Sujets et corrigés des DS de mathématiques. BCPST 1A Lycée Hoche Sébastien Godillon

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Sujets et corrigés des DS de mathématiques. BCPST 1A Lycée Hoche 2014-2015. Sébastien Godillon"

Transcription

1 Sujets et corrigés des DS de mathématiques BCPST A Lycée Hoche Sébastien Godillon Table des matières Sujet du DS n o Corrigé du DS n o 5 Exercice logique 5 Exercice nombres réels, sommes, suites 6 Exercice nombres réels, polynômes 8 Exercice 4 nombres réels, équations 9 Sujet du DS n o Corrigé du DS n o 4 Exercice nombres complexes, équations, sommes, produits 4 Exercice sommes 7 Exercice nombres complexes, équations 9 Exercice 4 sommes, nombres complexes, trigonométrie Exercice 5 sommes doubles Sujet du DS n o Corrigé du DS n o 5 Exercice suites, sommes 5 Exercice dénombrement, applications 6 Exercice dénombrement, suites 8 Exercice 4 équivalents, limites 0 Sujet du DS n o 4 Corrigé du DS n o 4 Exercice équations différentielles linéaires à coefficients constants Exercice matrices 5 Problème dénombrement, suites, sommes, limites 7 BCPST A lycée Hoche sur 97 Sébastien Godillon

2 Sujet du DS n o 5 4 Corrigé du DS n o 5 4 Exercice polynômes, nombres complexes 4 Exercice géométrie de l espace, systèmes d équations linéaires 44 Exercice polynômes 46 Exercice 4 géométrie du plan, calcul vectoriel, matrices 48 Sujet du DS n o 6 56 Corrigé du DS n o 6 58 Exercice probabilités, matrices, suites, limites 58 Exercice statistiques, fonctions de deux variables 6 Exercice polynômes, nombres complexes, trigonométrie 64 Sujet du DS n o 7 67 Corrigé du DS n o 7 69 Exercice étude de fonctions, continuité, suites, limites 69 Exercice applications, continuité 69 Exercice étude de fonctions, continuité, limites 70 Exercice 4 probabilités, sommes, suites, matrices, limites 7 Sujet du DS n o 8 76 Corrigé du DS n o 8 78 Exercice étude de fonctions, continuité, applications, logique, équivalents 78 Exercice étude de fonctions, dérivabilité, développements limités, suites, limites 8 Exercice développements limités 86 Sujet du DS n o 9 88 Corrigé du DS n o 9 90 Problème variables aléatoires, probabilités, équivalents 90 Exercice dérivabilité, développements limités 9 Exercice espaces vectoriels, applications linéaires 95 BCPST A lycée Hoche sur 97 Sébastien Godillon

3 DS n o de mathématiques durée : h, calculatrice interdite Exercice Dans un haras, un test génétique de couleur de robe alezane, baie ou noire est pratiqué sur les chevaux de trait de deux races différentes : comtoise et percheronne On considère les deux propositions suivantes : P : «Il existe un percheron dont l échantillon d ADN est porteur du gène noir» Q : «Si l analyse est pratiquée sur un comtois, alors son échantillon d ADN est porteur du gène alezan et du gène bai» On note H l ensemble des chevaux analysés du haras ; A, B et N les sous-ensembles de chevaux dont les échantillons d ADN sont porteurs des gènes alezan, bai et noir respectivement ; et enfin C et P les sous-ensembles de chevaux de races comtoise et percheronne respectivement On pourra utiliser la lettre h pour désigner un cheval analysé du haras c est-à-dire un élément générique de H Réécrire les propositions P et Q en langage mathématique à l aide de quantificateurs et d opérateurs logiques Réécrire la proposition Q en langage mathématique à l aide d opérations sur des ensembles Donner, en français, la négation de P et la négation de Q 4 Donner, en français, la contraposée et la réciproque de Q 5 Pour chacune des propositions suivantes, dire si elle est vraie ou fausse les justifications ne sont pas demandées : a Pour prouver que P est vraie, il est suffisant de prouver que tous les échantillons d ADN du haras sont porteurs du gène noir b Pour prouver que P est fausse, il est nécessaire de prouver l existence d un percheron dont l échantillon d ADN n est pas porteur du gène noir c Pour prouver que Q est fausse, il est suffisant de prouver que tous les échantillons d ADN des comtois sont porteurs du gène noir d Pour prouver que Q est vraie, il est nécessaire de prouver que tous les échantillons d ADN neutres c est-à-dire porteurs d aucun gène : ni alezan, ni bai, ni noir ont été prélevés sur des percherons Exercice On considère la série harmonique H m m définie pour tout nombre entier m par : H m m + m m k On propose de démontrer que la suite H m m diverge vers + Démontrer que la suite H m m est strictement croissante Pour tout nombre entier m, on considère le nombre entier N m défini par : lnm N m ln a Montrer que lim m + N m + b Montrer que m, m < Nm m et en déduire que m, H m H Nm k BCPST A lycée Hoche sur 97 Sébastien Godillon

4 c Démontrer qu il est suffisant de prouver que la suite H n n 0 tend vers + pour prouver que la suite H m m tend vers + Pour cette question, on fixe un nombre entier n 0 a Donner le nombre d éléments de l ensemble E n {k N / k n + et k n+ } b Montrer que k E n, k n+ c En déduire l inégalité suivante : 4 Démontrer que n 0, H n + n 5 Conclure n+ k n + k Exercice On considère les nombres réels α + 5 et β 5 on rappelle que pour tout nombre réel y, on note y l unique solution de l équation x y d inconnue x R On propose de simplifier l expression de α et β a Calculer αβ et α + β b Vérifier que a, b R, a + b a + a b + ab + b c En déduire une expression simple de α + β en fonction de α et β On pose u α + β et on considère la fonction polynomiale P : x P x x + x 4 a A l aide de la question précédente, montrer que u est une racine de P, c est-à-dire que P u 0 b Trouver une racine évidente de P c Trouver trois nombres réels a, b et c tels que x R, P x x ax + bx + c d Résoudre l équation P x 0 d inconnue x R e En déduire la valeur de u On considère la fonction polynomiale Q : x Qx x αx β a A l aide des questions précédentes, développer et simplifier Qx pour tout nombre réel x b En déduire que α et β sont solutions de l équation x x 0 d inconnue x R c Déterminer des expressions plus simples de α et β Exercice 4 On considère l équation E d inconnue x [0, π ] définie par : cosx + sinx E On propose de résoudre cette équation de deux manières différentes Les questions A et B suivantes sont donc totalement indépendantes A Première méthode : Vérifier que a, b R, a + b 4 a 4 + 4a b + 6a b + 4ab + b 4 Démontrer que l équation E est équivalente à l équation E suivante : cosx sinx cosx + cosx sinx + sinx 0 E Justifier que x [0, π ], cosx + cosx sinx + sinx > 0 4 En déduire les solutions de l équation E B Deuxième méthode : Démontrer que a ]0, [, a > a En déduire que x ]0, π [, cosx + sinx > Retrouver les solutions de l équation E BCPST A lycée Hoche sur 97 Sébastien Godillon

5 Corrigé du DS n o de mathématiques Exercice On considère les deux propositions suivantes : P : «Il existe un percheron dont l échantillon d ADN est porteur du gène noir» Q : «Si l analyse est pratiquée sur un comtois, alors son échantillon d ADN est porteur du gène alezan et du gène bai» On a en langage mathématique avec des quantificateurs et des opérateurs logiques : P h P, h N h H, h P et h N Q h H, h C h A et h B h C, h A et h B Attention : la proposition «h A B» est équivalente à «h A et h B» mais elle utilise une opération sur des ensembles l intersection et non un opérateur logique le «et» comme demandé par l énoncé On a en langage mathématique avec des opérations sur des ensembles : Q h C, h A B C A B On a en langage mathématique : non P h P, non h N h P, h / N h H, non Q h H, non h C h A et h B h / P ou h / N h H, h C et non h A et h B h H, h C et h / A ou h / B h C, h / A ou h / B Ecrire les négations de P et Q en langage mathématique n est pas demandé, mais ça aide pour les traduire ensuite en français On en déduit donc en français que la négation de P est «Aucun échantillon d ADN des percherons n est porteur du gène noir», et la négation de Q est «Il existe un échantillon d ADN qui, d une part, a été prélevé sur un comtois et, d autre part, n est pas porteur du gène alezan ou n est pas porteur du gène bai ou n est pas porteur des deux gènes» 4 La contraposée de Q est donnée en langage mathématique par : h H, non h A et h B non h C h H, h / A ou h / B h / C ce qui donne en français : «Si un échantillon d ADN n est pas porteur du gène alezan ou n est pas porteur du gène bai ou n est pas porteur des deux gènes, alors l analyse n a pas été pratiquée sur un comtois» La réciproque de Q est donnée en langage mathématique par : h H, h A et h B h C ce qui donne en français : «Si un échantillon d ADN est porteur du gène alezan et du gène bai, alors l analyse a été pratiquée sur un comtois» BCPST A lycée Hoche sur 97 Sébastien Godillon

6 5 a Vraie b Vraie c Fausse d Vraie En toute rigueur, les propositions 5a et 5b sont fausses si l ensemble des percherons est vide dans ce cas, la proposition P est toujours fausse Mais la première phrase de l énoncé sous-entend qu il existe au moins un percheron Exercice On considère la série harmonique H m m définie pour tout nombre entier m par : H m m + m m k On a pour un entier m fixé : H m+ H m m + + m m m + > 0 Inutile de perdre du temps à justifier que m+ > 0 quand m, c est évident Par conséquent H m+ > H m pour tout entier m et donc la suite H m m est strictement croissante Pour tout nombre entier m, on considère le nombre entier N m défini par : lnm N m ln a D après la définition de la partie entière, on a pour tout entier m : ce qui peut aussi s écrire : N m lnm ln < N m + lnm ln < N m lnm ln Or lim m + lnm ln + car lim m + lnm + et ln > 0 D après le théorème de comparaison, on en déduit que N m tend vers + quand m tend vers + Attention de ne pas oublier de préciser que ln > 0 Par contre, il est inutile de justifier que le membre de droite des inégalités tend aussi vers + quand m + b En multipliant les inégalités par ln > 0, on obtient pour tout entier m : k lnm ln < N m ln lnm ln m < ln Nm lnm Puis en utilisant le fait que la fonction exponentielle est strictement croissante, on a pour tout entier m : exp ln m < expln N m explnm m < Nm m Les justifications nécessaires et suffisantes ici sont ln > 0 et x expx strictement croissante Elles doivent apparaître explicitement En utilisant l inégalité à droite ci-dessus, et la croissance de la suite H m m démontrée à la question, on en déduit que H m H Nm pour tout entier m BCPST A lycée Hoche sur 97 Sébastien Godillon

7 c Supposons que la suite H n n 0 tende vers +, c est-à-dire que lim n + H n + Puisque lim m + N m + d après le résultat de la question a, on obtient avec le changement de variable n N m que lim m + H Nm + Et puisque m, H Nm H m d après le résultat de la question b, on en déduit que lim m + H m + en utilisant le théorème de comparaison Finalement, on a montré que : lim H n + lim H m + n + m + La condition «H n n 0 tend vers +» est donc suffisante pour prouver que «H m m tend vers +» Attention à la rédaction ici Il ne s agit pas de démontrer que la proposition «H n n 0 tend vers +» est vraie questions suivantes mais de démontrer que si elle est vraie alors «H m m tend vers +» est aussi vraie, c est-à-dire que l implication ci-dessus est vraie Pour cette question, on fixe un nombre entier n 0 a L ensemble E n {k N / k n + et k n+ } peut aussi s écrire en décrivant ses éléments par une liste croissante : E n { n +, n +, n +, n + 4,, n+ } Or n+ n n n + n Donc : E n { n +, n +, n +, n + 4,, n + n } { n + k / k {,,,, n }} On en déduit que E n a le même nombre d éléments que {,,,, n }, c est-à-dire n éléments On verra bientôt en cours qu on peut tout simplement dire qu entre n + et n+, il y a exactement n+ n + + n n n éléments b Soit k E n On a en particulier 0 < k n+, donc en inversant cette inégalité : k n+ On en déduit le résultat pour tout k E n car n+ n+ n+ c En utilisant les résultats des deux questions précédentes, on obtient : n+ k n + k k k E n } {{ } question b n+ n+ } {{ } k E n k E n question a n+ n Or n+ n n +n Finalement, on a bien l inégalité : n+ k n + k Inutile de quantifier l entier n dans les questions a, b et c puisqu il est fixé par l énoncé pour toute la question 4 On procède par récurrence Pour n 0 on a H 0 H et + 0 Donc la proposition «H n + n» est vraie au rang n 0 On suppose maintenant la proposition «H n + n» vraie pour un certain rang n 0 fixé On cherche à démontrer qu elle est également vraie au rang n + On a : H n n n H n + n+ k n + k + n + + n + + n n+ BCPST A lycée Hoche sur 97 Sébastien Godillon

8 Or H n + n d après l hypothèse de récurrence, et on a démontré n+ k n + k à la question précédente Donc : H n+ + n + + n + Ainsi, la proposition «H n + n» est héréditaire pour tout entier n 0 On conclut par récurrence que H n + n pour tout entier n 0 5 On vient de démontrer n 0, + n H n Or lim n + + n +, donc lim n + H n + en utilisant le théorème de comparaison De plus on a démontré à la question c que l implication lim H n + lim H m + n + m + est vraie Par conséquent, la suite H m m diverge vers + Inutile de perdre du temps à détailler le calcul de la limite lim n + + n + qui est évident Exercice On considère les nombres réels α + 5 et β 5 a On a y > 0, y y / et y < 0, y y / Comme + 5 > 0 et 5 < 0, on obtient α + 5 / et β + 5 /, puis : αβ + 5 / + [ 5 / ] / 5 [ 5 + ] / [ 5 5 ] / [] / α + β [ + 5 /] [ /] + 5 / + 5 / Attention : y / exp lny est défini seulement pour y > 0, alors que y est défini pour tout y R On peut également faire les calculs en gardant la notation y et sans utiliser la notation y / dans ce cas, il n y a pas de problème de signe b Soient a et b deux nombres réels On a en développant : a + b a + b + a + b a + b a + ba + ab + b c En utilisant le résultat précédent on a : a + a b + ab + ba + bab + b a + a b + ab + b α + β α + α β + αβ + β α + β + αβα + β Puis en utilisant les résultats de la question a on obtient : α + β 4 α + β N oubliez pas d utiliser vos résultats des questions précédentes Quand l énoncé demande de simplifier, il faut le faire au maximum On pose u α + β et on considère la fonction polynomiale P : x P x x + x 4 a D après le résultat de la question précédente : u 4 u et donc P u u +u 4 0 b On a P donc est une racine de P N oubliez pas de justifier rapidement pourquoi est racine de P BCPST A lycée Hoche sur 97 Sébastien Godillon

9 c Analyse : On suppose qu il existe un triplet a, b, c R tel que x R, P x x ax + bx + c On a alors en développant : x R, P x x + x 4 x ax + bx + c ax + bx + cx ax bx c ax + b ax + c bx c On en déduit que a, b a 0, c b et c 4, c est-à-dire a, b, c,, 4 Synthèse : On pose a, b et c 4 On a alors en développant : x R, x ax + bx + c x x + x + 4 D où le résultat avec a, b, c,, 4 x + x + 4x x x 4 x + x 4 P x La synthèse est suffisante, on peut faire l analyse sur un brouillon et ne pas l écrire sur sa copie Par contre, la synthèse est nécessaire : elle doit apparaître explicitement d D après le résultat précédent, on a pour tout x R : P x 0 x x + x x ou x + x Pour la deuxième proposition, on reconnait un polynôme de degré de discriminant < 0 L équation x + x n a donc pas de solution réelle, et l équation P x 0 admet pour unique solution e D après le résultat de la question a, u est solution de l équation P x 0 Or on vient de démontrer que cette équation n a qu une seule solution qui est Par conséquent, α + β u On considère la fonction polynomiale Q : x Qx x αx β a On a pour tout x R en développant : Qx x αx β x αx βx + αβ x α + βx + αβ Or α + β u d après le résultat de la question précédente, et αβ d après un des résultats de la question a Donc : x R, Qx x x b α est solution de l équation Qx 0 car Qα α αα β 0 α β 0 Puisque Qx x x pour tout x R d après le résultat précédent, α est bien solution de l équation x x 0 On obtient la même chose pour β c On commence par résoudre l équation x x 0 d inconnue x R On reconnait un polynôme de degré de discriminant 4 5 Cette équation a donc exactement deux solutions : x 5 et x D après le résultat précédent, ces deux solutions correspondent à α et β, il suffit donc de les identifier Or 5 < 0 < + 5 et β 5 < 0 < + 5 α Par conséquent : α + 5 et β 5 Attention de bien justifier l identification A priori, on a seulement démontré que {α, β} {x, x } mais on ne sait pas si α, β x, x ou si α, β x, x BCPST A lycée Hoche sur 97 Sébastien Godillon

10 Exercice 4 On considère l équation E d inconnue x [0, π ] définie par : cosx + sinx E A Première méthode : Soient a et b deux nombres réels On a en utilisant le résultat de la question b de l exercice et en développant : a + b 4 a + ba + b a + ba + a b + ab + b a 4 + a b + a b + ab + a b + a b + ab + b 4 a 4 + 4a b + 6a b + 4ab + b 4 On pourra bientôt s épargner ces calculs pénibles à l aide de la formule du binôme de Newton L équation est bien définie pour tout x [0, π ] car cosx 0 et sinx 0 On a donc pour tout x [0, π ] en élevant l équation E à la puissance 4 d après le résultat précédent : E cosx + sinx 4 4 cosx cosx sinx + 6 cosx sinx + 4 cosx sinx + sinx 4 cos x + 4 cosx cosx sinx + 6 cosx sinx + 4 cosx sinx sinx + sin x cosx sinx cosx + cosx sinx + sinx + cos x + sin x Le plus important ici est de bien organiser ces calculs pour ne pas perdre de temps Or x R, cos x + sin x d après le théorème de Pythagore, donc on obtient pour tout x [0, π ] que l équation E est équivalente à : cosx sinx cosx + cosx sinx + sinx 0 E On raisonne par disjonction des cas de x [0, π ] {0} ]0, π [ { π } Premier cas : x 0 Alors cosx et sinx 0, donc : cosx + cosx sinx + sinx > 0 Deuxième cas : x ]0, π [ Alors cosx > 0 et sinx > 0, donc : cosx + cosx sinx + sinx > Troisème cas : x π Alors cosx 0 et sinx, donc : cosx + cosx sinx + sinx > 0 Dans tous les cas on a cosx + cosx sinx + sinx > 0, donc cette inégalité est vraie pour tout x [0, π ] BCPST A lycée Hoche sur 97 Sébastien Godillon

11 4 Pour tout x [0, π ], l équation E est équivalente à : cosx sinx 0 ou cosx + cosx sinx + sinx 0 D après le résultat précédent cosx+ cosx sinx+ sinx 0 pour tout x [0, π ] De plus on a : [ x 0, π ], cosx sinx 0 cosx 0 ou sinx 0 x π ou x 0 Par conséquent, l équation E d inconnue x [0, π ] admet deux solutions : 0 et π Et puisque l équation E est équivalente à l équation E voir question, l ensemble des solutions est le même B Deuxième méthode : Pour tout a > 0, on a : a > a a > a 4 > a pour la première équivalence : le sens direct est vrai car x x est strictement croissante sur R + et la réciproque est vraie car x x est strictement croissante sur R +, pour la deuxième équivalence : on simplifie par a > 0 Or pour a ]0, [, a < est toujours vraie car x x est strictement croissante sur R Finalement, a > a pour tout a ]0, [ Il y a de nombreuses manières de démontrer cette inégalité Mais quelle que soit la méthode choisie, les justifications doivent être précises Soit x ]0, π [ Puisque cosx ]0, [ et sinx ]0, [, on a en utilisant le résultat de la question précédente : cosx + sinx > cos x + sin x Or le membre de droite est égal à d après le théorème de Pythagore D où cosx + sinx > pour tout x ]0, π [ N oubliez pas de justifier que cosx ]0, [ et sinx ]0, [ pour pouvoir utiliser la question précédente D après le résultat précédent, l équation E d inconnue x [0, π ] n a pas de solution dans ]0, π [ Il reste donc à vérifier les cas x 0 et x π Or on a : { x 0 cosx et sinx 0 cosx + sinx + 0 x π cosx 0 et sinx cosx + sinx 0 + Par conséquent, l équation E d inconnue x [0, π ] admet deux solutions : 0 et π BCPST A lycée Hoche sur 97 Sébastien Godillon

12 DS n o de mathématiques durée : h, calculatrice interdite Exercice Soit un n N fixé pour tout l exercice On rappelle que les racines n-ièmes de l unité sont les solutions de l équation z n d inconnue z C On propose de calculer la somme et le produit des racines n-ièmes de l unité a Résoudre l équation z n en exprimant les solutions sous forme exponentielle b En déduire la liste des racines n-ièmes de l unité sous forme algébrique pour n, n, n et n 4 On pose w n e iπ/n a Montrer que w n n b Montrer que w n est une racine n-ième de l unité c Donner la liste des racines n-ièmes de l unité en fonction de w n a Calculer n k0 w n k b En déduire la somme des racines n-ièmes de l unité c Vérifier le résultat précédent pour n, n, n et n 4 sous forme algébrique 4 Calculer n k0 w n k 5 a Montrer que n k0 w n k est une racine -ième de l unité b Que peut-on en déduire pour le produit des racines n-ièmes de l unité? c Calculer n k0 w n k dans le cas où n est impair, c est-à-dire si n l avec l N d Calculer n k0 w n k dans le cas où n est pair, c est-à-dire si n l avec l N e En déduire le produit des racines n-ièmes de l unité dans le cas général f Vérifier le résultat précédent pour n, n, n et n 4 sous forme algébrique 6 Calculer n k0 w n k Exercice Pour tout n, p N N on définit S p n n k kp Le but de cet exercice est de présenter une méthode pour calculer S p n Soit n N Rappeler les expressions de S 0 n, S n et S n Montrer que n N, S n n n+ 4 On fixe n, p N pour cette question a Montrer que n k k + p+ S p+ n + n + p+ b Soit k N Développer l expression k + p+ en vous servant du symbole c En déduire que n k k + p+ S p+ n + p l0 d A l aide des questions précédentes, montrer que S p n n + p+ p + p+ l S l n p p + l l0 S l n 4 Soit n N Utiliser le résultat précédent pour retrouver l expression de S n donnée à la question puis donner une expression simplifiée de S 4 n BCPST A lycée Hoche sur 97 Sébastien Godillon

13 Exercice On propose de résoudre l équation suivante d inconnue z C : z 6z E On considère z C une solution de E Soient u, v C tel que u + v z et uv a Calculer u + v de deux manières différentes b En déduire les valeurs de u + v et u v c Montrer que u et v sont solutions de l équation Z + 4Z d inconnue Z C d Résoudre l équation Z + 4Z On pose w + i a Ecrire w sous la forme exponentielle b Résoudre l équation Z w d inconnue Z C en exprimant les solutions sous forme exponentielle c On pose j e iπ/ Montrer que l ensemble des solutions de l équation Z { + i, + ij, + ij } w est En utilisant les questions précédentes, déterminer les valeurs possibles de u et v, puis de z 4 En déduire les solutions de E Exercice 4 Soit n N et x R On propose de calculer les sommes A n n k0 cos kx et B n n k0 sin kx Calculer A n + B n a Montrer que A n B n n k0 coskx b Rappeler et démontrer l expression de n k0 coskθ pour tout θ R c En déduire une expression simplifiée de A n B n on distinguera plusieurs cas selon les valeurs de x R En déduire des expressions simplifiées de A n et B n on distinguera plusieurs cas selon les valeurs de x R Exercice 5 Soit n N On propose de calculer la somme double j i,j n i Montrer que j i,j n i j i j n i Pour cette question, on fixe i {0,,,, n} Montrer que n on pourra raisonner par récurrence Calculer i,j n j i de deux manières différentes ji j i n+ i+ indication : BCPST A lycée Hoche sur 97 Sébastien Godillon

14 Corrigé du DS n o de mathématiques Exercice Soit n N a 0 n est pas solution de z n Pour z C, on écrit z sous forme exponentielle : z re iθ avec r > 0 et θ [0, π[ On a alors : z n re iθ { n r n e inθ r nθ 0 [π] θ 0 [ ] π n si et seulement si θ kπ n dans [0, π[, l ensemble des θ tel que θ 0 [ π { r θ 0 [ ] π n où k Z Mais puisqu on a choisi l argument θ ] } n est {0, π n, 4π n,, n π n, c est-à-dire { kπ n k {0,,,, n }} On en déduit l ensemble des solutions de z n : {e ikπ/n k {0,,,, n } } N oubliez pas de justifier que z 0 avant d utiliser la forme exponentielle Le choix de l intervalle [0, π[ pour l argument principal est arbitraire, on peut très bien choisir ] π, π] choisissez l intervalle avec lequel vous êtes le plus à l aise pour ne pas perdre de temps Les racines n-ièmes de l unité ne sont pas au programme de BCPST, mais l exercice est tellement classique qu il faut le connaître par cœur b La liste des racines n-ièmes de l unité est pour n : {e ikπ/ k {0} } { e i0} {} ; pour n : } {e ikπ/ k {0, } { e i0, e iπ} {, } ; pour n : } {e ikπ/ k {0,, } { { e i0, e iπ/, e 4iπ/}, + i, i } ; et pour n4 : } { {e ikπ/4 k {0,,, } e i0, e iπ/, e iπ, e iπ/} {, i,, i} On pose w n e iπ/n a Si w n alors π n 0 [π] en identifiant les arguments Or π n ]0, π] car n N Donc π n π et n Réciproquement, si n alors w n e iπ/ e iπ D où l équivalence N oubliez pas de justifier les deux sens de l équivalence b On a : w n n e iπ/n n e inπ/n e iπ Donc w n est solution de l équation z n, par conséquent w n est bien une racine n-ième de l unité BCPST A lycée Hoche sur 97 Sébastien Godillon

15 c D après le résultat de la question a, les racines n-ièmes de l unité sont de la forme e ikπ/n e iπ/n k wn k où k {0,,,, n } Donc la liste des racines n-ièmes de l unité est donnée par : w n 0, w n, w n,, w n n a n k0 w n k est une somme des termes d une suite géométrique de raison w n Pour n, on a w n et donc n k0 w n k 0 Pour n, on a w n d après le résultat de la question a, et donc : n w n k w n n + w n k0 w n n w n w n 0 car w n est une racine n-ième de l unité question b Il ne faut pas oublier de séparer le cas où la raison est égale à Pensez à utiliser les résultats des questions précédentes, le sujet suit toujours une progression logique b D après le résultat de la question c, la somme des racines n-ièmes de l unité est donnée par n k0 w n k En utilisant le résultat précédent, la somme des racines n-ièmes de l unité est donc égale à pour n et à 0 pour n c En utilisant le résultat de la question b, la somme des racines n-ièmes de l unité est pour n : ; pour n : pour n : + + i ; i + i 0 ; et pour n4 : + i + + i + i 0 4 Puisque w n e iπ/n, on a w n wn w n w n On en déduit que n k0 n w n k k0 w n k n n n w n k w n k w n k k0 car la somme de conjugués de nombres complexes est égale au conjugué de la somme de nombres complexes D après le résultat de la question b, n k0 w n est donc égale à k pour n et à 0 pour n Un exemple type de question astucieuse où on peut perdre énormément de temps si on n a pas la bonne idée Il ne faut surtout pas hésiter à laisser des questions de côté pour aller chercher des points ailleurs au lieu de perdre son temps à s obstiner Parfois, l astuce peut même surgir à notre esprit pendant qu on est en train de faire quelque chose de complètement différent k0 k0 BCPST A lycée Hoche sur 97 Sébastien Godillon

16 5 a On a : n w n k w n 0 w n w n w n n k0 w n n w n n k0 k w n n n car n k0 nn+ w n n n w n nn w n n n n d après la question b Les détails de la transformation du produit en somme n ont pas besoin d être indiqués On peut directement écrire l égalité de la troisième ligne Par conséquent n k0 w n k est une solution de l équation z, c est donc une racine -ième de l unité b D après le résultat de la question b, les racines -ièmes de l unité sont et Et d après le résultat de la question c, le produit des racines n-ièmes de l unité est donné par n k0 w n k En utilisant le résultat précédent, le produit des racines n-ièmes de l unité est donc égal à ou à c On suppose que n est impair, donc que n l avec l N En procédant comme pour la question 5a, on obtient : n w n k k0 l k0 w n k w n l k0 k w n l l w n n l d On suppose que n est pair, donc que n l avec l N En procédant comme pour la question 5a, on obtient : n w n k k0 l k0 w n k w n l k0 k w n l l w n l l Or w n l w l l e iπ/l l e ilπ/l e iπ, donc n k0 w n k l car l est impair e En utilisant les résultats précédents, le produit des racines n-ièmes de l unité est donc égal à si n est impair et à si n est pair f En utilisant le résultat de la question b, le produit des racines n-ièmes de l unité est pour n : ; pour n : pour n : + i ; i i 4 4 ; 4 et pour n4 : i i i BCPST A lycée Hoche sur 97 Sébastien Godillon

17 6 On a : n n n w n k k w n k n k0 k0 k0 n k0 k w n k n n k0 n w n k D après le résultat de la question 5e, n k0 w n k est donc égal à nn / si n est impair et à nn / si n est pair On peut encore simplifier ce résultat en fonction des congruences modulo 4 de n mais ce n est pas au programme de BCP ST k0 Exercice Pour tout n, p N N on définit S p n n k kp Soit n N On a : S 0 n n k n S n n k k nn+ S n n k k nn+n+ 6 On va démontrer par récurrence que n N, S n n n+ 4 Pour n, on a S k k et Donc la formule est vraie pour n On suppose maintenant la formule vraie pour un n N fixé On a alors : S n + n+ k n + + k n + 4 n + n + 4 k n + + n n + 4 k 4n + + n n + 4 n + 4n + 4 Par conséquent la formule est vraie au rang n + On conclut par récurrence La récurrence est le moyen le plus rapide pour démontrer ce résultat à condition de connaitre la formule ou qu elle soit donnée dans l énoncé comme ici Il faut désormais savoir rédiger précisément et rapidement ce type de récurrence non difficile On fixe n, p N pour cette question a On a en utilisant un décalage d indice : n+ k + p+ k p+ k k k p+ + n + p+ p+ S p+ n + n + p+ k b Soit k N On a en utilisant la formule du binôme de Newton : p+ p + p+ p + k + p+ k l p+ l k l l l l0 l0 BCPST A lycée Hoche sur 97 Sébastien Godillon

18 c On a en sommant le résultat précédent de k à k n : p+ p + k + p+ k l on reconnait une somme double l k k l0 p + k l l k n 0 l p+ p+ l0 k p+ p + l k l p + k l l l0 k p+ p + k l l l0 p+ k p + S l n l l0 p p + p + S l n + S p+ n l p + l0 p p + S p+ n + S l n l k l0 d En égalisant les résultat des questions a et c on obtient : p p + S p+ n + n + p+ k + p+ S p+ n + S l n l et donc : n + p+ l0 l0 l0 p p + p p + S l n S l n + l l Or p+ p p+! p!p+ p! p+! p! p + Par conséquent, on a bien : S p n p + p p + n + p+ l l0 S l n p + p S p n 4 Soit n N En utilisant le résultat précédent pour p, on a : S n 4 n + 4 S l n 4 l l n + 4 S 0 n S n S n 4 0 n + 4 nn + nn + n + n n + 4 n + nn + nn + n + 4 n + n + n + n + n n n 4 n + n + n 4 n n + 4 BCPST A lycée Hoche sur 97 Sébastien Godillon

19 En utilisant maintenant le résultat de la question précédente pour p 4, on obtient : S 4 n 5 n + 5 S l n 5 l l n + 5 S 0 n S n S n S n 5 0 n + 5 nn + nn + n + n n n + 4 n + 5 n nn + 5 nn + n + 5 n n + n + n 4 + 4n + 6n + 4n n 0 n 5 n 5 n 5 n n + n n + 6 n 6 n nn + 6n + 9n + n 0 Ces calculs ne sont pas si difficiles si on s organise bien Ecrivez soigneusement, aérez votre copie et organisez vos calculs On perd un peu de temps à mettre des calculs en forme, mais on en gagne énormément si tout est clair De même, évitez le plus possible les calculs de tête qui sont très chronophages Exercice On considère l équation E : z 6z d inconnue z C Soit z C une solution de E et soient u, v C tel que u + v z et uv a En utilisant l équation E, on a : u + v z 6z 4 6u + v 4 De plus, d après la formule du binôme de Newton et car uv, on a : u + v u + u v + uv + v u + 6u + 6v + v u + v + 6u + v b En égalisant les deux résultats précédents, on obtient 6u + v 4 u + v + 6u + v et donc u + v 4 De plus, u v uv 8 c u et v sont solutions de l équation Z u Z v 0 d inconnue Z C Or pour tout Z C, on a Z u Z v Z u + v u v Z + 4Z + 8 d après les résultats de la question précédente Donc u et v sont solutions de l équation Z + 4Z d inconnue Z C d L équation Z + 4Z est une équation du second degré de discriminant < 0 Donc elle admet deux solutions complexes conjuguées qui sont : 4 + i 4 + 4i + i et 4 i i On pose w + i a On a w + 8 Puisque Imw > 0, on obtient un argument de w par arccos Rew w arccos arccos π 4 Finalement, w e iπ/4 BCPST A lycée Hoche sur 97 Sébastien Godillon

20 b 0 n est pas solution de Z w car w 0 On écrit donc Z C sous forme exponentielle : Z re iθ avec r > 0 et θ [0, π[ On a alors : Z w r e iθ { e iπ/4 r { r θ π 4 [π] θ π [ π ] 4 Or π 4 π < 0, π 4 + π π, π + π 9π 9π et + π 9π 4 solutions de Z w est donc { e iπ/4, e iπ/, e 9iπ/} c On a + i + et arccos Re+i +i arccos arccos > π L ensemble des + i e iπ/4 car Im + i > 0 On en déduit en posant j e iπ/ que + ij e iπ/4 e iπ/ e i π 4 + π e iπ/ et + ij e iπ/4 e 4iπ/ e i π 4 + 4π e 9iπ/ π 4, donc D après le résultat de la question précédente, l ensemble des solutions de Z w est donc bien { + i, + ij, + ij } D après les résultats des questions c et d, on a u + i w ou u i w Dans le premier cas, u est solution de l équation Z w et donc, d après le résultat de la question c, u + i, u + ij ou u + ij Dans le deuxième cas, u est solution de l équation Z w Z w donc u est solution de Z w On en déduit que u + i i, u + ij ij car j e iπ/ e 4iπ/ j ou u + ij ij car j j j On obtient donc six valeurs possibles pour u Pour chacune des six valeurs possibles de u, on obtient une seule valeur possible de v car uv v u On calcule les valeurs possibles de v grâce aux relations +i i, i + i, j e iπ/ j j et e 4iπ/ e iπ/ j j Pour chacun des six couples possibles u, v, on en déduit la valeur possible de z u + v grâce aux relations j + j j + j Rej cos π et j j j j iimj i sin π i Finalement, les valeurs possibles de u, v et z sont résumées dans le tableau suivant Il y a donc trois valeurs possibles de z u v u + v z + i i + ij ij + ij ij + i + i ij + ij ij + ij + 4 D après le résultat précédent, si z C est solution de E alors z, z ou z + Réciproquement, on a en utilisant la formule du binôme de Newton : , et Donc l ensemble des solutions de E est {,, + } Cet exercice n était pas difficile mais on peut perdre du temps à le rédiger si on manque d organisation Beaucoup de calculs sont identiques ou diffèrent seulement de quelques signes, il ne faut surtout pas perdre du temps à refaire plusieurs fois le même BCPST A lycée Hoche sur 97 Sébastien Godillon

21 Exercice 4 Soit n N et x R On pose A n n k0 cos kx et B n n k0 sin kx En utilisant le théorème de Pythagore, on a : A n + B n cos kx + k0 sin kx k0 cos kx + sin kx k0 n + a D après la formule de duplication du cosinus, on a k N, cos kx cos kx sin kx Donc : A n B n cos kx k0 sin kx k0 k0 cos kx sin kx k0 coskx b Soit θ R On a n k0 coskθ n k0 Reeikθ Re n k0 eiθ et on reconnait la somme des termes d une suite géométrique de raison e iθ Si e iθ, c est-à-dire si θ 0 [π], alors n k0 eiθ n k0 n + et donc n k0 coskθ Ren + n + Sinon e iθ, c est-à-dire θ 0 [π], et alors : e in+θ coskθ Re e iθ k0 e in+θ/ Re ein+θ/ e in+θ/ e iθ/ Re e inθ/ cos n θ sin n + θ sin θ e iθ/ e iθ/ i sin n + θ/ i sin θ/ c En remplaçant θ dans le résultat précédent par x, on obtient : { n + si x 0 [π] x 0 [π] A n B n cosnx sinn+x sinx si x 0 [π] x 0 [π] Pour obtenir des expressions de A n et B n, on écrit A n A n + B n + A n B n et B n A n + B n A n B n puis on utilise les résultats des questions et On obtient donc si x 0 [π] : A n n + + n + n + et B n n + n + 0, k0 et si x 0 [π] : A n n + + cosnx cosn + x sinx et B n n + cosnx cosn + x sinx Exercice 5 Soit n N D après la définition des coefficients binomiaux, on a j i 0 dès que j < i Donc : j j + j j + 0 j i i i i i i,j n i j n j<i n i j n j<i n i j n BCPST A lycée Hoche sur 97 Sébastien Godillon

22 On va démontrer par récurrence que n N, i {0,,,, n}, n j ji i n+ i+ Si n 0 alors i {0} c est-à-dire i 0, n j ji i 0 j j et n+ i+ 0+ Donc l égalité est vraie pour n 0 On suppose maintenant l égalité vraie pour un certain n N et on veut la démontrer au rang n+ Soit i {0,,,, n, n+} On distingue deux cas : i {0,,,, n} ou i n + Dans le deuxième cas, n+ j ji i n+ j jn+ n+ n+ n+ et n++ i+ n+ n++ n+ donc l égalité est vraie au rang n + Dans le premier cas, on utilise l hypothèse de récurrence : n+ j i ji ji j + i n + i n + + i + n + i n + i + n + + i + d après la formule de Pascal Donc l égalité est vraie au rang n + On conclut d après le principe de récurrence En utilisant les deux questions précédentes, on obtient en sommant sur les lignes : Or n+ i0 i,j n i,j n j j i i i j n i ji j i i n + i + n+ n + i n+ i + n+ n+ d après la formule du binôme de Newton Donc : j i n+ n + i i0 n + 0 i n + n+ n + n+ n De même, on obtient en utilisant la question et sommant sur les colonnes : i,j n j i i j n j j i0 j j n+ j i j i j j j i j 0 j i j j j 0 n j0 n n+ n n+ n BCPST A lycée Hoche sur 97 Sébastien Godillon

23 DS n o de mathématiques durée : h45, calculatrice interdite Exercice On désigne par E l ensemble des suites u n n N définies par la donnée de trois réels u 0, u et u, et par la relation suivante : n N, u n+ u n+ + u n 0 R Dans cette question, on considère la suite u n n N de E telle que u 0 4, u 5 et u Soit v n n N la suite de terme général v n u n+ + u n a Calculer v 0 et v b Exprimer v n+ en fonction de v n+ et v n c Montrer par récurrence que v n n N est constante En déduire : n N, u n+ u n + d Exprimer u n en fonction de n N e Pour tout n N, calculer n k0 u k Dans cette question, on considère la suite u n n N de E telle que u 0, u et u Soit w n n N la suite de terme général w n u n n a Vérifier que w w + w 0 0 b Montrer que n N, w n+ w n+ + w n 0 c Exprimer w n en fonction de n N d En déduire l expression de u n en fonction de n N e Pour tout n N, calculer n k0 u k Exercice Soient n et p deux entiers strictement positifs On dit qu une p-liste d entiers a, a,, a p est : croissante si k {,,, p }, a k a k+ ; strictement croissante si k {,,, p }, a k < a k+ On désigne par E l ensemble des p-listes croissantes d éléments de {,,, n} et par F l ensembles des p-listes strictement croissantes d éléments de {,,, n + p } Déterminer le cardinal de F Si a, a,, a p est une p-liste d éléments de {,,, n}, on définit la p-liste b, b,, b p par k {,,, p}, b k a k + k Montrer que si a, a,, a p E alors b, b,, b p F Si b, b,, b p est une p-liste d éléments de {,,, n + p }, on définit la p-liste a, a,, a p par k {,,, p}, a k b k k + Montrer que si b, b,, b p F alors a, a,, a p E BCPST A lycée Hoche sur 97 Sébastien Godillon

24 4 Montrer que l application est bijective ϕ : E F a, a,, a p ϕa, a,, a p b, b,, b p définie par 5 En déduire le nombre de p-listes croissantes d éléments de {,,, n} Exercice On considère une protéine constituée de la succession linéaire d acides aminés de cystéine, d aspartate et de glutamate que l on désignera respectivement par les lettres C, D et E Cette protéine vérifie de plus la propriété suivante : sa structure primaire peut-être représentée par des séquences successives de lettres telles que chaque séquence commence par la lettre C et ne comporte jamais deux lettres consécutives identiques Pour chaque entier n, on note S n l ensemble des séquences possibles de n lettres et on considère les sous-ensembles C n, D n et E n de séquences de S n qui se terminent respectivement par C, D et E On pose c n cardc n, d n cardd n et e n carde n a Justifier que c, d 0 et e 0 b Justifier que c 0, d et e c Déterminer c, d et e Déterminer cards n et en déduire que c n + d n + e n n a En étudiant l avant-dernière lettre des séquences de C n+, démontrer que c n+ d n + e n b En s inspirant de la question précédente, démontrer deux autres relations 4 Justifier que d n e n 5 A l aide des questions précédentes, démontrer que n, c n+ c n+ + c n 6 En déduire l expression de c n en fonction de n puis celles de d n et e n 7 On remarque que le résultat précédent permet de calculer c 8 4 et d 8 4 Pour la question suivante, donner les résultats sous forme de produits d entiers, de factorielles et/ou de coefficients binomiaux sans chercher à les calculer Combien existe-t-il de structures primaires différentes formées par la succession de : a cinq séquences identiques de C 8? b cinq séquences différentes de C 8? c trois séquences identiques de C 8 et deux séquences identiques de D 8 pas nécessairement dans cet ordre? d trois séquences différentes de C 8 et deux séquences différentes de D 8 pas nécessairement dans cet ordre? Exercice 4 Déterminer un équivalent et calculer la limite de chacune des suites suivantes : u n n + 4n + 5 n + u n cos n n u n 7 sin e n + n5 6 5 lnn n n + tan n BCPST A lycée Hoche sur 97 Sébastien Godillon

25 Corrigé du DS n o de mathématiques Exercice On désigne par E l ensemble des suites u n n N définies par la donnée de trois réels u 0, u et u, et par la relation suivante : n N, u n+ u n+ + u n 0 R Dans cette question, on considère la suite u n n N de E telle que u 0 4, u 5 et u Soit v n n N la suite de terme général v n u n+ + u n a On a v 0 u + u et v u + u + 5 b Soit n N En utilisant la définition de la suite v n n N et la relation R, on obtient : v n+ u n+ + u n+ u n+ u n+ + u n + u n+ u n + u n+ 0 + u n+ + u n+ u n+ + u n v n+ v n c On démontre le résultat par récurrence double Plus précisément, on considère pour tout n N la proposition Pn : «v n et v n+» P0 est vraie d après le résultat de la question a On suppose maintenant que Pn est vraie pour un certain n N fixé Alors v n et v n+ par hypothèse de récurrence D après le résultat de la question précédente, on obtient : v n+ v n+ v n Ainsi v n+ et v n+, donc Pn + est vraie On conclut d après le principe de récurrence que Pn est vraie pour tout n N Par conséquent v n n N est la suite constante égale à Rédigez précisément et soigneusement vos raisonnements par récurrence, a fortiori les récurrences doubles On en déduit pour tout n N que u n+ + u n v n et donc u n+ u n + d D après le résultat précédent, u n n N est une suite arithmético-géométrique On cherche donc α R tel que la suite u n α n N soit une suite géométrique Or on a : n N, u n+ α u n + α u n α α + α u n α α + En posant α, on a α+ 0 et donc u n n N est une suite géométrique de raison On en déduit pour tout n N que u n u 0 n 4 n n Finalement, n N, u n + n e D après le résultat précédent, on a pour tout n N : u k k0 k0 + k + k0 k n + + n+ k0 n + n+ n + n+ BCPST A lycée Hoche sur 97 Sébastien Godillon

26 Dans cette question, on considère la suite u n n N de E telle que u 0, u et u Soit w n n N la suite de terme général w n u n n a On a w 0 u 0 0, w u + 0 et w u 4 Donc w w + w b On démontre le résultat par récurrence Le résultat de la question précédente justifie que la proposition est vraie pour n 0 On suppose que w n+ w n+ + w n 0 pour un certain n N fixé En utilisant l hypothèse de récurrence puis la définition de la suite w n n N et la relation R, on obtient : w n+ w n+ + w n+ w n+ w n+ w n+ + w n 4w n+ + w n + w n+ w n+ + 0 w n+ + w n u n+ n+ u n+ n+ + u n n u n+ u n+ + u n + 0 n n 0 On conclut d après le principe de récurrence que n N, w n+ w n+ + w n 0 c D après le résultat précédent, w n n N est une suite récurrente linéaire d ordre L équation caractéristique associée est l équation r r + r r 0 d inconnue r C Cette équation a pour unique solution r 0 Le terme général de la suite w n n N est donc de la forme : n N, w n λ + µnr 0 n λ + µn où λ et µ sont deux nombres réels On obtient pour n 0 : λ λ+µ 0 w 0, et pour n : λ + µ λ + µ w 0 donc µ λ Finalement, n N, w n n d Puisque w n n N a pour terme général w n u n n, on en déduit que : n N, u n n + n e D après le résultat précédent, on a pour tout n N : u k k0 k + k k0 n + nn + k0 k + k0 + n+ k k0 nn + + n+ Exercice Soient n et p deux entiers strictement positifs On désigne par E l ensemble des p-listes croissantes d éléments de {,,, n} et par F l ensembles des p-listes strictement croissantes d éléments de {,,, n + p } Puisqu il n y a qu une seule façon d ordonner par ordre croissant les éléments d une partie de {,,, n + p }, le nombre de p-listes strictement croissantes de {,,, n + p } est égal au nombre de parties à p éléments de {,,, n + p } Autrement dit, n + p cardf p Si a, a,, a p est une p-liste d éléments de {,,, n}, on définit la p-liste b, b,, b p par k {,,, p}, b k a k + k On suppose que a, a,, a p E, c est-à-dire que a, a,, a p est une p-liste croissante d éléments de {,,, n} Soit k {,,, p } Puisque a, a,, a p est croissante, on a a k a k+ Par conséquent, b k a k + k a k+ + k a k+ + k + b k+ < b k+ BCPST A lycée Hoche sur 97 Sébastien Godillon

27 c est-à-dire b k < b k+ pour tout k {,,, p } Soit maintenant k {,,, p} Puisque a k n et k p, on a + b k a k + k n + p c est-à-dire b k {,,, n + p } pour tout k {,,, p} Ainsi b, b,, b p est une p-liste strictement croissante d éléments de {,,, n+p }, c est-à-dire b, b,, b p F Si b, b,, b p est une p-liste d éléments de {,,, n + p }, on définit la p-liste a, a,, a p par k {,,, p}, a k b k k + On suppose que b, b,, b p F, c est-à-dire que b, b,, b p est une p-liste strictement croissante d éléments de {,,, n+p } Soit k {,,, p } Puisque b, b,, b p est strictement croissante, on a b k < b k+ Par conséquent, a k b k k + < b k+ k + b k+ k a k+ + Or a k et a k+ sont des nombres entiers, donc a k < a k+ + a k a k+ Ainsi a, a,, a p est croissante Montrons maintenant que a, a,, a p est une p-liste d éléments de {,,, n} On a a b + b et a p b p p+ n+p p+ n Puisque a, a,, a p est croissante, on a a a k a p et donc a k {,,, n} pour tout k {,,, p} Finalement a, a,, a p E 4 On considère l application ϕ : E F a, a,, a p ϕa, a,, a p b, b,, b p définie par Montrons tout d abord que ϕ est injective Soient a, a,, a p et a, a,, a p deux p- listes de E On note ϕa, a,, a p b, b,, b p et ϕa, a,, a p b, b,, b p leurs images par ϕ On suppose que ϕa, a,, a p ϕa, a,, a p, d où b, b,, b p b, b,, b p Soit k {,,, p} On a donc b k b k et d après : a k + k b k b k a k + k a k a k Donc a, a,, a p a, a,, a p et ϕ est injective Montrons maintenant que ϕ est surjective Soit b, b,, b p une p-liste de F On considère la p-liste a, a,, a p définie par et on va prouver que a, a,, a p est un antécédent de b, b,, b p par ϕ Tout d abord a, a,, a p est bien une p-liste de E d après le résultat de la question précédente On note donc ϕa, a,, a p b, b,, b p son image par ϕ et on a : k {,,, p}, b k d après a k + k d après b k k + + k b k Ainsi ϕa, a,, a p b, b,, b p b, b,, b p, autrement dit a, a,, a p est un antécédent de b, b,, b p, et ϕ est surjective Finalement, ϕ est injective et surjective, donc bijective Une autre méthode possible est de considérer l application ψ : F E définie par et de prouver que ψ ϕ Id E et ϕ ψ Id F Dans ce cas, on montre que ϕ : E F est bijective et de plus que ψ : F E et sa bijection réciproque 5 D après le résultat précédent on a carde cardf Or E désigne l ensemble des p-listes croissantes d éléments de {,,, n} et cardf a été déterminé à la question Donc le nombre de p-listes croissantes d éléments de {,,, n} est n + p carde p BCPST A lycée Hoche sur 97 Sébastien Godillon

28 Exercice On considère une protéine constituée de la succession linéaire d acides aminés de cystéine, d aspartate et de glutamate que l on désignera respectivement par les lettres C, D et E Cette protéine vérifie de plus la propriété suivante : sa structure primaire peut-être représentée par des séquences successives de lettres telles que chaque séquence commence par la lettre C et ne comporte jamais deux lettres consécutives identiques Pour chaque entier n, on note S n l ensemble des séquences possibles de n lettres et on considère les sous-ensembles C n, D n et E n de séquences de S n qui se terminent respectivement par C, D et E On pose c n cardc n, d n cardd n et e n carde n a Il existe une seule séquence possible de une lettre qui est «C» car chaque séquence doit commencer par la lettre C Puisque cette séquence finit par C, on a c, d 0 et e 0 b Il existe deux séquences possibles de deux lettres qui sont «CD» et «CE» car la lettre C ne peut pas apparaitre deux fois consécutivement Donc c 0, d et e c Il existe quatre séquences possibles de trois lettres : «CDC», «CDE», «CEC» et «CED» Donc c, d et e Chaque séquence de S n est une n-liste de lettres l, l,, l n telle que l C et k {,,, n}, l k l k Il y a donc deux choix possibles pour chaque lettre l k où k {,,, n} Puisque card{,,, n} n, on obtient : cards n } {{ } n n fois Or S n est l union disjointe des séquences possibles qui se terminent par C, D ou E Donc n cards n cardc n D n E n cardc n + cardd n + carde n c n + d n + e n a L avant-dernière lettre des séquences de C n+ est D ou E, mais pas C car sinon la lettre C apparaitrait deux fois consécutivement à la fin de la séquence Chaque séquence de C n+ est donc formée par une séquence de D n ou de E n à laquelle on ajoute la lettre C finale Puisque D n et E n sont des ensembles disjoints, on obtient : c n+ cardc n+ cardd n E n cardd n + carde n d n + e n Plus précisément, on peut montrer que l application ϕ : C n+ D n E n qui à chaque séquence de C n+ associe la séquence de n lettres obtenue par suppression de la dernière lettre est une bijection b En étudiant l avant-dernière lettre des séquences de D n+ et celle des séquences de E n+, on obtient de même que d n+ c n + e n et e n+ c n + d n 4 Les lettes D et E jouent un rôle symétrique dans les séquences de S n Donc d n cardd n carde n e n Plus précisément, on peut montrer que l application ψ : D n E n qui à chaque séquence de D n associe la séquence de E n obtenue en remplaçant chaque lettre D par une lettre E et chaque lettre E par une lettre D est une bijection On peut également démontrer le résultat par récurrence en utilisant les deux résultats de la question précédente 5 En utilisant les résultats de la question, on a pour tout n : c n+ d n+ + e n+ c n + e n + c n + d n c n + d n + e n c n + c n+ BCPST A lycée Hoche sur 97 Sébastien Godillon

29 6 D après le résultat précédent, c n n est une suite récurrente linéaire d ordre L équation caractéristique associée est l équation r r 0 d inconnue r C Cette équation a pour discriminant 4 9 > 0, et admet donc deux solutions réelles r 9 et r + 9 Par conséquent, le terme général de la suite c n n est de la forme : n, c n λ r n + λ r n λ n + λ n où λ et λ sont deux nombres réels Or c et c 0 d après les résultats des questions a et b, donc { { { λ + λ λ λ 0 λ + 4λ 0 λ + 4λ 6λ λ λ 6 Par conséquent : n, c n n + n 6 De plus, en utilisant les résultats des questions et 4, on a n, n c n +d n c n +e n Donc : n, d n e n n c n n + n n 6 n + n n 6 + n 6 On peut également déterminer les expressions de d n et e n à l aide de suites récurrentes linéaires d ordre de la même manière que pour l expression de c n, mais cette méthode est plus longue 7 On remarque que le résultat précédent permet de calculer c 8 4 et d 8 4 a Pour construire une structure primaire formée par la succession de cinq séquences identiques de C 8, il suffit de choisir une séquence de C 8 parmi cardc 8 c 8 4 séquences D où 4 structures primaires possibles b Pour construire une structure primaire formée par la succession de cinq séquences différentes de C 8, il suffit de compter le nombre de 5-listes sans répétition d éléments de C structures primaires possibles D où 4! 4 5! c Pour construire une structure primaire formée par la succession de trois séquences identiques de C 8 et deux séquences identiques de D 8 pas nécessairement dans cet ordre, il suffit de choisir une séquence de C 8 parmi cardc 8 c 8 4 séquences et une séquence de D 8 parmi cardd 8 d 8 4 séquences, puis de placer les trois séquences identiques de C 8 dans la succession des cinq séquences, ce qui donne 5 choix possibles, et enfin de placer les deux séquences identiques de D 8 dans les deux places restantes de la succession des cinq séquences D où structures primaires possibles d Pour construire une structure primaire formée par la succession de trois séquences différentes de C 8 et deux séquences différentes de D 8 pas nécessairement dans cet ordre, il 4! suffit de choisir une -liste sans répétition d éléments de C 8 parmi 4! ! et une -liste sans répétition d éléments de D 8 parmi 4! 4 4, puis de placer la -liste sans répétition d éléments de C 8 dans la succession des cinq séquences, ce qui donne 5 choix possibles, et enfin de placer la -liste sans répétition d éléments de D8 dans les deux places restantes de la succession de cinq séquences D où structures primaires possibles BCPST A lycée Hoche sur 97 Sébastien Godillon

Généralités sur les fonctions numériques

Généralités sur les fonctions numériques 7 Généralités sur les fonctions numériques Une fonction numérique est, de manière générale, une fonction d une variable réelle et à valeurs réelles. 7.1 Notions de base sur les fonctions Si I, J sont deux

Plus en détail

1 Premières propriétés de cos, sin et tan

1 Premières propriétés de cos, sin et tan Lycée Roland Garros Mathématiques BCPST 1ère année 2013-2014 Chapitre n o 3 : Trigonométrie 1 Premières propriétés de cos, sin et tan Dénition 1. Soit x R. Dans un plan muni d'un repère orthonormé (O,

Plus en détail

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 29 décembre 2015 Enoncés 1. b) Soit (u n ) n N une suite d éléments de [0 ; 1]. Montrer

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 29 décembre 2015 Enoncés 1. b) Soit (u n ) n N une suite d éléments de [0 ; 1]. Montrer [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 9 décembre 05 Enoncés Familles sommables Ensemble dénombrable a) Calculer n+ Exercice [ 03897 ] [Correction] Soit f : R R croissante. Montrer que l ensemble des

Plus en détail

Fonction réciproque d une fonction strictement monotone sur un intervalle de Y. Etude de la continuité, de la dérivabilité. Exemples.

Fonction réciproque d une fonction strictement monotone sur un intervalle de Y. Etude de la continuité, de la dérivabilité. Exemples. Fonction réciproque d une fonction strictement monotone sur un intervalle de Y. Etude de la continuité, de la dérivabilité. Exemples. Introduction : On suppose connues les notions d injectivité, surjectivité,

Plus en détail

Exo7. Développements limités. 1 Calculs. 2 Applications. Corrections d Arnaud Bodin.

Exo7. Développements limités. 1 Calculs. 2 Applications. Corrections d Arnaud Bodin. Exo7 Développements ités Corrections d Arnaud Bodin. Calculs Exercice Donner le développement ité en 0 des fonctions :. cosx expx à l ordre 2. ln + x)) 2 à l ordre 4 shx x. x à l ordre 6 4. exp sinx) )

Plus en détail

CHAPITRE 2 SUITES RÉELLES ET COMPLEXES

CHAPITRE 2 SUITES RÉELLES ET COMPLEXES CHAPITRE SUITES RÉELLES ET COMPLEXES Les suites sont un objet fondamental à la fois en mathématiques et dans l application des mathématiques aux autres sciences. Nous verrons dans ce cours et les travaux

Plus en détail

Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot. (a, b) + (c, d) = (a + c, b + d) (a, b) (c, d) = (ac bd, ad + bc) (a, 0) (b, 0) = (ab, 0)

Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot. (a, b) + (c, d) = (a + c, b + d) (a, b) (c, d) = (ac bd, ad + bc) (a, 0) (b, 0) = (ab, 0) NOMBRES COMPLEXES 1 Corps C des nombres complexes 1.1 Construction de C Construction de C On munit R de deux lois internes + et de la manière suivante. Pour (a, b, c, d) R 4, on pose (a, b) + (c, d) =

Plus en détail

Ensembles-Applications

Ensembles-Applications Ensembles-Applications Exercice 1 : Soient A = {1,2,3} et B = {0,1,2,3}. Décrire les ensembles A B, A B et A B. Allez à : Correction exercice 1 : Exercice 2 : Soient A = [1,3] et B = [2,4]. Déterminer

Plus en détail

Préparation aux épreuves écrites du CAPES Conseils de rédaction

Préparation aux épreuves écrites du CAPES Conseils de rédaction Préparation aux épreuves écrites du CAPES Conseils de rédaction Claire Debord Le texte qui suit est une libre compilation de plusieurs textes sur le même thème, notamment ceux de Christophe Champetier

Plus en détail

Partie I : Manipulation d inégalités. n k. k=0. (1 + a) n 1 + na. 27. Indication : On pourra utiliser les fonctions f(x) = (x+b+c)3.

Partie I : Manipulation d inégalités. n k. k=0. (1 + a) n 1 + na. 27. Indication : On pourra utiliser les fonctions f(x) = (x+b+c)3. Mathématiques Devoirs de Vacances MPSI/PCSI août 5 Partie I : Manipulation d inégalités Eercice Soit m un réel Déterminer l'ensemble E des réels tels que e + e l'ensemble E des réels tels que (m + + m

Plus en détail

Exercices de rentrée MPSI-PCSI

Exercices de rentrée MPSI-PCSI Exercices de rentrée MPSI-PCSI Lycée Saint-Louis 015-016 Introduction Cette feuille d exercices s adresse aux élèves rentrant en MPSI ou en PCSI au lycée Saint- Louis Il s agit d exercices qui sont entièrement

Plus en détail

Éléments de logique et de théorie des ensembles

Éléments de logique et de théorie des ensembles 1 Éléments de logique et de théorie des ensembles Pour les exemples et exercices traités dans ce chapitre les ensembles usuels de nombres entiers, rationnels réels et complexes sont supposés connus, au

Plus en détail

Théorème de Rolle et égalité des accroissements finis. Applications

Théorème de Rolle et égalité des accroissements finis. Applications 0 Théorème de Rolle et égalité des accroissements finis. Applications 0. Le théorème de Rolle sur un espace vectoriel normé Pour ce paragraphe, on se donne un espace vectoriel normé (E, ). Le théorème

Plus en détail

Cours de Mathématiques II Chapitre 1. Algèbre linéaire

Cours de Mathématiques II Chapitre 1. Algèbre linéaire Université de Paris X Nanterre UFR Segmi Année 7-8 Licence Economie-Gestion première année Cours de Mathématiques II Chapitre Algèbre linéaire Table des matières Espaces vectoriels Espaces et sous-espaces

Plus en détail

Chapitre 3. Eléments pour comprendre et écrire des démonstrations

Chapitre 3. Eléments pour comprendre et écrire des démonstrations Chapitre 3 Eléments pour comprendre et écrire des démonstrations Une des tâches essentielles en mathématique est de chercher à s assurer que telle ou telle proposition est vraie ou fausse. Il ne suffit

Plus en détail

Baccalauréat Série S Métropole, juin 2014

Baccalauréat Série S Métropole, juin 2014 Baccalauréat Série S Métropole, juin 4 Sujet et Corrigé Stéphane PASQUET Disponible sur http://www.mathweb.fr juin 4 Exercice (5 points) - Commun à tous les candidats Partie A Dans le plan muni d un repère

Plus en détail

Cours d Analyse Semestre 1. Stéphane Attal

Cours d Analyse Semestre 1. Stéphane Attal Cours d Analyse Semestre 1 Stéphane Attal 2 Contents 1 Les nombres réels 5 1.1 Les ensembles usuels de nombres................ 5 1.2 Ensembles ordonnés........................ 6 1.3 Le corps des nombres

Plus en détail

Cours L1, Mathématiques Générales 1. Pierre Puiseux

Cours L1, Mathématiques Générales 1. Pierre Puiseux Cours L, Mathématiques Générales Pierre Puiseux 9 octobre 0 Université de Pau et des Pays de l Adour 3 Table des matières Chapitre. Fonctions, applications 5.. Vocabulaire, rappels 5... Ensembles, quantificateurs

Plus en détail

L2 2011/2012 USTV. Analyse. numérique M43. Recueil d exercices corrigés et aide-mémoire G. FACCANONI. Dernière mise-à-jour

L2 2011/2012 USTV. Analyse. numérique M43. Recueil d exercices corrigés et aide-mémoire G. FACCANONI. Dernière mise-à-jour L / Recueil d exercices corrigés et aide-mémoire USTV M Analyse numérique G FACCANONI Dernière mise-à-jour Jeudi mai Avertissement : ces notes sont régulièrement mises à jour et corrigées, ne vous étonnez

Plus en détail

Cours de mathématiques ECS 1 ère année Nouveau programme 2013. BÉGYN Arnaud

Cours de mathématiques ECS 1 ère année Nouveau programme 2013. BÉGYN Arnaud Cours de mathématiques ECS 1 ère année Nouveau programme 2013 BÉGYN Arnaud 09/10/2013 ECS1.1, Lycée Fermat Toulouse. http://arnaud.begyn.free.fr/ 2 Introduction Ce manuscrit regroupe des notes de cours

Plus en détail

Intégration de polynômes Points de Gauss

Intégration de polynômes Points de Gauss Intégration de polynômes Points de Gauss Commençons par un exercice classique de premier cycle. Problème 1 Trouver trois réels α, β et γ tels que, pour tout polynôme P de degré au plus 2, on ait : ( )

Plus en détail

Cours de Mathématiques

Cours de Mathématiques Chapitre 4 Cours de Mathématiques Lycee Gustave Eiffel PTSI 02/03 Equations différentielles Ce chapitre est une première étude des équations différentielles, il vous sera d abord utile en physique et en

Plus en détail

Cours de Mathématiques 2

Cours de Mathématiques 2 Cours de Mathématiques 2 première partie : Analyse 2 DEUG MIAS 1 e année, 2 e semestre. Maximilian F. Hasler Département Scientifique Interfacultaire B.P. 7209 F 97275 SCHOELCHER CEDEX Fax : 0596 72 73

Plus en détail

Exercices du chapitre VI avec corrigé succinct

Exercices du chapitre VI avec corrigé succinct Exercices du chapitre VI avec corrigé succinct Exercice VI. Ch6-Exercice Montrer par récurrence que En déduire que puis que k =,,..., n, d k dx k xn = n(n ) (n + k)x n k, d n dx n xn = n! d k dx k xn =

Plus en détail

1 Topologies, distances, normes

1 Topologies, distances, normes Université Claude Bernard Lyon 1. Licence de mathématiques L3. Topologie Générale 29/1 1 1 Topologies, distances, normes 1.1 Topologie, distances, intérieur et adhérence Exercice 1. Montrer que dans un

Plus en détail

Techniques fondamentales de calcul

Techniques fondamentales de calcul Chapitre Techniques fondamentales de calcul. Inégalités dans R On rappelle que (R, +,, ) est un corps totalement ordonné, d où : x, y R, x y ou y x, x, y, z R, x y = x + z y + z, x, y R, x 0ety 0 = xy

Plus en détail

Devoir commun de Mathématiques 18 janvier 2014. Problème 1

Devoir commun de Mathématiques 18 janvier 2014. Problème 1 Lycée Jean Bart MPSI & PCSI Année 213-214 Devoir commun de Mathématiques 18 janvier 214 La clarté des raisonnements, la précision de la rédaction et la présentation entreront pour une part non négligeable

Plus en détail

OLYMPIADES FRANÇAISES DE MATHÉMATIQUES

OLYMPIADES FRANÇAISES DE MATHÉMATIQUES OLYMPIADES FRANÇAISES DE MATHÉMATIQUES OLYMPIADES OFM FRANÇAISES MATHÉMATIQUES ENVOI NO. 3 CORRIGÉ 1 Exercices du groupe B Exercice 1. Soit n 1 un entier tel que le quotient de 2 n par n est une puissance

Plus en détail

Université de Cergy-Pontoise Département de Mathématiques L1 MIPI - S2. Cours de Mathématiques : Polynômes et Suites

Université de Cergy-Pontoise Département de Mathématiques L1 MIPI - S2. Cours de Mathématiques : Polynômes et Suites Université de Cergy-Pontoise Département de Mathématiques L MIPI - S Cours de Mathématiques : Polynômes et Suites Table des matières Nombres complexes 5. Le corps C des nombres complexes.................................

Plus en détail

Chapitre 1.1 Fonctions trigonométriques.

Chapitre 1.1 Fonctions trigonométriques. Chapitre. Fonctions trigonométriques. Exercice. Formules de somme et de différence En remplaçant a et b par des valeurs particulières complèter le tableau suivant avec les résultats donnés ci-après : cos

Plus en détail

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 29 décembre 2015 Enoncés 1. a) x arctan x. a) x x x b) x (ch x) x c) x ln x

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 29 décembre 2015 Enoncés 1. a) x arctan x. a) x x x b) x (ch x) x c) x ln x [ttp://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 29 décembre 205 Enoncés Dérivation Dérivabilité Eercice [ 0354 ] [Correction] Étudier la dérivabilité des fonctions suivantes : a) 2 3 b) 2 ) arccos 2 ) Eercice 2

Plus en détail

COURS DE DENOMBREMENT

COURS DE DENOMBREMENT COURS DE DENOMBREMENT 1/ Définition des objets : introduction Guesmi.B Dénombrer, c est compter des objets. Ces objets sont créés à partir d un ensemble E, formé d éléments. A partir des éléments de cet

Plus en détail

TD Dérivation n 2 : étude des variations de fonctions

TD Dérivation n 2 : étude des variations de fonctions 1) f (x) = 7x+3 TD Dérivation n : étude des variations de fonctions Étude de variations f est une fonction affine, de coefficient directeur négatif, on sait donc qu elle est décroissante surê. Le calcul

Plus en détail

Recueil d annales en Mathématiques. Terminale S Enseignement obligatoire. Intégrales

Recueil d annales en Mathématiques. Terminale S Enseignement obligatoire. Intégrales Recueil d annales en Mathématiques Terminale S Enseignement obligatoire Frédéric Demoulin Dernière révision : 3 juin 2 Document diffusé via le site www.bacamaths.net de Gilles Costantini 2. frederic.demoulin

Plus en détail

3D Compléments de cours. Guy GREISEN

3D Compléments de cours. Guy GREISEN 3D Compléments de cours Guy GREISEN 14 septembre 2009 3D 3 Table des matières 1 SECOND DEGRÉ 6 1.1 Introduction................................................ 6 1.2 Formule générale.............................................

Plus en détail

Les espaces vectoriels

Les espaces vectoriels Agrégation interne UFR MATHÉMATIQUES 1. Généralités Les espaces vectoriels Dans tout le chapitre, K représente un corps commutatif. 1.1. Notion d espace vectoriel On considère un ensemble E sur lequel

Plus en détail

L2 ÉCONOMIE & GESTION 2010-11 COURS DE MÉTHODES MATHÉMATIQUES 3. Alexandre VIDAL

L2 ÉCONOMIE & GESTION 2010-11 COURS DE MÉTHODES MATHÉMATIQUES 3. Alexandre VIDAL L2 ÉCONOMIE & GESTION 2010-11 COURS DE MÉTHODES MATHÉMATIQUES 3 Alexandre VIDAL Dernière modification : 11 janvier 2011 Table des matières I Généralités et rappels sur les fonctions 1 I.1 Définition....................................

Plus en détail

ET - FONCTIONS D ONDE DANS LES ETATS LIES D UN PUITS DE POTENTIEL

ET - FONCTIONS D ONDE DANS LES ETATS LIES D UN PUITS DE POTENTIEL ET - FONCTIONS D ONDE DANS LES ETATS LIES D UN PUITS DE POTENTIEL Dans ce qui suit on adopte les notations suivantes : désigne une constante universelle h = π = 6,60 34 Joules par seconde est la constante

Plus en détail

Fonctions circulaires et applications réciproques

Fonctions circulaires et applications réciproques Chapitre II Fonctions circulaires et applications réciproques A Fonctions circulaires A Rappels de trigonométrie Radians et cercle trigonométrique Le radian est une unité de mesure d angle (orienté) définie

Plus en détail

.:: Module Mathématiques I : Algèbre ::.

.:: Module Mathématiques I : Algèbre ::. Université Mohammed V - Agdal Faculté des Sciences Département de Mathématiques et Informatique Avenue Ibn Batouta, B.P. 1014 Rabat, Maroc.:: Module Mathématiques I : Algèbre ::. Filière : Sciences de

Plus en détail

Mathématique - Cours

Mathématique - Cours Mathématique - Cours Filière STAV 2014-2015 Centre de Formation aux Métier de la Montagne Marine Estorge Le programme se compose ainsi : partie seconde partie 1/3 partie 2/3 partie 3/3 Sommaire 1 Ensemble

Plus en détail

Feuille d exercices n o 1. N(x i ). 4. On rappelle qu un espace normé est séparable s il contient une partie dénombrable dense.

Feuille d exercices n o 1. N(x i ). 4. On rappelle qu un espace normé est séparable s il contient une partie dénombrable dense. 1 Feuille d exercices n o 1 1. Deuxième forme géométrique du théorème de Hahn-Banach Soient A E et B E deux convexes, non vides, disjoints (E est une espace vectoriel normé). On suppose que A est fermé

Plus en détail

Rappels d Algèbre Linéaire de P.C.S.I

Rappels d Algèbre Linéaire de P.C.S.I Rappels d Algèbre Linéaire de PCSI Table des matières 1 Structure d espace vectoriel sur IK 3 11 Définition et règles de calcul 3 12 Exemples de référence 3 13 Espace vectoriel produit 4 14 Sous-espaces

Plus en détail

Algèbre linéaire avancée I Jeudi 8 Octobre 2015 Prof. A. Abdulle J =

Algèbre linéaire avancée I Jeudi 8 Octobre 2015 Prof. A. Abdulle J = Algèbre linéaire avancée I Jeudi 8 Octobre 205 Prof. A. Abdulle EPFL Série 4 (Corrigé) Exercice Soit J M 2n 2n (R) la matrice définie par J 0 In, I n 0 où I n est la matrice identité de M n n (R) et 0

Plus en détail

Exos corrigés darithmétique...classe : TS-Spé. Prof. MOWGLI Ahmed. Année scolaire 2015-2016

Exos corrigés darithmétique...classe : TS-Spé. Prof. MOWGLI Ahmed. Année scolaire 2015-2016 Exos corrigés darithmétique...classe : TS-Spé Prof. MOWGLI Ahmed Année scolaire 2015-2016 1 Pour des cours particuliers par petits groupes de 3 ou 4 élèves en maths et/ou physique-chimie, veuillez me contacter.

Plus en détail

en dimension finie Table des matières

en dimension finie Table des matières Maths PCSI Cours Algèbre linéaire en dimension finie Table des matières 1 Rappels d algèbre linéaire 2 1.1 Applications linéaires......................................... 2 1.2 Familles libres, génératrices

Plus en détail

11. Espaces vectoriels, homomorphismes, bases

11. Espaces vectoriels, homomorphismes, bases 11. Espaces vectoriels, homomorphismes, bases 11.1. Espaces vectoriels, algèbres 11.1.1. Structure d espace vectoriel et d algèbre 11.1.2. Combinaisons linéaires 11.1.3. Espaces vectoriels et algèbres

Plus en détail

Agrégation interne de Sciences économiques et sociales - Session 2008 Épreuve de Mathématiques - sujet A

Agrégation interne de Sciences économiques et sociales - Session 2008 Épreuve de Mathématiques - sujet A Épreuve de Mathématiques - sujet A Exercice Une société de location de voitures possède trois agences, une à Rennes, une à Lyon, une à Marseille. Lorsqu un client loue une voiture, un jour donné, dans

Plus en détail

TOPOLOGIE DE LA DROITE REELLE

TOPOLOGIE DE LA DROITE REELLE TOPOLOGIE DE LA DROITE REELLE P. Pansu 16 mai 2005 1 Qu est-ce que la topologie? C est l étude des propriétés des objets qui sont conservées par déformation continue. Belle phrase, mais qui nécessite d

Plus en détail

Structures algébriques : groupes, anneaux et corps

Structures algébriques : groupes, anneaux et corps Maths PCSI Cours Structures algébriques : groupes, anneaux et corps Table des matières 1 Groupes 2 1.1 Lois de composition interne..................................... 2 1.2 Groupes................................................

Plus en détail

Equations différentielles

Equations différentielles Equations différentielles Mathématiques Martine Arrrou-Vignod FORMAV 2009 I Equations différentielles linéaires à coefficients constants du premier ordre 3 I.1 Vocabulaire Définitions......................

Plus en détail

Le Déterminant. par Alain Prouté Université Denis Diderot Paris 7. 1 Permutations. 1. 2 Application transposée, base duale. 3. 3 Mesures de volume.

Le Déterminant. par Alain Prouté Université Denis Diderot Paris 7. 1 Permutations. 1. 2 Application transposée, base duale. 3. 3 Mesures de volume. Ce cours peut être librement copié et distribué. Il est recommandé d en télécharger la version la plus récente à partir de : http://www.math.jussieu.fr/~alp. Toute remarque, correction ou suggestion doit

Plus en détail

Probabilités et Statistiques. Raphaël KRIKORIAN Université Paris 6

Probabilités et Statistiques. Raphaël KRIKORIAN Université Paris 6 Probabilités et Statistiques Raphaël KRIKORIAN Université Paris 6 Année 2005-2006 2 Table des matières 1 Rappels de théorie des ensembles 5 1.1 Opérations sur les ensembles................... 5 1.2 Applications

Plus en détail

Agrégation de Mathématiques Exercices d algèbre linéaire

Agrégation de Mathématiques Exercices d algèbre linéaire Agrégation de Mathématiques Exercices d algèbre linéaire P. HUBERT La plupart des exercices ci-dessous se trouvent dans les livres suivants : - E. Leichtnam, X. Schaeur, Exercices corrigés de mathématiques

Plus en détail

Nombre dérivé, interprétations géométrique et cinématique

Nombre dérivé, interprétations géométrique et cinématique CHAPITRE 4 DÉRIVATION ET PRIMITIVATION Nombre dérivé, interprétations géométrique et cinématique 08. Nombre dérivé Soit f une fonction numérique, définie sur un intervalle ou une réunion d intervalles,

Plus en détail

Cours Mathématiques PACES UHP-Nancy

Cours Mathématiques PACES UHP-Nancy Cours Mathématiques PACES UHP-Nancy V. Latocha PACES UHP septembre 2010 remerciements à D. Schmitt et V. Ries V. Latocha (PACES UHP) Cours mathématiques Paces septembre 2010 1 / 48 1 Fonctions d une variable

Plus en détail

Les espaces vectoriels Partie 1

Les espaces vectoriels Partie 1 Les espaces vectoriels Partie 1 MPSI Prytanée National Militaire Pascal Delahaye 1 er février 2016 1 Définition d un Espace Vectoriel Soit ( K,+, ) un corps commutatif (le programme impose K = R ou C).

Plus en détail

Leçon 6. Savoir compter

Leçon 6. Savoir compter Leçon 6. Savoir compter Cette leçon est une introduction aux questions de dénombrements. Il s agit, d une part, de compter certains objets mathématiques (éléments, parties, applications,...) et, d autre

Plus en détail

CHAPITRE I TRIGONOMETRIE

CHAPITRE I TRIGONOMETRIE CHAPITRE I TRIGONOMETRIE ) Le cercle trigonométrique Un cercle trigonométrique est un cercle C de rayon qui est orienté, ce qui veut dire qu on a choisi un sens positif (celui des ronds-points) et un sens

Plus en détail

Journal de bord. Vendredi novembre. Lundi 9 novembre. Samedi 7 novembre. Vendredi 6 novembre. Mercredi 4 novembre. Lundi 2 novembre.

Journal de bord. Vendredi novembre. Lundi 9 novembre. Samedi 7 novembre. Vendredi 6 novembre. Mercredi 4 novembre. Lundi 2 novembre. Journal de bord Vendredi novembre. Matin : Recherche d'une solution particulière dans le cas d'un second membre de la forme e αx. Puis dans le cas d'une excitation périodique. Théorème de synthèse. Exercices

Plus en détail

Arithmétique Algorithmique. http://www.math.univ-lyon1.fr/~roblot/ens.html

Arithmétique Algorithmique. http://www.math.univ-lyon1.fr/~roblot/ens.html Arithmétique Algorithmique http://www.math.univ-lyon1.fr/~roblot/ens.html Partie III Algorithmes classiques 1 Coût de la multiplication et de la division 2 Exponentiation rapide 3 Algorithme d Euclide

Plus en détail

Devoir maison n 5. MP Lycée Clemenceau. A rendre le 7 janvier 2014. Centrale

Devoir maison n 5. MP Lycée Clemenceau. A rendre le 7 janvier 2014. Centrale Devoir maison n 5 MP Lycée Clemenceau A rendre le 7 janvier 214 Centrale - Dans le problème, λ désigne toujours une application continue de IR + dans IR +, croissante et non majorée. - Dans le problème,

Plus en détail

2010/2011. Espaces vectoriels

2010/2011. Espaces vectoriels Université Paris-Est Marne-la-Vallée 010/011 M1 enseignement CD/Préparation au CAPES Espaces vectoriels Dans toute la suite on considèrera des espaces vectoriels sur un corps commutatif K de caractéristique

Plus en détail

Exercices sur les équations différentielles :

Exercices sur les équations différentielles : Université de Rennes 200-20 Licence de mathématiques L2-ED Exercices sur les équations différentielles : Une mise en jambes Exercice. Parmi les espaces suivants, lesquels sont des espaces vectoriels sur

Plus en détail

Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot

Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot ESPACES VECTORIELS 1 Définition et exemples fondamentaux 1.1 Définition Définition 1.1 Espace vectoriel Soient K un corps et E un ensemble muni d une loi interne + et d une loi externe. i.e. d une application

Plus en détail

Université Paris IX Dauphine UFR Mathématiques de la décision Notes de cours ALGEBRE 2. Guillaume CARLIER

Université Paris IX Dauphine UFR Mathématiques de la décision Notes de cours ALGEBRE 2. Guillaume CARLIER Université Paris IX Dauphine UFR Mathématiques de la décision Notes de cours ALGEBRE 2 Guillaume CARLIER L1, année 2006-2007 2 Ce support de cours est basé sur le poly de Tristan Tomala des années précédentes.

Plus en détail

Cours de mathématiques

Cours de mathématiques Cours de mathématiques Ó Ø Ó Ö ¾¼½ PSI Aurélien Monteillet ii Ce document contient les notes d un cours de mathématiques pour la classe de PSI. Les démonstrations non exigibles ou hors programme sont explicitement

Plus en détail

A. 1. Définitions 96/154. Cas particuliers

A. 1. Définitions 96/154. Cas particuliers I II III IV V VI VII VIII Cours de Mathématiques IUT Orsay DUT INFORMATIQUE A - Semestre 0-0 Introduction Wims Calcul ensembliste Relations binaires, applications Logique Raisonnements par récurrence,

Plus en détail

Chapitre 01 : Intégrales généralisées. Objectifs : En première année, on a étudié l intégrale d une fonction définie et continue sur un intervalle

Chapitre 01 : Intégrales généralisées. Objectifs : En première année, on a étudié l intégrale d une fonction définie et continue sur un intervalle Chapitre 01 : Intégrales généralisées Objectifs : En première année, on a étudié l intégrale d une fonction définie et continue sur un intervalle fermé borné de Dans ce chapitre, on va étudier le cas d

Plus en détail

Espaces vectoriels normés

Espaces vectoriels normés Espaces vectoriels normés Essaidi Ali 19 octobre 2010 K = R ou C. E un K-espace vectoriel. 1 Normes et distances : 1.1 Normes et distances : Définition : On appelle semi-norme sur E toute application N

Plus en détail

La fonction logarithme népérien

La fonction logarithme népérien La fonction logarithme népérien Christophe ROSSIGNOL Année scolaire 204/205 Table des matières La fonction logarithme népérien 2. Définition Courbe représentative................................... 2.2

Plus en détail

Chapitre 4 : Géométrie plane

Chapitre 4 : Géométrie plane hapitre 4 : Géométrie plane I Rappels et compléments sur les vecteurs I Vecteurs et géométrie Égalité de deux vecteurs : = D ssi D est un parallélogramme (éventuellement aplati) D ddition de vecteurs :

Plus en détail

Corrigé de l examen partiel du 19 novembre 2011

Corrigé de l examen partiel du 19 novembre 2011 Université Paris Diderot Langage Mathématique (LM1) Département Sciences Exactes 2011-2012 Corrigé de l examen partiel du 19 novembre 2011 Durée : 3 heures Exercice 1 Dans les expressions suivantes, les

Plus en détail

Cours de mathématiques Partie I Les fondements MPSI 4

Cours de mathématiques Partie I Les fondements MPSI 4 Lycée Louis-Le-Grand, Paris Année 013/014 Cours de mathématiques Partie I Les fondements MPSI 4 Alain TROESCH Version du: 1 octobre 013 Table des matières 1 Sommes 3 I Manipulation des signes et................................

Plus en détail

Série n 5 : Optimisation non linéaire

Série n 5 : Optimisation non linéaire Université Claude Bernard, Lyon I Licence Sciences & Technologies 43, boulevard 11 novembre 1918 Spécialité Mathématiques 69622 Villeurbanne cedex, France Option: M2AO 2007-2008 Série n 5 : Optimisation

Plus en détail

DERIVATION. PLAN I : Dérivée

DERIVATION. PLAN I : Dérivée 203 - Gérard Lavau - http://lavau.pagesperso-orange.fr/index.htm Vous avez toute liberté pour télécharger, imprimer, photocopier ce cours et le diffuser gratuitement. Toute diffusion à titre onéreux ou

Plus en détail

Le second degré. Table des matières

Le second degré. Table des matières Le second degré Table des matières 1 La forme canonique du trinôme 1.1 Le trinôme du second degré......................... 1. Quelques exemples de formes canoniques................. 1.3 Forme canonique

Plus en détail

Fiche méthodologique Les pièges dans les dénombrements

Fiche méthodologique Les pièges dans les dénombrements Fiche méthodologique Les pièges dans les dénombrements BCPST Lycée Hoche $\ CC BY: Pelletier Sylvain Dans cette fiche, on résume quelques points techniques sur les dénombrements et la théorie des probabilités.

Plus en détail

Autour de a n ± b n. DOMAINE : Arithmétique. NIVEAU : Avancé STAGE : Montpellier 2014 CONTENU : Cours et exercices

Autour de a n ± b n. DOMAINE : Arithmétique. NIVEAU : Avancé STAGE : Montpellier 2014 CONTENU : Cours et exercices DOMAINE : Arithmétique AUTEUR : Igor KORTCHEMSKI NIVEAU : Avancé STAGE : Montpellier 2014 CONTENU : Cours et exercices Autour de a n ± b n Ce cours présente des résultats concernant l étude des facteurs

Plus en détail

1.1.1.1 La construction algébrique de C et correspondance géométrique

1.1.1.1 La construction algébrique de C et correspondance géométrique Chapitre 1 Nombres Complexes 1.1 Le Corps C des complexes 1.1.1 Ecriture algébrique et correspondance Géométrique 1.1.1.1 La construction algébrique de C et correspondance géométrique Il y a plusieurs

Plus en détail

Chapitre 2. Eléments pour comprendre un énoncé

Chapitre 2. Eléments pour comprendre un énoncé Chapitre 2 Eléments pour comprendre un énoncé Ce chapitre est consacré à la compréhension d un énoncé. Pour démontrer un énoncé donné, il faut se reporter au chapitre suivant. Les tables de vérité données

Plus en détail

Équations différentielles en physique

Équations différentielles en physique Fiche Mathématiques pour la Physique - Équations différentielles en physique - MPSI 1 Lycée Chaptal - 2012 Équations différentielles en physique On ne considère en physique en prépa (quasiment) que des

Plus en détail

Séquence 3. 1 ère partie : 2 e partie : Second degré. Probabilités (1) Séquence 3 MA12. Cned - Académie en ligne

Séquence 3. 1 ère partie : 2 e partie : Second degré. Probabilités (1) Séquence 3 MA12. Cned - Académie en ligne Séquence 3 1 ère partie : Second degré e partie : Probabilités (1) Séquence 3 MA1 1 1 ère partie Second degré Sommaire 1. Pré-requis. Forme canonique, étude d une fonction du second degré 3. Équation du

Plus en détail

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes Opérations sur les polynômes Exercice 1 - Carré - L1/Math Sup - Si P = Q est le carré d un polynôme, alors Q est nécessairement de degré, et son coefficient dominant est égal à 1. On peut donc écrire Q(X)

Plus en détail

Sujet Métropole 2013 EXERCICE 1. [4 pts] Probabilités

Sujet Métropole 2013 EXERCICE 1. [4 pts] Probabilités Sujet Métropole 01 EXERIE 1. [4 pts] Probabilités Une jardinerie vend de jeunes plants d arbres qui proviennent de trois horticulteurs : 5% des plants proviennent de l horticulteur H 1, 5% de l horticulteur

Plus en détail

Cours de mathématiques pour la Terminale S. Savoir-Faire par chapitre avec corrigé

Cours de mathématiques pour la Terminale S. Savoir-Faire par chapitre avec corrigé Cours de mathématiques pour la Terminale S Savoir-Faire par chapitre avec corrigé Florent Girod Année scolaire 205 / 206. Eternat Notre Dame - Grenoble Table des matières I Savoir-Faire 2 ) Suites numériques.................................

Plus en détail

Un sujet pour l épreuve B (modélisation et informatique)

Un sujet pour l épreuve B (modélisation et informatique) Un sujet pour l épreuve B modélisation et informatique) Présentation Le texte proposé ci-après est conçu pour l épreuve B, portant plus particulièrement sur la modélisation et l informatique l épreuve

Plus en détail

Université de Cergy-Pontoise 2008-2009 Calcul Diff S6 M. Topologie

Université de Cergy-Pontoise 2008-2009 Calcul Diff S6 M. Topologie Université de Cergy-Pontoise 2008-2009 Calcul Diff S6 M Topologie 1 Espaces métriques 1.1 Distance Dans toute cette partie E représente un ensemble qui n est pas forcément un espace vectoriel. Définition

Plus en détail

Annexe 3. Objectifs de formation et programme de mathématiques de la classe préparatoire scientifique ATS génie civil

Annexe 3. Objectifs de formation et programme de mathématiques de la classe préparatoire scientifique ATS génie civil Annexe 3 Objectifs de formation et programme de mathématiques de la classe préparatoire scientifique ATS génie civil Classe préparatoire ATS Programme de mathématiques Table des matières Mission de la

Plus en détail

Agrégation externe de mathématiques, session 2005 Épreuve de modélisation, option Probabilités et Statistiques

Agrégation externe de mathématiques, session 2005 Épreuve de modélisation, option Probabilités et Statistiques Agrégation externe de mathématiques, session 2005 Épreuve de modélisation, option Probabilités et Statistiques (605) GESTION DE STOCK À DEMANDE ALÉATOIRE Résumé : Chaque mois, le gérant d un magasin doit

Plus en détail

et Transversalité par Pierre Vogel

et Transversalité par Pierre Vogel Université Paris 7 Denis Diderot Institut de Mathématiques de Jussieu Géométrie des Variétés et Transversalité par Pierre Vogel Introduction Ce cours est destiné à l étude des variétés différentiables

Plus en détail

Indication Prendre une combinaison linéaire nulle et l évaluer par ϕ n 1.

Indication Prendre une combinaison linéaire nulle et l évaluer par ϕ n 1. 1 Définition Exercice 1 Déterminer si les applications f i suivantes (de E i dans F i ) sont linéaires : f 1 : (x, y) R 2 (2x + y, x y) R 2, f 2 : (x, y, z) R 3 (xy, x, y) R 3 f 3 : (x, y, z) R 3 (2x +

Plus en détail

17. ISOMÉTRIES LINÉAIRES

17. ISOMÉTRIES LINÉAIRES 17 ISOMÉTRIES LINÉAIRES 171 Isométries linéaires dans un espace vectoriel euclidien Soit E un espace vectoriel euclidien Une application linéaire f dans E est appelée isométrie linéaire ssi, quel que soit

Plus en détail

BTS MCI. Lycée Vauban, Brest 4 mai 2016. André Breton

BTS MCI. Lycée Vauban, Brest 4 mai 2016. André Breton BTS MCI Lycée Vauban, Brest 4 mai 06 André Breton Table des matières I Compléments pour les bac pro 8 ÉquationsFactorisationsInéquations 9. Identités remarquables................................ 9. Le

Plus en détail

1 Notions préliminaires

1 Notions préliminaires 1 Notions préliminaires Ce chapitre a pour but, outre de préciser la terminologie, de présenter les modes de raisonnement les plus courants ainsi que les notions fondamentales d ensemble, de fonction et

Plus en détail

Préparation à l agrégation interne de mathématiques - Année 2014-2015 Préparation à l écrit - Samedi 13 décembre 2014

Préparation à l agrégation interne de mathématiques - Année 2014-2015 Préparation à l écrit - Samedi 13 décembre 2014 Préparation à l agrégation interne de mathématiques - Année 04-05 Préparation à l écrit - Samedi 3 décembre 04 Durée : 4 à 6 heures - Le sujet comporte 6 pages. Dans ce problème, on se propose de prouver

Plus en détail

COURS DE LICENCE 2 SCIENCES ECONOMIQUES COURS D ANNIE CLARET

COURS DE LICENCE 2 SCIENCES ECONOMIQUES COURS D ANNIE CLARET COURS DE LICENCE 2 SCIENCES ECONOMIQUES COURS D ANNIE CLARET MATHEMATIQUES 3 PRISE DE NOTE PAR : PLASMAN SYLVAIN SERIE 7 ANNEE 2010-2011 1 Sommaire et accès aux chapitres/sous-chapitres Cliquez sur le

Plus en détail

Lycée Fénelon Sainte-Marie Préparation Science-Po/Prépa HEC

Lycée Fénelon Sainte-Marie Préparation Science-Po/Prépa HEC Lycée Fénelon Sainte-Marie Préparation Science-Po/Prépa HEC Dénombrement et probabilités Version du juillet 05 Enoncés Exercice - YouTube Sur YouTube, les vidéos sont identifiées à l aide d une chaîne

Plus en détail

À propos des limites inductives filtrantes et du théorème de Lazard sur les modules plats

À propos des limites inductives filtrantes et du théorème de Lazard sur les modules plats 1 À propos des limites inductives filtrantes et du théorème de Lazard sur les modules plats Cette note est écrite comme une section 7 du chapitre VIII du livre Algèbre Commutative. Méthodes Constructives.

Plus en détail

I. ÉTUDE DES FONCTIONS SIN ET COS

I. ÉTUDE DES FONCTIONS SIN ET COS I. ÉTUDE DES FONCTIONS SIN ET COS Les propriétés mises en évidence au thème précédent vont permettre d étudier les fonctions trigonométriques { { R R R R cos : et sin : x cosx) x sinx). On fixe un repère

Plus en détail