Résumé des activités de Recherche de Nicolas VIVET

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Résumé des activités de Recherche de Nicolas VIVET"

Transcription

1 Résumé des activités de Recherche de Nicolas VIVET 1. Stage en Licence de Physique ( ) J ai découvert le domaine de la Recherche au cours d un stage effectué à la fin de ma licence dans le laboratoire LPEC (Le Mans), qui portait sur la synthèse et la caractérisation de films minces de Nd 2 NiO 4 pour la réalisation de piles à oxydes solides (SOFC). Au cours de ce stage, j ai utilisé la technique de pulvérisation magnétron radiofréquence pour déposer les films minces, que j ai ensuite caractérisé essentiellement grâce à des analyses par diffraction X (analyse de Rietveld, programme d affinement WinMProf). J ai poursuivi ces travaux tout au long de mon année de Master 1 afin d étudier la conductivité électrique des films déposés. 2. Stage de Master 2 et Thèse ( ) J ai ensuite effectué mon stage de Master 2 au sein du laboratoire CIMAP (Caen) sur l élaboration de films composites ZnSe/SiO 2 par pulvérisation magnétron radiofréquence (rf) (encadrants : M. Levalois et M. Morales). L objectif de ce stage était d optimiser le paramètres de dépôt afin d obtenir des films contenant une grande proportion de ZnSe cristallisé. La composition et la structure des films ont ainsi été étudiées et corrélées à la composition du plasma. Ce travail sur les films minces composites de ZnSe/SiO 2 s est poursuivi par une thèse de 3 ans (intitulée «Elaboration et caractérisation de films minces de Cr 2+ :ZnSe nanostructurés pour la fabrication de microlasers émettant dans le moyen infrarouge») avec comme projet la réalisation d un dispositif laser compact pompé électriquement émettant dans le moyen infrarouge à température ambiante à base de films minces de ZnSe dopés Cr 2+. Contexte : Il existe une demande de plus en plus importante pour des sources laser bon marché émettant dans le moyen infrarouge (MIR) à température ambiante pour différentes applications incluant la détection des constituants atmosphériques, la communication optique et le domaine de la médecine. De part ses propriétés optiques et structurales, le Cr 2+ : ZnSe est devenu le candidat idéal pour une émission largement accordable dans la région 2-3 µm. Depuis cette découverte, de nombreux travaux effectués sur les propriétés optiques de cristaux de Cr 2+ :ZnSe ont été publiés et la mise en évidence récente d un signal d électroluminescence dans le MIR dans des cristaux de Cr 2+ :ZnSe a ouvert des possibilités pour le pompage électrique de ces structures. Toutefois, les mécanismes d excitation électrique et optique des ions Cr 2+ dans ZnSe sont encore sujets à de nombreux débats dans la littérature et très peu de résultats portent sur l élaboration d un tel matériau sous forme de films minces. 1

2 Résultats obtenus : Dans l objectif de développer un laser compact pompé électriquement, des films minces de Cr 2+ :ZnSe ont été élaborés par pulvérisation magnétron rf. Au cours de ce travail plusieurs techniques de caractérisation structurale et microstructurale telles que la diffraction et la réflectivité des rayons X, la spectroscopie Raman, les microscopies électronique en transmission (MET) et à force atomique (AFM), les spectroscopies de rétrodiffusion Rutherford (RBS), et de masse d ions secondaires (SIMS) et Optique telles que les spectroscopies d absorption optique et de photoluminescence (PL), ont été utilisées. Les paramètres de dépôts (masse de Cr sur la cible, puissance rf, pression d Argon, température des substrats, distance substrats - cible) ont été optimisés afin d obtenir des films présentant une luminescence maximale dans le MIR. Sur la Figure 1, le spectre de PL du film «optimisé» est comparable à celui d un monocristal de Cr 2+ :ZnSe de référence, indiquant que le chrome a bien été introduit dans les films dans l état de valence 2+ en substitution des ions Zn 2+. La durée de vie de fluorescence des ions Cr 2+ dans le film correspondant a été estimée à 2.8 µs à température ambiante, valeur plus faible que celle du monocristal de référence (5.5 µs) qui peut être justifiée par la présence éventuelle de défaut structuranux dans la matrice hôte de ZnSe ou par la présence de Chrome dans un état de valence différent de Cr 2+. Les films obtenus sont très bien cristallisés, et caractérisés par une croissance colonnaire avec une texture dans la direction <111>. Les similarités entre les propriétés optiques des films déposés et celles du monocristal de référence constituent une raison suffisante pour envisager le pompage électrique des films, qui a déjà été démontré sur des monocristaux de Cr 2+ :ZnSe. Figure 1 : Comparaison des spectres de photoluminescence normalisés à l épaisseur du film «optimisé» et du monocristal de référence acquis à température ambiante. Tous ces travaux ont donnés lieux à 6 articles publiés dans des revues internationales 2

3 3. Post-doc CEA Le Ripault ( ) J ai effectué un effectué un contrat postdoctoral de deux ans au centre CEA DAM Le Ripault à Monts (37) sur l étude microstructurale d électrodes de piles à combustible de type SOFC. L objectif principal de ce contrat était de développer de nouvelles techniques de caractérisation microstructurale des matériaux de piles à combustible puis de corréler les résultats obtenus avec des mesures de performances électriques et électrochimiques. Contexte Une SOFC (Solid Oxide Fuel Cell, qui fonctionne à haute température : C) est constituée de deux électrodes poreuses conductrices électronique et ionique. L électrolyte doit être parfaitement dense (porosité nulle), excellent conducteur ionique et isolant électrique (Figure 2). Figure 2 : Principe de fonctionnement d une SOFC (http://www.alphea.com/upload/1cdc5_sofc.pdf ) Les réactions électrochimiques inscrites sur la Figure 2 ne se produisent pas de manière homogène dans toute l électrode, mais uniquement dans les régions où les trois phases coexistent (pores, conducteur ionique, conducteur électronique) appelées TPB «Triple Phase Boundary». En résumé, la microstructure des électrodes influe considérablement sur ses performances, autrement dit il est indispensable de bien connaître la microstructure des matériaux si l on souhaite en améliorer les performances électrochimiques. Il est donc important de connaître d une part la répartition des trois phases dans l électrode, et d autre part leur état de percolation ; c est pourquoi dans un premier temps je présenterai nos travaux concernant la reconstruction 3D d électrodes SOFC par tomographie FIB-SEM 1 puis dans un second temps une étude plus succincte de la percolation du nickel dans une anode par SEM. 1/ Reconstruction et Analyse 3D d électrodes SOFC Les techniques usuelles de caractérisation microstructurales (SEM, TEM, XRD) ne permettent pas d accéder à des informations 3D (fraction volumique, percolation, densité de TPB) qui sont d une grande importance dans le cas des électrodes SOFC. 1 FIB-SEM : Focused Ion Beam - Scanning Electron Microscopy 3

4 Parmi les techniques de reconstruction 3D désormais disponibles (Figure 3) la seule technique de laboratoire qui associe une résolution (~ nm) et un volume d étude appropriés (~ 1000 µm 3 ) à l étude des électrodes SOFC est la tomographie FIB-SEM 2. Cette technique qui a vu le jour vers les années 2000 consiste à utiliser un microscope électronique à balayage (SEM) doté d un faisceau d ions focalisé (FIB) qui permet d ablater le matériau sur une très faible épaisseur reproductible (quelques dizaines de nm). Figure 3 et 4: Techniques de reconstruction 3D et Principe du FIB-SEM (http://cime.epfl.ch/ ). La succession d étapes d ablation ionique et d imagerie électronique permet d obtenir une série d images SEM qui peuvent ensuite être concaténées à l aide d un logiciel pour reconstruire le volume d étude. Cette technique utilisée en sciences des matériaux (alliages métalliques, polymères, milieux poreux variés), en géologie (microporosité des roches, pétrologie), mais aussi de plus en plus en neuroscience (réseaux de neurones, chromosomes). La préparation de l échantillon (enrobage, polissage) et les conditions opératoires des étapes d ablation (courant, surface à ablater) et d imagerie (détecteur, mode acquisition) se sont avérées déterminantes pour la qualité de la pile d images à acquérir. La procédure (Figure 5) est désormais maitrisée et plusieurs piles d une centaine d images ont été acquises. 2 Les résultats récents de tomographie X se rapprochent de ce cahier des charges, cependant la préparation des échantillons est plus complexe que pour le FIB. 4

5 Figure 5 : Procédure de la reconstruction 3D par tomographie FIB d un cermet Ni-YSZ. La visualisation 3D a été effectuée grâce au logiciel commercial VSG-AVIZO. L analyse des données a été effectuée en partie avec ce même logiciel, mais j ai également développé un programme complet et efficace (langage C, collaboration S. CHUPIN) pour déterminer certaines grandeurs caractéristiques (ex : densité de TPB). Comme résumé dans le Tableau 1, deux approches complémentaires ont été utilisées : (1) La détermination de «paramètres» microstructuraux 3D (fraction volumique, connectivité, surface spécifique, densité de TPB) et (2) L implémentation du volume reconstruit directement dans un programme de simulation des propriétés de transport. Ainsi, nous avons résolu l équation de diffusion pour déterminer les conductivités effectives thermique, ionique et électronique des électrodes ainsi que la tortuosité des phases solides. Pour valider cette technique nous avons tout d abord travaillé sur une série de cermets Ni- YSZ élaborés par sérigraphie au RIPAULT avec différentes proportions de NiO (réduit ensuite en Ni), ceci nous a permis de mieux cerner les phénomènes de percolation et d établir des corrélations entre les paramètres d élaboration, la microstructure et les propriétés macroscopiques (Figures 6 à 8). Nous avons ensuite démontré que cette technique était applicable à des électrodes commerciales dotés d une microstructure plus complexe. Afin de démontrer que la technique de tomographie FIB ne s applique pas uniquement aux électrodes SOFC, j ai effectué des travaux préliminaires de reconstruction 3D de céramique (YSZ) afin d en étudier la microstructure (micro-fissures et porosité) et de simuler ses propriétés mécaniques. Les premiers résultats sont très encourageants (Figure 9). Tous ces travaux ont donnés lieux à 3 articles publiés dans des revues internationales 5

6 Figure 6 : Microstructure 3D reconstruites par tomographie FIB de plusieurs cermets poreux Ni-YSZ élaborés avec différentes fractions massique de NiO (dimensions des volumes : environ 8 µm *8 µm * 8 µm ; transparent : pores, bleu : YSZ, jaune : Ni). Figure 7 : Fraction volumique et état de percolation des trois phases (Figure 6). De A1 à A5, la fraction volumique de Ni et des pores augmente (réduction du NiO en plus grande quantité) alors que celle du YSZ diminue. Les phases YSZ et pores sont très bien percolées. Pour A1 et A2, le Ni n est pas du tout percolé (les particules de Ni sont isolées les unes des autres) ces échantillons sont isolants électrique, en revanche à partir de A3, les particules de Ni percolent et on s attend ainsi à une meilleure conductivité électrique. Figure 8 : Densité de TPB actifs des cermets reconstruits dans la Figure 6. Un TPB a été définit comme actif si il relie 3 réseaux percolés. La densité de TPB actifs est maximale pour l échantillon A4 (meilleure propriété électrochimique à priori). 6

7 Figure 9 : Travaux préliminaires de reconstruction 3D d une céramique 8YSZ pour l étude de sa microstructure et la simulation de ses propriétés mécaniques. Determination de paramètres moyens 3D Implémentation du volume reconstruit dans un programme de simulation (Propriétés de Transport) Grandeur Proportion volumique des phases Connectivité et percolation des phases Surface et interface spécifique Points de triple contact : TPB Tortuosité (τ) Conductivités effectives (thermique, électronique, ionique). Technique Seuillage Regroupement des voxels de même nature en clusters puis étude du contact de ceux-ci avec les faces du volume d étude Rapport de la surface ou de l interface sur le volume total Dénombrement des arêtes en contact avec trois voxels de nature différente Sur la figure : Définition d un TPB. Random walk Calculation, Résolution de l équation de transport par une méthode de différences finies (FDM) ; idem précédent en utilisant les conductivités effectives élémentaires Tableau 1 : Grandeurs extraites de l analyse du volume reconstruit par tomographie FIB. 7

8 2/ Etude de la percolation du Ni dans un cermet Ni-YSZ Nous avons mis en place une technique de contraste de charge (PVC : passive voltage contrast technique, Solid State Ionics 178, 1984, 2008) pour caractériser l état de percolation de la phase Ni dans des cermets Ni-YSZ. L objectif étant distinguer sur des images SEM, le Ni qui percole et qui est donc conducteur électrique, du Ni qui ne percole pas et qui est donc isolant. Pour une étude quantitative, il est nécessaire d utiliser deux détecteurs SE : un détecteur SE latéral qui fournit une «Z-contrast image» et un détecteur SE inlens qui fournit la fameuse «charge image». Sur la Figure 10, (1) la «Z-contrast image» permet de séparer les phases pores (noir), YSZ (gris) et Ni (blanc) (2,3). La phase Ni percolé (en vert dans (5)) est issue da la «charge image (4). La soustraction des images (3) et (5) permet alors d obtenir la phase Ni non-percolé ((6), en rouge). L image (7) combines les 4 phases segmentées (2,5,6): pores (noir), 8YSZ (gris), Ni percolé (vert), Ni non-percolé (rouge). Figure 10 : Procédure de détermination de la proportion de chacune des 4 phases du cermet Ni-YSZ (7): Ni percolé (vert, 23 %), Ni non percolé (rouge, 6%), pores (noir, 40 %), YSZ (gris, 31 %). Images SEM acquises à 0.5 kv. L échelle est la même sur les 7 images. La préparation préalable de l échantillon et les conditions d acquisition de l image ont été optimisées afin d obtenir des images sur lesquelles on distingue clairement les 4 phases: YSZ, pores (résine), Ni percolé, Ni non percolé. Ce type d étude a été effectué sur des électrodes élaborées par différentes techniques ou avec différentes compositions. Cette technique «PVC» constitue un outil simple pour caractériser rapidement la conductivité électrique d un cermet, comparer des échantillons et observer des modifications induites par des cycles rédox ou de vieillissement. 8

9 4. Post-doc dans la société Orsay Physics (depuis 06/2011) Orsay Physics (http://www.orsayphysics.com/ ) est une PME Française localisée à FUVEAU (13) qui fait partie des leaders mondiaux dans la conception et la production de colonnes ioniques et électroniques (FIB et FEB) et de systèmes d injection de gaz (GIS). Mon postdoc concerne le développement d un nouvel instrument associant une colonne ionique (FIB) spécifique et un spectromètre de masse à temps de vol (SIMS). Les analyses chimiques locales résultantes permettront de caractériser des structures pour la microélectronique, les nanosciences mais aussi les revêtements pour la biologie. Mise en place d'analyses chimiques locales grâce à un nouveau dispositif FIB-SIMS. Caractérisation et optimisation de colonnes FIB, FEB Modélisation optique ionique SIMS (spectroscopie de masse d ions secondaires) Collaborations nationales : ATMEL, ST Microélectronics, Biophy, CINAM Marseille. En cours de rédaction En attendant, la suite vous trouverez ci dessous un descriptif sur le SIMS (issu de : ) 9

10 FIB-SIMS details from TOF mass spectrometry is based on the fact that ions with the same energy but different masses travel with different velocities. Basically, ions formed by a short ionisation event are accelerated by an electrostatic field to a common energy and travel over a drift path to the detector. The lighter ones arrive before the heavier ones and a mass spectrum is recorded. Measuring the flight time for each ion allows the determination of its mass. This cycle is repeated with a repetition rate which depends on the flight time of the highest mass to be recorded. In a more sophisticated design, the TOF analyser corrects for small differences in initial energy and angle in order to achieve high mass resolution. Combinations of linear drift paths and electrostatic sectors or ion mirrors are used and results with mass resolutions, M/dM, above 10,000 can be achieved. Major advantages of this approach over quadrupole and magnetic sector type analysers are the extremely high transmission, the parallel detection of all masses and the unlimited mass range. In TOF-SIMS, a start time of all secondary ions is defined by using a pulsed primary ion beam. Extremely short ion pulses with duration below 1 nanosecond are applied for high mass resolution analysis. These ion pulses are formed from a continuous beam by a pulsing unit and can be compressed in time by electro-dynamic fields (Bunching). 10

11 The pulsed beam can be focussed to a small spot (Ion Microprobe) to address a small area of interest and can be rastered to determine the lateral distribution of elements and molecules (Imaging SIMS). During the drift time of the secondary ions, the extraction field is switched off and low energy electrons are used to compensate for any surface charging caused by primary or secondary particles (Charge Compensation). Thus all types of bulk insulators can be analysed without any problems. The time during which the extraction field is switched off can also be used to apply low energy ion beams for sample erosion. In this case the low energy beam forms a sputter crater, the centre of which is analysed by the pulsed beam (Dual Beam Mode). For the analysis of the sputtered neutrals, pulsed laser beams can be used. The cloud of neutral particles above the surface desorbed by the pulsed primary ion beam are ionised by very intense laser radiation (Laser post-ionisation). In doing so, the high number of neutrals also being desorbed by the primary ion pulse, become accessible for mass analysis and therefore increase the sensitivity for elemental species. The x, y, z coordinates and mass of every secondary ion reaching the detector are stored. A software can reconstruct spectra from any coordinate or group of coordinates, images from any section, vertical or horizontal, depth profiles from any selected area and various 3D views as required. 11

MISE EN FORME DE REVÊTEMENTS CERAMIQUES PAR VOIE SOL-GEL, CONTRÔLE DE LA MICROSTRUCTURE APPLICATION AUX PILES SOFC

MISE EN FORME DE REVÊTEMENTS CERAMIQUES PAR VOIE SOL-GEL, CONTRÔLE DE LA MICROSTRUCTURE APPLICATION AUX PILES SOFC Société Française de Thermique 22/01/2010 Design de matériaux à propriétés radiatives fonctionnalisées : de l angström au millimètre MISE EN FORME DE REVÊTEMENTS CERAMIQUES PAR VOIE SOL-GEL, CONTRÔLE DE

Plus en détail

Le silicium partiellement cristallisé (nano-poly Si)

Le silicium partiellement cristallisé (nano-poly Si) 1 Le silicium partiellement cristallisé (nano-poly Si) Contexte : Limitations du a-si:h Le silicium nanocristallin déposé par plasma La cristallisation en phase solide (silicium poly-cristallin) Le recuit

Plus en détail

Equipement de l IS2M (Institut de Sciences des Matériaux de Mulhouse)

Equipement de l IS2M (Institut de Sciences des Matériaux de Mulhouse) Equipement de l IS2M (Institut de Sciences des Matériaux de Mulhouse) L'IS2M dispose d'un ensemble permettant de faire de la spectroscopie XPS, cet appareillage comporte deux analyseurs ainsi qu'une chambre

Plus en détail

LE MEB : UN OUTIL D INVESTIGATION ORIGINAL POUR LE DIAMANT DE SYNTHÈSE

LE MEB : UN OUTIL D INVESTIGATION ORIGINAL POUR LE DIAMANT DE SYNTHÈSE LE MEB : UN OUTIL D INVESTIGATION ORIGINAL POUR LE DIAMANT DE SYNTHÈSE 6 ème journées CAZAC Colin Delfaure 21 MAI 2015 CEA 21 MAI 2015 PAGE 1 LABORATOIRE CAPTEURS DIAMANT MAÎTRISE DE LA SYNTHESE DU DIAMANT

Plus en détail

Contrôle non destructif par thermographie infrarouge stimulée : Principe et exemples d applications. par Jean - Luc Bodnar

Contrôle non destructif par thermographie infrarouge stimulée : Principe et exemples d applications. par Jean - Luc Bodnar Journée Green Testing Saint Louis 22 novembre 2012 Contrôle non destructif par thermographie infrarouge stimulée : Principe et exemples d applications par Jean - Luc Bodnar Groupe de Recherche En Sciences

Plus en détail

INSTRUMENTS DE MESURE

INSTRUMENTS DE MESURE INSTRUMENTS DE MESURE Diagnostique d impulsions lasers brèves Auto corrélateur à balayage modèle AA-10DD Compact et facile d emploi et de réglage, l auto corrélateur AA-10DD permet de mesurer des durées

Plus en détail

Cours de révision MASC

Cours de révision MASC Cours de révision MASC 1) Décrire les rayonnements émis par un matériau irradié par un faisceau de rayons X. Diffusion élastique Nom et nature du rayonnement diffusés élastiquement Caractéristiques (énergie,

Plus en détail

SPECTROSCOPIE RAMAN I APPLICATIONS

SPECTROSCOPIE RAMAN I APPLICATIONS SPECTROSCOPIE RAMAN La spectroscopie Raman est une technique d analyse non destructive, basée sur la détection des photons diffusés inélastiquement suite à l interaction de l échantillon avec un faisceau

Plus en détail

L PRESENTATION GENERALE SCPIO

L PRESENTATION GENERALE SCPIO L PRESENTATION GENERALE SCPIO Nom : DEPARTEMENT PLATEFORME TECHNOLOGIQUE Sigle: CEA / DRT / LETI / DPTS SILICUIM Etablissement : CEA Grenoble Adresse : 7 rue des Martyrs Site Web : 804 GRENOBLE Cedex 9

Plus en détail

Optimisation de forme pour une résistance de chauffe dans un microsystème

Optimisation de forme pour une résistance de chauffe dans un microsystème pour une résistance de chauffe dans un microsystème Bertrand Selva Bertrand.selva@bretagne.ens-cachan.fr 1 Plan de la présentation Présentation des microsystèmes Dimensions caractéristiques, technique

Plus en détail

Scanner X. Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr

Scanner X. Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr Scanner X Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr Les rayons X Production des rayons X Interaction avec la matière Détection des rayons X Les scanners X Reconstruction de l image L image Ondes électromagnétiques

Plus en détail

Les rencontres scientifiques du vendredi

Les rencontres scientifiques du vendredi Les rencontres scientifiques du vendredi Un élément de l Animation Scientifique de l axe 2 Techniques & Méthodes : Mesurer la taille des Particules Natalia Nicole Rosa Doctorante de l Axe 2 UMR IATE 29

Plus en détail

Journée de réflexion autour du Flagship Graphène 18 Avril 2013. Activités et projets. Spectroscopies optiques Propriétés opto-électroniques

Journée de réflexion autour du Flagship Graphène 18 Avril 2013. Activités et projets. Spectroscopies optiques Propriétés opto-électroniques Journée de réflexion autour du Flagship Graphène 18 Avril 213 Activités et projets Spectroscopies optiques Propriétés opto-électroniques Les groupes identifiés Bordeaux, Réseau Aquitain sur les Matériaux

Plus en détail

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 1 EMISSION THERMIQUE DE LA MATIERE 2 1.1 LE RAYONNEMENT ELECTROMAGNETIQUE 2 1.2 LES CORPS NOIRS 2 1.3 LES CORPS GRIS 3 2 APPLICATION A LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 4 2.1 DISPOSITIF

Plus en détail

Dates partiel MASC : Mardi 29/04, 8h-9h30 Documents autorisés : 3 feuilles A4 recto-verso Programme limité au premier fascicule

Dates partiel MASC : Mardi 29/04, 8h-9h30 Documents autorisés : 3 feuilles A4 recto-verso Programme limité au premier fascicule Dates partiel MASC : Mardi 29/04, 8h-9h30 Documents autorisés : 3 feuilles A4 recto-verso Programme limité au premier fascicule Déplacement d un TD : ven 18/04, 14h-15h30 (groupe II) Créneau de remplacement

Plus en détail

4. Microscopie électronique à balayage

4. Microscopie électronique à balayage 4. Microscopie électronique à balayage 4.1. Principe de formation des images en MEB 4.2. Mise en œuvre 4.3. Les différents modes d imagerie 4.4. Les différents types de contraste 4.5. Performances 4.5.1.

Plus en détail

Limites instrumentales dans l analyse des verres par sonde ionique

Limites instrumentales dans l analyse des verres par sonde ionique Limites instrumentales dans l analyse des verres par sonde ionique Marc Chaussidon CRPG-CNRS, Nancy Laboratoire de sonde ionique (laboratoire national INSU-CNRS) (chocho@crpg.cnrs-nancy.fr) http://www.crpg.cnrs-nancy.fr/sonde/intro-sonde.html

Plus en détail

Examen Méthodes spectroscopiques 2

Examen Méthodes spectroscopiques 2 16 décembre 2010 Examen Méthodes spectroscopiques 2 Durée 2 h Calculatrice et tables spectroscopiques (fournies en début d année) autorisées Exercice 1 (3 pts 10min) Il est possible de doser simultanément

Plus en détail

Activités et projets de recherche du laboratoire de spectroscopie femtoseconde

Activités et projets de recherche du laboratoire de spectroscopie femtoseconde Activités et projets de recherche du laboratoire de spectroscopie femtoseconde par Denis Morris Département de physique, Université de Sherbrooke Septembre 2013 Activités de recherche en cours Étude des

Plus en détail

Mesure de Température par Caméra Infrarouge

Mesure de Température par Caméra Infrarouge Mesure de Température par Caméra Infrarouge INTRODUCTION La caméra infrarouge capte au travers d un milieu transmetteur (ex : l atmosphère) les rayonnements émis par une scène thermique. Le système radiométrique

Plus en détail

Diapo n : 1. Diapo n : 1

Diapo n : 1. Diapo n : 1 Diapo n : 1 Diapo n : 1 1 Qu est-ce que Welience? Votre support à l innovation bourguignon Welience est une marque créée par ub-filiale, structure privée (SAS), filiale de l université de Bourgogne Au

Plus en détail

Expression de la Concession et de l Opposition in. La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 04/06/2015

Expression de la Concession et de l Opposition in. La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 04/06/2015 1 Expression de la Concession et de l Opposition in La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 2 Concession /Opposition Compléter avec un des mots ou expressions suivantes : au lieu de

Plus en détail

Fiabilité pour les Micro et Nano Systèmes

Fiabilité pour les Micro et Nano Systèmes Fiabilité pour les Micro et Nano Systèmes Trends in Micro Nano 28 octobre 2015 Dr. Olha Sereda Copyright 2015 CSEM Characterization and Quality Assurance Page 1 Fiabilité dans Micro et Nano Systèmes Les

Plus en détail

Réseaux Thématiques de Recherche Avancée Comité de pilotage Audition des plateformes technologiques. PFNC - PlateForme NanoCaractérisation

Réseaux Thématiques de Recherche Avancée Comité de pilotage Audition des plateformes technologiques. PFNC - PlateForme NanoCaractérisation Réseaux Thématiques de Recherche Avancée Comité de pilotage Audition des plateformes technologiques - PlateForme NanoCaractérisation O. Lemaire, J.-C. Royer, J.-M. Gerard C. Cayron, P. Bayle-Guillemaud

Plus en détail

LA CORROSION : FORMES ET EXEMPLES. christophe.holterbach@cetim-cermat.fr Corrosion et Traitement de surface. Tél: 03-89-32-72-20 Fax:03-89-59-97-87

LA CORROSION : FORMES ET EXEMPLES. christophe.holterbach@cetim-cermat.fr Corrosion et Traitement de surface. Tél: 03-89-32-72-20 Fax:03-89-59-97-87 LA CORROSION : FORMES ET EXEMPLES christophe.holterbach@cetim-cermat.fr Corrosion et Traitement de surface Tél: 03-89-32-72-20 Fax:03-89-59-97-87 PRINCIPAL MODE DE DEGRADATION DANS LE MONDE devant les

Plus en détail

Réactions d oxydoréduction

Réactions d oxydoréduction Réactions d oxydoréduction Ce document a pour objectif de présenter de manière synthétique quelques bases concernant les réactions d oxydoréduction et leurs principales applications que sont les piles

Plus en détail

SIMS. Les techniques d analyse de surfaces : SIMS. Spectroscopie de Masse d Ions Secondaires

SIMS. Les techniques d analyse de surfaces : SIMS. Spectroscopie de Masse d Ions Secondaires SIMS Spectroscopie de Masse d Ions Secondaires La Spectroscopie de Masse d Ions Secondaires (SIMS) est une technique d analyse physico-chimique de l'extrême surface des matériaux. Elle est basée sur la

Plus en détail

Méthodes expérimentales de la physique

Méthodes expérimentales de la physique Méthodes expérimentales de la physique Physique des surfaces 1. Généralités Jean-Marc Bonard Année académique 07-08 Physique des surfaces! Endroit le plus accessible d un matériau solide! Beaucoup de phénomènes

Plus en détail

La technologie Plasma dans l industrie automobile SLIDE # 1

La technologie Plasma dans l industrie automobile SLIDE # 1 La technologie Plasma dans l industrie automobile SLIDE # 1 SLIDE # 2 Presentation Qu est qu un plasma Définition Caractéristiques du Plasma Types de plasma Procédés plasma Les relations entre le Plasma

Plus en détail

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient Première partie Modèle scalaire des ondes lumineuses On se place dans le cadre de l optique géométrique 1 Modèle de propagation 1.1 Aspect ondulatoire Notion d onde électromagnétique On considère une onde

Plus en détail

La gravure. *lagravureparvoiehumide *lagravuresèche

La gravure. *lagravureparvoiehumide *lagravuresèche La gravure Après avoir réalisé l étape de masquage par lithographie, il est alors possible d effectuer l étape de gravure. L étape de gravure consiste à éliminer toutes les zones non protégées par la résine

Plus en détail

La caméra bolométrique des Travaux Pratiques de l Ecole Supérieure d Optique

La caméra bolométrique des Travaux Pratiques de l Ecole Supérieure d Optique Présentation réalisée par des étudiants de SupOptique : Jean-Baptiste Frossard, Julien Saby,, Thierry Lautier Encadrés par : Marc Bondiou La caméra bolométrique des Travaux Pratiques de l Ecole Supérieure

Plus en détail

Détermination des structures moléculaires Structures et diffraction.

Détermination des structures moléculaires Structures et diffraction. Détermination des structures moléculaires Structures et diffraction. Pr. Richard Welter, Institut de Biologie Moléculaire des Plantes, welter@unitra.fr CONTENU DES ENSEIGNEMENTS 1) Discussion sur la notion

Plus en détail

Ancrage de l innovation en Région Plateforme AlHyance Nouvelles Technologies pour l Energie. PREDAT 1 juin 2012

Ancrage de l innovation en Région Plateforme AlHyance Nouvelles Technologies pour l Energie. PREDAT 1 juin 2012 Ancrage de l innovation en Région Plateforme AlHyance Nouvelles Technologies pour l Energie PREDAT 1 juin 2012 Axes stratégiques du CEA : Positionnement d AlHyance 3 segments l hydrogène (Production, Stockage,

Plus en détail

Sujet de TPE PROPOSITION

Sujet de TPE PROPOSITION Single photon source made of single nanodiamonds This project will consist in studying nanodiamonds as single photon sources. The student will study the emission properties of such systems and will show

Plus en détail

Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux

Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux Revue des Energies Renouvelables ICRESD-07 Tlemcen (2007) 47 52 Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux F. Otmani *, Z. Fekih, N. Ghellai, K. Rahmoun et N.E. Chabane-Sari Unité de Recherche

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

Sondes actives à base de nanocristaux individuels de CdSe pour l optique en champ proche

Sondes actives à base de nanocristaux individuels de CdSe pour l optique en champ proche Sondes actives à base de nanocristaux individuels de CdSe pour l optique en champ proche N. Chevalier, M. J. Nasse, Y. Sonnefraud J.F. Motte, J.C. Woehl, S. Huant Laboratoire de Spectrométrie Physique,

Plus en détail

Nanophosphors 27-09-07. Auteurs Guy BARET / Pierre Paul JOBERT

Nanophosphors 27-09-07. Auteurs Guy BARET / Pierre Paul JOBERT Nanophosphors 27-09-07 Auteurs Guy BARET / Pierre Paul JOBERT SARL 26 rue Barthélemy de Laffemas 26000 VALENCE tel +33 475 xxx xxx info@gritche-technologies.com www.gritche-technologies.com : nanomaterials

Plus en détail

Détail des enseignements scientifiques du 1 er semestre du M2 SMART-Nano (Blocs 1 à 4)

Détail des enseignements scientifiques du 1 er semestre du M2 SMART-Nano (Blocs 1 à 4) Détail des enseignements scientifiques du 1 er semestre du M2 SMART-Nano (Blocs 1 à 4) Bloc 1 Physique des milieux désordonnés Les Verres Les Polymères Comportements collectifs des colloïdes Structure

Plus en détail

MISE EN ŒUVRE D UN SYSTÈME

MISE EN ŒUVRE D UN SYSTÈME DOSSIER TECHNIQUE SYSTÈME DE TRANSMISSION VIDÉO PAR FAISCEAU LASER Comporte les documents suivants : Documentation cellule de Pockels : Page 2 à 3 Documentation alimentation VLA30 : Page 4 Extrait caractéristique

Plus en détail

APTITUDE DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE À DÉTECTER LES FISSURES ET NIDS D ABIELLE DANS LE BÉTON

APTITUDE DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE À DÉTECTER LES FISSURES ET NIDS D ABIELLE DANS LE BÉTON APTITUDE DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE À DÉTECTER LES FISSURES ET NIDS D ABIELLE DANS LE BÉTON J. RHAZI, S. NAAR Groupe de Recherche sur l Auscultation et l Instrumentation Département de génie civil

Plus en détail

BICNanoCat. Bombardement Ionique pour la Création de Nano Catalyseurs. Denis Busardo Directeur Scientifique, Quertech

BICNanoCat. Bombardement Ionique pour la Création de Nano Catalyseurs. Denis Busardo Directeur Scientifique, Quertech BICNanoCat Bombardement Ionique pour la Création de Nano Catalyseurs Denis Busardo Directeur Scientifique, Quertech ANR BICNanoCat DAS Concerné : Énergie Environnement Appel à projets : réduction des émissions

Plus en détail

Un extraordinaire instrument d analyse des surfaces

Un extraordinaire instrument d analyse des surfaces Communiqué de presse Dübendorf,St. Gall, Thun, le 22 août 2013 Deux-en-un : le NanoChemiscope 3D Un extraordinaire instrument d analyse des surfaces Le NanoChemiscope 3D est une merveille issue des plus

Plus en détail

Fiabiliser les résultats [PROGRAMME] et dans les fours Méthodes de séparation. Préparation de l échantillon. [COORDINATEUR] Pr. R.

Fiabiliser les résultats [PROGRAMME] et dans les fours Méthodes de séparation. Préparation de l échantillon. [COORDINATEUR] Pr. R. 60 ÉCOLE EUROPÉENNE DES SCIENCES ANALYTIQUES Connaissances de base en chimie sur l atome et la lumière 4 jours Être capable de choisir la technique appropriée Fiabiliser les résultats Définitions en absorption

Plus en détail

1.Principe 2.Algorhithmes 3.Détail de mise en oeuvre 4.Analyse des simulations 5.Relation avec des grandeurs expérimentales

1.Principe 2.Algorhithmes 3.Détail de mise en oeuvre 4.Analyse des simulations 5.Relation avec des grandeurs expérimentales II. Simulations de dynamique moléculaire 1.Principe 2.Algorhithmes 3.Détail de mise en oeuvre 4.Analyse des simulations 5.Relation avec des grandeurs Relation avec la structrure (le modèle) expérimental(e)

Plus en détail

Consortium FISYCOM FIabilité des SYstemes et des COMposants

Consortium FISYCOM FIabilité des SYstemes et des COMposants Consortium FISYCOM FIabilité des SYstemes et des COMposants!!! Fiabilité des systèmes mécatroniques Système mécatronique FISYCOM vise à déployer des moyens technologiques et méthodologies multiphysiques

Plus en détail

MICROSCOPIE ELECTRONIQUE EN TRANSMISSION (MET) TRANSMISSION ELECTRON MICROSCOPY (TEM)

MICROSCOPIE ELECTRONIQUE EN TRANSMISSION (MET) TRANSMISSION ELECTRON MICROSCOPY (TEM) MICROSCOPIE ELECTRONIQUE EN TRANSMISSION (MET) TRANSMISSION ELECTRON MICROSCOPY (TEM) La microscopie électronique en transmission est proche dans son principe de la microscopie optique. Cependant la longueur

Plus en détail

Méthodes géophysiques et géochimiques

Méthodes géophysiques et géochimiques Méthodes géophysiques et géochimiques 1.3. TD Introduction Il y a 4.567 milliards d années (Ga), au moment où le nuage de gaz et de poussière qui va constituer le système solaire s effondre sur lui même,

Plus en détail

Guide Utilisateur des Techniques Alternatives au Ressuage et à la Magnétoscopie

Guide Utilisateur des Techniques Alternatives au Ressuage et à la Magnétoscopie Guide Utilisateur des Techniques Alternatives au Ressuage et à la Magnétoscopie Fiche thématique A01 Les techniques alternatives au ressuage et à la magnétoscopie Cette fiche liste les techniques qui peuvent

Plus en détail

LES CAPTEURS PLAN : MARTINO Mickaël Élève manipulateur Service de coronarographie, clinique Claude Bernard.

LES CAPTEURS PLAN : MARTINO Mickaël Élève manipulateur Service de coronarographie, clinique Claude Bernard. LES CAPTEURS PLAN : MARTINO Mickaël Élève manipulateur Service de coronarographie, clinique Claude Bernard. GENERALITES : La radiologie standard a connu d importantes évolutions vers sa numérisation grâce

Plus en détail

Caractérisation risation thermique photothermiques périodiques

Caractérisation risation thermique photothermiques périodiques Journée «Contrôle non destructif par voie optique infrarouge : De nouvelles techniques et de nouvelles applications». Salon Mesurexpo, Paris-Expo, Porte de Versailles, Jeudi Caractérisation risation thermique

Plus en détail

Plateforme d Imagerie, de Mesures en Microscopie et d Analyses par Diffraction des Rayons X

Plateforme d Imagerie, de Mesures en Microscopie et d Analyses par Diffraction des Rayons X Plateforme d Imagerie, de Mesures en Microscopie et d Analyses par Diffraction des Rayons X Utilisation de la microscopie pour la caractérisation structurale et morphologique de mélanges de polymères immiscibles

Plus en détail

Techniques de microscopie pour la caractérisation des propriétés thermiques des matériaux inertes envisagés dans les RCG

Techniques de microscopie pour la caractérisation des propriétés thermiques des matériaux inertes envisagés dans les RCG Techniques de microscopie pour la caractérisation des propriétés thermiques des matériaux inertes envisagés dans les RCG L. David 1, G. Carlot 2, S. Gomès 1, P. Garcia 2, M. Raynaud 1,T. Petit 2 1 INSA-Lyon,

Plus en détail

4- Méthodes physiques d analyse en métallurgie

4- Méthodes physiques d analyse en métallurgie 4- Méthodes physiques d analyse en métallurgie a) Classifications b) Microscope métallographique c) Microscope électronique à balayage d) Microscope électronique en transmission e) Diffraction des rayons

Plus en détail

Spectroscopie d émission: Luminescence. 1. Principe 2. Exemples et applications 3. Lasers (Rubis et YAG)

Spectroscopie d émission: Luminescence. 1. Principe 2. Exemples et applications 3. Lasers (Rubis et YAG) Spectroscopie d émission: Luminescence 1. Principe 2. Exemples et applications 3. Lasers (Rubis et YAG) I. Principe Etat excité instable Photon Retour à l état fondamental??? Conversion interne (non radiatif)

Plus en détail

Détection exaltée de molécules fluorescentes avec des structures photoniques : application aux mesures dynamiques en solution

Détection exaltée de molécules fluorescentes avec des structures photoniques : application aux mesures dynamiques en solution Détection exaltée de molécules fluorescentes avec des structures photoniques : application aux mesures dynamiques en solution Jérôme Wenger Institut Fresnel, CNRS, Université Aix-Marseille, Ecole Centrale

Plus en détail

Caractérisation thermique à haute température de films fins par Radiométrie PhotoThermique

Caractérisation thermique à haute température de films fins par Radiométrie PhotoThermique Caractérisation thermique à haute température de films fins par Radiométrie PhotoThermique Andrea CAPPELLA, Vincent SCHICK, Jean-Luc BATTAGLIA, Andrzej KUSIAK 1/27 Plan de l exposé Matériaux caractérisés

Plus en détail

Enjeux et démarche. Liens avec les entreprises

Enjeux et démarche. Liens avec les entreprises Mécanique, Physique, Mathématiques Appliquées et Entreprises P. Le Tallec, B. Drévillon, G. Allaire Enjeux et démarche Liens avec les entreprises Votre formation 1 Idée fausse : trois mondes isolés Les

Plus en détail

PLASMA / SOLAIRE / NANO. Françoise MASSINES PROMES - CNRS LIA STEP

PLASMA / SOLAIRE / NANO. Françoise MASSINES PROMES - CNRS LIA STEP PLASMA / SOLAIRE / NANO Françoise MASSINES PROMES - CNRS LIA STEP Notre laboratoire : PROMES Procédés Matériaux Energie Solaire Unité propre du CNRS, laboratoire de l INSIS (Institut des Sciences de l

Plus en détail

Du SNOM infrarouge au STM à rayonnement thermique

Du SNOM infrarouge au STM à rayonnement thermique Du SNOM infrarouge au STM à rayonnement thermique Yannick DE WILDE (dewilde@optique.espci.fr) Ecole Supérieure de Physique et Chimie Industrielles (ESPCI) Laboratoire d Optique Physique UPR A0005-CNRS,

Plus en détail

Synthèse comparative C. GROSJEAN, ST MICROELECTRONICS. du silicium aux objets communicants

Synthèse comparative C. GROSJEAN, ST MICROELECTRONICS. du silicium aux objets communicants Synthèse comparative des techniques C. GROSJEAN, ST MICROELECTRONICS du silicium aux objets communicants EDX (SEM) Avantages Analyse élémentaire rapide first look Versatile, pas chère et répandue sur les

Plus en détail

Voir dans le nanomonde

Voir dans le nanomonde Voir dans le nanomonde Spectroscopie La lumière visible permettra-t-elle de «voir» les atomes? Fréquence micro onde Infrarouge Visible et UV Rayon X réaction des molécules rotation vibration des liaisons

Plus en détail

de matériaux hétérogènes

de matériaux hétérogènes Caractérisation et modélisation thermique multi-échelle de matériaux hétérogènes Denis ROCHAIS CEA / Le Ripault Caractérisation et modélisation thermique multi-échelle Point commun à de nombreuses études:

Plus en détail

http://voyager.ppm.u-psud.fr/nanophysics.html

http://voyager.ppm.u-psud.fr/nanophysics.html Axe principal: EMQ Axes secondaires : NPIQ, NC Nanosciences Moléculaires http://voyager.ppm.u-psud.fr/nanophysics.html Laboratoire Institut des Sciences Moléculaires d Orsay (ISMO), Bâtiment 210, Université

Plus en détail

PHYSIQUE DES MATÉRIAUX

PHYSIQUE DES MATÉRIAUX PHYSIQUE DES MATÉRIAUX Laboratoire n 1 : Métallographie Diagrammes de phase Applications Henri-Michel Montrieux hmmontrieux@ulg.ac.be MENU Métallographie Diagrammes de phase Applications MÉTALLOGRAPHIE

Plus en détail

Utilisation des matériaux magnétostrictifs filaires comme capteurs de mesure de champ magnétique

Utilisation des matériaux magnétostrictifs filaires comme capteurs de mesure de champ magnétique Utilisation des matériaux magnétostrictifs filaires comme capteurs de mesure de champ magnétique Eric CRESCENZO 1 Evagelos HRISTOFOROU 2 1) IXTREM 9 rue Edouard Denis Baldus, F-711 CHALON SUR SAONE Tél

Plus en détail

Détection et identification de radionucléides et d espèces chimiques à l état d ultratrace dans l environnement

Détection et identification de radionucléides et d espèces chimiques à l état d ultratrace dans l environnement Techniques de mesure en radioprotection et les défis rencontrés dans les milieux industriel et médical Les mesures de traces chez l homme et dans l environnement Mercredi 20 Nov. 2013 UIC - Paris Détection

Plus en détail

TS Physique L automobile du futur Electricité

TS Physique L automobile du futur Electricité P a g e 1 TS Physique Electricité Exercice résolu Enoncé Le moteur thermique, étant très certainement appelé à disparaître, les constructeurs automobiles recourront probablement au «tout électrique» ou

Plus en détail

Mesure de température par radiométrie photothermique

Mesure de température par radiométrie photothermique Mesure de température par radiométrie photothermique Mesurexpo 17 octobre 2006 Jean-Charles CANDORE Jean-Luc BODNAR Laboratoire d Énergétique et d Optique, UFR sciences REIMS Sommaire I Présentation de

Plus en détail

La thermographie infrarouge

La thermographie infrarouge La thermographie infrarouge Christophe Delmotte, ir Laboratoire Qualité de l Air et Ventilation CSTC - Centre Scientifique et Technique de la Construction Définition 1 Le rayonnement électromagnétique

Plus en détail

Imagerie Confocale Chromatique

Imagerie Confocale Chromatique Imagerie Confocale Chromatique L imagerie confocale chromatique (Brevet STIL) ) a été inventée en 1995 et est reconnue mondialement comme une technique précise et fiable pour la mesure d épaisseur et de

Plus en détail

ANALYSE DE L HYDRATATION DE LA PEAU AVEC LE SPECTROPHOTOMETRE PROCHE INFRAROUGE PORTABLE LABSPEC PRO

ANALYSE DE L HYDRATATION DE LA PEAU AVEC LE SPECTROPHOTOMETRE PROCHE INFRAROUGE PORTABLE LABSPEC PRO ANALYSE DE L HYDRATATION DE LA PEAU AVEC LE SPECTROPHOTOMETRE PROCHE INFRAROUGE PORTABLE LABSPEC PRO Présentation Introduction I. Matériel et Méthode II. Résultats III. Discussion Comparaison avec d autres

Plus en détail

- Recherche de fissuration en service - Contrôle de soudures métalliques en fabrication et en service

- Recherche de fissuration en service - Contrôle de soudures métalliques en fabrication et en service EVALUATION DES MÉTHODES DE THERMOGRAPHIE INFRAROUGE SÉLECTIVES POUR LES APPLICATIONS DU DOMAINE NUCLÉAIRE EVALUATION OF INFRARED SELECTIVE THERMOGRAPHY METHODS FOR APPLICATIONS IN THE NUCLEAR FIELD M.TAGLIONE*

Plus en détail

Fabrication et caractérisation électrique d'un capteur de gaz à base de nanofils de silicium suspendus

Fabrication et caractérisation électrique d'un capteur de gaz à base de nanofils de silicium suspendus Fabrication et caractérisation électrique d'un capteur de az à base de nanofils de silicium suspendus A-C. SALAÜN, R. ROGEL, E. JACQUES et L. PICHON anne-claire.salaun@univ-rennes1.fr Groupe Microélectronique,

Plus en détail

Chimie Physique Appliquée Examen de Janvier 2013

Chimie Physique Appliquée Examen de Janvier 2013 Chimie Physique Appliquée Examen de Janvier 2013 1 Dégradation du PVC À haute température, le PVC se dégrade suivant la réaction suivante (CHCl CH 2 ) (CH = CH) + HCl (1) Cette réaction est irréversible.

Plus en détail

Caractérisation de la formation de poudres/suies dans un plasma analysée par diagnostics laser

Caractérisation de la formation de poudres/suies dans un plasma analysée par diagnostics laser Caractérisation de la formation de poudres/suies dans un plasma analysée par diagnostics laser Doctorante : Safa LABIDI Directeur de thèse : Maxime MIKIKIAN Mélissa Fauvet Nicolas Vernier Oceane Coudray

Plus en détail

ECOULEMENT DE L EAU DANS LES SOLS

ECOULEMENT DE L EAU DANS LES SOLS Unité d hydrologie et d hydraulique agricole Génie rural et environnemental ECOULEMENT DE L EAU DANS LES SOLS Notes de cours provisoires année académique 2010-2011 Aurore Degré Table des matières CHAPITRE

Plus en détail

Les nanomatériaux dans les objets quotidiens

Les nanomatériaux dans les objets quotidiens Les nanomatériaux dans les objets quotidiens Inventaire des produits commerciaux contenant des nanomatériaux Nombre de produits 1000 800 600 400 200 0 2005 2006 2007 2008 2009 Source : http://www.nanotechproject.org/inventories/consumer/

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU DESIGN ET DES ARTS APPLIQUES SESSION 2013 ÉPREUVE : PHYSIQUE-CHIMIE Durée : 2 heures Coefficient : 2 La calculatrice (conforme à la circulaire N 99-186

Plus en détail

III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES

III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES Page : 17/ 77 III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES Le choix d un couple donneur-accepteur dépend de la technique utilisée (FRET, TR- FRET, BRET, etc.) et des molécules disponibles pour ces

Plus en détail

PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE

PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE Un microscope confocal est un système pour lequel l'illumination et la détection sont limités à un même volume de taille réduite (1). L'image confocale (ou coupe optique)

Plus en détail

Détection, identification et localisation de matières dangereuses

Détection, identification et localisation de matières dangereuses SYSTEMES ET LOGICIELS POUR LES NTIC DANS LE TRANSPORT Détection, identification et localisation de matières dangereuses Dominique de LAPPARENT SAFEVISION Séminaire du 14 décembre 2006, CNAM SECURITE ET

Plus en détail

COURS AVANCÉS EN SCIENCE ET TECHNOLOGIE DES PLASMAS

COURS AVANCÉS EN SCIENCE ET TECHNOLOGIE DES PLASMAS COURS AVANCÉS EN SCIENCE ET TECHNOLOGIE DES PLASMAS Les universités membres de Plasma-Québec mettent à la disposition des étudiants de maîtrise et de doctorat une brochette de neuf cours avancés couvrant

Plus en détail

Approche multi-échelles: Aide à la conception et à l'injection de pièces en Polyamide renforcé. Y. Deyrail, M. Oumarou, A. Causier, W.

Approche multi-échelles: Aide à la conception et à l'injection de pièces en Polyamide renforcé. Y. Deyrail, M. Oumarou, A. Causier, W. Approche multi-échelles: Aide à la conception et à l'injection de pièces en Polyamide renforcé Y. Deyrail, M. Oumarou, A. Causier, W. Zerguine SOMMAIRE Présentation de la société Contexte de l étude Approche

Plus en détail

ELECTROCHIMIE ET SES APPLICATIONS

ELECTROCHIMIE ET SES APPLICATIONS 30/11/009 ELECTROCHIMIE ET SES APPLICATIONS PILES AU LITHIUM M. OLIVIER marjorie.olivier@fpms.ac.be INTRODUCTION. Lithium = le potentiel le plus négatif et la plus forte capacité massique des matériaux

Plus en détail

ChapitreVI OPTIQUE NON LINEAIRE

ChapitreVI OPTIQUE NON LINEAIRE ChapitreVI OPTIQUE NON LINEAIRE 41 VI-1- INTRODUCTION Les sources lasers ont bouleversé les méthodes et les possibilités de la spectroscopie: leurs très grande monochromaticité a permis de résoudre des

Plus en détail

DE LA SIMULATION NUMERIQUE EN VOLCANOLOGIE

DE LA SIMULATION NUMERIQUE EN VOLCANOLOGIE DE LA SIMULATION NUMERIQUE EN VOLCANOLOGIE Alain Burgisser CNRS Institut des Sciences de la Terre d Orld Orléans ECOULEMENT DE CONDUIT PERMEABILITE DU MAGMA MODELISER LA CHIMIE DU DEGAZAGE CONVECTION MAGMATIQUE

Plus en détail

Weinheim, Germany, 1997 21 Surface Science 416 (1998) L1114 L1117

Weinheim, Germany, 1997 21 Surface Science 416 (1998) L1114 L1117 Dans l optique environnementale actuelle, d importants moyens sont mis en œuvre afin de réduire la pollution atmosphérique, notamment par l introduction d unités de conversion catalytique sur les véhicules

Plus en détail

Méthodes expérimentales de la physique. Microscopie électronique

Méthodes expérimentales de la physique. Microscopie électronique Méthodes expérimentales de la physique Microscopie électronique 2. Sources et lentilles Jean-Marc Bonard jean-marc.bonard@epfl.ch Année académique 07-08 Introduction! Canon à électrons! Lentilles (+ diaphragmes)!

Plus en détail

Antoine BOUBAULT. Postdoctorant CNRS PROMES UPVD

Antoine BOUBAULT. Postdoctorant CNRS PROMES UPVD Antoine BOUBAULT Postdoctorant CNRS PROMES UPVD Introduction Contexte Sortie fluide Récepteur (Matériaux absorbeurs) Entrée fluide Héliostats (Matériaux réflecteurs) Accroissement la durée de vie des matériaux

Plus en détail

Rôle de l humidité sur les propriétés thermiques et électriques de zircones poreuses

Rôle de l humidité sur les propriétés thermiques et électriques de zircones poreuses Groupe d'étude des Matériaux Hétérogènes Rôle de l humidité sur les propriétés thermiques et électriques de zircones poreuses Mouna Zouaoui, Benoit Nait-Ali, Nicolas Glandut, David Smith SFT Journée thématique

Plus en détail

STAGES MéTALLURGIE. EBSD d une zone soudée d'un alliage d'aluminium Isabelle Aubert

STAGES MéTALLURGIE. EBSD d une zone soudée d'un alliage d'aluminium Isabelle Aubert STAGES MéTALLURGIE L amélioration des propriétés des matériaux métalliques et la maîtrise des procédés associés à leur mise en forme font l objet de trois stages, à la fois indépendants et complémentaires

Plus en détail

SOMMAIRE Thématique : Matériaux

SOMMAIRE Thématique : Matériaux SOMMAIRE Thématique : Matériaux Rubrique : Connaissances - Conception... 2 Rubrique : Essais... 7 Rubrique : Matériaux...11 1 SOMMAIRE Rubrique : Connaissances - Conception Connaître les matières plastiques...

Plus en détail

Chimie / Physique. Classe de. 5 ème

Chimie / Physique. Classe de. 5 ème Chimie / Physique Classe de 5 ème 2 Table des Matières Mode d emploi... 8 1. Matière, corps purs et mélanges...11 1.1. La matière...12 1.2. Les corps purs...13 1.2.1. Les états de la matière... 13 1.2.2.

Plus en détail

Mario Geiger octobre 08 ÉVAPORATION SOUS VIDE

Mario Geiger octobre 08 ÉVAPORATION SOUS VIDE ÉVAPORATION SOUS VIDE 1 I SOMMAIRE I Sommaire... 2 II Évaporation sous vide... 3 III Description de l installation... 5 IV Travail pratique... 6 But du travail... 6 Principe... 6 Matériel... 6 Méthodes...

Plus en détail

Centres de bandes cm -1

Centres de bandes cm -1 O L importance du rôle l eau dans la physico-chimie de l atmosphère (effet de serre, dynamique des masses d air,.) lui donne une place de tout premier choix parmi les différents constituants atmosphériques.

Plus en détail

Conductivité thermique réduite... ...isolation améliorée de 20% Superwool Plus FICHE DESCRIPTIVE CONDUCTIVITÉ THERMIQUE RÉDUITE

Conductivité thermique réduite... ...isolation améliorée de 20% Superwool Plus FICHE DESCRIPTIVE CONDUCTIVITÉ THERMIQUE RÉDUITE FICHE DESCRIPTIVE CONDUCTIVITÉ THERMIQUE RÉDUITE Conductivité thermique réduite......isolation améliorée de 20% Superwool Plus Insulating fibre Plus la conductivité thermique d un matériau est faible,

Plus en détail

Fig. 1 Le détecteur de LHCb. En bas à gauche : schématiquement ; En bas à droite: «Event Display» développé au LAL.

Fig. 1 Le détecteur de LHCb. En bas à gauche : schématiquement ; En bas à droite: «Event Display» développé au LAL. LHCb est l'une des expériences installées sur le LHC. Elle recherche la physique au-delà du Modèle standard en étudiant les mésons Beaux et Charmés. L accent est mis entre autres sur l étude de la violation

Plus en détail

Correction ex feuille Etoiles-Spectres.

Correction ex feuille Etoiles-Spectres. Correction ex feuille Etoiles-Spectres. Exercice n 1 1 )Signification UV et IR UV : Ultraviolet (λ < 400 nm) IR : Infrarouge (λ > 800 nm) 2 )Domaines des longueurs d onde UV : 10 nm < λ < 400 nm IR : 800

Plus en détail