Le délire en unité de soins intensifs

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le délire en unité de soins intensifs"

Transcription

1 ARTICLE DE REVUE 696 Prévention, diagnostic et traitement Le délire en unité de soins intensifs Alois Haller Zentrum für Intensivmedizin, Kantonsspital Winterthur En 2015, le délire en unité de soins intensifs reste un problème non résolu. Il survient encore trop souvent, a un impact négatif sur le séjour dans l unité et peut être lourd de conséquences, même après la sortie de l hôpital. I came awake on the fifth day. My first memory is that of float ing up from the ocean bottom, my eyes still water logged, and with what felt like scuba gear stuffed in my mouth and throat I couldn t speak. As I broke to the surface, I understood that I was still in the ICU at Our Lady, but I heard nothing of what anybody said. She stayed by my side, holding my hand. I craved her touch, fearful I might sink back into the abyss where it was all dark and from which there was no promise of return [1]. Résumé Les médecins intensivistes sont tenus d initier toutes les mesures imaginables pour la prévention du délire au sein des unités de soins intensifs. Parmi ces mesures figurent la détection des facteurs de risque, l implémentation d instruments tels que le CAM-ICU (Confusion Assessment Method for the Intensive Care Unit), le RASS (Richmond Agitation-Sedation Score) et le BPS (Behavioral Pain Scale), la formation à l approche ABCDE, la mise en œuvre de protocoles de sédation et le recours au moins de substances délirogènes possible. L utilisation d analgésiques et de sédatifs et leurs buable à l état postopératoire ou à la maladie primaire doses doivent être réduites dès que possible; la cloni- elle-même. Le délire prolonge la durée du séjour au dine (éventuellement aussi la dexmédétomidine) ou sein de l unité de soins intensifs et à l hôpital et peut le propofol doivent être privilégiés par rapport aux s accompagner d une mortalité accrue [2]. Les déficits benzodiazépines. En dépit de toutes ces mesures, nous cognitifs persistants présents chez une partie des pa- allons continuer à devoir traiter des délires, ce qui est tients augmentent en outre la probabilité de placement partiellement possible grâce aux neuroleptiques aty- dans un établissement de soins [3]. Chez les patients piques, mais nécessite parfois le recours à des médica- âgés, les symptômes de délire ne disparaissent complè- ments déjà identifiés comme délirogènes (par ex. ben- tement avant la sortie de l hôpital que dans 4% des cas. zodiazépines). L halopéridol, qui est depuis longtemps Dans une étude de suivi conduite dans cette popula- un médicament standard pour le traitement du délire, tion de patients, 80% d entre eux souffraient encore de a perdu de l importance en médecine intensive en rai- troubles cognitifs après 6 mois [4]. son de données contradictoires. La prévalence du délire en unité de soins intensifs s élève à 60 82% chez les patients sous assistance respiratoire et à 40 60% chez les patients non ventilés. Introduction Dans les unités de soins intensifs avec une prédomi- Le délire représente l affection psychiatrique la plus Alois Haller nance de patients chirurgicaux, ce phénomène est plus fréquente au sein des unités de soins intensifs, mais fréquemment observé qu au sein des unités de soins peut également se rencontrer dans d autres unités, et intensifs de médecine purement interne [5 7]. Selon ne se distingue pas d un délire dans une unité de soins Field, 2,5 millions de patients sont touchés chaque an- classique. Il survient avec une régularité et une fré- née aux Etats-Unis, engendrant des coûts à hauteur de quence constantes et il est la plupart du temps attri- 152 milliards de dollars [8]. SWISS MEDICAL FORUM FORUM MÉDICAL SUISSE 2015;15(31 32):

2 ARTICLE DE REVUE 697 Définition Pronostic Le mot «délire» vient du latin de lire (sortir du chemin). Au XVI e siècle, il est devenu deliriare et a pris le sens de «être fou» [9]. Selon le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders; DSM-IV), le terme «délire» désigne tous les troubles psychiques qui ont une cause organique, sont caractérisés par un début aigu et sont associés à des altérations de la conscience, des troubles de l attention et d autres troubles cognitifs [10]. Le délire peut survenir sous forme hypoactive, hyperactive ou mixte. Dans une étude de cohorte prospective conduite dans une unité médicale de soins intensifs, 71,8% des patients étaient diagnostiqués positifs pour un délire. Les formes hyperactive, hypoactive et mixte étaient respectivement rencontrées chez 1,6%, 43,5% et 54,9% des patients [11]. Physiopathologie En 2015, la physiopathologie du délire reste encore mal comprise. L hypothèse avancée est celle d un trouble de la neurotransmission. Il est incontesté que le système cholinergique soit impliqué dans l apparition et l évolution du délire, par le biais d un déficit en acétylcholine et d un excès de dopamine [12]. Pour le moment, aucune corrélation n a pu être établie entre différents biomarqueurs (interleukines, cortisol, sérotonine, protéine cérébrale S-100 bêta, acétylcholinestérases) et le délire [13]. Tableau 1: Facteurs de risque de développer un délire, classés selon le niveau de preuve. Niveau de preuve faible Niveau de preuve moyen [48, 89 92] Niveau de preuve élevé [93] Infection Age élevé Age Sepsis urinaire Sexe féminin Démence préexistante Pneumonie Traitement par benzodiazépines Hypertension artérielle Infarctus myocardique Traitement par opioïdes Coma Constipation Transfusions sanguines (>1000 ml) APACHE II Anémie Alcoolisme Délire (antérieur) Déshydratation Célibat Interventions d urgence Attaque Tabagisme Assistance respiratoire Hémorragie intracrânienne Chambre sans lumière du jour Défaillance viscérale Méningite Absence d horloges Polytraumatisme Encéphalite Bruit, en particulier la nuit Acidose métabolique Epilepsie Hypothyroïdie Hyponatrémie Encéphalopathie de Wernicke Statut postopératoire Médicaments Cathéter vésical Stress Mesures de contention Isolation en chambre individuelle Aucune visite des proches De nombreuses complications dont souffrent les patients en soins intensifs sont attribuables au délire luimême. Les auto-extubations entraînant des désaturations potentiellement fatales, l arrachage de cathéters en tous genres ou l auto-mobilisation, même avec la barrière de lit, sont autant de dangers pour les patients. Les traitements sédatifs entraînent des aspirations silencieuses accompagnées de pneumonies potentielles. La mortalité s en trouve ainsi augmentée [2]. «Deadly or not, delirium remains a serious threat to patients worldwide.» La question de la responsabilité directe du délire dans l augmentation de la mortalité fait toujours débat. A ce propos, Page déclare: «Deadly or not, delirium remains a serious threat to patients worldwide» («qu il soit mortel ou non, le délire reste une menace sérieuse pour les patien ts à travers le monde») [14]. Lorsque les patients peuvent enfin quitter l hôpital, des troubles cognitifs persistent encore pendant des mois, en fonction de la durée du délire [15]. Après 3 mois, 40% des patients montraient des déficits cognitifs et 26% présentaient des performances cérébrales nettement diminuées. Même après 12 mois, aucune amélioration sensible n était constatée [16]. Ainsi, un délire prolongé entraîne plus de dépendance dans la vie de tous les jours [17], génè re des coûts plus élevés et allonge les durées d hospitalisation [18]. Les patients souffrant de délire hypoactif présentent le moins bon pronostic de survie, comparés aux deux autres formes, mais affichent le moins de déficits cognitifs en cas de survie [19]. Facteurs de risque La liste des facteurs de risque déclenchant un délire est longue (tab. 1). Ces risques proviennent le plus souvent d études de cohorte non contrôlées, dont le plan rend quasiment impossible l identification d un médicament ou d un facteur environnemental particulier en tant que prédicteur indépendant [20]. Rares sont les données basées sur l évidence. Dans les unités de soins intensifs, les sédatifs, incluant les benzodiazépines, le propofol et la dexmédétomidine, sont utilisés de manière routinière en association avec les opioïdes à des fins d analgo-sédation. Cette analgo-sédation au long cours prolonge la durée de la ventilation artificielle et de l hospitalisation [21, 22]; en outre, le risque de développer un délire augmente [23]. L administration intraopératoire de concentrés érythrocytaires a pu être identifiée comme facteur de risque. La transfusion de plus de 1000 ml de sang était associée à une augmenta-

3 ARTICLE DE REVUE 698 Tableau 2: CAM ICU: méthode d évaluation de la confusion en unité de soins intensifs [88]. Caractéristiques et descriptions Délire Pas de délire I. Début aigu ou évolution fluctuante A. Y a t il une altération aiguë de l état mental du patient que nous ne pouvons expliquer de manière logique? B. Le patient a t il montré, au cours des dernières 24 h, des altérations de son état mental (RASS)? II. Troubles de l attention Le patient a t il eu des difficultés à concentrer son attention, par ex. était il facilement distrait ou avait il des difficultés à suivre la conversation? III. Troubles de la pensée formelle Y a t il des signes de pensée désorganisée, attestée par trois réponses fausses ou plus aux quatre questions posées? Questions: 1. Une pierre nage t elle dans l eau? 2. Y a t il des poissons dans la mer? 3. Un kilo pèse t il plus que deux kilos? 4. Peut on planter des clous dans le mur avec un marteau? Instructions: 1. Levez autant de doigts que moi (l examinateur lève deux doigts) 2. Maintenant, faites la même chose avec l autre main (sans montrer au patient) IV. Altérations de l état de conscience Comment décririez vous l état de conscience du patient en général? Eveillé: alerte (normal) Hyperéveil: (surexcité) Somnolent: (facilement réveillable) Soporeux: stuporeux (difficilement réveillable) Coma: (pas réveillable) tion du risque de délire [24]. Avec le PRE-DELIRIC (The Pre diction of Delirum in ICU), Van den Boogaard a développé un instrument permettant de prédire la probabilité de délire grâce à l évaluation de dix facteurs de risque. Les paramètres mesurés peuvent être exploités au moyen d une application pour smartphone (DeliriumICU) [25]. Des études futures vont devoir établir si la fréquence des délires dans les unités de soins intensifs peut être réduite grâce à cet outil en association avec un traitement médicamenteux prophylactique. Diagnostic Différents instruments permettant de diagnostiquer le délire sont disponibles dans les unités de soins intensifs. Le CAM-ICU (Confusion Assessment Method for the Intensive Care Unit) (tab. 2) et l ICDSC (Intensive Care Delirium Screening Checklist) ont fait leurs preuves depuis des années et se sont établis comme réels outils de réfé rence. Pour l évaluation de l état de conscience, le CAM-ICU est toujours utilisé avec une échelle, habituellement avec le RASS (Richmond Agitation Sedation Score) [26, 27] ou plus rarement avec le SAS (Riker Sedation Agitation Score) [28, 29]. Ces deux scores permettent de définir le niveau de sédation du patient. Grâce aux outils CAM-ICU et RASS, précédemment décrits, il est également possible de dépister le délire chez des patients endormis ou sédatés. En cas de RASS de 2/ 3, le test donne souvent un résultat positif pour le délire. Si les patients présentant cet état de conscience sont écartés du dépistage, la fréquence du délire passe de 53 à 31%. Les patients en phase de réveil remplissent plus souvent les critères de délire [30]. Ce phénomène fait l objet de débats controversés dans la littérature. Alors que certains attribuent un nom spécifique à ce délire précoce lié à la sédation (Rapidly Reversible Sedation- Related Delirium, RRSRD) et en font une entité propre [31], d autres considèrent cette différenciation comme inopportune [32, 33]. Si les symptômes délirants ne persistent que pendant quelques heures, l évolution et le pronostic se distinguent bel et bien du délire persistant. Les patients présentant un RRSRD restent moins longtemps sous assistance respiratoire, ils séjournent moins longtemps à l unité de soins intensifs et à l hôpital et peuvent plus fréquemment regagner leur domicile [31]. Devlin a montré que la fréquence de mise en évidence d un délire augmente avec la baisse du RASS (0 à 3) et il a constaté que le pronostic des patients présentant un RRSRD était semblable à celui des patients ne souffrant pas de délire [34]. Prévention En raison des options thérapeutiques limitées, la prévention du délire est d une pertinence capitale. Tous les efforts doivent se concentrer sur les mesures visant à prévenir le délire, c est-à-dire sur des mesures préventives. En dehors de l unité de soins intensifs, la ré orientation répétée, la stimulation cognitive, le recours à des aides visuelles et auditives, une hydratation adéquate et une mobilisation précoce réduisent l incidence du délire [35]. En fonction de la sévérité de leur affection, les malades critiques en soins intensifs sont souvent placés sous assistance respiratoire et reçoivent une sédation et une analgésie de degré variable. Le nive au de sédation est aujourd hui prescrit et vérifié à l aide d un score et il peut être décisif pour le développement d un délire, sa durée et son évolution. Les preuves émanant d études prospectives randomisées suggèrent toutes qu il convient de sédater le moins possible les patients. Dans une étude clé, l interruption quotidienne de la sédation (daily interruption of sedation) a été comparée à la procédure standard. L interruption de la sédation était associée à une plus courte durée d assistance respiratoire et à une plus courte durée de séjour au sein de l unité de soins intensifs [36]. En cas de tentative de réveil précoce (spontaneous awakening trial) destinée à permettre au patient sous assistance respiratoire de respirer spontanément (spontaneous

4 ARTICLE DE REVUE 699 breathing trial), une baisse significative de la mortalité a été constatée, en plus d une réduction de la consommation de benzodiazépines, d une durée plus courte de placement sous assistance respiratoire et d un séjour plus court en soins intensifs [37]. La tentative de réveil précoce combinée à une tentative de respiration spontanée, ainsi que leur coordination et leur association à un dépistage régulier du délire sont, avec la mobilisation précoce, les composantes du concept ABCDE (Awakening and Breathing Coordination, Delirium moni toring and management, and Early mobility). Cette approche globale entraîne une réduction de la durée de placement sous assistance respiratoire, de la durée des séjours en soins intensifs et à l hôpital et de la prévalence des délires, ainsi qu une amélioration de la survie [38]. Cet état de fait a été très clairement démontré dans plusieurs études prospectives [36, 37, 39]. L introduction de la méthode ABCDE a permis de doubler le nombre de mobilisations précoces et de réduire de moitié les délires [40]. Malgré l effet indiscuté de la mobi lisation précoce, celle-ci reste beaucoup trop peu mise en œuvre. Nydahl décrit un taux moyen de mobilisation depuis le lit de 24%, mais il convient de noter Tableau 3: Mesures de prévention du délire d après les recommandations NICE [47]. Facteur clinique Atteinte cognitive, désorientation, ou les deux Déshydratation, constipation, ou les deux Hypoxie Regagner/maintenir la mobilité Infections Traitement médicamenteux Douleurs Normaliser l alimentation et l équilibre hydro électrolytique Favoriser la perception Mesures soporifiques Intervention préventive Adapter les conditions d éclairage en fonction du jour Personne de référence constante Apporter la sécurité Informer et inclure les proches Contrôler et permettre l élimination normale Prévenir la constipation Améliorer l apport en oxygène Mobilisation postopératoire précoce (au moins une fois par jour) Traiter les infections Eviter les cathétérismes superflus Stopper ou remplacer, si possible, les médicaments associés à une incidence accrue de délire, après concertation avec le médecin traitant Vérifier la médication existante Evaluer les douleurs Etre attentif aux signes non verbaux de douleurs Exploiter toute la palette de médicaments antalgiques Administration fixe d un antalgique puissant Proposer des boissons hypercaloriques complémentaires Poser des prothèses dentaires Eviter la déshydratation Mettre des lunettes Poser un appareil auditif Eliminer les facteurs perturbant le sommeil (lumière tamisée), réduire le bruit Prendre en compte le moment auquel le patient est habitué à aller se coucher que ce taux était seulement de 8% chez les patients sous assistance respiratoire [41]. L innocuité de ce procédé a été prouvée dans une vaste étude menée chez 1110 patients en soins intensifs, avec un total de 5267 traitements physiothérapeutiques. Des effets indésirables tels que l arythmie cardiaque, l hypertension artérielle ou la chute de tension ne sont survenus que dans 0,6% des cas [42]. Les différents opioïdes utilisés à des fins analgésiques en soins intensifs pourraient induire un délire et être responsables de sa durée [43, 44]. En particulier pour la péthidine, une association avec un risque élevé de survenue d un délire a été démontrée. Comparé au rémifentanil, qui est un opioïde le plus souvent utilisé uniquement en intra-opératoire, le fentanyl était associé à une incidence de délire nettement plus élevée, à la fois dans les suites opératoires immédiates (12,2 contre 7,7% sur un total de 752 patients) et au cours du premier jour postopératoire (5,8 contre 1,9%) [43]. Des résultats semblables ont été obtenus dans une étude réalisée chez 113 patients ayant subi une chirurgie cardiaque. La dose intra-opératoire de fentanyl et la durée du placement sous assistance respiratoire étaient associées à une plus grande incidence de délire [44]. Afin de réduire l administration d analgésiques (opioïdes) et d éviter le jugement subjectif des médecins et du personnel soignant, des instruments adaptés ont été développés pour une évaluation objective de la douleur. La BPS (Behavioral Pain Scale) [45] et le CPOT (Critical-Care Pain Observation Tool) [46] se sont révélés utiles et ont été validés. Ces deux outils convertissent les points accumulés pour la perception de l expression du visage, des mouvements des membres et de leur tension musculaire, ainsi que l observance de la ventilation par respirateur, en un score qui change et diminue après l administration d analgésiques. En ce qui nous concerne, nous utilisons actuellement le ZOPA (Zurich Observation Pain Assessment), un outil semblable à la BPS et au CPOT développé au sein de l Hôpital universitaire de Zurich. Les recommandations de l English National Guideline Centre (The National Institute for Health and Care Excellence, NICE-guidance) préconisent toute une série de mesures pour la prévention du délire (tab. 3) [47]. Alors que certaines de ces mesures sont faciles à mettre en œuvre, d autres nécessiteraient des modifications de l infrastructure. L objectif de réduction des bruits en tous genres, en particulier la nuit, n a pas pu être atteint dans notre unité de soins intensifs, malgré la mise en œuvre de différentes mesures. Néanmoins, ce sont en particulier les mesures non médicamenteuses qui sont importantes et assurément efficaces dans la prévention du délire.

5 ARTICLE DE REVUE 700 Traitement Le traitement médicamenteux du délire est délicat. La quasi-totalité des médicaments utilisés sont soupçonnés de favoriser un délire. Les benzodiazépines augmentent l incidence du délire [21, 48] et n ont pas leur place dans le traitement du délire, en dehors des cas de delirium tremens [49]. Cependant, elles sont fréquem ment utilisées comme «ultime recours» dans les phases de grande agressivité du délire hyperactif. Halopéridol L halopéridol est un neuroleptique puissant appartenant à la classe des butyrophénones. Il bloque entre autres les récepteurs de la dopamine, principalement le sous-type D2, ainsi que les récepteurs muscariniques et adrénergiques. L halopéridol peut être administré par voie orale, intramusculaire ou intraveineuse. L administration par voie intraveineuse était recommandée à une dose de 2 10 mg toutes les 20 à 30 minutes jusqu à l obtention de l effet désiré, avec une répétition toutes les 6 heures en utilisant 25% de la dose de charge. L halopéridol est utilisé par 75 à 80% des intensivistes dans le traitement du délire [50 52], ce qui est vraisemblablement attribuable aux recommandations de la Society of Critical Care Medicine de 2002 [53]. Dans ses Clinical Practice Guidelines, l halopéridol est recommandé comme médicament de choix pour le traitement médicamenteux du délire. Cette recommandation était basée sur une étude de Milbrandt, qui attribuait à l halopéridol une réduction de la mortalité [54]. En raison du plan rétrospectif de cette étude et de la non-utilisation d un instrument validé pour diagnostiquer le délire, une importance conséquente a été accordée à des études prospectives négatives plus récen tes portant sur le traitement par halopéridol. Les recommandations actuelles se prononcent contre un traitement par halopéridol, car ses bénéfices ne seraient étayés par aucune preuve [6]. Néanmoins, l halopéridol constitue toujours la substance la plus répandue pour la prophylaxie et le traitement du délire [55]. Des études négatives de plus grande envergure et plus récentes [58] s opposent ainsi à quelques études positives fragiles [56, 57]. Selon les travaux de Page récemment publiés, l halopéridol serait totalement inefficace dans le traitement du délire [59]. Les résultats de l étude de van den Boogaard (halopéridol vs placebo, double aveugle), actuellement en cours, livreront peut-être une évaluation définitive de la pertinence de l halopéridol dans le traitement du délire [60]. Neuroleptiques typiques et atypiques Les neuroleptiques typiques et atypiques, quelle que soit la classe, sont associés à un risque de torsades de pointes, qui est médié par l allongement de l intervalle QT [61, 62]. Il est intéressant de noter que l halopéridol présente le plus faible risque de mort subite cardiaque parmi tous les antipsychotiques [61], car il n allonge que très peu l intervalle QT, mais par contre, il est associé à une incidence plus élevée de troubles extrapyramidaux par rapport aux neuroleptiques atypiques [63]. Les neuroleptiques atypiques se distinguent des substances de première génération par leur plus faible affinité pour les récepteurs dopaminergiques D2. Ils possèdent en outre une affinité différente pour les récepteurs sérotoninergiques, de même que pour les récepteurs adrénergiques et muscariniques. Il a été prouvé qu ils provoquent plus rarement des symptômes extrapyramidaux et ils sont donc de plus en plus utilisés dans le traitement du délire. D après les études disponibles, ils peuvent raccourcir la durée d un délire. Dans une étude en double aveugle prospective et randomisée, Devlin a évalué l efficacité de la quétiapine par rapport au placebo chez 36 patients hospitalisés dans une unité de soins intensifs et il a observé une réduction de la dur ée du délire (36 heures contre 120). De plus, les patients du groupe de traitement actif pouvaient plus souvent rentrer chez eux ou être envoyés en réadaptation (89 contre 56%). Aucun effet sur la mortalité n a pu être mis en évidence [64, 65]. Dans une analyse posthoc des mêmes données, l inattention, la désorientation et la fluctuation des symptômes avaient disparu plus rapidement dans le groupe traité par quétiapine, mais les phases d agitation étaient plus longues que dans le groupe contrôle [66]. Dans une étude prospective randomisée, Skrobik a comparé l olanzapine avec l halopéridol chez 73 patients d une unité de soins intensifs interdisciplinaire. Les patients recevaient par voie orale soit 5 mg d olanzapine, soit 2,5 5 mg d halopéridol, toutes les 8 heures. Dans les deux groupes, la sévérité du délire s était réduite et la quantité de benzodiazépines administrée avait diminué [67]. Cet effet des neuroleptiques atypiques n a pas été confirmé par l étude de Girard menée chez 101 patients en soins intensifs, qui comparait l halopéridol et le ziprasidone avec un placebo [68]. La question de savoir dans quelle mesure un traitement du délire avec un neuroleptique atypique est vraiment judicieux et efficace devra faire l objet d études complémentaires. En raison des résultats contradictoires des études, il n est pas possible de formuler de recommandations pour un neuroleptique particulier. Le traitement médicamenteux du délire repose encore sur l expérience des médecins traitants, plutôt que sur les preuves apportées par les études. Afin de clarifier la situation concernant l efficacité des neuroleptiques dans la prophylaxie du délire, les études

6 ARTICLE DE REVUE 701 Correspondance: Dr Alois Haller Zentrum für Intensivmedizin Kantonsspital CH-8401 Winterthur a.haller[at]ksw.ch de Prakanrattana [69], Larsen [70], Kalisvaart [56], Kaneko [71] et Wang [57] ont été incluses dans une métaanalyse. La conclusion qui s en dégage est que l administration prophylactique d un neuroleptique atypique en péri-opératoire réduit l incidence du délire chez les patients âgés [72]. Hirota est parvenu au même résultat dans une métaanalyse des mêmes études, complétées par l étude de Hakim [73]. Le traitement prophylactique avec un neuroleptique atypique a pu réduire la fréquence des délires, mais n a pas été en mesure d influencer le degré de sévérité du délire [74]. Le nombre de sujets à traiter pour prévenir un délire était de 7. Sur la base de ces données, on peut s attendre à une efficacité des neuroleptiques atypiques dans la prophylaxie du délire. Délire et sédation de longue durée Dans les Clinical Practice Guidelines actuelles [6], les deux substances propofol et dexmédétomidine sont recommandées pour la sédation de longue durée. Il est souligné que la sédation doit rester aussi superficielle que possible et que le recours aux benzodiazépines doit être minimisé afin d éviter le délire. Au même titre que la clonidine, la dexmédétomidine stimule de manière dose-dépendante les récepteurs alpha-2 adrénergiques et diminue ainsi la libération de noradrénaline. Dans la mesure où cela se produit principalement au niveau du locus coeruleus dans le tronc cérébral, noyau qui est impliqué dans le contrôle de l attention et de la vigilance, la substance entraîne un état proche du sommeil duquel les patients peuvent sortir immédiatement sur demande et dans lequel ils sont à même de communiquer ou de suivre des instructions. Pandharipande a comparé l effet de la dexmédétomidine à celui du lorazépam chez 106 patients sous assistance respiratoire. La sédation par dexmédétomidine s est traduite par un plus grand nombre de jours sans délire ou coma (7 contre 3) et par une réduction significative de la prévalence du délire (63 contre 92%), comparativement au lorazépam [75]. La dexmédétomidine a également été comparée au midazolam, au propofol et à l halopéridol dans le cadre de plusieurs études. A chaque fois, une réduc tion de la prévalence du délire était mise en évidence [21, 76 80]. En outre, les patients ayant reçu une sédation par dexmédétomidine se réveillaient plus facilement, étaient plus actifs et communiquaient plus. Dans l étude Dexcom, qui était une étude randomisée en double aveugle, la dexmédétomidine a été comparée à la morphine chez 306 patients chirurgicaux cardiaques. La dexmédétomidine réduisait la durée du déli re (2 jours contre 5) mais pas sa prévalence [44]. De nombreux indices suggèrent que les patients en soins intensifs devraient de plus en plus recevoir une sédation par dexmédétomidine plutôt que par benzodiazépines. Il ne faut cependant pas perdre d esprit qu une telle action sera associée à des frais considérables. En outre, il est nécessaire de souligner clairement que la dexmédétomidine est adaptée à la sédation superficielle des patients mais n est pas recommandée pour la prophylaxie du délire ou son traitement [6]. La dexmédétomidine doit être utilisée avec prudence chez les patients atteints de cardiopathies ou d une maladie hépatique avancée, ainsi qu en cas de prise d un médicament sympatholytique ou cholinergique [81]. Comparé aux benzodiazépines, le propofol entraîne également une réduction de la durée de l hospitalisation en soins intensifs [82] et peut certainement être utilisé comme alternative éprouvée pour la sédation. Des études ayant évalué l efficacité de la clonidine, qui est un médicament bon marché, dans le traitement du délire sont également disponibles. L administration intraveineuse de clonidine chez des patients ayant subi une chirurgie pour une dissection aortique de type A a non seulement réduit le degré de sévérité du délire, mais a aussi amélioré la fonction respiratoire et réduit la durée de sevrage et la durée d hospitalisation en soins intensifs [83]. En 2010, Strøm a montré qu il est également possible de traiter avec succès les patients en soins intensifs sans leur administrer le moindre sédatif et sans provoquer de troubles psychiques sévères. Au sein de son unité de soins intensifs, les effectifs permettent une prise en charge 1 : 1 (rapport soignant / patient). Dans le groupe d intervention, les patients ont reçu de la morphine en bolus pour l analgésie, mais aucun sédatif. Le groupe contrôle a quant à lui reçu une analgo-sédation par midazolam et propofol ainsi que morphine, avec une interruption quotidienne de la sédation. Les patients du groupe d intervention ont développé plus de délires (20 contre 7%) mais étaient moins longtemps sous assistance respiratoire (9,6 jours contre 13,8), séjour naient moins longtemps en soins intensifs (13,1 jours contre 22,8) et restaient moins longtemps à l hôpital (34 jours contre 58) [84]. En dépit de la mise en évidence physiopathologique d un déficit cérébral en acétylcholine en cas de délire, l administration d inhibiteurs des cholinestérases s est révélée inefficace [85], voire délétère en termes de pronostic [86, 87], et elle n est donc pas recommandée [6]. Disclosure statement L auteur ne déclare aucun conflit d intérêts financier ou personnel en rapport avec cet article. Photo de couverture Albisoima Dreamstime.com Références La liste complète et numérotée des références est disponible en annexe de l article en ligne sur

7 LITERATUR / RÉFÉRENCES Online-Appendix Literatur / Références 1. Verghese A. Cutting for Stone. First Vintage Books Edition. Vintage Books, New York, Ely EW, Shintani A, Truman B, et al. Delirium as a predictor of mortality in mechanically ventilated patients in the intensive care unit. JAMA 2004;291: Witlox J, Eurelings LS, De Jonghe JF et al. Delirium in elderly patients and the risk of post-discharge mortality, institutionalization, and dementia: a meta-analysis. JAMA 2010,304: Levkoff SE, Evans DA, Liptzin B, et al: Delirium. The occurrence and persistence of symptoms among elderly hospitalized patients. Arch Intern Med 1992;152: Bergeron N, Dubois MJ, Dumont M, et al. Intensive care delirium screening checklist: evaluation of a new screening tool. Intensive Care Med 2001;27: Barr J, Fraser GL, Puntillo K, et al. Clinical practice guidelines for the management of pain, agitation, and delirium in adult patients in the intensive care unit. Crit Care Med 2013;41: Thomason JW, Shintani A, Peterson JF, Pun BT, Jackson JC, Ely EW. Intensive care unit delirium is an independent predictor of longer hospital stay: a prospective analysis of 261 non-ventilated patients. Crit Care 2005;9:R375-R Field RR, Wall MH. Delirium: Past, Present, and Future. Semin Cardiothorac Vasc Anesth 2013;17: Adamis D, Treloar A, Martin FC, Macdonald A. A brief review of the history of delirium as a mental disorder. Hist Psychiatry 2007;18: American Psychiatric Association. Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders. Fourth Edition, Text Revision. Washington, DC: American Psychiatric Association; Peterson JF, Pun BT, Dittus RS, et al. Delirium and its motoric subtypes: a study of 614 critically ill patients. J Am Geriatr Soc 2006;54: Trzepacz PT. Is there a final common neural pathway in delirium? Focus on acetylcholine and dopamine. Semin Clin Neuropsychiatry 2000;5: Hall RJ, Shenkin SD, Maclullich AM. A Systematic literature review of cerebrospinal fluid biomarkers in delirium. Dement Geriatr Cogn Disord 2011;32: Page V, Kurth T. Delirium on the intensive care unit. BMJ 2014;349:g Girard TD, Pandharipande PP, Ely EW. Delirium in the intensive care unit. Crit Care 2008;12: Pandharipande PP, Girard TD, Jackson JC, Morandi A, Thompson JL, Pun BT, Brummel NE, et al. Long-term Cognitive Impairment After Critical Illness. The New England journal of medicine 2013;369: Brummel NE, Jackson JC, Pandharipande PP, Thompson JL, Shintani AK, Dittus RS, Gill T, Bernard GR, Ely EW, Girard TD. Delirium in the ICU and Subsequent Long-term Disability Among Survivors of Mechanical Ventilation. Critical care medicine 2014;42: Klouwenberg K, Zaal IJ, Spitoni C, Ong DSY, van der Kooi AW, Bonten MJM, Slooter AJC, Cremer OL. The Attributable Mortality of Delirium in Critically Ill Patients: Prospective Cohort Study. BMJ 2014;349:g6652-g van den Boogaard M, Schoonhoven L, Evers AW, van der Hoeven JG, van Achterberg T, Pickkers P. Delirium in critically ill patients: impact on long-term health-related quality of life and cognitive functioning. Crit Care Med 2012;40: Maldonado JR. Delirium in the Acute Care Setting: Characteristics, Diagnosis and Treatment. Crit Care Clin 2008;24: Riker RR, Shehabi Y, Bokesch PM, et al. Dexmedetomidine vs midazolam for sedation of critically ill patients: a randomized trial. JAMA 2009;301: Jones C, Bäckman C, Capuzzo M, et al: Precipitants of posttraumatic stress disorder following intensive care: A hypothesis generating study of diversity in care. Intensive Care Med 2007;33: Fraser GL, Devlin JW, Worby CP, et al: Benzodiazepine Versus Nonbenzodiazepine-Based Sedation for Mechanically Ventilated, Critically Ill Adults: A Systematic Review and Meta-Analysis of Randomized Trials. Crit Care Med 2013;41:S30-S Behrends M, DePalma G, Sands L, Leung J. Association Between Intraoperative Blood Transfusions and Early Postoperative Delirium in Older Adults. J Am Geriatr Soc 2013;61: Van Den Boogaard M, Pickkers P, Slooter AJC, et al. Development and validation of PRE-DELIRIC (prediction of delirium in ICU patients) delirium prediction model for intensive care patients: observational multicenter study. BMJ 2012;344:e Ely EW, Truman B, Shintani A, et al. Monitoring sedation status over time in ICU patients: reliability and validity of the Richmond Agitation-Sedation Scale (RASS). JAMA 2003;289: Sessler CN, Gosnell MS, Grap MJ, et al. The Richmond Agitation-Sedation Scale: validity and reliability in adult intensive care unit patients. Am J Respir Crit Care Med 2002;166: Riker RR, Picard JT, Fraser GL. Prospective evaluation of the Sedation-Agitation Scale for adult critically ill patients. Crit Care Med 1999;27: Riker RR, Fraser GL, Simmons LE, Wilkins ML. Validating the sedation-agitation scale with the bispectral index and visual analog scale in adult ICU patients after cardiac surgery. Intensive Care Med 2001;27: Haenggi M, Blum S, Brechbuehl R, Brunello A, Jakob SM, Takala J. Effect of Sedation Level on the Prevalence of Delirium When Assessed with CAM-ICU and ICDSC. Intensive Care Medicine 2013;39: Patel SB, Poston JT, Pohlman A, Hall JB, Kress JP. Rapidly Reversible, Sedation-related Delirium Versus Persistent Delirium in the Intensive Care Unit. American Journal of Respiratory and Critical Care Medicine 2014;189: Brummel NE, Ely EW. Sedation Level and the Prevalence of Delirium. Intensive Care Medicine 2014;40: Zaal IJ, Slooter AJC. Light Levels of Sedation and DSM-5 Criteria for Delirium. Intensive Care Medicine 2014;40: Devlin JW, Fraser GL, Joffe AM, Riker RR, Skrobik Y. The Accurate Recognition of Delirium in the ICU: The Emperor's New Clothes? Intensive Care Medicine 2013;39: Vidán MT, Sanchez E, Alonso M, Montero B, Ortiz J, Serra JA. An intervention integrated into daily clinical practice reduces the incidence of delirium during hospitalization in elderly patients. J Am Geriatr Soc 2009;57: Kress JP, Pohlman AS, O Connor MF, et al: Daily interruption of sedative infusions in critically ill patients undergoing mechanical ventila tion. N Engl J Med 2000; 342: Girard TD, Kress JP, Fuchs BD, et al: Efficacy and safety of a paired sedation and ventilator weaning protocol for mechanically ventilated patients in intensive care (Awakening and Breathing Controlled trial): A randomised controlled trial. Lancet 2008; 371: Brummel NE, Girard TD. Preventing delirium in the intensive care unit. Crit Care Clin 2013;29: Schweickert WD, Pohlman MC, Polman AS, et al. Early physical and occupational therapy in mechanically ventilated, critically ill patients: a randomized controlled trial. Lancet 2009;373: Balas MC, Vasilevskis EE, Olsen KM, Schmid KK, Shostrom V, et al. Effectiveness and safety of the awakening and breathing coordination, delirium monitoring/management, and early exercise/mobility bundle. Crit Care Med 2014;42: Nydahl P, Parker AR, Bartoszek G, Dubb R, Filipovic S, Flohr SWISS MEDICAL FORUM

8 LITERATUR / RÉFÉRENCES Online-Appendix HJ, Kaltwasser A, et al. Early Mobilization of Mechanically Ventilated Patients: A 1-day Point-prevalence Study in Germany. Critical care medicine 2014,42: Sricharoenchai T, Parker AM, Zanni JM, Nelliot A, Dinglas VD, Needham DM. Safety of physical therapy interventions in critically ill patients: a single-center prospective evaluation of 1110 intensive care unit admissions. J Crit Care 2014;29: Radtke FM, Franck M, Lorenz M et al. Remifentanil reduces the incidence of postoperative delirium. J Int Med Res 2010, 38: Shehabi Y, Grant P, Wolfenden H, et al. Prevalence of delirium with dexmedetomidine compared with morphine based therapy after cardiac surgery: a randomized controlled trial (dexmedetomidine compared to morphine - DEXCOM study). Anesthesiology 2009;111: Payen JF, Bru O, Bosson JL, Lagrasta A, Novel E, Deschaux I, Lavagne P, Jacquot C. Assessing Pain in Critically Ill Sedated Patients by Using a Behavioral Pain Scale. Critical care medicine 2001;29: Gélinas C, Fillion L, Puntillo KA, Viens C, Fortier M. Validation of the Critical-care Pain Observation Tool in Adult Patients. American journal of critical care : an official publication, American Association of Critical-Care Nurses 2006;15: Young J, Murthy L, Westby M, et al. Diagnosis, prevention, and management of delirium: summary of NICE guidance. BMJ 2010;341:c Panharipande P, Shintani A, Peterson J, et al. Lorazepam is an independent risk factor for transitioning to delirium in intensive care unit patients. Anesthesiology 2006;104: Lonergan E, Luxenberg J, Areosa Sastre A, Wyller TB. Benzodiazepines for delirium. Cochrane Database Syst Rev 2009:CD Ely EW, Stephens RK, Jackson JC, et al. Current opinions regarding the importance, diagnosis, and management of delirium in the intensive care unit: a survey of 912 healthcare professionals. Crit Care Med 2004;32: Patel RP, Gambrell M, Speroff T, et al. Delirium and sedation in the intensive care unit: survey of behaviors and attitudes of 1384 healthcare professionals. Crit Care Med 2009;37: Mac Sweeney R, Barber V, Page V, et al. A national survey of the management of delirium in UK intensive care units. QJM 2010;103: Jacobi J, Fraser GL, Coursin DB, Riker RR, Fontaine D, Wittbrodt ET, Chalfin DB, et al. Clinical Practice Guidelines for the Sustained Use of Sedatives and Analgesics in the Critically Ill Adult. Crit Care Med 2002;30(1): Milbrandt EB, Kersten A, Kong L, et al. Haloperidol use is associated with lower hospital mortality in mechanically ventilated patients. Crit Care Med 2005;33: Devlin JW, Bhat S, Roberts RJ, et al. Current perceptions and practices surrounding the recognition and treatment of delirium in the intensive care unit: a survey of 250 critical care pharmacists from eight states. Ann Pharmacother 2011;45: Kalisvaart KJ, de Jonghe JFM, Bogaards MJ, et al. Haloperidol prophylaxis for elderly hip surgery patients at risk for delirium: a randomized placebo-controlled study. J Am Geriatr Soc 2005; 53: Wang W, Li HL, Wang DX, et al. Haloperidol prophylaxis decreases delirium incidence in elderly patients after noncardiac surgery: a randomized controlled trial. Crit Care Med 2012; 40: Fukata S, Kawabata Y, Fujisiro K, Katagawa Y, Kuroiwa K, Akiyama H, Terabe Y, Ando M, Kawamura T, Hattori H. Haloperidol Prophylaxis Does Not Prevent Postoperative Delirium in Elderly Patients: A Randomized, Open-label Prospective Trial. Surgery today 2014; 44: Page VJ, Ely EW, Gates S, Zhao XB, Alce T, et al. Effect of intravenous haloperidol on the duration of delirium and coma in critically ill patients (Hope-ICU): a randomised, double-blind, placebo-controlled trial. Lancet Respir Med 2013;1: van den Boogaard M, Slooter AJ, Brüggemann RJ, Schoonhoven L, Kuiper MA, et al. Prevention of ICU delirium and delirium-related outcome with haloperidol: a study protocol for a multicenter randomized controlled trial. Trials 2013;14: Harrigan EP, Miceli JJ, Anziano R, et al. A randomized evaluation of the effects of six antipsychotic agents on QTc, in the absence and presence of metabolic inhibition. J Clin Psychopharmacol 2004;24: Roden DM. Drug-induced prolongation of the QT interval. N Engl J Med 2004;350: Chouinard G, Chouinard VA. Atypical Antipsychotics: CATIE Study, Drug-induced Movement Disorder and Resulting Iatrogenic Psychiatric-like Symptoms, Supersensitivity Rebound Psychosis and Withdrawal Discontinuation Syndromes. Psychotherapy and psychosomatics 2008;77: Devlin J, Roberts R, Fong J, Skrobik Y, Riker R, Hill N, Robbins T, and Garpestad E. Efficacy and safety of quetiapine in critically ill patients with delirium: A prospective, multicenter, randomized, double-blind, placebo-controlled pilot study. Crit Care Med 2009;38: Devlin JW, Roberts RJ, Fong JJ, et al. Efficacy and safety of quetiapine in critically ill patients with delirium: a prospective, multicenter, randomized, double-blind, placebo-controlled pilot study. Crit Care Med 2010;38: Devlin JW, Skrobik Y, Riker RR, et al. Impact of quetiapine on resolution of individual delirium symptoms in critically ill patients with delirium: a post-hoc analysis of a double-blind, randomized, placebo-controlled study. Crit Care 2011;15: R Skrobik YK, Bergeron N, Dumont M, et al. Olanzapine vs haloperidol: treating delirium in a critical care setting. Intensive Care Med 2004;30: Girard TD, Pandharipande PP, Carson SS, et al. Feasibility, efficacy and safety of antipsychotics for intensive care unit delirium: the MIND randomized, placebo-controlled trial. Crit Care Med 2010;38: Prakanrattana U, Prapaitrakool S. Efficacy of risperidone for prevention of postoperative delirium in cardiac surgery. Anaesth Intensive Care 2007;35: Larsen KA, Kelly SE, Stern TA, et al. Administration of olanzapine to prevent postoperative delirium in elderly joint replacement patients: a randomized, controlled trial. Psychosomatics 2010;51: Kaneko T, Cai J, Ishikura T, Kobayashi M, Naka T, Kaibara N. Prophylactic consecutive administration of haloperidol can reduce the occurrence of post-operative delirium in gastrointestinal surgery. Yonago Acta Med 1999;42: Teslyar P, Stock VM, Wilk CM, Camsari U, Ehrenreich MJ, Himelhoch S. Prophylaxis with antipsychotic medication reduces the risk of post-operative delirium in elderly patients: a meta-analysis. Psychosomatics 2013;54: Hakim SM, Othman AI, Naoum DO. Early treatment with risperidone for subsyndromal delirium after on-pump cardiac surgery in the elderly: a randomized trial. Anesthesiology 2012;116: Hirota T, Kishi T. Prophylactic antipsychotic use for postoperative delirium: a systematic review and metaanalysis. J Clin Psychiatry 2013;74:e Pandharipande PP, Pun BT, Herr DL, et al. Effect of sedation with dexmedetomidine vs lorazepam on acute brain dysfunction in mechanically ventilated patients: the MENDS randomized controlled trial. JAMA 2007;298: Maldonado JR, Wysong A, van der Starre, et al. Dexmedetomidine and the reduction of postoperative delirium after cardiac surgery. Psychosomatics 2009;50: Jakob SM, Ruokonen E, Grounds RM, et al. Dexmedetomidine vs midazolam or propofol for sedation SWISS MEDICAL FORUM

9 LITERATUR / RÉFÉRENCES Online-Appendix during prolonged mechanical ventilation: two randomized controlled trials. JAMA 2012;307: Reade MC, O Sullivan K, Bates S, et al. Dexmedetomidine vs. haloperidol in delirious, agitated, intubated patients: a randomized open-label trial. Crit Care 2009;13:R Ruokonen E, Parviainen I, Jakob SM, et al. Dexmedetomidine versus propofol/midazolam for longterm sedation during mechanical ventilation. Intensive Care Med 2009;35: Mirski MA, Lewin JJ III, Ledroux S, et al. Cognitive improvement during continuous sedation in critically ill, awake and responsive patients: the Acute Neurological ICU Sedation Trial (ANIST). Intensive Care Med 2010;36: Panzer O, Moitra V, Sladen RN. Pharmacology of sedativeanalgesic agents: dexmedetomidine, remifentanil, ketamine, volatile anesthetics, and the role of peripheral mu antagonists. Crit Care Clin 2009;25: Ho KM, Ng JY. The use of propofol for medium and longterm sedation in critically ill adult patients: a metaanalysis. Intensive Care Med 2008;34: Rubino AS, Onorati F, Caroleo S, Galato E, Nucera S, Amantea B, Santini F, Renzulli A. Impact of Clonidine Administration on Delirium and Related Respiratory Weaning After Surgical Correction of Acute Type-A Aortic Dissection: Results of a Pilot Study. Interactive cardiovascular and thoracic surgery 2010;10: Strøm T, Martinussen T, Toft P. A Protocol of No Sedation for Critically Ill Patients Receiving Mechanical Ventilation: A Randomised Trial. Lancet 2010;375: Overshott R, Karim S, Burns A. Cholinesterase inhibitors for delirium. Cochrane Database Syst Rev 2008:CD van Eijk MM, Roes KC, Honing ML, et al. Effect of rivastigmine as an adjunct to usual care with haloperidol on duration of delirium and mortality in critically ill patients: a multicentre, double-blind, placebo-controlled randomised trial. Lancet 2010; 376: Gamberini M, Bolliger D, Lurati Buse GA, Burkhart CS, Grapow M, Gagneux A, Filipovic M, et al. Rivastigmine for the Prevention of Postoperative Delirium in Elderly Patients Undergoing Elective Cardiac Surgery - a Randomized Controlled Trial. Crit Care Med 2009; 37: Ely EW, Margolin R, Francis J, et al. Evaluation of delirium in critically ill patients: validation of the confusion assessment method for intensive care unit (CAM-ICU). Crit Care Med 2001;29(7): Pisani MA, Murphy TE, Van Ness PH, et al. Characteristics associated with delirium in older patients in a medical intensive care unit. Arch Intern Med 2007;167: Van Rompaey B, Elseviers MM, Schuurmans MJ, et al. Risk factors for delirium in intensive care patients: a prospective cohort study. Crit Care 2009;13:R Dubois MJ, Bergeron N, Dumont M, et al. Delirium in an intensive care unit: a study of risk factors. Intensive Care Med 2001;27: Pandharipande P, Cotton BA, Shintani A, et al. Prevalence and risk factors for development of delirium in surgical and trauma intensive care unit patients. J Trauma 2008;65: Zaal IJ, Devlin JW, Peelen LM, Slooter AJC. A Systematic Review of Risk Factors for Delirium in the ICU. Critical care medicine 2015:43: SWISS MEDICAL FORUM

Faculté des sciences infirmières

Faculté des sciences infirmières Faculté des sciences infirmières Le delirium aux soins intensifs FRANCIS BRISSON-LEDUC JONATHAN HARROCHE GULNARA JACOME MUNOZ MATHIEU LANDRY HASSINA MEHENNI MARIE-ANDRÉE PAQUIN SIMON PERRIN Plan de présentation

Plus en détail

SOINS INTENSIFS ACTUALITÉS SCIENTIFIQUESMC

SOINS INTENSIFS ACTUALITÉS SCIENTIFIQUESMC SOINS INTENSIFS ACTUALITÉS SCIENTIFIQUESMC Réduire l iatrogénèse en soins intensifs : le délire et les complications associées chez les patients en soins intensifs Une revue des présentations et des discussions

Plus en détail

Isabelle MAURIN (Cadre de santé au Centre Léon Bérard, Lyon)

Isabelle MAURIN (Cadre de santé au Centre Léon Bérard, Lyon) Isabelle MAURIN (Cadre de santé au Centre Léon Bérard, Lyon) Le cancer du sein Risque estimé de développer un cancer du sein selon l âge Age 30 ans 40 ans 50 ans 60 ans 70 ans 80 ans Risque estimé 1/2212

Plus en détail

Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer

Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer Pr. M Ceccaldi (Centre Mémoire de Ressources et de Recherche PACA Ouest, CHU Timone, APHM, Aix Marseille Université, Marseille) Dr. G Retali (Centre Mémoire de Ressources

Plus en détail

ANTIVIRAUX ET NÉVRALGIE POST- HERPÉTIQUE: EN ZONA GRISE VIVIANE PHAN R1 UMF CITÉ DE LA SANTÉ SUPERVISEURE DRE NICOLE AUDET

ANTIVIRAUX ET NÉVRALGIE POST- HERPÉTIQUE: EN ZONA GRISE VIVIANE PHAN R1 UMF CITÉ DE LA SANTÉ SUPERVISEURE DRE NICOLE AUDET ANTIVIRAUX ET NÉVRALGIE POST- HERPÉTIQUE: EN ZONA GRISE VIVIANE PHAN R1 UMF CITÉ DE LA SANTÉ SUPERVISEURE DRE NICOLE AUDET La névralgie post-herpétique Un problème assez fréquent Incidence de 4 à 11,8

Plus en détail

DE GRAVITE. DESC de réanimation Septembre 2008

DE GRAVITE. DESC de réanimation Septembre 2008 INTERETS ET LIMITES DES SCORES DE GRAVITE Mélanie RIEDEL DESC de réanimation Septembre 2008 Elaboration des Scores de Gravité Etablis à partir de paramètres cliniques et biologiques Outils épidémiologiques

Plus en détail

RADAR : REPÉRER LES SIGNES DU DELIRIUM ET D UNE PERTURBATION DE L ÉTAT MENTAL EN 7 SECONDES

RADAR : REPÉRER LES SIGNES DU DELIRIUM ET D UNE PERTURBATION DE L ÉTAT MENTAL EN 7 SECONDES RADAR : REPÉRER LES SIGNES DU DELIRIUM ET D UNE PERTURBATION DE L ÉTAT MENTAL EN 7 SECONDES Philippe Voyer, inf., PhD I Université Laval I Centre d excellence sur le vieillissement de Québec-Unité de recherche

Plus en détail

Delirium en réanimation. Catherine Ract

Delirium en réanimation. Catherine Ract Delirium en réanimation Catherine Ract => Delirium Syndrome défini Chaos terminologique Abandon synonymes : acute confusionnal state, postoperative psychosis, encephalopathy, ICU psychosis ou ICU syndrome

Plus en détail

COMMENT CHOISIR SON INHIBITEUR DE L'ACÉTYLCHOLINESTÉR ASE? Présenté par: Nicolas-Simon Tremblay

COMMENT CHOISIR SON INHIBITEUR DE L'ACÉTYLCHOLINESTÉR ASE? Présenté par: Nicolas-Simon Tremblay COMMENT CHOISIR SON INHIBITEUR DE L'ACÉTYLCHOLINESTÉR ASE? Présenté par: Nicolas-Simon Tremblay Alzheimer 10 personnes affectées par malade 80% des soins à domicile par aidants naturels Les coûts annuels

Plus en détail

Échelle comportementale de douleur (CPOT) (Gélinas et al., AJCC 2006 ;15(4) :420-427) Indicateur Score (0 à 8) Description

Échelle comportementale de douleur (CPOT) (Gélinas et al., AJCC 2006 ;15(4) :420-427) Indicateur Score (0 à 8) Description Échelle comportementale de douleur (CPOT) (Gélinas et al., AJCC 2006 ;15(4) :420-427) Indicateur Score (0 à 8) Description Expression faciale Détendue, neutre 0 Aucune tension musculaire observable au

Plus en détail

La Récupération Rapide Après Chirurgie Vers la chirurgie ambulatoire pour tous?

La Récupération Rapide Après Chirurgie Vers la chirurgie ambulatoire pour tous? La Récupération Rapide Après Chirurgie Vers la chirurgie ambulatoire pour tous? Introduite dans les années 90 en chirurgie cardiaque (1) et théorisée par H Kehlet en chirurgie colique (2), la Récupération

Plus en détail

Faut-il administrer systématiquement de l oxygène en SSPI?

Faut-il administrer systématiquement de l oxygène en SSPI? Faut-il administrer systématiquement de l oxygène en SSPI? Dan BENHAMOU Département d Anesthésie-Réanimation Hôpital Antoine Béclère Université Paris-Sud France Introduction Surveillance obligatoire en

Plus en détail

Univers des soins infirmiers en images

Univers des soins infirmiers en images Univers des soins infirmiers en images Caroline Roy, inf., M. Sc. inf. Directrice-conseil, Direction, Affaires externes Congrès OIIQ Atelier A8 9 novembre 2015 Conflits d intérêts AUCUN 2 Objectifs d apprentissage

Plus en détail

L étude IDEAL : quelle valeur de LDL atteindre en prévention secondaire de la maladie coronaire?

L étude IDEAL : quelle valeur de LDL atteindre en prévention secondaire de la maladie coronaire? AMERICAN HEART ASSOCIATION AHA 25 F. DIEVART Clinique Villette, DUNKERQUE. L étude IDEAL : quelle valeur de LDL atteindre en prévention secondaire de la maladie coronaire? CONTEXTE Les données des études

Plus en détail

Sébastien Ninite Infirmier Chef de Service CHU de Charleroi

Sébastien Ninite Infirmier Chef de Service CHU de Charleroi Sébastien Ninite Infirmier Chef de Service CHU de Charleroi Dr Patrick Biston, médecin chef de service des soins intensifs du CHU Charleroi A l équipe médico-infirmière des soins intensifs du CHU de Charleroi

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 31 mars 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 31 mars 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 31 mars 2010 ANTARENE CODEINE 200 mg/30 mg Boîte de 20 comprimés pelliculés (CIP : 397 555.8) ANTARENE CODEINE 400 mg/60 mg Boîte de 10 comprimés pelliculés (CIP : 397

Plus en détail

Faut-il administrer de la Protéine C activée e (PCA) aux patients atteints de choc septique? CONTRE

Faut-il administrer de la Protéine C activée e (PCA) aux patients atteints de choc septique? CONTRE Faut-il administrer de la Protéine C activée e (PCA) aux patients atteints de choc septique? CONTRE SAINT-LEGER MélanieM Réunion inter-régionale de Réanimation R MédicaleM PLAN Efficacité & essais cliniques

Plus en détail

Lignes directrices à l intention des médecins des CAUT Information médicale pour éclairer les décisions des CAUT TOUX POST-INFECTUEUSE

Lignes directrices à l intention des médecins des CAUT Information médicale pour éclairer les décisions des CAUT TOUX POST-INFECTUEUSE Introduction La toux faisant suite à des infections respiratoires virales est la cause la plus commune de toux aiguë. Il est admis que l adulte souffre de 2 à 5 infections des voies aériennes supérieures

Plus en détail

La malnutrition chez la personne âgée. Dr M. de Saint-Hubert, Gériatrie, Cliniques Universitaires Mont-Godinne

La malnutrition chez la personne âgée. Dr M. de Saint-Hubert, Gériatrie, Cliniques Universitaires Mont-Godinne La malnutrition chez la personne âgée Dr M. de Saint-Hubert, Gériatrie, Cliniques Universitaires Mont-Godinne Objectifs Importance du problème Facteurs de risque Evaluation Traitement & prévention Points

Plus en détail

Qualité des soins et prévention de la confusion mentale : Protocole HELP (Hospital Elder Life Program)

Qualité des soins et prévention de la confusion mentale : Protocole HELP (Hospital Elder Life Program) Qualité des soins et prévention de la confusion mentale : Protocole HELP (Hospital Elder Life Program) Pr Armelle Gentric Mme Nathalie Guichous Médecine interne gériatrique/equipe mobile de gériatrie CHU

Plus en détail

Le dropéridol n est pas un traitement à considérer pour le traitement de la migraine à l urgence

Le dropéridol n est pas un traitement à considérer pour le traitement de la migraine à l urgence Le dropéridol n est pas un traitement à considérer pour le traitement de la migraine à l urgence On pose fréquemment le diagnostic de migraine sévère à l urgence. Bien que ce soit un diagnostic commun,

Plus en détail

DEVELOPPEMENT D'UNE ECHELLE D'EVALUATION DU RISQUE DE CONSTIPATION DES PATIENTS HOSPITALISES DESTINEE A LA PRATIQUE INFIRMIERE

DEVELOPPEMENT D'UNE ECHELLE D'EVALUATION DU RISQUE DE CONSTIPATION DES PATIENTS HOSPITALISES DESTINEE A LA PRATIQUE INFIRMIERE Valérie Berger Inf, Ph.D, Cadre Supérieur de santé CHU de Bordeaux Renée Lacomère Cadre supérieur diététicienne ARC CHU de Bordeaux Christine Germain Statisticienne USMR, pole santé publique, CHU de Bordeaux

Plus en détail

Avis 2 avril 2014. Laboratoire SERVIER. Périndopril arginine / indapamide. C09BA04 (inhibiteur de l enzyme de conversion et diurétique)

Avis 2 avril 2014. Laboratoire SERVIER. Périndopril arginine / indapamide. C09BA04 (inhibiteur de l enzyme de conversion et diurétique) COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 2 avril 2014 PRETERAX 2,5 mg / 0,625 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 (CIP : 34009 378 232 2 7) Boîte de 90 (CIP : 34009 378 234 5 6) BIPRETERAX 5 mg / 1,25 mg, comprimé

Plus en détail

PERSONNE AGEE AUX URGENCES. Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN

PERSONNE AGEE AUX URGENCES. Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN PERSONNE AGEE AUX URGENCES Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN ET NON PAS URGENCES DE LA PERSONNE AGEE QUELQUES BANALITES TOUJOURS BONNES A PRECISER L âge n est pas une pathologie L âge de l

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Pr. Alessandra Bura-Rivière, Service de Médecine Vasculaire Hôpital Rangueil, 1 avenue Jean Poulhès, 31059 Toulouse cedex 9 INTRODUCTION Depuis plus de cinquante ans, les héparines

Plus en détail

Dépistage des facteurs de risque modifiables chez les adultes atteints d hypertension (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé

Dépistage des facteurs de risque modifiables chez les adultes atteints d hypertension (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé primaires) Définition Pourcentage des patients âgés de 18 ans et plus qui sont atteints d hypertension et qui ont subi tous les tests suivants

Plus en détail

Pr Bernard Combe. Immuno-Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie CHU de Montpellier

Pr Bernard Combe. Immuno-Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie CHU de Montpellier Journal de L ANDAR (Association Nationale de Défense contre l Arthrite Rhumatoîde) octobre2008 Le Mabthéra dans la polyarthrite rhumatoïde Pr Bernard Combe Immuno-Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie CHU de

Plus en détail

Mais où est donc passée l équipe mobile?

Mais où est donc passée l équipe mobile? 12e journée genevoise d addictologie 26 septembre 2013 Mais où est donc passée l équipe mobile? Dr Stéphane Morandi Unité de psychiatrie mobile Service de psychiatrie communautaire D OU VIENT-ELLE? Contexte

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 13 avril 2005 Suite à la demande du ministre chargé de la santé et de la sécurité sociale, la Commission réexamine la spécialité CARDIOCALM, comprimé,

Plus en détail

Enjeux (qualitatifs, sécuritaires, économiques, ) de l implication du pharmacien en EMS

Enjeux (qualitatifs, sécuritaires, économiques, ) de l implication du pharmacien en EMS Enjeux (qualitatifs, sécuritaires, économiques, ) de l implication du pharmacien en EMS Cindy Widmer pharmacienne pharmasuisse 2 Qu attendre du pharmacien dans un EMS? «On n en sait rien! Il s agit en

Plus en détail

Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI?

Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI? Qui et quand opérer au cours du traitement de l EI? Gilbert Habib Département de Cardiologie - Timone Marseille 7es JNI Bordeaux, 8 juin 2006 Université de la Méditerranée Faculté de Médecine de Marseille

Plus en détail

TROUBLES COGNITIFS CHEZ LES AINÉS : LES COMPRENDRE POUR MIEUX AGIR

TROUBLES COGNITIFS CHEZ LES AINÉS : LES COMPRENDRE POUR MIEUX AGIR TROUBLES COGNITIFS CHEZ LES AINÉS : LES COMPRENDRE POUR MIEUX AGIR STÉPHANE LEMIRE, MD, FRCPC MSC INTERNATIONAL HEALTH MANAGEMENT INTERNISTE-GÉRIATRE HTTP://WWW.LINKEDIN.COM/IN/STEPHANELEMIRE Objectifs

Plus en détail

DOULEURS INDUITES PAR LES SOINS

DOULEURS INDUITES PAR LES SOINS DOULEURS INDUITES PAR LES SOINS 9 ème journée mondiale des Soins Palliatifs LYON DR VIRGINIE DESSUS-CHEVREL SOINS PALLIATIFS CHLS INTRODUCTION Douleur de courte durée induite par un soignant, une thérapeutique

Plus en détail

LAMÉDICATION. L Association américaine de psychiatrie (2000, citée dans. Délirium à l Unité des soins intensifs PHARMACOVIGILANCE

LAMÉDICATION. L Association américaine de psychiatrie (2000, citée dans. Délirium à l Unité des soins intensifs PHARMACOVIGILANCE PHARMACOVIGILANCE Délirium à l Unité des soins intensifs LAMÉDICATION Un facteur de risque sous-estimé. PAR Suzanne Durand, inf., M.Sc.inf., DESS (Bioéthique) Quels sont les médicaments fréquemment administrés

Plus en détail

Medication management capacity in highly functioning community living older adults: detection of early deficits.

Medication management capacity in highly functioning community living older adults: detection of early deficits. Drug Regimen Unassisted Grading Scale (DRUGS) Edelberg HK, Shallenberger E, Wei JY (1999) Medication management capacity in highly functioning community living older adults: detection of early deficits.

Plus en détail

AU-DELÁ DES MAUX IL-Y-A PEUT-ÊTRE

AU-DELÁ DES MAUX IL-Y-A PEUT-ÊTRE Informations à l intention des patients souffrant de lombosciatique AU-DELÁ DES MAUX IL-Y-A PEUT-ÊTRE Pour toute information complémentaire, consultez le site www.douleurnonidentifiee.com Vous êtes peut-être

Plus en détail

Infiltration cicatricielle continue. Chirurgie gynécologique

Infiltration cicatricielle continue. Chirurgie gynécologique Strasbourg 13-15 Octobre 2009 Infiltration cicatricielle continue Chirurgie gynécologique 9CD502-Oct 2009 1/39 Agenda Historique Principes Bénéfices Cas particulier de la chirurgie gynécologique Césarienne

Plus en détail

Placebo controlled trial of amantadine for severe traumatic brain injury

Placebo controlled trial of amantadine for severe traumatic brain injury Placebo controlled trial of amantadine for severe traumatic brain injury Joseph T. Giacino, The New England Journal of Medicine 2012, 366 ; 9 Introduction CHU de Montpellier Bibliographie St Eloi Avril

Plus en détail

Evidence-based medicine en français

Evidence-based medicine en français Evidence-based medicine en français MÉDECINE FACTUELLE (Office de la langue française) Médecine fondée sur des faits démontrés Médecine fondée sur des preuves Médecine fondée sur des données probantes

Plus en détail

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Généralités 20% de diabétiques parmi les AVC x 2 à lui seul le risque d AVC Encore plus chez les

Plus en détail

Prise en charge des pancréatites aiguës: les problèmes nutritionnels

Prise en charge des pancréatites aiguës: les problèmes nutritionnels Prise en charge des pancréatites aiguës: les problèmes nutritionnels Ph. LÉVY (Clichy) Tirés à part : Philippe Lévy Fédération médico-chirurgicale d hépato-gastro-entérologie, Hôpital Beaujon, 92118 Clichy

Plus en détail

T. Guiraud, R. Granger, V. Gremeaux, M. Bousquet, L. Richard, L. Soukarié, T. Babin, M. Labrunée, L. Bosquet et A. Pathak

T. Guiraud, R. Granger, V. Gremeaux, M. Bousquet, L. Richard, L. Soukarié, T. Babin, M. Labrunée, L. Bosquet et A. Pathak L accéléromètre comme outil d évaluation de la sédentarité et d observance aux recommandations d activité physique après un programme de rééducation cardiaque T. Guiraud, R. Granger, V. Gremeaux, M. Bousquet,

Plus en détail

Traitements basés sur la substitution (TBS)

Traitements basés sur la substitution (TBS) Traitements basés sur la substitution (TBS) Atelier 1 : Comorbidité troubles affectifs et addictions Les traitements médicamenteux Alexandre Dupont-Willemin Médecin spécialiste en psychiatrie et psychothérapie

Plus en détail

Prise en charge de l embolie pulmonaire

Prise en charge de l embolie pulmonaire Prise en charge de l embolie pulmonaire Dr Serge Motte Liège 06.12.14 - Laack TA et Goyal DG, Emerg Med Clin N Am 2004; 961-983 2 PLAN Diagnostic Prise en charge: Phase aiguë: analyse de gravité Choix

Plus en détail

Modes automatiques de sevrage: où en sommes nous? Dr. P. Jolliet, CC Service des Soins Intensifs - HUG Genève

Modes automatiques de sevrage: où en sommes nous? Dr. P. Jolliet, CC Service des Soins Intensifs - HUG Genève Modes automatiques de sevrage: où en sommes nous? Dr. P. Jolliet, CC Service des Soins Intensifs - HUG Genève Pourquoi des modes automatisés? L'utilisation d'un protocole permet de réduire la durée du

Plus en détail

TRAUMATOLOGIE CLINIQUE: SOINS ET RECHERCHE. Ronald R Lett MD MSc. FCS(ECSA) FRCSC RCCI &Injury Control Center, Ouganda

TRAUMATOLOGIE CLINIQUE: SOINS ET RECHERCHE. Ronald R Lett MD MSc. FCS(ECSA) FRCSC RCCI &Injury Control Center, Ouganda TRAUMATOLOGIE CLINIQUE: SOINS ET RECHERCHE Ronald R Lett MD MSc. FCS(ECSA) FRCSC RCCI &Injury Control Center, Ouganda OBJECTIFS 1. Comprendre les protocoles de soins des blessures 2. Définir et comprendre

Plus en détail

Infarctus du myocarde avec sus-décalage du segment ST : réduction des délais de reperfusion par la mise en place d une alarme pré-hospitalière

Infarctus du myocarde avec sus-décalage du segment ST : réduction des délais de reperfusion par la mise en place d une alarme pré-hospitalière Prix qualité 2009 projet type A Infarctus du myocarde avec sus-décalage du segment ST : réduction des délais de reperfusion par la mise en place d une alarme pré-hospitalière Olivier Grosgurin 1, MD, Jérôme

Plus en détail

Systèmes d'information Hospitaliers et Infections Associées aux Soins : intérêt et limites Approche médico économique à partir des données du SIH

Systèmes d'information Hospitaliers et Infections Associées aux Soins : intérêt et limites Approche médico économique à partir des données du SIH Systèmes d'information Hospitaliers et Infections Associées aux Soins : intérêt et limites Approche médico économique à partir des données du SIH Isabelle DURAND ZALESKI Utilisation du SIH Pour identifier

Plus en détail

DES NOUVELLES DU COMITÉ DE PHARMACOLOGIE

DES NOUVELLES DU COMITÉ DE PHARMACOLOGIE Bulletin no 2 / 203-204 DES NOUVELLES DU COMITÉ DE PHARMACOLOGIE La première réunion du Comité de pharmacologie de l année 203-204 a eu lieu le 5 février 204. Colesevelam (Lodalis ) Lors de la dernière

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 8 septembre 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 8 septembre 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 8 septembre 2010 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans à compter du 4 juillet 2005 (JO du 14 juillet 2005) FASLODEX 250 mg/5 ml, solution

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

Prise en charge du risque Cardio-Vasculaire (CV) par le médecin généraliste

Prise en charge du risque Cardio-Vasculaire (CV) par le médecin généraliste Prise en charge du risque Cardio-Vasculaire (CV) par le médecin généraliste SAVEZ-VOUS QUE Les maladies CV restent un fléau? Elles sont la première cause de décès chez les adultes 25% des hommes sont à

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 01 avril 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 01 avril 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 01 avril 2009 ABSTRAL 100 microgrammes, comprimé sublingual B/10 Code CIP : 391 042 9 B/30 Code CIP : 391 043 5 ABSTRAL 200 microgrammes, comprimé sublingual B/10 Code

Plus en détail

Site Web sur la PSS (régions et établissements) : indicateurs

Site Web sur la PSS (régions et établissements) : indicateurs Mai 2014 Site Web sur la PSS (régions et établissements) : indicateurs Comme nous l avons annoncé dans notre bulletin du 15 avril, l ICIS prévoit lancer son nouveau site Web interactif sur les données

Plus en détail

Troubles somatoformes et douleur. Dr Cailliez Patricia Service de psychiatrie du Pr Hardy CHU du Kremlin-Bicêtre

Troubles somatoformes et douleur. Dr Cailliez Patricia Service de psychiatrie du Pr Hardy CHU du Kremlin-Bicêtre Troubles somatoformes et douleur Dr Cailliez Patricia Service de psychiatrie du Pr Hardy CHU du Kremlin-Bicêtre Plan Définitions et généralités sur les troubles somatoformes Place de la douleur dans les

Plus en détail

Extrait de l argumentaire scientifique de la RBP : «Stratégie médicamenteuse du contrôle glycémique du diabète de type 2»

Extrait de l argumentaire scientifique de la RBP : «Stratégie médicamenteuse du contrôle glycémique du diabète de type 2» Extrait de l argumentaire scientifique de la RBP : «Stratégie médicamenteuse du contrôle glycémique du Table des matières 1. Analyse de la littérature concernant les objectifs glycémiques chez les patients

Plus en détail

Le VIH et vos reins. Que dois-je savoir au sujet de mes reins? Où sont mes reins? Comment fonctionnent mes reins? Que font mes reins?

Le VIH et vos reins. Que dois-je savoir au sujet de mes reins? Où sont mes reins? Comment fonctionnent mes reins? Que font mes reins? Le VIH et vos reins Le VIH et vos reins Que dois-je savoir au sujet de mes reins? Le VIH peut affecter vos reins et peut parfois causer une maladie rénale. Certains médicaments peuvent être dangereux pour

Plus en détail

BEST OF XXIII ème Congrès de la STPI Tunis le 19.04.2013

BEST OF XXIII ème Congrès de la STPI Tunis le 19.04.2013 BEST OF XXIII ème Congrès de la STPI Tunis le 19.04.2013 http://www.infectiologie.org.tn Access to Subspecialty Care for Patients With Mobility Impairment: A Survey T. Lagu et al. Ann Intern

Plus en détail

Plan: Benzodiazépines: Mme BB. Benzodiazépines: les indications. Dr Anne Pelet 24.08.2011

Plan: Benzodiazépines: Mme BB. Benzodiazépines: les indications. Dr Anne Pelet 24.08.2011 Plan: Benzodiazépines: Usage et mésusage Dr Anne Pelet 24.08.2011 Benzodiazépines: les indications Historique Croyances du médecin Croyance du patient Effets à long terme Par quoi remplacer? - Troubles

Plus en détail

Maryse Grégoire, inf., M.A. Cécile Michaud, inf., Ph.D. Avec la collaboration de: Patrice Laplante, MD et Martine Proulx, inf., M.Sc.

Maryse Grégoire, inf., M.A. Cécile Michaud, inf., Ph.D. Avec la collaboration de: Patrice Laplante, MD et Martine Proulx, inf., M.Sc. Regards d infirmières sur le délirium : contribution de la recherche dans la mise en place du dépistage systématique du délirium en soins de courte durée Maryse Grégoire, inf., M.A. Cécile Michaud, inf.,

Plus en détail

La vision contemporaine de l exercice infirmier au Québec La pratique infirmière en santé mentale et en psychiatrie

La vision contemporaine de l exercice infirmier au Québec La pratique infirmière en santé mentale et en psychiatrie ANNEXE II PROPOSITION DE L OIIQ SUR LE CHAMP DESCRIPTIF DE L INFIRMIÈRE SPÉCIALISÉE ET DE L INFIRMIÈRE PRATICIENNE, LES ACTIVITÉS À RÉSERVER ET LA FICHE DE RÉFÉRENCE SUR L INFIRMIÈRE SPÉCIALISÉE EN PSYCHIATRIE

Plus en détail

Medication management ability assessment: results from a performance based measure in older outpatients with schizophrenia.

Medication management ability assessment: results from a performance based measure in older outpatients with schizophrenia. Medication Management Ability Assessment (MMAA) Patterson TL, Lacro J, McKibbin CL, Moscona S, Hughs T, Jeste DV. (2002) Medication management ability assessment: results from a performance based measure

Plus en détail

La Codéine? Parlons-en INFORMER

La Codéine? Parlons-en INFORMER La Codéine? Parlons-en INFORMER Qu est-ce que la codéine? La Codéine, ou méthylmorphine, est l'un des alcaloïdes contenus dans le pavot (papaverum somniferum). La codéine est un antalgique puissant (de

Plus en détail

Risque thrombo-embolique chez l'obèse

Risque thrombo-embolique chez l'obèse Risque thrombo-embolique chez l'obèse Pierre Albaladejo Charles Marc SAMAMA pierre.albaladejo@hmn.aphp.fr Loi de santé publique du 09 août 2004 Recommandations pour la Pratique Clinique (RPC) Prévention

Plus en détail

Peut-on garder à l UHCD un traumatisé thoracique d allure bénigne?

Peut-on garder à l UHCD un traumatisé thoracique d allure bénigne? COPACAMU 2011 Peut-on garder à l UHCD un traumatisé thoracique d allure bénigne? Laurent JACQUIN Pôle RUSH, AP-HM. Critères d admission à l UHCD Groupe 1 : Retour à domicile dans les 24 heures Groupe 2

Plus en détail

BIOMARQUEURS CARDIOVASCULAIRES Où en est-on?

BIOMARQUEURS CARDIOVASCULAIRES Où en est-on? BIOMARQUEURS CARDIOVASCULAIRES Où en est-on? Eric Bonnefoy Unité de Soins Intensifs de Cardiologie Hospices Civils de Lyon UMR 5558 - Université Lyon 1 1 D-dimères, quelle proposition est fausse? 1 - L

Plus en détail

A Randomized Trial of Hyperglycemic. Lalande Marion, Biblio du 3/03

A Randomized Trial of Hyperglycemic. Lalande Marion, Biblio du 3/03 A Randomized Trial of Hyperglycemic Control in Pediatric Intensive Care Lalande Marion, Biblio du 3/03 Justification de l étude Etat actuel des connaissances sur le contrôle glycémique chez l adulte :

Plus en détail

Insuffisance cardiaque

Insuffisance cardiaque Insuffisance cardiaque Connaître son évolution pour mieux la vivre Guide d accompagnement destiné au patient et ses proches Table des matières L évolution habituelle de l insuffisance cardiaque 5 Quelles

Plus en détail

Approche de reconstruction des capacités de travail Expérience au Québec. Marie-José Durand, PhD

Approche de reconstruction des capacités de travail Expérience au Québec. Marie-José Durand, PhD Approche de reconstruction des capacités de travail Expérience au Québec Marie-José Durand, PhD Quebec task force (Spitzer & al., 1987) Modèle de Sherbrooke 1991-1995 Appliquer les recommendations du Quebec

Plus en détail

Gestion des syndromes de sevrage en réanimation

Gestion des syndromes de sevrage en réanimation Gestion des syndromes de sevrage en réanimation Jean Mantz, Stanislas Kandelman Service d Anesthésie Réanimation SMUR, Pôle Urgences Proximité Réanimations, Hôpital Beaujon, 100 Bd du Général Leclerc,

Plus en détail

Cognitive test for delirium (CTD)

Cognitive test for delirium (CTD) Cognitive test for delirium (CTD) Hart RP, Levenson JL, Sessler CN, et al. Validation of a cognitive test for delirium in medical ICU patients. Psychosomatics 1996 ; 37 : 533-46. Directions for use The

Plus en détail

«L insomnie est signe d anxiété.»

«L insomnie est signe d anxiété.» «L insomnie est signe d anxiété.» Ni pavot, ni mandragore Ni aucun sirop de sommeil au monde Ne te rendront jamais ce sommeil délicieux Que tu possédais hier. Shakespeare, Othello, 1604 N est-ce pas l

Plus en détail

Sommeil et sport Dr. Arnaud PRIGENT (Pneumologue à St LAURENT) sport et sommeil 01/06/2010

Sommeil et sport Dr. Arnaud PRIGENT (Pneumologue à St LAURENT) sport et sommeil 01/06/2010 Sommeil et sport Structure du sommeil Au cours du sommeil, on repère 2 principaux types de sommeil : Le sommeil lent. Le sommeil paradoxal. Processus de régulation 3 processus: - circadienne (processus

Plus en détail

The Mini-Cog : a cognitive «vital signs» measure for dementia screening in multilingual

The Mini-Cog : a cognitive «vital signs» measure for dementia screening in multilingual Mini-COG Borson S, Scanlan J, Brush M, et al. (2000) The Mini-Cog : a cognitive «vital signs» measure for dementia screening in multilingual elderly. Instrument de mesure Abréviation Auteur Thème Objectif

Plus en détail

Hypertension artérielle et démences. Pr Olivier Hanon, Hôpital Broca, Paris

Hypertension artérielle et démences. Pr Olivier Hanon, Hôpital Broca, Paris Hypertension artérielle et démences Pr Olivier Hanon, Hôpital Broca, Paris Classification des démences Neurology 2009;72:368 374 Newer representation of the overlap and relative distribution of dementia

Plus en détail

Ne perdez pas l avenir de vue

Ne perdez pas l avenir de vue Ne perdez pas l avenir de vue B. Braun Space GlucoseControl Innovation Les défis actuels Besoin d insulinothérapie intensive en soins intensifs Les patients très malades développent une hyperglycémie induite

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 Juillet 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 Juillet 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 21 Juillet 2010 ACTONEL 5 mg, comprimé pelliculé B/14 (CIP: 354 362-3) ACTONEL 30 mg, comprimé pelliculé B/28 (CIP : 354 366-9) ACTONEL 35 mg, comprimé pelliculé B/4

Plus en détail

DREPANOCYTOSE ET DOULEUR. Maurice SOSNOWSKI MD, PhD

DREPANOCYTOSE ET DOULEUR. Maurice SOSNOWSKI MD, PhD DREPANOCYTOSE ET DOULEUR Maurice SOSNOWSKI MD, PhD Cas clinique Jeune fille de 16 ans/35 Kg connue du service présentant des douleurs dans les cotes, bas du dos, genoux. Antécédents médicaux : hypertension

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Questions Chapitre 11 La signification statistique et la signification clinique 1

Questions Chapitre 11 La signification statistique et la signification clinique 1 Questions Chapitre 11 La signification statistique et la signification clinique 1 Formuler une hypothèse de recherche Exposer le raisonnement qui sous-tend l inférence statistique Interpréter le résultat

Plus en détail

: des cas cliniques. Barbara Broers Lugano le 16 octobre 2003

: des cas cliniques. Barbara Broers Lugano le 16 octobre 2003 : des cas cliniques Barbara Broers Lugano le 16 octobre 2003 Angélique (32 ans), au cabinet. Traitement de maintenance à la méthadone depuis 5 ans (50 mg/jour). Travaille, vit avec son ami (non-toxicomane)

Plus en détail

Prescription des IPP en Gériatrie. Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent

Prescription des IPP en Gériatrie. Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent Prescription des IPP en Gériatrie Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent Inhibiteurs de la pompe à protons Mécanisme d action : Inhibition de H+/K+ ATPase diminution

Plus en détail

TDAH et troubles concomitants chez l adulte

TDAH et troubles concomitants chez l adulte TDAH et troubles concomitants chez l adulte Le trouble déficitaire de l attention avec hyperactivité (TDAH) chez l adulte est une affection médicale reconnue qui requiert souvent une intervention médicale

Plus en détail

Leprogramme de soins, qui vise l amélioration des soins

Leprogramme de soins, qui vise l amélioration des soins DOSSIER Confusion aiguë Un programme de soins basé sur le caring Description et application du programme de soins aux personnes hospitalisées qui sont à risque ou présentent un état de confusion aiguë.

Plus en détail

APPROCHES DES SYNDROMES DEMENTIELS Docteur DA SILVA Sofia Gériatrie CHAMPMAILLOT CHU DIJON Introduction Epidémiologie Problème majeur de santé publique Une des pathologies les plus fréquentes en gériatrie

Plus en détail

Le traitement de la dépendance tabagique en psychiatrie : actualités

Le traitement de la dépendance tabagique en psychiatrie : actualités Le traitement de la dépendance tabagique en psychiatrie : actualités Dr Nathalie Wirth n.wirth@chu-nancy.fr ATHS Biarritz, Septembre 2015 Conflit d intérêt : Aucun Réalisation graphique : Anna Spinosa

Plus en détail

LA MALADIE D ALZHEIMER 1980-2010: APPORT DE L ÉPIDÉMIOLOGIE

LA MALADIE D ALZHEIMER 1980-2010: APPORT DE L ÉPIDÉMIOLOGIE LA MALADIE D ALZHEIMER 1980-2010: APPORT DE L ÉPIDÉMIOLOGIE Annick Alpérovitch DR Emérite Inserm Université Pierre et Marie Curie - Inserm U708 «Neuroépidémiologie» LES GRANDES LIGNES DE CE TOUR D HORIZON

Plus en détail

Polymédication (in)évitable?

Polymédication (in)évitable? Polymédication (in)évitable? Prof Olivier Bugnon Pharmacie de la PMU Ecole de Pharmacie Genève-Lausanne Jeudi de la PMU interdisciplinaire «Ensemble, évitons l évitable» 18.06.2015 Etude sur 1 751 841

Plus en détail

Cas groupés de médiastinites en chirurgie cardiaque : Enquête cas-témoins

Cas groupés de médiastinites en chirurgie cardiaque : Enquête cas-témoins Cas groupés de médiastinites en chirurgie cardiaque : Enquête castémoi Ludovic Lassel, Marion Olivier, Gilles Antoniotti, Anne Carbonne, Pascal Astagneau. CCLIN Paris Nord Qu est ce qu une médiastinite?

Plus en détail

Le bilan neuropsychologique du trouble de l attention. Ania MIRET Montluçon le 4-12- 2009

Le bilan neuropsychologique du trouble de l attention. Ania MIRET Montluçon le 4-12- 2009 Le bilan neuropsychologique du trouble de l attention Ania MIRET Montluçon le 4-12- 2009 Introduction L attention est une fonction de base dont l intégrité est nécessaire au bon fonctionnement cognitif

Plus en détail

bénéfices et maléfices des mesures d isolement

bénéfices et maléfices des mesures d isolement bénéfices et maléfices des mesures d isolement MC. Eisenring Centre de Maladies Infectieuses et Épidémiologie (CMIE) Institut Central des Hôpitaux Valaisans (ICHV), Sion Journée de formation, Assemblée

Plus en détail

L unité d ortho-gériatrie : mariage de raison entre orthopédiste et gériatre?

L unité d ortho-gériatrie : mariage de raison entre orthopédiste et gériatre? perspective L unité d ortho-gériatrie : mariage de raison entre orthopédiste et gériatre? Rev Med Suisse 2010 ; 6 : 2094-9 M. Coutaz J. Morisod Drs Martial Coutaz et Jérôme Morisod Centre Hospitalier du

Plus en détail

Intérêt. Intérêt. Réalisation. Réalisation. Echographie de l Aorte Abdominale. Sessions Echographie 3 au 6 Février 2014

Intérêt. Intérêt. Réalisation. Réalisation. Echographie de l Aorte Abdominale. Sessions Echographie 3 au 6 Février 2014 Séminaire Echographie du patient aigu UNIVERSITE MONTPELLIER I / UNIVERSITE DE LA MEDITERRANEE / UNIVERSITE NICE SOPHIA ANTIPOLIS FACULTES DE MEDECINE DE MONTPELLIER NÎMES/ MARSEILLE / NICE ANNEE UNIVERSITAIRE

Plus en détail

Gestion des catécholamines par les infirmières en réanimation. Réanimation adulte Centre Hospitalier de Pau CREUF PERIGUEUX oct.

Gestion des catécholamines par les infirmières en réanimation. Réanimation adulte Centre Hospitalier de Pau CREUF PERIGUEUX oct. Gestion des catécholamines par les infirmières en réanimation Réanimation adulte Centre Hospitalier de Pau CREUF PERIGUEUX oct. 2012 L hôpital de PAU Environ 700 lits Diverses spécialités : médecine différentes

Plus en détail

Traitement standard des GBM: ASTRO 2010: - Nombreuses études rétrospectives - Quelques études cliniques préliminaires

Traitement standard des GBM: ASTRO 2010: - Nombreuses études rétrospectives - Quelques études cliniques préliminaires Tumeurs primitives Traitement standard des GBM: - Résection aussi complète que possible - Bénéfice de la RCT postopératoire - Patients les plus âgés?? (50% > 65 ans) - Quid du TMZ?? ASTRO 2010: - Nombreuses

Plus en détail

Utilisation du baclofène dans le traitement de l alcoolo-dépendance : actualisation

Utilisation du baclofène dans le traitement de l alcoolo-dépendance : actualisation Avril 2012 Mise à jour Juin 2012 Point d information Utilisation du baclofène dans le traitement de l alcoolo-dépendance : actualisation De nouvelles données relatives à l utilisation et à la sécurité

Plus en détail

LES TROUBLES NEUROCOGNITIFS: LE TRAITEMENT PHARMACOLOGIQUE ET SON SUIVI EN GMF

LES TROUBLES NEUROCOGNITIFS: LE TRAITEMENT PHARMACOLOGIQUE ET SON SUIVI EN GMF LES TROUBLES NEUROCOGNITIFS: LE TRAITEMENT PHARMACOLOGIQUE ET SON SUIVI EN GMF RÉDIGÉ PAR Fadi Massoud MD, FRCPC, Gériatre Centre Hospitalier de l Université de Montréal Institut Universitaire de Gériatrie

Plus en détail

Faut-il faire une corticothérapie prophylactique avant une césarienne élective pratiquée à 38 SA?

Faut-il faire une corticothérapie prophylactique avant une césarienne élective pratiquée à 38 SA? Faut-il faire une corticothérapie prophylactique avant une césarienne élective pratiquée à 38 SA? (césarienne élective = césarienne pratiquée "à froid", en dehors du travail) C Dageville réanimation néonatale,

Plus en détail