Facturation : l aménagement des règles fiscales au 1 er janvier 2013

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Facturation : l aménagement des règles fiscales au 1 er janvier 2013"

Transcription

1 Facturation : l aménagement des règles fiscales au 1 er janvier septembre 2012 Elisabeth Ashworth, Anne Grousset, Nathalie Pétrignet, avocats associés, Caroline Moroni-Seror et Marie-Odile Duparc, avocats CMS Bureau Francis Lefebvre

2 A. Introduction : entrée en application de la Directive 2010/45 du 13 juillet 2010 (1/2) Présentation modifie et/ou complète les règles de facturation prévues pour l application du système commun de la TVA (nota : les règles actuelles résultent de la Directive 2001/115 du 20 décembre 2001, transposée en droit interne par la loi de finances rectificative pour 2002 dont les dispositions sont commentées par l instruction 3 CA du 7 août 2003). Objectifs : Egalité de traitement entre la facture papier et la facture électronique Libéralisation et banalisation du recours aux modes électroniques de facturation Instauration de règles territoriales pour l établissement des factures ; Renforcement de la sécurité juridique des opérateurs et de l harmonisation des règles de facturation Facturation : l aménagement des règles fiscales au 1er janvier

3 A. Introduction : entrée en application de la Directive 2010/45 du 13 juillet 2010 (2/2) Modalités et calendrier de transposition Dispositions contraignantes/optionnelles pour les Etats membres Eclairage par les «notes explicatives» publiées par la Commission européenne Transposition avant le 31 décembre pour une entrée en application le 1 er janvier 2013 Invitation par la Commission aux Etats membres à une information précoce des opérateurs qui doivent adapter leurs systèmes d information Projets de textes rendus publics en juillet 2012 (véhicule législatif probable : LFR de fin d année) Projet d instruction non disponible! Aménagements des systèmes d information nécessaires avant le 1 er janvier 2013 Facturation : l aménagement des règles fiscales au 1er janvier

4 B. Points abordés Modalités d établissement des factures (Anne Grousset et Caroline Moroni-Seror) Des règles fiscales communes à tous les Etats membres pour l établissement des factures (Elisabeth Ashworth et Nathalie Pétrignet) Les autres mesures d harmonisation et de simplification (Elisabeth Ashworth, Marie-Odile Duparc et Nathalie Pétrignet) Conclusion Facturation : l aménagement des règles fiscales au 1er janvier

5 I. Modalités d établissement des factures : une égalité dans le traitement, une égalité dans les contraintes Anne Grousset, avocat associé et Caroline Moroni-Seror, avocat CMS Bureau Francis Lefebvre

6 A. L égalité de traitement des factures électroniques et des factures papier (1/3) Une différenciation de traitement non justifiée source d obstacles Existence de traitements différenciés non justifiés entre les factures papier et les factures électroniques Encadrement strict des seules factures électroniques Obligation de garantir l authenticité de l origine et l intégrité du contenu de la facture au moyen de méthodes spécifiques (Signature électronique/edi) Obligations de conservation spécifiques Une sacralisation de la facture papier non justifiée Une différenciation de traitement obstacle à la libéralisation des marchés : Les exigences imposées en matière de facturation électronique sont difficiles à mettre en œuvre dans les PME L absence d homogénéisation des règles rend difficile l utilisation des factures électroniques dans les transactions transfrontalières Facturation : l aménagement des règles fiscales au 1er janvier

7 A. L égalité de traitement des factures électroniques et des factures papier (2/3) L affirmation du principe d égalité de traitement des factures électroniques et des factures papier Un principe affirmé par la Directive 2010/45 du 13 juillet 2010 «les factures papier et les factures électroniques devraient être traitées de façon identique et les charges administratives pesant sur les factures papier devraient pas augmenter. L égalité de traitement devrait également s appliquer en ce qui concerne les compétences des autorités fiscales. Leurs compétences en matière de contrôle, de même que les droits et obligations des assujettis, devraient être exercés de la même manière, que l assujetti opte pour l émission de factures papier ou de factures électroniques» (Considérants 8 et 9) Une nécessaire définition de la facture électronique Une définition fondée sur le mode de transmission «[ ] on entend par «facture électronique» une facture qui contient les informations exigées dans la présente directive, qui été émise et reçue sous une forme électronique, quelle qu elle soit» Facturation : l aménagement des règles fiscales au 1er janvier

8 A. L égalité de traitement des factures électroniques et des factures papier (3/3) L affirmation du principe d égalité de traitement des factures électroniques et des factures papier Une libéralisation des méthodes d établissement des factures Les assujettis disposent d une totale liberté de choix du mode d établissement des factures (factures papier ou factures électroniques) Les Etats membres ne peuvent pas imposer des exigences particulières liées au mode d établissement des factures (ex. usage d une technologie particulière) Facturation : l aménagement des règles fiscales au 1er janvier

9 B. Un seul impératif : garantir l authenticité de l origine, l intégrité du contenu et la lisibilité de la facture (1/5) L obligation de garantir l authenticité de l origine, de l intégrité du contenu et la lisibilité des factures, corollaire de la libéralisation des modes d établissement des factures : Une obligation étendue aux factures papier... l authenticité de l origine, l intégrité du contenu et la lisibilité de la facture doivent être assurées quel que soit le mode d établissement des factures choisi (factures papier et factures électroniques). dont le respect doit être assuré : Par l émetteur et le destinataire de la facture indépendamment l un de l autre, Depuis l émission jusqu à la fin de la période de conservation de la facture.. et dont la réalisation est librement déterminée par l assujetti Facturation : l aménagement des règles fiscales au 1er janvier

10 B. Un seul impératif : garantir l authenticité de l origine, l intégrité du contenu et la lisibilité de la facture (2/5) Une obligation dont le respect vise à garantir la réalité de la livraison de biens ou de la prestation de services objet de la facture Un objectif rappelé par le considérant 10 de la Directive de «Les factures doivent correspondre aux livraisons de biens ou prestations de services réellement effectuées, et leur authenticité, leur intégrité et leur lisibilité devraient dès lors être assurées [ ]». Qui emporte que : L authenticité de l origine de la facture doit s entendre comme l assurance que les informations portées sur la facture sont bien celles de l émetteur/fournisseur et que ce dernier a réellement effectué la livraison de biens ou la prestation de services faisant l objet de la facture, L intégrité du contenu de la facture signifie l assurance que le contenu de la facture n a pas été modifié, La lisibilité de la facture implique que, depuis l émission jusqu à la fin de la période de conservation, la facture doit pouvoir être présentée dans un style permettant de lire clairement les informations qu elle contient Facturation : l aménagement des règles fiscales au 1er janvier

11 B. Un seul impératif : garantir l authenticité de l origine, l intégrité du contenu et la lisibilité de la facture (3/5) Les orientations proposées pour assurer le respect de l obligation de garantir l authenticité de l origine, l intégrité du contenu et la lisibilité de la facture: Les exemples proposés: Le recours à des technologies telles que: La signature électronique avancée s appuyant sur un certificat qualifié et créée au moyen d un disposition sécurisé de création de signature, L échange de données informatisées (EDI) tel que défini à l article 2 de la recommandation 94/820/CE de la commission du 19 octobre 1994 concernant les aspects juridiques de l échange de données informatisées lorsque l accord relatif à cet échange prévoit l utilisation de procédures garantissant l authenticité de l origine et l intégrité des données. La mise en place de contrôles internes qui établiraient à partir d une piste d audit fiable le lien entre la facture émise ou reçue et la livraison de biens ou la prestation de services qui en est le fondement. Facturation : l aménagement des règles fiscales au 1er janvier

12 B. Un seul impératif : garantir l authenticité de l origine, l intégrité du contenu et la lisibilité de la facture (4/5) La piste d audit : pierre angulaire de la pertinence de la méthode adoptée Les limites de l EDI et de la signature électronique au regard des exigences posées par le considérant 10 de la Directive de 2010 Une notion déjà connue: En matière comptable «l organisation du système de traitement permet de reconstituer à partir des pièces justificatives appuyant les données entrées, les éléments des comptes, états et renseignements, soumis à la vérification ou à partir de ces comptes, états, renseignements, de retrouver ces données et les pièces justificatives» (art du PCG) En matière de contrôle fiscal informatisé «lorsque la comptabilité est tenue au moyen de systèmes informatisés, le contrôle porte sur l'ensemble des informations, données et traitements informatiques qui concourent directement ou indirectement à la formation des résultats comptables ou fiscaux et à l'élaboration des déclarations rendues obligatoires par le CGI ainsi que sur la documentation relative aux analyses, à la programmation et à l'exécution des traitements» (l'article 13, al. 2, du LPF) Facturation : l aménagement des règles fiscales au 1er janvier

13 B. Un seul impératif : garantir l authenticité de l origine, l intégrité du contenu et la lisibilité de la facture (5/5) La piste d audit : pierre angulaire de la pertinence de la méthode adoptée Une notion reprise en matière de facturation qui renforce le pouvoir de contrôle de l administration fiscale (projet de transposition de la directive) : Obligation de disposer d une documentation permanente et formalisé portant sur les contrôles internes (nouvel article 289 VII) Obligation de conserver pendant le délai prévu à l article L 102 B du LPF les informations, documents, données, traitements informatiques ou système d information constitutifs du contrôle interne ainsi que la documentation décrivant les modalités de réalisation de ce dernier (nouvel article L 102 B du LPF) Les agents de l administration des impôts peuvent contrôler l ensemble des informations, documents, données, traitements informatiques ou système d information constitutifs du contrôle interne ainsi que la documentation décrivant ses modalités de réalisation. Si le contrôle interne est effectué sous forme dématérialisée les contribuables sont tenus de le présenter sous cette forme (nouvel article L13 D du LPF) Facturation : l aménagement des règles fiscales au 1er janvier

14 C. Les sanctions en cas de non respect des règles En cas d impossibilité d effectuer le contrôle ou si le contrôle interne mis en place s avère insuffisant, les factures ne sont pas considérées comme des factures d origine (nouvel article L13 E dans le projet de transposition diffusé par l administration). Les sanctions pour l émetteur Les sanctions pour le destinataire: En l absence de facture impossibilité de déduire la TVA à l exception des cas d auto-liquidation? Les conséquences applicables en cas de non respect des obligations existantes en matière de tenue de comptabilités informatisées. Facturation : l aménagement des règles fiscales au 1er janvier

15 D. Quelles actions entreprendre afin de mettre la société en conformité avec ces règles? Auditer son système d information et ses procédures de gestion au regard des nouvelles règles applicables en matière de facturation : Identifier les modules/applications/règles de gestion relatifs au domaine de la facturation Réaliser une cartographie à visée fiscale Evaluer la politique de la société en matière d élaboration et d application des règles de gestion : Existence d une documentation précise et à jour, Correcte retranscription des règles dans le système d information Evaluer la politique de la société en matière d élaboration et d application des contrôles internes Existence de contrôles internes adaptés, Existence d une documentation précise et à jour Evaluer la politique d archivage à visée fiscale (FEC, fichiers de facturation, contrôles internes ) Facturation : l aménagement des règles fiscales au 1er janvier

16 II. De nouvelles règles fiscales harmonisées pour la territorialité des factures, leur compatibilité avec les règles du droit commercial Elisabeth Ashworth et Nathalie Pétrignet, avocats associés, CMS Bureau Francis Lefebvre

17 L harmonisation des règles de territorialité fiscale pour la facturation (1/5) Jusqu à présent : pas de règle fixée par la Directive 2006/112 La réglementation française s appliquait aux factures relatives à des opérations dont le lieu d imposition y était situé (BOI 3 CA, instruction du 7 août 2003, n 21 à 32) Facturation : l aménagement des règles fiscales au 1er janvier

18 L harmonisation des règles de territorialité fiscale pour la facturation (2/5) A compter du 1 er janvier 2013 : Une règle commune est fixée pour l ensemble des Etats membres (art. 219 bis) : Principe : les règles applicables sont celles de l Etat où se situe le lieu d imposition de la livraison de biens ou de la prestation de services Exceptions : les règles applicables sont celles du lieu d établissement du prestataire/fournisseur : Si la taxe est autoliquidée par le destinataire dans l Etat membre d imposition sauf en cas d autofacturation) Ou si le lieu d imposition est situé hors de l Union européenne Portée de cette règle : La règle de territorialité s applique pour l émission, le contenu et les éventuels aménagements pouvant s appliquer à la facture (simplification par ex ) Elle ne s applique pas en ce qui concerne la conservation des factures (art. 247) Facturation : l aménagement des règles fiscales au 1er janvier

19 A. L harmonisation des règles de territorialité fiscale pour la facturation (3/5) En pratique, les nouvelles règles sont plus simples pour les opérateurs en principe, les règles applicables sont celles de l Etat de celui qui établit la facture : Exemples pour les livraisons de biens : Livraison intracommunautaire par un fournisseur en EM1 à un client en EM2 : Lieu de réalisation de l opération en EM1, facture établie suivant les règles de EM1 (la livraison est imposable en EM1 même si elle y est exonérée et indépendamment de l acquisition intra autoliquidée dont est redevable le client en EM2) Exportation par un fournisseur depuis EM1 vers un Etat Hors Union : Lieu de réalisation de l opération en EM1, facture établie selon les règles de EM1 Facturation : l aménagement des règles fiscales au 1er janvier

20 A. L harmonisation des règles de territorialité fiscale pour la facturation (4/5) - En pratique, les nouvelles règles sont plus simples pour les opérateurs : en principe, les règles applicables sont celles de l Etat de celui qui établit la facture : Exemples pour les prestations de services Service «B to C», prestataire en EM1 et preneur en EM2 Lieu de réalisation de l opération en EM1, facture établie selon les règles de EM1 - Service «B to B», prestataire en EM1 (non établi en EM2) et preneur en EM2 Lieu de réalisation de l opération en EM2 où le preneur est redevable en autoliquidation, facture établie selon les règles de l EM1 - Service «B to B», prestataire en EM1 (non établi en EM2) et preneur en EM2 avec autofacturation Lieu de réalisation de l opération en EM2 où le preneur est redevable en autoliquidation mais application de l autofacturation : facture établie selon les règles en EM2 Facturation : l aménagement des règles fiscales au 1er janvier

21 A. L harmonisation des règles de territorialité fiscale pour la facturation (5/5) Restent quelques hypothèses dans lesquelles l opérateur qui facture devra appliquer les règles d un autre Etat membre : Vente à distance : Facturation par le vendeur établi en EM1 selon les règles de l Etat de destination en EM2 Livraison interne dans un (EM2) par un fournisseur établi dans un (EM1), en l absence d autoliquidation par le client en EM2 Lieu de l opération en (EM2) et facture établie par le fournisseur en (EM1) selon les règles applicables en (EM2) Prestations rattachables à un immeuble situé dans un Etat membre (EM3) autre que celui du prestataire (EM1) ou du preneur (EM2) : En principe, facturation par le prestataire en EM1 selon les règles applicables en EM3 où l opération est matériellement localisée Facturation : l aménagement des règles fiscales au 1er janvier

22 B. Quelle articulation avec les règles du droit commercial? L article L du Code de commerce Rappel du texte Autonomie de ce texte qui s applique indépendamment des textes fiscaux Sanctions pénales en cas de non respect des règles de facturation édictées par ce texte Co- responsabilité du vendeur et de l acquéreur La jurisprudence sur les règles de territorialité Cass Crim 18 juin 1998 : si la transaction est réalisée en France l acheteur doit exiger de son vendeur étranger une facture conforme à la réglementation française = à l article L441.3 C.com La position de la DGCCRF en charge du contrôle de ce texte Facturation : l aménagement des règles fiscales au 1er janvier

23 III. Les autres mesures d harmonisation et de simplification Elisabeth Ashworth, avocat associé, Marie-Odile Duparc, avocat et Nathalie Pétrignet, avocat associé, CMS Bureau Francis Lefebvre

24 A. Les mentions sur factures (1/2) Certaines mentions sont harmonisées et simplifiées : Si le preneur ou l acquéreur est redevable de la TVA, seule la mention «autoliquidation» doit être indiquée Dans l hypothèse où un régime particulier est appliqué, il faut simplement le nommer : par exemple «Régime particulier agences de voyages» ou «Régime particulier Objets d art». Si la facture est libellée en devise étrangère, le montant de TVA doit être exprimé dans la monnaie nationale de l Etat membre concerné Facturation : l aménagement des règles fiscales au 1er janvier

25 A. Les mentions sur factures (2/2) Le recours à l autofacturation doit être précisé par la mention «autofacturation» Pas de changement pour les mentions d exonérations : Référence à la disposition de la directive, du texte national ou à toute autre mention indiquant que l opération est exonérée Facturation : l aménagement des règles fiscales au 1er janvier

26 B. Les opérations transfrontalières : mesures destinées à assurer un meilleur fonctionnement du régime d échanges de biens et de services au sein de l UE Les factures correspondant à des livraisons intracommunautaires de biens ou des prestations de services transfrontalières pour lesquelles le preneur est redevable de la TVA selon l article 196 de la directive doivent être émises au plus tard le 15ème jour du mois qui suit celui de leur réalisation (fait générateur) Règles d exigibilité de la TVA relative aux livraisons/acquisitions intracommunautaires Désormais : exigibilité par principe au moment de l émission de la facture Ou au plus tard le 15ème jour du mois qui suit celui du fait générateur, si aucune facture n est émise avant cette date Les acomptes relatifs à des livraisons intracommunautaires de biens ne donnent plus lieu à l émission obligatoire d une facture Facturation : l aménagement des règles fiscales au 1er janvier

27 C. Autres mesures d assouplissement et de simplification (1/4) L émission d une facture n est plus obligatoire pour les opérations bancaires ou d assurance exonérées de TVA (cette mesure, constituant auparavant une faculté pour les Etats membres, existait déjà en France) Les Etats membres peuvent permettre aux opérateurs de ne pas émettre de facture pour d autres opérations exonérées en régime intérieur Facturation : l aménagement des règles fiscales au 1er janvier

28 C. Autres mesures d assouplissement et de simplification (2/4) Factures simplifiées : Cas d application : Montant de la facture inférieur ou égal à 100 (ou sa contre-valeur en monnaie nationale) Facture rectificative Les mentions requises a minima sont fixées par la directive (article 226 ter) Le recours à cette simplification n est pas possible pour les factures relatives à des ventes à distance, des livraisons intracommunautaires de biens et des opérations pour lesquelles la taxe est due par le destinataire En France : le plafond de simplification, actuellement fixé à 150, devra être abaissé Facturation : l aménagement des règles fiscales au 1er janvier

29 C. Autres mesures d assouplissement et de simplification (3/4) Factures récapitulatives : Les Etats membres ne peuvent plus imposer de conditions spécifiques dès lors que la facture mentionne des opérations réalisées au cours d un même mois civil En France, les conditions strictes imposées pour recourir à la facturation périodique (émission systématique de bons de livraisons ) devraient être assouplies Facturation : l aménagement des règles fiscales au 1er janvier

30 C. Autres mesures d assouplissement et de simplification (4/4) Autofacturation : Désormais les Etats membres doivent autoriser le recours à cette modalité de facturation dès lors qu il existe un accord préalable entre les parties et que ces dernières ont mis en place une procédure d acceptation de chaque facture. Les Etats membres peuvent toutefois imposer des conditions spécifiques si l acquéreur, le preneur (ou le tiers) qui émet les factures est établi hors de l Union européenne En France, certaines conditions imposées en la matière devraient être supprimées lorsque l acquéreur, le preneur ou le tiers est établi dans l UE (notamment l impossibilité pour l acquéreur ou le preneur d émettre les factures rectificatives) Facturation : l aménagement des règles fiscales au 1er janvier

LE PAQUET TVA Comment se préparer pour l échéance du 1 er janvier 2010?

LE PAQUET TVA Comment se préparer pour l échéance du 1 er janvier 2010? LE PAQUET TVA Comment se préparer pour l échéance du 1 er janvier 2010? Henri BITAR CMS Bureau Francis LEFEBVRE Atelier Congrès national ECF Clermont- Ferrand, 17-18- 19 septembre 2009 Le paquet TVA :

Plus en détail

LA FACTURE COMMERCIALE EXPORT

LA FACTURE COMMERCIALE EXPORT 1) DEFINITION LA FACTURE COMMERCIALE EXPORT Fiche techniq Document comptable qui constate les conditions de vente de biens ou de services, elle est obligatoire pour toutes les ventes entre professionnels

Plus en détail

TVA intracommunautaire : Etes vous sûr de tout maîtriser?

TVA intracommunautaire : Etes vous sûr de tout maîtriser? 9h00 à 10h30 TVA intracommunautaire : Etes vous sûr de tout maîtriser? Etablir une facture conforme! Salle N 6-7 Règles de facturation dans l UE: Harmonisation par la directive 2001/115/CE 1 - Obligations

Plus en détail

DIRECTION GENERALE DES FINANCES PUBLIQUES

DIRECTION GENERALE DES FINANCES PUBLIQUES DIRECTION GENERALE DES FINANCES PUBLIQUES Fiche Mise en œuvre du «Paquet TVA». Directive 2008/8/CE du 12 février 2008 relative au lieu des prestations de services : obligations d identification des assujettis

Plus en détail

vu le traité instituant la Communauté européenne, et notamment son article 93, vu la proposition de la Commission ( 1 ),

vu le traité instituant la Communauté européenne, et notamment son article 93, vu la proposition de la Commission ( 1 ), L 15/24 DIRECTIVE 2001/115/CE DU CONSEIL du 20 décembre 2001 modifiant la directive 77/388/CEE en vue de simplifier, moderniser et harmoniser les conditions imposées à la facturation en matière de taxe

Plus en détail

La directive 2010/45/UE vient réformer les règles de facturation applicables aux entreprises. Même si l'etat français n a pas encore pris les mesures

La directive 2010/45/UE vient réformer les règles de facturation applicables aux entreprises. Même si l'etat français n a pas encore pris les mesures La directive 2010/45/UE vient réformer les règles de facturation applicables aux entreprises. Même si l'etat français n a pas encore pris les mesures nécessaires pour sa transposition, il est indispensable

Plus en détail

Chapitre 11 : Démarrer son activité

Chapitre 11 : Démarrer son activité Chapitre 11 : Démarrer son activité Lorsque l on démarre une entreprise, les premiers mois sont très chargés : il faut lancer son activité, attaquer la partie commerciale (lorsqu elle n a pas débuté en

Plus en détail

Territorialité de la TVA : vente de spectacles et cession de droits d auteur

Territorialité de la TVA : vente de spectacles et cession de droits d auteur Territorialité de la TVA : vente de spectacles et cession de droits d auteur Principes généraux Depuis le 1er janvier 2011 de nouvelles dispositions doivent être appliquées en matière de territorialité

Plus en détail

La Facture CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR

La Facture CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR La Facture CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR La facture est obligatoire pour tout achat de produits et toute prestation de services réalisés pour une activité professionnelle (Art. L 441-3 du Code de Commerce).

Plus en détail

Fiche conseil. Nom du Document : ETABLISSEZ DES FACTURES IRREPROCHABLES

Fiche conseil. Nom du Document : ETABLISSEZ DES FACTURES IRREPROCHABLES ETABLISSEZ DES FACTURES IRREPROCHABLES Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Certifié ISO 9001 Comptables Fiscales Juridiques, Sociales, de

Plus en détail

De nouvelles règles en matière de TVA applicables à partir du 1 er janvier 2013 pour simplifier la vie des entreprises

De nouvelles règles en matière de TVA applicables à partir du 1 er janvier 2013 pour simplifier la vie des entreprises Gilles BUIS Avocat à la Cour Toque B70 ACTUALITÉ JURIDIQUE DANS LE SECTEUR DE LA PUBLICITÉ, DE LA DISTRIBUTION ET DE L INTERNET Résumé : 5 février 2013 La Commission Européenne vient opportunément de rappeler

Plus en détail

ANNEXE - TVA - Etablissement de factures : tableaux récapitulatifs des mentions

ANNEXE - TVA - Etablissement de factures : tableaux récapitulatifs des mentions ANNEXE - TVA - Etablissement de factures : tableaux récapitulatifs des mentions 1. Tableau récapitulatif des mentions obligatoires et des aménagements prévus par nature d'opération Commentaire doctrinal

Plus en détail

4/ Doit-on et/ou peut-on facturer cette indemnité et si oui, doit-on et/ou peut-on relancer la facture en cas de non-paiement?

4/ Doit-on et/ou peut-on facturer cette indemnité et si oui, doit-on et/ou peut-on relancer la facture en cas de non-paiement? Juillet 2013 L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES 1/ La mention de l indemnité sur les conditions générales de vente (CGV) et les factures et son versement en cas de retard

Plus en détail

Circulaire du 14 décembre 2011

Circulaire du 14 décembre 2011 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du budget, des comptes publics, et de la réforme de l'etat NOR : BCRD 1134130C Circulaire du 14 décembre 2011 Conditions d application de l exonération de la taxe sur la

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS Page 1 sur 6 BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 4 C- -01 N du 4 F.E. - INSTRUCTION DU 609601A VT/NFD (B1-1-01) DISPOSITIONS DIVERSES (BIC, IS, DISPOSITIONS COMMUNES). FRAIS ET CHARGES.

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SARL

GUIDE PRATIQUE DE LA SARL PASCAL DÉNOS Diplômé d expertise-comptable et Commissaire aux Comptes DESS en Banques et Finances GUIDE PRATIQUE DE LA SARL ET DE L EURL Création et gestion de la SARL, de l EURL, de la SELARL, de la SELU

Plus en détail

Le système fiscal français

Le système fiscal français Le système fiscal français Fiche 1 Objectifs Identifier les sources du droit fiscal, la logique du système fiscal français et son organisation. Prérequis Introduction au droit. Mots-clefs Impôts, taxes,

Plus en détail

COMMERCE ELECTRONIQUE

COMMERCE ELECTRONIQUE COMMERCE ELECTRONIQUE 17/11/2011 Le commerce électronique est en pleine expansion, il s inscrit maintenant dans un cadre juridique précis. Le Code civil, le Code de la consommation et la loi pour la confiance

Plus en détail

L IMPÔT SUR LA DÉPENSE, HISTORIQUE ET RÔLE

L IMPÔT SUR LA DÉPENSE, HISTORIQUE ET RÔLE Partie 1 L IMPÔT SUR LA DÉPENSE, HISTORIQUE ET RÔLE L imposition de la dépense, si l on se place du côté du consommateur ou sur le chiffre d affaires, si l on retient les entreprises imposables, dans son

Plus en détail

FISCALITE. TVA: La taxe sur la valeur ajoutée. Généralités. Qu est-ce que la TVA:

FISCALITE. TVA: La taxe sur la valeur ajoutée. Généralités. Qu est-ce que la TVA: FISCALITE Le but de ce chapitre est de vous aider à trouver des informations précises et valables sur la réglementation européenne de la TVA. Si vous constatez certains manquements ou certaines erreurs,

Plus en détail

CIRCULAIRE SOCIETES IMMOBILIERES

CIRCULAIRE SOCIETES IMMOBILIERES CANTON DE VAUD DEPARTEMENT DES FINANCES ADMINISTRATION CANTONALE DES IMPÔTS CIRCULAIRE SOCIETES IMMOBILIERES Disparition du statut spécial de l article 59 ter de la loi du 26 novembre 1956 sur les impôts

Plus en détail

Relatif aux modalités d établissement des comptes des établissements de paiement

Relatif aux modalités d établissement des comptes des établissements de paiement CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ NOTE DE PRÉSENTATION DE L AVIS N 2009-19 DU 3 DÉCEMBRE 2009 Relatif aux modalités d établissement des comptes des établissements de paiement Sommaire 1 Présentation

Plus en détail

LES MECANISMES DE LA TVA INTRACOMMUNAUTAIRE

LES MECANISMES DE LA TVA INTRACOMMUNAUTAIRE LES MECANISMES DE LA TVA INTRACOMMUNAUTAIRE Par Laurent Pierandrei, Professeur de Comptabilité Internationale, ACE Paris, France (Partie Double 1 er septembre 2006) La TVA au sein de l Union Européenne

Plus en détail

La piste d'audit fiable DGFIP Direction du contrôle fiscal

La piste d'audit fiable DGFIP Direction du contrôle fiscal FORUM DE LA FACTURATION 18 JUIN 2015 La piste d'audit fiable DGFIP Direction du contrôle fiscal Cadre juridique : DIRECTIVE 2010/45/EU du CONSEIL du 13 juillet 2010 transposée en 2013 : Une modernisation

Plus en détail

FACTURES MENTIONS OBLIGATOIRES PRECAUTIONS A PRENDRE-

FACTURES MENTIONS OBLIGATOIRES PRECAUTIONS A PRENDRE- MISE EN PLACE ADMINISTRATIVE Le Puy en Velay, le 18 novembre 2015 Afin de vous aider à prendre connaissance des obligations qui vous incombent en qualité de chef d entreprise, nous avons repris ci-dessous

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l Économie et des Finances Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes Ministère délégué auprès du ministère de l Écologie,

Plus en détail

La facturation (et l archivage) électronique

La facturation (et l archivage) électronique La facturation (et l archivage) électronique Jean-François Derroitte www.avocats109.be 109CA mai 2011 Champ d application Loi du 28 janvier 2004 transposant la directive 2001/115/CE s applique: à toutes

Plus en détail

TVA Luxembourg GUIDE PRATIQUE 2014. Benoît Vanderstichelen Associé Deloitte. Et avec la collaboration de Bruno Gasparotto Arendt & Medernach

TVA Luxembourg GUIDE PRATIQUE 2014. Benoît Vanderstichelen Associé Deloitte. Et avec la collaboration de Bruno Gasparotto Arendt & Medernach TVA Luxembourg GUIDE PRATIQUE 2014 Benoît Vanderstichelen Associé Deloitte Et avec la collaboration de Bruno Gasparotto Arendt & Medernach Principes généraux Les règles de localisation des services à partir

Plus en détail

Actualités fiscales TVA

Actualités fiscales TVA Actualités fiscales TVA Benoît Vanderstichelen! Président IEC Mesures de soutien à la fonction logistique Amélioration du régime de report de paiement de la TVA due à l importation (ET14000) Depuis 2013,

Plus en détail

Loi de Finances 2014 par Delphine Cabon

Loi de Finances 2014 par Delphine Cabon Loi de Finances 2014 par Delphine Cabon La Lois de Finances pour 2014 a été publiée le 30 décembre 2013, amputée des dispositions invalidées par le Conseil Constitutionnel. Nous vous présentons ci-après

Plus en détail

Solution de facturation électronique Signée

Solution de facturation électronique Signée Solution de facturation électronique Signée (Article 289V du Code Général des Impôt) Fiche d information Sommaire La facture... 2 En quoi consiste la dématérialisation fiscale de la facture?... 3 Qu est-ce

Plus en détail

vu le traité sur le fonctionnement de l Union européenne, et notamment son article 192, paragraphe 1,

vu le traité sur le fonctionnement de l Union européenne, et notamment son article 192, paragraphe 1, 27.6.2014 Journal officiel de l Union européenne L 189/135 RÈGLEMENT (UE) N o 660/2014 DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 15 mai 2014 modifiant le règlement (CE) n o 1013/2006 concernant les transferts

Plus en détail

3 ème Loi de Finances rectificative pour 2012 Synthèse des mesures à l'égard des entreprises

3 ème Loi de Finances rectificative pour 2012 Synthèse des mesures à l'égard des entreprises 3 ème Loi de Finances rectificative pour 2012 Synthèse des mesures à l'égard des entreprises La 3 ème Loi de Finances rectificative pour 2012 (LFR3 2012) a été promulguée après examen du Conseil Constitutionnel.

Plus en détail

1. Règle d exigibilité Modification essentielle (3)

1. Règle d exigibilité Modification essentielle (3) - LES MODIFICATIONS 2013 DE LA TVA- Conférence du 27 février 2013 Organisée par Charles Félix PLAN DE LA CONFERENCE 1. Modification des règles d exigibilité de la TVA - 1.1. Modification essentielle -

Plus en détail

La loi de finances pour 2010 transpose les mesures prises au niveau communautaire regroupant :

La loi de finances pour 2010 transpose les mesures prises au niveau communautaire regroupant : Décembre 2009 Fiche technique PAQUET TVA 2010 : des nouvelles règles de facturation des PRESTATIONS de SERVICES et du REMBOURSEMENT de la TVA intra-communautaire à partir du 1 er janvier 2010 1. Le «Paquet

Plus en détail

CONTRÔLE FISCAL DES COMPTABILITÉS INFORMATISÉES OBLIGATOIRE A COMPTER DU 1 ER JANVIER 2014

CONTRÔLE FISCAL DES COMPTABILITÉS INFORMATISÉES OBLIGATOIRE A COMPTER DU 1 ER JANVIER 2014 N 17 FISCAL n 2 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 22 janvier 2014 ISSN 1769-4000 CONTRÔLE FISCAL DES COMPTABILITÉS INFORMATISÉES OBLIGATOIRE A COMPTER DU 1 ER JANVIER 2014 L essentiel : Pour

Plus en détail

Taxes assises sur le chiffre dʹaffaires

Taxes assises sur le chiffre dʹaffaires Taxes assises sur le chiffre dʹaffaires Chapitre 9 : Les obligations des assujettis (Version 2006) Documentation obligatoire : Le code de la TVA Les obligations des contribuables comportent l accomplissement

Plus en détail

I. Opérations pour lesquelles un assujetti exempté est redevable de la TVA belge

I. Opérations pour lesquelles un assujetti exempté est redevable de la TVA belge Taxe sur la valeur ajoutée. Modification, à partir du 1er janvier 2010, des règles de localisations des prestations de services et des obligations qui en résultent. Assujettis qui effectuent uniquement

Plus en détail

SOMMAIRE. 1. Procédures applicables lorsque les déclarations fiscales ne faisaient pas l objet d une télé-procédure... 4

SOMMAIRE. 1. Procédures applicables lorsque les déclarations fiscales ne faisaient pas l objet d une télé-procédure... 4 1 SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 TITRE I - SITUATION JUSQU AU DECRET DU 30 MARS 2012... 4 1. Procédures applicables lorsque les déclarations fiscales ne faisaient pas l objet d une télé-procédure... 4 1.1.

Plus en détail

SOMMAIRE. 1. Texte applicable... 5. 2. Procédures de télé-déclaration... 7

SOMMAIRE. 1. Texte applicable... 5. 2. Procédures de télé-déclaration... 7 1 SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 TITRE I TEXTE APPLICABLE ET PROCEDURES DE TELE-DECLARATION... 5 1. Texte applicable... 5 2. Procédures de télé-déclaration... 7 2.1. Si le client est un professionnel... 7

Plus en détail

News environnementale n. 13

News environnementale n. 13 Studio Legale Perrelli & Associés member of News environnementale n. 13 La loi de stabilité italienne 2015 et l application de la reverse charge aux échanges de quotas d émission de gaz à effet de serre,

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE GESTION DE LA SUBROGATION DE PAIEMENT AVEC LES ORGANISMES DE FORMATION

CONDITIONS GENERALES DE GESTION DE LA SUBROGATION DE PAIEMENT AVEC LES ORGANISMES DE FORMATION 1 CONDITIONS GENERALES DE GESTION DE LA SUBROGATION DE PAIEMENT AVEC LES ORGANISMES DE FORMATION Dernière mise à jour : le 21/06/2012 Sommaire Article 1 : Conditions de mise en œuvre... 2 Article 2 : Matérialisation

Plus en détail

RECOMMANDATION N 95-01

RECOMMANDATION N 95-01 RECOMMANDATION N 95-01 COMMUNE A LA COB ET AU CNC RELATIVE AUX METHODES À METTRE EN OEUVRE PAR LES EXPERTS CHARGES D ÉVALUER LES ACTIFS IMMOBILIERS DES SOCIÉTÉS CIVILES DE PLACEMENT IMMOBILIER (Bulletin

Plus en détail

INSTRUCTION N 008 RELATIVE A L ORGANISATION DU CONTROLE INTERNE DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE

INSTRUCTION N 008 RELATIVE A L ORGANISATION DU CONTROLE INTERNE DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE INSTRUCTION N 008 RELATIVE A L ORGANISATION DU CONTROLE INTERNE DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE La Banque Centrale du Congo, Vu la loi n 005 du 07 mai 2002

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 17 FEVRIER 2012 13 A-1-12

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 17 FEVRIER 2012 13 A-1-12 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 17 FEVRIER 2012 13 A-1-12 DROIT A RESTITUTION DES IMPOSITIONS DIRECTES EN FONCTION DU REVENU («BOUCLIER FISCAL»). ABROGATION DU DROIT A RESTITUTION.

Plus en détail

Territorialité et régime des livraisons de biens meubles corporels : AIC, LIC, importation, exportation (cours)

Territorialité et régime des livraisons de biens meubles corporels : AIC, LIC, importation, exportation (cours) Territorialité et régime des livraisons de biens meubles corporels : AIC, LIC, importation, exportation (cours) Table des matières Table des matières... 2 Introduction... 3 I Les livraisons de biens entre

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : FCPD1429372A Intitulé du texte : Arrêté fixant les modalités de communication de la liste de leurs clients non domestiques, par les fournisseurs de gaz

Plus en détail

NOR: DEVP1238562A. Version consolidée au 2 juillet 2014

NOR: DEVP1238562A. Version consolidée au 2 juillet 2014 Le 2 juillet 2014 Arrêté du 19 février 2013 encadrant la certification des prestataires en géoréférencement et en détection des réseaux et mettant à jour des fonctionnalités du téléservice «reseaux-et-canalisations.gouv.fr»

Plus en détail

TVA Modifications fiscales pour les véhicules de fonction de salariés résidant à l étranger. INFO Janvier 2014

TVA Modifications fiscales pour les véhicules de fonction de salariés résidant à l étranger. INFO Janvier 2014 INFO Janvier 2014 TVA Modifications fiscales pour les véhicules de fonction de salariés résidant à l étranger Depuis le 30/06/2013, la détermination du lieu de référence a changé pour la location de longue

Plus en détail

Table des matières PARTIE 1. De la dématérialisation à la dématérialisation fiscale PARTIE 2

Table des matières PARTIE 1. De la dématérialisation à la dématérialisation fiscale PARTIE 2 Remerciements... 7 Plan général de l ouvrage... 11 PARTIE 1 De la dématérialisation à la dématérialisation fiscale Définition, rôle et fonctions de la facture... 15 La dématérialisation des factures...

Plus en détail

LOI DE FINANCES 2014 ACTUALITES FISCALES

LOI DE FINANCES 2014 ACTUALITES FISCALES LOI DE FINANCES 2014 ET ACTUALITES FISCALES 2 Crédit d Impôt Compétitivité Emploi (CICE) - prévu par l'article 66 de la loi de finances rectificative pour 2012 (article 244 quater C du CGI) - destiné à

Plus en détail

Cohérence des dépenses déclarées au regard des prestations réalisées et des clauses du contrat

Cohérence des dépenses déclarées au regard des prestations réalisées et des clauses du contrat PROCÉDURE DE CONTRÔLE DE REGULARITE DE L ACHAT PUBLIC POUR LES DOSSIERS RELEVANT DES AXES I, III, IV ET VI DU PROGRAMME OPERATIONNEL 2007-2013 COMPETITIVITE ET EMPLOI DE MIDI-PYRÉNÉES 01.08.2013 I.- Contrôle

Plus en détail

Fiche. Introduction. Fiche 1. Introduction

Fiche. Introduction. Fiche 1. Introduction Introduction Fiche 1 Il est nécessaire de distinguer entre le droit fiscal interne, le droit fiscal international et le droit fiscal international comparé. Le premier s applique à des agents (personnes

Plus en détail

Magenta Société d Avocats www.magenta-legal.com

Magenta Société d Avocats www.magenta-legal.com Magenta Société d Avocats www.magenta-legal.com LOI HAMON : NOUVELLES OBLIGATIONS POUR LES ENTREPRISES 6 mars 2014 Vincent JAUNET, Avocat associé Magenta Société d Avocats www.magenta-legal.com Sommaire

Plus en détail

Logiciels. Edition 2010. Taxe sur la valeur ajoutée (TVA) Publ. 52.21. Valable dès le 1 er janvier 2010. www.ezv.admin.ch

Logiciels. Edition 2010. Taxe sur la valeur ajoutée (TVA) Publ. 52.21. Valable dès le 1 er janvier 2010. www.ezv.admin.ch www.ezv.admin.ch Taxe sur la valeur ajoutée (TVA) Publ. 52.21 Logiciels Edition 2010 Valable dès le 1 er janvier 2010 Editeur: Administration fédérale des douanes (AFD) Direction générale des douanes Section

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 4 G-1-09 N 2 du 5 JANVIER 2009 REGIMES D IMPOSITION REGIME DES MICRO-ENTREPRISES ARTICLE 49 DE LA LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR

Plus en détail

Commentaire Décision n 2012-298 QPC du 28 mars 2013 I. Les dispositions contestées A Historique et contexte

Commentaire Décision n 2012-298 QPC du 28 mars 2013 I. Les dispositions contestées A Historique et contexte Commentaire Décision n 2012-298 QPC du 28 mars 2013 SARL Majestic Champagne (Taxe additionnelle à la contribution sur la valeur ajoutée des entreprises Modalités de recouvrement) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

LA FACTURATION FICHE PRATIQUE. Facturation : Vos obligations. Mentions Obligatoires Générales

LA FACTURATION FICHE PRATIQUE. Facturation : Vos obligations. Mentions Obligatoires Générales Rubrique Juridique Administratif & Contentieux 20 Juin 2015 LA FACTURATION FICHE PRATIQUE Isabelle Weissberger Président Facturation : Vos obligations A FACTURATIONMentions l usage des Professionnels,

Plus en détail

Conditions générales de licence de logiciel

Conditions générales de licence de logiciel Conditions générales de licence de logiciel 1. Préambule MAÏDOTEC est titulaire des droits de propriété intellectuelle et de commercialisation sur le logiciel décrit dans les conditions particulières associées

Plus en détail

Fiche conseil gratuite

Fiche conseil gratuite COMPTABILITÉ, FISCALITÉ ET PAIE POUR LES PME Fiche conseil gratuite L autoliquidation de la TVA Obligations et formalités Référence Internet Disponible sur Internet + dans l ouvrage (cf. page 6) Saisissez

Plus en détail

Sommaire. page 1. Taux de TVA applicables au 1 er janvier 2014 dans les applications Sage 30 / 100 génération i7 V7.70

Sommaire. page 1. Taux de TVA applicables au 1 er janvier 2014 dans les applications Sage 30 / 100 génération i7 V7.70 Taux de TVA applicables au 1 er janvier 2014 dans les applications Sage 30 / 100 génération i7 V7.70 Sommaire Contexte... 3 Modification des taux de TVA au 1er janvier 2014... 3 Particularités relatives

Plus en détail

Notes explicatives Règles de facturation en matière de TVA

Notes explicatives Règles de facturation en matière de TVA Notes explicatives Règles de facturation en matière de TVA (directive 2010/45/UE du Conseil) Pourquoi des notes explicatives? Les notes explicatives visent à mieux faire comprendre la législation adoptée

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJETS DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJETS DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJETS DE TEXTE REGLEMENTAIRE Intitulé des textes : NOR : FCPD1505241D Décret modifiant le décret n 99-723 du 3 août 1999 fixant les modalités d application des articles 265 septies et

Plus en détail

LOI 76-020 du 16 juillet 1976 portant normalisation de la comptabilité au Zaïre (telle que modifiée par l ordonnance 81-017 du 3 avril 1981)

LOI 76-020 du 16 juillet 1976 portant normalisation de la comptabilité au Zaïre (telle que modifiée par l ordonnance 81-017 du 3 avril 1981) LOI 76-020 du 16 juillet 1976 portant normalisation de la comptabilité au Zaïre (telle que modifiée par l ordonnance 81-017 du 3 avril 1981) JO n 16 du 15 août 1976 TITRE I. DISPOSITIONS PRÉLIMINAIRES

Plus en détail

ENVIRONNEMENT FISCAL DES COMPTABILITÉS INFORMATISÉES : PRÉVENTIONS ET OBLIGATIONS

ENVIRONNEMENT FISCAL DES COMPTABILITÉS INFORMATISÉES : PRÉVENTIONS ET OBLIGATIONS FISCALITE N 64 - FISCAL N 10 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 4 juillet 2003 ENVIRONNEMENT FISCAL DES COMPTABILITÉS INFORMATISÉES : PRÉVENTIONS ET OBLIGATIONS II - Nouvelles technologies,

Plus en détail

Contrôle et traitement comptable des opérations commerciales

Contrôle et traitement comptable des opérations commerciales Thème 1 Contrôle et traitement comptable des opérations commerciales Je fais le point 1. Les différents documents commerciaux Le devis Le devis correspond à une proposition faite à un client, à sa demande.

Plus en détail

DELIBERATION N 2015-93 DU 21 OCTOBRE 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU

DELIBERATION N 2015-93 DU 21 OCTOBRE 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU DELIBERATION N 2015-93 DU 21 OCTOBRE 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

PRESTATIONS DE SERVICES et TERRITORIALITE DE LA TVA

PRESTATIONS DE SERVICES et TERRITORIALITE DE LA TVA LETTRE D INFORMATION ACTUALITE FISCALE MARS 2010 PRESTATIONS DE SERVICES et TERRITORIALITE DE LA TVA (Régime applicable à compter du 1 er janvier 2010) Depuis le 1 er janvier 2010, l imposition à la TVA

Plus en détail

DELIBERATION N 2014-170 DU 11 DECEMBRE 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE

DELIBERATION N 2014-170 DU 11 DECEMBRE 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DELIBERATION N 2014-170 DU 11 DECEMBRE 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

Comptabilité, TVA. Nouvelle réglementation et gestion du risque. www.vat-solutions.com

Comptabilité, TVA. Nouvelle réglementation et gestion du risque. www.vat-solutions.com Comptabilité, TVA Nouvelle réglementation et gestion du risque www.vat-solutions.com Gestion du risque en matière de TVA Le risque est l effet de l incertitude sur les objectifs* Les risques en matière

Plus en détail

2. Aux termes de l article 34, paragraphes 1 à 3, du code des impôts sur les revenus 1992 (ci-après le «CIR 1992»):

2. Aux termes de l article 34, paragraphes 1 à 3, du code des impôts sur les revenus 1992 (ci-après le «CIR 1992»): CE Cour de Justice, le 23 janvier 2014 * Affaire C-296/12 Commission européenne contre Royaume de Belgique 1. Par sa requête, la Commission européenne demande à la Cour de constater que, en adoptant et

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : EINC1517541D Intitulé du texte : Décret relatif aux conditions d'application de l'article L. 213-2 du code de la route Ministère à l origine de la mesure

Plus en détail

Etat récapitulatif prestations 2015

Etat récapitulatif prestations 2015 Etat récapitulatif prestations 2015 Délai légal Il est à noter que le délai légal de dépôt des états récapitulatifs à partir de 2010 est différent selon la voie de transfert : Par voie papier, le délai

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE CONDITIONS GENERALES DE VENTE 1. DESIGNATION DES PARTIES Les conditions générales de vente ci-après (que l on dénommera ensuite CGV) régissent l ensemble des relations contractuelles entre d une part Marianne

Plus en détail

Nouvelles règles TVA concernant le «lieu des prestations de services» à partir du 1 er janvier 2010

Nouvelles règles TVA concernant le «lieu des prestations de services» à partir du 1 er janvier 2010 Nouvelles règles TVA concernant le «lieu des prestations de services» à partir du 1 er janvier 2010 Commission des experts-comptables et conseils fiscaux internes Le présent article vise à donner un aperçu

Plus en détail

Quality Assurance of Development Assistance GUIDE GÉNÉRAL DE COMPTABILISATION ET D AUDIT DES SUBVENTIONS TRANSMISES PAR LE BIAIS D ONG NATIONALES

Quality Assurance of Development Assistance GUIDE GÉNÉRAL DE COMPTABILISATION ET D AUDIT DES SUBVENTIONS TRANSMISES PAR LE BIAIS D ONG NATIONALES Quality Assurance of Development Assistance GUIDE GÉNÉRAL DE COMPTABILISATION ET D AUDIT DES SUBVENTIONS TRANSMISES PAR LE BIAIS D ONG NATIONALES Août 2007 Sommaire 1. Introduction... 3 2. La subvention

Plus en détail

U IO EUROPÉE E. Bruxelles, le 6 février 2012 (OR. en) 2009/0035 (COD) PE-CO S 79/11 DRS 133 COMPET 624 ECOFI 896 CODEC 2464 OC 99

U IO EUROPÉE E. Bruxelles, le 6 février 2012 (OR. en) 2009/0035 (COD) PE-CO S 79/11 DRS 133 COMPET 624 ECOFI 896 CODEC 2464 OC 99 U IO EUROPÉE E LE PARLEME T EUROPÉE LE CO SEIL Bruxelles, le 6 février 2012 (OR. en) 2009/0035 (COD) PE-CO S 79/11 DRS 133 COMPET 624 ECOFI 896 CODEC 2464 OC 99 ACTES LÉGISLATIFS ET AUTRES I STRUME TS

Plus en détail

Calcul de la TVA exigible dans le BTP

Calcul de la TVA exigible dans le BTP Calcul de la TVA exigible dans le BTP Livre blanc Décembre 2012 Éditions Tissot Décembre 2012 Page 1 sur 7 Introduction Quelles sont les bases du calcul de la TVA? TVA collectée, TVA déductible et TVA

Plus en détail

Position - recommandation AMF n 2010-03 - Questions-réponses de l AMF sur le transfert vers Alternext d une société cotée sur Euronext

Position - recommandation AMF n 2010-03 - Questions-réponses de l AMF sur le transfert vers Alternext d une société cotée sur Euronext Position / recommandation AMF n 2010-03 Questions Réponses de l AMF sur le transfert vers Alternext d une société cotée sur Euronext Textes de référence : articles L.421-14 et L.433-5 du code et article

Plus en détail

DELIBERATION N 2014-83 DU 12 MAI 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT

DELIBERATION N 2014-83 DU 12 MAI 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT DELIBERATION N 2014-83 DU 12 MAI 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR FINALITE

Plus en détail

ARRETE n 1176 CM du 27 octobre 1997 portant définition d un régime d entrepôt d exportation. (JOPF du 6 novembre 1997, n 45, p. 2266) Modifié par :

ARRETE n 1176 CM du 27 octobre 1997 portant définition d un régime d entrepôt d exportation. (JOPF du 6 novembre 1997, n 45, p. 2266) Modifié par : 1 ARRETE n 1176 CM du 27 octobre 1997 portant définition d un régime d entrepôt d exportation. (JOPF du 6 novembre 1997, n 45, p. 2266) Modifié par : - Arrêté n 1512 CM du 29 décembre 1997 ; JOPF du 8

Plus en détail

Les guides ALMA CG LE CRÉDIT D IMPÔT RECHERCHE DÉCRYPTER ET MAÎTRISER LE CONTRÔLE FISCAL. en 6 points clés

Les guides ALMA CG LE CRÉDIT D IMPÔT RECHERCHE DÉCRYPTER ET MAÎTRISER LE CONTRÔLE FISCAL. en 6 points clés Les guides ALMA CG LE CRÉDIT D IMPÔT RECHERCHE DÉCRYPTER ET MAÎTRISER LE CONTRÔLE FISCAL en 6 points clés Juin 2015 PRÉAMBULE DES AUTEURS ALMA CG et Maître Eric QUENTIN, associé de la société d avocats

Plus en détail

2 Formalisme de la facture : mentions obligatoires

2 Formalisme de la facture : mentions obligatoires Page 1 sur 8 Imprimer PRATIQUE COMPTABLE 2 Formalisme de la facture : mentions obligatoires Le formalisme de la facturation est régi à la fois par le droit commercial et par les textes liés à la TVA (c.

Plus en détail

2222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222 Le 2222222222222222222222222222

2222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222 Le 2222222222222222222222222222 LE CABINET E&R CONSULTANTS VOUS INFORME ET VOUS ACCOMPAGNE FACTURES ET CONDITIONS GENERALES DE VENTE Madame, Monsieur, La loi relative à la simplification du droit et à l'allégement des démarches administratives

Plus en détail

Règlement de certification des prestataires en localisation des réseaux et Comité de pilotage de la certification

Règlement de certification des prestataires en localisation des réseaux et Comité de pilotage de la certification Règlement de certification des prestataires en localisation des réseaux et Comité de pilotage de la certification 1. Objet Le présent document définit les règles d instruction des demandes faites par des

Plus en détail

INSTRUCTION. N 04-041-M9 du 16 juillet 2004 NOR : BUD R 04 00041 J. Texte publié au Bulletin Officiel de la Comptabilité Publique

INSTRUCTION. N 04-041-M9 du 16 juillet 2004 NOR : BUD R 04 00041 J. Texte publié au Bulletin Officiel de la Comptabilité Publique INSTRUCTION N 04-041-M9 du 16 juillet 2004 NOR : BUD R 04 00041 J Texte publié au Bulletin Officiel de la Comptabilité Publique RECOUVREMENT DES PRODUITS DES ÉTABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX ANALYSE Dématérialisation

Plus en détail

Les nouvelles règles comptables applicables aux opérations d accession sociale

Les nouvelles règles comptables applicables aux opérations d accession sociale 5 avril 2016 Les nouvelles règles comptables applicables aux opérations d accession sociale 1. La comptabilisation des contrats de VEFA (voir chapitre I des Schémas d écritures) Les règles comptables applicables

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES PARTICULIERES (C.C.P.)

CAHIER DES CLAUSES PARTICULIERES (C.C.P.) Département du Var Commune de GRIMAUD MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES N 10-109- 01 à 04 -MR Fournitures scolaires Lots 1 à 4 CAHIER DES CLAUSES PARTICULIERES (C.C.P.) Article premier : Objet de la consultation

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : ETSD1418588D Intitulé du texte : décret relatif aux modalités de mobilisation et de financement du compte personnel de formation Ministère à l origine

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 3 - Texte adopté par l Assemblée nationale en première lecture. Dispositions en vigueur. Texte du projet de loi

TABLEAU COMPARATIF - 3 - Texte adopté par l Assemblée nationale en première lecture. Dispositions en vigueur. Texte du projet de loi - 3 - TABLEAU COMPARATIF Projet de loi pour une Ré numérique Projet de loi pour une Ré numérique Projet de loi pour une société numérique Amdt COM-81 et ss-amdt COM-413 TITRE I ER TITRE I ER TITRE I ER

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE DE L ÉDUCATION ET DE LA CULTURE

COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE DE L ÉDUCATION ET DE LA CULTURE Version du 18.11.2013 COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE DE L ÉDUCATION ET DE LA CULTURE Direction Culture et créativité Unité Diversité et innovation culturelles MODÈLE DE CAHIER DES CHARGES POUR

Plus en détail

COMPRENDRE & INTERPRETER UN BILAN & UN COMPTE DE RESULTAT

COMPRENDRE & INTERPRETER UN BILAN & UN COMPTE DE RESULTAT GEST 01 COMPRENDRE & INTERPRETER UN BILAN & UN COMPTE DE RESULTAT Durée : 14 heures 990 HT / jour Dates : à définir en 2012 Comprendre la logique du compte de bilan et du compte de résultat Identifier

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF. Texte adopté par l Assemblée nationale. Proposition de loi relative à l activité de mandataire en recherche ou achat de véhicules

TABLEAU COMPARATIF. Texte adopté par l Assemblée nationale. Proposition de loi relative à l activité de mandataire en recherche ou achat de véhicules TABLEAU COMPARATIF Proposition de loi relative à l activité de mandataire en recherche ou achat de véhicules automobiles neufs Proposition de loi relative à l activité de mandataire en recherche ou achat

Plus en détail

Règles d entreprise visant à légitimer un transfert de données à caractère personnel vers des pays non membres de la communauté européenne.

Règles d entreprise visant à légitimer un transfert de données à caractère personnel vers des pays non membres de la communauté européenne. ROYAUME DE BELGIQUE Bruxelles, le Adresse : Av. de la porte de Hal, 5-8, B-1060 Bruxelles Tél.: +32(0)2/542.72.00 Email : commission@privacy.fgov.be Fax.: +32(0)2/542.72.12 http://www.privacy.fgov.be/

Plus en détail

PRIM EXPORT REGLEMENT D'INTERVENTION

PRIM EXPORT REGLEMENT D'INTERVENTION PRIM EXPORT REGLEMENT D'INTERVENTION le règlement UE n 1407/2013 de la Commission Européenne du 18 décembre 2013 concernant l'application des articles 107 et 108 du Traité sur le Fonctionnement de l Union

Plus en détail

- 17 - TABLEAU COMPARATIF

- 17 - TABLEAU COMPARATIF - 17 - TABLEAU COMPARATIF 19 PREMIÈRE PARTIE CONDITIONS GÉNÉRALES DE L ÉQUILIBRE FINANCIER TITRE I er DISPOSITIONS RELATIVES AUX RESSOURCES PREMIÈRE PARTIE CONDITIONS GÉNÉRALES DE L ÉQUILIBRE FINANCIER

Plus en détail

Note de la DGCCRF pour l indemnité forfaitaire de recouvrement

Note de la DGCCRF pour l indemnité forfaitaire de recouvrement Note de la DGCCRF pour l indemnité forfaitaire de recouvrement CODINF 30 avenue Franklin Roosevelt 75 008 Paris Tél : 01.55.65.04.00 Fax : 01.55.65.10.12 Mail : codinf@codinf.fr N TVA CEE : FR 17 481 350

Plus en détail

SIRET n 539 901 231 00016 Dénomination sociale : MARTINEZ ACEVEDO MARGERIN Maria de Guadalupe

SIRET n 539 901 231 00016 Dénomination sociale : MARTINEZ ACEVEDO MARGERIN Maria de Guadalupe Mention légales Conditions générales de vente L auto-entrepreneur: MARTINEZ ACEVEDO MARGERIN Maria de Guadalupe 44, Avenue Saint Augustin Résidence Eden Azur Bat A 06200 Nice 06 11 30 34 54 http://www.mi-fr.

Plus en détail

Convention Logistique. Pour la fourniture de fixations mécaniques

Convention Logistique. Pour la fourniture de fixations mécaniques Convention Logistique Pour la fourniture de fixations mécaniques 1/ Objet La présente Convention Logistique est le contrat d adhésion qui définit, à défaut d accords particuliers ou dérogatoires entre

Plus en détail

Système de certification. Système officiel ou agréé de certification.

Système de certification. Système officiel ou agréé de certification. DIRECTIVES SUR L ÉLABORATION D ACCORDS D ÉQUIVALENCE RELATIFS AUX SYSTÈMES D INSPECTION ET DE CERTIFICATION DES IMPORTATIONS ET DES EXPORTATIONS ALIMENTAIRES SECTION 1 CHAMP D APPLICATION CAC/GL 34-1999

Plus en détail