Le RédOx : du liquide aux verres et jusqu au cristaux. RedOx et corrosion des alliages

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le RédOx : du liquide aux verres et jusqu au cristaux. RedOx et corrosion des alliages"

Transcription

1 Le RédOx : du liquide aux verres et jusqu au cristaux. RedOx et corrosion des alliages Nancy 22 mars 2013 Institut Jean Lamour UMR 7198

2 Historique : Utilisation de matériaux métalliques pour l élaboration et la mise en oeuvre de matériaux à base de SiO 2 Dissolution Assiette ZrO 2-7,6YO de fibrage 1,5 procédé TEL Vitrification des déchets nucléaires Problèmes de Corrosion => Liés aux paramètres Rédox du verre fondu, atmosphère Composition de l alliage Basicité du verre (composition) µstructure, taille de grains, carbure Température Etat de surface

3 Utilisation de mesures électrochimiques 3 specific electrodes: 1)Working electrode (Pt wire and alloy rods) 2)Counter electrode (Pt plate) 3)Reference electrode (Yttria Stabilized Zirconia) Furnace Acquisition system 3

4 Constitution des électrodes: Alloy (1) (1) (2) Working electrode SiO 2 -Al 2 O 3 cement Mullite tube Mullite tube (2) Pt wire (3) Pt (1) SiO 2 -Al 2 O 3 cement (3) Mullite tube Mullite tube (2) Pt wire (1) (2) Counter electrode Zirconia (1) SiO 2 -Al 2 O 3 cement Alumina stick (3) Mullite tube Mullite tube (2) Pt wire Air (1) (3) (2) Yttria Stabilized Zirconia reference electrode (YSZ) 4

5 Etude du domaine d électroactivité du liquide silicaté - Potentiels anodiques - Potentiels cathodiques Domaine d électroactivité du solvant : 1, 5Volt Remarque : signal du Fer introduit pour fixer le rédox du solvant Détermination du potentiel formel des couples RédOx : - des principaux oxydants - des métaux utilisés et constituants des alliages

6 20 ETUDE DE QUELQUES SYSTEMES Red/Ox PRESENTS DANS LES VERRES Tracé des cycles i = f(e) en imposant des rampes de potentiels à des vitesses variables. Mise en évidence des limites en potentiels imposées par le solvant ainsi que les espèces électrochimiquement actives VOLTAMPEROMETRIE CYCLIQUE Fe II Fe III intensité (ma/cm2) Si Si Si IV Fe III Fe II Si IV potentiel (mv) O V/s 0.5 V/s 0.7 V/s O 2- O 2 O 2 Intensité (ma/cm²) Fe II Fe III potentiel (mv) V= 0.1 V/s V= 0.2 V/s V= 0.3 V/s V= 0.5 V/s

7 Voltamétrie à signaux carrés Pour une réaction Redox réversible avec les hypothéses : - électrode de travail plane - absence de courant capacitif - espèce redox présente au seul état oxydé au potentiel initial à la concentration Cox - diffusion des espèces semi-infinie La densité de courant i est maximale pour E=E1/2 et prend la valeur: δi max 0.3 n = E 1/2 2 = E' 2 F C R T 0 Ox RT + F E D ln D Ox 1 π t 2 Le potentiel de demi-vague est relié au potentiel formel ([Ox]=[Red]) selon : 1/ 2 II Fe 1/ 2 D Fe III p

8 4 ETUDE D UN SYSTEME RAPIDE : Fe III /Fe II Intensité (ma/cm²) Fe II Fe III Fe II Fe III V = 0.1 V/s -2 V = 0.2 V/s -3 V = 0.3 V/s -4 V = 0.5 V/s potentiel (mv) Fe II octa Fe III octa + 1eréduction Fe III octa + 1e- Fe III tétra + 1e- oxydation (2) Deux pics relatifs au fer (1) FeII octa Fe II octa intensité (ma/cm²) potentiel (mv) 1 intensité (ma/cm²) potentiel (mv) 2 25 mv 50 Hz 25 mv 75 Hz 25 mv 100 Hz 25 mv 200 Hz

9 Définition d une échelle de potentiels formels Etude de potentiel linéaire cyclique, en fonction de la vitesse de balayage, à 1200 C dans le verre co urval enrichi en SnO2 par fritte 7 Utilisation de Voltampérométrie cyclique i (ma/cm²) mv/s 100 mv/s 300 mv/s E (mv) Dissolution ZrO 2-7,6YO 1, C < T < 1400 C Prévision des réactions ( G = -nf E ) Détermination des mécanismes de corrosion

10 Echelle de E : interprétation tation des réactions r de corrosion Ex 1 : Nb dans verre Na 2 O-3.5SiO 2 T=1400 C, t=16hrs Nb 5 Si 3 Glass Nb 5 Si 3 Nb 90 O 10 Réduction du réseau silicaté en Si réaction redox entre les couples Nb II /Nb 0 et Si IV /Si 0 Diffusion du silicium pour former Nb 5 Si 3

11 Ex 2-2 Nb dans un verre contenant 3% d oxyde de fer Glass NbFe 2 Fe Appauvrissement du verre en fer Formation de couches complexes Oxydation du substrat en NbO x NbFe Nb 90 O 10 T=1400 C, t=2hrs Fe II Fe 0 Les couples redox impliqués sont: (-0.96V) Nb II /Nb 0 et Fe II /Fe 0 Nb II Nb 0 (>-1.4V)

12 Ex 2-2 Nb dans un verre contenant 3% d oxyde de fer Glass NbFe 2 Fe Appauvrissement du verre en fer Formation de couches complexes Oxydation du substrat en NbO x NbFe Nb 90 O 10 T=1400 C, t=2hrs Les couples redox impliqués sont: Nb II /Nb 0 et Fe II /Fe 0 Fe II Fe 0 Nb II Nb 0 (-0.96V) (>-1.4V)

13 Ex 2-2 Nb dans un verre contenant 3% d oxyde de fer (K.Yu. Shunyaev et al., 2002) La succession des couches correspond au diagramme de phases Nb-Fe.

14 Comportement des superalliages (30 masse% Cr) Comportement spontané Ecorr = mv Rp = 20 Ω.cm² Comportement après traitement de préoxydation Ecorr = -700 mv, Rp = 300 à 700 Ω.cm²

15 Superalliages transition actif passif est fonction - du pouvoir oxydant du milieu - du rôle de l atmosphère au dessus du verre - de l état de surface initial du matériau - de la température Stabilisation de l état passif : - par ajout d oxydant : Mn IV - par polarisation anodique - par préoxydation

16 Stabilité de l état passif Développement de superalliages résistants à la corrosion par le verre à 1050 C Glass Cr 2 O 3 layer Co-base matrix TaC and M 23 C 6 precipitates Rp = 500 to 800 Ω.cm 2 ; Ecorr = -0.35V Formation d une couche continue de Cr 2 O 3 Stabilité de l état passif pendant plus de 100 heures

17 Essais sous air Stabilité de l él état passif : influence de l atmosphl atmosphère Potentiel de corrosion proche de -100 mv Formation d une couche continue de Cr 2 O 3 Formation de cristaux de ZnCr 2 O 4 suite à la dissolution de Cr 2 O 3 et reprécipitation avec Zn II du verre. Essai alliage ODS verre nucléaire 1100 C

18 Tests sous atmosphère d argon Potentiel de corrosion proche de -900mV Réduction de Mo VI en Mo III et en Mo 0 Formation d une couche discontinue de Cr2 2 O3 O 3 et de cristaux de ZnCr 2 O 4 Glass Mo VI /Mo III E = -0,7V Mo III /Mo E =- 0,95V Cr II /Cr E = -1,2V Essai alliage ODS verre nucléaire 1100 C

19 Interprétation : changement d atmosphère Modification de basicité La réduction de Mo VI conduit à l augmentation locale de l activité de O 2- : 3/2 O 2 + 2Cr = Cr 2 O 3 MoO Cr = Cr 2 O 3 + Mo + O 2- La libération des ions O 2- induit la dissolution de la chromine par fluxage basique : Cr 2 O 3 + O 2- = 2 Cr 2 O 4 2- et Cr 2 O Zn 2+ = ZnCr 2 O 4 La faible Dissolution fo 2 locale ne permet plus la formation de chromate : ZrO Cr 2-7,6YO O O 2-1,5 +3/2 O 2 = 2 CrO 2-4 Conséquence : la réaction de cicatrisation et de re-formation de la chromine ne peut plus se produire. CrO Cr (alliage) = Cr 2 O O 2-

20 Corrosion des métaux nobles en atmosphère réductrice Evolution du Rédox (potentiel) du verre Potentiel du verre équilibré sous Air O 2 E (Volt/ZrO 2 ) O -II Dissolution ZrO 2-7,6YO 1,5 Te +IV Te 0-0,3V Potentiel du verre équilibré sous Ar Réaction de Pt avec les nodules Te Formation d un eutectique à bas point de fusion (Pt-PtTe à 870 C)

21 Formation d eutectiques PtTe x (T f = 830 C) Dissolution Dissolution ZrO ZrO 2-7,6YO -7,6YO 1,5 1,5 Décohésion et rupture du matériau

22 Suivi électrochimique du potentiel 100,00 0, potentiel E (mv) -100,00-200,00-300,00 3 heures Sous air Introduction d argon -400,00-500,00-600,00 durée (secondes)

23 Corrosion du platine suite à un couplage galvanique Superalliage en anode et platine plus noble se trouve en cathode à des potentiels très bas Réduction du Te, P, Si Éléments donnant des eutectiques à bas points de fusion

24 Collage Plativer - Inconel 601 Pt + (Cr, Ni, Fe) (Pt,Rh)Te Cr 2 O 3 NiO + Cr 2 O 3 - Vue en coupe : interdiffusion Plativer - Inconel Vue de la surface : présence d oxydes Cr 2 O 3 et NiO/Cr 2 O 3

25 Corrosion du platine Dans la bande corrodée, directement au contact du verre fondu YPO 4 (Pt,Rh)Te - Formation de (Pt,Rh)Te T F ~ 800 C - Formation de YPO 4

26 Conclusions Corrélation : méthodes électrochimiques/techniques de caractérisation Détermination d une échelle de potentiels redox permettant la prévision thermodynamique des réactions de corrosion. Méthodes électrochimiques : estimation des cinétiques de corrosion Rp est un bon indicateur de la corrosion chromium seul métal passivable Etude de la corrosion des superalliages Actifs à l immersion mais passivables Passivation atteinte par des traitements d oxydation préalable à l air ou par polarisation anodique Stabilisation de l état passif grâce au pouvoir oxydant du milieu Passivation due à une couche d oxyde de chrome dont la résistance est limitée en potentiel

27 Comprendre les mécanismes de corrosion des alliages dans le verre de confinement des déchets ultimes et faire un choix matériaux meilleure résistance des superalliages en milieu oxydant Éviter les milieux réducteurs dans le cas de métaux précieux (Pt) corrosion catastrophique suite à la réduction d espèces formant des eutectiques à bas points de fusion Éviter les couplages galvaniques entre les métaux précieux (Pt) et les superalliages le couplage entraîne le potentiel du Pt vers les milieux cathodiques conduisant à la réduction d espèces formant des eutectiques à bas points de fusion

28

29 Etude électrochimique des métaux constitutifs des superalliages Cr Fe Co Ni E corr (mv) Réaction anodique Cr Cr II + 2 e - Fe Fe II + 2 e - Co Co II + 2 e - Ni Ni II + 2 e - Réaction cathodique majoritaire Si IV + 4e - Si 0 Fe III + 1e - Fe II Fe III + 1e - Fe II Fe III + 1e - Fe II Etat Actif Actif Actif Actif Evolution des valeurs de Rp cohérente avec celle des vitesses de perte d'épaisseur.

30 Courbes de polarisation à 1050 C : - Fe : actif et non passivable - Co et Ni : pseudo passivables A P T - Cr : actif mais passivable A : Cr donne Cr II P : Cr 2 O 3 T : Cr VI Haute teneur en chrome dans les superalliages. 3 h à -300 mv

LA CORROSION : FORMES ET EXEMPLES. christophe.holterbach@cetim-cermat.fr Corrosion et Traitement de surface. Tél: 03-89-32-72-20 Fax:03-89-59-97-87

LA CORROSION : FORMES ET EXEMPLES. christophe.holterbach@cetim-cermat.fr Corrosion et Traitement de surface. Tél: 03-89-32-72-20 Fax:03-89-59-97-87 LA CORROSION : FORMES ET EXEMPLES christophe.holterbach@cetim-cermat.fr Corrosion et Traitement de surface Tél: 03-89-32-72-20 Fax:03-89-59-97-87 PRINCIPAL MODE DE DEGRADATION DANS LE MONDE devant les

Plus en détail

Solutions aqueuses 2 : réactions d oxydo-réduction

Solutions aqueuses 2 : réactions d oxydo-réduction Chapitre 7 : Solutions aqueuses 2 : réactions d oxydo-réduction Pierre-Alexis GAUCHARD UE1 : Chimie Chimie physique Agrégé de chimie, Docteur ès sciences Année universitaire 2010/2011 Université Joseph

Plus en détail

Effet de la composition chimique de la solution interstitielle d un béton jeune sur la passivation d un acier doux C15

Effet de la composition chimique de la solution interstitielle d un béton jeune sur la passivation d un acier doux C15 SEPOLBE Effet de la composition chimique de la solution interstitielle d un béton jeune sur la passivation d un acier doux C15 S. CHAKRI, I. FRATEUR, E. SUTTER, B. TRIBOLLET, V. VIVIER CNRS, UMR 8235,

Plus en détail

Illustration d un cours de protection contre la corrosion des matériaux

Illustration d un cours de protection contre la corrosion des matériaux BULLETIN DE L UNION DES PHYSICIENS 311 Illustration d un cours de protection contre la corrosion des matériaux Exemple d une séance de TP sur l anodisation de l aluminium par Florence VACANDIO, Marielle

Plus en détail

INTRODUCTION AUX MÉTHODES D ANALYSE THERMIQUE SETSYS 24 TGA/DTA/DSC/TMA/MS Stéphane Gutierrez professionnel en caractérisation des matériaux

INTRODUCTION AUX MÉTHODES D ANALYSE THERMIQUE SETSYS 24 TGA/DTA/DSC/TMA/MS Stéphane Gutierrez professionnel en caractérisation des matériaux INTRODUCTION AUX MÉTHODES D ANALYSE THERMIQUE SETSYS 24 TGA/DTA/DSC/TMA/MS Stéphane Gutierrez professionnel en caractérisation des matériaux LCG/CCM/IMSI/UdeS OBJECTIFS Comprendre les principes de fonctionnement

Plus en détail

CONCOURS D ADMISSION 2010

CONCOURS D ADMISSION 2010 A 2010 Chimie PSI ECOLE DES PONTS PARISTECH, SUPAERO (ISAE), ENSTA PARISTECH, TELECOM PARISTECH, MINES PARISTECH, MINES DE SAINT-ETIENNE, MINES DE NANCY, TELECOM BRETAGNE, ENSAE PARISTECH (FILIERE MP)

Plus en détail

OBJECTIFS DU MODULE DE FORMATION

OBJECTIFS DU MODULE DE FORMATION SKILLS LA CORROSION OBJECTIFS DU MODULE DE FORMATION Connaître le mécanisme de corrosion et ses facteurs Connaître les dispositifs de protection existants Comment adapter les protections et concevoir des

Plus en détail

CORROSION PAR EFFET PILE

CORROSION PAR EFFET PILE ARTHROPLASTIES PROTHETIQUES DEFAILLANCE PHYSIQUE DES IMPLANTS CORROSION PAR EFFET PILE A. AARON GECO 2010 MODES DE DEFAILLANCE D UN IMPLANT ARTICULAIRE METALLIQUE La fatigue L usure et adhésion La corrosion

Plus en détail

SCIENCES DES MATÉRIAUX 1/7

SCIENCES DES MATÉRIAUX 1/7 SCIENCES DES ATÉRIAUX / EENTO SCIENCES DES ATÉRIAUX SCIENCES DES ATÉRIAUX / Grandeur STRUCTURES CRISTALLOGRAPHIQUES ET PROPRIETES PHYSIQUES asse volumique r (g.cm - ) Température de fusion ( C) Coeficient

Plus en détail

Etude du comportement en mécanique de la rupture de l acier T91 en milieu sodium liquide

Etude du comportement en mécanique de la rupture de l acier T91 en milieu sodium liquide Etude du comportement en mécanique de la rupture de l acier T91 en milieu sodium liquide Samuel HEMERY (2 e année) Directeur de thèse: Thierry Auger (CNRS) Encadrant CEA: Jean Louis Courouau (DPC/SCCME/LECNA)

Plus en détail

Méthodes thermiques d analyse

Méthodes thermiques d analyse UNIVERSITE HASSAN II AIN CHOK Faculté de Médecine Dentaire de Casablanca Département de B.M.F. Méthodes thermiques d analyse Pr Khalil EL GUERMAÏ Méthodes Thermiques d Analyse 1)- Introduction 2)- Analyse

Plus en détail

Obtention d un métal par hydrométallurgie 2 : Courbes intensité-potentiel

Obtention d un métal par hydrométallurgie 2 : Courbes intensité-potentiel Matériaux 3 : Obtention d un métal par hydrométallurgie 2 : Courbes intensité-potentiel Conseils et Erreurs trop fréquentes Attention au signe d une surtension : elle est positive pour une oxydation (sur

Plus en détail

PROCESSUS ET RÉACTIVITÉ : Mécanismes réactionnels de la croissance Étapes aux interfaces Réactivité en géométrie plane

PROCESSUS ET RÉACTIVITÉ : Mécanismes réactionnels de la croissance Étapes aux interfaces Réactivité en géométrie plane Journée «Réactivité des Solides Divisés» SAINT-ETIENNE - 27 Juin 2002 PROCESSUS ET RÉACTIVITÉ : Mécanismes réactionnels de la croissance Étapes aux interfaces Réactivité en géométrie plane Alain Galerie

Plus en détail

Réactions d oxydoréduction

Réactions d oxydoréduction Réactions d oxydoréduction Oxydant, Réducteur, oxydation et réduction Expérience : plaque en fer Fe solution de sulfate de cuivre (, SO 4 2 ) Observations et conclusions : dépôt de cuivre sur la plaque

Plus en détail

IV. PHÉNOMÉNES DE CORROSION

IV. PHÉNOMÉNES DE CORROSION IV. PHÉNOMÉNES DE CORROSION 1. Nature de la corrosion a. Définition La corrosion d'un métal est l'oxydation de cet élément à l'état d'ion métallique : il s'agit donc d'une réaction d'oxydo - réduction.

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES RÉSUMÉ REMERCIEMENTS LISTE DES FIGURES LISTE DES TABLEAUX CHAPITRE 1 INTRODUCTION 1 1.1 PROBLÉMATIQUE 2 1.

TABLE DES MATIÈRES RÉSUMÉ REMERCIEMENTS LISTE DES FIGURES LISTE DES TABLEAUX CHAPITRE 1 INTRODUCTION 1 1.1 PROBLÉMATIQUE 2 1. TABLE DES MATIÈRES RÉSUMÉ REMERCIEMENTS TABLE DES MATIÈRES LISTE DES FIGURES LISTE DES TABLEAUX ii iv v ix xv CHAPITRE 1 INTRODUCTION 1 1.1 PROBLÉMATIQUE 2 1.2 OBJECTIF 5 CHAPITRE 2 REVUE BIBLIOGRAPHIQUE

Plus en détail

Analyse Thermogravimétrique couplée à l Emission Acoustique pour l étude de la corrosion d alliages à haute température

Analyse Thermogravimétrique couplée à l Emission Acoustique pour l étude de la corrosion d alliages à haute température CEFRACOR 24 Octobre 2013 Analyse Thermogravimétrique couplée à l Emission Acoustique pour l étude de la corrosion d alliages à haute température Omar Al haj ; Véronique Peres ; Eric Serris ; Michel Cournil

Plus en détail

Corrosion des matériaux de structure par l alliage Pb-Bi

Corrosion des matériaux de structure par l alliage Pb-Bi Corrosion des matériaux de structure par l alliage Pb-Bi F. Balbaud-Célérier, L. Martinelli CEA/DEN/DPC/SCCME/LECNA 17/1/27 1 Applications et matériaux Alliage Pb-Li : couverture tritigène des réacteurs

Plus en détail

Chapitre 10 : Les piles, dispositifs mettant en jeu des transformations spontanées permettant de récupérer de l énergie

Chapitre 10 : Les piles, dispositifs mettant en jeu des transformations spontanées permettant de récupérer de l énergie Chapitre 10 : Les piles, dispositifs mettant en jeu des transformations spontanées permettant de récupérer de l énergie Pré requis : Réactions d oxydoréduction pour des couples ions métalliques / métal

Plus en détail

LES MATERIAUX ET REVETEMENTS

LES MATERIAUX ET REVETEMENTS www.acimhydro.fr LES MATERIAUX ET REVETEMENTS 1- GENERALITES La norme ISO 8044 définit la corrosion comme suit : La corrosion est une interaction physico-chimique entre un métal et son environnement entraînant

Plus en détail

COURBES INTENSITÉ-POTENTIEL

COURBES INTENSITÉ-POTENTIEL COURBES NTENSTÉ-POTENTEL -Courbes intensité-potentiel 1) Notion de cinétique des réactions rédox en solution a) introduction Les diagrammes E-pH étudiés précédemment permettent une étude thermodynamique

Plus en détail

Manuel Corrosion Octobre 2015

Manuel Corrosion Octobre 2015 Manuel Corrosion Octobre 2015 Introduction La corrosion est un processus naturel omniprésent. La plupart d entre nous, pendant notre vie quotidienne, ont pu observer les effets de la corrosion sur des

Plus en détail

Le programme international Phébus PF (produits

Le programme international Phébus PF (produits 1La sûreté des réacteurs 1 6 Résultats des deux premiers essais PhébuS PF, FTP-0 et FTP-1 S. BOURDON (IRSN) D. JACQUEMAIN (IRSN) R. ZEYEN (JRC/PETTEN) Le programme international Phébus PF (produits de

Plus en détail

A FER ET ALLIAGES FERREUX (CRM-RM) A3-1 Aciers non alliés MASSIF IRSID -1- C S i M n P S Cr M o N i

A FER ET ALLIAGES FERREUX (CRM-RM) A3-1 Aciers non alliés MASSIF IRSID -1- C S i M n P S Cr M o N i A FER ET ALLIAGES FERREUX (CRM-RM) A3-1 Aciers non alliés MASSIF IRSID -1- C S i M n P S Cr M o N i Massifs divers Epaisseur mini 30 IRS1636 0,47 0,40 0,78 0,029 0,037 (0,060)... 0,092 Acier non allié

Plus en détail

Examen du 28 mai 2009 - durée : 2 heures Calculatrice type «collège» autorisée - Documents interdits Préciser votre filière sur votre copie.

Examen du 28 mai 2009 - durée : 2 heures Calculatrice type «collège» autorisée - Documents interdits Préciser votre filière sur votre copie. U.E. LC102 Année 2008-09 2 nd Semestre Première session Examen du 28 mai 2009 - durée : 2 heures Calculatrice type «collège» autorisée - Documents interdits Préciser votre filière sur votre copie. Exercice

Plus en détail

EXIGENCES A RESPECTER PAR LE DEMANDEUR/TITULAIRE

EXIGENCES A RESPECTER PAR LE DEMANDEUR/TITULAIRE REGLES DE CERTIFICATION MARQUE NF Tubes en polyéthylène pour réseaux de distribution de gaz combustibles, réseaux de distribution d'eau potable, irrigation, industrie, eau non potable et assainissement

Plus en détail

SUPRA 50 - SP 510. ALLIAGES MAGNETIQUES DOUX FeNi

SUPRA 50 - SP 510. ALLIAGES MAGNETIQUES DOUX FeNi SUPRA 50 - SP 510 ALLIAGES MAGNETIQUES DOUX FeNi I. INTRODUCTION La gamme des alliages magnétiques vers 50% de Nickel d Imphy Alloys se compose des nuances suivantes : - SUPRA 50 / SUPRA 50 SP - SUPRA

Plus en détail

1. Approche qualitative de la cinétique électrochimique Surtension. Décrire le montage à trois électrodes permettant de mesurer une surtension.

1. Approche qualitative de la cinétique électrochimique Surtension. Décrire le montage à trois électrodes permettant de mesurer une surtension. Notions et contenus 1. Approche qualitative de la cinétique électrochimique Surtension. Capacités exigibles Décrire le montage à trois électrodes permettant de mesurer une surtension. Allure des courbes

Plus en détail

La corrosion de l Aluminium et de ses alliages. Max Reboul mreboul@ltpcm.inpg.fr

La corrosion de l Aluminium et de ses alliages. Max Reboul mreboul@ltpcm.inpg.fr La corrosion de l Aluminium et de ses alliages Max Reboul mreboul@ltpcm.inpg.fr Plan Les Alliages d Aluminium La Passivité de l Aluminium Formes de Corrosion Corrosion Généralisée Corrosion par Piqûres

Plus en détail

État initial n 0 n 1 Excès 0 0 Excès État intermédiaire. n 0 3x n 1 2x Excès 3x 4x Excès. État final n 0 3x éq n 1 2x éq Excès 3x éq 4x éq Excès 2.3.

État initial n 0 n 1 Excès 0 0 Excès État intermédiaire. n 0 3x n 1 2x Excès 3x 4x Excès. État final n 0 3x éq n 1 2x éq Excès 3x éq 4x éq Excès 2.3. Taux d alcoolémie (Réunion 2008 ) 1.Choix de la méthode de suivi 1.1. L ion dichromate est orangé, l ion chrome (III) est de couleur verte. Au fur et à mesure de l évolution de la réaction la couleur de

Plus en détail

UNIVERSITE de Liège. Connaissance des Matériaux Métalliques. Laboratoire 1 : Métallographie. LTAS Aérospatiale & Mécanique

UNIVERSITE de Liège. Connaissance des Matériaux Métalliques. Laboratoire 1 : Métallographie. LTAS Aérospatiale & Mécanique UNIVERSITE de Liège Métallurgie et Science des Matériaux LTAS Aérospatiale & Mécanique Connaissance des Matériaux Métalliques Laboratoire 1 : Métallographie Christine BRASSINE 04/366.91.10 C.Brassine@ulg.ac.be

Plus en détail

Comportement d alliages de cuivre pour chambres de combustion soumis à des cycles d oxydation-réduction.

Comportement d alliages de cuivre pour chambres de combustion soumis à des cycles d oxydation-réduction. Comportement d alliages de cuivre pour chambres de combustion soumis à des cycles d oxydation-réduction. Benoît LEFEZ, Béatrice Hannoyer Université de Rouen, GPM UMR 6634 CNRS CRT Analyses et Surface,

Plus en détail

PHYSIQUE DES MATÉRIAUX

PHYSIQUE DES MATÉRIAUX PHYSIQUE DES MATÉRIAUX Laboratoire n 1 : Métallographie Diagrammes de phase Applications Henri-Michel Montrieux hmmontrieux@ulg.ac.be MENU Métallographie Diagrammes de phase Applications MÉTALLOGRAPHIE

Plus en détail

Matériaux composites "isolant-métal" : réponses électriques, percolation, dégradation. Intérêt de la Spectroscopie d'impédance Électrique.

Matériaux composites isolant-métal : réponses électriques, percolation, dégradation. Intérêt de la Spectroscopie d'impédance Électrique. Université de Toulon et du Var Laboratoire Matériaux et Microélectronique de Provence (Groupe MMI) UMR CNRS 61 37 Matériaux composites "isolant-métal" : réponses électriques, percolation, dégradation.

Plus en détail

POSTER 8. O. Ludemann-Hombourger (1), N. Bourges (1), H. Muhr (2), E. Plasari (2)

POSTER 8. O. Ludemann-Hombourger (1), N. Bourges (1), H. Muhr (2), E. Plasari (2) POSTER 8 Développement d une méthode de détermination du diagramme de solubilité énantiomères - solvant en vue de leur séparation par cristallisation couplée à la chromatographie préparative O. Ludemann-Hombourger

Plus en détail

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL SUJET

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL SUJET SESSION 2011 Polynésie BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL ÉPREUVE N 4 MATHÉMATIQUES ET SCIENCES PHYSIQUES Options : Toutes sauf TVCQ(s) ; TCVA ; CGE Canin et Félin ; SMR et CGEA Durée : 3 heures Matériel(s) et

Plus en détail

PHYSIQUE-CHIMIE. Traitements des surfaces. Partie I - Codépôt électrochimique cuivre-zinc.

PHYSIQUE-CHIMIE. Traitements des surfaces. Partie I - Codépôt électrochimique cuivre-zinc. PHYSIQUE-CHIMIE Traitements des surfaces Partie I - Codépôt électrochimique cuivre-zinc IA - Pour augmenter la qualité de surface d une pièce en acier, on désire recouvrir cette pièce d un alliage cuivre-zinc

Plus en détail

LA CORROSION SOUS CONTRAINTE (CSC) :

LA CORROSION SOUS CONTRAINTE (CSC) : 1 - Définition: COURS ENSITM LA CORROSION SOUS CONTRAINTE (CSC) : La corrosion sous contrainte résulte de l action conjuguée d une contrainte mécanique de tension et d un milieu corrosif généralement aqueux,

Plus en détail

Critères de sélection des matériaux

Critères de sélection des matériaux Critères de sélection des matériaux Quels outils pour faire le meilleur coix? Jean Colombani 04 7 44 85 70 jean.colombani@univ-lyon1.fr Laurent Joly 04 7 43 6 11 laurent.joly@univ-lyon1.fr Vittoria Piscedda

Plus en détail

Les téléphones portables, les ordinateurs, les tablettes mais aussi

Les téléphones portables, les ordinateurs, les tablettes mais aussi 7 STOCKER L ÉNERGIE POUR COMMUNIQUER Les téléphones portables, les ordinateurs, les tablettes mais aussi les micro-implants biomédicaux, les réseaux de capteurs intelligents pour recueillir et transmettre

Plus en détail

Qu est-ce que la corrosion? Comment l étudier? Comment la contrôler?

Qu est-ce que la corrosion? Comment l étudier? Comment la contrôler? Corrosion en milieu sels fondus Sylvie DELPECH, Cyrine SLIM, Sébastien JASKIEROWICZ, Gérard PICARD LECIME Laboratoire d Electrochimie de Chimie des Interfaces et de Modélisation pour l Energie(CNRS UMR7575)

Plus en détail

Matériaux utilisés dans la conception de disques de freins

Matériaux utilisés dans la conception de disques de freins Page 1 sur 6 Matériaux utilisés dans la conception de disques de freins Introduction Un véhicule en mouvement possède une énergie cinétique, fonction de la masse et de la vitesse, soit E = 1/2 m v 2. Le

Plus en détail

Réactions d' oxydoréduction. Chimie 12

Réactions d' oxydoréduction. Chimie 12 Réactions d' oxydoréduction Chimie 12 Terminologie Le réducteur est l'élément qui perd des électrons au cours d'une réaction d'oxydation L'oxydant est l'élément qui gagne des électrons au cours d'une réaction

Plus en détail

Baccalauréat STL B Épreuve de physique chimie Proposition de correction Session de juin 2015 Métropole. 24/06/2015 www.udppc.asso.

Baccalauréat STL B Épreuve de physique chimie Proposition de correction Session de juin 2015 Métropole. 24/06/2015 www.udppc.asso. Baccalauréat STL B Épreuve de physique chimie Proposition de correction Session de juin 2015 Métropole 24/06/2015 www.udppc.asso.fr Si vous repérez une erreur, merci d envoyer un message à : pa_besancon[at]udppc.asso.fr

Plus en détail

INFLUENCE DU NICKEL ET DU MOLYBDENE SUR DES FILMS PASSIFS FORMES SUR LES ALLIAGES Fe-17%Cr et Ni-17%Cr

INFLUENCE DU NICKEL ET DU MOLYBDENE SUR DES FILMS PASSIFS FORMES SUR LES ALLIAGES Fe-17%Cr et Ni-17%Cr Journal des Sciences INFLUENCE DU NICKEL ET DU MOLYBDENE SUR DES FILMS PASSIFS FORMES SUR LES ALLIAGES Fe-17%Cr et Ni-17%Cr Diadioly GASSAMA UFR des Sciences et Technologies Université de Thiès BP 967

Plus en détail

Cours 11-2 LES CÉRAMIQUES. Contenu

Cours 11-2 LES CÉRAMIQUES. Contenu Cours 11-2 LES CÉRAMIQUES Technologie des matériaux TTT 1 Contenu 1 Définition 2 Classification 3 Propriétés 4 Matériaux 5 Fabrication Technologie des matériaux TTT 2 1 Céramiques courantes Briques Marbres

Plus en détail

Réactions d oxydoréduction

Réactions d oxydoréduction Réactions d oxydoréduction Ce document a pour objectif de présenter de manière synthétique quelques bases concernant les réactions d oxydoréduction et leurs principales applications que sont les piles

Plus en détail

Classification électrochimique des métaux

Classification électrochimique des métaux Classification électrochimique des métaux Information Les métaux et leurs cations forment des couples oxydo-réducteurs susceptibles de donner des réactions chimiques par échange d'électrons entre les formes

Plus en détail

Fiche technique matériau. Chrome Cobalt EOS SP2 pour EOSINT M 270 0537. 1 Description, application

Fiche technique matériau. Chrome Cobalt EOS SP2 pour EOSINT M 270 0537. 1 Description, application Chrome Cobalt EOS SP2 pour EOSINT M 270 0537 Plusieurs matériaux permettant de nombreuses applications sont disponibles dans le domaine du e-manufacturing via les systèmes EOSINT M 270. Chrome Cobalt EOS

Plus en détail

GDR-ThermatHT 1 ère réunion du «groupe SiC» 8 janvier 2014 Christian Chatillon (SIMAP Grenoble)

GDR-ThermatHT 1 ère réunion du «groupe SiC» 8 janvier 2014 Christian Chatillon (SIMAP Grenoble) GDR-ThermatHT 1 ère réunion du «groupe SiC» 8 janvier 2014 Christian Chatillon (SIMAP Grenoble) Participants Christian Chatillon (SIMAP, Grenoble) Ioana Nuta (SIMAP, Grenoble) Fiqiri Hodaj (SIMAP, Grenoble)

Plus en détail

Lincoln Electric Europe. Le soudage à l Arc Submergé

Lincoln Electric Europe. Le soudage à l Arc Submergé Lincoln Electric Europe Le soudage à l Arc Submergé Le procédé Arc Submergé Le procédé Arc Submergé (SAW) L'arc créé entre le fil et la pièce à souder est protégé par une couche de flux. Cette couche de

Plus en détail

Turbines à gaz stationnaires: Avancées technologiques Conférence à l Université Pierre & Marie Curie, Paris 8 Octobre 2013

Turbines à gaz stationnaires: Avancées technologiques Conférence à l Université Pierre & Marie Curie, Paris 8 Octobre 2013 Turbines à gaz stationnaires: Avancées technologiques Conférence à l Université Pierre & Marie Curie, Paris 8 Octobre 2013 Michel Moliere : General Electric Plan - Aspects généraux - Systèmes de Combustion

Plus en détail

Sommaire. Remerciements... iii. Introduction... 1

Sommaire. Remerciements... iii. Introduction... 1 Sommaire Remerciements................................. iii Introduction..................................... 1 Chapitre 1 : Concepts et outils de base 1. Introduction..................................................

Plus en détail

BORNES ET ARMOIRES DE PROTECTION ON CATHODIQUE

BORNES ET ARMOIRES DE PROTECTION ON CATHODIQUE BORNES ET ARMOIRES DE ON BORNE COMPOUND THERMOPLASTIQUE COULEUR IVORE OU GRIS IP 33 à IP55 IK10 BC 400 PC BC 200 PC BC 50 PC Courte BC 50 PC Longue 1490 mm 1550 mm 900 mm 1 HORS SOL mm 950 mm 630 mm 998

Plus en détail

UE3. UE3B : Aspects fonctionnels. Potentiel électrochimique

UE3. UE3B : Aspects fonctionnels. Potentiel électrochimique UE3 Organisation des appareils et des systèmes UE3B : Aspects fonctionnels Potentiel électrochimique Dr M. Dabadie PACES 2014-2015 Potentiel électrochimique 1. Oxydants et réducteurs, couple redox 2. Réactions

Plus en détail

L anodisation. en milieu sulfurique

L anodisation. en milieu sulfurique Les traitements de surface de l aluminium et de ses alliages L anodisation en milieu sulfurique A.Steyer AVANT-PROPOS. L ensemble des opérations devant concourir à l accomplissement de l anodisation en

Plus en détail

Changement de réactif pour la formation d un ester

Changement de réactif pour la formation d un ester HAPITRE 11 NTRÔLE DE L ÉVLUTIN DES SYSTÈMES HIMIQUES hangement de réactif pour la formation d un ester 1. Pourquoi changer de réactif? Les réactions d estérification et hydrolyse sont lentes, inverses

Plus en détail

Les rendez-vous technologiques «Les traitements de surface des alliages légers» Comparaison OAS OAST en terme de faïençage, corrosion, fatigue.

Les rendez-vous technologiques «Les traitements de surface des alliages légers» Comparaison OAS OAST en terme de faïençage, corrosion, fatigue. Les rendez-vous technologiques «Les traitements de surface des alliages légers» Comparaison OAS OAST en terme de faïençage, corrosion, fatigue. 1 Rappel sur l anodisation sulfurique (OAS) Gamme opératoire

Plus en détail

Les journées Chimie Du réseau des Laboratoires des Ponts et Chaussées 2 et 3 décembre 2009 CETE de Lyon

Les journées Chimie Du réseau des Laboratoires des Ponts et Chaussées 2 et 3 décembre 2009 CETE de Lyon Les journées Chimie Du réseau des Laboratoires des Ponts et Chaussées 2 et 3 décembre 2009 CETE de Lyon Traitement électrochimique de réalcalinisation pour la réparation du béton armé dégradé par carbonatation

Plus en détail

MISE EN ÉVIDENCE DE LA CONVECTION INDUITE PAR LA VIBRATION D UNE INTERFACE LIQUIDE LIQUIDE PAR SPECTROSCOPIE D IMPÉDANCE ÉLECTROCHIMIQUE NON LINÉAIRE

MISE EN ÉVIDENCE DE LA CONVECTION INDUITE PAR LA VIBRATION D UNE INTERFACE LIQUIDE LIQUIDE PAR SPECTROSCOPIE D IMPÉDANCE ÉLECTROCHIMIQUE NON LINÉAIRE - 75 - MISE EN ÉVIDENCE DE LA CONVECTION INDUITE PAR LA VIBRATION D UNE INTERFACE LIQUIDE LIQUIDE PAR SPECTROSCOPIE D IMPÉDANCE ÉLECTROCHIMIQUE NON LINÉAIRE J.-P. DIARD,D.J.FERMIN, N. GLANDUT,C.MONTELLA,3

Plus en détail

TUBES ACIER INOXYDABLE DE PRÉCISION ACIERS INOXYDABLES AUSTÉNITIQUES : NICKEL ET ALLIAGES DE NICKEL : 304L 316L 316Ti 321 310 904L Duplex Super Duplex

TUBES ACIER INOXYDABLE DE PRÉCISION ACIERS INOXYDABLES AUSTÉNITIQUES : NICKEL ET ALLIAGES DE NICKEL : 304L 316L 316Ti 321 310 904L Duplex Super Duplex TUBES ACIER INOXYDABLE DE PRÉCISION ACIERS INOXYDABLES AUSTÉNITIQUES : 304L 316L 316Ti 321 310 904L Duplex Super Duplex NICKEL ET ALLIAGES DE NICKEL : Nickel 200-201 Monel 400 Alloy 600-601-625 - Alloy

Plus en détail

La classification périodique

La classification périodique Chapitre 3 : UE1 : Chimie Chimie physique La classification périodique Pierre-Alexis GAUCHARD Agrégé de chimie, Docteur ès sciences Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble -

Plus en détail

Diagnostic de corrosion. Exemples d application. Durée de vie des ouvrages : Approche Prédictive, PerformantielLE et probabiliste

Diagnostic de corrosion. Exemples d application. Durée de vie des ouvrages : Approche Prédictive, PerformantielLE et probabiliste Diagnostic de corrosion Matériel «chantier» : GALVAPULSE (Germann Instruments) Exemples d application Présenté par : J.L. GARCIAZ LERM (Laboratoire d Etudes et de Recherches sur les Matériaux) Paris 3

Plus en détail

Chimie des solutions Chimie organique PCSI Diagrammes binaires

Chimie des solutions Chimie organique PCSI Diagrammes binaires PC Marcelin Berthelot Devoir surveillé 2 12 octobre 2013 : Chimie des solutions Chimie organique PCSI Diagrammes binaires Devoirs 1. Diagramme binaire solide-liquide or-argent (CCP 2013) Le diagramme binaire

Plus en détail

PREMIERE PARTIE METALLURGIE

PREMIERE PARTIE METALLURGIE PREMIERE PRTIE METLLURGIE 1. GÉNÉRLITÉS... 1 2. STRUCTURE CRISTLLINE DES MÉTUX ET LLIGES... 1 2.1 Métaux purs... 1 2.1.1 Structure cubique centrée... 1 2.1.2 Structure cubique faces centrées... 2 2.1.3

Plus en détail

Table des matières. Aspect thermodynamique des réactions rédox. S.Boukaddid Oxydo-réduction MP2

Table des matières. Aspect thermodynamique des réactions rédox. S.Boukaddid Oxydo-réduction MP2 Aspect thermodynamique des réactions rédox Table des matières 1 Pile électrochimique 2 1.1 Demi-pile....................................... 2 1.2 Réactions aux électrodes...............................

Plus en détail

LES MATÉRIAUX. Les Aciers Les Fontes Les alliages d'aluminium Les alliages de Cuivre Symboles chimiques Influence des éléments d'addition

LES MATÉRIAUX. Les Aciers Les Fontes Les alliages d'aluminium Les alliages de Cuivre Symboles chimiques Influence des éléments d'addition LES MATÉRIAUX Les Aciers Les Fontes Les alliages d'aluminium Les alliages de Cuivre Symboles chimiques Influence des éléments d'addition Les Aciers Diagramme Fer-Carbone Désignation selon l'emploi Les

Plus en détail

Innover en mécan mécan qu q e

Innover en mécan mécan qu q e Innover en mécanique 13/03/2014 Séminaire GT7 Commission Fatigue - SF2M Effet des contraintes résiduelles et des contraintes moyennes sur la tenue en fatigue d analyses Techniques des mesures des contraintes

Plus en détail

Traitements thermiques des aciers. I - Traitements volumiques

Traitements thermiques des aciers. I - Traitements volumiques I - Traitements volumiques 1 Trempe C est un traitement thermique de durcissement consistant à chauffer la pièce à une température supérieure à la ligne de transformation fer α fer γ (austénisation), puis

Plus en détail

Chimie et restauration des instruments de musique

Chimie et restauration des instruments de musique Centrale-MP-2011 Chimie et restauration des instruments de musique III-A-1) On peut mesurer pag à l aide d un montage potentiométrique. On met une électrode d argent dans la solution et une électrode de

Plus en détail

C Si Mn Ni Cr Mo N P S 0.03 0.75 1 2 5 6 22 23 2,5 3,5 0,12 0,20 0.035 0,010

C Si Mn Ni Cr Mo N P S 0.03 0.75 1 2 5 6 22 23 2,5 3,5 0,12 0,20 0.035 0,010 Température ( C) Présentation Générale Acier inoxydable austéno ferritique (DUPLEX) à forte résistance à la corrosion et hautes performances mécaniques L présente une excellente résistance à la corrosion

Plus en détail

Facteurs influençant la concentration en plomb dans l'eau.

Facteurs influençant la concentration en plomb dans l'eau. Facteurs influençant la concentration en plomb dans l'eau. Article rédigé par Michel Meyer (Chargé de recherche - Laboratoire d'ingénierie Moléculaire pour la Séparation et les Applications des Gaz (LIMSAG)

Plus en détail

Chapitre I L état solide cristallin

Chapitre I L état solide cristallin 1 Chapitre I L état solide cristallin La atière peut exister sous trois états : L état gazeux, l état liquide et l état solide. La fore sous la quelle se trouve la atière est déterinée par les interactions

Plus en détail

Méthodes expérimentales de la physique. Microscopie électronique

Méthodes expérimentales de la physique. Microscopie électronique Méthodes expérimentales de la physique Microscopie électronique 2. Sources et lentilles Jean-Marc Bonard jean-marc.bonard@epfl.ch Année académique 07-08 Introduction! Canon à électrons! Lentilles (+ diaphragmes)!

Plus en détail

Organisation des enseignements Chimie en S3 et S4

Organisation des enseignements Chimie en S3 et S4 Organisation des enseignements Chimie en S3 et S4 Modules d'enseignements de Chimie M3303 : Techniques Spectroscopiques (Johan Alauzun S3) M4104 : Analyses Électrochimiques (Olivier Fontaine fin S3) et

Plus en détail

Matériaux 2014. L. DIGUET Matériaux/Corrosion SOLVAY GEC/Mechanical and Material GEC - MM 05/12/2014

Matériaux 2014. L. DIGUET Matériaux/Corrosion SOLVAY GEC/Mechanical and Material GEC - MM 05/12/2014 Matériaux 2014 Monitoring on line de la corrosion localisée par électrochimie: de l utilisation des techniques de polarisation et de bruit électrochimique aux applications industrielles L. DIGUET Matériaux/Corrosion

Plus en détail

A l échelle macroscopique, une phase est une quantité de matière homogène, on distingue la phase gazeuse, liquide et solide.

A l échelle macroscopique, une phase est une quantité de matière homogène, on distingue la phase gazeuse, liquide et solide. : Constitution de la matière: Différentes phases de la matière: A l échelle macroscopique, une phase est une quantité de matière homogène, on distingue la phase gazeuse, liquide et solide. o Phase gazeuse:

Plus en détail

La valeur ph, Le potentiel rédox 15.02 La conductivité électrique 15.03 L oxygène dissout 15.03

La valeur ph, Le potentiel rédox 15.02 La conductivité électrique 15.03 L oxygène dissout 15.03 Sommaire La valeur ph, Le potentiel rédox 15.02 La conductivité électrique 15.03 L oxygène dissout 15.03 Chaîne de mesure de ph monoélectrode 15.04 Electrode ph à piquer 15.05 Chaîne de mesure redox monoélectrode

Plus en détail

Capteur à CO2 en solution

Capteur à CO2 en solution Capteur à CO2 en solution Référence PS-2147CI Boîtier adaptateur Sonde ph Sonde température Sonde CO2 Page 1 sur 9 Introduction Cette sonde est conçue pour mesurer la concentration de CO 2 dans les solutions

Plus en détail

CONCOURS D ADMISSION 2011

CONCOURS D ADMISSION 2011 A 2011 Chimie MP ECOLE DES PONTS PARISTECH, SUPAERO (ISAE), ENSTA PARISTECH, TELECOM PARISTECH, MINES PARISTECH, MINES DE SAINTETIENNE, MINES DE NANCY, TELECOM BRETAGNE, ENSAE PARISTECH (FILIERE MP) ECOLE

Plus en détail

Organisation spontanée d agrégats de Platine et de Cobalt Platine sur graphite.

Organisation spontanée d agrégats de Platine et de Cobalt Platine sur graphite. Organisation spontanée d agrégats de Platine et de Cobalt Platine sur graphite. L. Bardotti, D. Taïnoff, F. Tournus, P. Mélinon, N. Blanc et V. Dupuis Laboratoire de Physique de la Matière Condensée et

Plus en détail

Partie V: Propriétés mécaniques des matériaux

Partie V: Propriétés mécaniques des matériaux Partie V: Propriétés mécaniques des matériaux Chapitre 14 Propriétés mécaniques Pour beaucoup de matériaux, les propriétés mécaniques déterminent leurs applications potentielles. Ce chapitre fournit une

Plus en détail

Piles électrochimiques

Piles électrochimiques Piles électrochimiques I. Définitions et structure d une pile 1. Généralités Au cours d'une réaction d'oxydo-réduction, il y a échange d'électrons entre deux couples. Cette échange peut se faire directement

Plus en détail

Examen en chimie générale II (CHICO 1160B), septembre 2006. Partie A : Introduction à la chimie inorganique

Examen en chimie générale II (CHICO 1160B), septembre 2006. Partie A : Introduction à la chimie inorganique Examen en chimie générale II (CHICO 1160B), septembre 2006 Partie A : Introduction à la chimie inorganique Svp, veuillez utiliser ces feuilles d examen pour répondre aux questions. Vous pouvez employer

Plus en détail

1 ère S L alcootest Chimie Mesure

1 ère S L alcootest Chimie Mesure Page 1 sur 5 1 ère S Chimie Mesure - Enoncé - A. Première partie : la formule de Widmark Monsieur Bacchus, de masse M = 80 kg, consomme de l alcool au cours d un repas : il boit 3 verres de vin (1 verre

Plus en détail

obs.4 Couleur et quantité de matière exercices

obs.4 Couleur et quantité de matière exercices obs.4 Couleur et quantité de matière exercices Savoir son cours Mots manquants Une solution colorée se comporte comme un filtre coloré. La grandeur permettant d évaluer l intensité de la lumière absorbée

Plus en détail

Contribution des faisceaux d ions à l élaboration de dispositifs pour l électronique souple

Contribution des faisceaux d ions à l élaboration de dispositifs pour l électronique souple Comité National Français de Radioélectricité Scientifique Section française de l Union Radio Scientifique Internationale Siège social : Académie des Sciences, Quai de Conti Paris Journées scientifiques

Plus en détail

Questionnaire relatif à la conférence de Madame Duygu Kahraman et Monsieur Sylvain Charbonnel

Questionnaire relatif à la conférence de Madame Duygu Kahraman et Monsieur Sylvain Charbonnel Questionnaire relatif à la conférence de Madame Duygu Kahraman et Monsieur Sylvain Charbonnel Les matériaux d aujourd hui et de demain dans l automobile Cuivre Bois Fonte Osier Le Fardier de Joseph Cugnot

Plus en détail

CHIMIE. À propos du chrome

CHIMIE. À propos du chrome CHIMIE Les calculatrices sont autorisées. À propos du chrome Du grec khrôma ou du latin chroma (couleur). Il a été découvert par Louis Vauquelin en 1797. Il est présent dans la croûte terrestre ( 003,

Plus en détail

Nanophosphors 27-09-07. Auteurs Guy BARET / Pierre Paul JOBERT

Nanophosphors 27-09-07. Auteurs Guy BARET / Pierre Paul JOBERT Nanophosphors 27-09-07 Auteurs Guy BARET / Pierre Paul JOBERT SARL 26 rue Barthélemy de Laffemas 26000 VALENCE tel +33 475 xxx xxx info@gritche-technologies.com www.gritche-technologies.com : nanomaterials

Plus en détail

QUEL FUTUR POUR LES METAUX? Raréfaction des métaux : Un nouveau défi pour la société. Dîner Débat, 28 octobre 2010

QUEL FUTUR POUR LES METAUX? Raréfaction des métaux : Un nouveau défi pour la société. Dîner Débat, 28 octobre 2010 QUEL FUTUR POUR LES METAUX? Raréfaction des métaux : Un nouveau défi pour la société Dîner Débat, 28 octobre 2010 Avant-propos «Les richesses naturelles sont inépuisables, car sans cela nous ne les obtiendrions

Plus en détail

Alliages. www.sid-dental.com

Alliages. www.sid-dental.com s www.sid-dental.com s Nos alliages sont élaborés à partir de métaux d une grande pureté (high grade) afin de vous garantir une qualité constante et des performances techniques irréprochables. Comme l

Plus en détail

N c = N v = 2,5 10 19 T(K ) 298

N c = N v = 2,5 10 19 T(K ) 298 Problème 1. Électrodes semi-conductrices Durée indicative : 3 h Ce problème s intéresse aux caractéristiques des électrodes semi-conductrices (ESC) vis-à-vis des réactions électrochimiques. Dans la partie

Plus en détail

Chapitre 3 - Divergence et phénomènes liés

Chapitre 3 - Divergence et phénomènes liés Chapitre 3 - Divergence et phénomènes liés Le chapitre précédent a montré la réalité de la tectonique des plaques et notamment la création permanente de lithosphère nouvelle dans l axe des dorsales océaniques.

Plus en détail

PC* 12/13 TP10 : 20 et 28/03. Dosage d une solution d hydroquinone

PC* 12/13 TP10 : 20 et 28/03. Dosage d une solution d hydroquinone PC* 12/13 TP10 : 20 et 28/03 Dosage d une solution d hydroquinone On veut doser une solution d hydroquinone en utilisant ses propriétés réductrices. Pour cela, on propose deux méthodes indépendantes utilisant

Plus en détail

Micro actionneur pour le contrôle actif de couche limite

Micro actionneur pour le contrôle actif de couche limite Micro actionneur pour le contrôle actif de couche limite Développements au cours de l année 2004 J.-R. FRUTOS, F. BASTIEN, M. DE LABACHELERIE Département LPMO, Institut FEMTO-ST 32, avenue de l Observatoire

Plus en détail

Nanomatériaux pour applications environnementales et énergétiques

Nanomatériaux pour applications environnementales et énergétiques Nanomatériaux pour applications environnementales et énergétiques Arnaud Delebarre, Laurence Le Coq, Pascaline Pré, Albert Subrenat Ecole des Mines de Nantes Arnaud.Delebarre@emn.fr 1 La recherche au Département

Plus en détail

Électrodes et sondes pour le contrôle du ph et du redox dans les eaux et les processus industriels.

Électrodes et sondes pour le contrôle du ph et du redox dans les eaux et les processus industriels. Électrodes et sondes pour le contrôle du ph et du redox dans les eaux et les processus industriels. La qualité et le service 2 Table des matières Électrodes de ph et redox. Généralités parties principales

Plus en détail

Solutions d encapsulation et d interconnexion de MEM S et MOEM S

Solutions d encapsulation et d interconnexion de MEM S et MOEM S Solutions d encapsulation et d interconnexion de MEM S et MOEM S Gilles Poupon CEA Grenoble LETI, 17 Rue des Martyrs 38054 Grenoble Cedex 9 Sommaire Les évolutions : - Microélectronique - Contexte - Packaging

Plus en détail

La LIBS et l analyse de process

La LIBS et l analyse de process La LIBS et l analyse de process François Fariaut Elisabeth Bouriah-Coindre Ali Fortas IVEA : 9 rue Raoul Dautry - escalier C - 91190 Gif sur Yvette 1 Plan 1. Introduction 2. Différentes techniques d analyse

Plus en détail