RAPPORT FINAL Portrait et diagnostic de la rivière Saint-Jacques

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RAPPORT FINAL Portrait et diagnostic de la rivière Saint-Jacques"

Transcription

1 RAPPORT FINAL Portrait et diagnostic de la rivière Saint-Jacques Par :, urbaniste, M.Urb, MICU Carole, L.L.B., E.P Chantale, biologiste Pierre, chimiste Dufault F., C. Jacques, C. Langevin, P. Belley, étudiants à la maîtrise Travail présenté à : monsieur Luc Tremblay dans le cadre du cours Projet ENV 791 DIPLÔME DE GESTION DE L ENVIRONNEMENT Longueuil, Québec, Canada, 20 novembre 2008

2 Portrait et diagnostic Rivière Saint-Jacques Dans le cadre du mandat décerné par ZIP Ville-Marie PRÉSENTÉ À : M. FRANCIS BARBE DIRECTEUR GÉNÉRAL Date 20 novembre 2008 NUMÉRO DE L OFFRE : V. FINALE

3 SOMMAIRE EXÉCUTIF Nous avons reçu mandat du Comité d intervention prioritaire (ZIP) Ville-Marie de réaliser un portrait et diagnostic environnemental du bassin versant de la rivière dont la superficie est de 183 km² et de la rivière de 25 km de longueur. Le bassin couvre les municipalités et villes suivantes : agglomération de Longueuil o o o o o Ville de Brossard partiellement Ville de Saint-Hubert partiellement Ville de Candiac partiellement Ville de La Prairie Municipalité de Saint-Phillippe toutes à l intérieur de la MRC du Roussillon municipalité de Saint-Jacques-le-Mineur, faisant quant à elle partie de la MRC des Jardins-de-Napierville. Dans notre analyse, nous avons en premier lieu dressé le portrait de la rivière Saint- Jacques en compilant les données au niveau géographie physique, biophysique et géographie humaine. Nous avons également analysé les activités économiques et récréotouristiques à l intérieur du bassin. Nous avons couvert les tenants et aboutissants de la qualité de l eau et des sols, ainsi que la préservation et protection des habitats et des espèces. Dans un deuxième temps, suite à l analyse, nous avons établi le diagnostic en identifiant les problématiques les plus pointues et à risques au niveau environnemental pour la rivière Saint-Jacques et ses abords. Cet outil amènera une concertation des intervenants de tous les milieux permettant d amorcer une démarche vers une gestion intégrée du bassin de la rivière. Page i

4 Remerciements Nous tenons à remercier : monsieur Francis Barbe, directeur général de la ZIP Ville-Marie madame Louise Morin, chargée de projet, biologiste, ZIP Ville-Marie monsieur Nicolas Rabeau, M. Sc., Inspecteur en environnement, Direction du développement urbain, agglomération de Longueuil madame Johanne Lafrance, du Service d urbanisme, Ville de Candiac monsieur Jean-Pierre Cayer, directeur général, municipalité de Saint-Jacques-le- Mineur monsieur Martin Paquette, urbaniste, municipalité de Saint-Philippe monsieur Francis Thibeault, directeur, Société immobilière du Canada monsieur Louis Lacroix, directeur de projet, CLD du Roussillon madame Ginette Laurencelle, directrice générale, CLD du Roussillon madame Lyne Dansereau, directrice aménagement, MRC Roussillon La Corporation de gestion de la Voie maritime du Saint-Laurent madame Alyne Savary, Union des producteurs agricole MDDEP MRNF Leur collaboration fut indispensable à l élaboration du présent portrait et diagnostic du bassin versant de la rivière Saint-Jacques. Page ii

5 Table des matières SOMMAIRE EXÉCUTIF... I REMERCIEMENTS... II TABLE DES MATIÈRES... III ABRÉVIATIONS...VI 1. INTRODUCTION DESCRIPTION DU CONTEXTE DÉFINITION DE LA PROBLÉMATIQUE OBJECTIFS VISÉS DU PROJET HISTORIQUE DU BASSIN VERSANT DE LA RIVIÈRE SAINT-JACQUES MILIEU GÉOGRAPHIQUE GÉOGRAPHIE PHYSIQUE LOCALISATION DU BASSIN / L ORGANISATION TERRITORIALE VUE D ENSEMBLE RÉSEAU HYDROGRAPHIQUE LES COURS D EAU NIVEAU D EAU BARRAGES ZONES INONDABLES LE RÉSEAU HYDROGÉOLOGIQUE LES EAUX SOUTERRAINES TOPOGRAPHIE DÉNIVELÉ CLIMAT MILIEU BIOPHYSIQUE LES DISTRICTS ÉCOLOGIQUES ZONES DE VÉGÉTATION ET DOMAINES BIOCLIMATIQUES DU QUÉBEC LA FLORE LES ESPÈCES FLORISTIQUES MENACÉES, VULNÉRABLES OU SUSCEPTIBLES D ÊTRE DÉSIGNÉES MENACÉES OU VULNÉRABLES ESPÈCES ENVAHISSANTES LES MILIEUX HUMIDES FAUNE LES ESPÈCES FAUNIQUES MENACÉES, VULNÉRABLES OU SUSCEPTIBLES D ÊTRE DÉSIGNÉES MENACÉES OU VULNÉRABLES LA FAUNE LES HABITATS LÉGAUX GÉOGRAPHIE HUMAINE LA POPULATION / DÉMOGRAPHIE LES MÉNAGES L UTILISATION DU TERRITOIRE / LES GRANDES AFFECTATIONS MISE EN CHANTIER / DÉVELOPPEMENT DU TERRITOIRE RÉSIDENTIEL INDUSTRIEL COMMERCIAL AGRICOLE Page iii

6 LES PRINCIPALES INFRASTRUCTURES ACTIVITÉ ÉCONOMIQUE LES PRINCIPAUX PÔLES ÉCONOMIQUES LE SECTEUR PRIMAIRE EXPLOITATION DES RESSOURCES MINIÈRES EXPLOITATION FORESTIÈRE AGRICULTURE ACTIVITÉ AGRICOLES SECTEURS SECONDAIRE ET TERTIAIRE ACTIVITÉS RÉCRÉOTOURISTIQUES LA QUALITÉ DE L ENVIRONNEMENT ET LES PROBLÉMATIQUES ENVIRONNEMENTALES LA QUALITÉ DE L EAU LA QUALITÉ GÉNÉRALE DE L EAU DE LA RIVIÈRE ST-JACQUES LE SECTEUR MUNICIPAL GESTION DES EAUX USÉES LE SECTEUR INDUSTRIEL LE SECTEUR AGRICOLE SECTEUR VÉGÉTAL SECTEUR ANIMAL EAU SOUTERRAINE LES INTERVENTIONS D ASSAINISSEMENT LA QUALITÉ DU SOL / PAR MUNICIPALITÉS LES INTERVENTIONS D ASSAINISSEMENT / PAR MUNICIPALITÉS QUALITÉ DE L AIR DIAGNOTIC PRESSION DE DÉVELOPPEMENT URBAIN ACTIVITÉ ÉCONOMIQUE SECTEUR SECONDAIRE ET TERTIAIRE ACTIVITÉS RÉCRÉOTOURISTIQUES QUALITÉ DES EAUX MUNICIPALES QUALITÉ DU SOL QUALITÉ DE L AIR AGRICULTURE INDUSTRIEL CONCLUSION RECOMMANDATIONS Page iv

7 ANNEXE A : QUALITÉ DU SOL...A-1 ANNEXE B : LES INTERVENTIONS D'ASSAINISSEMENT...B-1 ANNEXE C : QUALITÉ DE L'AIR...C-1 ANNEXE D : INFORMATION SUR LES PÔLES ÉCONOMIQUES...D-1 ANNEXE E : INFORMATION SUR LE SECTEUR MINIER...E-1 ANNEXE F : INFORMATION SUR LE SECTEUR FORESTIER...F-1 ANNEXE G: INFORMATION SUR LE SECTEUR AGRICOLE... G-1 ANNEXE H : NIVEAUX D EAU... H-1 ANNEXE I : PROGRAMME DE DÉTERMINATION DES COTES DE CRUES DE LA RIVIÈRE SAINT-JACQUES (CEHQ, 2003)... I-1 ANNEXE J : INFORMATION SUR LE SECTEUR FORESTIER... J-1 ANNEXE K : LOCALISATION DE SECTEURS À PHRAGMITES...K-1 ANNEXE L : AIRE DE RÉPARTITION AU QUÉBEC DE 3 ESPECES MENACÉS OU VULNÉRABLE.L-1 ANNEXE M : LOCALISATION DE LA RAINETTE FAUX-GRILLON DE L'OUEST EN MONTÉRÉGIE..M-1 ANNEXE N : INFORMATION SUR UN HABITAT..N-1 ANNEXE O : RÉSULTATS DES PECHES EXPÉRIMENTALES EFFECTUÉES AU QUÉBEC O-1 ANNEXE P : HABITAT DES ESPECES DESIGNEES MENACEES OU VULNÉRABLES OU SUSCEPTIBLES D'ÊTRE DÉSIGNÉES.P-1 ANNEXE Q : CARTE FAUNIQUE..Q-1 Page v

8 Abréviations CDPNQ : CEHQ : CIC : MDDEP : MRNF : RNC : CENTRE DE DONNÉES SUR LE PATRIMOINE NATUREL DU QUÉBEC CENTRE D EXPERTISE HYDRIQUE DU QUÉBEC CANARDS ILLIMITÉS CANADA MINISTÈRE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, ENVIRONNEMENT ET PARCS MINISTÈRE DES RESSOURCES NATURELLES ET DE LA FAUNE DU QUÉBEC RESSOURCES NATURELLES CANADA Page vi

9 1. Introduction 1.1. DESCRIPTION DU CONTEXTE Lors de l appel d offres, le promoteur ne dispose pas de portrait ni diagnostic, du moins récents, du bassin versant de la rivière Saint-Jacques qui présente un potentiel récréotouristique et écologique important DÉFINITION DE LA PROBLÉMATIQUE La rivière Saint-Jacques est une des rivières fortement dégradées du point de vue de la qualité de l eau, en effet leur bassin versant respectif couvre des territoires agricoles et urbains sur la rive sud de Montréal. Elle présente un potentiel récréatif important et les milieux naturels qui la composent ont un intérêt écologique important. De cette façon, la ZIP Ville-Marie désire engager ces deux rivières dans une démarche de gestion intégrée par bassin versant, qui vise en bout de ligne la mise en œuvre d un plan directeur de l eau OBJECTIFS VISÉS DU PROJET Dans le cadre de la Politique nationale de l eau du gouvernement du Québec, la ZIP Ville-Marie souhaite amorcer une démarche de gestion intégrée par bassin versant pour la rivière Saint-Jacques. Cette démarche vise l adoption et la mise en œuvre d un plan directeur de l eau. L objectif principal du présent projet est de réaliser un portrait et un diagnostic environnemental des bassins versants de la rivière Saint-Jacques, qui s avèrent être des outils essentiels et une première étape vers la mise en œuvre d un plan directeur de l eau. Dans les pages qui suivent, vous retrouverez donc les sections proposées dans l offre de service soumise par notre groupe d experts il y a déjà quelques semaines. L équipe vous présente ainsi un portrait et diagnostic environnemental du bassin versant de la rivière Saint-Jacques, dont entre autres : A. un portrait du territoire décrivant ses principales caractéristiques : géographie physique; milieux biologiques; géographie humaine; B. un diagnostic du territoire ciblant les problématiques environnementales décrivant la nature du problème, les causes et facteurs ainsi que les intervenants concernés; Page 7

10 C. un document synthèse faisant ressortir les faits saillants du portrait et diagnostic; D. un répertoire des sources d'information d'intérêt et des personnes-ressources. De plus, un court rapport final (rapport de fin de projet) sera également soumis prochainement, présentant une réflexion sur les éléments suivants : les difficultés rencontrées; la qualité des informations colligées; les informations d'intérêt qui semblent inexistantes et qui mériteraient d'être développées afin de compléter le portrait et diagnostic. Notre mandat était de vous permettre d atteindre les objectifs fixés par votre organisme en vous donnant les outils et le support nécessaires. Pour ce faire, nous avons procédé à l étude des dossiers existants, l analyse des cartographies, le réseau hydrographique, le climat, le relief, l analyse écologique ainsi que l analyse géographique humaine, notamment au niveau de l utilisation du territoire, ses affectations, ses infrastructures. Nous décrivons les activités économiques, industrielles et commerciales ayant un impact ou ayant potentiellement un impact sur l environnement. Pour ce faire, nous avons procédé par une recherche d'information auprès des différents intervenants concernés, en particulier les ministères, les municipalités, les groupes communautaires et environnementaux, les industries opérant dans les secteurs visés. Dans le cadre de cette recherche d information, nous effectuerons des entrevues et des rencontres avec lesdits intervenants. L élaboration du présent portrait et le diagnostic du bassin versant de la rivière Saint- Jacques s avérera un outil pertinent et indispensable, nous l espérons, pour le Comité de la ZIP Ville-Marie et le Comité technique de la rivière Saint-Jacques afin d amorcer une démarche de gestion intégrée dudit bassin en route vers l adoption et la mise en œuvre d un plan directeur de l eau. Page 8

11 2. Historique du bassin versant de la rivière Saint-Jacques Depuis plus de quinze ans, les intervenants intéressés travaillent ensemble dans le but de protéger, de conserver et de mettre en valeur une rivière naturelle en milieu urbain, soit la rivière Saint-Jacques, pour le bénéfice de la population actuelle, tout en conciliant développement urbain en harmonie avec le respect d un développement durable pour nos générations futures. Le tracé de la rivière Saint-Jacques a subi plusieurs modifications dont la majorité est d origine anthropique en raison de l urbanisation et l industrialisation surtout en aval, dans l agglomération de Longueuil, les municipalités de Candiac, La Prairie, ayant eu un impact environnemental sur les équations définies de la nature et la conservation des écosystèmes et de la biodiversité (Comité ZIP Ville-Marie, 2003). Le territoire en amont de la rivière est caractérisé par une zone rurale à l exception des deux carrières d extraction dans les municipalités de Saint-Philippe et Saint-Jacques-le-Mineur. En 1992, le concept de parc régional s est amorcé et cette même année, «une entente de communauté sur le développement durable» a été signée par le ministère des Affaires municipales et de la Métropole et la Communauté métropolitaine de Montréal, (Comité ZIP Ville-Marie, 2003). «En 1994, dans le cadre du plan d action Saint-Laurent Vision 2000, les gouvernements du Canada et du Québec ont signé une entente cadre avec Stratégies Saint-Laurent pour la mobilisation et l implication des communautés riveraines en vue de la mise en place et de la promotion du programme Zone d intervention prioritaire (ZIP).» (Stratégies Saint-Laurent, 2008) En 1996, le Comité Zone d intervention prioritaire (ZIP) Ville-Marie voit le jour dans le cadre de ladite entente de Stratégies Saint-Laurent. Ce comité s investit au niveau de la communauté locale et les différents intervenants concernés afin de sensibiliser l importance de mettre en place des mesures de protection pour conserver dans son environnement naturel la rivière Saint-Jacques. De 1998 à 2002, le Comité Zone d intervention prioritaire (ZIP) Ville-Marie a tenu une vaste consultation publique pour l élaboration de son plan d action et de réhabilitation écologique^(pare) auprès de la «population qui a déclaré considérer la protection de la rivière Saint-Jacques comme une action prioritaire» (Comité ZIP Ville-Marie, 2003). Par la suite, le Comité de la ZIP Ville-Marie a mobilisé un grand nombre «d acteurs d eau» du territoire, dont «les municipalités de Brossard et de La Prairie, la MRC de Page 9

12 Roussillon, le ministère des Ressources naturelles et de la Faune, le ministère du Développement durable, de l Environnement et des Parcs ainsi qu Environnement Canada. En 1990, de la table de concertation regroupant jadis les intervenants ci-dessus mentionnés, s est substitué le Comité technique de la rivière Saint-Jacques auquel se sont ajoutés les intervenants suivants : «le ministère de l Agriculture, des Pêches et de l Alimentation, la Communauté métropolitaine de Montréal, la Ville de Longueuil, l Université du Québec à Montréal, la Conservation de la Nature et le Service canadien de la Faune.» (Comité ZIP Ville-Marie, 2003). En 2002, le gouvernement du Québec adopte sa Politique nationale de l eau privilégiant entre autres le développement d une gestion intégrée de l eau par bassin versant en impliquant activement les comités ZIP. Cette même année, le Comité ZIP Ville-Marie reçoit une aide financière de cet organisme qui a eu pour effet de ressusciter le concept de parc régional et de motiver les intervenants. En 2003, le Comité ZIP Ville-Marie accouche de son Plan de protection et de mise en valeur de la rivière Saint-Jacques (Longueuil, La Prairie) : inventaire des aspects biophysiques et humains. Ce plan est la concrétisation d un travail de concertation des intervenants impliqués au sein du comité technique de la rivière Saint-Jacques «afin de définir un périmètre d intervention ainsi qu un cadre de gestion de la rivière» permettant à la population de profiter de cet environnement exceptionnel tout en le protégeant (Comité ZIP Ville-Marie, 2003). En mars 2005, la MRC de Roussillon a intégré le concept du Réseau récréatif régional (3R) de la rivière Saint-Jacques dans son schéma d aménagement révisé (MRC de Roussillon, 21 janvier 2008). En juillet 2005, l agglomération de Longueuil «adopte sa politique de protection et de mise en valeur des milieux naturels qui privilégie la planification concertée en reconnaissant la rivière Saint-Jacques comme parc naturel à caractère régional» (Ville de Longueuil, 2005). Cette politique est entérinée et fait partie intégrante du schéma d aménagement et de développement du territoire de l agglomération de Longueuil révisé entré en vigueur le 26 octobre Il y est stipulé «Participer, avec les partenaires, à la planification particulière du boisé de Brossard et du parc de la rivière Saint-Jacques» (Ville de Longueuil, 2006). En 2006, le Comité ZIP a rendu public son rapport sur le Plan directeur d aménagement et de mise en valeur de la rivière Saint-Jacques Rive sud de Montréal, en définissant Page 10

13 des objectifs spécifiques, notamment «préciser les composantes des zones de conservation et de restauration du milieu et de préciser des concepts d aménagement récréoéducatifs» (Comité ZIP Ville-Marie, 2006). Le 7 décembre 2005, le «Territoire est reconnu comme un équipement d intérêt collectif (décret du gouvernement du Québec» (Comité ZIP Ville-Marie, 2006). En 2007, adoption du Plan directeur d aménagement et de mise en valeur de la rivière Saint-Jacques et ce plan fut endossé par les municipalités de Brossard (agglomération de Longueuil) et de La Prairie. En 2008, des budgets sont votés par le gouvernement du Québec et les municipalités mentionnées au paragraphe précédent afin de concrétiser la première étape du projet du Réseau récréatif régional de la rivière Saint-Jacques. 2009, les intervenants et acteurs d eau du bassin versant de la rivière Saint-Jacques passent à l action, ayant reçu les fonds nécessaires pour réaliser la première étape, les travaux d aménagement débuteront au début du printemps 2009 (source Monsieur Francis Barbe, directeur général du Comité ZIP Ville-Marie). 3. Milieu géographique «Le Québec compte 13 régions hydrographiques regroupant chacune plusieurs bassins versants. Ces divisions tiennent compte des réalités hydrologiques et écologiques du territoire plutôt que des limites administratives. À lui seul, le Saint-Laurent capte les eaux de sept de ces régions hydrographiques couvrant plus du tiers de l'ensemble du territoire du Québec». (MDDEP 2008 Rivières (bassins versants) : les régions hydrographiques) Actuellement au Québec, il existe 33 bassins versants dits prioritaires. (MDDEP Carte des bassins versants prioritaires, gouvernement du Québec) Le bassin versant de la rivière Saint-Jacques se situe du côté sud du fleuve Saint- Laurent, plus précisément il fait partie de la région hydrographique sud-ouest du fleuve Saint-Laurent (voir Carte #15). (MDDEP, 2008, région hydrographique du Saint-Laurent sud-ouest (03), gouvernement du Québec) Par ailleurs, le bassin versant de la rivière Saint-Jacques ne fait pas partie des 33 bassins prioritaires et aucun organisme de bassin versant ne lui est associé. Par ailleurs, la ZIP Ville-Marie lui porte un intérêt, puisque certaines villes se retrouvant dans le sud du bassin versant de la rivière Saint-Jacques (sur les rives du fleuve Saint- Laurent) font partie du territoire qu elle couvre. En effet, la ZIP couvre des municipalités riveraines du fleuve. Sur l'île de Montréal, son territoire couvre l'ouest de l île jusqu au Page 11

14 boulevard Saint-Laurent. Sur la rive sud du fleuve, son territoire s étend de la réserve de Kanahwake jusqu à Brossard inclusivement. Le territoire inclut donc le fleuve Saint- Laurent et ses rives (berges), les îles, le Vieux-Port de Montréal et le canal Lachine. (Stratégie Saint-Laurent, 2008 et ZIP Ville-Marie, 2008) Ainsi, la ZIP couvre donc les municipalités qui sont en partie ou entièrement situées dans le bassin versant de la rivière Saint-Jacques, notamment Candiac, La Praire et Brossard. Le rapport Miller de 2003 présente de façon très concrète le bassin et la réalité géophysique. Nous en extirpons des extraits que nous avons mis à jour avec les récentes données du schéma d aménagement de la MRC Roussillon, Statistique Canada et du Bureau de la statistique du Québec. Cette section se veut être un portrait des caractéristiques physiques, biophysiques et géographiques du bassin versant et des abords de la rivière Saint-Jacques et de ses effluents. Ces caractéristiques que nous découvrirons dans les pages suivantes nous permettent de mieux comprendre les différentes activités et les aménagements, qu ils soient de provenance naturelle ou anthropique, qui ont une influence directe ou indirecte, bénéfique ou néfaste sur l environnement, les milieux naturels, les habitats et divers autres éléments de la nature et de notre milieu (climat, air, etc.) GÉOGRAPHIE PHYSIQUE LOCALISATION DU BASSIN L ORGANISATION TERRITORIALE La rivière Saint-Jacques et son bassin se retrouvent sur la rive sud de Montréal, en Montérégie, à l intérieur des basses terres du Saint-Laurent (ou vallée du Saint-Laurent). Située à même en grande majorité dans le territoire de la MRC du Roussillon, la rivière prend source dans la région de Saint-Jacques-le-Mineur dans la MRC voisine des Jardins de Napierville et une partie se retrouve dans l agglomération de Longueuil. (Voir carte #1 Localisation du bassin versant) D une longueur approximative de 25 km, la rivière Saint-Jacques se déverse dans la Voie maritime du Saint-Laurent vis-à-vis du petit bassin de La Prairie. À l exception du tronçon où elle prend sa source, la rivière est entièrement comprise sur le territoire de la Communauté métropolitaine de Montréal. Ses principaux tributaires sont le ruisseau des Bois, le ruisseau Saint-Claude, le ruisseau Saint-André, le ruisseau de la Bataille, le fossé Daigneault et le ruisseau des Prairies. (Voir carte #2 Principaux tributaires) Page 12

15 Le bassin versant est délimité à l ouest par un petit bassin (sans nom) et le bassin de La Prairie, bassin qui fait partie du réseau de la Voie maritime du Saint-Laurent, réseau construit il y a cinquante ans pour le passage de navires de Montréal vers les Grands Lacs. Ce bassin, dont les niveaux d eau sont contrôlés par les opérations de la Voie maritime, se veut également un plan d eau d importance dans le secteur pour les activités et la navigation de plaisance. Au sud-ouest, le bassin est bordé par le bassin de la rivière la Tortue, à l est par celui de la rivière Richelieu, qui s étend également jusqu au nord du bassin, avec le bassin versant qui couvre le milieu urbain de la ville de Longueuil. (Voir carte #3 Voisinage du bassin de la rivière Saint-Jacques) Le ministère des Ressources naturelles et de la Faune identifie, quant à lui, 12 bassins intermédiaires, se jetant dans le bassin principal de la rivière Saint- Jacques. Ces bassins ont des superficies entre quelques kilomètres carrés et 57,5 km². (Voir carte #4 Bassins intermédiaires et tertiaires) Les municipalités suivantes sont voisines de la rivière ou d un de ses effluents : Longueuil o Brossard o Saint-Hubert La Prairie Saint-Jacques-le-Mineur Saint-Philippe Candiac L Acadie (Voir carte #5 Organisation territoriale) VUE D ENSEMBLE. «D une superficie de 183 km², le bassin versant de la rivière Saint-Jacques draine des secteurs urbains et industriels, de même que des régions fortement agricoles (Fortin et al., 1997). La portion urbaine correspond à environ 15 % de la superficie, la portion boisée à 10 % et la portion agricole à 75 %.» (Miller, 2003) (Voir carte #6 Zone urbanisée versus les zones agricoles et boisées) «Deux boisés d importance se trouvent à l intérieur des limites du bassin versant, soit le boisé de La Prairie (ou boisé de la Commune) ainsi que le boisé de Longueuil Page 13

16 (Brossard)/La Prairie/Carignan. Il s agit des deux principaux sites ayant un intérêt écologique supérieur sur le territoire du bassin versant. Le bassin versant se situe dans la première couronne des villes de la banlieue de Montréal. De toute évidence, les limites des bassins versants ne se superposent que très rarement aux limites administratives. La rivière Saint-Jacques constitue également une frontière naturelle entre certaines des entités administratives mentionnées précédemment. En effet, la partie aval de la rivière délimite la MRC de Roussillon et la ville de Longueuil en plus de marquer la limite entre la ville de La Prairie et l arrondissement de Brossard (Ville de Longueuil).» (Miller, 2003) RÉSEAU HYDROGRAPHIQUE LES COURS D EAU La rivière Saint-Jacques s écoule en direction nord-ouest. Elle a une largeur assez importante dans sa partie aval à l autoroute 30 (environ de m). Elle prend sa source en milieu agricole dans la municipalité de Saint-Jacques-le-Mineur (MRC Les Jardins-de-Napierville) et traverse les municipalités de Saint-Philippe et La Prairie MRC Roussillon), ainsi que Brossard, pour se jeter dans la Voie maritime du fleuve Saint- Laurent. Elle traverse entre autres l autoroute 15 (route 132), le boulevard Taschereau, et l autoroute 30, entre Brossard et La Prairie. L ensemble des traverses (des autoroutes aux passages à gué) observées sur le terrain et/ou à l aide de Google Earth (2008) qui se trouve le long du parcours de la rivière Saint-Jacques est indiqué au Tableau 1. Par ailleurs, il n est pas impossible que des traverses existantes sur cette rivière aient été omises. Nom, numéro et type de route 1 Autoroute 15 / Route 132 (aval) Limites de La Prairie et de Brossard 2 Autoroute 15 / Route 132 (amont) Limites de La Prairie et de Brossard 3 Passerelle cyclable et piétonne Limites de La Prairie et de Brossard 4 Boulevard Taschereau Limites de La Prairie et de Brossard 5 Chemin de fer Canadien National (CN) Limites de La Prairie et de Brossard 6 Traverse d un chemin (à côté du suivant) 7 Traverse à gué (à côté du précédent) Page 14 Ville La Prairie (à L Ouest de A-30 et au Nord du chemin de Saint-Jean) La Prairie (à L Ouest de A-30 et au Nord du chemin de Saint-Jean) 8 Autoroute de l acier 30 (aval) La Prairie 9 Autoroute de l acier 30 (amont) La Prairie Latitude/ Longitude 45 25'53.80"N 73 29'27.18"O 45 25'53.87"N 73 29'25.98"O 45 25'52.60"N 73 29'9.37"O 45 25'49.84"N 73 28'45.59"O 45 25'24.55"N 73 28'0.03"O 45 24'40.26"N 73 27'30.22"O 45 24'40.51"N 73 27'29.75"O 45 24'37.79"N 73 27'25.36"O 45 24'37.31"N 73 27'23.87"O

17 La Prairie (à L Est de A-30 et au Nord du 10 Traverse à gué chemin de Saint-Jean) 11 Chemin De Saint-Jean La Prairie La Prairie (à L Est de A-30 et au Sud du 12 Traverses à gué chemin de Saint-Jean) Saint-Philippe (près de son intersection 13 Route Édouard VII avec le rang Saint-Joseph Nord) Saint-Philippe (entre Édouard VII et la rue 14 Rang Saint-Joseph Sud De Gaule) Saint-Philippe (à quelques mètres en aval de la traverse de la route Édouard VII entre 15 Passerelle cyclable et piétonne la rue de la Rive et la rue Croissant du Parc) Saint-Philippe (entre la rue de la Rive et la 16 Route Édouard VII rue Croissant du Parc) Saint-Philippe (entre Édouard VII et le rang 17 Montée Monette Saint-Marc) Saint-Philippe (entre Édouard VII et le 18 Chemin de fer Canadien Pacific (CP) rang Saint-Marc) 19 Traverse d un chemin Saint-Philippe 20 Montée Singer 21 Le croisement de la route Édouard VII et du rang Saint- Marc 22 Traverse d un chemin 23 Rang Saint-Philippe Nord Saint-Philippe (entre Édouard VII et le rang Saint-Marc) Limites de Saint-Philippe et de Saint- Jacques-le-Mineur (rang Saint-Marc se transforme en rang Saint-Philippe Nord à Saint-Jacques-le-Mineur) Saint-Jacques-le-Mineur (face à carrière) Saint-Jacques-le-Mineur (Avant sa jonction avec Édouard VII et face à la carrière) 24 Chemin d'accès à des bâtiments (à partir d Édouard VII) Saint-Jacques-le-Mineur 25 Chemin d'accès à des bâtiments (à partir d Édouard VII) Saint-Jacques-le-Mineur 26 Chemin d'accès à des bâtiments (à partir d Édouard VII) Saint-Jacques-le-Mineur 27 Chemin d'accès à des bâtiments (à partir d Édouard VII) Saint-Jacques-le-Mineur 28 Chemin d'accès à des bâtiments (à partir d Édouard VII) Saint-Jacques-le-Mineur 29 Chemin d'accès à des bâtiments (à partir d Édouard VII) Saint-Jacques-le-Mineur 30 Chemin d'accès à des bâtiments (à partir d Édouard VII) Saint-Jacques-le-Mineur 31 Chemin d'accès à des bâtiments (à partir d Édouard VII) Saint-Jacques-le-Mineur 32 Le croisement de la route Édouard VII et de La Montée Saint- Jacques Saint-Jacques-le-Mineur 33 Chemin sans nom Saint-Jacques-le-Mineur 45 24'6.23"N 73 27'4.53"O 45 23'53.31"N 73 26'56.71"O 45 23'41.63"N 73 27'30.66"O 45 22'50.02"N 73 28'44.69"O 45 22'17.20"N 73 29'14.86"O 45 21'48.30"N 73 28'58.65"O 45 21'48.11"N 73 28'57.14"O 45 21'10.36"N 73 28'23.44"O 45 21'0.50"N 73 28'16.39"O 45 20'15.87"N 73 27'55.98"O 45 19'25.88"N 73 27'1.91"O 45 18'28.06"N 73 26'32.72"O 45 18'8.44"N 73 26'22.35"O 45 17'59.39"N 73 26'25.59"O 45 17'47.80"N 73 26'22.34"O 45 17'40.02"N 73 26'14.98"O 45 17'36.53"N 73 26'11.66"O 45 17'31.12"N 73 26'6.52"O 45 17'28.58"N 73 26'4.03"O 45 17'23.32"N 73 25'59.06"O 45 17'16.61"N 73 25'52.80"O 45 17'14.04"N 73 25'50.51"O 45 17'10.83"N 73 25'47.31"O 45 16'59.94"N 73 25'24.82"O Tableau 1 - Les traverses de la rivière Saint-Jacques de l aval vers l amont. (Google Earth) Le bassin versant de la rivière Saint-Jacques ne possède aucun lac important sur son territoire. Seules de petites étendues d eau sont présentes et la plupart sont artificielles. Page 15

18 NIVEAU D EAU Le Centre d expertise hydrique du Québec (CEHQ) ne gère aucune station hydrométrique sur la rivière Saint-Jacques (CEHQ 2008). Cette information a été confirmée par courriel par madame Diane Morin du CEHQ (2008). Par ailleurs, on estime à 2,9 m 3 /s le débit annuel moyen de la rivière Saint-Jacques. En période de crue, le débit au niveau du boulevard Taschereau est d environ 62 m 3 /s. (Fortin et al., 1997, Miller, 2003, et Nove, 2006). Les stations de mesures de niveaux d eau les plus près mentionnées sur le site de Pêches et Océans Canada sont la station Pointe-Claire en amont et la Jetée #1 en aval, dans le fleuve Saint-Laurent. Par ailleurs, la rivière Saint-Jacques se jette dans le petit bassin de La Prairie, situé dans la Voie maritime du Saint-Laurent, donc séparé du fleuve Saint-Laurent (Pêches et Océans Canada. 2008). En annexe H, on retrouve le niveau d eau de certaines stations de la Voie maritime du Saint-Laurent. La station la plus proche est celle de Brossard qui est située à moins de 500 m de l embouchure de la rivière Saint-Jacques. On remarque qu en début d année le niveau d eau est maintenu à environ 10 à 10,6 m pour, dès le début mars (période de crue) être monté à environ 11,6 m pour le reste de l année. (Corporation de gestion de la Voie maritime du Saint-Laurent, 2008) Les niveaux d eau de la Voie maritime (canal de navigation qui relie Montréal et les Grands Lacs pour le passage des bateaux) sont plus élevés que le niveau naturel du fleuve Saint-Laurent. La rivière Saint-Jacques est donc influencée par ces variations BARRAGES La Direction de la sécurité des barrages du Centre d expertise hydrique du Québec (CEHQ) tient un répertoire des barrages de 1 mètre et plus. Il est accessible sur leur site Internet et est mis à jour une fois par semaine. Il est à noter qu aucun barrage de 1 mètre et plus n est présent dans le bassin versant de la rivière Saint-Jacques (Frédéric Côté, 17 septembre 2008; CEHQ, 2008, Répertoire des barrages) ZONES INONDABLES Il existe un programme de détermination des cotes de crues (PDCC) pour les cours d eau et les lacs qui a débuté en 1997 et qui est toujours en cours. Il est à noter que d autres programmes du même type ont eu lieu antérieurement. En 2003, les cotes de crues ont été déterminées dans 2 secteurs de la rivière Saint-Jacques (Longueuil-La Prairie et Saint-Philippe). En annexe I, apparaissent donc ces données de cotes de crues de récurrence de 20 ans et 100 ans de la rivière Saint-Jacques. Page 16

19 La portion amont située dans Saint-Philippe s étend sur une distance de près de 11 km. Par ailleurs, on rencontre 3 tributaires de la rivière Saint-Jacques sur ce tronçon, le ruisseau Lussier Dupuis, le ruisseau Saint-André et le ruisseau Gaston Roullier. Quant à elle, la portion aval située dans La Prairie et Brossard s étend à partir de son embouchure dans le bassin de La Prairie sur une distance de près de 4 km en amont. Par ailleurs, on rencontre plusieurs tributaires de la rivière Saint-Jacques, dont le fossé Daigneault (CEHQ, 2003; CEHQ, 2008) LE RÉSEAU HYDROGÉOLOGIQUE LES EAUX SOUTERRAINES Le bassin versant de la rivière Saint-Jacques fait partie de la région hydrogéologique des Basses-Terres du Saint-Laurent. Les aquifères de cette zone ont un débit qui dépasse 0,4 litre/seconde (RNC, 2008). «Au Québec, l eau souterraine est la ressource en eau potable la plus sollicitée. [ ] Malgré l importance qu elle revêt pour le Québec, sa connaissance est fragmentaire. Aussi, le gouvernement a décidé de parfaire la connaissance sur cette ressource en développant le Programme de recherche sur la connaissance des eaux souterraines du Québec et leur développement durable. Ce programme vise à développer la réalisation de recherches scientifiques en hydrogéologie et en aménagement du territoire.» (MDDEP, 2008) Ainsi, à ce jour, les connaissances relatives aux eaux souterraines pour certains secteurs du Québec sont plus avancées que d autres, notamment pour le bassin versant de la rivière Châteauguay et les nappes aquifères structurées du sud-ouest du Québec. Par ailleurs, il existe un réseau de suivi du niveau des eaux souterraines au Québec réparti dans 8 régions du Québec pour un total de 69 stations de mesures. La plupart existent depuis les années 1990, mais certaines d entre elles sont en exploitation depuis beaucoup plus longtemps. Plusieurs piézomètres sont présents sur le territoire des MRC Roussillon et Les Jardins-de-Napierville, cependant aucun piézomètre ne se trouve dans les municipalités incluses dans le bassin versant de la rivière Saint-Jacques. Par ailleurs, il existe très peu de connaissance sur les eaux souterraines du bassin versant de la rivière Saint-Jacques (MDDEP, 2008) TOPOGRAPHIE Le bassin versant de la rivière Saint-Jacques «fait partie de l unité physiographique des basses terres du Saint-Laurent, qui reposent sur une plate-forme de roches sédimentaires comblée par des dépôts d argiles et limons marins de la mer de Page 17

20 Champlain (Comité ZIP Ville-Marie, 2006). Le sol a une texture argileuse et sableuse, il existe de nombreuses tourbières sur la rive sud (Ministère du Développement durable, Environnement et Parcs du gouvernement du Québec, 2002). La topographie du bassin versant de la rivière Saint-Jacques, dont la superficie est de 183 km 2 est relativement plane et ne présente aucune dénivellation majeure, ni parties de terrains fortement accidentées, ni collines, ni montagnes, sauf quelques pentes situées plus particulièrement en amont de la rivière dans les zones rurales des municipalités de Saint-Philippe et Saint-Jacques-le-Mineur, ces pentes n excédant pas plus de 8 mètres, hormis les abords de la rivière et du fleuve Saint-Laurent. La rivière Saint-Jacques a une longueur de 25 km et «la dénivellation totale est de 31 mètres. En effet, la rivière Saint-Jacques prend sa source à 45 mètres d élévation et son embouchure se trouve à 14 mètres d élévation» (Comité ZIP Ville-Marie, 2006). Ce qui se traduit par une pente légèrement inclinée vers le fleuve Saint-Laurent DÉNIVELÉ Les données de cotes de crues et le profil en long de la rivière Saint-Jacques situé dans Saint-Philippe, donc dans la partie amont de la rivière, renseignent sur le dénivelé de la rivière sur environ 11 km de méandre. En ligne droite à vol d oiseau, les deux extrémités sont à un peu plus de 4 km. Ainsi le dénivelé de cette portion est d environ 9,3 m entre son point le plus haut situé à quelques centaines de mètres en amont de la Montée Saint-Claude et le point le plus bas au niveau de l extrémité aval du rang Saint- Joseph Nord de la portion du CEHQ. Quant à elles, les données de cotes de crues et le profil en long de la rivière Saint-Jacques situé dans La Prairie et Brossard (Longueuil), donc dans la partie aval de la rivière, renseignent aussi sur le dénivelé de la rivière sur 3,45 km. Cette section a beaucoup moins de méandré que la précédente. Ainsi le dénivelé de cette portion est d environ 9,3 m entre son point le plus haut situé à quelques centaines de mètres en amont de la Montée Saint-Claude et le point le plus bas au niveau de l extrémité aval du rang Saint-Joseph Nord de la portion du CEHQ (CEHQ, Programme de détermination des cotes de crues) CLIMAT Le climat du bassin versant de la rivière Saint-Jacques est «caractérisé par un climat modéré subhumide continental» (Comité ZIP Ville-Marie, 2003). Ce climat est le plus clément dans la province de Québec. La station météorologique responsable de l enregistrement des données climatiques pour le territoire du bassin versant de la rivière Saint-Jacques est la station de Montréal Saint-Hubert localisée à de latitude Page 18

Fiches techniques des bois d intérêt écologique sur le territoire de la Communauté Métropolitaine de Montréal Bois validés en 2002

Fiches techniques des bois d intérêt écologique sur le territoire de la Communauté Métropolitaine de Montréal Bois validés en 2002 Fiches techniques des bois d intérêt écologique sur le territoire de la Communauté Métropolitaine de Montréal Bois validés en 2002 Bois de La Prairie (La Commune) No du plan RCI : CS-05 Municipalité :

Plus en détail

Plan de gestion des milieux humides et hydriques:

Plan de gestion des milieux humides et hydriques: Plan de gestion des milieux humides et hydriques: intégration de paramètres «urbains» dans l évaluation de la valeur écologique Juin 2013 Par Virginie Dumont, biol. 1 Plan de présentation 1. Règlementation

Plus en détail

Région administrative de Montréal (06) Mars 2012

Région administrative de Montréal (06) Mars 2012 Page titre Région administrative de Montréal (06) Mars 2012 La société de conservation Canards Illimités Canada est un organisme privé sans but lucratif dont la mission est de : «conserver les milieux

Plus en détail

RESERVES DE BIODIVERSITE POUR SEPT TERRITOIRES ET DE RESERVE AQUATIQUE POUR UN TERRITOIRE DANS LA REGION ADMINISTRATIVE DE L ABITIBI-TEMISCAMINGUE

RESERVES DE BIODIVERSITE POUR SEPT TERRITOIRES ET DE RESERVE AQUATIQUE POUR UN TERRITOIRE DANS LA REGION ADMINISTRATIVE DE L ABITIBI-TEMISCAMINGUE MÉMOIRE DEPOSE AU BUREAU D AUDIENCES PUBLIQUES SUR L ENVIRONNEMENT (BAPE) DANS LE CADRE DES AUDIENCES PUBLIQUES POUR LES PROJETS DE RESERVES DE BIODIVERSITE POUR SEPT TERRITOIRES ET DE RESERVE AQUATIQUE

Plus en détail

Contexte du projet de paysage humanisé pour l ouest de l île Bizard (Ville de Montréal)

Contexte du projet de paysage humanisé pour l ouest de l île Bizard (Ville de Montréal) Contexte du projet de paysage humanisé pour l ouest de l île Bizard (Ville de Montréal) L Île Bizard est située au nord-ouest de l archipel montréalais. Elle est reconnue pour sa qualité de vie, son magnifique

Plus en détail

1.1 Généralités... 3. 1.2 Climat... 5. 1.3 Sol... 6

1.1 Généralités... 3. 1.2 Climat... 5. 1.3 Sol... 6 T ABLE DES MATIÈRES CHAPITRE 1 Facteurs écologiques et croissance des forêts 1.1 Généralités....................................................... 3 1.2 Climat..........................................................

Plus en détail

L élaboration d une nouvelle Entente Canada-Québec sur le Saint-Laurent

L élaboration d une nouvelle Entente Canada-Québec sur le Saint-Laurent L élaboration d une nouvelle Entente Canada-Québec sur le Saint-Laurent Mémoire soumis à Environnement Canada Plan Saint-Laurent Présenté par le Comité de la zone d intervention prioritaire Jacques-Cartier

Plus en détail

La caractérisation des milieux humides : vers un outil de planification à Shawinigan! 2e Colloque Eau et municipalités 26 février 2015

La caractérisation des milieux humides : vers un outil de planification à Shawinigan! 2e Colloque Eau et municipalités 26 février 2015 La caractérisation des milieux humides : vers un outil de planification à Shawinigan! 2e Colloque Eau et municipalités 26 février 2015 Jescika Lavergne, biologiste Responsable de l environnement Ville

Plus en détail

Mémoire déposé par le COVABAR (obv Richelieu/Saint-Laurent)

Mémoire déposé par le COVABAR (obv Richelieu/Saint-Laurent) Mémoire déposé par le COVABAR (obv Richelieu/Saint-Laurent) Objet du mémoire 2 e projet de Schéma d aménagement et de développement de l agglomération de Longueuil Dépôt Le 9 novembre 2015 TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

RÉSUMÉ DU PLAN D URBANISME

RÉSUMÉ DU PLAN D URBANISME RÉSUMÉ DU PLAN D URBANISME La démarche poursuivie pour la réalisation du plan d urbanisme de la Ville de Saguenay se divise en différentes parties. Grandes orientations d aménagement et d urbanisme Les

Plus en détail

Bassins versants - secteur de la Pointe de Gaspé. Faits saillants issus du portrait du Plan directeur de l eau

Bassins versants - secteur de la Pointe de Gaspé. Faits saillants issus du portrait du Plan directeur de l eau Bassins versants - secteur de la Pointe de Gaspé Faits saillants issus du portrait du Plan directeur de l eau Automne 2014 Faits saillants: Bassins versants de la Pointe de Gaspé Comprend les bassins versants

Plus en détail

Plan préliminaire d intervention pour la conservation des milieux naturels dans la gestion territoriale au Centre-du-Québec

Plan préliminaire d intervention pour la conservation des milieux naturels dans la gestion territoriale au Centre-du-Québec Plan préliminaire d intervention pour la conservation des milieux naturels dans la gestion territoriale au Centre-du-Québec Andréanne Blais biologiste, chargée de projet 4 décembre 2012 Ordre de la présentation

Plus en détail

CONSULTATION PUBLIQUE SUR LES ORIENTATIONS GOUVERNEMENTALES ET LES ENJEUX EN MATIÈRE DE CHANGEMENTS CLIMATIQUES

CONSULTATION PUBLIQUE SUR LES ORIENTATIONS GOUVERNEMENTALES ET LES ENJEUX EN MATIÈRE DE CHANGEMENTS CLIMATIQUES CONSULTATION PUBLIQUE SUR LES ORIENTATIONS GOUVERNEMENTALES ET LES ENJEUX EN MATIÈRE DE CHANGEMENTS CLIMATIQUES Avis Présenté au ministère du Développement durable, de l Environnement et des Parcs du Québec

Plus en détail

Règlement numéro 90 modifiant diverses dispositions du schéma d aménagement révisé et du document complémentaire

Règlement numéro 90 modifiant diverses dispositions du schéma d aménagement révisé et du document complémentaire Province de Québec Municipalité régionale de comté de L Amiante Règlement numéro 90 modifiant diverses dispositions du schéma d aménagement révisé et du document complémentaire Copie certifiée conforme

Plus en détail

Louis-Étienne Doré CMM. Cadre de référence administratif du Parc-plage du Grand Montréal. Trame verte et bleue du Grand Montréal.

Louis-Étienne Doré CMM. Cadre de référence administratif du Parc-plage du Grand Montréal. Trame verte et bleue du Grand Montréal. Louis-Étienne Doré CMM Cadre de référence administratif du Parc-plage du Grand Montréal Trame verte et bleue du Grand Montréal Michel Lajoie Septembre 2013 TABLE DES MATIÈRES Mise en contexte...4 Le Parc-plage

Plus en détail

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme)

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) 1) Les modalités de la Concertation 2) Plan de situation 3) Contexte 4) Les études

Plus en détail

Produire une carte thématique: l exemple du Cahier des Habitats Fauniques de la Forêt Modèle du Bas-Saint-Laurent. Ateliers

Produire une carte thématique: l exemple du Cahier des Habitats Fauniques de la Forêt Modèle du Bas-Saint-Laurent. Ateliers Produire une carte thématique: l exemple du Cahier des Habitats Fauniques de la Forêt Modèle du Bas-Saint-Laurent Ateliers Sur la conservation des milieux naturels / 16 et 17 mars 2007, Montréal Par Catherine

Plus en détail

Mémoire déposé dans le cadre de la révision du schéma d aménagement et de développement de la Ville de Gatineau

Mémoire déposé dans le cadre de la révision du schéma d aménagement et de développement de la Ville de Gatineau 1971 ST-LOUIS, GATINEAU (QUÉBEC) J8T 4H6 R.B.Q 2592 3533-93 Mémoire déposé dans le cadre de la révision du schéma d aménagement et de développement de la Ville de Gatineau Lots 3 966 254 et 2 957 115 MISE

Plus en détail

Orientation 1 : Un grand Montréal avec des milieux de vie durable Les objectifs et les critères d aménagement et de développement :

Orientation 1 : Un grand Montréal avec des milieux de vie durable Les objectifs et les critères d aménagement et de développement : Mémoire présenté aux audiences publiques de la Communauté métropolitaine de Montréal relativement à la consultation publique portant sur le Plan métropolitain d aménagement et de développement (PMAD)-octobre

Plus en détail

Aménagement aquatique du tributaire et de l émissaire du lac Grignan situé dans la réserve faunique des Chic-Chocs de la MRC de la Haute-Gaspésie.

Aménagement aquatique du tributaire et de l émissaire du lac Grignan situé dans la réserve faunique des Chic-Chocs de la MRC de la Haute-Gaspésie. Aménagement aquatique du tributaire et de l émissaire du lac Grignan situé dans la réserve faunique des Chic-Chocs de la MRC de la Haute-Gaspésie. Marc Fleury Biologiste 341, rue Saint-Jean-Baptiste Est,

Plus en détail

LA GESTION DURABLE EAUX PLUVIALES. Trottoirs immergés, jardins détrempés, rues inondées, égouts saturés COMMENT GÉRER L EAU DE PLUIE?

LA GESTION DURABLE EAUX PLUVIALES. Trottoirs immergés, jardins détrempés, rues inondées, égouts saturés COMMENT GÉRER L EAU DE PLUIE? LA GESTION DURABLE des EAUX PLUVIALES Trottoirs immergés, jardins détrempés, rues inondées, égouts saturés COMMENT GÉRER L EAU DE PLUIE? www.reseau-environnement.com Qu est-ce qu une GESTION DURABLE des

Plus en détail

GLISSEMENTS DE TERRAIN DANS LES DÉPÔTS MEUBLES

GLISSEMENTS DE TERRAIN DANS LES DÉPÔTS MEUBLES 5 2 GLISSEMENTS DE TERRAIN DANS LES DÉPÔTS MEUBLES 2.1 Contexte géologique général En raison de l immensité de son territoire et des divers environnements géologiques qui le composent, le Québec est exposé

Plus en détail

ÉTUDE ENVIRONNEMENTALE DE BASE Projet minier Montviel

ÉTUDE ENVIRONNEMENTALE DE BASE Projet minier Montviel ÉTUDE ENVIRONNEMENTALE DE BASE Projet minier Montviel CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS Mars 2012 Révision : 0 CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS Les études environnementales sont des études qui évoluent avec le

Plus en détail

Congrès INFRA 2014- Montréal Plan d adaptation aux changements climatiques municipal

Congrès INFRA 2014- Montréal Plan d adaptation aux changements climatiques municipal Congrès INFRA 2014- Montréal Plan d adaptation aux changements climatiques municipal Julien St-Laurent, M.Sc.Env. Spécialiste environnement Direction de l Aménagement, gestion et développement durable

Plus en détail

La cartographie des habitats de la RNN de Saint-Quentin-en-Yvelines, L inventaire des zones humides de l Etablissement public Paris-Saclay,

La cartographie des habitats de la RNN de Saint-Quentin-en-Yvelines, L inventaire des zones humides de l Etablissement public Paris-Saclay, FICHE DE SYNTHESE Contexte : Les zones humides sont des milieux rares à l échelon national (4% du territoire) et fortement menacés par les activités anthropiques. La publication, en France en 1994, de

Plus en détail

LES DIVISIONS HYDROGRAPHIQUES DU BRÉSIL PAR JULIA SANTOS SILVA

LES DIVISIONS HYDROGRAPHIQUES DU BRÉSIL PAR JULIA SANTOS SILVA LES DIVISIONS HYDROGRAPHIQUES DU BRÉSIL PAR JULIA SANTOS SILVA 1. LA DIVISION HYDROGRAPHIQUE NATIONALE Selon la loi fédérale n. 9.433/97, la gestion de l'eau au Brésil doit être décentralisée, intégrée

Plus en détail

COURS D EAU D UN FOSSÉ

COURS D EAU D UN FOSSÉ COMMENT DIFFÉRENCIER UN COURS D EAU D UN FOSSÉ Les COURS D EAU et les MILIEUX RIVERAINS abritent une multitude d espèces animales et végé tales. Ces écosystèmes fragiles sont protégés par des lois et des

Plus en détail

DEVIS SPÉCIFIQUE 1 INTRODUCTION ET CONTEXTE

DEVIS SPÉCIFIQUE 1 INTRODUCTION ET CONTEXTE DEVIS SPÉCIFIQUE 1 INTRODUCTION ET CONTEXTE La MRC des Laurentides est située au cœur de la région du même nom. Elle s étale sur 2 500 km 2 et compte 20 villes et municipalités locales. Sa population de

Plus en détail

Le mont Royal Leçons de Montréal. Gabrielle Korn, directrice des communications Sommet Héritage Canada, le 12 octobre 2012

Le mont Royal Leçons de Montréal. Gabrielle Korn, directrice des communications Sommet Héritage Canada, le 12 octobre 2012 Le mont Royal Leçons de Montréal Gabrielle Korn, directrice des communications Sommet Héritage Canada, le 12 octobre 2012 Présentation Qu est-ce que le mont Royal? Une histoire d amour et d engagement

Plus en détail

La boucle de l Oise à Cergy. Source : Musée départemental de l éducation : «Géographie du Val d Oise».

La boucle de l Oise à Cergy. Source : Musée départemental de l éducation : «Géographie du Val d Oise». La boucle de l Oise à Cergy. Source : Musée départemental de l éducation : «Géographie du Val d Oise». 4 Intégration du Val d Oise dans la région Situé au nord-ouest de la région Ile de France, le Val

Plus en détail

Des actions pour protéger les mares

Des actions pour protéger les mares Des actions pour protéger les mares L intérêt porté aux mares temporaires est récent et résulte d une prise de conscience provoquée par leur destruction accélérée aux cours des dernières décennies. Celle-ci

Plus en détail

Conférencier : Matane MRC de La Mitis. Le cadre réglementaire relatif aux milieux riverains du fleuve Saint-Laurent

Conférencier : Matane MRC de La Mitis. Le cadre réglementaire relatif aux milieux riverains du fleuve Saint-Laurent Conférencier : Paul Logo Gingras, MRC de urbaniste Matane MRC de La Mitis Le cadre réglementaire relatif aux milieux riverains du fleuve Saint-Laurent La mise en place des cadres légaux et réglementaires

Plus en détail

16.17 OCCUPATION DES RIVES, DU LITTORAL ET DES PLAINES INONDABLES DES LACS ET COURS D EAU

16.17 OCCUPATION DES RIVES, DU LITTORAL ET DES PLAINES INONDABLES DES LACS ET COURS D EAU 16.17 OCCUPATION DES RIVES, DU LITTORAL ET DES PLAINES INONDABLES DES LACS ET COURS D EAU 16.17.1 Généralité 16.17.2 Objectifs Toutes les rives, le littoral et les plaines inondables des lacs et cours

Plus en détail

Schéma d Aménagement et de Gestion et de des. Bureau humides la» CLE

Schéma d Aménagement et de Gestion et de des. Bureau humides la» CLE Schéma d Aménagement et de Gestion et de des Gestion Eaux de Eaux du bassin du bassin du Loir du Loir Demi-journée d information et d échange sur la thématique «zones Bureau humides la» CLE Le 25 avril

Plus en détail

VISION STRATÉGIQUE D AMÉNAGEMENT ET DE DÉVELOPPEMENT «LAC-SIMON 2035»

VISION STRATÉGIQUE D AMÉNAGEMENT ET DE DÉVELOPPEMENT «LAC-SIMON 2035» VISION STRATÉGIQUE D AMÉNAGEMENT ET DE DÉVELOPPEMENT 1 «LAC-SIMON 2035» Contexte de la démarche Révision du plan et des règlements d urbanisme de Lac-Simon Révision en cours du Schéma d aménagement et

Plus en détail

Le fossé FICHE D ENTRETIEN LE FOSSÉ FONCTION

Le fossé FICHE D ENTRETIEN LE FOSSÉ FONCTION Le fossé Le fossé est une structure linéraire creusée pour drainer, collecter ou faire circuler des eaux de ruissellement. Il permet notamment de drainer la structure de la piste. Un fossé bien entretenu

Plus en détail

DIRECTION DES ÉVALUATIONS

DIRECTION DES ÉVALUATIONS DIRECTION DES ÉVALUATIONS ENVIRONNEMENTALES Le suivi environnemental Guide à l intention de l initiateur de projet Juillet 2002 Mise à jour : janvier 2005 AVANT-PROPOS Ce guide se veut un outil d aide

Plus en détail

Nouvelles exigences en matière de gestion des eaux pluviales au Québec

Nouvelles exigences en matière de gestion des eaux pluviales au Québec Nouvelles exigences en matière de gestion des eaux pluviales au Québec Denis Martel, ing. M.Sc. Pôle d expertise municipale Direction régionale de l'analyse et de l'expertise Bureau de Montréal Ministère

Plus en détail

Un bassin versant et la GIEBV Les OBV au Québec Le COBAVER VS et la SCABRIC Le plan directeur de l eau (PDE) en théorie Le PDE en pratique

Un bassin versant et la GIEBV Les OBV au Québec Le COBAVER VS et la SCABRIC Le plan directeur de l eau (PDE) en théorie Le PDE en pratique La gestion intégrée de l eau par bassin versant dans la Vallée du Haut Saint Laurent Isabelle Rodrigue, COBAVER VS Geneviève Audet, SCABRIC 17 janvier 2013 Saint Timothée Photo: SCABRIC Plan de présentation

Plus en détail

5.04 PROTECTION DES EAUX SOUTERRAINES PROBLÉMATIQUE ET ENJEUX. INSTANCE RESPONSABLE Office de l environnement

5.04 PROTECTION DES EAUX SOUTERRAINES PROBLÉMATIQUE ET ENJEUX. INSTANCE RESPONSABLE Office de l environnement INSTANCE RESPONSABLE Office de l environnement INSTANCE DE COORDINATION Office de l environnement AUTRES INSTANCES CONCERNÉES Service de la santé publique Service de l aménagement du territoire Service

Plus en détail

Québec, le 6 novembre 2012

Québec, le 6 novembre 2012 Québec, le 6 novembre 2012 1 L'aquaresponsabilité municipale Une approche intégrée Englobe toutes les actions réalisées par une ville Pour garantir : la gestion responsable de la ressource eau sur son

Plus en détail

Commission permanente du conseil d agglomération sur l environnement, le transport et les infrastructures

Commission permanente du conseil d agglomération sur l environnement, le transport et les infrastructures Commission permanente du conseil d agglomération sur l environnement, le transport et les infrastructures Mémoire sur La désinfection à la Station d épuration des eaux usées de Montréal Présenté par Comité

Plus en détail

Rappels et nouveautés, partie 2

Rappels et nouveautés, partie 2 Le don écologique comme outil de conservation: Rappels et nouveautés, partie 2 Steeve Morasse, biologiste Direction générale de l écologie et de la conservation Ateliers sur la conservation des milieux

Plus en détail

Programme d aménagement intégré par sous-bassin versant de la Fondation de la Faune du Québec

Programme d aménagement intégré par sous-bassin versant de la Fondation de la Faune du Québec BIENVENUE Programme d aménagement intégré par sous-bassin versant de la Fondation de la Faune du Québec Par Marcel Quirion Coordonnateur de projets, Fondation de la faune du Québec Joanne Marchesseault

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES...1 INTRODUCTION...3 1. MÉTHODOLOGIE POUR LA CARACTÉRISATION DU PÉRIMÈTRE...4

TABLE DES MATIÈRES...1 INTRODUCTION...3 1. MÉTHODOLOGIE POUR LA CARACTÉRISATION DU PÉRIMÈTRE...4 - 1 - TABLE DES MATIÈRES TABLE DES MATIÈRES...1 INTRODUCTION...3 1. MÉTHODOLOGIE POUR LA CARACTÉRISATION DU PÉRIMÈTRE...4 2. CRITÈRES DE CARACTÉRISATION...6 A) Présence d écosystèmes forestiers exceptionnels

Plus en détail

Conseil régional de l environnement du Centre-du-Québec CRECQ. Les milieux humides. des terres naturels et essentiels!

Conseil régional de l environnement du Centre-du-Québec CRECQ. Les milieux humides. des terres naturels et essentiels! Les milieux humides des terres naturels et essentiels! Plan de la présentation Répartition des milieux humides Introduction aux milieux humides Coûts des milieux humides Conserver ou limiter? Répartition

Plus en détail

quais et abris à bateaux

quais et abris à bateaux Guide pratique pour les quais et abris à bateaux Édition 2012 sommaire 3 Le littoral et la rive 4 Où construire un quai? 5 La réglementation 6 Les quais flottants 7 Les quais sur pieds tubulaires et sur

Plus en détail

PLAN DE DÉVELOPPEMENT DE LA ZONE AGRICOLE CONTEXTE DE PLANIFICATION REGARD HISTORIQUE À AUJOURD HUI

PLAN DE DÉVELOPPEMENT DE LA ZONE AGRICOLE CONTEXTE DE PLANIFICATION REGARD HISTORIQUE À AUJOURD HUI PLAN DE DÉVELOPPEMENT DE LA ZONE AGRICOLE CONTEXTE DE PLANIFICATION REGARD HISTORIQUE À AUJOURD HUI La Ville-MRC de Mirabel se situe à l intérieur du secteur géographique de la Couronne Nord de la Communauté

Plus en détail

Les Crastes. et Fossés. Les crastes, à quoi ça sert? L entretien : qui? comment? Usagers : les bonnes pratiques

Les Crastes. et Fossés. Les crastes, à quoi ça sert? L entretien : qui? comment? Usagers : les bonnes pratiques Les Crastes et Fossés Guide d entretien 2013/2014 Les crastes, à quoi ça sert? L entretien : qui? comment? Usagers : les bonnes pratiques L entretien par les services municipaux LA TESTE CENTRE CAZAUX

Plus en détail

ORGANISATION POUR LA MISE EN VALEUR DU FLEUVE SENEGAL (OMVS)

ORGANISATION POUR LA MISE EN VALEUR DU FLEUVE SENEGAL (OMVS) ORGANISATION POUR LA MISE EN VALEUR DU FLEUVE SENEGAL (OMVS) PROJET DE GESTION DES RESSOURCES EN EAU ET DE L ENVIRONNEMENT DU BASSIN DU FLEUVE SENEGAL (GEF/BFS) ATELIER DE CONCERTATION SUR LA GESTION DES

Plus en détail

GEOGRAPHIE : La France

GEOGRAPHIE : La France GEOGRAPHIE : La France [La France : ce territoire qui représente une nation et qui a ses frontières est : un ETAT 22 régions, 95 départements et 60 millions d habitants + les DOM-TOM qui ont changé de

Plus en détail

Mémoire. Plan de conservation du site patrimonial du Bois-de- Saraguay

Mémoire. Plan de conservation du site patrimonial du Bois-de- Saraguay Mémoire Plan de conservation du site patrimonial du Bois-de- Saraguay Novembre 2015 Maison du développement durable 50, rue Sainte-Catherine Ouest, bureau 300 Montréal (Qc) H2X 3V4 Tél. : 514-842-2890

Plus en détail

Préparation des chantiers en zones humides

Préparation des chantiers en zones humides Fiche méthodologique n 1: Préparation des chantiers en zones humides? Introduction Les préconisations de cette fiche sont issues des réunions de concertations organisées à Auxonne et Villeneuve-lès- Maguelone

Plus en détail

PLAN D ACTION Gestion des cours d eau sous la compétence de la MRC du Val-Saint-François

PLAN D ACTION Gestion des cours d eau sous la compétence de la MRC du Val-Saint-François MISE EN CONTEXTE : PLAN D ACTION de la MRC du Val-Saint-François Le 1 er janvier 2006 marque l entrée en vigueur de la Loi sur les compétences municipales (LCM) (L.R.Q., chapitre C-47.1), laquelle confère

Plus en détail

Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun. ou Phragmites australis

Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun. ou Phragmites australis Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun ou Phragmites australis Indigène vs exotique Il y a deux sous-espèces de Phragmites australis, L indigène: n envahit pas le milieu, cohabite avec les

Plus en détail

Parc régional du Haut-Pays de Kamouraska. Mise en oeuvre du projet

Parc régional du Haut-Pays de Kamouraska. Mise en oeuvre du projet Parc régional du Haut-Pays de Kamouraska Mise en oeuvre du projet MRC de Kamouraska Profil démographique Baisse de la population 24 500 en 1986 22 000 en 2009 25 000 24 500 24 000 23 500 23 000 Population

Plus en détail

Université CADI AYYAD master tourisme, patrimoine et développement durable

Université CADI AYYAD master tourisme, patrimoine et développement durable Université CADI AYYAD master tourisme, patrimoine et développement durable Protection de la faune et de la flore au Maroc :Encadré par DR. Mr EL AKLAA plan Introduction I- La biodiversité au Maroc III-La

Plus en détail

Chapitre 12 Secteur L Avenir Lac Saint-Pierre

Chapitre 12 Secteur L Avenir Lac Saint-Pierre Chapitre 12 Secteur L Avenir Lac Saint-Pierre Figure 12.1 Secteur L Avenir Lac Saint-Pierre Chapitre 12 : Secteur L Avenir Lac Saint-Pierre 213 12.1 Indices de qualité de l eau Ce secteur du bassin compte

Plus en détail

Plan de protection et/ou d aménagement de la frayère à éperlans de la rivière du Loup

Plan de protection et/ou d aménagement de la frayère à éperlans de la rivière du Loup Zone d Intervention Prioritaire du Sud-de-l Estuaire Rapport technique Plan de protection et/ou d aménagement de la frayère à éperlans de la rivière du Loup Présenté au Programme d Intendance des Habitats

Plus en détail

2.1.2 HyDROLOGIE DE LA RIVIèRE DU DIABLE

2.1.2 HyDROLOGIE DE LA RIVIèRE DU DIABLE 2.1.2 HyDROLOGIE DE LA RIVIèRE DU DIABLE Faits saillants Le régime hydrique de la rivière du Diable et de ses tributaires est de type «pluvio-nival», lequel se caractérise par l évènement de deux cycles

Plus en détail

Michel Fortin 1 er Vice-président FTPF 26 janvier 2011

Michel Fortin 1 er Vice-président FTPF 26 janvier 2011 Présentation par Michel Fortin 1 er Vice-président FTPF 26 janvier 2011 STANDARD DE GESTION FORESTIÈRE FSC FOREST STANDARD SHIP COUNCIL Historique du FSC Créé en 1993 suite au Sommet de la terre de Rio

Plus en détail

Atelier Environnement Préparatoire au Projet d Aménagement et de Développement Durable. S e p t e m b r e 2 0 0 8

Atelier Environnement Préparatoire au Projet d Aménagement et de Développement Durable. S e p t e m b r e 2 0 0 8 Atelier Environnement Préparatoire au Projet d Aménagement et de Développement Durable S e p t e m b r e 2 0 0 8 Le PADD : un Projet Politique Le PADD : un Projet Politique L e S C O T, u n o u t i l a

Plus en détail

Intendance et protection des îles du Saint-Laurent entre Repentigny et l archipel du lac Saint-Pierre

Intendance et protection des îles du Saint-Laurent entre Repentigny et l archipel du lac Saint-Pierre Intendance et protection des îles du Saint-Laurent entre Repentigny et l archipel du lac Saint-Pierre 1.2.1af-09/10 Rapport final du projet présenté à Habitat faunique Canada (HFC) pour l exercice financier

Plus en détail

Gestion d un monument historique cité: l exemple de la maison Mary-Dorothy-Molson

Gestion d un monument historique cité: l exemple de la maison Mary-Dorothy-Molson Gestion d un monument historique cité: l exemple de la maison Mary-Dorothy-Molson Gestion d un monument historique cité: le cas de la maison Mary-Dorothy-Molson José Froment, 12 juin 2009 Denise Caron,

Plus en détail

Introduction...3. Mise en contexte...4. Fédéral...5. National (Québec)...5. Régional...6. Local...6. Montréal...7. Modèle de portrait...

Introduction...3. Mise en contexte...4. Fédéral...5. National (Québec)...5. Régional...6. Local...6. Montréal...7. Modèle de portrait... OUTILS DE RÉALISATION D UN PORTRAIT DE MILIEU IEU DANS LE CADRE DE L L OPÉRATION QUARTIER Août 2003 TABLE DES MATIÈRES Introduction...3 Mise en contexte...4 Fédéral...5 National (Québec)...5 Régional...6

Plus en détail

1.1 Portrait général 1

1.1 Portrait général 1 Partie 1 Portrait du bassin versant 1.1 Portrait général 1 1.1.1 Localisation et étendue du bassin versant Le bassin versant de la rivière Fouquette, d une superficie d environ 75 km 2, est situé dans

Plus en détail

(Partie française située sur le territoire du bassin Rhin-Meuse)

(Partie française située sur le territoire du bassin Rhin-Meuse) DIRECTIVE 2000/60/CE DU PARLEMENT EUROPEEN ET DU CONSEIL DU 23 OCTOBRE 2000 ETABLISSANT UN CADRE POUR UNE POLITIQUE COMMUNAUTAIRE DANS LE DOMAINE DE L EAU (Partie française située sur le territoire du

Plus en détail

renforcement d un réseau de télécommunications, île beausoleil, parc national des îles de la baie géorgienne, ontario (canada)

renforcement d un réseau de télécommunications, île beausoleil, parc national des îles de la baie géorgienne, ontario (canada) C a s 3 renforcement d un réseau de télécommunications, île beausoleil, parc national des îles de la baie géorgienne, ontario (canada) par Marc Duchesne et Marc Lapointe Bell Canada Limitée F3.1 Présentation

Plus en détail

21.1 Autorisation ou permis préalable aux interventions sur les rives et le littoral

21.1 Autorisation ou permis préalable aux interventions sur les rives et le littoral SECTION 21 LA PROTECTION DU MILIEU RIVERAIN 21.1 Autorisation ou permis préalable aux interventions sur les rives et le littoral Toutes les constructions, tous les ouvrages et tous les travaux qui sont

Plus en détail

Conservation des milieux naturels de la municipalité d Austin Portrait cartographique des éléments d intérêt écologique du mont Chagnon

Conservation des milieux naturels de la municipalité d Austin Portrait cartographique des éléments d intérêt écologique du mont Chagnon Conservation des milieux naturels de la municipalité d Austin Portrait cartographique des éléments d intérêt écologique du mont Chagnon Décembre 2011 Équipe de travail Coordination : Rédaction et édition

Plus en détail

Le PIIA : Approches et expériences

Le PIIA : Approches et expériences Le PIIA : Approches et expériences JOURNÉE DE FORMATION L ASSOCIATION QUÉBÉCOISE D URBANISME LE 27 OCTOBRE 2012 L EXPÉRIENCE DE LA VILLE DE SAINTE-JULIE LA VITRINE AUTOROUTIÈRE ORDRE DU JOUR Présentation:

Plus en détail

Commune de Alix. Révision du PLU. Réunion Publique du 22 Septembre 2011. Diagnostic et PADD

Commune de Alix. Révision du PLU. Réunion Publique du 22 Septembre 2011. Diagnostic et PADD Commune de Alix Révision du PLU Réunion Publique du 22 Septembre 2011 Diagnostic et PADD Le cadre juridique pour élaborer un PLU - La loi Solidarité et Renouvellement Urbain (SRU) du 13 décembre 2000 -

Plus en détail

Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE

Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE 05 janvier 2012 BUTS DE L ATELIER C est aider à mieux faire comprendre la décision du Conseil Municipal

Plus en détail

Cadre de référence administratif du Corridor forestier du mont Saint-Bruno

Cadre de référence administratif du Corridor forestier du mont Saint-Bruno Ville de Montréal Air Imex Ltée Cadre de référence administratif du Corridor forestier du mont Saint-Bruno Trame verte et bleue du Grand Montréal Louis Étienne Doré CMM Septembre 2013 TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

RÈGLEMENT NUMÉRO 511-6-2011

RÈGLEMENT NUMÉRO 511-6-2011 RÈGLEMENT NUMÉRO 511-6-2011 RÈGLEMENT NUMÉRO 511-6-2011 DÉCRÉTANT UN CONTRÔLE INTÉRIMAIRE PROHIBANT UNE CONSTRUCTION, UN OUVRAGE OU DES TRAVAUX SUR DES TERRAINS COMPORTANT UN MILIEU HUMIDE SANS UNE CARACTÉRISATION

Plus en détail

CADRE DE FINANCEMENT. Mise en œuvre du PDE 2015-2016 (3 e édition) Bassin versant de la rivière Chaudière

CADRE DE FINANCEMENT. Mise en œuvre du PDE 2015-2016 (3 e édition) Bassin versant de la rivière Chaudière Mise en œuvre du PDE 2015-2016 (3 e édition) Bassin versant de la rivière Chaudière Comité de bassin de la rivière Chaudière Mai 2015 1. Mise en contexte Le COBARIC met à la disposition des associations

Plus en détail

Rapport d inspection Test de fluorescéine 2012

Rapport d inspection Test de fluorescéine 2012 Rapport d inspection Test de fluorescéine 2012 Remis aux membres du Conseil Municipalité d Entrelacs Rédigé par Geneviève Gagnon Octobre 2012. Mise en contexte La municipalité a entrepris, en 2008, des

Plus en détail

Consultation générale sur le Plan métropolitain d aménagement et de développement du Grand Montréal (PMAD)

Consultation générale sur le Plan métropolitain d aménagement et de développement du Grand Montréal (PMAD) Consultation générale sur le Plan métropolitain d aménagement et de développement du Grand Montréal (PMAD) Mémoire présenté à la Communauté métropolitaine de Montréal Septembre 2011 TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

Carte Communale Saint-Rémy-au-Bois. Protection paysagère

Carte Communale Saint-Rémy-au-Bois. Protection paysagère Carte Communale Saint-Rémy-au-Bois Protection paysagère Outil de protection du patrimoine paysager I. LA PROCEDURE Les communes non couvertes par un PLU ayant mis en place une carte communale ont la possibilité

Plus en détail

1. RENSEIGNEMENTS GENERAUX

1. RENSEIGNEMENTS GENERAUX Base de données zones humides de Martinique 1.1 Ensemble 1.2 Localisation Altitude : Coordonnées (UTM) O: 713530,19 Coordonnées (UTM) N: 1613267,1 Remarque sur la localisation : 1.3 Date de la description

Plus en détail

Pièce E : Etude d impact

Pièce E : Etude d impact Pièce E : Etude d impact 130/357 E4.3. Environnement naturel E4.3.1. Grands ensembles naturels Dans l aire d étude, la matrice de cultures industrielles (céréales) ou spécialisées (tabac, houblon) domine

Plus en détail

Cadre légal des CLD. Au Canada le développement socioéconomique relève de la juridiction des provinces

Cadre légal des CLD. Au Canada le développement socioéconomique relève de la juridiction des provinces Banque de terres Simon Ouellet Agent de développement rural Un outil pour le développement territorial CLD des Collines-de-l Outaouais Emmanuel Roy Agent de développement écologique Cadre légal des CLD

Plus en détail

PIIA-25 - TERRAINS EN PENTE, FLANCS ET SOMMETS DE MONTAGNES

PIIA-25 - TERRAINS EN PENTE, FLANCS ET SOMMETS DE MONTAGNES Mise à jour le 9 mai 2011 (règl. (2008)-106-3) Mise à jour le 6 août 2012 (page de présentation) PIIA-25 - TERRAINS EN PENTE, FLANCS ET SOMMETS DE MONTAGNES Votre projet se situe dans une partie de notre

Plus en détail

L AMÉNAGEMENT DU VIEUX-PORT DE TROIS-RIVIÈRES : VERS UN PROJET INTÉGRÉ?

L AMÉNAGEMENT DU VIEUX-PORT DE TROIS-RIVIÈRES : VERS UN PROJET INTÉGRÉ? L AMÉNAGEMENT DU VIEUX-PORT DE TROIS-RIVIÈRES : VERS UN PROJET INTÉGRÉ? Vers un Cette recherche porte sur le réaménagement du Vieux- Port de Trois-Rivières à des fins récréatives, réalisé en 1988, et ses

Plus en détail

PHASE V DE LA RESTAURATION DE L HABITAT DU POISSON DU RUISSEAU SPRUCE PRÉPARÉ POUR : FONDS DE FIDUCIE DE LA FAUNE DU NOUVEAU-BRUNSWICK

PHASE V DE LA RESTAURATION DE L HABITAT DU POISSON DU RUISSEAU SPRUCE PRÉPARÉ POUR : FONDS DE FIDUCIE DE LA FAUNE DU NOUVEAU-BRUNSWICK PHASE V DE LA RESTAURATION DE L HABITAT DU POISSON DU RUISSEAU SPRUCE PRÉPARÉ POUR : FONDS DE FIDUCIE DE LA FAUNE DU NOUVEAU-BRUNSWICK PRÉPARÉ PAR : COMITÉ DE GESTION ENVIRONNEMENTALE DE LA RIVIÈRE POKEMOUCHE

Plus en détail

Description du modèle de potentiel archéologique. 14A.1 Vue d ensemble

Description du modèle de potentiel archéologique. 14A.1 Vue d ensemble 14A Description du modèle de potentiel archéologique 14A.1 Vue d ensemble Les méthodes classiques de reconnaissance pédestre associées aux sondages souterrains représentent la manière la plus précise et

Plus en détail

La gestion des bassins versants : c est l affaire de qui?

La gestion des bassins versants : c est l affaire de qui? La gestion des bassins versants : c est l affaire de qui? Journée montérégienne de santé publique 7 juin 2006 Chantal d Auteuil, directrice générale La Corporation Bassin Versant Baie Missisquoi Organisme

Plus en détail

Synthèse de l article :

Synthèse de l article : Les connectivités longitudinale et latérale des cours d eau sont souvent évoquées comme élément important de la fonctionnalité des cours d eau. Par contre la connectivité verticale avec la nappe d eau

Plus en détail

L ASSOCIATION POUR LA PROTECTION DU BOIS ANGELL

L ASSOCIATION POUR LA PROTECTION DU BOIS ANGELL COMMISSION DE L AMÉNAGEMENT DE LA COMMUNAUTÉ MÉTROPOLITAINE DE MONTRÉAL PORTANT SUR LE PROJET DE PLAN MÉTROPOLITAIN D AMÉNAGEMENT ET DE DÉVELOPPEMENT MÉMOIRE DE : L ASSOCIATION POUR LA PROTECTION DU BOIS

Plus en détail

Le programme Parrain EAU

Le programme Parrain EAU Le programme Parrain EAU La naissance d un projet collectif pour la réhabilitation de nos cours d eau Dans la poursuite de son engagement visant Successivement, deux usines se sont jointes à la protection

Plus en détail

Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes

Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes Annexe 3 Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes Cette annexe présente les enjeux environnementaux ayant été définis comme prioritaires en Poitou-Charentes. Une série de cartes

Plus en détail

Avant Après Après 2 ans

Avant Après Après 2 ans Avant Après Après 2 ans le 14 octobre 2015 au Centre de congrès de l Hôtel Plaza Québec situé au 3031, boul. Laurier, Québec Dans le cadre de son Colloque annuel 2015 sous le thème «Réhabilitation - un

Plus en détail

Commission de l'aménagement de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM)

Commission de l'aménagement de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) Mémoire déposé auprès de la Commission de l'aménagement de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) sur le projet de PLAN MÉTROPOLITAIN D'AMÉNAGEMENT ET DE DÉVELOPPEMENT (PMAD) MÉMOIRE DÉPOSÉ PAR

Plus en détail

Sommaire INTRODUCTION... 2. 1/ Le contexte général de la commune...3. 2/ L état des réseaux...3. 3/ Le diagnostic des ouvrages d épuration...

Sommaire INTRODUCTION... 2. 1/ Le contexte général de la commune...3. 2/ L état des réseaux...3. 3/ Le diagnostic des ouvrages d épuration... 1 Sommaire INTRODUCTION... 2 1/ Le contexte général de la commune...3 2/ L état des réseaux...3 3/ Le diagnostic des ouvrages d épuration...3 4/ Les solutions retenues par la commune...5 CONCLUSION Carte

Plus en détail

La canopée urbaine. Nouvel outil, nouveau défi. Marie-Claude Boyce Ville de Montréal. 28 février 2013 AF2R. Le cas de Montréal

La canopée urbaine. Nouvel outil, nouveau défi. Marie-Claude Boyce Ville de Montréal. 28 février 2013 AF2R. Le cas de Montréal La canopée urbaine Nouvel outil, nouveau défi Le cas de Montréal Marie-Claude Boyce Ville de Montréal 28 février 2013 AF2R Plan de la présentation! Introduction! Définitions! Contexte historique! Services

Plus en détail

BILAN 2009-2010 : RÉSULTATS DU RELEVÉ SANITAIRE DES INSTALLATIONS SEPTIQUESINDIVIDUELLES ET CARACTÉRISATION DES BANDES RIVERAINES

BILAN 2009-2010 : RÉSULTATS DU RELEVÉ SANITAIRE DES INSTALLATIONS SEPTIQUESINDIVIDUELLES ET CARACTÉRISATION DES BANDES RIVERAINES BILAN 2009-2010 : RÉSULTATS DU RELEVÉ SANITAIRE DES INSTALLATIONS SEPTIQUESINDIVIDUELLES ET CARACTÉRISATION DES BANDES RIVERAINES DANS LE CADRE DU PROGRAMME DE PROTECTION DES LACS NOVEMBRE 2011 RÉSUMÉ

Plus en détail

Àl avant-gardedel économiequébécoise, aucoeurd unimmenseparcnaturel. Schémad aménagementet dedéveloppementrévisé Pland action

Àl avant-gardedel économiequébécoise, aucoeurd unimmenseparcnaturel. Schémad aménagementet dedéveloppementrévisé Pland action Àl avant-gardedel économiequébécoise, aucoeurd unimmenseparcnaturel. Schémad aménagementet dedéveloppementrévisé Pland action Adoptéle6juin2011 Schéma d aménagement et de développement Plan d action Table

Plus en détail

Antoine Verville, Regroupement des organismes de bassin versant du Québec (ROBVQ) Compte rendu

Antoine Verville, Regroupement des organismes de bassin versant du Québec (ROBVQ) Compte rendu Sherbrooke, le vendredi 17 avril 2015 Objet : Compte rendu de la rencontre du projet Maintien de la productivité forestière par une gestion intégrée par bassin versant des milieux humides, bassin versant

Plus en détail

RENCONTRES PROFESSIONNELLES RITTMO 22 avril 2010. Sous-titre - date

RENCONTRES PROFESSIONNELLES RITTMO 22 avril 2010. Sous-titre - date RENCONTRES PROFESSIONNELLES RITTMO 22 avril 2010 Sous-titre - date De la reconstitution des sols à la re-végétalisation Rencontres professionnelles de RITTMO - 22 avril 2010 Etat des besoins des collectivités

Plus en détail

Plan de travail / Établissement du plan d action pour le lac Rhéaume

Plan de travail / Établissement du plan d action pour le lac Rhéaume Plan de travail / Établissement du plan d action pour le lac Rhéaume PRINCIPAUX ENJEUX A. Qualité de l eau - Suivi de la qualité de l eau B. Qualité de l eau - Épuration des eaux usées C. Contrôle de l

Plus en détail