RAPPORT FINAL Portrait et diagnostic de la rivière Saint-Jacques

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RAPPORT FINAL Portrait et diagnostic de la rivière Saint-Jacques"

Transcription

1 RAPPORT FINAL Portrait et diagnostic de la rivière Saint-Jacques Par :, urbaniste, M.Urb, MICU Carole, L.L.B., E.P Chantale, biologiste Pierre, chimiste Dufault F., C. Jacques, C. Langevin, P. Belley, étudiants à la maîtrise Travail présenté à : monsieur Luc Tremblay dans le cadre du cours Projet ENV 791 DIPLÔME DE GESTION DE L ENVIRONNEMENT Longueuil, Québec, Canada, 20 novembre 2008

2 Portrait et diagnostic Rivière Saint-Jacques Dans le cadre du mandat décerné par ZIP Ville-Marie PRÉSENTÉ À : M. FRANCIS BARBE DIRECTEUR GÉNÉRAL Date 20 novembre 2008 NUMÉRO DE L OFFRE : V. FINALE

3 SOMMAIRE EXÉCUTIF Nous avons reçu mandat du Comité d intervention prioritaire (ZIP) Ville-Marie de réaliser un portrait et diagnostic environnemental du bassin versant de la rivière dont la superficie est de 183 km² et de la rivière de 25 km de longueur. Le bassin couvre les municipalités et villes suivantes : agglomération de Longueuil o o o o o Ville de Brossard partiellement Ville de Saint-Hubert partiellement Ville de Candiac partiellement Ville de La Prairie Municipalité de Saint-Phillippe toutes à l intérieur de la MRC du Roussillon municipalité de Saint-Jacques-le-Mineur, faisant quant à elle partie de la MRC des Jardins-de-Napierville. Dans notre analyse, nous avons en premier lieu dressé le portrait de la rivière Saint- Jacques en compilant les données au niveau géographie physique, biophysique et géographie humaine. Nous avons également analysé les activités économiques et récréotouristiques à l intérieur du bassin. Nous avons couvert les tenants et aboutissants de la qualité de l eau et des sols, ainsi que la préservation et protection des habitats et des espèces. Dans un deuxième temps, suite à l analyse, nous avons établi le diagnostic en identifiant les problématiques les plus pointues et à risques au niveau environnemental pour la rivière Saint-Jacques et ses abords. Cet outil amènera une concertation des intervenants de tous les milieux permettant d amorcer une démarche vers une gestion intégrée du bassin de la rivière. Page i

4 Remerciements Nous tenons à remercier : monsieur Francis Barbe, directeur général de la ZIP Ville-Marie madame Louise Morin, chargée de projet, biologiste, ZIP Ville-Marie monsieur Nicolas Rabeau, M. Sc., Inspecteur en environnement, Direction du développement urbain, agglomération de Longueuil madame Johanne Lafrance, du Service d urbanisme, Ville de Candiac monsieur Jean-Pierre Cayer, directeur général, municipalité de Saint-Jacques-le- Mineur monsieur Martin Paquette, urbaniste, municipalité de Saint-Philippe monsieur Francis Thibeault, directeur, Société immobilière du Canada monsieur Louis Lacroix, directeur de projet, CLD du Roussillon madame Ginette Laurencelle, directrice générale, CLD du Roussillon madame Lyne Dansereau, directrice aménagement, MRC Roussillon La Corporation de gestion de la Voie maritime du Saint-Laurent madame Alyne Savary, Union des producteurs agricole MDDEP MRNF Leur collaboration fut indispensable à l élaboration du présent portrait et diagnostic du bassin versant de la rivière Saint-Jacques. Page ii

5 Table des matières SOMMAIRE EXÉCUTIF... I REMERCIEMENTS... II TABLE DES MATIÈRES... III ABRÉVIATIONS...VI 1. INTRODUCTION DESCRIPTION DU CONTEXTE DÉFINITION DE LA PROBLÉMATIQUE OBJECTIFS VISÉS DU PROJET HISTORIQUE DU BASSIN VERSANT DE LA RIVIÈRE SAINT-JACQUES MILIEU GÉOGRAPHIQUE GÉOGRAPHIE PHYSIQUE LOCALISATION DU BASSIN / L ORGANISATION TERRITORIALE VUE D ENSEMBLE RÉSEAU HYDROGRAPHIQUE LES COURS D EAU NIVEAU D EAU BARRAGES ZONES INONDABLES LE RÉSEAU HYDROGÉOLOGIQUE LES EAUX SOUTERRAINES TOPOGRAPHIE DÉNIVELÉ CLIMAT MILIEU BIOPHYSIQUE LES DISTRICTS ÉCOLOGIQUES ZONES DE VÉGÉTATION ET DOMAINES BIOCLIMATIQUES DU QUÉBEC LA FLORE LES ESPÈCES FLORISTIQUES MENACÉES, VULNÉRABLES OU SUSCEPTIBLES D ÊTRE DÉSIGNÉES MENACÉES OU VULNÉRABLES ESPÈCES ENVAHISSANTES LES MILIEUX HUMIDES FAUNE LES ESPÈCES FAUNIQUES MENACÉES, VULNÉRABLES OU SUSCEPTIBLES D ÊTRE DÉSIGNÉES MENACÉES OU VULNÉRABLES LA FAUNE LES HABITATS LÉGAUX GÉOGRAPHIE HUMAINE LA POPULATION / DÉMOGRAPHIE LES MÉNAGES L UTILISATION DU TERRITOIRE / LES GRANDES AFFECTATIONS MISE EN CHANTIER / DÉVELOPPEMENT DU TERRITOIRE RÉSIDENTIEL INDUSTRIEL COMMERCIAL AGRICOLE Page iii

6 LES PRINCIPALES INFRASTRUCTURES ACTIVITÉ ÉCONOMIQUE LES PRINCIPAUX PÔLES ÉCONOMIQUES LE SECTEUR PRIMAIRE EXPLOITATION DES RESSOURCES MINIÈRES EXPLOITATION FORESTIÈRE AGRICULTURE ACTIVITÉ AGRICOLES SECTEURS SECONDAIRE ET TERTIAIRE ACTIVITÉS RÉCRÉOTOURISTIQUES LA QUALITÉ DE L ENVIRONNEMENT ET LES PROBLÉMATIQUES ENVIRONNEMENTALES LA QUALITÉ DE L EAU LA QUALITÉ GÉNÉRALE DE L EAU DE LA RIVIÈRE ST-JACQUES LE SECTEUR MUNICIPAL GESTION DES EAUX USÉES LE SECTEUR INDUSTRIEL LE SECTEUR AGRICOLE SECTEUR VÉGÉTAL SECTEUR ANIMAL EAU SOUTERRAINE LES INTERVENTIONS D ASSAINISSEMENT LA QUALITÉ DU SOL / PAR MUNICIPALITÉS LES INTERVENTIONS D ASSAINISSEMENT / PAR MUNICIPALITÉS QUALITÉ DE L AIR DIAGNOTIC PRESSION DE DÉVELOPPEMENT URBAIN ACTIVITÉ ÉCONOMIQUE SECTEUR SECONDAIRE ET TERTIAIRE ACTIVITÉS RÉCRÉOTOURISTIQUES QUALITÉ DES EAUX MUNICIPALES QUALITÉ DU SOL QUALITÉ DE L AIR AGRICULTURE INDUSTRIEL CONCLUSION RECOMMANDATIONS Page iv

7 ANNEXE A : QUALITÉ DU SOL...A-1 ANNEXE B : LES INTERVENTIONS D'ASSAINISSEMENT...B-1 ANNEXE C : QUALITÉ DE L'AIR...C-1 ANNEXE D : INFORMATION SUR LES PÔLES ÉCONOMIQUES...D-1 ANNEXE E : INFORMATION SUR LE SECTEUR MINIER...E-1 ANNEXE F : INFORMATION SUR LE SECTEUR FORESTIER...F-1 ANNEXE G: INFORMATION SUR LE SECTEUR AGRICOLE... G-1 ANNEXE H : NIVEAUX D EAU... H-1 ANNEXE I : PROGRAMME DE DÉTERMINATION DES COTES DE CRUES DE LA RIVIÈRE SAINT-JACQUES (CEHQ, 2003)... I-1 ANNEXE J : INFORMATION SUR LE SECTEUR FORESTIER... J-1 ANNEXE K : LOCALISATION DE SECTEURS À PHRAGMITES...K-1 ANNEXE L : AIRE DE RÉPARTITION AU QUÉBEC DE 3 ESPECES MENACÉS OU VULNÉRABLE.L-1 ANNEXE M : LOCALISATION DE LA RAINETTE FAUX-GRILLON DE L'OUEST EN MONTÉRÉGIE..M-1 ANNEXE N : INFORMATION SUR UN HABITAT..N-1 ANNEXE O : RÉSULTATS DES PECHES EXPÉRIMENTALES EFFECTUÉES AU QUÉBEC O-1 ANNEXE P : HABITAT DES ESPECES DESIGNEES MENACEES OU VULNÉRABLES OU SUSCEPTIBLES D'ÊTRE DÉSIGNÉES.P-1 ANNEXE Q : CARTE FAUNIQUE..Q-1 Page v

8 Abréviations CDPNQ : CEHQ : CIC : MDDEP : MRNF : RNC : CENTRE DE DONNÉES SUR LE PATRIMOINE NATUREL DU QUÉBEC CENTRE D EXPERTISE HYDRIQUE DU QUÉBEC CANARDS ILLIMITÉS CANADA MINISTÈRE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, ENVIRONNEMENT ET PARCS MINISTÈRE DES RESSOURCES NATURELLES ET DE LA FAUNE DU QUÉBEC RESSOURCES NATURELLES CANADA Page vi

9 1. Introduction 1.1. DESCRIPTION DU CONTEXTE Lors de l appel d offres, le promoteur ne dispose pas de portrait ni diagnostic, du moins récents, du bassin versant de la rivière Saint-Jacques qui présente un potentiel récréotouristique et écologique important DÉFINITION DE LA PROBLÉMATIQUE La rivière Saint-Jacques est une des rivières fortement dégradées du point de vue de la qualité de l eau, en effet leur bassin versant respectif couvre des territoires agricoles et urbains sur la rive sud de Montréal. Elle présente un potentiel récréatif important et les milieux naturels qui la composent ont un intérêt écologique important. De cette façon, la ZIP Ville-Marie désire engager ces deux rivières dans une démarche de gestion intégrée par bassin versant, qui vise en bout de ligne la mise en œuvre d un plan directeur de l eau OBJECTIFS VISÉS DU PROJET Dans le cadre de la Politique nationale de l eau du gouvernement du Québec, la ZIP Ville-Marie souhaite amorcer une démarche de gestion intégrée par bassin versant pour la rivière Saint-Jacques. Cette démarche vise l adoption et la mise en œuvre d un plan directeur de l eau. L objectif principal du présent projet est de réaliser un portrait et un diagnostic environnemental des bassins versants de la rivière Saint-Jacques, qui s avèrent être des outils essentiels et une première étape vers la mise en œuvre d un plan directeur de l eau. Dans les pages qui suivent, vous retrouverez donc les sections proposées dans l offre de service soumise par notre groupe d experts il y a déjà quelques semaines. L équipe vous présente ainsi un portrait et diagnostic environnemental du bassin versant de la rivière Saint-Jacques, dont entre autres : A. un portrait du territoire décrivant ses principales caractéristiques : géographie physique; milieux biologiques; géographie humaine; B. un diagnostic du territoire ciblant les problématiques environnementales décrivant la nature du problème, les causes et facteurs ainsi que les intervenants concernés; Page 7

10 C. un document synthèse faisant ressortir les faits saillants du portrait et diagnostic; D. un répertoire des sources d'information d'intérêt et des personnes-ressources. De plus, un court rapport final (rapport de fin de projet) sera également soumis prochainement, présentant une réflexion sur les éléments suivants : les difficultés rencontrées; la qualité des informations colligées; les informations d'intérêt qui semblent inexistantes et qui mériteraient d'être développées afin de compléter le portrait et diagnostic. Notre mandat était de vous permettre d atteindre les objectifs fixés par votre organisme en vous donnant les outils et le support nécessaires. Pour ce faire, nous avons procédé à l étude des dossiers existants, l analyse des cartographies, le réseau hydrographique, le climat, le relief, l analyse écologique ainsi que l analyse géographique humaine, notamment au niveau de l utilisation du territoire, ses affectations, ses infrastructures. Nous décrivons les activités économiques, industrielles et commerciales ayant un impact ou ayant potentiellement un impact sur l environnement. Pour ce faire, nous avons procédé par une recherche d'information auprès des différents intervenants concernés, en particulier les ministères, les municipalités, les groupes communautaires et environnementaux, les industries opérant dans les secteurs visés. Dans le cadre de cette recherche d information, nous effectuerons des entrevues et des rencontres avec lesdits intervenants. L élaboration du présent portrait et le diagnostic du bassin versant de la rivière Saint- Jacques s avérera un outil pertinent et indispensable, nous l espérons, pour le Comité de la ZIP Ville-Marie et le Comité technique de la rivière Saint-Jacques afin d amorcer une démarche de gestion intégrée dudit bassin en route vers l adoption et la mise en œuvre d un plan directeur de l eau. Page 8

11 2. Historique du bassin versant de la rivière Saint-Jacques Depuis plus de quinze ans, les intervenants intéressés travaillent ensemble dans le but de protéger, de conserver et de mettre en valeur une rivière naturelle en milieu urbain, soit la rivière Saint-Jacques, pour le bénéfice de la population actuelle, tout en conciliant développement urbain en harmonie avec le respect d un développement durable pour nos générations futures. Le tracé de la rivière Saint-Jacques a subi plusieurs modifications dont la majorité est d origine anthropique en raison de l urbanisation et l industrialisation surtout en aval, dans l agglomération de Longueuil, les municipalités de Candiac, La Prairie, ayant eu un impact environnemental sur les équations définies de la nature et la conservation des écosystèmes et de la biodiversité (Comité ZIP Ville-Marie, 2003). Le territoire en amont de la rivière est caractérisé par une zone rurale à l exception des deux carrières d extraction dans les municipalités de Saint-Philippe et Saint-Jacques-le-Mineur. En 1992, le concept de parc régional s est amorcé et cette même année, «une entente de communauté sur le développement durable» a été signée par le ministère des Affaires municipales et de la Métropole et la Communauté métropolitaine de Montréal, (Comité ZIP Ville-Marie, 2003). «En 1994, dans le cadre du plan d action Saint-Laurent Vision 2000, les gouvernements du Canada et du Québec ont signé une entente cadre avec Stratégies Saint-Laurent pour la mobilisation et l implication des communautés riveraines en vue de la mise en place et de la promotion du programme Zone d intervention prioritaire (ZIP).» (Stratégies Saint-Laurent, 2008) En 1996, le Comité Zone d intervention prioritaire (ZIP) Ville-Marie voit le jour dans le cadre de ladite entente de Stratégies Saint-Laurent. Ce comité s investit au niveau de la communauté locale et les différents intervenants concernés afin de sensibiliser l importance de mettre en place des mesures de protection pour conserver dans son environnement naturel la rivière Saint-Jacques. De 1998 à 2002, le Comité Zone d intervention prioritaire (ZIP) Ville-Marie a tenu une vaste consultation publique pour l élaboration de son plan d action et de réhabilitation écologique^(pare) auprès de la «population qui a déclaré considérer la protection de la rivière Saint-Jacques comme une action prioritaire» (Comité ZIP Ville-Marie, 2003). Par la suite, le Comité de la ZIP Ville-Marie a mobilisé un grand nombre «d acteurs d eau» du territoire, dont «les municipalités de Brossard et de La Prairie, la MRC de Page 9

12 Roussillon, le ministère des Ressources naturelles et de la Faune, le ministère du Développement durable, de l Environnement et des Parcs ainsi qu Environnement Canada. En 1990, de la table de concertation regroupant jadis les intervenants ci-dessus mentionnés, s est substitué le Comité technique de la rivière Saint-Jacques auquel se sont ajoutés les intervenants suivants : «le ministère de l Agriculture, des Pêches et de l Alimentation, la Communauté métropolitaine de Montréal, la Ville de Longueuil, l Université du Québec à Montréal, la Conservation de la Nature et le Service canadien de la Faune.» (Comité ZIP Ville-Marie, 2003). En 2002, le gouvernement du Québec adopte sa Politique nationale de l eau privilégiant entre autres le développement d une gestion intégrée de l eau par bassin versant en impliquant activement les comités ZIP. Cette même année, le Comité ZIP Ville-Marie reçoit une aide financière de cet organisme qui a eu pour effet de ressusciter le concept de parc régional et de motiver les intervenants. En 2003, le Comité ZIP Ville-Marie accouche de son Plan de protection et de mise en valeur de la rivière Saint-Jacques (Longueuil, La Prairie) : inventaire des aspects biophysiques et humains. Ce plan est la concrétisation d un travail de concertation des intervenants impliqués au sein du comité technique de la rivière Saint-Jacques «afin de définir un périmètre d intervention ainsi qu un cadre de gestion de la rivière» permettant à la population de profiter de cet environnement exceptionnel tout en le protégeant (Comité ZIP Ville-Marie, 2003). En mars 2005, la MRC de Roussillon a intégré le concept du Réseau récréatif régional (3R) de la rivière Saint-Jacques dans son schéma d aménagement révisé (MRC de Roussillon, 21 janvier 2008). En juillet 2005, l agglomération de Longueuil «adopte sa politique de protection et de mise en valeur des milieux naturels qui privilégie la planification concertée en reconnaissant la rivière Saint-Jacques comme parc naturel à caractère régional» (Ville de Longueuil, 2005). Cette politique est entérinée et fait partie intégrante du schéma d aménagement et de développement du territoire de l agglomération de Longueuil révisé entré en vigueur le 26 octobre Il y est stipulé «Participer, avec les partenaires, à la planification particulière du boisé de Brossard et du parc de la rivière Saint-Jacques» (Ville de Longueuil, 2006). En 2006, le Comité ZIP a rendu public son rapport sur le Plan directeur d aménagement et de mise en valeur de la rivière Saint-Jacques Rive sud de Montréal, en définissant Page 10

13 des objectifs spécifiques, notamment «préciser les composantes des zones de conservation et de restauration du milieu et de préciser des concepts d aménagement récréoéducatifs» (Comité ZIP Ville-Marie, 2006). Le 7 décembre 2005, le «Territoire est reconnu comme un équipement d intérêt collectif (décret du gouvernement du Québec» (Comité ZIP Ville-Marie, 2006). En 2007, adoption du Plan directeur d aménagement et de mise en valeur de la rivière Saint-Jacques et ce plan fut endossé par les municipalités de Brossard (agglomération de Longueuil) et de La Prairie. En 2008, des budgets sont votés par le gouvernement du Québec et les municipalités mentionnées au paragraphe précédent afin de concrétiser la première étape du projet du Réseau récréatif régional de la rivière Saint-Jacques. 2009, les intervenants et acteurs d eau du bassin versant de la rivière Saint-Jacques passent à l action, ayant reçu les fonds nécessaires pour réaliser la première étape, les travaux d aménagement débuteront au début du printemps 2009 (source Monsieur Francis Barbe, directeur général du Comité ZIP Ville-Marie). 3. Milieu géographique «Le Québec compte 13 régions hydrographiques regroupant chacune plusieurs bassins versants. Ces divisions tiennent compte des réalités hydrologiques et écologiques du territoire plutôt que des limites administratives. À lui seul, le Saint-Laurent capte les eaux de sept de ces régions hydrographiques couvrant plus du tiers de l'ensemble du territoire du Québec». (MDDEP 2008 Rivières (bassins versants) : les régions hydrographiques) Actuellement au Québec, il existe 33 bassins versants dits prioritaires. (MDDEP Carte des bassins versants prioritaires, gouvernement du Québec) Le bassin versant de la rivière Saint-Jacques se situe du côté sud du fleuve Saint- Laurent, plus précisément il fait partie de la région hydrographique sud-ouest du fleuve Saint-Laurent (voir Carte #15). (MDDEP, 2008, région hydrographique du Saint-Laurent sud-ouest (03), gouvernement du Québec) Par ailleurs, le bassin versant de la rivière Saint-Jacques ne fait pas partie des 33 bassins prioritaires et aucun organisme de bassin versant ne lui est associé. Par ailleurs, la ZIP Ville-Marie lui porte un intérêt, puisque certaines villes se retrouvant dans le sud du bassin versant de la rivière Saint-Jacques (sur les rives du fleuve Saint- Laurent) font partie du territoire qu elle couvre. En effet, la ZIP couvre des municipalités riveraines du fleuve. Sur l'île de Montréal, son territoire couvre l'ouest de l île jusqu au Page 11

14 boulevard Saint-Laurent. Sur la rive sud du fleuve, son territoire s étend de la réserve de Kanahwake jusqu à Brossard inclusivement. Le territoire inclut donc le fleuve Saint- Laurent et ses rives (berges), les îles, le Vieux-Port de Montréal et le canal Lachine. (Stratégie Saint-Laurent, 2008 et ZIP Ville-Marie, 2008) Ainsi, la ZIP couvre donc les municipalités qui sont en partie ou entièrement situées dans le bassin versant de la rivière Saint-Jacques, notamment Candiac, La Praire et Brossard. Le rapport Miller de 2003 présente de façon très concrète le bassin et la réalité géophysique. Nous en extirpons des extraits que nous avons mis à jour avec les récentes données du schéma d aménagement de la MRC Roussillon, Statistique Canada et du Bureau de la statistique du Québec. Cette section se veut être un portrait des caractéristiques physiques, biophysiques et géographiques du bassin versant et des abords de la rivière Saint-Jacques et de ses effluents. Ces caractéristiques que nous découvrirons dans les pages suivantes nous permettent de mieux comprendre les différentes activités et les aménagements, qu ils soient de provenance naturelle ou anthropique, qui ont une influence directe ou indirecte, bénéfique ou néfaste sur l environnement, les milieux naturels, les habitats et divers autres éléments de la nature et de notre milieu (climat, air, etc.) GÉOGRAPHIE PHYSIQUE LOCALISATION DU BASSIN L ORGANISATION TERRITORIALE La rivière Saint-Jacques et son bassin se retrouvent sur la rive sud de Montréal, en Montérégie, à l intérieur des basses terres du Saint-Laurent (ou vallée du Saint-Laurent). Située à même en grande majorité dans le territoire de la MRC du Roussillon, la rivière prend source dans la région de Saint-Jacques-le-Mineur dans la MRC voisine des Jardins de Napierville et une partie se retrouve dans l agglomération de Longueuil. (Voir carte #1 Localisation du bassin versant) D une longueur approximative de 25 km, la rivière Saint-Jacques se déverse dans la Voie maritime du Saint-Laurent vis-à-vis du petit bassin de La Prairie. À l exception du tronçon où elle prend sa source, la rivière est entièrement comprise sur le territoire de la Communauté métropolitaine de Montréal. Ses principaux tributaires sont le ruisseau des Bois, le ruisseau Saint-Claude, le ruisseau Saint-André, le ruisseau de la Bataille, le fossé Daigneault et le ruisseau des Prairies. (Voir carte #2 Principaux tributaires) Page 12

15 Le bassin versant est délimité à l ouest par un petit bassin (sans nom) et le bassin de La Prairie, bassin qui fait partie du réseau de la Voie maritime du Saint-Laurent, réseau construit il y a cinquante ans pour le passage de navires de Montréal vers les Grands Lacs. Ce bassin, dont les niveaux d eau sont contrôlés par les opérations de la Voie maritime, se veut également un plan d eau d importance dans le secteur pour les activités et la navigation de plaisance. Au sud-ouest, le bassin est bordé par le bassin de la rivière la Tortue, à l est par celui de la rivière Richelieu, qui s étend également jusqu au nord du bassin, avec le bassin versant qui couvre le milieu urbain de la ville de Longueuil. (Voir carte #3 Voisinage du bassin de la rivière Saint-Jacques) Le ministère des Ressources naturelles et de la Faune identifie, quant à lui, 12 bassins intermédiaires, se jetant dans le bassin principal de la rivière Saint- Jacques. Ces bassins ont des superficies entre quelques kilomètres carrés et 57,5 km². (Voir carte #4 Bassins intermédiaires et tertiaires) Les municipalités suivantes sont voisines de la rivière ou d un de ses effluents : Longueuil o Brossard o Saint-Hubert La Prairie Saint-Jacques-le-Mineur Saint-Philippe Candiac L Acadie (Voir carte #5 Organisation territoriale) VUE D ENSEMBLE. «D une superficie de 183 km², le bassin versant de la rivière Saint-Jacques draine des secteurs urbains et industriels, de même que des régions fortement agricoles (Fortin et al., 1997). La portion urbaine correspond à environ 15 % de la superficie, la portion boisée à 10 % et la portion agricole à 75 %.» (Miller, 2003) (Voir carte #6 Zone urbanisée versus les zones agricoles et boisées) «Deux boisés d importance se trouvent à l intérieur des limites du bassin versant, soit le boisé de La Prairie (ou boisé de la Commune) ainsi que le boisé de Longueuil Page 13

16 (Brossard)/La Prairie/Carignan. Il s agit des deux principaux sites ayant un intérêt écologique supérieur sur le territoire du bassin versant. Le bassin versant se situe dans la première couronne des villes de la banlieue de Montréal. De toute évidence, les limites des bassins versants ne se superposent que très rarement aux limites administratives. La rivière Saint-Jacques constitue également une frontière naturelle entre certaines des entités administratives mentionnées précédemment. En effet, la partie aval de la rivière délimite la MRC de Roussillon et la ville de Longueuil en plus de marquer la limite entre la ville de La Prairie et l arrondissement de Brossard (Ville de Longueuil).» (Miller, 2003) RÉSEAU HYDROGRAPHIQUE LES COURS D EAU La rivière Saint-Jacques s écoule en direction nord-ouest. Elle a une largeur assez importante dans sa partie aval à l autoroute 30 (environ de m). Elle prend sa source en milieu agricole dans la municipalité de Saint-Jacques-le-Mineur (MRC Les Jardins-de-Napierville) et traverse les municipalités de Saint-Philippe et La Prairie MRC Roussillon), ainsi que Brossard, pour se jeter dans la Voie maritime du fleuve Saint- Laurent. Elle traverse entre autres l autoroute 15 (route 132), le boulevard Taschereau, et l autoroute 30, entre Brossard et La Prairie. L ensemble des traverses (des autoroutes aux passages à gué) observées sur le terrain et/ou à l aide de Google Earth (2008) qui se trouve le long du parcours de la rivière Saint-Jacques est indiqué au Tableau 1. Par ailleurs, il n est pas impossible que des traverses existantes sur cette rivière aient été omises. Nom, numéro et type de route 1 Autoroute 15 / Route 132 (aval) Limites de La Prairie et de Brossard 2 Autoroute 15 / Route 132 (amont) Limites de La Prairie et de Brossard 3 Passerelle cyclable et piétonne Limites de La Prairie et de Brossard 4 Boulevard Taschereau Limites de La Prairie et de Brossard 5 Chemin de fer Canadien National (CN) Limites de La Prairie et de Brossard 6 Traverse d un chemin (à côté du suivant) 7 Traverse à gué (à côté du précédent) Page 14 Ville La Prairie (à L Ouest de A-30 et au Nord du chemin de Saint-Jean) La Prairie (à L Ouest de A-30 et au Nord du chemin de Saint-Jean) 8 Autoroute de l acier 30 (aval) La Prairie 9 Autoroute de l acier 30 (amont) La Prairie Latitude/ Longitude 45 25'53.80"N 73 29'27.18"O 45 25'53.87"N 73 29'25.98"O 45 25'52.60"N 73 29'9.37"O 45 25'49.84"N 73 28'45.59"O 45 25'24.55"N 73 28'0.03"O 45 24'40.26"N 73 27'30.22"O 45 24'40.51"N 73 27'29.75"O 45 24'37.79"N 73 27'25.36"O 45 24'37.31"N 73 27'23.87"O

17 La Prairie (à L Est de A-30 et au Nord du 10 Traverse à gué chemin de Saint-Jean) 11 Chemin De Saint-Jean La Prairie La Prairie (à L Est de A-30 et au Sud du 12 Traverses à gué chemin de Saint-Jean) Saint-Philippe (près de son intersection 13 Route Édouard VII avec le rang Saint-Joseph Nord) Saint-Philippe (entre Édouard VII et la rue 14 Rang Saint-Joseph Sud De Gaule) Saint-Philippe (à quelques mètres en aval de la traverse de la route Édouard VII entre 15 Passerelle cyclable et piétonne la rue de la Rive et la rue Croissant du Parc) Saint-Philippe (entre la rue de la Rive et la 16 Route Édouard VII rue Croissant du Parc) Saint-Philippe (entre Édouard VII et le rang 17 Montée Monette Saint-Marc) Saint-Philippe (entre Édouard VII et le 18 Chemin de fer Canadien Pacific (CP) rang Saint-Marc) 19 Traverse d un chemin Saint-Philippe 20 Montée Singer 21 Le croisement de la route Édouard VII et du rang Saint- Marc 22 Traverse d un chemin 23 Rang Saint-Philippe Nord Saint-Philippe (entre Édouard VII et le rang Saint-Marc) Limites de Saint-Philippe et de Saint- Jacques-le-Mineur (rang Saint-Marc se transforme en rang Saint-Philippe Nord à Saint-Jacques-le-Mineur) Saint-Jacques-le-Mineur (face à carrière) Saint-Jacques-le-Mineur (Avant sa jonction avec Édouard VII et face à la carrière) 24 Chemin d'accès à des bâtiments (à partir d Édouard VII) Saint-Jacques-le-Mineur 25 Chemin d'accès à des bâtiments (à partir d Édouard VII) Saint-Jacques-le-Mineur 26 Chemin d'accès à des bâtiments (à partir d Édouard VII) Saint-Jacques-le-Mineur 27 Chemin d'accès à des bâtiments (à partir d Édouard VII) Saint-Jacques-le-Mineur 28 Chemin d'accès à des bâtiments (à partir d Édouard VII) Saint-Jacques-le-Mineur 29 Chemin d'accès à des bâtiments (à partir d Édouard VII) Saint-Jacques-le-Mineur 30 Chemin d'accès à des bâtiments (à partir d Édouard VII) Saint-Jacques-le-Mineur 31 Chemin d'accès à des bâtiments (à partir d Édouard VII) Saint-Jacques-le-Mineur 32 Le croisement de la route Édouard VII et de La Montée Saint- Jacques Saint-Jacques-le-Mineur 33 Chemin sans nom Saint-Jacques-le-Mineur 45 24'6.23"N 73 27'4.53"O 45 23'53.31"N 73 26'56.71"O 45 23'41.63"N 73 27'30.66"O 45 22'50.02"N 73 28'44.69"O 45 22'17.20"N 73 29'14.86"O 45 21'48.30"N 73 28'58.65"O 45 21'48.11"N 73 28'57.14"O 45 21'10.36"N 73 28'23.44"O 45 21'0.50"N 73 28'16.39"O 45 20'15.87"N 73 27'55.98"O 45 19'25.88"N 73 27'1.91"O 45 18'28.06"N 73 26'32.72"O 45 18'8.44"N 73 26'22.35"O 45 17'59.39"N 73 26'25.59"O 45 17'47.80"N 73 26'22.34"O 45 17'40.02"N 73 26'14.98"O 45 17'36.53"N 73 26'11.66"O 45 17'31.12"N 73 26'6.52"O 45 17'28.58"N 73 26'4.03"O 45 17'23.32"N 73 25'59.06"O 45 17'16.61"N 73 25'52.80"O 45 17'14.04"N 73 25'50.51"O 45 17'10.83"N 73 25'47.31"O 45 16'59.94"N 73 25'24.82"O Tableau 1 - Les traverses de la rivière Saint-Jacques de l aval vers l amont. (Google Earth) Le bassin versant de la rivière Saint-Jacques ne possède aucun lac important sur son territoire. Seules de petites étendues d eau sont présentes et la plupart sont artificielles. Page 15

18 NIVEAU D EAU Le Centre d expertise hydrique du Québec (CEHQ) ne gère aucune station hydrométrique sur la rivière Saint-Jacques (CEHQ 2008). Cette information a été confirmée par courriel par madame Diane Morin du CEHQ (2008). Par ailleurs, on estime à 2,9 m 3 /s le débit annuel moyen de la rivière Saint-Jacques. En période de crue, le débit au niveau du boulevard Taschereau est d environ 62 m 3 /s. (Fortin et al., 1997, Miller, 2003, et Nove, 2006). Les stations de mesures de niveaux d eau les plus près mentionnées sur le site de Pêches et Océans Canada sont la station Pointe-Claire en amont et la Jetée #1 en aval, dans le fleuve Saint-Laurent. Par ailleurs, la rivière Saint-Jacques se jette dans le petit bassin de La Prairie, situé dans la Voie maritime du Saint-Laurent, donc séparé du fleuve Saint-Laurent (Pêches et Océans Canada. 2008). En annexe H, on retrouve le niveau d eau de certaines stations de la Voie maritime du Saint-Laurent. La station la plus proche est celle de Brossard qui est située à moins de 500 m de l embouchure de la rivière Saint-Jacques. On remarque qu en début d année le niveau d eau est maintenu à environ 10 à 10,6 m pour, dès le début mars (période de crue) être monté à environ 11,6 m pour le reste de l année. (Corporation de gestion de la Voie maritime du Saint-Laurent, 2008) Les niveaux d eau de la Voie maritime (canal de navigation qui relie Montréal et les Grands Lacs pour le passage des bateaux) sont plus élevés que le niveau naturel du fleuve Saint-Laurent. La rivière Saint-Jacques est donc influencée par ces variations BARRAGES La Direction de la sécurité des barrages du Centre d expertise hydrique du Québec (CEHQ) tient un répertoire des barrages de 1 mètre et plus. Il est accessible sur leur site Internet et est mis à jour une fois par semaine. Il est à noter qu aucun barrage de 1 mètre et plus n est présent dans le bassin versant de la rivière Saint-Jacques (Frédéric Côté, 17 septembre 2008; CEHQ, 2008, Répertoire des barrages) ZONES INONDABLES Il existe un programme de détermination des cotes de crues (PDCC) pour les cours d eau et les lacs qui a débuté en 1997 et qui est toujours en cours. Il est à noter que d autres programmes du même type ont eu lieu antérieurement. En 2003, les cotes de crues ont été déterminées dans 2 secteurs de la rivière Saint-Jacques (Longueuil-La Prairie et Saint-Philippe). En annexe I, apparaissent donc ces données de cotes de crues de récurrence de 20 ans et 100 ans de la rivière Saint-Jacques. Page 16

19 La portion amont située dans Saint-Philippe s étend sur une distance de près de 11 km. Par ailleurs, on rencontre 3 tributaires de la rivière Saint-Jacques sur ce tronçon, le ruisseau Lussier Dupuis, le ruisseau Saint-André et le ruisseau Gaston Roullier. Quant à elle, la portion aval située dans La Prairie et Brossard s étend à partir de son embouchure dans le bassin de La Prairie sur une distance de près de 4 km en amont. Par ailleurs, on rencontre plusieurs tributaires de la rivière Saint-Jacques, dont le fossé Daigneault (CEHQ, 2003; CEHQ, 2008) LE RÉSEAU HYDROGÉOLOGIQUE LES EAUX SOUTERRAINES Le bassin versant de la rivière Saint-Jacques fait partie de la région hydrogéologique des Basses-Terres du Saint-Laurent. Les aquifères de cette zone ont un débit qui dépasse 0,4 litre/seconde (RNC, 2008). «Au Québec, l eau souterraine est la ressource en eau potable la plus sollicitée. [ ] Malgré l importance qu elle revêt pour le Québec, sa connaissance est fragmentaire. Aussi, le gouvernement a décidé de parfaire la connaissance sur cette ressource en développant le Programme de recherche sur la connaissance des eaux souterraines du Québec et leur développement durable. Ce programme vise à développer la réalisation de recherches scientifiques en hydrogéologie et en aménagement du territoire.» (MDDEP, 2008) Ainsi, à ce jour, les connaissances relatives aux eaux souterraines pour certains secteurs du Québec sont plus avancées que d autres, notamment pour le bassin versant de la rivière Châteauguay et les nappes aquifères structurées du sud-ouest du Québec. Par ailleurs, il existe un réseau de suivi du niveau des eaux souterraines au Québec réparti dans 8 régions du Québec pour un total de 69 stations de mesures. La plupart existent depuis les années 1990, mais certaines d entre elles sont en exploitation depuis beaucoup plus longtemps. Plusieurs piézomètres sont présents sur le territoire des MRC Roussillon et Les Jardins-de-Napierville, cependant aucun piézomètre ne se trouve dans les municipalités incluses dans le bassin versant de la rivière Saint-Jacques. Par ailleurs, il existe très peu de connaissance sur les eaux souterraines du bassin versant de la rivière Saint-Jacques (MDDEP, 2008) TOPOGRAPHIE Le bassin versant de la rivière Saint-Jacques «fait partie de l unité physiographique des basses terres du Saint-Laurent, qui reposent sur une plate-forme de roches sédimentaires comblée par des dépôts d argiles et limons marins de la mer de Page 17

20 Champlain (Comité ZIP Ville-Marie, 2006). Le sol a une texture argileuse et sableuse, il existe de nombreuses tourbières sur la rive sud (Ministère du Développement durable, Environnement et Parcs du gouvernement du Québec, 2002). La topographie du bassin versant de la rivière Saint-Jacques, dont la superficie est de 183 km 2 est relativement plane et ne présente aucune dénivellation majeure, ni parties de terrains fortement accidentées, ni collines, ni montagnes, sauf quelques pentes situées plus particulièrement en amont de la rivière dans les zones rurales des municipalités de Saint-Philippe et Saint-Jacques-le-Mineur, ces pentes n excédant pas plus de 8 mètres, hormis les abords de la rivière et du fleuve Saint-Laurent. La rivière Saint-Jacques a une longueur de 25 km et «la dénivellation totale est de 31 mètres. En effet, la rivière Saint-Jacques prend sa source à 45 mètres d élévation et son embouchure se trouve à 14 mètres d élévation» (Comité ZIP Ville-Marie, 2006). Ce qui se traduit par une pente légèrement inclinée vers le fleuve Saint-Laurent DÉNIVELÉ Les données de cotes de crues et le profil en long de la rivière Saint-Jacques situé dans Saint-Philippe, donc dans la partie amont de la rivière, renseignent sur le dénivelé de la rivière sur environ 11 km de méandre. En ligne droite à vol d oiseau, les deux extrémités sont à un peu plus de 4 km. Ainsi le dénivelé de cette portion est d environ 9,3 m entre son point le plus haut situé à quelques centaines de mètres en amont de la Montée Saint-Claude et le point le plus bas au niveau de l extrémité aval du rang Saint- Joseph Nord de la portion du CEHQ. Quant à elles, les données de cotes de crues et le profil en long de la rivière Saint-Jacques situé dans La Prairie et Brossard (Longueuil), donc dans la partie aval de la rivière, renseignent aussi sur le dénivelé de la rivière sur 3,45 km. Cette section a beaucoup moins de méandré que la précédente. Ainsi le dénivelé de cette portion est d environ 9,3 m entre son point le plus haut situé à quelques centaines de mètres en amont de la Montée Saint-Claude et le point le plus bas au niveau de l extrémité aval du rang Saint-Joseph Nord de la portion du CEHQ (CEHQ, Programme de détermination des cotes de crues) CLIMAT Le climat du bassin versant de la rivière Saint-Jacques est «caractérisé par un climat modéré subhumide continental» (Comité ZIP Ville-Marie, 2003). Ce climat est le plus clément dans la province de Québec. La station météorologique responsable de l enregistrement des données climatiques pour le territoire du bassin versant de la rivière Saint-Jacques est la station de Montréal Saint-Hubert localisée à de latitude Page 18

PHASE V DE LA RESTAURATION DE L HABITAT DU POISSON DU RUISSEAU SPRUCE PRÉPARÉ POUR : FONDS DE FIDUCIE DE LA FAUNE DU NOUVEAU-BRUNSWICK

PHASE V DE LA RESTAURATION DE L HABITAT DU POISSON DU RUISSEAU SPRUCE PRÉPARÉ POUR : FONDS DE FIDUCIE DE LA FAUNE DU NOUVEAU-BRUNSWICK PHASE V DE LA RESTAURATION DE L HABITAT DU POISSON DU RUISSEAU SPRUCE PRÉPARÉ POUR : FONDS DE FIDUCIE DE LA FAUNE DU NOUVEAU-BRUNSWICK PRÉPARÉ PAR : COMITÉ DE GESTION ENVIRONNEMENTALE DE LA RIVIÈRE POKEMOUCHE

Plus en détail

RESERVES DE BIODIVERSITE POUR SEPT TERRITOIRES ET DE RESERVE AQUATIQUE POUR UN TERRITOIRE DANS LA REGION ADMINISTRATIVE DE L ABITIBI-TEMISCAMINGUE

RESERVES DE BIODIVERSITE POUR SEPT TERRITOIRES ET DE RESERVE AQUATIQUE POUR UN TERRITOIRE DANS LA REGION ADMINISTRATIVE DE L ABITIBI-TEMISCAMINGUE MÉMOIRE DEPOSE AU BUREAU D AUDIENCES PUBLIQUES SUR L ENVIRONNEMENT (BAPE) DANS LE CADRE DES AUDIENCES PUBLIQUES POUR LES PROJETS DE RESERVES DE BIODIVERSITE POUR SEPT TERRITOIRES ET DE RESERVE AQUATIQUE

Plus en détail

Les lois et règlements

Les lois et règlements 10 Les lois et règlements Le présent chapitre traite des lois et règlements qui s appliquent à la réalisation de projets de gestion intégrée de l eau en milieu agricole. Il présente les principales autorités

Plus en détail

PLAN GÉNÉRAL D AMÉNAGEMENT FORESTIER SEIGNEURIE DE PERTHUIS RÉSUMÉ NOTE AU LECTEUR

PLAN GÉNÉRAL D AMÉNAGEMENT FORESTIER SEIGNEURIE DE PERTHUIS RÉSUMÉ NOTE AU LECTEUR NOTE AU LECTEUR Dans le cadre de notre certification forestière à la norme du Forest Stewardship Council de la Seigneurie de Perthuis, nous vous présentons un résumé du plan général d aménagement forestier

Plus en détail

Dernière chance de participer au concours de photo du Comité ZIP Les Deux Rives

Dernière chance de participer au concours de photo du Comité ZIP Les Deux Rives Dernière chance de participer au concours de photo du Comité ZIP Les... 1 sur 2 2008-09-18 13:54 Sujet : Dernière chance de participer au concours de photo du Comité ZIP Les Deux Rives De : Guy Guilbert

Plus en détail

Portrait de la Montérégie Est Une région concertée et engagée! Portrait économique Une économie diversifiée et positionnée!

Portrait de la Montérégie Est Une région concertée et engagée! Portrait économique Une économie diversifiée et positionnée! 1 Portrait de la Montérégie Est Une région concertée et engagée! La région de la Montérégie Est est bordée au nord par le fleuve St-Laurent, au sud par les États de New York et du Vermont, à l est par

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE N o 10

FICHE TECHNIQUE N o 10 Comité Zone d Intervention Prioritaire Date d'ouverture du dossier : 01/04/2003 FICHE TECHNIQUE N o 10 Thématique : Projet : Localisation : Protection et restauration écologique des milieux naturels Aménagement

Plus en détail

Règlement type relatif à l abattage d arbres

Règlement type relatif à l abattage d arbres Règlement type relatif à l abattage d arbres INTRODUCTION «Une municipalité ou une MRC peut régir ou restreindre la plantation ou l'abattage d'arbres afin d'assurer la protection du couvert forestier et

Plus en détail

16- Grand lac Shaw Portrait 2006

16- Grand lac Shaw Portrait 2006 Grand lac Shaw 16- Grand lac Shaw Portrait 2006 16.1 Localisation et description physique du Grand lac Shaw : Municipalité St-Narcisse-de- Rimouski Bassin versant (sous-bassin) Tenure Altitude (m) Latitude

Plus en détail

La gestion des bassins versants : c est l affaire de qui?

La gestion des bassins versants : c est l affaire de qui? La gestion des bassins versants : c est l affaire de qui? Journée montérégienne de santé publique 7 juin 2006 Chantal d Auteuil, directrice générale La Corporation Bassin Versant Baie Missisquoi Organisme

Plus en détail

Carte 1 : Territoire de la MRC de La Nouvelle-Beauce

Carte 1 : Territoire de la MRC de La Nouvelle-Beauce 2. La géographie La MRC de La Nouvelle-Beauce est située au cœur de la région de Chaudière-Appalaches. Traversée du nord au sud par l autoroute 73, elle se trouve aussi à une vingtaine de minutes de la

Plus en détail

PARACHÈVEMENT DE L AUTOROUTE 35. Consultation publique sur les enjeux fédéraux dans le cadre de la Loi canadienne sur l évaluation environnementale

PARACHÈVEMENT DE L AUTOROUTE 35. Consultation publique sur les enjeux fédéraux dans le cadre de la Loi canadienne sur l évaluation environnementale Transports Canada Transport Canada PARACHÈVEMENT DE L AUTOROUTE 35 ÉTUDE APPROFONDIE dans le cadre de la Loi canadienne sur l évaluation environnementale JANVIER 2008 1 TABLE DES MATIÈRES 1. INTRODUCTION...

Plus en détail

Atelier Environnement Préparatoire au Projet d Aménagement et de Développement Durable. S e p t e m b r e 2 0 0 8

Atelier Environnement Préparatoire au Projet d Aménagement et de Développement Durable. S e p t e m b r e 2 0 0 8 Atelier Environnement Préparatoire au Projet d Aménagement et de Développement Durable S e p t e m b r e 2 0 0 8 Le PADD : un Projet Politique Le PADD : un Projet Politique L e S C O T, u n o u t i l a

Plus en détail

Cadre légal des CLD. Au Canada le développement socioéconomique relève de la juridiction des provinces

Cadre légal des CLD. Au Canada le développement socioéconomique relève de la juridiction des provinces Banque de terres Simon Ouellet Agent de développement rural Un outil pour le développement territorial CLD des Collines-de-l Outaouais Emmanuel Roy Agent de développement écologique Cadre légal des CLD

Plus en détail

Le préfet de la région Haute-Normandie, préfet de la Seine-Maritime, commandeur de la Légion d'honneur

Le préfet de la région Haute-Normandie, préfet de la Seine-Maritime, commandeur de la Légion d'honneur PRÉFET DE LA SEINE-MARITIME DIRECTION DEPARTEMENTALE DES TERRITOIRES ET DE LA MER Affaire suivie par : Cyril Teillet Tél. : 02 35 58 54 28 Fax : 02 35 58 55 63 Mél : cyril.teillet@seine-maritime.gouv.fr

Plus en détail

MOUSSY LE VIEUX 2 PROJET D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE URBANISME. FARHI ALEXANDRINE Impasse de la Forge 77550 REAU

MOUSSY LE VIEUX 2 PROJET D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE URBANISME. FARHI ALEXANDRINE Impasse de la Forge 77550 REAU MOUSSY LE VIEUX 2 PROJET D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE. URBANISME FARHI ALEXANDRINE Impasse de la Forge 77550 REAU Tél. 01 60 60 87 98 Fax. 01 60 60 82 55 Présent document émis le 29 Décembre

Plus en détail

CENTRALES HYDRAULIQUES

CENTRALES HYDRAULIQUES CENTRALES HYDRAULIQUES FONCTIONNEMENT Les différentes centrales hydrauliques Les centrales hydrauliques utilisent la force de l eau en mouvement, autrement dit l énergie hydraulique des courants ou des

Plus en détail

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme)

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) 1) Les modalités de la Concertation 2) Plan de situation 3) Contexte 4) Les études

Plus en détail

Qu est-ce qu un SAGE?

Qu est-ce qu un SAGE? Mercredi 6 mai 2015 Mont-de-Marsan Conférence de presse Qu est-ce qu un SAGE? Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux La recherche d un équilibre durable entre la protection des milieux aquatiques

Plus en détail

Évaluation des terrains contaminés et des milieux humides par Me Luc Villiard

Évaluation des terrains contaminés et des milieux humides par Me Luc Villiard PRÉSENTÉ AU CONGRÈS DE L ASSOCIATION DES ÉVALUATEURS MUNICIPAUX DU QUÉBEC, LE 28 MAI 2011 Évaluation des terrains contaminés et des milieux humides par Me Luc Villiard Terrains contaminés 2 Terrains contaminés

Plus en détail

Les compensations écologiques sur la ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique

Les compensations écologiques sur la ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique Les compensations écologiques sur la ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique Conception, rédaction, réalisation : Parménion/RFF - Crédit photos : Biotope, CREN Poitou-Charentes, Ecosphère, RFF Impression

Plus en détail

Mémoire du CREAT. Présenté au :

Mémoire du CREAT. Présenté au : Mémoire du CREAT Présenté au : Bureau d audiences publiques en environnement dans le cadre des audiences publiques sur les projets de réserves de biodiversité projetées du lac Opasatica, du lac des Quinze,

Plus en détail

Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun. ou Phragmites australis

Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun. ou Phragmites australis Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun ou Phragmites australis Indigène vs exotique Il y a deux sous-espèces de Phragmites australis, L indigène: n envahit pas le milieu, cohabite avec les

Plus en détail

Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau

Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau 2009 La rivière Sainte Croix au barrage de Forest City Figure 1 : Rivière Sainte Croix, à la hauteur de la station de monitoring durant l

Plus en détail

CONCERNANT le Règlement sur le prélèvement des eaux et leur protection. ---ooo0ooo---

CONCERNANT le Règlement sur le prélèvement des eaux et leur protection. ---ooo0ooo--- CONCERNANT le Règlement sur le prélèvement des eaux et leur protection ---ooo0ooo--- ATTENDU QUE, en vertu du paragraphe e du premier alinéa de l article 31 de la Loi sur la qualité de l environnement

Plus en détail

L APCHQ constate une érosion importante de l abordabilité résidentielle

L APCHQ constate une érosion importante de l abordabilité résidentielle L APCHQ constate une érosion importante de l abordabilité résidentielle S appuyant sur une étude récente 1 réalisée par l économiste Pierre Bélanger, expert-conseil en habitation et développement socio-urbain,

Plus en détail

Les partenariats au Québec : pour une meilleure sécurité routière en milieu municipal

Les partenariats au Québec : pour une meilleure sécurité routière en milieu municipal Les partenariats au Québec : pour une meilleure sécurité routière en milieu municipal Catherine Berthod, ingénieure et urbaniste Ministère des Transports du Québec Carole Leclerc, M. ATDR Ministère des

Plus en détail

Régionalisation des régimes de perturbations et implications pour l aménagement dans un contexte de changement climatique

Régionalisation des régimes de perturbations et implications pour l aménagement dans un contexte de changement climatique Régionalisation des régimes de perturbations et implications pour l aménagement dans un contexte de changement climatique Sylvie Gauthier, Chercheuse scientifique, successions forestières RNCan-SCF-CFL

Plus en détail

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN ATELIER REGIONAL AFRIQUE SUR LE FONDS POUR L ADAPTATION AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES: POUR UNE MEILLEURE INTEGRATION DES COMMUNAUTES VULNERABLES BÉNIN ATLANTIQUE BEACH HÔTEL, COTONOU, 29 ET 30 AVRIL 2012

Plus en détail

Congrès INFRA 2014- Montréal Plan d adaptation aux changements climatiques municipal

Congrès INFRA 2014- Montréal Plan d adaptation aux changements climatiques municipal Congrès INFRA 2014- Montréal Plan d adaptation aux changements climatiques municipal Julien St-Laurent, M.Sc.Env. Spécialiste environnement Direction de l Aménagement, gestion et développement durable

Plus en détail

Dans le cadre du Plan Pluie : les chantiers 2008-2009 du Maillage Bleu

Dans le cadre du Plan Pluie : les chantiers 2008-2009 du Maillage Bleu Dans le cadre du Plan Pluie : les chantiers 2008-2009 du Maillage Bleu Le point sur les chantiers prévus en 2008-2009 par la Ministre bruxelloise de l Environnement, Evelyne Huytebroeck : Cours du Molenbeek

Plus en détail

conservation volontaire : différence vous pouvez faire la Principales options de conservation légales pour les propriétaires de terrains privés

conservation volontaire : différence vous pouvez faire la Principales options de conservation légales pour les propriétaires de terrains privés La conservation volontaire : différence vous pouvez faire la Principales options de conservation légales pour les propriétaires de terrains privés Rédaction (ordre alphabétique) Amélie Denoncourt, étudiante

Plus en détail

Identification et caractérisation de milieux récepteurs types pour l industrie du gaz de schiste au Québec

Identification et caractérisation de milieux récepteurs types pour l industrie du gaz de schiste au Québec Étude S2-1b Identification et caractérisation de milieux récepteurs types pour l industrie du gaz de schiste au Québec Bureau de coordination sur les évaluations stratégiques Juin 2013 Auteurs Maryse Chapdelaine

Plus en détail

ÉCO-PARC INDUSTRIEL DU PÔLE L ASSOMPTION

ÉCO-PARC INDUSTRIEL DU PÔLE L ASSOMPTION ÉCO-PARC INDUSTRIEL DU PÔLE L ASSOMPTION Projet d aménagement dans le cadre du prolongement du boulevard de l Assomption Octobre 2013 Tables des matières Présentation...3 Territoire visé par le projet...4

Plus en détail

POURQUOI ET COMMENT ARRIMER LES PDE ET LES SAD? LE CAS CONCRET DE LA MRC DE LA CÔTE-DE-BEAUPRÉ ET DE L OBV CHARLEVOIX-MONTMORENCY.

POURQUOI ET COMMENT ARRIMER LES PDE ET LES SAD? LE CAS CONCRET DE LA MRC DE LA CÔTE-DE-BEAUPRÉ ET DE L OBV CHARLEVOIX-MONTMORENCY. POURQUOI ET COMMENT ARRIMER LES PDE ET LES SAD? LE CAS CONCRET DE LA MRC DE LA CÔTE-DE-BEAUPRÉ ET DE L OBV CHARLEVOIX-MONTMORENCY. Par Stéphanie Allard, Aménagiste et biologiste associée, ÉCOgestion-solutions

Plus en détail

SAGE DOUVE-TAUTE : Liste des dispositions et des règles interressant les Collectivités

SAGE DOUVE-TAUTE : Liste des dispositions et des règles interressant les Collectivités SAGE DVE-TAUTE : Liste des dispositions et des règles interressant les Collectivités BOCAGE RIVIERE ZONES HUMIDES TRAIT DE CÔTE D66 Réaliser des diagnostics partagés du fonctionnement hydraulique D67 Mettre

Plus en détail

CONSEIL RÉGIONAL DE L ENVIRONNEMENT BAS-SAINT-LAURENT

CONSEIL RÉGIONAL DE L ENVIRONNEMENT BAS-SAINT-LAURENT CONSEIL RÉGIONAL DE L ENVIRONNEMENT BAS-SAINT-LAURENT Application de la corrélation entre l utilisation du territoire et la concentration de phosphore total développée par Gangbazo (MDDEP, 2005) 1 Évaluation

Plus en détail

Municipalité de la paroisse de Saint-Lazare

Municipalité de la paroisse de Saint-Lazare Municipalité de la paroisse de Saint-Lazare PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE LA PAROISSE DE SAINT-LAZARE M.R.C. DE VAUDREUIL-SOULANGES RÈGLEMENT NUMÉRO 627 RÈGLEMENT VISANT À INTERDIRE L UTILISATION

Plus en détail

JEUNE CONSEIL DE MONTRÉAL

JEUNE CONSEIL DE MONTRÉAL JEUNE CONSEIL DE MONTRÉAL XXVII e Édition Règlement n o 2014-02 : Règlement sur le développement des toits verts et l agriculture urbaine PRÉSENTATION Présenté par M. Charles Marois, membre du comité exécutif,

Plus en détail

Présentation par Hayat MESBAH Haut Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification Maroc

Présentation par Hayat MESBAH Haut Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification Maroc Présentation par Hayat MESBAH Haut Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification Maroc LA CONVENTION DE BERNE AU MAROC Le Maroc est Partie contractante à la Convention de Berne

Plus en détail

Michel Fortin 1 er Vice-président FTPF 26 janvier 2011

Michel Fortin 1 er Vice-président FTPF 26 janvier 2011 Présentation par Michel Fortin 1 er Vice-président FTPF 26 janvier 2011 STANDARD DE GESTION FORESTIÈRE FSC FOREST STANDARD SHIP COUNCIL Historique du FSC Créé en 1993 suite au Sommet de la terre de Rio

Plus en détail

Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux de la Midouze. Titre. Règlement. Adopté par la CLE le 18 décembre 2012. Légende

Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux de la Midouze. Titre. Règlement. Adopté par la CLE le 18 décembre 2012. Légende Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux de la Midouze Règlement Titre Adopté par la CLE le 18 décembre 2012 Légende Sommaire Sommaire... 2 Préambule... 3 Chapitre 1 : Contenu et portée juridique du

Plus en détail

Ce guide est un outil de base pour les producteurs agricoles. Ils pourront s en inspirer pour mieux gérer la faune à la ferme.

Ce guide est un outil de base pour les producteurs agricoles. Ils pourront s en inspirer pour mieux gérer la faune à la ferme. Utilisation Ce guide à été fait dans le cadre d un projet parrainé par la Fondation de la faune du Québec. Il a été bâti à partir d une revue de littérature afin de mieux documenter la Fédération de l'upa

Plus en détail

Présentation Programme éducatif au niveau primaire : Les mousquetaires de l eau claire

Présentation Programme éducatif au niveau primaire : Les mousquetaires de l eau claire Présentation Programme éducatif au niveau primaire : Les mousquetaires de l eau claire 1- Bonjour à tous, Je suis la capitaine des mousquetaires de l eau claire de la Compagnie de Champlain, Chantal d

Plus en détail

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire PROJET D ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE OCTOBRE 2014 TABLE DES MATIÈRES POURQUOI UN ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE?...

Plus en détail

Résumé de l analyse de faisabilité technique et financière

Résumé de l analyse de faisabilité technique et financière Le projet du campus universitaire d Outremont Résumé de l analyse de faisabilité technique et financière Bureau de gestion des grands projets Direction du développement économique et urbain Février 2011

Plus en détail

Le métier de gestionnaire de cours d eau non navigables. Ir. Yanni XANTHOULIS

Le métier de gestionnaire de cours d eau non navigables. Ir. Yanni XANTHOULIS Le métier de gestionnaire de cours d eau non navigables Ir. Yanni XANTHOULIS 1 Organisation du STP Administration des Services Techniques et de l Environnement Ir. P. SQUERENS / Inspecteur Général Service

Plus en détail

Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE

Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE 05 janvier 2012 BUTS DE L ATELIER C est aider à mieux faire comprendre la décision du Conseil Municipal

Plus en détail

VANNES, VIS SANS FIN, POMPES D ASSÈCHEMENT DES MARAIS

VANNES, VIS SANS FIN, POMPES D ASSÈCHEMENT DES MARAIS La Directive Cadre sur l Eau (DCE, n 2000/60/CE) fixe comme objectif pour 2015 l atteinte du bon état ou du bon potentiel écologique des eaux de surface. Ces états écologiques sont appréciés par la qualité

Plus en détail

RAPPORT SUR L INSPECTION DES BANDES RIVERAINES 2014 Portrait de la MRC Brome-Missisquoi

RAPPORT SUR L INSPECTION DES BANDES RIVERAINES 2014 Portrait de la MRC Brome-Missisquoi RAPPORT SUR L INSPECTION DES BANDES RIVERAINES 2014 Portrait de la 2 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 3 MÉTHODOLOGIE... 4 LOCALISATION DES COURS D EAU... 5 RÉSULTATS... 6 Portrait global de la MRC...

Plus en détail

MUNICIPALITÉ D EASTMAN 160, CHEMIN George-Bonnallie Eastman, QC J0E 1P0 tel: 450 297-3440

MUNICIPALITÉ D EASTMAN 160, CHEMIN George-Bonnallie Eastman, QC J0E 1P0 tel: 450 297-3440 MUNICIPALITÉ D EASTMAN 160, CHEMIN George-Bonnallie Eastman, QC J0E 1P0 tel: 450 297-3440 DEMANDE DE CERTIFICAT POUR LA CONSTRUCTION D UN CHEMIN PUBLIC OU PRIVÉ Généralités La présente demande doit être

Plus en détail

Étude de la carte de Vézelise. Initiation à la lecture du relief sur une carte topographique

Étude de la carte de Vézelise. Initiation à la lecture du relief sur une carte topographique Étude de la carte de Vézelise Initiation à la lecture du relief sur une carte topographique Double objectif de la séance Étude d un paysage lorrain de côte Apprentissage de la lecture du relief sur une

Plus en détail

LES RESERVES NATURELLES REGIONALES

LES RESERVES NATURELLES REGIONALES Les Réserves Naturelles Régionales en Région Pays de la Loire Références juridiques Définition Code de l environnement, art. L. 332-1 à L. 332-27, intégrant : Loi n 2002-276 du 27 février 2002 relative

Plus en détail

Avis bureau Création d une zone commerciale Sainte Anne sur Brivet

Avis bureau Création d une zone commerciale Sainte Anne sur Brivet Déplacement et agrandissement de la zone commerciale de Pont Château. 30ha Le projet et le SAGE Qualité des milieux Article 1 protection des zones humides Article 2 niveau de compensation Article 5 création

Plus en détail

Expertise sur la présence de chauves-souris Prolongement du boul. Portland

Expertise sur la présence de chauves-souris Prolongement du boul. Portland Expertise sur la présence de chauves-souris Prolongement du boul. Portland 171, rue Léger ~ Sherbrooke (Québec) CANADA J1L 1M2 Tél. : 819 340-6124 ~ Fax : 819 562-7888 ~ www.genivar.com Référence à

Plus en détail

La rigole d Hilvern, encore plus belle

La rigole d Hilvern, encore plus belle DÉVELOPPEMENT CÔTES D ARMOR D Randonnée et Espaces naturels La rigole d Hilvern, encore plus belle Le détail de 5 ans de chantier Votre Conseil général le développement, favoriser l essor de tous 1 2 1

Plus en détail

LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE. Hervé LETHIER, EMC2I

LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE. Hervé LETHIER, EMC2I LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE Hervé LETHIER, EMC2I INTRODUCTION OBJECTIFS L INSTRUMENT LES INDICATEURS UN PREMIER BILAN INTRODUCTION OBJECTIF De simples inventaires spécialisés et ciblés Combler

Plus en détail

Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes

Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes Annexe 3 Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes Cette annexe présente les enjeux environnementaux ayant été définis comme prioritaires en Poitou-Charentes. Une série de cartes

Plus en détail

Agence de l Eau Rhin Meuse Quelles actions et partenariats possibles en faveur de la biodiversité (aquatique) pour les entreprises?

Agence de l Eau Rhin Meuse Quelles actions et partenariats possibles en faveur de la biodiversité (aquatique) pour les entreprises? Pierre MANGEOT 3 juillet 2014 Agence de l Eau Rhin Meuse Quelles actions et partenariats possibles en faveur de la biodiversité (aquatique) pour les entreprises? Agence de l eau Rhin- Meuse, quelques repères

Plus en détail

Commission Locale de l Eau du SAGE Clain. Rapport annuel d activités. Validé par la CLE le 6 juillet 2015

Commission Locale de l Eau du SAGE Clain. Rapport annuel d activités. Validé par la CLE le 6 juillet 2015 Commission Locale de l Eau du SAGE Clain Rapport annuel d activités 2014 Validé par la CLE le 6 juillet 2015 1 2 SOMMAIRE Le bassin du Clain et les enjeux de gestion de l eau p4 Historique et avancement

Plus en détail

ESTIMATION DE LA TAILLE DES POPULATIONS D ANOURES DE LA FORET DE FONTAINEBLEAU (SEINE ET MARNE)

ESTIMATION DE LA TAILLE DES POPULATIONS D ANOURES DE LA FORET DE FONTAINEBLEAU (SEINE ET MARNE) ESTIMATION DE LA TAILLE DES POPULATIONS D ANOURES DE LA FORET DE FONTAINEBLEAU (SEINE ET MARNE) Philippe LUSTRAT 33 rue de la garenne 77760 VILLIERS SOUS GREZ Lustrat P. (1999) - Estimation de la taille

Plus en détail

Rapport d activité de la Commission Locale de l Eau

Rapport d activité de la Commission Locale de l Eau SCHEMA D AMENAGEMENT ET DE GESTION DES EAUX DU BASSIN VERSANT DE L ARMANÇON Rapport d activité de la Commission Locale de l Eau Année 2009 Adopté en séance plénière le 25 mai 2010 Siège de la Commission

Plus en détail

Le monitoring de la qualité

Le monitoring de la qualité SÉDIMENTS RIVES RESSOURCES BIOLOGIQUES 3 e édition Le monitoring de la qualité des eaux marines dans les secteurs coquilliers Cap Piailleur, Îles-de-la-Madeleine Photo : Martin Rodrigue, Environnement

Plus en détail

Moyens et outils opérationnels permettant de tenir compte de la biodiversité

Moyens et outils opérationnels permettant de tenir compte de la biodiversité Moyens et outils opérationnels permettant de tenir compte de la biodiversité Application à l'exploitation des équipements de production d'électricité Par : Daniel Thériault, B.Urb., M.Sc.A Conférence internationale

Plus en détail

POLITIQUE VISANT À ENCADRER L IMPLANTATION DE NOUVELLES TOURS, ANTENNES DE TÉLÉCOMMUNICATIONS AINSI QUE TOUTES STRUCTURES AFFÉRENTES SUR LE

POLITIQUE VISANT À ENCADRER L IMPLANTATION DE NOUVELLES TOURS, ANTENNES DE TÉLÉCOMMUNICATIONS AINSI QUE TOUTES STRUCTURES AFFÉRENTES SUR LE POLITIQUE VISANT À ENCADRER L IMPLANTATION DE NOUVELLES TOURS, ANTENNES DE TÉLÉCOMMUNICATIONS AINSI QUE TOUTES STRUCTURES AFFÉRENTES SUR LE TERRITOIRE DE BROME-MISSISQUOI Réalisée par Le service de la

Plus en détail

Cadre stratégique pour l agriculture du Canada Programmes d intendance environnementale

Cadre stratégique pour l agriculture du Canada Programmes d intendance environnementale Agriculture and Agri-Food Canada Agriculture et Agroalimentaire Canada Cadre stratégique pour l agriculture du Canada Programmes d intendance environnementale Les initiatives environnementales Eau Nutriments,

Plus en détail

Un milieu de vie à définir > imaginer

Un milieu de vie à définir > imaginer Programme particulier d urbanisme Secteur Henri-Bourassa Ouest Un milieu de vie à définir > imaginer > intégrer > partager > créer Cahier du participant ateliers de réflexion mai 2013 Introduction Le Plan

Plus en détail

Processus d examen des travaux. Autres activités assujetties à la Loi sur la protection des eaux navigables (LPEN)

Processus d examen des travaux. Autres activités assujetties à la Loi sur la protection des eaux navigables (LPEN) PROTECTION DE LA NAVIGATION PROTECTION DE LA NAVIGATION APERÇU MODÈLE LOGIQUE MISSION : Assurer la protection et la sécurité de la navigation en eaux canadiennes. OBJECTIFS : Faciliter l utilisation sûre

Plus en détail

Perception des Québécois à l égard d enjeux reliés aux changements climatiques. Rapport d étude Janvier 2012

Perception des Québécois à l égard d enjeux reliés aux changements climatiques. Rapport d étude Janvier 2012 Perception des Québécois à l égard d enjeux reliés aux changements climatiques Rapport d étude Janvier 2012 Dans le cadre de sa stratégie d action sur les changements climatiques, le Regroupement national

Plus en détail

Pays Rhin-Vignoble -Grand Ballon

Pays Rhin-Vignoble -Grand Ballon Pays Rhin-Vignoble -Grand Ballon Schéma Régional de Cohérence Écologique (SRCE) Réunion commission EauBiodiversité-Déchets 22 janvier 2015 DGALN - Direction de l'eau et de la Biodiversité 1 Ordre du jour

Plus en détail

L eau dans les documents d urbanisme. L approche des solutions environnementales de l urbanisme CAUE 40 26 mai 2011

L eau dans les documents d urbanisme. L approche des solutions environnementales de l urbanisme CAUE 40 26 mai 2011 L eau dans les documents d urbanisme L approche des solutions environnementales de l urbanisme CAUE 40 26 mai 2011 Pourquoi ce guide? Participer à «décloisonner» les services «Environnement Eau» et «Urbanisme»

Plus en détail

acérola - plessis-grammoire

acérola - plessis-grammoire acérola - plessis-grammoire oap aménagement Le secteur d Acérola se situe au cœur de la commune du Plessis-Grammoire et couvre une surface d environ 5 hectares au coeur du tissu urbain. Il est délimité

Plus en détail

MA VILLE, MON ENVIRONNEMENT PLAN D ACTION POUR L ENVIRONNEMENT

MA VILLE, MON ENVIRONNEMENT PLAN D ACTION POUR L ENVIRONNEMENT MA VILLE, MON ENVIRONNEMENT PLAN D ACTION POUR L ENVIRONNEMENT Septembre 2009 TABLE DES MATIÈRES Table des matières ii Mot de la présidente du comité consultatif en environnement iii 1. Contexte général

Plus en détail

Stratégie de gestion du bassin hydrographique du Bas-Rideau Résumé

Stratégie de gestion du bassin hydrographique du Bas-Rideau Résumé Stratégie de gestion du bassin hydrographique du Bas-Rideau Préparé pour: Préparé par: Robinson Consultants Inc. Consulting Engineers Aquafor Beech Limited Projet No.02048 Septembre 2005 Introduction Depuis

Plus en détail

Sentier Alléluia. Vestige de la mine de grenat. Photo : municipalité de Labelle

Sentier Alléluia. Vestige de la mine de grenat. Photo : municipalité de Labelle Sentiers pédestres Nous avons la chance d avoir sur notre territoire, la présence du sentier national. Ce sentier qui traverse tout le Canada a été initié par Douglas Campbell de Calgary en 1971. Au Québec,

Plus en détail

Portrait énergétique de la Chaudière-Appalaches

Portrait énergétique de la Chaudière-Appalaches Portrait énergétique de la Chaudière-Appalaches Présenté par : Joël Leblond et Martin Loiselle 19 novembre 2010 Plan de la présentation Introduction Objectifs des Rendez-vous de l énergie Constats nationaux

Plus en détail

Schéma Directeur d Aménagement et de Gestion des Eaux du Bassin Rhin-Meuse

Schéma Directeur d Aménagement et de Gestion des Eaux du Bassin Rhin-Meuse SDAGE Schéma Directeur d Aménagement et de Gestion des Eaux du Bassin Rhin-Meuse guide juridique et références Document réalisé par la DIREN de BASSIN RHIN-MEUSE avec le concours de l Institut pour une

Plus en détail

L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement

L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement Royaume du Maroc Ministère de l Intl Intérieur Direction Générale G des Collectivités s Locales L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement

Plus en détail

DEMANDE D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Formulaire à retourner dûment complété en trois exemplaires au :

DEMANDE D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Formulaire à retourner dûment complété en trois exemplaires au : Dossier ANC Commune :.. N dossier : DEMANDE D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Formulaire à retourner dûment complété en trois exemplaires au : Demandeur SPANC (Service Public

Plus en détail

Le contexte global. La ressource. I.1 Particularités de la ressource en eau. Superficie : 41 526Km 2

Le contexte global. La ressource. I.1 Particularités de la ressource en eau. Superficie : 41 526Km 2 Le contexte global Superficie : 41 526Km 2 Population: 16,34M.(89,6% urbaine: / 10,4% rurale:) 2006 PIB/hab 2007: 35 576 USD Divisions administratives: 12 provinces et 467 communes en nombre variable Régime:

Plus en détail

LIDO DU PETIT ET DU GRAND TRAVERS A MAUGUIO-CARNON

LIDO DU PETIT ET DU GRAND TRAVERS A MAUGUIO-CARNON Prix 2013 «Infrastructures pour la Mobilité et Biodiversité» LIDO DU PETIT ET DU GRAND TRAVERS A MAUGUIO-CARNON Aménagement et renaturation d un site naturel remarquable Psammodrome d Edwards Une dégradation

Plus en détail

Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013

Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013 Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013 Zones d étude et problématiques Quartiers concernés par l étude 1. Centre ville 2. Schneider Quartier

Plus en détail

Estimation du nombre d emplois de la filière éolienne dans la région de Montréal. Rapport final

Estimation du nombre d emplois de la filière éolienne dans la région de Montréal. Rapport final Estimation du nombre d emplois de la filière éolienne dans la région de Montréal Rapport final 29 juillet 2015 1 Estimation du nombre d emplois de la filière éolienne dans la région de Montréal Sommaire

Plus en détail

CORRIGES Plan de la séance

CORRIGES Plan de la séance CORRIGES Plan de la séance 1. Corriges Compréhension écrite 2. Corriges Compréhension orale 3. Corriges Syntaxe 4. Corriges Vocabulaire 5. Corriges Conjugaison 6. Corriges Lecture d'élargissement 7. Corriges

Plus en détail

Présentation et proposition d engagement. Conseil Municipal de Courtry 13/06/2013

Présentation et proposition d engagement. Conseil Municipal de Courtry 13/06/2013 COMMUNAUTE D AGGLOMERATION MARNE ET CHANTEREINE AGENDA 21 - DEVELOPPEMENT DURABLE PLAN CLIMAT ENERGIE TERRITORIAL Présentation et proposition d engagement Conseil Municipal de Courtry 13/06/2013 DE QUOI

Plus en détail

On s active pour un Québec sans pétrole

On s active pour un Québec sans pétrole On s active pour un Québec sans pétrole Le pétrole est une énergie non-renouvelable, polluante et de plus en plus chère. Pourtant notre mode de vie en est totalement dépendant. C est une réalité qui n

Plus en détail

VII Fiche technique N 5 : Les systèmes de retenue des eaux de ruissellement et des sédiments

VII Fiche technique N 5 : Les systèmes de retenue des eaux de ruissellement et des sédiments VII Fiche technique N 5 : Les systèmes de retenue des eaux de ruissellement et des sédiments Table des matières 1. DÉFINITION... 2 2. OBJECTIF... 2 3. ZONES À RISQUES CONCERNÉES... 2 4. DESCRIPTION ET

Plus en détail

Plan d action stratégique

Plan d action stratégique STRATÉGIE QUÉBÉCOISE SUR LES AIRES PROTÉGÉES Plan d action stratégique Premiers résultats Photographie : Jean Gagnon Table des matières Mots des ministres...4 1. Une aire protégée, un concept à connaître...6

Plus en détail

CHAPITRE 5 LES CERTIFICATS D AUTORISATION

CHAPITRE 5 LES CERTIFICATS D AUTORISATION CHAPITRE 5 LES CERTIFICATS D AUTORISATION SECTION I LE CERTIFICAT D AUTORISATION DE CHANGEMENT D USAGE [Loi sur l aménagement et l urbanisme, article 119, 1 er alinéa, paragraphe 2 ] 5.1 Nécessité du certificat

Plus en détail

LE DÉVELOPPEMENT DURABLE : UNE DÉMARCHE QUI VISE UN ÉQUILIBRE ENTRE LE

LE DÉVELOPPEMENT DURABLE : UNE DÉMARCHE QUI VISE UN ÉQUILIBRE ENTRE LE Politique du développement durable Version finale du 31 mars 2009 Direction de l Aménagement, gestion et développement durable du territoire Ville de Trois-Rivières LE DÉVELOPPEMENT DURABLE : UNE DÉMARCHE

Plus en détail

Parc Navazza: A la découverte de ses richesses naturelles

Parc Navazza: A la découverte de ses richesses naturelles Parc Navazza: A la découverte de ses richesses naturelles Festival du développement durable juin 2009 Le parc Navazza et ses richesses naturelles Localisation de la visite Le parc Navazza peut grossièrement

Plus en détail

POLITIQUE DE PROTECTION ET DE MISE EN VALEUR DES MILIEUX NATURELS

POLITIQUE DE PROTECTION ET DE MISE EN VALEUR DES MILIEUX NATURELS POLITIQUE DE PROTECTION ET DE MISE EN VALEUR DES MILIEUX NATURELS Imprimé au Canada Dépôt légal Bibliotèque nationale 3 e trimestre 2004 ISBN-2-7647-0441-0 An English version of this document is available

Plus en détail

UNE MEILLEURE CONNAISSANCE

UNE MEILLEURE CONNAISSANCE CONCEVOIR ET GÉRER DES AMAS DE FUMIER SOLIDE AU CHAMP UNE MEILLEURE CONNAISSANCE pour un meilleur environnement En 2002, le Règlement sur les exploitations agricoles (REA) prévoyait l échéance des dispositions

Plus en détail

Objectifs de protection et de mise en valeur des ressources du milieu forestier

Objectifs de protection et de mise en valeur des ressources du milieu forestier Lignes directrices visant à encadrer la pratique de l'éclaircie précommerciale afin d assurer le maintien de la biodiversité Objectifs de protection et de mise en valeur des ressources du milieu forestier

Plus en détail

CHAPITRE 13. Dispositions relatives à l'abattage et à la plantation d'arbres. ZONAGE Page 188

CHAPITRE 13. Dispositions relatives à l'abattage et à la plantation d'arbres. ZONAGE Page 188 CHAPITRE 13 Dispositions relatives à l'abattage et à la plantation d'arbres Page 188 CHAPITRE 13 DISPOSITIONS RELATIVES À L'ABATTAGE ET À LA PLANTATION D'ARBRES Sauf lorsque spécifiquement stipulé, tout

Plus en détail

NOR : DEVL1506776J (Texte non paru au Journal officiel)

NOR : DEVL1506776J (Texte non paru au Journal officiel) RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l écologie, du développement durable et de l énergie Direction générale de l aménagement, du logement et de la nature Direction de l eau et de la biodiversité Sous-direction

Plus en détail

La végétalisation du bâti: support de la biodiversité urbaine?

La végétalisation du bâti: support de la biodiversité urbaine? La végétalisation du bâti: support de la biodiversité urbaine? Frédéric Madre et Alan Vergnes Museum National d Histoire Naturelle Département d Ecologie et Gestion de la Biodiversité, UMR 7204 CERSP 55

Plus en détail

TITRES MINIERS, GAZIERS ET PÉTROLIERS DANS LE SUD DU QUÉBEC: UNE NOUVELLE MENACE POUR LA CONSERVATION?

TITRES MINIERS, GAZIERS ET PÉTROLIERS DANS LE SUD DU QUÉBEC: UNE NOUVELLE MENACE POUR LA CONSERVATION? TITRES MINIERS, GAZIERS ET PÉTROLIERS DANS LE SUD DU QUÉBEC: UNE NOUVELLE MENACE POUR LA CONSERVATION? Ugo Lapointe (B.Sc.), Coalition Pour que le Québec ait meilleure mine! Sylvain Archambault (M.Sc.),

Plus en détail

La Charte. forestière. du Pilat. Un engagement collectif pour une gestion durable de la forêt

La Charte. forestière. du Pilat. Un engagement collectif pour une gestion durable de la forêt La Charte forestière du Pilat Un engagement collectif pour une gestion durable de la forêt Réalisation Jecom - RCS 493 898 043 - Avril 2011 - Imprimé sur papier issues de forêts françaises et belges gérées

Plus en détail