENTS MONDIAUX SUN LIFE

RAPPORT SUR LA CONFIANCE DES INVESTISSEURS DE PLACEMENTS MONDIAUX SUN LIFE 2 0 1 5 RAPPORT SUR LA CONFIANCE DES INVESTISSEURS DE PLACEMENTS MONDIAUX SUN LIFE 2 Le premier rapport sur la confiance des investisseurs (fondé sur un sondage mené auprès de 1 502 Canadiens ayant au

Plus en détail

Les agences de publicité et de communication et agences média leaders en Suisse font preuve d optimisme dans un avenir exigeant.

Les agences de publicité et de communication et agences média leaders en Suisse font preuve d optimisme dans un avenir exigeant. Communiqué de presse 9 octobre 2012 bsw leading swiss agencies Les agences de publicité et de communication et agences média leaders en Suisse font preuve d optimisme dans un avenir exigeant. Les agences

Plus en détail

Résultats de l enquête Atlant-Kis. l innovation»

Résultats de l enquête Atlant-Kis. l innovation» Résultats de l enquête Atlant-Kis «Innovation et services à l innovation» Le diagnostic du projet Atlant Kis Méthodologie proposée par la Navarre, coordinateur du projet Adaptable aux contextes régionaux

Plus en détail

Pourquoi la croissance potentielle est-elle aussi faible dans la zone euro?

Pourquoi la croissance potentielle est-elle aussi faible dans la zone euro? septembre 9 - N 39 Pourquoi la croissance potentielle est-elle aussi faible dans la zone euro? La croissance potentielle et la tendance des gains de productivité sont anormalement faibles dans la zone

Plus en détail

AUTORITÉ PARENTALE, TUTELLE DE REPRÉSENTATION LÉGALE EN PARTENARIAT AVEC LE RÉSEAU

AUTORITÉ PARENTALE, TUTELLE DE REPRÉSENTATION LÉGALE EN PARTENARIAT AVEC LE RÉSEAU FICHE V AU TONO MIE EN PARTENARIAT AVEC LE RÉSEAU MINEUR ISOLÉ ÉTRANGER AUTORITÉ PARENTALE, TUTELLE, REPRÉSENTATION LÉGALE 1. A. PRINCIPES Incapacité GÉNÉRAUX B. La représtation juridi s s C. Actes non-

Plus en détail

Activité-retrouvailles. Formations à venir. Prochain numéro

Activité-retrouvailles. Formations à venir. Prochain numéro Bulletin d'information CDCQ Mars 2011 Volume 4 Étapes à suivre pour rendre une entreprise plus innovante État d'avancement du projet «Technologies innovatrices de fabrication à faibles rejets environnementaux

Plus en détail

SWISS porte le résultat d exercice à CHF 264 millions et introduit de nouvelles prestations de services individuelles

SWISS porte le résultat d exercice à CHF 264 millions et introduit de nouvelles prestations de services individuelles Communiqué de presse Aéroport de Zurich, le 13 mars 2014 Résultat financier de l exercice 2013/Introduction de SWISS Choice SWISS porte le résultat d exercice à CHF 264 millions et introduit de nouvelles

Plus en détail

ECARTS DE COMPETENCES, MIGRATIONS, MOBILITES : TENDANCES et ROLE DES SERVICES PUBLICS DE L EMPLOI

ECARTS DE COMPETENCES, MIGRATIONS, MOBILITES : TENDANCES et ROLE DES SERVICES PUBLICS DE L EMPLOI ECARTS DE COMPETENCES, MIGRATIONS, MOBILITES : TENDANCES et ROLE DES SERVICES PUBLICS DE L EMPLOI Congrès Mondial de l AMSEP Annie GAUVIN- Istanbul- le 6 mai 2015 Faits et tendances actuels 200 millions

Plus en détail

Observations aux fins du budget fédéral 2015

Observations aux fins du budget fédéral 2015 Le 6 août 2014 Comité permanent des finances de la Chambre des communes finapbc-cpb@parl.gc.ca Observations aux fins du budget fédéral 2015 Résumé Nous vous remercions de nous permettre de vous faire connaître

Plus en détail

Indice des prix à la production et à l importation

Indice des prix à la production et à l importation 05 Prix 982-1100 Indice des prix à la production et à l importation Neuchâtel, 2011 Qu est-ce que l indice des prix à la production et à l importation? L indice des prix à la production (IPP) mesure l

Plus en détail

The Hiring Process Report. Switzerland

The Hiring Process Report. Switzerland The Hiring Process Report Switzerland 2015 Le processus d embauche Les médias sociaux et les sites de carrières régulièrement mis à jour sont actuellement les moyens les plus populaires permettant de renforcer

Plus en détail

Répartition des actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Répartition des actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Répartition des actifs des fonds de pension et

Plus en détail

ASSOCIATION BULGARE DE L INDUSTRIE METALLURGIQUE /АBIM/

ASSOCIATION BULGARE DE L INDUSTRIE METALLURGIQUE /АBIM/ ASSOCIATION BULGARE DE L INDUSTRIE METALLURGIQUE /АBIM/ Carte routière de restucturation dans le secteur métallurgique - gestion de la restructuration, inclusion active des partenaire sociaux, diffusion

Plus en détail

Panel en ligne Points de vue :

Panel en ligne Points de vue : Panel en ligne Points de vue : Opinion des entrepreneurs canadiens sur la situation économique actuelle Mai 2009 1 Méthodologie du sondage > Nous avons effectué ce sondage auprès d entrepreneurs membres

Plus en détail

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Introduction Le monde du travail est plus que familier avec la notion de changement. Synonyme d innovation

Plus en détail

Audit de la filière agritouristique en Martinique

Audit de la filière agritouristique en Martinique Audit filière agritouristique Martinique Note synthèse Etu réalisée Janvier Juill 00 par B pour le compte Chambre d Agriculture Martinique, avec le concours financier l Odéadom l Union européne Ernst &

Plus en détail

Vos stratégies d attraction et de rétention vous permettent-elles d attirer et de fidéliser les meilleurs talents?

Vos stratégies d attraction et de rétention vous permettent-elles d attirer et de fidéliser les meilleurs talents? > pour un meilleur rendement des organisations et des personnes Vos stratégies d attraction et de rétention vous permettent-elles d attirer et de fidéliser les meilleurs talents? L optimisation du capital

Plus en détail

INTRODUCTION. OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES

INTRODUCTION. OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES Faits saillants du sondage 2 Méthode de sondage 3 Profil des répondants 3 Santé

Plus en détail

Indicateurs Science et Technologie (S -T) en Suisse

Indicateurs Science et Technologie (S -T) en Suisse Indicateurs Science et Technologie (S -T) en Suisse Neuchâtel, 2005 Doctorats Les nouveaux docteurs en sciences exactes et naturelles et sciences techniques représentent des ressources humaines hautement

Plus en détail

Michael Bell Chef des finances Financière Manuvie. Assemblée annuelle Le 5 mai 2011. Merci, Madame la présidente. Bonjour à tous.

Michael Bell Chef des finances Financière Manuvie. Assemblée annuelle Le 5 mai 2011. Merci, Madame la présidente. Bonjour à tous. Michael Bell Chef des finances Financière Manuvie Assemblée annuelle Le 5 mai 2011 Merci, Madame la présidente. Bonjour à tous. Je suis heureux de pouvoir m adresser à vous à l occasion de cette assemblée

Plus en détail

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 Construire un avenir brillant ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 www.avenirbrillant.ca Financé par le gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils

Plus en détail

PRODUCTIVITÉ ET NIVEAU DE VIE AU CANADA : HIER, AUJOURD HUI ET DEMAIN

PRODUCTIVITÉ ET NIVEAU DE VIE AU CANADA : HIER, AUJOURD HUI ET DEMAIN PRODUCTIVITÉ ET NIVEAU DE VIE AU CANADA : HIER, AUJOURD HUI ET DEMAIN Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-40F Le 4 juin 2004 Pendant la majeure partie du XX e siècle,

Plus en détail

Casablanca Lundi 21 avril 2014 0/6

Casablanca Lundi 21 avril 2014 0/6 Allocution du Dr. Abdelkader AMARA Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement A l occasion de la Cérémonie de lancement du Cluster Solaire Casablanca Lundi 21 avril 2014 0/6 Monsieur

Plus en détail

M W Q O c t o b r e 2 0 1 0

M W Q O c t o b r e 2 0 1 0 Certification ISO 9001 Enquête «entrants» et «sortants» M W Q O c t o b r e 2 0 1 0 MWQ/MESURER/Enquêtes sur la certification/2010/iso 9001 1 1. Introduction Le document «Baromètre Qualité Bilan 2008»

Plus en détail

Les contraintes d appel d offre

Les contraintes d appel d offre RESUME Ce document propose une liste, des contraintes d appel d offre s plus standards. ont un objectif doub : définir s attentes du client sur la démarche d acquisition et préparer la contractualisation

Plus en détail

République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services. Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil :

République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services. Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil : République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil : Journée de l Ingénieur Tunisien Tunis, 30 octobre 2010

Plus en détail

Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin

Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin 1 ENQUETE ENTREPRISES ET TIC 2008 : TIC ET INNOVATION : LE CAS DES PME BRETONNES Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin Ces dix dernières années, la majorité des entreprises a massivement investi

Plus en détail

Bienvenue dans l univers de We Group

Bienvenue dans l univers de We Group Bienvenue dans l univers de We Group Le 19 mai 2005 Laurent Jaquier fonde la société We Group SA avec son siège social à Bulle. We Group SA est une société indépendante soumise au secret professionnel

Plus en détail

"High Performance Workplace Event: People mean business"

High Performance Workplace Event: People mean business "High Performance Workplace Event: People mean business" (Cette conférence a été organisée par la Présidence britannique de l'union européenne, avec le soutien de la Commission européenne) Londres, le

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ 2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

Plus en détail

CPA Canada Tendances conjoncturelles (T1 2015)

CPA Canada Tendances conjoncturelles (T1 2015) CPA Canada Tendances conjoncturelles (T1 2015) Préparée pour les Comptables professionnels agréés du Canada Le 1 er mai 2015 Renseignements sur le sondage Le rapport trimestriel CPA Canada Tendances conjoncturelles

Plus en détail

Exporter le livre canadien en France

Exporter le livre canadien en France Exporter le livre canadien en France Tome 1 Le marché du livre en France et ses perspectives 3 e édition Exporter le livre canadien en France Tome 1 Le marché du livre en France et ses perspectives 3 e

Plus en détail

Poids des Leviers Payants

Poids des Leviers Payants 2011 Poids s viers Payants Indicateurs Clés site (source Econda) Taux Visites Commans CA Généré rebond Taux conion 427 370 15,00% 13973 205 143 3,27% Sources Trafic (source Econda) Accès Direct Sites référts

Plus en détail

L innovation dans le commerce

L innovation dans le commerce L innovation dans le commerce Xavier Reif* Pour une entreprise commerciale, l innovation est un levier servant à consolider sa position par rapport à ses concurrentes. Elle contribue à conquérir de nouveaux

Plus en détail

Accès au financement

Accès au financement Accès au financement Objectif de cette enquête L accès au financement est d une importance cruciale pour la réussite d une entreprise et un facteur important de la croissance économique en Europe suite

Plus en détail

Lumesse Avis d expert. Agile Learning Etes-vous prêt au changement?

Lumesse Avis d expert. Agile Learning Etes-vous prêt au changement? Lumesse Avis d expert Agile Learning Etes-vous prêt au changement? Dans l univers sans cesse mouvant de la Gestion des Talents, nous observons un nouveau changement fondamental en matière de développement

Plus en détail

Le secteur informatique

Le secteur informatique Mai 2014 Le secteur informatique Service Etudes CCI Indre Le secteur informatique Toute reproduction interdite sans l autorisation de l auteur Page 1 SOMMAIRE SECTEUR INFORMATIQUE EN FRANCE Etablissements

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

. Le résumé est la dernière partie à rédiger.. Résumé concis et convaincant.

. Le résumé est la dernière partie à rédiger.. Résumé concis et convaincant. Plan d élaboration du PLAN D AFFAIRES Avant de réaliser votre projet, élaborez votre plan d affaires selon le modèle suivant : RESUME :. Le résumé est la dernière partie à rédiger.. Résumé concis et convaincant.

Plus en détail

Dépenses et personnel de recherche et développement des entreprises privées en Suisse 2012

Dépenses et personnel de recherche et développement des entreprises privées en Suisse 2012 Département fédéral de l intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Actualités OFS Embargo: 19.12.2013, 9:15 4 Economie nationale Neuchâtel, décembre 2013 Dépenses et personnel de recherche et

Plus en détail

Baromètre ORI 2013 - Executive summary

Baromètre ORI 2013 - Executive summary Baromètre ORI 2013 - Executive summary Sondage sur le climat général du secteur des bureaux d'ingénierie et de consultance 1. Explication Dans cet executive summary, ORI, l'organisation professionnelle

Plus en détail

Prévisions salariales pour les négociations collectives en 2015

Prévisions salariales pour les négociations collectives en 2015 Des milieux de travail équitables, sécuritaires et productifs Travail Prévisions salariales pour les négociations collectives en 2015 Division de l information et de la recherche sur les milieux de travail

Plus en détail

Boostez votre croissance grâce à la Propriété Intellectuelle!

Boostez votre croissance grâce à la Propriété Intellectuelle! Boostez votre croissance grâce à la Propriété Intellectuelle! Partageons des bonnes pratiques 1 l L innovation, la créativité, le savoir-faire sont les moteurs et la richesse de toute entité économique

Plus en détail

La vague de faillites continue à déferler en cette nouvelle année: plus de 6000 entreprises se battent pour survivre

La vague de faillites continue à déferler en cette nouvelle année: plus de 6000 entreprises se battent pour survivre Chiffres par 31 janvier 2010 19. 2. 2010 Editeur: Dun & Bradstreet (Schweiz) AG Grossmattstrasse 9 8902 Urdorf Téléphone 044 735 61 11 www.dnbswitzerland.ch/presse La vague de faillites continue à déferler

Plus en détail

Nous faisons plus que gérer vos commandes!

Nous faisons plus que gérer vos commandes! Dans le secteur de la vente de meubles par Internet, la croissance nationale et internationale est forte et offre des perspectives de progression des chiffres de vente. Vous aussi, allez chercher la croissance

Plus en détail

UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE

UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE Juillet-août-septembre 2012 Note trimestrielle N 40 Lettre trimestrielle d information UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE CONJONCTURE Détérioration plus marquée au cours de

Plus en détail

Moyen terme 2014-2018

Moyen terme 2014-2018 Moyen terme 2014-2018 ATTENTES DES UTILISATEURS POUR LA PERIODE 2014-2018 Selon les entretiens réalisés par le Cnis au 2 è semestre 2012 COMMISSION «SYSTEME FINANCIER ET FINANCEMENT DE L ECONOMIE» POUR

Plus en détail

IND N ICA C TEURS S CL C ES

IND N ICA C TEURS S CL C ES INDICATEURS CLES LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE DEFINITION Un indicateur est : - Une donnée c'est-à-dire un élément ou un ensemble d éléments d information significative, ex un taux. - un indice

Plus en détail

Conférence annuelle des médias Swissmem du 24 février 2009 à Zurich

Conférence annuelle des médias Swissmem du 24 février 2009 à Zurich Le texte prononcé fait foi. Conférence annuelle des médias Swissmem du 24 février 2009 à Zurich «Les défis 2009» Exposé de Monsieur le Conseiller national Johann Niklaus Schneider-Ammann, président de

Plus en détail

Prof. Dr. Stephan M. Wagner Rolf Jaus

Prof. Dr. Stephan M. Wagner Rolf Jaus Développement des collaborateurs et évolution des salaires dans le secteur des achats Etude 2014 Prof. Dr. Stephan M. Wagner Chaire de gestion logistique Département Management, technologie et économie

Plus en détail

Identification d Opportunités d EXportation pour les PME du Québec (IOEX) 30 janvier 2014

Identification d Opportunités d EXportation pour les PME du Québec (IOEX) 30 janvier 2014 Identification d Opportunités d EXportation pour les PME du Québec (IOEX) 30 janvier 2014 Identification d Opportunités d EXportation Questionnement Si, aujourd hui, vous voulez savoir exactement : le

Plus en détail

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier Etude réalisée par Médias sociaux L influence des médias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un

Plus en détail

Panneaux de particules et panneaux de fibres

Panneaux de particules et panneaux de fibres de particules et panneaux de fibres De création récente puisque la première usine de fabrication de panneaux de particules a été construite en France en 1953, cette industrie a connu un essor remarquable.

Plus en détail