Les communautés de nématodes en tant que bioindicateurs potentiels de la santé des sols urbain

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les communautés de nématodes en tant que bioindicateurs potentiels de la santé des sols urbain"

Transcription

1 Les communautés de nématodes en tant que bioindicateurs potentiels de la santé des sols urbain Rochat Guy* *Laboratoires Biologie du sol et Sol & végétation, Institut de Biologie, Université de Neuchâtel (CH).

2 Introduction But de l étude: Mise en évidence de bioindicateurs de la fonctionnalité des sols urbains

3 Introduction But de l étude: Mise en évidence de bioindicateurs de la fonctionnalité des sols urbains Les nématodes: Abondants dans les sols (1 à 10 millions d individus/m 2 ) Distribution ubiquiste (présents même sous conditions extrêmes) Constituants clés du réseau trophique du sol (5 groupes alimentaires)

4 Introduction But de l étude: Mise en évidence de bioindicateurs de la fonctionnalité des sols urbains. Les nématodes: Abondants dans les sols (1 à 10 millions d individus/m 2 ) Distribution ubiquiste (présents même sous conditions extrêmes) Constituants clés du réseau trophique du sol (5 groupes alimentaires) Les sols urbains: Formation et évolution influencées par l Homme Considérés comme «jeunes» et peu évolué Hétérogénéité spatiale très marquée Matériel parental varié Fournissent divers services écosystémiques (production végétale, drainage de l eau de pluie, )

5 Introduction But de l étude: Mise en évidence de bioindicateurs de la fonctionnalité des sols urbains. Les nématodes: Abondants dans les sols (1 à 10 millions d individus/m 2 ) Distribution ubiquiste (présents même sous conditions extrêmes) Constituants clés du réseau trophique du sol (5 groupes alimentaires) Les sols urbains: Formation et évolution influencées par l Homme Considérés comme «jeunes» et peu évolué Hétérogénéité spatiales très marquée Matériel parental varié Fournissent divers services écosystémiques (production végétale, drainage de l eau de pluie, ) Impacts anthropiques -> pertes des services écosystémiques Nécessité de les protéger

6 Introduction But de l étude: Mise en évidence de bioindicateurs de la fonctionnalité des sols urbains. Les nématodes: Abondants dans les sols (1 à 10 millions d individus/m 2 ) Distribution ubiquiste (présents même sous conditions extrêmes) Constituants clés du réseau trophique du sol (5 groupes alimentaires) Les sols urbains: Formation et évolution influencées par l Homme Considérés comme «jeunes» et peu évolué Hétérogénéité spatiales très marquée Matériel parental varié Fournissent divers services écosystèmiques (production végétale, drainage de l eau de pluie, ) Impacts anthropiques -> pertes des services écosystèmiques Nécessité de les protéger Comparaisons avec des sols alluviaux servant de références naturelles (nombreuses particularités communes)

7 Introduction Hypothèses: Les communautés de nématodes sont dépendantes des caractéristiques fonctionnelles des sols La structure des communautés de nématodes évolue en fonction du paramètre temps après une perturbation

8 Matériel et méthodes Sites d études: 18 sites situés en ville de Neuchâtel (CH) et son agglomération 5 sites en plaine alluviale de l Allondon (GE, CH) Caractéristiques communes des sols: Carbonatés ph compris entre 7 et 8 Conditions climatiques Facteur de différentiation principal: le temps depuis la mise en place des sols

9 Matériel et méthodes Echantillonnage: 5 carottes de sol (diamètre=4cm, longueur=10cm) par site Méthode préférentielle autour du profil de sol Sol tamisé à 5mm Homogénéisation des 5 prélèvements Stockage à 4 C

10 Matériel et méthodes Analyses:

11 Matériel et méthodes Analyses: Humidité relative Mesure de la différence de masse après séchage de 24h à 105 C

12 Matériel et méthodes Analyses: Humidité relative Mesure de la différence de masse après séchage de 24h à 105 C Mesure de respiration hétérotrophe potentielle du sol Mesure du flux de CO2 grâce à un analyseur de gaz à infra-rouge (IRGA Li-Cor 8100) à T air =20 C et h=40%

13 Matériel et méthodes Analyses: Humidité relative Mesure de la différence de masse après séchage de 24h à 105 C Mesure de respiration hétérotrophe potentielle du sol Mesure du flux de CO2 grâce à un analyseur de gaz à infra-rouge (IRGA Li-Cor 8100) à T air =20 C et h=40% Estimation de la biomasse bactérienne Extraction et fixation de bactéries sur sol frais Coloration au 4',6-diamidino-2-phenylindole (DAPI) Comptage par cytométrie de flux

14 Matériel et méthodes Analyses: Humidité relative Mesure de la différence de masse après séchage de 24h à 105 C Mesure de respiration hétérotrophe potentielle du sol Humidité portée à 40% Mesure du flux de CO2 grâce à un analyseur de gaz à infra-rouge (IRGA Li-Cor 8100) à T air =20 C Estimation de la biomasse bactérienne Extraction et fixation de bactéries sur sol frais Coloration au DAPI Comptage bactérien par cytométrie de flux Estimation de la biomasse fongique Extraction d ergostérol sur sol frais Dosage de l ergostérol par HPLC

15 Matériel et méthodes Communauté de nématodes: Extraction par la méthode de l entonnoir de Baermann modifiée selon Brown & Boag (1988) durant 24h

16 Matériel et méthodes Communauté de nématodes: Extraction par la méthode de l entonnoir de Baermann modifiée selon Brown & Boag (1988) Fixation

17 Matériel et méthodes Communauté de nématodes: Extraction par la méthode de l entonnoir de Baermann modifiée selon Brown & Boag (1988) Fixation Abondance Comptage des individus de chaque échantillon sous loupe binoculaire

18 Matériel et méthodes Communauté de nématodes: Extraction par la méthode de l entonnoir de Baermann modifiée selon Brown & Boag (1988) Fixation Abondance Comptage des individus de chaque échantillon sous loupe binoculaire Identification Sélection aléatoire d individus Observation morphologique au microscope Utilisation de clés de détermination au niveau du genre

19 Matériel et méthodes Communauté de nématodes: Extraction par la méthode de l entonnoir de Baermann modifiée selon Brown & Boag (1988) Fixation Les échantillons sont filtrés sur une maille de 50µm Les nématodes sont fixés dans une sol de formaldéhyde 4% Abondance Comptage des individus de chaque échantillon sous loupe binoculaire Identification Sélection aléatoire d individus Observation morphologique au microscope Utilisation de clés de détermination au niveau du genre Calcul d indices Indice de maturité à partir des valeurs de stratégie de vie (c-p value) Indice de diversité

20 Matériel et méthodes Traitement des données Regroupement des différents sites en fonction: Données physico-chimiques et biologiques Descripteurs qualitatifs (pression anthropique, type de milieux, type de sol, de gestion et proximité du lac) Genres identifiés Analyse en composante principale (ACP) pour les données environnementales et pour les descripteurs qualitatifs Analyse factorielle des correspondances (AFC) pour les données nématodes Analyse factorielle multiple (ordination globale de tous les groupes de variables descripteurs)

21 Résultats ACP des différents groupements basé sur les distances euclidiennes et la méthode de Ward.

22 Résultats

23 Discussion Regroupements principalement liés aux facteurs physicochimiques (granulométrie) Sols alluviaux comparables aux sols urbains Pas de relation claire entre les données et la stabilité du système et de son fonctionnement

24 Résultats attendus Groupe Description Abondance Richesse c-p espèces majoritaires 1 Sols minéraux, conditions de stress (ex. faible humidité) faible faible 2 2 Sols jeunes, perturbations physiques (désagrégation) faible faible 2 3 Sols jeunes, enrichis en nutriments (ajout de MO) élevée faible 1 4 Sols en place depuis plusieurs années, enrichis en nutriments élevée moyenne 1 5 Sols en place depuis plusieurs années, impact anthropique faible, faible structuration moyenne élevée Sols en place depuis plusieurs années, impact anthropique faible, bonne structuration moyenne élevée 4-5 Liens entre biomasse bactérienne et nématodes (indications sur la présence de spécialistes/généraliste) -> informations sur la complexité du réseau trophique Présence de carnivore -> indications dur la présence de leur proie Abondance d herbivore -> impact sur la végétation et le fonctionnement du système Indice de maturité et richesse -> complexité et stabilité du système Structure et la porosité du sol

25 Conclusion Vérifier si les hypothèses de départ (1. Les communautés de nématodes sont dépendantes des caractéristiques fonctionnelles des sols. 2. La structure des communautés de nématodes évolue en fonction du paramètre temps) sont acceptées ou rejetées Fixer un indice de perturbation des sols? Définir des valeurs limites?

26 Questions MERCI de votre attention!

Les macroinvertébrés: des bioindicateurs incontournables pour le monitoring des cours d eau en CH

Les macroinvertébrés: des bioindicateurs incontournables pour le monitoring des cours d eau en CH Les macroinvertébrés: des bioindicateurs incontournables pour le monitoring des cours d eau en CH 4 e Rencontres de l eau 20 mars 2015, UNIL Nathalie Menétrey Hydrobiologiste Bureau d étude aquatique et

Plus en détail

Projet de SDAGE 2016-2021 Préserver le littoral

Projet de SDAGE 2016-2021 Préserver le littoral Projet de SDAGE 2016-2021 Préserver le littoral Code l orientation de Intitulé dans le Sdage 2010-2015 Intitulé dans le Sdage 2016-2021 10A Réduire significativement l eutrophisation des eaux côtières

Plus en détail

MOSAIC. Dynamique des Matières Organiques des Sols, dans des systèmes Agricoles Intensifs liés à l élevage et dans un contexte de Changements globaux

MOSAIC. Dynamique des Matières Organiques des Sols, dans des systèmes Agricoles Intensifs liés à l élevage et dans un contexte de Changements globaux UMR SAS MOSAIC Dynamique des Matières Organiques des Sols, dans des systèmes Agricoles Intensifs liés à l élevage et dans un contexte de Changements globaux Décembre 2012 Décembre 2016 V. Viaud Appel d

Plus en détail

Pauline Aelvoet, Master en Biogéosciences

Pauline Aelvoet, Master en Biogéosciences Pauline Aelvoet, Master en Biogéosciences 1 Contexte de l étude 2 OFEV (2005) Les zones alluviales Ecosystème jeune façonné par l eau Toposéquence FLUVIOSOL BRUT JUVÉNILE TYPIQUE BRUNIFIÉ Sol hydromorphe

Plus en détail

Comportement de Miscanthus cultivé sur des sols fortement contaminés en Cd, Pb et Zn

Comportement de Miscanthus cultivé sur des sols fortement contaminés en Cd, Pb et Zn 25 & 26 septembre 2014 Cité scientifique - Villeneuve d Ascq Gestion et requalification durable des sites et sols pollués: Expériences en Nord - Pas de Calais Comportement de Miscanthus cultivé sur des

Plus en détail

Séminaire des Doctorants «Ecotechnologies» de l ARC ENVIRONNEMENT RHONE-ALPES. STIMULATION et MAÎTRISE ÉLECTROCHIMIQUE DE LA BIOREMÉDIATION DES EAUX

Séminaire des Doctorants «Ecotechnologies» de l ARC ENVIRONNEMENT RHONE-ALPES. STIMULATION et MAÎTRISE ÉLECTROCHIMIQUE DE LA BIOREMÉDIATION DES EAUX Séminaire des Doctorants «Ecotechnologies» de l ARC ENVIRONNEMENT RHONE-ALPES STIMULATION et MAÎTRISE ÉLECTROCHIMIQUE DE LA BIOREMÉDIATION DES EAUX Doctorant Lucas JOBIN Thèse financée par Région Rhône-Alpes

Plus en détail

Étiquetage environnemental Secteur textile

Étiquetage environnemental Secteur textile Étiquetage Secteur textile Sandrine Pesnel Equipe de recherche GEMTEX (ENSAIT) du projet ACVTEX 28/04/2010 1 Le projet ACVTex Le projet : Partenaires : Débuté en 2008 projet de 4 ans Programme transfrontalier

Plus en détail

«Poursuivre au-delà de BEEST : une approche fonctionnelle basée sur les traits de vie des espèces en relation avec l habitat».

«Poursuivre au-delà de BEEST : une approche fonctionnelle basée sur les traits de vie des espèces en relation avec l habitat». «Poursuivre au-delà de BEEST : une approche fonctionnelle basée sur les traits de vie des espèces en relation avec l habitat». Philippe USSEGLIO-POLATERA Université Paul Verlaine Metz UMR-CNRS 746 - LIEBE

Plus en détail

COMMENT ÉVALUER LA SANTÉ D UN LAC. Alaa Maaref

COMMENT ÉVALUER LA SANTÉ D UN LAC. Alaa Maaref COMMENT ÉVALUER LA SANTÉ D UN LAC Alaa Maaref Sommaire Introduction Pourquoi évaluer la santé d un lac? Comment évaluer la santé d un lac? Qui doit le faire? Conclusion UN LAC, c'est un organisme vivant!

Plus en détail

Traçage des émissions en gaz à effet de serre dans les grandes zones urbaines

Traçage des émissions en gaz à effet de serre dans les grandes zones urbaines Carbones atmosphériques naturels et anthropiques Traçage des émissions en gaz à effet de serre dans les grandes zones urbaines Felix Vogel www.chasing-greenhouse-gases.org Aperçu de la presentation Introduction

Plus en détail

AQUASIM. >Description des bassins extérieurs. > Mars 2009. Equipements de l outil AQUASIM

AQUASIM. >Description des bassins extérieurs. > Mars 2009. Equipements de l outil AQUASIM >Description des bassins extérieurs > Mars 2009 Q522 - Equipement de stockage d eaux de différentes qualités Volume 100 m 3 Caractéristiques Ouvrage en béton semi-enterré 10 m 4 m 2,5 m (hauteur hors sol

Plus en détail

Les tourbières et leur rôle de stockage de carbone face aux changements climatiques

Les tourbières et leur rôle de stockage de carbone face aux changements climatiques Les tourbières et leur rôle de stockage de carbone face aux changements climatiques Fatima Laggoun-Défarge, Francis Muller To cite this version: Fatima Laggoun-Défarge, Francis Muller. Les tourbières et

Plus en détail

Journées Industrielles de la Méthanisation

Journées Industrielles de la Méthanisation Journées Industrielles de la Méthanisation Gérer les ressources microbiennes : Exemples d applications aux procédés de méthanisation Marina Moletta-Denat, Jérôme Hamelin, Kim Milferstedt et Eric Trably

Plus en détail

Escola Tècnica Superior d Enginyers de Camins, Canals i Ports de Barcelona Univesitat Politècnica de Catalunya

Escola Tècnica Superior d Enginyers de Camins, Canals i Ports de Barcelona Univesitat Politècnica de Catalunya 3. Identification du sol. 3.1. Généralités. On a procédé à faire une identification du sol en ce qui concerne ses propriétés, indices et son état initial. Ceci pour identifier, sur un profil de 5 m de

Plus en détail

Les zones à environnement contrôlé : conception, mise en place et maintien de zones à environnement contrôlé :

Les zones à environnement contrôlé : conception, mise en place et maintien de zones à environnement contrôlé : Les zones à environnement contrôlé : conception, mise en place et maintien de zones à environnement contrôlé : partie II : Les exigences du contrôle de qualité Prof. P.ODOU Institut de Pharmacie du CHRU

Plus en détail

Service d Observation en Milieu Littoral Benoit SAUTOUR Et collaborateurs

Service d Observation en Milieu Littoral Benoit SAUTOUR Et collaborateurs Service d Observation en Milieu Littoral Benoit SAUTOUR Et collaborateurs INSU Universités 30 25 Température ( C) + 2 C 20 15 10 5 0 78 82 86 90 94 98 02 16 14 12 10 8 6 4 2 0 Salinité (PSU) + 3 78 82

Plus en détail

EVALUATION DES TENEURS EN PESTICIDES SUR UN TRANSECT DE 10KM DANS LA MARNE. Protégeons ensemble l'air que nous respirons

EVALUATION DES TENEURS EN PESTICIDES SUR UN TRANSECT DE 10KM DANS LA MARNE. Protégeons ensemble l'air que nous respirons EVALUATION DES TENEURS EN PESTICIDES SUR UN TRANSECT DE 1KM DANS LA MARNE Afin de répondre aux différentes attentes nationale et régionale, ATMO Champagne-Ardenne mène des campagnes de mesures de produits

Plus en détail

Intrants médicamenteux en agriculture et en santé : les écosystèmes microbiens sont-ils un problème ou une solution?

Intrants médicamenteux en agriculture et en santé : les écosystèmes microbiens sont-ils un problème ou une solution? Les Rencontres de l Inra au Salon de l agriculture Intrants médicamenteux en agriculture et en santé : les écosystèmes microbiens sont-ils un problème ou une solution? Lundi 23 février 2015 Programme 14h30

Plus en détail

Aperçu des avancées dans le domaine de la biologie des sols forestiers

Aperçu des avancées dans le domaine de la biologie des sols forestiers Aperçu des avancées dans le domaine de la biologie des sols forestiers UROZ Stéphane, BISPO Antonio, BUEE Marc, CEBRON Aurélie, CORTET Jérôme, DECAENS Thibaud, HEDDE Mickael, PERES Guenola, VENNETIER Michel,

Plus en détail

ProxiLens : Exploration interactive de données multidimensionnelles à partir de leur projection

ProxiLens : Exploration interactive de données multidimensionnelles à partir de leur projection ProxiLens : Exploration interactive de données multidimensionnelles à partir de leur projection Nicolas HEULOT (CEA LIST) Michaël AUPETIT (CEA LIST) Jean-Daniel FEKETE (INRIA Saclay) Journées Big Data

Plus en détail

EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL SEANCE DU 6 FEVRIER 2012

EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL SEANCE DU 6 FEVRIER 2012 REPUBLIQUE FRANÇAISE Département du Rhône Arrondissement de Lyon Canton de Bron EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL SEANCE DU 6 FEVRIER 2012 Compte rendu affiché le : 13 février

Plus en détail

Projet de développement du module de gestion de PPEAO, version 2

Projet de développement du module de gestion de PPEAO, version 2 Gestion et mise à jour d une base de données sur les Peuplements de poissons et la Pêche artisanale des Ecosystèmes estuariens, lagunaires ou continentaux d Afrique de l Ouest Projet de développement ECOUTIN

Plus en détail

BIODIVERSITÉ ET PROJET

BIODIVERSITÉ ET PROJET BIODIVERSITÉ ET PROJET FERROVIAIRE, COMMENT INTÉGRER LES GRANDS ENJEUX ÉCOLOGIQUES? FNE Pays de la Loire Xavier METAY 18 novembre 2014 Redon FNE et LNOBPL, quels liens? Le mouvement associatif lié à France

Plus en détail

Les besoins d états de référence de l environnement littoral demandés par la Directive Cadre sur l Eau

Les besoins d états de référence de l environnement littoral demandés par la Directive Cadre sur l Eau Les besoins d états de référence de l environnement littoral demandés par la Directive Cadre sur l Eau La Directive cadre européenne Eau Méthode de qualification Les besoins de références Organisation

Plus en détail

1.2 Utilisation des mésocosmes en écotoxicologie : un outil éprouvé

1.2 Utilisation des mésocosmes en écotoxicologie : un outil éprouvé 1.2 Utilisation des mésocosmes en écotoxicologie : un outil éprouvé Source : Thierry Caquet, Inra, Le Croisic 2009 Mis en œuvre à l origine pour des utilisations en écologie, les écosystèmes aquatiques

Plus en détail

Diversité et structure des communautés de champignons mycorhiziens le long de gradients altitudinaux en Europe.

Diversité et structure des communautés de champignons mycorhiziens le long de gradients altitudinaux en Europe. Colloque de Génomique Environnementale Session 7: Métagénomique et diversité des écosystèmes microbiens Diversité et structure des communautés de champignons mycorhiziens le long de gradients altitudinaux

Plus en détail

L utilisation des micro-organismes pour la production de carburants et de produits (bio)-chimiques

L utilisation des micro-organismes pour la production de carburants et de produits (bio)-chimiques L utilisation des micro-organismes pour la production de carburants et de produits (bio)-chimiques I R. A L I S O N B R O G N A U X U N I T É D E B I O - I N D U S T R I E S G E M B L O U X A G R O B I

Plus en détail

Chimie des Aerosols. Polluants. Fiche détaillée Niveau. (A partir de la 2nd)

Chimie des Aerosols. Polluants. Fiche détaillée Niveau. (A partir de la 2nd) Chimie des Aerosols Polluants Fiche détaillée Niveau (A partir de la 2nd) nouvelles particules dans l atmosphère. Les particules formées sont ultra-fines et par conséquent difficiles à détecter, mais

Plus en détail

La plantation d arbres assure-t-elle la restauration de la diversité végétale en bandes riveraines?

La plantation d arbres assure-t-elle la restauration de la diversité végétale en bandes riveraines? Colloque Restauration des bandes riveraines et protection de la qualité de l eau en milieu agricole La plantation d arbres assure-t-elle la restauration de la diversité végétale en bandes riveraines? Bérenger

Plus en détail

Plan de gestion des milieux humides et hydriques:

Plan de gestion des milieux humides et hydriques: Plan de gestion des milieux humides et hydriques: intégration de paramètres «urbains» dans l évaluation de la valeur écologique Juin 2013 Par Virginie Dumont, biol. 1 Plan de présentation 1. Règlementation

Plus en détail

Prise en compte de la santé environnementale par la Ville de Lille: Illustration à travers deux projets

Prise en compte de la santé environnementale par la Ville de Lille: Illustration à travers deux projets Prise en compte de la santé environnementale par la Ville de Lille: Illustration à travers deux projets Jacques Richir, Adjoint au Maire, délégué aux Risques Urbains et Sanitaires Avec le soutien financier

Plus en détail

Les enjeux des trames vertes et bleues. Philippe Clergeau Professeur Muséum National d Histoire Naturelle, Paris

Les enjeux des trames vertes et bleues. Philippe Clergeau Professeur Muséum National d Histoire Naturelle, Paris Les enjeux des trames vertes et bleues Philippe Clergeau Professeur Muséum National d Histoire Naturelle, Paris 1 Pourquoi prendre en compte la nature? pour conserver un patrimoine pour une éthique par

Plus en détail

METROLOGIE THERMIQUE ADAPTEE AUX ISOLANTS ET SUPER-ISOLANTS LEGERS: APPLICATION A LA THERMO-POROSIMETRIE

METROLOGIE THERMIQUE ADAPTEE AUX ISOLANTS ET SUPER-ISOLANTS LEGERS: APPLICATION A LA THERMO-POROSIMETRIE METROLOGIE THERMIQUE ADAPTEE AUX ISOLANTS ET SUPER-ISOLANTS LEGERS: APPLICATION A LA THERMO-POROSIMETRIE Alain DEGIOVANNI Yves JANNOT 1 PLAN DE LA PRESENTATION 1. LES PRINCIPALES MÉTHODES DE MESURE DE

Plus en détail

Projet d étude sur l impact et l efficacité des traitements antiparasitaires des bovins dans les zones humides du Nord Pas-de-Calais

Projet d étude sur l impact et l efficacité des traitements antiparasitaires des bovins dans les zones humides du Nord Pas-de-Calais Projet d étude sur l impact et l efficacité des traitements antiparasitaires des bovins dans les zones humides du Nord Pas-de-Calais Emmanuel THEBAUD Réseau des Vétérinaires en Élevage Baptiste HUBERT

Plus en détail

Séminaire RDI2015. P r é s e n t a t i o n

Séminaire RDI2015. P r é s e n t a t i o n P r é s e n t a t i o n Séminaire RDI 2015 Séminaire RDI2015 La politique RDI au service de la gestion de l eau et des milieux aquatiques : point d étape et perspectives Les finalités opérationnelles des

Plus en détail

Réseaux scientifiques d observation de l IAC

Réseaux scientifiques d observation de l IAC Réseaux scientifiques d observation de l IAC Le suivi des bulimes de l Ile des Pins (Placostylus fibratus) Justificatifs Escargots géants terrestres de litière (forêts primaires) Une espèce endémique,

Plus en détail

développement d'un Micro- système de mesure

développement d'un Micro- système de mesure Qualité chimique des eaux Application de la DCE développement d'un Micro- système de mesure Ph. Namour, N. Jaffrezic Université de Lyon/Cemagref Micro-capteur Environnementaux Besoins métrologiques Dispositif

Plus en détail

Club_Saturne 2007. Analyse d incertitudes avec Mercure_Saturne pour la modélisation de la dispersion atmosphérique. Emmanuel Demaël, Damien Bilbault

Club_Saturne 2007. Analyse d incertitudes avec Mercure_Saturne pour la modélisation de la dispersion atmosphérique. Emmanuel Demaël, Damien Bilbault Club_Saturne 2007 Analyse d incertitudes avec Mercure_Saturne pour la modélisation de la dispersion atmosphérique Emmanuel Demaël, Damien Bilbault 27 novembre 2007 Introduction Contexte : Objectifs : Répondre

Plus en détail

Enquête sur les changements climatiques Scénario d animation

Enquête sur les changements climatiques Scénario d animation Enquête sur les changements climatiques Scénario d animation Niveau Durée Objectif Cycle 3 6 ième -5 ième 1 heure Nombre d enfants 15 à 30 Découvrir comment les scientifiques ont mis en évidence la réalité

Plus en détail

ECOULEMENT DE L EAU DANS LES SOLS

ECOULEMENT DE L EAU DANS LES SOLS Unité d hydrologie et d hydraulique agricole Génie rural et environnemental ECOULEMENT DE L EAU DANS LES SOLS Notes de cours provisoires année académique 2010-2011 Aurore Degré Table des matières CHAPITRE

Plus en détail

Capamin. Programme ROHM et (OHM Vicdessos) C. Gers*, G. Le Roux*, M. Hedde, T. Gauquelin +, V. Baldy + *Ecolab UMR 5245; Pessac INRA; IMBE UMR 7263

Capamin. Programme ROHM et (OHM Vicdessos) C. Gers*, G. Le Roux*, M. Hedde, T. Gauquelin +, V. Baldy + *Ecolab UMR 5245; Pessac INRA; IMBE UMR 7263 Capamin Quelle est la capacité des terrils miniers à accueillir la faune des sols environnants (et quel est le rôle des Eléments Traces Métalliques dans cette capacité)? Programme ROHM et (OHM Vicdessos)

Plus en détail

Recherche universitaire en Basse-Normandie et Biodiversité

Recherche universitaire en Basse-Normandie et Biodiversité Recherche universitaire en Basse-Normandie et Biodiversité Entre naturalistes, gestionnaires d espaces naturels et chercheurs, quels liens en Basse-Normandie? Les acteurs scientifiques nationaux en décembre

Plus en détail

Le Méthane, d où vient-il et quel est son impact sur le climat Sources et puits de méthane

Le Méthane, d où vient-il et quel est son impact sur le climat Sources et puits de méthane Le Méthane, d où vient-il et quel est son impact sur le climat Sources et puits de méthane Les sources de méthane Une histoire de la biomasse et en particulier de la cellulose. 1. BIOGENIQUE: Fermentation

Plus en détail

Effets biologiques d une pollution chimique en milieu estuarien AMIARD JC. Directeur de Recherche Honoraire au CNRS

Effets biologiques d une pollution chimique en milieu estuarien AMIARD JC. Directeur de Recherche Honoraire au CNRS Effets biologiques d une pollution chimique en milieu estuarien AMIARD JC. Directeur de Recherche Honoraire au CNRS La triade de l écotoxicologie Milieu physique (eau ou sédiment) EXPOSITION Organisme

Plus en détail

Mesures de PAR. Densité de flux de photons utiles pour la photosynthèse

Mesures de PAR. Densité de flux de photons utiles pour la photosynthèse Densité de flux de photons utiles pour la photosynthèse Le rayonnement lumineux joue un rôle critique dans le processus biologique et chimique de la vie sur terre. Il intervient notamment dans sur les

Plus en détail

L échelle du ph est logarithmique, c està-dire

L échelle du ph est logarithmique, c està-dire Le ph Qu est-ce que le ph? Le ph mesure l acidité d un liquide. Sa valeur s exprime sur une échelle graduée de 0 à 14 où 1 désigne une substance fortement acide, 7, une substance neutre, et 14, une substance

Plus en détail

Épidémiologie et air intérieur : état des connaissances Mise en œuvre de nouvelles études Cas des moisissures : le projet ESMHA

Épidémiologie et air intérieur : état des connaissances Mise en œuvre de nouvelles études Cas des moisissures : le projet ESMHA Épidémiologie et air intérieur : état des connaissances Mise en œuvre de nouvelles études Cas des moisissures : le projet ESMHA Sabine HOST Observatoire régional de santé d Ile-de-France Journées Rsein-OQAI,

Plus en détail

Le gaz carbonique (CO 2 ) Ami ou ennemi pour la planète?

Le gaz carbonique (CO 2 ) Ami ou ennemi pour la planète? U3A 2014 Le gaz carbonique (CO 2 ) Ami ou ennemi pour la planète? Eric P. Verrecchia Faculté Géosciences et Environnement Laboratoire Biogéosciences Pourquoi parle-t-on autant du gaz carbonique? Alors,

Plus en détail

VIII LA GESTION DES VIEUX ARBRES ET DE LA BIODIVERSITE

VIII LA GESTION DES VIEUX ARBRES ET DE LA BIODIVERSITE VIII LA GESTION DES VIEUX ARBRES ET DE LA BIODIVERSITE Vieux trognes en milieu urbain, ville d Angers. Un patrimoine en voie de disparition préservé. GENERALITES Motifs de la formation L arbre n est pas

Plus en détail

LE LAVAGE DES SOLS ET SEDIMENTS POLLUES

LE LAVAGE DES SOLS ET SEDIMENTS POLLUES LE LAVAGE DES SOLS ET SEDIMENTS POLLUES Une alternative de gestion pour optimiser les chantiers Solutions environnementales clé en main pour une valorisation active de sites VALGO - Copyright 2009 SOMMAIRE

Plus en détail

Supports de formation du GCE Inventaires nationaux de gaz à effet de serre

Supports de formation du GCE Inventaires nationaux de gaz à effet de serre Supports de formation du GCE Inventaires nationaux de gaz à effet de serre CCNUCC Logiciel d inventaire des GES (parties NAI) Secteur UTCATF Étude de cas La «République mondiale» Version 2, avril 2012

Plus en détail

5. Matériaux en contact avec l eau

5. Matériaux en contact avec l eau Monitoring de la qualité Microbiologique de l eau potable dans les réseaux de distributions Intérêt de l utilisation d un kit de mesure rapide de la flore totale UTLISATIONS 1. Surveillance de Réseau mixte

Plus en détail

Répondre à la demande énergétique en conciliant 3 aspects

Répondre à la demande énergétique en conciliant 3 aspects Les moyens de production d électricité 11/07 1 Répondre à la demande énergétique en conciliant 3 aspects Économique à des coûts acceptables dans des marchés de plus en plus ouverts Environnemental Social

Plus en détail

Retour d expérience, portage de code Promes dans le cadre de l appel à projets CAPS-GENCI

Retour d expérience, portage de code Promes dans le cadre de l appel à projets CAPS-GENCI , portage de code Promes dans le cadre de l appel à projets CAPS-GENCI PROMES (UPR 8521 CNRS) Université de Perpignan France 29 juin 2011 1 Contexte 2 3 4 Sommaire Contexte 1 Contexte 2 3 4 Laboratoire

Plus en détail

Inventaire par télédétection des pelouses sèches du Bas-Vivarais

Inventaire par télédétection des pelouses sèches du Bas-Vivarais Inventaire par télédétection des pelouses sèches du Bas-Vivarais Conservatoire d Espaces Naturels Rhône Alpes - Cermosem Gustave Coste - Stagiaire Montpellier SupAgro gustavecoste@gmail.com Nicolas Robinet

Plus en détail

LE PROJET DES SERRES LEFORT INC.

LE PROJET DES SERRES LEFORT INC. UN CHAUFFAGE À LA BIOMASSE FORESTIÈRE À LA FINE POINTE TECHNOLOGIQUE: LE PROJET DES SERRES LEFORT INC. Louis-Martin Dion, ing.jr., M.Sc. Jean Gobeil, Ing.f. M.Sc. Congrès annuel AQME 3 mai 2012 Plan de

Plus en détail

Pourquoi un CMEI? Les maladies chroniques (asthme, allergie ) sont en forte augmentation depuis 20 ans!

Pourquoi un CMEI? Les maladies chroniques (asthme, allergie ) sont en forte augmentation depuis 20 ans! Pourquoi un CMEI? Les maladies chroniques (asthme, allergie ) sont en forte augmentation depuis 20 ans! L air intérieur est plus pollué que l air extérieur! Nouveaux matériaux (bricolage, décoration, )

Plus en détail

CHAPITRE 5 CONTAMINATIONS des SOLS en ETM CONSÉQUENCES et DANGERS

CHAPITRE 5 CONTAMINATIONS des SOLS en ETM CONSÉQUENCES et DANGERS CHAPITRE 5 CONTAMINATIONS des SOLS en ETM CONSÉQUENCES et DANGERS 1 RISQUES SANITAIRES et ENVIRONNEMENTAUX 3 éléments DANGER EXPOSITION CIBLE(S) propriétés intrinsèques intensité, une ou plusieurs d'une

Plus en détail

Ateliers automnaux ÉcoLac 2015

Ateliers automnaux ÉcoLac 2015 Ateliers automnaux ÉcoLac 2015 30, 31 octobre et 1 er novembre 2015 Station de biologie des Laurentides (SBL), Université de Montréal Le Comité étudiant du GRIL ainsi que les coordonnateurs du programme

Plus en détail

Analyseurs de Toxicité LAR Tox Alarm & Nitritox

Analyseurs de Toxicité LAR Tox Alarm & Nitritox Analyseurs de Toxicité LAR Tableau d applications COT XY Purity UV DCO DBO / Toxicité QuickTOC QuickTONb QuickTOC effluent QuickTOC condensate QuickTOC purity QuickTOC pharma QuickTOCNPO QuickTOCuv Elox100

Plus en détail

Ecologie du paysage urbain et rôle des jardins publics et privés. Philippe Clergeau Muséum National d Histoire Naturelle

Ecologie du paysage urbain et rôle des jardins publics et privés. Philippe Clergeau Muséum National d Histoire Naturelle Ecologie du paysage urbain et rôle des jardins publics et privés Philippe Clergeau Muséum National d Histoire Naturelle Constats : L urbanisation atteint 8,7 % du territoire en France! Nouveaux rapports

Plus en détail

Face au défi énergétique, quel est l intérêt de la biomasse?

Face au défi énergétique, quel est l intérêt de la biomasse? 1 Face au défi énergétique, quel est l intérêt de la biomasse? Ce support a été réalisé avec le soutien financier du Compte d'affectation spéciale "Développement Agricole et Rural" du Ministère de l'alimentation,

Plus en détail

Fiabiliser les résultats [PROGRAMME] et dans les fours Méthodes de séparation. Préparation de l échantillon. [COORDINATEUR] Pr. R.

Fiabiliser les résultats [PROGRAMME] et dans les fours Méthodes de séparation. Préparation de l échantillon. [COORDINATEUR] Pr. R. 60 ÉCOLE EUROPÉENNE DES SCIENCES ANALYTIQUES Connaissances de base en chimie sur l atome et la lumière 4 jours Être capable de choisir la technique appropriée Fiabiliser les résultats Définitions en absorption

Plus en détail

Dr Donatien MOUKASSA Département des sciences biomédicales Anatomie et Cytologie Pathologiques FSS, Brazzaville, Congo

Dr Donatien MOUKASSA Département des sciences biomédicales Anatomie et Cytologie Pathologiques FSS, Brazzaville, Congo COMMENT REDIGER UN PROJET DE RECHERCHE POUR UNE THESE DE MEDECINE OU UN MEMOIRE EN SCIENCES DE LA SANTE? Dr Donatien MOUKASSA Département des sciences biomédicales Anatomie et Cytologie Pathologiques FSS,

Plus en détail

Série 00, 2010 Assistante en médecine vétérinaire CFC / Assistant en médecine vétérinaire CFC

Série 00, 2010 Assistante en médecine vétérinaire CFC / Assistant en médecine vétérinaire CFC Série 00, 2010 Assistante en médecine vétérinaire CFC / Assistant en médecine vétérinaire CFC Connaissances professionnelles CP1, examen écrit Laboratoire Name... Vorname... Kandidatennummer... Datum...

Plus en détail

Architecture de réseau de senseurs : monitoring environnemental et écosystèmes forestiers

Architecture de réseau de senseurs : monitoring environnemental et écosystèmes forestiers Architecture de réseau de senseurs : monitoring environnemental et écosystèmes forestiers Présenté par : Ahmed Lakhssassi, Membres du GRMS : Marek Zaremba, Wojtek Bock et Larbi Talbi Département Informatique

Plus en détail

Projet EDD: création de mur et de toit végétalisé

Projet EDD: création de mur et de toit végétalisé Projet EDD: création de mur et de toit végétalisé Collège Adrien Cerneau, Sainte-Marie. Réalisé par les professeurs de SVT: Mme MALBOS, Mme TURPIN-ALIBHAYE, Mme MAK-SO-FAT I Profil de l action Public ciblé:

Plus en détail

Méthodes d échantillonnage et d analyse des gaz pour le contrôle des procédés thermochimiques

Méthodes d échantillonnage et d analyse des gaz pour le contrôle des procédés thermochimiques SéminaireBIOENERGIESUD Capteurs gaz pour la mesure et le contrôle des procédés Méthodes d échantillonnage et d analyse des gaz pour le contrôle des procédés thermochimiques Ghislaine VOLLE CIRAD Unité

Plus en détail

Science et technologie dans les parcs et lieux de Parcs Canada au Nunavut. Parc national du Canada Quttinirpaaq (PNQ)

Science et technologie dans les parcs et lieux de Parcs Canada au Nunavut. Parc national du Canada Quttinirpaaq (PNQ) Science et technologie dans les parcs et lieux de Parcs Canada au Nunavut Parc national du Canada Quttinirpaaq (PNQ) Convention des Nations Unies sur le droit de la mer (UNCLOS) Projet relatif au plateau

Plus en détail

Valeur fertilisante azotée des produits résiduaires organiques (PRO) : mieux prendre en compte la dynamique de la fourniture d azote

Valeur fertilisante azotée des produits résiduaires organiques (PRO) : mieux prendre en compte la dynamique de la fourniture d azote Valeur fertilisante azotée des produits résiduaires organiques (PRO) : mieux prendre en compte la dynamique de la fourniture d azote BOUTHIER Alain 1, TROCHARD Robert 2, PARNAUDEAU Virginie 3, NICOLARDOT

Plus en détail

Qualité écologique des cours d eau en Ile-de-France

Qualité écologique des cours d eau en Ile-de-France Juin 2011 Qualité écologique des cours d eau en Ile-de-France Evolution depuis 1994 et évaluation pour 2010 Direction régionale et interdépartementale de l environnement et de l énergie d île-de-france

Plus en détail

Evaluation du risque mycotoxique sur maïs

Evaluation du risque mycotoxique sur maïs Evaluation du risque mycotoxique sur maïs 1 Cécile LEVASSEUR, Olivier SUREL, Didier KLEIBER Laboratoire d Agro-Physiologie, UPSP/DGER115, Ecole d Ingénieurs de Purpan, Université de Toulouse, 75 voie du

Plus en détail

L utilisation des gazomètres en Biotechnologie. C. Prier, Merck-Serono Aubonne

L utilisation des gazomètres en Biotechnologie. C. Prier, Merck-Serono Aubonne L utilisation des gazomètres en Biotechnologie C. Prier, Merck-Serono Aubonne 1 Agenda Présentation de la à Merck Serono Importance des gazomètres pour la 1 an dans le département 2 Agenda Présentation

Plus en détail

Perspective des sciences de l écologie sur la problématique des trames vertes urbaines

Perspective des sciences de l écologie sur la problématique des trames vertes urbaines Perspective des sciences de l écologie sur la problématique des trames vertes urbaines Philippe CLERGEAU Muséum National d Histoire Naturelle Journée Adaptation aux Changements Climatiques et Trames Vertes

Plus en détail

ECOMESURE CONCENTRATION ET GRANULOMETRIE D UN AEROSOL FIN ET ULTRA FIN SMPS + C ECOMESURE

ECOMESURE CONCENTRATION ET GRANULOMETRIE D UN AEROSOL FIN ET ULTRA FIN SMPS + C ECOMESURE ECOMESURE CONCENTRATION ET GRANULOMETRIE D UN AEROSOL FIN ET ULTRA FIN SMPS + C CPC en temps réel pour la mesure de particules entre 0,004 et 3 µm Système portable, fonctionnement sur batterie Mesure de

Plus en détail

Quelle est la qualité des eaux littorales?

Quelle est la qualité des eaux littorales? Du Mont-Saint-Michel à La Rochelle Quelle est la qualité des eaux littorales? Viser le bon état des eaux S organiser pour atteindre le bon état des eaux 3 Surveiller les eaux littorales Observer, mesurer,

Plus en détail

Synthèse de l article :

Synthèse de l article : Les connectivités longitudinale et latérale des cours d eau sont souvent évoquées comme élément important de la fonctionnalité des cours d eau. Par contre la connectivité verticale avec la nappe d eau

Plus en détail

LA MATIERE ORGANIQUE

LA MATIERE ORGANIQUE ITV France FERTILISATION DE LA VIGNE Un point sur les préconisations FICHE 3 LA MATIERE ORGANIQUE L objectif général est la conservation ou l amélioration du patrimoine sol, en évitant l appauvrissement

Plus en détail

Fonctionnement et dynamique des écosystèmes hydrothermaux Vers un premier modèle

Fonctionnement et dynamique des écosystèmes hydrothermaux Vers un premier modèle Fonctionnement et dynamique des écosystèmes hydrothermaux Vers un premier modèle Bérengère Husson, Pierre-Marie Sarradin, Alain Menesguen, Alexis Khripounoff, Jozée Sarrazin Contexte Hydrothermalisme et

Plus en détail

PNV 2009. Travaux dirigés n 1

PNV 2009. Travaux dirigés n 1 PNV 2009 Travaux dirigés n 1 Le maintien du statut hydrique est une contrainte majeure pour la croissance et le développement des plantes terrestres. Ces organismes peuvent en particulier être soumis à

Plus en détail

Retour d expérience : Maintien d une surveillance à long terme ou dépollution? Les apports du bilan massique

Retour d expérience : Maintien d une surveillance à long terme ou dépollution? Les apports du bilan massique 17 octobre 2014 Gestion des sites et sols pollués Caractérisation et surveillance des milieux (eaux, sols, gaz du sol et air intérieur), exposition et évaluation des risques sanitaires (bioaccessibilité...)

Plus en détail

AMÉNAGEMENT DE L ENVIRONNEMENT PRIVATIF ET COMMUN DES PERSONNES ATTEINTES DE MAMA. Apports de la psychologie environnementale

AMÉNAGEMENT DE L ENVIRONNEMENT PRIVATIF ET COMMUN DES PERSONNES ATTEINTES DE MAMA. Apports de la psychologie environnementale AMÉNAGEMENT DE L ENVIRONNEMENT PRIVATIF ET COMMUN DES PERSONNES ATTEINTES DE MAMA Apports de la psychologie environnementale LA PSYCHOLOGIE ENVIRONNEMENTALE Naissance dans les années 60 aux USA Réflexions

Plus en détail

THEME : NOURRIR L HUMANITÉ TP1 : Agriculture, santé et environnement

THEME : NOURRIR L HUMANITÉ TP1 : Agriculture, santé et environnement THEME : NOURRIR L HUMANITÉ TP1 : Agriculture, santé et environnement Une population de neuf milliards d'humains est prévue au XXIème siècle. Nourrir la population mondiale est un défi majeur qui ne peut

Plus en détail

Estimation de la pco 2 à partir de données satellitaires. Pierre Marrec Doctorant Equipe Chimie Marine Station Biologique de Roscoff

Estimation de la pco 2 à partir de données satellitaires. Pierre Marrec Doctorant Equipe Chimie Marine Station Biologique de Roscoff Estimation de la pco 2 à partir de données satellitaires Pierre Marrec Doctorant Equipe Chimie Marine Station Biologique de Roscoff Données FerryBox FerryBox: Système automatique d acquisition de mesures

Plus en détail

Traitement thermique du bois

Traitement thermique du bois Traitement thermique du bois Principe et applications JCL Environnement. 28 Septembre 2010. Introduction Traitements chimiques o CCA, Créosote, PCP Traitement thermique est un procédé ancien o Exemple:

Plus en détail

Contribution au renforcement des capacités et à la recherche scientifique au Burkina Faso

Contribution au renforcement des capacités et à la recherche scientifique au Burkina Faso LE PROGRAMME BIOTA EN AFRIQUE DE L OUEST Contribution au renforcement des capacités et à la recherche scientifique au Burkina Faso BIOdiversity monitoring Transect Analysis in Africa Transect d Analyse

Plus en détail

2. Pour chaque échantillon : comptabiliser le nombre d organismes observés («Effectif des échantillons»).

2. Pour chaque échantillon : comptabiliser le nombre d organismes observés («Effectif des échantillons»). Appréciation de la qualité biologique des systèmes lotiques Calcul d Indice Biologique Global Normalisé (IBGN) : analyse des données, comparaison, interprétation Écologie 1 Objectifs À partir d un exemple

Plus en détail

Grégory Loucougaray, Pierre Gos, Laurent Dobremez, Baptiste Nettier, Yves Pauthenet & Sandra Lavorel

Grégory Loucougaray, Pierre Gos, Laurent Dobremez, Baptiste Nettier, Yves Pauthenet & Sandra Lavorel Pratiques agricoles et propriétés agro-écologiques des prairies dans un processus d intensification écologique : le cas de l élevage bovin dans le Vercors Grégory Loucougaray, Pierre Gos, Laurent Dobremez,

Plus en détail

CHAPITRE II Expérimentations 33

CHAPITRE II Expérimentations 33 PLAN Introduction générale 1 Introduction 1 1) Présentation de notre objet d étude : la parcelle agricole 1 2) Les différents processus du bilan hydrique 1 3) Cadrage du projet de thèse par rapport aux

Plus en détail

Qualité de l eau de l estuaire de la Seine - transfert des connaissances vers les partenaires techniques -

Qualité de l eau de l estuaire de la Seine - transfert des connaissances vers les partenaires techniques - www.seine-aval.fr Cédric Fisson cfisson@seine-aval.fr Qualité de l eau de l estuaire de la Seine - transfert des connaissances vers les partenaires techniques - 1 Séminaire Seine-Aval, Rouen 26-27 novembre

Plus en détail

Table des matières. Liste des figures. Liste des tableaux

Table des matières. Liste des figures. Liste des tableaux Table des matières Liste des figures Liste des tableaux Table des matières Introduction 1 Partie A : Etude bibliographique 3 A1. Définition des concepts de bassin versant, de système et de modèle 7 A1-1.

Plus en détail

Monitoring de surface de sites de stockage de CO 2 SENTINELLE. (Pilote CO2 de TOTAL Lacq-Rousse, France) Réf. : ANR-07-PCO2-007

Monitoring de surface de sites de stockage de CO 2 SENTINELLE. (Pilote CO2 de TOTAL Lacq-Rousse, France) Réf. : ANR-07-PCO2-007 Monitoring de surface de sites de stockage de CO 2 (Pilote CO2 de TOTAL Lacq-Rousse, France) SENTINELLE Réf. : ANR-07-PCO2-007 Ph. de DONATO (INPL-CNRS) (Coordonnateur) PARTENAIRES Durée : 3 ans + 7 mois

Plus en détail

Le projet «Planet Solar Deepwater»

Le projet «Planet Solar Deepwater» Le projet «Planet Solar Deepwater» Martin Beniston Institut des Sciences de l Environnement Université de Genève Martin.Beniston@unige.ch Caractéristiques du bateau Le bateau solaire suisse, Tûranor Planet

Plus en détail

Impact des messages "Pic de pollution" affichés sur PMV

Impact des messages Pic de pollution affichés sur PMV Impact des messages "Pic de pollution" affichés sur PMV Myriam Hugot - IFSTTAR Fabrice Reclus - CETE de Lyon 7 janvier 2011 Crédit photo : Arnaud Bouissou/MEDDTL Ministère de l'écologie, du Développement

Plus en détail

Efficacité des vêtements de protection contre les produits chimiques liquides vis-à-vis de la perméation

Efficacité des vêtements de protection contre les produits chimiques liquides vis-à-vis de la perméation Efficacité des vêtements de protection contre les produits chimiques liquides vis-à-vis de la perméation Société de médecine du travail PACA-Corse 15 mars 2011 Amandine Paillat Contexte et présentation

Plus en détail

P-15V1 MÉTHODE DE MESURE IN SITU DU ph DE L EAU PAR LA MÉTHODE ELECTROCHIMIQUE

P-15V1 MÉTHODE DE MESURE IN SITU DU ph DE L EAU PAR LA MÉTHODE ELECTROCHIMIQUE P-15V1 MÉTHODE DE MESURE IN SITU DU ph DE L EAU PAR LA MÉTHODE ELECTROCHIMIQUE 1. Domaine d application Cette méthode concerne la mesure du ph dans des solutions aqueuses : - non salines (conductivité

Plus en détail

Diversité du cortège mycorhizien de deux espèces de peuplier dans la région de la Kabylie(Algérie), en rapport avec certains facteurs écologiques.

Diversité du cortège mycorhizien de deux espèces de peuplier dans la région de la Kabylie(Algérie), en rapport avec certains facteurs écologiques. Diversité du cortège mycorhizien de deux espèces de peuplier dans la région de la Kabylie(Algérie), en rapport avec certains facteurs écologiques. Bournine-Harchaoui Chafia ; Adjoud-saddadou Djamila; Benane-Kadi

Plus en détail

Tests paramétriques de comparaison de 2 moyennes Exercices commentés José LABARERE

Tests paramétriques de comparaison de 2 moyennes Exercices commentés José LABARERE Chapitre 5 UE4 : Biostatistiques Tests paramétriques de comparaison de 2 moyennes Exercices commentés José LABARERE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

Discours d ouverture de l atelier de Validation du Plan d Action pour la protection des Paysages aquatiques de Bugesera

Discours d ouverture de l atelier de Validation du Plan d Action pour la protection des Paysages aquatiques de Bugesera 1 Discours d ouverture de l atelier de Validation du Plan d Action pour la protection des Paysages aquatiques de Bugesera Par Madame Odette KAYITESI, Ministre de l Agriculture et de l Elevage Kirundo,

Plus en détail

Indicateurs de Pression : Sédimentaire (Géo)chimique

Indicateurs de Pression : Sédimentaire (Géo)chimique Observatoire de l environnement en Nouvelle-Calédonie Atelier marin - Vers un suivi optimal des lagons et récifs - Indicateurs de Pression : Sédimentaire (Géo)chimique 25 au 29 octobre 2010 26/10/10 FERNANDEZ

Plus en détail