La proximité demande de la distance!

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La proximité demande de la distance!"

Transcription

1 La proximité demande de la distance! La juste place de l infirmière dans la sécurité du patient. Sophie Leruth Directrice de projets CMSE Nathalie Jacques Coordinatrice qualité CMSE SPF - Symposium sur la sécurité - 17/11/2009

2 Hôpital = Entreprise à Haut Risque Efficacité Qualité Efficience Satisfaction des besoins Sécurité L identification de la place de la sécurité comme dimension de la qualité s est faite progressivement.

3 ANCIENNE APPROCHE Gestion des risques = Analyse des accidents 2 grands types de causes : Actes dangereux Conditions à risques Accident Règlement - Norme Solution visant à rendre la situation sûre Le concept du facteur causal unique est réducteur Théorie du héros solitaire : Solution = Individu

4 DEMARCHE ACTUELLE Intégration de la gestion des risques dans la logique d amélioration continue de la qualité. Changement de vocabulaire : Facteur causal unique Jugement Accusation Culpabilité individuelle Système accident Apprentissage Responsabilisation Démarche collective de progrès Adoption d une vision systémique Erreur = début de l analyse et non fin d un processus Erreur = le système le permet nécessité de s interroger sur le système Conséquences importantes = défenses inefficaces nécessité de travailler les défenses Modèle de Reason

5 PLACE DE L ERREUR HUMAINE Nécessité de la reconnaître et de la comprendre Catégories : Écart à l intention Écart entre le comportement de l individu et ce qu il aurait dû être Erreurs de routine Erreurs de procédure Erreurs de connaissance Erreurs par violation (erreurs intentionnelles : habituelles, occasionnelles, exceptionnelles) Rapporter aux types de défaillances : Erreurs actives : actes risqués, en bout de chaîne Défaillances organisationnelles ou latentes : décisions faillibles à des niveaux élevés de l organisation, silencieuses, se manifestent en combinaison avec des facteurs déclenchant

6 CAS CONCRET : EXTRAVASATION LORS D UNE PERFUSION DE PRODUIT DE CHIMIOTHERAPIE Selon l ancienne approche Selon l approche actuelle

7 CAS CONCRET ANCIENNE APPROCHE 1. SELON L ANCIENNE APPROCHE Informations connues Lors d une séance de chimiothérapie, une patiente s est plainte qu au niveau de son PAC, ses vêtements étaient mouillés. L infirmière a constaté un gonflement, a appelé le médecin et a ponctionné l endroit. Résultat : le produit de chimio, au lieu de couler dans le cathéter du PAC, s est écoulé dans le bras. Conclusion : l infirmière a mal positionné l aiguille dans la cavité du PAC, elle n avait certainement pas testé le reflux. Vous vous rendez compte, si cela avait été un produit vésicant, les conséquences auraient été importantes, les tissus auraient pu être nécrosés. Il faut reformer l infirmière ou si c est possible la replacer dans un autre service où elle fera moins de dégâts!

8 PRISE EN CHARGE CLINIQUE Pour la patiente, la prise en charge est identique dans le premier modèle et dans l actuel. Appel du médecin Envoi à la radio pour opacification du PAC : vérification du fonctionnement Traitement symptomatique Évaluation et prise en compte des conséquences Sensibilisation de l infirmière au positionnement de l aiguille. Culpabilisation de l infirmière d avoir mal fait son travail! Infirmière = coupable et victime de l incident

9 LE HEROS SOLITAIRE FACE A LA POMME POURRIE Modèle du héros solitaire : si chacun fait bien son travail, tout doit bien se dérouler. Les dysfonctionnements sont les conséquences de mauvais agissements. Une pomme pourrie se trouve dans le panier, en l éliminant, on élimine le problème. Pas de prise en considération des défenses inefficaces Pas de prise en considération des facteurs contributifs Pas de remise en question de la procédure

10 APPORT DE L ANALYSE Agir sur la personne la plus proche de l incident : l infirmière Formation Déplacement Actions dépendantes de la gravité des conséquences et de la répétition éventuelle de l incident, sans lien vers l enchaînement du processus dans sa globalité Notre exemple : la même erreur peut aller de «aucune conséquence» à la «nécrose tissulaire» L action sur l infirmière ira de la remarque jusqu au blâme Les actions prises sont fortement acteurs dépendants

11 CAC CONCRET NOUVELLE APPROCHE 2. SELON LA NOUVELLE APPROCHE : L ANALYSE SYSTEMIQUE Lors d une séance de chimiothérapie, une patiente s est plainte qu au niveau de son PAC, ses vêtements étaient mouillés. L infirmière a constaté un gonflement a appelé le médecin et a ponctionné l endroit. Prise en charge en charge médicale de l incident. Notification sur une fiche incident + information directe de la cellule sécurité par l infirmière qui a constaté l incident. Informations complémentaires Participation de l infirmière au traitement de l incident Responsabilisation Infirmière = acteur

12 INFORMATIONS COMPLEMENTAIRES Date, lieu, heure Fonction du constatant Type d incident Fiche Interviews : Infirmière de la patiente: Récit détaillé des circonstances de l incident staff Environnement / infrastructure Patient Récit du déroulement «normal» du même processus Interview de toute personne pouvant amener des éléments d éclaircissement (médecin, )

13 Analyse systémique du processus total avec prise en compte des facteurs contributifs Soutien à l équipe dans la détermination d actions correctives sur le long terme, leur diffusion et leur pérennisation.

14 APPLICATION A NOTRE EXEMPLE Lors de la détection de l incident : contact téléphonique : rappel de la procédure rassurer l interlocuteur En dehors de toute mesure disciplinaire Une erreur est une occasion d apprendre! On ne se substitue en rien au chef de service. On travaille en parallèle!

15 DECISION DE MENER L ANALYSE Choix de l équipe Planification des délais Ressources Récolte de données Interviews À froid Après que l incident soit réglé du point de vue de la prise en charge du patient En rappelant toujours le but : l amélioration des processus Chronologie des faits Processus défectueux Facteurs contributifs

16 CHRONOLOGIE DES FAITS PAC placé depuis 2 semaines / 2 ème utilisation 1 ère utilisation : pas de problème Test du reflux : difficile mais obtenu Prise de sang dans le bras Mise en route de la perfusion : ok Lors d une discussion avec l infirmière sociale, la patiente se plaint que ses vêtements sont mouillés Constat de l infirmière ayant en charge la patiente : la zone du PAC est gonflée Appel du médecin responsable Ponction de la zone : liquide et «vieux» sang

17 CHRONOLOGIE DES FAITS (2) Envoi de la patiente au RX pour opacification du PAC (contrôle de fonctionnement) avec aiguille laissée en place : o le liquide de contraste reste au niveau de la zone du PAC Proposition d hospitalisation (déclinée) Application de glace au domicile Retour en consultation de la patiente 3 jours plus tard Nouvelle perfusion de chimio mais par voie périphérique Nouveau contrôle du PAC au RX : placement de l aiguille en chimio et injection de produit de contraste : fonctionnement correct

18 FACTEURS CONTRIBUTIFS Au patient A l environnement de travail Au matériel (instruments, outils, documents) Aux soignant(s) A la tâche ou à l activité, aux procédures A l équipe soignante Au contexte institutionnel, managérial état de santé, personnalité, attitude, aptitude à communiquer, observance, horaires, charge de travail, éclairage, bruit, éléments de distraction, ergonomie, maintenance du matériel, panne, organisation du stockage, accès à la documentation, savoir faire, savoir être, santé physique ou mentale, fatigue, formation, instructions de travail et autres documents (clarté, exactitude, lisibilité), ergonomie, conception des soins et organisation, taille, composition, communication orale et écrite, supervision, assistance entre collègues, conflits, politique qualité, gestion des risques, formation/engagement du personnel

19 RECHERCHE DES FACTEURS CONTRIBUTIFS Le PAC est placé fort bas par rapport au placement habituel : la boîte du PAC n est pas contre la peau. Les instructions de travail sont connues Le reflux a été difficile à obtenir Un contrôle RX directement après placement du PAC peut être réalisé mais n est pas fait de manière systématique et les images ne sont pas toujours disponibles La zone du PAC est gonflée par un hématome et un œdème ce qui est courant au début de placement du système : augmentation de la distance entre la peau et la boîte du PAC Patiente bouge beaucoup alors que la consigne est de rester calme Patiente s endort la tête vers le PAC Le staff était complet et compétent Aux tâches, procédures Au patient Aux soignants

20 MESURE CORRECTIVE IMMEDIATE Décision de l équipe soignante : Dans le cas d œdème ou de personne corpulente, on utilisera une longue aiguille. Information orale directe à l équipe. Conclusion de l analyse : Pérenniser l information : note à afficher en salle. L analyse a permis d analyser le processus dans sa globalité et met en évidence l utilité de réfléchir à une systématisation du contrôle de placement du PAC par le chirurgien.

21 ROLE DE L INFIRMIERE Ancien modèle Au plus proche du patient. Rôle essentiel dans la détection des incidents. Coupable et victime de degré relatif aux conséquences Perte de confiance Sectorisation des tâches Nouveau modèle Au plus proche du patient. Rôle essentiel dans la détection des incidents. Acteur dans l analyse et la détermination des mesures à mettre en place Responsabilisation dans l exécution des tâches spécifiques et dans la connaissance et la vision du processus global. Collaboration et connaissances des besoins et exigences de chacun

22 EVOLUTION DE PERCEPTION Auparavant : Manque de vigilance, manque de compétences = source d erreur le plus souvent évoqué Actuellement : On se rend compte que l analyse en soin de santé ne peut se résumer à l analyse des processus opérationnels en lien direct avec le patient Pour fonctionner de manière sûre, l établissement doit aussi optimiser : Ses processus de management Ses processus de soutien La place de l infirmière est prépondérante. De par sa proximité avec le patient, son rôle est déterminant dans la détection des incidents et l analyse d un processus de soin en vue de l améliorer. Tout comme, dans tout processus spécifique, l acteur du processus en question détient la même place.

23 PROJET A LA CMSE La CMSE se veut impliquée dans une système d amélioration constructif Induire une culture de changement Proposition à tous, cadres et médecins, une formation à l analyse systémique : o Chacun aura à son niveau la connaissance de l outil o Mettre en place une structure de fonctionnement de l analyse systémique des incidents Sans éluder les difficultés du cadre légal En laissant la place au cadre hiérarchique de prendre les sanctions quand elles sont nécessaires

24 CONCLUSION La proximité demande de la distance! La proximité de l infirmière lui permet d apporter les détails sur l incident et sur le processus normal. Il faut lui apprendre à prendre de la distance lors de l analyse pour pouvoir envisager le processus dans sa globalité et sa multidisciplinarité. Son rôle est actif, c est un partenaire à part entière mais également comme un autre. Chacun, à son niveau, par sa connaissance du processus auquel il participe est un acteur clé dans l analyse de celui-ci!

25 Merci de votre attention.

Développement d une application de gestion des incidents

Développement d une application de gestion des incidents Développement d une application de gestion des incidents La sécurité des patients en Suisse Bern, Dr P. Chopard, service qualité des soins Gestion des incidents et des faits graves bénins Déclaration volontaire

Plus en détail

PROGRAMME DE PROMOTION DE L USAGE RATIONNEL DES MEDICAMENTS EN ALGERIE (P.U.R.M.A.)

PROGRAMME DE PROMOTION DE L USAGE RATIONNEL DES MEDICAMENTS EN ALGERIE (P.U.R.M.A.) PROGRAMME DE PROMOTION DE L USAGE RATIONNEL DES MEDICAMENTS EN ALGERIE (P.U.R.M.A.) Introduction L aboutissement à un usage rationnel des médicaments est le résultat d un programme exécuté par une chaîne

Plus en détail

N 13 LE DOCUMENT UNIQUE

N 13 LE DOCUMENT UNIQUE Fiche Info Prévention & Sécurité N 13 LE DOCUMENT UNIQUE REGLEMENTATION Médecine préventive - Nombreux sont les élus qui ont été contactés par des entreprises privées ou ont entendu parler du «document

Plus en détail

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER L Association France Alzheimer est une association de familles créée par des familles et des professionnels du soin en 1985. A cette époque il n existe aucun traitement

Plus en détail

Résidences étudiantes

Résidences étudiantes SEMINAIRE DE SENSIBILISATION Résidences étudiantes Publié le 15/06/2015 Page 2 6 Introduction Comment gérer les activités festives dans nos résidences? Comment gérer les nuisances autour? Quelles solutions

Plus en détail

GUIDE DU TUTEUR EN ENTREPRISE

GUIDE DU TUTEUR EN ENTREPRISE GUIDE DU TUTEUR EN ENTREPRISE Pour les employeurs, à partager avec leurs collaborateurs! Le rôle du tuteur dans l entreprise est primordial. Le tuteur est chargé d accueillir, d aider, d informer et de

Plus en détail

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS TITRE CPE Les Petits bonheurs Code : CA 147.8.1 Politique d intégration et de maintien des enfants ayant des besoins particuliers

Plus en détail

Préparation de l audit de renouvellement ISO 9001 des 21 et 22 novembre 2011

Préparation de l audit de renouvellement ISO 9001 des 21 et 22 novembre 2011 Préparation de l audit de renouvellement ISO 9001 des 21 et 22 novembre 2011 Rappel de quelques notions sur la démarche qualité L audit démystifié Utilisation du site Qualité de EME 212 Public concerné

Plus en détail

L Approche CPA 3 - Évaluation de la situation

L Approche CPA 3 - Évaluation de la situation L Approche CPA 3 - Évaluation de la situation La présente fiche d information porte sur l évaluation de la situation, qui, comme le montre le diagramme ci-dessous, constitue le deuxième volet de l Approche

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

Nouvelles logiques de travail à l hôpital : opportunité pour la profession infirmière?

Nouvelles logiques de travail à l hôpital : opportunité pour la profession infirmière? Nouvelles logiques de travail à l hôpital : opportunité pour la profession infirmière? Vers une synergie entre la direction du département infirmier et la direction des ressources humaines : pistes de

Plus en détail

FORMATION EN QUALITE-MÉTHODES NORMES ET SYSTEMES DE MANAGEMENT DE LA QUALITE

FORMATION EN QUALITE-MÉTHODES NORMES ET SYSTEMES DE MANAGEMENT DE LA QUALITE FORMATION EN QUALITE-MÉTHODES NORMES ET SYSTEMES DE MANAGEMENT DE LA QUALITE STRATEGIE, ORGANISATION ET MANAGEMENT D ENTREPRISE Page 2 FORMATION PERSONNALISEE Evaluation du besoin Ecoute de votre besoin

Plus en détail

Bulletin d information de sécurité n 03/ Janvier 2015. Thème : Facteur humain et le SGS dans la prévention des accidents d aviation.

Bulletin d information de sécurité n 03/ Janvier 2015. Thème : Facteur humain et le SGS dans la prévention des accidents d aviation. Bulletin d information de sécurité n 03/ Janvier 2015. Thème : Facteur humain et le SGS dans la prévention des accidents d aviation. 1-Introduction La sécurité de l aviation civile est l une des principales

Plus en détail

LES AUDITS EN OBSTETRIQUE PRESENTATION DES OUTILS D AUDIT DES DECES MATERNELS

LES AUDITS EN OBSTETRIQUE PRESENTATION DES OUTILS D AUDIT DES DECES MATERNELS Diplôme Inter Universitaire de Soins Obstétricaux et Néonatals d Urgence SONU LES AUDITS EN OBSTETRIQUE PRESENTATION DES OUTILS D AUDIT DES DECES MATERNELS Pr. R. X. PERRIN COTONOU Objectifs d Apprentissage

Plus en détail

Ce cahier appartient à. Tuteur de. Du / / Au / / AGEFOS PME PACA 146 rue Paradis CS 30002 MARSEILLE CEDEX 06 1/

Ce cahier appartient à. Tuteur de. Du / / Au / / AGEFOS PME PACA 146 rue Paradis CS 30002 MARSEILLE CEDEX 06 1/ CAHIER DE SUIVI DU TUTEUR DANS LE CADRE DU CONTRAT DE PROFESSIONNALISATION Ce cahier appartient à Tuteur de Du / / Au / / AGEFOS PME PACA 6 rue Paradis CS 000 MARSEILLE CEDEX 06 / INTRODUCTION QU EST-CE

Plus en détail

accès internet, boîte mail dédiée au CHSCT,...). Entre les entreprises qui ne respectent pas le cadre et celles qui vont au

accès internet, boîte mail dédiée au CHSCT,...). Entre les entreprises qui ne respectent pas le cadre et celles qui vont au FICHE REPÈRES POUR LES CHSCT Un cadre unique pour une hétérogénéité des pratiques accès internet, boîte mail dédiée au CHSCT,...). Entre les entreprises qui ne respectent pas le cadre et celles qui vont

Plus en détail

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 H114-8-3 PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 Adaptation du document La formation à la gestion d un établissement d enseignement, Les orientations et les compétences

Plus en détail

Le Bien-Être au Travail, une préoccupation managériale

Le Bien-Être au Travail, une préoccupation managériale Le Bien-Être au Travail, une préoccupation managériale Comprendre, Repérer, Evaluer les Risques Psychosociaux Atelier Séminaire MSA DAL www.msa-idf.fr Déroulement de l intervention Buts de l intervention

Plus en détail

Rapport d'étonnement

Rapport d'étonnement Nom de l entreprise Rapport d'étonnement Nom de l élève Période de stage Proposition finale En 2 pages maximum, le rapport d étonnement doit refléter vos premières impressions. Il doit être impérativement

Plus en détail

Livre Blanc. Bureau de Gestion de Projet PMO. Project Management Office

Livre Blanc. Bureau de Gestion de Projet PMO. Project Management Office Livre Blanc Bureau de Gestion de Projet PMO Project Management Office Rédacteur en chef : Sébastien ROUX 2015 Sommaire Introduction... 3 Définition et contexte... 4 Les généralités des PMO... 7 PMO Dédié

Plus en détail

Plan de prévention des risques psycho-sociaux de la délégation régionale Aquitaine.

Plan de prévention des risques psycho-sociaux de la délégation régionale Aquitaine. Plan de prévention des risques psycho-sociaux de la délégation régionale Aquitaine. Proposition des représentants du personnel à titre expérimental sur la période de leur mandat. 1. Introduction Suite

Plus en détail

Travail en groupe : quatre modèles du handicap 1/5

Travail en groupe : quatre modèles du handicap 1/5 Travail en groupe : quatre modèles du handicap 1/5 Objectif : Cet outil a été conçu pour améliorer les connaissances des participants à propos des modèles du handicap et pour comprendre comment ces modèles

Plus en détail

Présentation de ce document :

Présentation de ce document : Préconisations et propositions Présentation de ce document : La mise en place du nouvel enseignement STI2D en spécialité présente plusieurs difficultés : - Un référentiel de formation modifié contenant

Plus en détail

ÉVALUATION DE STAGE DE FORMATION PRATIQUE DE MAÎTRISE EN TRAVAIL SOCIAL (MTS)

ÉVALUATION DE STAGE DE FORMATION PRATIQUE DE MAÎTRISE EN TRAVAIL SOCIAL (MTS) École de service social ÉVALUATION DE STAGE DE FORMATION PRATIQUE DE MAÎTRISE EN TRAVAIL SOCIAL (MTS) Le formulaire d évaluation, signé à la fois par l étudiant et le superviseur de stage, doit être retourné

Plus en détail

Les rapports d'incident/accident: au-delà des faits

Les rapports d'incident/accident: au-delà des faits Les enjeux de la sécurité des patients dans le système de santé : innovation ou retour aux sources? Les rapports d'incident/accident: au-delà des faits 20 Novembre 2010 Michelle Dionne, Services conseil

Plus en détail

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires A COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-septième réunion Point 3.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC17/INF./2 17 janvier 2013 Étude des coûts de l administration

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS-I PANTHÉON SORBONNE

UNIVERSITÉ PARIS-I PANTHÉON SORBONNE Plan du rapport de stage UNIVERSITÉ PARIS-I PANTHÉON SORBONNE U.F.R. 01 DROIT ADMINISTRATION ET SECTEURS PUBLICS 12, PLACE DU PANTHÉON 75005 PARIS Master 1 Plan du rapport de stage L'intelligence est «l'aptitude

Plus en détail

CQP Animateur(trice) d équipe de fabrication des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

CQP Animateur(trice) d équipe de fabrication des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Animateur(trice) d équipe de fabrication des industries chimiques Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Désignation du métier ou des composantes du métier en lien

Plus en détail

ÉVALUATION DU RENDEMENT DU NOUVEAU PERSONNEL ENSEIGNANT

ÉVALUATION DU RENDEMENT DU NOUVEAU PERSONNEL ENSEIGNANT DIRECTIVE ADMINISTRATIVE DOMAINE : PERSONNEL Politique : Évaluation du nouveau personnel enseignant PER.12.2 En vigueur le : 22 janvier 2007 Révisée le : 25 janvier 2010 ÉVALUATION DU RENDEMENT DU NOUVEAU

Plus en détail

Analyse de risque a posteriori

Analyse de risque a posteriori Analyse de risque a posteriori Analyse de causes profondes Principes généraux Errare humanum est Perseverare diabolicum! Apprenons de nos erreurs pour progresser Introduction Évènement indésirable (EI)

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE A- LA REGLEMENTATION

LE DOCUMENT UNIQUE A- LA REGLEMENTATION Fédération Autonome de la Fonction Publique Territoriale Cette fiche est consacrée au «Document Unique». Le Document Unique d évaluation des risques professionnels est : le premier outil de gestion des

Plus en détail

GÉRER ET PILOTER. TEST MANAGEMENT - RH Quel est votre style de management?

GÉRER ET PILOTER. TEST MANAGEMENT - RH Quel est votre style de management? de management? Voici quatre situations professionnelles : à chaque fois vous avez le choix entre quatre types de comportements. Cochez la case qui, selon vous, correspond le plus au comportement que vous

Plus en détail

DESCRIPTION DE TÂCHES CONSEILLER EN PROCÉDÉS ADMINISTRATIFS

DESCRIPTION DE TÂCHES CONSEILLER EN PROCÉDÉS ADMINISTRATIFS DESCRIPTION DE TÂCHES CONSEILLER EN PROCÉDÉS ADMINISTRATIFS Direction : Direction générale Effectifs supervisés : Trois personnes Supérieur immédiat : Directrice générale 1. Sommaire de la fonction Sous

Plus en détail

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales Introduction! Dans un contexte de mondialisation croissante des affaires et de forte demande de création de valeur de la part des dirigeants, l acheteur doit non seulement parfaitement maîtriser ses techniques

Plus en détail

UF2. Etre capable de mobiliser les connaissances nécessaires a l animation des activités de la FFSCDA

UF2. Etre capable de mobiliser les connaissances nécessaires a l animation des activités de la FFSCDA UF2 Etre capable de mobiliser les connaissances nécessaires a l animation des activités de la FFSCDA Introduction La connaissance des fondamentaux pédagogiques est indispensable dans une première qualification

Plus en détail

RADIOTHÉRAPIE. Plan de communication de crise : repères. 29 novembre 2013

RADIOTHÉRAPIE. Plan de communication de crise : repères. 29 novembre 2013 RADIOTHÉRAPIE Plan de communication de crise : repères 29 novembre 2013 INDEX I. Préparation... 2 1. Direction... 2 2. Expertise... 2 3. Communication... 2 4. Information... 2 5. Support... 2 II. Plan

Plus en détail

La Reconnaissance de la Qualité de Travailleur Handicapé (RQTH)

La Reconnaissance de la Qualité de Travailleur Handicapé (RQTH) Délégation Midi-Pyrénées Handicap et vie professionnelle La loi du 11 février 2005 1 a renforcé les exigences vis-à-vis de l emploi des personnes en situation de handicap. Ainsi, les personnes reconnues

Plus en détail

La gestion des fins de carrière des travailleurs agés

La gestion des fins de carrière des travailleurs agés Chaire laborh en Management Humain et Transformations du Travail Rapport de recherche, vol. 2 (4), 2013 La gestion des fins de carrière des travailleurs agés Rapport théorique Janvier 2013 LEONARD, E.,

Plus en détail

Dossier des documents de suivi formatif des stages

Dossier des documents de suivi formatif des stages Filières secondaires Dossier des documents de suivi formatif des stages Haute Ecole Pédagogique Documents à l usage des étudiants et des praticiens formateurs Version: 17.08.2010 Pour désigner les personnes,

Plus en détail

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE RELATIVE À L APPRÉCIATION DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DUPERSONNEL DE SOUTIEN (PO 13) RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE RELATIVE À L APPRÉCIATION DU PERSONNEL

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Chargé (e) de projets industriels OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Chargé (e) de projets industriels OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : C* Dernière modification : 08/11/2012 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Chargé (e) de projets industriels I OBJECTIF

Plus en détail

Le livret des compétences relationnelles

Le livret des compétences relationnelles Le livret des compétences relationnelles Version janvier 2011 Un travail collectif, en croisant les regards Ce livret est le fruit d un travail collectif, réalisé par un groupe d employeurs, de demandeurs

Plus en détail

AUTO-DIAGNOSTIC DU MANAGER D après P. Hersey et K.Blanchard

AUTO-DIAGNOSTIC DU MANAGER D après P. Hersey et K.Blanchard AUTO-DIAGNOSTIC DU MANAGER D après P. Hersey et K.Blanchard Ce test vous permet d identifier : votre style dominant. votre souplesse d adaptation à chaque situation. Il comporte 12 situations de la vie

Plus en détail

Ergonomie Management / Communication Risques professionnels Sécurité. En inter-entreprises ou en intra-entreprise

Ergonomie Management / Communication Risques professionnels Sécurité. En inter-entreprises ou en intra-entreprise Ergonomie Management / Communication Risques professionnels Sécurité En inter-entreprises ou en intra-entreprise Sensibilisation Travail sur écran 0,5 jour Tous salariés volontaires travaillant sur écran

Plus en détail

Les tableaux de bord prospectifs (balanced scorecards)

Les tableaux de bord prospectifs (balanced scorecards) Les tableaux de bord prospectifs (balanced scorecards) Avant propos sur les tableaux de bord Le tableau de bord est l instrument sans qui tout démarche de progrès est impensable, comment assurer un jugement

Plus en détail

Management humain du changement

Management humain du changement Training inter entreprises Suisse Romande Management humain du changement «Les crises, un formidable tremplin pour rebondir» Bertrand Piccard Résultats du training > Amélioration par les managers de la

Plus en détail

33, rue des Sapins, St-Étienne-de-Lauzon (Québec) G6J 1M1

33, rue des Sapins, St-Étienne-de-Lauzon (Québec) G6J 1M1 33, rue des Sapins, St-Étienne-de-Lauzon (Québec) G6J 1M1 Approuvé lors de la rencontre du personnel du 15 octobre 2014 Depuis le 1 er juillet 2011, un bulletin national est utilisé dans toutes les écoles

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE

Plus en détail

MATINEE RH CCI 18. 30 octobre 2014

MATINEE RH CCI 18. 30 octobre 2014 MATINEE RH CCI 18 30 octobre 2014 2 Qu est-ce que c est? Pourquoi le faire? 3 Qu est-ce c est? C est un outil de management et de gestion des ressources humaines C est un moment de dialogue privilégié

Plus en détail

INTRODUCTION GENERALE

INTRODUCTION GENERALE INTRODUCTION GENERALE Contrôle de Gestion I. Le Contrôle de Gestion 1. Définition Le contrôle de gestion est une forme de contrôle organisationnel. C est une forme de contrôle adaptée aux structures d

Plus en détail

Certificat de Qualification Professionnelle. ANIMATION D'EQUIPE option logistique REPERAGE DES COMPETENCES DU CANDIDAT

Certificat de Qualification Professionnelle. ANIMATION D'EQUIPE option logistique REPERAGE DES COMPETENCES DU CANDIDAT Certificat de Qualification Professionnelle ANIMATION D'EQUIPE option logistique REPERAGE DES COMPETENCES DU CANDIDAT Nom et prénom du candidat : Entreprise : Le titulaire du CQP Animation d équipe option

Plus en détail

Gouvernement du Québec Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, 2005 05-00037 ISBN 2-550-44268-7

Gouvernement du Québec Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, 2005 05-00037 ISBN 2-550-44268-7 Gouvernement du Québec Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, 2005 05-00037 ISBN 2-550-44268-7 Dépôt légal Bibliothèque nationale du Québec, 2005 TABLE DES MATIÈRES Présentation... 1 1 Conséquences

Plus en détail

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005.

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POLITIQUE D ÉVALUATION DU PERSONNEL ENSEIGNANT À LA FORMATION

Plus en détail

Le CHSCT : instance légitime sur les conditions de travail?

Le CHSCT : instance légitime sur les conditions de travail? Préven'ca**15*octobre*2015* Le CHSCT : instance légitime sur les conditions de travail? Evolution des fonctions publiques et du secteur privé L apport des Conditions de Travail au CHS 1 Un paradoxe dans

Plus en détail

Rapport du jury des concours d accès à l IRA de NANTES Session 2013-2014

Rapport du jury des concours d accès à l IRA de NANTES Session 2013-2014 Rapport du jury des concours d accès à l IRA de NANTES Session 2013-2014 Observations préliminaires Le jury renouvelle ses remerciements à l équipe administrative de l IRA de Nantes pour la qualité de

Plus en détail

Formation : Compétences pédagogiques numériques des formateurs et des animateurs d Espaces Publics Numériques

Formation : Compétences pédagogiques numériques des formateurs et des animateurs d Espaces Publics Numériques Formation : Compétences pédagogiques numériques des formateurs et des animateurs d Espaces Publics Numériques Organisme : Université Claude Bernard Lyon1 Dates : février 2013- septembre 2013 Présentation

Plus en détail

Politique en vue d assurer un milieu de travail et d étude exempt de toute forme de harcèlement

Politique en vue d assurer un milieu de travail et d étude exempt de toute forme de harcèlement Politique en vue d assurer un milieu de travail et d étude exempt de toute forme de harcèlement Adoptée : Le 1 er janvier 2005 1. Préambule HEC Montréal reconnaît le droit de tout membre de la communauté

Plus en détail

Circulaire 2014 12 POLITIQUE PRÉVENTIVE EN MATIÈRE D ALCOOL ET DE DROGUES

Circulaire 2014 12 POLITIQUE PRÉVENTIVE EN MATIÈRE D ALCOOL ET DE DROGUES Politique préventive en matière d'alcool et de drogues dans l'entreprise PRINCIPE Les travailleurs ou intérimaires qui consomment ou se trouvent sous l influence de «l alcool ou de drogues» sur le lieu

Plus en détail

CHARTE DU COMITE D AUDIT

CHARTE DU COMITE D AUDIT CHARTE DU COMITE D AUDIT INTRODUCTION... 2 I. RÔLE... 2 II. RESPONSABILITÉS... 2 1. Reporting financier... 2 2. Contrôle interne - gestion des risques et compliance... 3 3. Audit interne... 3 4. Audit

Plus en détail

ÉCLAIRER RÉVÉLER INSPIRER SERVICES AUX PARTICULIERS EMPLOYÉS ÉTUDIANTS ENTREPRENEURS

ÉCLAIRER RÉVÉLER INSPIRER SERVICES AUX PARTICULIERS EMPLOYÉS ÉTUDIANTS ENTREPRENEURS ÉCLAIRER RÉVÉLER INSPIRER SERVICES AUX PARTICULIERS EMPLOYÉS ÉTUDIANTS ENTREPRENEURS SOMMAIRE 03 ÉCLAIRER. RÉVÉLER. INSPIRER. 05 SERVICES AUX PARTICULIERS 07 GESTION DE CARRIÈRE 08 STRATÉGIE DE RECHERCHE

Plus en détail

Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité. Ébauche septembre 2004

Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité. Ébauche septembre 2004 Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité Ébauche septembre 2004 Le présent guide a été conçu dans le but d aider les petits exploitants du domaine de l aviation

Plus en détail

Planification Mise en œuvre Evaluation Programmation Suivi TRF Grille d évaluation

Planification Mise en œuvre Evaluation Programmation Suivi TRF Grille d évaluation 1- La place du Suivi dans un cycle de projet Le suivi est un processus continu prenant en compte la dimension dynamique du cycle de projet. Le contexte change, l exécution des activités modifie la réalité

Plus en détail

COFOR SANTE. Une ACTUALITÉ en ACCRÉDITATION SANTÉ (contenu de nos interventions pages suivantes)

COFOR SANTE. Une ACTUALITÉ en ACCRÉDITATION SANTÉ (contenu de nos interventions pages suivantes) COFOR SANTE Des interventions* en : - Communication - Management - Relation client - Qualité - Gestion Une ACTUALITÉ en ACCRÉDITATION SANTÉ (contenu de nos interventions pages suivantes) * cf. nos programmes

Plus en détail

DÉCLARER LA PÉNIBILITÉ AU TITRE DE 2015 :

DÉCLARER LA PÉNIBILITÉ AU TITRE DE 2015 : DÉCLARER LA PÉNIBILITÉ AU TITRE DE 2015 : VADEMECUM SIMPLIFIÉ Le dispositif pénibilité se présente comme un ensemble de textes d une complexité inégalée avec un nombre important d incertitudes. Au moment

Plus en détail

DÉCROCHEZ ET RÉUSSISSEZ VOS ENTRETIENS RÉSEAU

DÉCROCHEZ ET RÉUSSISSEZ VOS ENTRETIENS RÉSEAU DÉCROCHEZ ET RÉUSSISSEZ VOS ENTRETIENS RÉSEAU Quel est l objectif de cet exercice? Décrocher, réussir et exploiter un entretien réseau. Ce dernier consiste en un rendez-vous (face à face ou par téléphone)

Plus en détail

Modélisation systémique de l'organisation

Modélisation systémique de l'organisation Modélisation systémique 1 2005-09-06 Modélisation systémique de l'organisation Ce chapitre vise à introduire à la modélisation d un système organisationnel. On explique d abord quelques notions liées à

Plus en détail

DÉFINITION DU DOMAINE D ÉVALUATION

DÉFINITION DU DOMAINE D ÉVALUATION Direction de l éducation des adultes et de l action communautaire Service de l évaluation des apprentissages DÉFINITION DU DOMAINE D ÉVALUATION Programme d études Informatique de la formation de base commune

Plus en détail

Standard de la section 3 MDC du Collège royal

Standard de la section 3 MDC du Collège royal Standard de la section 3 MDC du Collège royal Cette présentation a été développée en collaboration avec le département de l accréditation du Collège royal Déclaration de conflits d intérêts Créé le 20

Plus en détail

Khalfa Mohamed Consultant expert international en management qualité ISO 9001

Khalfa Mohamed Consultant expert international en management qualité ISO 9001 Octobre 2003 Décision de lancer la revue systématique pour ISO 9001/9004 Juillet 2004 Enquête menée au niveau international et résultats Décembre 2004 Premiers projet de cahiers des charges Mai 2005 Second

Plus en détail

LA GESTION DU TRAVAIL ISOLE

LA GESTION DU TRAVAIL ISOLE I. Définition et problématique du travail isolé Dans certaines situations des personnes peuvent se trouver seules à leur poste de travail, sans autre personne dans le service, à l étage, voire dans le

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Préventeur santé-sécurité au travail et environnement

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Préventeur santé-sécurité au travail et environnement COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : C Dernière modification : 05/06/2012 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Préventeur santé-sécurité au travail et

Plus en détail

I OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM

I OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L'EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualification : 2008 09 38 0274 Catégorie : C* REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Management d équipe(s) autonome(s) I OBJECTIF PROFESSIONNEL

Plus en détail

Vers l excellence en recherche au service du développement

Vers l excellence en recherche au service du développement ÉVALUATION DES RÉSULTATS DU CRDI Excellence en recherche Vers l excellence en recherche au service du développement L outil d appréciation Qualité de la recherche plus (QR+) Résumé Le CRDI a décidé d entreprendre

Plus en détail

INTERPRÉTATIONS ET IDÉES PRÉCONÇUES. Les idées préconçues. Au-delà des idées préconçues. Qu est-ce qu une cause?

INTERPRÉTATIONS ET IDÉES PRÉCONÇUES. Les idées préconçues. Au-delà des idées préconçues. Qu est-ce qu une cause? INTERPRÉTATIONS ET IDÉES PRÉCONÇUES Il est nécessaire de recueillir les témoignages aussitôt que possible après l accident, pour éviter les oublis et les reconstructions imaginaires. Or les témoins sont

Plus en détail

Certificat de compétences Projet CAPE

Certificat de compétences Projet CAPE Certificat de compétences Projet CAPE Introduction L objectif principal du projet CAPE est de «contribuer à la mise en place de critères et de compétences de référence dans le cadre de la Certification

Plus en détail

Avez-vous des prédispositions à manipuler votre entourage?

Avez-vous des prédispositions à manipuler votre entourage? I Avez-vous des prédispositions à manipuler votre entourage? Le milieu interne de l entreprise est un milieu où la négociation est nécessaire et permanente. On a besoin de convaincre son équipe et ses

Plus en détail

Guide d application : Compétences de base des administrateurs (Catégorie 1)

Guide d application : Compétences de base des administrateurs (Catégorie 1) 4711 Yonge Street Suite 700 Toronto ON M2N 6K8 Telephone: 416-325-9444 Toll Free 1-800-268-6653 Fax: 416-325-9722 4711, rue Yonge Bureau 700 Toronto (Ontario) M2N 6K8 Téléphone : 416 325-9444 Sans frais

Plus en détail

Juillet 2012. Bulletin de prévention n 5 - Les troubles musculo squelettiques 00

Juillet 2012. Bulletin de prévention n 5 - Les troubles musculo squelettiques 00 Guide Conventions de mise à disposition des Adjoints techniques territoriaux des établissements d enseignement (ATTEE) (anciennement TOS, exerçant dans les lycée et collèges) Juillet 2012 Bulletin de prévention

Plus en détail

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION (POLITIQUE)

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION (POLITIQUE) RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION (POLITIQUE) Titre : Responsable de l'application : Évaluation des apprentissages en formation professionnelle Direction des Services de la formation professionnelle Adoption

Plus en détail

Collectif de la téléphonie sociale et en santé (TeSS) Services d aide à distance. Charte

Collectif de la téléphonie sociale et en santé (TeSS) Services d aide à distance. Charte Collectif de la téléphonie sociale et en santé (TeSS) Services d aide à distance Charte 1. Préambule 1.1. Contexte A notre époque où les outils de communication et d information sont de plus en plus nombreux,

Plus en détail

La négociation syndicale

La négociation syndicale La négociation syndicale Comment réussir une négociation de terrain? BUKAVU, DU 7 AU 11 MARS 2012 Réalisé par Annick THYRÉ, Secrétaire générale adjointe, FGTB wallonne 1 Techniques de négociation syndicale

Plus en détail

ENTRETIEN PRENATAL. Du dépistage à l accompagnement. F. BERNADBEROY PRIDO Sage-femme. Colloque violences faites aux femmes. Toulouse, 22 janvier 2015

ENTRETIEN PRENATAL. Du dépistage à l accompagnement. F. BERNADBEROY PRIDO Sage-femme. Colloque violences faites aux femmes. Toulouse, 22 janvier 2015 ENTRETIEN PRENATAL Du dépistage à l accompagnement Colloque violences faites aux femmes Toulouse, 22 janvier 2015 F. BERNADBEROY PRIDO Sage-femme 1) La grossesse, un moment clé 2) L entretien précoce 3)

Plus en détail

DOSSIER DES ENSEIGNANT-E-S. Travail de fin d études en didactique universitaire

DOSSIER DES ENSEIGNANT-E-S. Travail de fin d études en didactique universitaire DOSSIER DES ENSEIGNANT-E-S Travail de fin d études en didactique universitaire Magali Muller Bastien Walliser Septembre 2009 CHOIX D UNE PROBLEMATIQUE L étape choix d une problématique comprend les documents

Plus en détail

SECURITE SANITAIRE ET PROTHESE SOUS TRAITEE A L ETRANGER

SECURITE SANITAIRE ET PROTHESE SOUS TRAITEE A L ETRANGER SECURITE SANITAIRE ET PROTHESE SOUS TRAITEE A L ETRANGER Ce dossier a pour objectif d informer les professionnels de santé prescripteurs sur la sécurité sanitaire associée aux prothèses fabriquées par

Plus en détail

Travaux d arrimage secondaire-collégial du ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport (2006-2009)

Travaux d arrimage secondaire-collégial du ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport (2006-2009) Travaux d arrimage secondaire-collégial du ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport (2006-2009) Alexandre Paré Direction de l enseignement collégial Contexte et objectif Travaux initiés par la Direction

Plus en détail

Favoriser l'autonomie des élèves de lycée à la maison grâce à l'ent

Favoriser l'autonomie des élèves de lycée à la maison grâce à l'ent Favoriser l'autonomie des élèves de lycée à la maison grâce à l'ent 1. Le scénario : L espace numérique de travail (E.N.T.) dans les établissements publics locaux d enseignements est utilisé comme une

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES QUALITÉ DE L'ACCOMPAGNEMENT A LA V.A.E

CAHIER DES CHARGES QUALITÉ DE L'ACCOMPAGNEMENT A LA V.A.E CAHIER DES CHARGES QUALITÉ DE L'ACCOMPAGNEMENT A LA V.A.E CHAMP D APPLICATION Ce cahier des charges s adresse à l ensemble des structures qui interviennent dans la phase d accompagnement à la VAE et qui

Plus en détail

Avantages économiques

Avantages économiques I. QU EST CE QUE LE SYSTEME DE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL? Le SME est un outil de gestion interne qui favorise l intégration précoce d objectifs écologiques précis dans les autres systèmes de gestion et

Plus en détail

Pour une structure de communication efficace Les buts de cet outil sont de Instructions remarque :

Pour une structure de communication efficace Les buts de cet outil sont de Instructions remarque : Outil Pour une structure de communication efficace L outil Pour une structure de communication efficace vous aidera à mettre en place une structure de communication et de résolution de problèmes essentielle

Plus en détail

Saisine : Ministre de l Education nationale et de la Formation professionnelle (19/12/2008) AVIS DE LA CHAMBRE DE COMMERCE

Saisine : Ministre de l Education nationale et de la Formation professionnelle (19/12/2008) AVIS DE LA CHAMBRE DE COMMERCE Luxembourg, le 15 avril 2009 Objet: Projet de loi n 5975 portant création d une Ecole de la 2 e Chance. (3438JJE) Saisine : Ministre de l Education nationale et de la Formation professionnelle (19/12/2008)

Plus en détail

Normes d accessibilité pour les services à la clientèle Mai 2011

Normes d accessibilité pour les services à la clientèle Mai 2011 Normes pour les services à la clientèle Mai 2011 Commission de révision des paiements effectués aux médecins Secrétariat des conseils de santé Plan de formation Membres (onglet 6) Le présent document doit

Plus en détail

POLITIQUE 2500-024 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1. LE CHAMP D APPLICATION... 2

POLITIQUE 2500-024 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1. LE CHAMP D APPLICATION... 2 POLITIQUE 2500-024 TITRE : ADOPTION : Conseil d'administration Résolution : CA-2008-01-15-08 ENTRÉE EN VIGUEUR : 15 janvier 2008 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1. LE CHAMP D APPLICATION... 2 2. LA FORMATION

Plus en détail

Suivi des engagements et des attentes (SENAT)

Suivi des engagements et des attentes (SENAT) Suivi des engagements et des attentes (SENAT) FICHE 9 Plusieurs mois 5 à 10 personnes RESSOURCES NÉCESSAIRES MATÉRIELLES - Feuilles de papier avec tableaux; - Crayons; - Tables; - Chaises; - Salle. RÉSUMÉ

Plus en détail

Département de la Drôme

Département de la Drôme Département de la Drôme Mise en place des Programmes Personnalisés de Réussite Educative. Comment cibler les élèves? Les procédures de choix des élèves sont essentielles Certaines interprétations peuvent

Plus en détail

DÉCLARATION DES INCIDENTS ET ACCIDENTS. Direction de l évaluation et de l assurance de la qualité Comité de direction

DÉCLARATION DES INCIDENTS ET ACCIDENTS. Direction de l évaluation et de l assurance de la qualité Comité de direction REGLE REG-DEAQ-01 DÉCLARATION DES INCIDENTS ET ACCIDENTS ÉMETTEUR : APPROUVÉ PAR : Direction de l évaluation et de l assurance de la qualité Comité de direction DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2005/11/10 DATE

Plus en détail

Déclaration liminaire de Mary Dawson Commissaire aux conflits d intérêts et à l éthique

Déclaration liminaire de Mary Dawson Commissaire aux conflits d intérêts et à l éthique Déclaration liminaire de Mary Dawson Commissaire aux conflits d intérêts et à l éthique Devant le Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre Dans le cadre de l examen quinquennal du

Plus en détail

TABLE RONDE DU 21/11/2001

TABLE RONDE DU 21/11/2001 TABLE RONDE DU 21/11/2001 Devenir parents est une aventure qui se construit au quotidien avec ses enfants. Dans notre société, les modifications récentes de la structure familiale comme les familles monoparentales

Plus en détail

FORMATION INFIRMIERE

FORMATION INFIRMIERE FORMATION INFIRMIERE UN NOUVEAU REFERENTIEL DE FORMATION Sources : documents de travail de la DHOS (de décembre 2008 à mars 2009) LE POURQUOI DE LA REINGENERIE DE LA FORMATION LMD ECTS Ministère de l enseignement

Plus en détail

LE SERVICE DE TRANSITION SRÉ 2013-2014 INSTRUIRE SOCIALISER QUALIFIER

LE SERVICE DE TRANSITION SRÉ 2013-2014 INSTRUIRE SOCIALISER QUALIFIER LE SERVICE DE TRANSITION SRÉ 2013-2014 INSTRUIRE SOCIALISER QUALIFIER Août 2013 LE SERVICE DE TRANSITION 2013-2014 MANDAT : Le mandat du Service de transition est d aider l élève à réussir sur les plans

Plus en détail

Section 1. Titre de la procédure : Résolution pacifique des différends pour les élus au CSF

Section 1. Titre de la procédure : Résolution pacifique des différends pour les élus au CSF SECTION 1: CONSEIL SCOLAIRE Titre de la procédure : Résolution pacifique des différends pour les élus au CSF Politique : Selon la politique de gouvernance 2.3 : Code de conduite et en particulier : toutes

Plus en détail