Évaluation du dispositif de formation et d accompagnement des intervenants de l aide alimentaire

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Évaluation du dispositif de formation et d accompagnement des intervenants de l aide alimentaire"

Transcription

1 Évaluation du dispositif de formation et d accompagnement des intervenants de l aide alimentaire Synthèse du rapport d évaluation Juin Le dispositif déployé par l INPES Les études ABENA I et II menées en et auprès des bénéficiaires de l aide alimentaire ont mis en évidence l état nutritionnel critique de ces populations, qui apparait comme un des déterminants de la dégradation de leur état de santé. Face à ce constat, la DGCS a demandé à l INPES de mettre en œuvre un dispositif de formation et d accompagnement des intervenants de l aide alimentaire visant à améliorer leur connaissance en matière de nutrition et d accompagnement social, pour leur permettre de jouer un rôle de conseil auprès des bénéficiaires. Le dispositif, prévu pour être déployé dans l ensemble des départements métropolitains, vise également à encourager et outiller les structures d aide alimentaire pour la mise en place d actions de promotion de la santé autour de l alimentation. Le dispositif comporte ainsi une première phase d acquisition de connaissances (formation), et une seconde phase plus opérationnelle, de travail sur une action à mettre en œuvre (accompagnement). La formation et l accompagnement ont été assurés par des structures spécialisées en promotion et en éducation pour la santé, choisies par appel d offres pour chaque région (appelés ci-après prestataires). Hors phase expérimentale, le dispositif a ainsi été mis en œuvre dans 80 départements. Les collectivités d outre-mer n étaient pas inclues dans le dispositif. L INPES a appuyé les prestataires en mettant à disposition des outils - comme le Classeur Alimentation Atout Prix - en mutualisant les ressources (espace web collaboratif) ou encore en organisant des journées d échanges entre formateurs. 1

2 2. Méthodologie de l évaluation L évaluation visait à établir un bilan du dispositif et à identifier les effets qu il a pu avoir. Il s agissait aussi, à travers l analyse des points forts et des points faibles du dispositif INPES, de fournir des indications pour les autres institutions qui pourraient être amenées à proposer des formations ou un accompagnement du même type. L évaluation du dispositif s est appuyée sur des outils et des sources variées, articulant méthodes qualitatives et quantitatives. Les sources d informations ont ainsi été : Les bilans transmis à l INPES par les prestataires, comprenant des éléments chiffrés ainsi que des éléments qualitatifs sur le déroulement du dispositif ; Des entretiens téléphoniques menés auprès d un formateur dans chaque région participante ; Dans les territoires faisant l objet d une étude de cas, c'est-à-dire 12 départements de 5 régions (cf. tableau ci-dessous) : Des entretiens en face-à-face auprès des structures ayant participé au dispositif (formation et, le cas échéant, accompagnement) ; Des entretiens auprès des acteurs institutionnels (ARS et DRAAF) ; Une enquête en ligne auprès des participants aux formations, qui a recueilli 189 réponses (sur un total de 945 participants) ; Des séances d observations participantes de la formation et des ateliers collectifs dans 2 départements où le dispositif était encore en déploiement lors de l évaluation. Les régions et départements ayant fait l objet d études de cas Phase 1 Rhône-Alpes : Région et département Rhône, Savoie 2 Basse Normandie : Calvados, Manche 3 Île de France : Paris, Seine-Saint-Denis, Val d Oise 3 Bretagne : Côte d Armor, Ille-et-Vilaine 4 Centre : Eure-et-Loir, Cher, Loiret Particularité sociodémographiques Densité variable. Pauvreté faible. Région rurale Très dense. Pauvreté très variable selon les territoires Pauvreté faible Très faible densité. Faible pauvreté Particularité bilan Difficultés de mobilisation marquée, mais taux de perte faible entre la formation et l accompagnement Difficultés de mobilisation Forte mobilisation Forte mobilisation. Faible mobilisation. Peu d actions réalisées Les travaux d évaluation se sont déroulés de juillet 2012 à mai

3 3. Chiffres-clefs 4. Résultats de l évaluation Un dispositif pertinent L aide alimentaire est l une des «porte d accès» aux publics en situation de précarité. S appuyer sur les intervenants de l aide alimentaire comme vecteurs d insertion et de prévention en matière nutritionnelle est une stratégie pertinente, pour trois raisons principales : l aide alimentaire représente, pour ceux qui en bénéficient, une source d approvisionnement importante ; ces structures, de par leur répartition et leur portage (CCAS, associations locales ), assurent un maillage d une grande partie du territoire ; elles jouent déjà un rôle d accompagnement (sur le plan administratif notamment) auprès des publics accueils. Si les grands réseaux d aide alimentaire proposent déjà des formations courtes sur la question de l accueil, et plus rarement sur le thème de l alimentation, la formation INPES apparait plus complète, notamment dans son contenu qui allie des thèmes sur la précarité, l alimentation, la relation intervenant-bénéficiaire et la méthodologie. Le dispositif se distingue également des formations existantes par la combinaison entre formation et accompagnement individuel autour d un projet concret. Des prestataires bien outillés pour la mise en œuvre du dispositif Le choix de l INPES de passer par des prestataires régionaux pour la mise en œuvre des formations a abouti à une sélection quasi exclusive du réseau des IREPS/CODES, acteurs bien outillés pour réaliser les formations, et ayant une bonne connaissance du tissu associatif local. Ce sont les antennes départementales qui ont conçu et mis en œuvre les programmes de formation, aidés dans ce travail par une animation régionale. Les prestataires ont eu 3

4 tendance à considérer que leurs ressources au niveau régional étaient suffisantes pour mener à bien le dispositif. Dès lors, outre les réunions d échanges organisées par l INPES au niveau national, ils ont été peu en demande d accompagnement et d animation supplémentaires. Des difficultés de mobilisation pour un dispositif jugé lourd En dépit de la gratuité de la formation, la mise en œuvre du dispositif s est heurtée à de fortes difficultés de recrutement. Les formations ont réuni au total 945 personnes par département, contre un potentiel de 1600 participants sur les 80 départements participants. Bien qu ils aient pu facilement identifier les structures d aide alimentaire, les prestataires ont eu des difficultés à mobiliser les intervenants pour un programme de formation jugé long et dense (3 jours), notamment si on le compare aux formations proposées par les réseaux associatifs (une journée en général). Les bénévoles en particulier, n intervenant souvent que quelques jours par semaine dans leur structure et faisant face à des contraintes Nombre total de participants personnelles et professionnelles, se sont aux différentes étapes 945 avérés particulièrement difficiles à mobiliser. Le dispositif a été marqué aussi par une participation moindre lors de l étape d accompagnement, certains participants ayant pu être réticents ou bien, pas encore en mesure de proposer une action à mettre en œuvre pendant cette deuxième étape. Des formations qui ont permis un apport de connaissances très significatif La formation a permis un apport de connaissances significatif pour les participants. Les thèmes choisis par l INPES étaient adaptés aux attentes et aux besoins des participants. Les prestataires ont mobilisé des méthodes pédagogiques interactives et ludiques (Photolangage, jeux de rôles, jeu du frigo ). Ces méthodes se sont avérées particulièrement adaptées pour discuter d aspects sensibles, notamment sur les représentations des participants quant au public bénéficiaire. L usage de ces méthodes a par ailleurs permis de faire découvrir aux participants des méthodes et stratégies de promotion de la santé mêlant connaissances et convivialité. La formation, par son contenu et en partie du fait de la mixité des profils des participants a suscité un retour et une réflexion sur les pratiques internes. La posture et le rapport au public sont les pratiques sur lesquelles la formation a suscité le plus de changement. FORMATION J'ai plus de connaissances et d'outils pour mener des actions autour de la santé et Je suis plus à l'aise pour concevoir, gérer ou évaluer des projets. N=175 Je comprends mieux les problématiques de la précarité. N=168 Je me sens plus à l'aise dans mon rapport avec le public de ma structure. N=160 Cependant, la diffusion et la 0% 20% 40% 60% 80% 100% pérennité des acquis de la Source: Enquête structures bénéficiaires, Planète Publique/EQR, 2013 formation a été limitée par plusieurs facteurs : le turnover et le financement précaire de certaines structures ; le fait que certains participants interviennent de manière isolée dans leurs structures, et l absence de formalisation de la restitution faite à leurs collègues. 5% 17% 23% 689 ATELIER COLLECTIF 1 Que vous a apporté la formation? Non, pas du tout Non, pas vraiment Oui, plutôt Oui, tout à fait 26% 61% 56% 703 REUNION INDIVIDUELLES 61% 54% 34% 25% 16% 17% 548 ATELIER COLLECTIF 2 4

5 Un dispositif qui a suscité une forte envie de proposer des actions Le dispositif a suscité l envie chez les participants de mettre en place des actions, et plus généralement de redynamiser leur structure, de manière à aller au-delà d un seul rôle de distribution alimentaire. Le fait qu au total 761 actions aient été envisagées et travaillées lors de la phase d accompagnement (dont environ 200 projets d atelier-cuisine) témoigne de cette dynamique. Les actions accompagnées Atelier cuisine Senbilisation des bénéficiaires Réorganisation interne Repas-convivialité-lien social Amélioration de l'accueil Formation des bénévoles/salariés Actions d'insertion et autres Recettes de cuisine Création épicerie sociale-distribution Jardinage-potager Amélioration de l'offre de denrées Partenariats et échanges de pratiques Santé et Activité physique Création d'outils Les structures ont adopté différentes approches dans la construction des actions, une même action pouvant servir un ou plusieurs objectifs. À titre d exemple, certaines actions de mise en place d ateliers cuisine visent l utilisation des denrées et la sensibilisation des bénéficiaires à l équilibre alimentaire, tandis que l objectif principal de ce type d action pouvait tout aussi bien être le développement du lien social et d un savoir-faire. Les ateliers cuisine sont le type d action le plus fréquemment accompagné. Ils représentent 174 actions, soit 28% des actions accompagnées. Cette prédominance s explique par le fait qu il s agit d un type action à la fois «suffisamment complexe» pour justifier un accompagnement méthodologique, et suffisamment simple pour qu elle puisse être mise en place, ou amorcée, dans le calendrier prévu par l INPES. Les actions de sensibilisationformation des bénéficiaires à l équilibre alimentaire arrivent en seconde position et représentent 16% des actions accompagnées. Il s agit principalement d ateliers d échanges sur l équilibre alimentaire, de projets de création d outils de sensibilisation (affiches notamment), ou d ateliers sur des thématiques plus spécifiques (alimentation des nourrissons, obésité ). Parmi les autres actions envisagées, l organisation de repas conviviaux représente 9% des actions envisagées. Par ailleurs, plusieurs structures ont également profité de l accompagnement pour envisager une réorganisation de leurs structures ou des pratiques internes. Il pouvait s agir notamment de travailler à mieux impliquer les bénéficiaires dans le fonctionnement des structures, ou de mettre en place des évaluations périodiques du service rendu. La mise en œuvre des actions n a pas échappé à un certain nombre de difficultés structurelles 5

6 Les formateurs ont su mener cette phase d accompagnement, en partant du degré d avancement des structures dans leur projet, et en prenant en compte leurs contraintes. Il apparait cependant que d importants freins internes et externes ont limité la mise en place effective ou la pérennisation des actions. Il est estimé qu environ 1 action sur 2 n a pas pu être réalisée. Ces obstacles sont principalement liés au manque de temps et de disponibilité des membres des structures et au turnover. Le financement et les difficultés récurrentes à mobiliser un public en situation précaire constituent également un frein important pour ces structures. Avez-vous rencontré des obstacles à la mise en place de vos projets ou vos idées? (3 réponses possibles) Non, je n'ai rencontré aucun obstacle Oui : des problèmes de financements Oui : une difficulté à trouver du public pour Autre Oui : un manque d'appui de notre direction 5% 8% 7% 23% 27% 24% 46% N=189 0% 5% 10% 15% 20% 25% 30% 35% 40% 45% 50% Source: Enquête structures bénéficiaires, Planète Publique/EQR, 2013 Un échange de pratique apprécié, même si la mise en place de partenariats entre structures reste timide Entre les structures participantes, si l échange de pratique permis par la formation a été très apprécié, les cas de coopération pérenne restent rares. Environ 12% des structures ont monté un projet en partenariat suite à la formation. Il apparait en outre que les projets en partenariat qui ont pu voir le jour s appuyait en général sur des liens préexistant entre les structures. Un dispositif qui a donné de la visibilité à la thématique de l aide alimentaire auprès des acteurs institutionnels Pour les acteurs institutionnels (DRAAF et ARS), le dispositif a contribué à donner de la visibilité à la thématique de l accompagnement des structures de l aide alimentaire. Si certaines régions avaient déjà initié des actions de structuration autour du thème de l aide alimentaire (groupes de travail, recensement ), la mise en œuvre du dispositif a joué un rôle d impulsion, encourageant les acteurs régionaux et locaux à mettre en œuvre des actions de soutien, de sensibilisation ou de structuration des acteurs de l aide alimentaire, dans la suite du dispositif INPES. 5. Conclusions Une introduction tout à fait pertinente de la prévention-promotion de la santé dans le champ de l aide alimentaire Au total, pour un montant total de 1,46 M, le dispositif a permis de toucher entre 6 et 12 % des structures intervenant dans le domaine de l aide alimentaire, ce qui constitue une première couverture non négligeable de ces acteurs et complète les formations déjà mises en œuvre au sein des grands réseaux. Ce constat est partagé par la DGCS, à l initiative du dispositif, et qui continue d encourager ce type d actions, notamment à travers les procédures d habilitation des structures d aide alimentaire. Il a permis aux participants de découvrir des nouveaux concepts (méthodologie de projets en prévention-promotion de la 6

7 santé notamment) et de faire évoluer leurs représentations. Cette expérience, ainsi que les études relatives à cette population (ABENA II notamment), confirment la pertinence d intervenir à travers les structures de l aide alimentaire. Un questionnement quant à la conception et au dimensionnement du dispositif, au regard de ses effets Toutefois, avec 4 à 5 jours d interaction avec un formateur, le dispositif demandait un investissement assez important, qui a probablement freiné les inscriptions (945 personnes formée, sur un maximum de 1600). Malgré ce premier frein à l entrée dans le dispositif, il apparait que le dispositif a eu des effets : Avérés sur la sensibilisation des participants, avec des effets sur l amélioration de l accueil, mais une diffusion limitée des connaissances acquises ; Partiels sur la mise en place d animations ponctuelles (repas collectifs, séance de dégustation ) ; Limités sur la mise en place de projets plus pérennes (atelier cuisine régulier par exemple) et la dynamique locale. Ces résultats posent la question du dimensionnement du dispositif, en temps et en contenu, et de son adaptation aux situations variées des structures, selon le type d action qu elles souhaitent et peuvent mettre en place (en fonction de leurs moyens matériels, financiers, humains). En fixant à l avance le nombre de jours de formation et d accompagnement, des indications sur le contenu, et une durée de mise en œuvre sur 1 an, le cadre du dispositif s avère trop rigide pour s adapter à cette diversité de situations. Des effets émergents sur la dynamique locale Si la possibilité de rencontrer et d échanger avec d autres intervenants de l aide alimentaire a été appréciée par les participants, le dispositif n a pas directement entrainé d émulation au niveau local entre les acteurs. Ce résultat suggère qu un dispositif de formation et d accompagnement n est pas la meilleure réponse pour susciter et pérenniser une dynamique entre acteurs. D autres modalités d intervention doivent être imaginées pour permettre et entretenir une dynamique de coopération et de partenariat. Le dispositif a toutefois permis de donner de la visibilité à cette thématique auprès des acteurs institutionnels (ARS et DRAAF). Progressivement, un certain nombre d actions ont été soutenues et financées au niveau régional. Un degré d atteinte des différents objectifs très positif à court terme, moins évident à moyen/long terme Le dispositif INPES a permis de produire des effets directs et à court terme sur les participants en termes de sensibilisation et d acquisition de connaissances, suscitant un intérêt pour ces questions de l accueil et de la promotion de la santé, et une envie de mettre en place des actions, ce qui est très positif. Il a également permis de toucher des structures pour lesquelles il n existe pas par ailleurs de dispositif de formation sur ces questions (épiceries sociales et solidaires, CCAS, CHRS ) et les amenées à échanger sur leurs pratiques respectives, ce que les participants ont apprécié. Assez logiquement, on constate que les impacts indirects ou à plus long terme en matière de mise en place d actions mettent plus de temps à être palpables. On note ainsi une diffusion 7

8 limitée des connaissances et des outils au sein des structures, et un nombre limité d actions d envergure (de types «projets») et/ou qui se prolongent dans le temps. Un lien nouveau entre les acteurs de l aide alimentaire et ceux de la prévention, à poursuivre et renforcer Le dispositif déployé par l INPES a permis d initier (ou de développer selon les régions) des liens entre les IREPS/CODES et les structures d aide alimentaire, en améliorant la connaissance du secteur de l aide alimentaire par les IREPS/CODES, et en confirmant le besoin d accompagnement des structures. Ce lien pourra servir de point d appui pour pérenniser la démarche de sensibilisation, formation et accompagnement des intervenants. 6. Pistes de travail Piste 1. Proposer des dispositifs d accompagnement adaptés aux moyens et motivations des structures - Encourager les IREPS et les pôles de compétences en éducation pour la santé à intervenir auprès des structures d aide alimentaire. - Encourager la mise en place de temps d échanges de pratiques entres structures. - Promouvoir les partenariats entre structures d aide alimentaire et acteurs de la promotion de la santé ou du champ médico-social. - Concevoir et diffuser des plaquettes sur la question de l accueil dans les structures. Piste 2. Animer la thématique au niveau national - Constituer un groupe de travail pour porter la thématique au niveau national. - Inclure des exigences de formation des intervenants dans les conventions avec les grands réseaux et animer une réflexion sur les manières de concevoir ces formations. - Capitaliser sur les actions mises en place dans le cadre du dispositif INPES. Piste 3. Faire évoluer le classeur «Alimentation Atout Prix» - Clarifier le positionnement du Classeur AAP comme un outil pour les professionnels de la promotion de la santé. - Modifier le Classeur Alimentation Atout Prix, à partir des éléments fournis par l enquête IFOP, complémentaire des résultats de cette évaluation. Piste 4. Améliorer le suivi de ce type de dispositif - Limiter la remontée d information à des indicateurs pertinents pour les besoins d une évaluation. - Concevoir un outil en ligne permettant la saisie directe par les prestataires plutôt qu une remontée papier. Sociétés prestataires : Planète Publique EQR 8

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis Version 2 : 20 juillet 2012 L expérimentation conduite par l Agence nationale de lutte contre l illettrisme

Plus en détail

PRÉSENTATION DES TRAVAUX DU COMITE OPERATIONNEL TERRITORIAL ECONOMIE EMPLOI FORMATION COTEEF Vire

PRÉSENTATION DES TRAVAUX DU COMITE OPERATIONNEL TERRITORIAL ECONOMIE EMPLOI FORMATION COTEEF Vire PRÉSENTATION DES TRAVAUX DU COMITE OPERATIONNEL TERRITORIAL ECONOMIE EMPLOI FORMATION COTEEF Vire Objectifs de l Animation Territoriale : accompagner les territoires Cette animation territoriale commune

Plus en détail

Direction régionale de l'alimentation, de l'agriculture et de la forêt Les actions du PNA concernant l'alimentation des plus démunis 20 novembre 2012

Direction régionale de l'alimentation, de l'agriculture et de la forêt Les actions du PNA concernant l'alimentation des plus démunis 20 novembre 2012 Direction régionale de l'alimentation, de l'agriculture et de la forêt Les actions du PNA concernant l'alimentation des plus démunis 20 novembre 2012 Le PNA Loi de Modernisation de l'agriculture et de

Plus en détail

Offre de formations 2015-2016. L approche tridimensionnelle de l alimentation (biologique, psycho-sensorielle et socioenvironnementale)

Offre de formations 2015-2016. L approche tridimensionnelle de l alimentation (biologique, psycho-sensorielle et socioenvironnementale) Offre de formations 2015-2016 Une offre originale par : L expertise nutritionnelle des formateurs L approche tridimensionnelle de l alimentation (biologique, psycho-sensorielle et socioenvironnementale)

Plus en détail

Comité national d évaluation du rsa Annexes

Comité national d évaluation du rsa Annexes Comité national d évaluation du rsa Annexes Annexe 11 La mise en place du Rsa dans les caisses d allocations familiales (*) Pauline Domingo, Stéphane Donné (Cnaf) Décembre 2011 Les documents d études sont

Plus en détail

Appui technique. Attentes «formation» des entreprises de moins de 300 salariés du secteur de l hôtellerie, la restauration et les activités de loisirs

Appui technique. Attentes «formation» des entreprises de moins de 300 salariés du secteur de l hôtellerie, la restauration et les activités de loisirs 24 mars 2015 Appui technique Attentes «formation» des entreprises de moins de 300 salariés du secteur de l hôtellerie, la restauration et les activités de loisirs Les attentes prioritaires en formation

Plus en détail

Filière «Solaire Thermique»

Filière «Solaire Thermique» Filière «Solaire Thermique» Groupe de travail du 24 mars 2015 Construisons ensemble une communauté de travail en Bretagne Rappel des objectifs La réunion du 24 mars 2015 qui s est tenue à la Communauté

Plus en détail

Suivi Post-Accompagnement DLA 37

Suivi Post-Accompagnement DLA 37 D Indre-et-Loire Suivi Post-Accompagnement DLA 37 STRUCTURE : XXXXX Diagnostic initial effectué le : 15/10/2004 Diagnostic de Suivi post Accompagnement effectué le : 10/04/2007 Etape 1 : Identification

Plus en détail

MOTIVATION DE L ACTION

MOTIVATION DE L ACTION Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour l organisation des territoires FICHE ACTION N 17-3

Plus en détail

3 ème année. Cet appel à proposition s inscrit dans la continuité du travail engagé en année 1 et 2.

3 ème année. Cet appel à proposition s inscrit dans la continuité du travail engagé en année 1 et 2. Appel à proposition Projet Alimen terre Un système d'alimentation local sur le Pays de Vannes 3 ème année Avec près de 60 % de surfaces agricoles, l agriculture demeure prépondérante sur notre territoire.

Plus en détail

Alimenter son jeu. Créer un jeu d éducation nutritionnelle sur le temps des loisirs. Dr Isabelle DURACK. Bélénos - Santé-en-jeux

Alimenter son jeu. Créer un jeu d éducation nutritionnelle sur le temps des loisirs. Dr Isabelle DURACK. Bélénos - Santé-en-jeux Alimenter son jeu Créer un jeu d éducation nutritionnelle sur le temps des loisirs Bélénos - Santé-en-jeux Dr Isabelle DURACK Objectifs Sensibiliser les enfants aux plaisirs et bienfaits D une alimentation

Plus en détail

MOBILITE EN COTENTIN

MOBILITE EN COTENTIN MOBILITE EN COTENTIN PLAN D ACTIONS 2011-2014 Version Date de la version Commentaires V0 16/01/2012 Document présenté en comité de pilotage le 20/01/2012 V1 20/01/2012 Prise en compte des remarques lors

Plus en détail

Contexte institutionnel

Contexte institutionnel 1 Formation en protection de l autonomie des personnes âgées pour les aides à domicile Approche écologique Lucette Barthélémy Chargée d expertise en promotion de la santé Contexte institutionnel 2 L Institut

Plus en détail

La démarche de projet en éducation et promotion de la santé : Comment passer d une idée à sa mise en action?

La démarche de projet en éducation et promotion de la santé : Comment passer d une idée à sa mise en action? La démarche de projet en éducation et promotion de la santé : Comment passer d une idée à sa mise en action? Sources : Méthodologie de projet / fiches pratiques / comment passer d une idée à sa mise en

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES ELABORATION ET REALISATION D UNE STRATEGIE COMMUNICATION GLOBALE

CAHIER DES CHARGES ELABORATION ET REALISATION D UNE STRATEGIE COMMUNICATION GLOBALE Communauté de communes de la haute vallée du Thoré Rue de la mairie 81240 Saint-Amans-Valtoret 05 63 97 98 08 CAHIER DES CHARGES ELABORATION ET REALISATION D UNE STRATEGIE COMMUNICATION GLOBALE 2015 SOMMAIRE

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES TPE-PME 2014 Date limite de réponse : 28 Février 2014

CAHIER DES CHARGES TPE-PME 2014 Date limite de réponse : 28 Février 2014 ENTREPRISES DE salariés -150 Direction territoriale Ouest CAHIER DES CHARGES ORGANISME DE FORMATION CAHIER DES CHARGES TPE-PME 2014 Date limite de réponse : 28 Février 2014 > LE CONTEXTE La majeure partie

Plus en détail

LE CONSEIL DEPARTEMENTAL ET LES CONFERENCES TERRITORIALES DE DEVELOPPEMENT SOCIAL

LE CONSEIL DEPARTEMENTAL ET LES CONFERENCES TERRITORIALES DE DEVELOPPEMENT SOCIAL Mardi 10 décembre 2013 DOSSIER DE PRESSE LE CONSEIL DEPARTEMENTAL ET LES CONFERENCES TERRITORIALES DE DEVELOPPEMENT SOCIAL I. Le contexte national Alors que la demande sociale est en constante augmentation

Plus en détail

Catégorie d initiative 4 : Organiser une campagne de communication sur le réemploi et la réparation Synthèse des 3 initiatives

Catégorie d initiative 4 : Organiser une campagne de communication sur le réemploi et la réparation Synthèse des 3 initiatives Catégorie d initiative 4 : Organiser une campagne de communication sur le réemploi et la réparation Synthèse des 3 initiatives Descriptif : Mise en place d une campagne de communication visant à promouvoir

Plus en détail

Avant de commencer, merci de renseigner les données suivantes :

Avant de commencer, merci de renseigner les données suivantes : Le questionnaire ci dessous a pour objectif de faire le point sur le RESSOL, sur notre dernière action à savoir le mois de l Economie Sociale et Solidaire et sur nos pistes d évolution. Ce questionnaire

Plus en détail

ACCORD CADRE DE PARTENARIAT

ACCORD CADRE DE PARTENARIAT ACCORD CADRE DE PARTENARIAT Entre L Association pour la formation professionnelle des adultes ( AFPA) 13 place du Général de Gaulle - 93108 Montreuil Cedex Représentée par : Son directeur général, Philippe

Plus en détail

Fiche-action n 5.1 Accompagner les chefs d entreprise dans la définition de leur stratégie d export

Fiche-action n 5.1 Accompagner les chefs d entreprise dans la définition de leur stratégie d export Fiche-action n 5.1 Accompagner les chefs d entreprise dans la définition de leur stratégie d export ACTION : - Nature (nationale/régionale) ; - Descriptif du contenu (éventuelles sous-actions ou phases

Plus en détail

ANNEXES. Accompagner les GE non marchands

ANNEXES. Accompagner les GE non marchands 113 Annexe n 1 Tableau comparatif de la mise à disposition de personnel via un GE, hors GE ou dans le cadre d une prestation de service Critères observés Mise à disposition de personnel (MAD) hors GE par

Plus en détail

POUR LE DÉVELOPPEMENT DU TERRITOIRE D EST ENSEMBLE 2014-2017

POUR LE DÉVELOPPEMENT DU TERRITOIRE D EST ENSEMBLE 2014-2017 LE PACTE : un outil pragmatique et partenarial au service des habitants et des acteurs économiques POUR LE DÉVELOPPEMENT DU TERRITOIRE D EST ENSEMBLE 2014-2017 Depuis sa création Est Ensemble a fait du

Plus en détail

Projet Alimentation Quartier Amiraux-Simplon

Projet Alimentation Quartier Amiraux-Simplon Projet Alimentation Quartier Amiraux-Simplon Genèse du projet Les diagnostics Le premier groupe de travail s est réuni à la suite de la restitution d un diagnostic social réalisé sur le quartier Amiraux

Plus en détail

VILLE DE ROUEN - CONSEIL MUNICIPAL SEANCE DU 27 NOVEMBRE 2009 RAPPORT AU CONSEIL MUNICIPAL

VILLE DE ROUEN - CONSEIL MUNICIPAL SEANCE DU 27 NOVEMBRE 2009 RAPPORT AU CONSEIL MUNICIPAL VILLE DE ROUEN - CONSEIL MUNICIPAL SEANCE DU 27 NOVEMBRE 2009 RAPPORT AU CONSEIL MUNICIPAL ------------------------------------------------------------------ PROGRAMME INTERLANGUES III PROGRAMME DE COOPERATION

Plus en détail

Le Programme National pour l Alimentation en Limousin Comité Régional de l ALIMentation du 09/12/2011

Le Programme National pour l Alimentation en Limousin Comité Régional de l ALIMentation du 09/12/2011 Le Programme National pour l Alimentation en Limousin Comité Régional de l ALIMentation du 09/12/2011 1 09/12/2011 1 Ordre du jour - Le Programme national de l alimentation : bref rappel - Gouvernance

Plus en détail

du lundi 25juin 2012

du lundi 25juin 2012 Session de l assemblée départementale Décision modificative n 1 Lundi 25 juin 2012 Contact : Marianne FRESNAIS Attachée de presse de Jean-Léonce DUPONT Président Dossier du conseil de presse général du

Plus en détail

Les Chambres d agriculture,

Les Chambres d agriculture, Les Chambres d agriculture, un excellent partenaire pour les collectivités DÉVELOPPER LES CIRCUITS DE PROXIMITÉ Filières alimentaires locales Marchés des Producteurs de Pays Mes produits en ligne LES FILIERES

Plus en détail

Etude sur le portage de repas à domicile

Etude sur le portage de repas à domicile D éveloppe m ent territori al É val uation P olitiques sociales E ur ope Etude sur le portage de repas à domicile PHASE 2 Septembre 2010 2, place de la mairie - 42570 Saint-Héand tél. : 04 77 30 95 85

Plus en détail

Convention de partenariat Bilan 2012 06/12/2012

Convention de partenariat Bilan 2012 06/12/2012 Convention de partenariat Bilan 2012 06/12/2012 La présente note établit le bilan pour l année 2012 de la convention entre la Région et la Safer Rhône- Alpes. S agissant de la première année d application,

Plus en détail

COORDONNATEUR RESTAURATION COLLECTIVE

COORDONNATEUR RESTAURATION COLLECTIVE Direction des Ressources humaines COORDONNATEUR TECHNIQUE H COORDONNATEUR RESTAURATION COLLECTIVE POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE Direction : DGA Développement - Direction de l Enseignement Poste

Plus en détail

Enquête sur les perspectives d avenir des points de vente spécialisés dans la distribution de produits Bio en Bretagne

Enquête sur les perspectives d avenir des points de vente spécialisés dans la distribution de produits Bio en Bretagne Inter Bio Bretagne vous informe Enquête sur les perspectives d avenir des points de vente spécialisés dans la distribution de produits Bio en Bretagne - Synthèse des résultats - Début, Inter Bio Bretagne

Plus en détail

La politique marseillaise en faveur des Seniors

La politique marseillaise en faveur des Seniors La politique marseillaise en faveur des Seniors Le Centre Communal d Action Sociale de la Ville de Marseille est un établissement public administratif communal. Il oriente ses actions en faveur des personnes

Plus en détail

LA MISSION LOCALE DE L AGGLOMERATION HAVRAISE RECRUTE 1 CHARGE-E DE PROJET EN CDI

LA MISSION LOCALE DE L AGGLOMERATION HAVRAISE RECRUTE 1 CHARGE-E DE PROJET EN CDI LA MISSION LOCALE DE L AGGLOMERATION HAVRAISE RECRUTE 1 CHARGE-E DE PROJET EN CDI ENTREPRISE : Structure associative membre du Service Publique de l Emploi, la Mission Locale de l Agglomération Havraise

Plus en détail

LES CONSEQUENCES DE L ANI

LES CONSEQUENCES DE L ANI LES CONSEQUENCES DE L ANI Chantier : connaissance des conséquences de l ANI sur les mutuelles Les conséquences de l ANI sur chaque mutuelle seront différentes selon son marché ou son positionnement. Il

Plus en détail

RESSOURCER SES PRATIQUES EN EDUCATION ET PROMOTION DE LA SANTE EVALUATION DU SEMINAIRE RESULTATS

RESSOURCER SES PRATIQUES EN EDUCATION ET PROMOTION DE LA SANTE EVALUATION DU SEMINAIRE RESULTATS POLE DE COMPETENCES EN EDUCATION ET PROMO TION DE LA SANTE REGION BRETAGNE AIDES Délégation Grand-Ouest A NP A A Bretagne - Association nationale de prévention en alcoologie et addictologie CIRDD Bretagne

Plus en détail

Actions prévues pour l année à venir & synthèse des actions menées durant l'année écoulée

Actions prévues pour l année à venir & synthèse des actions menées durant l'année écoulée Actions prévues pour l année à venir & synthèse des actions menées durant l'année écoulée Fiche à envoyer pour le 31 décembre de chaque année à l Agence Régionale de Santé (ARS), à l attention du correspondant

Plus en détail

Journée nationale consacrée à l insertion des bénéficiaires du rsa

Journée nationale consacrée à l insertion des bénéficiaires du rsa Journée nationale consacrée à l insertion des bénéficiaires du rsa Dossier de presse Contacts presse : Ministère des solidarités et de la cohésion sociale - 01 42 75 50 01 Assemblée des départements de

Plus en détail

Insertion des diplômés du Master 2 Chargé d'affaires Entreprises et Institutions

Insertion des diplômés du Master 2 Chargé d'affaires Entreprises et Institutions Insertion des diplômés du Master 2 Chargé d'affaires Entreprises et Institutions ENQUETE INSERTION 2012 Auteur CCI Caen Normandie Nom du filtre M2 Chargé d'affaires Entreprises et Institutions Date de

Plus en détail

NOUVELLE THEMATIQUE A L EXPLORATOIRE! Les métiers au service de la santé

NOUVELLE THEMATIQUE A L EXPLORATOIRE! Les métiers au service de la santé NOUVELLE THEMATIQUE A L EXPLORATOIRE! Les métiers au service de la santé L Exploratoire raconte la «belle histoire» d un territoire engagé à maintenir et accroître le niveau de santé de toute sa population,

Plus en détail

PLAN D'ACTION REGIONAL DES FORMATIONS OUVERTES ET A DISTANCE EN BRETAGNE

PLAN D'ACTION REGIONAL DES FORMATIONS OUVERTES ET A DISTANCE EN BRETAGNE PLAN D'ACTION REGIONAL DES FORMATIONS OUVERTES ET A DISTANCE EN BRETAGNE 1. CONTEXTE REGIONAL Le développement de nouvelles modalités d accès à la formation et plus particulièrement le développement de

Plus en détail

TRACER VOTRE PARCOURS CATALOGUE DE FORMATION 2015-2016

TRACER VOTRE PARCOURS CATALOGUE DE FORMATION 2015-2016 TRACER VOTRE PARCOURS CATALOGUE DE FORMATION 2015-2016 Issu d une volonté du réseau, PARCOURS, la Mutuelle de formation des professions de la petite enfance est un organisme à but non lucratif (OBNL) dont

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE [Conférence de Presse, 3 mars 2015]

DOSSIER DE PRESSE [Conférence de Presse, 3 mars 2015] DOSSIER DE PRESSE [Conférence de Presse, 3 mars 2015] Organisateur du salon 7 rue du Faubourg Poissonnière 75009 Paris www.restauco.fr Contacts presse : agence becom! T. 01 42 09 04 34 Mathilde Heidary

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX PREMIER MINISTRE Circulaire du 12 février 2007 relative à la communication sur les projets financés par l Union européenne dans le cadre de la politique de

Plus en détail

Introduction NOTE D ETONNEMENT CONSEIL DES TEMOINS FABRIQUE CITOYENNE JANVIER 2015

Introduction NOTE D ETONNEMENT CONSEIL DES TEMOINS FABRIQUE CITOYENNE JANVIER 2015 NOTE D ETONNEMENT CONSEIL DES TEMOINS FABRIQUE CITOYENNE JANVIER 2015 Introduction La fabrique citoyenne initiée par la Ville de Rennes va conduire à la rédaction d une charte de la démocratie locale.

Plus en détail

Programme d Appui au Développement du Secteur Privé (PADSP) du Cameroun. Le 5 novembre 2013

Programme d Appui au Développement du Secteur Privé (PADSP) du Cameroun. Le 5 novembre 2013 Programme d Appui au Développement du Secteur Privé (PADSP) du Cameroun Le 5 novembre 2013 Plan de la présentation 1. Contexte du Programme 2. Objectifs et méthode du Programme 3. Activités prévues dans

Plus en détail

Présentation du Programme PHARE

Présentation du Programme PHARE Présentation du Programme PHARE Le programme PHARE : des gains pour la qualité de l offre de soins Le contexte du programme PHARE Les achats hospitaliers représentent 18 Md, second poste de dépenses des

Plus en détail

et établissement de santé

et établissement de santé nutrition, dénutrition, alimentation de la personne âgée en EHPAD et établissement de santé Guide pédagogique pour l appropriation de l outil Mobiqual 2013 Contexte La dénutrition chez la personne âgée

Plus en détail

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics DOSSIER DE PRESSE PARTENARIAT CCCA-BTP et PRO BTP Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics Bernard Charpenel / CCCA-BTP Signature de la convention et point presse 10 mars 2010 0 SOMMAIRE

Plus en détail

Jeunesse Loisirs Sport - Social

Jeunesse Loisirs Sport - Social Jeunesse Loisirs Sport - Social Renforcer les dynamiques de professionnalisation et de structuration des filières de la jeunesse, des loisirs, du sport et du social sur les territoires ruraux de la Région

Plus en détail

ITINÉRAIRE FORMATION DE FORMATEUR

ITINÉRAIRE FORMATION DE FORMATEUR 2015 ITINÉRAIRE FORMATION DE FORMATEUR CNFPT- PAYS DE LALOIRE QUAND LES TALENTS GRANDISSENT, LES COLLECITIVITES PROGRESSENT FORMATIONS DE FORMATEURS CONSEILLER FORMATION : AUDREY DUBOIS CODE ITINÉRAIRE

Plus en détail

Le projet Garderie bio

Le projet Garderie bio Le projet Garderie bio Un projet de maillage et de sensibilisation entre des centres de la petite enfance (CPE) et des fermes maraîchères bio locales en Agriculture soutenue par la communauté (ASC) Nadine

Plus en détail

Vademecum marketing Un site pour découvrir le français 1er juillet 2013

Vademecum marketing Un site pour découvrir le français 1er juillet 2013 Le présent vademecum a pour vocation de synthétiser les atouts et principales caractéristiques de Parlons français, c est facile!, des pistes d exploitation du site, ainsi qu un mode d emploi du kit marketing

Plus en détail

Pour la formation des formateurs visant l émancipation des

Pour la formation des formateurs visant l émancipation des Charte Pour la formation des formateurs visant l émancipation des apprenants Eur-Alpha 2009-2012 L alphabétisation est définie par les partenaires Eur-Alpha comme : L acquisition des savoirs de base (compétences

Plus en détail

DOMAINE N 1.2.1 : RENFORCER LE POTENTIEL D INNOVATION DES

DOMAINE N 1.2.1 : RENFORCER LE POTENTIEL D INNOVATION DES O B J E C T I F 1. 2 F A I R E D E L I N N O V A T I O N L E M O T E U R D E L A C O M P E T I T I V I T E D E S E N T R E P R I S E S PRESENTATION GENERALE DE L OBJECTIF Cet objectif vise à améliorer

Plus en détail

ÉDUCATION Côtes d Armor. Collèges publics. Charte de la restauration collective DIRECTION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER

ÉDUCATION Côtes d Armor. Collèges publics. Charte de la restauration collective DIRECTION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER ÉDUCATION Côtes d Armor Collèges publics DIRECTION ÉDUCATION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER Charte de la restauration collective Préambule Dans le cadre de l article 82 de la loi du 13 août 2004, le Département

Plus en détail

DÉFINITION D UNE STRATÉGIE MARKETING DE L ESS SUR LE TERRITOIRE LOIRE SUD

DÉFINITION D UNE STRATÉGIE MARKETING DE L ESS SUR LE TERRITOIRE LOIRE SUD COMMUNAUTE D AGGLOMERATION SAINT-ETIENNE METROPOLE Argo&Siloe DÉFINITION D UNE STRATÉGIE MARKETING DE L ESS SUR LE TERRITOIRE LOIRE SUD Restitution 4 juillet 2013 Définition 9 rue des d une Tuiliers stratégie

Plus en détail

Association de Gestion du Financement de la Formation des Chefs d'entreprises APPEL A PROPOSITIONS MALLETTE DU DIRIGEANT 2014

Association de Gestion du Financement de la Formation des Chefs d'entreprises APPEL A PROPOSITIONS MALLETTE DU DIRIGEANT 2014 Association de Gestion du Financement de la Formation des Chefs d'entreprises APPEL A PROPOSITIONS MALLETTE DU DIRIGEANT 2014 16, Avenue de Friedland 75008 PARIS Contact exclusivement par mail à l adresse

Plus en détail

PROJET DE FUSION. Introduction : Une volonté de rapprochement

PROJET DE FUSION. Introduction : Une volonté de rapprochement PROJET DE FUSION Introduction : Une volonté de rapprochement Historique Anjou Soins Services, Santé Loire Vallée de l Authion et UNA du Saumurois sont trois associations expérimentées dans le soutien à

Plus en détail

Fonds européens structurels d investissement Initiative pour l emploi des jeunes Seine Saint Denis Questions/réponses

Fonds européens structurels d investissement Initiative pour l emploi des jeunes Seine Saint Denis Questions/réponses Fonds européens structurels d investissement Initiative pour l emploi des jeunes Seine Saint Denis Questions/réponses Le présent «Question-Réponse» a pour objectif de répondre aux interrogations les plus

Plus en détail

L association Val Bio Centre : Pour une agriculture durable dans une économie solidaire!

L association Val Bio Centre : Pour une agriculture durable dans une économie solidaire! L association Val Bio Centre : Pour une agriculture durable dans une économie solidaire! Les Paniers Bio du Val de Loire, une filière bio et solidaire du producteur au consommateur Mars 2013 1 Présentation

Plus en détail

LABEL ORIENTATION POUR TOUS

LABEL ORIENTATION POUR TOUS REGION AUVERGNE LABEL ORIENTATION POUR TOUS Raison sociale et adresse des organismes partenaires : Nom et coordonnées du responsable de la coordination : Date d'envoi du dossier : SERVICE PUBLIC DE L ORIENTATION

Plus en détail

ELABORER SON PLAN DE FORMATION GUIDE METHODOLOGIQUE

ELABORER SON PLAN DE FORMATION GUIDE METHODOLOGIQUE ELABORER SON PLAN DE FORMATION GUIDE METHODOLOGIQUE LE PLAN DE FORMATION 2 CONTEXTE L article 7 de la loi de 1984 modifié par l article 7 de la loi du 19 février 2007 stipule que : «Les régions, les départements,

Plus en détail

Fiche de fonction responsable Relais Assistants Maternels

Fiche de fonction responsable Relais Assistants Maternels Fiche de fonction responsable Relais Assistants Maternels Les Relais assistants maternels (Ram) ont été créés en 1989 par la Caisse Nationale des Allocations Familiales. L existence et les missions des

Plus en détail

1ere partie : Présentation de la démarche PPE sur le département du Finistère

1ere partie : Présentation de la démarche PPE sur le département du Finistère Sommaire 1ere partie : Présentation de la démarche PPE sur le département du Finistère 1. Contexte et enjeux du PPE 1.1 Une loi et des orientations départementales 1.2 Les enjeux du PPE 2. La démarche

Plus en détail

Résultats de l analyse de l enquête RH auprès des entreprises du territoire

Résultats de l analyse de l enquête RH auprès des entreprises du territoire Maison de l Emploi de Valenciennes Métropole Projet GPECT Filière - juin 2014 Résultats de l analyse de l enquête RH auprès des entreprises du territoire 1 Contexte Les PME (Petites et Moyennes Entreprises

Plus en détail

1. FICHES DES POSTES OPERATIONNELS. 1. Chauffeur

1. FICHES DES POSTES OPERATIONNELS. 1. Chauffeur Fiches de poste Ces fiches présentent pour chacun des postes : la mission, la disponibilité nécessaire et les aptitudes ou s. - Elles sont divisées en deux catégories, les postes «opérationnels» et les

Plus en détail

Réunion d'échanges de bonnes pratiques en matière de portage à domicile de repas/paniers pour les personnes âgées 06 mars 2012

Réunion d'échanges de bonnes pratiques en matière de portage à domicile de repas/paniers pour les personnes âgées 06 mars 2012 Réunion d'échanges de bonnes pratiques en matière de portage à domicile de repas/paniers pour les personnes âgées 06 mars 2012 La politique publique de l'alimentation vise à assurer à la population l'accès,

Plus en détail

SENSIBILISATION À L AUTOPRODUCTION ACCOMPAGNÉE : FAIRE ET EN FAISANT SE FAIRE

SENSIBILISATION À L AUTOPRODUCTION ACCOMPAGNÉE : FAIRE ET EN FAISANT SE FAIRE SENSIBILISATION À L AUTOPRODUCTION ACCOMPAGNÉE : FAIRE ET EN FAISANT SE FAIRE Dans le contexte actuel de croissance des difficultés économiques, financières et sociales des plus pauvres, les collectivités

Plus en détail

Le conseil méthodologique en éducation et promotion de la santé Le cadre d intervention. - octobre 2010 -

Le conseil méthodologique en éducation et promotion de la santé Le cadre d intervention. - octobre 2010 - Le conseil méthodologique en éducation et promotion de la santé Le cadre d intervention - octobre 2010 - AUTEURS Axe «Formation continue» Anne Leborgne Briand, Comité Départemental d Education pour la

Plus en détail

Séminaire. «Innover, agir ensemble contre le décrochage scolaire»

Séminaire. «Innover, agir ensemble contre le décrochage scolaire» Séminaire «Innover, agir ensemble contre le décrochage scolaire» Lycée du Haut Val de Sèvre Saint Maixent l École 16 avril 2014 Cette action est cofinancée par l union européenne Bilan du séminaire Contexte

Plus en détail

N.E.A. 2 NAUTISME ESPACE ATLANTIQUE 2 LE PLAN D ACTION

N.E.A. 2 NAUTISME ESPACE ATLANTIQUE 2 LE PLAN D ACTION N.E.A. 2 NAUTISME ESPACE ATLANTIQUE 2 LE PLAN D ACTION 1 1 La coordination NEA2 Coordination «Economie» Coordination «Environnement» Coordination «Social» Chef de file Coordination technique transnationale

Plus en détail

RECRUTEMENT D UN CONSULTANT Etude Besoin et Coûts Malnutrition, Niger TERMES DE REFERENCES

RECRUTEMENT D UN CONSULTANT Etude Besoin et Coûts Malnutrition, Niger TERMES DE REFERENCES RECRUTEMENT D UN CONSULTANT Etude Besoin et Coûts Malnutrition, Niger TERMES DE REFERENCES Consultant pour le suivi et l évaluation d une étude nationale sur l évaluation des besoins et des coûts nécessaires

Plus en détail

Concernant les adultes, l'obésité des adultes francs-comtois a progressé de 9.3% (2000) à 15.4% (2012) (moyenne France : 15%).

Concernant les adultes, l'obésité des adultes francs-comtois a progressé de 9.3% (2000) à 15.4% (2012) (moyenne France : 15%). AU SOMMAIRE : -Organisateurs -Partenaires -Contexte -Objectifs -Concept -Programme réalisé -Animations sur les différentes dates -Outils de communication -Relations presse -Résultats ORGANISATEURS : PARTENAIRES

Plus en détail

Dispositifs Locaux d Accompagnement (DLA)

Dispositifs Locaux d Accompagnement (DLA) Dispositifs Locaux d Accompagnement (DLA) Appel à compétence et projet d activités : Cahier des charges DLA Contexte et objectifs stratégiques... 2 Contexte d intervention du Dispositif Local d Accompagnement...

Plus en détail

Note relative aux offres d emploi «Relations internationales» des collectivités territoriales 2 ème trimestre 2012

Note relative aux offres d emploi «Relations internationales» des collectivités territoriales 2 ème trimestre 2012 Note relative aux offres d emploi «Relations internationales» des collectivités territoriales 2 ème trimestre 2012 Une étude de l Agence COOP DEC Conseil Juillet 2012 Réalisée par Estelle VALLIER Chargée

Plus en détail

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement?

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? 1 Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? Livre blanc Objectif du document : Ce document a pour objectif de présenter les principaux éléments de choix d un cabinet de reclassement collectif

Plus en détail

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive»

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» 10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» Préambule Si l actuelle majorité peut indéniablement se prévaloir d un très bon bilan,

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DE LA FORMATION OUVERTURE D ACTION. Certificat de Qualification Professionnelle des Services de l Automobile

CAHIER DES CHARGES DE LA FORMATION OUVERTURE D ACTION. Certificat de Qualification Professionnelle des Services de l Automobile CAHIER DES CHARGES DE LA FORMATION OUVERTURE D ACTION Certificat de Qualification Professionnelle des Services de l Automobile A.N.F.A. Département Ingénierie et Compétences Mars 2013 SOMMAIRE INFORMATIONS

Plus en détail

ACTION SUR LES OUTILS FINANCIERS POUR LA CONSTRUCTION ET LA RENOVATION DE

ACTION SUR LES OUTILS FINANCIERS POUR LA CONSTRUCTION ET LA RENOVATION DE mountee: Energy efficient and sustainable building in European municipalities in mountain regions IEE/11/007/SI2.615937 ACTION SUR LES OUTILS FINANCIERS POUR LA CONSTRUCTION ET LA RENOVATION DE BATIMENTS

Plus en détail

Evaluation du dispositif de Volontariat de Solidarité Internationale. Résumé MAEE

Evaluation du dispositif de Volontariat de Solidarité Internationale. Résumé MAEE MAEE RAPPORT FINAL Evaluation du dispositif de Volontariat de Solidarité Internationale Résumé Agnès Lambert, Raphaël Beaujeu, Helena Stucky de Quay, Didier Beaufort, Moctar Ahmed, Riad Bensouiah, Ralison

Plus en détail

05 novembre 2015 IREV - Lille

05 novembre 2015 IREV - Lille 05 novembre 2015 IREV - Lille 1. OBJECTIFS GENERAUX Objectifs généraux Objectifs généraux Présenter le club d entreprises FACE MEL, ses actions et spécificités Présenter notre méthodologie de développement

Plus en détail

COMMISSION DE DIALOGUE SOCIAL DE LA POSTE MUTUALISATION DE L ACCÈS AUX SERVICES DANS 1 000 BUREAUX DE POSTE EN ZONE RURALE ET DE MONTAGNE

COMMISSION DE DIALOGUE SOCIAL DE LA POSTE MUTUALISATION DE L ACCÈS AUX SERVICES DANS 1 000 BUREAUX DE POSTE EN ZONE RURALE ET DE MONTAGNE COMMISSION DE DIALOGUE SOCIAL DE LA POSTE MUTUALISATION DE L ACCÈS AUX SERVICES DANS 1 000 BUREAUX DE POSTE EN ZONE RURALE ET DE MONTAGNE 31/03/2015 SOMMAIRE 1. Mutualisation de l accès aux services en

Plus en détail

L'atelier Bien-être à table 5 séances de prévention nutritionnelle

L'atelier Bien-être à table 5 séances de prévention nutritionnelle L'atelier Bien-être à table 5 séances de prévention nutritionnelle Titre présentation - date 1 L'atelier Bien-être à table Contexte 2 Un atelier nutrition au sein du parcours prévention Depuis 2011, la

Plus en détail

> Echanger et mutualiser des savoir-faire pour valoriser des compétences

> Echanger et mutualiser des savoir-faire pour valoriser des compétences F O R M A T I O N FORMATIONS En Développement Local Durable F O R M A T I O N FORMATIONS En Développement Local Durable Le lieu LAGRAPPE 75 rue Léon Gambetta 59000 Lille Renseignements / inscriptions :

Plus en détail

Fonction 2 : Conseil et relation annonceur

Fonction 2 : Conseil et relation annonceur Situation : Sit 2.1.1 Réalisation d'outils commerciaux Compétence : C21.1 - Préparer les outils de vente Description : Cette action m'a permis de me confronter à la difficulté de concevoir les différents

Plus en détail

Céline Nicolas Cantagrel CPC EPS Grande Section /CP Gérer et faciliter la continuité des apprentissages

Céline Nicolas Cantagrel CPC EPS Grande Section /CP Gérer et faciliter la continuité des apprentissages Céline Nicolas Cantagrel C EPS Grande Section / Gérer et faciliter la continuité des apprentissages GS Quelques pistes par rapport à l équipe pédagogique : renforcer les liens, clarifier les paramètres

Plus en détail

Animation de la manifestation de remise des prix de la 10 ème édition du concours «Initiative au Féminin»

Animation de la manifestation de remise des prix de la 10 ème édition du concours «Initiative au Féminin» 1er réseau de financement des créateurs d entreprise 228 plateformes d accompagnement dans toute la France 16 200 entreprises et 38 500 emplois créés ou maintenus en 2014 CAHIER DES CHARGES Animation de

Plus en détail

Développement rural territorial et sécurité alimentaire

Développement rural territorial et sécurité alimentaire Cette présentation revient sur les expériences de de la la FAO en en matière de de développement local, identifie les conditions pour promouvoir une approche territoriale du développement rural, fait des

Plus en détail

LES FORMATIONS DU RAPeL

LES FORMATIONS DU RAPeL LES FORMATIONS DU RAPeL Cycle 2015 Cycle de formations autour de l accompagnement social en matière d habitat à destination des acteurs du secteur du logement social et logement social assimilé et tout

Plus en détail

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents :

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents : MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION Le moniteur-éducateur participe à l'action éducative, à l'animation et à l'organisation

Plus en détail

LA RÉPARTITION DES PROFESSIONNELS DU RACHAT DE CRÉDIT EN FRANCE http://www.1rachat-crédit.com/

LA RÉPARTITION DES PROFESSIONNELS DU RACHAT DE CRÉDIT EN FRANCE http://www.1rachat-crédit.com/ LA RÉPARTITION DES DU RACHAT DE CRÉDIT EN FRANCE http://www.1rachat-crédit.com/ Les tableaux suivants permettent de retrouver les données détaillées de la répartition des entreprises de rachat de crédits

Plus en détail

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION Le moniteur-éducateur participe à l'action éducative, à l'animation et à l'organisation

Plus en détail

(auto) évaluer son projet et pourquoi pas vous?

(auto) évaluer son projet et pourquoi pas vous? (auto) évaluer son projet et pourquoi pas vous? Guide de sensibilisation à l usage de tous les acteurs de nos quartiers d été 1/8 «S auto-évaluer une démarche commune» Acteurs de Nos Quartiers d Eté...

Plus en détail

Observatoire des partenariats Associations / Entreprises. Synthèse ARPEA Entreprises. Associations / entreprises : l amorce d une profonde mutation!

Observatoire des partenariats Associations / Entreprises. Synthèse ARPEA Entreprises. Associations / entreprises : l amorce d une profonde mutation! Observatoire des partenariats Associations / Entreprises Associations / entreprises : l amorce d une profonde mutation! Mai 2009 2 Le monde change, les postures aussi! Les relations entre les associations

Plus en détail

ORGANISATION DES POINTS D ETAPE

ORGANISATION DES POINTS D ETAPE Projet de note méthodologique ANRU Janvier 2008 ORGANISATION DES POINTS D ETAPE Note méthodologique 1. PRESENTATION GENERALE 1. Enjeux et objectifs des points d étape Les points d étape, réalisés deux

Plus en détail

Accord handicap inter-branches OPCA 3+ / Agefiph : les entreprises adhérentes d OPCA 3+ partagent leur expérience

Accord handicap inter-branches OPCA 3+ / Agefiph : les entreprises adhérentes d OPCA 3+ partagent leur expérience Accord handicap inter-branches OPCA 3+ / Agefiph : les entreprises adhérentes d OPCA 3+ partagent leur expérience L accord inter-branches de partenariat signé en octobre 2012 entre les partenaires sociaux

Plus en détail

Résultats de l enquête Atlant-Kis. l innovation»

Résultats de l enquête Atlant-Kis. l innovation» Résultats de l enquête Atlant-Kis «Innovation et services à l innovation» Le diagnostic du projet Atlant Kis Méthodologie proposée par la Navarre, coordinateur du projet Adaptable aux contextes régionaux

Plus en détail

Mettre en place de plateformes inter-opérables mutualisées d informations et de services.

Mettre en place de plateformes inter-opérables mutualisées d informations et de services. 7 points pour garantir un bel avenir de la e-santé en France... by Morgan - Dimanche, janvier 30, 2011 http://www.jaibobola.fr/2011/01/avenir-de-la-e-sante-en-france.html La Recherche et le développement

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Arrêté du 17 septembre 2012 fixant le cahier des charges du dispositif de formation des personnels de direction

Plus en détail