Du Service à L Approche Orientée Service en entreprises

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Du Service à L Approche Orientée Service en entreprises"

Transcription

1 Du Service à L Approche Orientée Service en entreprises Projet Bibliographique, Réalisé par Safa AALALA et encadré par Mr Xavier Boucher EMSE Master Recherche Génie indus ( )

2 Sommaire 1. Introduction : Définition et caractérisation des services : Définitions proposées dans la littérature : Origine du mot : Définition socio économique : Définition industrielle : Définition des IT (Information Technology) Retour sur les définitions proposées : Du service à l architecture orientée service : Les caractéristiques des services : Typologies des services : Certaines classifications proposées dans la littérature : ière classification : ième classification : ième classification : Les «services» selon des niveaux de granularités différents : Modélisation de services: La modélisation des services déployés dans une entreprise : Modélisation du cycle de vie d un service : Des modèles de conception et d ingénierie des services : Confrontation : Retour sur l approche service : Les opportunités : Les difficultés et les challenges: Les difficultés : Les challenges et les perspectives de développement : Conclusion: S. Aalala Rapport du Projet Bibliographique sur les «Approches Services» 2

3 1. Introduction : L approche service est récemment introduite dans le vocabulaire de la fin du 20 ième, début du 21 ième siècle. Cependant la notion de service en elle même est ancienne, l ancienneté de l écriture en latin. «Service» est passé d un état de dévouement à un sujet supérieur à des facilités publiques pour arriver enfin au vocabulaire propre aux métiers. Au début, de «Service» on entendait «esclave» alors que maintenant, on entend l une des raisons d être des entreprises : leur métier. Ce rapport est le résultat d un travail de synthèse de productions littéraires de chercheurs et professionnels qui se sont investis, chacun avec un objectif donné, pour partager leurs connaissances et résultats de travaux sur les «services». Ce projet avait pour objectif de cerner la notion de «service» sous différents angles pour permettre de la connaitre et la faire connaitre, la décrire, la qualifier, la classer et la reproduire. De la notion du «service» à «l approche service», un passage que j ai essayé de souligner comme étant une opportunité aux entreprises de renouer avec leurs métiers, de disposer de systèmes agiles et de se préparer pour l interopérabilité : le challenge de notre temps et du temps futur. Ce rapport se présente de la façon suivante. Au début, il vous propose un recueil de différentes définitions de la notion de «service», puis pour compléter votre compréhension, deux parties intéressantes : la caractérisation et la classification des services. Ensuite, une partie dédiée à la modélisation des services vous présente quelques modèles possibles utilisés pour des fins différentes. Enfin, la dernière partie est une vue de l extérieur qui concerne les opportunités, les difficulté et les challenges liés aux «services». S. Aalala Rapport du Projet Bibliographique sur les «Approches Services» 3

4 2. Définition et caractérisation des services : La notion de service est largement utilisée par les chercheurs, professionnels ainsi que dans le langage quotidien où elle prend différente connotations. Définir une abstraction de cette notion n est pas évident, c est même difficile de la cerner en dehors de son contexte d utilisation. C est pourquoi, je vous présente ici différentes définitions proposées dans des domaines d activités allant de la socio économie, l industrie, la recherche et l informatique Définitions proposées dans la littérature : Origine du mot : Les premières utilisations du mot «service» reviennent au vocabulaire religieux et féodal pendant le XI ième siècle où il s écrivait «servise» et désignait l obligation de servir quelqu un qui a un certain pouvoir (Dieu, le propriétaire des terres, l Etat ) et les activités qui en résultent. Les situations où s employait ce mot se sont élargies avec le temps mais toutes avaient en commun la notion de «servitude», d ailleurs le mot «serveur» désignait souvent un esclave. Le «service» est devenu au fur et à mesure de la disparition de l esclavage un métier, soit un effort physique ou intellectuel que l on échange contre une récompense Définition socio économique : L approche économique était parmi les premières tentatives de définition de la notion de «service». Alors que pendant l époque d après guerres, l industrie connaissait l une de ses plus grands succès, certains économistes ont commencé à s intéresser aux services et voulaient prouver qu ils étaient aussi importants que les biens matériels. Je cite ici Hill P.T un économiste du 20 ième siècle qui a définit le service comme : «un changement dans l état d une personne, ou d un bien, appartenant à une unité économique quelconque, qui apparaît comme le résultat de l activité d une autre unité économique, avec l accord préalable de cette personne ou de l unité économique»(1977). Si cette définition parait un peu ancienne, elle a été modifiée notamment grâce aux échanges entre Hill. P.T et l autre économiste Gadrey J. qui a proposé la définition suivante : «Un achat de services par un agent économique B (un individu ou une organisation) serait l achat d un droit S. Aalala Rapport du Projet Bibliographique sur les «Approches Services» 4

5 d utilisation, généralement pour une certaine durée, par une organisation A. Ce droit d utilisation de capacité technique ou humaine, possédée et contrôlée par A, est destiné à produire des effets utiles sur l agent B ou sur les biens C, possédés par l agent B ou dont il ou elle est responsable.»(2000) La deuxième définition met en évidence deux aspects qui n apparaissent pas dans la première. D une part, «le droit d utilisation» est plus générique et permet de couvrir plus de cas que le «changement dans l état d une personne ou d un bien». En effet, «le droit d utilisation» combiné avec «une certaine durée» donne à l acheteur du service plus de liberté d action que «le changement dans son état» qui apparait plus comme une opération linéaire qu il va subir. D autre part, l utilisation du mot «organisation» dans la deuxième définition montre la volonté de Gadrey J. d inclure les services Business to Business dans sa définition, point omis par la définition de Hill P.T. Par ailleurs les études socio économiques se sont accordées pour appeler le secteur économique des services, qui ne produit donc pas de bien matériel, le secteur tertiaire car il se plaçait au troisième rang au point de vue nombre de personnes employées après l agriculture et l industrie. Mais, cette appellation est devenue inutilisable depuis une cinquante d années, car la montée de l activité des services a fait en sorte que l emploie total créé par ce secteur a devancé les autres pour atteindre en France par exemple 80% Définition industrielle : D après les définitions économiques précédentes, on peut considérer que les entreprises industrielles sont aussi des fournisseurs de service. Dès lors, la fabrication de tous les produits ferait donc partie des services. En effet, le consommateur (ou le client) commande et achète un bien et cet action d acheter va changer son état A (demandeur) vers un état B (demandeur satisfait). De plus, les entreprises mettent en œuvre différents types de ressources, développent des partenariats, proposent des catalogues de choix des produits à examiner tous ces «efforts», on pourrait penser que chacun est un service en lui même. Paradoxalement, la distinction entre service et produit date depuis longtemps et certains auteurs qui tentent de définir les services se concentrent sur cette distinction. Depuis le début des années soixante dix, les stratégies marketing des entreprises considéraient les services comme de la valeur ajoutée au produit fabriqué et qui sert surtout à se mettre en évidence auprès des clients. Les entreprises ont pris l habitude de glorifier la vision marketing, parce que c est elle qui rapporte de l argent. Delà, les services ont fait partie de la politique marketing pendant longtemps. Les caractéristiques qu ont héritées les services de cette affiliation sont : Brown et Bittner (1993) l intangibilité, l inséparabilité, l hétérogénéité et la périssabilité (développés S. Aalala Rapport du Projet Bibliographique sur les «Approches Services» 5

6 un peu plus loin dans ce rapport). Comme on peut le remarquer, ces propriétés contribuent fermement à l affirmation de l opposition service au produit. Les services ont commencé à prendre plus de place dans le cycle de vie du système de production. Alors qu ils étaient limités à la phase finale (client) et que les processus industriels étaient conçus de manière linéaire, aujourd hui les services se placent entre deux acteurs : l entreprise et ses partenaires qu ils soient fournisseurs, clients ou autres (cf. fig. 1). Les entreprises se sont redues compte que le moteur du système industriel est le client. Par suite, les produits et les services sont dépendants les uns des autres. Les entreprises industrielles sont donc fournisseurs de produits et de services (Tadao Sumi, 2007). Figure 1 : Continuum produit service Définition des IT (Information Technology) Le mot «services» a été récemment introduit dans le domaine des technologies de l information. En effet, la gestion des systèmes d informations se faisait d une manière fonctionnelle dans un même niveau qui est purement technique. Jusqu à une période très récente, les SI étaient considérés comme des supports à la production, la gestion, évaluation etc. Ils coutaient assez chers et les donneurs d ordre dans toutes les grandes organisations ont commencé à se poser des questions sur l apport réel des SI par rapport à leurs métiers. La conclusion était de changer les orientations de l informatique, d une production massive d applications se développant très rapidement, vers un centrage autour des métiers de l entreprise. Cette nouvelle approche consiste en la création de services informatiques : «ensemble de prestations effectuées pour permettre aux utilisateurs de disposer de l énergie informatique dont ils ont besoin» expliquent T. Chamfrault et C.Durand (2006) dans leur livre ITIL et La Gestion Des Services. Pour eux, l organisation S. Aalala Rapport du Projet Bibliographique sur les «Approches Services» 6

7 informatique devrait se transformer en un prestataire de services. Elle s assure que sont pris en compte : les attentes du client tels que justifiés par les métiers de l entreprise, ses besoins finaux et les utilisateurs des services informatiques. Pour arriver à cette situation, il va falloir créer des points de contacts entre l informatique et les métiers, chose qui était omise auparavant. Ces points de contact, toujours selon Chamfrault et C.Durand, devraient se trouver sur les trois niveaux stratégique, tactique et opérationnel. Avec des objectifs plus hauts, Vernadat explique que l orientation vers l approche service permettrait de disposer d une part de composants informatiques agiles, réutilisables et industrialisables (IT services) et puis d une structure d entreprise interopérable qui peut développer de nouveaux services facilement soit en interne soit à l aide de nouveaux partenariats. La décomposition des métiers de l entreprise en «Business Services» services métiers informatisables et disponibles à être appelés indépendamment rend la structure plus agile et lui permet de combiner, modifier, supprimer ou de rajouter de nouveaux services facilement Retour sur les définitions proposées : Dans ce début de rapport, j ai présenté plusieurs définitions de la notion de service telles qu elles sont proposées dans différents domaines : socio économique, industriel et les IT. On ne peut pas cerner facilement tous les sens donnés au mot «service» car, en plus des définitions validées par différentes organisations, les abus de langages contribuent à élargir le spectre de ses utilisations. Du point de vue socio économique, il s agit d acquérir le droit d utilisation d une capacité, quelle que soit sa nature, à travers un engagement entre une organisation A qui achète ce droit et une organisation B qui le vend. Le secteur des services est resté pendant longtemps prisonnier de la définition qui consiste à l opposer aux deux secteurs qui le devancent en nombre d employés : l agriculture et l industrie. La notion de service a été récemment introduite dans les entreprises industrielles. Concentrée pendant longtemps sur la production et le marketing, l entreprise d aujourd hui prend un nouveau virage : l approche service. Ceci consiste en le centrage sur les métiers de l entreprise, les services qu elle offre au client et comment elle peut se différencier en développant ces services. Le dernier point traité concerne la dimension informatique. Celle ci suit l orientation des entreprises vers les services. Les services en informatiques seraient donc ces S. Aalala Rapport du Projet Bibliographique sur les «Approches Services» 7

8 composants des softwares nés d une décomposition très fine des métiers de l entreprise de manière à ce qu ils aient certaines caractéristiques. C est aussi la création de points de contact entre l informatique et les métiers. Toutes les définitions précédentes mettent évidence une condition à la réalisation du service qui est la présence de deux acteurs : en général, un client (pour ne pas dire un acheteur) et un fournisseur de service. Mais ces définitions ne soulignent aucune interaction entre les deux parties. On pourrait croire qu il s agit d une simple transaction. Ceci confirmerait l avis des auteurs qui opposent service à produit. Une ambiguïté qui mérite d être traitée, il s agit des différentes utilisations du mot «service» à l intérieur d une organisation. Comment distinguer les services informatiques des services métiers puis des services après ventes la suite du rapport met la lumière sur les caractéristiques du service, comment se «produit» il, les rôles des différents acteurs et d autres points dans le but d éclairer cette notion Du service à l architecture orientée service : Aujourd hui, on ne peut pas traiter la notion de «service» sans parler de la SOA. Avec une probabilité de 2/3, un article qui concerne les services fera référence à cette méthode d architecture. C est quoi la SOA, pourquoi lui dédier tant d importance et c est quoi sa place dans les entreprises d aujourd hui. Je vais essayer de répondre à ces questions sans pour autant entrer dans les détails, parce que ce que je propose dans mon travail est un état de l art sur la notion de «service» et non une étude approfondie d aspect ou d une utilisation. 1 ière définition : Lancée par le Gartner Group, une firme d analystes américaine, la notion de SOA définit un modèle d interaction entre applications mettant en œuvre des connexions en couplage lâche entre divers composants logiciels (ou agents). Dans ce modèle, on entend par «service» une action exécutée par un composant «fournisseur» à l attention d un composant «consommateur», éventuellement basé sur un autre système d exploitation ou localisé sur une autre machine. (Science Direct) 2 ième définition: OASIS (Organization for the Advancement of Structured Information Standards) définit en 2006 la SOA comme: «Un paradigme d organisation qui a pour objectif de modéliser les ressources distribuées qui peuvent être sous le contrôle d agents de différents domaines. Il offre un moyen cohérent qui permet de découvrir, interagir avec et utiliser des ressources pour produire les résultats voulus tout ne ayant le moyen de mesurer S. Aalala Rapport du Projet Bibliographique sur les «Approches Services» 8

9 les impacts.» Les autres architecture possibles pour la structure et les interconnexions entre systèmes logiciels sont : l architecture orientée objets et l architecture orientée ressources. 3 ième définition : «Les architectures orientées service sont entrain d émerger dans la perspective de construire des systèmes organisationnels agiles et interopérables. Il s agit de concevoir et mettre en place de nouveaux composants des systèmes IT qui seraient hétérogènes et dont les rapports seront les plus lâches possible. Ces composants seront appelés «des services», auxquels on peut faire appel et utiliser à partir d interfaces, seraient utilisés directement par les responsables métiers ou exécutés comme à un niveau basic dans les processus métier. Ces «services» (IT) auraient la faculté de se combiner et d être réutilisés. Ils peuvent être implémentés comme des «web services» ou des fonctions de web applications.» (Vernadat 2007) Donc, la SOA est une manière d architecturer les composantes d un système d information, auparavant uniquement fonctionnels, de façon à ce qu ils soient facilement réutilisables et éventuellement extensibles. Même si certaines définitions de la SOA restent très dominées par la dimension informatique, celle ci est avant tout un nouveau modèle organisationnel, comme la définit OASIS, et donc il convient d étudier le système tel qu il est en intégrant ses enjeux avant de modifier la structure informatique. Pourquoi choisir la SOA est si important, parce que les «services», du point de vue profession économique, étaient les premiers à se demander comment se différencier dans un contexte concurrentiel. La réponse trouvée était d essayer de prendre en compte le plus possible la demande du client. Comme celle ci change beaucoup, surtout sous l influence de la mondialisation, on ne pouvait pas recréer des processus IT customisés N fois, la solution était alors de penser à un moyen pour réutiliser les fonctionnalités et les étendre pour couvrir de nouvelles demandes. Dans la suite de ce rapport, je vais présenter certains aspects de la notion de service. Les informations collectées restent génériques sauf mention contraire Les caractéristiques des services : Le but de cette partie du rapport est de mettre en évidence les caractéristiques des services pour mieux les définir au lecteur. Cependant, il convient de signaler que cette caractérisation va dépendre du contexte dans lequel elle est proposée. Car souvent étudier les caractéristiques du service se fait dans un objectif autre que la simple illustration de sa définition. Ainsi, je vous présenterai des finalités différentes : opposer service à produit, concevoir des services et évaluer et manager des services. S. Aalala Rapport du Projet Bibliographique sur les «Approches Services» 9

10 Une grande partie de la littérature du marketing et de la gestion s est concentrée sur des caractéristiques dites intrinsèques aux services. Il s agit de (IHIP) : l intangibilité, l hétérogénéité, l inséparabilité et la périssabilité. Décrire les services en utilisant ces points s inscrivaient dans le cadre de l étude de ce secteur d activité qui commençait à employer de plus en plus de personnes et aussi dans l objectif de le distinguer de l agriculture et l industrie. Il ne se manifeste pas sous une forme matérielle (intangibilité), il n existe que lors de sa consommation (inséparabilité) et ne peut être stocké contrairement à un produit industriel (périssabilité). La quatrième caractéristique «distinctive» est définit différemment par plusieurs auteurs : Kotler (1977) explique qu il s agit de la variabilité des services, Lovelock (1983), Bowen D et d autres (1989) disent qu il s agit de l incapacité à standardiser les sorties, output, des services et finalement d autres auteurs préconisent que cette hétérogénéité est due à la variabilité dans la qualité des services. Lorsqu on va vouloir développer de nouveaux services industriels, informatiques ou autres, il convient de s intéresser à certaines dimensions qui caractérisent un service, notamment ici sa première phase de vie. Ces caractéristiques sont énoncées par T. Chamfrault et C.Durand (2006) et couvrent : Un propriétaire Un contenu Un contexte d exécution Un niveau de service Un profil de consommation Un coût de production Un prix de vente Une classe Une typologie d utilisateurs Une nature : de type push, pull ou récurrence Une durée Des composants (entités) Le cas échéant, le service composé de rang supérieur dont le service en question est un composant Un niveau de risque technologique Je vais revenir plus tard sur la notion de «cycle de vie» d un service. A ce niveau d explication et de découverte des services, les caractéristiques précédemment énoncés par T. Chamfrault et C.Durand sont nécessaires pour reconnaitre un service et compléter sa définition. Pendant les phases de la vie d un service, il est possible de créer de nouvelles caractéristiques qui vont servir à sa personnalisation (customisation est le terme exact) ou son exploitation. D un autre point de vue, mais toujours expliqué par T. Chamfrault et C.Durand, les services peuvent être mesurés en utilisant cinq indicateurs principaux. Ceux ci vont servir, à travers des mesures, à caractériser un service parmi d autre sur la base de critères S. Aalala Rapport du Projet Bibliographique sur les «Approches Services» 10

11 communs : l accessibilité, le taux de réussite mesuré par le client, la disponibilité, pourcentage de temps de bon fonctionnement du système mesuré par le fournisseur, délai, le temps de mise à disposition, la fiabilité, fonctionnement sans erreur et la capacité qui concerne la faculté d un composant à répondre à une demande donnée dans des circonstances données. Cette dernière caractérisation reste subjective et relative à la conception du système de gestion, Service Management system, et en l occurrence au système d évaluation. En effet, je vais vous présenter plus tard certains auteurs comme Radhakrishnan, K. Mark et B. Powell qui pensent que le système de gestion et d évaluation accompagnent les services durant leur cycle de vie et non pas seulement pendant les phases finales (implémentation et exploitation). Concernant les caractéristiques dites distinctives des services (IHIP), elles ont été critiquées à l aide de différents contre exemples. Savas BALIN et Vincent GIARD proposent certains cas de services qui s apprêtent à la démonstration des défauts de cette caractérisation. Par exemple, l intangibilité des services peut simplement être remise en cause par le contre exemple des opérations d approvisionnement des supermarchés puisqu elles sont dépendantes directement à des produits matériels. L autre point qui est aussi critiquable est la périssabilité car il existe des services tels que le conseil délivré à un client et qui peut être réutilisé à n importe quel moment. S. Aalala Rapport du Projet Bibliographique sur les «Approches Services» 11

12 3. Typologies des services : Les servies peuvent être classés selon deux dimensions. Une dimension horizontale qui consiste à chercher les services qui ont des caractéristiques communes et qui peuvent former une famille. La deuxième est verticale, en profondeur, et qui consiste à mettre en évidence l existence de «services» imbriqués : des services macroscopiques et des services microscopiques, puis d autres qui trouvent leur place entre les deux types. Comme pour les définitions, les typologies de services vont dépendre essentiellement du contexte de leur utilisation et de l objectif derrière la tentative de les classer Certaines classifications proposées dans la littérature : ière classification : Cette première classification que je vous propose ici est générique. Elle a été initiée en 1982 par Fitzimmons et Sullivan, développée en 1997 par Bancel Charensol et Jougleux et reprise en 2003 dans un travail de recherche sur les outils d évaluation des performances d un service par Redouane Bakiri. Au début, on distinguait les types de services à l aide de deux critères : l importance des IT dans le service et ensuite la participation du client dans la production du service. Ensuite, la reprise de R. Bakiri a consisté en l adaptation de ces deux points au Système de Production des Services (Service Production System). La typologie qu il a proposée est fondée sur les éléments suivants : La consommation du service, selon qu elle se fait en interne ou en externe L association du service avec un objet, qu il soit un bien matériel, un autre service ou autre L entité sujette du service, une personne, une organisation...etc. Le déroulement de la consommation du service, il peut se faire en back office ou en front office. Cette distinction entre types de service permet de concevoir des indicateurs de performance adaptés à chacun. De ce fait, il est possible d analyser les caractéristiques communes d un ensemble de produits/services appartenant à une même famille telles que : le degré d incertitude, le rapport avec le client, le niveau de standardisation et la variabilité. R. Bakiri met en œuvre cette typologie de service pour concevoir des indicateurs de S. Aalala Rapport du Projet Bibliographique sur les «Approches Services» 12

13 performance (adaptés en premier lieu aux services back office et front office) et pour hiérarchiser le système de production des services (SPS). (Réf. 7 p : 3901) ième classification : Dans un contexte industriel connaissant une nouvelle tendance, la classification des services permet de connaitre où, quand et comment sont ils utilisés. Telle la caractérisation des services, leur classification a servit dans plusieurs contextes et principalement : la mise en évidence de la distinction produit/service ou du continuum service produit. Une approche marketing, Jackson et Cooper (1988), s intéresse à comment produit/service sont utilisés par une organisation. La classification proposée couvre : le capital produit ou le Capital Product (l investissement dans les équipements par exemple), les opérations relatives aux produits ou Product Operations (l approvisionnement par les fournisseurs, les opérations de maintenance et de réparation) et objets matériels du flux ou les Output Product (MP, PF). Cette classification se concentre sur la notion de produit et construit autour d elle des types d opérations, services, qui vont de l investissement jusqu à la livraison du produit fini au client. J. Wynstra, un Library Information System Specialist, a proposé une classification des services qui est adaptée au contexte industriel sans qu elle soit spécifique. Elle consiste à distinguer quatre types de services qui peuvent être considérés aussi dans deux groupes. Le premier concerne l entreprise qui fournit (vend) le service et le deuxième le demandeur (consommateur). Les services de consommation, Consumption Services, et les services utiles, Instrumental Services, concernent le fonctionnement de l entreprise en interne et garantissent la bonne santé des processus. Les deux derniers types de services sont centrés sur le client. Il s agit des services métiers en Back Office qui se déroulent en support aux services Front Office qui sont directement utilisés par le consommateur. Le tableau suivant a été cité dans un article de Wendy van der Valk (voir les Réf) dans la perspective d illustrer la classification de Wynstra. Il s agit du cas d une entreprise compagnie aérienne. Ceci n enlève rien à l aspect générique de cette typologie car elle reste valide dans un cas industriel. S. Aalala Rapport du Projet Bibliographique sur les «Approches Services» 13

14 Tableau 1: Tableau illustratif des classes de services par Wynstra (2006) Interne En relation avec le client Classe des services Exemples Consumption services Nettoyage des locaux dans une compagnie aérienne Instrumental services Conseil en gestion à une compagnie aérienne semi manufacturing services Prévision météo utilisées par une Back Office compagnie aérienne pour planifier les vols Component services Front Office La gestion des bagages des voyageurs au bord d une compagnie aérienne ième classification : Par rapport à la classification précédente, celle ci s intéresse plus généralement à tous types d organisations/personnes qui sont susceptibles de demander/utiliser un service. En effet, l approche que je présente ici s apprête à toute définition de service car elle se concentre sur les deux éléments qui reviennent comme un leitmotiv : le demandeur du service et son fournisseur. K. Nakamura, A. Kameoka et T. Fujiwara sont des chercheurs japonais qui se sont concentrés sur la mise en évidence d une nouvelle dimension concernant les services. Une dimension qui est différentes des métiers, des IT ou des services publiques. Il s agit de considérer les services d un point de vue social : les besoins des individus, les objectifs des organisations et l acceptation sociale des services. Cette classification, présentée dans la suite, a permis d introduire la dimension sociale au niveau de : l innovation (développement), le management (gestion des services et gestion du changement), l ingénierie (communication entre les métiers et les IT) et autres activités relatives au cycle de vie des services. La classification hiérarchique proposée se présente sous deux dimensions et fait appel à la théorie de MASLOW. La première dimension met en évidence les niveaux de besoins typiques de MASLOW et la deuxième est une segmentation des utilisateurs du service. On distingue : les individus, les organisations et les infrastructures (support). Ce modèle de classification s appelle le SCHM comme «Service Classification Hierarchy referred from Maslow's theory» (K.Nakamura 2007). Le tableau suivant met en évidence les 15 types de services nés du croisement des niveaux de besoins de la théorie de MASLOW avec la segmentation des utilisateurs des Tableau 2: tableau des Classes de services selon Nakamura (et la théorie de Maslow) S. Aalala Rapport du Projet Bibliographique sur les «Approches Services» 14

15 services : A chaque niveau de besoin correspond un type de service : «material service», «information service», «physical service», «intellectual service» et le «mental service». Chacun de ces derniers prend une forme particulière selon que l utilisateur est un individu, une organisation ou une infrastructure. Cette classification permet surtout de couvrir d une façon générique toutes les utilisations de la notion de service. (cf. tableau ci dessous) Tableau 3: Tableau illustratif des classes de Services Nakamura Cette approche montre qu ils existent des besoins qui sont fondamentaux, du niveau I, et emprunte à la théorie de Maslow la même hiérarchisation qui implique l obligation de satisfaire un niveau pleinement avant d aborder le niveau d ordre supérieur. Elle permet aussi de mettre la lumière sur certains points essentiels à prendre en compte pendant le cycle de vie du service pour garantir la satisfaction de toutes les parties concernées. Néanmoins, l absence d interaction dans ce modèle de classification laisse croire que la segmentation en colonne est typiquement catégorique. Ceci aurait pour conséquence la construction de système de production de services cloisonné par rapport à leur consommation. C est un point très important que les auteurs ont omis dans cette classification à deux dimensions. Il convient de projeter les quinze types de service sur un autre axe qui représente l interaction entre demandeur, qu il soit personne ou organisation, S. Aalala Rapport du Projet Bibliographique sur les «Approches Services» 15

16 avec le fournisseur. Ceci permettrait notamment d étudier l influence de cette interaction sur les besoins de chacune des deux parties Les «services» selon des niveaux de granularités différents : Pendant mes recherches, j ai rencontré certaines difficultés à cerner la notion de service. J ai trouvé des définitions, qualifications et des modèles qui concernent différentes «catégories» de services. La difficulté principale était, pour moi, de distinguer parmi les informations que je trouve celles qui concernent des familles particulières de services, cependant les classifications proposées dans la littérature ne m aidaient pas à enlever cette ambiguïté. Parfois, dans le même type de service, des notions imbriquées avaient les mêmes définitions. Services aux clients, Business Services, Activités s inscrivent tous dans le niveau stratégique mais ne désignent pas la même chose. Dans la littérature, certains auteurs ont déjà souligné l existence du même obstacle à la compréhension des services qui est la Granularité. Les web services, expliquent Naveen Kulkarni, Vishal Dwivedi, sont à l origine de certains problèmes liés à l hiérarchie des services puisqu ils sont développés d une façon autonome et utilisés à l intérieur de frontières. La détermination du bon niveau de granularité est devenue une question très importante à partir du moment où on a commencé à assembler des services macroscopiques dans un cadre tel que le EAI et le B2B Integration. En conséquence, la majorité des organisations commencèrent à rencontrer en interne des fonctionnalités et des données redondantes. Naveen Kulkarni, Vishal Dwivedi(2008), proposent la hiérarchisation suivante qui permettrait de distinguer différents niveaux de services : Niveaux de granularité Processus Service Business Service Composite Service Informational Service Data Service Utility Service Détails du Niveau Des services dont les opérations sont le résultat du déclenchement (d un événement) d un processus. Une encapsulation de fonctionnalités de nature transactionnelle qui partagent le même métier Un rassemblement de services unis dans l objectif de répondre aux besoins du même client. Des services qui délivrent les données nécessaires au bon fonctionnement des processus, ils sont composés d opérations atomiques, exécutables et réutilisables. Des services utilisant de données critiques telles que : les clients, les commandes, les réclamations Un service dont les opérations sont utilisés par plusieurs autres services parce qu elles sont communément appelées, standardisées telles que les S. Aalala Rapport du Projet Bibliographique sur les «Approches Services» 16

17 Infrastructure Service Partener Service payements, crédits et les transactions. Un Service spécialisé, appartenant à l infrastructure qui supporte les autres niveaux. Type de services qui relient l organisation avec l extérieur. Le premier avantage de considérer avec attention les niveaux de granularité des services, c est de permettre d arriver à une composition optimale. Faire une liste des services correspondants à chaque niveau, qu ils existent ou pas, permet d éviter l ambiguïté et l incohérence particulièrement lors de la production des services. Ci après le méta modèle proposé par Naveen Kulkarni, Vishal Dwivedi mettant en évidence les types de services précédents. Figure 2: méta modèle des services selon Kulkarni et Dwivedi Déterminer le niveau de granularité auquel devrait appartenir un service permet donc une composition optimale. Ceci est aussi une solution pratique des problèmes rencontrés par les entreprises qui se sont intéressées au développement des SI et qui ont omis de se prévenir contre : La duplication des services (plusieurs services pour des fonctionnalités semblables) La difficulté dans la gestion et la maintenance D avoir des services avec des dépendances fortes (#rapport lâche) Un alignement difficile à réaliser entre le côté business et le côté technologie à cause des redondances La réorientation vers les métiers consiste en la conception de services prêts à intégrer un processus métier (process service). Leur définition et leur granularité dépendent donc du ou des processus auxquels ils participeront. S. Aalala Rapport du Projet Bibliographique sur les «Approches Services» 17

18 «Cela implique l'existence d'un vocabulaire commun, permettant de regarder la technique avec une vue métier, détaille Sylvain Cailliau, directeur technique de Serena Software France. Le bon niveau de granularité pour un service, c'est bien souvent la règle de gestion.» 4. Modélisation de services: Les services, l approche service, l architecture orientée service sont apparus dans des contextes différents. Comme il s agit de notions relativement récentes et qui ont néanmoins atteint beaucoup de réussites, on a voulu les modéliser pour les rendre plus «concret», pour les étudier mais aussi pour d autres finalités que je vous laisse découvrir dans ce qui suit La modélisation des services déployés dans une entreprise : Du point de vue d IBM, une entreprise doit se transformer pour s orienter vers une approche métier. C est le moyen pour organiser ses processus comme des services et se préparer à une éventuelle intégration avec des partenaires (fournisseurs, clients, soustraitants ). Le modèle que propose IBM permet de décrire un large spectre de services. Il permet en l occurrence d avoir une vue d ensemble sur les services déployés dans une entreprise. Car, la finalité principale de la conception d un tel modèle était de présenter un moyen de communication commun, compréhensible par l ensemble des acteurs. Avant de vous présenter ce modèle, il serait intéressant de connaitre comment IBM perçoit les services. Les chercheurs d IBM distinguent dans l écosystème des services, un fournisseur de service et un consommateur, ce qui rejoint la majorité des définitions du mot service. Par ailleurs, ils introduisent des éléments nouveaux tels que «Service Requestor» qui est une entité rattachée au consommateur et qui va initier une transaction «Service Transaction». Celle ci est gouvernée par un engagement des deux parties «Service Agreement» qui définit les spécificités de la livraison et la consommation du service. Le modèle proposé par les deux chercheurs d IBM Nitin Nayak et Anil Nigam (2007) modélise les services sous deux aspects (cf. figure). Le premier correspond aux spécifications métiers du service en question et le deuxième traite le côté opérationnel. S. Aalala Rapport du Projet Bibliographique sur les «Approches Services» 18

19 Les spécifications métier d un service : c est un modèle sous forme de tables, qui détaille les perceptions du service de la part du fournisseur et du consommateur. Il est très important parce qu en fonction des informations qu il contient, l engagement va être jugé (respecté ou pas), les performances évaluées et le service managé. Du point de vue fournisseur, ce modèle correspond à ce qu il va délivrer, quand, comment, sous quelles contraintes, les entrées et sorties etc. Le consommateur négocie mais à la fin il devrait percevoir ces informations de l même manière sinon, il n y aurait pas d accord. Le modèle opérationnel d un service : cette partie du modèle décrit la décomposition d une fonction service en taches. Il est de la responsabilité du fournisseur de créer ce modèle car il permet de communiquer les processus/opérations/entrée et sorties aux parties qui vont implémenter le service ne question. Un exemple est donné ci après. Il s agit d une modélisation des opérations de la fonction service «jugement d une réclamation» (le cas étudié est celui d une assurance maladies). Le modèle met en évidence les tâches qui compose cette fonction, ainsi que les entrées, les sorties, les entités qui interviennent, les autres applications à appeler et les contrôles. Figure 3 : le modèle des opérations du service: "Claim Adjudication" Les points forts de ce modèle c est qu il permet de représenter la notion de services dans les différents niveaux de granularité. Depuis les services métiers, éléments macroscopiques, jusqu aux aspects opérationnels microscopiques sous forme de taches/applications/entités etc. Il permet ainsi de combler le manque de communication entre les responsables métiers et les développeurs des systèmes d informations. Par ailleurs, comme outil de communication, on peut le considérer comme support aux échanges, aux négociations et aux propositions entre le fournisseur du service et le client. Il s agit d un outil d aide à la décision, car il peut être utilisé pour connaitre les impacts d une éventuel changement. Par exemple, si l assurance arrive à la décision qu une rencontre avec le client est parfois nécessaire pour prendre une décision sur l adéquation du patient par rapport au traitement «Determine Medical Appropriateness», une autre opération «gestion des visites des patients» devrait être ajoutée au service précédemment décrit. En supposant que cette S. Aalala Rapport du Projet Bibliographique sur les «Approches Services» 19

20 activité correspond à un test clinique avec des questions posées au patient, l assurance n a pas les compétences pour accomplir la tache «Determine Medical Appropriateness» et donc va faire appel aux services d un fournisseur extérieur Modélisation du cycle de vie d un service : Le modèle que je vous propose ici s inscrit dans le même cadre que le précédent parce qu il a été développé par des chercheurs d IBM. Par contre, ceux ci ne travaillaient pas sur la modélisation des services deployés dans une entreprise mais de la gestion de la disponibilité de ceux ci «High availability service management». Dans cette perspective, plusieurs modèles sont utilisés. Parmi eux : les modèles qui décrivent les disponibilités (bon fonctionnement, arrêt par incident, arrêt souhaitable etc.), les modèles qui décrivent les couts (liés au bon fonctionnement, à l arrêt...etc.), les modèles des risques et de leurs impacts etc. On pourrait utiliser différents modèles qui appartiennent à des niveaux de granularités multiples. Chez IBM, on s est fixé quatre objectifs clé KG (Key Goals) pour atteindre le niveau voulu de disponibilité (taux de service de 99,9). Ces objectifs sont les suivants : maximiser le temps de bon fonctionnement des services et applications, éliminer ou minimiser l impact des incidents qui peuvent toucher un service ou une application sur les autres, minimiser la fréquence et la durée des disfonctionnements et de minimiser la durée des arrêts programmés (pour la maintenance, changements et modifications etc.). Ces objectifs sont cohérents avec ITIL Version 3. Le modèle du cycle de vie des services est utilisé dans ce travail pour mettre en évidence le fait que chacune des phases présentées ci après impacte en partie ou en totalité les objectifs précédents. ITIL définit les étapes suivantes dans le cycle de vie d un service : le processus stratégique du service, le processus de conception et ingénierie du service, le processus de transition, le processus de définition et gestion des opérations et le processus d amélioration. Le tableau suivant reprend en bref la définition de chacune de ces étapes, telle qu elle figure dans ITIL3, avec les implications trouvées par IBM des KG. L évaluation des services s inscrit dans un cadre plus large qui est celui du Service Management (gestion des services). Il est essentiel de s intéresser à la gestion des services, S. Aalala Rapport du Projet Bibliographique sur les «Approches Services» 20

WHITEPAPER. Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace

WHITEPAPER. Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace 1 Table of Contents 3 Manque de centralisation 4 Manque de données en temps réel 6 Implémentations fastidieuses et manquant de souplesse 7

Plus en détail

Paroles d expert. ITIL V3, accélérateur de la stratégie de services

Paroles d expert. ITIL V3, accélérateur de la stratégie de services 33 3 3 3 ITIL V3, accélérateur de la stratégie de Dans le référentiel ITIL V2, les ouvrages Business Perspective, Plan to Implement, et ceux traitant des processus eux-mêmes, ont, à divers degrés, abordé

Plus en détail

La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations

La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations La tour de Babel numérique La gestion des données de référence (appelée MDM pour Master Data Management) se veut la réponse

Plus en détail

URBANISME DES SYSTÈMES D INFORMATION

URBANISME DES SYSTÈMES D INFORMATION FAYCAL AYECH GL2. INSAT 2010/2011 INTRODUCTION AUX SYSTÈMES D INFORMATIONS URBANISME DES SYSTÈMES D INFORMATION De l Urbanisme à L Urbanisation des SI Urbanisme : Mise en œuvre des politiques urbaines

Plus en détail

ITIL V3. Objectifs et principes-clés de la conception des services

ITIL V3. Objectifs et principes-clés de la conception des services ITIL V3 Objectifs et principes-clés de la conception des services Création : janvier 2008 Mise à jour : juillet 2011 A propos A propos du document Ce document de référence sur le référentiel ITIL V3 a

Plus en détail

FILIÈRE METHODOLOGIE & PROJET

FILIÈRE METHODOLOGIE & PROJET FILIÈRE METHODOLOGIE & PROJET 109 Gestion de projet METHODOLOGIE ET PROJET Durée 3 jours Conduite de projet COND-PRO s Intégrer les conditions de réussite d une démarche de management par projet. Impliquer

Plus en détail

SOA et Services Web. 23 octobre 2011. SOA: Concepts de base

SOA et Services Web. 23 octobre 2011. SOA: Concepts de base SOA et Services Web 23 octobre 2011 1 SOA: Concepts de base 2 Du client serveur à la SOA N est Nest pas une démarche entièrement nouvelle: années 1990 avec les solutions C/S Besoins d ouverture et d interopérabilité

Plus en détail

Passer de l ISO 9001:2008 à l ISO 9001:2015

Passer de l ISO 9001:2008 à l ISO 9001:2015 ISO 9001 Guide de transition Révisions ISO Passer de l ISO 9001:2008 à l ISO 9001:2015 La nouvelle norme internationale pour les systèmes de management de la qualité ISO 9001 - Système de Management de

Plus en détail

Optimisez vos processus informatiques, maximisez le taux de rendement de vos actifs et améliorez les niveaux de service

Optimisez vos processus informatiques, maximisez le taux de rendement de vos actifs et améliorez les niveaux de service Solutions de gestion des actifs et services Au service de vos objectifs d entreprise Optimisez vos processus informatiques, maximisez le taux de rendement de vos actifs et améliorez les niveaux de service

Plus en détail

(epc) Conformité avec les Global Trade

(epc) Conformité avec les Global Trade Des solutions de gestion des informations produit Pour vous aider à atteindre vos objectifs métier IBM WebSphere Product Center Points forts Offre une solution globale de gestion des informations produit

Plus en détail

Comment réussir son projet de Master Data Management?

Comment réussir son projet de Master Data Management? Comment réussir son projet MDM? Table des matières Comment réussir son projet de Master Data Management?...... 2 Un marché en croissance..... 2 Les démarches qui réussissent... 2 A quels projets métiers

Plus en détail

Pré-requis Diplôme Foundation Certificate in IT Service Management.

Pré-requis Diplôme Foundation Certificate in IT Service Management. Ce cours apporte les connaissances nécessaires et les principes de gestion permettant la formulation d une Stratégie de Services IT ainsi que les Capacités organisationnelles à prévoir dans le cadre d

Plus en détail

La simplification de l IT pour répondre aux objectifs de l entreprise

La simplification de l IT pour répondre aux objectifs de l entreprise IBM Janvier 2007 La simplification de l IT pour répondre aux objectifs de l entreprise Une étude de la série «Les implications pour le DSI» d après l enquête Dirigeants d entreprise 2006 Page 2 Sommaire

Plus en détail

Yphise optimise en Coût Valeur Risque l informatique d entreprise

Yphise optimise en Coût Valeur Risque l informatique d entreprise Réussir le Service Management avec ISO 20000-1 Novembre 2007 Xavier Flez yphise@yphise.com Propriété Yphise 1 Introduction (1/2) Il existe une norme internationale sur le Service Management en plus d ITIL

Plus en détail

Guide pratique des solutions d automatisation des processus métier Avril 2014

Guide pratique des solutions d automatisation des processus métier Avril 2014 Guide pratique des solutions d automatisation des processus métier Avril 2014 Kemsley Design Limited Kemsley Design Limited www.kemsleydesign.com www.column2.com www.kemsleydesign.com www.column2.com Présentation

Plus en détail

INFORMATION CONNECTED

INFORMATION CONNECTED INFORMATION CONNECTED Solutions Métiers Primavera pour l Industrie des Services Publics Gestion de Portefeuilles de Projets Garantir l Excellence Opérationnelle grâce à la Fiabilité des Solutions de Gestion

Plus en détail

La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations

La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations La tour de Babel numérique La gestion des données de référence (appelée MDM pour Master Data Management) se veut la réponse

Plus en détail

ITIL V3. Transition des services : Principes et politiques

ITIL V3. Transition des services : Principes et politiques ITIL V3 Transition des services : Principes et politiques Création : janvier 2008 Mise à jour : août 2009 A propos A propos du document Ce document de référence sur le référentiel ITIL V3 a été réalisé

Plus en détail

Distribuez une information fiable. IBM InfoSphere Master Data Management Server 9.0. Des données fiables pour de meilleurs résultats

Distribuez une information fiable. IBM InfoSphere Master Data Management Server 9.0. Des données fiables pour de meilleurs résultats IBM InfoSphere Master Data Management Server 9.0 Des données fiables pour de meilleurs résultats Les entreprises génèrent et collectent chaque jour une multitude de données : informations sur les comptes,

Plus en détail

Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence. Synthèse

Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence. Synthèse Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence Synthèse SYNTHESE L incertitude est une donnée intrinsèque à la vie de toute organisation. Aussi l un des principaux défis pour la direction

Plus en détail

ITSM - Gestion des Services informatiques

ITSM - Gestion des Services informatiques Chapitre 1 - COMPRENDRE LE MARCHÉ ITSM - Gestion des Services informatiques Copyright 2011 CXP. 1 ITSM - Gestion des Services informatiques L'étude a été réalisée par : Dalila Souiah OBJECTIF DU DOCUMENT.

Plus en détail

Talend Technical Note

Talend Technical Note Mars 2011 Page 1 sur 5 Le MDM offre un hub central de contrôle et une vision unique des données maître de l'entreprise, quelles que soient les disparités entre les systèmes source. Il assure que les données

Plus en détail

Pour une entreprise plus performante

Pour une entreprise plus performante Pour une entreprise plus performante Smart Technology Services Raison Sociale - Smart Technology Services llc Pôle d activités - Service et conseil dans la technologie de l information Pôle d activités

Plus en détail

D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002)

D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002) L'approche processus D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002) Diaporama : Marie-Hélène Gentil (Maître de Conférences,

Plus en détail

Nom de l application

Nom de l application Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Direction Générale des Etudes Technologiques Institut Supérieur des Etudes Technologiques de Gafsa Département Technologies de l Informatique

Plus en détail

Architecture d'entreprise : Guide Pratique de l'architecture Logique

Architecture d'entreprise : Guide Pratique de l'architecture Logique Guides Pratiques Objecteering Architecture d'entreprise : Guide Pratique de l'architecture Logique Auteur : Version : 1.0 Copyright : Softeam Equipe Conseil Softeam Supervisée par Philippe Desfray Softeam

Plus en détail

Sélectionner la bonne base de données de gestion de configurations pour mettre en place une plate-forme efficace de gestion de services.

Sélectionner la bonne base de données de gestion de configurations pour mettre en place une plate-forme efficace de gestion de services. Solutions de Service Management Guide d achat Sélectionner la bonne base de données de gestion de configurations pour mettre en place une plate-forme efficace de gestion de services. Aujourd hui, toutes

Plus en détail

Mise en œuvre d une DSI agile. Chi Minh BUI UNIPRÉVOYANCE

Mise en œuvre d une DSI agile. Chi Minh BUI UNIPRÉVOYANCE Mise en œuvre d une DSI agile Chi Minh BUI UNIPRÉVOYANCE INTRODUCTION Des problématiques similaires pour des enjeux identiques indépendamment de la taille de l organisation «David contre Goliath» RETOUR

Plus en détail

LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL :

LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL : LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL : ANALYSE CONCURRENTIELLE ET STRATEGIE MARKETING INTERNATIONAL : L entreprise a le choix entre 3 grands types de stratégie : La standardisation

Plus en détail

L application doit être validée et l infrastructure informatique doit être qualifiée.

L application doit être validée et l infrastructure informatique doit être qualifiée. 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 Annexe 11: Systèmes informatisés

Plus en détail

IBM Global Technology Services Service Management

IBM Global Technology Services Service Management IBM Global Technology Services La voie vers la transformation de l informatique L INFORMATIQUE, UN SOUTIEN AUX MÉTIERS DE L ENTREPRISE Les dirigeants considèrent aujourd hui l informatique comme un levier

Plus en détail

Guide d Intégration PPM et ERP:

Guide d Intégration PPM et ERP: LIVRE BLANC Guide d Intégration PPM et ERP: Stratégies d intégration de logiciels dans les entreprises organisées par projet De: Neil Stolovitsky E-mail: sales@geniusinside.com Website: www.geniusinside.com

Plus en détail

Thème E Etablir un diagnostic stratégique Le diagnostic externe Analyse de l environnement de l entreprise

Thème E Etablir un diagnostic stratégique Le diagnostic externe Analyse de l environnement de l entreprise Thème E Etablir un diagnostic stratégique Le diagnostic externe Analyse de l environnement de l entreprise On ne peut concevoir l entreprise comme une entité isolée du milieu dans lequel elle agit. L entreprise

Plus en détail

ITIL : Premiers Contacts

ITIL : Premiers Contacts IT Infrastructure Library ITIL : Premiers Contacts ou Comment Optimiser la Fourniture des Services Informatiques Vincent DOUHAIRIE Directeur Associé vincent.douhairie douhairie@synopse. @synopse.fr ITIL

Plus en détail

GDR-MACS Albi- mars 2012

GDR-MACS Albi- mars 2012 Systèmes de production orientés Produits-Services GDR-MACS Albi- mars 2012 Xavier BOUCHER, boucher@emse.fr ENSMSE /Institut FAYOL / Equipe MESPROD Responsable projet ANR ServINNOV: «Innovation Industrielle

Plus en détail

Le management des risques de l entreprise

Le management des risques de l entreprise présentent Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence Techniques d application COSO II Report Préface de PHILIPPE CHRISTELLE Président de l Institut de l Audit Interne et de SERGE VILLEPELET

Plus en détail

Service On Line : Gestion des Incidents

Service On Line : Gestion des Incidents Service On Line : Gestion des Incidents Guide de l utilisateur VCSTIMELESS Support Client Octobre 07 Préface Le document SoL Guide de l utilisateur explique comment utiliser l application SoL implémentée

Plus en détail

Les 10 grands principes de l utilisation du data mining pour une gestion de la relation client réussie

Les 10 grands principes de l utilisation du data mining pour une gestion de la relation client réussie Les 10 grands principes de l utilisation du data mining pour une gestion de la relation client réussie Découvrir les stratégies ayant fait leurs preuves et les meilleures pratiques Points clés : Planifier

Plus en détail

Financial Management Budgeting- Accounting- Charging. Service Level Management Management. Problem Management

Financial Management Budgeting- Accounting- Charging. Service Level Management Management. Problem Management Ce cours est une introduction aux notions d ITIL pour les stagiaires impliqués dans la gestion d un Infrastructure technique, qui veulent devenir familiers avec les notions exhaustives des meilleures pratiques

Plus en détail

Environnements de Développement

Environnements de Développement Institut Supérieur des Etudes Technologiques de Mahdia Unité d Enseignement: Environnements de Développement Mme BEN ABDELJELIL HASSINE Mouna m.bnaj@yahoo.fr Développement des systèmes d Information Syllabus

Plus en détail

Yphise optimise en Coût Valeur Risque l informatique d entreprise

Yphise optimise en Coût Valeur Risque l informatique d entreprise Gérer le risque opérationnel ORM - Operational Risk Management Juin 2008 Xavier Flez yphise@yphise.com Propriété Yphise GM Gouvernance PR Projets IS Systèmes d Information SO Service Management 1 Le risque

Plus en détail

CLOUD PUBLIC, PRIVÉ OU HYBRIDE : LEQUEL EST LE PLUS ADAPTÉ À VOS APPLICATIONS?

CLOUD PUBLIC, PRIVÉ OU HYBRIDE : LEQUEL EST LE PLUS ADAPTÉ À VOS APPLICATIONS? CLOUD PUBLIC, PRIVÉ OU HYBRIDE : LEQUEL EST LE PLUS ADAPTÉ À VOS APPLICATIONS? Les offres de Cloud public se sont multipliées et le Cloud privé se généralise. Désormais, toute la question est de savoir

Plus en détail

Tirez plus vite profit du cloud computing avec IBM

Tirez plus vite profit du cloud computing avec IBM Tirez plus vite profit du cloud computing avec IBM Trouvez des solutions de type cloud éprouvées qui répondent à vos priorités principales Points clés Découvrez les avantages de quatre déploiements en

Plus en détail

Management des processus opérationnels

Management des processus opérationnels Ecole Nationale Supérieure de Management Master Management des organisations Management des processus opérationnels Dr TOUMI Djamila Cours n 4: l approche processus et le management du système d informations

Plus en détail

CONTENU DES FORMATIONS

CONTENU DES FORMATIONS CONTENU DES FORMATIONS MANAGEMENT SI REF : AS345 FORMATION ITIL Durée : 3 J ITIL FOUNDATION V3 + EXAMEN DE CERTIFICATION ANIMATEURS : - Formateur - Assistant Atelier Expert ITIL 11 Certifications Accrédité

Plus en détail

Avantage d'une migration vers une solution EDI externalisée

Avantage d'une migration vers une solution EDI externalisée Avantage d'une migration vers une solution EDI externalisée Description Problématique Infrastructure Ressources Logiciel Maintenance Conclusion Avantages d une migration vers une solution EDI externalisée

Plus en détail

ITIL V3. Objectifs, principes-clés et politiques de la transition des services

ITIL V3. Objectifs, principes-clés et politiques de la transition des services ITIL V3 Objectifs, principes-clés et politiques de la transition des services Création : janvier 2008 Mise à jour : août 2011 A propos A propos du document Ce document de référence sur le référentiel ITIL

Plus en détail

Résumé CONCEPTEUR, INTEGRATEUR, OPERATEUR DE SYSTEMES CRITIQUES

Résumé CONCEPTEUR, INTEGRATEUR, OPERATEUR DE SYSTEMES CRITIQUES Aristote ----- Cloud Interopérabilité Retour d'expérience L A F O R C E D E L I N N O V A T I O N Résumé Les systèmes d'information logistique (SIL) sont des outils qui amènent des gains de productivité

Plus en détail

Processus «Gérer les réclamations clients» De la réclamation au suivi de la satisfaction client

Processus «Gérer les réclamations clients» De la réclamation au suivi de la satisfaction client Processus «Gérer les réclamations clients» De la réclamation au suivi de la satisfaction client Historique Version Date Nature des modifications Auteur 1.0 12/10/2011 www.allaboutbpm.com / Bonitasoft Crédit

Plus en détail

IBM Software IBM Business Process Manager - Simplicité et performances

IBM Software IBM Business Process Manager - Simplicité et performances IBM Software IBM Business Process Manager - Simplicité et performances Gérer ses processus métier et bénéficier d une visibilité totale avec une plateforme de BPM unique IBM Software 2 IBM Business Process

Plus en détail

LA GESTION DE LA RELATION CLIENT

LA GESTION DE LA RELATION CLIENT Conquérir un prospect coûte beaucoup plus cher que de fidéliser un client. C est la raison pour laquelle un grand nombre d entreprises orientent leur stratégie autour des services proposés à leurs clients.

Plus en détail

Plan d études du CAS SMSI Volée 2014

Plan d études du CAS SMSI Volée 2014 Plan d études du CAS SMSI Volée 2014 SIE Système d information d entreprise Crédits ECTS : 2 Périodes : 32 «Le module SIE a pour objectif de faire connaître les fondements théoriques du système d information

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

IBM Tivoli Service Desk

IBM Tivoli Service Desk Déployer des services de qualité tout en maîtrisant les coûts IBM Tivoli Service Desk Points forts Rationalise la gestion des problèmes et des incidents afin de permettre la restauration rapide et économique

Plus en détail

Analyse structurée de solutions pour BMC Remedy IT Service Management v 7

Analyse structurée de solutions pour BMC Remedy IT Service Management v 7 LIVRE BLANC SUR LES PRATIQUES ITIL Analyse structurée de solutions pour BMC Remedy IT Service Management v 7 Exploiter le potentiel des pratiques ITIL grâce aux ateliers d analyse de solutions organisés

Plus en détail

Modeli catalogue de formation intra-entreprise 2012

Modeli catalogue de formation intra-entreprise 2012 catalogue de formation intra-entreprise 2012 2 - catalogue de formations Fondé en 2008, le cabinet de conseil accompagne ses clients dans les projets de transformation de leurs organisations. La complémentarité

Plus en détail

Par où commencer? MANAGEMENT. Très rapidement, nous nous

Par où commencer? MANAGEMENT. Très rapidement, nous nous MANAGEMENT CARTOGRAPHIE DES PROCESSUS Par où commencer? La version 2000 de la norme qualité ISO 9001 a obligé les quelque 500 000 entreprises certifiées dans le monde à mettre en place une démarche de

Plus en détail

Positionnement de UP

Positionnement de UP UNIFIED PROCESS Positionnement de UP Unified Process Langage Méthode Outil logiciel UML UP RUP 6 BONNES PRATIQUES développement itératif gestion des exigences architecture basée sur des composants modélisation

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

Les activités numériques

Les activités numériques Les activités numériques Activités de l entreprise et activités numériques de l entreprise convergent de plus en plus au sein de la chaîne de valeur, c est-à-dire la manière avec laquelle une entreprise

Plus en détail

Gestion des services Informatiques ITIL Version 3, Les fondamentaux Conception des Services

Gestion des services Informatiques ITIL Version 3, Les fondamentaux Conception des Services Gestion des services Informatiques ITIL Version 3, Les fondamentaux Conception des Services Jaafar DEHBI 2003 Acadys - all rights reserved Conception des services Buts et objectifs Concevoir les nouveaux

Plus en détail

CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit

CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit PCI -TD _ Centres Resp et Profit_Correction CAS.doc 1 / 28 CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit INTRODUCTION SOMMAIRE INTRODUCTION... 1 1 NOTIONS

Plus en détail

Thème 10 : Développer un concept et une architecture technique de produit

Thème 10 : Développer un concept et une architecture technique de produit Thème 10 : Développer un concept et une architecture technique de produit Serghei Floricel et Eduardo Miranda Si vous réfléchissez encore à un moyen technique pour réaliser un produit qui fonctionne et

Plus en détail

PEI Sage 100 CRM. Présentation Fonctionnelle. Version i7.7

PEI Sage 100 CRM. Présentation Fonctionnelle. Version i7.7 Version i7.7 Sommaire 1 INTRODUCTION... 4 1.1 Proposition de valeur...4 1.2 Détails de la solution...4 2 MODULE PROSPECTION ET VENTE... 6 2.1 Sociétés et Contacts : Informations contextuelles...6 2.2 Parc

Plus en détail

CENTRE DE POLITIQUE ET D ADMINISTRATION FISCALES

CENTRE DE POLITIQUE ET D ADMINISTRATION FISCALES ORGANISATION DE COOPÉRATION ET DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUES MÉTHODES DE DÉTERMINATION DES PRIX DE TRANSFERT JUILLET 2010 Avertissement: Ce document, préparé par le Secrétariat de l OCDE, n a pas de valeur

Plus en détail

ITIL Examen Fondation

ITIL Examen Fondation ITIL Examen Fondation Échantillon d examen B, version 5.1 Choix multiples Instructions 1. Essayez de répondre aux 40 questions. 2. Vos réponses doivent être inscrites sur la grille de réponses fournie.

Plus en détail

Chapitre I. Politique d entreprise et politique d achat

Chapitre I. Politique d entreprise et politique d achat Chapitre I Politique d entreprise et politique d achat Nous venons de voir que les objectifs de l entreprise étaient de créer du profit tout en respectant les attentes des clients. Lorsque l entreprise

Plus en détail

Gestion de la virtualisation et de l automatisation CA : Construisez votre pratique de la virtualisation et accélérez les initiatives de vos clients

Gestion de la virtualisation et de l automatisation CA : Construisez votre pratique de la virtualisation et accélérez les initiatives de vos clients Gestion de la virtualisation et de l automatisation CA : Construisez votre pratique de la virtualisation et accélérez les initiatives de vos clients Progrès de la virtualisation La virtualisation des serveurs

Plus en détail

COMMENT CONDUIRE SON PROJET DE SITE WEB?

COMMENT CONDUIRE SON PROJET DE SITE WEB? COMMENT CONDUIRE SON PROJET DE SITE WEB? Lorraine Pour être efficace, un site web doit être réfléchi et en adéquation avec la stratégie de l entreprise. Cette notice présente les différentes possibilités

Plus en détail

INSIGHT. L évolution des configurations organisationnelles et leur impact sur l évolution des plateformes applicatives métiers

INSIGHT. L évolution des configurations organisationnelles et leur impact sur l évolution des plateformes applicatives métiers NGR Service line ERP sélection et implémentation de solutions bancaires La collection Insight publiée par NGR Consulting vise à apporter au travers de documents analytiques courts un point de vue sur les

Plus en détail

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales.

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales. Chapitre 11 LA FONCTION CONTRÔLE DE GESTION REPORTING AUDIT INTERNE Un système de reporting homogène dans toutes les filiales permet un contrôle de gestion efficace et la production d un tableau de bord

Plus en détail

CobiT. Implémentation ISO 270. Pour une meilleure gouvernance des systèmes d'information. 2 e édition D O M I N I Q U E M O I S A N D

CobiT. Implémentation ISO 270. Pour une meilleure gouvernance des systèmes d'information. 2 e édition D O M I N I Q U E M O I S A N D D O M I N I Q U E M O I S A N D F A B R I C E G A R N I E R D E L A B A R E Y R E Préface de Bruno Ménard, président du Cigref CobiT Implémentation ISO 270 2 e édition Pour une meilleure gouvernance des

Plus en détail

QU EST-CE QUE LE DECISIONNEL?

QU EST-CE QUE LE DECISIONNEL? La plupart des entreprises disposent d une masse considérable d informations sur leurs clients, leurs produits, leurs ventes Toutefois ces données sont cloisonnées par les applications utilisées ou parce

Plus en détail

Tout sur le processus CPQ Configure Price Quote

Tout sur le processus CPQ Configure Price Quote Configure Price Quote Comment vendre plus et mieux vos produits et services complexes SOMMAIRE CPQ? Kézaco?. 2 Quand doit-on avoir recours à une solution CPQ? 4 Quelles sont les offres CPQ disponibles?

Plus en détail

Soyez plus réactifs que vos concurrents, optimisez votre chaîne logistique

Soyez plus réactifs que vos concurrents, optimisez votre chaîne logistique IBM Global Services Soyez plus réactifs que vos concurrents, optimisez votre chaîne logistique Supply Chain Management Services Supply Chain Mananagement Services Votre entreprise peut-elle s adapter au

Plus en détail

Catalogue de formations OPAL OSIATIS PERFORMANCE ADAPTATIVE LEARNING

Catalogue de formations OPAL OSIATIS PERFORMANCE ADAPTATIVE LEARNING Catalogue de formations OPAL OSIATIS PERFORMANCE ADAPTATIVE LEARNING 2013 Introduction Osiatis Osiatis est un acteur majeur du Service Management, qui exprime cette sensibilité tant dans ses prestations

Plus en détail

Management par les processus Les facteurs clés de succès. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE

Management par les processus Les facteurs clés de succès. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE Management par les processus Les facteurs clés de succès Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE 1 1. Objectifs et définitions 2. Le retour sur investissement des démarches 3. Les éléments structurants 4. Mise

Plus en détail

P s a sep e o p r o t S e S r e vi v ce c s Fabrice Dubost

P s a sep e o p r o t S e S r e vi v ce c s Fabrice Dubost Passeport Services Fabrice Dubost 2.6 Gestion des Mises en Production ITIL, Soutien des services Entreprise, Clients et Utilisateurs Outil de Supervision Dysfonctionnements Questions / Renseignements Incidents

Plus en détail

LA METHODE DU COUT CIBLE (TARGET COSTING)

LA METHODE DU COUT CIBLE (TARGET COSTING) LA METHODE DU COUT CIBLE (TARGET COSTING) Finalité de la démarche Optimiser les performances futures de profit du produit sur l ensemble de son cycle de vie. Prérequis Connaissance élémentaire de la problématique

Plus en détail

AXELOS Limited. Formations AXELOS Limited

AXELOS Limited. Formations AXELOS Limited AXELOS Limited Formations AXELOS Limited Abréviations ITIL Abréviations ITIL V2 SS Service Strategy (3 crédits) SD Service Design (3 crédits) ST Service Transition (3 crédits) SO Service Operation (3 crédits)

Plus en détail

COMMENT CONDUIRE UN PROJET DE SITE WEB?

COMMENT CONDUIRE UN PROJET DE SITE WEB? COMMENT CONDUIRE UN PROJET DE SITE WEB? Typologie des sites web Les sites «vitrines» Les sites de «marque» Les sites «catalogues» Les sites marchands Site web et stratégie commerciale Etapes clés de la

Plus en détail

Livre Blanc Oracle Mars 2013. Le kit de démarrage d un PMO (Bureau des Projets)

Livre Blanc Oracle Mars 2013. Le kit de démarrage d un PMO (Bureau des Projets) Livre Blanc Oracle Mars 2013 Le kit de démarrage d un PMO (Bureau des Projets) Présentation générale 1 Introduction 1 Phase de planification 2 Établir les objectifs 2 Définir le champ d application et

Plus en détail

Fiche de poste. Identification du poste : Etudes et Projets (SEP)

Fiche de poste. Identification du poste : Etudes et Projets (SEP) Fiche de poste Identification du poste : Intitulé : Chef de projets Applicatifs Affectation : Service Etudes et Projets Cadre d emploi : Ingénieur territorial Rattachement hiérarchique : Chef du service

Plus en détail

GESTION DE PROJET SÉANCE 2 : LES CYCLE DE VIE D'UN PROJET

GESTION DE PROJET SÉANCE 2 : LES CYCLE DE VIE D'UN PROJET GESTION DE PROJET SÉANCE 2 : LES CYCLE DE VIE D'UN PROJET 1 Tianxiao LIU Licence Professionnelle Réseaux & Sécurité Université de Cergy-Pontoise http://depinfo.u-cergy.fr/~tliu/lpg.php PLAN Objectif et

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique 0. Préambule 1. Approche et Démarche 2. Diagnostic stratégique 3. Scenarii d évolution 4. Positionnement cible 2 0. Préambule 3 L analyse stratégique repose sur une analyse

Plus en détail

Le temps est venu d implanter un CRM et un système de gestion de la connaissance

Le temps est venu d implanter un CRM et un système de gestion de la connaissance LIVRE BLANC Le temps est venu d implanter un CRM et un système de gestion de la connaissance Une vision détaillée des fonctions de CRM etde Gestion de Connaissances dansl environnement commercial actuel.

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION

PROGRAMMES DE GESTION RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION DIRECTION GÉNÉRALE DU CYCLE PREPARATOIRE & DE L'ENSEIGNEMENT SECONDAIRE Direction de la Pédagogie & des Normes du cycle préparatoire et de l'enseignement

Plus en détail

Les domaines d application du marketing. Marketing des achats. Marketing industriel

Les domaines d application du marketing. Marketing des achats. Marketing industriel Les domaines d application du marketing Marketing des achats Marketing industriel Ecole Doctorale-Université Pascal Paoli - 1 - Sommaire Introduction I. Analogies entre achat et marketing II. La démarche

Plus en détail

COURS MGL 804 SUJET : ÉVALUATION DE LA MAINTENABILITÉ DES PRODUITS LOGICIELS DU CCI RAPPORT FINAL. Franklin Kamsong

COURS MGL 804 SUJET : ÉVALUATION DE LA MAINTENABILITÉ DES PRODUITS LOGICIELS DU CCI RAPPORT FINAL. Franklin Kamsong COURS MGL 804 SUJET : ÉVALUATION DE LA MAINTENABILITÉ DES PRODUITS LOGICIELS DU CCI RAPPORT FINAL Franklin Kamsong ÉCOLE DE TECHNOLOGIE SUPÉRIEURE UNIVERSITÉ DU QUÉBEC MONTRÉAL HIVER 2012 TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

Système de Management de la Qualité

Système de Management de la Qualité CHAPOUTIER Système de Management de la Qualité CHAPOUTIER HISTORIQUE LES NORMES QU EST CE QUE LA QUALITE? CONSTRUIRE SON SMQ (Système Maitrise Qualité) - Politique qualité - Maitrise de la qualité HYGIENE

Plus en détail

PAS X. PAS-X Services. Competence. Implementation. Support. Vue d ensemble des services. Portfolio des services proposés

PAS X. PAS-X Services. Competence. Implementation. Support. Vue d ensemble des services. Portfolio des services proposés PAS-X PAS-X Vue d ensemble des services Portfolio des services proposés En complément de ses produits Manufacturing IT, Werum propose des prestations de services complètes. La société Werum apporte son

Plus en détail

Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants

Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : Dossier à l attention des dirigeants Centres d évaluation de la technologie inc. Stratégies gagnantes pour l industrie : Synthèse Jusqu ici, les

Plus en détail

GUIDE DE TRANSITION. Révision des normes ISO 9001 et ISO 14001

GUIDE DE TRANSITION. Révision des normes ISO 9001 et ISO 14001 GUIDE DE TRANSITION Révision des normes ISO 9001 et ISO 14001 L ESSENTIEL DES VERSIONS 2015 SOMMAIRE p.4 5 bonnes raisons de passer à la version 2015 p.5 Les impacts de la nouvelle version p.10 Engager

Plus en détail

Atelier " Gestion des Configurations et CMDB "

Atelier  Gestion des Configurations et CMDB Atelier " Gestion des Configurations et CMDB " Président de séance : François MALISSART Mercredi 7 mars 2007 (Nantes) Bienvenue... Le thème : La Gestion des Configurations et la CMDB Le principe : Échanger

Plus en détail

WHITE PAPER Une revue de solution par Talend & Infosense

WHITE PAPER Une revue de solution par Talend & Infosense WHITE PAPER Une revue de solution par Talend & Infosense Master Data Management pour les données de référence dans le domaine de la santé Table des matières CAS D ETUDE : COLLABORATION SOCIALE ET ADMINISTRATION

Plus en détail

L approche processus c est quoi?

L approche processus c est quoi? L approche processus c est quoi? D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002) Introduction Termes et définitions

Plus en détail

ITIL v3. La clé d une gestion réussie des services informatiques

ITIL v3. La clé d une gestion réussie des services informatiques ITIL v3 La clé d une gestion réussie des services informatiques Questions : ITIL et vous Connaissez-vous : ITIL v3? ITIL v2? un peu! beaucoup! passionnément! à la folie! pas du tout! Plan général ITIL

Plus en détail