Traitement hormonal substitutif et cancer du sein

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Traitement hormonal substitutif et cancer du sein"

Transcription

1 Traitement hormonal substitutif et cancer du sein M. Espié Introduction Depuis ces trois dernières années, chaque été apporte un nouvel article sur l effet délétère du traitement hormonal substitutif (THS) de la ménopause quant au risque de cancer du sein. Après les travaux de C. Schairer et l étude WHI, c est la publication de l étude «Million women study» qui enfonce le clou. Données épidémiologiques antérieures De nombreuses méta-analyses ont été publiées sur la relation entre le THS et le risque de cancer du sein (tableau 1). Tableau 1 - THS et cancer du sein. Méta-analyses. Auteurs Articles Risque relatif Intervalle de confiance Armstrong (1) 12 0,96 0,89-1,05 Dupont 91 (2) 31 1,07 1-1,12 Steinberg (3) 34 1,3 1,2-1,6 Grady (4) 30 1,01 0,97-1,05 Sillero (5) 27 1,06 1-1,12 Colditz (6) 31 1,02 0,93-1,12 Collaborative (7) 51 1,14 +/- 0,031 Ces méta-analyses, jusqu à présent, n avaient pas mis en corrélation évidente, pour la majorité d entre elles, le risque de cancer du sein et le THS. Pour un certain nombre cependant, on notait une élévation du risque, mais extrêmement faible.

2 2 Cancer du sein C est la méta-analyse du «Collaborative group de 1997» qui a cependant été la plus exhaustive. Cette méta-analyse a repris 51 études effectuées dans 21 pays regroupant femmes atteintes comparées à témoins. Les femmes en pré- ou péri-ménopause ont été exclues de cette étude qui a donc comparé cas à témoins. Elle a retrouvé une légère augmentation significative du risque de diagnostiquer un cancer du sein sous THS avec un risque relatif (RR) (1) à 1,14 (7). Ce risque variait avec la durée d utilisation, mais restait faible avec un RR à 1,31 pour cinq à neuf ans de traitement qui passait à 1,24 pour dix à quatorze ans de traitement et qui s élevait à un peu plus de 1,5 pour quinze ans de traitement. Cette méta-analyse avait montré que l élévation du risque disparaissait à l arrêt du THS. Les cancers diagnostiqués sous THS l ont été à un stade plus précoce avec moins d envahissement ganglionnaire. Les auteurs concluaient donc qu en cas de THS, on noterait deux cancers du sein en plus pour cinq ans de prise (0,2 %), six pour dix ans (0,6 %) et douze pour quinze ans (1,2 %). D autres études randomisées avaient été publiées avant l étude WHI, mais s intéressaient à des catégories particulières de femmes. Étude HERS (Heart and Estrogen/Progestin replacement study Research Group) (8). Cette étude a regroupé femmes ménopausées avec une maladie coronarienne et a randomisé des estrogènes conjugués équins à la dose de 0,625 mg en association avec de l acétate de médroxyprogestérone à la dose de 2,5 mg versus placebo. Cette étude a mis en évidence un RR de cancer du sein de 1,30 non significatif cependant puisque l IC (intervalle de confiance) est de 0,77 à 2,19. Cette étude a été actualisée avec un recul plus important à 6,8 ans de suivi. Concernant le cancer du sein, on retrouvait un risque légèrement augmenté non statistiquement significatif à 1,27 (IC : 0,84-1,94). Concernant les autres cancers, on notait un risque légèrement diminué de cancer du côlon, là encore non statistiquement significatif [0,81 (IC : 0,46-1,45)], pas d élévation significative du cancer du poumon [RR : 1,39 (IC : 0,84-2,28)] ni du cancer de l endomètre [risque relatif 0,25 (IC : 0,05-1,18)] et si l on regroupe l ensemble des cancers, pas d élévation statistiquement significative [risque relatif = 1,19 (IC : 0,95-1,50)] (9). Étude PEPI L étude PEPI est une étude randomisée en double aveugle où 875 femmes ont été randomisées entre placebo, estrogène conjugué équin 0,625 mg, ou estrogène conjugué équin et acétate de médroxyprogestérone, ou estrogène conjugué équin et progestérone micronisée. Il n y a pas eu de différence mise en évidence quant au risque de survenue du cancer du sein (p = 0,29) (10). Étude WEST L étude West est une étude randomisée comparant les estrogènes seuls (1 mg de 17-ß estradiol) versus placebo chez 664 patientes ayant eu un accident vasculaire cérébral. Le suivi était court (2,8 ans), on ne notait pas d élévation du risque de cancer du sein sous estrogène [RR : 1 (IC : 0,30-3,50)]. Il faut noter l observation de deux cancers de l endomètre contre aucun sous placebo (11).

3 Traitement hormonal substitutif et cancer du sein 3 Étude Nachtigall L étude Nachtigall est une étude randomisée en double aveugle chez des femmes en maison de repos, qui n a cependant porté que sur 176 femmes. Elle a comparé l administration d un placebo à une association séquentielle d estrogène conjugué équin et d acétate de medroxyprogestérone. À dix ans de suivi, aucun cancer du sein n est apparu sous THS, 4 sous placebo, et, à vingt-deux ans de suivi, toujours aucun cancer du sein n a été noté sous THS contre 11,5 % sous placebo (p < 0,01) (12). De ces premiers essais randomisés, aucun n a donc montré une élévation statistiquement significative du risque de cancer du sein, mais ils concernaient des populations particulières, souvent des femmes présentant une maladie cardio-vasculaire. Ces essais avaient souvent un recul insuffisant et étaient numériquement pas assez importants pour montrer une différence statistiquement significative. Étude WHI Cette étude a donc randomisé femmes ménopausées âgées de 50 à 79 ans (moyenne 63 ans) entre un placebo et une association d estrogène conjugué à 0,625 mg et d acétate de médroxyprogestérone à 2,5 mg. Le suivi minimum a été de 3,5 ans, maximum de 8,6 ans avec un moyenne de 5,6 ans (13, 14). Il faut noter que les patientes traitées l ont été avec un délai depuis la ménopause d environ quinze ans et que 26 % avaient déjà eu un THS antérieurement. 47 % des femmes sous ECE + AMP ont arrêté le traitement en cours d étude et 38 % sous placebo. Il a donc été observé un hasard ratio (HR) (3) à 1,24 (p < 0,001). En valeur absolue, cela signifie qu il y a eu 245 cas de cancer du sein sous THS contre 185 cas sous placebo parmi les femmes de l étude. Les auteurs ont donc extrapolé que cela allait amener à diagnostiquer 8 cas de cancer du sein supplémentaires pour femmes traitées. Il s agissait d un essai randomisé, et il y a donc eu le même taux de surveillance par mammographie dans les deux groupes. Il faut cependant noter qu environ 40 % des patientes traitées ont eu des saignements, ce qui a bien sûr levé le caractère de double aveugle de l étude. Il n est pas précisé si ces patientes ont eu, de ce fait, une surveillance gynécologique ou radiologique plus importante. Ceci induit cependant une possibilité de biais. Il n a pas été observé d excès de cancer du sein in situ, ce qui signifie probablement que ce traitement hormonal n a pas accéléré la croissance d états précancéreux et n a donc probablement pas d effet initiateur dans la carcinogenèse. Il n a pas été observé de risque accru de cancer du sein en cas d antécédent familial de cancer du sein et il n a pas été observé de différence de mortalité par cancer du sein entre les deux groupes. Le risque majoré de cancer du sein n a donc finalement été observé que chez les patientes qui avaient pris antérieurement un THS, puisque en l absence d utilisation antérieure, le HR était à 1,06 (IC : 0,81-1,38) pour trois à sept ans d utilisation dans l étude. En cas de prise antérieure inférieure à cinq ans, on observait un HR de 2,13 (IC : 1,15-3,14) pour une durée d utilisation comprise donc entre quatre et onze ans de THS. Pour les patientes qui avaient pris

4 4 Cancer du sein antérieurement le traitement entre cinq et dix ans, le HR était de 4,61 (1,01-21,02) pour une durée d utilisation totale d environ huit à seize ans. Pour les patientes qui avaient antérieurement pris le traitement hormonal pour une durée supérieure à dix ans, le HR était à 1,8 (0,60-5,43) et n était donc plus statistiquement significatif pour une durée d utilisation comprise entre treize à dix-sept ans. Il faut noter cependant que le nombre de patientes concernées était faible dans chacun de ces sous-groupes. Il était mis en avant par les auteurs un effet durée du THS lors de la publication de 2002 (tableau 2) qui n a pas été confirmé lors de la publication spécifique de 2003 sur le cancer du sein (p = 0,15). Dans cette deuxième analyse, les auteurs ont retrouvé un HR à 1,09 en l absence de traitement antérieur, de 1,7 pour une utilisation de moins de cinq ans et de 2,27 pour plus de cinq ans d utilisation antérieure. Ils n ont malheureusement pas détaillé ce groupe de plus de cinq ans de traitement. Tableau 2 - WHI cancer du sein et durée du THS. ECE + MPA Placebo Ratio Un an ,62 Deux ans ,83 Trois ans ,16 Quatre ans ,73 Cinq ans ,64 Six ans et plus ,12 En effet, dans la première publication, on notait que s il commençait à exister une élévation notable du nombre de cancers du sein pour quatre à cinq ans de prise, le risque commençait à diminuer pour six ans et plus, ce qui pouvait traduire l effet de promotion sur des cancers du sein infra-cliniques préexistants, l effet s épuisant au bout d un certain temps de traitement. Il a été mis en avant une taille plus importante des cancers survenus sous THS. En fait, d un point de vue cancérologique, cette moyenne de taille n a pas grand sens. La taille moyenne a donc été de 1,7 cm sous THS contre 1,5 cm sous placebo (p = 0,04). Cette différence n a pas de valeur pronostique, il n est pas précisé comment les cancers ont été mesurés (taille clinique? radiologique? anatomo-pathologique?) ; une relecture centrale des lames a-t-elle été effectuée? En fait, si l on reprend la taille réelle observée des tumeurs, il n y a pas de différence statistiquement significative entre les deux groupes (tableau 3).

5 Traitement hormonal substitutif et cancer du sein 5 Tableau 3 - Caractéristiques des cancers du sein observés (taille). Taille ECE + AMP Placebo P Pas de T 0 1 Micro-inf. 8 (4,3) 9 (6,4) < 0,5 18 (9,7 %) 17 (12,1 %) > 0, (24,2 %) 36 (25,5 %) 0,5 > (39,2 %) 56 (39,7 %) (19,9 %) 21 (14,9 %) > 5 5 (2,7 %) 1 (0,7 %) On peut s étonner par ailleurs que dans une étude où un examen clinique et une mammographie étaient pratiqués tous les ans, on ait retrouvé des cancers de plus de 5 cm Il a été retrouvé 45 cas où la tumeur s accompagnait d un envahissement ganglionnaire contre 21 sous placebo. Dans plus de 12 % des cas, le statut ganglionnaire n est pas précisé. C est la seule étude à ce jour qui montre des tumeurs s accompagnant d un plus grand pourcentage de ganglions atteints, y compris dans la méta-analyse de 1997 qui regroupait 51 études, où les cancers diagnostiqués sous THS l étaient à un stade plus précoce. Il est, en revanche, inexact de dire qu il y a eu plus de cancers métastasés observés sous THS, comme on pourrait le supposer à une lecture rapide du résumé de cette étude. En fait, il y a eu 1 % de survenue de métastases sous THS versus 2 % sous placebo (tableau 4). Tableau 4 - Caractéristiques des cancers observés, d après Chlebowski (14). Stade ECE + AMP Placebo P Localisé 76,6 % (144) 82,7 % (124) Régional 24,4 % (47) 14 % (21) 0,048 Métastasé 1 % (2) 2 % (3) Inconnu 3 % (6) 1,3 (2) 0,47 R + M 25,4 % (49) 16 % (24) 0,04 Aucune différence n a été mise en évidence concernant le grade, le statut par rapport aux récepteurs hormonaux entre les deux bras de l étude. Il faut noter, là encore, le fort pourcentage de données manquantes et la contradiction avec toutes les données antérieures de la littérature qui retrouvaient davantage de tumeurs de grade I, RE +, davantage de tumeurs moins volumineuses avec moins de cellules en mitose, moins d envahissement ganglionnaire et moins aneuploïdes (1, 15, 16). Dans cette étude, il était pratiqué une mammographie de référence, puis une mammographie annuelle dans les deux bras, mais, dans 40 % des cas, il y a eu une levée du double aveugle, les femmes étant réglées sous ECE + AMP. On ne sait pas

6 6 Cancer du sein si ces femmes ont alors eu la même surveillance et si un biais de dépistage n a pas pu jouer. Quoi qu il en soit, à un an, il a été observé 9,4 % d anomalies mammographiques sous ECE + AMP contre 5,4 % sous placebo (p < 0,001) et, au total, 31,5 % de modifications radiologiques contre 21,2 % (p < 0,001). Les auteurs évoquent donc la possibilité d un retard au diagnostic lié à la densité des mammographies ou la possibilité que cette association ait sélectionné des cancers de plus mauvais pronostic. L autre bras de l étude concernait les estrogènes seuls utilisés chez des femmes ayant eu une hystérectomie et, avec sept ans de recul, il n a pas été observé pour l instant d excès de cancer du sein. Si l on s intéresse à l ensemble des cancers observés dans cette étude, il n y a pas eu d élévation statistiquement significative (HR : 1,03 (090-1,17)). Pour le cancer de l endomètre, le HR est à 0,83 [IC : 0,47-1,47] et l on note une réduction du nombre de cancers du côlon observés (45 versus 67) avec un HR à 0,63 (IC : 0,43-0,92). Concernant la mortalité globale, le HR est à 0,98 (IC : 0,82-1,18). Aucun excès de mortalité n a donc été observé dans cette étude. L étude WHI comportait une deuxième population. Il s agissait de femmes ayant eu une hystérectomie et qui ont été randomisées entre un placebo et des estrogènes conjugués équins seuls. Les résultats ont été publiés à sept ans de moyenne de suivi. Concernant le cancer du sein, on note une tendance à la réduction du risque de survenue, avec un risque relatif à 0,77 (0,59-1,01). L arrêt prématuré de l essai ne nous permettra pas de savoir si cette différence serait franchement devenue statistiquement significative (17). Étude «Million» (18) Il s agit d une étude de cohorte menée en Grande-Bretagne chez des femmes de 50 à 64 ans participant à un programme volontaire de dépistage mammographique du cancer du sein tous les trois ans femmes ont été volontaires et ont été recrutées entre 1996 et 2001, dont femmes ménopausées. Concernant l incidence du cancer du sein, la moyenne de suivi a été de 2,6 ans et, concernant pour la mortalité, de 4,1 ans. Les données ont été recueillies par un questionnaire rempli avant la mammographie de référence. Les données recueillies ont été confrontées au dossier du médecin traitant, et 90 à 97 % de concordance selon les items ont été observés, ce qui est satisfaisant, mais laisse cependant une marge d erreur pour des résultats à la limite de la signification statistique. Surtout, les modifications de traitements postérieurs à l inclusion n ont pas été prises en compte et les durées d utilisation des différentes associations sont donc approximatives. Les cancers du sein ont été en moyenne diagnostiqués 1,2 ans après l inclusion. Il s agissait donc de cancers préexistants à l étude. De manière paradoxale, il a été observé un risque de cancer du sein plus faible chez les femmes péri-ménopausées (RR = 0,75, IC : 0,68-0,82) et chez les femmes

7 Traitement hormonal substitutif et cancer du sein 7 ménopausées (RR = 0,63, IC : 0,58-0,68) en comparaison avec les femmes pré-ménopausées. Les résultats de cette étude sont donc présentés dans le tableau suivant (tableau 5). Tableau 5 - Étude Million. RR IC Pas de THS 1 THS antérieurement 1,01 0,95-1,08 En cours de THS - Estrogènes seuls 1,3 1,22-1,38 - Estroprogestatifs 2 1,91-2,09 - Tibolone 1,45 1,25-1,67 On observe une augmentation du risque qui semble plus marquée sous estroprogestatifs que sous estrogènes ou tibolone. Il n y a pas d augmentation du risque retrouvé en cas d utilisation antérieure de THS. Concernant les estrogènes, cette étude est donc en contradiction avec l essai randomisé de la WHI et avec les publications antérieures qui, dans leur grande majorité, ne retrouvaient pas d augmentation du risque liée à leur utilisation seule. Concernant les estroprogestatifs, les auteurs retrouvent un effet durée, le risque relatif étant de 2,31 pour plus de dix ans d utilisation. Concernant les estrogènes seuls, le risque est le même, quels que soient la dose et le type d estrogènes prescrits (estrogènes conjugués équins ou éthinyl-estradiol). Le risque est également le même en fonction des modalités d administration orales ou transcutanées (tableau 6). Tableau 6 - Étude Millon : effet durée. Estrogènes Estroprogestatifs < 1 an 0,81 (0,55-1,20) 1,45 (1,19-1,78) 1 à 4 ans 1,25 (1,10-1,41) 1,74 (1,60-1,81) 5 à 9 ans 1,32 (1,20-1,46) 2,17 (2,02-2,33) > 10 ans 1,37 (1,22-1,54) 2,31 (2,08-2,56) Pour les progestatifs utilisés en association avec les estrogènes, là encore, aucune différence n a été retrouvée entre l acétate de médroxyprogestérone, la noréthistérone, le nor- ou le lévonorgestrel. Le risque est également le même en cas d administration séquentielle ou continue (tableau 7).

8 8 Cancer du sein Tableau 7 - Estroprogestatifs. Progestatifs RR < 5 ans RR > 5 ans AMP 1,60 (1,33-1,93) 2,42 (2,10-2,80) Noréthistérone 1,53 (1,35-1,75) 2,10 (1,89-2,34) Nor-lévonorgestrel 1,97 (1,74-2,33) 2,23 (2,04-2,44) Mode d administration - Séquentielle 1,77 (1,59-1,97) 2,12 (1,95-2,30) - Continue 1,57 (1,37-1,79) 2,40 (2,15-2,27) Les résultats des études antérieures évoquaient un risque majoré essentiellement en cas d utilisation en continu, à l exception de l étude de Ross (tableau 8). Tableau 8 - Estroprogestatifs : administration séquentielle ou continue. Études Traitement séquentiel Traitement continu RR (IC) RR (IC) Porch 2002 (19) 1,04 (0,74-1,46) 1,82 (1,34-2,48) Weiss 2002 (20) 0,98 (0,74-1,30) 1,45 (1,09-1,91) Olsson 2003 (21) 1,44 (0,67-3,08) 3,13 (1,70-5,75) Ross 2000 (22) 1,38 (1,13-1,68) 1,09 (0,88-1,35) Magnusson 1999 (23) 1,03 (0,94-1,13) 1,19 (1,09-1,31) Newcomb 2002 (24) 1,57 (0,95-2,60) 1,54 (1,15-2,07) La mortalité a été évaluée dans cette étude sur une moyenne de suivi de 4,1 ans. 517 décès ont été observés chez les femmes ménopausées avec un risque relatif de 1,22 (IC : 1-1,48) en cas d utilisation en cours et de 1,05 (0,85-1,34) en cas d utilisation antérieure. Cette tendance à l élévation en cours d utilisation n est pas stricto sensu significative et est en contradiction avec les données antérieures de la littérature. Nous y reviendrons. Cette étude à un atout majeur : le nombre de femmes étudiées. Mais elle a des limites : il s agit d une étude d observation et non d un essai randomisé, avec tous les biais inhérents à ce genre d étude la durée du suivi est très courte (2,6 ans), les données ont été recueillies sans tenir compte des changements de traitements ultérieurs, la population étudiée est particulière et des biais de surveillance ne peuvent être exclus, le pourcentage de mammographies effectuées hors dépistage n est pas connu, les indications des différents traitements ne sont pas précisés (estrogènes seuls, estroprogestatifs, tibolone) et les risques observés sont supérieurs à ceux de l étude WHI qui, elle, était randomisée. Quoi qu il en soit, cette étude évoque la possibilité de la survenue de cancers d intervalle sous THS. Le rythme de dépistage tous les trois ans n est certainement pas le bon rythme. Il existe une diminution de la sensibilité de la mammographie sous estroprogestatifs (Banks E, BMJ 2004 ; 329 : ), mais ce ne sont pas les résultats observés dans les études antérieures sous tibolone ou estrogènes (25, 26).

9 Traitement hormonal substitutif et cancer du sein 9 La possibilité de cancers du sein plus agressifs est également évoquée, mais à nouveau en contradiction avec tous les travaux antérieurs. Étude MGEN E3N (27) Il s agit également d une étude cas-témoins concernant femmes de la MGEN dont femmes ménopausées ont été prises en compte. Sept questionnaires leur ont été adressés entre 1990 et Les informations concernant les THS ont été recueillies entre janvier 1992 et avril 1997 et celles concernant les cancers entre 1992 et Il faut noter que près de femmes ont été exclues de l analyse : ce sont les femmes pour lesquelles un cancer du sein a été diagnostiqué dans l année suivant l entrée dans l étude, celles pour lesquelles un CCIS a été diagnostiqué et celles qui avaient pris un THS avant l étude. Un des buts était d éliminer des femmes qui, par définition, n étaient pas à risque par rapport au THS, puisqu elles n avaient pas développé de cancer du sein, alors qu elles avaient été exposées au traitement. Nous y reviendrons. 948 cancers du sein sont apparus parmi les femmes suivies. Les résultats ont été ajustés sur la fréquence des mammographies pour éviter les biais de dépistage et les résultats correspondent au THS utilisé le plus longtemps lorsqu il y a eu plusieurs traitements. 45 % des femmes ont utilisé des estrogènes en patch, 55 % en gel, 22,1 % des estrogènes seuls et 88,6 % une association estroprogestative. Dans 67,9 %, les progestatifs utilisés dérivaient de la progestérone (y compris l acétate de médroxyprogestérone) et, dans 7,6 % des cas, de la testostérone. Dans 26,8 %, il s agissait de progestérone micronisée. La durée moyenne du traitement a été de 2,8 ans. Globalement, on note un risque relatif à 1,2 (1,1-1,4). Il n y a pas d élévation du risque avec les estrogènes faibles (RR = 0,7 IC : 0,4-1,2) ni avec les estrogènes utilisés seuls (RR = 1,1 IC : 0,8-1,6). On note un risque majoré par les associations estroprogestatives à base de progestatifs de «synthèse», RR = 1,4 (1,2-1,7), mais pas d élévation du risque en cas d association estrogènes et progestérone micronisée, RR = 0,9 (0,7-1,2). Il n a pas été mis en évidence de différence en fonction du mode d administration des estrogènes ni d effet de durée, tous traitements confondus. Il faut noter que le risque augmente dès la deuxième année, ce qui confirme bien à nouveau l effet d accélération de la croissance de certains cancers préexistants. Cette étude est très intéressante car elle correspond à une population, certes sélectionnée (MGEN), mais correspondant à notre épidémiologie et à nos traitements. Elle souffre d un recul court. Nous n avons pas de données sur les différentes classes de progestatifs dits de synthèse et sur l influence du mode d administration des traitements (séquentiels ou continus). Il faut noter une discordance avec l étude WHI par rapport aux femmes traitées antérieurement. En effet, dans l étude E3N, si les femmes traitées antérieurement sont prises en compte dans l analyse, il n y a plus aucune augmentation statistiquement significative du risque de cancer du sein lié au THS. Il est donc, là encore, difficile de tirer des conclusions formelles.

10 10 Cancer du sein Mortalité, THS et cancer du sein Plusieurs essais ont été rapportés concernant l effet du THS sur la mortalité par cancer du sein. Le tableau 9 résume ces différentes études. Il faut noter que les deux études qui retrouvent une augmentation non statistiquement significative du risque de mortalité sont celles pour lesquelles l IC est le plus important en raison du faible nombre de cas observés. Tableau 9 - Cancer du sein et mortalité. Études Année RR IC Ettinger (28) ,89 0,43-8,36 Persson (29) ,5 04-0,6 Hunt (30) ,5 0,4-0,6 Vakil (31) ,48 0,13-1,22 Schairer (32) ,5 0,3-0,8 Jernström (31) ,73 0,62-0,87 Grodstein (33) ,76 0,56-1,02 Willis (34) ,84 0,75-0,94 Sellers (35) ,07 0,69-1,65 Paganini (36) ,86 0,58-1,30 Sourander (37) ,77 0,6-5,21 Sturgeon (38) ,7 0,5-1 Concernant donc la mortalité, on observe globalement environ 20 à 30 % de réduction de celle-ci. Cette réduction peut être liée au profil des patientes traitées, à un biais de surveillance, les tumeurs diagnostiquées sous THS l étant souvent à un stade plus précoce. Mais on ne peut éliminer un effet biologique des estrogènes sur la tumeur, les estrogènes pourraient être les premiers SERMs en ayant, certes, un effet promoteur sur des cancers infra-cliniques préexistants, mais aussi un effet antimétastasiant, comme ont pu l évoquer in vitro les travaux de l équipe de Rochefort (39). Conclusion Ces études confirment donc l effet promoteur du THS de la ménopause sur certains cancers du sein préexistants. Le risque relatif observé est faible et il semble, en fait, que le THS gomme l effet protecteur de la ménopause. Le THS réduit la sensibilité et la spécificité de la mammographie, surtout dans le cadre du dépistage organisé et en cas de seins denses. Concernant la mortalité, on observe globalement environ 20 à 30 % de réduction de celle-ci à l exception de la Million Women Study. Il est intéressant de noter que ce sont les associations estroprogestatives comportant des progestatifs de «synthèse» qui augmentent le risque et, jusqu à

11 Traitement hormonal substitutif et cancer du sein 11 preuve du contraire, pas les estrogènes administrés seuls ou en association avec de la progestérone micronisée. Références 1. Bonnier P, Sakr R, Bessenay F et al. (2000) Effets des traitements hormonaux substitutifs de la ménopause sur les facteurs pronostiques des cancers du sein. Gynecol Obstet Fertil: Dupont WD, Page DL (1991) Menopausal estrogen replacement therapy and breast cancer. Arch. Intern. Med 151: Steinberg KK, Thacker SB, Smith SJ et al. (1991) A meta-analysis of the effect of estrogen replacement therapy. JAMA 265: Grady D, Gebretsadik T, Kerlikowske K et al. (1997), Hormone replacement therapy and endometrial cancer risk: a meta-analysis. Obstet Gynecol 85(2): Sillero-Arenas M, Delgado-Rodriguez M, Rodriguez-Canteras R (1992) Menopausal hormonal replacement therapy and breast cancer: a meta-analysis. Obstet Gynecol 79: Colditz GA, Egan KM, Stampfer MJ (1993) Hormone replacement therapy and risk of breast cancer: results from epidemiological studies. Am J Obstet Gynecol 168: Collaborative Group on Hormonal Factors in Breast Cancer (1997) Breast cancer and hormone replacement therapy: collaborative reanalysis of data from 51 epidemiological studies of women with breast cancer and women without breast cancer. Lancet 350: Hulley S, Grady D, Bush T et al. (1998) Randomized trial of estrogen plus progestin for secondary prevention of coronary heart disease in prostmenopausal women. JAMA 280 (7): Hulley S, Furberg C, Barrett-Connor E et al. (2002) Non cardiovascular disease outcomes during 6.8 years of hormone therapy: Heart and Estrogen/progestin Replacement Study follow-up (HERS II). JAMA 288(1): The Writing Group for the PEPI Trial (1995) Effects of estrogen or estrogen/progestin regimens on heart disease risk factors in postmenopausal women. JAMA 273(3): Viscoli CM, Brass LM, Kernan WN et al. (2001) A clinical trial of estrogenreplacement therapy after ischemic stroke. N Engl J Med 345 (17): Nachtigall MJ, Smilen SW, Nachtigall RD (1992) Incidence of breast cancer in a 22-year study of women receiving estrogen-progestin replacement therapy. Obstet Gynecol 80: Women's Health Initiative (WHI) (2002) Risks and benefits of estrogen plus progestin in healthy post menopausal women. Principal results from the Women's health initiative randomized controlled trial. JAMA 288:

12 12 Cancer du sein 14. Chlebowski RT, Hendrix SL, Langer RD et al. (2003) Influence of estrogen plus progestin on breast cancer and mammography in healthy postmenopausal women: the Women's Health Initiative Randomized Trial. JAMA 289(24): Magnusson C, Holmberg L, Nordèn T et al. (1996) Prognostic characteristics in breast cancers after hormone replacement therapy. Breast Cancer Res Treat 38: Holli K, Isola J, Cuzick J (1998) Low biologic aggressveness in breast cancer in women using hormone replacement therapy. J Clin Oncol 16: Anderson GL, Limacher M, Assaf AR et al. (2004) Effects of conjugated equine estrogen in postmenopausal women with hysterectomy: the Women's Health Initiative randomized controlled trial. JAMA 291(14): Beral V (2003) Breast cancer and hormone-replacement therapy in the Million Women Study. Lancet 362(9382): Porch JV, Lee IM, Cook NR et al. (2002) Estrogen-progestin replacement therapy and breast cancer risk: the Women's Health Study (United States). Cancer Causes Control 13(9): Weiss LK, Burkman RT, Cushing-Haugen KL et al. (2002) Hormone replacement therapy regimens and breast cancer risk(1). Obstet Gynecol 100(6): Olsson HL, Ingvar C, Bladstrom A (2003) Hormone replacement therapy containing progestins and given continuously increases breast carcinoma risk in Sweden. Cancer 97(6): Ross RK, Paganini-Hill A, Wan PC et al. (2000) Effect of hormone replacement therapy on breast cancer risk: estrogen versus estrogen plus progestin. J Natl Cancer Inst 92: Magnusson C, Baron JA, Correia N et al. (1999) Breast-cancer risk following long-term oestrogen-progestin-replacement therapy. Int J Cancer 81: Newcomb PA, Titus-Ernstoff L, Egan KM et al. (2002) Postmenopausal estrogen and progestin use in relation to breast cancer risk. Hormone replacement therapy in relation to breast cancer. Cancer Epidemiol Biomarkers Prev 11(7): Greendale GA, Reboussin BA, Sie A et al. (1999) Effects of estrogen and estrogen-progestin on mammographic parenchymal density. Postmenopausal Estrogen/Progestin Interventions (PEPI) Investigators. Ann Intern Med 130(4 Pt 1): Lundström E, Christow A, Kersemaekers W et al. (2002) Effects of tibolone and continuous combined hormone replacement therapy on mammographic breast density. Am J Obstet Gynecol 186(4): Fournier A. A Int J Cancer (sous presse) 28. Ettinger B, Friedman GD, Bush T et al. (1996) Reduced mortalilty associated with long-term postmenopausal estrogen therapy. Obstet Gynecol 87: Persson I, Yuen J, Bergkvist L et al. (1996) Cancer incidence and mortality in women receiving estrogen and estrogen-progestin replacement therapy - long-term follow-up of a Swedish cohort. Int J Cancer 67:

13 Traitement hormonal substitutif et cancer du sein Hunt K, Vessey M, McPherson K (1990) Mortality in a cohort of long-term users of hormone replacement therapy: an updated analysis. Br J Obstet Gynaecol 97: Vakil DV, Morgan RW, Halliday M (1983) Exogenous estrogens and development of breast and endometrial cancer. Cancer Detect Prev 6: Schairer C, Gail M, Byrne C et al. (1999) Estrogen replacement therapy and breast cancer survival in a large screening study. J Natl Cancer Inst 91: Grodstein F, Stampfer MJ, Colditz GA et al. (1997) Postmenopausal hormone therapy and mortality. N Eng J Med 336: Willis DB, Calle EE, Miracle-McMahill H et al. (1996) Estrogen replacement therapy and risk of fatal breast cancer in a prospective cohort of postmenopausal women in the United States. Cancer Causes Control 7: Sellers TA, MInk PJ, Cerhan JR et al. (1997) The role of hormone replacement therapy in the risk for breast cancer and total mortality in women with a family history of breast cancer. Ann Intern Med 127: Paganini-Hill A (1994) Morbidity and mortality changes with estrogen replacement thery. In: Lobo RA, ed. Treatment of the post-menopausal woman: basic and clinical aspects. New York: Raven Press Sourander L, Rajala T, Räihä I et al. (1998) Cardiovascular and cancer morbidity and mortality and sudden cardiac death in postmenopausal women on oestrogen replacement therapy (ERT). Lancet 352: Sturgeon SR, Schairer C, Brinton LA et al. (1995) Evidence of a healthy estrogen user survivor effect. Epidemiology 6: Platet N, Cunat S, Chalbos D et al. (2000) Unliganded and liganded estrogen receptors protect against cancer invasion via different mechanisms. Mol Endoclinol 14:

T. Chevallier*, J.-P. Daurès*, M.-C. Micheletti**, J.-Y. Reginster*** et le groupe MISSION****

T. Chevallier*, J.-P. Daurès*, M.-C. Micheletti**, J.-Y. Reginster*** et le groupe MISSION**** J Gynecol Obstet Biol Reprod 2005 ; 34 (cahier 1) : 658-665. Travail original Méthodologie de l enquête MISSION (Ménopause, risque de cancer du SeIn, morbidité et prévalence) T. Chevallier*, J.-P. Daurès*,

Plus en détail

B. Cutuli (1), Ph. Cottu (2), J.P. Guastalla (5), H. Mechin (3), A. Costa (3), R. Defrance (4)

B. Cutuli (1), Ph. Cottu (2), J.P. Guastalla (5), H. Mechin (3), A. Costa (3), R. Defrance (4) C a ractéristiques cliniques et histologiques des cancers du sein chez des patientes ave c et sans traitement hormonal substitutif (THS). Résultats d un observa t o i re national et revue de la littéra

Plus en détail

Rapport Traitement hormonal substitutif de la ménopause

Rapport Traitement hormonal substitutif de la ménopause Rapport Traitement hormonal substitutif de la ménopause Caractéristiques de l utilisation en France Effets sur la survenue de cancers du sein et d évènements cardiovasculaires en France Propositions d

Plus en détail

RECOURS À L HORMONOTHÉRAPIE SUBSTITUTIVE APRÈS UN

RECOURS À L HORMONOTHÉRAPIE SUBSTITUTIVE APRÈS UN DIRECTIVES CLINIQUES DE LA SOGC N o 142, janvier 2004 RECOURS À L HORMONOTHÉRAPIE SUBSTITUTIVE APRÈS UN TRAITEMENT CONTRE LE CANCER DU SEIN Cette directive a été revue par le Comité sur les maladies du

Plus en détail

Voogd Ac et al. J Clin Oncol 2001;19:1688 97.

Voogd Ac et al. J Clin Oncol 2001;19:1688 97. Surveillance loco-régionale personnalisée = évaluation du risque de récidive locorégionale personnalisée Histologie : les carcinomes Lobulaires Taux de récidives locales après mastectomie Differences in

Plus en détail

Cancer de l'endomètre : Modalités de surveillance Recours au traitement hormonal Sexualité. Pascale This

Cancer de l'endomètre : Modalités de surveillance Recours au traitement hormonal Sexualité. Pascale This Cancer de l'endomètre : Modalités de surveillance Recours au traitement hormonal Sexualité Pascale This 1. Surveillance Surveillance après cancer de l'endomètre Impact de la surveillance sur l'histoire

Plus en détail

Recommandation de traitement pour les patientes souffrant d un cancer du sein à récepteur hormonal positif : Influence du test Oncotype DX.

Recommandation de traitement pour les patientes souffrant d un cancer du sein à récepteur hormonal positif : Influence du test Oncotype DX. En-tête Résumé du protocole d étude Titre de la demande : Recommandation de traitement pour les patientes souffrant d un cancer du sein à récepteur hormonal positif : Influence du test Oncotype DX. No

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 8 septembre 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 8 septembre 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 8 septembre 2010 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans à compter du 4 juillet 2005 (JO du 14 juillet 2005) FASLODEX 250 mg/5 ml, solution

Plus en détail

Si je pouvais visualiser mon cancer du sein dans 10 ans, est-ce que je ferais aujourd hui des choix différents?

Si je pouvais visualiser mon cancer du sein dans 10 ans, est-ce que je ferais aujourd hui des choix différents? Si je pouvais visualiser mon cancer du sein dans 1 ans, est-ce que je ferais aujourd hui des choix différents? Prenez des décisions adaptées à votre situation, en toute connaissance de cause. Découvrez

Plus en détail

Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste. Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon

Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste. Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon Marqueur prédictif - Définition Un marqueur prédictif est un marqueur qui prédit le bénéfice

Plus en détail

Contexte. Problématique générale

Contexte. Problématique générale Contribution de l Institut thématique Santé Publique au débat public organisé par la Conférence Nationale de Santé (CNS) Comment utiliser les données de santé dans une optique de recherche? Contexte L

Plus en détail

Cancers du sein infracentimétriques. XIV Journées de Sénologie Interactive Sept 2011 C Cuvier

Cancers du sein infracentimétriques. XIV Journées de Sénologie Interactive Sept 2011 C Cuvier Cancers du sein infracentimétriques Her2 + XIV Journées de Sénologie Interactive Sept 2011 C Cuvier Généralités cancers HER2+ Sur-expression Her2 = facteur de mauvais pronostic (Press 1997, Tovey 2009,

Plus en détail

Les outils modernes (génomique, criblage à haut débit) ont-ils leur place?

Les outils modernes (génomique, criblage à haut débit) ont-ils leur place? Les outils modernes (génomique, criblage à haut débit) ont-ils leur place? Thomas Bachelot Centre Léon Bérard, Lyon Génomique, criblage à haut débit Définition dans le cadre de cette présentation => Génomique:

Plus en détail

L âge moyen des femmes au moment du diagnostic était de 49,7 ans (E.T. 12), avec un pic de fréquence entre 45 et 55 ans

L âge moyen des femmes au moment du diagnostic était de 49,7 ans (E.T. 12), avec un pic de fréquence entre 45 et 55 ans المجلة الصحية لشرق المتوسط منظمة الصحة العالمية المجلد الثالث عشر العدد ٢٠٠٧ ٢ Le cancer du sein est le principal cancer féminin dans le monde et en Tunisie [1-4]. Son incidence est plus élevée dans les

Plus en détail

Radiothérapie adjuvante des CCIS

Radiothérapie adjuvante des CCIS Radiothérapie adjuvante des CCIS standard, abstention, ou surimpression? Pr David AZRIA Pôle de Radiothérapie Oncologique INSERM U896 UM1 Montpellier Retour vers le futur. CCIS peut légitimement être traité

Plus en détail

ÉTUDE PRÉVALENCE HER HER2

ÉTUDE PRÉVALENCE HER HER2 PrevHER HER2 ÉTUDE PRÉVALENCE ÉVALUATION DE LA PRÉVALENCE DE HER2 DANS LE CANCER DU SEIN EN SITUATION ADJUVANTE OBJECTIF DE L ENQUÊTE Evaluer le pourcentage de patientes présentant un cancer du sein en

Plus en détail

RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN

RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN INTRODUCTION RECOMMANDATIONS INCA NOV 2008 Schéma standard: o 50 Gy en 25 fractions sur 33 jours

Plus en détail

INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive. Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper

INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive. Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper Pourquoi proposer un TTT adjuvant? Probabilité de survie à 10 ans en fonction

Plus en détail

REDUCTION DE LA DOSE Imagerie Mammaire. Dr Anne Tardivon Service de Radiologie Institut Curie, site Paris

REDUCTION DE LA DOSE Imagerie Mammaire. Dr Anne Tardivon Service de Radiologie Institut Curie, site Paris REDUCTION DE LA DOSE Imagerie Mammaire Dr Anne Tardivon Service de Radiologie Institut Curie, site Paris Soirée SFR-IDF, 15 Mars 2012 Une Technique Très Encadrée Dépistage organisé (DO) Départements pilotes

Plus en détail

Rétrospective 2012: résultats majeurs présentés dans le cancer du sein HER2+ et impact sur les stratégies thérapeutiques En situation adjuvante

Rétrospective 2012: résultats majeurs présentés dans le cancer du sein HER2+ et impact sur les stratégies thérapeutiques En situation adjuvante Rétrospective 2012: résultats majeurs présentés dans le cancer du sein HER2+ et impact sur les stratégies thérapeutiques En situation adjuvante Jean-Yves Pierga Département d Oncologie médicale Quelles

Plus en détail

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux Epidémiologie Cholestérol et accidents ischémiques cérébraux: plan I Lipides et atteintes des grosses artères cérébrales: 4 Epidémiologie lipides et risque

Plus en détail

S. Hercberg, Key-words: Antioxidants, Vitamins, Minerals, Randomized trial, Supplementation.

S. Hercberg, Key-words: Antioxidants, Vitamins, Minerals, Randomized trial, Supplementation. 2006. Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés Ann Pharm Fr 2006, 64 : 397-401 Stress oxydant L étude SU.VI.MAX, un essai contrôlé randomisé, en double aveugle, testant l effet de la supplémentation en

Plus en détail

Avis 18 décembre 2013

Avis 18 décembre 2013 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 18 décembre 2013 Le projet d avis adopté par la Commission de la Transparence le 6 novembre 2013 a fait l objet d une audition le 4 décembre 2013 AFINITOR 5 mg, comprimé

Plus en détail

CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES

CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES PARTICULARITÉS ÉPIDÉMIOLOGIQUES 40 000 nouveaux cas/an en France, 11 000 décès 45% des femmes atteintes ont plus de 65 ans La fréquence s accroît avec l âge, aux USA:

Plus en détail

L hormonothérapie a-t-elle une place en prévention et/ou dans les carcinomes canalaires in situ (CCIS)?

L hormonothérapie a-t-elle une place en prévention et/ou dans les carcinomes canalaires in situ (CCIS)? L hormonothérapie a-t-elle une place en prévention et/ou dans les carcinomes canalaires in situ (CCIS)? Is there a place for hormonal therapy and prevention in ductal cancer in situ (DCIS)? Mots clés :

Plus en détail

T. Guiraud, R. Granger, V. Gremeaux, M. Bousquet, L. Richard, L. Soukarié, T. Babin, M. Labrunée, L. Bosquet et A. Pathak

T. Guiraud, R. Granger, V. Gremeaux, M. Bousquet, L. Richard, L. Soukarié, T. Babin, M. Labrunée, L. Bosquet et A. Pathak L accéléromètre comme outil d évaluation de la sédentarité et d observance aux recommandations d activité physique après un programme de rééducation cardiaque T. Guiraud, R. Granger, V. Gremeaux, M. Bousquet,

Plus en détail

Traitement standard des GBM: ASTRO 2010: - Nombreuses études rétrospectives - Quelques études cliniques préliminaires

Traitement standard des GBM: ASTRO 2010: - Nombreuses études rétrospectives - Quelques études cliniques préliminaires Tumeurs primitives Traitement standard des GBM: - Résection aussi complète que possible - Bénéfice de la RCT postopératoire - Patients les plus âgés?? (50% > 65 ans) - Quid du TMZ?? ASTRO 2010: - Nombreuses

Plus en détail

Le cancer du sein métastatique Définitions actuelles, épidémiologie, présentations cliniques

Le cancer du sein métastatique Définitions actuelles, épidémiologie, présentations cliniques Le cancer du sein métastatique Définitions actuelles, épidémiologie, présentations cliniques E. Luporsi Introduction Le pronostic du cancer du sein métastatique reste un problème majeur pour l oncologue

Plus en détail

On peut estimer que l étude

On peut estimer que l étude Etude AIM HIGH : faut-il augmenter un HDL bas et diminuer des triglycérides élevés? Résumé : L étude AIM HIGH (Atherothrombosis Intervention in Metabolic Syndrome with Low HDL/High Triglycerides : Impact

Plus en détail

Essais précoces non comparatifs : principes et calcul du nombre de sujets nécessaire

Essais précoces non comparatifs : principes et calcul du nombre de sujets nécessaire Essais précoces non comparatifs : principes et calcul du nombre de sujets nécessaire Sylvie CHABAUD Direction de la Recherche Clinique et de l Innovation : Centre Léon Bérard - Lyon Unité de Biostatistique

Plus en détail

Radiothérapie dans le cancer du col utérin. A. BENIDER Cours d université d été DOURDAN 2009

Radiothérapie dans le cancer du col utérin. A. BENIDER Cours d université d été DOURDAN 2009 Radiothérapie dans le cancer du col utérin A. BENIDER Cours d université d été DOURDAN 2009 Évolution des idées dans le traitement des cancers du col utérin 19 siècle: chirurgie traitement de base 20 siècle:

Plus en détail

Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes

Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes Pr Jean Trédaniel Service de pneumologie et oncologie thoracique Groupe Hospitalier Paris Saint Joseph Université Paris Descartes Sources Données

Plus en détail

Carcinome canalaire in situ du sein : recherche d un sous-groupe avec prédisposition génétique aux cancers

Carcinome canalaire in situ du sein : recherche d un sous-groupe avec prédisposition génétique aux cancers Carcinome canalaire in situ du sein : recherche d un sous-groupe avec prédisposition génétique aux cancers Marie Ollier Doctorante au Laboratoire d oncologie moléculaire 15/02/2013 Introduction Définition

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 Juillet 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 Juillet 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 21 Juillet 2010 ACTONEL 5 mg, comprimé pelliculé B/14 (CIP: 354 362-3) ACTONEL 30 mg, comprimé pelliculé B/28 (CIP : 354 366-9) ACTONEL 35 mg, comprimé pelliculé B/4

Plus en détail

SEINvestir dans la prévention?

SEINvestir dans la prévention? Le sein SEINvestir dans la prévention? Johanne Gauthier et Caroline Dostie 3 M me Arisk, 45 ans, vous consulte, car sa voisine et meilleure amie vient d apprendre qu elle est atteinte d un cancer du sein.

Plus en détail

Avis 2 avril 2014. Laboratoire SERVIER. Périndopril arginine / indapamide. C09BA04 (inhibiteur de l enzyme de conversion et diurétique)

Avis 2 avril 2014. Laboratoire SERVIER. Périndopril arginine / indapamide. C09BA04 (inhibiteur de l enzyme de conversion et diurétique) COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 2 avril 2014 PRETERAX 2,5 mg / 0,625 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 (CIP : 34009 378 232 2 7) Boîte de 90 (CIP : 34009 378 234 5 6) BIPRETERAX 5 mg / 1,25 mg, comprimé

Plus en détail

Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI?

Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI? Qui et quand opérer au cours du traitement de l EI? Gilbert Habib Département de Cardiologie - Timone Marseille 7es JNI Bordeaux, 8 juin 2006 Université de la Méditerranée Faculté de Médecine de Marseille

Plus en détail

Communiqué de presse. Bâle, le 1 er octobre 2012

Communiqué de presse. Bâle, le 1 er octobre 2012 Communiqué de presse Bâle, le 1 er octobre 2012 L analyse finale de l étude de phase III HERA a confirmé Herceptin administré pendant un an comme traitement standard du cancer du sein HER2-positif de stade

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 octobre 2007. Réévaluation des contraceptifs oraux de 3 ème génération

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 octobre 2007. Réévaluation des contraceptifs oraux de 3 ème génération COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 octobre 2007 Réévaluation des contraceptifs oraux de 3 ème génération 1. Introduction Suite à une saisine du Ministre de la santé et des solidarités, la Commission

Plus en détail

L évaluation du creux axillaire

L évaluation du creux axillaire L évaluation du creux axillaire Journées DESC-SCVO Poitiers, Juin 2007 Marc-Henri JEAN, Nantes Cancer du sein : Introduction (1) 30 000 nouveaux cas / an 11 000 décès / an Problème de santé publique Pronostic

Plus en détail

CAS CLINIQUE 2. 2013 (juin) : patiente toujours en cours de traitement par Létrozole

CAS CLINIQUE 2. 2013 (juin) : patiente toujours en cours de traitement par Létrozole 2008 (décembre) : Patiente de 60 ans Tumorectomie plus curage CAS CLINIQUE 2 carcinome canalaire infiltrant de 2.5 cm, grade 2 RH+ (RO + 100% +++, Allred 8, RP + 80 % ++ Allred 7) Her2-, KI 67 à 18 %,

Plus en détail

Chimioprévention du cancer du sein en cas de mutation BRCA1/2. Marc Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis

Chimioprévention du cancer du sein en cas de mutation BRCA1/2. Marc Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis Chimioprévention du cancer du sein en cas de mutation BRCA1/2 Marc Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis Chimioprévention Buts: réduire la mortalité par cancer Le problème doit être un

Plus en détail

Effets bénéfiques non contraceptifs de la contraception hormonale

Effets bénéfiques non contraceptifs de la contraception hormonale Effets bénéfiques non contraceptifs de la contraception hormonale S. Ripart-Neveu, P. Marès CHU Nîmes Effets bénéfiques non contraceptifs de la contraception hormonale Effets néfastes Effets bénéfiques

Plus en détail

Sein-gynécologie Décembre 2013

Sein-gynécologie Décembre 2013 Sein-gynécologie Décembre 2013 Copyright 2012 GIP Réseau Espace Santé-Cancer Rhône-Alpes. Tous droits réservés. Reproduction interdite. CANCER DU SEIN CHIRURGIE PROPHYLACTIQUE Version de travail : 05/12/2013

Plus en détail

TRAITEMENT HORMONAL SUBSTITUTIF DE LA MENOPAUSE. RISQUES ET BENEFICES SFAR Rachida.

TRAITEMENT HORMONAL SUBSTITUTIF DE LA MENOPAUSE. RISQUES ET BENEFICES SFAR Rachida. TRAITEMENT HORMONAL SUBSTITUTIF DE LA MENOPAUSE. RISQUES ET BENEFICES SFAR Rachida. Malgré une prescription qui date maintenant de quelques dizaines d années, le traitement hormonal substitutif de la ménopause

Plus en détail

Traitement conservateur du sein: Radiothérapie accélérée. Pascale Romestaing Hôpital Jean Mermoz LYON 20 Octobre 2014

Traitement conservateur du sein: Radiothérapie accélérée. Pascale Romestaing Hôpital Jean Mermoz LYON 20 Octobre 2014 Traitement conservateur du sein: Radiothérapie accélérée Pascale Romestaing Hôpital Jean Mermoz LYON 20 Octobre 2014 Désescalade thérapeutique du traitement loco-régional 1970: de l opération de Halsted

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 octobre 2011. 20 juillet 2011

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 octobre 2011. 20 juillet 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 19 octobre 2011 20 juillet 2011 L avis adopté par la Commission de la Transparence le 20 juillet 2011 a fait l objet d une audition le 19 octobre 2011 JEVTANA 60 mg,

Plus en détail

Revue de la littérature

Revue de la littérature Résultats à long terme des anévrysmes traités Revue de la littérature Cours de DES de neurochirurgie Inter-région Rhône-Alpes / Auvergne Vendredi 22/04/11 Méthode (1): sélection bibliographique en fonction

Plus en détail

Hormonothérapie adjuvante du cancer du sein chez les femmes ménopausées par antiaromatases

Hormonothérapie adjuvante du cancer du sein chez les femmes ménopausées par antiaromatases Hormonothérapie adjuvante du cancer du sein chez les femmes ménopausées par antiaromatases A d j u vant thera py of breast cancer in postmenopausal women by antiaro m a t a s e Mots clés : Cancer du sein,

Plus en détail

Adapter la chimiothe rapie au stade et aux comorbidite s? Audrey MAILLIEZ

Adapter la chimiothe rapie au stade et aux comorbidite s? Audrey MAILLIEZ Adapter la chimiothe rapie au stade et aux comorbidite s? Audrey MAILLIEZ Aucun Conflit d intérêts Référentiels Critères oncologiques de choix des traitements p significatif traitement / protocole établi

Plus en détail

TYKERB MC Cancer du sein métastatique (RH+ et HER2+)

TYKERB MC Cancer du sein métastatique (RH+ et HER2+) TYKERB MC Cancer du sein métastatique (RH+ et HER2+) FÉVRIER 2012 Marque de commerce : Tykerb Dénomination commune : Lapatinib Fabricant : GSK Forme : Comprimé Teneur : 150 mg Ajout aux listes de médicaments

Plus en détail

Dr Thierry Berghmans Service des Soins Intensifs et Urgences & Clinique d Oncologie Thoracique Institut Jules Bordet

Dr Thierry Berghmans Service des Soins Intensifs et Urgences & Clinique d Oncologie Thoracique Institut Jules Bordet Thérapies ciblées dans les cancers bronchiques non à petites cellules. Les cibles utilisées actuellement : Description et valeurs prédictives et pronostiques Dr Thierry Berghmans Service des Soins Intensifs

Plus en détail

49 ème congrès annuel de la Société Américaine d Oncologie Clinique, Chicago, 2013. Rédigé par le Dr Guillaume PLOUSSARD, Hôpital Saint-Louis, Paris

49 ème congrès annuel de la Société Américaine d Oncologie Clinique, Chicago, 2013. Rédigé par le Dr Guillaume PLOUSSARD, Hôpital Saint-Louis, Paris RÉARRANGEMENTS ERG ET RÉSULTATS CLINIQUES CHEZ DES PATIENTS TRAITES PAR ACÉTATE D ABIRATÉRONE: RÉSULTATS DE L ÉTUDE COU-AA- 302 DANS LE CANCER DE LA PROSTATE MÉTASTATIQUE RESISTANT A LA CASTRATION NON

Plus en détail

HERCEPTIN - trastuzumab CANCERS DU SEIN RÉFÉRENTIELS DE BON USAGE HORS GHS ANNEXE

HERCEPTIN - trastuzumab CANCERS DU SEIN RÉFÉRENTIELS DE BON USAGE HORS GHS ANNEXE HERCEPTIN - trastuzumab RÉFÉRENTIELS DE BON USAGE HORS GHS CANCERS DU SEIN Date de publication : juin 2011 ANNEXE Situations hors-amm pour lesquelles l insuffisance des données ne permet pas l évaluation

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 juillet 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 juillet 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 21 juillet 2010 ENANTONE LP 30 mg, poudre et solvant pour suspension injectable (SC) à libération prolongée en seringue pré remplie Boîte de 1 (CIP : 384 583-8) Laboratoires

Plus en détail

Organisation des soins en gynécologie-obstétrique dans les pays limitrophes de la Belgique Jean-Pierre Nyssen

Organisation des soins en gynécologie-obstétrique dans les pays limitrophes de la Belgique Jean-Pierre Nyssen VOL 16 N 6 15 juillet - 15 août 2011 Mensuel - Ne paraît pas en janvier et février - Bureau de dépôt: Charleroi X - P301162 Réunion GGOLFB «Les stratifications des soins en gynécologie-obstétrique», Transinne,

Plus en détail

La prise en charge rythmologique de la fibrillation atriale: en quoi influe-t-elle elle sur le risque thrombo-embolique?

La prise en charge rythmologique de la fibrillation atriale: en quoi influe-t-elle elle sur le risque thrombo-embolique? La prise en charge rythmologique de la fibrillation atriale: en quoi influe-t-elle elle sur le risque thrombo-embolique? Dominique Lacroix Université de Lille, L i l l e 2 Université du Droit et de la

Plus en détail

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique Jean-Marie BOHER, PhD, Institut Paoli-Calmettes, Marseille Novembre 2011 Typologie

Plus en détail

Dépistage des facteurs de risque modifiables chez les adultes atteints d hypertension (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé

Dépistage des facteurs de risque modifiables chez les adultes atteints d hypertension (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé primaires) Définition Pourcentage des patients âgés de 18 ans et plus qui sont atteints d hypertension et qui ont subi tous les tests suivants

Plus en détail

AP : Prévention tertiaire Réalités et mécanismes biologiques

AP : Prévention tertiaire Réalités et mécanismes biologiques 7ème Journées Scientifiques du pôle de cancérologie de Troyes TROYES 14 avril 2012 AP : Prévention tertiaire Réalités et mécanismes biologiques Dr Thierry BOUILLET Sve d Oncologie CHU Avicenne Paris 13

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Pr. Alessandra Bura-Rivière, Service de Médecine Vasculaire Hôpital Rangueil, 1 avenue Jean Poulhès, 31059 Toulouse cedex 9 INTRODUCTION Depuis plus de cinquante ans, les héparines

Plus en détail

Enseignement d Anatomopathologie DCEM 1 2011/2012. TP n 6. Pathologie mammaire. Dystrophie et Cancer du sein

Enseignement d Anatomopathologie DCEM 1 2011/2012. TP n 6. Pathologie mammaire. Dystrophie et Cancer du sein Enseignement d Anatomopathologie DCEM 1 2011/2012 TP n 6 Pathologie mammaire Dystrophie et Cancer du sein Lames virtuelles TP 6 Mastose Carcinome mammaire HES 1 Carcinome mammaire HES 2 Carcinome mammaire

Plus en détail

Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008

Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008 Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008 ML Laroche 1, E Demers 2, MC Breton 2, JP Gregoire 2, J Moisan 2 1- EA 6310 HAVAE, Université, Limoges, France

Plus en détail

Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage

Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage Séminaire Dépistage organisé des cancers 23 juin 2014 Dr Olivier Scemama Adjoint au chef du service

Plus en détail

Cancer de la prostate Nouvelles stratégies médicamenteuses. Werner HILGERS Oncologie médical Institut Sainte Catherine AVIGNON

Cancer de la prostate Nouvelles stratégies médicamenteuses. Werner HILGERS Oncologie médical Institut Sainte Catherine AVIGNON Cancer de la prostate Nouvelles stratégies médicamenteuses Werner HILGERS Oncologie médical Institut Sainte Catherine AVIGNON Cancer de la prostate métastatique 24 novembre 2012 Actualités, innovations

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 18 juillet 2012

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 18 juillet 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 18 juillet 2012 MABTHERA 100 mg, solution à diluer pour perfusion B/2 (CIP 560 600-3) MABTHERA 500 mg, solution à diluer pour perfusion B/1 (CIP 560 602-6) ROCHE rituximab

Plus en détail

OSTEOPOROSE ET TRAITEMENTS ANTIHORMONAUX

OSTEOPOROSE ET TRAITEMENTS ANTIHORMONAUX OSTEOPOROSE ET TRAITEMENTS ANTIHORMONAUX INSERM U 1153 - Université Paris Descartes, rhumatologie, hôpital Cochin, Paris OSTEOPOROSE ET CANCER DU SEIN + (Surpoids) Tamoxifène - Cancer Ovariectomie Chimiothérapie

Plus en détail

ACETATE D ABIRATERONE: QUELS FACTEURS PRONOSTIQUES ET PREDICTIFS UTILISABLES EN PRATIQUE CLINIQUE?

ACETATE D ABIRATERONE: QUELS FACTEURS PRONOSTIQUES ET PREDICTIFS UTILISABLES EN PRATIQUE CLINIQUE? ACETATE D ABIRATERONE: QUELS FACTEURS PRONOSTIQUES ET PREDICTIFS UTILISABLES EN PRATIQUE CLINIQUE? D après la communication orale de Yu Y. (Discussion) Prognosis and Prediction of Outcomes in Castration-Resistant

Plus en détail

RÉFÉRENTIELS SEIN. Centre des Maladies du Sein FAMA Hôpital Saint-Louis 4/2010

RÉFÉRENTIELS SEIN. Centre des Maladies du Sein FAMA Hôpital Saint-Louis 4/2010 RÉFÉRENTIELS SEIN Centre des Maladies du Sein FAMA Hôpital Saint-Louis 4/2010 1 A- Cancers infiltrants 2 Traitements loco-régionaux 3 Traitements loco-régionaux T > 4 cm non inflammatoire N0/N1 et 1 des

Plus en détail

Hypertension artérielle et démences. Pr Olivier Hanon, Hôpital Broca, Paris

Hypertension artérielle et démences. Pr Olivier Hanon, Hôpital Broca, Paris Hypertension artérielle et démences Pr Olivier Hanon, Hôpital Broca, Paris Classification des démences Neurology 2009;72:368 374 Newer representation of the overlap and relative distribution of dementia

Plus en détail

La densité mammaire est une entité radiologique appréciant la quantité des structures

La densité mammaire est une entité radiologique appréciant la quantité des structures Quels risques, pour quelles femmes? Densité mammaire et cancer du sein Mammographic density and breast cancer risk Mots-clés : Densité mammaire Cancer du sein Imagerie du sein. Keywords: Breast density

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 25 mai 2011

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 25 mai 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 25 mai 2011 AVASTIN 25 mg/ml Boîte de 1 flacon de 4 ml (CIP : 566 200-7) Boîte de 1 flacon de 16 ml (CIP : 566 201-3) Laboratoires ROCHE Bevacizumab Liste I Réserve hospitalière

Plus en détail

Cancer du sein chez les femmes âgées. Docteur André MATHIEU Réseau Onco-LR

Cancer du sein chez les femmes âgées. Docteur André MATHIEU Réseau Onco-LR Cancer du sein chez les femmes âgées Docteur André MATHIEU Réseau Onco-LR NARBONNE Données du problème Le cancer du sein chez la femme agée est un problème de santé publique 50 % des cancers à un stade

Plus en détail

Dr Bertrand Michy Département de Pneumologie CHU de Nancy 25 octobre 2013

Dr Bertrand Michy Département de Pneumologie CHU de Nancy 25 octobre 2013 Dr Bertrand Michy Département de Pneumologie CHU de Nancy 25 octobre 2013 Conflits d intérêts Aucun Introduction Constat : CB = Moins de motivation des pneumologues à obtenir le sevrage tabagique (versus

Plus en détail

Caractériser les anomalies de la voie Her2 aiderait-il à mieux traiter? Fabrice Andre Gustave Roussy

Caractériser les anomalies de la voie Her2 aiderait-il à mieux traiter? Fabrice Andre Gustave Roussy Caractériser les anomalies de la voie Her2 aiderait-il à mieux traiter? Fabrice Andre Gustave Roussy Cancers du sein avec amplification ERBB2 10-15% breast cancer Amplification Expression Her2: discovered

Plus en détail

Cancer Prostatique Localement Avancé (T3) Pr. Vincent RAVERY

Cancer Prostatique Localement Avancé (T3) Pr. Vincent RAVERY Cancer Prostatique Localement Avancé (T3) Pr. Vincent RAVERY Introduction Diagnostic précoce / Dépistage Nombre relatif stable de cancers de la prostate (CaP) localement avancés Meilleure stadification

Plus en détail

Dr David LUSSATO Dr Mathieu QUENEAU. 14 Octobre 2010

Dr David LUSSATO Dr Mathieu QUENEAU. 14 Octobre 2010 Dr David LUSSATO Dr Mathieu QUENEAU 14 Octobre 2010 Indication (B2) - Suspicion de récidive locale ou métastatique Bourguet P, Hitzel A, Houvenaeghel G, Vinatier D, Bosquet L, Bonichon F,Corone C, Giard-Lefevre

Plus en détail

EBM : critères de jugement

EBM : critères de jugement EBM : critères de jugement -«End point» pertinent? (biologique CT, paraclinique HTA, clinique IDM) -«End point» intermédiaire ou de substitution (TVP et EP) Essai CAST (N.Engl.J.Med.1989; 321-406) N=1727

Plus en détail

Quel est le profil des patients nouvellement traités par statine?

Quel est le profil des patients nouvellement traités par statine? Quel est le profil des patients nouvellement traités par statine? Les patients nouvellement traités par statine : Dans 40 % des cas ce sont des patients à Source : Enquête IMS pour la Cnamts, 2007. Que

Plus en détail

Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires

Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires Dr G. Pacouret Unité de Soins Cardiaques Intensifs Hôpital Trousseau, Tours. 45 ème Journées de Formation Médicale Continue

Plus en détail

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE DIAGNOSTIC DES RECIDIVES LOCOREGIONALES GENERALITES VIVIANE FEILLEL INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE Evaluation des séquelles post-thérapeutiques Diagnostic précoce des récidives

Plus en détail

Hétérogénéité en méta-analyse particularités des variables temps-dépendantes

Hétérogénéité en méta-analyse particularités des variables temps-dépendantes Hétérogénéité en méta-analyse particularités des variables temps-dépendantes Dr. Christophe Combescure Dr Guy Haller Hôpitaux Universitaires de Genève OBJECTIFS Rappel méthodologique Points critiques classiques

Plus en détail

MEDIA RELEASE COMMUNIQUE AUX MEDIAS MEDIENMITTEILUNG

MEDIA RELEASE COMMUNIQUE AUX MEDIAS MEDIENMITTEILUNG Novartis International AG Novartis Global Communications CH-4002 Bâle Suisse http://www.novartis.com MEDIA RELEASE COMMUNIQUE AUX MEDIAS MEDIENMITTEILUNG Le médicament Afinitor de Novartis contribue à

Plus en détail

La consommation de noix réduit-elle le risque du diabète type 2 chez les adultes?

La consommation de noix réduit-elle le risque du diabète type 2 chez les adultes? La consommation de noix réduit-elle le risque du diabète type 2 chez les adultes? UMF Sacré-Cœur Emanuela-Claudia Jinga Greceanu Supervisée par Dre Julie Moreau Le 29 mai 2015 Plan de la présentation Amorce

Plus en détail

Sur quelles preuves les recommandations se basent-elles?

Sur quelles preuves les recommandations se basent-elles? L activité physique comme soin de support Sur quelles preuves les recommandations se basent-elles? M. Carayol 1,2, C. Delpierre 1, P. Bernard 2, G. Ninot 2 Marion Carayol Epidémiologiste doctorante 1 INSERM

Plus en détail

LAM et SMD secondaires à la radio-chimiothérapie : Une série de 116 cas provenant de 2 Centres de lutte contre le Cancer.

LAM et SMD secondaires à la radio-chimiothérapie : Une série de 116 cas provenant de 2 Centres de lutte contre le Cancer. LAM et SMD secondaires à la radio-chimiothérapie : Une série de 116 cas provenant de 2 Centres de lutte contre le Cancer. H BENNANI 1, V SAADA 2 1 Institut Curie-Hôpital René Huguenin, Saint Cloud 2 Institut

Plus en détail

Peut-on ne pas reprendre des marges «insuffisantes» en cas de Carcinome canalaire infiltrant

Peut-on ne pas reprendre des marges «insuffisantes» en cas de Carcinome canalaire infiltrant Peut-on ne pas reprendre des marges «insuffisantes» en cas de Carcinome canalaire infiltrant Institut Cancérologie de l Ouest CHIRURGIE Dr. Isabelle Jaffré CAS CLINIQUE 1 36 ans 90B sans CI radiothérapie

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 mai 2007 SUTENT 12,5 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 265-0) SUTENT 25 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 266-7) SUTENT 50 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 267-3)

Plus en détail

Contraception. La contraception a été un progrès médical et social qui a transformé la vie des femmes. But de la contraception

Contraception. La contraception a été un progrès médical et social qui a transformé la vie des femmes. But de la contraception Pilules contraceptives et risques thrombotiques Jacqueline Conard - Hématologie Biologique Hôtel-Dieu - Médecine Vasculaire, Hôpital Saint Joseph Paris Contraception La contraception a été un progrès médical

Plus en détail

Bilan radiologique diagnostique d'une tumeur mammaire. S. Cousin Tuteur: Dr Ceugnart DES d'oncologie médicale 11 décembre 2009

Bilan radiologique diagnostique d'une tumeur mammaire. S. Cousin Tuteur: Dr Ceugnart DES d'oncologie médicale 11 décembre 2009 Bilan radiologique diagnostique d'une tumeur mammaire. S. Cousin Tuteur: Dr Ceugnart DES d'oncologie médicale 11 décembre 2009 Plan Généralités Le dépistage La Mammographie: place/limites/indications L'echographie:

Plus en détail

Epidémiologie et stratégie de prise en charge des métastases cérébrales. Henri Roché, Institut Claudius Regaud

Epidémiologie et stratégie de prise en charge des métastases cérébrales. Henri Roché, Institut Claudius Regaud Epidémiologie et stratégie de prise en charge des métastases cérébrales Henri Roché, Institut Claudius Regaud Toulouse, 9 février 2012 Histoire naturelle Les cancers en cause Les éléments de stratégie

Plus en détail

Cas clinique 2. Florence JOLY, Caen François IBORRA, Montpellier

Cas clinique 2. Florence JOLY, Caen François IBORRA, Montpellier Cas clinique 2 Florence JOLY, Caen François IBORRA, Montpellier Cas clinique Patient de 60 ans, ATCD: HTA, IDM en 2007, hypercholestérolémie Juin 2008: Toux, dyspnée (sous 02) et anorexie progressive Bilan

Plus en détail

La prise en charge d un cancer du sein pourrait être divisée en trois périodes de

La prise en charge d un cancer du sein pourrait être divisée en trois périodes de La surveillance des cancers du sein après traitement : pourquoi je fais des examens complémentaires? Follow-up of breast cancer; why I do adjuvant testing examinations? Mots clés : Cancer du sein, Surveillance

Plus en détail

Le RIVAROXABAN (XARELTO ) dans l embolie pulmonaire

Le RIVAROXABAN (XARELTO ) dans l embolie pulmonaire Le RIVAROXABAN (XARELTO ) dans l embolie pulmonaire Dr Florence Parent Service de Pneumologie et Soins Intensifs de Pneumologie Hôpital Bicêtre, AP-HP Inserm U999. Université Paris-Sud Traitement anticoagulant

Plus en détail

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Dr Louis-Philippe Hubert, R1 médecine de famille UMF La Sarre 29 mai 2015 Plan Définition

Plus en détail

Une version du présent guide destinée aux patientes figure à l annexe 1.

Une version du présent guide destinée aux patientes figure à l annexe 1. Guide de pratique clinique pour la prise en charge et le traitement du cancer du sein : 14. Le rôle de l hormonothérapie de remplacement pour les femmes chez lesquelles on a déjà diagnostiqué un cancer

Plus en détail

LES CO-INFECTIONS VIH-VHC. EPIDEMIOLOGIE, INTERFERENCES. Patrice CACOUB La Pitié Salpêtrière, Paris

LES CO-INFECTIONS VIH-VHC. EPIDEMIOLOGIE, INTERFERENCES. Patrice CACOUB La Pitié Salpêtrière, Paris LES CO-INFECTIONS VIH-VHC. EPIDEMIOLOGIE, INTERFERENCES Patrice CACOUB La Pitié Salpêtrière, Paris 8 Avant l introduction des traitements antirétroviraux hautement actifs (HAART), la majorité des patients

Plus en détail

Faut-il encore traiter les cancers prostatiques?

Faut-il encore traiter les cancers prostatiques? Faut-il encore traiter les cancers prostatiques? Pr Arnauld Villers Université Lille2 -France AFCOR 2013 Quelles données? Notion de lésions indolentes ou à risque Etudes observationnelles de patients traités

Plus en détail

Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2

Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2 Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2 AUTOEXAMEN MAMMAIRE non préconisé si demande de la patiente : se rapprocher du gynécologue pour apprentissage

Plus en détail

- Effets secondaires des traitements - Métastases - Second cancer après cancer du sein - Qualité de vie BENEFICES ET MODALITES DE SURVEILLANCE

- Effets secondaires des traitements - Métastases - Second cancer après cancer du sein - Qualité de vie BENEFICES ET MODALITES DE SURVEILLANCE SURVEILLANCE DU CANCER DU SEIN TRAITE ( VIVIANE FEILLEL) SURVEILLANCE LOCOREGIONALE - Séquelles post-thérapeutiques - Récidive homolatérale - Cancer du sein controlatéral SURVEILLANCE GENERALE - Effets

Plus en détail