P.AURIERES RDP A.PIFFAUT PG MJ.NEUSEL CRH

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "P.AURIERES RDP A.PIFFAUT PG MJ.NEUSEL CRH"

Transcription

1

2 P.AURIERES RDP A.PIFFAUT PG MJ.NEUSEL CRH

3 HISTORIQUE DU PASSAGE EN STERILISATION CENTRALE EXTERNALISEE *Relevé par l ARS de non-conformités des différentes stérilisations dijonnaises (2005) *Création du GCS (2007) * Ouverture de l USCPP (2009) P.AURIERES RDP A.PIFFAUT PG MJ.NEUSEL CRH mai 2014

4 PRE-REQUIS DEFINIS POUR LE PASSAGE EN STERILISATION EXTERNALISEE Harmonisation des pratiques selon les BPPH Rédaction des contrats client/uscpp Logistique Définition du délai de restitution Marquage de l instrumentation Réalisation des listings informatiques des différents ensembles Choix des contenants de stérilisation et DLU Formation du personnel P.AURIERES RDP A.PIFFAUT PG M.J.NEUSEL CRH mai 2014

5 Harmonisation des pratiques : lutte contre les infections nosocomiales Un livre saint : les bonnes pratiques de pharmacie hospitalière Engagement de qualité avec une double certification. Obtenue en 3 ans ISO sur les dispositifs médicaux ISO 9001 P.AURIERES RDP A.PIFFAUT PG MJ.NEUSEL CRH mai 2014

6 Contrat clients / USCPP Établi en partenariat entre la cellule qualité et les clients Droits et devoirs des différents acteurs Analyse et gestion des non-conformités en partenariat avec les responsables qualité des clients P.AURIERES RDP A.PIFFAUT PG MJ.NEUSEL CRH mai 2014

7 LOGISTIQUE Organisation des transports en fonction des exigences des différents partenaires Logistique interne pour le CHU Prestataire externe pour le secteur privé (nombre rotations/coût) Choix du transport sécurisé en stéri-navette P.AURIERES RDP A.PIFFAUT PG MJ.NEUSEL CRH mai 2014

8 DELAI DE RESTITUTION Révisé et admis par l ARS (janvier 2014) 12 H Constitution d un système de traitement de certains DMR en urgence (liste de DMR sensibles établie par le bloc opératoire) First in / First out (circuit standard) Création d un circuit spécifique ancillaire P.AURIERES RDP A.PIFFAUT PG MJ.NEUSEL CRH mai 2014

9 MARQUAGE DE L INSTRUMENTATION Choix du codage : gravage par micro-percussion réalisé par l USCPP Code alphanumérique unique par établissements et DMR P.AURIERES RDP A.PIFFAUT PG MJ.NEUSEL CRH mai 2014

10 REALISATION DES LISTINGS INFORMATIQUES DES DIFFERENTS ENSEMBLES Création des références produits par l USCPP Création des références ensemble et lien informatique code/dm par le bloc opératoire propriétaire de l instrumentation et de la composition P.AURIERES RDP A.PIFFAUT PG MJ.NEUSEL CRH mai 2014

11 CHOIX DES CONDITIONNEMENTS ET DLU Optimisation des charges autoclaves Sécurisation des transports Conditions de stockage différentes selon les établissements P.AURIERES RDP A.PIFFAUT PG MJ.NEUSEL CRH mai 2014

12 FORMATION DU PERSONNEL Bonnes pratiques de pharmacie hospitalière Formation informatique sur le logiciel de production L autoclave, conduite et sécurité Sécurité incendie, sauveteur secouriste du travail Formation hygiène hospitalière Titre agent de stérilisation (VAE) Recomposition des boites opératoires Formation pratique en partenariat avec des laboratoires et des chirurgiens P.AURIERES RDP A.PIFFAUT PG MJ.NEUSEL CRH mai 2014

13 * LE POINT DE VUE DU PHARMACIEN CLIENT (1) Laurence Martin Pharmacien CHU Dijon RAQ activité de stérilisation * changement de statut puisque responsabilité partagée du processus *reste responsable de la qualité des DMR traités par l USCPP qui est son fournisseur *lien apparenté à un fournisseur industriel D OÙ IMPORTANCE DU CONTRAT DE SOUS TRAITANCE / DEFINITION DES RESPONSABILITES DE CHACUN ET DES MISSIONS DE CHACUN

14 * LE CHEMINEMENT VERS UN GCS DE STERILISATION : de 2005 à 2009 (2) * projet régional ARS * CHU sollicite pour faire lui-même la sous-traitance dans la future stérilisation du bocage central impossibilité du fait des locaux,de la localisation * GCS avec plus de membres * avant 2005 : une première phase de centralisation puisque les blocs étaient indépendants

15 *DEFINITION DES MISSIONS DES DEUX PARTIES (3) * nouvelle répartition de certaines étapes support rattachées au processus principal comme *gestion de la composition informatique des ensembles *gestion de l instrumentation *gestion des réparations *participation aux inventaires des arsenaux

16 * COLLABORATION INDISPENSABLE POUR DEFINIR (4) *le choix des emballages *l élaboration de la base de données informatiques des fichiers produits et ensembles *le choix du logiciel informatique *les circuits spécifiques : prêts/dépôts/réparation/matériovigilance *les documents de liaison

17 * SYSTÈME QUALITE (5) *Associé à celui du sous-traitant *le pharmacien client doit définir avec les utilisateurs des règles pour satisfaire les attentes du sous-traitant mais également les leurs satisfaction équilibrée *mise en place d un suivi des EI et NC création d une cellule de suivi au sein de la gestion des risques institutionnelle depuis l ouverture du GCS, réunissant les deux parties.

18 VECU DES CLIENTS Pour le CHU, 2 circuits différents: - Matériel urgent-sensible, délai de restitution 8H (Fax +/- appel téléphonique, identification spécifique des armoires de matériel) - matériel «non urgent», délai de restitution 12H J.VINCENT CS.IBODE L.MARTIN PHARMACIENNE CHU DIJON

19 CONTRAINTES - nécessité d augmenter notre parc d instruments - perte autonomie: suivi, traçabilité des boites, réception des boites( temps attente semble parfois long) Stress - problème des instruments manquants, cassés responsabilité? J.VINCENT CS.IBODE L.MARTIN PHARMACIENNE CHU DIJON

20 - difficulté pour la gestion des ancillaires de prêt - difficulté d apprentissage pour les IDE-IBODE nouvellement arrivés J.VINCENT CS.IBODE L.MARTIN PHARMACIENNE CHU DIJON

21 AVANTAGES - maîtrise du risque infectieux avec des moyens techniques plus performants. - mission très chronophage pour les IDE-IBODE: nuit et WE - suivi, échange, communication sur les contraintes de chacun et les évènements indésirables recensés J.VINCENT CS.IBODE L.MARTIN PHARMACIENNE CHU DIJON

22 CONCLUSION - collaboration et communication sont indispensables au bon fonctionnement de cette nouvelle organisation - objectif commun: prise en charge efficace et sécuritaire du patient L investissement de tous les acteurs est évidemment une des clés d amélioration. La collaboration et la communication nous permet d avancer dans un seul et même but, au lieu de travailler en opposition. (rapport de stage élèves IBODE) Les différents participants de la stérilisation ont tous le même objectif : le patient J.VINCENT CS.IBODE L.MARTIN PHARMACIENNE CHU DIJON Mai 2014 P.AURIERES RDP A.PIFFAUT PG M.J. NEUSEL CRH

Rôle en stérilisation de l IBODE et du préparateur

Rôle en stérilisation de l IBODE et du préparateur 1 34 èmes Journées Nationales d Etudes sur la Stérilisation Lyon 04 avril 2012 Rôle en stérilisation de l IBODE et du préparateur Valérie PAGES Marie-Pierre FIZE Cadre Préparatrice Stérilisation CHU TOULOUSE

Plus en détail

Anticipation des besoins des blocs opératoires : le concept POP. Christophe LAMBERT, Pharmacien Unité de stérilisation Centralisée du CH de Chambéry

Anticipation des besoins des blocs opératoires : le concept POP. Christophe LAMBERT, Pharmacien Unité de stérilisation Centralisée du CH de Chambéry Anticipation des besoins des blocs opératoires : le concept POP Christophe LAMBERT, Pharmacien Unité de stérilisation Centralisée du CH de Chambéry 35 èmes Journées Nationales d Etudes sur la Stérilisation

Plus en détail

Retour d expérience de la traçabilité à l instrument à la stérilisation du Centre Hospitalier d Alès

Retour d expérience de la traçabilité à l instrument à la stérilisation du Centre Hospitalier d Alès Retour d expérience de la traçabilité à l instrument à la stérilisation du Centre Hospitalier d Alès Mme Jacob Corazza Valérie 13 Septembre 2014 Praticien Hospitalier Centre Hospitalier d Alès LOCALISATION

Plus en détail

Accueil et Formations du personnel recruté en Stérilisation Centrale. Présenté par Dany GAUDELET et le Dr. Julien MOLINA

Accueil et Formations du personnel recruté en Stérilisation Centrale. Présenté par Dany GAUDELET et le Dr. Julien MOLINA Accueil et Formations du personnel recruté en Stérilisation Centrale Présenté par Dany GAUDELET et le Dr. Julien MOLINA PLAN Introduction Réglementation Circuit du personnel Procédure de Formation Accueil

Plus en détail

LES DIFFERENTS SYSTEMES DE MARQUAGE DES INSTRUMENTS. Atelier n 2

LES DIFFERENTS SYSTEMES DE MARQUAGE DES INSTRUMENTS. Atelier n 2 LES DIFFERENTS SYSTEMES DE MARQUAGE DES INSTRUMENTS Atelier n 2 UNITES DE SOINS MCJ PRE-DESINFECTION Transport UTILISATION Dossier médical informatisé du patient Logiciel de traçabilité du processus de

Plus en détail

in ARMENGAUD M. Réflexion historique sur les Infections Nosocomiales Bull. Soc. Fr. Microbiol 2003 ; 18 : 34-38

in ARMENGAUD M. Réflexion historique sur les Infections Nosocomiales Bull. Soc. Fr. Microbiol 2003 ; 18 : 34-38 Un hôpital doit être construit par un architecte compétent Son personnel a de bonnes manières et se distingue par sa propreté corporelle et vestimentaire. Traité de médecine Indienne 4 è siècle avant J-C

Plus en détail

Fiche de poste Cadre des Services hôteliers Fonction hôtelière, Blanchisserie, Restauration, Transports externes

Fiche de poste Cadre des Services hôteliers Fonction hôtelière, Blanchisserie, Restauration, Transports externes Fiche de poste Cadre des Services hôteliers Fonction hôtelière, Blanchisserie, Restauration, Transports externes Référence : Page : 1 Date d application : Immédiate Classement : Rédaction : Olivier GEROLIMON,

Plus en détail

Les risques professionnels en stérilisation

Les risques professionnels en stérilisation Les risques professionnels en stérilisation H. Mockly-Postal Pharmacien RAQ - Stérilisation CHRU Besançon Contexte Réglementaire Certification En stérilisation Conclusion Principales situations rencontrées

Plus en détail

LES CIRCUITS AU BLOC OPERATOIRE

LES CIRCUITS AU BLOC OPERATOIRE LES CIRCUITS AU BLOC OPERATOIRE Atelier-action du Resclin «Gestion du risque infectieux associé à une intervention chirurgicale» 4ème Trimestre Prévention du risque infectieux Priorité Préoccupation constante

Plus en détail

35 èmes Journées Nationales d Etudes sur la Stérilisation MARSEILLE 2013

35 èmes Journées Nationales d Etudes sur la Stérilisation MARSEILLE 2013 35 èmes Journées Nationales d Etudes sur la Stérilisation MARSEILLE 2013 S. MARGUERITE Pharmacien Unité de Stérilisation Hôpital René Dubos PONTOISE D. GAUDELET Cadre Supérieur de Santé IBODE, Pôle prestataires

Plus en détail

PUI Stérilisation Centre Hospitalier du Pays d Aix CH Intercommunal Aix Pertuis

PUI Stérilisation Centre Hospitalier du Pays d Aix CH Intercommunal Aix Pertuis K. BOREL Pharmacien Praticien hospitalier C. GOUGUET Assistant spécialiste PUI Stérilisation Centre Hospitalier du Pays d Aix CH Intercommunal Aix Pertuis 1. L interfaçage de la stérilisation avec les

Plus en détail

Plan. A partir de l exemple du circuit sécurisé des DMI

Plan. A partir de l exemple du circuit sécurisé des DMI Plan A partir de l exemple du circuit sécurisé des DMI Retour sur le processus, les acteurs, les messages, les informations, le SIH Analyse des causes déterminantes du circuit: focus sur les échanges d

Plus en détail

GPAO bloc opératoire Retour d expérience : CHPL

GPAO bloc opératoire Retour d expérience : CHPL 1/ 35 GPAO bloc opératoire Francis REYMONDON freymondon@chpl.fr http://www.chpl.fr Présentation : Francis REYMONDON 2/ 35 Formation : Ingénieur INSA spécialité Génie Industriel Fonction CHPL : Responsable

Plus en détail

GESTION DES DISPOSITIFS MÉDICAUX STÉRILES PAR LES PREPARATEURS EN PHARMACIE HOSPITALIERE AU BLOC OPERATOIRE

GESTION DES DISPOSITIFS MÉDICAUX STÉRILES PAR LES PREPARATEURS EN PHARMACIE HOSPITALIERE AU BLOC OPERATOIRE GESTION DES DISPOSITIFS MÉDICAUX STÉRILES PAR LES PREPARATEURS EN PHARMACIE HOSPITALIERE AU BLOC OPERATOIRE Odile NUIRY, Pharmacien, CHU de SAINT-ETIENNE CONTEXTE Projet de modernisation du CHU En 2009

Plus en détail

Générer de la Satisfaction. Management de la qualité par les processus

Générer de la Satisfaction. Management de la qualité par les processus Générer de la Satisfaction Management de la qualité par les processus Hervé DOURY 21 Novembre 2014 - Plan Définition, vocabulaire et intérêts du concept Système de Management de la Qualité ISO 9000:2005

Plus en détail

qualité des prestations des

qualité des prestations des Plateforme d appui aux entreprises et à la formation technique du BTP Renforcer la qualité des prestations des entreprises pour augmenter leurs opportunités de marché Renforcer la qualité des prestations

Plus en détail

Service d Hygid Présentation

Service d Hygid Présentation Prévention des Infections Nosocomiales Service d Hygid Hygiène Hospitalière Présentation Rubrique : Prévention et surveillance des Infections Nosocomiales sous l Onglet l : Qualité/Risques Service d Hygiène

Plus en détail

Inauguration de l Unité Centrale de Stérilisation Bernard CHARLES

Inauguration de l Unité Centrale de Stérilisation Bernard CHARLES Inauguration de l Unité Centrale de Stérilisation Bernard CHARLES Mardi 11 Décembre 2012 ZI du Chapitre 20, avenue de Larrieu Thibaud - 31100 Toulouse D O S S I E R DE P R E S S E Contact Presse Dominique

Plus en détail

AMELIORATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES 03/2015 USC CHU NANTES - CBONNET/ M BOSSE 1

AMELIORATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES 03/2015 USC CHU NANTES - CBONNET/ M BOSSE 1 AMELIORATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES 03/2015 USC CHU NANTES - CBONNET/ M BOSSE 1 EFFECTIFS DE L USC 55,6 ETP répartis comme suit: Pharmacien gérant: Mr Sellal Pharmacien manager: Mr Rondeau Pharmaciens

Plus en détail

Responsable du département. Production / Infrastructures

Responsable du département. Production / Infrastructures Page 1 sur 9 Nom Fonction REDACTEUR VERIFICATEUR APPROBATEUR Martine Véniard Directeur du système d information Directeur du personnel Direction générale Date 1/01/2016 Signature Sources : Répertoire des

Plus en détail

Le circuit des dispositifs médicaux

Le circuit des dispositifs médicaux Le circuit des dispositifs médicaux Dr Olivier BOUX GCS EMOSIST Franche-Comté 14 jan 2010 7ème formation MOA L univers du DM Les acteurs Les fonctions Les domaines Les applis médecin ( chir) cadre ( de

Plus en détail

LA CERTIFICATION ISO/IEC 20000-1 QUELS ENJEUX POUR LES ENTREPRISES

LA CERTIFICATION ISO/IEC 20000-1 QUELS ENJEUX POUR LES ENTREPRISES LA CERTIFICATION ISO/IEC 20000-1 QUELS ENJEUX POUR LES ENTREPRISES Philippe Bourdalé AFAQ AFNOR Certification A2C dans le Groupe AFNOR Les métiers du groupe AFNOR Besoins Clients Normalisation Information

Plus en détail

OPTIMISATION DE LA PRISE EN CHARGE ALIMENTAIRE A L HOPITAL : DU CAHIER DES CHARGES A L ASSIETTE

OPTIMISATION DE LA PRISE EN CHARGE ALIMENTAIRE A L HOPITAL : DU CAHIER DES CHARGES A L ASSIETTE OPTIMISATION DE LA PRISE EN CHARGE ALIMENTAIRE A L HOPITAL : DU CAHIER DES CHARGES A L ASSIETTE Didier LAFAGE : Directeur du Pôle Equipements, Hôtellerie, Logistique CHU TOULOUSE 1 Optimisation de la prise

Plus en détail

CIRCUIT GENERAL PREDESINFECTION STERILISATION DES DISPOSITIFS MEDCAUX

CIRCUIT GENERAL PREDESINFECTION STERILISATION DES DISPOSITIFS MEDCAUX PREDESINFECTION STERILISATION DES DISPOSITIFS MEDCAUX La ou la stérilisation du matériel propre permet d éliminer les organismes pathogènes présents et d éviter leur transmission par ce matériel à d autres

Plus en détail

ORGANISER ET GERER SON. Organisation management SYSTÈME QUALITE

ORGANISER ET GERER SON. Organisation management SYSTÈME QUALITE ORGANISER ET GERER SON Organisation management SYSTÈME QUALITE Regensdorf 06.06.2013 1 Plan 1. Introduction 2. Problématiques 3. Principes fondamentaux du management 4. Organiser un processus 5. Cartographie

Plus en détail

FICHE FONCTION RESPONSABLE SERVICE ENTRETIEN ET TRAVAUX NEUFS

FICHE FONCTION RESPONSABLE SERVICE ENTRETIEN ET TRAVAUX NEUFS POUR CANDIDATER : Mariane.Colmant@dupont.com ETAT SIGNALETIQUE SERVICE : MAINTENANCE SITE : SASSENAGE (38) Intitulé du poste : Responsable Service Entretien et Travaux Neufs Cette fiche fonction sera révisée

Plus en détail

ANNEXE I Référentiels du diplôme

ANNEXE I Référentiels du diplôme ANNEXE I Référentiels du diplôme Référentiel des activités professionnelles Référentiel de certification Savoirs associés Unités constitutives du référentiel de certification Management des unités commerciales

Plus en détail

REACTO-VIGILANCE. gestion des lots, fiches réactifs et enregistrements. Zaïna AIT ARKOUB et Nadia CATAHIER

REACTO-VIGILANCE. gestion des lots, fiches réactifs et enregistrements. Zaïna AIT ARKOUB et Nadia CATAHIER REACTO-VIGILANCE gestion des lots, fiches réactifs et enregistrements Zaïna AIT ARKOUB et Nadia CATAHIER PLAN 1-Qu est-ce que la réacto-vigilance? Enquête Définitions Missions 2-Normes ISO NF 15189 : Historique

Plus en détail

Analyser les besoins de formation

Analyser les besoins de formation GUIDE Analyser les besoins de formation Pourquoi analyser les besoins de formation? Pour construire une démarche de formation cohérente et pour élaborer un plan de formation adapté aux enjeux de l entreprise

Plus en détail

CHIRURGIE AMBULATOIRE STÉRILISATION

CHIRURGIE AMBULATOIRE STÉRILISATION CHIRURGIE AMBULATOIRE ET STÉRILISATION Professeur Claude CLÉMENT Journées Nationales de stérilisation Reims 10 avril 2014 Initialement Une seule UCA de 24 places dans 12 lits 4 salles d opération dédiées

Plus en détail

REFERENTIEL TECHNIQUE. Intrants. Utilisables en Agriculture Biologique

REFERENTIEL TECHNIQUE. Intrants. Utilisables en Agriculture Biologique Page: 1/10 REFERENTIEL TECHNIQUE Intrants Utilisables en Agriculture Biologique Ce document est la propriété d ECOCERT. Toute reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement écrit d ECOCERT

Plus en détail

Sécurisation de la prise en charge médicamenteuse (PECM) des patients. Lutte contre les événements indésirables graves médicamenteux (EIGm) évitables

Sécurisation de la prise en charge médicamenteuse (PECM) des patients. Lutte contre les événements indésirables graves médicamenteux (EIGm) évitables XXIIe Journée Annuelle du Sud Est de la lutte contre les infections nosocomiales & associées aux soins et de formation en hygiène Sécurisation de la prise en charge médicamenteuse (PECM) des patients Lutte

Plus en détail

EVALUATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES : APPLICATION DE L ANALYSE MODULAIRE DE SYSTÈME À L ANALYSE DE PROCESSUS

EVALUATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES : APPLICATION DE L ANALYSE MODULAIRE DE SYSTÈME À L ANALYSE DE PROCESSUS EVALUATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES : APPLICATION DE L ANALYSE MODULAIRE DE SYSTÈME À L ANALYSE DE PROCESSUS Fonctionnement de la stérilisation en interface avec le Bloc Opératoire au CH de Mende

Plus en détail

SECURITE SANITAIRE ET PROTHESE SOUS TRAITEE A L ETRANGER

SECURITE SANITAIRE ET PROTHESE SOUS TRAITEE A L ETRANGER SECURITE SANITAIRE ET PROTHESE SOUS TRAITEE A L ETRANGER Ce dossier a pour objectif d informer les professionnels de santé prescripteurs sur la sécurité sanitaire associée aux prothèses fabriquées par

Plus en détail

*Thème principal : La gestion des risques à l hôpital

*Thème principal : La gestion des risques à l hôpital 15/11/ La Qualité Les référentiels La démarche Qualité : processus, indicateurs Le système documentaire Evaluation de la qualité Gestion de la Qualité et des Risques dans le monde de la Santé : circuit

Plus en détail

Gestion de parc et qualité de service

Gestion de parc et qualité de service Gestion de parc et qualité de service Journée Josy, 14 octobre 2008 A. Rivet Gestion de parc et qualité de service Gestion de parc Fonctions de base GT «Guide de bonnes pratiques» Référentiels et SI ITIL/ISO

Plus en détail

Le signalement des infections nosocomiales

Le signalement des infections nosocomiales Le signalement des infections nosocomiales Bruno GRANDBASTIEN Faculté de Médecine «Henri Warembourg», Université Lille 2 Service de Gestion du Risque Infectieux, des Vigilances et d Infectiologie (SGRIVI),

Plus en détail

STERILISATION CENTRALE DU CHU DE ROUEN

STERILISATION CENTRALE DU CHU DE ROUEN CHU_ Hôpitaux de Rouen - page 1 SOMMAIRE 1. PRESENTATION A. Le cadre de santé B. Le CHU de Rouen C. La stérilisation Centrale du CHU 2. HISTORIQUE A. Pourquoi l acquisition du AMSCO V PRO 1 Plus B. Qu

Plus en détail

6 Rencontre Régionale d Oncogériatrie

6 Rencontre Régionale d Oncogériatrie 6 Rencontre Régionale d Oncogériatrie ANGOULEME le 16 Avril 2015 6ème Rencontre Régionale d Oncogériatrie 2 ème PARTIE Education thérapeutique chez le sujet âgé : thérapies orales L expérience du CHU de

Plus en détail

Enjeux de la Qualité et Norme ISO 9001

Enjeux de la Qualité et Norme ISO 9001 Enjeux de la Qualité et Norme ISO 9001 Journées Qualité et Chimie A. Rivet ANF Autrans, 2011 Normes et Qualité Introduction : les enjeux de la démarche qualité La qualité : notions La norme ISO 9001 :

Plus en détail

La démarche qualité dans les centres de radiothérapie de la région Haute- Normandie

La démarche qualité dans les centres de radiothérapie de la région Haute- Normandie La démarche qualité dans les centres de radiothérapie de la région Haute- Normandie Aurore STRAC Qualiticienne Régionale pour la Radiothérapie CENTRE GUILLAUME LE LE CONQUÉRANT RADIOTHÉRAPIE EXTERNE CURIETHÉRAPIE

Plus en détail

Marquage et traçabilité de

Marquage et traçabilité de Marquage et traçabilité de l instrumentation t ti chirurgicale C. LAMBERT Centre Hospitalier de Chambéry - France 5 èmes JNSS 3 et 4 juin 2009 - Regensdorf La traçabilité à quelles fins? Sécurité sanitaire

Plus en détail

Identification et analyse des ruptures de flux en pratique

Identification et analyse des ruptures de flux en pratique Identification et analyse des ruptures de flux en pratique Benjamin GAREL Directeur Qualité CHU GRENOBLE Catherine GUIMIER Pharmacien praticien hospitalier CHU GRENOBLE Contexte Ouverture NSC en 2007 Activité

Plus en détail

Pr Pascal BONNABRY Pharmacien-chef

Pr Pascal BONNABRY Pharmacien-chef Hôpitaux Universitaires de Genève Présentation de la Pharmacie des HUG Pr Pascal BONNABRY Pharmacien-chef Etre les premiers pour Visite de vous 4 juillet 2013 + Info Voir le film de présentation des HUG

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE CÔTE BASQUE SUD. 7 rue Léonce Goyetche 64500 SAINT JEAN DE LUZ

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE CÔTE BASQUE SUD. 7 rue Léonce Goyetche 64500 SAINT JEAN DE LUZ COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE CÔTE BASQUE SUD 7 rue Léonce Goyetche 64500 SAINT JEAN DE LUZ Novembre 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

Rôle du Médecin du Travail. interactions avec les différentes instances

Rôle du Médecin du Travail. interactions avec les différentes instances Risques liés aux Accidents Exposant au Sang : Rôle du Médecin du Travail & interactions avec les différentes instances Dr Martine Domart-Rançon Service de Santé au Travail Hôpital Européen Georges Pompidou

Plus en détail

CQP Animateur(trice) d équipe de fabrication des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

CQP Animateur(trice) d équipe de fabrication des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Animateur(trice) d équipe de fabrication des industries chimiques Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Désignation du métier ou des composantes du métier en lien

Plus en détail

Roche Diagnostics France. Manuel Qualité Sécurité Environnement

Roche Diagnostics France. Manuel Qualité Sécurité Environnement Manuel Qualité Sécurité Environnement «Notre stratégie place le patient au cœur de nos préoccupations, avec l ambition d améliorer sa santé et sa qualité de vie. Inscrite dans une perspective de développement

Plus en détail

Référentiel des activités

Référentiel des activités Référentiel des activités professionnelles Annexe I Arrêté du 29 juillet 1998 1. Appellation du diplôme Baccalauréat professionnel Spécialité restauration. 2. Champ d activités Définition Le titulaire

Plus en détail

Les principes de l évaluation de la satisfaction des usagers/clients/citoyens Dominique Loroy - Avril 2005

Les principes de l évaluation de la satisfaction des usagers/clients/citoyens Dominique Loroy - Avril 2005 Les principes de l évaluation de la satisfaction des usagers/clients/citoyens Dominique Loroy - Avril 2005 L évaluation n est pas une fin en soi et doit pouvoir déboucher sur des actions concrètes qui

Plus en détail

Grand-Duché du Luxembourg

Grand-Duché du Luxembourg Version 2.0 16.06.2014 Page 1 de 20 Lignes directrices d audit de la règle technique d exigences et de mesures pour la certification des Prestataires de Services de Dématérialisation ou de Conservation

Plus en détail

Management intégré dans l enseignement supérieur

Management intégré dans l enseignement supérieur Management intégré dans l enseignement supérieur Septembre 2010 SOMMAIRE 1. Présentation de l intervenant 2. Le management intégré : définitions et principes 3. Mise en place d un système de management

Plus en détail

Processus d accompagnement pour la certification Halal

Processus d accompagnement pour la certification Halal Page 1 Organisme mandaté par bureau certitrace www.halal-institute.org Processus d accompagnement pour la certification Halal 66, avenue des Champs Elysées LO41-75008 Paris Tél. : (33) 979940077 - Fax

Plus en détail

Acropole Acropole MRS Gestion du Nursing

Acropole Acropole MRS Gestion du Nursing Plan du document 1. Introduction de la matière et du rôle du logiciel 2. Descriptif fonctionnel du produit 3. Modules optionnels et programmes de la gamme Acropole pouvant être reliés à l'application 4.

Plus en détail

Tableau d auto-pilotage dans le parcours de formation/référentiel SAENES

Tableau d auto-pilotage dans le parcours de formation/référentiel SAENES Tableau d auto-pilotage dans le parcours de formation/référentiel SAENES Durée : Utilité : Usage : 1) Copier-coller l intégralité du document dans un nouveau fichier puis enregistrer dans son espace personnel

Plus en détail

STERILISATION A LA VAPEUR D EAU (AUTOCLAVE)

STERILISATION A LA VAPEUR D EAU (AUTOCLAVE) STERILISATION A LA VAPEUR D EAU (AUTOCLAVE) Entretien matériel VALENCE B, Grenoble JANVIER 2010 Objectif La stérilisation à la vapeur d eau (autoclave) est la méthode de référence dans les établissements

Plus en détail

recommandations de Gestion des ProdUits de santé soumis À La chaîne du Froid entre +2 c et +8 c À L officine

recommandations de Gestion des ProdUits de santé soumis À La chaîne du Froid entre +2 c et +8 c À L officine RECOMMANDATIONS recommandations de GESTION DES PRODUITS DE SANTÉ SOUMIS À LA CHAÎNE DU FROID ENTRE +2 C ET +8 C À L OFFICINE édition de décembre 2009 SOMMAIRE 1 Introduction 3 2 Respect des engagements

Plus en détail

07/07/2009. Contexte II- PRINCIPES DE BASE ET PRATIQUES DE LA BONNE GOUVERNANCE II- PRINCIPES DE BASE ET PRATIQUES DE LA BONNE GOUVERNANCE

07/07/2009. Contexte II- PRINCIPES DE BASE ET PRATIQUES DE LA BONNE GOUVERNANCE II- PRINCIPES DE BASE ET PRATIQUES DE LA BONNE GOUVERNANCE PLAN, EXEMPLE DES MEILLEURES PRATIQUES D EXPLOITATION ET DE DANS LES SOCIETES D ELECTRICITE I- RAPPEL HISTORIQUE ET DEFINITION DE LA II- PRINCIPES DE BASE ET PRATIQUES DE LA Présenté par VIGUEUR DANS L

Plus en détail

HEALTHCARE SOLUTIONS TRANSCAR VÉHICULES AUTOGUIDÉS

HEALTHCARE SOLUTIONS TRANSCAR VÉHICULES AUTOGUIDÉS HEALTHCARE SOLUTIONS TRANSCAR VÉHICULES AUTOGUIDÉS 2 TRANSCAR GENERATION 3 SWISSLOG EST LEADER MONDIAL DANS LES SOLUTIONS INNOVANTES D AUTOMATISATION POUR LA LOGISTIQUE HOSPITALIÈRE Répondre aujourd hui

Plus en détail

Coordination de la Gestion des Risques Associés aux Soins: Bilan à 2 ans dans un SSR. D. BRUERE-DAWSON CH Nord Caraïbes

Coordination de la Gestion des Risques Associés aux Soins: Bilan à 2 ans dans un SSR. D. BRUERE-DAWSON CH Nord Caraïbes Coordination de la Gestion des Risques Associés aux Soins: Bilan à 2 ans dans un SSR D. BRUERE-DAWSON CH Nord Caraïbes Contexte règlementaire Décret n 2010-1408 du 12 novembre 2010 relatif à la lutte contre

Plus en détail

STOCKAGE CENTRALISE DU MYTHE OU REALITE? C.Bréhierinfirmière spécialisée ster. centrale HUG

STOCKAGE CENTRALISE DU MYTHE OU REALITE? C.Bréhierinfirmière spécialisée ster. centrale HUG STOCKAGE CENTRALISE DU MATERIEL DES BLOCS OPERATOIRES MYTHE OU REALITE? C.Bréhierinfirmière spécialisée ster. POURQUOI CE PROJET? L institution à un projet d agrandissement des blocs opératoires : suppression

Plus en détail

Programme de Prévention des Risques. Expérience de l Hôpital Joseph Ducuing

Programme de Prévention des Risques. Expérience de l Hôpital Joseph Ducuing Programme de Prévention des Risques Professionnels Expérience de l Hôpital Joseph Ducuing Présentation Hôpital Joseph Ducuing Hôpital PSPH, MCO, 520 salariés 144 lits 11 Unités Fonctionnelles MCO Pôles

Plus en détail

EVALUATION DES FOURNISSEURS : le cas de la biologie de sous traitance

EVALUATION DES FOURNISSEURS : le cas de la biologie de sous traitance EVALUATION DES FOURNISSEURS : le cas de la biologie de sous traitance antoine.tournoys@chru lille.fr Pôle de Biologie Pathologie Génétique CHRU LILLE ACNBH 43 ème Colloque National des Biologistes des

Plus en détail

Finalités. Missions / Savoir-faire / Activités principales

Finalités. Missions / Savoir-faire / Activités principales CAISSE D'EPARGNE D'ALSACE DEFINITION D EMPLOI : Gestionnaire de Clientèle Succession Code emploi : 120303 07 Filière d activité : Ventes et Services Clients Métier : Gestionnaire de Clientèle Spécialisée

Plus en détail

Kit Management Qualité

Kit Management Qualité Kit Management Qualité Outil d organisation de laboratoire A. Rivet Strasbourg, 5 mai 2011 Kit Management Qualité Introduction La norme ISO 9001 La maitrise documentaire L outil CERMAV Le Kit Management

Plus en détail

ASSISTANCE ET MAINTENANCE INFORMATIQUE N 15AG004 POUVOIR ADJUDICATEUR :

ASSISTANCE ET MAINTENANCE INFORMATIQUE N 15AG004 POUVOIR ADJUDICATEUR : ASSISTANCE ET MAINTENANCE INFORMATIQUE N 15AG004 POUVOIR ADJUDICATEUR : Ville de PONT-A-MOUSSON Hôtel de Ville 19, Place DUROC 54701 PONT-A-MOUSSON Cedex Et CCAS C.C.T.P Marché à procédure adaptée (Selon

Plus en détail

Alibode 2014 Céline KLINKEBERG

Alibode 2014 Céline KLINKEBERG Alibode 2014 Céline KLINKEBERG QUELLE DIFFÉRENCE? Appelé aussi visiteur médical «Dans la salle d attente du médecin, on le repère facilement : en costume ou tailleur et équipé d une mallette, il tente

Plus en détail

Projet gestion des risques et qualité 2015-2019. CME 9 décembre 2014 Amélie VERDIER

Projet gestion des risques et qualité 2015-2019. CME 9 décembre 2014 Amélie VERDIER Projet gestion des risques et qualité 2015-2019 CME 9 décembre 2014 Amélie VERDIER 1 L approche d élaboration Le projet gestion des risques et qualité aborde l ensemble des domaines (qualité/sécurité des

Plus en détail

Liège, le 7 juillet 2015. APPEL INTERNE et EXTERNE AUX CANDIDATURES N 2015/105

Liège, le 7 juillet 2015. APPEL INTERNE et EXTERNE AUX CANDIDATURES N 2015/105 Centre Hospitalier Universitaire de Liège Domaine Universitaire du Sart Tilman B35 4000 LIEGE 1 www.chuliege.be Département de Gestion des Ressources Humaines Service Recrutement Liège, le 7 juillet 2015

Plus en détail

Aesculap Service Systems Instacount

Aesculap Service Systems Instacount Aesculap Service Systems Instacount 1 er choix pour la gestion de l instrumentation Nos solutions Votre succès NOTRE LOGICIEL INSTACOUNT Parc d instruments L instrumentation chirurgicale, les optiques,

Plus en détail

Evaluation globale de la démarche de gestion des risques en établissement de santé

Evaluation globale de la démarche de gestion des risques en établissement de santé Evaluation globale de la démarche de gestion des risques en établissement de santé Journées APHAL 24 Avril 2012 Un contexte complexe : 55 domaines de risques Sécurité d utilisation des produits et vigilance

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE LOCHES

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE LOCHES COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE LOCHES 1, rue du Docteur-Martinais 37600 LOCHES SEPTEMBRE 2006 COMPORTANT LE SUIVI DES DÉCISIONS DE LA HAUTE AUTORITÉ DE SANTÉ NOVEMBRE 2007 SOMMAIRE

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES. Brevet de technicien supérieur Négociation et relation client

RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES. Brevet de technicien supérieur Négociation et relation client I APPELLATION DU DIPLÔME II. CHAMP D'ACTIVITÉ II.1. DÉFINITION RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES Brevet de technicien supérieur Négociation et relation client L activité du titulaire du brevet

Plus en détail

La norme ISO 9001. Outil d organisation d une unité de recherche. A. Rivet

La norme ISO 9001. Outil d organisation d une unité de recherche. A. Rivet La norme ISO 9001 Outil d organisation d une unité de recherche A. Rivet 2013 ISO 9001 outil d organisation Le CERMAV Mise en place de la démarche au laboratoire La norme ISO 9001 Le Système d Organisation

Plus en détail

Catalogue des formations - FMG CONSEIL FORMATION 2015-2016

Catalogue des formations - FMG CONSEIL FORMATION 2015-2016 MANAGEMENT ET TRAITEMENT DES RISQUES EN ENTREPRISE Catalogue des formations - FMG CONSEIL FORMATION 2015-2016 L INGENIEUR OU RESP. ENVIRONNEMENT I FMG CONSEIL FORMATION I 2015-2016 Maîtriser les normes

Plus en détail

APPEL D'OFFRES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT POUR UNE FORMATION SUR L ARCHIVAGE MODERNE (PHYSIQUE & NUMERIQUE) DESTINEE AUX CADRES DU PARLEMENT

APPEL D'OFFRES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT POUR UNE FORMATION SUR L ARCHIVAGE MODERNE (PHYSIQUE & NUMERIQUE) DESTINEE AUX CADRES DU PARLEMENT Coopération Burundi Pays Bas Programme de Développement du Secteur de la Sécurité Direction du Programme 28, av. Ngendandumwe Ultimate Tower, 4ème Etage, Bujumbura APPEL D'OFFRES POUR LE RECRUTEMENT D

Plus en détail

PROFIL DE POSTE. Cadre de santé

PROFIL DE POSTE. Cadre de santé Centre Hospitalier de Dreux Pôle Admissions Non Programmées (ANP) PROFIL DE POSTE Cadre de santé Réanimation Polyvalente / Unité de Surveillance Continue (USC) Version n Nombre de pages : Diffusée le :

Plus en détail

FICHE DU POSTE OCCUPÉ PAR :.. ÉTABLISSEMENT OU SERVICE D AFFECTATION: Institut français de Finlande

FICHE DU POSTE OCCUPÉ PAR :.. ÉTABLISSEMENT OU SERVICE D AFFECTATION: Institut français de Finlande INSTITUT FRANCAIS DE FINLANDE FICHE DU POSTE OCCUPÉ PAR :.. ÉTABLISSEMENT OU SERVICE D AFFECTATION: Institut français de Finlande Fiche révisable à tout moment en fonction des nécessités de service. Type

Plus en détail

INTRODUCTION A LA GESTION DES RISQUES DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE. SBrosse FEMS

INTRODUCTION A LA GESTION DES RISQUES DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE. SBrosse FEMS INTRODUCTION A LA GESTION DES RISQUES DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE SBrosse FEMS PLAN 1.DEFINITION DU RISQUE EN ES 2.HISTORIQUE DE LA DEMARCHE DE GESTION DES RISQUES 3.ENJEUX SBrosse FEMS LE RISQUE La

Plus en détail

~'. APAJH ~ Manuel Qualité. APAJH du TARN DU TARN ANN EE 2014. Code 5-105-2 Manuel Qualité. Page 1/14. Version 2

~'. APAJH ~ Manuel Qualité. APAJH du TARN DU TARN ANN EE 2014. Code 5-105-2 Manuel Qualité. Page 1/14. Version 2 -. ~'. APAJH ~ DU TARN Manuel Qualité APAJH du TARN ANN EE 2014 Code 5-105-2 Manuel Qualité Page 1/14 Version 2 DIFF : Siège/Etablissements APAJH du TARN p.1/14 SOMMAIRE AVANT PROPOS... 3 INTRODUCTION......

Plus en détail

Ecole Thématique Technique Management et Projets Scientifiques

Ecole Thématique Technique Management et Projets Scientifiques Ecole Thématique Technique Management et Projets Scientifiques - L Assurance Qualité dans les Projets Scientifiques - Céline PERRY DOLIN celine.perry-dolin@groupebts.net SATILLIEU, le 1 er octobre 2009

Plus en détail

UNE RÉFÉRENCE INTERNATIONALE POUR L INDUSTRIE MÉDICALE. Orthopédie Rachis Trauma Extrémités Cranomaxillofacial Dentaire Instruments Implants

UNE RÉFÉRENCE INTERNATIONALE POUR L INDUSTRIE MÉDICALE. Orthopédie Rachis Trauma Extrémités Cranomaxillofacial Dentaire Instruments Implants UNE RÉFÉRENCE INTERNATIONALE POUR L INDUSTRIE MÉDICALE Orthopédie Rachis Trauma Extrémités Cranomaxillofacial Dentaire Instruments Implants DE LA MATIÈRE PREMIÈRE AUX COMPOSANTS STÉRILES LISI MEDICAL propose

Plus en détail

Mise en place d un affichage environnemental sur les produits alimentaires

Mise en place d un affichage environnemental sur les produits alimentaires Mise en place d un affichage environnemental sur les produits alimentaires Corinne MERCADIE Direction Qualité Responsable Environnement Emballages cmercadie@groupe-casino.fr Gabrielle ADAM Direction Qualité

Plus en détail

DEMARCHE QUALITE AU CeDReS Dr EMIEME A.

DEMARCHE QUALITE AU CeDReS Dr EMIEME A. DEMARCHE QUALITE AU CeDReS Dr EMIEME A. 1 Abidjan, Septembre 2008 Engagement initial à la Démarche Qualité en 2002 Redynamisation des activités en 2005 avec la nouvelle direction Participation au prix

Plus en détail

MANUEL ASSURANCE QUALITE

MANUEL ASSURANCE QUALITE Page 1 sur 9 TABLE DES MATIERES 1. OBJET ET DOMAINE D APPLICATION... 2 1.1. PRESENTATION... 2 1.2. DOMAINE D APPLICATION... 2 2. PERSONNES DE REFERENCE... 2 3. GRILLE DE DIFFUSION... 2 4. REFERENCE NORMATIVE...

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 CENTRE HOSPITALIER DE HOUDAN

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 CENTRE HOSPITALIER DE HOUDAN ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 CENTRE HOSPITALIER DE HOUDAN 42 rue de paris - 78550 - Houdan OCTOBRE 2014 SOMMAIRE PREAMBULE 1. Présentation du document 2. Les niveaux de certification 1.PRESENTATION

Plus en détail

Manuel de management intégré

Manuel de management intégré Manuel de management intégré Versions 1 2015 Manuel de management intégré ETT 04/2015 1 Préface Le manuel de management intégré se veut une présentation succincte de notre organisation. Cette organisation

Plus en détail

Questions et réponses Révision et mise en oeuvre

Questions et réponses Révision et mise en oeuvre Questions et réponses Révision et mise en oeuvre Pourqoui il nous faut un plan de formation? Quoi est reglé dans le plan de formation? Tableau de leçons, cours interentreprises et procédure de qualification.

Plus en détail

I. Introduction. Support logistique: 18/07/2008 SUPPORT LOGISTIQUE. Pauline de Werra. Maria Pineiro. Vanessa Kolly. Hôpitaux universitaires de Genève

I. Introduction. Support logistique: 18/07/2008 SUPPORT LOGISTIQUE. Pauline de Werra. Maria Pineiro. Vanessa Kolly. Hôpitaux universitaires de Genève Genève 7 juillet 008 Plan de la présentation SUPPORT LOGISTIQUE I. Introduction Pauline de Werra Maria Pineiro Vanessa Kolly II. Objectifs III. Moyens IV. Critères et évaluations V. Résultats Hôpitaux

Plus en détail

BTS - Assistant de gestion PME/PMI (AG PME/PMI)

BTS - Assistant de gestion PME/PMI (AG PME/PMI) Impression à partir du site https://offredeformation.picardie.fr le 02/02/2016. Fiche formation BTS - Assistant de gestion PME/PMI (AG PME/PMI) - N : 18006 - Mise à jour : 22/10/2015 BTS - Assistant de

Plus en détail

Démarche d Accréditation des laboratoires

Démarche d Accréditation des laboratoires Démarche d Accréditation des laboratoires Expérience du laboratoire de cytogénétique EFS-Normandie Bois-Guillaume Norme ISO/CEI 17025 Annick Rossi, Nathalie Le Meur ACLF, 20 Mai 2009 Le parcours du laboratoire

Plus en détail

Techniques de gestion et d optimisation de l entrepôt (niveau 1) A qui s adresse cette formation? Magasiniers Chefs d équipe Chefs de service

Techniques de gestion et d optimisation de l entrepôt (niveau 1) A qui s adresse cette formation? Magasiniers Chefs d équipe Chefs de service Techniques de gestion et d optimisation de l entrepôt (niveau 1) Formation en centre A qui s adresse cette formation? Magasiniers Chefs d équipe Chefs de service Durée : 3 jours Le calendrier 2010 Tarifs

Plus en détail

EXIGENCES NORMES ISO 9001 /2008

EXIGENCES NORMES ISO 9001 /2008 EXIGENCES NORMES ISO 9001 /2008 La pharmacie d officine norme ISO 9001-2008 D après X50-131 1. Sommaire 0. Intérêt d un manuel qualité... 3 1. Généralités... 3 1.1 Fournir un produit ou service conforme...

Plus en détail

CQPI Technicien qualité

CQPI Technicien qualité CQPI Technicien qualité Public concerné Salariés ou futurs salariés qui auront pour mission d assurer le contrôle de la qualité et de participer à l amélioration des modes de production et/ou à la mise

Plus en détail

Recherche d un logiciel de préparation magistrale non stérile. Catherine Lenoir en collaboration avec Marie-Astrid Cochet

Recherche d un logiciel de préparation magistrale non stérile. Catherine Lenoir en collaboration avec Marie-Astrid Cochet Recherche d un logiciel de préparation magistrale non stérile Catherine Lenoir en collaboration avec Marie-Astrid Cochet AFPHB Meux, 25 novembre 2010 Plan de l exposé Introduction Intérêt d un programme

Plus en détail

OFFRE DE FORMATIONS. MODULE 3 2 jours : Le management commercial de l entreprise

OFFRE DE FORMATIONS. MODULE 3 2 jours : Le management commercial de l entreprise OFFRE DE FORMATIONS 1 Accompagnement des cadres et des dirigeants MODULE 1 2 jours : Améliorer son efficacité managériale 1- Se connaître Gestion du temps et ses priorités Prise de recul et posture manager

Plus en détail

Haute Autorité de santé, 2 avenue du Stade-de-France 93218 Saint-Denis-la-Plaine Cedex Tél. : 01 55 93 70 00 www.has-sante.

Haute Autorité de santé, 2 avenue du Stade-de-France 93218 Saint-Denis-la-Plaine Cedex Tél. : 01 55 93 70 00 www.has-sante. MANUEL DE CERTIFICATION DES INSTALLATIONS AUTONOMES DE CHIRURGIE ESTHETIQUE ET GUIDE DE COTATION ÉDITION 2008 DIRECTION DE L AMÉLIORATION DE LA QUALITÉ ET DE LA SÉCURITÉ DES SOINS Haute Autorité de santé,

Plus en détail

Prêt et dépôt de dispositifs médicaux

Prêt et dépôt de dispositifs médicaux Prêt et dépôt de dispositifs médicaux En pratique, quelles situations? (1/3) Dispositifs médicaux Réutilisables Ancillaires Équipements Usage unique Implantable Prêt Dépôt Date - 2 En pratique, quelles

Plus en détail

Édition n : XX Destinataire: PRESENTATION POWERPOINT. Accueil

Édition n : XX Destinataire: PRESENTATION POWERPOINT. Accueil Édition n : XX Destinataire: PRESENTATION POWERPOINT TABLE DES MATIERES 1. POLITIQUE QUALITE 2. ENGAGEMENT DE LA DIRECTION 3. GESTION DU MANUEL QUALITE 4. PRESENTATION DE LA SOCIETE 5. PRESENTATION DES

Plus en détail