Plan stratégique de l Hôpital neuchâtelois Annexe 2 Analyse du diagnostic et clés stratégiques

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Plan stratégique de l Hôpital neuchâtelois Annexe 2 Analyse du diagnostic et clés stratégiques"

Transcription

1 Mai 2011 Plan stratégique de l Annexe 2 Analyse du diagnostic et clés stratégiques Plan stratégique

2 Index 01 Analyse du diagnostic : Matrice SWOT Clés stratégiques Les clés stratégiques gq sans options Les clés stratégiques avec options 48 2

3 01 Matrice SWOT La matrice SWOT est une analyse des points forts, points faibles, menaces et opportunités de l institution l'hne: SWOT: S-trengths (forces), W-eaknesses (faiblesses), O-pportunities (opportunités), T-hreats (menaces). 3

4 1.0 Matrice SWOT Les points forts éléments internes à l HNE lhne constituant un atout 1. La distribution territoriale des sites l'hne permet une grande accessibilité pour les soins de proximité, ainsi que dans l amont et l aval de l hospitalisation. Large couverture de soins par l implantation géographique des 7 sites Distribution des prestations de soins aigus et de réadaptation homogène En 2009, entre 70 et 80% des hospitalisations se font dans le site de soins aigus le plus proche du lieu de résidence du patient et les transferts entre les sites sont faibles. 2. La palette de prestations au sein de l'hne est étendue et diversifiée Multiplicité de prestations médicales qui permet de couvrir touts les pathologies à forte prévalence (soins aigus, CTR/MPR) Les services de radiothérapie, de néonatologie et le centre de Soins Palliatifs représentent une valeur ajoutée pour l'hne et une accessibilité aux soins plus grande pour la patientèle. Cependant, 20 à 25% des patients sortent du canton pour une hospitalisation dont la moitié se dirige vers le canton de Berne. 3. L offre de lits de B est dense et devrait contribuer à accueillir davantage de patients venant de lits A 5 établissements CTR MPR sont répartis sur le canton et le nombre de lits / hbts est élevé (129 lits/ hbts soit 0,75 pour 1000 hbts contre 0,18 et 0,38 pour les canton de Zurich et Berne). Les taux d occupation des lits B présentent un potentiel d amélioration (TO moyen: 88% en CTR/MPR) et le nombre de longs séjours (plus de 20 jours) est élevé en lits A (27,9 équivalent lits à CDF et 31 lits à PRT). Le nombre de journées inappropriées en lits A représente 20% du nombre total de journées 4

5 1.0 Matrice SWOT Les points forts éléments internes à l'hne constituant un atout 4. Des débuts de collaborations intersites naissent et cette tendance devrait s accentuer avec le renouvellement générationnel des médecins cadres Des colloques morbi mortalité intersite vont se développer grâce à la volonté de développer la vidéo conférence et les contacts interpersonnels L unification de protocoles de prise en charge soignant entre les 2 sites se met en place notamment dans le service de chirurgie. Les services d oncologie, de gynéco-obstétrique et de pédiatrie fonctionnent déjà en service unique. Il existe une volonté de la part des médecins cadres d aller daller vers le site unique et d un dun système hospitalier intégré Le renouvellement générationnel permettra de faciliter le changement et la cohésion des équipes médicales. 5. Le système des DRG est déjà en place dans le canton et l'hne est déjà préparé en partie pour la réforme de la LAMal L HNE LHNE est préparé à l introduction dans toute la Suisse du financement hospitalier uniforme basé sur les forfaits par cas 5

6 1.0 Matrice SWOT Les points forts éléments internes à l'hne constituant un atout 6. HNE est reconnue à l heure actuelle comme centre de formation FMH pour la plupart des spécialités médicales et le département des soins est également reconnu comme structure de formation. L HNE concentre des compétences médicales reconnues et assure des prestations de qualité. La reconnaissance FMH certifie la qualité et les compétences médicales actuelles de l institution 7. HNE offre une accessibilité satisfaisante en consultation. Les durées moyennes d attente pour une première consultation sont d environ denviron 15 jours en moyenne pour la majorité des spécialités médicales. (accessibilité satisfaisante) Cependant, il n existe pas un suivi systématique des indicateurs d accessibilité 8. Une nouvelle gouvernance stabilisée vient d être mise en place au sein de l'hne avec un nouveau directeur général et une nouveau conseil d administration dynamiques et prêts à impulser le changement nécessaire. L implantation d une nouvelle équipe au Conseil d administration et l entrée en fonction d un dun nouveau directeur général le 1 er février 2010 ont introduit une dynamique de changement et fait souffler un vent nouveau sur la politique de l institution. Ce changement fait suite à une période d instabilité ; il correspond à une forte attente de la population ainsi que des collaboratrices et collaborateurs de l institution. 6

7 1.0 Matrice SWOT Les points faibles éléments internes à l'hne à corriger pour améliorer le positionnement 1. L ambulatoire et de la chirurgie ambulatoire sont faiblement développés PRT compte séjours à potentiel de prise en charge ambulatoire élevé et CDF en compte 815. Il existe un potentiel d ambulatorisation de 30% fin 2011 et 50% en Des obstacles architecturaux et organisationnels (circuit patient ambulatoire non optimal, système de rémunération des médecins, etc.) ne favorisent pas le développement de l ambulatoire. 2. Le fonctionnement en réseau est insuffisant entre les différents acteurs du système médicosocial neuchâtelois (l'hne, EMS, NOMAD, CNP, lits B). D autre part, en interne, les liens entre les lits B et les sites de soins aigus doivent être repensés afin d optimiser les transferts et ainsi faire face aux besoins du nouveau système de financement Les liens entre tous les acteurs de santé du canton sont faibles et les contacts rares La distribution du nombre de séjours par DMS à CDF et PRT montre qu il existe de fortes potentialités de réduction des DMS: séjours longs représentent 4,4% des séjours à CDF et 3,6% à PRT. L anticipation est trop faible au sein des services pour les transferts ts en lits B Les critères d admission en lits B ne sont pas suffisamment larges pour accepter toutes les catégories de patients nécessitant une réadaptation. 7

8 1.0 Matrice SWOT Les points faibles éléments internes à l'hne à corriger pour améliorer le positionnement 3. Les prestations offertes par les 2 sites de soins aigus et somatiques sont parfois redondantes et pas assez différenciées. Elles induisent une efficience insuffisante Il y a 8 lits de soins intensifs sur chaque site Il y a 2 sites d urgence et de SMUR Les activités de médecine et de chirurgie sur les 2 sites offrent les mêmes prestations 4 CTR avec des offres peu différenciées. 4. La situation du patrimoine immobilier est variable selon les sites, des travaux d entretien et de maintenance sont à envisager pour maintenir l activité sur certains sites (CDF, la Béroche et Couvet); la capacité d extension des deux sites de soins aigus n a pas été évaluée PRT ne dispose pas d espaces suffisants pour développer l activité ambulatoire CDF est un établissement qui nécessite d être rénové et qui est peu adapté aux exigences de la population (chambres individuelles, confort, sanitaires etc.) La situation est très disparate entre les 4 sites de lits B 8

9 1.0 Matrice SWOT Les points faibles éléments internes à l'hne à corriger pour améliorer le positionnement 5. Les niveaux de productivité et d efficience ne sont pas optimaux La gestion des lits conduit à un taux d occupation moyen des lits et une sous occupation des soins intensifs sur les deux sites de soins aigus. L activité polyclinique de pédiatrie et de gynécologie ainsi que celle des blocs opératoires pourrait être réorganisée afin d améliorer leur efficience. 6. Le management de l institution présente des failles qu il s agit de combler (réelle gestion des ressources humaines, meilleur contrôle des coûts, amélioration des outils d aide à la prise de décisions) Le département RH est trop centré à la gestion administrative avec peu de politique active de gestion de personnel (prévision des besoins, gestion de carrière etc.) Il n y a pas de suivi budgétaire, d indicateurs d activité qui permettent des prises de décision basés sur des indicateurs d activité. Il existe au sein d HNE un manque de flexibilité organisationnelle.l HNE doit mieux définir les contours de chaque direction et s assurer que toutes les missions clés soient garanties. 7. La cohésion des équipes médicales les plus structurantes est faible entre les deux sites de soins aigus Les disparités contractuelles des équipes médicales (contrats de leur activité libérale) sont un frein à l alignement des médecins avec la stratégie institutionnelle (développement de l activité ambulatoire) et ne permettent pas une cohésion renforcée entre médecins Un manque de dynamisme et d esprit d initiatives est à noter dans certains services Les collaborations entre les services de chirurgie et de médecine sont faibles. 9

10 1.0 Matrice SWOT Les points faibles éléments internes à l'hne à corriger pour améliorer le positionnement 8. L image Limage de l hôpital au sein de la population et des professionnels est ternie De nombreux articles de presse sont très critiques envers l'hne. L incertitude quant au projet institutionnel (site unique et répartition des missions) ne permet pas d améliorer l attractivité des professionnels et ternit l image d HNE Les problèmes dimage d image dhne d HNE ne permettent pas de gagner la confiance des habitants et risque d augmenter les fuites de patients lors de l introduction du libre choix de l hôpital. De plus, elle rend plus difficile le recrutement des professionnels de la santé. 9. La structure financière mise en place à la création de l HNE le fragilise et ses charges d exploitation sont en constante augmentation La structure financière d HNE n a pas été créé avec du capital ce qui fragilise sa santé financière et sa capacité d investissement. Le coût du point APDRG de l HNE lhne est très élevé. En 2008, le point APRDG est évalué à CHF pour l'hne, alors que le tarif médian de référence suisse actuel est de CHF Le déficit d exploitation ne cesse d augmenter depuis quelques années. La comparaison de l évolution des coûts montre que depuis 2008 les charges ont augmenté progressivement plus vite que les revenus. Les charges nettes totales ont augmenté de 4% entre 2008 et le budget 2010 de 314,6 millions CHF à 328 millions CHF et les revenus de 3%, de 314,7 MCHF à 325,8 MCHF. (lié aux charges de personnel et mise à niveau des parcs technologiques) gq 10

11 1.0 Matrice SWOT Les opportunités éléments externes à exploiter 1. Le vieillissement, l évolution des causes de morbidité ainsi que des modes de prise en charge modifient le volume et le profil de la demande Le scénario moyen de l OFS prévoit un accroissement moyen de la population dans le canton de Neuchâtel (4,4%) à l horizon La proportion des 65 ans et plus verrait leurs effectifs croître de 18%. (cet effectif des 65 ans et plus dépasserait la population des 0-19 ans peu avant 2025.) Les troubles cardio-vasculaires et les cancers sont les principales causes de mortalité en Suisse, ainsi que dans le canton de Neuchâtel. 2. Le vieillissement de la population aura une incidence sur les services de gastroentérologie, chirurgie digestive, oncologie, ophtalmologie, neurologie et orthopédie qui connaitront une augmentation de leur activité dans les 10 prochaines années De par cette tendance, l offre de prestations d HNE pourrait être complétée par certaines activités. 3. La décision de mise en place d un site unique de soins aigus somatiques à l horizon 2022 et d un réseau hospitalier intégrant l amont et l aval constitue une opportunité. Le Conseil d Etat du canton de Neuchâtel a entériné é le 27 septembre 2010 la proposition du groupe de pilotage de création d un site unique, assortie de la mise en place d un hôpital en réseau avec trois centre de diagnostic thérapeutiques et ambulatoires (CDT) 11

12 1.0 Matrice SWOT Les opportunités éléments externes à exploiter 4. Le développement de la concurrence représente un stimlus à la motivation au changement Les réformes dans le champ hospitalier prévues par la LAMal en 2012 vont impliquer une mise en concurrence des établissements de santé. Cette concurrence accrue poussera les hôpitaux à améliorer leur performance, leur qualité perçue, l image et l orientation envers la satisfaction du patient 5. Le patient est de plus en plus informé et devient acteur de sa prise en charge; les professionnels de santé sont donc incités à modifier leurs pratiques er remettre en cause certains de leurs modes de faire Le développement des technologies de l information permet d augmenter les liens la coopération, la communication et l efficacité de la prise en charge la mobilité des personnes. 6. Le canton de Neuchâtel dispose d un tissu industriel dense d entreprises liées aux secteurs de la santé (biotechnologies, medical devices, etc.) Ce constat constitue une opportunité de développement de partenariats et un levier qui devrait favoriser l innovation 7. La reprise postulée de l activité de la PVI en 2015 constitue une opportunité pour l HNE de développer des prestations et d améliorer son efficience (Taux d occupation des unités, blocs opératoires ) 12

13 1.0 Matrice SWOT Les menaces éléments externes à affronter et à préparer 1. Le contexte hospitalier suisse est marqué par des coûts élevés et des mesures de restriction sont à prévoir L avènement des Swiss DRG aura un impact sur la recherche d efficience des hôpitaux et le mode de fonctionnement des institutions La tendance des CHU à la concentration d activités hautement techniques pousse les autorités à mettre en place des seuils minimaux d activité dans certains domaines comme la mise en place de cliniques monothématiques: chirurgie bariatrique, chirurgie du pancréas, chirurgie de l œsophage, etc 2. La situation politique locale est marquée par un contexte de restriction budgétaire lié aux difficultés financières du canton Le Conseil d Etat de Neuchâtel a mis en place un plan de redressement durables des finances cantonales afin de résorber le déficit structurel du canton La santé constitue près de 22% des charges nettes pour le canton en 2009, et ira en s accroissant suite au vieillissement de la population 3. Le contexte politique neuchâtelois est marqué par une forte polarisation géographique Les tensions entre le haut et le bas du canton sont particulièrement exacerbées; la résistance et/ou la passivité de certains médecins et de certains services de l'hne peuvent ralentir le processus de changement. Ces tensions menacent un système global de dispositif hospitalier où chaque partie fonctionne en complémentarité avec les autres parties. 13

14 1.0 Matrice SWOT Les menaces éléments externes à affronter et à préparer 3. Les hôpitaux des cantons voisins démontrent un fort dynamisme en termes de prestations et de développements technologiques et risquent d attirer la patientèle neuchâteloise suite à l introduction du libre choix de l hôpital Les Hôpitaux du Nord Vaudois connaissent un essor de l activité de chirurgie ambulatoire Les CHUV, Hôpital de Bern, HUG ont des moyens importants, L hôpital du Jura Bernois améliore le confort du patient et les prestations hôtelières, Les cliniques privées de Genève commencent à développer les missions de service public 4. La pénurie de médecins sur le marché suisse couplée à la faible attractivité du canton (fiscalité élevée) laissent présager des difficultés pour de recrutement à venir Les impôts fiscaux sont plus élevés sur le canton de Neuchâtel que la moyenne suisse La Suisse ne forme pas suffisamment de médecins pour satisfaire la demande des centres hospitaliers 5. L absence de consensus de la classe politique concernant les réformes hospitalières et la création d un site unique. Il n existe pas encore de lieu défini faisant consensus pour le développement du site unique 14

15 02 Clés stratégiques 15

16 À partir de la matrice SWOT, les clés stratégiques sont déduites et permettent la définition de la vision Définition Les clés stratégiques sont les ingrédients de la définition de la vision Elles servent de base à la discussion pour la définition de cette vision MENACES OPPORTU NITES POINTS FORTS POINTS FAIBLES Clés stratégiques Vision 16

17 Les clés stratégiques découlent de la confrontation de chacun des constats de l analyse l interne avec ceux de l analyse l externe Diagnostic externe Menaces Opportunités Il faudra affronter les menaces en s appuyant sur nos points forts interne Points forts Affronter... Promouvoir... Diagnostic Points faibles Repenser... Modifier... Il faudra s appuyer sur nos points forts pour tirer parti des opportunités Il faudra corriger les points faibles pour faire face aux menaces Il faudra modifier nos points faibles pour tirer parti des opportunités 17

18 Menaces 1. Contexte hospitalier suisse marqué par des coûts élevés et des mesures de restriction sont à prévoir 2. «Régionalisme» exacerbé 3. Dynamisme des hôpitaux alentours 4. Ouverture des frontières 5. Pénurie de médecins sur le marché suisse Forces 1 Opportunités 1. Le vieillissement, le changement des causes de morbidité 2. Augmentation prévisible de l activité de certains services 3. Décision site unique de soins aigus somatiques 4. Tissu industriel dense d entreprises liées aux secteurs de la santé 5. Patient acteur de sa prise en charge et informé 6. Reprise de l activité de PVI Définir le modèle du système hospitalier intégré (lieu?) 1. Distribution territoriale des sites favorable 2. Palette de prestations étendue et diversifiée 3. Offre de lits de B dense 4. Débuts de collaborations intersites 3 5. Le système des DRG est déjà en place 6. HNE reconnue comme centres de formation FMH 7. Grande accessibilité en consultation 8. Nouvelle gouvernance stabilisée et dynamique 4 Repenser l organisation et la gestion des itinéraires des patients de moyens et longs séjours Développer les alliances inter cantonales 2 Compléter et adapter la palette de prestations 9 Créer une politique d innovation par des partenariats avec les entreprises liées au secteur de la santé Faiblesses 1. Faible développement de l ambulatoire et de la 5 chirurgie ambulatoire 2. Fonctionnement en réseau insuffisant 3. Prestations redondantes entre les 2 sites 4. Niveaux de productivité et d efficience améliorable 6 5. Situation du patrimoine immobilier variable selon les sites; incertitude capacité accueil site unique 6. Faible culture management et manque d outils 7 7. Faible cohésion des équipes 8. Image dégradée au sein de la population et médias 9. Structure financière fragile 8 Renforcer les liens avec la médecine de ville Diversifier les modes de prise en charge et renforcer les liens avec les acteurs de la santé sur le canton Renforcer l adhésion des médecins avec l institution Renforcer la culture et les capacités managériales Développer l orientation patient et la qualité Définir une politique soutenable d investissement dans les infrastructures Mettre en œuvre la reprise de l activité de PVI

19 Ces 12 clés stratégiques peuvent être classées en trois sous domaines Clés stratégiques 1 Clés sans options Clés avec options 2 3 Clés structurantes Clés mineures 19

20 Chaque type de clés a un impact variable sur les scénarios Clés stratégiques Sous clés Définitions Les clés sans options sont: Clés sans options envisageables quelque soit les scenarios celles pour lesquelles il faut définir un degré d ambition Clés avec options Clés mineures Clés structurantes Ce sont des clés qui ne déterminent pas de changements majeurs sur les scénarios de vision Ce sont des clés qui structurent les scénarios 20

21 Les clés sans options constituent des axes de travail pour lesquels il s agira de fixer des niveaux d ambition 2 2 Compléter le palette de prestations 3 Repenser l organisation et la gestion des itinéraires des patients de moyens et longs séjours (réhabilitation, convalescence, gériatrie) 5 6 Renforcer les liens avec la médecine de ville Diversifier les modes de prise en charge et renforcer les liens avec les acteurs de la santé sur le canton 8 Renforcer la culture et les capacités managériales 9 Créer une politique d innovation par des partenariats avec les entreprises liées au secteur de la santé 10 Développer l orientation patient et la qualité Définir une politique d investissement soutenable dans les infrastructures 11 21

22 Les clés avec options se divisent en 2 sous domaines en fonction de leur impact sur les scénario Clés mineures: 7 Renforcer l adhésion des médecins avec l institution Impact mineur sur les scénario 4 Développer les alliances inter cantonales Clés structurantes: 12 Mettre en œuvre la reprise de l activité de PVI Définir le système du système hospitalier intégré 1 Impact majeur sur les scénario 22

23 La construction de la réflexion sur les clés stratégiques se fera en fonction des critères suivants 1. Les clés stratégiques sans options: Description Objectifs Niveau d ambition 2. Les 2 clés stratégiques mineures (avec options) Description des stratégies à adopter 3. Les 2 clés stratégiques structurantes (avec options) Discussion des scénarios probables 23

24 03 Les clés stratégiques té sans options 24

25 2 Compléter et adapter la palette de prestations (Projet médical) Pourquoi? Il existe une volonté de la part des médecins de diversifier les prestations (projet en cours de construction) La patientèle est de plus en plus informée, exigeante et en demande de nouvelles prestations Les compétences médicales sont reconnues en intra et extra cantonale (ex: prestations très spécifiques en pneumologie) et mériteraient d être plus valorisées La nouvelle gouvernance est dynamique et prête aux changements Le pourcentage des cas de neuchâtelois de soins aigus traités hors canton suit une tendance à la hausse avec des prévisions d augmentation entre 8 et 12% avec le libre passage. En 2008, selon la direction du l'hne, 75% de ces patients extra cantonaux l ont été pour raisons médicales (pathologies lourdes orientées vers les hôpitaux universitaires de Lausanne ou de Berne).. Objectifs Proposer un panel de prestations adapté aux besoins du bassin de population neuchâteloise (adapté aux critères de masse critique) Garantir une mise à disposition de prestations plus importante Faire diminuer le flux de patients du canton de Neuchâtel dans les cantons limitrophes 25

26 2 Les enjeux de Santé Publique correspondent au développement des prestations voulues par les services Prise en charge des personnes âgées Le vieillissement démographique entraine une hausse massive des besoins de santé et une augmentation de l incidence des maladies chroniques. L augmentation de l espérance de vie nécessite une approche plus globale de la personne âgée par le développement de réseau de santé de coordination, de points d informations, d associations et des liens étroits entre toutes les structures. Adapter l offre hospitalière pour une prise en charge éthique et respectueuse du patient âgée. Prise en charge des cancers Le cancer touche près de 1000 personnes par année dans le canton de Neuchâtel. Neuchâtel est le premier canton romand à lancer un plan cancer cantonal dont le but est d améliorer la prise en charge des patients et le dépistage de la maladie. Il s'agit aussi de perfectionner l'encadrement psychologique et social des patients et de leurs familles. Problématique de santé mentale Une personne sur quatre sera atteinte d un trouble mental à un moment de son existence. Les affections liées aux troubles mentaux représentent un impact social et économique énorme pour la société. Soins de premiers recours et organisation des gardes Les soins de premiers recours et l organisation des gardes sont une priorité de Santé Publique du fait de la baisse du nombre des médecins généralistes sur le canton. Cette tendance aura une influence négative sur l accès aux soins, c est pourquoi il est indispensable de rendre plus attractif les soins de premier recours et l organisation des gardes 26

27 2 Les actions à mettre en place pour compléter et développer les prestations Étudier l opportunité de mette en place les prestations du projet médical, Actions Développer différents types de chirurgie (chirurgie du rachis, bariatrique, œsophage et pancréas ) Développer la prise en charge gériatrique et l oncogériatrie Evaluer le développement de la médecine complémentaire à la Béroche ce qui permettrait d élargir le panel de prestations d HNE (revoir la mission du site de la Béroche) À partir des données OFS 2009, nous avons analysé les prestations manquantes ou en nombre plus réduit qu au niveau national. Pour chaque prestation nous avons calculé le taux de recours (nº cas par AP-DRG / population) et l avons appliqué à la population neuchâteloise pour avoir un «nombre d admission théorique». Nous avons comparé le «nombre d admissions théoriques» au nombre de cas traité par l'hne pour calculer le «Gap». Ce gap nous permet d observer les prestations sous-dimensionnés ou non traitées par l'hne. 27

28 2 Compléter et adapter la palette de prestations Degré d ambition Une offre complète, étendue et renforcée permet la prise en charge médicale des affections les plus communes pour les Neuchâtelois tout au long des périodes de la vie. La mise en place de prise en charge spécifiques répondant au vieillissement de la population (consultations démence et Memory clinic, oncogériatrie, hôpital de jour) et le renforcement de la Gériatrie clinique permettent d affronter les enjeux de Santé Publique du canton pour améliorer l accompagnement et la prise en charge de la personne âgée. La mise en place de prises en charge adaptées aux maladies chroniques permettra de répondre aux besoins croissants de la population dans ce domaine. Le développement de prestations chirurgicales spécifiques (orthopédie, chirurgie du dos, chirurgie viscérale) permet de garantir une plus grande accessibilité aux soins de la population du canton. Le panel de prestations est étendu et innovant grâce à l apparition notamment d un centre de médecine alternative qui répond à un souhait à la fois de la population. 28

29 3 Repenser l organisation et la gestion des itinéraires des patients de moyens et longs séjours (réhabilitation, convalescence, gériatrie) Pourquoi? Le nombre de journées inappropriées au sein de certains services de soins aigus somatiques est élevé. é Certains patients avec des besoins de réhabilitation (lits B) restent en soins aigus (lits A) pour faute de placement. La diminution des durées moyennes de séjour et l augmentation du taux d occupation passent par une réorganisation de la gestion des séjours au sein de l'hne. Le faible taux d occupation des lits B doit être revu à travers une réorganisation des longs séjours. Certains patients avec des besoins d observation sont admis dans les unités de soins aigus somatiques (lits A) depuis les urgences alors que l intensité des soins requis par ces patients n est pas la même qu en unité de soins classique (lit A) Objectifs Diminuer le nombre de journées inappropriées en lits A et B Améliorer la qualité de la prise en charge de la patientèle Adapter les critères d admissions en CTR Adapter et faire concorder la prise en charge et les structures aux besoins du patient. 29

30 3 Les actions à mettre en œuvre pour l organisation et la gestion des itinéraires des patients de moyens et longs séjours soins aigus somatiques Créer une unité de court séjour dite unité «sas» entre les urgences et l hospitalisation classique Anticiper les transferts en lits B Développer les relations avec les infirmières de liaison lits B Spécialiser les CTR dans les prises en charge: Locomoteur, respiratoire et neurologiques Développer les services ambulatoires dans les CTR Spécialiser les compétences des soins infirmiers Accroitre les liens entre NOMAD et les infirmières de liaison l'hne institution Améliorer et développer les techniques de gestion des lits Etudier l éventualité de mettre en place des lits d attente de placement au sein de l'hne Proposer de faire participer les patients économiquement en cas de refus de transferts comme le prévoit La Lamal Intégrer la notion de transferts imposés suivant les disponibilité des lits B dans le fascicule d entrée (livret d accueil) du patient Développer les liens entre gériatrie et CTR 30

31 3 Repenser l organisation et la gestion des itinéraires des patients de moyens et longs séjours (réhabilitation, convalescence, gériatrie) Degré d ambition L offre des CTR de l'hne se spécialise en fonction des besoins des patients et de leurs pathologies et de leur profils: gériatriques, neurologiques, respiratoires et osteoarticulaire. Des programmes de prise en charge spécifiques en fonction des profils de la patientèle permettent d assurer une plus grande qualité et une efficience accrue. Les critères d admissions au sein des CTR sont flexibilisés en partenariat étroit avec les assureurs afin de fluidifier l activité et garantir une meilleure continuité des soins. Grâce au développement de liens et de vase communicants importants avec les lits A, les taux d occupation en lits B se situe autour de 95%. De plus, l intégration de lits d attente de placement au sein de l'hne permet une meilleure efficience dans les prises en charge en lits A et B et par conséquent une réduction de la DMS pour aller vers une DMS de 5 jours en 2015 pour les lits A. (Aujourd hui DMS de 6,8 jours) 31

32 5 Renforcer les liens avec la médecine de ville Pourquoi? Avec l ouverture des frontières et la mise en concurrence des établissements, le réseau d adressage des patients (médecine de ville) deviendra un des critères clés de captation de patients. Les liens avec les médecins permettront de restaurer la confiance en l'hne de la part de la population. Afin de garantir un bon réseau d adressage, l'hne se profile comme un partenaire des médecins référents. Assurer une prise en charge conjointe et coordonnée du patient Objectifs Augmenter l attractivité de l'hne par l adressage de patients par la médecine de ville Augmenter l activité de l'hne et affronter la concurrence intercantonale Développer des espaces de prise en charge commun avec la médecine de ville (par ex maisons de garde 32

Plan de mise en œuvre des options stratégiques. Conférence de presse, 25 septembre 2014

Plan de mise en œuvre des options stratégiques. Conférence de presse, 25 septembre 2014 Plan de mise en œuvre des options stratégiques Conférence de presse, 25 septembre 2014 Plan stratégique, concertation & consensus HNE, une (déjà) longue histoire au service de la population Concertation

Plus en détail

Pilotage des soins hospitaliers par le financement dans le canton de Neuchâtel

Pilotage des soins hospitaliers par le financement dans le canton de Neuchâtel Pilotage des soins hospitaliers par le financement dans le canton de Neuchâtel Situation actuelle et perspectives 1 Plan de la présentation 1. Contexte neuchâtelois 2. Objectifs 3. Situation actuelle 4.

Plus en détail

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière J1504 - Soins infirmiers spécialisés en bloc opératoire spécialisés en anesthésie J1507 - Soins infirmiers spécialisés 1 Les activités principales L infirmier doit assurer, sous l autorité des médecins,

Plus en détail

JOURNÉE PORTES OUVERTES

JOURNÉE PORTES OUVERTES JOURNÉE PORTES OUVERTES Approfondir l utilisation d outils RH vers une gestion dynamique et prospective des RH 7 octobre 2014 Mission Conseils et Organisation RH Face aux contraintes d activités, l évolution

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Rennes le 5 juillet 2016

DOSSIER DE PRESSE Rennes le 5 juillet 2016 DOSSIER DE PRESSE Rennes le 5 juillet 2016 Groupement Hospitalier de Territoire - Haute Bretagne : 11 établissements publics de santé engagés au service de la population Jeudi 30 juin, la convention constitutive

Plus en détail

Introduction : Présentation du Centre Oscar Lambret

Introduction : Présentation du Centre Oscar Lambret Introduction : Présentation du Centre Oscar Lambret Centre Régional de Lutte Contre le Cancer Etablissement privé à but non lucratif participant au service public hospitalier Direction médicale Organisation

Plus en détail

16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement

16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement 16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement Rencontre sur le thème «Une Solidarité Collective au service des Malades et des Aidants» Lundi 21 Septembre

Plus en détail

...... en quelques mots 1

...... en quelques mots 1 ... en quelques mots 1 Un nouveau Projet d'entreprise pourquoi faire? Le Projet d'entreprise 2006-2009 a porté l ambition de faire de l Assurance Maladie un assureur solidaire en santé reconnu en tant

Plus en détail

Les forfaits par cas dans les hôpitaux suisses. Informations de base pour les professionnels de la santé

Les forfaits par cas dans les hôpitaux suisses. Informations de base pour les professionnels de la santé Les forfaits par cas dans les hôpitaux suisses Informations de base pour les professionnels de la santé Qu est-ce que SwissDRG? SwissDRG (Swiss Diagnosis Related Groups) est le nouveau système tarifaire

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail

SANTÉ 2012 LES PROPOSITIONS DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE. Face au problème de l accès aux soins, des solutions existent.

SANTÉ 2012 LES PROPOSITIONS DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE. Face au problème de l accès aux soins, des solutions existent. SANTÉ 2012 LES PROPOSITIONS DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE Face au problème de l accès aux soins, des solutions existent. Dans la France de 2012, de plus en plus de Français doivent renoncer à des soins ou

Plus en détail

L HÔPITAL SANS MURS ET TERRITOIRES DE SANTÉ

L HÔPITAL SANS MURS ET TERRITOIRES DE SANTÉ L HÔPITAL SANS MURS ET TERRITOIRES DE SANTÉ 19 OCTOBRE 2010 Beatrice Falise Mirat Beatrice.falise-mirat@anap.fr Agence Nationale d Appui à la Performance des établissements de santé et médico-sociaux Agence

Plus en détail

RÉDUCTION DE L ATTENTE AUX URGENCES : OÙ EN EST-ON? Dossier de presse 30 octobre 2015

RÉDUCTION DE L ATTENTE AUX URGENCES : OÙ EN EST-ON? Dossier de presse 30 octobre 2015 RÉDUCTION DE L ATTENTE AUX URGENCES : OÙ EN EST-ON? Dossier de presse 30 octobre 2015 Table des matières L engagement des HUG : réduire par deux le délai de prise en charge aux urgences... 3 Contexte général

Plus en détail

Pour qui? 30 établissements de santé accompagnés par l ANAP et les ARS. Activités réalisées jusqu à fin 2010

Pour qui? 30 établissements de santé accompagnés par l ANAP et les ARS. Activités réalisées jusqu à fin 2010 2010 11 projets de l ANAP Dans le cadre de son programme de travail 2010, l ANAP a lancé onze projets. Cette brochure présente un point d étape sur ces projets à fin 2010. METTRE EN ŒUVRE DES PROJETS PERFORMANCE

Plus en détail

de la gestion des lits à l ordonnancement

de la gestion des lits à l ordonnancement de la gestion des lits à l ordonnancement Mardi 24 janvier 2012 Dr. Yvon Goarin membre du Directoire Mme Nadia Antignac responsable de l ordonnancement Agenda Présentation de l établissement Les enjeux

Plus en détail

Rôle et place de l infirmière référente dans le suivi de la maladie de Parkinson à ses différents stades d évolution

Rôle et place de l infirmière référente dans le suivi de la maladie de Parkinson à ses différents stades d évolution Rôle et place de l infirmière référente dans le suivi de la maladie de Parkinson à ses différents stades d évolution Cheffe de projet Brigitte itt Victor, infirmière iè responsable d unité, service de

Plus en détail

Action SociAle orientations 2015 / 2017

Action SociAle orientations 2015 / 2017 Action Sociale Orientations 2015 / 2017 Action sociale personnes agées Les orientations de la Carsat Centre 2015 / 2017 L action sociale de la Carsat est développée au profit des retraités du régime général

Plus en détail

CERTIFICAT (CAS), DIPLÔME (DAS) & MASTER (MAS) EN MANAGEMENT DES INSTITUTIONS DE SANTÉ 2014/2015 SANTE.UNIGE.CH

CERTIFICAT (CAS), DIPLÔME (DAS) & MASTER (MAS) EN MANAGEMENT DES INSTITUTIONS DE SANTÉ 2014/2015 SANTE.UNIGE.CH CERTIFICAT (CAS), DIPLÔME (DAS) & MASTER (MAS) EN MANAGEMENT DES INSTITUTIONS DE SANTÉ 2014/2015 SANTE.UNIGE.CH SOMMAIRE > OBJECTIFS 04 > STRUCTURE / FORMATION MODULAIRE 05 > DÉTAIL DU PROGRAMME 06 > CORPS

Plus en détail

Transformer le plomb en or: l alchimie de la psychiatrie communautaire dans le canton de Vaud

Transformer le plomb en or: l alchimie de la psychiatrie communautaire dans le canton de Vaud 2 ème rencontre du Réseau Santé Psychique Suisse Transformer le plomb en or: l alchimie de la psychiatrie communautaire dans le canton de Vaud Charles Bonsack SFr. 4'500'000.00 SFr. 4'000'000.00 SFr. 3'500'000.00

Plus en détail

LES RENCONTRES DU MANAGEMENT DE PÔLES LA DELEGATION DE GESTION EN MATIERE DE RESOURCES HUMAINES AU CHU DE TOULOUSE

LES RENCONTRES DU MANAGEMENT DE PÔLES LA DELEGATION DE GESTION EN MATIERE DE RESOURCES HUMAINES AU CHU DE TOULOUSE LES RENCONTRES DU MANAGEMENT DE PÔLES LA DELEGATION DE GESTION EN MATIERE DE RESOURCES HUMAINES AU CHU DE TOULOUSE Mylène COULAUD cadre supérieur de santé Olivier RASTOUIL directeur des ressources humaines

Plus en détail

HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR

HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR PROJET D ÉTABLISSEMENT 2013 2018 TOME 4 AUTRES PROJETS PROJET Qualité - Gestion des Risques 2013-2018 Novembre 2014 SOMMAIRE ORIENTATION! PROPOSER DES SOINS ET DES PRESTATIONS

Plus en détail

TITRE DE LA FONCTION. L Infirmier(e) en Chef peut confier à un infirmier une ou plusieurs tâches ou missions qui lui sont assignées.

TITRE DE LA FONCTION. L Infirmier(e) en Chef peut confier à un infirmier une ou plusieurs tâches ou missions qui lui sont assignées. DESCRIPTION DE FONCTION CHPLT Sect. Contr. : SOI Année : 2010 N Fonction : 018 Version : 1 TITRE DE LA FONCTION INFIRMIER EN CHEF (H/F) 1. La fonction de l infirmier en Chef L Infirmier en Chef est responsable

Plus en détail

Prestations ambulatoires dans les hôpitaux et les cliniques

Prestations ambulatoires dans les hôpitaux et les cliniques Fiche d information Prestations ambulatoires dans les hôpitaux et les cliniques Berne, 20.05.2014. La croissance des prestations des hôpitaux et des cliniques dans le secteur ambulatoire est due aux raisons

Plus en détail

Assises professionnelles de l infectiologie

Assises professionnelles de l infectiologie Valoriser l infectiologie transversale par l amélioration de la qualité Arnaud Pouillart Hôpitaux pédiatriques de Nice CHU-Lenval 1 Champ de l étude Activités transversales : Expertise, activité intellectuelle

Plus en détail

Certification des Etablissements de Santé en France

Certification des Etablissements de Santé en France Certification des Etablissements de Santé en France Pouvait-on faire sans elle en France? Peut-elle faire mieux? Les enjeux et les perspectives de la procédure 2014 Plan de l intervention 1. Partie 1 :

Plus en détail

LA PERFORMANCE DANS LE MEDICO-SOCIAL, ENJEUX, OUTILS, RÔLE DE L ANAP

LA PERFORMANCE DANS LE MEDICO-SOCIAL, ENJEUX, OUTILS, RÔLE DE L ANAP LA PERFORMANCE DANS LE MEDICO-SOCIAL, ENJEUX, OUTILS, RÔLE DE L ANAP Assises de l autonomie 10/06/10 PARIS Agence Nationale d Appui à la Performance des établissements de santé et médico-sociaux L Agence

Plus en détail

Impact sur l emploi, les métiers et les compétences Observatoire des Métiers de l Expertise comptable du Commissariat aux comptes et de l Audit

Impact sur l emploi, les métiers et les compétences Observatoire des Métiers de l Expertise comptable du Commissariat aux comptes et de l Audit EXPERTISE COMPTABLE (1/3) Les cabinets de grande taille sont affectés par des évolutions similaires à celles qui touchent les cabinets de petite taille. Cette page reprend la description donnée pour les

Plus en détail

Soins et Hospitalisation à domicile: panacée, mythe ou révolution?

Soins et Hospitalisation à domicile: panacée, mythe ou révolution? Soins et Hospitalisation à domicile: panacée, mythe ou révolution? Enjeux et aspects économiques des soins à domicile Miloud Kaddar Économiste de la santé, Consultant International mkaddar@hotmail.com

Plus en détail

La CNOPS à l ère de l Assurance maladie obligatoire. ce qui a changé. Présenté par Abdelaziz ADNANE Directeur de la CNOPS

La CNOPS à l ère de l Assurance maladie obligatoire. ce qui a changé. Présenté par Abdelaziz ADNANE Directeur de la CNOPS La CNOPS à l ère de l Assurance maladie obligatoire ce qui a changé Présenté par Abdelaziz ADNANE Directeur de la CNOPS Plan de la présentation Introduction I. La CNOPS : «un passé riche d avenir» Des

Plus en détail

Tous droits réservés SELENIS

Tous droits réservés SELENIS 1. Objectifs 2. Etapes clefs 3. Notre proposition d accompagnement 4. Présentation de SELENIS 2 Un projet est une réalisation spécifique, dans un système de contraintes donné (organisation, ressources,

Plus en détail

CADRE SOCIO EDUCATIF

CADRE SOCIO EDUCATIF PAGE 1 SUR 7 Rédacteur Vérificateur(s) Approbateur(s) Nom Véronique MATHIEU Eric LE GOURIERES Michel SENIMON Fonction Cadre socio éducatif Coordonnateur Général des Activités de Soins Directeur du Personnel,

Plus en détail

Centre Hospitalier d Antibes Juan-Les-Pins

Centre Hospitalier d Antibes Juan-Les-Pins Centre Hospitalier d Antibes Juan-Les-Pins Inauguration de l extension 6 JUILLET 2015 À 12h00 AU CŒUR DE LA SANTE DE SON TERRITOIRE, LE CENTRE HOSPITALIER D ANTIBES SE DONNE UN NOUVEAU VISAGE SOMMAIRE

Plus en détail

MODIFICATION DU VOLET «PRISE EN CHARGE DES CANCERS» DANS LES VOLETS MEDICAUX DU SROS :

MODIFICATION DU VOLET «PRISE EN CHARGE DES CANCERS» DANS LES VOLETS MEDICAUX DU SROS : MODIFICATION DU VOLET «PRISE EN CHARGE DES CANCERS» DANS LES VOLETS MEDICAUX DU SROS : Le présent document remplace intégralement le volet préexistant. XI. PRISE EN CHARGE DES CANCERS 1. Rappel des objectifs

Plus en détail

LA GESTION STRATEGIQUE DU PATRIMOINE : ENJEUX ET OUTILS. Anabelle Billy Lyon, le 14 février 2013

LA GESTION STRATEGIQUE DU PATRIMOINE : ENJEUX ET OUTILS. Anabelle Billy Lyon, le 14 février 2013 LA GESTION STRATEGIQUE DU PATRIMOINE : ENJEUX ET OUTILS Anabelle Billy Lyon, le 14 février 2013 Agence Nationale d Appui à la Performance des établissements de santé et médico-sociaux Agence nationale

Plus en détail

Cité générations Groupe médical d Onex Un nouveau modèle de soin pour la médecine ambulatoire

Cité générations Groupe médical d Onex Un nouveau modèle de soin pour la médecine ambulatoire Cité générations Groupe médical d Onex Un nouveau modèle de soin pour la médecine ambulatoire Né du souhait de mieux répondre aux grands défis de notre système de santé, Cité générations est un nouveau

Plus en détail

Recommandations organisationnelles. Outils et guides. Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire

Recommandations organisationnelles. Outils et guides. Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire Ensemble pour le développement de la chirurgie ambulatoire Recommandations organisationnelles Outils et guides Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire Mai 2013 Le document source est téléchargeable

Plus en détail

RENOVATION ET EXTENSION DES URGENCES

RENOVATION ET EXTENSION DES URGENCES DOSSIER DE PRESSE DOSSIER DE PRESSE DOSSIER DE PRESSE DOSSIER DE PRESSE RENOVATION ET EXTENSION DES URGENCES Conférence de Presse JANVIER 2008 CONTACT PRESSE Anne-Laure Vautier Tel : 04 42 43 20 11 - E-mail

Plus en détail

UN NOUVEAU MODÈLE ÉCONOMIQUE. pour développer et pérenniser les centres de santé

UN NOUVEAU MODÈLE ÉCONOMIQUE. pour développer et pérenniser les centres de santé UN NOUVEAU MODÈLE ÉCONOMIQUE pour développer et pérenniser les centres de santé LES SOINS DE PREMIERS RECOURS CARACTÉRISTIQUES ET RÔLE DES CENTRES DE SANTÉ Les différentes formes d exercice médical regroupé

Plus en détail

POLITIQUE DE FORMATION

POLITIQUE DE FORMATION POLITIQUE DE FORMATION ET DE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES Table des matières 1. Préambule... - 2-2. Buts généraux... - 2-3. Objectifs... - 2-4. Axes et typologie de formation... - 3-4.1 Axes de formation...

Plus en détail

L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines

L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines Hôpital de jour (HDJ) Permet des soins ou examens nécessitant plateau

Plus en détail

HÔPITAL PRIVÉ SÉVIGNÉ INAUGURATION

HÔPITAL PRIVÉ SÉVIGNÉ INAUGURATION HÔPITAL PRIVÉ SÉVIGNÉ INAUGURATION DOSSIER DE PRESSE VENDREDI 2 OCTOBRE 2009 SOMMAIRE L INAUGURATION DU 2 OCTOBRE 2009 p 4 La nouvelle Maison des Consultations L extension du bloc opératoire L HÔPITAL

Plus en détail

Actionsdes MUTUELLES

Actionsdes MUTUELLES 10 Actions des MUTUELLES POLITIQUE DE LA MUTUALITE FRANÇAISE EN FAVEUR DES SOINS DE PREMIER RECOURS FACILITER L ACCÈS AUX SOINS ET RÉDUIRE LES RESTES À CHARGE Comment rendre l accès aux soins plus facile?

Plus en détail

Personnes Âgées En Risque de Perte d Autonomie PAERPA

Personnes Âgées En Risque de Perte d Autonomie PAERPA Personnes Âgées En Risque de Perte d Autonomie PAERPA Le Comité National de pilotage des parcours de santé des Personnes Âgées En Risque de Perte d Autonomie a été installé en avril 2013 et les projets

Plus en détail

TARMED forces et faiblesses

TARMED forces et faiblesses TARMED forces et faiblesses SEMINAIRE MAS 2010 «Financement de la santé, médicoéconomie et flux du médicament» 27 septembre 2010. Charles A. Vogel, PhD Chef de projet d introduction du TARMED au CHUV 2

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne

CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne Les patients ont besoin d une réponse de proximité et d une prise en charge globale qui nécessite une

Plus en détail

Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires

Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires Esther Waeber-Kalbermatten Cheffe du Département de la santé, des affaires sociales et de la culture Mandat d expertise

Plus en détail

INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES. Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs

INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES. Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs En urgence, en consultation, en hospitalisation, que payerez-vous? Quels frais

Plus en détail

POLYCLINIQUE DU COTENTIN

POLYCLINIQUE DU COTENTIN POLYCLINIQUE DU COTENTIN PROGRAMME D ACTIONS POUR LA QUALITE ET LA SECURITE DES SOINS 2013-2014 Sommaire PREAMBULE... 3 Bilan des actions 2011/2012... 4 AXE 1 : Certification de l établissement en octobre

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Secrétariat général des ministères chargés des affaires sociales Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs

Plus en détail

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Rapport au ministre chargé de la sécurité sociale et au Parlement sur l'évolution des

Plus en détail

Les transports sanitaires prescrits à l hôpital ; La prise en charge de l Insuffisance Rénale Chronique (IRC) ;

Les transports sanitaires prescrits à l hôpital ; La prise en charge de l Insuffisance Rénale Chronique (IRC) ; SYNTHÈSE INTRODUCTION Le Programme Pluriannuel Régional de Gestion du Risque (PPR GDR) s inscrit dans le Projet Régional de Santé dont il est un des programmes obligatoires. Elaboré au cours de l été 2010,

Plus en détail

PARCOURS DE SANTÉ DES PATIENTS :

PARCOURS DE SANTÉ DES PATIENTS : PARCOURS DE SANTÉ DES PATIENTS : QUELS NOUVEAUX DÉFIS, QUELLES NOUVELLES OPPORTUNITÉS POUR LES ACTEURS DE SANTÉ? :: CERTIFICAT 7 modules de mars à décembre 2015 :: Public visé Professionnel médical et

Plus en détail

Les ressources humaines; un enjeu pour la Ville de Montréal

Les ressources humaines; un enjeu pour la Ville de Montréal Les ressources humaines; un enjeu pour la Ville de Montréal Présentation au mini-colloque de l Institut d administration publique de Québec le 25 octobre 2012 Jean-François Beaucaire, chef de division

Plus en détail

territ Contact : Ministère Bureau.scf

territ Contact : Ministère Bureau.scf Le «Pacte Bureau.scf territ oire-santé» Pour lutter contre les déserts médicaux 13 décembree 2012 DOSSIER DE PRESS SE Contact : Ministère des Affaires sociales et de la santé 01 40 56 60 65 Communiqué

Plus en détail

Réflexions sur l organisation des soins

Réflexions sur l organisation des soins Réflexions sur l organisation des soins Rencontres inter-régionales de l ASIP lasip Dr Y Bourgueil Directeur de recherches h IRDES Responsable équipe PROSPERE Réflexions sur l organisation des soins L

Plus en détail

Processus d amélioration de l unité centrale de stérilisation d une clinique privée tunisienne dans le cadre de sa certification.

Processus d amélioration de l unité centrale de stérilisation d une clinique privée tunisienne dans le cadre de sa certification. 2èmes Journées Internationales Francophone de Stérilisation 12 et 13 Septembre 2014 Marrakech - Maroc Processus d amélioration de l unité centrale de stérilisation d une clinique privée tunisienne dans

Plus en détail

PROFIL DE POSTE GENERIQUE CADRE DE SANTE Option GESTION

PROFIL DE POSTE GENERIQUE CADRE DE SANTE Option GESTION PROFIL DE POSTE GENERIQUE CADRE DE SANTE Option GESTION MISSIONS ESSENTIELLES : Le cadre de santé des filières infirmière, de rééducation et médico-techniques, exerce l ensemble de ses missions sous l

Plus en détail

1 ère Phase : Diagnostic territorial de santé

1 ère Phase : Diagnostic territorial de santé Rappel : contexte et objectif Mobilisation des élus de la ville du Creusot face au risque de désertification médicale Volonté d élaborer un projet de santé global, mobilisateur, à l échelle du bassin de

Plus en détail

PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES. Sommaire de la démarche de réorganisation

PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES. Sommaire de la démarche de réorganisation PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES Sommaire de la démarche de réorganisation SOMMAIRE Le programme régional Traité santé offre des services de réadaptation

Plus en détail

Caractéristiques de la Plateforme de formation Fegems

Caractéristiques de la Plateforme de formation Fegems Caractéristiques de la Plateforme de formation Fegems Organisation La Plateforme de formation de la Fegems est au bénéfice d une subvention de l Etat depuis juin 2003. Cette aide s est inscrite dans le

Plus en détail

La dimension humaine du changement

La dimension humaine du changement La dimension humaine du changement Un triptyque indissociable : Responsabilité Engagement Performance Créateur de performance La dimension humaine du changement et les défis de l entreprise Gérer une forte

Plus en détail

Le CSSS de Chicoutimi

Le CSSS de Chicoutimi Le CSSS de Chicoutimi Le CSSS de Chicoutimi est un établissement dynamique, à l image des quelques 300 médecins et 3 300 employés et professionnels de la santé qui œuvrent, jour après jour, à transmettre

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE. Prof. G. DURANT

LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE. Prof. G. DURANT LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE Prof. G. DURANT La Belgique (11 millions d habitants) est un pays fédéral. Le financement est organisé au niveau national sauf le financement des infrastructures

Plus en détail

Appel à candidatures. Coaching UACA. Accompagnement de 5 établissements, pour le développement de la Chirurgie Ambulatoire

Appel à candidatures. Coaching UACA. Accompagnement de 5 établissements, pour le développement de la Chirurgie Ambulatoire Appel à candidatures Coaching UACA Accompagnement de 5 établissements, pour le développement de la Chirurgie Ambulatoire 1 Introduction 1.1 La chirurgie ambulatoire 1.1.1 La chirurgie ambulatoire : qu

Plus en détail

Résumé mémoire master 2 sciences cliniques infirmières, spécialité coordination du parcours complexe du patient. Pierrette MEURY ; JUIN 2012

Résumé mémoire master 2 sciences cliniques infirmières, spécialité coordination du parcours complexe du patient. Pierrette MEURY ; JUIN 2012 Résumé mémoire master 2 sciences cliniques infirmières, spécialité coordination du parcours complexe du patient. Pierrette MEURY ; JUIN 2012 «2012: État des lieux et perspectives de la coordination par

Plus en détail

PROGRAMME CANTONAL VAUDOIS DE DEVELOPPEMENT DES SOINS PALLIATIFS. Catherine Hoenger, Cheffe de projet

PROGRAMME CANTONAL VAUDOIS DE DEVELOPPEMENT DES SOINS PALLIATIFS. Catherine Hoenger, Cheffe de projet PROGRAMME CANTONAL VAUDOIS DE DEVELOPPEMENT DES SOINS PALLIATIFS Catherine Hoenger, Cheffe de projet COLLABORATION SOINS A DOMICILE ET EQUIPE MOBILE DE SOINS PALLIATIFS CONGRÈS SPITEX BIENNE 9 SEPTEMBRE

Plus en détail

Conseil. en Organisation et Gestion de Bloc Opératoire. www.adessa-software.com. tel : +32 (0)10 841 921 fax : +32 (0)10 227 657

Conseil. en Organisation et Gestion de Bloc Opératoire. www.adessa-software.com. tel : +32 (0)10 841 921 fax : +32 (0)10 227 657 Conseil en Organisation et Gestion de Bloc Opératoire tel : +32 (0)10 841 921 fax : +32 (0)10 227 657 www.adessa-software.com Avant-Propos De part sa nature complexe et évolutive, le bloc opératoire est

Plus en détail

Votre système de gestion organisationnel pour un management optimal de votre cabinet médical

Votre système de gestion organisationnel pour un management optimal de votre cabinet médical Votre système de gestion organisationnel pour un management optimal de votre cabinet médical Sommaire Evolution de l environnement du cabinet médical Analyse SWOT pour cabinets médicaux Mediqual en bref

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

CATALOGUE FORMATION 2014

CATALOGUE FORMATION 2014 CATALOGUE FORMATION 2014 AT-Talents 56, rue du Ruisseau 75018 Paris 01 42 52 35 35 www.at-talents.com AT-Talents est enregistré en tant qu Organisme de Développement Professionnel Continu auprès de l OGDPC

Plus en détail

Dossier réalisé avec la participation de :

Dossier réalisé avec la participation de : Dossier réalisé avec la participation de : Paul Verdiel, Président de H2AD Jean-Loup Durousset, Directeur du Centre de l Hospitalisation Privée de la Loire (CHPL) Thierry Depois, Directeur Général d Europ

Plus en détail

Contribution du CRFB à la professionnalisation de la fonction RH

Contribution du CRFB à la professionnalisation de la fonction RH Contribution du CRFB à la professionnalisation de la fonction RH 1 Levier essentiel dans le pilotage des grands changements que conduit l Institution, la fonction RH doit, du fait de ce positionnement

Plus en détail

Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Alain MULARD Consultant-Formateur Elu local

Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Alain MULARD Consultant-Formateur Elu local Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Consultant-Formateur Elu local Une question bien embarrassante! Parce qu elle renvoie à la capacité d une organisation

Plus en détail

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Les pages qui suivent constituent les Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière. Elles représentent l expression consensuelle de ce que

Plus en détail

Améliorer l efficacité de votre fonction RH

Améliorer l efficacité de votre fonction RH Améliorer l efficacité de votre fonction RH Des tendances accentuées par un environnement économique et social en constante évolution La fonction RH doit répondre à des exigences croissantes en termes

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information»

Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information» Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information» G. Hatem Gantzer Hôpital de Saint Denis Séminaire AUDIPOG 9/4/2015 Les autres points clés de la certification impactés par le SI Le dossier

Plus en détail

Actuate Customer Day

Actuate Customer Day Le conseil opérationnel par les processus Observatoire 2007/2008 Actuate Customer Day Romain Louzier Associé & Philippe Crabos Senior Manager louzier@audisoft-consultants.com 06 86 68 84 57 www.audisoft-consultants.com

Plus en détail

Dynamiser les filières d excellence et d avenir

Dynamiser les filières d excellence et d avenir La Lorraine dispose d atouts dans ce domaine grâce à des compétences académiques pointues tant en termes de recherche biologique et médicale que d application en informatique, traitement de données ou

Plus en détail

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail

Itransport au CHR Metz-Thionville

Itransport au CHR Metz-Thionville 23 mai 2012 Metz 29 e Journées nationales d étude et de perfectionnement de l Unaibode Itransport au CHR Metz-Thionville Frédérique LESAGE Cadre de santé, masseur-kinésithérapeute CHR Metz-Thionville Quelques

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

Réunions interprofessionnelles de coordination sur les dossiers complexes

Réunions interprofessionnelles de coordination sur les dossiers complexes Réunions interprofessionnelles de coordination sur les dossiers complexes La MSJB sur un territoire urbain et rural Communauté de communes 90 000 habitants : Cholet 55000 habitants 13 communes périphériques:

Plus en détail

Proposition de Corrigé Management des entreprises Session 2012

Proposition de Corrigé Management des entreprises Session 2012 Corrigé téléchargé sur www.mybts.fr Proposition de Corrigé Management des entreprises Session 2012 CAS FENETREA L ensemble est noté sur 30 points, la note devra être ramenée à 20 points, arrondie au demipoint

Plus en détail

CERTIFICATION ISO 9001 EN RÉSEAU DES CLCC

CERTIFICATION ISO 9001 EN RÉSEAU DES CLCC CERTIFICATION ISO 9001 EN RÉSEAU DES CLCC Formation «Management de la qualité» 19/11/2015 Elise Villers Assureur Qualité-Auditeur Groupe des Centres de lutte contre le cancer CONSTATS DÉMARCHE DE CERTIFICATION

Plus en détail

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le :

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le : Destinataires : POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Administrateurs, directeurs, gestionnaires, médecins, employés, bénévoles, stagiaires et fournisseurs Élaborée par : Le conseil d administration Le : Adoptée

Plus en détail

Plan stratégique 2004-2007

Plan stratégique 2004-2007 Plan stratégique 2004-2007 Mot du directeur général Au cours des dernières années, plusieurs travaux importants et consultations tant à l interne qu à l externe ont conduit le Collège à l adoption de nombreux

Plus en détail

Schéma départemental de l enfance et des familles Présentation synthétique

Schéma départemental de l enfance et des familles Présentation synthétique 2014-2018 Schéma départemental de l enfance et des familles Présentation synthétique Aujourd hui Le Département de Saône-et-Loire s est doté le 14 novembre 2014 d un schéma départemental de l enfance et

Plus en détail

LE FINANCEMENT. MSPD Eric Fretillere Conseil Régional de l Ordre des Médecins d Aquitaine CDOM 47Page 1

LE FINANCEMENT. MSPD Eric Fretillere Conseil Régional de l Ordre des Médecins d Aquitaine CDOM 47Page 1 LE FINANCEMENT Il ne faut pas se le cacher, le financement est une difficulté et de nombreuses maisons médicales dans les 10 dernières années, qui fonctionnaient de manière satisfaisante, sont «décédées»

Plus en détail

Projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement

Projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère délégué aux personnes âgées et à l autonomie Projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement Réunion

Plus en détail

Note d information aux participants du séminaire territorial «Améliorer le parcours des personnes âgées» sur le territoire de santé n 4

Note d information aux participants du séminaire territorial «Améliorer le parcours des personnes âgées» sur le territoire de santé n 4 Code direction : DSQP Pôle émetteur : Appui à la Performance et Gestion du Risque Note d information aux participants du séminaire territorial «Améliorer le parcours des personnes âgées» sur le territoire

Plus en détail

SYNTHESE ANALYSE DESCRIPTIVE QUESTIONNAIRE DE SORTIE 2012

SYNTHESE ANALYSE DESCRIPTIVE QUESTIONNAIRE DE SORTIE 2012 SYNTHESE ANALYSE DESCRIPTIVE QUESTIONNAIRE DE SORTIE 2012 Enquête de satisfaction réalisée en 2012 auprès de 1231 patients du Centre Hospitalier Intercommunal Amboise Château-Renault Qualité /Risques Avril

Plus en détail

- COMMUNIQUE DE PRESSE 06 JANVIER 2011 - COMMUNIQUE DE PRESSE 06 JANVIER 2011 -

- COMMUNIQUE DE PRESSE 06 JANVIER 2011 - COMMUNIQUE DE PRESSE 06 JANVIER 2011 - REGROUPEMENT DE LA CLINIQUE ADASSA ET DE LA CLINIQUE DU DIACONAT DE STRASBOURG --- NAISSANCE DE LA CLINIQUE ADASSA - DIACONAT --- Strasbourg (Bas-Rhin), le 06 janvier 2011 la clinique Adassa et la clinique

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE INAUGURATION TELE IMAGERIE ENTRE LE CENTRE HOSPITALIER DE VALENCE L HOPITAL DE NYONS L HOPITAL DE BUIS LES BARONNIES

DOSSIER DE PRESSE INAUGURATION TELE IMAGERIE ENTRE LE CENTRE HOSPITALIER DE VALENCE L HOPITAL DE NYONS L HOPITAL DE BUIS LES BARONNIES DOSSIER DE PRESSE INAUGURATION TELE IMAGERIE ENTRE LE CENTRE HOSPITALIER DE VALENCE & L HOPITAL DE NYONS L HOPITAL DE BUIS LES BARONNIES VENDREDI 14 JUIN 2013 A 15 heures Salle de visioconférence Centre

Plus en détail

Une transformation s impose : changeons d attitude

Une transformation s impose : changeons d attitude Une transformation s impose : changeons d attitude Colloque sur le marché des hôpitaux et du réseau de la santé au Québec 27 mai 2009 Aujourd hui, au Canada Le Canada dépense plus pour les soins de santé

Plus en détail

PLAN D ACTIONS - 2012 / 2016

PLAN D ACTIONS - 2012 / 2016 PLAN D ACTIONS - / Annexe I Chacune des 16 priorités retenues par Cap devant! dans son projet associatif est assortie d une série d objectifs opérationnels. Chaque objectif opérationnel vise un résultat

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE CÔTE BASQUE SUD. 7 rue Léonce Goyetche 64500 SAINT JEAN DE LUZ

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE CÔTE BASQUE SUD. 7 rue Léonce Goyetche 64500 SAINT JEAN DE LUZ COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE CÔTE BASQUE SUD 7 rue Léonce Goyetche 64500 SAINT JEAN DE LUZ Novembre 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

MOTIVATION DE L ACTION

MOTIVATION DE L ACTION Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour les personnes âgées FICHE ACTION N 22 Répondre aux

Plus en détail

Démarche de certification ISO 9001 des unités de chirurgie ambulatoire des établissements bretons. Le 27 novembre 2015

Démarche de certification ISO 9001 des unités de chirurgie ambulatoire des établissements bretons. Le 27 novembre 2015 Démarche de certification ISO 9001 des unités de chirurgie ambulatoire des établissements bretons Le 27 novembre 2015 Journée régionale Chirurgie Ambulatoire Claire DAVIRON Stéphanie MONNIER Julie CARRET

Plus en détail