Audit de modernisation relatif à l archivage. Rapport interministériel complémentaire

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Audit de modernisation relatif à l archivage. Rapport interministériel complémentaire"

Transcription

1 1 Audit de modernisation relatif à l archivage Rapport interministériel complémentaire Mars 2007

2 Audit archivage Constats Audits de modernisation 1. Cadre de l audit L audit de modernisation sur l archivage porte sur l ensemble des 15 ministères en dehors des pouvoirs publics constitutionnels (Présidence, Parlement, Cour des comptes), ainsi que sur certains services déconcentrés. Dans le cadre des réflexions relatives à l économie de l immatériel et de la mise en œuvre de la loi organique relative aux lois de finances (LOLF), la problématique de l archivage constitue aujourd hui un enjeu majeur pour la modernisation de l Etat notamment par sa contribution directe aux trois objectifs de performance qu elle définit (efficacité socio-économique, efficience de gestion, qualité de service). 2. État des lieux L archivage représente un enjeu budgétaire significatif, et un coût réel quoique mal identifié. Des effectifs identifiés pour la fonction archivage à vocation patrimoniale : pour le traitement des archives définitives, le rapport Stirn (oct 2005) mentionne 777 ETP (26M ) dans le périmètre de la direction des archives de France (DAF) pour la fonction archivage intermédiaire, l effectif total s élèverait à plus de ETP (tous ministères confondus, administrations centrales et services déconcentrés, hors DAF et archives départementales) Un coût complet de l archivage intermédiaire d environ 200 millions d euros (administrations centrales et services déconcentrés) répartis comme suit : 107 millions d euros en coûts de personnel 77 millions d euros en coûts d infrastructure 8 millions d euros «divers» (prestations externes, informatique ) Plus de kilomètres linéaires d archives intermédiaires en stock et en transit dont de nombreux arriérés en attente d être triés. Des projets d investissement significatifs : la Courneuve (ministère des affaires étrangères - 57M ), centre de Pierrefitte (Archives de France - 119M ). En matière d archivage papier, la situation est très hétérogène entre les ministères : l approche «logistique» non maîtrisée contraste avec une approche intégrée aux processus de production. En matière d archivage électronique, les expérimentations demeurent trop partielles et isolées. Les processus dématérialisés d archivage sont peu nombreux. L audit identifie quatre principales perspectives d évolution : promouvoir la qualité de l offre de service rendu en interne et en externe rationaliser l archivage courant et intermédiaire intégrer la problématique de l archivage dès la création d un document mettre en œuvre une politique de dématérialisation et d archivage électronique dès la production des documents MINEFI - DGME

3 Propositions Audit archivage Audits de modernisation 3. Recommandations A court terme, une fonction archivage optimisée et pilotée aux processus rationalisés : Mises en œuvre à horizon d un an, les recommandations suivantes permettront de faire évoluer l archivage d une fonction support intervenant en «bout de chaîne» à une fonction dynamique de gestion de l information dans le temps : Responsabiliser les directeurs et responsables de programme aux enjeux de l archivage à travers notamment la formalisation d une charte interministérielle de l archivage déclinée en contrats d engagements réciproques dans les ministères Piloter l archivage en mode LOLF : transparence sur les coûts, bilan des arriérés, objectifs et indicateurs de performance de l archivage Renforcer structurellement la fonction archivage en institutionnalisant le rôle de «correspondant archivage» et en clarifiant les périmètres d intervention respectifs entre producteurs et archivistes Engager une ré-ingéniérie des processus d archivage papier dans une logique de réduction des dépenses et d optimisation des processus : le contrôle et le tri des flux devant faire l objet d un archivage définitif devraient être pris en compte davantage en amont les archives intermédiaires peu sollicitées pourraient être délocalisées dans des structures dédiées de l administration (économie annuelle d environ 11 millions d euros au bout de trois ans) les stocks très peu sollicités pourraient être externalisés (la conservation représente un coût trois fois moindre en externe qu en interne) Intégrer l archivage électronique aux schémas directeurs informatiques des ministères et spécifier les données des applications informatiques présentant un fort enjeu d archivage Intégrer un module d archivage électronique aux systèmes d information ou les interfacer à des applications dédiées d archivage Développer des plates-formes d archivage électronique juridiquement sécurisées Valoriser l information archivée, notamment sous forme numérique, en faisant évoluer qualitativement la fonction archivage d un rôle de support à un engagement de service contractualisé vis-à-vis des producteurs de documents, et à terme vis-à-vis des clients externes A moyen terme, la généralisation d une gestion des documents et de l information dans le temps s appuyant sur une fonction archivage intégrée : à horizon de trois ans, l objectif est de généraliser la pratique du «records management» qui consiste, quel que soit le support, à garantir la traçabilité, l authenticité et la pérennité des informations, en prenant en compte l ensemble du cycle de vie des données et des documents dès leur création. 4. Impacts attendus La mise en œuvre des recommandations de l audit doit avoir pour effets : d améliorer la performance de la fonction archivage, en termes à la fois d efficacité, d efficience et de qualité de service de transformer l information archivée en ressource immatérielle stratégique, accessible en ligne autant que la technique le permet et en respectant une réglementation appelée à évoluer de diminuer les coûts cachés d un «mauvais» archivage en ne conservant que les seules informations nécessaires (à titre juridique et/ ou patrimonial) de développer l archivage électronique d informations de façon à en garantir la fiabilité et la pérennité MINEFI - DGME

4 PRINCIPAUX ELEMENTS DE PERIMETRE DE L'AUDIT Périmètre de l audit Eléments de périmètre de l'audit Nombre d usagers concernés Nombre L ensemble des «clients» en interne (intra administration) et en externe (inter administrations, chercheurs, particuliers ) désirant avoir accès aux informations archivées L ensemble des agents de la fonction publique confrontés à l archivage et plus spécifiquement les services directement impliqués dans la fonction archivage Nombre de ml d archives km linéaires d archives intermédiaires pour l ensemble des services qu ils soient dédiés ou non à l archivage km linéaires d archives définitives s agissant du réseau de la direction des archives de France uniquement Périmètre financier concerné (pour l archivage intermédiaire) Eléments de périmètre financier Montants Commentaires Dépenses de personnel Dépenses infrastructures Dépenses diverses (prestations externes, informatique ) Coût de l archivage intermédiaire par mètre linéaire 107 millions d euros 77 millions d euros 8 millions d euros 53,3 euros Administrations centrales et services déconcentrés Administrations centrales et services déconcentrés Administrations centrales et services déconcentrés 21,5 /ml dédiés à l activité «tri et sélection» Effectifs concernés Nombre d'agents Service(s) Commentaires Environ ETP Fonction archivage intermédiaire 777 ETP Archivage Définitif Il s agit des effectifs directement impliqués dans le processus de la fonction archivage intermédiaire, tous ministères confondus, administrations centrales et services déconcentrés, hors direction des archives de France et archives départementales Ce nombre englobe les conservateurs (directeurs et adjoints) travaillant en archives départementales et les effectifs des 5 centres d archives nationales

5 PRINCIPALES RECOMMANDATIONS Numéro Recommandations Chapitre du rapport correspondant Echéance de mise en œuvre 01 Communiquer autour de la nouvelle dynamique de l archivage III.1.a 6 à 12 mois 02 Responsabiliser les directeurs et responsables de programme aux enjeux de l archivage III.1.b 6 à 12 mois 03 Elaborer en amont une politique de gestion de l information III.1.c 6 à 12 mois 04 Renforcer la fonction archivage III.1.d 6 à 12 mois 05 Développer le pilotage de la fonction archivage en mode LOLF III.1.e 6 à 12 mois 06 Améliorer la mise à disposition des instructions archivistiques et des instruments de recherche pour les services producteurs (intranet/extranet) III.1.f 6 à 12 mois 07 Assurer la prise en compte des enjeux de l archivage par les directeurs et responsables de programme III.2.a 12 à 24 mois 08 Maîtriser les enjeux juridiques liés à l archivage électronique III.2.b 12 à 24 mois 09 Engager une ré-ingénierie des processus en matière d archivage papier et électronique III.2.c 12 à 24 mois 10 Mettre en place un contrôle interne du respect des processus et des procédures III.2.d 12 à 24 mois 11 Faciliter l accès aux informations archivées dans une dynamique d offre de service III.2.e 12 à 24 mois 12 Garantir la traçabilité des informations III.3.a 3 à 5 ans 13 Intégrer un module d archivage dans les principaux systèmes d information et faciliter l interfaçage entre les différents systèmes d information et les plates-formes III.3.b 3 à 5 ans 14 Développer et assurer la mise en service opérationnelle de plates-formes d archivage électroniques sécurisées III.3.c 3 à 5 ans 15 Développer l offre de service vis-à-vis des clients externes III.3.d 3 à 5 ans

6 PRINCIPALES AMELIORATIONS QUALITATIVES ATTENDUES Amélioration attendue Transformation de la perception de la fonction archivage (information triée et conservée = ressource immatérielle) Recommandations Principaux bénéficiaires correspondantes Citoyen Usager Contribuable Agents Nature de l'amélioration attendue (*) 1, 7,11 x x x 2 Indicateur(s) de mesure envisageable(s) - Suivi d avancement du plan de transformation - Nombre d écoles de la fonction publique ayant mis en œuvre une sensibilisation dans le cadre de la formation initiale Meilleure visibilité de la fonction archivage 2, 7, 11 x x 5 - Suivi d avancement du plan de transformation - Nombre de modules de formation continue intégrant un volet archivage Meilleure connaissance et application des instructions archivistiques, utilisation des instruments de recherche par les services producteurs Identification claire et coordination des rôles et responsabilités des acteurs impliqués 4, 6,11 x 1 4, 6, 10, 11 x 5 - Consultations des documents par les producteurs - Nombre de formations proposées / dispensées - Présence de correspondants archivage dans les référentiels emplois - Nombre de contrats d engagement réciproques Intégration des problématiques de l archivage papier et électronique en amont 3, 9, 14 x x x x 3 - Nombre de schémas directeurs informatiques ayant intégré les questions relatives à l archivage électronique - Nombre d applications existantes ou en développement comportant un module d archivage Application des politiques de gestion de l information 2, 7, 11 x x x 3 - Suivi d avancement du plan de transformation - Nombre de personnes ayant bénéficié de formations

7 Amélioration attendue Recommandations Principaux bénéficiaires correspondantes Citoyen Usager Contribuable Agents Nature de l'amélioration attendue (*) Indicateur(s) de mesure envisageable(s) Réduction des stocks d arriérés 5, 9, 11 x x 7 - Nombre de directions ayant fait l objet d un état des lieux - Fréquence des versements par direction - Volumes triés / volumes en stock Pilotage effectif de la fonction archivage en mode LOLF 5, 11 x x x 2, 7 - Nombre de tableaux de bord - Nombre de contrats d engagement réciproques - Nombre de missions d inspection intégrant un volet archivage Amélioration de l offre de service interne et externe Conservation sécurisée et fiable des documents électroniques 6, 11, 15, 16 x x 6, 1 8, 13, 15 x x 9 Qualité des processus d archivage électronique 9, 10 x x x 3, 4, 5, 6 Accès facilité et valorisation des informations archivées 12, 13, 15, 16 x x 6, 1 Traçabilité des informations archivées 9, 13, 14, 15 x x 6 - Suivi d avancement du plan de transformation - Nombre de tableaux de gestion mis à jour - Répertoires et instructions archivistiques mis en ligne - Fréquence des contacts entres services producteurs et d archivage - Mise en place d un label archivage électronique sécurisé - Nombre d applications pour lesquelles des modules d export de données ont été intégrés - Nombre de processus pour lesquels le standard d échange est appliqué - Nombre de procédures normalisées - Nombre de plates-formes d archivage opérationnelles - Volume de demandes de consultations - Suivi d avancement du plan de transformation - Nombre de tableaux de gestions actualisés

8 PRINCIPAUX GAINS FINANCIERS ATTENDUS Gains financiers attendus Réduction des coûts de stockage des archives intermédiaires peu sollicitées Echéance indicative d'obtention des gains 3 ans Montant 11 millions d euros par an Augmentatio n des recettes Nature Réduction des dépenses X Dépenses évitées ou en moindre progression Commentaires Hypothèse fondée sur un transfert des 30% d archives «peu sollicitées» depuis les bâtiments dont le coût se situe dans la norme de 21,5 /ml vers des locaux aux coûts d infrastructure plus faible (6 /ml) ; en considérant les investissements nécessaires dans la réhabilitation et dans des installations de rayonnage pour accueillir ce stock, le «délai de récupération» pour rentabiliser l'investissement initial serait d un peu plus de 3 ans. (*) : Nature des améliorations attendues : (1) Amélioration de l'égalité d'accès aux services publics, (2) Meilleure adaptation des missions de l'etat aux besoins; meilleure allocation des moyens de l'etat par rapport aux besoins, (3) Simplification des procédures, (4) Réduction des délais de traitement, (5) Modernisation du fonctionnement des structures de l'etat, (6) Meilleur accès à l'information, (7) Renforcement des capacités de pilotage / de contrôle de l'etat, (8) Amélioration des conditions de travail des agents, (9) Autres

9 Sommaire détaillé Conseil général des technologies de l information, Direction générale de la 2 I. Des transformations pour améliorer la performance de l archivage 1. Rappel des enjeux a. Renforcer la politique d archivage pour une meilleure prise en compte de l archivage électronique b. Clarifier et coordonner les rôles et responsabilités des acteurs impliqués dans la fonction archivage c. Optimiser les opérations de sélection et de tri des archives et améliorer les outils d. Améliorer la mise à disposition des informations archivées II. III. IV. 2. Des recommandations pour améliorer la performance de l archivage en tant que ressource immatérielle a. A très court terme, l optimisation de la fonction archivage b. A court terme, le développement effectif d une fonction archivage intégrée et pilotée c. A moyen terme, la généralisation d une gestion des documents dans le temps («records management») d. Synthèse des actions recommandées à court et moyen terme e. Principales actions à mener par étape du processus archivage f. Une approche interministérielle qui doit s accompagner d une mise en œuvre spécifique par ministère Analyse des coûts de la fonction archivage intermédiaire Annexes 1. Détail des transformations et actions recommandées à très court terme 2. Détail des transformations et actions recommandées à court terme 3. Détail des transformations et actions recommandées à moyen terme 4. Annexes de l étude sur les coûts de la fonction archivage intermédiaire 5. Glossaire Pièces jointes 1. Fiches illustratives 2. Référentiels clés (SDAE, DCSSI, DAF) et études complémentaires 3. Aperçu comparatif de la dématérialisation des pièces de marché public dans l Union Européenne 4. Aperçu de l archivage et de la gestion de l information au Canada

10 3 1. Rappel des enjeux Dans le cadre des réflexions relatives à l économie de l immatériel* et de la mise en œuvre de la loi organique relative aux lois de finances (LOLF), la problématique de l archivage constitue aujourd hui un enjeu majeur pour la modernisation de l Etat notamment par sa contribution directe aux trois objectifs de performance qu elle définit : l efficacité socio-économique : la ré-ingénierie des processus d archivage, puis leur dématérialisation, optimisera les moyens alloués à la fonction et réduira les délais de mise à disposition de la ressource en terme d information ; l efficience de gestion : la prise en compte de l archivage en amont réduira les coûts associés au traitement et au stockage des archives au sein de l ensemble des ministères ; la qualité de service : le positionnement de la fonction archivage comme prestataire de service vis-à-vis des services producteurs et des citoyens assurera une meilleure prise en compte de leurs besoins respectifs. Au regard des constats dressés dans le rapport d analyse de l existant, quatre principaux besoins d évolution émergent : 1. En terme de politique : la politique d archivage doit être renforcée pour assurer une meilleure prise en compte de l archivage électronique 2. En terme d organisation : les rôles et responsabilités des acteurs impliqués dans la fonction archivage doivent être clarifiés et coordonnés 3. En terme d outils : les outils de traitement et de gestion des informations à archiver gagneraient à être perfectionnés 4. Enfin, en terme de communication et d approche client, la mise à disposition des informations archivées peut être améliorée Ces évolutions apparaissent nécessaires tant pour répondre aux difficultés rencontrées par les ministères que pour essaimer des bonnes pratiques aujourd hui disparates et non systématiquement partagées. * Rapport de la Commission sur l économie de l immatériel cf IV.2

11 4 1. Rappel des enjeux a Renforcer la politique d archivage pour une meilleure prise en compte de l archivage électronique L analyse de l existant a révélé une dichotomie entre, d un côté, une politique d archivage papier existante mais plus ou moins développée selon les ministères et, de l autre côté, un archivage électronique réglementé au niveau interministériel (référentiels DCSSI, SDAE/DAF) mais inexistant ou embryonnaire dans les ministères. Cette dichotomie se traduit par : Une fonction archivage peu valorisée car les enjeux sous-jacents sont insuffisamment appréhendés par la hiérarchie des ministères, singulièrement pour l archivage électronique ; L absence d applications dédiées à l archivage ou la non-intégration de modules d archivage dans les applications existantes ; L absence d archivage des documents numériques (bases de données, courriels, documents bureautiques) ; La re-matérialisation systématique des informations électroniques ; Des formations initiales pour les archivistes et des compétences techniques qui permettent peu d appréhender des problématiques d archivage électronique ; Une culture de la performance et de la gestion au sens «LOLF» peu voire pas du tout intégrée au fonctionnement de l archivage.

12 5 1. Rappel des enjeux b Clarifier et coordonner les rôles et responsabilités des acteurs impliqués dans la fonction archivage Le besoin de clarification des rôles et responsabilités est double. Il s agit : d améliorer la connaissance du corpus réglementaire et archivistique par les producteurs La circulaire de 2001 est en effet insuffisamment appliquée, notamment en ce qui concerne : le renforcement du réseau de correspondants archivage au sein des différents services ; la bonne gestion des archives courantes et intermédiaires par les services producteurs. De même, les processus de versement des archives ne sont pas toujours bien connus et respectés, et en particulier le processus de versement des archives électroniques. de renforcer la collaboration entre les services producteurs et les services d archivage La diversité des modèles organisationnels des ministères se traduit par une intégration plus ou moins forte de la fonction archivage auprès des services producteurs (existence de relais, correspondant ou simple interlocuteur). La part des directions faisant appel au service d archivage ou prenant en compte les enjeux de l archivage varie fortement en fonction des ministères.

13 6 1. Rappel des enjeux c Optimiser les opérations de tri et de sélection des archives et améliorer les outils La confusion des rôles et responsabilités complexifie de facto le processus d archivage : l absence de traitement des archives en amont, et dès la création d un document, génère une lourde charge de tri en aval, voire le cas échéant des arriérés conséquents ; la multi gestion de certains dossiers, comme par exemple les dossiers de personnel ou de marchés publics, engendre des mauvaises pratiques de conservation locale et d accumulation des archives. De surcroît, le processus n est pas simplifié par les outils existant : les outils d archivage mis à disposition sont limités, souvent obsolètes, répondent peu à des besoins de gestion et s intègrent peu voire pas aux autres outils SI. Dès lors, le besoin d évolution porte tant sur l optimisation des opérations de tri et de sélection que sur l automatisation des activités de versement ou de consultation. Du fait des progrès de l électronique, il appelle également une évolution du métier de l archiviste qui, d expert en sélection et en tri est amené à se spécialiser sur le cycle de vie de l information, sur sa modélisation et sa structuration.

14 7 1. Rappel des enjeux d Améliorer la mise à disposition des informations archivées Enfin, en termes de communication et d approche client, l amélioration de la mise à disposition des informations archivées apparaît nécessaire, et ce pour plusieurs raisons : A l inverse du MAE, du MINEFI et du MINDEF, les missions d archives des ministères membres du réseau DAF n ont pas comme mission première de mettre en valeur les archives collectées. Par conséquent, les archives intermédiaires sont peu mises à disposition des clients internes comme externes. Peu de services en charge de l archivage s inscrivent dans une logique de développement de leur offre de service. L évolution de la société de l information rend inéluctable la mise à disposition des informations sur internet, sous peine de les voir disparaître et sous la réserve du respect des droits des personnes ; dès lors, l avenir de l archivage comme composante clé de l information passe nécessairement par la mise en ligne des documents. Enfin, la méconnaissance des durées d utilité administrative et l absence de traçabilité des archives limitent la mise à disposition des informations archivées. Il en résulte un manque de valorisation de la production de l Etat. En effet, la pérennisation de la mémoire de l action de l Etat passe par la mise en ligne systématique de toute information dans le respect des dispositions réglementaires. Ce besoin d évolution s inscrit pleinement dans l obligation de transparence de l administration envers les citoyens.

15 Sommaire détaillé Conseil général des technologies de l information, Direction générale de la 8 I. Des transformations pour améliorer la performance de l archivage 1. Rappel des enjeux a. Renforcer la politique d archivage pour une meilleure prise en compte de l archivage électronique b. Clarifier et coordonner les rôles et responsabilités des acteurs impliqués dans la fonction archivage c. Optimiser les opérations de sélection et de tri des archives et améliorer les outils d. Améliorer la mise à disposition des informations archivées II. III. IV. 2. Des recommandations pour améliorer la performance de l archivage en tant que ressource immatérielle a. A très court terme, l optimisation de la fonction archivage b. A court terme, le développement effectif d une fonction archivage intégrée et pilotée c. A moyen terme, la généralisation d une gestion des documents dans le temps («records management») d. Synthèse des actions recommandées à court et moyen terme e. Principales actions à mener par étape du processus archivage f. Une approche interministérielle qui doit s accompagner d une mise en œuvre spécifique par ministère Analyse des coûts de la fonction archivage intermédiaire Annexes 1. Détail des transformations et actions recommandées à très court terme 2. Détail des transformations et actions recommandées à court terme 3. Détail des transformations et actions recommandées à moyen terme 4. Annexes de l étude sur les coûts de la fonction archivage intermédiaire 5. Glossaire Pièces jointes 1. Fiches illustratives 2. Référentiels clés (SDAE, DCSSI, DAF) et études complémentaires 3. Aperçu comparatif de la dématérialisation des pièces de marché public dans l Union Européenne 4. Aperçu de l archivage et de la gestion de l information au Canada

16 9 2. Des recommandations pour améliorer la performance de l archivage Une nouvelle dynamique pour l archivage L archivage n est pas un stockage a posteriori des informations mais une conservation dynamique des données tout au long de leur cycle de vie, engageant la responsabilité de l Etat et des acteurs dans un contexte de judiciarisation croissante de la société. Ainsi, un archivage optimisé implique : la conservation des seuls documents nécessaires au sens opérationnel, juridique et patrimonial la possibilité d avoir accès à tout moment à un document la garantie d une conservation sécurisée des documents archivés la mise à disposition des informations de manière à anticiper les besoins des clients potentiels Pour ce faire, des transformations sont à envisager : 1. A très court terme, une fonction archivage optimisée et des coûts transparents 2. A court terme, une fonction archivage pilotée et intégrée, via la ré-ingénierie des processus sous-jacents 3. A moyen terme, la généralisation d une gestion de l information dans le temps (démarche de records management )

17 10 2. Des recommandations pour améliorer la performance de l archivage a A très court terme : l optimisation de la fonction archivage A très court terme (moins d un an), il s agit de mettre en place les mesures prioritaires nécessaires à l optimisation de l archivage. L enjeu de modernisation consiste ainsi à faire évoluer l archivage d une fonction de support intervenant en «bout de chaine» à une fonction dynamique de gestion de l information dans le temps, en la considérant de facto comme une ressource stratégique. Ce positionnement, au confluent de l ensemble des processus, nécessite d opérer des transformations d ordre politique, organisationnel et procédural. D ici 6 à 12 mois, il s agit ainsi de Communiquer autour de la nouvelle dynamique de l archivage en associant les termes «information» et «gestion documentaire» et en assurant progressivement une sensibilisation de l ensemble des agents à cette nouvelle dynamique ; Responsabiliser les directeurs et responsables de programme aux enjeux de l archivage en les associant à l élaboration d une charte interministérielle de l archivage sous l égide du Comité Interministériel des Archives de France (CIAF) qui serait réuni à cette occasion (créé en 2002, il n a à ce jour jamais été réuni) ; Définir une politique de gestion de l information qui permette en amont de prendre en compte les enjeux de l archivage «papier» et électronique, notamment dans le cadre de la conception / refonte d applications métiers et plus globalement des schémas directeurs informatiques ; Renforcer structurellement la fonction archivage, ceci consistant à : Ancrer la fonction de «correspondant archivage» au sein des services producteurs par une inscription de cette fonction dans les répertoires d emplois des ministères ; Clarifier les rôles et responsabilités des services impliqués (producteurs, informaticiens, archivistes) : dans le cadre du développement de l archivage électronique, une coordination des périmètres d intervention respectifs et une montée en compétence de certains acteurs, notamment des archivistes, apparaît indispensable.

18 11 2. Des recommandations pour améliorer la performance de l archivage a A très court terme : l optimisation de la fonction archivage Développer le pilotage de la fonction archivage en mode LOLF pour assurer le suivi de l activité dans le but, à très court terme, de résorber les arriérés et d optimiser les espaces de stockage : La fonction archivage ne peut être optimisée sans que sa performance soit mesurée et ses coûts retranscrits en tant que tels dans les programmes LOLF des ministères : De ce fait, la mise en place d un contrôle de gestion au sein de la fonction archivage s impose. Toute action de rationalisation (campagnes de tri, résorption des arriérés) nécessite des moyens à mettre en regard de l enjeu économique des stocks conservés au sein des ministères. Le pilotage de la fonction implique : - la définition d objectifs et d indicateurs retraçant la performance de la fonction tant en termes économique (indicateurs financiers) que d efficacité (indicateurs de productivité) et de qualité de service (indicateurs de satisfaction client) ; - la mise en place de tableaux de bord qui constitueront à terme des outils indispensables au dialogue de gestion du service d archivage lors des discussions budgétaires ; - l évaluation du suivi des objectifs fixés pour les directeurs et les responsables de programme, adossée aux dispositifs de sanction de la performance (primes, incitations ). Systématiser la mise à disposition et/ou la mise en ligne sur intranet/extranet des instructions archivistiques (dont les tableaux de gestion et les plans de classement) et des instruments de recherche (bordereaux de versements et répertoires des archives) pour les services producteurs. Cette systématisation doit s accompagner en priorité d une généralisation de la dématérialisation des bordereaux de versement.

19 12 2. Des recommandations pour améliorer la performance de l archivage a A très court terme : l optimisation de la fonction archivage Optimiser l archivage «papier» par la rationalisation et la dématérialisation des processus : Le contrôle et le tri des flux devant faire l objet d un archivage définitif doivent être mieux anticipés en amont ; Les archives intermédiaires peu sollicitées doivent être délocalisées dans des structures dédiées de l administration (locaux d archivage) : potentielle économie annuelle de 11 millions d euros au bout de trois ans ; Les stocks non sollicités pourraient être externalisés (la conservation représentant un coût trois fois moindre en externe qu en interne à l administration) sous réserve d un contrôle strict par les services d archivage quant à l élaboration des cahiers des charges et leur contrôle et application ; L accélération de l archivage électronique de certains types d archives sérielles permettrait, d une part de rationaliser leur traitement et de favoriser leur recherche et leur communication, et d autre part de libérer, sous réserve d une étude juridique attentive, une partie des espaces de stockage des dossiers de papier. A l inverse, les coûts liés à la conservation sécurisée des données numériques devront être pris en compte (coûts des outils matériels et logiciels, coûts des personnels gérant ces données numériques sur le long terme).

L archivage numérique

L archivage numérique L archivage numérique Françoise BANAT-BERGER Direction des Archives de France 01 40 27 62 65 francoise.banat-berger@culture.gouv.fr Jeudi 1 Archivage électronique - Nice La direction des Archives de France

Plus en détail

Programme de Développement concerté de l Administration Numérique Territoriale

Programme de Développement concerté de l Administration Numérique Territoriale Programme de Développement concerté de l Administration Numérique Territoriale Les 4 principes directeurs 4 principes directeurs pour développer l Administration numérique territoriale a. Une gouvernance

Plus en détail

Nos formations sont conçues pour vous permettre de gagner en autonomie sur ces thématiques au coeur de votre quotidien :

Nos formations sont conçues pour vous permettre de gagner en autonomie sur ces thématiques au coeur de votre quotidien : Nouvelles technologies, nouvelles pratiques, nouvelles normes dans un environnement de plus en plus complexe, se former pour maîtriser les concepts clés de l archivage physique, numérique et de la dématérialisation

Plus en détail

Forum panafricain sur le leadership et le management de l action gouvernementale. Forum des secrétaires généraux de gouvernement

Forum panafricain sur le leadership et le management de l action gouvernementale. Forum des secrétaires généraux de gouvernement Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le développement Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) Forum panafricain sur le leadership et le management de

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

Démarche Système Global d Information

Démarche Système Global d Information Démarche Système Global d Information Alain Mayeur Quelle démarche pour le SI? UNR et UNT Espace Numérique de Travail PRES SYSTEME D INFORMATION Ministère LRU Modernisation Innovation Pédagogique Société

Plus en détail

2015 c est demain comment s y préparer

2015 c est demain comment s y préparer 2015 c est demain comment s y préparer Yves-René Guillou, Avocat Associé, Cabinet Earth Avocats La dématérialisation : notions Dématérialisation des procédures de marchés publics = utilisation de la voie

Plus en détail

Tous droits réservés SELENIS

Tous droits réservés SELENIS 1. Objectifs 2. Etapes clefs 3. Notre proposition d accompagnement 4. Présentation de SELENIS 2 Un projet est une réalisation spécifique, dans un système de contraintes donné (organisation, ressources,

Plus en détail

Dossier de presse L'archivage électronique

Dossier de presse L'archivage électronique Dossier de presse L'archivage électronique Préambule Le développement massif des nouvelles technologies de l information et de la communication (TIC) a introduit une dimension nouvelle dans la gestion

Plus en détail

La dématérialisation des procédures concerne plusieurs documents et plusieurs aspects :

La dématérialisation des procédures concerne plusieurs documents et plusieurs aspects : DEMATERIALISER LES PROCEDURES COMPTABLES ET FINANCIERES La dématérialisation des procédures comptables et financières s inscrit dans l évolution actuelle des collectivités locales car elle permet de gagner

Plus en détail

La révision générale des politiques publiques

La révision générale des politiques publiques La révision générale des politiques publiques 1 François-Daniel MIGEON Directeur général de la modernisation de l Etat Forum des responsables de programme Jeudi 21 février 2008 Sommaire Point de situation

Plus en détail

Programme opérationnel national du Fonds Social Européen pour l Emploi et l Inclusion en Métropole APPEL A PROJETS DU FONDS SOCIAL EUROPEEN

Programme opérationnel national du Fonds Social Européen pour l Emploi et l Inclusion en Métropole APPEL A PROJETS DU FONDS SOCIAL EUROPEEN Programme opérationnel national du Fonds Social Européen pour l Emploi et l Inclusion en Métropole APPEL A PROJETS DU FONDS SOCIAL EUROPEEN AXE 4 du PON FSE ASSISTANCE TECHNIQUE Objectif spécifique 1 :

Plus en détail

Externaliser le système d information : un gain d efficacité et de moyens. Frédéric ELIEN

Externaliser le système d information : un gain d efficacité et de moyens. Frédéric ELIEN Externaliser le système d information : un gain d efficacité et de moyens Frédéric ELIEN SEPTEMBRE 2011 Sommaire Externaliser le système d information : un gain d efficacité et de moyens... 3 «Pourquoi?»...

Plus en détail

Suivi et programmation des logements sociaux (SPLS) Déploiement de SPLS en Île-de-France

Suivi et programmation des logements sociaux (SPLS) Déploiement de SPLS en Île-de-France Suivi et programmation des logements sociaux (SPLS) Déploiement du dispositif en Île-de-France I. Présentation générale de SPLS... 2 1. Des enjeux de pilotage et de conception des politiques de l habitat...

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Décret n o 2013-727 du 12 août 2013 portant création, organisation et attributions d un secrétariat général

Plus en détail

Cahier des Charges de l étude de définition de l observatoire de l eau de la Martinique

Cahier des Charges de l étude de définition de l observatoire de l eau de la Martinique Cahier des Charges de l étude de définition de l observatoire de l eau de la Martinique I. Présentation générale du contexte : Afin de faciliter aux aménageurs, aux décideurs et au grand public l accès

Plus en détail

INGENIEUR SPECIALITE GESTION ET PREVENTION DES RISQUES DIPLOMÉ DE ARTS ET METIERS PARISTECH EN PARTENARIAT AVEC ITII 2 SAVOIES

INGENIEUR SPECIALITE GESTION ET PREVENTION DES RISQUES DIPLOMÉ DE ARTS ET METIERS PARISTECH EN PARTENARIAT AVEC ITII 2 SAVOIES INGENIEUR SPECIALITE GESTION ET PREVENTION DES RISQUES DIPLOMÉ DE ARTS ET METIERS PARISTECH EN PARTENARIAT AVEC ITII 2 SAVOIES RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION ACTIVITE et TACHES

Plus en détail

Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché

Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché INFO # 28 Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché CONTEXTE ACTUEL DE LA DÉLÉGATION DE GESTION Une accélération sensible des mutations autour de l activité de délégation

Plus en détail

MINISTERE DES FINANCES ET DE LA PRIVATISATION. Principes du système

MINISTERE DES FINANCES ET DE LA PRIVATISATION. Principes du système MINISTERE DES FINANCES ET DE LA PRIVATISATION Principes du système ebudget : Sommaire ebudget Définition & objectifs clés Apports et atouts Pour un cadre amélioré de la gestion budgétaire En chiffre Technologie

Plus en détail

MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE

MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/SEC//BR/DS/PP/DSA/N 12-04 Danielle SOULAT 01 43 93 84 77 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : CHEF DE PROJET ARCHIVAGE ET SYSTEME D

Plus en détail

Chargé(e) de prestations comptables

Chargé(e) de prestations comptables Code fiche BUD001 Chargé(e) de prestations comptables Définition synthétique de l emploi-type Assure la gestion opérationnelle des actes d exécution de la dépense, des recettes non fiscales et de gestion

Plus en détail

Améliorer l efficacité de votre fonction RH

Améliorer l efficacité de votre fonction RH Améliorer l efficacité de votre fonction RH Des tendances accentuées par un environnement économique et social en constante évolution La fonction RH doit répondre à des exigences croissantes en termes

Plus en détail

Développement des sites internet publics

Développement des sites internet publics Premier ministre Ministère de la fonction publique et de la réforme de l Etat 22 décembre 2000 Note n 008748 Développement des sites internet publics dossier suivi par Annie Henrion Tél. 01.42.75.80.79

Plus en détail

Votre expert en flux documentaires et logistiques. Prestations audit/conseils

Votre expert en flux documentaires et logistiques. Prestations audit/conseils Votre expert en flux documentaires et logistiques Prestations audit/conseils 1. ConseiL optimisation d exploitation courrier 2. Conseil Aménagements 3. Conseil en procédures de gestion courrier 4. Accompagnement

Plus en détail

1. Processus management et stratégie. Retour

1. Processus management et stratégie. Retour Retour Les principales fonctions du Siège social sont définies suivant un ensemble de processus dont la responsabilité est assurée par le Directeur Général de l Association. La mise en œuvre des activités

Plus en détail

DGAFP 16/11/2006. Annexes à la circulaire relative aux conférences de gestion prévisionnelle des ressources humaines.

DGAFP 16/11/2006. Annexes à la circulaire relative aux conférences de gestion prévisionnelle des ressources humaines. DGAFP 16/11/2006 Annexes à la circulaire relative aux conférences de gestion prévisionnelle des ressources humaines. DGAFP - 2 - Annexe 1 Éléments constitutifs du dossier de conférence de gestion prévisionnelle

Plus en détail

Conférence de presse

Conférence de presse Conférence de presse 1 er août 2011 Système intégré de gestion électronique des documents : vers une dématérialisation des flux d informations au sein de l Etat Page 1 Définition et concepts La gestion

Plus en détail

PRESENTATION GENERALE DE L INRA...

PRESENTATION GENERALE DE L INRA... Marché à procédure adaptée (MAPA) pour l assistance à maîtrise d ouvrage afin d accompagner l Inra dans la phase de lancement de l instrumentation de ses processus sur le périmètre fonctionnel de la gestion

Plus en détail

Gagnez en compétences et en autonomie avec nos 15 modules de formation!

Gagnez en compétences et en autonomie avec nos 15 modules de formation! La transition vers le numérique est en marche! La dématérialisation, l archivage numérique et la gestion électronique sont plus que jamais d actualité, avec leurs enjeux d optimisation, de sécurisation

Plus en détail

de la consultation «innover et simplifier avec les agents publics»

de la consultation «innover et simplifier avec les agents publics» Bilan de la consultation «innover et simplifier avec les agents publics» Premier ministre SECRÉTARIAT GÉNÉRAL POUR LA MODERNISATION DE L ACTION PUBLIQUE La participation des agents à la modernisation de

Plus en détail

Acheter autrement : un enjeu public et privé Jean-Jacques.Rivy@dr5.cnrs.fr

Acheter autrement : un enjeu public et privé Jean-Jacques.Rivy@dr5.cnrs.fr Pépinière Acheteurs publics 21 avril 2006 Atelier : «Conduite du changement» Acheter autrement : un enjeu public et privé Jean-Jacques.Rivy@dr5.cnrs.fr Atelier «Conduite du changement» Plan de l intervention

Plus en détail

La carte achat dans la sphère État. Emmanuel SPINAT Directeur de la division technique de l Agence pour l Informatique Financière de l État (AIFE)

La carte achat dans la sphère État. Emmanuel SPINAT Directeur de la division technique de l Agence pour l Informatique Financière de l État (AIFE) La carte achat dans la sphère État Emmanuel SPINAT Directeur de la division technique de l Agence pour l Informatique Financière de l État (AIFE) Sommaire Présentation de la fonctionnalité carte achat

Plus en détail

Axe 1 Réussir la phase de conception des RSE

Axe 1 Réussir la phase de conception des RSE 60 PROPOSITIONS POUR DEVELOPPER DES USAGES INNOVANTS DES RESEAUX SOCIAUX D ENTREPRISE DANS LES ADMINISTRATIONS Piloté par le secrétariat général pour la modernisation de l action publique (SGMAP) et la

Plus en détail

Agent comptable. Référentiels métier des personnels d encadrement. des établissements publics d'enseignement supérieur.

Agent comptable. Référentiels métier des personnels d encadrement. des établissements publics d'enseignement supérieur. Référentiels métier des personnels d encadrement des établissements publics d'enseignement supérieur et de recherche Agent comptable Sous-direction de la gestion prévisionnelle et des missions de l encadrement

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : D Dernière modification : 30/04/2015 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Responsable d affaires I OBJECTIF PROFESSIONNEL

Plus en détail

Le Référentiel Management/Encadrement

Le Référentiel Management/Encadrement répertoire des métiers Le Référentiel Management/Encadrement Le management/encadrement est vu comme une fonction transversale liée à l organisation et à l ensemble des familles professionnelles. Le référentiel

Plus en détail

BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES

BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES 1 FINALITÉ 1 Soutien à la communication et aux relations internes et externes L assistant facilite la communication à tous les niveaux (interpersonnel,

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ÉNERGIE. PLAN D ACTIONS POUR LA SECURITE DU SYSTEME FERROVIAIRE 9 septembre 2014

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ÉNERGIE. PLAN D ACTIONS POUR LA SECURITE DU SYSTEME FERROVIAIRE 9 septembre 2014 MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ÉNERGIE PLAN D ACTIONS POUR LA SECURITE DU SYSTEME FERROVIAIRE 9 septembre 2014 La sécurité ferroviaire demande de réinterroger périodiquement

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs de l offre de soins MINISTERE D AFFAIR SOCIAL ET DE LA SANTE Bureau de l efficience des établissements de

Plus en détail

Campus TKPF. Centre de compétences. Synthèse du projet

Campus TKPF. Centre de compétences. Synthèse du projet Campus TKPF Centre de compétences Synthèse du projet 1 UN ESPACE D INFORMATION, D ORIENTATION, D ACCOMPAGNEMENT & DE VALORISATION DE SON PARCOURS PROFESSIONNEL UNE INGENIERIE INTEGREE DU SYSTEME FORMATION

Plus en détail

Le fonctionnement d un service d archives en entreprise. Le Service national des archives

Le fonctionnement d un service d archives en entreprise. Le Service national des archives L archivage électronique : Le fonctionnement d un service d archives en entreprise Le Service national des archives un module de du La système Poste d information du Service national des archives du Groupe

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

PLAN D ACTIONS - 2012 / 2016

PLAN D ACTIONS - 2012 / 2016 PLAN D ACTIONS - / Annexe I Chacune des 16 priorités retenues par Cap devant! dans son projet associatif est assortie d une série d objectifs opérationnels. Chaque objectif opérationnel vise un résultat

Plus en détail

Responsable de la formation continue

Responsable de la formation continue Responsable de la formation continue J1E26 Formation continue orientation et insertion professionnelle - IR Le responsable de la formation continue propose, définit, met en oeuvre et évalue la politique

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU TITRE D EXPERT EN PROTECTION DES ENTREPRISES ET EN INTELLIGENCE ECONOMIQUE NIVEAU I

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU TITRE D EXPERT EN PROTECTION DES ENTREPRISES ET EN INTELLIGENCE ECONOMIQUE NIVEAU I REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU TITRE D EXPERT EN PROTECTION DES ENTREPRISES ET EN INTELLIGENCE ECONOMIQUE NIVEAU I I - Métiers, fonctions et activités visés A. Désignation du métier et des fonctions Expert

Plus en détail

Le programme Chorus et l'intégration du document électronique dans la comptabilité nationale

Le programme Chorus et l'intégration du document électronique dans la comptabilité nationale Le programme Chorus et l'intégration du document électronique dans la comptabilité nationale Présentation EDIFICAS Mai 2011 Nicolas Botton SOMMAIRE 1. Les gains issus de la dématérialisation dans le secteur

Plus en détail

GDD GESTION DOCUMENTAIRE DEPARTEMENTALE

GDD GESTION DOCUMENTAIRE DEPARTEMENTALE Gestion Documentaire Départementale Matinée Cercle de L Adminisration Numérique Janvier 2012 Organiser et partager l information Gérer le cycle de vie des documents Renforcer la sécurité des acteurs du

Plus en détail

PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE

PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE Référentiel de certification du Baccalauréat professionnel GESTION ADMINISTRATION PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE 1 Le référentiel de certification du Baccalauréat GESTION ADMINISTRATION Architecture

Plus en détail

MINISTERE DE L HABITAT, DE L URBANISME ET DE LA POLITIQUE DE LA VILLE

MINISTERE DE L HABITAT, DE L URBANISME ET DE LA POLITIQUE DE LA VILLE MINISTERE DE L HABITAT, DE L URBANISME ET DE LA POLITIQUE DE LA VILLE JOURNEE PORTES OUVETRES Jeudi 27 septembre 2012 DEMATERIALISATION DES ARCHIVES Pour un meilleur accès à l information 1 PLAN Archivage

Plus en détail

La gestion des documents administratifs à la Bibliothèque nationale de France

La gestion des documents administratifs à la Bibliothèque nationale de France La gestion des documents administratifs à la Bibliothèque nationale de France en 12 diapos 1 La Bibliothèque nationale de France Missions Collecte du dépôt légal (livres, revues et Internet français) Valorisation

Plus en détail

Éditeur de logiciels Intégrateur de solutions Opérateur de services. www.orone.com

Éditeur de logiciels Intégrateur de solutions Opérateur de services. www.orone.com Éditeur de logiciels Intégrateur de solutions Opérateur de services www.orone.com VOUS ÊTES Une banque, un organisme de crédit, un acteur de l assurance ou de la protection sociale, une enseigne de la

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION

PROGRAMME DE FORMATION F-5.04 : METHODOLOGIE D UN PROJET DE DEMATERIALISATION ET D ARCHIVAGE ELECTRONIQUE, APPLICATION AUX MAILS /// Objectifs pédagogiques Apporter aux participants les informations essentielles pour aborder

Plus en détail

ACN AChAt public RENFORCER la StRAtégiE AChAt de SON établissement : AtOutS Et CléS de SuCCèS ASSOCiAtiON NAtiONAlE FORMAtiON hospitalier

ACN AChAt public RENFORCER la StRAtégiE AChAt de SON établissement : AtOutS Et CléS de SuCCèS ASSOCiAtiON NAtiONAlE FORMAtiON hospitalier ACN achat public MODULE A Renforcer la stratégie achat de son établissement : atouts et clés de succès ASSOCIATION NATIONALE POUR LA FORMATION PERMANENTE DU PERSONNEL HOSPITALIER 2013-15 module A Renforcer

Plus en détail

Livre Blanc. Optimiser la gestion et le pilotage des opérations. Août 2010

Livre Blanc. Optimiser la gestion et le pilotage des opérations. Août 2010 Livre Blanc Optimiser la gestion et le pilotage des opérations Août 2010 Un livre blanc édité par : NQI - Network Quality Intelligence Tél. : +33 4 92 96 24 90 E-mail : info@nqicorp.com Web : http://www.nqicorp.com

Plus en détail

PLF 2014 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : DIRECTION DE L ACTION DU GOUVERNEMENT

PLF 2014 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : DIRECTION DE L ACTION DU GOUVERNEMENT PLF 2014 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : DIRECTION DE L ACTION DU GOUVERNEMENT Version du 01/10/2013 à 16:02:01 PROGRAMME 401 : TRANSITION NUMÉRIQUE DE L ÉTAT ET MODERNISATION DE L ACTION

Plus en détail

Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014

Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014 Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014 OUVERTURE DU SEMINAIRE : Bernard Amsalem, Vice-président du CNOSF Etat de l avancée des travaux depuis le dernier séminaire Rappel

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES. Édition Chronologique n 31 du 9 juillet 2015. PARTIE PERMANENTE Administration Centrale. Texte 3

BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES. Édition Chronologique n 31 du 9 juillet 2015. PARTIE PERMANENTE Administration Centrale. Texte 3 BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES Édition Chronologique n 31 du 9 juillet 2015 PARTIE PERMANENTE Administration Centrale Texte 3 INSTRUCTION N 240462/DEF/SGA/DRH-MD relative à la gouvernance des données de

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2015 USAGES NUMERIQUES

APPEL A PROPOSITION 2015 USAGES NUMERIQUES APPEL A PROPOSITION 2015 USAGES NUMERIQUES Dispositif : USAGES NUMERIQUES (7.2.C) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter l usage des services numériques. 1. Actions éligibles :

Plus en détail

Ministère de l intérieur --------

Ministère de l intérieur -------- Ministère de l intérieur -------- Examen professionnel d ingénieur principal des systèmes d information et de communication du ministère de l intérieur Session 2013 Meilleure copie Sujet n 1 - Réseaux

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT METHODOLOGIQUE

ACCOMPAGNEMENT METHODOLOGIQUE Version 1-29/02/2012 ACCOMPAGNEMENT METHODOLOGIQUE A LA DEMARCHE QUALITE NOTE METHODOLOGIQUE Apporter une assistance et une expertise gérontologique EHPAD DE CERILLY BP 17 03 350 CERILLY Accompagnement

Plus en détail

Altaïr Conseil. Gestion des risques et pilotage des projets informatiques

Altaïr Conseil. Gestion des risques et pilotage des projets informatiques Gestion des risques et pilotage des projets informatiques Altaïr Conseil 33, rue Vivienne 75 002 Paris - Tél. : 01 47 33 03 12 - Mail : contact@altairconseil.fr Constats Des projets de plus en plus nombreux

Plus en détail

Mettre en place de plateformes inter-opérables mutualisées d informations et de services.

Mettre en place de plateformes inter-opérables mutualisées d informations et de services. 7 points pour garantir un bel avenir de la e-santé en France... by Morgan - Dimanche, janvier 30, 2011 http://www.jaibobola.fr/2011/01/avenir-de-la-e-sante-en-france.html La Recherche et le développement

Plus en détail

La carte d achat, c est quoi ça?

La carte d achat, c est quoi ça? La, c est quoi ça? C est un outil mis à disposition des structures publiques et privées qui modifie et simplifie l acte d approvisionnement : C est une carte bancaire nominative et sécurisée qui permet

Plus en détail

Simpl Cité LA SOLUTION DE GESTION ADMINISTRATIVE COMPLÈTE ET FACILE À UTILISER POUR LES PETITES ET MOYENNES COLLECTIVITÉS.

Simpl Cité LA SOLUTION DE GESTION ADMINISTRATIVE COMPLÈTE ET FACILE À UTILISER POUR LES PETITES ET MOYENNES COLLECTIVITÉS. Dans la période actuelle, sous l impulsion des nouvelles lois et pour accomplir leurs nouvelles missions, notamment dans le cadre de la décentralisation, les collectivités territoriales font face à un

Plus en détail

La conduite du projet de dématérialisation dans les EPS

La conduite du projet de dématérialisation dans les EPS La conduite du projet de dématérialisation dans les EPS Objet de la présente fiche La fiche vise à présenter le contexte organisationnel et informatique de la conduite d un projet de dématérialisation

Plus en détail

La réponse aux enjeux des RH du 21 ème siècle

La réponse aux enjeux des RH du 21 ème siècle La réponse aux enjeux des RH du 21 ème siècle Comment répondre aux nouveaux enjeux des DRH du 21 ème siècle? Besoin n 1 : innover et développer de nouveaux usages métier en décloisonnant les différents

Plus en détail

Du paiement à la facture : la fluidification de la chaine financière avec Chorus

Du paiement à la facture : la fluidification de la chaine financière avec Chorus Du paiement à la facture : la fluidification de la chaine financière avec Chorus Emmanuel SPINAT Délégué de la directrice à la Maintenance et Supervision Opérationnelle (DMSO) de l Agence pour l Informatique

Plus en détail

Association des archivistes français. Référentiel métiers. [Archiviste manager]

Association des archivistes français. Référentiel métiers. [Archiviste manager] Page1 2009 Association des archivistes français Référentiel métiers [Archiviste manager] Vous trouverez dans ce document la liste des activités, savoirs, savoir-faire et savoir-etre correspondant au métier

Plus en détail

GED, dématérialisation du courrier. Quelles solutions et quelle valeur ajoutée?

GED, dématérialisation du courrier. Quelles solutions et quelle valeur ajoutée? GED, dématérialisation du courrier Quelles solutions et quelle valeur ajoutée? Jeudi 2 avril 2015 Rencontre 2 avril 2015 GED, dématérialisation du courrier : Quelles solutions et quelle valeur ajoutée?

Plus en détail

ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE

ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE I. PRESENTATION GENERALE DES ATELIERS II. SYNTHESE DE CHAQUE ATELIER (identification des idées fortes)

Plus en détail

La gestion de la documentation

La gestion de la documentation La gestion de la documentation Des aspects méthodologiques & organisationnels.vers la mise en œuvre d un outil de GED M S. CLERC JOSY 13 OCTOBRE 2015 PLAN Définition d un projet de gestion de la documentation

Plus en détail

PLAN D AMELIORATION DE LA QUALITE DES PARCOURS DE FORMATION 2013 / 2015

PLAN D AMELIORATION DE LA QUALITE DES PARCOURS DE FORMATION 2013 / 2015 PLAN D AMELIORATION DE LA QUALITE DES PARCOURS DE FORMATION / 2015 Dans un contexte où la sécurisation des parcours professionnels est devenue une priorité absolue, la qualité de la formation apparaît

Plus en détail

OPTIMISATION DE LA FONCTION FINANCIERE

OPTIMISATION DE LA FONCTION FINANCIERE OPTIMISATION DE LA FONCTION FINANCIERE Janvier 2012 Créateur de performance économique 1 Sommaire CONTEXTE page 3 OPPORTUNITES page 4 METHODOLOGIE page 6 COMPETENCES page 7 TEMOIGNAGES page 8 A PROPOS

Plus en détail

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE STRATÉGIE DE SURVEILLANCE Décembre 2013 SOMMAIRE OBJET page 3 OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE page 3 PRINCIPES D ÉLABORATION DU PROGRAMME page 4 PROGRAMME 2014 page 5 RESSOURCES page 6 PERSPECTIVES 2015/2016

Plus en détail

Le dispositif d évaluation dans la fonction publique

Le dispositif d évaluation dans la fonction publique Le dispositif d évaluation dans la fonction publique page 1 PLAN Présentation du dispositif d évaluation Enjeux de l évaluation en matière de management et de GRH page 2 L entretien professionnel en pratique

Plus en détail

N 65 État de Genève : audit de gestion de la gouvernance globale des systèmes d information rapport publié le 27 juin 2013

N 65 État de Genève : audit de gestion de la gouvernance globale des systèmes d information rapport publié le 27 juin 2013 N 65 État de Genève : audit de gestion de la gouvernance globale des systèmes d information rapport publié le 27 juin 2013 Les 12 recommandations de la Cour des comptes ont été approuvées. Actuellement

Plus en détail

MUTATIONS ECONOMIQUES

MUTATIONS ECONOMIQUES MUTATIONS ECONOMIQUES LES ATTENDUS D'AGEFOS PME SUR LE PROJET : TRANSITION NUMERIQUE CE DOCUMENT EST A DESTINATION DES ORGANISMES DE FORMATION SOUHAITANT SE POSITIONNER SUR LE PROJET TRANSITION NUMERIQUE

Plus en détail

Un audit de fonctionnement de PAC : Démarche et retour d expérience. Olivier Rouchon olivier.rouchon@cines.fr 21 janvier 2010 PIN

Un audit de fonctionnement de PAC : Démarche et retour d expérience. Olivier Rouchon olivier.rouchon@cines.fr 21 janvier 2010 PIN Un audit de fonctionnement de PAC : Démarche et retour d expérience Olivier Rouchon olivier.rouchon@cines.fr 21 janvier 2010 PIN Sommaire 1. LE CONTEXTE Rappel : la mission archivage du CINES Intérêt d

Plus en détail

Ils ont vocation, sous l autorité fonctionnelle d'un ou plusieurs médecins de prévention coordonnateurs régionaux (MPCR) à :

Ils ont vocation, sous l autorité fonctionnelle d'un ou plusieurs médecins de prévention coordonnateurs régionaux (MPCR) à : INTRODUCTION La présente doctrine d emploi a pour objet de préciser les missions et le positionnement des assistants régionaux à la médecine de prévention (ARMP). Les ARMP participent à l'amélioration

Plus en détail

Entretien professionnel une nouvelle obligation à ne pas négliger Revue du 10/07/2014

Entretien professionnel une nouvelle obligation à ne pas négliger Revue du 10/07/2014 Entretien professionnel une nouvelle obligation à ne pas négliger Revue du 10/07/2014 Intégré au Code du travail par la loi du 5 mars 2014 relative à la formation professionnelle, à l emploi et à la démocratie

Plus en détail

Schéma directeur du Système d information et du numérique de l Université de Caen Basse Normandie

Schéma directeur du Système d information et du numérique de l Université de Caen Basse Normandie Schéma directeur du Système d information et du numérique de l Université de Caen BasseNormandie Dans son projet de développement stratégique 20122016 adopté par le Conseil d Administration du 4 novembre

Plus en détail

Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan. Proposition commune des associations d usagers

Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan. Proposition commune des associations d usagers 1 Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan Proposition commune des associations d usagers (document élaboré sur la base de la note publique rédigée par Saïd Acef)

Plus en détail

Présentation du Système d Administration Générale des Projets (Agape )

Présentation du Système d Administration Générale des Projets (Agape ) Altaïr Conseil QUALITE - ORGANISATION - CHANGEMENT Présentation du Système d Administration Générale des Projets (Agape ) Altaïr Conseil - 2007-33, Rue Vivienne 75 002 Paris - 01 47 33 03 12 Présentation

Plus en détail

SESSION 2010 MANAGEMENT DES SYSTÈMES D'INFORMATION. Durée de l épreuve : 3 heures - coefficient : 1

SESSION 2010 MANAGEMENT DES SYSTÈMES D'INFORMATION. Durée de l épreuve : 3 heures - coefficient : 1 1020005 DSCG SESSION 2010 MANAGEMENT DES SYSTÈMES D'INFORMATION Durée de l épreuve : 3 heures - coefficient : 1 Document autorisé : Liste des comptes du plan comptable général, à l exclusion de toute autre

Plus en détail

«Quelle solution collaborative pour piloter la politique patrimoniale dans les collectivités locales?», Juin 2014 avec la participation de :

«Quelle solution collaborative pour piloter la politique patrimoniale dans les collectivités locales?», Juin 2014 avec la participation de : «Quelle solution collaborative pour piloter la politique patrimoniale dans les collectivités locales?», Juin 2014 avec la participation de : Pour écouter le webinaire : - Choisissez le mode Téléphone ou

Plus en détail

Eclairages sur la politique de modernisation de la fonction paye et ses impacts sur les SIRH de l'administration

Eclairages sur la politique de modernisation de la fonction paye et ses impacts sur les SIRH de l'administration Eclairages sur la politique de modernisation de la fonction paye et ses impacts sur les SIRH de l'administration Paris, le 8 avril 2008 Sophie Mahieux Un opérateur national* créé au service de la restructuration

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Arrêté du 17 septembre 2012 fixant le cahier des charges du dispositif de formation des personnels de direction

Plus en détail

L entretien professionnel annuel

L entretien professionnel annuel L entretien professionnel annuel Informations-repères pour la mise en œuvre du décret du 17 septembre 2007 et de l arrêté du 10 avril 2008 portant sur l appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires

Plus en détail

Le PESv2 doit remplacer à horizon 2015 les protocoles tels qu Indigo utilisé aujourd hui par les collectivités

Le PESv2 doit remplacer à horizon 2015 les protocoles tels qu Indigo utilisé aujourd hui par les collectivités Qu est ce que la dématérialisation de la chaîne financière et comptable? La génération de flux comptables : La génération des éléments nécessaires au Trésorier ( bordereau + mandats/titres + pièces justificatives)

Plus en détail

AFRC commission Qualité Thème : les certifications

AFRC commission Qualité Thème : les certifications AFRC commission Qualité Thème : les certifications 12 novembre 2007 60, rue de Richelieu 75002 Paris - Tel. : + 33.(0)1.42.96.10.36 Fax : + 33.(0)1.42.60.05.29 www.nexstage.fr SOMMAIRE 1. Rappel des fondamentaux

Plus en détail

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE Les présentes orientations stratégiques ministérielles ont reçu l avis favorable du CHSCT ministériel de l éducation nationale, en sa séance du 10 octobre 2012 Direction générale des ressources humaines

Plus en détail

Réussir l externalisation de sa consolidation

Réussir l externalisation de sa consolidation Réussir l externalisation de sa consolidation PAR ERWAN LIRIN Associé Bellot Mullenbach et Associés (BMA), activité Consolidation et Reporting ET ALAIN NAULEAU Directeur associé Bellot Mullenbach et Associés

Plus en détail

MESURE DE L ÉNERGIE ET DES FLUIDES

MESURE DE L ÉNERGIE ET DES FLUIDES MESURE DE L ÉNERGIE ET DES FLUIDES MESURER EN CONTINU TOUTES VOS CONSOMMATIONS D ÉNERGIE ET DE FLUIDES POUR PERMETTRE UNE OPTIMISATION DE VOS PERFORMANCES ENVIRONNEMENTALES Instrumenter vos immeubles à

Plus en détail

MODERNISATION DE L ACTION PUBLIQUE. Evolution de la communication gouvernementale PLAN D ACTION

MODERNISATION DE L ACTION PUBLIQUE. Evolution de la communication gouvernementale PLAN D ACTION MODERNISATION DE L ACTION PUBLIQUE Evolution de la communication gouvernementale PLAN D ACTION 1 Action 1 Concentrer les budgets sur des campagnes de communication prioritaires Cabinet du Premier ministre

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Secrétariat général des ministères chargés des affaires sociales Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs

Plus en détail

Dossier d autorisation à mettre en oeuvre le C2i2e

Dossier d autorisation à mettre en oeuvre le C2i2e Extrait du Dossier d autorisation à mettre en oeuvre le C2i2e déposé auprès de la Mission Numérique pour l'enseignement Supérieur par l Institut Catholique de Paris (ICP) - Mars 2011 Au cours du semestre,

Plus en détail

LES ACHATS PUBLICS DE FORMATION. Rappel de la réglementation applicable & Présentation de la plateforme d achat de formations

LES ACHATS PUBLICS DE FORMATION. Rappel de la réglementation applicable & Présentation de la plateforme d achat de formations LES ACHATS PUBLICS DE FORMATION Rappel de la réglementation applicable & Présentation de la plateforme d achat de formations SOMMAIRE SOMMAIRE 01 ACHATS PUBLICS: TEXTE DE REFERENCE 02 SEUILS & PROCEDURES

Plus en détail

Affaires générales Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 165

Affaires générales Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 165 Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 165 COORDONNATEUR D ADMINISTRATION GÉNÉRALE Code : ADM01 Coordonnateur d administration générale FPEADM01 Il organise, coordonne et supervise le

Plus en détail

Management par les processus Les facteurs clés de succès. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE

Management par les processus Les facteurs clés de succès. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE Management par les processus Les facteurs clés de succès Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE 1 1. Objectifs et définitions 2. Le retour sur investissement des démarches 3. Les éléments structurants 4. Mise

Plus en détail

La DSN Déclaration Sociale Nominative Nathalie Le MENSEC

La DSN Déclaration Sociale Nominative Nathalie Le MENSEC La DSN Déclaration Sociale Nominative Nathalie Le MENSEC Présentation Le Cadre légal Le Calendrier et échéances Le déploiement, la mise en œuvre www.jedeclare.com La plateforme de dématérialisation des

Plus en détail