Histoire de l assurance canadienne de l origine jusqu à la Confédération

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Histoire de l assurance canadienne de l origine jusqu à la Confédération"

Transcription

1 ARTICLES PROFESSIONNELS PROFESSIONAL ARTICLES Assurances et gestion des risques, vol. 77(1-2), avril-juillet 2009, Insurance and Risk Management, vol. 77(1-2), April-July 2009, Histoire de l assurance canadienne de l origine jusqu à la Confédération par Rémi Moreau r é s u m é L histoire moderne de l assurance a débuté avec le grand feu de Londres, en septembre 1666, qui prit racine dans une boulangerie du roi et qui embrasa toute la Cité. Ainsi apparurent progressivement les premières compagnies d assurance incendie, puis les premières initiatives d assurance maritime, quelque vingt ans plus tard, dans le Café d Edward Lloyd. Le début de l assurance en Amérique, à la fin du XVIII e siècle, principalement dans le Haut et le Bas-Canada, est donc marqué par le développement de l assurance en Angleterre. L auteur ne manque pas de décrire les multiples dangers que durent affronter les Canadiens de l époque, car un incendie pouvait facilement les acculer à la ruine ou encore détruire totalement les villes de l époque. Il énumère les premiers assureurs incendie et assureurs vie à s implanter au Canada, sans oublier les sociétés mutuelles et les sociétés de secours mutuels. Il précise comment l assurance canadienne s est développée, au début du XIX e siècle, sous l impulsion de l essor économique, par les premières initiatives des assureurs en matière de contrôle des risques, suivies par l implication des gouvernements et par l adoption des premières législations et règlementations jusqu à la promulgation de l Acte de l Amérique du Nord Britannique en a b s t r a c t The start of modern insurance is traced to London on September 1666 when fire spread in the king s bakeshop and nearly destroyed the City. Insurance companies against the risk of fire began at that time, following twenty years later by the marine insurance in Edward Lloyd s Coffee House. The development of British insurance introduced the creation of fire insurance everywhere on the American continent at the end of the 18th century, including Upper and Lower Canada. 157

2 The author describes the fears and dangers under which Canadian people were living at that time, not the least was the peril of fire which could mean financial ruin for individual and major disasters for the cities. He identifies the first fire and life insurers established in Canada, as well mutual, benevolent and friendly societies. He points out the development of insurance in the 1800s, paralleled to the major economic changes over the years, to the needs for insurers to establish some rules of preventing and controlling the risks and to the Government involvement by the adoption of the first legislations and regulations till the promulgation of the British North America Act in L ORIGINE BRITANNIQUE DE L ASSURANCE On ne peut aborder de début de l assurance canadienne sans référer d abord à l Angleterre, le berceau de l assurance moderne. Le grand incendie de Londres, en 1666, qui détruisit au-delà de maisons et une centaine d églises, marque l impulsion décisive à l assurance moderne. L incendie détruisit presque la totalité de la City de Londres. La perte des biens immobiliers était évaluée à 10 millions de livres sterling. Ce désastre entraîna la création d une assurance embryonnaire contre l incendie, fondée en 1667 par Nicholas Barbon, liée à certains logements sélectionnés de la ville. Il s agissait d un bureau agréé créé au terme d une charte du Roi Charles II. En 1705, le Fire Office se mue en Phoenix Office, assurant les maisons de brique et les maisons de bois, en fonction de la valeur de la propriété. Il va sans dire que la tarification «bois» passait du simple au double par rapport à la tarification «brique». D autres assureurs suivront, dont le Sun Fire Office, constitué en 1710, qui devint par la suite le Sun Insurance Office, qui existe encore aujourd hui. Les assureurs incendie commencèrent à proliférer : la Union Society, en 1714, le Westminster Fire Office en 1717, la Crown, en Enfin, en 1720, au plus fort de la vague de spéculation boursière qui sévissait alors, la Royal Exchange et la London Insurance purent obtenir leur accréditation comme compagnie d assurance. Ces deux compagnies partageront avec le Lloyd s Coffee House le monopole de l assurance maritime. Vingt ans après le grand feu de Londres, les cafés rendront l assurance maritime attrayante, en réunissant armateurs et capitaines de bateaux, désireux de mettre en commun le risque des pertes en mer. Le propriétaire d un navire qui voulait partager son risque avec d autres affichait le nom du navire sur un mur du Café, en donnant des précisions sur la cargaison et la destination. On déposait sur des 158 Assurances et gestion des risques, vol. 77(1-2), avril-juillet 2009

3 tables des propositions d assurance et tout négociant désireux de couvrir une partie du bien assurable apposait sa signature. Le mot anglais «underwriter», la personne qui appose sa signature au bas de la proposition, est né de cette pratique. Edward Lloyd, qui était propriétaire d un Café performant sur Tower Street, compris très vite qu il lui fallait attirer les commerçants qui faisaient le tour des cafés en recueillant le plus de nouvelles et d informations sur les voyages en mer. Il décida de publier une feuille de nouvelles trois fois par semaine. Le Lloyd s News fit la renommée du Café de Lloyd à l origine de l institution tricentenaire, le Lloyd s London. Depuis l origine, le Lloyd s n est pas une personne morale ni une société. C est une sorte d institution ou d association d assureurs individuels, appelés souscripteurs ou underwriters transigeant avec des Lloyd s Brokers, seuls contacts possibles avec des syndicats Lloyd s. La faillite frauduleuse et retentissante d une compagnie d assurance la South Sea Company, au plus fort de la vague de spéculation boursière qui sévissait alors, entraîna la promulgation, en 1720, du Bubble Act, visant à interdire toute souscription en assurance maritime, à l exception de deux assureurs, la Royal Exchange et la London Insurance. Certaines nouvelles compagnies d assurance réussirent malgré tout à s implanter, telles la Phoenix Assurance Company, financée par les patrons des raffineries de sucre londoniennes, telles la Old Equitable, en 1756, la Commercial Union et la Mercantile Fire Insurance Company, toutes deux fondées en 1761 par des propriétaires de quais et d entrepôts sur les bords de la Tamise. En 1769, le New Loyd s Coffee House devint une société fermée regroupant des souscripteurs. C est à la même époque, en 1774, que le roi d Angleterre Georges III établit la distinction entre le contrat d assurance et le jeu ou le pari. Le jeu était interdit, l assurance autorisée. 2. LE RÉGIME FRANÇAIS En Nouvelle-France, on ne retrouvait aucune trace de l assurance, alors que le Canada était sous la domination française. À cette époque, l assurance était interdite en France, considérée comme immorale par les uns et comme dérogeant à l ordre public par les autres. Tout au plus avait-on, vers 1717, des bureaux des incendiés, qui étaient des caisses d assistance, plutôt que des caisses d assurance. En France, c était en 1750 seulement que l on fonda la première société d assurance française contre l incendie La Chambre Histoire de l assurance canadienne de l origine jusqu à la Confédération 159

4 générale des assurances de Paris, qui devint la Chambre royale des assurances en 1753, garantissant tout dommage causé aux bâtiments par l incendie, «même résultant du feu du ciel. Gérard Parizeau décrit l esprit de l époque, sous le Régime français : Du comte de Frontenac au marquis de Vaudreuil, on constate le même effort de lutte contre l incendie, mal soutenu par une population insouciante, qui ne veut pas comprendre que le feu n est pas le moindre ennemi de la colonie et pour se défendre il faut se grouper et adopter des mesures de précaution individuelles et collectives. Parce qu on ne le fait pas, on reste constamment exposé au désastre. En 1721, la moitié de Montréal est détruite; en 1734, le couvent, l hôpital de l Hôtel-Dieu et 50 maisons sont rasés. En 1765, c est 180 maisons et, en 1768, le quart de la ville. En 1750, Halifax en Nouvelle-Écosse avait été presqu entièrement détruite. En dehors de l assurance maritime, dont on possède quelques traces (le musée des Archives du Québec possède une police datée de 1748), le Régime français n a pas connu l assurance. Les immeubles brûlaient, par pans entiers, on les reconstruisait, sans même songer à se plaindre des effets néfastes du sort. Le courage des pionniers de l époque était admirable, tout autant que leur insouciance devant le danger. Le marquis de Montcalm, note, en 1759, qu il y a eu «deux maisons incendiées à Montréal et toujours aussi peu de précautions et aussi peu d ordre». Les deux seules compagnies qui existaient en Nouvelle-France étaient liées au commerce et non à l assurance. Mentionnons la Compagnie des Cent-Associés, fondée par Richelieu, alors ministre de Louis XIII, qui cessa ses opérations sous Colbert en 1663, et la Compagnie de la Baie d Hudson, une société britannique créée à Londres en 1670, la plus vieille personne morale de l Amérique du Nord, qui avait obtenu un monopole commercial sur le commerce des fourrures autour de la Baie d Hudson. Après la chute de la Nouvelle-France en 1763, elle a étendu son réseau de postes de traite vers l ouest et le nord de ce qui allait devenir le Canada. 160 Insurance and Risk Management, vol. 77(1-2), April-July 2009

5 3. LE RÉGIME ANGLAIS ( ) Après la chute de Québec en 1760, suivie de la capitulation de Montréal, sous le pouvoir du gouverneur Vaudreuil, le traité de Paris de 1763 consacre officiellement le pouvoir britannique sur le Canada. Une entreprise commerciale est fondée à Montréal en 1782, la Compagnie du Nord-Ouest, qui allait devenir la grande rivale de la Compagnie de la Baie-d Hudson. Quelques années plus tard, en 1775, l Acte de Québec rétablit les lois civiles françaises. Cet Acte sera modifié en 1791 par l Acte constitutionnel partageant la colonie en deux provinces, le Haut- Canada et le Bas-Canada. Sous le régime anglais, les mentalités peu «précautionneuses» ne semblent pas avoir sensiblement changé, les matériaux de construction sont encore le bois et, pour la toiture, le bardeau. Il demeure que l assurance s est considérablement développée au Canada, grâce à l essor des compagnies anglaises. On rapporte qu un marchand canadien fut le premier, au Canada, en 1771, à assurer sa maison chez un assureur anglais, la Phoenix de Londres. Geste rare s il en est puisqu en 1776, écrit Adam Smith, «sur 20 maisons en Angleterre 19 n étaient pas assurées». Au moment des premiers balbutiements de l assurance canadienne, au début du 19 e siècle, on observe que tous les contrats étaient émis en Angleterre. La compagnie la plus sollicitée, car elle faisait déjà des affaires à l étranger depuis une vingtaine d années, était sans contredit la Phoenix, dite Phoenix Company of London, dirigée Alexander Auldjo Esq., agent de la compagnie pour les provinces du Haut et du Bas-Canada en Dans le Bas-Canada, la compagnie avait son siège à Montréal. Les tarificateurs de la compagnie souscrivaient avec prudence, tant les risques incendie étaient menaçants, mais on estimait que le Canada, ce jeune pays, réunissait des conditions propices aux bonnes relations commerciales : libertés civiles, crédit du public et honneur commercial. Un an plus tard, la Phoenix nomme un représentant à Halifax, dans la colonie de la Nouvelle- Écosse. Contrairement à ce qu on affirme souvent, elle ne fut pas la première compagnie canadienne d assurance, la place revenant à la Société Bienveillante et Amicale de Québec, créée en 1789 dans le but de constituer un fonds pour le «soutien mutuel dans la maladie, la vieillesse et l infirmité». Dans sa chonique «Vieux papiers» de la revue Assurances, Gérard Parizeau reproduit un document exceptionnel de la Phoenix Company of London. Il s agit d un prospectus, daté du 9 décembre Histoire de l assurance canadienne de l origine jusqu à la Confédération 161

6 1790, qui serait l une des plus vieilles pièces d assurance que l on possède en Amérique du Nord. Il permet de retracer les origines de l assurance contre l incendie au Canada. Il s adressait alors aux habitants de toute l Amérique, globalement, sans distinction de frontière : la Nouvelle-Écosse, alors colonie isolée, le Haut et le Bas-Canada et enfin les États-Unis. Il est divisé en trois parties : les classes de risque, dites First Class, Second Class et Third Class; les tarifs (Table of Rates); et enfin, les conditions (Conditions of Insurance), le tout sur une seule page! À cette époque, les contrats d assurance avaient le mérite d être précis et courts. Les conditions d assurance sont particulièrement intéressantes. Elles permettent de voir comment la Phoenix de Londres procédait à l époque pour l assurance à l étranger. L assurance entrait en vigueur avec le paiement de la prime. Le contrat incendie avait quelques exclusions : les tremblements de terre, les ouragans, les invasions militaires et la guerre, les espèces et lettres de change. En cas de sinistre, il fallait dresser un état des dommages sous serment et certifié par un notaire ou un magistrat et présenter ces pièces au bureau de l assureur à Londres. Cinq ans après la naissance de la Phoenix, en 1809, était fondée par un groupe de Néo-Écossais la première compagnie d assurance de dommages entièrement canadienne, appelée The Halifax Fire Insurance Association, rebaptisée en 1819 The Halifax Fire Insurance Company. Elle perdait alors son statut de mutuelle pour devenir une société à primes fixes. Au XIX e siècle, l assurance prit un essor considérable dans le monde. Le Canada n était pas en reste. Au Québec, deux compagnies ouvrirent leurs portes en 1818 : la Quebec Fire Assurance Company, que présidait Mr. John Mac Nider, Écossais né à Kilmarnock, suivie par la Montreal Insurance Company, qui disparût plus tard dû à l étendue inouïe des feux qui ont ravagé la première ville du pays pendant tout le XIX e siècle. Puis, en 1821, une compagnie américaine s installait à Montréal. Un nom que l on connait encore : l Aetna Insurance Company, qui avait son siège social à Hartford, un des principaux centres de l assurance américaine au début du XIX e siècle, après Philadelphie. Puis, en 1833, on fonde à Toronto, qui comptait à l époque habitants, la British American Assurance Company, qui se développa rapidement. Après 1835, on assiste alors à une prolifération de sociétés mutuelles, formées selon les lois réglementant la mutualité adoptées par le Haut et le Bas-Canada. Dans les années 1820 et 1830, les assureurs anglais opérant au Canada obligeaient les assurés à s adresser au Bureau de Londres pour être payés («Bureau de Directeurs assemblés au-delà de l Océan», sauf si la somme était inférieure à 300 Livres. Il n est pas 162 Assurances et gestion des risques, vol. 77(1-2), avril-juillet 2009

7 étonnant qu un tel système ait soulevé de nombreuses difficultés et découragé bien des gens à s assurer. D autres compagnies ont toutes été fondées avant 1840 : la Central of Fredericton, la Globe, et et la Home District Mutual. Soulignons aussi que la Gore Mutual Insurance Company est la plus ancienne compagnie d assurance incendie anglaise à forme mutuelle, constituée en 1836 au titre de la Mutual Fire Insurance Act, à pratiquer l assurance au Canada d une façon régulière. La forme coopérative, simple, directe, solidaire, axée sur l entraide et le partage, qu offraient les mutuelles, convenait particulièrement bien aux pionniers du Canada. L une des compagnies canadiennes les plus dynamiques était la Western Assurance Company, fondée à Toronto en 1851, et qui pénétra plus tard le marché américain. La Sun, fondée en Angleterre en 1710, s associera avec l Alliance en 1824 et avec la Royal en 1845, l une des plus anciennes compagnies d assurance opérant au Canada, qui avait des agences de Halifax à Victoria, sans oublier Montréal et Toronto. Inutile de dire que c est l incendie qui a favorisé le développement de l industrie canadienne de l assurance de dommages. Mais peu d assureurs réussirent à survivre. La protection incendie était inexistante au début et les progrès sont restés mitigés au Canada jusqu à la fin du XIX e siècle. Les corps de pompiers bénévoles comment à se former, ainsi que des sociétés du feu, tant à Québec qu à Montréal, dont la mission était de lutter plus méthodiquement contre l incendie. Mais les deux grandes faiblesses d organisation étaient l outillage rudimentaire et le manque d eau. De 1804 à 1867, l année de la Confédération, on ne pouvait compter que sur les puits pour éteindre les incendies. Nous soulignions précédemment que les efforts de précaution étaient faibles sous le Régime français et au début du Régime anglais. Il en était de même durant les années qui ont précédé la Confédération. La Ville de St. John, Terre-Neuve, a été presque détruite en La Ville de Québec a subi à maintes reprises des catastrophes, en 1845 d abord, à deux reprises, puis en 1866 : maisons furent rasées par le feu. Montréal subissait le même sort en 1852 : personnes furent jetées sur le pavé par suite d une spectaculaire conflagration. Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick, sera également la proie des flammes lors du «Grand incendie» de Sur le plan législatif, le Code civil, adopté au Québec en 1804, se bornait à citer le contrat d assurance parmi les contrats aléatoires, sans donner d autres précisions. Au niveau canadien, le Code de commerce régissait seulement le contrat d assurance maritime, arti- Histoire de l assurance canadienne de l origine jusqu à la Confédération 163

8 cles qui avaient été inspirés à la fois par l Ordonnance de la Marine, promulguée par Colbert sous le règne de Louis XIV, et par le Marine Insurance Act britannique. Hormis l assurance incendie, l autre assurance principale au 19 e siècle était l assurance maritime, car le commerce était essentiellement maritime. Les assurances terrestres, quant à elles, n étaient alors régies que par les us et coutumes. Les lois sur les assurances terrestres, tant au niveau des biens que des responsabilités, se développèrent avec la Révolution industrielle et l arrivée de la grande industrie. Comme les gouvernements de l époque réglementaient peu, les assureurs eux-mêmes devaient trouver des formes d auto-contrôle pour assurer une certaine stabilité dans leurs opérations. Divers conseils d assureurs incendie furent créés, regroupés sous l égide du Dominion Board of Fire Underwriters, qui devint longtemps plus tard le Groupement technique des assureurs. L objectif était de compiler les résultats techniques, d établir des règles en matière de prévention et de déterminer les tarifs. En 1857, un organisme similaire était constitué à Halifax par les assureurs de l époque, puis la Nova Scotia Board of Fire Underwriters, créée en 1864, le premier organisme provincial au Canada en matière de contrôle et de tarification. Toutes les provinces suivront plus tard, regroupées sous la célèbre Canadian Underwriters Association (CUA). Et l assurance continuait de progresser, d innover. Vers 1820, on donne au contrat à peu près sa portée actuelle. En 1821, la société The Beacon offre une assurance contre le chômage résultant de l incendie, sorte de précurseur de l assurance profit qui se développera plus tard au début du XX e siècle. Les Tariff Associations commençaient à se développer, proposant, outre des taux, des modes de prévention, de construction, de chauffage. 4. L UNION ( ) Suite à la révolte des Patriotes, dirigés par Louis-Joseph Papineau, en 1837, l Acte d Union, signé en 1840, réunira le Haut et le Bas-Canada en une seule province, appelée le Canada. Cette union législative entre les loyalistes du Haut-Canada et les francophones du Bas-Canada faisait écho au rapport Durham qui proposait d assimiler les Canadiens-français. L anglais devint la seule langue officielle. Durant cette même période, le gouvernement canadien n intervint que peu dans les affaires d assurance. On peut noter trois lois qui 164 Insurance and Risk Management, vol. 77(1-2), April-July 2009

9 sont à la base des législations adoptées par la suite : la Loi autorisant l existence des sociétés mutuelles (1835); la Loi ayant trait aux affaires des sociétés d assurance contre le feu «non incorporées dans les limites de la province du Canada» (1860; et la Loi de 1865 relative au Code-civil dans le Bas-Canada. Ces lois ont favorisé le développement l assurance canadienne au XIX e siècle et l essor de sociétés mutuelles. Le Code civil de 1866 fut la première véritable réglementation des relations contractuelles entre les assureurs et les assurés. Ce Code fut complété par la suite par différentes lois provinciales sur l assurance, dont la Loi des assurances de la province de Québec, en 1909, inspirée de celle de la province de l Ontario. 5. LES SOCIÉTÉS MUTUELLES Parallèlement aux sociétés mutuelles, les sociétés de secours mutuels reposaient sur la volonté d encastrer les activités économiques d assurance dans une culture d entraide fraternelle. La première société québécoise de secours mutuels, la Société bienveillante de Québec, aurait été fondée en 1789 par des petits marchands et artisans de la ville de Québec qui se réunissaient chaque premier mercredi du mois au Merchant s Coffee House. D autres ont suivi, telles la Quebec Provident, Benevolent and Friendly Society, fondée en 1810 et la Quebec Mechanic, Benevolent and Friendly Society, également fondée en Au Québec, la société s est transformée considérablement au cours du XIX e siècle, elle qui a pu alors conserver sa langue, son droit civil, ses institutions d enseignement et ses institutions politiques. La révolte des Patriotes de fut une période politique mouvementée, qui avait coïncidé avec une situation économique instable. Société rurale, presque les trois-quarts de ses habitants vivaient à la campagne en Montréal comptait alors habitants. Le Haut-Canada ne fait évidemment pas exception. De nombreuses lois provinciales sont votées pour favoriser l établissement de sociétés mutuelles contre le feu ou de sociétés de prévoyance et d assistance face aux sinistres d incendie de l époque, notamment dans les régions de Toronto et de Halifax. En 1836, une loi a été introduite dans le Haut-Canada, qui permettait la création de compagnies mutuelles d assurance agricole dans une vingtaine de districts. Ces compagnies avaient un pouvoir de souscription uniquement dans leur propre district. Cette loi devait être amendée en 1850 permettant la Histoire de l assurance canadienne de l origine jusqu à la Confédération 165

10 création d un plus grand nombre de compagnies mutuelles agricoles et dotées de plus larges pouvoirs. Sur les 57 compagnies alors créées, 52 compagnies sont encore en opération en Ontario actuellement. Au cours de la seconde moitié du XIX e siècle, la plupart des régions rurales du Québec et des autres provinces étaient dotées de mutuelles d assurance. Ces sociétés avaient l avantage de protéger les actifs des familles et des petits commerçants, qui pouvaient participer au développement de l entreprise, tout en déboursant des frais peu élevés comparativement aux compagnies d assurance à capitalactions. À partir de 1840 (Union du Haut et du Bas-Canada), on observe un esprit de réforme. À la fin du régime seigneurial, en 1854, s implantèrent des gouvernements municipaux et des commissions scolaires. C est dans ce contexte socio-économique que furent établies les premières mutuelles contre le feu au Québec. La mutualité québécoise ne fut pas seulement l apanage du milieu rural et de la classe agricole. Elle s est implantée dans les villes. Les sociétés mutuelles ou de secours mutuels sont nées d une volonté de protection fraternelle dans les milieux artisanaux ou ouvriers, ou corps de métier (charpentiers, menuisiers, mécaniciens, typographes, etc). Le mouvement mutualiste québécois prit son véritable essor dans la seconde moitié du XIX e siècle dans les communautés ouvrières urbaines de Québec et de Montréal. Les premières législations québécoises mutualistes se situent entre 1835 et En 1835, on promulgue la première loi autorisant l établissement de compagnies d assurance mutuelle de comtés. L Acte pour autoriser l Établissement de Compagnies d Assurance Mutuelle contre le Feu édicte les règles et procédures à suivre pour la création des mutuelles de comté. D autres lois mutualistes suivront, en 1836, en 1841 et en C est à cet époque qu on assiste à l essor des mutuelles de comtés : Standard et Sherbrooke (1835), Missisquoi et Rouville (1835), Montréal (1836), Saint-Maurice, Champlain, Nicolet et Yamaska (1837), Beauharnois (1852). À cette époque, on comptait dans les régions de l ancien Bas-Canada des centaines de compagnies mutuelles. 38 compagnies issues de ce groupe sont encore en opération aujourd hui. 166 Assurances et gestion des risques, vol. 77(1-2), avril-juillet 2009

11 6. L ASSURANCE SUR LA VIE L histoire de l assurance canadienne de personnes au XIX e siècle est méconnue. Le développement des assureurs vie canadiens fut plutôt lent, tant en Amérique qu en Europe. Sans doute les réticences du clergé («la vie n a pas de prix») y sont pour quelque chose. L intérêt de l assurance vie s est manifesté avec le perfectionnement des tables de mortalité, apparues un siècle plus tôt en même temps que la découverte de la loi des grands nombres. Au fur et à mesure de leur développement, les compagnies d assurance sur la vie surent tirer de leur expérience les leçons qu elles traduisirent en chiffres et ainsi la statistique fut appliquée à l assurance. La British American Fire and Life Assurance Company aurait été la seule constituée au Canada avant Bizarrement, malgré son nom, elle n aurait jamais souscrit d assurance sur la vie. Un projet de loi fut adopté par l Assemblée du Haut-Canada en 1835 pour incorporer une société d assurance vie, mais qui n a jamais vu le jour devant le refus du roi de lui accorder la sanction royale. Il faut attendre 1843 pour voir apparaître la première compagnie active d assurance sur la vie, la Provident Mutual Life Endowment. En 1847, des hommes d affaires de Hamilton, sous l initiative de Hugh Baker (il devint membre de la nouvelle Société des Fellows des actuaires en 1852), font une pétition pour incorporer une nouvelle compagnie mutuelle d assurance vie, la Canada Mutual Life Insurance Society. Le Conseil législatif rejeta le projet de loi en troisième lecture. Les promoteurs ont donc décidé de s incorporer en tant que société par actions, en 1848, sous le nom Canada Life Assurance Company. Suivra la Sun Mutual Life Insurance Company (1865). Ces rares sociétés ou compagnies d assurance vie opéraient dans le sillage de nombreuses compagnies britanniques ou américaines, telle que la Eagle Life Insurance Company, la Scottish Amicable Life Assurance Society, la Colonial Life, la Mutual Benefit Life Insurance Co. Of New York (1842) et la State Mutual Life Insurance Co. of Massachusetts (1844). On ne peut parler de l assurance vie au Canada sans référer à la Sun Mutual Life Insurance Company of Montreal, qui devint plus tard la Sun Life Assurance Company of Canada (aujourd hui Financière Sun Life), fondée en 1865 à Montréal par l homme d affaires Mathew Hamilton Gault, qui caressait le projet de fonder une compagnie d assurance «contribuant à la croissance économique et à la Histoire de l assurance canadienne de l origine jusqu à la Confédération 167

12 prospérité du pays». Elle obtint sa charte en 1865, mais ses activités restèrent suspendues jusqu en 1871 en raison des mauvaises conditions économiques. Aujourd hui, son bénéfice d exploitation annuel dépasse les 2 milliards de dollars et elle opère partout dans le monde. 7. LA RÉASSURANCE Quelques mots sur la réassurance : personne ne sait exactement de quand date la réassurance, alors que les premières opérations d assurance sont connues. Bien qu elle se pratique peu en Europe jusqu au XIX e siècle, on en retrouve la trace dans l Ordonnance de la Marine, sous Colbert, en 1681, qui mentionne «qu il est loisible aux assureurs de faire réassurer par d autres les effets qu ils ont assurés». (G. Metzger, Notions élémentaires de réassurance) Il semble que la première transaction de réassurance date du XVII e siècle, en Angleterre sans doute, l assureur d un bateau et de sa cargaison ayant cédé une partie de ses engagements à un autre assureur agissant en tant que réassureur. Ce premier cas est une belle illustration des modalités de fonctionnement de cette activité dans les décennies qui suivront. Elle a contribué, mentionne Gérard Parizeau, à donner aux affaires une plus grande sécurité. Il mentionne, dans son Traité d assurance contre l incendie au Canada, que le premier véritable traité de réassurance incendie que l on connaisse date de 1821, passé entre la Compagnie Royale d assurance contre l incendie (devenue la Nationale, compagnie d assurance de Paris) et la Compagnie des propriétaires réunis de Bruxelles. Au Canada, il est difficile de dire quand la réassurance s est pratiquée pour la première fois, mais on note qu en 1849 la Montreal Fire, Life & Inland Navigation Insurance Company réassura les affaires au Canada de l Alliance, qui se retirait momentanément du pays. On dit que les premières compagnies spécialisées en réassurance apparurent à la fin du XIX e siècle, mais leur rôle restera faible jusqu à la deuxième moitié du XX e siècle. La réassurance au Canada a dû suivre le même développement qu en Angleterre ou qu aux États-Unis, d où venait le plus grand nombre de compagnies. 168 Insurance and Risk Management, vol. 77(1-2), April-July 2009

13 8. LES DÉBUTS DE L ASSURANCE AMÉRICAINE La première compagnie d assurance américaine à souscrire l assurance incendie, dont nous ignorons le nom, aurait été fondée en 1732 dans la ville de Charles Town (qui devint plus tard Charlestown). Aux États-Unis, avant 1752, tous les autres contrats d assurance incendie étaient conclus avec des compagnies britanniques. En 1752, Benjamin Franklin, le célèbre homme politique américain et physicien (inventeur du paratonnerre) fondait à Philadelphie la première compagnie d assurance incendie, compagnie à forme mutuelle dont les titulaires des polices sont les propriétaires. Homme méthodique, il ne lui suffisait pas de fonder une compagnie d assurance. Il voulait aussi cerner les risques : il entreprit à Philadelphie une campagne de nettoyage des maisons, interdit les cheminées en bois, forma la première brigade de sapeurs-pompiers, inventa un appareil de chauffage (la principale cause d incendie) qui enfermait à la fois les flammes et la braise (le fameux poêle Franklin), cette braise qui autrefois s échappait du foyer pour retomber au sol. Enfin, l inventeur du paratonnerre et assureur refusait d assurer les maisons si les arbres, qui attiraient la foudre, s en trouvaient trop près. En 1760, le Lloyd s avait élargi ses activités pour couvrir les affaires américaines d assurance maritime au «Café de Londres» à Philadelphie. En 1768 et en 1784 apparurent deux autres sociétés américaines : The Philadelphia Contributionship for the Insurance of Houses from Losses by Fire et The Mutual Assurance Company. Vers 1780, un assureur londonien, la Phoenix of London, s aventura dans l assurance à l étranger. En 1792 était fondée la première société par actions d assurance contre l incendie aux États-Unis, The Insurance Company of North America, dont le capital initial était de $. Au début du XIX e siècle les compagnies américaines commencèrent à proliférer, d un bout à l autre du pays. On rapporte que les compagnies canadiennes étaient fortement influencées par les méthodes et les façons de faire américaines. Malgré tout, le développement de l assurance américaine fut plutôt lent (manque de prévention et contrôle étatique insuffisant). En 1835, année noire, un incendie causa à New York des dégâts pour 15 millions de dollars et entraîna la faillite de 23 des 26 sociétés d assurance opérant dans l État. Pour diverses raisons, les mutuelles, favorisées par la population, prirent le dessus à cette époque. On en comptait 62 dans l État de New York seulement, en Une loi américaine, votée en 1851 par l État de New York, obligeait les Histoire de l assurance canadienne de l origine jusqu à la Confédération 169

14 assureurs à constituer un dépôt. En 1855, on assiste à la création du Département des assurances de l État du Massachusetts, puis en 1859, celui de l État de New York. 9. CONCLUSION L assurance canadienne s est imposée dans le Haut et le Bas- Canada sous l influence des marchés britanniques. Le Haut-Canada a certes pu profiter des «Laws and Practices» en assurance implantées en Angleterre, où les affaires d assurance avaient cessé d être traitées dans les Cafés, les clauses étaient désormais expliquées par des agents, et la tarification était incertaine, grâce aux Fire Offices Committees. De nombreuses mutuelles se sont implantées dans le Haut-Canada. L Union du Haut et du Bas Canada, en 1840, favorisa l émergence de nouvelles règles. Un esprit de réforme s imposa non seulement aux compagnies d assurance mais à tous les acteurs économiques et financiers. La situation dans le Bas-Canada n était pas moins dynamique. Depuis la conquête de 1759, le Québec était une colonie britannique qui a dû faire face à des changements majeurs, fortement influencé par son appartenance britannique et par son voisinage avec les colonies américaines. Il a pu néanmoins tirer son épingle du jeu et favoriser des institutions originales, dont la prévoyance mutualiste. L histoire canadienne de l assurance a été dominée littéralement par le marché anglais, ce qui explique que l assurance francophone québécoise, jusqu aux années 1970, était teintée d anglicismes. Gérard Parizeau a souvent déploré la traduction littérale de l anglais dans les contrats d assurance au Québec. Critiquant un jour la Canadian Underwriters Association, ou certaines de ses pratiques, il avait osé se demander si, parmi les «articles de vertu», qu assurait alors la police d assurance contre l incendie, on comprenait les ceintures de chasteté! Durant toute la période étudiée, un constat prégnant s impose : les assurances étaient laissées dans l imprécision et l incertitude, tant au niveau des clauses que des pratiques. Au Québec, les choses étaient plus claires, puisque le Code civil du Bas-Canada contenait un certain nombre de dispositions régissant l application des contrats d assurance. Les choses ne tardèrent pas à changer, dès 1868, le nouveau gouvernement central adoptant la première loi relative au contrôle des assurances (Acte relatif aux compagnies d assurance, 31 Victoria, Chap. 48, sanctionné le 22 mai 1868), suivie de la créa- 170 Assurances et gestion des risques, vol. 77(1-2), avril-juillet 2009

15 tion d un service des assurances en Mais ceci est une autre histoire de l assurance canadienne que nous n aborderons pas ici. Nous n examinerons pas la période post-1867, qui marque le début de la Confédération canadienne, caractérisée par des conflits judiciaires parce que les Pères de la Confédération n ont pas jugé nécessaire de parler d assurance dans le texte de la Constitution, hormis le fait que les provinces avaient une juridiction générale sur les contrats et que le gouvernement central avait une juridiction sur la règlementation des échanges et du commerce entre le gouvernement central et les provinces sur la règlementation. Cette période post 1967 sera caractérisée par une croissance ethnique et économique qui ira en s accentuant à partir du début du XX e siècle et de nombreuses initiatives de l État et des sociétés d assurance en même temps que l essor économique du pays. En 1867, le statut du Canada ne fut pas modifié par l Acte de l Amérique du Nord Britannique. Le Dominion du Canada, alors composée de quatre provinces, était encore sous la domination de la couronne britannique. Le Canada ne devait accéder officiellement à l indépendance qu en 1931 en vertu du Statut de Westminster. Un des premiers actes du nouveau gouvernement central sera d exercer une surveillance précise sur les sociétés d assurances, accordant au ministère des Finances un droit de regard sur les opérations d assurance, grâce à une loi de 1868, l Acte relatif aux Compagnies d assurance, 31 Vict., chap. 48, sanctionnée le 22 mai Dans les premières soixante années de la jeune Confédération canadienne, on assista à un essor économique sans précédent. L assurance ne fut pas en reste : les capitaux assurés sont multipliés par cinquante. En 1868, l assurance canadienne se chiffrait à moins de 200 millions de dollars; en 1954, elle pesait 45 milliards de dollars. Les primes d assurance totalisaient à peine 1,5 million en 1868; elles s élevaient à plus de 200 millions de dollars au début des années soixante. Ces exemples soulignent le rôle essentiel joué par l assurance dans la vie et l essor économique du pays, marquée par le développement des chemins de fer, l arrivée de l automobile, le perfectionnement des techniques de construction et une prise de conscience sociale de plus en plus aigue. Références Arnaud, Didier, L Assurance en Grande-Bretagne, Economica, Arnaud, Didier, «Naissance et croissance des compagnies d assurance en Grande-Bretagne», Assurances, Vol. 65, Juillet Histoire de l assurance canadienne de l origine jusqu à la Confédération 171

16 Bondeau, Jacques, Partrat, Christian, «La réassurance Approche technique», Economica, Bout, Roger, Le contrat d assurance en droit comparé français et québécois, Centre de recherche en droit privé et comparé du Québec, Institut de droit comparé, Université McGill, Bureau D assurance Du Canada, Histoire des assurances IARD/The Story of General Insurance (Brochure non datée). Clément, Jacques, «Les pouvoirs respectifs des gouvernements fédéral et provinciaux en matière d assurance», Assurances, Vol , Juillet Gauthier, Michel, «L assurance contre l incendie sa technique sa pratique», L Assurance française, Institut D assurance Du Canada, L assurance : historique et fonctions, Manuel de cour. Lelubre, Pierre, «Essai historique de l assurance depuis la préhistoire jusqu à nos jours», Assurances, Vol. 62, Janvier Moreau, Rémi, «L évolution du droit des assurances : Aspects constitutionnels et législatifs», Assurances, Vol. 50, Avril Moreau, Rémi, «Origine de l assurance et tableau chronologique», Assurances, Vol. 59, Avril Parizeau, Gérard, «Vieux papiers», Assurances, Avril Parizeau, Gérard, «L évolution du milieu économique au Canada français», Assurances, Vol. 46, Janvier Parizeau, Gérard, Traité de l assurance contre l incendie au Canada, Les Presses de l École des Hautes Études Commerciales/Les Éditions de la Librairie Beauchemin, Parizeau, Gérard, «De quelques aspects de l assurance au Canada», Assurances, Octobre Petitclerc, Martin, Nous protégeons l infortune, vlb éditeur, Plessis, Alain et STRAUSS, André, «Le développement des assurances en Europe jusqu aux débuts de l industrialisation», Assurances, Vol. 68, Avril Plessis, Alain et STRAUSS, André, «L essor des assurances dans l Europe du XIX e siècle», Assurances, Vol. 69, Juillet Saint-Pierre, Diane, La mutualité-incendie au Québec depuis 1835, Promutuel, Tremblay, André, Les compétences législatives au Canada, Éditions de l Université d Ottawa, Insurance and Risk Management, vol. 77(1-2), April-July 2009

L histoire de l assurance en Algérie

L histoire de l assurance en Algérie POINT DE VUE POINT OF VIEW Assurances et gestion des risques, vol. 81(3-4), octobre-décembre 2013, 285-290 Insurance and Risk Management, vol. 81(3-4), October-December 2013, 285-290 L histoire de l assurance

Plus en détail

Modalités de financement des risques catastrophiques en Algérie

Modalités de financement des risques catastrophiques en Algérie Conférence Régionale sur l Assurance et la Réassurance des Risques liés aux Catastrophes Naturelles en Afrique Modalités de financement des risques catastrophiques en Algérie Présenté par Mr Abdelkrim

Plus en détail

LE CANADA: UN PAYS EN CONSTRUCTION. Une période de grands bouleversements

LE CANADA: UN PAYS EN CONSTRUCTION. Une période de grands bouleversements LE CANADA: UN PAYS EN CONSTRUCTION Une période de grands bouleversements Les rébellions de 1837-1838 L acte constitutionnel de 1791 a modifié l organisation de la société. S il a permis de régler certains

Plus en détail

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique Notions générales INTRODUCTION L assurance fait partie de notre quotidien. Technique de protection contre les aléas de la vie (incendie, vol, dégât des eaux...) elle répond à un besoin viscéral de sécurité.

Plus en détail

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS FÉVRIER 2002 DOSSIER 02-02 La dette publique du Québec et le fardeau fiscal des particuliers Le premier ministre du Québec se plaisait

Plus en détail

Le Marché d assurance chinois

Le Marché d assurance chinois Le Marché d assurance chinois Présentation à l AFCDE par Bin GAO Adjoint BSD Asie-Pacifique & Responsable Chine du Groupe AXA A La Maison du Barreau, salle Jean Martel 5 décembre 2012 Sommaire Assurance

Plus en détail

HISTOIRE DU QUÉBEC ET DU CANADA

HISTOIRE DU QUÉBEC ET DU CANADA HISTOIRE DU QUÉBEC ET DU CANADA DES PREMIÈRES NATIONS À L UNION DU HAUT ET DU BAS CANADA HIS-4016-2 PRÉTEST FORME A QUESTIONNAIRE ET CAHIER DE RÉPONSES NOM: CENTRE: COMMISSION SCOLAIRE: DATE DE PASSATION:

Plus en détail

Académie Ibn Sina. Au fil du temps. Date : 12/12/2013. Fait par : Hiba Chaoub Et Adam Amari

Académie Ibn Sina. Au fil du temps. Date : 12/12/2013. Fait par : Hiba Chaoub Et Adam Amari Académie Ibn Sina Au fil du temps Date : 12/12/2013 Fait par : Hiba Chaoub Et Adam Amari Table des matières De 1905 à 1960... 1 Le changement... 1 Les causes de ce changement... 1 Les conséquences de ce

Plus en détail

Voici, ci dessous les 4 nations qui composent le Royaume Uni.. C est l union des drapeaux de 3 nations qui compose le drapeau du Royaume Uni.

Voici, ci dessous les 4 nations qui composent le Royaume Uni.. C est l union des drapeaux de 3 nations qui compose le drapeau du Royaume Uni. Voici, ci dessous les 4 nations qui composent le Royaume Uni.. C est l union des drapeaux de 3 nations qui compose le drapeau du Royaume Uni. Le Royaume Uni est un archipel (un ensemble d iles). Il est

Plus en détail

Le Mouvement Desjardins:

Le Mouvement Desjardins: Le Mouvement : Coopérer pour créer l avenir Présentation à l occasion du Rendez-vous de l habitation Le 1 er octobre 2012, Laval , de 1900 à aujourd hui 1900-1920 Fondation des premières caisses par Alphonse

Plus en détail

Le Baromètre MLS du marché résidentiel. Faits saillants. Région métropolitaine de Trois-Rivières. 1 er trimestre 2012

Le Baromètre MLS du marché résidentiel. Faits saillants. Région métropolitaine de Trois-Rivières. 1 er trimestre 2012 Région métropolitaine de Trois-Rivières Le Baromètre MLS du marché résidentiel Faits saillants Quatrième hausse trimestrielle consécutive des ventes résidentielles Taux d intérêt et marché de l emploi

Plus en détail

BILL S-1003 PROJET DE LOI S-1003 S-1003 S-1003 SENATE OF CANADA SÉNAT DU CANADA

BILL S-1003 PROJET DE LOI S-1003 S-1003 S-1003 SENATE OF CANADA SÉNAT DU CANADA S-1003 S-1003 First Session, Forty-first Parliament, Première session, quarante et unième législature, SENATE OF CANADA SÉNAT DU CANADA BILL S-1003 PROJET DE LOI S-1003 An Act to authorize Industrial Alliance

Plus en détail

Activité auxiliaire Activité réputée appuyer ou assurer la prestation d un service pour faciliter les opérations d assurance ou les placements.

Activité auxiliaire Activité réputée appuyer ou assurer la prestation d un service pour faciliter les opérations d assurance ou les placements. SECTION III Généralités Des définitions sont ajoutées aux instructions afin d aider l assureur/la société à produire ses relevés. Ces définitions ne constituent pas une liste exhaustive des termes utilisés

Plus en détail

*Changement de mentalité au Québec (1930-1980)

*Changement de mentalité au Québec (1930-1980) *Changement de mentalité au Québec (1930-1980) 1932 Secours directs Pour aider les chômeurs à faire face à la crise, le gouvernement du Québec intervient pour contrer la misère et verse des montants d

Plus en détail

Avant-propos... 5. Titre préliminaire De la publication, des effets et de l application des lois en général... 15

Avant-propos... 5. Titre préliminaire De la publication, des effets et de l application des lois en général... 15 TABLE DES MATIÈRES Avant-propos...................................................................................... 5 I. CODES Code civil (extraits)...............................................................................

Plus en détail

Assurances Risques Spéciaux

Assurances Risques Spéciaux Assurances Risques Spéciaux Souscription assurances Dommages aux Biens et Pertes d Exploitation pour des entreprises dans les domaines suivants : Industrie du loisir Œuvres d art et bijouterie Industries

Plus en détail

Economical présente un aperçu du projet de règlement sur la démutualisation des sociétés d assurances multirisques

Economical présente un aperçu du projet de règlement sur la démutualisation des sociétés d assurances multirisques COMMUNIQUÉ DE PRESSE Economical présente un aperçu du projet de règlement sur la démutualisation des sociétés d assurances multirisques Processus à quatre étapes avec une participation importante des souscripteurs

Plus en détail

A. RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX. c. ( ) Ville Province/État Code postal Téléphone

A. RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX. c. ( ) Ville Province/État Code postal Téléphone Chubb du Canada Compagnie d Assurance Montréal Toronto Oakville Calgary Vancouver PROPOSITION POLICE POUR DES INSTITUTIONS FINANCIÈRES Responsabilité civile professionnelle pour les compagnies d assurance

Plus en détail

Devenir partenaire du Lloyd s

Devenir partenaire du Lloyd s Devenir partenaire du Lloyd s Gloria Rolland, Responsable du développement et des relations de marché, Lloyd s France Au coeur du Lloyd s: rencontre avec le marché - Paris, le 28 mai 2015 Lloyd s 1 Introduction

Plus en détail

INVENTAIRE DES BÂTIMENTS AGRICOLES DE LA MRC DE CHARLEVOIX-EST. Le positionnement des bâtiments

INVENTAIRE DES BÂTIMENTS AGRICOLES DE LA MRC DE CHARLEVOIX-EST. Le positionnement des bâtiments 23B Grange étable située au 18 21, rang des Lacs, Notre Dame des Monts. Patri Arch, 2011 INVENTAIRE DES BÂTIMENTS AGRICOLES DE LA MRC DE CHARLEVOIX-EST Le positionnement des bâtiments Décembre 2011 Le

Plus en détail

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada et Conseil de recherches en sciences humaines

Plus en détail

Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B. Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface

Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B. Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface C O F A C E 9 novembre 2000 Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface Le commerce interentreprise s est considérablement développé

Plus en détail

Règlement sur l immigration à Montréal

Règlement sur l immigration à Montréal Projet de règlement Règlement sur l immigration à Montréal Présenté par Luis Nobre Jeune Conseil de Montréal 2013 Projet de règlement numéro 2 Règlement sur l immigration à Montréal PRÉSENTATION Présenté

Plus en détail

Tendances de l insolvabilité au Canada

Tendances de l insolvabilité au Canada Tendances de l insolvabilité au Canada Ginette Trahan Directeur général, Services des relations externes Bureau du surintendant des faillites Le 16 novembre 2011 Association canadienne de la gestion de

Plus en détail

AVIS AUX PARTIES TITULAIRES DE RENTES D INDEMNISATION DE LA STANDARD LIFE

AVIS AUX PARTIES TITULAIRES DE RENTES D INDEMNISATION DE LA STANDARD LIFE AVIS AUX PARTIES TITULAIRES DE RENTES D INDEMNISATION DE LA STANDARD LIFE 14 avril 2007 Vous êtes partie à une entente d indemnisation en vertu de laquelle la Compagnie d assurance Standard Life (aujourd

Plus en détail

Québec 1 001 522 8,76% 7,61% 930 726 8,60% 870 458 8,54% Canada 1 232 016 2,63% 8,25% 1 138 138 2,64% 1 025 951 2,55%

Québec 1 001 522 8,76% 7,61% 930 726 8,60% 870 458 8,54% Canada 1 232 016 2,63% 8,25% 1 138 138 2,64% 1 025 951 2,55% Classement par ordre décroissant des canadiennes GROUPE GREAT-WEST Québec 1 502 501 13,14% 2,61% 1 464 309 13,53% 1 338 111 13,13% Canada 10 975 397 23,41% 7,48% 10 211 337 23,70% 9 658 487 23,99% Great-West

Plus en détail

Commentaire aux Cahiers. Commentaire de la décision n 2011-627 DC 12 avril 2011

Commentaire aux Cahiers. Commentaire de la décision n 2011-627 DC 12 avril 2011 Commentaire aux Cahiers Commentaire de la décision n 2011-627 DC 12 avril 2011 Loi organique tendant à l approbation d accords entre l État et les collectivités territoriales de Saint-Martin, de Saint-Barthélemy

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis

Commentaire. Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis Commentaire Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis (Exonération de cotisation d assurance vieillesse en matière d aide à domicile) Le Conseil constitutionnel a été saisi

Plus en détail

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC Janvier 2014 AVANT-PROPOS Dans un service de sécurité incendie, il y a de nombreuses mesures par lesquelles nous pouvons évaluer l efficacité

Plus en détail

Présentation à l Institut Canadien de la retraite et des avantages sociaux

Présentation à l Institut Canadien de la retraite et des avantages sociaux Bureau du surintendant des institutions financières Bureau de l actuaire en chef Office of the Superintendent of Financial Institutions Des régimes de retraite mieux financés dans un système équilibré

Plus en détail

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement 2.0 Total des dépenses de santé par source de financement Points saillants du chapitre La répartition des dépenses de santé entre les secteurs privés et publics est stable depuis plus de 10 ans En 2012,

Plus en détail

L ASSURANCE DES SPORTS EXTRÊMES

L ASSURANCE DES SPORTS EXTRÊMES L ASSURANCE DES SPORTS EXTRÊMES par Denis Fleureau Responsable Technique au sein du Département PMEN de CECAR & JUTHEAU PRB Le sauvetage des trois randonneurs de la Vanoise a récemment illustré que la

Plus en détail

Position de la FSMA en ce qui concerne les éléments essentiels du contrat d assurance

Position de la FSMA en ce qui concerne les éléments essentiels du contrat d assurance Communication FSMA_2015_13 du 26/08/2015 Position de la FSMA en ce qui concerne les éléments essentiels du contrat d assurance Résumé/Objectifs: Par le biais de cette position, la FSMA souhaite tout d

Plus en détail

Présentation de Maître Hervé LAROQUE, Avocat au Barreau de Paris

Présentation de Maître Hervé LAROQUE, Avocat au Barreau de Paris Présentation de Maître Hervé LAROQUE, Avocat au Barreau de Paris L importance du rapport d expertise et de son contenu. Réunion technique CESAM Salon de Cannes du 14 Septembre 2007 à 8h30. L importance

Plus en détail

Le train à vapeur : Les premières lignes de chemin de fer françaises sont construites dans les années 1830.

Le train à vapeur : Les premières lignes de chemin de fer françaises sont construites dans les années 1830. Quels progrès techniques voit-on apparaitre au XIXème siècle? Une première phase de la Révolution Industrielle. 1769 : James Watt invente la machine à vapeur. La machine à vapeur est l une des plus importantes

Plus en détail

Avantages économiques procurés par le secteur des assurances

Avantages économiques procurés par le secteur des assurances 6 Avantages économiques procurés par le secteur des assurances Sans les assurances, rien ne va plus dans notre monde moderne Le secteur des assurances constitue un pilier central de l économie helvétique

Plus en détail

- 41 - TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi. Proposition de loi tendant à réformer le système de sécurité sociale des étudiants

- 41 - TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi. Proposition de loi tendant à réformer le système de sécurité sociale des étudiants - 41 - TABLEAU COMPARATIF Proposition de loi tendant à réformer le système de sécurité sociale des étudiants Proposition de loi tendant à réformer le système de sécurité sociale des étudiants Code de la

Plus en détail

Mutualia devient un Groupe

Mutualia devient un Groupe Mutualia devient un Groupe Dossier de presse 2013 Contact Presse Maider GAICOTCHEA Tél. 01 41 63 77 82 gaicotchea.maider@mutualia.fr Dossier de presse Naissance Dossier de du presse Groupe sponsoring Mutualia

Plus en détail

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives?

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? La pratique sportive est génératrice de risque et d accident matériel ou corporel. C est pourquoi il existe de nombreuses

Plus en détail

Cours 2.1. Plan de cours: 1. Opération ligne du temps 2. Portrait 3. On lit le problème.

Cours 2.1. Plan de cours: 1. Opération ligne du temps 2. Portrait 3. On lit le problème. Cours 2.1 Plan de cours: 1. Opération ligne du temps 2. Portrait 3. On lit le problème. On observe Nommez une continuité au point de vue économique entre le Régime Français et le Régime Anglais. Nommez

Plus en détail

*Vers le gouvernement responsable

*Vers le gouvernement responsable *Vers le gouvernement responsable 1760 La conquête de la Nouvelle-France En arrivant [ ], les négociants anglais se rendirent maîtres du commerce extérieur. Michel Brunet, historien. L Angleterre avait

Plus en détail

CIRCULATION DE L ARGENT

CIRCULATION DE L ARGENT PARS DE LA VIE RURALE EN 1900 À TRAVERS LA VIE. VISITE LE DICTIONNAIRE BIOGRAPHIQUE DU CANADA. RECHERCHE LA FICHE ET RÉPONDS AUX QUESTIONS. 1. Quel âge avait Alphonse Desjardins en 1900? 2. Que veut dire

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 301 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2009-2010 Enregistré à la Présidence du Sénat le 17 février 2010 PROPOSITION DE LOI ADOPTÉE PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE, visant à améliorer l'indemnisation des victimes de

Plus en détail

Bulletin. Changements concernant les permis délivrés ) 3 e trimestre 2001. No. G - 7/01 Général

Bulletin. Changements concernant les permis délivrés ) 3 e trimestre 2001. No. G - 7/01 Général Bulletin Financial Services Commission of Ontario Commission des services financiers de l Ontario No. G - 7/01 Général Changements concernant les permis délivrés ) 3 e trimestre 2001 Le présent bulletin

Plus en détail

Profil d'entreprise. 1100, boul. Crémazie Est Bureau 400 Montréal (Québec) H2P 2X2 Téléphone : (514) 722-0024. juin 06

Profil d'entreprise. 1100, boul. Crémazie Est Bureau 400 Montréal (Québec) H2P 2X2 Téléphone : (514) 722-0024. juin 06 Profil d'entreprise 1100, boul. Crémazie Est Bureau 400 Montréal (Québec) H2P 2X2 Téléphone : (514) 722-0024 juin 06 Table des matières GROUPE ULTIMA INC.... 3 MISSION... 3 AVANTAGES DISTINCTIFS... 3 Le

Plus en détail

AVIS SUR UNE CLAUSE PORTANT MODIFICATION UNILATÉRALE D UNE PRIME DE POLICE D ASSURANCE PROTECTION JURIDIQUE

AVIS SUR UNE CLAUSE PORTANT MODIFICATION UNILATÉRALE D UNE PRIME DE POLICE D ASSURANCE PROTECTION JURIDIQUE C.C.A. 12 COMMISSION DES CLAUSES ABUSIVES AVIS SUR UNE CLAUSE PORTANT MODIFICATION UNILATÉRALE D UNE PRIME DE POLICE D ASSURANCE PROTECTION JURIDIQUE Bruxelles, le 21 octobre 2003 2 Avis sur une clause

Plus en détail

Programme Hôpital Avenir 1,5 milliard euros Signature avec Mme M Touraine et MM P Moscovici et T Repentin, Ministres Villejuif le 1 er décembre 2013

Programme Hôpital Avenir 1,5 milliard euros Signature avec Mme M Touraine et MM P Moscovici et T Repentin, Ministres Villejuif le 1 er décembre 2013 Programme Hôpital Avenir 1,5 milliard euros Signature avec Mme M Touraine et MM P Moscovici et T Repentin, Ministres Villejuif le 1 er décembre 2013 *** Nous sommes réunis ici à Villejuif, à l hôpital

Plus en détail

Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques : une réforme réalisée

Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques : une réforme réalisée 4 Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques : une réforme réalisée PRESENTATION Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques, est un organisme chargé, par

Plus en détail

PROJET DE LOI 52. Mémoire de. l Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens (AEFO) présenté au

PROJET DE LOI 52. Mémoire de. l Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens (AEFO) présenté au PROJET DE LOI 52 Mémoire de l Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens (AEFO) présenté au Comité permanent de l Assemblée législative Août 2006 L Association des enseignantes et

Plus en détail

Tendances des négociations collectives au Canada, 1984-2014

Tendances des négociations collectives au Canada, 1984-2014 Tendances des négociations collectives au Canada, 19-1 Introduction Ce rapport présente certaines des principales tendances observées au cours des trois dernières décennies dans les négociations collectives

Plus en détail

ÉDITION 2007 LA SÉCURITÉ INCENDIE AU QUÉBEC

ÉDITION 2007 LA SÉCURITÉ INCENDIE AU QUÉBEC ÉDITION 2007 LA SÉCURITÉ INCENDIE AU QUÉBEC 1 Où surviennent les incendies? Les feux de broussailles, de poubelles et de véhicules représentent de 40 % à 50 % des incendies déclarés entre 2003 et 2005

Plus en détail

L ÉVOLUTION DU DROIT QUÉBÉCOIS DE L ARBITRAGE CONVENTIONNEL

L ÉVOLUTION DU DROIT QUÉBÉCOIS DE L ARBITRAGE CONVENTIONNEL L ÉVOLUTION DU DROIT QUÉBÉCOIS DE L ARBITRAGE CONVENTIONNEL Mélanie Riofrío Piché* Résumé............................... 55 1. L esprit libéral du législateur à l origine de la légitimité de l arbitrage

Plus en détail

DEUX ENTREPRENEURS LANCENT BÉNÉVOLES D AFFAIRES Objectif : mettre l expertise des gens d affaires au profit des organismes à but non lucratif

DEUX ENTREPRENEURS LANCENT BÉNÉVOLES D AFFAIRES Objectif : mettre l expertise des gens d affaires au profit des organismes à but non lucratif Pour diffusion immédiate DEUX ENTREPRENEURS LANCENT BÉNÉVOLES D AFFAIRES Objectif : mettre l expertise des gens d affaires au profit des organismes à but non lucratif Une impressionnante liste de partenaires

Plus en détail

STATUTES OF CANADA 2011 LOIS DU CANADA (2011) CHAPITRE 28 CHAPTER 28 ASSENTED TO SANCTIONNÉE

STATUTES OF CANADA 2011 LOIS DU CANADA (2011) CHAPITRE 28 CHAPTER 28 ASSENTED TO SANCTIONNÉE First Session, Forty-first Parliament, 60 Elizabeth II, 2011 Première session, quarante et unième législature, 60 Elizabeth II, 2011 STATUTES OF CANADA 2011 LOIS DU CANADA (2011) CHAPTER 28 CHAPITRE 28

Plus en détail

A. L évolution du risque dans la société

A. L évolution du risque dans la société Chap 6 : La notion de risque et l évolution de la responsabilité La responsabilité civile consiste dans l obligation de réparer le préjudice subi par autrui et dont on doit répondre personnellement. Le

Plus en détail

Recommandation M96-04 du Bureau (le 25 avril 1996)

Recommandation M96-04 du Bureau (le 25 avril 1996) RÉÉVALUATION DES RÉPONSES DE TRANSPORTS CANADA À LA RECOMMANDATION EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ MARITIME M96-04 NORMES DE CONSTRUCTION ET INSPECTION PAR TRANSPORTS CANADA Introduction Le 11 août 1993, le Tan

Plus en détail

Exposé en droit des assurances sous le thème :

Exposé en droit des assurances sous le thème : Université Cadi Ayyad Master : Droit des Affaires Faculté des Sciences Juridiques Semestre : 3 Economiques et Sociales. UFR Marrakech Exposé en droit des assurances sous le thème : De la classification

Plus en détail

Questionnaire sur l assurance responsabilité professionnelle des avocats demandant leur inscription en vertu de la directive Etablissement (98/5/CE)

Questionnaire sur l assurance responsabilité professionnelle des avocats demandant leur inscription en vertu de la directive Etablissement (98/5/CE) Représentant les avocats d Europe Representing Europe s lawyers Questionnaire sur l assurance responsabilité professionnelle des avocats demandant leur inscription en vertu de la directive Etablissement

Plus en détail

Le Québec, terre de traduction

Le Québec, terre de traduction Le Québec, terre de traduction S il est un endroit au monde où les traducteurs ont un marché établi, c est bien le Canada. Et le Québec, au sein du Canada, jouit d une situation encore plus privilégiée.

Plus en détail

La Missive des Archives N 10. Inauguration du bureau télégraphique d Ozoir la Ferrière le 4 juin 1883. La poste à cette époque se situait, place de

La Missive des Archives N 10. Inauguration du bureau télégraphique d Ozoir la Ferrière le 4 juin 1883. La poste à cette époque se situait, place de La poste : La Missive des Archives N 10 Inauguration du bureau télégraphique d Ozoir la Ferrière le 4 juin 1883 La poste à cette époque se situait, place de l église dans la maison de Monsieur CAROUZET,

Plus en détail

INDEX DES SUJETS ET DES AUTEURS

INDEX DES SUJETS ET DES AUTEURS Assurances, volume 69, numéro 1, avril 2001, 171-180 INDEX DES SUJETS ET DES AUTEURS AVRIL 2000 À JANVIER 2001 par Rémi Moreau Index des sujets Assurance histoire Le développement des assurances en Europe

Plus en détail

LA CONSTITUTION CANADIENNE

LA CONSTITUTION CANADIENNE Objectifs d apprentissage Présenter aux élèves la notion de loi constitutionnelle. Comprendre l histoire et la nature de la Constitution canadienne. Mieux connaître les responsabilités des divers ordres

Plus en détail

Document de travail. Business Corporations Act Securities Transfer Act

Document de travail. Business Corporations Act Securities Transfer Act Document de travail Business Corporations Act Securities Transfer Act 1.0 Introduction La Division de la consommation, du travail et des services financiers du ministère de l Environnement, du Travail

Plus en détail

Baromètre FCIQ. du marché résidentiel. Région métropolitaine de Trois-Rivières. Faits saillants

Baromètre FCIQ. du marché résidentiel. Région métropolitaine de Trois-Rivières. Faits saillants Baromètre FCIQ Le du marché résidentiel Région métropolitaine de Trois-Rivières Faits saillants Rebond des ventes sur le marché immobilier résidentiel de Trois-Rivières au premier trimestre de 2014 record

Plus en détail

Un actuaire dans le monde de l IARD. Par Geneviève Gagnon

Un actuaire dans le monde de l IARD. Par Geneviève Gagnon Un actuaire dans le monde de l IARD Par Geneviève Gagnon Les actuaires canadiens travaillent à travers le monde Les différents domaines où pratiquent les actuaires Les employeurs Assurance de personnes

Plus en détail

Les rapports d inspection

Les rapports d inspection Introduction Les rapports d inspection et la Loi sur l accès à l information municipale et la protection de la vie privée Projet conjoint de la ville de Newmarket et du Bureau du commissaire à l information

Plus en détail

De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance

De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance Le 2 décembre 2009, l Assemblée nationale du Québec a adopté le projet de loi 60, intitulé Loi modifiant la

Plus en détail

Le portrait du villégiateur. ! Âgé de 52 ans! Revenu familial après impôt : 55 000 $ (environ 100 000$ avant impôt)

Le portrait du villégiateur. ! Âgé de 52 ans! Revenu familial après impôt : 55 000 $ (environ 100 000$ avant impôt) Août-septembre 2002 RÉSIDENCE SECONDAIRE 1ERE PARTIE C est à 52 ans que l on est le plus susceptible d acheter une résidence secondaire, d une valeur moyenne de 88 000 $. Source : Statistique Canada, Enquête

Plus en détail

L opportunité pour un client «chargeur» de souscrire ses propres garanties transport ou de s en remettre soit aux assurances de son co-contractant

L opportunité pour un client «chargeur» de souscrire ses propres garanties transport ou de s en remettre soit aux assurances de son co-contractant L opportunité pour un client «chargeur» de souscrire ses propres garanties transport ou de s en remettre soit aux assurances de son co-contractant soit à la garantie RC du transporteur Introduction Le

Plus en détail

Responsabilité de l agent immobilier et absence de garantie locative

Responsabilité de l agent immobilier et absence de garantie locative Responsabilité de l agent immobilier et absence de garantie locative Actualité juridique publié le 03/04/2014, vu 558 fois, Auteur : Laurent LATAPIE Avocat Il convient de s intéresser à deux jurisprudences

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION IMMOBILIER

LETTRE D INFORMATION IMMOBILIER LETTRE D INFORMATION IMMOBILIER ANNEE 2014 SEPTEMBRE N 752 LOI ALUR TROISIEME PARTIE : COPROPRIETE Jean-Jacques Salmon Philippe Salmon Christine Baugé David Alexandre Droit immobilier Droit de la construction

Plus en détail

PREMIERE CONFERENCE DES ÉTATS PARTIES A LA CONVENTION INTERAMERICAINE CONTRE LA CORRUPTION. Buenos Aires, Argentine 2 au 4 mai 2001

PREMIERE CONFERENCE DES ÉTATS PARTIES A LA CONVENTION INTERAMERICAINE CONTRE LA CORRUPTION. Buenos Aires, Argentine 2 au 4 mai 2001 PREMIERE CONFERENCE DES ÉTATS PARTIES A LA CONVENTION INTERAMERICAINE CONTRE LA CORRUPTION Buenos Aires, Argentine 2 au 4 mai 2001 DOCUMENT DE BUENOS AIRES SUR LE MÉCANISME DE SUIVI DE LA MISE EN ŒUVRE

Plus en détail

Compte rendu. Ouvrage recensé : par Magali Zimmer

Compte rendu. Ouvrage recensé : par Magali Zimmer Compte rendu Ouvrage recensé : Entreprises collectives. Les enjeux sociopolitiques et territoriaux de la coopération et de l économie sociale, Louis Favreau (2008), Québec, Presses de l Université du Québec,

Plus en détail

LA COUR SUPRÊME DE LA C.-B. SE PENCHE SUR DES ENJEUX NOUVEAUX ET INTÉRESSANTS EN MATIÈRE DE POLICE D ASSURANCE DES OUVRAGES EN CONSTRUCTION

LA COUR SUPRÊME DE LA C.-B. SE PENCHE SUR DES ENJEUX NOUVEAUX ET INTÉRESSANTS EN MATIÈRE DE POLICE D ASSURANCE DES OUVRAGES EN CONSTRUCTION Le Comité de gestion des risques est heureux de présenter aux membres de l Institut canadien de design-construction (ICDC) cet article qui fait état d une décision rendue récemment par la cour concernant

Plus en détail

Ampleur des besoins impérieux de logement au Canada

Ampleur des besoins impérieux de logement au Canada F É D É R A T I O N D E L H A B I T A T I O N C O O P É R A T I V E D U C A N A D A Ampleur des besoins impérieux de logement au Canada Rapport produit par Will Dunning Inc. pour la Fédération de l habitation

Plus en détail

ARCHIVES NATIONALES DU MONDE DU TRAVAIL. Fonds Robert Dufourg Banque de France et Assurances Générales de France

ARCHIVES NATIONALES DU MONDE DU TRAVAIL. Fonds Robert Dufourg Banque de France et Assurances Générales de France ARCHIVES NATIONALES DU MONDE DU TRAVAIL Fonds Robert Dufourg Banque de France et Assurances Générales de France 2012 041 INTRODUCTION Activités Assurances Présentation de l entrée Ce fonds est entré aux

Plus en détail

La Prévoyance en France 2010. «La prévoyance ne doit pas stériliser l'avenir ; elle doit préparer ses voies» Tristan Bernard

La Prévoyance en France 2010. «La prévoyance ne doit pas stériliser l'avenir ; elle doit préparer ses voies» Tristan Bernard La Prévoyance en France 2010 «La prévoyance ne doit pas stériliser l'avenir ; elle doit préparer ses voies» Tristan Bernard 1. Histoire et Définition 2. Le Marché de la Prévoyance 3. Les différentes catégories

Plus en détail

LES FRAIS FUNÉRAIRES AU QUÉBEC

LES FRAIS FUNÉRAIRES AU QUÉBEC LES FRAIS FUNÉRAIRES AU QUÉBEC Table des matières Introduction... 3 La formule coopérative.... 4 Une coopérative funéraire locale.... 7 Conclusion.... 8 Introduction Aujourd hui, j aborde avec vous un

Plus en détail

Droit des assurances

Droit des assurances Catégorie Economique Droit des assurances Titulaire : S. FLORIO Baccalauréat : comptabilité Année académique 20122013 2 ème année 1 Introduction Section 1. Plan Après une introduction comportant un bref

Plus en détail

Décret concernant la police du feu

Décret concernant la police du feu Décret concernant la police du feu du 6 décembre 1978 L'Assemblée constituante de la République et Canton du Jura, vu l article 3 des dispositions finales et transitoires de la Constitution cantonale 1),

Plus en détail

233 J Fonds des mutualités des communes de La Grande-Fosse et d Hagécourt (1866-1951)

233 J Fonds des mutualités des communes de La Grande-Fosse et d Hagécourt (1866-1951) ARCHIVES DEPARTEMENTALES DES VOSGES 233 J Fonds des mutualités des communes de La Grande-Fosse et d Hagécourt (1866-1951) Répertoire numérique détaillé établi par Lolita GEORGEL étudiante en master 1 Sciences

Plus en détail

MÉMOIRE DE GENWORTH FINANCIAL CANADA AU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES SUR LE PROJET DE LOI C-37 FÉVRIER 2007

MÉMOIRE DE GENWORTH FINANCIAL CANADA AU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES SUR LE PROJET DE LOI C-37 FÉVRIER 2007 222 MÉMOIRE DE GENWORTH FINANCIAL CANADA AU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES SUR LE PROJET DE LOI C-37 FÉVRIER 2007 RÉSUMÉ Ce mémoire présente les observations de Genworth Financial Canada («Genworth») au

Plus en détail

Fiche d information Bons aliments pour tous La sécurité alimentaire

Fiche d information Bons aliments pour tous La sécurité alimentaire Fiche d information sur les services de garde Les familles se sont rendu compte qu un accès insuffisant à des services de garde abordables et de qualité constituait un obstacle pour : trouver et garder

Plus en détail

De l immobilier et du Hockey!

De l immobilier et du Hockey! De l immobilier et du Hockey! Cercle Finance du Québec Restaurant Michelangelo - Québec Mercredi 28 octobre 2015 Mario Lefebvre Président-directeur général Institut de développement urbain du Québec mlefebvre@iduquebec.com

Plus en détail

Jugement du 7 avril 2011. Melle X c/ M. Y EXPOSÉ DU LITIGE

Jugement du 7 avril 2011. Melle X c/ M. Y EXPOSÉ DU LITIGE Tribunal de grande instance de Paris 5 ème Chambre 2 ème Section Jugement du 7 avril 2011 Melle X c/ M. Y RG n 09/15353 Références de publication : - http://www.lexbase.fr/ EXPOSÉ DU LITIGE Monsieur Y,

Plus en détail

D Amboise, Marius Filles du roi 2

D Amboise, Marius Filles du roi 2 Les filles du roi N ous avons tous, un jour ou l autre entendu parler des filles du roi. La connaissance qu en a la plupart de nous est cependant très approximative et souvent, erronée. Qui étaient ces

Plus en détail

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ COMMUNAUTAIRE ET DES SERVICES CORRECTIONNELS 4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées (Suivi de la section 3.09 du Rapport annuel

Plus en détail

P O L I C E G L O B A L E 2 0 0 0 INCENDIE ET RISQUES DIVERS RISQUES AGRICOLES

P O L I C E G L O B A L E 2 0 0 0 INCENDIE ET RISQUES DIVERS RISQUES AGRICOLES P O L I C E G L O B A L E 2 0 0 0 INCENDIE ET RISQUES DIVERS RISQUES AGRICOLES CONDITIONS ADMINISTRATIVES (CA 01 /éd.:01/03/2013) 1. QUELLES SONT LES OBLIGATIONS DU PRENEUR ET DE L ASSURE? A) Lors de la

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION DE NORTHBRIDGE. À propos de Northbridge

PROGRAMME DE FORMATION DE NORTHBRIDGE. À propos de Northbridge PROGRAMME DE FORMATION DE NORTHBRIDGE À propos de Northbridge Northbridge est l une des plus importantes compagnies d assurance générale commerciale au pays avec des primes souscrites d une valeur de 1,3

Plus en détail

Rendement des entreprises et appartenance

Rendement des entreprises et appartenance Rendement des entreprises et appartenance 22 Les données sur le rendement des entreprises exploitées au Canada confirment la forte baisse des résultats concrets au dernier trimestre de 2008 et les années

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 3 octobre 2013 N de pourvoi: 12-24957 ECLI:FR:CCASS:2013:C201507 Non publié au bulletin Rejet Mme Flise (président), président SCP Didier et Pinet,

Plus en détail

Déposer une plainte. Guide à l intention des investisseurs

Déposer une plainte. Guide à l intention des investisseurs Déposer une plainte Guide à l intention des investisseurs Le présent guide contient de l information sur ce qui suit : des conseils sur la façon de déposer des plaintes efficaces; le rôle de la Commission

Plus en détail

b) Mais avant d exposer ces deux sujets, il convient de se pencher sur la notion même des «BUSINESS METHODS».

b) Mais avant d exposer ces deux sujets, il convient de se pencher sur la notion même des «BUSINESS METHODS». 1 LA BREVETABILITÉ DES «BUSINESS METHODS» INTRODUCTION: a) La question qui sera traitée dans le cadre de mon exposé c est le problème de la protection en Europe, c est-à-dire dans les pays du brevet européen

Plus en détail

La dette du Québec et le budget 2015-2016.

La dette du Québec et le budget 2015-2016. Louis GILL Économiste, retraité de l UQÀM (2015) La dette du Québec et le budget 2015-2016. Un document produit en version numérique par Jean-Marie Tremblay, bénévole, Professeur associé, Université du

Plus en détail

LA CONVENTION DE VIENNE SUR LES CONTRATS DE VENTE INTERNATIONALE DE MARCHANDISE ET LE CODE CIVIL DU QUÉBEC : LES DIFFÉRENCES ET LES SIMILITUDES

LA CONVENTION DE VIENNE SUR LES CONTRATS DE VENTE INTERNATIONALE DE MARCHANDISE ET LE CODE CIVIL DU QUÉBEC : LES DIFFÉRENCES ET LES SIMILITUDES LA CONVENTION DE VIENNE SUR LES CONTRATS DE VENTE INTERNATIONALE DE MARCHANDISE ET LE CODE CIVIL DU QUÉBEC : LES DIFFÉRENCES ET LES SIMILITUDES TABLE DES MATIÈRES 1.00 INTRODUCTION... 3 2.00 CHAMP D APPLICATION...

Plus en détail

LIGNE DE TEMPS. Indices A B C D E F G H I J. Répulsion. Attraction. Expérience

LIGNE DE TEMPS. Indices A B C D E F G H I J. Répulsion. Attraction. Expérience EuGENEus Bienvenue au jeu Plier bagage! Associe chaque facteur répulsif (raison pour quitter un endroit) et chaque facteur attractif (raison pour choisir un endroit) à la période qui lui convient. Tu pourras

Plus en détail

Se Renseigner sur la Loi

Se Renseigner sur la Loi Se Renseigner sur la Loi Le droit canadien Dans ce chapitre, vous trouverez des informations concernant les droits du Canada. Vous trouverez des informations concernant: vos droits et vos libertés vos

Plus en détail

N 2157 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 ONZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l'assemblée nationale le 9 février 2000. PROJET DE LOI ADOPTÉ AVEC MODIFICATIONS PAR LE SÉNAT

Plus en détail

I. Raison sociale But Durée Siège

I. Raison sociale But Durée Siège VAUDOISE ASSURANCES HOLDING SA Statuts I. Raison sociale But Durée Siège Art. 1 Art. 2 Art. 3 VAUDOISE ASSURANCES HOLDING SA VAUDOISE VERSICHERUNGEN HOLDING AG VAUDOISE ASSICURAZIONI HOLDING SA VAUDOISE

Plus en détail