Résumé des activités de Recherche de Nicolas VIVET

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Résumé des activités de Recherche de Nicolas VIVET"

Transcription

1 Résumé des activités de Recherche de Nicolas VIVET 1. Stage en Licence de Physique ( ) J ai découvert le domaine de la Recherche au cours d un stage effectué à la fin de ma licence dans le laboratoire LPEC (Le Mans), qui portait sur la synthèse et la caractérisation de films minces de Nd 2 NiO 4 pour la réalisation de piles à oxydes solides (SOFC). Au cours de ce stage, j ai utilisé la technique de pulvérisation magnétron radiofréquence pour déposer les films minces, que j ai ensuite caractérisé essentiellement grâce à des analyses par diffraction X (analyse de Rietveld, programme d affinement WinMProf). J ai poursuivi ces travaux tout au long de mon année de Master 1 afin d étudier la conductivité électrique des films déposés. 2. Stage de Master 2 et Thèse ( ) J ai ensuite effectué mon stage de Master 2 au sein du laboratoire CIMAP (Caen) sur l élaboration de films composites ZnSe/SiO 2 par pulvérisation magnétron radiofréquence (rf) (encadrants : M. Levalois et M. Morales). L objectif de ce stage était d optimiser le paramètres de dépôt afin d obtenir des films contenant une grande proportion de ZnSe cristallisé. La composition et la structure des films ont ainsi été étudiées et corrélées à la composition du plasma. Ce travail sur les films minces composites de ZnSe/SiO 2 s est poursuivi par une thèse de 3 ans (intitulée «Elaboration et caractérisation de films minces de Cr 2+ :ZnSe nanostructurés pour la fabrication de microlasers émettant dans le moyen infrarouge») avec comme projet la réalisation d un dispositif laser compact pompé électriquement émettant dans le moyen infrarouge à température ambiante à base de films minces de ZnSe dopés Cr 2+. Contexte : Il existe une demande de plus en plus importante pour des sources laser bon marché émettant dans le moyen infrarouge (MIR) à température ambiante pour différentes applications incluant la détection des constituants atmosphériques, la communication optique et le domaine de la médecine. De part ses propriétés optiques et structurales, le Cr 2+ : ZnSe est devenu le candidat idéal pour une émission largement accordable dans la région 2-3 µm. Depuis cette découverte, de nombreux travaux effectués sur les propriétés optiques de cristaux de Cr 2+ :ZnSe ont été publiés et la mise en évidence récente d un signal d électroluminescence dans le MIR dans des cristaux de Cr 2+ :ZnSe a ouvert des possibilités pour le pompage électrique de ces structures. Toutefois, les mécanismes d excitation électrique et optique des ions Cr 2+ dans ZnSe sont encore sujets à de nombreux débats dans la littérature et très peu de résultats portent sur l élaboration d un tel matériau sous forme de films minces. 1

2 Résultats obtenus : Dans l objectif de développer un laser compact pompé électriquement, des films minces de Cr 2+ :ZnSe ont été élaborés par pulvérisation magnétron rf. Au cours de ce travail plusieurs techniques de caractérisation structurale et microstructurale telles que la diffraction et la réflectivité des rayons X, la spectroscopie Raman, les microscopies électronique en transmission (MET) et à force atomique (AFM), les spectroscopies de rétrodiffusion Rutherford (RBS), et de masse d ions secondaires (SIMS) et Optique telles que les spectroscopies d absorption optique et de photoluminescence (PL), ont été utilisées. Les paramètres de dépôts (masse de Cr sur la cible, puissance rf, pression d Argon, température des substrats, distance substrats - cible) ont été optimisés afin d obtenir des films présentant une luminescence maximale dans le MIR. Sur la Figure 1, le spectre de PL du film «optimisé» est comparable à celui d un monocristal de Cr 2+ :ZnSe de référence, indiquant que le chrome a bien été introduit dans les films dans l état de valence 2+ en substitution des ions Zn 2+. La durée de vie de fluorescence des ions Cr 2+ dans le film correspondant a été estimée à 2.8 µs à température ambiante, valeur plus faible que celle du monocristal de référence (5.5 µs) qui peut être justifiée par la présence éventuelle de défaut structuranux dans la matrice hôte de ZnSe ou par la présence de Chrome dans un état de valence différent de Cr 2+. Les films obtenus sont très bien cristallisés, et caractérisés par une croissance colonnaire avec une texture dans la direction <111>. Les similarités entre les propriétés optiques des films déposés et celles du monocristal de référence constituent une raison suffisante pour envisager le pompage électrique des films, qui a déjà été démontré sur des monocristaux de Cr 2+ :ZnSe. Figure 1 : Comparaison des spectres de photoluminescence normalisés à l épaisseur du film «optimisé» et du monocristal de référence acquis à température ambiante. Tous ces travaux ont donnés lieux à 6 articles publiés dans des revues internationales 2

3 3. Post-doc CEA Le Ripault ( ) J ai effectué un effectué un contrat postdoctoral de deux ans au centre CEA DAM Le Ripault à Monts (37) sur l étude microstructurale d électrodes de piles à combustible de type SOFC. L objectif principal de ce contrat était de développer de nouvelles techniques de caractérisation microstructurale des matériaux de piles à combustible puis de corréler les résultats obtenus avec des mesures de performances électriques et électrochimiques. Contexte Une SOFC (Solid Oxide Fuel Cell, qui fonctionne à haute température : C) est constituée de deux électrodes poreuses conductrices électronique et ionique. L électrolyte doit être parfaitement dense (porosité nulle), excellent conducteur ionique et isolant électrique (Figure 2). Figure 2 : Principe de fonctionnement d une SOFC (http://www.alphea.com/upload/1cdc5_sofc.pdf ) Les réactions électrochimiques inscrites sur la Figure 2 ne se produisent pas de manière homogène dans toute l électrode, mais uniquement dans les régions où les trois phases coexistent (pores, conducteur ionique, conducteur électronique) appelées TPB «Triple Phase Boundary». En résumé, la microstructure des électrodes influe considérablement sur ses performances, autrement dit il est indispensable de bien connaître la microstructure des matériaux si l on souhaite en améliorer les performances électrochimiques. Il est donc important de connaître d une part la répartition des trois phases dans l électrode, et d autre part leur état de percolation ; c est pourquoi dans un premier temps je présenterai nos travaux concernant la reconstruction 3D d électrodes SOFC par tomographie FIB-SEM 1 puis dans un second temps une étude plus succincte de la percolation du nickel dans une anode par SEM. 1/ Reconstruction et Analyse 3D d électrodes SOFC Les techniques usuelles de caractérisation microstructurales (SEM, TEM, XRD) ne permettent pas d accéder à des informations 3D (fraction volumique, percolation, densité de TPB) qui sont d une grande importance dans le cas des électrodes SOFC. 1 FIB-SEM : Focused Ion Beam - Scanning Electron Microscopy 3

4 Parmi les techniques de reconstruction 3D désormais disponibles (Figure 3) la seule technique de laboratoire qui associe une résolution (~ nm) et un volume d étude appropriés (~ 1000 µm 3 ) à l étude des électrodes SOFC est la tomographie FIB-SEM 2. Cette technique qui a vu le jour vers les années 2000 consiste à utiliser un microscope électronique à balayage (SEM) doté d un faisceau d ions focalisé (FIB) qui permet d ablater le matériau sur une très faible épaisseur reproductible (quelques dizaines de nm). Figure 3 et 4: Techniques de reconstruction 3D et Principe du FIB-SEM (http://cime.epfl.ch/ ). La succession d étapes d ablation ionique et d imagerie électronique permet d obtenir une série d images SEM qui peuvent ensuite être concaténées à l aide d un logiciel pour reconstruire le volume d étude. Cette technique utilisée en sciences des matériaux (alliages métalliques, polymères, milieux poreux variés), en géologie (microporosité des roches, pétrologie), mais aussi de plus en plus en neuroscience (réseaux de neurones, chromosomes). La préparation de l échantillon (enrobage, polissage) et les conditions opératoires des étapes d ablation (courant, surface à ablater) et d imagerie (détecteur, mode acquisition) se sont avérées déterminantes pour la qualité de la pile d images à acquérir. La procédure (Figure 5) est désormais maitrisée et plusieurs piles d une centaine d images ont été acquises. 2 Les résultats récents de tomographie X se rapprochent de ce cahier des charges, cependant la préparation des échantillons est plus complexe que pour le FIB. 4

5 Figure 5 : Procédure de la reconstruction 3D par tomographie FIB d un cermet Ni-YSZ. La visualisation 3D a été effectuée grâce au logiciel commercial VSG-AVIZO. L analyse des données a été effectuée en partie avec ce même logiciel, mais j ai également développé un programme complet et efficace (langage C, collaboration S. CHUPIN) pour déterminer certaines grandeurs caractéristiques (ex : densité de TPB). Comme résumé dans le Tableau 1, deux approches complémentaires ont été utilisées : (1) La détermination de «paramètres» microstructuraux 3D (fraction volumique, connectivité, surface spécifique, densité de TPB) et (2) L implémentation du volume reconstruit directement dans un programme de simulation des propriétés de transport. Ainsi, nous avons résolu l équation de diffusion pour déterminer les conductivités effectives thermique, ionique et électronique des électrodes ainsi que la tortuosité des phases solides. Pour valider cette technique nous avons tout d abord travaillé sur une série de cermets Ni- YSZ élaborés par sérigraphie au RIPAULT avec différentes proportions de NiO (réduit ensuite en Ni), ceci nous a permis de mieux cerner les phénomènes de percolation et d établir des corrélations entre les paramètres d élaboration, la microstructure et les propriétés macroscopiques (Figures 6 à 8). Nous avons ensuite démontré que cette technique était applicable à des électrodes commerciales dotés d une microstructure plus complexe. Afin de démontrer que la technique de tomographie FIB ne s applique pas uniquement aux électrodes SOFC, j ai effectué des travaux préliminaires de reconstruction 3D de céramique (YSZ) afin d en étudier la microstructure (micro-fissures et porosité) et de simuler ses propriétés mécaniques. Les premiers résultats sont très encourageants (Figure 9). Tous ces travaux ont donnés lieux à 3 articles publiés dans des revues internationales 5

6 Figure 6 : Microstructure 3D reconstruites par tomographie FIB de plusieurs cermets poreux Ni-YSZ élaborés avec différentes fractions massique de NiO (dimensions des volumes : environ 8 µm *8 µm * 8 µm ; transparent : pores, bleu : YSZ, jaune : Ni). Figure 7 : Fraction volumique et état de percolation des trois phases (Figure 6). De A1 à A5, la fraction volumique de Ni et des pores augmente (réduction du NiO en plus grande quantité) alors que celle du YSZ diminue. Les phases YSZ et pores sont très bien percolées. Pour A1 et A2, le Ni n est pas du tout percolé (les particules de Ni sont isolées les unes des autres) ces échantillons sont isolants électrique, en revanche à partir de A3, les particules de Ni percolent et on s attend ainsi à une meilleure conductivité électrique. Figure 8 : Densité de TPB actifs des cermets reconstruits dans la Figure 6. Un TPB a été définit comme actif si il relie 3 réseaux percolés. La densité de TPB actifs est maximale pour l échantillon A4 (meilleure propriété électrochimique à priori). 6

7 Figure 9 : Travaux préliminaires de reconstruction 3D d une céramique 8YSZ pour l étude de sa microstructure et la simulation de ses propriétés mécaniques. Determination de paramètres moyens 3D Implémentation du volume reconstruit dans un programme de simulation (Propriétés de Transport) Grandeur Proportion volumique des phases Connectivité et percolation des phases Surface et interface spécifique Points de triple contact : TPB Tortuosité (τ) Conductivités effectives (thermique, électronique, ionique). Technique Seuillage Regroupement des voxels de même nature en clusters puis étude du contact de ceux-ci avec les faces du volume d étude Rapport de la surface ou de l interface sur le volume total Dénombrement des arêtes en contact avec trois voxels de nature différente Sur la figure : Définition d un TPB. Random walk Calculation, Résolution de l équation de transport par une méthode de différences finies (FDM) ; idem précédent en utilisant les conductivités effectives élémentaires Tableau 1 : Grandeurs extraites de l analyse du volume reconstruit par tomographie FIB. 7

8 2/ Etude de la percolation du Ni dans un cermet Ni-YSZ Nous avons mis en place une technique de contraste de charge (PVC : passive voltage contrast technique, Solid State Ionics 178, 1984, 2008) pour caractériser l état de percolation de la phase Ni dans des cermets Ni-YSZ. L objectif étant distinguer sur des images SEM, le Ni qui percole et qui est donc conducteur électrique, du Ni qui ne percole pas et qui est donc isolant. Pour une étude quantitative, il est nécessaire d utiliser deux détecteurs SE : un détecteur SE latéral qui fournit une «Z-contrast image» et un détecteur SE inlens qui fournit la fameuse «charge image». Sur la Figure 10, (1) la «Z-contrast image» permet de séparer les phases pores (noir), YSZ (gris) et Ni (blanc) (2,3). La phase Ni percolé (en vert dans (5)) est issue da la «charge image (4). La soustraction des images (3) et (5) permet alors d obtenir la phase Ni non-percolé ((6), en rouge). L image (7) combines les 4 phases segmentées (2,5,6): pores (noir), 8YSZ (gris), Ni percolé (vert), Ni non-percolé (rouge). Figure 10 : Procédure de détermination de la proportion de chacune des 4 phases du cermet Ni-YSZ (7): Ni percolé (vert, 23 %), Ni non percolé (rouge, 6%), pores (noir, 40 %), YSZ (gris, 31 %). Images SEM acquises à 0.5 kv. L échelle est la même sur les 7 images. La préparation préalable de l échantillon et les conditions d acquisition de l image ont été optimisées afin d obtenir des images sur lesquelles on distingue clairement les 4 phases: YSZ, pores (résine), Ni percolé, Ni non percolé. Ce type d étude a été effectué sur des électrodes élaborées par différentes techniques ou avec différentes compositions. Cette technique «PVC» constitue un outil simple pour caractériser rapidement la conductivité électrique d un cermet, comparer des échantillons et observer des modifications induites par des cycles rédox ou de vieillissement. 8

9 4. Post-doc dans la société Orsay Physics (depuis 06/2011) Orsay Physics (http://www.orsayphysics.com/ ) est une PME Française localisée à FUVEAU (13) qui fait partie des leaders mondiaux dans la conception et la production de colonnes ioniques et électroniques (FIB et FEB) et de systèmes d injection de gaz (GIS). Mon postdoc concerne le développement d un nouvel instrument associant une colonne ionique (FIB) spécifique et un spectromètre de masse à temps de vol (SIMS). Les analyses chimiques locales résultantes permettront de caractériser des structures pour la microélectronique, les nanosciences mais aussi les revêtements pour la biologie. Mise en place d'analyses chimiques locales grâce à un nouveau dispositif FIB-SIMS. Caractérisation et optimisation de colonnes FIB, FEB Modélisation optique ionique SIMS (spectroscopie de masse d ions secondaires) Collaborations nationales : ATMEL, ST Microélectronics, Biophy, CINAM Marseille. En cours de rédaction En attendant, la suite vous trouverez ci dessous un descriptif sur le SIMS (issu de : ) 9

10 FIB-SIMS details from TOF mass spectrometry is based on the fact that ions with the same energy but different masses travel with different velocities. Basically, ions formed by a short ionisation event are accelerated by an electrostatic field to a common energy and travel over a drift path to the detector. The lighter ones arrive before the heavier ones and a mass spectrum is recorded. Measuring the flight time for each ion allows the determination of its mass. This cycle is repeated with a repetition rate which depends on the flight time of the highest mass to be recorded. In a more sophisticated design, the TOF analyser corrects for small differences in initial energy and angle in order to achieve high mass resolution. Combinations of linear drift paths and electrostatic sectors or ion mirrors are used and results with mass resolutions, M/dM, above 10,000 can be achieved. Major advantages of this approach over quadrupole and magnetic sector type analysers are the extremely high transmission, the parallel detection of all masses and the unlimited mass range. In TOF-SIMS, a start time of all secondary ions is defined by using a pulsed primary ion beam. Extremely short ion pulses with duration below 1 nanosecond are applied for high mass resolution analysis. These ion pulses are formed from a continuous beam by a pulsing unit and can be compressed in time by electro-dynamic fields (Bunching). 10

11 The pulsed beam can be focussed to a small spot (Ion Microprobe) to address a small area of interest and can be rastered to determine the lateral distribution of elements and molecules (Imaging SIMS). During the drift time of the secondary ions, the extraction field is switched off and low energy electrons are used to compensate for any surface charging caused by primary or secondary particles (Charge Compensation). Thus all types of bulk insulators can be analysed without any problems. The time during which the extraction field is switched off can also be used to apply low energy ion beams for sample erosion. In this case the low energy beam forms a sputter crater, the centre of which is analysed by the pulsed beam (Dual Beam Mode). For the analysis of the sputtered neutrals, pulsed laser beams can be used. The cloud of neutral particles above the surface desorbed by the pulsed primary ion beam are ionised by very intense laser radiation (Laser post-ionisation). In doing so, the high number of neutrals also being desorbed by the primary ion pulse, become accessible for mass analysis and therefore increase the sensitivity for elemental species. The x, y, z coordinates and mass of every secondary ion reaching the detector are stored. A software can reconstruct spectra from any coordinate or group of coordinates, images from any section, vertical or horizontal, depth profiles from any selected area and various 3D views as required. 11

Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux

Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux Revue des Energies Renouvelables ICRESD-07 Tlemcen (2007) 47 52 Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux F. Otmani *, Z. Fekih, N. Ghellai, K. Rahmoun et N.E. Chabane-Sari Unité de Recherche

Plus en détail

INSTRUMENTS DE MESURE

INSTRUMENTS DE MESURE INSTRUMENTS DE MESURE Diagnostique d impulsions lasers brèves Auto corrélateur à balayage modèle AA-10DD Compact et facile d emploi et de réglage, l auto corrélateur AA-10DD permet de mesurer des durées

Plus en détail

Les rencontres scientifiques du vendredi

Les rencontres scientifiques du vendredi Les rencontres scientifiques du vendredi Un élément de l Animation Scientifique de l axe 2 Techniques & Méthodes : Mesurer la taille des Particules Natalia Nicole Rosa Doctorante de l Axe 2 UMR IATE 29

Plus en détail

L PRESENTATION GENERALE SCPIO

L PRESENTATION GENERALE SCPIO L PRESENTATION GENERALE SCPIO Nom : DEPARTEMENT PLATEFORME TECHNOLOGIQUE Sigle: CEA / DRT / LETI / DPTS SILICUIM Etablissement : CEA Grenoble Adresse : 7 rue des Martyrs Site Web : 804 GRENOBLE Cedex 9

Plus en détail

PLASMA / SOLAIRE / NANO. Françoise MASSINES PROMES - CNRS LIA STEP

PLASMA / SOLAIRE / NANO. Françoise MASSINES PROMES - CNRS LIA STEP PLASMA / SOLAIRE / NANO Françoise MASSINES PROMES - CNRS LIA STEP Notre laboratoire : PROMES Procédés Matériaux Energie Solaire Unité propre du CNRS, laboratoire de l INSIS (Institut des Sciences de l

Plus en détail

LAboRAToiRE expertises Chimiques & physico- Chimiques Le Laboratoire Expertises Chimiques & Physicochimiques (LECP) caractérise les matériaux, principalement inorganiques, afin de déterminer leur composition

Plus en détail

PLATE-FORME DE MICROSCOPIE ÉLECTRONIQUE À TRANSMISSION

PLATE-FORME DE MICROSCOPIE ÉLECTRONIQUE À TRANSMISSION PLATE-FORME DE MICROSCOPIE ÉLECTRONIQUE À TRANSMISSION Dr. Mohamed SENNOUR Responsable de la plate-forme JOURNÉE PLATES-FORMES EVRY, GÉNOCENTRE 25 juin 2013 Contexte et historique 2000 : constitution du

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

BICNanoCat. Bombardement Ionique pour la Création de Nano Catalyseurs. Denis Busardo Directeur Scientifique, Quertech

BICNanoCat. Bombardement Ionique pour la Création de Nano Catalyseurs. Denis Busardo Directeur Scientifique, Quertech BICNanoCat Bombardement Ionique pour la Création de Nano Catalyseurs Denis Busardo Directeur Scientifique, Quertech ANR BICNanoCat DAS Concerné : Énergie Environnement Appel à projets : réduction des émissions

Plus en détail

Journée d étude «Nano : enjeux et risques» 24 avril 2015 Catherine HENRIST ULg-GreenMAT. Caractérisation et stabilisation des nanopoudres

Journée d étude «Nano : enjeux et risques» 24 avril 2015 Catherine HENRIST ULg-GreenMAT. Caractérisation et stabilisation des nanopoudres Journée d étude «Nano : enjeux et risques» 24 avril 2015 Catherine HENRIST ULg-GreenMAT Caractérisation et stabilisation des nanopoudres Journée d étude «Nano : enjeux et risques» 24 avril 2015 Catherine

Plus en détail

ASSURER LA QUALITE DES RESULTATS D ESSAI ET D ETALONNAGE Assuring the quality of test and calibration results

ASSURER LA QUALITE DES RESULTATS D ESSAI ET D ETALONNAGE Assuring the quality of test and calibration results ASSURER LA QUALITE DES RESULTATS D ESSAI ET D ETALONNAGE Assuring the quality of test and calibration results Soraya Amarouche Armelle Picau Olivier Pierson Raphaël Deal Laboratoire National de Métrologie

Plus en détail

Voir dans le nanomonde

Voir dans le nanomonde Voir dans le nanomonde Spectroscopie La lumière visible permettra-t-elle de «voir» les atomes? Fréquence micro onde Infrarouge Visible et UV Rayon X réaction des molécules rotation vibration des liaisons

Plus en détail

La gravure. *lagravureparvoiehumide *lagravuresèche

La gravure. *lagravureparvoiehumide *lagravuresèche La gravure Après avoir réalisé l étape de masquage par lithographie, il est alors possible d effectuer l étape de gravure. L étape de gravure consiste à éliminer toutes les zones non protégées par la résine

Plus en détail

Les activités de Recherche et Développement sur les sources d ions au LPSC

Les activités de Recherche et Développement sur les sources d ions au LPSC Les activités de Recherche et Développement sur les sources d ions au LPSC 1. Introduction aux Source d ions ECR 2. Booster de Charge 3. LBE Spiral2 et source d ions lourds Q/A=1/3 4. R&D 60 GHz 5. Projet

Plus en détail

Caractérisations des nanomatériaux par microscopies électroniques

Caractérisations des nanomatériaux par microscopies électroniques GDR Verres GDR 3338 Caractérisations des nanomatériaux par microscopies électroniques Nicolas Menguy Institut de Minéralogie et Physique des Milieux Condensés Plan Partie 1 - Le microscope électronique

Plus en détail

Un extraordinaire instrument d analyse des surfaces

Un extraordinaire instrument d analyse des surfaces Communiqué de presse Dübendorf,St. Gall, Thun, le 22 août 2013 Deux-en-un : le NanoChemiscope 3D Un extraordinaire instrument d analyse des surfaces Le NanoChemiscope 3D est une merveille issue des plus

Plus en détail

Photoactivatable Probes for Protein Labeling

Photoactivatable Probes for Protein Labeling Photoactivatable Probes for Protein Labeling THÈSE N O 4660 (2010) PRÉSENTÉE LE 26 MARS 2010 À LA FACULTÉ SCIENCES DE BASE LABORATOIRE D'INGÉNIERIE DES PROTÉINES PROGRAMME DOCTORAL EN CHIMIE ET GÉNIE CHIMIQUE

Plus en détail

Les appareillages des Spectrométrie optique

Les appareillages des Spectrométrie optique ATELIERS DE BIOPHOTONIQUE Les appareillages des Spectrométrie optique 1. Spectroscopies optiques conventionnelles Spectrophotomètre, Spectrofluorimètre, 2. Analyse Spectrale en Microscopie de fluorescence

Plus en détail

Etude des nanofils en trois dimensions et à l échelle atomique par sonde atomique tomographique.

Etude des nanofils en trois dimensions et à l échelle atomique par sonde atomique tomographique. Etude des nanofils en trois dimensions et à l échelle atomique par sonde atomique tomographique. Mike El Kousseifi K. Hoummada, F. Panciera, D. Mangelinck IM2NP, Aix Marseille Université-CNRS, Faculté

Plus en détail

Technologie de fabrication des pointes AFM et leur utilisation en mode électrique Gilbert GILLMANN NanoAndMore France

Technologie de fabrication des pointes AFM et leur utilisation en mode électrique Gilbert GILLMANN NanoAndMore France Technologie de fabrication des pointes AFM et leur utilisation en mode électrique Gilbert GILLMANN NanoAndMore France Initiation à la Microscopie à force atomique - Spécialisation électrique 12 Mars 2008

Plus en détail

Application à l astrophysique ACTIVITE

Application à l astrophysique ACTIVITE Application à l astrophysique Seconde ACTIVITE I ) But : Le but de l activité est de donner quelques exemples d'utilisations pratiques de l analyse spectrale permettant de connaître un peu mieux les étoiles.

Plus en détail

Contribution des faisceaux d ions à l élaboration de dispositifs pour l électronique souple

Contribution des faisceaux d ions à l élaboration de dispositifs pour l électronique souple Comité National Français de Radioélectricité Scientifique Section française de l Union Radio Scientifique Internationale Siège social : Académie des Sciences, Quai de Conti Paris Journées scientifiques

Plus en détail

Guillaume MONIER Institut Pascal UMR 6602 UBP- CNRS Equipe «Surfaces et Interfaces»

Guillaume MONIER Institut Pascal UMR 6602 UBP- CNRS Equipe «Surfaces et Interfaces» Guillaume MONIER Institut Pascal UMR 6602 UBP- CNRS Equipe «Surfaces et Interfaces» Plan de la présenta-on : 1- Microscopie électronique : - Microscope électronique à Balayage (MEB) - Microscope électronique

Plus en détail

Microscopie électronique en

Microscopie électronique en Microscopie électronique en transmission I. Instrument Nadi Braidy Professeur adjoint Génie chimique et Génie biotechnologique Université de Sherbrooke Nadi.Braidy@USherbrooke.ca 8 mars 2011 Plan I. Instrument

Plus en détail

La plate-forme Caractérisation CIM PACA

La plate-forme Caractérisation CIM PACA La plate-forme Caractérisation CIM PACA Un partenaire de choix pour la caractérisation chimique de vos matériaux Partenaires: Qui sommes-nous? La plate-forme Caractérisation CIM PACA est une association

Plus en détail

Traitement des surfaces métalliques et contrôle des interfaces. GIS Surface des Matériaux Journée Thématique 21 Février 2006

Traitement des surfaces métalliques et contrôle des interfaces. GIS Surface des Matériaux Journée Thématique 21 Février 2006 Traitement des surfaces métalliques et contrôle des interfaces GIS Surface des Matériaux Journée Thématique 21 Février 2006 Les défis d aujourd hui: Les nouveaux substrats Revêtir et préserver Fonctionnaliser

Plus en détail

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships A project under the Intelligent Energy Europe programme Contract Number: IEE/10/130 Deliverable Reference: W.P.2.1.3

Plus en détail

Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles

Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles Février 2012 Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles CONFIDENTIEL Sommaire Mise en contexte sur DMA / LM Objectifs du programme de DMA / LM Composantes

Plus en détail

Correction ex feuille Etoiles-Spectres.

Correction ex feuille Etoiles-Spectres. Correction ex feuille Etoiles-Spectres. Exercice n 1 1 )Signification UV et IR UV : Ultraviolet (λ < 400 nm) IR : Infrarouge (λ > 800 nm) 2 )Domaines des longueurs d onde UV : 10 nm < λ < 400 nm IR : 800

Plus en détail

Séquence 9. Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière

Séquence 9. Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière Séquence 9 Consignes de travail Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière Travaillez les cours d application de physique. Travaillez les exercices

Plus en détail

Pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ DE LIMOGES (France) Ph. D. DE L UNIVERSITÉ DE SHERBROOKE (Canada) Gwénaëlle RENOUARD-VALLET

Pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ DE LIMOGES (France) Ph. D. DE L UNIVERSITÉ DE SHERBROOKE (Canada) Gwénaëlle RENOUARD-VALLET UNIVERSITE DE LIMOGES Faculté des Sciences Ecole Doctorale Sciences - Technologie-Santé Laboratoire Sciences des Procédés Céramiques et Traitements de Surfaces (SPCTS) UNIVERSITE DE SHERBROOKE Faculté

Plus en détail

Microscopie de fluorescence Etat de l art

Microscopie de fluorescence Etat de l art Etat de l art Bibliométrie (Web of sciences) CLSM GFP & TPE EPI-FLUORESCENCE 1 Fluorescence Diagramme de JABLONSKI S2 S1 10-12 s Excitation Eex Eem 10-9 s Émission Courtoisie de C. Spriet

Plus en détail

Caractérisations des nanomatériaux par microscopies électroniques

Caractérisations des nanomatériaux par microscopies électroniques Caractérisations des nanomatériaux par microscopies électroniques Nicolas Menguy Institut de Minéralogie et Physique des Milieux Condensés Plan Partie 1 - Le microscope électronique en transmission (M.E.T.)

Plus en détail

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Document du professeur 1/7 Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS Physique Chimie SPECTRES D ÉMISSION ET D ABSORPTION Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Les étoiles : l analyse de la lumière provenant

Plus en détail

APPLICATIONS DE L'IMPLANTATION IONIQUE POUR LE BIOMEDICAL

APPLICATIONS DE L'IMPLANTATION IONIQUE POUR LE BIOMEDICAL Ion Beam Services ZI Peynier / Rousset Rue G. Imbert Prolongée 13790 Peynier, France Tel. : +33 4 42 53 89 53 Fax : + 33 4 42 53 89 59 Email : frank.torregrosa@ion-beam-services.fr APPLICATIONS DE L'IMPLANTATION

Plus en détail

Principe d'alimentation par convertisseurs multiniveaux à stockage intégré - Application aux accélérateurs de particules

Principe d'alimentation par convertisseurs multiniveaux à stockage intégré - Application aux accélérateurs de particules Principe d'alimentation par convertisseurs multiniveaux à stockage intégré - Application aux accélérateurs de particules THÈSE N O 4034 (2008) PRÉSENTÉE le 30 mai 2008 À LA FACULTÉ DES SCIENCES ET TECHNIQUES

Plus en détail

Ing. M. VAN DROOGENBROEK Dr J. LECOINTRE PIERRARD Virton

Ing. M. VAN DROOGENBROEK Dr J. LECOINTRE PIERRARD Virton Influence d un film viscoélastique ultra-mince sur la réponse d une pointe oscillante : vers un aspect quantitatif du mode semi contact d un microscope à force atomique Ing. M. VAN DROOGENBROEK Dr J. LECOINTRE

Plus en détail

pour applications spatiales

pour applications spatiales Systèmes d imagerie 3D flash LiDAR pour applications spatiales Alexandre Pollini, Centre Suisse d Electronique et de Microtechnique Toulouse, 07.04.2013 atelier "Systèmes embarqués d'imagerie 3D par laser"

Plus en détail

La microscopie à force atomique (AFM)

La microscopie à force atomique (AFM) NANOFONC 5 mars 2010 Nantes La microscopie à force atomique (AFM) http://www.univ-lemans.fr/~bardeau/labolpec/surfpropspec/indexsurface.html N. DELORME (MC), J.F. BARDEAU (CR) Laboratoire de Physique de

Plus en détail

MESURES DE DILATOMETRIE SUR DEUX NUANCES D ACIER INOX : 1.4542 ET 1.4057 le 04/01/00

MESURES DE DILATOMETRIE SUR DEUX NUANCES D ACIER INOX : 1.4542 ET 1.4057 le 04/01/00 1 EIDGENÖSSISCHE TECHNISCHE HOCHSCHULE LAUSANNE POLITECNICO FEDERALE DI LOSANNA SWISS FEDERAL INSTITUTE OF TECHNOLOGY LAUSANNE DEPARTEMENT DE MICROTECHNIQUE INSTITUT DE PRODUCTION MICROTECHNIQUE CH - 1015

Plus en détail

Chapitre II. Étude de risques spécifiques. Risques optiques

Chapitre II. Étude de risques spécifiques. Risques optiques Chapitre II Étude de risques spécifiques Risques optiques L exposition maximale permise (E.M.P.) est le niveau maximal auquel l œil peut être exposé sans subir de dommage immédiat ou à long terme. Cette

Plus en détail

Objectif du groupe GT1.1 Fusion de Données

Objectif du groupe GT1.1 Fusion de Données Objectif du groupe GT1.1 Fusion de Données Le groupe travaille dans trois directions Le vocabulaire (piloté par ADVITAM et l aide de SITE) L état de l art (piloté par SYROKKO) Deux applications illustratives

Plus en détail

A PROPOS DE NANOWORLD

A PROPOS DE NANOWORLD A PROPOS DE NANOWORLD La Nanotechnologie est notre spécialité. La précision, notre tradition. L innovation est notre raison de vivre. C est pourquoi nous nous sentons particulièrement bien en Suisse, une

Plus en détail

Procédés plasmas à faisceau d ions. P.Y. Tessier

Procédés plasmas à faisceau d ions. P.Y. Tessier Procédés plasmas à faisceau d ions P.Y. Tessier Institut des Matériaux Jean Rouxel, CNRS Groupe des plasmas et des couches minces Université de Nantes Plan Introduction Gravure par faisceau d ions Dépôt

Plus en détail

Mon métier, mon parcours

Mon métier, mon parcours Mon métier, mon parcours Les métiers de la Physique Le domaine Sciences, Technologies, Santé Alexis, chargé de recherche diplômé d un Master Physique du rayonnement et de la matière et d un Doctorat en

Plus en détail

1) Explications (Expert) :

1) Explications (Expert) : 1) Explications (Expert) : Mesures expérimentales : Dans nos conditions d expérience, nous avons obtenu les résultats suivants : Les dimensions des récipients sont : 1) bocal vide : épaisseur de verre

Plus en détail

TS Physique L automobile du futur Electricité

TS Physique L automobile du futur Electricité P a g e 1 TS Physique Electricité Exercice résolu Enoncé Le moteur thermique, étant très certainement appelé à disparaître, les constructeurs automobiles recourront probablement au «tout électrique» ou

Plus en détail

Propriétés électriques des semiconducteurs

Propriétés électriques des semiconducteurs Chapitre 1 Propriétés électriques des semiconducteurs De nombreux composants électroniques mettent à profit les propriétés de conduction électrique des semiconducteurs. Ce chapitre décrit comment un semiconducteur

Plus en détail

Préparation de lame TEM dans un FIB principe, avantages, inconvénients

Préparation de lame TEM dans un FIB principe, avantages, inconvénients Préparation de lame TEM dans un FIB principe, avantages, inconvénients B. Domengès Journée scientifique annuelle de l Institut de Recherche sur les matériaux avancés 28 juin 2012 - Caen Plan Introduction

Plus en détail

Laboratory accredited by the French Home Office (official gazette date February 5 th, 1959, modified) Valid five years from August 27 th, 2013

Laboratory accredited by the French Home Office (official gazette date February 5 th, 1959, modified) Valid five years from August 27 th, 2013 CLASSIFICATION REPORT OF REACTION TO FIRE PERFORMANCE IN ACCORDANCE WITH THE EUROPEAN STANDARD EN 350-+A: 203 and in compliance with the French Home Office Regulation dated November 2 st, 2002 concerning

Plus en détail

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires I. Introduction II. Les microscopes 1. Le microscope optique 2. Le microscope à fluorescence 3. Le microscope confocal 4. Le microscope électronique

Plus en détail

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points)

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) BAC S 2011 LIBAN http://labolycee.org EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) Les parties A et B sont indépendantes. A : Étude du fonctionnement d un spectrophotomètre

Plus en détail

Microscopies en champ proche ou à sonde locale Gilles Parent

Microscopies en champ proche ou à sonde locale Gilles Parent Microscopies en champ proche ou à sonde locale Gilles Parent Nancy, 26 avril 2012 Introduction, historique STM (Scanning tunneling Microscope, microscope à effet tunnel électronique) : Binnig et Rohrer

Plus en détail

Emmanuel.rousseau@institutoptique.fr

Emmanuel.rousseau@institutoptique.fr E. Rousseau, J-J Greffet Institut d optique Graduate School S. Volz LIMMS, UMI CNRS University of Tokyo, EM2C A. Siria, J. Chevrier Institut Néel-CNRS Grenoble F. Comin ESRF Grenoble Emmanuel.rousseau@institutoptique.fr

Plus en détail

CLASSEMENT DE LA REACTION AU FEU CONFORMEMENT A L EN 13501-1 + A1 : 2013

CLASSEMENT DE LA REACTION AU FEU CONFORMEMENT A L EN 13501-1 + A1 : 2013 Dossier / File P128500 - Document DE/1 - Page 1/6 Ce rapport constitue une extension du rapport de classement n M091439-DE/4 This report is an extension of the classification report n M091439-DE/4 CLASSEMENT

Plus en détail

Champ électromagnétique?

Champ électromagnétique? Qu est-ce qu un Champ électromagnétique? Alain Azoulay Consultant, www.radiocem.com 3 décembre 2013. 1 Définition trouvée à l article 2 de la Directive «champs électromagnétiques» : des champs électriques

Plus en détail

ETUDE QUANTITATIVE D UN LASER PULSE A LIQUIDE APROTIQUE POLAIRE

ETUDE QUANTITATIVE D UN LASER PULSE A LIQUIDE APROTIQUE POLAIRE ETUDE QUANTITATIVE D UN LASER PULSE A LIQUIDE APROTIQUE POLAIRE Abstract. It is first demonstrated how it is possible to calculate the amplification coefficient of a laser medium from the efficiency slopes

Plus en détail

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples.

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples. Référentiel CAP Sciences Physiques Page 1/9 SCIENCES PHYSIQUES CERTIFICATS D APTITUDES PROFESSIONNELLES Le référentiel de sciences donne pour les différentes parties du programme de formation la liste

Plus en détail

Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises

Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises Workshop on Integrated management of micro-databases Deepening business intelligence within central banks statistical

Plus en détail

FEDERATION INTERNATIONALE DE L AUTOMOBILE. Norme 8861-2000

FEDERATION INTERNATIONALE DE L AUTOMOBILE. Norme 8861-2000 FEDERATION INTERNATIONALE DE L AUTOMOBILE Norme 8861-2000 NORME FIA CONCERNANT LA PERFORMANCE DES DISPOSITIFS D'ABSORPTION D'ÉNERGIE À L'INTÉRIEUR DES BARRIÈRES DE PNEUS DE FORMULE UN Ce cahier des charges

Plus en détail

Simulation d'un examen anthropomorphique en imagerie TEMP à l iode 131 par simulation Monte Carlo GATE

Simulation d'un examen anthropomorphique en imagerie TEMP à l iode 131 par simulation Monte Carlo GATE Simulation d'un examen anthropomorphique en imagerie TEMP à l iode 131 par simulation Monte Carlo GATE LAURENT Rémy laurent@clermont.in2p3.fr http://clrpcsv.in2p3.fr Journées des LARD Septembre 2007 M2R

Plus en détail

Technologies quantiques & information quantique

Technologies quantiques & information quantique Technologies quantiques & information quantique Edouard Brainis (Dr.) Service OPERA, Faculté des sciences appliquées, Université libre de Bruxelles Email: ebrainis@ulb.ac.be Séminaire V : Ordinateurs quantiques

Plus en détail

Monitoring des classes de neige des calottes polaires par Envisat

Monitoring des classes de neige des calottes polaires par Envisat Monitoring des classes de neige des calottes polaires par Envisat (Résultats de WOOPI) N. Tran, A. Vernier (CLS) F. Rémy R (LEGOS) P. Féménias F (ESA) Calottes glaciaires & classification de la neige/glace

Plus en détail

4. Conditionnement et conservation de l échantillon

4. Conditionnement et conservation de l échantillon 1. Objet S-II-3V1 DOSAGE DU MERCURE DANS LES EXTRAITS D EAU RÉGALE Description du dosage du mercure par spectrométrie d absorption atomique de vapeur froide ou par spectrométrie de fluorescence atomique

Plus en détail

Date du dépôt Financement : Lot 2: Sujet avec demande de financement institutionnel en cours

Date du dépôt Financement : Lot 2: Sujet avec demande de financement institutionnel en cours Date du dépôt : 3/25/2015 9:58:24 AM Financement : Lot 2: Sujet avec demande de financement institutionnel en cours Date limite de candidature : Conditions restrictives de candidature : Un co-financement

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

Politique régionale pour le développement de l enseignement supérieur et de la recherche. Allocations de recherche doctorale (ARED) Fiche projet 2015

Politique régionale pour le développement de l enseignement supérieur et de la recherche. Allocations de recherche doctorale (ARED) Fiche projet 2015 - Date de la demande : 17/03/2015 1- Identification du projet (en langue française) - Acronyme du projet (8 caractères maximum) : ElVeBaLi - Intitulé du projet (en langue française) : Electrolytes à base

Plus en détail

WEB page builder and server for SCADA applications usable from a WEB navigator

WEB page builder and server for SCADA applications usable from a WEB navigator Générateur de pages WEB et serveur pour supervision accessible à partir d un navigateur WEB WEB page builder and server for SCADA applications usable from a WEB navigator opyright 2007 IRAI Manual Manuel

Plus en détail

Transferts thermiques en plasmas thermiques

Transferts thermiques en plasmas thermiques Arc Electrique et Procédés Plasmas Thermiques Transferts thermiques en plasmas thermiques P. Freton, M. Masquère, J.J. Gonzalez LAPLACE : «Arc électrique et procédés plasmas thermiques» Les enjeux de la

Plus en détail

P.L.E.A.S.E. Painless Laser Epidermal System Needle-free drug delivery. Arne Heinrich arne.heinrich@pantec-biosolutions.com

P.L.E.A.S.E. Painless Laser Epidermal System Needle-free drug delivery. Arne Heinrich arne.heinrich@pantec-biosolutions.com P.L.E.A.S.E. Painless Laser Epidermal System Needle-free drug delivery Arne Heinrich arne.heinrich@pantec-biosolutions.com Groupe Pantec: 19 ans de tradition en ingénierie avec spécialisation en mécatronique

Plus en détail

M1 - MP057. Microscopie Électronique en Transmission Diffraction Imagerie

M1 - MP057. Microscopie Électronique en Transmission Diffraction Imagerie M1 - MP057 Microscopie Électronique en Transmission Diffraction Imagerie Nicolas Menguy Institut de Minéralogie et Physique des Milieux Condensés Plan Le microscope électronique en transmission : - colonne,

Plus en détail

Nanociencia et Moletrónica

Nanociencia et Moletrónica F. Sehlan, A. Ramírez, E. Torres, A. Zehe 913 Internet Electronic Journal* Nanociencia et Moletrónica Mayo 2007, Vol. 5, N 1, pp. 913-920 Ánalyse des surfaces des couches épitaxiales isolantes de CaF 2

Plus en détail

Polissage des Miroirs d Advanced Virgo : un nouveau défi. Les solutions envisagées

Polissage des Miroirs d Advanced Virgo : un nouveau défi. Les solutions envisagées Polissage des Miroirs d Advanced Virgo : un nouveau défi Les solutions envisagées Laurent PINARD Responsable Technique Laboratoire des Matériaux Avancés - Lyon 1 Plan de l exposé Introduction Virgo, les

Plus en détail

Le scanning dans OPERA Développements au laboratoire de LYON (IPNL)

Le scanning dans OPERA Développements au laboratoire de LYON (IPNL) Le scanning dans OPERA Développements au laboratoire de LYON (IPNL) Journées Jeunes Chercheurs 2003, La Roche-en-Ardennes - 1/16 - Perrine Royole-Degieux au programme les émulsions nucléaires dans OPERA

Plus en détail

CET AVIS EST VALABLE DU 29 JUILLET 2015 AU 18 AOUT 2015

CET AVIS EST VALABLE DU 29 JUILLET 2015 AU 18 AOUT 2015 REPUBLIQUE IENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE CENTRE DE DEVELOPPEMENT DES TECHNOLOGIES AVANCEES CET AVIS EST VALABLE DU 29 JUILLET 2015

Plus en détail

Un spectromètre à fibre plus précis, plus résistant, plus pratique Concept et logiciel innovants

Un spectromètre à fibre plus précis, plus résistant, plus pratique Concept et logiciel innovants & INNOVATION 2014 NO DRIVER! Logiciel embarqué Un spectromètre à fibre plus précis, plus résistant, plus pratique Concept et logiciel innovants contact@ovio-optics.com www.ovio-optics.com Spectromètre

Plus en détail

Eléments de caractérisation des diamants naturels et synthétiques colorés

Eléments de caractérisation des diamants naturels et synthétiques colorés Actualités gemmologiques Eléments de caractérisation des diamants naturels et synthétiques colorés Dr. Erel Eric 1 Développés depuis les années 50 pour leurs applications dans les domaines des abrasifs,

Plus en détail

Élaboration et caractérisation de cellules photovoltaïques de troisième génération à colorant (DSSC)

Élaboration et caractérisation de cellules photovoltaïques de troisième génération à colorant (DSSC) Faculté Polytechnique Élaboration et caractérisation de cellules photovoltaïques de troisième génération à colorant (DSSC) Prof. André DECROLY Dr Abdoul Fatah KANTA andre.decroly@umons.ac.be Service de

Plus en détail

Les nanotubes de carbone : 1. Structure et croissance

Les nanotubes de carbone : 1. Structure et croissance Les nanotubes de carbone : 1. Structure et croissance Les différentes formes de carbone sp 2 Structure des nanotubes mono-feuillets Structure électronique des nanotubes mono-feuillets Modèle de croissance

Plus en détail

Réalisation et automatisation d un banc de mesure de résistance pour capteurs de gaz, sous le logiciel LabVIEW.

Réalisation et automatisation d un banc de mesure de résistance pour capteurs de gaz, sous le logiciel LabVIEW. Réalisation et automatisation d un banc de mesure de résistance pour capteurs de gaz, sous le logiciel LabVIEW. Minh-Tri Ta (1) (2), Ouafae Bennis (1) (3), Zitouni Messai (2), Toufik Mouet (2), Valérie

Plus en détail

TRAVAUX DE RECHERCHE DANS LE

TRAVAUX DE RECHERCHE DANS LE TRAVAUX DE RECHERCHE DANS LE DOMAINE DE L'EXPLOITATION DES DONNÉES ET DES DOCUMENTS 1 Journée technologique " Solutions de maintenance prévisionnelle adaptées à la production Josiane Mothe, FREMIT, IRIT

Plus en détail

Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale

Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale Règlement du concours de janvier 2010 pour le recrutement de septembre 2010 Sommaire Conditions d inscription au concours... page 1 Date du

Plus en détail

Equation LIDAR : exp 2 Equation RADAR :

Equation LIDAR : exp 2 Equation RADAR : Contexte scientifique Systèmes LIDAR/RADAR Equation LIDAR : exp Equation RADAR : p (r) : puissance rétrodiffusée r : altitude ou profondeur. C : constante instrumentale. β : coefficient de rétrodiffusion

Plus en détail

Dr Berdj Haroutunian, 5, Chemin Gottret ch-1255 VEYRIER tél 00 41 (0)22 784-01-18 www.haroutunian.ch E-mail : berdj@haroutunian.ch

Dr Berdj Haroutunian, 5, Chemin Gottret ch-1255 VEYRIER tél 00 41 (0)22 784-01-18 www.haroutunian.ch E-mail : berdj@haroutunian.ch 1 L UTILISATION DU PLOMB EN DENTISTERIE : MYTHE OU REALITE Dr Berdj HAROUTUNIAN, Genève Le plomb ne devrait en principe pas être utilisé en dentisterie car il n est pas considéré comme un oligo-élément

Plus en détail

MODELE DE PRESENTATION DU PROJET

MODELE DE PRESENTATION DU PROJET MODELE DE PRESENTATION DU PROJET SITUATION ACTUELLE DU PROJET: Intitulé du PNR Code du Projet (Réservé à l administration) SCIENCES FONDAMENTALES Nouveau projet : Projet reformule: 1.1. Domiciliation du

Plus en détail

Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage. M. Prévost

Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage. M. Prévost Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage M. Prévost Version V2/ nov 2006 Structure du cours Partie 1 : Introduction Partie 2 : Mise en contact de Gaz et de

Plus en détail

UNIVERSITY OF MALTA FACULTY OF ARTS. French as Main Area in an ordinary Bachelor s Degree

UNIVERSITY OF MALTA FACULTY OF ARTS. French as Main Area in an ordinary Bachelor s Degree French Programme of Studies (for courses commencing October 2009 and later) YEAR ONE (2009/10) Year (These units start in and continue in.) FRE1001 Linguistique théorique 1 4 credits Non Compensatable

Plus en détail

Air Systems Division. Cas pratiques de calcul thermique

Air Systems Division. Cas pratiques de calcul thermique Cas pratiques de calcul thermique Thermal transfer in via holes On Printed Circuit Boards, thermal path is usually made through via holes. 1 Component cooling example One component dissipates 2 W The footprint

Plus en détail

COPYRIGHT Danish Standards. NOT FOR COMMERCIAL USE OR REPRODUCTION. DS/EN 61303:1997

COPYRIGHT Danish Standards. NOT FOR COMMERCIAL USE OR REPRODUCTION. DS/EN 61303:1997 COPYRIGHT Danish Standards. NOT FOR COMMERCIAL USE OR REPRODUCTION. DS/EN 61303:1997 COPYRIGHT Danish Standards. NOT FOR COMMERCIAL USE OR REPRODUCTION. DS/EN 61303:1997 COPYRIGHT Danish Standards. NOT

Plus en détail

SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION)

SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION) Terminale S CHIMIE TP n 2b (correction) 1 SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION) Objectifs : Déterminer l évolution de la vitesse de réaction par une méthode physique. Relier l absorbance

Plus en détail

Présentation et description des moyens disponibles Avril 2014

Présentation et description des moyens disponibles Avril 2014 Plate-forme Caractérisation CIM PACA Caractérisation des matériaux Analyse de défaillance Présentation et description des moyens disponibles Avril 2014 Sommaire Présentation de la plate-forme Liste des

Plus en détail

Application Form/ Formulaire de demande

Application Form/ Formulaire de demande Application Form/ Formulaire de demande Ecosystem Approaches to Health: Summer Workshop and Field school Approches écosystémiques de la santé: Atelier intensif et stage d été Please submit your application

Plus en détail

Laboratoire de Photophysique et de Photochimie Supra- et Macromoléculaires (UMR 8531)

Laboratoire de Photophysique et de Photochimie Supra- et Macromoléculaires (UMR 8531) Unité Mixte du CNRS (UMR8531) Institut de Chimie Directeur : Keitaro NAKATANI (PU ENS Cachan) Courrier électronique : nakatani@ppsm.ens-cachan.fr http://www.ppsm.ens-cachan.fr Problématique générale :

Plus en détail

LICENCE PROFESSIONNELLE TRAITEMENT ET CONTRÔLE DES MATERIAUX

LICENCE PROFESSIONNELLE TRAITEMENT ET CONTRÔLE DES MATERIAUX UNIVERSITE PAUL SABATIER Année Universitaire 2015 2016 Licence Professionnelle Traitement et Contrôle des Matériaux Bat. CIRIMAT 118, Route de Narbonne 31062 Toulouse cedex 04 Tél : 05 61 55 77 51 05 61

Plus en détail

Colonnes électroniques et ioniques - Détecteurs spécifiques associés : Etat de l'art présenté par les constructeurs Jeudi 2 décembre 2010

Colonnes électroniques et ioniques - Détecteurs spécifiques associés : Etat de l'art présenté par les constructeurs Jeudi 2 décembre 2010 Edité le 29/10/2010 Colonnes électroniques et ioniques - Détecteurs spécifiques associés : Etat de l'art présenté par les constructeurs Jeudi 2 décembre 2010 09h00-09h30 09h30-10h30 10h30-13h45 14h00-14h30

Plus en détail

A partir de ces différents matériels, l administrateur a déterminé huit configurations différentes. Il vous demande de les compléter.

A partir de ces différents matériels, l administrateur a déterminé huit configurations différentes. Il vous demande de les compléter. Exonet - Ressources mutualisées en réseau Description du thème Propriétés Intitulé long Formation concernée Présentation Modules Activités Compétences ; Savoir-faire Description Ressources mutualisées

Plus en détail

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ANALYSIS OF THE EFFICIENCY OF GEOGRIDS TO PREVENT A LOCAL COLLAPSE OF A ROAD Céline BOURDEAU et Daniel BILLAUX Itasca

Plus en détail

L actu de la Centrale de

L actu de la Centrale de L actu de la Centrale de Technologie Universitaire IEF-MINERVE Centrale de Technologie Universitaire Volume 1, numéro 1 Printemps 2007 Microsystèmes Imageries Nanosciences Enseignement Recherche Valorisation

Plus en détail

Mario Geiger octobre 08 ÉVAPORATION SOUS VIDE

Mario Geiger octobre 08 ÉVAPORATION SOUS VIDE ÉVAPORATION SOUS VIDE 1 I SOMMAIRE I Sommaire... 2 II Évaporation sous vide... 3 III Description de l installation... 5 IV Travail pratique... 6 But du travail... 6 Principe... 6 Matériel... 6 Méthodes...

Plus en détail

Forthcoming Database

Forthcoming Database DISS.ETH NO. 15802 Forthcoming Database A Framework Approach for Data Visualization Applications A dissertation submitted to the SWISS FEDERAL INSTITUTE OF TECHNOLOGY ZURICH for the degree of Doctor of

Plus en détail